Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIX (2015)

 | 
Claude Briand-Ponsart
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Stéphanie Guédon
, 
et al.

II – L’Afrique et le monde punique, de la protohistoire au début du IIIe s. av. J.-C.

Texte intégral

1Ce chapitre est régulièrement moins fourni que ceux qui se rapportent aux périodes suivantes ; les recherches sur les sources en pâtissent notamment, mais les Généralités sont là pour y remédier en partie.

A. Sources

2Les travaux sur les sources littéraires, comme sur l’épigraphie et la numismatique, sont absents cette année, aussi passons-nous immédiatement aux études archéologiques, présentées par ordre chronologique des vestiges concernés. (265Voisin P., Le corps reconstitué et le temps retrouvé d’un Carthaginois, dans Le corps, édit. Guisard P. et Laizé C., Paris, 2015, p. 143-174. Dans cet article original, l’auteur cherche à reconstituer l’aspect physique d’un Carthaginois de l’époque préromaine. Après quelques considérations générales, qui recourent parfois à une bibliographie un peu ancienne, il examine un squelette trouvé sur la colline de Byrsa, un jeune homme dont le corps est en bon état de conservation ; le contexte archéologique permet de le dater des environs de 500 av. J.-C. Le recours à une dermoplasticienne, par ailleurs sculptrice-reconstructrice, Mme Élisabeth Daynès, a permis de rendre une silhouette et un visage au défunt. (266Sghaier Y., La nécropole punique d’El Mansourah à Kelibia (Cap Bon-Tunisie). Architecture, mobilier, pratiques funéraires, dans Revue Tunisienne d’archéologie, II, 2015, p. 7-44, 7 fig., rés. fr. La plupart des tombes, au nombre de vingt-huit sur les deux secteurs étudiés, datent du IVe s. à 264 av. J.-C. Le matériel céramique est abondant. Il s’agit d’importations en provenance de l’Attique au IVe s. av. J.-C., de Sicile au IIIe s., puis d’amphores gréco-italiques. L’importance des imitations montre le goût des habitants et l’ingéniosité des artisans puniques. Deux types de tombes coexistent. 21 possèdent un puits avec un escalier et un couloir d’accès ; elles sont typiques du monde funéraire punique et offrent des ressemblances avec celles du cap Bon, non sans quelques particularités : deux montants encadrant l’escalier, des rebords en saillie sur les baies d’accès, des banquettes interpariétales, la présence de motifs décoratifs. Deux fosses peuvent être des ustrina. L’inhumation et la crémation se côtoient et les nombreuses offrandes alimentaires sont à relier à la prospérité de Kelibia. (267Tang B., Decorating floors: The tesserae in-mortar technique as a Mediterranean phenomenon in housing in Carthage and beyond, dans Housing and habitat in the ancient Mediterranean: cultural and environmental responses, édit. Di Castro A.A. et Hope C.A., collab. Parr B.E, Louvain (Bulletin Antieke Beschaving, Supplément, 26), 2015, p. 31-46 ill., plans. L’étude technique et stylistique des sols en mosaïque s’appuie sur les cas de Carthage et de l’Afrique du Nord punique et romaine, entre la fin du IVe siècle et le début du IIe siècle av. J.-C. (268Pompianu E., La necropoli di Villamar nel contesto della presenza cartaginese nella Marmilla, dans Africa romana (L’-), XX, 3, p. 1795-1806, rés. ital., 3 fig., analyse le matériel retrouvé dans une tombe hypogée (T 19) de la nécropole punique de Villamar. La chambre était destinée à un seul corps, déposé dans le troisième quart du IVe siècle av. J.-C. La forme et l’origine principalement attiques des objets montre l’adhésion culturelle à une koinè méditerranéenne fortement hellénisée. Enfin, à la croisée de plusieurs sources, (269Bernardini P. et Ibba A., Il santuario di Antas tra Cartagine e Roma, dans Sacrum Nexum. Alianzas entre el poder político y la religión en el mundo romano, édit. Cabrero Piquero J. et Montecchio L., Madrid-Salamanque, 2015, p. 75-109. Ce travail très érudit présente une synthèse sur l’histoire de ce sanctuaire situé dans le Sud-Ouest de la Sardaigne : on y vénérait une divinité sarde (VIe s.) puis le dieu punique Sid (Ve-IVe s.) ayant des fonctions thaumaturgiques et salvifique, avec le Sardus Pater. La zone présente des dépôts de fer et de plomb qui ont attiré l’attention des Carthaginois.

B. Bibliographie

3Toujours pauvre, cette section l’est également cette année puisqu’elle se limite à trois titres. (270Sánchez Sanz A., Qart Hadast. El imperio cartaginés hasta la Primera Guerra Púnica, Saragosse, 2015, 144 p. C’est un livre de vulgarisation de bonne tenue, sans notes et sans précision sur la provenance des illustrations. Il évoque l’arrivée des Phéniciens et la lente constitution de la puissance carthaginoise jusqu’à la première guerre punique. (271Mederos Martín A. et Escribano Cobo G., Comercio no presencial de oro y escalas en islas de fenicios y cartagineses en la costa atlántica norteafricana, dans Rivista di Studi Fenici, XLIII, 2015, p. 103-144. Cette étude, fondée sur les sources écrites et archéologiques, s’intéresse aux modalités du commerce maritime carthaginois de l’or aux VIe-Ve siècle av. J.-C., et impliquant la côte africaine atlantique et les îles au large. Ce commerce remonte à la présence phénicienne en Occident. (272Njim A., La cosmogonie étrusque, libyque et punique, dans Massinissa, p. 51-52 et 117-136, fait intervenir Adam et Ève dans le dossier ; il commente le récit qui nous les fait connaître et il présente un vase trouvé à Chypre sur lequel deux femmes flanquent un palmier ; il ressemble à un autre vase trouvé à Carthage. La question du devenir de l’âme après la mort et le thème du déluge sont enfin abordés. Ce panorama veut montrer que les Libyco-Numides avaient élaboré une religion qui reprenait les thèmes répandus autour de la Méditerranée.

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search