Version classiqueVersion mobile

Une réforme orientale à l’âge baroque

 | 
Laurent Tatarenko

Deuixième partie - Un héritage exclusif à partager (1589-1609)

Chapitre 5

Des dissensions à l’Union : incertitudes, conflits et négociations

Texte intégral

  • 1 L’épisode est connu par trois témoignages contemporains. Le premier, anonyme, provient de la lettr (...)
  • 2 Žukovič 1901b, p. 376, note 57.

1Le mardi 11 août 1609, vers vingt-deux heures, un vacarme inattendu retentit sur la place centrale de Vilnius. Peu après, un vieillard ensanglanté fut amené dans la maison du castellan de Vilnius, proche de l’église ruthène Saint-Nicolas. Cet homme était le métropolite uniate de Kiev – Hipacy Pociej. Il venait d’être victime d’une attaque perpétrée par deux individus qui croisèrent son cortège près de l’hôtel de ville1. Avant d’être saisi par l’assistance, l’un des assaillants eut en effet le temps de dégainer son sabre et de blesser le hiérarque. L’agresseur, arrivé à Vilnius avec l’un des serviteurs de Janusz Ostrogski, était un simple soldat qui avait porté son coup sous l’emprise de la boisson. Malgré la torture, celui-ci ne révéla aucun nom des éventuels instigateurs de son geste, mais affirma qu’il avait souhaité protéger ses coreligionnaires « tourmentés » par le métropolite. Il fut exécuté deux jours plus tard par écartèlement et les observateurs ne prirent pas la peine de noter son nom. Néanmoins, son acte isolé sonna pour les contemporains comme la marque évidente des tensions internes à la population ruthène, qui divisaient la capitale lituanienne depuis plusieurs années. Pociej lui-même et le nonce Francesco Simonetta y virent la main à peine voilée de la confrérie orthodoxe du Saint-Esprit. D’autres se risquèrent même à interpréter l’événement comme le signe d’une situation rappelant les épisodes des affrontements religieux du royaume de France. Dans une lettre envoyée au voïvode de Minsk, l’auteur anonyme, qui fut témoin des événements, écrivait ainsi : « un haïdouk […] voulut le tuer tout comme le serviteur des Guise avec son arquebuse pour l’Amiral2 ».

  • 3 L’aboutissement de la carrière laïque d’Adam Pociej fut l’obtention de l’office de castellan de Br (...)
  • 4 DUB, n° 6, p. 14-15.

2Comment expliquer alors un tel déchaînement face à celui qui, vingt ans plus tôt, apparaissait encore, sous son nom Adam, comme un grand dignitaire de la République, l’un des laïcs « les plus savants parmi les siens » et un protecteur actif de la confrérie Saint-Nicolas de Brest3 ? N’était-il pas l’homme qui, en 1593, avait été prié avec insistance par la noblesse ruthène, et le prince Konstanty Ostrogski en personne, d’accepter la charge d’évêque de Brest et de Volodymyr pour remplacer le hiérarque défunt4 ?

3Ce contraste montre que l’évolution rapide de la question religieuse ruthène, entre la fin de la décennie 1580 et les premières années du XVIIe siècle, ne suivit pas une direction linéaire et échappa parfois aux acteurs mêmes de l’époque. Saisir les facteurs de ce basculement constitue dès lors une étape essentielle pour analyser la nature des futures tensions entre les partisans et les détracteurs de l’Union.

Les inerties locales et les solutions extérieures : les visites des patriarches orientaux

Une « réforme in capite » : le changement métropolitain

  • 5 Sur sa route vers Moscou, le cortège patriarcal s’arrêta une première fois à Vilnius en juin 1588 (...)
  • 6 Voir la charte du 1er aout 1589 (AZR, t. 4, n° 20, p. 27).
  • 7 Dmitriev 2003, p. 105-107.

4En 1589, vingt ans précisément avant l’attentat commis contre Pociej, Vilnius fut le théâtre d’un événement qui amena d’importants changements dans l’histoire de la métropolie kiévienne. En juillet de cette année, le patriarche de Constantinople Jérémie II Tranos, qui revenait de Moscovie après avoir accepté d’y ériger un nouveau patriarcat orthodoxe, s’arrêta une nouvelle fois dans la cité lituanienne et prit le temps d’énoncer des mesures disciplinaires pour répondre aux difficultés des institutions religieuses locales5. Bien que rien ne l’indique avec certitude, il est probable qu’un synode fut convoqué à cette occasion. En effet, certaines chartes patriarcales précisent que les décisions furent prises en présence des hiérarques et de « tout le clergé paroissial »6. Durant cette dizaine de jours, le patriarche rencontra les clercs de la capitale et reçut la visite des différents dignitaires ecclésiastiques ruthènes. Ce séjour eut des conséquences concrètes dans quatre domaines. Il consacra un nouveau métropolite de Kiev, favorisa la reconnaissance par le roi des statuts de la nouvelle confrérie orthodoxe de Vilnius, exigea la déposition de plusieurs prêtres accusés de « bigamie » (des veufs remariés), menaçant les évêques qui maintenaient en charge de tels desservants, et interdit aux ecclésiastiques orthodoxes originaires de Grèce et du Proche-Orient d’intervenir de quelque manière que ce soit dans les juridictions des hiérarques ruthènes, y compris pour les bénédictions ou les célébrations liturgiques7.

  • 8 Voir Tymošenko 2006, p. 149-150. L’accusation de « bigamie », reprochée au métropolite et aux évêq (...)
  • 9 Ibid., p. 157-158.
  • 10 AZR, t. 4, n° 19, p. 25.
  • 11 ZDDA, P. 2, n° 5, p. 13.
  • 12 Akty JuZR, t. 1, n° 200, p. 237-238. Mikhail Dmitriev et Leonid Timošenko reprennent abusivement l (...)
  • 13 La déposition du vieux métropolite dut avoir lieu moins de dix jours avant la nomination de Rahoza (...)
  • 14 L’auteur anonyme du texte polémique écrivait que Jérémie II avait pressenti le futur passage à l’U (...)
  • 15 AZR, t. 3, n° 110, p. 240-241.
  • 16 AZR, t. 3, n° 132, p. 272-273 ; OAM, t. 1, n° 229, p. 102-103.
  • 17 Dans les années 1570, il servit comme secrétaire du voïvode de Volhynie, Bogusz Korecki (Kumor 198 (...)

5Le choix d’un nouveau métropolite fut sans doute la plus fulgurante et la moins claire des actions entreprises à Vilnius. Pendant longtemps, l’historiographie admit l’idée que l’ancien métropolite Onezyfor fut condamné à la suite du décret fustigeant la bigamie et déposé pour avoir enfreint le droit canon8. Ce regard reprend en réalité une lecture a posteriori, présentée dans les lettres et les traités, composés dans le cercle de la confrérie orthodoxe de L’viv, peu après l’Union9. Pourtant, la nomination royale de Michał Rahoza à la métropolie, datée du 27 juillet 1589, se contentait d’indiquer plus laconiquement que son prédécesseur avait « délaissé » son diocèse (« за спущеньемъ »)10. Un privilège de Sigismond III du 8 août 1589 apparaît bien plus explicite sur ce point, affirmant que l’ancien métropolite avait abandonné sa charge « de sa propre volonté », en raison de sa vieillesse et de la maladie (« [...] отцу Онисифору Петровичу Девочце бывшому митрополиту киевскому галицкому и всея Руси, который в тыхъ теперешних часех ижъ тую митрополию по доброй воли своей фолкгуючи старости и хоробе своеи из себе зложилъ. »)11. Surtout, encore en 1590, l’ancien hiérarque continuait à administrer le monastère de la Sainte-Trinité de Vilnius et conserva la charge d’archimandrite de Lawryšava (au nord de Navahrudak) jusqu’en 159112. Le maintien de ces dignités ecclésiastiques suggère ainsi qu’Onezyfor ne fit pas l’objet d’une véritable condamnation mais fut amené à quitter sa charge en raison de son âge et, par là, son incapacité d’assurer ses fonctions. Il n’est pas à exclure que la passation des pouvoirs fut préparée à l’avance, mais attendit le retour du patriarche pour recevoir son éminente approbation. En témoigne le temps extrêmement court, nécessaire à évincer le vieux métropolite et à lui choisir un successeur13. Le traité orthodoxe Perestroga (Avertissement), composé à L’viv avant 1605, laissait également entendre que la noblesse ruthène était déjà tombée d’accord sur la candidature de Rahoza, avant même les événements de juillet 158914. Celui-ci, âgé d’une cinquantaine d’années, était issu d’une famille de la noblesse moyenne dont les représentants étaient connus à Minsk et à Vilnius. Michał lui-même se démarquait alors par une brillante carrière ecclésiastique, entamée en 1579 comme archimandrite du monastère de l’Assomption à Minsk15. En 1589, il se trouvait déjà à la tête de deux autres couvents (Sainte-Trinité de Sluck et celui de Morač), grâce aux bonnes dispositions des princes Olelkowicz, et incarnait ainsi l’exemple courant du cumul des bénéfices16. L’homme qui monta sur le siège métropolitain de Kiev était donc bien connu des élites laïques comme des ecclésiastiques ruthènes et parfaitement inséré dans les réseaux nobiliaires de la Lituanie occidentale, voire même de Volhynie17.

  • 18 Voir Tymošenko 2000a.
  • 19 AZR, t. 4, n° 149, p. 206. Andrzej Borkowski reprend cet épisode, sans le discuter : Borkowski 200 (...)
  • 20 AS, t. 9, p. 88.
  • 21 L’année de la visite patriarcale est ainsi déplacée à 1590, date à laquelle l’auteur situe égaleme (...)
  • 22 L’archimandrite Nikolaj (Dalmatov), auteur d’une riche monographie consacrée à l’histoire de Supra (...)

6Après son départ de Vilnius, Jérémie II continua à prendre des mesures pour remettre en ordre les institutions locales. Toutefois, à partir de ce moment, son action devient floue en raison de témoignages tardifs et de documents de toute évidence falsifiés, qui brouillent l’histoire des dernières années précédant l’Union18. À en croire la version présentée dans Perestroga, le patriarche aurait ainsi déposé l’archimandrite de Supraśl Tymoteusz Złoba, pendant son séjour dans ce monastère, au cours des premiers jours d’août 158919. Le moine aurait été reconnu coupable de meurtre. Pourtant, la chronique monastique (Kronika Ławry Supraślskiej) compilée au XVIIIe siècle mentionne bien la visite du patriarche mais ne parle d’aucun conflit à cette occasion20. Bien plus, le texte affirme que Złoba vécut dans le monastère jusqu’en 1592, date à laquelle fut élu un nouvel archimandrite – le prince Hilarion Massalski. Même si les indications de la chronique font état d’erreurs évidentes, il paraît étonnant que l’auteur uniate ne mentionna pas un épisode qui aurait dû marquer la mémoire de la communauté21. Son choix ne peut d’ailleurs se justifier par un quelconque regard « confessionnel » puisque, à cette date, le monastère était sous obédience orthodoxe22. En absence de nouvelles sources, la véracité de cette affaire reste donc contestable.

L’« exarchat » ruthène : concurrence ou collaboration ?

  • 23 La seule étude consacrée à la fonction d’exarque dans les territoires ruthènes de cette période fu (...)

7Poursuivant son chemin vers le Sud, le patriarche s’arrêta à Brest, où il se réunit de nouveau avec plusieurs évêques ruthènes. Dans cette ville qui allait accueillir les futurs synodes annuels de la métropolie, le hiérarque grec prit une décision qui devint cruciale pour les équilibres institutionnels de l’Église kiévienne. Le 6 août 1589, lors d’une célébration solennelle, Jérémie II accorda à l’évêque de Luc’k-Ostroh Cyryl Terlecki la charge d’« exarque » de la métropolie de Kiev. Cet épisode, largement repris par l’historiographie consacrée aux préparatifs de l’Union, continue pourtant à susciter des débats à cause des ambigüités et des soupçons qui accompagnent le geste du patriarche23. Comme dans le cas des nombreuses décisions de Jérémie II, l’original de la charte de nomination ne fut pas conservé et nous ne possédons que des copies et des traductions contemporaines du document.

  • 24 MCSL, t. 1/1, n° 123, p. 194-196 ; AJuZR, P. 1, t. 1, n° 60, p. 252-256.
  • 25 Makarij 1857-1883, t. 9, p. 488-489 ; Gudziak 2001, p. 200-202. Mikhail Dmitriev ou Leonid Tymošen (...)
  • 26 La copie de la charte patriarcale, insérée dans la confirmation royale, oublie la signature de l’é (...)
  • 27 Le document fut sans doute remis à la chancellerie royale par l’évêque de Luc’k, lors de son séjou (...)
  • 28 Dmitriev 2003, p. 109. L’exarque obtenait ainsi la primauté (старшина) sur les autres évêques ruth (...)
  • 29 Aucun document de ce type n’est mentionné dans l’inventaire des archives de l’évêché de Luc’k, éta (...)

8L’exarchat accordé à Terlecki est en effet connu par deux textes : une charte rédigée à Zamość, en date du 14 août 1589, qui rappelle la cérémonie de Brest, et la confirmation royale de la charte de nomination patriarcale, accordée par Sigismond III le 9 février 159524. Étonnamment, bien que le second document soit connu depuis longtemps, seuls les ouvrages du métropolite Makarij (Bulgakov) et de Borys Gudziak, y consacrèrent quelques lignes, sans discuter véritablement sa nature25. L’examen attentif du texte révèle pourtant qu’il s’agit très probablement d’un faux, présenté par l’évêque de Luc’k en personne à la chancellerie royale. En effet, le premier indice qui attire l’attention est la présence des signatures du métropolite Rahoza et des évêques de Volodymyr, de Pinsk, de Chełm et de L’viv à côté de celle du patriarche26. Les évêques kiéviens pouvaient-ils confirmer une action qui dépassait leur compétence ? Tout porte donc à croire que, à défaut de mieux, Terlecki dut se résoudre à utiliser le seul support vierge à sa disposition, qui portait le sceau et la signature du patriarche, avec l’inconvénient d’y voir figurer le nom des autres hiérarques ruthènes. La même suspicion ressort de la lecture du contenu. La charte prend ainsi le soin de définir l’exarque comme l’équivalent du cardinal « dans la langue latine » (еже есть зовомо латинскимъ языкомъ кардиналъ). Une telle comparaison était pour le moins incongrue pour un patriarche de Constantinople et dans le contexte de l’année 1589. En revanche, elle prend tout son sens dans celui du mois de février 1595, quand la marche vers l’Union était déjà bien engagée et l’évêque de Luc’k s’occupait activement des préparatifs du voyage à Rome. La reconnaissance de l’obédience pontificale posait en effet la question de l’intégration de l’épiscopat ruthène dans la hiérarchie catholique et Terlecki espérait vraisemblablement s’assurer une place au sommet des hiérarchies institutionnelles. La copie de la pseudo-charte du 6 août 1589, faite en 1595, était donc un faux ou du moins une version largement arrangée du document original27. D’ailleurs, si le document du 14 août 1589 ne témoigne pas des mêmes maladresses grossières, l’étendue des pouvoirs accordés à l’exarque soulève également des questions sur son authenticité28. Démontrer cela dépasse la seule analyse érudite. Le besoin même de falsifier la charte dès 1589, ou du moins en 1595, indique en effet que Terlecki ne disposait pas du document original ou que celui-ci lui offrait des attributions qui étaient bien inférieures à ses attentes29.

  • 30 AZR, t. 4, n° 20, p. 26-28.
  • 31 Petruševič 1868, n° 19, p. 122 ; Akty JuZR, t. 2, n° 159, p. 190 ; MCSL, t. 1/1, n° 189, p. 297, 2 (...)
  • 32 À l’origine, l’exarque était le chef d’une région ecclésiastique, qui jouissait d’une certaine aut (...)
  • 33 Pour le XIVe siècle, les actes du patriarcat de Constantinople donnent plusieurs exemples de la di (...)

9En somme, si la nomination même de l’exarque paraît difficilement contestable, car le titre fut par la suite utilisé sans réserve par Terlecki, ses fonctions précises restent difficiles à saisir. En outre, comment expliquer que l’évêque de Luc’k reçut le 6 août 1589 une charte semblable à celle accordée à Rahoza cinq jours plus tôt et qui interdisait aux ecclésiastiques grecs, séjournant dans la République, d’accomplir de quelconques cérémonies religieuses dans les territoires placés sous l’autorité de la hiérarchie ruthène30? De même, quelle devait être la position de l’évêque de Luc’k face au métropolite qualifié à son tour d’« exarque de Halyč et de la Petite Rus’ » dans différentes lettres de Jérémie II datées de mai 159131? Donner du sens à l’action du patriarche exige de porter un autre regard sur cette promotion. Tout comme les vicariats à l’échelle locale, le statut des exarques connut une inflation dans l’Église byzantine à la fin de la période médiévale32. Ce titre pouvait alors désigner des légats du patriarche, chargés d’une mission précise dans une circonscription donnée, définie dans leurs instructions (ένταλμα), mais également renvoyer à une simple titulature honorifique33. Contrairement à l’idée tant répandue, il paraît donc abusif d’affirmer que l’établissement d’un exarchat fut une menace directe, lancée maladroitement par Jérémie II contre le pouvoir métropolitain. L’usage de ces désignations apparemment concurrentes indique que, à l’origine et aux yeux du patriarcat, les titres d’exarque accordés aux hiérarques ruthènes avaient principalement une nature honorifique sans attribution administrative précise.

  • 34 L’insatisfaction provoquée par les chartes patriarcales pourrait être à l’origine des tentatives d (...)
  • 35 AJuZR, P. 1, t. 1, n° 108, p. 451-452.

10Toutefois, à la suite d’un malentendu ou d’espoirs déçus, Terlecki donna à cette promotion une signification bien plus concrète34. Plusieurs indices suggèrent que l’évêque pensa devenir ainsi le représentant direct de Rahoza pour la partie polonaise de la métropolie. Il est d’ailleurs probable qu’il assuma ce nouveau rôle sur l’invitation du métropolite lui-même qui cherchait des relais efficaces afin de contrôler un territoire très étendu et éclaté entre plusieurs entités administratives. Une lettre du 24 avril 1595 permet d’étayer une telle hypothèse. Dans ce document, enregistré auprès du tribunal châtelain de Luc’k, le métropolite qui se trouvait à Navahrudak priait l’évêque Cyryl Terlecki d’intercéder en faveur du prêtre de l’église de la Résurrection de Nesukhojiži, Rodion Stefanowicz, pris dans un conflit avec le voïvode de Podlachie Janusz Zasławski35. Le hiérarque de Luc’k devait ainsi suivre l’affaire auprès de toutes les instances judiciaires concernées – les tribunaux territoriaux ou châtelains et le Grand Tribunal de la Couronne à Lublin – dans l’intérêt de l’ecclésiastique, mais également pour la sauvegarde des droits et des libertés de tous les ecclésiastiques ruthènes (« для того укривжоного брата нашого, яко тежъ и для всихъ насъ, пострегалъ и правне бронилъ, жебысмо духовные цело въ свободахъ и волностяхъ нашихъ были заховани »). Cette requête pouvait paraître surprenante a priori car la paroisse qui se trouvait au cœur du litige ne relevait pas du diocèse de Luc’k mais des territoires de l’évêché de Volodymyr, situés dans la Couronne (au nord de la ville de Kovel’). Terlecki devait donc intervenir dans la juridiction du hiérarque voisin, comme délégué du métropolite et avec sa bénédiction (« пилно жедаю и зъ верхности уряду моего благославляю »).

  • 36 MCSL, t. 1/1, n° 123, p. 195.
  • 37 De fait, nous connaissons au moins un faux produit par Bałaban et daté également du 14 août 1589 ((...)
  • 38 Ainsi un certain archiprêtre Grzegorz fut chargé de faire enregistrer l’une de ces pseudo-chartes (...)

11Avec ses nouvelles fonctions, l’évêque de Luc’k obtenait donc la primauté sur les trois évêques ruthènes (Chełm, Przemyśl et L’viv) des régions polonaises de la République et, éventuellement, sur la partie « polonaise » du diocèse de Brest-Volodymyr. Cette promotion exacerba alors le conflit qui l’opposait depuis quelques années à l’évêque de L’viv, Gedeon Bałaban, pour la possession des bénéfices rattachés au monastère de Žydyčyn. L’exarque pouvait désormais prendre des mesures disciplinaires contre son concurrent et il devenait urgent pour ce dernier de trouver une parade au renversement de la situation. Ces conflits internes rendent l’affaire difficile à suivre, en raison des intrigues et des sources souvent postérieures, qui donnent une lecture partiale des événements. À en croire le document déjà cité du 14 août 1589, après le départ des autres hiérarques de Brest, Bałaban resté seul auprès du patriarche aurait tenté de le convaincre de désavouer Terlecki pour son comportement présenté comme indigne et contraire au droit canon36. Jérémie II se serait alors laissé abuser, en raison de son ignorance « du ruthène et du slavon », et aurait signé des documents rédigés à l’avance par l’évêque de L’viv37. Certaines de ces chartes furent alors envoyées aux autorités compétentes afin d’engager des procédures judiciaires contre les opposants de Bałaban38.

12Mis au courant de ces agissements, Terlecki dut réagir rapidement, soit en se rendant directement auprès du patriarche soit en préparant lui-même un faux qui annulait l’action de son adversaire. Quoi qu’il en soit, le fruit de ses démarches fut la charte du 14 août, qui condamnait les prétendues intrigues de Bałaban et confirmait sa charge d’exarque. En particulier, le texte rédigé en ruthène invalidait toutes les chartes antérieures ou postérieures à la date du document (подъ якоюжъ колвек датою, будь преднею, альбо послэднею отъ сего листа нашего). Certes, une telle précaution n’était pas totalement incongrue dans la confusion du moment. Néanmoins, une mesure qui, de fait, soustrayait Terlecki à tout contrôle patriarcal paraît contraire à l’institution même de l’exarchat et rend suspecte l’origine du document.

  • 39 DUB, n° 1, p. 7. Il faut remarquer que, dans tous les documents solennels signés en compagnie d’au (...)
  • 40 La biographie détaillée du personnage est présentée dans Špakovskij 1875.

13Devant ces manipulations, il devient donc plus prudent d’observer la pratique et non les facultés attribuées aux différents personnages dans des sources souvent douteuses. Là encore, la fonction d’exarque détenue par Terlecki apparaît inscrite dans la hiérarchie locale, derrière la dignité métropolitaine. Ainsi, dans les signataires des actes du premier synode de Brest, réuni le 30 (20) juin 1590, Cyryl Terlecki figure à la troisième place, après Rahoza et l’évêque de Brest-Volodymyr Melecjusz Chreptowicz39. Ce dernier y est doté à son tour du titre de protothrone (прототроней) ou « premier évêque » de la métropolie. La majorité des auteurs estime qu’il reçut cette dignité au même temps que Terlecki, le 6 août 1589, lors de la visite du patriarche dans la cité de Brest – l’une des capitales de son diocèse40. Il faut d’ailleurs souligner que les deux dignités grecques – rares dans les régions slaves orientales – n’apparurent dans les titulatures de leurs détenteurs qu’à partir du premier synode métropolitain de juin 1590, soit plusieurs mois après le départ de Jérémie II de la République. Ce décalage suggère que cette brève période, entre l’automne 1589 et le printemps 1590, fut d’un poids crucial dans la répartition des rôles respectifs et les débats des années suivantes.

  • 41 AZR, t. 4, n° 149, p. 207-208.
  • 42 MCSL, t. 1/1, n° 160, p. 258. Andrzej Borkowski suppose qu’à l’origine la cour patriarcale devait (...)
  • 43 Leurs signatures figurent sur l’un des documents patriarcaux en grec, daté du 13 novembre 1589 (MC (...)

14Le traité orthodoxe Perestroga prétend que le patriarche souhaitait assister à une assemblée générale du clergé ruthène pour régler, en présence de l’ensemble de l’épiscopat, toutes les affaires administratives et disciplinaires, propres à la métropolie41. Si aucun texte ne confirme explicitement cette intention, il semble bien que Jérémie II estimait que son action restait inachevée après les événements de l’été 1589. Du moins, cela permet d’expliquer pourquoi il choisit de s’attarder quelques mois supplémentaires dans la République. En particulier, il restait à régler le conflit entre la confrérie de L’viv et l’évêque Bałaban. Ce litige aurait été examiné lors d’un procès commencé le 31 octobre 1589, à Ternopil’, devant une cour ecclésiastique dirigée par Jérémie II42. Le jugement définitif fut rendu le 13 novembre à Kam’janec’-Podil’s’kyj, à l’occasion d’un nouveau synode, où furent présents le métropolite et plusieurs évêques ruthènes (Terlecki, Chreptowicz, Pełczycki, Zbirujski et Bałaban)43.

  • 44 L’ensemble de ces documents est réuni dans MCSL, t. 1/1, n° 131-137, p. 203-210. Cette édition com (...)
  • 45 En août 1589, l’une des chartes patriarcales « fabriquées » par Bałaban confirmait justement la ju (...)
  • 46 Le document fut repris par le métropolite au cours du synode de Brest en juin 1590, qui rappela le (...)

15À condition d’accorder du crédit aux documents patriarcaux, rédigés à cette occasion, la rencontre de novembre ne se limita pas à régler la situation conflictuelle entre les confrères de L’viv et l’évêque Bałaban44. Jérémie II accorda aussi le droit d’exemption au couvent Saint-Onuphre de L’viv45, le soustrayant à la juridiction épiscopale (au profit de celle du métropolite) et à la tutelle du monastère voisin d’Unev, confirma les statuts de la confrérie orthodoxe de la Dormition, exhorta la communauté orthodoxe locale à développer l’école ouverte par celle-ci dans la ville et à aider les confrères dans le rachat des presses cyrilliques, hypothéquées par Ivan Fedorov. De même, il rappela aux évêques qu’ils devaient avoir dans leurs diocèses des confesseurs capables de s’acquitter dignement de leur charge et se garder de consacrer des prêtres simoniaques ou bigames. Une dernière charte corrigeait les erreurs constatées dans les rites, que le patriarche avait pu observer lors de son long séjour46. En effet, il condamnait comme hérétique la pratique de bénir toutes sortes de nourriture (y compris les beignets ou la viande) pour les fêtes de la Nativité et de Pâques, dont la consommation était assimilée par les fidèles à la célébration de l’eucharistie, et ordonnait d’excommunier tous ceux qui chômeraient le vendredi à la place du dimanche. Il faut souligner que ces usages rappelaient l’influence des religions juive et musulmane, bien connues par le patriarche. Pour cet homme, issu d’un monde où l’Église orthodoxe n’était qu’une des religions minoritaires du livre, aux côtés du judaïsme et face à l’islam ottoman, ce rappel du dogme devait être d’autant plus explicite.

  • 47 Les réserves émises par Mikhail Dmitriev sur l’ensemble des sources produites pendant le séjour pa (...)

16La diversité de la documentation, produite en novembre 1589 et reprise par la suite dans les écrits des divers acteurs dont les intérêts ne furent pas toujours concordants, constitue un argument de poids en faveur de l’authenticité de ces dernières mesures patriarcales. S’il n’est pas aisé de retrouver la formulation originale des chartes de Jérémie II, il faut considérer néanmoins que son séjour polono-lituanien s’acheva par une action d’éclat, censée fixer les directives du renouveau ecclésiastique, souhaité par les élites47. Cet exposé détaillé des moments forts du séjour du patriarche de Constantinople permet d’avoir une meilleure vision du contexte dans lequel il quitta la Pologne-Lituanie à la fin de l’année 1589. Pourtant, il soulève dans le même temps plusieurs interrogations sur les futures démarches unionistes, souvent imputées aux décisions maladroites du patriarche. Comment expliquer en effet que parmi les signataires et, semble-t-il, les initiateurs de la première déclaration d’Union du 4 juillet 1590 se trouvaient à la fois Cyryl Terlecki, promu pourtant au rang d’exarque par Jérémie II, et son rival de 1589, l’évêque de L’viv Gedeon Bałaban ? Inversement, pourquoi les hiérarques lituaniens et le métropolite lui-même, présents au synode de Brest quelques jours auparavant, restèrent à l’écart de ce premier projet ? Afin d’obtenir quelques éléments de réponse, il convient de tracer un bilan général de la visite patriarcale.

  • 48 Les confréries de L’viv et de Vilnius disposaient alors des meilleurs, sinon des seuls, helléniste (...)

17À son arrivée dans la République, Jérémie II rencontra un épiscopat éclaté, empêtré dans les luttes locales pour le contrôle des bénéfices et, parfois, en rivalité avec les associations laïques en croissance rapide depuis le milieu des années 1580. Il trouva également un bas clergé très hétérogène, dont une partie exprimait des désirs de réforme spirituelle, sous l’impulsion de la culture latine, et une autre, engagée dans le processus d’affirmation lignagère des familles cléricales, montrait un traitement « patrimonial » des charges et des bénéfices sacerdotaux. Face à cet imbroglio local, appréhendé de manière incomplète par les membres de la délégation grecque en raison de la barrière linguistique, Jérémie II tenta de soutenir les efforts des uns, tout en rééquilibrant les forces à l’échelle de la métropolie48.

  • 49 « Мелeнтій е3пcкпъ володи1мерскій и3 берестjйскій и е3xaрхъ а3рхимандры2тъ ки1евскій печeрскій. Ки (...)
  • 50 AZR, t. 4, n° 22/2, p. 30.

18Cependant, certaines de ses actions aboutirent à des résutlats inattendus. Si les titulatures byzantines, réparties entre les hiérarques ruthènes, devaient distinguer les hommes les plus actifs afin de leur témoigner le soutien patriarcal, elles servirent rapidement de moteur aux ambitions individuelles et à de nouveaux arrangements insitutionnels au sein de l’épiscopat kiévien. Le territoire de la Couronne devait ainsi être contrôlé en priorité par l’évêque de Luc’k-Ostroh, pourvu de la charge d’exarque. La partie lituanienne devait être administrée à son tour par le métropolite lui-même, aidé de l’évêque de Brest-Volodymyr, pourvu du titre de « protothrone ». Une coquille présente dans l’un des documents métropolitains permet de conforter cette hypothèse. Il s’agit de la charte promulguée au synode du 30 (20) juin 1590, confirmant les corrections rituelles, apportées par le patriarche peu avant son départ. Dans le corps même de la première rédaction du texte, connue uniquement dans sa version imprimée du 23 janvier 1591, figurent les mentions suivantes : « Melecjusz, évêque de Volodymyr et de Brest, et exarque, archimandrite des Grottes de Kiev. Cyryl, évêque de Luc’k et d’Ostroh, protothrone et exarque49 ». Ces titulatures ne se retrouvent pas dans les signatures imprimées à la fin de ce même document ni dans la rédaction du texte, copiée par l’historien Dionizy Zubrycki en 184850. Pour autant, que l’erreur vienne du notaire métropolitain ou de l’imprimeur de L’viv, elle indique que les fonctions des deux évêques apparaissaient relativement proches aux contemporains, au point de pouvoir inverser leurs titulatures mais également d’attribuer à chacun la charge d’exarque. Même s’il est incontestable que la présence de faux et de copies tardives vient parasiter l’analyse de la visite patriarcale, rien ne prouve qu’elle ait abouti à une désorganisation des structures ecclésiastiques et à l’affaiblissement du pouvoir métropolitain qui cherchait au contraire à reconstruire par là sa propre autorité.

Litiges institutionnels et renouveau religieux

  • 51 À cela s’ajoute que le hiérarque du diocèse de Polack portait également le titre archiépiscopal qu (...)
  • 52 Lukašova 2006, p. 238-240. En 1587, le métropolite Onezyfor énonçait que les membres qui ne respec (...)

19À condition de rassembler le puzzle formé de ces indices, il apparaît que la visite de Jérémie II avait conduit indirectement non seulement à rationnaliser les institutions supérieures de la métropolie kiévienne, mais également à déplacer son centre de gravité vers l’espace lituanien. En effet, la grande-principauté accueillait deux hiérarques aux pouvoirs élargis51 – le métropolite et l’évêque de Brest-Volodymyr – ainsi que l’une des confréries laïques les plus actives et les plus nombreuses de la République, qui demeurait toutefois sous la juridiction du métropolite52. De même, la capitale diocésaine de Brest devenait le lieu de réunion des synodes métropolitains annuels, censés rassembler l’ensemble de l’épiscopat kiévien.

Une hiérarchie divisée

  • 53 La reconnaissance de l’obédience romaine y est ainsi justifiée par les préoccupations des évêques (...)
  • 54 AVAK, t. 19, n° 21, p. 365-367. Les éditeurs commettent toutefois une erreur, datant le document d (...)
  • 55 L’évêque de Chełm entendait ainsi discréditer les accusations de l’évêque de L’viv. Ce dernier pré (...)

20La piste institutionnelle reste souvent sous-estimée par les travaux consacrés aux origines de l’Union de Brest. Sans négliger les divers aspects politiques, culturels ou sociaux de celle-ci, il convient de souligner qu’une telle lecture ressort au premier plan dans les témoignages laissés par les protagonistes des événements. Malheureusement, le contenu de la déclaration du 4 juillet 1590 elle-même reste trop laconique et adopte un langage convenu qui masque les motivations des auteurs53. Celles-ci figurent cependant dans une plainte de l’évêque de Chełm, déposée le 8 juillet 1595 au tribunal châtelain de Lublin54. Le texte s’inscrit dans le conflit déjà consommé entre les évêques partisans de l’Union et Gedeon Bałaban rallié définitivement au camp des opposants orthodoxes55. Dans le document, l’évêque unioniste revient sur le contexte de juin-juillet 1590 et la précision de son récit paraît valider son authenticité. Il affirme ainsi :

  • 56 AVAK, t. 19, n° 21, p. 366.

[…] à cause d’un différend entre nous et le père métropolite de Kiev, notre supérieur, qui, après un accord avec le hiérarque de Volodymyr, le feu Chreptowicz, voulait étendre sur nous sa juridiction au-delà de ce qui était convenable et, ne voulant plus être dans un tel désordre [nierząd], après un accord de nous quatre (les hiérarques de Luc’k, de Pinsk, de L’viv et de Chełm), nous établîmes un écrit entre nous, avec la volonté de nous placer sous l’obédience du Saint Père le pape de Rome, en assurant la sauvegarde de nos affaires relatives à la foi et aux cérémonies ainsi que de nos autres libertés religieuses auprès de Sa Majesté le Roi56.

  • 57 AZR, t. 4, n° 17, p. 21-22.
  • 58 AZR, t. 3, n° 146, p. 290 ; Ibid., t. 4, n° 29, p. 39-40.
  • 59 Toutefois, à en croire les Annales de Barkalabava, son auteur, le prêtre Teodor Filipowicz origina (...)
  • 60 AZR, t. 4, n° 23, p. 31-32.

21Si l’on accorde du crédit à ces propos, l’initiative unioniste des années 1590 serait née d’un conflit de juridiction entre, d’une part, le métropolite soutenu par l’évêque de Volodymyr, et de l’autre, l’épiscopat ruthène de la Couronne, rejoint par le hiérarque lituanien de Pinsk. Ce dernier était non seulement laissé pour compte dans les aménagements accomplis à la suite du séjour patriarcal, mais encore il avait été sermonné par Jérémie II pour son attitude trop laxiste dans la consécration des prêtres « bigames »57. L’absence des hiérarques de Polack et de Przemyśl dans ces négociations, comme au premier synode de Brest, s’explique sans doute par la situation de leurs diocèses et par les circonstances particulières, liées à la personne même des évêques. En effet, Arseniusz Bryliński, nonomméminé sur le siège de Przemyśl dès 1581, était un homme peu engagé dans les affaires ecclésiastiques et, surtout, son état de santé devait déjà être préoccupant vers l’été 1590 car sa mort survint en mars de l’année suivante58. Le retrait de l’archevêque de Polack, Atanazy Terlecki (oncle de l’évêque de Luc’k), qui ignora à la fois la visite de Jérémie II dans la République et les réunions successives de l’épiscopat, paraît plus étrange. Comme nous ne disposons que de quelques documents relatifs à ce personnage, sa position dans les années 1589-1590 échappe à toute analyse rigoureuse. Cependant, il serait bien hasardeux de supposer qu’il ne fut pas informé des évolutions en cours par son neveu qui était l’un des principaux acteurs des diverses rencontres et négociations. Son manque d’implication était dû vraisemblablement à la relative autonomie dont jouissait son diocèse, établi sur les marges orientales de la République59. De plus, l’archevêque semblait alors absorbé par les affaires internes, liées au conflit avec les bourgeois de Mahilew pour le contrôle du monastère local de Saint-Sauveur60.

  • 61 Zachariasz Kopysteński rappelait dans Palinodia que le « protothrone » était soumis au métropolite (...)
  • 62 AJuZR, P. 1, t. 1, n° 86, p. 352, 357.

22Quoi qu’il en soit, le conflit né entre le métropolite et la majorité de l’épiscopat ruthène de la Couronne montre que la redistribution des pouvoirs, survenue en 1589-1590, allait à l’encontre des anciens équilibres. De même, elle était loin de satisfaire Cyryl Terlecki qui devait attendre davantage de sa récente promotion à l’exarchat. Face à ses aspirations, le métropolite dut peut-être rappeler à l’exarque qu’il se trouvait toujours sous son autorité directe et n’était qu’un de ses délégués, tout comme l’était l’évêque de Brest-Volodymyr61. Ces espoirs déçus se lisent en février 1593, quand, à la mort de Melecjusz Chreptowicz, Terlecki se précipita dans la résidence du défunt à Horodok, pour récupérer certains biens laissés par l’évêque, mais aussi trier ses archives et détruire certains documents62. Rien n’indique le contenu exact de ces pièces « compromettantes », mais il ne serait pas étonnant que, parmi elles, figuraient les copies des privilèges patriarcaux, obtenus en 1589. L’ombre des tensions entre les évêques orthodoxes montre ainsi que le mouvement déclencheur dans la marche vers l’Union naquit d’une mésentente interne et d’un conflit juridictionnel à l’intérieur même de la hiérarchie kiévienne. Ce n’est que progressivement que l’initiative originelle se métamorphosa sous l’effet des tendances socio-religieuses plus profondes et se nourrit des frictions croissantes entre le clergé et les élites laïques.

La discipline et les conflits cultuels

  • 63 Voir Lukašova 2000.
  • 64 PNH, n° 1 (170), p. 503. Il convient de se rappeler que la confrérie présenta au patriarche orient (...)
  • 65 En 1583, il mena ainsi une action commune avec la noblesse locale contre l’introduction du calendr (...)
  • 66 Lukašova 2000, p. 42-44.

23Les critiques émises à l’égard des évêques jugés « indignes » de leur tâche par la noblesse ruthène se retrouvent de manière récurrente à partir de la seconde moitié du XVIe siècle. Toutefois ces plaintes prirent d’abord la forme de suppliques adressées au roi ou au métropolite. Il fallut attendre la fin des années 1580 pour voir s’exprimer la première manifestation de désobéissance à l’égard de l’épiscopat. Elle correspond au conflit déjà évoqué entre l’évêque de L’viv Gedeon Bałaban et la confrérie locale de la Dormition. L’épisode fut traité de manière plus ou moins détaillée dans de nombreux articles ou monographies et il n’est pas nécessaire de revenir ici sur son déroulement factuel63. En revanche, les motifs et les implications de cette confrontation révèlent qu’elle ne pouvait se réduire, contrairement à une idée généralement répandue, à la seule concurrence pour l’exercice local de l’autorité ecclésiastique. Même si les statuts de la confrérie, confirmés par le patriarche Joachim d’Antioche en 1586, reconnaissaient à celle-ci le droit de « s’opposer » (съпротивитися) à l’évêque, s’il enfreignait le droit canon, l’affaire déborda rapidement le strict cadre juridictionnel64. En outre, les rapports entre le hiérarque et les bourgeois orthodoxes de la ville ne furent jamais univoques. Malgré les accusations lancées par les confrères, Bałaban était moins marqué par les abus que certains autres évêques kiéviens et s’impliquait davantage dans les affaires ecclésiastiques de son territoire65. Il se montra également attentif aux questions éducatives et, malgré ses frictions avec la confrérie, continua à soutenir son école ou tenta de contrôler son activité éditoriale66.

  • 67 Lukašova 2006, p. 206-207.
  • 68 MCSL, t. 1/1, n° 85, p. 134-135.
  • 69 Dès le mois de mai 1586, l’évêque Théophanès de Durrës et l’archevêque Arsenios d’Elassóna, qui se (...)
  • 70 MCSL, t. 1/1, n° 88, p. 140-142 ; Lukašova 2000, p. 40-41.
  • 71 Lukašova 2000, p. 48-49.

24Bien que les premiers heurts entre l’évêque et les laïcs de L’viv eussent lieu devant le patriarche Joachim, en janvier 1586, la véritable étincelle de l’affrontement partit en effet d’une question cérémonielle, sans lien direct avec de quelconques intérêts temporels67. En effet, le 22 mars 1586, Bałaban jeta l’interdit sur les confrères qui refusaient le rituel de la bénédiction des mets de Pâques pour fêter la Résurrection du Christ68. Les principales personnes visées étaient les frères Jerzy et Jan Rohatyniec. Ce rite largement répandu dans les régions slaves orthodoxes était cependant absent de la tradition grecque et condamné par le clergé de Constantinople. Il est possible que le rejet des anciens rituels, présentés comme païens, subît l’influence des hiérarques venus du monde hellénique, présents alors dans la confrérie69. Cependant, la réaction des bourgeois de L’viv ne se limitait pas à une correction des rites à la manière byzantine. En effet, le 28 mai de la même année, les membres de la confrérie rédigèrent une lettre au patriarche Théolepte de Constantinople, accompagnée de questions sur la discipline ecclésiastique, les cérémonies et la dévotion des laïcs70. En dehors du litige pascal, ils demandèrent également s’il était permis aux laïcs de se réunir après la messe pour lire les écrits des Pères de l’Église ou ce qu’il convenait de faire si les prêtres donnaient la communion sans confession. Ces interrogations dessinent chez les élites laïques de L’viv ces mêmes préoccupations qui avaient déjà trouvé place quelques années auparavant sur les pages des Évangiles commentés, rédigés dans la région. Bałaban dut donc faire face aux nouveaux élans des fidèles, soucieux d’avoir un meilleur accès à l’Écriture et à des cérémonies qui ne se réduisaient pas à de simples gestes formels. Une tendance qui alimenta au départ de nombreuses contestations. Pour cette raison, l’affirmation de Svetlana Lukašova qui voit dans cette querelle cérémonielle un simple prétexte destiné à discréditer l’évêque de L’viv paraît ainsi sans fondement71. Pour autant, cette quête du salut s’exprimait avant tout à l’échelle des individus. Il ne faut donc pas s’étonner que les inquiétudes communes, exprimées dans la bourgeoisie orthodoxe, ne débouchèrent pas au départ sur un véritable programme d’ensemble, censé donner le ton d’une réforme des rites.

  • 72 Lukašova 2006, p. 219-224 ; Dmitriev 2003, p. 118-120.
  • 73 MCSL, t. 1/1, n° 175, p. 282.
  • 74 AZR, t. 4, n° 33, p. 43. Pour les théologiens orthodoxes, ce nom tiré du Livre de Daniel renvoie g (...)

25Un autre litige, commencé en 1591, suffit à prouver que ces tensions exprimaient bien un mouvement général de renouveau religieux. Celui-ci concerna à l’origine les confréries de Rohatyn et de Halyč, deux bourgades de la voïvodie de Ruthénie, qui entretenaient des contacts étroits avec les confrères de L’viv72. À première vue, l’affaire naquit sur un fond d’anecdote. Lors de la visite du métropolite Rahoza dans leur diocèse, les paroissiens de l’église de la Nativité de la Vierge de Rohatyn auraient montré au hiérarque une icône avec l’image de Dieu le Père73. Rahoza aurait alors ordonné d’enlever ce sujet non canonique car, souligna-t-il, « la divinité ne [pouvait] être ni peinte ni imaginée », et seule l’incarnation du Christ devait être vénérée dans sa forme visible et figurative. Derrière la décision métropolitaine se cachait en réalité l’initiative des confréries elles-mêmes, qui remettaient en cause la légitimité de certains motifs peu communs de l’iconographie religieuse. C’est pourquoi et malgré la condamnation de son supérieur, Bałaban intervint après le départ de Rahoza pour enjoindre de remettre dans le sanctuaire l’icône concernée et de la placer au-dessus de toutes les autres. D’après une lettre des confrères de L’viv au patriarche de Constantinople, l’évêque se contenta de faire inscrire sur l’icône le nom d’« Ancien des jours » (Вeтхій дeнми) pour pallier toute contestation74.

  • 75 Dmitriev 2003, p. 118.
  • 76 Ibid., p. 119-120.
  • 77 Dans ses accusations contre Gedeon Bałaban, les confrères de L’viv associèrent la question de la b (...)

26Contrairement à la question des bénédictions pascales, les critiques laïques ne pouvaient correspondre ici à une influence directe des orthodoxes orientaux. Dans une plainte déposée auprès de la municipalité de Halyč, l’évêque de L’viv n’hésita pas à accuser ses opposants d’être des « luthériens », des « anabaptistes » et des « iconoclastes » qui « jettent les icônes hors des églises75 ». D’autre part, Mikhail Dmitriev fait remarquer à ce propos que l’Église moscovite des années 1540-1550 connut les mêmes débats entre les tenants d’une iconographie traditionnelle et ceux, avec le métropolite, qui étaient favorables aux nouveaux modèles, dits « théologico-didactiques »76. Les liens entre ces influences restent malheureusement difficiles à saisir. Pour autant, il est clair que les orthodoxes de Halyč et de Rohatyn s’en prenaient eux-aussi aux cultes prétendument hétérodoxes, répandus dans la métropolie de Kiev77.

  • 78 MCSL, t. 1/1, n° 86, 98, p. 136-137, 153-154.
  • 79 MCSL, t. 1/1, n° 208, p. 321-323.
  • 80 Kruteckij 2006, p. 10.

27Un tel phénomène ne peut se réduire à une simple opposition croissante entre les laïcs lettrés et le clergé. Ces conflits révèlent en effet que les prêtres se trouvaient fréquemment aux côtés des opposants à Bałaban. Ainsi, au sujet des célébrations de Pâques, l’évêque dut écrire dès avril 1586 à tous les desservants de L’viv et, de nouveau en 1588, à son vicaire pour indiquer que la bénédiction des mets était la pratique normale pour cette occasion78. Ces rappels laissent entendre que les ecclésiastiques étaient à leur tour les vecteurs des « nouveaux » enseignements. Un témoignage encore plus explicite provient d’une plainte de l’ancien prêtre de Halyč, Szymon, qui fut déposé par l’évêque à la suite de l’affaire de l’icône de Dieu le Père, au printemps 1591. Son récit indique d’ailleurs qu’il avait déjà été chassé de L’viv par Bałaban, avant d’être recueilli par les orthodoxes de Halyč79. D’après lui, la raison de sa première déposition aurait été une fausse accusation du hiérarque qui prétendait que Szymon avait fait des copies de « livres hérétiques » et notamment d’« homélies d’un certain Ivan » (иж книги собэ списал еретицкие бэсэды Ивана якогос). Quel était l’ouvrage qui se cachait derrière cette mention laconique ? La première possibilité serait d’y voir une rédaction des Évangiles commentés, attribuée à un clerc local. L’autre hypothèse, plus probable, pourrait renvoyer à la traduction des Homélies de saint Jean Chrysostome sur les Évangiles selon saint Matthieu et saint Jean. Vers 1524, l’original avait été traduit en Moscovie par Maxime le Grec, avant d’être retravaillé par Andrej Kurbskij et inclus dans son recueil – le Nouveau Margarit80.

  • 81 Gralja 1994, p. 425.
  • 82 Miller 1981, p. 306.
  • 83 Dmitriev 2003, p. 68.

28L’histoire de ce texte attire l’attention car elle comporte un épisode singulier. En effet, en août 1560, à l’occasion d’une ambassade auprès du tsar, le magnat orthodoxe et vice-chancelier de Lituanie, Eustachy Wołłowicz s’adressa au secrétaire du souverain Ivan Viskovatyj, avec la demande de lui fournir une copie de la traduction81. Celui-ci accueillit favorablement la requête, même s’il précisa que sa réalisation exigeait un certain délai. Il faut alors se rappeler que le serviteur moscovite avait été dix ans auparavant l’un des principaux protagonistes de la querelle des icônes et opposant du métropolite moscovite Makarij. Il avait alors dénoncé les nouveaux programmes iconographiques comme une « libre pensée » (самомышление) ou une « sophistication latine » (латинское мудрование)82. Malheureusement, il est impossible de dire si le reproche fait au prêtre Szymon correspondait à cette traduction copiée et envoyée en Pologne-Lituanie par Viskovatyj qui serait ainsi ce « certain Ivan » mentionné dans le document. Cependant, la réaction de l’évêque ne laisse aucun doute sur la circulation dans le diocèse de L’viv d’ouvrages slavons ou ruthènes qui s’opposaient aux pratiques religieuses, prônées par la hiérarchie locale. La question des images apparaît ainsi dès les années 1560-1570 dans l’un des exemplaires des Évangiles commentés, conservés à L’viv83. L’auteur y aborde l’importance de vénérer les icônes à travers un regard polémique tourné contre les protestants. Toutefois, la seule présence de ce sujet permet de montrer qu’il entraînait des disputes non seulement entre les diverses confessions établies de la cité, mais peut-être à l’intérieur même de la communauté orthodoxe.

  • 84 Voir infra.

29En somme, si les élites laïques des villes offraient une oreille particulièrement attentive à ces discours réformateurs, le clergé paroissial des églises urbaines se faisait souvent le relais de la lutte contre les prétendus abus. C’est pourquoi, au lieu de voir dans les desservants des confréries des officiants passifs, soumis à leurs patrons laïques, il serait certainement plus juste de les considérer comme des catalyseurs efficaces sur le terreau favorable formé par les bourgeois ruthènes des grandes cités de la République. La circulation de ces hommes ou du moins de leurs écrits, forme sans doute le principal facteur dans le dynamisme et la cohérence du mouvement réformateur, soutenu par les confréries dans les dernières décennies du XVIe siècle. Plusieurs ecclésiastiques qui avaient officié à L’viv et dans ses environs purent séjourner ainsi plusieurs années à Vilnius, pour trouver un refuge contre les poursuites menées par le hiérarque de L’viv et prendre part aux activités de la confrérie lituanienne84.

  • 85 Akty JuZR, t. 2, n° 159, p. 190-192.

30Cet excursus dans les événements des années 1591-1592 sert en réalité à mieux saisir les tensions existantes dans le diocèse de L’viv, après le départ de la délégation patriarcale de Jérémie II. La nature des conflits auxquels fut confronté Gedeon Bałaban à la fin des années 1580 dévoile l’existence d’une crise d’autorité de la hiérarchie ecclésiastique locale. À côté des litiges fonciers et juridictionnels, fréquents dans les autres diocèses ruthènes, la contestation affecta avant tout le pouvoir spirituel de l’évêque. Face aux enseignements répandus par certains clercs réformateurs, le hiérarque cessa d’être perçu comme la voix exclusive sur le chemin qui devait conduire les fidèles au salut. Cet élément constitue ainsi une donnée essentielle pour comprendre les disputes de l’époque mais également les revirements de Gedeon Bałaban au cours des années 1590. La crise du pouvoir spirituel déborda d’ailleurs les limites de l’évêché de L’viv, témoignant des hésitations des autorités ecclésiastiques locales. Ainsi, le métropolite lui-même écrivit en 1591 à Constantinople pour demander une confirmation patriarcale sur les normes qui devaient s’appliquer dans plusieurs questions cultuelles et disciplinaires (place de la prédication dans l’office, administration du sacrement du baptême, mariage des orthodoxes avec des femmes de religion arménienne et enfin les qualités requises des didascales et des prédicateurs)85.

  • 86 MCSL, t. 1/1, n° 330, p. 557-558 ; Lukašova 2006, p. 219-224. D’ailleurs, en avril 1591, la confré (...)
  • 87 MCSL, t. 1/1, n° 140-141, p. 214-218.
  • 88 Il fut décidé, en outre, de soustraire les prêtres de la confrérie à la juridiction de l’évêque po (...)

31Dans le même temps, les confréries, en particulier celles des petites villes de la voïvodie de Ruthénie, n’avaient vraisemblablement pas l’intention, et encore moins les moyens, de contester le pouvoir temporel de leur hiérarque, contrairement à l’idée qui domine l’historiographie. Sans cela, comment expliquer que l’icône de l’« Ancien des jours », ramenée sur ordre de l’évêque dans l’église de la Nativité du Christ de Halyč, s’y trouvait encore en juin 1594, malgré les plaintes et les critiques récurrentes de la confrérie locale86 ? En revanche, le conflit visa directement les prérogatives et les compétences spirituelles du hiérarque. Devant cette menace, toutes les démarches de Bałaban, fondées sur des arguments d’autorité, pour rétablir son emprise sur les fidèles furent anéanties par les décisions patriarcales de novembre 1589. En donnant raison aux détracteurs de l’évêque sur le point des bénédictions pascales, Jérémie II valida non seulement leurs pratiques, mais plaça Bałaban dans une position délicate face à sa propre hiérarchie. D’ailleurs, le métropolite Rahoza à son tour soutint tout naturellement la position du patriarche grec qui était le garant de sa propre légitimité87. Quand le premier synode métropolitain, réuni à Brest en juin 1590, reprit le contenu de la charte patriarcale consacrée aux rites, Bałaban se retrouva définitivement isolé88. Cette situation préoccupante l’amena alors à oublier pour un temps ses conflits avec Cyryl Terlecki pour trouver des alliés face aux attaques dont il faisait l’objet.

32Contrairement à l’apparente concorde qui se dégage de la déclaration du 4 juillet 1590, ce premier appel à l’Union cachait de fait deux problèmes distincts, associant les conflits juridictionnels de l’épiscopat à la lutte face aux courants réformateurs orthodoxes des territoires méridionaux de la Couronne. À la même période et face à l’effervescence des régions méridionales, la communauté ruthène de Lituanie se distinguait par une situation administrative et culturelle plus stable et, a priori, peu propice à de quelconques changements d’obédience.

L’apaisement avorté et l’éclosion des pôles lituaniens du conflit

Le synode métropolitain d’octobre 1591

  • 89 MCSL, t. 1/1, n° 177, p. 283-285. Rahoza avait réuni une session du tribunal ecclésiastique dans l (...)
  • 90 Parmi les diverses raisons évoquées, Bałaban mentionnait souvent le non-respect des bénédictions p (...)

33Les discussions et les décisions, prises par la hiérarchie ruthène dans les années 1590-1591, apparaissent de manière relativement confuse dans les sources. Les données disponibles indiquent cependant que, si l’initiative unioniste, entreprise par les quatre évêques, fut suspendue jusqu’au printemps 1592, elle servit de menace suffisante contre le métropolite amené à négocier avec les hiérarques. En effet, même si lors de sa visite à L’viv en hiver 1591 le métropolite confirma son soutien à la confrérie de la Dormition, il n’hésita pas à faire appel à Bałaban deux mois plus tard pour effectuer la visite du diocèse de Przemyśl, à la mort de l’évêque Bryliński89. Au printemps de la même année, Bałaban profita d’ailleurs de l’approbation métropolitaine pour excommunier plusieurs clercs rattachés à la confrérie de L’viv et des prêtres des villes voisines90.

  • 91 Dmitriev 2003, p. 120-123. Le synode aurait commencé son travail le 28 (18) octobre 1591 (MCSL, t. (...)
  • 92 Žukovič 1907a, p. 65-71.
  • 93 Voir AJuZR, P. 1, t. 10, n° 43, p. 78. Pour Vilnius cela n’apportait aucun changement puisque la c (...)
  • 94 Il n’est pas à exclure que le dernier personnage renvoyait en réalité à l’archiprêtre de Podlachie (...)

34Surtout, les nouveaux compromis ressortirent au moment du synode métropolitain, réuni à Brest à la fin du mois d’octobre 159191. Ses différents décrets édictèrent notamment de nouvelles règles pour le choix des candidats aux évêchés vacants, confirmèrent le droit des fils de prêtres de succéder à leurs pères à condition qu’ils possèdent les savoirs requis, interdirent aux prêtres excommuniés par leur évêque d’officier dans les églises, rappelèrent l’importance d’accomplir les sacrements d’après les rites décrits dans les euchologes, insistèrent sur la nécessité pour les clercs de posséder les lettres de créance des archiprêtres pour recevoir la consécration sacerdotale de la main des évêques et sur l’interdiction pour les ecclésiastiques de régler leurs litiges devant les tribunaux laïcs92. Pour toutes les affaires concernant les clercs orthodoxes ou les confréries, le synode métropolitain était reconnu comme l’instance judiciaire suprême. Il fut d’ailleurs souligné que les confréries devaient agir en accord avec le métropolite et leurs hiérarques, après avoir reçu leur « bénédiction ». La mesure s’étendait également aux organisations de L’viv et de Vilnius, mais il était précisé qu’elles relèveraient directement du métropolite93. De même, tous les livres religieux orthodoxes devaient désormais obtenir l’autorisation de l’épiscopat avant d’être publiés. La charge de vérifier et de corriger les textes était répartie entre l’évêque de Luc’k Terlecki, l’économe du monastère des Grottes de Kiev Nicefor Tur et l’archiprêtre de Hrodna Nestor94. Dans le même temps, la gestion financière des imprimeries orthodoxes relevait également de la hiérarchie ruthène, puisque Terlecki était chargé de rassembler une caisse annuelle commune dont la moitié irait à la confrérie de L’viv et l’autre serait envoyée au métropolite pour financer les presses de Vilnius. Seule l’activité scolaire restait sous le contrôle presque exclusif des confréries, puisque les monastères se voyaient interdire l’ouverture de leurs propres écoles pour les enfants. Le principal arrangement concerna les cérémonies pascales. Le synode trouva ici une position médiane, en autorisant la bénédiction des mets au nom de la coutume mais précisant qu’ils ne devaient pas être associés à la personne du Christ (не маетъ быти звано и разумено пасхою, бо тое имя произвоито господу нашому Исусу). De plus, l’assemblée désavoua la pratique de s’adresser au patriarche pour dénoncer le camp adverse et contesta la validité de tels documents, à moins qu’ils ne fussent confirmés par le synode métropolitain. En somme, si la hiérarchie ruthène condamna à nouveau certains agissements de l’évêque de L’viv, elle ne manqua pas de mettre un frein aux actions entreprises par les principales confréries orthodoxes. Désormais, celles-ci devaient se soumettre aux autorités ecclésiastiques et même leur activité économique, liée à l’édition, devait s’exercer sous la tutelle étroite de l’Église.

  • 95 Dmitriev 2003, p. 123. La même volonté de freiner l’autonomie des mouvements confraternels s’expri (...)
  • 96 La confrérie de L’viv manifesta ainsi son regret sur l’absence de sanction à l’égard de Gedeon Bał (...)
  • 97 DUB, n° 3, p. 9-10.

35Le soutien apporté aux bourgeois de L’viv dans leurs conflits juridictionnels avec Bałaban était donc la contrepartie, en fin de compte relativement modeste, de la reprise en main par l’épiscopat des courants réformateurs de la métropolie de Kiev95. Le document synodal fut d’ailleurs signé par l’évêque de L’viv lui-même qui, du moins en apparence, se montrait prêt à de telles concessions afin de retrouver son autorité spirituelle sur les fidèles. Néanmoins, contrairement aux conclusions de Mikhail Dmitriev, rien ne permet d’affirmer que les confréries acceptèrent ces conditions et que le synode se termina sur un « consensus ». Au contraire, tout porte à croire que les organisations laïques se sentirent flouées par ces décisions, mais qu’elles mirent du temps à réagir, estimant que les évêques n’auraient pas les moyens de mettre ces décrets en application96. Toutefois, les nouvelles tensions apparurent rapidement car, dès la fin du mois de février 1592, la déclaration unioniste préparée le 4 juillet 1590 fut finalement envoyée au roi qui l’accueillit favorablement97. Quelles furent les raisons de ce geste, après un silence de plus de dix-huit mois ?

  • 98 MCSL, t. 1/1, n° 216-217, p. 339-345.
  • 99 MCSL, t. 1/1, n° 222, p. 355-356. Un an plus tard, en juillet 1593, le nonce Malaspina crut que le (...)
  • 100 La réponse royale du 18 mars 1592 indiquait d’ailleurs en filigrane que les quatre hiérarques ruth (...)
  • 101 MCSL, t. 1/1, n° 211, p. 327-329.

36À L’viv, le conflit entre l’évêque et la confrérie de la Dormition reprit en effet dès l’hiver 1592, qui contrairement aux décisions énoncées à Brest s’adressa aux patriarches de Constantinople et d’Alexandrie98. Cette fois-ci les confrères ne se limitèrent pas à Bałaban, mais dénoncèrent également les abus des évêques de Pinsk, de Przemyśl et de Chełm. Il est possible que les hiérarques visés, signataires du texte de 1590, se résolurent à réactiver leur ancien projet après que les bourgeois de L’viv commencèrent à répandre le bruit d’un arrivée prochaine du patriarche d’Alexandrie dans la République99. La nouvelle de la visite d’une délégation orientale laissait en effet présager de nouveaux réaménagements propices à fragiliser le pouvoir des évêques concernés100. La situation était d’autant plus préoccupante que la position du métropolite restait peu claire et, encore en janvier 1592, paraissait très favorable aux associations laïques101.

Les nouveaux lieux du débat : la confrérie de Vilnius

  • 102 MCSL, t. 1/1, n° 205, p. 316-317.
  • 103 Reestr 1859.

37Les nouvelles préoccupations de l’épiscopat s’accompagnèrent d’importants changements dans la situation lituanienne. À la veille du synode métropolitain en automne 1591, la confrérie de Vilnius vit arriver dans ses rangs plusieurs nobles orthodoxes, parmi lesquels se trouvaient deux voïvodes et deux castellans, mais également Michał Rahoza lui-même102. Si dès son origine l’association prévoyait d’accueillir les membres orthodoxes de toutes les couches sociales lituaniennes, sa composition resta au départ limitée au monde des métiers et à la bourgeoisie de la capitale de la grande-principauté. Durant ces quelques années, la confrérie fut une sorte d’institution fédératrice de la population ruthène locale, répartie entre les différentes confréries professionnelles. En 1591, l’organisation connut donc une promotion fulgurante, en accueillant les grands dignitaires de la noblesse lituanienne. Déjà estimée pour son activité religieuse et scolaire, la confrérie orthodoxe gagna ainsi une nouvelle aura politique, qui la rendit plus visible et plus audible auprès des élites ruthènes. Ce moment correspond sans doute à la date de rédaction du premier grand registre des confrères, avec la mention de près de 380 membres103. Le choix fait par le métropolite de suivre le mouvement peut se lire alors de manière équivoque. D’une part, le hiérarque reconnaissait vraisemblablement la valeur de l’organisation et sa place dans le renouveau de l’Église ruthène. De l’autre, il pouvait se méfier de cette promotion et voulait éviter que ces initiatives laïques ne finissent par échapper à l’autorité ecclésiastique, en les contrôlant de l’intérieur. Ce rapprochement pouvait ainsi annoncer la volonté de reprise en main des actions laïques par l’épiscopat, qui fut déclarée quelques mois plus tard, dans les décrets du synode d’octobre.

  • 104 MCSL, t. 1/1, n° 201, p. 310.
  • 105 MCSL, t. 1/1, n° 209, p. 324-325.
  • 106 MCSL, t. 1/1, n° 219, p. 349.
  • 107 AZR, t. 4, n° 41, p. 59-61.
  • 108 MCSL, t. 1/1, n° 216, p. 340.

38Les évolutions survenues à Vilnius s’accompagnèrent également d’une autre nouveauté plus discrète mais dont les résultats ne doivent pas être sous-estimés. L’augmentation rapide de ses effectifs créa pour la confrérie de nouveaux besoins qu’elle n’était pas en état de régler de manière autonome. Dès le 11 octobre 1591, le voïvode de Minsk Bohdan Sapieha écrivit à la confrérie de L’viv, avec la demande de déléguer un professeur de grec pour l’école orthodoxe de Vilnius104. Bien entendu, l’envoi d’enseignants de L’viv à d’autres confréries était une pratique déjà connue, mais son rayonnement restait généralement plus local et, surtout, limité à quelques rares individus. Il en fut autrement dans la capitale lituanienne, affectée par le contexte particulier de l’hiver 1592. À L’viv, le retour des tensions avec l’évêque plaça plusieurs ecclésiastiques de la confrérie sous la menace des poursuites entreprises par Gedeon Bałaban contre ses opposants. Il devenait donc urgent d’éloigner ces personnes de la cité afin de les protéger des actions judiciaires et des atteintes physiques que faisaient peser sur elles le hiérarque. Ces impératifs rencontrèrent ainsi les demandes des orthodoxes de Vilnius, qui manquaient de personnel compétent et étaient prêts à accueillir le plus grand nombre de ces délégués méridionaux. Dès la mi-janvier 1592, la confrérie lituanienne de la Trinité reçut le prêtre Ignacjusz et le didascale Cyryl (Trankwilion-Stawrowiecki) chargé de l’enseignement du grec et du slavon105. À la fin du mois de février, ces derniers furent rejoints par les prêtres Teodor de Hlynjany et Szymon de Halyč, accompagnés du diacre Gerazym106. Nous avons vu plus haut que ces clercs se firent rapidement remarquer par leur tentative d’introduire de nouveaux usages dans l’administration de certains sacrements107. Dans les années suivantes, la confrérie de Vilnius accueillit également les frères Zizania, Stefan et Laurenty, après que ce dernier eut enseigné quelques années à l’école orthodoxe de Brest108.

  • 109 Le caractère décisif de l’année 1592 ressort également des Annales de Barkalabava, écrites après l (...)

39Avec la venue de ces hommes, la confrérie de Vilnius fut confrontée directement aux litiges institutionnels et religieux qui animaient depuis une demi-décennie la vie des orthodoxes de L’viv. Alors que jusque-là les liens – surtout épistolaires – entre les deux principales confréries orthodoxes de la République se limitaient essentiellement à la sphère éducative et érudite, au début de l’année 1592 Vilnius devint un nouveau relais des revendications formulées par les confréries de la voïvodie de Ruthénie face aux institutions « traditionnelles » du clergé. Pour les régions de la grande-principauté cette période constitua un point de basculement, à partir duquel les frictions avec la hiérarchie ecclésiastique ruthène et, par là, l’Union devinrent aussi une affaire lituanienne109.

  • 110 Pidrutchnyj 1973, p. 256 ; Dmitriev 2003, p. 142. Ce premier séjour polono-lituanien d’Arcudio dur (...)
  • 111 DUB, n° 289, p. 448-452.
  • 112 DUB, n° 8, p. 17-20 ; Dmitriev 2003, p. 235-236.
  • 113 Les hésitations sur les modalités d’une future Union avec la papauté étaient liées notamment à la (...)

40Le retour aux idées unionistes, comme remède aux frictions, put également être favorisé par l’arrivée de Pietro Arcudio – un Grec formé au collège Saint-Athanase de Rome et ramené dans la République par l’évêque latin de Luc’k, Bernard Maciejowski, pour travailler au rapprochement avec les Ruthènes110. Sa mission n’est connue que par une mention a posteriori faite dans l’une de ses propres lettres, adressée à la Secrétairerie d’État en septembre 1597111. Selon les propos de l’auteur, il se serait alors entretenu à plusieurs reprises avec Adam Pociej, avant sa consécration comme évêque de Brest-Volodymyr en mars 1593. Il n’est pas à exclure que son influence se refléta également dans les projets d’Union, exposés par le prince Konstanty Ostrogski dans sa lettre à Pociej du 21 juin 1593112. Toutefois, en raison des flottements rencontrés par ces initiatives, la confrontation directe entre les diverses forces concurrentes n’eut lieu qu’au synode métropolitain de juillet 1594113.

Des programmes réformateurs discordants

  • 114 Nous reprenons ici la lecture de Mikhail Dmitriev qui suit les remarques de Boris Florja (Dmitriev (...)
  • 115 MCSL, t. 1/1, n° 312, p. 516-519.

41La rencontre des représentants de la communauté ruthène, réunis à Brest à cette occasion, n’avait pas de statut pleinement officiel en raison de l’absence du roi qui détenait le pouvoir exclusif de convoquer les synodes orthodoxes de ses sujets. Pour autant, cet épisode devint un moment essentiel dans l’évolution des rapports entre l’épiscopat kiévien et les confréries ruthènes de la République114. Les contraintes formelles expliquent le caractère particulier de cette assemblée chargée de s’occuper avant tout des affaires judiciaires qui relevaient du synode et du tribunal métropolitain. La composition des participants laisse ainsi entendre que l’initiative vint ici des confréries elles-mêmes. Le métropolite convoqua à son tour les principaux représentants ecclésiastiques du diocèse métropolitain (archiprêtres et archimandrites) auxquels vinrent se joindre les évêques de Volodymyr et de Luc’k, considérés comme ses assistants directs à l’échelle de la métropolie115. Cyryl Terlecki fut accompagné de l’higoumène du monastère Saint-Sauveur de Dubno, qui fut le seul dignitaire monastique issu d’un diocèse de la Couronne présent à cette rencontre.

42Les décrets du synode rendent parfaitement compte des évolutions dans le rapport de force, remarquées dès 1592. Ainsi, Brest vit arriver les représentants de près de huit confréries religieuses, parmi lesquels le premier rôle revenait désormais aux délégués de Vilnius. Ces derniers furent en effet chargés de transmettre aux évêques les instructions rédigées par les confrères de la capitale lituanienne, qui reprenaient implicitement plusieurs points déjà formulés dans les documents des autres associations orthodoxes et destinés à engager un profond mouvement de réforme dans l’Église. L’examen des décrets du synode, datés du 4 juillet 1594, révèle que l’ampleur de telles revendications créa une gêne, voire même de l’hostilité, au sein du clergé ruthène, présent à Brest. Cette réaction explique peut-être l’absence de la signature de l’évêque de Luc’k sur le document. La comparaison de celui-ci avec le texte des instructions fait ainsi ressortir plusieurs divergences importantes :

Tab. 12 – Articles des Instructions de la confrérie de Vilnius au synode de Brest (1594) et les décrets du synode du 4 juillet 1594*.

Instructions Décrets
Qu’il soit décidé de laisser partout en paix les confréries religieuses, instituées par les Très Saints patriarches et confirmées par le Père métropolite et les évêques, et que les quelques confréries incomplètes, opposées à celles-ci et instituées par certains évêques, soient excommuniées de l’Église et extirpées, et que ne demeure qu’une seule véritable confrérie religieuse, puisque le trouble dans l’Église provient des confréries des opposants. 1. Nous laissons en l’état les confréries religieuses, instituées par les Très Illustres patriarches et confirmées par le Père métropolite et nous tous, évêques ; et nous voulons certes non seulement qu’il ne soit pas permis de contrevenir à une telle affaire bénie, mais encore pour la suite [nous voulons] nous y engager par tous les moyens, y inviter les autres et l’accroître. Quant à ce qui concerne les autres confréries religieuses, hostiles à ces confréries déjà mentionnées, en particulier, si elles avaient été fondées par quelque évêque et s’en réclameraient : nous ne voulons rien savoir, les interdisons et les abolissons. Quant à ce qui concerne la punition des opposants de ces confréries bénies : ainsi si cela se montre justifié, nous n’allons pas nous amollir mais, comme ici lors des synodes, de même dans nos cités et dans nos diocèses respectifs, nous voulons les punir d’après le droit canon.
Que les opposants soient punis par la justice pour les torts causés à la confrérie religieuse, qu’il s’agisse d’un homme laïc ou d’un évêque. Puisque les évêques de L’viv et de Przemyśl causèrent avec leurs autres confréries de grands torts à la confrérie religieuse, comme on l’entend également à Vilnius.
Comme les évêques hostiles aux confréries – leurs brebis – transfèrent les affaires de notre Église relevant de la cour ecclésiastique vers la juridiction du chapitre romain et la tutelle de l’archevêquea et reconsidèrent les décrets patriarcaux et métropolitains, qu’on empêche cela et qu’on punisse obligatoirement ceux-ci par des sanctions ecclésiastiques, puisque ainsi cela porte atteinte aux libertés, et qu’ils entraînent l’Église vers la soumission.
Qu’il y ait une église propre de la confrérie, soumise à personne, à savoir : à Vilnius, à L’viv, et partout où cela s’avère nécessaire, et que les prêtres de la confrérie soient placés sous la bénédiction [błogosłowieństwo] du métropolite. 2. Que les églises des confréries ne soient soumises à personne et que les prêtres qui sont sous l’autorité de l’archevêque métropolitain, soient dans l’obligation de relever de leur pasteur ; de même pour ceux qui sont dans les évêchés, qu’ils relèvent de leurs évêques, à l’exception de ceux de l’église de la Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu de L’viv et du monastère de la confrérie Saint-Onuphre, qui sont sous notre obédience archiépiscopale.
3. Et comme les prêtres de la confrérie religieuse de Vilnius souffrent des torts dans le monastère de la Sainte-Trinité de la part des prêtres de la municipalité, dans l’administration des affaires ecclésiastiques, propres à leur état, nous donnons notre bénédiction à la confrérie religieuse de Vilnius pour bâtir sur les terrains de la confrérie sa propre église, selon le privilège accordé à ce sujet par Sa Majesté le Roi, d’après leur désir et leurs possibilités. Et, en attendant d’avoir leur propre église, qu’il soit permis aux prêtres de la confrérie, selon notre bénédiction archiépiscopale, de jouir de toutes les libertés et facultés dans cette église de la Sainte-Trinité du monastère de Vilnius, de célébrer l’office divin, d’y recevoir l’aumône pour l’entretien des prêtres de la confrérie religieuse, et à tout moment où le prêtre ou le diacre de la confrérie en auront besoin pour les affaires religieuses, le sacristain monastique du lieu devra toujours leur ouvrir l’église. Personne ne pourra le leur interdire, sous peine d’excommunication contre celui qui aurait à leur causer du tort en quoi que ce soit au sujet des articles ci-dessus. De même et après la construction de leur propre église, l’autel de la Présentation de Jésus au Temple dans cette église de la Sainte-Trinité, selon la bénédiction patriarcale et le privilège confirmé par Sa Majesté le Roi, devra revenir à la confrérie pour la célébration de la gloire de Dieu, pour l’éternité et sans modification possible par quiconque.
Décréter qu’il n’y ait qu’une seule école de la confrérie (là où la confrérie se trouve) et interdire qu’il y ait d’autres écoles, aux dépens de celle de la confrérie. 4. Au sujet des écoles des confréries, selon les décisions du patriarche et de notre synode, nous laissons, à savoir : deux écoles cathédrales, l’une à Vilnius et l’autre à L’viv, auprès de celles des confréries religieuses et sous l’autorité de l’archevêque, et que toutes les autres petites écoles, établies aux dépens de l’école de la confrérie n’existent plus ; seulement pour l’assistance des prêtres, il sera permis d’avoir deux ou trois enfants auprès de chaque église.
Qu’il y ait une imprimerie dans les confréries de Vilnius et de L’viv, et que l’autre d’où sortaient des livres suspects et nuisibles pour notre Église n’existe plus, et qu’on n’accepte pas ses livres. 5. Nous établissons l’imprimerie, selon notre première décision énoncée en l’an 1591, ajoutant qu’aucun imprimé ne puisse paraître et qu’aucun livre ne puisse être publié sans l’accord de l’archevêque métropolitain dans son diocèse ainsi que partout où s’étend son pouvoir, comme à L’viv, et dans les diocèses sans l’accord épiscopal, sous peine de voir détruits les livres publiés […]
Les propriétés et les domaines ecclésiastiques, qui furent légués par les chrétiens pour servir à la gloire de Dieu et au salut des âmes, furent hypothéqués par les évêques, vivant sur les restes avec leurs femmes et leurs familiers, qui les dévastent. Qu’on empêche cela, afin qu’ils soient affectés à ce qui convient, à savoir aux sciences et aux écoles, aux prédicateurs et aux prêtres dignes, aux orphelins et à la construction des hospices et des églises.
Que le Père métropolite et chaque évêque, archimandrite et higoumène donnent tous les ans 10 gros sur l’ensemble de leurs revenus à la caisse pour la fondation d’écoles, de l’imprimerie et pour d’autres besoins. Et la caisse des confréries doit être confiée à l’évêque de Brest, comme cela fut décidé entre nous au premier synode. De même, après la mort du métropolite et des évêques, que les revenus soient versés dans ce même [fonds].
Que les monastères (attribués aux higoumènes) soient pourvus de religieux : puisque les évêques récupérèrent eux-mêmes les propriétés monastiques, laissant vides les monastères.
Que les villes des districts soient pourvues de confréries, de prêtres lettrés et d’écoles, afin que les simples ne périssent pas des mains des divers hérétiques.
Qu’on veille, en accord avec le droit canon, à avoir un synode général chaque année.
Qu’il y ait un exarque, ou légat du patriarche, permanent, soit local soit extérieur. Réfléchir à son entretien grâce aux biens ecclésiastiques.
Que tout soit administré dans les affaires ecclésiastiques, spirituelles, en accord avec le droit canon, puisqu’ici on enseigne et officie dans les églises d’une manière et ailleurs d’une autre, ce qui mena la foi dans le Christ vers l’aversion et les gens vers l’abandon de l’Église.
Exiger ensemble que tout cela soit approuvé par le synode. Quant aux articles inscrits ci-dessous, il faut s’efforcer nécessairement à ce que Sa Grâce le Père métropolite écrive aux diétines des districts dans toute la grande-principauté de Lituanie et que les évêques fassent de même dans leurs diocèses, et, ensuite, à la Diète générale (l’heure venue), que cela soit enregistré dans les constitutions de la Diète et confirmé. 6. En ce qui concerne les adresses aux diétines, aussi bien de la part du métropolite que des évêques, au sujet des débats sur les candidats [електы] à l’élection du métropolite et des évêques, nous le considérons comme une chose sensée et chacun, dans les diétines de nos districts, nous essaierons d’agir, avec le souhait fidèle d’obtenir la confirmation de Sa Majesté le Roi : ce que, selon notre bonne volonté, nous accordâmes déjà précédemment.
Comme les clercs se désignent eux-mêmes à leurs charges et pour leur profit, et n’y viennent pas pour la dignité, eux par qui la discipline ecclésiastique et la louange du Seigneur régressent, et qui utilisent les revenus ecclésiastiques pour les affaires laïques, il faut s’efforcer de l’empêcher et demander que l’élection puisse avoir lieu à un endroit et à un moment précis, et que Sa Grâce le Père archevêque avec les ecclésiastiques et le consentement des personnes laïques, dignes pour cette tâche, les choisisse et les consacre, selon les canons, en présence de quelques évêques. Que le choix du métropolite se fasse pareillement.
Que les églises conservent entièrement leurs anciens privilèges et fondations, comme à Riga, à Cēsis, à Trakai etc.b
Au sujet des cours des Grands Tribunaux, réclamer que les personnes ecclésiastiques de religion grecque tout comme celles de religion romaine siègent avec les laïcs pour ces affaires, i. e. 3 ecclésiastiques et 3 laïcs.c
Comme il existe des informations que dans certains évêchés les affaires ecclésiastiques sont confiées aux laïcs, à l’image des divorces des maris avec leurs épouses et des autres choses, à l’origine de nombreux abus, il faut veiller avec application à ce que cela ne se reproduise pas par la suite. 7. […] dans certains évêchés quelques licences dans les mariages : nous ne le constatons pas parmi nous, mais, si cela existe, nous ne l’approuvons pas et veillerons à le prévenir […].d
* MCSL, t. 1/1, n° 312, p. 516-519 ; AJuZR, P. 1, t. 10, n° 203, p. 497-499.
a À la place de « z pod obrone » il faut sans doute lire « y pod obronę ». Le texte renvoie ici à l’archevêque latin de L’viv.
b L’orthographe des deux premiers toponymes semble indiquer que le texte comporte une coquille commise par le greffier ou l’éditeur du manuscrit. À la place de « w Rydle, w Kiesie, w Trokach etc. » il faudrait lire plus vraisemblablement « w Rydze, w Kiesi, w Trokach etc. ».
c En chiffres dans le texte.
d Ce passage est altéré dans le document original et seule une partie du texte demeure lisible.

43Une lecture rapide de ces différents points suffit à montrer que le synode confirma toutes les demandes relatives à l’organisation interne et aux statuts des principales confréries (Vilnius et L’viv), mais rejeta ou, du moins, laissa en suspens toutes les suppliques relatives aux juridictions ecclésiastiques et aux affaires internes du clergé. Le premier décret indiqua ainsi clairement que tous les conflits avec les associations laïques devraient être jugés par les synodes ou, localement, par les évêques. De même, si la hiérarchie ecclésiastique reconnut l’indépendance des églises des confréries – sous-entendu pour l’administration de leurs biens – leurs desservants devaient relever de leurs hiérarques diocésains, à l’exception de deux églises rattachées à la confrérie de L’viv, placées sous l’autorité directe du métropolite et non de l’évêque local (art. 2).

  • 116 Lukašova 2006, p. 290-307.
  • 117 Akty JuZR, t. 1, n° 206, p. 243-244.
  • 118 L’exemple le mieux documenté concerne les confréries de l’Épiphanie, de Saint-Nicolas, de l’Annonc (...)

44Le contenu des instructions confiées aux délégués des confrères de Vilnius fournit plusieurs autres données venant compléter le tableau des tensions exprimées à cette époque. En particulier, c’est l’un des rares documents à mettre en avant les conflits entre les confréries confirmées par les patriarches et celles, « incomplètes » établies par certains évêques. Cette formulation quelque peu étrange cache une réalité plus complexe. En effet, bien avant les visites patriarcales des années 1580, les différentes associations laïques, formées par les confréries des métiers ou les habitants d’une paroisse, obtenaient généralement la confirmation de l’évêque et du roi pour les statuts de leur organisation. Encore au début des années 1590 plusieurs confréries nouvelles apparurent sur ce modèle dans le diocèse métropolitain ou ceux de Przemyśl et de Polack116. D’ailleurs, la confrérie de Brest, qui faisait partie de la délégation laïque au synode de 1594, avait été établie par l’évêque Melecjusz Chreptowicz en 1591117. Les instructions n’entendaient donc pas discréditer toutes les associations dépourvues de chartes patriarcales, mais utiliser ce prétexte contre celles qui échappaient à l’influence directe de L’viv et de Vilnius. Comme l’affirmait le premier article du texte, il fallait combattre les divisions qui avaient affaibli l’Église en instituant une seule « véritable confrérie », qui tout naturellement serait contrôlée par les confrères de la Dormition et de la Sainte-Trinité. Pour cela, il ne s’agissait pas de supprimer les autres structures plus petites, mais d’en faire des sortes de filiales de cette nouvelle institution, étendue à l’échelle de la métropolie. Sans cette lecture, il devient difficile de comprendre que le même document demandait d’instituer des confréries, pourvues d’écoles, dans chaque capitale de district. Ces informations sont la preuve que, malgré l’homogénéisation progressive des structures des confréries ruthènes, certaines d’entre-elles continuaient à défendre leur autonomie relative118. Elles montrent également que le mouvement de regroupement des élites ruthènes n’était pas un phénomène dirigé dès l’origine par les deux organisations principales, mais exprimait une réponse locale – à l’échelle paroissiale – aux nouveaux courants de spiritualité de la seconde moitié du XVIe siècle. Si certaines confréries avaient ainsi transposé presque à l’identique les statuts rédigés par les confréries de la Dormition et de la Sainte-Trinité, d’autres s’appuyaient sur des chartes particulières, reçues des autorités ecclésiastiques ou du souverain.

  • 119 Malheureusement cette association n’est connue que par cette seule mention. Une autre confrérie ru (...)

45Les préoccupations exprimées sur ce point par les Instructions renvoyaient prioritairement à la situation de L’viv, mais elles entendaient également clarifier les rapports entre la confrérie de la Saint-Trinité de Vilnius et les autres associations orthodoxes, plus anciennes, qui continuaient à exister dans la ville. Pour autant, la situation de la Lituanie occidentale divergeait profondément de celle des voïvodies méridionales de la Couronne. Dans cette partie de la grande-principauté, et d’après les sources conservées, le mouvement des confréries se limita presque exclusivement à la capitale, alors qu’il connut un développement bien plus étendu plus à l’est, dans le diocèse de Polack. Cette concentration géographique expliquait sans doute les visions centralisatrices du « programme » préparé en 1594. En effet, le rôle de l’organisation fondée autour de l’église monastique de Vilnius ne pouvait se réduire à une simple action paroissiale. Le recrutement étendu de ses membres témoigne d’ailleurs de cette prise de conscience dès le début des années 1590. Certes, la confrérie avait besoin de relais locaux mais, malgré les vœux énoncés dans ses instructions, son action dans ce sens fut pratiquement sans effet. Seuls les décrets du synode de 1594 mentionnent une confrérie orthodoxe dans le bourg de Hal’šany, à une soixantaine de kilomètres au sud de Vilnius, organisée probablement autour de l’église monastique Saint-Nicolas119. La participation des confrères de Hal’šany au synode laisse alors supposer qu’ils avaient des liens étroits avec l’association de la Sainte-Trinité, dont les statuts devaient leur servir de modèle. Les instructions envoyées au synode en juillet 1594 étaient donc un programme général construit autour d’une réflexion d’ensemble sur les institutions des confréries et leurs rapports avec les autorités ecclésiastiques. Bien qu’il n’attaquât pas frontalement les fonctions du clergé, il entendait néanmoins donner aux associations laïques une place de choix dans la gestion des affaires religieuses. Dès lors, au vu de l’influence croissante de ces organisations, du statut élevé de certains de leurs membres – en particulier à Vilnius – et, par là, de leurs liens privilégiés avec la masse des fidèles, il paraît naturel que le haut clergé ait réservé un accueil méfiant et préoccupé aux projets formulés par ces élites laïques.

  • 120 Dmitriev 2003, p. 149-150 (original : AGAD, Archiwum Zamoyskich, n° 693, f. 17r).
  • 121 Le 11 (1) juillet 1594 (un jour avant le document mentionné par Mikhail Dmitriev) le métropolite a (...)
  • 122 Ibid., p. 148.

46Le ton conciliant des articles synodaux recèle donc une réaction de la hiérarchie qui, encore davantage qu’en 1591, entendait bloquer certaines prétentions des confréries urbaines. Néanmoins, contrairement à l’assemblée de 1591, le métropolite ne pouvait plus reprendre le rôle confortable de conciliateur entre les évêques de la Couronne et les bourgeois de L’viv. Désormais, la contestation provenait d’une des capitales de son propre diocèse et était soutenue par plusieurs sénateurs orthodoxes lituaniens. Face à ce contexte, Rahoza se trouva dans une position chancelante. D’une part, il devint clair qu’il ne pouvait plus demeurer un allié inconditionnel des confréries, de l’autre, il ne pouvait s’appuyer pleinement sur le reste de l’épiscopat avec lequel il entretenait des relations délicates et parfois conflictuelles. Une lettre datée du 12 (2) juillet, retrouvée par Mikhail Dmitriev, suggère toutefois que le métropolite et l’évêque Terlecki se rapprochèrent à cette occasion, oubliant certains de leurs différends120. Le document reste très évasif mais parle d’une mission confiée à l’exarque auprès du chancelier Jan Zamojski. Faut-il y voir pour autant le premier pas du métropolite vers l’Union ? Certains documents et les événements de la fin du mois de juin amènent à douter d’une telle hypothèse121. Toutefois, il est vrai que d’autres lettres de magnats évoquent la présence à Brest du jésuite Kaspar Nahaj, dépêché sur place par l’évêque latin de Luc’k pour mener des négociations avec les Ruthènes122. Il n’est donc pas à exclure que l’idée de l’Union fut explicitement évoquée en juillet 1594 et put être accueillie comme une échappatoire viable par Rahoza.

  • 123 AZR, t. 4, n° 49, p. 69-71 ; AJuZR, P. 1, t. 6, n° 51, p. 104-108.
  • 124 MCSL, t. 1/1, n° 315-319, p. 520-530.
  • 125 AJuZR, P. 1, t. 1, n° 109, p. 454 ; Prochaska 1896, p. 569. Voir Dmitriev 2003, p. 150-154.
  • 126 AVAK, t. 19, n° 21, p. 367.
  • 127 Voir infra.
  • 128 En guise d’hypothèse, il est légitime d’estimer que l’exarque devait parler avec le chancelier du (...)
  • 129 AZR, t. 4, n° 52, p. 76-77. Le conflit entre Rahoza et Tur avait commencé en mars 1594 (OAM, t. 1, (...)
  • 130 DUB, n° 21, p. 41.

47Dans le même temps, le métropolite ne pouvait rompre ouvertement avec les confréries car cela aurait contredit ses décisions précédentes et, surtout, l’aurait placé dans une situation dangereuse face aux orthodoxes lituaniens. Après le départ de Cyryl Terlecki, Rahoza, tout comme l’évêque de Volodymyr, acceptèrent ainsi de confirmer les confréries apparues récemment dans deux capitales de district, à Bielsk et à Lublin123. Surtout, les 1-2 juillet, le métropolite renouvela les sanctions contre Gedeon Bałaban et, cette fois-ci, prononça une déposition solennelle contre le hiérarque124. Les choix ambivalents de Rahoza avaient vraisemblablement été discutés plusieurs jours auparavant et furent bien connus de Terlecki. Cependant, tout en ayant la confiance du métropolite, celui-ci paraît avoir préféré mener un jeu personnel pour protéger ses propres intérêts. Le 7 juillet, il organisa à Sokal’ (dans la voïvodie de Belz) une rencontre avec trois autres évêques (L’viv, Chełm, Przemyśl), suivant un scénario qui rappelait en tout point l’épisode du 4 juillet 1590. D’après Bałaban et l’évêque de Przemyśl Michał Kopysteński, le but de l’entrevue était de préparer une nouvelle action contre les prétendus abus d’autorité du métropolite, qui les concernaient tout particulièrement125. L’évêque de Chełm, Dionizy Zbirujski, ajouta toutefois que les quatre hiérarques y abordèrent également la question de l’Union126. À cette occasion, ils préparèrent des articles qui servirent probablement de modèle au futur texte des XXXII Articles envoyés à Rome en été 1595127. Comme le souligne Mikhail Dmitriev, Zbirujski prétendit en outre que les participants de l’assemblée de Sokal’ ne savaient pas encore si leur démarche serait soutenue par le métropolite et l’évêque de Volodymyr. Cet élément indique ainsi que la décision métropolitaine d’envoyer Terlecki auprès du chancelier Zamojski n’était pas liée à ce projet ou que l’évêque de Luc’k préféra taire ce point pour ne pas détourner Bałaban des affaires de l’Union128. Le conflit de l’évêque de L’viv servit ainsi une seconde fois de prétexte aux évêques ruthènes de la Couronne pour s’opposer à l’autorité métropolitaine. Cette aspiration des hiérarques méridionaux à l’autonomie locale se lit notamment dans une déclaration du nouvel archimandrite des Grottes de Kiev Nicefor Tur. En septembre 1594, il fut convoqué en Lituanie afin de recevoir la consécration pour sa charge des mains du métropolite. Tur aurait alors rétorqué à l’envoyé de Rahoza : « ton Seigneur métropolite n’a ici nul statut ni pouvoir »129. Les mêmes rapports complexes ressortent également d’une lettre d’Hipacy Pociej au métropolite, qui décrivait la situation de 1594 dans ces termes : « nous nous querellons, ne considérons en rien notre supérieur, nous révoltons contre lui, ne tenons aucun compte de ses lettres et interdits, et en général, ne voulons pas avoir de supérieur au-dessus de nous »130.

La naissance hésitante de l’Union

  • 131 MCSL, t. 1/1, n° 325, p. 547-549. Dmitriev 2003, p. 155.
  • 132 La dépêche du nonce de Varsovie Germanico Malaspina est datée du 15 octobre 1594 (DUB, n° 14, p. 3 (...)
  • 133 Dmitriev 2003, p. 157-158.
  • 134 Malaspina écrivait dans sa dépêche : « […] li Moldavi et Valacchi seguitarebbono facilmente l’esem (...)

48Les événements de juin-juillet 1594 ne prirent un caractère officiel qu’au début de l’automne, en parvenant à la connaissance du chancelier Zamojski. Au début du mois d’octobre, Rahoza lui adressa une lettre qui l’informait de la déposition de l’évêque de L’viv. À la même période, le chancelier reçut deux évêques ruthènes qui lui auraient présenté la déclaration préparée à Sokal’131. La documentation conservée ne permet pas de savoir si cette nouvelle annonce unioniste visait à désarmer la décision du métropolite contre Bałaban qui aurait pu être l’un des hiérarques venus auprès du chancelier. Pour autant, l’épisode marqua une étape décisive dans la marche à l’Union puisque Zamojski en informa le nonce qui s’empressa à son tour d’écrire à la Curie132. À partir de cette date, les déclarations unionistes abandonnèrent donc leur cadre discret et hésitant pour devenir un projet officiel de l’épiscopat orthodoxe polono-lituanien. Surtout, elles cessèrent d’être une affaire interne des Ruthènes et durent faire face aux interlocuteurs variés (le roi, la Curie et le clergé latin polono-lituanien) au point de se laisser dépasser dans les attentes formulées initialement. La lecture proposée ici par Mikhail Dmitriev paraît rendre avec justesse le contexte des événements133. En effet, Rome tout comme le souverain de Pologne-Lituanie s’intéressèrent sans doute moins à cette proposition d’Union locale qu’à la possibilité de l’utiliser comme argument politique dans la consolidation d’une ligue anti-ottomane et l’éloignement des Slaves de rite grec du patriarcat de Constantinople, accusé d’être au service du sultan134.

49La rencontre avec le chancelier eut également un impact important sur la nature du projet. Devant les espoirs suscités par l’initiative orthodoxe, Jan Zamojski exigea vraisemblablement d’élargir les négociations au métropolite et à l’épiscopat lituanien afin que l’Union ne fût pas reçue comme le dessein isolé des seules évêques ruthènes de la Couronne. Cette condition réduisait donc à néant les objectifs originels des hiérarques réunis à Sokal’ pour lesquels la reconnaissance de l’obédience romaine apparaissait comme un moyen de se détacher de l’autorité métropolitaine. Tout porte à croire que les nouveaux enjeux finirent par diviser progressivement Terlecki et Bałaban sur la suite à donner aux négociations.

  • 135 DUB, n° 17, p. 32-35.
  • 136 Contrairement aux indications données par Mykhajlo Dymyd (Dymyd 2000, p. 75), la rencontre commenç (...)
  • 137 DUB, n° 21, p. 41-43. Les inventaires des archives métropolitaines mentionnent une lettre de Cyril (...)
  • 138 Ibid.
  • 139 En plus de la traduction latine, le texte ruthène est connu dans trois versions différentes qui se (...)

50Quoi qu’il en soit, il fut alors demandé à l’évêque latin de Luc’k de recevoir les représentants de l’épiscopat ruthène pour s’assurer des intentions des orthodoxes et formuler plus précisément les bases de la future Union. L’appel à ce prélat latin n’avait rien d’étonnant. En effet, Bernard Maciejowski manifestait un vif intérêt pour la « réunion » des Ruthènes et avait déjà tenté d’organiser des pourparlers durant la visite du patriarche Jérémie II comme au début des années 1590. Le camp orthodoxe fut représenté par l’évêque ruthène de Luc’k, Cyryl Terlecki, et l’évêque de Volodymyr, Hipacy Pociej135. Les trois hommes se réunirent durant trois jours (du 2 au 4 décembre 1594) dans le village de Torčyn – l’une des résidences de l’évêque latin136. Le choix de la délégation orthodoxe doit être considéré avec attention car, pour la première fois, Pociej apparut aux côtés des acteurs de l’Union en sa qualité de hiérarque. À en croire sa lettre du 26 janvier 1595, déjà citée, l’évêque de Volodymyr ignorait les intentions précises des participants de l’entrevue de Sokal’ et n’avait donc pas pris part aux négociations qui purent avoir lieu préalablement137. Comment et pour quelle raison se trouva-t-il donc à Torčyn ? La seule explication convaincante serait qu’il fut dépêché par le métropolite, sur demande des autorités laïques, comme représentant du clergé ruthène lituanien. La présence de Hipacy Pociej se justifiait également par son statut institutionnel. Maciejowski accueillait ainsi les deux évêques – le protothrone et l’exarque – qui étaient les délégués directs du métropolite pour les territoires lituaniens et ceux de la Couronne. Informé sur le tard, Pociej accepta néanmoins de s’engager avec force dans le projet, après avoir été convaincu par l’évêque latin que l’Union offrirait une solution pour régler les problèmes institutionnels de la hiérarchie ruthène138. Même si les différentes rédactions du texte établi à Torčyn peuvent renvoyer à certains désaccords ou des inquiétudes réciproques, l’idée centrale du projet – la reconnaissance de l’obédience romaine – reçut l’approbation des trois hommes139. Du point de vue formel, ce consentement des deux principaux évêques orthodoxes laissait présager celui de l’ensemble du clergé kiévien.

  • 140 AZR, t. 4, n° 55, p. 79-81. L’original se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de Russie (...)
  • 141 Žukovič 1901a, p. 113 ; IUR, t. 5, p. 575 ; Chodynicki 1934, p. 280.
  • 142 Dmitriev 2003, p. 164.
  • 143 AVAK, t. 19, n° 21, p. 367.
  • 144 L’identification de l’Instruction des évêques comme le texte des articles de Sokal’ est proposée é (...)

51D’autre part, tout porte à croire qu’à l’occasion de cette rencontre Pociej put consulter la première version des articles préparés comme conditions préalables à l’Union et accepta d’y apposer sa signature. Le document, connu sous le titre d’Instruction des évêques [Инструкция, от нас епископовъ данная], mérite quelques remarques. Il fut daté par les éditeurs du XIXe siècle du mois de décembre 1594, en lien avec l’entrevue de Torčyn140. Bien qu’en 1901 Platon Žukovič estima que le texte était celui des articles préparés à Sokal’ en juillet 1594, plusieurs spécialistes doutèrent par la suite de cette attribution141. En étudiant l’original du document, Mikhail Dmitriev apporta quelques remarques intéressantes, sans toutefois remettre en cause les considérations de ses prédécesseurs : « dans l'Instruction il y a cinq seings (H. Pociej, C. Terlecki, M. Kopysteński, G. Bałaban, D. Zbirujski), mais il n’y a pas de sceaux. Le plus important est précisemment que l'Instruction n'est pas datée, et avant le dernier paragraphe [...] est laissée une demi-page non remplie, et après les premiers mots du texte est laissé un long espace, dans lequel il était prévu d’inscrire le ou les noms des délégués envoyés au roi »142. Tournons-nous désormais vers la description des articles préparés à Sokal’, faite dans la déposition de l’évêque de Chełm, Dionizy Zbirujski, le 8 juillet 1595 : « tout comme nous inscrivîmes certains articles, relatifs à cette Union, sur un feuillet à part, en laissant de la place pour d’autres choses, lesquelles devraient être discutées auprès de Sa Majesté le Roi avant cette réunification. De même nous avons signé ces articles de nos mains propres, sans apposer nos sceaux, et nous confiâmes l’ensemble au Père évêque de Luc’k [...] »143. Ce dernier récit laisse ainsi peu de doutes sur la nature du texte de l’Instruction des évêques144. L’hypothèse de Žukovič est confirmée également par la présence des signatures de Kopysteński et de Bałaban qui ne signèrent pas les autres documents rédigés à Torčyn.

  • 145 Certaines sources donnent toutefois une image quelque peu différente mais leurs informations parai (...)
  • 146 Grzegorz Zagorski ne fut nommé à la charge d’évêque coadjuteur de Polack que le 5 mai 1595 (AZR, t (...)
  • 147 Ce basculement comporte un épisode controversé avec un supposé synode diocésain, convoqué par l’év (...)
  • 148 AZR, t. 4, n° 149, p. 211.

52Il ne restait désormais qu’à réunir les signatures des autres hiérarques sous la déclaration du 2 décembre, qui accompagnait l'Instruction. Le document fut signé par plusieurs évêques lituaniens, y compris celui de Polack dont le diocèse était demeuré jusque-là à la marge des divers événements qui avaient agité la métropolie kiévienne au début des années 1590145. Pour autant, plusieurs indices dans la titulature de certains hiérarques – nommés précisément en 1595 – montrent que les dernières signatures furent placées au bas du document seulement au début de l’été 1595146. Plus encore, cet examen confirme un renversement dans les alliances faites dans l’épiscopat ruthène au cours des années précédentes. En effet, les évêques de L’viv et de Przemyśl, qui étaient les premiers visés par les sanctions métropolitaines, prises par le dernier synode de Brest, ignorèrent le texte et tout pousse à croire que leur détachement des projets unionistes se situe peu après l’entrevue de Torčyn147. Comment expliquer ce changement et les divisions dans les rangs de l’épiscopat ruthène de la Couronne ? Parmi les facteurs qui poussèrent Gedeon Bałaban et Michał Kopysteński à se détacher de l’Union, l’entrée en jeu du métropolite joua sans doute un rôle primordial. En effet, le premier avait été déposé en été 1594 et se trouvait donc dans une position ambigüe du point de vue institutionnel. Le second, à en croire Perestroga était également en conflit avec Rahoza pour motif de « désobéissance »148. Suivre le métropolite dans le rapprochement avec Rome devenait donc délicat pour les deux hommes, avec le risque de se retrouver en dehors de la hiérarchie ecclésiastique, après avoir renoncé à l’obédience de Constantinople.

  • 149 AJuZR, P. 1, t. 1, n° 60, p. 252-256.
  • 150 DUB, n° 33, p. 53-55.

53En revanche, il est moins aisé d’expliquer la position de Terlecki qui, après avoir œuvré durant des années pour limiter l’autorité métropolitaine, acceptait désormais de conduire une action commune avec le clergé lituanien. L’une des raisons de ce retournement pourrait être l’émergence du programme réformateur des confréries, annoncé par la voix des orthodoxes de Vilnius. Terlecki vit probablement dans ces nouveaux acteurs de la vie religieuse locale une menace plus grande que les querelles institutionnelles de l’épiscopat qui servaient d’ailleurs l’évêque de Luc’k sans le menacer directement. D’autre part, quand le projet unioniste se fit plus concret, il devint clair qu’il était difficilement réalisable s’il restait l’œuvre de quelques évêques isolés. En appeler au roi revenait en effet à rendre publique la question de l’Union et nécessitait de réintégrer le métropolite et l’évêque de Volodymyr dans les négociations. Pour cela, il paraissait plus judicieux d’en faire des alliés afin d’éviter de discréditer l’ensemble de l’entreprise. Tel était l’objectif de l’entrevue de Torčyn et la présence de Maciejowski qui, en 1588, avait déjà abordé ces questions avec Pociej, devait disposer celui-ci à suivre l’évêque orthodoxe de Luc’k. Sans renoncer à ses anciennes intentions, Terlecki explora alors d’autres moyens de renforcer sa position, sans s’opposer directement au métropolite. Le passage sous la juridiction romaine avait l’avantage d’offrir à l’épiscopat ruthène un garant à la fois puissant et lointain – la papauté – pour l’exercice de son pouvoir à l’échelle locale. Dans la vision des évêques kiéviens, un tel protecteur était d’autant plus précieux qu’il pouvait être tenu à distance, au nom des particularités locales et par le fait de son éloignement, mais, dans le même temps, être invoqué comme autorité suprême en cas de litiges internes avec le métropolite. L’essentiel devenait donc de se garantir une équivalence prestigieuse dans les hiérarchies latines, comme l’exprime la tentative de Terlecki de transformer sa dignité d’exarque en cardinalat. La confirmation royale du 9 février 1595 pour une prétendue charte de nomination patriarcale à l’exarchat révèle ses démarches à ce moment précis des négociations149. Cette manœuvre laissa d’ailleurs un écho dans une lettre d’Hipacy Pociej au prince orthodoxe Ostrogski, pour le convaincre du bienfondé de ses plans unionistes150. Pour se démarquer de certains bruits au sujet des intentions cachées de la visite de Terlecki à la cour royale de Cracovie en février 1595, l’évêque de Volodymyr écrivait ainsi :

En ce qui concerne les nouvelles de Cracovie, elles aussi, comme je le vois, ne sont pas sûres et, même si elles étaient sûres, que Votre Grâce ne daigne à entendre cela sur ma personne, car non seulement je ne pense ni au cardinalat ni à la métropolie, mais encore pour ce que je porte déjà sur mes épaules, je me lamente souvent contre moi-même, pour l’avoir accepté et aussi contre celui qui m’y entraîna, en particulier, en voyant ce qui se passe dans le monde.

  • 151 DUB, n° 44, p. 78-79.
  • 152 DUB, n° 25, p. 46-47 : « ачъ тамъ вашей милости латвэй межи своими, але мы тутъ у зубахъ : коли вс (...)
  • 153 Le 10 février 1595 le nonce informait la Secrétairerie d’État de la visite de l’évêque ruthène de (...)

54Cette brève remarque de Pociej laisse entendre que Terlecki prévoyait ainsi, ou du moins était accusé par ses opposants, de vouloir prendre la place du métropolite après l’Union. Ces desseins se retrouvent également dans une lettre de Michał Rahoza, adressée au voïvode orthodoxe de Navahrudak le 24 (14) juin 1595, pour demander conseil sur les XXXII Articles signés quelques jours auparavant. Le métropolite prétendait en effet avoir déjà un remplaçant dans la personne de l’évêque de Luc’k, qui avait même reçu la promesse de garder son bénéfice épiscopal après son accession au siège métropolitain151. Toutes ces mentions éparses sont autant de preuves qui montrent qu’au départ et jusqu’à l’été 1595 les hiérarques lituaniens avaient rejoint les projets unionistes, non sans une certaine appréhension, et que les démarches principales continuaient à relever de l’évêque de Luc’k. Le 21 février 1595 Pociej écrivait ainsi à Rahoza pour l’assurer de sa loyauté, tout en exprimant son inquiétude sur sa position délicate dans les territoires de la Couronne : « là-bas cela est plus facile pour Votre Grâce parmi les siens, mais ici nous sommes dans la gueule du loup : à la première envie, ils peuvent nous dévorer » 152. Dans la suite de sa lettre, Pociej ajoutait que Terlecki menait son propre jeu et dissimulait certains documents afin d’être seul à négocier avec les représentants du roi153.

  • 154 DUB, n° 25, p. 46-47. L’évêque de Volodymyr engageait explicitement le métropolite à s’informer da (...)
  • 155 DUB, n° 28, p. 49-50. Dmitriev 2003, p. 170.
  • 156 Voir ses lettres au prince Konstanty Ostrogski (DUB, n° 31, 33, p. 51-55).
  • 157 DUB, n° 36, p. 57-58. Le monastère Saint-Sauveur de Kobryn était alors tenu par l’archimandrite Jo (...)

55En somme, le ralliement au départ incertain de Rahoza et de Pociej à la marche vers l’Union s’expliquait à la fois par des rapports de plus en plus délicats avec la confrérie orthodoxe de Vilnius et par la volonté de ne pas rester en dehors de ce qui s’annonçait comme une affaire majeure dans la vie de la métropolie de Kiev154. Dans cette situation confuse et après avoir averti le métropolite, Pociej tenta vraisemblablement d’intervenir directement auprès de la cour royale. Mikhail Dmitriev fait remarquer que, dès le 18 février 1595, Sigismond III adressa une lettre à Hipacy Pociej pour l’encourager dans ses dispositions pour reconnaître l’autorité romaine155. Ce texte apparaît en effet comme la réponse à une lettre envoyée par le hiérarque quelques jours auparavant. Après cette date, la position de l’évêque devint plus affirmée et dans ses lettres du mois de mars il se montrait déjà comme un défenseur convaincu de l’Union, même si son point de vue révélait encore certains désaccords avec Terlecki156. Les principales ambiguïtés entre les deux hommes furent levées à la fin du printemps 1595, quand les évêques de Luc’k et de Volodymyr purent se rencontrer à Kobryn le 28 (18) mai 1595157.

  • 158 Une synthèse sur la position ambiguë du métropolite à l’Union est présentée dans : Tymošenko 2000b (...)
  • 159 DUB, n° 18, p. 35-36. Il ne nous a pas été possible de consulter l’original du document, mais Leon (...)
  • 160 Mikhail Dmitriev soutient que la lettre de Rahoza « complète et accompagne l’Instruction », justif (...)
  • 161 Les second et troisième articles demandaient au roi de garantir au métropolite sa charge jusqu’à s (...)
  • 162 Voir DUB, n° 20-21, 25, p. 39-43, 46-47.
  • 163 DUB, n° 21, p. 42.

56L’attitude du métropolite Michał Rahoza demeure plus délicate à saisir158. Dans les différentes éditions de sources, l’ébauche des articles de Sokal’ s’accompagne généralement d’un autre document, signé par le métropolite, sous la forme d’une lettre de créance, donnée à l’évêque de Luc’k, pour se rendre auprès du chancelier Jan Zamojski159. Malheureusement, l’absence de date sur ce texte empêche de le situer précisément dans l’avancée des projets unionistes. D’autre part, rien ne prouve, contrairement à l’opinion généralement répandue, que la lettre fut rédigée presque au même moment que l’Instruction des évêques160. Même si elle apparaît comme un résumé partiel de l’Instruction, son intention première vise à préserver le métropolite contre toute sanction qui pourrait être prononcée à son encontre par le patriarche de Constantinople ou par d’autres dignitaires grecs, qui visiteraient la République. Comment placer alors ce bref écrit dans le contexte confus des années 1594-1595 ? L’examen attentif de la source soulève en effet quelques suspicions sur son origine. Le contenu du texte reste assez sommaire et la signature du métropolite, réduite à « Michał, archevêque » (Михайло архiепископъ) contraste avec les autres lettres officielles de Rahoza, marquées toujours de sa titulature complète : « archevêque métropolite de Kiev, de Halyč et de toute la Rus’ ». L’absence de celle-ci dans une lettre de créance est d’autant plus étonnante, à moins d’y voir la main d’un falsificateur désireux de masquer son méfait, en raccourcissant le texte à imiter. Il n’est donc pas impossible d’y voir un faux fabriqué par Cyryl Terlecki afin de se garantir les bonnes dispositions du chancelier. Néanmoins, il paraît tout aussi étrange que l’évêque ait fait alors le choix de rédiger un document divisé en six courts articles, dont certains concernaient exclusivement le métropolite161. Dans tous les cas, il demeure évident que le texte fut composé en lien avec l’une des premières visites de Terlecki au chancelier, entre l’automne 1594 et l’hiver 1595. Même si l’on admet que Μichał Rahoza se montrait encore très hésitant dans ses engagements unionistes et menait une sorte de « double-jeu » auprès de certains magnats orthodoxes, plusieurs lettres écrites par Pociej et le métropolite lui-même prouvent que, dans les premiers mois de 1595, il restait mal renseigné sur le contenu précis des négociations162. Le 26 (16) janvier, l’évêque de Volodymyr informait cependant Rahoza de l’entrevue de Torčyn et soulignait que tout devrait être discuté en commun, lors d’un prochain synode métropolitain, où le métropolite pourrait préciser les garanties qui lui paraîtraient nécessaires « aussi bien au sujet de la foi que des cérémonies ». Il notait en outre que Terlecki et lui projetaient de se rendre très prochainement auprès de Rahoza. Peut-être, l’évêque de Luc’k eut-il le temps de rencontrer le métropolite et d’obtenir une première version de ses conditions, avant son entrevue avec Zamojski163. En écartant les problèmes d’authenticité, les informations que renferment les « articles du métropolite » restent trop laconiques pour saisir l’engagement réel du principal hiérarque de l’Église kiévienne en faveur du rapprochement avec la papauté.

  • 164 DUB, n° 36, p. 58.
  • 165 Rien n’indique l’identité exacte des personnes visées par Rahoza. Cependant, il est possible que l (...)
  • 166 Annexes 11 et 12. L’Instruction des évêques fut sans doute présentée à la cour dès février 1595, a (...)

57Les tergiversations du métropolite resurgirent de nouveau à Kobryn. Alors qu’il devait se joindre à Pociej et Terlecki, il préféra éviter cette rencontre suscitant leur profond mécontentement : « Nous nous étonnons ainsi que Votre Grâce après l’avoir elle-même demandée, [la] rejette désormais et, de même, dédaigne à sa guise la bienveillance qui lui est offerte »164. Ces reproches, rédigés vraisemblablement par Pociej, indiquaient également qu’à cette date Rahoza avait déjà formulé des demandes concrètes au sujet de ses privilèges et de certains litiges qui l’occupaient tout particulièrement. Les évêques affirmaient ainsi avoir obtenu du roi toutes les garanties, les lettres d’installation (листы увяжчые) et les lettres de bannissement, réclamées par le métropolite165. De plus, les deux hiérarques ajoutèrent en post-scriptum que « tous les articles furent également approuvés ». Cette mention indiquait donc que le métropolite avait déjà pris connaissance des conditions posées à l’Union, telles qu’elles furent formulées dans l’Instruction des évêques, puis dans le texte des XXXII Articles qui devaient être prêts dès le mois de mai 1595166.

  • 167 Les articles dogmatiques furent longuement développés dans un fascicule anonyme, attribué à Pociej (...)

58La rédaction de ce dernier document daté du 11 (1) juin 1595, mais sans indication de lieu, constitue une étape essentielle à la fois dans le ralliement de la majorité de l’épiscopat ruthène à Rome et dans le raidissement de la position anti-unioniste. L’énonciation de requêtes précises par les hiérarques désireux de se placer dans l’obédience pontificale devait en effet clore tous les pourparlers et les actions balbutiantes, commencées en 1594, pour préparer la promulgation de l’Union. Il s’agit ainsi du dernier acte des négociations avant l’envoi de l’ambassade orthodoxe à Rome. Le contenu de ce texte pourrait être divisé en plusieurs thèmes principaux : sauvegarde des rites et partiellement du dogme orthodoxe (art. 1-9, 22-24), défense du particularisme de la future Église uniate par rapport à l’Église latine (art. 15-16, 25, 30), amélioration du statut social et économique du clergé ruthène en Pologne-Lituanie (art. 12, 17-18, 20-21), renforcement de l’autorité épiscopale (art. 20, 19, 26-29), instauration de conditions spéciales pour l’ordination du métropolite et des évêques (art. 10-11), demande de dispositions pour désarmer l’opposition anti-unioniste (art. 14, 32) et, pour finir, la question des liens avec les autres Églises chrétiennes orientales dans l’éventualité d’une future Union universelle (art. 13, 31). Les différences entre les deux traditions chrétiennes occupaient le tiers du texte et exprimaient des positions qui rappelaient les compromis de Florence (per Filium, maintien de la communion sub utraque et des autres spécificités du rite grec), avec la possibilité d’accepter le calendrier grégorien167. Les autres articles consacrés à la gestion économique et administrative de l’Église ruthène montraient que, pour les hiérarques, l’Union avait pour principal objectif la réforme interne de leur institution. Le document pouvait donc se lire à la fois comme une adresse au clergé latin, au roi de Pologne et au pape, ainsi que comme une synthèse du programme défendu par l’épiscopat.

  • 168 En particulier, il n’est pas certain qu’un véritable synode métropolitain ait pu se réunir à Brest (...)
  • 169 Dmitriev 2003, p. 174-177.
  • 170 L’original polonais du texte est conservé dans les Archives vaticanes (AAV, A. A., Arm. I-XVIII, n (...)
  • 171 AAV, A. A., Arm. I-XVIII, n° 1732, 3r-3v (voir Annexe 11/2).
  • 172 Le sceau de Zagorski peut également être authentifié grâce aux initiales H-I (Hrehory Iwanowicz [Z (...)
  • 173 Les deux signatures divergent par la plume et la titulature employée : 1) « кири(л) божию ми(лост) (...)
  • 174 L’empreinte de cette seconde matrice reste incomplète mais comporte les bouts de texte suivants : (...)

59Néanmoins, l’épisode confronte l’historien à de nouvelles difficultés. Là encore, les débats qui virent émerger le texte restent relativement obscurs à nos yeux et la source elle-même suscite de nombreuses interrogations. Tout d’abord, l’accord final semble s’être fait dans la précipitation puisque dix jours plus tôt le métropolite paraissait bien indécis sur son engagement168. Surtout, comme pour les divers cas précédents, nous avons affaire à un document « composite », dont le texte fut inscrit sur un folio vide, scellé bien à l’avance. Pendant longtemps les spécialistes hésitèrent sur l’identité des signataires réels du texte169. Sans apporter des preuves irréfutables, l’examen des originaux offre ici quelques informations primordiales170. Parmi les signatures figurent celles de Michał Rahoza, Hipacy Pociej, Cyryl Terlecki, Leoncjusz Pełczycki et Jonasz Hohol, archimandrite de Kobryn et successeur désigné de l’évêque de Pinsk. Près des autographes se trouvent huit sceaux. Une comparaison des XXXII Articles avec la déclaration unioniste de l’épiscopat ruthène, jointe au texte mais rédigée dix jours plus tard, le 22 (12) juin 1595, permet de constater que les sceaux sont presque identiques sur les deux documents à deux exceptions près (fig. 6)171. Les différentes signatures présentes sur la déclaration facilitent alors l’attribution des sceaux placés au bas des Articles : Michał Rahoza, Hipacy Pociej, Cyryl Terlecki, Grzegorz Zagorski, Leoncjusz Pełczycki, Michał Kopysteński, Gedeon Bałaban et Dionizy Zbirujski172. Le sceau de l’évêque de Pinsk (n°5) fut apposé par-dessus celui de Terlecki (n°3), qui figure aussi à un autre endroit du document, à droite de celui de l’évêque de Volodymyr. Sur la déclaration du 22 juin, cette même place est bien occupée par le sceau de l’évêque de Luc’k, mais le document porte sa signature à deux endroits différents173. Surtout, son premier seing est disposé sous un sceau qui ne correspond pas à la matrice « classique » de l’évêque174. Ces indices révèlent ainsi que les XXXII Articles et la déclaration unioniste de juin 1595 furent rédigés sur deux supports plus anciens, scellés et signés préalablement. De même, les variations dans les signes de validation, placés par Cyryl Terlecki, laissent entendre que l’évêque de Luc’k se chargea de « récolter » les autres signatures, inscrites à des moments différents sur chacun des deux documents.

  • 175 Voir par exemple la déclaration de Kopysteński dans Prochaska 1896, p. 569.
  • 176 DUB, n° 79, p. 126-127. Cet épisode est analysé en détail dans Dmitriev 2003, p. 190-192.
  • 177 Annexe 11/3.

60Cette analyse est confirmée par la présence des évêques de L’viv et de Przemyśl parmi les signataires, alors qu’ils se réclamaient déjà du camp des opposants. L’hypothèse la plus plausible conduit alors à considérer que Terlecki employa ici l’un des quatre feuillets vierges (membrany) qui lui furent confiés à la réunion de Sokal’, en juillet 1594175. Nous connaissons au moins l’un d’eux, réemployé par la suite pour fabriquer un autre faux censé correspondre à une prétendue déclaration de Luc’k du 27 août 1595 par laquelle Terlecki, Kopysteński, Bałaban et Zbirujski auraient de nouveau affirmé être favorables à l’Union, cette fois-ci en accord avec le métropolite176. Malgré sa nature largement suspecte, le texte est d’une grande valeur pour l’analyse des seings apposés par les hiérarques177. L’observation des signatures, des sceaux et de leur disposition suffit à remarquer qu’il s’agit d’un feuillet presque identique à celui utilisé pour la déclaration du 22 juin 1595, sans les sceaux et les autographes des évêques absents à Sokal’, qui furent rajoutés plus tard.

  • 178 Voir supra.
  • 179 D’importants renseignements proviennent de l’inventaire des archives de l’évêché de Luc’k fait en (...)

61La comparaison de ces divers documents amène ainsi à considérer que l’évêque de Luc’k récupéra à Sokal’ deux types de parchemins. L’un, non signé, et un autre qui reçut les sceaux et les signatures de chacun des quatre évêques présents. Le premier type servit à la rédaction des XXXII Articles et très probablement à la version ruthène de la déclaration de Torčyn178. Le second fut utilisé pour le document du 22 juin, puis pour la prétendue déclaration de Luc’k du 27 août 1595. Le nombre relativement restreint d’exemplaires disponibles expliquerait ainsi la présence de deux signatures de Terlecki sur la déclaration de Brest, envoyée à Rome179. En effet, ne pouvant enlever sa marque déjà placée sur le document à Sokal’ (Type II), l’évêque aurait scellé une nouvelle fois le texte après les sceaux du métropolite et d’Hipacy Pociej, précisant sa qualité d’exarque, afin de respecter l’ordre de préséance qui convenait. En somme, les feuillets scellés, obtenus par Terlecki au début du mois de juillet 1594, fournirent le support des principaux documents unionistes, transmis à Rome et à la cour royale, au cours des principales négociations menées en 1595 (fig. 6).

62Il serait sans doute abusif de voir dans ce constat une simple action préméditée de l’évêque de Luc’k, qui aurait manipulé dès l’origine ses interlocuteurs. En revanche, comment interpréter que les partisans de l’Union aient fait le choix délibéré de préparer des textes dont le caractère artificiellement unanime donnait un tableau biaisé des divisions présentes dans la hiérarchie ecclésiastique et parmi les magnats orthodoxes ? Si la volonté de minimiser les tensions pour accélérer l’avancement du projet peut fournir un élément en faveur de cette démarche, elle n’apporte pas à elle seule une explication suffisante à la confusion extrême du moment. Il paraît donc plus juste de considérer que l’épiscopat décidé à reconnaître l’obédience romaine pensait encore en été 1595 que les oppositions pourraient cesser prochainement et l’Église ruthène préserver son unité, tout en rompant avec la juridiction de Constantinople. En outre, il est probable qu’en devenant plus concrets, les pourparlers entre les divers acteurs de l’Union amenèrent à préciser et à consolider l’idée unioniste elle-même, comme en témoigne le caractère détaillé des articles de juin. La confrontation institutionnelle des évêques de la Couronne avec le métropolite évolua ainsi progressivement vers une réflexion d’ensemble sur le statut et l’organisation disciplinaire de l’Église ruthène. Considérée à travers ce prisme, la mésentente entre les hiérarques n’était plus une simple contrainte diplomatique face aux catholiques mais posait un obstacle à la réalisation de l’Union telle qu’elle commença à être définie en 1595 et qui ne pouvait se concevoir aisément sans l’adhésion de la totalité de l’épiscopat. Faire figurer ce simulacre d’unité dans la documentation devenait donc une nécessité pour légitimer le changement d’obédience et plus encore les réformes internes qui en étaient attendues.

Fig. 6 – Les documents de Sokal’ et les signes de validation des déclarations unionistes (1594-1595).

Fig. 6 – Les documents de Sokal’ et les signes de validation des déclarations unionistes (1594-1595).
  • 180 Dmitriev 2003, p. 226-228.
  • 181 DUB, n° 47, p. 82-87.
  • 182 DUB, n° 48, p. 87-88.

63Pour comprendre les louvoiements du métropolite lui-même, il faut avoir à l’esprit qu’il suivait probablement les hésitations des magnats orthodoxes avec lesquels il entretenait une correspondance assidue180. Le rôle primordial revenait ici au voïvode de Navahrudak, Teodor Skumin-Tyszkiewicz qui apparaissait alors comme le principal protecteur des orthodoxes de la grande-principauté de Lituanie. L’autre interlocuteur de Rahoza était Konstanty Ostrogski qui, à la suite de son père, était devenu le plus puissant dignitaire orthodoxe de la République et exerçait une grande influence sur les institutions religieuses ruthènes, notamment dans les territoires de la Couronne mais aussi bien au-delà. Dès le 4 juillet 1595, celui-ci avait rédigé une longue déclaration, destinée à tous les orthodoxes polono-lituaniens pour condamner les évêques engagés dans les démarches unionistes comme des « apostats » et des « traîtres de tout le corps de l’Église du Christ »181. Ce texte fut publié rapidement sur les presses orthodoxes et peut être considéré comme un véritable manifeste du camp anti-unioniste, qui renfermait déjà tous les principaux reproches développés par la suite dans les ouvrages de controverse de la première moitié du XVIIe siècle. Quelques jours plus tard, Skumin-Tyszkiewicz exprima à son tour son étonnement d’apprendre que les signatures du métropolite figuraient déjà sur les documents présentés par Terlecki à la cour royale, au début du printemps 1595182. Toutefois, à la différence d’Ostrogski et même s’il regrettait que de telles initiatives fussent prises sans consulter les fidèles, le voïvode de Navahrudak consentait à suivre le métropolite comme son pasteur légitime.

  • 183 Voir les lettres publiées dans Kempa 2000b, p. 107-128. La question de l’implication du voïvode da (...)
  • 184 Kempa 2000b, p. 117.
  • 185 Le voïvode faisait référence à une récente entrevue avec plusieurs seigneurs calvinistes, qui aura (...)
  • 186 Pociej 1597, p. 101.
  • 187 DUB, n° 51, p. 91-92.

64Ces nombreuses tergiversations se dessinent également, et de manière assez détaillée, dans la correspondance du voïvode catholique de Trakai, Mikołaj Krzysztof Radziwiłł183. Ainsi le 20 août 1595, il soulignait encore l’inconstance de Rahoza dans une lettre adressée à l’évêque ruthène de Volodymyr : « le Père métropolite vous nuira à vous et lui-même brassera de la bière aigre »184. Radziwiłł fondait ses doutes sur les échecs répétés de ses tentatives pour rencontrer personnellement le métropolite, mais également sur l’opinion négative, laissée par plusieurs dignitaires lituaniens185. De fait, la position de Rahoza devint très complexe dès la fin du mois de juin 1595. Son nom figurait en effet de manière manifeste sous les documents que les évêques de Luc’k et de Volodymyr, qui étaient déjà en chemin vers Cracovie, devaient porter à la cour royale et au nonce Malaspina. Dans le même temps, il était contesté par plusieurs représentants de la haute noblesse orthodoxe, qui à la suite d’Ostrogski appelaient les fidèles à une résistance inconditionnelle face aux décisions de l’épiscopat. À cet instant crucial, Rahoza estima peut-être qu’une issue aux tensions pourrait provenir de la convocation d’un synode général auquel seraient conviés les divers représentants des élites ruthènes. Cette solution put d’ailleurs être évoquée avec les autres évêques à l’occasion des entrevues de juin. Du moins, Pociej prétendait par la suite qu’en rencontrant Ostrogski à Lublin, au début du mois de juillet, il s’était mis d’accord avec le prince pour prier le roi de convoquer un synode général des Ruthènes, chargé de se prononcer définitivement sur les affaires de l’Union186. À la fin du même mois, Teodor Skumin-Tyszkiewicz rappelait dans une lettre au voïvode de Kiev que la confrérie orthodoxe de Vilnius priait à son tour le prince de travailler à la convocation d’un tel synode à Navahrudak, à Hrodna ou, à défaut, à Brest187. Ces initiatives croisées apportent une justification aux réticences de Rahoza à se rendre auprès du voïvode de Trakai. En effet, la position métropolitaine pouvait se lire non seulement comme la conséquence de son indécision mais aussi comme la volonté de ne pas s’associer trop étroitement à Mikołaj Krzysztof Radziwiłł, connu pour son ardent prosélytisme en faveur de l’Église catholique.

  • 188 LNA, t. 2, n° 509, p. 70-71. Atanasij Velykyj date ce document entre le 12 et le 15 septembre 1595. (...)
  • 189 Jerzy Radzwiłł avait étudié à Rome à la fin des années 1570, avant d’exercer la charge d’évêque de (...)

65Les sources conservées pour cette fin de l’été 1595 donnent l’impression d’un instant particulièrement confus. En effet, la visite des évêques ruthènes à Cracovie au milieu du mois de juillet n’apporta pas les résultats attendus. Elle se limita à l’examen des différents documents signés par la hiérarchie kiévienne et destinés à être envoyés à la Curie romaine. Vers le 20 juillet, le nonce réunit une commission particulière, chargée de réexaminer les déclarations unionistes, accompagnées des articles du clergé, et d’évaluer la situation suite aux frictions issues de l’opposition conduite par Ostrogski. Pour ce faire et en accord avec le roi, Germanico Malaspina fit appel au cardinal et évêque de Cracovie Jerzy Radzwiłł, à l’évêque latin de Przemyśl Wawrzyniec Goślicki et au chancelier de la grande-principauté de Lituanie Lew Sapieha, accompagnés de deux théologiens dont les noms ne sont pas connus188. Le choix de ces trois dignitaires se justifiait par leur expérience des communautés ruthènes mais aussi par leur bonne connaissance de l’Italie et de l’Église romaine, qui en faisait des intermédiaires privilégiés dans cette négociation189.

  • 190 DUB, n° 53, p. 92. Dans sa lettre au voïvode de Kiev, le roi prétendait que la convocation du syno (...)
  • 191 DUB, n° 53, p. 94-95. Voir Dmitriev 2003, p. 187-188.
  • 192 Kempa 2008a, p. 323-328.
  • 193 Kempa 2007, p. 76-90.
  • 194 Sipayłło 1983, n° 6, p. 596-599.

66L’évolution de l’affaire fut d’autant plus complexe que le roi ignora tous les appels lui demandant d’autoriser la réunion d’un nouveau synode de ses sujets ruthènes. Dès le 28 juillet, Sigismond III préféra ainsi envoyer une délégation au prince Ostrogski pour tenter de ramener à la cause unioniste celui qui se plaçait déjà en chef de l’opposition190. Le même jour, il adressa une lettre au métropolite pour l’assurer de son soutien inconditionnel devant les craintes nées de l’opposition laïque191. Loin d’apaiser le débat, l’attitude royale poussa les protagonistes des deux camps vers des actions extrêmes pour tenter de sortir de l’impasse. Rahoza veilla à gagner du temps, laissant planer le doute sur ses engagements pris dans les mois précédents. Hipacy Pociej continua à promouvoir l’idée d’un synode ecclésiastique, destiné à confirmer solennellement les projets unionistes de la métropolie kiévienne. L’évêque de Luc’k, Cyryl Terlecki, tenta à son tour d’influer sur le rapport de force en préparant seul, ou de concert avec d’autres hiérarques, la pseudo-déclaration de Luc’k, grâce à l’un des derniers feuillets signés, récupérés à Sokal’. Enfin, Ostrogski s’engagea davantage sur l’une des pistes explorées depuis le mois de juillet, à travers un rapprochement avec les protestants afin de constituer une opposition commune au parti catholique192. Dans ce but, il envoya un représentant au synode protestant réuni à Toruń les 21-26 août 1595193. Celui-ci fut chargé de prononcer devant l’assemblée la déclaration du prince qui dénonçait la trahison de l’épiscopat orthodoxe, mais accusait également la politique royale de ne pas respecter les normes établies par la Confédération de Varsovie de 1573194. Plus concrètement, le texte proposait de mener des actions conjointes dans les Diètes et les diétines ainsi que d’envoyer des représentants dans les synodes de l’autre confession pour discuter des intérêts communs.

  • 195 Ibid., p. 596.
  • 196 Kempa 2007, p. 553-555.
  • 197 Voir Christin 1997. La thèse proposée par cet ouvrage est examinée et nuancée dans Micallef 2010, (...)

67Même si cet appel ne déboucha sur aucune décision ou action concrète, sa formulation semble marquer un palier important dans la définition des désaccords apparus autour des affaires de l’Union. Les Ruthènes orthodoxes n’y étaient plus dépeints simplement comme victimes des troubles internes ou des trahisons dans leur communauté. Sous la plume du magnat, ils devenaient l’exemple criant des débordements « papistes » – terme volontairement choisi pour séduire l’auditoire protestant – et s’inscrivaient donc dans les luttes qui opposaient les fidèles de la religion du prince aux différentes minorités de Pologne-Lituanie. Ce mimétisme des tensions entre catholiques et protestants, stimulé par la culture partagée des élites nobiliaires de la République, commença à faire dériver les entreprises unionistes de la métropolie kiévienne vers une affaire éminemment politique. Il ne faut donc pas s’y méprendre car, malgré les élans rhétoriques d’Ostrogski qui prétendait que les Ruthènes étaient plus proches des protestants que des « Romains » par leurs cérémonies, tout rapprochement confessionnel avec les premiers fut étouffé dans l’œuf par les ecclésiastiques orthodoxes195. En revanche, la défense des libertés religieuses de la noblesse non catholique, accordées par la Confédération de Varsovie, constitua une assise solide pour une alliance politique durable196. En somme Ostrogski et, avec lui, une partie des élites du camp anti-unioniste choisirent de bâtir leur argumentaire sur la constitution d’un front d’opposition commun face aux avancées de la Réforme catholique. Certes, l’efficacité d’un tel slogan était atténuée par divers phénomènes sociaux qui, dans la pratique, rendaient perméables les frontières entre les confessions. Pour autant, ce recours aux représentations religieuses, issues des conflits de l’Europe occidentale, révèle l’assimilation de ces modèles par l’ensemble des élites chrétiennes de l’époque. Dès lors et tout naturellement, les dignitaires ruthènes de la République puisèrent dans ce bagage les outils conceptuels, destinés à la défense de leurs intérêts. Cela indique par ailleurs que la « tolérance » polono-lituanienne fut façonnée moins par une conscience confessionnelle plus flexible que par l’existence d’une sphère de débats où la « distanciation » entre la raison politique et la finalité religieuse fut peut-être plus précoce et plus aboutie que dans les États voisins197.

Le prisme romain et les premiers compromis

  • 198 Voir Rybalt 2003.
  • 199 LNA, t. 2, n° 511, p. 75.
  • 200 LNA, t. 2, n° 509, p. 71.
  • 201 LNA, t. 2, n° 510, p. 73.

68Les effets immédiats de la radicalisation ou des divisions entre les acteurs de la question unioniste à la fin de l’été 1595 demeurent complexes à saisir. En effet, dans la documentation, les débats et les événements de l’automne émergent de manière très partielle et parfois disjointe198. Surtout, la confusion associée aux évocations de l’Union au cours des mois précédents laisse ici la place au romanesque. En revenant à Cracovie vers la mi-septembre 1595, Pociej et Terlecki prétendirent notamment qu’Ostrogski avait dépêché 150 cavaliers pour les tuer en chemin et qu’ils ne purent échapper que de justesse à leurs poursuivants199. D’autres sources affirmaient déjà en juillet que le prince avait envoyé près de 10 000 zlotys dans les régions autrichiennes et italiennes pour organiser l’assassinat des hiérarques au cours de leur futur voyage200. Ces informations alarmantes, complétées par les bruits sur l’intervention orthodoxe au synode protestant de Toruń, posaient alors la question de la pertinence d’envoyer une ambassade à Rome, sans avoir apaisé préalablement les conflits locaux. Ces derniers pouvaient apparaître également comme une menace contre la politique méditerranéenne et orientale de la Curie, tournée vers la constitution d’une ligue anti-ottomane des États chrétiens. Vu l’engagement hésitant de la République polono-lituanienne dans ce projet, le nonce manifestait ouvertement ses inquiétudes devant les propos d’Ostrogski qui se vantait de « pouvoir lever entre 15 000 et 20 000 cavaliers, non pas contre les Tatares, […] mais contre des catholiques »201. Sans le formuler explicitement, le représentant romain était conscient que si l’hostilité suscitée par l’Union n’était pas désamorcée rapidement elle pourrait détourner les orthodoxes de l’alliance contre les Ottomans et même fragiliser cette frontière de l’Europe chrétienne.

  • 202 LNA, t. 2, n° 506, 510, p. 69, 71-74.
  • 203 LNA, t. 2, n° 511, p. 74-78.
  • 204 Cette mention semblait renvoyer à la déclaration d’Ostrogski du 4 juillet 1595. Voir supra.
  • 205 Halecki 1958, p. 305-310.

69Dès le 9 septembre, avant même l’arrivée des ambassadeurs ruthènes, le nonce avait convoqué une nouvelle assemblée composée de plusieurs dignitaires de la République pour traiter des échos du synode de Toruń et évaluer plus précisément les dangers de promulguer l’Union dans un contexte aussi tendu202. En suivant les rapports de Malaspina, tout porte à croire que les débats devinrent encore plus houleux quand Pociej et Terlecki arrivèrent à Cracovie quelques jours plus tard. La dernière délibération eut lieu le 22 septembre et donna lieu à un long compte-rendu rédigé par Malaspina203. Elle vit se dessiner de nettes oppositions entre les partisans de la prudence et ceux qui craignaient qu’un délai excessif n’entraînât des conséquences néfastes pour la réalisation du projet. Les premiers prétendaient en particulier que la reconnaissance de l’obédience romaine devait obtenir l’accord de la majorité des fidèles à la fois par respect des anciens privilèges des communautés et parce que « sans le peuple, [l’Union] des pasteurs ne porterait que peu de fruits ». Ils soulignaient d’ailleurs qu’un rôle non négligeable revenait ici aux déclarations imprimées d’Ostrogski, qui avaient troublé le « peuple » au point qu’il ne voulait plus entendre parler de l’Union204. Face à cette position, d’autres avis soulignèrent que l’attente faisait courir le risque de voir les initiatives unionistes disparaître sous les coups des menaces de l’opposition orthodoxe et des hérétiques205.

  • 206 LNA, t. 2, n° 524, p. 87-88.

70Le nonce refusa de trancher entre les deux camps et fit alors venir devant l’assemblée les deux évêques ruthènes, invités à exprimer leur sentiment sur l’affaire. Interrogés sur les différents points, les hiérarques de Volodymyr et de Luc’k réaffirmèrent alors que la majorité des fidèles adhérait aux projets unionistes, tout en consentant que l’autorité du clergé de rite oriental, auprès de ses ouailles, n’égalait pas celle des ecclésiastiques latins. Surtout, les deux hommes soulevèrent un autre argument essentiel. Ils rappelèrent en effet que, si l’Union ne se faisait pas rapidement, les évêques kiéviens risquaient d’être déposés par le patriarche de Constantinople, informé depuis longtemps de l’affaire, et de redevenir de simples laïcs, avec la conséquence d’invalider les négociations et les divers documents préparés pour l’ambassade. À en croire les propos du nonce, les arguments et la détermination des évêques finirent par convaincre l’assistance de laisser l’ambassade se mettre en route dans les plus brefs délais. Le cortège quitta Cracovie dans les derniers jours du mois de septembre, en compagnie de l’archiduchesse Marie-Anne, mère de la reine de Pologne, afin d’éloigner les menaces lancées par le prince Ostrogski206.

Le face-à-face ecclésiologique

  • 207 DUB, n° 119, p. 176-177.
  • 208 DUB, n° 113, p. 173. Dès le mois de septembre, le cardinal neveu Cinzio Aldobrandini cherchait à a (...)
  • 209 Woś 1989.
  • 210 Le premier texte demeuré anonyme fut publié pour la première fois par le carme Thomas á Jesu dans (...)
  • 211 Voir Jobert 1974, p. 339 ; Dmitriev 2002, p. 57-60. Oscar Halecki prétend au contraire que les pou (...)

71Malgré les nombreuses craintes suscitées par son périple, la délégation ruthène parvint à Rome, sans encombre, le soir du 15 novembre 1595207. Peut-être suite aux avertissements des émissaires de la Curie, le cortège prit le soin de contourner Venise afin d’éviter des frictions avec la communauté grecque locale et son métropolite Gabriel Sévèros208. Le séjour romain des représentants de la métropolie kiévienne conserve encore plusieurs zones d’ombre et laisse planer une certaine ambigüité sur la première proclamation de l’Union. En effet, les évêques demeurèrent près de quatre mois dans la capitale du Saint-Siège, alors que la cérémonie solennelle qui reconnut l’intégration des Ruthènes dans la juridiction pontificale eut lieu dès le 23 décembre 1595209. Ce fait est d’autant plus surprenant que nous ne connaissons presque rien des éventuelles négociations qui purent avoir lieu à cette occasion. En particulier, aucune réponse officielle ne fut donnée aux XXXII Articles présentés par l’épiscopat kiévien. Les seules réactions romaines à ces conditions sont connues par deux avis rédigés par des théologiens de la Curie210. Pour cette raison, plusieurs historiens qui tentèrent d’analyser l’attitude romaine durant cette étape fondatrice de l’Union affirmèrent que la Curie ignora les demandes du clergé orthodoxe et assimila leur démarche à un simple retour des schismatiques dans le « giron de la Vraie Église211 ».

  • 212 La bulle pontificale Magnus Dominus du 23 décembre 1595, qui promulguait l’Union avec les orthodox (...)
  • 213 DUB, n° 76, p. 124.
  • 214 DUB, n° 92, p. 147.
  • 215 DUB, n° 131, 133, p. 185, 190.
  • 216 Il s’agit des cardinaux Giulio Antonio Santorio, Francisco de Toledo, Paolo Emilio Sfondrati, Pedr (...)

72Si ce regard trouve des justifications dans le vocabulaire de la documentation de la Curie, l’examen attentif du contexte dévoile une situation plus nuancée212. En effet, le 25 août 1595, après la réception des Articles envoyés par le nonce de Varsovie, le cardinal neveu Cinzio Aldobrandini transmit le texte à l’Inquisition pour étudier son contenu213. Le tâche fut confiée au cardinal espagnol Francisco de Toledo et la Congrégation étudia le document jusqu’à la mi-septembre214. Par la suite, le travail fut suspendu en raison des nouvelles alarmantes en provenance de Pologne. Avec la venue à Rome des émissaires ruthènes, la question revint à l’ordre du jour et deux nouvelles assemblées tenues dans la maison du cardinal Santorio se chargèrent d’analyser en détail les XXXII Articles, les mardis 28 novembre et 5 décembre215. Cinq cardinaux et plusieurs théologiens prirent part à ces réunions216.

  • 217 Cette expertise dogmatique au sens strict rappelle en effet les réserves exprimées par le cardinal (...)
  • 218 DUB, n° 130, p. 184.

73Les deux rapports préparés sur les conditions des orthodoxes furent certainement produits à cette occasion. Ils sont ainsi les seules bribes d’informations dont nous disposons sur les questions soulevées au cours des débats. Chacun des documents adopte une démarche propre, avec des points d’intérêt distincts. L’avis anonyme – qui fut peut-être le fruit des réflexions du cardinal Toledo – développe prioritairement le problème du Filioque, sous la forme d’une dispute théologique, destinée à démontrer que la formule latine est préférable au per Filium qui fut adopté au concile de Florence217. Le texte de Zaragoza de Heredia se démarque au contraire par son approche pratique, commentant point par point les articles présentés par l’épiscopat kiévien. Cet avis plus complet et sans doute plus tardif devait semble-t-il servir de brouillon à une future réponse officielle218. Ces documents nous apportent d’importants renseignements moins par leurs conclusions respectives, centrées sur l’incompatibilité des attentes ruthènes avec certaines normes romaines, que par les divergences qu’ils font ressortir entre les deux théologiens. Celles-ci, malgré leur nature avant tout formelle, témoignent des désaccords qui purent naître devant l’attitude à adopter face aux XXXII Articles et expliquent ainsi la durée de l’expertise.

74Les discussions, vraisemblablement houleuses, ne purent déboucher sur une quelconque décision claire et l’assistance chargea le cardinal Sfondrati de rédiger la réponse finale. Pourtant, aucun document de ce type ne fut conservé ni même mentionné dans les sources postérieures. Tout semble donc indiquer qu’une conclusion concrète et officielle ne vit jamais le jour. Ce constat soulève dès lors deux interrogations majeures. Tout d’abord, comment comprendre que la Curie finit par « classer » les Articles, comme le prétend Ambroise Jobert, alors que certains prélats estimaient que le texte posait plusieurs problèmes importants ? Inversement, pourquoi Pociej et Terlecki acceptèrent-ils de suivre à la lettre les exigences romaines pour la promulgation de l’Union, malgré le silence de la Curie face aux demandes orthodoxes, censées être des garanties pour le futur statut de la métropolie kiévienne ?

  • 219 DUB, n° 158, p.248-249.
  • 220 Voir Buri 1931. Les négociations entre la papauté et l’Église copte d’Alexandrie, depuis le concil (...)

75Les hésitations romaines cédèrent en réalité devant la santé fragile de Clément VIII qui suivait de près le travail de la commission chargée de l’affaire ruthène. En effet, le 13 décembre, le pape eut une violente attaque de goutte qui l’obligea à rester alité près d’une semaine et fit craindre à son entourage une issue fatale219. Le décès du souverain pontife aurait alors signifié un report sine die de la promulgation de l’Union. La Curie, et tout particulièrement les cardinaux Santorio et Toledo, savaient le risque qu’une telle solution ferait courir à l’ensemble du projet unioniste. Un an auparavant les deux hommes avaient participé aux préparatifs d’une autre Union – celle des coptes d’Alexandrie – qui par son contexte et du point de vue romain avait de nombreuses similitudes avec le cas ruthène220. Les émissaires du patriarche copte Gabriel VIII (1587-1603) avaient été reçus par le pape et avaient prononcé leurs professions de foi, rédigées par les théologiens catholiques, au cours de la cérémonie solennelle du 15 janvier 1595. Néanmoins, pour des raisons de protocole (car l’ambassade ne disposait pas de véritables lettres de créance de leurs supérieurs) et pour s’assurer d’une situation locale, considérée comme confuse, il fut décidé de reporter la proclamation officielle de l’Union des coptes. Le pape exigea que le patriarche et le commus d’Alexandrie fassent parvenir à Rome de nouvelles lettres, avec la reconnaissance du serment d’obédience prêté par leurs envoyés devant la Curie. Pourtant, en décembre 1595, la papauté restait sans nouvelles du clergé alexandrin (qui attendit l’été 1597 pour renvoyer une nouvelle délégation à Clément VIII). Donc, quand le problème ruthène se posa de manière concrète, une Union était déjà en suspens et il apparaissait clairement qu’un autre report des négociations ne pouvait constituer une solution viable.

  • 221 Voir en particulier Peri 1973. L’Instruction fut publiée dès 1596 sur les presses pontificales, av (...)
  • 222 Une partie de la documentation laissée par la congrégation se trouve aujourd’hui dans les Archives (...)

76De fait, l’absence de réponse précise aux conditions de l’épiscopat kiévien ne constituait pas un réel obstacle à la reconnaissance de l’Union ruthène. Là encore, le hasard chronologique fit converger des affaires qui à l’origine n’avaient aucun lien direct entre elles. Au moment même, quand le texte des XXXII Articles commença à être examiné par la Congrégation de l’Inquisition, un autre document qui abordait plusieurs points semblables était ainsi promulgué par Clément VIII. Il s’agit de l’Instructio super aliquibus ritibus Graecorum du 31 août 1595, destinée à éliminer certains abus dans les rites et les pratiques des communautés « grecques » d’Italie (majoritairement des réfugiés des provinces balkaniques, installés dans la péninsule italienne), qui avaient reconnu l’obédience pontificale221. Ce texte était le fruit d’un long travail mené par la Congrégation pour la réforme des Grecs depuis le pontificat de Grégoire XIII et, en particulier, à partir de 1593222.

  • 223 Karalevskij 1913, p. 349.

77Au cours de ses nombreuses sessions, présidées par la cardinal Santorio, la congrégation aborda plusieurs points relatifs aux pratiques cultuelles : suppression des abus dans l’administration du saint-sacrement, interdiction de communier au calice pour les laïcs, question des normes alimentaires pour la consommation de la viande, rappel que l’administration du saint-chrême était réservée exclusivement aux évêques, nécessité de séparer le baptême de la confirmation. Les prélats s’intéressèrent également à la discipline ecclésiastique et précisèrent que les moines ou les prêtres de rite grec ne pourraient exercer la cura animarum qu’à condition d’avoir été nommés conformément au canon 12 (Cum dignitates) de la XXIVe session du concile de Trente. De plus, ils devraient faire une profession de foi catholique, en accord avec ce même chapitre. Enfin, la congrégation statua également sur certains aspects qui renvoyaient à l’ensemble de la communauté grecque. Elle interdit le passage du rite latin au rite grec, mais autorisa les mariages mixtes afin que les catholiques latins amenassent ainsi leurs conjoints à « leur rite plus sûr »223. Le texte reconnaissait enfin les conversions « intimes » (in foro conscientiae), dans le cas où la personne de rite grec craindrait un scandale public.

  • 224 Voir Peri 1996.
  • 225 [...] non ad omnia Latinorum agendos Graecos statutum est, sed ab abusibus tantum revocandos, ritu (...)
  • 226 Ibid., p. 356.
  • 227 DUB, n° 143-144, p. 211-216. L’édition de Velykyj offre également les reproductions de la version (...)

78Du point de vue canonique, l’Église romaine disposait donc avec ce texte de tout l’outillage nécessaire pour régir ses rapports avec les différentes communautés catholiques de rite grec. Les débats préparatoires qui aboutirent à l’Instruction clémentine de 1595 posèrent en effet une question générale, bien au-delà du seul cas des « Grecs » italiens : comment accorder les décisions du concile de Trente avec les traditions des Églises issues d’une autre évolution historique et culturelle224 ? Aux yeux des membres de la congrégation, le rite grec bien que « moins sûr », n’était pas condamnable en soi225. Il fallait simplement qu’il devienne conforme aux décrets tridentins car non seulement ceux-ci définissaient des règles qui s’imposaient à toute communauté chrétienne, mais encore, comme le rappelèrent certains, ils étaient « nécessaires au salut des âmes »226. Pour cela, les deux évêques kiéviens durent prononcer et signer lors de la cérémonie du 23 décembre des professions de foi en latin, et en ruthène pour Terlecki, préparées sur le modèle du formulaire établi pour les Grecs en 1575, sous le pontificat de Grégoire XIII. Le texte comportait ainsi le Filioque, la reconnaissance inconditionnelle du concile de Florence, mais également des décrets du concile de Trente, de la primauté pontificale et de l’obéissance au pape227.

  • 228 Breuis orthodoxae fidei professio 1595.
  • 229 Voir l’analyse présentée dans Nowakowski 2004, p. 59-65.
  • 230 DUB, n° 137, p. 193-194.

79Il faut également souligner qu’en 1595 parut à Rome un autre formulaire de profession de foi sous le titre Breuis orthodoxae fidei professio, quae ex praescripto Sanctae Sedis Apostolicae ab Orientalibus ad Sacrosanctae Ecclesiae unitatem uienientibus facienda proponitae traduite en arabe et qui, contrairement au texte de 1575, faisait l’économie des explications sur le concile de Florence et le compromis du « per filium », au profit d’un long passage sur la nature du Christ228. Dès lors, même si lors de la cérémonie de l’Union des Ruthènes les Romains se tinrent au formulaire de 1575, il apparaît que ces concessions semblaient déjà excessives à l’époque et que, pour plusieurs théologiens de la Curie, il convenait de se rapprocher du modèle tridentin latin229. Cette posture avait déjà été formulée clairement par Pedro Juan Zaragoza de Heredia qui, dans son rapport sur les Articles ruthènes s’exclama que « revenir dans le giron de Sainte Mère l’Église romaine [était] un acte nécessaire au salut » et que réclamer des conditions ou des garanties revenait à chercher l’Union par intérêt et pour son propre profit230.

  • 231 La date peut renvoyer au début du travail de la congrégation ou plus simplement à une erreur du co (...)

80Si un tel traitement n’était pas exempt de nombreuses ambiguïtés, il adoptait dans le même temps une attitude suffisamment universelle pour pouvoir s’appliquer aux diverses communautés orientales, qui pourraient rentrer dans l’obédience romaine. D’ailleurs, l’Instruction clémentine fournissait des réponses à de nombreux points évoqués dans les XXXII Articles (Filioque, purgatoire, administration des sacrements, ordinations etc.). Un décret postérieur, daté du 5 septembre 1602, révèle ainsi explicitement que l’Église uniate ruthène fut regardée par la Curie à travers le prisme des communautés « grecques » d’Italie : « De même, [Sa Sainteté] déclara qu’en cas de nécessité les prêtres de rite latin pussent faire leur confession sacramentelle à un prêtre ruthène catholique, et inversement les prêtres ruthènes à un prêtre de rite latin, à condition cependant que fût respectée la forme de l’instruction promulguée en l’an 1593 [sic] sur les rites grecs »231. Par conséquent, il est possible de considérer qu’à partir du 23 décembre 1595 l’Instruction clémentine s’appliqua implicitement à la métropolie kiévienne, unie à Rome. Il est difficile de savoir si les membres de la délégation ruthène purent prendre connaissance du document au cours de leur séjour romain. Pour autant, son contenu soulevait plusieurs interrogations sur son application directe dans la République polono-lituanienne. Notamment, il était précisé que partout où les « Grecs » vivaient parmi les Latins, ils devaient se conformer aux pratiques de ces derniers afin d’éviter le scandale :

  • 232 BDP, t. 10, n° 92, p. 213.

Graeci credere tenentur etiam a Filio Spiritum Sanctum procedere, sed non tenentur pronunciare, nisi subesset, praesertim si degant inter Latinos, aut necessitas postularet confitendi Fidem Catholicam, quia tunc opportet etiam pronunciare.
[...] Tolerandus est apud Graecos usus carnium die Sabbati, ubi sine scandalo fieri potest, in locis tamen ipsorum, et inter eos tantum.
[...] Graeci existentes inter Latinos, dies festos de Praecepto eiusdem Latinae Ecclesiae seruare teneantur232.

  • 233 Dans son commentaire sur les XXXII Articles, Zaragoza de Heredia abordait ainsi le 16e point consa (...)
  • 234 Le meilleur exemple provient de la polémique créée en Occident, dans les années 1570-1580, autour (...)

81En somme, le texte laissait entendre que les particularités « grecques » devaient être réservées aux rapports internes de leur communauté et à la sphère privée, sans déborder sur l’espace public où ils pouvaient croiser des fidèles de rite latin. Cette méfiance provenait en réalité moins de la peur du danger schismatique que de la nécessité de combattre un ennemi bien plus puissant aux yeux des Romains : les Églises réformées. Rome ne pouvait évidemment pas autoriser des pratiques proches de certains usages protestants. Toutefois cette préoccupation semblait insuffisante dans un tel contexte. La papauté craignait également que la reconnaissance de rites étant à la marge des normes tridentines ne devînt un argument supplémentaire sous la plume de ses détracteurs et, surtout, que la diversité rituelle ne trouble les fidèles auxquels elle tentait d’imposer une discipline de plus en plus stricte233. La question des chrétiens orientaux devenait alors indirectement un enjeu important de l’affrontement entre catholiques et protestants, qui éclaboussa de fait les entreprises unionistes de cette période234.

  • 235 Un passage de l’Historia Collegii Graecorum de Urbe indique notamment qu’Hipacy Pociej aborda perm (...)

82Comment fallait-il alors transposer l’Instruction « super aliquibus ritibus Graecorum » sur l’espace de la métropolie kiévienne où, dans de nombreux endroits et en particulier dans les villes, les Ruthènes coexistaient depuis longtemps avec une communauté latine importante ? Si ce texte était contraire à plusieurs points mentionnés dans les XXXII Articles (notamment les articles 7, 16, 23 et 24), il risquait surtout d’exacerber les tensions religieuses dans les plus grandes cités, comme L’viv ou Vilnius. Il fut déjà rappelé plus haut que, dès le XVe siècle, l’obligation fréquemment imposée aux artisans orthodoxes de prendre part aux fêtes latines de leurs corporations fut l’un des facteurs de l’émergence des confréries orthodoxes indépendantes, censées encadrer les pratiques religieuses des fidèles de rite oriental. Ces divisions confessionnelles étaient pourtant peu de choses en comparaison de la force acquise par les nouvelles associations orthodoxes des années 1580-1590. À un moment où celles-ci s’imposaient progressivement comme un acteur autonome de l’Église kiévienne, au point de contester les décisions de la hiérarchie cléricale, la législation romaine sur les communautés orientales devenait donc dépassée et inaudible pour les élites laïques ruthènes. Bien plus, elle pouvait apparaître comme la preuve du prosélytisme excessif des Latins, dénoncé par les prédicateurs orthodoxes, et compromettre le clergé unioniste, perçu dès lors comme un agent des conversions vers la « foi latine ». Il n’est donc pas étonnant que l’Instruction du 31 août 1595 ne fut jamais évoquée directement dans la juridiction locale de la métropole kiévienne. Cependant, il est certain que son contenu apparut au moins oralement dans les discussions menées entre les évêques ruthènes et les prélats romains235.

  • 236 DUB, n° 149-150, p. 235-239 ; AJuZR, P. 1, t. 1, n° 116, p. 482-485 ; Niemcewicz 1860, p. 274-277. (...)
  • 237 Dmitriev 2003, p. 202-203.
  • 238 L’histoire du document envoyé au hiérarque de L’viv connut plusieurs rebondissements. Selon les so (...)

83Pour s’en convaincre, il faut se tourner vers les lettres des ambassadeurs, adressées à l’évêque orthodoxe de L’viv et au primat polono-lituanien Stanisław Karnkowski, le 29 décembre 1595 et le 13 janvier 1596236. Malheureusement l’analyse de ces sources ne peut se faire de manière univoque237. Tout d’abord, le choix des destinataires paraît pour le moins surprenant devant les positions explicitement anti-unionistes de Gedeon Bałaban238. La dernière édition de ce document montre en outre qu’il fut présenté à la Curie et partiellement traduit en latin. Tout porte donc à croire que ce récit élogieux s’adressait tout autant aux Romains qu’au hiérarque ruthène lui-même, avec l’intention de rassurer les premiers sur l’avenir de la récente Union. L’autre possibilité serait de lire cet appel à l’évêque récalcitrant comme une initiative inspirée directement par le pape ou les cardinaux chargés de l’affaire, avec un contenu défini d’avance. Enfin, et quelle que soit la version retenue, les deux textes furent certainement composés par Pociej et reflètent donc prioritairement la vision de l’évêque de Volodymyr.

  • 239 Dès le 11 janvier 1596, les deux évêques déposèrent une longue requête écrite (memoriale) pour sol (...)
  • 240 « Co się dotycze spraw naszych, to z łaski bożej lepiej odprawione aniźliśmy się spodziewali [...] (...)

84Pour autant et à défaut de disposer de témoignages plus pertinents, cette correspondance est loin d’être dépourvue d’intérêt. Si la lettre du 29 décembre se distingue surtout par son caractère descriptif, soulignant l’accueil cordial du pape et l’existence paisible de l’église grecque Saint-Athanase dans le cœur même de la capitale pontificale, celle destinée au primat latin développe plusieurs réflexions sur les conséquences de l’Union. Elle tend à montrer qu’après la période des fêtes qui animèrent la Curie, de la Nativité jusqu’à l’Épiphanie, Pociej et Terlecki tentèrent de discuter en détail plusieurs aspects concrets de l’organisation de l’Église ruthène, unie à Rome239. Le ton de la lettre du 13 janvier laisse ainsi transparaître la satisfaction de Pociej qui dans son élan d’enthousiasme affirmait même que leurs affaires furent réglées d’une manière qui « dépassait [les] espérances»240. Il soulignait notamment qu’en dehors du maintien des cérémonies et des sacrements de l’Église orientale, les Romains leur accordèrent même de conserver leur symbole de foi sans l’ajout du Filioque, à condition que les Ruthènes crussent, et donc enseignassent, que l’Esprit Saint procédait à la fois du Père et du Fils. Sur la querelle du calendrier, les représentants de la Curie firent appel de manière encore plus explicite aux conclusions de l’Instruction sur les « Grecs ». Selon Pociej, on rappela ainsi aux ambassadeurs kiéviens qu’ils pouvaient suivre leur ancien comput dans tous endroits – villes et provinces – dépourvus de fidèles de rite latin. Le passage met ici en exergue, sans que les partis en aient véritablement conscience, le fossé socio-culturel béant entre l’imaginaire religieux du clergé romain et les expériences religieuses des populations polono-lituaniennes. En effet, les évêques s’empressèrent de rétorquer à la remarque romaine qu’« il n’y avait pas [chez eux] non seulement de province ou de ville, mais encore de rare maison, où les Romains n’auraient pas été mélangés aux Ruthènes ». Devant ce constat, les prélats latins insistèrent sur la nécessité d’adopter le nouveau calendrier afin d’éviter toute « confusion et difficulté », entraînées par les célébrations dédoublées qui se suivraient inévitablement de scandales réciproques. Cette brève mention marginale constitue un élément particulièrement précieux pour saisir la nature des décisions romaines sur la construction de la nouvelle Église uniate ruthène. Elle révèle, sans aucun doute possible, que pour la Curie l’Instruction clémentine devait être étendue à la métropolie kiévienne, sans adaptation préalable. Là où certaines dispositions se heurtaient aux usages locaux, il fut simplement décidé de recourir à la pratique latine pour remédier à toute hétérogénéité suspicieuse.

85La lecture détaillée de cet exposé adressé à Karnkowski étonne par son engouement alors que, dans le même temps, le texte laissait entendre que des points importants, mentionnés dans les XXXII Articles, n’avaient obtenu qu’une réponse mitigée des experts romains et d’autres restaient toujours en suspens. La fin de la lettre amène d’ailleurs à douter que l’auteur fût lui-même convaincu du succès évident et incontestable du séjour romain. Pociej invitait en effet le primat, et les autres seigneurs de la République, à redoubler d’efforts pour éviter à l’épiscopat ruthène d’être victime de la suspicion des fidèles de rite grec. De fait, il semblerait bien que les échanges avec les prélats de la Curie convainquirent les deux ambassadeurs de la bienveillance des Latins, mais soulevèrent également des problèmes épineux. Surtout, l’expression des divers points de vue n’apporta aucune réponse formelle et écrite aux attentes ruthènes. L’évêque de Volodymyr soulignait ainsi qu’il leur restait à préparer le départ mais aussi à obtenir les documents écrits relatifs à ces différents points.

Une Union incomplète

  • 241 DUB, n° 167, p. 259.
  • 242 DUB, n° 171-186, p. 264-289.
  • 243 DUB, n° 170, p. 263-264. Le pape choisit également de déléguer Pietro Arcudio et Giorgio Moschetti (...)
  • 244 DUB, n° 171, p. 265 : Tum generatim Maiestatem Tuam paterne hortamur, ut capita et articulos a rut (...)

86Les préparatifs du départ débutèrent dans les derniers jours du mois de janvier car les ambassadeurs ruthènes rappelèrent qu’ils souhaitaient arriver à temps pour la Diète, prévue pour le 26 mars, afin que l’Union fût présentée à cette occasion et confirmée par les constitutions de la République241. Le 7 février la chancellerie rédigea seize brefs destinés au roi et aux différents dignitaires polono-lituaniens, invités à soutenir les démarches de l’épiscopat kiévien242. Le pape consentit également à offrir 2 000 écus pour financer le voyage de retour de la délégation et promit son aide pour établir un séminaire pour les Ruthènes dans l’une des cités de Pologne-Lituanie243. Pourtant et même si tout semblait prêt pour leur retour, les hiérarques kiéviens demeurèrent encore près d’un mois à Rome. Les raisons exactes de ce report ne figurent dans aucune des sources conservées, mais une lecture attentive des brefs pontificaux apporte des pistes intéressantes en guise d’explication. Le texte adressé au roi Sigismond III l’appelait ainsi explicitement à exécuter ceux des XXXII Articles qui relevaient de son autorité244. De même, Clément VIII encourageait les destinataires de ses brefs à veiller à ce que les évêques de rite oriental pussent siéger au Sénat, en réponse au douzième article de leurs demandes. Ces références explicites au texte ruthène rendent caduque l’idée que Rome se contenta d’« oublier » les conditions kiéviennes. La Curie pensait au contraire avoir réglé la plupart des points qui relevaient de son autorité, par son consentement à maintenir certaines particularités mineures et plus encore par la transposition sur l’Église kiévienne de la législation forgée pour les communautés « grecques » des régions italiennes.

  • 245 DUB, n° 181, p. 277-281.
  • 246 En effet, selon toute vraisemblance, les évêques ne furent pas invités à consulter longuement la b (...)

87Ce constat amène à considérer que ce fut le moment précis où l’attente prolongée des ambassadeurs se changea en déception. Certes, Rome écartait par cet artifice ecclésiologique la plupart des questions dogmatiques et cultuelles, mais elle laissait dans le flou complet le problème des rapports institutionnels entre la métropolie unie et la papauté. Contrairement aux communautés uniates d’Italie, presque dépourvue de hiérarchie épiscopale et par là étroitement dépendantes des autorités latines locales, l’Église ruthène formait un ensemble constitué, animé d’une tradition d’autonomie déjà ancienne et fort de plusieurs millions de fidèles. La gêne ressentie par les représentants de la hiérarchie kiévienne était également renforcée par les termes du bref destiné au métropolite et aux évêques ruthènes, restés dans la République245. Le document parlait de nouveau de la « conversion » (conuersio) des orthodoxes mais se réjouissait également de voir « dissipées les ténèbres de [leurs] vieilles erreurs ». Une telle formulation laissait clairement entendre que l’Union n’était pas une conciliation mais la renonciation des Ruthènes à leur religion antérieure, présentée comme corrompue et, par là, incapable de conduire les fidèles vers le salut. Si ce ton rappelait les termes déjà employés dans la bulle Magnus Dominus du 23 décembre 1595, le bref allait bien plus loin en assimilant clairement les orthodoxes polono-lituaniens à des schismatiques qui ne pouvaient intégrer l’Église romaine qu’après avoir rejeté une partie de leurs croyances et pratiques. Pour la première fois, à la veille de leur départ annoncé, Pociej et, à travers lui, Terlecki durent prendre conscience que le modèle unioniste forgé dans les années 1590 avait échappé à ses auteurs et débordé les limites fixées aux concessions que ceux-ci jugeaient acceptables246.

  • 247 Cette recommandation romaine était, en outre, contraire à la législation princière qui, dès 1584, (...)

88Bien entendu, il était hors de propos de vouloir renégocier la définition latine de l’Union qui venait d’être conclue après tant de difficultés. Néanmoins, il devenait tout aussi certain que l’ambassade ne pouvait prendre le chemin du retour sans avoir réglé au préalable plusieurs questions pratiques qui restaient en suspens. Les évêques durent donc demander de décaler leur départ en attendant d’obtenir des réponses écrites aux points qui devaient être éclaircis avant la promulgation locale de l’Union. Quelles règles fallait-il suivre pour la consécration des futurs hiérarques, compte tenu de la distance et des différences rituelles ? Quelles normes canoniques devaient prévaloir non seulement dans les rapports avec Rome, mais également pour la gestion interne du clergé et des laïcs ? Comment enfin devait s’appliquer l’introduction du calendrier grégorien, annoncée dès le mois de janvier247 ?

  • 248 Voir en particulier l’ouvrage bilingue de Pociej : Harmonia, albo concordantia wiary, sakramentów (...)
  • 249 Krajcar 1966a, p. 132.
  • 250 Krajcar 1970, p. 112.
  • 251 Il s’agissait du Psautier publié en novembre 1593 à Vilnius sur les presses des Mamonicz (Nemirovs (...)
  • 252 Ibid., p. 110.

89Cette dernière question fut traitée en premier, en raison des bouleversements qu’elle pouvait entraîner dans les anciennes habitudes des fidèles et pour la coexistence des diverses institutions ecclésiastiques. Hipacy Pociej, convaincu de la proximité des deux rites, si l’on se réfère à sa correspondance déjà évoquée ou à ses écrites postérieurs248, savait parfaitement que pour faire accepter le nouveau calendrier auprès de sa communauté il fallait démontrer qu’il était une simple correction de l’ancien comput qui ne changeait en rien son principe de fonctionnement. Le 8 février 1596, les entretiens du cardinal Santorio avec Clément VIII mentionnent ainsi la requête des Ruthènes de faire imprimer des tables pascales, en slavon, qui fixeraient la date de Pâques d’après le calendrier grégorien249. Pour se charger de cette tâche, Santorio fit appel à l’évêque titulaire de Sidon, Leonardo Abel – un orientaliste spécialisé dans les affaires du Proche-Orient250. Celui-ci avait travaillé sur les écrits du patriarche d’Antioche déchu Ignace XVII Ni’mat Allâh, consacrés à la réforme calendaire, et joué un rôle actif dans les préparatifs de l’Union copte de 1595. L’objectif était ainsi de faire correspondre les dates du nouveau comput aux cycles de 532 années du calendrier pascal byzantin. Toutefois, Abel ignorait le slavon et la traduction des tables ainsi préparées revint à Pociej. Ce dernier avait d’ailleurs pris le soin d’emmener à Rome une récente édition ruthène du psautier slavon qui comportait en annexe les outils traditionnels utilisés pour le calcul de la date de Pâques251. En s’appuyant très probablement sur cette référence, il put parvenir à un résultat qui, par son apparence, reproduisait de manière quasi identique les anciennes tables dont se servait depuis lontemps l’Église ruthène. Une autre difficulté de l’entreprise consistait à trouver à Rome des caractères adaptés au texte slavon. L’imprimerie vaticane possédait déjà un jeu de caractères cyrilliques, fabriqué vers 1582 par Robert Granjon, mais il y manquait quelques lettres utilisées dans les ouvrages ruthènes. Santorio sut alors convaincre le pape de charger Domenico Basa, préfet des presses pontificales, de fabriquer les caractères necéssaires, vraisemblablement sous les conseils de l’évêque de Volodymyr252.

  • 253 Ibid., p. 114-118. Le document fut sans doute imprimé dans la seconde moitié du mois de février 15 (...)
  • 254 « Ита2кь порядькомь своимь втои таблицы поступовати маешь яко и перьве8 быва2ло, кдыжь ста2ра2я пA (...)
  • 255 Jan Krajcar rappelle ainsi que l’auteur du traité Sur l’unique et véritable foi orthodoxe (1588), (...)
  • 256 Des bribes des Tables pascales de 1596 furent retrouvées à Vilnius par Jakov Golovackij à la fin d (...)

90Le résultat final de cette collaboration fut un fascicule de quatre feuillets, composé de trois tables pour les années 1409-3004253. La brève introduction rédigée certainement par Pociej affirmait clairement que le lecteur « devait suivre les règles qui étaient en place auparavant, puisque l’ancienne table pascale et les règles [pour le calcul] des fêtes qui y étaient décrites, n’avaient pas été abolies ni modifiées d’aucune manière254 ». Le maintien de l’ancienne présentation alors que les nouvelles tables perdaient de fait leur caractère cyclique n’était pas pour autant une simple manœuvre rhétorique. Tout porte à croire que Pociej espérait que ce document en apparence modeste pût être copié, une fois ramené en Pologne-Lituanie, et inséré dans les livres liturgiques à usage du clergé paroissial. Il paraissait donc judicieux de fournir aux prêtres un outil qui ne serait pas trop différent de celui dont ils avaient l’habitude255. Néanmoins, même si un exemplaire du fascicule romain fut bien rapporté par les ambassadeurs, il ne connut jamais de large diffusion et l’Église ruthène continua à employer le comput byzantin256.

  • 257 DUB, n° 193, p. 291-294.
  • 258 Annexe 9.
  • 259 Gudziak 2001, p. 237-238.

91L’autre question majeure, et bien plus complexe, concernait les futures prérogatives des hiérarques kiéviens, à l’intérieur du système institutionnel romain. Sur ce point, la première réponse de Clément VIII ne vint que le 23 février 1596, comme signe probable des difficultés que pouvaient susciter les requêtes ruthènes. La bulle Decet Romanum Pontificem précisa en effet le mode de consécration des candidats élus sur les sièges épiscopaux vacants257. Elle accorda au métropolite le droit de confirmer les nouveaux hiérarques, « au nom du Siège apostolique », et de les consacrer en présence de deux ou trois autres évêques catholiques. La confirmation des nouveaux métropolites continuait en revanche à relever exclusivement du souverain pontife. Ce schéma faisait ainsi écho aux demandes exprimées dans le onzième des XXXII Articles ruthènes, sans accorder toutefois l’autonomie sollicitée pour la nomination des métropolites258. De plus, il était rappelé avec insistance que ces derniers n’agissaient ici qu’en représentants du pape et, en aucun cas, de leur propre autorité, contrairement à la pratique instaurée sous la juridiction de Constantinople. Borys Gudziak fait toutefois remarquer que le texte pontifical, sans contester directement les nominations royales, joua à terme un rôle important pour le transfert des élections épiscopales aux synodes ecclésiastiques, qui s’accomplit progressivement au cours du XVIIe siècle259.

  • 260 MUH, t. 3, n° 127, p. 238-242 et APF, SC, Ser. I, Moscouia, Polonia, Ruteni, Senza data, f. 347r-3 (...)

92Les métropolites uniates de Kiev reçurent également plusieurs facultés relatives à la discipline ecclésiastiques dont la rédaction se situe vraisemblablement à ce même moment. L’original de la bulle ne fut pas conservé mais des rédactions de la seconde moitié du XVIIe siècle existent dans les archives de la Propaganda Fide260. Ces facultés, censées être renouvelées tous les sept ans, donnaient au métropolite le droit d’accorder diverses dispenses pour les affaires matrimoniales, les ordinations ecclésiastiques ou les normes alimentaires pour les périodes de jeûne. En outre, il recevait le droit d’accorder, dans certaines occasions, des indulgences plénières aux fidèles, d’après l’usage de l’Église latine. Ce dernier point montre explicitement que la Curie entendait inscrire l’épiscopat ruthène dans les normes qui régissaient les prélats latins, sans tenir compte pour autant des traditions propres aux Églises orientales. Comme pour le calendrier, l’usage réel de ce texte fut sans doute limité car son contenu était inadéquat à l’intérieur des institutions encore fragiles de l’Église ruthène et il ne fut jamais évoqué dans la documentation polono-lituanienne. Pour autant, sa présence dans les archives romaines atteste qu’il servit durant le XVIIe siècle d’argument de légitimation dans le dialogue des Ruthènes avec Rome.

  • 261 DUB, n° 194-195, p. 294-297. Dès le 10 février, Clément VIII avait pris à sa charge la confection (...)

93Les derniers privilèges reçus par Pociej et Terlecki, avant leur départ, révèlent un autre aspect des négociations. Il s’agit en apparence de documents de moindre importance, qui sous la forme de concessions individuelles, se présentent comme des récompenses pour les services rendus par les ambassadeurs. Le 26 février, chacun des deux évêques obtint ainsi le droit de porter, à l’occasion des messes pontificales, des habits liturgiques qui étaient normalement réservés au métropolite261. Derrière les aspects symboliques de ces concessions, se révèle peut-être en filigrane l’ombre des espoirs déçus de Terlecki qui, selon ses projets initiaux, voyait dans l’Union également un moyen de s’affranchir de l’emprise de Michał Rahoza et de se garantir une certaine autonomie dans les territoires méridionaux de la métropolie. Si, au début des années 1590, l’évêque de Luc’k put croire que l’autorité lointaine de Rome renforcerait son prestige et lui donnerait l’occasion de renégocier les rapports de force face au métropolite, dans le contexte de l’hiver 1596 il ne put que constater que la Curie n’entendait aucunement se laisser berner devant les défis institutionnels posés par l’Union. Au cours des entretiens menés avec les divers prélats romains et Clément VIII lui-même, les envoyés ruthènes eurent la preuve que le flou maintenu dans l’organisation et les pratiques de leur Église n’était qu’un imbroglio en apparence.

94Pour tous les aspects qui n’avaient pas reçu sa validation expresse, le Saint-Siège prévoyait le recours aux usages latins, estimés « plus sûrs » et censés éviter une hétérodoxie qui pourrait se révéler d’autant plus dangereuse dans une zone de reconquête catholique. Si Rome ne pouvait contrôler elle-même une Église particulière, située à plusieurs milliers de kilomètres, tout laissait présager que le clergé latin polono-lituanien se ferait le surveillant zélé du respect des nouvelles normes juridiques par l’Église ruthène, déjà déconsidérée et jugée par beaucoup comme une concurrente directe. Pour les détracteurs de l’autorité métropolitaine, et parmi eux Terlecki, la réponse romaine fut ainsi une fin brutale et, en partie, inattendue de leurs aspirations. Cet élément expliquerait alors le contraste saisissant entre l’activité débordante de Terlecki avant 1595 et son relatif effacement après l’Union, en dehors des conflits locaux pour les bénéfices de son diocèse. Devant ces espoirs déçus, les évêques voulurent peut-être compenser par le symbole ce qu’ils ne purent obtenir du point de vue institutionnel. En effet, les habits offerts par le pape aux deux hiérarques les élevaient à un rang égal au métropolite, à l’occasion des célébrations solennelles, accomplies dans leurs diocèses respectifs.

  • 262 DUB, n° 196, p. 297-300.
  • 263 PKK2, t. 1, n° 4-5, p. 143-148.
  • 264 En cédant le bénéfice à ses enfants, Paweł précisait d’ailleurs que sa décision était motivée par (...)
  • 265 Même si Pociej prétendait être le détenteur exclusif du bénéfice de Saint-Sauveur (AJuZR, P. 1, t. (...)

95Enfin, les ambassadeurs tentèrent de régler par l’intermédiaire du pape certaines questions bénéficiales, liées à des conflits locaux du clergé kiévien. Sur ce point, les résultats furent bien plus proches des attentes initiales. Les détails à la fois relativement précis et incomplets, produits dans les brefs concernés, laissent penser que l’ensemble des informations furent fournies par les évêques ruthènes eux-mêmes. Ces derniers purent ainsi « dicter » la décision de la Curie qui se montra moins soucieuse de contrôler des bénéfices locaux, soumis au droit de patronage nobiliaire ou royal et jusqu’à peu extérieurs à sa juridiction. Le 1er mars, Hipacy Pociej reçut ainsi un document qui associait à sa mense épiscopale les revenus du monastère Saint-Sauveur de Volodymyr, estimés selon lui à 100 ducats annuels262. Cet argent devait servir en priorité à l’entretien d’un prédicateur et à payer la pension du maître de l’école cathédrale. Néanmoins, contrairement à l’affirmation du texte, le bénéfice n’était pas vacant. Au début des années 1560, le roi avait en effet donné le monastère en commende à Paweł Orański, qui en 1580 transmit le bénéfice à son fils aîné Michał263. Même si la charte royale imposait aux Orański de maintenir un vicaire pour assurer le culte dans l’église Saint-Sauveur, il est certain que cette période de gouvernement laïc amena le déclin de la communauté monastique264. En confrontant la justice royale à celle du pape, Pociej essayait donc de ramener sous son autorité directe un couvent qui se trouvait dans l’une des capitales de son diocèse mais échappait au contrôle épiscopal. Aux yeux d’un hiérarque réformateur comme Pociej, la reconnaissance de la juridiction romaine ouvrait ainsi une piste capable d’offrir des solutions contre l’ingérence de la noblesse laïque dans l’administration des biens ecclésiastiques, qui réduisait drastiquement les moyens d’action du clergé ruthène. Pour autant, ce recours aux normes romaines n’eut qu’un poids limité dans les pratiques locales, étroitement associées aux libertés nobiliaires265.

  • 266 Kempa 2002, p. 61-62. Le 5 mai 1595, Sigismond III avait autorisé Rahoza à placer sous séquestre l (...)
  • 267 Voir supra.

96Les évêques ruthènes usèrent de la même stratégie pour le conflit qui opposait le métropolite à l’archimandrite des Grottes de Kiev, Nicefor Tur266. Clément VIII accepta en effet de rattacher ce bénéfice, déclaré vacant et évalué à 1 200 ducats, aux revenus du diocèse métropolitain. L’attention prêtée au monastère kiévien – objet du conflit entre Tur et Rahoza – peut toutefois surprendre, en sachant que Terlecki ne déploya pas les mêmes efforts pour obtenir le soutien pontifical pour des litiges semblables, qui concernaient son propre diocèse et notamment son conflit avec Grzegorz Bałaban pour le couvent Saint-Nicolas de Žydyčyn. Si le prestige et la richesse de la communauté des Grottes pourraient expliquer à eux seuls le souci des ambassadeurs de garder ce bénéfice à l’intérieur de l’Église unie, ils ne constituent pas une explication exhaustive. À condition de prêter du crédit aux divers arrangements préparés au cours de l’été 1595, il est en effet légitime de supposer que l’évêque de Luc’k n’avait pas renoncé à la possibilité de remplacer Rahoza sur le siège métropolitain, peu après son retour en Pologne-Lituanie267. Si Terlecki parvenait à réaliser ces desseins, la confirmation du monastère des Grottes pouvait ainsi lui apporter des ressources importantes et renforcer sa position sur les territoires de la Couronne, où l’autorité des métropolites restait encore fragile. Ce dernier bref de Clément VIII, daté du 4 mars, apparaissait donc pour le hiérarque de Luc’k comme l’espoir d’une revanche, après l’effondrement de ses visées initiales.

  • 268 Halecki 1958, p. 341.

97La délégation ruthène, grossie de Pietro Arcudio, Giorgio Moschetti et de leur serviteur, prit le chemin du retour le 9 mars 1596268. Néanmoins, le bilan de cette mission de plus de trois mois, passés dans la capitale pontificale, laisse une impression d’inachèvement. L’Union fut certes entérinée de manière solennelle, mais ses conditions précises restèrent en partie cachées derrière le silence de la documentation, malgré les efforts déployés par les ambassadeurs au cours des dernières semaines de leur séjour. Cette analyse évidente a posteriori ne tient toutefois aucun compte du contexte du moment qui s’imposait aux acteurs de l’événement. En effet, l’ambigüité née de cette rencontre entre deux traditions chrétiennes apparaît bien davantage comme une lecture de l’historien que comme un constat des contemporains. Romains et Ruthènes purent s’observer réciproquement, prendre conscience de leurs différences, mais finirent par aboutir à des résultats acceptables dans leurs systèmes de normes respectifs. Il est incontestable que la Curie domina cet échange inégal et remodela la définition de l’Union, proposée par les évêques kiéviens, d’après sa vision générale des Églises chrétiennes orientales, façonnée à partir du pontificat de Grégoire XIII. Dans le même temps, parler de l’échec officieux de l’ambassade ruthène, entraînée dans un rapport de force qui lui échappa complètement, revient de fait à ignorer la nature même de sa démarche. Quelle était la nature institutionnelle des conditions posées par les XXXII Articles et était-il concevable pour les Ruthènes de proclamer l’Union sans l’acceptation préalable de ce texte par les Latins ?

98Si l’on porte un regard d’ensemble sur le corpus documentaire, produit par les projets de réforme et, en particulier, les démarches unionistes de l’Église kiévienne dans les années 1590, les trente-deux conditions adressées à Rome en 1595 ne peuvent prétendre à un statut d’exception. La forme même du texte et les thèmes qu’il soulève rappellent les divers documents présentés par les envoyés laïcs ou ecclésiastiques aux synodes métropolitains ruthènes, qui apparaissent à leur tour comme un écho direct de la pratique politique de la « République nobiliaire ». Tout comme pour les instructions des diétines, transmises à la Diète, il s’agissait d’une base pour la négociation, qui n’avait que peu de chances d’être inscrite telle quelle dans le texte final des Constitutions. Dès lors, la reconnaissance ou non de certains articles ne pouvait décider à elle seule du succès ou de l’échec de la mission confiée aux évêques de Luc’k et de Volodymyr. Pour cette raison, même si la réponse romaine put être en-deçà de leurs attentes, elle restait parfaitement recevable dans la conception institutionnelle des hiérarques polono-lituaniens. En revanche, si la cérémonie du 23 décembre 1595 instaura incontestablement la légitimité de l’Union pour les deux partis en présence, la compréhension de ce changement d’obédience laissa sans doute la place à deux définitions qui ne se recoupaient que de manière imparfaite. Le défi de la nouvelle Union fut donc ce hiatus latent qui rendait incertaine l’évolution future de l’Église ruthène, écartelée entre la conformité aux normes romaines et l’empreinte des usages locaux tout aussi imposants, en raison de la tradition profondément inscrite dans l’imaginaire des fidèles. La fin du séjour romain des envoyés du clergé kiévien n’était donc qu’un achèvement provisoire. Il fallait désormais façonner dans la pratique les contours d’une institution confrontée à de nouveaux défis et des exigences parfois inattendues.

Notes

1 L’épisode est connu par trois témoignages contemporains. Le premier, anonyme, provient de la lettre adressée au castellan de Cracovie Janusz Ostrogski et rédigée par un dignitaire qui se trouvait alors sur les lieux (Žukovič 1901b, p. 372-376). Tout semble indiquer que l’auteur du récit était le voïvode de Vilnius Mikołaj Krzysztof Radziwiłł qui était présent dans la ville et, comme l’indiquait le document, possédait la maison directement voisine de l’église Saint-Nicolas (voir Kempa 2000a, p. 345). La deuxième mention est issue d’une dépêche envoyée à la Curie par le nonce de Varsovie dès le 17 août 1609 (LNA, t. 3, n° 973, p. 30-32). Enfin, l’épisode fut rapporté par Pociej lui-même dans une brochure anonyme sur les événements de Vilnius, publiée dès la même année : Relacia y uważenie postępków niektórych około cerkwi ruskich wileńskich roku 1608 y 1609 (Studyns’kyj 1906, p. 248-249).

2 Žukovič 1901b, p. 376, note 57.

3 L’aboutissement de la carrière laïque d’Adam Pociej fut l’obtention de l’office de castellan de Brest en 1588. Quelques mois auparavant, il avait eu l’occasion de rencontrer l’évêque latin de Luc’k Bernard Maciejowski qui remarqua sa culture religieuse : Dominus Iudex districtus Brestensis schysmaticus quidem, sed auctoritate, doctrina atque rerum usum non uulgari uir, quique omnium eorum quae ad religionum spectant, scientissimus inter suos uideatur (MUH, t. 1, n° 137, p. 68). Son activité dans la confrérie ruthène de Brest est soulignée dans une lettre des confrères de L’viv (AZR, t. 4, n° 33, p. 44). Pour un aperçu détaillé de sa biographie voir Pekar 1996.

4 DUB, n° 6, p. 14-15.

5 Sur sa route vers Moscou, le cortège patriarcal s’arrêta une première fois à Vilnius en juin 1588 (Halecki 1958, p. 223-235 ; Dmitriev 2003, p. 104-113 ; Borkowski 2007). Pour le second séjour du patriarche dans la République, le roi rédigea deux chartes qui autorisaient celui-ci à mener toutes les actions qui lui paraîtraient nécessaires pour la réforme du clergé ruthène (Akty JuZR, t. 1, n° 191, p. 226-227 ; Ibid., t. 2, n° 157, p. 187-188). 

6 Voir la charte du 1er aout 1589 (AZR, t. 4, n° 20, p. 27).

7 Dmitriev 2003, p. 105-107.

8 Voir Tymošenko 2006, p. 149-150. L’accusation de « bigamie », reprochée au métropolite et aux évêques ruthènes de Luc’k et de Pinsk, apparaît déjà en 1586, sous la forme d’une réponse du patriarche Joachim d’Antioche à la plainte de « nombreux clercs et laïcs » orthodoxes. Toutefois, le document représente un extrait d’un registre manuscrit de la confrérie de L’viv, daté de 1592, et son authenticité peut être mise en doute (MCSL, t. 1/1, n° 83, p. 132).

9 Ibid., p. 157-158.

10 AZR, t. 4, n° 19, p. 25.

11 ZDDA, P. 2, n° 5, p. 13.

12 Akty JuZR, t. 1, n° 200, p. 237-238. Mikhail Dmitriev et Leonid Timošenko reprennent abusivement les indications de cette ancienne collection qui prétend qu’Onezyfor continua à vivre à Vilnius après la perte du titre métropolitain (Dmitriev 2003, p. 106 ; Tymošenko 2006, p. 158). En réalité, la source mentionnée par les éditeurs montre plus simplement qu’Onezyfor abandonna, dès 1590, ses droits « viagers » sur l’archimandritat de la Sainte-Trinité au profit de la municipalité de Vilnius et qu’un an plus tard il fit de même pour le monastère de Lawryšava, transféré au notaire de la curie métropolitaine et futur archevêque de Polack – Gedeon (Michał) Brolnicki. Cette renonciation était justifiée par l’âge avancé et la santé fragile d’Onezyfor, dont la mort survint vraisemblablement à la fin de l’année 1591 ou dans les premiers mois de 1592.

13 La déposition du vieux métropolite dut avoir lieu moins de dix jours avant la nomination de Rahoza (Borkowski 2007, p. 60).

14 L’auteur anonyme du texte polémique écrivait que Jérémie II avait pressenti le futur passage à l’Union de Rahoza, mais également qu’il s’en remettait au choix de la noblesse : « s’il est en digne, d’après vous, je dirai qu’il en est digne, et s’il n’en est pas digne, et que vous le donnez pour tel, je suis innocent : vous verrez par vous-mêmes (« аще достоинъ есть, по вашему, глаголу буди достоинъ, аще ли же нhсть достоинъ, а вы его за достойного удаете, азъ чистъ есьм : вы узрите »). Voir AZR, t. 4, n° 149, p. 206. D’après la nomination royale (AZR, t. 4, n° 19, p. 25), les principaux soutiens du métropolite provenaient des seigneurs lituaniens (« панове рада и рыцерство Великого Княжества Литовского »).

15 AZR, t. 3, n° 110, p. 240-241.

16 AZR, t. 3, n° 132, p. 272-273 ; OAM, t. 1, n° 229, p. 102-103.

17 Dans les années 1570, il servit comme secrétaire du voïvode de Volhynie, Bogusz Korecki (Kumor 1987, p. 453).

18 Voir Tymošenko 2000a.

19 AZR, t. 4, n° 149, p. 206. Andrzej Borkowski reprend cet épisode, sans le discuter : Borkowski 2007, p. 61.

20 AS, t. 9, p. 88.

21 L’année de la visite patriarcale est ainsi déplacée à 1590, date à laquelle l’auteur situe également la consécration d’Hipacy Pociej comme évêque de Brest-Volodymyr et l’ambassade de celui-ci à Rome (au lieu de 1593 et 1595). D’autre part, la chronique indique que Tymoteusz Złoba devint archimandrite en 1576 et resta sur son poste vingt-deux ans, tout en plaçant sa mort en 1592 (AS, t. 9, p. 77).

22 L’archimandrite Nikolaj (Dalmatov), auteur d’une riche monographie consacrée à l’histoire de Supraśl, souligne cette confusion mais ne lui donne aucune explication convaincante (Nikolaj 1892, p. 82-83).

23 La seule étude consacrée à la fonction d’exarque dans les territoires ruthènes de cette période fut menée par Vjačeslav Zajkin (Zajkin 1930, p. 64-88). Toutefois, la rareté des sources conduisit l’auteur à proposer une typologie qui paraît peu rigoureuse et, pour cela, peu convaincante. Notamment, l’analyse prétend que le prince Konstanty Ostrogski détenait une forme d’exarchat sur l’Église kiévienne dès avant 1589. Cette affirmation est pourtant peu pertinente du point de vue canonique, car Jérémie II n’accorda aucun titre particulier au magnat orthodoxe. Ce n’est qu’en août 1597, dans le contexte de la proclamation de l’Union de Brest, que le prince fut désigné comme l’un des trois exarques patriarcaux par Mélèce Pigas (cf. supra Chapitre 3).

24 MCSL, t. 1/1, n° 123, p. 194-196 ; AJuZR, P. 1, t. 1, n° 60, p. 252-256.

25 Makarij 1857-1883, t. 9, p. 488-489 ; Gudziak 2001, p. 200-202. Mikhail Dmitriev ou Leonid Tymošenko ne mentionnent pas ce document (Dmitriev 2003, p. 107-110 ; Tymošenko 2009, p. 199) et Andrzej Borkowski cite la source, en reprenant hâtivement l’ouvrage du métropolite Makarij (Borkowski 2007, p. 69).

26 La copie de la charte patriarcale, insérée dans la confirmation royale, oublie la signature de l’évêque de Chełm Dionizy Zbirujski mais celle-ci est bien mentionnée dans la description du document. Il semblerait que Terlecki utilisa ici l’un des feuillets vierges, signés par le métropolite en novembre 1589 (voir par exemple les signatures du document publié dans MCSL, t. 1/1, n° 131, p. 205). 

27 Le document fut sans doute remis à la chancellerie royale par l’évêque de Luc’k, lors de son séjour à Cracovie en février 1595 (DUB, n° 25, p. 47).

28 Dmitriev 2003, p. 109. L’exarque obtenait ainsi la primauté (старшина) sur les autres évêques ruthènes pour les affaires spirituelles, avec le pouvoir de les corriger et de déposer ceux qui enfreindraient le droit canon, en qualité de « vicaire » (намэстникъ) du patriarche.

29 Aucun document de ce type n’est mentionné dans l’inventaire des archives de l’évêché de Luc’k, établi par Terlecki vers le début de l’année 1595, au moment de transférer les documents chez un bourgeois de Pinsk. Le texte fut inscrit dans le Grand Registre lituanien le 4 mai 1596, après le retour de Rome de l’évêque de Luc’k et suite aux destructions entraînées par la révolte cosaque de Seweryn Nalewajko sur les domaines ecclésiastiques (Akty JuZR, t. 1, n° 218, p. 260-266). Si la liste des privilèges évoque un document patriarcal, relatif au conflit pour le monastère de Žydyčyn, elle ignore la confirmation royale de l’exarchat du 9 février 1595. L’absence de ce document important laisse supposer que la rédaction de l’inventaire est antérieure à cette date.

30 AZR, t. 4, n° 20, p. 26-28.

31 Petruševič 1868, n° 19, p. 122 ; Akty JuZR, t. 2, n° 159, p. 190 ; MCSL, t. 1/1, n° 189, p. 297, 299.

32 À l’origine, l’exarque était le chef d’une région ecclésiastique, qui jouissait d’une certaine autonomie, à l’image des primats latins.

33 Pour le XIVe siècle, les actes du patriarcat de Constantinople donnent plusieurs exemples de la diversité des fonctions confiées à ces dignitaires. Parfois, la charge pouvait revenir à un métropolite local (Miklosich – Müller 1860-1890, t. 2, n° 381, p. 88).

34 L’insatisfaction provoquée par les chartes patriarcales pourrait être à l’origine des tentatives de falsification menées par Cyryl Terlecki.

35 AJuZR, P. 1, t. 1, n° 108, p. 451-452.

36 MCSL, t. 1/1, n° 123, p. 195.

37 De fait, nous connaissons au moins un faux produit par Bałaban et daté également du 14 août 1589 (MCSL, t. 1/1, n° 124, p. 196-197).

38 Ainsi un certain archiprêtre Grzegorz fut chargé de faire enregistrer l’une de ces pseudo-chartes du patriarche auprès du tribunal municipal de L’viv (MCSL, t. 1/1, n° 124, p. 197). L’épisode permet de supposer que le personnage pouvait également avoir en sa possession des lettres d’accusation contre l’évêque de Luc’k. Le récit de Perestroga fait ici la confusion avec le protonotaire du métropolite Grzegorz Iwanowicz qui aurait été envoyé à Rahoza avec des instructions de Jérémie II (AZR, t. 4, n° 149, p. 207-208).

39 DUB, n° 1, p. 7. Il faut remarquer que, dans tous les documents solennels signés en compagnie d’autres hiérarques, Terlecki n’employa jamais la titulature d’« exarque patriarcal » (accordée pourtant à certains orthodoxes après l’Union) mais plus simplement celle d’« exarque pour la métropolie de Kiev » (ексархъ митрополии киевское). À l’inverse, en 1604, Gedeon Bałaban s’intitulait dans une lettre adressée au clergé orthodoxe de son diocèse : « exarque pour toute la Rus’ du grand autel de Constantinople [exarcha wszystkiey Rusi od wielkiego oltarza Constantinopolskiego] » (AJuZR, P. 1, t. 10, n° 208, p. 511-512). Voir également AS, t. 2, n° 23, p. 23.

40 La biographie détaillée du personnage est présentée dans Špakovskij 1875.

41 AZR, t. 4, n° 149, p. 207-208.

42 MCSL, t. 1/1, n° 160, p. 258. Andrzej Borkowski suppose qu’à l’origine la cour patriarcale devait se réunir à L’viv, mais l’épidémie qui frappa la ville exigea de changer d’endroit (Borkowski 2007, p. 66).

43 Leurs signatures figurent sur l’un des documents patriarcaux en grec, daté du 13 novembre 1589 (MCSL, t. 1/1, n° 131, p. 205). Cependant, les deux versions ruthènes du texte ne mentionnent que les noms de Jérémie II et de Cyryl Terlecki (Petruševič 1868, n° 15, p. 117 ; PKK2, t. 3, n° 6, p. 22). La traduction paraît donc plus tardive et fut probablement réalisée pour l’usage de l’évêque de Luc’k.

44 L’ensemble de ces documents est réuni dans MCSL, t. 1/1, n° 131-137, p. 203-210. Cette édition comporte les renvois aux autres collections, avec les différentes versions de ces textes.

45 En août 1589, l’une des chartes patriarcales « fabriquées » par Bałaban confirmait justement la juridiction de l’évêque sur le monastère (MCSL, t. 1/1, n° 124, p. 197).

46 Le document fut repris par le métropolite au cours du synode de Brest en juin 1590, qui rappela les abus signalés par Jérémie II. En janvier 1591, les deux textes furent imprimés en grec et en ruthène sur les presses de la confrérie orthodoxe de L’viv (MCSL, t. 1/1, n° 133, p. 206). La dernière édition de la traduction ruthène se trouve dans RIB, t. 19, Annexes, p. 57-60.

47 Les réserves émises par Mikhail Dmitriev sur l’ensemble des sources produites pendant le séjour patriarcal paraissent trop générales et, par là, excessives (Dmitriev 2003, p. 112-113). Par exemple, la charte relative aux confesseurs, connue seulement dans sa traduction polonaise, trouva son application dès le 28 décembre 1589, avec l’institution d’un confesseur auprès de l’église de la Dormition de L’viv par le métropolite Michał Rahoza (MCSL, t. 1/1, n° 139, p. 213-214).

48 Les confréries de L’viv et de Vilnius disposaient alors des meilleurs, sinon des seuls, hellénistes présents dans la communauté ruthène et avaient donc un accès privilégié à l’entourage du patriarche.

49 « Мелeнтій е3пcкпъ володи1мерскій и3 берестjйскій и е3xaрхъ а3рхимандры2тъ ки1евскій печeрскій. Кирилъ е3пcкпъ луцкій и3 њстр0зскій протоfроніе и3 е3xaрхъ « (RIB, t. 19, Annexes, p. 59) ». Il ne s’agit pas d’une erreur des éditeurs car le même texte figure dans la première publication du document, faite à partir de l’original : Rasporjaženija 1859. Il faut remarquer que Terlecki est également qualifié de « protothrone et d’exarque » dans l’original du document synodal du 2 juillet 1590 qui confirmait l’exemption du monastère Saint-Onuphre face à la juridiction de l’évêque de L’viv (MCSL, t. 1/1, n° 160, p. 259). L’« erreur » fut ensuite supprimée dans les copies contemporaines du texte (PKK2, t. 3, n° 8, p. 27).

50 AZR, t. 4, n° 22/2, p. 30.

51 À cela s’ajoute que le hiérarque du diocèse de Polack portait également le titre archiépiscopal qui le plaçait au-dessus des autres évêques ruthènes.

52 Lukašova 2006, p. 238-240. En 1587, le métropolite Onezyfor énonçait que les membres qui ne respecteraient pas les statuts de la confrérie devraient être saisis par l’archiprêtre et le clergé de Vilnius (OAM, t. 1, n° 111, p. 54). Ces statuts furent confirmés par Jérémie II, dès sa première visite en juin 1588 (ZDDA, P. 2, n° 3, p. 6-8). La charte patriarcale précisait toutefois que « les confrères insoumis » seraient renvoyés devant le métropolite ou son vicaire, ou encore l’assemblée du clergé de Vilnius : « братi юж непокарающуся истинне и соблазне з себе инемъ подающу сим листом нашим митрополиту киевскому и галицкому и его наместнику, и всем купно свещенникомъ места виленского за прозбую всее купно братьи пред всеми людми во цэркви отъ братства отлучити повелеваем » (Ibid., p. 7). Nous soutenons ici l’interprétation de Svetlana Lukašova qui rappelle, à juste titre, que l’exemption [σταυροπήγιο] ne concernait au départ que la juridiction de l’évêque de L’viv et ne portait normalement que sur le monastère Saint-Onuphre, qui était l’une des causes du conflit entre Bałaban et la confrérie orthodoxe. Dans une charte rédigée en novembre 1589, le patriarche rappela en effet en neuf articles les fonctions et les privilèges de la confrérie, mais souligna explicitement que celle-ci ne devait pas juger les personnes ou les affaires ecclésiastiques qui relevaient exclusivement de l’évêque local : « К сим же повелеваемъ сему братъству не искати вящше сих, ниже судити попов и дiяконов и прочiихъ духwвных дэиствъ. W сих всэхъ самому по по времени обрэтаемому истинному епископу лвовскому, галицкому же и каменицкому дается wт божественных законов и св[я]щgнных канонов, а не иному. » (PNH, n° 4 (173), p. 512-513). Il fallut attendre novembre 1592 pour que le patriarche accorde à la confrérie de la Dormition une exemption qui la plaça sous la juridiction directe des patriarches de Constantinopole : PNH, n° 7 (176), p. 517-520. Aucun texte n’indique l’existence du même privilège pour la confrérie de Vilnius, qui ne jouissait pas des mêmes droits.

Étonnamment, l’historiographie conserve et répète fréquemment le mythe de l’existence de deux confréries exemptées (L’viv et Vilnius), dès la fin des années 1580 (notamment Dmitriev 2003, p. 94-96 ; Tymošenko 2006-2007, p. 250, 262 ; Mironowicz 2003a, p. 21-22, Kempa 2016, p. 189). Cette affirmation s’appuie généralement sur les données énoncées par Ivan Flerov au XIXe siècle. Celui-ci s’appuyait à son tour sur les Annales de la confrérie de L’viv, composées par Dionizy Zubrycki dans les années 1840, qui ne fait référence à aucun document d’archives. Cet éloignement des sources pour des éléments a priori « connus depuis longtemps » conduisit parfois à des contresens. Par exemple, l’idée que le synode métropolitain de 1591 confirma l’exemption patriarcale pour les confrères de L’viv et de Vilnius s’effondre face au contenu des décrets promulgués à cette occasion. Le texte affirmait clairement que l’activité des deux confréries devait être soumise au contrôle des hiérarques en particulier dans le domaine éditorial : « братства теперешние церъковъные виленское львовское, ачколвекъ слушне и пожиточне постановилосе и идутъ, однакже постерегаючы, абы безъ волэ и благословения пастырей своихъ, то есть архиепископа и епископовъ своихъ, ничого не становили и книгъ новыхъ з вымысловъ своихъ не друковали, только якъ вселенський патриархъ у привилею братъства львовского уписалъ » (Žukovič 1907a, p. 68). D’autres travaux consacrés à une analyse détaillée des archives des confréries ne prennent pas les précautions nécessaires dans l’évolution chronologique des privilèges juridiques. Par exemple, Julija Šustova, tout en notant que l’exemption patriarcale ne fut accordée à la confrérie de la Dormition de L’viv qu’en 1592, sous-entend que ce privilège était exercé de fait dès 1589 (Šustova 2009, p. 101-103). Il en ressort une confusion entre les aspirations transmises par la documentation des confréries et le contenu réel de leurs prérogatives juridiques. La situation ne semble avoir changé qu’après l’Union, quand le passage des hiérarques sous l’obédience romaine plaça plusieurs confréries demeurées orthodoxes dans une position d’extraterritorialité ecclésiastique face aux autorités locales, avec un rattachement de fait à Constantinople. Il faut estimer que plusieurs associations laïques profitèrent de ce moment pour affirmer ou « inventer » leurs privilèges d’exemption. En 1626, à la demande de Melecjusz Smotrycki qui se rattachait encore au camp orthodoxe, le patriarche Cyrille Lukaris accepta d’intervenir pour replacer les confréries dans l’obédience des diocésains locaux, avec la seule exception pour L’viv et Vilnius (Golubev 1883-1898, t. 1, n° 46, p. 287-290). Le document ajoutait par ailleurs que les confrères de ces deux villes avaient reçu l’exemption des mains de Jérémie II. Cependant, même si le fait était authentique, il ne devait pas être antérieur à la charte de novembre 1592. Les sources déjà citées indiquent en effet qu’en 1589 le patriarche veilla au contraire à réguler les rapports entre les associations laïques et les hiérarques ruthènes, en clarifiant en faveur des derniers certaines chartes antérieures.

53 La reconnaissance de l’obédience romaine y est ainsi justifiée par les préoccupations des évêques au sujet de leur propre salut et celui « du troupeau des brebis du Christ, qui [leur] fut confié par le Seigneur » (DUB, n° 2, p. 8). Pendant longtemps, le document n’était connu que dans sa traduction polonaise, insérée dans l’ouvrage Antirresis d’Hipacy Pociej, qui datait le texte de 1591 à la place de 1590 (Pociej 1597, p. 96-97). Récemment les recherches de Vasyl’ Ul’janovs’kyj et Leonid Tymošenko permirent de retrouver l’original ruthène et de valider la date du 4 juillet 1590. La déclaration est conservée dans le fonds manuscrit du Saint-Synode (RGIA, F. 834, inv. 4, n° 652). Voir Tymošenko 2000a, p. 341-342. L’auteur affirme également que la graphie du document laisse penser que le texte lui-même fut rédigé plus tard sur l’un des feuillets que les évêques avaient remis à Terlecki à Brest.

54 AVAK, t. 19, n° 21, p. 365-367. Les éditeurs commettent toutefois une erreur, datant le document du 7 juillet. Cette coquille est corrigée dans OAM, t. 1, n° 177, p. 81.

55 L’évêque de Chełm entendait ainsi discréditer les accusations de l’évêque de L’viv. Ce dernier prétendait avoir laissé, lors de l’entrevue du 4 juillet 1590, des feuillets scellés à Terlecki pour rédiger une supplique au roi contre les exactions commises par l’Église latine sur le clergé ruthène. Au lieu de cela, l’évêque de Luc’k utilisa le document pour y rédiger la déclaration de l’Union (AJuZR, P. 1, t. 1, n° 109, p. 453-456).

56 AVAK, t. 19, n° 21, p. 366.

57 AZR, t. 4, n° 17, p. 21-22.

58 AZR, t. 3, n° 146, p. 290 ; Ibid., t. 4, n° 29, p. 39-40.

59 Toutefois, à en croire les Annales de Barkalabava, son auteur, le prêtre Teodor Filipowicz originaire du diocèse de Polack, aurait été délégué au synode de Brest par le prince Bohdan Sołomerecki (PSRL, t. 32, p. 179).

60 AZR, t. 4, n° 23, p. 31-32.

61 Zachariasz Kopysteński rappelait dans Palinodia que le « protothrone » était soumis au métropolite (Koropeckyj – Miller 1995, p. 326).

62 AJuZR, P. 1, t. 1, n° 86, p. 352, 357.

63 Voir Lukašova 2000.

64 PNH, n° 1 (170), p. 503. Il convient de se rappeler que la confrérie présenta au patriarche oriental des statuts déjà prêts et rédigés à l’avance (Isajewycz 2005, p. 133).

65 En 1583, il mena ainsi une action commune avec la noblesse locale contre l’introduction du calendrier grégorien, imposé par l’archevêque catholique de L’viv : Akty JuZR, t. 1, n° 140, p. 281-283. Voir Skočyljas 2010, p. 556-557.

66 Lukašova 2000, p. 42-44.

67 Lukašova 2006, p. 206-207.

68 MCSL, t. 1/1, n° 85, p. 134-135.

69 Dès le mois de mai 1586, l’évêque Théophanès de Durrës et l’archevêque Arsenios d’Elassóna, qui se trouvaient alors à L’viv, écrivirent à Bałaban pour innocenter les confrères et rappeler les règles rituelles qui condamnaient ces pratiques. Les hiérarques voyaient dans la sanction prononcée par l’évêque ruthène l’effet d’un malentendu à la suite d’une calomnie (Krylovskij 1904, Annexes, n° 2, p. 14-15). Sur l’influence grecque dans les confréries voir Pawluczuk 2011.

70 MCSL, t. 1/1, n° 88, p. 140-142 ; Lukašova 2000, p. 40-41.

71 Lukašova 2000, p. 48-49.

72 Lukašova 2006, p. 219-224 ; Dmitriev 2003, p. 118-120.

73 MCSL, t. 1/1, n° 175, p. 282.

74 AZR, t. 4, n° 33, p. 43. Pour les théologiens orthodoxes, ce nom tiré du Livre de Daniel renvoie généralement à Jésus Christ mais, à partir du XIe siècle, il commença à être utilisé dans l’iconographie byzantine pour représenter également Dieu le Père (Kvlividze 2004).

75 Dmitriev 2003, p. 118.

76 Ibid., p. 119-120.

77 Dans ses accusations contre Gedeon Bałaban, les confrères de L’viv associèrent la question de la bénédiction des mets à celle des icônes et dénoncèrent l’ignorance de l’évêque sur ces points.

78 MCSL, t. 1/1, n° 86, 98, p. 136-137, 153-154.

79 MCSL, t. 1/1, n° 208, p. 321-323.

80 Kruteckij 2006, p. 10.

81 Gralja 1994, p. 425.

82 Miller 1981, p. 306.

83 Dmitriev 2003, p. 68.

84 Voir infra.

85 Akty JuZR, t. 2, n° 159, p. 190-192.

86 MCSL, t. 1/1, n° 330, p. 557-558 ; Lukašova 2006, p. 219-224. D’ailleurs, en avril 1591, la confrérie de Rohatyn n’hésita pas à faire appel à l’évêque pour une affaire qui l’opposait à la municipalité de sa ville (MCSL, t. 1/1, n° 180, p. 288-289). 

87 MCSL, t. 1/1, n° 140-141, p. 214-218.

88 Il fut décidé, en outre, de soustraire les prêtres de la confrérie à la juridiction de l’évêque pour les placer directement sous celle du métropolite (PKK2, t. 3, n° 8, p. 26-29).

89 MCSL, t. 1/1, n° 177, p. 283-285. Rahoza avait réuni une session du tribunal ecclésiastique dans la cité et, tout en condamnant les agissements de l’évêque, ne prononça aucune mesure concrète à son encontre (MCSL, t. 1/1, n° 172, p. 273-277). À cette occasion, il put constater que parmi les opposants à la confrérie se trouvaient également certains bourgeois orthodoxes de la ville (MCSL, t. 1/1, n° 169, p. 267-268). Il se limita donc à garantir l’indépendance de la confrérie et, pour éviter de futurs litiges cultuels, consacra une antimense destinée à l’autel de son église (MCSL, t. 1/1, n° 169, p. 267-268).

90 Parmi les diverses raisons évoquées, Bałaban mentionnait souvent le non-respect des bénédictions pascales (Lukašova 2006, p. 218).

91 Dmitriev 2003, p. 120-123. Le synode aurait commencé son travail le 28 (18) octobre 1591 (MCSL, t. 1/1, n° 323, p. 539).

92 Žukovič 1907a, p. 65-71.

93 Voir AJuZR, P. 1, t. 10, n° 43, p. 78. Pour Vilnius cela n’apportait aucun changement puisque la confrérie se trouvait déjà dans le diocèse métropolitain.

94 Il n’est pas à exclure que le dernier personnage renvoyait en réalité à l’archiprêtre de Podlachie Nestor Kuźminicz. Ce dernier semblait s’occuper des affaires ecclésiastiques à Hrodna au début des années 1590 (AVAK, t. 33, n° 137, p. 179).

95 Dmitriev 2003, p. 123. La même volonté de freiner l’autonomie des mouvements confraternels s’exprimait alors dans le clergé latin (Venard 1992, p. 976-979).

96 La confrérie de L’viv manifesta ainsi son regret sur l’absence de sanction à l’égard de Gedeon Bałaban dont le cas devait être examiné seulement au prochain synode, prévu pour le mois de juillet 1593 (MCSL, t. 1/1, n° 216, p. 340).

97 DUB, n° 3, p. 9-10.

98 MCSL, t. 1/1, n° 216-217, p. 339-345.

99 MCSL, t. 1/1, n° 222, p. 355-356. Un an plus tard, en juillet 1593, le nonce Malaspina crut que le patriarche était finalement arrivé en Pologne pour faire échouer les projets de ligue anti-ottomane et s’empressa d’en informer la Curie. Il semblerait pourtant que ce ne fut qu’une rumeur, qui souligne d’autant plus l’efficacité des menaces proférées par les confréries (LNA, t. 1, n° 389, p. 345 ; Halecki 1958, p. 249-251).

100 La réponse royale du 18 mars 1592 indiquait d’ailleurs en filigrane que les quatre hiérarques ruthènes craignaient une éventuelle déposition prononcée par leurs supérieurs.

101 MCSL, t. 1/1, n° 211, p. 327-329.

102 MCSL, t. 1/1, n° 205, p. 316-317.

103 Reestr 1859.

104 MCSL, t. 1/1, n° 201, p. 310.

105 MCSL, t. 1/1, n° 209, p. 324-325.

106 MCSL, t. 1/1, n° 219, p. 349.

107 AZR, t. 4, n° 41, p. 59-61.

108 MCSL, t. 1/1, n° 216, p. 340.

109 Le caractère décisif de l’année 1592 ressort également des Annales de Barkalabava, écrites après les événements. Le texte parle en effet d’une véritable « guerre » commencée avec les « Romains » dans laquelle la confrérie orthodoxe de Vilnius aurait appelé des « hommes savants » (люди навчоные) de L’viv à son aide (PSRL, t. 32, p. 178). L’auteur cite en particulier le nom de Stefan Zizania mais également celui de Jerzy – appelé ici Grzegorz (Григорий) – Rohatyniec.

110 Pidrutchnyj 1973, p. 256 ; Dmitriev 2003, p. 142. Ce premier séjour polono-lituanien d’Arcudio dura près de deux ans et demi (printemps 1591 – automne 1593).

111 DUB, n° 289, p. 448-452.

112 DUB, n° 8, p. 17-20 ; Dmitriev 2003, p. 235-236.

113 Les hésitations sur les modalités d’une future Union avec la papauté étaient liées notamment à la difficulté d’attirer l’intérêt des représentants romains. Au début de l’année 1592, quand les quatre évêques présentèrent leur déclaration au roi de Pologne, aucun nonce pontifical n’était présent dans la République. Le successeur d’Annibale Di Capua, Germanico Malaspina n’arriva dans la République qu’en juillet 1592 et dut quitter de nouveau le royaume, entre l’hiver 1593 et l’été 1594, pour suivre Sigismond III dans son expédition suédoise. Cette entreprise scandinave et, plus encore, la ligue anti-ottomane constituaient alors les deux sujets dominants de la diplomatie pontificale, déployée en Europe orientale.

114 Nous reprenons ici la lecture de Mikhail Dmitriev qui suit les remarques de Boris Florja (Dmitriev 2003, p. 124-130).

115 MCSL, t. 1/1, n° 312, p. 516-519.

116 Lukašova 2006, p. 290-307.

117 Akty JuZR, t. 1, n° 206, p. 243-244.

118 L’exemple le mieux documenté concerne les confréries de l’Épiphanie, de Saint-Nicolas, de l’Annonciation et de Saint-Théodore à L’viv, dont certains membres s’opposèrent aux confrères de la Dormition et prirent, en 1590, le parti de l’évêque Gedeon Bałaban (MCSL, t. 1/1, n° 153, 158, p. 240-242, 252-254).

119 Malheureusement cette association n’est connue que par cette seule mention. Une autre confrérie ruthène existait depuis les années 1570 dans le bourg de Kuranec, mais il s’agissait sans doute d’une institution indépendante qui ne laissa aucune trace pour les époques suivantes (AVAK, t. 11, n° 18, p. 43).

120 Dmitriev 2003, p. 149-150 (original : AGAD, Archiwum Zamoyskich, n° 693, f. 17r).

121 Le 11 (1) juillet 1594 (un jour avant le document mentionné par Mikhail Dmitriev) le métropolite avait déjà préparé une lettre pour Jan Zamojski, avec la demande de confirmer la déposition de l’évêque de L’viv. Elle ne fut expédiée que le 28 septembre suivant (MCSL, t. 1/1, n° 325, p. 549). Cela conduit donc à penser que l’objectif de Terlecki était de discuter avec le chancelier de la procédure à suivre pour confirmer la déposition de Bałaban par le souverain.

122 Ibid., p. 148.

123 AZR, t. 4, n° 49, p. 69-71 ; AJuZR, P. 1, t. 6, n° 51, p. 104-108.

124 MCSL, t. 1/1, n° 315-319, p. 520-530.

125 AJuZR, P. 1, t. 1, n° 109, p. 454 ; Prochaska 1896, p. 569. Voir Dmitriev 2003, p. 150-154.

126 AVAK, t. 19, n° 21, p. 367.

127 Voir infra.

128 En guise d’hypothèse, il est légitime d’estimer que l’exarque devait parler avec le chancelier du nouveau mode d’élection des hiérarques ruthènes qui concernait directement les pouvoirs laïcs et le roi.

129 AZR, t. 4, n° 52, p. 76-77. Le conflit entre Rahoza et Tur avait commencé en mars 1594 (OAM, t. 1, n° 153, p. 69-70).

130 DUB, n° 21, p. 41.

131 MCSL, t. 1/1, n° 325, p. 547-549. Dmitriev 2003, p. 155.

132 La dépêche du nonce de Varsovie Germanico Malaspina est datée du 15 octobre 1594 (DUB, n° 14, p. 30-31).

133 Dmitriev 2003, p. 157-158.

134 Malaspina écrivait dans sa dépêche : « […] li Moldavi et Valacchi seguitarebbono facilmente l’esempio loro. L’aviso è piacciuto a Sua Maestà per servitio di quelle anime, et per alcuni rispetti concerneti al commodo et securezza del Regno ». Précisément à ce moment, la République accueillait un envoyé extraordinaire de la Curie, Aleksandar Komulović, qui devait discuter des projets de la ligue anti-ottomane avec les cosaques zaporogues. Sur ce personnage, voir Trstenjak 1989, p. 43-86.

135 DUB, n° 17, p. 32-35.

136 Contrairement aux indications données par Mykhajlo Dymyd (Dymyd 2000, p. 75), la rencontre commença le 2 et non le 12 décembre, puisque la date est donnée par l’évêque latin de Luc’k, qui n’avait aucune raison de reprendre ici le calendrier julien (DUB, n° 17, p. 25).

137 DUB, n° 21, p. 41-43. Les inventaires des archives métropolitaines mentionnent une lettre de Cyrille Lukaris à Pociej, datée du 3 janvier 1594, avec l’exhortation à préserver le calendrier julien (RGIA, F. 823, inv. 3, n° 37). Malheureusement, ce document décrit comme une copie du XVIIe siècle n’était pas disponible à la consultation au moment de notre campagne de dépouillement. Si la date de l’orignal se révélait exacte, l’implication de l’évêque de Volodymyr dans les projets unionistes devrait être placée bien avant la rencontre de Torčyn.

138 Ibid.

139 En plus de la traduction latine, le texte ruthène est connu dans trois versions différentes qui se distinguent par le nombre de signatures : celle envoyée à Rome (AAV, A. A., Arm. i-XVIII, n° 1731, 7r-v), celle signée par Pociej et Terlecki seuls (RGIA, F. 823, inv. 1, n° 167) et celle avec les signatures de l’ensemble des évêques unionistes (AZR, t. 4, n° 53, p. 77-78). Par ailleurs, dans chacune de ces versions, l’évocation du maintien du rite et des traditions « orientales » fut un ajout tardif au texte qui n’apparaît qu’à la fin du document (Dmitriev 2003, p. 161).

140 AZR, t. 4, n° 55, p. 79-81. L’original se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de Russie (OR RNB, F. 678, n° 26, f. 15-16).

141 Žukovič 1901a, p. 113 ; IUR, t. 5, p. 575 ; Chodynicki 1934, p. 280.

142 Dmitriev 2003, p. 164.

143 AVAK, t. 19, n° 21, p. 367.

144 L’identification de l’Instruction des évêques comme le texte des articles de Sokal’ est proposée également par Tomasz Kempa (Kempa 2002, p. 72).

145 Certaines sources donnent toutefois une image quelque peu différente mais leurs informations paraissent très contestables. Les Annales de Brakalabava précisent que Natanael Sielicki – prédécesseur de Zagorski – commença à vouloir introduire le nouveau calendrier dans son diocèse (« началникъ новому календару безаконому ») car, ajoutent-elles, « il était Polonais de naissance et parlait polonais [бо былъ родомъ полякъ и мовилъ по полску] ». Toutefois, l’auteur fait probablement une reconstruction volontaire a posteriori. Notamment, il n’hésite pas à remplacer le nom de « Sielicki » par celui de « Terlecki ». L’information est d’autant plus étrange que l’archevêque ne prit part à aucune des étapes préparatoires de l’Union (PSRL, t. 32, p. 182 et VS, t. 5/1, p. 86-87).

146 Grzegorz Zagorski ne fut nommé à la charge d’évêque coadjuteur de Polack que le 5 mai 1595 (AZR, t. 4, n° 64, p. 91). Le document en ruthène (Annexe 11/1), envoyé à Rome, portait ainsi six signatures (Rahoza, Pociej, Terlecki, Zagorski, Zbirujski et Pełczycki) et huit sceaux dont celui de Rahoza, Pociej, Terlecki, Zbirujski et Pełczycki identifié grâce à ses armoiries surmontées des initiales L – P (Л—П). Les trois autres empreintes sont illisibles mais donnent l’impression d’avoir été recouvertes plus tard par la feuille utilisée pour placer les sceaux sous papier des autres hiérarques. En remplaçant le morceau de papier original, seuls les hiérarques unionistes purent ainsi apposer une nouvelle fois ou rajouter leurs sceaux respectifs sur la déclaration. La raison de cette opération reste obscure. Peut-être fut-elle involontaire et provoquée par le décollement du premier morceau de papier, à la suite de manipulations successives. Quoi qu’il en soit, le document aurait donc été scellé à deux reprises, comme le suggèrent également certaines signatures recouvertes par la nouvelle feuille (Annexe 11/1). La traduction latine conservée au Vatican (DUB, n° 17, p. 32-35) et la copie ruthène (AZR, t. 4, n°53, p. 77-78) laissée aux archives métropolitaines, ajoutèrent au texte le nom de Jonasz Hohol, archimandrite de Kobryn et évêque de Pinsk par expectative. Il est possible que ces deux derniers documents aient été réalisés au cours de l’été 1595 et qu’il semblât naturel aux rédacteurs de mentionner ce personnage engagé alors dans les démarches unionistes, aux côtés des autres évêques.

147 Ce basculement comporte un épisode controversé avec un supposé synode diocésain, convoqué par l’évêque de L’viv en hiver 1595 pour déclarer son appartenance à l’Union. L’événement est connu par le document des décrets du synode, daté du 7 février, soit le 28 janvier d’après le calendrier julien (DUB, n° 22, p. 43-44), et considéré généralement comme le reflet d’un événement authentique. Par exemple, Mikhail Dmitriev voit dans ce texte la démonstration de la « solidarité d’une partie considérable du clergé envers les aspirations à l’Union » (Dmitriev 2003, p. 167). Toutefois, Svetlana Lukašova proposa à travers une étude détaillée du manuscrit plusieurs arguments en faveur de la falsification du texte et par là de l’événement auquel il renvoie (Lukašova 2001). En effet, parmi les signataires dont les noms sont explicitement indiqués figurent plusieurs représentants du clergé lituanien : l’archiprêtre de Zabłudów Nestor, l’archimandrite de Supraśl Hilarion Massalski, l’archiprêtre de Sluck Emilian, l’archimandrite de Minsk Zachariasz ou le prêtre de la confrérie de Brest Paweł. Leur présence à L’viv paraît incongrue au vu de la nature de l’assemblée. De plus, la majorité de ces personnes furent par la suite de fervents opposants à l’Union. La disposition même des signatures rappelle en outre le document préparé par le synode orthodoxe de Brest en octobre 1596 pour lever l’interdit jeté sur Stefan Zizania et d’autres clercs de Vilnius par le métropolite Rahoza (AZR, t. 4, n° 105, p. 142-144). En comparant les deux textes, onze personnes mentionnées à L’viv sont absentes du document de 1596. Toutefois, parmi ces dernières, six participèrent au synode orthodoxe de Brest ; comme l’attestent d’autres sources de l’époque (RIB, t. 19, p. 374 ; AZR, t. 4, n° 109, p. 149). Quant à l’archimandrite grec du monastère de Simonopetra du Mont Athos, le mauvais état du document daté de février 1595 peut être à l'origine d'une confusion entre Αθανάσιος et Μακάριος. Par conséquent, tout semble indiquer que le document était en réalité un faux, fabriqué par les uniates à partir de l’un des feuillets signés par les représentants du synode orthodoxe d’octobre 1596, puis passé entre les mains du parti adverse. Dans sa récente monographie, Ihor Skočyljas tenta de réexaminer l’événement et affirma que rien ne permettait de remettre en cause la réunion de ce synode, tout en acceptant que la source elle-même était un faux rédigé à l’époque (Skočyljas 2010, p. 231-238). Pour autant, ses conclusions ne fournissent pas une réponse suffisante aux arguments avancés par Svetlana Lukašova. Rien ne justifie en effet que le synode ne fût évoqué dans aucun des ouvrages de controverse, qui relevaient souvent avec précision les événements associés à l’Union. Josef Macha prétend ici que la lettre de Teodor Skumin-Tyszkiewicz, adressée à Rahoza le 10 mai 1595, contenait un commentaire explicite sur le récent synode tenu par Bałaban (Macha 1974, p. 186). Toutefois, le texte se contentait d’évoquer l’« apostasie » (отщепеньство) de l’évêque et pouvait parfaitement renvoyer à la présence de sa signature sur la déclaration de Torčyn de décembre 1594 (MCSL, t. 1/1, n° 360, p. 615). Les mentions de l’événement dans les autres sources sont extrêmement rares et généralement laconiques, comme dans la Chronique de Supraśl, qui se contente d’indiquer que l’archimandrite Massalski avait signé les décrets du synode de L’viv (AS, t. 9, p. 88-89). Bien entendu, il paraît tout aussi improbable qu’un synode diocésain ait pu être « inventé » de toutes pièces sans jeter le discrédit sur les falsificateurs. L’hypothèse la plus convaincante serait ainsi de considérer que l’évêque de L’viv ait pu rassembler le clergé local au début de l’année 1595 pour discuter des conséquences de l’entrevue de Torčyn, mais que la composition et les décisions de cette assemblée furent bien différentes de celles inscrites sur le document parvenu jusqu’à nous. Le rejet de l’Union par Bałaban dès cette période fournit ainsi la seule explication plausible au silence des sources car ce choix aurait annoncé sa future position anti-unioniste et n’aurait pas attiré l’attention particulière des polémistes.

148 AZR, t. 4, n° 149, p. 211.

149 AJuZR, P. 1, t. 1, n° 60, p. 252-256.

150 DUB, n° 33, p. 53-55.

151 DUB, n° 44, p. 78-79.

152 DUB, n° 25, p. 46-47 : « ачъ тамъ вашей милости латвэй межи своими, але мы тутъ у зубахъ : коли всхотятъ, насъ скуклати могутъ ».

153 Le 10 février 1595 le nonce informait la Secrétairerie d’État de la visite de l’évêque ruthène de Luc’k et notait à son tour : « Ha il sopradetto Vescovo trattato con Sua Maestà ancora, ma in secreto per il timore, che ha del duca di Ostrogia, Palatino di Chiovia » (LNA, t. 2, n° 460, p. 48).

154 DUB, n° 25, p. 46-47. L’évêque de Volodymyr engageait explicitement le métropolite à s’informer davantage sur les avancées des négociations afin de ne pas se retrouver dans une position marginale (потреба вашей милости въ томъ чутися, яко бысмы на опослэ не зостали).

155 DUB, n° 28, p. 49-50. Dmitriev 2003, p. 170.

156 Voir ses lettres au prince Konstanty Ostrogski (DUB, n° 31, 33, p. 51-55).

157 DUB, n° 36, p. 57-58. Le monastère Saint-Sauveur de Kobryn était alors tenu par l’archimandrite Jonasz Hohol, favorable à l’Union. De toute évidence, l’entrevue eut lieu dans ce couvent. Il faut signaler, en outre, que la grande majorité des chercheurs date à tort le texte d’après le calendrier grégorien, or les indications données par rapport à la fête de Pâque orthodoxe montrent que les auteurs de la lettre utilisèrent le calendrier julien.

158 Une synthèse sur la position ambiguë du métropolite à l’Union est présentée dans : Tymošenko 2000b ; Kempa 2002.

159 DUB, n° 18, p. 35-36. Il ne nous a pas été possible de consulter l’original du document, mais Leonid Timošenko signale qu’il est conservé dans les Archives de l’Institut d’histoire de l’Académie des Sciences à Saint-Pétersbourg, dans la collection de l’évêque Pavel Dobrokhotov (ASPbII RAN, F. 52, inv. 2, cart. 8, n° 8/13). Voir Tymošenko 2000b, p. 104.

160 Mikhail Dmitriev soutient que la lettre de Rahoza « complète et accompagne l’Instruction », justifiant par là l’absence de la signature du métropolite au bas des articles (Dmitriev 2003, p. 166).

161 Les second et troisième articles demandaient au roi de garantir au métropolite sa charge jusqu’à sa mort, une place au Sénat et toutes les libertés accordées aux prélats latins. Cependant, il n’est pas exclu que Terlecki agissait déjà en prévision de reprendre la charge métropolitaine, à la suite de Rahoza.

162 Voir DUB, n° 20-21, 25, p. 39-43, 46-47.

163 DUB, n° 21, p. 42.

164 DUB, n° 36, p. 58.

165 Rien n’indique l’identité exacte des personnes visées par Rahoza. Cependant, il est possible que les lettres patentes concernassent des individus impliqués dans la querelle du métropolite avec Janusz Zasławski (AJuZR, P. 1, t. 1, n° 108, p. 451-452) ou les consuls de L’viv (MCSL, t. 1/1, n° 355, p. 605-606). Mikhail Dmitriev rappelle que le bannissement pouvait difficilement concerner Gedeon Bałaban car le roi se montrait encore peu enclin à confirmer la déposition prononcée en juillet 1594 (MCSL, t. 1/1, n° 358, 362p. 611-612, 617). Tomasz Kempa suggère à son tour que les personnes visées pouvaient renvoyer à l’archimandrite de Kiev Nicefor Tur ou au prédicateur Stefan Zizania (Kempa 2002, p. 74).

166 Annexes 11 et 12. L’Instruction des évêques fut sans doute présentée à la cour dès février 1595, au moment du séjour de Terlecki à Cracovie. Ces points furent alors discutés avec les représentants du clergé latin et aboutirent à un « brouillon » qui étoffa lInstruction avec des questions dogmatiques et rituelles. Le document connu par une copie du XVIIIe siècle sous le titre Accord des clergés latin et ruthène (Umowa duchowieństwa łacińskiego i ruskiego) est publié dans DUB, n° 90, p. 141-143. Il faut signaler qu’Atanasij Velykyj et, à sa suite, Mikhail Dmitriev inscrivent ce document dans le contexte du mois de septembre 1595 (Dmitriev 2003, p. 193-194). Toutefois, le contenu du texte et la mention de Terlecki comme seul intervenant dans les négociations invitent à le rattacher à la première visite de l’évêque de Luc’k à Cracovie au début de l’hiver de la même année. Voir Žukovič 1901a, p. 125-126.

167 Les articles dogmatiques furent longuement développés dans un fascicule anonyme, attribué à Pociej et intitulé Union des Grecs avec l’Église romaine (RIB, t. 7, p. 111-168).

168 En particulier, il n’est pas certain qu’un véritable synode métropolitain ait pu se réunir à Brest en juin 1595. La seule indication précise à ce sujet provient de deux dépêches du nonce Malaspina : LNA, t. 2, n° 490, 493, p. 60-63. Si une telle rencontre put avoir lieu, elle prit sans doute la forme d’une assemblée restreinte des principaux hiérarques ruthènes. Sur ce point, il semble erroné d’affirmer, comme le fait Tomasz Kempa, que l’archevêque latin de L’viv, Jan Dymitr Solikowski, fut présent à cette rencontre. Cette supposition provient d’une lettre de Pociej du 11 juin 1595, qui annonce que le « Père archevêque » a reconnu et signé « tous les articles » (Kempa 2000b, p. 112). La lecture attentive du document montre ainsi que le terme renvoie ici à Rahoza – qualifié parfois du terme « archevêque » – et non au prélat latin.

169 Dmitriev 2003, p. 174-177.

170 L’original polonais du texte est conservé dans les Archives vaticanes (AAV, A. A., Arm. I-XVIII, n° 1859) et reproduit dans DUB, Tab. 3-7.

171 AAV, A. A., Arm. I-XVIII, n° 1732, 3r-3v (voir Annexe 11/2).

172 Le sceau de Zagorski peut également être authentifié grâce aux initiales H-I (Hrehory Iwanowicz [Zagorski]), présentes de part et d’autre de la mitre épiscopale.

173 Les deux signatures divergent par la plume et la titulature employée : 1) « кири(л) божию ми(лост)ью екса(р)хъ епископъ лу(ц)ки(й) и wст(р)о(з)ски(й) рукою власною » 2) « кири(л) те(р)ле(ц)ки(й) еписко(п) лу(ц)ки(й) вла(с)ною рукою » (Annexe 11/2).

174 L’empreinte de cette seconde matrice reste incomplète mais comporte les bouts de texte suivants : « [...]илъ божiю м[...]стью [...]ксар епiско луц[...] ».

175 Voir par exemple la déclaration de Kopysteński dans Prochaska 1896, p. 569.

176 DUB, n° 79, p. 126-127. Cet épisode est analysé en détail dans Dmitriev 2003, p. 190-192.

177 Annexe 11/3.

178 Voir supra.

179 D’importants renseignements proviennent de l’inventaire des archives de l’évêché de Luc’k fait en 1595. D’après le document, au début de cette même année, Terlecki disposait encore de trois feuillets vierges sur les quatre récupérés à Brest en juin 1590 (signés par Pełczycki, Bałaban et Zbirujski) et de trois autres parchemins reçus à Sokal’, après avoir utilisé un quatrième exemplaire vraisemblablement pour le texte ruthène préparé à Torčyn (Akty JuZR, t. 1, n° 218, p. 263).

180 Dmitriev 2003, p. 226-228.

181 DUB, n° 47, p. 82-87.

182 DUB, n° 48, p. 87-88.

183 Voir les lettres publiées dans Kempa 2000b, p. 107-128. La question de l’implication du voïvode dans les négociations est abordée dans Kempa 1997a.

184 Kempa 2000b, p. 117.

185 Le voïvode faisait référence à une récente entrevue avec plusieurs seigneurs calvinistes, qui auraient affirmé au sujet du métropolite de Kiev : « ne le croyez pas, car il n’y a en lui ni constance ni vérité, il vous raconte une chose et une deuxième à d’autres ». De fait, de telles ambigüités ressortent de la correspondance de Rahoza. En effet, le 30 (20) août , le métropolite et l’évêque coadjuteur de Polack Zagorski écrivaient à Mikołaj Krzysztof Radziwiłł pour l’assurer de la constance de leur engagement en faveur de l’Union (Golubev 1883-1898, t. 1, n° 12-13, p. 41-45). Pourtant, dans sa lettre à Skumin-Tyszkiewicz, rédigée la veille, Rahoza prétendait qu’il ne soutenait nullement les initiatives de Pociej et de Terlecki, qui auraient agi à leur guise, sans aucune consultation préalable (DUB, n° 80, p. 127-128).

186 Pociej 1597, p. 101.

187 DUB, n° 51, p. 91-92.

188 LNA, t. 2, n° 509, p. 70-71. Atanasij Velykyj date ce document entre le 12 et le 15 septembre 1595. Cependant la collection des sources, réunie par Andrej Šeptyc’kyj (MUH, t. 1, n° 169, p. 92), cite une autre version de ce texte avec la date du 21 juillet de la même année. Nous avons suivi cette deuxième datation qui paraît plus convaincante. La dépêche parle en effet des documents présentés par les Ruthènes or Malaspina transmit à Rome les XXXII Articles dès le 1er août 1595. On comprend donc difficilement pourquoi la question aurait été reprise en septembre.

189 Jerzy Radzwiłł avait étudié à Rome à la fin des années 1570, avant d’exercer la charge d’évêque de Vilnius pendant douze années (1579-1591). Goślicki avait également effectué sa scolarité dans les différentes universités de la péninsule italienne et, à partir de 1586, occupa plusieurs sièges épiscopaux situés dans les régions peuplées d’importantes communautés ruthènes : Kam’janec’-Podil’s’kyj (1586-1590), Chełm (1590-1591), Przemyśl (1591-1601). Enfin, Lew Sapieha possédait, par ses origines et ses fonctions, de nombreux liens avec les Ruthènes de Lituanie.

190 DUB, n° 53, p. 92. Dans sa lettre au voïvode de Kiev, le roi prétendait que la convocation du synode ne relevait pas de sa compétence et devait provenir d’une initiative de l’épiscopat.

191 DUB, n° 53, p. 94-95. Voir Dmitriev 2003, p. 187-188.

192 Kempa 2008a, p. 323-328.

193 Kempa 2007, p. 76-90.

194 Sipayłło 1983, n° 6, p. 596-599.

195 Ibid., p. 596.

196 Kempa 2007, p. 553-555.

197 Voir Christin 1997. La thèse proposée par cet ouvrage est examinée et nuancée dans Micallef 2010, p. 211-216.

198 Voir Rybalt 2003.

199 LNA, t. 2, n° 511, p. 75.

200 LNA, t. 2, n° 509, p. 71.

201 LNA, t. 2, n° 510, p. 73.

202 LNA, t. 2, n° 506, 510, p. 69, 71-74.

203 LNA, t. 2, n° 511, p. 74-78.

204 Cette mention semblait renvoyer à la déclaration d’Ostrogski du 4 juillet 1595. Voir supra.

205 Halecki 1958, p. 305-310.

206 LNA, t. 2, n° 524, p. 87-88.

207 DUB, n° 119, p. 176-177.

208 DUB, n° 113, p. 173. Dès le mois de septembre, le cardinal neveu Cinzio Aldobrandini cherchait à avoir des informations précises sur le climat religieux de Venise pour prévenir les éventuelles « mauvaises intentions des Grecs » à l’égard de l’ambassade ruthène (DUB, n° 96, p. 153-154).

209 Woś 1989.

210 Le premier texte demeuré anonyme fut publié pour la première fois par le carme Thomas á Jesu dans le sixième livre de son recueil De procuranda salute omnium gentium (Anvers, 1613), réédité dans MUH, t. 1, n° 198, p. 116-128. Le second rapport fut rédigé par le dominicain Pedro Juan Zaragoza de Heredia, alors assistant du maître du Sacré Palais Bartolomé de Miranda. Il fut conservé grâce à une copie envoyée à l’humaniste padouan Gian Vincenzo Pinelli le 16 décembre 1595 (DUB, n° 137, p. 193-197).

211 Voir Jobert 1974, p. 339 ; Dmitriev 2002, p. 57-60. Oscar Halecki prétend au contraire que les pourparlers trainèrent précisément en raison des conditions posées par les Ruthènes, mais n’explique pas pourquoi l’ambassade ne se mit sur le chemin du retour que deux mois après la cérémonie de l’Union (Halecki 1958, p. 222).

212 La bulle pontificale Magnus Dominus du 23 décembre 1595, qui promulguait l’Union avec les orthodoxes polono-lituaniens, énonçait ainsi que « la divine miséricorde avait permis aux Ruthènes d’émerger des flots du Schisme, par le repentir, la conversion et la pénitence ». Plus loin, le texte parlait à plusieurs reprises du retour des évêques kiéviens auprès de leur mère l’Église romaine et le pontife romain, Vicaire du Christ sur terre. Pour finir, le document chargeait le cardinal grand pénitencier Giulio Antonio Santorio d’absoudre « dans le for externe et dans le for interne les deux évêques ruthènes, leurs familiers et leurs serviteurs, ainsi que tous les autres Ruthènes présents à Rome de toutes les excommunications, suspenses, interdictions et autres censures et peines ecclésiastiques qu’ils purent encourir à cause des schismes, hérésies et erreurs diverses ». Au cours de la cérémonie, Santorio accorda par ailleurs à Pociej et à Terlecki la faculté d’absoudre le métropolite et les évêques qui, par la suite, pourraient faire de même pour leur clergé et leurs populations (DUB, n° 145, p. 217-226). L’acte d’absolution lui-même indiquait que, dans la conception de la Curie, l’Union ruthène était une forme de conversion des schismatiques, avec le droit de maintenir le rite oriental tant qu’il n’entrait pas en contradiction directe avec les dogmes de l’Église latine.

213 DUB, n° 76, p. 124.

214 DUB, n° 92, p. 147.

215 DUB, n° 131, 133, p. 185, 190.

216 Il s’agit des cardinaux Giulio Antonio Santorio, Francisco de Toledo, Paolo Emilio Sfondrati, Pedro de Deza et Domenico Pinelli (DUB, n° 142, p. 203).

217 Cette expertise dogmatique au sens strict rappelle en effet les réserves exprimées par le cardinal Toledo un an auparavant, au sujet de la profession de foi destinée à l’Union des coptes d’Alexandrie. Voir Buri 1931, p. 148-149.

218 DUB, n° 130, p. 184.

219 DUB, n° 158, p.248-249.

220 Voir Buri 1931. Les négociations entre la papauté et l’Église copte d’Alexandrie, depuis le concile de Ferrare-Florence sont abordées dans Hamilton 2006, p. 51-82.

221 Voir en particulier Peri 1973. L’Instruction fut publiée dès 1596 sur les presses pontificales, avec l’ajout de la constitution Sub catholicae d’Innocent IV (1254) et de quelques autres lettres et bulles pontificales relatives à cette question : Perbreuis instructio 1596. Une nouvelle édition vit le jour dès l’année suivante (Peri 1975, p. 21-22).

222 Une partie de la documentation laissée par la congrégation se trouve aujourd’hui dans les Archives historiques de Propaganda Fide (APF, Miscellanee Diverse, vol. 21, f. 106r-379v). Plusieurs extraits de ce dossier ont été publiés dans Peri 1975, p. 210-282. Voir également Karalevskij 1913.

223 Karalevskij 1913, p. 349.

224 Voir Peri 1996.

225 [...] non ad omnia Latinorum agendos Graecos statutum est, sed ab abusibus tantum revocandos, ritus vero suos non damnabiles illis permittendos (Karalevskij 1913, p. 352).

226 Ibid., p. 356.

227 DUB, n° 143-144, p. 211-216. L’édition de Velykyj offre également les reproductions de la version ruthène du texte. La graphie employée semble indiquer que les documents furent rédigés de la main même des évêques et peut-être traduits par Pociej lui-même, probablement sous le contrôle des clercs latins polonais qui faisaient partie de la délégation. Terlecki dut en revanche se contenter de recopier le document de l’évêque de Volodymyr, en raison de son ignorance du latin. Pour certaines notions, inexistantes dans l’Église orthodoxe kiévienne et donc absentes du vocabulaire ruthène, le traducteur se tourna vers une translitération du polonais. Le « purgatoire » fut ainsi rendu dans la version ruthène par « чистецъ » (du polonais czyściec). En revanche, il apparaît que les hiérarques ruthènes furent gênés pour expliciter cette notion et hésitèrent entre le recours au latin ou au polonais avec un sens théologique qui déviait d’ailleurs légèrement du formulaire d’origine. Le passage « [...] eorum animas poenis Purgatorii post mortem purgari » devint en effet « таковыхъ души пургаторнымъ тое(ст) чистителнымъ wгнемъ по смерти чистети ». De même, les « indulgences » posèrent encore davantage de difficultés puisque la translitération ruthène conserva même, sans l’adapter, le génitif latin : « wтпустовъ, тоест инъдулыенцыарумъ моцъ [...] ». Il faut noter également que la « transsubstantiation » fut traduite en translitérant le terme grec μετουσίωσις : МЕТУЗЫWЗИНЪ. L’inscription du mot en lettres majuscules laisse penser qu’il parut inhabituel aux évêques et ne relevait donc pas de l’usage courant de la métropolie de Kiev.

228 Breuis orthodoxae fidei professio 1595.

229 Voir l’analyse présentée dans Nowakowski 2004, p. 59-65.

230 DUB, n° 137, p. 193-194.

231 La date peut renvoyer au début du travail de la congrégation ou plus simplement à une erreur du copiste (MUH, t. 1, n° 344, p. 230).

232 BDP, t. 10, n° 92, p. 213.

233 Dans son commentaire sur les XXXII Articles, Zaragoza de Heredia abordait ainsi le 16e point consacré aux mariages mixtes et faisait remarquer sur l’interdiction du remariage : « cet anathème est tourné directement contre Luther et Calvin, Bucer et les autres monstres de Germanie, mais indirectement il est contre les Grecs qui observent sans réfléchir ce que défendent les hérétiques » (DUB, n° 137, p. 195). Le théologien dominicain craignait que des personnes mariées dans le rite grec pussent ensuite contracter une nouvelle union dans l’Église latine, non informée de leur premier engagement.

234 Le meilleur exemple provient de la polémique créée en Occident, dans les années 1570-1580, autour des contacts avortés entre le patriarche Jérémie II et les théologiens luthériens de Tübingen (Gudziak 2001, p. 34-38).

235 Un passage de l’Historia Collegii Graecorum de Urbe indique notamment qu’Hipacy Pociej aborda permultas et perdifficiles quaestiones avec Pietro Arcudio qui s’entretint avec l’évêque ruthène à plusieurs reprises (Legrand 1895, p. 214).

236 DUB, n° 149-150, p. 235-239 ; AJuZR, P. 1, t. 1, n° 116, p. 482-485 ; Niemcewicz 1860, p. 274-277. La lettre adressée au primat provient d’une copie avec de nombreuses coquilles : le document est ainsi daté du 13 juin au lieu du 13 janvier et le récit situe la cérémonie d’Union le 27 décembre au lieu du 23. Pour autant les faits relatés et le style proche des autres écrits de Pociej semblent confirmer l’authenticité du texte.

237 Dmitriev 2003, p. 202-203.

238 L’histoire du document envoyé au hiérarque de L’viv connut plusieurs rebondissements. Selon les sources du tribunal châtelain de Volodymyr, le document parvint au départ dans les mains du frère de Cyryl Terlecki, Jarosz, qui le transmit à son tour à Grzegorz Bałaban, neveu de Gedeon, dans les premiers jours de mars 1596. En ouvrant la lettre, Grzegorz y aurait trouvé du poison qui faillit lui être fatal (AJuZR, P. 1, t. 1, n° 116, p. 482-485). Un mois plus tard, il fut de nouveau victime d’une tentative d’empoisonnement perpétrée par les serviteurs de l’évêque de Luc’k, rentré de Rome (AJuZR, P. 1, t. 1, n° 117, p. 485-489). Si ces faits paraissent plausibles, en raison du conflit qui opposait Cyryl Terlecki à Grzegorz Bałaban pour la possession de l’archimandritat de Žydyčyn, ils font peser plusieurs interrogations sur les intentions des auteurs de la lettre. En effet, comment expliquer qu’elle ne fut transmise à son destinataire que deux mois après la date de sa rédaction ? De même, si elle n’était qu’un prétexte pour assassiner Grzegorz, pourquoi fut-elle adressée à son oncle Gedeon ?

239 Dès le 11 janvier 1596, les deux évêques déposèrent une longue requête écrite (memoriale) pour solliciter une audience auprès du pontife (Krajcar 1966a, p. 131). Les papiers du cardinal Santorio indiquent que le pape ne put recevoir les hiérarques avant le début du mois de février en raison des nouvelles crises de goutte qui l’affectèrent à partir de la mi-janvier. Les questions pendantes furent donc abordées au préalable avec les cardinaux, parmi lesquels devaient se trouver Santorio lui-même.

240 « Co się dotycze spraw naszych, to z łaski bożej lepiej odprawione aniźliśmy się spodziewali [...] » (Niemcewicz 1860, p. 275).

241 DUB, n° 167, p. 259.

242 DUB, n° 171-186, p. 264-289.

243 DUB, n° 170, p. 263-264. Le pape choisit également de déléguer Pietro Arcudio et Giorgio Moschetti, un autre ancien élève du Collège grec originaire de Candie, pour organiser la fondation du futur séminaire. Les réticences exprimées par Arcudio, désireux de rentrer dans son île natale et chargé de mauvais souvenirs de son premier séjour dans la République polono-lituanienne, ne suffirent pas à modifier le projet pontifical. Il fut désigné comme le responsable de la mission pour laquelle un ordre officiel fut émis le 4 février 1596 (BN, Mss. Ital. 2144, p. 76). En compensation, Arcudio reçut une pension de 500 écus d’or destinés à financer les besoins matériels des deux hommes et permettre l’achat de livres et de mobilier liturgiques, au moment de leur passage à Venise (DUB, n° 289, p. 450-451). Voir Pidrutchnyj 1973, p. 256-259.

244 DUB, n° 171, p. 265 : Tum generatim Maiestatem Tuam paterne hortamur, ut capita et articulos a ruthenis Episcopis oblatos, iis in rebus, quae ad Te praecipue pertinent [...] exequaris [...].

245 DUB, n° 181, p. 277-281.

246 En effet, selon toute vraisemblance, les évêques ne furent pas invités à consulter longuement la bulle Magnus Dominus du 23 décembre 1595 et n’eurent au départ qu’une idée relativement vague de la définition romaine, donnée à l’Union.

247 Cette recommandation romaine était, en outre, contraire à la législation princière qui, dès 1584, reconnaissait aux Ruthènes l’usage de l’ancien calendrier, sans parvenir à mettre fin aux tensions (AZR, t. 3, n° 139, 166, p. 280-281, 315-316). Voir Szulc 2011 ; Stradomski 2004.

248 Voir en particulier l’ouvrage bilingue de Pociej : Harmonia, albo concordantia wiary, sakramentów y ceremoniey Cerkwi Ś. Orientalney z Kościołem Ś. Rzymskim, Vilnius, 1608 (RIB, t. 7, p. 168-222).

249 Krajcar 1966a, p. 132.

250 Krajcar 1970, p. 112.

251 Il s’agissait du Psautier publié en novembre 1593 à Vilnius sur les presses des Mamonicz (Nemirovskij 2012, p. 21-22). Cet exemplaire annoté en latin fut offert par Pociej à l’évêque d’Évreux, Jacques Davy Du Perron, qui se trouvait alors à Rome et qui le ramena plus tard dans son diocèse normand (Bibliothèque-Médiathèque d’Évreux, section Fonds patrimonial, Ms. Etr. 3). Même si la dédicace semble remercier le prélat français pour son aide (in perpetuam officiorum memoriam), il difficile de savoir quelle fut son implication dans les négociations de l’Union ruthène.

252 Ibid., p. 110.

253 Ibid., p. 114-118. Le document fut sans doute imprimé dans la seconde moitié du mois de février 1596 car le 8, seule la moitié des tables était achevée.

254 « Ита2кь порядькомь своимь втои таблицы поступовати маешь яко и перьве8 быва2ло, кдыжь ста2ра2я пAсхAлыя и порядокь свять вне8 wписAны8 не tменилься и нивчомь не есть нAрушонь ».

255 Jan Krajcar rappelle ainsi que l’auteur du traité Sur l’unique et véritable foi orthodoxe (1588), composé par le prêtre Bazyli (Surażski) d’Ostroh indiquait que les tables pascales byzantines étaient largement connues et répandues en Pologne-Lituanie, dans une version réarrangée par Agafon de Novgorod vers 1540 (Krajcar 1970, p. 113).

256 Des bribes des Tables pascales de 1596 furent retrouvées à Vilnius par Jakov Golovackij à la fin du XIXe siècle (Golovackij 1877, p. XXVIII-XXXIV).

257 DUB, n° 193, p. 291-294.

258 Annexe 9.

259 Gudziak 2001, p. 237-238.

260 MUH, t. 3, n° 127, p. 238-242 et APF, SC, Ser. I, Moscouia, Polonia, Ruteni, Senza data, f. 347r-347v.

261 DUB, n° 194-195, p. 294-297. Dès le 10 février, Clément VIII avait pris à sa charge la confection de ces habits solennels comme cadeaux destinés aux hiérarques (DUB, n° 188, p. 289-290).

262 DUB, n° 196, p. 297-300.

263 PKK2, t. 1, n° 4-5, p. 143-148.

264 En cédant le bénéfice à ses enfants, Paweł précisait d’ailleurs que sa décision était motivée par son âge avancé et, par là, son incapacité de défendre les biens du monastère face aux assauts répétés des voisins (PKK2, t. 1, n° 5, p. 147).

265 Même si Pociej prétendait être le détenteur exclusif du bénéfice de Saint-Sauveur (AJuZR, P. 1, t. 6, n° 84, p. 208-211), les Orański conservèrent durant de nombreuses années les revenus des propriétés du monastère. Il fallut attendre 1602 pour que Heliasz Orański, le dernier fils de Paweł, acceptât de transférer l’usage d’une partie des domaines au chapitre de Volodymyr (DIU, n° 65, p. 111). Ce dernier ne récupéra l’ensemble du bénéfice qu’après la mort d’Heliasz en 1610 (DIU, n° 128, p. 136-137). Cependant, la famille Orański n’oublia pas ses droits sur le monastère et, en 1633, celui-ci devint l’objet d’un nouveau conflit entre l’évêque de Volodymyr Józef Bakowiecki et l’archimandrite basilien Pachomiusz Wojna-Orański (DIU, p. 41 et DIU, n° 357-263, 271, p. 210-218, 224-225).

266 Kempa 2002, p. 61-62. Le 5 mai 1595, Sigismond III avait autorisé Rahoza à placer sous séquestre les biens du couvent mais l’opposition de la communauté monastique empêcha l’exécution du décret royal (Akty JuZR, t. 2, n° 161, p. 194-195).

267 Voir supra.

268 Halecki 1958, p. 341.

Table des illustrations

Titre Fig. 6 – Les documents de Sokal’ et les signes de validation des déclarations unionistes (1594-1595).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/12522/img-1.png
Fichier image/png, 692k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search