Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Deuxième partie. Une frontière épanouie (1575-1635)

Chapitre VIII. Le Saint-Office, garant de la frontière religieuse

Texte intégral

  • 1 « ...che la Sacra Santa Fede Cattolica, senza la quale è impossibile piacer a Dio, in questa notra (...)

« ...Que la Très Sainte Foi Catholique, sans laquelle il est impossible de plaire à Dieu, soit maintenue pure et immaculée dans notre juridiction, et que ceux qui, par faiblesse ou pour un autre motif, l’ont abandonnée par l’apostasie et le reniement, retournent dans le giron de la Sainte Église... »1.

1Ce fut à la fin du xvie siècle, en 1574, que le premier Inquisiteur envoyé par la Congregazione della suprema e universale Inquisizione, qui avait été instituée en 1542 par Paul III Farnèse, s’établit dans le port de Malte. Sa venue résultait de la volonté même de l’Ordre, qui souhaitait lutter contre les tentations de certains chevaliers et de plusieurs laïcs maltais de se convertir au protestantisme. À l’époque moderne, Malte présentait ainsi la caractéristique d’être, en Méditerranée occidentale, la seule île sous autorité espagnole, à posséder un tribunal romain, qui devait du reste, mener le même travail de surveillance religieuse que l’Inquisition espagnole. Bien vite toutefois, la charge de l’Inquisiteur devait dépasser le simple cadre de la défense du catholicisme contre les courants réformistes, pour se spécialiser dans une lutte contre un danger nouveau pour l’identité et l’homogénéité de la société maltaise : l’apostasie et l’adhésion à l’Islam. Par un travail de reconstruction et d’épuration identitaire et religieuse, l’Inquisition devait jouer un rôle déterminant, en punissant les transgressions, puis en éduquant et en faisant vivre les Maltais dans la peur et dans l’ignorance ou la méconnaissance de l’autre.

  • 2 Bartolomé Bennassar, « Le pouvoir inquisitorial », in Bartolomé Bennassar (dir.), L’Inquisition esp (...)
  • 3 Jean-Pierre Dedieu, « L’Inquisition et le droit. Analyse formelle de la procédure inquisitoriale en (...)
  • 4 Catherine Brault-Noble, Marie-José Marc, « L’unification religieuse et sociale : la répression des (...)
  • 5 Jaime Contreras, Pouvoir et Inquisition en Espagne au xvie siècle, trad. fr., Paris, 1997 (1re éd., (...)
  • 6 Bernard Vincent, « L’Inquisition et l’Islam », in Monitor ISH, vol. IV, n° 1-4, 2002, p. 7-14.
  • 7 Louis Cardaillac (dir.), Les Morisques et l’Inquisition, Paris, 1990.
  • 8 Maria Ghazali, « La procédure inquisitoriale espagnole », in Autour de l’Inquisition. Études sur le (...)
  • 9 Andrea Errera, Processus in causa fidei. L’evoluzione dei manuali inquisitoriali nei secoli xvi-xvi (...)

2L’étude des très nombreux procès du Saint-Office de Malte, entre 1575 et 1670, permettait alors de retracer fidèlement le fonctionnement du système inquistorial, dans ce qu’il reflétait de contrôle social et religieux. La recherche était déjà très avancée sur ce sujet. Les diverses études de Bartolomé Bennassar2, Jean-Pierre Dedieu3, Catherine Brault-Noble et Marie-José Marc4, Jaime Contreras5, Raphaël Carrasco, Bernard Vincent6, Louis Cardaillac7, Maria Ghazali8 sur l’Inquisition espagnole, ainsi que l’excellent travail d’Andrea Errera9 sur l’évolution des manuels à l’usage des Inquisiteurs romains, ont constitué un support historiographique nécessaire à la compréhension des rouages de l’unique institution habilitée à châtier les dissidents et à les rééduquer, en vue de leur réinsertion dans la conformité religieuse et morale des sociétés catholiques méditerranéennes.

  • 10 Alexander Bonnici, Medieval and Roman Inquisition in Malta, Malte, 1998.
  • 11 Frans Ciappara, Society and the Inquisition in Early Modern Malta, Malte, 2000.
  • 12 Carmel Cassar, Witchcraft, Sorcery and the Inquisition. A Study of cultural values in Early Modern (...)
  • 13 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta, Malte, 2000.

3Du côté maltais, les travaux sont plus rares : outre ceux d’Alexander Bonnici10, centrés sur l’histoire du fonctionnement du Saint-Office, nous pouvons citer le très récent ouvrage de Frans Ciappara11, qui présente l’intérêt d’étudier le déroulement des différents procès et de montrer l’influence de l’Inquisition sur la société portuaire, à une époque largement postérieure à la nôtre (second xviiie siècle). Enfin, mentionnons les études intéressantes de Carmel Cassar12 sur les procès des sorcières et des déviantes aux xvie et xviie siècles ; il est toutefois étonnant que l’auteur, spécialiste d’histoire religieuse et des procès inquisitoriaux, ne mentionne pas du tout, dans son ouvrage sur la société et l’identité maltaise, la présence et le rôle du Saint-Office dans la structuration de l’identité maltaise, à la fin du xvie siècle13. Hormis Frans Ciappara, l’historiographie maltaise s’est donc jusqu’à présent peu intéressée aux procès des renégats et au danger que représentaient pour une île-frontière les tentations troublantes de l’autre et de la transgression. Encore une fois sans doute, faut-il y voir un oubli délibéré et une volonté toujours ferme chez les Maltais d’aujourd’hui, de nier l’existence d’ancêtres renégats, qui osèrent en leur temps, franchir la rupture entre les civilisations.

  • 14 Bartolomé et Lucile Bennassar, Les Chrétiens d’Allah. Histoire extraordinaire des renégats (xvie-xv (...)
  • 15 Anita Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles de la Méditerranée, Thèse de doctorat (...)
  • 16 Francesco Renda, L’Inquisizione in Sicilia. I fatti. Le persone, Palerme, 1997.
  • 17 Lucia Rostagno, Mi faccio Turco. Esperienze ed immagini dell’Islam nell’Italia moderna, Rome, 1983.

4Des procès maltais se dégageait ainsi le profil de nombreux déviants, dont certains, comme les protestants, les blasphémateurs ou les sorciers, représentaient le péril ordinaire de tous les territoires catholiques, mais dont une grande majorité (les renégats) reflétaient le danger inhérent aux lieux même de la frontière méditerranéenne. Ce travail centré sur les renégats, qui occupe une part plus importante de notre chapitre, n’était évidemment pas nouveau : à la fin des années 1980, un intérêt original pour les nombreux « chrétiens d’Allah » avait permis la réalisation de thèses et d’ouvrages fondateurs d’une nouvelle réflexion concernant le franchissement mental et religieux de la frontière des civilisations. L’étude menée en 1989 par Lucile et Bartolomé Bennassar14, à partir d’un panel de 1 550 renégats, qui venait compléter celle d’Anita Gonzalez15 sur les tribunaux inquisitoriaux de Sicile, de Sardaigne et des Baléares, a été complétée plus récemment par celle de Francesco Renda16 sur l’Inquisition sicilienne aux xvie et xviiie siècles. La péninsule italienne n’avait pas été laissée de côté, et les travaux de Lucia Rostagno17, menés en 1987 dans diverses archives italiennes, avaient notamment permis de basculer de la simple étude du processus de reniement, à celui de la confrontation entre l’Inquisiteur et les renégats.

5Dès lors, l’étude conjuguée dans les archives maltaises, des différents moyens de contrôle portuaire et de censure des esprits, du déroulement des procès et de l’élaboration du discours inquisitorial, puis des cérémonies de réconciliation, qui étaient accompagnées parfois de catéchèse pour les renégats qui avaient abjuré tout enfants, permet de prendre pleinement conscience du rôle essentiel que joua à Malte, durant plus d’un siècle, le Saint-Office dans l’affirmation et la préservation de la frontière religieuse.

LE CONTRÔLE INTRANSIGEANT DE LA PURETÉ RELIGIEUSE

LE SAINT-OFFICE DE ROME À MALTE

Les problèmes religieux du xvie siècle

  • 18 A. Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles de la Méditerranée... cit., p. 18-19.
  • 19 Alexander Bonnici, Medieval and Roman Inquisition in Malta, Malte, 1998, p. 2.
  • 20 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 5.

6L’installation d’une Inquisition de type moderne à Malte fut tardive, en comparaison avec les autres îles espagnoles de Méditerranée occidentale, où le Saint-Office était déjà installé officiellement dès la fin du xve siècle. C’était en Sicile que le Saint-Office fut présent le plus précocement (en 1487) lorsque Torquemada nomma Antonio de la Peñ a Inquisiteur de l’île ; en ce qui concernait les Baléares, le tribunal inquisitorial exista à partir de 1492, tandis que la Sardaigne connut des débuts plus laborieux et que son tribunal ne fonctionna réellement qu’à partir du début du xvie siècle18. Le retard maltais s’expliquait quant à lui par la fragilité avérée de l’archipel au Moyen Âge, qui, jusqu’au nouveau conteste méditerranéen d’affrontement des rives et à l’installation des Hospitaliers en 1530, suscitait un intérêt très modéré de la couronne espagnole. À en croire Alexander Bonnici, il semble que le roi Alphonse d’Aragon créa une fonction d’Inquisiteur en 1433, dans le but de contrôler les îles maltaises, mais elle n’eut aucune conséquence19. En réalité, la seule certitude quant à l’éventualité d’une présence inquisitoriale à Malte dans la seconde moitié du xve siècle, tient au rôle important des Dominicains dans l’île, dont le couvent était installé à Rabat (faubourg de Mdina) et qui étaient chargés à cette époque de la surveillance religieuse. Entre 1489 et 1497, deux Inquisiteurs siciliens, installés par le roi d’Aragon, furent en poste à Malte et se chargèrent de faire appliquer dès le début de l’année 1493, le décret d’expulsion des communautés juives de l’archipel20.

  • 21 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 11.

7Puis, alors que les tribunaux inquisitoriaux étaient établis et commençaient de fonctionner régulièrement dans les Baléares, en Sicile et en Sardaigne, nous ne trouvons plus trace à Malte, dans les premières années du xvie siècle, de l’existence d’une Inquisition espagnole. Dans un archipel trop peu peuplé (20 000 habitants en 1530) pour intéresser l’Église et stratégiquement trop peu important pour que le roi d’Espagne s’en souciât véritablement, la surveillance religieuse dépendit durant plus d’un demi-siècle de l’évêque de Malte. Six évêques étrangers, choisis par le roi d’Espagne parmi les membres du clergé de la péninsule italienne ou de Sicile, se succédèrent à Malte entre 1506 et 1531. Le roi d’Espagne appuyait ensuite leur candidature auprès du pape, qui les intronisait dans leurs nouvelles fonctions. Ces évêques avaient une charge pastorale et de surveillance du clergé insulaire, particulièrement du rôle des prêtres dans les casaux ; ils contrôlaient également les mariages célébrés dans l’île, surveillaient les couvents et avaient pour tâche de régler tous les éventuels dysfonctionnements ou tensions au sein du clergé insulaire comme au sein de la population civile21.

  • 22 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta fatta nel 1662, p. 18.
  • 23 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta... cit., p. 17.
  • 24 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta... cit., p. 18 ; voir également A (...)

8L’installation de l’Ordre constitua un grand changement dans le quotidien des évêques qui dépendaient dorénavant du Grand Maître et non plus du vice-roi de Sicile22. La présence des Hospitaliers modifia aussi légèrement le mode de recrutement des évêques : un manuscrit de la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence précise que les éventuels candidats maltais à la fonction épiscopale étaient désormais choisis au sein du clergé par le Grand Maître23. Cela ne concernait pas grand-monde : toujours selon la Relatione anonyme, au cours du xviie siècle, un seul évêque de l’archipel fut Maltais, à savoir Baldassare Cagliares (1614-1633), alors qu’au xvie siècle, les évêques avaient été tous étrangers24. L’ouverture de la fonction épiscopale aux membres du clergé insulaire témoignait peut-être du rôle acquis de l’île (et donc de ses éléments religieux) dans l’expression et le maintien de la frontière chrétienne ; mais cela pouvait tout aussi bien refléter la perte d’importance d’une fonction qui pouvait désormais être laissée sans danger aux insulaires : il est vrai qu’à partir de 1574, le pouvoir épiscopal avait été grandement occulté par l’autorité prédominante d’un Inquisiteur qui ne relevait que du pape.

  • 25 AOM 88, f° 154v., 4 mai 1553 (« ...nonullos sane doctrine adversantes in lutheram ac alias sectas i (...)

9Car avant l’installation du tribunal inquisitorial, et à partir du milieu du xvie siècle, les évêques firent un temps office d’Inquisiteurs, pour enrayer le développement de l’hérésie au sein du port. Le danger religieux à Malte était en effet apparu à partir de l’installation de l’Ordre ; depuis l’expulsion des juifs et en raison de la disparition progressive des musulmans en tant qu’esclaves ruraux, l’archipel maltais était caractérisé, depuis l’extrême fin du xve siècle, par une unité de foi. Ce fut donc l’arrivée des Hospitaliers qui engendra de nouveaux éléments de perturbation religieuse et sociale : outre les Rhodiens, de rite grec, qui furent installés près du Couvent, les chevaliers réintroduisirent à Malte l’esclavage des non-chrétiens. En outre, l’Ordre n’avait pas échappé à la diffusion des idées réformées : tandis qu’en 1540, la Langue d’Angleterre était supprimée, en réponse à l’indépendance religieuse d’Henri VIII, les chevaliers allemands se montraient sensibles aux idées nouvelles et les chevaliers français, majoritaires au Couvent, commençaient également à s’intéresser à la Réforme, suivant ainsi les nombreuses conversions nobiliaires dans le royaume. Très inquiet, le Grand Maître réclama une enquête en 1553 pour déterminer quel était le nombre de religieux et de laïcs touchés dans le port par l’hérésie protestante25.

  • 26 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta... cit., p. 18.
  • 27 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede (ACDF).
  • 28 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori che furono delegati nell’isola di Malta.

10Le problème de l’hérésie devint si crucial au milieu du xvie siècle, que les évêques obtinrent du pape la possibilité d’assumer la fonction d’Inquisiteurs à Malte. La Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta présente le premier d’entre eux : Domenico Cubbelles, natif de Saragosse, qui exerça un long magistère, de 1540 à 156626. Choisi par le Grand Maître parce qu’il était chapelain de l’Ordre, sa candidature avait été soumise à Charles Quint, qui l’appuya auprès du pape. Ce fut sous son magistère que se déroula un des procès les plus marquants de l’histoire maltaise, qui révéla à l’Ordre et aux autorités religieuses la réalité du danger de la diffusion des idées protestantes. Il n’y a aucune trace de ce procès à Malte, dans l’Archive of the Inquisition of Mdina, ni même dans les Archives du Saint-Office à Rome27. Les seules informations dont nous disposons sont extraites de récits postérieurs : une relation anonyme du xviiie siècle, qui se trouve à la Bibliothèque Municipale d’Aix-en-Provence, intitulée Relazione degl’Inquisitori che furono delegati nell’isola di Malta28, raconte par le menu les événements advenus sous le magistère de Domenico Cubbelles.

  • 29 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori..., p. 1.
  • 30 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 15.
  • 31 AOM 89, f° 25r., 5 novembre 1554.
  • 32 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori... cit., p. 1

11L’affaire débuta à l’époque du Grand Maître Juan de Homedes (1536-1553), au milieu des années 1540, dans un contexte particulier où l’Ordre venait de supprimer sa Langue d’Angleterre, et où les chevaliers suivaient certainement avec attention la création, par le nouveau pape Paul III Farnèse, du Saint-Office à Rome en 1542. En 1546 à Birgù, un certain François Gesuald, prêtre membre de l’Ordre, commença de prêcher au sein de la population insulaire en faveur des idées luthériennes, disseminando quella falsa dottrina e apprendendo falsi dogmi e insegnando di notte ai suoi discipolari29. Il noua de nombreuses amitiés, particulièrement avec des Maltais, comme le juriste Pietro Cumbo et le jeune Matteo Falson, capitaine de garde de Mdina (dont nous reparlerons), avant d’être condamné par le Grand Maître pour diffusion d’idées subversives et emprisonné dans le donjon du fort Saint-Ange30. L’affaire devait reprendre un peu plus tard : relâché pour bonne conduite, François Gesuald recommença ses prêches en faveur du protestantisme dès le début des années 1550, bénéficiant du soutien d’un prêtre de Birgù, nommé Andrea Axiac. Ils furent finalement dénoncés en 1554 : le 5 novembre 1554, le Conseil de l’Ordre condamna Gesuald à la perte publique de l’habit pour hérésie31, avant d’être remis aux mains de l’évêque Cubbelles. Les hérétiques maltais, dont le prêtre Axiac, acceptèrent d’abjurer leurs erreurs, mais Gesuald, qui s’obstinait, fut condamné au bûcher. Le manuscrit aixois précise que sur le chemin qui le conduisait à son supplice, le religieux français continuait à predicare i suoi errori, et qu’il fallut le bâillonner pour l’empêcher de parler32.

  • 33 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori... cit., p. 3.
  • 34 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 20.

12Dans ce contexte agité, en 1561, Domenico Cubbelles fut investi du pouvoir d’Inquisiteur à Malte par le pape Pie IV33. La raison tenait d’abord au procès lui-même, car ni l’évêque, ni les Hospitaliers hostiles à la Réforme n’avaient oublié que Gesuald avait été un prêtre au service de l’Ordre. Mais surtout, le Grand Maître, qui s’en était ouvert au pape, craignait de voir se diffuser largement le protestantisme parmi les chevaliers. Certes, la décision pontificale de 1561 ne satisfit pas du tout Jean de La Valette, qui eût préféré que le pape fît le choix d’investir le Grand Maître de la fonction d’Inquisiteur au sein de son propre Couvent34, plutôt que de confier cette tâche à l’évêque. Mais l’époque n’était guère propice aux querelles de pouvoir interne, et l’Ordre avait ces années-là d’énormes soucis militaires. Ainsi, l’Inquisition romaine venait de faire son apparition sur la scène maltaise et ne devait dès lors plus jamais la quitter.

  • 35 ACDF, St. St. II 1-e bis, Registrum Sententiarum Sancti Officii di Malta (1563-1575), ff° 48v.-49r. (...)
  • 36 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff° 1r.-53r., procès de Domenico Cubbelles (1563-1564).
  • 37 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff° 7r.-9r., 22 juillet 1563.
  • 38 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff° 87r.-88v., 29 mai 1575.
  • 39 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff° 32r.-34r., 8 septembre 1563.
  • 40 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff° 107v.-110r., 26 novembre 1575 (« ...fu stato denunciato [...] Bartolo (...)

13Dès l’investiture de Cubbelles, le Saint-Office de Rome manifesta pour l’archipel maltais un intérêt nouveau, palpable dans l’Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede : à partir de 1563, nous trouvons plusieurs liasses des différents procès que mena l’évêque-inquisiteur contre les hérétiques de l’île. C’est ainsi que nous retrouvons la trace de Matteo Falson, de Mdina, qui avait soutenu François Gesuald. Absous en 1546, Matteo Falson comparut de nouveau devant Cubbelles à la fin de l’année 1563 et fut condamné au bûcher comme relaps, le 16 janvier 156435. Les archives de Rome témoignent ainsi qu’en deux ans, 1563-1564, Domenico Cubbelles présida 18 procès pour hérésie, jugeant trois prêtres maltais, un franciscain de Malte, et 14 laïcs insulaires, dont un Rhodien de Birgù, Manoli di Radicis36. Parmi ces hérétiques, plusieurs, comme Matteo Falson, abjurèrent par peur du châtiment, avant d’être de nouveau jugés, quelques années plus tard, pour avoir encore une fois professé des idées réformées : ce fut le cas de Lorenzo Falson qui, absous par Cubbelles le 22 juillet 1563 et condamné à six mois de prison ferme37, comparut de nouveau devant le tribunal en mai 1575 et fut livré au bras séculier38. De même, le notaire Bartolomeo Axisa de Mdina, absous par Cubbelles en septembre 156339, fut considéré comme « fortement suspect d’être relaps » en novembre 1575, et faute de preuves suffisantes, fut condamné à la prison à perpétuité et au port ad vitam æternam de l’habit d’infamie, jaune à croix rouge40.

  • 41 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 25.

14Cependant, le contexte maltais des années 1560 faisait passer au second plan la lutte contre l’hérésie dans l’île et l’activité inquisitoriale se trouva suspendue durant toute l’année 1565. En outre, Domenico Cubbelles mourut une année plus tard, en novembre 1566 et ne fut pas remplacé41. Les dernières affaires militaires (bataille de Lépante en 1571, prise de Tunis en 1573) et la construction de la nouvelle capitale maltaise, La Valette, étaient si prégnantes que l’Ordre et Philippe II ne se préoccupèrent pas de la nomination d’un nouvel évêque. Six ans durant, Malte fut privée de pouvoir épiscopal, jusqu’à la nomination, en 1573 par le pape, de Martino Royas, prêtre espagnol qui était également chapelain de la Langue d’Aragon. À l’instar de son prédécesseur, Martino Royas fut investi à la fois comme évêque et comme inquisiteur de Malte. Mais rapidement, un conflit d’autorité opposa le Grand Maître Jean de la Cassière au nouvel évêque, qui souhaitait affirmer son indépendance à l’égard de l’Ordre en tant qu’inquisiteur, tandis que le Grand Maître en appelait à sa dépendance envers l’Ordre en tant qu’évêque.

15L’impossibilité de la réunion des fonctions d’inquisiteur et d’évêque en une seule personne apparut d’autant plus nettement au pape que celui-ci souhaitait également affirmer son autorité sur l’archipel maltais en maintenant l’indépendance de son Inquisiteur. Or, la nomination des évêques de Malte, passant par l’approbation du roi d’Espagne, empêchait évidemment cette indépendance et faisait craindre au pontife la possibilité d’un contrôle du Saint-Office maltais par la Monarchie catholique. Enfin, les évêques de l’île étaient soumis à l’autorité du Grand Maître, ce qui constituait encore une entrave à l’autorité pontificale sur une île qui avait pris, à la même époque, l’envergure d’une frontière de la chrétienté.

  • 42 ASV, SS Malta 124A, Relazione del Ministero di Malta presentata alla Segreteria di Stato da Monsign (...)
  • 43 ASV, SS Malta 1, f° 52r., 5 août 1574 (« ...Beatissimo Padre, E gionto al primo di questo Monsignor (...)
  • 44 Andrew Paul Vella, « La missione di Pietro Dusina a Malta nel 1574 », in Melita Historica, vol. V, (...)

16Sur demande du Grand Maître, qui espérait bien mettre un frein aux agissements de l’évêque, le pape Gregoire XIII nomma, le 3 juillet 1574, Monseigneur Pietro Dusina premier Inquisiteur de Malte et délégué apostolique42. Une lettre du Grand Maître au pape indique que Pietro Dusina arriva sans encombre à Malte le 1eraoût 157443 et qu’il s’installa d’abord dans le fort Saint-Elme, dans l’attente que l’Ordre lui cédât un de ses anciens bâtiments de Vittoriosa, oùrésidait – du temps où l’Ordre y vivait –, la Castellania44. Avec Dusina, l’Inquisition romaine, indépendante à la fois de l’Espagne et de l’Ordre, s’établissait définitivement à Malte. Elle y demeura jusqu’à sa suppression par Bonaparte, en 1798.

Le Saint-Office à Malte

  • 45 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta... cit., p. 1.
  • 46 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta... cit., p. 2.

17Un manuscrit anonyme de la fin du xviie siècle nous renseigne sur le déroulement de l’arrivée et de l’installation d’un Inquisiteur à Malte entre la fin du xvie et la fin du xviie siècle : sur la route le conduisant depuis Rome jusqu’à l’archipel, il faisait escale à Palerme, où il rencontrait d’abord le vice-roi qui l’informait des besoins concernant Malte et la Sicile45. Puis à son arrivée dans le Grand Port de Malte, il prenait immédiatement possession de son palais, à Vittoriosa, et recevait le personnel qui devait l’assister dans sa tâche. Ensuite, il adressait un message au Grand Maître, afin d’être reçu officiellement, avant de rencontrer le Prieur de l’église conventuelle de Saint-Jean et l’évêque de Malte46. Le manuscrit précise que per ordinario, mai s’incontrano et lavorano insieme il Vescovo et l’Inquisitore et qu’ils ne se voyaient qu’à la faveur de visites de courtoisie ; l’Inquisiteur devait en effet être pleinement conscient de la supériorité de sa fonction, qui ne relevait que du pape, en comparaison avec celle de l’évêque, qui dépendait des chevaliers.

  • 47 ACDF, St. St. HH 3-b, Inquisitione di Malta, non folioté, 27 juin 1595.
  • 48 ACDF, St. St. HH 3-b, idem.

18Conscient des conflits d’autorité que cela pouvait engendrer, le Saint-Office de Rome, en 1595, recommandait à l’Inquisiteur de toujours témoigner de la plus grande déférence à l’égard du Grand Maître et de ne jamais aller à l’encontre des prérogatives de l’évêque ou du Prieur de l’Église conventuelle47. Dans le cas oùun membre de l’Ordre comparaissait devant le tribunal inquisitorial, le Saint-Office conseillait également de manifester une certaine prudence, d’informer le Grand Maître et d’agir en fonction de son opinion48. En revanche, pour tout ce qui concernait les insulaires et le clergé maltais (tant séculier que régulier), l’Inquisiteur avait toute autorité et pouvait agir librement, sans en référer ni à l’Ordre, ni à l’évêque.

19Hormis les visites de politesse à l’évêque ou au Grand Maître, l’Inquisiteur n’avait guère à sortir de son palais : en effet, le bâtiment, qui se visite entièrement aujourd’hui, comprenait à la fois les cachots et les salles de torture au rez-de-chaussée et en sous-sol, les appartements et la chapelle privée de l’Inquisiteur au premier étage, ainsi que les salles du tribunal. Installé au cœur du port, là où avait lieu le brassage humain le plus intense, le Saint-Office maltais était nécessairement sédentaire. Les campagnes maltaises et gozitaines étaient peu ouvertes aux étrangers, l’Inquisiteur n’avait aucun intérêt à les visiter régulièrement ; son attention se concentrait donc presque exclusivement sur le Grand Port où existaient tous les dangers d’apostasie, d’hérésie ou de sorcellerie.

  • 49 ACDF, St. St. HH 3-f, Inquisitione di Malta, non folioté, année 1658.
  • 50 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 80.
  • 51 J.-P. Dedieu, L’administration de la foi. L’Inquisition de Tolède (xve-xviiie siècles), Madrid, 199 (...)

20Nous avons peu d’informations sur le personnel du Saint-Office qui assistait l’Inquisiteur durant les procès, ou bien le servait dans son palais. Un registre cependant, daté de 1658, conservé à l’Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede à Rome nous donne un aperçu de la composition du personnel du Saint-Office de Malte au milieu du xviie siècle49. Nous apprenons ainsi que durant les procès, l’Inquisiteur était assisté d’une quinzaine de personnes, dont des représentants du clergé séculier (deux prêtres) et du clergé régulier (deux Dominicains, un Jésuite et quatre Carmes) : ces consulteurs, confirmés dans leurs fonctions par chaque nouvel Inquisiteur, étaient choisis pour leurs connaissances en matière de théologie, de droit canonique et de droit civil50. Quelques laïcs faisaient également partie du tribunal : des secrétaires, chargés de prendre note du procès, un notaire et un fiscal. Le fiscal, qui était sans doute à l’origine un juriste, avait pour tâche de représenter le Conseil, auquel il devait dénoncer d’éventuels manquements, et de veiller à l’expédition rapide des affaires51.

  • 52 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, année 1658.

21Toutefois, le personnel était plus nombreux, et au cours des procès, l’Inquisiteur pouvait faire appel au capitano delle carcere ou au carceriere, suivi de son assistant, qui amenaient les prisonniers à l’audience, ou bien aux deux chirurgiens qui donnaient leur avis sur l’état de santé de l’accusé, en cas de nécessité du recours à la torture, appliquée pour extorquer plus rapidement des aveux. Enfin, l’Inquisiteur recourait également aux services de deux interpreti per le lingue, et particulièrement à ceux d’un interprete per la lingua arabica, en cas de procès d’un musulman ou d’un renégat. Ces interprètes pouvaient être des laïcs, comme Filippo del Zante en poste depuis 1655, ou bien des religieux, comme le prêtre maltais Don Salvatore Fenech, qui, depuis 1657, traduisait l’arabe lors des procès. La liste de 1658 ne se limite évidemment pas aux seuls acteurs des procès : parmi le personnel du Saint-Office, nous trouvons également un cuisinier, un barbier, un parfumeur et trois jardiniers au service direct de l’Inquisiteur52. Tous ces postes pouvaient être occupés durant plusieurs années, voire à vie : ainsi, en 1658, le notaire Natale Parmigiano était au service du Saint-Office depuis 1647, soit depuis déjà onze ans. De même, le chirurgien Tommaso Sapiano travaillait à l’Inquisition depuis 1610, soit 48 ans. Et quant au père jésuite Sebastiano Salellis, il était au service de l’Inquisiteur depuis 1605, c’est-à-dire depuis 53 ans !

  • 53 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, sans date (vraisemblablement seconde moitié du xviie siècle).
  • 54 B. Bennassar, « Le pouvoir inquisitorial », in B. Bennassar (dir.), L’Inquisition espagnole (xve-xi (...)
  • 55 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, 1658.
  • 56 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, 1658 (Signore Baldassare Tonno, en poste depuis 1658 ; Signore G (...)

22Au sein de ce personnel diversifié, les assistants les plus importants demeuraient sans conteste les officiers et les familiers. Au nombre de douze, les officiers étaient des laïcs qui, par octroi d’une patente, faisaient office de secrétaires, de fiscal, ou de soldats qui s’occupaient dans tout le port de l’arrestation et de la comparution des prévenus devant l’Inquisiteur53. Quant aux familiers, au nombre de 20, ils étaient dans l’Inquisition romaine, comme dans l’Inquisition espagnole, recrutés en majorité parmi le peuple urbain54. Au milieu du xviie siècle à Malte, un tiers des familiers étaient des négociants (Angelo Cuynes et Domenico Depena, en poste depuis 1647 ; Gio Paolo Attard, en poste depuis 1637 ; Giovanni Attard, en poste depuis 1653 ; Vittorio Galia, en poste depuis 1648). On ne dénombre que deux petits marchands : Angelo Safray, marchand de vin en poste depuis 1635) et Gio Maria Vassallo, marchand de détail, en poste depuis 164255. À leurs côtés, on trouve encore quelques artisans (un tailleur et un chaussetier) et deux petits fermiers des environs du port. Enfin, un tiers des familiers étaient des citadins franchement pauvres et sans profession (Agostino Hagius, Paolo Zabone, Paolo Testaferrata, Antonio Pendiomati, Gio Maria Cardone et Ferdinando Vassallo). Si l’on ajoute à ces négociants trois familiers d’ascendance noble56, on se rend compte que la familiature au milieu du xviie siècle se partageait fortement entre des catégories sociales supérieures et fortunées et des catégories sociales beaucoup plus modestes.

  • 57 J.-P. Dedieu, L’administration de la foi... cit., p. 195.
  • 58 B. Bennassar, « Le pouvoir inquisitorial », in B. Bennassar (dir.), L’Inquisition espagnole... cit. (...)
  • 59 A. Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles... cit., p. 99.

23Ne disposant d’aucune autre liste de familiers pour le xviie siècle, nous ne pouvons malheureusement savoir si la présence des nobles et des négociants était tout aussi forte avant le second xviie siècle. Peut-être – et il ne s’agit là que de suppositions – l’évolution du recrutement des familiers à Malte suivit-elle le même cheminement que celle de l’Inquisition espagnole, où la petite noblesse dèvint dominante dès la fin du xvie siècle57. À Cordoue, le nombre de hidalgos s’était par exemple fortement accru parmi les familiers entre 1544 et 1580, représentant au moins 20 % du personnel, tandis que les artisans et boutiquiers étaient devenus largement minoritaires58. La sociologie des familiers avait évolué de la même manière en Sicile, où les barons dominaient la fonction dès le début du xviie siècle59. Le prestige grandissant de l’institution inquisitoriale, et donc de la fonction de familier, dès la fin du xvie siècle, ainsi que les privilèges que conférait la familiature, comme l’exemption fiscale ou le port de l’épée, apparaissent comme les explications les plus plausibles à cette domination progressive de la noblesse et des roturiers fortunés au sein du personnel inquisitorial.

  • 60 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, non daté.
  • 61 A. Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles... cit., p. 75.

24Le nombre de 20 familiers à Malte au milieu du xviie siècle60 paraît faible en comparaison des autres îles espagnoles. Dès la fin du xvie siècle, du fait de l’autorisation donnée par Philippe II en 1575, le nombre de familiers en Sicile, dans les Baléares et en Sardaigne s’était fortement accru. Cette augmentation était évidemment liée à un besoin de contrôle des îles, exposées, du fait de leur position frontalière, au danger permanent d’une présence juive et musulmane, et à celui, plus grave encore, du reniement des chrétiens. Une liste de familiers dans les Baléares, datée de 1620, fait ainsi état de 266 familiers pour tout l’archipel, dont 222 à Majorque, la capitale de l’île en ayant 4061. Certes, Anita Gonzalez précise que les Baléares connaissaient un encadrement inquisitorial particulièrement fort, mais il reste indéniable que le chiffre de 20 familiers pour Malte paraît assez faible.

  • 62 AIM, Corr. 3, f° 185r., 7 mars 1617.
  • 63 AIM, Corr. 3, f° 195r., 7 juillet 1617.
  • 64 ASV, SS Malta 5, ff° 169r.-169v., fin XVIe siècle.
  • 65 Stanley Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of Maltese Countryside to 1798 », in Vic (...)

25Du reste, le Saint-Office lui-même estimait au xviie siècle, que c’était un nombre insuffisant, et en 1617, l’Inquisiteur se plaignait à Rome qu’il manquait de familiers pour faire régner l’ordre dans le port et pour arrêter tous les suspects dénoncés par la population (« ...questi vinti familiari non sono abbastanti per dare ordine a questo porto... »)62. Le 7 juillet, eu égard au gran numero di processi in quest’Isola, le Saint-Office de Rome donna son accord pour que l’Inquisiteur de Malte pût recruter plus de familiers63. Mais s’il eut lieu, l’accroissement du nombre de familiers fut certainement temporaire, puisque la liste du personnel inquisitorial de Malte des Archives du Saint-Office de Rome énumère toujours 20 familiers au milieu du xviie siècle. La raison du faible nombre de familiers à Malte tenait peut-être à la forte présence de religieux au sein du port. Une description anonyme du Grand Port à la fin du xvie siècle révèle qu’en plus des Hospitaliers, qui jouaient un rôle à la fois politique et religieux, on ne dénombrait pas moins de six couvents différents à La Valette (Dominicains, Franciscains, Capucins, Augustins, Carmes et Jésuites)64 ! Dans un port qui comptait à la même époque moins de 10 000 habitants environ65, le poids social du clergé séculier et régulier apparaissait donc déjà suffisamment lourd au moment de l’installation du Saint-Office, pour qu’il pût sembler inutile de recruter un grand nombre de familiers...

  • 66 ASV, SS Malta 186, ff° 122r.-122v., année 1600.
  • 67 AIM, Corr. 1, f° 227r., 4 novembre 1605 ; ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, 1664 (« ...tener il ca (...)
  • 68 ACDF, St. St. HH 3-f, Inquisitione di Malta, non folioté, année 1664.
  • 69 BAV, Borgia Latino 558, f° 77r., 13 avril 1600.
  • 70 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, année 1664.

26La familiature conférait de nombreux privilèges, ordinairement réservés à la noblesse. Depuis la fin du xvie siècle, familiers et officiers jouissaient des privilèges financiers propres aux chevaliers, comme ceux – certes non négligeables ! – de ne pas payer les taxes pour les fortifications de l’archipel, ou de ne pas payer les céréales distribuées à la population66. Ils avaient également droit de porter l’épée, et en 1605, le Saint-Office leur offrit même la possibilité de tener un cavallo per li bisogni et diffesa di cotesta Isola in caso d’invasioni d’Infideli67. Surtout, le personnel du Saint-Office ne relevait que de la justice inquisitoriale et échappait entièrement à l’autorité du Grand Maître68. Ce privilège juridictionnel était d’autant plus mal vécu par les chevaliers qu’il ne concernait pas que les familiers et les officiers du Saint-Office, mais pouvait s’étendre largement à leurs familles, voire aux gens de leur maison. Le Saint-Siège s’efforça d’abord d’y remédier, manifestant en 1600, le désir que les privilèges fussent strictement personnels69, mais les abus se poursuivirent au xviie siècle. En témoignait un rapport de l’Ordre au Saint-Office de Rome, datant de 1664, qui déplorait que les esclaves des familiers eussent le privilège de déambuler librement dans le Grand Port, sans porter de fer au pied, au même titre que les esclaves du Grand Maître !70

  • 71 ACDF, St. St. HH 3-b, ff° 358r.-358v., 23 novembre 1599.
  • 72 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, non daté.
  • 73 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, année 1664, Relazione sopra i privilegi dei familiari del Sant’U (...)

27Tous ces avantages suscitaient des mécontentements et des rancœurs durables. Les chevaliers, jaloux des prérogatives inhérentes à leur condition, vécurent très difficilement l’octroi de privilèges aux familiers et officiers, au point que les querelles étaient monnaie courante entre Hospitaliers et membres du personnel inquisitorial. En 1599, l’Inquisiteur se plaignait au Saint-Office de Rome de ce que des rixes se produisaient ogni giorno tra Cavalieri et familiari et officiali del Santo Officio et déploraient que les chevaliers, généralement jeunes, se montrassent très indisciplinés71. En 1620, le Grand Maître donna même autorisation aux chevaliers d’inspecter librement, et sans avertissement, toutes les demeures des familiers et des officiers, tandis qu’en 1628, il s’empara de force de tous les esclaves des membres du personnel inquisitorial, pour les employer sur les galères de l’Ordre72. Les tensions se multiplièrent au point qu’en 1663, le Grand Maître décida de supprimer totalement les privilèges des familiers et des officiers, pretendendo farli sottopore alla sua giuridittione73. Les patentats du Saint-Office ne purent plus ni porter l’épée, ni monter à cheval, ni échapper à la justice magistrale et furent contraints de poser un fer au pied de leurs esclaves.

  • 74 ACDF, St. St. HH 3-f, idem.
  • 75 ACDF, St. St. HH 3-f, idem.

28La réponse de l’Inquisiteur ne se fit pas attendre et en 1664, il expédiait à Rome un long rapport dans lequel il rappelait l’importance des privilèges accordés à son personnel74 : le port de l’épée et la possession d’un cheval étaient notamment essentiel per li bisogni et difesa di cotesta Isola nell’invasione d’Infideli. De plus, l’Inquisiteur jugeait que les chevaliers faisaient molti dammagi per soltanto vinti familiari che portano la spada ; enfin, l’Inquisiteur précisait que l’anneau porté par les esclaves était trop petit pour empêcher réellement les captifs de s’enfuir, et que son utilité consistait seulement en la distinction des infideli che sono schiavi dall’Infideli che sono liberi, e questo non è necessario perche in Malta, non vi sono infideli non schiavi75.

29Cette dernière affirmation était un reflet un peu déformé de la réalité insulaire. Certes, aucun non chrétien ne pouvait demeurer longtemps à Malte, hormis les esclaves, mais nous avons vu dans le chapitre précédent que plusieurs marchands juifs ou musulmans avaient la possibilité d’obtenir des sauf-conduits du Grand Maître, et de résider librement, durant quelques jours, voire quelques années, dans le Grand Port, pour y faire du commerce. Quoi qu’il en soit, l’Inquisiteur obtint gain de cause et les privilèges de son personnel furent réaffirmés officiellement par le Saint-Office dès 1664.

30Assistée d’un personnel actif et sûr, l’Inquisition maltaise pouvait donc exercer un contrôle strict du milieu portuaire. Venue à l’origine pour lutter contre la propagation du protestantisme, elle fut rapidement confrontée au danger des religions juives et musulmanes que pratiquaient les esclaves, et surtout à celui du reniement des populations chrétiennes qui étaient de passage dans l’île ou qui y résidaient. Dans un port en pleine croissance économique et démographique, récemment ouvert à divers contacts marchands et humains, le Saint-Office devait travailler à la purification de la vie religieuse et sociale, par un double contrôle, qui touchait d’abord les navires qui entraient à Malte, et qui s’exerçait ensuite au quotidien sur tous les habitants, au besoin en ayant recours à la délation.

LE FONCTIONNEMENT DU CONTRÔ LE PORTUAIRE

Des navires soigneusement inspectés

  • 76 ACDF, St. St. N 4-b, non folioté, Instructions du Saint-Office à ses Inquisiteurs en fonction dans (...)

31Conscient de l’activité désormais intense du port maltais, le Saint-Office de Rome avait, en septembre 1609, donné pour consigne à l’Inquisiteur de surveiller étroitement toutes les entrées et sorties de personnes étrangères dans les quatre cités du port, et d’envoyer régulièrement à Rome la nota delle entrate et uscite fatte nello porto durante le loro inquisitioni76. Le contrôle concernait à la fois les chrétiens non catholiques (protestants, orthodoxes) et les non chrétiens (juifs et musulmans esclaves ou libres, et surtout les renégats). Il se déroulait certainement en même temps que celui de la douane.

  • 77 NAM, Banca Giuratale, Registro Revelationis Mancipiorum, Volumo unico 133 (1588-1617).
  • 78 NAM, RRM 133, f° 50v., 28 septembre 1595.
  • 79 NAM, RRM 133, f° 55r., 13 mai 1596.
  • 80 NAM, RRM 133, f° 62r., 10 juillet 1604.
  • 81 NAM, RRM 133, f° 94r., 19 décembre 1611.

32Grâce à l’étude de l’unique registre des douanes (tous les autres ont disparu), conservé dans les National Archives of Malta, à Rabat, et qui couvre les années 1588-161777, nous savons en effet que tous les navires devaient se présenter aux autorités portuaires dès leur arrivée et dresser un inventaire précis des cargaisons, des prises réalisées et des personnes présentes à bord. Tous les hommes montés à bord durant le voyage, au fil des diverses escales, et qui débarquaient à Malte, étaient soigneusement consignés dans le registre : étaient notés leurs nom et prénom, leur origine, le port où ils avaient embarqué et la raison qui les avait poussés à venir à Malte. En 1595, l’herboriste Giuseppe Cosertino fut enregistré par la douane : il était sicilien et s’était embarqué à Catane sur un navire marchand en partance pour Malte, afin de venir s’établir dans le port et travailler à la Sacrée Infirmerie de l’Ordre78. De même, en 1596, ce fut un soldat, Vincenzo Murmula de Naples, qui fut enregistré comme personne étrangère venant se mettre au service de l’Ordre79. Des artisans venaient aussi régulièrement s’établir dans le port et étaient enregistrés : en 1604, le tisserand palermitain Giacobo Pisello s’était embarqué à Messine pour venir trouver du travail dans le port de Malte80, cependant qu’en 1611, le chaussetier Antonio Mancuso, de Sicile, débarquait d’un navire de commerce pour s’installer dans le Grand Port81.

33Familiers et commissaires du Saint-Office avaient la possibilité d’assister à ces enregistrements, ou de consulter les documents, mais dans la grande majorité des cas, les officiers du port se chargeaient de dénoncer aux familiers les individus suspectés d’hérésie ou d’apostasie. Les bateaux les plus soigneusement contrôlés étaient évidemment les bâtiments de commerce en provenance de régions douteuses, comme l’Angleterre ou les Flandres, ou bien les galères et navires de course qui ramenaient des captifs musulmans, parmi lesquels pouvaient se trouver des renégats.

  • 82 AIM, Proc. 6C, f° 1235r., 13 mai 1582. Le navire était retenu dans le port de Marsamxett (AIM, Proc (...)
  • 83 AIM, Proc. 6C, ff° 1217r.-1256r., mai 1582.
  • 84 AIM, Proc. 6C, ff° 1233r.-1234r.

34Jusqu’aux premières années du xviie siècle, le contrôle des navires hérétiques, et particulièrement anglais, était extrêmement fort à Malte. Pour ne donner qu’un exemple, en 1582, sept membres d’équipage d’un navire de commerce anglais capturé par les galères de Malte au large de la Barbarie82, comparurent devant l’Inquisiteur pour hérésie : il s’agissait des marins protestants Edward Clark, Christopher Foster, Edward Selman, Robert Greene, Thomas Loughton, Daniel Chegis et Giles Styles83. La suspicion à l’égard du navire était d’autant plus forte que le capitaine était muni de trois sauf-conduits signés de la main du sultan : le premier permettait au vaisseau de se rendre librement à Césarée et dans toutes les cités marchandes du Levant, les deux autres étaient adressés aux maîtres de Tunis et d’Alger, afin que le navire pût entrer dans divers ports de leurs Régences, sans être menacé par les corsaires84.

  • 85 AIM, Proc. 1A à Proc. 23B.

35Il est vrai qu’à cette époque, l’Angleterre avait signé depuis trois ans déjà avec l’Empire ottoman ses premières capitulations qui lui assuraient la liberté de commerce avec la Porte. À la lutte contre l’hérésie et l’alliance commerciale avec les Turcs s’ajouta dès 1585 un autre motif de méfiance à l’égard des navires anglais : l’Angleterre, qui apportait son soutien aux Provinces-Unies révoltées, était entrée en guerre contre l’Espagne catholique, que soutenait Malte depuis sa donation aux chevaliers. Jusqu’à la paix signée entre les deux puissances en 1604, les procès pour hérésie à Malte dépassèrent en nombre les autres procès : 41 % des procès qui eurent lieu entre 1577 et 1604 (soit 162 procès sur un total de 395) concernèrent des protestants, et pour moitié des Anglais, contre 36 % de renégats (144 procès) et 22,5 % de sorciers ou de blasphémateurs (89 procès)85.

  • 86 Voir le I du chapitre VI.
  • 87 ACDF, St. St. M 4-b, f° 7r., 29 février 1604.
  • 88 ACDF, St. St. M 4-b, f° 8r., année 1605 (« ...che non possono gli Inglesi essere molestati dagli In (...)

36Enfin, l’acharnement du Saint-Office contre les navires anglais résultait du rôle des corsaires anglais dans la déprédation régulière des navires maltais. En 1603, soit au moment où, dans les archives de l’Ordre, le péril corsaire anglais devient manifeste86, l’Inquisiteur écrit à Rome pour demander quelle attitude adopter à l’égard des corsaires et des marchands anglais. Le Saint-Office répondit que désormais, l’Inquisiteur de Malte devait faire comparaître et condamner tutte le persone heretiche o apostate che si trovano sopra i vasselli corsali inglesi che vadano depredando barche di grano verso la Sicilia, et qui auront été capturées par les navires maltais87. En revanche, compte tenu de la pace stabilita tra la Maesta del Re Cattolico et il Rè d’Inghilterra, les navires de commerce anglais pouvaient entrer librement dans le Grand Port, afin d’y pratiquer le commerce, sans que les membres d’équipage ne fussent inquiétés par l’Inquisiteur88.

  • 89 ACDF, St. St. M 4-b (2), f° 15r., année 1605.
  • 90 ACDF, St. St. Q 3-d, Raccolti di testi di lettere ed istruzioni del Santo Offizio agli Inquisitori, (...)

37À partir de 1605, une réglementation stricte établie par le Saint-Office de Rome précisa désormais la conduite à tenir dans le port de Malte à l’égard des Anglais venus y faire du commerce, ainsi que le comportement des marchands anglo-saxons, durant leur séjour dans l’île. Ils ne devaient pas parler en mauvais termes de l’Église et de la religion catholique, et ne devaient pas lire ouvertement de livres interdits par la censure catholique. Nulle personne du port n’avait le droit de monter à bord de leur navire, exception faite des marchands, et uniquement dans le cadre de transactions commerciales ; les femmes avaient reçu l’interdiction formelle de monter à bord des navires hérétiques, de même que les chevaliers et les membres de l’Ordre (sauf en cas d’une autorisation écrite du Grand Maître). Enfin, aucun aubergiste du port ne pouvait servir aux marins anglais de la viande, des œufs ou du fromage durant les jours maigres89. Cette réglementation fut encore rappelée en 1607 et étendue à tous les navires flamands qui accostaient dans le port de Malte90.

  • 91 AOM 287, Chapitre Général de 1548, f° 62v.
  • 92 AIM, Proc. 1A à AIM, Proc. 76B.
  • 93 AIM, Proc. 6B, ff° 727r.-731r., avril 1582.

38Outre le contrôle religieux des navires hérétiques, l’Inquisition accordait une attention soutenue aux galères et aux navires de course qui arrivaient souvent avec nombre de captifs musulmans et de renégats. Un double contrôle était réservé à ces navires depuis que le Chapitre Général de 1548 avait décidé que tous les écrivains des galères ou des navires de course présenteraient aux officiers de douane leur registre de bord, dans lequel avaient été recensés et consignés tous les esclaves capturés91. Souvent, les renégats étaient donc identifiés par l’écrivain, et immédiatement dénoncés aux autorités portuaires lors de la présentation des captifs. Et dans les cas où les renégats n’avaient pas été soupçonnés au cours de la traversée, ils étaient généralement découverts au moment de leur enregistrement à la douane : entre 1577 et 1670, 473 renégats sur 92192, soit une faible majorité de 51,4 % des cas, avouèrent d’eux-mêmes leur apostasie dès leur entrée dans le port, et demandèrent à être conduits devant l’Inquisiteur. Citons à titre d’exemple le cas de Luisio Gomez, un renégat portugais qui, en 1582, après avoir passé 32 ans en terre d’Islam, fut capturé en mer par les galères de Malte et débarqué dans le port : dès son enregistrement par les officiers portuaires, il se présenta comme un renégat et demanda à être immédiatement reçu par l’Inquisiteur, afin d’être condamné ou absous93.

  • 94 AIM, Proc. 11, ff° 1r.-4v., mai-juillet 1591.

39Lorsque les renégats n’avouaient pas d’eux-mêmes leur apostasie (soit 448 cas sur 921, c’est-à-dire 49,6 %), ils étaient généralement dénoncés par les membres d’équipage, soit au cours du voyage (ils étaient donc enregistrés par l’écrivain), soit à l’arrivée au port. Ce fut notamment le cas de l’Espagnol Juan Calli, qui avait déclaré être chrétien au moment de sa capture alors qu’il était circoncis. Par un courrier adressé aux officiers du port et aux familiers du Saint-Office, le capitaine du navire le dénonça comme renégat dès l’entrée de la galère dans le port. Juan fut arrêté immédiatement, puis emmené dans les geôles du Saint-Office où il attendit deux mois avant de comparaître devant l’Inquisiteur, en juillet 159194.

Un quotidien sous surveillance

a) La censure et le contrôle inquisitorial

  • 95 AIM, Proc. 13, f° 10r., 27 septembre 1592.

40Ce fut le 27 septembre 1592 que le Saint-Office fit placarder pour la première fois, sur les murs des quatre cités portuaires, un appel général à la délation à tous les habitants tanto clerici quanto laici tanto regulari, como secolari di qualsivoglia conditione, grado, stato, ordine, dignità, et tanto maschi come femmine et che sono in questo porto e Isole. Tous avaient ainsi ordre de faire connaître au tribunal inquisitorial, dans les neuf jours qui suivaient l’affichage du placard, alcuna persona, donna come homo, di qualsivoglia stato, sia heretica o diffamata di qualche heresia, o vero sospetta... o che invochi demoni, o sapendo cui le tenessino fosse apostato95.

  • 96 AIM, Proc. 14B, f° 754r., 26 juin 1596.
  • 97 ACDF, St. St. Q 3-d, Raccolti di testi di lettere ed istruzioni del Santo Offizio agli Inquisitori, (...)
  • 98 ACDF, St. St. N 4-b, Repertorium litterarum circularium incipienum ab an-no 1578, non folioté, 2 ju (...)
  • 99 Marc Zuili, « Le livre, la censure et l’Inquisition en Espagne (1478-1561) », in Jean-Pierre Sánche (...)
  • 100 ACDF, St. St. N 4-b, non folioté, 28 janvier 1638.

41Le contrôle inquisitorial fut encore renforcéà partir du mois de juin 1596, lorsqu’un nouveau placard informa les habitants que, dans le cadre des décisions prises par le Concile de Trente, le Saint-Office accentuait la censure qui existait déjàà l’encontre des librairies maltaises, afin d’éviter la diffusion de toute idée jugée subversive96. Plusieurs listes d’ouvrages prohibés étaient en effet régulièrement expédiées depuis Rome aux divers Inquisiteurs : outre les ouvrages de Machiavel qui étaient rigoureusement interdits, le Saint-Office avait mis à l’Index en 1578 les Satiri d’Arioste, où certains passages sonano male et offendono l’orecchie delle persone pie, puis, en 1593, les ouvrages de Jean Bodin, à savoir La République et surtout la Démonomanie, dans le cadre de la censure des ouvrages de sorcellerie97. Au cours du xviie siècle, la censure se durcit encore et en juillet 1633, le Saint-Office demandait à ses Inquisiteurs de veiller à ce que les ouvrages de Copernic et de Galilée, qui avait été jugé vehemente sospetto d’eresia et condannato in carcere, ne fussent ni imprimés, ni diffusés par les librairies, et à ce que toute personne surprise en possession de ces ouvrages fût sévèrement punie98. Quelques années plus tard, en 1638, le Saint-Office réitérait l’ordre à ses Inquisiteurs de surveiller étroitement toutes les impressions d’ouvrages, et d’envoyer chaque année à Rome une liste complète de tous les ouvrages imprimés dans leur juridiction. Puis, comme cela se faisait en Espagne depuis le xvie siècle99, des catalogues des ouvrages mis à l’index devaient figurer en bonne place dans les librairies100.

  • 101 AIM, Proc. 14B, f° 754r., 26 juin 1596.
  • 102 AIM, Proc. 45A, ff° 165r.-165v., 29 avril 1625.
  • 103 AIM, Proc. 55A, ff° 48r.-48v., 28 février 1640.

42Dans le cadre de la censure religieuse, l’Inquisiteur de Malte avait ordonné le recensement, en 1596, des écrits talmudistes, des livres de démonomanie et des ouvrages protestants ou musulmans possédés par des particuliers ou par des esclaves, qui furent tous brûlés101. Par la suite, plusieurs autodafés d’ouvrages eurent lieu dans le port : par exemple, en 1625, les officiers et familiers du Saint-Office saisirent plusieurs livres interdits dans une librairie de Senglea, parmi lesquels li sei libri della Repubblica di Gio Bodino, les Psaumes de David en langue anglaise, les prophéties de Nostradamus, Le Prince de Machiavel, une Bible en langue anglaise imprimée à Londres en 1602 et multi libri secta mhomettanæ sine autorum102. Tous les ouvrages furent brûlés en place publique, le 29 avril 1625. De la même façon, en 1640, plusieurs livres interdits, dont les ouvrages de Luther, de Galilée, de Marot, ainsi que Les Psaumes de David mis en rime françoise par Clément Marot et Theodore de Beze, trouvés dans une librairie du port, furent brûlés publiquement à La Valette103.

  • 104 AIM, Proc. 18, f° 82r., 12 septembre 1598.
  • 105 AIM, Proc. 19A, f° 5r., 12 janvier 1601.
  • 106 AIM, Proc. 24A, f° 6r., 18 mai 1605.
  • 107 AIM, Proc. 40B, f° 1609r., 10 mars 1622.
  • 108 AIM, Proc. 43A, f° 3r., 1er juillet 1623.
  • 109 AIM, Proc. 45A, f° 45r., 6 mars 1627.
  • 110 AIM, Proc. 46B, f° 623r., 28 mai 1627.
  • 111 AIM, Proc. 47B, f° 892r., 8 septembre 1629.
  • 112 AIM, Proc. 48A, f° 3r., 19 octobre 1630.
  • 113 AIM, Proc. 50A, f° 348r., 23 août 1633.
  • 114 AIM, Proc. 54A, f° 7r., 18 juin 1639.
  • 115 AIM, Proc. 55A, f° 81r., 31 mai 1642.
  • 116 AIM, Proc. 62, f° 26r., 30 octobre 1649.
  • 117 AIM, Proc. 66A, f° 264r., 15 mars 1658.
  • 118 AIM, Proc. 71A, f° 108r., 10 mars 1661.
  • 119 AIM, Proc. 72A, f° 43r., 7 septembre 1663.
  • 120 AIM, Proc. 76B, f° 90r., 15 septembre 1668.
  • 121 AIM, Proc. 74, f° 72r., 30 août 1670.
  • 122 AIM, Proc. 47B, f° 892r., 8 septembre 1629.
  • 123 AIM, Proc. 48A, f° 3r., 19 octobre 1630 (« ...che fra dodici giorni... debbano al Sant’Offitio di q (...)

43Dans le même temps, les appels à la dénonciation et à la surveillance religieuse se multipliaient : septembre 1598104, janvier 1601105, mai 1605106, mars 1622107, juillet 1623108, mars 1627109 puis mai de la même année110, septembre 1629111, octobre 1630112, août 1633113, juin 1639114, mai 1642115, octobre 1649116, mars 1658117, mars 1661118, septembre 1663119, septembre 1668120 et enfin août 1670121. Entre 1592 et 1670, le Saint-Office afficha ainsi 20 placards d’appel à la délation, soit une moyenne forte d’un appel tous les quatre ans environ. À partir de 1596, où la mention d’une censure des livres fut ajoutée, le texte des placards ne varia plus durant tout le xviie siècle : conformément aux sacri canoni, decreti e bolle de sommi Pontefici, devaient être excommuniés les renégats (« ...tutti quelli che hanno apostato da nostra Santa Fede cattolica... »), ceux qui étaient coupables d’heresia, ceux qui lisaient des livres prohibés par la censure (« ...libri proibiti scritti da giudei, musulmani e heretici... »), ceux qui pratiquaient la sorcellerie (« ...quelli che invocano il Demonio... »), ainsi que ceux qui aidaient ces déviants àéchapper à la justice de l’Inquisiteur (« ...tutti quelli che occultano li sudetti rinegati e heretici e libri proibiti, accio non venghino alle mani del Sant’Offitio... »)122. De ce fait, le Saint-Office conviait les habitants, quelle que fût leur condition, à dénoncer dans les jours qui suivaient, tous ceux qui étaient coupables de ces déviances, voire simplement suspectés de l’être par « infamie » (c’est-à-dire par mauvaise réputation), sans oublier ceux qui les protégeaient123.

  • 124 Andrea Errera, Processus in causa fidei. L’evoluzione dei manuali inquisitoriali nei secoli XVI-XVI (...)

44Les appels à la dénonciation peuvent étonner, si l’on songe qu’à la même époque, dans la péninsule italienne, les Inquisiteurs incitaient de moins en moins les populations à la délation. L’historien Andrea Errera estime en effet que la diminution de cette pratique inquisitoriale fondait la véritable différence entre l’Inquisition médiévale et l’Inquisition moderne, et soulignait, dès le xvie siècle, le contrôle plus strict que l’Inquisiteur exerçait désormais sur sa juridiction, plus réduite en superficie qu’au Moyen Âge, et sur les individus qui la peuplaient124. À Malte pourtant, l’appel à la délation était pratique courante. Sans doute faut-il y lire une certaine inquiétude du Saint-Office de ne pas parvenir à contrôler entièrement un espace portuaire dynamique, où les entrées et les sorties de navires et de personnes de tous genres, nationalités ou origines, témoignaient d’un brassage humain permanent. La course et le commerce favorisaient en effet une croissance démographique et économique sans précédent, et entrainaient des arrivées régulières, voire des installations durables, de populations nouvelles qu’il fallait insérer sous contrôle inquisitorial.

b) Les dénonciations

  • 125 Maria Ghazali, « La procédure inquisitoriale espagnole », in Rica Amran (dir.), Autour de l’Inquisi (...)
  • 126 A. Errera, Processus in causa fidei... cit., p. 29-30.
  • 127 A. Errera, Processus in causa fidei... cit., p. 51.

45Dans l’Inquisition romaine comme dans l’Inquisition espagnole125, il y avait trois manières de débuter un procès : par enquête (l’Inquisiteur ne disposait d’aucune dénonciation ou accusation, mais d’une simple réputation d’hérésie ou d’apostasie, et menait alors lui-même une enquête), par accusation (un délateur accusait une personne d’hérésie et devait le prouver ; en cas d’impossibilité de fournir les preuves requises, il pouvait être à son tour poursuivi pour faux témoignage) et par dénonciation (c’était la procédure la plus sûre, donc la plus usitée car le délateur n’était pas contraint de fournir de preuves et ne pouvait pas être retrouvé par le suspect)126. Dès le milieu du xvie siècle, la procédure de l’accusatio fut abandonnée dans l’Inquisition romaine, tandis que celle de l’inquisitio était extrêmement rare127. Les procès maltais reflétaient cette évolution : plus de la moitié d’entre eux résultèrent d’une procédure de denonciatio.

  • 128 Nicolau Eymerich, Francisco Peña, Le manuel des inquisiteurs, Introduction et traduction de Louis S (...)
  • 129 B. Bennassar, « L’Inquisition ou la pédagogie de la peur », in B. Bennassar (dir.), L’Inquisition e (...)

46Le Directorium Inquisitorum de Nicolau Eymerich, commenté par Francisco Peña et réédité en 1578 à Rome, témoignait du déroulement de la procédure de dénonciation128. Un délateur se présentait au Palais inquisitorial pour dénoncer un individu, et déclarait le faire pour ne pas encourir l’excommunication qui frappait ceux qui savaient et se taisaient. Avant d’enregistrer par écrit la dénonciation, l’Inquisiteur faisait prêter serment au dénonciateur sur les quatre Évangiles en présence d’un notaire et de témoins religieux ou laïcs. Des questions étaient souvent posées pour compléter le plus possible la déposition ; puis, l’Inquisiteur s’enquérait de la raison de la dénonciation (le délateur agissait-il par malveillance, haine, rancœur ?). Enfin, le délateur devait prêter serment de garder le secret sur tout qui avait été dit devant le tribunal, et les officiers pouvaient arrêter le présumé coupable, qui passait souvent quelque temps dans les geôles du Palais, avant de comparaître devant le tribunal129.

  • 130 AIM, Proc. 20A, ff° 1r.-6r., procès de Bernard Guerre, février 1602 ; AIM, Proc. 20A, ff° 7r.-14r., (...)

47Régulièrement sollicitée, la population portuaire dans son ensemble surveillait donc en permanence les éventuels « suspects », dont le comportement laissait craindre une déviance par rapport aux normes catholiques. Nul n’était à l’abri d’une dénonciation anonyme, pas même les personnes qui résidaient depuis un certain temps déjà dans le port. Presque toujours, la dénonciation venait de personnes proches, de voisins, voire d’amis. En 1602, Bernard Guerre et Antoine Herral, deux Français protestants installés à La Valette depuis cinq ans, au service de la Langue de Provence de l’Ordre, furent dénoncés par leurs voisins maltais et condamnés pour hérésie. Ils furent contraints de se convertir au catholicisme pour demeurer à Malte, sous peine d’être expulsés de l’île130.

  • 131 AIM, Proc. 38A, f° 247r., 21 juillet 1617.
  • 132 AIM, Proc. 21A, ff° 48r.-48v., 31 mars 1603.

48Souvent, de simples paroles déplacées ou mal interprétées suffisaient à faire encourir le risque d’une dénonciation. En 1617, le Français Jacques Cartier, chaussetier de La Valette, marié à une Maltaise, fut dénoncé par sa belle-mère pour lui avoir un jour rétorqué qu’il préférait boire « une bouteille de vin plutôt que d’aller à la messe » AIM, Proc. 38A, f° 247r., 21 juillet 1617.131. Un autre exemple vient confirmer le tort que pouvaient causer certaines paroles : Jacques Lebon, Français de La Valette, qui se disputait en mars 1603 avec quelques esclaves chrétiens rachetés en Barbarie et conduits à Malte, déclara qu’il ne se laissait pas importuner par tous ces chrétiens (« ...io non me impedisco de voi altri cristiani... »). Tous les hommes présents furent scandalisés et Andrea Axisa, Maltais de La Valette qui avait assisté à la scène, s’empressa de dénoncer le coupable au Saint-Office comme apostat potentiel132.

  • 133 AIM, Proc. 19A, f° 181r., 29 juillet 1601.

49Outre les paroles qui, prononcées bien souvent à la hâte, sous le coup d’une émotion ou sous l’influence de l’alcool, ne pouvaient pas toujours être considérées comme des preuves formelles de déviances, les comportements étaient soigneusement épiés par l’entourage et donnaient lieu à de multiples dénonciations. Recherchant sans relâche les apostats, le Saint-Office se méfiait tout particulièrement des relations qui pouvaient être nouées entre les habitants du port et les non chrétiens. Il incitait donc les anonymes à la dénonciation de toute attitude suspecte, au point qu’une simple bienveillance de la part d’un individu à l’égard des esclaves pouvait suffire une suspicion d’apostasie. Le patron d’auberge Honoré, Français citoyen de Vittoriosa, devait l’apprendre à ses dépens : il fut en effet dénoncé en 1601 pour avoir donné du pain et de la viande à un enfant esclave musulman, âgé de 3 ans, qui avait faim. Le Maltais Martino Xarra, qui avait été témoin de la scène, était demeuré saisi et s’était précipité chez l’Inquisiteur pour accuser l’aubergiste de comportement peu catholique (« ...io me ne parti meravigliandome di questo, e percio sono venuto a denonciare questo fatto qui nel Santo Offizio... »)133.

  • 134 ASV, SS Malta 5, f° 120r., 3 septembre 1596

50Une suspicion toute particulière s’exerçait à l’égard des femmes, dont on craignait que, sous l’influence d’un amant, elles ne se convertissent, ou qu’elles ne missent au monde un enfant de père infidèle. Cette peur était justifiée par le nombre important de femmes vouées à la solitude, par un célibat de condition (les esclaves) ou par la perte d’un proche disparu en mer ou emmené en esclavage. Sans ressources, ces femmes recouraient généralement à la prostitution pour assurer leur subsistance. À l’exemple d’autres ports, on dénombrait un gran numero di meretrice in quest’isola di Malta e particolarmente nella Città Valletta134, ce que déplorait en 1596 l’Inquisiteur dans une lettre à la Secrétairerie pontificale.

  • 135 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 1392r., 4 mai 1658.
  • 136 AIM, Proc. 16A, f° 330v., 16 novembre 1598 (aux dires de celui qui la dénonça au Saint-Office, Cres (...)
  • 137 AOM 107, f° 62v., 15 mars 1622.
  • 138 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 1392r., 4 mai 1658.
  • 139 AIM, Proc. 19B, ff° 535r.-535v., 8 avril 1601.

51Ces prostituées fréquentaient évidemment les lieux les plus mal famés : les remparts et les bastions de La Valette où, à en croire un rapport du Saint-Office daté de 1658, les prostituées étaient nombreuses135, et surtout les tavernes, où l’esclave chrétienne Victoria disait en 1598 passer une grande partie de ses nuits, pour attirer les hommes et les inciter à boire en se dépouillant de ses vêtements136. Pour lutter contre ces habitudes licencieuses, le Grand Maître en 1622 interdit formellement à toutes les femmes du port, oneste come dishoneste, de sortir seules la nuit, sous peine d’une amende pour les unes et sous peine du fouet pour les prostituées si elles étaient prises par une patrouille de soldats137. Certaines femmes contournaient alors l’interdit en choisissant de recevoir leurs clients ou amants dans leur propre maison, ainsi que le déplorait le rapport inquisitorial de 1658 (« ...certe donne che ricevono schiavi infedeli in casa loro... »)138. C’était notamment le cas d’Isabellica Laburracchia, dénoncée à l’Inquisiteur par son voisin, parce qu’elle recevait chaque nuit chez elle son amant musulman, un esclave de l’Ordre, qui, pour la rejoindre, revêtait l’habit d’un chevalier pour ne pas être reconnu et inquiété139 !...

  • 140 ACDF, St. St. E 4-b, Collectio Decretorum Veterum et Resolutionum Sancti Officii, non folioté, arti (...)
  • 141 ACDF, St. St. CC 2-e, Rapporti intimi fra Ebrei e donne cristiane (1620-1798), non folioté, année 1 (...)
  • 142 ACDF, St. St. E 4-b, non folioté, article Hæbrei, année 1600.
  • 143 ACDF, St. St. HH 3-b, non folioté, Instruttione a Vostra Signoria del Bufalo deputato da Nostra Sig (...)

52Dans sa volonté de contrôler les rapports humains entre chrétiens et non chrétiens, l’Inquisiteur de Malte était confronté à certaines difficultés à l’égard des juifs. En effet, la réglementation du Saint-Office de Rome, rappelée en 1628, ne prévoyait aucune sanction à l’encontre de chrétiens ayant eu un commerce charnel avec des juifs140. En 1697 même, le Saint-Office confirmait encore à ses Inquisiteurs en fonction, qu’aucune peine n’avait été établie contre les femmes qui fréquentaient des juifs (« ... non si vede dalle leggi alcuna pena per il delitto del commercio carnale d’un Ebreo con una donna cristiana... »)141. Toutefois, le Saint-Office rappela en 1600 à tous les Inquisiteurs de faire porter un signe d’infamie aux juifs présents dans leur juridiction, afin que les chrétiens pussent savoir à qui ils avaient affaire, et dans le but d’éviter l’établissement de relations amicales avec des juifs, car dalla conversazione nasce l’amicizia, dall’amicizia la protezione, dalla protezione degli Ebrei nascono il pericolo e lo scandalo142. À Malte, le fait était déjà notable en 1595 : l’Inquisiteur Bufalo avait reçu le conseil de faire porter à tous les juifs un segno giallo, si ses prédécesseurs ne l’avaient pas déjà fait143.

  • 144 ACDF, St. St., HH 3-b, f° 1392r., 4 mai 1658.
  • 145 ACDF, St. St., HH 3-b, f° 1392r.
  • 146 Jaime Contreras, Pouvoir et Inquisition en Espagne au xvie siècle, Paris, 1997 (pour la traduction (...)
  • 147 B. Vincent, « L’Islam en Espagne à l’époque moderne », à paraître.

53En revanche, en ce qui concernait les musulmans, extrêmement dangereux car leur religion était prosélyte et que les femmes pouvaient se convertir, le Saint-Office se montra pris d’une véritable obsession de ne plus mescolar il sangue de cani con quello di christiani144. Consigne fut ainsi donnée en 1658, à l’Inquisiteur de Malte de mettre un terme aux fréquentations entre chrétiennes et musulmans, par l’imposition de peines de plus en plus lourdes145. Le souci de la pureté du sang chrétien ne concerna, dans les archives du Saint-Office, que l’archipel maltais. Cela s’explique évidemment par le fait que nul lieu de la péninsule ou des îles italiennes, placé sous autorité de l’Inquisition romaine, ne connaissait aussi fortement que Malte le danger d’accointance entre chrétiens et musulmans. Cette inquiétude romaine résonnait comme un écho tardif des inquiétudes espagnoles du second xvie siècle, lorsque la différence entre vieux chrétiens et nouveaux convertis avait commencé à définir les individus146. Le souci de la pureté du sang apparaissait ainsi caractéristique des lieux de frontières, où le péril identitaire était fort. L’Espagne avait conservé une frontière religieuse intérieure, qu’elle tenta d’abolir par l’expulsion des Morisques en 1609147 ; quant à Malte, qui ne possédait plus de frontière interne depuis 1492, elle s’efforçait au xviie siècle, de conserver sa pureté sociale par la négation de la liberté aux non chrétiens, ou par la punition et l’exclusion physique de tous ceux qui déviaient de la norme.

  • 148 AIM, Proc. 1A à AIM, Proc. 76B.
  • 149 B. Bennassar, « Le pouvoir inquisitorial », in B. Bennassar (dir.), L’Inquisition espagnole... cit. (...)

54Dans ce contexte social extrêmement policé, qui valorisait l’auto-censure, le tribunal inquisitorial croulait, dès les premières années du xviie siècle, sous une masse impressionnante de dénonciations, qui n’aboutissaient pas, la plupart du temps, à un procès. Sur les 3 928 dénonciations que nous avons pu comptabiliser entre 1577 et 1670, seules 1 245, soit un tiers, furent suivies d’effet (ce qui correspond à un peu plus de la moitié des procès étudiés, dont le nombre est de 2 104)148. Le nombre impressionnant des dénonciations résultait de ce que Bartolomé Bennassar appelle fort justement, une « pédagogie de la peur »149. La peur de l’arrestation, qui suivait rapidement l’acte de délation et qui se produisait en public, la peur de la prison, dans laquelle étaient laissés les suspects dans l’attente de leur comparution, la peur du procès et de la sanction qui, fatalement, devait le conclure, la peur de l’infamie qui perdurait dans l’esprit des contemporains et qui pouvait entacher l’honneur de toute une famille... Une peur que chacun tentait de conjurer par la manifestation d’un comportement convenable, qui signifiait la dénonciation aux autorités de tous les déviants.

55Ces coupables ne devaient toutefois pas être jugés en même temps et en nombre identique. Une évolution sensible s’observe au fil des procès maltais dans les comparutions et les peines infligées, qui correspond à celles des préoccupations de la société insulaire et des autorités religieuses et politiques. Si certains procès témoignaient au xviie siècle d’une permanence de soucis, liés au fonctionnement même des sociétés d’Ancien Régime et à l’influence de la Réforme Catholique en Europe (censure des livres, sorcellerie, prostitution, blasphème), d’autres au contraire reflétaient bel et bien la particularité de Malte et des lieux de la frontière méditerranéenne. De ce fait, avec le triomphe de l’activité corsaire, la lutte contre l’hérésie protestante céda peu à peu la place à la lutte contre le reniement, qui, par le franchissement de la frontière qu’il engendrait, était perçu moins comme un outrage religieux que comme une transgression de civilisation.

LES PROCÈS INQUISITORIAUX

56Entre 1577 et 1670, 2 104 procès se déroulèrent dans le Palais de l’Inquisiteur de Vittoriosa. Près de la moitié des condamnations concernèrent des renégats (soit 922 condamnations, soit 43,8 % des cas) ; les autres procès touchèrent pour 25 % des hérétiques, pour 22,6 % des sorciers et pour 8,6 % des cas autres (tels que blasphémateurs, bigames...).

Tableau 11. NOMBRE DE PROCÈS DE L’INQUISITION DE MALTE (1577-1670)

Tableau 11. NOMBRE DE PROCÈS DE L’INQUISITION DE MALTE (1577-1670)
  • 150 Alain Cabantous, Histoire du blasphème en Occident (xvie-xixe siècle), Paris, 1998, p. 30.

57Les ambitions inquisitoriales maltaises étaient assez simples : il s’agissait de maintenir dans l’archipel, et surtout dans le port, une pureté religieuse, identitaire et sociale. Les trois éléments étaient évidemment imbriqués : la religion avait toujours constitué un ferment d’identité à Malte, qui s’était trouvé au xvie siècle mis en péril par l’introduction d’esclaves non chrétiens et par l’apparition du protestantisme. La protection de l’ordre social passait par la poursuite de tous les déviants. Les plus menaçants étaient d’abord les apostats, qui trahissaient leur camp par l’adhésion à la religion ennemie par excellence, l’Islam, et qui, de ce fait, contribuaient à l’affaiblissement identitaire des frontières chrétiennes. Venaient ensuite les hérétiques dangereux (protestants ou sorciers) dont les pratiques déviantes remettaient en cause le catholicisme dominant et accentuaient la désunion sociale. Enfin, étaient également punis les divers fauteurs de troubles, les prostituées, les blasphémateurs, les bigames, qui, par leurs actes, allaient à l’encontre de l’ordre social établi : tandis que les blasphémateurs offensaient Dieu ou les systèmes religieux et sociaux150, et tandis que les bigames bafouaient les sacrements, les prostituées pouvaient nier leur appartenance au groupe catholique par leurs éventuelles relations avec des étrangers hérétiques ou avec des esclaves non chrétiens.

LA COMPARUTION DES COUPABLES

Le danger ordinaire : les hérésies

a) Les protestants

58La lutte contre le protestantisme, qui avait constitué la principale raison de l’installation de l’Inquisition à Malte, déclina au fil du xviie siècle. Avec un total de 525 procès, le nombre moyen de jugements pour hérésie était de 6 chaque année. Mais cette proportion ne fut sensiblement pas la même tout au long de la période : avec 47 procès sur 90 entre 1577 et 1590, la lutte contre l’hérésie représentait 52,3 % des préoccupations inquisitoriales durant une vingtaine d’années. Cette proportion ne devait pas cesser de décroître ensuite, passant à 33,2 % entre 1590 et 1610 (soit 150 procès sur 452), puis à 25,7 % dans les années 1630-1650 (soit 162 procès sur 631), et enfin à 15,6 % dans la seconde moitié du siècle (soit 73 procès sur 470).

Tableau 12. ÉVOLUTION DU NOMBRE DE PROCÈS PAR CATÉGORIE DE COUPABLES (1577-1670)

Tableau 12. ÉVOLUTION DU NOMBRE DE PROCÈS PAR CATÉGORIE DE COUPABLES (1577-1670)

Source : AIM, Proc. 1A à Proc. 76B.

  • 151 F. Renda, L’Inquisition in Sicilia... cit., p. 309.

59La diminution sensible de la part des procès pour hérésie tenait en partie à la suspension de la condamnation de tous les équipages des navires de commerce hollandais ou anglais, réclamée par le Saint-Office dès après la paix signée entre l’Espagne et l’Angleterre en 1604. Mais la raison principale était évidemment liée à l’effacement progressif du risque hérétique à Malte, comme partout ailleurs en Europe, où le partage religieux entre espaces catholiques et protestants était désormais officiel et accepté. Les procès siciliens suivirent du reste la même évolution que ceux de Malte, et la sévérité à l’égard des protestants du royaume fut à son paroxysme durant la seconde moitié du xvie siècle, avant de s’estomper au cours du siècle suivant151.

  • 152 AIM, Proc. 6C, ff° 1266r.-1271r., 11 mars 1582.
  • 153 AIM, Proc. 62, f° 419r., 20 juin 1650.
  • 154 AIM, Proc. 6C, ff° 1217r.-1256r., mai 1582.
  • 155 AIM, Proc. 6A, ff° 198r.-212r., janvier 1581.
  • 156 AIM, Proc. 56A, ff° 254r.-254v., 15 août 1642.

60La grande majorité des protestants jugés à Malte étaient des Français, des Anglais et des Hollandais. En ce qui concernait les Français, ils étaient généralement originaires du sud de la France : ainsi, en 1582, Clément Mercier, âgé de 36 ans et originaire de Fréjus, s’était présenté délibérément à l’Inquisiteur, après avoir aperçu la Vierge dans le ciel, au moment de son débarquement dans le port de Malte152. De même, en 1650, un calviniste de Nîmes, de passage à Malte, se présenta volontairement à l’Inquisiteur, pour être absous de son péché d’hérésie153. Outre les Français, Anglais et Hollandais représentaient assurément le plus grand nombre d’hérétiques jugés et condamnés par le Saint-Office maltais. L’exemple du procès de 1582 est significatif : pas moins de sept marins anglais, venus à bord d’un navire anglais en provenance du Levant, avaient été jugés pour hérésie, cependant que l’Inquisiteur avait fait comparaître tous les membres d’équipage, soit 38 personnes !154 Et l’année précédente, en 1581, deux marins anglais, avaient également comparu pour hérésie, après avoir été dénoncés parce qu’ils avaient mangé de la viande et des œufs dans une auberge, un jour maigre155. Citons enfin l’exemple du Flamand Jan Jansen, capitaine d’une ourque, qui résida quelques mois à Senglea et qui fut dénoncé en 1642, pour avoir déclaré à un Français de sa connaissance, établi à Malte, que c’è soltanto un santo ch’è Dio, al contrario di voi ch’havete tanti santi e Papi156.

  • 157 AIM, Proc. 17, ff° 95r.-95v., 9 mars 1600.
  • 158 AIM, Proc. 72A, ff° 160r.-178r., année 1664.

61Enfin, certains hérétiques jugés à Malte étaient originaires d’Allemagne, à l’instar d’Arnald Bastian, marin de Hambourg, qui se présenta en 1600 de son plein gré à l’Inquisiteur, pour abjurer son hérésie et demander à pouvoir s’établir à Malte157. Les laïcs n’étaient pas les seuls à comparaître devant le Saint-Office : certains religieux insulaires étaient quelquefois dénoncés par leurs ouailles, pour avoir professé des idées hérétiques. Ce fut le cas du prêtre Pietro Mifsud de Vittoriosa, qui fut condamné en 1664, après avoir déclaré dans ses sermons que la Vergine non era vergine et que sola la fede può salvare gli homini158. Cette affaire n’était pas sans rappeler celle de 1546, lorsque le prêtre maltais de Birgù, Andrea Axiac, s’était montré sensible aux discours du Français hérétique François Gesuald.

  • 159 AIM, Proc. 6C, f° 1268r., 11 mars 1582
  • 160 AIM, Proc. 17, f° 95r., 9 mars 1600.
  • 161 AIM, Proc. 6A, f° 208v., 22 janvier 1581.
  • 162 AIM, Proc. 56A, f° 254r., 15 août 1642.

62La plupart des hérétiques étaient donc des hommes religieux ou laïcs exerçant une profession maritime. Ils étaient plutôt jeunes (Clément Mercier avait 36 ans en 1582159, Arnald Bastian en avait 18 en 1600 AIM, Proc. 17, f° 95r., 9 mars 1600.160, Robert Wilchinson avait 20 ans en 1581161, Jan Jansen en avait 34 en 1642162...), ce qui se comprenait du fait même de leur métier de marins, de capitaines de navire ou de marchands.

b) Sorciers et sorcières

  • 163 Robert Muchembled, Le roi et la sorcière. L’Europe des bûchers (xve-xviiie siècles), Paris, 1993, p (...)

63Après les procès pour hérésie, venaient en nombre les procès pour sorcellerie. Avec un total de 476 procès, ils représentaient 22,6 % de la totalité des jugements inquisitoriaux, soit une moyenne de 5 procès par an durant un siècle. La part des procès pour sorcellerie crut considérablement au cours du xviie siècle, l’île de Malte suivant ainsi l’évolution générale des nombreux tribunaux inquisitoriaux européens pris d’une véritable frénésie de « chasse aux sorcières »163. Ainsi, la part des procès de sorcellerie passa de 10,9 % à la fin du xvie siècle, à 22,4 % au début du xviie siècle (années 1610-1630), puis à 25,1 % dans la seconde moitié du xviie siècle (années 1650-1670).

  • 164 AIM, Proc. 18, f° 237v., 9 avril 1599.
  • 165 AIM, Proc. 18, f° 114r., 14 juillet 1599.
  • 166 AIM, Proc. 59A, f° 23r., 16 mars 1645.
  • 167 AIM, Proc. 60, f° 32v., 4 septembre 1646.

64À Malte comme ailleurs, les sorciers étaient surtout des sorcières. Sous le vocable de magaria se cachaient diverses pratiques magiques, qui allaient de la magie noire, avec invocation du Diable, à la simple préparation de philtres d’amour ou de potions de guérison qui constituaient les cas les plus nombreux. Les sorcières se vantaient et avaient la réputation de savoir guérir toutes sortes d’affections physiques ou spirituelles, consécutives à des maladies, des accidents ou à des mauvais sorts. Ainsi, les sorcières Nuasia164 et Marietta Zammit de Vittoriosa165, étaient connues en 1599 pour savoir guarire molte infirmità. Les sorcières étaient également consultées pour la prononciation de mots magiques ou pour la préparation de philtres d’amour, destinés à rendre un homme amoureux ou bien à l’empêcher de tromper ou de délaisser son épouse. En 1645, la prostituée Anna de Vittoriosa comparut devant le Saint-Office pour avoir tracé des signes cabalistiques sur une planchette de bois, tout en prononçant à voix basse des paroles mystérieuses, pour se faire aimer d’un homme166. Dans le même temps, Marietta Maldonato de La Valette, avait tenté d’ensorceler un homme en lui faisant avaler une potion de sa confection, mélangée à de la nourriture, dans le but de se faire aimer de lui167.

  • 168 AIM, Proc. 13, f° 253r., 25 septembre 1594.
  • 169 AIM, Proc. 45B, f° 736r., 8 mars 1627.
  • 170 AIM, Proc. 71A, f° 136v., 5 avril 1661.

65Parfois, la pratique de la sorcellerie était plus offensive, et les sorcières utilisaient leur « pouvoir » pour se venger ou s’attaquer à leurs ennemis. En 1594, l’esclave juive Jona était accusée d’avoir voulu aider une de ses amies en jetant un sort destiné à faire mourir la femme de son amant, pour que les amoureux puissent ensuite s’épouser. Elle ne put finalement mener son ambition à terme car l’amant fut pris d’inquiétude et se refusa à commettre un tel peccato168. De la même manière, en 1627, Diana, jeune esclave chrétienne de La Valette demanda à une prostituée sicilienne de lui préparer un philtre pour envoûter et tuer une femme de sa connaissance. La prostituée appela le diable (« Satano ! Belzebutto ! ») en jetant trois poignées de sel dans le feu169, ce qui effraya fort Diana qui vint finalement dénoncer le fait à l’Inquisiteur. Enfin, en 1661, Perulla de La Valette avait également cherché à tuer une voisine qu’elle n’aimait pas en aspergeant d’eau maléfique sa porte, ce qui devait provoquer en quelques jours la mort de la femme. Mais, ainsi qu’elle l’avoua lors de son procès, non ho visto effetto alcuno170 !

  • 171 AIM, Proc. 43B, ff° 520r.-520v., 20 juillet 1623.
  • 172 AIM, Proc. 50B, f° 745r., 13 mai 1634.
  • 173 AIM, Proc. 30A, ff° 214r.-216r., 23 janvier 1610.
  • 174 AIM, Proc. 71A, f° 136v., 5 avril 1661.
  • 175 AIM, Proc. 73A, f° 310r., 14 novembre 1670.

66Ces sorcières étaient des femmes libres ou esclaves (musulmanes, juives ou converties), pour moitié d’un certain âge et pour moitié extrêmement jeunes. Dans tous les cas, elles étaient généralement célibataires, à la suite d’un veuvage pour les plus âgées, ou bien à cause de leur condition servile pour les plus jeunes. Souvent démunies, elles vivaient en marge de la société portuaire, associant aux pratiques de sorcellerie, en échange desquelles elles réclamaient salaire, d’autres déviances, comme la mendicité ou la prostitution pour les plus jeunes. Ainsi, en 1623, la sorcière juive La Mammana était une vieille esclave de Vittoriosa, âgée d’une soixantaine d’années171. De même, en 1634, Gratia Rada, sorcière de 22 ans déclarait au Saint-Office avoir appris les sortilèges de sa grand-mère et de vecchie donne cristiane oggidi morte172. En revanche, Agostina Bruno était une prostituée libre de La Valette, âgée de 20 à peine, qui fut jugée en 1610 pour pratiques magiques173. Pareillement, Perulla était en 1661 une célibataire de 24 ans, qui se prostituait à l’occasion174, tandis que Teresa en 1670 était âgée de 20 ans et vivait seule à La Valette175.

  • 176 AIM, Proc. 42A, f°, année 1621.
  • 177 AIM, Proc. 67A, f°, année 1655.
  • 178 AIM, Proc. 47A, f°, année 1627.

67La particularité de la sorcellerie à Malte était qu’elle touchait également un certain nombre d’hommes, presque toujours des esclaves musulmans. Le maraboutisme était indéniablement présent parmi la population servile musulmane ; en outre, des carrés magiques ou des pages du Coran étaient régulièrement utilisés par les esclaves, et précieusement conservés, dans le but de soulager un quotidien difficile. Certains de ces papiers, confisqués par l’Inquisiteur parce que considérés comme hérétiques ou blasphématoires, et ayant échappé à la destruction, sont encore conservés dans les Archives de l’Inquisition : il s’agit par exemple d’extraits du Coran176, de formules cabalistiques inscrites dans un carré magique qui porte également le nom d’Allah177, ou encore de formules et d’invocations à Dieu, écrites en cercle autour du nom de la personne à protéger178.

  • 179 AIM, Proc. 33B, f° 718r., 1er août 1610.
  • 180 AIM, Proc. 42B, ff° 485r.-485v., 10 mai 1622.

68Les sorciers musulmans n’invoquaient pas le Diable, contrairement aux sorcières, et se contentaient de prodiguer des remèdes (étonnants pour certains !) pour soigner des blessures morales ou physiques. En 1610, Jamel, esclave sur les galères de l’Ordre, proposa à une certaine Domenica de Senglea un remède pour calmer les douleurs de dos dont elle souffrait : il lui donna un bout de tissu qu’elle devait faire tremper dans l’eau, avant de l’appliquer sur son dos. Selon lui en effet, la douleur venait de ce qu’elle avait un jour été prise d’una gran collera mentre lavava tessuti diversi179. De même, en 1622, le Maltais Mario Faciolo, forgeron de La Valette, alla consulter l’esclave musulman Hali, qui faisait office de barbier à la Prison de la cité, pour qu’il lui donnât un remède contre les douleurs dont souffrait sa femme. Hali grava le nom de l’épouse de Mario sur une planchette de bois, tout en prononçant des mots magiques, et lui dit de brûler le bois dans le feu180.

  • 181 AIM, Proc. 35B, ff° 492r.-492v., 13 décembre 1614.
  • 182 AIM, Proc. 35B, f° 492r.
  • 183 AIM, Proc. 36A, f° 29r., 16 avril 1615.
  • 184 AIM, Proc. 42B, f° 485r., 10 mai 1622.

69Au même titre que les sorcières, les sorciers musulmans pouvaient être consultés pour laver une personne d’un mauvais sort ou la rendre amoureuse. Ainsi, l’esclave de l’Ordre Selem, avait la réputation de savoir guérir des mauvais sorts : en 1614, le Maltais Domenico Buttusil de La Valette vint le consulter (et paya 10 tari) pour avoir un remède lui permettant de redevenir amoureux de sa femme. Ayant été pris d’un subito disgusto pour son épouse, il pensait en effet avoir été envoûté par une autre femme qui voulait le séduire. Selem lui donna deux bouts de papier qu’il devait faire tremper dans un verre d’eau, lui conseillant de boire ensuite l’eau du verre avec sa femme181. Ces esclaves sorciers apparaissent d’un âge déjà avancé, soit une moyenne de 40 à 50 ans environ. Ainsi, Selem avait 45 ans environ182, tandis que Xich Ahmed avait 40 ans en 1615183, et qu’Hali en avait presque 60 en 1622184.

c) Les fauteurs de troubles : prostituées, blasphémateurs, bigames

70Aux côtés des protestants et des sorciers, certains fauteurs de troubles, qui pouvaient perturber l’ordre social, étaient jugés par le Saint-Office, comme les blasphémateurs et les bigames, jugés pour hérésie, ou les prostituées qui avaient des relations avec des non-chrétiens et étaient suspectées d’apostasie. Le nombre de procès concernant ces individus augmenta fortement durant le xviie siècle : alors qu’il ne représentait qu’une proportion de 2 % de la totalité des procès à la fin du xvie siècle, il s’éleva à 6,7 % des jugements inquisitoriaux dans les premières années du xviie siècle, puis se stabilisa autour de 10 % à 11 % durant tout le siècle (11,6 % dans les années 1610-1630, soit 53 procès sur 460, puis 10,6 % dans les années 1650-1670).

  • 185 A. Cabantous, Histoire du blasphème... cit., p. 92-93.
  • 186 AIM, Proc. 20A, ff° 390r.-391r., 1er juillet 1604.
  • 187 AIM, Proc. 36A, ff° 31r.-31v., 22 avril 1615.
  • 188 AIM, Proc. 38A, ff° 247r.-247v., 21 juillet 1617.

71Plus que de véritables hérétiques ou apostats, ils représentaient une menace pour l’ordre social établi, bafouant à la fois les cadres religieux (sacrement du mariage pour les bigames), politiques et sociaux (irrespect des ordonnances du Grand Maître pour les prostituées et pour les blasphémateurs). Les blasphémateurs étaient presque exclusivement des hommes, d’un niveau social plutôt bas, qui, à Malte, occupaient les fonctions maritimes. La parole impie apparaissant consubstantielle à la vie maritime ou militaire185, les chevaliers étaient rarement en reste, et pouvaient également comparaître devant le Saint-Office. Ce fut notamment le cas d’Alonso de Contreras, qui fut jugé en 1604, après avoir été dénoncé par un marin maltais, parce qu’il était entré in grande collera au cours d’une traversée, et avait pronunciato molti biasfemi, rinegando il nome di Dio186. Mais la plupart du temps, les blasphémateurs étaient de simples marins, comme Philippe Borromin, natif de Nice, marin de 28 ans, ayant épousé une Maltaise de Senglea. Il fut dénoncé et jugé pour avoir un jour, sur un bateau, sputtato et detto orribili parole contra Dio, alors qu’il était en colère187. Parfois, les blasphèmes étaient prononcés sur le mode de la dérision, comme ce fut le cas pour Jacques Cartier, époux d’une Maltaise de La Valette et chaussetier de son état, qui fut jugé pour avoir ri lorsque sa belle-mère lui déclara que l’hostie contenait le vrai corps du Christ (« ...lui si mese a ridere calando la testa mostrando de non credere quello che io gli dicevo... »). Jacques Cartier aggrava même son cas en déclarant imprudemment che non credeva in questo Dio188.

  • 189 AIM, Proc. 56A, f° 514r., 16 juillet 1642.
  • 190 AIM, Proc. 39B, ff° 851r.-851v., 12 mai 1619.
  • 191 AIM, Proc. 29A, ff° 52r.-53r., 13 mai 1609.

72En ce qui concerne les bigames, il s’agit presque toujours de marins jeunes, qui épousaient diverses femmes, au fil de leurs voyages et de leurs escales dans les ports de Méditerranée. Ainsi, en 1642, le marin français Antoine Arnaud fut jugé pour bigamie : depuis huit mois qu’il résidait à La Valette, il avait épousé la sœur d’un Français de sa connaissance, alors qu’il était déjà marié à Marseille189. De même, en 1619, Manoli de Lindos, marin rhodien d’une trentaine d’années, avait épousé une Maltaise de La Valette alors qu’il avait déjà pris femme plusieurs années auparavant à Alexandrie et qu’il était déjà père de deux enfants190. Parfois, mais les cas étaient plus rares, des femmes pouvaient également comparaître pour bigamie : il s’agissait alors de femmes qui se croyaient veuves, après la disparition en mer ou la réduction en esclavage de leur conjoint. Ainsi, en 1609, Cattarina de Bormula, femme du marin Piron, de Nice, qui avait été capturé par des Turcs et emmené en esclavage à Istanbul, épousa un autre homme près de dix-huit ans après la disparition de son premier époux. Trop pauvre, Cattarina n’avait jamais pu réunir la somme de rachat, qui se montait à 80 écus, et au bout de dix ans de captivité, Piron avait cessé complètement de lui écrire. Pensant qu’il était mort, elle avait épousé un Maltais, Domenico, dont elle eut deux enfants191.

  • 192 Carmel Cassar, Daughters of Eve. Women, Gender Roles and the Impact of the Council of Trent in Cath (...)

73Enfin, les derniers individus perturbateurs pour l’ordre social étaient sans conteste les prostituées, non pas tant pour l’activité qu’elles pratiquaient dans le port, mais plutôt pour les risques qu’elles représentaient par la fréquentation éventuelle de juifs et de musulmans, esclaves ou libres. Ces prostituées étaient évidemment des femmes jeunes, aussi bien libres que de condition servile ; elles étaient en majorité des chrétiennes, mais pouvaient également être juives ou musulmanes. Elles étaient mises à l’écart par l’opinion publique. La liberté de corps et d’action dont elles jouissaient par rapport aux autres femmes, et qui résultait de leur solitude, la vie publique qu’elles menaient par la fréquentation de lieux ordinairement réservés aux hommes, et l’atteinte à la morale religieuse et sociale qu’elles représentaient, les marginalisaient au sein d’une société extrêmement codifiée, où les femmes se devaient de demeurer au foyer pour ne pas ternir l’honneur de la famille192.

  • 193 AIM, Proc. 19A, ff° 184r.-187r., 7 avril 1601.
  • 194 AIM, Proc. 19A, f° 187r.
  • 195 AIM, Proc. 15B, ff° 786r.-786v., 22 mai 1597.

74Leurs relations privilégiées avec des non chrétiens représentaient un danger religieux et identitaire d’autant plus visible qu’elles étaient nombreuses à fréquenter les esclaves. Ainsi Girolama, Agnese et Imperia furent accusées par leur voisin, Gioanne Gandolfo, en avril 1601, d’entretenir des relations sexuelles avec des esclaves musulmans et juifs AIM, Proc. 19A, ff° 184r.-187r., 7 avril 1601193. Girolama, d’origine napolitaine, veuve d’un marin maltais, avait pour amant un esclave turc de l’Ordre, qui lui offrait de la nourriture, cependant qu’Agnese fréquentait les tavernes et un certain Hali, schiavo infedele dello scrivano d’una galera della Religione. Enfin, Imperia, ancienne prostituée désormais mariée à Luigi Calabrese, avait eu un amant régulier qui était juif : celui-ci était venu un jour dans la boutique de Gioanne Gandolfo, afin d’acheter un cadeau destiné à Imperia, disant au boutiquier qu’il était amoureux de sa maîtresse. Le Maltais si sentì morire per le queli dette parole194. De même, en 1597, les prostituées chrétiennes de condition libre, Agata et Marica, et l’esclave chrétienne Maddalena, fréquentaient assidûment la boutique de Giorgio, che fu turco et schiavo adesso christiano e libero, qui leur fournissait des clients esclaves et musulmans. Le voisin et délateur précisait même avoir entendu Giorgio appeler de la sorte les prostituées chrétiennes : « Venite qui dentro che vi voglio far cavalcare da schiavi infideli... »195.

  • 196 AIM, Proc. 16A, ff° 187r.-188r., 27 août 1598.
  • 197 AIM, Proc. 61B, ff° 741r.-768r., août 1648.
  • 198 AIM, Proc. 61B, f° 746v., 3 août 1648.
  • 199 AIM, Proc. 61B, f° 781v., 21 novembre 1648.

75Dans ces fréquentations dangereuses, l’Inquisiteur percevait le danger de possibles apostasies féminines, d’autant plus sournoises qu’on ne pouvait guère les prouver (contrairement aux hommes qui étaient presque toujours circoncis), et par conséquent, craignait une contamination progressive et insidieuse de la population chrétienne par les religions ennemies, du sang chrétien par le sang infidèle. Ce souci était d’autant plus fort que ces femmes souhaitaient échapper à un quotidien difficile de servitude ou de pauvreté et pouvaient manifester le désir de partir avec leur protecteur musulman. Par exemple, en 1598, deux Maltaises chrétiennes, l’une esclave (Lena) et l’autre de condition libre (Gioanna), parvinrent à s’enfuir en compagnie de leurs amants musulmans, dont l’un était esclave et l’autre s’était racheté, et gagnèrent tous quatre la Barbarie. Les deux femmes avaient pour ambition de devenir musulmanes et d’épouser leur amant en terre d’Islam196. De même, en 1648, trois femmes chrétiennes de La Valette comparurent devant le tribunal inquisitorial, pour avoir voulu fuir en terre d’Islam en compagnie de leur amant musulman197. Il s’agissait de Maria Rotella, veuve d’un marin maltais, et des sœurs Argenta et Pasca qui étaient les maîtresses de deux esclaves musulmans de chevaliers. Ainsi que l’avoua Argenta à l’Inquisiteur, une fois en Barbarie, les deux sœurs se seraient converties et mariées198. Les trois femmes furent sévèrement condamnées à des peines spirituelles et à deux années de prison ferme199.

76Ces exemples témoignaient bien de l’extrême danger que supposait la fréquentation de musulmans par des chrétiennes : en devenant leur maîtresse ou leur amie, elles pouvaient être amenées à les suivre, à les épouser et donc à se convertir à la religion ennemie. Péril inhérent aux lieux frontaliers de la Méditerranée chrétienne, l’apostasie réclamait une protection farouche de la religion catholique et de la population par la surveillance étroite des femmes (et de leurs enfants à naître), et une punition sévère de tous les transgresseurs, hommes ou femmes. Représentant près de la moitié des procès inquisitoriaux durant un siècle, la lutte contre les renégats devint alors l’objectif principal de l’Inquisition maltaise.

Le danger inhérent à la frontière : le reniement

  • 200 Lucia Rostagno, Mi faccio Turco. Esperienze ed immagini dell’Islam nell’Italia moderna, Rome, 1983, (...)

77Avec 922 procès sur 2 104 entre 1577 et 1670, les jugements pour apostasie représentent 43,8 % des procès, et une moyenne impressionnante de 10 condamnations par an dans le Grand Port. La part des procès pour apostasie crut rapidement dès le début du xviie siècle : de 35 % à la fin du xvie siècle (soit 32 procès sur 91 entre 1577 et 1590), elle s’éleva à 40,2 % au début du xviie siècle (182 procès sur 452 entre 1590 et 1610), pour se stabiliser autour de 45,3 % durant tout le xviie siècle (soit 708 procès sur 1 561 entre 1610 et 1670). Les années 1620-1670, qui correspondent à l’apogée corsaire de l’île, ont constitué le temps fort des réconciliations des renégats. Nous retrouvons le même cas de figure à Livourne, où l’activité des chevaliers de Saint-Etienne avait également favorisé un afflux d’esclaves razziés ou capturés en course au milieu et dans la seconde moitié du xviie siècle200.

  • 201 A. Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles... cit.
  • 202 Bartolomé et Lucile Bennassar, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats (xvie-(...)
  • 203 A. Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles... cit., p. 196.

78Même si nous disposons des excellentes études menées par Anita Gonzalez-Raymond201 ou par Bartolomé et Lucile Bennassar202 sur les renégats aux xvie et xviie siècles, nous ne pouvons pas ne pas dire un mot de l’origine et du profil sociologique des apostats qui comparurent durant un siècle devant le Saint-Office maltais. D’abord parce que Bartolomé Bennassar ne les a pas inclus dans son étude, faute de recherches menées au sein des Archives of the Inquisition of Mdina, et ensuite parce que notre panel de renégats atteint le nombre considérable de 922 en un seul siècle, soit presque autant que les 965 apostats qui ont été jugés dans les trois tribunaux inquisitoriaux des Baléares, de la Sicile et de la Sardaigne en un siècle et demi203 !...

  • 204 AIM, Proc. 18, f° 69r., 14 décembre 1599, Rapport de l’argousin Mariano Carbun, au service de l’Ord (...)

79Ce nombre important de renégats est d’autant plus frappant que l’île était extrêmement petite et que son tribunal inquisitorial était assisté d’un personnel bien moins nombreux que celui des tribunaux espagnols des îles voisines. Cela s’expliquait d’abord par l’intensité de l’activité corsaire, qui permettait, par les razzias côtières régulières et par la capture de nombreux navires, de ramener un nombre important d’esclaves musulmans, parmi lesquels se trouvaient toujours plusieurs renégats. En effet, le rapport que l’argousin responsable de la garde des esclaves dans les Prisons de Vittoriosa et de La Valette fit à l’Inquisiteur en 1599 indiquait que sur les 1 600 esclaves de l’Ordre qui avaient été recensés, fra piccoli et grandi, ci sono da seicento rinegati, cioe parte che han rinegato mentre erano figlioli et altri in eta grande204 !...

  • 205 B. Vincent, « L’Inquisition et l’Islam », in Monitor IHS, vol. IV, n° 1-4, 2002, p. 12.

80L’abondant corpus de renégats témoignait également de l’extraordinaire activité des autorités religieuses et politiques, soucieuses de préserver absolument l’île dès la fin du xvie siècle. Car la peur du musulman n’était pas inférieure à celle des juifs et des protestants, elle était autre : si les juifs et les « hérétiques » constituaient une menace intérieure à la chrétienté, les musulmans représentaient un danger politique et religieux, une rivalité de civilisation205. Les multiples procès d’apostats reflétaient alors une réalité maltaise, dominée en même temps par les corsaires et par les religieux, et où avaient établi résidence les plus célèbres ordres monastiques européens (Dominicains, Bénédictins, Franciscains, Carmes, Jésuites...). L’Ordre surtout était la synthèse parfaite de cette réalité insulaire, par son statut même d’ordre militaro-religieux qui puisait dans la course le dernier souffle d’une croisade contre l’Infidèle. Ile corsaire, « île-monastère », Malte apparaissait, grâce à l’activité de son Inquisition, comme le bastion catholique par excellence, où était affirmée de manière presque offensive la pureté chrétienne face à la rive sud.

Tableau 13. ORIGINE DES RENÉGATS JUGÉS PAR L’INQUISITION DE MALTE (1577-1670)

Tableau 13. ORIGINE DES RENÉGATS JUGÉS PAR L’INQUISITION DE MALTE (1577-1670)

a) Les renégats orientaux

  • 206 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 150.
  • 207 M. Fontenay, « Chiourmes turques au xviie siècle », in Genti del mare mediterraneo, Naples, 1981, p (...)

81Les renégats jugés à Malte étaient pour une majorité de 55,6 % (soit 513 sur 922) originaires de la Méditerranée orientale ; cette légère prédominance d’individus venant de l’Europe et du bassin oriental de la Méditerranée distinguait Malte des autres tribunaux inquisitoriaux de Méditerranée occidentale, où Ibériques et Italiens constituaient la majorité des apostats206. Cela s’expliquait évidemment par l’originalité de la course maltaise qui, sous l’influence des Hospitaliers, était majoritairement orientée vers le Levant. Par la capture de navires musulmans et surtout de galères ottomanes, chevaliers et Maltais s’emparaient de leurs esclaves, qui étaient, pour un grand nombre, natifs des provinces grecques et balkaniques où était prélevé le tribut de la devchirmé, et des terres russes, où des raids turcs et tartares avaient lieu régulièrement, surtout à partir du début du xviie siècle, pour alimenter les chiourmes de la Porte207.

82La majorité de ces Orientaux (216 sur 513, soit une proportion de 42,1 %) était originaire de la péninsule grecque ou des îles, comme celle de Crète (11,2 % des renégats) et celles de l’Archipel (7,4 % des renégats venaient de Chio, 4,2 % venaient de Mytilène...). Venaient ensuite les renégats natifs des régions d’Europe orientale et des Balkans : une bonne moitié (49,5 %, soit 105 renégats sur 212) étaient originaires de Russie et de Moscovie, tandis que les autres venaient diversement des territoires hongrois, bulgares, roumains et albanais. Une faible minorité (14 %, soit 30 renégats sur 212) venaient de terres plus septentrionales, comme le royaume de Pologne ou des terres de l’Empire germanique : il s’agissait alors généralement de soldats, capturés lors des guerres menées en Europe contre les Ottomans.

  • 208 AIM, Proc. 45A, f° 132r., 18 mai 1626.
  • 209 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 183.
  • 210 AIM, Proc. 19A, f° 68r., 28 décembre 1600.
  • 211 AIM, Proc. 27, f° 371v., 26 septembre 1607.
  • 212 AIM, Proc. 19B, f° 545r., 9 juin 1601.
  • 213 AIM, Proc. 45A, f° 205r., 7 février 1626.
  • 214 AIM, Proc. 29B, f° 700r., 13 août 1607.
  • 215 AIM, Proc. 35A, f° 164r., 30 juillet 1614.
  • 216 AIM, Proc. 19A, f° 307r., 7 juillet 1601.
  • 217 AIM, Proc. 19B, f° 647r., 28 avril 1601.
  • 218 AIM, Proc. 21A, f° 253v., 23 mars 1603.

83Avec les renégats de Grèce et plus rarement des Balkans, nous touchons aux enfants de la devchirmé, capturés par les musulmans durant les trois dernières décennies du xvie siècle et au cours des années 1600-1610. Leur comparution à Malte occupe les années 1600-1620. Après cette date, rares sont les procès où les Grecs disent avoir été pris pour payer le tribut dû au Grand Turc. Leur capture résultait plutôt d’une sortie infortunée en mer ou de razzias côtières : ainsi, Antonio de Candie fut pris par des Turcs lors d’une razzia de son village208. La pratique de la devchirmé se raréfie en effet dans les provinces chrétiennes de l’Empire ottoman à partir des années 1615-1620, pour disparaître dans la seconde moitié du xviie siècle, le recrutement des janissaires ayant alors changé209. Au moment de la capture, l’âge des renégats était assez variable, même s’il était souvent inférieur à 10 ans. Ainsi, Michel de Metelin fut pris en 1573, à l’âge de 8 ans210 ; Tommaso de Grèce fut pris à l’âge de 6 ans211 et Gioanne de Hongrie, capturé tandis qu’il gardait les vaches de son père, à l’âge de 7 ans AIM, Proc. 19B, f° 545r., 9 juin 1601.212 ; quant à Jianni de Milo, il avait 8 ans lors de sa capture en 1605213. Certains garçons étaient pris à un âge plus avancé : Michele de Metelin fut emmené à 15 ans par les Turcs, per il tributo del Gran Signore214 et Gioanne de Grèce à l’âge de 14 ans215. D’autres en revanche étaient enlevés à un âge très tendre, à l’instar de Gio Battista de Hongrie, emmené à Istanbul à l’âge d’un an et demi216, ou bien de Cosimo de Salonique pris à l’âge de 4 ans217 et de Tommaso Vince, Hongrois, emmené à 3 ans à Istanbul, pour devenir plus tard janissaire218.

  • 219 AOM 100, f° 278v., 15 mai 1603. Voir Chapitre VI.
  • 220 AIM, Proc. 22D, ff° 1243r.-1313r., juillet 1603 (sentences contre Crusafa, Stammata, Crusafa, Bigli (...)
  • 221 AIM, Proc. 21B, f° 700r., 4 juin 1603.
  • 222 AIM, Proc. 22D, ff° 1253r.-1253v., 23 mai 1603.
  • 223 AIM, Proc. 42D, f° 1118r., 17 novembre 1622.

84La forte présence de renégats grecs résultait des nombreuses razzias corsaires qui furent menées durant les deux premières décennies du xviie siècle, par les chevaliers de Malte le long des côtes grecques. L’attaque des forts ottomans permettait la capture des garnisons, mais également des nombreux habitants qui vivaient autour des fortins. Parmi eux, nous trouvons beaucoup de femmes qui avaient été, dans leur enfance, « offertes » par leurs parents à des soldats turcs, en remboursement d’une dette, ou bien avaient été détenues en esclavage par des musulmans, voire étaient devenues les épouses des soldats turcs. En 1603, l’expédition réussie menée contre les forts du golfe de Lépante permit la capture de 235 esclaves musulmans219, parmi lesquels onze femmes renégates qui firent l’objet d’un procès220. L’une d’entre elles, Marò, avait été donnée à l’âge de 6 ans par son père à un soldat turc et à son épouse, pour leur servir de domestique221. Quant à Crusafa, sa beauté lui valut d’être enlevée à l’âge de 10 ans environ par un jeune soldat turc du fort Petraci, qui la fit renier, avant de l’épouser lorsqu’elle atteignit 15 ans. Elle devait vivre heureuse à ses côtés une quarantaine d’années durant, jusqu’à sa mort lors de la défense du fort222. Quant à Marietta, capturée par les chevaliers en 1610, lors de la chute du fort de Corinthe, elle avait été recueillie par un couple de Turc à l’âge de 8 ans, parce qu’elle était orpheline, et avait été élevée comme leur propre fille dans la religion musulmane223.

  • 224 AIM, Proc. 19B, f° 518r., 10 avril 1601.
  • 225 AIM, Proc. 19B, f° 685r., 18 juillet 1601.
  • 226 AIM, Proc. 57A, f° 285r., 26 septembre 1641.
  • 227 AIM, Proc. 66A, f° 32r., 21 décembre 1656.

85En ce qui concerne les Russes, leur reniement résultait généralement de captures au cours de raids menés par des Turcs ou des Tartares en terre chrétienne. Ils étaient ensuite menés jusqu’aux rives de la Mer Noire, où ils étaient vendus à des Turcs, ou bien conduits directement à Istanbul et vendus sur le marché des esclaves. Il pouvait aussi bien s’agir de rapts d’enfants que d’enlèvements d’adultes : ainsi, vers 1580, Antonio de Russie fut enlevé avec sa mère, alors qu’il était âgé de 3 ans. Ils furent vendus séparément comme esclaves à Istanbul224. De même, Pietro de Russie, fut capturé à l’âge de 5 ans en compagnie de sa mère, par des Tartares qui les vendirent en Mer Noire à des Turcs. Ils furent ensuite convoyés vers Istanbul225. En revanche, Zatulo, natif d’Ukraine, fut enlevé seul par des Turcs, à l’âge de 10 ans, et emmené jusqu’à Andrinople, où il fut vendu comme esclave226. Enfin, Daniele, qui avait été capturé par les Cosaques, fut vendu aux Tartares qui le cédèrent à leur tour à un Turc d’Istanbul qui le fit renier, alors qu’il n’était âgé que de 3 ans227.

b) Les renégats occidentaux

86Les renégats de Méditerranée occidentale, et plus rarement d’Europe du Nord, représentent 409 comparutions, soit une proportion de 44,4 % des procès. Les Italiens étaient les plus nombreux avec 116 inculpés sur 409, soit une proportion de 27,9 %. Comme pour les Ibériques, Espagnols et Portugais confondus, qui représentaient 20,8 % des procès, leur présence s’expliquait d’abord par la situation géographique : proches du monde musulman, ils étaient plus facilement que les autres razziés ou capturés en course. En effet, 43,1 % des Italiens renégats étaient natifs de Sicile, de la Calabre, des Pouilles et de Naples, cependant que 52,1 % des Espagnols (soit 37 renégats sur 71) étaient originaires du littoral et des Baléares, c’est-à-dire de lieux régulièrement soumis aux incursions barbaresques et où une sortie en mer pouvait s’avérer dangereuse.

  • 228 AIM, Proc. 7B, ff° 810r.-810v., 1er avril 1585.
  • 229 AIM, Proc. 43C, ff° 866r.-867r., 24 mars 1624.
  • 230 AIM, Proc. 45A, ff° 83r.-84r., 13 janvier 1626.
  • 231 AIM, Proc. 45B, ff° 620r.-620v., 27 janvier 1626.

87Citons quelques exemples : Maurudi d’Otrante, marin, fut capturé en 1584, quand le navire sur lequel il se trouvait fut arraisonné au large des Pouilles, par des corsaires de Tunis228. Carlo de Bellis, de Naples, fut capturé à l’âge de 12 ans par des navires de Bizerte, tandis qu’il était mousse sur un navire napolitain en route pour Palerme. Vendu comme esclave à Tunis, il vécut neuf ans en Barbarie comme renégat, avant de pratiquer à son tour la course229. Pareillement, le Majorquin Pedro Ferragut, fut capturé à 15 ans au large de son île par deux brigantins d’Alger, alors qu’il était matelot sur un navire de commerce. Emmené à Alger, à Tunis, puis à Alexandrette par ses divers patrons, il vécut dix ans comme musulman230. Enfin, Antonio Gonzalez, Portugais de 23 ans, fut capturé à l’âge de 11 ans, alors qu’il naviguait au large de la Barbarie : emmené à Alger, il renia très vite et redevint marin, puis corsaire, avant d’être capturé en 1626 par les galères de l’Ordre231.

  • 232 AIM, Proc. 45B, ff° 619r.-619v., 27 janvier 1626.
  • 233 AIM, Proc. 20A, ff° 51r.-52r., 27 janvier 1601.

88Les activités guerrières menées par l’Espagne ou le Portugal contre les musulmans facilitaient également les risques de capture. Antonio Morales, de Majorque, fut capturé en 1616, tandis qu’il était soldat au service du roi d’Espagne dans le préside de Melilla. Vendu à un Turc d’Alger, il vécut dix ans à Alger, dont huit ans comme homme libre après que son patron l’eut libéré, exerçant les métiers de janissaire et de corsaire232. De la même manière, Domenico Rodrigues, jeune soldat espagnol qui s’était mis au service du roi du Portugal, avait été capturé en 1578 lors de la bataille d’Alcazar Kébir et demeura vingt ans en terre africaine233.

  • 234 AIM, Proc. 42B, ff° 368r.-369r., 22 mars 1622.
  • 235 AIM, Proc. 42A, ff° 186v.-187v., 11 avril 1622.

89Enfin, on observe un pic sensible du nombre de renégats espagnols jugés à Malte dans les années 1615-1625. C’étaient essentiellement des Grenadins, des Cordouans, des Sévillans, et beaucoup étaient en réalité d’anciens Morisques expulsés d’Espagne en 1609 et émigrés en Afrique du Nord. Par exemple, Antonio Basano, de la cité de Balacos, avait quitté sa ville natale avec toute sa famille en 1608 parce que son père pressentait une expulsion ; une fois parvenus à Tétouan, puis Alger, le père d’Antonio le fit renier et la famille vécut comme les musulmans234. De même, Luis de Mendoza, de Séville, avait quitté le royaume avec toute sa famille en 1609, et avait émigré à Tétouan, Alger et Tunis, où il vécut quinze ans235. Capturés en mer par des corsaires maltais ou par les galères de l’Ordre, ils étaient rapidement présentés à l’Inquisiteur de Malte et jugés pour apostasie.

90Les Français représentent 23,5 % des renégats (soit 96 procès sur 409), ce qui était une proportion nettement supérieure à celle calculée par Bartolomé Bennassar (11 %) pour les autres tribunaux inquisitoriaux. Ces Français étaient pour une écrasante majorité (72,9 %, soit 70 sur 96) natifs du littoral méditerranéen et particulièrement des ports de Marseille, Toulon, Six-Fours, Saint-Tropez ou Cassis. Au cours du xviie siècle, les origines géographiques se sont toutefois diversifiées et 17,7 % des renégats français étaient également originaires des littoraux atlantiques (La Rochelle, Bordeaux, Nantes, Saint-Malo, Brest).

  • 236 Voir les chapitres VI et VII.
  • 237 AIM, Proc. 24A, ff° 35v.-35r., 2 juin 1605.
  • 238 AIM, Proc. 45B, ff° 613r.-614r., 23 janvier 1626.
  • 239 AIM, Proc. 40D, ff° 1253r.-1253v., 3 septembre 1620.

91La raison de leur place importante dans les archives maltaises tenait à la forte présence des Français à Malte à partir du début du xviie siècle. S’illustrant dans les activités corsaires et commerciales236, ils s’établissaient souvent dans l’île et partaient à bord des navires maltais. Quelques exemples en témoignent : en 1605, Antoine Starin, Marseillais installé à Malte, fut capturé dans le canal de Sicile par un brigantin turc, alors qu’il était marin sur un navire de commerce français en partance pour Terranova, qui était la propriété d’un marchand français établi dans l’île237. De même, en 1621, le marin d’origine bretonne Nicolas Jordan, marié à une Maltaise, fut capturé par les Barbaresques au débouché de l’Adriatique, alors qu’il s’était embarqué sur le navire de course d’un chevalier238. Enfin, en 1618, un marin natif d’Antibes, Jean Ferau, installé à Vittoriosa et marié à une Maltaise, fut capturé au large de l’île sur le navire de course du chevalier Antonio Lubrisato, en partance pour le Levant239.

  • 240 AIM, Proc. 40D, ff° 1444v.-1445r., 28 avril 1621.
  • 241 AIM, Proc. 44A, ff° 609r.-610r., 19 avril 1629.
  • 242 AIM, Proc. 45B, ff° 614r.-614v., 23 janvier 1626.

92En outre, les marchands et capitaines français (surtout marseillais) avaient pris l’habitude, à partir des années 1620-1630, de considérer Malte comme une escale privilégiée pour leurs navires, sur la route les conduisant au Levant ou les ramenant en France. L’approche de Malte, aux abords de laquelle se déchaînait la course musulmane, constituait donc une navigation à hauts risques pour les vaisseaux de commerce régulièrement arraisonnés. Ainsi, en 1613, Jean Lougeret de Marseille, mousse sur un navire de commerce marseillais qui venait de faire escale à Malte et partait en direction du Levant, fut pris par des corsaires de Tripoli et vécut huit ans comme renégat240. De même, en 1625, Lazare Astur de Marseille, embarqué sur un bateau de commerce français qui venait de dépasser Malte et faisait voile vers la Crète, fut capturé par cinq navires de Tunis241. Enfin, toujours en 1625, Matthieu Ginet de Provence, fut pris par les corsaires d’Alger sur un navire marseillais qui venait de quitter Palerme pour se diriger vers le sud242.

  • 243 AIM, Proc. 37B, ff° 621r.-672r., mars 1615.
  • 244 AIM, Proc. 43D, ff° 894r.-917r., février 1625.
  • 245 AIM, Proc. 45B, ff° 615v.-616r., 26 janvier 1626.
  • 246 AIM, Proc. 40D, ff° 1283r.-1283v., 4 avril 1621.
  • 247 AIM, Proc. 45B, ff° 1009r.-1009v., 18 février 1627.

93Après les Français, viennent les renégats du Nord, Anglais et Flamands, qui totalisaient 37 procès sur 409, et représentent 9 % des délits d’apostasie. Leur présence dans nos archives ne devient véritablement sensible qu’à partir des années 1620-30, c’est-à-dire au moment où ils commencent à pénétrer véritablement dans l’espace méditerranéen : le premier renégat flamand est jugé en 1615243 et le premier Anglais est condamné en 1625244. Ces hommes du Nord exerçaient évidemment tous un métier maritime et avaient été capturés en mer. Certains étaient pris au débouché de la Méditerranée, comme le Londonien William Ghibs, marin, qui fut capturé au large de Gibraltar par des corsaires d’Alger245. D’autres étaient plutôt capturés à proximité de la côte barbaresque, à l’instar du Flamand Arentio246 et de l’Irlandais Daniel Ersi247, respectivement pris en 1607 et en 1626 par des corsaires de Tunis alors qu’ils revenaient du Levant.

  • 248 AIM, Proc. 7B, ff° 734r.-803r., 19 octobre 1584.
  • 249 Voir le Chapitre VI.

94Restent enfin les Maltais qui ne sont pas les moins touchés par le reniement : avec 69 procès sur 409, ils représentent 17 % des condamnations de la période étudiée. Leur apparition dans les procès date de 1584, lorsque le premier renégat maltais, le corsaire Benedetto Bonnici de Bormula, fut jugé par l’Inquisiteur248. Leur nombre s’accrut alors régulièrement tout au long du xviie siècle, passant de 15 condamnations entre 1584 et 1605, à 24 condamnations entre 1605 et 1635, puis à 29 entre 1635 et 1670. Cette hausse sensible découle assurément du développement de l’activité corsaire que les Maltais déployaient à partir des années 1620-1630249 : un nombre croissant de départs en mer entraînait de façon inévitable un plus grand nombre de captures par les musulmans.

  • 250 AIM, Proc. 17, ff° 67r.-68r., 23 mars 1600.
  • 251 AIM, Proc. 27, ff° 38r.-39v., 16 novembre 1607.
  • 252 AIM, Proc. 55A, ff° 61r.-61v., 13 mars 1640.

95Il s’agissait en effet pour une très large majorité (72,4 %, soit 50 sur 69) d’hommes ayant un métier lié à la mer (marins, mousses, corsaires, barbiers, cuisiniers ou soldats sur les galères, pêcheurs...). Pour ne donner que quelques exemples, en 1575, Antonio Paludano était marin sur une frégate de course lorsqu’il fut capturé par des Barbaresques : par de nombreuses lettres écrites à sa mère veuve, il raconta avoir renié sa foi à la suite de mauvais traitements, avant de s’engager comme marin au service d’un raïs de Tunis250. De même, en 1605, le corsaire Alessandro Inguanez, appartenant à la noble famille maltaise des Inguanez, embarqué sur le galion de l’Ordre, fut pris par des Turcs lors d’une halte du navire aux environs d’Alexandrette251. Enfin, en 1634, le marin Benardo Balio de Bormula fut capturé au Levant, alors qu’il se trouvait sur un brigantin de course maltais252.

  • 253 AIM, Proc. 13, ff° 3r.-4r., 20 octobre 1592.
  • 254 AIM, Proc. 16A, ff° 251r.-251v., 20 janvier 1599.

96Outre les marins ou les corsaires, nous notons quelques femmes renégates, qui avaient été razziées par des navires corsaires. L’une d’entre elles, Léasar, fut capturée au milieu des années 1580 environ, par des Barbaresques tandis qu’elle attendait sur le rivage le retour de son père, parti pêcher au large de Gozo. Quelques années plus tard, en 1592, nous la retrouvons esclave de l’Ordre, après sa capture par un brigantin maltais, sur le navire où elle voyageait avec son époux musulman. Dès son arrivée à Malte avec son mari et son jeune fils, elle se trahit en réclamant à un notaire de Vittoriosa sa part d’héritage, précisant que son père avait dû lui léguer un champ à Gozo253. Un autre femme, Agata, avait été chassée de son casal de Mosta par son mari, parce qu’elle menait une vie dissolue : envoyée en pénitence à Gozo, elle avait été capturée dans les années 1570 par des Barbaresques. Quelques années plus tard, elle fut prise avec son époux sur un navire les conduisant au Levant, pour effectuer le pèlerinage à La Mecque, et en 1599, elle était esclave de l’Ordre254.

  • 255 AIM, Proc. 34A, ff° 206r.-206v., 4 septembre 1612.
  • 256 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 316.
  • 257 AIM, Proc. 34A, f° 206v.
  • 258 AIM, Proc. 35A, ff° 380r.-380v., 9 octobre 1614.
  • 259 AIM, Proc. 34A, ff° 209r.-209v., 9 mai 1613.

97Enfin, en dépit de leur profonde piété et de l’encadrement religieux, les Maltais, voire les membres du clergé, pouvaient se montrer tentés par la religion musulmane. Nous mentionnerons seulement le passionnant exemple du Dominicain fra Bartolomeo Gatana, parti avec quelques autres religieux pour s’occuper du rachat de captifs maltais à Istanbul en 1610, et qui, épris d’une femme musulmane, se convertit délibérément à l’Islam pour l’épouser. Ainsi qu’en témoignait le Dominicain Melchiore de Paula, scandalisé, revenu à Malte en 1612 et pressé de dénoncer le fait au Saint-Office, l’apostasie volontaire de fra Bartolomeo avait donné lieu à de grandes réjouissances populaires, dans les rues d’Istanbul255, comme cela se produisait toujours dans le cadre de conversions de personnes libres, plutôt que dans celui de reniements subis sous la contrainte et dans la servitude256. En outre, le frère Bartolomeo encouragea plusieurs jeunes Maltais du navire à suivre son exemple, dicendo che la vita da Turco era migliore della vita da cristiani257. Ainsi, le barbier Antonaci Chidone et les trois marins Francesco Burlo, Vincenzo de Bormula et Alfonso Farruggia de Bormula, renièrent à leur tour et se mirent à vivre a la Turchesca, comme le narrait en 1614 Don Jospeh Zammit, le prêtre maltais qui avait accompagné les Dominicains au Levant258. Et un témoin de ce fait, le marin Pietro Zammit de Vittoriosa, de confesser amèrement à l’Inquisiteur que questo cane, non contento d’haver gia lui rinegato la fede, fece rinegar molti poveri giovani maltesi259...

  • 260 AIM, Proc. 30A, ff° 322r.-323r., 22 août 1611.

98Aux Maltais de souche doivent être ajoutés tous les Maltais d’adoption, que le Saint-Office enregistrait sous leur nationalité d’origine, mais qui, s’ils étaient mariés, avaient en réalité acquis la citoyenneté maltaise. Citons le cas d’Antonetto Bonuino, corsaire d’origine génoise, âgé de 80 ans, qui vécut quarante années dans le Grand Port, après avoir épousé une insulaire. Parti pour une dernière course à la tête de deux frégates et à l’âge de 75 ans (l’attrait du profit corsaire n’avait décidément pas d’âge !) il fut pris par les Barbaresques et contraint de renier. Esclave d’un corsaire flamand renégat, il fut capturé par les galères de Malte et demanda instamment à comparaître devant l’Inquisiteur, pour redevenir chrétien et rejoindre son épouse et sa dernière fille260.

  • 261 AIM, Proc. 10A, ff° 89v.-90v., 4 septembre 1590.
  • 262 AIM, Proc. 24A, ff° 35v.-37v., 2 juin 1605.

99Un autre cas concerne François Malebrisse, soldat français qui s’était mis au service de l’Ordre et, ayant vécu vingt ans à Malte, avait épousé une femme du port : capturé à bord d’une galère des chevaliers, il fut conduit à Alexandrie où il renia sous la contrainte. Étant parvenu à s’évader, il se présenta à l’Inquisiteur pour être absous de son péché, avant de reprendre son emploi et de retrouver sa famille261. Un dernier parcours enfin : Antoine Starin, de Marseille, qui avait décidé de s’installer à Malte à l’âge de 14 ans, vécut 8 ans à Bormula, épousant une insulaire et travaillant comme marin sur les navires maltais. Capturé en 1604 au large de l’île, sur une tartane effectuant un voyage commercial vers la Sicile, il fut vendu comme esclave à Tunis et contraint de renier. En 1605, capturé par les galères de Malte au large de Sousse, il demanda à l’Inquisiteur de le punir pour son apostasie et de le réconcilier, afin qu’il pût reprendre sa vie antérieure262.

100Ces exemples, que l’on peut multiplier sans fin, faisaient prendre conscience aux autorités de la nécessité de surveiller étroitement l’île-frontière, dont la situation au cœur même du ballet des navires corsaires d’Alger, de Tunis, de Bizerte, de Jerba, de Tripoli, apparaissait presque idéale pour toutes les transgressions.

c) Le profil des renégats

  • 263 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 303.

101Avec 813 procès sur un total de 922, les hommes représentent 88,1 % des renégats. Les femmes, quasiment absentes, ne participaient pas à l’aventure guerrière ou corsaire et ne pouvaient devenir janissaires. Recluses dans leur maison comme esclaves ou comme épouses, elles étaient uniquement capturées lors de razzias littorales ou à l’occasion d’un voyage en mer avec leur époux (pour un changement de résidence, ou pour un pèlerinage). Leur nombre plus important dans les archives maltaises que dans les fonds des autres tribunaux inquisitoriaux (elles ne représentent que 3,8 % des renégats dans le corpus de B. Bennassar263), s’explique par les multiples incursions corsaires que menèrent les Hospitaliers durant le premier xviie siècle, contre les forteresses ottomanes des littoraux grecs ou levantins.

  • 264 AIM, Proc. 42A, ff° 57r.-68r., décembre 1621.
  • 265 AIM, Proc. 45B, ff° 664r.-697r., juillet 1625.

102Les coupables étaient en moyenne âgés, au moment de leur comparution, de 25 ans. Cette extrême jeunesse était liée aux métiers exercés par les renégats, qui exigeaient un corps jeune et solide : presque tous étaient marins, soldats, capitaines de navires, corsaires. La durée moyenne de leur reniement était de 11 ans, et coïncidait dans la majorité des cas avec le nombre d’années passées en terre d’Islam : dans 95 % des cas, le reniement, forcé comme volontaire, se produisait dès après la capture, ou tout au plus au bout d’un ou deux ans. Évidemment, le temps d’apostasie de certains coupables était bien moindre et pouvait ne pas excéder une année. Il s’agissait alors de chrétiens convaincus qui tentaient de fuir, comme Stanislas de Pologne qui, forcé de renier au moment même de sa capture, parvint à s’évader au bout de dix mois en 1621264. Mais parfois, ces reniements très courts venaient simplement d’une récente capture en mer, comme ce fut le cas pour le marin Jacques Ignaule, Marseillais de 17 ans, qui fut pris en course par les galères de Malte six mois seulement après sa capture par les Barbaresques et son reniement265. Il était impossible dans ce cas, de définir si le retour du coupable dans le giron de l’Église résultait d’un regret sincère ou d’un hasard heureux qui lui évitait les foudres inquisitoriales...

  • 266 AIM, Proc. 15B, ff° 973r.-982r., décembre 1596.
  • 267 AIM, Proc. 27, ff° 363r.-397r., octobre 1607.
  • 268 AIM, Proc. 39A, ff° 282r.-293r., octobre 1618.

103Très souvent, le temps du reniement cessait au moment du retour. Le terme de l’apostasie tenait d’abord à la comparution volontaire, dans 51,7 % des cas (soit 477 procès sur 922), et ensuite à la dénonciation (48,3 % des cas), qui découlait du fort contrôle portuaire par les officiers de la douane et par le personnel inquisitorial. Lorsque le reniement se prolongeait après l’arrivée à Malte, la raison tenait au fait que les renégats étaient parvenu mieux que d’autres à cacher leur faute ou que la dénonciation avait mis plus de temps à se produire. Par exemple, Nicolas de Zante, qui était demeuré 25 ans chez les musulmans, continua de pratiquer l’Islam pendant dix années à Malte, avant d’être dénoncé en 1596 et jugé par l’Inquisiteur266. Ou encore, Tommaso de Nicosie, qui, après avoir vécu 17 ans parmi les Turcs, professa l’Islam à Malte pendant 28 ans après sa capture par les galères de l’Ordre, avant d’être dénoncé267. Enfin, Piero Antonio de Naples, demeuré 24 ans en terre musulmane, qui fut traduit devant l’Inquisition en 1618, avait pratiqué l’Islam pendant 23 années à Malte avant d’être dénoncé comme apostat268. Notons cependant que tous ces renégats furent dénoncés, certes tardivement, mais dénoncés tout de même, preuve, s’il en était encore besoin, qu’il s’avérait difficile d’échapper aux mailles du contrôle maltais.

104Toutes ces informations, ces bribes de vie, ces parcours individuels, étaient réclamés aux coupables, voire extorqués dans certains cas, par l’Inquisition. Au moyen de questions diverses, dont l’évolution était nettement sensible entre la fin du xvie siècle et la fin du xviie siècle, l’Inquisiteur retraçait la vie des individus dont il devait déterminer le niveau de culpabilité. Ainsi, un véritable discours inquisitorial, inspiré et modelé par les instructions et manuels adressés par le Saint-Office de Rome à son personnel, était construit. Les inculpés, et tout particulièrement les renégats, s’efforçaient souvent de se conformer aux désirs de leur juge pour se protéger d’une condamnation trop sévère.

LE DÉROULEMENT DES PROCÈS

105Tous les procès se déroulaient selon un ordre identique de questions diverses posées par l’Inquisiteur, avec possibilité de recours à la torture pour soustraire plus sûrement et plus rapidement les aveux. Cette sorte de joute oratoire, où discours inquisitorial et discours de l’accusé s’entremêlaient, avait pour objectif la réintégration des coupables au sein de l’Église et de la norme sociale, plutôt que leur exclusion ou leur condamnation à mort. Pour ce faire, l’Inquisiteur devait obtenir des aveux et une abjuration, au moyen d’un schéma d’interrogation, fondement d’un discours existant depuis le Moyen Âge et qui ne cessa d’évoluer au début de l’époque moderne.

Le discours inquisitorial

a) Aux origines du discours : manuels et instructions

  • 269 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 19.
  • 270 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 77-78.

106Les Inquisiteurs s’appuyaient sur des manuels et des instructions envoyées régulièrement par le Saint-Office de Rome. Un des premiers manuels à l’usage des Inquisiteurs, imprimé pour la première fois en 1503, puis réédité cinq fois entre 1578 et 1607 (dont trois fois à Rome, en 1578, 1585 et 1587), était le Directorium inquisitorum de Nicolau Eymerich, qui datait de 1376269. Le manuel d’Eymerich, commenté lors de l’édition romaine de 1578 par l’Inquisiteur Francisco Peña, et expédié aux divers Inquisiteurs en fonction, donnait des indications pour identifier les divers coupables et évoquait les peines à infliger en fonction de la gravité des cas. Ainsi, était considéré comme hérétique « quiconque s’oppose à l’Église de Rome et ose contester la dignité qu’elle a reçue de Dieu... ; celui qui crée une nouvelle secte ou qui adhère à une secte existante ; celui qui n’accepte pas la doctrine romaine en matière de sacrements ; quiconque opine autrement que l’Église de Rome sur un ou plusieurs articles de foi ; quiconque doute de sa foi... »270.

  • 271 AIM, Proc. 56A, ff° 254r.-254v., 15 août 1642.
  • 272 AIM, Proc. 6C, ff° 1269v.-1271r., 11 mars 1582.

107L’Inquisiteur reconnaissait un hérétique à plusieurs réponses-types qu’il avait obtenues à l’aide de questions ciblées : la négation du Purgatoire ou de l’Enfer, le refus de l’Eucharistie, le refus de l’intercession des saints ou de la Vierge, le refus de l’autorité des bulles pontificales, ou bien encore l’affirmation du salut des hommes par la foi seule et le fait de manger de la viande les jours de jeûne... Par exemple, en 1642, le Flamand Jan Jansen, dénoncé pour hérésie, fut pressé de questions par l’Inquisiteur pour lui faire finalement avouer qu’il ne croyait qu’en un santo ch’è Dio, ce qui revenait à nier l’intercession des saints ou de la Vierge271. De même, en 1582, l’Inquisiteur avait soumis Clément Mercier à un feu nourri de questions, par lesquelles le protestant fut amené à préciser qu’il ne vénérait pas les images saintes, qu’il ne témoignait pas de dévotion aux saints, qu’il pensait que la messe era soltanto una ceremonia, et que les sacrements del battesimo o della estrema unzione erano superstitioni272.

  • 273 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 93.
  • 274 ACDF, St. St. Q 3-d, Raccolti di testi di lettere ed istruzioni del Santo Offizio
  • 275 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 59v.

108Les manuels d’Eymerich et de Peña abordaient également le problème des blasphémateurs, considérés comme hérétiques lorsque, par exemple, ils « déshonorent la Sainte Vierge Marie, la traitant de putain, ce qui est une atteinte directe au dogme de la maternité virginale de Marie »273 ; les peines requises contre eux varaient selon les circonstances où étaient prononcées les paroles impies, c’est-à-dire sous le coup de la colère ou bien à la faveur d’un jeu. Les instructions données par le Saint-Office de Rome à l’Inquisiteur de Malte en 1584 allaient dans le même sens ; consigne était donnée de définir avec exactitude le contexte dans lequel un sujet avait pu être amené à manifester une impiété oratoire, les paroles prononcées sous l’influence de la colère ne devant pas être prises en trop grande considération, parce ce qu’elles ne signifiaient pas nécessairement que le blasphémateur rinegava le cose della fede274. En revanche, tous les blasphèmes proférés sans colère, ou sans émotion forte, devaient être considérés comme une hérésie275.

  • 276 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 96.
  • 277 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 254r., 1er juin 1590.
  • 278 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 255v., 6 mars 1593.
  • 279 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 255v., 5 janvier 1585.
  • 280 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 255v., 5 janvier 1585.

109Les manuels d’Eymerich et Peña considéraient également comme hérétiques les « sorciers, devins ou voyants hérétisants » qui invoquaient le démon ou élaboraient des potions magiques276. Dès la fin du xvie siècle, le Saint-Office confirma la culpabilité des sorciers, par l’envoi à Malte d’instructions concernant les questions à leur poser pour les identifier avec assurance et leur imposer les pénitences adéquates. Une sorcière se reconnaissait à une certaine connaissance de l’occulte277, à l’utilisation de potions ou de poudres destinées à rendre fidèle un homme278, à des paroles magiques qu’elle avait habitude de prononcer, ou pire encore, à l’invocation du démon à qui elle attribuait des pouvoirs divins, ou devant qui elle se serait agenouillée279. Dans tous ces cas, l’Inquisiteur devait condamner pour hérésie, mais les peines les plus fortes touchaient évidemment les sorcières qui avaient invoqué le démon, et qui devaient être fouettées en public ou relaxées au bras séculier280.

  • 281 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 161-162.

110En ce qui concerne le déroulement des procès, les manuels étaient formels : l’Inquisiteur devait commencer par demander à l’accusé, qui ignorait son chef d’inculpation (afin de ne pas pouvoir échapper aux pièges de l’interrogatoire) s’il connaissait la raison de sa comparution. Cette question ouverte, qui mettait le suspect en condition de se sentir coupable, conduisait souvent, pour le plus grand malheur du prévenu, à la révélation d’autres fautes que celle pour laquelle il avait été dénoncé, et allongeait d’autant le procès et l’emprisonnement dans les geôles inquisitoriales. Puis, l’Inquisiteur posait diverses questions destinées à cerner au plus près la vérité ; il devait également dire à l’accusé, au cours des dix premiers jours de sa détention, qu’il se montrerait plus miséricordieux si celui-ci avouait immédiatement sa faute281.

111Les schémas d’interrogation étaient donc construits de manière extrêmement rigoureuse, et servaient de base au travail de l’Inquisiteur, qui pouvait toujours, en fonction du déroulement de chaque procès, choisir les questions et l’ordre dans lequel il était plus profitable de les poser. À Malte, ce fut à l’égard des renégats que ce schéma fut le plus précisément construit à l’aide des instructions du Saint-Office : il évolua au fil du temps, dans le but de cerner le mieux possible l’ennemi musulman, dans une île où la préservation du catholicisme garantissait le maintien de l’identité frontalière.

b) L’évolution du discours contre les renégats

  • 282 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 105-106.
  • 283 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 117.

112En 1578, le manuel d’Eymerich commenté par Francisco Peña condamnait la conversion au judaïsme ou à l’Islam à des peines sévères, comme une forte amende, la bastonnade, la prison, voire la mort dans les cas les plus graves où l’accusé s’entêtait282. Certes, il était dit que l’apostasie qui avait résulté de la peur ou de la contrainte devait être considérée avec moins de sévérité que le reniement volontaire, mais l’Inquisition avait charge de punir tout de même ceux qui, selon le Directorium Inquisitorum, n’avaient pas respecté le précepte de saint Augustin qui précisait qu’il était préférable de « mourir de faim, plutôt que de se nourrir d’idolâtrie », selon lequel il valait toujours mieux mourir qu’apostasier283.

  • 284 ACDF, St. St. Q 3-d, ff° 39v.-40r., 22 juillet 1594.
  • 285 ACDF, St. St. Q 3-d, ff° 39v.-40r. (« ...Interrogandoli diligentemente oltre l’altre circonstanze, (...)
  • 286 ACDF, St. St. Q 3-d, ff° 39r.-39v., 14 janvier 1597 (« ...lo deve far esaminare et interrogare part (...)

113À cela s’ajoutèrent en 1594, au moment où les procès pour apostasie se multipliaient à Malte, les premières instructions du Saint-Office de Rome284. Elles étaient relativement peu précises, et se limitaient à quelques grandes questions que devait absolument poser l’Inquisiteur au cours du procès. La première devait aider à déterminer dans quelles circonstances précises la personne avait renié : avait-elle renié sous la contrainte ? Si oui, avait-elle reçu des coups et la souffrance avait-elle été à ce point intolérable que le reniement était la seule chance de survie ? Avait-elle renié à la suite de menaces de mort ? La seconde question devait amener le renégat à dire s’il avait renié con il cuore, en étant intimement persuadé que l’Islam pouvait le sauver, ou bien s’il avait simplement renié con la bocca, conservant en son cœur la foi en la religion chrétienne285. Ce premier schéma d’interrogation évolua très vite. En 1597, le Saint-Office expédia un nouveau guide d’interrogations, pourvu de questions mieux définies et plus nombreuses286 :

  1. Le renégat a-t-il cru sincèrement à l’Islam, le tenant pour foi véritable ?

  2. A-t-il renié pour avoir la possibilité de recouvrer sa liberté, pour rejoindre ensuite la chrétienté ?

  3. Est-il circoncis ?

  4. Après avoir renié et après avoir été circoncis, s’est-il délibérément laisser appeler par un nom musulman ?

  5. A-t-il vécu a la turchesca, fréquentant les mosquées, croyant en Mahomet et suivant les rites musulmans ?

  6. A-t-il conservé en son cœur la foi chrétienne, ou bien a-t-il adhéré de tout son cœur à l’Islam ?

  • 287 AIM, Proc. 6C, ff° 1257r.-1257v., 4 juillet 1582.

114On observe nettement l’évolution du schéma d’interrogation de l’Inquisiteur au fil des procès maltais. Jusqu’au milieu des années 1580, l’Inquisiteur se contentait de faire avouer au renégat les conditions de sa capture et de son reniement, puis les conditions de son retour en chrétienté. Les procès étaient alors assez courts, couvrant en moyenne 4 ou 5 pages, avec seulement une page ou deux d’aveux de la part du renégat. Ainsi, la confession de Giuseppe Sebastiani, en 1582, n’excéda pas deux pages au cours desquelles il raconta simplement qu’il fut capturé en mer par des Barbaresques, qu’il vécut 11 ans en terre musulmane, dont 10 comme renégat, et que son reniement se fit sous la contrainte, puis qu’il fut pris à bord d’un navire corsaire au large de la Barbarie par les galères de Malte en 1581287.

  • 288 AIM, Proc. 7B, f° 953v., 22 mars 1585.
  • 289 AIM, Proc. 13, f° 400r., 14 avril 1596.

115En 1585, un changement s’amorça : au cœur du récit de Luis Martinez, une nouvelle question fut posée par l’Inquisiteur qui désirait savoir si l’apostat avait cru en son cœur à l’Islam. Le coupable crut bon de répondre qu’in effeto, io col core sempre sto cristiano e mi raccomando a Dio288. Ainsi, les instructions que le Saint-Office de Rome avait envoyées à Malte en 1594 étaient le reflet des nouvelles préoccupations des Inquisiteurs de l’île, qu’ils évoquaient dans leur correspondance régulière avec Rome. Il en alla de même avec celles de 1597. À cette date, les procès faisaient déjà état de la vie alla moda turchesca menées par les renégats : en 1594, durant l’interrogatoire de Pedro Guagliato de Valence, l’Inquisiteur avait en effet demandé pour la première fois à l’inculpé de lui raconter sa vie quotidienne à Istanbul, après son reniement. Le renégat avoua qu’il avait vissuto alla moda turchesca per spatio di sei anni continui, credendo nella set-ta di maumetto289.

116Sous l’influence directe des instructions de 1597, le discours inquisitorial se diversifia complètement, et ce fut bien dans les premières années du xviie siècle qu’il se construisit réellement pour être ensuite utilisé à l’identique durant tout le siècle. Les procès des renégats sont de plus en plus longs, les questions étant de plus en plus nombreuses et les réponses exigées de plus en plus denses. Entre 1600 et 1605, nous voyons alors apparaître les questions sur la circoncision, ainsi que l’évocation du nom musulman et celle de la shahada prononcée lors du reniement, ou bien encore de la croyance en Mahomet.

  • 290 AIM, Proc. 17, f° 53r., 18 juin 1600.
  • 291 AIM, Proc. 19A, f° 68v., 28 décembre 1600.
  • 292 AIM, Proc. 21A, f° 254v., 23 mars 1603.
  • 293 AIM, Proc. 21B, f° 554r., 1er février 1603.

117En 1600, lors de la comparution de Nicolò Vetero de Calabre, l’Inquisiteur demanda pour la première fois au renégat de raconter sa circoncision, acte qui accompagnait généralement le reniement290. À partir de cette date, la circoncision fut évoquée dans tous les procès, devenant, avant même le thème de la prononciation de la shahada, le symbole de l’apostasie. On observe la même évolution en ce qui concerne la mention du nom musulman du renégat : ce fut en 1600, lors du procès de Micheli de Mytilène, que l’Inquisiteur exigea pour la première fois de savoir le nom musulman de l’accusé (Mahamet) et si celui-ci l’avait considéré comme sien291. À partir de cette date également, l’évocation du nom musulman devint une constante des procès maltais pour tout le xviie siècle. Quant au thème de la shahada, il devint manifeste dès 1603, lorsque l’Inquisiteur demanda à Thomas Vince de lui dire les parole che pronunciano i rinegati : Thomas répondit qu’il fut promené dans les rues, l’index levé, en criant « Allah, Allah » avec les musulmans présents292. Gregorio de Russie se montra plus précis dans son récit : les Turcs lui fire prononcer, lazando il dito indici, in turchesco le seguenti parole : Lai Lai Halla Mehemet rasu lhala293.

  • 294 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 100.
  • 295 AIM, Proc. 22D, f° 1370r., 3 février 1604.

118Dans cette évolution des questions inquisitoriales, la préoccupation d’une adhésion par le cœur à la religion musulmane, qui avait tenu une place centrale dans les années 1575-1595, était progressivement devenue secondaire, évincée par la description de la circoncision et du reniement (avec récitation de la shahada), ou de la vie quotidienne du converti. Dès le début du xviie siècle également, l’intérêt pour Mahomet devint une véritable obsession. Le manuel d’Eymerich, revu par Peña, considérait déjà le culte rendu à Mahomet comme une hérésie, le prophète étant considéré par l’Église comme un simple homme et non pas comme un intercesseur divin294. En 1604, Matthieu Demar fut le premier à préciser que, ayant cru sincèrement à l’Islam, il crut également en Mahomet (« ...credevo io come credevano i mori, cioe in dio omnipotente che creo il cielo e la terra, andando nelle moschee... et credendo a Mahometto che era Gran Profeta... »)295. Dans l’aveu de Matthieu, l’Inquisiteur ne se souciait guère de la croyance musulmane en un Dieu unique, mais portait attention uniquement à sa foi en Mahomet. Les Inquisiteurs se préoccupaient en effet plus de ce qui, dans l’Islam, différait de la religion chrétienne (la croyance des renégats en la personne du prophète), que de ce qui pouvait s’en rapprocher (la croyance en un Dieu unique).

  • 296 AIM, Proc. 31B, f° 298v., 19 septembre 1606.
  • 297 AIM, Proc. 31B, f° 454v., 2 juin 1613.
  • 298 AIM, Proc. 45A, f° 83v., 13 janvier 1626.

119Les questionnaires inquisitoriaux reflétaient parfois une méconnaissance certaine de l’Islam : interrogeant les renégats au regard de leurs propres pratiques catholiques, ils se souciaient exclusivement de savoir si le renégat avait fréquenté les mosquées, décelant dans ce comportement la preuve formelle de leur adhésion sincère à l’Islam, comme la fréquentation des églises au moment de la messe témoignait d’un bon catholique. Au début du xviie siècle, l’intérêt de l’Inquisiteur se centra sur la consommation de viande et nourritures prohibées les jours maigres : Crusafa raconta par exemple qu’elle mangiava la carne i giorni proibiti da cristiani296. Il en allait de même pour Jean Menigue, de Bretagne, qui avoua en 1613 qu’il avait toujours mangé indistinctamente la carne et altri cibi prohibiti, ne guardando quaresima ne giorni di vennere ne de sabato297, et pour Pedro Ferragut de Majorque, qui avoua frequentare le moschee, fare il salem [la prière arabe], mangiando et vestito da Turco298. À partir des années 1615-1620, les procédures inquisitoriales étaient désormais définitivement rodées, se centrant sur la spécificité des rites musulmans, et les questions ne varièrent plus durant tout le siècle.

120L’arsenal interrogatoire que déployait l’Inquisition reflétait moins un désir de connaissance exacte de la religion ennemie, qu’une volonté affirmée de définir un autre. En une époque où la guerre ouverte ne caractérisait plus les rapports entre les rives, et contre les renégats qui faisaient de l’autre un même, ou contre les marchands qui, au nom d’associations commerciales, faisaient du musulman un partenaire, voire un ami, le discours inquisitorial qui stigmatisait les musulmans comme des ennemis absolus sur les plans religieux et identitaires, contribuait au maintien de la frontière religieuse. En caractérisant l’autre, en le cernant, en l’identifiant grâce aux questions, le Saint-Office le reconnaissait au sein de la population insulaire, et pouvait accomplir son œuvre de purification, par l’exclusion ou par la réinsertion dans la conformité religieuse et sociale maltaise. Pour ce faire, toute l’habileté de l’Inquisiteur consistait à obtenir de la bouche même des coupables les aveux attendus et des récits conformes à ses attentes. De fait, dans leur crainte du châtiment et dans leur désir désespéré de s’y soustraire, les renégats devaient alors offrir à leur juge le discours même qu’il souhaitait entendre.

Un écho des désirs inquisitoriaux : le discours des renégats

a) Une voie vers la réconciliation : le discours conforme

  • 299 AIM, Proc. 7A, f° 27v., 21 janvier 1584.
  • 300 AIM, Proc. 45A, f° 132r., 18 mai 1626.
  • 301 AIM, Proc. 7B, f° 610v., 19 mars 1585.

121Influencés par les questions de l’Inquisiteur et par les peines infligées selon leurs récits, les renégats saisirent vite l’intérêt pour eux de donner une justification de leur apostasie. L’argument le plus largement usité était la contrainte (souvent avec coups, blessures, violences), associée à la peur du patron. En 1584, Joan Diaz, de Madère, avouait lors de son procès que son maître le faisait régulièrement bastonner et qu’un jour, il lui avait bandé les yeux, l’avait attaché et circoncis de force299. De même, en 1626, Antonio déclarait que son propriétaire le maltrattava sempre per che io rinegassi più presto300. D’autres renégats choisissaient de présenter leur apostasie comme la seule condition possible de fuite et de retour en terre chrétienne. Ce fut le cas d’Andrea de Famagouste, capturé par des Turcs à l’âge de 14 ans, qui déclara avoir renié pour échapper à la servitude et pouvoir s’enfuir plus commodément. En effet, comme il était embarqué sur un navire de course avec son patron, et que le bâtiment passait au large de Gozo, il sauta à la mer et gagna le rivage à la nage301. Cet argument de défense, qui mettait en valeur le désir profond du renégat de recouvrer sa liberté pour rejoindre la chrétienté, est assez souvent présent dans les procès de la fin du xvie siècle, mais disparaît complètement au xviie siècle, au profit des idées de contrainte, de mauvais traitements ou de crédulité.

  • 302 AIM, Proc. 24A, f° 106v., 10 avril 1601.
  • 303 AIM, Proc. 44A, f° 91v., 7 septembre 1624.

122Certains coupables tentaient en effet de démontrer à l’Inquisiteur que leur reniement avait résulté de leur faible volonté devant les arguments persuasifs qu’avaient employés les musulmans. En 1601 par exemple, Jacomo racontait que son patron, durant trois ans, lui dava tanto fastidio, persuadendome sempre de tornare alla setta mahomettana e renegare la fede cristiana302, qu’à la fin, il céda pour ne plus avoir à subir de pressions. Pareillement, en 1624, Gioanne insista sur son jeune âge (15 ans) et sur sa naïveté pour justifier son reniement, soulignant que mi portorno sempre i turchi certi libri e me li leggeranno persuadendome che dovessi credere che la setta loro fosse buona et che in essa mi potessi salvare e l’ho creduto303.

  • 304 AIM, Proc. 44A, f° 38v., 6mars 1625.
  • 305 AIM, Proc. 44A, f° 610v., 19 avril 1629.
  • 306 AIM, Proc. 52B, f° 487v., 12 octobre 1637.

123Un autre système de défense, qui répondait directement à la préoccupation inquisitoriale de savoir si les coupables avaient renié par le cœur ou seulement par la bouche, consistait à nier avoir cru sincèrement à l’Islam. Et bien que la question disparut au xviie siècle du discours de l’Inquisteur, l’argument perdura dans celui des renégats. En 1625, Jasco déclara avoir vécu 10 ans comme renégat, en conservant sa foi originelle au fond du cœur304 ; en 1629, Lazare Astur déclare n’avoir mai creduto nel cuore alla setta mahumettana, mai frequentato le loro moschee ne fatto le loro preghiere305 ; quant à Charles de Hongrie, il décréta en 1637 qu’il n’avait jamais pensé sauver son âme par l’Islam et qu’il voulait être chrétien, comme l’étaient ses parents, parce que soli i cristiani sono salvati306.

  • 307 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 448.
  • 308 AIM, Proc. 36B, f° 532v., 9 novembre 1615.
  • 309 AIM, Proc. 43C, f° 867r., 24 mars 1624.

124La mention des parents, et surtout celle d’une volonté de mourir chrétien, étaient des arguments couramment utilisés par les renégats dès le début du xviie siècle. Ces professions de foi, destinées à arracher le pardon du tribunal, n’étaient bel et bien que des « impostures » selon le mot de B. Bennassar307, la preuve étant que la plupart des retours en chrétienté des renégats n’étaient pas volontaires, loin de là ! Proclamées généralement tout à la fin du procès, afin de laisser la meilleure impression possible, elles paraissaient souvent extrêmement convaincantes à l’Inquisiteur, qui préférait ne pas approfondir. Pour ne citer que quelques exemples, en 1615, Costantino de Bergame supplia l’Inquisiteur d’être réconcilié, invoquant le fait qu’il était cristiano, figlio di cristiani e percio voglio tornare alla mia fede cristiana, et in essa vivere et morire per esser salvato308. Quant à Carlo de Bellis, originaire de Naples, il invoqua le fait que son père ne voudrait jamais le recevoir s’il demeurait musulman et qu’en revenant à la foi chrétienne, il sauvait son âme (« ...mio padre non mi vorrebbe recettare, dicendomi ch’io mi riconcili e io so che, reconciliandome, salvero mia anima... »)309.

125Ces discours, à la fois différents et semblables dans un émouvant désir de construire une défense conforme aux attentes mêmes de l’Inquisiteur, dévoilaient toutefois une contrition assez faible : hormis les rares individus qui étaient parvenus à fuir, les renégats exprimaient rarement un regret de leur acte. Passés les délicats moments de servitude qui précédaient ou suivaient quelque temps la conversion, la vie en terre d’Islam, bien que peu évoquée, n’était jamais décrite comme difficile ou négative, surtout par les renégats qui pratiquaient la course.

  • 310 AIM, Proc. 15A, ff° 484r.-490r., 28 décembre 1599.
  • 311 AIM, Proc. 43A, ff° 125r.-127r., 2 novembre 1623.

126Par exemple, Mustafa Piccimin, élevé par des Maures d’Alger à la mort de ses parents, qui avait suivi de peu sa naissance, avait été au service du corsaire Euch Ali. Celui-ci l’associa à ses affaires à Istanbul, avant de l’emmener à Tripoli, lorsque le sultan lui confia la cité. Grand corsaire, Mustafa Piccimin avait, bien que toujours esclave de son maître, amassé une fortune importante. Il possédait ainsi un palais à Tripoli, un autre à Istanbul, plusieurs épouses et concubines, de nombreux esclaves. Libéré à la mort d’Euch Ali, il effectua un pèlerinage à La Mecque et fut capturé par les galères maltaises sur la route le conduisant à Istanbul ; il jouissait de telles richesses que l’Ordre l’évalua au prix exorbitant de 1 500 écus d’or310. On peut conter la même histoire pour Battista Ciamplo, Éthiopien razzié par des Arabes et emmené à Tripoli, qui avait été vendu comme esclave à des Grecs de passage dans la cité corsaire ; devenu chrétien, il fut revendu à un Messinois qui le fit baptiser, mais au bout de 14 ans, il s’évada avec des musulmans de sa connaissance et gagna Tripoli, où il devint corsaire au service des Barbaresques. Il amassa alors une fortune certaine, qui lui permit de prendre deux femmes et de vivre avec aisance. Capturé par les galères de Malte, il comparut devant le Saint-Office en 1623, et déclara sans sourciller à l’Inquisiteur que, s’il avait pratiqué la course contre les chrétiens, ce n’était pas pour les affaiblir, mais simplement pour faire fortune, perche la corsa procurava molto denaro311.

  • 312 AIM, Proc. 31B, f° 298v., 19 septembre 1606.

127Une fortune à portée de main et des possibilités de carrière pour des hommes qui, en terre chrétienne avaient été jusqu’alors de simples marins ou galiots, charpentiers ou spécialistes des techniques de constructions de navires, mais également la possibilité nouvelle de posséder plusieurs femmes, en une époque où la Réforme et la Réforme Catholique en Europe s’efforçaient de discipliner les comportements intimes et de diaboliser la chair... Il est aisé de comprendre l’attirance que pouvaient représenter l’Islam et la vie quotidienne en terre musulmane pour certains renégats. Même les interdits alimentaires leur semblaient moins sévères que ceux imposés par l’Église catholique. Il n’y avait guère que Crusafa pour évoquer en 1606 l’interdit concernant le porc, et dans le seul but de témoigner de sa volonté de demeurer chrétienne en ne le respectant pas (« ...alcune volte mia madre venne da me, et mi porto della carne del porco, et io l’ho magnata in tutte le volte che l’ho havuta, nascostamente contro la legge delli Turchi... »)312.

128Cependant, l’Inquisiteur n’avait cure de ces pans de la réalité musulmane échappés au discours renégat qu’il attendait. Son intérêt politique et religieux n’était pas de connaître véritablement la vie qu’avaient menée les renégats en terre d’Islam, mais plutôt de les voir se conformer à son schéma d’interrogation, afin de les amener à une abjuration et de les conduire officiellement, et souvent en public, à leur réconciliation. Dès lors, tout autre discours, par lequel l’apostat s’obstinait dans son erreur et refusait de se conformer aux désirs inquisitoriaux, représentait le véritable danger identitaire et devait être absolument banni.

b) Le véritable danger : le contre-discours des convaincus

  • 313 AIM, Proc. 57A, f° 285v., 26 septembre 1641.
  • 314 AIM, Proc. 54 Bis, f° 38v., 25 juin 1638.
  • 315 AIM, Proc. 42A, f° 150r., 4 février 1622.

129Le contre-discours des irréductibles de l’Islam commençait dès l’origine du procès, par la présentation de leur conversion comme un acte délibéré, et par la manifestation de leur désir de demeurer musulman. En 1641, Zatulo de la Mer Noire, qui fut enlevé par les Turcs à l’âge de 10 ans, révéla à l’Inquisiteur qu’il avait, de son plein gré, demandé à son patron de le convertir et de le faire circoncire (« ...di mia volontà m’ha fatto tagliare et io alzò il deto et proferì le parole d’abnegatione et mi fù imposto il nome d’Hussayn... »)313. Janni, Grec de l’île de Paris, déclara la même chose en 1631, puis lors de sa seconde comparution en 1638, souligna qu’il avait choisi de devenir musulman (« ...Io da piccolo m’ho fatto turco e sempre ho vissuto come turco... ») et désirait come turco vivere et morire314. Quant à Andronico, il alla même jusqu’à affirmer qu’étant né chrétien et de parents chrétiens, il voulait absolument vivre et mourir en musulman (« ...seben ero cristiano, nato di parenti cristiani, son turco e turco voglio vivere et morire... »)315.

  • 316 AIM, Proc. 23B, f° 752v., 8 février 1605.

130Les renégats poursuivaient le contre-discours par l’évocation souvent émouvante des liens affectifs qui les attachaient à la terre musulmane et expliquaient qu’ils ne pouvaient revenir en chrétienté. En 1605 par exemple, Marco déclarait qu’il ne pouvait absolument pas redevenir chrétien, car il avait laissé un père à Tripoli dont il ne pouvait trahir l’affection en se convertissant (« Signore non posso assolutamente ritornar cristiano perche adesso son turco et figlio di un Turco che mi ama come padre et che devo ritrovare... »). Capturé à l’âge de 11 ans sur un navire, il avait été vendu à un Turc de Tripoli qui s’était pris de tendresse paternelle pour lui ; il l’avait fait renier et circoncire, puis, le trouvant intelligent, lui avait enseigné à lire et à écrire avant de l’envoyer dans une école où il avait appris l’arabe et le turc. Son père adoptif lui avait ensuite permis d’entrer dans le corps des janissaires où Marco devait faire carrière, lorsqu’il fut capturé sur un navire en partance de Tripoli par les galères de Malte316.

  • 317 AIM, Proc. 24B, f° 636v., 17 octobre 1606 (deuxième interrogatoire d’Isabella).
  • 318 AIM, Proc. 24B, f° 637r., 4 décembre 1606 (troisième interrogatoire d’Isabella).
  • 319 AIM, Proc. 24B, f° 643r., 7 décembre 1606 (quatrième interrogatoire d’Isabella).
  • 320 AIM, Proc. 24B, f° 646r., 31 décembre 1606.

131Ces évocations s’accompagnaient toujours d’un entêtement farouche, dont on ne peut qu’admirer aujourd’hui encore, la bravoure (ou l’inconscience ?) qu’il reflétait. Isabella de Chypre, âgée de 50 ans, osa ainsi déclarer à l’Inquisiteur en 1606 que mai ho voluto ritornar christiana317 et que sola la religione mahomettana puo salvarmi318. Son attachement indéfectible à la religion qu’elle avait adoptée dans l’enfance s’expliquait par l’amour qu’elle portait à sa famille, demeurée en Turquie. Toutefois, lors de son dernier interrogatoire, après usage de la torture et huit mois d’emprisonnement, elle avait perdu toute sa superbe et suppliait désormais en pleurant l’Inquisiteur de la laisser regagner le Levant, pour y retrouver son époux et ses enfants (« Signore, io mi ritrovo vecchia, et mi ricordo di mio marito et di miei figli che vorrei ritrovare... »)319. Par une cruelle ironie, elle devait être condamnée à une assignation à résidence à vie dans le port de Malte320...

  • 321 AIM, Proc. 6B, f° 885r., 2 mars 1581.
  • 322 AIM, Proc. 15A, f° 504v., 19 octobre 1600.
  • 323 AIM, Proc. 29B, f° 757r., 22 mars 1612.

132Isabella ne fut pas la seule à oser défier l’autorité du tribunal en refusant de se plier au discours de l’Inquisiteur. Ali de Tripoli, qui avait vécu 25 ans en Barbarie, eut l’audace de conclure son dernier interrogatoire par ces paroles : « Che fa questo, Monsignore, io non tornero mai alla fede cristiana, ho vissuto et moriro dalla sua mano in questa fede maomettana »321. Il en alla de même pour Mustafa Piccimin qui déclara que l’Inquisiteur pouvait bien lui trancher le cou, il demeurerait toujours musulman (« Vostra Signoria Illustrissima... me puotra tagliare il collo quando vorra Lei ma quanto a queste cose, sono turco figlio di turco... »)322. Enfin, Costantino de Grèce, jugé en 1604, puis comparaissant de nouveau pour apostasie en 1612, fit le fanfaron, se vantant d’avoir toujours voulu être turc, et accusant l’Inquisition de l’avoir réconcilié de force en 1604323.

  • 324 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 288r., 26 février 1591.
  • 325 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 287r., 24 juin 1570.
  • 326 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 287v., 17 mai 1577.
  • 327 AIM, Proc. 15A, f° 506v., 6 novembre 1600.

133Confronté à des volontés affirmées et à des paroles qui bafouaient l’autorité du tribunal et de l’Église, l’Inquisiteur avait recours à la prison et à la torture. Depuis 1591, le Saint-Office de Rome recommandait un usage modéré de la torture pour obtenir des aveux324. Les supplices romains étaient semblables à ceux de l’Inquisition espagnole. À Malte étaient tout particulièrement utilisés celui de la corde, conseillé par Rome en 1570325, qui consistait à attacher le coupable sur un chevalet par des liens auxquels le bourreau donnait des tours successifs, et celui de la poulie, recommandé en 1577326, par lequel on suspendait une personne les bras attachés dans le dos, avant de la laisser retomber brutalement ou par secousses successives. Bien sûr, avant tout usage de la torture, un médecin devait d’abord inspecter l’état physique du coupable afin de vérifier qu’il pourrait la supporter. Par exemple, en 1600, le médecin et le chirurgien du Saint-Office affirmèrent que Mustafa Piccimin était trop vieux (65 ans) et de trop mauvaise constitution pour subir la torture : il souffrait en effet d’une grosse hernie dans le dos et d’une fistule purulente à la main327.

  • 328 AIM, Proc. 23B, f° 755r., 12 mars 1605.
  • 329 AIM, Proc. 29B, f° 758r., 13 avril 1612.
  • 330 AIM, Proc. 66A, f° 33r., 21 décembre 1656.

134Mais dans la majorité des cas, la torture avait bien lieu, et, cumulée à de longues périodes d’emprisonnement, suffisait amplement à briser les volontés. Après trois mois de prison et une séance de torture, Marco accepta d’être réconcilié en 1605328. Costantino, qui avait presque insulté le tribunal en mars 1612, se rétracta le mois suivant avant même d’être torturé, par peur de la douleur, avouant ses fautes et suppliant l’Inquisiteur de le réconcilier329. Quant à Daniele de Russie, qui avait comparu quatre fois devant le tribunal, il céda au bout de six mois de prison, en décembre 1656, sans même avoir été menacé de la torture330.

  • 331 AIM, Proc. 44A, f° 610v., 19 avril 1629.

135Le système inquisitorial était donc le plus souvent efficace, amenant même les renégats les plus résistants à se conformer au discours de l’autorité. Les défaillances concernaient les rares qui résistaient à la torture et à la pression de la prison, contre lesquels on ne pouvait plus rien faire, hormis les exclure physiquement de la société insulaire, ou bien ceux, bien plus nombreux qu’on ne le pense, qui se jouaient habilement du discours de leur juge. Tel Lazare Astur, Marseillais, qui, comparaissant en 1625, tint devant l’Inquisiteur le discours exact que celui-ci souhaitait entendre, afin d’être libéré. S’évadant de Malte, il regagna ensuite la Barbarie, où il reprit son activité de corsaire, avant d’être capturé de nouveau en 1629 par les galères de Malte. Comparaissant comme relaps, il ne se laissa pas impressionner outre mesure, et n’hésita pas à affirmer qu’il n’avait mai creduto alla setta mahumettana, mai frequentato le moscheti331. Son assurance et sa conformité au discours inquisitorial lui sauvèrent la vie.

  • 332 AIM, Proc. 7B, ff° 740r.-740v., année 1585 (témoignage d’un voisin qui le dénonce au Saint-Office).
  • 333 AIM, Proc. 7B, f° 782r., 30 mai 1587.

136L’exemple de Benedetto Bonnici est également révélateur de l’aisance avec laquelle certains renégats utilisaient le discours pour leurs propres fins. Il présenta en effet toutes les réponses attendues, disant qu’il avait renié sous la contrainte, qu’il n’avait jamais cru à l’Islam (en dépit de ses activités corsaires), et qu’il souhaitait ardemment redevenir chrétien comme ses parents. À la sortie du tribunal, libre et réconcilié, il osa se vanter de par les rues de Bormula qu’il avait réussi à tromper la vigilance du Saint-Office en disant ce qui était souhaité (« ...Sono uscito libero perche il San Uffizio ha creduto tutto quello che gli dicevo... ma invece non era vero... »)332. Sa trop grande confiance en ses talents de dissimulateur le perdit : ne pouvant supporter que son autorité fût bafouée par un apostat maltais, dans le port même de Malte, l’Inquisiteur l’exclut physiquement de la société qu’il contaminait de son impiété, par une condamnation à dix ans de galères333.

  • 334 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 404v., 13 août 1599.

137Ainsi, lors des procès, l’Inquisiteur apparaissait comme le maître absolu du jeu oratoire qu’il dirigeait et orientait selon ses propres intérêts. Le Saint-Office lui recommandait déjà en 1599 d’agir avec douceur, afin de ne jamais effrayer les renégats qui se présenteraient à lui, pour ne pas les détourner de l’Église catholique, à laquelle ils devaient être absolument réintégrés334. L’objectif du Saint-Office était de parvenir à faire prononcer aux coupables les réponses que le tribunal attendait d’eux, afin de les amener progressivement à leur abjuration complète, qui précédait la réconciliation. Car accompagnée ou non de punition publique, la réconciliation témoignait de la victoire du catholicisme sur l’Islam, du retour officiel dans le giron de l’Église des brebis égarées, et imprégnait plus aisément les esprits des contemporains du rôle essentiel de l’Inquisition comme gardienne farouche de la frontière religieuse maltaise.

  • 335 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 322.

138Dans une île-frontière où se cristallisait la définition identitaire, en une époque où le port s’ouvrait à des contacts multiples, corsaires et marchands, qui mettaient en relation les insulaires avec des étrangers de toutes nationalités et religions, la préservation du catholicisme, par la condamnation et la réinsertion des déviants, était le principal moyen de maintenir chez les habitants la conscience du contraste des civilisations. Prenait alors toute son importance la différence entre un reniement involontaire et forcé, dont on pouvait toujours espérer une abjuration et une réconciliation, et une conversion délibérée et assumée, qui affichait publiquement la supériorité de l’Islam sur la religion chrétienne335. Le rôle de l’Inquisition consistait à empêcher la diffusion hors du tribunal des paroles pernicieuses prononcées par les véritables transgresseurs qu’étaient les convertis obstinés, en excluant ceux-ci de la société maltaise. Ne pouvaient en effet réintégrer à la société civile que ceux qui s’étaient soumis à la conformité du discours inquisitorial, reflet des préceptes et des dogmes de l’Église catholique. Pour ce faire, l’Inquisiteur et les ordres religieux de Malte avaient les moyens de punir, de réconcilier, d’éduquer et d’encadrer à la fois les passeurs de frontière et tous ceux – le plus grand nombre – qui ne devaient jamais la franchir, mais la garder inscrite au plus profond de leur esprit.

PUNITION, RÉCONCILIATION, CONTRÔLE

139Lorsque l’Inquisiteur avait obtenu des aveux complets et une abjuration du coupable, hérétique ou apostat, était prononcée la sentence du tribunal, qui imposait toujours un châtiment. Il pouvait consister uniquement en des pénitences spirituelles, pour les cas les moins graves, ou bien en diverses peines physiques, suivant le niveau de culpabilité. Le châtiment accompagnait toujours la réconciliation, qui marquait symboliquement une nouvelle entrée du pêcheur dans la communauté des fidèles.

LA RÉCONCILIATION : ABJURATION ET CHÂTIMENT

L’abjuration

  • 336 AIM, Proc. 56A, ff° 263r.-264v., 13 septembre 1642.
  • 337 AIM, Proc. 12B, ff° 657r.-658r., 15 juillet 1594.
  • 338 AIM, Proc. 44A, f° 39r., 6 mars 1625.
  • 339 AIM, Proc. 44A, f° 47r., 28 février 1626.
  • 340 AIM, Proc. 12B, ff° 664r.-665r., 31 octobre 1593.

140Selon que le coupable se présentait de lui-même à l’Inquisiteur, ou bien était dénoncé, son abjuration avait lieu en privé ou en public. À Malte, l’abjuration secrète pouvait se dérouler soit dans la chapelle du Palais de l’Inquisiteur, soit dans celle du Couvent des Dominicains de Vittoriosa. Ce fut le cas de la sorcière Florentia Sacremo, de Senglea, qui s’était présentée délibérément au tribunal et fut condamnée en 1642 à une simple abjuration en secret, dans la chapelle du Palais inquisitorial336. De même, le renégat grec Costantino di Andro, abjura secrètement, dans la chapelle du Palais, en juillet 1594337. Quant aux renégats Jasco de Pologne et Alesio de Moscovie, qui s’étaient présentés, l’un en 1625338 et l’autre en 1626339, ils abjurèrent chacun en secret, dans la chapelle de l’Inquisiteur. D’autres coupables abjuraient dans la chapelle du couvent des Dominicains, comme le renégat Gio Battista di Martio, qui s’était présenté spontanément au Saint-Office en 1593340.

  • 341 Miguel Jiménez Monteserin, Introdución a la Inquisicion española. Documentos básicos para el estudi (...)
  • 342 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 5r., 13 septembre 1597.

141En ce qui concerne tous les coupables dénoncés, soit plus de la moitié des procès, l’abjuration était toujours publique, et se déroulait le dimanche, dans l’Église de Saint-Laurent, située à quelques rues du Palais de l’Inquisiteur, non loin de l’arsenal de Vittoriosa. Comme en Espagne, l’autodafé pouvait être individuel ou général341. Dans le cas d’abjurations individuelles, le renégat ou l’hérétique était conduit solennellement depuis le Palais de l’Inquisiteur jusqu’à l’Église de Saint-Laurent ; il marchait lentement, tenant dans ses mains un grand cierge allumé et portant l’habit d’infamie (l’abitello) par-dessus ses vêtements, encadré par la foule venue assister à la cérémonie. Après la messe et devant une multitude de témoins, il abjurait à haute voix son erreur, en langue vulgaire (en italien), à genoux, tenant toujous le cierge allumé à la main et toujours revêtu de l’habit d’infamie qui pouvait lui être imposé à vie342.

  • 343 ACDF, St. St. II 1-e bis, Registrum Sententiarum Sancti Officii di Malta, f° 92v., 29 mai 1575.
  • 344 AIM, Proc. 44A, ff° 106r.-107v., 20 octobre 1624.
  • 345 AIM, Proc. 29B, f° 576r., 17 mai 1609.

142Tous ceux qui abjuraient de vehementi, c’est-à-dire qui avaient été jugés coupables d’un délit grave, étaient pour l’exemple, condamnés au port définitif de l’abitello jaune à double croix rouge. Ainsi, en 1575, le frère augustin Tommaso Xeibe, Maltais, fut jugé violemment suspect d’hérésie et condamné au port à vie de l’abitello di colore giallo segnato con le croci rossi inanzi e dietro, il quale portarai sopra le vesti tue in segno di penitentia et riconciliatione343. De même, Gioanne de Russie abjura en public, dans l’Église de Saint-Laurent, revêtu de l’habit d’infamie en 1624344. Quant à Sevasto Meracolo, de la Mer Noire, il dut abjurer publiquement, vestito dell’habito della penitenza ornato del segno della santa croce, una candela accesa in ma-no in segno di reconciliazione345.

  • 346 AIM, Proc. 22D, ff° 1272r.-1272v. (Crusafa) ; ff° 1275r.-1275v. (Biglia) ; ff° 1277r.-1277v. (Crusa (...)
  • 347 AIM, Proc. 39B, ff° 436r.-436v. (Gioanne) ; ff° 438r.-438v. (Papazzi) ; ff° 440r.-440v. (Giorgis) ; (...)
  • 348 AIM, Proc. 66A, ff° 32r.-33r. (Zatulo) ; ff° 38r.-38v. (Gioanne) ; ff° 88r.-88v. (Tommaso) ; ff° 11 (...)

143Dans le cas d’autodafés généraux, une cérémonie plus grandiose était organisée, à laquelle assistaient certainement le Grand Maître et l’évêque. La messe dominicale était étendue à la journée ; la lecture de toutes les sentences précédait les abjurations successives des coupables qui étaient ensuite condamnés aux peines physiques. En moyenne, les autodafés collectifs rassemblaient entre quatre et huit pénitents : le 13 juillet 1603, quatre renégates abjurèrent ensemble leur apostasie346 ; le 21novembre 1618, ce furent sept renégats qui abjurèrent de concert347 ; enfin, le 21 décembre 1656, il s’agit de cinq renégats qui furent réconciliés et réintégrés au sein du peuple chrétien qui assistait à la cérémonie348.

  • 349 J.-P. Dedieu, L’administration de la foi... cit., p. 272.

144L’autodafé était un rite de l’unanimité retrouvée, où les coupables, l’Église et la foule jouaient chacun un rôle essentiel. La foule était à la fois spectatrice et actrice de la cérémonie : saisie par la démonstration de la puissance religieuse qui se déployait devant elle, elle manifestait son adhésion par les prières et les cris qui témoignaient de son attachement à l’orthodoxie349. L’abjuration et la condamnation des coupables (car l’effet était évidemment plus imposant dans le cas d’autodafés généraux), auxquels on infligeait des peines effrayantes (fouet en public, condamnation aux galères, quand ce n’était pas une condamnation à l’exil ou au bûcher) servait à la fois de démonstration de force de l’Église et d’instrument pédagogique pour tous les témoins.

145L’autodafé avait ainsi une double portée religieuse et sociale. Par l’humiliation qu’elle imposait, elle marquait vivement l’esprit des contemporains, dans le but d’empêcher que de nouveaux chrétiens ne fussent tentés par la déviance. En même temps, elle affichait au grand jour la puissance de l’Église catholique qui était parvenue à vaincre ceux qui l’avaient trahie, mais également sa magnanimité, puisqu’en les réconciliant, elle acceptait leur retour en son sein. Le caractère public de la cérémonie marquait enfin une nouvelle entrée du pécheur dans la communauté des croyants, dont chacun pouvait conserver le souvenir, et au besoin témoigner un jour futur. Même si la portée de l’infamie subsistait, la réconciliation faisait perdre au coupable son statut de paria, et le réinsérait officiellement dans la conformité religieuse de la société maltaise.

Les pénitences

a) Les châtiments des hérétiques

  • 350 AIM, Proc. 6C, f° 1271r., 11 mars 1582.

146La lourdeur des peines dépendait de la gravité de la faute : en règle générale, les protestants qui abjuraient de levi, c’est-à-dire dont la faute était jugée légère (étaient considérés de la sorte ceux qui avouaient spontanément leur faute à l’Inquisiteur), se voyaient condamner à des peines légères, comme des pénitences spirituelles. Ainsi, en 1582, Clément Mercier, qui s’était présenté volontairement au Saint-Office, abjura dans la chapelle du Palais inquisitorial, avant d’être condamné à de simples pénitences spirituelles : durant trois ans, il devait se confesser et communier quatre fois pas an (à Pâques, à la Pentecôte, à l’Assomption et à Noël), réciter chaque semaine un chapelet et tous les jours le Credo, trois Ave Maria et trois Pater Noster350.

  • 351 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la seconde moitié du xvie siècle », art. cit., p. 79.

147Pour tous les autres hérétiques, qui avaient commis une faute grave et avaient abjuré de vehementi, les châtiments étaient plus sévères et généralement physiques. Outre des pénitences spirituelles, les coupables étaient condamnés au fouet, à la rame, au service dans un couvent, ou bien au bannissement ou au bûcher. À Malte, comme dans d’autres puissances méditerranéennes, les peines physiques évoluèrent entre la fin du xvie siècle et la fin du xviie siècle, et constituèrent une réponse aux nouveaux besoins de l’Ordre de Malte. Celui-ci souffrait en effet, dès la fin du xvie siècle, d’une pénurie certaine de galiots, qui résultait de la pénibilité des conditions de vie et de la déconsidération d’un métier exercé de plus en plus par une main d’œuvre gratuite, composée d’esclaves et de forçats351. Le manque d’hommes, en une époque où la course et les galères en avaient le plus fortement besoin, devait alors orienter les sentences inquisitoriales vers un nombre toujours plus grand de condamnations à la rame.

  • 352 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 5r., 13 septembre 1597.
  • 353 ACDF, St. St. E 4-b, Collectio Decretorum Veterum et Resolutionum Sancti Officii (xviie s.), non fo (...)
  • 354 ACDF, St. St. Q 3-d, ff° 189r.-189v., 29 juin 1591.
  • 355 AIM, Proc. 40B, f° 606r., 31 août 1619.
  • 356 AIM, Proc. 40B, ff° 702r.-702v., 25 janvier 1620.

148Dès la fin du xvie siècle et les premières années du xviie siècle, la condamnation aux galères devint une condamnation-type des juridictions laïques et religieuses, au point que le Saint-Office conseilla à l’Inquisiteur de Malte d’envoyer aux galères tous les hérétiques qui avaient abjuré de vehementi, qu’ils fussent protestants352, sorciers ou bigames353. En 1591, consigne fut donnée de condamner les bigames qui avaient été dénoncés, à 3 ans de galères, pour avoir bafoué le sacrement du mariage354. Ce fut le cas de Philippe de Los, marin français établi à La Valette, dénoncé pour avoir épousé une Maltaise alors qu’il était déjà marié à Avignon avec une Française. Le procès n’eut pas lieu, car l’accusé avait quitté le port en abandonnant sa femme, mais l’Inquisiteur le condamna par contumace à trois ans de galères355. Il en alla de même du marin sicilien Leonardo Lachana, qui, lui, n’eut pas le temps de s’enfuir et fut condamné à trois ans de galères en 1620356.

  • 357 ACDF, St. St. Q 3-d, ff° 59r.-59v., 4 janvier 1584.
  • 358 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 60r., 6 mars 1638.

149Les peines à l’encontre des perturbateurs de l’ordre social, et tout particulièrement des blasphémateurs et des prostituées qui fréquentaient des juifs et des musulmans, s’alourdirent également au fil du xviie siècle, sous la double influence de la Réforme Catholique, dont l’objectif était d’obtenir une plus grande discipline des mœurs, et du contexte maltais. Les blasphémateurs étaient au milieu du xviie siècle, condamnés aux galères au même titre que les bigames, dans un désir de fournir à l’Ordre des chiourmes gratuites et de policer par la même occasion une société portuaire souvent violente. À la fin du xvie siècle, les blasphémateurs, qui avaient froidement prononcé des paroles impies, étaient, s’ils appartenaient à la noblesse, condamnés à une amende et à une peine spirituelle ou, s’ils étaient roturiers, condamnés à une abjuration publique, une croix accrochée à leur langue357. Mais dès le milieu du xviie siècle, la peine fut commuée à Malte en une condamnation à 2 ou 3 ans de galères358.

  • 359 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 255v., 6 mars 1593.
  • 360 AIM, Proc. 16A, ff° 478r.-478v., 31 juin 1599.
  • 361 AIM, Proc. 19A, ff° 48r.-48v., 22 juillet 1601.
  • 362 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 255v., 5 janvier 1585.

150À l’égard des femmes, les peines étaient évidemment plus légères, mais évoluèrent elles-aussi en liaison avec le contexte maltais. Pour les sorcières, les sanctions, rappelées à l’Inquisiteur par le Saint-Office à la fin du xvie siècle, ne devaient pas changer. Les femmes leggermente sospette d’heresia e di apostasia dalla Santa Fede cristiana al Demonio, c’est-à-dire toutes celles qui préparaient des philtres d’amour ou des potions de guérison, devaient être condamnées au fouet en public359 : ainsi, Angelina Pandigliudena, une descendante des Rhodiens, native de Bormula et âgée de 60 ans environ, fut condamnée à être fouettée par toutes les rues de Vittoriosa en 1599, pour avoir préparé des potions de guérison360. Elle supporta si bien la punition, en dépit de son grand âge, qu’elle eut l’imprudence de récidiver deux ans plus tard, et qu’elle fut de nouveau condamnée à recevoir le fouet dans toutes les rues de la cité en juillet 1601, avant de porter à vie l’habit d’infamie361. Quant aux sorcières qui invoquaient le diable et lui attribuaient des pouvoirs divins, elles devaient être livrées au bras séculier et mourir sur le bûcher362.

  • 363 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 1392r.

151En revanche, pour ce qui touchait aux prostituées, libres ou esclaves, qui recevaient des Infidèles chez elles ou qui les fréquentaient dans les lieux ordinaires de prostitution, le châtiment fut définitivement fixé en 1658, dans le cadre d’une politique de l’Inquisition maltaise de préserver la pureté du sang chrétien, dans une île dangereusement exposée à la présence de l’autre et à la tentation de la transgression. Elles devaient ainsi être condamnées au fouet en public et à l’exil pour quatre ans, afin de ne plus contaminer la société de leur impureté. Quant aux musulmans qui avaient osé les approcher, ils devaient être condamnés à quatre ans de galères, et, en plus pour les esclaves, à l’impossibilité à vie de pouvoir être rachetés (ou de se racheter eux-mêmes). En cas de récidive, les prostituées devaient être condamnées de nouveau au fouet, à la flétrissure à la gorge ou à la poitrine, et à un exil de dix ans. Les musulmans devaient recevoir également le fouet par toutes les rues du port, avant d’avoir le nez et les oreilles coupés et d’être condamnés à dix ans de galères363.

b) Les châtiments des renégats

  • 364 ACDF, St. St. HH 3-b, Inquisizione di Malta, f° 394v., année 1600.

152À l’égard des renégats, l’Église s’était trouvée face à un dilemme. Elle ne pouvait pas les laisser impunis, mais elle avait bien conscience que des châtiments trop sévères risquaient fort de les dissuader d’avouer leur faute et de demander à rentrer dans son giron. En outre, les pénitences trop lourdes, en révélant une pesanteur de la structure ecclésiale qui n’existait pas en Islam, risquaient de montrer sous un jour défavorable la religion chrétienne et d’inciter d’autres individus à la transgression. Inversement, le pardon total et la libération des renégats de leur servitude faisaient courir le risque, toujours très présent à Malte, de voir les nouveaux réconciliés s’échapper de l’île pour regagner la terre musulmane. Un rapport de l’Inquisiteur au Saint-Office en 1600 témoignait en effet qu’en 1599, 11 renégats, libérés de la servitude après leur réconciliation, par le tribunal ou par le Grand Maître, étaient retournés en Barbarie. Parmi eux, le corsaire Nicolò de Rhodes, dit raïs Mami Ostriff Ogli, avait été réconcilié en 1599, puis libéré par l’Inquisiteur. Il avait dérobé une barque, trompé la vigilance des gardiens du port et regagné tout seul la Barbarie où il renia de nouveau. Redevenu raïs à Bizerte, il pratiquait fréquemment la course dans le canal de Malte, à la tête de quelques galiotes, et menaçait la sécurité des lignes commerciales insulaires364.

  • 365 ACDF, St. St. HH 3-b, ff° 393v.-394r., année 1600.
  • 366 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 393v. (« ...che tutti i Rinegati che fuggendosi da Turchi, et in Malta spo (...)
  • 367 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 394r. (« ...Che i veri Rinegati in età di adulta essendo presi combattendo (...)
  • 368 AOM 99, f° 130v., 31 janvier 1597.

153Conscient de ces problèmes, en 1600, le Saint-Office de Rome expédia un rapport complet à l’Inquisiteur au sujet des peines à infliger désormais aux renégats365. Tous ceux qui avaient fui l’Islam et s’étaient présentés de leur propre volonté au tribunal inquisitorial maltais, y compris ceux qui avaient renié leur foi à l’âge adulte, devaient sur le champ être réconciliés et libérés de leur servitude éventuelle366. Il en allait de même pour les renégats qui avaient été capturés enfants, c’est-à-dire avant d’avoir atteint l’âge de 15 ans : ils devaient être réconciliés immédiatement, ne pas être punis, mais être instruits de la religion chrétienne avant d’être intégrés à la société insulaire. En revanche, en ce qui concernait les veri rinegati, c’est-à-dire ceux qui avaient renié à l’âge adulte et qui avaient pratiqué la course contre les chrétiens, ils devaient non seulement être réconciliés, mais également condannati almendo per dieci anni al remo. Enfin, tous les apostats qui s’obstineraient dans leur erreur devaient être condamnés à la servitude à vie (plutôt qu’à la peine de mort) sans espoir de rachat367. Au début du xviie siècle, le Saint-Office avait donc bien pris en considération le désir de l’Ordre de pourvoir ses galères en hommes : le Grand Maître avait en effet demandé en 1597, que les apostats obstinés fussent désormais tous condamnés à la rame plutôt qu’à la peine de mort. En même temps, désireux d’éviter de nouvelles fuites de renégats réconciliés, il souhaitait que fussent également envoyés aux galères tous ceux qui s’étaient présentés volontairement à lui, et qui jusqu’alors étaient libérés de leur servitude après leur réconciliation368.

  • 369 AIM, Proc. 40B, ff° 629r.-629v., 5 septembre 1619.

154La majorité des condamnations était de 3 ans de galères : les Morisques, qui comparurent tous dans les années 1615-1625, furent de la sorte soumis à une peine de 3 ans de galères, quel que fût leur parcours individuel. Certains de ces Morisques avaient été de sincères catholiques lorsqu’ils vivaient en terre espagnole. Gabriel Foghet, de Grenade, déclara ainsi à l’Inquisiteur qu’il était un bon cristiano et que ses parents étaient cristiani veri e sinceri avant 1609. Après son expulsion, la famille gagna Tunis, où elle se convertit à l’Islam et Gabriel pratiqua l’Islam aussi scrupuleusement qu’il avait pratiqué le christianisme. Sa sincérité ne lui servit de rien : il fut condamné comme les autres à trois ans de rame369.

  • 370 AIM, Proc. 29B, ff° 758r.-758v., 22 mars 1612.
  • 371 AIM, Proc. 40D, ff° 1297r.-1297v., 4 avril 1621.
  • 372 AIM, Proc. 43A, ff° 134r.-135r., 18 septembre 1623.
  • 373 AIM, Proc. 42A, ff° 169r.-170v., 10 avril 1622.

155Conformément aux instructions du Saint-Office, les condamnations aux galères étaient plus longues pour les renégats qui avaient exercé une activité guerrière contre les chrétiens, par le métier de janissaires ou de corsaire. En 1612, Costantino Lachana, âgé de 34 ans, capturé en mer alors qu’il était devenu janissaire, fut condamné à 10 ans de galères et à l’incapacité de pouvoir se racheter après ses années de rame370. En 1621, le Flamand Arentius fut capturé alors qu’il était corsaire sur un brigantin barbaresque et fut condamné à 5 ans de galères371. En 1623, Battista Ciampolo, Ethiopien, qui pratiquait la course contre les chrétiens, fut condamné à 7 ans de galères372. Enfin, en 1622, Andronico de Chypre, raïs de son état, fut condamné à 10 ans de galères pour avoir exercé délibérément la course contre les chrétiens et pour en avoir tiré un fort profit financier373. Au fil du xviie siècle, les condamnations aux galères étaient donc devenues la peine la plus régulièrement infligée aux renégats, dans une tentative du Saint-Office de lutter contre le nombre de plus en plus important d’apostats. L’imposition de punitions lourdes devait décourager toute tentation de transgression, mais également contribuer à pourvoir les galères de l’Ordre en main d’œuvre gratuite, en une époque où celles-ci étaient constamment sollicitées par la course, puis à partir de 1645, par le soutien à Venise, en guerre contre l’Empire ottoman pour la conservation de la Crète.

  • 374 AIM, Proc. 37B, ff° 682r.-682v., 11 février 1618.
  • 375 AIM, Proc. 28B, ff° 767r.-768r., 15 avril 1608.
  • 376 AIM, Proc. 66A, ff° 34r.-34v., 23 décembre 1656.
  • 377 AIM, Proc. 39A, ff° 285r.-285v., 14 octobre 1618.
  • 378 AIM, Proc. 39A, f° 287r., 6 février 1620.

156Les femmes et les renégats trop âgés ou trop jeunes, qui ne pouvaient être envoyés aux galères, étaient assignés à résidence dans l’île, avec des services obligatoires en tant qu’esclave, durant quelques années, dans un couvent ou à la Sacrée Infirmerie de La Valette. Maria de Corinthe, dénoncée à l’Inquisiteur et âgée de 20 ans environ, fut condamnée à servir trois ans durant comme esclave à la Sacrée Infirmerie, dans la salle réservées aux femmes, afin de se racheter et d’y être instruite dans la religion chrétienne374. Eu égard pour son jeune âge (18 ans), Michele Suriano, qui s’était obstiné dans son apostasie, échappa aux galères, mais fut condamné à servir à vie comme esclave dans le couvent des Dominicains de Rabat375. Même dénouement pour Daniele de Russie, âgé de 17 ans, qui fut condamné en 1656 à servir 5 ans comme esclave dans le collège des Jésuites de La Valette376. Quant à Piero Antonio, de Naples, il était trop âgé (60 ans) et trop malade pour être mis à la rame : il fut condamné en 1618 à servir cinq ans à la Sacrée Infirmerie, comme esclave377. Sa pénitence devait finalement être plus courte : le Grand Maître, pris de compassione verso esso poverissimo vecchio, decrepito e privo qui d’ogni agiuto d’amici e parenti essendo forastiero, obtint sa grâce auprès du Saint-Office, en février 1620, pour le laisser regagner sa ville natale, afin qu’il pût y retrouver sa famille avant de mourir378.

  • 379 AIM, Proc. 41A, ff° 61r.-63r., 13 novembre 1621.
  • 380 AIM, Proc. 57A, ff° 289r.-290v., 7 novembre 1643.

157Enfin, les peines les plus rigoureuses, comme la condamnation à vie à la prison ou aux galères, étaient réservées aux irréductibles, qui présentaient à l’Inquisiteur un contre-discours, par un refus farouche de redevenir chrétiens. Le Maltais Salvatore Prat, qui s’obstina plus d’un an dans son apostasie, se déclarant ouvertement musulman, fut condamné aux galères à vie en 1621379. Pareillement, Zatulo de la Mer Noire, qui refusa deux années entières d’être réconcilié et qui fit preuve d’insolence à l’égard du tribunal, fut condamné à l’emprisonnement à perpétuité en 1643380.

  • 381 AIM, Proc. 34A, f° 225r., 18 octobre 1614 (condamnation de fra Bartolomeo Gatana) et f° 213v., 13 s (...)
  • 382 AIM, Proc. 35A, ff° 384r.-384v., 6 février 1615.

158Quant à ceux qui ne se plièrent jamais à la volonté de l’Inquisiteur ou retombèrent dans leur erreur et furent jugés relaps, ils furent tous sans exception livrés au bras séculier. En cas d’absence, ils étaient condamnés à mort par contumace et brûlés en effigie en place publique. Que l’on se souvienne de l’édifiante histoire de la conversion volontaire à Istanbul du Dominicain fra Bartolomeo Gatana, qui entraîna dans son sillage quatre autres Maltais : en 1614, il fut condamné à mort par contumace, comme le Maltais Antonaci Chidone381. Puis en 1615, les trois autres Maltais, Vincenzo de Bormula, Alfonso Farrugia et Francesco Burlo, furent également condamnés à mort par contumace. Six mois après la sentence, les effigies des cinq Maltais furent brûlées publiquement382.

  • 383 AIM, Proc. 6B, ff° 886r.-886v., 2 mars 1581.
  • 384 AIM, Proc. 54 Bis, f° 83r., 11 juillet 1639.
  • 385 AIM, Proc. 54 Bis, f° 121r., 11 juillet 1639.

159Trois renégats furent envoyés en personne au bûcher en un siècle, ce qui constitue un chiffre très faible. Si la peine de mort présentait l’avantage d’édifier complètement les esprits et d’apporter la preuve – si besoin était encore ! – que l’Inquisition pouvait aller au bout de sa logique, elle représentait également l’échec de la procédure inquisitoriale, qui n’était pas parvenue à ramener au sein de la chrétienté les indéfectibles de l’Islam, mourant en martyrs pour leur nouvelle foi. Le premier d’entre eux, Ali de Tripoli, d’une quarantaine d’années, fut exécuté en mars 1581, après avoir obstinément refusé de redevenir chrétien et avoir déclaré imprudemment qu’il non temeva Dio e il Sant’Uffizio383. Les deux autres furent brûlés vifs en 1639, après avoir été jugés comme relaps. Janni de Paris, âgé de 45 ans, avait déjà été réconcilié à Malte en 1632, mais était parvenu à s’enfuir et avait regagné la Barbarie, puis le Levant, où il avait repris ses activités corsaires. Jugé de nouveau en 1639, il fut relaxé au bras séculier et condamné au bûcher par la Castellania de La Valette, le 11 juillet384. Costantino de Paris s’était trouvé dans la même situation : capturé tout enfant par les Turcs, il était devenu janissaire et avait été pris par les galères maltaises en 1631. Jugé et réconcilié par l’Inquisiteur, il s’était enfui de Malte avec Janni et avait regagné la terre musulmane, où ils décidèrent de pratiquer ensemble la course. Il fut capturé en même temps que Janni par les galères de l’Ordre au large de Coron, et comparut de nouveau devant le Saint-Office. Jugé comme relaps, il fut brûlé vif avec son compagnon d’infortune385.

160Abjurations et pénitences appartenaient donc au grand rituel de la réconciliation, qui devait se produire au moins une fois par mois entre la fin du xvie et la fin du xviie siècle dans le port de Malte. Mais la cérémonie de réconciliation des déviants n’était pas la seule à remplir son rôle de contrôle et d’éducation de la population portuaire. Assistants du Saint-Office, certains ordres religieux avaient la responsabilité d’enseigner aux néophytes ou aux très jeunes renégats les rudiments de la religion catholique. Parmi ces ordres religieux, celui des Jésuites devait prendre une importance considérable, dès après son installation dans le Grand Port en 1592, aussi bien dans la catéchèse que dans les débats de théologie, pour la conversion des Infidèles.

UN SOUTIEN PRIVILÉGIÉ DU SAINT-OFFICE, LA COMPAGNIE DE JÉSUS

L’installation des jésuites à Malte

  • 386 N. Orlandini, Historiæ Societatis Iesu, pars prima (1491-1556), Roma, 1615.
    F. R. Sacchini, Hist. So (...)
  • 387 Antonio Leanza, « I Gesuiti in Malta al tempo dei Cavalieri di Malta », in Varia Historia Societati (...)
  • 388 Pio Pecchiai, Il Collegio dei Gesuiti in Malta, Rome, 1938.

161L’histoire des jésuites à Malte a été peu étudiée jusqu’à présent. Hormis la monumentale Historiæ Societatis Iesu, écrite au fil des xviie, xviiie et xixe siècles par des auteurs différents386, dans laquelle nous trouvons des informations sur l’établissement du Collège maltais, c’est à l’article d’Antonio Leanza387, datant de 1934, ou bien à l’ouvrage de Pio Pecchiai388, datant de 1938, qu’il faut se référer pour en savoir davantage. Grâce à des investigations menées au sein de l’Archivum Romanum Societatis Iesu, nous pouvons retracer les étapes de l’installation d’un Collège à Malte, et évoquer rapidement le rôle fondamental que jouèrent les jésuites dans l’encadrement religieux de la population insulaire.

  • 389 Francisco Sacchino, Historiæ Societatis Iesu, Anvers, 1620, p. 23.
  • 390 ASV, SS Malta 1, f° 21r., 3 décembre 1578.

162L’intérêt des jésuites pour l’archipel maltais était apparu dès le milieu du xvie siècle, quand l’activité militaire de l’Ordre avait commencé à en faire un point de mire des rives chrétiennes et musulmanes. En 1565, deux Jésuites, dont le père Angelo Ipparco, avaient été envoyés par le Collège de Syracuse, pour étudier la possibilité d’une installation d’un couvent dans l’île ; demeurés dans le port au moment du Grand Siège, les deux religieux avaient participé à la résistance maltaise contre l’armée musulmane389. Mais le projet de création d’un collège avorta et nous ne retrouvons pas l’idée d’une installation de l’ordre à Malte dans la correspondance pontificale, avant l’année 1578. Le 3 décembre de cette année-là, la Secrétairerie du Vatican faisait en effet parvenir au Grand Maître une lettre exprimant le désir du pape de voir s’installer à Malte des religieux qui pourraient mieux que d’autres aiutare a la buona riforma di cotesta città, parce qu’étant più atti degli altri per la dottrina390. Comme un écho de l’installation du Saint-Office, l’établissement de la Compagnie de Jésus à Malte devait donc se faire dans le cadre de l’application de la Réforme Catholique, du désir des autorités politiques et religieuses de lutter contre la diffusion de l’hérésie et de l’apostasie, et du contrôle des mœurs de la société.

  • 391 Pio Pecchiai, Il Collegio dei Gesuiti in Malta... cit., p. 5.
  • 392 ASV, SS Malta 1, f° 21v.
  • 393 ARSI, Sicula 196, Breve ristretto della fondazione del Collegio di Malta, f° 134r., sans date.

163Mais les jésuites différaient des autres ordres religieux par leur besoin en locaux adaptés, pourvus de livres, de salles d’études et d’éducateurs, pour mener à bien leur programme d’enseignement secondaire et supérieur, depuis la grammaire jusqu’aux exégèses académiques. Le fondateur, Ignace de Loyola, avait donc exigé et obtenu du pape la possibilité de doter les instituts fondés par la Compagnie, de biens immobiliers391. À Malte, l’évêque fut chargé par le pape de trouver des bâtiments pour le collège et de fournir la rente nécessaire au bon fonctionnement de l’enseignement : il fournit una commoda casa nella Città Valletta, laquale è tuttavia posseduta dela Compagnia, et di piu offerto di donar 400 scudi d’intrata che tiene in Sicilia392. La somme et les locaux offerts par l’évêque furent toutefois considérés comme insuffisants par le pape, et le projet de construction fut de nouveau suspendu pendant plusieurs années. Il fallut attendre l’année 1592 pour que l’évêque Tommaso Gargallo soumît de nouveau le projet au pape Clément VIII393.

  • 394 ARSI, Instrumentorum 78, f° 1248r., 28 mars 1592 (Bref expédié au Grand Maître) et f° 1248v., 28 ma (...)
  • 395 ARSI, Instrumentorum 78, f° 1249r., 20 janvier 1593.
  • 396 ARSI, Sicula 196, f° 134v.
  • 397 ARSI, Sicula 196, Concessioni delle Cappelle della Chiesa del Collegio di Malta della Compagnia di (...)
  • 398 P. Pecchiai, Il Collegio dei Gesuiti in Malta, op. cit., p. 16.

164Par deux brefs datés du 28 mars 1592, le pontife créait officiellement un Collège des Jésuites à Malte, relevant de la province de Sicile, et demandait à l’évêque et au Grand Maître Verdale de tout préparer pour l’installation des membres de la Compagnie394. Contre l’avis du clergé maltais, qui souhaitait l’établissement du Collège à Mdina, le pape demanda expressément, par un nouveau bref daté du 20 janvier 1593, que le collège des Pères Jésuites fût situé en plein cœur du port, à La Valette395. L’acte de donation des biens immobiliers pour le nouvel établissement, fait par le Grand Maître et l’évêque, offrait aux jésuites l’Église de Saint-Paul de La Valette et un terrain vierge pour édifier le collège et le séminaire, une rente annuelle de 200 écus (dont une moitié provenait de la mense épiscopale et l’autre moitié de la cathédrale de Saint-Jean), le privilège d’établir une taxe annuelle de 5 % sur toutes les rentes ecclésiastiques des diocèses, ainsi que huit bénéfices ecclésiastiques (San Nicolò Tal Mitarfa, Santa Margherita (Zejtun), San Marco, Tà Mazara, Tà Hued il Medina, Tà Borgiolat, Chisain Tà Bunoxet, Tà Cottafe)396. Un neuvième bénéfice (San Salvatore) fut même octroyé par l’Inquisiteur en novembre 1594. La générosité inquisitoriale avait toutefois ses limites : il s’agissait d’un terrain en pleine campagne, dont la rente n’excédait pas 9 écus par an397. Cela n’empêcha pas pour autant des murmures au sein du clergé maltais, qui avait évidemment mal accepté de se voir privé d’une part de ses biens par les nouveaux venus398.

  • 399 ARSI, Sicula 196, f° 201r., Difficoltà che occorrono intorno al nuovo Collegio di Malta, sans date.
  • 400 Jean Vallery-Radot, Le recueil des plans d’édifices de la Compagnie de Jésus conservé à la Biblioth (...)
  • 401 J. Vallery-Radot, Le recueil des plans d’édifices de la Compagnie de Jésus... cit., p. 11.
  • 402 ARSI, Vitæ 104, Alcune notizie del Venerando Collegio della Compagnia di Giesù di Malta, f° 231v., (...)
  • 403 Dal Pozzo, I, p. 342.
  • 404 ARSI, Vitæ 104, f° 231v.
  • 405 ARSI, Vitæ 104, f° 232r.
  • 406 Antonio Leanza, « I Gesuiti in Malta al tempo dei Cavalieri gerosolomitani », in Varia Historia Soc (...)
  • 407 ARSI, Sicula 196, f° 169r., mars 1596.

165Il avait été convenu par le pape que almeno dodeci della Compagnia résideraient en permanence à La Valette399. Dès 1592, le père Valeriani envoya le plan de la future église à Rome et obtint l’année suivante l’approbation du Père Général. Le plan de l’édifice, dessiné par le père Valeriani, qui fut le premier recteur de Malte, était rectangulaire, avec une nef unique, des chapelles latérales communicantes, un transept et un chœur à chevet plat, flanqué d’une sacristie et d’une salle servant de dépôt400. Le projet fut considéré par la Compagnie comme le meilleur de toute la province de Sicile et fut même proposé comme modèle pour la construction de l’église jésuite de Noto401. Après l’approbation de Rome, le 4 mars 1593, les douze jésuites prirent officiellement possession de leurs locaux, en présence du Grand Maître Verdale, de l’Inquisiteur et de l’évêque402. Immédiatement, ils ouvrirent deux écoles de grammaire et d’humanités403, puis accueillirent les premiers élèves maltais et quelques étudiants404. Le 4 septembre 1595, le Grand Maître posa en public la première pierre du futur Collège, qui fut construit en deux années seulement, grâce aux nombreuses lemosine date da Monsignore Vescovo et altri signori, e anche dallo Serenissimo Re Cattolico Filippo II, che più volte assegnò grosse lemosine405. Nous ne savons pas à combien se montaient ces dons, mais les comptes du Collège soulignent en 1596 qu’un membre de la Compagnie, le père maltais Girolamo Manduca, qui avait été ordonné à Rome en 1590406, offrit la somme imposante de 2 000 écus pour hâter la construction407.

  • 408 Bernard Vincent, « Les jésuites et l’Islam méditerranéen », in Bartolomé Bennassar, Robert Sauzet ( (...)

166De sorte qu’en 1597, les jésuites pouvaient désormais se mettre pleinement au service du Saint-Office et se mêler de la vie portuaire et du contrôle religieux de la population. Soucieux dès le milieu du xvie siècle d’évangéliser les musulmans sur les marges de la chrétienté408, ils jouèrent à Malte un double rôle : en tant qu’assistants de l’Inquisiteur, ils catéchisaient les nouveaux convertis et les renégats, et dans le même temps, ils étaient pleinement engagés dans une controverse religieuse contre les musulmans, s’efforçant de convertir les esclaves de l’île.

Les Jésuites face aux Infidèles

a) Les assistants du Saint-Office

  • 409 D. M. Callus, « Quattro secoli e dieci lustri di vita domenicana in Malta (1466-1916) », in Archivu (...)
  • 410 A. Leanza, « I Gesuiti in Malta... », art. cit., p. 12.
  • 411 ACDF, St. St. HH 3-f, Inquisitione di Malta, non folioté, année 1658.
  • 412 ACDF, St. St. HH 3-b, Inquisitione di Malta, f° 393v., année 1600.

167Dès la fin du xvie siècle, les jésuites devinrent les collaborateurs favoris de l’Inquisiteur, figurant parmi les consultori durant les procès et évinçant progressivement les Dominicains de leur office d’éducateurs des jeunes renégats et des néophytes, même si ceux-ci conservèrent une place importante auprès de l’Inquisiteur et que leur collège de Vittoriosa servit souvent de lieu d’abjuration privée pour les déviants qui s’étaient dénoncés au Saint-Office409. Mais à partir de la création du collège, le tribunal inquisitorial compta toujours au moins un Jésuite parmi ses consultants religieux410. La liste de 1658 évoque d’ailleurs la présence du père Sebastiano Salellis, en poste depuis 1605, aux côtés de deux Dominicains et de quatre Carmes411. Le collège était en outre régulièrement sollicité par l’Inquisiteur, pour l’instruction religieuse de tous les renégats qui avaient été capturés en bas âge et qui ignoraient par conséquent les fondements du catholicisme. Conformément aux volontés du Saint-Office de Rome, exprimées dans un rapport à l’Inquisiteur en 1600, ces apostats devaient absolument être soumis à une catéchèse avant leur réconciliation412.

  • 413 AIM, Proc. 15B, ff° 995r., 28 février 1598.
  • 414 AIM, Proc. 17, f° 49v., 18 juin 1600.
  • 415 AIM, Proc. 17, f° 57r., 9 juillet 1600.
  • 416 AIM, Proc. 19B, f° 521r., 11 juin 1601.
  • 417 AIM, Proc. 19B, f° 657r., 13 janvier 1601.

168Le premier renégat confié au collège jésuite fut Tommaso Molli-ca, Napolitain âgé de 18 ans, qui avait été capturé extrêmement jeune par des corsaires barbaresques, alors qu’il voyageait sur un navire de commerce en compagnie de son oncle. Après être demeuré 14 ans en terre musulmane, il avait été pris sur le navire de course de son patron et présenté à l’Inquisiteur en 1598. Compte tenu de son âge tendre au moment de son apostasie (il n’avait guère plus de 4 ans), l’Inquisiteur demanda qu’il fût catechizzato dai Padri Gesuiti nel loro collegio413. Il en fut de même pour Nicolo Vetoro, âgé de 18 ans lui-aussi en 1600, et qui avait été capturé à l’âge de 6 ans : avant de le réconcilier, l’Inquisiteur demanda aux Jésuites d’aller le chercher à la Prison des Esclaves où il dormait, et tenerlo nel vostro Collegio et farlo catechizzare con la solita carita che mostrate... et me ne avvisi quando sara pronto414. La réconciliation de Nicolò eut lieu un mois plus tard, en juillet 1600415. À partir du début du xviie siècle, la formation religieuse des renégats qui avaient renié enfants devint une activité habituelle du collège des Jésuites : en 1601, Antonio de Russie416 et Thomas de Hongrie417 reçurent un enseignement de deux mois pour l’un et de six mois pour l’autre, avant que le Père Général du couvent n’informât le Saint-Office qu’il pouvait procéder à la cérémonie de réconciliation.

  • 418 AIM, Proc. 19B, f° 688r., 15 janvier 1601.
  • 419 AIM, Proc. 20B, f° 516v., année 1602.

169Les jésuites vérifiaient toujours la portée de leur enseignement religieux, en soumettant les renégats à des examens de conscience et à des interrogatoires précis sur les prières, les sacrements et les dogmes de l’Église catholique. Ainsi, en 1601, le Père Général informa par courrier l’Inquisiteur que Pietro de Russie, capturé à l’âge de 5 ans par les Tartares, avait passé avec succès les examens auxquels l’avaient soumis les pères jésuites, et qu’il pouvait désormais être réconcilié418. Des certificats de catholicité étaient ensuite délivrés au futur réconcilié, afin qu’il pût présenter à l’Inquisiteur la preuve de son éducation religieuse. Citons seulement à titre d’exemple le certificat donné à Gioanne de Roumélie en 1602 : « Il proprietario di questa quale si chiama Gioanne ha nel Collegio nostro imparato l’Ave Maria, Pater Noster et Credo... ». Le certificat précisait ensuite que Gioanne avait promis de revenir régulièrement au collège, afin d’y apprendre les commandements et altre cose necessarie da sapere419. Ce rôle de catéchèse des Jésuites devait être fort pratiqué entre la fin du xvie et la fin du xviie siècle, puisqu’il concerna tous les renégats qui avaient été capturés enfants : les Grecs de la devchirmé, les Russes, les Bulgares, les Hongrois, les Roumains dont nous avons déjà dit que la comparution devant le tribunal maltais devint dominante au fil du xviie siècle.

  • 420 AIM, Proc. 25A, f° 36r., 4 février 1606 ; AIM Proc. 25A, f° 49r., 16 février 1606.
  • 421 AIM, Proc. 37B, f° 545r., 30 janvier 1617.

170Le soutien au Saint-Office ne se limitait pas à l’instruction des renégats. Tous les esclaves musulmans ou juifs qui souhaitaient se convertir au catholicisme étaient également envoyés au Collège des jésuites pour y être éduqués. Ainsi, en 1606, deux esclaves juifs de chevaliers, Abraham de Jérusalem et Moïse de Tunis, demandèrent à l’Inquisiteur de pouvoir devenir chrétiens. Le Saint-Office exigea, avant leur baptème, qu’ils fussent tous deux instruits dans la religion catholique au collège des jésuites, pendant trois mois420. De même, Aïcha, esclave turque d’une Maltaise de La Valette, reçut un enseignement religieux durant un mois par les pères jésuites, avant d’être baptisée en l’Église Saint-Laurent, à Vittoriosa, le 30 janvier 1617421.

b) Évangélisation et arguments théologiques

  • 422 B. Vincent, « Les jésuites et l’Islam méditerranéen », art. cit., p. 521.
  • 423 B. Vincent, « Les jésuites et l’Islam méditerranéen », art. cit., p. 525.
  • 424 Fr. Thomas Michel S.J., « Jesuit writings on Islam in the seventeenth century », in Islamochristian (...)

171Les jésuites s’illustrèrent également dans les débats théologiques avec l’Islam, et dans des tentatives d’évangélisation des musulmans présents à Malte. Dès après 1570, les objectifs des jésuites en matière de christianisation des musulmans en Méditerranée avaient consisté en une catéchèse des chrétiens plongés dans le milieu musulman (comme les catholiques de Barbarie ou les coptes d’Égypte et les maronites du Liban) et des musulmans présents en territoire chrétien ou sur ses confins422. Comme en Espagne ou dans les présides d’Afrique du Nord, les nombreux musulmans esclaves et libres (marchands, intermédiaires de rachat) de Malte intéressèrent vivement les jésuites qui s’étaient établis à La Valette. Ceux-ci s’efforçaient de suivre les conseils que la Compagnie avait déjà dispensés aux pères qui travaillaient à la catéchisation des Morisques d’Espagne : il s’agissait de ne pas critiquer la religion musulmane, mais plutôt d’amener, par des arguments et par un raisonnement très élaboré, les « Infidèles » à la conversion423. L’apprentissage et la maîtrise de la langue arabe, dont il avait été décidé que certains collèges, comme ceux de Messine et de Malte devaient se charger, étaient bien sûr l’atout essentiel de leur œuvre évangélisatrice424.

  • 425 Fr. T. Michel S.J., « Jesuit writings on Islam... », art. cit., p. 63.
  • 426 Fr. T. Michel S.J., « Jesuit writings on Islam... », art. cit., p. 73.

172Ce fut dans ce contexte d’efforts évangéliques et de controverses, illustrés par la publication, notamment après le siège infructueux de Vienne par les Ottomans en 1683, de nombreux ouvrages chrétiens destinés à identifier et à contrecarrer les musulmans425, que fut édité en 1691 à Catane l’ouvrage du père Emmanuele Sanz, intitulé Breve Trattato nel quale con ragioni dimostrative si convincono manifesta-mente i Turchi, senza che in guisa veruna possano negarlo, esser falsa la setta di Maometto e vera solamente quella di Cristo, et dont un exemplaire original se trouve encore aujourd’hui à la Bibliothèque des Jésuites de La Valette. Le père Emmanuele (ou Manuel) Sanz était un jésuite espagnol de Sicile, qui s’installa au collège de Malte en 1666 et en devint sans doute recteur peu d’années plus tard. Il devait demeurer plus de vingt ans dans le couvent maltais426.

  • 427 Emmanuele Sanz, Breve Trattato nel quale con ragioni dimostrative si convincono manifestamente i Tu (...)

173Son Breve Trattato, qui cherchait à prouver par une argumentation théologique la supériorité de la religion chrétienne sur la religion musulmane, était composé de deux parties distinctes. Dans la première partie (pages 1 à 66), l’auteur y faisait une étude des différences entre le Coran et la Bible, déclarant par exemple, dans les pages 63-66, que les miracles de Jésus étaient vrais et que ceux de Mahomet étaient faux. De même, à la page 35, il constatait que les deux religions étaient également prosélytes, mais que i Cristiani han-no gran ragione di volere questo [la conversion des musulmans] ma i Turchi nè provano, nè hanno provato, nè giamai potranno provare, nè giustificare, che la lor legge sia vera427. Une assertion qui a de quoi étonner un peu quand on songe au nombre de renégats qui comparaissaient devant l’Inquisiteur de Malte pour avoir cru très sincèrement à la religion musulmane !...

  • 428 E. Sanz, Breve Trattato... cit., p. 67. Traduction de l’auteur :
    « Iddio ti guardi, Amico ; come ti
    (...)

174Mais c’est la seconde partie (pages 67-240) qui reflète le mieux le procédé jésuites d’évangélisation par la persuasion. Il s’agissait en effet de deux dialogues, l’un entre un Turc et un père jésuite, l’autre entre un Turc catéchumène et un père, par lesquels le jésuite, reprenant tous les arguments de la partie précédente, parvenait à démontrer au musulman la fausseté des préceptes de l’Islam, et amenait tout naturellement le musulman à se convertir au christianisme. Prenons par exemple le début du premier dialogue qui oppose l’esclave musulman Mustafa à un jésuite maltais428 :

Dieu te garde, mon ami ; comment t’appelles-tu ?
Seigneur, je me nomme Mustafa.
De quel pays viens-tu ?
Je suis d’Istanbul.
Es-tu né dans cette cité ?
Oui, seigneur.
Depuis combien d’années es-tu dans ce pays ?
J’y suis depuis environ neuf ans.
Neuf ans ! Mais comment se fait-il que depuis tout ce temps, tu ne sois pas devenu chrétien ?
Non, seigneur, je ne veux pas être chrétien.
Mais pourquoi ? Ne vaut-il pas mieux être chrétien que turc ?
Non, seigneur, parce que je suis né Turc, et c’est le signe que Dieu l’a voulu. Mon père et ma mère étaient musulmans et mourront musulmans, et moi aussi, je veux mourir musulman.
Ô mon cher Mustafa, ceci n’est pas une bonne réponse, car il est clair que si tes parents ont voulu te damner, toi, tu ne le voudras pas...

175Ce dialogue témoignait de la construction du discours jésuite de persuasion et de conversion, élaboré selon le procédé maïeutique, destiné à faire prononcer par le musulman tous les arguments par lequel il restait attaché à sa foi, afin d’en démontrer, au fil du dialogue, toutes les invraisemblances. Il est d’ailleurs intéressant de constater que, dans ce discours, les raisonnements que soumettaient à la même époque les renégats au Saint-Office, n’étaient plus valables : en effet, si la mention du « souvenir des parents chrétiens » et du désir du renégat de « mourir en chrétien plutôt qu’en musulman » constituaient aux yeux des autorités religieuses les arguments décisifs dans le discours les menant à la réconciliation, ils n’étaient plus d’aucune valeur en ce qui concernait les esclaves musulmans qui souhaitaient demeurer fidèle à leur religion. Au contraire, l’obstination à rester attaché à la foi des parents était assimilée à une damnation. Contredit en permanence, Mustafa ne savait plus que penser ; le jésuite reprenait alors tout le raisonnement depuis le début, suivant les principes de base du christianisme et poussait progressivement le futur converti à accepter la supériorité du catholicisme. À la fin du dialogue (p. 78), Mustafa pensait désormais comme un chrétien ; le jésuite lui démontrait qu’il ne pouvait plus que se convertir, pour être en accord avec sa pensée nouvelle.

Signor non, perche io son nato Turco, e è segno ch’Iddio mi vuole Turco. Mio padre e mia madre furono Turchi, e morirono Turchi, e Turco ancora voglio morir io.
O Mustafà mio, questa non è una buona risposta, essendo cosa chiara che se tuo padre e tua madre ti dannarono, tu non vorrai dannarti... ».

176Le texte d’Emmanuele Sanz témoignait parfaitement du travail que menèrent les Jésuites à Malte de relais au sein de toutes les couches de la société portuaire, de l’appareil inquisitorial. Outre les cérémonies de réconciliation et les punitions publiques, qui impressionnaient toujours les habitants, l’évangélisation et l’instruction religieuse dispensée par les jésuites aidaient à la définition de l’ennemi musulman et donc au maintien de la frontière religieuse dans l’île. Cette œuvre de longue haleine complétait et achevait ainsi, dans les esprits, le travail que menait au quotidien le Saint-Office pour affirmer la permanence du contraste des civilisations. À Malte, les chrétiens devaient absolument rester dans le giron de l’Église catholique ; quant aux « Infidèles », ils avaient le choix entre une conversion qui leur permettrait peut-être, à terme, de vivre librement dans l’île, et l’acceptation, en cas d’obstination dans leur foi, de subir constamment un discours qui soulignait l’incapacité en laquelle ils se trouvaient d’échapper à la servitude et à la damnation.

177Les efforts conjugués de l’Inquisiteur et des jésuites reflétaient une réalité maltaise nouvelle : il était devenu presque impossible, au xviie siècle, d’échapper aux mailles du contrôle chrétien de la frontière.

CONCLUSION

178En une époque, le xviie siècle, où Malte s’ouvrait à de nombreux contacts humains et marchands, qui la reliaient désormais aux deux rives nord et sud de la Méditerranée, le Saint-Office et ses assistants apparaissaient bien comme l’élément déterminant du contrôle religieux et de l’affirmation constante de la frontière maltaise. L’attachement insulaire à une identité chrétienne, qui datait de l’époque médiévale, avait été progressivement renforcé au xvie siècle, par l’installation dans le port de l’évêque et de l’ensemble du clergé séculier, ainsi que par celui des divers ordres religieux (Bénédictins, Franciscains, Dominicains, Carmes, Jésuites) et enfin, des Hospitaliers.

179Soutenant une présence religieuse déjà très importante, l’Inquisition, dès son arrivée, constitua indiscutablement la pierre de voûte de l’édifice catholique maltais, par un double travail d’exclusion et de condamnation des déviants et des transgresseurs, puis de leur réconciliation et de leur réintégration à la société insulaire. Au moyen d’appels réguliers à la délation et d’un contrôle portuaire sévère de tous les navires et de tous les habitants, qui entretenaient chez les individus une peur sourde de se voir un jour appelé à comparaître, le Saint-Office éveillait les esprits à une méfiance permamente de l’autre, qu’il fallait dénoncer, châtier ou éliminer pour apparaître comme un bon catholique. Par son discours, qui trahissait un imaginaire de l’Islam parfois éloigné de la réalité, et grâce à l’éducation dispensée ensuite par les jésuites, l’Inquisition édifiait une image toujours franche et négative de l’autre, qui évitait la banalisation des relations, voire l’amorce d’amitiés avec les Infidèles. Pour tous ceux qui passaient outre ce discours et ces modèles, la cérémonie de réconciliation, qui s’accompagnait souvent du port de l’abitello et de pénitences physiques, entretenait le sentiment de leur honte, par la démonstration publique de leur infamie, en même temps qu’elle témoignait de la puissance de l’Église catholique et qu’elle fortifiait, au sein de la population, le refus du franchissement de la frontière.

180Dans le même temps, la réconciliation et la rééducation des renégats œuvraient à leur assimilation à la société insulaire et à la préservation de la cohésion sociale et religieuse d’une île où l’identité était fragilisée par le cosmopolitisme nouveau de son port. Au cœur de ce contrôle religieux, nul ne pouvait aller librement s’il n’était pas catholique, c’est-à-dire rentré dans le giron de l’Église et dans la conformité de la société insulaire, et il n’y avait guère d’autre condition pour les juifs et les musulmans que la condition servile. Favorisant alors une assimilation complète de l’autre à la société qu’elle contrôlait, l’Inquisition contribuait à en faire un même qui pouvait désormais s’agréger au milieu portuaire. Au xviie siècle, la frontière maltaise s’était donc bel et bien épanouie dans une double réalité d’expansion portuaire, de cosmopolitisme, et de clôture religieuse par le maintien intransigeant d’une exclusivité catholique.

Notes

1 « ...che la Sacra Santa Fede Cattolica, senza la quale è impossibile piacer a Dio, in questa notra giuridittione immaculata e pura si conservi, e che quelli per fragilità ò per altro rispetto l’hanno abbandonata con apostatar e rinegar da essa santa fede, ritornino al grembo di Santa Chiesa... » ; AIM, Proc. 47B, f° 892r., Placard du Saint-Office, 8 septembre 1629.

2 Bartolomé Bennassar, « Le pouvoir inquisitorial », in Bartolomé Bennassar (dir.), L’Inquisition espagnole (xve-xixe siècles), Paris, 2001 (première édition en 1979), p. 71-100 ; B. Bennassar, « L’Inquisition ou la pédagogie de la peur », in L’Inquisition espagnole... cit., p. 101-138.

3 Jean-Pierre Dedieu, « L’Inquisition et le droit. Analyse formelle de la procédure inquisitoriale en cause de foi », in Mélanges de la Casa de Velázquez, tome XXIII, 1987, p. 227-251 ; J.-P. Dedieu, L’administration de la foi. L’Inquisition de Tolède (xvie-xviiie siècles), Madrid, 1992 (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 7).

4 Catherine Brault-Noble, Marie-José Marc, « L’unification religieuse et sociale : la répression des minorités », in B. Bennassar (dir.), L’Inquisition espagnole... cit., p. 139-192.

5 Jaime Contreras, Pouvoir et Inquisition en Espagne au xvie siècle, trad. fr., Paris, 1997 (1re éd., Regidores, Inquisidores y criptojudíos, Madrid, 1992).

6 Bernard Vincent, « L’Inquisition et l’Islam », in Monitor ISH, vol. IV, n° 1-4, 2002, p. 7-14.

7 Louis Cardaillac (dir.), Les Morisques et l’Inquisition, Paris, 1990.

8 Maria Ghazali, « La procédure inquisitoriale espagnole », in Autour de l’Inquisition. Études sur le Saint-Office, Paris, 2002, p. 103-130.

9 Andrea Errera, Processus in causa fidei. L’evoluzione dei manuali inquisitoriali nei secoli xvi-xvii e il manuale inedito di un Inquisitore perugino, Bologne, 2000.

10 Alexander Bonnici, Medieval and Roman Inquisition in Malta, Malte, 1998.

11 Frans Ciappara, Society and the Inquisition in Early Modern Malta, Malte, 2000.

12 Carmel Cassar, Witchcraft, Sorcery and the Inquisition. A Study of cultural values in Early Modern Malta, Malte, 1998 ; C. Cassar, Sex, magic and the periwinkle, Malte, 2000 ; C. Cassar, Daughters of Eve. Women, Gender Roles and the impact of the Council of Trent in Catholic Malta, Malte, 2002.

13 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta, Malte, 2000.

14 Bartolomé et Lucile Bennassar, Les Chrétiens d’Allah. Histoire extraordinaire des renégats (xvie-xviie siècles), Paris, 1989.

15 Anita Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles de la Méditerranée, Thèse de doctorat de civilisation hispanique, Besançon, 1987.

16 Francesco Renda, L’Inquisizione in Sicilia. I fatti. Le persone, Palerme, 1997.

17 Lucia Rostagno, Mi faccio Turco. Esperienze ed immagini dell’Islam nell’Italia moderna, Rome, 1983.

18 A. Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles de la Méditerranée... cit., p. 18-19.

19 Alexander Bonnici, Medieval and Roman Inquisition in Malta, Malte, 1998, p. 2.

20 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 5.

21 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 11.

22 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta fatta nel 1662, p. 18.

23 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta... cit., p. 17.

24 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta... cit., p. 18 ; voir également A. Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle... cit., p. 82.

25 AOM 88, f° 154v., 4 mai 1553 (« ...nonullos sane doctrine adversantes in lutheram ac alias sectas impias adultos a christiana et catholica fide... »).

26 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta... cit., p. 18.

27 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede (ACDF).

28 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori che furono delegati nell’isola di Malta.

29 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori..., p. 1.

30 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 15.

31 AOM 89, f° 25r., 5 novembre 1554.

32 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori... cit., p. 1

33 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori... cit., p. 3.

34 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 20.

35 ACDF, St. St. II 1-e bis, Registrum Sententiarum Sancti Officii di Malta (1563-1575), ff° 48v.-49r., 16 janvier 1564.

36 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff° 1r.-53r., procès de Domenico Cubbelles (1563-1564).

37 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff° 7r.-9r., 22 juillet 1563.

38 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff° 87r.-88v., 29 mai 1575.

39 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff° 32r.-34r., 8 septembre 1563.

40 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff° 107v.-110r., 26 novembre 1575 (« ...fu stato denunciato [...] Bartolomeo Axisa perche havesse nei giorni prohibiti dalla Santa Romana Chiesa mangiato carne et tenuto in casa libri proibiti [...] fu stato vehemente sospetto di relapso... »).

41 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 25.

42 ASV, SS Malta 124A, Relazione del Ministero di Malta presentata alla Segreteria di Stato da Monsignor Salviati il di 2 ottobre 1759, f° 3v. (« ...gli fu spedito il Breve di Inquisitore sotto il 3 luglio del 1574... ») ; Dal Pozzo, I, p. 87.

43 ASV, SS Malta 1, f° 52r., 5 août 1574 (« ...Beatissimo Padre, E gionto al primo di questo Monsignore Pietro Dusina, protonotario apostolico, che la Santità Vostra è stata servita come la supplicai farmi gratia mandar qui per servitio di Nostro Signor Dio, et universale quiete di questa sua fidelissima Religione... »).

44 Andrew Paul Vella, « La missione di Pietro Dusina a Malta nel 1574 », in Melita Historica, vol. V, n° 2, 1969, p. 168.

45 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta... cit., p. 1.

46 BMA, Ms 1094, Relazione sopra l’officio dell’Inquisitore di Malta... cit., p. 2.

47 ACDF, St. St. HH 3-b, Inquisitione di Malta, non folioté, 27 juin 1595.

48 ACDF, St. St. HH 3-b, idem.

49 ACDF, St. St. HH 3-f, Inquisitione di Malta, non folioté, année 1658.

50 A. Bonnici, Medieval and Roman Inquisition... cit., p. 80.

51 J.-P. Dedieu, L’administration de la foi. L’Inquisition de Tolède (xve-xviiie siècles), Madrid, 1992 (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 7), p. 165.

52 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, année 1658.

53 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, sans date (vraisemblablement seconde moitié du xviie siècle).

54 B. Bennassar, « Le pouvoir inquisitorial », in B. Bennassar (dir.), L’Inquisition espagnole (xve-xixe siècles), Paris, 1979, p. 93.

55 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, 1658.

56 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, 1658 (Signore Baldassare Tonno, en poste depuis 1658 ; Signore Gio Battista Cassar, en poste depuis 1653 ; Signore Gio Matteo Mifsud, en poste depuis 1653).

57 J.-P. Dedieu, L’administration de la foi... cit., p. 195.

58 B. Bennassar, « Le pouvoir inquisitorial », in B. Bennassar (dir.), L’Inquisition espagnole... cit., p. 94-95.

59 A. Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles... cit., p. 99.

60 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, non daté.

61 A. Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles... cit., p. 75.

62 AIM, Corr. 3, f° 185r., 7 mars 1617.

63 AIM, Corr. 3, f° 195r., 7 juillet 1617.

64 ASV, SS Malta 5, ff° 169r.-169v., fin XVIe siècle.

65 Stanley Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of Maltese Countryside to 1798 », in Victor Mallia-Milanes (dir.), Hospitaller Malta... cit., p. 303.

66 ASV, SS Malta 186, ff° 122r.-122v., année 1600.

67 AIM, Corr. 1, f° 227r., 4 novembre 1605 ; ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, 1664 (« ...tener il cavallo, come lo decidò la sacra et suprema Congregatione Ge nereale della Santissima Inquisitione in favor loro l’anno 1605... »).

68 ACDF, St. St. HH 3-f, Inquisitione di Malta, non folioté, année 1664.

69 BAV, Borgia Latino 558, f° 77r., 13 avril 1600.

70 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, année 1664.

71 ACDF, St. St. HH 3-b, ff° 358r.-358v., 23 novembre 1599.

72 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, non daté.

73 ACDF, St. St. HH 3-f, non folioté, année 1664, Relazione sopra i privilegi dei familiari del Sant’Ufficio di Malta.

74 ACDF, St. St. HH 3-f, idem.

75 ACDF, St. St. HH 3-f, idem.

76 ACDF, St. St. N 4-b, non folioté, Instructions du Saint-Office à ses Inquisiteurs en fonction dans la péninsule italienne et à Malte, 5 septembre 1609.

77 NAM, Banca Giuratale, Registro Revelationis Mancipiorum, Volumo unico 133 (1588-1617).

78 NAM, RRM 133, f° 50v., 28 septembre 1595.

79 NAM, RRM 133, f° 55r., 13 mai 1596.

80 NAM, RRM 133, f° 62r., 10 juillet 1604.

81 NAM, RRM 133, f° 94r., 19 décembre 1611.

82 AIM, Proc. 6C, f° 1235r., 13 mai 1582. Le navire était retenu dans le port de Marsamxett (AIM, Proc. 6C, f° 1242r.).

83 AIM, Proc. 6C, ff° 1217r.-1256r., mai 1582.

84 AIM, Proc. 6C, ff° 1233r.-1234r.

85 AIM, Proc. 1A à Proc. 23B.

86 Voir le I du chapitre VI.

87 ACDF, St. St. M 4-b, f° 7r., 29 février 1604.

88 ACDF, St. St. M 4-b, f° 8r., année 1605 (« ...che non possono gli Inglesi essere molestati dagli Inquisitori in materia di religione... »).

89 ACDF, St. St. M 4-b (2), f° 15r., année 1605.

90 ACDF, St. St. Q 3-d, Raccolti di testi di lettere ed istruzioni del Santo Offizio agli Inquisitori, f° 123r., 23 novembre 1607 (« ...Che i fiammenghi ed Olandesi ed Inglesi eretici che vengono con mercantie nel porto di Malta non siano molestati, purche non commettano delitti in materia di religione e che non portono libri prohibiti... che sopra li vascelli loro possano andare solamente quelli che hanno da comprare le merci e non altre persone... »).

91 AOM 287, Chapitre Général de 1548, f° 62v.

92 AIM, Proc. 1A à AIM, Proc. 76B.

93 AIM, Proc. 6B, ff° 727r.-731r., avril 1582.

94 AIM, Proc. 11, ff° 1r.-4v., mai-juillet 1591.

95 AIM, Proc. 13, f° 10r., 27 septembre 1592.

96 AIM, Proc. 14B, f° 754r., 26 juin 1596.

97 ACDF, St. St. Q 3-d, Raccolti di testi di lettere ed istruzioni del Santo Offizio agli Inquisitori, ff° 111r.-112r., années 1578 et 1593.

98 ACDF, St. St. N 4-b, Repertorium litterarum circularium incipienum ab an-no 1578, non folioté, 2 juillet 1633.

99 Marc Zuili, « Le livre, la censure et l’Inquisition en Espagne (1478-1561) », in Jean-Pierre Sánchez (dir.), L’Inquisition espagnole et la construction de la monarchie confessionnelle (1478-1561), Nantes, 2002, p. 297.

100 ACDF, St. St. N 4-b, non folioté, 28 janvier 1638.

101 AIM, Proc. 14B, f° 754r., 26 juin 1596.

102 AIM, Proc. 45A, ff° 165r.-165v., 29 avril 1625.

103 AIM, Proc. 55A, ff° 48r.-48v., 28 février 1640.

104 AIM, Proc. 18, f° 82r., 12 septembre 1598.

105 AIM, Proc. 19A, f° 5r., 12 janvier 1601.

106 AIM, Proc. 24A, f° 6r., 18 mai 1605.

107 AIM, Proc. 40B, f° 1609r., 10 mars 1622.

108 AIM, Proc. 43A, f° 3r., 1er juillet 1623.

109 AIM, Proc. 45A, f° 45r., 6 mars 1627.

110 AIM, Proc. 46B, f° 623r., 28 mai 1627.

111 AIM, Proc. 47B, f° 892r., 8 septembre 1629.

112 AIM, Proc. 48A, f° 3r., 19 octobre 1630.

113 AIM, Proc. 50A, f° 348r., 23 août 1633.

114 AIM, Proc. 54A, f° 7r., 18 juin 1639.

115 AIM, Proc. 55A, f° 81r., 31 mai 1642.

116 AIM, Proc. 62, f° 26r., 30 octobre 1649.

117 AIM, Proc. 66A, f° 264r., 15 mars 1658.

118 AIM, Proc. 71A, f° 108r., 10 mars 1661.

119 AIM, Proc. 72A, f° 43r., 7 septembre 1663.

120 AIM, Proc. 76B, f° 90r., 15 septembre 1668.

121 AIM, Proc. 74, f° 72r., 30 août 1670.

122 AIM, Proc. 47B, f° 892r., 8 septembre 1629.

123 AIM, Proc. 48A, f° 3r., 19 octobre 1630 (« ...che fra dodici giorni... debbano al Sant’Offitio di quest’Isola revelare... ciascuno di quelli, de’ quali sappiano, ò habbiano havuto ò haveranno notitia che siano heretici, ò sospetti, ò diffamati d’heresia, ò credenti, ò defensori loro, ò habbiano adherito, ò adheriscono a i riti de’ Giudei ò Mahomettani [...], ò habbiano apostato la Santa Fede Christiana, ò in qualunque modo espressamente ò tacitamente, habbino invocato, ò invochino il Demonio... »).

124 Andrea Errera, Processus in causa fidei. L’evoluzione dei manuali inquisitoriali nei secoli XVI-XVII e il manuale inedito di un Inquisitore perugino, Bologne, 2000, p. 68-69.

125 Maria Ghazali, « La procédure inquisitoriale espagnole », in Rica Amran (dir.), Autour de l’Inquisition. Études sur le Saint-Office, Paris, 2002, p. 104.

126 A. Errera, Processus in causa fidei... cit., p. 29-30.

127 A. Errera, Processus in causa fidei... cit., p. 51.

128 Nicolau Eymerich, Francisco Peña, Le manuel des inquisiteurs, Introduction et traduction de Louis Sala-Molins, Paris, 2001 (première édition en 1973), p. 155.

129 B. Bennassar, « L’Inquisition ou la pédagogie de la peur », in B. Bennassar (dir.), L’Inquisition espagnole... cit., p. 122.

130 AIM, Proc. 20A, ff° 1r.-6r., procès de Bernard Guerre, février 1602 ; AIM, Proc. 20A, ff° 7r.-14r., procès d’Antoine Herral, juin 1602.

131 AIM, Proc. 38A, f° 247r., 21 juillet 1617.

132 AIM, Proc. 21A, ff° 48r.-48v., 31 mars 1603.

133 AIM, Proc. 19A, f° 181r., 29 juillet 1601.

134 ASV, SS Malta 5, f° 120r., 3 septembre 1596

135 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 1392r., 4 mai 1658.

136 AIM, Proc. 16A, f° 330v., 16 novembre 1598 (aux dires de celui qui la dénonça au Saint-Office, Crespino Scicluna, témoin de la scène).

137 AOM 107, f° 62v., 15 mars 1622.

138 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 1392r., 4 mai 1658.

139 AIM, Proc. 19B, ff° 535r.-535v., 8 avril 1601.

140 ACDF, St. St. E 4-b, Collectio Decretorum Veterum et Resolutionum Sancti Officii, non folioté, article Hæbrei, année 1628.

141 ACDF, St. St. CC 2-e, Rapporti intimi fra Ebrei e donne cristiane (1620-1798), non folioté, année 1697.

142 ACDF, St. St. E 4-b, non folioté, article Hæbrei, année 1600.

143 ACDF, St. St. HH 3-b, non folioté, Instruttione a Vostra Signoria del Bufalo deputato da Nostra Signoria per Inquisitore Generale nell’isola di Malta, 27 juin 1595 (« ...Se non fusse dato alcun ordine o segno giallo da portare a gli Hebrei, acio che si discernano da fedeli, ella lo procurarà con modestia, dismostrando che cio saria molto bene per detti Hebrei che tal’hora habitano in quell’isola, acciò che ciascuno sappia bene con chi ha conversatione... »).

144 ACDF, St. St., HH 3-b, f° 1392r., 4 mai 1658.

145 ACDF, St. St., HH 3-b, f° 1392r.

146 Jaime Contreras, Pouvoir et Inquisition en Espagne au xvie siècle, Paris, 1997 (pour la traduction française), p. 59.

147 B. Vincent, « L’Islam en Espagne à l’époque moderne », à paraître.

148 AIM, Proc. 1A à AIM, Proc. 76B.

149 B. Bennassar, « Le pouvoir inquisitorial », in B. Bennassar (dir.), L’Inquisition espagnole... cit., p. 101.

150 Alain Cabantous, Histoire du blasphème en Occident (xvie-xixe siècle), Paris, 1998, p. 30.

151 F. Renda, L’Inquisition in Sicilia... cit., p. 309.

152 AIM, Proc. 6C, ff° 1266r.-1271r., 11 mars 1582.

153 AIM, Proc. 62, f° 419r., 20 juin 1650.

154 AIM, Proc. 6C, ff° 1217r.-1256r., mai 1582.

155 AIM, Proc. 6A, ff° 198r.-212r., janvier 1581.

156 AIM, Proc. 56A, ff° 254r.-254v., 15 août 1642.

157 AIM, Proc. 17, ff° 95r.-95v., 9 mars 1600.

158 AIM, Proc. 72A, ff° 160r.-178r., année 1664.

159 AIM, Proc. 6C, f° 1268r., 11 mars 1582

160 AIM, Proc. 17, f° 95r., 9 mars 1600.

161 AIM, Proc. 6A, f° 208v., 22 janvier 1581.

162 AIM, Proc. 56A, f° 254r., 15 août 1642.

163 Robert Muchembled, Le roi et la sorcière. L’Europe des bûchers (xve-xviiie siècles), Paris, 1993, p. 74-75.

164 AIM, Proc. 18, f° 237v., 9 avril 1599.

165 AIM, Proc. 18, f° 114r., 14 juillet 1599.

166 AIM, Proc. 59A, f° 23r., 16 mars 1645.

167 AIM, Proc. 60, f° 32v., 4 septembre 1646.

168 AIM, Proc. 13, f° 253r., 25 septembre 1594.

169 AIM, Proc. 45B, f° 736r., 8 mars 1627.

170 AIM, Proc. 71A, f° 136v., 5 avril 1661.

171 AIM, Proc. 43B, ff° 520r.-520v., 20 juillet 1623.

172 AIM, Proc. 50B, f° 745r., 13 mai 1634.

173 AIM, Proc. 30A, ff° 214r.-216r., 23 janvier 1610.

174 AIM, Proc. 71A, f° 136v., 5 avril 1661.

175 AIM, Proc. 73A, f° 310r., 14 novembre 1670.

176 AIM, Proc. 42A, f°, année 1621.

177 AIM, Proc. 67A, f°, année 1655.

178 AIM, Proc. 47A, f°, année 1627.

179 AIM, Proc. 33B, f° 718r., 1er août 1610.

180 AIM, Proc. 42B, ff° 485r.-485v., 10 mai 1622.

181 AIM, Proc. 35B, ff° 492r.-492v., 13 décembre 1614.

182 AIM, Proc. 35B, f° 492r.

183 AIM, Proc. 36A, f° 29r., 16 avril 1615.

184 AIM, Proc. 42B, f° 485r., 10 mai 1622.

185 A. Cabantous, Histoire du blasphème... cit., p. 92-93.

186 AIM, Proc. 20A, ff° 390r.-391r., 1er juillet 1604.

187 AIM, Proc. 36A, ff° 31r.-31v., 22 avril 1615.

188 AIM, Proc. 38A, ff° 247r.-247v., 21 juillet 1617.

189 AIM, Proc. 56A, f° 514r., 16 juillet 1642.

190 AIM, Proc. 39B, ff° 851r.-851v., 12 mai 1619.

191 AIM, Proc. 29A, ff° 52r.-53r., 13 mai 1609.

192 Carmel Cassar, Daughters of Eve. Women, Gender Roles and the Impact of the Council of Trent in Catholic Malta, Malte, 2002, p. 9.

193 AIM, Proc. 19A, ff° 184r.-187r., 7 avril 1601.

194 AIM, Proc. 19A, f° 187r.

195 AIM, Proc. 15B, ff° 786r.-786v., 22 mai 1597.

196 AIM, Proc. 16A, ff° 187r.-188r., 27 août 1598.

197 AIM, Proc. 61B, ff° 741r.-768r., août 1648.

198 AIM, Proc. 61B, f° 746v., 3 août 1648.

199 AIM, Proc. 61B, f° 781v., 21 novembre 1648.

200 Lucia Rostagno, Mi faccio Turco. Esperienze ed immagini dell’Islam nell’Italia moderna, Rome, 1983, p. 40-41.

201 A. Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles... cit.

202 Bartolomé et Lucile Bennassar, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats (xvie-xviie siècles), Paris, 1989.

203 A. Gonzalez, Islam et Inquisition dans les îles espagnoles... cit., p. 196.

204 AIM, Proc. 18, f° 69r., 14 décembre 1599, Rapport de l’argousin Mariano Carbun, au service de l’Ordre, à l’Inquisiteur.

205 B. Vincent, « L’Inquisition et l’Islam », in Monitor IHS, vol. IV, n° 1-4, 2002, p. 12.

206 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 150.

207 M. Fontenay, « Chiourmes turques au xviie siècle », in Genti del mare mediterraneo, Naples, 1981, p. 891-892.

208 AIM, Proc. 45A, f° 132r., 18 mai 1626.

209 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 183.

210 AIM, Proc. 19A, f° 68r., 28 décembre 1600.

211 AIM, Proc. 27, f° 371v., 26 septembre 1607.

212 AIM, Proc. 19B, f° 545r., 9 juin 1601.

213 AIM, Proc. 45A, f° 205r., 7 février 1626.

214 AIM, Proc. 29B, f° 700r., 13 août 1607.

215 AIM, Proc. 35A, f° 164r., 30 juillet 1614.

216 AIM, Proc. 19A, f° 307r., 7 juillet 1601.

217 AIM, Proc. 19B, f° 647r., 28 avril 1601.

218 AIM, Proc. 21A, f° 253v., 23 mars 1603.

219 AOM 100, f° 278v., 15 mai 1603. Voir Chapitre VI.

220 AIM, Proc. 22D, ff° 1243r.-1313r., juillet 1603 (sentences contre Crusafa, Stammata, Crusafa, Biglia, Maria) ; AIM, Proc. 21B, ff° 698r.-705r., août 1603 (Marò) ; AIM, Proc. 22D, ff° 1243r.-1313r., septembre 1603 (Annuda) ; AIM, Proc. 26B, ff° 392r.-466r., juillet 1604 (Cali) ; AIM, Proc. 22D, ff° 1243r.-1313r., août 1604 (Stammata) ; AIM, Proc. 26B, ff° 392r.-466r., août 1606 (Cali) ; AIM, Proc. 26B, ff° 392r.-466r., décembre 1606 (Angela).

221 AIM, Proc. 21B, f° 700r., 4 juin 1603.

222 AIM, Proc. 22D, ff° 1253r.-1253v., 23 mai 1603.

223 AIM, Proc. 42D, f° 1118r., 17 novembre 1622.

224 AIM, Proc. 19B, f° 518r., 10 avril 1601.

225 AIM, Proc. 19B, f° 685r., 18 juillet 1601.

226 AIM, Proc. 57A, f° 285r., 26 septembre 1641.

227 AIM, Proc. 66A, f° 32r., 21 décembre 1656.

228 AIM, Proc. 7B, ff° 810r.-810v., 1er avril 1585.

229 AIM, Proc. 43C, ff° 866r.-867r., 24 mars 1624.

230 AIM, Proc. 45A, ff° 83r.-84r., 13 janvier 1626.

231 AIM, Proc. 45B, ff° 620r.-620v., 27 janvier 1626.

232 AIM, Proc. 45B, ff° 619r.-619v., 27 janvier 1626.

233 AIM, Proc. 20A, ff° 51r.-52r., 27 janvier 1601.

234 AIM, Proc. 42B, ff° 368r.-369r., 22 mars 1622.

235 AIM, Proc. 42A, ff° 186v.-187v., 11 avril 1622.

236 Voir les chapitres VI et VII.

237 AIM, Proc. 24A, ff° 35v.-35r., 2 juin 1605.

238 AIM, Proc. 45B, ff° 613r.-614r., 23 janvier 1626.

239 AIM, Proc. 40D, ff° 1253r.-1253v., 3 septembre 1620.

240 AIM, Proc. 40D, ff° 1444v.-1445r., 28 avril 1621.

241 AIM, Proc. 44A, ff° 609r.-610r., 19 avril 1629.

242 AIM, Proc. 45B, ff° 614r.-614v., 23 janvier 1626.

243 AIM, Proc. 37B, ff° 621r.-672r., mars 1615.

244 AIM, Proc. 43D, ff° 894r.-917r., février 1625.

245 AIM, Proc. 45B, ff° 615v.-616r., 26 janvier 1626.

246 AIM, Proc. 40D, ff° 1283r.-1283v., 4 avril 1621.

247 AIM, Proc. 45B, ff° 1009r.-1009v., 18 février 1627.

248 AIM, Proc. 7B, ff° 734r.-803r., 19 octobre 1584.

249 Voir le Chapitre VI.

250 AIM, Proc. 17, ff° 67r.-68r., 23 mars 1600.

251 AIM, Proc. 27, ff° 38r.-39v., 16 novembre 1607.

252 AIM, Proc. 55A, ff° 61r.-61v., 13 mars 1640.

253 AIM, Proc. 13, ff° 3r.-4r., 20 octobre 1592.

254 AIM, Proc. 16A, ff° 251r.-251v., 20 janvier 1599.

255 AIM, Proc. 34A, ff° 206r.-206v., 4 septembre 1612.

256 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 316.

257 AIM, Proc. 34A, f° 206v.

258 AIM, Proc. 35A, ff° 380r.-380v., 9 octobre 1614.

259 AIM, Proc. 34A, ff° 209r.-209v., 9 mai 1613.

260 AIM, Proc. 30A, ff° 322r.-323r., 22 août 1611.

261 AIM, Proc. 10A, ff° 89v.-90v., 4 septembre 1590.

262 AIM, Proc. 24A, ff° 35v.-37v., 2 juin 1605.

263 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 303.

264 AIM, Proc. 42A, ff° 57r.-68r., décembre 1621.

265 AIM, Proc. 45B, ff° 664r.-697r., juillet 1625.

266 AIM, Proc. 15B, ff° 973r.-982r., décembre 1596.

267 AIM, Proc. 27, ff° 363r.-397r., octobre 1607.

268 AIM, Proc. 39A, ff° 282r.-293r., octobre 1618.

269 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 19.

270 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 77-78.

271 AIM, Proc. 56A, ff° 254r.-254v., 15 août 1642.

272 AIM, Proc. 6C, ff° 1269v.-1271r., 11 mars 1582.

273 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 93.

274 ACDF, St. St. Q 3-d, Raccolti di testi di lettere ed istruzioni del Santo Offizio

agli Inquisitori di Malta ed Italia f° 59r., 4 janvier 1584.

275 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 59v.

276 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 96.

277 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 254r., 1er juin 1590.

278 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 255v., 6 mars 1593.

279 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 255v., 5 janvier 1585.

280 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 255v., 5 janvier 1585.

281 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 161-162.

282 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 105-106.

283 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 117.

284 ACDF, St. St. Q 3-d, ff° 39v.-40r., 22 juillet 1594.

285 ACDF, St. St. Q 3-d, ff° 39v.-40r. (« ...Interrogandoli diligentemente oltre l’altre circonstanze, se havranno col cuore aderito alla seta maumettana, e creduto potersi salvare in quella, lasciando la fede cristiana... »).

286 ACDF, St. St. Q 3-d, ff° 39r.-39v., 14 janvier 1597 (« ...lo deve far esaminare et interrogare particolarmente se ha tenuto, o creduto che fusse lecito il rinegare la fede di Cristo per haver commodità di fuggire più facilmente dalle mani de Turchi, e similmente, se dopo che hebbe rinegato e fù circonciso, si è fatto volontariamente chiamare con nome turchesco, vissuto alla turchesca, andato alle moschee de Turchi, et ivi o altrove invocato Mahometto come profeta, e fatti gl’atti e ceremonie, ò vero dette parole alla turchesca, e se in alcuno di questi atti si è mai partito col cuore della vera fede di Cristo, et adherito alla falsa setta Mahomettana... »).

287 AIM, Proc. 6C, ff° 1257r.-1257v., 4 juillet 1582.

288 AIM, Proc. 7B, f° 953v., 22 mars 1585.

289 AIM, Proc. 13, f° 400r., 14 avril 1596.

290 AIM, Proc. 17, f° 53r., 18 juin 1600.

291 AIM, Proc. 19A, f° 68v., 28 décembre 1600.

292 AIM, Proc. 21A, f° 254v., 23 mars 1603.

293 AIM, Proc. 21B, f° 554r., 1er février 1603.

294 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs... cit., p. 100.

295 AIM, Proc. 22D, f° 1370r., 3 février 1604.

296 AIM, Proc. 31B, f° 298v., 19 septembre 1606.

297 AIM, Proc. 31B, f° 454v., 2 juin 1613.

298 AIM, Proc. 45A, f° 83v., 13 janvier 1626.

299 AIM, Proc. 7A, f° 27v., 21 janvier 1584.

300 AIM, Proc. 45A, f° 132r., 18 mai 1626.

301 AIM, Proc. 7B, f° 610v., 19 mars 1585.

302 AIM, Proc. 24A, f° 106v., 10 avril 1601.

303 AIM, Proc. 44A, f° 91v., 7 septembre 1624.

304 AIM, Proc. 44A, f° 38v., 6mars 1625.

305 AIM, Proc. 44A, f° 610v., 19 avril 1629.

306 AIM, Proc. 52B, f° 487v., 12 octobre 1637.

307 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 448.

308 AIM, Proc. 36B, f° 532v., 9 novembre 1615.

309 AIM, Proc. 43C, f° 867r., 24 mars 1624.

310 AIM, Proc. 15A, ff° 484r.-490r., 28 décembre 1599.

311 AIM, Proc. 43A, ff° 125r.-127r., 2 novembre 1623.

312 AIM, Proc. 31B, f° 298v., 19 septembre 1606.

313 AIM, Proc. 57A, f° 285v., 26 septembre 1641.

314 AIM, Proc. 54 Bis, f° 38v., 25 juin 1638.

315 AIM, Proc. 42A, f° 150r., 4 février 1622.

316 AIM, Proc. 23B, f° 752v., 8 février 1605.

317 AIM, Proc. 24B, f° 636v., 17 octobre 1606 (deuxième interrogatoire d’Isabella).

318 AIM, Proc. 24B, f° 637r., 4 décembre 1606 (troisième interrogatoire d’Isabella).

319 AIM, Proc. 24B, f° 643r., 7 décembre 1606 (quatrième interrogatoire d’Isabella).

320 AIM, Proc. 24B, f° 646r., 31 décembre 1606.

321 AIM, Proc. 6B, f° 885r., 2 mars 1581.

322 AIM, Proc. 15A, f° 504v., 19 octobre 1600.

323 AIM, Proc. 29B, f° 757r., 22 mars 1612.

324 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 288r., 26 février 1591.

325 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 287r., 24 juin 1570.

326 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 287v., 17 mai 1577.

327 AIM, Proc. 15A, f° 506v., 6 novembre 1600.

328 AIM, Proc. 23B, f° 755r., 12 mars 1605.

329 AIM, Proc. 29B, f° 758r., 13 avril 1612.

330 AIM, Proc. 66A, f° 33r., 21 décembre 1656.

331 AIM, Proc. 44A, f° 610v., 19 avril 1629.

332 AIM, Proc. 7B, ff° 740r.-740v., année 1585 (témoignage d’un voisin qui le dénonce au Saint-Office).

333 AIM, Proc. 7B, f° 782r., 30 mai 1587.

334 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 404v., 13 août 1599.

335 B. et L. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah... cit., p. 322.

336 AIM, Proc. 56A, ff° 263r.-264v., 13 septembre 1642.

337 AIM, Proc. 12B, ff° 657r.-658r., 15 juillet 1594.

338 AIM, Proc. 44A, f° 39r., 6 mars 1625.

339 AIM, Proc. 44A, f° 47r., 28 février 1626.

340 AIM, Proc. 12B, ff° 664r.-665r., 31 octobre 1593.

341 Miguel Jiménez Monteserin, Introdución a la Inquisicion española. Documentos básicos para el estudio del Santo Oficio, Madrid, 1980, p. 832-833.

342 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 5r., 13 septembre 1597.

343 ACDF, St. St. II 1-e bis, Registrum Sententiarum Sancti Officii di Malta, f° 92v., 29 mai 1575.

344 AIM, Proc. 44A, ff° 106r.-107v., 20 octobre 1624.

345 AIM, Proc. 29B, f° 576r., 17 mai 1609.

346 AIM, Proc. 22D, ff° 1272r.-1272v. (Crusafa) ; ff° 1275r.-1275v. (Biglia) ; ff° 1277r.-1277v. (Crusafa) ; ff° 1280r.-1280v. (Stammata).

347 AIM, Proc. 39B, ff° 436r.-436v. (Gioanne) ; ff° 438r.-438v. (Papazzi) ; ff° 440r.-440v. (Giorgis) ; ff° 442r.-442v. (Giacomo) ; ff° 487r.-487v. (Gioanne) ; ff° 489r.-489v. (Giovanni) ; ff° 491r.-491v. (Isian).

348 AIM, Proc. 66A, ff° 32r.-33r. (Zatulo) ; ff° 38r.-38v. (Gioanne) ; ff° 88r.-88v. (Tommaso) ; ff° 113r.-113v. (Pietro) ; ff° 116r.-116v. (Gioanne).

349 J.-P. Dedieu, L’administration de la foi... cit., p. 272.

350 AIM, Proc. 6C, f° 1271r., 11 mars 1582.

351 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la seconde moitié du xvie siècle », art. cit., p. 79.

352 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 5r., 13 septembre 1597.

353 ACDF, St. St. E 4-b, Collectio Decretorum Veterum et Resolutionum Sancti Officii (xviie s.), non folioté, article « Polygamie ».

354 ACDF, St. St. Q 3-d, ff° 189r.-189v., 29 juin 1591.

355 AIM, Proc. 40B, f° 606r., 31 août 1619.

356 AIM, Proc. 40B, ff° 702r.-702v., 25 janvier 1620.

357 ACDF, St. St. Q 3-d, ff° 59r.-59v., 4 janvier 1584.

358 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 60r., 6 mars 1638.

359 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 255v., 6 mars 1593.

360 AIM, Proc. 16A, ff° 478r.-478v., 31 juin 1599.

361 AIM, Proc. 19A, ff° 48r.-48v., 22 juillet 1601.

362 ACDF, St. St. Q 3-d, f° 255v., 5 janvier 1585.

363 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 1392r.

364 ACDF, St. St. HH 3-b, Inquisizione di Malta, f° 394v., année 1600.

365 ACDF, St. St. HH 3-b, ff° 393v.-394r., année 1600.

366 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 393v. (« ...che tutti i Rinegati che fuggendosi da Turchi, et in Malta spontaneamente andaranno per reconciliarsi, siano come sin qui si è usato ben ricevuti, e ben trattati, riconciliati e lasciati liberi ancor ch’habbino rinegata la fede in etate adulta... »).

367 ACDF, St. St. HH 3-b, f° 394r. (« ...Che i veri Rinegati in età di adulta essendo presi combattendo, siano processati e costretti alla riconciliatione, ma condannati almeno per dieci anni al remo, et alla schiavitudine, per penitenza dal peccato loro, e che i Rineagti adulti che sono ostinati nella superstitione maomettana, siano puniti... e restino perpetuamente schiavi senza speranza di poter riscattasi mai... »).

368 AOM 99, f° 130v., 31 janvier 1597.

369 AIM, Proc. 40B, ff° 629r.-629v., 5 septembre 1619.

370 AIM, Proc. 29B, ff° 758r.-758v., 22 mars 1612.

371 AIM, Proc. 40D, ff° 1297r.-1297v., 4 avril 1621.

372 AIM, Proc. 43A, ff° 134r.-135r., 18 septembre 1623.

373 AIM, Proc. 42A, ff° 169r.-170v., 10 avril 1622.

374 AIM, Proc. 37B, ff° 682r.-682v., 11 février 1618.

375 AIM, Proc. 28B, ff° 767r.-768r., 15 avril 1608.

376 AIM, Proc. 66A, ff° 34r.-34v., 23 décembre 1656.

377 AIM, Proc. 39A, ff° 285r.-285v., 14 octobre 1618.

378 AIM, Proc. 39A, f° 287r., 6 février 1620.

379 AIM, Proc. 41A, ff° 61r.-63r., 13 novembre 1621.

380 AIM, Proc. 57A, ff° 289r.-290v., 7 novembre 1643.

381 AIM, Proc. 34A, f° 225r., 18 octobre 1614 (condamnation de fra Bartolomeo Gatana) et f° 213v., 13 septembre 1614 (condamnation d’Antonaci Chidone).

382 AIM, Proc. 35A, ff° 384r.-384v., 6 février 1615.

383 AIM, Proc. 6B, ff° 886r.-886v., 2 mars 1581.

384 AIM, Proc. 54 Bis, f° 83r., 11 juillet 1639.

385 AIM, Proc. 54 Bis, f° 121r., 11 juillet 1639.

386 N. Orlandini, Historiæ Societatis Iesu, pars prima (1491-1556), Roma, 1615.
F. R. Sacchini, Hist. Soc. Iesu, pars secunda (1556-1564), Anvers, 1620.
F. R. Sacchini, Hist. Soc. Iesu, pars tertia (1564-1572), Roma, 1649.
F. R. Sacchini,
Hist. Soc. Iesu, pars quarta (1572-1580), Roma, 1652.
F. R. Sacchini, P. Poussines, Hist. Soc. Iesu, pars quinta (1581-1590), Roma, 1661.
J. Jouvancy, Hist. Soc. Iesu, pars quinta tomus posterior (1591-1616), Roma, 1710.
J. Cordara,
Hist. Soc. Iesu, pars sexta (1616-1625), Roma, 1750.
J. Cordara,
Hist. Soc. Iesu, pars sexta tomus posterior (1625-1633), Roma, 1859.

387 Antonio Leanza, « I Gesuiti in Malta al tempo dei Cavalieri di Malta », in Varia Historia Societatis Iesu, Conferenza all’Università di Malta, 1934, p. 3-29.

388 Pio Pecchiai, Il Collegio dei Gesuiti in Malta, Rome, 1938.

389 Francisco Sacchino, Historiæ Societatis Iesu, Anvers, 1620, p. 23.

390 ASV, SS Malta 1, f° 21r., 3 décembre 1578.

391 Pio Pecchiai, Il Collegio dei Gesuiti in Malta... cit., p. 5.

392 ASV, SS Malta 1, f° 21v.

393 ARSI, Sicula 196, Breve ristretto della fondazione del Collegio di Malta, f° 134r., sans date.

394 ARSI, Instrumentorum 78, f° 1248r., 28 mars 1592 (Bref expédié au Grand Maître) et f° 1248v., 28 mars 1592 (Bref expédié à l’évêque).

395 ARSI, Instrumentorum 78, f° 1249r., 20 janvier 1593.

396 ARSI, Sicula 196, f° 134v.

397 ARSI, Sicula 196, Concessioni delle Cappelle della Chiesa del Collegio di Malta della Compagnia di Gesù, f° 234r., 12 novembre 1594.

398 P. Pecchiai, Il Collegio dei Gesuiti in Malta, op. cit., p. 16.

399 ARSI, Sicula 196, f° 201r., Difficoltà che occorrono intorno al nuovo Collegio di Malta, sans date.

400 Jean Vallery-Radot, Le recueil des plans d’édifices de la Compagnie de Jésus conservé à la Bibliothèque Nationale, Rome, 1960, p. 48-49.

401 J. Vallery-Radot, Le recueil des plans d’édifices de la Compagnie de Jésus... cit., p. 11.

402 ARSI, Vitæ 104, Alcune notizie del Venerando Collegio della Compagnia di Giesù di Malta, f° 231v., sans date.

403 Dal Pozzo, I, p. 342.

404 ARSI, Vitæ 104, f° 231v.

405 ARSI, Vitæ 104, f° 232r.

406 Antonio Leanza, « I Gesuiti in Malta al tempo dei Cavalieri gerosolomitani », in Varia Historia Societatis Iesu, Conferenza all’Università di Malta, 1934, p. 9.

407 ARSI, Sicula 196, f° 169r., mars 1596.

408 Bernard Vincent, « Les jésuites et l’Islam méditerranéen », in Bartolomé Bennassar, Robert Sauzet (dir.), Chrétiens et musulmans à la Renaissance, Paris, 1998, p. 531.

409 D. M. Callus, « Quattro secoli e dieci lustri di vita domenicana in Malta (1466-1916) », in Archivum Meltense, vol. 4, 1919, p. 137.

410 A. Leanza, « I Gesuiti in Malta... », art. cit., p. 12.

411 ACDF, St. St. HH 3-f, Inquisitione di Malta, non folioté, année 1658.

412 ACDF, St. St. HH 3-b, Inquisitione di Malta, f° 393v., année 1600.

413 AIM, Proc. 15B, ff° 995r., 28 février 1598.

414 AIM, Proc. 17, f° 49v., 18 juin 1600.

415 AIM, Proc. 17, f° 57r., 9 juillet 1600.

416 AIM, Proc. 19B, f° 521r., 11 juin 1601.

417 AIM, Proc. 19B, f° 657r., 13 janvier 1601.

418 AIM, Proc. 19B, f° 688r., 15 janvier 1601.

419 AIM, Proc. 20B, f° 516v., année 1602.

420 AIM, Proc. 25A, f° 36r., 4 février 1606 ; AIM Proc. 25A, f° 49r., 16 février 1606.

421 AIM, Proc. 37B, f° 545r., 30 janvier 1617.

422 B. Vincent, « Les jésuites et l’Islam méditerranéen », art. cit., p. 521.

423 B. Vincent, « Les jésuites et l’Islam méditerranéen », art. cit., p. 525.

424 Fr. Thomas Michel S.J., « Jesuit writings on Islam in the seventeenth century », in Islamochristiana, 15, 1989, p. 61.

425 Fr. T. Michel S.J., « Jesuit writings on Islam... », art. cit., p. 63.

426 Fr. T. Michel S.J., « Jesuit writings on Islam... », art. cit., p. 73.

427 Emmanuele Sanz, Breve Trattato nel quale con ragioni dimostrative si convincono manifestamente i Turchi, senza che in guisa veruna possano negarlo, esser falsa la legge di Maometto, e vero solamente quella di Cristo, Catane, 1691, p. 35.

428 E. Sanz, Breve Trattato... cit., p. 67. Traduction de l’auteur :
« Iddio ti guardi, Amico ; come ti chiami ?
Signore, mi chiamo Mustafà.
Di che paese sei ?
Sono di Costantinopoli.
Nascesti nella medesima città ?
Signor, si.
Quanti anni sono, che sei in questo paese ?
Sono in circa nove anni.
Nove anni ! Ma come in tanto tempo non ti sei fatto cristiano ?
Signor non, non voglio esser cristiano.
Ma perchè ? Non è meglio esser cristiano che Turco ?

Table des illustrations

Titre Tableau 11. NOMBRE DE PROCÈS DE L’INQUISITION DE MALTE (1577-1670)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 12. ÉVOLUTION DU NOMBRE DE PROCÈS PAR CATÉGORIE DE COUPABLES (1577-1670)
Légende Source : AIM, Proc. 1A à Proc. 76B.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 13. ORIGINE DES RENÉGATS JUGÉS PAR L’INQUISITION DE MALTE (1577-1670)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540