Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Troisième partie. Une frontière éclatée (1635-1670)

Chapitre IX. Une chrétienté désunie, un ordre en désarroi

Texte intégral

  • 1 « Queste galere sono la pupilla di nostri occhi, percio che da quelle dipendono tutto il nostro ben (...)

« ...ces galères sont la pupille de nos yeux, parce que d’elles dépendent tout notre bien, notre réputation et notre honneur, et que sans elles, on ne tiendrait pas plus compte de nous que des plus humbles frères d’autres ordres religieux... »1.

  • 2 « ... toglier il corso e disarmare le galere come inutili... sarebbe la rovina dell’esercitio del n (...)

« ...supprimer la course et désarmer les galères devenues inutiles... serait la ruine de notre institution... »2.

1Au milieu du xviie siècle, l’équilibre de la frontière maltaise fut affecté par la manifestation toujours plus évidente de la désunion de la rive chrétienne ; les États européens s’opposaient durablement sur les plans politique et territorial, et les deux royaumes qui fournissaient à l’Ordre le plus grand nombre de chevaliers, la France et l’Espagne, s’affrontaient d’abord par puissances interposées, dans l’espace germanique et en péninsule italienne, puis de manière frontale à partir de 1635. Assourdi en Méditerranée, l’écho de ces conflits résonnait en revanche plus fortement à Malte par le biais de l’Ordre : son unité, sa stabilité et sa neutralité paraissaient considérablement menacées par les enjeux différents des pays, par leurs appétits fonciers dont les commanderies des chevaliers faisaient les frais, et par leur désir commun d’éradiquer du bassin méditerranéen une course qui empêchait l’établissement de relations pacifiées avec la rive musulmane et entravait le bon fonctionnement de leur commerce.

  • 3 Lucien Bély, Les relations internationales en Europe (xiie-xviiie siècles), Paris, 1992 ; L. Bély ( (...)
  • 4 Daniel Nordman, « Des limites d’État aux frontières nationales », in Pierre Nora (dir.), Les lieux (...)
  • 5 Peter Sahlins, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis (...)
  • 6 Molly Greene, Kandiye, 1669-1720. The formation of a merchant class, Ph. D., Princeton University, (...)
  • 7 Citons notamment le riche et récent colloque Venezia e Creta [Atti del Convegno internazionale di S (...)

2Si les ouvrages concernant les conflits qui déchirèrent l’Europe durant un demi-siècle abondent, il n’en va pas de même pour ceux qui traitent de la Méditerranée de la fin du xviie siècle. De même, les travaux ont plutôt concerné le problème des frontières territoriales et de leur fixation définitive, qui constitue l’enjeu fondamental des États modernes, plutôt que celui des rapports méditerranéens entre les rives. Aux nombreuses recherches consacrées à l’Europe du xviie siècle et à la guerre de Trente Ans3, il faut ajouter tous ceux, notamment les plus récentes réflexions menées par Daniel Nordman concernant les frontières territoriales françaises4 ou bien celles de Peter Sahlins concernant le problème de la frontière pyrénéenne durant la guerre franco-espagnole5. De manière logique, les ouvrages concernant le problème de l’affrontement des civilisations chrétienne et musulmane à la même période, et des interrogations concernant la frontière méditerranéenne, sont plus rares : hormis les recherches récentes de Molly Greene6, il faut plutôt se tourner vers les travaux vénitiens concernant la guerre de Candie7. Quant à l’historiographie maltaise, elle apporte fort peu de renseignements sur Malte à cette époque ou bien sur l’investissement de l’Ordre dans la guerre vénéto-turque.

3Ces lacunes historiographiques maltaises témoignent en réalité de l’éloignement de Malte par rapport aux tensions diplomatiques européennes dans la seconde moitié du xviie siècle. L’histoire maltaise ne fut en définitive affectée par les événements extérieurs qu’en raison de la dépendance de l’Ordre à l’égard des puissances catholiques dominantes de l’Europe (le Saint-Siège, la France et l’Espagne) et de son soutien actif à Venise, au nom d’une chrétienté menacée qui n’intéressait plus guère que lui et la papauté. Et c’était justement l’investissement de l’Ordre dans les affaires européennes qui troublait l’équilibre de la frontière insulaire, tiraillée désormais entre les ambitions de croisade de chevaliers désireux de ranimer la dimension militaire de la frontière dans un nouvel affrontement des civilisations, et le souhait des catégories marchandes de plus en plus actives, de participer au mouvement d’ouverture de la frontière méditerranéenne. À plus ou moins brève échéance, l’éclatement de la rive chrétienne avait pour conséquence l’émergence de divergences de soucis et d’intérêts entre la population maltaise et les chevaliers.

LES INTÉRÊTS DIVERGENTS D’UNE EUROPE MORCELÉE

ENTRE LA FRANCE ET L’ESPAGNE : L’ORDRE VICTIME D’ENJEUX CONTRADICTOIRES

  • 8 Henry Bogdan, La guerre de Trente Ans (1618-1648), Paris, 1997, p. 167-168.
  • 9 Lucien Bély, Les relations internationales en Europe (xiie-xviiie siècles), Paris, 1992, p. 95.

4Le plus grand danger pour l’Ordre résidait dans la dégradation des relations entre les royaumes français et espagnol qui s’étaient contentés, durant les premières années de la guerre de Trente Ans, de suivre de près l’évolution des événements en Allemagne, afin d’en tirer avantage pour la réalisation de leurs objectifs politiques. Dès la fin des années 1620, la rivalité franco-espagnole s’était exacerbée par princes italiens interposés : la France avait appuyé les prétentions au duché de Mantoue de Charles de Gonzague, duc de Nevers, héritier du duc de Mantoue défunt, tandis que l’empereur Ferdinand II, soutenu par Philippe IV, revendiquait les possessions comme siennes8. Ces tensions avaient atteint une telle intensité qu’Olivares avait pu prédire en 1629, qu’une guerre entre les puissances pourrait durer trente ans9 !

  • 10 Bartolomé Bennassar et Bernard Vincent, Le temps de l’Espagne (xvie-xviie siècles). Les siècles d’o (...)
  • 11 Jean Bérenger, « Ferdinand III et la France de Mazarin », in Lucien Bély (dir.), L’Europe des trait (...)

5Jusqu’en 1635, date à laquelle la France déclara la guerre à l’Espagne, les Hospitaliers n’avaient guère eu à souffrir des conflits espagnols en territoire européen. Les guerres qui avaient opposé jusqu’aux premières années du xviie siècle le royaume ibérique aux Provinces-Unies et à l’Angleterre n’avaient posé aucun problème à un Ordre qui était à la même époque en plein combat contre la diffusion du protestantisme en son sein et dans la population de son archipel, et qui avait d’ailleurs supprimé en 1540 sa Langue d’Angleterre. Après les paix signées avec l’Angleterre en 1604, puis avec les Provinces-Unies en 1609 et en 1621, les autorités maltaises, incitées à la prudence par le Saint-Office de Rome, s’étaient encore une fois adaptées au contexte européen, autorisant les marchands du nord à pratiquer librement et en toute sécurité leur commerce avec Malte. Quant à l’Espagne, ses investissements militaires avaient consisté, à partir de 1618, en un soutien matériel, humain et financier à l’Empire en guerre contre les protestants et en un conflit contre les Provinces-Unies, qui se solda par une paix signée en 162110. Ce soutien, s’il affectait considérablement les économies des royaumes sicilien et napolitain, laissait indifférents Malte et ses chevaliers. Tout changea brutalement en 1635, lorsque l’entrée directe de la France dans la guerre de Trente Ans donna au conflit la dimension d’un affrontement franco-espagnol pour la maîtrise de la frontière fluviale rhénane11.

  • 12 AOM 256, ff° 152r.-153r., 24 novembre 1636.
  • 13 AOM 256, f° 252v. (« ...dimostrar che questa Religione non voleva mai danneggiare i vascelli di Sua (...)

6L’affrontement dura plus de vingt ans ; aussitôt après la signature du traité de Westphalie en 1648, les deux royaumes reprirent les armes jusqu’en 1659, date du traité des Pyrénées par lequel l’Espagne vaincue cédait le Roussillon, l’Artois et la Flandre. La suspension des hostilités en 1659 ne signifia pas pour autant l’achèvement des conflits entre les royaumes. À partir du règne personnel de Louis XIV en 1661, les conflits se succédèrent en Europe, la France tentant de gagner par les armes de nouvelles portions de territoires sur son flanc nord-est, et s’opposant régulièrement à des coalitions européennes qui unissaient souvent l’Espagne et l’Empire aux puissances non catholiques comme l’Angleterre ou les Provinces-Unies. L’opposition franco-espagnole, problématique pour l’unité des chevaliers de Malte, loin de s’achever en 1659, perdura donc épisodiquement durant tout le second xviie siècle, jusqu’à la conclusion de la guerre de Succession d’Espagne en 1713, au cours de laquelle la cession de Gibraltar à l’Angleterre en 1704 témoigna, si besoin était, de la fin officielle de la suprématie espagnole en Méditerranée. La longue rivalité entre la France et l’Espagne avait immédiatement posé des problèmes de neutralité à l’Ordre, qui était composé en majorité de chevaliers français regroupés en trois Langues (Auvergne, France, Provence), et espagnols qui formaient deux Langues (Aragon, Castille). Les tensions européennes ne pouvaient pas ne pas connaître un écho très important parmi ces chevaliers qui représentaient cinq Langues sur sept, et qui, grâce à la pratique de la course, pouvaient facilement exprimer un soutien à leur royaume par l’attaque des navires adverses. De fait, au cours de l’été 1636, des navires armés par des chevaliers français capturèrent des bateaux siciliens, prenant prétexte de pénurie de froment à Malte. Le vice-roi ne l’entendit pas de même et estima que l’attaque reflétait le désir de s’en prendre aux navires sous autorité espagnole. En représailles, il suspendit au mois de septembre l’exportation de tout froment pour le service de l’Ordre, et, invoquant une carestia de blé dans son royaume, imposa un embargo à Malte12. Après maintes supplications adressées au roi de France, au roi d’Espagne et au pape, pour justifier son activité corsaire et porter témoignage de sa neutralité, l’Ordre dut cette année-là se passer des importations siciliennes et acheter son blé dans le royaume de Naples, où il le paya 17 écus la salme, au lieu des 40 tari qu’il versait à la même époque dans les ports siciliens13.

  • 14 Dal Pozzo, II, p. 14.
  • 15 Dal Pozzo, II, p. 15.
  • 16 Mario Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovanni... cit., p. 154.
  • 17 Dal Pozzo, II, p. 21.

7Les tensions entre l’Ordre et le vice-roi atteignirent une telle intensité qu’au début de l’année 1637, deux galères de Malte furent bombardées de douze coups de canon par les forts espagnols qui protégeaient l’entrée de Syracuse au moment même de leur sortie du port14. Le Grand Maître s’offusqua de cette attitude à l’égard d’un Ordre tanto benemerito e della Corona Cattolica e di tutta la Christianità15. L’affaire indigna les puissances européennes au point que le vice-roi fut contraint de permettre à l’Ordre, dès le mois de septembre 1637, de venir en toute liberté chercher son ravitaillement céréalier habituel16. Mais les rapports avec la Sicile ne s’améliorèrent pas pour autant. Une anecdote rapportée par Dal Pozzo nous informe qu’en 1638, une cinquantaine de chevaliers français quitta Malte pour regagner la France, et fit escale à Licata pour cause de mauvais temps. Dès leur débarquement, le vice-roi ordonna leur arrestation, sans autre raison que le male impressioni c’havea contro la Religione, et malgré la neutralità della Religione dans le conflit opposant la France à l’Espagne17.

  • 18 Dal Pozzo, II, p. 20.
  • 19 AOM 257, f° 12r., 11 avril 1639.
  • 20 AOM 257, f° 12v., 14 avril 1639.

8La situation de l’Ordre se compliqua encore à cause des nombreux octrois de patentes à tous les corsaires non maltais qui en faisaient la demande. Nous avons déjà montré que les Français étaient à cette époque les plus nombreux, après les insulaires, à s’illustrer dans la course : ils devaient évidemment profiter des patentes du Grand Maître pour arraisonner les navires espagnols et siciliens dans le canal reliant la Sicile à Malte18. Leur activité fut telle à la fin de la décennie 1630, que l’Ordre subit en 1639 le mécontentement du roi d’Espagne qui lui reprochait de contribuer à l’affaiblissement de son royaume par l’octroi de patentes aux corsaires français. Le Conseil, après maintes discussions sur les disturbi che la Religione patisce con questi vasselli francesi armati contro i vasselli della Maestà Cattolica in questi calamitosi tempi di guerra tra le due Corone19, dépêcha le 14 avril 1639 un ambassadeur à la cour d’Espagne, dans le but d’assurer au monarque le soutien absolu de l’Ordre20.

  • 21 AOM 257, f° 39r., 29 novembre 1639.
  • 22 M. Monterisi, Storia politica e militare dell’Ordine di San Giovanni... cit., p. 154.

9Pour attester de sa bonne foi, le Grand Maître donna consigne, en novembre 1639, d’interdire à tous les navires de course français, même battant pavillon de l’Ordre, l’entrée du port de Malte (« ...non si lasciano piu venire in questi mari li vasselli francesi di corso e loro predi, quale capitando in questo porto vengono a cagionare diversi disturbi... »)21. Immédiatement, l’Ordre subit alors les foudres du roi de France qui le menaça, s’il ne levait pas l’interdiction au plus vite, de saisir toutes les commanderies de son royaume22. Le chantage de Louis XIII eut les résultats escomptés. En dépit du coup de semonce espagnol, l’Ordre ne cessa plus d’attribuer ses patentes de course et les corsaires français de pratiquer leur activité, au point que l’année suivante, en 1640, leurs agissements firent de nouveau grand bruit à Malte et à Palerme.

  • 23 AOM 257, f° 57v., 10 septembre 1640.
  • 24 AOM 257, f° 71r., 3 février 1641.
  • 25 AOM 257, f° 71r., 3 février 1641.
  • 26 AOM 258, f° 237r., 11 février 1651.
  • 27 AOM 257, f° 203v., 11 mars 1645.

10Durant l’été, des corsaires français battant pavillon maltais, avaient en effet arraisonné le navire d’un patron messinois qui transportait du blé. Le vice-roi de Sicile intervint pour exiger de l’Ordre le remboursement des 394 salmes de froment perdues, et accusa de nouveau les chevaliers de prendre parti pour le royaume de France23. Les attaques des corsaires français le long des lignes commerciales siciliennes furent si nombreuses durant l’été et l’automne 1640, que le consul de la nation sicilienne à Malte se plaignit au Grand Maître, le 3 février 1641, des désordres qu’il imputait exclusivement à un octroi trop facile de patentes, et menaça d’en référer de nouveau au roi d’Espagne24. Inquiet des éventuelles représailles espagnoles, le Grand Maître expédia aussitôt une missive au roi de France pour lui demander d’enjoindre ses corsaires à plus de discipline, soulignant que li danni fatti da corsari francesi ai vasselli siciliani hanno dannegiato le rilationi tra questa Sacra Religione e la Maestà Cattolica25. Mais les réclamations des chevaliers ne devaient guère être entendues à la cour de France, et les corsaires français, sous pavillon maltais ou français, poursuivirent sans inquiétude leurs activités au large de la Sicile, profitant du conflit franco-espagnol pour piller les navires siciliens ou maltais chargés de froment. Par deux fois, en 1645 et en 165126, le Grand Maître protesta en vain auprès de la Maestà Christianissima, come molte volte prima per le sue lettere, che li suoi vasselli dannifichino in questo canale27.

11Les tensions et les louvoiements diplomatiques qui occupèrent les premiers temps de la guerre franco-espagnole témoignaient bien du problème qui se posait pour la première fois à l’Ordre de la préservation de sa neutralité au cœur d’un conflit qui mettait aux prises les deux royaumes qui lui fournissaient le plus de chevaliers et de revenus. Que ce fût directement, par la pratique corsaire des chevaliers, ou bien indirectement, par l’octroi de patentes aux corsaires laïcs, l’Ordre se trouvait en permanence dans la situation difficile de celui qui soutenait ou contrait l’une ou l’autre puissance. Et il pâtissait d’autant plus de son mauvais rôle que les deux monarques n’hésitaient jamais à le menacer, en représailles, de le spolier de ses avoirs sur les commanderies. Aces difficultés, venaient encore s’a jouter, depuis le début du xviie siècle, des tensions avec le Saint-Siège et avec les États italiens indépendants de l’Espagne.

UN DÉLICAT POSITIONNEMENT À L’ÉGARD DU SAINT-SIÈGE

  • 28 AOM 256, ff° 3v.-6v., 6 août 1624.
  • 29 AOM 256, f° 4v.

12Depuis quelques années, les relations s’étaient considérablement dégradées entre Malte et Rome. Le pape Urbain VIII Barberini, élu en 1623, avait accumulé au cours de la décennie 1620 les spoliations de commanderies de la Langue d’Italie qui se trouvaient sur ses territoires, par des dons à divers membres de sa famille. Le népotisme pontifical avait ainsi coûté la perte de 25 commanderies, parmi lesquelles celles de Milan ou de Bologne qui étaient très riches28. La dépossession de ses biens fonciers ne représentait pas seulement un manque financier pour l’Ordre, mais posait avec acuité le problème des carrières des chevaliers, placés presque toujours à la tête d’une commanderie. Un rapport expédié au Saint-Siège, en 1624, in sistait en effet sur la privation de carrière que supposaient les spoliations pour des membres de l’Ordre désormais senza speranza di toc-care qualche honnesta ricompensa, et qui, après avoir sacrifié leur jeunesse à la défense de la chrétienté, habbiano à morir poveri nell’istesso spedale où avaient toujours été soignées leurs blessures de guerre29.

  • 30 AOM 256, f° 4v.
  • 31 AOM 256, f° 5r.

13Cherchant à raisonner Urbain VIII, le Grand Maître faisait également valoir que le pape ne tirait aucun bénéfice de l’acquisition de ces alcune poche commende site nello Stato Ecclesiastico, puisque, en tant que souverain pontife, il était déjà Signore di tanti beni30. Les suppliques de l’Ordre témoignaient de son trouble face aux appétits fonciers pontificaux qui ne se distinguaient guère de ceux des princes laı¨cs auxquels il avait déjàété confronté et qu’il était mieux à même de comprendre. En dernier recours, le Grand Maître avançait ce qui était à ses yeux le plus précieux argument : la perte des commanderies privait l’Ordre de sa force pour maintenir Malte comme fortezza antemurale dell’Italia31. Mais les plaintes des chevaliers n’entravèrent pas outre mesure les agissements d’Urbain VIII, qui se montrait en définitive peu impressionné par le rôle de défenseur de la frontière italienne que soulignait l’Ordre de Malte dans son ambassade. Durant cette période transitoire qu’était la guerre de Trente Ans, où vacillaient les anciens équilibres et où se heurtaient les intérêts politiques et territoriaux des États modernes en structuration (y compris de l’É tat pontifical), les combats des Hospitaliers en Méditerranée n’apparaissaient pas comme une priorité.

  • 32 AOM 296, f° 104r., mai 1631.
  • 33 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 108.

14Plus encore, le Saint-Siège manifesta le souci, dans les années 1630, d’un contrôle plus strict des agissements des chevaliers, par l’intermédiaire de son représentant, l’Inquisiteur. En 1631, Urbain VIII exigea que les Chapitres Généraux de l’Ordre fussent désormais présidés par l’Inquisiteur, et qu’un rapport précis fût expédié au pape concernant toutes les décisions des Hospitaliers. Le 11 mai 1631, le dernier Chapitre Général fut ainsi réuni en présence de l’Inquisiteur Ludovico Serristori, qui était en poste depuis le mois d’octobre 1630, et qui suivait scrupuleusement les instructions curiales32. Ce fut lui également qui obtint du pape le titre d’ » Éminence » jusqu’alors réservé aux cardinaux, que tous à Malte, y compris les membres de l’Ordre, devaient désormais lui donner33. L’intrusion de l’Inquisiteur dans le Chapitre Général de l’Ordre, oùétait jusqu’alors décidée la gestion au quotidien du Couvent à Malte (fonctionnement des galères, de l’Infirmerie, assistance aux pauvres, financement des fortifications...), était la manifestation la plus évidente de la volonté pontificale de contrôler, voire d’interférer dans les affaires maltaises. Certes, les Chapitres Généraux au xviie siècle n’avaient plus l’importance qui était la leur au siècle précédent, et les décisions fondamentales étaient désormais prises par le Conseil, mais leur suspension après 1631 résultait peut-être de la manœuvre pontificale, et témoignait du désir des chevaliers de préserver une indépendance qui paraissait à cette époque menacée de toutes parts.

  • 34 Dal Pozzo, II, p. 39.
  • 35 Dal Pozzo, II, p. 40.
  • 36 Dal Pozzo, II, p. 41.
  • 37 Dal Pozzo, II, p. 41.

15Les querelles entre Rome et Malte s’envenimèrent encore à la fin de la décennie, à la suite du carnaval maltais de 1639. Au cours des mascarades populaires, de jeunes chevaliers s’étaient moqués des jésuites, dont ils réprouvaient l’influence au sein du Couvent et sur le Grand Maître Lascaris. Le recteur du collège était en effet à cette époque le conseiller principal du Grand Maître tandis que le père Cassar, un Maltais, était son confesseur particulier34. La décision magistrale d’interdire la mascarade aux femmes avait choqué les jeunes chevaliers et toute la population du port, qui y avaient vu une influence des jésuites. L’émeute atteignit rapidement une intensité telle, que la foule, dirigée par des chevaliers de toutes les Langues, força la porte du collège des jésuites et le pilla35. Les chevaliers contraignirent le Grand Maître à accepter le renvoi des onze pères jésuites séquestrés (quatre autres étaient parvenus à se cacher), et les religieux furent embarqués sur une frégate qui les conduisit en Sicile36. Le mécontentement pontifical fut extrême et Urbain VIII, imputant l’entière responsabilité des désordres à la Religion, dont nombre de jeunes membres s’étaient illustrés par leur inconvenance, exigea immédiatement du Grand Maître une punition exemplaire des coupables et le retour des jésuites dans leur collège. Au mois de juin, les jésuites étaient tous rentrés à Malte et les chevaliers furent contraints d’offrir une lampe d’argent massif à leur église, mais i Padri non amissero, per non tener accesa una memoria odiosa all’una et l’altra parte37.

  • 38 Olivier Poncet, « Les contradictions d’une diplomatie. Le Saint-Siège face aux demandes indultaires (...)
  • 39 O. Poncet, « Les contradictions d’une diplomatie... », art. cit., p. 257.
  • 40 Yves-Marie Bercé, « Rome et l’Italie au xviie siècle. Les dernières chances temporelles de l’État e (...)

16Les relations entre le pape et l’Ordre s’étaient donc considérablement aigries en ce milieu du xviie siècle, au moment même où le Saint-Siège, qui s’était opposé à la guerre entre les puissances française et espagnole, cherchait à profiter de la situation confuse en péninsule italienne pour accroître son territoire. En 1640, Urbain VIII était en conflit latent avec Philippe IV depuis trois ans, à cause de son refus de renouveler en Artois les indults dont jouissait normalement le roi d’Espagne chaque année pour offrir des bénéfices aux religieux de son choix38. Au même moment, l’Espagne accumulait les défaites militaires et se trouvait affaiblie par une sécession de la Catalogne et du Portugal. Profitant des défaillances espagnoles, les troupes françaises se portèrent au secours des Catalans et s’emparèrent de Perpignan en septembre 1642, réclamant immédiatement au pape un évêque à placer, ce qu’Urbain VIII s’empressa d’octroyer39. Le basculement du Saint-Siège du côté français résultait du contentieux qui l’opposait à Philippe IV au sujet des indults, mais également du désir du pape de profiter de la fragilité espagnole et de la neutralité, voire du soutien français, pour tenter de concrétiser ce qu’Yves-Marie Bercé appelle sa « dernière chance temporelle » en péninsule italienne40.

  • 41 Franco Catalano, Gennaro Sasso, Vittorio de Caprariis, Guido Quazza (dir.), Storia d’Italia. Dalla (...)
  • 42 F. Catalano, G. Sasso, V. de Caprariis, G. Quazza (dir.), Storia d’Italia... cit., p. 701.
  • 43 F. Catalano, G. Sasso, V. de Caprariis, G. Quazza (dir.), Storia d’Italia... cit., p. 696-697.
  • 44 Giuseppe Galasso (dir.), Storia d’Italia. I ducati padani, Trento e Trieste, vol. XVII, Turin, 1979 (...)

17Poussé par ses neveux Barberini, Urbain VIII souhaitait en effet unifier son État ecclésiastique par l’annexion du fief de Montalto, situé au cœur de ses terres, qui était la propriété du duc de Parme, Odoardo Farnese, qui avait le privilège d’y construire des forteresses et d’y prélever des céréales41. Le pape avait d’abord proposé une alliance matrimoniale au duc de Parme dans le but de récupérer le fief farnésien, mais Odoardo avait refusé tout net, et avait même entrepris délibérément de fortifier son territoire. Furieux, le pape avait occupé avec ses armées le fief de Montalto et la cité de Castro en octobre 1641, séquestrant les biens du duc, l’excommuniant et jetant l’interdit sur la cité de Parme, avant de menacer de porter la guerre contre le duché42. En 1635, le duché avait adhéré, avec ceux de Modène et de Mantoue, à une Ligue proposée par Richelieu (que le pape, au nom de sa neutralité, et la Toscane avaient refusé de soutenir) dans le but d’affaiblir l’Espagne sur son flanc italien en attaquant le royaume de Naples43. Certes, en 1637, le duc était revenu sous tutelle espagnole44, mais Urbain VIII souhaitait quand même se montrer accommodant avec la France après la prise de Perpignan, afin d’éviter une éventuelle intervention des troupes françaises au nom de l’ancienne adhésion d’Odoardo Farnese au projet de Richelieu.

  • 45 Dal Pozzo, II, p. 73.

18Mais en péninsule italienne, l’attaque du fief de Montalto avait été mal vécue par les cités de Venise, de Florence et de Modène. Elles avaient jusqu’alors soutenu mollement le duc sur un plan financier ; l’intervention pontificale les incita à se constituer en une Ligue en 1642, qui les liait au duché de Parme et les opposait directement au Saint-Siège. Chacun trouvait intérêt à s’opposer au pape : Modène souhaitait remettre en question la possession pontificale de Ferrare, Venise y voyait une occasion de régler ses comptes avec l’État ecclésiastique et Florence voulait éviter à tout prix un renforcement de l’É tat pontifical qui menacerait ses frontières. Fort de ces appuis, le duc de Parme reconquit Castro et marcha sur Rome. À la fin de l’année 1642, l’État ecclésiastique était dangereusement menacé par les forces militaires de la Ligue : l’armée du pape dut pénétrer dans le duché de Mantoue pour empêcher l’avancée des troupes vénitiennes cependant que les galères du Grand-Duc de Toscane bloquaient l’accès aux ports et aux rivages de l’État pontifical, interrompant le ravitaillement de Rome45.

  • 46 AOM 257, ff° 121r.-122r., 2 octobre 1642.
  • 47 AOM 257, ff° 125v.-126r., 13 octobre 1642.
  • 48 AOM 257, f° 126r.

19Ce fut dans ce contexte extrêmement délicat qu’Urbain VIII en appela à l’Ordre de Malte. Par un bref expédié en toute hâte en octobre 1642, le pape réclamait un secours des galères maltaises, pour briser le blocus imposé par les navires toscans46 et posait brutalement aux chevaliers un dilemme aussi périlleux que celui auquel les confrontait déjà le conflit franco-espagnol. L’Ordre, qui relevait directement du pape, ne pouvait se soustraire à l’appel d’Urbain VIII ; mais en même temps, l’engagement de ses galères aux côtés des armées pontificales faisait courir le risque de voir les princes italiens se retourner contre lui. Le 13 octobre, le chevalier de Cheuges fut envoyé en ambassade auprès d’Urbain VIII, pour témoigner au pape des difficultés auxquelles l’Ordre était confronté pour conserver sa neutralité dans les nombreux conflits qui ébranlaient les divers pays européens47. Certes, les chevaliers reconnaissaient, au sein de tous ces troubles, le pape comme leur unico et sovrano padrone mais il leur était difficile d’accepter d’entrer dans le jeu confus des querelles territoriales européennes à cause de la maggior parte de loro beni chesono situati nei domini di tutti questi Principi cristiani48. L’ambassadeur devait enfin supplier le pape d’aider l’Ordre à conserver sa neutralité et ses biens intacts, et de ne pas réclamer son intervention au sein des conflits qui divisaient les puissances chrétiennes.

  • 49 Dal Pozzo, II, p. 73.
  • 50 AOM 257, f° 143v., 27 juillet 1643.
  • 51 AOM 257, f° 145r., 5 août 1643.
  • 52 Dal Pozzo, II, p. 74.

20Mais la pression de la Ligue sur l’État ecclésiastique se poursuivit durant toute la première moitié de l’année suivante, si bien qu’en 1643, le pape réitéra sa demande à l’Ordre, qui ne put cette fois, la rejeter49. Pour comble de malheur, le 27 juillet 1643, les vice-rois de Sicile et de Naples réclamèrent à leur tour le soutien des galères maltaises, pour mener une offensive militaire contre la flotte ottomane qui razziait les côtes calabraises50. L’Ordre était encore une fois tiraillé entre les enjeux des puissances : s’il ne pouvait se résoudre à refuser son aide au pape, il ne pouvait pas non plus risquer de mécontenter le roi d’Espagne en ne remplissant pas son devoir de lutte contre l’Infidèle et de soutien aux royaumes de Naples et de Sicile. Le retour vers Istanbul de la flotte ottomane le sauva de ce choix impossible : le 5 août, elle se trouvait déjà au large de Zante et faisait voile vers le Levant51. Le Conseil se résigna alors à envoyer, le 8 août 1643, ses six galères au secours du pontife, pour forcer le blocus toscan et escorter le long du Tibre des navires chargés de denrées jusqu’à Rome52.

  • 53 Dal Pozzo, II, p. 75.
  • 54 F. Catalano, G. Sasso, V. de Caprariis, G. Quazza (dir.), Storia d’Italia... cit., p. 702.

21L’intervention militaire de l’Ordre offusqua grandement les princes italiens, et tout particulièrement la République de Venise, déjà lasse de l’activité corsaire maltaise à l’encontre de ses navires. Leur réponse ne se fit pas attendre : à la fin du mois d’août, une grande partie des commanderies de la Langue d’Italie fut mise sous séquestre par Venise et Florence53. L’année suivante, en 1644, Innocent X succéda à Urbain VIII et conclut la paix avec les princes ligueurs : les frontières territoriales furent redéfinies selon le tracé qui était déjà le leur avant le conflit et le pape obtint la restitution des biens des chevaliers de Malte54. Les relations entre l’Ordre et le Saint-Siège devaient dès lors s’apaiser, le nouveau pape ne s’arrogeant plus le privilège de spolier les biens des chevaliers, et se cantonnant dans une neutralité plus sûre entre la France et l’Espagne.

22Cette affaire du duché de Parme n’avait donc servi à rien : outre l’énorme coût financier qu’elle avait représenté, elle avait jeté un dis crédit qui entachait désormais aux yeux des puissances européennes les initiatives du Saint-Siège en péninsule italienne. Dépassée par les enjeux des acteurs principaux de la guerre de Trente Ans qu’étaient la France et l’Espagne, la papauté avait ainsi entraîné dans son sillage un Ordre de Malte réticent, de plus en plus ballotté par les divergences politiques et territoriales des États européens, et dont les anciens privilèges étaient bafoués ouvertement. Outre ses commanderies, que les puissances catholiques et protestantes confisquaient ou taxaient de plus en plus aisément, ses préséances étaient contestées par les princes italiens qui lui gardaient rancune.

UNE GRANDEUR CONTESTÉE

  • 55 AOM 257, f° 126r., 13 octobre 1542.

23L’Ordre avait parfaitement défini ses difficultés en 1642, lorsqu’il s’était plaint au pape de ce que la maggior parte de suoi beni sono situati nei dominii des nombreux princes chrétiens qui se faisaient la guerre55. Dans le courant du xviie siècle, les territoires européens disputés par les puissances faisaient basculer plusieurs possessions des Hospitaliers aux mains de souverains différents, qui profitaient du contexte confus pour les confisquer à leur profit. La puissance foncière et matérielle de l’Ordre se trouvait extrêmement menacée au moment même où son soutien à la Crète et ses fortifications portuaires coûtaient des sommes considérables. Hormis au temps des conflits religieux du xvie siècle, où plusieurs commanderies avaient été confisquées par les protestants anglais ou allemands ou bien ravagées par les guerres dans le royaume de France, c’était bien la première fois que l’Ordre subissait de la sorte un dépouillement presque généralisé de ses richesses matérielles. Dans leur quête désespérée de subsides pour financer leurs efforts de guerre, certaines puissances européennes devaient évidemment manifester moins de considération à l’égard de la richesse foncière et de la grandeur diplomatique d’un Ordre dont les préoccupations méditerranéennes paraissaient éloignées des enjeux véritables.

  • 56 Françoise Bayard, « Paix des armes, tempête dans les finances au milieu du xviie siècle. Le cas fra (...)
  • 57 AOM 257, ff° 87v.-90v., 7 octobre 1641.
  • 58 AOM 257, f° 90v.
  • 59 AOM 257, f° 97v., 18 novembre 1641.

24Ainsi, l’offensive contre l’Espagne en 1635 avait imposé à la France des ponctions financières et une hausse importante des impôts et des taxes. Durant toute la guerre de Trente Ans, puis au cours du conflit franco-espagnol qui dura jusqu’en 1659, les frais de la politique étrangère française dépassèrent annuellement les 40 millions de livres tournois, contribuant à grever le Trésor royal dont les dépenses étaient constamment supérieures aux recettes56. La recherche de contributions financières eut des conséquences néfastes pour l’Ordre de Malte : en 1641, Louis XIII exigea désormais le versement d’une taxe par les commanderies françaises de 200 000 livres tournois, alors que depuis 1573, une ordonnance de Charles IX avait fixé le montant de cette taxe annuelle à 50 000 livres seulement57. Par un rapport expédié à Paris, en octobre 1641, le Conseil refusa avec indignation de verser la nouvelle taxe, faisant valoir que les six prieurés (Saint-Gilles, Toulouse, Auvergne, France, Champagne, Aquitaine) ne lui rapportaient en tout que 880 000 livres et que les chevaliers avaient, au même moment, besoin d’argent pour le financement de leurs nouvelles fortifications portuaires58. Les plaintes du Conseil ne devaient guère être entendues à Paris, et le 18 novembre, le roi consentit simplement à accorder un délai d’une année pour le versement de la taxe : les chevaliers devaient donc payer la moitié de la taxe pour Noël 1641, puis verser la seconde moitié dans le courant de l’année suivante59.

  • 60 AOM 257, f° 147v., 11 septembre 1643.
  • 61 AOM 257, f° 148v., 13 novembre 1643.
  • 62 AOM 257, f° 157v., 18 février 1644.
  • 63 AOM 258, f° 91r., 5 juillet 1647.

25À partir de cette date, les prélèvements furent annuels, au grand dam de l’Ordre qui, dans les années 1640-1650, multiplia les plaintes et les rapports à Paris, pour en être dispensé. Le 11 septembre 1643, le chevalier Jean de Bernoy Villeneuve fut envoyé en ambassade au Louvre, pour faire valoir l’ordonnance de 1573, ainsi que les statuts de l’Ordre, qui l’exemptaient de toute imposition sur les marchandises extraites des commanderies pour le ravitaillement de Malte60. Le chevalier devait également supplier le roi de lui permettre de ne pas verser la taxe cette année-là, pour cause de financement des fortifications du port. Suite au refus de Mazarin, les chevaliers s’acquittèrent à contre-cœur de leur taxe le 13 novembre 164361, puis d’une nouvelle en 1644 qui fut exigée plus tôt que les précédentes et dut être versée avant Pâques62. L’Ordre ne désespéra pas pour autant de convaincre le roi de France, et en juillet 1647, une nouvelle ambassade fut envoyée au roi, pour faire valoir le faible rendement financier de ses commanderies françaises et réclamer la suspension du paiement de la taxe. Le Conseil démontrait ainsi que le Couvent souffrait d’un manque important de liquidités pour l’entretien de sa milice, en une époque où elle était occupée par le soutien à Venise et à Candie, et pour celui de son Infirmerie63. Après avoir essuyé un dernier refus royal, l’Ordre parut se résigner à son sort et cessa de dépêcher ses chevaliers à la cour de France.

  • 64 AOM 468A, f° 243v., 9 mai 1637.

26Pour autant, les commanderies du royaume ne cessèrent pas de subir les conséquences de la guerre : la ruine des provinces du nord-est de la France, où se déroulaient nombre de combats, privait régulièrement le Couvent de ses revenus. En 1637, la commanderie de Loyson, située en pays d’Artois, avait été entièrement ravagée par les soldats français : les récoltes avaient été brûlées, le bétail massacré et les habitants avaient abandonné fermes et villages. Considérant que l’Ordre agissait pour le service commun de la Chrestienté, augmentation de la saincte foy, à l’Hospitalité et à combattre les Infidèles, Louis XIII fit la promesse à l’ambassadeur de Malte qu’à l’avenir, ses hommes d’armes éviteraient autant que possible la commanderie d’Artois et les propriétés des chevaliers64.

  • 65 AOM 255, ff° 6r.-6v., sans date (début de l’année 1623).
  • 66 Dal Pozzo, II, p. 47.
  • 67 H. Bogdan, La guerre de Trente Ans... cit., p. 266.

27Les commanderies françaises n’étaient pas les seules à pâtir du contexte guerrier européen. En Europe centrale, nombre de biens appartenant à l’Ordre avaient été spoliés par les protestants en lutte contre les Habsbourg. En 1622, la commanderie de Bratislava avait ainsi été sécularisée par les habitants de la cité65, tandis que Bartolomeo dal Pozzo souligne que dans les années 1640, les chevaliers se passaient depuis presque vingt ans du ravitaillement ordinaire de leurs commanderies d’Allemagne et que le Couvent se trouvait réduit ad estreme angustier per la continuatione delle guerre che distruggevano la Christianità e le provincie donde le venivano l’ordinarie sue rendite66. La signature de la paix de Westphalie en 1648 ne régla rien pour l’Ordre, car, en vertu des traités, tous les princes protestants allemands qui avaient pris possession de biens de l’Église ou catholiques furent autorisés à les conserver67 ; au xviie siècle, les chevaliers ne récupérèrent donc jamais les commanderies perdues durant la guerre.

  • 68 AOM 260, ff° 129r.-130r., 30 juin 1662.
  • 69 AOM 260, f° 129v.
  • 70 AOM 259, f° 90v., 18 mars 1654.
  • 71 AOM 259, f° 90v.
  • 72 AOM 259, f° 97r., 26 juin 1654.

28La noblesse et les cités de l’Empire n’avaient pas été les seules à priver l’Ordre de ses biens fonciers. Un rapport du Conseil du 30 juin 1662 nous précise en effet que depuis le début du siècle, les Provinces-Unies avaient confisqué toutes les commanderies d’Utrecht, de Gueldre, de Zélande et de Frise occidentale, ainsi que les cités d’Utrecht, de Harlerm, de Frise et de Zélande qui payaient une taxe aux chevaliers68. Le manque à gagner n’était pas négligeable : les provinces de Gheldria et d’Arnheim rapportaient ensemble plus de 20 000 florins69. En 1654, indigné de ces spoliations, le Grand Maître avait menacé les Provinces-Unies de capturer tout navire flamand qui naviguerait au large de Malte ou ferait escale dans le port. Les relations entre l’Ordre et les Provinces-Unies se dégradèrent tellement que les chevaliers craignirent un temps que li Olandesi, dopo che gli saranno stati sequestrati li loro vasselli in Malta, vengano con armata ad assediare Malta70. Faisant appel au roi d’Espagne, le Grand Maître supplia Philippe IV d’user de son autorité pour contraindre les Hollandais à restituer les biens usurpés et à laisser les chevaliers prélever leurs responsions71. Mais au mois de juin 1654, le Conseil déplorait que les commanderies étaient toujours aux mains des Hollandais72...

  • 73 AOM 260, f° 130r.
  • 74 AOM 260, f° 149v., 28 mars 1663.
  • 75 AOM 260, f° 177v., 23 février 1664.
  • 76 AOM 261, f° 20v., 10 avril 1665.
  • 77 AOM 261, ff° 91r.-91v., 28 janvier 1668.

29L’Ordre ne désespéra pas pour autant d’obtenir gain de cause et en 1662, le rapport du Conseil fut expédié aux monarques d’Angleterre et du Danemark, pour leur demander d’intercéder en faveur de l’Ordre auprès des Provinces-Unies. Le Conseil suggérait au roi d’Angleterre de confisquer les cargaisons des navires Hollandais mouillés dans le port de Londres, pour inciter les Provinces-Unies à rendre leurs biens aux Hospitaliers73. Nous remarquons au passage que les chevaliers ne se risquaient plus eux-mêmes à des confiscations intempestives, qui leur avaient valu quelques années auparavant le courroux hollandais !... Les commanderies de Hollande ne furent pourtant restituées ni en 166374, ni en 166475 ; puis, en avril 1665, ce fut auprès de Louis XIV que les chevaliers plaidèrent leur cause, suppliant le roi de récupérer, à la faveur de la guerre qu’il devait mener, leur propriété d’Utrecht76. Leur ambition fut en partie comblée deux ans plus tard : le 6 décembre 1667, une lettre de Louis XIV au Grand Maître informait le Couvent que la France lui restituait une partie de ses biens spoliés par les Hollandais, dont la commanderie de Harlem77.

  • 78 M. Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovanni... cit., p. 158.
  • 79 AOM 448, ff° 223v.-224v., 4 octobre 1594.
  • 80 Voir Partie I, Chapitre II ; AOM 448, ff° 223v.-224v., 4 octobre 1594 (« ...secondo l’antica consue (...)
  • 81 Nicola Gigante, « Querelle tra i Cavalieri di Malta e la Repubblica di Genova per la preminenza del (...)

30Aces dépossessions territoriales, qui portaient témoignage d’une certaine faiblesse de l’Ordre et du peu de cas que faisaient les puissances européennes de ses anciens privilèges fonciers, venaient s’ajouter des tensions diplomatiques qui l’opposaient parfois violemment aux cités et aux princes italiens. En 1653, le Grand Duc de Toscane fit valoir la prééminence de son ambassadeur sur celui de Malte auprès du roi d’Espagne ; le litige s’envenima jusqu’à ce que l’Ordre en appelât au jugement du Saint-Siège, qui trancha l’année suivante en faveur de l’ambassadeur maltais78. Le conflit avec Florence devait être suivi d’un nouveau différend entre l’Ordre et la République de Gênes au sujet de la préséance du pavillon maltais : la querelle était ancienne et remontait à l’année 159479, lorsque Gênes avait osé contester la suprématie de l’étendard des chevaliers et sa position à la droite de la galère royale ou pontificale, qui était un privilège accordé par Charles Quint80. L’affaire avait été tranchée à l’époque de Philippe III, le roi ayant affirmé la supériorité de l’étendard maltais sur toutes les autres principautés et républiques italiennes81, mais la République de Gênes persistait, au grand dam des Hospitaliers, à refuser de reconnaître cette suprématie.

  • 82 ASV, SS Malta 12, f° 97r., 19 mai 1657.
  • 83 AOM 259, f° 173r., 9 juin 1656.
  • 84 AOM 259, f° 173v.

31En 1656, alors que des galères de Malte étaient entrées dans le port de Gênes, elles refusèrent de saluer les navires génois, rendant seulement hommage à l’Amiral d’Espagne. Furieux, le sénat de la République menaça d’ouvrir le feu et d’envoyer par le fond les galères de l’Ordre ; le Général des galères fut contraint de s’incliner. Mais dès leur sortie du port, les galères capturèrent un navire de commerce génois, confisquant sa bannière et toute sa cargaison qui fut rapportée à Malte. En réponse à l’insulte subie, le Conseil décida au retour des galères de ne plus admettre de Génois, représentants d’une natione inimica dans l’Ordre, et en informa officiellement le pape l’année suivante, en 165782. De son côté, la République avait extrêmement mal supporté le dépouillement de son bâtiment au point qu’en juin 1656, l’Ordre craignit que la Repubblica di Genova habbia deliberato armar galere e vasselli à danno del commercio di quest’Isola83. Le Conseil se montrait très inquiet car à la même époque, les galères devaient partir pour la Crète et ne pouvaient donc pas assurer une défense des côtes maltaises en cas de représailles génoises84.

  • 85 AOM 260, f° 108r., 17 septembre 1661.
  • 86 Dal Pozzo, II, p. 456.

32Le conflit dura longtemps et cinq ans plus tard, en septembre 1661, Gênes exprima le désir de demander un arbitrage du pape, tandis que l’Ordre s’estimait toujours gravement offensé et soulignait que la faute incombait uniquement à la République, et que mai dal suo primo instituto ha fatto la guerra85. Finalement, la réconciliation entre Malte et Gênes n’eut pas lieu avant l’année 1674, et uniquement après intervention directe du pape, qui rappela définitivement la préséance de l’étendard maltais sur celui de la République génoise86. Ces tracasseries diplomatiques, presque anodines en apparence, étaient toutefois vécues par l’Ordre comme une contestation publique de sa suprématie morale et militaire, menacée par les ambitions diplomatiques d’acteurs qu’il jugeait inférieurs à lui.

33Au milieu du xviie siècle, vacillaient ainsi les fondements même de sa stabilité et de sa supériorité-séculaires, qu’étaient l’unité chrétienne de ses membres et l’assurance arrogante de ses privilèges, acquis au cours d’un passé militaire glorieux. Tiraillé par les enjeux contraires des puissances espagnoles et françaises, engagé à son corps défendant dans les ambitions temporelles du Saint-Siège, dépouillé progressivement de ses biens par des spoliations multiples et par des taxes de plus en plus lourdes imposées à ses commanderies, l’Ordre ne pouvait qu’être déconcerté par l’éclatement manifeste de la rive chrétienne. Et à ces coups de boutoir successifs venait s’ajouter un nouvel élément de perturbation qu’était la condamnation toujours plus vive de l’activité corsaire en Méditerranée. Aux doléances constantes de Venise, auxquelles l’Ordre était habitué depuis le siècle précédent, se joignaient désormais les critiques des nouvelles puissances, qui réclamaient la suppression de la course maltaise.

LA DÉNONCIATION DE LA COURSE

LES PLAINTES RÉCURRENTES DE VENISE

34Depuis le développement de la course, au milieu du xvie siècle, Venise n’avait pas cessé de critiquer les activités maritimes de l’Ordre. Comme nous l’avons déjà montré dans nos chapitres précédents, la République avait multiplié les protestations auprès du pape et les tentatives de séquestration des biens de l’Ordre pour tenter de dissuader les chevaliers de s’en prendre à ses navires. Mais au milieu du xviie siècle, les critiques vénitiennes se firent soudain plus véhémentes et la République, consciente que ses plaintes antérieures étaient demeurées vaines, n’hésita pas à prendre des mesures de rétorsion plus expéditives.

  • 87 AOM 257, f° 63r., 20 janvier 1641.
  • 88 AOM 257, f° 63r., 20 janvier 1641.
  • 89 AOM 257, f° 64r., 26 janvier 1641.

35Le contentieux entre Venise et l’Ordre débuta en 1641, par la réception à Malte d’une lettre du doge, datée du 20 janvier, accusant les chevaliers d’entraver le commerce vénitien, par la capture, au large des îles de Zante et de Céphalonie, de nombreux bâtiments vénitiens ou des navires juifs et turcs en relation avec des marchands de la cité87. Dans le même temps, le Conseil recevait un bref du pape, daté du même jour, par lequel le pontife prenait la défense de la cité qui s’était plainte à lui, et demandait à l’Ordre de modérer l’ardeur de ses corsaires88. Le 26 janvier, le Conseil s’empressa de dépêcher des commissaires pour vérifier les dires de la République : les six galères de l’Ordre avaient en effet capturé des navires musulmans au large de Zante, sans savoir que ces marchands turcs travaillaient en collaboration avec des négociants vénitiens89.

  • 90 AOM 257, ff° 73r.-73v., 14 mars 1641.

36Le 14 mars, après audition des chevaliers responsables, le Conseil expédia un rapport détaillé au doge et au pape, pour témoigner de l’innocence des galères maltaises. L’escadre avait été contrainte par le mauvais temps, à la fin du mois de décembre 1640, de faire escale à l’île de Céphalonie, au large de laquelle elles capturèrent deux jours plus tard, un navire de Tripoli qui leur révéla que trois bateaux turcs devaient quitter la cité barbaresque pour gagner Cirigo et guetter le passage de navires vénitiens revenant de Candie. Les six galères s’empressèrent alors de faire route vers Cirigo, pour les intercepter et sauver les navires vénitiens de ce péril ; tandis qu’elles arrivaient dans l’île, elles croisèrent la galère Capitane de Venise, qu’elles saluèrent immédiatement in bona amicitia. Enfin, elles capturèrent deux des trois navires corsaires turcs attendus, dont elles pillèrent la cargaison. Le rapport concluait que les galères de l’Ordre ne s’étaient jamais attaquées à des vaisseaux vénitiens, ou alliés des Vénitiens, et déplorait même la poca ragione della Serenissima Reppublica di Venetia90.

  • 91 AOM 257, f° 116r., 17 juin 1642, Rapport de l’Ordre au pape relatant les faits.
  • 92 AOM 257, f° 75v., 19 avril 1641.
  • 93 AOM 257, f° 78v., 14 mai 1641.
  • 94 AOM 257, f° 116v., 17 juin 1642.

37Un tel récit ne pouvait qu’offusquer les Vénitiens. Furieux, en avril 1641, ils réclamèrent le versement de 1 446 réaux, en dédommagement du pillage, ce que le Conseil refusa avec hauteur, prétextant que la bannière du navire était musulmane et non pas vénitienne, et qu’il venait de Barbarie et non pas du Levant91. Sur le champ, Venise mit sous séquestre tous les biens de l’Ordre et empêcha le prélèvement des responsions92. Au mois de mai, le Conseil indigné se plaignit de la sanction vénitienne contre li pretesi danni fatti da corsari maltesi alli loro vasselli et décida d’en référer au pape93. Un rapport fut rédigé l’année suivante, en juin 1642, pour se plaindre au Saint-Siège du fait que Venise réclamait désormais la suppression de l’activité corsaire maltaise au large des îles de Zante, de Céphalonie et de Cirigo, à l’encontre de tout bâtiment chrétien comme musulman ou juif, afin de ne pas irritare il Turco94.

  • 95 AOM 258, ff° 47r.-47v., 11 novembre 1645.
  • 96 AOM 258, f° 41v., 6 septembre 1645.
  • 97 AOM 258, f° 47v., 1er décembre 1645.

38L’Ordre ayant de nouveau refusé de se plier aux exigences de la République, Venise profita de ce que les galères maltaises étaient au service du pape en guerre contre la Ligue, pour charger ses propres galères en 1643, d’arraisonner désormais tous les navires maltais qu’elles rencontreraient et de condamner tous les corsaires à la rame95. Les plaintes des chevaliers se multiplièrent jusqu’à ce qu’en septembre 1645, l’ambassadeur de l’Ordre auprès du Saint-Siège fît savoir au Conseil que le pape avait persuadé la République de rendre les commanderies séquestrées et de relâcher les Maltais assignés à la rame96. La restitution des biens ne fut cependant pas immédiate, et le 1er décembre 1645, le Grand Maître se plaignait encore au pape de ce que Venise n’avait toujours pas autorisé le prélèvement des responsions sur les commanderies97. La Sérénissime avait donc pour cette fois, tenu tête plusieurs années durant à l’Ordre et au pape ; elle n’avait nullement hésité à mettre sous séquestre les propriétés des chevaliers et surtout à châtier les corsaires en attaquant tous les navires maltais qui osaient s’aventurer au large des îles sous son autorité. On peut d’ailleurs supposer sans crainte de se tromper que, sans le commencement de la guerre de Candie, son revirement n’aurait jamais été aussi prompt et qu’elle n’aurait pas si facilement autorisé les chevaliers à reprendre leurs courses au débouché de l’Adriatique. Mais la nécessité faisait loi : face au danger ottoman, la puissance navale de l’Ordre et la vaillance de ses chevaliers constituaient des atouts trop précieux pour continuer à les offenser gravement.

39Cet épisode est particulièrement intéressant : l’obstination réciproque de l’Ordre et de Venise, qui se crispèrent chacun sur leurs positions, reflétait bel et bien deux conceptions différentes des relations entre les rives et témoignait des bouleversements qui affectaient l’Europe et le monde méditerranéen. La défense par la République d’un commerce sans irritare il Turco, montrait bien qu’au milieu du xviie siècle, l’heure ne semblait plus à la croisade et à la course (même pour des Vénitiens qui devaient s’engager bientôt dans une longue guerre pour la conservation de Candie) mais bien à la concrétisation d’un commerce véritable entre des rives qui, si elles conservaient l’hostilité inhérente à l’opposition de leur civilisation, pouvaient collaborer sur un plan économique et marchand.

  • 98 AOM 257, f° 117r.

40Devant l’expression de ces nouveaux désirs, l’Ordre ne pouvait qu’éprouver des difficultés à conserver son ancien rôle de défenseur du monde chrétien. Les chevaliers étaient demeurés médusés devant la réclamation vénitienne : certes, ils avaient déjà par le passé essuyé le mécontentement de Venise, mais c’était bien la première fois que la République osait demander à l’Ordre la suspension de son activité dans le seul souci de ne pas irritare il Turco. Pour un ordre militaro-religieux dont la raison même d’existence était, depuis des siècles, la lutte contre l’Infidèle par la guerre ou par le corso, l’arrêt de la course pour ne pas mécontenter l’ennemi musulman était inconcevable. Leur trouble se perçoit d’ailleurs très nettement dans les dernières lignes du rapport qu’ils expédièrent au pape en 1642 : ils soulignaient qu’il leur était impossible de cesser la course, puisqu’elle relevait de leur antique devoir de guerre contre les Infidèles (« ...questa domanda risultarebbe di notabile pregiuditio alla Sua Religione stando in una antica osservanza et immemorabile possessione di corseggiare contro Infedeli in qualsivoglia parte del mondo... »)98. En effet, sans la course, que restait-il aux chevaliers pour remplir leur rôle militaire ?

  • 99 AOM 260, ff° 62r.-62v., 5 juillet 1659.

41Leur désarroi ne dura pourtant pas longtemps. Dès que Venise eut levé l’interdiction du prélèvement des responsions, et à partir du moment où l’Ordre apporta son soutien militaire à la République, la course maltaise connut un nouveau dynamisme, dont les bâtiments vénitiens eurent encore à souffrir. Ainsi, en 1659, un navire de commerce fut capturé au large d’Alexandrie par un bateau de course arborant le pavillon maltais : Venise se plaignit de nouveau avec vivacité auprès du Conseil de l’Ordre, afin d’obtenir la restitution des biens dérobés, mais sans aucun succès99. Parfois, quand le commerce faisait intervenir plusieurs partenaires marchands, la République n’était pas seule à pâtir de la course maltaise : en 1651 par exemple, deux chevaliers capturèrent au Levant, dans la région des

  • 100 AOM 259, ff° 14v.-15r., 4 octobre 1651.

42Sept Caps, deux navires vénitiens commandés par des capitaines maltais et qui transportaient des marchandises appartenant à la fois à des négociants vénitiens, maltais et juifs levantins. Cette fois, l’indignation gagna le milieu marchand maltais, qui joignit ses protestations à celles de Venise et obtint la restitution des prises. Seules les cargaisons des juifs levantins furent conservées par le Commun Trésor, le Conseil ayant jugé qu’il pouvait conserver les marchandises non chrétiennes100.

43Les plaintes vénitiennes ne cessèrent donc pas durant la guerre de Candie. Elles commençaient même à être relayées par celles d’autres milieux marchands, y compris, ce qui était une nouveauté, par celui du port de Malte, qui osait s’insurger contre la course de l’Ordre. Il est vrai que l’activité corsaire maltaise se déchaîna véritablement durant toute la guerre de Candie, n’affectant pas seulement les routes de liaison de l’Empire ottoman, mais touchant parfois dangereusement les lignes commerciales chrétiennes en Méditerranée orientale. Dans la seconde moitié du xviie siècle, un concert de protestations s’éleva pour dénoncer l’activité corsaire des chevaliers.

LA REMISE EN CAUSE PAR LES NOUVELLES PUISSANCES

  • 101 Vincent Borg, Fabio Chigi, apostolic delegate in Malta (1634-1639), Cité du Vatican, 1967, p. 296, (...)
  • 102 AOM 472, ff° 249v.-250r., 4 juillet 1647.
  • 103 AOM 472, f° 250r.
  • 104 AOM 261, f° 33v., 3 octobre 1665.

44Dans la foulée des Vénitiens, les premiers chrétiens qui exprimèrent leur mécontentement à l’encontre de la course maltaise furent les Grecs. Déjà en 1637, un marchand grec, désormais résidant de Malte, s’était plaint à l’Inquisiteur de ce qu’un navire de course maltais avait pillé sa cargaison, et avait supplié le Saint-Office de prendre sa défense devant l’Ordre et de réclamer la restitution de ses biens101. L’Inquisiteur était effectivement intervenu, mais l’Ordre avait refusé de rendre la cargaison. Les plaintes grecques se multiplièrent, et en 1646 et 1647, la Religion fut jugée responsable des nombreux dommages que faisaient subir les corsaires maltais aux navires grecs des Cyclades, des Sporades et du Dodécanèse (Naxos, Paros, Santorin, Sira, Sifnos, Andros, Milo...). Les archevêques de Naxos et de Paros avaient en effet envoyé plusieurs lettres de protestations au Grand Maître au sujet des razzias que les corsaires maltais effectuaient régulièrement dans leurs îles, au lieu de détrousser les navires turcs102. Le 4 juillet 1647, instruction fut donc désormais donnée par le Grand Maître aux corsaires de ne plus s’attaquer aux Grecs de ces îles, sous peine de ne plus jamais recevoir de patentes de course103. Vraisemblablement, cette décision magistrale ne fut pas scrupuleusement suivie car, en octobre 1665, après réception de nouvelles lettres de protestations de la part des archevêques, le Conseil dut rappeler à tous les corsaires arborant le pavillon maltais qu’il était interdit d’attaquer les îles grecques de Naxos, Santorin, Milo et Chio et d’arraisonner les navires de leurs marchands104.

  • 105 AOM 261, ff° 125v.-126v., 18 février 1669, Rapport de l’Ordre au roi d’Angleterre relatant les fait (...)
  • 106 AOM 261, f° 125v.
  • 107 AOM 261, f° 126r.
  • 108 AOM 261, f° 90v., 23 janvier 1668.
  • 109 AOM 261, f° 126v.
  • 110 AOM 261, f° 126v.

45Plus grave encore, la course maltaise concerna à cette époque les navires anglais et français. Ainsi, en 1661, le navire du consul anglais de Chypre, Roger Fuchs, fut arraisonné au large de Candie par le chevalier de Saint-Amand, alors qu’il faisait voile vers Londres105. La valeur de la cargaison perdue se montant à 4 500 pièces de 8 réaux, le consul anglais de Chypre en référa à celui de Malte, qui porta plainte auprès du Conseil de l’Ordre. Le chevalier incriminé dut se justifier devant le Tribunal des Armements et un tiers de la cargaison (composée de denrées non périssables) fut restitué en 1662 à son propriétaire. Le reste des marchandises, essentiellement des épices, du lin et des soieries, fut conservé par l’Ordre et revendu106. Indigné, le roi d’Angleterre exigea alors la restitution de la prise, ou son remboursement, mais l’Ordre répondit par courrier qu’il non havea alcuna responsabilità intorno alle prese delli corsali, benche se concedeva le patenti107. En outre, en vertu d’une décision de Louis XIV, prise en 1667, d’interdire le transport des marchandises musulmanes sur des navires chrétiens108, l’Ordre estimait de son devoir de confisquer la cargaison du consul de Chypre et de ne pas la restituer aux marchands anglais109. Excédé, le consul menaça les chevaliers de faire confisquer leurs commanderies par le roi d’Angleterre, pour les punir de leurs activités et de leur arrogance110.

46Bien que dans cette affaire, l’Ordre se fût abrité derrière la décision prise par Louis XIV d’interdire le transport des marchandises musulmanes sur des navires chrétiens, le mécontentement français faisait, dans les décennies 1650-1660, largement écho à celui des Anglais. En 1653 déjà, les consuls de Marseille se plaignaient au roi des Maltais « qui pillent les amis de Votre Majesté et ruinent ce peu de commerce que le malheur des temps nous permet encore de faire...

  • 111 Louis Bergasse, Gaston Rambert, Histoire du commerce de Marseille... cit., tome IV, p. 26 (extrait (...)
  • 112 AOM 260, ff° 180r.-180v., 28 novembre 1664.
  • 113 AOM 261, ff° 21r.-21v., 10 avril 1665 (rapport de l’Ordre au roi de France).

47C’est pourquoi, Sire, nous espérons que Votre Majesté, qui sait les inconvénients dont ce grand désordre peut être suivi, y remédiera infailliblement et pourvoira aux justes plaintes des étrangers et de ses sujets... Il s’agit en ce point de l’honneur de la France aussi bien que de la fortune et du repos des sujets de Votre Majesté... »111. Ainsi sollicité de mettre un frein aux agissements des corsaires maltais religieux et non religieux, Louis XIV ne pouvait ignorer les déprédations que subissaient les navires de son royaume, et particulièrement marseillais, à leur retour du Levant. Mais ce fut après la signature de la paix avec l’Espagne en 1659, que le roi se soucia véritablement des retombées de la course maltaise sur le commerce français, à la suite d’une prise effectuée par un chevalier. En effet, en 1664, le chevalier de la Barre, parti en course au Levant, arraisonna au large d’Alexandrie un navire français, commandé par un capitaine français mais portant entre autres, une cargaison de marchands juifs levantins. La cargaison fut entièrement prise et rapportée à Malte112. Furieux, le roi de France exigea la restitution des biens en janvier 1665, avant de menacer l’Ordre d’interdire à tous les chevaliers français de pratiquer désormais la course113.

48Le Conseil rédigea alors un long rapport de défense, que devait présenter un ambassadeur à la cour, par lequel il avançait à Louis XIV six grandes raisons qui justifiaient la nécessité de sa course en Méditerranée :

  1. D’abord, far guerra ed offendere il Turco per tutti li mezzi possibili essendo instituto suo (argument qui peut paraître étonnant quand on songe que le navire pris en course n’était ni musulman, ni porteur de marchandises turques !), il ne pouvait absolument pas désarmer ses galères et cesser la course (« ...non potrebbe disarmare le sue galere et levare affatto il corso... »).

  2. Ensuite, les chevaliers et les laı¨cs français étaient dominants dans la course maltaise ; ce serait donc priver les sujets du roi de France de revenus considérables et de possibilités de carrières que de les empêcher de pratiquer leurs activités.

  3. En outre, la pratique corsaire avait permis à l’Ordre de former à Malte les meilleurs capitaines et marins, qui pouvaient être employés ensuite da Sua Maestà et altri Principi nel governo delle loro armate et squadre.

  4. Par ailleurs, les musulmans poursuivaient au même moment leurs activités corsaires, et l’interdiction de la course chrétienne constituerait une fragilité certaine pour les navires et le commerce chrétiens, menacés en permanence par les Turcs et les Barbaresques.
    Ceux qui pâtiraient le plus sûrement de la suspension de la course maltaise seraient les nombreux marchands français installés ou non à Malte, qui pratiquaient régulièrement le commerce avec le Levant, et qui risqueraient d’être attaqués par les corsaires barbaresques (« ...sarebbe male perche havendo lucro considerabile li vasselli francesi di Malta o di altri porti francesi, nel navigare le mercantie de Turchi nelli loro porti, per li gran noliti... correbbono il rischio d’incontrarsi con corsari barbareschi... »). Empêcher Malte de faire la course faisait donc encourir le risque à Louis XIV de contribuer à l’affaiblissement de son commerce en Méditerranée.

  5. L’abandon de la course maltaise laisserait en outre une totale liber-té de mouvements aux navires de commerce ottomans, et soutiendrait à terme le développement économique de l’Empire turc plutôt que celui des chrétiens (« ...da questa proibitione di depredare le robbe d’infideli da vasselli francesi... seguirebbe facilità di trasporto da paesi de Turchi in paesi pure de Turchi et utile gradissimo al Gran Turco et tutti suoi vasselli... »)

    • 114 AOM 261, f° 21r.

    Enfin, la course permettait de capturer de nombreux renégats, que l’Inquisition pouvait ramener au sein de l’É glise, salvando anime perdute della dannatione114.

  • 115 AOM 261, f° 21v.

49Le rapport s’achevait sur une supplique au roi, pour lui demander de révoquer sa décision d’interdiction de la course maltaise115. Finalement, Louis XIV se laissa convaincre par les arguments avancés par l’Ordre, et l’interdiction de la course fut ajournée. Cette victoire diplomatique sembla galvaniser les chevaliers, qui, dans les derniers moments de la guerre de Candie, multiplièrent les prises corsaires et commirent de ce fait une nouvelle bévue.

  • 116 AOM 261, ff° 52r.-52v., 28 juin 1666.
  • 117 AOM 261, f° 52r.
  • 118 AOM 261, f° 52v.

50En janvier 1666, soit moins de deux ans après l’affaire précédente, le chevalier Bouliers captura au Levant un navire de commerce français chargé de produits levantins coûteux (lin, coton, riz, épices, soieries), dont il pilla la cargaison116. La réaction de Louis XIV ne se fit pas attendre : au mois de mars, il expédia une lettre ordonnant immédiatement à l’Ordre de restituer aux marchands levantins la cargaison, conformément aux capitulations qui liaient les rois de France au sultan, par lesquelles les échanges de marchandises devaient se faire librement117. Le Conseil dépêcha auprès du roi un ambassadeur chargé de plaider la cause maltaise et de supplier Louis XIV de ne pas exiger de restitution, avançant l’argument que la liberté de commerce que supposait le transport de cargaisons musulmanes sur des navires chrétiens engendrait la fin de la course et le désarmement des galères devenues inutiles (« ...introdotto una volta questa libertà di potersi navigare le mercantier de Turchi in vasselli francesi, bisognarebbe toglier il corso e disarmare le galere come inutili... »)118. Or, les chevaliers ne pouvaient vivre sans la course, qui était pour eux la croisade sur mer qu’ils pratiquaient depuis déjà six siècles.

  • 119 AOM 261, f° 53r., 8 juillet 1666.
  • 120 AOM 261, f° 61r., 30 novembre 1666 (Lettre de Louis XIV datée du 29 octobre 1666).

51En même temps qu’il plaidait sa cause auprès du roi, le 8 juillet 1666, le Conseil prit la décision de garder pour le bénéfice du Couvent la cargaison française, et de ne pas prêter attention au mécontentement de Louis XIV. Une partie de la cargaison (riz, denrées périssables) fut ainsi vendue à Messine au début du mois119. L’assurance, voire l’inconscience, de l’Ordre paraît ici surprenante : à l’heure où il subissait le courroux des puissances anglaise et française, il osait revendre la cargaison dont Louis XIV réclamait la restitution. Le roi de France ne décolérait pas et expédia trois lettres de protestations au Grand Maître entre le mois de mars et celui d’octobre 1666. La dernière missive, datée du 29 octobre, rendait directement l’Ordre, qui n’avait pas restitué les marchandises, responsable de la suspension du commerce entre les cités de Marseille, d’Alexandrie et de Smyrne (« ...Le retardement de cette restitution est cause que tous les vaisseaux françois demeurent en arrest a Smyrne et en Alexandrie d’Egypte, dont je vous laisse a juger le grand prejudice que le commerce recoit... Mais encore par ce quil a donné lieu depuis peu a la prise de deux autres vasseaux francois de la Cioutat pris par un corsaire turc qui avoit armé un vaisseau audit lieu d’Alexandrie d’Egypte... »)120.

  • 121 AOM 261, f° 90v., 23 janvier 1668.

52En dépit de l’irritation royale, les chevaliers obtinrent encore une fois gain de cause dans cette affaire. Le 23 janvier 1668, le Conseil reçut une lettre de l’ambassadeur de Malte à la cour de France, qui l’informait que Louis XIV avait interdit désormais le transport des marchandises musulmanes sur les vaisseaux de commerce français, particulièrement toulonnais et marseillais. Dans le cas où les navires ne respectaient pas la décision royale, ils pouvaient être capturés par les corsaires. Une lettre royale fut ainsi adressée à Monseigneur de La Haye [ambassadeur de France à Istanbul] pour reitere a la porte les mesme deffenses et peines pour les vaisseaux francois qui porteront de la robbe turque d’un port a un aultre... Je sollicite aussy un ordre pour Marseille et Thoulon affin de faire scavoir aux Capitaines des vaisseaux que s’ils portent du Turc au Turc ils seront de bonne prise121. En 1668, la victoire de l’Ordre semblait éclatante ; elle fut pourtant de courte durée.

  • 122 C. Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle... cit., p. 309-310.
  • 123 L. Bergasse, G. Rambert, Histoire du commerce de Marseille... cit., p. 208.
  • 124 C. Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle... cit., p. 319.
  • 125 M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ?... », art. cit., p. 367.

53En mars 1669, un édit d’affranchissement de Colbert, chargé des affaires commerciales du royaume depuis 1664, faisait de Marseille un port franc ayant monopole sur le commerce du Levant122. Les marchands étrangers bénéficiaient d’avantages destinés à les attirer en grand nombre dans le port, comme le privilège de la bourgeoisie octroyé à tous ceux qui auraient acquis une propriété ou une maison dans les terrains nouvellement annexés à la ville123. Pour éviter qu’ils ne conquissent l’avantage sur les marchands marseillais et pour laisser à ceux-ci le monopole sur le trafic oriental, un droit de 20 % frappait toutes les marchandises du Levant arrivées sur vaisseaux étrangers ou ne faisant pas leur décharge à Marseille124. Tout le commerce des Échelles passait donc par Marseille, dont les navires, nous l’avons vu, avaient pris l’habitude, depuis les années 1620-1630, de faire escale à Malte à la fois sur le trajet aller et sur celui du retour. Dans ces conditions, les autorités marseillaises ne pouvaient laisser les navires phocéens et provençaux courir le risque d’être capturés au Levant ou sur la route les conduisant vers le bassin occidental. La course maltaise était fortement compromise : elle le fut définitivement en 1679, lorsque Louis XIV interdit aux chevaliers français de la pratiquer jusqu’à nouvel ordre125.

CONCLUSION

54Durant tout le second xviie siècle, l’unité et la stabilité de l’Ordre de Malte avaient ainsi été dangereusement affectées par l’éclatement de la rive chrétienne qui démultipliait les critiques à l’encontre de la Religion. Aux protestations conjuguées de l’Espagne et de la France qui lui reprochaient de prendre parti dans le conflit qui les opposait, s’ajoutaient les rancœurs italiennes, toscanes ou génoises, qui contestaient sa grandeur morale et ses privilèges diplomatiques ou militaires cependant que toutes les puissances, tant catholiques (même pontificale) que protestantes, profitaient du contexte européen troublé pour le déposséder peu à peu de ses biens. Surtout, la course qui naguère encore faisait sa gloire et justifiait son existence d’ordre militaire et chevaleresque, lui attirait désormais l’irritation presque généralisée des puissances dont il contrariait les intérêts économiques. Aux doléances habituelles des Vénitiens s’ajoutaient pour la première fois les critiques des États européens qu’étaient la France et l’Angleterre, et celles de marchands étrangers établis à Malte, las de voir leurs navires arraisonnés par les corsaires de l’île.

  • 126 AOM 258, ff° 199r.-199v., 8 octobre 1649.

55Ballotté par les intérêts contradictoires des puissances et menacé dans son identitémême par la condamnation de la course, l’Ordre se trouvait confronté à des choix impossibles : soutenir un É tat catholique plutôt qu’un autre, abandonner ses galères, pupilla di suoi occhi126, et la pratique de la course. Désireux d’échapper à ce contexte difficile, il chercha refuge dans une tentative de réactivation de la conjoncture méditerranéenne qui avait contribué à sa renaissance après la perte de Rhodes, puis à son renom durant tout le xvie siècle et le début du xviie siècle. Sous le prétexte d’une pérennité du danger infidèle, il donna une nouvelle impulsion à la fortification de son île, avant de se lancer à corps perdu dans l’aventure candiote et dans la lutte armée contre le péril turc.

Notes

1 « Queste galere sono la pupilla di nostri occhi, percio che da quelle dipendono tutto il nostro bene, riputatione e honore, e senza di esse non si farebbe piu conto di noi che delli piu humili frati d’altri ordini religiosi... » ; AOM 258, ff° 199r.-199v., 8 octobre 1649.

2 « ... toglier il corso e disarmare le galere come inutili... sarebbe la rovina dell’esercitio del nostro instituto... » ; AOM 261, f° 52v., Rapport de l’Ordre au roi de France, 28 juin 1666.

3 Lucien Bély, Les relations internationales en Europe (xiie-xviiie siècles), Paris, 1992 ; L. Bély (dir.), L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, Paris, 2000 ; Henry Bogdan, La guerre de Trente Ans (16181648), Paris, 1997.

4 Daniel Nordman, « Des limites d’État aux frontières nationales », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire. II. La Nation, Paris, 1986, p. 35-61 ; D. Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire (xvie-xixe siècles), Paris, 1998 ; D. Nordman, « Des frontières. Au miroir de la France », in Annales HSS, 58e année, n° 5, sept.-oct. 2003, p. 1049-1053.

5 Peter Sahlins, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le xviie siècle, Paris, 1996 (édition anglaise de 1989).

6 Molly Greene, Kandiye, 1669-1720. The formation of a merchant class, Ph. D., Princeton University, 1993 ; M. Greene, A shared world. Christians and Muslims in the Early Modern Mediterranean, Princeton, 2000.

7 Citons notamment le riche et récent colloque Venezia e Creta [Atti del Convegno internazionale di Studi (Iraklion-Chanià, 30 sept.-5 oct. 1997)], Venise, 1998. Ce colloque offre une bonne vision d’ensemble de la Crète à l’époque vénitienne, ainsi que des enjeux et du déroulement de la guerre de Candie.

8 Henry Bogdan, La guerre de Trente Ans (1618-1648), Paris, 1997, p. 167-168.

9 Lucien Bély, Les relations internationales en Europe (xiie-xviiie siècles), Paris, 1992, p. 95.

10 Bartolomé Bennassar et Bernard Vincent, Le temps de l’Espagne (xvie-xviie siècles). Les siècles d’or, Paris, 1999, p. 154.

11 Jean Bérenger, « Ferdinand III et la France de Mazarin », in Lucien Bély (dir.), L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, Paris, 2000, p. 163.

12 AOM 256, ff° 152r.-153r., 24 novembre 1636.

13 AOM 256, f° 252v. (« ...dimostrar che questa Religione non voleva mai danneggiare i vascelli di Sua Maestà Cattolica... Tale l’estrema necessità nella quale vediamo esser ridotti questi popoli nostri vascelli e noi con essi... vedendoci ne-gare l’ordinario sostento dalla Sicilia, habbiamo procurato di proveder dal Regno di Napoli... »).

14 Dal Pozzo, II, p. 14.

15 Dal Pozzo, II, p. 15.

16 Mario Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovanni... cit., p. 154.

17 Dal Pozzo, II, p. 21.

18 Dal Pozzo, II, p. 20.

19 AOM 257, f° 12r., 11 avril 1639.

20 AOM 257, f° 12v., 14 avril 1639.

21 AOM 257, f° 39r., 29 novembre 1639.

22 M. Monterisi, Storia politica e militare dell’Ordine di San Giovanni... cit., p. 154.

23 AOM 257, f° 57v., 10 septembre 1640.

24 AOM 257, f° 71r., 3 février 1641.

25 AOM 257, f° 71r., 3 février 1641.

26 AOM 258, f° 237r., 11 février 1651.

27 AOM 257, f° 203v., 11 mars 1645.

28 AOM 256, ff° 3v.-6v., 6 août 1624.

29 AOM 256, f° 4v.

30 AOM 256, f° 4v.

31 AOM 256, f° 5r.

32 AOM 296, f° 104r., mai 1631.

33 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 108.

34 Dal Pozzo, II, p. 39.

35 Dal Pozzo, II, p. 40.

36 Dal Pozzo, II, p. 41.

37 Dal Pozzo, II, p. 41.

38 Olivier Poncet, « Les contradictions d’une diplomatie. Le Saint-Siège face aux demandes indultaires des souverains catholiques (France, Espagne, Portugal) », in Lucien Bély (dir.), L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, Paris, 2000, p. 255.

39 O. Poncet, « Les contradictions d’une diplomatie... », art. cit., p. 257.

40 Yves-Marie Bercé, « Rome et l’Italie au xviie siècle. Les dernières chances temporelles de l’État ecclésiastique, 1641-1649 », in L’Europe, l’Alsace et la France. Études réunies en l’honneur du doyen Georges Livet de l’Université des sciences humaines de Strasbourg, Strasbourg, 1986, p. 229-237.

41 Franco Catalano, Gennaro Sasso, Vittorio de Caprariis, Guido Quazza (dir.), Storia d’Italia. Dalla crisi della libertà agli albori dell’illuminismo, Turin, 1965, p. 700.

42 F. Catalano, G. Sasso, V. de Caprariis, G. Quazza (dir.), Storia d’Italia... cit., p. 701.

43 F. Catalano, G. Sasso, V. de Caprariis, G. Quazza (dir.), Storia d’Italia... cit., p. 696-697.

44 Giuseppe Galasso (dir.), Storia d’Italia. I ducati padani, Trento e Trieste, vol. XVII, Turin, 1979, p. 268.

45 Dal Pozzo, II, p. 73.

46 AOM 257, ff° 121r.-122r., 2 octobre 1642.

47 AOM 257, ff° 125v.-126r., 13 octobre 1642.

48 AOM 257, f° 126r.

49 Dal Pozzo, II, p. 73.

50 AOM 257, f° 143v., 27 juillet 1643.

51 AOM 257, f° 145r., 5 août 1643.

52 Dal Pozzo, II, p. 74.

53 Dal Pozzo, II, p. 75.

54 F. Catalano, G. Sasso, V. de Caprariis, G. Quazza (dir.), Storia d’Italia... cit., p. 702.

55 AOM 257, f° 126r., 13 octobre 1542.

56 Françoise Bayard, « Paix des armes, tempête dans les finances au milieu du xviie siècle. Le cas français », in L. Bély (dir.), L’Europe des traités de West phalie... cit., p. 212.

57 AOM 257, ff° 87v.-90v., 7 octobre 1641.

58 AOM 257, f° 90v.

59 AOM 257, f° 97v., 18 novembre 1641.

60 AOM 257, f° 147v., 11 septembre 1643.

61 AOM 257, f° 148v., 13 novembre 1643.

62 AOM 257, f° 157v., 18 février 1644.

63 AOM 258, f° 91r., 5 juillet 1647.

64 AOM 468A, f° 243v., 9 mai 1637.

65 AOM 255, ff° 6r.-6v., sans date (début de l’année 1623).

66 Dal Pozzo, II, p. 47.

67 H. Bogdan, La guerre de Trente Ans... cit., p. 266.

68 AOM 260, ff° 129r.-130r., 30 juin 1662.

69 AOM 260, f° 129v.

70 AOM 259, f° 90v., 18 mars 1654.

71 AOM 259, f° 90v.

72 AOM 259, f° 97r., 26 juin 1654.

73 AOM 260, f° 130r.

74 AOM 260, f° 149v., 28 mars 1663.

75 AOM 260, f° 177v., 23 février 1664.

76 AOM 261, f° 20v., 10 avril 1665.

77 AOM 261, ff° 91r.-91v., 28 janvier 1668.

78 M. Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovanni... cit., p. 158.

79 AOM 448, ff° 223v.-224v., 4 octobre 1594.

80 Voir Partie I, Chapitre II ; AOM 448, ff° 223v.-224v., 4 octobre 1594 (« ...secondo l’antica consuetudine et possesso osservatori massime tempo della felice memoria dello Imperatore Carlo Quinto allo stendardo et Capitana di nostra Religione nell’armata christiana tocca il luogo piu preeminente doppo la Capitana del Papa et delli Regi... »).

81 Nicola Gigante, « Querelle tra i Cavalieri di Malta e la Repubblica di Genova per la preminenza dello stendardo », in Studi melitensi, IV, 1996, p. 62.

82 ASV, SS Malta 12, f° 97r., 19 mai 1657.

83 AOM 259, f° 173r., 9 juin 1656.

84 AOM 259, f° 173v.

85 AOM 260, f° 108r., 17 septembre 1661.

86 Dal Pozzo, II, p. 456.

87 AOM 257, f° 63r., 20 janvier 1641.

88 AOM 257, f° 63r., 20 janvier 1641.

89 AOM 257, f° 64r., 26 janvier 1641.

90 AOM 257, ff° 73r.-73v., 14 mars 1641.

91 AOM 257, f° 116r., 17 juin 1642, Rapport de l’Ordre au pape relatant les faits.

92 AOM 257, f° 75v., 19 avril 1641.

93 AOM 257, f° 78v., 14 mai 1641.

94 AOM 257, f° 116v., 17 juin 1642.

95 AOM 258, ff° 47r.-47v., 11 novembre 1645.

96 AOM 258, f° 41v., 6 septembre 1645.

97 AOM 258, f° 47v., 1er décembre 1645.

98 AOM 257, f° 117r.

99 AOM 260, ff° 62r.-62v., 5 juillet 1659.

100 AOM 259, ff° 14v.-15r., 4 octobre 1651.

101 Vincent Borg, Fabio Chigi, apostolic delegate in Malta (1634-1639), Cité du Vatican, 1967, p. 296, Lettre du 29 août 1635 (édition de la correspondance de l’Inquisiteur de Malte avec le Cardinal Barberini).

102 AOM 472, ff° 249v.-250r., 4 juillet 1647.

103 AOM 472, f° 250r.

104 AOM 261, f° 33v., 3 octobre 1665.

105 AOM 261, ff° 125v.-126v., 18 février 1669, Rapport de l’Ordre au roi d’Angleterre relatant les faits.

106 AOM 261, f° 125v.

107 AOM 261, f° 126r.

108 AOM 261, f° 90v., 23 janvier 1668.

109 AOM 261, f° 126v.

110 AOM 261, f° 126v.

111 Louis Bergasse, Gaston Rambert, Histoire du commerce de Marseille... cit., tome IV, p. 26 (extrait des archives de la Chambre de commerce de Marseille).

112 AOM 260, ff° 180r.-180v., 28 novembre 1664.

113 AOM 261, ff° 21r.-21v., 10 avril 1665 (rapport de l’Ordre au roi de France).

114 AOM 261, f° 21r.

115 AOM 261, f° 21v.

116 AOM 261, ff° 52r.-52v., 28 juin 1666.

117 AOM 261, f° 52r.

118 AOM 261, f° 52v.

119 AOM 261, f° 53r., 8 juillet 1666.

120 AOM 261, f° 61r., 30 novembre 1666 (Lettre de Louis XIV datée du 29 octobre 1666).

121 AOM 261, f° 90v., 23 janvier 1668.

122 C. Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle... cit., p. 309-310.

123 L. Bergasse, G. Rambert, Histoire du commerce de Marseille... cit., p. 208.

124 C. Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle... cit., p. 319.

125 M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ?... », art. cit., p. 367.

126 AOM 258, ff° 199r.-199v., 8 octobre 1649.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540