Version classiqueVersion mobile

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIX (2015)

 | 
Claude Briand-Ponsart
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
Stéphanie Guédon
, 
et al.

I – Généralités

Texte intégral

1Ce chapitre, toujours très abondant, doit être complété par les études présentées pour chacune des périodes considérées.

A. Sources

2Les sources littéraires se rapportant à une période précise seront évoquées à leur emplacement chronologique. Selon l’usage de la B.A.A.A., la présente rubrique est ouverte par la recension des études dédiées à la géographie historique, à laquelle un colloque a été dédié cette année. Fait très inhabituel, la section sur les sources littéraires se concentre sur les titres de géographie historique, ce qui témoigne de l’intérêt croissant pour ce domaine de recherches. Les études générales sur la littérature n’ont pas, quant à elles, concerné de manière assez intéressante nos territoires pour mériter d’être mentionnées. Commençons par les titres relatifs aux géographes eux-mêmes. (10Mederos Martín A., La exploración del litoral atlántico norteafricano según el periplo de Hannón de Cartago, dans Gerión, XXXIII, 2015, p. 15-45. D’après l’a., ce texte n’a aucune prétention littéraire ; c’est simplement un périple. Le voyage n’a été effectué qu’avec deux ou trois bateaux et peu de personnel ; les navigateurs ont évité de rencontrer les indigènes. Un volcan les a effrayés ; ajouté à cette peur, le manque d’eau et de vivres les a contraints à revenir. L’auteur suit leur progression et il pense qu’ils n’ont pas dépassé la limite septentrionale du Sahara. (11Panichi S., La geografia nella Biblioteca di Diodoro, dans Geographia Antiqua, XXIII-XXIV, 2014-2015, p. 75-83. Les six premiers livres de la Bibliothèque historique sont saturés de géographie, mais la Libya n’y occupe qu’une place très réduite : Diodore a en effet puisé son matériau dans des sources hellénistiques préoccupées de légitimer les prétentions des Séleucides et des Ptolémées. Les mythes relatifs à l’Afrique sont insérés dans un rapide cadre ethno-géographique (III, 49-51) centré sur Cyrène et les deux Syrtes puis sur le phénomène des mirages ; Diodore s’étend ensuite longuement sur le premier royaume des Amazones qui était voisin du mont Atlas (III, 52-55), puis sur les Atlantes et leurs mythes (III, 56-61). Une seule traduction et une seule édition scientifique nous intéresseront cette année, toutes les deux sur Strabon. (12The Geography of Strabo: An English Translation, with Introduction and Notes, édit. Roller D.W., Cambridge/New York, 2014, XV-891 p., ill., cartes, index (p. 811-891). Cette énorme entreprise est la première traduction anglaise depuis celle, désormais vieillie, de la collection Loeb ; elle est réalisée à partir de l’édition de référence de S. Radt (2002-2011) et sera très utile à tous. (13Estrabón, Geografía. Libros XV-XVII, introd., trad. et notes de García Alonso J.L., De Hoz García-Bellido M.-P. et Torallas Tovar S., Madrid (Biblioteca clasica Gredos, 415), 2015, 568 p., cartes, index. L’édition scientifique de Strabon dans la collection espagnole s’achève avec ce volume. (14) Aujac G., Strabon, un géographe au service de la politique, dans Geographia Antiqua, XXIII-XXIV, 2014-2015, p. 211-215, souligne que l’œuvre de Strabon, malgré ses déclarations, ne pouvait être très utile aux gouverneurs de provinces. Concernant Pline l’Ancien, nous notons une réflexion méthodologique avec (15Desanges J., Pline l’Ancien géographe : éditer, traduire, commenter, dans Bulletin de la Société des Antiquaires de France, 2010 [2015], p. 25-54, qui revient, au cours de ses démonstrations relatives au travail éditorial, sur les passages de Pline qui concernent l’Afrique antique, et en particulier sur les notions d'orientation dans l'espace. (16Id., L’Afrique dans les Ethnika de Stéphane de Byzance, dans Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 2008 [2015], p. 122-123. Ce traité, écrit vers 540, aurait des sources diverses. En réalité, l’auteur n’en a utilisé qu’une partie. Des études transversales concernent aussi la géographie historique. (17) Segalas R., L’espace désertique africain : un exemple des perceptions romaines du monde et de l’humanité, dans L’espace dans l’Antiquité, édit. Voisin P. et De Béchillon M., Paris, 2015, p. 227-253, examine les descriptions du désert africain dans la littérature latine entre le IIIe s. av. J.-C. et le Ve s. apr. J.-C. Il est construit comme un espace repoussant, en marge de la civilisation. (18Abid M., Les noms des montagnes en Afrique romaine d’après les sources littéraires et épigraphiques, dans Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, p. 17-36, dresse la liste, par ordre alphabétique, de 69 monts africains connus par les sources littéraires depuis Hérodote jusqu’à Procope de Césarée, la principale étant Ptolémée, ainsi que par de rares sources épigraphiques. L’a. propose aussi quelques commentaires d’ordre onomastique et toponymique. Nous poursuivons avec une monographie et avec le colloque mentionné ci-dessous et par des travaux qui croisent des documents de nature diverse. (19Roller D.W., Ancient geography. The Discovery of the World in Classical Greece and Rome, Londres, 2015, VIII-294 p., cartes, index, dresse un panorama chronologique en dix chapitres de l’évolution des connaissances en matière géographique depuis la fin de l’époque classique en Grèce jusqu’à l’époque romaine tardive. Il reconnaît la dette que l’on doit spécialement aux Phéniciens et aux Carthaginois. Il considère avec raison que beaucoup de ceux que nous sommes habitués à considérer comme des « géographes » étaient également des historiens (Strabon, Pline l’Ancien notamment) et vice versa, mais sans mener une analyse approfondie des relations entre les deux domaines de savoirs. (20Géographie historique du Maghreb antique et médiéval. État des lieux et perspectives de recherches. Actes du colloque international du laboratoire de recherche « Occupation du sol, peuplement et modes de vie dans le Maghreb antique et médiéval », Sousse, les 14, 15, 16 mars 2014, édit. Mrabet A., Sousse, 2015, 315 p. en français, 118 p. en arabe, ill. Dans ce volume, dix-sept articles concernent l’Antiquité, avec une prédilection pour le Sud tunisien, qui s’explique par la localisation du laboratoire organisateur du colloque, ce qui n’empêche nullement d’autres régions de l’Afrique du Nord d’être présentes. Deux thèmes principaux y sont abordés : les questions de toponymie et celles des territoires et de leurs frontières. Nous présentons ici les articles qui relèvent de la géographie historique au sens strict du terme. Les premiers titres ont une portée générale, pour les autres, nous procéderons d’est en ouest et du nord au sud du territoire. (21Ben Baaziz S., La toponymie dans la carte archéologique, ibidem, p. 203-222. L’a., qui a participé à la conception et au lancement de cette entreprise fondamentale pour l’archéologie de la Tunisie, rappelle que la toponymie fait partie du patrimoine immatériel et constitue un élément identitaire. La carte a pour but d’inventorier l’ensemble des sites depuis la préhistoire jusqu’à l’époque contemporaine et constitue en tant que telle un instrument de connaissance. L’a. explique ensuite la méthode suivie pour la collecte, souvent difficile, et les problèmes rencontrés pour la transcription des noms arabes en caractères latins. Il plaide pour l’établissement d’une convention claire et officielle. Suit l’index des toponymes pour chaque carte. (22Aounallah S. et Ben Romdhane H., La toponymie de l’Afrique du Nord antique (Bilan des recherches depuis 1990), ibidem, p. 223-239, font le bilan des recherches en toponymie antique depuis la date indiquée. Plus de soixante toponymes, dont la liste et les références sont données, ont été révisés grâce aux sources épigraphiques et littéraires, dont la quasi-totalité concerne le territoire de la Tunisie actuelle. (23Ellefi M., Turris Tamalleni : essai de géographie historique d’une cité du Nefzaoua antique, ibidem, p. 299-315, 4 fig., essaie de préciser l’appartenance provinciale de Turris Tamalleni, située tantôt en Byzacène méridionale tantôt en Tripolitaine occidentale. Nœud routier important, poste militaire du limes Tripolitanus et municipe d’Hadrien, il semblerait que cette cité sur le territoire de la tribu des Nybgenii ait été située à l’extrême limite méridionale de la Byzacène. (24Brahmi M., Thiges et le castellum Thigensium, ibidem, p. 85-100, 9 fig., 1 carte. Lors d’une prospection sur la voie romaine reliant Capsa (Gafsa) à Tusuros (Tozeur), l’a. pense avoir reconnu le lieu de découverte de l’inscription CIL, VIII, 23166 = AE, 1991, 1627, et ainsi identifié le site de Hr Bou Gôra, à environ 40 km au sud-ouest de Gafsa. Un fortin antique, castellum Thigensiu, y est attesté. Ceci lui permet d’affirmer que la ciuitas de Thiges était bien située à Degache et qu’il existait bien deux entités distinctes, la ciuitas et le castellum, ce dernier ayant ici une fonction militaire. En dehors de ce colloque, l’intérêt pour la géographie historique a également mobilisé sur des territoires que nous abordons d’est en ouest et du nord au sud. (25Ben Abbes M., Le Jebel Oust et la vallée de l’oued Meliane : recherches toponymiques, dans Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, p. 43-52, 9 fig., essaie de reconstituer le nom antique du Jebel Oust à partir de nouvelles interprétations lexicales et sémantiques de quelques toponymes antiques et modernes de la basse vallée de l’oued Meliane. Puis l’a. s’interroge sur le nom du pagus des vétérans qui se disent Medelitani. (26Laporte J.-P., Apports récents à la géographie historique de l’Algérie, dans Géographie historique du Maghreb, p. 159-186. La contribution revisite les géographes antiques, notamment Ptolémée, la Table de Peutinger et le Géographe de Ravenne pour faire un bilan historiographique des villes ou des lieux antiques identifiés depuis quelques dizaines d’années. Il souligne aussi l’intérêt qu’offrent les sources arabes pour ces localisations et propose, à titre d’exemple, une annexe intitulée « À la recherche de Magganat El-Matahin (« des meules ») ou El-Maadin (« des mines ») », dans laquelle il suggère pour cette cité médiévale, dont l’emplacement reste controversé, le site de Morsott, qui possède de nombreux vestiges antiques. (27Ikherbane M.A., À propos du nom de Guelma, dans Africa Romana (L’-), XX, 1, p. 621-628. Malaca, Calama et Guelma dériveraient, selon l’auteur, du terme « berbère » qui désigne un point d’eau stagnante, un étang, un réservoir, un lac ou bassin : agelmim/aguelman, dont l’aire d’expansion est très vaste et la forme marocaine en serait la plus juste. Salluste l’évoquerait peut-être dans un passage relatif à un marécage (Jug., XXXVII-XXXVIII). (28M’Charek F., Identification et localisation de la tribu des Gurubissenses et du Mons Gurbessa en Numidie, dans Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, p. 37-42, 4 fig. L’a. relie la tribu et le mont mentionnés par Julius Honorius dans sa Cosmographia, à l’inscription ILAlg, II, 3, 7376, trouvée à une dizaine de km au sud de Constantine. L’article fait appel à des sources médiévales ; il propose d’identifier le mons Gurbessa au jebel Tagurbost et la gens Gurbessa à la tribu zénète des Banu Garmist sise en Maurétanie sitifienne. Ils doivent être différenciés des Gurubissenses mentionnés par Corippe, situés en Tripolitaine selon Y. Modéran. Ces hypothèses d’identification devront être confirmées. (29Guittard C., L’Aurès de Procope dans l’Afrique vandale : définition, délimitation, résistance (la bataille de Baghaï), dans Littérature, politique et religion, p. 53-63, examine les textes pour arriver à la conclusion que la notion d’Aurès reste floue dans la littérature antique. (30M’Charek A., Continuité de l’ethnonymie, continuité du peuplement au Maghreb, de l’Antiquité à nos jours : le cas des Avares (Haouara) et Dianenses ou Zanenses (Zanāta), dans Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2015, 1, p. 446-476, 5 fig., La proximité linguistique et géographique entre deux toponymes d’époques différentes, l’Auaritana prouincia et le Bilad Haouara, conduit l’auteur à proposer plusieurs hypothèses d’identifications, la principale étant celle des Auares (Haouara), non attestés jusque-là en tant que tels, qu’il associe à l’Auaritana mentionnée par Victor de Vita. Cette « confédération » comprendrait plusieurs tribus. La plus importante, les Vacamures, est surtout attestée dans les monts Nementcha et la région de Timgad, les Mallunenses sont localisables dans l’Aurès oriental. Suivent d’autres propositions de rapprochements, les Gemellenses avec les Gumlan ou Kamlan, les Bullenses avec une tribu qui s’appelait « Boll », les Dianenses ou Zanenses avec les Zanāta en bordure de la région du Hodna. (31Id., De Victor de Vita à Ibn Khaldun, pour l’identification de l’Abaritana prouincia avec le bilad Hawara des Aurès (résumé), dans Géographie historique du Maghreb, 2015, p. 83-84. Ce résumé de la communication précédente fournit une liste d’arguments qui conforte la théorie de J. Desanges selon laquelle l’Abaritana prouincia n’était pas une province administrative, mais le pays des Aurès. (32Hamdoune C., De Pline à la Notitia de 484 : toponymie et occupation de l’espace dans la moyenne vallée du Chéliff. État de la question, ibidem, p. 55-74. En croisant toutes les informations disponibles - archéologiques, épigraphiques et littéraires -, C.H. dresse un tableau nuancé de l’occupation des territoires dans la région mentionnée. Les cités romaines ou romanisées disposaient d’un vaste territoire dans la plaine ; des agglomérations secondaires sont parfois bien localisées ; les versants montagneux, où les structures tribales sont restées prédominantes, ont connu des influences romaines. On y retrouve, comme dans la plaine, la mainmise d’une aristocratie maure sur la terre avec de vastes domaines. (33Gozalbes Cravioto E., Cambio y continuidad en las poblaciones gétulas del Sur de la Mauretania Tingitana, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 749-757. Dans l’ethnographie de l’Afrique romaine, les Gétules étaient un peuple intermédiaire entre les tribus proches de la Méditerranée et les Éthiopiens. Peu connus, caractérisés par leur nomadisme, ils iccupaient les steppes et les marges du désert. Ils étaient formés de nombreux peuples qui ont eux-mêmes évolué : en Tingitane, les Autololes ont succédé aux Pharusii et aux Nigrites.

3La littérature classique a donné peu de titres cette année, mais l’un d’eux est important. (34Présence de la déclamation antique (controverses et suasoires), édit. Poignault R. et Schneider C., Tours, 2015, 495 p., réunit une partie des contributions issues d’un double colloque, à Clermont-Ferrand et Strasbourg, dont le second volume est paru en 2016. Celui-ci est consacré à l’étude des rapports qu’entretient la déclamation antique avec son temps ainsi qu’à sa diffusion et à sa réception jusqu’à nos jours. (35) Poignault R. et Schneider C., Avant-propos, ibidem, p. 7-16, présentent le thème de l’ouvrage et les études qui le composent. Les trois articles ici recensés concernent les époques tardive et vandale (M. Ribreau, A. Stoehr-Monjou, É. Wolff). Les auteurs classiques sont présentés par ordre chronologique. Hérodote a donné lieu à une double publication du même auteur. (36Herodoti Historiae, recognovit brevique adnotatione critica instruxit Wilson N.G., Oxford, 2015, 2 vol., XIII-879 p., index. Cette édition complète de l’œuvre d’Hérodote est appelée à remplacer celle de C. Hude (1906), révisée en 1920 et 1927. Elle est accompagnée par (37) Id., Herodotea. Studies on the text of Herodotus, Oxford, 2015, XXVI-202 p., index, sur la tradition textuelle, l’établissement du texte, et avec quelques éléments de commentaire. (38Lucan, Civil war, trad. Walters B., introd. Johnson W.R., Indianapolis (Ind.), 2015, XLVIII-266 p. (39) Ripoll F., Statius and Silius Italicus, dans Brill’s Companion to Statius, édit. Dominik W.J., Newlands C.E et Gervais K., Leyde/Boston, 2015, p. 425-443, examine les trois problèmes de l’interrelation entre les deux poètes, en s’intéressant surtout à Stace : leur éventuelle relation personnelle, l’époque de leur vie et, par voie de conséquence, leur influence mutuelle. (40Benoist S., Pline le jeune et Fronton, deux protagonistes d’un discours impérial en actes, dans Autour de Pline le Jeune. En hommage à Nicole Méthy, édit. Devillers O., Bordeaux (Scripta Antiqua, 74), 2015, p. 37-48, traite de la dénomination des empereurs et de leurs vertus à partir des correspondances et traités de ces deux auteurs de l’époque antonine - Fronton intéressera davantage les africanistes que Pline -, les seuls à avoir laissé une correspondance. Cette documentation permet à l’auteur d’analyser l’évolution de la représentation et de la célébration du pouvoir impérial. Quelques études chrétiennes à caractère général achèvent la rubrique sur les sources. (42Märtyrerliteratur, édit. Seeliger H.R et Wischmeyer W. (introduction, traduction et commentaire), Berlin, 2015, XIII-556 p., 4 index. Cette anthologie réunit cinq textes grecs, six en latin et deux dans les deux langues. Nous concernent les actes des martyrs scillitains et ceux des martyrs d’Abitina. L’introduction porte sur les caractéristiques de la littérature martyriale et sur l’époque des persécutions ; les textes sont repris de très bonnes éditions, assortis d’une traduction en allemand, et précédés d’une courte traduction. (43Dulaey M., L’histoire de David lue par les écrivains des premiers siècles chrétiens. (II) Le roi sans terre persécuté, dans Revue d’études augustiniennes et patristiques, LXI, 1, 2015, p. 1-39, poursuit son enquête (premier volet en 2014, B.A.A.A., LXVIII [2014], 2020, n° 550) en s’intéressant à la manière dont ces auteurs ont lu 1 Sm 19-30. Ces chapitres du 1er livre de Samuel correspondent à la fuite, à l’exil et à la vie errante de David au désert. Augustin d’Hippone occupe une place de choix, aux côtés de Tertullien, Optat de Milev, Quodvultdeus de Carthage, Verecundus de Junca et Primasius d’Hadrumète, outre un passage d’un traité anonyme De rebaptismo faussement attribué à Cyprien et assignable à l’Afrique du milieu du IVe siècle. (44Ead., L’histoire de David lue par les écrivains des premiers siècles chrétiens. (III) Heurs et malheurs d’un roi, dans Revue d’études augustiniennes et patristiques, LXI, 2, 2015, p. 197-237. Le troisième volet de cette enquête s’intéresse au règne de David, devenu roi d’Israël, et de Juda après la mort de Saül. Les auteurs sont les mêmes que dans l’article précédent, à l’exclusion d’Optat de Milev. L’a. souligne également l’intérêt de deux homélies africaines anonymes - la première peut-être due à un évêque donatiste des premières décennies du Ve siècle et la seconde faussement attribuée à Fulgence de Ruspe - qui fustigent en termes particulièrement durs la conduite d’Absalon, ce fils de David qui s’était révolté contre son père. (45) Pavarani C., Letteratura e medicina. Percorsi di una metafora nella tarda Antichità latina (IV-VI sec. d.C.), dans Culture and Literature in Latin Late Antiquity. Continuities and Discontinuities, édit. Moretti P.F., Ricci R. et Torre C., Turnhout, 2015, p. 163-179, rés. angl., s’intéresse aux métaphores médicales dans la poésie tardo-antique, dont Claudien, Dracontius et Corippe.

4À la rareté des études littéraires répond la pauvreté des travaux en numismatique, avec un seul titre général. (46Ben Hadj Naceur-Loum Z., Trente ans de numismatique maghrébine : quel bilan et quelles perspectives ?, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1063-1068, évoque les problèmes rencontrés par la discipline, qui ne sont pas nouveaux.

5Les travaux sur les sources épigraphiques ont concerné d’abord des langues rares, mais la moisson est bien entendu plus étoffée pour les textes latins. Commençons par un panorama général, d’une grande utilité, (47The Oxford handbook of Roman Epigraphy, édit. Bruun C. et Edmondson J.C., Oxford/New York, 2015, XXXIV-888 p., ill., cartes, 2 index. Aucun chapitre de ce bilan très complet sur l’épigraphie latine n’est dévolu à l’Afrique, qui s’invite cependant tout au long du volume. Le libyque et son héritier, le touareg, ouvrent la voie, l’un par un article général, l’autre par un ouvrage de synthèse. (48) Fentress E., La linguistique et son rapport avec l’histoire et précisément le rapport entre Gétules et Numides, dans Massinissa, p. 52-54 et 137-166. La « glottochronologie », science qui a émergé ces dernières années, s’est particulièrement attachée aux diverses branches de la famille afro-asiatique (ou « afrasienne »). La plus ancienne langue du Maghreb pour laquelle nous ayons des informations se placerait entre le troisième et le second millénaire av. J.-C. Dans les environs de 1000 à 800 av. J.-C., plusieurs parlers sont attestés depuis Siwa jusqu’à la Kabylie ; la séparation entre celui qui était en usage chez les Gétules et celui que pratiquaient les Numides se placerait vers 500/400 (49Casajus D., L’alphabet touareg : histoire d’un vieil alphabet africain, Paris, 2015, 253 p., retrace l’histoire d’une écriture africaine millénaire dont la graphie se combine avec le mystère de son origine, de son évolution et de sa survie jusqu’à nos jours. Le livre s’articule en trois parties, avec, tout d’abord, un rappel de la période antique, où est évoquée l’écriture des inscriptions bilingues punico-libyques de Dougga. Aujourd’hui, dans le Hoggar, quelques-unes de ces lettres libyques se retrouvent dans les inscriptions rupestres. L’auteur se penche ensuite sur la question de l’emprunt de ces caractères aux Phéniciens à une époque reculée et à leur évolution. La troisième partie traite de la période contemporaine. (50Sfaxi I., Expériences de traduction dans l’univers libyque : l’apport des inscriptions bilingues, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1341-1358. L’étude de plusieurs inscriptions bilingues lybique/latin démontre que le libyque oriental avait adopté une dimension urbaine et semi officielle tandis que le libyque occidental maintenait son caractère rural. (51Rodrigue A., Inscriptions libyco-berbères inédites dans le Sud marocain, dans Ikosim, IV, 2015, p. 139-144, ill. Cinq sites ont livré des textes intéressants, datés d’après la tradition des préhistoriens de la période qui va du IIe siècle av. J.-C. au Ier apr. J.-C. La section dévolue au punique se réduit à deux titres, dont le premier est magistral. (52Stèles à inscriptions néopuniques de Maktar, 1. Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, LI, Corpus des Antiquités phéniciennes et puniques, édit. Fantar M.H. et Sznycer M., texte révisé, complété et mis en forme par Bron F., avec des contributions de Picard C. et Fauveaud C., une préface de Robin C., Paris, 2015, 150 p., 30 pl. Cet ouvrage tant attendu rassemble les 97 stèles inscrites de la documentation maktaroise, à l’exception de celles remployées dans les soubassements de l’arc de triomphe romain (à paraître dans un second volume). Après un historique des découvertes de ces stèles, s’ouvre le catalogue proprement dit des inscriptions, classées en quatre catégories (inscriptions votives, inscriptions funéraires, inscriptions trouvées dans le « Temple d’Apollon », stèles et fragments de stèles). Il est complété par une étude iconographique de la main de C. Picard et par un tableau des correspondances de C. Fauveaud. Présentant des inscriptions inédites, mais également des lectures plus précises ou plus complètes d’inscriptions déjà connues, cette parution fournit un ouvrage de référence incontournable en la matière. (53Campus A., L’Africa romana per l’epigrafia punica: trent’anni di ricerche, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 947-954, fait le point des études publiées dans ce domaine dans les volumes de L’Africa romana. Le grec est également présent avec deux contributions. (54de Vos Raaijmakers M. et Pepe C., A New Funerary Epigram of a Syrian Migrant near Thugga (Africa Proconsularis), Tunisian Tell, dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 194, 2015, p. 73-79. Les auteurs présentent une épigraphe funéraire grecque restée inédite et découverte sur le site de Dougga. Le défunt était d’origine syrienne et eut, semble-t-il, pour profession, l’enseignement dans la cité africaine. La datation reste difficile à établir, entre le Ier et le IVe siècle apr. J.-C. (55Curbera J., The Jews in North Africa. Five notes, dans Arctos, XLIX, 2015, p. 25-32. L’auteur revient sur cinq documents, dont trois déjà publiés : une épitaphe de Carthage (CIL, VIII, 14191 = ILTun, 948), qui pourrait être une transcription du grec (Quira/painton pour Κυρὰ Πάντων) et signifier « maîtresse de tout » ; une de la nécropole juive de Gammarth (SEG, 18, 775 x), où Νευθηνός pourrait être l’ethnique d’une cité africaine (Nefta/Nepta ou Lepcis Magna, Νεβδηνοι, variante de Lebdeni) ; une de Cuicul (ILAlg., II, 3, 7828), qui désignerait un dignitaire religieux au lieu de l’empereur Gordien III, suggéré par Mommsen. Le quatrième paragraphe étudie le nom de l’archi-synagogue Budarius qui figure dans la Passion de Marciana ; le dernier concerne la Cyrénaïque. Les travaux sur l’épigraphie latine se déclinent en plusieurs catégories, et nous commencerons par les thèmes généraux ou les bilans à l’échelle d’une région, puis les études plus locales. (56Solin H., Analecta epigraphica, ibidem, p. 95-267. Il est toujours utile de consulter les précisions qu’apporte ce savant sur les cognomina au fil des numéros. Seront particulièrement utiles les listes, p. 216-256, qui donnent les références pour les volumes depuis 1998. (57Hanoune R., Le temps dans l’Afrique romaine d’après le dossier épigraphique, dans Temps (Le-) et ses mesures, p. 181-188. L’enquête n’utilise que de rares textes et trouve son point de départ surtout dans des références données par J.-M. Lassère dans son Manuel d’épigraphie. Elle aborde divers domaines : horologia, durée de la vie, précision chronologique, computs officiels, sentiment personnel de la durée. (58Saastamoinen A., Roman Building Inscriptions as Historical Sources: Methodological Questions and Reflections, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 445-465, 1 fig. L’article est centré sur les informations que les inscriptions de constructions de bâtiments peuvent offrir à partir de trois points de vue : les indications sur les individus, les données obtenues en les analysant en groupe, les inscriptions en tant qu’indices de la prospérité urbaine en fournissant quelques indications chiffrées. (59Id., Visual Language of Latin Buildings Inscriptions. The case of North Africa, dans Arctos, XLIX, 2015, p. 135-160, étudie la mise en page d’un millier d’inscriptions gravées sur les monuments de l’Afrique du Nord. Le plus souvent, une moulure ou une frise délimite le texte jusqu’au IVe siècle, puis cette disposition tend à disparaître. Les inscriptions sont « justifiées », parfois avec quelques variations dans les premières lignes, ou alignées à gauche. La première ligne, qui est réservée aux divinités, aux empereurs ou plus rarement au nom de la ville ou d’un notable, présente la plupart du temps une hauteur de lettres plus grande. Si, au contraire, c’est la dernière, elle contient des informations intéressantes. L’auteur pense que ces textes jouaient un rôle aussi bien décoratif qu’informatif. (60Blonce C., Arcum cum statua : les dédicaces des arcs monumentaux dans leur contexte, dans Kentron, 2015, p. 141-162, 3 fig. Dans un article qui convoque largement la documentation africaine, l’auteur montre que les dédicaces des arcs monumentaux se trouvent au centre d’un double dialogue, avec, d’une part, le décor statuaire et figuré de l’arc et, d’autre part, l’espace urbain. Le soin apporté à la visibilité du texte, associé à l’axialité du monument, indique que ces dédicaces sont destinées à être lues par les passants. Le mot statua semble avoir désigné la statue ou le groupe statuaire disposés sur l’attique de l’arc, et non les statues pouvant être placées dans des niches sur les façades ; les autres éléments du décor sont couramment désignés par le terme ornamenta et le décor enrichit le texte, souvent très concis. (61Mansouri K., L’offrande des spectacles en Numidie à travers l’épigraphie, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1439-1465, présente une synthèse sur l’évergétisme des jeux en Numidie à partir des inscriptions (celles-ci mentionnent 33 actes d'évergésie ayant permis de financer 61 spectacles). (62Naït Yghil F., Évergétisme et loisirs en Afrique Proconsulaire : à propos des epula, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 539-567, 4 fig, évoque rapidement deux types de banquets, annuels et occasionnels, ainsi que deux mosaïques les représentant. Une liste de quatre-vingt références épigraphiques complète cet article qui ignore malheureusement celui de C. Hugoniot sur le même sujet (B.A.A.A., XL [2006], 2013, n° 532). (63Magioncalda A., Africani nel segretariato ab epistulis, ibidem, p. 1427-1438, commente la carrière de divers personnages équestres d’origine africaine, qui appartenaient au service ab epistulis de Rome : C. Suetonius Tranquillus, Sex. Cornelius Repentinus, Sex. Caecilius Crescens Volusianus, un anonyme d’Hippo Regius (AE, 1954, 141), Vitrubius Secundus, Q. Marcius Dioga, et un anonyme de Thuburnica (ILAfr, 470). (64Kasdi Z., Les inscriptions impériales de Maurétanie Césarienne et Stitifienne : aspects d’une continuité épigraphique, ibidem, p. 1475-1490, étudie les 162 inscriptions relatives aux empereurs et aux membres de leur famille (Néron-Valentinien II), connues dans les deux provinces concernées. (65Alonso Alonso MªÁ., Mujeres y praxis médica en el África romana: representación epigráfica y definición de competencias, ibidem, p. 1501-1509. Sur sept épitaphes africaines apparaissent les termes medica et obstetrix (CIL, VIII, 4896, 5155, 15593, 24679, 25394 ; AE, 1913, 107 ; AE, 1980, 936). L’a. conclut que ces femmes assuraient les mêmes soins, tous en relation avec la gynécologie. (66Chérif A., Note préliminaire sur le transfert des domaines agricoles en Afrique romaine à la lumière de données nouvelles, dans Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, p. 119-147, 10 fig. Ce gros article s’intéresse aux différentes formes de la mobilité foncière en Afrique – confiscations impériales, transferts de particulier à particulier, dons et legs à l’Église – à partir des sources épigraphiques. Après avoir recensé les domaines impériaux liés aux confiscations, l’a traite surtout des domaines privés, notamment le saltus Beguensis, et de l’identité de ses nouveaux propriétaires à la fin du IIe s., dont les initiales sont gravées sur les bornes de délimitation. L’abréviation QAF désigne très probablement Q. Anicius Faustus, mais la seconde abréviation, CMP fait débat : S. Sehili avait proposé C. Memmius Placidus (B.A.A.A., XLII [2008], 2014, n° 647), mais l’a. pense à C. Maesius Picatianus. Un autre transfert est attesté à Bir Tersas, dont deux propriétaires sont connus : l’un à l’époque sévérienne, C. Passienius Septimus, l’autre entre la fin du IVe et le début du Ve s. (67) Hamrouni M.R., Le réseau routier antique de Hadrumetum à Horrea Caelia, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 493-512, 16 fig. L’article se propose deux objectifs. Le premier consiste à effectuer une synthèse sur les découvertes à propos du réseau routier qui relie Horrea Caelia (Hergla) et Hadrumète ; le second cherche à établir le tracé des axes de l’arrière-pays septentrional d’Hadrumète en comparant les sites indiqués sur le segment VI de la Table de Peutinger aux découvertes archéologiques. L’auteur en conclut qu’il faut très vraisemblablement identifier Orbita avec Sidi Kantaoui et réviser la localisation de Gurza. (68Sparreboom A., Risks and Rivalry, Carthaginian Curse Tablets against venatores, ibidem, p. 317-325, étudie, à partir de sept tablettes de malédiction complètes et une fragmentaire contre des uenatores, trouvées dans l’amphithéâtre de Carthage, les émotions et les sensations de tous ceux qui étaient présents, non seulement celles des spectateurs mais aussi celles des uenatores eux-mêmes. (69Chérif A., Prospections archéologiques et découvertes épigraphiques dans la région de Bou Arada (Tunisie), dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1381-1414. Plusieurs inscriptions éditées ou inédites de la région de Bou Arada permettent de réaliser une étude onomastique ; l’a. en conclut qu’il ne faut pas sous-évaluer la présence, dans cette zone, d’habitants autochtones. (70Abid H., Hr. Ksar Bou Khriss : centre d’un domaine impérial méconnu ?, ibidem, p. 1415-1425, propose une nouvelle restitution du texte de l’inscription AE, 1980, 919, à partir des archives des Brigades topographiques (l.3 : ac[t(or)]), et suppose l’existence d’un domaine impérial. Et nous finirons par la confédération cirtéenne. (71Hamoum T., L’élite sociale de Thibilis “cité de la confédération cirtéenne” à la lumière de son épigraphie, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 591-602, 1 fig. L’examen des inscriptions de la cité permet de constater la formation d’une élite locale qui a joué un rôle certain dans la Confédération cirtéenne, dont dépendait Thibilis. Quelques personnalités ont même exercé de hautes fonctions au sein de l’Empire. Cependant, l’auteur commet des maladresses et certaines fonctions ne sont pas bien comprises. (72Briand-Ponsart C., Rusicade, la ville, le port et l’arrière-pays, dans Géographie historique du Maghreb, p. 29-42. Le port de Rusicade (aujourd’hui Skikda), en Numidie septentrionale, constituait le principal débouché de la région des Hautes plaines, notamment vers l’Italie. Les sources épigraphiques permettent de connaître l’origine des habitants. On constate que l’héritage campanien est fort visible dans l’onomastique, mais le dynamisme économique de la ville a attiré une population originale, indépendante de la colonisation sittienne, et ceci dès le IIe s. av. J.-C., dans laquelle les succursales des negotiatores ont joué un rôle majeur. (73Mansouri K., L’évergétisme et la transformation du paysage urbain d’une ville de montagne : Cuicul, dans Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, p. 149-165, 6 fig., 2 tableaux, décrit les transformations du paysage urbain de Cuicul sous l’effet de l’évergétisme à partir du corpus épigraphique. Elle relève trente-quatre indications d’évergètes privés, le plus souvent d’un montant modeste, et seize interventions municipales, mais qui ne prennent pas en compte l’ensemble des travaux effectués par la caisse publique.

6L’archéologie bénéficie, comme chaque année, d’un nombre important de publications : la présentation commence par les études générales classées par thèmes, suivies par les études de sites. Une série de publications intéresse les domaines religieux et funéraire, païens puis chrétiens. (74Companion (A -) to the Archaeology of Religion in the Ancient World, édit. Raja R. et Rüpke J., Malden (Ma)-Oxford, 2015, 520 p. L’ouvrage décline en une vingtaine d’articles diverses mises au point sur l’archéologie du rite, les espaces publics ou privés voués aux cultes, des pratiques corporelles, les sacrifices et les expériences des fidèles, les ustensiles et images liés aux cultes. Centré sur le monde gréco-romain, il laisse peu de place à l’Afrique et aux autres provinces. (75) Laporte J.-P., Stèles libyques et libyco-romaines de la Kabylie et évolution de l’encadrement des tribus dans l’Antiquité, dans La lingua nella vita e la vita della lingua. Itinerari e percorsi degli studi berberi, Studi africanistici, IV. Quaderni di Studi Berberi e Libico-berberi, édit. Di Tolla A.M., Naples, 2015, p. 73-84, 5 fig. Après avoir évoqué les anciens débats sur la datation de ces stèles, l’a. propose une chronologie depuis les IIIe-IIe s. av. J.-C. jusqu’aux IIe-IIIe s. apr. J.-C., fondée sur des critères stylistiques et épigraphiques. Elles offrent des témoignages d’un grand intérêt sur l’art local et la romanisation partielle des élites. Quelle que soit la période considérée, la mise en scène des chefs locaux reste identique. Rome les a utilisés, mais leur soumission n’a jamais été totale comme le prouvent les révoltes des IIIe et IVe s. (76D’Andrea B., Continuità e rottura in Nord Africa nel passagio dall’età punica all’età romana: l’esempio delle stele votive, tipologie formali, iconografie e iconologie, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 197-214, 8 fig. La chute de Carthage et la conquête de Rome constituèrent une rupture majeure qui entraîna de nombreux changements. Les stèles votives constituent une catégorie de matériaux privilégiés pour enquêter sur les évolutions et les continuités, en particulier celles qui furent dédiées à Baal Hammon et Tinnit dans la période punique et celles qui le furent à Saturne à l’époque suivante. Le principal élément de rupture est l’anthropomorphisation des dédicants et/ou des officiants et, dans un processus plus lent, de la divinité. Elle s’accompagne d’une plus grande variété du répertoire iconographique. À compléter avec (77Ben Abid L., Les scènes de sacrifice sur les stèles du Tophet de Sousse, dans Revue Tunisienne d’archéologie, II, 2015, p. 45-63, 8 fig., rés. fr. et angl., étudie un lot de stèles provenant du tophet de Sousse, en nombre réduit, du Ier s. apr. J.-C., qui portent des scènes de sacrifice nettement romanisées. Elles peuvent être plus ou moins considérées comme un indice de la romanisation de Baal dans cet antique comptoir phénicien et un indice de la modification des offrandes vers des libations. L’étude de la nécropole néopunique montre une augmentation de la population au Ier s. av. J.-C., qu’il faut sans doute relier à la prospérité du port. La question des restes humains n’est pas encore résolue. Le tophet, sans doute aménagé au cours du VIe s. av. J.-C., fut abandonné au cours du IIe s. apr. J.-C. (78Baratta G., Oggetti in piombo dalle province africane: riflessioni sui materiali votivi, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 899-910, ill. L’auteur présente une sélection d’objets votifs en plomb d’époque impériale, en particulier des miroirs dédiés à des divinités féminines, attestant de liens entre le Nord de l’Afrique et la Sardaigne. (79Drici S., Genèse et permanence des pratiques funéraires de la Préhistoire au monde antique en Afrique du Nord, dans Insaniyat, LXVIII, avril-juin 2015, p. 15-36, ill. Ce survol historique, destiné à un large public cultivé, présente brièvement les monuments et le matériel qui les accompagne ; il est illustré par quelques photographies et dessins et par une courte bibliographie. (80Bentivogli V., Mausolei romani dell’Africa Proconsolare. Distribuzione spaziale, tipologie architettoniche e rango sociale, dans Africa romana (L’-) XX, 3, p. 2139-2154, rés. ital., 6 fig., s’appuie sur l’inventaire élaboré par le « Projet de Gestion de la Tunisie », qui recense près de 400 mausolées en Afrique proconsulaire, connus par la bibliographie. Ces édifices sont situés principalement sur des hauteurs dans les zones rurales, où ils servent de marqueurs territoriaux, ou hors les murs près des centres urbains. La typologie architectonique montre une prédominance des mausolées à tour, bien que l’on trouve également des édifices à temple. Certains mausolées ont été transformés ultérieurement en fortins ou en bâtiments religieux. Les commanditaires ont généralement connu une ascension sociale les menant de l’armée au commerce. La majeure partie des mausolées date du règne des Antonins et des Sévères, apogée de l’intégration politico-culturelle des provinces. (81Buenacasa Pérez C. et Sales Carbonell J., ‘In nomine Domini ecclesia consecrata est’: Els nous espais cristians dins la ciutat clàssica (segles III-VII dC), Barcelone, 2015, 126 p., ill. Il s’agit d’un manuel d’archéologie chrétienne où l’on trouvera des références aux sources archéologiques et littéraires de l’Afrique. (82Bejaoui F., Les hautes steppes tunisiennes. Témoignages archéologiques chrétiens, Tunis, 2015, 201 p., 259 ill., plans, cartes. Dans cet ouvrage qui fera date, l’auteur apporte réellement du nouveau avec les dernières découvertes d’époque chrétienne. Il montre que le christianisme africain n’a pas été un phénomène uniquement urbain : il a également touché les campagnes, comme on le voit aussi bien dans les Hautes Steppes que dans le cap Bon. La présence de cette religion est attestée dans les environs d’Haïdra, de Medinet el-Kdima et de Sbeïtla. Sont présentés les édifices du culte avec leur architecture et leur décor, surtout des pavements de mosaïque, l’épigraphie avec quelques épitaphes inédites. Les églises rurales, avec souvent de beaux baptistères, tiennent une place importante dans cette étude qui s’achève avec quelques observations sur la permanence de l’occupation de plusieurs sites jusqu’au début de l’époque arabo-musulmane. Des instruments nouveaux, très « scientifiques », renouvellent les méthodes de prospections. (83Laporte J.-P., L’exploitation archéologique des vues satellitaires en Afrique du Nord (Algérie, Tunisie), dans Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 2008 [2015], p. 225-233, donne un cours d’utilisation de Google Earth et montre l’apport de ce nouvel outil ; il propose en particulier une liste d’une vingtaine de sites et commente quelques documents pour montrer comment procéder. (84Lapierre L. et alii, Projet de cartographie de l’Afrique antique sur système d’information géographique (SIG). Études de voies dans leurs environnements antiques, dans Géographie historique du Maghreb, p. 119-145, 25 fig. Le projet débute avec la numérisation de la carte Salama dans un SIG afin de bénéficier des fonctionnalités offertes par cet outil. La grande centuriation tunisienne et la voie d’Asprenas, qui s’inscrit dans le carroyage, sont prises comme exemples. Cette méthode, dont les résultats sont exposés et discutés, permet de proposer une méthodologie de recherche prédictive pour le tracé des voies romaines. Une première annexe donne le répertoire, mis à jour en 2014, des bornes de centuriation, une autre celui des milliaires de la voie d’Asprenas. (85Nasraoui K., Une recherche en sémiologie graphique pour la valorisation des sites archéologiques du secteur Thala-Haïdra (Tunisie centrale), dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 355-362, 5 fig., expose une méthodologie pour élaborer un type de cartes thématiques des vestiges archéologiques dans la région mentionnée. Ces cartes se différencient des cartes archéologiques traditionnelles, qualifiées de « cartes à lire », dont il faut lire la légende pour les déchiffrer. (86Ghozzi F., Collines et contrebas entre l’Antiquité et l’Antiquité tardive, étude géo-archéologique sur quelques exemples de sites du Nord-Ouest tunisien, dans Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, p. 167-194, 3 cartes, 21 photos, 13 tableaux. À l’aide d’une méthode de SIG dite « densité de Kernel », l’a. étudie huit sites localisés entre Tabarka et Vaga pour montrer qu’il est possible de visualiser ainsi le passage d’un habitat de plaine, correspondant au Haut-Empire, à un habitat de hauteur lié dans l’Antiquité tardive aux époques vandale et/ou byzantine. Deux travaux s’intéressent au paysage rural. (87Rind M., Die römische Villa als Indikator Wirtschafts- und Gesellschaftsstrukturen, Oxford (Archaeopress Roman Archaeology, 10), 2015, VI-286 p., 279 fig., présente les villas du monde occidental et leur environnement en six chapitres : Rhin-Danube, Gaule, Bretagne, Hispanie, Afrique (p. 201-220), Balkans. Le 7e chapitre est une analyse de synthèse ; le dernier chapitre est un long résumé en anglais, p. 249-258, qui reprend les principales conclusions de l’ouvrage. Les chapitres proposent chacun une synthèse de la question par région, les villas ne sont pas étudiées en détail. (88De Vos Raaijmakers M. et Attoui R., Rus africum III. La Via a Karthagine Thevestem, ses milliaires et le réseau routier rural de la région de Dougga et Téboursouk, Bari, 2015, 156 p., ill., cartes. Ce volume est le troisième - mais non le dernier - d’une série qui présente les résultats des prospections menées par l’Université de Trente et l’Institut national du Patrimoine de Tunisie, de façon intermittente entre 1994 et 2014. L’espace étudié est un territoire rural de l’Afrique proconsulaire (dans la moyenne vallée de la Haute Medjerda). Ce tome est dédié au réseau routier de l’époque romaine, en particulier la section concernée de l’axe Carthage-Tébessa. Il produit une abondante documentation archéologique, architecturale et épigraphique (pas moins de 111 milliaires sont répertoriés). Outre les découvertes récentes, de nombreuses données publiées à l’époque coloniale, notamment dans l’Atlas archéologique de la Tunisie, sont rééditées et reconsidérées. L’ensemble offre une synthèse appelée à faire référence sur les aménagements de transport et de commerce de cet espace rural. Viennent à présent les études fondées sur l’exploitation de la céramique, notamment en contexte maritime. (89De Salvo L., Riflessioni sull’attività commerciale mediterranea fra età imperiale ed età tardoantica, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1104-1118, propose un bilan de la recherche sur l’activité commerciale en Méditerranée sous l’Empire et jusqu’à la période tardo-antique, en répertoriant notamment les études d’archéologie subaquatique. Si l’Afrique est bien sûr mentionnée, le tableau ainsi dressé reste très général et offre avant tout une introduction à ce vaste sujet. (90Hanoune R., Des viviers de Carthage aux piscinae ou vivaria d’Afrique, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 341-354, 11 fig., s’interroge sur la rareté en Afrique de ces « structures à godets », en creux, présentant des amphores dans leurs parois. Destinées à conserver et élever du poisson, elles sont bien connues dans les domus aristocratiques en Méditerranée, notamment en Campanie, mais peu nombreuses en Afrique du Nord. Leur datation aussi pose problème, car les exemples trouvés s’échelonnent depuis la période tardo-punique jusqu’à l’Antiquité tardive, alors que ces structures ont été abandonnées depuis longtemps en Italie. (91Trakadas A., Fish-salting in the Northwest Maghreb in Antiquity, A Gazeeter of Sites and Resources, Oxford, 2015, XI-159 p., 129 fig., index, présente la documentation concernant la production et le commerce de salaison de poisson en Maurétanie tingitane entre la fin du VIe s. av. J.-C. et le VIIe s. apr. J.-C. Une première section offre une vue d’ensemble sur les produits, ainsi que les techniques, ressources et infrastructures associées. La deuxième section regroupe trois catalogues : les sites de salaison du poisson (ceteriae), les salines, et les fours à céramiques produisant les amphores. La dernière section expose les conclusions et met brièvement en perspective le commerce de la salaison de poisson à la lumière des évolutions socio-économiques et politiques régionales sur une période plus longue. Cette synthèse a été complétée depuis lors par la parution, de la même auteure, de In Mauretaniae maritimis: Marine Resource Exploitation in a Roman North African Province, Stuttgart, 2018, 667 p. Les titres suivants intéressent des territoires marqués par la présence punique. (92Bartoloni P., Le necropoli fenicie di Sulky 1: le collezioni private, dans Africa romana (L’-) XX, 3, p. 1781-1794, rés. ital., 30 fig., analyse des récipients funéraires provenant de deux nécropoles puniques de cette importante cité sarde. Ce travail complète les découvertes antérieures en rassemblant des objets disséminés dans des collections privées, principalement les collections Armeni, Giacomina, Senis et Solinas. (93Guirguis M. et Orquín R.P., Monte Sirai tra età punica e romana (IV-II secolo a.C.). Tra formazioni urbane e continuità culturale nella Sardegna di età ellenistica, ibidem, rés. ital., 7 fig. Le site de Monte Sirai documente largement la présence phénicienne et punique dans le Sud-Ouest de la Sardaigne entre le VIIIe siècle et les premières décennies du Ier siècle av. J.-C. À la suite de fouilles menées en 2012-2103, l’examen de nouvelles données relatives aux structures d’habitations de l’acropole, ainsi que du matériel qui y est associé, fait ressortir une véritable continuité culturelle entre la période punico-hellénistique et la période républicaine. (94Bechtold B., La produzione di anfore puniche della Sicilia occidentale (VII-III/II sec. a.C.), dans Carthage Studies, IX, Gand, 2015, 192 p., 49 fig., 14 tab., définit le répertoire typologique des amphores produites dans cinq cités puniques de Sicile tandis que le dernier chapitre propose une lecture historique de la circulation de ces artefacts. Le volume se termine avec les études de trois collaborateurs : (95) Montana G. et Randazzo L., ibidem, p. 118-146, tab., fig., proposent une synthèse sur la caractérisation archéométrique de la production d’amphores punico-siciliennes. (96) Schmidt K., ibidem, p. 147-153, présente les résultats de l’observation au microscope binoculaire des pâtes des amphores puniques de la Sicile occidentale. Les lampes sont bien représentées grâce au recueil de deux auteurs ; le premier en a livré d’autres déjà, en 2000 et 2007 (lampes d’Algérie). (97Bussière J. et Rivel J.-C., Répertoire de fleurons sur bandeaux de lampes africaines type Hayes II, Oxford, 2015, II-138 p. Fruit d'un travail de plus de dix ans, ce répertoire de 1383 fleurons sur bandeaux de lampes Hayes II (de l’invasion vandale à l’invasion arabe) marque une avancée significative par rapport aux onze répertoires existants. Les auteurs présentent leur classement alphanumérique et justifient leur choix de rendre les reliefs des dessins en noir et les creux en blanc contrairement à la convention qui, pour les dessins de décors sur céramique, inverse ces valeurs : les fleurons de lampes Hayes II, issus de moules d'appliques, sont en relief, et rendre leurs contours en blanc suppose nécessairement un trait de contour en noir qui prête souvent à confusion. Une base de données entrant plus de 5000 lampes Hayes II, dont les fleurons ont été identifiés grâce au répertoire, permet, en faisant jouer l'association des décors de disques avec ceux des bandeaux et avec les provenances, d'ouvrir des perspectives de recherches ultérieures sur les productions des grands ateliers tunisiens actuellement connus. Un ouvrage général consacré aux pierres ouvre la série des travaux portant sur les documents fabriqués dans ce matériau. (98ASMOSIA X : Interdisciplinary Studies on Ancient Stone. ASMOSIA X. Proceedings of the Tenth International Conference of ASMOSIA, Association for the Study of Marble & Other Stones in Antiquity, Rome, 21-26 May 2012, édit. Pensabene P. et Gasparini E., Rome, 2015, XII-1055 p., ill. Cet ouvrage en 2 volumes est composé de 8 parties : usage du marbre, provenance des matériaux dont le marbre et les autres pierres, méthodologie et bases de données sur les techniques d’identification de provenance des matériaux, carrières et géologie, propriétés des pierres, effets climatiques et restauration, pigments et peinture sur marbre, ordres, répertoires et signification du marbre dans les contextes publics et domestiques de l’Antiquité jusqu’aux périodes post-antiques. Plusieurs articles ont été recensés dans cette B.A.A.A. La sculpture est représentée par un article à portée générale et par des études plus spécialisées. (99Baratte F. et Chaisemartin N. de, North Africa, dans The Oxford Handbook of Roman Sculpture, édit. Friedland E.A., Sobocinski M.G. et Gazda E.K., Oxford, 2015, p. 522-537, 5 fig. L’article fait le point sur l’état des connaissances dans ce domaine en Afrique du Nord à l’époque impériale. Un des points fondamentaux à retenir est la dichotomie qui existe entre des sculptures décoratives importées et la production locale à destination votive et/ou funéraire. Jusqu’au début du IIe siècle, la sculpture ne se développe guère, exception faite en Maurétanie, sous l’influence de Juba II. On note aussi des relations entre le monde hellénistique et les territoires punico-numides. La première partie, qui traite des matériaux, des ateliers et de la production, précède un bilan sur la sculpture gréco-romaine, les sculptures religieuses et mythologiques et les reliefs monumentaux. Les paragraphes sur le portrait, les sarcophages et la sculpture funéraire soulignent les particularités africaines. Inscriptions et documents littéraires attestent le maintien d’une production abondante au IVe siècle, mais celle-ci diminue aux siècles suivants en raison des problèmes économiques et sociaux, de l’arrivée des Vandales, de l’expansion du christianisme et de l’évolution des goûts, notamment à l’époque byzantine. L’abondante bibliographie jointe à cet article sera d’une grande utilité aux spécialistes comme au lecteur érudit. (100Herrmann Jr J.J., Numidian-Mauretanian Acanthus Decoration in Algeria, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 613-619, 7 fig. Dès le IIe siècle av. J.-C. des feuillages apparaissent sur des piliers et des chapiteaux éoliques et corinthiens en Numidie et en Maurétanie. La qualité d’exécution est excellente et les dessins originaux. Dans un certain nombre de cas, les formules se sont perpétuées sans grandes modifications sur de longues périodes. Une rupture survient avec l’introduction du marbre de Carrare à l’époque augustéenne. (101Cadenas González A., Análisis y desarrollo del retrato romano en las provincias romanas desde época post Severiana hasta la invasión vándala. Confluencía con el limes y herencia indígena, ibidem, p. 373-381, 3 fig. Plusieurs exemples de portraits issus de Cyrène, de Leptis Magna et d’autres cités de Proconsulaire, ainsi que des reliefs décoratifs de Ghirza permettent à l’auteur de suggérer un syncrétisme artistique : il reflèterait un substrat indigène présent dans la société nord-africaine tardive. (102Russell B., A Sculpted Head of an African Woman in the British Museum, dans Mitteilungen des deutschen Archäologischen Instituts (Röm.), 121, 2015, p. 507-532, 15 fig. Une tête en marbre blanc, acquise par le British Museum en 1859, provient sans doute d’Utique et non de Carthage. Elle passe pour représenter une Nubienne, identification que l’auteur conteste en la rapprochant d’autres hermès de Carthage et d’Oudna : le traitement des cheveux n’est pas similaire à celui des bustes d’Africains noirs ; il s’agit plutôt des longues boucles caractéristiques des coiffures numides ou maures et le facies est également proche de celui des populations amazighs. L’artisan était peut-être de cette origine ou bien était familier de ce type de traits. (103Benito Lázaro E.A. et España-Chamorro S., Images of Black People in Roman Age through Sculpture: Identity and Otherness, dans Africa romana (L’-) XX, 3, p. 2177-2186, rés. angl., 7 fig. S’appuyant sur une bibliographie un peu ancienne, les a. passent en revue plusieurs types iconographiques et quelques sources littéraires représentant des personnes noires dans l’Antiquité romaine. Bien qu’immédiatement perçue comme un élément de définition de l’individu, la couleur de la peau n’impliquait selon eux aucune forme de dépréciation ou de racisme. (104Laporte J.-P., Images des chasseurs et des soldats de l’Afrique antique (Maures, Numides, Gétules, etc), dans Représentations militaires dans le monde romain : textes et images, Revue internationale d’Histoire militaire ancienne, I, 2015, p. 99-114, 9 fig., rés. fr.et angl. p. 144. Voici un sujet déjà bien connu, ici abordé en détail. Les cavaliers africains étaient réputés pour leurs qualités équestres et guerrières : les documents d’époque romaine, comparés à des images plus anciennes, montrent une grande continuité de l’armement des hommes et du harnachement des chevaux, même s’il faut faire la part d’une iconographie stéréotypée. Cela n’exclut pas des variations locales. Les mosaïques ne sont jamais absentes d’une B.A.A.A., et les comparaisons avec l’Ibérie sont fréquentes cette année. (105Durán Penedo M., Continuidad en la circulación de un determinado modelo oriental masculino a través de los mosaicos del Norte de África, Hispania y otros lugares del Imperio, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 429-444, 8 fig. Dans l’iconographie musivale, les religions venues d’Orient et le commerce maritime ont contribué à diffuser un modèle masculin à travers l’empire, particulièrement en Afrique du Nord et en Espagne. Il ne se limite pas aux personnages principaux, mais concerne aussi les personnages secondaires. Il perdure pendant l’Antiquité tardive et se prolonge même au début du Moyen Âge. (106Blázquez Martínez J.M., Mitos y leyendas homéricas en mosaicos de Hispania y del Norte de África, ibidem, p. 413-428, 13 fig. L’auteur établit une comparaison systématique entre les deux régions à propos des mythes rapportés par Homère. Plusieurs sont communs, par exemple Arès et Aphrodite, la toilette de Pégase ou Poséidon/Neptune, les Néréides, davantage présentes en Afrique, et plus rarement, Méléagre et Atalante, Ulysse et les sirènes, Ganymède. Certains ne se trouvent qu’en Afrique, comme en témoignent plusieurs représentations de Diane, qui apparaissent spécifiques de cette région. (107) Redaelli S., I mosaici come documento della cultura letteraria nell’Impero: alcuni esempi da Africa Proconsularis e Hispania, dans Africa romana (L’-) XX, 2, p. 1631-1639, rés. ital., 13 fig. Les mosaïques des IIIe-IVe siècles retrouvées dans les maisons des élites des provinces d’Afrique proconsulaire et d’Hispanie représentent des scènes des épopées homériques ou du cycle troyen, parfois accompagnées de citations. Diffusées par l’éducation scolaire et par les pièces de théâtre, ces allusions témoignaient aux yeux du visiteur du prestige du commanditaire. (108Duran Kremer M.J., L’Afrique romaine dans les mosaïques de Lusitania, ibidem, p. 1641-1649, rés. fr., 4 fig. Bien que l’influence africaine soit prépondérante dans les mosaïques de Lusitanie, une empreinte stylistique propre aux ateliers régionaux y est sensible. L’exemple de la mosaïque du podium du temple de Milreu le montre, par comparaison avec les thiases marins africains. Les titres suivants se réfèrent uniquement à des régions africaines. (109Wootton W.T., El-Habashi A., Stewart J.D. et Walda H., Conserving and managing mosaics in Libya (CaMMiL): the final projet review, dans Libyan Studies, XLVI, 2015, p. 103-113, 14 fig., rés. angl. et arabe, présentent le projet d’aide au Département des Antiquités dans le cadre de la préservation des mosaïques libyennes. (110Neira Jiménez M.L, Continuidad y ruptura en los mosaicos romanos tardoantiguos del Norte de África. Representaciones, comanditarios y artesanos, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 399-412, 5 fig., reprend l’analyse d’un panneau d’une mosaïque tardive trouvée en Byzacène, publiée par F. Bejaoui en 2001 (B.A.A.A., XXXV [2001], 2007, n° 919). La représentation de lutteurs invite à penser que les combats de pugilistes ont perduré jusqu’à l’époque vandale et byzantine. En contexte chrétien, il faut sans doute relier ces images à la personnalité des commanditaires ; l’auteur établit une comparaison avec une autre mosaïque, celle d’Oued Rmel, qui représente des artisans au travail. (111Zinai K., Les Saisons sur les mosaïques d’Algérie, dans Temps (Le-) et ses mesures, p. 109-115, rés. fr., 5 fig. La représentation des saisons évoque l’harmonie cosmique, la fertilité de la terre et donc la prospérité. Ces allégories sont souvent associées à d’autres divinités, notamment Aiôn et Dionysos, régénérateur de la nature, ainsi qu’à l’élément liquide. Sont principalement décrits la mosaïque de Sour el Ghozlan, le pavement du frigidarium des thermes de Timgad, une mosaïque du camp militaire de Lambèse, celle de la maison des noces de Thétis et Pélée à Cherchell, et une mosaïque trouvée au XIXe siècle à Tigzirt. On notera l’interversion des fig. 4 et 5. (112Ammar H. et Hansali M., Étude d’une mosaïque : pavement d’un pressoir à Sala (Maroc), dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 801-810, ill. Les auteurs présentent une mosaïque découverte à Sala dans un quartier artisanal. C’est le seul exemple de maie mosaïquée recouvrant le sol d’un pressoir, connu en Tingitane. Ce pavement simple mais soigné, à décor blanc sur fond foncé, est-il l’indice d’un changement de l’usage de la pièce ? La question reste posée. Aucun élément ne permet actuellement de dater la mosaïque ni l’huilerie à laquelle elle appartient. D’autres huileries fouillées dans le même quartier s’inscrivent dans une période comprise entre la deuxième moitié du IIIe siècle et le IVe siècle.

7Nous abordons à présent les travaux relatifs à des sites précis, dans l’ordre géographique habituel, d’est en ouest et du nord au sud, et les premiers titres concernent les régions sahariennes. (113Abdel Hadi K. et Cappellino M., L'Oasi di Ghat: le attività della missione del Centro Internazionale di studi sull'architettura e storia del Mediterraneo (2010-2013), dans Libya Antiqua, VIII, 2015, p. 131-144, 20 fig. La mission devait étudier, avant la guerre de Libye, les cités des oasis dans le Sud de la Libye, ici présentées. Celle de Ghat, dans le Fezzan, est mentionnée par Pline l’Ancien (V, 5) parmi les lieux que conquit le proconsul L. Cornelius Balbus, sous Auguste. (114Mackensen M. et Schimmer F., Interior Buildings of the Severan Oasis Fort of Gheriat el-Garbia in the Late Roman Period, dans Limes XXII, p. 351-358, 6 fig. Contrairement à Bu Njem, le site de Gheriat (construit entre 198 et 201) n’a fait l’objet d’aucune fouille approfondie avant le projet germano-libyen qui a commencé en 2009, pour étudier l’intérieur du fort ainsi que son dispositif de défense. Ces recherches ont prouvé définitivement que le camp n’a pas été abandonné au IIIe s. (comme à Bu Njem) : les indices stratigraphiques, numismatiques et épigraphiques témoignent de son occupation jusqu’à la moitié du VIe s. Les a. proposent de l’identifier aux castra Madensia de la Notitia Dignitatum. À la fin de la période d’occupation, le site a pu être occupé par un établissement libyen placé sous le contrôle de son chef. (115Cingolani S., I vetri del Museo archeologico di Tripoli (Archaeopress Roman Archaeology, VII), Oxford, II-182 p., s’attache à cataloguer le verre conservé dans le musée archéologique de Tripoli. Il n’existe jusqu’ici pas de corpus publié des objets découverts dans les nécropoles et les tombes de la ville et de ses environs par les Italiens en Libye pendant les vingt dernières années du XXe s. Le but principal est de combler un fossé dans l’état actuel des connaissances concernant la production de verre en Afrique du Nord, en fournissant une documentation aussi complète que possible sur Oea et son territoire. (116Bruno M. et Bianchi F., Marmi di Leptis Magna. Repertorio delle pietre bianche e policrome della città, Rome (Studia Archaeologica, 204), XIV-152 p., 77 fig., 48 pl. Le volume fait un bilan systématique sur un aspect précis de l’urbanisation de la cité, l’importation de marbres blancs et colorés employés dans la construction des édifices publics et privés. Après avoir évoqué l’historique des pierres blanches et polychromes dans le monde romain, les auteurs présentent un répertoire des marbres présents à Lepcis Magna et dans ses environs immédiats. À chacun, classé en fonction d’une aire géographique, correspond une fiche destinée à illustrer les questions qui peuvent se poser quant à sa provenance exacte et à la diffusion de ce marbre dans l’Empire et dans la cité. Est ainsi esquissé un cadre diachronique des diverses qualités de marbre employées pour l’ensemble des décorations. (117Tomasello F., Missione archeologica dell'Università di Catania a Leptis Magna. Studi e ricerche (2009–2014), dans Libya Antiqua, VIII, 2015, p. 11-30, 16 fig. La mission de l’Université de Catane publie le réexamen des fouilles qui se sont déroulées entre les deux guerres mondiales. L’extrémité orientale de l’îlot 16 de la Regio III était resté inédit ; c’est l’un des rares espaces d’habitation à avoir été fouillé, et le seul à être publié. On y a trouvé un sanctuaire romano-africain (fin IIs. apr. J.-C.), une fontaine monumentale, trois domus et de nombreuses boutiques (IIe s. av. J.-C./IIe s. apr. J.-C.). Il serait utile de pouvoir revenir sur le terrain afin de préciser un certain nombre de points. Le même article a été publié deux fois par ses auteurs. (118Younes A., Gaied M. et Gallala W., The mio-pliocène Roman underground quarries at Ksour Essaf (Tunisia), dans Revue Tunisienne d’archéologie, II, 2015, p. 65-76, 8 fig., et (119Id., The Roman Mio-Pliocene underground quarries at Ksour Essaf (Tunisia), dans ASMOSIA X, p. 861-867, 8 fig. Extrait à 6 km au nord-nord-est de Salakta, ce calcaire de bonne qualité a été utilisé à El Jem (amphithéâtre, domus) et à Thapsus. Après avoir caractérisé la structure géologique et localisé les trois zones de galeries souterraines, les a. présentent les techniques d’extraction, la taille des blocs, les marques de carriers ainsi que les outils utilisés (un burin a été identifié). (120Nacef J., La production de la céramique antique dans la région de Salakta et Ksour Essef (Tunisie), dans Roman and Late Antique Mediterranean Pottery, VIII, 2015, VI-256 p., étudie les amphores, la vaisselle de cuisine et de table ainsi que le matériel de construction dans le Sahel, plus précisément autour de Sullecthum, depuis le IIIe siècle av. J.-C. jusqu’au VIIsiècle apr. J.-C. Il étudie tous les aspects : typologie, chronologie, localisation des ateliers et marques sur amphores. Il peut ainsi montrer où se trouvaient les centres de production et comment se faisait la diffusion des produits dans toute la Méditerranée. (121Mani T., À propos d’objets archéologiques trouvés ou exposés dans les locaux privés et publics à Hammam-Sousse, dans Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, p. 253-274, 28 photos, dresse l’inventaire des découvertes archéologiques faites sur le territoire de la ville actuelle d’Hammam-Sousse : quatorze amphores, trois complètes et onze fragmentaires, une lampe à huile figurant le Christ nimbé, une petite cruche. Deux assiettes sont probablement d’époque moderne. Les trois amphores intactes, inédites, mais hors contexte, sont d’époque néopunique, les autres proviennent d’Italie, d’Espagne et de diverses régions africaines. Une stèle anépigraphe dédiée à Saturne et trois inscriptions déjà publiées sont reproduites. S’y ajoutent une inscription arabe, du matériel oléicole et une base de colonne en marbre. (122Ghalia T., Les fouilles du forum et de l’aire sacrée de l’antique Clipea-Qlibia (Cap Bon, Tunisie), résultats préliminaires et approches nouvelles, dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2015, p. 1341-1357, 12 fig. Lors des fouilles de sauvetage menées dans les années 1960, des vestiges antiques avaient été mis au jour, en particulier un temple tétrastyle sur le forum. À partir de 1999, un programme de mise en valeur et l’extension de la zone archéologique ont permis de progresser dans l’interprétation des éléments déjà connus, mais aussi d’en révéler de nouveaux : des structures datant sans doute de l’époque préromaine ainsi qu’un important complexe commercial en lien avec le port, en usage jusqu’à la fin de l’Antiquité. En outre, les restes d’aménagements, probablement d’époque antonine, témoignent d’un important programme de parure urbaine. La découverte d’une colonne remarquablement conservée est susceptible de faciliter l’anastylose du temple tétrastyle ou, dans un premier temps, sa restitution virtuelle. Ces avancées confirment l’importance et la prospérité de la cité portuaire. (123Fantar M., Ben Slimane W., Spanu P.G. et Zucca R., Colonia Iulia Neapolis (Africa Proconsularis). Nuove ricerche archeologiche, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 483-492, 5 fig. Les investigations archéologiques tuniso-italiennes conduites en 2013 se sont concentrées sur les thermes nord-occidentaux de la cité. Le frigidarium est décoré d’une mosaïque polychrome représentant des xenia. Par ailleurs, la partie submergée de la ville a révélé un grand quartier d’usines de salaisons, ce qui en fait un des principaux centres de production de garum en Afrique. (124Ben Moussa M., Sur l’occupation de deux sites en Byzacène occidentale : Douar Bayoudh et Sidi Marzouk Ettounsi, dans Géographie historique du Maghreb, p. 241-253, 3 fig. L’occupation de ces deux sites date de l’époque romaine et ils connurent un développement important au début de l’Antiquité tardive. Cependant Douar Bayoudh d’abord, puis Sidi Marzouk Ettounsi furent progressivement abandonnés à partir du Ve s. L’a. revient aussi sur la question de la Gamonia et des colons qui occupaient soit un site soit une région, ce qui reste un sujet controversé. (125Chérif A., Données nouvelles sur l’histoire d’une cité méconnue du Haut-Tell tunisien, la ciuitas A[---] / Aïn M’dhoja (région de Makthar), dans Antiquités africaines, LI, 2015, p. 45-64, 16 fig., 6 tab., fait connaître le résultat de ses recherches sur cette cité située dans le Haut Tell tunisien, non loin de Makhtar. Divers vestiges, dont ceux du centre monumental, deux nécropoles et un mausolée, un nymphée et une citerne, une forteresse byzantine, y ont été trouvés, ainsi que des inscriptions libyques et latines, surtout des épitaphes, qui sont étudiées dans l’article. L’onomastique atteste l’existence d’une population libyco-punique en voie d’une romanisation qui paraît s’affirmer au début du IIIe siècle. Le christianisme semble s’y être faiblement implanté. Malgré ces découvertes, le nom de la cité reste inconnu : l’auteur propose de l’identifier à Autipsida, une station notée sur la Table de Peutinger, entre Thysdrus et Althiburos. (126Ghith E., Évolution de l’architecture funéraire autochtone durant les derniers siècles précédant l’ère chrétienne, dans Massinissa, p. 85-86 et p. 409-434, ill., revient sur la question des tumuli et des bazinas. Le site de Jbel Boughanem (non loin de Kasserine) permet de mettre en évidence une évolution dans la technique de construction. Les contacts établis par la Numidie avec l’Égypte, Carthage et le monde hellénistique expliquent cette évolution, davantage que le rôle de Massinissa. (127Nasr M., Les dépotoirs d’ateliers de céramiques de Majoura : nouvelles données, dans Libyan Studies, XLVI, 2015, p. 115-143, rés. angl. et arabe. Cette étude porte sur une partie des fragments de céramique ramassés en surface dans des dépotoirs du site rural de Majoura, au sud-ouest de la Byzacène (70 km au nord-est de Gafsa) ; ce centre producteur d’amphores, de vaisselle de table et de céramique culinaire a été actif au cours d’une période comprise entre la fin du IIsiècle et le début du IIIe siècle pour les formes Hayes 3B, 29, 32, 33 et 44, et la seconde moitié du Ve-VIe siècle. (128De Vos Raaijmakers M et Attoui R., Quarries in rural landscapes of North Africa, dans ASMOSIA X, p. 689-698, 15 fig. présentent les résultats de prospections menées dans la région de Dougga et dans le Nord-Est de l’Algérie dans les années 1990 et 2000 : ils mettent en lumière la relation entre petites carrières de calcaire et de grès, sites ruraux, réoccupation de ces carrières par l’habitat et utilisation des matériaux (blocs destinés aux pressoirs notamment). Et nous passons à présent en Algérie avant de nous attarder, bien plus à l’ouest, au Maroc, où le site de Tamuda occupe cette année encore une bonne place, mais il n’est pas le seul. (129Chikhi-Ouimeur F. et Aumassip G., Réflexion autour de l’origine des bétyles de Tan Khadidja (Plateau d’Iherir, Tassili n’Ajjer), dans Ikosim, IV, 2015, p. 131-138, ill. Plus répandus qu’on ne l’a dit, ces monuments en forme de massue avaient une fonction funéraire. (130Herrmann Jr.J.J. et alii, Multimethod marble identification for figural sculpture in Hippo Regius (Annaba, Algeria), dans ASMOSIA X, p. 163-169, 12 fig. Les échantillons de 17 sculptures romaines en marbre d’Hippo Regius ont été analysés (isotopes, détermination pétrographique de la taille des grains, analyse macroscopique, etc.) et comparés avec les bases de données sur les marbres importés et sur les marbres blancs d’Algérie. L’origine du marbre de 14 sculptures a pu être déterminée avec un haut pourcentage de certitude : cinq reliefs sont sculptés dans des marbres d’Algérie (le Mont Mahouna, Cap de Garde et le Mont Filfila) et neuf statues dans des marbres importés de Paros et de Thasos. (131Boudouhou N., Le territoire entre les deux royaumes de la Maurétanie : état de la recherche et bilan des découvertes archéologiques, dans Géographie historique du Maghreb, p. 43-54, 3 fig. Le bilan des travaux de prospection et de fouilles archéologiques dans le Maroc oriental et l’Algérie occidentale permet de constater une réelle représentation des sites pré et protohistoriques, alors que les témoignages sur les périodes maurétanienne et romaine restent relativement peu nombreux. On enregistre une différence entre la région côtière, où les découvertes sont abondantes, et l’intérieur, où les vestiges sont isolés. (132Habibi M., De Ad Mercuri à Ad Novas. Recherches sur les voies antiques au nord du Maroc, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 703-726, 18 fig. L’auteur a mené une série de prospections au sud de la station d’ad Mercuri. La multiplicité des indices – topographie, sites antiques (27), dont un particulièrement important, qui s’étalent sur une direction nord-est-sud-ouest, la présence d’un fortin et de sources, un grand bâtiment – le conduit à proposer un itinéraire entre cette station et Ad Nouas nettement plus occidental que celui qui a été proposé jusque-là. (133Parodi Álvarez M.J., La identificación del yacimiento de Tamuda (Tetuán, Marruecos). Algunas notas, dans Africa romana (L’-) XX, 2, p. 873-884, revient sur l’historique des recherches archéologiques menées sur le site de Tamuda qui ont notamment donné lieu à deux publications d'envergure (B.A.A.A., 2018 [2013], nos 135 et 136). Certains résultats des études réalisées par l’équipe espagnole sur le site en 2011 sont présentés par (134Bermejo Meléndez J., Campos Carrasco J.M., Fernández Sutilo L., Toscano Pérez C., Robles Esparcia S. et Verdugo Santos J., Avance sobre los principia del Castellum de Tamuda (campaña 2011): análisis arquitectónico y tipológico, ibidem, p. 885-891, ill. Y sont exposées les différentes phases chronologiques de l’architecture des principia. (135Campos Carrasco J.M., Bermejo Meléndez J., Fernández Sutilo L., Toscano Pérez C., Robles Esparcia S. et Verdugo Santos J., Fundación y evolución del Castellum de Tamuda: de la destrucción de la ciudad mauritana a los siglos bajoimperiales, ibidem, p. 893-897, ill., brossent l’historique de l’occupation antique du site. (136Campos Carrasco J.M., Bernal Casasola D. et Bermejo Meléndez J., Proyecto Tamuda (Tetuán, Marruecos). Campaña de 2013, dans Informes y Trabajos. Excavaciones en el Exterior 2013, XII, 2015, p. 229-246, fig., présentent les résultats de la campagne de fouilles qui s’est déroulée dans le castellum de la cité maurétanienne de Tamuda en 2013 et 2014. L’Université de Huelva est intervenue dans les principia du camp en poursuivant les travaux des campagnes antérieures, sur le cycle de l’eau et les casernes. L’équipe de Cadix s’est consacrée à l’extérieur du castellum, dans le quartier oriental où elle a mis au jour des niveaux d’occupation maurétaniens, comme dans le balneum déjà identifié précédemment. (137Es-Sadra L., Les baies dans l’architecture antique de la Maurétanie Tingitane : l’exemple de Volubilis, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 759-771, 14 fig. Les baies et ouvertures, indispensables dans tout bâtiment, mais non citées dans les textes anciens, ont été peu étudiées. Cet article vise à combler en partie cette lacune en examinant les seuils, montants de portes et linteaux présents dans l’urbanisme volubilitain et les différences de conception.

B. Bibliographie

8Cette rubrique commence par recenser les ouvrages bibliographiques d’intérêt général, les dictionnaires et les encyclopédies, ensuite les études sur le patrimoine, l’historiographie ainsi que les notices biographiques consacrées aux savants qui nous ont quittés récemment. Comme à l’accoutumée, il convient de mentionner en préambule deux outils de travail incontournables. (138Année (L’-) philologique. Bibliographie critique et analytique de l'antiquité gréco-latine, LXXXVI, 2015 (2017), 2492 p., a été dépouillée pour ce fascicule, ainsi que le (139Bulletin analytique d’Histoire romaine, XXIV (2015), 2016, 490 p. Les bibliographies suivantes sont plus spécialisées. (140Chapot F. et alii, Chronica Tertullianea et Cyprianea 2014, dans Revue d’études augustiniennes et patristiques, LXI, 2, 2015, p. 325-364. Cette livraison de la CTC concerne les publications de l’année 2014, mais apporte aussi quelques compléments aux chroniques antérieures. (141) Id., Chronica Tertullianea et Cyprianea 2015, dans Revue d’études augustiniennes et patristiques, LXII, 2, 2016, p. 369-425, intéresse les publications de l’année 2015 et quelques compléments aux chroniques antérieures. (142Id., Bulletin augustinien pour 2014/2015 et compléments d’années antérieures, dans Revue d’études augustiniennes et patristiques, LXI, 2, 2015, p. 365-417, porte bien davantage sur les publications consacrées à Augustin et à son œuvre parues en 2014 que sur celles publiées en 2015. Elle apporte aussi de nombreux compléments aux bulletins antérieurs, en particulier pour l’année 2013. (143Ribreau M. et alii., Bulletin augustinien pour 2015/2016 et compléments d’années antérieures, dans Revue d’études augustiniennes et patristiques, LXII, 2, 2016, p. 427-496. Cette livraison du Bulletin concerne bien davantage les publications consacrées à Augustin et à son œuvre parues en 2015 que celles publiées en 2016. Elle apporte aussi de nombreux compléments aux bulletins antérieurs, en particulier pour l’année 2014. (144) Stoehr-Monjou A., Dracontius, poèmes profanes VI-X, épigrammes et Fragments. Bibliographie commentée (1996-2015), dans Vita latina, 191-192, 2015, p. 199-210. (145Laubenheimer F., Des amphores et des hommes. Chronique 2015, dans Dialogues d’Histoire ancienne, XLI, 1, 2015, p. 289-31. Nous signalons enfin deux publications spécialisées sur l’Afrique. (146Benseddik N. et Bel Faïda A., Bibliographie de l’Algérie antique, Alger (CNRA, Mémoires, 2), 2015, 194 p. Cet outil de recherche d’une grande utilité recense la documentation produite dans tous les domaines depuis un siècle et demi jusqu’en 2013. On trouvera une liste des auteurs, des périodiques et des abréviations aux p. 175-192. (147De Larminat S., 1983-2013 : trente ans d’archéologie funéraire dans L’Africa romana, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 835-843, dresse le bilan bibliographique des études publiées dans ce domaine dans les volumes de L’Africa romana. Cet état des lieux est complété par (148Vismara C., Pour une archéologie funéraire d’époque romaine en Afrique (Proconsulaire, Byzacène, Tripolitaine, Numidies, Maurétanies), ibidem, p. 845-853, mentionnant des études publiées en dehors de L’Africa romana. Deux autres parutions régulières rendent de très précieux services en épigraphie, au premier chef (149Année (L’-) Épigraphique 2015 (2018), édit. Corbier M., Paris, 2018, 1130 p. Savants comme étudiants tireront profit de la consultation de cet ouvrage de référence. Les notices sur les provinces africaines, rédigées par Blonce C., Briand-Ponsart C., Dupuis X. et Ibba A., y sont présentes aux p. 759-834, nos 1733 à 1865, et il peut être utile de consulter aussi les Généralités, p. 17-63, nos 1-75. On se reportera aussi à (150Rousset D. et alii, Bulletin épigraphique, dans Revue des Études Grecques, 128, 2, 2015, p. 385-645 (les p. 641-644 se rapportent à la Cyrénaïque et à l’Afrique), et au (151Supplementum Epigraphicum Graecum, édit. Chaniotis A., Corsten T., Papazrkadas N. et Tybout R.A., Leiden, 2015, XXXVII-806 p., 8 index (pour l’Afrique, voir p. 332-333). Plusieurs dictionnaires et encyclopédies méritent notre attention, à commencer par un outil incontournable, mais qui disparaîtra désormais des recensions. (152Prosopographia imperii Romani saec. I. II. III. 8, 2, consilio et auctoritate Academiae Scientiarum Berolinensis et Brandenburgensis, édit. Eck W., Heil M., Heinrichs J., adiuvante Wachtel K., editio altera, Berlin/Boston (Mass.), 2015, X-550 p., 3 f. de pl. dépl. Cette immense entreprise vient de voir paraître son dernier volume (de V à Z) puisque l’Académie de Berlin a abandonné son projet pour des raisons économiques, ce qui est un désastre scientifique : il n’y aura pas de 3e édition. Le (153Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques. 32, fasc. 186 [Garampi-Liu Ruiting], édit. Courtois L. avec la collab. de Louchez É. et Keygnaert F., Turnhout, 2015, 126 p., ill., cartes, plan. (154Der Neue Pauly, Supplemente Band 10. Frühgeschichte der Mittelmeerkulturen, édit. Wittke A.M., Stuttgart, 2015, 1275 p., 17 cartes, tabl., 3 index, porte sur les cultures méditerranéennes de l’Âge du Bronze, classées par aires géographiques. L’Afrique du Nord et les Canaries occupent le chap. 8 : nous intéresseront plus précisément l’introduction générale (c. 743-754), puis les sections dédiées aux Garamantes (c. 771-779), au Maghreb occidental (c. 783-794), aux Phéniciens en Afrique du Nord (c. 794-805), enfin à Carthage (c. 806-815), toutes assorties de bibliographies nourries. (155Encyclopedia (The -) of the Roman Army, édit. Le Bohec Y., Malden/MA-Oxford, GB, 2015, 3 vol., 1153 p. On trouve dans cet ouvrage une série de notices africaines : Africa, African auxiliaries, Gaetuli, Jugurthine War, Lambèse (les camps, pas la ville), Mauretania, Moors, Mauri, Numidae, Punic Wars et Tacfarinas. Mais beaucoup d’autres notices contiennent des références à nos provinces. Et pour finir, une publication toujours très attendue, (156Encyclopédie berbère, XXXVII (Pacte-Phonologie), édit. Chaker S., Paris/Louvain, 2015, 240 p. ill., cartes, avec les notices suivantes. (157Laporte J.-P., Palmier : Antiquité, p. 6076-6085, 5 fig. ; (158) Id., Panthère : Antiquité, p. 6097-6102, 2 fig. ; (159Desanges J., Panebi, p. 6087 ; (160) Id., Perorsi, p. 6216-6217 ; (161) Id., Pharousii/Pharusii/Perusii, p. 6217-6219 ; (162Id., Phazanii, p. 621-622. (163Encyclopédie berbère, XXXVIII (Phouti-Protoberbère), édit. Chaker S., Paris-Louvain, 2015, 241 p. ill., cartes, avec les notices suivantes : (164) Ben Dhia-Belhouchet W., Pourpre : ses usages durant l’Antiquité, p. 6400-6405, 1 fig. ; (165Coltelloni-Trannoy M., Plurilinguisme : Antiquité, p. 6284-6294 ; (166) Ead., Ptolémée de Maurétanie, p. 6606-6609 ; (167Desanges J., Phouti, p. 6259 ; (168Id., Plumes, emblèmes de la chefferie dans l’Afrique antique, p. 6283-6284, 1 fig. ; (169Id., Polygamie dans l’Afrique du Nord antique, p. 6353-6354 ; (170Id., Prosoditae, p. 6480 ; (171Ghaki M. et Laporte J.-P., Punicisation, p. 6609-6624, 3 fig. ; (172Laporte J.-P., Pressoir, p. 6427-6434, 5 fig ; (173Leveau P., Praefectus gentis (en Afrique), p. 6407-6415 ; (174Id., Princeps gentis en Afrique, p. 6441-6450. (175Encyclopédie berbère, XXXIX (Protohistoire-Quinquegentanei), édit. Chaker S., Paris/Louvain, 2015, 214 p., ill., cartes, avec les notices suivantes : (176) Bokbot Y. Protohistoire du Maroc, p. 6545-6563 ; (177Chaker S., Punique et berbère, p. 6624-6631 ; (178Desanges J., Psylles, p. 6605-6606 ; (179De Faucamberge É., Protohistoire de la Libye, p. 6515-6528, 3 fig. ; (180) Hamdoune C., Quietus (Lusius Quietus), p. 6679-6686 ; (181Laporte J.-P., Protohistoire de l’Algérie, p. 6506-6514 ; Quinquegentianei (ou Quinquegentiani) : une confédération du Mons Ferratus (Djurdjura) au cours des révoltes berbères du IIIe siècle, p. 6686-6703, 6 fig. ; (182Plantade E. et N., Psyché (d’Apulée), p. 6590-6604, 2 fig.

9Concernant le patrimoine, nous signalons surtout (183Fantar M., Aounallah S. et Daoulatli A., Le Bardo. La grande histoire de la Tunisie, Tunis, 2015, 229 p., ill., cartes. Cet ouvrage d’art est un hommage au grand musée tunisien : à travers ses collections les auteurs retracent l’histoire de la Tunisie, depuis l’Antiquité. (184Ikherbane M.A., Djemila : pour une valorisation du patrimoine, dans Ikosim, IV, 2015, p. 67-74. L’antique Cuicul a été négligée par le pouvoir algérien depuis longtemps. L’auteur propose des mesures pour mettre en valeur ce site et les collections qu’il a livrées. (185Laporte J.-P., Une collection d’objets antiques provenant de Mina (Ighil Izane, Relizane), ibidem, p. 189-192, ill. Ce lot d’objets trouvés au XXe siècle par des agriculteurs a été déposé au Musée de Saint-Germain-en-Laye. On y trouve des monnaies, des tessons, des lampes, des amphores, une statuette de gladiateur et divers autres objets. Une publication exhaustive serait souhaitable. L’historiographie compte cette année encore de nombreux titres, en particulier grâce à un colloque sur le « Cercle du Détroit », mais l’intérêt pour cette problématique, surtout centrée sur l’époque coloniale, concerne toutes les régions. Nous présentons les publications à l’échelle de l’Afrique avant de détailler par région, de la Lybie au Maroc. (186Gozalbes Cravioto E., Visiones del África romana, dans Espacio, Tiempo y Forma, s. II, Historia Antigua, XXVIII, 2015, p. 147-177. Ce gros mémoire propose une historiographie de l’Afrique romaine. Les premiers écrits, note E.G.C., sont antérieurs à 1848. La période 1848-1928 montre l’apparition d’un véritable intérêt pour ce domaine d’étude. De 1928 à 1960, la priorité portée au phénomène de « romanisation » s’estompe. Les années 1960 à 1975 constituent une période de transition. Suivent des enquêtes qui abordent tantôt la « résistance », tantôt la prospérité économique. La christianisation semble un domaine à part. Pour finir, l’a. revient sur les principaux thèmes sur lesquels se sont centrées les recherches. (187Christol M., L’Empire romain en Afrique : aspects et résonances d’un impérialisme, dans Cahiers d'Histoire, 128, 2015, p. 19-35. La diversité régionale incite à reconsidérer les analyses trop « globalisantes » ; il faut aussi prendre en compte les travaux élaborés à l’époque coloniale, marqués par l’air du temps [mais il ne faut pas surestimer les passions des « coloniaux » ; celles qui ont marqué les postcoloniaux étaient au moins aussi fortes]. (188Mkacher A., L’historiographie de l’Afrique vandale, dans Littérature, politique et religion, p. 93-106. L’auteur regroupe les chercheurs en écoles : école catholique, école germanique (dont le fils spirituel fut C. Courtois), et enfin une école moderne, incarnée par M. Clover et Y. Modéran, qui ont inspiré l’école de Vienne. Cette dernière est plus équilibrée et elle affirme que les chercheurs ne sauront jamais toute la réalité. (189Fialon S., Antiquité tardive et christianisme africain dans L’Africa romana : un bilan historiographique, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1145-1183, propose un état des lieux des études liées à cette thématique, parues dans les volumes de L’Africa romana. (190Forti S., L’archeologia italiana in Libia durante la seconda guerra mondiale: continuità e rottura, ibidem, p. 971-985, revient sur l’impact de la seconde guerre mondiale en matière d’archéologie italienne en Libye, rappelant la récupération dont la discipline fut l’objet par le régime fasciste. L’étude se fonde sur les documents d’archives du dernier superintendant de la Libye italienne, Giacomo Caputo. (191Aïn-Séba N., Les mirages de l’Orient dans la Préhistoire algérienne, dans Ikosim, IV, 2015, p. 7-18, critique la thèse appelée « pan-diffusionniste », qui a connu le succès au XXe siècle ; elle est contredite par les trouvailles des archéologues et elle présente toutes les faiblesses d’un discours historique fondé sur une idéologie préconçue. (192Aït Amara O., La Numidie et sa population jusqu’au règne de Juba I : historiographie, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 569-580. La population de la Numidie indépendante a suscité peu d’intérêt chez les auteurs anciens ainsi que chez nos contemporains. L’auteur fait un bilan historiographique des articles parus dans les congrès de l’Africa romana traitant de ce thème. (193Chennaoui Y., Bilan de la prospection archéologique à Cherchel (Algérie) : de 1840 à nos jours, ibidem, p. 987-995. Cet historique va depuis les débuts de la conquête coloniale jusqu’aux travaux de Philippe Leveau, et leur mise en valeur muséale. (194Dondin-Payre M., Joseph Letaille en Algérie à la fin du XIXe siècle, savant ou pillard ? insoluble dilemme, dans Ob singularem modestiam. Hommages à Xavier Loriot, édit. Bourgeois A. et alii, Bordeaux (Ausonius, Scripta antiqua, 77), 2015, p. 35-55. Cette étude revient sur la mission épigraphique menée en Algérie en 1889-1890, en compagnie d’Auguste Audollent, par Joseph Letaille, découvreur en Tunisie de l’inscription du moissonneur de Mactar et de celle identifiant l’emplacement de la bataille de Zama. Joseph Letaille était alors chargé par l’EPHE d’inventorier les inscriptions en Afrique du Nord, et par la « direction des musées nationaux » de rapporter au Louvre les vestiges trouvés en Algérie et en Tunisie. Les titres sur l’Algérie s’achèvent sur une perspective rare, (195Bensalah M., La place du matériau cinéma en historiographie, dans Massinissa, p. 72-74. Le roi a inspiré deux films, dus, selon l’auteur, à l’intérêt du cinéma pour la politique et l’histoire. (196Gozalbes Cravioto E., Arqueología española para un nuevo régimen: Martínez Santa-Olalla y el Norte de Marruecos, dans Onoba, III, 2015, p. 3-14, fig. Dès le début du régime franquiste, les autorités se sont intéressées à l’archéologie du Protectorat espagnol au Maroc. Concrètement, l’étude porte sur le conflit politique et intellectuel entre Julio Martínez-Santa-Olalla, Comisario General de Excavaciones de España, et Pelayo Quintero Atauri, Directeur du Musée de Tétouan. (197Arraich H., Le Maroc antique dans l’historiographie contemporaine : continuité, rupture ou mutation ?, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 997-1007. L’auteur s’interroge sur la perception contemporaine de l’histoire antique du Maroc, et relève en particulier la tendance actuelle, chez certains auteurs marocains, à faire le lien entre Antiquité et monarchie au Maroc, afin d’argumenter l’enracinement du régime et sa permanence à travers l’histoire : cette tendance se retrouve dans les programmes et les manuels scolaires. Le Cercle du Détroit, une notion très débattue aujourd’hui, oppose des avis critiques à d’autres qui la jugent tout à fait pertinente. Un article dans Africa romana (L’-), XX et un colloque lui ont été consacrés. (198Cheddad A., Le concept du « Cercle du détroit de Gibraltar » : une vue de la rive méridionale, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 855-871, propose une lecture critique de ce concept dans l’historiographie moderne : il est né en contexte colonial, et il doit à ce titre être révisé. La question a été approfondie dans (199Cercle (Le-) du Détroit : Le Cercle du Détroit dans l’Antiquité : l’héritage de Miguel Tarradell, édit. Coltelloni-Trannoy M., Bridoux V. et Brouquier-Reddé V., Karthago, XXIX, 2014-2015, 172 p., ill. Ce numéro de la revue Karthago publie les actes d’une journée d’étude tenue sur ce thème. Il fait le point sur un concept controversé, élaboré il y a une cinquantaine d’années, son évolution et son efficience aujourd’hui pour les recherches menées autour du détroit de Gibraltar. (200Coltelloni-Trannoy M., Introduction, ibidem, p. 1-6, présente les différents points de vue ; les travaux sont conclus par (201Akerraz A., Conclusion, ibidem, p. 135-136, qui appelle de ses vœux le développement des fouilles au Maroc. Nous citons ici les contributions les plus directement historiographiques, et tout d’abord celles qui sont favorables à la notion débattue. (202Bernal Casasola D., Le Cercle du Détroit, une région géohistorique sur la longue durée, ibidem, p. 7-50, rés. fr. et esp. p. 167-168, ill. L’a. propose une réflexion épistémologique sur le concept, de sa naissance au milieu des années 1950 jusqu’à la dérive actuelle, en passant par son évolution pendant les années 1970. Pour lui, le Cercle du Détroit est une région géohistorique, au sein de laquelle les territoires des deux rives furent étroitement unis durant la Préhistoire et l’Antiquité. (203Callegarin L., L’efficience d’un paradigme d’Antiquistes, ibidem, p. 51-72, rés. fr. et angl. p. 168, interroge la pertinence du modèle archéologique du Cercle du Détroit proposé par M. Tarradell dans les années 1960, et qui visait à réunir les deux rives du détroit de Gibraltar au sein d’un espace jugé cohérent à partir de l’arrivée des Phéniciens dans la région. Qu’en est-il pour la période suivante ? Le cercle économique régional demeure actif durant toute la période républicaine. Au cours de la période impériale, la zone du Détroit intègre un immense marché économique orienté à la fois vers la Méditerranée et vers l’Atlantique, mais les deux rives ne l’intègrent pas avec la même intensité. Il semble que les spécificités économiques et culturelles du Cercle du Détroit se désintègrent au début du Haut-Empire, sous l’effet de la romanisation. D’un tout autre avis sont les deux auteurs suivants. (204Pons Pujol L., Le Cercle du Détroit au Haut-Empire. Réalité géopolitique ou invention historiographique ?, ibidem, p. 91-104, rés. fr. et esp. p. 170-171. À l’issue de son analyse, l’a. répond à cette question par l’affirmative à la seconde proposition : aussi appelle-t-il à ne plus considérer le Détroit comme une région historique. Parmi les idées auxquelles il invite à renoncer, il y a également l’hypothèse du transport d’amphores vides de la Bétique vers la Tingitane. (205Papi E., L’invention du Círculo del Estrecho, ibidem, p. 105-120, rés. esp. et angl. p. 171, revient sur les implications du modèle historiographique conçu par M. Tarradell, qui faisait du Maroc antique un appendice sous-développé, en écho à l’idéologie coloniale africaniste qui s’était affirmée en Espagne à la fin du XIXe siècle. L’a. en propose alors une analyse critique, notamment à partir des données récentes issues de l’archéologie et une interprétation renouvelée des données connues. Les savants disparus sont mentionnés par ordre alphabétique de leur nom. (206De Salvo L., Ricordo di Enzo Aiello, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 57-70. Après une évocation de la carrière et des qualités humaines du savant disparu, l’a. rappelle ses principaux thèmes de recherche - la période constantinienne, la bureaucratie impériale, l’hagiographie, les Vandales - et souligne la richesse de ses travaux. (207Chausson F., In memoriam Jean-Pierre Callu, dans Antiquité tardive, XXIII, 2015, p. 11-29, rappelle la carrière de J.-P. Callu, qui édita, entre autres nombreux travaux, le monnayage de Thamusida en 1965. Si A. Di Vita est disparu en 2011, l’ouvrage suivant vient à nouveau rappeler sa mémoire et son œuvre immense. (208Di Vita A., Scritti africani, édit. Rizzo Di Vita M.A. et Di Vita-Évrard G., Rome (Collana Monografie di Archeologia Libica, 38), 2015, 2 vol., XXIV-998 p. Il faut saluer la parution de ce recueil en deux volumes qui comprend les principaux travaux sur l’Afrique de ce savant, dont cinquante-deux articles. Il permettra de consulter aisément les publications et de montrer l’étendue de leur apport à l’histoire et l’archéologie. A. Di Vita s’est particulièrement intéressé à la Tripolitaine, aux cités de Sabratha, d’Oea et de Lepcis Magna, où ses compétences ont permis de grandes avancées aussi bien dans le domaine phénico-punique que romain. Quelques articles concernent aussi une zone plus occidentale de la province d’Afrique, par exemple Leptiminus. Le choix des articles, présentés en ordre chronologique, lui revient, et ceux-ci montrent combien vaste était l’étendue de ses connaissances (architecture, mosaïque, topographie urbaine, numismatique, christianisme). Quelques-uns ont été enrichis de photographies inédites. (209Agusta-Boularot S. et Rosso E., Hommage à Michel Janon, et Bibliographie de Michel Janon (1937-2010), dans Signa et Tituli. Monuments et espaces de représentations en Gaule méridionale sous le regard croisé de la sculpture et de l’épigraphie, édit. Agusta-Boularot S. et Rosso E., Paris, 2015, p. 7-11. Derrière le portrait du collègue décédé, on retrouvera commodément la partie africaine de son existence et les titres qu’il a consacrés à ces provinces, surtout à Lambèse, également Cherchell, Seriana et Tobna. (210Dupuis X., In memoriam Claude Lepelley (1934-2015), dans Antiquités africaines, LI, 2015, p. 5-12, 1 phot., rappelle les principales étapes de la carrière du savant disparu, l’importance d’une œuvre qui comporte près de 130 ouvrages et articles. Beaucoup sont consacrés à l’Afrique et au christianisme et C.L. a profondément renouvelé les études sur ces deux sujets. Une liste de ses travaux est fournie, p. 8-12. (211) Inglebert H. et Goddard C., In memoriam Claude Lepelley (1934-2015), dans Antiquité tardive, XXIII, 2015, p. 31-40, présentent la riche carrière du savant, et notamment son apport déterminant à la connaissance de l’Afrique tardive. (212Mastino A., La scomparsa di Claude Lepelley, dans L’Africa romana, XX, 1, p. 49-56, 1 ph., évoque la carrière et la mémoire de ce grand savant, sa participation aux colloques de l’Africa romana, la qualité et l’abondance de ses travaux scientifiques. Il rappelle l’impact de sa thèse sur les cités, qui a modifié le regard des historiens sur la vie urbaine pendant l’Antiquité tardive, et l’apport de ses études sur Augustin. (213Nos han faltados, pues, viajes por mar. Miscelánea de articulos del Profesor Fernando López Pardo, dans Gerión, XXXIII, n° spécial, 2015, 224 p. Ses amis, collègues et élèves, ont voulu célébrer la mémoire de F. López Pardo, très précocement décédé, et ils ont eu l’excellente idée de republier des articles dont beaucoup se trouvent dans des revues peu accessibles. Ils intéressent essentiellement le monde punique, surtout dans son extrême Occident, et la céramique a été très exploitée. On y trouvera donc des renseignements sur le commerce, sur plusieurs sites (notamment Cancho Roano, Kouass, Mogador et Rusaddir), mais aussi sur la société et la religion. (214Mei O., Mario Luni (1944-2014), dans Libya Antiqua, n. s., VIII, 2015, p. 181-184, rappelle la carrière du savant disparu. (215Gozalbes Cravioto E., In memoriam Carlos Posac Mon (1922-2015) y la arqueología norteafricana, dans Antiquités africaines, LI, 2015, p. 13-15, 1 photo, retrace les étapes principales de la carrière du savant, notamment ses responsabilités dans diverses institutions, et donne la liste de ses travaux sur le Rif et la ville de Ceuta.

C. Ouvrages et articles généraux

10Cette rubrique présente tout d’abord les colloques généraux, puis aborde l’histoire événementielle et se poursuit par les études générales, classées par thèmes, qui consacrent une place plus ou moins importante à l’Afrique.

11La parution du vingtième congrès de l’Africa romana témoigne de la vitalité de cette entreprise comme d’une tradition bien établie (voir n° 1). Un autre colloque a touché également à plusieurs thématiques. (216) Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen. Actes du 4e colloque international (Kairouan, 5-7 décembre 2011), édit. Ben Nasr J. et Boukhchim N., Tunis, 2015, 317 p. en français, 226 p. en arabe, ill. Ce colloque est revenu sur une problématique déjà explorée par l’historiographie, celle des relations entre montagne et plaine en Afrique, pour préciser des informations et les mettre en relation avec le terrain. L’ouvrage comporte deux parties distinctes. La première, la plus abondante avec 15 communications, se distingue par des études historiographiques, toponymiques (six textes tentent d’identifier et de localiser les lieux et les tribus) ; le peuplement a fait l’objet de plusieurs communications qui interrogent sources écrites et archéologie. La seconde partie s’intéresse plus spécifiquement à Kairouan et à sa région. Une dernière publication a un profil un peu plus spécialisé. (217Métiers, savoir-faire et vie professionnelle dans le monde méditerranéen d’après les sources archéologiques. Actes du IIe colloque international de Tunis, 2-4 déc. 2010, édit. Jarray F., Tunis, 2015, ill. Ce volume réunit les contributions présentées lors d’un colloque qu’organisait l’Institut supérieur des métiers du Patrimoine de Tunis. Nous le mentionnons simplement, sans le dépouiller, faute d’avoir pu le consulter (il n’est pas disponible en France), et il fera l’objet d’une recension détaillée dans une prochaine B.A.A.A.

12L’histoire événementielle s’ouvre par la réédition d’une biographie impériale et se poursuit par un ouvrage qui est la somme de toute une vie consacrée à l’Afrique. (218Levick B.M., Claudius, Londres, 2015, XXIV-262 p., ill., cartes, index. Cette 2e édition de la biographie de Claude tient compte des dernières avancées de la recherche. (219Lassère J.-M., Africa, quasi Roma (256 av. J.-C.-71  ap. J.-C.), Paris, 2015, 778 p., 115 fig., 5 cartes, 9 planches h. t. en couleur, bibliographie générale (p. 15-18) et bibliographie thématique en fin de chapitre, chronologie (p. 765-772). Cet ouvrage posthume livre une vaste synthèse sur le Maghreb antique à travers 26 chapitres, répartis en trois parties. Dans la 1ère partie (La construction de l’Afrique romaine), l’a. traite successivement du peuplement de l’Afrique (ch. 1), des États libyens (ch. 2) et de Carthage (ch. 3), de leurs relations avec Rome puis des étapes de l’expansion territoriale romaine jusque sous les Flaviens (ch. 4-8). La 2e partie (L’apogée de l’Afrique romaine) décrit ensuite l’Afrique au IIe s. à travers de grandes thématiques (économie, société, religions, villes, institutions, ch. 9-16) et un parcours régional (ch. 17 : Tripolitaine, Steppes, Byzacium, Dorsale, Zeugitane, Campi Magni, Haut Tell, Cirtéenne, Aurès, Sitifienne, Césarienne orientale, Chélif, Césarienne occidentale, Limes, Tingitane). La 3e partie (Le temps des incertitudes), chrono-thématique, dresse la situation de l’Afrique durant l’Antiquité tardive et aux époques vandale et byzantine, du IIIe à la fin du VIIe s. (ch. 18-26 et un épilogue). L’ouvrage se termine par un appendice sur les Sources de l’histoire de l’Afrique (p. 765-772). L’a. donne une place particulière au contexte géographique (conditions climatiques, agriculture, élevage) et à des thèmes qui lui sont chers (langues, onomastique, démographie) et il invoque systématiquement des aspects tels que le commerce, la vie municipale, l’urbanisme et la religion (6 chapitres – 13, 14, 19-22 – sont consacrés aux religions païennes et chrétiennes) afin de cerner la culture romano-africaine. Ce livre, qui fut publié grâce à C. Hamdoune, ne comporte pas d’index, ce qui eût été bien utile pour une somme aussi volumineuse. (220Docter R.F., Boussoffara R. et Ter Keurs P., Carthage. Fact and Myth, Leyde, 2015, 144 p., ill., cartes. Cet ouvrage destiné à un large public, qui comprend de nombreuses illustrations, accompagnait l’exposition « Carthago », tenue au Rijksmuseum van Oudheden à Leyde, en 2014-2015. Il brosse l’histoire générale de la cité antique, jusqu’à la récupération contemporaine de son image dans les bandes dessinées. (221Mori L., Atarantes et Garamantes du Fezzan (Sahara libyen) : la naissance du premier royaume saharien au Ier millénaire avant J.-C., dans Massinissa, p. 89-116, 18 fig., fait le bilan des connaissances acquises sur le premier État saharien connu, celui des Garamantes, grâce notamment aux prospections anglo-libyennes. Son apogée date des premiers siècles de l’ère chrétienne. (222Ardeleanu S., Au-delà du couple « continuités et ruptures ». Problèmes de périodisation en Numidie entre le IIe s. av. J.-C. et la fin du Ier s. apr. J.-C., dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 581-589, 1 fig. L’auteur remet en question le discours considéré comme périmé fondé sur la périodisation traditionnelle. Celle-ci ne lui semble plus justifiée en raison des acquis archéologiques qui montrent qu’il existait une grande diversité régionale et locale. Les relations Carthage/Ibérie sont représentées d’abord par une très belle monographie. (223Bendala Galan M., Hijos del rayo. Los Barca y el dominio cartagines en Hispania, Madrid, 2015, 372 p., index, ill. Cette synthèse (bibliographie très espagnole) fait le point sur le projet politique de Carthage en Espagne, et notamment celui des Barcides, en six chapitres, le 6e étant consacré à l’héritage punique de l’Hispanie romaine, un thème qu’affectionne l’auteur. Si les Barcides ont pu s’implanter si vite, c’est que la présence de Carthage était déjà forte, mais leur apport a été considérable, en particulier sur le plan du renforcement des cités et du développement économique. C’est ce « ciment » punique qui fait toute l’originalité du territoire, sans lequel la « romanisation » n’existe pas. (224Quevedo A. et Ramallo-Asensio S.F., La dinámica evolutiva de Carthago Nova entre los siglos II y III, dans Urbanisme civique en temps de crise. Les espaces publics d'Hispanie et de l'Occident romain entre le II°  et le IVe siècle, édit. Brassous L. et Quevedo A., Madrid, 2015, p. 161-177, 5 fig. Dans cet article dense, les a. s’efforcent de retracer les mutations politiques et socio-économiques de la ville ibérique à partir des traces laissées dans l’espace urbain. Prise dans la crise plus large du système économique et financier de l’empire, de multiples facteurs, parmi lesquels les incursions des Mauri, ont pu en toute vraisemblance contribuer à son déclin à partir de la fin du IIe s.

13Nous ouvrons la rubrique thématique par un très bel ouvrage qui propose un panorama de la présence et de l’activité des Phéniciens et des Puniques sur un arc chronologique très ample et dans des domaines divers. (225Lipinski E., Peuples de la Mer, Phéniciens, Puniques. Études d’épigraphie et d’histoire méditerranéenne, Louvain, 2015, XV-369 p., 117 fig., rés. angl. Ce recueil d’études tirant leur origine, pour partie, des cours d’épigraphie sémitique des années 1969-1995, pour partie de recherches plus récentes, est organisé en neuf chapitres, dont six concernent l’Afrique. Le premier porte sur les origines et l’identité des « Peuples de la Mer » (Philistins, Sikiléens, Sherdana…). Le second chapitre (p. 63-94) est consacré à Tanit et s’appuie sur de nombreux exemples africains, en particulier pour aborder les questions des origines du nom de la déesse, de la diffusion de son culte et de ses liens avec les autres déesses (Déméter, Perséphone, Isis, Astarté, Héra…) enfin du « signe de Tanit ». Le chapitre 3 traite des Phéniciens chez Hérodote : une partie est consacrée aux rapports entre Phéniciens et Carthaginois (p. 98-99), le reste traitant plutôt des Phéniciens en Orient (origine, navigateurs et trafiquants, cités phéniciennes, Kadmos). Le chapitre 4 (p. 107-129) s’intéresse au droit phénico-punique à travers les traités et la jurisprudence. En ce qui concerne l’Afrique, on signalera les traités internationaux entre Carthage et les Étrusques, Xerxès, les Grecs de Sicile, Athènes, Rome (p. 110-116) ou encore les traités conclus par Hannibal (p. 116) et entre Carthage et les rois numides, et la question des cités fédérées (p. 118-120). Concernant le droit, sont rappelés les apports de législateurs romains d’origine phénicienne ou punique à la rédaction des lois romaines (Ulpien de Tyr et des juristes natifs des villes de Constantine, Hadrumète, Thuburbo Minus, Thubursicu Numidarum, p. 120-122). L’a. aborde la question des suffètes en citant la trentaine de cités suffétales dont l’organisation perdure sous l’empire romain (p. 122) et il établit un parallèle entre la tradition jurisprudentielle punique et les Tablettes Albertini, dans lesquelles subsisteraient des survivances du droit phénico-punique (p. 124-129). Les chapitres 5 et 6 ne concernent pas l’Afrique (Phéniciens à Ibiza et Inscriptions de Phénicie). Le septième chapitre, Inscriptions puniques (p. 179-241), réexamine 24 inscriptions, dont seize proviennent de Tunisie et sept d’Algérie (sanctuaire d’El-Hofra à Constantine, Sigus), la dernière de Sardaigne. Il s’agit de stèles votives, d’une dédicace des assemblées carthaginoises, de textes funéraires et d’une borne. Dans le 8e chapitre, Inscriptions néopuniques de Tunisie (p. 243-302), l’a. revient sur l’interprétation de 25 textes : des stèles votives et des dédicaces, des commémorations de vœux accomplis, celle d’un sacrifice (Bulla Regia) et des épitaphes, dont une bilingue à Bordj Hellal près de Chemtou, Pheradi Maius. Enfin, le 9e chapitre, Inscriptions néopuniques de Tripolitaine, Algérie et Sardaigne (p. 303-336), réunit les commentaires de douze textes dont cinq provenant de Libye, et quatre d’Algérie. Le thème suivant porte sur l’administration romaine, illustré par d’importantes publications. (226Roma e le sue province dalla prima guerra punica a Diocleziano, édit. Letta C. et Segenni S., Rome, 2015, 319 p., 16 p. de pl., cartes, index général. Ce livre (déjà réédité en 2016), qui est appelé à devenir un « classique », se distribue en deux parties : Parte prima. Le province e la loro amministrazione (p. 19-86), aborde les questions fondamentales (prouincia, formulae prouinciarum, sortitio, gouverneurs, rois « clients », économie, armée, etc) et constitue un préambule très utile pour comprendre le fonctionnement des interactions entre Rome et chacun de ses territoires ; Parte seconda. Profilo e storia delle singole province (p. 87-275) dresse le bilan de chaque province du point de vue chronologique et institutionnel. Les chapitres 28 et 29 sont consacrés à l’Afrique par (227Dalla Rosa A., Africa e Numidia, ibidem, p. 261-268 et (228Id., Mauretania, ibidem, p. 269-272. (229Drogula F.K., Commanders and command in the Roman Republic and early Empire, Chapel Hill (N.C.), 2015, X-422 p., index, centre son propos sur les notions fondamentales d’imperium, auspicium, magistratus, prouincia, qui définissent les commandements provinciaux et absolument pas sur les problématiques militaires. Contrairement à F. Vervaet (2014), il considère que ces concepts ont évolué entre le VIe s. et le Ve s. Les derniers chapitres étudient les mutations du commandement militaire entre le IIIe s. et le cadre institutionnel établi par Auguste en 23 av. J.-C. (230) Wiewiorowski J. The judiciary of diocesan vicars in the later Roman Empire, trad. par Nowak S., Poznań, 2015, 390 p., ill., cartes. Ce livre publié en polonais en 2012 est une étude importante sur la juridiction des vicaires de diocèses depuis leur création (entre 297 et 313/314) jusqu’à leur abolition (en 535-538). Les vicaires d’Afrique avaient pour mission de transférer vin, blé et huile à Rome, en relation avec le proconsul d’Afrique, et ce jusqu’à l’invasion vandale de 429. L’armée et les contacts entre Romains et populations indigènes ne sont pas oubliés. (231Limes XXII. Proceedings of the 22nd International Congress of Roman Frontier Studies (Ruse, Bulgaria, september 2012), édit. Vagalinski L. et Sharankov N., Sofia, 2015, 966 p., ill. Ce gros ouvrage réunit les contributions présentées lors du 22e congrès sur les frontières de l’Empire romain, réparties entre neuf parties thématiques. Trois articles concernent nos régions (K. Juntunen, S. Sommer, M. Mackensen et F. Schimmer). (232Le Bohec Y., La logistique de l'armée romaine sous le principat, dans Ad fines imperii romani. Studia Thaddaeo Sarnowski septuagenario ab amicis, collegis discipulisque dedicata, édit. Thomas A., Varsovie, 2015, p. 27-37, rés. angl., établit un bilan de cette importante question, qui a été bien étudiée pour l’armée d’Orient (T. Kissel, 1995), mais peu en Occident. L’a. insiste donc davantage sur la partie occidentale de l’empire, en utilisant assez souvent les références à l’Afrique romaine, autour de quelques questions : quand cette organisation est-elle née (à la fin de la République, et surtout sous Auguste) ? quels produits étaient recherchés ? Où se les procurait-on, et comment ? La fin de l’article évoque les grandes mutations du Bas-Empire, surtout quantitatives. (233Gambash G., Rome and provincial resistance, New York/Londres, 2015, 206 p. Cet ouvrage s’intéresse aux réponses faites par l’État romain aux actions de « résistance » locale, notamment les décisions prises d’un point de vue militaire et administratif durant le Principat. Sont particulièrement pris en considération les contextes de révoltes en Judée, en Bretagne et au nord de l’Afrique, auxquels il est fait référence à travers quatre chapitres thématiques (1. Tension Management. 2. Handling Revolt. 3. Official Appointments. 4. Commemoration), ce qui interroge aussi sur la pertinence de conclusions à valeur générale, qui constituent l’objectif visé par l’ouvrage. (234Morizot P., Romains et Berbères face à face, Paris, 2015, 302 p., ill., présente ses réflexions sur ce « face à face », nourries de 70 ans de prospections dans l’Aurès. Le plus intéressant est l’accent placé sur la question démographique, mais l’ensemble porte une vision désormais dépassée des contacts Romains/populations locales. (235Hilali A., Les réalités régionales du limes africain : le Sud de la Tunisie, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 528-538, 1 fig. Après avoir établi un rapide bilan historiographique, l’auteur souligne avec raison que le limes n’est pas qu’une barrière, mais doit être considéré comme une zone de contacts et d’échanges dynamiques entre les populations situées de part et d’autre de cette frontière, facteur d’un développement local. La société est représentée par plusieurs titres généraux, autour de l’économie puis des cités. (236Hobson M.S., The North African Boom. Evaluating Economic Growth in the Roman Province of Africa Proconsularis (146 B.C.-A.D. 439), dans Journal of Roman Archaeology (Suppl. S., 100), 2015, 181 p., 50 fig., 10 tabl. Cet ouvrage sur l’agriculture et le commerce africains, issu d’une thèse, questionne la notion de « boom africain » qui voit l’essor des exportations d’amphores et de céramiques vers Rome à partir du milieu du IIe siècle puis dans le bassin méditerranéen à partir du IIIe. L’a., qui s’est concentré sur l’Afrique proconsulaire, traite la question en cinq chapitres, alimentés par les sources archéologiques mais aussi littéraires et épigraphiques : l’introduction expose les modèles théoriques, mis en place au XXe s., qui ont servi à interpréter l’économie agricole africaine, et pose le contexte géographique de l’étude. Le 2e chap. a pour objectif d’évaluer la situation économique de la province d’Afrique au lendemain de la destruction de Carthage et de questionner la structuration de la propriété foncière au fur et à mesure de la conquête romaine et de l’implantation des colonies de vétérans. Le 3e chap. analyse les données sur la production de l’huile et du vin issues des prospections réalisées en Tunisie et en Libye depuis les années 1980. Les éléments qui constituent les pressoirs à huile et à vin sont présentés en détail puis les vestiges sont étudiés, région par région. Le 4e chap. porte sur les modes de production des amphores et des céramiques africaines (typologie et fours) et leur diffusion (contenu des amphores, produits exportés et lieux de distribution). Enfin le chap. 5 constitue une synthèse conclusive qui revient sur les théories exposées en début d’ouvrage pour analyser l’impact de l’essor économique de l’Afrique sur la société, sa structuration et la répartition des richesses. (237Mollo F., Importazioni africane lungo la costa tirrenica cosentina: i contesti degli insediamenti di Cerillae e Blanda tra I e V secolo d.C, dans Africa romana (L’-) XX, 2, p. 1723-1736, rés. ital., 6 fig., présente les récentes découvertes de ces deux sites du golfe de Policastro. Elles témoignent d’un afflux important de marchandises africaines (sigillées A et C, amphores africaines I et II principalement) entre le IIIe s. et la première moitié du Ve. Une crise importante de la région, incluant la Lucanie tyrrhénienne et le Nord de la Calabre, provoque ensuite un repli sur le commerce local. (238Coletti C.M., Alcune considerazioni sugli itinerari marittimi del Marocco settentrionale tra l’antichità e il medioevo, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 727-738, 2 fig., fait un rappel des connaissances sur les itinéraires maritimes et leurs modifications depuis la période phénico-punique jusqu’à l’époque médiévale. (239Hamdoune C., Nationes et espace provincial, dans Africa romana (L’-), XX, 2, p. 1009-1022. L’analyse des sources semble indiquer un emploi privilégié du terme natio dans un sens ethnologique et géographique pour évoquer des communautés extra-municipales, jusqu’au Ier siècle après lequel le mot n’est plus employé. On perçoit alors les prémices de l’organisation provinciale dans le Sud-Est de la Proconsulaire et le Sud-Ouest de la Césarienne, sous les Flaviens. Les peuples des confins provinciaux, désormais inclus dans la province, sont évoqués, à compter du IIe siècle, comme des gentes. (240Cordonova O.D., Note su alcune dinamiche di relazioni culturali in Africa romana, ibidem, p. 931-945. L’auteur fait part d’observations sur la diffusion du modèle de la cité romaine, et du modèle politique et culturel romain en Afrique depuis la période des guerres puniques jusque sous le Haut-Empire. (241Lefebvre S., Scholae : un espace grâce auquel les notables construisent leur mémoire ?, dans Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 2008 [2015], p. 137-158, et en particulier p. 145-157, pour l’Afrique. La thèse de l’auteur est exposée dans le titre. Sur le camp de Lambèse et ses scholae, on utilisera aussi l’ouvrage signalé dans la B.A.A.A., XXIII (1989), 1994, n° 227, aux p. 407-424 (remet à jour le plan de R. Cagnat). Les collèges militaires ont également été étudiés depuis le XIXe siècle (par exemple par S. Perea Yébenes, Collegia militaria. Asociaciones militares en el Imperio romano, Madrid 1999, 600 p.), et l’on voit mal ce que les soldats ont à faire avec les notables ; ce n’était pas le même milieu. Les religions suscitent, comme à l’accoutumée, des travaux plus nombreux. Sont présentés, d’abord, les religions traditionnelles, puis le christianisme. (242Gasparini V.,L’Africa romana, laboratorio di mutazioni religiose. Nuove prospettive su preferenze individuali e spazi di negoziazione, ibidem, p. 923-929, présente un projet de recherche financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft, intitulé « Introducing new, re-interpreting old gods. Religious pluralism and agency in Africa Proconsularis and Numidia (146 B.C.-235 A.D.) ». (243) Id., Tracing religious Change in Roman Africa, dans A Companion to the Archaeology of Religion in Ancient World, édit. Raja R. et Rüpke J., Malden-Oxford, 2015, p. 478-488. Les méthodes ont changé et elles permettent de mieux appréhender les sources. Il n’empêche que l’auteur aborde les dieux puniques et libyques en un premier temps, les dieux romains ensuite, sans oublier les dieux orientaux. (244Ramos-Martín J. et Tejera Gaspar A., La conceptión de la divinidad entre los antiguos Libios, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 135-149, 5 fig. Malgré une documentation peu fournie, les auteurs tentent de préciser quelle fut la notion de divinité chez les Libyens, comment elle fut représentée, et ils essaient de suivre sa trace dans la documentation à caractère linguistique. Comme la plupart des peuples, les Libyens étaient polythéistes et, s’ils avaient un panthéon, des différences régionales existaient. Les lettres MSdésigneraient la notion de père, d’ancien. La divinité inclut l’idée de grandeur et le mot médiéval Yakus, qui désigne la divinité en berbère, pourrait être un témoignage de la croyance ancienne en un dieu céleste dispensateur de biens. (245) Tejera A. et Ramos-Martín J., Las creencias astrales de los antiguos libios, dans Navigare necesse est. Estudios en homenaje a José María Luzón Nogué, Madrid, 2015, p. 250-256. L’étude est consacrée aux seuls Libyens (donc elle exclut Puniques et Romains). Les astres, surtout la lune et le soleil, étaient honorés par ces peuples comme le montrent des textes littéraires (Hérodote, Cicéron) et des inscriptions, des stèles anépigraphes également ; ils intervenaient beaucoup dans le domaine funéraire. (246) Chebbi N., Ammon : identité, espace et populations, dans Africa romana (L’-), XX, 1, p. 283-297. Ammon est une divinité complexe au carrefour de plusieurs civilisations. Représenté sous la forme d’un bélier, il fut vénéré aussi bien par des citadins que dans les oasis. La plus célèbre est celle de Siwa, où le dieu était consulté pour ses oracles. En Tripolitaine, les Libyens ont été en contacts permanents avec l’Égypte et la Grèce, et Ammon a joué un rôle d’intermédiaire entre Orient et Occident. (247Ruiz Cabrero L.A., Non potevo fumare l’erba sul prato di mio padre. La supervivencia del molk en el África romana, ibidem, p. 185-196, revient sur une question amplement débattue. Après la chute de Carthage, les territoires qui avaient été influencés par la culture punique en conservèrent des coutumes, et des tophet subsistèrent. Le témoignage de Tertullien, Apol., IX, 3-6, est à nouveau mis à contribution, notamment pour évoquer la présence de jardins sacrés annexés à des sanctuaires dédiés à Saturne africain, qui auraient fourni des plantes psychotropes. (248Mabrouk J., Temples de hauts-lieux en Afrique proconsulaire, dans Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, p. 195-203. Dans le recensement effectué, les divinités africaines sont largement majoritaires et Saturne occupe sans surprise la première place. Il est parfois associé à d’autres divinités, Caelestis, et certaines ont une connotation plus romaine, telle que Ops à Ammaedara. L’identité des dieux honorés reste inconnue pour 25 sanctuaires attestés sur des collines ou des montagnes dans la province concernée. (249Spickermann W.,Initiation” in the Western Provinces of the Roman Empire, dans Group Identity, p. 215-244, s’intéresse aux rituels d’initiation dans les cultes de Cybèle, d’Isis et de Mithra à travers les témoignages épigraphiques du IIIe siècle et au-delà, dans la partie occidentale de l’empire. Le faible nombre d’indices relatifs à des rituels privés tend à souligner la nature publique de ces initiations. Le matériel africain est invoqué à l’appui de façon très ponctuelle. La limite entre magie, religion, médecine était mince. (250Magical Practice in the Latin West. Papers from the International Conference Held at the University of Zaragoza, 30 Sept.-1st Oct. 2005, édit. Gordon R.L. et Simon F.M., 2015, XXIV-717 p., ill. Aucune contribution ne s’intéresse directement aux tablettes magiques africaines, mais il y est parfois fait allusion, ainsi qu’à Apulée (voir à partir de l’index). (251Gaillard-Seux P., Sur la distinction entre médecine et magie dans les textes médicaux antiques (1er-6e siècles), dans Écrire la magiedans lAntiquité. Actes du colloque international de Liège (13-15 octobre 2011), édit. De Haron Sanchez M., Liège, 2015, p. 201-223, rés. angl. Le recours à certains procédés qui relèvent de la magie, telles que les amulettes ou les incantations, est dénoncé par les médecins. Leur emploi est pourtant mis en relation avec la théorie des sympathies et antipathies naturelles (Plot., 4, 4, 40 ; Apul., Apol., 35, 3-6, etc.), mais leur caractère magique est clairement distingué des remèdes médicaux par les médecins. (252) Bologna M., Erichto et les autres : la peur de la sorcellerie dans la littérature latine, dans Peurs antiques, édit. Coin-Longeray S. et Vallat D., Saint-Étienne, 2015, p. 229-238, s’appuie sur différents auteurs : Horace (Sat., 1, 8, 23-27 et Epod., 5, 15-56 et 83-102), Sénèque (Med., 828-848), Lucain (6, 507-603), Apulée (Met., 3, 17-18 et 21) et Ovide (Am., 1, 8, 5-18 et 7, 27-30). Un ouvrage fera la transition avec le christianisme. (253Morgan T., Roman faith and Christian faith: pistisand fidesin the early Roman empire and early churches,Oxford, 2015, XI-626 p., index, éclaire les religions païenne et chrétienne en leur appliquant les notions classiques de pistis et defides pour comprendre les relations entre les hommes et entre humain et divin. L’enquête est menée sur une large documentation qui comprend tous les genres d’écrits. Un colloque sur le christianisme et plusieurs monographies illustrent la vitalité de ce domaine de recherches, notamment les persécutions. (254Group Identity : Group Identity and Religious Individuality in Late Antiquity, édit. Rebillard É. et Rüpke J., Washington, 2015, 331 p., ill., cartes, plans. Les travaux rassemblés dans cet ouvrage collectif proposent d’examiner les relations entre d’une part les représentants et dirigeants de l’Église, et d’autre part les fidèles. Il s’agit à travers eux d’explorer les dynamiques entre les individus, pris comme point de départ, et la communauté à laquelle ils appartiennent. Les études menées par J. Perkins, É. Rebillard, J.D. Beduhn et W. Spickermann, qui font appel à la documentation africaine, sont recensées dans ce volume de la B.A.A.A. (255Storia del cristianesimo. 1, L’età antica (secoli I-VII), édit. Prinzivalli E., Rome, 2015, 490 p., est le premier d’une série de quatre volumes qui veulent embrasser toute l’évolution et tous les aspects de ce phénomène religieux à travers une ample documentation. Une section est consacrée aux chrétiens de Rome et de Carthage aux IIeet IIIe s. (p. 122-127), deux autres à Augustin et à la Cité de Dieu (p. 244-247), et au monachisme occidental (p. 300-305). (256González Salinero R., Las persecuciones contra los cristianos en elImperio romano: una aproximación crítica, 2e éd., Madrid, 2015, 168 p. : il s’agit de la deuxième édition corrigée et augmentée de l’ouvrage publié pour la première fois en 2005. Il propose une vision globale des persécutions subies par les chrétiens durant la période impériale, invoquant notamment à l’appui le témoignage de Tertullien. Les ajouts par rapport à la première édition portent notamment sur les synagogues, la compassion des magistrats romains envers les futurs martyrs, et comprennent également une étude sur les Actes des martyrs. (257Kitzler P., From Passio Perpetuae toActa Perpetuae. Recontextualizing a martyr story in the literature of the early church, Berlin/Boston (Mass.), 2015, XIV-159 p., 3 index. Il s’agit de la traduction anglaise, et révisée, d’un ouvrage paru en tchèque à Prague en 2012. L’objectif est de replacer le texte de la Passion dans le contexte de la première littérature chrétienne et du point de vue de sa réception. L’a. montre, à travers une analyse serrée des textes, que les éléments innovants ont été récupérés et ont subi un processus de normalisation de la part de tous ceux qui s’en sont servis (Tertullien, les Passions, Augustin), l’acmè étant représentée par les Acta Perpetuae. Selon l’a., la Passion’est pas un document montaniste et les Acta (du moins la version A, plus ancienne que B) ont été écrits par un disciple d’Augustin, en conformité avec le standard théologique et social du temps. (258) Donet M. et Amparo M., Los dos focos de la persecución cristiana en el Imperio romano: el Norte de África y Asia Menor, dans Gregorianum, XCVI, 3, 2015, p. 551-570, ill., rés. angl., s’intéressent aux caractéristiques de la persécution des chrétiens dans les régions citées, toutes deux riches en littérature martyriale. Les persécutions y furent nombreuses et violentes, et les auteurs essaient de proposer des explications : peut-être le nombre de grands centres urbains, mais aussi le sens donné au martyre par les chefs des communautés. En revanche, la chronologie des pics de persécutions n’est pas la même : plus précoces en Afrique, plus tardifs en Asie. (259Decousu L., La perte de l’Esprit Saint et son recouvrement dans l’Église ancienne. La réconciliation des hérétiques et des pénitents en Occident, du IIIe siècle jusqu’à Grégoire le Grand, Leyde/Boston, 2015, XV-545 p. L’auteur étudie la réconciliation des hérétiques et des pénitents, que la grande Église considérait comme privés de l’Esprit Saint, et les procédures de réintégration mises en œuvre dans ce contexte, c’est-à-dire l’imposition des mains, rite dont la signification s’est perdue au fil du temps. Le champ exploré commence par la querelle baptismale africaine du IIIe siècle, puis s’attache à la réconciliation des novatiens, des donatistes et des diverses formes d’arianisme. Le compte-rendu qu’en donne (259bisMattei P., Chronica tertullianea et cyprianea, LXII, 2016, p. 408-410, est très sévère. (260) Sales Carbonell J., Implantación de iglesias en edificios de espectáculos romanos: orígenes de un proceso de medievalización de la ciudad antigua, dans Studi Romani, LXII, 1-4, 2014 [2015], p. 71-102, fait référence aux martyrs africains mis à mort dans des édifices de spectacles romains : l’amphithéâtre de Carthage pour le martyre de Perpétue et Félicité ; le rôle symbolique du stade de Carthage pour la mort de Cyprien ; divers martyrs dans le contexte du conflit avec les donatistes. (261) Pottier B., Cultes civiques, régionaux et locaux en Afrique du Nord durant la crise donatiste (IVe-Vsiècles), dans Des dieux civiques aux saints patrons(IVe-VIIe siècle), édit. Caillet J.-P., Destephen S., Dumézil B. et alii, Paris, 2015, p. 139-166. D’après les sources hagiographiques, littéraires et épigraphiques, le culte des saints en Afrique connaissait des spécificités marquées. Notamment, les saints patrons de cités y étaient rares : prédominaient au contraire une multitude de groupes de saints martyrs qui exprimaient les identités locales, à différentes échelles, y compris celle du village. La Maurétanie césarienne faisait exception à ce modèle, qui était également celui des donatistes, mais ces derniers étaient très ouverts à des saints étrangers, plus encore que les catholiques. Les cas de Salsa et d’Étienne sont particulèrement étudiés. Les travaux sur l’éducation réunissent païens et chrétiens. (262) Ramelli I.L.E., Late antiquity and the transmission of educational ideals and methods: the western Empire, dans A companion to ancient Education, édit. Bloomer W.M., Chichester/Malden (Mass.), 2015, p. 276-278. Ce panorama sur le fonctionnement de l’éducation à l’époque tardive examine l’organisation des écoles, la codification des arts libéraux et leur transmission dans des ouvrages tels ceux de Martianus Capella. (263Greschat K., Gelehrte Frauen des frühen Christentums: zwölf Porträts, Stuttgart, 2015, IX-214 p., ill., index, livre douze portraits de femmes de couches sociales différentes, réunies par leur éducation et leur culture, mais sans que ces notions soient bien cernées ni que la question des sources soit posée. Perpétue et Mélanie sont présentes. Ce chapitre s’achève sur un panorama qui concerne une denrée essentielle dans tous les domaines. (264Moinier B. et Weller O., Le sel dans l’Antiquité ou les cristaux d’Aphrodite, Paris, 2015, 356 p., 5 cartes, ill., index, proposent une vision d’ensemble du sel qui était un symbole de vie dans les différentes cultures de l’Antiquité, sous tous ses aspects : lieux et techniques de production, économie, croyances. Les salins et les salaisons d’Afrique sont mentionnés.

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search