Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au naturel

 | 
Fabrice D’Almeida

Deuxième partie. Les voies du sourire

Chapitre 4. Conscience de soi et mutations historiques

Texte intégral

1L’opération photographique ou filmique n’est pas univoque. Deux types idéaux de clichés se sont distingués dans l’analyse suivie jusqu’à présent. Dans le premier – les images identitaires –, l’intention du sujet prime sur celle du photographe. Leur projet commun est de fabriquer une image qui soit endossable par le photographié et qui lui serve dans ses démarches publiques ou administratives. L’image de reportage et la photographie d’art induisent une deuxième logique. Au terme de celle-ci, l’intention du reporter l’emporte dans la mesure où c’est sa décision qui crée l’événement iconique. Les sujets font l’événement historique, mais, sauf exception, ils ne détiennent pas les commandes de la prise de vue. Ils définissent une partie de la représentation mais ne peuvent maîtriser les stratégies d’impact de ceux qui les prennent. Photographes, cameramen et surtout réalisateurs ont, eux, cette possibilité de construire un argumentaire parallèle à celui de l’événement.

  • 1 Si la guerre joue un tel rôle, c’est qu’elle laisse un grand nombre de ses victimes vivantes, muti (...)

2Ces deux conjonctures deS figurations existent rarement à l’état brut. Plus souvent le preneur et le sujet collaborent dans la construction de la figure. Cet entre-deux est précisément l’espace où se fige une certaine conscience de soi dans l’espace public. Les sujets profitent de la négociation obscure pour marquer dans l’image les caractéristiques de leur rapport à la prise de vue. Une série d’images assez inclassables doivent ainsi être traitées par l’historien : figuration contenant une charge de violence et un rejet des stéréotypes de classement ; mise en scène d’éléments accessoires pour affirmer des qualités individuelles. L’objet de ce chapitre est de montrer, à travers des clichés épars et atypiques, comment les caractéristiques de la présentation personnelle de soi, entre la fin de la Première Guerre mondiale1 et la fin des années 1950, glissent d’une conception maîtrisée atténuée par du naturel à une conception du naturel tempérée de maîtrise.

S’INVESTIR DANS L’IMAGE

  • 2 AP fondation Kuliscioff, Milan, photographies, album marron. Cet album contient la série des méfai (...)

3La série de clichés date pour l’essentiel des années 1921-1922. Ils forment un ensemble assez cohérent et doivent avoir été rassemblés soit à l’époque où les faits se sont déroulés, soit plus tard quand la pérennisation du régime fasciste transforma ce type d’images en de véritables objets de culte2. Les attitudes sont toutes stéréotypées. Les chemises noires se tiennent sur les ruines des maisons populaires. Ils sont censés avoir à peine accompli leur exploit mais l’absence de fumées et l’état de délabrement des ruines tend à montrer que l’image a été prise assez longtemps après la fin des combats et du travail de destruction. Ce sont des photographies de groupe. Tantôt les hommes sont collés les uns aux autres, tantôt dispersés parmi les ruines. Souvent, ils tiennent une arme pour souligner le caractère martial de leur action. Peu de sourires sur ces images où les postures viriles et sévères l’emportent. Quelques hommes, ici ou là, en ébauchent un. L’air dominant ? Celui du contentement de soi. Plantés au milieu des décombres, les fascistes exhibent leur œuvre comme des artistes... sculpteurs. Mieux, les rares sourires affichent une supériorité et disent implicitement au spectateur la part grande qu’ils ont pris à cet exploit.

4Les postures dans tous ces cas ne sont pas le fruit d’une mise en scène coordonnée. Elles évoquent davantage ces photographies de noces où l’on voit un parent se prendre au sérieux et un autre plaisanter avec ses voisins. Ces dilettantes soulèvent la question de la conscience que les photographiés ont de l’usage à venir de leur photographie. Dans la cérémonie privée, le rôle dévolu à l’image laisse libre cours à des attitudes moins guindées surtout si l’on n’est pas directement soumis à l’autorité directe des parents. Ce sont souvent les oncles qui arborent ces attitudes détachées ou les cousins plus tout à fait jeunes. La photographie dans ce cas n’est plus aussi solennelle. Elle est devenue si banale qu’elle n’oblige plus celui qui s’y soumet.

5Quand les squadristes triomphent des maisons du peuple, ils veulent témoigner de leur importance. La photographie n’est pas anodine pour eux. La satisfaction affichée tient aussi dans l’effet de la prise du cliché qui solennise l’instant. De même, dans les banquets des années 1900, les convives s’interrompaient pour poser ensemble.

  • 3 Goglia (Luigi), Storia fotografica dell’Impero fascista 1935-1941, Bari-Rome, Laterza, 1985, image (...)

6Quelques années plus tard déjà, les participants n’ont plus le même sentiment déterminant de ces traits volés au temps. Lors de la guerre d’Éthiopie, les images de soldats italiens ne sont pas aussi tenues que celles de leurs prédécesseurs squadristes. Ces hommes pensent à s’amuser avant une mission qu’ils imaginent douloureuse ou glorieuse. La banalisation de la situation de prise est d’autant plus frappante quand l’historien observe des documents qui proviennent des organismes officiels de propagande. Luigi Goglia, dans son Histoire photographique de l’Empire, donne ainsi l’exemple d’une mise en scène où les coloniaux italiens tentent de résoudre un problème de dette entre Éthiopiens3. Les officiels posent, le créancier et le débiteur ont l’air gêné, d’autres coloniaux se tiennent à côté, certains discutant entre eux, un autre fixant l’objectif dans l’attente de la prise. Le but était de montrer l’action civilisatrice et organisée italienne. L’impression qui en ressort est celle d’une relative pagaille : l’image a introduit une perturbation supplémentaire.

  • 4 Makhine (Andreï), Le testament français, Paris, Mercure de France, 1995, p. 15-17.
  • 5 AP institut Marc Sangnier, photographies, album no 3, marron, sans mention de date mais après 1909 (...)

7Cette distraction par rapport à la scène témoigne de ce que progressivement l’idée d’être photographié pèse moins sur les participants et de sa perte de solennité. Il y a là une histoire particulière à la photographie et qui n’est pas généralisable aux médias d’images mobiles. Car, avec ces images fixes, il y a un moment où l’on rappelle à l’ordre les participants, où le photographe généralement leur indique qu’ils vont être pris. Ces petits mots ne sont pas si innocents qu’il y paraît. Selon que l’organisateur lance : « on ne bouge plus » ou après les années 1950 « souriez », les participants adoptent une attitude ou une autre. Andreï Makhine décrit dans Le testament français comment une Française émigrée en Russie au moment de la guerre civile apprend à sa famille russe à dire « petite pomme » avant chaque photographie pour garder sur les lèvres une légère ouverture4. Il est fort probable que ces expressions ont hâté l’évolution des attitudes et favorisé leur généralisation. Cet appel effectué, le diaphragme claque. Ensuite les sujets modifient leur attitude. Parfois, la prise est doublée ou triplée sans que les photographiés en aient conscience. Parfois aussi, une prise a été effectuée trop tôt. Les albums personnels, comme les archives photographiques des organisations partisanes, conservent rarement ces prises multiples. On ne trouve généralement qu’une version d’une réunion ou d’un portrait de groupe. Quelques exceptions subsistent. Dans les albums de Marc Sangnier, par exemple, des essais différents prouvent que les auteurs voulaient varier les costumes plutôt que les attitudes5.

  • 6 Bibliothèque nationale, Estampes, collection G. Sirot, cité dans Agulhon (Maurice), Histoire de Fr (...)
  • 7 Il parlamento italiano... op. cit., vol. 12 bis, série sur Graziani accompagnant sa notice.
  • 8 Milano, janvier-février, 1936, p. 50.

8La mauvaise perception du signal donné par le photographe explique sans doute certaines attitudes décalées, comme la poursuite d’une conversation. Dans ce cas, les participants ne sont pas totalement en dehors de l’événement iconique. Leur posture est partiellement conforme aux besoins de l’image et la distraction par rapport à la prise est la marque de leur souveraine indifférence pour les questions de forme. Une photographie de groupe d’un des cabinets Briand, réuni à Rambouillet dans les années 1920, illustre cet état d’esprit6. Le président du Conseil a une joyeuse polémique avec un de ses ministres sous l’œil amusé de quelques participants. L’image ne semble pas avoir été particulièrement diffusée dans la presse de l’époque et peut être une de ces prises de vue « manquées ». Elle traduit néanmoins une faible considération pour l’acte photographique ou une sorte d’affectation d’inattention à la prise de vue. Cette disposition d’esprit est plus répandue qu’il peut paraître. Une grande partie des images de reportage sont prises alors que les acteurs sont conscients de la présence d’un tiers pouvant diffuser cette image et donc donner une vision d’eux plus ou moins flatteuse. Les sujets adoptent un port ou une contenance conforme à leur souhait. Inversement, certains personnages dans le cours d’une action s’interrompent et prêtent leur attention aux photographes plutôt qu’à leurs interlocuteurs. Mussolini est coutumier de ces deux attitudes qui indiquent son sens profond de l’image. Ainsi, au sortir d’un discours, il échange quelques mots avec Graziani qui se tient proche de lui7. Toute sa contenance, sa main posée sur la tribune et son maintien très affecté laisse supposer qu’il se sait pris : il tente de paraître naturel, notion sur laquelle il faudra revenir. À l’inverse, lors d’une rencontre avec un autre militaire, le maréchal Badoglio, Mussolini regarde bien droit l’objectif et adopte sa posture décidée alors que le maréchal lui parle8. Cette préoccupation pour son apparence et cette volonté de s’assurer de l’effectivité de la prise sont le propre des hommes politiques célèbres. Depuis l’entre-deux-guerres, ils ont pris l’habitude de cette présence permanente de photographes et de cameramen. Ils les repèrent et savent fixer les objectifs avec une intensité digne des plus grands acteurs. Ils jouent même la comédie, adoptant des postures susceptibles de retenir l’attention du public, sur place et lors de la publication. Cette théâtralisation est prévisible dans les réunions publiques. Ainsi les attitudes des orateurs lors des meetings sont-elles dictées par des considérations esthétiques et non seulement logiques. Celles-ci importent autant sinon plus lors des conférences de presse dont la pratique se développe entre les deux guerres et qui supposent la présence d’hommes d’images représentant leur journal. Elles pèsent aussi sur d’autres circonstances qui commencent à ponctuer la vie publique, les affaires de justice.

  • 9 Voir par exemple le film sur le procès La Rocque de 1938 conservé à Bois-d’Arcy, documents Pathé j (...)
  • 10 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 98, 75000/P/36 M 1-3. La série d’images est prise au siège du PSF, p (...)

9L’illustre remarquablement le colonel de La Rocque qui, à plusieurs reprises, fut amené dans les années 1930 à fréquenter les tribunaux. Lors de l’ouverture des procès, certains journalistes étaient autorisés à prendre des images des protagonistes. Les débats commencés, les présidents de tribunal leur demandaient de sortir. Plusieurs clichés des archives La Rocque associent les avocats et leur mandant avant les débats. Conscients d’être l’objet de l’attention, ils jouent l’innocence, en se consacrant à de plus hauts problèmes9. Toutefois, sur certaines prises, les regards sont adressés aux preneurs d’images. Ce jeu cesse quand le leader adopte délibérément des gestes à l’intention d’un public plus large que les présents. La Rocque, sur ce terrain, est en avance sur une pratique qui se banalise après les années 1950 en France. Il joue avec le média pour diffuser sa symbolique. Il sait adopter des attitudes et des actes marquants pour retenir l’attention du public. Ainsi, lors des poursuites intentées contre lui au moment du Front populaire pour reconstitution de ligue dissoute, il a l’idée en sortant du palais de justice de brandir ses poignets rapprochés pour signifier qu’on le traite comme un vulgaire criminel auquel on passe les menottes10. La scène paraît cocasse à ceux qui l’entourent et qui s’esclaffent. Même un gardien de la paix l’accompagnant rit de la plaisanterie. Le symbole lui paraît efficace car la Rocque l’emploie lors de discours pour rappeler à son auditoire comment sont traités les patriotes et retourner les soupçons de fascisme qui pèsent sur son mouvement, en caricaturant la liberté politique en régime de Front populaire.

  • 11 Burrin (Philippe), « Poing levé et bras tendus », art. cit., 1983.
  • 12 Il nous semble qu’outre la référence romaine, ce salut bras levé et main ouverte a vu sa diffusion (...)

10La gestuelle sort ainsi du cadre strictement liturgique pour remplir une fonction de communication. D’où l’intérêt de la recherche sur le poing levé et le bras tendu menée par Philippe Burrin11. Dans son article modèle paru dans xxesiècle, Burrin a souligné comment le salut romain était d’abord devenu le signe de reconnaissance des fascistes italiens, puis était passé aux nazis12. Ce cheminement conduisit la sociale-démocratie allemande à réagir. La réponse, sur laquelle Serge Tchakhotine eut une influence déterminante, fut de lever le poing. Le geste fut repris par le parti ouvrier belge et par ce biais passa à l’internationale socialiste, à la SFIO, aux antifascistes et donc aux partis communistes. Dans la guerre idéologique qui traverse l’Europe de l’entre-deux-guerres, chacun des camps possède un signe de reconnaissance.

  • 13 AP, FNSP, fonds Blum, album 1, par exemple le défilé de la paix en 1936 (107) ou les photographies (...)

11Pourtant tout n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Il n’existe pas partout deux camps uniques voués au face-à-face. La distribution des gestes dépasse les frontières partisanes. Dans un pays comme la France, le poing est fréquemment levé à partir de 1934. Léon Blum, dans ses campagnes du Front populaire ou lors des meetings de l’année 1936, est salué de cette manière par les militants socialistes et, parfois, communistes13. Le bras tendu est d’usage réduit. On le remarque chez les partisans de Doriot et de son Parti populaire français à partir de 1936, tout comme chez les Camelots du roi. Et, sans doute, certains groupuscules liés à l’Italie de Mussolini l’ont-ils utilisé.

  • 14 Il s’agit d’un ensemble photographique donné à la Fondation nationale des sciences politiques par (...)
  • 15 Cot (Jean-Louis), Balthazard (Magali), Delavie (Patrice), op. cit., p. 25. Film inventorié au no 1 (...)
  • 16 Voir AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 98, série 75016/P/36/M. les images proviennent de la presse et (...)

12Chez les Croix de feu, le geste apparaît résiduellement et nous ramène à cette question du jeu entre le photographe et ses sujets. Sur un fonds d’environ 2000 planches (avec parfois plusieurs images), seules 4 laissent voir des bras tendus14. Celle qui exprime le mieux la difficulté d’interpréter ce geste, dans une telle organisation, a été prise à Montrouge le 19 mai 1935 par un militant. À l’occasion de la fête de Jeanne d’Arc, la section s’était réunie, comme chaque année. Parmi les participants, des hommes et des femmes. Précisons que ces dernières, bien que non électrices, ont joué un rôle politique d’importance au sein des Croix de feu, des fils et filles des Croix de feu, des Volontaires nationaux, puis du Parti social français. Il s’agit d’une photographie de groupe prise sur un escalier assez imposant. Disposés sur plusieurs rangs, les assistants d’âge divers ont parfois le bras tendu, typique du salut romain. Parmi eux, des enfants ou des adolescents, des femmes. Peu de regards sont centrés sur l’objectif. Certains sont orientés dans la même direction sur le côté droit. L’hilarité visible de quelques participants tue toute notion de solennité dans le geste. Seul un enfant l’effectue avec une certaine conviction. D’autres mangent les croissants qui viennent d’être distribués. La convergence des regards laisse penser que ces militants ont répondu à une sollicitation. Mais qu’elle ait été ironique ou qu’ils l’aient pensé comme telle, ils ne peuvent accomplir ce geste en lui donnant toute sa portée d’adhésion. Car, dans l’organisation de La Rocque, le salut n’a rien de spécifique. Il n’est pas un code interne. Dans les défilés du mouvement, lors des réunions annuelles du 11 Novembre ou à l’occasion de la fête de Jeanne d’Arc, les dispos et les sections défilent en rang et saluent en tournant simplement la tête, en un geste militaire traditionnel. Quand il arrive dans des meetings, La Roque est salué le plus souvent par une ovation, des acclamations. Ceux qui le rencontrent lui serrent la main. En descendant de voiture, en montant à la tribune, le responsable des Croix de feu, puis du PSF, n’attire pas de manière spécifique de lui rendre hommage. En deux occasions cependant, un tel salut lui est adressé. Le 9 mai 1937, lors du défilé de Jeanne d’Arc, alors qu’il s’avance parmi ses fidèles à Paris, certains militants l’ovationnent le bras levé. La Rocque qui tient un bouquet de fleurs à la main ne leur répond pas, mais ne semble ni particulièrement outré de cet hommage, ni y prêter attention. Ce geste ne lui est pas inconnu. Un film consacré au congrès PSF de l’Aisne montre aussi une « réunion clandestine » dans un hangar agricole. « Par la suite, durant le discours du colonel La Rocque, un groupe de fidèles fait le salut fasciste15 ». Là encore le signe n’est pas spécialement reconnu par le chef. Enfin, ce dernier est absent quand, le 4 octobre 1936, les militants du PSF font le salut fasciste pour saluer les gardes mobiles16. Ce n’est donc pas l’indice d’un lent glissement sur la pente du fascisme. Au contraire, La Rocque dans ses interventions orales dit sa différence par rapport aux fascistes et aux nazis dont il ne prise guère l’idéologie.

13Les images de son organisation qui ont survécu donnent une impression assez éloignée de ces clichés exceptionnels. Les Croix de feu, nées en 1927, sont d’abord un mouvement d’anciens combattants n’acceptant dans ses rangs que d’anciens militaires particulièrement exposés pendant la Première Guerre mondiale. Les règles d’adhésion sont encore renforcées quand l’association se regroupe avec celle des Briscards. Officier particulièrement décoré, La Rocque prend la tête de cette association en 1931. Il n’en change pas immédiatement les caractéristiques, mais cherche à en étendre l’influence. Les images que ses amis ont conservées de cette période témoignent de ce que l’activité est pour l’essentiel faite de commémorations, de défilés et de rencontres avec d’anciens frères d’armes. Au demeurant, ces images ne sont pas fournies pour tous les départements. Dans une deuxième étape, La Rocque imagine d’élargir les bases de l’action en créant les fils et filles des Croix de feu, puis les Volontaires nationaux. Ces organisations modifient la logique d’appareil et, autour de La Rocque, se joue désormais une démarche partisane. Il s’agit de créer une structure nationale afin de participer à la réforme des institutions en promouvant les valeurs spécifiques du monde combattant. L’épisode du 6 février 1934 n’est pas un coup d’arrêt. Les images de rassemblements se densifient à partir de cette année. La dissolution de la Ligue en 1936 renforce cette dimension partisane et lui donne paradoxalement un dynamisme nouveau avec la création du PSF. Le décompte des photographies concernant les mouvements de La Rocque à Paris (département 75) fait ressortir le rapport à l’actualité et la densité événementielle au cours des années 1930.

Tableau 11. NOMBRE DE PHOTOGRAPHIES DES AMIS DE LA ROCQUE, GROUPE DE PARIS (PAR ANNÉE).

Tableau 11. NOMBRE DE PHOTOGRAPHIES DES AMIS DE LA ROCQUE, GROUPE DE PARIS (PAR ANNÉE).

Sources : nos calculs d’après AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 97-99.

14Le nombre de photographies reflète l’activité de l’organisation. Les événements publics sont systématiquement couverts par des photographes de l’association, des sympathisants, souvent amateurs, ou par des professionnels dont les clichés sont tantôt donnés en hommage aux fédérations, tantôt découpés après parution dans la presse, en particulier dans les journaux du mouvement comme le Flambeau qui en est l’émanation, le Petit Journal, racheté par le PSF en 1937, ou ceux dont il prise la lecture tels L’Écho de Paris, Le Jour ou Excelsior. La construction de ce fonds iconographique ne semble pas avoir eu une finalité directe de renseignement sur le fonctionnement de l’organisation. Il paraît davantage avoir servi d’instrument de mémoire, afin de rendre compte de l’activité multiforme de cette famille politique. Ces traces illustrent un comportement partisan qui oscille entre la stricte activité de parti et les interventions sociales. Les années avec le nombre le plus élevé de photographies correspondent à celles où les ventes de charité furent les mieux couvertes.

  • 17 Chopine (Paul), Six ans chez les Croix de feu, Paris, Gallimard, 1935, p. 158 sq.

15L’intention généraliste reflète un moment où la forme des partis tend à en faire des communautés. Elle évoque lointainement la prétention totalisante de certains États-Partis. Ainsi La Rocque est-il tour à tour dans des postures distinctes. Donateur de fonds et initiateur de centres, il apparaît proche de ces hommes d’État qui visitent de nouvelles institutions. Il est une sorte de chef d’État en réduction. Les mises en scène montrent que c’est à lui qu’est destinée la visite des locaux, c’est vers lui que se tournent les groupes rencontrés, c’est encore lui qui est le centre de l’attention selon le regard qu’il pose ou les phrases qu’il prononce. Il est à la fois le révélateur et le catalyseur de la réussite des projets. La dimension sociale relève assez largement de la philanthropie et de la charité. Dispensaires, soupes populaires, centres de loisirs et de colonies de vacances cohabitent avec des centres de formation et d’accueil. Les jeunes du milieu Croix de feu, puis des Volontaires nationaux et du PSF pouvaient croiser le colonel en colonie de vacances, lors de leurs prestations sportives, pour les fêtes de Noël, pendant leur formation universitaires et même s’ils tombaient au chômage. Ou au sein des clubs Jean Mermoz vu le culte voué à l’aéronautique par la France bien pensante durant cette période encore héroïque. La Rocque est conscient de drainer vers ses objectifs politiques des populations davantage attirées par les organisations particulières ou par des fins spécifiques. Toute une couronne de sympathisants, d’amis et de soutiens lointains forme ainsi le terreau sur lequel il sème ses valeurs d’ancien combattant. Sa primatie ne repose pas sur la force. Il assoit son autorité par des qualités d’organisation et une mise en scène simple qui composent une esthétique sobre, assez éloignée des fastes du fascisme. Ainsi aux deux grands rassemblement annuels du 11 Novembre et de la fête de Jeanne d’Arc, il ajoute les multiples petites réunions partisanes, les remises de fanions et de décorations qui lui assurent un contact direct avec les militants partout en France. Le scénario de ces remises a été décrit férocement par Paul Chopine, un de ses soutiens entré en dissidence17.

  • 18 Comme cette permanence grenobloise dans un café où tous les hommes sont tournés vers le photograph (...)

16L’atmosphère de ces réunions et l’attitude du public sont visibles dans le corpus conservé à la FNSP. Les participants ne diffèrent pas des hommes de l’entre-deux-guerres, des « Français moyens » pourrait-on dire. Les moustachus sont une forte minorité, les barbus rares. Tous se tiennent volontiers dans des cafés qui servent de lieux de réunion ou dans les bars organisés par les sections18. Leurs manières d’être sont populaires, pas du tout figées. Les Croix de feu et le PSF aiment le folklore régional et se plient avec délices, rarement avec ironie, à des mœurs même lointaines. Lors des grandes ventes de charité, les militants donnent libre cours à ces penchants. Les stands organisés par régions facilitent le folklore.

  • 19 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 98, 75008/P/37 parmi les documents les plus significatifs des manièr (...)

17Quelques exemples ? En mai 1935, la vente a lieu à l’hôtel Intercontinental et fait l’objet d’un reportage photographique complet par Dréville. On y voit des costumes bigarrés. En 1936, les militants se retrouvent au palais Berlitz. La Rocque et Mermoz visitent les stands qui se tiennent du 21 au 24 mai 1936. Pas de parfum insurrectionnel sur ces clichés, mais des gestes bon enfant, entre les coiffes alsaciennes et les costumes normands. Du 21 mai au 6 juin 1937, c’est à la Maison de France qu’a lieu la vente. Le reportage en images très complet rend bien l’atmosphère de kermesse qui règne lors de ces assemblées. Toutes les organisations de la famille politique ex-Croix de feu s’y retrouvent. Les stands des provinces sont habilement décorés19. Sur le stand de la Lorraine, on peut lire un panneau « Cette horloge exécutée par un EVP de Metz a été offerte au patron », comprendre La Rocque. Le Flambeau a son stand orné du sigle du PSF. Les clubs Jean Mermoz rassemblent de jeunes passionnés d’aviation avec la photographie de leur idole. Le stand des EVP est décoré d’une réplique de la Marseillaise de Rude et d’une grande Marianne dessinée. Les EVP se font prendre en groupe avec leurs brassards. Tous sourient ou rient. Un seul reste grave. Douze portent la moustache. La photographie n’est pas solennelle. Elle est devenue dans ce groupe souvenir de liesse. La même hilarité se retrouve au stand des étudiants qui servent du vin à leurs visiteurs. L’alcool n’est pas l’ennemi des défenseurs de la morale combattante. Lors de la vente de 1938 au Vel d’Hiv, du 26 au 29 mai, le bar est tenu par les anciens combattants du PSF. Un panneau appelle la clientèle en lui donnant bonne conscience :

Pour les vacances de nos gosses, vous n’en êtes pas à un sacrifice prêt. Il vous en reste un à accomplir et il n’est pas des plus désagréables ! ! ! ! Suivez donc le conseil des anciens combattants du PSF Sacrifiez-vous...

  • 20 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 99, 75014/P/39/v1-3, 4 La Rocque et Madame dans les stands des colon (...)

18La chaleur humaine entretient aussi le lien politique. Quand La Rocque parcourt ces allées ou qu’il s’attarde dans un stand, il est avec des camarades. Il s’amuse, lui aussi, des mises en scène imaginées par les militants. Lors de la dernière vente avant guerre, les 19-21 mai 1939, La Rocque s’assoit par terre au stand des colonies nord-africaines où de fausses algériennes lui offrent des fruits20. La gaieté gagne le chef et sa femme qui l’accompagne.

  • 21 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 98, 75008/P/37, v1-16.

19L’humour et le folklore ne sont cependant pas les seules dimensions que les militants trouvent évoquées. Dans le décor des stands, des portraits ou des slogans rappellent les disparus ou les heures difficiles de la France. Lors de la vente de 1937, un mur entier était consacré au thème « Ils sont toujours parmi nous21 ». Des photographies de tous les martyrs du mouvement y étaient affichées et même une image de Jean Mermoz. Des fleurs et des gerbes de blé ornaient cet autel profane. Deux membres du service d’ordre, des « dispos », au brassard noir, se tenaient de part et d’autre. L’ampleur des émotions attendues des militants est aussi large que celle que La Rocque montre à l’image. Ce leader n’est donc pas en permanence dans la posture du chef sage, sérieux ou véhément. Ce n’est pas un culte strict rendu à une statue de marbre, mais l’attachement à un dirigeant doué de qualités qui traduisent un univers culturel plutôt qu’une idéologie.

  • 22 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 77440/C/37/ RI sq. Les mains derrière le dos, de profil les mains da (...)

20La palette expressive de La Rocque s’inscrit précisément dans cette esthétique de la personnalité dont accouche la Première Guerre mondiale et qui commence à bouleverser les mœurs politiques de France et d’Italie. La Rocque augmente sa figure publique d’une relation intime avec les militants. Dans les réunions, il s’en tient aux cadres traditionnels d’une gestuelle d’orateur, aux gestes de son temps. Il place les mains sur les hanches, parle en les rangeant ensuite dans ses poches, soulève ses feuilles, les pose. Il martèle et rythme parfois de ses poings. Bras et mains s’ouvrent pour souligner une allégorie ou montrer l’intensité d’un problème. Il sait aussi tendre le bras, la main ouverte, en une intensité prophétique22. De salut romain ? Point !

  • 23 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 93, 13000/C/35/R1-1.
  • 24 Cette manière de se tenir est très fréquente chez lui, voir par exemple AP, FNSP, fonds La Rocque, (...)
  • 25 À Preuilly, par exemple, il parle devant son portrait géant sur lequel il a son fume-cigarette à l (...)
  • 26 Voir le raid automobile du 14 avril 1935 vers l’Est (Reims et Metz) pour une cérémonie, des remise (...)
  • 27 Voir aussi sur le raid du 14 avril 1935, AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 95, 51100/C/35/R1-1 et en j (...)

21La Rocque adapte son attitude aux besoins techniques, parlant depuis une voiture à l’aide d’un porte-voix23, s’exprimant devant une rangée de micros... Il « tombe la chemise » quand il doit s’exprimer malgré la chaleur24. Il fume et son portrait à destination des militants le montre avec un fume-cigarette25. La modernité s’introduit dans ses choix de mise en scène. Conscient de l’importance de certains détails, il descend de sa voiture quand il est accueilli pour une remise de fanions. L’automobile est le moyen de souligner la puissance de son mouvement. Il organise des raids en voiture. Depuis un point donné, ses partisans forment un cortège et se rendent au lieu de rendez-vous. Ce sont de véritables rallyes qui font la fierté des militants et intriguent l’opinion26. Ses attitudes en imposent moins que ces prouesses d’organisation et les participants photographient les parkings, signes de puissance27.

  • 28 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 97, 75004/C/34/M1.
  • 29 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 97, 75004/C/35/M1. la cérémonie avait eu lieu le 12 mai 1935. La Roc (...)
  • 30 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 100, 78430/C/35/M1, des photographies prises par le studio Lara.
  • 31 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 98, 75004/C/36/M. En 1934, La Rocque avait été frappé par un deuil f (...)
  • 32 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 95, 59000/P/37/M, à Fivres-Lille.

22L’âme de l’organisation ne réside pas uniquement dans le culte obscur d’une modernité automobile. Elle n’est pas plus dans le charme suranné des ventes de charité et des rencontres bourgeoises. Elle se manifeste aussi dans l’exercice d’une sacralité qui se constitue à la confluence de plusieurs croyances. Celle des anciens combattants en est le centre. Elle pousse La Rocque et ses amis à honorer la mémoire des disparus de la Grande Guerre. Chaque année a son lot de cérémonies. En 1934, à Notre-Dame de Paris, une messe est dite à la mémoire d’Albert I, des maréchaux défunts et du président Paul Doumer28. Le chef, dans ces moments, se recueille et prie, avec la ferveur des pratiquants. Il suit peu après l’enterrement de Lyautey. L’année suivante, une cérémonie similaire se déroule à la mémoire des disparus. La Rocque y retrouve la Maréchale Foch29. Il a des allures de gentilhomme et donne toujours à ses rencontres avec de grandes notables des allures mondaines, s’inclinant avec élégance pour le baisemain. En 1935, les Croix de feu s’étaient encore retrouvées à Louveciennes, sur la tombe du Maréchal Foch. Là, couvert de ses décorations La Rocque conduisait la cérémonie30. Outre les grandes sorties, chaque section organise la commémoration de ses disparus et le culte régulier de Jeanne d’Arc. En 1936, le mouvement compte un nouveau héros mort en la personne de Jean Mermoz. La messe en son honneur, au mois de décembre, voit La Rocque ployer sous la tristesse, agenouillé sur un prie-Dieu de Notre-Dame de Paris31. La religion catholique tient lieu de cérémonial funéraire pour les Croix de feu et pour le PSF. S’y ajoute un cortège solennel. La Rocque marche en tête dans ces occasions, substituant la famille politique à celle du disparu, comme lors des obsèques de Lafrance, un militant assassiné, à Lille, en 193732. Cet ultime hommage n’est pas éloigné de celui que rendaient les autres partis. La même année, les antifascistes italiens n’accompagnèrentils pas les frères Rosselli, assassinés par la Cagoule, marchant silencieusement dans le cimetière du Père-Lachaise ?

  • 33 Sur la mentalité des années 1930, voir Burrin (Philippe), La dérive fasciste... op. cit.

23La gravité de l’époque provient largement d’une violence politique mal contenue33. Les outrances verbales conduisent les adversaires des ligues et surtout des Croix de feu à les accuser de « fascisme », par amalgame. Les militants en souffrent et ironisent sur ce qualificatif qui les dévalorise. On en trouve témoignage dans un document. L’image représente la façade d’un café et sa terrasse. Une affiche disposée sur le côté est l’occasion d’un hommage à l’un des chefs du mouvement. La dédicace porte :

  • 34 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 97, 75006/C/35. Une photographie sans doute commandée par O. Bernard (...)

Une section soi-disant fasciste dans le faubourg Saint-Germain. La permanence de la 6e section à son cher Octavi en souvenir de sa superbe affiche « À l’avant-garde Messieurs34 ».

  • 35 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 100, 91190/P/38/F1-1.

24De cette posture ironique en 1935, la photographie de Montrouge traduisait la logique. Pourtant le qualificatif insultant de fascisme semble repris par certains avec un air de défi après 1936. Le poing levé suscite, en retour, en France le bras tendu de quelques militants cherchant à affirmer une cohésion contre le « front popu ». Comme si la gestuelle antifasciste réveillait dans l’Hexagone le fantôme d’un fascisme qui n’existait pas. Cette gestuelle empruntée aux Italiens et aux Allemands reste très minoritaire. Elle ne peut recomposer la physionomie d’un mouvement dont la psychologie collective vient de la guerre et de ses morts. Mais la violence pour les Croix de feu se conjugue au passé. Elle est commémoration et remise de médailles. Rarement bataille de rue comme le 6 février 1934. Elle est respect de la veuve et soutien aux orphelins. Elle impose une esthétique contrainte dans les défilés et un ordre dans les réunions publiques. Les dispos, les membres du service d’ordre du mouvement, ne sont pas en uniforme. Ils portent le costume de ville relevé d’un brassard et de leurs médailles quand nécessaire. Ils surveillent la salle et les alentours, debout, les bras croisés ou ballants, et canalisent le public pour éviter les bousculades. Ils sont loin de reprendre le geste romain comme ces trois jeunes filles chantant devant le sigle PSF, les bras tendus tandis que des enfants se donnent la main derrière elles35.

  • 36 Pour prendre un exemple combinant plusieurs systèmes AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 95, 44000/C/35/ (...)
  • 37 Comme cette série de photographies signée Gaston (Paris) publiée dans le Flambeau, 1er août 1934 e (...)

25Non, les rassemblements des Croix de feu et du PSF sont autre chose que l’accomplissement d’une liturgie partisane. Ils sont un lieu d’endoctrinement à l’aide d’une esthétique minimaliste. Les drapeaux et les gerbes font le décor, avec quelques affichettes à slogan36. Les hommes sont le complément indispensable de ces arrangements scéniques. Ils s’assemblent parfois en une foule anonyme organisée pour valoriser le mouvement37. Ils forment plus souvent un petit peuple où chacun se reconnaît membre d’une famille sous le regard paternaliste du chef.

26Le soin apporté à la composition de cette mémoire photographique et filmique témoigne d’un investissement nouveau de l’image dans l’entre-deux-guerres. L’iconographie politique définit un espace public dans lequel toutes les attitudes sont possibles. Car les partis ont pénétré les activités sociales. Les documents deviennent les témoins de ce décloisonnement des secteurs de l’action publique. En même temps, l’extension des comportements et la généralisation des témoins photographiques et cinématographiques (on voit toujours davantage de photographes et de cameramen lors des assemblées politiques) ne dissimulent pas que la nature profonde de la pensée politique reste encore imprégnée de schémas guerriers et, partant, ne construit pas un monde joyeux et gai, mais un univers de lutte engendrant ses blessés et ses morts. La conscience collective des amis de La Rocque à travers ce miroir lentement constitué de leur activité est loin de refléter le culte abêtissant d’un prophète ou d’un démiurge. Elle dit moins encore un monde harmonieux, idéal. Elle renvoie l’image d’une communauté de camarades soudés autour d’un projet dont La Rocque est le porte-parole. Ce dernier reste le défenseur raisonné de groupes traversés par une crise de conscience plutôt que de civilisation. Le « patron » propose aux militants de garantir ensemble les valeurs héritées en partage de la guerre. Leur système de politesse est celui de la civilité et fonde ses valeurs sur le respect des hiérarchies (le colonel respecte les généraux et... le Maréchal). La morale ne leur appartient pas. Ils en sont les défenseurs premiers, voilà tout.

BRUTALITÉ ET SILENCE

27La multiplication des actes de la vie militante et l’exploitation parallèle de ces événements sous une forme illustrée conduisent à un durcissement des genres d’images et à l’émergence de clichés ou de séquences routiniers. Celles-ci ont un effet trompeur pour l’historien. Prises au cours de réunions régulières, elles présentent la vision lénifiante d’une politique où tout se joue en paroles, prononcées ou entendues, en défilés et contremarches, dans des espaces prévus pour ces usages. Les séquences de films, les photographies ou les dessins de reportage laissent croire que les rites ont résolu les tensions partisanes et vaincu la violence. Rares sont en effet les prises de vues qui montrent un état d’affrontement politique. Rares aussi, celles qui évoquent indirectement la brutalité de certaines rencontres et les troubles qui en résultent, tant pour l’ordre public que pour les émotions collectives.

28Chaque mouvement, on l’a vu, trouve les moyens de rendre un culte à ses martyrs. L’historien est plongé alors en plein travail liturgique et suit l’organisation des cérémonies plutôt que leur origine. Les fascistes italiens manifestent ainsi un besoin structurel de martyrs pour dire leur foi et leur croyance en la résolution, par la violence, des tensions qui traversent la société italienne. Le rite l’emporte finalement sur la brutalité originelle. Le système du bouc émissaire trouve là une illustration, parmi d’autres.

  • 38 Voir les articles consacrés à cet événement par Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 57, m (...)

29Ses adversaires sont contraints de réagir sur ce terrain puisque l’exaltation de la violence et son application par le fascisme les obligent à enterrer leurs morts et à faire de ces moments des pièces essentielles de la démonstration de leur cohésion et de leur détermination. Quelques événements illustrent cette construction d’un martyrologe antifasciste. Le plus significatif est la retraite sur l’Aventin à la suite de l’assassinat de Matteotti le 10 juin 1924. Les cérémonies en son honneur sont organisées, ainsi que les funérailles, longtemps après la mort. Son portrait largement diffusé dans les milieux de gauche devient une icône devant laquelle on s’incline comme le montre dès cette époque une vignette de Scalarini. L’enterrement d’Anna Kuliscioff, morte de vieillesse, relève d’une autre logique. Pourtant, dans le contexte de privation des libertés publiques, la vieille combattante du socialisme italien fournit le prétexte à la dernière réunion de masse des antifascistes dans la Péninsule. Après cette date, le rideau de l’exil tombe. Les enterrements de personnalités comme Gobetti, Turati ou Treves ont joué à Paris un rôle fédérateur pour leurs tendances politiques. Si le premier fut victime, longtemps après, des bastonnades subies, la fin des deux autres doit aussi se comprendre comme le fruit de cette étrange violence qu’est la relégation loin de la terre natale, pour ceux qui, leur vie durant, avaient voulu façonner leur pays. Survient l’assassinat des frères Rosselli38. La dernière grande manifestation des antifascistes avant la guerre est en leur hommage. Il n’échappe à personne qu’ils sont enterrés dans le même carré de cimetière que Piero Gobetti. La mort fournit donc aux antifascistes le prétexte suprême de célébration. Ces hommes demeurent dans le monde de la gravité alors qu’ils doivent inventer de nouvelles manières de pratiquer la politique, sans électeurs, loin de leur pays. Lors des enterrements et des commémorations, ils ne fourbissent pas un rituel immuable. Ils actualisent la pratique collective et exposent aux yeux du monde ce qui leur est sacré.

  • 39 VDP, Actualités Gaumont, 1934, février, film NB, 20 min.
  • 40 Idem.

30Les obsèques de Raymond Rossignol, tué le 6 février 1934, mettent en scène à côté du rituel funéraire classique un essai de récupération fasciste. Sur le film des Actualités Gaumont, réalisé à cette époque, Rossignol, défini comme Camelot du roi, reçoit un hommage patriotique avec des drapeaux. Mais, devant l’Église, un groupe en uniforme – Camelot (comme le laisse penser le commentaire) ou Solidarité française (vu les uniformes) – fait le salut fasciste et se tient dans une allure martiale39. Ils n’apprécient pas d’être filmés et un de leurs membres fend la foule en direction du cadreur. Son regard tendu vers l’objectif dit son intention de faire cesser le tournage. Une telle attitude ne se retrouve pas aux obsèques d’un autre Camelot, Leconte40. On y présente le cortège. Les drapeaux y sont nombreux. Quelques personnes en uniforme de ligueur défilent mais sans faire le salut romain. Apparaissent aussi des hommes en civil portant des brassards clairs et des cannes, pratique classique des Camelot et des Croix de feu. L’enterrement est silencieux et la disposition du cortège évoque moins un défilé militaire qu’une marche informelle. Le sacrifice du militant est donc d’abord inscrit dans une famille partisane, comme si le parti se substituait ou s’additionnait au culte de la République.

  • 41 Ibid.

31Les communistes inhumés au même moment connaissent des formes de funérailles similaires41. Des gerbes précèdent les six militants disparus ; leurs corbillards sont suivis en ordre et les militants présents portent de simples brassards de deuil. Certains tiennent des drapeaux rouges et marchent poing levé. Le tout est accompagné par la Marche funèbre. L’observateur y voit un ensemble plus conformiste que lors des enterrements des ligueurs.

  • 42 AP, FNSP, fonds Léon Blum, album no 2, 182 sq. et 186 pour l’image des mineurs issue de Paris-Soir(...)

32La violence implicite dans ces solennités se mue en d’autres sentiments, telle la compassion, la tristesse, le recueillement. Les émotions qui affleurent sur les visages vont plus loin que l’impassibilité des personnages publics. La douleur est lisible. Parfois une détermination sourde traverse certains regards. L’égarement aussi. Le 23 novembre 1936, à Lille, dans le cortège funéraire de son ami défunt Roger Salengro, Léon Blum a l’air perdu. D’autres comme Daladier ou Herriot sont impassibles42. Les visages des mineurs inclinés sur la tombe sont tristes. « Ils l’ont tué », mumure-t-on. La violence subie par le suicidé saute aux yeux de tous et affleure sur les images où l’émotion est un peu plus marquée que dans d’autres circonstances.

33Insérées dans une trame événementielle qui privilégie l’action, ces visions d’exception subissent une contamination par la platitude. Elles sont fractionnées en des plans ou des séquences ordinaires en politique. Rien ne ressemble autant à un défilé qu’un autre défilé, un moment de recueillement à un autre... D’où l’étonnement de voir au détour d’une page surgir des images qui s’éloignent de l’irénisme trivial.

34La gravure rendait parfois l’incroyable déversement de haine qui anime le corps politique. Ces visions singulières jalonnent l’histoire de la vie parlementaire sans être toujours le produit d’un humour dérisoire, d’une caricature. Bien avant 1914, la brutalité est visible. Des images d’Épinal virulentes s’accumulent.

  • 43 Il parlamento italiano... op. cit., vol. 7, p. 392 sq.
  • 44 Touché à la gorge, Cavallotti s’effondre et laisse les radicaux privés de ses talents d’orateur.
  • 45 Il parlamento italiano... op. cit., vol. 6, p. 68.

35Le cas de l’Italie est exemplaire. Une série d’événements donnent lieu à des publications de presse. Pas si anecdotique, l’épisode du 14 décembre 1901 : Enrico Ferri est injurié après son discours sur le Mezzogiorno, les parlementaires tentant de l’attraper et de le frapper, tandis que les huissiers s’interposent. Exclu de la Chambre pour ses propos jugés injurieux, il brise le verre de la porte et, passant sa tête par cet orifice, hurle « Continua, nevvero la camorra parlamentare ? !43 ». L’exigence idéologique pousse au passage à l’acte. La violence est infligée entre acteurs d’un même monde, prêts à se sacrifier pour leurs idées. Comment analyser la présence du duel parlementaire autrement que dans cette logique de poursuivre la politique par les armes, contre les principes mêmes de l’irénisme parlementaire. La mort de Felice Cavallotti lors d’un duel avec un autre député, Ferruccio Macola, est là pour rappeler qu’il ne s’agit pas d’un combat pour rire44. Moins sanglant, mais tout aussi rude, apparaît le pugilat occasionné par la violente attaque de Sonnino par Bissolatti45. Un échange de gifles finit en rixe entre parlementaires à Montecitorio même.

36Après la guerre de 1914, la Chambre est encore un lieu de tension, même si le fascisme y met bon ordre. En France, à plusieurs reprises, les séances manquent de dégénérer tant l’invective anticartelliste ou Front populaire échauffe les esprits. De telles attitudes surviennent même après la Seconde Guerre mondiale. La présence d’huissiers calmes limite généralement les excès de gestes. La presse est le lieu de conservation et de ré-évocation visuelle de ces événements. Les partis n’en gardent pas de traces. La peinture officielle immortalise certaines de ces atmosphères. Le tableau de Jaurès qui orne actuellement la salle Colbert montre la rudesse du débat parlementaire à l’aube du siècle : poings agités, visages crispés, mouvements de foule...

  • 46 Dobry (Michel), La sociologie des crises politiques – La dynamique des mobilisations multisectorie (...)
  • 47 Les attentats contre Mussolini ou Hitler font l’objet de traitements similaires à ceux des monarqu (...)
  • 48 Par exemple l’assassinat d’Umberto I par l’anarchiste Gaetano Bresci à Monza dans L’Illustrazione (...)

37Ces postures rares chez les parlementaires résultent d’une violence particulièrement manifeste en Italie dans la période de l’aprèsguerre. Elle provient d’une forme de crise. Le modèle de raidissement des positions accompagnées de coups brutaux intrapartisans, proposé par Michel Dobry46, convient pour rendre compte des années 1919-1922. L’étonnant est que, même dans ces phases aiguës, la mise en scène de la violence est ramenée à une intelligibilité qui en émousse les aspects les plus horribles. Les assassinats politiques, comme ceux d’Umberto I en 1900, de Barthou et du roi de Yougoslavie en 1934, sont aussi l’occasion d’un traitement iconique47. Les scènes sont des descriptions engagées des événements. L’observateur y retrouve les gestes les plus significatifs, fondus en un même instant. Le tueur tire ou frappe alors que s’écroule sa victime48. Le temps est réduit par la force du dessin. On y voit même parfois des assistants attendant de jouer leur rôle.

  • 49 Beurrier (Joëlle), « Voir ou ne pas voir la mort », Voir ne pas voir la guerre – Histoire des repr (...)

38Construites sur la prédestination des acteurs historiques, les gravures ne sont pas toujours les indices flous d’une réalité brusquée. Les stéréotypes gestuels qui s’y déploient montrent la difficulté à sortir de l’ordinaire des sensations pour rendre compte de la blessure ou de la mort. Les victimes ont toujours à l’image ce geste soudain de leur main pour toucher leur plaie. Cela permet de localiser pour le lecteur le point d’impact ou le coup mortel. La réaction brusque est le moyen redondant de dire la violence infligée et l’arrêt du cours normal des événements, de signifier que l’irréparable s’est accompli. Cette façon de décrire la situation dans un processus de communication rappelle les récits de morts de la Première Guerre mondiale. Les soldats tombent touchés au front ou à la tempe. Le courrier et les témoignages insistent sur cette dimension pour souligner la bravoure des combattants, leur ardeur à charger et la brusquerie, l’irréalité de leur soudaine disparition, frappés comme par le sort. Les témoins cherchaient les mots pour rassurer les proches, comme Barrès parlant de la mort de Péguy dans L’Écho de Paris, en 1914 : le sacrifice et le courage. Ils laissaient de côté une vérité souvent plus sordide49. Qui sait, un jour peut-être corrigeraient-ils ces petites entorses à la réalité.

  • 50 Voir l’image de Mussolini défilant en tête du cortège du PNF à Rome en novembre 1921 dans Il parla (...)
  • 51 Milano, 1932.
  • 52 Il parlamento italiano... op. cit., vol 10, p. 81. « Guardie rosse, occupation. 20.9.1920 ? ». Il (...)
  • 53 Gervereau (Laurent), Buton (Philippe), Le couteau entre les dents, Paris, Chêne, 1989, p. 18-23.

39La presse fait un effort de véracité cependant. En laissant voir, elle veut expliciter. L’empreinte photographique est une aubaine quand les reporters peuvent se rendre sur les lieux. En Italie comme en France, les manifestations violentes sont anticipées et les images qui en proviennent publiées. Les heurts entre fronts adverses, les charges de police, les rixes montrent un combat idéologique qui sort du jeu institutionnel. Chaque tendance politique dénonce dans ses journaux les adversaires comme fauteurs de troubles. Dans Le Populaire et L’humanité, les « provocateurs fascistes » tentent de briser l’harmonie des défilés du Front populaire, tandis que pour L’Écho de Paris ou Le Flambeau ce sont des « agresseurs communistes » qui abusent la rue. En Italie, au début des années 1920, en Allemagne, dans les années 1930, ou en France, à la même époque, on retrouve des clichés similaires. Il est difficile de distinguer les agresseurs des agressés. Parfois les uniformes ou un homme à terre attirent l’attention et donnent une indication formelle sur le déroulement de l’action. Des camps s’établissent et s’affrontent. Les armes deviennent des instruments de reconnaissance et des indices pour l’historien. Le manganello, porté lors des défilés, est signe d’appartenance fasciste et preuve de la lutte en cours50. Les squadristes tiennent les rues, les armes à la main, et prennent des poses martiales, les pistolets et les fusils brandis51. Côté socialistes maximalistes, au moment de l’occupation des usines, les ouvriers se font photographier en groupe avec leurs fusils52. En France, l’arme qui dit le massacre, le couteau, est utilisée pour critiquer les communistes dans l’affiche « L’homme au couteau entre les dents53 ». En réaction, des communistes de la région parisienne se font prendre avec le couteau entre les dents, des plus âgés aux plus jeunes.

  • 54 Il existe sans doute un lien entre les ouvertures vers la violence et la joie dans cette période d (...)
  • 55 Il parlamento italiano... op. cit., vol 10, p. 275. Il fut jeté hors du Parlement par les députés (...)

40Le fantasme du massacre adverse débouche sur l’ironie et la dérision pour en atténuer le sens véritable54. La brutalité ouvre sur une festivité sauvage où l’on fait durer le plaisir de l’humiliation adverse. Les agressions répétées contre le député communiste Francesco Misiano, devenu une sorte de bête noire des fascistes, montre le côté ludique de la violence et comment l’humiliation sert à mettre les « rieurs » du bon côté55. Le comique ici n’est pas encore une valeur positive et le sourire porte en lui une nuance d’agressivité et de violence infligée qui ne l’éloigne pas des racines mêmes de la gravité. Moqueur, il n’est pas réconfortant et menace l’ordre existant et les hiérarchies.

  • 56 Chatonnay (Sophie), Mise en image et perception du terrorisme dans la photographie de presse – L’e (...)
  • 57 AP, FNSP, fonds Blum, album no 1, p. 111.
  • 58 Maurice Thorez qui, sur son portrait de députés, a l’air sérieux, est souvent souriant dans ces ma (...)
  • 59 Spriano (Paolo), Storia del Partito comunista italiano, Turin, Einaudi, vol. 1 : Da Bordiga a Gram (...)

41Les agressions de personnalités publiques menacent les institutions démocratiques. Certains ne doivent leur survie qu’au hasard. Léon Blum est de ceux-là. Reconnu dans la rue lors d’une manifestation de l’Action française, il est attaqué et frappé par des Camelots du roi. Il est hospitalisé et doit rester en convalescence. Toute la coalition de Front populaire en marche est ébranlée par ce geste qui aurait pu coûter la vie à son principal artisan. Il a dû d’échapper à ses agresseurs à quelques ouvriers du bâtiment qui ont vu et compris la scène qui se déroulait devant eux et se sont précipités à son secours, l’éloignant de la meute. De l’agression décrite par Dan Franck et Jean Vautrin à travers les yeux de Boro, le héros reporter-photographe de leur série romanesque, il ne subsiste guère de cliché56. Une sombre vision rappelle l’événement dans les albums du fonds Blum57. Le dirigeant socialiste, la tête entourée de bandages gît sur son lit, sa femme assise à son chevet. L’étonnant est que cette violence est occultée par la victoire politique qui suit. La puissance de la mobilisation éclipse la fragilité de l’homme. Les images se multiplient à l’occasion de la cérémonie au mur des Fédérés. Les leaders de gauche ont alors un air bon enfant et accueillent gaiment les saluts58. Ils ne sont pourtant pas naïfs et ne prennent pas les coups sans perspective de les rendre. L’organisation communiste, à cette époque, renforce ses structures et prépare une partie de ses militants dans une optique militaire59. Le rôle de l’international est déterminant pour cette évolution. Les socialistes, de leur côté, ont été impressionnés par d’autres pays membres de l’internationale social-démocrate. Le parti allemand, le premier, a pensé ses groupements de jeunesse comme une force de combat. Celle-ci n’est pourtant pas utilisée au moment où les communistes et les nazis s’affrontent dans la rue. Jouant la légalité et effrayés par une guerre civile potentielle qui ruinerait l’Allemagne, ils laissent faire et suivent sans jamais maîtriser l’évolution politique. Le redressement électoral qu’ils connaissent n’était pas suffisant face aux cohortes nazies qui reviennent en 1932 et au parti communiste dont les suffrages croissent exponentiellement à partir de 1928. Les Autrichiens, de leur côté, avaient créé des caches d’armes. Leur espoir insurrectionnel est brisé à Vienne en 1934. Les Français ont connaissance de ces deux épisodes et savent qu’ils sont, avec les Anglais et les Belges, le dernier parti socialiste à défendre la démocratie et à combattre le fascisme. Les deux partis continentaux, devant l’urgence de la lutte antifasciste, modifient leur organisation et renforcent les outils potentiels de lutte. Les organisations de jeunesse se bellicisent. Elles adoptent des uniformes, empruntent au scoutisme et poussent à l’entraînement paramilitaire. Ce sont d’ailleurs ces composantes que l’on charge du service d’ordre et qui sont mises en avant pour prouver le sérieux et l’efficacité des partis. Mobilisation et socialisation forte ont pour effet d’attirer les adhérents et de renforcer l’aspect massif de l’organisation socialiste. Les images suivent ce mouvement et mettent en scène les nouveaux signes de cette politique qui se plait dans des espaces ouverts ou dans de grandes salles susceptibles d’accueillir des milliers de militants. Le parallélisme avec les groupements issus de l’esprit ancien combattant se renforce à mesure que les tensions s’accroissent entre démocraties et régimes totalitaires et que des terrains de confrontation internationaux se dessinent. L’affirmation conjointe des deux identités partisanes du PSF et de la SFIO n’entraîne pas un raidissement de leurs relations mutuelles. Chacune parie sur la voie électorale et oriente son image vers une marginalisation de la violence. L’ordre intérieur des organisations ne débouche pas sur un désordre politique, au contraire.

42La Seconde Guerre mondiale interrompt le travail de solidification des acteurs collectifs. Les images d’identité, d’information ou de propagande modifient l’appréhension des comportements dans l’espace public. La délimitation même de ce dernier est rendue difficile par l’éclatement des pouvoirs et la perte de souveraineté en France. La guerre porte la brutalisation des sociétés à son paroxysme. La violence envahit désormais les journaux, le cinéma et même la télévision naissante. Emportées par ce nouveau cycle facilité par les améliorations de matériels de prise de vue et de diffusion, les opinions publiques sont alimentées de visions d’horreur exaltées.

43L’analyse du comportement politique dans cette période dévoile un caractère dérisoire voire absurde. D’abord parce que les institutions sont modifiées au point de n’être pas comparables avec ce qu’elles étaient. Même l’Italie est méconnaissable tant le régime se durcit et pousse à la reproduction de quelques stéréotypes simples. Si bien que la délimitation des contours de ce qui est politique à l’époque est un casse-tête qui oscille entre le trop ou le pas assez. Trop, car l’univers de la politique subsiste avec des gouvernements, des organes consultatifs, des pouvoirs nouveaux à l’échelon local ou national. Pas assez, car des groupements agissent hors de tout jeu public et pèsent fondamentalement sur les évolutions et les choix : que l’on songe aux gouvernements en exil ou aux résistants. Ensuite, l’essentiel du débat portant sur la conduite de la guerre, une grande partie des officiers remplissent des fonctions d’ordre politique : certains sont de véritables gouverneurs, d’autres assurent des fonctions de police. Les prérogatives des civils s’amenuisent.

  • 60 AP, FNSP, fonds Blum, album no 3, doc. 277-278.
  • 61 AFP, fonds manuel, dossier gouvernement 1934-1958.
  • 62 Les portraits officiels des deux hommes s’inscrivent dans la suite de la physiologie partisane de (...)

44Quelques figures s’imposent par la reconduction des liturgies patriotiques et la force de la propagande. En France, des hommes tels Pétain, Laval, voire Flandin, Darlan ou Henriot, reflètent une manière d’être du personnel de l’État français. Dans une toute autre perspective, De Gaulle reprend et crée le rôle de chef d’État à mesure qu’il est reconnu : il reçoit les honneurs des combattants, discute avec les autorités civiles, préside conférences et réunions... L’image conventionnelle de la vie publique trouve, à travers les mises en scène de ces personnalités variées, de nombreuses possibilités d’expression, en dépit de la multiplication des représentations violentes. Elle fausse l’analyse car la conscience des actes en cours n’est pas toujours aussi claire qu’elle le paraît à plus d’un demi-siècle de distance. Comment, par exemple, interpréter les visages graves de Léon Blum et de Marx Dormoy sortant du Grand Casino de Vichy après avoir voté, en minorité, contre les pleins pouvoirs à Philippe Pétain60 ? Blum semble éprouver un sentiment de défaite et de tristesse. Dormoy a l’air serein de celui qui a accompli son devoir. Les dés sont jetés, paraît murmurer l’ancien ministre, futur martyr du régime. La gravité du moment se confond avec celle de l’époque. Quant à la photographie du gouvernement Laval61, ne cache-t-elle pas sous ses allures routinières la marche à la collaboration entamée avec Pétain62 ? L’anodin meuble les informations visuelles alors que les cadavres, s’empilent. Les actualités filmées et photographiées sont des leurres destinés à calmer les peuples. L’Italie n’est pas en reste dans cette démarche. Les discours et les liturgies maintenues gardent l’apparence d’une honnête dictature. La désorganisation et la gabegie du régime sont couvertes par le bruit de la guerre et ses fastes gagnés par la désuétude.

  • 63 Affiche de propagande de l’État français, « Il disait la vérité, ils l’ont tué », 1944.
  • 64 Jeanneney (Jean-Noël), Georges Mandel, l’homme qu’on attendait, Paris, Le Seuil, 1991, 185 p.
  • 65 AP, FNSP, fonds Blum, album no 3, doc. 293.
  • 66 Blum (Léon), Le dernier mois, Paris, Diderot, 1946.

45La recrudescence des assassinats politiques et des représailles donne une physionomie particulière au sens de la violence de guerre. Les liquidations partisanes se distinguent nettement des morts au combat. Elles sont commentées différemment. Que l’on songe à l’exécution des hiérarques, dont Ciano, sur décision de Mussolini, et à celle de Georges Mandel. De même l’assassinat de Phi-lippe Henriot est traité par l’information nationale comme un véritable drame, un acte barbare contre la vérité elle-même63. Les deuils et contre-deuils des hauts personnages donnent une vision singulière du prix de la vie des hommes politiques. Leur mort ne dépend pas seulement des actes de commandement ou des décisions qu’ils peuvent prendre au cours du conflit. Mandel ne gouverne plus depuis longtemps quand il est remis à la milice par les autorités allemandes64. Il est un symbole, un adversaire mythique pour les totalitaires français. Blum n’est pas moins symbolique et passe sa captivité à attendre l’éventuelle décision de son exécution. À Buchenwald, dans la section des prisonniers de marque, un des gardiens du camp le photographie en 1944 et fixe l’angoisse de cette attente65. Il sait n’être qu’un otage, une putative monnaie d’échange, comme il l’écrit juste après sa libération66. Blum, le survivant établit un lien entre l’avant-guerre et l’après-guerre. Car il revient en France et peut reprendre une activité politique. Il défend alors sa conception humaniste du socialisme, laquelle est difficile à faire entendre, après sa mort, dans la SFIO de la guerre d’Algérie.

  • 67 Voir Almeida (Fabrice d’), « Photographie et censure », in Gervereau (Laurent), Rioux (Jean-Pierre (...)
  • 68 Dewerpe (Alain), Charonne, 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, G (...)

46Les conflits outre-mer, en effet, rouvrent un cycle de violence politique particulier. Les attentats entraînent une évolution des pratiques. Les gardes du corps deviennent visibles sur les images et des indices plus forts de protection des hommes publics se remarquent. Mais les violences contre les ennemis de la République sont à peine plus visibles. Il n’existe guère de documents montrant la pratique massive de la torture contre le FLN durant cette période67. Un film, dont les clichés les plus rudes sont publiés par l’Express, est l’occasion d’une polémique sur les exécutions sommaires. Il ébranle le gouvernement et témoigne du sentiment d’une censure forte de l’État. Les reporters qui veulent travailler sur ces sujets voient leurs possibilités d’accès aux lieux d’action limité. Une journaliste d’Argosy est interdite de séjour en France pour avoir publié des prises de vue sur l’exécution d’un traître par l’ALN. Sergio Lorrain, de l’agence Magnum, connaît les mêmes difficultés pour avoir montré un camp d’entraînement clandestin algérien. Marc Garanger, quant à lui, publie la photographie unique qui prouve une torture, bien après la fin de la guerre. L’imagerie autorisée ramène le conflit à des allures conventionnelles : mouvement de troupes, visions fugitives de combat, cadavres visibles sans être identifiables, destruction, prisonniers... S’y ajoutent les victimes d’attentats dont les images hantent les Français. La petite Delphine Renard défigurée lors du plasticage de l’appartement d’André Malraux s’associe dans la mémoire collective aux morts aberrantes de tant de manifestations occasionnées par le conflit : les fusillés de la rue d’Isly ou ces manifestants de Charonne... Sans oublier ceux du 17 octobre 1961 dont la mémoire chemine différemment68.

  • 69 Goglia (Luigi), Storia dell’Italia fascista ; Mussolini – Album di una vita ; Autoritratto del fas (...)
  • 70 Luzzato (Sergio), Il corpo del Duce, Turin, Einaudi, 1998, 246 p.

47Paradoxalement ces figurations de la violence en politique, fruits d’une actualité dramatique, ne pèsent pas tendanciellement sur l’écriture des comportements des hommes publics. Elles écrivent une histoire parallèle à la civilité partisane. La violence fondatrice de l’ordre fasciste a entraîné une pratique normative routinisée jusque dans ses derniers bastions antisémites et totalitaires. L’imagerie du pouvoir prend le pas sur l’imaginaire révolutionnaire. L’ultime retournement de la République de Salo ne rompt pas fondamentalement les attitudes. Les rassemblements de masse restent un moment clé. Mussolini et les hiérarques reçoivent les combattants et discutent avec eux, oscillant entre un paternalisme bonhomme et l’hybris de leur grandeur passée69. L’idéal corporel du squadriste, grand, les épaules larges, le menton saillant, le corps musclé bien découpé dans ses vêtements, est remplacé par celui du milicien. La vision des dessins de propagande s’éteint avec l’effondrement du dernier régime mussolinien. La violence infligée se mue en violence subie pour les dignitaires et leur corps devient défouloir collectif. La dernière posture de Mussolini ? « Il capo all’ingiù ». Le corps du Duce70 concentre les haines et les passions au point d’avoir une histoire propre après la mort. Déplacé et ballotté au gré des besoins nouveaux de la politique parlementaire, il finit à Predappio dans un sanctuaire où ses derniers admirateurs se rassemblent, ultime avatar d’une liturgie d’État transformée en culte de la personnalité.

  • 71 AP, FNSP, fonds Blum, album no 3, doc. 297-301.
  • 72 Après guerre, Blum a beaucoup de gestes mains jointes et semble soutenir son propos comme une form (...)

48De Pétain, il n’advint rien de semblable. Âgé, jugé déficient par ses plus ardents partisans, le Maréchal est emprisonné. De sa gestuelle ampoulée de père de la patrie, l’histoire retient quelques remises de médailles, mais surtout, maintes fois reprise dans la presse, la poignée de mains avec Hitler à Montoire, destinée au grand public et donc reproduite en films, en photographies, en tableaux et même en images d’Épinal. Son procès est l’occasion d’un saisissant contraste entre le chef de l’État français et les hommes politiques de la IIIe République appelés à témoigner à charge. Blum se trouve parmi eux71. Il dépose à la barre des témoins devant des personnalités de renom. Il affirme ses convictions, ponctuant son discours de ses poings joints et de ses mains rapprochées72, sous le regard effaré de Gaston Monnerville. Pétain, assis, l’écoute, la tête appuyée sur la main, impassible, comme au spectacle. Le procès de la Libération semble un écho lointain du procès de Riom, interrompu par les autorités de Vichy. Blum y avait cette fois le rôle de l’accusé et cherchait à inverser la situation en dressant l’acte d’accusation du régime. Condamné à mort, puis gracié par De Gaulle, Pétain échappe à la violence de la rue.

  • 73 Bertrand-Dorléac (Laurence), L’art de la défaite 1940-1944, Paris, Le Seuil, 1993, 486 p. (chap. 4 (...)

49Cette issue reflète l’écart de représentation entre le corps du maréchal et celui de Mussolini. Ce dernier fut un modèle d’attitudes, de postures, de comportement pour les Italiens. Détruire son corps, le martyriser, revenait à se libérer d’une manière d’être. Pétain n’a concentré l’attention que sur son visage et, somme toute, assez peu d’attitudes ; le chef de l’État français était figé dans quelques figures, déclinées sur une infinité de supports73. Surtout, il était trop loin des canons esthétiques de sa propre propagande. Personne n’a fantasmé sur le corps de ce vieillard. Ses fonctions seules déterminent son culte : maréchal, chef d’État.

50Épisodes dramatiques, images brutales, pouvoirs d’exception, ont sans doute influencé la perception de la politique. Le système liturgique de posture est remis en cause. Les acteurs publics s’écartent de la seule reconduction des attitudes officielles. Ils habitent leur rôle en cherchant à lui insuffler une touche personnelle. La gravité recule. L’homme politique met en scène toute l’ampleur de sa personne et de ses émotions. Le sacré civique est concurrencé par une personnification du pouvoir que les électeurs peuvent sanctionner. La conscience collective de soi recule. Les portraits de groupe expriment moins une collectivité qu’une somme d’individus. La conscience individuelle se déploie à l’image. Ce n’est, bien sûr, pas une nouveauté absolue. Depuis le début du siècle, les parlementaires manifestaient par leurs choix esthétiques leur appartenance sociale. Certains traits faussement marginaux caractérisaient leur personnalité au sein de la population des députés. Un de ces marqueurs de soi présents sur la longue durée est le tabac.

POLITIQUE DE LA FUMÉE

51La présence du tabac sur les clichés politiques ne correspond pas simplement à la proportion des amateurs. À l’évidence, certains fumeurs négligent d’apparaître avec leurs cigarettes. Peut-il y avoir des non-fumeurs apparaissant volontairement avec une cigarette ? Vraisemblablement pas. Deux formes de consommation de tabac n’ont pas laissé de trace dans les corpus que nous avons dépouillés. La chique et la prise n’ont pas d’adeptes visibles. La chique très populaire après la Première Guerre mondiale sous la forme de petites boules de tabac à laisser fondre ou à mastiquer légèrement aurait pu apparaître. La prise, d’un usage très ancien, est tombée en désuétude dès la fin du xixe siècle. Seule survit la fumée sous ses deux formes dominantes, la cigarette et le cigare. La pipe attestée sur quelques images est marginale.

  • 74 Voir par exemple la gravure représentant une pause à Montecitorio, Il par-lamento italiano... op. (...)

52Le cigare et la cigarette associés à des moments de détente dès la fin du xixe siècle apparaissent dans des images traitant de la politique. La salle des pas perdus à Montecitorio74 et la salle des colonnes en France sont alors envahies par la fumée. La fonction sociale de la cigarette lui donne-t-elle un sens particulier en politique ? Pourquoi certains parlementaires ou dignitaires choisissent-ils de poser avec un cigare ou une cigarette ?

  • 75 Musée de la publicité, UCADE, interrogation informatique.
  • 76 Tabac dans le Larousse du xxesiècle en six volumes, Paris, Larousse, 1933, vol. 6, p. 560-561, la (...)

53Une image peut servir de guide pour comprendre le caractère volontaire et non contingent de cet usage. Il s’agit du portrait du prince Ludovico Spada Pontenziani, second gouverneur de Rome. Il a pris son poste en avril 1927. Il est âgé de 47 ans. Assis derrière son bureau de travail sur lequel traînent quelques feuilles, sa main gauche est posée sur ces documents tandis que, de la droite, il tient sa cigarette. Son regard légèrement absent se porte sur le hors-champ gauche. Tout dans cette pose indique qu’elle est préparée et réfléchie. Le port de l’uniforme avec ses distinctions en est le premier indice. Le visage rasé avec son air faussement détaché, le second. Dans ces circonstances, la cigarette devait revêtir un sens particulier pour le sujet ou pour son photographe. Il est probable que la cigarette fut allumée pour le cliché car elle est faiblement consumée. Pour un fumeur de cette génération, la cigarette a dû correspondre à des expériences successives que révèlent les affiches publicitaires : le confort et le calme du dandysme ; la jeunesse et l’orientalisme ; la bohème75. Précocement installée dans une sociabilité masculine, la fumée est peu prisée par les femmes. Avec la Première Guerre mondiale et les distributions gratuites de cigarettes, son usage renforce l’image de virilité que les « pipes » avaient acquises aux dépens du cigare. Le tabac à rouler et les cigarettes prêtes l’emportent sur la prise et la chique. Les raffinements du tabac donnent à sa consommation des allures d’art de vivre bourgeois. Les moments pendant lesquels on consomme du tabac correspondent à des temps précis dans l’entre-deux-guerres. Ce sont les pauses, les attentes, la classique fin de repas76. Non seulement le tabac faciliterait la digestion, mais il stimulerait la réflexion. Il est une arme de lutte contre le sommeil. Toutes ces considérations sont autant de clés pour évoquer la consommation de cigarettes sur un portrait. Il faut y ajouter un double travail de construction du sens qui provient du cinéma et de la publicité. Dans les films, en effet, la cigarette est, dès l’entre-deuxguerres, un moyen de fixer des rôles particuliers : l’homme viril, l’esthète ou l’inquiet. La cigarette cinématographique apparaît comme un recours ultime, comme le rappelle ce vieux code « humaniste » autorisant le condamné à mort à boire un verre d’alcool et à fumer une dernière cigarette avant son exécution. La réclame, de son côté, souligne la capacité créatrice du tabac à évoquer un monde onirique. La fumée est le mirage qui dévoile des univers de rêve et des personnages mystérieux. Le prince Spada compose ainsi un personnage en prenant la cigarette. Il s’ancre dans la représentation complète en tentant de faire correspondre sa figuration à une image mentale. Cette attitude est censée surdéterminer sa qualité d’homme, sa virilité et, en même temps, affirmer à la fois son aptitude intellectuelle, son esthétisme et sa capacité de travail. Car la pause feinte au-dessus des feuilles est la figure implicitement complémentaire d’une phase d’activité interrompue pour les besoins de la création. La photographie prise, nul ne doute que la lecture ou l’écriture suspendue reprendra. Ce cliché se retrouve sous des formes variées en France et en Italie. Ainsi apparaissait Joseph Paul-Boncour dans le trombinoscope de 1919.

54Toutes les poses ne sont pas aussi explicites. Certains clichés se veulent plus spontanés et la présence du tabac n’y est apparemment pas aussi calculée. Henri Philippotaux, déjà mentionné, en France tient à la main un cigare assez avancé, sur sa photographie officielle (1919). Laval, très souvent pris en train de fumer, n’a pas toujours des mégots de même taille, indice qu’il allumerait sa cigarette juste pour la mise en scène. La caricature s’est emparée de ce stéréotype et le représente volontiers « clope au bec ». Sur ses portraits, cependant, il les tient à la main. Les poses ne sont donc pas toutes aussi calculées, mais la présence de cigarette indique dans l’ensemble une croyance dans son effet positif visuellement. Les fumeurs considèrent que cigarettes ou cigares, au mieux corrigent leur personnalité aux yeux des observateurs, les dotant de qualités esthétiques ou d’un surcroît de virilité, et, au pire, n’exercent pas d’effet répulsif ou dissuasif sur leur public. Les faibles connaissances sur les méfaits du tabac expliquent ce statut particulier et la multiplication des images où il apparaît.

  • 77 Il parlamento italiano... op. cit., vol. 7, p. 475.
  • 78 AP, FNSP, fonds Blum, album no 3, doc. 267-268.
  • 79 AP, FNSP, fonds Blum, album no 2, doc. 219-220.

55Les réunions publiques, les séances de travail, les congrès, les meetings, les rencontres informelles, les promenades et même les scènes de la vie privée sont autant d’occasions pour les reporters de saisir au vol des fumeurs. Encore leur intention n’est-elle pas spécifiquement de pointer ce geste précis : ils sont préoccupés par d’autres critères. Quand Turati est pris la cigarette à la main, au cours d’une pause durant un congrès socialiste, le sujet essentiel reste la convivialité entre congressistes77. De même, lors des meetings, on remarque des auditeurs tirant une bouffée. Le tabac est ainsi largement associé à des moments de détente en politique. C’est encore à l’occasion d’une pause qu’en mai 1939 Léon Blum est photographié avec Winston Churchill et sa femme, fumant le cigare. L’image est pleine d’allégresse et évoque une fin de repas bien arrosé78. Les cigares des deux hommes sont ces fameux « barreaux de chaise » que Churchill, devenu Premier ministre, colle définitivement à son image. Car le « Bulldog » fait partie de ce club restreint d’hommes publics qui choisissent de s’identifier à cet accessoire. Il apparaît dans presque toutes les images de la guerre affublé de son quasi-appendice. Ses détracteurs s’en servent pour le caricaturer. Plus tard, Fidel Castro s’adjoint à ce groupe, mais ses intentions nationalistes pointent derrière le geste. Le cigare n’est pas seulement une marque d’élégance. Toutes les caricatures politiques des socialistes et des communistes l’associent à une élite capitaliste qui spolie les peuples et les ouvriers. Les vignettes d’un Cabrol ou d’un Scalarini martèlent ce stéréotype qui est aussi porté à l’écran. Cela explique sans doute que l’on trouve peu d’hommes de gauche dans l’entredeux-guerres affichant le cigare comme trait caractéristique de leur attitude alors que tant d’entre eux affectent de se présenter la cigarette à la lèvre ou à la main. C’est d’ailleurs le cas de Léon Blum qui fume volontiers sur les clichés de fin de repas ou de sortie de conseil des ministres en 193679.

56Ces images spontanées donnent un visage très humain à l’activité politique. La consommation de tabac y est associée à des émotions faciles à décrypter : la joie, l’inquiétude, la tristesse, la lassitude pour l’essentiel. Aussi la cigarette tend-elle à individualiser les personnalités dans les clichés de groupe. Or, pendant un temps assez long, la pratique admit la présence de fumeurs sur des portraits collectifs. Les photographies de gouvernement le révèlent depuis l’entre-deux-guerres, en France. Les ministres gardaient leurs cigarettes, sans y penser. Il est même possible qu’ils les aient allumées pour la circonstance. Rappelons que l’usage voulait qu’à l’issue du premier conseil, les ministres accordent un temps à la presse pour les photographier et les filmer. La pose est donc une activité annexe à la rencontre politique. Elle soulage la tension due au travail. Les fumeurs devaient profiter de cette interruption. Visiblement celle-ci est dans une large mesure admise, voire encouragée.

  • 80 AFP, fonds manuel, boîte gouvernement français, accords de Grenelle, mai 68, dossier bleu, gouvern (...)
  • 81 Séguéla (Jacques), Hollywood lave plus blanc ; Breton (Philippe), La parole manipulée, Paris, La D (...)

57Cette attitude survit un temps au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. À suivre les dossiers photographiques de l’AFP, le dernier gouvernement où un ministre tient ostensiblement une cigarette est celui du Dr Queuille en mars 195180. L’habitude en est encore perceptible dans le gouvernement Édgar Faure de février 1955, puisqu’un ministre masque partiellement une cigarette dans le creux de sa main. La comparaison avec les planches contacts complète la lecture des attitudes. Les participants sont dans une posture relâchée puis se redressent pour être pris. Dans le cas du gouvernement Faure, précisément, le fumeur a choisi de masquer son geste, signifiant ainsi que du point de vue de l’étiquette fumer dans une image officielle ne va plus de soi. En remontant à la fin de la guerre, la situation est inversée. La preuve ? Dans le gouvernement De Gaulle de novembre 1945, trois personnes tiennent des cigarettes, dont le chef du gouvernement provisoire lui-même. Dans le gouvernement Félix Gouin de janvier 1946, ils sont quatre sur 21 à fumer ; deux seulement sur 25 tiennent une cigarette dans celui de Georges Bidault, tandis qu’en décembre 1946 le gouvernement Blum voit deux amateurs de cigarettes et, fait unique, un partisan de la pipe. Un retournement s’est produit. Il place imperceptiblement le tabac hors des conventions des portraits collectifs. L’individualisation par la cigarette ou le cigare ne paraît plus opérer. Or, à ce moment, il n’existe pas encore de grandes campagnes de lutte contre le tabac. Au contraire, les années 1950 sont marquées par un gros effort des producteurs de tabac pour promouvoir leurs produits et créer de nouvelles marques. C’est de cette époque que date la création publicitaire de la Marlboro, alors que la firme Lucky Strike et Philip Morris renforcent leur publicité et leur réseau de distribution81. Cette promotion nouvelle s’effectue notamment en valorisant les dimensions viriles de la cigarette et en proposant parallèlement des produits spécifiquement féminins. La différenciation par le sexe pousse au productivisme. Le recul du tabac sur les séries gouvernementales s’effectue à contretemps de la chronologie publicitaire. Il est peut-être un indice du moindre succès des pauses artificielles, telle celle du prince Spada. La disparition de la cigarette serait un indice de naturalisation des poses sur ce type de clichés.

  • 82 AFP, archives photographiques, fonds manuel, boîte gouvernement français accords de Grenelle mai 6 (...)

58La cigarette ne vit cependant pas ses dernières heures dans l’espace public. Une série parallèle, celle des sorties hebdomadaires des conseils des ministres, montrent régulièrement des membres du gouvernement fumant. Des personnalités comme Guy Mollet, André Mutter ou plus tard Georges Pompidou fument abondamment. Les gestes affairés des hommes d’État sortant de Matignon, puis de l’Élysée, composent une routine qui finit par prendre des allures de rituel. La cigarette dans ce contexte est un signe de transition entre une étape de travail achevé et une autre qui commence. Dans ce contexte, le tabac est anodin, car les hommes politiques côtoient de journalistes qui en consomment aussi. Seules les phases où les photographies sont prises à l’intérieur tempèrent cette allure omniprésente de la fumée, sans doute parce que les amateurs sont tenus à une certaine réserve. C’est notamment le cas de Guy Mollet et de son nouveau gouvernement le 1er février 195682. Le froid avait contraint à se réfugier à l’intérieur où une banquette fut installée pour le confort des ministres.

  • 83 AP, institut Marc Sangnier, fonds photographique, album no 3, inauguration de la route de la paix (...)

59La chronique de la vie des ministères, particulièrement intense sous la IVe République, trahit ainsi des évolutions contradictoires. D’un côté, elle montre la reprise des routines dans la présentation de soi et les habitudes déjà bien ancrées des reporters qui assurent le suivi de ce domaine. De l’autre, elle révèle des évolutions plus rapides qu’ailleurs. Les poses suivent les contraintes de l’institution, mais le besoin d’individualisation cède la place à une affirmation de soi plus subtile. Les stratégies de distinction sont avant tout comportementales : les accessoires reculent. Ainsi la canne disparaît-elle progressivement des imagiers. L’un de ses derniers défenseurs est Édouard Herriot. Le vieux dirigeant radical avait commencé sa carrière en homme élégant de son temps. Puis, l’âge aidant, il garde cet instrument à la main. Sous la IVe République, il conserve cette habitude, sans doute commode pour se déplacer. Occasionnellement, d’autres élus, âgés, s’appuient aussi sur une canne. C’est le cas de Marc Sangnier qui traverse l’entre-deux-guerres, puis la Seconde Guerre mondiale, soutenu par un bâton83, lors des longues marches qu’il entreprend pour la paix.

  • 84 AFP, archives photographiques, fonds manuel, boîte gouvernement français, accords de Grenelle, mai (...)
  • 85 AFP, fonds manuel, document du 6-2-1955.

60Au fond, un maintien disparaît lentement avec les tenants de la canne. De manière schématique, les ministres sur les photographies de sortie de conseil de la IVe République tendent à privilégier les objets utilitaires plutôt que décoratifs84. Ils valorisent les insignes de travail. La plupart actualisent le « maroquin » sous la forme d’une sacoche de cuir ou d’un porte-documents volumineux. Déjà, les dossiers épais et sanglés sont monnaie courante. Les journaux, enfin, sont là, en paquet ou pliés, comme si la lecture rapide avait commencé dans la voiture et restait à achever. Lorsque la façade de Matignon est modifiée par l’ajout d’un dais d’apparat, ce n’est pas pour solenniser la scène mais parce que la sortie du conseil se déroule sous la pluie et que, de cette façon, l’on épargne les gouvernants85. Le décorum même est frappé d’utilitarisme.

  • 86 Il s’agit pour l’essentiel du fonds numérisé de l’agence ANSA. Depuis 1960, cette dernière fournit (...)
  • 87 Par exemple, la nomination des gouvernements De Gasperi par le président Einaudi, ANSA, fonds numé (...)

61Les images routinières des gouvernements italiens ne s’éloignent guère de leurs homologues françaises86. Deux moments pour l’essentiel sont suivis par les photographes avec une grande régularité : les nominations de gouvernement avec la signature des ministres et leur photographie de groupe. S’y ajoutent quantité d’inaugurations de monuments, de rues, d’ouvrages d’art... La cigarette est présente chez les ministres italiens. Elle est cependant rarement visible sur les images de leur entrée en charge. Ils signent généralement leur intronisation en présence du président du Conseil et du président de la République sans consommer de tabac87. Parfois, dans l’assistance, un fumeur se remarque. Le tabac semble suivre la même évolution encore que nous n’ayons pu disposer pour l’Italie d’une série documentaire permettant une stricte évaluation de l’absence de cigarette à l’image. À partir des documents de l’ANSA, il est seulement possible de signaler que la cigarette, assez présente en 1945, tend à se réduire à la fin des années 1950. Les hommes d’État italiens ont tendanciellement une différence avec ceux de la IVe République. Moins située dans le cadre de la décision collective des conseils des ministres, leur fonction de décision et leur valeur symbolique sont privilégiées. Leur comportement s’inspire davantage de la liturgie que de la représentation, si tangible en France. À travers leurs apparitions, leurs inaugurations, leurs discours, ils investissent la démocratie et en manifestent la vigueur.

62De cet ensemble de figurations françaises et italiennes ressort une manière d’agir en politique dont le principe est précisément de se montrer actif. Finie la dimension réflexive, l’âge de la pensée où le ministre aimait à donner de lui la vision d’un intellectuel assis devant son secrétaire. Dans ce ballet d’entrées et de sorties, d’intronisations et de démissions, les sourires sympathiques se substituent aux mines graves. Le rapport aux médias n’est plus identique à ce qu’il fut. Les journalistes ne cherchent plus à véhiculer une lecture de l’espace public aussi sévère. Les hommes politiques sont disposés à mettre en scène leurs activités non liturgiques.

LE REGARD RETROUVÉ

  • 88 Outre les photographies parues dans Paris-Soir, l’émotion fut très grande et le président accueill (...)
  • 89 Delporte (Christian), Les crayons de la propagande... op. cit.
  • 90 AFP, archives photographiques, fonds manuel, boîte Allemagne ville A-Z Berlin, dossier rose 1 la s (...)
  • 91 Gilli (Jean), Le cinéma italien à l’ombre des faisceaux (1922-1945), Institut Jean Vigo, Perpignan (...)

63L’extraordinaire développement de la sphère médiatique après la Première Guerre mondiale modifie le regard porté sur l’univers politique. Les cameramen connaissent un allègement de leur matériel et les photographes, de leur côté, voient non seulement les problèmes du poids des outils résolus mais surtout les questions d’optique progresser. Ils peuvent prendre des images de loin grâce à des objectifs plus puissants et sont plus sûrs de la netteté de leur image du fait de la meilleure connaissance des réglages. Ils sortent des studios, comme les cameramen depuis plusieurs décennies, et rapportent des reportages de pays lointains ou de situations difficiles. Le développement de l’offre de médias illustrés est d’autant plus important que leur public connaît lui aussi une considérable extension. En Italie, entre les deux guerres, on compte plusieurs dizaines de périodiques illustrés et, parmi les grands supports d’information, la plupart ont ajouté des images : quotidiens, suppléments hebdomadaires et magazines naissants. En France, il en va de même avec des journaux comme Paris-Soir qui place l’image au cœur de leur information. L’idée de Pierre Lazareff, le père de ce projet, est que le journal doit user de l’image fixe en série pour être cohérent avec le monde actuel de l’image animée et jouer sur les effets visibles du déroulement des événements avant d’en livrer une analyse. C’est ainsi qu’il publie, en 1932, quatre clichés successifs de l’assassinat du président Doumer, en première page88. Une partie des icônes sert ainsi sans transition une conception sensationnaliste du journalisme qui recherche en elle les moyens de renforcer les capacités évocatrices de faits divers, y compris dans le monde partisan. Les périodiques illustrés se multiplient en France. La caricature, comme l’a expliqué Christian Delporte, connaît sans doute son heure de gloire à cette époque89. Le rôle de chroniqueur et de polémiste des dessinateurs n’est pas contesté. Les Gassier, Sennep, Cabrol, Forain, Soupault, etc., sont des constructeurs d’opinion, au même titre que les géants italiens Novello et Scalarini, même si le premier rechigne à parler de politique. Les photographies connaissent une véritable explosion de leur champ d’usage. Les quotidiens s’en passent difficilement, les hebdomadaires et les mensuels s’en abreuvent. L’accroissement sans précédent de la demande d’images offre la possibilité à des journalistes de s’installer à leur compte en proposant leurs services à des journaux qui hésitent à embaucher un grand nombre de reporters. Salomon en Allemagne réussit le premier à faire fonctionner une agence sur ce modèle nouveau. Une fois nationalisée, son agence sert de base au Deutscher Photodienst appelé souvent Dephot. À côté de cette grande agence, celle d’Heinrich Hoffmann, ami personnel de Hitler, jouit de grands privilèges dont l’exclusivité pour certains grands reportages. Son caractère quasi officiel est tel qu’Havas, avant guerre, fait rentrer des photos de cet auteur sur les villes allemandes90. On trouve ainsi des images de marches aux flambeaux au milieu du nouvel urbanisme que promeuvent les nazis. En Italie, les photographies sont placées sous la tutelle du ministère de la Propagande qui n’est pas seulement un censeur mais un promoteur d’échanges et de créations, par le biais de l’institut Luce et de ses services généraux. Les photographes privés et les journaux continuent à exploiter des images. Le film fait l’objet d’une gestion plus étroitement surveillée91. En France, des maisons bien établies commencent à structurer des fonds utiles comme Roger-Viollet. Des groupements professionnels finissent par obtenir la création de la notion de droit d’auteur pour les photographies. De là naissent les grandes agences iconographiques de l’après-1945 dont Magnum de Capa est le fer de lance. Les grandes agences internationales de presse ne veulent pas lâcher ce créneau nouveau et, derrière Reuter, s’emparent de l’image. Toutes commencent à constituer des fonds et à jouer le rôle de relais mutuels pour s’assurer la meilleure couverture mondiale. L’AFP, puis l’agence ANSA, sont parmi les interlocuteurs privilégiés des médias et des acteurs publics de leurs pays.

64Cette évolution de la couverture et de la place des médias illustrés n’a pas seulement un effet sur la diffusion des clichés. Elle pèse sur leur naissance même. Les organismes politiques comprennent assez vite que leurs relations avec les producteurs d’images peuvent avoir des incidences sur la composition même des images. Dès avant la Première Guerre mondiale, de petites concessions étaient faites pour l’installation des appareils et pour faciliter le travail des professionnels. Très tôt, à l’occasion des photographies de groupe posées, les participants suivent les consignes pour faciliter un bon cadrage, et cessent de bouger pour obtenir une image nette. Dans l’entredeux-guerres, l’idée de faciliter le travail progresse encore. Des espaces sont réservés pour installer les caméras ou les photographes. Souvent, dans les rassemblements de masse, des lieux surélevés sont aménagés pour favoriser les prises de vue. Les emplacements devant la tribune sont assignés aux professionnels. Ils peuvent aussi suivre les équipes de sécurité sur les toits pour bénéficier d’une meilleure vue d’ensemble.

65Fait notable, à partir des années 1920, cameramen et photographes deviennent de plus en plus visibles au second plan des images. Une partie des actes politiques se joue davantage pour eux que pour la foule, car ils sont de précieux relais. Dans les années 1930, en France, le jeu politique fait l’objet d’un suivi régulier au point que les accréditations de caricaturistes, de photographes et de cameramen deviennent routinières. Après 1945, ces pratiques s’amplifient et se régularisent davantage encore. Les grandes agences offrent une couverture de certains événements réguliers à leur public. Bientôt, ceux-ci composent de véritables genres icono-événementiels. Jusqu’à la fin des années 1950, ces genres, perceptibles à travers les fonds de l’AFP et de l’agence ANSA, sont les suivants : les changements ministériels (et le suivi des conseils des ministres) ; les élections (de la campagne jusqu’à la proclamation des résultats) ; les manifestations. Ces trois grandes catégories mettent en valeur les acteurs publics et garantissent un minimum de visibilité aux hommes politiques. S’y ajoutent des événements nationaux et internationaux dans les deux pays : les grandes inaugurations, les rencontres et les visites internationales ; les crises ou catastrophes de grande ampleur avec intervention du sommet de l’État. Les questions militaires et policières restent en dehors de cette classification car elles ne mettent que rarement en scène les hauts responsables politiques.

66La comparaison de cette liste avec celle des clichés qui se trouvent dans le fichier manuel de l’Allemagne à l’AFP, transmis par les deux grandes agences nationales (ADN à l’Est, DPA à l’Ouest...), des agences indépendantes (Intercontinentale) et des reporters comme Jean Manzon, fait apparaître une thématique plus spécifique : les manifestations, les élections (en Sarre), le communisme et le pacifisme comme mouvements endogènes ; le nazisme et l’antisémitisme (les procès des tortionnaires nazis et les mouvements néo-nazis). La spécificité de la situation allemande est donc prise en compte dans le traitement médiatique de sa vie publique. En un sens, les reportages photographiques soulignent les a priori et les inquiétudes. Dans le cas des fonds italiens de l’AFP, le marquage par le passé fasciste est moins fort. De même, les préjugés sur la mafia ne sont pas projetés sur la photographie politique.

67Encadrée par ces genres et suivie avec régularité par des journalistes professionnels, l’image du monde politique subit les assauts de la monotonie et de la répétition. Les comportements s’actualisent en suivant d’infimes variations. Dans ce processus d’action et d’esquisse quotidienne du modèle de comportement public, les ressorts anciens de la gravité et le soutien de circonstances exceptionnelles perdent leur poids mobilisateur. Une autre perspective s’ouvre qui traite sans emphase le public et les médiateurs. Le sourire est une première étape qui décrispe les relations et annonce de nouvelles présentations de soi sur lesquelles les propagandistes travaillent abondamment. L’espace public a fait l’objet d’un investissement inédit par les médias qui en ont étendu les contours et l’influence. L’outil iconique a fondamentalement été domestiqué par les hommes politiques. Ils ne sont plus de simples sujets de photographie parce qu’ils sont les acteurs de la vie publique. Ils ont pris conscience du regard qui pèse sur eux et de leur possibilité, pour l’heure limitée, de modifier leur apparence afin d’entraîner une adhésion. Ils se coulent dans les outils médiatiques et organisent leur mise en scène. Ils maîtrisent encore le scénario, le déroulement de l’action, le décor et le choix des figurants. Car les dirigeants des partis et des États détiennent l’instrument le mieux rodé pour influencer : la propagande. Par ce biais, ils travaillent la signification de leur comportement. Ils sortent de la pesante logique de gravité, héritage des liturgies. Plus de démiurges, mais des personnalités au service de la collectivité. Une étape reste encore à accomplir, délicate et illusoire : la domestication du corps politique lui-même.

Notes

1 Si la guerre joue un tel rôle, c’est qu’elle laisse un grand nombre de ses victimes vivantes, mutilés et gueules cassées, dont on ne sait que faire après la fin du conflit et qui tombent dans un silence étrange rompu seulement lors des grandes commémorations où une place leur est réservée. Ce problème revient à une question plus générale de la gestion des corps par un régime politique et a été abordé remarquablement à propos de Weimar, Wermeste (Catherine), art. cit.

2 AP fondation Kuliscioff, Milan, photographies, album marron. Cet album contient la série des méfaits fascistes et regroupe beaucoup d’images de cette période.

3 Goglia (Luigi), Storia fotografica dell’Impero fascista 1935-1941, Bari-Rome, Laterza, 1985, image no 68.

4 Makhine (Andreï), Le testament français, Paris, Mercure de France, 1995, p. 15-17.

5 AP institut Marc Sangnier, photographies, album no 3, marron, sans mention de date mais après 1909 et jusqu’au début des années 1920. Il s’agit de prises avec des jeunes, tantôt en costume de Jeunes Gardes, tantôt en habit militaire.

6 Bibliothèque nationale, Estampes, collection G. Sirot, cité dans Agulhon (Maurice), Histoire de France... op. cit., p. 221.

7 Il parlamento italiano... op. cit., vol. 12 bis, série sur Graziani accompagnant sa notice.

8 Milano, janvier-février, 1936, p. 50.

9 Voir par exemple le film sur le procès La Rocque de 1938 conservé à Bois-d’Arcy, documents Pathé journal, no 114 546 dans l’inventaire du fonds, Cot (Jean-Louis), Balthazard (Magalie), Delavie (Patrice), Inventaire de la collection de l’association « Les amis de La Rocque », [Bois-d’Arcy], dactyl., 77 p., snle, sd. Voir aussi AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 96, série 69000/P.37/1, à propos du procès de Lyon entre La Rocque et Tardieu, des photos du prétoire avec les différents protagonistes et notamment Riché et Ottavi. S’y ajoute un portrait de La Rocque paru dans l’Information à cette occasion.

10 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 98, 75000/P/36 M 1-3. La série d’images est prise au siège du PSF, puis au palais de justice. Noter parmi les présents l’aviateur Jean Mermoz qui, à ce moment, remplit un rôle fondamental dans le mouvement et prête volontiers ses traits à la collectivité militante. Plusieurs de ces images sont reprises dans L’Écho de Paris entre le 9 et le 11 octobre 1936. Voir aussi l’usage du geste en meeting à Autun, en 1938, 71400/P/38/R.

11 Burrin (Philippe), « Poing levé et bras tendus », art. cit., 1983.

12 Il nous semble qu’outre la référence romaine, ce salut bras levé et main ouverte a vu sa diffusion facilitée par les gestes d’adieu de la Première Guerre mondiale, lors de laquelle la coutume voulait que l’on saluât les troupes levant le bras et en agitant, à bout de bras, des mouchoirs blancs, ou, pour les hommes, leur chapeau. Ces gestes sont assez éloignés des saluts militaires en vogue à cette époque.

13 AP, FNSP, fonds Blum, album 1, par exemple le défilé de la paix en 1936 (107) ou les photographies de campagne dans l’Aude (64) que nous datons de 1936 et non de 1929 comme le laisse penser un étiquetage erroné ; voir aussi le public sur l’image du meeting du 4 mai 1936...

14 Il s’agit d’un ensemble photographique donné à la Fondation nationale des sciences politiques par la famille du colonel de La Rocque et au sein duquel se trouvent une série de cartons et deux boîtes à chaussures qui montrent l’action des Croix de feu, puis du PSF, ainsi que des autres associations appartenant à la nébuleuse des amis de La Rocque. Le fonds s’étale chronologiquement de 1929 à l’après-Seconde Guerre mondiale puisque l’on y trouve aussi quelques documents de solidarité française. Il a été constitué à partir de dons par les militants, de coupures de presse et de récupérations de photographies d’agences. S’y ajoute un fonds cinématographique conservé aux archives de Bois-d’Arcy dont nous avons consulté l’inventaire car s’y trouvent insérés des résumés des principales séquences.

15 Cot (Jean-Louis), Balthazard (Magali), Delavie (Patrice), op. cit., p. 25. Film inventorié au no 114 536 daté de 1937.

16 Voir AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 98, série 75016/P/36/M. les images proviennent de la presse et de militants. On y trouve des extraits du Jour, 5 octobre 1936, de L’Écho de Paris des 4, 5, 7 octobre 1936 car les violences ont entraîné des arrestations et des poursuites. Puis, dans Excelsior du lundi 5 octobre 1936, la photo critique avec le commentaire suivant « au viaduc d’Auteuil des membres du Parti social français saluent, la main levée, le service d’ordre assuré par des gardes mobiles ».

17 Chopine (Paul), Six ans chez les Croix de feu, Paris, Gallimard, 1935, p. 158 sq.

18 Comme cette permanence grenobloise dans un café où tous les hommes sont tournés vers le photographe et où même la caissière se prête au jeu. Sur 34 présents, 14 hommes et 2 femmes sourient. Un barbu fait la nique à 5 moustachus sous le regard d’un prêtre en soutane. AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 95, 38000/P/37/R2-1.

19 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 98, 75008/P/37 parmi les documents les plus significatifs des manières d’être v1-1 le stand du Flambeau, de v1-2 à v1-7 les différents stands par province ; v1-8 le stand de l’EVP ; v1-9 le stand des clubs Jean Mermoz ; v1-10 l’électricité avec des jouets et des ouvrages ; v2-2 les mineurs qui portent des bonnets sur lesquels on peut lire « Vive La Rocque » ; v2-6 le vin ; v2-11 les étudiants ; v2-16 la photographie de groupe des EVP ; v3 série de clichés de la suite de la fête et notamment le stand de Lorraine.

20 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 99, 75014/P/39/v1-3, 4 La Rocque et Madame dans les stands des colonies ; v1-5 le stand indochinois avec costume traditionnel lui aussi. Puis La Rocque visite les stands régionaux.

21 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 98, 75008/P/37, v1-16.

22 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 77440/C/37/ RI sq. Les mains derrière le dos, de profil les mains dans les poches, un bras levé, la main ouverte et tenant ses feuilles de l’autre.

23 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 93, 13000/C/35/R1-1.

24 Cette manière de se tenir est très fréquente chez lui, voir par exemple AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 93, 38 000/P/37/R1-1.

25 À Preuilly, par exemple, il parle devant son portrait géant sur lequel il a son fume-cigarette à la bouche. Voir AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 93, 37200/ P/37/R. Ce fume-cigarette qu’il utilise en public quand il n’est pas l’orateur mais qu’il se trouve à la tribune comme à Marmande, 47200/C/36/R1-1.

26 Voir le raid automobile du 14 avril 1935 vers l’Est (Reims et Metz) pour une cérémonie, des remises de fanions et un meeting. Voir à Bois-d’Arcy le film no 114 528. Ces raids ne semblent pas directement influencés par le modèle du corps motorisés du parti nazi qui fonctionne dès 1928. Il ne s’agit pas de transporter un force de frappe mais de montrer sa modernité.

27 Voir aussi sur le raid du 14 avril 1935, AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 95, 51100/C/35/R1-1 et en juin 1936 57000/C/36/R. Le 20 juin 1937, pour le congrès de Wicres, outre les images de La Rocque, les militants ont pris le parking et ses automobiles rangées en ordre, AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 95, 59134/P/37/R1-17 et R7, 8, 9.

28 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 97, 75004/C/34/M1.

29 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 97, 75004/C/35/M1. la cérémonie avait eu lieu le 12 mai 1935. La Rocque portait pour l’occasion le haut-de-forme et l’habit.

30 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 100, 78430/C/35/M1, des photographies prises par le studio Lara.

31 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 98, 75004/C/36/M. En 1934, La Rocque avait été frappé par un deuil familial très douloureux. Sa fille Nadine était morte au mois d’août. La presse s’en fit écho, montrant déjà combien la vie politique devenait perméable à la curiosité, voir Le Jour, 5 août 1934. L’inauguration d’une rue en hommage au héros de l’air le 24 avril 1937 est une autre occasion de mettre en scène le mouvement. Les dignitaires du PSF y croisent d’autres figures partisanes et surtout les photographes de presse, voir AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 98, 75008/P/37/M1-3.

32 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 95, 59000/P/37/M, à Fivres-Lille.

33 Sur la mentalité des années 1930, voir Burrin (Philippe), La dérive fasciste... op. cit.

34 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 97, 75006/C/35. Une photographie sans doute commandée par O. Bernard, propriétaire du café.

35 AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 100, 91190/P/38/F1-1.

36 Pour prendre un exemple combinant plusieurs systèmes AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 95, 44000/C/35/R1. Ce meeting se tient dans une grande salle de la région de Nantes. De chaque côté de la tribune, un porte-drapeau. Les murs latéraux de la salle sont couverts de drapés bleu-blanc-rouge. Derrière la tribune, on trouve des drapeaux avec les symboles du mouvement. Des dispos, placés de loin en loin, font partie du décor. Le public assis, discipliné ne donne pas l’idée de ces masses en mouvement qu’il peut parfois évoquer dans le plus pur style liturgique à l’occasion d’un 11 Novembre. Aux pieds de la tribune, un dernier cordon de sécurité est tourné vers les spectateurs et surveille leurs gestes. Tout ce dispositif a été pensé pour rassurer les participants et leur inculquer les mots d’ordre écrits sur les murs et illustrés dans le discours des orateurs : « ni blanc, ni rouge, bleu-blanc-rouge », « le culte de l’honneur », le service de la patrie », « travail, famille, patrie ». Cette continuité thématique avec Vichy ne doit pas étonner. Les anciens combattants sont l’âme de la Révolution nationale menée par l’un d’entre eux.

37 Comme cette série de photographies signée Gaston (Paris) publiée dans le Flambeau, 1er août 1934 et dans Vu, 12 décembre 1934 qui montre un défilé Croix de feu pris de haut avec les escouades en ordre, AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 97, 75000/C/34/D2, ou ce défilé du 14 juillet 1935 lors duquel tout est exécuté avec l’ordre militaire le plus parfait, AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 97, 75/C/35/D2.

38 Voir les articles consacrés à cet événement par Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 57, mars 2000.

39 VDP, Actualités Gaumont, 1934, février, film NB, 20 min.

40 Idem.

41 Ibid.

42 AP, FNSP, fonds Léon Blum, album no 2, 182 sq. et 186 pour l’image des mineurs issue de Paris-Soir.

43 Il parlamento italiano... op. cit., vol. 7, p. 392 sq.

44 Touché à la gorge, Cavallotti s’effondre et laisse les radicaux privés de ses talents d’orateur.

45 Il parlamento italiano... op. cit., vol. 6, p. 68.

46 Dobry (Michel), La sociologie des crises politiques – La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, PFNSP, 1986, 320 p.

47 Les attentats contre Mussolini ou Hitler font l’objet de traitements similaires à ceux des monarques. Les commentaires insistent sur l’émotion soulevée dans le pays et montrent des images. Dans le cas de Mussolini en 1932 l’Illustration insiste davantage sur les actes de dévotion que sur l’attentat lui-même. Voir Milano, juin 1932, p. 266. Au contraire, il semble que l’attentat contre Hitler de 1944 soit souvent traité à partir des traces de son échec et accompagné d’un visage amusé du chef nazi.

48 Par exemple l’assassinat d’Umberto I par l’anarchiste Gaetano Bresci à Monza dans L’Illustrazione italiana, d’août 1900 repris dans Il parlamento italiano... op. cit., vol. 6, p. 381.

49 Beurrier (Joëlle), « Voir ou ne pas voir la mort », Voir ne pas voir la guerre – Histoire des représentations photographiques de la guerre, Paris, Somogy, 2001, p. 62-69.

50 Voir l’image de Mussolini défilant en tête du cortège du PNF à Rome en novembre 1921 dans Il parlamento italiano... op. cit., vol. 10, p. 42, l’image fortement tramée a dû être reprise d’un journal.

51 Milano, 1932.

52 Il parlamento italiano... op. cit., vol 10, p. 81. « Guardie rosse, occupation. 20.9.1920 ? ». Il ne faut pas oublier que la réception de la révolution russe en Italie s’est aussi effectuée par des images. Les almanachs et la presse socialiste diffusent des affiches et des photographies de la guerre civile. Voir Almanacco socialista. Plus généralement voir Caretti (Stefano), La rivoluzione russa e il socialismo italiano, Pise, Nistri-Lischi, 1974, 324 p. et Almeida (Fabrice d’), « Les socialistes français et italiens et la Révolution russe », Cahiers d’histoire, no 68, 4e trim. 1997, p. 39-50.

53 Gervereau (Laurent), Buton (Philippe), Le couteau entre les dents, Paris, Chêne, 1989, p. 18-23.

54 Il existe sans doute un lien entre les ouvertures vers la violence et la joie dans cette période de la gravité. Les proclamations de mobilisation générale furent partout saluées par des manifestations de joie et d’enthousiasme que la littérature et les témoignages ont largement illustrées. On peut en trouver témoignage dans les images du début du conflit publiées dans Hanoteaux (Gabriel), Histoire de la guerre de 1914, Paris, Grounouillioux, 1914-192, 16 vols. En particulier dans les volumes 1 à 3. Le mai radieux italien a la même force joyeuse pour une grande partie de la population italienne. D’autres témoignages littéraires et statistiques montrent qu’en Italie l’exaltation joyeuse de la guerre à venir contre les liturgies graves de la guerre passée est restée vivace pour la guerre d’Éthiopie. L’image d’un groupe d’artilleurs milanais partant pour l’Afrique de l’Est, visages souriants voire hilares pour la plupart. Ils composent même la figure actualisée du squadrisme avec un groupe, les armes à la main, devant le drapeau, voir Milano, janvier 1936, p. 47. La Seconde Guerre mondiale fut aussi saluée par des accents joyeux. A l’inverse, en France, l’un des rares moments de liesse sincère est cette foule portant Daladier en triomphe au moment des accords de Munich. Le président du Conseil, grave, est surpris par cet accueil qui contraste avec la gaieté belliciste de sa jeunesse. Cette situation paradoxale conduit donc à laisser de côté l’idée que la joie guerrière serait un premier signe de l’anomie de guerre, c’est-àdire d’une modification des normes sociales qui conduit à adopter des comportements non admis dans la paix, ici, la joie dans l’espace public. Sur l’anomie de guerre, voir Audouin-Rouzau (Stéphane), L’enfant de l’ennemi... op. cit. Cela donne une vision plus complexe des émotions collectives que celle proposée par Ernst Nolte, La guerre civile européenne, Paris, Syrtes, 2000, p. 46-49. Nolte, pour l’essentiel, ne retient que la joie et l’humiliation, et n’établit pas de lien avec les règles sociales. Il ne tire pas les incidences de la joie de la victoire dont pourrait se prévaloir la Russie soviétique. Il traite de façon événementielle la question de l’estime de soi qui doit être située dans des contextes plus longs, voir Braud (Phi-lippe), L’émotion en politique, Paris, Presses de sciences po, 1996, 257 p. L’autre visage de la liesse et de la guerre est l’annonce de la fin du conflit dans les pays victorieux. Que l’on songe aux défilés de la victoire de 1918 et surtout à celui d’août 1944 avec le général de Gaulle sur les Champs-Élysées qui donna lieu à des films des Actualités françaises et à des séries photographiques en couleur. Voir, par exemple, ces illustrations dans Cartier (Raymond), La Seconde Guerre mondiale, Paris, Larousse-Paris-Match, 1962, 2 vol. Voir aussi les films des Actualités française au Forum des Images ou à l’Inathèque où se trouve l’ensemble du fonds. Voir sur ces films d’actualité, Lindeperg (Sylvie), Clio de 5 à 7, Paris, CNRS, 2001, 318 p. qui contient un commentaire de l’image de De Gaulle de la Libération aux années 1960. Les agressions des anciens collaborateurs sont aussi festives dans certaines de leurs phases avec le public. Les tondues ont été les objets de cette joie collective, d’un carnaval pour redresser la fierté nationale, voir Brossat (Alain), Les tondues – Un carnaval moche, Levallois-Perret, Manya, 1993, 335 p. ; Virgili (Fabrice), La France virile... op. cit., p. 297 sq. contredit en partie cette analyse en observant certaines photographies de tontes et en rejetant l’idée qu’il s’agit d’un rite d’inversion.

55 Il parlamento italiano... op. cit., vol 10, p. 275. Il fut jeté hors du Parlement par les députés fascistes en 1921 et plusieurs fois visité par les squadristes pour des bastonnades publiques et des promenades sous les huées. Un de ces boucs-émissaires sur lesquels les fascistes rejetaient toutes les responsabilités de la crise italienne.

56 Chatonnay (Sophie), Mise en image et perception du terrorisme dans la photographie de presse – L’exemple des attentats de la Cagoule et de l’OAS à Paris, mémoire de maîtrise de l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, sous la direction de Marie-Anne Matard-Bonucci et de Christian Delporte, 2001, 251 p. L’auteur rapporte p. 210 la lettre de saisie du film de l’attentat par la PJ. Le Petit journal avait attiré l’attention sur ce document en publiant 5 photos extraites.

57 AP, FNSP, fonds Blum, album no 1, p. 111.

58 Maurice Thorez qui, sur son portrait de députés, a l’air sérieux, est souvent souriant dans ces manifestations publiques, voir Le Populaire et L’Humanité entre avril et juin 1936.

59 Spriano (Paolo), Storia del Partito comunista italiano, Turin, Einaudi, vol. 1 : Da Bordiga a Gramsci, éd. 1976, p. 165 sq., insiste sur la mise en place précoce d’un appareil militaire clandestin.

60 AP, FNSP, fonds Blum, album no 3, doc. 277-278.

61 AFP, fonds manuel, dossier gouvernement 1934-1958.

62 Les portraits officiels des deux hommes s’inscrivent dans la suite de la physiologie partisane de l’entre-deux-guerres et ne rompent pas vraiment la continuité historique. Moustachus, les deux hommes ont l’air grave. L’uniforme porté par Pétain change des habitudes parlementaires de l’entre-deux-guerres. Rappelons cependant que dans l’histoire constitutionnelle française, le portrait officiel du maréchal de Mac Mahon, premier président de la République, le présentait en grand uniforme.

63 Affiche de propagande de l’État français, « Il disait la vérité, ils l’ont tué », 1944.

64 Jeanneney (Jean-Noël), Georges Mandel, l’homme qu’on attendait, Paris, Le Seuil, 1991, 185 p.

65 AP, FNSP, fonds Blum, album no 3, doc. 293.

66 Blum (Léon), Le dernier mois, Paris, Diderot, 1946.

67 Voir Almeida (Fabrice d’), « Photographie et censure », in Gervereau (Laurent), Rioux (Jean-Pierre), Stora (Benjamin) dir., La France en guerre d’Algérie, Paris, BDIC-Musée d’histoire contemporaine, 1992, p. 216-227. Plus récemment Le Monde 2, décembre 2000, dans un dossier consacré à ce sujet, devait publier quelques documents corroborant des actes de torture. L’un d’eux était d’ailleurs erroné : il représentait une fête d’appelés, avec un soldat saoul... Un rectificatif fut rédigé le mois suivant.

68 Dewerpe (Alain), Charonne, 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, 2006.

69 Goglia (Luigi), Storia dell’Italia fascista ; Mussolini – Album di una vita ; Autoritratto del fascismo.

70 Luzzato (Sergio), Il corpo del Duce, Turin, Einaudi, 1998, 246 p.

71 AP, FNSP, fonds Blum, album no 3, doc. 297-301.

72 Après guerre, Blum a beaucoup de gestes mains jointes et semble soutenir son propos comme une forme d’énoncé de ses convictions, soit par le poing fermé du combattant, soit en un geste de prière de patriarche. Pendant la période du Front populaire, ce sont plutôt ses gestes démonstratifs, ses doigts pointés et ses mouvements d’une main qui retenaient l’attention. Il jouait alors le rôle d’un professeur ou d’un moraliste. C’est du moins l’impression que l’on retire de la lecture de son fonds. AP, FNSP, fonds Blum, albums 2 et 3.

73 Bertrand-Dorléac (Laurence), L’art de la défaite 1940-1944, Paris, Le Seuil, 1993, 486 p. (chap. 4, « Le Maréchal à l’infini », p. 107-168).

74 Voir par exemple la gravure représentant une pause à Montecitorio, Il par-lamento italiano... op. cit., vol. 5, p. 57. On y distingue plusieurs fumeurs de cigares, lâchant de lourds nuages de fumée.

75 Musée de la publicité, UCADE, interrogation informatique.

76 Tabac dans le Larousse du xxe siècle en six volumes, Paris, Larousse, 1933, vol. 6, p. 560-561, la toxicité du tabac n’est pas établie à cette époque. La conclusion de l’article à la rubrique physiologie, toxicologie : « Ses vertus prophylactiques demeurent aussi imprécises que ses périls ». À l’article « cigare » se trouve cette citation de George Sand : « le complément indispensable de toute vie oisive et élégante ». Les cigares médicinaux sont censés soigner les maladies respiratoires ! Pour les cigarettes, il est précisé que « le monopole d’État n’exclut pas la vente des cigarettes étrangères (turques et égyptiennes, algériennes, américaines et anglaises) ».

77 Il parlamento italiano... op. cit., vol. 7, p. 475.

78 AP, FNSP, fonds Blum, album no 3, doc. 267-268.

79 AP, FNSP, fonds Blum, album no 2, doc. 219-220.

80 AFP, fonds manuel, boîte gouvernement français, accords de Grenelle, mai 68, dossier bleu, gouvernements 1945-1957.

81 Séguéla (Jacques), Hollywood lave plus blanc ; Breton (Philippe), La parole manipulée, Paris, La Découverte, 1997, 224 p.

82 AFP, archives photographiques, fonds manuel, boîte gouvernement français accords de Grenelle mai 68, dossier bleu, gouvernement Mollet 1/2/56.

83 AP, institut Marc Sangnier, fonds photographique, album no 3, inauguration de la route de la paix et Bierville-les journées de l’espérance-28 août 1936.

84 AFP, archives photographiques, fonds manuel, boîte gouvernement français, accords de Grenelle, mai 68, dossier bleu.

85 AFP, fonds manuel, document du 6-2-1955.

86 Il s’agit pour l’essentiel du fonds numérisé de l’agence ANSA. Depuis 1960, cette dernière fournit un service régulier sur la politique italienne. Par achats, dons, et échanges, elle a rassemblé des images sur l’après-guerre. Le fonds manuel n’étant pas accessible pour nous, faute d’autorisation, et à cause (paraît-il) de son classement strictement par chiffres ne permettant pas de limiter à une thématique le plus grand fonds iconographique italien, nous avons dû nous contenter des images numérisées disponibles. Malheureusement, les fiches explicatives négligent trop les auteurs des images et ne permettent pas de rendre à César ce qui lui appartient. Cet ensemble documentaire, il faut le préciser, regroupe plusieurs centaines de milliers de clichés. Nous tenons à remercier ici Mario Eramo, le chef de service, qui nous a aidé à maîtriser cet immense corpus.

87 Par exemple, la nomination des gouvernements De Gasperi par le président Einaudi, ANSA, fonds numérisé, 26 juillet 1951 ou juillet 1953. Voir aussi pour la même année les photos de nomination du gouvernement Pella.

88 Outre les photographies parues dans Paris-Soir, l’émotion fut très grande et le président accueilli au Panthéon au cours d’une cérémonie solennelle. Le glas sonnait pendant le trajet. Le défilé, parti de l’Élysée, est passé par la Concorde, la rue de Rivoli, Notre-Dame (avec des drapeaux en gerbes et une façade voilée de noire), puis arrive place du Panthéon. La fanfare joue la Marche funèbre avant que soient prononcés les discours, en présence d’importantes représentations étrangères et d’un peuple de badauds. Voir Forum des images, Éclair journal mai-août 1932, nb, 14 min, vdp 2694.

89 Delporte (Christian), Les crayons de la propagande... op. cit.

90 AFP, archives photographiques, fonds manuel, boîte Allemagne ville A-Z Berlin, dossier rose 1 la série de photographies du palais présidentiel, la fête du soldat inconnu de 1937, l’inauguration de la nouvelle chancellerie de Speer par Adolf Hitler. Les dossiers 2 et 3 sont aussi d’Hoffmann.

91 Gilli (Jean), Le cinéma italien à l’ombre des faisceaux (1922-1945), Institut Jean Vigo, Perpignan, 1990, 319 p.

Table des illustrations

Titre Tableau 11. NOMBRE DE PHOTOGRAPHIES DES AMIS DE LA ROCQUE, GROUPE DE PARIS (PAR ANNÉE).
Légende Sources : nos calculs d’après AP, FNSP, fonds La Rocque, LR 97-99.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540