Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Troisième partie. Une frontière éclatée (1635-1670)

Conclusion de partie

Texte intégral

1À la fin du xviie siècle, la frontière maltaise était arrivée au terme d’une lente évolution qui lui avait légué ses caractéristiques définitives. Née de la guerre au siècle précédent, elle avait d’abord vécu selon une dualité harmonieuse, alliant ouverture économique et clôture religieuse, avant de montrer certains signes de fissure, indissociablement liés à la nouvelle réalité méditerranéenne.

2Le second xviie siècle avait été pour Malte une période agitée où s’étaient esquissés les derniers éléments constitutifs de son existence. Le morcellement de l’Europe consécutif aux guerres qui opposaient les États modernes en structuration, et qui avait pris à Malte toute son acuité à partir du déclenchement de la guerre franco-espagnole en 1635, avait porté témoignage d’une désunion nouvelle entre le devenir de l’Ordre et celui de son fief. Plongés dans le désarroi par l’affrontement des puissances chrétiennes, les chevaliers vivaient difficilement l’affirmation de leurs nouveaux intérêts économiques, qui exigeaient la suspension de la course et la signature de traités de commerce avec les représentants du monde musulman. L’ancienne frontière qui opposait les rives nord et sud de la Méditerranée se fractionnait en une multitude de dominations commerciales rivales des États chrétiens, en laquelle l’Ordre éprouvait des difficultés à trouver sa place. Surtout, le désaveu de toutes les activités guerrières propres à son statut d’ordre religieux et militaire, et tout particulièrement de la course qui avait assuré sa survie après la pacification des relations entre les empires espagnol et ottoman, portait le danger de la condamnation de son existence à plus ou moins longue échéance.

3Il n’en allait pas de même pour Malte ; si la suspension de l’activité corsaire était une véritable catastrophe pour l’Ordre, elle s’avérait à la même époque relativement secondaire pour une île qui s’ouvrait irrésistiblement au commerce. La construction du lazaret confirmait la nouvelle importance stratégique de l’île-relais et jetait les bases solides du rôle qui serait pleinement le sien au xviiie siècle, d’entrepôt européen des marchandises orientales. Lieu désormais stratégique au cœur de la Méditerranée, Malte attirait les marchands étrangers, et surtout français, qui s’en servaient comme escale et point d’appui pour leur activités commerciales avec la rive barbaresque et levantine. Déjà, l’archipel présentait un intérêt nouveau pour les puissances étatiques chrétiennes désireuses d’étendre leur influence économique vers les terres d’Islam ; motivée par la présence des ses marchands, la France luttait contre l’influence espagnole sur l’archipel et préparait dès la fin du xviie siècle le contrôle de l’Ordre et de Malte qu’elle devait exercer durant tout le siècle suivant, avant d’être concurrencée par une Angleterre dont l’intérêt pour les affaires méditerranéennes s’était considérablement accru depuis l’acquisition de Gibraltar en 1704.

4Le dynamisme économique de l’archipel avait favorisé une croissance de la population et avait entretenu un cosmopolitisme portuaire important par l’arrivée et l’installation régulière d’immigrés. Pourtant, si le mouvement d’ensemble qui ouvrait la Méditerranée au commerce et à de nouveaux acteurs marchands, avait fait éclater la frontière maltaise, il ne l’avait ni emportée, ni effacée. À l’apparente multiplicité des échanges, à la diversité des origines, des coutumes, des langues, qui pouvaient donner l’idée trompeuse d’une anarchie portuaire ou sociale, s’opposaient et faisaient en permanence contre-poids l’unicité d’une religion catholique et celle d’une langue originelle qui perdurait en dépit du cosmopolitisme portuaire. Car façonnée par la frontière, la société maltaise en portait la dualité : les contacts noués au quotidien entre les représentants des deux rives n’empêchaient jamais la persistance d’une conscience de l’altérité et du danger qu’elle représentait. L’autre n’était le bienvenu que s’il était suffisamment semblable pour ne pas porter en lui de menace identitaire : par conséquent, non-catholiques et non-chrétiens étaient soigneusement exclus, par l’impossibilité en laquelle ils se trouvaient, pour les uns, de s’établir à Malte, et pour les autres, d’y vivre librement.

5Cette pression amalgamante, qui exigeait une adhésion aux éléments constitutifs de son identité qu’étaient la religion, la langue et l’héritage d’une histoire et d’une conscience frontalière, avait fait de la société maltaise un monde d’assimilation, où seuls les nouveaux venus catholiques se fondaient aisément. Plus encore qu’elle n’avait créé l’identité, la frontière l’avait crispée et rendue plus excessive, donnant ainsi à Malte le sentiment étrange d’être à la fois pleinement « soi », c’est-à-dire catholique face au danger de l’autre, musulman et ennemi, et « hors de soi », c’est-à-dire en rupture avec une Europe située en-deçà de la frontière, considérée comme moins cosmopolite et moins sincèrement chrétienne.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

Offert par