Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Troisième partie. Une frontière éclatée (1635-1670)

Chapitre XII. Frontière et société, un intime processus

Texte intégral

  • 1 Angelo Ara, Claudio Magris, Trieste. Une identité de frontière, Paris, 1991, p. 241.

« Si c’est une frontière, cette dernière devient... une manière de vivre et de sentir, une structure psychologique et poétique... »1.

1L’ouverture corsaire et économique de Malte avait pour conséquence un essor démographique important de l’archipel, ainsi qu’une dilatation du milieu portuaire ou` s’installaient à la fois des ruraux fuyant les campagnes miséreuses et des étrangers attirés par les nombreux emplois offerts par les activités maritimes. Le développement des contacts interculturels ou interethniques et le cosmopolitisme portuaire qu’entraînaient ces mouvements migratoires posaient à Malte le problème commun aux frontières, porteuses d’une uniformisation des genres de vie : celui d’une dilution potentielle de son identité. Pour que le sentiment du contraste des civilisations perdurât, il devenait alors nécessaire de contrôler les nouveaux venus, en excluant ceux qui constituaient un danger (les non-chrétiens et les non-catholiques) et en soumettant les autres à un encadrement politique et religieux auquel la population locale était déjà soumise, et en exigeant d’eux une assimilation au corps social par la pratique du catholicisme et par le biais d’un mariage, qui permettaient l’adhésion à l’identité insulaire.

  • 2 F. J. Turner, La frontière dans l’histoire des États-Unis... cit.
  • 3 Peter Sahlins, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis (...)
  • 4 Charles Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, Trad. française, Paris, 1989.
  • 5 Robert Bartlett and Angus MacKay (dir.), Medieval Frontier Societies, Oxford, 1989.

2L’historiographie récente témoigne d’un intérêt nouveau pour cette relation intime entre les frontières et les hommes. Déjà en 1893, Turner percevait dans la frontière l’élément constitutif de l’identité américaine, par le modelage d’une société particulière qui en présentait la dualité : dynamique et attractive, elle était extrêmement soumise à un contrôle religieux, véritable ciment du corps social, qui favorisait un processus d’assimilation des nouveaux venus2. La réflexion anglo-saxonne sur l’épaisseur charnelle des frontières aida à la poursuite de l’intérêt porté aux sociétés situées sur ces zones. Peter Sahlins s’est ainsi intéressé à la constitution d’une identité cerdane née de la frontière pyrénéenne disputée par les royaumes de France et d’Espagne3 ; Charles Whittaker, à celle des frontières romaines4 ; enfin, un colloque anglais récent présente le mérite d’avoir réfléchi sur l’existence de sociétés frontalières à l’époque médiévale, sur leur naissance et leurs traits spécifiques marqués par une vie militaire encore forte et par un développement de contacts commerciaux et inter-ethniques5.

  • 6 Philippe Sénac, La Frontière et les hommes (viiie-xiie siècles). Le peuplement musulman au nord de (...)
  • 7 Beatriz Alonso Acero, Orán-Mazalquivir (1589-1639). Una sociedad española en la frontera de Berberí (...)
  • 8 Henri Bresc, Christiane Veauvy (dir.), Mutations d’identités en Méditerranée. Moyen Âge et Époque c (...)
  • 9 Robert Ilbert, Alexandrie, 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine, Le Caire, 2 tomes, 1996 ((...)
  • 10 Samuel Fettah, Les limites de la cité. Espace, pouvoir et société à Livourne au temps du port franc (...)

3En ce qui concerne l’historiographie européenne, nous devons mentionner les travaux actuels de Philippe Sénac sur la frontière aragonaise6 et de Beatriz Alonso Acero, sur les présides d’Oran et de Mazalquivir7. Aux franges de la civilisation musulmane, la frontière favorisait en péninsule espagnole une union des chrétiens au cours d’un lent processus de reconquête territoriale et démographique, qui n’excluait pas le maintien de contacts avec les musulmans. Dans les présides, la frontière se vivait au quotidien de manière une peu différente : l’enjeu était moins la conquête que la tenue militaire, économique, humaine et religieuse du préside face au danger de l’autre. Signalons également l’ouvrage collectif dirigé par Henri Bresc et Christiane Veauvy sur les Mutations d’identités en Méditerranée aux époques médiévale et contemporaine8 ; s’il ne traite pas spécifiquement des frontières, il présente une réflexion d’ensemble sur les identités chrétiennes et musulmanes essentielle à l’étude de notre frontière. La question du lien entre frontière et société pose en effet le double problème de l’identité et du cosmopolitisme ; les travaux menés sur les grands ports méditerranéens et sur les communautés qui y vivent, nous sont ici utiles. Nous pouvons mentionner la thèse de Robert Ilbert sur Alexandrie à l’époque contemporaine9 ou celle de Samuel Fettah sur Livourne au temps du port franc10.

4Mais la frontière maltaise à l’époque moderne cultivait sa singularité. De par sa fixité dans un territoire, elle se rapprochait de celle des présides d’Oran et de Mazalquivir, mais s’en distinguait par l’absence de communautés juive et musulmane. Témoignant, avec plus du tiers d’étrangers dans la population, d’un cosmopolitisme observable dans des ports méditerranéens bien plus importants, elle fonctionnait de manière différente, en refusant aux catholiques toute velléité communautaire et en favorisant, par le maintien intransigeant de sa religion, une assimilation rapide et efficace.

UNE SOCIÉTÉ OUVERTE

LA POUSSÉE DÉMOGRAPHIQUE

  • 11 S. Fiorini, « Demographic growth and the urbanization of the maltese countryside », art. cit., p. 2 (...)
  • 12 Carmelo Trasselli, « Una statistica maltese del secolo xvi », art. cit., p. 478.
  • 13 ASV, Congregazione del Concilio, Relationes Diœcesium 514A.
  • 14 ASV, CC, RD 514A, f° 117r., 10 février 1590.
  • 15 ASV, CC, RD 514A, f° 218r., 7 avril 1595.

5Avant la fin du xvie siècle, nous ne disposons que de rares informations quant à la population de l’archipel maltais. Selon un décompte des feux réalisé par l’Ordre peu après son installation, en 1535, le nombre d’habitants s’élevait à 28 500 âmes, dont 6 500 environ à Gozo et 22 000 à Malte11. Par la suite, aucun dénombrement ne fut effectué avant celui de 1590, que l’Ordre effectua afin d’attester de la croissance démographique de son archipel et de réclamer en conséquence une augmentation de la quantité de céréales importées de Sicile. Cette année-là, le nombre d’habitants fut estimé à 28 864 personnes, dont 1 864 seulement à Gozo12. Il est vrai que la population de Gozo, qui se montait à environ 5 000 personnes en 1551, avait été presque entièrement razziée par les Barbaresques cette an-née-là et que le repeuplement de la petite île avait été progressif durant toute la seconde moitié du siècle. L’année 1590 marque également le commencement à Malte des visites ad limina, effectuées en moyenne tous les quatre ans et qui dressaient régulièrement un décompte des âmes du diocèse. Les comptes rendus de ces visites se trouvent aux Archives Vaticanes13 et offrent de précieux renseignements sur la population de l’archipel et l’encadrement religieux de celle-ci. Le décompte des habitants fait par l’Ordre en 1590 coïncide peu ou prou avec celui du personnel épiscopal, qui recensa exactement 29 354 personnes14 ; toutefois, lors de la visite de 1595, le rappel de la population de 1590 reprit le décompte de l’Ordre, c’est-à-dire le total de 28 864 habitants15.

Source : ASV, Congregazione del Concilio, Relationes Diœcesium 514A et AOM 6421, ff° 75r.-80r.
Graphique 9 – La population de l’archipel maltais au xviie siècle (1590-1681).

  • 16 ASV, CC, RD 514A, f° 218r., 7 avril 1595.

6En ce qui concerne le xviie siècle, les dénombrements sont plus nombreux : outre les réguliers décomptes des âmes épiscopaux, nous disposons de six recensements effectués par l’Ordre en 1614, 1617, 1632, 1645, 1658 et 1687, qui dressent un état précis de la population portuaire, rarement distinguée de celle de l’archipel par les visites ad limina. Le graphique a été dressé à partir des estimations de la population maltaise et gozitaine faites au cours des visites épiscopales. Les huit dates (1590, 1595, 1608, 1638, 1650, 1662, 1676 et 1681) ont été retenues parce qu’elles faisaient état du nombre précis d’insulaires ; nombre de relations ne donnaient pas toujours ce renseignement. Nous constatons d’abord que la population de l’archipel à la fin du xvie siècle, quel que soit le chiffre retenu (28 864 habitants selon l’Ordre, 29 354 personnes selon l’évêché), n’avait guère augmenté par rapport au premier recensement de 1535. Elle connut ensuite une chute spectaculaire entre 1590 et 1595, passant à 21 102 personnes, per la fame et peste et partiti da detto diocese sono mancate numero sette milia settecento sessanta doi anime16, soit une perte de 7 762 personnes. La grande disette de 1590-91, suivie de l’épidémie des années 1592-93 et vraisemblablement de multiples départs des insulaires à destination de la Sicile, avait ainsi occasionné la disparition de presque un tiers (26,9 %) de la population de l’archipel !

  • 17 ASV, CC, RD 514A, f° 469r., 16 octobre 1608.
  • 18 AOM 105, ff° 99v.-100r., 15 janvier 1614 ; AOM 6421, ff° 75r.-76r., 15 janvier 1614.
  • 19 AOM 6421, ff° 76v.-80r., 7 août 1617.
  • 20 ASV, CC, RD 514A, f° 607r., 28 mai 1638 (soit 39 433 à Malte même «...anima in hac insularum ascend (...)
  • 21 ASV, CC, RD 514A, f° 1068v., 7 février 1648 («...quod animæ sub mea iuridictione ascendunt ad quadr (...)
  • 22 ASV, CC, RD 514A, non folioté, rapport du 1er septembre 1662.
  • 23 S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese countryside... », art. cit., p (...)
  • 24 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 octobre 1676.
  • 25 ASV, CC, RD 514A, f° 517v., 25 mars 1681.

7Puis, tout au long du siècle suivant, la croissance démographique fut assez régulière, à l’exception du grand creux de 1676, consécutif à la grave épidémie de peste que connut Malte en 1675-76. Les visites ad limina et les recensements de l’Ordre se font l’écho de la progression sans précédent du nombre d’habitants. Celui-ci passe en effet de 21 102 en 1595 à 32 000 environ en 160817 ; il se stabilise ensuite autour de 42 000 habitants pendant presque un demi-siècle (41 087 en 161418, 43 798 en 161719, 42 433 en 163820 et 42 000 environ en 1648-5321) avant de s’élever jusqu’à 45 000 environ en 166222. Après cette date, nous sommes confrontés à la dépopulation forte de la peste de 1675, qui couˆ ta la vie à 11 000 personnes dans l’archipel, dont 9 000 environ dans le port23 : le status animarum de 1676 comptabilisa en effet 36 000 habitants environ, soit presque autant qu’au tout début du siècle !24 Mais grâce à l’accroissement démographique et à une immigration toujours forte, en 1681, l’archipel maltais était peuplé d’environ 48 900 habitants25.

  • 26 Voir Partie II, Chapitre VII.

8Ainsi, exception faite des accidents de 1591-93 et de 1675-76, la population maltaise avait été multipliée par 2,3 en un peu moins d’un siècle. À cela, plusieurs raisons qui toutes se rattachaient au rôle de l’Ordre joué dans son archipel. En premier lieu, l’installation des chevaliers à Malte avait accru le ravitaillement de l’archipel en denrées céréalières et en diverses marchandises consommables ou non. Les importations franches de taxes de froment et d’orge de Sicile avaient accru pour la population la consommation de blé des insulaires26. La nouvelle importance acquise par Malte à la fin du xvie siècle, puis le développement de ses activités maritimes avaient attiré de nouveaux acteurs sur le marché insulaire et avaient favorisé une richesse certaine de l’île, pénétrée par des marchandises diverses et nouvelles, produits plus ou moins licites de la course ou des trafics commerciaux. Un essor économique indéniable ; une meilleure nourriture au quotidien ; des soins mieux dispensés par un Ordre hospitalier soucieux de préserver son port et son fief d’épidémies meurtrières par la formation de médecins et l’envoi régulier de médicaments ; une immigration forte d’étrangers... expliquent que la population de l’archipel s’accrut de manière régulière durant tout le xviie siècle et toute l’époque moderne.

9Le premier espace à bénéficier de ces avantages fut évidemment le Grand Port, résidence du Couvent, lieu d’installation de tous les étrangers et destination principale des nombreux navires, cargaisons et richesses.

Tableau 17. L’ÉVOLUTION DE LA POPULATION PORTUAIRE (1590-1687)

Tableau 17. L’ÉVOLUTION DE LA POPULATION PORTUAIRE (1590-1687)

C. Trasselli, « Una statistica maltese del secolo xvi », art. cit., p. 478. Selon le recensement, le nombre d’habitants de La Valette est de 3 397 en 1590. Nous avons choisi d’y ajouter les esclaves et les membres de l’Ordre, qui sont comptabilisés dans les recensements suivants, de 1614 et 1617. En 1590, il y avait 1 405 esclaves dans le port, qui se répartissaient dans les deux prisons de La Valette (la plus grande) et de Vittoriosa (la plus ancienne). Nous avons considéré qu’un millier d’esclaves environ devaient résider dans La Valette contre 400 à Vittoriosa. Enfin, nous avons rajouté à la population de La Valette les 1 330 membres du Couvent, que Ludovico de Torres avait comptabilisés en 1576 (Paolo Collura « Le due missioni di Monsignore Ludovico I de Torres in Malta (1576-1579) », in Archivio storico di Malta, Anno VIII, 1937, p. 41).

S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese countryside », art. cit., p. 304 et p. 308. Les chiffres donnés par les recensements de 1632, 1645, 1658 et 1687 ne comprennent ni les membres de l’Ordre ni les esclaves. Nous avons ajouté au décompte initial quelque 1 500 membres du Couvent et tout autant d’esclaves (car le nombre d’esclaves passe à 2 000 environ au xviie siècle et en 1623, une nouvelle prison des esclaves est construite à La Valette : la proportion est donc grosso modo de 500 esclaves à Vittoriosa et de 1 500 environ à La Valette).

Graphique 10 – La population du Grand Port (1590-1687).

  • 27 S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese countryside... », art. cit., p (...)

10Le tableau et le graphique témoignent du fort accroissement de La Valette et des Trois-Cités, dont le nombre d’habitants passa de 11 591 à la fin du xvie siècle à 22 143 en 1687. Le doublement de la population portuaire peut sembler assez ordinaire, étant donné que celle de l’archipel fut elle-même multipliée par 2,3 en moins d’un siècle. Précisons toutefois que ce doublement concerne uniquement l’espace proprement dit du « Grand Port », c’est-à-dire les quatre villes de La Valette, Vittoriosa, Senglea et Bormula. Or, au cours du xviie siècle, le port de Malte s’était étendu en superficie, avec d’abord la construction souhaitée par le Grand Maître de Paule en 1626, de la cité de Paola, située non loin de Bormula27, et ensuite par l’édification de la Floriana, en 1636-1645. En outre, la part de la population portuaire par rapport à celle de l’archipel ne cessa de grandir en un siècle : représentant 39,9 % des habitants en 1590 (soit 11 591 personnes sur 29 000 insulaires environ), elle s’éleva à 45,1 % dans les années 1680 (soit 22 143 personnes en 1687 sur une population qui se montait à 48 900 âmes en 1681). La moitié des habitants de l’archipel se concentrait donc dans le Grand Port et dans sa périurbanisation (Floriana).

  • 28 NLM, Ms 1210, f° 142r., année 1666 (cité par S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization (...)

11Ces nouveaux espaces périurbains permettaient en effet de désengorger le Grand Port. Le graphique 10 reflète l’augmentation générale du nombre d’habitants, jusqu’en 1632 ou` elle atteignit le pic, jugé crucial par l’Ordre, de 21 991 personnes ; après cette date, la population décrut fortement et tomba à moins de 20 000 âmes en 1645. Durant toute la décennie 1635-1645 en effet, Paola et surtout Floriana abritèrent les nouveaux arrivants et même plusieurs habitants que le Grand Port ne pouvait plus contenir. Le désengorgement de La Valette et des Trois-Cités fut toutefois de courte durée et en 1658, le Grand Port groupait 22 253 habitants et dépassait le seuil de population de 1632. Confronté au problème, l’Ordre défendit formellement en 1666 à tout immigré de s’installer désormais à La Valette et dans les Trois-Cités28. La conséquence de cette décision se lit dans la stagnation de la population : en trente ans, de 1658 à 1687, le nombre d’habitants demeura identique, exception faite évidemment du creux consécutif à la peste de 1675-76, qui fut très vite comblé, ce qui attestait de l’indéniable dynamisme démographique de l’espace portuaire.

LE BRASSAGE DES POPULATIONS CATHOLIQUES

Quitter la campagne : l’exode rural maltais

12Un exode rural massif se produisit à partir de la fin du xvie siècle, qui concerna aussi bien les campagnes situées aux marges de l’ensemble portuaire que celles qui s’en trouvaient plus éloignées. Postérieur aux premières vagues d’immigration italienne, grecque et française, l’exode rural coïncida avec la grande pénétration de l’île par les Français, à tel point que nouveaux venus français ou maltais se massèrent dans les quartiers encore déserts de la toute jeune capitale La Valette. Affluant dans le Grand Port, des Maltais de l’intérieur et des Gozitains pauvres avaient fui la misère de leur condition dans l’espoir d’un métier nouveau au service de l’Ordre ou de quiconque souhaitant les employer.

  • 29 Nous employons « Maltais » pour désigner tous les habitants de l’archipel, y compris gozitains.

13Le nombre de mariages de Maltais29 de l’île au sein du Grand Port s’était considérablement accru au cours du xviie siècle, passant de 153 durant la période 1575-1610 qui marque le début de l’exode rural, à 633 entre 1640 et 1670. Le calcul de la proportion des mariages de Maltais de l’intérieur permet de mieux dater l’exode rural. Avec 153 mariages sur 2 450, les nouveaux venus représentaient 6,2 % des mariages à la fin du xvie siècle ; un demi-siècle plus tard, la part des immigrés s’était élevée à 10,5 %, propotion qui marque le point culminant de la migration intra-insulaire ; à la fin du xviie siècle, elle décrut légèrement jusqu’à 9,6 %, témoignage d’une stabilisation du courant migratoire. Bien évidemment, on peut objecter que cette proportion demeure relative : comme pour les étrangers, elle ne représente en effet que les célibataires qui ont fait souche dans le port après un mariage, et ne donne nulle indication sur les ruraux (sans doute nombreux) qui ont pu au cours du siècle émigrer vers le port avec leur famille. En dépit de cette prudence nécessaire, les mariages demeurent, outre l’unique source, un excellent indicateur de la vie du milieu portuaire et de l’attraction qu’elle suscitait sur les populations étrangères comme insulaires.

Carte 12 – L’exode rural au xviie siècle.

  • 30 Soit 429 mariages sur 1 267.
  • 31 AOM 105, f° 100r., 11 janvier 1615, Dénombrement effectué par le chevalier Bernard d’Espelletta, Pr (...)
  • 32 S. Fiorini, « Demographic growth and the urbanization of the Maltese Countryside... », art. cit., p (...)
  • 33 AOM 105, f° 100r., 11 janvier 1615.
  • 34 S. Fiorini, « Demographic growth... », art. cit., p. 306.
  • 35 S. Fiorini, « Demographic growth... », art. cit., p. 307.
  • 36 AOM 104, f° 6r., 13 mai 1611.

14La carte reflète les principaux lieux d’émigration de l’archipel. Ce sont les casaux voisins du Grand Port, c’est-à-dire ceux de Birkirkara, Qormi, Tarxien, Zejtun, Zabbar et Luqa, qui fournirent au xviie siècle un tiers (33,9 %30) des émigrés. La proximité du milieu portuaire incitait plus facilement au départ ; mais la forte proportion de migrants s’explique aussi par le fait que les casaux situés dans le voisinage du port étaient les plus peuplés. Par exemple, les villages de Qormi et Birkirkara, que 300 hommes quittèrent en un siècle, comptaient en 1614 et en 1687, entre 2 07031 et 2 669 habitants32 pour Qormi et entre 1 98133 et 2 251 habitants34 pour Birkirkara, alors qu’à la même époque, certains villages de l’intérieur ne groupaient que 400 (Gudja, Mqabba) à 600 âmes (Qrendi)35. Enfin, le taux d’émigration élevé des casaux de Qormi et de Zebbug s’explique par la voie qui reliait l’ancienne capitale, Mdina, à la nouvelle, La Valette ; nettement perceptible sur la carte, cette voie était aussi celle que suivait l’acqueduc, construit à l’époque du Grand Maître Alof de Wignacourt pour approvisionner le Grand Port en eau douce36.

  • 37 Soit 169 mariages sur 2 669 habitants en 1687.
  • 38 Soit 66 mariages sur 1 109 habitants.
  • 39 Soit 58 mariages sur 1 127 habitants.
  • 40 Soit 101 mariages sur 2 251 habitants.
  • 41 Soit 56 mariages sur 1 607 habitants.
  • 42 2 % (25 mariages sur 1 243 habitants).
  • 43 2,3 % (16 mariages sur 673 habitants).
  • 44 3 % (43 mariages sur 1 394 habitants).
  • 45 3,3 % (116 mariages sur 3 484 habitants).
  • 46 3,8 % (56 mariages sur 1 463 habitants).
  • 47 Soit 71 mariages sur 1 813 habitants.
  • 48 Soit 114 mariages sur 1 633 habitants.
  • 49 Soit 35 mariages sur 485 habitants.

15Disposant du nombre d’habitants de la plupart des villages maltais pour l’année 1687, nous pouvons calculer la part approximative de migrants pour l’ensemble du xviie siècle. Nous constatons ainsi que 6,4 % des habitants émigrèrent depuis Qormi37, 6 % depuis Luqa38, 5,2 % depuis Zabbar39, 4,5 % depuis Birkirkara40 (bien que le ca-sal euˆ t fourni un des plus grands nombres de migrants au cours du xviie siècle, la part des départs y était plus faible qu’ailleurs) et 3,5 % depuis Zejtun41. Ces proportions étaient donc globalement plus élevées que celles du reste de l’île, ou` la part moyenne des migrations oscillait entre 2 % (Mosta42, Qrendi43) et 3 % (Siggiewi44, Zebbug45, Naxxar46) de la population. Notons toutefois trois exceptions, celles de Rabat (faubourg de Mdina), de Gudja et de Zurrieq : les trois bourgs sont éloignés du milieu portuaire, mais fournissent quand même 4 % de sa population pour Zurrieq47, 6,9 % pour Rabat48 et 7,2 % pour Gudja49. Bien que faiblement peuplé (485 âmes), le village de Gudja, sans doute très pauvre, connut la plus forte émigration au cours du siècle.

16La société maltaise, et plus spécifiquement portuaire puisque les campagnes demeurèrent relativement fermées aux influences extérieures, n’apparaissait donc pas aux xvie-xviie siècles comme un corps figé et immobile. En pleine croissance économique et démographique, le Grand Port était caractérisé par une activité fiévreuse et par le mélange, puis l’assimilation de populations catholiques venues de toutes origines, dont les mariages nombreux portaient témoignage.

Venir à Malte : les étrangers

a) Des immigrés de plus en plus nombreux

  • 50 AOM 256, f° 61r., 4 février 1627.

17Conscients de leur grand nombre, les chevaliers avaient manifesté le souci de dresser le décompte exact des étrangers installés durablement dans le Grand Port, mariés ou non : en 1627, le Grand Maître avait ordonné un recensement précis des étrangers, avec indication de leurs nom et prénom, leur profession, leur âge, leur nationalité et leur épouse éventuelle50. Ces archives précieuses ont vraisemblablement disparu et les seuls renseignements dont nous disposons aujourd’hui concernent les mariages de ces étrangers, consignés dans les registres paroissiaux de La Valette (paroisses de Porto Salvo et de San Paolo) et des Trois-Cités qui n’avaient chacune qu’une paroisse. Bien évidemment, les données extraites des registres matrimoniaux doivent être maniées avec prudence : elles donnent une image légèrement approximative de l’immigration dans le port, puisqu’elles ne prennent en compte que les étrangers non mariés, qui ont convolé dans le port. Nous ne disposons d’aucune information concernant des étrangers déjà mariés qui ont pu s’installer à Malte avec leur famille. Tous les calculs établis à partir des mariages correspondent alors plus à des estimations qu’à des chiffres réels ; mais les mariages demeurent une preuve indéniable du fort cosmopolitisme du port.

Tableau 18. LES MARIAGES DANS LE GRAND PORT (1575-1670)

Tableau 18. LES MARIAGES DANS LE GRAND PORT (1575-1670)

Source : ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Liber Matrimoniorum, Vol. I, II, III, IV ; ACM, AP La Valette, Saint-Paul, Liber Matrimoniorum, Vol. I, II, III ; ACM, AP Vittoriosa, Liber I Baptizatorum, matrimoniorum, mortuorumque, Liber Matrimoniorum, II ; ACM, AP Senglea, Liber Matrimoniorum, Vol ; ACM, AP Cospicua, Liber I Baptizatorum, matrimoniorum, confirmatorum et mortuorum, Liber II Matrimoniorum.

Graphique 11 – Nombre de mariages d’étrangers dans le Grand Port (1575-1670).

18Le tableau 18 recense l’ensemble des mariages célébrés dans le Grand Port entre 1575 et 1670, entre Maltais du lieu, Maltais de l’intérieur de l’île (ou Gozitains) et étrangers. Le nombre de mariages, et donc d’installations d’étrangers à Malte, va croissant durant tout le xviie siècle, comme en témoigne le graphique 11 : passant de 659 entre 1575 et 1610 à 2 486 à la fin du xviie siècle, il a été multiplié par 3,8, alors qu’à la même époque, le nombre total de mariages dans le port n’a été multiplié que par 2,7. Mais ce n’est pas tant l’augmentation du nombre de leurs mariages qui reflète la pénétration toujours plus forte du Grand Port par les étrangers, puisque la population maltaise avait fortement cru, et par voie de conséquence, le nombre de mariages également : c’est plutôt l’accroissement régulier de la part des étrangers dans la population portuaire qui témoigne de leur présence de plus en plus prégnante. Le graphique 12 illustre cette hausse particulièrement nette au cours de la première moitié du xviie siècle.

Graphique 12 – L’évolution de la part des étrangers dans la société portuaire.

Tableau 19. ESTIMATION DU NOMBRE D’ÉTRANGERS

Tableau 19. ESTIMATION DU NOMBRE D’ÉTRANGERS

L’évaluation est approximative car nous avons retranché au décompte de la population de La Valette les membres du Couvent (environ 1 500) et les esclaves (un millier environ), qui avaient été intégrés dans le recensement de 1617, alors qu’ils ne le furent pas après.

19Avec 659 mariages sur 2 450, les étrangers représentaient à la fin du xvie siècle 26,9 % des mariages et donc, à peu près, des habitants ; cette proportion s’éleva fortement jusqu’à 38,5 % au milieu du siècle suivant, avec 1 762 mariages sur un total de 4 576, et demeura stable dans les années 1640-1670 (2 486 mariages sur un total de 6 542, soit une proportion de 38 %). Ainsi, dès le début du xviie siècle, plus du tiers des habitants de confession catholique était des étrangers. Si l’on reporte cette proportion à la population portuaire (exception faite des membres de l’Ordre et des esclaves), nous obtenons une moyenne séculaire de 7 000 étrangers catholiques pour 11 000 Maltais environ (Tableau 19).

  • 51 M. Fontenay, « L’esclave galérien dans la Méditerranée... », art. cit., p. 119.
  • 52 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668.
  • 53 S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese Countryside... », art. cit., p (...)

20Évidemment, si à cette proportion déjà forte d’étrangers catholiques, nous tentons d’ajouter celle des esclaves (environ 10 % de la population) et celle de l’Ordre, dont la grande majorité des membres, même des servants d’armes, n’était pas maltaise, nous obtenons une part d’étrangers dans le port maltais encore plus grande. Pour ne prendre qu’un exemple, nous savons qu’en 1669, le nombre d’esclaves s’élevait à 2 200 environ51 et que celui des membres du Couvent était de 1 900 personnes52, si l’on en croit un rapport de visite épiscopale ; si l’on ajoute à ces 3 900 personnes les 7 000 étrangers catholiques, nous obtenons une proportion d’environ 49 % (soit 10 900 étrangers sur 22 200 habitants au total environ53) de la population portuaire qui n’est pas d’origine maltaise, preuve s’il en est du cosmopolitisme du port.

b) Les nationalités catholiques

21Tous les groupes d’étrangers catholiques connurent une augmentation sensible de leurs membres entre la fin du xvie et la fin du xviie siècle, mais trois d’entre eux dominaient incontestablement le milieu portuaire de l’époque : les Italiens, qui étaient présents depuis le Moyen Âge, du fait des liens qui nouaient l’archipel à la Sicile ; les Grecs, dont l’installation dans l’île fut contemporaine de celle des Hospitaliers ; les Français, qui commencèrent à s’établir à la fin du xvie siècle et qui occupèrent au siècle suivant une place prépondérante.

Tableau 20. ÉVOLUTION DU NOMBRE DE MARIAGES D’ÉTRANGERS PAR NATIONALITÉ (1575-1670)

Tableau 20. ÉVOLUTION DU NOMBRE DE MARIAGES D’ÉTRANGERS PAR NATIONALITÉ (1575-1670)

Source : ACM, AP La Valette, paroisses de Porto Salvo et Saint-Paul ; AP Vittoriosa ; AP Senglea ; AP Cospicua (registres des mariages).

Graphique 13 – Évolution de la part des étrangers par nationalité.

Tableau 21. ESTIMATION DU NOMBRE D’ÉTRANGERS CATHOLIQUES PAR NATIONALITÉ AU xviie SIÈCLE

Tableau 21. ESTIMATION DU NOMBRE D’ÉTRANGERS CATHOLIQUES PAR NATIONALITÉ AU xviie SIÈCLE
  • 54 Soit 463 mariages sur 1 762.
  • 55 Soit 717 unions sur 2 486.
  • 56 Soit 865 mariages sur 1 452.
  • 57 Soit 218 mariages sur 1 452.
  • 58 Soit 137 mariages sur 1 452.

22Le premier groupe, qui était aussi le plus important au xvie siècle, était celui des Italiens. Jusqu’aux premières années du xviie siècle, ils représentaient, avec 272 mariages sur 649, 41,3 % des étrangers, soit presque la moitié. Cette suprématie s’effaça au cours du siècle, sous la poussée de l’immigration française : la part des Italiens chuta donc à 26,3 % dans les années 1610-164054, avant de se stabiliser autour de 28 % à la fin du siècle55. Ainsi, au xviie siècle, leur nombre moyen oscillait entre 1 800 et 2 000 personnes, ainsi que le montre le Tableau 21. Pour une forte majorité (59,6 %)56, ils étaient originaires du sud de la péninsule. Les plus nombreux étaient les Siciliens, qui totalisaient 621 unions (soit 71,7 %). Les autres venaient du royaume de Naples, et particulièrement de la capitale ou bien des régions de Calabre et des Pouilles. Nous observons également la présence notable de Vénitiens (15 % des Italiens57) et des Génois (9,4 %)58.

  • 59 Voir Partie II, Chapitre VI.
  • 60 NAV, R 316/17, ff° 151r.-153r., 1er septembre 1600.
  • 61 AOM 737, f° 67r., 12 juillet 1635.
  • 62 AOM 471, f° 265v., 4 mai 1646.

23Nous ne disposons d’aucune information précise quant aux métiers qu’exerçaient ces Italiens, mais nous pouvons supposer qu’ils s’illustraient dans les activités maritimes, corsaires et commerciales, ainsi que dans celle d’artisans. Les Siciliens étaient les plus nombreux à pratiquer la course, mais ils ne rivalisaient guère avec les Français (qui représentaient 30 % des corsaires laïcs, contre 11 % environ pour les Siciliens), même à la fin du xvie siècle, c’est-à-dire à l’époque où les Italiens étaient plus nombreux dans le port59. Enfin, précisons que les Vénitiens étaient plus souvent que les autres Italiens présents dans le rachat des esclaves juifs (qui étaient eux-mêmes fréquemment vénitiens ou livournais). Pour ne citer que quelques exemples, en 1600, deux marchands vénitiens se chargèrent du rachat et du transport de 12 esclaves juifs de Venise60, cependant qu’en 1635, ce fut encore un intermédiaire vénitien qui négocia le rachat de 11 esclaves juifs qui appartenaient à un chevalier, pour la somme de 4 000 pièces d’or61. Enfin, en 1646, le marchand vénitien installé à Malte, Filippo Piero, était intermédiaire de rachat de captifs juifs de l’Ordre62.

  • 63 S. Fiorini, « The Rhodiot Community of Birgu, a Maltese city : 1530-1550 », art. cit., p. 184.

24Second groupe dans l’ordre chronologique de son apparition à Malte, celui des Grecs était également le second en nombre au xvie siècle, puisqu’il totalisait 181 mariages sur 659 et représentait 27,4 % de la population étrangère du port. Comme pour les Italiens, son importance au sein de la population déclina au siècle suivant, et au xviie siècle, il ne représentait plus que 13,5 % à 13,9 % des habitants, ce qui correspondait à un millier de personnes tout au plus. À l’époque moderne, leur présence remontait à l’arrivée des chevaliers en 1530, qui avaient quitté Rhodes, escortés d’un goupe de 1 000 à 2 000 Rhodiens63 ; le noyau d’origine fut ensuite renforcé par une immigration faible mais régulière.

  • 64 ASV, CC, RD 514A, f° 117r., 10 février 1590 («...Li diocesi di Malta ha tre parrochie di greci nell (...)
  • 65 NLM, Ms 23, f° 271r.
  • 66 ASV, CC, RD 514A, f° 1068v., 7 février 1648 («...quod diocesis mea hæc ha-ber triginta parochias su (...)
  • 67 Soit 491 unions sur 764.
  • 68 Soit 45 mariages sur 491.
  • 69 Soit 58 mariages sur 491.
  • 70 Soit 150 mariages sur 491.
  • 71 Soit 61 mariages sur 491.

25Ces Grecs se partageaient en deux catégories distinctes : les catholiques de rite grec (anciens Rhodiens) et les catholiques de rite latin. À la fin du xvie siècle, une visite épiscopale nous précise que 192 catholiques étaient de rite grec dans le port64 et qu’ils se groupaient en trois paroisses, situées l’une à Vittoriosa (église Saint-Georges) et les deux autres à La Valette (églises Sainte-Marie Damascène et Saint-Nicolas)65. Leur nombre décrut par la suite, puisque au milieu du xviie siècle, les visites ad limina ne décomptent plus que deux paroisses66, celle de Saint-Nicolas ayant été supprimée, faute de fidèles. Quant aux Grecs de rite latin, qui dépendaient des cinq paroisses latines du Grand Port, leur nombre avoisinait les 750-800 personnes environ (voir Tableau 21). Pour une forte majorité (64,3 %)67, ces Grecs étaient originaires des îles : de Rhodes évidemment (9,2 %68), les nouveaux venus ayant conservé des liens avec leur île d’origine, mais également de Chypre (11,9 %69) ou d’îles géographiquement plus proches de Malte, comme la Crète (30,6 %70) ou Zante (12,4 %71). La présence importante de Crétois à Malte s’explique par un afflux massif d’insulaires au moment de la guerre de Candie. En effet, entre 1645 et 1670, les registres paroissiaux témoignent de l’installation et du mariage dans le port de 46 Crétois, soit presque la moitié de tous ceux (99) qui s’étaient installés au cours des sept décennies précédentes (1575-1645).

  • 72 Soit 136 mariages sur 659.
  • 73 Soit 719 unions sur 1 762.
  • 74 Soit 1 844 sur 1 927.

26Le troisième groupe, et certes non le moindre, était celui des Français. Assez peu important encore à la fin du xvie siècle, puisqu’il représentait à peine 20,7 % de la population étrangère72, il devint prépondérant au siècle suivant, représentant dès les années 1610-1640, 40,8 % des étrangers73, puis 43,2 % durant la seconde moitié du siècle (totalisant à ce moment-là 1 072 mariages sur 2 486), soit une part encore plus forte que celles des Italiens au siècle précédent. On peut estimer le nombre moyen de Français au xviie siècle à 2 800-3 000 personnes. Presque tous (96 %74) étaient originaires de Marseille et du littoral provençal (Six-Fours, Saint-Tropez, Cassis). Dominants en nombre, les Français occupaient également une place de choix dans toutes les activités maritimes : ils représentaient 30 % des corsaires laïcs et plus de la moitié des corsaires étrangers, tandis qu’ils s’illustraient largement dans le commerce des marchandises et des hommes.

  • 75 ACM, AP Cospicua, f° 11v., 7 août 1605.
  • 76 NAV, R 286/1, ff° 103r.-104r., 27 janvier 1599, contrat de commerce liant Jacques et Louis dans un (...)
  • 77 P. Grandchamp, III, p. 91, 18 novembre 1613 ; AOM 462, f° 299v., 7 juin 1627 ; AOM 462, f° 323r., 3 (...)
  • 78 P. Grandchamp, III, p. 154, 9 octobre 1615.
  • 79 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 165, 13 décembre 1621 (Geronima, fille de Claude Olivier) ; ACM, A (...)
  • 80 ACM, AP Valetta, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 168r., 28 septembre 1645 (Claude Olivier).
  • 81 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 194, 17 octobre 1625.

27On les trouve dans les trafics avec la rive barbaresque (Tripoli, Tunis et Tabarka pour le rachat des esclaves, le commerce des marchandises, particulièrement du corail) et levantine (Alexandrie, Smyrne, Istanbul). Souvenons-nous des grandes familles françaises établies à Malte au xviie siècle : les Daniel, très présents dans le trafic maltais du début du xviie siècle, et dont l’un des frères, Louis, s’installa et se maria à Bormula en 1605 avec une insulaire75, tandis que son frère Jacques le soutenait dans ses activités depuis Six-Fours et Marseille76. Ensemble, ils pratiquèrent le commerce avec la rive musulmane77 et firent office d’intermédiaires de rachat entre Malte et Tunis78. Il en alla de même avec la famille Olivier de Marseille qui, au milieu du siècle, s’illustra dans le trafic avec le Levant : dans les années 1620, les frères Claude et Jamet, marchands de Senglea firent épouser leurs filles à des négociants de la même cité79, puis la famille s’élargit au point qu’en 1645, un des fils de Jamet, Claude, était installé à La Valette, la cité la plus prestigieuse du fait de sa fonction de capitale et de résidence du Couvent80. Citons enfin les Daillot, qui dominèrent la course et le commerce dans les années 1650-70, et dont le père Jean était déjà un petit marchand en 1625, lorsqu’il épousa une certaine Isabellica Roggiolo à Senglea81. Cette énumération des grandes familles françaises qui développèrent leurs activités, fondèrent vraisemblablement une fortune et parvinrent à se faire un nom respecté au sein de la société insulaire, ne doit pourtant pas occulter la réalité d’une immigration française bien plus modeste tout au long du XVIIe siècle : la grande majorité des migrants exerçait les professions de marins, galiots, pêcheurs, boutiquiers, voire était sans emploi... La meilleure preuve de leur insignifiance aux yeux des autorités se lit dans l’absence même de la mention de leur profession lors de l’enregistrement du mariage.

28Pour terminer ce tour d’horizon des étrangers du Grand Port, nous devons mentionner la présence d’Anglais et de Hollandais. Nous en dénombrons en moyenne entre 250 et 400 au grand maximum durant le siècle. Leur installation véritable débuta dans les années 1620 et se poursuivit ultérieurement de manière régulière. Leur faible représentativité dans la société étrangère tenait à leur religion même : fort peu de Hollandais et d’Anglais étaient catholiques, ou acceptaient de le devenir pour s’établir dans le port et y prendre femme. C’étaient les Hollandais qui étaient les plus nombreux : avec 119 mariages sur 194, ils représentaient 61,3 % des Européens du Nord.

  • 82 Soit 72 mariages sur 4 248 entre 1610 et 1670.
  • 83 Soit 86 mariages sur 4 248.
  • 84 M. Fontenay, « Chiourmes turques au XVIIe siècle », in Genti del mare mediterraneo, Naples, 1981, p (...)

29Après eux, nous pouvons encore noter la présence de Portugais et d’Espagnols, dont la part s’élevait à peine à 1,6 % de la population étrangère82, ce qui devait correspondre à une centaine d’individus. Enfin, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, nous observons la présence de plus en plus sensible de Russes, de Slaves et d’étrangers originaires de la péninsule balkanique, qui représentaient 2 % des non Maltais83, soit un groupe d’environ 150 âmes. Leur venue à Malte résultait de l’augmentation de la proportion d’hommes d’Europe centrale et orientale dans les chiourmes des galères ottomanes à partir du milieu du siècle84 : les corsaires maltais et les chevaliers capturant régulièrement au Levant les navires turcs et libérant les esclaves chrétiens ou faisant comparaître les renégats devant l’Inquisition, le nombre de Slaves avait augmenté à Malte. Car bien souvent, une fois libérés dans le port ou réconciliés, ces hommes choisissaient de s’installer dans l’île, d’y épouser une insulaire et de se mettre au service de l’Ordre.

  • 85 ACM, AP Vittoriosa, Liber Matrimoniorum I, f° 275r., 27 juillet 1569.
  • 86 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 188, 7 février 1625.
  • 87 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat.I, f° 75v., 29 juin 1645.
  • 88 ACM, AP Valetta, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 159v., 27 février 1645.
  • 89 ACM, AP Valetta, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 46r., 30 janvier 1655.

30Premier pourvoyeur d’emplois dans le domaine maritime, l’Ordre offrait donc à tous les nouveaux venus, quelle que fût leur origine, des possibilités de métiers extrêmement diversifiés : soldats sur les navires et dans le port pour protéger l’île de toute attaque corsaire ou militaire musulmane, galiots et marins sur les galères, ou encore toutes les fonctions que l’on trouve ordinairement sur les navires (comites et sous-comites de galères, cuisiniers, barbiers, chirurgiens, timoniers, écrivains...). En 1569, le Candiote Bernardino s’était installé à Vittoriosa après s’être engagé comme argousin sur les galères de l’Ordre85. De même, en 1625, un marin hollandais nommé Jan Jansen, s’installa à Senglea pour travailler au service l’Ordre ou de tout propriétaire de navire qui souhaite l’embaucher86. Enfin, en 1645, le Grec Michelis Papanicas, marin et ancien capitaine de navire, décida de s’établir à Bormula dans l’espoir d’être engagé par un marchand87. Parallèlement aux activités maritimes, l’Ordre proposait aux immigrés des charges de médecins, de chirurgiens et d’herboristes dans la Sacrée Infirmerie de La Valette : ainsi, en 1645, le Sicilien Giuseppe Lancelotto de Catane, vint s’installer à La Valette pour officier en tant que médecin de l’Infirmerie88, et en 1655, un Français nommé Jean Meysonat était employé comme herboriste89. Enfin, les nouveaux venus devaient certainement s’illustrer dans tous les petits métiers urbains : artisans (chausseurs, tailleurs, petits boutiquiers), taverniers, aubergistes...

  • 90 M. Fontenay, « Le développement urbain du port de Malte... », art. cit., p. 104-105.

31Bien accueillis par l’Ordre qui leur fournissait généralement un métier, trouvant dans le port des solidarités professionnelles ou de nationalités, ces immigrés catholiques, qui étaient souvent des hommes, s’y fixaient d’autant plus facilement qu’ils avaient la possibilité de s’y marier et de fonder une famille. La dangerosité des fonctions militaires et maritimes laissaient en effet veuves ou seules de nombreuses femmes, que la pauvreté marginalisaient et qui causaient souci aux autorités politiques et religieuses ainsi qu’à leur famille : aussi bien l’Ordre que le Saint-Office et le clergé souhaitaient une réinsertion de ces femmes dans une conformité morale et sociale, par le biais, si nécessaire, d’une union avec un étranger. La société maltaise se montrait donc d’autant plus accueillante envers l’immigré catholique masculin, qu’il représentait à la fois une force de travail, un atout dans l’affirmation face à la rive ennemie et une garantie de moralité publique par l’assurance d’un avenir pour des femmes démunies. Les populations catholiques se répartissaient alors dans les quatre cités plus selon leur métier que selon leur origine géographique90 et s’assimilaient aisément au milieu portuaire après leur union.

Devenir Maltais

a) S’établir dans le port

  • 91 Voir le Tableau 1 : en 1590, La Valette comptait 6 132 habitants et les Trois-Cités 5 459 ; en 1632 (...)
  • 92 Soit 3 325 unions sur un total de 4 907 mariages d’étrangers.
  • 93 Soit 1 582 unions sur 4 907.
  • 94 Soit 1 147 unions sur un total de 3 233.
  • 95 Soit 1 258 unions sur 2 963.
  • 96 Soit 920 mariages sur 1 937.

32Le cosmopolitisme urbain n’était pas homogène dans le Grand Port. Entre 1575 et 1670, les Trois-Cités, dont la population correspondait grosso modo à celle de la capitale91 étaient les plus attractives : elles représentèrent en effet 67,8 % des mariages d’étrangers92 contre 32,2 % seulement pour La Valette93. Les étrangers s’installaient donc de préférence à Vittoriosa, Senglea et Bormula plutôt que dans la capitale, qui ne groupait en son sein que 29,1 % de non-Maltais (soit 1 582 mariages sur un total de 5 435). Des disparités s’observent également entre les Trois-Cités elles-mêmes : à Vittoriosa, un peu plus du tiers des unions (35,5 %) se faisaient avec des étrangers94, tandis que Senglea groupait 42,5 % de mariages d’étrangers95 et que Bormula, incontestablement la plus cosmopolite, en totalisait 47,5 %96.

  • 97 S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the maltese countryside... », art. cité, p (...)
  • 98 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat., Volume I.
  • 99 ACM, AP Senglea, Lib. Mat.
  • 100 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat., 195 mariages sur 282 mariages d’étrangers.
  • 101 ACM, AP Senglea, Lib. Mat., 98 mariages sur 134 mariages d’étrangers.
  • 102 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat.I et Lib. Mat.II, 422 mariages sur 488 mariages d’étrangers entre 1640 (...)
  • 103 ACM, AP Senglea, Lib. Mat., 250 mariages sur 596 mariages d’étrangers entre 1640 et 1670.
  • 104 Soit 182 mariages sur 488 (contre 25,9 % à la fin du xvie siècle).
  • 105 Soit 263 mariages sur 596 (contre 17,3 % à la fin du xvie siècle, soit 23 mariages sur 134).

33Bien que Senglea fût plus peuplée d’étrangers que Vittoriosa, les deux villes, qui étaient les plus anciennes du port, présentaient des similitudes dans leur physionomie et dans l’histoire de leur peuplement. Ceintes de remparts et ne pouvant de ce fait s’accroître à l’infini, elles avaient été peuplées au cours du xvie siècle, au moment des vagues successives d’immigration des Italiens, puis des Rhodiens venus s’établir avec l’Ordre en 1530 et enfin des premiers Français arrivés à l’extrême fin du siècle. Au xviie siècle, leur population était stabilisée autour de 2 800 à 3 100 habitants pour Vittoriosa et autour de 3 000 à 3 500 personnes pour Senglea97. Les étrangers grecs, italiens et français étaient dominants depuis le xvie siècle. Entre 1575 et 1610, ils représentaient 95 % de la population étrangère de Vittoriosa (soit 268 mariages sur 282)98 et 90,2 % de celle de Senglea (soit 121 mariages sur 134)99. Grecs et Italiens étaient les plus présents : ils représentaient 72,7 % des étrangers de Vittoriosa100 et 73,2 % de ceux de Senglea101. Dans la seconde moitié du xviie siècle encore, les trois nationalités totalisaient, pour Vittoriosa, 86,5 % des mariages d’étrangers102 et pour Senglea, 41,9 %103. Mais à cette époque, les Français étaient mieux établis dans les deux villes, surtout à Senglea, et représentaient désormais 37,3 % des non Maltais de Vittoriosa104 et 44,1 % de ceux de Senglea105.

  • 106 NAV, R 286/3, Gio Luca Gauci, f° 463r., 7 décembre 1593.
  • 107 NAV, R 867/6, Tommaso Gauci, f° 229r., 17 février 1605.
  • 108 AOM 454, ff° 288r.-288v., 19 juin 1603.
  • 109 AOM 462, ff° 299v.-300r., 10 juin 1627.

34Les deux cités avaient donc connu un développement quasi simultané et attiraient sensiblement les mêmes catégories de nouveaux venus : les registres de mariages et les archives notariales témoignent qu’y résidaient beaucoup de marchands maltais ou étrangers, de capitaines de navires ou d’intermédiaires de rachat relativement fortunés. Ancien siège du Couvent et résidence de l’Inquisiteur depuis 1574, Vittoriosa avait conservé un certain prestige au xviie siècle, en dépit de la concurrence de la nouvelle capitale La Valette. Elle abritait depuis le xvie siècle de nombreux marchands, qui comptaient souvent parmi les personnalités les plus en vue du monde des affaires. Ainsi, l’influent marchand marseillais Mathieu Bonin s’y était établi à la fin du xvie siècle106, avant de devenir consul de la nation française au début du siècle suivant107. L’intermédiaire de rachat d’origine napolitaine, Silviano Gauderisi, qui domina le trafic des esclaves durant les premières années du siècle, y vivait également108, de même que le Maltais Domenico Zammit, intermédiaire de rachat et marchand spécialisé dans le trafic avec la rive barbaresque durant les années 1630-1660109.

  • 110 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 118, 6 août 1615.
  • 111 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 165, 13 décembre 1621 (Geronima, fille de Claude Olivier, épouse l (...)
  • 112 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 194, 17 octobre 1625 (mariage entre Jean Daillot et Isabellica Rog (...)

35Plus cosmopolite encore que sa jumelle, Senglea était elle-aussi la résidence privilégiée des grandes familles marchandes. Depuis le milieu du xvie siècle, les Rispolo y habitaient et avaient tissé des relations solides avec d’autres représentants du commerce insulaire ou étranger : en 1615 par exemple, Vincenzo Rispolo avait donné sa fille en mariage à un marchand français fraîchement installé dans la cité qui pouvait apporter des relations utiles au bon développement des activités commerciales de la famille110. De même, les marchands et frères Claude et Jamet Olivier de Marseille, avaient élu domicile à Senglea au début du xviie siècle ; en 1621 et 1624, ils firent épouser leurs filles à d’autres marchands français émigrés à Malte et résidents de Senglea111. Enfin, les Daillot, qui dominèrent la course et le commerce dans les années 1650-70, habitaient eux aussi Senglea depuis que leur père, Jean, s’y était installé et avait épousé en 1625 une Maltaise de la cité112. La présence remarquée de ces familles opulentes ne devait pas masquer la réalité de cités peuplées également de trafiquants de moindre envergure comme de petits artisans et commerçants. Cependant, Senglea et Vittoriosa offraient réellement l’image de cités prospères et commerçantes, siège d’une bourgeoisie marchande bien implantée.

  • 113 ASV, Congregazione del Concilio, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668.
  • 114 ASV, CC, RD, 514A, f° 517v., 25 mars 1681.
  • 115 Nous avons recensé 244 mariages de ruraux sur 3 233 à Vittoriosa (soit 7,5 % des unions) et 209 mar (...)
  • 116 Soit 107 unions de ruraux sur 1 937 mariages.

36Dans le voisinage des villes sœurs, deux autres cités connaissaient un destin totalement différent. La prestigieuse La Valette, récente capitale de l’archipel et siège du Couvent depuis 1571, s’opposait à la populeuse Bormula, petite excroissance urbaine aux marges de Vittoriosa et de Senglea. Bien qu’étant le symbole du développement du Grand Port puisque la fin de sa construction, en 1575, avait coïncidé avec l’ouverture de l’île aux échanges corsaires et commerciaux, La Valette était assez paradoxalement la moins cosmopolite des villes portuaires, avec une proportion de 29,1 % d’étrangers. Cela s’expliquait d’abord par le fait que La Valette était extrêmement peuplée de religieux : selon le décompte effectué lors de la visite épiscopale de 1668113, le Couvent groupait 1 900 personnes et le clergé maltais était composé d’environ 300 moines et moniales, ainsi que 50 prêtres. De ce fait, sur une population qui, en 1681, s’élevait à 8026 habitants114, les religieux représentaient presque le tiers (28 %) de la population urbaine ! À cela s’ajoutait un autre facteur explicatif : la fin de la construction de la cité avait coïncidé avec le début de l’exode rural. Plutôt que de s’installer dans les cités déjà fort peuplées de Vittoriosa et de Senglea, une grande partie des ruraux était venue habiter la jeune capitale ; entre 1575 et 1670, La Valette totalisa alors 707 mariages de ruraux sur 5 435, soit une proportion élevée de 13 % des unions. Dans les Trois-Cités, la part de mariages de ruraux était beaucoup plus faible, d’environ 7 % pour Vittoriosa et Senglea115 et de 5,5 % à peine pour Bormula116.

  • 117 Soit 65 mariages sur 1 582.
  • 118 Soit 46 unions sur 1 582.
  • 119 Soit 38 unions sur 1 582.
  • 120 Soit 30 unions sur 1 582.
  • 121 Soit 256 unions sur 1 147.
  • 122 Soit 223 unions sur 920.
  • 123 Soit 210 unions sur 2 963.

37Les étrangers que La Valette attira étaient essentiellement français : comme pour les ruraux, leur arrivée massive, qui débuta dans les années 1590-1610, avait été contemporaine de l’achèvement et de l’essor démographique de la nouvelle cité. Pendant tout le xviie siècle, plus de la moitié (52,3 %) de la population étrangère était constituée de Français, qui totalisaient 827 unions sur un total de 1 582 mariages d’étrangers. Les Italiens, dont l’immigration à Malte ne se tarit jamais à l’époque moderne, étaient également présents avec 536 unions, soit une proportion de 33,9 %. Les étrangers restants étaient grecs (4,1 %117), ibériques (2,9 %)118, slaves (2,4 %)119 et nordiques (1,9 %)120. Précisons que la part de Grecs catholiques de rite grec ou latin était dérisoire à la Valette, par rapport à celles des Trois-Cités : à Vittoriosa, où s’étaient installés les Rhodiens, les mariages de Grecs atteignaient 22,3 %121, à Bormula, la proportion était encore plus élevée (24,2 % des unions122) et à Senglea, elle était de 16,7 %123.

  • 124 AOM 457, ff° 275r.-275v., 15 novembre 1610.
  • 125 AOM 471, f° 251v., 29 mai 1645.
  • 126 AOM 461, f° 286r., 30 septembre 1622.
  • 127 AOM 477, f° 210r., 10 juin 1660.
  • 128 AOM 464, f° 323r., 4 janvier 1633.
  • 129 AOM 465, f° 296v., 12 juillet 1635.
  • 130 ACM, AP Valetta, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 168r., 28 septembre 1645.
  • 131 AOM 465, f° 297r., 20 juillet 1635 ; AOM 468A, f° 235r., 26 mai 1637 ; AOM 473, f° 247v., 8 juin 16 (...)
  • 132 AOM 471, f° 254r., 17 juillet 1645.

38De par son prestige, La Valette pouvait séduire les catégories sociales les plus aisées de la population insulaire ou étrangère. La plupart des consuls y résidaient, comme William Wats, marchand anglais et consul en 1610 pro natione anglicæ et Flandriæ124, de même que son fils, Giacomo Wats, lui-aussi consul à partir de 1645125, mais également Pierre Drouin, consul de la nation française en 1622126 et Mathieu Savina, consul de la même nation en 1660127, Domenico Oliva, consul de la nation sicilienne en 1633128 et Stammato Anselmi, consul des nations chrétiennes de Grèce, d’Arménie, d’Égypte et de Syrie129. La Valette était également la ville des négociants fortunés, tout particulièrement marseillais : citons les Olivier dont la stratégie commerciale exigea que l’un des fils, Claude, quittât Senglea en 1645 pour s’établir à La Valette, plus proche des instances du pouvoir politique, afin d’y fonder une famille et d’y poursuivre le négoce130. Citons également les frères Isnard, natifs de Provence, qui se partageaient le commerce depuis Malte à destination de la Barbarie et du Levant131, ou bien Louis Audibert, natif de Six-Fours et installé à La Valette, qui s’était spécialisé dans le trafic levantin du second xviie siècle132.

  • 133 ACM, AP La Valette, Porto-Salvo, Lib. Mat. II, f° 52r., 30 janvier 1655.
  • 134 ACM, AP La Valette, Porto-Salvo, Lib. Mat. II, f° 52r., 14 août 1655 (mariage de la fille de Pietro (...)
  • 135 ACM, AP La Valette, Porto-Salvo, Lib. Mat. I, f° 75v., 7 juin 1615.
  • 136 ACM, AP La Valette, Porto-Salvo, Lib. Mat. I, f° 159v., 27 février 1645.
  • 137 ACM, AP La Valette, Saint-Paul, Lib. Mat., f° 22r., 19 juillet 1655.

39Nous pouvons enfin mentionner les Meysonat, grande famille dont les rejetons s’illustraient dans le commerce, comme Valère Meysonat dont la fille épousa un marchand marseillais à La Valette133, ou dans la médecine, au service de l’Ordre, comme Pietro Meysonat en 1655134. Car La Valette attirait également des médecins, chirurgiens et herboristes de haut niveau, employés par l’Ordre à la Sacrée Infirmerie, comme Pietro Meysonat, Gio Vincenro Lobrano, Maltais135 ou Giuseppe Lancelotto, Sicilien136. Des soldats de carrière devaient également résider dans la capitale, travaillant au service du Couvent, comme le caporal Ange Cugnet, Français d’origine137. D’apparence monumentale par ses fortifications et par les nombreux édifices du Couvent (Palais Magistral, Auberges, Église conventuelle, Sacrée Infirmerie...), La Valette témoignait de sa fonction de capitale peuplée en majorité de populations aisées résidant dans des habitations confortables, et de chevaliers souvent fortunés qui pouvaient se faire construire des palais luxueux. En même temps, l’afflux de ruraux généralement pauvres, sans doute employés dans tous les petits métiers urbains, maintenait au cœur de la capitale la présence de quartiers plus modestes où la langue maltaise était couramment employée.

  • 138 S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the maltese countryside... », art. cité, p (...)
  • 139 39 % des unions (359 mariages de Français sur un total de 920 mariages d’étrangers).
  • 140 Soit 454 unions sur 920.
  • 141 Soit 62 mariages sur 920.
  • 142 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. I, f° 11v., 7 août 1605 (mariage de Louis Daniel, marchand avec une Mal (...)
  • 143 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. I, f° 31v., 18 janvier 1625 (il épouse une Maltaise).
  • 144 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. I, f° 74v., 26 février 1645.
  • 145 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. II, f° 77v., 9 septembre 1665.

40À l’opposé de La Valette, Bormula était à la même époque la plus cosmopolite et la plus pauvre des cités portuaires. Née à la fin du xvie siècle de l’accroissement démographique de Senglea et de Vittoriosa, dépourvue de remparts jusqu’à la construction de la Santa Margherita et de la Cotonera, elle s’accrut considérablement au xviie siècle, passant de 1 396 habitants en 1614 à 2 662 en 1658138. Plusieurs Français, Italiens, Grecs mais également des Anglais et des Hollandais se massaient dans ses petits quartiers. Les Français étaient encore une fois majoritaires et représentaient plus du tiers des étrangers139, suivis des Italiens et des Grecs, qui totalisaient ensemble près de la moitié (49,3 %) des unions étrangères140, et des Nordiques (6,8 % des mariages d’étrangers)141. Les registres paroissiaux illustrent de manière évidente la dimension populaire de la petite cité. Bien que des marchands pussent y élire résidence, comme la famille Daniel en 1605142, c’était bien à Bormula que se trouvait le plus grand nombre de marins, de galiots, de soldats, de petits corsaires et de pêcheurs maltais ou étrangers : en 1625, Gugliemo Savi était un pescatore sicilien143, en 1645, le Français Paul Marin, marin de profession, épousait Antonia Burlo, fille de pêcheur144, et en 1665, Maddalena Greg, prostituée, convolait avec un Grec de Mytilène sans profession145.

b) Se marier

  • 146 Soit 3 931 unions sur 4 907.
  • 147 Soit 3 396 mariages sur 3 931.
  • 148 G. Wettinger, « Late medieval maltese nicknames », in Journal of Maltese Studies, n° 6, 1971, p. 40 (...)

41En règle générale, quelques mois après leur installation dans le port, les nouveaux arrivants faisaient souche et acquéraient la citoyenneté maltaise à la faveur d’une union avec une insulaire. La multitude de mariages d’étrangers tend à démontrer que tous les immigrés catholiques parvenaient à se fondre très rapidement au sein d’une société qui les accueillait sans peine : entre 1575 et 1670, 80,1 % des étrangers avaient en effet épousé des personnes d’une autre origine que la leur146 et pour une grande majorité d’entre eux (86,4 %), ils avaient convolé avec des Maltaises de souche147, parfaitement identifiables par leur patronyme. Les noms d’Abela, Agius, Attard, Axisa, Azzopardi, Balzan, Bonnici, Burlo, Calleya, Camilleri, Caruana, Cassar, Falson, Farruggia, Fenech, Greg, Imbroll, Magro, Mifsud, Pachi, Psaila, Sammut, Spiteri, Vella, Xerri, Xiberras, Xicluna, Zahra, Zammit... sont typiquement maltais et attestés depuis le Moyen Âge148.

  • 149 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 6, 6 août 1589.
  • 150 ACM, AP Vittoriosa, Lib. I Baptizatorum, matrimoniorum, mortuorumque, f° 331r., 15 avril 1595.
  • 151 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 159, 31 janvier 1621.
  • 152 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat. II, f° 35r., 15 septembre 1635.
  • 153 ACM, AP Cospicua, Lib. I, f° 49r., 14 janvier 1635.
  • 154 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 165r., 10 août 1645.
  • 155 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 467, 27 novembre 1655.
  • 156 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat. II, f° 183r., 11 mars 1665.
  • 157 ACM, AP La Valette, San Paolo, Lib. Mat. III, f° 65r., 17 septembre 1665.
  • 158 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 607, 24 mai 1665.
  • 159 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 6, 10 août 1589.
  • 160 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. I, f° 11v., 19 juin 1605.
  • 161 ACM, AP La Valette, Saint-Paul, Lib. Mat. I, f° 72r., 28 novembre 1615).
  • 162 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. II, f° 18v., 18 avril 1655.
  • 163 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. I, f° 78r., 28 octobre 1665.

42Quelle que fût la cité portuaire, insulaires et étrangers s’épousaient avec facilité : Amaroza Camilleri de Senglea épousa en 1589 un immigré français, François Macigue149, cependant qu’en 1595, la Maltaise Lazarina Bonnici de Vittoriosa épousait un Sarde150 ; en 1621, Prudenzia Greg de Senglea convola avec un Hollandais Cornelius Closen151 ; en 1635, Giuliana Azzopardi de Vittoriosa épousait un Grec de Zante152 et Florentia Xerri de Bormula épousait un Grec de Candie153 ; en 1645, Petronilla Farruggia de La Valette s’unissait à un Français, Antoine Armage154 et en 1655, Agata Psaila fut mariée avec un Sicilien155. Enfin, en 1665, la Maltaise Angelica Copi de Vittoriosa épousa un Français nommé Pierre Viane156, Cattarina Xicluna de La Valette épousa un Russe157, cependant que Matteola Caruana de Senglea se mariait avec un Français nommé Gabriel Dougal158. Parfois aussi, les nouveaux venus épousaient des étrangères : en 1589, Urbain de Provence se maria à Senglea avec une Napolitaine159 ; en 1605, la Candiote Elena, venue dans l’île avec ses parents, épousa un Rhodien fraîchement immigré160 ; en 1615, le Français Nicolas La-croix épousa à La Valette Lorenzina, fille d’un Anglais venu à Malte161 ; en 1655, Maruzza Honorat, fille d’un Français, fut mariée à Giuseppe Carcasno de Sicile162 et en 1665, Maria de Milo, arrivée à Bormula épousa un Allemand163.

  • 164 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 154, 26 février 1620.
  • 165 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 275, 21 mai 1635
  • 166 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat. I, f° 81v., 26 novembre 1645.
  • 167 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat. I, f° 127r., 8 août 1655.
  • 168 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 115v., 31 août 1660.
  • 169 ACM, AP La Valette, Saint-Paul, Lib. Mat. II, f° 65v., 1er novembre 1665.

43Nous n’observons guère de différences de comportement en fonction des nationalités étrangères : tous, Italiens, Français, Hollandais, Anglais, Russes, et même les Grecs pourtant plus réticents du fait de l’existence d’une minorité de souche rhodienne, se marient très facilement avec une femme d’une autre origine. Si nous prenons l’exemple des Français, qui sont les étrangers les plus nombreux au xviie siècle, nous constatons, que plus de 80 % d’entre eux épousent des femmes d’origine non-française et pour une écrasante majorité (90 %), des Maltaises : François Olivier épousa Maria Zammit en 1620164, Jean-Baptiste Afran se maria avec Francesca Cassar en 1635165 ; François Alexis s’unit avec Lucia Bonnici en 1645166, Jean Clément avec Domenica Azzopardi en 1655167 ; Gervais Janvier avec Graziulla Sammut en 1660168 et Jean Ansel avec Cattarina Greg en 1665169...

  • 170 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 134.

44L’aisance avec laquelle les nouveaux venus prenaient femme s’expliquait par le nombre très élevé de femmes seules dans le Grand Port. Grandes consommatrices d’hommes jeunes et valides, les activités militaires et maritimes laissaient de nombreuses femmes, veuves et orphelines, sans soutien masculin affectif ou matériel. Dans la paroisse de Porto Salvo de La Valette, 583 femmes âgées de 14 à 44 ans, vivaient seules en 1667, soit une proportion élevée de 9,4 % de femmes170. Cette disponibilité certaine de femmes en âge de féconder favorisait soit le développement de la prostitution, les femmes privées d’hommes se retrouvant dans le plus complet dénuement, soit un remariage rapide avec un Maltais ou un étranger exerçant la profession de marins, soldats, galiots, pêcheurs, corsaires...

  • 171 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 177, 29 janvier 1624 ; AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 184, 30 novembr (...)
  • 172 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 460, 4 février 1655.
  • 173 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 159v., 27 février 1645 ; AP La Valette, Porto Sal (...)
  • 174 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 52r., 14 août 1655.
  • 175 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 46r., 30 janvier 1655.

45Il existait toutefois des cas où les étrangers épousaient des Maltaises d’adoption nées de parents de même nationalité qu’eux. En ce qui concerne les Français, il s’agissait le plus souvent des grands marchands de Marseille et de Provence, soucieux de préserver leurs réseaux d’entraide familiale et économique. Ce fut par exemple le cas de la famille Olivier de Senglea : en 1624, Jamet Olivier, Marseillais émigré à Malte donna ses filles Geronima et Giulia nées à Malte à deux marchands français de Provence, Pierre Manier et Jean Burle171. De la même manière, en 1655, le marchand Nicolas Gaimard de Senglea maria sa fille Anna à un autre marchand français venu de Marseille, Jean-Michel Avenan172. Enfin, en 1645 et en 1655, le marchand François Madeleine fit épouser à ses trois filles, Giovanna, Gioannulla et Cleria, deux capitaines de navires et un boutiquier de luxe (perruquier) français173. La famille Meysonat elle-même s’illustrait dans ce genre d’alliances d’intérêt : en 1655, la fille de Valère Meysonat, marchand de La Valette, fut mariée à un marchand venu de France, Jean Raymond174, tandis que sa cousine, fille de Pierre Meysonat, médecin de l’Infirmerie, épousa un herboriste venu de Provence, Louis Guéraud175.

  • 176 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 118, 6 août 1615.
  • 177 ACM, AP La Valette Saint-Paul, Lib. Mat. III, f° 170v., 18 octobre 1665.

46Ces mariages étaient destinés à consolider les réseaux familiaux et marchands qui s’étaient progressivement tissés entre le littoral méridional du royaume et l’île de Malte, dans le cadre de l’établissement de points d’appuis le long de routes commerciales menant jusqu’aux ports barbaresques ou levantins. Mais les marchands français ne se mariaient pas uniquement entre eux : nombre d’unions liaient aussi les familles françaises ou étrangères à la haute société maltaise bourgeoise et commerçante. Quelques exemples en témoignent : en 1615, la fille du grand marchand maltais Vincenzo Rispolo de Senglea, épousa Antoine Ferau, un marchand marseillais qui venait de s’établir dans le port176. De même, en 1665, Antonio Meysonat, fils de Pierre Meysonat le médecin et membre de la grande famille commerçante, épousa une signora maltaise, Savastulla Aquilina, fille d’un éminent notable de La Valette177. L’assimilation au milieu insulaire ne se faisait pas uniquement par le bas de l’échelle sociale, mais également par une insertion relativement rapide (il s’agit de la deuxième génération pour Antonio Meysonat) des émigrés fortunés aux hautes sphères de la société maltaise.

c) S’assimiler

L’absence de vie communautaire
  • 178 Robert Ilbert, Alexandrie 1830-1930, IFAO, 112/1, 1996, p. 413.
  • 179 R. Ilbert, Alexandrie... cit., p. 414-415.

47L’étude des mariages des Français et des autres étrangers témoigne de l’absence à Malte de « communauté » et de tout sentiment d’appartenance communautaire. La communauté est plus qu’une forme spontanée d’organisation qui unit des individus entre eux ; elle est un cadre social, politique et économique178, un corps qui se reconnaît dans la pratique d’une langue et d’une religion et dans le souvenir d’une histoire commune. À Alexandrie, Robert Ilbert a recensé quatorze instances communautaires non-musulmanes au début du xxe siècle, qui se distinguaient par leur appartenance religieuse et par leur appartenance nationale. Ces instances tenaient chacune leur propre registre d’état civil, réglaient les problèmes de succession, les mariages, les conflits internes et donnaient aux membres de la communauté des cadres de vie et de gestion quotidienne179. La différence confessionnelle, nécessaire à la définition communautaire, est évidemment un des obstacles majeurs à l’assimilation et à la fusion dans la société dominante.

  • 180 Jean-Pierre Filippini, « Les Nations à Livourne (xviie-xviiie siècles) », in Simonetta Cavaciocchi (...)
  • 181 J.-P. Filippini, « Les Nations à Livourne... », art. cit., p. 584.

48Qu’observe-t-on à Malte à l’époque moderne ? Rien de tout cela. La différence confessionnelle n’existe pas ; et lorsqu’elle existe, elle est à l’origine d’une ségrégation insurmontable et d’une impossibilité de vie sociale, par la servitude ou bien par une présence éphémère qui n’excède qu’exceptionnellement quelques mois. Cela ne signifiait pas pour autant que des solidarités ne jouaient pas entre représentants d’une même « nation ». La nation, institution héritée du Moyen Âge, différait de la communauté dans le sens où elle n’incluait que des marchands unis par des intérêts communs, ayant la même origine géographique et la même religion180. Les petites gens, les boutiquiers, taverniers, artisans, marins, vagabonds n’étaient pas comptabilisés dans la nation. Cela faisait donc peu de monde : à Livourne, en 1650, la nation française était composée de 15 marchands181. À Malte, elle groupait vraisemblablement les familles marchandes qui faisaient preuve de stratégies matrimoniales particulières en s’alliant de préférence avec d’autres marchands français : les Olivier, les Gaimard, les Meysonat..., ce qui ne les empêchait pas du reste, de s’unir à des familles d’une autre nationalité, comme le firent les Meysonat en mariant un de leur descendants à une fille de notable maltais. Qu’en était-il des marchands mariés à des Maltaises ? Nous ne savons s’ils se revendiquaient plutôt maltesi ou membres de la nation française ; s’ils en faisaient partie, cela devait monter le nombre de personnes à une vingtaine tout au plus, ce qui était sans doute supérieur à celui des autres nations.

  • 182 AOM 459, f° 345v., 11 août 1617.
  • 183 AOM 459, f° 352r., 1er mars 1622.

49Quoi qu’il en soit, les marchands français mariés à des insulaires tentèrent de jouer de leur double identité au début du xviie siècle. En 1617, le consul de Malte à Syracuse s’était plaint à l’Ordre de ce que alcuni padroni francesi maritati in questa Città [Malte] et essendo cittadini maltesi, s’adressaient plutôt au consulat de France pour le paiement des droits de navigation qu’à celui de Malte, sous prétexte que les droits prélevés par la nation française étaient moins élevés. L’Ordre trancha la question en décrétant que les marchands français de Malte ne pourraient plus désormais s’adresser au consulat de la nation française, attendu qu’ils n’étaient plus de nationalité française ; ils étaient en revanche libres de battre pavillon français ou maltais : s’ils arboraient le pavillon français, ils devraient payer leurs droits au consulat de la nation maltaise et s’ils arboraient le pavillon de l’Ordre, ils seraient exemptés du paiement de la douane à l’entrée des grands ports siciliens (Messine, Syracuse et Palerme)182. La décision du Grand Maître fut rappelée en 1622 et considérée comme définitive183. À Malte comme ailleurs, il était devenu bien difficile au xviie siècle d’échapper au contrôle de l’Ordre...

  • 184 AOM 461, f° 286r., 30 septembre 1622 («...facimus, creamus, constituimus et ordinamus in nostris In (...)
  • 185 AOM 471, f° 251v., 29 mai 1645, nomination du consul de la nation anglaise.
  • 186 X. Labat Saint-Vincent, Malte et le commerce marseillais... cit., p. 115.
  • 187 J.-P. Filippini, « Les Nations à Livourne... », art. cit., p. 583.
  • 188 X. Labat Saint-Vincent, Malte et le commerce marseillais... cit., p. 110.

50Normalement, l’existence des nations était consacrée par leurs institutions, et en premier lieu par leur représentant, le consul, désigné par les marchands et nommé par leur souverain. À Malte, le fonctionnement était un peu différent : s’ils étaient bien proposés par la nation, les consuls étaient en revanche nommés par le Grand Maître et le Conseil184. Dépendant de l’Ordre auquel ils étaient inféodés (le Conseil prend toujours soin de souligner que le nouveau consul est bien son vassallo185), ils étaient en conséquence dépourvus de toute autorité politique ou sociale et se contentaient de faire respecter les intérêts des marchands. Jamais à Malte, même plus tard au xviiie siècle, les consuls ne furent revêtus de la fonction diplomatique qu’ils avaient acquise ailleurs en Méditerranée, aussi bien en terre chrétienne qu’en terre musulmane. De par son statut de suzerain, l’Ordre conservait jalousement une autorité sur Malte et sur ses habitants qui n’était guère disputée par les États européens en structuration. Il faut attendre le xviiie siècle pour que la France cherche à s’immiscer dans les affaires maltaises par le biais d’un nouveau représentant, l’Homme du roi186. Mais en ce qui concernait le consul, qui était l’unique représentant des nations au xviie siècle, il ne pouvait ni « gouverner » sa nation, ni exercer de justice sur ses membres, comme c’était le cas ailleurs187. Ainsi que l’Ordre se plaisait à le souligner, les consuls à Malte étaient des consuls pour les nations et non pas des consuls des nations188 et demeuraient de ce fait soumis à la seule autorité du Couvent.

  • 189 J.-P. Filippini, « Les Nations à Livourne... », art. cit., p. 587.

51D’ordinaire, la résidence du consul se trouvait au cœur même du quartier de la nation ou de la communauté. D’ordinaire aussi, la vie de la communauté était prise en charge par la nation, qui organisait les fêtes, portait secours aux indigents et entretenait la chapelle nationale189. Encore une fois, Malte se distingue des autres cités portuaires méditerranéennes : les archives ne mentionnent jamais l’existence de quartiers définis pour chaque nation, organisés autour d’un lieu de culte ou de la résidence de leur représentant. Bien sûr, nous pouvons supposer qu’au moment de leur arrivée, les étrangers recherchaient la compagnie d’individus d’une même origine que la leur, parlant la même langue et pouvant guider leurs premiers pas dans le port. Il est vraisemblable de penser que des rues devaient être, plus que d’autres, peuplées de Français, de Grecs, d’Italiens ou d’hommes du Nord de l’Europe. Pourtant, ces rapprochements individuels n’engendraient nullement l’existence d’une vie de quartier originale, différente par ses fêtes et par ses rites de la vie quotidienne de la population maltaise.

  • 190 Martine Boiteux, « Les fêtes publiques dans l’environnement du palais », in Le Palais Farnèse, Rome (...)
  • 191 M. Boiteux, « Les fêtes publiques dans l’environnement du palais », art. cit., p. 627-628.

52Poursuivons l’étude des Français. Nous savons que pour eux, et surtout aux yeux de leur représentant (consul, ambassadeur...), la pratique festive à l’étranger – y compris en terre catholique – était une obligation dans le « service royal ». À Rome, où nous retrouvons aujourd’hui encore la trace de l’ancien quartier français, la Saint-Louis, fête du roi, était chaque année célébrée le 25 août dans l’église nationale de Saint-Louis des Français190. De même, la naissance d’un dauphin ou tout événement notable du règne, comme une victoire militaire, donnait lieu à des festivités exclusivement françaises et à des messes célébrées en l’église nationale : en 1659, la communauté avait fêté la fin de la guerre franco-espagnole, en 1661, la naissance du dauphin et en 1686, avec un an de retard, la révocation de l’Édit de Nantes191... Mais à Malte, rien de tout cela : il n’existe aucune trace d’une quelconque église française dédiée à Saint-Louis et les Français installés dans le port ne semblent guère se soucier de commémorer les événements importants des règnes de Louis XIII ou de Louis XIV.

  • 192 AOM 260, f° 76v., 13 avril 1660.
  • 193 AOM 261, ff° 101v.-102r., 10 juillet 1668.

53Cela tenait d’abord à l’absence de responsabilité du consul et de la nation en matière de réjouissances ; celles-ci étaient en effet toutes organisées et prises en charge par l’Ordre. Cela tenait également à la composition de l’Ordre lui-même : cosmopolite puisque composé de nobles et de représentants de diverses nationalités, il commémorait régulièrement les grands événements qui advenaient sous les règnes des souverains de ses Langues. Par exemple, en 1660192 et en 1668, l’Ordre organisa la célébration de la paix entre les couronnes de France et d’Espagne193. Mais la principale raison du manque de festivités propres aux nations était l’absence de toute église nationale, de tout rite spécifique à chaque nation, et de toute vie paroissiale. Dès leur arrivée dans le port, les immigrés catholiques se rattachaient à la paroisse maltaise la plus proche qui enregistrait leur mariage, la naissance de leurs enfants et leur décès. Et surtout, les nouveaux venus, quelle que fût leur nationalité, adoptaient extrêmement vite les cultes maltais, participant aux cérémonies en l’honneur de saint Paul (patron de Malte, dont est célébré le naufrage, le 10 février) et de saint Jean-Baptiste (patron de l’Ordre, célébré le 24 juin).

  • 194 S. Fettah, Les limites de la cité... cit., p. 193.

54L’assimilation rapide des étrangers catholiques à la société insulaire n’était pas propre à Malte, même si dans l’île le phénomène était extrêmement rapide. À Livourne, les nations catholiques étaient soumises aux xviie et xviiie siècles à un lent processus de « toscanisation », par le biais de mariages entre étrangers et femmes du port. La proximité culturelle était là-aussi très forte entre les Français par exemple et la population locale : elle reposait sur la pratique d’une même religion et l’adhésion progressive des Français aux paroisses toscanes, en dépit de la présence d’une chapelle nationale dédiée à Saint-Louis194. Même dans les ports où l’appartenance identitaire aux nations était très fortes, le processus d’assimilation jouait pour les communautés de religion catholique romaine. Ainsi, à Malte où les non catholiques n’avaient pas droit de cité et où les nations catholiques ne possédaient pas d’église paroissiale, ni même de quartier propre, le processus ne pouvait qu’être accéléré et l’assimilation quasi-immédiate.

  • 195 AIM, Proc. 21A, ff° 48r.-48v., année 1603.
  • 196 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 92v., 4 janvier 1637.
  • 197 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 142v., 27 novembre 1662.
  • 198 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 96r., 14 avril 1658.
  • 199 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 109r., 17 novembre 1659.
  • 200 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 5r., 4 décembre 1666.

55Du reste, cette assimilation ne concernait pas que les hommes ou les femmes libres et catholiques de naissance. Nombre d’ancien esclaves convertis au catholicisme et nombre d’anciens renégats réconciliés par le Saint-Office pouvaient eux-aussi espérer un mariage et une fusion avec le corps social insulaire. En 1603, le renégat français Pierre Glirmes avait épousé peu de temps après sa réconciliation une Maltaise dont il eut des enfants195. En 1637 à La Valette, Cattarina Caverett, d’origine anglaise et veuve d’un Maltais, épousa un converti libre nommé Ignace196. Pareillement, en 1662, le Maltais Giuseppe Muscat épousa Teresa, une esclave catholique que son maître venait d’affranchir197. L’attachement à la religion était tel que la condition servile ne représentait pas nécessairement une entrave à l’union : peu importait la condition sociale pourvu que l’individu fût catholique, c’est-à-dire conforme à la norme sociale défendue sévèrement par les autorités. Nous dénombrons quelques unions entre des insulaires et des esclaves convertis : en 1658, la Maltaise Maria Agius, fille de Domenico Agius, se maria avec un esclave converti nommé Antonio198. L’année suivante, en 1659, Vittoria Fitteri se maria avec Joseph de Mandes, esclave d’un chevalier199. En 1666, Agostina Cassar, veuve, épousa également un esclave de l’Ordre converti, Gio Gabriele200. Bien évidemment, ces unions demeuraient exceptionnelles et concernaient essentiellement des femmes de condition très basse, démunies ou sans emploi, parfois exclues de la société : Maria Agius était une prostituée tandis qu’Agostina Cassar, veuve d’un marin, vivait dans l’indigence.

56De l’autre au même : la frontière unificatrice

  • 201 C. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain... cit., p. 99 ; P. Toubert, « L’historien, sur la (...)
  • 202 A. Ara, C. Magris, Trieste... cit., p. 37.

57Aux xvie et xviie siècles, la multiplicité des contacts et le cosmopolitisme nés des vagues d’immigration successives avaient soumis la population du Grand Port à un processus de profonde transformation et de brassage ethnique dont les mariages étaient la preuve. Pourtant, la rencontre avec le monde nouveau des étrangers, hétérogène et multiforme, se révélait moins comme un élément de rupture que comme un facteur de continuité par rapport aux racines religieuses et linguistiques de l’archipel, qui se fondaient certes dans de nouveaux rapports culturels mais qui demeuraient le trait fondamental, distinctif, du visage de Malte et surtout l’unique et constant patrimoine commun à toutes ses composantes. Loin de disparaître, le processus frontalier se perpétuait ainsi par une uniformisation des populations et des genres de vie, consécutive à une assimilation complète des éléments étrangers à la société d’origine201. La vague migratoire subissait en continu les effets de la fonction unificatrice de la frontière et de la société modelée par celle-ci. De même qu’à Trieste, Claudio Magris percevait une « italianité dominante de la ville »202, une « maltaisité » s’imposait progressivement à tout étranger comme une nouvelle identité qui lui devenait propre.

  • 203 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 373.
  • 204 AIM, Proc. 28B, f° 541r., 31 octobre 1608.
  • 205 AIM, Proc. 40B, f° 605r., 28 août 1619.
  • 206 AIM, Proc. 29A, f° 52r., 13 mai 1609.

58Le sentiment très fort d’être Maltais était ressenti à la fois par les autorités, par les Maltais et par les immigrés récemment installés. Il résultait essentiellement des mariages, qui conféraient toujours la citoyenneté maltaise ; sans doute, Malte fonctionnait-elle comme les cités siciliennes de Palerme, Messine ou Trapani au Moyen Âge : la citoyenneté était acquise après un mariage et une résidence permanente dans le port d’une durée d’un an, un mois, une semaine et un jour203. Comme nous l’avons vu lors de l’épisode de 1617, l’Ordre considérait tous les étrangers mariés à des insulaires comme leurs vassalli, au même titre que les Maltais de souche. Il en allait de même pour les insulaires : le consul de Malte à Syracuse ne soulignait-il pas que les Français mariés à des Maltaises étaient devenus des cittadini maltesi ? Quant aux étrangers eux-mêmes, ils avaient conscience de l’acquisition de leur nouvelle identité : en 1608, Joanne de Chypre, époux d’une Maltaise, se présentait comme Maltese di Vittoriosa204 ; pareillement, en 1619, Pierre Furcart, Français de Picardie marié à La Valette se déclarait à l’Inquisiteur cittadino di Malta et di Valletta205. Et lorsqu’il n’y avait pas de mariage, le simple fait de résider quelques années dans l’île suffisait également à l’étranger pour se sentir Maltais : ainsi, en 1609, Cattarina, Génoise mariée à un Niçois et résidant à Malte, se considérait, non pas comme une Génoise, mais bien comme une maltese della Bormula206.

59L’adhésion à l’identité maltaise se faisait, outre le mariage, par la pratique d’une religion, la maîtrise relative d’une langue et l’intégration à une histoire frontalière, faite de contacts féconds et toujours dangereux avec la rive musulmane. Devenus Maltais, les immigrés prenaient conscience de participer à l’histoire même de leur île d’adoption par la pratique de métiers essentiellement militaires et maritimes. Si la guerre créait le sentiment du contraste des civilisations, la course, guerrière et économique, ancrait dans leur esprit la dualité de la frontière, à la fois ouverte et close, tandis que le foisonnement des échanges nés du commerce demeurait étroitement soumis au contrôle des autorités politiques et religieuses désireuses de préserver la perception de l’altérité.

  • 207 AOM 258, f° 108v., 4 janvier 1648 (procession organisée par l’Ordre à La Valette pour demander à Di (...)

60Sur le plan religieux, les immigrés, tous catholiques, adoptaient les cultes maltais, participaient aux fêtes et aux processions du port ou de l’île. Celles-ci pouvaient être organisées par l’Ordre, pour commémorer une victoire sur les Infidèles (comme ce fut le cas souvent au cours de la guerre de Candie) ou pour réclamer prospérité, nourriture et santé pour l’archipel207 ; le Saint-Office multipliait également les cérémonies religieuses, au cours des autodafés et des réconciliations d’apostats ou d’hérétiques ; enfin, nombre de fêtes étaient sous la responsabilité du clergé régulier (naufrage de saint Paul, commémoration de tous les saints patrons des cités et villages de l’archipel et l’importante Imnarija, la saints Pierre et Paul célébrée le 29 juin...). Les nouveaux venus étaient de la sorte incorporés à un vaste cadre religieux, extrêmement diffus, qui les reliait solidement au corps insulaire.

  • 208 AIM, Proc. 6A, ff° 208r.-212r., janvier 1581, interrogatoire de Robert Wilkinson.

61Enfin, l’élément linguistique de l’identité était également assimilé de manière relativement rapide. Quelle langue parlait-on à Malte à l’époque moderne ? Surtout, quelle langue adoptaient les immigrés ? Si les insulaires parlaient tous maltais, la langue officielle de l’île était l’italien ; toutes les ordonnances de l’Ordre et tous les placards du Saint-Office étaient rédigés dans cette langue, que la population entendait correctement. La maîtrise de l’italien par les habitants du port était liée à la diffusion de la lingua franca, ce mélange de langues latines (italien, espagnol, portugais, français) parlé dans tous les ports de Méditerranée et compris par presque toutes les populations maritimes. En 1581, un marin anglais comparaissant pour hérésie déclarait à l’Inquisiteur qu’il parlait anglais, mais maîtrisait un peu la lingua dei porti, pour avoir vécu trois mois à Barcelone ; il parlait d’ailleurs suffisamment l’italien pour que l’Inquisiteur n’eût pas à réclamer un traducteur208.

  • 209 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 5r., 13 septembre 1595.
  • 210 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 159 et p. 189.

62Dans le Grand Port, la maîtrise des langues non maltaises dépendait des catégories sociales. Chevaliers et membres de l’Ordre parlaient latin, italien, espagnol et français : ces quatre langues se retrouvent dans leurs archives pour toute l’époque moderne. Compte tenu de la forte présence des Français dans l’Ordre, qui représentaient trois Langues sur sept, cette langue devait être entendue assez couramment à La Valette, d’autant plus que la cité était peuplée de nombreux immigrés français. Les élites marchandes et urbaines du port devaient elles-aussi s’exprimer couramment en italien, voire en français, puisque les grandes familles commerçantes étaient essentiellement marseillaises ou provençales ; elles apprenaient aussi le latin, qui demeurait la langue des religieux et des personnes éduquées : en cas de procès inquisitorial, leur abjuration se faisait en latin, contrairement aux personnes vulgaires209. En outre, les registres des notaires sont presque tous écrits en latin jusqu’au xviiie siècle. Toutefois, la maîtrise de l’italien, du français et du latin ne signifiait pas pour autant – loin de là ! – que les élites maltaises du port ne parlaient pas leur propre langue ; le maltais demeurait le langage quotidien utilisé par tous les insulaires entre eux, quelle que fût leur condition sociale210. Quant au menu peuple, il ignorait le latin, entendait l’italien (peut-être même le français, attendu qu’ils sont les étrangers les plus nombreux au xviie siècle) et usait essentiellement du maltais et de la lingua franca.

63Mais en dépit de la domination évidente de l’italien et de la pratique courante de la lingua franca dans tout le Grand Port, le maltais survécut à l’époque moderne du fait de la combinaison de deux phénomènes. Tout d’abord, de la supériorité numérique des insulaires de souche, dont aucun n’abandonna réellement sa langue maternelle, et qui furent tout au long du xviie siècle, renforcés par l’installation de ruraux qui ne pratiquaient que le maltais. La survie de la langue était également due aux nombreux mariages qui unissaient étrangers et insulaires : les étrangers qui venaient dans le port étaient la plupart du temps des hommes célibataires et peu fortunés, qui étaient adoptés par une famille entière lorsqu’ils épousaient une Maltaise. Si la femme pouvait balbutier quelques mots d’italien ou de français, il n’en allait sans doute pas de même du reste de la famille ; c’était donc vraisemblablement l’époux devenu Maltais qui, au fil des cérémonies religieuses, des messes, des fêtes familiales, finissait par apprendre et maîtriser le maltais. Et quant à ses enfants, s’ils apprenaient la langue paternelle, ils parlaient assurément le maltais, cette langue de la frontière d’origine latine et arabique, dont la pratique survivait ainsi de génération en génération, dans toutes les couches de la société, comme un ultime référent identitaire.

  • 211 Pierre Toubert, « L’historien, sur la frontière », in L’Histoire, grande ouverte. Hommages à Emmanu (...)

64La société maltaise donnait ainsi l’image d’un monde en pleine prospérité économique et démographique, indéniablement cosmopolite, facilement ouvert à l’autre et d’accueil chaleureux, où quiconque acceptait d’adhérer aux éléments constitutifs de son identité, jouissait en échange d’une citoyenneté rapidement acquise et de possibilités multiples de tenter la chance et de faire fortune. Cela ne signifiait pas pour autant que la société était dépourvue d’éléments dangereux ou non assimilables. Le développement des échanges et de l’activité corsaire avait d’abord enraciné la présence des représentants de civilisations hostiles, en la personne des esclaves juifs et musulmans et de celles de leurs intermédiaires de rachat. En outre, à l’instar de tous les lieux frontaliers qui sécrètent des genres de vie spécifiques et jouent un rôle d’attraction de populations souvent marginales211, l’île avait attiré de nombreux étrangers aux mœurs parfois douteuses, aventuriers, forbans, corsaires, toujours prêts à se mettre au service du plus offrant quelle que fût sa religion, ainsi que des Maltais sans emploi, que la pauvreté pouvait, tout autant que les marginaux étrangers, inciter à franchir la frontière.

65Exposée constamment à un double danger, extérieur, par sa situation frontalière, et intérieur du fait de la présence de marginaux et d’étrangers de religions autres que catholique, la société, qui vivait dans la conscience de n’être jamais en paix et en sécurité, préservait son unité par le maintien et la défense farouches de sa religion. Malte au xviie siècle était ainsi soumise à une tutelle d’autant plus rigide qu’elle était exercée par toutes les autorités et à tous les niveaux de la société : au Saint-Office, assisté du clergé régulier et séculier, se surajoutait en permanence la surveillance de l’Ordre, à la fois dirigeant politique et religieux de l’archipel.

UNE SOCIÉTÉ RIGIDE : UN CONTRÔLE SANS FAILLE

  • 212 « Trovandomi qui a Malta... e essendo venuto in questa città da lontani paesi, mi sono incontrato p (...)

66« Me trouvant à Malte... et y étant venu depuis de lointains pays, j’y ai rencontré des hommes de toutes nations et par conséquent, de religions totalement différentes. Laissant de côté les chrétiens, qui sont les maîtres de l’île, j’y trouvai une multitude d’hommes et de femmes de la nation et de la secte turque et un grand nombre de toutes les autres religions... Puisse Dieu les lever des ténèbres et de l’erreur qui mènent à la damnation éternelle et les faire adhérer au pays où règne la vérité, laquelle conduit sur le chemin du salut... »212. Voici résumées dans l’avant-propos de l’ouvrage d’Emmanuel Sanz toutes les caractéristiques de la société maltaise : le cosmopolitisme, la présence dangereuse de non-chrétiens et de non-catholiques, la nécessité de les convertir pour les assimiler et le rôle que jouaient par conséquent les religieux dans le contrôle quotidien de toute l’île.

L’AUTRE AU CŒUR DE SOI : LA PERSISTANCE DU DANGER

Des immigrés toujours temporaires : non-chrétiens et non-catholiques libres

67Bien qu’ouvert essentiellement aux catholiques, le port de Malte était également à l’époque moderne fréquenté par des étrangers non chrétiens ou non catholiques de condition libre. Leur séjour à Malte était toujours temporaire ; pour cette raison, ils n’étaient jamais recensés lors des décomptes des âmes effectués par l’Ordre ou par l’Évêque, et nous ignorons donc malheureusement leur nombre. Il s’agissait toujours d’intermédiaires de rachat ou bien de marchands venus porter à Malte des produits anglais ou hollandais, barbaresques ou levantins.

  • 213 AOM 469, f° 265v., 19 octobre 1640.
  • 214 AOM 470, f° 267v., 13 octobre 1643.
  • 215 AOM 471, f° 266v., 19 juin 1646.

68En ce qui concernait les juifs et les musulmans, leur présence était soumise à l’approbation du Grand Maître, qui leur délivrait un sauf-conduit leur garantissant entière liberté de mouvement dans le Grand Port toute la durée de leur séjour. Ainsi, en 1640, le marchand juif de Tunis, Ruben Azulaï reçut du Grand Maître un saufconduit l’autorisant à demeurer deux mois à Malte avec son vaisseau, pour y faire du commerce213. De la même manière, en 1643, ce fut un musulman d’Alger, Saïd Bin Chasem, qui obtint, par l’intermédiaire d’un esclave de sa connaissance, un sauf-conduit magistral pour entrer librement avec son propre navire dans le Grand Port et y résider le temps que devait durer la vente de ses cargaisons214. Enfin, en 1646, un raïs turc de Rhodes, Ahmed, entra dans le Grand Port à bord d’un vaisseau français qui s’en revenait d’Alexandrie : Ahmed demanda au Grand Maître l’autorisation d’effectuer sa quarantaine à Marsamxett, puis de bénéficier d’un sauf-conduit, afin de vivre et de résider librement à La Valette pendant au moins six mois, le temps de vendre ses marchandises, composées d’étoffes précieuses et de bijoux, et d’en acheter de nouvelles215. Il va sans dire que l’Ordre accepta sans rechigner le moins du monde la proposition du raïs.

  • 216 AOM 464, f° 375r., 7 septembre 1633.

69La durée des saufs-conduits était extrêmement variable, pouvant aller de quelques mois seulement à quelques années. En ce cas, le sauf-conduit était renouvelé annuellement. En règle générale, c’étaient les intermédiaires de rachat qui bénéficiaient des saufs-conduits les plus longs : il leur fallait du temps pour prendre contact avec les patrons, négocier le rachat des esclaves, rassembler les sommes et faire au besoin de nombreux voyages. En outre, comme ils venaient souvent à Malte, ils jouissaient de la confiance de l’Ordre qui n’hésitait guère à leur procurer les saufs-conduits nécessaires, même pour des durées plus longues qu’il ne l’autorisait d’ordinaire. Ainsi, en 1633, le marchand et intermédiaire Mihamet Bin Borham de Tripoli de Syrie, avait reçu un sauf-conduit d’un an, lui assurant la protection de l’Ordre pour trois mois de résidence à Malte et neuf mois de voyage à Alexandrie pour en rapporter des denrées destinées au paiement de plusieurs esclaves turcs du Couvent. Son bateau fit malheureusement naufrage et Mihamet se présenta avant même l’échéance de son sauf-conduit pour demander une prolongation que l’Ordre lui accorda sans peine216.

  • 217 Voir Partie II, Chapitre VIII.
  • 218 AOM 464, f° 324v., 17 février 1633. Ce sauf-conduit avait été renouvelé pour une troisième année en (...)
  • 219 AOM 469, f° 248v., 15 juin 1639.

70Mais le meilleur exemple demeure assurément celui d’Isaac Aldech, dont nous avons déjà parlé217. Dans les années 1630, ce juif de Zante était l’intermédiaire principal de l’Ordre pour le rachat de Maltais en terre musulmane et pour celui des musulmans à Malte. On se souvient qu’Isaac Aldech jouissait de saufs-conduits renouvelables et qu’il avait obtenu du Grand Maître en 1633 la possibilité de loger toute sa famille à La Valette durant trois ans, sous la protection directe du Couvent, pendant que lui-même négociait le rachat de nombreux Maltais en Barbarie et au Levant218. Six ans plus tard, en 1639, sa famille étant enfin retournée à Zante, Isaac Aldech reçut de nouveau un sauf-conduit pour portar in quest’Isola mercantie et stare qualche tempo per il traffico degli schiavi della Religione219.

  • 220 Frans Ciappara, Society and the Inquisition in Early Modern Malta, Malte, 2001, p. 186.
  • 221 ACDF, St. St. M4-b (2), Privilegi ai mercanti e agli Ebrei, f° 15r., 1605.
  • 222 ACDF, St. St., HH 3-b, non folioté, 18 janvier 1676.
  • 223 ACDF, St. St., HH 3-b, non folioté.

71Quant aux étrangers non catholiques, il s’agissait presque exclusivement de marchands anglais et hollandais dont la présence à Malte était devenue sensible à partir du xviie siècle. Le Grand Maître ne leur octroyait pas de saufs-conduits et leur résidence dans le port était soumise à l’approbation de l’Inquisiteur220. Ils pouvaient négocier leurs affaires à condition de respecter un certain code de conduite, dicté par le Saint-Office de Rome et que nous avons déjà évoqué : ils devaient demeurer à bord de leur navire et limiter leurs contacts avec la population portuaire aux tractations commerciales, ils avaient surtout interdiction de parler de religion et de se moquer des messes ou des églises du lieu221. Cela pouvait parfois s’avérer difficile à gérer, et en 1676, le consul de la nation anglaise, hollandaise et belge de Malte, Giovanni Harbrough, déplora molte violenze che sono state commesse nella città di Malta tra officiali e marinari delle navi di Sua Maestà e habitanti dello porto222. Afin d’éviter de nouveaux heurts entre protestants et catholiques, le consul rappela aux équipages et marchands anglais qu’il leur était interdit d’andar in terra senza speciale licenza del Console Inglese di Malta et del Sant Offizio et que s’ils avaient permission de quitter le navire, ils ne pouvaient décemment entrare nelle loro chiese, e specialmente quando sono alle loro devozioni, ne freguentare discorsi o argomenti alcuni in materie di religione... sotto pena di grandissimo castigo223.

72À ce danger régulier et nécessaire (il fallait bien faire du commerce et négocier les rachats pour se débarrasser d’esclaves trop nombreux), qui pouvait toujours susciter un certain désordre social, comme ce fut le cas avec les protestants en 1676, s’ajoutait la présence permanente dans le port des esclaves juifs et musulmans.

Un danger concret : les esclaves

a) Une population nombreuse

73Capturés sans cesse au cours d’expéditions militaires et corsaires de l’Ordre, de diverses razzias littorales effectuées par les galères maltaises, ou bien durant des nombreuses courses menées par des particuliers ayant reçu patente du Grand Maître, les esclaves à Malte étaient tout aussi régulièrement rachetés par les intermédiaires spécialisés, chrétiens ou non. Un brassage très important d’esclaves caractérisait le port de Malte, véritable plaque-tournante du dépôt des captifs, de leur vente et de leur rachat. Cependant, le nombre d’esclaves juifs et musulmans résidant en permanence dans le Grand Port ne varia guère en un siècle, correspondant aux nécessités de l’Ordre, pour pourvoir ses galères en rameurs, ou bien ses magasins, ses Auberges et divers bâtiments en main d’œuvre gratuite. Enfin, un nombre restreint d’esclaves correspondait également à la propriété individuelle de chrétiens du port.

  • 224 NLM, Ms 6421, ff° 54v.-55r.
  • 225 ASV, SS Malta 3, ff° 228v.-229r., 28 juin 1594. Il s’agit d’un rapport expédié au pape concernant l (...)
  • 226 M. Fontenay, « L’esclave galérien dans la Méditerranée des Temps Modernes », in Henri Bresc (dir.), (...)

74Selon le recensement effectué en 1590, nous savons que le nombre total d’esclaves était de 1 405 dans le Grand Port, parmi lesquels 785 étaient employés sur les galères et 620 assignés à terre. Parmi les esclaves de terre, 411 étaient au service de l’Ordre, travaillant dans les fabriques d’artillerie, dans les Fours de la Religion, les magasins de poudre et la Sacrée Infirmerie ; les 209 autres étaient la propriété de particuliers et effectuaient essentiellement des travaux domestiques224. À la fin du xvie siècle, l’Ordre possédait donc 1 196 esclaves. Ce chiffre s’accrut progressivement, en liaison avec le développement de la course, avec l’augmentation du nombre des galères et de la part des esclaves dans la chiourme : en 1594, les esclaves représentaient 58 % de l’ensemble des rameurs225 et cette proportion ne cessa d’augmenter au xviie siècle, se stabilisant aux environs des 2/3 de l’effectif (soit 70 % en 1632 et 66 % en 1669)226.

  • 227 AIM, Proc. 18, f° 69r., 14 décembre 1599, rapport de l’argousin Mariano Carbun au Grand Maître.
  • 228 M. Fontenay, « L’esclave galérien dans la Méditerranée... », art. cit., p. 119.

75Le nombre d’esclaves de l’Ordre s’accrut donc régulièrement, passant de 1 600 en 1599227 à 1 846 en 1632 puis à 2 190 en 1669228.

  • 229 B. Vincent, « L’esclavage en milieu rural espagnol au xviie siècle : l’exemple de la région d’Almér (...)
  • 230 M. Aymard, « De la traite aux chiourmes : la fin de l’esclavage dans la Sicile moderne », art. cit. (...)
  • 231 M. Fontenay, « L’esclave galérien dans la Méditerranée... », art. cit., p. 138.
  • 232 G. Wettinger, « Agriculture in Malta in the Late Middle Ages », art. cit., p. 58.

76En ce qui concernait les esclaves de particuliers, leur nombre tournait vraisemblablement toujours autour de 200 ; comme en Espagne229 ou en Sicile230, l’esclavage privé à Malte, s’il ne disparaissait pas complètement à l’époque moderne, tendait proportionnellement à se réduire au profit d’un esclavage public destiné essentiellement au ravitaillement des chiourmes231. Quant à l’esclavage rural qui avait existé à l’époque médiévale232, il s’était progressivement effacé au profit d’un esclavage domestique urbain et d’un esclavage public de galère. Dans tous les cas, le nombre moyen d’esclaves résidant en permanence dans le port semble avoir tourné autour de 2 000 environ durant tout le xviie siècle, ce qui représentait 9 à 10 % de la population du milieu portuaire. De sorte que dans le Grand Port, une personne sur dix environ portait un fer aux pieds et, dans la grande majorité des cas, n’était pas chrétienne.

  • 233 Voir Partie II, Chapitre VIII.
  • 234 AIM, Proc. 41B, ff° 461r.-462v., 30 mars 1626.
  • 235 NAM, Banca Giuratale, Commune ærarium 422, ff° 3r-4r., année 1590.
  • 236 AIM, Proc. 27, f° 9r., 18 juin 1607.
  • 237 AIM, Proc. 43B, f° 520r., 20 juillet 1623.
  • 238 AIM, Proc. 60, f° 32r., 4 septembre 1646.

77Ne disposant guère d’informations sur ces esclaves, il faut nous en remettre aux nombreux procès du Saint-Office contre les renégats, qui étaient presque tous de condition servile. Grâce à l’étude de leur procès, nous pouvons dessiner un profil des esclaves de Malte : ainsi, avec 813 procès sur un total de 922, les hommes représentaient 88,1 % des renégats233, et vraisemblablement des esclaves juifs et musulmans du Grand Port. Ces esclaves étaient certainement jeunes ; comme pour les renégats, leur âge moyen était de 25 ans, hommes et femmes confondus. Cela tenait évidemment aux métiers exercés par les hommes avant leur capture et qui exigeaient un corps jeune et solide : presque tous en effet étaient marins, soldats, capitaines de navires ou corsaires. L’âge moyen des esclaves pourrait même être revu à la baisse car nombre de femmes étaient esclaves avec leurs enfants. Ces enfants étaient souvent capturés avec leur mère et vendus avec elle. Ainsi, au cours d’une vente d’esclaves en 1626, dix femmes sur 27 furent vendues en compagnie de leurs enfants en bas âge : la fille de Carasia avait par exemple deux ans, celle de Fatima quatre, le fils de Dura en avait six tandis que celui d’Anatina était encore au sein234. Les enfants étaient parfois aussi le fruit d’une union entre une jeune esclave et son patron : pour ne citer qu’un exemple parmi d’autres, en 1590, l’esclave noire Cattarina eut un enfant negretto de son maître, le Maltais Gio Battista Rizzo, qui l’avait achetée sur le marché des esclaves de La Valette deux ans plus tôt. L’enfant fut immédiatement baptisé, pourvu d’un prénom chrétien (Giuseppe) et élevé dans la religion catholique235. Bien entendu, la jeunesse moyenne des esclaves n’empêchait aucunement la présence d’esclaves beaucoup plus âgés : ainsi, en 1607, l’esclave d’un chevalier, Giacomo, est âgé d’au moins 60 ans236, de même que La Mammana, esclave juive et sorcière à ses heures, qui avait en 1623 circa sessant’anni à en croire les témoins237. Quant à Marietta, elle était toujours esclave en 1646, à l’âge de 55 ans238.

78Au sein de cette population essentiellement masculine, l’écrasante majorité (80 %) était constituée de non chrétiens, c’est-à-dire à la fois de juifs et de musulmans : sur 252 comparutions d’esclaves sélectionnées dans les Archives de l’Inquisition entre 1580 et 1670, 199 concernait des non chrétiens, et 53 des esclaves chrétiens ou en passe de le devenir. Certes, on peut objecter que les chrétiens comparaissaient moins que les autres devant l’Inquisiteur, mais il n’en reste pas moins qu’une très grande majorité d’esclaves à Malte était de religion musulmane ou juive. Le fait qu’ils étaient rachetés assez rapidement lorsqu’ils en avaient les moyens et que leur temps de résidence à Malte était par conséquent souvent réduit, expliquait cette proportion écrasante d’esclaves non chrétiens. La preuve en était que les esclaves qui se convertissaient étaient souvent ceux qui avaient perdu tout espoir de rachat, faute de fonds disponibles ou de famille, et qui résidaient depuis un certain temps déjà dans l’île.

  • 239 AIM, Proc. 8, f° 43r., 8 septembre 1585.
  • 240 AIM, Proc. 13, f° 252v., 25 septembre 1594.
  • 241 AIM, Proc. 24A, ff° 121r.-121v., 17 juillet 1606.

79À cela s’ajoutaient la répugnance extrême des musulmans et surtout des juifs à l’égard de la conversion et le mépris avec lequel était considéré le nouveau catholique. Nombre d’esclaves se plaignaient d’offenses subies dans la Prison après l’annonce de leur conversion. Par exemple, en 1585, l’esclave Jacob fut tellement admonesté par un autre esclave dans la prison de Vittoriosa, qu’il hésita à se convertir239. Plus grave encore, en 1594, des esclaves juifs menacèrent Chaïm de le faire condamner aux galères pour avoir voulu se convertir240. Enfin, en 1606, Abraham avoua à l’Inquisiteur que quando intravo nella Pregione con li schiavi, tutti mi sputavano in faccia perche volevo tornare alla fede cristiana241. L’attitude extrêmement offensive des esclaves constituait alors un obstacle vraisemblable à la tentation du reniement. Il n’en reste pas moins que 20 % des esclaves environ étaient de confession catholique : cela comprenait, outre les convertis, tous les renégats qui étaient contraints par le Saint-Office de rentrer dans le giron de l’Église et étaient souvent maintenus dans la servitude, ainsi que tous les enfants nés sur le sol maltais et baptisés sur le champ.

  • 242 AOM 96, f° 67v., 23 août 1582. Nous trouvons mention de ces ventes aux enchères à la chandelle dans (...)
  • 243 M. Fontenay, « Il mercato maltese degli schiavi al tempo dei Cavalieri di San Giovanni (1530-1798)  (...)
  • 244 AOM 293, f° 66r., Chapitre Général de 1597.
  • 245 AOM 294, f° 124r., Chapitre Général de 1603.
  • 246 ASV, SS Malta 5, f° 37r., 9 octobre 1595.
  • 247 AOM 288, ff° 29r.-29v., Chapitre Général de 1555 ; AOM 292, ff° 63r.-64r., Chapitre Général de 1555 (...)
  • 248 AOM 99, ff° 32r.-32v., 3 août 1595.

80Le quotidien de ces esclaves, doublement exclus de la société insulaire du fait de leur religion et de leur condition, consistait en un travail constant. Hormis les esclaves de rame employés, comme leur nom l’indique, sur les galères, les esclaves de terre étaient généralement des esclaves de maison, qui servaient leur maître. Tout particulier pouvait en effet posséder un esclave dès lors qu’il l’avait acheté au cours d’une vente aux enchères à la chandelle242, qui s’étalait généralement sur plusieurs jours, afin d’éviter une baisse du coût de la marchandise humaine243. Les membres du Couvent pouvaient, quant à eux, louer des esclaves de l’Ordre, pour la somme de 18 tari par mois et par esclave qu’ils versaient au Commun Trésor244. En cas de refus ou d’impossibilité de paiement, ils étaient simplement tenus de subvenir par eux-mêmes aux besoins en nourriture et en vêtements de l’esclave « emprunté »245. En règle générale, les chevaliers possédaient souvent un esclave personnel ; et le Grand Maître en possédait plusieurs centaines dans son palais : le testament d’Hughes Loubenx de Verdale en 1595 révélait en effet qu’il avait à son service 230 esclaves, dont plus de la moitié était à lui246. Quant aux esclaves de terre qui appartenaient à l’Ordre, ils étaient employés dans les Auberges, à la Sacrée Infirmerie247 et à l’Armurerie, où ils accomplissaient diverses tâches de service, mais également dans les Fours248 où ils étaient chargés de la cuisson du pain.

  • 249 AOM 287, f° 43v. («...che li detti schiavi saranno ricercati alli servitii delle muraglie et fosse. (...)
  • 250 AOM 419, f° 212v., 12 octobre 1543.
  • 251 AOM 94, f° 107v., 7 avril 1576.
  • 252 AOM 256, f° 129r., 24 avril 1635.
  • 253 AOM 258, f° 27r., 28 juin 1645.
  • 254 AOM 258, ff° 7v.-8r., 20 mai 1645.
  • 255 AOM 258, f° 8r.

81En plus de ces activités ordinaires, tous les esclaves, et particulièrement ceux qui n’étaient pas à la rame, étaient astreints, depuis une décision du Chapitre Général de 1539249, à des travaux de construction et de fortification : ainsi, en 1543, les esclaves avaient été utilisés comme main d’œuvre pour divers aménagements de Senglea250, et à partir de 1576, pour le nettoyage du Grand Fossé qui séparait La Valette du reste du Mont Sciberras251. Régulièrement, les esclaves étaient contraints de récurer le Fossé. En 1635, quelque 600 esclaves de terre appartenant aussi bien à l’Ordre qu’à des particuliers, y travaillèrent252. Dix ans plus tard, en 1645, tous les esclaves du Couvent ou de particuliers furent de nouveau requis pour travailler aux fortifications de la Floriana et pour curer le Fossé253 : les femmes y travaillaient trois jours par semaine et les hommes tous les jours sans exception254. Puis, devant la menace ottomane (l’Ordre ne savait pas encore si les Turcs allaient s’attaquer à Malte ou aux possessions vénitiennes), les esclaves de rame furent employés à leur tour, à raison d’un seul jour par semaine afin de ne pas les affaiblir255.

b) Une population inquiétante

  • 256 AOM 287, f° 43v., Chapitre Général de 1539.
  • 257 AOM 290, ff° 38r.-40v., Chapitre Général de 1574 ; AOM 293, ff° 108v.-109r., Chapitre Général de 15 (...)
  • 258 AOM 287, Chapitre Général de 1539, f° 43v.
  • 259 AOM 109, f° 214r., 3 juillet 1629.

82Le nombre relativement élevé d’esclaves, ajouté à celui des intermédiaires, plus faible mais plus dangereux du fait de leur condition libre, faisait toujours craindre à l’Ordre une rébellion ou une alliance avec des assaillants turcs et barbaresques. En conséquence, les chevaliers s’étaient préoccupés de contrôler le plus étroitement possible les mouvements des esclaves dans le port. Depuis le Chapitre Général de 1539, ils étaient contraints de porter à leur cheville un anneau de fer. Chaque nuit, ils étaient tous assignés à résidence dans les prisons256, qu’ils fussent de rame ou de terre, publics ou privés, propriété de l’Ordre ou de particuliers257. Il y avait trois Prisons des Esclaves dans le Grand Port : la plus ancienne, achevée en 1539258, était celle de Vittoriosa, la deuxième se trouvait à La Valette et avait été utilisée dès l’installation du Couvent dans la nouvelle capitale en 1571, et enfin, à partir de 1629, une troisième fut aménagée à Senglea, dans le fort Saint-Michel, pour y abriter les esclaves de rame devenus trop nombreux259.

  • 260 AOM 88, f° 91r., 4 mai 1551.
  • 261 AOM 91, f° 143v., 19 janvier 1565.
  • 262 AOM 287, Chapitre Général de 1539, f° 43v.
  • 263 AOM 95, f° 115r., 6 septembre 1578.
  • 264 Dal Pozzo, I, p. 155.
  • 265 AOM 96, ff° 43r.-43v., 4 mai 1582.

83Mais ce fut surtout lorsque Malte fut potentiellement menacée d’une attaque musulmane que l’Ordre manifesta la plus grande inquiétude et prit des mesures de sécurité drastiques. En 1551, devant l’imminence de l’attaque musulmane, les chevaliers enfermèrent dans la Prison de Birgù tous leurs esclaves et ceux des particuliers, n’en laissant que 70 sur chaque galère, qui étaient surveillés étroitement260. De même, en 1565, les esclaves furent consignés dans leur prison et tous les étrangers non chrétiens libres furent expulsés de l’île261. La crainte était d’autant plus forte que maints particuliers, y compris les membres de l’Ordre, ne respectaient pas toujours la consigne de sécurité de 1539, qui exigeait que tous les esclaves de Malte dormissent chaque nuit dans les prisons du port262. En 1578, le Grand Maître Jean de La Cassière tenta de remédier au problème en contraignant tous les habitants di mandare a dormire la notte li schiavi loro nelle solite carcere263, sous peine d’amende et de confiscation des esclaves. Les esclaves devaient être enregistrés par le personnel de l’Ordre, afin de vérifier ensuite qu’ils dormaient bien dans les Prisons264. L’ordonnance magistrale ne fut guère suivie d’effet et en 1582, l’Ordre, sapendo maggiormente di quanta importanza et pericolo sia alla sicurezza di cotest’Isola che li schiavi possano vagare di notte quà et là, réclama de nouveau que les esclaves des particuliers fussent consignés la nuit dans les prisons265.

  • 266 Bosio, III, p. 100.
  • 267 G. Wettinger, Slavery in the Islands of Malta and Gozo (ca 1000-1812), Malte, 2002.

84Si l’on en croit Bosio, cette crainte latente résultait d’une révolte servile qui s’était produite en juillet 1531, lorsque seize captifs, alors gardés dans des geôles du fort Saint-Ange puisque la Prison des Esclaves n’était pas encore édifiée, s’insurgèrent, tuèrent des gardes et se rendirent maîtres du fort. Après un court combat, les meneurs, deux raïs nommés Cara Saïm et Cara Mustafa, furent tués et leur corps exposé sur des piques à l’embouchure du port, sur une langue de terre nommée depuis lors « Punta delle Forche »266. Faute de preuves dans les archives, nous ignorons si l’insurrection eut réellement lieu. En revanche, nos recherches nous ont permis de découvrir une autre révolte qui se produisit en février 1596 et qui était demeurée jusqu’alors inconnue car presque entièrement occultée par les archives ; aucun ouvrage n’y fait la moindre allusion et Godfrey Wettinger lui-même l’ignore dans sa thèse sur l’esclavage à Malte267.

  • 268 AIM, Proc. 15A, ff° 9r.-9v., 27 mai 1596, Lettre de Joanne Caloriti à l’Inquisiteur.
  • 269 AOM 99, f° 69v., 8 mars 1596.
  • 270 AIM, Proc. 15A, ff° 9r.-9v., 27 mai 1596.

85C’est une lettre écrite par un argousin et trouvée dans un procès des fonds de Mdina, qui apporte le témoignage incontestable268. Au mois de février 1596, plusieurs esclaves de La Valette et de Vittoriosa s’étaient mutinés, causant maximis scandalis et gravibus damnis269. La lettre de Joanne Caloriti, argousin de l’Ordre, fournit bien plus de détails : refusant de dormir dans les prisons, ils s’évadèrent et vagabondèrent quelques jours dans la campagne maltaise à la recherche d’un navire pour s’enfuir et surtout incitant tous les esclaves qu’ils rencontraient à les rejoindre. Plus grave encore, ils dérobèrent les clefs de La Valette et ouvrirent de nuit les portes de la cité, enfreignant délibérément toutes les ordonnances magistrales qui interdisaient aux esclaves de vagabonder la nuit et aux membres de l’Ordre de laisser les portes de la capitale ouvertes270.

  • 271 AOM 100, f° 282r., 12 juin 1603.

86La révolte suscita une très vive émotion dans l’île et au sein de l’Ordre. L’ouverture des portes de La Valette fut vécue comme un véritable traumatisme. Ce n’était pas tant la fuite des esclaves que l’Ordre redouta, qu’une entrée dans l’île de musulmans extérieurs. La révolte avait fait brutalement prendre conscience à Malte de la réalité du danger que représentait pour l’île la présence de ces esclaves en nombre croissant et avait engendré l’angoisse très forte de subir un double danger extérieur et intérieur, par le cumul d’un siège et d’une révolte servile, qui aurait eu raison de la survie de la frontière. Dans le but d’atténuer cette crainte, le Grand Maître exprima le désir d’éliminer l’esclavage privé au bénéfice d’un esclavage seulement public : tous les esclaves des membres de l’Ordre furent remis au Commun Trésor, qui versa en échange à leur propriétaire la somme correspondante à leur valeur271. Seuls les particuliers furent autorisés à conserver leurs esclaves, sans doute parce que leur nombre était relativement faible.

  • 272 AOM 103, f° 87r., 12 août 1609.
  • 273 AOM 257, f° 195v., 21 février 1645.
  • 274 AOM 257, ff° 206r.-206v., 21 mars 1645.

87Une telle précaution ne suffit pas à atténuer un sentiment permanent de menace. Quelques années plus tard, en 1609, il resurgit d’ailleurs vivement, à la suite de rumeurs venues du Levant évoquant la possibilité d’un empoisonnement de la nourriture du Couvent par les esclaves travaillant aux Fours de la Religion, au Palais magistral et dans les Auberges, au moment où une flotte ottomane surgirait pour assiéger l’île («...considerate alcune lettere di Costantinopoli con indicii che li schiavi del forno, del Palazzo et altri luoghi si siano concertati di dare universalmente il veleno nel pane e viande quando comparisca l’armata turchesca... »)272. Au fil du siècle, la conscience du péril persista de manière amoindrie, mais resurgissait dès qu’une menace turque se précisait contre Malte. Ainsi, durant l’hiver 1645, au moment où les chevaliers craignaient une attaque musulmane contre leur fief, des mesures radicales furent prises concernant les non chrétiens libres et esclaves : le 21 février, tous les musulmans et juifs libres (y compris les esclaves rachetés) furent expulsés en toute hâte du port, des chevaliers étant chargés d’organiser leur départ en moins d’un mois273. Puis le 21 mars, le Conseil ordonna que les esclaves de particuliers laïcs et religieux (hormis les chevaliers qui n’en possédaient plus depuis 1603, sauf avec une permission spéciale du Grand Maître) fussent expulsés également, avec les derniers musulmans et juifs libres qui quittaient l’archipel, afin qu’aucun « Infidèle » non possa dar notitia dello stato di queste piazze alli nemici274.

88Considérés comme un éventuel « cheval de Troie » des Turcs, esclaves et non chrétiens libres entretenaient donc constamment au sein du Grand Port la hantise de l’autre et le sentiment du danger inhérents à la naissance des frontières et à leur permanence dans l’esprit des hommes. Et la conscience de cette menace était encore renforcée par la présence de marginaux de toutes sortes, aventuriers, malandrins, déviants, que la quête parfois désespérée de subsides incitait à frayer avec le milieu servile, voire à le soutenir dans son désir d’évasion, en aidant, moyennant salaire, de nombreux esclaves à s’enfuir.

Une menace potentielle : les marginaux

89Ouvert à tout aventurier ou malandrin désireux de tenter la fortune par le biais de la course ou du trafic d’esclaves, le Grand Port s’était progressivement peuplé de populations plus ou moins dangereuses, dont il fallait assurer un contrôle strict pour maintenir l’homogénéité sociale. Ces marginaux aux comportements souvent teintés de violence suscitaient une certaine appréhension parce qu’ils étaient considérés comme les plus aptes à nouer des relations douteuses avec les non chrétiens libres ou esclaves. Il s’agissait généralement d’aventuriers de passage, de forbans de tout genre, ainsi que de femmes seules, veuves de marins pour la plupart, et de mendiants, dont le nombre allait croissant à partir du premier xviie siècle.

  • 275 Dans le Chapitre VIII.

90En ce qui concernait les femmes, nous avons déjà évoqué précédemment275 le risque qu’elles représentaient aux yeux des autorités politiques et religieuses : sans ressources, elles pratiquaient souvent la prostitution et ne manifestaient guère de répugnance à fréquenter assidûment des juifs et des musulmans, aussi bien de condition libre que servile. Et les rapprochements amicaux ou amoureux faisaient toujours craindre la possibilité d’une conversion féminine à l’Islam et de la naissance d’enfants qui pouvaient être élevés dans la religion du père. Mais les contacts avec les non chrétiens n’étaient pas l’apanage des femmes pauvres : nombre d’hommes sans emploi ou bien d’aventuriers, de délinquants, d’anciens forçats, frayaient avec les esclaves, trafiquant dans les prisons et monnayant leurs services en cas de tentatives d’évasion. La réussite d’une évasion dépendait en effet d’une organisation minutieuse où les contacts étaient d’une importance vitale. Ces contacts, qui étaient presque toujours des hommes libres ou d’anciens esclaves devenus chrétiens, leur fournissaient, en échange d’argent ou de cadeaux, un navire et des provisions nécessaires au voyage.

  • 276 AIM, Proc. 6B, ff° 601v.-605v., 9 février 1582, Interrogatoire de l’esclave Abraham d’Andrinople.
  • 277 AIM, Proc. 9A, ff° 164v.-167v., 24 mars 1588, Interrogatoire de Ruggiero Jarnella.
  • 278 AIM, Proc. 9A, f° 167v.
  • 279 AIM, Proc. 38B, ff° 467r.-467v., 11 février 1618, Interrogatoire de Lorenzo.

91C’était presque toujours dans les tavernes que se nouaient les relations entre marginaux et esclaves : par exemple, en 1582, ce fut dans une taverne que quatre esclaves négocièrent le soutien d’un trafiquant d’origine sicilienne, Francesco Masi, pour les aider dans leur entreprise276. Le Sicilien était un aventurier sans scrupule, qui vivait de petits trafics et qui fréquentait assidûment les forçats et les esclaves des galères. Pareillement, en 1588, deux anciens forçats, l’un d’origine messinoise, Ruggiero Jarnella, et l’autre d’origine napolitaine, Pietro, qui se trouvaient sans revenu après avoir purgé leur peine, apportèrent leur aide à quatre esclaves musulmans en fuite : en échange d’une chaîne en or, de deux bijoux en argent et en corail, d’un ruban de soie et de quatre pièces d’or, les chrétiens devaient trouver une barque et la mettre à disposition des fugitifs277. Un voisin ayant eu vent de l’entreprise menaça le Napolitain de le dénoncer au Saint-Office : celui-ci l’assassina alors de sang-froid, sous les yeux horrifiés de l’esclave Paolo, qui déclara à l’Inquisiteur que Pietro était un vero bandito278. Enfin, en 1618, un jeune Maltais, Lorenzo, sans emploi et molto povero accepta d’aider trois esclaves en fuite, en échange d’un peu d’argent279.

  • 280 AIM, Proc. 38A, f° 261r., Interrogatoire de Gioanne Calamia.
  • 281 AIM, Proc. 38A, ff° 308r.-308v., 13 juillet 1617, sentences de l’Inquisiteur.
  • 282 AIM, Proc. 16A, ff° 187r.-188r., 27 août 1598.
  • 283 AIM, Proc. 61B, ff° 741r.-768r., août 1648.
  • 284 AIM, Proc. 61B, f° 781v., 21 novembre 1648.

92Par l’exclusion sociale qu’elle engendrait, la pauvreté était bien souvent la principale cause de la transgression et de l’association avec l’ennemi : ce fut le cas de Gioanne Calamia, marin de Vittoriosa, et de Francesco Carcep, Gozitain émigré dans le port et sans emploi fixe. Les deux jeunes hommes, âgés de 18 et 20 ans, choisirent en toute conscience de fuir en compagnie de quelques esclaves juifs et musulmans vers la Barbarie, dans le but di farsi Turco e guadagnar denaro280. Après leur capture par les soldats de garde du port, les deux jeunes insulaires furent jugés très sévèrement par l’Inquisiteur, bien qu’ils eussent plaidé l’innocence, et leur condamnation aux galères fut plus longue que celle des esclaves, mêmes de ceux qui s’étaient convertis au catholicisme : les quatre esclaves furent condamnés à quatre années de rame tandis que Gioanne et Francesco le furent à six ans281. La tentative d’émigration des deux Maltais rappelait celle de certaines femmes pauvres, prêtes à quitter Malte pour suivre leur protecteur et amant musulman : en 1598, deux Maltaises chrétiennes, l’une esclave et l’autre de condition libre, s’étaient enfuies en compagnie de leurs amants musulmans, dont l’un était esclave et l’autre s’était racheté, et avaient gagné la Barbarie282. En 1648, trois femmes chrétiennes de La Valette (une veuve et deux jeunes filles sans ressource) comparurent également devant le tribunal inquisitorial, pour avoir voulu fuir en terre d’Islam avec leur amant musulman283. Comme pour les hommes, les trois femmes furent sévèrement condamnées à des peines spirituelles et à deux années de prison ferme284.

93Le sentiment d’une menace identitaire apparaissait donc bien réel dans le port maltais, partagé par les autorités et par une population toujours prompte à dénoncer les fauteurs de troubles au Saint-Office. Le désir d’uniformité religieuse était tel que même les catholiques de rite non latin étaient considérés comme indésirables ; le décalage entre les dates de leurs fêtes et celles du port était perçue comme la preuve évidente d’une désunion sociale périlleuse. Aux franges de la chrétienté, il n’y avait pas de place pour une scission religieuse, quelle qu’elle fût.

UNE EXCEPTION EN SURSIS : LES CATHOLIQUES DE RITE GREC

  • 285 R. Ilbert, Alexandrie... cit., p. 415.

94Exception notable, le petit groupe des catholiques de rite grec, descendants des Rhodiens arrivés en 1530, vivait dans le port un peu à l’écart des autres catholiques. Peut-on pour autant le définir comme une « communauté » ? Le cas des Grecs est toujours un peu délicat : même à l’époque contemporaine à Alexandrie, ils posaient des problèmes de définition, du fait de leur scission religieuse entre orthodoxes et catholiques et en même temps de leur union identitaire consécutive à une même origine géographique285. À Malte, le cas était encore différent : il n’y résidait que des catholiques de rite latin ou grec. Si la coupure entre orthodoxes et catholiques pouvait être forte, qu’en était-il réellement de celle qui séparaient des catholiques entre eux ? Certes, les archives apportent les preuves nécessaires pour affirmer que ces Grecs se distinguaient des autres Hellènes, vivant dans des quartiers particuliers groupés autour d’une église paroissiale qui possédait ses propres registres de baptêmes, de mariages et de décès. Ils parlaient et écrivaient dans leur langue, suivaient le calendrier julien et les rites grecs (vénération des icônes, baptême par immersion...) tout en reconnaissant l’autorité du pape. Enfin, contrairement aux catholiques de rite latin, ils étaient dirigés et représentés par un pope indépendant du Saint-Office et du clergé maltais.

95Mais la différence de pratique religieuse suffisait-elle réellement à l’établissement d’une conscience identitaire marquée ? Il est d’autant plus difficile de le savoir que le groupe ne vivait nullement de manière indépendante dans le port : bien que représenté par un pope, il ne possédait aucun autre responsable chargé d’organiser l’éducation des enfants ou l’assistance aux pauvres et aux veuves de marins... Nul conseil particulier ne représentait les intérêts du groupe ou ne tranchait les questions de justice. En réalité, tout ce qui avait trait à la vie sociale de ces Grecs relevait, comme pour le reste de la population, exclusivement de l’Ordre qui avait sur eux et sur tous ses vassaux, droit de justice haute et basse. Il serait alors peut-être plus juste de considérer les catholiques de rite grec, dont le nombre était finalement assez réduit, plus comme une minorité reconnue et protégée par les chevaliers que comme une véritable communauté.

Un fonctionnement particulier

  • 286 S. Fiorini, « The Rhodiot Community of Birgu, a maltese city : 15301550 », art. cit. p. 184.
  • 287 Papas Francesco Chetta-Schirò, « Memorie sulle chiese ed il rito greco in Malta », in Archivum Meli (...)
  • 288 Dal Pozzo, I, p. 288.
  • 289 NLM, Ms 23, f° 271r.

96Nous savons qu’un ou deux milliers de Rhodiens avaient suivi l’Ordre dans son errance ; nous ignorons en revanche combien s’installèrent réellement à Malte286. Nombre d’entre eux avaient pu s’arrêter en route, le long des escales crétoises ou italiennes. Il semble que jusqu’en 1571, quelques 350 à 400 personnes vécurent à Birgù/Vittoriosa, rattachées à l’église Sainte-Marie Damascène287. Cette église a disparu aujourd’hui, mais une plaque apposée à un mur rappelle son ancien emplacement, entre l’église Saint-Laurent et le palais inquisitorial. Après l’installation de l’Ordre à La Valette, une grande partie du groupe décida de le suivre et s’établit autour de deux nouvelles églises, Sainte-Marie Damascène, construite à partir de 1569288 et qui existe encore de nos jours (bombardée pendant la Seconde guerre mondiale, elle a été reconstruite) et Saint-Nicolas289.

  • 290 F. Chetta-Schirò, « Memorie sulle chiese ed il rito greco... », art. cit., p. 187.
  • 291 N. Vatin, L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale... cit. (...)

97L’attachement des catholiques de rite grec aux chevaliers tenait à la protection que leur assurait l’Ordre. Dès 1530, il fut décrété que la minorité rhodienne ne dépendrait pas de l’Évêque de Malte, comme c’était le cas pour tous les autres habitants et comme cela se produisit par la suite pour tous les nouveaux venus de confession catholique ; les Rhodiens dépendaient exclusivement du Grand Prieur de l’Église conventuelle290. Cette habitude n’était pas nouvelle : à Rhodes déjà, l’Ordre protégeait tous les Grecs, même orthodoxes, et le Grand Maître nommait le Métropolite291. Les églises paroissiales grecques étaient par conséquent construites à proximité des instances politiques ou religieuses de l’Ordre : une des églises se situait près de l’église conventuelle de Saint-Laurent à Vittoriosa, tandis qu’à la Valette, l’église de Sainte-Marie Damascène jouxtait le Palais du Grand Maître, dont elle n’était séparée que par l’espace d’une rue. En revanche, l’église Saint-Nicolas en était plus éloignée.

  • 292 Église Sainte-Marie Damascène, Libro dei battesimi e delle conferme, dei matrimoni (1584-1977), ff° (...)
  • 293 S. Fiorini, « The Rhodiot Community of Birgù... », art. cit., p. 186-188.

98L’unique registre paroissial encore existant, qui fait seulement état des baptêmes et qui se trouve dans l’église Sainte-Marie Damas-cène de La Valette, donne un aperçu de quelques patronymes spécifiquement rhodiens que se perpétuent à l’époque moderne (Metaxi, Perdicomati, Magneti, Scarmuni, Patrini, Rodici)292. Les registres de notaires étudiés par Stanley Fiorini en donnent d’autres : Axathopoulos, Camara, Caloriti, Gatana, Myriti, Ros, Venturi293... Ces patronymes sont toutefois associés à des noms de famille plus généraux (Russo, Cipriotto, Greco, Albanese, Zanti...) qui tendraient à prouver que le groupe d’origine fut alimentée faiblement mais régulièrement par des individus venus de contrées différentes (Russie, Albanie, péninsule et îles grecques) ou bien par des nouveaux venus qui acceptèrent d’adopter les rites de la minorité après une union.

  • 294 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 362.
  • 295 ASV, CC, RD 514A, f° 117r., 10 février 1590 («...Li diocesi di Malta ha tre parrochie di greci nell (...)
  • 296 ASV, CC, RD 514A, f° 1068v., 7 février 1648 («...quod diocesis mea hæc ha-ber triginta parochias su (...)

99Cela n’empêcha pas pour autant une diminution progressive du nombre de membres entre le xvie et le xviie siècle. En 1590, la minorité, qui comptait 74 familles, soit 300-350 personnes au milieu du siècle294, ne groupait plus que 192 âmes, enfants compris, selon le décompte des âmes effectué par l’Évêque295. Cela devait correspondre à 35 ou 40 familles, qui se partageaient entre La Valette (qui en rassemblait les deux-tiers) et Vittoriosa. Cependant, la décrue se poursuivit et au milieu du xviie siècle, les visites ad limina ne dénombraient plus que deux paroisses296, celle de Saint-Nicolas ayant été abandonnée faute de fidèles. Le nombre de Grecs ne devait donc plus s’élever à cette époque qu’à 120-150 personnes, soit 60 à 80 dans chaque cité. Par conséquent, les quartiers grecs se limitaient sans doute, à La Valette comme à Vittoriosa, à une rue et à quelques demeures.

  • 297 Église Sainte-Marie Damascène, Libro dei battesimi e delle conferme, dei matrimoni (1584-1977), ff° (...)
  • 298 AIM, Proc. 12B, ff° 803r.-950r., année 1592.
  • 299 S. Fiorini, « The Rhodiot Community of Birgù... », art. cit., p. 187.
  • 300 AIM, Proc. 12B, f° 923r.

100En dépit de leur petit nombre et forts de l’appui des chevaliers, les Grecs se constituèrent dès 1530 en un petit groupe soudé, dirigé par quelques familles de popes, dont la plus prestigieuse fut celle des Metaxi qui prit en charge la minorité durant tout le xvie siècle. Les Metaxi étaient popes de père en fils et dirigeaient à la fois la paroisse de Vittoriosa et celle de Sainte-Marie Damascène à La Valette : dans les années 1580-1590, Manoli Metaxi était pope de la paroisse Sainte-Marie Damascène et y enregistrait les baptêmes jusqu’en 1618297 cependant que son frère, Jacomello, était celui de la paroisse Saint-Georges298. Ces popes étaient les fils de l’ancien pope de Vittoriosa, Constantino Metaxi, et les descendants de Siderus Metaxi qui dirigeait les Rhodiens en 1530299 et de Stammati Metaxi qui les prit en charge dans les années 1550300.

  • 301 Carmel Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 116.
  • 302 AIM, Proc. 18, ff° 2r.-3r., année 1599.

101Jusqu’à la fin du xvie siècle, les membres de la minorité rhodienne ne parlaient entre eux que le grec, ayant parfois du mal à se faire comprendre en langue étrangère301. Le registre de baptêmes est d’ailleurs écrit pour moitié en grec et pour moitié en italien, car la maîtrise de cette dernière langue se diffusa au xviie siècle. Pour ne citer qu’un exemple, en 1599, le marin Bernardo Maxariotti, descendant de Rhodiens et habitant à Vittoriosa, parlait à cette époque couramment le grec et l’italien, puisqu’il servit de traducteur à un jeune Grec rencontré en voyage302. Comme elle possédait sa langue, la minorité vivait selon ses propres rites. Elle suivait le calendrier julien, ce qui signifiait que ses fêtes ne coïncidaient pas toujours avec celles des Latins, et les rites grecs. Deux icônes rapportées de Rhodes (Notre-Dame Damascène et Notre-Dame Eleimonitria) ornaient les églises paroissiales et étaient vénérées et baisées par les fidèles. Les familles possédaient également des icônes de maison, qui étaient honorées dans les grandes occasions. Enfin, la minorité pratiquait le baptême par immersion.

Les Grecs face au Saint-Office

102Ni schismatiques, ni hérétiques, les Grecs, protégés par l’Ordre, étaient censés ne pas être inquiétés par l’Inquisiteur. Celui-ci entretenait pourtant avec eux des relations ambiguës, profitant des moindres querelles ou faiblesses au sein de la minorité pour réclamer un droit de contrôle religieux.

  • 303 AOM, Proc. 12B, ff° 816r.-818r., 10 septembre 1592, témoignage de Pietro Albanese.
  • 304 AOM, Proc. 12B, ff° 807r.-811r., 18 août 1592.
  • 305 AOM, Proc. 12B, ff° 812r.-813r., 26 août 1592.
  • 306 AOM, Proc. 12B, ff° 941r.-941v., 23 mai 1595.

103C’est ce qui se produisit en 1592, lorsque une querelle éclata entre les popes et plusieurs Rhodiens : le pope Manoli Metaxi avait exprimé le désir de suivre désormais le calendrier grégorien, afin que les fêtes de la minorité, et notamment la Pâques, pussent coïncider avec celles des catholiques de rite latin303. Manoli Metaxi donna donc ordre à ses fidèles de se conformer au calendrier latin ; certains d’entre eux respectèrent la décision du pope, mais quelques uns refusèrent et dénoncèrent le fait à l’Inquisiteur, comme le firent par exemple Sebastiano Gatana304 de La Valette, Don Eutropio305 et Pietro Albanese de Vittoriosa. Tous trois vivaient selon le rite grec, respectant la Pâques orthodoxe, conformément aux ordres de l’ancien pope Constantino Metaxi, et refusèrent absolument de suivre la décision des popes Manoli et Jacomello Metaxi. Le procès contre les Metaxi s’étira sur plusieurs années, jusqu’à la sentence de l’Inquisiteur, rendue le 23 mai 1595. Le Saint-Office sanctionna verbalement les popes et assura que tous les membres de la minorité qui désiraient vivre fidèlement aux anciens rites en avaient le droit ; en revanche, tous les Grecs qui avaient respecté au moins une fois les fêtes du calendrier grégorien (le texte souligne qu’ils étaient numerosi) devaient désormais s’y conformer, ainsi que toute leur famille et se rattacher par conséquent aux paroisses latines306.

  • 307 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 116, note 74.
  • 308 S. Fiorini, « The Rhodiot Community of Birgu... », art. cit., p. 195-196.
  • 309 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. I, f° 1v., 4 février 1596.
  • 310 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 51r., 4 novembre 1651.
  • 311 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. IV, f° 33r., 13 janvier 1670.

104Il semble qu’il faille voir dans cet épisode une des principales raisons de l’affaiblissement numérique de la minorité entre la fin du xvie siècle et le milieu du siècle suivant. L’adhésion d’une partie des Grecs aux rites latins, désirée par les popes eux-mêmes, et surtout leur inscription réclamée par le Saint-Office dans les paroisses latines expliquent que la troisième paroisse grecque, celle de Saint-Nicolas, disparût au cours du premier xviie siècle. Une autre conséquence était une perte de vigueur sensible de la pratique religieuse : en 1603 par exemple, une certaine Claretta Sguro avouait se confesser encore dans une église grecque, mais suivre désormais les rites latins307. Surtout, les mariages entre Grecs et Latins se multiplièrent. Ils existaient déjà au xvie siècle : sur 46 mariages célébrés entre 1530 et 1550, dont nous possédons l’acte notarié, 27 d’entre eux, soit largement plus de la moitié, unirent un individu de rite grec avec une personne de rite latin, aussi bien d’origine grecque (9 d’entre eux) que d’une autre origine (péninsule italienne, France, Espagne et même Angleterre et Allemagne)308. Au xviie siècle, l’habitude de se marier entre Grecs et Latins dut se répandre de plus en plus, les Grecs suivant l’exemple de leur pope Manoli Metaxi, dont la fille Maria avait épousé en 1596 dans la paroisse latine Porto Salvo de La Valette, un Maltais de la cité309. Les Metaxi adhérèrent définitivement aux rites latins, comme le confirme le mariage en 1651 de Giuseppe Metaxi, fils de Daltorio Metaxi, de la paroisse de Porto Salvo, avec une Maltaise de souche, Francesca Vella310. Enfin, en 1670, le catholique de rite grec, Demetrio Rodici, épousa selon le rite latin la Maltaise Cattarina Nasca311.

  • 312 ACDF, St. St. M 3-g, Repertorio di decreti antichi (1548-1620), p. 49-50, 25 août 1595.

105Le développement des unions mixtes n’alla pas sans soulever certains problèmes aux yeux de l’Évêque et de l’Inquisiteur : que faire en effet, lorsque l’un des époux, bien que marié selon le rite latin, demeurait fidèle au rite grec ? Était-il encore soumis à l’autorité du pope ou bien passait-il, du fait de son mariage, sous celle de l’Évêque ? Et dans quelle pratique religieuse les enfants devaient-ils être élevés ? Telles étaient les questions récurrentes que les autorités religieuses maltaises adressèrent au Saint-Office de Rome, tout au long du xviie siècle. En 1595, peu de temps après l’affaire des calendriers, le Saint-Office de Rome donna ses instructions à l’Évêque : l’épouse ou l’époux de rite grec ne devait absolument pas, sous peine de dénonciation par son conjoint et de comparution devant l’Inquisiteur, inciter l’autre à adhérer à la pratique grecque. En revanche, le conjoint de rite latin pouvait, s’il en avait les moyens, tenter celui de rite grec à pratiquer différemment ; dans le cas où c’était impossible, les époux devaient poursuivre librement leur vie commune, chacun selon son rite et relevant de sa propre paroisse312.

  • 313 ACDF, St. St. HH 3-b, non folioté, sans date (sans doute début du xviie siècle).
  • 314 ACDF, St. St. HH 3-b, non folioté, 19 juillet 1679.
  • 315 Église Sainte-Marie Damascène, Libro dei battesimi e delle conferme, dei matrimoni (1584-1977), ff° (...)

106En ce qui concernait le baptême et l’éducation des enfants, le Saint-Office spécifia que dans le cas des mariages mixtes célébrés dans une église latine, les enfants devaient être baptisés selon le le rite latin, qui demeurerait le leur ad vitam æternam ; en revanche, dans le cas des mariages mixtes célébrés dans une église grecque, le choix du baptême serait laissé aux parents. Dans tous les cas, si un individu baptisé selon le rite latin se mettait à vivre selon le rite grec, il devait comparaître pour hérésie devant l’Inquisiteur313. Des entorses à la réglementation du Saint-Office se produisirent vraisemblablement au cours du siècle : en 1679, l’Évêque de Malte se plaignait de nouveau à Rome de l’attachement des descendants des Rhodiens au baptême grec, même si leur famille vivait selon les rites latins314. La mixité des mariages, célébrés en grande majorité dans les paroisses latines, explique ainsi la décrue très forte du nombre de baptêmes grecs au cours du XVIIe siècle. Entre 1584 et 1610, 81 baptêmes avaient eu lieu dans l’église de Notre-Dame Damascène de La Valette ; entre 1610 et 1625, le nombre était descendu à 71, puis il chuta à 21 entre 1625 et 1650, et finalement à 7 seulement à la fin du siècle (années 1675-1690)315.

107Plus lentement, mais tout aussi sûrement que les autres étrangers avant elle, la minorité grecque tendait ainsi à perdre progressivement son originalité et à se fondre dans la société insulaire. Car même reconnue officiellement et protégée par l’Ordre, l’unique minorité du port de Malte ne pouvait résister à la pression latente et générale de la société maltaise, indéniablement cosmopolite mais assimilatrice. Cette caractéristique tenait à une omniprésence de la religion et des religieux qui assuraient dans toute l’île un encadrement diffus de toute la population.

L’OMNIPRÉ SENCE DE LA RELIGION

Répression et assistance

a) Les sanctions contre les esclaves et les marginaux

  • 316 AOM 100, f° 11r., 13 juin 1597. Le Conseil rappelle les faits («...maximis scandalis qua indies per (...)
  • 317 AOM 100, f° 248r., 9 août 1602.
  • 318 AOM 100, ff° 248r.-248v., 13 août 1602.
  • 319 AOM 100, f° 248r.

108L’œuvre politique et religieuse de l’Ordre et du Saint-Office consistait à la fois en une punition de tous les transgresseurs et en un encadrement charitable destiné à prévenir le péril de contacts entre insulaires et populations dangereuses. En ce qui concernait les esclaves, inférieurs de par leur condition et leur religion, la réponse de l’Ordre fut exclusivement répressive et à la mesure de la peur ressentie après la révolte de 1596 : le 8 mars, après que l’insurrection eût été matée, le Grand Maître ordonna une enquête sur la sécurité de l’île et sur la sûreté des Prisons des Esclaves316. De même en 1602, où un nouvel examen des prisons et de la garde du Grand Port fut réalisé pour éviter une autre insurrection servile317. Finalement, la même année, en août 1602, une ordonnance magistrale sopra la buona custodia degli schiavi fixa de manière définitive les mesures de sécurité nécessaires au maintien de plus d’un millier d’esclaves non chrétiens dans le Grand Port318. Désormais, aucun juif ou musulman, esclave ou libéré par rachat, ne pourrait dépasser les portes des Trois-Cités et de La Valette sous peine de recevoir cinquante coups de fouet en public et au paiement d’une amende de dix écus pour les esclaves en cours de rachat ou déjà rachetés. Aucun esclave n’avait plus le droit de pêcher dans le port sans un gardien et chaque barque ne pouvait emmener qu’un seul esclave ; en cas de désobéissance, l’esclave recevait 50 coups de fouet et payait une amende de 11 écus tandis que le complice payait une amende de 3 écus319.

  • 320 AOM 100, f° 248v.
  • 321 AOM 100, f° 248r.
  • 322 AOM 100, f° 285v., 18 juin 1603.

109Nul esclave ne pouvait plus vendre des marchandises, sous peine de confiscation des denrées et de 50 coups de fouet ; tout particulier qui achèterait des biens à un esclave paierait une amende de 15 tari. Seuls les produits de faible coût (verroteries) pouvaient être vendus par les esclaves, dans le but de les aider à rassembler les sommes de rachat, et uniquement dans un lieu bien défini, sur la place de La Valette, devant le Palais Magistral où la surveillance était plus aisée320. Aucun particulier n’avait plus droit de louer une maison ou une boutique à un esclave ou à un ancien esclave, sous peine d’une amende de 5 écus pour la première infraction, de 10 écus pour la deuxième et de confiscation du bâtiment pour la troisième et dernière infraction. Enfin, l’ordonnance rappelait que tous les esclaves et anciens esclaves, (même ceux qui attendaient leur rachat ou s’étaient déjà rachetés) avaient obligation de porter à la cheville un anneau de fer, d’un poids d’une demi-livre, sous peine de recevoir 50 coups de fouet. L’ordonnance appelait les Maltais et les habitants du port à la plus extrême vigilance : un tiers des amendes dues par les coupables allait au dénonciateur (les deux autres tiers étant versés au Trésor et au Grand Maître), ce qui incitait naturellement les individus à la délation et au contrôle. Chaque habitant du port était d’ailleurs invité de manière directe à dénoncer tout esclave aperçu au-delà des enceintes urbaines : dans ce cas, la récompense s’élevait à la somme importante d’un écu d’or321. L’ordonnance de 1602, qui résultait directement de la révolte de 1596, demeura quasiment inchangée pendant tout le xviie siècle : une unique modification fut apportée en 1603, pour octroyer le privilège aux esclaves juifs de vendre des marchandises de plus grand coût, exception faite de la nourriture322.

  • 323 ACDF, St. St. HH 3-b, non folioté, Instruttione a Vostra Signoria del Bufalo deputato da Nostra Sig (...)
  • 324 ACDF, St. St. HH 3-b, non folioté, 27 juin 1595.

110La méfiance à l’égard des non chrétiens libres et à l’égard de l’esclavage privé, moins facilement contrôlable que l’esclavage public, perdurait dans la société, liée à un souci extrêmement prononcé de marquer physiquement la différence religieuse. Les esclaves et les anciens esclaves rachetés portaient l’anneau de fer qui témoignait de leur condition et de leur religion ; les juifs libres étaient depuis 1595 contraints d’arborer, le temps de leur présence à Malte, un vêtement jaune destiné à les distinguer323, tandis que les musulmans allaient vêtus à l’orientale, portant le turban ou le crâne rasé avec une touffe de cheveux. Surtout, juifs et musulmans libres devaient toujours porter sur eux le sauf-conduit magistral attestant qu’ils étaient bien autorisés à résider dans le port, et pouvaient être amenés à le montrer à quiconque le réclamait en cas de contrôle. Comme le soulignait fort justement le Saint-Office de Rome, le but de ces distinctions physiques était che ciascuno sappia bene con chi ha conversation324 ou avait des relations, afin que la défiance envers les représentants des civilisations ennemies ne s’effaçât jamais.

  • 325 AIM, Proc. 38A, ff° 308r.-308v., 13 juillet 1617, sentences de l’Inquisiteur.

111C’est bien la raison pour laquelle les autorités se montrèrent intransigeantes à l’égard des marginaux qui osaient nier l’existence de la frontière en frayant avec tout représentant des civilisations ennemies. Il est vrai que la proximité géographique de Malte avec la Barbarie (une barque gagnait la côte africaine en deux jours) et la misère génératrice de délinquance et de marginalité, facilitaient considérablement le franchissement physique et mental de la frontière. Les châtiments réservés aux déviants qui trahissaient leur camp étaient par conséquent aussi lourds que ceux auxquels étaient soumis les hérétiques ou les apostats. Ainsi, les jeunes Maltais qui désiraient fuir leur indigence en gagnant la Barbarie en compagnie d’esclaves étaient punis plus lourdement que ceux-ci, y compris les convertis : leurs condamnations aux galères étaient notamment plus longues d’un an ou deux325 et correspondaient à celles des renégats (5 ans ou 7 ans en moyenne).

  • 326 ACDF, St. St. M 4-b (2), f° 15r., Ordini da osservare nell’Isola di Malta e Gozo con li vasselli in (...)
  • 327 ACDF, St. St. M 4-b (2), f° 15r.
  • 328 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 1399r., 4 mai 1658.
  • 329 ACDF, St. St. HH 3-b, ff° 1392r.-1392v., 4 mai 1658.

112En ce qui concernait les femmes qui avaient des contacts avec les non chrétiens et avec les non catholiques, le Saint-Office de Rome recommanda durant tout le xviie siècle à l’Inquisiteur de les condamner avec sévérité. Les insulaires qui osaient monter à bord des navires anglais ou hollandais devaient être condamnées à une amende pour les più honeste et alla pena della frusta per le vile326 ; et les protestants en cause devaient comparaître devant l’Inquisiteur, afin d’être jugés pour hérésie327. Les rapports avec les juifs ou les musulmans, aussi bien esclaves que libres, étaient plus surveillés encore. Les femmes avaient interdiction formelle de leur adresser la parole et de se rendre dans les Prisons des Esclaves, sous peine du fouet pour les femmes du peuple, ou d’une amende de 10 écus pour les femmes de condition328. En cas de relations intimes, elles étaient condamnées à des peines extrêmement lourdes : fouet en public et bannissement de quatre ans, puis fouet, flétrissure à la gorge ou à la poitrine et bannissement de dix ans en cas de récidive329. Quant aux

  • 330 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 1392v.

113Infideli che si sono arrogati di conoscere carnalmente le donne cristiane, ils étaient punis du fouet et d’une peine de 4 à 10 ans de galères pour les hommes libres, et du fouet, de 10 ans de galères et de l’impossibilité de se racheter pour les esclaves330.

  • 331 AOM 468A, f° 212r., 9 août 1636.
  • 332 AOM 468A, f° 212v.

114À l’égard des mendiants et des voleurs, qui troublaient l’ordre public et pouvaient côtoyer des Infidèles, l’Ordre témoigna d’une même intransigeance. En 1636, les chevaliers s’inquiétèrent vivement de l’afflux d’étrangers et d’insulaires dans le port qui ne vivaient pas d’un métier fixe et commettaient de nombreux délits, comme des violences, des vols, voire des meurtres331. Souhaitant se débarrasser de ces indésirables, le Grand Maître ordonna de recenser tous les pauvres et mendiants des deux sexes. Il fut décidé que tous les handicapés et inaptes au travail recevraient désormais une assistance financière de l’Ordre ; quant à tous ceux qui étaient aptes au travail et qui préféraient, pour les femmes se livrer à una vita libertina et impudica, diventando meretrici in pregiudicio dell’honor d’Iddio, et pour les hommes mendier, voler ou tuer, ils étaient passibles de punitions sévères (fouet, galères) et de bannissement définitif de l’île332.

  • 333 AOM 468A, f° 212v.

115L’ordonnance reflétait également une extrême défiance à l’égard des étrangers soupçonnés de mener des activités illicites sous couvert d’une vie rangée («...siamo informati che alcuni forastieri, si ben sotto pretesto di metter bottega, si sono conferiti e conferiscono in questo dominio, essndo pero scelerati e di mala vita, che non lasciano d’ingeniersi in ogni occasione di mal operare e di delinquire... »)333. Même chrétiens, les étrangers étaient perçus par l’Ordre comme une menace possible. La proximité du danger musulman et la présence dans le port de plusieurs « autres » venus d’ailleurs, représentants dangereux de civilisations, de religions, de mœurs différentes, enracinait toujours plus fortement dans la société la suspicion à l’égard de tous ceux qui n’étaient pas « mêmes ».

  • 334 AOM 257, ff° 179v.-180r., 25 septembre 1644.

116Par la suite, en 1644, les mendiants trop âgés ou inaptes au travail reçurent même une bulle portant une autorisation de mendier signée du Grand Maître, qu’ils devaient porter en permanence autour du cou. Des contrôles réguliers devaient être exercés par des commissaires de police et toute personne pratiquant la mendicité sans autorisation était condamnée à recevoir 30 coups de bâton. Quant aux pauvres sans emploi, les chevaliers-commissaires avaient consigne de les recenser, de les grouper dans un lieu de leur choix où ils recevraient des soins en cas de maladie et suivraient une formation professionnelle destinée à les réinsérer dans la société. En cas de refus de leur part, ils étaient condamnés au bâton et au bannissement334. Cette nouvelle ordonnance mêlait répression et prévention du risque, par un souci très prononcé de police des mœurs, ainsi que celui d’une réinsertion sociale des déviants et des pauvres. Fidèle à son rôle de charité et d’hospitalité, l’Ordre ne se souciait pas que de punir, mais cherchait également à prévenir les périls identitaires par une assistance régulière aux indigents et aux marginaux.

b) La prévention des risques

  • 335 AOM 87, f° 36r., 27 mars 1543 ; AOM 87, f° 81r., 16 avril 1646 ; AOM 88, f° 107v., 3 février 1552 ; (...)
  • 336 AOM 102, f° 37r., 13 mars 1606.
  • 337 AOM 257, ff° 205r.-205v., 19 mars 1645.
  • 338 AOM 257, f° 206r., 26 mars 1645.
  • 339 AOM 257, f° 207r., 26 mars 1645.

117Dès leur installation à Malte, les Hospitaliers avaient apporté leur soutien aux nécessiteux, par le versement réguliers d’aumônes335, dont des commissaires élus par le Conseil avaient la responsabilité336. La somme mensuelle destinée aux aumônes se montait, jusqu’au milieu du xviie siècle, à 214 écus de 5 tari (soit une somme annuelle de 2 568 écus de 5 tari) ; en 1645, le Grand Maître ordonna que des distributions de pain et de froment vinssent compléter ces aumônes337 et que des prêtres conventuels fussent désormais chargés de prendre soin et de dispenser gratuitement des soins aux pauvres338. Les campagnes ne furent pas oubliées : des membres de l’Ordre étaient également dépêchés pour distribuer à chaque indigent un tari par jour et pour les soigner en cas de maladie ou de blessure339.

  • 340 AOM 89, f° 59r., 5 novembre 1554.
  • 341 AOM 290, Chapitre Général de 1574, f° 29v.
  • 342 AOM 293, Chapitre Général de 1597, f° 64r.
  • 343 AOM 296, Chapitre Général de 1631, f° 98r.
  • 344 AOM 102, f° 42r., 2 avril 1606.
  • 345 AOM 256, f° 29v., 14 juillet 1625.
  • 346 AOM 256, f° 43r., 15 décembre 1625.
  • 347 AOM 256, f° 59v., 1er décembre 1626 ; AOM 256, f° 68r., 29 novembre 1627.

118Mais ce furent incontestablement les femmes qui bénéficièrent de la plus grande assistance : dès le milieu du xvie siècle, le Conseil s’était soucié des veuves et des orphelines, distribuant régulièrement des aumônes aux plus indigentes340. Lors des Chapitres Généraux de 1574341et de 1597342, il fut décidé que des soins gratuits seraient désormais dispensés à toute femme enceinte qui se présenterait aux portes de l’Infirmerie ; puis en 1631, les médicaments et la nourriture furent exclusivement réservés aux femmes pauvres, malades ou infirmes et ne furent plus distribués aux hommes343. Depuis 1606, l’Ordre était également censé apporter un soutien financier aux veuves de marins, dont l’époux était décédé au service des chevaliers, et qui avaient encore des enfants à charge344. En 1625, de la nourriture (100 cantars de riz) fut distribuée à chaque famille dont un homme, en service sur les galères de l’Ordre, était mort ou avait été capturé, durant une expédition en Barbarie345. Six mois plus tard, en décembre, l’aumône comprit, outre le riz, 20 salmes de froment distribuées tous les quatre mois et 100 écus qui devaient être partagés entre toutes les familles concernées346. La distribution gratuite de froment et d’écus fut maintenue durant trois années, jusqu’en 1628, date à laquelle le Conseil estima que les femmes avaient pu se remarier ou les enfants trouver un emploi347.

  • 348 Paul Cassar, « Malta’s Medical and Social Services under the Knights Hospitallers », in Victor Mall (...)
  • 349 AOM 290, Ordonnance de 1574, f° 29r.
  • 350 AOM 107, f° 115v., 10 août 1622.

119L’assistance aux femmes s’étendait à leur progéniture, que l’Ordre espérait éduquer et former afin de les soustraire à une existence marginale. En conséquence, les chevaliers recueillaient et prenaient en charge tous les enfants abandonnés du port. Une ouverture pivotante, aménagée dans un mur de la Sacrée Infirmerie de La Valette, permettait aux femmes démunies de déposer leur enfant : en faisant pivoter l’ouverture, les mères font entrer le nourrisson dans une des salles de l’Infirmerie, où il était recueilli348. Les garçons demeuraient au sein de l’Ordre jusqu’à l’âge de 7 ans, puis ils étaient placés en apprentissage pour apprendre un métier349. Quant aux filles, elles étaient à la charge de l’Ordre jusqu’à l’âge de 3 ans, avant d’être placées dans un couvent de Mdina pour y être éduquées dans l’attente d’un mariage. Une tradition de dotation des filles pauvres existait également : à leur mort, les Grands Maîtres léguaient souvent une certaine somme à des couvents, pour aider au financement de mariages de plusieurs jeunes filles pauvres. En 1622 par exemple, le Grand Maître Alof de Wignacourt réserva par testament sur sa fortune personnelle la somme de 650 écus, destinée à marier 13 filles pauvres de Malte et de Gozo350. Ces dots permettaient aux jeunes filles de ne pas demeurer leur vie entière au couvent et leur évitait en même temps la marginalisation et la prostitution consécutives à une vie solitaire.

  • 351 ASV, SS Malta, 5, f° 120r., 3 septembre 1596.

120Venant compléter l’œuvre charitable menée par l’Ordre, le Saint-Office prit également en charge les déviantes pour les aider à se réinsérer dans la société. À la fin du xvie siècle, sur proposition de l’Inquisiteur, un couvent des Repenties suivant la règle de sainte Claire, censé accueillir toutes les prostituées devenues trop âgées pour exercer leur profession fut fondé à La Valette. En 1596, tandis que le couvent est en cours de construction, l’Inquisiteur Bufalo demanda qu’une partie des biens laissés par les prostituées à leur mort fût versée au couvent ; dans le même temps, les prostituées en activité devaient verser une somme destinée à l’entretien du couvent et à la vie quotidienne des religieuses. Devenues vieilles, ces prostituées verraient leur avenir assuré : elles pourraient prendre le voile et vivre jusqu’à leur mort au couvent351.

  • 352 AIM, Corr. 1, f° 58r., 10 novembre 1599.
  • 353 AIM, Corr. 2, f° 263r., 29 décembre 1612.
  • 354 AIM, Corr. 3, f° 111r., 8 avril 1615.

121En 1599, le couvent des Repenties fonctionnait déjà correctement et dans une lettre au Saint-Office de Rome, l’Inquisiteur exprimait sa satisfaction de constater que les dépenses annuelles moyennes du couvent se montaient à 25 écus, qui étaient largement couverts par les revenus des prostituées en activité352. Devant ces succès, en 1602, le pape reconnut par une bulle l’existence officielle du couvent353. Puis en 1615, une lettre du Saint-Office de Rome fixa définitivement la cotisation des prostituées : désormais, le cinquième des biens des prostituées mortes après avoir rédigé un testament, devait être versé au couvent ; et dans le cas où les prostituées du port mouraient sans testament, la totalité de leurs biens revenait au couvent des Repenties354.

Un encadrement actif

a) Clergé et confréries

  • 355 A. Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle... cit., p. 99-100.
  • 356 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668. Les paroisses des campagnes maltaises sont celles de B (...)

122Aux côtés de l’Ordre et du Saint-Office, le clergé insulaire, séculier et régulier, contribuait également à un encadrement social et religieux de la population. Au xviie siècle, l’archipel maltais était divisé en une vingtaine de paroisses, centres locaux de vie et de culte. Au nombre de quatorze en 1530 (dont une unique à Gozo), elles s’élevèrent à une vingtaine au siècle suivant, sous l’impulsion de l’Ordre, désireux de démembrer les anciennes paroisses trop larges (comme celle de Birmifsuth-Gudja) et d’en créer de nouvelles dans des casaux qui connaissaient un accroissement démographique355. En 1668, l’archipel comptait 28 paroisses, dont deux à Gozo (paroisse de Rabat et de san Giorgio) et cinq dans le Grand Port356, à Vittoriosa (église paroissiale Saint Laurent), Senglea (église Notre-Dame de la Victoire) et Bormula (Notre-Dame du Bon Secours), ainsi que deux à La Valette, rattachées l’une en 1571 à l’église Sainte Marie du Port-Salut et l’autre en 1596 à celle de Saint Paul-Naufragé.

  • 357 ASV, CC, RD 514A, ff° 1068r.-1069r., 7 février 1648 ; ff° 1151r.-1152r., 18 mars 1650 ; non folioté (...)
  • 358 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 361.
  • 359 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 356.
  • 360 ASV, CC, RD 514A, ff° 1068r.-1069r., 7 février 1648 ; ff° 1151r.-1152r., 18 mars 1650 ; non folioté (...)
  • 361 ASV, CC, RD 514A, f° 1068v. ; non folioté, 1er septembre 1662.

123Les visites ad limina de 1648, 1650 et 1662357 montrent que l’archipel possédait 432 clercs en 1668 et 26 monastères et couvents, dont 3 étaient à Gozo (Augustins, Franciscains et Carmélites). Les monastères de Malte étaient situés soit à Mdina et Rabat, où se trouvaient à la fois des Bénédictins, des Franciscains, des Carmes, des Augustins et des Dominicains, soit dans l’ensemble portuaire (17 d’entre eux). Il y avait 4 monastères à Vittoriosa, de Dominicains (fondé en 1517), d’Augustins (fondé en 1611)358, de Carmes et de Bénédictines, qui avaient été transférées depuis Mdina dans les locaux de l’ancien couvent des Ursulines, qui avait été établi à La Valette359 ; il y en avait 9 à La Valette (Dominicains, Augustins, Franciscains, Jésuites, Capucins, Carmes, Bénédictines, Clarisses et Ursulines), 3 à Bormula (Franciscains d’observance, Augustins, Dominicains) et un à Senglea (Capucins)360. À cela devaient être ajoutés trois couvents de jeunes filles pauvres et orphelines, qui se trouvaient l’un à Mdina et les deux autres à La Valette et qui rassemblaient 200 à 300 pensionnaires en attente du mariage ; dans le cas où elles ne trouvaient pas de parti décent, elles devaient prendre le voile361.

  • 362 ASV, CC, RD 514A, f° 607v., 28 mai 1638.
  • 363 ASV, CC, RD 514A, f° 1068v.
  • 364 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668.
  • 365 ASV, CC, RD 514A, f° 607r., 28 mai 1638.
  • 366 ASV, CC ? RD 514A, non folioté, 1er septembre 1662.
  • 367 A. Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle... cit., p. 82.
  • 368 S. Fiorini, « Demographic growth and the urbanization of the Maltese Countryside... », art. cit., p (...)
  • 369 A. Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle... cit., p. 83.

124Il semble que le nombre total de religieux dans l’île ait tourné autour du millier environ : la visite épiscopale de 1638 décompta 797 prêtres, moines et moniales362 ; celle de 1648 insistait sur un chiffre d’environ 500 membres du clergé régulier et tout autant pour le clergé séculier363 ; enfin, celle de 1668 dénombrait un peu plus d’un millier de religieux, dont 432 membres du clergé séculier364. La pastorale était dispensée par un nombre moyen de 500 prêtres sur environ 39 000365 à 45 000366 personnes pour tout l’archipel, soit une proportion de 1 % à 1,3 % de l’ensemble, ce qui correspond grosso modo à la proportion de 1782 (1 091 prêtres pour 86 296 habitants, soit 1,25 % de l’ensemble)367. Le poids religieux était certainement plus sensible dans les campagnes que dans le port : rien qu’à Mdina et à Rabat, qui groupaient environ 2000 personnes en 1687368, nous avons dénombré six monastères. Au xviiie siècle, l’encadrement presbytéral par paroisse était de 1 pour 30 à Mdina et oscillait entre 1 pour 40 et 1 pour 80 dans les campagnes ; dans le port, il était plus lâche, allant de 1 pour 84 à La Valette et 1 pour 96 à Vittoriosa, à 1 pour 99 et 1 pour 106 à Bormula et Senglea369.

  • 370 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668.

125Gageons que ces données devaient être sensiblement proches de celles du siècle précédent. Le Grand Port, nécessairement plus cosmopolite et plus ouvert que les campagnes maltaises, était également un lieu moins solidement tenu par le clergé insulaire ; en échange, il supportait le contrôle permanent de l’Ordre et du Saint-Office et la présence notable du clergé régulier. Les deux-tiers des monastères se trouvaient en effet dans le milieu portuaire qui rassemblait environ la moitié de la population de l’archipel ; cela portait donc le nombre de religieux dans le Grand Port à 500-800 moines et moniales et environ 180 membres du clergé séculier, soit un total d’environ 800 à 1 000 personnes. Si l’on y ajoute l’Ordre, qui groupait 1 900 personnes en 1668370, le nombre de religieux s’élevait à environ 2 700-2 900 personnes environ, soit une proportion moyenne d’environ 13 % de la population portuaire qui oscillait entre 18 000 et 22 000 personnes au xviie siècle.

  • 371 ARSI, Sicula 183-I, Relatione delle missioni fatte in Malta nell’anno 1606, f° 263r.
  • 372 ARSI, Sicula 183-I, f° 263r., année 1606.

126L’encadrement de la société consistait à Malte, comme ailleurs, en une assistance quotidienne des âmes lors de tous les événements marquant une vie humaine (messes, prêches, fêtes religieuses et paroissiales, célébration et enregistrement des baptêmes, unions ou décès). Des missions de prêches et d’encadrement étaient organisées par les autorités, dans le but de mesurer la piété populaire. Durant deux ans, entre 1606 et 1608, des missions pastorales furent confiées à des pères jésuites, chargés de passer dans chaque paroisse de l’archipel et d’y demeurer environ deux semaines371. Les prédications des jésuites se faisaient trois fois par semaine, dont un dimanche ; elles étaient suivies de questions posées à l’assistance concernant les grandi misterii della fede372.

  • 373 ARSI, Sicula 183-I, f° 263v.
  • 374 ARSI, Sicula 183-I, Relatione delle cose fatte d’un anno e mezzo in qua in Malta, scritta nel mese (...)
  • 375 ARSI, Sicula 183-I, f° 265r.
  • 376 ARSI, Sicula 183-I, f° 265r.

127La relation anonyme rédigée en 1606 par les pères jésuites de La Valette et envoyée à la Compagnie insistait sur leur satisfaction concernant les habitants che odono con tanta devotione la parola di Dio per quei giorni della missione ; dans un casal, les pères purent admirer des fidèles qui venaient trois fois par jour assister à la messe e furono quasi tirati in dietro alla fine della chiesa ; partout, les jésuites devaient dalla mattina alla sera assistere alle confessionni, agiutati da uno o due sacerdoti373. Le second rapport adressé en 1608 à la Compagnie, qui venait clore ces deux années de prêches, témoignait toujours d’un extrême contentement des jésuites. Informés de leur passage, les habitants des villages les plus reculés et les moins peuplés se déplaçaient pour entendre leur prêche («...venendo di casali convicini e piu lontani con desiderio grande d’udire la parola di Dio... »)374 ; quant à l’île de Gozo, où des travaux d’aménagement des églises et des murailles de Rabat avaient causé des perturbations concernant le bon déroulement des messes, les églises n’étaient pas ouvertes tous les jours, au désespoir della gente pronta ad udir la parola di Dio prima di andare a travagliare375. Les pères jésuites avaient achevé leur mission par le port et par un prêche à Vittoriosa in lingua maltese molto usata, preuve s’il en est du maintien de la langue de l’île même dans le port cosmopolite376.

  • 377 ARSI, Sicula 183-II, ff° 478r.-479v., Relatione del frutto cavato dalle prediche del Padre Carlo Ma (...)
  • 378 ARSI, Sicula 183-II, f° 478v.

128Forts de leur succès, les jésuites organisèrent de nouveaux prêches en 1646, mais uniquement dans l’espace portuaire377. Sans doute avaient-ils été suffisamment convaincus de la profonde piété des ruraux pour juger que les missions dans les campagnes étaient plus que superflues ! En revanche, le Grand Port ouvert aux étrangers et moins étroitement tenu par le clergé régulier leur semblait plus dangereux ; en 1646, lorsque le père Carlo Mastrilli de Sicile vint à Malte visiter le collège, les jésuites lui demandèrent de prêcher dans l’Église conventuelle de la Valette, devant une foule de chevaliers et d’habitants. La relation concluait sur il frutto miracoloso de la prédication et l’empressement plus grand des insulaires que des chevaliers378.

  • 379 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668.
  • 380 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 octobre 1675.

129L’encadrement et l’assistance charitable n’étaient toutefois pas que l’apanage du clergé. Au plus bas niveau, des solidarités laïques et religieuses se tissaient dans le cadre d’un réseau de confréries très dense. En 1668, la visite épiscopale en recensa 73 dans tout l’archipel, dont 22 dans le Grand Port, destinées essentiellement au financement des messes et des enterrements des plus démunis. C’était le cas de la Confraternità dei Santissimi Sacramenti, qui était présente dans les quatre cités, ainsi que celle de Santa Maria della Carità, rattachée à l’église paroissiale Saint-Paul de La Valette, qui prenait en charge l’enterrement des pauvres, ou encore celle de Santo Michele Arcangelo, toujours à La Valette, qui récoltait des aumônes pour faire dire des messes pour le salut de leur âme379. La plus importante des confréries de La Valette était la Confraternità delle anime del Purgatorio, rattachée à l’église Saint-Nicolas, qui était l’ancienne église paroissiale des Grecs et avait été abandonnée au cours du premier xviie siècle : groupant une centaine de confrères, elle recueillait des aumônes pour la célébration de messes destinées au salut des âmes du Purgatoire de tous les pauvres380.

b) Dynamiser la frontière

  • 381 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 352.

130Le clergé et les confréries ne se contentaient pas d’une présence active et d’une assistance aux plus démunis ; conscients de la situation frontalière de l’archipel, ils œuvraient à la préservation du catholicisme et de la sainteté de la terre insulaire. La présence d’esclaves de religion musulmane et juive posait un problème aux religieux du port : en cas de maladie et de mort, que pouvait-on faire des corps non baptisés ? La sacralité de la terre maltaise était une construction idéologique ancienne : en bénissant l’archipel après n’avoir pas été mordu par un serpent, saint Paul avait conféré à l’archipel des vertus thaumaturgiques. En outre, le processus de sanctification insulaire s’était poursuivi au xvie siècle, parachevé par le Grand Siège qui avait fait de Malte, grâce au sang versé par tous les chrétiens unis, une nouvelle Terre Sainte, escale désormais nécessaire sur le pèlerinage conduisant à Jérusalem. Depuis 1608, une simple visite à la grotte de saint Paul à Rabat, qui aurait accueilli le saint lors de son séjour dans l’île, accordait l’indulgence plénière381. Lieu sacré, Malte ne pouvait donc pas contenir en son sein de cimetière juif ou musulman ; l’Ordre s’était toujours refusé à cette souillure potentielle d’un sol qui était réservé aux catholiques.

  • 382 Nous devons à Don Michael Agius d’avoir consulté des feuillets égarés d’un de ces registres consacr (...)

131En ce cas, que faire des éventuels malades musulmans et juifs ? Soignés à la Sacrée Infirmerie ou dans les maisons de particuliers, ils étaient sur-le-champ baptisés de gré ou de force par les curés des églises paroissiales. La présence de non-chrétiens dans l’Infirmerie de La Valette ne doit pas étonner. L’Ordre avait tout intérêt à soigner ses esclaves publics et à contrôler l’évolution de leur maladie : non seulement il était nécessaire, pour le bon fonctionnement des galères, de conserver des esclaves de rame en bonne santé physique, mais la présence de ces non-chrétiens dans l’Infirmerie permettait de juger de l’état de leur maladie, et de les convertir le cas échéant, pour pouvoir enterrer sans difficulté en terre chrétienne des corps lavés de leur ancienne infamie religieuse. De sorte que les registres paroissiaux de La Valette témoignent de baptèmes réguliers de mourants musulmans et juifs : le 15 novembre 1654, un enfant âgé de 12 ans, esclave d’un chevalier, fut baptisé à l’Infirmerie avant de mourir382 ; le 17 janvier 1655, ce fut un petit esclave de 6 ans, nommé Mamet, qui fut baptisé alors qu’il était inconscient ; le 7 mars 1655, un esclave de l’Ordre musulman, très gravement malade, fut également baptisé, mais le texte souligne que prima di perdere sentimenti, ha domandato il santo battesimo, ce dont il est permis de douter. En dépit de ces précautions, nombre d’esclaves devaient décéder dans l’île sans avoir été baptisés ; sans doute, leurs corps étaient jetés à la mer.

  • 383 AOM 97, f° 153r., 23 novembre 1588.
  • 384 Archivio della Veneranda Confraternità della Beata Vergine Maria della Carità, Église Saint-Paul, L (...)
  • 385 Archivio della Veneranda Confraternità..., vol. 1, f° 21r., 15 septembre 1660.
  • 386 Archivio della Veneranda Confraternità..., vol. 1, f° 126r., 4 janvier 1671.

132Le souci de la préservation de la terre allait de pair avec celui de la protection des chrétiens qui, mis en contact avec des musulmans, menaçaient de renier. Nous savons que depuis 1588, l’Ordre des Trinitaires avait reçu l’autorisation du Grand Maître de s’établir à La Valette et d’œuvrer à la rédemption des captifs chrétiens383 ; malheureusement, il ne reste aucune trace de cette activité à Malte. Près d’eux, la Confraternità Santa Maria della Carità, fondée à La Valette le 7 avril 1631, s’était également souciée au cours du xviie siècle d’organiser le rachat de captifs maltais pauvres ou qui étaient susceptibles de renier et de perdre par conséquent leur foi et leur âme. Bien entendu, les membres de la confrérie et leur famille étaient prioritaires en cas de rachat. En 1656, Giuliano Felici, confrère, réclama le rachat de son neveu, esclave en Barbarie384. En 1660, la confrérie accepta de négocier le rachat de Marino Magro, 25 ans, fils d’un confrère, qui était esclave depuis sept ans à Tunis et se trouvait en grand péril de renier sa foi385. Enfin, en 1671, Gasparino Caruana, membre de la confrérie, insista sur le fait que son neveu, esclave à Tunis, était cruellement traité par son patron qui souhaitait le faire renier386.

  • 387 Archivio della Veneranda Confraternità..., vol. I, f° 25r., 28 octobre 1657.

133La procédure de rachat était toujours la même : elle débutait par une lettre de supplication de rachat, écrite par un membre de la famille du captif, qui était lue par les confrères réunis, qui décidaient ou non de voter l’envoi de la somme en terre musulmane. Le rachat s’étalait normalement sur un an ; dans le cas où l’esclave n’avait pas pu être racheté dans un délai de cinq années (pour diverses raisons, comme un montant de rachat trop élevé ou un refus du patron), le contrat qui liait la confrérie à la famille du captif était annulé. Ainsi, en 1657, la confrérie avait accepté de racheter les frères Francesco et Gasparo Manno, marins, dont la famille ne comptait pas de membres dans la confrérie, parce que leur père était trop pauvre pour payer et qu’eux-mêmes, devenus esclaves, risquaient de renier. Le versement de la somme devait se faire avant la fin de l’année 1658 ; si au bout de cinq ans, les deux hommes n’étaient pas revenus, la confrérie était libérée de son engagement envers Alessandro Manno387.

  • 388 Archivio della Veneranda Confraternità..., vol. 1, ff° 73r.-73v., 1666.
  • 389 Archivio della Veneranda Confraternità..., vol. 1, ff° 1r.-152r.

134Lorsque l’esclave avait été racheté, il devait généralement venir apporter la preuve de son rachat et déclarer publiquement qu’il avait reçu l’aide de la confrérie. Parfois, des témoins qui avaient connu le captif en esclavage, ou des intermédiaires ayant aidé au rachat, venaient témoigner à sa place devant la confrérie du bon déroulement du rachat et du fait que le Maltais était bien revenu dans son île : ainsi, en 1666, plusieurs témoins vinrent confirmer à la confrérie que le rachat de Giuseppe delli Occhi s’était bien déroulé et que l’ancien esclave était désormais rentré à Malte388. Mais la Confraternità Santa Maria della Carità vivait exclusivement d’aumônes et de legs familiaux ; elle ne pouvait donc qu’être assez peu présente dans le rachat des esclaves chrétiens. Entre 1656 et 1667, 14 Maltais furent rachetés par elle, puis seulement 20 entre 1670 et 1685389, soit une moyenne assez faible d’un seul rachat par an.

  • 390 AOM 102, f° 57r. («...molti per essere poveri, non hanno modo alcuno di riscatto ; onde ne aviene c (...)
  • 391 AOM 102, f° 58r.
  • 392 AOM 102, f° 58r.

135L’activité de la confrérie était en théorie secondée par l’Ordre, qui avait fondé en 1607 un Monte della Redentione, chargé de s’occuper du rachat de chevaliers et de Maltais pauvres menaçant de renier pour échapper à leur condition servile390. Le Mont vivait d’aumônes régulièrement prélevées sur les membres des diverses Langues de l’Ordre et sur les habitants des villages et des cités importantes de l’archipel (Mdina, La Valette, Vittoriosa, Senglea, Bormula et Rabat de Gozo)391. Le choix des captifs à racheter en priorité était voté par le personnel du Mont, en fonction du métier de l’esclave, de son âge, de sa famille (était-il marié et avait-il des enfants ?), des conditions dans lesquelles il avait été capturé (était-il au service de l’Ordre, ou travaillait-il pour son propre compte ?) et enfin des conditions de sa servitude (était-il maltraité et menaçait-il de renier ?)392... En réalité, le Mont de la Rédemption maltais s’illustra au xviie siècle par son absence dans les nombreux actes de rachats de Maltais ou de chevaliers. Si l’on y ajoute le faible nombre de rachats effectués par la confrérie de la charité, on observe que l’œuvre de rédemption à Malte fut en réalité bien moins forte que la propagande mentale qu’elle avait pu développer dans le port : la rédemption religieuse était surtout un élément du maintien psychologique du contraste des civilisations, destiné à tous ceux (les plus nombreux) qui ne partaient pas et vivaient la frontière sans jamais la franchir.

  • 393 Archivio Storico de Propaganda Fide (ASPF), f° 1r., année 1670, Mémoire sur la constitution d’un co (...)
  • 394 ASPF, f° 1v., année 1670.
  • 395 ASPF, f° 1v.
  • 396 ASPF, f° 11r., 28 septembre 1643.
  • 397 ASPF, f° 11v.
  • 398 ASPF, f° 59r., 28 juillet 1729, Mémoire sur le collège d’arabe de Malte
  • 399 ASPF, ff° 59r.-60r.

136Maintenue et affirmée par un contrôle religieux sans faille, la frontière insulaire pouvait s’avérer plus offensive par un rôle de soutien apporté volontairement à l’œuvre missionnaire de la Congrégation de la Propaganda Fide. En effet, en 1638, l’Inquisiteur Fabio Chigi proposa à la Congrégation d’accepter la création à Gozo d’un collège d’apprentissage de l’arabe, destiné à former des missionnaires maltais pour favoriser la conversione de Maomettani e di altri Infideli393. L’Inquisiteur faisait valoir que les atouts des Maltais résidaient dans la maîtrise d’une langue vernaculaire ch’e la stessa che la lingua arabica et dans une adhésion indéfectible au catholicisme394. Ils étaient en quelque sorte les missionnaires idéaux : prompts à maîtriser l’arabe, proche de leur propre langue, et très peu enclins à renier leur foi. La Congrégation accepta la construction du collège le 27 mars 1638395 et cinq ans plus tard, en 1643, le pape approuva à son tour le projet missionnaire396. La construction du collège fut financée à la fois par le Saint-Office et la Congrégation397 ; l’Inquisiteur Chigi avait proposé que fût versée au collège une rente annuelle de 100 écus, prélevée sur les revenus du Saint-Office et destinée à financer l’accueil des élèves et leur formation398. Le collège accueillait tout étudiant maltais ou étranger désireux d’apprendre l’arabe, afin de prêcher les esclaves musulmans présents dans l’île ou de s’investir dans un projet missionnaire plus lointain. Les étudiants recevaient l’instruction d’un professeur qui conservait ses fonctions à vie : le premier d’entre eux fut Francesco Azzopardi, entré en fonction en 1638 ; il fut remplacé à sa mort par Don Salvatore Fenech, prêtre, qui enseigna jusqu’en 1689 ; son successeur fut Don Fabrizio Bonici, qui officia jusqu’en 1729399.

  • 400 ASPF, ff63v.-64r., Rappel du fonctionnement du collège d’arabe destiné au nouveau professeur, 20 ju (...)

137Dans le collège, l’année d’étude commençait le 22 octobre et s’achevait le 6 août. Les élèves bénéficiaient de congés pour Noël, ainsi que des dimanches et de tous les jours fériés de l’année. Quotidiennement, ils suivaient des leçons d’une durée d’une heure et demi (une heure d’apprentissage et une demi-heure de récitation). Le professeur ne pouvait enseigner plus longtemps car il devait demeurer disponible pour servir d’interprète à l’Inquisiteur lors des procès et pour porter assistance à tous les esclaves musulmans qui souhaiteraient se convertir. Tous les six mois, des examens étaient organisés dans le collège pour vérifier le niveau des élèves ; ceux qui obtenaient les meilleurs résultats recevaient en récompense une somme de 10 écus versée par l’Inquisiteur. Mais surtout, le collège servait de lieu d’hébergement et de formation pour tout missionnaire de la Propaganda Fide qui ferait escale à Malte sur le trajet les menant en Barbarie ou au Levant400.

  • 401 ASPF, ff° 29r.-30r., 4 février 1713.
  • 402 ASPF, f° 86r., 12 novembre 1729.
  • 403 ASPF, f° 148r., 3 octobre 1769.
  • 404 ASPF, f° 157r., 15 janvier 1773.
  • 405 ASPF, ff° 494r.-494v., 8 février 1824.

138Nous ignorons quel était le nombre d’élèves au xviie siècle, mais en 1713, le professeur Fabrizio Bonici se plaignait à la Propaganda Fide de la mancanza di scolari401. À sa mort, le collège contenait seulement 13 élèves, dont six religieux (trois prêtres et trois Franciscains, dont l’un devait partir en mission au Levant)402. L’attrait du collège ne cessa de diminuer dans la population maltaise au xviiie siècle : de moins en moins d’élèves se présentaient (en 1769, il n’y en avait plus que quatre403) et en 1772, le Saint-Office se trouva un an durant dans l’incapacité de fournir un professeur404. Enfin, en 1798, le professeur en place décéda et ne fut plus remplacé ; après le départ de l’Ordre et la suppression du Saint-Office, le collège était condamné et en 1800, la Congrégation de Propaganda Fide demanda à l’Évêque sa fermeture, qui devint effective en 1824405. Le temps de Malte comme terre de support missionnaire était révolu.

CONCLUSION

139À partir du moment où se développèrent et s’épanouirent les activités corsaires et commerciales, le processus liant la frontière à la société maltaise se manifesta de plus en plus nettement. Le développement économique de l’île avait eu pour conséquence un essor démographique, ainsi qu’un cosmopolitisme nouveau du milieu portuaire qui contribuait à un élargissement de l’horizon mental des insulaires, du fait de l’installation d’une main d’œuvre originaire de contrées proches (Sicile et péninsule italienne), plus éloignées (Grèce, France, Espagne) ou franchement lointaines (Angleterre, Hollande, mondes russe et balkanique). Mais l’ouverture du port par la course et le commerce avait eu pour corollaire l’enracinement de populations jugées moins désirables : à la présence persistante d’esclaves non-chrétiens s’ajoutait celle, épisodique, de leurs intermédiaires de rachat juifs et musulmans, ainsi que celle de nombreux marchands protestants venus du Nord.

140Dans une île où la multiplicité des échanges et la diversité des origines, des coutumes ou des langues, étaient en permanence contrebalancées par l’unicité de la religion catholique, le cosmopolitisme s’avérait une réalité tout à fait particulière. Car la société avait bien hérité de la dualité propre aux frontières, qui favorisait une uniformisation des genres de vie tout en cristallisant la différence entre le même et l’autre. Poreuse, elle se laissait pénétrer par des éléments extérieurs utiles à son développement et à son assise territoriale et humaine ; exclusive, elle se révélait hermétique à tous ceux qui apparaissaient trop différents du corps social et risquaient de nuire à son homogénéité. Malte vivait ainsi selon un équilibre stable, qui opposait en permanence une acceptation aisée de la différence (de coutumes, de langues, d’origines) et un refus absolu de la différence (de religion).

  • 406 J’emprunte cette expression au père Henri Sanson. Elle me semble refléter assez fidèlement la réali (...)

141Au sein de cette uniformité revendiquée par les habitants et protégée par les autorités, les étrangers conformes, c’est-à-dire catholiques, se fondaient presque instantanément, par le biais de mariages qui les assimilaient et les faisaient adhérer au processus frontalier maltais. Englobés en même temps que les insulaires dans un large cadre religieux, ils faisaient leurs les éléments constitutifs de l’identité insulaire, participant au maintien de la fracture entre les rives, par la pratique d’activités maritimes, qui les mettaient en contact permanent avec des représentants de la civilisation ennemie, et par celle d’une religion censées les préserver de toute tentation du franchissement. Car le propre de la frontière était l’excès, qui se traduisait à Malte par une ouverture à outrance à l’autre, en la personne de tous les passeurs de rives potentiels qu’étaient les corsaires, les marchands, les marginaux, contrebalancée par une intrusion exagérée de l’Église dans tous les niveaux de la société, par une activité prédominante des religieux qui encadraient, punissaient, assistaient et interféraient bien souvent dans la vie privée des hommes. En définitive, dans l’« île-monastère »406 maltaise, la vie pouvait être active, festive, agréable... pour les seuls catholiques.

Notes

1 Angelo Ara, Claudio Magris, Trieste. Une identité de frontière, Paris, 1991, p. 241.

2 F. J. Turner, La frontière dans l’histoire des États-Unis... cit.

3 Peter Sahlins, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le xviie siècle, Paris, 1996 (Boundaries. The making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley, 1989).

4 Charles Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, Trad. française, Paris, 1989.

5 Robert Bartlett and Angus MacKay (dir.), Medieval Frontier Societies, Oxford, 1989.

6 Philippe Sénac, La Frontière et les hommes (viiie-xiie siècles). Le peuplement musulman au nord de l’Èbre et les débuts de la reconquête aragonaise, Paris, 2000.

7 Beatriz Alonso Acero, Orán-Mazalquivir (1589-1639). Una sociedad española en la frontera de Berbería, Madrid, 2000.

8 Henri Bresc, Christiane Veauvy (dir.), Mutations d’identités en Méditerranée. Moyen Âge et Époque contemporaine, Paris, 2000.

9 Robert Ilbert, Alexandrie, 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine, Le Caire, 2 tomes, 1996 (Institut français d’archéologie orientale. Bibliothèque d’Étude, 112/1).

10 Samuel Fettah, Les limites de la cité. Espace, pouvoir et société à Livourne au temps du port franc (xviie-xixe siècles), Thèse de doctorat d’histoire, Université de Provence, 1999.

11 S. Fiorini, « Demographic growth and the urbanization of the maltese countryside », art. cit., p. 297-298.

12 Carmelo Trasselli, « Una statistica maltese del secolo xvi », art. cit., p. 478.

13 ASV, Congregazione del Concilio, Relationes Diœcesium 514A.

14 ASV, CC, RD 514A, f° 117r., 10 février 1590.

15 ASV, CC, RD 514A, f° 218r., 7 avril 1595.

16 ASV, CC, RD 514A, f° 218r., 7 avril 1595.

17 ASV, CC, RD 514A, f° 469r., 16 octobre 1608.

18 AOM 105, ff° 99v.-100r., 15 janvier 1614 ; AOM 6421, ff° 75r.-76r., 15 janvier 1614.

19 AOM 6421, ff° 76v.-80r., 7 août 1617.

20 ASV, CC, RD 514A, f° 607r., 28 mai 1638 (soit 39 433 à Malte même «...anima in hac insularum ascendunt ad triginta novem milia quadringenta triginta tria... » et 3 000 à Gozo environ).

21 ASV, CC, RD 514A, f° 1068v., 7 février 1648 («...quod animæ sub mea iuridictione ascendunt ad quadraginta duo circiter millia... ») ; f° 1151v., 18 mars 1650 ; f° 1004r., 15 octobre 1651 ; non folioté, rapport du 19 juillet 1653.

22 ASV, CC, RD 514A, non folioté, rapport du 1er septembre 1662.

23 S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese countryside... », art. cit., p. 305.

24 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 octobre 1676.

25 ASV, CC, RD 514A, f° 517v., 25 mars 1681.

26 Voir Partie II, Chapitre VII.

27 S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese countryside... », art. cit., p. 305.

28 NLM, Ms 1210, f° 142r., année 1666 (cité par S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese countryside... », art. cit., note 29, p. 305).

29 Nous employons « Maltais » pour désigner tous les habitants de l’archipel, y compris gozitains.

30 Soit 429 mariages sur 1 267.

31 AOM 105, f° 100r., 11 janvier 1615, Dénombrement effectué par le chevalier Bernard d’Espelletta, Prieur de Navarre à la fin de l’année 1614.

32 S. Fiorini, « Demographic growth and the urbanization of the Maltese Countryside... », art. cit., p. 306.

33 AOM 105, f° 100r., 11 janvier 1615.

34 S. Fiorini, « Demographic growth... », art. cit., p. 306.

35 S. Fiorini, « Demographic growth... », art. cit., p. 307.

36 AOM 104, f° 6r., 13 mai 1611.

37 Soit 169 mariages sur 2 669 habitants en 1687.

38 Soit 66 mariages sur 1 109 habitants.

39 Soit 58 mariages sur 1 127 habitants.

40 Soit 101 mariages sur 2 251 habitants.

41 Soit 56 mariages sur 1 607 habitants.

42 2 % (25 mariages sur 1 243 habitants).

43 2,3 % (16 mariages sur 673 habitants).

44 3 % (43 mariages sur 1 394 habitants).

45 3,3 % (116 mariages sur 3 484 habitants).

46 3,8 % (56 mariages sur 1 463 habitants).

47 Soit 71 mariages sur 1 813 habitants.

48 Soit 114 mariages sur 1 633 habitants.

49 Soit 35 mariages sur 485 habitants.

50 AOM 256, f° 61r., 4 février 1627.

51 M. Fontenay, « L’esclave galérien dans la Méditerranée... », art. cit., p. 119.

52 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668.

53 S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese Countryside... », art. cit., p. 305. La population stagne en effet entre 22 253 et 22 143 âmes entre 1658 et 1687.

54 Soit 463 mariages sur 1 762.

55 Soit 717 unions sur 2 486.

56 Soit 865 mariages sur 1 452.

57 Soit 218 mariages sur 1 452.

58 Soit 137 mariages sur 1 452.

59 Voir Partie II, Chapitre VI.

60 NAV, R 316/17, ff° 151r.-153r., 1er septembre 1600.

61 AOM 737, f° 67r., 12 juillet 1635.

62 AOM 471, f° 265v., 4 mai 1646.

63 S. Fiorini, « The Rhodiot Community of Birgu, a Maltese city : 1530-1550 », art. cit., p. 184.

64 ASV, CC, RD 514A, f° 117r., 10 février 1590 («...Li diocesi di Malta ha tre parrochie di greci nella città che contengano in tutto anime cento novanta doi... »).

65 NLM, Ms 23, f° 271r.

66 ASV, CC, RD 514A, f° 1068v., 7 février 1648 («...quod diocesis mea hæc ha-ber triginta parochias sub rito latino et duas sub rito græco... »).

67 Soit 491 unions sur 764.

68 Soit 45 mariages sur 491.

69 Soit 58 mariages sur 491.

70 Soit 150 mariages sur 491.

71 Soit 61 mariages sur 491.

72 Soit 136 mariages sur 659.

73 Soit 719 unions sur 1 762.

74 Soit 1 844 sur 1 927.

75 ACM, AP Cospicua, f° 11v., 7 août 1605.

76 NAV, R 286/1, ff° 103r.-104r., 27 janvier 1599, contrat de commerce liant Jacques et Louis dans un voyage commercial à Alexandrie.

77 P. Grandchamp, III, p. 91, 18 novembre 1613 ; AOM 462, f° 299v., 7 juin 1627 ; AOM 462, f° 323r., 31 mai 1629.

78 P. Grandchamp, III, p. 154, 9 octobre 1615.

79 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 165, 13 décembre 1621 (Geronima, fille de Claude Olivier) ; ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 177, 29 janvier 1624 (Geronima, fille de Jamet Olivier) et p. 184, 30 novembre 1624 (Giulia, fille de Jamet).

80 ACM, AP Valetta, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 168r., 28 septembre 1645 (Claude Olivier).

81 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 194, 17 octobre 1625.

82 Soit 72 mariages sur 4 248 entre 1610 et 1670.

83 Soit 86 mariages sur 4 248.

84 M. Fontenay, « Chiourmes turques au XVIIe siècle », in Genti del mare mediterraneo, Naples, 1981, p. 894-895.

85 ACM, AP Vittoriosa, Liber Matrimoniorum I, f° 275r., 27 juillet 1569.

86 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 188, 7 février 1625.

87 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat.I, f° 75v., 29 juin 1645.

88 ACM, AP Valetta, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 159v., 27 février 1645.

89 ACM, AP Valetta, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 46r., 30 janvier 1655.

90 M. Fontenay, « Le développement urbain du port de Malte... », art. cit., p. 104-105.

91 Voir le Tableau 1 : en 1590, La Valette comptait 6 132 habitants et les Trois-Cités 5 459 ; en 1632, La Valette était peuplée de 11 601 personnes et les Trois-Cités de 10 390 ; enfin, en 1687, La Valette comptait 13 089 âmes contre 9 054 pour les Trois-Cités.

92 Soit 3 325 unions sur un total de 4 907 mariages d’étrangers.

93 Soit 1 582 unions sur 4 907.

94 Soit 1 147 unions sur un total de 3 233.

95 Soit 1 258 unions sur 2 963.

96 Soit 920 mariages sur 1 937.

97 S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the maltese countryside... », art. cité, p. 308. Vittoriosa comptait 2 878 habitants en 1617 ; 3 063 habitants en 1632 ; 3 192 habitants en 1658, puis 2 750 en 1687. Senglea comptait entre 3 019 habitants en 1617, 3 730 habitants en 1658 et 3 371 en 1687.

98 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat., Volume I.

99 ACM, AP Senglea, Lib. Mat.

100 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat., 195 mariages sur 282 mariages d’étrangers.

101 ACM, AP Senglea, Lib. Mat., 98 mariages sur 134 mariages d’étrangers.

102 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat.I et Lib. Mat.II, 422 mariages sur 488 mariages d’étrangers entre 1640 et 1670.

103 ACM, AP Senglea, Lib. Mat., 250 mariages sur 596 mariages d’étrangers entre 1640 et 1670.

104 Soit 182 mariages sur 488 (contre 25,9 % à la fin du xvie siècle).

105 Soit 263 mariages sur 596 (contre 17,3 % à la fin du xvie siècle, soit 23 mariages sur 134).

106 NAV, R 286/3, Gio Luca Gauci, f° 463r., 7 décembre 1593.

107 NAV, R 867/6, Tommaso Gauci, f° 229r., 17 février 1605.

108 AOM 454, ff° 288r.-288v., 19 juin 1603.

109 AOM 462, ff° 299v.-300r., 10 juin 1627.

110 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 118, 6 août 1615.

111 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 165, 13 décembre 1621 (Geronima, fille de Claude Olivier, épouse le marchand Claude Baghet) ; ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 177, 29 janvier 1624 (Geronima, fille de Jamet Olivier, épouse Pierre Manier) et p. 184, 30 novembre 1624 (Giulia, fille de Jamet, épouse Jean Burle).

112 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 194, 17 octobre 1625 (mariage entre Jean Daillot et Isabellica Roggiolo).

113 ASV, Congregazione del Concilio, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668.

114 ASV, CC, RD, 514A, f° 517v., 25 mars 1681.

115 Nous avons recensé 244 mariages de ruraux sur 3 233 à Vittoriosa (soit 7,5 % des unions) et 209 mariages de ruraux sur 2 963 à Senglea (soit une proportion de 7 %).

116 Soit 107 unions de ruraux sur 1 937 mariages.

117 Soit 65 mariages sur 1 582.

118 Soit 46 unions sur 1 582.

119 Soit 38 unions sur 1 582.

120 Soit 30 unions sur 1 582.

121 Soit 256 unions sur 1 147.

122 Soit 223 unions sur 920.

123 Soit 210 unions sur 2 963.

124 AOM 457, ff° 275r.-275v., 15 novembre 1610.

125 AOM 471, f° 251v., 29 mai 1645.

126 AOM 461, f° 286r., 30 septembre 1622.

127 AOM 477, f° 210r., 10 juin 1660.

128 AOM 464, f° 323r., 4 janvier 1633.

129 AOM 465, f° 296v., 12 juillet 1635.

130 ACM, AP Valetta, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 168r., 28 septembre 1645.

131 AOM 465, f° 297r., 20 juillet 1635 ; AOM 468A, f° 235r., 26 mai 1637 ; AOM 473, f° 247v., 8 juin 1650.

132 AOM 471, f° 254r., 17 juillet 1645.

133 ACM, AP La Valette, Porto-Salvo, Lib. Mat. II, f° 52r., 30 janvier 1655.

134 ACM, AP La Valette, Porto-Salvo, Lib. Mat. II, f° 52r., 14 août 1655 (mariage de la fille de Pietro avec un médecin français installé à La Valette).

135 ACM, AP La Valette, Porto-Salvo, Lib. Mat. I, f° 75v., 7 juin 1615.

136 ACM, AP La Valette, Porto-Salvo, Lib. Mat. I, f° 159v., 27 février 1645.

137 ACM, AP La Valette, Saint-Paul, Lib. Mat., f° 22r., 19 juillet 1655.

138 S. Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the maltese countryside... », art. cité, p. 308.

139 39 % des unions (359 mariages de Français sur un total de 920 mariages d’étrangers).

140 Soit 454 unions sur 920.

141 Soit 62 mariages sur 920.

142 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. I, f° 11v., 7 août 1605 (mariage de Louis Daniel, marchand avec une Maltaise de Bormula).

143 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. I, f° 31v., 18 janvier 1625 (il épouse une Maltaise).

144 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. I, f° 74v., 26 février 1645.

145 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. II, f° 77v., 9 septembre 1665.

146 Soit 3 931 unions sur 4 907.

147 Soit 3 396 mariages sur 3 931.

148 G. Wettinger, « Late medieval maltese nicknames », in Journal of Maltese Studies, n° 6, 1971, p. 40-46.

149 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 6, 6 août 1589.

150 ACM, AP Vittoriosa, Lib. I Baptizatorum, matrimoniorum, mortuorumque, f° 331r., 15 avril 1595.

151 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 159, 31 janvier 1621.

152 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat. II, f° 35r., 15 septembre 1635.

153 ACM, AP Cospicua, Lib. I, f° 49r., 14 janvier 1635.

154 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 165r., 10 août 1645.

155 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 467, 27 novembre 1655.

156 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat. II, f° 183r., 11 mars 1665.

157 ACM, AP La Valette, San Paolo, Lib. Mat. III, f° 65r., 17 septembre 1665.

158 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 607, 24 mai 1665.

159 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 6, 10 août 1589.

160 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. I, f° 11v., 19 juin 1605.

161 ACM, AP La Valette, Saint-Paul, Lib. Mat. I, f° 72r., 28 novembre 1615).

162 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. II, f° 18v., 18 avril 1655.

163 ACM, AP Cospicua, Lib. Mat. I, f° 78r., 28 octobre 1665.

164 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 154, 26 février 1620.

165 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 275, 21 mai 1635

166 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat. I, f° 81v., 26 novembre 1645.

167 ACM, AP Vittoriosa, Lib. Mat. I, f° 127r., 8 août 1655.

168 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 115v., 31 août 1660.

169 ACM, AP La Valette, Saint-Paul, Lib. Mat. II, f° 65v., 1er novembre 1665.

170 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 134.

171 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 177, 29 janvier 1624 ; AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 184, 30 novembre 1624.

172 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 460, 4 février 1655.

173 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 159v., 27 février 1645 ; AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 160r., 14 mars 1645 ; AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 48v., 14 juin 1655.

174 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 52r., 14 août 1655.

175 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 46r., 30 janvier 1655.

176 ACM, AP Senglea, Lib. Mat. I, p. 118, 6 août 1615.

177 ACM, AP La Valette Saint-Paul, Lib. Mat. III, f° 170v., 18 octobre 1665.

178 Robert Ilbert, Alexandrie 1830-1930, IFAO, 112/1, 1996, p. 413.

179 R. Ilbert, Alexandrie... cit., p. 414-415.

180 Jean-Pierre Filippini, « Les Nations à Livourne (xviie-xviiie siècles) », in Simonetta Cavaciocchi (dir.), I porti come impresa economica, Florence, 1988, p. 581.

181 J.-P. Filippini, « Les Nations à Livourne... », art. cit., p. 584.

182 AOM 459, f° 345v., 11 août 1617.

183 AOM 459, f° 352r., 1er mars 1622.

184 AOM 461, f° 286r., 30 septembre 1622 («...facimus, creamus, constituimus et ordinamus in nostris Insulis Melitæ et Gaudisii Consulem dictam nationis gallorum... »).

185 AOM 471, f° 251v., 29 mai 1645, nomination du consul de la nation anglaise.

186 X. Labat Saint-Vincent, Malte et le commerce marseillais... cit., p. 115.

187 J.-P. Filippini, « Les Nations à Livourne... », art. cit., p. 583.

188 X. Labat Saint-Vincent, Malte et le commerce marseillais... cit., p. 110.

189 J.-P. Filippini, « Les Nations à Livourne... », art. cit., p. 587.

190 Martine Boiteux, « Les fêtes publiques dans l’environnement du palais », in Le Palais Farnèse, Rome, 1981, tome II, p. 624.

191 M. Boiteux, « Les fêtes publiques dans l’environnement du palais », art. cit., p. 627-628.

192 AOM 260, f° 76v., 13 avril 1660.

193 AOM 261, ff° 101v.-102r., 10 juillet 1668.

194 S. Fettah, Les limites de la cité... cit., p. 193.

195 AIM, Proc. 21A, ff° 48r.-48v., année 1603.

196 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 92v., 4 janvier 1637.

197 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 142v., 27 novembre 1662.

198 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 96r., 14 avril 1658.

199 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. II, f° 109r., 17 novembre 1659.

200 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 5r., 4 décembre 1666.

201 C. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain... cit., p. 99 ; P. Toubert, « L’historien, sur la frontière », art. cit., p. 231.

202 A. Ara, C. Magris, Trieste... cit., p. 37.

203 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 373.

204 AIM, Proc. 28B, f° 541r., 31 octobre 1608.

205 AIM, Proc. 40B, f° 605r., 28 août 1619.

206 AIM, Proc. 29A, f° 52r., 13 mai 1609.

207 AOM 258, f° 108v., 4 janvier 1648 (procession organisée par l’Ordre à La Valette pour demander à Dieu le ravitaillement de Malte en pénurie alimentaire).

208 AIM, Proc. 6A, ff° 208r.-212r., janvier 1581, interrogatoire de Robert Wilkinson.

209 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 5r., 13 septembre 1595.

210 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 159 et p. 189.

211 Pierre Toubert, « L’historien, sur la frontière », in L’Histoire, grande ouverte. Hommages à Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, 1997, p. 231.

212 « Trovandomi qui a Malta... e essendo venuto in questa città da lontani paesi, mi sono incontrato per essa in huomini d’ogni sorte di nationi e conseguentemente di religioni totalmente diverse. Lasciando però da parte i Christiani che sono i padroni dell’isola, ci truovai... una moltitudine degli huomini e delle donne della natione e setta de’ Turchi e un maggior numero di tutte le altre sette e religioni... Possa Iddio... levarli dalle tenebre e dall’inganno che conduscono alla condannatione eterna e far adherirli al paese dove regna la verità, laquale conosciuta conduce sul vero sentiero della salute... » (E. Sanz, Breve Trattato..., Catane, 1691, avant-propos).

213 AOM 469, f° 265v., 19 octobre 1640.

214 AOM 470, f° 267v., 13 octobre 1643.

215 AOM 471, f° 266v., 19 juin 1646.

216 AOM 464, f° 375r., 7 septembre 1633.

217 Voir Partie II, Chapitre VIII.

218 AOM 464, f° 324v., 17 février 1633. Ce sauf-conduit avait été renouvelé pour une troisième année en 1635 (AOM 465, f° 290r., 7 mai 1635), puis en 1636 (AOM 468A, ff° 219v.-220r., 17 septembre 1636).

219 AOM 469, f° 248v., 15 juin 1639.

220 Frans Ciappara, Society and the Inquisition in Early Modern Malta, Malte, 2001, p. 186.

221 ACDF, St. St. M4-b (2), Privilegi ai mercanti e agli Ebrei, f° 15r., 1605.

222 ACDF, St. St., HH 3-b, non folioté, 18 janvier 1676.

223 ACDF, St. St., HH 3-b, non folioté.

224 NLM, Ms 6421, ff° 54v.-55r.

225 ASV, SS Malta 3, ff° 228v.-229r., 28 juin 1594. Il s’agit d’un rapport expédié au pape concernant la composition de deux galères de l’Ordre. Sur 498 rameurs, il y avaient 84 forçats, 122 galiots et 290 esclaves.

226 M. Fontenay, « L’esclave galérien dans la Méditerranée des Temps Modernes », in Henri Bresc (dir.), Figures de l’esclave au Moyen Âge et dans le monde moderne, Paris, 1996, p. 119. En 1632, sur une chiourme de 1 846 hommes, on dénombrait 387 buonavoglie, 175 forçats et 1 284 esclaves. En 1669, sur 2 190 hommes, on comptait 440 galiots, 190 forçats et 1 450 esclaves.

227 AIM, Proc. 18, f° 69r., 14 décembre 1599, rapport de l’argousin Mariano Carbun au Grand Maître.

228 M. Fontenay, « L’esclave galérien dans la Méditerranée... », art. cit., p. 119.

229 B. Vincent, « L’esclavage en milieu rural espagnol au xviie siècle : l’exemple de la région d’Alméria », in H. Bresc (dir.), Figures de l’esclave au Moyen Âge... cit., p. 165-176.

230 M. Aymard, « De la traite aux chiourmes : la fin de l’esclavage dans la Sicile moderne », art. cit., p. 20.

231 M. Fontenay, « L’esclave galérien dans la Méditerranée... », art. cit., p. 138.

232 G. Wettinger, « Agriculture in Malta in the Late Middle Ages », art. cit., p. 58.

233 Voir Partie II, Chapitre VIII.

234 AIM, Proc. 41B, ff° 461r.-462v., 30 mars 1626.

235 NAM, Banca Giuratale, Commune ærarium 422, ff° 3r-4r., année 1590.

236 AIM, Proc. 27, f° 9r., 18 juin 1607.

237 AIM, Proc. 43B, f° 520r., 20 juillet 1623.

238 AIM, Proc. 60, f° 32r., 4 septembre 1646.

239 AIM, Proc. 8, f° 43r., 8 septembre 1585.

240 AIM, Proc. 13, f° 252v., 25 septembre 1594.

241 AIM, Proc. 24A, ff° 121r.-121v., 17 juillet 1606.

242 AOM 96, f° 67v., 23 août 1582. Nous trouvons mention de ces ventes aux enchères à la chandelle dans une querelle qui opposa deux chevaliers : il avait été impossible de déterminer lequel des deux avait proposé le dernier prix avant l’extinction de la mèche.

243 M. Fontenay, « Il mercato maltese degli schiavi al tempo dei Cavalieri di San Giovanni (1530-1798) », in Quaderni Storici,107 [La schiavitù nel Mediterraneo], 2/2001, p. 396.

244 AOM 293, f° 66r., Chapitre Général de 1597.

245 AOM 294, f° 124r., Chapitre Général de 1603.

246 ASV, SS Malta 5, f° 37r., 9 octobre 1595.

247 AOM 288, ff° 29r.-29v., Chapitre Général de 1555 ; AOM 292, ff° 63r.-64r., Chapitre Général de 1555 ; AOM 293, f° 64r., Chapitre Général de 1597 ; AOM 294, f° 81r., Chapitre Général de 1603 ; AOM 295, ff° 75r.-75v., Chapitre Général de 1612.

248 AOM 99, ff° 32r.-32v., 3 août 1595.

249 AOM 287, f° 43v. («...che li detti schiavi saranno ricercati alli servitii delle muraglie et fosse... »).

250 AOM 419, f° 212v., 12 octobre 1543.

251 AOM 94, f° 107v., 7 avril 1576.

252 AOM 256, f° 129r., 24 avril 1635.

253 AOM 258, f° 27r., 28 juin 1645.

254 AOM 258, ff° 7v.-8r., 20 mai 1645.

255 AOM 258, f° 8r.

256 AOM 287, f° 43v., Chapitre Général de 1539.

257 AOM 290, ff° 38r.-40v., Chapitre Général de 1574 ; AOM 293, ff° 108v.-109r., Chapitre Général de 1597.

258 AOM 287, Chapitre Général de 1539, f° 43v.

259 AOM 109, f° 214r., 3 juillet 1629.

260 AOM 88, f° 91r., 4 mai 1551.

261 AOM 91, f° 143v., 19 janvier 1565.

262 AOM 287, Chapitre Général de 1539, f° 43v.

263 AOM 95, f° 115r., 6 septembre 1578.

264 Dal Pozzo, I, p. 155.

265 AOM 96, ff° 43r.-43v., 4 mai 1582.

266 Bosio, III, p. 100.

267 G. Wettinger, Slavery in the Islands of Malta and Gozo (ca 1000-1812), Malte, 2002.

268 AIM, Proc. 15A, ff° 9r.-9v., 27 mai 1596, Lettre de Joanne Caloriti à l’Inquisiteur.

269 AOM 99, f° 69v., 8 mars 1596.

270 AIM, Proc. 15A, ff° 9r.-9v., 27 mai 1596.

271 AOM 100, f° 282r., 12 juin 1603.

272 AOM 103, f° 87r., 12 août 1609.

273 AOM 257, f° 195v., 21 février 1645.

274 AOM 257, ff° 206r.-206v., 21 mars 1645.

275 Dans le Chapitre VIII.

276 AIM, Proc. 6B, ff° 601v.-605v., 9 février 1582, Interrogatoire de l’esclave Abraham d’Andrinople.

277 AIM, Proc. 9A, ff° 164v.-167v., 24 mars 1588, Interrogatoire de Ruggiero Jarnella.

278 AIM, Proc. 9A, f° 167v.

279 AIM, Proc. 38B, ff° 467r.-467v., 11 février 1618, Interrogatoire de Lorenzo.

280 AIM, Proc. 38A, f° 261r., Interrogatoire de Gioanne Calamia.

281 AIM, Proc. 38A, ff° 308r.-308v., 13 juillet 1617, sentences de l’Inquisiteur.

282 AIM, Proc. 16A, ff° 187r.-188r., 27 août 1598.

283 AIM, Proc. 61B, ff° 741r.-768r., août 1648.

284 AIM, Proc. 61B, f° 781v., 21 novembre 1648.

285 R. Ilbert, Alexandrie... cit., p. 415.

286 S. Fiorini, « The Rhodiot Community of Birgu, a maltese city : 15301550 », art. cit. p. 184.

287 Papas Francesco Chetta-Schirò, « Memorie sulle chiese ed il rito greco in Malta », in Archivum Melitense, vol. 4, 1919, p. 170.

288 Dal Pozzo, I, p. 288.

289 NLM, Ms 23, f° 271r.

290 F. Chetta-Schirò, « Memorie sulle chiese ed il rito greco... », art. cit., p. 187.

291 N. Vatin, L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale... cit., p. 30.

292 Église Sainte-Marie Damascène, Libro dei battesimi e delle conferme, dei matrimoni (1584-1977), ff° 1r.-48v.

293 S. Fiorini, « The Rhodiot Community of Birgù... », art. cit., p. 186-188.

294 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 362.

295 ASV, CC, RD 514A, f° 117r., 10 février 1590 («...Li diocesi di Malta ha tre parrochie di greci nella città che contengano in tutto anime cento novanta doi... »).

296 ASV, CC, RD 514A, f° 1068v., 7 février 1648 («...quod diocesis mea hæc ha-ber triginta parochias sub rito latino et duas sub rito græco... »).

297 Église Sainte-Marie Damascène, Libro dei battesimi e delle conferme, dei matrimoni (1584-1977), ff° 1r.-10v.

298 AIM, Proc. 12B, ff° 803r.-950r., année 1592.

299 S. Fiorini, « The Rhodiot Community of Birgù... », art. cit., p. 187.

300 AIM, Proc. 12B, f° 923r.

301 Carmel Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 116.

302 AIM, Proc. 18, ff° 2r.-3r., année 1599.

303 AOM, Proc. 12B, ff° 816r.-818r., 10 septembre 1592, témoignage de Pietro Albanese.

304 AOM, Proc. 12B, ff° 807r.-811r., 18 août 1592.

305 AOM, Proc. 12B, ff° 812r.-813r., 26 août 1592.

306 AOM, Proc. 12B, ff° 941r.-941v., 23 mai 1595.

307 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 116, note 74.

308 S. Fiorini, « The Rhodiot Community of Birgu... », art. cit., p. 195-196.

309 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. I, f° 1v., 4 février 1596.

310 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. III, f° 51r., 4 novembre 1651.

311 ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Lib. Mat. IV, f° 33r., 13 janvier 1670.

312 ACDF, St. St. M 3-g, Repertorio di decreti antichi (1548-1620), p. 49-50, 25 août 1595.

313 ACDF, St. St. HH 3-b, non folioté, sans date (sans doute début du xviie siècle).

314 ACDF, St. St. HH 3-b, non folioté, 19 juillet 1679.

315 Église Sainte-Marie Damascène, Libro dei battesimi e delle conferme, dei matrimoni (1584-1977), ff° 1r.48v.

316 AOM 100, f° 11r., 13 juin 1597. Le Conseil rappelle les faits («...maximis scandalis qua indies perpetrantur ab infidelibus manumissis, libertis et servis, qui in peculiaribus domicilii civitatum Valletæ et Vittoriosæ passim inhabitant... »).

317 AOM 100, f° 248r., 9 août 1602.

318 AOM 100, ff° 248r.-248v., 13 août 1602.

319 AOM 100, f° 248r.

320 AOM 100, f° 248v.

321 AOM 100, f° 248r.

322 AOM 100, f° 285v., 18 juin 1603.

323 ACDF, St. St. HH 3-b, non folioté, Instruttione a Vostra Signoria del Bufalo deputato da Nostra Signoria per Inquisitore Generale nell’isola di Malta, 27 juin 1595.

324 ACDF, St. St. HH 3-b, non folioté, 27 juin 1595.

325 AIM, Proc. 38A, ff° 308r.-308v., 13 juillet 1617, sentences de l’Inquisiteur.

326 ACDF, St. St. M 4-b (2), f° 15r., Ordini da osservare nell’Isola di Malta e Gozo con li vasselli inglesi e olandesi, année 1605.

327 ACDF, St. St. M 4-b (2), f° 15r.

328 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 1399r., 4 mai 1658.

329 ACDF, St. St. HH 3-b, ff° 1392r.-1392v., 4 mai 1658.

330 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 1392v.

331 AOM 468A, f° 212r., 9 août 1636.

332 AOM 468A, f° 212v.

333 AOM 468A, f° 212v.

334 AOM 257, ff° 179v.-180r., 25 septembre 1644.

335 AOM 87, f° 36r., 27 mars 1543 ; AOM 87, f° 81r., 16 avril 1646 ; AOM 88, f° 107v., 3 février 1552 ; AOM 89, f° 59r., 23 décembre 1555.

336 AOM 102, f° 37r., 13 mars 1606.

337 AOM 257, ff° 205r.-205v., 19 mars 1645.

338 AOM 257, f° 206r., 26 mars 1645.

339 AOM 257, f° 207r., 26 mars 1645.

340 AOM 89, f° 59r., 5 novembre 1554.

341 AOM 290, Chapitre Général de 1574, f° 29v.

342 AOM 293, Chapitre Général de 1597, f° 64r.

343 AOM 296, Chapitre Général de 1631, f° 98r.

344 AOM 102, f° 42r., 2 avril 1606.

345 AOM 256, f° 29v., 14 juillet 1625.

346 AOM 256, f° 43r., 15 décembre 1625.

347 AOM 256, f° 59v., 1er décembre 1626 ; AOM 256, f° 68r., 29 novembre 1627.

348 Paul Cassar, « Malta’s Medical and Social Services under the Knights Hospitallers », in Victor Mallia-Milanes (dir.), Hospitaller Malta (1530-1798), Malte, 1993, p. 480-481.

349 AOM 290, Ordonnance de 1574, f° 29r.

350 AOM 107, f° 115v., 10 août 1622.

351 ASV, SS Malta, 5, f° 120r., 3 septembre 1596.

352 AIM, Corr. 1, f° 58r., 10 novembre 1599.

353 AIM, Corr. 2, f° 263r., 29 décembre 1612.

354 AIM, Corr. 3, f° 111r., 8 avril 1615.

355 A. Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle... cit., p. 99-100.

356 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668. Les paroisses des campagnes maltaises sont celles de Birkirkara, Naxxar, Birmifsuth, Qormi, Zejtun, Zurrieq, Siggiewi, Zebbug, Attard, Tarxien, Kirkop, Lija, Safi, Mqabba, Gharghur, Mosta, Zabbar, Qrendi, Ghaxaq, Luqa et Balzan.

357 ASV, CC, RD 514A, ff° 1068r.-1069r., 7 février 1648 ; ff° 1151r.-1152r., 18 mars 1650 ; non folioté, 10 mars 1668.

358 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 361.

359 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 356.

360 ASV, CC, RD 514A, ff° 1068r.-1069r., 7 février 1648 ; ff° 1151r.-1152r., 18 mars 1650 ; non folioté, 10 mars 1668.

361 ASV, CC, RD 514A, f° 1068v. ; non folioté, 1er septembre 1662.

362 ASV, CC, RD 514A, f° 607v., 28 mai 1638.

363 ASV, CC, RD 514A, f° 1068v.

364 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668.

365 ASV, CC, RD 514A, f° 607r., 28 mai 1638.

366 ASV, CC ? RD 514A, non folioté, 1er septembre 1662.

367 A. Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle... cit., p. 82.

368 S. Fiorini, « Demographic growth and the urbanization of the Maltese Countryside... », art. cit., p. 306.

369 A. Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle... cit., p. 83.

370 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668.

371 ARSI, Sicula 183-I, Relatione delle missioni fatte in Malta nell’anno 1606, f° 263r.

372 ARSI, Sicula 183-I, f° 263r., année 1606.

373 ARSI, Sicula 183-I, f° 263v.

374 ARSI, Sicula 183-I, Relatione delle cose fatte d’un anno e mezzo in qua in Malta, scritta nel mese di aprile 1608, f° 265r.

375 ARSI, Sicula 183-I, f° 265r.

376 ARSI, Sicula 183-I, f° 265r.

377 ARSI, Sicula 183-II, ff° 478r.-479v., Relatione del frutto cavato dalle prediche del Padre Carlo Mastrilli, année 1646.

378 ARSI, Sicula 183-II, f° 478v.

379 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 mars 1668.

380 ASV, CC, RD 514A, non folioté, 10 octobre 1675.

381 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 352.

382 Nous devons à Don Michael Agius d’avoir consulté des feuillets égarés d’un de ces registres consacrés exclusivement au baptêmes des non-chrétiens bien portants ou mourants.

383 AOM 97, f° 153r., 23 novembre 1588.

384 Archivio della Veneranda Confraternità della Beata Vergine Maria della Carità, Église Saint-Paul, La Valette, Fondo Legato Dinapoli, Redenzione degli Schiavi, volume 1, f° 1r., 30 août 1656.

385 Archivio della Veneranda Confraternità..., vol. 1, f° 21r., 15 septembre 1660.

386 Archivio della Veneranda Confraternità..., vol. 1, f° 126r., 4 janvier 1671.

387 Archivio della Veneranda Confraternità..., vol. I, f° 25r., 28 octobre 1657.

388 Archivio della Veneranda Confraternità..., vol. 1, ff° 73r.-73v., 1666.

389 Archivio della Veneranda Confraternità..., vol. 1, ff° 1r.-152r.

390 AOM 102, f° 57r. («...molti per essere poveri, non hanno modo alcuno di riscatto ; onde ne aviene che con tanto pericolo di perdere la fede, e la saluta dell’anima, patiscano durissima servitu senza speranza alcuna di liberta... »).

391 AOM 102, f° 58r.

392 AOM 102, f° 58r.

393 Archivio Storico de Propaganda Fide (ASPF), f° 1r., année 1670, Mémoire sur la constitution d’un collège d’arabe à Malte.

394 ASPF, f° 1v., année 1670.

395 ASPF, f° 1v.

396 ASPF, f° 11r., 28 septembre 1643.

397 ASPF, f° 11v.

398 ASPF, f° 59r., 28 juillet 1729, Mémoire sur le collège d’arabe de Malte

399 ASPF, ff° 59r.-60r.

400 ASPF, ff63v.-64r., Rappel du fonctionnement du collège d’arabe destiné au nouveau professeur, 20 juin 1729.

401 ASPF, ff° 29r.-30r., 4 février 1713.

402 ASPF, f° 86r., 12 novembre 1729.

403 ASPF, f° 148r., 3 octobre 1769.

404 ASPF, f° 157r., 15 janvier 1773.

405 ASPF, ff° 494r.-494v., 8 février 1824.

406 J’emprunte cette expression au père Henri Sanson. Elle me semble refléter assez fidèlement la réalité maltaise de l’époque moderne.

Table des illustrations

Légende Source : ASV, Congregazione del Concilio, Relationes Diœcesium 514A et AOM 6421, ff° 75r.-80r.Graphique 9 – La population de l’archipel maltais au xviie siècle (1590-1681).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Tableau 17. L’ÉVOLUTION DE LA POPULATION PORTUAIRE (1590-1687)
Légende C. Trasselli, « Una statistica maltese del secolo xvi », art. cit., p. 478. Selon le recensement, le nombre d’habitants de La Valette est de 3 397 en 1590. Nous avons choisi d’y ajouter les esclaves et les membres de l’Ordre, qui sont comptabilisés dans les recensements suivants, de 1614 et 1617. En 1590, il y avait 1 405 esclaves dans le port, qui se répartissaient dans les deux prisons de La Valette (la plus grande) et de Vittoriosa (la plus ancienne). Nous avons considéré qu’un millier d’esclaves environ devaient résider dans La Valette contre 400 à Vittoriosa. Enfin, nous avons rajouté à la population de La Valette les 1 330 membres du Couvent, que Ludovico de Torres avait comptabilisés en 1576 (Paolo Collura « Le due missioni di Monsignore Ludovico I de Torres in Malta (1576-1579) », in Archivio storico di Malta, Anno VIII, 1937, p. 41).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Graphique 10 – La population du Grand Port (1590-1687).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/132/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Carte 12 – L’exode rural au xviie siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/132/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Tableau 18. LES MARIAGES DANS LE GRAND PORT (1575-1670)
Légende Source : ACM, AP La Valette, Porto Salvo, Liber Matrimoniorum, Vol. I, II, III, IV ; ACM, AP La Valette, Saint-Paul, Liber Matrimoniorum, Vol. I, II, III ; ACM, AP Vittoriosa, Liber I Baptizatorum, matrimoniorum, mortuorumque, Liber Matrimoniorum, II ; ACM, AP Senglea, Liber Matrimoniorum, Vol ; ACM, AP Cospicua, Liber I Baptizatorum, matrimoniorum, confirmatorum et mortuorum, Liber II Matrimoniorum.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/132/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Graphique 11 – Nombre de mariages d’étrangers dans le Grand Port (1575-1670).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/132/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Graphique 12 – L’évolution de la part des étrangers dans la société portuaire.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/132/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Tableau 19. ESTIMATION DU NOMBRE D’ÉTRANGERS
Légende L’évaluation est approximative car nous avons retranché au décompte de la population de La Valette les membres du Couvent (environ 1 500) et les esclaves (un millier environ), qui avaient été intégrés dans le recensement de 1617, alors qu’ils ne le furent pas après.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/132/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 20. ÉVOLUTION DU NOMBRE DE MARIAGES D’ÉTRANGERS PAR NATIONALITÉ (1575-1670)
Légende Source : ACM, AP La Valette, paroisses de Porto Salvo et Saint-Paul ; AP Vittoriosa ; AP Senglea ; AP Cospicua (registres des mariages).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/132/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Graphique 13 – Évolution de la part des étrangers par nationalité.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/132/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Tableau 21. ESTIMATION DU NOMBRE D’ÉTRANGERS CATHOLIQUES PAR NATIONALITÉ AU xviie SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/132/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540