Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Troisième partie. Une frontière éclatée (1635-1670)

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

« Une chose sont les systèmes, autre chose sont les hommes ».
Henri Sanson, « Expérience de l’autre et l’image de soi en Algérie entre 1923 et 2002 », in Cahiers de la Méditerranée, n° 66, juin 2003, p. 241.

1La première moitié du xviie siècle avait marqué un apogée de la frontière maltaise, qui avait vécu au rythme d’un balancement continu entre une ouverture économique et humaine et un contrôle religieux et mental, selon une adéquation parfaite entre les intérêts des structures (l’Ordre, le Saint-Office) et ceux des hommes. Reflétant une histoire méditerranéenne où la réalité des contacts entre les civilisations consistait encore en un antagonisme entre les rives, pondéré par la structuration de réseaux d’échanges et le mouvement facilité de nombreux passeurs corsaires ou marchands, la frontière maltaise avait connu un demi-siècle d’harmonie.

2Les premiers éléments de rupture devaient apparaître brutalement. L’année 1635, qui marquait le déclenchement d’une guerre franco-espagnole, qui se poursuivit de manière épisodique durant plus d’un demi-siècle, constitua bien pour l’Ordre, et par voie de conséquence pour Malte, un élément de perturbation de l’ancien équilibre. À partir de cette date, les querelles européennes qui marquaient la naissance et l’affirmation violente des États modernes, débordaient sur la scène méditerranéenne et maltaise : pour la première fois, l’Ordre se trouvait pris à parti par l’un ou l’autre camp, sommé de défendre les appétits fonciers de toutes les puissances en construction, y compris celle du Saint-Siège, tandis que ses propres activités méditerranéennes de croisade contre l’Infidèle paraissaient incongrues. Dans le nouveau contexte d’éclatement des rives, répondait à l’indépendance progressivement affirmée des Régences barbaresques le morcellement de l’Europe, où les intérêts économiques des États concurrents conduisaient à la signature d’accords de paix et de capitulations commerciales avec les anciens ennemis musulmans. La course, qui avait assuré le développement économique de Malte, ne pouvait dès lors plus être perçue comme une protection de la rive chrétienne menacée ; elle devenait au contraire une véritable nuisance et suscitait un concert de protestations qui s’entendait même à Malte.

3Alors que, jusqu’à présent, la frontière maltaise avait vécu dans une symbiose entre les systèmes (politique, militaire et religieux) et les hommes, unis pour l’affirmation du rempart chrétien, l’éclatement des rives engendrait dans l’île une dissociation nouvelle des intérêts entre l’Ordre et les individus. Si les chevaliers se réfugiaient dans une nouvelle activité de croisade, par une politique de fortification de leur île et par une participation active à la guerre de Candie, les Maltais participaient de leur côté à l’essor des activités commerciales méditerranéennes. Moins profondément affectée que l’Ordre par les bouleversements consécutifs au nouveau contexte méditerranéen, la société insulaire ne pouvait que s’éloigner des priorités guerrières des chevaliers, en une époque où le développement économique de l’archipel favorisait la venue et l’installation d’étrangers de toutes origines. Cette perméabilité de la société ne devait pas pour autant affecter la conscience du contraste des civilisations : peu concernée par les querelles européennes ou par la revivification militaire, Malte continuait d’incarner une frontière, certes ouverte et commerciale, mais maintenue intacte dans les esprits.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540