Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Deuxième partie. Une frontière épanouie (1575-1635)

Conclusion de partie

Texte intégral

1Entre la fin du xvie siècle et le milieu du xviie siècle, le processus frontalier maltais s’était donc adapté parfaitement au nouveau contexte méditerranéen d’achèvement des grands conflits entre les rives, où s’établissaient des relations originales, à la fois encore tendues, par la pratique de la course, et déjà plus pacifiques, par la signature d’accords commerciaux entre États. Dans un épanouissement original, dynamique et vivant, la frontière maltaise avait considérablement changé. Conçue pour être hermétique au xvie siècle, elle était, au siècle suivant, devenue extrêmement poreuse et attractive, caractérisée par une activité débordante et par une interaction permanente entre des représentants des deux rives, qui avaient désormais d’autant plus besoin les uns des autres, à la fois sur un plan économique et sur un plan identitaire, que le processus militaire s’était estompé.

2Un tel essor était le résultat d’une pratique progressivement généralisée de la course, qui, tout en offrant aux Hospitaliers et aux Maltais un commode moyen de poursuivre l’affrontement contre les Infidèles, stimula efficacement l’économie insulaire et donna une puissante dynamique à tout l’ensemble portuaire. Principal centre corsaire de la chrétienté, pendant des cités barbaresques de Tunis, de Tripoli et d’Alger, Malte était un lieu désormais incontournable pour le dépôt des butins et le trafic fructueux de la vente et du rachat des biens et des hommes. Dans le même temps, ce commerce dérivé de la course réactivait les réseaux marchands déjà existants, qui avaient toujours rattaché depuis l’époque médiévale Malte à la Sicile, et en engendrait des nouveaux qui reliaient l’île à la rive musulmane. Cette intensification de l’activité économique, souhaitée et encouragée par l’Ordre qui en tirait bénéfice, avait pour conséquence un accroissement démographique extrordinaire du Grand Port, où aventuriers, corsaires et marchands maltais et étrangers venaient s’installer pour tenter la fortune.

3Premier pourvoyeur d’emplois dans le domaine maritime, l’Ordre disposait ainsi au xviie siècle d’un très large bassin de recrutement de sa main d’œuvre qualifiée ou non qualifiée, titrée et populaire, libre et non-libre, qui ne se limitait plus aux seuls insulaires. Au sein d’un Grand Port en passe de devenir une véritable zone d’uniformisation transfrontalière, se produisait un extraordinaire brassage des populations, qui entérinait de façon définitive la rupture entre une société insulaire de l’intérieur rurale et refermée sur elle-même, et une société portuaire largement cosmopolite où apparaissait de plus en plus délicate la perception du contraste des civilisations. La dynamique attractive de la frontière maltaise devait alors aller de pair avec un processus de redéfinition identitaire et de surveillance rigoureuse. Le Saint-Office, dont l’installation à Vittoriosa coïncidait avec l’ouverture nouvelle du port, œuvrait ainsi à la revivification du catholicisme, qui avait toujours constitué un élément de construction de l’identité insulaire, par des procédures de contrôle et de répression de toutes les dissidences, et par la structuration de méthodes d’encadrement des fidèles et d’enseignement du message religieux.

4La frontière maltaise semblait fonctionner selon un subtil équilibre, où l’ouverture de l’île, l’enrichissement portuaire et le développement des échanges, étaient surveillés par les institutions politiques et religieuses, soucieuses d’éviter une dilution de l’identité chrétienne dans la multiplicité nouvelle des rapports humains. Au cœur de cet équilibre, chaque partie publique ou privée trouvait son intérêt, selon un accord tacite et idéal. L’Ordre, qui profitait du corso pour réaliser des profits substantiels, encourageait corsaires, marchands et intermédiaires à exercer à Malte toutes leurs activités, cependant qu’il exprimait son désir de contrôle et sollicitait l’Inquisition pour empêcher les transgressions que la course provoquait indirectement, le reniement étant généralement la conséquence directe d’une capture en mer et d’une servitude. De leur côté, attirés par les profits dégagés par la course et le commerce, des individus de toutes nationalités et religions participaient volontiers au rayonnement méditerranéen du jeune port, par sa fréquentation, voire par leur établissement définitif, et acceptaient de faire corps avec la société qui les accueillait en se soumettant au contrôle sourcilleux des autorités religieuses. Quant à l’Inquisiteur, son activité même de censeur, qui ne cessa de s’amplifier au cours du xviie siècle, se trouvait justifiée précisément par cet extraordinaire dynamisme urbain, qui brassait des populations diverses et dangereusement exposées à la tentation de la transgression.

5L’épanouissement original de la frontière insulaire, devait toutefois être affecté par les évolutions houleuses de la conjoncture méditerranéenne du second xviie siècle, marquée par le fractionnement définitif des rives, lié notamment aux intérêts divergents des nouvelles puissances étatiques européennes. Perturbée par les conflits franco-espagnols, l’unité de l’Ordre se trouvait menacée, tandis que le triomphe progressif du commerce, qui visait à terme l’élimination d’une course qui le polluait, remettait en question son identité même d’ordre guerrier et chevaleresque. Son investissement militaire dans la guerre de Candie, qui reflétait une certaine nostalgie d’un péril turc en voie de disparition – malgré les sursauts ottomans, dont le plus notable fut le siège de Vienne en 1683 –, devait d’ailleurs résonner à Malte comme un anachronique écho d’une croisade qui n’avait plus lieu d’être et qui n’intéressait plus une population portuaire préoccupée presque exclusivement par les affaires marchandes. Au moment de sa plénitude, la frontière maltaise présentait déjà les prémices de son éclatement.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540