Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIX (2015)

 | 
Claude Briand-Ponsart
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Stéphanie Guédon
, 
et al.

III – L’Afrique et le monde punique, du IIIe s. à la fin de la République

Texte intégral

1Ce chapitre, comme le précédent, est traditionnellement l’un des plus réduits de la B.A.A.A. Il doit néanmoins être complété par les titres référencés dans les Généralités et au chapitre précédent.

A. Guerres puniques

Sources

2Tite-Live, puis surtout Silius Italicus et Appien ont permis d’alimenter cette section. (273) Hoyos D., Rome and Carthage in Livy, dans A companion to Livy, édit. Mineo B., Chichester/Malden (Mass.), 2015, ch. 27, p. 367-381. Le récit livien dépend en grande partie de celui de Polybe et d’autres historiens latins contemporains d’Hannibal. Contrairement à ce qui est souvent affirmé, Tite-Live propose un paysage nuancé des guerres, complexe, parfois contradictoire, en aucun cas une succession de stéréotypes. (274Simon M., Aspects de l’épopée d’Hannibal : la construction livienne d’une figure tragique, dans Revue des Études Latines, XCIII, 2015, p. 235-249, rés. fr. et all. L’image de chef cruel et impie rendue par Tite-Live à propos d’Hannibal est contrebalancée chez le même auteur par celle d’un personnage hors-norme, mise en parallèle avec celle d’Alexandre et lui conférant l’étoffe d’un héros tragique. (275) Stocks C.A., The Roman Hannibal: remembering the enemy in Silius Italicus’ Punica, Liverpool, 2014, XI-276 p., 2 index. La thèse de ce livre est que le portrait d’Hannibal est une construction littéraire qu’il faut étudier comme telle. L’un des visages d’Hannibal fut celui d’un homme intégré au monde romain, voire d’un héros, et cet aspect culmine dans les Punica de Silius. Ce livre retrace donc en onze chapitres la réception d’Hannibal dans la littérature latine depuis Cicéron jusqu’à Silius qui y occupe une place centrale. C’est un livre qui retient l’attention, mais une fois de plus la bibliographie autre qu’anglo-saxonne est peu représentée. (276) Augoustakis A., Campanian politics and poetics in Silius Italicus’ Punica, dans Illinois Classical Studies, XL, 1, 2015, p. 155-169. Au livre XI, le poète fait de Capoue un lieu essentiel, d’où sont issus des hommes politiques éminents et où se pratique l’art poétique. Il remet ainsi en cause l’impression d’une Italie unifiée et il place le début du déclin de Rome à la deuxième guerre punique. (277) Chaudhuri P., Dexter J.P. et Bonilla Lopez J.A., Strings, triangles, and go-betweens: intertextual approaches to Silius’ Carthaginian debates, dans Dictynna, XII, 2015, non paginé, ont étudié l’intertextualité qui caractérise le traitement du sénat carthaginois dans Pun. 2 et 11, à partir d’un nouvel outil informatique (encore inédit) visant à déceler des parallèles lexicaux inexacts (méthode du « sequence alignment ») : cela a permis d’identifier un ensemble d’intertextes chez Virgile (Aen. 11, 348), Tite-Live (21, 10, 3), Silius (2, 287-291). (278Appian’s Roman history. Empire and civil war, édit. Welch K., Wansea, 2015, XI-403 p., ill., index, réunit seize contributions issues d’un colloque qui s’est tenu en Australie en 2010. Ce n’est donc pas un ouvrage de synthèse, mais il apporte des points de vue variés sur l’œuvre. (279) Rich J., Appian, Polybius and the Roman’s War with Antiochus the Great: A Study in Appian’s Sources and Methods, ibidem, p. 65-123, s’attaque à un problème très difficile, et ne peut avancer aucun fait permettant de prouver qu’Appien travaillait directement à partir de Polybe, sans passer par un intermédiaire. Il est d’ailleurs obligé d’admettre (p. 84-85) qu’Appien tire d’une autre source le récit de la rencontre d’Hannibal et de Scipion à Éphèse ainsi que l’épisode du procès intenté à ce dernier après son retour à Rome (p. 104-105). (280) Tweedie F., Appian’s Characterisation of Scipio Æmilianus, ibidem, p. 169-184. Ce personnage majeur apparaît dans trois livres, avec trois éclairages différents (BC, Syr., Ib.) Il faut admettre qu’Appien a conservé l’éclairage de la source dont il s’inspire, et ce n’est pas la même d’un livre à l’autre. (281Pitcher L., The Erotics of Appian, ibidem, p. 205-19. Appien est un historien sérieux, qui ne s’intéresse guère à la vie privée des personnages. Hormis les délices de Capoue auxquels aurait succombé Hannibal, les femmes occupent peu de place. C’est à propos de Syphax qu’Appien développe le thème de l’aveuglement fatal que provoque chez un homme faible son asservissement à une femme dominatrice, mais la passion patriotique qui anime l’épouse punique du roi des Numides importe plus, comme cause historique, que ses charmes réels ou supposés. La numismatique s’invite au détour d’un ouvrage consacré à un trésor ibérique. (282Chaves Tristán F. et Pliego Vàzquez R., Bellum et argentum: la Segunda Guerra Púnica en Iberia y el conjunto de monedas y plata de Villarrubia de los Ojos (Ciudad Real), Séville, 2015, 288 p., ill., index. L’ouvrage concerne le trésor de 401 monnaies et 294 fragments d’argent enfouis au cours de la deuxième guerre punique (trouvé en 1980). La Partie I constitue le cœur de l’ouvrage, avec le catalogue et des études des monnaies et des fragments ; elle examine aussi les 38 trésors remontant à cette époque, puis situe celui de Villarubia dans son contexte historique. D’autres chercheurs interviennent dans la Partie II pour répondre aux questions qu’il pose (archéologie de la région, monnaies). La présence très limitée de monnaies carthaginoises suggère que la plupart des émissions furent frappées entre 209 et 206, au moment où les Carthaginois quittent l’Ibérie pour passer en Italie ; la quantité de petites divisions et de fragments d’argent fait penser à un centre de ravitaillement de troupes indigènes proromaines. Ce très bon livre de numismatique est aussi un livre d’histoire qui utilise les monnaies comme source historique essentielle.

Bibliographie

3Outre une réédition, on compte trois livres cette année : un bon livre sur les trois guerres, suivis par une étude plus centrée sur Hannibal, et un dernier sur la troisième guerre punique ; mais d’abord une réédition, (283Garcia Alonso F., Roma, Cartago, íberos y celtíberos. Las grandes guerras de la Península Ibérica, Barcelone, 2015, 328 p. L’ouvrage était paru en 2006, mais n'avait pas été signalé par la B.A.A.A. (284Hoyos D., Mastering the West. Rome and Carthage at War, Oxford, 2015, 337 p., 29 fig., glossaire, index. Voici une synthèse approfondie (mais avec très peu de notes et une bibliographie surtout anglo-saxonne) qui fait le point sur les multiples interrogations relatives à ces trois guerres. Une première partie présente les deux acteurs, Rome et Carthage, qui sont deux républiques, et les trois autres chapitres suivent la chronologie des trois guerres, la deuxième occupant à elle seule la moitié de l’ouvrage. L’ensemble ne se limite pas à une relation événementielle : de nombreuses questions transversales sont abordées telles les ressources des belligérants, leur hellénisme, la topographie des terrains de combats, le « mythe » du sel lancé sur le sol de Carthage après sa défaite, etc. (285MacDonald E., Hannibal: A Hellenistic Life, New Haven-Londres, 2015, VIII-332 p. Le livre est divisé en douze chapitres et un épilogue. Les trois premiers chapitres rapportent ce qui s’est passé avant le temps d’Hannibal. Ils proposent donc au lecteur une brève histoire de Carthage, depuis la première guerre punique et la vie d’Hamilcar. Quand l’auteur en arrive à Hannibal, elle rappelle que, contrôlant plus ou moins directement la totalité de la péninsule Ibérique, il mit le siège devant Sagonte. Pour lui, la ville était placée sous son autorité ; pour les Romains, elle était leur alliée. Le récit des campagnes, qui fait suite, n’apporte rien de neuf et même ne prend pas toujours en compte les travaux récents : traversée du Rhône et des Alpes, batailles du Tessin, de La Trébie (dix lignes), du Trasimène (en fait une embuscade, décrite en une page) et de Cannes (trois pages). L’étude est fondée essentiellement sur les textes anciens, sans grand intérêt pour les recherches des modernes, même quand il s’agit d’Anglo-Saxons, comme E. Wheeler ; alors ne parlons pas de G. Brizzi ou de Y. Le Bohec. L’auteur a borné son propos à une étude psychologique. D’où des lacunes. (286Burgeon C., La troisième guerre punique et la destruction de Carthage. Le verbe de Caton et les armes de Scipion, Louvain-la-Neuve, 2015, 189 p. Fondé uniquement sur les textes littéraires, cet ouvrage surprendra le lecteur connaisseur du sujet. La bibliographie récente n’est pas connue et on ne trouve pas les travaux de S. Lancel, E. Lipinski, V. Krings, M. Fantar, M.G. Fulford et D.P.S. Peacock, ainsi que G. Brizzi. Ajoutons des erreurs factuelles.

B. Monde punique

4Ce chapitre connaît une pénurie sévère cette année, tant pour les publications sur les sources que pour celles de la bibliographie. On pourra compléter cependant avec les chapitres précédents.

Sources

5Plaute représente à lui seul la littérature. (287Plauto, Poenulus, Truculentus, édit. Gazzarri T., Milan (Classici Greci e Latini, 172), 2015, LII-273 p., est une traduction en italien des deux œuvres à peu près contemporaines, assorties d’une introduction. Le texte est celui de Lindsay (1910) que l’auteur a parfois remplacé par celui d’autres éditions. (288) Barrios Lech P., Bilingual punic and epic allusion in Aulularia (Plaut. Aul. 394-396, 736), dans Quaderni Urbinati di Cultura Classica, n.s. 109, 2015, p. 119-136, étudie un jeu de mots bilingue dans Aul. 736 (liberos ~ τόκος) et une allusion (v. 394-396) à Iliade 1, 37-41. L’archéologie est un peu plus présente, hors d’Afrique d’abord. (289Blasetti Fantauzzi C., Origine e sviluppo dei centri urbani punici di Sardegna fino all’età della romanizzazione, Rahden, 2015, 291 p., ill., rés. angl. et all. Nous signalons cet ouvrage sur les centres urbains puniques de Sardaigne, sans avoir pu le consulter. (290Dridi H., D’Orient en Occident : remarques sur la morphologie urbaine des villes phéniciennes et puniques, dans La forme de la ville de l’Antiquité à la Renaissance, édit. Bourdin S., Paoli M. et Relten-Tallon A., Rennes, 2015, p. 25-36, ill., cartes, plans. L’étude de la morphologie des villes puniques et phéniciennes, de leur topographie et de leur forme générale peut s’appuyer à la fois sur des sources écrites, par exemple Strabon, III, 3, 4, 2 ou Appien, BC, VIII, 1, 4, et sur les recherches archéologiques, telles celles de Carthage ou de Motyé. (291Gran-Aymerich J., De Carthage à Malaga et au-delà, les Étrusques et le réseau colonial punique, dans Géographie historique du Maghreb, p. 7-28, 18 fig. Les travaux récents et en cours sur Carthage et l’Étrurie soulèvent la question du mobilier étrusque dans le réseau maritime et colonial punique. Carthage a livré une concentration de mobilier étrusque exceptionnelle pour un site éloigné de l’Étrurie et les influences réciproques ont été importantes. Par ailleurs, les découvertes étrusques en Espagne, examinées sous le prisme carthaginois, enrichissent l’enquête en cours. (292De Bonis A., Distribuzione di siti e circulazione di beni nelle Tunisia punica, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 163-183, 12 fig. Pour la région définie dans le titre, c’est-à-dire le cœur du territoire administré par Carthage, des aspects fondamentaux concernant son organisation restent encore obscurs : l’article se propose d’en clarifier quelques-uns. La cité semble avoir établi une série de sites fortifiés majeurs sur ses frontières et des centres mineurs sur les voies de commerce qui reliaient l’intérieur à la côte ; ils garantissaient l’acheminement des produits depuis les régions fertiles (cap Bon, Campi Magni, Byzacène). (293Ben Jerbania I., Nouvelle fouille dans la nécropole punique de Beni Nafa, près de Bizerte, dans Mitteilungen des deutschen Archäologischen Instituts (Römische Abteilung), 121, 2015, p. 41-82. Cette nécropole, déjà explorée au début du XXe siècle, a fait l’objet d’une fouille de sauvetage en 2010, après le pillage d’une dizaine de tombes. Deux nouveaux hypogées monocellulaires creusés dans la roche et accessibles par un puits ont été découverts. Chaque caveau comporte plusieurs individus et mêle inhumations et incinérations, accompagnées d’un important lot de céramiques, modelées et tournées, qui font l’objet d’un catalogue et permettent de dater une tombe de la fin du IVe-début du IIIe, et l’autre du début du IIIe s. av. J.-C.

Bibliographie

6Nous n’avons retenu cette année qu’une seule étude, elle place Carthage dans une perspective méditerranéenne. (294Bonnet C., Les enfants de Cadmos, Le paysage religieux de la Phénicie hellénistique, Paris, 2015, 606 p., ill., cartes, plans. L’Afrique est peu présente dans cet ouvrage par ailleurs passionnant, où l’auteure s’intéresse au paysage religieux de la Phénicie tel qu’il se redessine depuis la conquête d’Alexandre jusqu’à l’aube de la domination romaine. La Phénicie de l’époque hellénistique se complexifie bien plus que le concept d’« hellénisation » ne le donne à penser. Les auteurs anciens eurent tendance à associer Tyriens et Carthaginois pour mettre en évidence leur altérité et leur barbarie communes, et pour faire de la conquête d’Alexandre le triomphe de l’hellénisme. Il est possible que les récits des Guerres Puniques aient interféré avec ceux du siège de Tyr.

C. Les royaumes africains

7L’intérêt pour cette période s’est un peu accentué depuis quelques années et la tendance se confirme, surtout grâce à un colloque sur Massinissa.

Sources

8L’éventail documentaire a mobilisé des sources de nature diverse, même si l’archéologie maintient sa primauté. Les études s’intéressent au premier chef à Massinissa, considéré parfois, à tort, comme une figure de « résistance » face à Rome. Les sources littéraires font d’ailleurs de lui une sorte de héros. Polybe et Tite-Live sont à la source de nos connaissances à son sujet, mais nous commençons par une étude plus générale. (295Cazeaux M., Massinissa comme modèle moral, dans Massinissa, p. 62-63 et 199-228. Le roi de Numidie a été utilisé comme exemplum par six auteurs qui ont écrit entre le Ier siècle av. J.-C. et le XIIe siècle apr. J.-C. Ils ont loué sa sobriété, son endurance, sa piété et même sa loyauté. Ils lui ont également prêté de l’ambition et de la méfiance. Il faut évidemment se méfier de ces jugements. (296Mastino A., Massinissa et la question des emporia, ibidem, p. 67-69 et 253-274. Polybe rapporte, au livre XXXI, comment Massinissa réussit à agrandir son royaume vers l’est en s’emparant des emporia vers 193 av. J.-C. Cette conquête renforça ses liens avec le monde hellénistique et lui permit de créer un véritable État. (297Fritzilas S., Res Africae. The Greek Historian Polybius of Megalopolis and Massinissa, the first King of the Numidians, ibidem, p. 64-65 et p. 229-252, propose une étude très chronologique. Polybe prétendait avoir rencontré le roi Massinissa et il a beaucoup parlé de ce personnage dans ses écrits. Ses informations concernent surtout les années 150-149, très importantes pour l’histoire politique et militaire de cet État. (298Cazeaux M., Massinissa, traître loyal : paradoxe d’une figure héroïque chez Tite-Live, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 299-306, étudie la construction en tant que héros littéraire du roi numide par Tite-Live, alors qu’il appartient au monde barbare. Le comportement de Massinissa se signale par son manque de maîtrise de soi, stéréotype attaché au peuple numide, déjà énoncé à propos de Syphax. Les Numides sont aussi sujets à la convoitise et ils manquent à la parole donnée. Mais, dans le récit livien, le roi est doté de deux qualités la uirtus et la fides, chères au mos maiorum et, paradoxalement, l’héroïsation du roi se fonde sur cette notion de fides au moment où il trahit le camp carthaginois. Salluste reste une source centrale, étudiée de près par (299) Löffl J., Negotiatores in Cirta. Sallusts Iugurtha und der Weg in den jugurthinischen Krieg, Berlin, 2014, 205 p., 2 index. Cette monographie est composée de trois parties : la première est une introduction, la seconde examine les sources de l’auteur, la dernière les aspects politiques plus que militaires du conflit, avec notamment une section dévolue à la guerre civile numide. L’a. étudie d’abord (ch. 1) la part de la construction littéraire et celle de la philosophie politique. La présentation historique du groupe social des negotiatores intervient assez tard et n’occupe qu’une faible partie du livre, mais elle est intéressante (ch. 2, p. 139-166) : des hommes d’affaires romains et italiques (de Campanie et d’Apulie surtout), clients de sénateurs romains et formant une sorte de « colonie » à Cirta, à côté des Grecs. Les stèles d’El Hofra en latin et en grec en sont les indices. Ils étaient proches des chevaliers romains d’origine italienne, tels Marius.

9L’épigraphie n’a mobilisé qu’une étude. (300Ghaki M., Dougga, le libyque horizontal et la punicisation, dans Africa (L’-) romana, XX, 1, p. 149-161, 4 fig. À l’époque royale numide, Dougga se distingue des autres villes africaines situées au contact de la civilisation phénico-punique : le libyque s’écrit horizontalement, ce qui est peu fréquent dans l’épigraphie libyque ; la cité possède une organisation administrative autochtone, peu punicisée, et construit le maqdeš ou monument dédié à Massinissa. La punicisation fut culturelle mais limitée, peut-être plus prononcée dans les pratiques funéraires. La numismatique, une fois n’est pas coutume, est mieux représentée. (301Deloum S., Essai de synthèse des trouvailles monétaires numides en Afrique du Nord, dans Massinissa, p. 81-83 et 357-386, ill., décrit quelques découvertes et montre que les dépôts monétaires numides sont difficiles à étudier parce qu’ils n’ont jamais été que sommairement décrits. Ce propos s’appuie sur plusieurs études. (302Soltani A., L’astre et le croissant dans l’iconographie monétaire des rois numides et maurétaniens (IIIème siècle av. J.-C.-1ère moitié du IIe siècle après J.-C.), dans Temps (Le-) et ses mesures, p. 95-104, 7 fig. L’a. s’interroge sur l’origine de la symbolique céleste sur les monnaies nord-africaines anciennes, leur inspiration cultuelle et temporelle. Elle fait l’inventaire des astres, globules, croissants et de leurs associations, et attribue la présence des globules sur les monnaies de Juba I à une influence lagide. Les globules en groupe se retrouvent souvent sur le monnayage de Syphax et on note une influence de Carthage ainsi que le rôle personnel des rois. (303Spoerri Butcher M., Le monnayage d’argent émis par le roi Juba II de Maurétanie. 1, Catalogue des monnaies datées, dans Schweizerische Numismatische Rundschau/Revue Suisse de Numismatique, XCIV, 2015, p. 33-82 et 20 pl. ill., rés. fr. et angl. p. 35, propose le premier volet d’une série d’études portant sur le monnayage de Juba II et de Cléopâtre Séléné afin d’en définir notamment la chronologie et d’apprécier le programme iconographique. L’a. a dressé le catalogue de toutes les émissions de monnaies d’argent du roi portant une date, à partir des dépôts conservés dans les musées et des catalogues de vente ; le corpus de Mazard (1955) continue à faire référence même s’il faut l’utiliser avec prudence. 607 monnaies sont recensées, réparties en 69 types émis en 20/19, puis de manière presque continue entre 5/6 et 23/24. Les photos sont d’excellente qualité. (304Suspène A., L’apport de la documentation numismatique à l’étude des Foreign Clientelae : le cas de Juba II de Maurétanie, dans Foreign Clientelae in the Roman Empire, édit. Jehne M. et Pina Polo F., Stuttgart, 2015, p. 185-206, 11 fig., analyse avec précision et recul le monnayage de Juba II du point de vue de l’iconographie et des caractéristiques techniques. Tout affirme un pouvoir fort et stable, adossé à la personnalité, à l’héritage et aux alliances du roi, ainsi qu’à la prospérité du royaume. Juba II fait montre d’une véritable expertise dans sa politique de la monnaie et se pose non pas en subordonné, mais en imitateur de Rome et en particulier d’Auguste. Tout en reconnaissant que la notion de clientela permet de rendre compte de l’établissement d’une relation symbiotique pérenne entre deux partenaires inégaux, l’a. insiste sur la pluralité des relations établies par les rois amici et socii avec Rome. Les monnayages de deux cités complètent le panorama numismatique. (305Amela Valverde L., La amonedación de Cartenna (RPC I, 884-885), dans Varia nummorum, IV, 2015, p. 135-138, ill. Des émissions monétaires de Cartenna (200 km à l’ouest d’Alger) ont été attribuées par erreur aux pompéiens d’Espagne. Le texte n’est rien moins qu’évident : m pomp m f vic q a f c exerc. L’auteur fait le point sur l’atelier de cette ville. (306Moreno Pulido E., Melqart-Herakles nella monetazione mauritana, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 821-834, ill., revient sur la question de l’identification de cette divinité sur les monnaies maurétaniennes, avec une attention particulière accordée au monnayage de Tingi. L’archéologie aboutit parfois à des apories, c’est le cas des deux articles suivants, sur un sujet similaire. (307Khelifa A., Où se trouve le tombeau de Massinissa ?, dans Massinissa, p. 75-77, pose la question et ne donne pas la réponse. Hélas ! (308Ferroukhi M., Pour une reconsidération du mausolée royal du Khroub dit « Massinissa », ibidem, p. 77-78, ill., constate qu’il y a un problème, mais ne donne pas la solution. Hélas encore ! (309) Hanoune R., Un marqueur de la construction numide : l’appareil à demi-blocs dans quelques sites du royaume de Massinissa, ibidem, p. 84-85 et 387-408, 10 fig. Cet appareil est réalisé à partir de deux parements séparés par un remplissage de cailloutis ou de « blocaille ». Il est attesté à Bulla Regia, Simitthus, Dougga, Zama Regia et Althiburos. Il date de l’époque numide et il a une origine hellénistique. (310Mebarrek-Slaouti T., Aspects socioculturels et religieux de la période de Massinissa fournis par quelques stèles libyques, puniques et néopuniques, ibidem, p. 79-80, insiste sur les influences culturelles qui ont contribué à la civilisation numide. Les considérations sur le cercle du Détroit ont nourri quelques études sur des sites maures. (311Bridoux V., Le Cercle du Détroit ou la question des relations entre les régions de l’Extrême-Occident, dans Le Cercle du Détroit, p. 73-82, rés. fr. et angl. p. 169, revient sur l’extension des territoires impliqués dans l’expression de Cercle du Détroit, et fait un tour d’horizon des données archéologiques disponibles pour la période préromaine. (312) Arharbi R. et Lenoir É., Banasa et les circuits commerciaux du Détroit aux IIIe et IIe siècles avant J.-C., ibidem, p. 83-90, rés. fr. et angl. p. 169-170. Le répertoire de la céramique commune et des amphores de Banasa est issu des fouilles réalisées dans le quartier sud où se localisent des ateliers de potiers ; il est identifié dans le niveau maurétanien 3, daté du IIIe siècle av. J.-C., comme celui qui fut découvert sur l’autre rive du détroit de Gibraltar dans la région de Cadix. À cette période, l’activité des ateliers de Banasa est importante, et le site apparaît bien intégré aux courant commerciaux et culturels caractérisant la zone du Détroit. (313Alaioud S.M., Review of Archaeological Researches on the Maure’s Period in Volubilis, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1023-1034, ill., passe en revue les constructions de Volubilis datées, par les archéologues, de l’époque maurétanienne.

Bibliographie

10Voici le colloque qui a réuni de nombreuses contributions sur Massinissa, mais de qualité inégale. (314Massinissa : Massinissa, au cœur de la consécration du premier État numide. Actes de [sic] colloque international. Centre culturel « M’Hamed Yazid », El Khroub-Constantine, du 20 au 22 septembre 2014, Alger, 2015, 437 p. en fr.-79 p. en arabe, ill. Ce colloque avait pour fonction de rappeler la grandeur d’un héros de l’histoire nationale algérienne, « source d’inspiration pour la politique étrangère algérienne » (p. 21). Deux articles ont fait chacun en une page le tour de la question sur le royaume de Massinissa. (315Laporte J.-P., La construction de l’empire de Massinissa (238-148 avant J.-C.), ibidem, p. 60-61, et (316Bennour K., Le gld masnsn, l’image d’un grand roi numide d’après les données archéologiques et épigraphiques et sa politique d’ouverture sur la culture punique et hellénistique, ibidem, p. 66-67. Si Massinissa n’a pas méprisé la culture hellénistique, il a davantage privilégié l’apport punique. Son grand adversaire était également présent dans une autre publication. (317Gozalbes Cravioto E., Sobre el rey Sifax de Numidia, dans Studia Historica. Historica Antigua, XXXIII, 2015, p. 69-96. Trois grands royaumes africains ont joué un rôle dans la deuxième guerre punique. Le plus puissant était certainement le royaume masæsyle de Syphax. Mais ce souverain a été vaincu par la Numidie massyle de Massinissa. L’auteur étudie l’origine du royaume, son extension territoriale, son monnayage et son histoire. Plus généralement, (318Aït Amara O., Les armes de protection des combattants numides à l’époque de Massinissa, dans Massinissa, p. 69-70 et 275-340. La tradition gréco-romaine, tout en reconnaissant les mérites des Numides, leur attribue un armement médiocre. Pourtant, ils connaissaient et utilisaient surtout le bouclier (rond ou ovale), mais ils utilisaient moins le casque et la cuirasse. L’analyse se fonde sur l’étude des textes et sur une abondante iconographie. (319Crawley Quinn J. et McCarty M., Échos puniques : langue, culte, et gouvernement en Numidie hellénistique, ibidem, p. 55-57 et 167-198. Contrairement à l’opinion commune, la diffusion de la civilisation punique en Numidie après la destruction de Carthage en 146 fut un phénomène nouveau. Les auteurs étudient en particulier la multiplication des tophets et des cités à suffètes, ainsi que le recours croissant à la langue punique. Cette évolution répondait à des besoins locaux et ne traduisait pas une éventuelle « résistance » aux idées de Rome, d'autant plus que la Numidie n'était pas sous le contrôle de Rome. Et cette recension s’achève par le cas particulier du dernier royaume de Maurétanie. (320Bravo Jiménez S. et Fernández Uriel M.P., La presencia augustea en el Norte de Marruecos: las deductiones de Iulia Constantia Zilil, Iulia Campestris Babba y Iulia Valentia Banasa, dans Africa romana (L’- ), XX, 1, p. 739-747, 3 fig. Prenant comme point de départ la création de ces trois colonies à l’époque d’Octavien, l’article s’intéresse aux événements qui se sont produits dans le contexte nord-africain avant la création de la province de Maurétanie tingitane et évoquent notamment la question du transfert de la population de Zilil, p. 745.

D. La province d’Afrique

11Comme l’année passée, ce chapitre est d’une pauvreté insigne, avec trois titres, dont deux en épigraphie. (321La loi agraire de 643 a.u.c. (111 avant J.-C.) et l’Afrique. Présentation, essai de restitution (Lignes 43-95), traduction et notes, édit. Peyras J., Besançon, 2015, 141 p., 2 index. L’auteur donne ici le fruit des recherches qu’il mène depuis de nombreuses années sur ce texte difficile qui est, en quelque sorte, la « loi cadre » de la province d’Afrique républicaine. L’ouvrage est formé de deux parties. La Partie I, la plus longue, est une synthèse des questions soulevées par ce texte, autour de trois points : la terre, les hommes, le droit. La Partie II fournit le texte et sa traduction, accompagnés de nombreuses notes. L’ensemble offre un outil de travail indispensable à ceux qui s’intéressent à l’organisation du sol dans la province à l’issue de la colonisation gracchienne, en 123 (lex Rubria), et de la réforme de 111 (lex Baebia selon l’auteur). (322Zoia S., Rotture e continuità nel paesaggio epigrafico mediterraneo di età romana: un confronto, dans Africa romana (L’- ), XX, 2, p. 1541-1545. L’a. compare le paysage épigraphique de trois régions (Sardaigne, Bétique, Afrique proconsulaire) en arrivant à la conclusion qu’un siècle après la conquête, il n’y avait encore ni atelier épigraphique indépendant, ni trace d'épigraphie latine. (323Bonifay M. et alii, À l’origine des amphores romaines d’Afrique, II, dans Antiquités africaines, LI, 2015, p. 151, introduisent ce dossier qui fait suite à celui qui a été présenté en 2013 dans la même revue, p. 177-197 (B.A.A.A., XLVII [2013], 2019, nos 365 et 366) : il avait permis de démontrer que les amphores d’époque républicaine étaient produites dans le Nord-Est de la Tunisie et non en Tripolitaine, comme il était admis jusque-là.

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search