Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Deuxième partie. Une frontière épanouie (1575-1635)

Chapitre VII. Le commerce, une ouverture de la frontière

Texte intégral

  • 1 « ...que en los Reynos y Señorios, Islas y otras tierras, ciudades, puertos y distritos... sea y de (...)

« ...Que dans les Royaumes, les Seigneuries, les Iles et autres terres, villes, ports et districts, le commerce soit libre comme il l’était avant la guerre... »1.

1Bien qu’ayant été depuis l’époque médiévale, éloignée des grandes voies marchandes d’ouest en est (les routes privilégiaient la Sicile au nord ou les côtes tunisiennes et tripolitaines au sud), comme du nord vers le sud (les grands trafics passaient au large et en droiture, de Tunis vers Trapani ou Palerme, ou bien de Tripoli vers Messine et Syracuse), Malte devait, dans les premières années du xviie siècle, connaître un développement commercial, qui favorisait une liaison nouvelle de l’île avec les deux rives.

2Des relations marchandes avaient certes toujours existé au Moyen Âge, entre Malte et la Sicile, voire avec la Barbarie, mais elles étaient demeurées fragiles. L’installation de l’Ordre contribua à renforcer les liens vitaux qui reliaient Malte au royaume de Sicile, dans le cadre du ravitaillement alimentaire et frumentaire de l’archipel, l’Ordre jouissant au même titre que les insulaires, de la protection espagnole dans l’achat de certains produits siciliens francs de taxes et de droits de douane. En outre, la présence des chevaliers contribuait aussi à un élargissement de l’arrière-pays européen de Malte, par le transport annuel des responsions qui transitaient par les grands ports méditerranéens de l’époque (Barcelone, Marseille, Gênes, Venise, Naples, Palerme ou Messine). À ces nouveaux réseaux apportés par l’Ordre, venaient s’ajouter à partir de la fin du xvie siècle des échanges de plus en plus nombreux avec la rive musulmane, et notamment barbaresque, dans le cadre d’un commerce consécutif à l’activité corsaire (rachat des biens et des hommes).

  • 2 Charles Carrière, Les négociants marseillais au xviiie siècle, Marseille, 1973, p. 223-224.
  • 3 Xavier Labat-Saint-Vincent, Malte et le commerce marseillais au xviiie siècle, Thèse de doctorat d’ (...)
  • 4 Carmel Vassallo, Corsairing to commerce. Maltese merchants in XVIII century Spain, Malte, 1997.
  • 5 John Debono, Trade and port activity in Malta (1750-1800), Malte, 2000.
  • 6 Jean Pignon, « Aperçu des relations entre Malte et la côte orientale de la Tunisie au début du xvii(...)
  • 7 Lucette Valensi, « Les relations commerciales entre la Régence de Tunis et Malte au xviiie siècle » (...)

3Assez étrangement, peu d’études, même maltaises, ont été consacrées à cet essor du commerce insulaire au xviie siècle, les travaux concernant plutôt le siècle suivant, plus riche en archives, comme ceux de Charles Carrière2et, plus récemment, de Xavier Labat-Saint-Vincent3, ou bien des Maltais Carmel Vassallo4, qui étudie les relations entre les marchands insulaires et l’Espagne, et John Debono5, sur le commerce maltais et le fonctionnement du port entre 1750 et 1800. Mais en ce qui concerne le xviie siècle, les historiens ont eu tendance à maintenir au second plan l’activité commerciale de l’archipel : un article de Jean Pignon, en 1964, sur les rapports entre Malte et la Barbarie, cantonne leurs relations à une pratique corsaire et guerrière, ainsi qu’à des rachat d’esclaves6. Un autre article, de Lucette Valensi7, publié en 1963, montre que les relations commerciales entre Malte et la côte barbaresque, même au xviiie siècle, restaient dérisoires par rapport à celles qu’entretenaient avec la rive musulmane les autres ports chrétiens de Méditerranée.

  • 8 Pierre Grandchamp, La France en Tunisie, Tunis, 1920-1927 (Tomes 1 à 6, 1582-1650).
  • 9 Sadok Boubaker, La Régence de Tunis au xviie siècle : ses relations commerciales avec les ports de (...)
  • 10 Ch. Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle... cit., p. 223.
  • 11 S. Boubaker, La Régence de Tunis au xviie siècle... cit., p. 144.

4Cette tendance se comprend d’abord évidemment par la domination extrêmement forte de l’activité corsaire sur l’économie insulaire au xviie siècle : la course dépassait largement le commerce, tant pour le profit économique qu’elle engendrait, que par le nombre d’actifs qu’elle mobilisait, notamment au sein de l’Ordre, qui, ne l’oublions pas, nous a laissé les archives les plus complètes et les plus nombreuses. À ne regarder que ces archives, il semblerait presque que le commerce fût inexistant (hormis pour le ravitaillement du Couvent et des « Universités »), ou du moins qu’il fût uniquement limité au trafic des esclaves. C’est par l’étude d’autres fonds, comme celui des notaires à Malte, ou bien celui des contrats passés devant le consulat de France à Tunis, édités par Pierre Grandchamp8et analysés par Sadok Boubaker9, dans son ouvrage sur les rapports entre Tunis, Livourne et Marseille au xviie siècle, que nous percevons la diversification certaine des activités insulaires, moins monopolisées par la course que ne le laissaient supposer les registres de l’Ordre : les rapports commerciaux entre Malte et les ports barbaresques existaient bien à cette époque, et de manière constante. Bien sûr, et cela fut sans doute le dernier élément qui provoqua la minimisation de l’activité marchande maltaise, ainsi que l’ont bien noté Charles Carrière10et Sadok Boubaker11 : le commerce à Malte n’était jamais l’affaire de gros négociants, mais bien celle de petits acteurs dont la spécialisation était si rare que nous les retrouvons successivement dans le rôle de marchand commanditaire, puis dans celui de patron de navire commandité, voire dans celui d’intermédiaire de rachat.

  • 12 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 29-91.
  • 13 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 36.

5Plus récemment, c’est aux Maltais, et particulièrement à Carmel Cassar12, que nous devons un renouvellement de l’intérêt pour le commerce insulaire de la fin du xvie et du début du xviie siècle. Alors que son ouvrage laisse entièrement de côté l’activité corsaire, pour des raisons idéologiques dont nous avons déjà parlé précédemment, deux gros chapitres sont consacrés au commerce, et tout particulièrement au ravitaillement de l’archipel par la Sicile. En revanche, les archives concernant les relations marchandes avec la rive musulmane sont délibérément ignorées par l’auteur. Cette présentation partiale n’est pas innocente et le commerce du début de l’époque moderne est pour Carmel Cassar un élément de plus pour témoigner du lien vital, et réel, qui reliait son île à la rive chrétienne, par l’intermédiaire du royaume de Sicile13 : la revalorisation du commerce de l’époque moderne permettait à l’historiographie insulaire d’apporter la preuve du rattachement historique de Malte au monde chrétien.

  • 14 Stanley Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese Countryside to 1798 », in (...)
  • 15 Jean Carpentier, François Lebrun (dir.), Histoire de la Méditerranée, Paris, 2001 (première édition (...)
  • 16 M. Aymard, « La Méditerranée chrétienne et l’essor du monde moderne (xiiie-xviiie siècles) », in Cl (...)

6Cet ouvrage récent présente toutefois le mérite et l’intérêt de témoigner de l’activité commerciale réelle, et jusqu’alors sous-évaluée, d’un port en pleine expansion. Naturellement, il convient de prendre en compte un problème d’échelle : Malte au début du xviie siècle était un tout petit port de 18 600 habitants14(contre 45 000 pour Marseille en 162015, 400 000 habitants pour Naples et 130 000 pour Palerme à la même époque16). En outre, il venait à peine d’être édifié par l’Ordre, et se trouvait dépourvu des acteurs commerciaux essentiels que l’on rencontre habituellement dans la majorité des ports méditerranéens : les juifs, chassés de l’archipel à la fin du xve siècle, n’étaient plus là pour tisser les réseaux bancaires et commerciaux nécessaires à la constitution d’un commerce véritable. Ainsi, compte tenu de la petitesse du port, et de sa toute récente ouverture au monde extérieur, en liaison avec l’interruption des grands conflits entre les rives, l’activité commerciale paraissait au début du xviie siècle, indéniable et extrêmement dynamique, mobilisant des acteurs nombreux, qui faisaient vivre un port jeune et en constante croissance démographique.

7Cette activité foisonnante était encouragée par l’Ordre qui, dans le souci de réaliser des bénéfices, par la vente de ses surplus corsaires et de ses esclaves, octroyait les patentes pour les départs des navires, ainsi que les saufs-conduits censés protéger les marchands et les intermédiaires. Un accroissement aussi impressionnant des échanges devait évidemment placer Malte au cœur de réseaux marchands et humains de plus en plus denses, ou` les acteurs n’hésitaient guère à s’associer entre eux, qu’ils fussent chrétiens ou « infidèles », contribuant de la sorte à une ouverture nouvelle de la frontière insulaire, et au risque de son franchissement.

UNE ACTIVITÉ EN ESSOR

UN PARTENAIRE ESSENTIEL : LA SICILE

Les grains, une denrée précieuse

a) Les privilèges de Malte et de l’Ordre

  • 17 ASV, SS Malta 1A, f° 1r., 11 octobre 1432.
  • 18 H. Bresc, Un monde méditerranéen. Économie et société en Sicile (13001450), Rome, 1986 (BEFAR, 262) (...)
  • 19 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 373.
  • 20 ACM, Misc. 33, f° 34r., 22 août 1483, publié par Julio del Amo García, Stanley Fiorini, Godfrey Wet (...)

8Depuis l’époque médiévale, certains ports ou partenaires commerciaux de la Sicile pouvaient bénéficier d’immunités fiscales dans l’importation des produits siciliens. L’archipel maltais en faisait partie. Un document des Archives Vaticanes, daté de 1432, témoigne de ce que le roi Alphonse d’Aragon avait accordé, compte tenu de l’estrema poverta et destruttione di questa Isola, la possibilité pour les « Universités » de Malte et de Gozo, d’importer de Sicile du froment, de l’orge et diverses nourritures exemptes des droits ordinaires de douane et de gabelle17. Dès le milieu du xve siècle donc, la « nation » maltaise bénéficiait dans tous les ports du royaume des privilèges accordés aux Messinois, aux Génois et aux Pisans, en ce qui concernait l’exportation des grains : ils étaient entièrement exemptés du paiement de la douane (dohana maris)18, qui s’élevait pour les marchands non-privilégiés à 3 % de la valeur de la cargaison embarquée ou vendue dans le port. En outre, ils n’avaient pas à payer les taxes ordinaires du royaume sur les marchandises importées et exportées (3 % de la valeur de la cargaison) ou réexportées (1,5 % de la valeur de la cargaison)19. À la fin du xve siècle, la totalité de ces importations franches de grains s’élevait environ à 2 000 salmes de froment (soit 5 500 hl de blé), qui comblaient les manques alimentaires de tout l’archipel20.

  • 21 A. Mifsud, « L’approvigionamento e l’Università di Malta... », art. cit., p. 178.
  • 22 AOM, Misc. 6421, Indice dei privileggi di concessione di tratte concedute alla Santa Religione Gero (...)
  • 23 AOM, Misc. 6420, ff° 40r.-40v., 7 août 1542.

9La donation de Malte à l’Ordre en 1530 s’accompagna de nouveaux privilèges, qui correspondaient à la principale exigence de l’Ordre : compte tenu du fait que le nombre d’habitants était de 20 000 environ, le Grand Maître Villiers-de-l’Isle-Adam avait estimé en 1529 que le ravitaillement franc de taxes en grains de Sicile devait au moins s’élever à 15 000 salmes par an (41 250 hl)21. Charles Quint n’octroya pas un tel privilège, mais concéda en 1531aux « Universités » la permission d’augmenter leurs importations franches jusqu’à 9 500 salmes de froment et 700 salmes d’orge22. La franchise permettait de payer les produits siciliens à faible coût, et au milieu du xvie siècle, l’Ordre et les « Universités » payaient leur froment entre 8 tari la salme au minimum et 24 tari la salme au maximum, en fonction des conjonctures23.

  • 24 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 374.
  • 25 M. Aymard, « Il commercio dei grani nella Sicilia del ’500 », in Archivio per la Sicilia orientale, (...)
  • 26 AOM, Misc. 6420, ff° 40r.-40v., 7 août 1542.

10Mais même exemptées des 3 % de douane, les exportations maltaises demeuraient soumises au paiement de la traite pour le blé et les légumes secs, et à celui de la cantarata pour toutes les autres marchandises24. Ces droits d’exportation des marchandises étaient universels et généralement élevés : d’un taux très mobile, ils correspondaient à environ 25 % de la valeur de la cargaison embarquée, mais pouvaient s’élever en fonction des lois de l’offre et de la demande, et selon la volonté politique des gouvernants siciliens25. Ainsi au milieu du xvie siècle, la traite se situait entre 25 % et 30 % de la valeur de la cargaison : pour une salme à 8 tari, chevaliers et Maltais payaient une traite de 2 tari (soit 25 % du prix), mais cette traite pouvait s’élever à 6 tari pour une salme à 18 taris (soit 30 % du prix) ou à 24 tari (25 % du prix)26. Dès lors, pour un ravitaillement qui s’élevait à la même époque à 13 500 salmes de froment, l’Ordre et les « Universités » déboursaient au minimum une somme totale de 11 250 écus, c’est-à-dire 9 000 écus pour la cargaison et 2 250 écus pour le paiement de la traite. Les dépenses maximales au milieu du xvie siècle pouvaient se monter quant à elles, à 33 750 écus, c’est-à-dire 27 000 écus pour la cargaison de froment et 6 750 écus pour la traite.

Tableau 8. LES IMPORTATIONS FRANCHES DE GRAINS SICILIENS (xve-xviie SIÈCLES)

Tableau 8. LES IMPORTATIONS FRANCHES DE GRAINS SICILIENS (xve-xviie SIÈCLES)

11L’exemption du paiement de la douane et des taxes sur l’exportation des marchandises, correspondant chacune à 3 % de la valeur de la cargaison, permettait donc à l’Ordre et à Malte d’économiser entre 675 écus pour la cargaison de froment la moins chère et 2 025 écus pour la cargaison la plus coûteuse. Ce qui faisait qu’à partir du milieu du xvie siècle, les Universités et l’Ordre économisaient au minimum un millier d’écus par an. Ces privilèges financiers particulièrement intéressants devaient du reste être maintenus et augmentés jusqu’au milieu du xviie siècle, comme en témoigne le tableau ci-dessus.

  • 27 La salme sicilienne valait 2,75 hl, soit environ 200 kg de blé.
  • 28 Manuscrit cité par M. Fontenay, « Malte entre la France et l’Espagne des Habsbourg (xvie-xviie sièc (...)
  • 29 AOM 255, ff° 7r.-7v., 26 avril 1623.
  • 30 AOM 256, f° 88r., 11 mai 1630.
  • 31 AOM 258, f° 134r., 18 mai 1648.
  • 32 AOM 258, f° 205v., 9 février 1650, Mémoire au roi d’Espagne, concernant le ravitaillement de Malte (...)

12Nous observons une augmentation régulière et forte des importations maltaises franches de blé et d’orge siciliens : elles passent en effet, pour le blé, de 13 500 salmes27(37 125 hl) en 1532 à au moins 23 500 salmes (64 625 hl) au milieu du xviie siècle. Donner un chiffre exact des importations franches à partir de 1623 est toutefois délicat, car nous nous heurtons malheureusement à des contradictions notables au sein même des archives maltaises et siciliennes. Concernant les importations de l’Università, un manuscrit sicilien de 1722, conservé à la Bibliothèque communale de Palerme28, faisait toujours état de 14 000 salmes de froment en 1622 (au lieu de 16 000, selon le manuscrit maltais) et de 16 000 salmes à partir de 1636. Quant aux importations de l’Ordre, les estimations étaient encore plus aléatoires. Le 26 avril 1623, une ambassade d’un chevalier auprès du vice-roi de Sicile, pour obtenir de nouvelles traites, précise que le nombre de salmes franches de blé s’élèvent pour l’Ordre à 10 000 salmes ordinaires et à 2 000 salmes extraordinaires qui peuvent être prélevées en cas de mauvaises récoltes à Malte, ou bien dans le cas où des corsaires auraient pillé les navires de ravitaillement maltais29. De la même façon, en 1630, une supplique au roi d’Espagne pour augmenter le nombre de traites franches faisait état de « dix mille salmes de froment » pour l’Ordre30. Toutefois, cette estimation contredit les données évoquées lors d’une ambassade de l’Ordre auprès du roi d’Espagne en 1648 : le Conseil déplorait en effet que les traites non eccedano mai sette mila cinque cento salme di frumento31 dans les ports siciliens. Cette estimation est encore reprise en 1650, dans un Mémoire adressé au roi d’Espagne, qui soulignait de nouveau que le tratte ordinarie di questa Religione sono disette mila cinque cento salme di frumento, et que cette quantité était largement insuffisante, compte tenu du fait que l’Ordre n’importait en réalité que 4 000 salmes, les 3 500 salmes restantes servant à fournir les 8 000 cantars de biscuits nécessaires au ravitaillement de la chiourme des galères32.

  • 33 AOM, Misc. 6421, ff° 44v.-45r., 17 avril 1574.
  • 34 AOM, Misc. 6421, ff° 71r.-71v., 10 mars 1603.

13À combien se montaient alors les importations franches en blé pour l’Ordre au milieu du xviie siècle ? Il apparaît difficile de trancher. Compte tenu du nombre de traites extraordinaires concédées souvent par les rois d’Espagne en années de pénurie, pour le soutien de chevaliers qui continuaient à incarner la croisade, il paraît difficile de croire que les importations franches de l’Ordre n’aient pas varié depuis 1591 et tout au long du xviie siècle. L’estimation la plus vraisemblable pourrait donc correspondre à une traite annuelle de 10 000 salmes de froment, à laquelle venaient s’ajouter plusieurs « traites extraordinaires », que les rois d’Espagne concédaient depuis le xvie siècle et dont l’Ordre devait faire un usage régulier, au grand dam évidemment des autorités siciliennes. Ainsi, en 1574, eu égard aux menaces que la flotte turque faisait peser sur l’archipel, Philippe II autorisait les chevaliers à extraire 2 000 salmes franches en plus de leurs traites ordinaires33 ; enfin en 1603, le ravitaillement frumentaire de Malte ayant pâti des incursions corsaires barbaresques dans le canal entre l’île et la Sicile, le roi Philippe III accorda de nouveau à l’Ordre la possibilité d’acheter 2 000 salmes de froment supplémentaires pour remplacer ses cargaisons perdues34. Les importations extraordinaires devaient donc perdurer au fil du xviie siècle, les chevaliers les réclamant à chaque période difficile.

  • 35 C. Trasselli, « Una statistica maltese... », art. cit., p. 478.
  • 36 AOM, Misc. 6421, ff° 75v.-76r., 15 janvier 1614.
  • 37 AOM, Misc. 6421, ff° 79v.-80r., 7 août 1617.
  • 38 H. Bresc, Un monde méditerranéen...... cit., p. 129.
  • 39 M. Aymard, H. Bresc, « Nourritures et consommation en Sicile entre XIVe et XVIIIe siècle », in Méla (...)

14Mais en dépit de l’approximation des chiffres au début du xviie siècle, nous voyons bien que la tendance séculaire correspondait à une hausse régulière des importations, dont la raison principale tenait à la croissance démographique de l’archipel dès la fin du xvie siècle. Composée d’environ 20 000 personnes en 1530, sa population crut très rapidement, pour atteindre 28 864 âmes en 1590, selon les résultat d’un recensement réalisé par Diego de la Quadra au service du vice-roi de Sicile35, puis 41 047 habitants en 161436et 43 798 en 161737. La population insulaire avait ainsi doublé en moins d’un siècle, cependant que les importations franches de blé avaient crûde 13 500 salmes en 1531 à 23 500 en 1622, c’est-à-dire qu’elles n’avaient été multipliées que par 1,7. C’était bien la raison pour laquelle les importations des « Universités » augmentèrent plus que celles de l’Ordre, dont le nombre de membres était évidemment stable au fil des siècles. En un siècle et demi, les importations de blé connurent la plus forte hausse, alors que celles d’orge étaient en stagnation à partir du milieu du xvie siècle. La raison tenait évidemment d’abord à l’utilisation même de l’orge : bien que Malte à la fin du xve siècle consommât encore du pain d’orge, alors que la Sicile avait déjà entièrement réservé cette céréale au bétail38, la consommation humaine de froment tendit à se généraliser à l’époque moderne. L’orge ne devait bientôt plus servir qu’à la nourriture des animaux, hormis en période de forte disette39.

  • 40 C. Trasselli, « Una statistica maltese... », art. cit., p. 478.

15Dès lors, que représentaient ces importations par rapport à la production annuelle de l’archipel ? Les seules données dont nous disposons correspondent à celles extraites du recensement de 1590 qui a été édité par Carmelo Trasselli : à la fin du XVIe siècle, la production céréalière annuelle totale de Malte et de Gozo s’élevait à 34 900 salmes, dont 1 700 salmes de froment, 19 500 salmes d’orge et 13 700 salmes de céréales mixtes40. La part annuelle de froment s’élevait donc seulement à 4,8 % de la production céréalière. La population étant à la même époque de 28 864 personnes, nous obtenons un calcul moyen de 1,2 salmes (3,3 hl) de céréales par an et par habitant, ce qui signifiait que la moitié de la population au moins ne pouvait jamais consommer de froment pur. Les importations siciliennes apparaissaient donc vitales pour l’archipel et pour l’Ordre : avec un total de 23 700 salmes de céréales à la même époque, elles apportaient chaque année un surplus correspondant à 67,9 % de la production céréalière insulaire et portaient désormais la consommation de céréales par an et par habitant à 2 salmes (5,5 hl). Enfin, par une arrivée massive de froment de bonne qualité, elles rehaussaient la part du blé à 39,5 % de la quantité totale des céréales, accroissant de ce fait sensiblement la part de froment par an et par habitant.

b) Le fonctionnement du commerce des grains

  • 41 M. Aymard, « Rendements et productivité agricole dans l’Italie moderne », in Annales ESC, n° 2, mar (...)
  • 42 AOM 453, ff° 306r.-306v., 30 juin 1601.
  • 43 AOM 256, f° 148v., 13 août 1636.

16Maltais et membres de l’Ordre n’achetaient pas en Sicile n’importe quelle qualité de froment : il s’agissait généralement de blé forte, qui était la variété majoritaire, la plus cultivée et la plus consommée en Sicile même et qui ne se gâtait pas lors des transports maritimes. Car l’île produisait également deux autres variétés de froment minoritaires, la tumminia, qui était un blé dur de printemps, et la roccella ou maiorca, c’est-à-dire un blé tendre qui fournissait la meilleure farine et le meilleur pain, et dont la consommation se développe dès le XVIe siècle, en liaison avec l’essor des villes, mais qui, ne supportant guère les voyages, n’est guère exportée41. Au mois de juin 1601, 1 680 salmes de frumento forte furent rapportées de Licata, par huit navires commandés par des marchands siciliens et maltais, au service de l’« Université » et de l’Ordre42. De même, en 1636, 6 000 salmes de formento forte supplémentaires furent accordées à l’Ordre, pour soutenir Malte en cas de danger ottoman43.

  • 44 AOM, Misc. 6421, f° 51v., 12 juin 1584.
  • 45 AOM 737, f° 17v., 12 février 1625.
  • 46 AOM 737, f° 34v., 30 octobre 1626.
  • 47 AOM 737, f° 76r., 30 septembre 1636.
  • 48 AOM 449, f° 218r., 20 décembre 1596.

17Tous les ans, à la date du 1er septembre, ainsi qu’en avait décidé Philippe II en 158444, les navires de l’Ordre ou des « Universités » allaient chercher orge, froment et biscuits dans quelques ports de Sicile, qui se trouvaient au débouché des grandes zones de culture céréalières. Le port de Syracuse et les carricatori de Licata, Pozzallo, Terranova et Scicli étaient ainsi les plus fréquentés. À Syracuse, les navires pouvaient aller chercher du blé, comme en 1624, lorsque le patron Honoré Ricuso de Saint-Tropez, au service de l’Ordre, fut chargé de l’achat d’une cargaison de 1 000 salmes de froment fort à 6 tari la salme, et de son transport jusqu’à La Valette45. Pareillement, en 1626, trois marchands français installés à Malte, Antoine Imbert, Honoré Brun et Claude Poulier s’occupèrent de l’achat de 587 salmes de froment à Syracuse, qu’ils payèrent 8 tari la salme, pour le service de l’Ordre, et dont ils assurèrent le transport jusqu’à Malte46. Enfin, en 1636, les patrons Bartolomeo Cabra et Vincenzo Scarpanto allèrent à Syracuse et à Tarente chercher pour l’Ordre une cargaison de froment, dont le prix s’était élevé jusqu’à 11 tari la salme47. Mais les cargaisons embarquées à Syracuse ne provenaient pas forcément de la région céréalière avoisinante : en 1596, l’Ordre alla récupérer dans le port une cargaison de froment, qui avait en réalité été transportée depuis Agrigente48.

  • 49 AOM 454, f° 269v., 4 octobre 1602 ; AOM 456, f° 274r., 22 mars 1608 ; AOM 456, f° 284r., 7 janvier (...)
  • 50 AOM, Misc. 6421, f° 28v., 28 juillet 1556 (« ...concessarum mille singulis annis vel in frumento in (...)
  • 51 AOM 258, f° 205v., 9 février 1650.
  • 52 AOM 452, f° 251v., 13 août 1599.
  • 53 AOM 737, f° 20r., 26 avril 1624.
  • 54 AOM 458, f° 300v., 31 mars 1613.

18Mais surtout, depuis le xvie siècle, l’Ordre avait pour habitude d’aller chercher à Syracuse des cargaisons de biscuits49 : en 1556, un nouveau privilège concédé par Philippe II avait permis à l’Ordre de réserver sur les 6 500 salmes franches de froment, 1 000 salmes qui pouvaient être versées au choix en blé pur ou en pains de biscuits50. Ce privilège s’accrut au cours du xviie siècle, et en 1650, les chevaliers pouvaient demander que 3 500 salmes sur 7 500 salmes, pussent être transformées en biscuits pour les navires51. Ainsi, en 1599, le chevalier Don Ferdinando Ruiz de Corral, parti à la tête de l’escadre de galères, donna à Palerme tout l’argent nécessaire à l’achat de froment dans les carricatori et de 500 cantars de biscuits pour les chiourmes à Syracuse52. De même, en 1624, un chevalier fut chargé d’aller récupérer à Syracuse une cargaison de 200 cantars de biscuits53. En outre, avant tout départ en course, les navires et les galères de l’Ordre faisaient escale à Syracuse pour ravitailler chiourmes et équipages en biscuits. Ainsi, en mars 1613, les galères en partance pour le Levant, firent d’abord une halte à Syracuse pour y acheter toutes les mercantie necessarie al viaggio e alla ciurma, avant de gagner la côte grecque54.

  • 55 AOM 441, ff° 240r.-240v., 2 avril 1583 ; AOM 446, f° 227r., 6 novembre 1592 ; AOM 450, f° 262r., 25 (...)
  • 56 AOM 438, ff° 267r.-267v., 15 novembre 1579 ; AOM 446, f° 227r., 6 novembre 1592 ; AOM 448, f° 223v. (...)
  • 57 AOM 445, ff° 233v.-234r., 29 septembre 1590 ; AOM 453, ff° 250v.-251r., 27 avril 1600.
  • 58 AOM 454, f° 321r., 3 octobre 1603 ;
  • 59 AOM 455, f° 261v., 27 janvier 1605.
  • 60 AOM 447, f° 265v., 3 avril 1593.

19Après Syracuse, dont la fréquentation par les Maltais ne cessa de croître au fil du xviie siècle, les carricatori de Licata55, Pozzallo56, Terranova57et Scicli58livraient essentiellement du froment fort à l’Ordre et aux « Universités ». Parfois aussi, les chevaliers pouvaient aller quérir dans d’autres ports, d’ordinaire moins fréquentés, leurs cargaisons de céréales : en 1605, 360 salmes de froment furent embarquées à Mazara par un marchand français André Manfre, qui les transporta jusqu’à Malte, pour le service de l’Ordre59. Pareillement, en 1593, ce fut à Agrigente que fut récupérée une cargaison de 311 salmes de froment pour l’Ordre60.

  • 61 NAM Banca Giuratale, Magna Curia Cancellaria (MCC), Registri Patentarum (RP) 141/1 à 141/3 (années (...)
  • 62 NAM, MCC, RP 141/6 (1620-1634).

20À eux seuls, les ports de Syracuse, Licata, Pozzallo, Terranova et Scicli représentaient plus de la moitié du trafic entre Malte et la Sicile. Les Registri Patentarum, situés dans les National Archives of Malta à Rabat témoignent de cette franche domination, au moins pour la fin du xvie siècle : entre 1570 et 1600, les cinq ports rassemblaient 3 240 arrivées parmi les 4 683 départs de navires maltais à destination de la Sicile, soit 69,1 % des navires61. Cette proportion décrut toutefois au fil du xviie siècle, au point que dans la décennie 1620-1630, ils concentrèrent seulement 360 départs de navires maltais sur un total de 715, soit 50,3 % de bâtiments gagnant la Sicile62. Seul le port de Syracuse connut un accroissement notable de la fréquentation des navires maltais : représentant 19,5 % des entrées de navires à la fin du xvie siècle (soit 912 entrées sur 4 683 départs à destination de la Sicile), il devait attirer entre 1620 et 1630, 22,9 % des navires maltais (soit 123 entrées sur 536 départs). Quant aux carricatori, ils connaissaient au milieu du xviie siècle une désaffection sensible des navires maltais : Pozzallo, qui groupait 22,4 % des navires à la fin du xvie siècle (soit 504 sur 4 683) ne représentait plus que 18,8 % du trafic maltais à destination de la Sicile (soit 101 arrivées sur 536 dans les années 1620) ; de même, la fréquentation de Licata chuta de 22,4 % (1 050 navires sur 4 683) à 14,3 % (77 navires sur 536), tandis que celle de Scicli baissait de 11 % à la fin du xvie siècle (516 navires sur 4 683) à 7,5 % (40 navires sur 536), et que celle de Terranova chutait à 3,6 % (19 navires sur 536) contre 5,5 % un demi-siècle plus tôt (258 sur 4 683).

  • 63 M. Aymard, « Il commercio dei grani nella Sicilia del ’500 », art. cit., p. 16.
  • 64 AOM 446, ff° 191v.-192r., 20 avril 1591.
  • 65 AOM 446, ff° 208r.-208v., 23 août 1591 (« ...l’impossibilità di poterne aggiutare e provedere d’alt (...)
  • 66 AOM 446, f° 227r., 6 novembre 1592.

21À cette désaffection des carricatori, plusieurs raisons, dont la première était liée à la crise économique qui toucha le royaume de Sicile dans la première moitié du xviie siècle. Depuis la grave crise frumentaire des années 1590-1591, les exportations siciliennes avaient été suspendues en direction de Malte, dans le but d’isoler et de protéger le marché intérieur du royaume63. En avril 1591 en effet, le Conseil de l’Ordre se lamentait de ce que le vice-roi de Sicile avait interdit les exportations de grains en direction de l’archipel maltais64. Deux mois plus tard, en août 1591, l’Ordre dépêcha auprès du vice-roi un envoyé qui devait plaider la cause de Malte, insistant sur l’impossibilité en laquelle se trouvait l’archipel d’acheter du froment ailleurs qu’en Sicile, puisque la pénurie touchait toute la péninsule italienne65. Le ravitaillement en blé sicilien fut donc suspendu plus d’une année, et ne reprit qu’en novembre 1592 : nous en trouvons la preuve dans une nouvelle plainte de l’Ordre au sujet cette fois, de la hausse du prix de la traite qu’il juge scandaleuse ! !66...

  • 67 AOM 454, ff° 280r.-280v., 3 février 1603.
  • 68 AOM 454, f° 280v.
  • 69 AOM 256, ff° 152r.-153r., 24 novembre 1636.
  • 70 AOM 256, f° 152v.

22Dès le début du xviie siècle en effet, les relations entre Malte la Sicile alternèrent entre moments de grâce et conflits ouverts : en 1602 par exemple, le vice-roi refusa absolument à l’Ordre le versement des traites franches extraordinaires, sous le double prétexte que la récolte sicilienne n’était pas suffisante et que les chevaliers exagéraient délibérément la situation catastrophique de leur archipel67. L’Ordre eut beau en appeler au vice-roi et au roi d’Espagne, faisant valoir l’importanza di questa fortezza nella frontiera di nemici, come antemurale della christianità et particolarmente del Regno di Sicilia, il dut se passer cette année-là de ses ravitaillements exceptionnels68. De la même manière, en 1636, le vice-roi décida de suspendre les traites en direction de Malte, pour punir les attaques des chevaliers français contre des navires siciliens, en une époque où la France et l’Espagne venaient d’entrer en guerre l’une contre l’autre. Prétextant une carestia de froment dans son royaume, le vice-roi interdit les exportations vers Malte69. L’Ordre dépêcha plusieurs ambassades auprès du roi de France et du roi d’Espagne, ainsi qu’auprès du pape, pour justifier son activité corsaire et témoigner de sa neutralité dans le conflit opposant les royaumes70, mais il ne put obtenir cette année-là ses traites ordinaires de Sicile.

  • 71 Voir chapitre VI.
  • 72 AOM 437, ff° 264r.-264v., 2 décembre 1577.
  • 73 AOM 256, ff° 152r.-153r., 24 novembre 1636.
  • 74 AOM 257, f° 113v., 3 juin 1642.

23L’apparition de ces aléas dans les possibilités de ravitaillement alimentaire de Malte eut des conséquences multiples, comme en premier lieu, la pratique d’une « course de survie » par les chevaliers et les corsaires maltais dont nous avons déjà parlé71. Les ruptures dans l’approvisionnement de l’archipel furent aussi peut-être à l’origine de relations marchandes timides, nouées avec d’autres ports et d’autres rivages, dans le but d’assurer un commerce du grain à Malte en cas de nouvelle désaffection de la Sicile. Ce fut d’abord le royaume de Naples qui pallia les manques siciliens, quand les traites étaient suspendues à la suite de mauvaises récoltes ou de problèmes divers dans le royaume. Ainsi, en décembre 1577, l’Ordre se ravitailla entièrement en froment des Pouilles, pour éviter de fréquenter les ports siciliens suspectés d’être touchés par la peste72. De même, en 1636, pour compenser les manques d’une Sicile étranglée par son soutien alimentaire, matériel et financier à l’Espagne en guerre, le vice-roi de Naples vendit le blé des Pouilles à l’Ordre, sans franchise, au prix exorbitant pour les chevaliers de 17 écus la salme73 : en effet, nous savons par un rapport au Conseil daté 1642, que dans les années 1630, l’Ordre payait en moyenne ses importations 40 tari la salme, soit 3,5 écus environ !74

  • 75 AOM 448, f° 236v., 31 décembre 1594.
  • 76 AOM 451, f° 277v., 25 mars 1599.
  • 77 AOM 256, f° 62v., 14 mars 1627.
  • 78 M. Aymard, Venise, Raguse et le commerce du blé pendant la seconde moitié du xvie siècle, Paris, 19 (...)
  • 79 AOM 455, f° 299v., 14 septembre 1606.
  • 80 AOM 462, f° 287v., 18 mai 1626.
  • 81 AOM 472, f° 259r., 5 février 1647 ; AOM 472, ff° 263v.-264r., 30 mai 1648 ; AOM 472, f° 274v., 17 a (...)

24Outre le royaume de Naples, les côtes grecques et balkaniques apparurent également dans le ravitaillement frumentaire de Malte dès la fin du xvie siècle : en 1594, un navire ragusain porta à Malte une cargaison de 4 200 salmes de blé des côtes grecques75, tandis qu’en 1599, l’Ordre faisait provision de blé de Céphalonie76, et qu’en 1627, il achetait du froment en Grèce et à Candie, auprès des autorités vénitiennes77. C’est que depuis le milieu du xvie siècle, la production céréalière de la Grèce était élevée et que nombre de ports grecs (Candelle, Lépante, Zeiton pour la côte occidentale, Volo, Nègrepont, Talanta pour la côte orientale) nourrissaient Ottomans et Vénitiens78. Enfin, dès les premières années du xviie siècle, le marché français fut sollicité et en 1606, pressé par la pénurie alimentaire de l’archipel, le galion de l’Ordre se rendit à Marseille, pour y acheter une cargaison de 10 000 salmes de froment, non franches de taxes79. Vingt ans plus tard, en 1626, deux vaisseaux de l’Ordre vinrent de nouveau chercher dans les ports de Marseille et de Six-Fours une cargaison de 12 tonnes de froment80. Le marché marseillais devait d’ailleurs compter de plus en plus au fil du siècle, au point que dans les années 1647-1649, il constitua avec la Sicile l’essentiel des importations maltaises81.

25Mais en dépit des tentatives cherchant à diversifier ses marchés de ravitaillement céréaliers, l’Ordre et Malte devaient demeurer extrêmement proches de la Sicile, qui fournissait la plus grande partie des denrées consommables. Le lien vital qui rattachait l’archipel au royaume était encore renforcé par l’achat de nombreuses autres marchandises siciliennes et par la vente à Messine des produits maltais de la course.

Les autres marchandises

a) Les produits alimentaires

  • 82 ASV, SS Malta 1A, f° 1r., 11 octobre 1432.
  • 83 AOM, Misc. 6421, ff° 10v.-13r., 12 septembre 1533.

26Malte et l’Ordre n’importaient pas que des céréales de Sicile. Les privilèges d’exemption fiscale accordés par les rois d’Aragon, puis d’Espagne concernaient depuis le Moyen Âge plusieurs biens alimentaires de première nécessité, dont les « victuailles » qui étaient des cargaisons de légumes secs et d’autres denrées non précisées par les archives82. En outre, le 12 septembre 1533, Charles Quint avait octroyé à l’Ordre la possibilité d’acheter de la viande, du fromage, de l’huile, du vin et du vinaigre entièrement francs de toute taxe du royaume, exception faite des éventuels droits à l’exportation83.

  • 84 AOM, Misc. 6421, f° 11r. (« ...decrevimus extrahenda carnis vivæ vulgo dictorum castrati capita tri (...)
  • 85 AOM 436, f° 258r., 11 mai 1576.
  • 86 AOM, Misc. 6421, f° 27r., 28 juillet 1557.
  • 87 AOM 258, f° 207r., 9 février 1650, Mémoire au roi d’Espagne sur le ravitaillement alimentaire de Ma (...)
  • 88 AOM, Misc. 6421, ff° 46v.-47r., 27 août 1584.

27Ces marchandises diverses représentaient 3 000 moutons vivants, 150 têtes de porcs, 100 têtes de bovins, 300 cantars de viande salée, 300 cantars de fromages, 500 cantars de biscuits, 50 cantars de suif et 6 caisses de chandelles de suif, 25 cantars d’huile, 350 tonneaux de vin et 10 tonneaux de vinaigre84, à quoi s’ajoutaient encore du 30 cantars de sucre85, du miel et de la cire. Ces quantités furent accrues en 1557 par Philippe II : les importations de moutons s’élevèrent désormais à 4000 têtes et celles de porcins à 400 têtes86. Dans le même temps, le roi d’Espagne autorisait désormais la réalisation de 2 000 cantars de biscuits sur les 6 500 salmes de froment qu’il avait accordées, et déclarait en échange que les 500 cantars de biscuits initialement octroyés étaient dorénavant taxés87. Enfin, à partir 1584, l’Ordre fut autorisé à prélever sur ses traites de blé, au choix des salmes d’orge ou de légumes en fonction de ses besoins annuels, une salme d’orge ou de « victuailles » équivalant à une demi-salme de froment88.

  • 89 AOM 436, ff° 279r.-279v., 13 février 1576.
  • 90 AOM 436, f° 278v., 13 février 1576.

28En février 1576, une étude menée par l’Ordre concernant la consommation de l’archipel révélait au vice-roi de Sicile et au roi d’Espagne que les besoins annuels de Malte et de Gozo s’élevaient au minimum à 4 000 tonneaux de vin, 800 tonneaux de vinaigre, 500 cantars de fromages, 200 barils de sardines et de poissons divers frais ou séchés, ainsi que 500 salmes de légumes secs, sans oublier les importations en orge, froment et biscuits89. L’Ordre avait en effet calculé que la population s’élevait à cette époque à presque 30 000 personnes, parmi lesquelles 20 000 à 21 000 insulaires, 4 000 membres de l’Ordre (chevaliers, servants d’armes, religieux...) et quelques 5 000 soldats90. Faute de données, les archives de l’Ordre et de Malte ne permettent pas de dresser un état précis du commerce entre Malte et la Sicile, et de la totalité des importations maltaises. Elles donnent simplement un aperçu des ports siciliens les plus fréquentés par les navires maltais et des diverses marchandises que membres de l’Ordre et marchands allaient y chercher.

Source : NAM, MCC, Registri Patentarum 141/1 à 141/6.
Carte 9 – La fréquentation des ports siciliens par les navires maltais (1575-1635).

  • 91 AOM 443, f° 259r., 17 novembre 1586.
  • 92 AOM 438, ff° 267r.-267v., 15 novembre 1579 ; AOM 447, f° 252r., 23 avril 1593 ; AOM 448, f° 223v., (...)
  • 93 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 187.
  • 94 AOM, Misc. 6420, ff° 42r.-44r. Il s’agit d’une énumération des grands vins importés par l’Ordre et (...)

29Les ports les plus souvent mentionnés par les archives sont assurément Syracuse et Messine, qui étaient moins spécialisés dans l’exportation d’une marchandise particulière que ne l’étaient les carricatori, en ce qui concernait le froment. Les Maltais avaient la possibilité d’acheter des marchandises fort diverses dans ces deux ports, qui ajoutaient à leurs fonctions d’importation et d’exportation des produits, celle de réexportation à destination de Malte, de marchandises venues d’autres régions de Sicile, voire de pays étrangers. À Syracuse, les navires venaient donc chercher aussi bien des légumes que des biscuits, comme le fit l’Ordre en 1586, qui profita d’un ravitaillement en biscuits pour acheter une cargaison de légumes91. Souvent, c’était du vin qu’on venait chercher dans le port92, qui pouvait aussi bien venir de la région voisine que de zones viticoles plus lointaines. Car si les vins de Syracuse était réputés, le port pouvait également se charger de l’exportation des productions du vignoble de Noto, célèbre depuis le Moyen Âge93. Les vins de Messine, Taormine, de la région d’Agrigente-Licata, puis de Marsala et de Palerme étaient également très prisés de l’Ordre et des Maltais94.

  • 95 AOM 453, f° 329r., 13 octobre 1601.
  • 96 AOM 452, f° 272v., 6 octobre 1599.
  • 97 AOM 440, f° 249v., 20 décembre 1581 ; AOM 442, f° 243r., 2 août 1583.
  • 98 AOM 459, f° 311r., 24 janvier 1616.
  • 99 AOM 464, f° 384r., 12 mai 1634.
  • 100 AOM 447, f° 269v., 19 octobre 1593.
  • 101 AOM 453, f° 301v., 9 mai 1601.

30Quant à Messine, l’Ordre allait s’y ravitailler en produits divers : en poissons frais ou séchés, comme en octobre 1601, lorsqu’un chevalier récupéra une cargaison de 200 cantars de poissons fraîchement péchés au large de la Calabre95. Souvent les Hospitaliers allaient récupérer à Messine leurs cargaisons d’huile, qui pouvait provenir de Calabre, comme en 1599, ou` 500 cafisi d’huile furent transportés de Calabre à Messine, afin que les navires de l’Ordre pussent venir les chercher96, ou bien du royaume de Sicile97. Par exemple, en 1616, la cargaison d’huile de l’Ordre entreposée à Messine découlait de la production du royaume98. De même, en 1634, 873 cafisi d’huile d’olive de Sicile furent récupérés par les chevaliers à Messine99. Parfois, l’huile n’était pas réexportée à Malte par Messine, et l’Ordre allait la chercher directement en Calabre, comme ce fut le cas en octobre 1593, lorsqu’un chevalier chargea son navire de 45 tonneaux d’huile calabraise dans le port de Monopoli100. De même, en 1601, 161 litres d’huile de Calabre furent exportés à Malte depuis le port de Reggio101.

31La polyvalence de Syracuse et de Messine constituait la raison même de leur très forte fréquentation par les navires maltais, qui ne cessa de croître entre le xvie et le xviie siècle. Totalisant 19,5 % des entrées de navires à la fin du xvie siècle (soit 912 entrées sur 4 683 départs à destination de la Sicile), le port de Syracuse devait attirer entre 1620 et 1630, 22,9 % des navires maltais (soit 123 entrées sur 536 départs) ; quant à celui de Messine qui représentait 12,2 % des entrées de navires maltais à la fin du xvie siècle (572 entrées sur 4 683 départs à destination de la Sicile), son taux de fréquentation s’éleva fortement jusqu’à 17,3 % dans les années 1620 (soit 93 entrées sur 536 départs). L’accroissement important du commerce entre l’archipel et Syracuse ou Messine s’expliquait d’abord par une forte demande maltaise en produits divers, mais aussi par la venue annuelle des chevaliers, qui récupéraient leurs responsions italiennes, souvent concentrées dans les deux ports siciliens. Enfin, la fréquentation accrue de Messine par les Maltais était la conséquence des multiples reventes des butins de course et des esclaves, en une époque (les années 1620-1630) ou` l’activité corsaire dominait complètement l’économie de l’archipel.

b) Les matières premières

  • 102 S. Fiorini, « Malta in 1530 », art. cit., p. 176.
  • 103 AOM 419, ff° 222v.-223r., 13 août 1544 ; AOM 437, f° 247r., 31 août 1577 ; AOM 438, ff° 259r.-259v. (...)
  • 104 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 88.
  • 105 AOM 438, ff° 259r.-259v., 26 mai 1579.
  • 106 AOM 418, f° 200v., 19 janvier 1543.

32Parmi les matières premières que les Maltais achetaient en Sicile, le bois, matériau rarissime à Malte mais nécessaire pour toutes les constructions et pour le chauffage, était extrêmement présent. Fort utilisé par les insulaires depuis la fin du Moyen Âge102, le bois sicilien pouvait être acheté dans plusieurs ports du royaume, et particulièrement dans les ports du nord, comme Palerme103qui exportait le bois des forêts situées sur son flanc occidental104. Par exemple, en 1579, une germe de l’Ordre commandée par un marchand maltais acheta à Palerme une cargaison de 200 rames et antennes de galères, qui provenaient des forêts avoisinantes105. Le port de Syracuse106, qui se chargeait du transport du matériel depuis la région boisée de No-to, était aussi bien représenté dans les importations maltaises.

  • 107 AOM 437, f° 273v., 31 août 1578.
  • 108 AOM 458, f° 337r., 20 mars 1614.
  • 109 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 93.
  • 110 AOM 438, f° 259v., 31 mai 1579.
  • 111 AOM 440, f° 264r., 19 décembre 1582.
  • 112 AOM 437, f° 266v., 18 avril 1578.

33C’était incontestablement Messine qui était le plus souvent fréquenté par les navires de l’Ordre pour des ravitaillements divers, en bois à brûler107ou en bois de construction. Par exemple, en 1614, les chevaliers achetèrent à Messine, pour le chauffage, une cargaison de 92 cantars de charbon de bois qui provenait de Calabre108. Le port jouissait en effet d’une excellente situation, à la fois au débouché de la grande forêt de la Valdemone, qui occupait la partie nord-orientale de la Sicile, et de la Calabre voisine bien pourvue en bois grâce à la forêt de la Sila109. Le bois de construction pouvait être acheté sous forme brute : en 1579, des chevaliers allèrent chercher une vingtaine de troncs qui devaient être transformés en poutres dans l’arsenal de Malte110. Mais il pouvait également être acheté déjà travaillé111, comme en 1578, lorsqu’un chevalier se rendit à Messine pour y récupérer une cargaison de plusieurs rames de galères112.

  • 113 AOM 446, f° 195v., 20 juin 1591 ; AOM 446, f° 216r., 3 avril 1592 ; AOM 453, f° 257v., 26 juillet 1 (...)
  • 114 AOM 446, f° 195v., 20 juin 1591.
  • 115 AOM 442, f° 225r., 23 février 1585 ; AOM 443, f° 261v., 23 février 1587 ; AOM 444, ff° 267v.-268r., (...)
  • 116 AOM 442, f° 225r., 23 février 1585.
  • 117 AOM 456, f° 293r., 2 janvier 1608.
  • 118 AOM 456, f° 300v., 17 juillet 1609.

34Le bois entreposé à Messine provenait parfois de Sicile113 : en 1591, la cargaison de l’Ordre de 1 000 salmes de bois franches de taxes, avait été extraite des bois environnants de Messine114. Mais en règle générale, Messine se chargeait de la redistribution du bois calabrais115 : par exemple, en 1585, les navires de l’Ordre allèrent chercher une cargaison de 4 000 poutres et planches qui avaient été extraits en Calabre et mis en réserve à Messine, en prévision de la réexportation116. En 1608, les chevaliers achetèrent à Messine 80 rames de galères et de navires divers, qui avaient été taillées dans le port, et dont le bois avait été extrait en Calabre117. L’année suivante, le port sicilien livra à l’Ordre 315 rames de galères, 1 031 poutres de bois pour les constructions, 6 antennes de maîstre, 6 mâts de trinquet et 6 antennes de trinquet extraits en Calabre118.

  • 119 AOM 460, f° 356r., 21 juin 1622.
  • 120 AOM 439, f° 254v., 16 juillet 1580.
  • 121 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 254.
  • 122 AOM 449, ff° 254r.-254v., 4 juillet 1595.
  • 123 AOM, Misc. 6421, f° 42v., 30 mars 1560.

35Après Syracuse et Messine, Palerme était le lieu le plus rarement fréquenté par les Maltais. Le port exportait parfois des cargaisons alimentaires, comme le sucre : en 1622, une cargaison de 15 cantars de sucre francs de taxe, fut récupérée par l’Ordre dans le port119. Mais Palerme jouait aussi un rôle de redistribution des produits non alimentaires : par exemple, en 1580, un chevalier était allé y chercher une cargaison de salpêtre, de poudre et de balles venue de Barcelone120. Quant au carricatore de Pozzallo, déjà très utilisé pour le trafic des grains, il était également utilisé par les Maltais pour le ravitaillement de l’archipel en chanvre filé. Le port de Pozzallo exportait en effet cette marchandise produite dans le Val de Noto voisin121, et en 1595, un chevalier vint chercher à Pozzallo une cargaison de chanvre filé122. Car l’Ordre jouissait depuis l’année 1560 de l’exemption sur ses cargaisons de chanvre du paiement des taxes de douane, qui se montaient à la même époque à3 écus le cantar. Les chevaliers bénéficiaient donc de 55 cantars par an francs de taxes et de douane, qu’ils venaient généralement chercher à Pozzallo123.

  • 124 NAM, MCC, RP 141/1 à 141/3 (1570-1599).
  • 125 NAM, MCC, RP 141/6 (1620-1634).

36La domination de la Sicile dans le commerce maltais au début de l’époque moderne apparaissait donc incontestable et quasiment immuable : entre 1570 et 1600, rassemblant 4 683 arrivées de navires sur 5 838 départs, elle représentait 80,2 % des relations marchandes de Malte avec l’extérieur124 ; vingt ans plus tard, elle était encore à un taux extrêmement élevé de 74,9 % des voyages, soit 536 départs sur 715, durant la décennie 1620-1630125. Loin de s’être amoindri à la suite de l’installation de l’Ordre, le lien qui rattachait ainsi l’archipel maltais au royaume de Sicile depuis le Moyen Âge, contribuait encore à renforcer l’union matérielle et symbolique entre Malte et la rive chrétienne.

37Pourtant, la présence des chevaliers devait en même temps favoriser un élargissement du bassin d’approvisionnement de Malte, d’abord par une ouverture à plusieurs autres ports de la rive chrétienne, dont certains, en Europe méditerranéenne, correspondaient aux lieux ordinaires de concentration et d’exportation des responsions des commanderies de l’Ordre, et d’autres, de l’Europe du Nord-Ouest, commençaient à envahir le marché-méditerranéen. L’ouverture commerciale maltaise ne devait pas se limiter au monde chrétien, mais s’épanouir également en direction de la rive sud, dans le cadre de nouvelles relations tissées avec le Levant et la Barbarie pour le rachat des esclaves.

L’ÉLARGISSEMENT DU COMMERCE MALTAIS

Les échanges avec l’Europe

a) Les ports traditionnels de ravitaillement

  • 126 AOM 437, f° 261r., 25 novembre 1577.
  • 127 AOM 455, f° 276v., 13 octobre 1605.
  • 128 AOM 440, f° 248r., 25 octobre 1581 ; AOM 449, ff° 259r.-259v., 24 juillet 1595 ; AOM 449, f° 206v., (...)
  • 129 AOM 445, f° 132v., 31 juillet 1590.
  • 130 AOM 448, f° 226v., 19 juillet 1594.
  • 131 AOM 452, f° 267r., 4 juin 1599.
  • 132 AOM 453, f° 268r., 11 septembre 1600.

38Certains ports européens pouvaient remplacer ceux de Sicile lors de pénurie alimentaire ou de contentieux entre le vice-roi et l’Ordre de Malte. Ainsi, dès 1577, l’Ordre envoyait quérir dans le sud de la France des cargaisons de légumes de Marseille, de Nice et d’Arles126, pour pallier les manques des ports siciliens. De même, en 1605, c’était à Cagliari que les navires de l’Ordre étaient allés acheter leurs légumes secs (fèves et pois chiches cultivés en Sardaigne)127. Quant au royaume de Naples, il servait de lieu d’approvisionnement à l’Ordre dès que celui de Sicile faisait défaut, mais il pouvait également être fréquenté sans que les chevaliers fussent en conflit avec le vice-roi de Sicile. De la sorte, le port de Naples était régulièrement fréquenté par les navires maltais, presque une fois par an, pour le ravitaillement en viande salée128 : en 1590, les chevaliers allèrent chercher 200 cantars de viande salée129, en 1594, 189 cantars de viande130, en 1599 ils achetèrent 180 cantars131, tandis qu’en 1600, l’Ordre acheta 200 cantars de lardons pour le Couvent132.

  • 133 AOM 455, f° 296r., 7 août 1606.
  • 134 AOM 456, f° 300v., 17 juillet 1609.
  • 135 AOM 458, f° 290v., 21 août 1612.
  • 136 AOM 462, f° 306v., 18 novembre 1627.
  • 137 AOM 460, f° 337r., 9 juin 1621.
  • 138 AOM 454, f° 320v., 13 septembre 1603.

39Naples pouvait aussi, à l’exemple de Messine et de Syracuse, concentrer et réexporter les produits de son royaume : en 1606, la cargaison d’huile de Calabre de l’Ordre avait été transportée à Naples, ou` un marchand au service des chevaliers vint la récupérer133. Le fait se reproduisit par la suite en 1609134, en 1612135, en 1627136, ou encore en 1621, lorsque 51 tonneaux d’huile d’olive, produits par les oliveraies aux environs de Gallipoli, furent expédiés à Naples par voie de terre, pour que les navires maltais pussent venir les y chercher137. Il en allait de même pour le fameux bois de Calabre, qui pouvait quelquefois être transporté par voie de terre à Naples, plutôt que dans le port plus proche de Messine : en 1603, l’Ordre envoya chercher à Naples une cargaison de bois de Calabre destinée à des constructions diverses dans l’île138.

  • 139 ASV, SS Malta 103, ff° 343v.-347v., 16 novembre 1581.
  • 140 ASV, SS Malta 103, f° 343r.
  • 141 ASV, SS Malta 103, f° 343v.
  • 142 ASV, SS Malta 103, f° 346r.

40À la fin du xvie siècle, le port de Venise apparaît très présent dans les importations maltaises en bois de construction de navires et en métaux divers, bruts ou transformés. Un rapport de l’Ordre expédié à la Secrétairerie pontificale permet de se faire une idée de la domination de Venise dans le trafic maltais des matériaux de construction navale139. Entre 1574 et 1580, sur 37 importations de bois et de métaux divers sous forme brute et transformée, Venise ravitailla l’Ordre onze fois, soit une proportion de 29,7 % des importations. L’autre port présent dans l’approvisionnement de Malte est Messine, qui revient dix fois dans la liste des importations ; mais Messine apparaît surtout comme un port de redistribution de marchandises venues d’ailleurs, et par trois fois, en 1574140, en 1575141et en 1580142, des cargaisons de clous de Gênes furent entreposées à Messine, en perspective d’une réexportation à Malte.

  • 143 ASV, SS Malta 103, f° 343v., 6 août 1575 ; ASV, SS Malta 103, f° 346r., 27 septembre 1580.
  • 144 ASV, SS Malta 103, f° 343r., 31 mai 1574 ; ASV, SS Malta 103, f° 345v., 30 mai 1580 ; ASV, SS Malta (...)
  • 145 ASV, SS Malta 103, f° 343r., 31 mai 1574 ; ASV, SS Malta 103, f° 343v., 6 août 1575 ; ASV, SS Malta (...)
  • 146 ASV, SS Malta 103, f° 343v., 6 août 1575.
  • 147 ASV, SS Malta 103, f° 345v., 30 mai 1580.
  • 148 AOM 440, f° 263v., 1er décembre 1582 (cargaison de troncs de mélèzes) ; AOM 442, f° 243v., 18 septe (...)
  • 149 ASV, SS Malta 103, f° 343r., 31 mai 1574 ; ASV, SS Malta 103, f° 345r., 11 octobre 1578 ; ASV, SS M (...)
  • 150 AOM 446, ff° 218v.-219r., 6 juin 1592.
  • 151 AOM 452, f° 266v., 29 avril 1599.
  • 152 AOM 453, f° 329r., 2 octobre 1601.
  • 153 AOM 449, f° 258v., 28 juin 1595.
  • 154 AOM 451, f° 273r., 2 novembre 1598.

41Les marchandises exportées par Venise étaient du fer brut143, en barres ou en plaques fines144, des clés et des serrures de fer145, des clous146, des anneaux147, du bois brut148ou travaillé (tables de bois)149. En 1592, une cargaison de fer et de clous de diverses tailles fut entreposée à Venise, pour l’Ordre150, cependant qu’en 1599, les chevaliers récupéraient une nouvelle cargaison de 28 000 clous et manilles151, et qu’en 1601, ils achetaient 633 000 clous vénitiens152. Puis en 1595, Venise livra à l’Ordre 64 mélèzes coupés, 800 tables en mélèze, 2 200 planches de sapin, ainsi que 13 pièces de fer travaillées et 33 barres de fer brut153. Enfin, en 1598, c’étaient 90 troncs de mélèzes de différente longueur, 2 250 tables en mélèze, 3 170 tables en bois divers et 10 000 serrures en fer, 10 791 tiges de fer qui furent exportés depuis Venise à destination de Malte154. Le rôle de Venise dans l’exportation des matériaux de construction s’effaça pourtant au début du xviie siècle, devant la nouvelle importance prise par le commerce hollandais et anglais à Malte.

b) De nouveaux partenaires commerciaux

  • 155 AOM 439, f° 242r., 13 janvier 1580.
  • 156 AOM 441, f° 252v., 10 août 1583.

42C’est dans les années 1580 qu’apparaissent pour la première fois les marchands du Nord : en 1580, Thomas Mur de Londres porta à Malte une cargaison de plomb, de fers bruts et travaillés, de charbon de pierre et de toiles pour la confection des voiles de navires155. Puis en 1583, le patron anglais John Kell transporta dans l’île de la poudre de canon, des attaches de rames, et du fer d’Angleterre et de Hollande156. Mais ce fut véritablement à partir des années 1620 que les marchés de l’Europe du Nord-Ouest évincèrent Venise dans le ravitaillement de Malte en matériaux de construction.

  • 157 AOM 459, f° 333r., 22 octobre 1616.
  • 158 AOM 460, ff° 316r.-316v., 14 octobre 1620.
  • 159 AOM 459, f° 351v.-352r., 12 janvier 1618.
  • 160 AOM 457, ff° 275r.-275v., 15 novembre 1610.
  • 161 AOM 459, ff° 351v.-352r., 12 janvier 1618.
  • 162 AOM 462, f° 291v., 23 juillet 1626.
  • 163 AOM 462, f° 322v., 2 juin 1629.
  • 164 AOM 465, f° 289r., 27 juillet 1635.

43À l’orée du xviie siècle, la fréquentation de Malte par les marchands anglais et hollandais s’accrut sensiblement : en 1616, le marchand hollandais Cornelius Pietro Poot fit halte à Malte pour décharger des marchandises flamandes pour l’Ordre, avant de reprendre sa route à destination du Levant157. Il devait revenir à Malte en 1620, pour porter du bois, du fer et du charbon, avant de se diriger vers le Levant158. Enfin, en 1618, Jan Elebrantson, d’Amsterdam, livra des bois et des fers à Malte159. Le commerce avec la Hollande fonctionnait si bien, que le premier Consul de la « nation » d’Angleterre et de Hollande, l’Anglais William Wats, fut élu par les marchands et accepté par l’Ordre en 1610160. Puis en 1617, ce fut à l’arsenal d’Amsterdam que l’Ordre commanda la construction de son nouveau galion161. Le commerce avec les puissances du nord s’amplifia encore dans les années 1620-1630. En juillet 1626, une cargaison hollandaise de 600 tables de bois, 60 mâts et antennes de galères, 150 barils de goudron, 7 660 balles de fer pour les fusils et pistolets, ainsi que 696 piques de fer et 8 barils de cuivre fut livrée à Malte, par le patron Idse Iaricson d’Amsterdam162. De même, en juin 1629, l’Ordre reçut de Hollande une importante cargaison de rames de galères, d’arbres de maistre de galères et d’arbres de maistre de grand navire, ainsi que de nombreux fers travaillés163. Enfin, en février 1635, le patron Nicolas Junghes porta à Malte une cargaison de bois divers, de charbon de pierre, de fers, de munitions et d’armes de Hollande164.

44À cette époque, les produits anglais et hollandais avaient déjà fortement pénétré le marché insulaire, évinçant peu à peu ceux de la Sérénissime, qui avait longtemps paru être un partenaire essentiel à l’Ordre parce qu’elle rassemblait chaque année les responsions des commanderies d’Italie du Nord. L’ouverture de Malte suivait ainsi l’évolution générale de la Méditerranée, ou` l’« invasion » des marchands nord-européens bouleversait les habitudes marchandes séculaires des anciens partenaires de chaque rive et hâtait le déclin des traditionnelles puissances du sud de l’Europe. Cependant, la maîtrise progressive du marché maltais du xviie siècle n’était pas uniquement le fait de la Hollande et de l’Angleterre : les marchands français, tout particulièrement provençaux et marseillais, apparus brusquement dès la fin du xvie siècle, contrôlèrent rapidement une partie importante du commerce avec Malte et avec la rive musulmane.

  • 165 Voir Partie I, chapitre I.
  • 166 AOM 437, f° 261r., 25 novembre 1577.
  • 167 AOM 440, f° 265v., 11 janvier 1583.
  • 168 AOM 445, f° 278v., 8 novembre 1589.

45Les relations entre Malte et Marseille s’étaient nouées à partir de l’installation de l’Ordre, du fait que les chevaliers allaient dans le port français chercher les revenus de leurs commanderies de la Langue de Provence, voire de la Langue d’Auvergne : les responsions, concentrées à Lyon, étaient ensuite exportées à Marseille ou` des navires maltais allaient les récupérer165. Des rapports de confiance avaient été établis entre chevaliers et marchands marseillais, et à la fin du xvie siècle, les relations marchandes entre le port français et l’île de Malte se multiplièrent au point que nous pouvons certifier qu’elles dépassaient désormais largement le simple transport des richesses de l’Ordre. Le port de Marseille pouvait ravitailler Malte en nourritures diverses ou bien en matériaux de construction : en 1577 par exemple, 35 caisses de légumes secs cultivés aux environs du port furent livrés à Malte, en même temps que 1 109 brocs de charbon de pierre et 6 sacs de rondins de bois166. En 1583, ce furent 3 mâts de galères et 4 arbres pour faire des antennes qui furent exportés de Marseille en direction de Malte167, cependant qu’en 1589, le port livrait 7 gros troncs d’arbres, 11 antennes de galères et 10 pièces de grosse toile168.

  • 169 AOM 443, f° 138r., 15 mars 1588 ; AOM 444, f° 262r., 15 décembre 1588 ; AOM 449, f° 272r., 18 juin (...)
  • 170 AOM 452, f° 267r., 15 juillet 1599 (12 ballots de fils de coton).
  • 171 AOM 443, f° 138r., 15 mars 1588.
  • 172 AOM 444, f° 262r., 15 décembre 1588.
  • 173 AOM 454, f° 279r., 31 janvier 1603.
  • 174 AOM 457, f° 289v., 7 novembre 1611.
  • 175 AOM 462, f° 291r., 16 juillet 1626.

46C’était surtout en toiles, draps, voiles de navires169et en fils de coton170que l’Ordre venait s’approvisionner à Marseille. Ces produits pouvaient ou non provenir des commanderies : en 1588, la cargaison à destination de Malte fut par exemple composée de 43 ballots de draps et de toiles diverses, qui provenaient du Prieuré de Saint-Gilles et qui avaient été entreposés dans les magasins de l’Ordre à Marseille171, mais aussi de 79 ballots de draps et de 283 pièces de tissus produits par la région marseillaise et achetés par les chevaliers pour leur service propre172. En 1603, l’Ordre réceptionna une cargaison de 4 ballots de toile grise, 7 ballots de grosse toile, qui devaient servir à la confection de vêtements pour la chiourme et 15 ballots de coton destinés à la réalisation d’habits pour les membres de l’Ordre, et à la confection de toiles pour les navires173. Puis en 1611, ce furent 30 ballots de toiles diverses, 8 ballots de toile serge et 15 gros ballots de toiles crues qui furent expédiés depuis Marseille jusqu’à La Valette174. Enfin, en 1626, 12 ballots de cotonnades de Marseille furent chargés sur le navire du marchand maltais Raffeo Giovane, à destination de Malte175.

  • 176 AOM 454, f° 263r., 20 juin 1602.
  • 177 Joseph Billioud, Raymond Collier, Histoire du commerce de Marseille, Tome III : De 1480 à 1599, Plo (...)

47Au cours du premier xviie siècle, la cité de Marseille était donc devenue un partenaire commercial privilégié pour l’Ordre et pour Malte : la création le 20 juin 1602, d’un office de consul de la « nation » française à Malte, pour Mathieu Bonin, citoyen de Marseille176, le prouvait bien. Elle apparaissait incontestablement comme le port non-sicilien le plus fréquenté par les chevaliers et les marchands maltais, cependant que l’île de Malte devenait peu à peu une escale privilégiée pour les marchands phocéens et provençaux, sur le trajet qui les conduisait au Levant (Alexandrie, Smyrne, Istanbul) pour le trafic des denrées précieuses, ou bien en Barbarie (Tunis, Tabarka, Bône) pour le commerce du corail notamment177. Cette pénétration marseillaise intense, aussi bien sur un plan marchand (par la domination des produits du sud de la France et l’arrivée de produits musulmans par l’intermédiaire des navires marseillais) que sur un plan humain (par l’établissement de nombreux marchands marseillais dans le port de Malte) devait alors contribuer à l’ouverture nouvelle de l’île à la rive musulmane levantine et barbaresque.

Le commerce avec la rive musulmane

  • 178 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 258.

48Négligeables à l’époque médiévale, les relations entre Malte et la rive barbaresque voisine consistaient en un petit trafic de course et de contrebande178, qui ne pouvait être qualifié de véritable commerce, c’est-à-dire une activité-régulière, mobilisant un certain nombre d’actifs spécialisés peu à peu dans ce domaine économique. Par la suite, au cours du xvie siècle, les tensions guerrières n’avaient pas permis l’instauration de relations pacifiques et commerciales entre l’île de Malte et les Barbaresques, emportés chacun dans la tourmente méditerranéenne. Ce devait donc être à partir de la fin du xvie siècle, par le développement de la course, qui engendrait la capture d’hommes, de femmes et d’enfants, que s’établirent, puis se structurèrent des liens marchands entre l’archipel corsaire et la rive musulmane, pour la revente et le rachat des butins et des esclaves.

a) La marchandise humaine

  • 179 M. Aymard, « De la traite aux chiourmes : la fin de l’esclavage dans la Sicile moderne », in Bullet (...)
  • 180 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la Méditerranée du second XVIe siècle », art. cit., p. 85.

49La course rapportait à Malte de nombreux captifs qui représentaient la marchandise la plus rentable. Les Registres des prises de course n’existant pas au xvie siècle, et ayant tous disparu au xviie siècle (hormis celui qui couvre la période 1659-1663), il est difficile de savoir le prix moyen de vente des esclaves à Malte, à l’arrivée des navires. L’étude de Maurice Aymard sur le royaume de Sicile entre la fin du xvie et le début du xviie siècle révèle un prix moyen de vente des esclaves, hommes et femmes confondus, de 100 écus vers 1570179, puis 130 écus dans les années 1620180, l’accroissement du prix de vente résultant du développement sans précédent de la course en Méditerranée, qui maintenait l’usage des galères, grandes consommatrices d’esclaves pour le ravitaillement des chiourmes.

  • 181 M. Fontenay, « Il mercato maltese degli schiavi al tempo dei Cavalieri di San Giovanni (1530-1798)  (...)
  • 182 Godfrey Wettinger, Slavery in the Islands of Malta and Gozo (ca. 1000-1812), Malte, 2002, p. 244.
  • 183 G. Wettinger, Slavery in the Islands of Malta and Gozo... cit., p. 244.
  • 184 M. Fontenay, « Il mercato maltese degli schiavi... », art. cit., p. 397.
  • 185 M. Fontenay, « Il mercato maltese degli schiavi... », art. cit., p. 400.

50Bien que nous n’en possédions pas la preuve formelle, faute d’archives, le prix moyen de vente des esclaves à Malte, lors du retour des galères et des navires de course, devait vraisemblablement être équivalent à celui des marchés de Palerme et de Messine dans le premier tiers du XVIIe siècle, soit 130 écus environ. Par la suite, le prix moyen s’éleva, ainsi qu’en témoigne l’unique Registro delle prese, étudié à la fois par Michel Fontenay181et Godfrey Wettinger182 : en moins de quatre ans, les navires de l’Ordre rapportèrent à Malte 769 esclaves capturés en course, qu’ils vendirent sur le marché du port pour la somme moyenne de 145 écus de 12 tari environ183. Avec un prix moyen de 150 à 160 écus, les femmes valaient en général plus cher à l’achat que les hommes qui coûtaient 130 à 140 écus environ184. La raison en était d’abord que les femmes étaient souvent vendues avec des enfants en bas âge : la présence de l’enfant faisait peut-être espérer un rachat rapide et élevé par la famille. Et pour les captives vendues individuellement, le prix de vente dépendait exclusivement de l’âge, les femmes étant désirées à la fois en tant qu’objet sexuel, et pour la force de travail domestique qu’elles pouvaient représenter185.

51La variation des prix de vente dépendait également de l’origine des esclaves et de leur statut social : les Noirs étaient les moins onéreux, avec un prix moyen de 100 écus, cependant que les juifs coûtaient le plus cher, soit 152 écus environ. Les écarts s’expliquaient évidemment par le fait que les juifs étaient souvent des marchands fortunés, disposant de réseaux familiaux et amicaux solides, qui permettaient souvent un rachat élevé. Quant aux plus nombreux, les Turchi e Mori, ils se situaient entre les deux extrêmes, et leur prix de vente moyen correspondait à peu de choses près au prix général des esclaves de deux sexes, c’est-à-dire 144 écus environ. Les éventuelles variations de prix entre les musulmans s’expliquaient par le statut social du captifs, les pauvres valant le moins cher puisqu’ils étaient démunis de possibilités et d’espoir de rachat.

  • 186 ASV, SS Malta 3, f° 120v., sans date (vraisemblablement fin XVIe-début XVIIe siècle).
  • 187 AOM 456, f° 286v., 1er novembre 1608.
  • 188 AOM 456, f° 292v., 20 mars 1609.
  • 189 AOM 457, f° 268v., 14 juin 1610.
  • 190 AOM 457, f° 268r., 14 juin 1610.
  • 191 AOM 255, f° 30r., 2 décembre 1623 ; AOM 256, f° 42v., 2 décembre 1625.
  • 192 AOM 96, f° 67v., 23 août 1582.

52La vente des esclaves à Malte était souvent pour l’Ordre et pour les corsaires la dernière étape des nombreux écoulements de prises qui avaient été effectués auparavant, en plusieurs autres ports de Méditerranée orientale et occidentale : dans les possessions vénitiennes186(particulièrement à Candie187), ou dans divers ports levantins188, comme Saint-Jean-d’Acre189, Tripoli de Syrie, ou encore Chypre190, puis, ultime escale, Messine191. La vente sur le marché de Malte se déroulait donc après plusieurs escales possibles ; elle avait lieu dans le port, à l’encan et à la chandelle, et s’étalait sur plusieurs jours, dans le but de ne pas trop vendre d’esclaves en même temps et d’éviter de faire baisser le prix de la « marchandise ». La vente à la chandelle rendait parfois difficile la détermination du dernier particulier ayant donné le prix d’achat, comme ce fut le cas en août 1582, lorsqu’une vente dégénéra en un litige entre deux chevaliers, parce que l’extinction de la chandelle n’avait pas permis de définir lequel des deux hommes avait offert le prix en dernier !192

53Mais les esclaves n’étaient pas achetés seulement pour leur force de travail : dans une île petite, en insuffisance alimentaire chronique, les nombreux esclaves ramenés lors de chaque course, ou presque, n’étaient pas destinés à demeurer longtemps sur place. Hormis ceux qui pouvaient être conservés pour un service domestique par des particuliers, membres de l’Ordre ou laïcs, la grande majorité des esclaves à Malte était revendue. Les archives des notaires d’une part, les registres des comptes du Trésor de l’Ordre de l’autre, témoignent de ces rachats extrêmement nombreux des tous les esclaves juifs, maures, turcs et noirs, qui pouvaient être individuels (l’esclave se chargeant seul de son rachat) ou bien, dans la majeure partie des cas, qui faisaient intervenir des intermédiaires spécialisés dans le rachat des esclaves.

  • 193 NAV, notaire Francesco Imbroll (registres R 316/11, R 316/12, R 316/13, R 316/17, R 316/19, R 316/2 (...)
  • 194 Les prix de rachat sont donnés en trois monnaies différentes : écus de 12 tari, écus en or de 14 ta (...)

54Le tableau ci-dessous découle d’une étude menée dans les registres de trois notaires maltais193, de 94 rachats d’esclaves entre 1590 et 1620, dont nous possédons le prix exact. Il témoigne des gros bénéfices réalisés par les propriétaires au moment du rachat de leurs esclaves : en effet, la libération des 94 esclaves coûta la somme totale de 27 104 écus de 12 tari194, soit un coût moyen de 288 écus par esclave racheté, hommes et femmes confondus. Le prix de vente étant de 130 écus environ à la même époque, le bénéfice réalisé lors du rachat d’un esclave était donc en moyenne de 150 écus, soit plus de 50 % de bénéfice en moyenne. La revente des esclaves apparaissait donc bien comme un commerce extrêmement profitable, qui dépendait encore une fois du statut social de l’esclave, de son âge et de son sexe.

Tableau 9. PRIX MOYEN DU RACHAT DES ESCLAVES À MALTE (1590-1620)

Tableau 9. PRIX MOYEN DU RACHAT DES ESCLAVES À MALTE (1590-1620)

Source : NAV, notaires F. Imbroll, G.-L. Gauci, T. Gauci.

  • 195 NAV, R 316/11, ff° 251r.-252r., 4 janvier 1590.

55Comme au moment de leur vente, c’était l’âge qui était déterminant pour le rachat des femmes. Femmes jeunes et mères d’enfants valaient plus cher au rachat, car on supposait, à juste titre du reste, qu’elles pouvaient être rachetées plus sûrement par leur époux ou leur famille. Sur les 9 femmes qui appartenaient à des particuliers et qui furent rachetées entre 1590 et 1620, deux de moins de 30 ans, valaient ainsi plus de 200 écus et plus de 300 écus. Il s’agissait de l’esclave musulmane bianca di pelle, Argentina, âgée de 28 ans, qui fut taillée pour la somme de 400 écus de 12 tari195, et de l’esclave juive

  • 196 NAV, R 316/20, ff° 676r.-676v., 30 avril 1607.
  • 197 NAV, R 316/13, ff° 484v.-485v., 2 mai 1592.

56Zora, qui fut rachetée pour la somme de 250 écus196. Quant aux femmes âgées, souvent déjà veuves, ou ne représentant plus un attrait sexuel, elles étaient rachetées à un prix parfois dérisoire, comme le fut Aïcha, native du Caire, âgée de 75 ans, dont le montant du rachat s’éleva à 48 écus de 12 tari197.

Source : NAV, notaires F. Imbroll, G.-L. Gauci, T. Gauci.
Document 5 – Prix moyen de rachat par âge des esclaves masculins (1590-1620).

  • 198 NAV, R 316/19, ff° 99v.-100r., 21 novembre 1602.
  • 199 NAV, R 316/17, ff° 809r.-809v., 25 juin 1602.

57Pour les hommes aussi, l’âge était un facteur important de l’établissement du prix de rachat : l’esclave jeune devait évidemment payer la force de travail estimable qu’il pouvait représenter. Le graphique témoigne bien de ce que 25 % des esclaves âgés de plus de 50 ans étaient rachetés au prix extrêmement faible de 50 écus maximum, tandis que les hommes de moins de 20 ans n’étaient pas revendus à moins de 200 écus. Ainsi, en 1602, l’esclave maure Hali Serim fut libéré par son patron pour un prix de rachat dérisoire de 20 écus d’or, soit 23,5 écus de 12 tari198. De même, toujours en 1602, Ahmed Bin Abdallah, âgé d’environ 70 ans, se racheta avec son petit-fils Musa, âgé de 18 ans, pour un prix global de 460 sequins, soit 614 écus : le rachat d’Ahmed se montait à 35 sequins, soit un peu plus de 46 écus, tandis que celui de Musa représentait 425 sequins (566 écus environ), soit plus de 90 % de la somme totale199. En ce qui concernait les 30-50 ans, 43,8 % d’entre eux étaient rachetés à un prix oscillant entre 130 et 200 écus ; enfin, 75,7 % des hommes jeunes, de 20 à 30 ans, avaient une valeur au rachat de 200 écus minimum (jusqu’à plus de 300 écus).

  • 200 NAV, R 316/12, f° 18r., 14 septembre 1591.
  • 201 NAV, R 286/5, ff° 365v.-368r., 3 janvier 1596.
  • 202 NAV, R 316/23, ff° 54v.-61r., 15 janvier 1611.
  • 203 AOM 96, f° 121v., 11 août 1583.

58Entre esclaves de même âge, les différences de prix dépendaient ensuite du statut social du captif et de son origine. Le rachat des raïs musulmans était généralement élevé : par exemple, sur 18 musulmans rachetés à Malte en 1591, pour le prix moyen de 160 écus (12 hommes sur 18), le seul dont le rachat se monta à 534 écus était un raïs turc, nommé Veli Ahmed Ogli200. De la même manière, en 1596, Homor Ben Selem, raïs originaire de Rashid, près d’Alexandrie, fut racheté au prix important de 334 écus201. Le prix de rachat pouvait même s’élever jusqu’à la somme exorbitante du millier d’écus pour des hommes de haut statut social : en 1611, un certain Achmet Bin Memet Bey et ses quatre fils, capturés en course par les navires de l’Ordre, furent rachetés pour la somme de 6 146 écus, soit un prix de rachat de 1 230 écus par personne !202Cette somme rappelait celle versée pour le rachat des chevaliers les plus hauts placés dans la hiérarchie de l’Ordre : en 1583, le rachat d’un Grand Commandeur et d’un Prieur de Capoue, avait en effet exigé 2 000 écus203.

  • 204 NAV, R 316/17, ff° 151r.-153r., 1er septembre 1600.
  • 205 NAV, R 316/20, ff° 676r.-677v., 30 avril 1607.

59Quant aux juifs, qui étaient souvent des marchands, leur rachat coûtait également fort cher : en 1600, 12 esclaves juifs furent rachetés pour une somme totale de 4 200 ducats de 16 tari (soit 5 600 écus de 12 tari), ce qui montait le rachat individuel moyen de ces esclaves à la somme importante de 467 écus. L’acte précise que ces captifs étaient pour certains des marchands vénitiens et pour deux d’entre eux (qui furent expédiés à Venise pour rassembler la somme du rachat), des rabbins de la synagogue du ghetto204. De même, en 1607, 6 esclaves juifs furent taillés pour la somme de 2 200 écus, ce qui révélait un prix de rachat moyen de 367 écus par personne205.

  • 206 AOM 737, f° 1r. (16 octobre 1620) à f° 67r. (18 juillet 1635).
  • 207 AOM 737, f° 17r., 19 septembre 1623.
  • 208 AOM 737, f° 28v., 23 août 1625.

60Le rachat des esclaves s’avérait ainsi un commerce extrêmement lucratif, dont le bénéfice devenait considérable lorsque l’esclave n’avait pas été acheté, mais simplement razzié : telle était évidemment la principale motivation de la course, aussi bien pour les individus, que pour l’Ordre qui était assurément à Malte le plus gros possesseur d’esclaves capturés sans frais, à la fois grâce à la course de ses chevaliers et grâce au prélèvement de la dîme au retour de chaque navire qui était parti sous son pavillon. L’étude des registres du Trésor révèle par exemple qu’entre 1620 et 1635, 142 esclaves furent rachetés auprès de l’Ordre, ce qui faisait une moyenne de 9 rachats par an environ206. La somme totale de ces rachats rapporta 42 747 écus de 12 tari pour 118 esclaves, soit un revenu moyen de 362 écus par esclave racheté. Avec 9 rachats d’esclaves par an, l’Ordre gagnait environ 3 258 écus, ce qui correspondait à la moitié du prix d’achat d’une galère entièrement armée ! En outre, certains esclaves pouvaient être échangés contre des marchandises précieuses, notamment contre de la nourriture : en septembre 1623, l’esclave Hussein Hassan de Barbarie promit pour son rachat la livraison à Malte de 2 000 mesures ordinaires d’huile de Barbarie207. De la même manière, en 1625, 23 esclaves musulmans furent rachetés en échange d’une cargaison de 2 140 salmes de froment qu’ils devaient faire parvenir à Malte208.

61Ce commerce rentable de l’homme engendrait nécessairement des rapports nouveaux avec les représentants des civilisations ennemies, juive et musulmane : tout d’abord dans la négociation même du rachat, l’esclave musulman ou juif signant contrat avec son propriétaire chrétien (l’Ordre comme les particuliers), de même qu’en terre d’Islam, les esclaves chrétiens s’accordaient avec leur patron musulman ; ensuite, dans l’organisation du rachat, qui supposait soit le départ de l’esclave censé se racheter lui-même ou racheter sa famille, soit un accord, signé devant notaire, entre l’esclave et son intermédiaire de rachat, qui pouvait aussi bien être maltais qu’étranger, catholique que protestant ou orthodoxe, chrétien que juif ou musulman. Plaque-tournante de la vente et du rachat d’esclaves nombreux, Malte attira rapidement des intermédiaires de diverses nationalités et religions, qui, par leurs voyages incessants, contribuaient désormais à relier l’île à la rive méridionale de la Méditerranée.

b) Un nouvel horizon incontournable : la rive sud

  • 209 AOM 439 à AOM 465.
  • 210 Pierre Grandchamp, La France en Tunisie, tomes II, III, IV et V (16001635), Paris-Tunis, 1920-1927.

62Le rachat des esclaves constituait assurément le commerce le plus important entre Malte et les ports de la rive musulmane : la série des Libri Bullarum fait état de 534 patentes de rachat octroyées par le Grand Maître durant la période 1580-1635209, ce qui équivalait à presque 10 patentes de rachat par an. Bien sûr, le nombre de rachat était supérieur à celui des patentes, mais ce nombre supposait la venue dans l’île chaque année, d’un minimum de dix « infidèles » juifs ou musulmans, ce qui était par exemple largement supérieur à la moyenne du trafic de marchandises entre Malte et la Barbarie : entre 1600 et 1635, les actes en chancellerie édités par Pierre Grandchamp té moignent seulement de 15 échanges purement commerciaux entre Malte et Tunis (ou la côte tunisienne)210, soit moins d’un voyage tous les deux ans, ce qui était une proportion extrêmement faible. L’essentiel des relations entre Malte et la rive musulmane concernait donc indiscutablement le rachat des esclaves.

  • 211 Précisons que 12 patentes sur 534 ne mentionnent pas de lieu particulier pour le rassemblement de l (...)
  • 212 R 316/11, ff° 224r.-226r., 18 décembre 1589 (rachat de Juda et Chaïm) ; AOM 447, f° 279v., 9 févrie (...)
  • 213 AOM 437, f° 271v., 1er juillet 1578 (rachat d’Isaac, marchand de Salonique) ; AOM 454, f° 325v., 23 (...)

63Quelques grands lieux de rassemblement des sommes ou des marchandises de rachat apparaissent dans les archives maltaises. Le Levant, avec 303 patentes de rachat sur 534, soit une proportion de 56,7 % du total, était bien plus présent que la Barbarie, qui ne rassemblait que 41 % des patentes de rachat (soit 219 patentes sur 534 entre 1580 et 1635)211. Cette prépondérance du Levant révélait un nombre plus important à Malte d’esclaves levantins, juifs comme musulmans, qui résultait évidemment des destinations même des courses maltaises, et surtout de celles de l’Ordre, centrées, on s’en souvient, sur l’Archipel et sur les lignes reliant Alexandrie à Istanbul. Les lieux de rassemblement des sommes de rachat étaient donc Istanbul et Alexandrie pour les esclaves musulmans : les deux ports représentaient en effet à eux-seuls 31 % des rachats au Levant, soit 74 rachats sur les 238 rachats organisés en Méditerranée orientale dont le lieu était précisé. Pour les esclaves juifs, les deux villes les plus citées étaient Andrinople212et surtout Salonique213.

64En ce qui concernait les places africaines, Tunis, puis Tripoli et Jerba concentraient 91,2 % des sommes de rachat rapportées à Malte, aussi bien pour les musulmans que pour les juifs. Tunis était la place la plus fréquentée par les intermédiaires, avec 29 organisations de rachat sur un total de 80 dont le lieu de rassemblement des sommes était précisé, soit une proportion de 36,2 % des rachats. La prédominance de la cité barbaresque s’expliquait à la fois par les habitudes corsaires maltaises et les nombreuses razzias le long des côtes tunisiennes, et par la fréquentation assidue des littoraux siciliens et maltais par les corsaires de Tunis et de Bizerte, qui étaient de la sorte régulièrement capturés par les navires de l’Ordre, partis en course de surveillance près des côtes chrétiennes.

  • 214 AOM 454, ff° 288r.-288v., 19 juin 1603.
  • 215 P. Grandchamp, op. cit., II, p. 29, 2 octobre 1603.

65Enfin, Malte apparaissait également comme une des places principales de rassemblement des sommes de rachat pour tous les captifs maltais ou chrétiens détenus en terre musulmane. Les intermédiaires chrétiens, maltais ou étrangers, partaient de l’île avec l’argent nécessaire au rachat des esclaves en terre d’Islam, comme ce fut le cas en 1603, pour le marchand napolitain Silviano Gauderisi, installé à Malte, qui gagna la Barbarie avec son propre navire, afin de s’occuper quelques mois durant, du rachat de plusieurs esclaves chrétiens. Dans le même temps, il transportait depuis Malte 7 esclaves musulmans rachetés, à qui il faisait payer la traversée214. Lieu de rassemblement des sommes, Malte était aussi un endroit important du remboursement des dettes chrétiennes : toujours en 1603, les Siciliens Francesco Pietro Cicerone et Antonino di Carrona, remboursèrent tous les deux leur intermédiaire de rachat, Nicola de Venise, à leur arrivée à Malte. L’intermédiaire avait avancé les sommes de 250 écus pour le premier et de 184 écus pour le second, et attendait son remboursement à Malte, ou` les captifs libérés devaient faire halte avant de rentrer chez eux215.

66Fréquentée aussi bien par les non chrétiens que par les chrétiens, Malte tendait à devenir un des points de rencontre important en Méditerranée, entre esclaves et intermédiaires de toutes nationalités et religions, et le port par excellence ou` se négociaient à la fois rachats et trafics de marchandises divers. La venue dans son île de tous ces marchands, cumulée à un contexte économique délicat ou` le royaume de Sicile avait déjà témoigné de certaines défaillances dans l’approvisionnement de l’archipel maltais, poussa l’Ordre à accepter progressivement l’établissement d’un petit commerce de marchandises avec la rive musulmane.

Le développement des échanges marchands

  • 216 AOM 455, f° 278r., 3 novembre 1605.
  • 217 AOM 456, f° 315v., 18 mars 1610.

67Ce petit commerce naquit des demandes formulées par les marchands juifs et musulmans, et fut d’abord indissociable des rachats d’esclaves. Ainsi, en 1605, le juif Iusuf Hagim de Tripoli se présenta à l’Ordre pour lui proposer de faire du commerce entre Malte, Tripoli et Alexandrie, en même temps qu’il se chargeait du rachat d’esclaves juifs à Malte et d’esclaves maltais en terre musulmane216. Pareillement, en 1610, le raïs Mahamet Ben Cassin de Tripoli, proposa à l’Ordre de s’occuper du rachat de chrétiens et de Maltais en Barbarie, puis de venir à Malte, avec les chrétiens libérés et avec de nombreuses marchandises pour racheter en priorité des esclaves musulmans de l’Ordre, puis faire du commerce avec Malte en apportant certaines denrées dont l’île, ou les chevaliers, avaient besoin217.

  • 218 AOM 459, f° 333r., 22 octobre 1616.
  • 219 AOM 461, ff° 302v.-303r., 21 mai 1624.
  • 220 AOM 465, f° 308v., 22 décembre 1635.

68Peu à peu, la pratique d’un commerce avec la rive ennemie se banalisa aux yeux de l’Ordre, au point que celui-ci octroya parfois des saufs-conduits pour des tractations commerciales sans rachats d’esclaves. En juin 1616, un raïs de Sousse reçut l’autorisation de venir à Malte vendre librement ses diverse mercantie di Barbaria218. De même, en 1624, un raïs d’Alexandrie porta à l’Ordre divers produits onéreux de Levant219. Puis en 1635, le raïs Milet Bin Abdelaziz, de Tripoli, porta des marchandises de divers ports de Barbarie à Malte220. Mais les marchands musulmans ou juifs n’étaient pas les seuls à pratiquer désormais le commerce entre Malte et la rive sud : dès les années 1620, les Maltais commençaient à s’illustrer dans les relations marchandes avec la Barbarie et le Levant.

  • 221 NAM, MCC, RP 141/6 (1620-1634).
  • 222 AOM 462, f° 300r., 10 juin 1627.
  • 223 AOM 462, f° 309v., 6 avril 1628.
  • 224 AOM 462, f° 325r., 23 juillet 1629.

69Avec 39 voyages à destination de la rive musulmane, entre 1620 et 1635, sur un total de 648 départs de navires maltais221, la part du trafic entre les marchands maltais et les ports musulmans s’élevait à seulement 6 % du commerce insulaire. On note une fréquentation légèrement plus forte de ceux du Levant (Alexandrie, Smyrne et Istanbul), qui représentaient 57 % du commerce maltais avec le monde musulman, cependant que ceux de Barbarie, avec en tête Tunis et Tripoli, ne représentaient que 41 % du commerce, avec 16 départs de Maltais. Certains trafics étaient monopolisés par quelques marchands particuliers, comme celui qui reliait Tunis à Malte, et qui fut régulièrement pratiqué par le marchand Giuseppe Barbara, en 1627222, en 1628223, et en 1629224, pour rapporter diversi prodotti barbareschi.

  • 225 P. Grandchamp, II, p. 30, 7 octobre 1603.
  • 226 P. Grandchamp, II, p. 30, 7 octobre 1603.
  • 227 P. Grandchamp, III, p. 49, 7 février 1623.
  • 228 P. Grandchamp, IV, p. 75-76, 4 juillet 1623.
  • 229 P. Grandchamp, II, p. 52, 23 janvier 1605.
  • 230 P. Grandchamp, III, p. 282, 18 février 1618.
  • 231 P. Grandchamp, IV, p. 274, 1er septembre 1628.

70Que cachait donc l’expression si imprécise de « produits divers » exportés par la rive méridionale vers Malte ? Les archives restent très évasives, se contentant de parler de diverse mercantie di Barbaria ou di Levante. C’est donc dans les actes de la Chancellerie de Tunis édités par Pierre Grandchamp, que nous pouvons nous faire une idée de ce que la Barbarie livrait à Malte. Les marchandises les plus couramment importées étaient les produits bruts comme les cuirs, les peaux de bêtes, ou la cire, comme les 6 cantars qui furent achetés à Tunis par un marchand maltais en 1603225. Le peaux et les cuirs étaient essentiellement prélevés sur des bovins : en 1603, une cargaison de 500 cuirs de bœufs parvint à Malte226, tandis qu’en 1623, un raïs de Jerba livrait à La Valette une cargaison de 280 cuirs peloux de bœufs et de vaches227. Mais on trouvait également des peaux de caprins, comme en 1623, ou` un marchand maltais acheta à Tunis 900 peaux de chèvres228, voire des peaux de chameaux, comme ce fut le cas en 1605, lorsque 230 peaux de chameaux furent vendues sur le marché de Malte229. Après les cuirs et les peaux, la laine constituait le produit le plus souvent exporté en direction de l’archipel maltais : en 1618, un marchand de Malte acheta 30 cantars de laine tunisienne230, et en 1628, plusieurs ballots d’étoffes de laine furent transportées depuis Tunis231.

  • 232 P. Grandchamp, III, p. 16, 22 septembre 1611.
  • 233 P. Grandchamp, III, p. 282, 18 février 1618.
  • 234 P. Grandchamp, III, p. 91, 18 novembre.
  • 235 P. Grandchamp, II, p. 166, 25 mai 1610.
  • 236 P. Grandchamp, V, p. 83, 6 décembre 1632.
  • 237 P. Grandchamp, IV, p. 99, 12 février 1624.
  • 238 P. Grandchamp, IV, p. 26, 22 octobre 1621.
  • 239 L. Valensi, « Les relations commerciales entre la Régence de Tunis et Malte au XVIIIe siècle », in (...)

71Les denrées alimentaires comme l’huile faisaient également l’objet d’un petit trafic : en 1611, deux navires chargés d’huile partirent pour Malte232, tandis qu’en février 1618, 25 jarres d’huile étaient transportées depuis Tunis par un marchand marseillais233. La Régence pouvait également exporter du blé, comme ce fut le cas en 1613, lorsque les marchands maltais Lorenzo Burlo, Matteo Delia et Louis Daniel achetèrent à La Goulette une cargaison de 100 cafis de blé, au prix de 346 écus, pour le ravitaillement de l’île234. On trouve aussi mention de poisson frais ou séché : par exemple, en mai 1610, 60 barils de sardines furent livrés à Malte235, tandis qu’en décembre 1632, 7 barriques de poisson furent transportées depuis Bizerte jusqu’à Malte236. Enfin, on peut noter la présence exceptionnelle d’une cargaison de sucre exportée depuis Tunis : en 1624, un marchand maltais avait acheté 19 cantars de sucre qui provenait de divers lieux de la Régence et qu’il comptait revendre à Malte237. En échange de tous ces produits, Malte n’exportait en Barbarie quasiment rien : un peu de cumin parfois, comme en octobre 1621 ou` un marchand maltais déchargea à Tunis une cargaison de cumin doux et aigre de son île238. Ce commerce ne devait guère varier au fil des xviie et xviiie siècles, mais s’enrichir légèrement en exportations de blé, d’orge, de semoule et de pois chiches239.

  • 240 NAV, R 286/10, ff° 177r.-180v., 7 juin 1601.
  • 241 AOM 469, f° 272r., 24 mai 1641.

72En ce qui concerne le commerce entre Malte et les rivages du Levant, les produits achetés étaient plus luxueux : des tissus en coton ou en lin, des tapis orientaux, des épices (poivre) et des denrées alimentaires, comme du riz ou du sucre240. Les besoins de l’Infirmerie exigeaient également un commerce avec le Levant : en mai 1641, une instruction de l’Ordre à un intermédiaire de rachat musulman, venu d’Alexandrie, réclamait, en plus de l’argent nécessaire aux rachats, l’importation de marchandises nécessaires au ravitaillement de la Sacrée Infirmerie, comme du sucre, des drogues, des herbes pour les onguents241. Cette mention vient confirmer l’existence d’un petit trafic de fruits frais ou séchés existant entre Malte et le Levant, destinéà l’alimentation des malades et des blessés de l’Infirmerie.

  • 242 AOM 737, f° 42r., 18 septembre 1628.
  • 243 AOM 737, f° 46r., 6 novembre 1629.
  • 244 AOM 737, f° 49r., 19 août 1630.
  • 245 AOM 737, f° 64r., 25 septembre 1634.
  • 246 AOM 737, f° 94v., 18 juin 1639.

73En 1628, l’Infirmier fit acheter au Levant par un marchand maltais 20 cantars de prunes de Damas, destinées al nutrimento dei malati della Sacra Infermeria242. Ces fruits frais ou séchés étaient en effet extraits de la Ghouta, zone agricole voisine de Damas, dépourvue de palmiers (car les palmiers ne peuvent vivre dans des lieux soumis à des amplitudes thermiques trop fortes), mais extrêmement riche en arbres fruitiers. L’année suivante, en 1629, ce furent 3 cantars de prunes sèches qui furent livrées à Malte, par l’intermédiaire d’un marchand sicilien, qui les avait embarquées à Beyrouth243. Puis en 1630, 4 cantars de prunes de Damas, réservées à l’alimentation des malades de l’Infirmerie, furent de nouveau importés de Méditerranée orientale244. Enfin, en 1634, 40 cantars de prunes sèches de Damas, devaient être portés à l’Infirmerie de Malte, en deux ans, soit 20 cantars par an, depuis tout port levantin245. Ces importations devaient bientôt devenir annuelles, puisqu’en 1639, l’Ordre décida désormais d’importer chaque année au moins 3 cantars de prunes et de pruneaux de Damas pour la nourriture des malades de l’Infirmerie246.

  • 247 AOM 461, f° 303r.
  • 248 AOM 468A, f° 219v., 17 septembre 1636.

74Toutefois, cette liberté nouvelle d’entrer dans la forteresse chrétienne maltaise, dont jouissait les raïs ou les marchands juifs, ne supposait pas nécessairement que les marchandises étaient portées par des navires infidèles. Souvent, l’Ordre exigeait que les produits barbaresques ou levantins fussent chargés sur des vaisseaux de commerce chrétiens : ainsi, en 1624, Soliman Bin Soliman entreposa ses marchandises sur le navire d’un patron français, qui devait, sur le chemin le ramenant d’Alexandrie à Marseille, faire escale à Malte247. De la même façon, en 1636, le marchand Michamed Bin Borham d’Alexandrie, venu à Malte pour racheter des esclaves et porter des denrées comestibles (notamment des lentilles et pois secs), dut embarquer toute sa cargaison sur un navire chrétien (« ...tutte le sudette provisioni, robbe et mercantie, che seco portara sopra qualunque vassello di christiani... »)248. Si le port de Malte commençait à s’ouvrir aux acteurs musulmans du commerce et aux produits de la rive ennemie, il maintenait tout de même la césure nécessaire au maintien d’une frontière de la chrétienté.

Le rôle des navires chrétiens

75L’Ordre alors préféra et encouragea souvent la pratique d’un commerce indirect avec la rive musulmane, par l’intermédiaire de navires chrétiens de passage. Dans les premières décennies du xviie siècle, apparaît dans les archives une nouvelle dimension de l’île en tant qu’escale maritime pour les marchands d’Europe en route vers la Barbarie ou le Levant. Marché important de la vente et du rachat des hommes, Malte offrait en effet la possibilité aux navires faisant escale dans son port, de déposer des esclaves chrétiens rachetés, ou bien de repartir avec des juifs et des musulmans à racheter. Tous ces esclaves payaient évidemment leur embarquement et leur traversée, et représentaient un apport financier intéressant pour le capitaine ou le marchand concerné.

Tableau 10. VOYAGES COMMERCIAUX DONT MALTE CONSTITUA UNE ESCALE (1616-1635)

Tableau 10. VOYAGES COMMERCIAUX DONT MALTE CONSTITUA UNE ESCALE (1616-1635)

Source : AOM 459 à AOM 465.

Source : AOM 459 à AOM 465.
Graphique 3 – Évolution de la fréquentation de l’escale maltaise par les navires chrétiens (1616-1635).

  • 249 AOM 459, f° 323r., 6 juillet 1616.
  • 250 AOM 459, f° 323r., 6 juillet 1616.
  • 251 AOM 459, f° 350r., 6 octobre 1617 ; AOM 460, f° 319v., 15 janvier 1621 ; AOM 460, f° 321v., 16 févr (...)
  • 252 AOM 459, f° 261r., 13 octobre 1618 ; AOM 459, f° 264r., 30 janvier 1619 ; AOM 459, f° 31r., 27 nove (...)
  • 253 AOM 459, f° 334r., 28 novembre 1616 ; AOM 459, f° 335v., 10 février 1617 ; AOM 460, f° 318r., 12 no (...)
  • 254 AOM 462, f° 308v., 31 décembre 1627 ; AOM 462, f° 320v., 29 janvier 1628 ; AOM 464, f° 378r., 20 no (...)
  • 255 AOM 459, f° 352v., 29 janvier 1618 ; AOM 460, f° 347r., 27 décembre 1621 ; AOM 462, f° 327r., 27 ao (...)
  • 256 AOM 464, f° 388v., 27 juillet 1634.
  • 257 AOM 460, f° 347r., 27 décembre 1621.

76Le premier marchand qui prêta intérêt à cette nouvelle source de revenus fut le Florentin Angelo Castani, qui en 1616, partit à Tripoli pour des affaires commerciales. Sur le trajet du retour, il fit une halte à Malte pour y déposer quelques Maltais dont il avait négocié le rachat, et qui payèrent leur voyage vers la première terre chrétienne. En remerciement, l’Ordre lui permit de vendre certaines de ses « marchandises barbaresques » sur le marché de Malte, et lui accorda un sauf-conduit pour un futur voyage commercial depuis Malte vers la Barbarie249. À partir de cette date, l’habitude tendit à se généraliser et les marchands étrangers jouèrent le rôle de relais économiques commodes entre les « Infidèles » et l’Ordre, dont le corso était censé garantir son rôle de protecteur de la pureté chrétienne, et qui, au nom de cette poursuite de la croisade, ne pouvait envisager de tractations pacifiques avec les représentants de la rive ennemie. En vingt ans, de 1616 (date de la première mention de Malte en tant que relais)250à 1635, 93 voyages de navires européens de commerce eurent l’île pour escale, soit une moyenne de 4 à 5 escales de navires par an. Les vaisseaux marseillais, ou bien les navires provençaux partis de Marseille, étaient assurément les plus nombreux à relâcher dans le port : avec 67 haltes sur 93, ils ne représentaient pas moins de 72,8 % des escales maltaises. Leur fréquentation du port s’accrut considérablement pendant la période : le nombre de navires français ayant fait escale à Malte fit plus que doubler en vingt ans, passant de 12 entre 1616 et 1620, à 15 entre 1625 et 1630, puis à29 entre 1630 et 1635. Une forte majorité (85 %) se dirigeait vers le Levant. C’était le port d’Alexandrie251qui était le plus fréquenté, avec 17 destinations de voyage, soit 29,8 % du trafic marseillais faisant escale à Malte, suivi de Smyrne252qui totalisait 12 arrivées de navires (soit 21 % du trafic), puis d’Istanbul253avec 8 entrées, soit 14 % du trafic. Une faible part des navires français (14,9 %) faisait également escale sur leur route vers la Barbarie, à destination des ports de Tripoli254 ou de Tunis255, de Jerba256, voire d’Alger257.

  • 258 AOM 462, f° 315v., 28 septembre 1628 ; AOM 462, f° 329r., 29 octobre 1632.
  • 259 AOM 462, f° 313r., 23 août 1628.
  • 260 AOM 462, f° 308r., 27 novembre 1627.
  • 261 AOM 464, f° 375r., 23 septembre 1633 ; AOM 465, f° 284v., 19 décembre 1634.
  • 262 AOM 459, f° 333r., 22 octobre 1624 ; AOM 460, ff° 316r.-316v., 14 octobre 1620 ; AOM 462, f° 288v., (...)

77Venaient ensuite les navires grecs, qui totalisaient 20 escales à Malte sur 93, soit une proportion de 21,5 %. Partis généralement de Zante258, ces navires faisaient un détour par Malte, afin de récupérer des esclaves rachetés, pour gagner ensuite le Levant (Rhodes, Istanbul), ou bien l’Europe (Venise259). Quant aux navires grecs partis de Grèce260ou du Levant (Archipel), ils gagnaient souvent la Barbarie, faisant une escale à Malte pour y déposer des marchandises, et racheter ou récupérer des esclaves261. Enfin, quelques navires hollandais prirent également l’habitude de faire halte dans l’île, sur le chemin les conduisant au Levant, d’ou` ils rapportaient ensuite des marchandises pour le service de l’Ordre ou de marchands maltais262.

  • 263 AOM 461, f° 314r., 2 août 1625.
  • 264 AOM 459, f° 333r., 22 octobre 1616.
  • 265 AOM 464, f° 375r., 23 septembre 1633.

78Toutes ces escales permettaient aux navires chrétiens sur leur trajet aller, d’emmener des esclaves rachetés juifs et musulmans jusqu’aux ports de Barbarie et de Levant, puis sur le trajet de retour, de rapporter à Malte des esclaves chrétiens rachetés ou bien des marchandises de la rive musulmane qui manquaient à l’Ordre et à l’archipel. Par exemple, en 1625, le navire du marchand Tommaso de Calabre, fit escale à Malte sur sa route vers la Barbarie, pour y prendre une trentaine d’esclaves musulmans déjà rachetés qui payèrent leur traversée. Pour ce faire, il reçut un sauf-conduit de l’Ordre, valable pour un voyage Malte-Barbarie-Malte, et passa contrat avec le Trésor, pour rapporter de la rive africaine diverses marchandises barbaresques qui faisaient défaut à Malte263. De même, en octobre 1616, le marchand hollandais, Cornelius Pietro Poot fit escale dans l’île pour y récupérer des esclaves musulmans dont le rachat avait déjà eu lieu, et les transporter en Méditerranée orientale, jusqu’à Zante et à Chio. Sur le chemin du retour, il devait rapporter à Malte des marchandises du Levant264. Enfin, en 1633, le marchand chiote Stefano Gara, trafiquant avec Tripoli, fit escale à Malte pour y déposer des esclaves chrétiens rachetés au Levant, embarquer des esclaves musulmans et juifs de l’Ordre libérés, et ramener ensuite de Tripoli des produits divers pour les vendre sur le marché de Malte265.

79Que ce fût directement (lorsque des Maltais partaient en terre d’Islam et lorsque des marchands juifs et musulmans portaient à Malte des marchandises) ou bien par des liens indirects (lorsque les navires chrétiens faisaient escale à Malte pour y déposer esclaves et produits musulmans), les relations marchandes entre l’archipel chrétien et la rive musulmane n’avaient cessé de se tisser et de se multiplier au fil de ce premier xviie siècle, venant s’ajouter aux relations déjà existantes entre l’île et la rive chrétienne. Centre méditerranéen de la course et du trafic des hommes, Malte était en passe de devenir une référence commerciale importante, ou` se fixaient les prix de vente et de rachat, et ou` se nouaient en permanence des liens économiques et humains entre esclaves, intermédiaires, marchands, corsaires et capitaines de vaisseaux. Un foisonnement d’échanges extraordinaire caractérisait désormais le port de la petite île, qui, jusqu’alors à l’écart des grands circuits commerciaux méditerranéens, commençait à prendre la dimension d’escale portuaire pour de nombreux navires européens.

80Au cœur de ce nouveau contexte d’ouverture, se trouvaient des représentants des deux rives, petits trafiquants comme gros négociants, corsaires ou marchands, chrétiens d’Orient et d’Occident, catholiques et protestants, musulmans et juifs, qui franchissaient régulièrement la frontière et contribuaient à faire de Malte un pont fragile entre des civilisations ennemies.

LES ACTEURS COMMERCIAUX, DES « PASSEURS DE RIVES »266

MARCHANDS ET INTERMÉ DIAIRES

Les Maltais

  • 267 AOM 434, f. 268r., 8 janvier 1574.
  • 268 P. Grandchamp, op. cit., III, p. 203, 4 novembre 1616.
  • 269 P. Granchamp, II, p. 123, 8 juin 1608.
  • 270 P. Grandchamp, IV, p. 251, 22 janvier 1628.

81Presque entièrement absents du trafic avec la rive musulmane jusqu’au xviie siècle, préférant assurer les relations commerciales avec la Sicile ou avec d’autres ports de la rive chrétienne, souvent pour le transport des marchandises et des responsions de l’Ordre, les marchands maltais devinrent des acteurs importants en terre d’Islam à partir des années 1610-1620, fréquentant de manière régulière les ports barbaresques, voire levantins, et pratiquant à la fois le rachat des esclaves et le transport des denrées nécessaires au ravitaillement du marché insulaire. Représentant 55,5 % des intermédiaires chrétiens entre 1600 et 1630 (soit 80 rachats sur 144), les marchands maltais étaient dominants dans le trafic des esclaves qui reliait Malte à la Barbarie. Parmi ces marchands, on trouvait à la fois des noms spécifiquement maltais (Barbara, Burlo, Zammit) comme des noms d’origine grecque qui trahissaient pour certains, des origines rhodiennes (Stammato Chirco267, Giorgio de Cira268) et reflétaient pour d’autres une installation au cours du xvie siècle (Francesco Cipriotto269et Pietro Cipriotto270, qui, comme leur nom en témoigne, étaient natifs de Chypre). Mais ce sont surtout les Maltais de souche qui émergent le plus souvent de nos archives et qui s’illustrent le plus régulièrement dans le commerce avec les rives chrétienne et musulmane.

  • 271 NAM, RPM 133, f° 6v., 8 septembre 1588.
  • 272 NAM, RPM 133, f° 57r., 28 août 1596.
  • 273 NAM, RPM 133, f° 75v., 4 juillet 1607.
  • 274 P. Grandchamp, I, p. 73, 4 octobre 1595.
  • 275 P. Grandchamp, III, p. 90-91, 18 novembre 1613.
  • 276 P. Grandchamp, III, p. 68, 11 février 1613.
  • 277 P. Grandchamp, III, p. 72, 15 mars 1613.
  • 278 P. Grandchamp, III, p. 91, 19 novembre 1613.

82Un exemple intéressant est celui du marchand Lorenzo Burlo, qui pratiquait un commerce régulier entre Malte et la Sicile entre la fin du xvie siècle et le début du xviie siècle : son navire avait fait quelques voyages pour ravitailler l’Ordre en grains depuis Licata, en septembre 1588271, en août 1596272et en juillet 1607273. Mais en cette époque ou` la pénurie alimentaire contraignait Malte à multiplier les demandes en grains à la Sicile, et ou` les attaques des corsaires barbaresques en Méditerranée centrale étaient fort nombreuses, la pratique commerciale entre l’archipel et le royaume s’avérait extrêmement dangereuse : Lorenzo Burlo fut capturé dans le canal de Sicile par des corsaires barbaresques. Esclave à Tunis, il fut racheté pour la somme de 300 écus d’or, au mois d’octobre 1595, par un marchand chrétien274. Cette mésaventure ne devait pas le décourager de ses activités commerciales avec la rive chrétienne, puisqu’il accomplit un nouveau voyage de ravitaillement frumentaire depuis Licata l’année suivante, en août 1596, ni l’empêcher de s’intéresser bientôt aux possibilités marchandes avec la rive barbaresque : en 1613, il acheta à La Goulette, avec un autre marchand maltais, Matteo Daleia, une cargaison de blé pour la vendre à Malte275. Dans le même temps, Burlo s’illustrait en temps qu’intermédiaire de rachat pour des captifs chrétiens : en février 1613, il rachetait à Tunis un captif sicilien, pour la somme de 232 écus276, tandis qu’en mars 1613, il négociait le rachat d’un chevalier277, et qu’en novembre 1613, il avançait la somme de 123 écus pour le rachat d’un marin maltais278.

  • 279 P. Grandchamp, III, p. 132, 22 avril 1615.
  • 280 P. Grandchamp, III, p. 253, 8 septembre 1617.
  • 281 P. Grandchamp, III, p. 247, 5 juillet 1617.
  • 282 P. Grandchamp, III, p. 270, 10 novembre 1617.
  • 283 P. Grandchamp, III, p. 372, 27 juin 1620.
  • 284 AOM 462, f° 309v., 6 avril 1628.
  • 285 P. Grandchamp, IV, p. 270, 4 juillet 1628.
  • 286 AOM 462, f° 325r., 23 juillet 1629.
  • 287 P. Grandchamp, IV, 20 août 1629.
  • 288 P. Grandchamp, V, p. 2, 2 avril 1631.

83Les années 1610-1620 devaient d’ailleurs être marquées par une intensification des relations commerciales entre Malte et la rive musulmane, et par l’entrée en scène de nouveaux acteurs. Le marchand, Giuseppe Barbara s’illustrait depuis 1615 dans des activités de commerce de marchandises et de rachat des esclaves : en avril 1615, Giuseppe s’était par exemple chargé du rachat de deux esclaves de Tunis qui appartenaient à l’Ordre, puis les avait transportés sur son navire jusqu’à la cité barbaresque279, cependant qu’en 1617, il rachetait un Maure de Tunis, esclave d’un particulier maltais280. De même, en juillet 1617, il participa, avec un autre intermédiaire maltais et un intermédiaire musulman, au rachat de dix esclaves allemands de Iusuf Dey281. Grâce au bénéfice de ses commissions d’intermédiaire, il acheta à Tunis, en association avec un autre marchand maltais, une polacre d’une contenance de 200 salmes pour pratiquer le commerce entre Malte et la côte barbaresque282. La polacre effectua d’ailleurs un voyage pour le ravitaillement de l’île en produits africains au mois de juin 1620283. Il devait poursuivre ses activités d’intermédiaire et de marchand, profitant d’un voyage commercial à Tunis en avril 1628284, pour négocier le rachat d’un esclave maltais durant le mois de juin285. Ses voyages entre Malte et la Barbarie devinrent vite annuels, cumulant transport des fonds pour des rachats à l’aller et transport d’esclaves libérés et de marchandises au retour : en juillet 1629286, il porta à un chevalier esclave à Tunis la somme de son rachat, versée par le Trésor287, puis en 1631288, il acheta à Tunis des marchandises en même temps qu’il rachetait un esclave chrétien.

Une famille marchande exemplaire : les Rispolo

  • 289 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 84.
  • 290 AOM 455, f° 257v., 10 décembre 1604.
  • 291 AOM 434, f° 246v., 26 juin 1572.
  • 292 AOM 440, f° 249v., 14 décembre 1581.
  • 293 NAV, R 12/2, ff° 916r.-916v., 27 novembre 1584 (cité par C. Cassar, Society, Culture and Identity.. (...)

84Natifs de Naples, les frères et marchands Santillo et Bernardino Rispolo s’étaient installés à Malte, dans la cité de Senglea, vraisemblablement dans les années 1560289 : par une mention concernant Vincenzo Rispolo en 1604, nous apprenons en effet que Santillo Ris-polo, habitante di Senglea, avait péri durant le Grand Siège, en 1565290. Bernardino Rispolo était donc demeuré seul à Senglea, pratiquant le commerce aussi bien avec la rive chrétienne qu’avec la rive musulmane. Deux notices témoignent de son activité : en juin 1572, il alla chercher une cargaison de suif en Sicile, pour le service de l’Ordre291, cependant qu’en décembre 1581, il partit pour Jerba faire du commerce et racheter des esclaves chrétiens292. Il mourut à Senglea au mois de novembre 1584, laissant par testament son affaire à son fils aîné Vincenzo et à ses deux autres fils, Michele et Giacomo293.

  • 294 AOM 444, f° 246r., 12 juillet 1588.
  • 295 AOM 457, f° 266v., 30 juillet 1610.
  • 296 AOM 445, f° 132v., 31 juillet 1590.

85Les trois frères poursuivirent sur le champ les activités paternelles. En juillet 1588, le plus jeune, Giacomo, était patron d’une frégate au service de l’Ordre et partait en reconnaissance pour renseigner les chevaliers sur les dangers musulmans294 ; quelques années plus tard, nous le retrouvons, en juillet 1610, transportant une cargaison de viandes salées depuis Naples, pour le ravitaillement de l’Ordre295. Le second frère, Michele, faisait également du commerce aux ordres de la Religion, et en juillet 1590, il avait lui-aussi transporté depuis Naples, une cargaison de viandes salées pour l’approvisionnement du Couvent296.

86Le plus connu et le plus actif des trois frères était sans conteste Vincenzo Rispolo, qui domina largement l’activité commerciale maltaise entre la fin du xvie siècle et le début du siècle suivant. Dans les années 1588-1611, il accomplit 13 voyages entre Malte et la

  • 297 NAM, RRM 133, f° 8v., 10 octobre 1588.
  • 298 NAM, RPM 133, f° 19v., 14 avril 1589.
  • 299 NAM, RRM 133, f° 44v., 15 juillet 1589.
  • 300 NAM, RRM 133, f° 50v., 28 septembre 1595.
  • 301 NAM, RRM 133, f° 57r., 17 août 1596.
  • 302 NAM, RRM 133, f° 94r., 19 février 1611.
  • 303 NAM, RRM 133, f° 34v., 14 décembre 1588.
  • 304 NAM, RRM 133, f° 11r., 11 mars 1589.
  • 305 NAM, RRM 133, f° 55r., 13 mai 1596.
  • 306 NAM, RRM 133, f° 64r., 8 février 1605.
  • 307 NAM, RRM 133, f° 53v., 18 janvier 1596.
  • 308 NAM, RRM 133, f° 56r., 18 juin 1596.
  • 309 NAM, RRM 133, f° 80r., 7 février 1608.
  • 310 AOM 454, f° 268v., 13 septembre 1602.
  • 311 AOM 456, f° 301v., 24 juillet 1609.
  • 312 AOM 457, ff° 287r.-287v., 15 septembre 1611.
  • 313 AOM 455, f° 257v., 20 octobre 1604.

87Sicile, soit une moyenne d’un par an environ : en octobre 1588297, avril 1589298, juillet 1589299, septembre 1595300, août 1596301et décembre 1611302, il rapporta diverses cargaisons de Syracuse ; il transporta également du froment depuis Terranova en décembre 1588303, depuis Scicli en mars 1589304, mai 1596305, et février 1605306, puis enfin depuis Pozzallo en janvier 1596307. Il effectua également deux voyages jusqu’à Messine pour y amener des esclaves capturés lors de courses de l’Ordre, en juin 1596308et en février 1608309. Parallèlement à ses activités commerciales, il exerça régulièrement des fonctions d’informateur au service des chevaliers : ainsi, en septembre 1602310et en juillet 1609311, il fut envoyé en reconnaissance en mer Ionienne, pour prendre langue à propos des mouvements de la flotte turque. Parfois, l’Ordre se contentait de louer une des frégates du marchand, pour l’envoyer en mer sous le commandement d’un chevalier qui partait en reconnaissance, comme ce fut le cas en septembre 1611312. En récompense de son service, l’Ordre lui accorda, le 20 octobre 1604, le titre de donat et l’accepta en son sein en tant que membre mineur313. Le fils aîné suivait ainsi la carrière et l’ascension sociale amorcées par son père Bernardino.

  • 314 AOM 103, ff° 129r.-129v., 8 mars 1610.
  • 315 AOM 103, ff° 129r.-129v.
  • 316 P. Grandchamp, II, p. 177, 11 novembre 1610.
  • 317 P. Grandchamp, II, p. 170-172, 26 juillet 1610.

88Une activité maritime aussi intense en Méditerranée centrale supposait l’éventualité périlleuse d’une capture par des corsaires barbaresques. Son navire fut en effet arraisonné par des navires de Tripoli314, entre juillet 1609 (date de sa dernière mention dans les archives maltaises) et juillet 1610, mois de son rachat. Par l’intermédiaire de marchands chrétiens en partance, Vincenzo Rispolo entra en contact avec l’Ordre, qui s’occupa d’autant plus rapidement de son rachat que le marchand maltais était un auxiliaire précieux pour le Couvent en même temps qu’un membre reconnu : dès le mois de mars 1610, un raïs Habraim Asfouri fut chargé par l’Ordre de se rendre à Tripoli pour porter le rachat de Rispolo, et ramener à Malte son vaisseau chargé de marchandises315. Le rachat s’élevait à la somme exorbitante de 2 000 écus d’or de 14 tari, soit 2 334 écus de 12 tari que Giacomo se chargea de rassembler sur les fonds de la famille316 : une telle somme témoignait d’une part du prix toujours élevé des marchands, et d’autre part de l’assise sociale et financière dont jouissait alors la famille Rispolo dans le port de Malte. Une fois le rachat effectué en juillet 1610, le raïs transporta à Tunis Vincenzo Rispolo, qui promit en échange, par un acte signé devant la Chancellerie, de s’occuper à Malte du rachat, puis du transport à bord d’un navire français, du raïs Hamet Mami, esclave de l’Ordre317.

  • 318 AOM 105, f° 70v., 29 juillet 1614.
  • 319 C. Cassar, Society, Culture and Identity... cit., p. 90.
  • 320 ACM, Archivia Parochialia Senglea, Liber Matrimoniorum I, p. 118, 6 août 1615.
  • 321 ACM, AP Senglea, Liber Mortuorum I, p. 12, 12 octobre 1624.

89De retour à Malte, Vincenzo Rispolo poursuivit quelques années encore ses activités, et nous retrouvons sa trace en juillet 1614, alors qu’il faisait du commerce avec Tripoli et en profitait pour informer à son retour l’Ordre de la présence de la flotte turque au large de Pantelleria318. Peu après cette date, il cessa de naviguer pour se consacrer à la vie de sa paroisse : en 1618, il était un des responsables de l’entretien et de l’embellissement de la chapelle de Nostro Salvatore, à Senglea319. Les dernières mentions le concernant se trouvent d’ailleurs dans les archives paroissiales : le 6 août 1615, il maria sa fille, Geronima, à un Français établi à Senglea320, puis le 12 octobre 1624, il mourut à Senglea321.

90La famille Rispolo, alliée et protégée de l’Ordre, était un exemple particulièrement probant de réussite sociale, au sein d’un port récemment ouvert aux activités corsaires et commerciales. Le dynamisme économique insulaire favorisait des fortunes personnelles et familiales rapides et des ascensions sociales facilitées par un Ordre toujours prêt à servir ses propres intérêts financiers par le soutien aux corsaires ou aux marchands chrétiens, qu’ils fussent Maltais ou de toute autre nationalité. Par conséquent, une immigration massive mena rapidement dans le port de nombreux marchands français, italiens, grecs qui s’illustrèrent, aux côtés des insulaires, dans le commerce des biens et des hommes.

Les acteurs étrangers

91Les acteurs commerciaux étrangers commençaient à être nombreux à Malte, au début du xviie siècle. Tous étaient soigneusement contrôlés par le personnel portuaire au service de l’Ordre, qui surveillait leurs activités, donnait les patentes aux navires de commerce et prélevait la taxe sur les marchandises en contrepartie. Ces étrangers pouvaient parfois choisir de s’établir dans le Grand Port, ou bien se contenter de travailler régulièrement avec les chevaliers ou avec des particuliers maltais, sans pour autant émigrer dans l’île.

  • 322 AOM 462, f° 304r., 14 octobre 1627.
  • 323 AOM 462, f° 311v., 23 juin 1628 (Honoré Selon) ; AOM 464, f° 387r., 18 juin 1634 (Jean Selon) ; AOM (...)

92Parmi eux, les Français, essentiellement des Marseillais et des Provençaux, étaient les plus présents : rien qu’en ce qui concernait les rachats d’esclaves, les marchands français, entre 1600 et 1630, avaient pris en charge 34 rachats sur 144, qui avaient été organisés par des intermédiaires chrétiens, soit une proportion de 23,6 % des intermédiaires du Grand Port et 53,2 % des marchands étrangers. Quelques noms reviennent régulièrement dans nos archives, comme celui d’É tienne Imbert, marchand marseillais pratiquant le commerce entre Marseille, Malte et le Levant322, ou bien comme celui des marchands Jean Selon et Honoré Selon de Six-Fours, qui faisaient régulièrement du commerce entre Marseille, Malte et Alexandrie ou les ports barbaresques, dans les années 1630323.

  • 324 NAV, R 867/1, ff° 103r.-104r., 27 janvier 1599.
  • 325 ACM, AP Cospicua, f° 11v., 7 août 1605.
  • 326 P. Grandchamp, III, p. 62, 4 janvier 1613.
  • 327 P. Grandchamp, III, p. 83, 13 août 1613.

93Un autre nom revient souvent dans nos archives, entre la fin du xvie siècle et les premières décennies du xviie siècle : celui de la famille Daniel, présente à Malte en la personne des frères Louis et Jacques Daniel, qui étaient l’un marchand et l’autre patron de navire. Par exemple, en 1599, Jacques Daniel partit de Malte à la tête de son vaisseau, à destination d’Alexandrie pour aller y chercher diverses marchandises, pour le service de trois marchands maltais324. Son frère Louis choisit même de s’établir dans le port de Malte, pour y pratiquer plus facilement ses activités commerciales et servir au besoin de relais humain et marchand pour les voyages de son frère entre Marseille et le Levant. En 1605, Louis Daniel épousait une Maltaise de Bormula et se fixait officiellement dans la cité325. Patron d’une barque de 900 quintaux, il devait pratiquer régulièrement le commerce entre Malte et les rives chrétienne et musulmane. En 1612, il faisait du commerce entre Six-Fours, Marseille, Cagliari et Malte, se chargeant du transport de cargaisons de blé français et de fromages sardes, lorsqu’il fut capturé par des navires tunisois et emmené dans la cité barbaresque comme esclave326. Au mois d’août 1613, il fut racheté par un intermédiaire musulman et put retourner librement à Malte327.

  • 328 P. Grandchamp, III, p. 91, 18 novembre 1613.
  • 329 P. Grandchamp, III, p. 91, 18 novembre 1613.
  • 330 AOM 462, f° 299v., 7 juin 1627.
  • 331 AOM 462, f° 323r., 31 mai 1629.
  • 332 P. Grandchamp, III, p. 154, 9 octobre 1615.

94À ce moment-là, il semble qu’il fréquentait les réseaux marchands insulaires les plus importants : il s’occupa par exemple du ravitaillement de l’île en blé de Barbarie, en association avec le marchand maltais Lorenzo Burlo (dont nous avons déjà évoqué les activités), au mois de novembre 1613328. Ses activités commerciales contribuaient régulièrement à relier Malte à Marseille, ou` il avait des relations marchandes, comme en novembre 1618, lorsqu’il transporta depuis la cité phocéenne diverses marchandises nécessaires au marché maltais329. Mais il pratiquait également, comme son frère, le commerce avec le Levant, et en juin 1627330, puis en mai 1629331, il ravitailla Malte en produits chargés à Alexandrie. Enfin, il s’occupait des rachats d’esclaves, et en 1615, il fit office à Tunis d’intermédiaire pour un esclave vénitien d’origine grecque332.

  • 333 AOM 465, f° 316v., 20 mai 1605.
  • 334 NAV, R 316/17, ff° 151r.-153r., 10 septembre 1600.
  • 335 P. Grandchamp, II, p. 11, 23 septembre 1602.

95Outre les Marseillais et les Provençaux, les Italiens étaient également très présents dans le trafic marchand insulaire ; représentant 13,2 % des intermédiaires chrétiens de rachat, soit 19 intermédiaires sur 144, ils étaient, après les Français, les étrangers les plus nombreux au sein du port de Malte. Ils étaient majoritairement originaires de Venise, pratiquant pour certains un petit commerce entre Venise et Malte, notamment pour le transport des responsions de l’Ordre, comme ce fut le cas pour le Gio Battista Cicala, marchand vénitien qui porta à Malte plusieurs biens des commanderies de l’Ordre en 1636333. Mais surtout, les Vénitiens représentaient 52 % des intermédiaires de rachat de la péninsule italienne à Malte, soit 10 sur 19 entre 1600 et 1630. Ils s’occupaient presque exclusivement du rachat d’esclaves juifs : en 1600, les marchands Giovanni et Domenico de Venise se chargèrent par exemple du rachat de 12 juifs de Salonique qui étaient esclaves à Malte, et les emmenèrent jusqu’à Venise, ou` ils purent s’embarquer sur un navire vénitien à destination du Levant334. De même, en 1607, 18 esclaves juifs orientaux de Malte furent rachetés par trois marchands vénitiens (deux chrétiens et un juif) pour la somme totale de 3 600 écus de 12 taris, qu’ils avaient rassemblée à Venise et au Levant335.

  • 336 NAV, R 316/20, ff° 710v.-712v., 26 juin 1607.
  • 337 P. Grandchamp, II, p. 30, 11 octobre 1602.
  • 338 P. Grandchamp, II, p. 108, 4 octobre 1607.
  • 339 P. Grandchamp, II, p. 128, 1er août 1608.
  • 340 NAM, RRM 133, f° 3r., 5 septembre 1588.
  • 341 NAM, RRM 133, f° 29r., 31 octobre 1588.
  • 342 NAM, RRM 133, f° 18v., 1er avril 1589.

96Du fait de leur proximité avec l’archipel maltais, les marchands napolitains et siciliens étaient, après les Vénitiens, les plus nombreux dans le port. Déjà, la famille maltaise Rispolo était au milieu du xvie siècle, d’origine napolitaine ; mais le Napolitain le plus important à Malte au début du xviie siècle était incontestablement le marchand Silviano Gauderisi, qui s’était établi dans le port et qui pratiquait un commerce régulier entre l’île et la rive barbaresque. En septembre336et en octobre 1602337, ainsi qu’en 1607338, il avait négocié le rachat de trois esclaves chrétiens napolitain, sicilien et génois ; de même, en 1608, il s’occupa du rachat d’un esclave tunisois de l’Ordre339. Quant aux Siciliens, ils s’illustraient essentiellement dans le commerce qui reliait leur île à l’archipel, comme le patron Angelo Pirella, de Syracuse, qui effectuait des voyages réguliers à Malte, en septembre 1588340, puis en octobre 1588341et en avril 1589342.

  • 343 AOM 454, f° 263r., 19 juin 1602.
  • 344 AOM 462, f° 311v., 3 juillet 1628.
  • 345 AOM 462, f° 294v., 15 septembre 1626.
  • 346 AOM 462, ff° 297v.-298r., 22 janvier 1627 ; AOM 462, f° 300v., 24 juillet 1627.
  • 347 AOM 464, f° 375r., 23 septembre 1633.

97Venaient ensuite les Grecs, qui représentaient 3,4 % des marchands et des intermédiaires chrétiens dans le port (soit 10 intermédiaires sur 144) ; ils venaient pour la plupart de l’Archipel et des îles. Certains étaient de Rhodes, comme Giovanni, qui fut intermédiaire de rachat pour des esclaves musulmans à Malte en juin 1602343, ou comme Stefanos, qui se rendit à Malte en 1628 avec des marchandises et emmena avec lui des esclaves juifs rachetés à Venise, sa destination finale344. D’autres venaient de Sainte-Maure, comme le marchand Apostoli Caleiris, qui, en 1626, porta à Malte des marchandises diverses et repartit avec des esclaves rachetés345. Et beaucoup étaient originaires de Chio, portant à Malte les marchandises levantines, à l’instar de Paolo Pateris, qui effectua deux voyages jusqu’à Malte en janvier et juillet 1627346, ou de Stefanos Gara, qui fit chaque fois escale à Malte, en septembre 1633347, avril

  • 348 AOM 464, f° 382v., 3 avril 1634.
  • 349 AOM 465, f° 284v., 19 décembre 1634.
  • 350 AOM 464, f° 326v., 23 mai 1633.
  • 351 AOM 465, f° 304v., 22 septembre 1635.

981634348et décembre 1634349, sur son trajet le conduisant de Chio à Tripoli de Barbarie. En même temps, Stefanos Gara faisait régulièrement office d’intermédiaire de rachat pour des esclaves chrétiens au Levant et en Barbarie, comme il le fit en mai 1633350et en septembre 1635351. Bien que plus faible que celui des Marseillais ou des Italiens, leur rôle marchand à Malte se comprenait à la fois par le maintien des relations corsaires des chevaliers au Levant, et aux environs de Rhodes, et par la permanence à Malte de la petite communauté rhodienne qui avait suivi l’Ordre dans son exil en 1522.

  • 352 AOM 457, ff° 275r.-275v., 15 novembre 1610.
  • 353 ACM, RP Cospicua, Liber I Baptizatorum, matrimoniorum et mortuorum (1585-1652) ; RP Senglea, Liber (...)

99Enfin, les derniers acteurs commerciaux chrétiens étaient les Hollandais et les Anglais. Les données demeurent trop faibles, en ce premier tiers du xviie siècle, pour avoir une idée de leur rôle et de leur importance au sein du trafic portuaire. Mais ils étaient déjà suffisamment présents pour que l’Ordre acceptât l’élection d’un premier consul de la « nation » d’Angleterre et de Hollande, William Wats, au mois de novembre 1610352. Les archives paroissiales montrent du reste qu’une centaine d’Anglais et de Hollandais, certes pas tous marchands, résidaient et avaient pris femme dans le Grand Port de Malte, dans les années 1600-1630353.

  • 354 AOM 464, f° 310v., 26 avril 1632 ; AOM 464, ff° 322v.-323r., 22 décembre 1632 ; AOM 468A, ff° 219v. (...)
  • 355 AOM 437, f° 271v., 1er juillet 1578.
  • 356 AOM 454, f° 325v., 23 décembre 1603.
  • 357 NAV, R 316/11, ff° 224r.-226r., 18 décembre 1589.
  • 358 AOM 450, f° 252r., 12 avril 1597.
  • 359 NAV, R 316/27, f° 379r.-380r., 17 mars 1620.
  • 360 AOM 464, f° 328v., 15 juillet 1633.
  • 361 P. Grandchamp, IV, p. 183, 6 octobre 1623.
  • 362 NAV, R 316/17, f° 152r., 1er septembre 1600.

100À l’ensemble de ces marchands et intermédiaires chrétiens, qui fréquentaient plus ou moins assidûment le port maltais, venaient s’ajouter tous les acteurs non-chrétiens, juifs et musulmans, qui recevaient des autorisations de l’Ordre pour entrer dans le port, afin d’y faire du commerce ou d’y racheter des esclaves. Comme pour les esclaves, les marchands juifs étaient originaires essentiellement de Méditerranée orientale, venant de Zante, comme Isaac Aldech qui travailla régulièrement avec l’Ordre durant la décennie 1630354, ou bien de Salonique (Isaac de Salonique en 1578355ou Levi Abinex en 1603356) et d’Andrinople (Juda d’Andrinople357). D’autres venaient également du Ponant, et particulièrement de la côte barbaresque, comme Simoch Bin Moïse de Tripoli358en 1597, Chaïm de Jerba359en 1620 et Chalfum Bin Barnum de Jerba en 1633360, ou encore les intermédiaires Ruben Levi, Moïse Besaul, Jospeh et Isaac Attal de Tunis361en 1623. Enfin, les derniers marchands juifs présents à Malte étaient souvent des Vénitiens, à l’instar de Giuseppe Pardo et Abraham Sicchi de Venise, en 1600362.

  • 363 NAV, R 286/11, ff° 315v.-319r., 23 avril 1603.
  • 364 AOM 442, f° 209r., 28 mars 1584 ; AOM 443, f° 138v., 7 novembre 1587 ; AOM 446, f° 213r., 23 décemb (...)
  • 365 AOM 462, f° 316r., 4 octobre 1628.
  • 366 AOM 464, ff° 320v.-321r., 14 novembre 1632.
  • 367 AOM 465, f° 294r., 23 juin 1635.
  • 368 AOM 445, f° 279r., 12 décembre 1589.
  • 369 AOM 452, f° 285r., 25 décembre 1599.
  • 370 AOM 452, f° 369v., 9 janvier 1600.
  • 371 AOM 454, f° 326v., 9 décembre 1603.

101En ce qui concerne les marchands et raïs musulmans, ils étaient pour la plupart originaires de Barbarie, particulièrement de Jerba (Selach de Jerba en 1603363), et surtout de Tunis, comme le raïs Ali de Tunis qui se chargea de nombreux rachats d’esclaves musulmans à Malte entre 1584 et 1591364. Certains venaient aussi de Tripoli, comme Ali Bin Soliman, qui fut intermédiaire à Malte en 1628365, 1632366et 1635367. Pour les musulmans du Levant, ils venaient essentiellement d’Istanbul (Ali Ogli Gosman Celebi368) et d’Alexandrie, comme le raïs Abdel Fettah Bin Regep qui vint régulièrement à Malte racheter des esclaves et porter des marchandises en 1599369, en 1600370et en 1603371.

102Ces quelques parcours de marchands maltais ou étrangers, chrétiens comme non-chrétiens, témoignaient d’un brassage humain extraordinaire et complètement nouveau au sein du port de Malte. Au fil de ces voyages nombreux, aux destinations extrêmement variées, au travers d’éventuelles installations dans les cités portuaires, comme à l’étude de certaines dynasties marchandes, nous percevons la vie palpitante d’un port en pleine expansion. Tous ces destins ne devaient évidemment pas demeurer parallèles : des contacts concrets et multiples se nouaient rapidement entre Maltais et étrangers, entre chrétiens et « infidèles », dans le cadre d’associations commerciales, ou` l’Ordre lui-même pouvait parfois jouer un rôle ambigu.

UNE MULTIPLICITÉ DES CONTACTS MARCHANDS

L’organisation du commerce à Malte

a) Les structures commerciales

  • 372 NAV, R 286/10, ff° 177r.-180v., 7 juin 1601.
  • 373 NAV, R 286/11, ff° 235v.-236r., 7 février 1603.

103La pratique commerciale la plus répandue à Malte était la commandite simple, qui pouvait associer des acteurs maltais entre eux ou des marchands insulaires avec des acteurs étrangers, et ou`la responsabilité du commanditaire n’allait généralement pas au-delà du capital fourni. C’étaient les contrats avec des Français qui étaient les plus courants dans les associations de particuliers, ce qui n’avait en soi rien d’étonnant puisque les marchands marseillais et provençaux étaient les plus présents dans le port de l’île. Dans la majeure partie des cas, ils faisaient office de commanditaires, et les Maltais jouaient le rôle de complimentaires. Ainsi, en 1601, le marchand Matthieu Dinans de Six-Fours confia au Maltais Pietro Gilberto son navire et son argent, pour que celui-ci allât chercher des marchandises à Alexandrie372. De même, en 1603, le marchand Pierre Bréa de Provence offrit les fonds nécessaires à l’achat par ses trois associés maltais, d’une cargaison de 55 tonneaux de vin à Licata373.

  • 374 NAV, R 286/11, ff° 409r.-411r., 3 juillet 1603.

104La raison de cette prédominance des marchands français dans le rôle de commanditaire venait sans doute du fait qu’ils ne résidaient pas forcément dans le port ou` ils avaient passé contrat, et qu’il était souvent plus simple aux Maltais d’effectuer eux-mêmes les voyages. Cela expliquerait qu’une des rares fois ou` un Français fut commandité par un autre marchand, en 1603, il s’agissait d’un patron nommé Matthieu Bonin, installé et marié à Vittoriosa, donc citoyen de Malte374. Mais on peut avancer également que les Marseillais disposaient peut-être plus facilement des fonds immédiats nécessaires à la constitution d’une société marchande, et possédaient déjà une meilleure maîtrise des pratiques commerciales que les insulaires, qui, au même moment, s’illustraient en priorité en tant que corsaires et marins.

  • 375 NAV, R 867/1, ff° 103r.-104r., 27 janvier 1599 ; NAV, R 867/1, ff° 148r.-148v., 25 février 1599.
  • 376 NAV, R 867/1, ff° 148r.-148v., 25 février 1599.
  • 377 NAV, R 867/1, f° 148v., 25 février 1599.
  • 378 NAV, R 867/1, f° 104r., 27 janvier 1599.

105Cela ne signifiait pas pour autant que les Maltais étaient exclus du rôle de commanditaires, bien au contraire : en janvier et février 1599, quatre des bailleurs de fonds étaient des marchands maltais (Ugolino Pachi, Julio Barbara, Giovanni Barbara et Paolo Michallef), cependant que le patron était un Français de Six-Fours, nommé Jacques Daniel, propriétaire d’un navire375. Il faut toutefois préciser que le cinquième commanditaire était un autre Français de Six-Fours, Jean Selon376. Les marchands Jean Selon, Giovanni Barbara et Paolo Michallef mirent chacun 100 écus de 12 tari, qu’ils confièrent à Jacques Daniel, pour qu’il achetât divers produits à Alexandrie, aux plus bas prix possibles. Les marchandises devaient ensuite être vendues à Messine et le bénéfice devait être partagé équitablement entre les trois marchands377. En cas de cargaisons perdues ou endommagées, le patron Jacques Daniel, dont le nolis du navire fut payé par chaque marchand (l’acte ne précise pas le prix), devait rembourser tous les associés commerciaux des sommes investies378. Ainsi, bien qu’ils pussent jouer le rôle de commanditaires, les Maltais le faisaient rarement seuls, et étaient souvent associés à des marchands français, voire encadrés par eux.

  • 379 NAV, R 286/10, ff° 177r.-180v., 7 juin 1601.

106Un dernier exemple de contrat nous donne une idée bien précise du fonctionnement du commerce à Malte au xviie siècle : il s’agit de la commandite simple qui liait encore une fois un marchand français, Mathieu Dinans de Six-Fours installé à Vittoriosa, à un capitaine maltais, Pietro Gilberto, pour un voyage à Alexandrie379. Le navire, propriété de Mathieu Dinans, était confié à Pietro Gilberto pour trois mois environ, avec une escale de 60 jours d’affilée à Alexandrie. Durant ces 60 jours, le capitaine s’engageait à acheter toutes les marchandises réclamées par le marchand français, à savoir des ballots de lin, des toiles de coton et des mousselines, des tapis orientaux, du poivre, du riz, 68 sacs de sucre et 8 sacs de savon, ainsi que plusieurs cœurs de vache et de buffle. Le transport des marchandises était facturé au prix de 24 tari le ballot de lin, 10 grains la pièce de toile, 5 tari chaque tapis, 6 tari le sac de savon et 5 tari le sac de sucre, 15 tari le cantar de poivre et 16 tari le cantar de riz ; les marchandises les plus coûteuses étaient les cœurs de vache (15 écus les 100 cœurs) et de buffle (10 écus le cantar). La somme totale du transport dépendait de la marchandise embarquée à Alexandrie, et devait être payée au capitaine dès l’arrivée du navire dans le port de Malte. En revanche, tout retard devait être facturé : si le capitaine n’avait pas acheté la totalité des marchandises en 60 jours, il était contraint de demeurer à Alexandrie 10 jours supplémentaires, moyennant le paiement de 5 écus par jour (soit 50 écus d’amende) ; et si la totalité de la cargaison n’était pas embarquée en 70 jours, le navire devait rester à quai autant de jours qu’il était nécessaire pour achever l’embarquement des marchandises, et chaque jour de retard coûterait 7 écus au capitaine.

  • 380 Ch. Carrière, Les négociants marseillais... cit., p. 890.

107Dans le cas ou` les marchandises étaient endommagées ou perdues, le capitaine devait rembourser au marchand toute la somme investie ; dans le cas ou` le navire était perdu en mer ou capturé par des corsaires, le capitaine devait payer au marchand la valeur du navire. De même, le commandité n’avait aucun droit d’acheter des marchandises pour son propre compte, et ne pouvait décider d’emmener sur le navire des esclaves rachetés (à moins d’en payer le prix de transport lui-même). Comme on peut le constater, la surveillance du commandité constituait une clause importante de l’acte notarié ; cela n’était guère étonnant et permettait de préserver les intérêts du commanditaire. La surveillance étroite des complimentaires n’était d’ailleurs pas une spécificité maltaise et se retrouvait au niveau du grand commerce et des grands ports, comme à Marseille au xviiie siècle380.

  • 381 P. Grandchamp, III, p. 153, 9 octobre 1615.
  • 382 P. Grandchamp, IV, p. 227, 2 décembre 1626.

108Les contrats qui précèdent ne témoignent cependant que de cas ou` le navire était la propriété d’un seul individu. Or, les exemples abondent ou` le navire était possession commune : en général, il y avait deux à trois parts. Par exemple, en 1615, le marchand français Louis Daniel et le Maltais Mario Prat achetèrent ensemble une polacre de 300 salmes à Tunis, pour la somme de 340 écus d’or. Chacun paya la moitié de la somme et possédait donc une part du navire, qui devait faire du commerce régulier entre la Barbarie, Malte et Marseille381. De la même façon, en décembre 1626, Louis Daniel acheta encore une fois une barque génoise avec un marchand maltais, Domenico Barbara, pour 450 pièces d’or : sous le commandement d’un patron autre que les commanditaires, la barque devait relier régulièrement Malte à Tunis382.

  • 383 NAV, R 286/5, ff° 1068v.-1071r., 1er juillet 1596.
  • 384 NAV, R 286/5, f° 1070r., 1er juillet 1596.

109Des sociétés commerciales pouvaient également être mises en place, comme ce fut le cas en 1596, lorsque deux marchands maltais, Michele Zammit et Agostino Xuereb, de Vittoriosa, s’associèrent pour une durée de deux ans au marchand syracusain Lazaro Gueglio383. Une base financière fut constituée par les trois intéressés, qui se montait à 1 500 écus de 12 tari : 350 écus de cette somme furent donnés à Michele Zammit, 400 écus à Agostino Xuereb et 400 autres à Lazaro Gueglio (ce qui laissait une marge financière de 350 écus disponibles immédiatement, en cas de problèmes). L’argent investi devait servir à l’achat de cargaisons de vin et de marchandises diverses, aussi bien à Malte qu’à Syracuse : les produits devaient être achetés par nos acteurs au plus bas prix possibles, afin d’être revendus sur un marché étranger à un prix plus élevé. Le marchand syracusain était chargé de l’achat des marchandises à Syracuse, afin d’éviter aux Maltais le paiement des droits de douane portuaire (qui se montaient au 2/3 de la valeur de la cargaison)384. Le but de cette société était de réaliser un profit maximal : au mois de mai de chaque année que dura l’association, les trois marchands avaient le devoir de montrer aux autres leurs comptes, et les bénéfices réalisés devaient être partagés en trois parts égales.

b) Les procédures de rachat

110Au même titre que le transport des marchandises, les rachats d’esclaves se déroulaient selon quelques procédures bien définies, qui dépendaient du rôle de l’intermédiaire, ou des intermédiaires. Trois procédures existaient, en fonction desquelles les intermédiaires pouvaient agir, selon leur choix ou selon le contexte, comme simples bailleurs de fonds, comme transporteurs de fonds, ou bien en tant qu’accompagnateurs d’hommes. Parfois, ils pouvaient aussi remplir toutes les fonctions à la fois.

  • 385 AOM 429, f° 264r., 15 juin 1563.
  • 386 AOM 430, f° 256r., 27 juin 1564.

111La première procédure de rachat, et la plus ancienne, requérait un « intermédiaire accompagnateur », qui n’avançait pas lui-même la somme, mais faisait office de transporteur d’hommes. Il se contentait d’escorter l’esclave dans son pays, puis de le ramener à Malte, avec sa rançon et celle généralement d’autres esclaves. Ce procédé fut très souvent employé par l’Ordre au xviesiècle, car il présentait l’avantage de faire surveiller l’esclave par un chrétien et d’éviter ainsi toute tentative de fuite ou tout irrespect du contrat. Le marchand chypriote Cristoforo di Forestieri joua quelquefois le rôle d’intermédiaire accompagnateur, en 1563, lorsqu’il escorta un esclave turc de l’Ordre au Levant, et le ramena à Malte avec la somme de son rachat et celle de deux autres esclaves musulmans385, puis en 1564, lorsqu’il escorta de nouveau deux esclaves turcs386. Le marchand grec partait à destination du Levant, dans le but d’y faire du commerce, et emmenait avec lui, sous sa responsabilité, un à cinq esclaves musulmans ou juifs chargés de rassembler la somme nécessaire à leur propre rachat et à celui de leurs compagnons demeurés à Malte. Le marchand avait pour charge de les surveiller, de les accompagner partout et les ramener ensuite à Malte, ou bien de les confier à un autre marchand de sa connaissance qui devait les escorter sains et saufs à Malte, pour qu’ils pussent payer leur rachat à l’Ordre.

  • 387 NAV, R 286/3, ff° 463r.-466r., 7 décembre 1593.
  • 388 NAV, R 316/12, ff° 17v.-20r., 14 septembre 1591.

112Cette procédure s’assouplit considérablement à la fin du xvie siècle, et progressivement, les cas ou` des esclaves étaient escortés à l’aller et au retour par un intermédiaire disparurent. Demeurèrent seulement les cas ou` l’intermédiaire accompagnait l’esclave dans son pays, puis revenait avec la somme due : ce fut le cas en 1593, lorsque les intermédiaires Battista Giustiniano, Sicilien, et Paolo, Maltais, accompagnèrent l’esclave Giafer de Chio, auquel son patron avait donné liberté d’aller dans son île natale recueillir les 222 écus de 14 tari nécessaires à son rachat. Les deux intermédiaires devaient revenir de Chio sans l’esclave, mais avec la somme due, sous peine de la payer eux-mêmes au patron387. Le rôle de l’intermédiaire accompagnateur était surtout important dans le cadre non plus d’un rachat, mais d’un échange entre esclaves. Pour ne citer qu’un exemple, en septembre 1591, l’ambassadeur français Savary de Brèves fit escale à Malte sur la route le conduisant depuis Marseille jusqu’à Istanbul : l’Ordre lui demanda alors de jouer le rôle d’intermédiaire accompagnateur et lui confia 18 esclaves turcs, qui devaient être conduits à Istanbul, puis échangés avec 18 esclaves chrétiens choisis par des Franciscains installés à Galata388.

  • 389 NAV, R 286/3, ff° 605v.-608r., 7 février 1594.

113La deuxième procédure de rachat exigeait un intermédiaire bailleur de fonds, qui versait directement la somme de rachat au patron de l’esclave, avant de se faire rembourser ultérieurement par l’esclave. Pour ce faire, l’intermédiaire et l’esclave gagnaient généralement ensemble le pays de l’esclave (voire tout pays de son choix, ou` le captif possédait des relations), afin que celui-ci réglât sa dette, moyennant intérêt. Dans le cas ou` l’esclave ne pouvait rembourser son intermédiaire, celui-ci pouvait user d’un droit de représailles, et se rembourser sur tout juif ou musulman rencontré sur sa route. Ainsi, en 1594, le marchand marseillais Jean Terminat, avait racheté à Malte deux juifs, qui étaient devenus ses débiteurs ; l’intermédiaire et les deux anciens esclaves devaient alors gagner Venise, ou` les juifs devaient immédiatement rembourser Jean Terminat. Dans le cas contraire, l’intermédiaire pouvait demander à tout juif vénitien, voire à tout juif d’une autre nationalité rencontré sur sa route, de rembourser la somme due par les esclaves389.

  • 390 NAV, R 316/23, ff° 50r.-61r., 13 janvier et 15 janvier 1611.

114Quand l’acte de rachat faisait intervenir plusieurs intermédiaires, chaque intermédiaire versait une partie de la somme de rachat, puis se faisait rembourser individuellement par l’esclave. Ce fut le cas en 1611, lorsque l’esclave d’un particulier maltais, Achmet Bin Mehmet Bey, avec ses quatre fils eux-aussi captifs, fit appel à quatre intermédiaires de rachat, venus de divers lieux : un Turc de Levant, deux marchands marseillais, André Borelli et Antoine Barrau, ainsi qu’un marchand maltais nommé Simone Armeno. Le rachat se montait à 6 146 écus de 12 tari : l’intermédiaire musulman paya 1 750 écus, les Marseillais 8 086 livres tournois (soit 3 144 écus et 6 tari) et le Maltais versa 1 251 écus. Les quatre intermédiaires devaient ensuite être remboursés pour l’argent versé, ainsi qu’un intérêt proportionnel à la somme investie390.

  • 391 P. Grandchamp, IV, p. 252, 26 janvier 1628.
  • 392 P. Grandchamp, III, p. 154, 9 octobre 1615.

115Parfois, un des intermédiaires pouvait faire office de commanditaire, chargeant son associé de transporter les fonds et de négocier les rachats. Par exemple, en 1628, Memet Tapi de Tunis et le chevalier Geronimo Bardaxi se partagèrent le rachat de cinq esclaves musulmans de l’Ordre : Memet Tapi avança la totalité de la somme de rachat que le chevalier eut pour tâche de transporter depuis Tunis jusqu’à Malte391. De même, en octobre 1615, le marchand français Louis Daniel s’associa à deux intermédiaires grecs de Malte, pour racheter un Vénitien d’origine grecque, esclave à Tunis : les intermédiaires grecs avancèrent la somme, que Louis Daniel fut chargé de transporter jusqu’en Barbarie392.

  • 393 NAV, R 286/11, ff° 305r.-307v., 19 avril 1603.
  • 394 NAV, R 540/1, non folioté, 21 octobre 1643.

116Enfin, une dernière procédure de rachat existait quand l’intermédiaire jouait un rôle de transporteur de fonds : il se contentait alors d’apporter au patron de l’esclave, l’argent du rachat, qui lui avait été confié par un proche, rencontré par hasard ou délibérément. Par exemple, en 1603, lorsque le marchand de Marseille, Matthieu Vassal, se rendit au Levant pour du commerce, il fit escale à Beyrouth pour y récupérer la somme de rachat d’un esclave musulman détenu à Malte, Machamet Ben Dorcham, qu’un proche du captif était censé lui verser. Le marchand français devait ensuite regagner Malte et payer au patron les 200 écus du rachat, pour que l’esclave fût libéré393. De la même manière, en 1643, Vincenzo Moroni, marchand de Chio, fut chargé par un esclave musulman d’un particulier maltais, de gagner Chio pour y chercher la somme du rachat préparée par sa famille, puis de revenir à Malte payer le patron394.

  • 395 P. Grandchamp, II, p. 30, 11 octobre 1602.
  • 396 P. Grandchamp, II, p. 128, 1er août 1608.

117Bien évidemment, dans la majorité des cas, les intermédiaires chrétiens et musulmans ne se cantonnaient pas à une seule procédure, et pouvaient jouer divers rôles, en fonction des opportunités de rachat. Le marchand napolitain Silviano Gauderisi, fit par exemple successivement office de bailleur de fonds en 1602, lorsqu’il racheta à Tunis l’esclave génois Antonio Bava, qui devait le rembourser dès son arrivée à Malte395, puis de transporteur de fonds en 1608, lorsqu’il convoya à Malte les 700 écus qu’il avait reçus d’Ali, janissaire de Tunis, pour servir au rachat de la femme et des deux enfants du janissaire, esclaves de l’Ordre396.

  • 397 P. Grandchamp, II, p. 128.
  • 398 P. Grandchamp, IV, p. 170, 3 juin 1625.
  • 399 P. Grandchamp, III, p. 232, 11 avril 1617.
  • 400 P. Grandchamp, IV, p. 16, 3 mai 1621.
  • 401 P. Grandchamp, III, p. 91, 19 novembre 1613.

118Tous ces intermédiaires, quels qu’ils fussent, percevaient une commission pour le rôle qu’ils avaient joué dans le rachat, qui était généralement comptabilisée dans la somme de rachat remboursée par l’esclave. Cette somme concernait en priorité l’intermédiaire principal, mais pouvait aussi être partagée avec les intermédiaires secondaires ou avec toutes les personnes qui avaient aidé l’intermédiaire à remplir son rôle. Le taux de cette commission oscillait entre 10 % et 30 % environ de la somme de rachat. En 1608 par exemple, pour avoir transporté la somme concernant la femme et les deux enfants d’Ali de Tunis, Silviano Gauderisi perçut exactement 10 % de la somme totale de rachat (soit 70 écus d’or), en paiement397. De même, en juin 1625, un certain Francesco Oriolis de Malte, préleva une commission de 10 % (soit 150 sequins de 16 tari) sur la somme totale du rachat de 6 esclaves juifs de l’Ordre, quie se montait à 1 500 sequins398. Parfois, la commission était plus faible, comme en 1617, quand Ali Debel, intermédiaire de rachat d’un chevalier de Malte esclave à Tunis, préleva seulement 100 écus d’or pour le transport et le versement de la somme de rachat, qui s’élève à 1 350 écus d’or, soit un peu moins de 8 % de la somme399. Mais souvent elle tournait autour de 25-30 % : ainsi, en 1621, le marchand Domenico Barbara racheta un Maltais esclave à Tunis pour la somme de 134 écus, sur laquelle il préleva 25 % de commission, soit 33 écus400. De même, en 1613, les intermédiaires maltais, Lorenzo Burlo et Matteo Delia prélevèrent 33 % (soit 40 écus environ) sur la somme de rachat de 123 écus de 12 tari, d’un esclave maltais à Tunis401.

  • 402 NAV, R 316/23, ff° 50r.-61r., 13 janvier et 15 janvier 1611.

119L’Ordre lui-même, propriétaire principal d’esclaves à Malte, profitait pleinement de ce commerce pour prélever des pourcentages importants lors de chaque rachat, et cumulait parfois commission et bénéfice. L’exemple le plus révélateur est celui du rachat d’un Bey et de ses quatre fils, esclaves de l’Ordre, en 1611402 : le Commun Trésor exigea d’abord une commission de 2 % (soit 106 écus) de la somme totale du rachat, qui se montait à 5333 écus de 12 tari ; ensuite, il demanda, pour le transport des cinq hommes vers la rive musulmane, le versement de 13 écus par personne (soit 65 écus en tout) ; enfin, il réclama un paiement par les cinq esclaves de tout ce qu’ils avaient pu consommer durant les années ou` ils étaient demeurés esclaves à Malte (toiles de vêtements, nourriture, boisson), soit une somme évaluée à 642 écus. De sorte que le montant du rachat s’éleva définitivement à 6 146 écus, et que l’Ordre gagna, en tant qu’intermédiaire, la somme de 813 écus, soit 13,2 % de la somme totale.

120Les intermédiaires de rachat apparaissaient comme les heureux bénéficiaires d’un commerce de l’homme devenu particulièrement rentable dans la Méditerranée du xviie siècle. Les métiers de marchand et d’intermédiaire supposaient des fonds disponibles pour l’achat d’un homme, d’un bateau et de marchandises, et réclamaient surtout la constitution d’un réseau de relations suffisamment sûr et dense pour trouver, dans tout port important des rives de Méditerranée, un associé potentiel fiable, qui pouvait être aussi bien de la même origine et de la même appartenance confessionnelle, que de nationalité et de religion complètement différentes. Ces relations nouées entre représentants des deux mondes conféraient alors souvent à tous les acteurs commerciaux la dimension périlleuse de véritables agents de liaison entre des rives ennemies.

Des marchands entre deux rives

  • 403 P. Grandchamp, II, p. 26-27, 26 août 1603.
  • 404 P. Grandchamp, III, p. 153, 9 octobre 1615.

121Marchands et intermédiaires de rachat apparaissaient comme des points de contact entre les sociétés méditerranéennes, contribuant tous à relier Malte aux rives chrétienne et musulmane, et s’illustrant régulièrement dans des alliances marchandes avec des musulmans, des juifs libres, esclaves ou anciens esclaves. De la sorte, les Maltais, comme les chrétiens étrangers installés dans le port, n’hésitaient guère à acheter à des musulmans des navires chrétiens, produits de la course barbaresque, voire à s’unir à des musulmans pour la pratique courante d’un petit commerce entre l’île et la Barbarie. En 1603 par exemple, le marchand napolitain installé à Malte, Silviano Gauderisi, acheta à Mehmet Bey de Bizerte, un petit navire de commerce, qui avait été capturé en course, pour la somme de 77 écus d’or403. De même, en 1615, une polacre de 300 salmes fut achetée en commun par un Maltais et un Marseillais à Iussuf Dey, gouverneur de la Milice de Tunis, pour la somme de 340 écus d’or404.

  • 405 P. Grandchamp, IV, p. 26, 21 octobre 1621.
  • 406 P. Grandchamp, IV, p. 99, 12 février 1624.

122Surtout, se mettaient en place couramment des associations commerciales entre Maltais et musulmans. En 1621, le marchand maltais Giuseppe Schembri, à la tête d’une compagnie de marchands pratiquant le commerce du cumin, avait passé un contrat avec un certain Morat Oggia, renégat de Tunis : celui-ci avait en effet investi dans la compagnie maltaise et devait toucher 1/5ème des bénéfices réalisés sur la vente du cumin en Barbarie405. En 1624, un marchand juif, Abraham Alfuri, s’accorda pour une affaire commerciale avec le marchand maltais Ambrosio Gardino, ainsi qu’avec un esclave musulman de Malte, Mamet Faoni : l’esclave et le marchand maltais avaient investi chacun 190 écus pour l’achat d’une cargaison de sucre à Tunis, qu’Abraham était chargé de rassembler, en prévision d’une vente de la marchandise sur le marché de Malte (les bénéfices devaient être partagés en deux). Dans le même temps, Abraham Alfouri avait confié à Ambrosio Gardino une cargaison de 24 pièces d’étoffes fines, blanches et brodées, pour les vendre à Malte406.

  • 407 P. Grandchamp, IV, p. 71, 23 août 1623.

123Ce dernier exemple témoignait de la licence certaine dont pouvaient bénéficier les esclaves musulmans à Malte, en matière de relations humaines et de relations marchandes. Peut-être, l’investissement financier de Mamet Faoni dans le commerce entre Malte et la Barbarie était pour lui un moyen de rassembler la somme de son rachat, mais il est intéressant de constater que, dans le cadre d’un commerce rentable, ni la condition servile, ni la différence religieuse, qui était en temps ordinaire un obstacle certain aux relations humaines à Malte, n’empêchait l’établissement de contrats entre insulaires et « Infidèles ». Le développement du commerce façonnait même de nouvelles habitudes, qui eussent paru inconcevables au siècle précédent : en 1621, entra à Malte un navire musulman qui, parti de Tunis, était la propriété d’un marchand tunisois et était commandé par un capitaine musulman, sur lequel se trouvaient plusieurs marins chrétiens, qui avaient librement accepté de travailler au service des « Infidèles »407.

  • 408 P. Grandchamp, IV, p. 31, 7 février 1622.
  • 409 AOM 464, f° 310v., 26 avril 1632 ; AOM 464, ff° 322v.-323r., 22 décembre 1632.
  • 410 AOM 464, f° 324v., 17 février 1633.
  • 411 AOM 464, f° 290r., 7 mai 1635.

124Nous savons encore qu’en 1622, un certain Casoa Belmenda, Maure libre qui habitait le port de Malte avec autorisation de l’Ordre, s’était associé avec un marchand maltais, Giulio Giacomo, et avec un marchand de Tunis nommé Abdelatif, pour acheter de concert une tartane d’une contenance de 1 000 cantars, afin de faire des voyages marchands réguliers entre Tunis et Malte408. La présence dans le port d’un musulman libre, acceptée par l’Ordre, rappelait celle du marchand juif Isaac Aldech en 1633. Ce marchand juif de Zante, qui avait déjà été deux fois intermédiaire au service de l’Ordre en 1632409(et donc en qui l’Ordre plaçait une entière confiance), demanda et obtint du Grand Maître un sauf-conduit valable pour une année entière, durant laquelle il devait se consacrer au rachat d’esclaves chrétiens, et particulièrement maltais, au Levant410. En échange, Isaac demanda l’autorisation de pouvoir emmener sa famille (sa femme, ses sept enfants et son neveu) à Malte et de l’y laisser un an durant, afin qu’elle pût y vivre librement, et en toute sécurité. Eu égard aux nombreux services qu’avait rendu à l’Ordre Isaac Aldech et considérant les bonnes relations qu’il avait toujours eu avec les marchands maltais, le Conseil accepta sans hésitation (« ...in consideratione del suo buon procedere nel negotiare con i nostri vassalli in diversi viaggi, che ha fatto con mercantie e che ha portato per beneficio nostro e di questa nostra Isola, il Consiglio accetta che la famiglia di detto Isaac Aldech sia libera et franca nel detto porto di Malta... »). Munie d’un sauf-conduit et d’une autorisation magistrale d’installation, la famille juive s’établit alors dans le port, jouissant d’une liberté totale de mouvement, de culte et de relations. La famille d’Aldech devait même demeurer trois années entières à Malte, puisqu’en 1635, le marchand demandait au Grand Maître une prolongation d’un an de son sauf-conduit, qu’il obtint sans peine411.

  • 412 AOM 449, f° 267r., 31 décembre 1595.
  • 413 NAV, R 286/5, ff° 365v.-368r., 3 janvier 1596.
  • 414 NAV, R 286/5, ff° 377r.-378v., 4 janvier 1596 (« ...detto Raïs Homor ha da partire da questa isola (...)

125Dans les relations qui liaient l’Ordre ou des particuliers maltais à des non-chrétiens, les anciens esclaves jouaient également un rôle important et pouvaient parfois devenir des partenaires commerciaux privilégiés. Le cas d’Homor Ben Selem, raïs de Rashid, près d’Alexandrie, est ici particulièrement révélateur : nous avons trouvé trace de ses activités à Malte à la fois dans les archives de l’Ordre, dans les archives des notaires et dans les actes édités de P. Grand-champ. C’est à la fin du mois de décembre 1595, que nous le rencontrons pour la première fois, tandis qu’il est esclave d’un certain Julio Barbara de Vittoriosa : le Grand Maître venait de lui octroyer un sauf-conduit pour gagner Istanbul, dans le but d’y racheter des captifs chrétiens, puis de rapporter de l’argent et des marchandises destinés à financer le rachat de quelques esclaves musulmans à Malte412. Peu avant son départ, le 3 janvier 1596, Homor négocia son rachat de 250 écus de 16 tari devant notaire, avec un marchand maltais qu’il devait rembourser à son retour d’Istanbul413. Puis, dès le lendemain de son rachat, le 4 janvier 1596, il signa un contrat avec cinq autres marchands, dont un Français, trois Maltais et un Grec de Zante, ainsi que le chevalier Jacques de Vincheguerre (propriétaire de la saète nolisée à Homor), pour se rendre à Zante, sur la route qui devait le conduire jusqu’à Istanbul, afin d’y faire du commerce. Les bénéfices de l’entreprise commerciale devaient être partagés entre les différents acteurs, une part plus importante étant réservée au chevalier de Malte414.

  • 415 AOM 449, f° 206r., 22 juillet 1596.

126Après ce fructueux voyage, les relations ne s’interrompirent pas le moins du monde entre l’ancien esclave et l’île ou l’Ordre de Malte : entre 1596 et 1614, il effectua neuf voyages entre le Levant, Malte et la Barbarie, soit un tous les deux ans en moyenne. Lors de chaque voyage, il prit en charge le rachat d’esclaves chrétiens (surtout maltais) au Levant et en Barbarie, et celui d’esclaves musulmans à Malte. Lorsqu’il redemanda au Grand Maître un sauf-conduit en juillet 1596, les chevaliers acceptèrent sans hésitation, insistant sur le fait qu’Homor avait été esclave à Malte, qu’il avait déjà réalisé un voyage de commerce avec patente de l’Ordre et surtout qu’il avait respecté honorablement ses engagements (« ...havendo gia fatto un altro viaggo li mesi passati in Livanti con licenza nostra, ha cumplito honoratamente et fedelmente quanto havea promesso... »)415.

  • 416 AOM 450, f° 272r., 10 janvier 1598.
  • 417 AOM 452, ff° 365v.-366r., 26 novembre 1599.
  • 418 AOM 456, f° 267r., 10 octobre 1607.
  • 419 AOM 457, f° 284r., 17 juin 1611.
  • 420 AOM 458, f° 310v., 8 octobre 1613.
  • 421 P. Grandchamp, II, p. 130, 14 août 1608.
  • 422 P. Grandchamp, III, p. 67, 26 janvier 1613.
  • 423 P. Grandchamp, III, p. 98, 21 novembre 1614.

127Par la suite, les voyages se multiplièrent : en janvier 1598, il racheta des chrétiens au Levant et des musulmans à Malte416, de même qu’en novembre 1599417, en octobre 1607418, en juin 1611 ou` il ne racheta que des Maltais au Levant et en Barbarie419, et en octobre 1613420. Ses activités n’étaient pas exclusivement liées à celles de l’Ordre, et il était également fort présent à Tunis, dans le rachat des esclaves chrétiens et maltais : en août1608, il racheta un certain Pietro Allegro de Malte421, puis en janvier 1613, il négocia le rachat et le transport à Malte du marchand Gabriello Cassar422, avant de s’occuper du rachat d’un Sicilien à Bizerte, en novembre 1614, qu’il mena à Malte423. Bien qu’il fût le plus connu des intermédiaires et bien qu’il eût conservé les liens les plus durables avec Malte, Homor Ben Selem n’était pas un cas singulier : comme cela fut le cas pour lui, les intermédiaires de rachat et de commerce n’étaient jamais choisis au hasard. Un climat de confiance se révélait nécessaire et aussi bien l’Ordre que les particuliers, se montraient toujours plus disposés à accepter un rachat ou une entreprise commerciale de la part d’un musulman qui avait été esclave dans l’île, ou qui avait déjà travaillé avec eux, et qui était donc connu, que d’un marchand inconnu.

128Aux côtés des marchands et des raïs, qui étaient souvent d’anciens esclaves, certains acteurs commerciaux étaient la manifestation la plus visible des franchissements individuels de la frontière : les renégats, extrêmement présents dans le commerce avec Malte, apparaissaient à la fois comme le symbole de la jonction entre les peuples et la vivante illustration du danger encouru de l’apostasie et de la transgression. Par un curieux paradoxe, en un temps ou` Malte existait pleinement comme terre chrétienne et ou` les autorités religieuses s’efforçaient de maintenir absolument dans l’île la césure de civilisation, l’Ordre et les particuliers ne manifestaient guère de scrupules à pactiser avec ces transgresseurs, qui étaient bien souvent des Maltais.

  • 424 AOM 443, f° 246r., 15 juin 1586.
  • 425 AOM 443, f° 246r.
  • 426 AOM 445, f° 279r., 12 décembre 1589.

129Sans entrer dans les détails, deux exemples ont paru refléter au mieux cette aisance de l’Ordre et des insulaires à passer contrat avec des renégats maltais : en 1586, Ali Ogli Gosman Celebi, renégat maltais devenu raïs à Istanbul, proposa à l’Ordre de s’occuper dans la capitale ottomane du rachat d’esclaves maltais. En échange, les chevaliers devaient lui permettre d’entrer librement dans le port de Malte avec son navire et son équipage (sans recourir à un navire chrétien), pour y racheter des esclaves musulmans424. L’Ordre accepta avec empressement, invoquant – pour justifier sa décision ? – l’importance du rachat des Maltais pour le devenir de l’île et de ses habitants (« ...noi, con deliberatione del nostro Consiglio havendo havuto matura consideratione che questo puo essere grandissimo utile a queste nostre isole et vassalli di riscattare Maltesi schiavi da Turchi... »)425. La procédure fut couronnée de succès, au point qu’en 1589, l’Ordre renouvela sans hésiter son accord à l’intermédiaire pour un nouveau contrat de rachat, jugeant grandissimo utile l’octroi du sauf-conduit426.

  • 427 P. Grandchamp, IV, p. 263, 2 mai 1628.

130Pareillement, en 1628, ce fut un autre renégat maltais, Morat Maltese, devenu raïs à Tunis, qui se chargea du rachat, pour 300 pièces de 8 réaux, de Francesco Bonifacio, bombardier maltais esclave à Tunis. Le Maltais craignait de demeurer esclave à vie et avait fait vœu, en cas de libération inespérée, de prendre pour épouse légitime, une fois rentré dans son île, une vierge pauvre et sans dot. Ayant eu connaissance de son vœu, Morat Maltese (autrefois nommé Pietro Misfud) lui proposa, en remboursement de son rachat, d’épouser sa plus jeune sœur, Angelina, du casal Lia, dans le centre de l’île, excepté si celle-ci était déjà mariée ou n’était plus vierge (« fusse qualche publico romore mormorio di dishonore »), et de prendre soin de sa mère âgée. Dans le cas ou` la jeune fille ne serait pas épousable, Francesco Bonifacio devait payer la moitié de son rachat (150 pièces de 8) à la mère veuve, Marietta, et en cas de décès de la mère, aux quatre sœurs du renégat, pour leur soutien financier427.

131Émouvante histoire que celle-ci, ou` un renégat ne récupéra aucune commission, ni aucun bénéfice financier du rachat effectué, mais en faisait uniquement bénéficier sa famille chrétienne démunie. Bien qu’ayant transgressé, Morat Maltese n’avait pas rompu les liens intimes qui le rattachaient à sa famille, et manifestait même le souci de faire épouser à sa sœur un Maltais de sa connaissance. Car s’ils adoptaient une nouvelle vie, les renégats ne reniaient pas pour autant leur passé ou leurs souvenirs, conservant parfois des liens d’attachement durables avec leur île natale. En outre, bons connaisseurs du fonctionnement politique de l’île, ils semblaient presque les meilleurs interlocuteurs de particuliers, qui avaient peut-être figuré un temps parmi leurs connaissances, ou bien de l’Ordre dont ils connaissaient le fonctionnement et les intérêts financiers et idéologiques. En effet, les chevaliers se sentaient libres de pratiquer sans risque un commerce avec leurs ennemis, à condition de conserver, en apparence du moins, leur rôle de garants du monde chrétien, et de sauveurs des âmes plongées dans les tourments de l’esclavage en terre d’Islam.

CONCLUSION

132Le commerce était donc une activité en plein essor à Malte, dès la fin du xvie siècle, et surtout à partir du xviie siècle. Impératif économique pour un archipel en déficit alimentaire chronique, il devait s’accroître encore avec le développement de l’activité corsaire, qui exigeait des réseaux d’échanges pour l’écoulement des prises et la revente des esclaves, et qui, par la mobilisation accrue de personnel maritime, engendrait un essor démographique et, par conséquent, la nécessité d’accroître encore le ravitaillement alimentaire du port. Les relations marchandes devaient ainsi se constituer et se stabiliser, au début du xviie siècle, entre l’archipel et les deux rives chrétienne et musulmane de Méditerranée.

133Au cœur de ce commerce, les marchands constituaient les maillons essentiels de liaison entre des rives ennemies, et le facteur principal de l’élargissement de l’horizon social et mental des insulaires. Habitués à ne voir dans les Infidèles que des esclaves, doublement mis à part du fait de leur condition servile et de leur religion, les Maltais avaient désormais régulièrement à leurs côtés des musulmans et des juifs libres, marchands et intermédiaires, qui évoluaient en toute indépendance dans les rues des cités portuaires, associés à des particuliers ou à l’Ordre et protégés toujours par des saufs-conduits magistraux. Cette ouverture incontestable de la frontière maltaise, que l’Ordre, s’il s’en méfiait et cherchait à contrôler, ne pouvait refuser, au nom de ses propres intérêts économiques, ne pouvait que façonner des perceptions différentes, en lesquelles l’autre, dans cette nouvelle proximité, n’apparaissait plus aussi dangereux.

134En cela, le commerce semblait bel et bien porteur de périls : par les contrats et les réseaux qu’il exigeait, il contribuait à effacer l’idée d’altérité. L’associé marchand était naturellement moins un ennemi qu’un partenaire en qui l’on avait confiance, et aucune des deux parties n’avait intérêt, ni sur un plan économique (le profit financier dépendait du bon fonctionnement de l’association), ni sur un plan relationnel (il ne fallait pas détruire ses réseaux), à rompre le contrat de confiance. Ce danger eût pu paraître bénin s’il n’était allé de pair avec le développement de la course, porteuse également de périls identitaires : la capture et surtout la réduction en esclavage engendraient en effet le risque d’un reniement de la foi chrétienne, dans l’espoir d’échapper à la condition servile. Entre une course, qui, par le maintien de l’affrontement guerrier entre les civilisations, favorisait le danger de l’apostasie, et un commerce qui tendait à estomper, au nom d’amitiés marchandes, la perception de l’autre en tant qu’ennemi, l’île de Malte ne pouvait qu’apparaître dangereusement exposée dans son identité-même de lieu-frontière. Un contrôle religieux et social s’était donc rapidement révélé-nécessaire aux autorités qu’étaient l’Ordre et l’Inquisition, afin d’ancrer fermement dans l’esprit des habitants le sentiment durable d’un contraste de civilisations.

Notes

1 « ...que en los Reynos y Señorios, Islas y otras tierras, ciudades, puertos y distritos... sea y deva ser libro el commercio como antes de la guerra lo fue... » ; ACDF, St. St. M 4-b (2), non folioté, Capitulaciones de la Paz hecha entre el Rey nuestro Señor y el Serenissimo Rey de la Gran Bretaña, 18 août 1604.

2 Charles Carrière, Les négociants marseillais au xviiie siècle, Marseille, 1973, p. 223-224.

3 Xavier Labat-Saint-Vincent, Malte et le commerce marseillais au xviiie siècle, Thèse de doctorat d’histoire, Paris IV-Sorbonne, 2000.

4 Carmel Vassallo, Corsairing to commerce. Maltese merchants in XVIII century Spain, Malte, 1997.

5 John Debono, Trade and port activity in Malta (1750-1800), Malte, 2000.

6 Jean Pignon, « Aperçu des relations entre Malte et la côte orientale de la Tunisie au début du xviie siècle », in Les Cahiers de Tunisie, n° 47-48, 12e année, 3e-4e trim., 1964, p. 59-87.

7 Lucette Valensi, « Les relations commerciales entre la Régence de Tunis et Malte au xviiie siècle », in Les Cahiers de Tunisie, n° 43, 11e année, 3e trim., 1963, p. 73.

8 Pierre Grandchamp, La France en Tunisie, Tunis, 1920-1927 (Tomes 1 à 6, 1582-1650).

9 Sadok Boubaker, La Régence de Tunis au xviie siècle : ses relations commerciales avec les ports de l’Europe méditerranéenne, Marseille et Livourne, Zaghouan, 1987 (Centre d’Études et de recherches ottomanes et morisco-andalouses), p. 175.

10 Ch. Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle... cit., p. 223.

11 S. Boubaker, La Régence de Tunis au xviie siècle... cit., p. 144.

12 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 29-91.

13 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 36.

14 Stanley Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese Countryside to 1798 », in Hospitaller Malta... cit., p. 304 (recensement de 1617).

15 Jean Carpentier, François Lebrun (dir.), Histoire de la Méditerranée, Paris, 2001 (première édition 1998), p. 247.

16 M. Aymard, « La Méditerranée chrétienne et l’essor du monde moderne (xiiie-xviiie siècles) », in Claude Nicolet, Robert Ilbert, Jean-Charles Depaule (dir.), Mégapoles Méditerranéennes, Rome-Paris, 2000 (Collection École française de Rome, 261), p. 112-113.

17 ASV, SS Malta 1A, f° 1r., 11 octobre 1432.

18 H. Bresc, Un monde méditerranéen. Économie et société en Sicile (13001450), Rome, 1986 (BEFAR, 262), p. 379.

19 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 373.

20 ACM, Misc. 33, f° 34r., 22 août 1483, publié par Julio del Amo García, Stanley Fiorini, Godfrey Wettinger, Documentary Sources of Maltese History, Part III : Documents of the Maltese Universitas, Malte, 2001, p. 51 ; A. Mifsud, « L’approvigionamento e l’Università di Malta nelle passate dominazioni », in Archivum Melitense, vol. III, anno 1918, p. 177-178.

21 A. Mifsud, « L’approvigionamento e l’Università di Malta... », art. cit., p. 178.

22 AOM, Misc. 6421, Indice dei privileggi di concessione di tratte concedute alla Santa Religione Gerosolomitana, et Università di Malta dalle Maestà e Rè di Spagna, f° 1v., 9 mars 1531.

23 AOM, Misc. 6420, ff° 40r.-40v., 7 août 1542.

24 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 374.

25 M. Aymard, « Il commercio dei grani nella Sicilia del ’500 », in Archivio per la Sicilia orientale, Anno LXXII, Fasc. I-III, 1976, p. 16.

26 AOM, Misc. 6420, ff° 40r.-40v., 7 août 1542.

27 La salme sicilienne valait 2,75 hl, soit environ 200 kg de blé.

28 Manuscrit cité par M. Fontenay, « Malte entre la France et l’Espagne des Habsbourg (xvie-xviie siècles) ».

29 AOM 255, ff° 7r.-7v., 26 avril 1623.

30 AOM 256, f° 88r., 11 mai 1630.

31 AOM 258, f° 134r., 18 mai 1648.

32 AOM 258, f° 205v., 9 février 1650, Mémoire au roi d’Espagne, concernant le ravitaillement de Malte et de la Religion.

33 AOM, Misc. 6421, ff° 44v.-45r., 17 avril 1574.

34 AOM, Misc. 6421, ff° 71r.-71v., 10 mars 1603.

35 C. Trasselli, « Una statistica maltese... », art. cit., p. 478.

36 AOM, Misc. 6421, ff° 75v.-76r., 15 janvier 1614.

37 AOM, Misc. 6421, ff° 79v.-80r., 7 août 1617.

38 H. Bresc, Un monde méditerranéen...... cit., p. 129.

39 M. Aymard, H. Bresc, « Nourritures et consommation en Sicile entre XIVe et XVIIIe siècle », in Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, Temps Modernes, Tome 87, 1975/2, p. 539.

40 C. Trasselli, « Una statistica maltese... », art. cit., p. 478.

41 M. Aymard, « Rendements et productivité agricole dans l’Italie moderne », in Annales ESC, n° 2, mars-avril 1973, p. 483 ; M. Aymard, H. Bresc, « Nourritures et consommation en Sicile... », art. cit., p. 541.

42 AOM 453, ff° 306r.-306v., 30 juin 1601.

43 AOM 256, f° 148v., 13 août 1636.

44 AOM, Misc. 6421, f° 51v., 12 juin 1584.

45 AOM 737, f° 17v., 12 février 1625.

46 AOM 737, f° 34v., 30 octobre 1626.

47 AOM 737, f° 76r., 30 septembre 1636.

48 AOM 449, f° 218r., 20 décembre 1596.

49 AOM 454, f° 269v., 4 octobre 1602 ; AOM 456, f° 274r., 22 mars 1608 ; AOM 456, f° 284r., 7 janvier 1609.

50 AOM, Misc. 6421, f° 28v., 28 juillet 1556 (« ...concessarum mille singulis annis vel in frumento integro vel in pane biscotto extrahere... »).

51 AOM 258, f° 205v., 9 février 1650.

52 AOM 452, f° 251v., 13 août 1599.

53 AOM 737, f° 20r., 26 avril 1624.

54 AOM 458, f° 300v., 31 mars 1613.

55 AOM 441, ff° 240r.-240v., 2 avril 1583 ; AOM 446, f° 227r., 6 novembre 1592 ; AOM 450, f° 262r., 25 septembre 1597 ; AOM 453, f° 250v., 26 avril 1600 ; AOM 453, f° 300v., 16 avril 1601 ; AOM 453, f° 329v., 13 octobre 1601 ; AOM 454, f° 269r., 25 septembre 1602 ; AOM 455, f° 278r., 17 novembre 1605 ; AOM 457, ff° 268r.-268v., 14 juin 1610.

56 AOM 438, ff° 267r.-267v., 15 novembre 1579 ; AOM 446, f° 227r., 6 novembre 1592 ; AOM 448, f° 223v., 15 août 1593.

57 AOM 445, ff° 233v.-234r., 29 septembre 1590 ; AOM 453, ff° 250v.-251r., 27 avril 1600.

58 AOM 454, f° 321r., 3 octobre 1603 ;

59 AOM 455, f° 261v., 27 janvier 1605.

60 AOM 447, f° 265v., 3 avril 1593.

61 NAM Banca Giuratale, Magna Curia Cancellaria (MCC), Registri Patentarum (RP) 141/1 à 141/3 (années 1570-1599).

62 NAM, MCC, RP 141/6 (1620-1634).

63 M. Aymard, « Il commercio dei grani nella Sicilia del ’500 », art. cit., p. 16.

64 AOM 446, ff° 191v.-192r., 20 avril 1591.

65 AOM 446, ff° 208r.-208v., 23 août 1591 (« ...l’impossibilità di poterne aggiutare e provedere d’altro luoco che di quello Regno, per la penuria et carestia di tutta l’Italia... »).

66 AOM 446, f° 227r., 6 novembre 1592.

67 AOM 454, ff° 280r.-280v., 3 février 1603.

68 AOM 454, f° 280v.

69 AOM 256, ff° 152r.-153r., 24 novembre 1636.

70 AOM 256, f° 152v.

71 Voir chapitre VI.

72 AOM 437, ff° 264r.-264v., 2 décembre 1577.

73 AOM 256, ff° 152r.-153r., 24 novembre 1636.

74 AOM 257, f° 113v., 3 juin 1642.

75 AOM 448, f° 236v., 31 décembre 1594.

76 AOM 451, f° 277v., 25 mars 1599.

77 AOM 256, f° 62v., 14 mars 1627.

78 M. Aymard, Venise, Raguse et le commerce du blé pendant la seconde moitié du xvie siècle, Paris, 1966, p. 40-41.

79 AOM 455, f° 299v., 14 septembre 1606.

80 AOM 462, f° 287v., 18 mai 1626.

81 AOM 472, f° 259r., 5 février 1647 ; AOM 472, ff° 263v.-264r., 30 mai 1648 ; AOM 472, f° 274v., 17 avril 1649.

82 ASV, SS Malta 1A, f° 1r., 11 octobre 1432.

83 AOM, Misc. 6421, ff° 10v.-13r., 12 septembre 1533.

84 AOM, Misc. 6421, f° 11r. (« ...decrevimus extrahenda carnis vivæ vulgo dictorum castrati capita tria millia suum, porchi capita centum quinquaginta, inter juvencos, boves et vaccas mortelli vulgo dictas de guasto centum, carnis salsæ cantara tercentum, caseorum cantara quingentas, biscottorum cantara quingentas, sepi cantara quinquaginta, arcas candelarum sepi sex, olei cantara vigintiquinquie, vini cupas tercentum quinquaginta, aceti cupas decem et omnia alia victualia, et comestibilia prout est zuccarum, mel, cera et sic de aliis comestilibus... »).

85 AOM 436, f° 258r., 11 mai 1576.

86 AOM, Misc. 6421, f° 27r., 28 juillet 1557.

87 AOM 258, f° 207r., 9 février 1650, Mémoire au roi d’Espagne sur le ravitaillement alimentaire de Malte.

88 AOM, Misc. 6421, ff° 46v.-47r., 27 août 1584.

89 AOM 436, ff° 279r.-279v., 13 février 1576.

90 AOM 436, f° 278v., 13 février 1576.

91 AOM 443, f° 259r., 17 novembre 1586.

92 AOM 438, ff° 267r.-267v., 15 novembre 1579 ; AOM 447, f° 252r., 23 avril 1593 ; AOM 448, f° 223v., 15 août 1594 ; AOM 256, f° 55r., 27 avril 1626.

93 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 187.

94 AOM, Misc. 6420, ff° 42r.-44r. Il s’agit d’une énumération des grands vins importés par l’Ordre et les marchands maltais ou étrangers habitant Malte.

95 AOM 453, f° 329r., 13 octobre 1601.

96 AOM 452, f° 272v., 6 octobre 1599.

97 AOM 440, f° 249v., 20 décembre 1581 ; AOM 442, f° 243r., 2 août 1583.

98 AOM 459, f° 311r., 24 janvier 1616.

99 AOM 464, f° 384r., 12 mai 1634.

100 AOM 447, f° 269v., 19 octobre 1593.

101 AOM 453, f° 301v., 9 mai 1601.

102 S. Fiorini, « Malta in 1530 », art. cit., p. 176.

103 AOM 419, ff° 222v.-223r., 13 août 1544 ; AOM 437, f° 247r., 31 août 1577 ; AOM 438, ff° 259r.-259v., 26 mai 1579.

104 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 88.

105 AOM 438, ff° 259r.-259v., 26 mai 1579.

106 AOM 418, f° 200v., 19 janvier 1543.

107 AOM 437, f° 273v., 31 août 1578.

108 AOM 458, f° 337r., 20 mars 1614.

109 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 93.

110 AOM 438, f° 259v., 31 mai 1579.

111 AOM 440, f° 264r., 19 décembre 1582.

112 AOM 437, f° 266v., 18 avril 1578.

113 AOM 446, f° 195v., 20 juin 1591 ; AOM 446, f° 216r., 3 avril 1592 ; AOM 453, f° 257v., 26 juillet 1600 ; AOM 453, ff° 257v.-258r., 10 août 1600 ; AOM 458, f° 312v., 18 janvier 1614 ; AOM 458, f° 319v., 28 juillet 1614.

114 AOM 446, f° 195v., 20 juin 1591.

115 AOM 442, f° 225r., 23 février 1585 ; AOM 443, f° 261v., 23 février 1587 ; AOM 444, ff° 267v.-268r., 27 juin 1589 ; AOM 446, f° 195v., 20 juin 1591 ; AOM 446, f° 220v., 31 juillet 1592 ; AOM 451, ff° 257v.-259v., 12 octobre 1598 ; AOM 455, f° 265r., 18 avril 1605 ; AOM 457, f° 274r., 14 décembre 1610 ; AOM 459, f° 310r., 23 novembre 1615 ; AOM 464, f° 311r., 28 avril 1632.

116 AOM 442, f° 225r., 23 février 1585.

117 AOM 456, f° 293r., 2 janvier 1608.

118 AOM 456, f° 300v., 17 juillet 1609.

119 AOM 460, f° 356r., 21 juin 1622.

120 AOM 439, f° 254v., 16 juillet 1580.

121 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 254.

122 AOM 449, ff° 254r.-254v., 4 juillet 1595.

123 AOM, Misc. 6421, f° 42v., 30 mars 1560.

124 NAM, MCC, RP 141/1 à 141/3 (1570-1599).

125 NAM, MCC, RP 141/6 (1620-1634).

126 AOM 437, f° 261r., 25 novembre 1577.

127 AOM 455, f° 276v., 13 octobre 1605.

128 AOM 440, f° 248r., 25 octobre 1581 ; AOM 449, ff° 259r.-259v., 24 juillet 1595 ; AOM 449, f° 206v., 17 août 1596 ; AOM 450, f° 262v., 6 octobre 1597 ; AOM 455, f° 268v., 16 juin 1605 ; AOM 458, f° 317r., 31 mai 1614 ; AOM 460, f° 313r., 20 juillet 1620.

129 AOM 445, f° 132v., 31 juillet 1590.

130 AOM 448, f° 226v., 19 juillet 1594.

131 AOM 452, f° 267r., 4 juin 1599.

132 AOM 453, f° 268r., 11 septembre 1600.

133 AOM 455, f° 296r., 7 août 1606.

134 AOM 456, f° 300v., 17 juillet 1609.

135 AOM 458, f° 290v., 21 août 1612.

136 AOM 462, f° 306v., 18 novembre 1627.

137 AOM 460, f° 337r., 9 juin 1621.

138 AOM 454, f° 320v., 13 septembre 1603.

139 ASV, SS Malta 103, ff° 343v.-347v., 16 novembre 1581.

140 ASV, SS Malta 103, f° 343r.

141 ASV, SS Malta 103, f° 343v.

142 ASV, SS Malta 103, f° 346r.

143 ASV, SS Malta 103, f° 343v., 6 août 1575 ; ASV, SS Malta 103, f° 346r., 27 septembre 1580.

144 ASV, SS Malta 103, f° 343r., 31 mai 1574 ; ASV, SS Malta 103, f° 345v., 30 mai 1580 ; ASV, SS Malta 103, f° 346r., 27 septembre 1580.

145 ASV, SS Malta 103, f° 343r., 31 mai 1574 ; ASV, SS Malta 103, f° 343v., 6 août 1575 ; ASV, SS Malta 103, f° 344v., 11 août 1578 ; ASV, SS Malta 103, f° 345v., 30 mai 1580.

146 ASV, SS Malta 103, f° 343v., 6 août 1575.

147 ASV, SS Malta 103, f° 345v., 30 mai 1580.

148 AOM 440, f° 263v., 1er décembre 1582 (cargaison de troncs de mélèzes) ; AOM 442, f° 243v., 18 septembre 1585 (livraison de bois divers).

149 ASV, SS Malta 103, f° 343r., 31 mai 1574 ; ASV, SS Malta 103, f° 345r., 11 octobre 1578 ; ASV, SS Malta 103, f° 345v., 3 janvier 1579 ; ASV, SS Malta 103, f° 345v., 30 mai 1580 ; ASV, SS Malta 103, f° 346r., 31 janvier 1581.

150 AOM 446, ff° 218v.-219r., 6 juin 1592.

151 AOM 452, f° 266v., 29 avril 1599.

152 AOM 453, f° 329r., 2 octobre 1601.

153 AOM 449, f° 258v., 28 juin 1595.

154 AOM 451, f° 273r., 2 novembre 1598.

155 AOM 439, f° 242r., 13 janvier 1580.

156 AOM 441, f° 252v., 10 août 1583.

157 AOM 459, f° 333r., 22 octobre 1616.

158 AOM 460, ff° 316r.-316v., 14 octobre 1620.

159 AOM 459, f° 351v.-352r., 12 janvier 1618.

160 AOM 457, ff° 275r.-275v., 15 novembre 1610.

161 AOM 459, ff° 351v.-352r., 12 janvier 1618.

162 AOM 462, f° 291v., 23 juillet 1626.

163 AOM 462, f° 322v., 2 juin 1629.

164 AOM 465, f° 289r., 27 juillet 1635.

165 Voir Partie I, chapitre I.

166 AOM 437, f° 261r., 25 novembre 1577.

167 AOM 440, f° 265v., 11 janvier 1583.

168 AOM 445, f° 278v., 8 novembre 1589.

169 AOM 443, f° 138r., 15 mars 1588 ; AOM 444, f° 262r., 15 décembre 1588 ; AOM 449, f° 272r., 18 juin 1596 ; AOM 450, f° 254r., 20 mai 1597 (23 ballots de tissus, 24 ballots de toiles de coton, 6 ballots de grosse toile) ; AOM 454, f° 262r., 25 mai 1602 (16 ballots de cotonnades) ; AOM 454, f° 279r., 31 janvier 1603 ; AOM 455, f° 260r., 3 janvier 1605 ; AOM 457, f° 275r., 19 janvier 1611 (9 ballots de cotonnades, 48 pièces de coton) ; AOM 457, f° 289v., 7 novembre 1611 ; AOM 462, f° 291r., 16 juillet 1626 ; AOM 465, f° 303v., 15 septembre 1635 (4 ballots de coton).

170 AOM 452, f° 267r., 15 juillet 1599 (12 ballots de fils de coton).

171 AOM 443, f° 138r., 15 mars 1588.

172 AOM 444, f° 262r., 15 décembre 1588.

173 AOM 454, f° 279r., 31 janvier 1603.

174 AOM 457, f° 289v., 7 novembre 1611.

175 AOM 462, f° 291r., 16 juillet 1626.

176 AOM 454, f° 263r., 20 juin 1602.

177 Joseph Billioud, Raymond Collier, Histoire du commerce de Marseille, Tome III : De 1480 à 1599, Plon, Paris, 1954, p. 275 et p. 279.

178 H. Bresc, Un monde méditerranéen... cit., p. 258.

179 M. Aymard, « De la traite aux chiourmes : la fin de l’esclavage dans la Sicile moderne », in Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, n° 44, 1974, p. 19.

180 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la Méditerranée du second XVIe siècle », art. cit., p. 85.

181 M. Fontenay, « Il mercato maltese degli schiavi al tempo dei Cavalieri di San Giovanni (1530-1798) », in Quaderni storici, 107, 2/2001, p. 397.

182 Godfrey Wettinger, Slavery in the Islands of Malta and Gozo (ca. 1000-1812), Malte, 2002, p. 244.

183 G. Wettinger, Slavery in the Islands of Malta and Gozo... cit., p. 244.

184 M. Fontenay, « Il mercato maltese degli schiavi... », art. cit., p. 397.

185 M. Fontenay, « Il mercato maltese degli schiavi... », art. cit., p. 400.

186 ASV, SS Malta 3, f° 120v., sans date (vraisemblablement fin XVIe-début XVIIe siècle).

187 AOM 456, f° 286v., 1er novembre 1608.

188 AOM 456, f° 292v., 20 mars 1609.

189 AOM 457, f° 268v., 14 juin 1610.

190 AOM 457, f° 268r., 14 juin 1610.

191 AOM 255, f° 30r., 2 décembre 1623 ; AOM 256, f° 42v., 2 décembre 1625.

192 AOM 96, f° 67v., 23 août 1582.

193 NAV, notaire Francesco Imbroll (registres R 316/11, R 316/12, R 316/13, R 316/17, R 316/19, R 316/20, R 316/23, R 316/27), notaire Gio Luca Gauci (registres R 286/3, R 286/5, R 286/10, R 286/11), notaire Tommaso Gauci (registres R 867/1, R 867/6).

194 Les prix de rachat sont donnés en trois monnaies différentes : écus de 12 tari, écus en or de 14 tari et sequins ou ducats de 16 tari. Pour plus de commodité, nous avons converti tous les prix en écus de 12 tari, qui est la monnaie la plus employée à Malte.

195 NAV, R 316/11, ff° 251r.-252r., 4 janvier 1590.

196 NAV, R 316/20, ff° 676r.-676v., 30 avril 1607.

197 NAV, R 316/13, ff° 484v.-485v., 2 mai 1592.

198 NAV, R 316/19, ff° 99v.-100r., 21 novembre 1602.

199 NAV, R 316/17, ff° 809r.-809v., 25 juin 1602.

200 NAV, R 316/12, f° 18r., 14 septembre 1591.

201 NAV, R 286/5, ff° 365v.-368r., 3 janvier 1596.

202 NAV, R 316/23, ff° 54v.-61r., 15 janvier 1611.

203 AOM 96, f° 121v., 11 août 1583.

204 NAV, R 316/17, ff° 151r.-153r., 1er septembre 1600.

205 NAV, R 316/20, ff° 676r.-677v., 30 avril 1607.

206 AOM 737, f° 1r. (16 octobre 1620) à f° 67r. (18 juillet 1635).

207 AOM 737, f° 17r., 19 septembre 1623.

208 AOM 737, f° 28v., 23 août 1625.

209 AOM 439 à AOM 465.

210 Pierre Grandchamp, La France en Tunisie, tomes II, III, IV et V (16001635), Paris-Tunis, 1920-1927.

211 Précisons que 12 patentes sur 534 ne mentionnent pas de lieu particulier pour le rassemblement de la somme de rachat (soit une proportion de 2,3 % du total).

212 R 316/11, ff° 224r.-226r., 18 décembre 1589 (rachat de Juda et Chaïm) ; AOM 447, f° 279v., 9 février 1594 (rachat de Sion et de sa famille).

213 AOM 437, f° 271v., 1er juillet 1578 (rachat d’Isaac, marchand de Salonique) ; AOM 454, f° 325v., 23 décembre 1603 ; R 316/20, ff° 710v.-712v., 26 juin 1607 (rachat de Mordechaï et de 17 autres juifs) ; AOM 461, f° 323v., 9 mars 1626 (rachat du marchand Joseph Arama de Salonique) ; AOM 462, f° 311v., 20 juin 1628 (rachat de Jacob de Salonique).

214 AOM 454, ff° 288r.-288v., 19 juin 1603.

215 P. Grandchamp, op. cit., II, p. 29, 2 octobre 1603.

216 AOM 455, f° 278r., 3 novembre 1605.

217 AOM 456, f° 315v., 18 mars 1610.

218 AOM 459, f° 333r., 22 octobre 1616.

219 AOM 461, ff° 302v.-303r., 21 mai 1624.

220 AOM 465, f° 308v., 22 décembre 1635.

221 NAM, MCC, RP 141/6 (1620-1634).

222 AOM 462, f° 300r., 10 juin 1627.

223 AOM 462, f° 309v., 6 avril 1628.

224 AOM 462, f° 325r., 23 juillet 1629.

225 P. Grandchamp, II, p. 30, 7 octobre 1603.

226 P. Grandchamp, II, p. 30, 7 octobre 1603.

227 P. Grandchamp, III, p. 49, 7 février 1623.

228 P. Grandchamp, IV, p. 75-76, 4 juillet 1623.

229 P. Grandchamp, II, p. 52, 23 janvier 1605.

230 P. Grandchamp, III, p. 282, 18 février 1618.

231 P. Grandchamp, IV, p. 274, 1er septembre 1628.

232 P. Grandchamp, III, p. 16, 22 septembre 1611.

233 P. Grandchamp, III, p. 282, 18 février 1618.

234 P. Grandchamp, III, p. 91, 18 novembre.

235 P. Grandchamp, II, p. 166, 25 mai 1610.

236 P. Grandchamp, V, p. 83, 6 décembre 1632.

237 P. Grandchamp, IV, p. 99, 12 février 1624.

238 P. Grandchamp, IV, p. 26, 22 octobre 1621.

239 L. Valensi, « Les relations commerciales entre la Régence de Tunis et Malte au XVIIIe siècle », in Les Cahiers de Tunisie, n° 43, 11e année, 3e trim. 1963, p. 77.

240 NAV, R 286/10, ff° 177r.-180v., 7 juin 1601.

241 AOM 469, f° 272r., 24 mai 1641.

242 AOM 737, f° 42r., 18 septembre 1628.

243 AOM 737, f° 46r., 6 novembre 1629.

244 AOM 737, f° 49r., 19 août 1630.

245 AOM 737, f° 64r., 25 septembre 1634.

246 AOM 737, f° 94v., 18 juin 1639.

247 AOM 461, f° 303r.

248 AOM 468A, f° 219v., 17 septembre 1636.

249 AOM 459, f° 323r., 6 juillet 1616.

250 AOM 459, f° 323r., 6 juillet 1616.

251 AOM 459, f° 350r., 6 octobre 1617 ; AOM 460, f° 319v., 15 janvier 1621 ; AOM 460, f° 321v., 16 février 1621 ; AOM 461, f° 299v., 26 novembre 1623 ; AOM 461, f° 302r., 30 avril 1624 ; AOM 462, f° 299v., 7 juin 1627 ; AOM 462, f° 308v., 31 décembre 1627 ; AOM 462, f° 315v., 9 septembre 1628 ; AOM 464, f° 317r., 27 août 1632 ; AOM 464, f° 324r., 27 janvier 1633 ; AOM 464, f° 382v., 3 avril 1634 ; AOM 464, f° 384r., 10 mai 1634 ; AOM 465, f° 288r., 15 février 1635 ; AOM 465, f° 294r., 23 juin 1635 ; AOM 465, f° 298v., 11 août 1635 ; AOM 465, f° 305v., 11 octobre 1635 ; AOM 465, f° 309v., 16 décembre 1635.

252 AOM 459, f° 261r., 13 octobre 1618 ; AOM 459, f° 264r., 30 janvier 1619 ; AOM 459, f° 31r., 27 novembre 1619 ; AOM 460, f° 318r., 12 novembre 1620 ; AOM 461, f° 299v., 26 novembre 1623 ; AOM 461, f° 302r., 30 avril 1624 ; AOM 462, f° 296r., 2 décembre 1626 ; AOM 462, f° 299v., 31 avril 1627 ; AOM 462, f° 304r., 28 octobre 1627 ; AOM 465, f° 277r., 30 septembre 1634 ; AOM 465, f° 281v., 15 novembre 1634 ; AOM 465, f° 305v., 31 octobre 1635.

253 AOM 459, f° 334r., 28 novembre 1616 ; AOM 459, f° 335v., 10 février 1617 ; AOM 460, f° 318r., 12 novembre 1620 ; AOM 461, f° 298v., 10 novembre 1624 ; AOM 461, f° 302r., 30 avril 1624 ; AOM 462, f° 295v., 28 septembre 1626 ; AOM 462, f° 304r., 28 octobre 1627 ; AOM 464, f° 370r., 26 juillet 1633.

254 AOM 462, f° 308v., 31 décembre 1627 ; AOM 462, f° 320v., 29 janvier 1628 ; AOM 464, f° 378r., 20 novembre 1633.

255 AOM 459, f° 352v., 29 janvier 1618 ; AOM 460, f° 347r., 27 décembre 1621 ; AOM 462, f° 327r., 27 août 1629 ; AOM 465, f° 298r., 8 août 1635.

256 AOM 464, f° 388v., 27 juillet 1634.

257 AOM 460, f° 347r., 27 décembre 1621.

258 AOM 462, f° 315v., 28 septembre 1628 ; AOM 462, f° 329r., 29 octobre 1632.

259 AOM 462, f° 313r., 23 août 1628.

260 AOM 462, f° 308r., 27 novembre 1627.

261 AOM 464, f° 375r., 23 septembre 1633 ; AOM 465, f° 284v., 19 décembre 1634.

262 AOM 459, f° 333r., 22 octobre 1624 ; AOM 460, ff° 316r.-316v., 14 octobre 1620 ; AOM 462, f° 288v., 13 juin 1626 ; AOM 465, f° 289r., 27 février 1635.

263 AOM 461, f° 314r., 2 août 1625.

264 AOM 459, f° 333r., 22 octobre 1616.

265 AOM 464, f° 375r., 23 septembre 1633.

266 Nous empruntons son très beau titre à l’ouvrage de C. Liauzu, Passeurs de rives. Changements d’identité dans le Maghreb colonial, Paris, 2000.

267 AOM 434, f. 268r., 8 janvier 1574.

268 P. Grandchamp, op. cit., III, p. 203, 4 novembre 1616.

269 P. Granchamp, II, p. 123, 8 juin 1608.

270 P. Grandchamp, IV, p. 251, 22 janvier 1628.

271 NAM, RPM 133, f° 6v., 8 septembre 1588.

272 NAM, RPM 133, f° 57r., 28 août 1596.

273 NAM, RPM 133, f° 75v., 4 juillet 1607.

274 P. Grandchamp, I, p. 73, 4 octobre 1595.

275 P. Grandchamp, III, p. 90-91, 18 novembre 1613.

276 P. Grandchamp, III, p. 68, 11 février 1613.

277 P. Grandchamp, III, p. 72, 15 mars 1613.

278 P. Grandchamp, III, p. 91, 19 novembre 1613.

279 P. Grandchamp, III, p. 132, 22 avril 1615.

280 P. Grandchamp, III, p. 253, 8 septembre 1617.

281 P. Grandchamp, III, p. 247, 5 juillet 1617.

282 P. Grandchamp, III, p. 270, 10 novembre 1617.

283 P. Grandchamp, III, p. 372, 27 juin 1620.

284 AOM 462, f° 309v., 6 avril 1628.

285 P. Grandchamp, IV, p. 270, 4 juillet 1628.

286 AOM 462, f° 325r., 23 juillet 1629.

287 P. Grandchamp, IV, 20 août 1629.

288 P. Grandchamp, V, p. 2, 2 avril 1631.

289 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta... cit., p. 84.

290 AOM 455, f° 257v., 10 décembre 1604.

291 AOM 434, f° 246v., 26 juin 1572.

292 AOM 440, f° 249v., 14 décembre 1581.

293 NAV, R 12/2, ff° 916r.-916v., 27 novembre 1584 (cité par C. Cassar, Society, Culture and Identity... cit., p. 84).

294 AOM 444, f° 246r., 12 juillet 1588.

295 AOM 457, f° 266v., 30 juillet 1610.

296 AOM 445, f° 132v., 31 juillet 1590.

297 NAM, RRM 133, f° 8v., 10 octobre 1588.

298 NAM, RPM 133, f° 19v., 14 avril 1589.

299 NAM, RRM 133, f° 44v., 15 juillet 1589.

300 NAM, RRM 133, f° 50v., 28 septembre 1595.

301 NAM, RRM 133, f° 57r., 17 août 1596.

302 NAM, RRM 133, f° 94r., 19 février 1611.

303 NAM, RRM 133, f° 34v., 14 décembre 1588.

304 NAM, RRM 133, f° 11r., 11 mars 1589.

305 NAM, RRM 133, f° 55r., 13 mai 1596.

306 NAM, RRM 133, f° 64r., 8 février 1605.

307 NAM, RRM 133, f° 53v., 18 janvier 1596.

308 NAM, RRM 133, f° 56r., 18 juin 1596.

309 NAM, RRM 133, f° 80r., 7 février 1608.

310 AOM 454, f° 268v., 13 septembre 1602.

311 AOM 456, f° 301v., 24 juillet 1609.

312 AOM 457, ff° 287r.-287v., 15 septembre 1611.

313 AOM 455, f° 257v., 20 octobre 1604.

314 AOM 103, ff° 129r.-129v., 8 mars 1610.

315 AOM 103, ff° 129r.-129v.

316 P. Grandchamp, II, p. 177, 11 novembre 1610.

317 P. Grandchamp, II, p. 170-172, 26 juillet 1610.

318 AOM 105, f° 70v., 29 juillet 1614.

319 C. Cassar, Society, Culture and Identity... cit., p. 90.

320 ACM, Archivia Parochialia Senglea, Liber Matrimoniorum I, p. 118, 6 août 1615.

321 ACM, AP Senglea, Liber Mortuorum I, p. 12, 12 octobre 1624.

322 AOM 462, f° 304r., 14 octobre 1627.

323 AOM 462, f° 311v., 23 juin 1628 (Honoré Selon) ; AOM 464, f° 387r., 18 juin 1634 (Jean Selon) ; AOM 468A, f° 227v., 31 janvier 1637 (Jean Selon) ; AOM 469, ff° 248r.-248v., 11 mai 1639 (Honoré Selon).

324 NAV, R 867/1, ff° 103r.-104r., 27 janvier 1599.

325 ACM, AP Cospicua, f° 11v., 7 août 1605.

326 P. Grandchamp, III, p. 62, 4 janvier 1613.

327 P. Grandchamp, III, p. 83, 13 août 1613.

328 P. Grandchamp, III, p. 91, 18 novembre 1613.

329 P. Grandchamp, III, p. 91, 18 novembre 1613.

330 AOM 462, f° 299v., 7 juin 1627.

331 AOM 462, f° 323r., 31 mai 1629.

332 P. Grandchamp, III, p. 154, 9 octobre 1615.

333 AOM 465, f° 316v., 20 mai 1605.

334 NAV, R 316/17, ff° 151r.-153r., 10 septembre 1600.

335 P. Grandchamp, II, p. 11, 23 septembre 1602.

336 NAV, R 316/20, ff° 710v.-712v., 26 juin 1607.

337 P. Grandchamp, II, p. 30, 11 octobre 1602.

338 P. Grandchamp, II, p. 108, 4 octobre 1607.

339 P. Grandchamp, II, p. 128, 1er août 1608.

340 NAM, RRM 133, f° 3r., 5 septembre 1588.

341 NAM, RRM 133, f° 29r., 31 octobre 1588.

342 NAM, RRM 133, f° 18v., 1er avril 1589.

343 AOM 454, f° 263r., 19 juin 1602.

344 AOM 462, f° 311v., 3 juillet 1628.

345 AOM 462, f° 294v., 15 septembre 1626.

346 AOM 462, ff° 297v.-298r., 22 janvier 1627 ; AOM 462, f° 300v., 24 juillet 1627.

347 AOM 464, f° 375r., 23 septembre 1633.

348 AOM 464, f° 382v., 3 avril 1634.

349 AOM 465, f° 284v., 19 décembre 1634.

350 AOM 464, f° 326v., 23 mai 1633.

351 AOM 465, f° 304v., 22 septembre 1635.

352 AOM 457, ff° 275r.-275v., 15 novembre 1610.

353 ACM, RP Cospicua, Liber I Baptizatorum, matrimoniorum et mortuorum (1585-1652) ; RP Senglea, Liber Matrimoniorum, I (1587-1715) ; AP Vittoriosa, Liber I Baptizatorum, matrimoniorum, mortuorumque ab anno 1558 ab annum 1626 et Liber Matrimoniorum, II (1626-1696) ; AP La Valette Porto Salvo, Liber Matrimoniorum, I (1588-1627) et II (1627-1651) ; AP La Valette Saint-Paul, Liber Matrimoniorum, I (1595-1639) et II (1595-1648).

354 AOM 464, f° 310v., 26 avril 1632 ; AOM 464, ff° 322v.-323r., 22 décembre 1632 ; AOM 468A, ff° 219v.-220r., 17 septembre 1636 ; AOM 469, f° 248v., 15 juin 1639 ; AOM 469, f° 261r., 11 juillet 1640 ; AOM 469, f° 273r., 13 juillet 1641.

355 AOM 437, f° 271v., 1er juillet 1578.

356 AOM 454, f° 325v., 23 décembre 1603.

357 NAV, R 316/11, ff° 224r.-226r., 18 décembre 1589.

358 AOM 450, f° 252r., 12 avril 1597.

359 NAV, R 316/27, f° 379r.-380r., 17 mars 1620.

360 AOM 464, f° 328v., 15 juillet 1633.

361 P. Grandchamp, IV, p. 183, 6 octobre 1623.

362 NAV, R 316/17, f° 152r., 1er septembre 1600.

363 NAV, R 286/11, ff° 315v.-319r., 23 avril 1603.

364 AOM 442, f° 209r., 28 mars 1584 ; AOM 443, f° 138v., 7 novembre 1587 ; AOM 446, f° 213r., 23 décembre 1591.

365 AOM 462, f° 316r., 4 octobre 1628.

366 AOM 464, ff° 320v.-321r., 14 novembre 1632.

367 AOM 465, f° 294r., 23 juin 1635.

368 AOM 445, f° 279r., 12 décembre 1589.

369 AOM 452, f° 285r., 25 décembre 1599.

370 AOM 452, f° 369v., 9 janvier 1600.

371 AOM 454, f° 326v., 9 décembre 1603.

372 NAV, R 286/10, ff° 177r.-180v., 7 juin 1601.

373 NAV, R 286/11, ff° 235v.-236r., 7 février 1603.

374 NAV, R 286/11, ff° 409r.-411r., 3 juillet 1603.

375 NAV, R 867/1, ff° 103r.-104r., 27 janvier 1599 ; NAV, R 867/1, ff° 148r.-148v., 25 février 1599.

376 NAV, R 867/1, ff° 148r.-148v., 25 février 1599.

377 NAV, R 867/1, f° 148v., 25 février 1599.

378 NAV, R 867/1, f° 104r., 27 janvier 1599.

379 NAV, R 286/10, ff° 177r.-180v., 7 juin 1601.

380 Ch. Carrière, Les négociants marseillais... cit., p. 890.

381 P. Grandchamp, III, p. 153, 9 octobre 1615.

382 P. Grandchamp, IV, p. 227, 2 décembre 1626.

383 NAV, R 286/5, ff° 1068v.-1071r., 1er juillet 1596.

384 NAV, R 286/5, f° 1070r., 1er juillet 1596.

385 AOM 429, f° 264r., 15 juin 1563.

386 AOM 430, f° 256r., 27 juin 1564.

387 NAV, R 286/3, ff° 463r.-466r., 7 décembre 1593.

388 NAV, R 316/12, ff° 17v.-20r., 14 septembre 1591.

389 NAV, R 286/3, ff° 605v.-608r., 7 février 1594.

390 NAV, R 316/23, ff° 50r.-61r., 13 janvier et 15 janvier 1611.

391 P. Grandchamp, IV, p. 252, 26 janvier 1628.

392 P. Grandchamp, III, p. 154, 9 octobre 1615.

393 NAV, R 286/11, ff° 305r.-307v., 19 avril 1603.

394 NAV, R 540/1, non folioté, 21 octobre 1643.

395 P. Grandchamp, II, p. 30, 11 octobre 1602.

396 P. Grandchamp, II, p. 128, 1er août 1608.

397 P. Grandchamp, II, p. 128.

398 P. Grandchamp, IV, p. 170, 3 juin 1625.

399 P. Grandchamp, III, p. 232, 11 avril 1617.

400 P. Grandchamp, IV, p. 16, 3 mai 1621.

401 P. Grandchamp, III, p. 91, 19 novembre 1613.

402 NAV, R 316/23, ff° 50r.-61r., 13 janvier et 15 janvier 1611.

403 P. Grandchamp, II, p. 26-27, 26 août 1603.

404 P. Grandchamp, III, p. 153, 9 octobre 1615.

405 P. Grandchamp, IV, p. 26, 21 octobre 1621.

406 P. Grandchamp, IV, p. 99, 12 février 1624.

407 P. Grandchamp, IV, p. 71, 23 août 1623.

408 P. Grandchamp, IV, p. 31, 7 février 1622.

409 AOM 464, f° 310v., 26 avril 1632 ; AOM 464, ff° 322v.-323r., 22 décembre 1632.

410 AOM 464, f° 324v., 17 février 1633.

411 AOM 464, f° 290r., 7 mai 1635.

412 AOM 449, f° 267r., 31 décembre 1595.

413 NAV, R 286/5, ff° 365v.-368r., 3 janvier 1596.

414 NAV, R 286/5, ff° 377r.-378v., 4 janvier 1596 (« ...detto Raïs Homor ha da partire da questa isola con una saetia nominata Santa Maria Bonaventura, per conferire nelle Gianti et tornare in quest’isola de Malta, per fare un viaggo a mercanciare in conto suo et del signore Capitanio fra Jacopo Vinciguerra in compagnia delli sudetti mercanti cristiani... »).

415 AOM 449, f° 206r., 22 juillet 1596.

416 AOM 450, f° 272r., 10 janvier 1598.

417 AOM 452, ff° 365v.-366r., 26 novembre 1599.

418 AOM 456, f° 267r., 10 octobre 1607.

419 AOM 457, f° 284r., 17 juin 1611.

420 AOM 458, f° 310v., 8 octobre 1613.

421 P. Grandchamp, II, p. 130, 14 août 1608.

422 P. Grandchamp, III, p. 67, 26 janvier 1613.

423 P. Grandchamp, III, p. 98, 21 novembre 1614.

424 AOM 443, f° 246r., 15 juin 1586.

425 AOM 443, f° 246r.

426 AOM 445, f° 279r., 12 décembre 1589.

427 P. Grandchamp, IV, p. 263, 2 mai 1628.

Table des illustrations

Titre Tableau 8. LES IMPORTATIONS FRANCHES DE GRAINS SICILIENS (xve-xviie SIÈCLES)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Source : NAM, MCC, Registri Patentarum 141/1 à 141/6.Carte 9 – La fréquentation des ports siciliens par les navires maltais (1575-1635).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/124/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 9. PRIX MOYEN DU RACHAT DES ESCLAVES À MALTE (1590-1620)
Légende Source : NAV, notaires F. Imbroll, G.-L. Gauci, T. Gauci.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/124/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Source : NAV, notaires F. Imbroll, G.-L. Gauci, T. Gauci.Document 5 – Prix moyen de rachat par âge des esclaves masculins (1590-1620).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/124/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Tableau 10. VOYAGES COMMERCIAUX DONT MALTE CONSTITUA UNE ESCALE (1616-1635)
Crédits Source : AOM 459 à AOM 465.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/124/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Source : AOM 459 à AOM 465.Graphique 3 – Évolution de la fréquentation de l’escale maltaise par les navires chrétiens (1616-1635).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/124/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540