Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au naturel

 | 
Fabrice D’Almeida

Troisième partie. La vie devant soi

Chapitre 7. Postures publicitaires et institutions démocratiques

Texte intégral

  • 1 La première analyse fut une critique de la propagande par l’idée de concurrence, Charlot (Monica), (...)
  • 2 Bleustein-Blanchet (Marcel), La rage de convaincre... op. cit., p. 224-226.
  • 3 Forum des images, sélection d’actualités filmées, Éclair Journal, mars avril 1936, nb, 33 min.

1Les relations entre la publicité et la politique en France et en Italie ne commencent pas exactement au même moment1. Le régime fasciste, avec son désir de maîtriser toutes les sphères de médiation de la société italienne, a nui à la naissance de relations entre les publicitaires et le monde partisan. En France, les débuts timides de la publicité en politique se situent dans l’entre-deux-guerres. L’un des premiers témoignages est donné par Marcel Bleustein-Blanchet qui, dans ses mémoires, explique comment Daladier lui demanda de mettre en place un organisme de réflexion sur l’information et la contre-propagande de la France à la veille de la guerre2. De même, les premiers traits de médiatisation remontent à l’entre-deuxguerres. La première véritable campagne législative radiophonique reste celle de 1936. Chaque parti avait bénéficié d’un court temps d’antenne équivalent. Les actualités cinématographiques avaient suivi cet exemple et donné la possibilité aux orateurs de s’exprimer en images3. Les orateurs choisis par les partis s’y montraient sous un jour peu propice à séduire par ce biais. Ils lisaient leur texte et parlaient avec une emphase, certes coutumière de l’époque, mais tirant peu profit de l’image. Les gestes figés montrent que l’on était encore dans une civilisation de la parole. Le sens importait et l’on craignait qu’il entraîne des débordements brutaux de la part des spectateurs. Le présentateur de la séquence d’actualités cinématographiques les prévenait que certaines paroles pourraient choquer et qu’il convenait de conserver son calme :

  • 4 Idem. Devant le micro, une pancarte indiquait : « défense de toucher au micro ». Derrière, un pann (...)

Éclair Journal recueille des déclarations de quelques leaders qu’il reproduit impartialement. Nous prions les spectateurs d’accueillir calmement les opinions de vote opposées4.

  • 5 Idem, séquence les femmes votent. On y voyait sa concurrente, Marie Fina, et la campagne factice.
  • 6 Idem, un reportage intitulé « 26 avril vote – La France vote ».
  • 7 Forum des images, sélection d’actualités filmées, Éclair Journal, « Les femmes et le droit de vote (...)
  • 8 Idem, Éclair Journal, mai 1935.

2À côté de ces ancêtres des messages publicitaires de campagne officielle, les reporters des actualités cinématographiques introduisaient un sujet sur le déroulement de la campagne. Ils insistaient notamment sur un aspect qui leur paraissait à la fois anecdotique et fondamental, la revendication du vote des femmes. Louise Weiss était interviewée5. Elle récitait un argumentaire. Dans une autre séquence, une jeune électrice interrogée sur ses opinions répondait : « Moi, Monsieur, je parlerai quand j’aurai le droit de vote !6 », façon indirecte de le revendiquer. Un reportage réalisé un an plus tôt montrait un visage optimiste (parfois amusé) de la lutte féministe. Louise Weiss y apparaissait déjà, assise derrière un bureau, ne sachant où poser son regard entre la caméra, le reporter et ses feuilles7. Une marchande de fruits interrogée disait : « Ça ne vaut rien... rien du tout ». Elle était persuadée que les femmes se laisseraient séduire par le premier bellâtre en politique. En mai 1935, Éclair journal revenait sur l’argument. Maître Kraemer-Bach, avocate, parlait fermement face à la caméra pour dire que son mouvement soutiendrait les candidats féministes8.

  • 9 Forum des images, sélection d’actualités filmées, Éclair Journal, avril 1936.
  • 10 Idem, mai 1936.

3Le traitement du vote dans les reportages d’avril 1936 se veut précis. Le mode de scrutin est présenté par une animation et les résultats comparés avec ceux de 1932. On rappelle le rôle du ministère de l’Intérieur dans le décompte des voix. Le président Lebrun est montré en train « de remplir son devoir d’électeur9 ». Le nombre des ballottages est précisé le mois suivant et les résultats annoncés au cours d’un reportage sur le Conseil national de la SFIO où l’on voit Blum s’exprimer avec ses mouvements de main, le doigt tendu, comme s’il invectivait ses auditeurs et affirmait, par-là même, l’autorité dont il est désormais investi10.

  • 11 Forum des images, sélection d’actualités filmées, Éclair Journal, « Le vote des femmes »... film c (...)

4Ces débuts de communication par l’image des hommes politiques sont rapprochés de la pratique des artistes. À propos du vote des femmes, les reporters objectivaient ce lien en interrogeant des vedettes de cinéma ou de cabaret telles Marguerite Moreno et Marie Dubois11. Les hommes politiques paraissent n’avoir pas encore adopté de véritables stratégies pour leurs apparitions. Ils les traitent comme n’importe quel discours.

  • 12 Delporte (Christian), « L’orateur et l’image télévisée – Le laboratoire des années 1950 », in Fabr (...)

5Le véritable changement a lieu sous la IVe République, quand des personnalités comme Pierre Mendès France, Antoine Pinay ou Guy Mollet amorcent un usage des nouveaux moyens de communication suivant des modalités mieux adaptées au support. À la radio, Mendès France effectue les premières Causeries au coin du feu. Pinay s’essaye aussi à la radio. Mollet, lui, se fait conseiller par Pierre Sabbagh pour sa première intervention télévisée. Ces expériences sont cependant sporadiques. C’est seulement à partir des débuts de la Ve République que les rendez-vous télévisés deviennent plus systématiques. Christian Delporte a montré que le matériel était encore peu maîtrisé par les hommes politiques et comment les réalisateurs n’avaient pas songé à placer le chronomètre de façon qu’il ne détourne pas systématiquement le regard des orateurs, au point d’en troubler certains12. À la radio, les débats politiques prennent aussi plus de place.

  • 13 Voir sur ses idées, Bongrand (Michel), Le marketing politique, Paris, PUF, 1986, 114 p.

6Dans le même temps, la France est entrée dans l’ère de la consommation et de la publicité. Les entreprises n’investissent plus seulement dans la presse mais consacrent aussi d’importants budgets à l’affichage et surtout aux radios. La publicité commence à conditionner la programmation et à peser sur la forme des émissions. Son entrée lente à la télévision, d’abord sans les marques puis avec elles, accélère un processus qui pousse la politique à se référer à cette nouvelle efficacité. Michel Bongrand, nous l’avons dit, commence en 1965 à faire sourire Lecanuet qui veut mener sa campagne tel un Kennedy français. Pour les législatives de 1967, le publicitaire passe à De Gaulle13. Les gaullistes avaient commencé à acquérir des espaces publicitaires dès 1965. L’installation de la publicité en politique est donc contemporaine de l’expansion du marché publicitaire. Un décalage s’amorce entre des affiches militantes, au graphisme encore marqué par les innovations de l’entre-deuxguerres, et des images proches de celles de la publicité qui s’appuient sur la photographie et proposent des slogans moins partisans.

  • 14 Almeida (Fabrice d’), Vingt ans de publicité dans un hebdomadaire politique : l’exemple de L’expre (...)

7Les affiches de cette période montrent bien que le personnel politique est en cours d’adaptation à cette nouvelle mise en forme qui minore le rituel et marginalise les liturgies politiques. Autre signe de cette adaptation de la communication, le développement des news magazines qui traduit un désir de la presse de maintenir sa présence sur le marché publicitaire et de proposer une lecture nouvelle du personnel politique. Le cas de L’express est le plus frappant14. À côté des textes, le magazine propose des photographies noir et blanc de meilleure qualité que celles de la presse quotidienne car il choisit une impression offset. Il ouvre largement ses pages à la publicité, en particulier quand il introduit la couleur pour les pages d’annonces après l’arrivée d’Antoine Verdier à la tête de son service de publicité. Le procédé journalistique du magazine a pour objectif de constituer, sur la base d’une information de qualité et de l’ouverture au divertissement, un lectorat cible pour mettre cette audience à la disposition de la publicité.

  • 15 Mandrin (Jacques), Socialisme ou sociale-médiocratie, Paris, Le Seuil, 1969, 192 p.

8La politique n’est donc plus seulement affaire de doctrine. Elle est affaire commerciale en ce qu’elle permet d’attirer un public solvable qui cherche des informations sur les décideurs, tantôt pour les servir, tantôt pour s’identifier à eux. Les hommes politiques l’ont compris. Pour capter une clientèle comme celle des leaders d’opinion, ils se livrent à une véritable course à la modernité. Dans la génération montante, chacun s’en déclare le dépositaire. Elle n’est toutefois pas encore mûre pour que les appareils partisans placent ces hommes en première ligne. Ce sont eux cependant qui se reconnaissent derrière les traits, de Valéry Giscard d’Estaing, de Jacques Chaban-Delmas et dans une moindre mesure du jeune Jacques Chirac. Jean-Jacques Servan-Schreiber, lui-même, s’essaye à une éphémère primatie au sein du Parti radical. À gauche, tout le discrédit de la SFIO se joue sur cette notion de modernité projetée en termes d’âge. Guy Mollet est « vieux » selon les jeunes du CERES15.

  • 16 Voir Benoit (Jean-Marc & Philippe), Lech (Jean-Marc), La politique à l’affiche – Affiches électora (...)

9La représentation d’un comportement « moderne », ce fantasme de renouvellement formel, s’amplifie dans ses effets après les événements de 1968, en dépit de l’étrange réaction conservatrice du corps électoral. L’obsédante publicité passe en première ligne des préoccupations intellectuelles. La critique de la société de consommation est plaquée sur cette fonction entrepreneuriale. Les médias tombent dans la trappe du discrédit. La caricature s’empare de l’ensemble pour démonter le système médiatique en cours de recomposition entre les grandes entreprises, les forces politiques et des journalistes aspirant à devenir eux-mêmes le pouvoir. La gauche boude les méthodes promotionnelles. En 1969, seuls les gaullistes ont vraiment intégré la logique publicitaire et cherché des soutiens auprès des agences16. Dans la campagne conçue par Havas, Georges Pompidou, pris de face, le regard droit, sourit en montrant légèrement ses dents. Certains candidats de gauche ont commencé à sourire et apparaissent avec des visages plus engageants qu’auparavant. Gaston Defferre sourit, bien que photographié de profil. Au centre, Alain Poher sourit aussi. À l’extrême gauche, Jacques Duclos semble prêt à parler, légèrement tourné vers sa gauche. Michel Rocard, pour le PSU, se tient de face, la bouche crispée, le regard droit : plus tendu que grave. Ces images militantes sont conventionnelles même si elles échappent aux emplacements légaux. Elles sont cantonnées à un dicible déjà influencé par les publicitaires.

10L’année 1972 semble emblématique du rôle croissant de la publicité en tant que principe organisateur reliant les espaces politique et médiatique. Trois événements radicalement différents nous semblent témoigner d’une emprise naissante des publicitaires dans l’action et dans les représentations. Dans l’action d’abord, car le référendum sur l’Europe est mené par les gaullistes comme une véritable campagne publicitaire. Des espaces sont payés et l’image montre une jeunesse, métaphore des pays d’Europe, courant vers l’avenir. Le gouvernement soutient cette action mais d’une manière qui ne ressemble que de loin à la propagande d’État. Il se situe dans une logique de communication et cherche à échapper au militantisme. En face, les affiches du « non », plus sobres, accusent le retard médiatique de la gauche. Les représentations bougent ensuite, car la même année une critique acerbe du journalisme radiophonique est proposée dans un film provocant de Jean Yann, Tout le monde il est beau... On y voit un journaliste épris de Vérité, déifié par ses auditeurs et ses collaborateurs, ériger l’information en une nouvelle chapelle et jouer les Christ contemporains. Tout plie devant son ironie. La caricature des milieux politiques insiste sur leur corruption, au propre comme au figuré. Même l’amour est secondaire pour le nouvel apôtre de l’information. Or, ce héros vit d’une radio elle-même nourrie par la publicité et passant une large partie de son temps à faire sa propre promotion. « Radio plus », tantôt plus près de Dieu, tantôt plus proche de la Vérité. Désormais, la publicité irrigue tous les secteurs sociaux sans rencontrer de résistance. Elle construit même le mythe d’une transparence possible avec le fantasme de la publicité comparative et des tests honnêtes. Enfin en 1972, la presse magazine s’étoffe avec la naissance d’un nouveau magazine qui renforce la lecture du pouvoir sur des bases pragmatiques. Le point va plus loin que L’express dans la description des élites partisanes et économiques.

PREMIERS COMPORTEMENTS SCOPIQUES : VGE

  • 17 Gervereau (Laurent), La propagande par l’affiche, Paris, Syros, 1991, p. 153155 ; Benoit (Jean-Mar (...)

11Les élections législatives de 1973 puis les élections présidentielles anticipées sont les deux tournants qui confirment l’entrée dans une nouvelle ère de la présentation de soi. La campagne de 1974 voit le recours à des agences de publicité par les principaux candidats (Chaban-Delmas, Giscard d’Estaing, Mitterrand)17. Chacun a prévu des achats d’espaces publicitaires. L’affichage militant survit aussi : les images des candidats sont très présentes dans le paysage urbain. La photographie s’est désormais imposée comme mode essentiel de mise en scène du politique sur les murs. Les dirigeants politiques sont au cœur des campagnes. Le vote personnalisé de la Ve République conduit les publicitaires à centrer leur message sur les noms et les personnes. Les affiches politiques dans le contexte français sont alors le seul outil commercial de masse disponible. Il n’existe pas d’espace publicitaire politique à la télévision ou sur les ondes. Ces grands médias accueillent la campagne officielle avec un temps prédéfini selon le poids électoral des partis et des candidats.

12Sur ce terrain, les présidentiables reçoivent des conseils, mais restent très imprégnés par leur culture partisane. S’y ajoutent les informations télévisées au cours desquelles les différentes personnalités apparaissent au fil des événements de campagne.

  • 18 Par comportement scopique nous entendons des comportements qui sont déterminés par la mise en obse (...)

13Des émissions spécifiquement consacrées à la politique voient le jour. En Italie, dès le 11 octobre 1960, « Tribuna elettorale » devient un rendez-vous régulier avec les leaders des partis et les membres du gouvernement. La presse, enfin, couvre toute la politique et les photographes reporters se rendent dans les meetings, les conférences de presse, les banquets et les débats contradictoires pour produire des images reprises ensuite dans les journaux. Les candidats comme les élus doivent désormais vivre la politique en pensant le regard des autres. Leur comportement est progressivement dicté par la présence de ce macroscope que sont les médias18. Leur présentation de soi résulte moins de leur ancrage symbolique que des réactions qu’ils pensent produire chez les observateurs. Ces comportements dictés par le regard de se regroupe sous l’étiquette de comportements scopiques.

  • 19 Benoit (Jean-Marc & Philippe), Lech (Jean-Marc), La politique à l’affiche... op. cit., p. 25, 50-5 (...)

14L’affiche dans ce contexte remplit une fonction de synthèse des messages politiques. Elle doit cristalliser l’attention des électeurs sur un mot d’ordre qui reste leur marque de fabrique. Son rôle revient fondamentalement à connoter l’image du candidat. Jacques Chaban-Delmas a choisi une équipe de l’agence Havas ; Valéry Giscard d’Estaing s’est lié avec Jacques Hintzy qui travaille dans une filiale de cette même agence ; François Mitterrand a fait confiance à Claude Perdriel et à l’agence Delpire ainsi qu’à un groupe de militants pour préparer l’ensemble de la campagne. Les publicitaires proposent, les candidats disposent. Les suggestions cependant vont dans le sens d’une communication dont les objectifs sont similaires. Les images du premier tour de l’élection présidentielle, et leur slogan, sont assez différentes. Au second tour, Mitterrand et Giscard d’Estaing ont la même formule à un mot près : à gauche « Un président pour tous les Français », à droite « Le président de tous les Français ». À gauche, l’affiche du second tour est une photographie d’identité de François Mitterrand, cadrée serrée et occupant seulement la moitié de l’affiche. À droite, l’image montre Valéry Giscard d’Estaing parlant à sa fille. Les deux hommes sont légèrement souriants. Le premier pose de face ; le second parle, le visage de face mais le corps tourné vers la gauche, les traits souriants de sa fille sont perceptibles en un profil fuyant. L’image giscardienne occupe toute l’affiche. La rupture avec le conventionnalisme antérieur était flagrante et l’image eut des niveaux de reconnaissance et d’attribution supérieure à celle de ses concurrents19.

15La nouveauté de cette publicité politique tient à ce que son objet n’est précisément pas politique. Jusqu’alors les images montrant les hommes politiques en action, dans la propagande, les présentaient dans leur fonction d’élu ou dans le cadre de leur campagne. Rien de tel ici. Une simple conversation sert à définir une personnalité familiale en même temps qu’un éducateur. Le changement atteste qu’avec la publicité la nature de l’action à laquelle se prête l’homme politique est en train de changer. Son caractère démiurgique s’éloigne pour faire place à des valeurs humaines moins contraintes par la dignité ou le travail partisan. Mieux, des attitudes prises en dehors de l’espace public sont la meilleure preuve que le candidat dispose des qualités nécessaires à l’exercice de la fonction.

16Valéry Giscard d’Estaing exprime les transformations ouvertes par cette nouvelle hypothèse de présentation de soi. Les civilités politiques sont à la fois un univers symbolique et une réduction du reste de la société. Les campagnes électorales tendent à mettre en évidence des qualités spécifiques des candidats, au-delà de toute référence idéologique.

  • 20 AFP, carton gouvernement, dossier vert, Conseil des ministres (60), fiche 1964-9-1, bien que chauv (...)
  • 21 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, gouvernement Mesmer. Pas de photog (...)
  • 22 AFP, fonds numérisé, photographie du 24-6-73 de Daniel Janin (stf).

17L’ancien président de la République a souvent été comparé à un Kennedy à la française, ce qui devait correspondre à un désir manifeste de sa part. D’autres, comme Jean-Jacques Servan-Schreiber, ont eu la même ambition avec moins de succès. Son travail comportemental n’est pas distinct de celui des autres ministres du général De Gaulle quand il faisait ses premières armes de décideur politique. Peu d’images de lui circulent sous la IVe République bien qu’il figure parmi les jeunes parlementaires. Sa photographie de militaire prise en 1945 est conventionnelle. Un vague sourire flotte sur ses lèvres. Un album de famille en dirait plus. Devenu ministre gaulliste, il porte des lunettes et garde un air sérieux dans ses apparitions à la sortie du conseil des ministres. Son allure semble zélée, si l’on en juge par les clichés de l’AFP où il apparaît portant des dossiers sous le bras et gravissant rapidement les marches20. Il n’affiche pas le classicisme des barons gaullistes portant encore manteau et chapeau. Les sorties de conseil des ministres deviennent d’ailleurs à cette époque un véritable moment médiatique où s’affine l’image du gouvernement. Tous n’en ont pas encore conscience, mais le temps passé devant les photographes s’allonge et surtout les reporters n’hésitent plus à prendre des clichés de scènes non conventionnelles ou d’apartés entre membres du gouvernement. Ces derniers se montrent alertes à l’entrée et détendus à la sortie, en règle générale. Dans les faits, certains ministres savourent ce moment, d’autres paraissent l’ignorer. La stratégie giscardienne de distinction devient plus claire à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Le ministre de l’Économie et des Finances continue de porter des dossiers plutôt que des sacoches, mais il joue la carte des photographies et peaufine son rôle de présidentiable, alternant les marques de sérieux et celles de connivence (sourire)21. C’est à ce moment qu’il amorce un véritable travail d’image en direction des électeurs. Connu comme joueur d’accordéon, il innove en se rendant au deuxième festival mondial d’accordéon, à Montmorency en juin 1973. Là, à la surprise générale, il tombe la veste (mais garde la cravate) et se lance dans une démonstration accompagné par Yvette Horner, la madone du Tour de France22. Les journalistes présents tendent leur micro tandis que les photographes se précipitent, signe que l’image avait été prévue. Cette dernière est commentée à la télévision et reprise mondialement. Cette marche au populaire (« Giscard a un problème avec le peuple », aurait dit De Gaulle en son temps) est accentuée lors de la candidature présidentielle.

  • 23 Dans ses mémoires, il revient sur ce désir de montrer que les responsables politiques sont des hom (...)
  • 24 AFP, fonds numérisé, photographie du 24-6-73. Voir à l’Ina le journal télévisé du jour.
  • 25 AFP, fonds numérisé, image provenant d’UPI (pigiste), 6-7-70, Chaban-Delmas sur un court de tennis (...)
  • 26 Actualités Gaumont, avril-juin 1974, 27 min, NB, vdp 3746. Le film commence par la mort de Pompido (...)

18Le candidat VGE, avec ses initiales en guise de logo et un slogan choc, « Giscard à la barre », entreprend de se donner, outre une image moderne grâce à l’affichage, des allures d’homme comme tout le monde23. Le 20 avril 1974, en pleine campagne, il convoque la presse à un match amical de football et, sans crainte du ridicule, drible ses compagnons de jeu24. Devant les caméras, il marque des buts ! Est-ce ce type de comportement publicitaire qui lui vaut sa popularité ? Il est certes très décalé par rapport aux attitudes compassées de ses adversaires. Chaban-Delmas s’était laissé photographier en joueur de tennis en tant que Premier ministre, lors d’un tournoi de vétérans25. Il ne pousse pas la ruse jusqu’à jouer au tennis avec les électeurs. Mitterrand, pour sa part, s’abstient de démonstrations sportives. Rien n’exprime mieux l’opposition de style entre les deux hommes que les réponses des deux candidats à une question sur « le rôle du président de la République », posée par les reporters de Gaumont Actualités qui suivent la campagne26. François Mitterrand, dans son bureau, répondait sur le fond : « il représente et signifie les intérêts permanents de la France » et ajoute que chaque Français doit trouver en lui « confiance, amitié, compréhension, soutien ». Giscard d’Estaing, debout en extérieur (un jardin), s’attachait, lui, à la forme, au style :

Je voudrais que la présidence de la République soit quelque chose de très simple et de très naturel. Je crois que nous avons trop longtemps conservé en France une espèce d’apparat excessif pour nos fonctions officielles et qu’on peut parfaitement assurer son rôle en étant beaucoup plus simple et beaucoup plus soi-même.

19C’est une des expressions les mieux formulées du rôle que joue la fiction de naturel dans l’espace public : garantir l’efficacité par la simplicité.

  • 27 Roger-Viollet, fonds numérisé, photographie datée à tort du 1-1-74, J. Cuinières-Viollet. Le nouve (...)
  • 28 AFP, fonds biographiques, Giscard d’Estaing, 1974, une série de clichés sur sa prise de fonction.
  • 29 Idem, date erronnée 1-1-74.

20L’optique giscardienne est un tout qui consiste à se rapprocher des électeurs en s’affirmant comme ayant des goûts similaires à l’homme du commun, mais en se montrant meilleur dans l’exécution et modeste après coup. Jouer de l’accordéon ? Oui, avec Yvette Horner. Jouer au football ? Oui, mais en marquant des buts. Conduire ma voiture ? Oui mais pour me rendre à mon QG après la proclamation des résultats27 ! Et il met ses fantasmes en pratique. Dans cette perspective de singularité commune, il sème le trouble en inaugurant son mandat par une descente pédestre des ChampsÉlysées28. Le geste est une involontaire imitation de De Gaulle à la Libération car il est censé montrer la simplicité du citoyen président. À l’Élysée, ce 26 mai, la scène est plus classique quand il retrouve Alain Poher, le président par intérim, qui l’attend en haut du perron pour la passation de pouvoir29.

  • 30 Giscard d’Estaing (Valéry), Le pouvoir et la vie... op. cit., vol. II.

21L’élection de ce personnage a validé un comportement en rupture avec les canons supposés de la civilité démocratique française. VGE en déduit qu’il faut aller plus loin encore dans ce processus de popularisation de la fonction présidentielle. L’entreprise serait donc de clarification et non une tactique habile de maniement publicitaire30. Pourtant l’homme est un des mieux conseillés et des plus confiants dans les pratiques de l’image. Il est convaincu de maîtriser la grammaire visuelle et prend dans le domaine des initiatives nouvelles. Signe inédit, à Noël 1974, ayant entendu les éboueurs passer dans la rue, il aurait décidé de les inviter à partager son petit déjeuner. Les journalistes sont d’ailleurs convoqués pour l’attester et dès le journal de midi le reportage avec interview des éboueurs passe à l’antenne. La presse de son côté publie les photographies de l’étrange rencontre entre des travailleurs immigrés maliens et le premier personnage de la France.

22Tout aussi surprenante est sa décision de se rendre chaque mois chez des Français afin de prendre le pouls du peuple. Le rythme est moins régulier que prévu mais, là encore, la médiatisation de ces invitations jouées comme des surprises donne un caractère démagogique à la démarche. Dès cette époque, l’opposition regarde le président comme une sorte de truqueur masquant les difficultés économiques derrière une politique des apparences. Selon René Rémond pourtant, cette attitude n’est pas le seul fruit d’un populisme habile. L’historien montre l’ambiguïté de la personnalité du président de la République et indique combien la question du comportement politique s’est déplacée du processus de décision vers une réflexion sur la représentation à partir des années 1970 :

  • 31 Rémond (René), Notre siècle 1918-1988, Paris, Fayard, 1988, p. 773-774.

L’homme a un réel désir de contacts qui lui inspire toutes sortes d’initiatives où la recherche du geste publicitaire n’est pas le seul motif : ouvrir le palais de l’Élysée au bon peuple, se faire le guide des visiteurs, recevoir au petit-déjeuner les éboueurs du quartier, s’inviter une fois par mois dans un foyer modeste pour mieux connaître les sentiments des Français moyens. Une volonté de simplicité – sincère ou affectée – inspire son comportement ; il conduit lui-même sa voiture, sort en ville, va au théâtre et à l’Opéra en famille ; il se permet quelques escapades qui font jaser. Mais cet appétit de sociabilité démocratique, qui tranche avec l’indifférence hautaine du général de Gaulle et qui n’est pas de même nature que l’attention portée par Pompidou aux sentiments de ses concitoyens n’exclut pas chez Giscard d’Estaing une hauteur aristocratique et une morgue que ses adversaires exploiteront et qui auront une part à son échec final31.

  • 32 Les photographies le montrent souvent avec un léger sourire ironique notamment AFP, fonds manuel, (...)
  • 33 Séguéla (Jacques), Ne dites pas à ma mère que je suis dans la publicité... elle me croit pianiste (...)

23La démagogie ne fut donc pas le seul moteur giscardien. L’analyse du comportement de Georges Pompidou accentue pourtant l’impression d’une aspiration populiste de VGE. Sous la présidence de Pompidou, en effet, la réflexion portait davantage sur les choix partisans que sur les méthodes de séduction. Pompidou avait aussi joué la sympathie, affichant un bon sourire, maniant ses mégots de cigarette en homme du peuple, donnant à son cursus des allures de self made man à la française. Il savait débattre à l’Assemblée nationale et ne craignait pas les contradicteurs. À Nevers en 1967, il avait affronté victorieusement François Mitterrand et fut sans doute le plus incisif lors de la confrontation télévisée des chefs de parti en 196832. Mais avec lui l’image n’était pas encore un outil de séduction. Pompidou veillait à préserver la dignité présidentielle, censurant les dessinateurs trop hardis et n’hésitant pas à contraindre L’express à arracher les pages d’une publicité où il apparaissait conduisant un hors-bord, sans avoir donné son consentement : 600 000 exemplaires déchirés à la main en un week-end pour éviter la saisie33.

24Avec Giscard d’Estaing, la question de l’image, on l’aura compris, se déplace au-delà du style ou de la tolérance personnelle. Elle devient l’enjeu même de la politique. Le président est visiblement convaincu qu’une élection se gagne par l’action médiatique plutôt que par effet des décisions. La gestion du pouvoir l’intéresse, mais la victoire prime. Constamment aiguillonné par les sondages, le Républicain indépendant cherche les moyens de peser sur l’opinion. Les réformes nombreuses qu’il effectue dans la première partie de son mandat sont anticipées et présentées par lui lors des interventions officielles qu’il effectue à un rythme semestriel. Il y ajoute des coups médiatiques qui doivent maintenir l’attention sur sa fonction. Si bien qu’il impose ses principes de mise en scène à toute la vie publique. La dignité présidentielle est préservée, mais elle est interprétée par le nouvel acteur comme allant d’elle-même et pouvant surpasser un protocole qu’il trouve désuet. Giscard d’Estaing est tout aussi moderne avec ses ministres. Il se sert du gouvernement pour mettre en scène sa valeur personnelle non dans les décisions mais dans le soin des détails.

  • 34 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, planche 1 du Conseil des ministres (...)

25Les fonds iconiques rappellent certaines de ces innovations accueillies froidement par un public pourtant travaillé par la mode des gadgets. Ainsi a-t-il l’idée de lancer des conseils des ministres décentralisés dont l’objectif était de profiter des déplacements en province pour évaluer les problèmes locaux. Il convoque ainsi ses ministres à Lyon, pour le premier de ces conseils, qui se tient le mercredi 11 septembre dans le salon Jaune de la Préfecture de Lyon « où Sadi Carnot est mort en 189434 ». Le soin du détail ? Il a prévu un dîner sur place la veille pour que chacun puisse être tôt au travail, et la presse en rend compte. Le mois suivant, une autre idée lui est venue : tenir un conseil des ministres au coin du feu. Les dépêches d’agence (pourtant souvent serviles) ne sont pas sans ironie :

  • 35 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, planche 2 du Conseil des ministres (...)

Le froid continue de sévir au palais de l’Élysée, et a obligé le gouvernement à abandonner le salon Murat, où se tient traditionnellement le Conseil des ministres, pour un salon plus petit où un feu a été allumé. Le président Giscard d’Estaing avait recommandé aux ministres le port du col roulé : seule Mme Simone Veil a suivi cette recommandation. On la voit ici à la sortie de l’Élysée en compagnie de Michel Poniatowski35.

26Le feu de cheminée est pour le président le signe d’une intimité primitive. Le symbole est repris lors d’un conseil des ministres tenu cette fois à Marly-Le-Roi. Ici, la légende de la photographie explicite le lien entre froid, feu et intimité mais laisse de côté les raisons ayant conduit à préférer Marly à l’Élysée sinon pour créer un événement médiatique de plus ou affirmer le style chasseur du président.

  • 36 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, Conseil des ministres, 17-12-1975, (...)

Conseil des ministres à Marly-le-Roi
Les ministres ont retrouvé ce matin M. Valéry Giscard d’Estaing dans le petit pavillon de chasseaux (sic) volets blancs de Marly-Le-Roi au fond du parc couvert de givre. La table du conseil a été dressée dans une salle intime où brûle un feu de bois. Le chef de l’État avait passé la nuit dans le pavillon et se trouvait ainsi sur place pour accueillir les ministres36.

27Des mœurs aristocratiques filtrent derrière cet événement. Le pavillon de chasse, le feu de bois : un rejeu de tradition qui a son parfum de monarchie. Giscard d’Estaing est d’ailleurs fréquemment caricaturé en monarque, et son amitié avec Bokassa, dont les rêves impériaux confinent à la folie, favorise ce cliché.

  • 37 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, planche « séminaire du gouvernemen (...)

28Une autre fois, à l’occasion d’un séminaire du gouvernement, le président affiche sa simplicité en trouvant d’autres accessoires. À Rambouillet, il arrive en conduisant seul sa voiture37. Déjà fait. Aussi est-il venu avec sa chienne Candy, complaisamment photographiée au milieu des membres du gouvernement. Jacques Chirac pour l’occasion n’avait d’ailleurs pas ses habituelles lunettes... Le week-end a des allures de détente et le président est même légèrement en retard à la séance de travail du gouvernement le lendemain matin.

29La stratégie comportementale ne fut visiblement pas perçue par tous comme une méthode de gouvernement et encore moins comme une technique efficace de dialogue avec l’opinion. Sur ce terrain d’ailleurs s’envenima la relation avec Jacques Chirac et s’amorça la rupture entre le Président et le Premier ministre. Le Président est revenu dans ses mémoires sur l’accusation de siéger sur un trône proférée par l’entourage du Premier ministre après une courte escapade familiale. L’apparence était si trompeuse que la presse ne crut pas les démentis de ses proches. Sa volonté d’imitation populaire était contredite par ses mises en scènes trop subtiles, relevant d’un autre habitus que de celui des classes moyennes.

  • 38 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, 1-12-76, 41.789 (gc/jmrf).
  • 39 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, 3-1-1977. Pas de planche ni de dép (...)

30Le remplacement de Jacques Chirac par Raymond Barre ralentit le rythme des innovations. Il est possible que le nouveau Premier ministre ait mieux résisté que son prédécesseur à la pression du Président. Possible aussi que Giscard d’Estaing ait compris la nécessité d’atténuer ces manifestions médiatiques. Quelques scories demeurent comme la volonté de tenir un autre conseil des ministres décentralisé, après Lyon et Évry (ville nouvelle), à Lille38. Ou encore, mobilisés à leur tour par la simplicité et les économies d’énergie, les membres du gouvernement dont Raymond Barre quittaient l’Élysée à pied39. D’autres que le Président portaient désormais la voix de l’exécutif et amorçaient une actualisation des comportements politiques. Ce fut notamment le cas des femmes ministres nommées par Giscard d’Estaing.

31Le chef de l’État s’appuie en effet largement sur quelques proches tel Marcel Bigeard (surnommé « Bigeard la torture » pendant la guerre d’Algérie) ou Simone Veil et sur le Premier ministre qui mène, en 1978, une communication publicitaire par voie d’affichage proche des modèles de la grande distribution : « Barre Confiance », en orange. Giscard, pour l’occasion, effectue plusieurs discours soutenant ses troupes. Le ton oscille entre l’admonestation et la connivence : dans tous les cas, le Président ne démissionnera pas. Son attitude n’est guère éloignée de ce qu’elle était auparavant si ce n’est un surcroît d’assurance, interprété comme de la morgue à gauche.

  • 40 INA, fonds numérique.

32Cette situation explique en partie le reversement de situation lors du débat qui oppose de nouveau François Mitterrand et le président sortant au second tour des élections de mai 198140. Le challenger lui reproche rapidement son attitude professorale et renvoie du même coup au reproche de monarchisme souvent développé par la presse à l’encontre du président et largement soutenu par les chiraquiens. Certes, les déterminants de l’élection reposent sur des données plus complexes que ce débat qui se solde sans vainqueur ni vaincu dans les sondages. Assurément, la crise économique et la hausse du chômage ont pesé davantage. Mais le débat reflète un changement de logique au niveau présidentiel. Le chef de l’État n’est plus qu’un acteur politique parmi d’autres et ses productions de sens sont jugées selon la nature du lieu et du moment où elles sont émises. Si bien que l’image d’un individu en tant que président n’est pas forcément transposable à celle qu’il construit en tant que candidat. Cette distance explique, selon nous, l’écart entre les sondages assez favorables à Valéry Giscard d’Estaing et son score lors des présidentielles de 1981.

LES LEÇONS DE SANDRO PERTINI

  • 41 Benoit (Jean-Marc & Philippe), Lech (Jean-Marc), La politique à l’affiche... op. cit., p. 57.

33François Mitterrand n’a pas le même penchant pour les coups médiatiques que son prédécesseur. Il inscrit la construction de son image dans une perspective plus lointaine qui rappelle, nous l’avons vu, la démarche des hommes d’État d’avant la Seconde Guerre mondiale. Son sens rituel et liturgique est à la base des effets de présentation qu’il manie. Choisit-il de se montrer simple ? Il organise comme un pèlerinage sa marche annuelle sur la roche de Solutré. Une cour s’y presse, tentant de dépasser les journalistes pour figurer sur les clichés. On est loin des allures sportives de l’homme de Chamalières. La marche d’ailleurs est son instrument pour créer une illusion de sagesse. L’une des affiches les mieux mémorisées de l’histoire du socialisme reposait déjà sur cette association. En 1977, à l’occasion des élections municipales, le PS et Mitterrand demandent à Jacques Séguéla parmi d’autres une image pouvant rendre « la dimension politique du personnage (...), sa dimension humaine (...) et sa dimension intellectuelle41 ». L’équipe de RSCG aboutit au slogan final : « le socialisme une idée qui fait son chemin ». Les concepteurs ajoutent le nom de François Mitterrand comme une signature et des guillemets pour accentuer l’effet de citation. Gilles Bensimon réalise la photographie lors d’une promenade dans les Landes.

34Le lien avec les publicitaires ne se limite pas à la production d’affiches. Mitterrand s’entoure de nombreux spécialistes en communication, amateurs ou professionnels. Parmi ces derniers, outre Jacques Séguéla, on trouve des jeunes tel Éric Donfus et des moins jeunes comme Claude Marty, sans oublier ceux qui font partie du conseil en général et disent leur mot en matière d’image, Jacques Attali, Michel Charasse et last but not least Jacques Pilhan. Séguéla toutefois revendique d’avoir conseillé à François Mitterrand des changements d’attitude (relever le menton en signe de supériorité) et même provoqué la réduction des canines de vampire du leader socialiste.

35Ces concessions à la communication et leur usage bien toléré par l’opinion publique traduisent combien la France des années 1980 a digéré la communication politique et en a accepté l’évidence. Seuls quelques contestataires tentent de résister à ce glissement des manières d’être. Ils y voient un affadissement coupable du corps politique. Loin d’être une marque de civilisation des mœurs, la pacification des débats et la fin des insultes en guise de lutte verbale leur semblent la marque d’une dégénérescence de l’élan révolutionnaire. Et ils n’ont pas tort. La communication politique a tué le fantasme du grand soir au profit d’une utopie des petits pas, des petits gestes et de la maîtrise de soi. Même les débordements doivent être de bon goût.

  • 42 Une influence rappelée par Nobécourt (Jacques), « Italie : la mort de l’ancien président de la Rép (...)

36Les procédés outranciers du président Giscard d’Estaing sont oubliés. Ni François Mitterrand, ni Jacques Chirac ne les pratiquent. Ils ont bénéficié de l’acquis de cette expérience et, plus tard, tiré des enseignements de l’extraordinaire réussite d’un homologue transalpin : Sandro Pertini42.

  • 43 Sur Pertini, voir Caretti (Stefano), Degl’Innocenti (Maurizio), Sandro Pertini combattente per la (...)

37Pertini a été élu largement président, en 1978. Il est né en 1896 mais n’a rien d’un homme du xixe siècle43. Après la mort de Tito, en 1980, il est cependant le plus vieux chef d’État en exercice au monde. Sa vie politique a été marquée par un engagement antifasciste indéfectible, malgré des années de prison et d’exil. Il entame donc véritablement sa carrière au lendemain de la guerre qu’il a menée dans les rangs des partisans, dirigeant des unités militaires socialistes. Il est membre de la direction du PSI presque continuellement après 1945, même si sa position antibolchevique lui vaut une ostracisation pénible durant les années de la stratégie de Front entre PSI et PCI, particulièrement durant l’ère monrandienne. Revenu en grâce après la rupture avec le PCI, en 1956, il devient l’un des principaux parlementaires socialistes et est même élu président de la Chambre. C’est à l’occasion d’une de ses campagnes qu’il importe le système du train électoral des États-Unis. Il sillonne la Péninsule en prononçant d’innombrables discours (qu’il improvise suivant une trame) et en rencontrant toutes sortes d’auditoires. Cette précision pour dire son goût pour les bains de foule et sa capacité à créer un contact amical avec les individus de toutes les classes sociales. Toutefois, son accession à la présidence de la République lui offre un tout autre champ d’activité.

38Sa fonction est essentiellement symbolique. Le jeu parlementaire limite le rôle du chef de l’État. Ce dernier représente l’Italie, mais son poids politique est extrêmement faible en principe. Seule la désignation du président du Conseil lui confère une attention. Les partis politiques sont les véritables maîtres de l’arène. N’étant pas le patron du PSI, parti somme toute modeste par comparaison avec la DC et le PCI, Pertini doit trouver des ressources de popularité pour imposer sa volonté. Par ce biais seulement, il peut exercer une réelle autorité morale, car, à la fin des années 1970, l’Italie commence à connaître les premiers effets de la commercialisation politique et voit la publication plus régulière de sondages. S’il est populaire, le chef de l’État devient un véritable arbitre. Pertini l’a compris et se prête d’autant mieux à l’exercice qu’il possède d’immenses ressources d’humanité. Il connaît les ors de la République, mais il a vécu la pauvreté, travaillé de ses mains, subi la brutalité fasciste, la solitude et la tristesse devant la mort de camarades de lutte. Il a baigné dans le petit peuple socialiste du Nord comme du Sud de l’Italie et partagé, déjà, les peines de ses Fratelli d’Italia.

  • 44 Son fonds archivistique à Florence comprend 3700 photographies réparties dans 21 boîtes et 136 alb (...)

39Pertini ajoute donc à son rôle protocolaire une dimension nouvelle, celle d’un grand-père de la patrie44. Il la manifeste en se rendant dans tous les lieux où des Italiens sont confrontés à des émotions fortes, et il partage joie et douleur avec le public, sous le regard ravi de la presse. La période est d’ailleurs riche en violences puisqu’il est président pendant la phase aiguë de lutte contre les Brigades rouges. Le début de son mandat, le 8 juillet 1978, se situe peu après le tragique enlèvement et l’exécution d’Aldo Moro. Sur le plan protocolaire, il effectue un sans faute sachant maintenir un écart entre sa vie privée et son action publique. Avec Carla Voltolina-Pertini, il refuse de résider au Quirinal qui est son lieu de travail. Son épouse ne l’accompagne d’ailleurs presque jamais dans ses voyages officiels. Elle a son propre travail de psychologue. Elle est présente en revanche dans ses visites privées. Pertini, ensuite, est grand voyageur. Lors de ses déplacements, comme Gronchi en son temps, il n’hésite pas à exprimer son opinion politique. Son passé lui vaut d’ailleurs partout une grande admiration autant que l’étonnement pour celui qui est le plus vieux président du monde. Infatigable, Pertini l’est aussi pour apporter sa présence et son soutien aux victimes italiennes.

  • 45 Caretti (Stefano), Degl’Innocenti (Maurizio), Sandro Pertini combattente... op. cit., p. 195.
  • 46 ANSA, fonds numérique, 1981.
  • 47 Voir par exemple la caricature de Origone dans Il secolo XIX, 26 mars 1982, reproduite dans Carett (...)

40Quelques images restent dans les mémoires des Italiens comme sa présence au côté de la mère d’Alfredo Ampi, cet enfant tombé au fond d’un puits ; ses larmes émeuvent à l’enterrement d’un autre enfant, Stefano Tachè, tué lors de l’attentat contre la synagogue de Rome (1982)45... La liste est longue de ses déplacements vers des victimes. Il assiste bien sûr aux enterrements officiels ou à ceux de personnalités ayant accompli leur devoir jusqu’au bout (carabiniers victimes de la Mafia, magistrats ou syndicalistes assassinés par les terroristes) et va sur les lieux des catastrophes. L’iconographie de l’époque nous montre un homme au visage tendu, dont les lunettes ne cachent pas un regard presque en colère contre des vies perdues. Il serre dans ses bras les proches, se tient présent tout en gardant une certaine discrétion. Cette sympathie qu’il exprime envers ses compatriotes se manifeste aussi dans les messages qu’il adresse au peuple italien plusieurs fois dans l’année. Mais sa popularité vient surtout de sa capacité à vivre à l’unisson avec les Italiens et à trouver le cliché qui manifeste cette syntonie. Au Liban, par exemple, il se laisse prendre souriant avec la mascotte du contingent italien46. En Espagne en 1982, il va plus loin. Lors de la finale de la coupe du monde de football qui oppose l’Italie à l’Allemagne, il se dresse bras levés quand l’Italie l’emporte, tel un tifoso. Il accueille ensuite les joueurs et revient en avion avec eux. À bord, il joue aux cartes avec Dino Zoff, le gardien, et Bearzote, l’entraîneur, avec la coupe posée sur la table. L’un parle, l’autre sourit ; Pertini fume la pipe. Sa pipe devient une sorte de marque de fabrique, une aubaine pour les caricaturistes. Avec ses lunettes, elle est le moyen de signifier en quelques traits le personnage. Elle renforce sa dimension de grand-père du peuple. Il manque la barbe pour composer Babo natale. La distance au protocole compose la figure d’un homme indépendant qui agit selon ses envies47.

  • 48 Nobécourt (Jacques), « Saint-Just au Quirinal », Le Monde, 6 juillet 1982.

41Tout cela explique que, malgré les difficultés de la lire, malgré la valse des gouvernements, Sandro Pertini ait joui tout au long de sa présidence d’une immense popularité dont chacun est conscient, dès cette époque. Le phénomène est particulièrement perçu en France où Pertini possède de nombreux amis et aime à venir se reposer. Lors de sa visite officielle en 1982, la presse française reconnaît unanimement sa valeur et son action. Pour le Monde, Jacques Nobécourt insiste sur sa capacité à mesurer ses actes et à évaluer leur impact médiatique48. Pertini, ajoute Nobécourt, s’est montré capable de restaurer une partie du cadre institutionnel et de faire émerger des personnalités nouvelles comme Giovanni Spadolini, dont l’action aide au redressement de l’Italie, grâce à sa méthode habile d’intervention. L’exemple s’impose en France et après son départ de la présidence, en 1985, Sandro Pertini y conserve une audience particulière.

42François Mitterrand, bousculé par les élections législatives de mars 1986, choisit de s’inspirer de ces procédés pour construire une figure de présidentiable mise à mal par la cohabitation. L’amusant est que Jacques Chirac, le Premier ministre d’alors, fait le même choix quand, à son tour, il est confronté à la cohabitation. Le comportement est ramené à une tactique : construire un haut niveau d’opinions favorables en jouant sur les sentiments collectifs afin d’intervenir sur le terrain politique et de se poser en gardien des institutions et donc en maître du jeu. L’image est subordonnée à la tactique et devient le seul objet de politique. En même temps, elle impose des attitudes.

  • 49 Mariot (Nicolas), Les voyages présidentiels... op. cit.

43Chirac comme Mitterrand doivent fréquenter les stades et se montrer proches de leur équipe de football. En cas d’absence, les télégrammes ne suffisent pas. Il faut organiser des cérémonies. Les victoires sportives doivent être portées au crédit des chefs de l’État : il n’y a pas de petit profit... Les deux hommes entreprennent de nombreuses visites dans les régions françaises, favorisant les rencontres avec la population et jonglant avec le rituel de ces voyages officiels pour être placés au centre de l’attention et rassembler49. Ils profitent des moyens de la présidence pour être les premiers sur les lieux de drame ou de joie collective, parvenant parfois à devancer les ministres concernés. Pour les présidents, la politique extérieure est un outil permettant d’affirmer leur supériorité. Ils profitent des voyages pour créer des événements de politique intérieure, prononçant d’intempestives déclarations sur la conduite des affaires et feignant de jouer un rôle déterminant dans celles du monde. Le plus comique dans ce type de procédure fut atteint lorsque Jacques Chirac se vanta d’avoir été le premier chef d’État à rencontrer George W. Bush pour préciser ensuite qu’il ne s’était rien dit lors de ce premier entretien : une simple prise de contact. L’image pourtant, retransmise par les chaînes de télévision et les journaux, devait renforcer sa compétence internationale.

  • 50 INA, reportage de 1984.

44La figure de Mitterrand tira à l’évidence un immense profit de cette tactique. La « tontonmania » en fut l’expression sensible. Le disciple français avait dépassé le maître italien. Chapeau et écharpe remplaçaient lunettes et pipe. La chronique présidentielle retrouvait même des traits affadis du giscardisme dans l’exaltation de ses manies. Les chiens tinrent aussi le devant de la scène. Mitterrand sut ainsi distiller des images de sa vie privée, finement choisies pour rendre une atmosphère familiale traditionnelle et des relations paternelles avec ses fils. Des reportages, notamment conservés à l’Ina, le montrent rue de Bièvre, le matin, avant d’entamer sa journée de travail. Car, comme Pertini, il a conservé son logement et son installation à l’Élysée n’est due qu’à son travail50.

45S’approfondit ainsi la tendance ouverte par Valéry Giscard d’Estaing à créer une vie privée imaginaire, en guise de garantie de l’action publique. Sur ce point, la fiction mitterrandienne fut remarquablement maîtrisée en dépit du nombre de personnes impliquées dans la préservation de ses secrets. Les révélations de la fin du septennat et les nouvelles images familiales furent insérées dans cette légende d’un homme intègre et libre, jusque dans ses mensonges.

46Ces comportements secondaires sont contingents par rapport à la « publicitarisation » des institutions politiques. La présidence de Valéry Giscard d’Estaing a imposé un principe utilitariste dans la mise en scène de la politique. L’attitude nouvelle qui en découle a pesé d’abord sur les présidents en les contraignant à rendre publique une fraction de leurs activités personnelles afin de confirmer leur valeur en tant que produit sur le marché des opinions. Cette démarche, initialement volontaire, finit par être subie.

47En second lieu, la « publicitarisation » entraîne la nécessité de donner à toute activité politique une détermination de sens supplémentaire dont la fin est de valoriser les acteurs. Ainsi, la routine des rencontres gouvernementales ou partisanes fut d’abord modifiée par des effets d’annonce préalables avant qu’elles ne deviennent des lieux de promotion personnelle et même commerciale.

LA PROMOTION MÉDIATIQUE

48À partir des années 1960, le compte rendu iconique des activités institutionnelles gagne en régularité. En Italie, l’agence ANSA commence à garantir le suivi en images des nominations gouvernementales ainsi que des principales interventions ministérielles. En France, il en va de même, car l’AFP, depuis la Seconde Guerre mondiale, a décidé de devenir aussi une agence d’images pour ses abonnés. Il est vrai que le marché de la presse illustré est florissant et qu’à ce moment sont atteints les plus grands tirages de la presse magazine, un titre comme Life imprimant environ 8 millions d’exemplaires. En France et en Italie, outre la presse magazine, se développent des périodiques populaires comme Match, Point de vue, Epoca ou Gente.

49L’accélération de la demande explique donc l’inflation de l’offre visuelle professionnelle. S’y ajoutent toutes les images d’amateurs ou de semi-professionnels, parfois proposées aux agences photographiques de presse et d’autres fois directement aux journaux. Ce qui est vrai pour la photographie le devient pour le film avec le super 8 et le 16 mm, puis pour la télévision avec la commercialisation de caméscopes amateurs, dès les années 1970. Le succès de l’agence Magnum encourage aussi d’autres photographes à créer leurs propres entreprises, Gamma puis Sigma puis Sipa, sans omettre les classiques Roger-Viollet ou Keystone.

50Les actualités filmées connaissent une période faste jusqu’aux années 1960, puis déclinent et disparaissent en 1975, sans qu’on le réalise. La télévision a pris le relais et devient, dès les années 1960, un support susceptible de restituer les événements, voire de les créer. Le fait que les agences mettent désormais en vente des personnalités politiques vues sur des écrans de télévision dit assez que la médiation est devenue l’objet de l’attention et qu’elle constitue un des paramètres pour évaluer la qualité d’une posture ou la valeur d’un orateur.

  • 51 AFP, fonds manuels, carton élections 1934-1958, la série sur le lancement de la Ve République, ou (...)
  • 52 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1960-1970, planches « la campagne électora (...)
  • 53 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1970-1977, planches élections, « Débat Gis (...)

51Le cas de l’AFP est exemplaire dans ce domaine. Initialement, les photographies couvraient les prestations des dirigeants politiques ou les grands meetings. Cette pratique est encore visible en 195851. À partir de 1965, avec l’introduction de la campagne télévisée, des images des candidats sur les écrans52 sont proposées en concurrence avec leurs prestations lors des débats radiophoniques. Les images d’agences sont ainsi parallèles à d’autres processus de médiatisation. On retrouve ce dispositif lors des présidentielles de 1969 et de 1974 même si l’attention se porte essentiellement alors sur le débat du 10 mai 1974 entre Giscard et Mitterrand. Précisons qu’une photographie du débat, radiophonique cette fois, entre les deux hommes, le 25 avril 1974, était accompagnée d’un commentaire sur une incivilité : « M. Giscard d’Estaing arrivant et ignorant M. Mitterrand déjà assis53 ». Inversement, lors de leur débat sur RTL, le 3 mai 1974, l’insistance portait sur la bonne éducation :

  • 54 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1970-1977, planches élections, « Débat rad (...)

Les deux principaux concurrents dans la course à la présidence se sont retrouvés face à face hier soir au cours d’un débat radiophonique, pour la dernière fois avant le scrutin du 5 mai, mais se sont abstenus avec soin de toute attaque personnelle. À la fin de l’émission, les deux candidats se sont serrés la main (notre photo)54.

  • 55 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1960-1970, planches « Début de la campagne (...)

52Même les élections législatives sont gagnées par ce procédé et, en 1967, les écrans étaient aussi là55.

  • 56 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1970-1977, planches élections municipales (...)
  • 57 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1970-1977, planches élections, page sans d (...)

53Dix ans, plus tard, en 1977 pour les municipales, les photographies montrent un Jacques Chirac arrivant très souriant dans les studios de TF1 et serrant la main de son adversaire direct, Georges Sarre, non moins souriant56. Le commentaire soulignait l’accord entre les deux hommes pour dire que la gauche avait une chance de l’emporter. À l’issue du premier tour, les dirigeants de partis (dont Jacques Chirac, Roger-Gérard Schwarzenberg et Georges Marchais) avaient commenté les résultats. Les quatre candidats du second tour s’étaient d’ailleurs retrouvés à la radio (15-3-77, sur France Inter) et à la télévision (le 17-3-77, TF1)57. La véritable nouveauté de l’AFP est d’avoir pris la première page du quotidien France-Soir au lendemain des élections du second tour. La photographie de couverture sous le titre sur cinq colonnes, « La punition », reproduisait un cliché pris la veille au soir, au QG du RPR rue de Lille, où Jacques Chirac, assis, jambes croisées, se rongeait les ongles en regardant anxieusement François Mitterrand commentant doctement les résultats à la télévision. Ce cliché accomplissait presque une boucle dans le circuit médiatique : l’AFP mettait à la disposition de ses abonnés une photographie de la première page d’un quotidien montrant une télévision ! Était-ce une manière d’accentuer la véracité d’un événement ou la simple démonstration de la centralité des médias ? Les élections suivantes, en particulier les présidentielles, poursuivent ce basculement sur la sphère des médias. En 1981, les photographes, victimes de la prééminence télévisuelle, sont amenés à prendre les caméras mises en place pour la cérémonie du Panthéon.

  • 58 AFP, fonds manuels, élections présidentielles 1988.

54À partir de 1985, l’AFP propose directement des images à ses abonnés sur le fil, c’est-à-dire au fur et à mesure des arrivées. Elle s’impose à cette époque véritablement en agence mondiale d’images, fournissant des documents sur les grands événements planétaires et signant des accords avec d’autres agences nationales pour la commercialisation de leurs clichés (l’ANSA par exemple). Ce développement explique en partie l’attention spécifique pour la médiatisation. Il accentue le penchant à présenter la politique soumise au pouvoir des images. En 1988, de fait, l’écran de télévision montre certes un homme politique, mais ceux qui le regardent sont cette fois des « Français moyens », si l’on prend l’une des premières images de la campagne passées sur le fil par l’AFP58. Le trait peut sembler anecdotique et chacun se souvient que, dès 1960, la presse américaine avait utilisé ce système pour évoquer la popularité de Kennedy. Or en France l’usage n’était pas acquis d’utiliser des inconnus pour accentuer la participation des spectateurs dans l’image. Les témoins anonymes du programme télévisuel sont, en effet, assis autour d’une table et regardent le petit écran. Ils accomplissent un geste anodin. Des verres et des bouteilles renvoient à une sociabilité d’apéritif plus amicale que familiale et interpellent le lecteur sur sa propre soirée. La dignité politique disparaît, noyée dans les plaisirs quotidiens.

  • 59 AFP, fonds manuel après 1985, séries élections, sous thème « élections présidentielles », 02-05-19 (...)
  • 60 Par exemple, AFP, fonds manuel après 1985, séries élections, sous thème « élections présidentielle (...)
  • 61 AFP, fonds manuel après 1985, séries élections, sous thème « élections présidentielles », 07-05-19 (...)

55Le cliché devient un classique. En 1995, ce sont même deux photographies de ce type qui sont proposées aux clients, au lendemain du grand débat entre Chirac et Jospin. La première souligne la jeunesse d’une spectatrice59. La seconde était prise chez des partisans de Jacques Chirac60. Dans le même temps, l’attention des photographes de presse est davantage attirée par les spectateurs. Dès 1974, quelques photographies s’arrêtaient sur la célébration de la victoire présidentielle. En 1981, elle sont plus nombreuses, en particulier lors de la journée et de la cérémonie d’investiture. En 1988, les manifestations de joie sont moins présentes. En 1995, en revanche, le nombre d’images fixant la liesse populaire est plus important que jamais. La présidentielle est ramenée à une fête avec des symboles inspirés par l’occasion : autocollant sur les vêtements, agitation de banderoles, de panneaux, de drapeaux en faveur de la majorité présidentielle... Sur une photographie, une jeune femme mange une pomme par référence au symbole du livre programme de Jacques Chirac. Pour l’occasion, certains jouent sur la mémoire photographique. Une des images montre ainsi une jeune femme embrassant son compagnon tandis, que sur ses fesses, on peut lire : « Chirac pour l’égalité des chances61 ».

56Avec l’habitude de marquer son appartenance par des objets, le comportement des hommes politiques semble perdre en importance à l’image. Là encore, le lien avec la logique publicitaire et commerciale s’impose. Les gadgets électoraux sont l’objet d’un suivi par les photographes. Tout y passe comme en 1988 la création, outre les badges, les autocollants et les T-shirts devenus classiques, de peignoirs mis en vente par une entreprise : « Allez François », « Vas-y Raymond », « À toi Jacques ». En l’occurrence, l’absence d’un équivalent pour les candidats moins soutenus dans l’opinion renforce l’impression de parallèle entre marketing politique et marketing tout court.

  • 62 Voir pour un cadre Duccini (Hélène), La télévision et ses mises en scène, Paris, Nathan, 1998, 128 (...)

57La place acquise par les grands médias de masse entraîne des attitudes nouvelles chez les hommes politiques et nécessite certaines postures neuves. D’abord le maquillage est devenu monnaie courante dans un secteur où pendant longtemps on avait estimé que la virilité supposait l’absence d’artifice. Dès les années 1950, avec la contrainte des contrastes, les personnalités politiques se sont soumises à ce nouvel impératif. Certains, pour gagner du temps, accentuer leur bonne mine et se prémunir des allergies, ont choisi de bronzer afin de mieux paraître à l’image. Cela implique un temps passé devant des lampes spéciales ou de se tenir dans des endroits ensoleillés pendant les heures de loisir. Sans doute les Italiens et les hommes du Sud de la France bénéficient-ils d’un avantage à cet égard. De la même manière, des couleurs furent longtemps interdites car elles rendaient mal à l’écran : le bleu, les rayures, certains verts... Les progrès techniques réduisirent cette contrainte. L’autre dimension, rarement prise en compte, est la mise en scène de plateau. Celle-ci impose aux leaders de rester assis pendant le tournage ou de respecter des marques. Le cadrage a ses nécessités62 et la position des caméras a été pensée suivant une disposition précise des participants. La seule possibilité est de changer de place pour éviter une promiscuité gênante avec certains adversaires ou partenaires. Rares pourtant sont ceux qui refusèrent de rester sur les plateaux, comme les communistes, ulcérés par la présence des membres du Front national, lors des élections municipales de 1983. En Italie, la médiation des journalistes évitait de tels conflits de mise en scène, jusque dans les années 1990. Les face-à-face y étaient rares contrairement à la pratique française, depuis 1974. Le premier véritable débat transalpin entre coalitions adverses eut lieu en 1996, après de fastidieuses négociations. Le dispositif scénique opposait deux camps sur le plateau. La gestion de la parole fut difficile et effraya un temps les producteurs. Pourtant, le style du face-à-face s’est imposé depuis, montrant la progression de la bipolarisation.

58Les genres télévisuels ont créé des contraintes comportementales particulières. En dehors des fictions, sept genres d’émissions ont contribué à la présence des hommes politiques à la télévision.

591o) Celui qui a laissé le moins de place dans les mémoires est la campagne officielle. Il a pourtant contribué à l’acclimatation du personnel politique avec le petit écran. Dans les débuts, les hommes politiques étaient pris dans des décors sobres, en plan rapproché, avec une faible variation des séquences. À partir des années 1980, les dispositifs se sont enrichis par la présence de plusieurs élus ou par l’emploi de journalistes de télévision pour des interviews factices avec les candidats. Factices dans la mesure où les questions avaient été définies au préalable et où les partis finançaient ces productions. Les spots de campagne, comme celui de François Mitterrand en 1988, sont l’ultime référence à ce type de programmes devenus moins figés et où des séquences filmées en extérieur alternent avec des mise en scènes de plateau. La tendance de ces productions est de se rapprocher toujours davantage des produits télévisuels de leur temps afin d’éviter d’être trop décalés par rapport aux habitudes des spectateurs et de s’assurer une attention maximale. Pour l’heure, les meilleures réalisations techniques – celles des formations les plus nanties – sont handicapées par leur passage au côté de productions de mauvaise qualité qui conduisent les spectateurs à fuir ces programmes et à les regarder avec une nuance de gouaille.

  • 63 Voir Bonnafous (Simone), « L’argumentation de Jean-Marie Le Pen dans le 7/7 du 26/2/95 », L’image (...)

602o) Le deuxième genre en importance est celui des émissions politiques. Ces programmes sont très différents puisque l’on peut inclure dans cet ensemble des débats entre hommes politiques, des plateaux où ceux-ci voisinent avec des novices ou retrouvent les journalistes politiques. Ces émissions dites politiques répondent cependant à des critères identiques. Le temps de parole est pesé et les acteurs partisans qui s’y retrouvent ne peuvent pas monopoliser l’intégralité du passage. Ils doivent ainsi arbitrer entre des priorités dans leur discours et jouer avec les contraintes posées par leurs adversaires ou les journalistes. Deux émissions historiques permettent d’évoquer ce jeu. La première est L’Heure de vérité qui fut le rendez-vous politique le plus durable de l’histoire de la télévision, en dépit de ses changements de formule et d’horaire. Elle était dirigée par un journaliste de référence, François-Henri de Virieux (qui fut maire de Marly-le-Roi) et se terminait par une sorte de cérémonie au son d’un générique aux accents tragiques : la signature du livre d’or de l’émission où les invités laissaient une phrase en guise de conclusion. Le dispositif scénique qui fit longtemps le succès de l’émission était de mettre l’homme politique sur une estrade, face à un interviewer, journaliste dans un grand média. La difficulté était d’être assis, de face, sous les projecteurs sans disposer d’un véritable pupitre. Cette position gênait certains orateurs et en favorisait d’autres. Clairement, la position assise due à l’impéritie de la réalisation contraignait l’éloquence de ces orateurs à se limiter au jeu de la conversation. Impossible de déclamer. Mieux valait pour retenir l’attention réagir, affronter, braver, provoquer, moquer, piquer, amuser... Des sondages-minute, tenus par Jérôme Jaffré de la Sofrès, indiquaient au cours de l’émission si les orateurs étaient convaincants ou non. Les grands polémistes l’emportaient sur des journalistes dont les questions servaient de faire-valoir parfois involontaire et séduisaient les spectateurs sans que la réussite sur le moment ait forcément des incidences à long terme. L’émission eut cependant des effets de cristallisation de phénomènes politiques durables. Jean-Marie Le Pen fut intronisé par ses passages dans l’émission63. Laurent Fabius acquit une réputation de sincérité quand, déçu de n’avoir pas convaincu, il reprit la parole quelques instants et obtint l’assentiment de l’échantillon de sondés. Charles Pasqua gagna ses galons de valeur sûre de la droite sur ce plateau. L’étrange est que l’éloquence qui se déployait en ces occasions différait fortement de celle que demandaient les actions traditionnelles de la vie politique : les discours de meeting ou les prises de paroles en comités restreints. Il en va de même de l’autre type d’émissions politiques, celles directement liées au contexte électoral. Les débats de campagne électorale en relèvent. Ils sont indépendants de la campagne officielle. Ils nécessitent un accord des partis sur la date et les modalités voire, dans le cas des présidentielles, sur la technique vidéographique. Rien dans la Constitution n’oblige les candidats à ces prestations qu’ils jugent toutefois suffisamment bénéfiques pour s’y livrer avec régularité depuis 1958, que ce soit à l’occasion des élections présidentielles à partir de 1974 (De Gaulle avait préféré un débat avec un journaliste de son choix en 1965), ou d’autres types de scrutin. Ce ne sont alors pas toujours les véritables leaders qui y participent. Les chefs d’État notamment n’apparaissent pas sur les plateaux électoraux des législatives ou des élections locales. Seul, à l’occasion du référendum sur la monnaie unique en 1992, François Mitterrand avait accepté de débattre avec des journalistes avant d’affronter Philippe Seguin, érigé en porte-parole du « non ». Il se déplaçait sur un vaste plateau au fil de l’émission. Étrange pérégrination dans un univers où les orateurs adverses restaient figés sur leur siège.

61Moins originaux sont les commentaires récurrents des résultats au soir des élections. Le scénario varie peu. Les représentants des partis attendent les estimations, puis se livrent à une interprétation au cours de laquelle ils polémiquent, mais un peu tard. Depuis les années 1980, ce genre tourne au rite et les soirées électorales réunissent des porte-parole qui passent d’une chaîne à l’autre et croisent le fer en commentant les propos des grands dirigeants politiques qui s’expriment depuis leur quartier général ou une autre chaîne ! Le dispositif du plateau privilégiant fréquemment le tour de table alterne ainsi avec des images extérieures en plan fixe où les acteurs se tiennent derrière un pupitre. Ces deux procédés de scénarisation tentent de rompre la monotonie et exercent une fascination qui engendre des sociabilités civiques par des écoutes collectives alors même que 97 % des ménages sont aujourd’hui équipés de récepteurs.

623o) En troisième lieu, ce sont les émissions de réflexion non politiques qui sont l’occasion d’attitudes particulières. Se placent dans cette catégorie des émissions-débats grand public, forme atténuée des talk shows, au cours desquels des novices, des spécialistes, des journalistes ou des acteurs sociaux débattent des questions de sociétés avec des élus (parfois ministres) de la majorité ou de l’opposition. On y retrouve des attitudes similaires à celles des émissions de débat politique, si ce n’est, en certaines occasions, l’usage d’un ton moins tranchant, de postures d’écoute attentives et des élans d’émotion visibles. Bouillon de culture, la Marche du siècle ont appartenu, chacune en son temps, à ce genre. À ce propos, une émission montre assez le statut privilégié du pouvoir dans ces mises en scène. L’ancien ministre Claude Allègre, ainsi invité par Bernard Pivot dans une émission consacrée à la rentrée et aux problèmes de l’école, est placé à la droite de l’animateur. De l’autre côté, toujours proche de Pivot, se trouve un ancien chef de cabinet de François Bayrou, lui aussi auteur d’un livre de réflexion sur l’école. Au-delà vient la piétaille des professeurs ayant réfléchi, eux aussi, aux difficultés qu’ils vivent quotidiennement et dont la parole est ramenée, par la structure même du plateau et du débat, à des témoignages partiels donc partiaux. La hiérarchie politique se doublait dira-t-on de la hiérarchie économique car, de tous, le livre de Claude Allègre était celui qui réalisait le plus gros chiffre de ventes.

  • 64 Pris au fil des auditions et de la lecture des comptes rendus : Jean Tiberi à propos de Philippe S (...)

634o) L’interview, dont les contraintes ont évolué, a connu une évolution similaire à celles des émissions officielles. D’une part, le genre s’est renouvelé par l’adjonction d’un nombre de journalistes plus grand au fil du temps. Cet aménagement, qui a conduit à la mise en place des programmes politiques, vaut pour la télévision comme pour la radio. La « publicitarisation » du genre est devenue perceptible dans la nature même des formules utilisées par les hommes politiques et dans la volonté des interviewers de varier les questions et les approches, tant pour surprendre leurs interlocuteurs que pour maintenir une sorte de suspens chez l’auditeur. L’un des grands professionnels du genre, Jean-Pierre Elkabbach, possède au plus haut point cette technique qui consiste à alterner questions courtes et questions longues, à sortir des objectifs directs de l’interview en posant une question sur « l’homme » ou sur « la femme » qui vit les événements avant de revenir au thème d’actualité justifiant son interview. Rien de violent ni de déplacé, mais une manière de faire parler sans disserter. Dans ce contexte, la part de l’humour tend à s’accroître. Parmi les formules qui doivent ressortir de ces programmes repris parfois dans les informations se trouvent des déclarations sur des décisions mais, surtout, des piques et des saillies. Le bon mot doit faire rire et réfléchir aujourd’hui64. Naguère, il devait avoir des allures de maximes, illustrer une sagesse.

645o) Les informations sont un autre type de programmes dans lequel apparaissent les hommes politiques. S’agissant du journal télévisé, l’enjeu ne se situe pas uniquement dans les reportages, sur lesquels nous reviendrons. Il inclut aussi les invitations sur le plateau du journal, fréquentes durant les années 1980, donnant même l’occasion à de micro-débats partiels. Le phénomène exerçait une telle attraction que la Cinquième chaîne, disparue depuis, avait mis en place après son journal de la mi-journée un court débat contradictoire dans lequel des hommes politiques se faisaient souvent face. La présence de ces invités partisans tend à se réduire, mais l’approche des périodes électorales favorise le retour de ce type de dispositif. La radio utilise beaucoup ce dispositif qui créé une agréable tension pour les auditeurs.

656o) Les reportages sont un genre complexe. Ils sont subordonnés au type d’émission où ils s’insèrent. Lorsqu’ils sont consacrés à un personnage politique toutefois, ils tentent de dresser le bilan d’une personnalité et de la charge qu’elle exerce. Ces portraits en images animées rappellent les lointains portraits de notables que l’Illustration adjoignait à ses articles à la fin du xixe siècle afin de rendre compte des hommes et des institutions. L’image se conjugue au texte en pensant donner des indications significatives sur une psychologie, des ressources, un réseau et des méthodes d’action. Cette tendance à suivre l’homme en action n’est pas nouvelle. Dans les années 1960 et 1970 déjà, des portraits d’hommes politiques étaient visibles non seulement dans les rares magazines d’information mais encore dans le journal. Par ce moyen, notamment lors des élections municipales, des chaînes comme Antenne 2 ou TF 1 dressaient la carte des duels marquants en France. Le procédé assurait une forme de dramatisation de la vie publique alors même que les portraits étaient assez favorables aux divers candidats, essayant de ne pas prendre parti. Depuis la fin des années 1980, l’explosion des magazines d’information en termes d’audience a favorisé le développement des reportages et la production de documentaires d’actualité. Dans ce contexte, la politique connut aussi une transformation de l’intérêt. Les moyens techniques favorisaient désormais la mobilité. Les caméras légères et la possibilité d’obtenir un son convenable sans excès de personnel fournirent l’occasion de multiplier les sujets où l’on suivait un individu pas à pas, pendant une ou plusieurs journées. Le même phénomène se produisit pour certains hommes d’affaires particulièrement actifs, pris pour cibles par l’univers médiatique. La personnalisation des enquêtes n’était donc pas spécifique au politique, mais elle eut des effets sur la vision des hommes politiques. Ces derniers apparaissaient dans le cadre du travail : la mairie, le conseil général ou l’Assemblée nationale. Ils se montraient aussi lors de meetings ou de réunions plus étroites avec leurs proches collaborateurs, saisis surtout dans des cadres relevant sinon du privé du moins de la coulisse. Les reportages laissaient voir le trajet en voiture, l’attente avant de monter à la tribune, les couloirs où l’on croise des amis ou des adversaires avec une sociabilité spécifique.

66Cette nouvelle approche eut pour effet de fragiliser la séparation entre espace public et espace privé. Elle ouvrait la porte à une banalisation de l’homme politique dont la dignité ressortait péniblement à l’exercice de quelques tâches particulières, aux yeux du monde. Ainsi, le même phénomène courait tant dans les films sur François Mitterrand de 1984, où le président apparaissait en famille et à Latché avec quelques proches, que dans des montages des années 1990 sur Bruno Mégret, Dominique Strauss-Kahn ou Jean-Marie Le Pen. Ce dernier par exemple était filmé dans sa villa de Saint-Cloud faisant quelques mouvements de gymnastique, torse nu, en dépit de son âge avancé. Sa femme lui apportait un café. Alors que, sur d’autres prises, on retrouvait une véritable mise en scène du leadership. Il portait un blazer ou un costume et se tenait au garde-à-vous devant le drapeau ou passait en revue de jeunes scouts. Terrible ébranlement que cette ouverture au reportage pour ajouter une touche d’humanité à une image politique souvent construite sur des représentations nées d’un détail ! Il est vraisemblable que cette stratégie dans le cas de Jean-Marie Le Pen fut plus efficace que celle de Bruno Mégret encore insuffisamment habitué à jouer les séducteurs de caméra. Au jeu du dévoilement l’emporte celui qui a quelque chose d’attirant à montrer ou celui qui, en pratiquant l’ouverture, limite les investigations à la dimension officielle de sa fonction, en préservant toutefois la confidentialité des grandes décisions. Dominique Strauss-Kahn et Lionel Jospin ont eu cette capacité dans les reportages qui leur furent consacrés en 1997 et 1998. Laissant les caméras entrevoir une salle de travail, mais les priant de sortir durant celui-ci, ils recréaient du mystère dans des lieux à l’architecture connue mais à l’activité confidentielle. Sur ce secret tient encore un peu de l’illusion sacrale.

  • 65 Voir Le Monde, mai 1995.
  • 66 Parmi les comiques politiques, André Santini est sans doute le plus célèbre. Sur le traitement des (...)

677o) L’on comprend mieux pour cette raison les réactions violentes d’un grand nombre de citoyens quand ils voient apparaître des hommes politiques dans des émissions de variétés. Danièle Gilbert fut dans ce domaine une sorte de pionnière. Dans les années 1970, elle reçut régulièrement des hommes politiques dans son émission itinérante placée à 12h30. Ils venaient évoquer leur région et des anecdotes dans un programme dont l’objectif essentiel était de faire vendre quelques disques et des produits dérivés du show business. La génération politique post-mitterrandienne s’est adaptée à ces nouveaux espaces de monstration. Qui se souvient encore que Lionel Jospin, alors secrétaire du PS, avait chanté Les Feuilles mortes à la télévision et que d’autres de ses collègues, de gauche comme de droite, se sont livrés au rite de la chanson populaire dans les années 1980. Le débat qui suivit est devenu récurrent depuis lors, signe que le passage dans une émission de variété choque encore les vertus républicaines en rappelant trop la démagogie des anciens. Récemment encore, en 2000-2001, il réapparut quand certains candidats à la mairie de Paris se rendirent dans les émissions de Michel Drucker et de Thierry Ardisson. Le premier comme le second jouent à la limite des genres, se définissant comme des journalistes et assurant avoir préparé leurs enquêtes. Édouard Balladur en montra les limites : le même week-end, il participa à deux émissions dont la presse s’est fait l’écho critique. Chez Drucker, son allure décontractée, dont l’objectif était de séduire un éventuel électorat jeune, ne fut pas ébranlée. Il sut rire et l’on put croire un temps que ce méconnu avait de l’humour. La correction d’image avait réussi. Chez Ardisson, en revanche, après un début d’émission décontracté, il s’agaça et finit par retrouver avec ses interlocuteurs une agressivité et une distance dont il était coutumier. Lors des présidentielles de 1995, ses conseillers en communication avaient tenté une démarche similaire en lançant des slogans comportant le diminutif de « Doudou », qui ne lui est pas resté. Il avait aussi voulu marquer sa dimension populaire au cours d’épisodes symboliques comme ce voyage en auto-stop dénoncé comme une mascarade par ses détracteurs65. Son attitude dans l’émission de Thierry Ardisson fut interprétée comme une nouvelle erreur, une incapacité à garder son calme et à sortir de ses habitudes hautaines. Surtout, il était implicite qu’il s’était fourvoyé en se rendant sur ces plateaux. La démarche d’Édouard Balladur trahit la façon dont même la variété aujourd’hui, avec son impératif de sourire et d’humour, est devenue un critère de jugement de la personnalité politique et, de ce fait, impose une certaine éloquence aux élus. Les journaux télévisés espèrent d’ailleurs souvent un commentaire à chaud, humoristique, quand ils interviewent des hommes politiques au sortir de l’Assemblée66. Ils sont traités de la même façon que certains comiques

  • 67 La Repubblica, 21 mars, 2002. Il déclencha une polémique en parlant de « L’Italia di merda » à pro (...)

68La radio d’ailleurs ne déroge pas à cette évolution. Depuis quelques années déjà, les émissions d’humour qui se déroulent en fin de matinée sont l’occasion de rencontre avec des hommes politiques. Laurent Ruquier en a accéléré le mouvement, invitant par exemple des personnalités politiques à venir sur le plateau ou à intervenir par téléphone au cours de ses émissions successives. Là encore, les élus devaient trouver les ressources pour faire rire sans sombrer dans le ridicule. Cette nuance se ressent particulièrement quand c’est un candidat qui se prête au jeu, pensant y gagner quelques suffrages. Après Bertrand Delanoë et Philippe Séguin, Jean Tiberi s’est livré à cet exercice à deux reprises dans l’émission de Stéphane Bern « Le fou du roi », à l’hiver 2001. Mis au défi de lire un faux discours par Virginie Lemoine, il s’exécuta les deux fois non sans réticence et inquiétude, craignant un piège, qui, par chance pour lui, ne vint pas. Le maire de Paris fit quelques remarques grivoises et poussa (péniblement) la chansonnette. Dans le cas italien, les émissions de Maurizio Costanzo ou de Bruno Vespa ont mis en présence des vedettes du show business et des hommes politiques. Il en alla de même du Satiricon de Lutazzi, si détesté par la Casa delle Libertà67.

698o) La programmation tend donc toujours plus à mélanger les genres dans l’espoir de fédérer les publics et de regagner par la concentration des auditoires ce que l’existence des chaînes thématiques fait perdre par la spécialisation du public. De là, des hybrides. Nombre d’émissions se situent au carrefour du divertissement et de l’information. Le Vrai journal de Karl Zéro, pour Canal Plus, en est un des exemples les plus flagrants. Y alternent de fausses publicités, des reportages ironiques et de vraies interviews auxquelles les hommes politiques souscrivent avec complaisance. Karl Zéro, mué en interviewer, prétend les montrer sous un jour nouveau en usant systématiquement du tutoiement et en posant ses questions avec une certaine ironie et un style direct. Il parvient en effet à montrer ses interlocuteurs dans des postures inédites, mais l’information n’y gagne rien. À son encontre, le procès en déclin de dignité est dressé. Canal + a d’ailleurs renoncé à ce programme. Mais peut-on traiter un unique symptôme quand la maladie est généralisée ?

70Les comportements supposés par ces différents genres sont des ajustements de stratégies que tentent d’élaborer les hommes politiques en prise aux médias. L’usage de conseillers en communication facilite leur capacité à formuler des réponses plus ou moins adaptées. La communication politique suppose qu’ils acceptent de se mettre au service de mises en scène et de mises en forme qu’ils ne maîtrisent pratiquement plus à l’échelle macroscopique. Ils pensent devoir apparaître à l’écran de peur de se faire oublier. Ils sont persuadés qu’en politique comme en publicité une marque qui n’est pas vue ne peut l’emporter sur ses concurrents. Leur présence est donc dictée par un sentiment d’impératif de visibilité à tout prix. Une fois en présence des grands médias audiovisuels, elle doit se couler dans la programmation de façon à conserver le regard du spectateur et ne pas exercer un rôle répulsif, faute de quoi, l’auditoire fuyant le programme, ils ne seront plus invités. L’attention pour leur présentation répond donc aux critères dominant de la mode médiatique et, telles des stars, ils peuvent jouer sur leur « look » pour retenir les regards. Parallèlement, ils profitent d’occasions suscitées par le monde économique pour se mettre en avant et souligner leur travail pour la collectivité. La publicité les inspire, ici, directement. L’étude systématique des sorties de conseil des ministres met en évidence ces tactiques.

CHRONIQUES PHOTOGRAPHIQUES DU GOUVERNEMENT

71Quand il franchit les portes de l’Élysée, le ministre se trouve dans une cour pavée. S’il arrive en voiture, son chauffeur le laisse sur l’un des côtés et il franchit les derniers mètres en marchant, comme ses collègues venus à pied, accompagnés de leur escorte. Autour de lui, une nuée de journalistes s’amasse. Le ministre de l’Intérieur, celui de l’Économie et des Finances, le garde des Sceaux ou le ministre de l’Éducation nationale sont sollicités. Des voix fusent : « Une déclaration, Madame le ministre », « un mot pour Europe 1 »... Les photographes appellent, interpellent, afin que les regards se tournent dans leur direction. Les plus hardis utilisent le prénom : « Daniel... Élisabeth... Jean-Louis... Nicolas ». D’autres respectent la titulature officielle pour ne pas fâcher ou parce qu’ils n’ont pas la connivence des vieux routards avec le personnel politique. La scène se déroule aux pieds de l’escalier ou pendant que les ministres gravissent les marches du palais. Selon les moments, les jours, au gré du contexte ou de l’humeur, les grands commis se prêtent avec plus ou moins de grâce à la prise des clichés.

72Ces événements récurrents sont suivis par des professionnels d’agence comme de journaux. Les caméras des chaînes de télévision françaises sont présentes. Les photographes de l’AFP sont coutumiers de ce travail. Officiellement, le « suivi » est constant sur tous les conseils des ministres depuis 1985, date à laquelle l’agence est devenue une véritable agence photographique mondiale, mais le suivi français était organisé depuis 1978. La documentation est colossale et représente plusieurs dizaines de milliers d’images dont la majeure partie est stockée sous forme de fiches contacts. Les documents correspondant le mieux aux demandes éventuelles des clients ou les images les plus étonnantes sont proposées aux abonnés par voie télématique, « sur le fil ». La régularité des images renforce le sentiment de mise en scène qu’éprouve l’historien en regardant ces clichés, d’autant plus fort que certains ministres, dont les portefeuilles ne sont pas les plus importants, bénéficient d’une attention spécifique en raison de leur comportement qui retient l’œil des reporters.

73Quelques considérations générales semblent dicter les prises de vues des spécialistes. D’abord, ils essayent de rapporter des images des personnalités impliquées dans les faits d’actualité immédiate. Pour cette raison, les photographies des ministres qui viennent d’annoncer une réforme ou dont le Conseil a évoqué les dossiers sont passées sur le fil. Ensuite, les photographes et les cameramen saisissent des attitudes curieuses ou des comportements étonnants chez les hommes et les femmes politiques. Ils fixent de petites saynètes dont l’ambition est parfois d’éclairer un caractère, parfois de restituer par-delà les mimiques le climat du moment. Enfin, ils cherchent à prendre les personnalités les plus éminentes, celles dont le public attend régulièrement des images. Les archives photographiques de l’AFP sont ainsi un moyen de déceler les ténors des seconds rôles de la vie médiatique.

  • 68 AFP, fonds manuel, 20-05-95, no 71, photo de Pierre Boussel.
  • 69 AFP, fonds manuel, 13-05-88, staff, SB, « Jean-Pierre Chevènement franchit en souriant la haie imp (...)

74Les hommes politiques ne sont pas tous conscients des impératifs des journalistes. Dès le premier jour de leur entrée en fonction, cependant, ils se confrontent à la masse des reporters formant une haie qui les accompagne depuis leur véhicule jusqu’en haut du perron. Certains novices jouissent visiblement de ce moment avec une délectation lisible sur leur visage. La fierté, par exemple, est patente chez les femmes nommées dans le gouvernement Juppé première version. Élisabeth Hubert s’attarde devant les photographes avec un large sourire ; Christine Chauvet, arrivée avec Françoise de Panafieu, gravit l’escalier en bombant le torse. Colette Codaccioni est presque gênée. Jacques Toubon lui prend la main et « s’amuse à lui servir de guide68 ». Le couple éphémère se délecte de cette séance photographique. Même un habitué comme Jean-Pierre Chevènement, en 1988, montre des signes de jubilation en sortant du premier conseil des ministres du gouvernement Rocard. Il répond aux journalistes l’interpellant avec un indéniable plaisir69.

  • 70 Par exemple AFP, 14-01-87 où l’on voit attendant en grelottant dans le froid Michèle Barzach en co (...)

75La sortie du conseil des ministres devient ainsi une tribune pour se faire connaître et improviser de mini-conférences de presse au gré des sujets. Certains, comme Charles Pasqua, affectionnent le genre et n’hésitent pas à faire des déclarations dans les micros qui se tendent. D’autres s’attardent volontairement sur les perrons pour être sûr d’apparaître dans la presse. Parfois, ils sont aidés par la circulation difficile des véhicules venant les chercher et attendent leur tour en discutant70. D’autres préfèrent aller rapidement à leur voiture encore garée pour repartir immédiatement. La montée et la descente de voiture sont moins fréquemment prises que dans les années 1950-1960, voire dans l’entre-deux-guerres. La voiture devient cependant un enjeu en elle-même et montre clairement la dimension publicitaire de ces sorties de conseil des ministres.

  • 71 AFP, fonds manuel, 17-06-92, phot. Éric Feferberg/amr, la voiture était une 205 électrique Peugeot
  • 72 AFP, fonds manuel, 24-06-92, Michel Clément/ys. Pierre Joxe et Ségolène Royal en rajoutent, tourna (...)

76Après les premières démarches promotionnelles entreprises sous le septennat de Valéry Giscard d’Estaing, à plusieurs reprises les ministres se comportent, en effet, comme des agents de marques industrielles. En juillet 1984, par exemple, Roland Carraz et Édith Cresson profitent de leur présence commune dans la cour de l’Élysée pour y présenter la Renault « Espace ». Les deux ministres se font photographier à l’arrière du véhicule en grande discussion souriante, dans la meilleure tradition publicitaire. À la presse, ils détaillent les mérites de la nouvelle voiture. Ce type de promotion automobile est parfois couplé avec d’autres thèmes. C’est le cas notamment quand Ségolène Royal se rend à l’Élysée dans sa voiture de fonction non polluante en juin 199271. Pour n’être pas en reste, la semaine suivante, Pierre Joxe, alors ministre de la Défense, arrive dans un véhicule électrique de son ministère et reçoit les éloges de sa consœur de l’Environnement72.

77Les possibilités publicitaires sont suffisamment intégrées pour que les ministres s’en servent au profit de leur politique. Lionel Jospin, par exemple, profite de la présentation d’un livre pour attirer l’attention sur son ministère. Les photographes ne s’y trompent pas et transmettent des images illustrant l’intention. Les dépêches explicitent cette attitude :

  • 73 AFP, fonds manuel, 14-09-88, Jean-Loup Gautreau/SB.

Le ministre de l’Éducation nationale Lionel Jospin (g), portant à la main l’ouvrage « Petite histoire d’un grand ministère : l’Éducation nationale » quitte l’Élysée en compagnie du ministre de la Culture Jack Lang à l’issue du Conseil des ministres73.

  • 74 AFP, fonds manuel, 03-01-90, Clément/mcd, « Le ministre du travail, Jean-Pierre Soisson (G), admir (...)
  • 75 AFP, fonds manuel, 7-03-90.
  • 76 À ce moment d’ailleurs les partisans des radios libres avaient gêné l’accès de l’Élysée, mais n’av (...)

78Une autre fois, un ministre reçoit dans les mêmes circonstances un ballon dédicacé du club de foot de sa ville74. Plus tard, Pierre Bérégovoy exhibe la boîte d’un téléphone portable Matra75. La tribune ministérielle se transforme imperceptiblement en une fraction d’espace publique qui peut être négociée avec les politiques. Elle finit cependant par risquer de nuire aux intérêts du gouvernement quand un média lui-même s’en empare pour soutenir ses revendications. Pierre Joxe est ainsi « coincé » par un journaliste de La Cinq qui, devant les caméras, lui remet un dossier sur les difficultés de sa chaîne alors qu’il monte dans sa voiture. Cette logique contestataire, il est vrai, retrouvait les accents des manifestations devant les portes de l’Élysée qui se sont poursuivis même après 198176.

79Ces petits événements troublent sensiblement les attitudes des ministres. Le pas hâté des commis de l’État des années 1960 tend à devenir moins fréquent. La sortie du Conseil permet à ceux qui apprécient l’exercice de traîner devant la presse. Le départ à pied des ministres logés le plus près du palais est aussi l’occasion pour certains de glisser un mot ou de donner une bonne image aux reporters. Charles Pasqua sait en user, tout comme son successeur Nicolas Sarkozy.

80Les périodes de cohabitation renforcent le rôle des sorties de conseil. Les Premiers ministres profitent de cette tribune pour affirmer leur préséance au sein du gouvernement. Ils cherchent aussi à souligner la bonne entente de leur équipe. Leur sortie de la salle est l’occasion de montrer que le rôle présidentiel est secondaire et que seul le gouvernement annonce les mesures. Les porte-parole du gouvernement prennent le pas sur ceux de l’Élysée. Jacques Chirac, en particulier, a cherché à en jouer pour asseoir sa présence, prenant congé longuement des ministres et lâchant sur le perron quelques déclarations. Édouard Balladur fit de même. Lionel Jospin semble plus discret dans cette pratique. La conjoncture politique ajoute du piment, mais ne change pas le fond des attentes des professionnels de l’image. Il s’appuie sur des réflexes acquis au fil des années.

81La mode est une des clés de lecture essentielle de ce qui focalise l’attention des photographes. Elle montre aussi que les comportements des hommes politiques suivent les évolutions de leurs contemporains. Les modes vestimentaires, par exemple, s’alignent sur les habitudes du public.

  • 77 AFP, fonds manuel, 20-03-85, Michel Clément/GL, « Échange de civilités entre M. Jean-Pierre Chevèn (...)
  • 78 AFP, fonds manuel, 19-12-90, Michel Clément/mcd.
  • 79 AFP, fonds manuel, 4-12-91, Michel Clément/MP, manteau et chapeau noir.
  • 80 AFP, fonds manuel, 12-02-86.
  • 81 AFP, fonds manuel, 27-11-85.

82Trait caractéristique, le port du chapeau dans ces circonstances retient inévitablement les objectifs. Sans doute parce qu’il se raréfie, vraisemblablement aussi parce qu’il étonne les autres ministres eux-mêmes. Jean-Pierre Chevènement s’amusait ainsi à mimer le port du chapeau au côté de Gaston Defferre qui en portait un, lors des conseils de mars 198577. Le chapeau semble d’ailleurs davantage prisé à gauche dans les années 1980, sans doute à l’exemple de François Mitterrand. Ce dernier a commencé à le porter large et noir dès la fin des années 1970. Il conserve cet accessoire une fois parvenu à la présidence de la République. Sa tenue évoque autant la figure d’Aristide Bruant que celle de Blum quand il se rend de l’Élysée à la salle Marigny, chaque année lorsque la salle du Conseil est mobilisée pour les préparatifs de l’arbre de Noël78. Comme tout souverain, Mitterrand a ses imitateurs. Charasse se retrouve ainsi à suivre la mode du maître79. Georges Fillioud adopte provisoirement la chapka russe, sans préjuger de ses affinités politiques80 : cadeau d’une ambassade ou fierté d’une emplette. Robert Badinter, quant à lui, gardait son chapeau à la main81. Les socialistes poussent l’imitation du Président au-delà du couvre-chef. Nombre d’entre eux se rendent chez le couturier de la rive gauche adopté par Mitterrand sur les conseils de Jacques Séguéla. Marcel Lassance devient une sorte de tailleur du roi et de la cour.

  • 82 AFP, fonds manuel, 8-04-92, Jean-Loup Gautreau/ys, une pose avec un joli sourire pour être autant (...)
  • 83 AFP, fonds manuel, 20-06-89 et 17-07-89, le même jour Edwige Avice avait aussi une robe à pois.
  • 84 AFP, fonds manuel, 7-05-91.

83Les femmes échappent à l’imitation servile des chefs de parti. Leurs tenues longtemps strictes (tailleurs gris) gagnent en couleur et se diversifient dans les années 1980. Alice Saunier-Séité et Françoise Giroud s’opposaient au négligé bon genre des femmes socialistes dans les années 1970. L’alternance uniformise l’élégance classique mais chatoyante. Robes ou tailleurs à pois, manteau de fourrure et de toile composent une sorte de galerie du bon chic bon genre, d’Édith Cresson à Michèle Barzach ou Nicole Ameline. La jupe reste pratiquement le seul type de bas porté dans ces occasions même si, à la fin des années 1990, certaines femmes politiques introduisent le tailleur pantalon. La répartition gauche-droite ne change guère ces mœurs. La représentante de la gauche socialiste, Marie-Noëlle Lienemann, qui semble fière d’assister à son premier conseil des ministres et « salue longuement les photographes et cameramen le 8 avril à Paris, sur le perron du Palais de l’Élysée82 » ne diffère en rien de ses collègues du RPR ou de l’UDF. Pour les femmes, le vêtement peut être un atout pour retenir l’attention des photographes qui voient avec plaisir surgir des taches de couleur devant leurs objectifs et, ce, particulièrement depuis que les photographies en couleur se sont généralisées dans les agences. Simone Veil avait déjà expérimenté cette attention au rouge en particulier. Édith Cresson sut aussi tirer parti de la mode pour créer de ces micro-événements politiques. En juin 1989, elle vient au Conseil dans une chatoyante robe rouge à pois blancs83. Une autre fois, elle porte une écharpe Torrente dont la marque est visible, ce qui est souligné par la dépêche de l’AFP qui accompagne son image. Les femmes ministres sont ainsi des femmes du monde dans leur allure. Elles ne changent pas tellement plus souvent de costume que leurs homologues masculins qui s’efforcent aussi de suivre les tendances de leur milieu. Michel Noir est ainsi surpris par les photographes tandis qu’il inspecte le nouveau manteau de son collègue Madelin. Ces manteaux d’ailleurs tendent à se raréfier à partir du début des années 1990 et à être remplacés par des Battle dress en cuir. Élisabeth Guigou s’essaye occasionnellement comme ses collègues hommes au blouson de cuir84.

84La mode ministérielle reste donc dans les canons esthétiques de la bourgeoisie et maintient la classe politique dans la perspective d’une élite sociale au classicisme désarmant. Comme au début du xxe siècle, le costume ancre le politique dans une identité collective conformiste et les femmes ne s’en écartent guère malgré quelques jeux de couleurs eux-mêmes inscrits dans les usages sociaux élitistes. En Italie, les mêmes remarques peuvent être tirés des fonds de l’ANSA concernant l’activité gouvernementale.

  • 85 AFP, fonds manuel, 19-02-86.

85L’étonnant est de voir comment un instant de la vie ministérielle se mue en une scène médiatique où les acteurs cherchent à créer de petits événements pour retenir l’attention des hommes d’images. La perspective électoraliste explique parfois cette attitude. Ainsi en va-til de Georgina Dufoix distribuant les épreuves de son affiche pour les élections législatives et la dédicaçant sur le dos des personnes qui l’entourent85. La mécanique de cette quête de popularité dépasse cependant les seules périodes électorales. Elle montre la mutation de l’activité politique. La capacité à manœuvrer les preneurs d’images en devient le cœur. Le moindre changement est scruté par ces derniers. Ils cherchent des occasions pour rompre la routine des reportages. La conscience que les agenciers ont de la récurrence de leurs prises de vue transparaît paradoxalement dans certaines légendes.

  • 86 AFP, fonds manuel, 16-09-92, Michel Gangne/ys

Vue insolite de toutes les voitures des ministres du gouvernement dans la cour de l’hôtel Matignon, le 16 sep. Du fait de l’hospitalisation du chef de l’État, à l’hôpital Cochin pour une intervention à la prostate, le Premier ministre Pierre Bérégovoy a été chargé de présider le conseil des ministres à sa place conformément à la Constitution86.

86Le cliché montre les chauffeurs et les agents de sécurité désœuvrés devant les véhicules. L’inactivité ministérielle est renversée pour tenter de faire une image « insolite » dans la torpeur d’une scène mille fois répétée.

  • 87 AFP, fonds manuel, 10-06-92, Georges Bendrihem/mcd, « Le ministre de l’Environnement Ségolène Roya (...)

87Une autre fois, les photographes se penchent sur la grossesse de Ségolène Royal, façon simple de faire une image vendable sans trop d’effort87. Plus récemment, il en fut de même pour Florence Parly. Tout changement d’apparence est l’occasion d’une prise. Henri Nallet en a fait l’expérience.

  • 88 AFP, fonds manuel, 21-08-91, Michel Clément/mp.

Le garde des Sceaux, Henri Nallet souriant, est très photographié à la sortie du conseil des ministres, ce 21 août. à l’Élysée, ayant réapparu après ses vacances sans ses moustaches88.

  • 89 AFP, fonds manuel, gouvernement, photo de famille, 08-11-95.

88Ce rasage était dans le sens de l’histoire puisque l’on constate au niveau gouvernemental une réduction drastique du nombre de barbus et de moustachus, comparable à celle constatée dans les imagiers parlementaires. Hernu, Mexandeau, Pisani, Rossinot, Chérèque, Marchand, Kiejmann, Louis Besson ont été les rares défenseurs de cette présentation de soi. Le second gouvernement Juppé semble être le seul totalement imberbe dans l’histoire de France, du moins ne distingue-t-on aucune barbe ni moustache sur la photo de famille prise en novembre 199589. Tout aussi dictés par la recherche de l’anecdote sont ces clichés qui montrent la maladresse d’un ministre ou un geste incongru. Un Douste-Blazy ramassant une sacoche renversée ou un Jacques Chirac attendant près d’une fenêtre au-dessus du perron de l’Élysée, en parlant avec André Giraud, d’être reçu par François Mitterrand, pris en contre-plongée depuis le rez-de-chaussée.

89Ces rares écarts à la moyenne n’empêchent pas que se constitue une écriture routinière du comportement ministériel. Une série d’attitudes sont de longues dates symptomatiques des réunions gouvernementales. La montée des marches et leur descente au début et à la fin du Conseil sont la première composante de ces genres routiniers. La pérennisation de ce type d’images ne peut s’expliquer que par la fonction d’identification qu’elles peuvent remplir. Elles fixent le détenteur d’un portefeuille et permettent d’authentifier son visage et sa silhouette, au travail. Les clichés de poignée de mains doivent exercer une fonction similaire. En revanche, les images d’interview ou de déclaration aux journalistes devant une jungle de micros ressortissent d’un autre rôle. Les dépêches dans ce cas insistent sur un secteur et sur les décisions qui viennent d’être adoptées. L’image avalise donc la prise de position et la met en scène. L’illustration est pensée en contrepoint d’un article thématique. Sa fonction symbolique réside dans cette propension à décrire la volonté politique et l’action au pouvoir. Les apartés et les entretiens entre ministres sont enfin le dernier type d’images récurrent. Ils remplissent une fonction de plus en plus importante dans le monde politique : établir les relations humaines entre les hommes d’État.

90Chacun de ces genres a son cadrage photographique particulier. La montée des marches est prise en pied. Les déclarations et les interviews sont cadrées en buste. Les apartés sont en plan américain, voire en pied. On y distingue les traits et les attitudes corporelles, en particulier les bras. Les postures sont moins graves au fil des années, laissant penser que les discussions sont moins laborieuses qu’auparavant. Dans les années 1970, un Peyrefitte et un Galley échangeaient des dossiers sur le perron. Rien de tel sur les clichés plus contemporains. Les bons mots paraissent supplanter progressivement le travail. Désormais s’affichent des échanges humains.

  • 90 Par exemple AFP, fonds manuel, 02-04-86, Pierre Guillaud/as, 23-04-86, avec Léotard en plus, 11-06 (...)
  • 91 AFP, fonds manuel, 12-12-86, Pascal George/sb.
  • 92 AFP, fonds manuel, 23-09-87, Patrick Herzog/sb.

91La meilleure illustration de ce glissement est le couple Pasqua-Pandraud dans le gouvernement Chirac de cohabitation. Les deux responsables de la sécurité des Français sont souvent pris ensemble90. Ils manifestent une connivence souriante à l’image. Si Pasqua retient davantage l’attention des photographes, c’est par ses mimiques. Tantôt, il joue son Fernandel avec un large sourire enjôleur, tantôt, les joues gonflées91, il manifeste sa lassitude. Avec Pandraud, sa figure se tempère de pondération. Les deux hommes marchent ensemble, comme de paisibles serviteurs de l’État, regagnant à pied la place Beauvau92. La relation entre les deux hommes se veut un modèle de cordialité. Peu de couples ministériels sont parvenus à diffuser une telle image d’harmonie et de travail. Les relations entre Alain Juppé et Édouard Balladur ne donnent pas une impression similaire et retiennent moins les reporters. Il est vrai que les questions de sécurité l’emportaient alors largement sur les questions économiques dans la presse généraliste. Sans doute aussi les « gueules » exerçaient-elles une fascination différente.

92Certains visages en effet retiennent les photographes qui pensent nécessaire de fournir à l’agence des clichés des physiques séduisants de quelques élus. Des femmes bien sûr, comme Élisabeth Guigou et Michèle Barzach, bénéficient de cette attention supplémentaire. Mais elle touche aussi des hommes qui occupent des positions gouvernementales parfois secondaires mais reviennent davantage dans l’actualité photographique en raison de leur prestance ou de leur particularité. Ainsi en allait-il en 1986 d’Alain Madelin ou, en 2005, des images montrant le corps de Domnique de Villepin ou encore, à l’été 2006, de celles dévoilant les formes de Ségolène Royal. Sans exagérer cette propension, l’historien doit se rappeler que la séduction joue pleinement dans les choix esthétiques des photographes et des cameramen. Ces derniers pensent autant satisfaire le voyeurisme du public que sa tendance à aduler l’apparence du pouvoir.

OUTRANCES ÉLECTORALES

93Les gouvernements italiens n’offrent pas le même profil de réunions hebdomadaires muées en cérémonies médiatiques. Aucune cérémonie ne peut véritablement se comparer aux scènes du perron de l’Élysée. Seules les nominations de gouvernement et les prestations de serment fréquentes en raison de l’instabilité ministérielle peuvent être rapprochées terme à terme avec ce qui se joue en France depuis les années 1970. À Rome, la photographie de famille du gouvernement est prise en intérieur, au Quirinal, après que tous les ministres ont signé leur prise de fonction. Ils se placent autour du chef de l’État en un ou deux rangs. Sur les côtés, un peu à l’écart, on distingue selon les cadrages quelques fonctionnaires palatiaux attendant la fin de ce rite médiatique. En France, la photographie est pratiquement toujours prise à l’extérieur, sur les marches donnant sur le jardin. Comme en Italie, en revanche, les ministres se distribuent autour du président et du Premier ministre. Cependant, rien ne ressemble dans l’Hexagone à cette signature classique outre-Alpes de prise de fonction. Dans les deux pays, les scènes sont devenues toujours plus souriantes.

Tableau 19. LES MINISTRES SOURIANTS SUR LES PHOTOGRAPHIES DE GOUVERNEMENT

Tableau 19. LES MINISTRES SOURIANTS SUR LES PHOTOGRAPHIES DE GOUVERNEMENT

94Certains gouvernements semblent susciter davantage de liesse que d’autres, en dépit de la montée du sourire perceptible là aussi. Le gouvernement d’Édith Cresson est indubitablement plus souriant que celui de Pierre Bérégovoy sur sa photo de famille. Le gouvernement de Lamberto Dini paraissait sinistre comparativement à celui de Romano Prodi. Il ne faut toutefois pas exagérer la dimension psychologique de ces clichés. Les planches contacts de l’ANSA permettent de voir que souvent certains personnages sourient ou, inversement, sont graves sur d’autres versions réalisées presque au même moment. Par ailleurs, la présence de plusieurs photographes conduit parfois les ministres à ne pas savoir où poser leur regard.

95Le développement des sourires et le caractère faussement décontracté des attitudes renvoient donc bien dans les deux pays à une conception de la politique comme activité harmonieuse et lieu de jouissance plutôt que de souffrance. La chronique publicitaire gouvernementale trouve un début de réalisation en Italie dans les réceptions des visiteurs étrangers. Le président de la République et le président du Conseil profitent de cette occasion pour attirer l’attention de la presse sur leur personne. Tout cela reste cependant dans les limites de la liturgie républicaine.

  • 93 La Repubblica, 9-2-2002.
  • 94 La Repubblica, 21-6-2002.

96Les reporters-photographes de l’ANSA assurent un suivi routinier concernant les ministres dans leurs démarches individuels. Les critères de sélection des personnages correspondent à ceux qui valent en France pour les sorties de Conseil des ministres : poids du ministère et des décisions ; capacité personnelle à créer de l’événement ou prononcer des déclarations fracassantes ; qualité du comportement ou de la mise en scène. Parmi les meilleurs usagers de ces tactiques scopiques, Silvio Berlusconi. Le président du Conseil fit ainsi de petits gestes pas toujours bien interprétés pour retenir l’attention. Il commença par montrer que ses chaussures ne contenaient pas de talonnettes. Puis, lors d’une rencontre des ministres des Affaires étrangères européens, il fit les cornes au ministre espagnol, « pour rire »93. Il déclencha d’ailleurs une polémique à cette occasion et le suivi routinier d’un sommet politique déboucha sur un cliché à sensation. D’autres préfèrent appuyer leur visibilité sur les occasions offertes par leur charge. Vittorio Sgarbi fut de ceux-là lors du salon du Livre dédié à l’Italie, en 2002. Il profita de la polémique lancée par la ministre française de la Culture, Catherine Tas-ca pour organiser des conférences de presse. Son limogeage fut une autre occasion pour cet ancien chroniqueur télévisé de revenir sur le devant de la scène94.

  • 95 Par exemple Lamberto Dini dans le gouvernement Prodi, voir ANSA, fonds numérique, 18-12-96 pour la (...)
  • 96 Par exemple, ANSA, fonds numérique, 5-8-2001, Claudio Scajola posant avec son collègue allemand Ot (...)
  • 97 La photographie de son arrivée au premier Conseil des ministres le montre visage crispé, mains dan (...)
  • 98 Fini apparaît surtout sur les images de groupe, telle ANSA, fonds numérique, 26-03-2002.

97Dans cette course quotidienne à la visibilité, les ministres des Affaires étrangères ont un avantage95. Les réceptions de personnages officiels et les voyages à l’étranger toujours plus fréquents depuis la Seconde Guerre mondiale leur offrent des nombreuses opportunités d’être couverts par la presse internationale. Les photographes les suivent donc. Leurs homologues de l’Intérieur dépendent davantage de l’actualité96, tout comme les ministres de la Défense. Mais dans les deux cas, leur place retient l’attention des professionnels. Les autres ministres, quels que soient leurs dossiers, sont soumis à la règle de la popularité, testée par les sondages ou validée électorale-ment. Bossi, entré dans le gouvernement Berlusconi en juin 2001, sait manier les déclarations tonitruantes pour attirer le public97. Les photographes lui accordent finalement une place plus importante que celle réservée à Gianfranco Fini, pourtant vice-président du Conseil98.

  • 99 AFP, fonds manuel, ANSA, 14-06-87, le texte en anglais souligne l’intervention d’un employé tentan (...)

98Pour compléter l’analyse des comportements scopiques en Italie, un autre observatoire est nécessaire. Le plus adapté est l’arène électorale. Là s’y déploient des comportements qui sortent de l’ordinaire et participent de la politique scopique. Tous les partis politiques n’ont d’ailleurs pas su créer les mêmes conditions d’attraction des médias. L’un des plus habiles fut sans conteste le Parti radical de Marco Panella. Relancée par ce dernier au milieu des années 1970, l’antique formation politique joue les trouble-fête pour s’imposer et critique les grandes forces installées de longue date au pouvoir ou dans l’opposition. Panella, à l’aide de campagnes référendaires, bouscule les habitudes. Il profite aussi des élections nationales ou européennes pour chercher de nouveaux visages capables d’attirer l’opinion en séduisant les médias. Cette tactique de coups médiatiques fonctionne pleinement lorsqu’il promeut la candidature de la Cicciolina lors des élections de 1987, comme nous l’avons dit plus haut. L’actrice de charme effectue la campagne dans des tenues affriolantes et joue de sa fausse naïveté pour dénoncer la politique considérée comme une sorte de jeu corrompu. Les journalistes suivent ses frasques jusqu’au jour même du scrutin où elle apparaît en dévoilant ses seins devant l’urne et exhibant un ours en peluche qui fut sa mascotte de campagne99. Son élection fut considérée comme un symptôme grave de décadence de la démocratie italienne. Elle fit des émules et lors des municipales suivantes une autre beauté provocante devait lancer le Parti de l’amour en faisant campagne à force de distribution de baisers et de fleurs.

  • 100 Par exemple, le traitement d’un accident de voiture de la députée Gabriella Carlucci joue sur la f (...)

99Lors de ces mêmes élections législatives, la Ligue lombarde fit son apparition. La stratégie de son leader, Umberto Bossi, repose sur des prémisses voisines de celles de la Cicciolina. Par la provocation, il rompait avec les groupes dominants de la Démocratie chrétienne. Son vocabulaire se voulait populaire et incluait de fréquentes références sexuelles. Martelant ses phrases de ses poings fermés et usant de sa voix grave pour fustiger les niveaux d’imposition et les transferts financiers vers le sud de l’Italie, Bossi devait fonder une éloquence en rupture avec la classe politique. Par ce biais, il devait alimenter la chronique politique et véritablement participer à la remise en cause du système dominé depuis la guerre par la Démocratie chrétienne. C’est dans cette brèche que se sont engouffrées d’autres personnalités qui, à leur tour, ont cherché des moyens de peser sur les médias. La puissance de la Ligue dans le renouvellement du personnel politique et dans la volonté d’agir autrement que la précédente élite politique explique le sentiment effrayé du personnel de la Chambre devant les nouveaux arrivants en 1994. Irene Pivetti, nommée présidente de la Chambre, retenait l’attention des reporters qui la traitaient tantôt d’enfant gâtée da la République, tantôt de cœur à prendre, soignant les angles pour souligner ses attraits. D’autres femmes députées de la coalition de droite bénéficiaient aussi d’une attention particulière, telles de jeunes élues comme Alessandra Mussolini. Par un glissement sensible, la presse généraliste modifiait sa lecture politique suivant la nature des élus dont elle parlait. La presse populaire n’échappait pas non plus à ce travers100. Jeunes ou beaux, les descriptions évoquaient des itinéraires personnels et les questions se déplaçaient sur les attentes plutôt que sur les projets partisans. C’était aux élus de ramener le débat sur le terrain politique. Le phénomène fut sensible pour un homme comme Roberto Formigoni dont le célibat intriguait.

100Alors progressait la question de la réforme institutionnelle et que se posait celle du fédéralisme, sous le poids nouveau de la Ligue, les préoccupations en matière d’images ont pris un tour psychologique. Trois paramètres se croisaient pour dresser la carte des qualités des hommes politiques : l’intelligence, l’honnêteté et le charme (dans son sens le plus physique). Ces critères induisaient le potentiel de séduction des protagonistes. Ils se sont imposés lors des scrutins successifs à partir de 1992, autant à cause de réactions des électeurs que des choix des candidats. Lors des municipales de 1993, puis des législatives de 1994 et de 1996, la bipolarisation a facilité la construction de rôles projetés sur les prétendants aux suffrages. Ces rôles supposaient des postures spécifiques et combinaient les critères de séduction suivant une alchimie différente.

  • 101 Almeida (Fabrice d’), « La trasformazione dei linguaggi politici nell’Europa del Novecento », in R (...)

101Intelligent et brillant, donc plein de charme, tel fut le rôle endossé par Silvio Berlusconi101. Son comportement était brusque, ferme, très souriant, capable d’être cassant, notamment lors des conférences de presse où son humour taillait en pièces les journalistes opposants. Son entrée en politique a répondu aux règles de la tactique publicitaire puisque c’est une agence de publicité française qui a imaginé le logo de son parti et les couleurs de son drapeau et organisé l’ensemble de sa campagne de spots. Sa prise de position dans l’espace public s’est effectuée en quelques étapes décisives. D’abord, à la veille de l’été 1993, il a commencé à nouer des contacts avec des personnalités libérales et notamment Maurizio dell’Utri. Puis, à la rentrée, la structure préparatoire des clubs a été discrètement mise en place tandis que commençaient ses appels à l’organisation d’une force de droite modérée. Ensuite après la défaite des municipales, en décembre, la structure des clubs a été dévoilée. Dans ce dessein, Berlusconi prit la parole depuis un stade. Enfin, les messages publicitaires de son mouvement ont commencé à être diffusés en trois vagues à partir de janvier 1994. Dans le même temps, Silvio Berlusconi s’est construit une figure de tribun aimant la foule, résistant à ses gardes du corps pour aller saluer ses admirateurs, souriant sans cesse. Pour les campagnes successives, ses hommes ont mis en place une infrastructure permettant de dresser en quelques heures une salle de meeting à la couleur de ses clubs. La scénographie lui faisait la part belle et l’usage de micro sans fil l’autorisait à se déplacer sans difficulté en quittant son pupitre ou en revenant derrière selon les thèmes et les temps de son intervention. Un écran géant variant les plans et les cadrages mettait en scène ses interventions déjà vécues sur place comme des événements médiatiques. Ses shows politiques bénéficiaient d’appareils sonores puissants diffusant la musique des spots presque comme un hymne et transformant ses discours politiques en une fête. Fait significatif, le public était bien habillé et s’était rendu à ces invitations avec plaisir. Ses affiches de campagne montraient le PDG de la Fininvest avec un large sourire rayonnant sur fond de ciel bleu. Devenu gouvernant, Berlusconi maintient ce capital de sympathie. Lors de la formation de son gouvernement, il reçoit avec Oscar Luigi Scalfaro, le président de la République, les prestations de serment de ses ministres, les mains croisées devant lui, avec un léger sourire, presque intimidé. Ses déclarations au Parlement le montrent habile manœuvrier de la Chambre. Devant la presse, il continue de manier sourires et postures graves seyant à son statut de président du Conseil. D’une certaine manière, il corrige son image et en renforce la dimension providentielle. Entendons par là qu’il s’était présenté en 1994 comme la seule solution durable pour l’Italie, le seul détenteur de sens, alors que, dès le départ, ses thèmes de campagne sont choisis et testés suivant un marketing politique strict mené par la Diakron, un institut de sondage créé pour l’occasion. De là un soin pour sa mise en scène à la télévision où il refuse autant que possible d’être mis sur le même plan que les autres participants. De là aussi son soin du détail pour les campagnes et l’usage de petits trucs pour s’attacher les affections, procédés qu’il n’hésite pas à expliquer aux candidats de son parti : avoir les mains sèches et les essuyer sur un mouchoir régulièrement, sucer des bonbons pour avoir bonne haleine et trouver toujours un compliment pour ses interlocuteurs. Sciemment, Berlusconi paie de sa personne pour laisser une bonne impression dans le face-à-face et conserver une image positive dans les médias.

102Les trois adversaires successifs qui lui furent opposés entre 1993 et 2001 ont construit et maintenu un rôle différent. Achille Occhetto d’abord, puis Romano Prodi et Massimo D’Alema ont élaboré une image de leaders de gauche qui laissait de côté l’idée de brio et de charisme. Leur séduction prétendait s’ancrer dans la modestie et une certaine forme de discrétion, d’effacement. Romano Prodi en particulier a joué cette carte. Dès 1995, il se lançait sur les routes de l’Italie avec un autocar lui servant de camp de base et sillonnait la Péninsule. Lors de rencontres avec un nombre restreint d’auditeurs, il a construit une image d’homme compétent, à l’écoute de ses concitoyens, hors des feux de la rampe. Loin d’être un mauvais débatteur, comme il devait le démontrer lors des confrontations avec Berlusconi, il avançait ses convictions avec l’air de ne pas se préoccuper de la dimension médiatique des campagnes. Il savait cependant attirer l’attention des journalistes ne serait-ce qu’en lançant des communiqués pour annoncer ses faits et gestes et en s’autoproclamant chef de l’opposition à Berlusconi avant qu’aucun parti ne l’ait investi. Le débit de Prodi se voulait plus lent que celui de Berlusconi et aux saillies de l’ancien patron de la Fininvest, il disait substituer un ton pédagogique.

103Avec Francesco Rutelli, un changement se fit jour. La stratégie de la séduction s’est située sur le plan de l’efficacité humaine. La construction de l’image s’est progressivement alignée sur les canons définis par la publicité berlusconienne. Occhetto, Prodi et D’Alema, puis Rutelli ont finalement incarné des versions toujours plus publicitaires de la gauche italienne et de son projet idéologique. Leur volonté n’a rien à voir, le mouvement historique s’est imposé à eux autant qu’au professionnel du spectacle qu’est Berlusconi. En recherchant le candidat le plus populaire en mai 2001, l’Ullivo manifestait la généralisation de la croyance dans l’efficacité du discours communicationnel

104Les fictions comportementales de la gauche et de la droite italiennes étaient donc construites à destination du public. Elles ne reflétaient aucunement les capacités de travail des hommes, leur habileté manœuvrière ou leur valeur individuelle. Chacun d’eux, pourtant, tenait un discours sur sa propre attitude et le distillait au fil des interviews, affinant une interprétation de lui-même correspondant à ce qu’il pensait être les attentes de son électorat. Berlusconi se voulait volontaire et actif comme les chefs d’entreprise, les artisans et les commerçants dont il savait pouvoir retenir les suffrages ; Prodi et Rutelli feignaient la rigueur et la raison conformes à la fonction publique dont ils briguaient les suffrages.

  • 102 Un phénomène à rapprocher de la psychologisation du monde de Élias (Norbert), La dynamique de l’Oc (...)
  • 103 Duhamel (Alain), Derrière le miroir – Les hommes politiques et la télévision, Paris, Plon, 2000, 3 (...)

105Ces stratégies explicitées par leurs auteurs ont ouvert un espace de légitimité à des analyses qui privilégient non plus les positions doctrinales, mais les attitudes des dirigeants. Les électeurs ambitionnent à l’aide de ces explications de connaître plus finement les mentalités des hommes publics et leurs penchants psychologiques102. Ils sont confortés dans cette quête par des journalistes qui croient ou feignent de croire que le proverbe anglo-saxon est vrai : « On ne peut pas mentir à tout le monde tout le temps ». Ainsi, les médias illustrés dévoileraient à terme la vraie personnalité des hommes politiques103. Si bien que les images médiatisées portent une fiction de naturel et, de ce fait, une nouvelle idéologie qui dépouille l’espace public de ses enjeux idéologiques.

106Au même moment, à grand renfort de publicité, le président Carlo Azeglio Ciampi, tout juste élu, décide de relancer la machine liturgique en organisant annuellement une parade militaire à Rome. Pour relégitimer l’État, de nouveau, l’armée est appelée à la rescousse, comme la dernière cartouche d’une croyance en l’existence de valeurs civiques transcendantales. Et c’est un succès populaire. La foule se masse le long de la via dei Fori Imperiali. Mais le sens en est-il véritablement le caractère sacré de l’État ? La réponse que le président Ciampi veut apporter à ce qu’il croit être un déficit du sentiment national italien n’est-elle pas l’indice même de l’intériorisation de son existence ? N’est-ce pas tout simplement la reconnaissance que l’Italie va de soi, comme un corps naturel et non plus comme une flamme ardente, un engagement, un sacerdoce ? N’est-ce pas aussi le propre d’une politique fossilisée, naturalisée telle un animal mort, que de se réfugier dans le formol hiérarchique et disciplinaire des armées professionnalisées ?

  • 104 Michaux (Éric), Un art de l’éternité... op. cit.

107Les électeurs sont, en effet, loin de partager la foi politique. Leur vote répond à d’autres logiques. Alimentés par le réseau médiatique, les spectateurs observent les comportements d’hommes politiques qui, de plus en plus, montrent des gestes ordinaires et affirment ne pas être exceptionnels. Le charisme a changé de sens. Dans l’entredeux-guerres, il qualifiait l’extrême capacité d’un individu, devenu un chef, par des qualités aussi difficiles à définir que celles d’un artiste. Hitler a incarné cette logique du façonneur politique104. Aujourd’hui, la définition du charisme est inversée. Quiconque a du succès est réputé en avoir. Il ne faut donc pas être créateur ou novateur pour être charismatique, il suffit d’être vrai tant que dure la réussite. Rien n’atténue mieux le charisme qu’une défaite, une faillite ou une chute. Une apparente quête de simplicité est donc un moyen pragmatique de résister à la dévaluation de sa renommée. Le mot d’ailleurs s’est banalisé. Il recouvre désormais une acception presque éthologique. Sont charismatiques les individus brillants, attirants, comme si cette qualité leur était donnée génétiquement. Être soi-même n’est plus contradictoire avec la manifestation d’une excellence.

  • 105 À titre d’exemple, une parlementaire comme Roselyne Bachelot donne ses sobriquets en pâture aux jo (...)

108« Be yourself » dit le sens commun anglo-saxon, devenu la référence morale ultime. « Soyez naturel et tout ira bien », enchérissent les cabinets de formation, où l’on apprend à mieux passer dans les médias105. Les capacités personnelles deviennent le lieu d’une pratique rituelle visant à améliorer l’individu. La légitimité de soi repose en définitive sur la cohérence de l’exposition et de la présentation de soi. Une « belle bête » reste une bête. Il ne doit pas y avoir d’écart entre l’être et le paraître dans l’espace public. Là réside le nouveau culte civique qui a basculé sur les citoyens tout sens ou presque. Car les citoyens fondent collectivement la politique, et les représentants n’ont plus vocation à s’écarter de la pensée du peuple. La communauté civique est la référence doctrinale suprême. Le seul dogme : faire ce que les électeurs veulent. Alors l’élu n’a d’autre choix que de leur ressembler, tant pour deviner leur désir que pour les attirer, par un curieux effet de miroir. Le mimétisme résout une partie des questions posées par la notion de représentation élective. Être comme tout le monde est la meilleure preuve que l’on représente les autres.

109Les institutions souffrent de la place acquise par les « bêtes de scène ». Elles se plient aux exigences de naturel de ceux qui les composent au risque d’y perdre leur sens. La dignité qu’elles confèrent se dilue dans la course à l’imitation, à la ressemblance. L’étude des partis éclaire ces tensions.

Notes

1 La première analyse fut une critique de la propagande par l’idée de concurrence, Charlot (Monica), La persuasion politique, Colin, Paris, 1962. Ensuite s’est imposée une analyse par le concept de spectacle, Schwartzenberg (Roger-Gérard), L’État spectacle, Paris, Flammarion, 1977 et, du même, La politique mensonge, Odile Jacob, Paris, 1998. Voir aussi Statera (Gianni), La politica spettacolo : politici e mass media nell’era dell’immagine, Milan, 1986. Sur la notion de communication politique en Italie, Calvi (Gabriele), Gli scomunicanti : la pubblicita politica com’e e come potrebbe essere, Milan, Lupetti, 1990 ; Calvi avait publié parmi les premiers une réflexion sur les usages de l’opinion, I sondaggi di opinione in campo politico, Milan, Franco Angeli, 1973 ; Livolsi (Marino) & Volli (Ugo) dir., La comunicazione politica tra Prima e Seconda Repubblica, Milan, Franco Angeli, 1995 ; voir aussi à la limite de la communication fonctionnelle, Rodotà (Stefano), Tecnopolitica – La democrazia e le nuove tecnologie della comunicazione, Bari, Laterza, 1997 ; plus dubitatif, Caretti (Paolo), Pieretti (Antonio), Pisarra (Pietro), Informazione, manipulazione e potere, Milan, San Paolo, 1998. Sur la France, Bongrand (Michel), Le marketing politique, Paris, PUF, QSJ, 1986, 114 p. ; Cayrol (Roland), La nouvelle communication politique, Paris, Larousse, 1986, 216 p. ; Gerstlé (Jacques), La communication politique, Paris, 1993 ; une lecture critique, Champagne (Patrick) ; Faire l’opinion : le nouveau jeu politique, Paris, Minuit, 1990, 314 p.

2 Bleustein-Blanchet (Marcel), La rage de convaincre... op. cit., p. 224-226.

3 Forum des images, sélection d’actualités filmées, Éclair Journal, mars avril 1936, nb, 33 min.

4 Idem. Devant le micro, une pancarte indiquait : « défense de toucher au micro ». Derrière, un panneau ajoutait : « Silence ». Sont présentés René Dommange (Républicains nationaux) ; Marcel Arnaud (Union nationale) ; Jean Fabry (Républicains de gauche) ; Maurice Thorez (PCF) ; Montagne (Néo-socialiste) ; Martineau-Déplat (Radical-socialiste) ; Georges Scapini (Union nationale républicaine).

5 Idem, séquence les femmes votent. On y voyait sa concurrente, Marie Fina, et la campagne factice.

6 Idem, un reportage intitulé « 26 avril vote – La France vote ».

7 Forum des images, sélection d’actualités filmées, Éclair Journal, « Les femmes et le droit de vote 1935-1936 », nb, 11 min. Reportage de février 1935.

8 Idem, Éclair Journal, mai 1935.

9 Forum des images, sélection d’actualités filmées, Éclair Journal, avril 1936.

10 Idem, mai 1936.

11 Forum des images, sélection d’actualités filmées, Éclair Journal, « Le vote des femmes »... film cité.

12 Delporte (Christian), « L’orateur et l’image télévisée – Le laboratoire des années 1950 », in Fabrice d’Almeida (dir.), L’éloquence politique en France et en Italie de 1870 à nos jours, Rome, École française de Rome, 2001, p. 218-230.

13 Voir sur ses idées, Bongrand (Michel), Le marketing politique, Paris, PUF, 1986, 114 p.

14 Almeida (Fabrice d’), Vingt ans de publicité dans un hebdomadaire politique : l’exemple de L’express 1963-1983, Université de Paris XII, mémoire de maîtrise sous la direction d’Henri Lerner, 1985, 118 p.

15 Mandrin (Jacques), Socialisme ou sociale-médiocratie, Paris, Le Seuil, 1969, 192 p.

16 Voir Benoit (Jean-Marc & Philippe), Lech (Jean-Marc), La politique à l’affiche – Affiches électorales & publicité politique 1965-1986, Paris, Du May, 1986, p. 21-22.

17 Gervereau (Laurent), La propagande par l’affiche, Paris, Syros, 1991, p. 153155 ; Benoit (Jean-Marc & Philippe), Lech (Jean-Marc), La politique à l’affiche... op. cit., p. 22-26.

18 Par comportement scopique nous entendons des comportements qui sont déterminés par la mise en observation d’un sujet. En l’occurrence, nous pensons que la conscience d’être observé est devenue plus forte chez les hommes politiques avec l’entrée en système de communication politique. Cette conscience s’est située à deux niveaux que nous étudierons successivement. Le premier est celui des grands médias qui les passent sous la coupe de leur macroscope et maintiennent une observation constante mais avec une projection au loin, si bien que les attitudes sont jouées en fonction de cette lentille grossissante pour grand public qui produit des effets massifs et collectifs. Leur adaptation à ce phénomène a été rendue possible par l’emploi de spécialistes qui aident les hommes politiques à intérioriser les effets de l’observation et donc construisent en même temps leur aliénation aux médias. Le second niveau nous renvoie à des postures dictées par la présence face au public. La métaphore du microscope dans ce contexte signifie que les acteurs publics sont sous le regard direct et doivent trouver les moyens de convaincre ou de séduire leurs interlocuteurs en modulant leur attitude suivant un schéma proxémique. Avec l’écran du macroscope, ils échappent à cette contrainte. Plongés au milieu de leurs concitoyens, certains se révèlent des palpeurs obsessionnels de leur entourage, homme ou femme. D’autres ont besoin de la reconnaissance du regard et donc cherchent à être vus, en utilisant des tactiques de distinction par la position, ou par la voix. Sur la lecture proxémique, Hall (Edward T.), La dimension cachée... op. cit. ; pour replacer ces événements dans les processus de communicaiton, voir aussi la conception originale de Sperber (Dan), « La communication et le sens », in Michaud (Yves) éd., Qu’est-ce que l’humain ? Université de tous les savoirs, Paris, Odile Jacob, vol. 2, 2000, p. 119-128 ; et en collaboration avec Wilson (Deirdre), La pertinence. Communication et cognition, Paris, Minuit, 1989, 397 p.

19 Benoit (Jean-Marc & Philippe), Lech (Jean-Marc), La politique à l’affiche... op. cit., p. 25, 50-55.

20 AFP, carton gouvernement, dossier vert, Conseil des ministres (60), fiche 1964-9-1, bien que chauve Giscard d’Estaing ne porte pas de chapeau contrairement à ses collègues sur cette image. Sur la fiche de 1966, il apparaît encore avec un dossier.

21 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, gouvernement Mesmer. Pas de photographie de famille des ministres mais une série de clichés d’identité où l’on voit VGE sérieux derrière des micros (7-7-72) et la première sortie du conseil des ministres après les vacances (25-8-72). Il discute et sourit sur la photo de famille restée à l’état de planche contact. Lors de la formation du second gouvernement Messmer le 13 avril 1973, il est souriant sur l’un des clichés, où son attitude manifeste qu’il pose, et grave sur un second cliché alors qu’il attend la mise en place de ses collègues. Voir négatifs 384.941 et 384.942.

22 AFP, fonds numérisé, photographie du 24-6-73 de Daniel Janin (stf).

23 Dans ses mémoires, il revient sur ce désir de montrer que les responsables politiques sont des hommes comme les autres, Giscard d’Estaing (Valéry), Le pouvoir et la vie, Paris, Compagnie 12, 1994-1998, 2 vol.

24 AFP, fonds numérisé, photographie du 24-6-73. Voir à l’Ina le journal télévisé du jour.

25 AFP, fonds numérisé, image provenant d’UPI (pigiste), 6-7-70, Chaban-Delmas sur un court de tennis se penche pour ramasser une balle. La photographie semble prise à la Croix Catelan, au Racing Club de France, dont il fut membre.

26 Actualités Gaumont, avril-juin 1974, 27 min, NB, vdp 3746. Le film commence par la mort de Pompidou en montrant la dimension liturgique du président défunt et son goût pour la modernité, « les bains de foule », le style inédit des appartements privés de l’Élysée... Puis vient un sujet sur Marcel Pagnol immortel avant l’attaque des élections présidentielles : « Le dernier round ». Sur le carton d’annonce, on entend en bruit de fond un micro-trottoir avec des formules du sens commun « C’est le plus capable de tous », « Il va changer ça » et même des provocations : « Depuis qu’ils ont donné le droit de vote aux femmes, ils ont foutu la merde », « Mais non », répondait une voix de femme.

27 Roger-Viollet, fonds numérisé, photographie datée à tort du 1-1-74, J. Cuinières-Viollet. Le nouveau président arrivait, salué par la foule, rue de la Bienfaisance au volant de sa voiture.

28 AFP, fonds biographiques, Giscard d’Estaing, 1974, une série de clichés sur sa prise de fonction.

29 Idem, date erronnée 1-1-74.

30 Giscard d’Estaing (Valéry), Le pouvoir et la vie... op. cit., vol. II.

31 Rémond (René), Notre siècle 1918-1988, Paris, Fayard, 1988, p. 773-774.

32 Les photographies le montrent souvent avec un léger sourire ironique notamment AFP, fonds manuel, dossier élections 1960-1977, 23-2-77 à Nevers, il attend paisible un mégot aux lèvres ; 11-6-68 planche avec divers clichés des leaders pour résumer l’affrontement.

33 Séguéla (Jacques), Ne dites pas à ma mère que je suis dans la publicité... elle me croit pianiste dans un bordel, Paris, Flammarion, 1979, p. 38.

34 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, planche 1 du Conseil des ministres à Lyon 11-9-1974, 30.294.

35 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, planche 2 du Conseil des ministres à Lyon 11-9-1974, dépêche du 9-10-1974 nos 30.758-30.759.

36 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, Conseil des ministres, 17-12-1975, 37.116.

37 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, planche « séminaire du gouvernement », 5-4-1975, 33.601, « À Rambouillet devenue le temps d’un week-end la capitale de la France, le Président de la République et les membres du gouvernement sont arrivés Vendredi soir pour y tenir leur premier séminaire de réflexion. NPM. Le président Giscard d’Estaing, entouré des ministres, peu après son arrivée s’entretient avec MM. Lecanuet, Sauvenargues, Poniatowski et Chirac tandis qu’au centre du salon se promène la petite chienne du président ». Voir aussi l’autre légende « Le Président Giscard d’Estaing est arrivé peu après 19h30 à Rambouillet conduisant lui-même sa voiture et ayant à ses côtés une petite chienne noire ‘Candy’ ».

38 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, 1-12-76, 41.789 (gc/jmrf).

39 AFP, carton gouvernement 2, à partir de Messmer, dossier rouge, 3-1-1977. Pas de planche ni de dépêche mais une planche contact démontre que la presse suivait encore le feuilleton.

40 INA, fonds numérique.

41 Benoit (Jean-Marc & Philippe), Lech (Jean-Marc), La politique à l’affiche... op. cit., p. 57.

42 Une influence rappelée par Nobécourt (Jacques), « Italie : la mort de l’ancien président de la République. La joyeuse dignité de Sandro Pertini », Le Monde, 27 février 1990.

43 Sur Pertini, voir Caretti (Stefano), Degl’Innocenti (Maurizio), Sandro Pertini combattente per la libertà, Manduria, Lacaïta, 1996, 270 p. ; Sandro Pertini e la bandiera italiana, Manduria, Lacaïta, 1998, 369 p. Sur son image, voir Caretti (Stefano), « L’éloquence du président Pertini, un modèle de communication pour chef d’État », in Fabrice d’Almeida (éd.), L’éloquence politique en France et en Italie de 1870 à nos jours, Rome, École française de Rome, 2001, p. 247-262. Voir aussi Giacone (Alessandro), L’évolution du rôle du président de la République italienne sous le mandat de Sandro Pertini (1978-1985), mémoire de maîtrise de l’Université de Paris IV, 1998, consulté sur le site http ://www.eleves.ens.fr :8080/ home/giacone.

44 Son fonds archivistique à Florence comprend 3700 photographies réparties dans 21 boîtes et 136 albums depuis son enfance. La plupart de ces derniers sont relatifs à sa présidence de la République et donnent une vision assez protocolaire de la fonction même si certaines attitudes laissent entrevoir la richesse de cette personnalité.

45 Caretti (Stefano), Degl’Innocenti (Maurizio), Sandro Pertini combattente... op. cit., p. 195.

46 ANSA, fonds numérique, 1981.

47 Voir par exemple la caricature de Origone dans Il secolo XIX, 26 mars 1982, reproduite dans Caretti (Stefano), Degl’Innocenti (Maurizio), Sandro Pertini e la bandiera... op. cit., p. 237. Pertini s’apprête à se jeter dans les bras de Reagan en mâchant un chewing-gum ; un conseiller tente de le retenir en lui glissant « Presidente, il protocollo... ».

48 Nobécourt (Jacques), « Saint-Just au Quirinal », Le Monde, 6 juillet 1982.

49 Mariot (Nicolas), Les voyages présidentiels... op. cit.

50 INA, reportage de 1984.

51 AFP, fonds manuels, carton élections 1934-1958, la série sur le lancement de la Ve République, ou les clichés de l’année 1958 sur les réunions du PCF.

52 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1960-1970, planches « la campagne électorale à l’ORTF, Lecanuet le 21-11-65, Tixier-Vignancourt et Barbu, Mitterrand et Marcilhacy, le 20-11-65, Mitterrand et De Gaulle, le 12-12-65 ». Les portraits présentés ne sont pas souriants même dans le cas de Jean Lecanuet, en dépit de son image officielle.

53 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1970-1977, planches élections, « Débat Giscard-Mitterrand à Europe no 1 », 25-4-74.

54 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1970-1977, planches élections, « Débat radiophonique entre MM Mitterrand et Giscard d’Estaing à RTL », 3-5-1974. Sur le dispositif scénique et la présence de caméras et de photographes ainsi que d’un écran de contrôle, voir Ours, Paris, fonds Guy Mollet, dossier Mitterrand.

55 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1960-1970, planches « Début de la campagne officielle à l’ORTF, avec les images de Gorges Pompidou et de Louis Mermaz ». Sans oublier les interventions spécifiques des femmes dont les premières télévisées furent celle de Mme Vaillant-Couturier (PCF) et le Docteur Solange Troisier (Ve République), le 3-3-67.

56 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1970-1977, planches élections municipales 77, « Débat Jacques Chirac-Georges Sarre », 8-3-77.

57 AFP, fonds manuels, carton élections 1960-1977, dossier 1970-1977, planches élections, page sans dépêche. Donc un cliché enregistré pour servir plus tard.

58 AFP, fonds manuels, élections présidentielles 1988.

59 AFP, fonds manuel après 1985, séries élections, sous thème « élections présidentielles », 02-05-1995 Pierre Boussel : « une jeune électrice, âgée de 18 ans, regarde, le 2 mai à son domicile à Paris, le débat télévisé entre Jacques Chirac et Lionel Jospin, à quatre jours du second tour de l’élection présidentielle ».

60 Par exemple, AFP, fonds manuel après 1985, séries élections, sous thème « élections présidentielles », 23-04-95 Thierry Saliou : photo prise à Lyon au RPR, les militants au visage inquiet avec des photographes devant un téléviseur. Au second plan, une affiche de Chirac souriant. Voir aussi dans la même pochette du même photographe les partisans de Jospin chantant leur joie et portant des panneaux « Jospin président » devant des affiches au portrait du leader socialiste.

61 AFP, fonds manuel après 1985, séries élections, sous thème « élections présidentielles », 07-05-1995 Thomas CCEX : photo à la Doisneau, prise à Lille. On voit un sourire sur les joues de la jeune femme embrassée par son amant.

62 Voir pour un cadre Duccini (Hélène), La télévision et ses mises en scène, Paris, Nathan, 1998, 128 p.

63 Voir Bonnafous (Simone), « L’argumentation de Jean-Marie Le Pen dans le 7/7 du 26/2/95 », L’image candidate à l’élection présidentielle de 1995, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 223-238.

64 Pris au fil des auditions et de la lecture des comptes rendus : Jean Tiberi à propos de Philippe Seguin « le Kim il Sung des Vosges » (2000). Côté italien pourquoi ne pas retenir celui d’Enzo Biagi lors de son licenciement « Abusano della parola libertà, dovrebbero chiamarsi Casa nostra », la Repubblica, 9 mai 2002, à propos des berlusconiens.

65 Voir Le Monde, mai 1995.

66 Parmi les comiques politiques, André Santini est sans doute le plus célèbre. Sur le traitement des couloirs de l’Assemblée dans leur dimension attractive, Abélès (Marc), op. cit., 2000, p. 232-237.

67 La Repubblica, 21 mars, 2002. Il déclencha une polémique en parlant de « L’Italia di merda » à propos des malversations imputées à Silvio Berlusconi. Selon lui, l’Italie n’est pas encore ouverte à la satire télévisée.

68 AFP, fonds manuel, 20-05-95, no 71, photo de Pierre Boussel.

69 AFP, fonds manuel, 13-05-88, staff, SB, « Jean-Pierre Chevènement franchit en souriant la haie impressionnante de journalistes et photographes massés dans la cour de l’Élysée à l’issue du premier conseil des ministres du gouvernement de Michel Rocard ».

70 Par exemple AFP, 14-01-87 où l’on voit attendant en grelottant dans le froid Michèle Barzach en compagnie d’Alain Madelin, Philippe Seguin, Michel Noir et Alain Carignon.

71 AFP, fonds manuel, 17-06-92, phot. Éric Feferberg/amr, la voiture était une 205 électrique Peugeot.

72 AFP, fonds manuel, 24-06-92, Michel Clément/ys. Pierre Joxe et Ségolène Royal en rajoutent, tournant autour de la voiture avec de grands sourires et apostrophant les journalistes. La démarche tourne à la promotion de foire.

73 AFP, fonds manuel, 14-09-88, Jean-Loup Gautreau/SB.

74 AFP, fonds manuel, 03-01-90, Clément/mcd, « Le ministre du travail, Jean-Pierre Soisson (G), admire le ballon dédicacé par les joueurs de l’AJ Auxerre que lui a offert un journaliste M. Daniel Lipao (D) le 03/01 à la sortie du premier conseil des ministres de l’année ».

75 AFP, fonds manuel, 7-03-90.

76 À ce moment d’ailleurs les partisans des radios libres avaient gêné l’accès de l’Élysée, mais n’avaient pu entrer dans la cour. Voir, AFP, fonds manuel, 1706-81, Clément. Les manifestants portaient des bâillons aux couleurs de leur radio et brandissaient des transistors face à la porte de l’Élysée en attendant la sortie des ministres afin de protester contre le brouillage des radios libres.

77 AFP, fonds manuel, 20-03-85, Michel Clément/GL, « Échange de civilités entre M. Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Éducation nationale (à gauche) et M. Gaston Defferre, ministre d’État chargé du Plan et de l’Aménagement du Territoire ».

78 AFP, fonds manuel, 19-12-90, Michel Clément/mcd.

79 AFP, fonds manuel, 4-12-91, Michel Clément/MP, manteau et chapeau noir.

80 AFP, fonds manuel, 12-02-86.

81 AFP, fonds manuel, 27-11-85.

82 AFP, fonds manuel, 8-04-92, Jean-Loup Gautreau/ys, une pose avec un joli sourire pour être autant remarquée que possible par les médias présents.

83 AFP, fonds manuel, 20-06-89 et 17-07-89, le même jour Edwige Avice avait aussi une robe à pois.

84 AFP, fonds manuel, 7-05-91.

85 AFP, fonds manuel, 19-02-86.

86 AFP, fonds manuel, 16-09-92, Michel Gangne/ys

87 AFP, fonds manuel, 10-06-92, Georges Bendrihem/mcd, « Le ministre de l’Environnement Ségolène Royal qui attend un heureux événement pour le début de l’été sort souriante du conseil des ministres ».

88 AFP, fonds manuel, 21-08-91, Michel Clément/mp.

89 AFP, fonds manuel, gouvernement, photo de famille, 08-11-95.

90 Par exemple AFP, fonds manuel, 02-04-86, Pierre Guillaud/as, 23-04-86, avec Léotard en plus, 11-06-86, avec Albin Chalandon, 02-07-86, seuls encore, 812-86, à propos de Malik Oussekine, 10-12-86 sans oublier toutes les images où ils apparaissent au second plan...

91 AFP, fonds manuel, 12-12-86, Pascal George/sb.

92 AFP, fonds manuel, 23-09-87, Patrick Herzog/sb.

93 La Repubblica, 9-2-2002.

94 La Repubblica, 21-6-2002.

95 Par exemple Lamberto Dini dans le gouvernement Prodi, voir ANSA, fonds numérique, 18-12-96 pour la réception de son homologue lybien ou, plus récemment, ANSA, fonds numérique, 11-7-2001 la réception de la japonaise Makiko Tanaka par Renato Ruggiero. A la suite de l’éviction de ce dernier, on peut d’ailleurs se demander si Berlusconi n’a pas retenu ce portefeuille aussi pour couper toute possibilité d’émergence d’un autre capital d’image fort dans son gouvernement.

96 Par exemple, ANSA, fonds numérique, 5-8-2001, Claudio Scajola posant avec son collègue allemand Otto Schilly pour prévenir de nouvelles manifestations antimondialisation à la suite des violentes confrontations de Gênes.

97 La photographie de son arrivée au premier Conseil des ministres le montre visage crispé, mains dans les poches et cravate verte, ANSA, fonds numérique, 11-6-2001.

98 Fini apparaît surtout sur les images de groupe, telle ANSA, fonds numérique, 26-03-2002.

99 AFP, fonds manuel, ANSA, 14-06-87, le texte en anglais souligne l’intervention d’un employé tentant de masquer le corpus delicti : « An election employee tries to cover the breast of porno star and Radical Party candidate Elena Anna Staller called ‘Cicciolina’ after she cast her ballot in connection with general elections ».

100 Par exemple, le traitement d’un accident de voiture de la députée Gabriella Carlucci joue sur la fibre féminine dans Grand Hotel, novembre 2001, p. 18.

101 Almeida (Fabrice d’), « La trasformazione dei linguaggi politici nell’Europa del Novecento », in Ricolfi (Maurizio) dir., Propaganda e comunicazione politica – Storia e trasformazioni nell’età contemporanea, Milan Mondatori, 2004, p. 25-39.

102 Un phénomène à rapprocher de la psychologisation du monde de Élias (Norbert), La dynamique de l’Occident... op. cit.

103 Duhamel (Alain), Derrière le miroir – Les hommes politiques et la télévision, Paris, Plon, 2000, 323 p.

104 Michaux (Éric), Un art de l’éternité... op. cit.

105 À titre d’exemple, une parlementaire comme Roselyne Bachelot donne ses sobriquets en pâture aux journalistes pour faire peuple, voir le 30 janvier 2001 émission « Le fou du roi », France Inter, « Mon fils m’appelle Manoun, j’appelle mon père Papounet (...) et mon mari Minou ». Voir aussi Fabre (Clarisse), « Roselyne Bachelot : la panthère rose du RPR », Le Monde, 26 novembre 1999, où elle explique la relation avec sa famille et les petits noms. Le journal la présente ainsi : « Issue d’une bonne famille angevine dominée par la figure du père, Jean Narquin, ancien élu gaulliste du Maine-et-Loire, Roselyne Bachelot détonne dans le paysage politique. Portrait d’une femme de droite qui a voté le PACS avec la gauche et qui préconise aux hommes la lecture des magazines féminins ». Le caractère « détonnant » de chaque élu est souligné par Marc Abélès qui a éprouvé dans les entretiens qu’il a eus avec les députés cette dimension de légende personnelle que chaque élu actualise à son profit, voir Abélès (Marc), Un ethnologue... op. cit., p. 13 sq.

Table des illustrations

Titre Tableau 19. LES MINISTRES SOURIANTS SUR LES PHOTOGRAPHIES DE GOUVERNEMENT
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540