Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

III. Carrières et destins

Une carrière sous le pontificat de Martin V : le vice-camérier Benedetto Guidalotti

François-Charles Uginet

Texte intégral

  • 1 N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, IV, Paris, 1902, p. 346.
  • 2 Sur l’intégration des membres de la curie de Grégoire XII par ceux de l’obédience de Jean XXIII dé (...)
  • 3 F.-C. Uginet, Giovanni XXIII antipapa, dans Enciclopedia dei papi, II, Rome, 2000, p. 617.
  • 4 J. Favier, Les finances pontificales à l’époque du Grand Schisme d’Occident (1378-1409), Paris, 19 (...)

1Toutes les carrières ne sont pas d’immenses réussites et toutes n’ont pas la chance de disposer d’une abondante documentation. Mais il existe un devoir d’inventaire auquel l’historien n’entend pas se soustraire. En présentant un personnage dont la mémoire n’a survécu que localement, on ne fait qu’obéir à cette règle et ajouter une pièce à la connaissance des principaux responsables de la Chambre apostolique au début du xve siècle. Avec le concile de Pise et l’élection du pape Alexandre V, les clercs attachés à la curie des différentes obédiences pontificales vécurent des choix difficiles. Les fidèles de Benoît XIII le suivirent à Perpignan où le temps fut rythmé par des défections de plus en plus nombreuses jusqu’à la fin de l’année 1415 lorsque, sous la pression du roi des Romains Sigismond, la plus grande partie de ses adhérents reconnut l’autorité du concile réuni à Constance1. Du côté de Grégoire XII réfugié à Rimini chez les Malatesta, on vécut en état de siège et, après la renonciation du pape Correr, tous ses officiers furent admis à conserver leur charge2. L’obédience pisane, qui était représentée depuis 1410 par Jean XXIII auteur de la convocation du concile de Constance, avait déjà recueilli un certain nombre de transfuges et sa curie avait suivi le pape en Allemagne3. Mais elle non plus n’était pas à l’abri de surprises car l’arrestation, le procès et la déposition de Jean XXIII l’avait livrée à l’autorité du concile. En 1416-1417 on se trouvait dans une situation relativement complexe mais pas tout à fait inédite : celle de devoir faire fonctionner une administration en tenant compte des prétentions de tous les officiers dont la charge avait été garantie lors des différentes capitulations. La Chambre apostolique fut, avec la Chancellerie, l’un des deux organismes curiaux concernés au premier chef par ces problèmes. Or, il se trouvait que par un concours de circonstances assez inattendu dans une époque aussi troublée, le camérier en titre, et en fait, était François de Conzié, nommé par Clément VII, et qui occupait cette fonction depuis 13834. Cette permanence à la tête de l’énorme machine administrative de la Chambre apostolique devait permettre d’assurer sans trop de secousses la stabilité de l’institution.

  • 5 M. Dykmans, D’Avignon à Rome. Martin V et le cortège apostolique, dans Bulletin de l’Institut hist (...)
  • 6 Lettre de destitution du patriarche d’Antioche et de nomination de Louis Aleman dans F.-C. Uginet, (...)
  • 7 LO, p. 25-28.
  • 8 K. Eubel, Hierarchia catholica medii aevi...ab anno 1198 usque ad annum 1431, editio altera, Munst (...)

2La fin du Schisme d’Occident, marquée par l’élection du pape Martin V, ne modifia pas sensiblement la composition du personnel hérité de l’époque conciliaire. Entièrement pris par son administration d’Avignon et du Comtat venaissin, le camérier François de Conzié n’avait fait qu’une brève apparition à Constance, de février à mai 1415, y laissant comme lieutenant un français, Jean Mouroux, patriarche d’Antioche5. Les plaintes des cardinaux contre la gestion de ce personnage convainquirent Conzié de le remplacer par son propre neveu, Louis Aleman6. Le jour même de son élection (11 novembre 1417), Martin V manifesta sa confiance à Louis Aleman en le recevant comme son familier et son chambellan (cubicularius) et lui confirma officiellement sa charge de vice-camérier le 21 novembre suivant, jour de son couronnement7. Dès lors, et jusqu’à sa promotion à l’archevêché d’Arles en décembre 1423 et à son départ pour assurer le gouvernement de Bologne8, Louis Aleman fut en principe le maître des carrières des officiers de la Chambre apostolique. En fait, la pléthore des effectifs et certaines pressions externes obligèrent à un arbitrage permanent dont l’autorité pontificale ressortit renforcée.

  • 9 LO, p. 40-41.
  • 10 Ibid., p. 48 et 50. Sur ce personnage, qui deviendra évêque de Verden en 1426, cf. B. Schwarz, Die (...)
  • 11 LO, p. 45. Une des premières nominations faites par Martin V (15 novembre 1417) avait été celle du (...)

3Avant même que les clercs de la Chambre apostolique ne se constituent officiellement en collège, on les vit à plusieurs reprises agir collectivement pour défendre les prérogatives de leur charge, n’hésitant pas à se garantir contre des nominations émanant directement du souverain pontife mais dont l’application immédiate aurait entamé les revenus de leur charge. Ainsi, en septembre 1418 à Genève, Johannes Galindo, maître ès arts et secrétaire du roi de Navarre – et donc recommandé par lui –, prêta serment devant le vice-camérier comme clerc honoraire de la Chambre apostolique. Les autres clercs présents firent enregistrer leur protestation contre cette nomination et déclarèrent qu’il n’était pas question pour le navarrais de participer aux émoluments. Galindo ne s’en émut pas et assura qu’il jouirait de sa charge comme le pape la lui avait donnée et non autrement9. On n’entendra plus parler de lui mais en mars 1423, Johannes von Asel, chanoine d’Hildesheim et protégé de l’empereur Sigismond, était nommé clerc honoraire : le pape lui a fit dire par le vice-camérier qu’il n’avait pas à siéger avec les clercs de la Chambre ni à recevoir d’émoluments. En dépit de ces assurances, les clercs présents de la Chambre apostolique firent enregistrer leur protestation contre le serment de Johannes von Asel. Et ils n’avaient pas tous les torts car, dix-huit mois plus tard, le même Johannes était autorisé officiellement à percevoir des émoluments10. La charge de trésorier elle-même n’était pas exempte d’hésitations : à Florence, en mai 1419, Martin V confirma les trois trésoriers tout en précisant qu’un seul exercera la charge11. À travers les annotations au formulaire des serments d’entrée en charge on perçoit le souci du pape de maintenir des équilibres fragiles tout en plaçant peu à peu ses créatures. Dans ce contexte de droits et de faveurs étroitement surveillés, le personnage qui va retenir notre attention se fraie lentement un chemin.

***

  • 12 A. Grohmannn, L’imposizione diretta nei comuni dell’Italia centrale nel xiii secolo : la Libra di (...)
  • 13 J.-Cl. Maire Vigueur, Comuni e signorie in Umbria, Marche e Lazio, Turin, 1987, p. 229.
  • 14 V. Bini, Memorie istoriche dell Perugina Università degli studj e dei suoi professori..., Pérouse, (...)
  • 15 F. A. Ugolini, L’abbazia di San Pietro nel sec. XIV e la sua influenza sulla vi-ta sociale e polit (...)
  • 16 Ibid. et L. Bonazzi, Storia di Perugia dalle origini al 1860, a cura di G. Innamorati, I, Città di (...)
  • 17 F. A. Ugolini, L’abbazia di San Pietro cit., p. 141.
  • 18 Ibid.
  • 19 F. A. Ugolini, L’abbazia di San Pietro cit., p. 156.
  • 20 A. Esch, Bonifaz IX. und der Kirchenstaat, Tübingen, 1969, p. 331 (Bibliothek des Deutschen histor (...)

4Benedetto Guidalotti, est originaire de Pérouse. Sa famille, qui résidait déjà au xiiie siècle dans la paroisse Santa Lucia di Colle Landone du rione de Porta San Pietro12, appartenait au « popolo grasso », ce groupe social qui s’identifiait par sa richesse – mais pas toujours par ses choix politiques – avec les familles plus anciennes de l’aristocratie consulaire et de la noblesse féodale. En s’appuyant sur sa propre clientèle, le groupe disputa souvent le pouvoir aux anciennes familles. Le milieu des juges et des notaires, particulièrement perméable aux valeurs nobiliaires, était celui où se recrutait le plus souvent ces nouveaux venus sur la scène politique de l’Italie centrale13. Les Guidalotti en sont un bon exemple si l’on en juge d’après le nombre de docteurs en droit que l’on trouve parmi eux14. En revanche, ils cultivèrent tardivement les charges d’Église. C’est par le biais de l’abbaye Saint-Pierre de Pérouse qu’ils s’en rapprochèrent. Déjà présents comme témoins dans la documentation du monastère au milieu du xive siècle, ils parvinrent à faire placer un des leurs, Francesco, à la tête de l’abbaye où il fut élu abbé en 138115. L’affaire n’était pas mince et représentait une belle victoire pour le parti des « Raspanti », puisque, pour la première fois dans son histoire, l’abbaye était gouvernée par un prélat d’extraction populaire. D’ailleurs, revenus au pouvoir en 1389, les nobles ne tardèrent pas à bannir de Pérouse les Guidalotti qui trouvèrent asile dans une place-forte du monastère, à Casalina16. En 1393, le pape Boniface IX avait repris possession de Pérouse et fait rentrer les exilés. Lui-même séjourna dans la ville et établit ses quartiers dans l’abbaye Saint-Pierre. On peut faire remonter à cette date les excellentes relations qu’il entretint dès lors avec les Guidalotti. Devenue fidèle soutien du parti pontifical dans une ville qui s’était donnée à Biordo Michelotti, beau-frère de l’abbé Francesco Guidalotti, la famille réussit dans un premier temps à réconcilier le pape et le nouveau maître de Pérouse. Mais l’abbé, encouragé, disent les chroniques, par le pape lui-même caressait un autre projet : il aurait songé à se rendre maître de la ville qu’il aurait ensuite remise au pape dans l’espoir d’un chapeau cardinalice17. Les moyens de parvenir à cette fin sont connus : le 10 mars 1398, Biordo Michelotti, qui avait fait entrer chez lui Francesco et quelques-uns de ses frères accompagnés d’un groupe d’amis fut saisi par eux et égorgé – toujours selon les sources narratives – de la main d’Annibale Guidalotti. Cependant, faute d’avoir reçu l’assentiment populaire, la conspiration échoua : l’affaire coûta la vie au père des conjurés, Simone di Ceccolo, et la famille dut fuir Pérouse où ses maisons furent incendiées18. Elle n’y reviendra pas de vingt ans, c’est-à-dire après que la mort de Braccio da Montone en 1424 ait permis à la papauté de réaffirmer son autorité à Pérouse. Boniface IX avait-il des raisons de témoigner sa reconnaissance aux Guidalotti ? Il semblerait bien que ce soit le cas puisque peu après l’assassinat de Biordo il les autorisa à décerner des saufs-conduits et exigea la punition d’un laïc du diocèse de Pérouse qui avait tenté d’assassiner l’abbé19. Enfin, après la mort de ce dernier, en 1400, il nomma son frère Annibale comme son familier et lui abandonna les spolia du défunt20.

  • 21 L. Bonazzi, Storia di Perugia cit., p. 418.
  • 22 I. Faciolati, Fasti gymnasii Patavini, pars 2, Padoue, 1757, p. 29.
  • 23 G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, t. 27, Venise, 1784, col. 820. La (...)
  • 24 F. Baix, La Chambre apostolique et les Libri annatarum de Martin V (1417-1431), I, Bruxelles-Rome, (...)
  • 25 J. Favier, Les finances pontificales cit., p. 511 et 523.
  • 26 K. Eubel, Hierarchia catholica cit., p. 411.
  • 27 P. M. Baumgarten, Oddo Potii de Varris de Genazzano, päpstlicher Schatzmeister, und sein Notar Lau (...)
  • 28 Autre trait caractéristique de leur ressemblance est le fait qu’à sa mort Angelo Baglioni lègue sa (...)

5Au cours de tous ces événements tragiques, jamais n’apparaît le nom de Benedetto que les sources narratives présentent toutefois comme le frère de Francesco et d’Annibale21. Nous ne savons rien de son âge. Il aurait pris ses grades à Padoue sous la direction de Ruggiero Antagnolla22. Les mêmes sources nous disent que vers 1389 il aurait séjourné à Pérouse où il aurait enseigné et se serait lié avec le jeune Odone Colonna, étudiant en droit venu de Rome et futur pape Martin V. Les points de repère chronologiques font encore défaut pour connaître avec précision la date de son entrée à la Chambre apostolique. La première mention qu’on connaît de lui n’est pas antérieure au 16 janvier 1416 : à cette date il se trouvait à Constance, déjà clerc de la Chambre apostolique, et il souscrivait comme procureur de l’évêque de Recanati, Angelo Baglioni, la « capitulation de Narbonne » réglant les conditions du ralliement au concile de la plus grande partie de l’obédience de Benoît XIII23. Le rapprochement de noms de Baglioni et Guidalotti ne peut pas être fortuit : tous deux étaient originaires de Pérouse et leurs familles avaient été provisoirement exclues du gouvernement de la ville. Baglioni24 était docteur en décrets et des membres de sa famille furent des mercatores, c’est-à-dire des banquiers qui, sous le pontificat de Boniface IX, avaient manié les fonds de la Chambre apostolique25. En 1409, Angelo Baglioni obtint du pape Alexandre V l’évêché de Recanati26. Or le nouvel évêque avait un puissant protecteur dans la personne d’Antonio Panciera, patriarche d’Aquilée, créé cardinal par Jean XXIII en 1411 et dont il était le vicaire général depuis 1398. Le rapprochement s’impose avec le fait que pendant longtemps le principal bénéfice ecclésiastique de Benedetto Guidalotti fut celui de prévôt de l’église de Saint-Étienne hors les murs d’Aquilée27. Les deux personnages, Baglioni et Guidalotti durent faire route ensemble28.

  • 29 Divers remboursements approuvés par le vice-camérier le 10 décembre 1417 dans Acta concilii Consta (...)
  • 30 LO, p. 39.
  • 31 Guidalotti fut taxator litterarum apostolicarum de 1420 jusqu’à sa mort. W. von Hofmann, Forschung (...)
  • 32 Cf. supra n. 8.
  • 33 F. Baix, La Chambre apostolique cit., p. cccxxi, n. 1.
  • 34 Nombreuses mentions de ses interventions dans les registres des annates de la Chambre apostolique, (...)
  • 35 K. Eubel, Hierarchia catholica cit., p. 514.
  • 36 K. Eubel, Hierarchia catholica cit., p. 95
  • 37 K. Eubel, Hierarchia catholica cit., p. 411.
  • 38 Cf. supra n. 25
  • 39 H. Hoberg, Taxae pro communibus servitiis, Cité du Vatican, 1949, p. 128 (Studi e testi, 144)
  • 40 Ibid., p. 10.
  • 41 Ibid., p. 98.
  • 42 F. Baix, La Chambre apostolique cit., p. cccxxi, n. 6
  • 43 P. M. Baumgarten, Oddo Potii de Varris cit., p. 785.

6Pourtant Guidalotti resta dans l’ombre : on ne trouve pas de mention de missions particulières qui lui aient été confiées par Jean XXIII ou par le concile comme c’est le cas pour nombre de ses collègues. Ce silence est rompu avec l’élection de Martin V. Il doit être un de ses proches car, à Constance, c’est lui qui se charge de divers services touchant de près la personne du pape : il trouve un saphir à incruster dans la tiare du couronnement, fournit des chaussures de cuir munies de boucles dorées et s’occupe de réparer les fenêtres du palais apostolique29. À Genève, en août 1418, bien qu’absent, il reçut du trésorier Francesco Novello, qui se rendait en pèlerinage à Saint-Antoine de Viennois une délégation de pouvoir30. Cette substitution fut approuvée par le vice-camérier Louis Aleman. Au cours des années suivantes, Guidalotti fut régulièrement présent auprès du vice-camérier, ce qui n’exclut pas l’exercice d’autres charges lucratives, comme taxator litterarum aposolicarum31. Enfin, en décembre 1423, la nomination de Louis Aleman à l’archevêché d’Arles et son départ pour le gouvernement de Bologne laissa vacante la place de vicecamérier32 : Martin V put enfin nommer librement le successeur et son choix porta sur Benedetto Guidalotti33. Dès lors, et bien que François de Conzié conservât toujours son titre, il devenait l’autorité centrale de la Chambre apostolique. Il occupa cette charge de manière stable pendant environ quatre ans34. C’est au cours de cette période qu’on le voit accumuler les marques de la reconnaissance pontificale : en mai 1427 Martin V le nomma évêque de Valva et Sulmona35, évêché qu’il quitta la même année pour celui de Teramo36 qu’il abandonna quatorze mois plus tard pour celui de Recanati37 qui avait été le siège épiscopal d’Angelo Baglioni38. On ne trouve pas d’explication satisfaisante à cette rapide succession de sièges épiscopaux. Les revenus en étaient modestes (170 florins pour Sulmona39, 300 pour Teramo40 et 150 pour Recanati41) et la Chambre apostolique ne pouvait guère espérer de s’enrichir avec le paiement des obligations. La dignité épiscopale n’était pas incompatible avec la charge de vice-camérier et les prédécesseurs de Guidalotti l’avaient tous revêtue. Exercée par l’intermédiaire de vicaires généraux ou d’auxiliaires elle n’entravait guère l’activité administrative du titulaire. Pourtant, le 6 avril 142842 Martin V lui donnait un successeur dans la charge de vice-camérier : le pape le remplaçait par un de ses compatriotes de Genazzano, Odone Poggio de Varri, déjà trésorier et considéré comme l’ombre du pontife43. Guidalotti ne fut cependant pas écarté totalement de la Chambre apostolique car la nomination de son successeur ne valait en principe que pendant son absence. De fait, on trouve des documents postérieurs où Guidalotti porte encore le titre de vice-camérier. Mais la réalité est ailleurs, et la bulle qui nomme le nouveau vice-camérier n’en fait pas mystère : Guidalotti est malade et se soigne hors de Rome, c’est-à-dire à Pérouse.

  • 44 L. Bonazzi, Storia di Perugia cit., p. 517.
  • 45 « Benedictus de Guidalottis amantissimus civis noster Perusinus vicecamerarius Sanctissimi in Chri (...)

7Après la mort de Braccio da Montone, en 1424, il avait convaincu Martin V d’envoyer son frère Annibale Guidalotti, l’auteur du meurtre de Biordo Michelotti, dans sa ville natale mais cette initiative avait suscité peu d’enthousiasme parmi ses compatriotes44. Pourtant les relations de Benedetto avec les autorités communales de Pérouse étaient excellentes. En 1426, il fut gratifié d’un somptueux cadeau et les Annali de la commune le justifiaient en faveur d’un compatriote qui « passe le plus clair de son temps aux pieds de notre saint père le pape, est écouté par lui et agit chaque jour de tout son pouvoir auprès Sa Sainteté pour régler les affaires communales comme celles de la population et des particuliers de la ville de Pérouse »45.

  • 46 Parmi ceux-ci il faut compter sa bibliothèque composée de 33 livres de droit qui sont pour la plup (...)
  • 47 V. Bini, Memorie istoriche dell Perugina Universit cit., p. 42.

8C’est au cours de cette même année qu’il commença à mettre à exécution un projet interrompu par sa mort mais achevé par ses héritiers : la fondation d’un collège placé sous le patronage de saint Jérôme et destiné à accueillir des étudiants en droit. Pour le distinguer d’une fondation analogue déjà présente à l’Université de Pérouse, le nouvel établissement fut désigné plus tard sous le nom de Sapienza nuova. Guidalotti en choisit l’emplacement en 1426 et lui destina ses biens et ses bénéfices46. Mais il mourut à Pérouse le 18 août 1429 sans avoir pu terminer la fondation qui fut portée à son terme par son ancien collègue, le cardinal Antonio Casini47, qui avait été trésorier de la Chambre apostolique de 1419 à 1426. Après la mort de Benedetto, les Guidalotti firent encore parler d’eux à Pérouse : leur nom reste attaché à d’importantes œuvres d’art dont la célèbre pala de la Sapienza nuova par Benozzo Gozzoli et le polyptyque de Fra Angelico commandé pour leur chapelle familiale dans l’église des Dominicains. Mais aucun représentant de la famille ne revint dans la curie romaine.

***

  • 48 Une liste se trouve dans N. Del Re, La Curia romana. Lineamenti storicogiuridici, Rome, 1970, p. 3 (...)
  • 49 D. Russo, Saint Jérôme en Italie. Étude d’iconographie et de spiritualité (xiiie-xve siècle), Pari (...)

9Benedetto Guidalotti conserve une place, toute modeste soit-elle, dans l’historiographie du xve siècle pour deux raisons. La première est qu’il figure dans une liste de hauts dignitaires de la Curie, celle des chefs de l’administration financière et économique du Saint-Siège qui, à partir de 1431, c’est-à-dire après la mort de François de Conzié, seront tous revêtus de la dignité cardinalice48. Certes, après les hautes figures de Pierre de Cros et de François de Conzié qui avaient illustré la période avignonnaise, sa personnalité semble plutôt celle d’un homme de confiance que d’un grand administrateur. Elle caractérise les démarches d’un pontificat, celui de Martin V, qui cherche avant tout à restaurer avec une patiente ténacité une autorité longtemps mise en cause dans les régions d’Italie centrale. La seconde raison est la fondation d’un collège pour les étudiants pauvres qui survécut comme institution autonome jusqu’à l’occupation napoléonienne de l’État pontifical. Guidalotti a certainement caressé d’autres ambitions : à quoi pensait-il en plaçant son collège sous la protection de saint Jérôme ? Au début du xve siècle, la figure du saint ermite s’est chargée d’un sens nouveau, depuis la rédaction du Hieronymus de Giovanni d’Andrea, le correspondant de Pétrarque : Jérôme est devenu pour les juristes un modèle d’érudition, un gage de dignité et une invitation à l’humilité. Mais les cardinaux de curie l’ont aussi peu à peu adopté comme une sorte de patron, allant jusqu’à le faire représenter vêtu en cardinal face à l’évêque Augustin49. Guidalotti s’attendait-il à devenir cardinal ? Au vu des précédents et, pour nous, d’après l’exemple de ses successeurs, il pouvait certainement l’espérer. Mais une carrière est faite aussi d’espoirs déçus.

Notes

1 N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, IV, Paris, 1902, p. 346.

2 Sur l’intégration des membres de la curie de Grégoire XII par ceux de l’obédience de Jean XXIII déjà admis par le concile de Constance, on se reportera à la récente mise au point de W. Brandmüller, Das Konzil von Konstanz 1414-1418. Bd I. Bis zur Abreise Sigismunds nach Narbonne, 2e éd. mise à jour, Paderborn, Munich, Vienne, Zurich, 1999, p. 318-320.

3 F.-C. Uginet, Giovanni XXIII antipapa, dans Enciclopedia dei papi, II, Rome, 2000, p. 617.

4 J. Favier, Les finances pontificales à l’époque du Grand Schisme d’Occident (1378-1409), Paris, 1967, p. 43-44 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 211). Le camérier de l’obédience de Grégoire XII, son neveu Antonio, avait été destitué – quelques jours avant son abdication – par le pape qui s’était réservé la charge pour la durée de son pontificat. Cf. F.-C. Uginet, Correr, Antonio, dans Dizionairo biografico degli Italiani, 29, Rome, 1983, p. 486 et W. Brandmüller, Das Konzil von Konstanz cit., p. 320.

5 M. Dykmans, D’Avignon à Rome. Martin V et le cortège apostolique, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, 43, 1968, p. 211.

6 Lettre de destitution du patriarche d’Antioche et de nomination de Louis Aleman dans F.-C. Uginet, Le Liber officialium de Martin V (cité désormais LO), Rome, 1975, p. 22-24.

7 LO, p. 25-28.

8 K. Eubel, Hierarchia catholica medii aevi...ab anno 1198 usque ad annum 1431, editio altera, Munster, 1923, p. 104.

9 LO, p. 40-41.

10 Ibid., p. 48 et 50. Sur ce personnage, qui deviendra évêque de Verden en 1426, cf. B. Schwarz, Die römische Kurie und das Bistum Verden im Spätmittelalter, dans Immunität und Landesherrschaft. Beiträge zur Geschichte des Bistums Verden, éd. Bernd Kappelhoff et Thomas Vogtherr, Stade ; 2000, p. 134-137 (Schriftenreihe des Landschaftsverbandes, 14). Je remercie l’auteur de m’avoir aimablement communiqué le texte de cette étude.

11 LO, p. 45. Une des premières nominations faites par Martin V (15 novembre 1417) avait été celle du trésorier Enrico Scarampi qui figurait au nombre de ses électeurs (LO, p. 29). En mai 1418, il réintroduit un ancien trésorier de Grégoire XII, Francesco Novello, pendant l’absence de Scarampi (ibid., p. 37). Un an plus tard, en mai 1419, c’est au tour d’Antonio Casini, ancien trésorier de l’obédience du concile de Pise, d’être admis à entrer en charge. Tous les trois ont désormais le titre de trésorier mais un seul doit résider en curie et exercer la charge (ibid., p. 45).

12 A. Grohmannn, L’imposizione diretta nei comuni dell’Italia centrale nel xiii secolo : la Libra di Perugia del 1285, Rome, 1986, p. 85 et 239 (Collection de l’École française de Rome, 91).

13 J.-Cl. Maire Vigueur, Comuni e signorie in Umbria, Marche e Lazio, Turin, 1987, p. 229.

14 V. Bini, Memorie istoriche dell Perugina Università degli studj e dei suoi professori..., Pérouse, 1816, p. 423 cite un Guidalotti Guidalotti professeur de droit à Padoue à la fin du xive siècle et l’on connaît un Alberto Guidalotti qui prend ses grades de docteur en droit à Padoue en 1416 (Francesco Barbaro, Epistolario...).

15 F. A. Ugolini, L’abbazia di San Pietro nel sec. XIV e la sua influenza sulla vi-ta sociale e politica di Perugia, dans Bollettino della Deputazione di storia patria per l’Umbria, 64, 1967, p. 141.

16 Ibid. et L. Bonazzi, Storia di Perugia dalle origini al 1860, a cura di G. Innamorati, I, Città di Castello, 1959, p. 417-418.

17 F. A. Ugolini, L’abbazia di San Pietro cit., p. 141.

18 Ibid.

19 F. A. Ugolini, L’abbazia di San Pietro cit., p. 156.

20 A. Esch, Bonifaz IX. und der Kirchenstaat, Tübingen, 1969, p. 331 (Bibliothek des Deutschen historischen Instituts in Rom, XXIX).

21 L. Bonazzi, Storia di Perugia cit., p. 418.

22 I. Faciolati, Fasti gymnasii Patavini, pars 2, Padoue, 1757, p. 29.

23 G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, t. 27, Venise, 1784, col. 820. La transcription de Mansi indique que le clerc de la Chambre apostolique Benedetto de Guilleloctis est procureur de l’évêque Arcuratensis, nom de diocèse inconnu et dont la lecture la plus vraisemblable est, à notre avis, Racanatensis.

24 F. Baix, La Chambre apostolique et les Libri annatarum de Martin V (1417-1431), I, Bruxelles-Rome, 1947, p. ccclxxxi, n. 4 (Analecta Vaticano-Belgica, XIV).

25 J. Favier, Les finances pontificales cit., p. 511 et 523.

26 K. Eubel, Hierarchia catholica cit., p. 411.

27 P. M. Baumgarten, Oddo Potii de Varris de Genazzano, päpstlicher Schatzmeister, und sein Notar Laurentius Dominici de Rotellis, dans Historisches Jahrbuch, 31, 1910, p. 775.

28 Autre trait caractéristique de leur ressemblance est le fait qu’à sa mort Angelo Baglioni lègue sa bibliothèque au collège universitaire de la Sapienza Vecchia de Pérouse. Cf. F. Liotta, Baglioni, Angelo, dans Dizionario biografico degli Italiani, 5, Rome, 1963, p. 194.

29 Divers remboursements approuvés par le vice-camérier le 10 décembre 1417 dans Acta concilii Constanciensis, éd. H. Finke, IV, Münster, 1928, p. 213.

30 LO, p. 39.

31 Guidalotti fut taxator litterarum apostolicarum de 1420 jusqu’à sa mort. W. von Hofmann, Forschungen zur Geschichte der kuriale Behörden vom Schisma bis zur Reformation. II. Quellen und Exkurse, Rome, 1914, p. 96, n. 3.

32 Cf. supra n. 8.

33 F. Baix, La Chambre apostolique cit., p. cccxxi, n. 1.

34 Nombreuses mentions de ses interventions dans les registres des annates de la Chambre apostolique, ibid., p. ccclxxxiv-ccclxxxv.

35 K. Eubel, Hierarchia catholica cit., p. 514.

36 K. Eubel, Hierarchia catholica cit., p. 95

37 K. Eubel, Hierarchia catholica cit., p. 411.

38 Cf. supra n. 25

39 H. Hoberg, Taxae pro communibus servitiis, Cité du Vatican, 1949, p. 128 (Studi e testi, 144)

40 Ibid., p. 10.

41 Ibid., p. 98.

42 F. Baix, La Chambre apostolique cit., p. cccxxi, n. 6

43 P. M. Baumgarten, Oddo Potii de Varris cit., p. 785.

44 L. Bonazzi, Storia di Perugia cit., p. 517.

45 « Benedictus de Guidalottis amantissimus civis noster Perusinus vicecamerarius Sanctissimi in Christo patris et domini domini nostri Martini divina providentia pape V locumtenens... pro maiori parte temporis persistat ad pedes et aures S. D. N. P. et quotidie operetur totis suis viribus cum Sanctitate Sua occasione occurentium communi, hominibus et singularibus personis civitatis Perusine ». V. Bini, Memorie istoriche della Perugina Università degli studj e dei suoi professori, Pérouse, 1816, p. 425 (d’après Annali, 17-IX-1426).

46 Parmi ceux-ci il faut compter sa bibliothèque composée de 33 livres de droit qui sont pour la plupart des leçons de juristes ses contemporains. R. Belforti, Le librerie di due dottori in leggi del sec. XV, dans Bollettino della R. Deputazione di storia patria per l’Umbria, 17, 1911, p. 622.

47 V. Bini, Memorie istoriche dell Perugina Universit cit., p. 42.

48 Une liste se trouve dans N. Del Re, La Curia romana. Lineamenti storicogiuridici, Rome, 1970, p. 308-309.

49 D. Russo, Saint Jérôme en Italie. Étude d’iconographie et de spiritualité (xiiie-xve siècle), Paris-Rome, 1987, p. 57-60 et 65 (Images à l’appui, 2).

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540