Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Deuxième partie. Une frontière épanouie (1575-1635)

Chapitre VI. La course, entre conflits et échanges

Texte intégral

  • 1 « ...La Religione può armare qualsivoglia sorte di vascello... per far la guerra all’Infideli, conf (...)

« La Religion peut armer n’importe quelle sorte de navires... pour faire la guerre aux Infidèles, conformément à la profession de cette Sainte Milice... »1.

  • 2 Ibn Abi Dinar, Al-mounis fi akhbar Ifriqiyia wa Tounis, milieu xviie siècle, édition critique de Mh (...)

« Ces gens d’Europe ont occupé l’île de Malte – que Dieu la détruise ! – et leurs actions à Rhodes étaient identiques à leurs actions actuelles. Que Dieu les disperse le plus tôt possible !... »2.

1Au xviie siècle, la course devint l’activité principale de Malte. L’île avait toujours pratiqué cette activité, de façon privée depuis le Moyen Âge, puis par un investissement public de l’Ordre dès après son installation. Mais à partir du début du xviie siècle, Malte se transforma en véritable État corsaire et représenta indiscutablement la référence par excellence de la course chrétienne, au même titre qu’Alger ou Tunis symbolisaient la course barbaresque. Plus encore que les autres centres corsaires, comme les Baléares ou comme Livourne ou` s’illustrait l’Ordre de Saint-É tienne, Malte devait incarner le modèle de la course chrétienne, en raison de l’importance de cette activité dans l’île, et du maintien par le pouvoir lui-même, incarné par l’Ordre, d’une idéologie de la croisade dans cette nouvelle activité.

  • 3 Franco Angiolin, I Cavalieri e il Principe. L’Ordine di Santo Stefano e la societ à toscana in età (...)
  • 4 Peter Earle, Corsairs of Malta and Barbary, Londres, 1970.
  • 5 Michel Fontenay, « La place de la course dans l’économie portuaire : l’exemple de Malte et des port (...)
  • 6 M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le « corso » m (...)

2L’originalité de Malte résidait dans l’investissement incroyable de l’Ordre, en tant que pouvoir insulaire, puisque, en vertu de la donation de Charles Quint, les Hospitaliers jouissaient d’une entière autorité sur leur fief. Cette domination de l’Ordre dans la course conférait bien à la course maltaise sa particularité : ainsi, aux Baléares n’existait qu’une course privée, puisque le pouvoir était directement tenu par la couronne espagnole qui se contentait d’inciter au développement de l’activité corsaire, sans bien sûr la pratiquer directement. De même, en Toscane, c’était bien un Ordre militaire qui s’employait depuis 1562 à l’activité corsaire contre les Infidèles, mais il était aux ordres du souverain et n’exerçait donc pas de pouvoir direct sur le duché : ses quatre galères, intégrées à la flotte des Médicis, devaient assurer la grandeur de l’É tat toscan, par des actions militaires et corsaires en Méditerranée3. À Malte au contraire, non seulement l’activité corsaire était publique, officielle et quasi-indépendante (les chevaliers n’ayant encore que peu de comptes à rendre aux puissances chrétiennes), mais elle cohabitait et favorisait une course privée, sévèrement réglementée. L’Ordre et l’île pratiquaient ainsi unanimement la course, au nom du maintien de la lutte contre l’ennemi musulman. Remplaçant la guerre offensive du xvie siècle, la course maltaise était en effet voulue par l’Ordre comme une perpétuation de la croisade et pratiquée comme telle. Ce sont les historiens Peter Earle4 et Michel Fontenay5 qui ont le mieux parlé de l’originalité de ce corso maltais, ou` la dimension idéologique de la course l’emporte en apparence sur le profit. Plus que la piraterie ou la simple course, le corso, chrétien comme musulman, permettait donc, sous le prétexte d’une croisade contre l’ennemi de la vraie foi, de courir sus à tous les navires infidèles, ainsi qu’à tous ceux qui voulaient pactiser avec lui6. À Malte, la pratique corsaire permettait évidemment à l’Ordre de ne pas abandonner complètement son activité de lutte contre les musulmans, qui avait été la sienne depuis les Croisades, en un moment ou` la Méditerranée n’était plus dominée par l’affrontement direct des empires espagnol et ottoman.

  • 7 Ettore Rossi, « I Maltesi nella Marina dell’Ordine di San Giovanni », in Archivio storico di Malta, (...)
  • 8 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta, Malte, 2000.

3Dans l’historiographie maltaise, la course est également perçue comme un maintien de la croisade et un élément de l’affirmation de Malte face à la rive musulmane aux xviie et xviiie siècles7. Il est même étrange que Carmel Cassar8 n’évoque pas du tout la course en tant qu’élément de l’identité maltaise, alors qu’il considère comme un facteur d’appartenance au monde chrétien, le commerce qui relie Malte à la Sicile, et comme fondement de l’identité insulaire l’essor du commerce entre la fin du xvie siècle et le milieu du xviie siècle. L’auteur ne mentionne guère l’existence de la course en Méditerranée, la cantonnant à une activité proprement barbaresque et de l’Ordre, ou encore en la situant uniquement dans le passé-médiéval de Malte, en un moment ou` l’île était trop pauvre pour pratiquer du commerce véritable. Cette absence reflète la partialité notable de la plupart des études maltaises qui témoignent d’une répugnance manifeste à évoquer des activités ou` les acteurs frontaliers ont pu être amenés à des contacts plus ou moins licites, plus ou moins francs avec la rive musulmane.

4Car la course n’était pas que guerre. Déprédation tristement célèbre des traditionnelles routes de commerce pacifique chrétiennes (les routes vénitiennes, le blé de Sicile) comme musulmanes (la « caravane » d’Alexandrie), elle favorisait dans le même temps l’émergence d’un commerce parallèle de vente et de rachat des biens et des hommes capturés en mer ou razziés à terre, dont les centres actifs étaient bien souvent aussi des ports de commerce (Messine, Livourne, Malte même). L’activité corsaire à Malte devait donc devenir progressivement un investissement à plein temps, à la rentabilité économique avérée : aux diverses prises de navires et de marchandises, s’ajoutait la capture intéressante d’esclaves qui pouvaient aussi bien être conservés comme main d’œuvre gratuite, que revendus à des prix parfois élevés, selon la condition sociale du captif. La société portuaire de l’île, encouragée par l’Ordre qui était le premier corsaire, et enrichie par un afflux régulier de main d’œuvre étrangère, vivait désormais de et par la course, pratiquée bien sûr contre les musulmans, mais bien souvent aussi contre les chrétiens.

5Dominante sur les plans économique et social, la course apparaissait alors également comme un élément essentiel de la dynamique frontalière, en ce qu’elle était porteuse à la fois de césure, par l’état belliciste qu’elle maintenait à Malte et dans tout le bassin maritime, et d’ouvertures nouvelles, par la recherche de contacts humains et portuaires pour organiser les départs et pour écouler les prises.

LES MOYENS DE LA COURSE

DES HOMMES ET DES NAVIRES

Course publique, course privée

  • 9 AOM 459, f° 340v., 7 avril 1617. La peine fut finalement commuée en un emprisonnement de deux année (...)

6La course à Malte se pratiquait à deux niveaux, public et privé. En tant que pouvoir suzerain, l’Ordre menait régulièrement un corso public et officiel contre les Infidèles, par l’intermédiaire de ses chevaliers. Placés à la tête de l’escadre des galères ou de plusieurs navires qui appartenaient à l’Ordre ou au Grand Maître, les chevaliers partaient munis d’instructions précises de la part du Grand Maître quant à la destination et le but de leur course : il pouvait s’agir de captures de navires au Ponant ou au Levant, d’expéditions punitives menées contre les Barbaresques, ou encore de razzias dans les forts ottomans de la côte grecque. Le butin matériel, humain et financier rapporté de la course appartenait exclusivement au Trésor de l’Ordre, et l’argent retiré des ventes réalisées en cours de route, comme celles de denrées périssables par exemple, devait être entièrement restitué à l’Ordre, sous peine d’amende. En 1617, un chevalier qui avait tenté de frauder et de ne pas déclarer la vente d’une cargaison prise en course fut condamné par le Conseil au paiement de 500 écus d’amende et à la perte de l’habit9.

  • 10 AOM 434 à AOM 455.
  • 11 AOM 455 à AOM 465.

7La course publique menée par les chevaliers ne devait pas être d’égale intensité au fil de la période. L’étude de l’octroi des patentes magistrales, qui sont réunies dans la section Salviconductus et diversæ scripturæ, de la série Libri Bullarum des Archives de l’Ordre, révèle en effet qu’elle était largement dominante à la fin du xvie siècle, avec 82 patentes sur 178 entre 1575 et 1605, soit une proportion énorme de 46,1 % des patentes octroyées10. Mais cette proportion tendit à diminuer pour ne plus représenter que 27,1 % des patentes entre 1605 et 1635, soit 107 patentes de course publique pour un total de 39511. La part de la course publique à Malte avait donc fortement décru dans le même temps.

  • 12 AOM 101, f° 160v., 17 juin 1605.

8La course privée avait toujours existé à Malte et concernait quelques particuliers qui la pratiquaient au même titre que d’autres activités de pêche ou de commerce. Ce furent donc le nouveau contexte méditerranéen de paix entre les rives et l’impulsion de la course publique de l’Ordre, qui motivèrent le développement remarquable de la pratique corsaire individuelle à partir des premières années du xviie siècle : entre 1605 et 1635, elle ne représenta pas moins de 72,9 % des patentes octroyées par le Grand Maître, soit 288 patentes sur 395. Cela supposait évidemment le brassage d’un nombre toujours plus grand de corsaires, qui pouvaient être des membres de l’Ordre (chevaliers et servants d’armes), mais surtout des laïcs, natifs de Malte ou de divers lieux d’Europe. Bien qu’elle nécessitât elle-aussi une autorisation officielle du pouvoir, la course privée différait dans son fonctionnement de l’activité publique : les corsaires partaient en leur propre nom, et pas en celui de l’Ordre, et le butin réalisé leur appartenait en grande partie, hormis le paiement d’une dîme au Commun Trésor, qui finançait le port du pavillon de l’Ordre12. En outre, les privés ne recevaient aucune instruction du Grand Maître, même si nous pouvons affirmer sans crainte d’erreur, que les routes des corsaires privés se calquaient sur celles employées par les navires de l’Ordre.

  • 13 N. Planas, Pratiques de pouvoir au sein d’une société frontalière... cit., p. 191-192.
  • 14 Franco Angiolini, « L’Ordine di Santo Stefano, i Toscani e il mare », in L’Ordine di Santo Stefano (...)
  • 15 Cette étude a été réalisée à partir de la recension de toutes les patentes magistrales accordées au (...)

9La coexistence des deux courses était bien une spécificité maltaise. Dans son étude sur la société baléare au xviie siècle, Natividad Planas a montré que la course majorquine était exclusivement privée, même si elle recevait l’aval de la couronne espagnole13. Quant à l’Ordre de Saint-Étienne, qui était depuis sa création en 1562, le pendant de l’Ordre de Malte en Méditerranée, il n’exerçait pas une complète domination sur Livourne ou sur le littoral toscan. La course publique stéphanoise n’engendrait pas nécessairement un investissement entier de la société portuaire du Grand-Duché de Toscane dans la course14. Cette coïncidence de deux courses maltaises avait alors pour conséquence une sur-représentation des membres de l’Ordre en ce qui concernait les demandes des patentes : avec 394 octrois de patentes magistrales sur les 563 recensées entre 1575 et 163515, l’Ordre représentait en effet 69,9 % des demandes de course. Et même en n’étudiant que les patentes de course privées, les membres de l’Ordre apparaissaient dominants par rapport aux particuliers laïcs : avec 218 patentes sur les 387 patentes données par le Grand Maître pour un départ en course privée, chevaliers et servants d’armes représentaient encore 56,4 % des départs.

Tableau 5. LES DÉPARTS EN COURSE PRIVÉE

Tableau 5. LES DÉPARTS EN COURSE PRIVÉE

Source : AOM 442 à AOM 465.

Source : AOM 442 à AOM 465.
Graphique 1 – L’évolution de la course privée (1585-1635).

10Pourtant, la proportion doit être corrigée : certes, les chevaliers obtiennent plus régulièrement que les laïcs des patentes de course, mais ils ne partent pas toujours personnellement en mer. Ainsi, sur les 218 patentes obtenues par les membres de l’Ordre, seuls 142 chevaliers et servants d’armes étaient réellement partis en tant que corsaires. Dans de nombreux cas, le chevalier se contentait de demander la patente, d’armer le navire et de le confier à un corsaire laïc qui le conduisait. De sorte qu’en réalité, à Malte, la course privée laïque l’emportait largement sur celle des religieux, et que les corsaires maltais et étrangers représentaient 64,4 % des départs de navires, soit 245 courses de laïcs sur 387 courses privées. L’apogée de l’activité corsaire concerne les années 1605-1625, avec un pic très sensible pour la décennie 1615-1625. Après 1625, la course est en nette régression, concurrencée progressivement par le commerce qui prend une nouvelle ampleur, du fait de l’activité corsaire qui nécessite l’instauration de relations pacifiques entre les rives pour la revente des surplus et des esclaves. Le graphique illustre en outre particulièrement bien la domination évidente de la course laïque sur celle des religieux de l’Ordre, qui se rapporte à la forte différence qui existe entre les demandes de patentes, où les chevaliers sont dominants, et les départs en course, où ils sont minoritaires et où ce sont les laïcs qui sont les plus présents.

11La course apparaissait donc à Malte comme une activité essentielle : dans le premier tiers du xviie siècle, tout le monde portuaire en vivait, depuis les chevaliers qui la contrôlaient et la dominaient, jusqu’aux particuliers qui pouvaient être de simples acteurs qu’on ne rencontre qu’une fois, au hasard d’un parcours individuel qui les emporte souvent loin de notre île, ou bien de vrais spécialistes qui s’y investissaient comme corsaires ou armateurs. La course, publique comme privée, s’exerçait au moyen de navires différents, selon que le départ en course était réclamé par un particulier ou par l’Ordre, et selon la destination en Méditerranée. Pour ses expéditions, l’Ordre employait de façon récurrente ses galères, puis ses galions et vaisseaux de haut bord, tandis que les particuliers, qu’ils fussent religieux ou laïcs, Maltais ou étrangers, partaient à bord de petits navires à rame ou à voiles, à destination de la Barbarie, ou bien à bord de navires plus gros vers le Levant.

Les navires

a) Les navires mixtes : les galères

12Fleuron de la flotte des Hospitaliers, les galères rassemblent plus de la moitié (51,5 %) des départs de navires, soit 596 départs de galères sur 1 156 navires partis en course entre 1 575 et 1 635. Ce nombre de départs ne doit pas être confondu avec celui des patentes magistrales qui lui est bien inférieur, attendu qu’une patente pouvait être accordée à plusieurs navires en même temps : une seule patente servait souvent à toute l’escadre des galères.

  • 16 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la Méditerranée du xvie siècle », in Mélanges en l’honneur d (...)

13Les galères souffraient d’une fragilité inhérente à leur structure même : longues d’une quarantaine de mètres, pour à peine plus de 5 mètres de large, et d’une faible profondeur de deux mètres environ, leur espace était essentiellement occupé par le moteur humain, ce qui empêchait de les surcharger en matériel de guerre ou en marchandises et qui expliquait leur incapacité à affronter le mauvais temps. Contraintes de longer les côtes, elles ne se risquaient qu’exceptionnellement en haute mer. Pourtant, elles devaient demeurer au fil du xviie siècle, l’instrument de navigation privilégié des puissances méditerranéennes et tout particulièrement de Malte. La raison venait de leur vitesse de navigation, qui avait été accrue considérablement dans la seconde moitié du xvie siècle, par la modification du système de vogue : la rame de galoche, maniée par plusieurs rameurs, avait en effet remplacé la rame individuelle et permettait de porter le nombre de rameurs sur chaque rame à quatre, puis à cinq16.

  • 17 AOM 289, f° 50v., Chapitre Général de 1569.
  • 18 AOM 290, f° 39r., Chapitre Général de 1574.
  • 19 Dal Pozzo, I, p. 267. La décision de 1584 fut confirmée encore en 1585.
  • 20 AOM 108, f° 62v., 16 janvier 1625.
  • 21 Paolo Collura, « Le due missioni di Mons. Ludovico I de Torres in Malta (1578-1579) », in Archivio (...)
  • 22 Carmelo Trasselli, « Una statistica maltese del secolo xvi », in Economia e storia, 1966, p.
  • 23 AIM, Proc. 18, f° 69r.
  • 24 M. Fontenay, « Il mercato maltese degli schiavi... », art. cit., p. 395.

14Les galères de l’Ordre avaient suivi cette modernisation : tandis qu’en 1569, le nombre de rameurs était encore de quatre par banc17, il fut porté à cinq par banc en 157418. La combinaison entre l’adoption du système de rame de galoche et l’augmentation régulière du nombre de galères (qui s’éleva à cinq en 158419, puis à six au début de l’année 162520) favorisa un fort accroissement du nombre de galiots, de forçats et d’esclaves de rame. Avares en données chiffrées, les archives maltaises ne donnent des renseignements que sur l’augmentation du nombre d’esclaves, qui était de 200 en 157621. Ce chiffre s’éleva à 785 en 159022, puis à 1 000 environ en 159923. Cette dernière estimation est inédite : elle a été découverte au hasard de nos dépouillements dans les archives de l’Inquisition, à Mdina. Il s’agit d’une lettre de Mariano Carbun, argousin de l’Ordre responsable des esclaves, adressée à l’Inquisiteur, dans laquelle il révélait que l’Ordre possédait, à ce moment-là, environ 1 600 esclaves, dont 600 esclaves de terre. Enfin, en 1632, le nombre d’esclaves de rame de l’Ordre fut porté à 1 28424.

  • 25 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la seconde moitié du xvie siècle », art. cit., p. 79.
  • 26 AOM 99, f° 130v., 31 janvier 1597.
  • 27 AOM 453, f° 276r., 19 février 1601.
  • 28 AOM 101, ff° 61v.-62r., 10 mars 1603.

15Le nombre de forçats crut certainement aussi tout au long du premier xviie siècle. Au même titre que d’autres puissances méditerranéennes, Malte connaissait une pénurie en buonavoglie, qui résultait de la dureté des conditions de vie et de la déconsidération progressive d’un métier exercé de plus en plus par une main d’œuvre gratuite, composée d’esclaves et de forçats25. L’Ordre avait ainsi recours à de nombreux renégats punis par le Saint-Office, depuis qu’il avait demandé en 1597 à l’Inquisiteur de condamner tous les apostats à la rame plutôt qu’à la peine de mort26. Il pouvait aussi réclamer au roi de France l’envoi de galériens : pour ne citer qu’un exemple, en 1601, à la suite d’une surmortalité de ses esclaves de rame, l’Ordre supplia Henri IV de lui faire don de plusieurs condamnés français qui seraient employés sur les galères maltaises27. Enfin, depuis 1603, les vice-rois de Sicile et de Naples étaient astreints par le roi d’Espagne à fournir annuellement cent cinquante galiots de leur Royaume pour le service des galères de la Religion28.

  • 29 AOM 290, f° 39r., Chapitre Général de 1574.
  • 30 AOM 737, f° 87r., 20 juillet 1637.
  • 31 AOM 737, f° 87r., 20 juillet 1637.
  • 32 AOM 296, f° 138r., Chapitre Général de 1631.
  • 33 AOM 293, ff° 103v.-104r., Chapitre Général de 1598.
  • 34 AOM 290, f° 38r., Chapitre Général de 1574.
  • 35 NAM, Registro Revelationis Mancipiorum (RRM) 133, f° 4r., 19 septembre 1588.
  • 36 NAM, RRM 133, f° 5v., 26 septembre 1588.
  • 37 NAM, RRM 133, f° 36v., 3 janvier 1589.
  • 38 NAM, RRM 133, f° 43v., 30 juin 1589.

16À partir de 1574 et pendant tout le premier xviie siècle, le nombre de bancs fut fixé à 25 pour les galères ordinaires, ce qui portait la chiourme à 220 rameurs, dont une dizaine de rameurs de réserve. Seule la galère Capitane avait 230 rameurs, dont 10 de réserve, pour 26 ou 27 bancs29. Enfin, en 1637, le nombre de rameurs fut porté à 280 pour les galères (210 esclaves et forçats, 70 buonavoglie) et à 370 rameurs sur la Capitane (280 esclaves et forçats, 90 buonavoglie)30. À bord, le personnel maritime se composait de 160 personnes sur les galères ordinaires et 190 personnes sur la Capitane31, dont un chevalier, à qui était confié le commandement du bâtiment, quelques servants d’armes âgés de plus de vingt ans32, plusieurs chapelains chargés de dire la messe chaque matin et de confesser équipage et rameurs33, un pilote, un comite, un écrivain, un cuisinier, un barbier, une quarantaine de soldats et tout autant de marins34... Hormis les chapelains qui pouvaient être membres de l’Ordre, ce personnel maritime était composé généralement de Maltais, mais également d’étrangers venus s’installer à Malte, attirés par tous les emplois que proposait l’Ordre, dans le cadre d’une activité corsaire en pleine expansion. Pour ne citer que quelques exemples, en septembre 1588, Antonio Agnola, soldat italien35, et Matteo Zahra, marin sicilien36, vinrent se mettre au service de l’Ordre, tandis qu’en 1589, le Sicilien Francesco Liscari, cuisinier37, et un certain Michele Lombardo, de Terranova, barbier38, étaient employés par les galères de Malte.

  • 39 AOM 439, f° 246v., 4 avril 1580.
  • 40 AOM 450, f° 270v., 11 juillet 1598.
  • 41 AOM 458, f° 313r., 19 février 1614.
  • 42 AOM 440, ff° 254r.-254v., 28 avril 1582 ; AOM 446, f° 227v., 3 décembre 1592 ; AOM 456, f° 276v., 3 (...)
  • 43 AOM 442, f° 209v., 15 avril 1584 ; AOM 452, f° 252v., 28 septembre 1599.
  • 44 AOM 442, ff° 212r.-212v., 15 mai 1584.

17Parfois, mais les cas étaient rares, une seule galère était envoyée en course. Il s’agissait alors toujours de trajets courts, effectués en un ou deux mois, comme des surveillances maritimes au large de la Sicile ou au débouché de l’Adriatique, voire dans toute la mer Ionienne. Ainsi, en avril 1580, une seule galère partit pour contrôler les littoraux de Sicile et de Pantelleria39, tandis qu’en juillet 1598, une galère de l’Ordre conduite par un chevalier, était envoyée en reconnaissance au large de Zante40. Enfin, en 1614, un chevalier était chargé de patrouiller avec une galère entre la côte méridionale de la Sicile et les côtes balkaniques41. Pour les courses plus longues en Barbarie ou au Levant, qui duraient de trois à huit mois, les galères partaient toujours à plusieurs, parfois escortées par d’autres navires, comme le galion de l’Ordre42, ou quelques brigantins et frégates43, ou encore par une galiote44.

b) Les navires mixtes : galiotes, frégates, brigantins, caïques, felouques

  • 45 Andrew Cuschieri, Joseph Muscat, Naval Activities of the Knights of St John (1530-1798), Malte, 200 (...)

18Hormis la galère qui restait l’apanage de l’Ordre, la plupart des navires mixtes étaient employés lors de courses privées, menées par des chevaliers ou par des particuliers maltais et étrangers45. L’utilisation combinée des voiles et des rames était évidemment d’une grande utilité pour les corsaires, permettant une grande rapidité de manœuvre et d’approche des navires à aborder.

  • 46 Daniel Panzac, Les corsaires barbaresques. La fin d’une épopée (1800-1820), Paris, 1999, p. 40.
  • 47 AOM 455, f° 270r., 22 août 1605 ; AOM 464, ff° 384v.-385r., 15 mai 1634.
  • 48 AOM 456, f° 295r., 17 mars 1609 ; AOM 456, f° 310r., 17 novembre 1609.
  • 49 AOM 455, f° 276r., 12 octobre 1605 ; AOM 460, f° 337r., 7 juin 1621.
  • 50 AOM 460, f° 342r., 6 septembre 1621 ; AOM 461, f° 295r., 7 août 1623 ; AOM 461, f° 302v., 17 mai 16 (...)
  • 51 AOM 461, f° 303v., 12 juillet 1624.
  • 52 AOM 457, f° 292r., 14 février 1612.
  • 53 AOM 458, f° 326v., 15 septembre 1614.

19Parmi eux, la galiote était une galère étroite et de petite taille, dont le nombre de rameurs n’excédait pas la centaine, et qui portait à son bord 20 à 60 membres d’équipage46. Les galiotes de l’Ordre étaient les plus grosses, toutes pourvues de 14 bancs47, 15 bancs48, 16 bancs49, 17 bancs50 et même parfois 18 bancs51. Les galiotes plus petites étaient donc généralement la propriété de particuliers. Compte tenu de leur taille, ces galiotes pratiquaient essentiellement la course le long de la côte africaine, souvent jusqu’à Alexandrie, et ne se risquaient au cœur de la Méditerranée orientale qu’escortées d’un autre navire : ainsi, en février 161252 et en septembre 161453, ce fut escortée du grand galion de Malte que la galiote de 17 bancs de l’Ordre partit en direction de l’Archipel.

  • 54 AOM 434 à AOM 465.
  • 55 A. Cuschieri, J. Muscat, Naval Activities of the Knights of St John... cit., p. 68-69.
  • 56 AOM 446, f° 205v., 6 septembre 1591 ; AOM 449, f° 218v., 8 janvier 1597 ; AOM 454, f° 322v., 27 oct (...)
  • 57 AOM 445, ff° 265v.-266r., 28 novembre 1590 ; AOM 446, f° 209v., 7 novembre 1591 ; AOM 449, f° 211v. (...)
  • 58 AOM 446, f° 190r., 25 avril 1591 ; AOM 447, ff° 264r.-264v., 4 mars 1593 ; AOM 454, f° 322v., 27 oc (...)

20Les autres navires mixtes, frégates, brigantins, caïques et felouques, étaient fort peu employés par l’Ordre et étaient donc la propriété quasi-exclusive de corsaires privés, aussi bien laïcs que chevaliers ou servants d’armes. Le modèle le plus usité était la frégate, qui représentait 91 courses sur les 1 156 recensées entre 1575 et 163554, soit une proportion de 7,8 % des départs de navires. À cette époque, était appelé frégate tout navire qui n’était pas assez grand et pas assez large pour être considéré comme un galion. Les frégates étaient donc des bateaux à trois mâts, pourvus de voiles carrées, et munis de plusieurs rangs de rames55, fort différents des frégates et des corvettes du xviiie siècle. Les modèles les plus couramment employés pour la course étaient des frégates assez grosses, de 1056, 1157 et 12 bancs58, qui partaient le plus souvent au Levant.

  • 59 AOM 457, f° 289v., 28 novembre 1611.
  • 60 AOM 459, f° 324v., 28 août 1616 ; AOM 461, f° 289r., 18 mars 1623.
  • 61 AOM 453, f° 263v., 17 mai 1600 ; AOM 454, f° 328v., 4 février 1604 ; AOM 460, f° 311v., 10 mai 1620
  • 62 AOM 456, f° 263r., 9 août 1607 ; AOM 456, f° 315v., 18 mars 1610 ; AOM 460, f° 337v., 7 juin 1621 ; (...)
  • 63 AOM 454, f° 288r., 14 juin 1603 ; AOM 457, f° 284v., 15 juillet 1611 ; AOM 459, f° 324r., 11 août 1 (...)
  • 64 AOM 446, ff° 197r.-197v., 24 juillet 1591 ; AOM 456, f° 270r., 12 janvier 1608 ; AOM 456, f° 296v., (...)
  • 65 AOM 451, f° 278r., 26 mars 1599.
  • 66 AOM 460, f° 312r., 22 juin 1620 ; AOM 460, f° 338v., 27 août 1621 ; AOM 461, f° 301r., 21 janvier 1 (...)
  • 67 AOM 455, f° 266v., 10 mai 1605 ; AOM 456, ff° 310v.-311r., 22 janvier 1610.
  • 68 AOM 464, f° 314v., 26 août 1632 ; AOM 464, f° 325r., 23 mars 1633.

21Les brigantins, que l’on trouve dans 59 courses, soit une proportion de 5,1 % des départs de navires, étaient des bâtiments pourvus d’une dizaine de rames à un seul rameur et d’une voile latine. À Malte, les corsaires employaient diversement des brigantins de très petite taille, à 659 ou 7 bancs60 seulement, ou bien des navires plus gros, de 1361 à 14 bancs62 ; mais les brigantins les plus couramment employés demeuraient ceux de 963 ou 10 bancs64, qui regroupaient une cinquantaine d’hommes à bord, rameurs compris. Ces brigantins étaient indifféremment envoyés en course en Barbarie ou au Levant, en solitaires comme escortés d’autres navires. Les caïques représentaient 38 départs en course sur 1 156, soit une proportion de 3,3 % des départs. Il s’agit là encore de petits navires à un mât, avec voile latine. Le plus petit caïque ne possédait que 3 rames et appartenait à un corsaire vénitien parti en course en Barbarie en mars 159965. Mais les caïques les plus couramment employés possédaient 766 et 967 ou 10 bancs68.

  • 69 A. Cuschieri, J. Muscat, Naval Activities of the Knights of St John... cit., p. 57.
  • 70 AOM 454, f° 270r., 1er octobre 1602.
  • 71 AOM 457, f° 273v., 9 novembre 1610.

22Enfin, les felouques constituaient les derniers navires mixtes utilisés par la course maltaise ; elles représentaient 24 départs sur toute la période, soit une proportion faible de 2 %. Ces felouques étaient des petits navires pourvus de deux mâts et de deux voiles à antennes69, comme les galères, et munies de deux à quatre canons, pour les plus grosses. Le nombre de bancs était variable : à Malte, on trouvait des petites felouques à 5 bancs, comme celle du chevalier Avogast Andelao, de la Langue d’Allemagne, qui pratiqua la course en Barbarie en 160270, mais également des felouques plus grosses, de 7 ou 8 bancs, à l’exemple de celles du patron français Jean-Antoine Coulet, qui les envoya en course au Levant, en 161071. La felouque portait donc à son bord une trentaine d’hommes pour les plus petites, dont une quinzaine de rameurs, une dizaine de marins et trois à cinq soldats ; pour les plus grosses, une cinquantaine d’hommes. Elles pouvaient partir indifféremment en course au large de la Barbarie comme en Méditerranée orientale.

c) Les navires à voiles : galions, tartanes, pettachio, polacres

  • 72 AOM 88, f° 44r., 18 décembre 1549.
  • 73 Chaque année, les archives évoquent le voyage des galions : AOM 416,
  • 74 A. Cuschieri, J. Muscat, Naval Activities of the Knights of St John... cit., p. 20-21.
  • 75 AOM 454, f° 325r., 21 novembre 1603.
  • 76 AOM 458, f° 326v., 15 septembre 1614.
  • 77 AOM 460, f° 317v., 15 novembre 1620.

23Les plus gros voiliers étaient sans conteste les galions de l’Ordre, et les différents vaisseaux de haut bord, couramment nommés ber-tons. Ces navires étaient employés pour le transport de marchandises, mais la présence de canons leur permettait également de partir en course et d’arraisonner un éventuel navire ennemi. Depuis le milieu du xvie siècle, l’Ordre possédait deux galions, l’un d’une contenance de 2 500 salmes environ, et l’autre, plus petit, de 1 500 salmes72, qui avaient remplacé les caraques et qui étaient chargés chaque année du transport des responsions73 et du ravitaillement des chevaliers (blé de Sicile notamment). En même temps, ces navires, qui pouvaient transporter de 14 à 30 canons74, étaient utilisés pour les surveillances maritimes, puis à partir du début du xviie siècle, pour de longues courses au Levant. Ainsi, entre 1600 et 1635, les galions de l’Ordre quittèrent 46 fois le port, et représentèrent 5,1 % de tous les départs en course. Ils partaient assez rarement seuls, et étaient souvent expédiés en course en compagnie de navires plus petits : en 1603, le grand galion de l’Ordre partit au Levant, escorté de deux tartanes75, en 1614, le petit galion fut escorté d’une galiote commandée par un chevalier76, et en novembre 1620, les deux galions partirent de concert en Méditerranée orientale, pour une course de 5 mois77.

  • 78 AOM 455, f° 277r., 25 octobre 1605.
  • 79 AOM 455, f° 277r., 25 octobre 1605 ; AOM 456, f° 294v., 17 mars 1609 ; AOM 459, f° 347v., 28 juille (...)
  • 80 AOM 459, f° 33v., 10 mars 1620 ; AOM 460, f° 353r., 26 avril 1622 ; AOM 462, f° 330r., 22 octobre 1 (...)
  • 81 A. Cuschieri, J. Muscat, Naval Activities of the Knights of St John... cit., p. 100-101.

24Un autre navire, le pettachio, assez semblable au galion, mais plus petit et plus bas, était couramment utilisé par les corsaires de Méditerranée à partir des premières années du xviie siècle : avec 39 départs en course entre 1600 et 1635, il représentait 4,2 % des sorties du port. Le pettachio, mentionné pour la première fois par les archives de Malte en 160578, était un voilier à trois mâts, dont deux mâts à voiles carrées et un mât à voile latine et pourvu d’une poupe surélevée. Plus petit qu’un galion, le pettachio ne pouvait transporter beaucoup de canons (entre 8 et 12 au maximum). Sa destination de course était essentiellement le Levant, qu’il gagnait en longeant les côtes grecques79, ou la côte africaine80. La tartane, qui représentait 5,9 % des départs en course (soit 68 patentes octroyées) était un petit vaisseau équipé de deux ou trois mâts à voile triangulaire, muni de dix à quinze pièces d’artillerie, qui pouvait porter jusqu’à 100 à 150 hommes, marins et soldats confondus81. Comme les autres voiliers, elles servaient à la fois de bâtiments de commerce et de navires de course expédiés indifféremment en Méditerranée orientale et en Barbarie.

  • 82 A. Cuschieri, J. Muscat, Naval Activities of the Knights of St John... cit., p. 104.
  • 83 AOM 454, f° 270r., 7 octobre 1602.
  • 84 AOM 459, f° 70r., 23 mars 1620.

25Enfin, le dernier modèle était la polacre, qui totalisait 13 départs seulement, soit une proportion de 1,2 % des départs en course entre la fin du xvie siècle et le milieu du xviie siècle. La polacre était une sorte de grosse barque, pourvue de trois mâts à voiles à la fois triangulaires et carrées, qui portait pour l’époque qui nous intéresse, de 6 à 8 canons (des canons furent rajoutés à la fin du xviie siècle)82. Les polacres étaient essentiellement utilisées par des corsaires privés. Par exemple, en 1602, le chevalier Henri de Rochancourt, de la Langue de France, partit en course au Levant avec sa polacre personnelle83 ; de même, en 1620, un corsaire français, Gaspard Vidal de Provence, arma une polacre de sa possession pour une course au large de la côte barbaresque84.

26Ce potentiel humain et matériel assurait le développement dans le port d’une activité corsaire toujours plus importante, qu’il devenait nécessaire de surveiller. En effet, dépendante de l’autorisation de l’Ordre, qu’elle fût publique ou privée, la course se pratiquait, comme le précisaient les patentes, a danno d’Infidele, c’est-à-dire au nom de la poursuite de la guerre contre les musulmans, et véhiculait en tous lieux de la Méditerranée le pavillon bien connu, rouge à croix blanche, de l’Ordre. Elle apparaissait en outre comme une activité d’autant plus rentable que de plus en plus de corsaires la pratiquaient, rapportant dans l’île les butins réalisés. Pour ces deux raisons, l’Ordre ne pouvait la laisser se développer de manière anarchique, et avait tout intérêt, sur un plan politique et militaire, comme sur un plan économique et financier, à contrôler le plus étroitement possible cette activité dont il était le principal acteur et bénéficiaire. Dès le début du xviie siècle, soit au moment où la course acquérait un poids plus lourd dans l’économie portuaire, l’Ordre la règlementa officiellement, depuis l’armement du navire jusqu’à la prise du butin et à la manière de rapporter celui-ci.

LE CADRE DE LA COURSE

27À Malte comme ailleurs, la course n’était pas une activité de non-droit. Réglementée, codifiée, elle obéissait depuis le début du xviie siècle, à des normes imposées par le pouvoir public et admises par ses acteurs, qui n’empêchaient pourtant nullement la permanence d’activités illicites et non-contrôlées. Avant tout départ, les corsaires avaient pour obligation de présenter au Conseil de l’Ordre l’armement de leurs navires et la destination de leur course, pour recevoir la patente qui les autorisait à prendre la mer.

La réglementation de 1605

  • 85 N. Planas, Pratiques de pouvoir au sein d’une société frontalière... cit., p. 227-228.
  • 86 AOM 101, ff° 158v.-166r., 17 juin 1605. Il existe une copie de cette ordonnance magistrale dans un (...)

28À l’exemple de la Couronne d’Espagne qui publiait des ordonnances pour définir les règles de la course baléare85, le Grand Maître Alof de Wignacourt et le Conseil créèrent en 1605 un Tribunal des Armements, qui devait rester en usage jusqu’en 1798, pour définir les structures de l’activité corsaire et régler les éventuels différends entre corsaires et armateurs86.

  • 87 Tout particulièrement dans ses articles : M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ?.. (...)

29Nous avons été malheureusement confrontés à une incurie d’archives que déplorait déjà Michel Fontenay87 : en effet, des archives du Tribunal, il ne reste actuellement qu’un unique Registro delle prese, qui couvre les années 1659-1663. Cette liasse, qui fait état des prises rapportées par les corsaires de Malte, membres de l’Ordre comme laïcs, et qui recense toutes les ventes d’esclaves sur le sol maltais, témoigne de la richesse que devaient représenter les fonds du Tribunal des Armements aujourd’hui disparus. Étant donné ce manque capital auquel nous nous heurtons, il est absolument impossible de se faire une idée précise de la totalité des butins réalisés, et surtout de dresser un bilan de la richesse que put représenter la course pour Malte au xviie siècle.

  • 88 Ces archives, nous l’avons déjà dit, ont malheureusement disparu.
  • 89 AOM 101, f° 159v.
  • 90 AOM 101, f° 160r. (« ...s’ordena e commanda espressamente a qualla persona di qualunque sorte di va (...)
  • 91 AOM 101, f° 160v.

30En vertu de l’ordonnance du Grand Maître du 16 juin 1605, à l’origine de la fondation, le Tribunal était mixte, composé à la fois de membres de l’Ordre et de laïcs. Tous les actes concernant des départs en course devaient être signés devant le notaire du Tribunal88, qui était nommé par le Grand Maître, de sorte que même si les armateurs, les propriétaires de navires et les corsaires avaient déjà signé un contrat devant un notaire du port, ils étaient contraints de comparaître devant celui du Tribunal des Armements89. L’ordonnance imposait également à tout corsaire de ne partir en course qu’en arborant la bannière de l’Ordre, sous peine de se voir confisquer par le Commun Trésor le navire à la sortie du port90. Dans les cas où les commissaires des douanes capturaient un navire maltais battant un autre pavillon que celui de l’Ordre, ils avaient pour consigne, avant de confisquer le navire, de prélever un dixième de la cargaison de course et un dixième des esclaves capturés, c’est-à-dire ce que payaient ordinairement tous ceux qui arboraient l’étendard de Malte91.

  • 92 AOM 101, f° 161r. (« Che nessun Religioso o secolare [...] possa armare qualsivoglia sorte di vasse (...)
  • 93 AOM 101, f° 160v.

31Le Tribunal des Armements permettait ainsi à l’Ordre de s’assurer des rentrées régulières d’argent ou de marchandises, qui étaient prélevées lors de chaque départ et de chaque retour de navire. La patente magistrale, sans laquelle le départ des corsaires était impossible, et l’autorisation de battre pavillon maltais devaient évidemment être payées par l’armateur ou le corsaire au Trésor. Le prix de la patente n’était pas fixe et dépendait de la taille du navire92. De plus, l’Ordre prélevait au retour du navire une taxe, qui correspondait à 10 % de son butin de course, soit en biens matériels (10 % de la cargaison), soit en hommes (10 % des esclaves capturés), soit en argent (10 % de la somme obtenue par la vente des esclaves ou des marchandises durant le trajet de retour du navire)93.

  • 94 AOM 101, f° 165v.
  • 95 AOM 101, ff° 162v.-163r.
  • 96 AOM 101, f° 162v.

32Mais la perception de la dîme n’était pas seulement une rente financière ; elle permettait à l’Ordre de contrôler le bon déroulement de la course, depuis l’armement du navire jusqu’à son retour à bon port. En effet, les armateurs ayant reçu l’autorisation d’armer le navire devaient absolument présenter et faire enregistrer auprès du Tribunal leur écrivain de bord, qui avait pour rôle de noter soigneusement toutes les prises réalisées et toutes les éventuelles ventes, avant de consigner son registre auprès des officiers de la douane, lors de l’entrée du navire dans le port. Bien évidemment, interdiction formelle était faite à tout membre de l’équipage, laïc comme religieux, de dérober les marchandises prises en course, ou même d’ouvrir caisses et ballots, sous peine d’amende94. Les commissaires du Tribunal avaient ainsi pour rôle de contrôler au moment de la quarantaine à Marsamxett, que la cargaison déchargée n’avait pas été pillée ou dégradée et qu’elle correspondait bien aux notes prises par l’écrivain au cours du voyage ; cela fait, ils prélevaient sur la cargaison la dîme du Commun Trésor95. Enfin, les officiers conservaient les livres des écrivains dans les archives du Tribunal des Armements, afin qu’ils pussent toujours demeurer accessibles en cas de litige ultérieur96 : ces livres constituaient les fameux Registre delle prese, qui ont entièrement disparu pour le xviie siècle, exception faite du registre mentionné précédemment.

  • 97 M. Fontenay, « La place de la course dans l’économie portuaire... », art. cit., p. 873.
  • 98 Peter Earle, Corsairs of Malta and Barbary, Londres, 1970, p. 126.
  • 99 AOM 101, f° 165r.
  • 100 P. Earle, Corsairs of Malta... cit., p. 127.
  • 101 AOM 101, f° 165v.

33Outre la dîme du Trésor, on procédait à cinq autres prélèvements sur la cargaison, qui absorbaient entre le quart et la moitié de la cargaison97. Le premier d’entre eux revenait aux moniales du Couvent de Sainte-Ursule de La Valette, qui dépendait de l’Ordre, car « elles prient continuellement pour la victoire sur les Infidèles »98. Le second était destiné aux gardiens, argousins et magasiniers, pour les bons soins aux esclaves. Enfin, les trois derniers étaient utilisés par les commissaires du Tribunal pour payer tout le personnel qui avait aidé au bon déroulement de l’armement corsaire (notaire, commis, officiers de la Quarantaine du lazaret, protomédecin, barbier et chirurgien...)99. Une fois retirées ces parts, on procédait à la répartition entre les membres d’équipage. Le capitaine et le pilote recevaient chacun 5 % de la prise, cependant que le reste de la cargaison était partagée entre les armateurs (2/3 du butin) et l’équipage proprement dit (le tiers final)100. En cas de marin ou de galiot décédé, sa part revenait directement à sa famille, et dans le cas où il n’aurait plus ni femme, ni enfants, ni parents, elle serait reversée au Commun Trésor101. Il n’y avait, décidément, pas de petits profits pour l’Ordre !...

34Si elle garantissait à l’Ordre une source financière et un moyen d’assurer un contrôle plus sévère de l’activité corsaire, la fondation du Tribunal des Armements témoignait également de ce que cette même activité échappait partiellement aux chevaliers. Surveiller l’armement corsaire dans le port même de Malte était chose faisable : l’Ordre disposait de moyens plutôt sûrs, tels que la douane ou les forts qui fermaient l’accès portuaire. La difficulté résidait plutôt dans la gestion de Gozo, plus éloignée du pouvoir central, ou des multiples baies de l’île de Malte même, dans lesquelles tout corsaire pouvait cacher un petit navire (de type brigantin ou felouque) qui partait ensuite en course illégalement. Enfin, l’Ordre ne pouvait toujours lutter contre l’éventualité d’une corruption de son propre personnel portuaire : il s’avérait en effet parfois plus rentable pour un officier des douanes ou un écrivain de course, voire un officier du Tribunal des Armements, de fermer les yeux devant une illégalité dans la prise, moyennant récompense, que de percevoir son salaire mensuel...

  • 102 AOM 102, f° 56v., 13 juin 1607.
  • 103 AOM 102, f° 86r., 24 décembre 1607.
  • 104 AOM 256, f° 24r., 12 juin 1625.

35Tout cela explique que la création du Tribunal des Armements ne s’avéra pas d’une efficacité probante en toutes circonstances. En juin 1607, le Conseil déplorait l’existence d’une course illégale dans l’archipel dont il ne pouvait venir à bout. De nombreux corsaires laïcs, mais également chevaliers et membres de l’Ordre, continuaient en effet de partir sans patente et sans pavillon de l’Ordre. Le Grand Maître fit alors placarder par toutes les rues des quatre villes du port (La Valette, Vittoriosa, Senglea et Bormula) que les contrevenants seraient très sévèrement punis de prison et de surcroît interdits de navigation pour les laïcs, ou privés de l’habit pour les religieux102. Rien n’y fit et quelques mois plus tard, en décembre 1607, le Conseil se plaignait de nouveau de la présence d’une course clandestine qu’il ne pouvait juguler, et se désolait de ce que la création du Tribunal des Armements n’avait pu limiter ces pratiques déviantes103. Même scénario en juin 1625 : le Conseil et le Grand Maître ordonnèrent aux officiers du Tribunal de mieux contrôler l’armement des navires, qui ne se faisait pas toujours à Malte même et qui échappait ainsi à l’Ordre, puis d’examiner en détail le contenu des prises rapportées. En outre, des patentes magistrales circulaient frauduleusement dans le port et même ailleurs : les galères de Malte avaient capturé quelques mois plus tôt, un raïs de Tripoli qui naviguait avec une patente de course maltaise vieille de quatorze ans !...104. Il est donc absolument certain qu’au cours du xviie siècle, perdura une course clandestine, aussi bien maltaise qu’étrangère, et même pratiquée par des membres de l’Ordre, qu’il est malheureusement impossible d’évaluer.

L’armement corsaire

36Un départ en course exigeait toujours un certain temps de préparation. La nécessité première pour le corsaire ou l’armateur était de posséder ou de dénicher un navire en assez bon état pour prendre la mer.

  • 105 AOM 737, f° 8r., 23 juillet 1621.
  • 106 AOM 737, f° 19v., 1er mars 1624.
  • 107 AOM 737, f° 75v., 29 septembre 1636.
  • 108 NAV, R 286/3, notaire Gio Luca Gauci, f° 151r., 8 octobre 1593.

37Pour ce faire, corsaires et armateurs avaient la possibilité de s’adresser à l’Ordre, qui ne rechignait jamais à vendre les navires dont il n’avait plus l’utilité. Ainsi, en 1621, le Maltais Genserico Montana acheta le petit galion de l’Ordre pour la somme de 1 000 écus, dans le but de l’armer pour l’expédier en course, sous le commandement d’un corsaire de sa connaissance105. L’Ordre acceptait également le nolis de ses bâtiments, et en 1624, trois armateurs lui louèrent un pettachio pour une course au Levant, pour la somme de 340 écus à verser avant même le départ du navire106. Inversement, l’Ordre louait parfois un navire à un corsaire privé, comme cela se produisit en septembre 1636, lorsque le Trésor versa la somme de 250 écus au patron maltais Narduccio di Mario, possesseur d’une tartane que l’Ordre souhaitait envoyer en course au large de Jerba107. Les achats et locations de navire se faisaient évidemment aussi de particulier à particulier. Pour ne citer qu’un exemple figurant dans un acte notarié, en 1593, le patron Andrea Cassar de Senglea vendit au corsaire Edmundo Magro de Senglea son brigantin de 4 bancs, pour la somme de 250 écus de 12 taris. Le brigantin devait être armé au plus vite pour effectuer ensuite une course en Barbarie108.

  • 109 M. Fontenay, « La place de la course dans l’économie portuaire... », art. cit., p. 857-858.

38Outre l’achat ou la location du navire, l’armement entier du bateau signifiait le déboursement immédiat d’une somme importante. Michel Fontenay évalue au xviiie siècle l’armement moyen de chaque galère de l’Ordre partant en course au Levant dans les années 1705-1720, à 25 tonnes de biscuits, 20 tonnes de salaisons, légumes secs, fromages, vins et victuailles diverses, ainsi que 5 tonnes de poudre, grenades, balles, boulets et projectiles. Quant aux corsaires privés, ils embarquaient en moyenne, pour un navire portant 100 hommes environ, près de 20 tonnes de vivres et 2 tonnes de munitions, sans oublier les rechanges de voiles et cordages, ainsi que le nécessaire en poix, goudron et suif, pour effectuer des carénages réguliers109.

  • 110 NAV, R 867/6, notaire Tommaso Gauci, f° 17r., 17 septembre 1604.
  • 111 NAV, R 867/6,f° 19r., 17 septembre 1604.
  • 112 M. Fontenay, « La place de la course dans l’économie portuaire... », art. cit., p. 871.
  • 113 M. Fontenay, « La place de la course dans l’économie portuaire... », art. cit., p. 872.
  • 114 NAV, R 867/6, ff° 17r.-18r., 17 septembre 1604.

39L’armement entier d’un navire de course s’avérait donc relativement onéreux et tournait pour les plus petits navires autour de 120 à 150 écus de 12 taris. Par exemple, en 1604, la préparation d’une felouque de 4 bancs coûtait 120 écus de 12 taris110 ; la même année, l’armement d’une frégate de 8 bancs, s’élevait à 150 écus de 12 taris111. Plus les navires étaient gros et plus l’armement était coûteux : le départ en course d’un gros brigantin en Barbarie pouvait s’élever au milieu du xviie siècle jusqu’à 2 000 écus112. Quant aux courses en Méditerranée orientale, elles exigeaient en 1666 près de 30 000 écus pour l’armement d’un galion de dix canons, avec un équipage de 100 à 120 matelots et soldats113. Les corsaires privés ne possédant pas toujours la somme nécessaire, ils avaient la possibilité de créer une compagnie, chaque membre investissant une certaine somme pour l’armement du navire. Ainsi, en septembre 1604, pour le départ de la frégate de 8 bancs, les armateurs Andrea Axisa de Malte et Nicolò Giofre de Messine, investirent chacun 105 écus et 25 écus de 12 taris, tandis que le corsaire et patron du navire, le Maltais Battista di Martino, donnait 20 écus pour l’armement complet de la frégate. Dans le cas d’une prise, le partage du butin devait se faire proportionnellement à l’investissement de chacun des armateurs et corsaire114.

40Un surplus financier devait également être dégagé, et mis de côté, à la fois pour le paiement de la patente de l’Ordre, et dans l’éventualité d’une perte de la cargaison ou d’un allongement de la course, qui pouvait nécessiter des haltes supplémentaires de ravitaillement en eau douce ou en vivres. Les corsaires maltais disposaient en effet de nombreux points d’escale où acheter l’eau et la nourriture manquantes.

  • 115 AOM 457, f° 280r., 13 juillet 1611 ; AOM 458, ff° 300r.-300v., 31 mars 1613.
  • 116 AOM 457, ff° 292v.-293r., 24 mars 1612 ; AOM 458, ff° 300r.-300v., 31 mars 1613 ; AOM 255, ff° 28r. (...)
  • 117 AOM 439, ff° 250r.-250v., 14 avril 1580 ; AOM 441, ff° 245v.-246r., 12 juillet 1583 ;
  • 118 AOM 437, f° 277v., 17 septembre 1578 ; AOM 442, ff° 219r.-219v., 16 août 1584 ; AOM 455, f° 264v., (...)
  • 119 AOM 443, f° 97v., 28 août 1587 ; AOM 458, ff° 300r.-300v., 31 mars 1613.
  • 120 AOM 458, ff° 386r.-386v., 15 septembre 1615 ; AOM 459, f° 332v., 20 octobre 1616.
  • 121 AOM 458, ff° 386r.-386v., 15 septembre 1615 ; AOM 459, f° 332v., 20 octobre 1616.
  • 122 AOM 442, ff° 212r.-212v., 15 mai 1584 ; AOM 446, f° 193v., 8 mai 1591 ; AOM 455, f° 264v., 20 avril (...)
  • 123 AOM 442, f° 229v., 11 mai 1585 ; AOM 458, ff° 386r.-386v., 15 septembre 1615.
  • 124 AOM 442, f° 229v., 11 mai 1585.
  • 125 AOM 442, ff° 212r.-212v., 15 mai 1584 ; AOM 442, f° 216v., 6 novembre 1584 ; AOM 444, f° 275r., 18 (...)
  • 126 AOM 447, f° 271v., 8 décembre 1593 ; AOM 455, ff° 291v.-292r., 31 mars 1606.
  • 127 AOM 256, f° 56r., 7 juillet 1626.
  • 128 AOM 442, ff° 219r.-219v., 16 août 1584 ; AOM 442, f° 229v., 11 mai 1585 ; AOM 446, f° 193v., 8 mai (...)

41En Sicile, Syracuse115 et Messine116 étaient les ports principaux de ravitaillement des navires de l’Ordre en biscuits et en produits divers, tandis que les îles vénitiennes de Cirigo117 et surtout de Candie étaient les haltes privilégiées pour le renouvellement des réserves d’eau douce118. Dans l’Archipel, diverses îles grecques servaient également de relais aux corsaires maltais, comme Metelin119. Enfin, au large des côtes turques, les navires s’arrêtaient à Rhodes120 et dans ses environs, notamment à Castellorizo, Karpanthos121, ou au lieudit des Sept-Caps122. Ils pouvaient également se placer au large de Chypre123 ou de la côte levantine, non loin de Tripoli de Syrie124, et envoyer des chaloupes quérir l’eau, en prenant garde de ne pas être capturés par les patrouilles maritimes turques. Pour les courses en Barbarie, ou les courses en Méditerranée centrale, les navires faisaient halte à Pantelleria125 et à Lampedouse126 pour le ravitaillement en eau douce, avant de longer la côte africaine. Plus au sud, le Cap Misurata127 et le Cap Bon André128 étaient également des lieux de ravitaillement en eau. La plupart des escales du Levant correspondaient ainis à celles que les Hospitaliers connaissaient et utilisaient du temps où ils résidaient à Rhodes. Les corsaires qui battaient pavillon de l’Ordre savaient alors qu’ils pouvaient, en certains lieux, comme dans les points chrétiens vénitiens et grecs, faire halte sans crainte d’une attaque, hormis de la part des musulmans.

42Les corsaires à Malte vivaient donc leur activité au sein d’un certain cadre juridique et institutionnel, qui les guidait depuis l’armement de leur navire et son départ sous le très convoité pavillon de l’Ordre, jusqu’aux escales qu’ils utilisaient dans le sillage des Hospitaliers au Levant ou au Ponant. Leur navire les portait partout en Méditerranée, protégés par le pavillon rouge à croix blanche de l’Ordre, qui était respecté des chrétiens et souvent craint des corsaires, musulmans ou protestants. Le pavillon maltais attirait alors tout corsaire ou armateur, séduit par le prestige qu’il symbolisait et la sécurité maritime qu’il pouvait représenter, cependant que l’Ordre était d’autant plus disposé à l’octroyer à ceux qui en faisaient la demande, que le développement de la course à partir de Malte l’aidait à affirmer sa propre puissance et contribuait à assurer le rayonnement de son île dans l’ensemble du bassin méditerranéen. Car outre le pavillon, les corsaires maltais brandissaient également les patentes magistrales, témoignages écrits d’une course menée a danno d’Infidele, pour la poursuite de la guerre contre l’ennemi de la vraie foi. La course maltaise devenait ainsi un symbole de la perpétuation de l’affrontement entre les rives, qui perdurait par-delà les déchirements internes de chacune, et le pavillon des Hospitaliers était désormais la bannière de ralliement de tous les chrétiens en lutte contre les Infidèles.

LA COURSE MALTAISE, PAVILLON DE LA CHRÉTIENTÉ

43Pendant toute la fin du xvie siècle et le premier tiers du xviie siècle, la course maltaise consista essentiellement en une perpétuation de l’ancien conflit de civilisations. De fait, bien qu’elle s’épanouît beaucoup en Méditerranée orientale et souvent le long des routes de commerce chrétiennes, s’apparentant ainsi à une véritable piraterie, la course était avant tout pour l’Ordre, pour les insulaires et aux yeux des puissances de l’Europe méditerranéenne, une réponse à l’extraordinaire essor des pôles barbaresques d’Alger, de Tunis et de Tripoli, et à la présence, récente mais fort envahissante, des corsaires d’Europe du Nord.

DES FRONTS DE DANGER MULTIPLES

  • 129 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 205.

44L’archipel maltais était nouvellement confronté à une multiplicité des fronts de danger. Les corsaires musulmans partageaient le rôle d’ennemis avec d’autres belligérants, français, anglais, hollandais, dont ils étaient aussi parfois les partenaires. Malgré leur « nouvelle fortune »129 entre 1580 et 1620 environ, les attaques barbaresques n’avaient pas l’intensité de celles du siècle précédent, mais elles menaçaient régulièrement la sécurité des côtes maltaises et gozitaines et surtout le ravitaillement des îles depuis la Sicile.

Les menaces de la course barbaresque

45Le tableau témoigne du souci permanent que furent pour l’Ordre, entre 1580 et 1635, les corsaires barbaresques, qui passaient au large des côtes maltaises, et troublaient régulièrement les liaisons commerciales reliant l’archipel à la Sicile. La meilleure preuve en est que chaque délibération rapportée ici a donné lieu à un départ des galères de l’Ordre, pour poursuivre les corsaires ennemis, ou escorter les navires maltais et siciliens, dans le but de les protéger d’éventuelles déprédations. Le tableau donne ainsi un aperçu intéressant de l’importance de la course barbaresque, particulièrement tunisoise, et de sa présence quasi-chronique en Mer Ionienne.

Tableau 6. LA MENACE BARBARESQUE EN MER CENTRALE (1580-1635)

Tableau 6. LA MENACE BARBARESQUE EN MER CENTRALE (1580-1635)
  • 130 AOM 454, f° 329r., 11 février 1604 ; AOM 454, f° 329r., 22 février 1604 ; AOM 454, f° 336v., 3 mai (...)
  • 131 AOM 455, f° 275v., 28 septembre 1605.
  • 132 AOM 456, f° 262r., 13 juillet 1607.

46Une réserve est à formuler toutefois, qui découle en fait de nos archives elles-mêmes : celles-ci sont le reflet des délibérations du Conseil de l’Ordre et sont de ce fait constamment dépendantes des soucis des chevaliers. L’absence de mention des courses barbaresques pour certaines années (1602, 1603, 1606...) ne signifie donc-pas nécessairement que le péril s’est amoindri ces années-là, mais bien plutôt que le Conseil a été confronté au même moment à d’autres soucis qu’il juge prioritaires. Pour ne citer qu’un exemple, en 1606, les archives ne font écho d’aucune course maghrébine au large de Malte ou de la Sicile, alors qu’elles en font mention par quatre fois en 1604130, une fois en 1605131 et une autre fois en 1607132 : la raison est à chercher dans le naufrage de la flotte maltaise au large de l’île de Zembra, lors d’une expédition punitive menée contre les Barbaresques. L’organisation de l’expédition, puis la déroute et la perte de trois galères, avec la nécessité d’en faire construire des nouvelles, constituèrent cette année-là la principale préoccupation de l’Ordre, cependant que la course barbaresque devenait une affaire de seconde importance.

47Mais en dépit de cette réserve, les archives de l’Ordre sont un reflet intéressant du dynamisme de la course barbaresque en Méditerranée occidentale, à partir de la fin du xvie siècle, et de l’embarras constant qu’elle représenta pour Malte. Entre 1582, date de la première mention de navires musulmans au large de Malte, et 1633, la course barbaresque fit l’objet de 67 délibérations du Conseil de l’Ordre, et d’autant de départs des galères maltaises en contre-course ou en surveillance maritime. Cela fait donc une proportion d’au moins une chasse aux corsaires par an pour la flotte de l’Ordre, en plus des départs ordinaires au Levant ou en Barbarie.

48Trois phases d’intensité plus ou moins forte du péril corsaire sont observables : durant les vingt premières années, de 1580 à 1600, nous ne dénombrons « que » quinze polices maritimes de l’Ordre, destinées à pourchasser les corsaires, soit une proportion de moins d’un départ par an. C’est au cours des années suivantes, qui couvrent la période 1600-1620, que la course barbaresque est indéniablement la plus agressive pour les eaux maltaises et siciliennes, avec un total de 34 délibérations du Conseil, soit une proportion de 1,7 départs des galères de l’Ordre par an. Cette proportion diminue légèrement dans la dernière période, entre 1620 et 1635, avec 17 mentions de navires musulmans en quinze ans, c’est-à-dire un départ des galères de Malte par an.

  • 133 AOM 458, f° 295r., 21 janvier 1613 ; AOM 459, f° 311r., 9 janvier 1616 ; AOM 459, f° 264r., 18 janv (...)
  • 134 AOM 454, f° 329r., 11 février 1604 ; AOM 454, f° 329r., 22 février 1604 ; AOM 458, f° 297r., 23 fév (...)
  • 135 AOM 458, f° 337v., 20 mars 1615 ; AOM 459, f° 337r., 2 mars 1617 ; AOM 459, f° 355v., 25 mars 1618  (...)
  • 136 AOM 461, f° 286v., 16 octobre 1622.
  • 137 AOM 453, f° 320r., 5 novembre 1601 ; AOM 459, f° 262v., 7 novembre 1618 ; AOM 461, f° 286v., 22 nov (...)
  • 138 AOM 457, f° 274r., 22 décembre 1610 ; AOM 457, ff° 237r.-237v., 13 décembre 1612 ; AOM 459, f° 310v (...)
  • 139 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la seconde moitié du xvie siècle », art. cit., p. 89-90.

49Dans le premier quart du xviie siècle, la course musulmane était devenue permanente au cours de l’année : par 28 fois sur 51 (soit plus de la moitié des délibérations !), les navires barbaresques avaient hanté les eaux chrétiennes en période hivernale, c’est-à-dire dans les mois de janvier133, février134, mars135, octobre136, novembre137 et décembre138. La pénétration des navires de haut bord en Méditerranée, par l’intermédiaire d’Européens venus du Nord, permettait en effet de braver le mauvais temps. La période estivale était donc celle des galères et des petits navires à voile, tandis que les mois d’hiver étaient réservés à la course des navires de type « berton »139. L’assistance de nombreux corsaires anglais et hollandais avait permis aux Barbaresques de moderniser leurs techniques corsaires et de bénéficier des derniers progrès en matière de construction navale. La course maghrébine était donc entre 1590 et 1630 particulièrement performante.

  • 140 AOM 440, f° 250r., 9 janvier 1582.
  • 141 AOM 441, f° 242v., 2 juin 1583.
  • 142 AOM 442, f° 222r., 24 octobre 1584
  • 143 AOM 440, f° 250r., 9 janvier 1582 ; AOM 441, f° 242v., 2 juin 1583.
  • 144 AOM 453, f° 302v., 6 juillet 1601 ; AOM 453, f° 320r., 5 novembre 1601 ; AOM 456, f° 262r., 13 juil (...)
  • 145 AOM 457, f° 296r., 13 septembre 1612.
  • 146 AOM 458, f° 295r., 21 janvier 1613.

50En Méditerranée centrale, elle s’exerçait essentiellement au large de Malte et de la Sicile. La sécurité des eaux maltaises était régulièrement affectée par la présence de navires corsaires, dans le canal de Malte, qui séparait Malte de Gozo, et tout le long des côtes maltaises et gozitaines. Ainsi, en 1582140, 1583141 et en 1584142, des brigantins et des galiotes barbaresques rôdèrent tellement près des côtes de Gozo que tout l’archipel fut en émoi et que l’Ordre donna ordre à des troupes, commandées par des chevaliers, d’assurer la protection de tous les casaux de l’archipel143. La présence des Barbaresques dans le canal de Malte s’accrut encore au début du xviie siècle, et l’Ordre ne recensa pas moins de onze passages de navires musulmans entre 1601 et 1625144. Pour ne citer que quelques exemples, en 1612, un pettachio rôdait au large de Comino145 et dut être pourchassé par deux galères de l’Ordre, tandis que l’année suivante, en janvier 1613, un navire de haut bord escorté de deux brigantins, traversait le canal en quête de butin146.

  • 147 BNF Richelieu, Ms 17 257, f° 52r., 2 novembre 1618.

51Mais plus qu’une attaque des côtes ou une razzia des villages, l’Ordre craignait la rupture des lignes de ravitaillement de Malte. Une lettre du Grand Maître Alof de Wignacourt à Louis XIII, écrite le 2 novembre 1618, trahit nettement cette inquiétude : le grand galion de Malte ayant été requis par le roi de France, les corsaires de Thunis... sont venus avecq tel nombre de vaisseaulx quil est maintenant impossible de naviguer et a nous dy faire venir nos bleds, vins et autres victuailles necessaires pour le soutiennement de nos Relligieux et de ce peuple147.

  • 148 AOM 446, f° 221v., 13 août 1592.
  • 149 AOM 447, ff° 252r.-252v., 10 mai 1593.
  • 150 AOM 446, f° 193r., 20 avril 1591.
  • 151 AOM 452, f° 264r., 12 octobre 1599.

52La rupture du ravitaillement affectait d’autant plus profondément l’archipel, qu’il subissait à cette période le contre-coup de multiples crises frumentaires de Sicile, depuis la première en 1591-1592. La pénurie de froment qui touchait la Sicile avait évidemment des conséquences sur l’équilibre alimentaire maltais et la capture de ses navires par les Barbaresques était source perpétuelle d’angoisse pour l’Ordre. Les musulmans souffraient également d’un manque crucial de nourriture et leurs attaques, dans les années 1590-1595, touchèrent d’autant plus le canal entre Malte et Sicile qu’ils savaient que la survie de l’archipel dépendait du passage des navires chargés de grains. Les corsaires se postaient ainsi au large du Cap Passaro148, puis naviguaient le long de la côte méridionale de la Sicile, au débouché des carricatori de Licata, Pozzallo et Terranova149, avant de pourchasser les navires jusqu’à proximité de Malte, de Pantelleria et de Lampédouse150. Du reste, leur course était bien souvent couronnée de succès : pour ne citer qu’un exemple, en 1599, quatre navires de Bizerte capturèrent en quelques jours seulement sept bâtiments maltais chargés de froment et de nombreuses marchandises !151

  • 152 AOM 450, f° 254v., 7 juillet 1597.
  • 153 AOM 456, f° 303r., 1er juillet 1609.
  • 154 AOM 458, f° 307r., 17 juillet 1613.
  • 155 AOM256, f° 64v., 24 avril 1627.
  • 156 BAV, Barb. Lat. 6677, f° 4v., 25 juin 1624.
  • 157 AOM 450, ff° 266r.-266v., 7 avril 1598.

53La course musulmane atteignit même de telles proportions, en cette extrême fin du xvie siècle, que le vice-roi de Sicile jugeait, dans une lettre expédiée au Grand Maître en 1597, que les eaux de son Royaume étaient completamente infestati dai corsali barbareschi152. Quelques années plus tard, en 1609, le vice-roi fit d’ailleurs appel à la flotte de l’Ordre pour aider à chasser les corsaires musulmans qui s’attaquaient sans relâche aux chrétiens au large de Syracuse, de Trapani et de Palerme, ainsi qu’aux environs de Malte, de Pantelleria et de Lampédouse153. La menace barbaresque s’étendait aussi aux côtes de la péninsule italienne, le long de la Calabre et des Pouilles, et à celles de toutes les îles au voisinage, telles que Pantelleria et Lampedouse, entre Malte et la Sicile, mais également Favignana, sur la côte occidentale, et jusqu’aux abords de la Sardaigne et de la Corse. Ainsi, en juillet 1613, des corsaires musulmans, vraisemblablement d’Alger, naviguaient entre la Sicile, la Sardaigne et le sud de la Corse154. Pareillement, en 1627, des felouques barbaresques étaient embusquées entre l’île Favignana et la Sardaigne, attaquant les bateaux chrétiens de passage155. Et en juin 1624, le nouvel Inquisiteur de Malte, Onorato Visconti, en escale en Sicile lors de son voyage le conduisant dans l’archipel, s’inquiétait de ce qu’au large du Cap Passaro où il se trouvait, passorono tredici galere de nemici che furono credute da Biserta e d’Algier contre lesquelles, les tours de guet littorales siciliennes tirèrent plusieurs coups de canon156. Les Barbaresques pouvaient même se porter hardiment jusqu’aux côtes napolitaines, au point que le vice-roi de Naples avait réclamé l’aide des galères de Malte pour leur faire la chasse en avril 1598157.

Nouveaux corsaires, périls accrus

54Le sentiment d’insécurité était vif à Malte au début du xviie siècle, et s’amplifiait d’autant plus que les navires de l’Ordre ne se heurtaient plus uniquement aux bâtiments de course musulmans en Méditerranée centrale. Un nouveau danger pointait désormais, en la personne de corsaires anglais et hollandais, dont les navires de hauts bords razziaient les cargaisons maltaises, et qui agissaient souvent de concert avec les corsaires musulmans. Mais si les exemples des ravages pratiqués par les corsaires barbaresques sont nombreux, rapidement évoqués et quasiment banalisés dans les archives de l’Ordre, ceux qui concernent les corsaires européens sont admirablement détaillés, et reflètent le désarroi des chevaliers confrontés à un péril inattendu.

  • 158 AOM 447, f° 272r., 15 janvier 1594.
  • 159 AOM 447, f° 272v.
  • 160 AOM 447, ff° 272v.-273r., 18 janvier 1594.

55C’est en 1594 qu’apparaît la première mention d’une course menée par un berton anglais, contre des navires de ravitaillement de Malte : le 15 janvier 1594, le Conseil délibéra au sujet de due vascelli rotondi armati, dal volgo chiamati communemente bertoni, armati da gente heretica158. Ces bertons étaient armés par des Anglais et commandés l’un par un capitaine anglais et l’autre par un raïs barbaresque ; quelques jours auparavant, ils avaient arraisonné un vaisseau maltais chargé de vin de Syracuse et un vaisseau sicilien chargé de grains, qui faisaient voile vers Malte. Soupçonnant que les ber-tons n’avaient pas quitté le canal de Sicile, mais guettaient encore le passage de navires de commerce, l’Ordre expédia au plus vite contre li sudetti Bertoni son escadre composée de quatre galères et des deux galions (le grand et le petit)159. Mais trois jours plus tard, le 18 janvier, le Conseil était informé de ce que les navires anglais étaient passés au large de Gozo et qu’ils semblaient prendre la direction de la côte africaine160.

56La surprise de l’Ordre devant cette attaque nouvelle tenait d’abord à la période même de l’agression corsaire. Nous l’avons dit, la modernité des Hollandais et des Anglais tenait à leur excellente maîtrise de la technique navale et à l’introduction en Méditerranée de navires de haut bord destinés à la navigation océane. Résistant au mauvais temps, ils permettait de pratiquer la course en hiver et de piller par surprise les routes de commerce et les navires habitués jusqu’alors à considérer la période hivernale comme une pause corsaire. Mais l’Ordre se trouvait également démuni devant une course chrétienne autre que la sienne, ou autre que celle des pôles corsaires méditerranéens déjà connus (comme la Toscane, avec l’Ordre de Saint-Étienne) et qui s’en prenait désormais à ses propres navires. Menacé par les Barbaresques dans les mois ordinaires de la course, c’est-à-dire en période estivale, il voyait désormais ses navires chargés de nourriture, d’armes, ou de ses précieuses responsions, arraisonnés par des chrétiens en plein cœur d’une période ordinairement sûre pour le commerce.

  • 161 AOM 455, f° 264v., 20 avril 1605.

57Déjà ennemis de Malte par leur foi protestante, ces nouveaux corsaires devaient être pourchassés alors avec d’autant plus de rage par les galères de l’Ordre qu’ils accomplissaient la transgression suprême en s’alliant avec les musulmans. Chevaliers et Maltais ne pouvaient que se montrer soucieux d’assurer désormais une double défense du christianisme face à l’Islam et du catholicisme face à la gente heretica. En 1605, le Grand Maître donnait par exemple comme instruction au chevalier Don Bernard d’Espellette, Prieur de Navarre, de traquer tout navire corsaire anglais qu’il découvrirait au Levant, et de prendre ses marchandises161.

  • 162 BAV, Barb. Lat. 6678, f° 48r., 20 novembre 1628 (« ...quattordici vascelli di corsa, parte inglesi, (...)
  • 163 BAV, Barb. Lat. 6678, f° 48v.

58Nous trouvons d’ailleurs la preuve de l’intensité de l’activité punitive de l’Ordre à l’encontre des corsaires protestants dans une anecdote significative rapportée par la correspondance de l’Inquisiteur de Malte avec le cardinal Barberini. Une lettre de l’Inquisiteur, datée du 20 novembre 1628, révélait que depuis trois jours, 14 vaisseaux de course anglais et hollandais bloquaient complètement la sortie du port de Malte, et avaient déjà capturé trois navires de commerce maltais qui partaient chercher des cargaisons de blé sicilien162. Lorsque l’Ordre leur demanda ce que voulaient les corsaires, ils répondirent qu’ils désiraient se venger de la course des Maltais à leur encontre, et faire la guerre à l’Ordre. L’Inquisiteur rapporte ensuite que le Grand Maître se montra très inquiet devant l’éventualité d’un blocus du port de l’île, parce que celle-ci ne disposait que de huit jours de réserves de nourriture163.

  • 164 AOM 452, f° 288v., 8 mars 1600.
  • 165 AOM 103, f° 12r., 12 septembre 1608.

59Car le péril corsaire protestant n’avait cessé de croître depuis le début du xviie siècle. En mars 1600, un vaisseau maltais chargé de grains avait été capturé par un vascello bertone inglese dans le canal de Sicile, et le Conseil avait donné immédiatement ordre à toute l’escadre des galères de partir à sa recherche, en exprimant le désir que les galères pussent portare nel questo porto il detto vascello per uso nostro164. L’avantage des navires de haut bord n’échappait désormais plus à l’Ordre, qui souhaitait en avoir l’usage à son tour, par apprentissage technique, par achat ou plus aisément, par capture de course ! À partir de 1608 d’ailleurs, apparaît dans les archives le premier navire de type berton de l’Ordre, prêt à partir en course en Barbarie et au Levant au début du mois d’octobre165.

  • 166 AOM 100, ff° 266v.-267r., 11 mars 1603.
  • 167 AOM 101, ff° 36v.-37r., 10 avril 1604.
  • 168 AOM 459, f° 336r., 25 février 1617.

60Les chevaliers se montrèrent aussi plus prudents dans l’envoi des navires pour la Sicile et les galères furent de plus en plus souvent requises pour escorter les vaisseaux chargés du précieux froment sicilien. De sorte qu’en mars 1603, l’attaque d’un vaisseau chargé de blé par un berton hollandais échoua grâce à l’intervention de trois galères de l’Ordre qui faisaient convoi au navire166. Pareillement, en 1604, les galères capturèrent au large de Pozzallo un vaisseau de course commandé par des Français et des Anglais, qui s’était embusqué pour mieux arraisonner les navires de ravitaillement maltais167. Enfin, en février 1617, les galères de Malte firent encore la chasse, dans le canal de Sicile, à deux navires bertons barbaresques, commandés par des corsaires anglais et hollandais, afin de laisser le champ libre à un navire sicilien en partance de Trapani, chargé de biscuits et de froment168.

61Le danger corsaire s’était donc multiplié pour l’Ordre en ce premier xviie siècle. Face à ce péril aggravé par l’intervention des « hérétiques » souvent alliés des « Infidèles », et devenu chronique du fait d’une course annuelle, Malte et l’Ordre ne pouvaient que réagir, dans une attitude défensive de protection des navires et de contre-course, comme dans une attitude franchement offensive par la pratique du corso.

LA COURSE, SUCCÉ DANÉ DE LA GUERRE

Le corso maltais

  • 169 AOM 458, f° 297r., 23 février 1613.

62Une patente magistrale de 1613 témoigne parfaitement de la nouvelle dimension qu’avait acquis la course aux yeux de l’Ordre depuis la fin du xvie siècle : la chasse aux Infideli corsarii, e massimamente quei di Barbaria, con vasselli rotondi che vanno scorrendo per questi mari di Malta e Sicilia, représentait réellement la professione nostra e il miglior servitio di Dio e della Repubblica Christiana169. La course apparaissait comme un nouveau moyen de lutte contre les musulmans, et semblait même d’autant plus essentielle que les Barbaresques eux-mêmes la pratiquaient. Chrétiens et musulmans, Maltais et Barbaresques, s’affrontaient en permanence par le corso, c’est-à-dire par une course « idéologique », sainte poursuite de la croisade, menée au nom de la vraie foi contre les Infidèles.

  • 170 BAV, Barb. Lat. 6676, ff° 91r.-91v., Lettre de l’Inquisiteur Bosio au Cardinal Barberini, 18 juin 1 (...)
  • 171 BAV, Barb. Lat. 6676, f° 91v.
  • 172 BAV, Barb. Lat. 6676, f° 92r. (« ...nel suo stendardo, quale era sopra la Capitana di Malta... vi e (...)

63Une anecdote haute en couleurs, rapportée par la correspondance de l’Inquisiteur de Malte avec le Cardinal Barberini à Rome, est extrêmement révélatrice de la réalité de ce corso musulman et chrétien : en juin 1624, l’escadre de Malte rentra d’une course au large de la côte barbaresque, durant laquelle elle avait arraisonné plusieurs navires musulmans, capturé 200 esclaves environ, et libéré quelques 150 esclaves chrétiens. Le butin s’élevait à quatre navires intacts, 100 pièces d’artillerie en excellent état, de nombreuses marchandises de grande valeur, dont des pièces de velours, de draps et des bijoux (car les navires barbaresques avaient eux-mêmes arraisonné quelques jours auparavant deux vaisseaux de commerce français et vénitien) et un trésor de 200 000 écus en monnaie sonnante et trébuchante170. Parmi les esclaves capturés, les chevaliers ramenaient triomphalement un certain Mehmet Ferrarese, rinegato, gravo corsaro, crudele nemico de christiani171. Ce raïs partait régulièrement en course en arborant un pavillon sur lequel était inscrit en lettres d’or « La fede christiana è falsa ». L’Inquisiteur ajoute alors que l’Ordre fit brûler publiquement, dans le port de Malte, l’étendard du corsaire renégat, pendant que le peuple chantait avec allégresse un Te Deum, chacun pouvant témoigner de la vittoria grande della vera fede per essersi debilitate le forze di Barbaria172.

64Nous trouvons dans ce récit tous les symboles de la course mythifiée, menée aussi bien par le corsaire musulman, qui la pratiquait au nom de sa foi, pour éradiquer le mensonge que représentait la religion chrétienne, que par l’Ordre, qui se montrait d’autant plus satisfait d’avoir capturé Mehmet Ferrarese, que celui-ci était un transgresseur, un apostat qui avait accepté d’abjurer sa foi et son identité pour devenir un ennemi déclaré du monde chrétien, que Malte avait charge d’incarner et de défendre. En outre, ce renégat aggravait son cas en affirmant sa nouvelle identité par la pratique de la course contre les chrétiens qu’il avait trahis, et surtout en arborant éhonté-ment une bannière qui proclamait que la religion chrétienne était fausse !...

65La course apparaissait donc bien aux corsaires des deux rives comme un moyen de prolonger l’affrontement guerrier du siècle précédent, en un moment où celui-ci volait en éclats dans la nouvelle incertitude d’une Méditerranée ouverte aux échanges et à la présence d’acteurs non méditerranéens. À Malte, l’Ordre, mais également les corsaires privés, chevaliers comme laïcs, avaient conscience de partir en course a danno d’Infedele, et partaient même d’autant plus volontiers que cette activité était souvent lucrative. Ce sentiment de lutter pour sa foi était encouragé par les récits hagiographiques, qui ne se privaient pas d’exalter l’activité corsaire de

  • 173 BMA, Ms 1094, Relazione della Religione Gerosolomitana di Malta dell’anno 1630, p. 5.

66Malte comme ils l’avaient fait au siècle précédent au sujet des prouesses militaires de l’Ordre pendant le Grand Siège et en tous lieux de la Méditerranée. Pour ne donner qu’un exemple, l’anonyme Relazione della Religione Gerosolomitana di Malta dell’anno 1630, porte aux nues la Militia che s’esercita contro nemeci di nostra Santa Fede, particolarmente sostenta in questa guerra la Religione da sei galeri... e molti vascelli di corso, con quale infestano maggiormente i Turchi, facendo grosse prede173.

  • 174 Ibn Abi Dinar, Al-mounis fi akhbar Ifriqiyia wa Tounis, édition critique de Mhamed Cheman, Al Makta (...)
  • 175 Ibn Abi Dinar, Al-mounis fi akhbar Ifriqiyia wa Tounis... cit., p. 208.
  • 176 Jean Pignon, « Aperçu sur les relations entre Malte et la côte orientale de la Tunisie au début du (...)
  • 177 AOM 455, ff° 292r.-292v., 19 avril 1606.

67Les cités barbaresques supportaient d’ailleurs difficilement l’activité corsaire de Malte et de ses chevaliers. Un ouvrage du milieu du xviie siècle, écrit par Ibn Abi Dinar sur la Régence de Tunis et l’histoire de l’Ifriqiya, reflète cette hantise de l’Ordre de Malte qu’éprouvaient les habitants des cités corsaires musulmanes. « Ces gens d’Europe [i.e. les chevaliers] ont occupé l’île de Malte – que Dieu la détruise ! – et leurs actions à Rhodes étaient identiques à leurs actions actuelles. Que Dieu les disperse le plus tôt possible ! [...] Et quand ils ont pris Malte, leurs effets néfastes se sont développés... »174. À l’instar des Maltais, de l’Ordre et des auteurs chrétiens qui encensaient la capture des navires musulmans, les cités barbaresques glorifiaient toutes leurs victoires corsaires sur les navires de Malte. Ainsi, « ...durant l’été 1034 [avril 1606], deux galères maltaises ont été prises et on les a amenées à Tunis et Tunis a porté les habits de fête, pour fêter cela... »175. Le texte célèbre la tentative avortée de l’Ordre de mener une expédition contre Tunis, qui se solda par le naufrage d’une galère et la capture de deux autres galères maltaises par les navires tunisois, au large de l’île Zembra, lieu classique d’embuscade176, au mois d’avril 1606177.

  • 178 AOM 256, f° 87r., 16 mars 1630.

68De part et d’autre, la course était donc bel et bien une poursuite larvée de la Croisade. Comme le soulignait le Grand Maître dans une des ses Instructions, elle servait à la fois à affaiblir l’Infidèle, à garantir la puissance et la victoire de la chrétienté et à asseoir la réputation de l’Ordre et de Malte (« ...danno agl’Infideli, beneficio alla Christianità e non poca riputatione alle nostra Religiona e Isola... »)178.

69Depuis l’île, cette course se pratiquait de manière fort diverse, au sein de plusieurs lieux stratégiques de Méditerranée, et dans des buts différents, selon que les corsaires souhaitaient surveiller les eaux chrétiennes, frapper les musulmans au cœur en les attaquant dans leurs terres, ou bien courir sus à tous les navires ennemis, le long des traditionnelles routes d’échanges de l’Empire ottoman.

Les différentes routes

a) La chasse aux corsaires en Méditerranée centrale

70L’information et la prévention du risque corsaire musulman étaient pratiquées par l’Ordre depuis le xvie siècle, mais prirent une ampleur nouvelle au siècle suivant, en conséquence de l’essor de la course barbaresque en Mer Centrale. Ce genre particulier de course recouvrait des réalités parfois différentes : il pouvait s’agir de brèves sorties des galères au large de l’archipel maltais, pour chasser des navires musulmans qui occupaient le canal de Malte ou le canal de Sicile, ou bien de courses plus lointaines, au large des côtes italiennes et siciliennes, comme au large du littoral africain.

  • 179 AOM 459, f° 354r., 18 février 1618.
  • 180 AOM 457, f° 274v., 22 décembre 1610.
  • 181 AOM 457, f° 261r., 7 avril 1610.

71Les sorties du port se pratiquaient généralement dans l’urgence, après information de la présence au large des côtes maltaises, de quelques navires de course barbaresques ou protestants. Par exemple, en 1618, ayant eu information par une barque maltaise, que des corsaires barbaresques étaient postés en embuscade dans le canal de Sicile, au voisinage de l’archipel, le Grand Maître chargea le chevalier François de la Tollier, de partir à la tête de deux galères pour patrouiller au large de Malte et de Gozo, afin de chasser les navires ennemis en question179. Pareillement, en 1610, après la capture d’une tartane musulmane dans le canal de Malte, l’Ordre expédia deux de ses galères en patrouille tout autour de l’archipel maltais, et tout particulièrement dans le canal de Malte et le canal de Sicile180. Enfin, en 1610 toujours, le chevalier de la Langue d’Italie, Pontio della Porta, parti à la tête de toute l’escadre des galères de l’Ordre, captura en course, au large des côtes de l’archipel, plusieurs navires barbaresques qui étaient en embuscade dans le canal de Malte181.

72Ces sorties inopinées apparaissent assez régulièrement dans nos archives, mais demeurent largement inférieures en nombre aux courses plus longues menées en Méditerranée centrale contre les Barbaresques. Peut-être furent-elles plus nombreuses en réalité, l’urgence du renseignement imposant une sortie hâtive, mais l’absence de suites corsaires ou guerrières importantes ne justifia pas leur archivage par l’Ordre. Les courses anti-barbaresques les plus courantes étaient donc celles d’une durée plus longue, d’au moins un mois, soigneusement préparées et détaillées par les Instructions magistrales aux chevaliers.

Carte 6 – Exemples de courses en Méditerranée centrale.

  • 182 M. Fontenay, « Les missions des galères de Malte (1530-1798) », in Michel Vergé-Franceschi (dir.), (...)
  • 183 AOM 446, f° 193r., 20 avril 1591.
  • 184 AOM 456, f° 303r., 1er juillet 1609.

73Deux routes maritimes étaient régulièrement empruntées par les galères de Malte, qui furent déjà remarquées par Michel Fontenay182 : l’une était un tour rapide de la Sicile, avec une surveillance des îles adjacentes du Royaume ; la seconde consistait en un tour plus long, d’au moins un mois, de toute la Méditerranée centrale, ponctué d’escales en Sicile, à Pantelleria ou à Lampedouse, et d’embuscades le long de la côte africaine. La première route de course en Méditerranée centrale consistait en une « croisière des îles » (M. Fontenay), qui les conduisait de Malte aux îles voisines de la Sicile (Favignana, Ustica, Stromboli et Lipari), après avoir longé la côte méridionale de la Sicile. Par exemple, en 1591, dans le but de courser des navires barbaresques, trois galères de l’Ordre partirent à destination d’Agrigente, puis bifurquèrent vers Pantelleria, avant de remonter vers l’île Favignana, et de poursuivre en direction de Palerme, puis de Messine183. De même, en 1609, les cinq galères de Malte partirent, à la demande du vice-roi de Sicile, en course contre les Barbaresques, au large de la Sicile : elles gagnèrent Syracuse, puis longèrent la côte méridionale jusqu’à Trapani, puis Palerme, avant de patrouiller au large d’Ustica et de Favignana. Enfin, elles se dirigèrent vers les îles Eoliennes et regagnèrent Malte en passant le détroit de Messine184.

  • 185 AOM 458, f° 307r., 17 juillet 1613.

74La seconde route empruntée régulièrement par la flotte de l’Ordre consistait en un tour plus long, durant lequel il fallait au moins une fois se ravitailler en eau douce. Cette course permettait de patrouiller au nord le long des rivages corses et sardes où les chevaliers allaient rarement, mais aussi parfois de pousser en direction du sud, pour suivre la côte tunisienne. En juillet 1613, les cinq galères de Malte prirent la direction du Cap Passaro, avant de longer toute la côte méridionale de la Sicile jusqu’à l’île Favignana ; de là, les galères firent route jusqu’à Cagliari, puis remontèrent la Sardaigne jusqu’au sud de la Corse, patrouillant au large de Bonifacio à la recherche de corsaires barbaresques, avant de revenir par la côte occidentale de la Sardaigne et de reprendre la route Favignana-Sicile-Malte185.

  • 186 AOM 458, f° 337v., 20 mars 1615.
  • 187 AOM 256, f° 96r., 9 mai 1631.

75En 1615, le grand galion suivit la même destination depuis le Cap Passaro jusqu’à l’île Favignana, mais obliqua alors vers l’ouest, en direction du Cap Bon et de Tunis, au large de laquelle il devait se tenir quelques jours en embuscade, avant de se diriger vers la Sardaigne, à Cagliari, puis de se rendre à Bône. Le galion pratiqua alors la course tout le long de la côte barbaresque, depuis Bône jusqu’à Sousse, avant de rejoindre directement Malte, en passant au large de Pantelleria186. Enfin, en 1631, les galères de Malte quittèrent La Valette pour gagner le golfe de Gabès, où elles se placèrent quelques jours en attente dans le but de capturer quelque navire de commerce musulman en partance pour Tripoli ou pour Alexandrie, avant de remonter vers les îles Kerkennah, puis de parcourir tout le littoral jusqu’au Cap Bon et à La Goulette. Enfin, les galères quittèrent la côte africaine pour gagner directement Trapani, où elles se ravitaillèrent en eau douce et en biscuits, puis l’île Favignana et Palerme. Leur course s’acheva ainsi par un tour complet de la Sicile, avec deux dernières escales à Messine et au Cap Passaro187.

  • 188 AOM 450, ff° 266r.-266v., 7 avril 1598.
  • 189 AOM 454, f° 342r., 21 septembre 1604.
  • 190 AOM 458, f° 337v., 20 mars 1615.
  • 191 AOM 457, f° 263r., 21 juin 1610.

76Toutes ces courses pouvaient parfois être pratiquées à la demande des puissances chrétiennes : en 1598, le vice-roi de Naples appela les galères maltaises en renfort, pour aider à protéger les côtes menacées de son Royaume188, et en 1604, ce fut le vice-roi de Sicile qui réclama au Grand Maître l’envoi de deux galères, pour assister deux frégates siciliennes dans leur chasse à tous les navires corsaires barbaresques présents le long de la côte méridionale de la Sicile, particulièrement au large des ports de Licata et de Pozzallo189. Mais la plupart du temps, l’Ordre n’attendait pas la demande des vice-rois pour envoyer ses galères en surveillance et en course au large des côtes italiennes. En 1615, le grand galion fut envoyé au large du Cap Passaro, puis longea la côte méridionale de la Sicile jusqu’à la Sardaigne, à la poursuite de navires musulmans190. Et en 1610, à l’annonce de la présence de 5 galères barbaresques au large de la Sicile, qui avaient été aperçues par un navire maltais, le Grand Maître envoya toute l’escadre des galères de Malte pour tenter d’arraisonner les navires et pour inspecter les eaux siciliennes. Bien évidemment, le Grand Maître n’omettait pas de préciser au chevalier qui partait qu’il était préférable de capturer les galères barbaresques che havranno già fatto molte prese191. La chasse aux corsaires n’empêchait pas la quête du gain...

b) Les expéditions et razzias en terre musulmane

  • 192 Bernard Heyberger, Les chrétiens du Proche Orient au temps de la Réforme Catholique, Paris, 1994 (B (...)
  • 193 Ibid. p. 187.

77Les vingt premières années du xviie siècle furent marquées par une série d’expéditions corsaires maltaises contre les Turcs et contre les Barbaresques. Ces années de Réforme Catholique, riches en projets missionnaires ou de reconquêtes des territoires ottomans par les chrétiens, renouaient avec l’atmosphère de Croisade un temps effacée par l’ébranlement de la Méditerranée corsaire et par celui de l’Europe divisée entre catholiques et protestants192. Dans ce contexte, le rôle des ordres militaires et religieux était vivifié, et au moment où les galères de Malte razziaient par douze fois, entre 1601 et 1620, les côtes levantines et barbaresques, l’Ordre de Saint-Étienne méditait de son côté une conquête de Chypre, qui échoua en 1607193.

78Les expéditions de Malte se déroulèrent dans une admirable équité, six ayant lieu en Méditerranée orientale et six autres en Méditerranée occidentale, menées soit exclusivement par les chevaliers, soit en collaboration avec d’autres forces chrétiennes. Ces razzias littorales constituèrent pendant tout le premier xviie siècle les coups d’éclat de l’Ordre, glorifiés par lui lors de ses retours à Malte, grâce à des festivités populaires, et célébrés régulièrement par les récits de l’époque.

  • 194 AOM 453, f° 303r., 13 mai 1601.
  • 195 AOM 453, f° 304v., 15 juillet 1601.
  • 196 AOM 453, f° 305v., 3 août 1601.
  • 197 AOM 453, f° 308v., 5 septembre 1601.

79Au début, les expéditions corsaires de l’Ordre furent toutes couronnées de succès. La première expédition au Levant fut menée conjointement par l’Ordre et l’Espagne : en mai 1601, Philippe III avait demandé aux galères de Malte de se joindre à celles d’Espagne, de Sicile et de Naples déjà rassemblées à Messine, dans le but de mener une grande opération de course à Castelnuovo (actuelle Passavà)194. Au milieu du mois de juillet 1601, les cinq galères de l’Ordre, conduite par le Capitaine général des galères, le chevalier Jacques de Blot Viviers, rejoignirent la flotte chrétienne à Messine195 ; au début du mois d’août, toute la flotte était déjà en route pour l’Archipel196. La prise et le sac de la place-forte ottomane de Castelnuovo se fit rapidement et au début du mois de septembre, les galères rentraient en Sicile chargées de butin matériel (armes, munitions) et d’esclaves à revendre. À Malte, l’Ordre préparait déjà les festivités portuaires qui devaient commémorer cette victoire chrétienne197.

  • 198 AOM 100, f° 249r., 16 oût 1602.
  • 199 AOM 100, f° 278v., 15 mai 1603.
  • 200 AOM 100, f° 278v., 15 mai 1603
  • 201 AOM 100, f° 278v., 17 mai 1603.
  • 202 AOM 101, f° 61v., 14 novembre 1603, Lettre de Philippe III au Grand Maître de Malte.

80Puis dans les années 1602-1603, l’Ordre mena une expédition en Barbarie et une autre au Levant qui furent de nouveau victorieuses. Durant l’été 1602, les cinq galères de Malte partirent pour Tunis, afin de punir la cité des agissements de ses corsaires contre l’archipel et les terres chrétiennes. Au milieu du mois d’août, les galères rentrèrent triomphantes de leur razzia, après avoir saccagé la cité d’Hammamet et capturé deux brigantins turcs au large de la côte tunisienne198. Enhardi par ses victoires successives, l’Ordre entreprit une nouvelle incursion en terre musulmane au printemps 1603 : les chevaliers avaient nolisé plusieurs navires messinois et marseillais, pour escorter leurs galères et leur grand galion en Méditerranée orientale. Le 20 avril, une quinzaine de navires (quatre galères, trois galions, quatre frégates et trois tartanes), portant plusieurs milliers de soldats, quitta donc Malte pour la côte grecque199. La flotte se divisa en deux escadres, commandée chacune par un chevalier, qui menèrent l’assaut conjointement contre les forts ottomans de Petraci et de Patras, qui gardaient l’entrée dans le golfe de Lépante. L’expédition fut un triomphe, qui ne coûta la vie qu’à douze chrétiens, dont deux chevaliers seulement, et qui permit la capture de 235 esclaves, dont beaucoup de femmes et d’enfants, qui furent tous ramenés à Malte. Le butin consista également en 71 pièces d’artillerie en bronze, parmi lesquelles 40 gros canons, que l’Ordre récupéra200. Mais le butin ne se limita pas aux armes et aux esclaves : les quatre galères tentèrent une course rapide au large de la côte grecque et arraisonnèrent non loin de Modon, deux vaisseaux turcs chargés de 1 600 salmes de froment201. Ce franc succès valut à l’Ordre une lettre louangeuse de Philippe III, qui exaltait les grandes meritos y servicios que esta Religion ha hecho y haze a la Christiandad con tanto derramamiento de la sangre de sus cavalleros202.

  • 203 AOM 455, f° 281r., 20 janvier 1606.
  • 204 AOM 455, f° 292r., 16 avril 1606.
  • 205 Ibn Abi Dinar, Al-mounis fi akhbar Ifriqiyia wa Tounis... cit., p. 208.
  • 206 AOM 101, f° 222r., 28 avril 1606.
  • 207 AOM 455, f° 293v., 18 mai 1606.
  • 208 Dal Pozzo, I, p. 515.

81Parfois, certaines expéditions maltaises pouvaient se solder par des échecs retentissants. Ainsi, au printemps 1606, les galères de Malte étaient de nouveau parties pour une incursion en Tunisie : un mémoire de l’Ordre au Pape nous précise que cette nouvelle attaque corsaire fut entreprise au nom du statut de Malte en tant qu’antemurale della Christianità et particolarmente della Italia in questo mar infero203, au nom de la volonté de purger les eaux méditerranéennes du péril corsaire musulman. Toute l’escadre partit donc à destination de la côte tunisienne, mais une violente tempête la surprit au large de l’île de Zembra. La galère Capitane sombra, et deux galères furent capturées par des navires tunisois. Le Grand Maître tenta vainement d’expédier à leur secours plusieurs frégates maltaises, afin de sauver les équipages et les chiourmes, cependant que le vice-roi de Sicile lui-même dépêcha deux navires depuis Palerme, pour assister la flotte en danger204. Ce fut peine perdue, et l’expédition en Barbarie de 1606 demeura dans les mémoires chrétiennes comme une véritable déconfiture, qui coûta la vie à de nombreux hommes. Pour les habitants de Tunis, au contraire, cette défaite maltaise donna lieu à des réjouissances populaires et à une glorification immédiate par les récits contemporains, notamment dans l’ouvrage d’Ibn Abi Dinar, ainsi que nous l’avons déjà mentionné précédemment205. Informé du désastre, le roi d’Espagne offrit à l’Ordre plusieurs soldats et forçats pour ravitailler sa flotte considérablement affaiblie206. Quant au vice-roi de Sicile, il fit également preuve de générosité en offrant une galère neuve, non armée, aux chevaliers207. Enfin, le Grand Maître et les chevaliers Grands Croix firent don de 70 000 écus pour le financement de la construction et de l’armement complet des deux galères manquantes208.

  • 209 M. Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovanni... cit., p. 143.
  • 210 AOM 104, f° 20v., 13 septembre 1611 et AOM 457, ff° 287r.-287v., 15 septembre 1611.
  • 211 Dal Pozzo, I, p. 564.
  • 212 AOM 457, f° 288v., 10 octobre 1611.

82Cet échec ne désespéra pas pour autant les chevaliers, qui menèrent encore deux expéditions victorieuses au cours des années 1610 et 1611. En 1610, la flotte remise à neuf fit voile pour le Levant et s’empara aisément du fort d’Aiazzo en Caramanie, d’où elle ramena quelques 300 esclaves turcs209. Puis en 1611, les Hospitaliers furent requis par le roi d’Espagne, pour aider la flotte espagnole dans une razzia le long de la côte tunisienne. Les cinq galères de Malte rejoignirent donc les galères de Naples et de Sicile rassemblées à Messine, au milieu du mois de septembre 1611210. L’expédition se solda par la razzia des îles Kerkennah à la fin du mois, qui permit la capture de 490 esclaves musulmans211. Au milieu du mois d’octobre, les flottes étaient toutes rentrées à bon port et l’Ordre accueillait ses galères à Malte par de nouvelles festivités portuaires212. Enfin, les dernières expéditions corsaires furent menées quelques années plus tard, en 1619 en Barbarie, puis en 1620 au Levant. En 1619, l’escadre de l’Ordre accompagna de nouveau la flotte espagnole, composée de galères siciliennes et napolitaines jusqu’à

  • 213 AOM 459, f° 267v., 30 juin 1619.
  • 214 Dal Pozzo, I, p. 655.

83Sousse qui fut pillée213. Puis en 1620, les galères maltaises partirent seules à destination du Levant, et ravagèrent le Castel Tornese en Morée214.

84Ces expéditions apparaissaient donc relativement nombreuses pendant les deux premières décennies du xviie siècle : nous en comptons douze en vingt ans, soit une moyenne d’une tous les deux ans. Expéditions militaires plus que véritables courses, elles répondaient à des expéditions musulmanes de même type et témoignaient évidemment de la dimension guerrière extrêmement vivace de la course, ainsi que du maintien des relations conflictuelles entre les représentants des deux rives. Elles se raréfièrent pourtant considérablement après 1620, concurrencées par une course plus ordinaire, dite communément « a danno d’Infidele », menée dans tout le bassin maritime par des corsaires privés en nombre de plus en plus grand. À partir des années 1620-1630, la dimension purement militaire de la course se trouvait ainsi peu à peu dépassée par celle du profit.

c) La course « a danno d’Infedele »

85La dernière forme de course maltaise consistait en un départ de navires a danno d’Infedele, pour attaquer tout navire musulman au Levant ou au Ponant, voire tout navire allié des musulmans, qu’il fût de guerre ou de commerce. Il ne s’agissait plus de punir les corsaires offensifs, ni de se porter, le temps d’un débarquement, en terre ennemie, mais bien de s’en prendre à n’importe quel vaisseau, y compris à ceux qui allaient pacifiquement. Et ce furent bien les lignes commerciales qui pâtirent le plus régulièrement de cette course sauvage, puisque les navires surchargés de marchandises n’étaient ni assez rapides, ni assez protégés par des pièces d’artillerie, pour se défendre des attaques de petits navires corsaires légers et prompts à la manœuvre.

  • 215 Ces chiffres découlent du recensement de toutes les courses, que j’ai effectué au sein de la série (...)

86Cette forme de course était la plus usitée à Malte : entre 1585 et 1635, on peut dénombrer 389 départs, sur un total de 540 courses, soit une proportion très forte de 72 % des courses maltaises et une moyenne de plus de 7 départs par an215. Les navires en partance avaient le choix entre deux grandes routes de course et divers lieux d’embuscade le long de chaque route. Les deux routes corsaires qui ressortent des patentes octroyées par l’Ordre, correspondaient en fait aux principales lignes de liaison de l’Empire ottoman. Le premier trajet corsaire suivait la fameuse « caravane d’Alexandrie », qui reliait économiquement la province d’Égypte à Istanbul et à la côte levantine, tandis que le second trajet suivait la côte africaine et la liaison entre Alexandrie et les divers ports barbaresques, qui correspondait également à la route menant les pélerins à La Mecque.

Carte n° 7 – Les lieux de la course maltaise.

La « caravane d’Alexandrie »

  • 216 AOM 454, f° 325r., 21 novembre 1603.

87Le premier trajet consistait en une attaque des navires de la « caravane d’Alexandrie », que les corsaires maltais pouvaient guetter le long des îles grecques de l’Archipel, en se postant de part et d’autre d’un canal qui serpentait entre le semis insulaire des Cyclades et celui du Dodécanèse, entre les côtes grecques et anatoliennes. Cette course visait à la capture de navires de commerce, chargés de marchandises : en 1603, le conseil que donnait le Grand Maître au chevalier Jacques de Vincheguerre était bien de s’attaquer aux vie marittime di commercio dei Turchi et d’arraisonner les navires chargés de frumento e altre mercantie216.

  • 217 AOM 458, ff° 300r.-300v., 31 mars 1613.
  • 218 AOM 256, f° 87r., 16 mars 1630.

88Les courses dans l’Archipel pouvaient se limiter à des patrouilles dans les Cyclades, ou bien s’allonger par une traversée des eaux grecques jusqu’aux côtes turques. Ainsi, en 1613, la traversée de l’Archipel fut laissée au seul jugement du chevalier corsaire : le Grand Maître conseilla d’abord de limiter la course aux alentours de Milo, Santorin et Mykonos. Si les galères ne risquaient pas d’être menacées par la flotte turque, elles pouvaient traverser l’Archipel et remonter jusqu’à Chio et Lesbos217. Là encore, les galères devaient se tenir embusquées pour surprendre tout navire de commerce regagnant Istanbul. De même en 1630, deux galères et deux caïques de l’Ordre pratiquèrent la course dans tout l’Archipel, depuis Milo et Santorin jusqu’à Chio, en passant par les îles de Naxos et de Myconos. En cas de prises, les navires avaient ordre de s’en retourner immédiatement vers Candie et Malte ; dans le cas contraire, les corsaires maltais devaient faire une razzia contre Chio, pour capturer le plus d’esclaves possible218.

  • 219 AOM 441, ff° 245v.-246v., 12 juillet 1583.
  • 220 AOM 441, f° 246r.

89Enfin, pour donner un dernier exemple, en juillet 1583, une course de galères de l’Ordre s’attaqua à la « caravane d’Alexandrie » par diverses embuscades dans les Cyclades et dans le Dodécanèse, avant de longer la côte turque jusqu’à Rhodes, dans l’espoir de capturer des navires de retour d’Alexandrie219. Les quatre galères avaient gagné la Méditerranée orientale en empruntant la route nord, qui servait traditionnellement de surveillance de la venue de la flotte turque dans le bassin occidental : elles voguèrent depuis Malte jusqu’à Modon, Cirigo et Candie. Parvenues à Candie, elles effectuèrent des rondes autour des îles de Milo et de Santorin, se renseignant du mouvement des navires turcs en interrogeant au besoin les navires vénitiens partis d’Istanbul et se rendant à Candie. Puis les galères traversèrent l’Archipel jusqu’aux îles de Iali, Cos, Tilos et Rhodes, avec pour consigne de demeurer quatre à cinq jours en embuscade le long de ce passage maritime, bien connu des Hospitaliers pour être un grandissimo passaggio di vascelli, perche tutti che quelli che vengono o vanno d’Alessandria a Costantinopoli, bisogna che passino per quel canale220. Les anciens chevaliers de Rhodes avaient évidemment la pratique de ces lieux, pour les avoir fréquentés assidûment en course à partir notamment de 1517, lorsque l’Égypte devint province ottomane et que les relations entre Istanbul et Alexandrie devinrent plus régulières.

  • 221 AOM 442, ff° 212r.-212v., 15 mai 1584.
  • 222 AOM 442, ff° 219r.-219v., 16 août 1584.
  • 223 AOM 446, f° 193v., 8 mai 1591.
  • 224 AOM 442, f° 212v.
  • 225 AOM 442, f° 219v.

90Mais les corsaires pouvaient également se diriger vers l’est, jusqu’aux côtes levantines, dans le but à la fois de razzier les navires reliant Alexandrie à Istanbul, et ceux qui parcouraient la route Damiette-Beyrouth-Alexandrette-Istanbul. Ce fut notamment le cas aux mois de mai221 et d’août 1584222, lorsque les galères de Malte parcoururent le canale tra Cipro e Caramania : elles se placèrent d’abord en embuscade au large des Sept Caps et de Castellorizo223 (qui était une ancienne possession des Hospitaliers à Rhodes), avant de pousser jusqu’au golfe de Laiazzo, et de se tenir au large d’Alexandrette224, puis de longer la côte levantine, jusqu’à Tripoli de Syrie et Beyrouth225. Elles devaient achever leur course par un séjour d’une semaine au large d’Alexandrie et de Damiette, afin d’arraisonner tout navire sortant ou entrant dans les ports.

  • 226 AOM 442, f° 229v., 11 mai 1585.
  • 227 J.-B. de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte... cit., p. 59-68.
  • 228 J.-B. de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte... cit., p. 60.
  • 229 AOM 455, f° 264v., 20 avril 1605
  • 230 AOM 455, f° 264v.
  • 231 J.-B. de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte... cit., p. 65.

91Puis en mai 1585, l’Ordre ordonna de nouveau une course de ses quatre galères au large d’Alexandrie et le long de la côte levantine : jusqu’à ce que l’eau douce vînt à manquer, les galères devaient se placer à 50 ou 60 milles au large d’Alexandrie pour intercepter les éventuels navires. Elles avaient pour consigne ensuite de faire route vers Jaffa, Beyrouth et Tripoli de Syrie, s’arrêtant en chemin pour se ravitailler en eau, afin d’y capturer des navires de commerce turcs ou même vénitiens, chargés de marchandises de contrebande226. Enfin, la course d’avril 1605 par les quatre galères de l’Ordre correspond à la première caravane du chevalier Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, qu’il relate dans ses Mémoires227 : la flotte maltaise partit pour le Levant, en passant par Zante, Céphalonie228 puis Candie, où elle fit halte afin de prendre langue et de se ravitailler en eau douce, avant de se glisser au cœur des Cyclades pendant plusieurs jours229. Elle traversa ensuite l’Archipel, en multipliant les escales à Milo, Paros, Santorin, jusqu’à Rhodes, puis jusqu’au lieu-dit des Sept Caps, où elle demeura en embuscade, aspettando vasselli di nemici che di la passano conforme al solito230. Elles poussèrent ensuite jusqu’à Chypre, où elles capturèrent une germe turque chargée de riz et de froment, avant de s’en retourner vers Candie231.

La route de la Barbarie au Levant

  • 232 AOM 460, ff° 322r.-322v., 15 avril 1621.

92Cette route était aussi régulièrement empruntée par les corsaires maltais qui longeaient la côte barbaresque depuis Tunis ou Jerba jusqu’à Alexandrie et Damiette, dans le but d’arraisonner des navires musulmans de commerce ou de pèlerinage. Ainsi, en 1621, l’Ordre ayant eu écho de la venue depuis Alexandrie de vaisseaux turcs chargés de marchandises, à destination de Tripoli et de Jerba, il expédia sa flotte vers la côte tunisienne : après une escale à Lampedouse, pour se ravitailler en eau, les galères longèrent la côte tunisienne jusqu’à Jerba où elles attendirent l’ennemi232.

  • 233 AOM 450, ff° 256v.-257r., 28 août 1597.

93Les corsaires pouvaient également aller à la rencontre des navires musulmans, en faisant des haltes stratégiques au cap Misurata et au Cap Bon André. Mais le plus souvent, les navires poussaient en hâte jusqu’à Damiette et Alexandrie, au large desquels ils stationnaient : en 1597 par exemple, deux galères de l’Ordre partirent de Malte et longèrent la côte barbaresque, où elles ne firent que des haltes de ravitaillement en eau douce, avant de gagner les ports égyptiens au large desquels elles demeurèrent deux semaines en embuscade. Le retour devait s’effectuer ensuite par la même route, afin de tenter de capturer le plus de navires possible effectuant la liaison est-ouest de l’Empire233.

  • 234 AOM 456, f° 262v., 27 août 1607.
  • 235 AOM 458, ff° 386r.-386v., 15 septembre 1615.

94Parfois, la route de Barbarie au Levant se poursuivait par un tour complet de la Méditerranée : en août 1607, les galères de l’Ordre, après avoir fait escale au large du Cap Bon André où elles demeurèrent quelques jours, se placèrent au large d’Alexandrie et de Damiette, puis poursuivirent leur route jusqu’à Chypre. Elles longèrent ainsi tout le littoral levantin, avant de rester un temps dans le golfe de Laiazzo, au large d’Alexandrette. Puis elles suivirent la côte turque jusqu’à Rhodes, où elles se mirent de nouveau en embuscade, attendant le passage des navires musulmans venus d’Alexandrie ou d’Alexandrette. Les galères devaient ensuite regagner Malte par l’Archipel, Candie, Zante et la côte italienne234. La même chose se produisit en 1617 : quittant Malte en direction de la côte africaine, les galères effectuèrent plusieurs escales pour guetter le passage des navires au Cap Misurata, puis au Cap Bon André, avant de gagner Alexandrie. Elles poursuivirent ensuite leur route vers Damiette, Jaffa, Beyrouth, Chypre et les côtes de Caramanie, avant de gagner Rhodes, puis Karpanthos. En fonction des prises déjà effectuées, elles avaient alors le choix entre pénétrer dans l’Archipel, par Cos ou par Santorin, et rentrer directement sur Malte, via Candie et Cirigo235

  • 236 AOM 256, ff° 57v.-58r., 8 septembre 1626.

95Enfin, une dernière variante de la route de la Barbarie au Levant existait : les corsaires pouvaient bifurquer directement depuis le Cap Bon André et la côte tripolitaine vers Candie et pénétrer directement dans l’Archipel. Pour ne citer qu’un exemple, en 1626, les quatre galères de Malte longèrent d’abord la côte barbaresque depuis le Cap Misurata jusqu’au Cap Bon André. Elles virèrent alors de cap en se dirigeant vers Candie ; de là, elles firent voile vers Karpanthos, puis vers Rhodes où elles se placèrent en attente des navires musulmans au large des Sept Caps et de Castellorizo236.

LA PERMANENCE DE L’INSÉ CURITÉ INSULAIRE

96Après 1565, le danger turc n’avait plus touché Malte de façon directe et la frontière s’était stabilisée dans l’archipel, selon un accord implicite entre les deux parties. Depuis la fin du xvie siècle, Malte n’était plus menacée en tant que frontière chrétienne, mais éprouvait le besoin de se rappeler au souvenir des musulmans, par une pratique corsaire offensive qui la définissait militairement et identitairement. Mais l’essor corsaire, et surtout les nombreuses expéditions menées par les chevaliers en terre musulmane, eurent pour conséquence une dégradation des rapports entre l’archipel et la Sublime Porte. En 1614, lassé de la hardiesse des corsaires maltais qui pillaient régulièrement ses navires et attaquaient sans repos ses pèlerins ou ses marchands, les Turcs entreprirent une expédition punitive contre l’archipel corsaire.

L’attaque turque de 1614

  • 237 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Fayard, Paris, 1990.
  • 238 Q. Hughes, The building of Malta, Malte, 1986 (1ère édition en 1956) ; Q. Hughes, Fortress. Archite (...)
  • 239 A. Hoppen, The Fortification of Malta by the Order of St. John (1530-1798), Malte, 1999.
  • 240 S. Spiteri, Fortresses of the Knights, Malte, 2001.

97Aucun ouvrage maltais ou européen actuel n’évoque une quelconque attaque turque dirigée contre Malte en 1614 : qu’il s’agisse de Robert Mantran, dans son ouvrage sur l’histoire de l’Empire ottoman237, ou des spécialistes des fortifications de Malte, comme Quentin Hughes238, Alison Hoppen239 et Stefen Spiteri240, nul n’évoque le débarquement d’une flotte turque dans le port de Malte, durant l’été 1614. Sans doute, cette attaque, qui se fit lors d’un voyage de la flotte au Ponant et qui avorta, fut-elle jugée de peu d’importance par tous les historiens, qui ne virent pas en elle la principale raison de l’accélération de la fortification littorale de l’archipel.

98Mais son absence dans les ouvrages ne signifie pas qu’elle soit indigne d’intérêt, bien au contraire. En ce qui concerne notre problématique, cette attaque retient notre attention du fait de sa portée symbolique et par la preuve qu’elle apporte de la dimension guerrière que revêtait essentiellement la course dans les premières années du xviie siècle. Le débarquement de 1614 fut en effet une tentative manquée de réponse ottomane au développement extraordinaire de la course maltaise qui, par l’attaque constante des navires turcs et barbaresques, œuvrait délibérément à l’effacement naval musulman et travaillait à la nouvelle suprématie de la rive chrétienne, grâce à la protection des progrès marchands de l’Occident en Méditerranée.

  • 241 M. Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovanni... cit., p. 143.
  • 242 AOM 104, f° 20v., 13 septembre 1611 et AOM 457, ff° 287r.-287v., 15 septembre 1611.
  • 243 Voir plus loin.
  • 244 AOM 105, f° 67r., 4 juillet 1614.
  • 245 AOM 105, f° 67v., 6 juillet 1614.

99L’attaque se déroula dans un contexte où l’Ordre multipliait les expéditions corsaires en terre musulmane : en 1610, il avait pillé le golfe de Laiazzo241, tandis qu’en 1611, il avait participé à une expédition espagnole contre les îles Kerkennah242, capturant en deux ans quelques 800 esclaves musulmans. À cela venait s’ajouter des courses de plus en plus nombreuses, les années 1605-1620 correspondant à un pic corsaire particulièrement fort à Malte243. Toutes ces raisons motivèrent une attaque punitive ottomane contre l’archipel corsaire, pendant l’été 1614. Le 4 juillet 1614, un navire maltais avait informé le Conseil et le Grand Maître de la venue au Ponant d’une flotte turque grosse de 80 galères, qui naviguait au large de Navarrin, en direction de Malte, dans le but de punire ed attacare gli corsali maltesi244. Puis le 6 juillet, le fort de Marsaxlokk tira plusieurs coups de canons, afin d’avertir le Grand Port de la présence de 60 galères qui avaient déjà accosté dans la baie voisine de Marsaskala245.

  • 246 AOM 105, f° 67v.
  • 247 AOM 458, f° 319r., 7 juillet 1614.
  • 248 AOM 105, f° 68r., 7 juillet 1614.
  • 249 AOM 105, f° 67v. (« ...l’armata turchesca in numero di sessanta galere... havea comminciato a sbarc (...)
  • 250 AOM 105, f° 67v.

100Face au débarquement de l’armée turque dans la baie de Saint-Thomas246, l’Ordre décréta Malte en état de siège le 7 juillet : les garnisons des forts Saint-Elme, Saint-Ange et Saint-Michel furent ravitaillées d’urgence en soldats, armes et munitions, cependant que des commissaires étaient chargés d’enregistrer tous les étrangers présents à Malte247 et de fournir des armes pour la défense du Port à tous ceux qui étaient aptes à leur maniement248. Pendant ce temps, l’armée ottomane s’était déjà dirigée vers le casal Sainte-Catherine (Zejtun), brûlant les récoltes et tuant le bétail, incendiant l’église Sainte-Catherine et provoquant la panique des habitants249. La cavalerie de l’Ordre, envoyée par le Grand Maître, attaqua alors de front l’infanterie turque et ne tarda pas à la mettre en fuite250.

  • 251 AOM 105, f° 68r., 8 juillet 1614.
  • 252 AOM 105, f° 68v., 9 juillet 1614.

101Finalement, le 8 juillet, les soldats turcs furent rembarqués sur les galères et la flotte quitta le port de Marsamxett. Elle demeura toute la journée à l’embouchure du port de Malte, à portée de canon, faisant mine de vouloir attaquer de nouveau ; devant ce danger, le Conseil ordonna que les esclaves musulmans de l’Ordre et des particuliers fussent tous recensés et enfermés dans les Prisons, et que les esclaves séditieux ou déjà connus des autorités pour avoir prononcé des paroles subversives, fussent fouettés en public à coup de corde, pour éviter toute tentative de révolte servile et d’alliance avec les Turcs251. Mais à la tombée du jour, toute la flotte ennemie se remit en mouvement, prenant la direction de la Sicile et le 9 juillet, un chevalier envoyé en reconnaissance à bord d’une felouque armée, confirma le départ des Ottomans à destination du Levant252. Le danger turc s’éloignait de Malte et de la Méditerranée occidentale.

102Cette attaque des Turcs contre Malte au début du xviie siècle portait d’abord témoignage du fait que la course était bien le prolongement de l’activité guerrière qui avait dominé le siècle précédent, et que Malte, grâce à la course, continuait d’incarner pour les musulmans, une place de choix sur la frontière chrétienne. L’archipel était toujours le lieu-frontière par excellence, la place-forte où s’inscrivait la césure entre les civilisations, et le point de cristallisation constant de l’affrontement guerrier, puis corsaire, entre chrétiens et musulmans. En même temps, l’échec du débarquement apportait la preuve, s’il en était encore besoin, de la toute-puissance de l’île protégée par ses remparts solides et par des chevaliers désormais indélogeables. Le contexte de 1614 n’était plus celui de 1565, et les murailles portuaires, qui avaient paru bien fragiles au xvie siècle, étaient à présent si manifestement inexpugnables que les Turcs choisirent finalement de quitter l’île sans même tenter de les forcer. Le court épisode de 1614 rappelait donc l’incrustation définitive de la frontière dans le sol maltais, mais revivifiait également le souci de l’Ordre de protéger son archipel, afin de le rendre étanche à toute nouvelle pénétration militaire ou corsaire.

La fortification côtière de l’archipel

  • 253 AOM 260, f° 63v., 28 octobre 1659, Rapport au Conseil concernant les constructions des tours de gue (...)

103Les fortifications littorales se distinguaient des fortifications portuaires par leur date de construction et par leur objectif : construites dès les premières années du xviie siècle, elles avaient pour but de surveiller les côtes de l’archipel et de prévenir tout danger d’approche corsaire et de razzia. Elles étaient donc bien plus une réponse aux menaces corsaires barbaresques et protestantes, qu’une défense militaire contre un éventuel débarquement. Conséquence directe de la course, elles devaient être complétées après le débarquement de 1614, qui avait rappelé à l’Ordre et aux Maltais le danger toujours vivace que représentait la vie sur une place frontalière. Entre 1604 et 1622, sous le magistère d’Alof de Wignacourt, furent édifiées sur les côtes maltaises et gozitaines sept tours de guet, dont nous trouvons trace dans les délibérations du Conseil de l’Ordre, dans la série Libri Conciliorum, ainsi que dans un rapport rédigé par des commissaires au Conseil, daté du 28 octobre 1659, qui dressait l’état des fortifications littorales de l’archipel au milieu du xviie siècle253.

Carte 8 – Les fortifications littorales (1605-1622).

  • 254 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 175-176.
  • 255 AOM 101, f° 191r., 14 octobre 1605.
  • 256 AOM 101, f° 191r.

104Ce fut le Grand Maître Martín Garzés (1595-1601) qui se soucia le premier de fortifier le littoral pour le protéger des incursions corsaires. Peu avant sa mort, il avait offert la somme de 6 000 écus environ254, destinée à l’érection d’une tour de guet à Gozo, afin de surveiller et de protéger le canal entre Gozo et Comino, contre les fréquents passages de navires corsaires (« ...ad arcenda pyratarum navigia quæ illuc frequenter aquatum navigant... »)255. Sa mort en 1601 suspendit le projet, qui fut repris par son successeur, Alof de Wignacourt : au cours de l’automne 1605, la tour de Gozo fut édifiée sur son ordre et baptisée San Martino en l’honneur du Grand Maître qui l’avait financée256.

  • 257 AOM 103, f° 103r., 6 novembre 1609.
  • 258 AOM 103, f° 147v., 1er juillet 1610.
  • 259 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 175.

105Conscient de la nouvelle multiplication des fronts de danger corsaire, par l’essor des cités barbaresques et par l’intrusion des Hollandais et des Anglais, le Grand Maître Alof de Wignacourt reprit le projet de Martín Garzés et ordonna la construction de six tours de guet littorales à Malte et Comino, qui furent construites durant tout son magistère, et dont il finança directement une partie. Dès l’automne 1609, il ordonna la construction de deux tours de guet, les tours San Paolo et Qawra, pour protéger la baie de Saint-Paul257. Puis en juillet 1610, le Grand Maître proposa au Conseil la construction d’une tour à Marsaxlokk, per il beneficio universale dell’isola di Malta258, dont il finança seul la construction. L’édification de la tour, puis son armement complet en hommes, artillerie et munitions coûta au Grand Maître la somme de 11 745 écus259.

  • 260 AOM 105, f° 67v., 6 juillet 1614.
  • 261 AOM 105, f° 68v., 11 juillet 1614.
  • 262 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 176.
  • 263 AOM 106, f° 207r., 21 avril 1620.
  • 264 AOM 106, f° 207r.
  • 265 AOM 106, f° 59v., 7 novembre 1617.
  • 266 AOM 106, f° 123r., 11 octobre 1618.

106Cette tour devait rapidement se révéler utile, puisque ce fut elle qui sonna l’alarme et avertit le Grand Port de la venue et du débarquement de la flotte turque en 1614260. Elle émoigna également de la nécessité de bâtir au plus vite de nouvelles tours côtières dans les différentes baies maltaises non encore protégées, surtout dans celles qui se trouvaient près du Grand Port, afin qu’elles puissent se défendre et informer au plus vite l’Ordre des mouvements des navires ennemis autour des côtes insulaires, et de l’éventuel danger d’une nouvelle attaque. Deux jours après le départ de la flotte turque, le 11 juillet, le Conseil votait précipitamment la construction d’une tour de guet dans la baie de Marsaskala, dont le Grand Maître finança de nouveau la construction261, qui s’éleva à 13 450 écus262. Puis six ans plus tard, en avril 1620, le Conseil décidait de construire une nouvelle tour dans les environs, pour mieux garantir la protection des habitants de Zabbar, village voisin du Port et de la cité portuaire de Bormula263. Une bénédiction eut lieu dans la petite église de Santa-Maria-delle-Gratie de Zabbar, avant que ne fût officiellement posée la première pierre de construction de la tour Santa-Maria-delle-Gratie, sur le lieu-dit Blata Il-Bajda264. Dans le même temps, le Grand Maître manifestait toujours le souci de protéger le flanc oriental de l’île, par la surveillance du canal de Malte où les corsaires étaient nombreux à s’embusquer. En 1617, le fort San Martino de Gozo, en mauvais état, fut restauré265, cependant que l’année suivante, en 1618, une nouvelle tour fut construite à Comino, pour aider le fort de Gozo à assurer la surveillance du canal de Malte266.

  • 267 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 190.

107« Forme supplétive de la grande guerre »267, la course était bien ainsi source de périls et de tensions entre les mondes chrétien et musulman, par le maintien d’un affrontement ouvert, consenti et pratiqué par les représentants humains de chaque rive, et régulièrement compliqué par la pénétration d’acteurs nouveaux et protestants dans l’ancien conflit des civilisations. Mais en tant que palliatif guerrier, la course pouvait en même temps laisser une certaine latitude à des échanges humains et marchands de nature moins belliqueuse.

108En effet, par la saisie à peu de frais de navires de commerce surchargés de biens, par la capture de nombreux esclaves lors de razzias terrestres ou de prises maritimes, la course s’avérait très souvent fructueuse et rentable, assurant non seulement le ravitaillement de l’archipel maltais en déséquilibre alimentaire, mais dégageant également des profits substantiels pour l’Ordre et pour tous les particuliers qui la pratiquaient. Activité attractive, elle motivait de plus en plus d’acteurs, au point de dominer la vie économique et sociale du port, et d’insérer Malte au sein d’un maillage étroit de réseaux humains et marchands transfrontaliers, qui reliait l’île aux rives chrétienne et musulmane.

LA COURSE MALTAISE, UNE ACTIVITÉ ATTRACTIVE

LE BUTIN CORSAIRE

Les gains du corso

109Bien que l’absence d’archives dans les fonds du Tribunal des Armements ne permette pas d’évaluer la totalité du butin corsaire maltais au xviie siècle, les quelques mentions de prises de course donnent une certaine idée de la richesse considérable que pouvait représenter cette activité.

  • 268 C. Trasselli, « Una statistica maltese del secolo xvi », in Economia e storia, fasc. 4, 1966, p. 47 (...)
  • 269 AOM 445, ff° 273r.-273v., 17 mars 1589.
  • 270 AOM 454, f° 281v., 3 avril 1603.
  • 271 AOM 454, f° 282r., 3 avril 1603.

110Le ravitaillement de Malte était d’abord céréalier, ou de diverses autres denrées consommables, l’archipel souffrant depuis le Moyen Âge d’un déséquilibre alimentaire chronique268. En 1589, les galères de Malte capturèrent un navire de commerce vénitien chargé de 600 tonneaux de vin, qui furent tous rapportés à Malte pour les besoins de l’Ordre et des habitants269. L’appât du grain constituait une des principales motivations des courses des chevaliers : en 1603, l’expédition contre les forts de Lépante et de Petraci n’était pas uniquement destinée à lutter contre les Turcs, mais visait surtout à ravitailler Malte en froment, le Grand Maître ayant eu écho de ce que les forts possédaient des magazzini numerosi pieni di frumento per il Gran Turco270. Les instructions magistrales étaient d’ailleurs fort claires : les chevaliers devaient absolument s’emparer de tutto il fromento possibile, pour le rapporter immédiatement à Malte271.

  • 272 AOM 457, ff° 268r.-268v., 14 juin 1610, Mémoire présenté au Conseil par Opizzo Guidotti concernant (...)
  • 273 AOM 457, f° 268r., 9 octobre 1606.
  • 274 AOM 457, f° 268v., 27 février 1608.
  • 275 AOM 100, f° 164v., 9 novembre 1600 (« ...incontrando vascelli turchi..., le debbiate pigliar et man (...)

111Les corsaires en partance recevaient donc régulièrement l’instruction de s’attaquer à des navires chargés de vivres, qui pouvaient être portés à Malte, vendus et consommés sur place. Le chevalier Opizzo Guidotti, de la Langue d’Italie, avait par exemple été trois années durant, le responsable principal des courses de ravitaillement alimentaire de l’île272. Un rapport qu’il rédigea pour le Conseil en 1610, rappelait ses diverses courses : en 1606, il avait capturé au Levant deux navires de commerce turcs, dont l’un était chargé de riz273 ; en 1607, il captura un caramusal chargé de froment au large de Salonique ; enfin, en 1608, il arraisonna successivement dans l’Archipel, un caramusal chargé de blé qu’il ramena à Malte et au large de Saint-Jean-d’Acre, un vaisseau chargé de 7 000 thalers qui lui servirent à acheter du froment au Levant, qu’il rapporta à l’Ordre274. Parfois aussi, les corsaires avaient pour consigne de rapporter de leur voyage maritime un certain nombre de salmes de froment, jugé par l’Ordre nécessaire au ravitaillement de l’île. Ainsi, en 1600, quatre galères partirent avec mission de capturer suffisamment de navires musulmans pour rapporter 2 000 à 3 000 salmes de blé, soit 400 à 600 tonnes275.

  • 276 AOM 445, ff° 273r.-273v., 17 mars 1589
  • 277 AOM 456, f° 276v., 3 septembre 1608.

112Cependant, de nombreux autres biens étaient également fort recherchés par les corsaires, parce qu’ils palliaient les manques de l’Ordre ou de l’archipel, ou parce que leur grande valeur permettait des ventes fructueuses le long du trajet. Parmi ces biens, le matériel militaire occupait une place de choix. L’Ordre souhaitait souvent le conserver pour son propre usage, comme il le fit en 1589, lorsque ses galères s’emparèrent d’une cargaison vénitienne de 16 000 lames d’épées : le Grand Maître décida d’en garder une partie pour l’usage des chevaliers et de faire fondre le reste, pour fabriquer de nouvelles armes276. Quant aux produits de luxe, comme les épices, les tapis orientaux, les velours, les bijoux, ils étaient très recherchés et généralement rapportés intacts à Malte277, au même titre que le matériel de bateau qui pouvait évidemment être réutilisé pour l’armement de nouveaux navires en course.

  • 278 AOM 96, f° 241v., 19 juin 1585.

113Deux instructions du Grand Maître de 1585 et de 1608 nous renseignent sur le devenir des prises de course et l’utilisation que devaient en faire l’Ordre et les particuliers maltais. Les instructions de juin 1585 commandaient à tout corsaire quittant Malte de s’emparer en priorité des cargaisons non endommagées, que les écrivains avaient pour tâche de consigner dans leurs registres. En cas de petite prise, les marchandises devaient être transférées sur les galères ou sur les navires de course, qui poursuivaient leur voyage en mer. Mais si la prise représentait une forte somme d’argent, les corsaires avaient pour consigne d’escorter le bâtiment arraisonné jusqu’à Malte, ou bien de le laisser aux commandes d’hommes fiables qui devaient le ramener à bon port. Dans tous les cas, les écrivains devaient d’abord dresser l’inventaire de la cargaison278.

  • 279 AOM 456, f° 276v., 3 septembre 1608.

114En 1608, les instructions du Grand Maître au chevalier Opizzo Guidotti étaient encore plus précises, établissant une hiérarchie des butins et des règles de ventes strictes. Nous apprenons ainsi que les produits utiles et consommables, tout particulièrement la nourriture, devaient être absolument ramenés à Malte, à bord du bateau arraisonné qui constituait également une revente possible ; les marchandises de faible coût devaient quant à elles, être vendues lors de la première escale, en terre chrétienne ou musulmane, au meilleur prix ; les marchandises de grande valeur, comme les grosses pièces d’artillerie, devaient être placées dans les navires de course, afin de pouvoir les vendre en route ou bien de les rapporter à Malte ; enfin, les produits précieux (or, argent, bijoux, étoffes rares, épices...), devaient impérativement être rapportés à Malte intacts. En ce qui concerne les prises humaines, les corsaires avaient pour consigne de vendre au meilleur prix femmes et enfants au Levant ou en Sicile, ainsi que certains captifs riches qui pouvaient se racheter immédiatement, et de ne ramener dans l’archipel que des hommes dont on pouvait utiliser la force de travail279.

  • 280 AOM 456, f° 286v., 1er novembre 1608.
  • 281 ASV, SS Malta 3, f° 120v., sans date (vraisemblablement fin XVIe-début xviie siècle).
  • 282 AOM 456, f° 292v., 20 mars 1609.
  • 283 AOM 457, f° 268v., 14 juin 1610, Rapport d’Opizzo Guidotti concernant les prises et les ventes réal (...)
  • 284 AOM 457, f° 268r., 14 juin 1610, Rapport d’Opizzo Guidotti concernant les prises et les ventes réal (...)

115Ces instructions témoignent de ce que les principaux lieux de revente se trouvaient en Méditerranée orientale, aussi bien dans les ports de la côte levantine que dans les ports grecs de l’Archipel, ou dans les possessions vénitiennes280, à Candie notamment281. En 1609 par exemple, le chevalier de Gouy qui avait réalisé une prise importante, vendit les marchandises et les esclaves dans diversi porti di Levante282. L’archive ne précise malheureusement pas quels étaient les ports concernés, mais une autre vente réalisée par le chevalier Opizzo Guidotti témoigne de ce que les ports levantins de Saint-Jean d’Acre, de Jaffa ou de Tripoli de Syrie étaient fréquentés par les corsaires maltais : en 1608, le chevalier vendit à des marchands musulmans une cargaison de froment à Saint-Jean-d’Acre283, et en 1607, il négocia la vente de plusieurs esclaves musulmans à Chypre puis à Tripoli de Syrie284.

  • 285 AOM 255, f° 30r., 2 décembre 1623.
  • 286 AOM 256, f° 42v., 2 décembre 1625.

116En Méditerranée occidentale et en terre chrétienne, le lieu privilégié de revente des prises corsaires était incontestablement Messine. Assez étrangement, le port n’est guère évoqué par nos archives. C’est une mention de 1623 qui nous prouve que le port sicilien était régulièrement fréquenté par les corsaires maltais qui souhaitaient vendre le surplus de leurs prises : le Grand Maître conseillait au chevalier de faire escale en Sicile avant de rentrer à Malte, afin de vendere a Messina le prese, come si fa ordinariamente285. Une telle déclaration apporte évidemment la preuve de la fréquentation courante et ancienne du port par les corsaires de Malte. Le fait est d’ailleurs confirmé par une autre mention, en 1625, lorsque le chevalier Girolamo Salvago partit à Messine, porter des marchandises prises en course (lin, draps, marchandises diverses) pour les vendre au meilleur prix286.

  • 287 AOM 459, ff° 339r.-340v., 7 avril 1617.
  • 288 AOM 459, f° 339v.
  • 289 AOM 459, f° 340r.
  • 290 AOM 459, f° 340v.

117Les ventes des prises dégageaient certainement des sommes considérables, dont un récit au sujet d’une fraude corsaire constitue un témoignage précieux. Le chevalier Augustin d’Amours, parti en course au Levant, en novembre 1616, avec le galion de l’Ordre et une tartane, avait réalisé de grosses prises, arraisonnant un caramusal turc chargé de ballots de sucre et de cannelle, puis un autre bâtiment portant une cargaison de café, de lin et d’encens287. Le chevalier fit alors débarquer un ballot de cannelle et deux ballots de café, qu’il souhaitait vendre à son propre compte : la vente des trois ballots rapporta 300 écus288. Par la suite, il vendit dans les ports levantins les ballots de café et d’encens à un prix nettement supérieur au tarif ordinaire, et conserva les surplus pour lui-même, qui correspondirent à 600 écus. Enfin, il vendit illégalement à deux autres chevaliers rencontrés en course en Méditerranée orientale, 14 ballots de lin289. À son retour à Malte, il fut jugé pour fraude et condamné à payer au Trésor une amende de 1 000 écus, que l’Ordre estima être la somme minimale dégagée par les ventes illégales des prises. Le chevalier d’Amours fut également condamné à la perte de l’habit, peine commuée en un emprisonnement de deux ans et à la perte de ses biens à Malte290.

118La prise réalisée par le chevalier d’Amours avait donc rapporté 1 000 écus de ventes, sans compter les autres marchandises qu’il rapportait, et qui étaient certainement en nombre suffisant pour espérer que l’imposture passât inaperçue aux yeux des officiers du port. Nous savons que l’Ordre avait armé pour cette course une tartane et un galion : la tartane étant un navire assez petit, son armement complet devait se situer autour de 120 écus environ, soit l’équivalent de celui d’une felouque ; quant au galion, le coût de l’armement était bien plus élevé, et dut représenter 2 000 écus environ. Si l’on songe que la vente frauduleuse d’une partie de la cargaison rapporta au minimum 1000 écus, et que l’Ordre récupéra au retour de la course une partie des marchandises qui ne furent pas vendues, on peut largement avancer que le bénéfice corsaire représenta au moins la somme investie.

  • 291 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la Méditerranée du second xvie siècle », art. cit., p. 85.
  • 292 AOM 255, f° 30r., 2 décembre 1623.

119Le profit corsaire était encore accru lors de capture d’esclaves. Sachant que dans la première moitié du xviie siècle, le prix de rachat d’une femme s’élevait à 150 ou 160 écus, et que celui d’un homme était de 130 écus en moyenne291, sachant aussi que ces sommes pouvaient toujours s’élever en fonction de la condition sociale des captifs, nous pouvons facilement évaluer le gain financier que représentait l’écoulement d’une prise corsaire. Ainsi, en 1623, une course en Barbarie avait permis la capture, au large de Bizerte, de 231 esclaves musulmans, dont une partie fut vendue à Messine pour la somme totale de 8 500 écus292, ce qui équivalait à la même époque à une somme supérieure à la construction et à l’armement complet d’une galère !... De même, en 1628, la prise en course de 230 esclaves au large de la Barbarie, signifiait pour l’Ordre une somme de 30 000 écus environ en cas de ventes, somme qui représentait la construction de 8 tours de guet !

  • 293 ASV, SS Malta 3, f° 114v., année 1590, Mémoire rédigé par des commissaires à la Secrétairerie ponti (...)

120Un autre exemple, extrait des Archives Vaticanes, vient confirmer les profits extraordinaires que pouvait dégager la course : en 1588, un Mémoire rédigé par l’Ordre au Pape témoigne de ce que quatre galères de Malte furent soulagées au large de Céphalonie, par les galères vénitiennes d’un butin qu’elles avaient rassemblé au Levant, et dont la somme s’élevait au total impressionnant de 300 000 écus293. Si on suppose que l’armement des quatre galères dût coûter aux alentours de 30 000 écus, on se rend compte que le butin de cette course avait multiplié par 10 l’investissement financier... Toutefois, cet exemple illustre également le risque encouru lors d’opérations de course : les 300 000 écus qu’auraient dû rapporter les galères furent perdus définitivement pour l’Ordre, qui se trouvait de ce fait en déficit de la somme qu’avait coûté l’armement.

121Ces trop rares exemples attestent donc qu’au xviie siècle, la course maltaise constituait un investissement extrêmement lucratif, qui remboursait presque toujours l’investissement initial, le doublait fréquemment, voire le multipliait quand des captures d’hommes avaient lieu, et qui rentabilisait de ce fait largement les risques encourus pendant le voyage (naufrages, captures, réduction en esclavage). En outre, le bénéfice corsaire ne se limitait pas aux butins des courses pratiquées a danno d’Infidele. De nombreuses dérives étaient admises par l’Ordre et par les particuliers, et, au nom de la survie menacée de l’île-frontière, une course illicite était bien souvent pratiquée depuis l’archipel, aux dépens du commerce chrétien, qui affectait particulièrement les routes commerciales siciliennes et vénitiennes.

Le produit de la course illicite

122La course était interdite à l’encontre des navires chrétiens ; cette défense figurait même sur toutes les patentes octroyées par le Grand Maître aux chevaliers ou aux particuliers laïcs. Pourtant, jamais interdiction ne fut moins respectée, pour le plus grand bénéfice du reste, de tous les corsaires. Car cette course illicite était d’autant plus rentable qu’elle s’attaquait aux navires chrétiens les plus richement dotés, ceux de Venise et de Raguse, surchargés d’épices et de produits orientaux luxueux, et ceux de Sicile, saturés de froment.

a) La « course de survie » au large de la Sicile

  • 294 AOM 446, f° 227v., 3 décembre 1592.
  • 295 Carmelo Trasselli, « Una statistica maltese del secolo xvi », in Economia estoria, fasc. 4, Anno 19 (...)

123Au nom de l’estrema necessita nella quale si trovava l’isola per non morire di fame294, les corsaires pratiquaient une « course de survie » au débouché des principaux ports siciliens. Cette déviance particulière de la course, qui affectait essentiellement le commerce chrétien, résultait de la crise frumentaire qui avait touché le Royaume de Sicile dans les années 1590-1591, et qui inaugurait à Malte un temps de carence alimentaire importante. La situation fut jugée dramatique dans l’archipel, en un moment où la population était en plein accroissement : un recensement ordonné par le roi d’Espagne en 1590 avait en effet décompté 28 864 habitants dans l’archipel, ce qui était beaucoup, compte tenu de la faible production en grains des îles et du déficit frumentaire de l’époque295.

  • 296 AOM 446, ff° 208r.-208v., 23 août 1591.
  • 297 AOM 446, ff° 196r.-196v., 11 juillet 1591.
  • 298 AOM 446, ff° 207r.-207v., 12 octobre 1591.

124Las des plaintes de l’Ordre, le vice-roi de Sicile avait suggéré aux chevaliers de se ravitailler ailleurs que dans son Royaume, mais une supplique du Grand Maître au vice-roi, datée du mois d’août 1591, soulignait l’impossibilité en laquelle se trouvait Malte d’acheter du blé en un autre lieu, puisque la pénurie affectait toute la péninsule italienne. En conséquence, la famine touchait désormais de plein fouet l’archipel maltais, au point qu’hommes et femmes commençaient à mourir296. Ce fut donc durant l’été 1591, que l’Ordre commença de pratiquer une « course de survie » intensive au large de la Sicile et dans toute la Mer Ionienne, dans le but de capturer tout navire chrétien, chargé de blé : le 11 juillet 1591, trois galères de l’Ordre furent expédiées au large des carricatori siciliens de Licata et de Terranova, pour arraisonner tout navire quittant les ports chargés de froment297. En octobre de la même année, après avoir eu échode ce qu’un navire sicilien devait quitter Terranova, l’Ordre envoya une de ses galères l’intercepter298.

  • 299 AOM 452, f° 265v., 24 octobre 1599.
  • 300 AOM 446, ff° 227v.-228r., 3 janvier 1593.
  • 301 AOM 446, ff° 212r.-212v., 9 novembre 1591.
  • 302 AOM 446, f° 227v., 3 décembre 1592.
  • 303 AOM 446, f° 214r., 15 février 1592.
  • 304 AOM 446, ff° 212r.-212v., 9 novembre 1591.
  • 305 AOM 446, f° 208v., 18 septembre 1591.

125Les chevaliers savaient pertinemment que cette forme de course était illicite, mais ils la pratiquaient pour assurer il mangiar di questa cosi importante isola per la christianità299. Pour justifier ses dérives corsaires et exercer une piraterie véritable sur les lignes du commerce sicilien, l’Ordre utilisait ainsi sans vergogne l’idée mythique selon laquelle la survie de tout le monde chrétien dépendait de celle de son île-frontière. Coupant ainsi court à toutes les éventuelles protestations des puissances chrétiennes, l’Ordre jouissait de toute latitude pour mener des courses aux grains à un rythme extrêmement rapide durant l’automne 1591 et l’hiver 1592. Les corsaires maltais s’attaquaient à tous les navires chrétiens en provenance de la Sicile, depuis Syracuse et Messine300, et tout particulièrement au large des ports de Pozzallo301, Licata302 et de Terranova303, mais également au large des côtes de toute l’Italie méridionale304 et tout autour des îles Favignana et Pantelleria305.

  • 306 AOM 452, f° 265v., 24 octobre 1599 ; AOM 452, f° 273v., 9 novembre 1599 ; AOM 452, ff° 275v.-276r., (...)
  • 307 AOM 453, ff° 250v.-251r., 27 avril 1600.
  • 308 AOM 453, f° 271r., 9 janvier 1601 ; AOM 453, f° 285v., 22 avril 1601.
  • 309 AOM 454, f° 265v., 25 août 1602 ; AOM 454, ff° 274v.-275r., 13 décembre 1602.
  • 310 AOM 454, ff° 278r.-278v., 14 janvier 1603 ; AOM 454, f° 284r., 24 avril 1603 ; AOM 454, f° 287r.,28 (...)
  • 311 AOM 454, f° 329r., 11 février 1604 ; AOM 454, f° 330r., 13 mars 1604 ; AOM 454, f° 336v., 3 mai 160 (...)
  • 312 AOM 455, ff° 299r.-299v., 11 septembre 1606.
  • 313 AOM 455, f° 299r., 11 septembre 1606.

126Les attaques devaient encore se poursuivre pendant une dizaine d’années, et en 1599 et en 1600, les navires maltais partaient toujours à l’assaut des bâtiments de commerce chrétiens, à leur sortie des ports de Licata306, Terranova, Agrigente et Sciacca307. La « course de survie » ne devait même pas cesser au siècle suivant : au cours des cinq premières années du xviie siècle, en 1601308, 1602309, 1603310, 1604311 et en 1606312, elle se poursuivit presque continuellement, avant de se raréfier, puis de disparaître à l’orée des années 1620. Écho fidèle des carestie313 qui pouvaient affecter le royaume de Sicile et la péninsule italienne, elle ne devait resurgir qu’à certains moments difficiles du siècle, au début de la décennie 1630, puis durant la guerre de Candie, entre 1645 et 1669.

b) La déprédation du commerce vénitien

  • 314 AOM 96, f° 242v., 5 juillet 1585.
  • 315 AOM 456, f° 286v., 1er novembre 1608 (« ...far le giustificationi talemente cautelate che non ci si (...)

127La Sicile n’était pas la seule à pâtir de la course maltaise. Depuis le xvie siècle déjà, les chevaliers n’hésitaient pas à s’en prendre aux navires vénitiens chargés de biens précieux venus d’Orient. Bien que toujours sévèrement dénoncée par le Pape, l’habitude devait être conservée pendant tout le xviie siècle, et même au moment de la guerre de Candie. Ainsi, en juillet 1585, les instructions du chevalier Claude de Lorraine se résumaient à pigliar tutte le nave venetiane che non siano sotto fortezze di Sua Maestà Cattolica314. Mieux encore, en 1608, le Grand Maître autorisait le galion de l’Ordre à s’attaquer au Levant à tout navire vénitien rencontré, et donnait même à ses chevaliers les justifications à fournir en cas de mécontentement exprimé par la Sérénissime ou de réprimandes formulées par le Saint-Siège : l’écrivain, le pilote, le capitaine et tout l’équipage devaient absolument déclarer à l’unisson que les navires capturés ne naviguaient pas au large des côtes sous autorité vénitienne, mais en lieux infidèles315.

  • 316 ASV, SS Malta 2, ff° 111r.-111v., 20 février 1591.

128Il ne fallait pas s’étonner alors de que ces captures illicites pussent donner lieu à des conflits durables entre Venise et Malte, dont l’Ordre avait déjà subi les conséquences au milieu du xvie siècle, lorsque la République avait confisqué les biens de ses commanderies, ainsi que nous l’avons déjà vu. À l’extrême fin du siècle, les conflits resurgirent au point que la correspondance de la Secrétairerie pontificale abonde en plaintes vénitiennes, comme celles de l’année 1591, qui découlaient de la capture par un brigantin de l’Ordre d’un vaisseau vénitien en Mer Égée, chargé de marchandises orientales316.

  • 317 ASV, SS Malta 2, f° 160r., 13 janvier 1588.
  • 318 ASV, SS Malta 2, f° 162r., 14 janvier 1588, Compte-rendu de l’Inquisiteur et de l’Ordre au Pape.
  • 319 ASV, SS Malta 2, f° 162r.

129La tension fut à son comble pendant l’année 1588, à la suite de la prise par les galères de Malte, au large de Milo, d’une saète marseillaise, commandée par un Ragusain, et chargée de marchandises, dont une partie avait été achetée à Smyrne par des marchands vénitiens et l’autre moitié par des marchands juifs d’Ancône317. Le navire avait été ramené de force à Malte, où les cargaisons avaient toutes été confisquées par l’Ordre cependant que les marchands juifs comparaissaient immédiatement devant le Saint-Office318. Le patron ragusain, Francesco di Marino, demanda à comparaître à son tour devant l’Inquisiteur, pour porter plainte contre l’Ordre : non seulement les chevaliers avaient arraisonné un navire chrétien, mais ils avaient confisqué toute la cargaison, dont une partie était vénitienne. Débarqué à Malte, il avait en outre été molesté par les chevaliers et condamné par l’Ordre à verser 1 000 écus d’amende, pour n’avoir pas demandé à voir immédiatement l’Inquisiteur, alors qu’il avait voyagé en compagnie de juifs. Une fois devant l’Inquisiteur, Francesco di Marino demanda l’arbitrage du pape, en invoquant le fait que la cargaison était pour moitié propriété de Venise et pour moitié celle de marchands juifs d’Ancône, qui se trouvaient placés sous la protection pontificale319.

  • 320 Shlomo Simonsohn, The Apostolic See and the Jews, Toronto, 1991, p. 448.
  • 321 S. Simonsohn, The Apostolic See and the Jews, op. cit., p. 449.

130Depuis le Moyen Âge en effet, les communautés juives de Rome et de certaines localités italiennes comme Ancône, jouissaient d’une protection particulière du Saint-Siège, qui était devenue officielle en 1534, sous le pontificat de Paul III Farnèse320. À partir de cette date, le pape invita les marchands de toutes nationalités, y compris des juifs, à venir se fixer à Ancône afin d’y pratiquer le commerce. Les juifs levantins, mais également italiens ou espagnols, qui avaient fui le royaume d’Espagne et qui s’étaient réfugiés à Ancône dès le milieu du xvie siècle, bénéficiaient donc de la protection pontificale, et obtinrent en 1544 de nombreux privilèges : l’exemption du port du signe d’infamie, la liberté de vivre à Ancône et de fréquenter les synagogues, en échange du paiement d’une taxe, et surtout la certitude de ne pas être condamnés à mort par un tribunal (les juifs pouvaient faire appel au pape qui prendrait alors leur défense)321.

  • 322 ASV, SS Malta 2, f° 162v. (« ...mi trovo quaranta giorni in questo porto en spesa et con grandissim (...)
  • 323 ASV, SS Malta 2, f° 167r., 14 février 1588.

131Enfin, Francesco di Marino demandait à l’Inquisiteur l’autorisation de quitter Malte au plus vite, où il jugeait n’avoir pas été bien traité, bien qu’il fût christiano in luogho di christiani : non seulement il avait dû vivre sur ses propres deniers pendant les quarante jours que l’Ordre l’obligea à demeurer dans le port, mais il se considérait toujours en péril de mort, à cause du chevalier Flot qui avait réalisé la prise, et qui n’avait pas apprécié que le Ragusain porte plainte devant le Saint-Office322. La réaction du pape ne se fit pas attendre : à la réception du courrier de l’Inquisiteur, et en vertu de la protection qu’il devait aux juifs d’Ancône, il somma l’Ordre, un mois plus tard, de libérer le navire avec tout son équipage, pour qu’il pût reprendre sa route vers l’Adriatique. Toutefois, une partie de la cargaison était perdue, à cause des avaries subies pendant les deux mois où le vaisseau avait été gardé à Marsamxett323.

  • 324 ASV, SS Malta 3, f° 114v., année 1590, Mémoire rédigé par des commissaires à la Secrétairerie ponti (...)
  • 325 ASV, SS Malta 3, f° 115v., non daté, Second Mémoire de l’Ordre adressé au Vatican.

132À la suite de cette affaire, les relations entre Venise et Malte se dégradèrent au point que les navires de la République n’hésitèrent pas à s’attaquer à ceux de l’Ordre. Ainsi, dans les années 1590, les chevaliers firent parvenir deux Mémoires au pape relatant toutes les déprédations que faisaient subir en Méditerranée orientale les galères vénitiennes à leurs navires revenant de courses. Le premier Mémoire rappelle une mésaventure advenue pendant l’année 1588, lorsque les galères de Malte, qui revenaient du Levant, chargées de biens pillés sur des navires turcs, furent arraisonnées au large de Céphalonie par des galères vénitiennes qui leur dérobèrent toute leur cargaison et qui firent perdre à l’Ordre quelques 300 000 écus de butin324. Le second Mémoire relate une nouvelle déprédation subie par les navires de course maltais en novembre 1590 : un brigantin armé par deux chevaliers et un servant d’armes était parti en course au Levant, et avait arraisonné quatre vaisseaux musulmans, réalisant une prise de 1 100 salmes de froment. Les chevaliers vendirent la moitié de la cargaison à des Grecs, pour rapporter à la fois à Malte des denrées comestibles et de l’argent. Surpris par le gros temps sur la voie du retour, ils firent halte à Candie, où la garde maritime de l’île les captura et confisqua toute la cargaison325.

  • 326 ASV, SS Malta 3, ff° 120r.-120v., non daté.

133Dans les années 1590, Venise interdit même officiellement à tout navire arborant un pavillon de l’Ordre, de faire désormais halte à Candie pour s’y approvisionner en eau douce. Les Hospitaliers se plaignirent encore une fois au pape, dans un nouveau Mémoire expédié à la Secrétairerie, qui fournissait toutes les raisons qui contraignaient les navires maltais à s’arrêter à Candie326. Pour gagner l’Archipel, les navires devaient parcourir jusqu’à cette île une distance de 750 milles nautiques, qui correspondait généralement à une cargaison ordinaire en eau douce ; la halte à Candie était donc nécessaire au réapprovisionnement des navires en eau, voire en bis

  • 327 ASV, SS Malta 3, f° 120r.
  • 328 ASV, SS Malta 3, f° 120v.
  • 329 ASV, SS Malta 3, f° 120v.
  • 330 ASV, SS Malta 4, f° 8r., 20 mai 1593.

134cuits et nourritures diverses. En outre, les embuscades au large de Rhodes et d’Alexandrie exigeaient une réserve d’eau importante, qui ne pouvait être faite qu’à Candie327. Enfin, le Cap Bon André étant distant de Candie de 170 milles, les navires qui empruntaient la route du sud consommaient toute l’eau puisée au Cap, et avaient également besoin de faire escale dans l’île vénitienne, avant de pénétrer dans l’Archipel328. L’interdiction faite aux navires d’entrer dans les ports de l’île sous autorité vénitienne représentait ainsi une difficulté considérable pour le bon déroulement de la course maltaise, et privait surtout les corsaires de la fréquentation de ports chrétiens extrêmement bien achalandés en produits levantins et bien souvent disposés à racheter le produit des courses329. L’Ordre suppliait donc le pape de fléchir l’intransigeance de la République, faisant valoir le risque que représentaient pour Malte et pour toute la chrétienté les violenze ordinarie da questi Venetiani contro nostri vasselli330.

135Au regard de tous ces exemples, il est aisé de conclure à l’extraordinaire profit financier, matériel et humain que représentait l’activité corsaire pour une île comme Malte, qui souffrait de déficits alimentaires sévères et d’un manque notable de matières premières (bois de construction notamment). La course apparaissait alors à la fois comme un palliatif commode de toutes les insuffisances de l’Ordre ou de l’île, et comme une source intarissable de butins substantiels, qui faisaient apparaître dérisoires les risques encourus par les hommes. Activité fortement lucrative, elle profitait à tous, au niveau public (l’Ordre, le port) comme au niveau privé (les corsaires), et s’auto-alimentait par un réinvestissement permanent d’une partie des butins.

136Devant un tel potentiel de richesses, en une époque où les puissances méditerranéennes traditionnelles souffraient d’un manque monétaire et de crises économiques, l’Ordre ne pouvait que favoriser l’activité corsaire, pour son propre bénéfice et celui de son île, en autorisant le développement d’une course privée, par l’appel et le recours à des particuliers de toutes origines sociales et nationalités chrétiennes. Aux côtés des chevaliers, des corsaires laïcs maltais comme étrangers devaient se côtoyer dans un Grand Port en pleine croissance économique et démographique, contribuant ainsi à un élargissement de l’horizon insulaire, par l’ouverture nouvelle de Malte à des échanges humains multiples et difficilement contrôlables.

DES CORSAIRES TOUJOURS PLUS NOMBREUX

137Il est frappant de constater que l’essor de la course privée coïncide avec sa réglementation par la fondation du Tribunal des Armements, qui révèle que l’Ordre a accepté la présence d’une course individuelle, et l’accepte même tellement qu’il en tire le maximum de profit économique. La réglementation de la course privée par l’autorité suzeraine en officialise l’existence et entérine son développement, par une multiplication de contacts entre des individus de diverses nationalités. En cela, l’Ordre en 1605 accompagnait l’épanouissement de la frontière méditerranéenne : tout en continuant d’incarner et de maintenir vivace le mythe de la croisade chrétienne à Malte, il participait à l’ouverture de la frontière insulaire à des échanges humains nouveaux et abondants.

138Ainsi, si à partir des premières années du xviie siècle, la dimension de croisade de la course perdurait certes dans les discours officiels et dans l’esprit des individus, elle passait progressivement au second plan, par rapport à une dimension purement lucrative. Dès lors, et bien qu’elle donnât de prime abord, du fait de la course publique, l’image du maintien d’une activité militaire qui cloisonnait la frontière et la maintenait étanche, la course apparaissait en fait comme une dynamique frontalière d’ouvertures et de contacts, par la mise en relation de divers individus, plus unis par la recherche d’un profit commun que désunis par une activité belliqueuse. À l’orée du nouveau siècle, Malte était en passe de devenir une plaque-tournante corsaire particulièrement dynamique.

L’Ordre et la course privée

a) Des chevaliers corsaires...

  • 331 AOM 449, f° 206r., 12 juillet 1596 (« ...havendo fatto un altro viaggio li me-si passati... e ha cu (...)

139La prépondérance des membres de l’Ordre dans l’octroi des patentes s’explique par le fait que le Grand Maître et le Conseil accordaient plus facilement une patente à des hommes en qui ils avaient confiance, parce qu’ils les connaissaient déjà ou bien parce que leur état garantissait cette confiance, qu’à des laïcs inconnus. Les membres de l’Ordre étaient tous certains de se voir donner une licence de course sans difficulté, à l’inverse de corsaires anonymes maltais et a fortiori étrangers. Cela n’est jamais expressément formulé dans les patentes elles-mêmes, mais cet argument est déterminant dans l’octroi des sauf-conduits aux intermédiaires de rachat d’esclaves : pour ne citer qu’un exemple, en 1596, le Grand Maître donna à un musulman un sauf-conduit pour s’occuper du rachat de musulmans et de chrétiens, pour la seule raison que celui-ci était déjà connu, puisqu’il était ancien esclave de l’Ordre et qu’il avait déjà honorablement rempli un contrat l’année précédente331. Nous pouvons donc logiquement penser que l’octroi des patentes corsaires obéissait à un même contrat de confiance que celui des saufs-conduits, et que le Grand Maître devait généralement préférer donner autorisation à un corsaire connu de lui ou de l’Ordre, plutôt qu’à un anonyme.

  • 332 Archives Nationales, Marine B7 209, « Mémoire sur les galères de la Religion de Malte par Deviviers (...)
  • 333 H. J. A. Sire, The Knights of Malta... cit., p. 92.
  • 334 J.-B. de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte, présenté par Claude Petiet, Paris, 200 (...)

140Toutefois, l’obtention de la patente n’impliquait pas nécessairement le départ de celui qui en avait fait la demande, et nous trouvons dans leur condition même l’explication essentielle du faible nombre de départs des chevaliers en course : soldats plutôt que marins, les chevaliers n’étaient pas forcément de bons corsaires et n’appréciaient qu’exceptionnellement les activités maritimes. Un Mémoire sur les galères de la Religion de Malte de la seconde moitié du xviie siècle reflétait bien cette répugnance des chevaliers pour la navigation : « ...les chevaliers font proprement la fonction de soldat... mais ils n’ont la plupart aucune envie de s’attacher à la mer [et] ne s’appliquent en aucune façon au métier... »332. Les départs en course des chevaliers relevaient alors du seul accomplissement de leurs caravanes obligatoires (qui furent portées à quatre au début du xviie siècle)333 et excédaient rarement ce temps de formation. Peu nombreux étaient les chevaliers sincèrement corsaires, dont les noms reviennent régulièrement dans nos archives. Hormis Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, qui laissa dans ses Mémoires la preuve de son goût certain pour la course, et qui fit huit voyages en plus de ses caravanes entre 1611 et 1615334, nous pouvons citer à titre d’exemple le chevalier Jacques de Vincheguerre et son fils, Philandre de Vincheguerre, de la Langue de Provence.

  • 335 AOM 454, f° 325r., 21 novembre 1603.
  • 336 AOM 458, f° 327r., 25 octobre 1614.
  • 337 Pierre Grandchamp, La France en Tunisie. III. 1611-1620, Tunis, 1925, p. 400-402.
  • 338 P. Grandchamp, op. cit., III, p. 196, 25 août 1616.
  • 339 P. Grandchamp, op. cit., III, p. 194, 13 août 1616.
  • 340 P.Grandchamp, op. cit., III, p. 192, 10 août 1616 ; P. Grandchamp, op. cit., III, p. 194, 13 août 1 (...)

141Les deux chevaliers de Vincheguerre s’illustrèrent dans des courses depuis Malte : Jacques partit par exemple en course volontaire au Levant en 1603335, cependant que son fils Philandre, fit une course volontaire au large de la Barbarie et jusqu’en Méditerranée orientale, en octobre 1614336. Le chevalier Jacques de Vincheguerre entreprit même des courses au service de Marseille, comme la course punitive qu’il commanda en 1616 contre Tunis, pour sanctionner les corsaires de la cité qui avaient fait subir de considérables dommages à des navires de commerce marseillais337. Les autorités de Marseille décidèrent d’armer aux frais de la ville sept navires de course que le chevalier de Malte conduisit contre Tunis et avec lesquels il réalisa de nombreuses prises au large de la Goulette338. Quant à son fils, Philandre de Vincheguerre, il fit carrière comme gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi et capitaine d’une de ses galères339 et accomplit de nombreux voyages entre Malte et Tunis dans les années 1615-1620, comme intermédiaire de rachat d’esclaves340.

  • 341 Jean Pignon, « Un document inédit sur la Tunisie au début du xviie siècle », in Cahiers de Tunisie, (...)
  • 342 Ibid., p. 115.
  • 343 AIM, Proc. 20A, f° 389v., 30 octobre 1602. Un certain Francisco Roberto, Catalan, déclare à l’Inqui (...)
  • 344 AIM, Proc. 20A, f° 390v., 1er juillet 1604, témoignage de Pancrazio Vella, qui raconte un voyage de (...)
  • 345 Alonso de Contreras, Mémoires (1582-1633), Paris, 1990, p. 60-61.

142En dépit de ces exemples, il demeure évident que les chevaliers n’étaient guère présents dans l’activité corsaire. Lorsqu’ils l’étaient, il s’agissait parfois d’aventuriers dont l’Ordre avait reconnu la valeur personnelle et l’utilité, comme ce fut le cas pour les chevaliers Robert Ellyatt et Alonso de Contreras. Robert Ellyatt était un gentilhomme anglais catholique, qui fut esclave à Tunis, vraisemblablement entre 1609 et 1613, date de son rachat341. Peu après sa libération, en 1617, il devint corsaire au service du Grand Maître Alof de Wignacourt qui fut satisfait de ses services au point de le faire chevalier de grâce de l’Ordre342. La même chose se produisit avec Alonso de Contreras : manquant de corsaires valables au sein de ses chevaliers, le Grand Maître accepta d’engager le jeune madrilène au service exclusif de l’Ordre dans les années 1595 environ343. Alonso de Contreras mena quelques expéditions, dont nous trouvons trace en 1604, dans les Archives du SaintOffice344, avant d’être fait également chevalier de grâce345. Aventuriers et corsaires véritables avant que d’être des chevaliers, ce fut à la fois pour les distinguer et pour compenser le manque de nobles aptes à la navigation et à l’activité corsaire, que l’Ordre les accepta en son sein.

  • 346 AOM 96, f° 121v., 11 août 1583.

143Toutefois, la faible part des chevaliers dans la course ne résultait pas de leur seule répugnance à pratiquer la course. Venait également s’ajouter une hésitation certaine de la part de l’Ordre lui-même, qui ne pouvait considérer avec plaisir l’éventualité d’une capture en mer de son personnel : la réduction en esclavage, voire la mort des chevaliers, représentait une perte importante, aussi bien financière que militaire. En effet, le prix moyen de rachat d’un chevalier de Malte pouvait aller de 200 à 500 écus, voire à 1 000 écus selon leur niveau de carrière au sein de l’Ordre, et était donc nettement supérieur à la moyenne de celui des captifs ordinaires en Méditerranée. De ce fait, l’Ordre pouvait être contraint de débourser des sommes importantes pour le rachat de ses hommes, comme il le fit en 1583, lorsque le rachat de 17 chevaliers capturés en course par des navires musulmans en Méditerranée orientale lui coûta 5 700 écus d’or et 10 esclaves d’environ 130 écus346, soit une perte pour le Trésor d’au moins 7 000 écus. Enfin, sur un plan militaire, la mort ou la capture des chevaliers représentait aux yeux de l’Ordre la perte dramatique des éléments-clé du bouclier humain de Malte.

144Devant ce danger potentiel, l’Ordre devait alors laisser sans aucune réticence se développer une pratique originale, selon laquelle les chevaliers réclamaient et obtenaient la patente de course, armaient leur propre navire ou un navire de location, et le confiaient ensuite à un corsaire laïc qui avait charge de le commander pendant toute la durée de la course. La pratique corsaire des membres de l’Ordre se résumait donc souvent à l’armement des navires, ce qui présentait une sécurité humaine certaine et une rentabilité financière fortement probable malgré le manque de détails dans nos archives, puisque le chevalier devait en toute vraisemblance monnayer le nolis de son navire et l’usage de sa patente.

b) Aux chevaliers armateurs

  • 347 AOM 446, f° 190r., 25 avril 1591.
  • 348 AOM 446, f° 190r., 25 avril 1591.
  • 349 AOM 447, ff° 264v.-265r., 4 mars 1593.

145C’est en avril 1591 que nous trouvons la première mention d’un contrat de course entre des corsaires laïcs et des chevaliers qui avaient reçu une patente du Grand Maître : trois corsaires, Claude Michel de Marseille, Andreas de Nicolas, Grec, et Pierre de Languedoc devaient partir en course en Barbarie aux commandes chacun d’une frégate de 12 bancs qui appartenait à trois chevaliers de l’Ordre. En ce qui concernait l’aspect financier, le contrat précisait seulement que sur le butin rapporté, les chevaliers devaient prélever la plus forte part347. Certains chevaliers devenaient même de véritables spécialistes de cette pratique corsaire, à l’instar de Frà Tiberio Campolo, qui confia par deux fois sa frégate personnelle de 12 bancs au corsaire Claude Michel, en avril 1591348, puis en mars 1593349.

  • 350 AOM 452, f° 274v., 31 octobre 1599.
  • 351 AOM 453, f° 252v., 16 mai 1600.
  • 352 AOM 453, ff° 300r.-300v., 7 mars 1601.
  • 353 AOM 453, ff° 328r.-328v., 1er octobre 1601.
  • 354 AOM 454, ff° 264v.-265r., 24 juillet 1602 ; AOM 454, f° 274v., 12 novembre 1602.
  • 355 AOM 454, f° 316r., 28 juin 1603.
  • 356 AOM 450, f° 273v., 15 avril 1598.

146De la même façon, le chevalier de la Langue d’Italie, Orazio Molla, propriétaire de deux frégates de 9 et 10 bancs, les arma régulièrement pour des courses en Barbarie : en 1599, il plaça sa frégate de 9 bancs sous le commandement du corsaire grec Dimitri Calogeros350, puis sous celui du corsaire sicilien Gio Maria d’Isca en 1600351. Par deux fois, en mars 1601 et en octobre 1601, il envoya son autre frégate de 10 bancs, sous le commandement des corsaires Francesco de Florio de Raguse352, et Giovanni Caluci de Sicile353. En 1602, cette même frégate partit de nouveau deux fois, en juillet puis en novembre, sous le patronage du corsaire Francesco de Florio354. Enfin, en 1603, il confia sa frégate au capitaine corsaire Girolamo Dischia, de Sicile355. Parfois, les chevaliers n’étaient pas les seuls armateurs et partageaient le financement de l’armement d’un navire avec le corsaire en partance, qui avait reçu l’autorisation de l’Ordre : ainsi, en 1598, le corsaire de Messine, Marco Giovane avait armé sa frégate de 11 bancs avec l’aide de deux chevaliers, qui payèrent l’équipage. La part du butin ordinairement réservée au corsaire devait dans ce cas-là être partagée entre les trois armateurs356.

  • 357 AOM 454, f° 316r., 28 juin 1603.
  • 358 AOM 454, f° 320v., 17 septembre 1603.
  • 359 AOM 454, f° 326r., 8 janvier 1604.
  • 360 AOM 454, f° 337v., 29 mai 1604.
  • 361 AOM 455, ff° 261r.-261v., 28 janvier 1605.

147Les chevaliers ne passaient donc pas contrat qu’avec des corsaires maltais, bien au contraire. De même, l’appartenance des chevaliers à une Langue ne déterminait pas forcément une entente avec des laïcs de même nationalité : ainsi, le chevalier Avogaste d’Andeleu, de la Langue d’Allemagne avait passé contrat indifféremment avec un corsaire grec, Maître Spiritos Scandaglia357, puis avec un corsaire sicilien, Bartolo de Trapani en 1603358, et enfin avec un corsaire maltais, Antonio Bonvino, en 1604359. Pareillement, le chevalier Francesco Piccolomini, de la Langue d’Italie, ne s’adressa nullement à des corsaires natifs de la péninsule : il confia le commandement de sa frégate en 1604 et 1605 successivement à trois corsaires grecs qui étaient originaires de Zante (Alexandros Zianipolis et Michele)360 et de Candie (Marco)361.

148Cette tendance marquée des chevaliers à s’adresser à des corsaires de nationalités fort diverses avait pour conséquence l’implication de tous les chrétiens, et pas seulement des Maltais, dans le corso contre les ennemis de la foi chrétienne. Malte était devenue le symbole du combat de tous les chrétiens au moment du Grand Siège, lorsque des soldats originaires de tous lieux d’Europe s’étaient portés volontairement au secours de l’île en danger : par l’octroi de patente à n’importe quel corsaire chrétien qui la demandait, ou bien par le départ de corsaires de toutes nationalités avec la patente d’un chevalier, l’Ordre continuait à faire de son île le centre principal de lutte contre les musulmans, par le biais de la course, cette activité qui dominait désormais tout le bassin méditerranéen. La course maltaise n’était donc pas le seul fait des insulaires, mais bien l’action offensive de tout chrétien qui souhaitait à la fois courir sus aux Infidèles et tenter la fortune.

149Car la course était porteuse de cette dualité originale, faite de tensions par son agressivité et son apparence guerrière, et de contacts nécessaires qui naissaient des contrats passés régulièrement entre des corsaires et des armateurs, pour le bon déroulement de la course, et par des relations nouées entre les corsaires et des marchands pour l’écoulement lucratif des butins réalisés à peu de frais. En même temps qu’elle maintenait Malte comme symbole de la mobilisation guerrière, elle ouvrait, délibérément la frontière insulaire aux passages humains nombreux et au mouvement des marchandises. Le rôle des chevaliers, en tant que demandeurs de patentes et en tant qu’armateurs de navires qu’ils confiaient à des corsaires laïcs, impliquait alors une complexification du trafic corsaire, par la multiplication des acteurs et des fonctions intermédiaires, qui ouvraient désormais toujours plus de possibilités de carrière à des anonymes en quête de réussite personnelle. Ainsi, la faible implication des chevaliers dans la course maltaise constituait l’une des principales raisons de l’afflux massif d’une main d’œuvre insulaire, par un exode rural de Maltais pauvres, comme étrangère, par l’installation dans le port d’aventuriers et de corsaires de toutes origines et de toutes nationalités.

La course privée laïque

a) Maltais et étrangers

150La course des laïcs était en constante progression dans le Grand Port de Malte (soit les quatre cités de Vittoriosa, Senglea, Bormula et La Valette). Parmi les étrangers, se trouvaient essentiellement des Siciliens, des Français et des Grecs. Nous croisons également quelques Ragusains, Espagnols et des corsaires originaires de la péninsule italienne (Venise et Gênes surtout).

Tableau 7. LES DÉPARTS EN COURSE DE PRIVÉS LAÏCS

Tableau 7. LES DÉPARTS EN COURSE DE PRIVÉS LAÏCS

Source : AOM 442 à AOM 465.

Source : AOM 442 à AOM 465.
Graphique 2 – Évolution structurelle de la course laïque (1585-1635).

151Le tableau recense tous les départs de corsaires maltais et étrangers entre 1585 et 1635 et donne un aperçu de l’évolution structurelle de la course privée laïque, où les Maltais et les Français apparaissent largement dominants à la fin de notre période. Le nombre de corsaires maltais passe ainsi de 18 à 39 entre l’extrême fin du xvie siècle et la décennie 1615-1625, qui coïncide avec le pic de la course maltaise. Pour les Français, le taux d’accroissement est encore plus fort. Même au moment de la décrue de la course, dans les années 1625-1635, les Maltais et les Français continuent de dominer la course, puisqu’ils représentent ensemble 80 % des départs.

  • 362 ACM, Vittoriosa, Liber I Baptizatorum, matrimoniorum, mortuorumque ab anno 1558 usque ad annum 1626 (...)

152Nous observons une croissance forte et régulière de la part des Maltais dans la course privée : à partir de 1615, les Maltais représentent presque la moitié des départs en course. Cette augmentation importante du nombre de Maltais s’explique d’abord par une émigration d’insulaires pauvres, attirés dès le début du xviie siècle par les débouchés qu’offraient l’Ordre et les activités maritimes très dynamiques. Par l’étude des mariages dans les registres paroissiaux du Grand Port (les trois paroisses de Vittoriosa, Senglea, Bormula, ainsi que les deux paroisses de Porto Salvo et de Saint-Paul de La Valette)362, nous pouvons constater que sur les 3 870 mariages qui furent célébrés dans le port entre 1610 et 1635, 412 concernèrent des Maltais émigrés des campagnes environnantes qui épousèrent des femmes du port, soit une proportion de 10,7 % des unions. Ces Maltais fraîchement arrivés trouvaient généralement un métier dans les activités maritimes, au service de l’Ordre.

  • 363 AOM 449, f° 217r., 10 décembre 1596.
  • 364 AOM 461, f° 321v., 20 janvier 1626.
  • 365 AOM 462, f° 287v., 27 mai 1626.
  • 366 AOM 468 A, ff° 234r.-234v., 9 mai 1637 ; AOM 468 A, f° 236v., 20 juillet 1637.

153Mais la part toujours plus grande des Maltais dans la course ne s’explique pas seulement par l’augmentation du nombre d’insulaires dans les activités maritimes. Dès la fin du xvie siècle, nombreux furent les étrangers qui commencèrent à s’établir dans le port, qui épousèrent des Maltaises et devinrent Maltesi et vasselli de l’Ordre. Ainsi, en 1596, un corsaire d’origine française nommé Alexandre Morel était déjà installé dans le port de Malte et recevait une patente de l’Ordre en tant que nuovo Maltese363. Ce phénomène se généralise au fil du xviie siècle et en 1626, deux corsaires, l’un natif de Marseille, Pierre Amblard, et l’autre natif de Corfou, Tommaso Scateretikis, étaient tous les deux présentés par la patente de l’Ordre comme étant des Maltesi nostri vasselli amogliati e domiciliati in questo porto364. Toujours en 1626, un autre corsaire grec, Giuseppe de Zante était lui-aussi enregistré par la patente comme corsario maltese365. Enfin, en 1637, Jacques Isnard et Balthazar Garin, natifs de Provence, étaient tous deux des corsaires maltesi, vasselli de l’Ordre366.

  • 367 ACM, Vittoriosa, Liber I Baptizatorum, matrimoniorum... et Liber Matrimoniorum, vol. II ; Senglea, (...)

154Après les Maltais, de souche ou d’adoption, venaient les Français, dont la part dans la course augmenta régulièrement pendant toute notre période : représentant moins d’un quart des corsaires dans la décennie 1605-1615, ils passent à 29,6 % en 1615-1625, puis à 31,1 % dans les années 1630. Cet accroissement constant était le résultat d’une forte immigration de Français dans l’île, qui à partir du début du xviie siècle s’installèrent progressivement dans le Grand Port, où ils s’illustraient dans les activités corsaires et surtout commerciales. Le nombre important de mariages entre des Maltaises et des Français en apporte la preuve : entre 1610 et 1635, 611 unions furent célébrées entre des femmes du port et des Français natifs essentiellement de Marseille et de toute la Provence, soit une moyenne de 24 mariages français par an à Malte367. Ces mariages se déroulaient en général entre quelques mois et quelques années après l’installation des nouveaux venus. Mais compte tenu du fait que tous les immigrés ne convolaient pas et que les mariés étaient désignés comme « Français » par les archives, grossissant de la sorte le nombre des corsaires maltais, nous pouvons logiquement supposer qu’au moins une trentaine de Français débarquaient et se fixaient chaque année à Malte, ce qui représentait un afflux de main d’œuvre extraordinaire pour une si petite île !

155En ce qui concerne les corsaires siciliens, leur part devait demeurer relativement stable au fil du xviie siècle : ils représentaient 15,3 % des courses laïques en 1605-1615, puis 11,1 % pendant les deux décennies suivantes. Cette permanence trahit évidemment la constance des liens économiques et humains entre Malte et la Sicile, qui existaient depuis le Moyen Âge et perdurèrent pendant toute l’époque moderne. Le nombre de corsaires siciliens épousait donc la courbe ascendante puis déclinante du nombre de départs en course : en hausse au moment du pic corsaire des années 1620, il devait décroître faiblement aux alentours de 1630.

  • 368 AOM 465 à AOM 470.
  • 369 P. F. Chetta-Schirò, « Memorie sulle chiese ed il rito greco in Malta », in Archivum Melitense, vol (...)
  • 370 Parocchia Santa Maria Damascena, La Valette, Libri dei battesimi e delle conferme, dei matrimoni, f (...)

156Quant aux Grecs enfin, leur rôle dans la course était demeuré constant dans les premières années du xviie siècle (soit 6,3 % des départs entre 1605 et 1625), mais déclinait légèrement à partir des années 1630 (4,4 %). Cet effacement progressif des Grecs dans la course maltaise se confirme d’ailleurs à la décennie suivante : sur 77 courses laïques entre 1635 et 1645, on ne dénombre que deux corsaires grecs, soit une proportion très réduite de 2,5 % des courses368. Cet affaiblissement de la proportion des Grecs dans les activités maritimes à Malte se comprend encore une fois par l’étude des registres paroissiaux, qui témoignent d’une diminution sensible des mariages entre des Grecs et des Maltais à partir des années 1630, et trahissent de ce fait un tarissement progressif de l’immigration. Le courant migratoire grec en direction de Malte était né en 1530, lorsque les chevaliers s’étaient installés dans leur île en compagnie de quelques milliers de Rhodiens qui les avaient suivis. Ces Rhodiens avaient fondé à Birgu/Vittoriosa une communauté qui avait été régulièrement enrichie par la venue d’immigrés originaires de plusieurs îles grecques (Rhodes, Chypre, Candie, Zante, Chio...)369. Mais l’afflux de main d’œuvre important au xvie siècle était en baisse constante à partir du siècle suivant, comme le prouvait la décrue du nombre de mariages et de baptèmes : tandis que 71 baptèmes étaient célébrés dans la paroisse de La Valette entre 1610 et 1625, ce nombre chuta à 21 entre 1626 et 1650, puis finalement à 7 baptèmes à la fin du siècle (années 1675-1690)370.

b) Les contacts corsaires et l’élargissement de l’horizon maltais

  • 371 AOM 454, f° 343r., 16 septembre 1604.
  • 372 AOM 461, f° 321v., 20 janvier 1626.
  • 373 NAV, R 867/6, notaire Tommaso Gauci, ff° 172r.-172v., 20 décembre 1604.
  • 374 NAV, R 867/6, f° 172v.

157Comme avec l’Ordre, les associations entre corsaires laïcs étaient liées à la possession en commun de navires ou bien à l’armement à plusieurs d’un bâtiment. Par exemple, en 1604, une frégate de 10 bancs qui était la propriété commune de deux corsaires maltais, Gasparo Greg et Giovanni Guldes, fut armée par eux en Sicile, et partit sous le commandement de Gasparo Greg en course en Barbarie. Le contrat stipulait que les corsaires se partageraient également la part du butin leur revenant371. De la même façon, en 1626, deux corsaires maltais, Andrea Maldonato et Tommaso Scattaretici, et un corsaire français, Pierre Amblard, s’associèrent et investirent ensemble dans une opération de course en Barbarie. Ils financèrent chacun une partie de l’armement d’une frégate de 9 bancs et d’un caïque qu’ils avaient loués à l’Ordre, et dont ils confièrent le commandement à deux autres corsaires maltais, Domenico di Baldo et Giuseppe de Zante372. Enfin, en décembre 1604, un patron marseillais, Louis Matalian, propriétaire d’une polacre qu’il souhaitait armer en course pour le Levant, signa contrat devant notaire avec un corsaire grec installé à La Valette, Simone de Sainte-Maure373. Le corsaire fut payé à l’avance par l’armateur marseillais, et reçut une quittance pour conduire le navire en course. Au retour, la cargaison devait être livrée à Malte, où un associé marseillais de Louis Matalian, installé à Malte, devait se charger de la récupérer374.

  • 375 AOM 459, f° 268v., 3 août 1619.
  • 376 AOM 460, f° 311v., 22 juin 1620.
  • 377 AOM 460, f° 320r., 16 décembre 1620.
  • 378 AOM 460, f° 338v., 27 août 1621.
  • 379 AOM 461, f° 299r., 13 octobre 1623.
  • 380 AOM 461, f° 301v., 15 mars 1624 ; AOM 461, f° 303r., 15 juin 1624 ; AOM 461, f° 307r., 31 octobre 1 (...)
  • 381 AOM 462, f° 287v., 27 mai 1626.
  • 382 AOM 468A, f° 222r., 10 octobre 1636.
  • 383 AOM 461, f° 321v., 20 janvier 1626.
  • 384 AOM 462, f° 287v., 27 mai 1626.

158Certains particuliers devenaient parfois de véritables spécialistes corsaires. Le plus connu d’entre eux était sans conteste Andrea Maldonato, qui joua régulièrement le rôle de corsaire et celui d’armateur. Pendant les vingt années où il exerça son activité, il se spécialisa dans des voyages le long de la côte barbaresque, poussant exceptionnellement jusqu’à l’Égypte. Il apparaît pour la première fois en 1619, lorsqu’il obtint de l’Ordre une patente pour conduire son caïque de 8 bancs en Barbarie375. Après cette première course, il prit la mer huit fois en seize ans : en 1620, il partit deux fois en juin avec un caïque de 6 bancs376, et en décembre avec une frégate de 10 bancs qu’il avait louée à l’Ordre377. Par la suite, en 1621, il accomplit une course avec son propre caïque378, puis en 1623, il partit aux commandes d’une frégate louée et de son caïque379, et en 1624, il accomplit trois courses en mars, en mai et en octobre à bord d’une felouque, d’un caïque et d’une frégate380. Enfin, en mai 1626, il partit en Barbarie à la tête de son caïque381, et en octobre 1636, il se rendit jusqu’à Alexandrie à bord d’un brigantin382. Et quand il ne partait pas en personne, Andrea Maldonato faisait office d’armateur, suivant ainsi l’exemple des chevaliers : en janvier 1626, il loua et arma avec deux autres corsaires maltais et français, deux navires de l’Ordre qu’il confia à deux corsaire maltais383. Enfin, la même année, il confia un caïque de 5 bancs de sa possession au corsaire maltais Giuseppe de Zante, avec qui il avait déjà traité précédemment, pour une course en Barbarie384.

  • 385 AOM 453, f° 288r., 27 mars 1601.
  • 386 AOM 453, f° 308r., 2 août 1601.
  • 387 AOM 454, f° 279r., 23 janvier 1603.
  • 388 AOM 454, f° 323v., 10 novembre 1603.
  • 389 AOM 456, f° 281v., 24 octobre 1608.
  • 390 AOM 456, f° 310v., 19 décembre 1609.

159Quelquefois aussi, l’activité corsaire dépassait le niveau individuel pour prendre la dimension d’une affaire familiale, comme elle le fut pour la famille Boulge, partagée entre Malte et Marseille. Ce fut Antoine Boulge qui pratiqua le premier l’activité corsaire, peu de temps après son installation à La Valette, à l’extrême fin du xvie siècle : à l’orée du siècle suivant, il partit en effet quatre fois en course avec des patentes de l’Ordre. En 1601, il arma par deux fois son vaisseau personnel à Malte, en mars385 et en août386, pour des courses au Levant, et en 1603, il partit de nouveau au Levant avec son vaisseau par deux fois, en janvier387 et en novembre388. Puis en 1608, il obtint pour son frère, Pierre Boulge, demeuré à Marseille et qui avait armé un petit galion, une patente pour partir en course au Levant. L’Ordre accorda sans hésitation la patente, eu égard aux activités connues d’Antoine Boulge389. Enfin, en 1609, le fils d’Antoine Boulge, André Boulge, conduisit en course au Levant et en Barbarie le galion que son père avait entièrement armé à Malte390.

160L’activité corsaire favorisait ainsi des associations multiples entre Maltais et divers représentants de la rive chrétienne, qui ouvraient l’île à des contacts originaux et inauguraient dans le port un brassage humain cosmopolite et coloré. Les nouveaux venus passaient, nouaient des relations d’affaires avec des insulaires ou d’autres étrangers, voire s’établissaient dans le port nouvellement attractif apportant avec eux leurs habitudes, leur culture, leur langue. Tous unis dans une même quête de profit, les acteurs de la course ne devaient guère tarder à porter un intérêt sensible à ce qui pouvait rapporter le plus : les rachats d’esclaves. Tournant un timide regard vers la rive ennemie, armateurs, propriétaires de navires et marchands pour les chrétiens, raïs pour les musulmans, continuaient à armer des navires, tout en s’intéressant en même temps au commerce qui découlait directement de l’activité qu’ils pratiquaient.

CONCLUSION

161Activité singulière, la course apparaissait donc porteuse de contradictions. Maintien larvé mais officiel de la croisade contre l’Infidèle, en apparence clôture guerrière de la frontière maltaise, elle rapportait dans le même temps des richesses tellement considérables qu’elle favorisait un fort développement portuaire et qu’elle était à l’origine de contacts humains divers et nombreux, parfois difficilement contrôlables par les autorités. Avides de richesses et de carrière, des aventuriers chrétiens de toutes origines et de tous pays venaient à Malte et nouaient des contacts avec les insulaires. Loin de demeurer refermés sur eux-mêmes, les Maltais s’ouvraient à ces corsaires d’autres horizons, n’hésitant jamais à investir ensemble, à se mettre au service d’un étranger ou bien à confier à un capitaine étranger leur navire armé en course. Et les étrangers eux-mêmes, sollicités par l’Ordre qui accordait d’autant plus facilement ses patentes qu’il en retirait bénéfice, ne répugnaient guère à investir dans l’activité corsaire maltaise, à s’établir dans le port, voire à s’y marier et à acquérir une nouvelle nationalité.

162Au cœur même de ce foisonnement nouveau des échanges et de cette mobilité accrue des personnes, l’Ordre jouait un rôle fondamental et paradoxal. Ferment d’un maintien absolu du corso, il devenait également un facteur essentiel d’ouverture de la frontière maltaise, à la fois en tant que pouvoir, par l’octroi de patentes, et en tant qu’individus, lorsque les chevaliers-armateurs confiaient leur navire à des corsaires de leur connaissance. Son pavillon attirait n’importe quel corsaire ou armateur, par le prestige qu’il octroyait et la sécurité maritime qu’il représentait. Et l’Ordre se montrait d’autant plus disposé à le donner à ceux qui en faisaient la demande, que le développement de la course à partir de Malte l’aidait à affirmer sa puissance, à maintenir son rôle de défenseur d’une chrétienté fragilisée par ses récentes déchirures, et contribuait à assurer le rayonnement de son île dans tout le bassin méditerranéen. L’attente des corsaires et celle de l’Ordre se trouvaient chacune comblées par un accord tacite et harmonieux : aux corsaires, l’Ordre apportait la sécurité de son pavillon, cependant que ceux-ci rapportaient au Trésor une partie de leur butin, offraient à Malte l’éclat de leurs actions, et vouaient parfois leur vie à la prospérité de l’île lorsqu’ils y élisaient résidence.

163En outre, bien qu’étant un facteur de cristallisation des tensions entre chrétiens et musulmans, la course pouvait toujours présenter la tentation redoutable de la transgression aux esclaves chrétiens, qui n’hésitaient souvent pas à renier pour sauver leur vie, pour échapper à la servitude ou par souci de carrière, comme purent le faire maints aventuriers qui trouvèrent plus aisé de faire fortune en terre barbaresque qu’en terre chrétienne. Dès lors, tout en maintenant officiellement close la frontière des civilisations, la course s’avérait extrêmement périlleuse, par une ouverture involontaire à la rive ennemie de tous ses acteurs. Les plus malheureux, réduits en esclavage, pouvaient espérer échapper au sort contraire en se convertissant ; quant aux plus fortunés, ils tournaient un regard de plus en plus hardi vers les ports musulmans, où un véritable commerce de rachat des hommes et des marchandises s’avérait fructueux au point de renforcer les liens commerciaux et pacifiques entre Malte et la rive sud.

Notes

1 « ...La Religione può armare qualsivoglia sorte di vascello... per far la guerra all’Infideli, conforme alla professione di questa Sacra Militia... » ; AOM 102, f° 86r., 24 décembre 1607.

2 Ibn Abi Dinar, Al-mounis fi akhbar Ifriqiyia wa Tounis, milieu xviie siècle, édition critique de Mhamed Cheman, Al-Maktaba alatiqua, Tunis, p. 183.

3 Franco Angiolin, I Cavalieri e il Principe. L’Ordine di Santo Stefano e la societ à toscana in età moderna, Florence, 1996, p. 17 et p. 40.

4 Peter Earle, Corsairs of Malta and Barbary, Londres, 1970.

5 Michel Fontenay, « La place de la course dans l’économie portuaire : l’exemple de Malte et des ports barbaresques », in S. Cavaciocchi (dir.), I porti come impresa economica... cit., p. 843-879 ; M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le « corso » méditerranéen », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XXXV, 1988, p. 361-384 ; M. Fontenay, « Les missions des galères de Malte : 1530-1798 », in Michel Vergé-Franceschi (dir.), Guerre et commerce en Méditerranée (ixe-xxe siècles), Paris, 1991, p. 103-122.

6 M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le « corso » méditerranéen », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XXXV, 1988, p. 361.

7 Ettore Rossi, « I Maltesi nella Marina dell’Ordine di San Giovanni », in Archivio storico di Malta, Anno 2, 1931, p. 230-232 ; Victor Mallia-Milanes, Venice and Hospitaller Malta (1530-1798), Malte, 1992 (première édition en 1940), p. 3233 ; Paul Cassar, « The Maltese corsairs and the Order of St. John of Jerusalem », in The Catholic Historical Review, vol. XLVI, n° 2, 1960, p. 140.

8 C. Cassar, Society, Culture and Identity in Early Modern Malta, Malte, 2000.

9 AOM 459, f° 340v., 7 avril 1617. La peine fut finalement commuée en un emprisonnement de deux années.

10 AOM 434 à AOM 455.

11 AOM 455 à AOM 465.

12 AOM 101, f° 160v., 17 juin 1605.

13 N. Planas, Pratiques de pouvoir au sein d’une société frontalière... cit., p. 191-192.

14 Franco Angiolini, « L’Ordine di Santo Stefano, i Toscani e il mare », in L’Ordine di Santo Stefano e il mare : atti del Convegno di Pisa (11-12 maggio 2001), Pise, 2001, p. 43-44.

15 Cette étude a été réalisée à partir de la recension de toutes les patentes magistrales accordées aux corsaires en partance de Malte, dans les séries AOM 434 à AOM 465 (Libri Bullarum, section Salviconductus et diversæ scripturæ).

16 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la Méditerranée du xvie siècle », in Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel. Histoire économique du monde méditerranéen (1450-1650), Paris, 1973, p. 51.

17 AOM 289, f° 50v., Chapitre Général de 1569.

18 AOM 290, f° 39r., Chapitre Général de 1574.

19 Dal Pozzo, I, p. 267. La décision de 1584 fut confirmée encore en 1585.

20 AOM 108, f° 62v., 16 janvier 1625.

21 Paolo Collura, « Le due missioni di Mons. Ludovico I de Torres in Malta (1578-1579) », in Archivio storico di Malta, Anno VIII, 1937, p. 42.

22 Carmelo Trasselli, « Una statistica maltese del secolo xvi », in Economia e storia, 1966, p.

23 AIM, Proc. 18, f° 69r.

24 M. Fontenay, « Il mercato maltese degli schiavi... », art. cit., p. 395.

25 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la seconde moitié du xvie siècle », art. cit., p. 79.

26 AOM 99, f° 130v., 31 janvier 1597.

27 AOM 453, f° 276r., 19 février 1601.

28 AOM 101, ff° 61v.-62r., 10 mars 1603.

29 AOM 290, f° 39r., Chapitre Général de 1574.

30 AOM 737, f° 87r., 20 juillet 1637.

31 AOM 737, f° 87r., 20 juillet 1637.

32 AOM 296, f° 138r., Chapitre Général de 1631.

33 AOM 293, ff° 103v.-104r., Chapitre Général de 1598.

34 AOM 290, f° 38r., Chapitre Général de 1574.

35 NAM, Registro Revelationis Mancipiorum (RRM) 133, f° 4r., 19 septembre 1588.

36 NAM, RRM 133, f° 5v., 26 septembre 1588.

37 NAM, RRM 133, f° 36v., 3 janvier 1589.

38 NAM, RRM 133, f° 43v., 30 juin 1589.

39 AOM 439, f° 246v., 4 avril 1580.

40 AOM 450, f° 270v., 11 juillet 1598.

41 AOM 458, f° 313r., 19 février 1614.

42 AOM 440, ff° 254r.-254v., 28 avril 1582 ; AOM 446, f° 227v., 3 décembre 1592 ; AOM 456, f° 276v., 3 septembre 1608 ; AOM 460, f° 348v., 6 mars 1622.

43 AOM 442, f° 209v., 15 avril 1584 ; AOM 452, f° 252v., 28 septembre 1599.

44 AOM 442, ff° 212r.-212v., 15 mai 1584.

45 Andrew Cuschieri, Joseph Muscat, Naval Activities of the Knights of St John (1530-1798), Malte, 2002, p. 50-51.

46 Daniel Panzac, Les corsaires barbaresques. La fin d’une épopée (1800-1820), Paris, 1999, p. 40.

47 AOM 455, f° 270r., 22 août 1605 ; AOM 464, ff° 384v.-385r., 15 mai 1634.

48 AOM 456, f° 295r., 17 mars 1609 ; AOM 456, f° 310r., 17 novembre 1609.

49 AOM 455, f° 276r., 12 octobre 1605 ; AOM 460, f° 337r., 7 juin 1621.

50 AOM 460, f° 342r., 6 septembre 1621 ; AOM 461, f° 295r., 7 août 1623 ; AOM 461, f° 302v., 17 mai 1624 ; AOM 461, f° 312v., 12 juin 1625 ; AOM 462, f° 295r., 19 septembre 1626.

51 AOM 461, f° 303v., 12 juillet 1624.

52 AOM 457, f° 292r., 14 février 1612.

53 AOM 458, f° 326v., 15 septembre 1614.

54 AOM 434 à AOM 465.

55 A. Cuschieri, J. Muscat, Naval Activities of the Knights of St John... cit., p. 68-69.

56 AOM 446, f° 205v., 6 septembre 1591 ; AOM 449, f° 218v., 8 janvier 1597 ; AOM 454, f° 322v., 27 octobre 1603 ; AOM 454, f° 339v., 28 avril 1604 ; AOM 454, f° 343r., 16 septembre 1604 ; AOM 456, f° 295r., 17 mars 1605 ; AOM 457, f° 299v., 28 juillet 1612 ; AOM 460, f° 311v., 10 mai 1620 ; AOM 461, f° 295r., 26 août 1623 ; AOM 464, f° 386r., 29 mai 1634.

57 AOM 445, ff° 265v.-266r., 28 novembre 1590 ; AOM 446, f° 209v., 7 novembre 1591 ; AOM 449, f° 211v., 14 octobre 1596 ; AOM 449, ff° 219v.-220r., 8 février 1597 ; AOM 450, f° 273v., 15 avril 1598 ; AOM 451, f° 275v., 18 mars 1599 ; AOM 453, f° 307v., 18 juin 1601 ; AOM 455, f° 255v., 3 novembre 1604 ; AOM 458, f° 326v., 15 septembre 1614 ; AOM 460, f° 311r., 10 mai 1620 ; AOM 461, f° 295r., 26 août 1623 ; AOM 462, f° 325r., 20 juillet 1629 ; AOM 464, f° 386r., 29 mai 1634.

58 AOM 446, f° 190r., 25 avril 1591 ; AOM 447, ff° 264r.-264v., 4 mars 1593 ; AOM 454, f° 322v., 27 octobre 1603.

59 AOM 457, f° 289v., 28 novembre 1611.

60 AOM 459, f° 324v., 28 août 1616 ; AOM 461, f° 289r., 18 mars 1623.

61 AOM 453, f° 263v., 17 mai 1600 ; AOM 454, f° 328v., 4 février 1604 ; AOM 460, f° 311v., 10 mai 1620.

62 AOM 456, f° 263r., 9 août 1607 ; AOM 456, f° 315v., 18 mars 1610 ; AOM 460, f° 337v., 7 juin 1621 ; AOM 460, f° 346v., 2 novembre 1621 ; AOM 461, f° 292v., 18 mars 1623.

63 AOM 454, f° 288r., 14 juin 1603 ; AOM 457, f° 284v., 15 juillet 1611 ; AOM 459, f° 324r., 11 août 1616 ; AOM 459, f° 268r., 21 juin 1619 ; AOM 461, f° 304v., 9 août 1624 ; AOM 461, f° 307r., 31 octobre 1624 ; AOM 462, f° 323v., 29 juin 1629.

64 AOM 446, ff° 197r.-197v., 24 juillet 1591 ; AOM 456, f° 270r., 12 janvier 1608 ; AOM 456, f° 296v., 24 avril 1609 ; AOM 456, f° 315r., 18 mars 1610 ; AOM 457, f° 266v., 2 août 1610 ; AOM 459, f° 351r., 15 décembre 1617 ; AOM 460, f° 338v., 27 août 1621 ; AOM 462, f° 288v., 9 juin 1626 ; AOM 465, f° 305v., 2 octobre 1635.

65 AOM 451, f° 278r., 26 mars 1599.

66 AOM 460, f° 312r., 22 juin 1620 ; AOM 460, f° 338v., 27 août 1621 ; AOM 461, f° 301r., 21 janvier 1624.

67 AOM 455, f° 266v., 10 mai 1605 ; AOM 456, ff° 310v.-311r., 22 janvier 1610.

68 AOM 464, f° 314v., 26 août 1632 ; AOM 464, f° 325r., 23 mars 1633.

69 A. Cuschieri, J. Muscat, Naval Activities of the Knights of St John... cit., p. 57.

70 AOM 454, f° 270r., 1er octobre 1602.

71 AOM 457, f° 273v., 9 novembre 1610.

72 AOM 88, f° 44r., 18 décembre 1549.

73 Chaque année, les archives évoquent le voyage des galions : AOM 416,

ff° 220v.-221r., 16 octobre 1537 ; AOM 417, f° 255r., 28 octobre 1538 ; AOM 417, f° 277v., 28 septembre 1540...

74 A. Cuschieri, J. Muscat, Naval Activities of the Knights of St John... cit., p. 20-21.

75 AOM 454, f° 325r., 21 novembre 1603.

76 AOM 458, f° 326v., 15 septembre 1614.

77 AOM 460, f° 317v., 15 novembre 1620.

78 AOM 455, f° 277r., 25 octobre 1605.

79 AOM 455, f° 277r., 25 octobre 1605 ; AOM 456, f° 294v., 17 mars 1609 ; AOM 459, f° 347v., 28 juillet 1617 ; AOM 461, f° 301r., 15 mars 1624 ; AOM 461, f° 321r., 17 janvier 1626 ; AOM 462, f° 323v., 29 juin 1629 ; AOM 464, f° 375r., 16 septembre 1633.

80 AOM 459, f° 33v., 10 mars 1620 ; AOM 460, f° 353r., 26 avril 1622 ; AOM 462, f° 330r., 22 octobre 1629 ; AOM 464, f° 326r., 14 mai 1633.

81 A. Cuschieri, J. Muscat, Naval Activities of the Knights of St John... cit., p. 100-101.

82 A. Cuschieri, J. Muscat, Naval Activities of the Knights of St John... cit., p. 104.

83 AOM 454, f° 270r., 7 octobre 1602.

84 AOM 459, f° 70r., 23 mars 1620.

85 N. Planas, Pratiques de pouvoir au sein d’une société frontalière... cit., p. 227-228.

86 AOM 101, ff° 158v.-166r., 17 juin 1605. Il existe une copie de cette ordonnance magistrale dans un manuscrit de la National Library of Malta (NLM, Ms 152, p. 125-127).

87 Tout particulièrement dans ses articles : M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ?... », art. cit., p. 377-378 et M. Fontenay, « Il mercato maltese degli schiavi al tempo dei Cavalieri di San Giovanni », in Quaderni storici, 107, n° 2, anno XXXVI, 2001, p. 391-413.

88 Ces archives, nous l’avons déjà dit, ont malheureusement disparu.

89 AOM 101, f° 159v.

90 AOM 101, f° 160r. (« ...s’ordena e commanda espressamente a qualla persona di qualunque sorte di vassello ò latino, ò caico nelli porti e spiaggi di questo dominio di Malta e di Gozzo per andare in corso con patente e bandiera di qual sivoglia prencipe o repubblica forastiera, sotto pena di confiscarne di esso vassel lo d’applicarsi al Commun Tesoro... »).

91 AOM 101, f° 160v.

92 AOM 101, f° 161r. (« Che nessun Religioso o secolare [...] possa armare qualsivoglia sorte di vassello con bandiera della Religione, senza licenza in scrip tis del Venerando Consiglio e del Gran Maestro »).

93 AOM 101, f° 160v.

94 AOM 101, f° 165v.

95 AOM 101, ff° 162v.-163r.

96 AOM 101, f° 162v.

97 M. Fontenay, « La place de la course dans l’économie portuaire... », art. cit., p. 873.

98 Peter Earle, Corsairs of Malta and Barbary, Londres, 1970, p. 126.

99 AOM 101, f° 165r.

100 P. Earle, Corsairs of Malta... cit., p. 127.

101 AOM 101, f° 165v.

102 AOM 102, f° 56v., 13 juin 1607.

103 AOM 102, f° 86r., 24 décembre 1607.

104 AOM 256, f° 24r., 12 juin 1625.

105 AOM 737, f° 8r., 23 juillet 1621.

106 AOM 737, f° 19v., 1er mars 1624.

107 AOM 737, f° 75v., 29 septembre 1636.

108 NAV, R 286/3, notaire Gio Luca Gauci, f° 151r., 8 octobre 1593.

109 M. Fontenay, « La place de la course dans l’économie portuaire... », art. cit., p. 857-858.

110 NAV, R 867/6, notaire Tommaso Gauci, f° 17r., 17 septembre 1604.

111 NAV, R 867/6,f° 19r., 17 septembre 1604.

112 M. Fontenay, « La place de la course dans l’économie portuaire... », art. cit., p. 871.

113 M. Fontenay, « La place de la course dans l’économie portuaire... », art. cit., p. 872.

114 NAV, R 867/6, ff° 17r.-18r., 17 septembre 1604.

115 AOM 457, f° 280r., 13 juillet 1611 ; AOM 458, ff° 300r.-300v., 31 mars 1613.

116 AOM 457, ff° 292v.-293r., 24 mars 1612 ; AOM 458, ff° 300r.-300v., 31 mars 1613 ; AOM 255, ff° 28r.-28v., 2 décembre 1623.

117 AOM 439, ff° 250r.-250v., 14 avril 1580 ; AOM 441, ff° 245v.-246r., 12 juillet 1583 ;

118 AOM 437, f° 277v., 17 septembre 1578 ; AOM 442, ff° 219r.-219v., 16 août 1584 ; AOM 455, f° 264v., 20 avril 1605 ; AOM 458, ff° 300r.-300v., 31 mars 1613 ; AOM 256, ff° 57v.-58r., 8 septembre 1626.

119 AOM 443, f° 97v., 28 août 1587 ; AOM 458, ff° 300r.-300v., 31 mars 1613.

120 AOM 458, ff° 386r.-386v., 15 septembre 1615 ; AOM 459, f° 332v., 20 octobre 1616.

121 AOM 458, ff° 386r.-386v., 15 septembre 1615 ; AOM 459, f° 332v., 20 octobre 1616.

122 AOM 442, ff° 212r.-212v., 15 mai 1584 ; AOM 446, f° 193v., 8 mai 1591 ; AOM 455, f° 264v., 20 avril 1605 ; AOM 256, ff° 57v.-58r., 8 septembre 1626.

123 AOM 442, f° 229v., 11 mai 1585 ; AOM 458, ff° 386r.-386v., 15 septembre 1615.

124 AOM 442, f° 229v., 11 mai 1585.

125 AOM 442, ff° 212r.-212v., 15 mai 1584 ; AOM 442, f° 216v., 6 novembre 1584 ; AOM 444, f° 275r., 18 octobre 1589 ; AOM 457, f° 261r., 17 avril 1610.

126 AOM 447, f° 271v., 8 décembre 1593 ; AOM 455, ff° 291v.-292r., 31 mars 1606.

127 AOM 256, f° 56r., 7 juillet 1626.

128 AOM 442, ff° 219r.-219v., 16 août 1584 ; AOM 442, f° 229v., 11 mai 1585 ; AOM 446, f° 193v., 8 mai 1591 ; AOM 450, ff° 256v.-257r., 28 août 1597 ; AOM 456, f° 262v., 27 août 1607 ; AOM 456, f° 274v., 14 juin 1608 ; AOM 458, f° 312r., 8 novembre 1613 ; AOM 458, f° 323v., 27 septembre 1614 ; AOM 458, ff° 386r.-386v., 15 septembre 1615 ; AOM 459, f° 332v., 20 octobre 1616 ; AOM 459, ff° 357v.-358r., 23 avril 1618.

129 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 205.

130 AOM 454, f° 329r., 11 février 1604 ; AOM 454, f° 329r., 22 février 1604 ; AOM 454, f° 336v., 3 mai 1604 ; AOM 454, f° 341r., 19 août 1604.

131 AOM 455, f° 275v., 28 septembre 1605.

132 AOM 456, f° 262r., 13 juillet 1607.

133 AOM 458, f° 295r., 21 janvier 1613 ; AOM 459, f° 311r., 9 janvier 1616 ; AOM 459, f° 264r., 18 janvier 1619 ; AOM 256, f° 76v., 8 janvier 1629.

134 AOM 454, f° 329r., 11 février 1604 ; AOM 454, f° 329r., 22 février 1604 ; AOM 458, f° 297r., 23 février 1613 ; AOM 458, f° 314r., 16 février 1614 ; AOM 458, f° 314r., 19 février 1614 ; AOM 459, f° 335v., 4 février 1617 ; AOM 459, f° 336r., 25 février 1617 ; AOM 459, f° 354r., 18 février 1618

135 AOM 458, f° 337v., 20 mars 1615 ; AOM 459, f° 337r., 2 mars 1617 ; AOM 459, f° 355v., 25 mars 1618 ; AOM 461, f° 288v., 14 mars 1623 ; AOM 255, f° 39v., 27 mars 1624 ; AOM 256, f° 14r., 15 mars 1625.

136 AOM 461, f° 286v., 16 octobre 1622.

137 AOM 453, f° 320r., 5 novembre 1601 ; AOM 459, f° 262v., 7 novembre 1618 ; AOM 461, f° 286v., 22 novembre 1622 ; AOM 256, f° 41r., 12 novembre 1625 ; AOM 256, f° 84r., 3 novembre 1629.

138 AOM 457, f° 274r., 22 décembre 1610 ; AOM 457, ff° 237r.-237v., 13 décembre 1612 ; AOM 459, f° 310v., 4 décembre 1615 ; AOM 256, f° 76r., 20 décembre 1628.

139 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la seconde moitié du xvie siècle », art. cit., p. 89-90.

140 AOM 440, f° 250r., 9 janvier 1582.

141 AOM 441, f° 242v., 2 juin 1583.

142 AOM 442, f° 222r., 24 octobre 1584

143 AOM 440, f° 250r., 9 janvier 1582 ; AOM 441, f° 242v., 2 juin 1583.

144 AOM 453, f° 302v., 6 juillet 1601 ; AOM 453, f° 320r., 5 novembre 1601 ; AOM 456, f° 262r., 13 juillet 1607 ; AOM 457, f° 261r., 7 avril 1610 ; AOM 457, f° 296r., 13 septembre 1612 ; AOM 458, f° 295r., 21 janvier 1613 ; AOM 458, f° 314r., 19 février 1614 ; AOM 459, f° 354r., 18 février 1618 ; AOM 459, f° 264r., 18 janvier 1619 ;AOM 459, f° 267r., 26 avril 1619 ;AOM 461, f° 288v., 14 mars 1623 ; AOM 256, f° 14r., 15 mars 1625.

145 AOM 457, f° 296r., 13 septembre 1612.

146 AOM 458, f° 295r., 21 janvier 1613.

147 BNF Richelieu, Ms 17 257, f° 52r., 2 novembre 1618.

148 AOM 446, f° 221v., 13 août 1592.

149 AOM 447, ff° 252r.-252v., 10 mai 1593.

150 AOM 446, f° 193r., 20 avril 1591.

151 AOM 452, f° 264r., 12 octobre 1599.

152 AOM 450, f° 254v., 7 juillet 1597.

153 AOM 456, f° 303r., 1er juillet 1609.

154 AOM 458, f° 307r., 17 juillet 1613.

155 AOM256, f° 64v., 24 avril 1627.

156 BAV, Barb. Lat. 6677, f° 4v., 25 juin 1624.

157 AOM 450, ff° 266r.-266v., 7 avril 1598.

158 AOM 447, f° 272r., 15 janvier 1594.

159 AOM 447, f° 272v.

160 AOM 447, ff° 272v.-273r., 18 janvier 1594.

161 AOM 455, f° 264v., 20 avril 1605.

162 BAV, Barb. Lat. 6678, f° 48r., 20 novembre 1628 (« ...quattordici vascelli di corsa, parte inglesi, parte fiammenghi, li quali diedero la caccia a tre vascelli da quest’Isola si mandavano per formenti in Sicilia... »).

163 BAV, Barb. Lat. 6678, f° 48v.

164 AOM 452, f° 288v., 8 mars 1600.

165 AOM 103, f° 12r., 12 septembre 1608.

166 AOM 100, ff° 266v.-267r., 11 mars 1603.

167 AOM 101, ff° 36v.-37r., 10 avril 1604.

168 AOM 459, f° 336r., 25 février 1617.

169 AOM 458, f° 297r., 23 février 1613.

170 BAV, Barb. Lat. 6676, ff° 91r.-91v., Lettre de l’Inquisiteur Bosio au Cardinal Barberini, 18 juin 1624.

171 BAV, Barb. Lat. 6676, f° 91v.

172 BAV, Barb. Lat. 6676, f° 92r. (« ...nel suo stendardo, quale era sopra la Capitana di Malta... vi era scritto in lettere d’oro « La fede christiana è falsa ». Qui se n’è fatto un fuoco pubblico con allegrezza grande e cantando il Te Deum, essendo stimata vittoria grande della vera fede per essersi debilitate le forze di Barbaria... »).

173 BMA, Ms 1094, Relazione della Religione Gerosolomitana di Malta dell’anno 1630, p. 5.

174 Ibn Abi Dinar, Al-mounis fi akhbar Ifriqiyia wa Tounis, édition critique de Mhamed Cheman, Al Maktaba al-atiqua, Tunis, p. 183. Je tiens à remercier ici Khelifa Chater, Professeur à l’Université de Tunis-I, qui a eu la gentillesse de me faire connaître cet ouvrage et de me traduire les passages cités.

175 Ibn Abi Dinar, Al-mounis fi akhbar Ifriqiyia wa Tounis... cit., p. 208.

176 Jean Pignon, « Aperçu sur les relations entre Malte et la côte orientale de la Tunisie au début du xviie siècle », in Les Cahiers de Tunisie, n° 47-48, 12e année, 3e-4e trim. 1964, p. 69.

177 AOM 455, ff° 292r.-292v., 19 avril 1606.

178 AOM 256, f° 87r., 16 mars 1630.

179 AOM 459, f° 354r., 18 février 1618.

180 AOM 457, f° 274v., 22 décembre 1610.

181 AOM 457, f° 261r., 7 avril 1610.

182 M. Fontenay, « Les missions des galères de Malte (1530-1798) », in Michel Vergé-Franceschi (dir.), Guerre et commerce en Méditerranée (ixe-xxe siècle), Paris, 1991, p. 110.

183 AOM 446, f° 193r., 20 avril 1591.

184 AOM 456, f° 303r., 1er juillet 1609.

185 AOM 458, f° 307r., 17 juillet 1613.

186 AOM 458, f° 337v., 20 mars 1615.

187 AOM 256, f° 96r., 9 mai 1631.

188 AOM 450, ff° 266r.-266v., 7 avril 1598.

189 AOM 454, f° 342r., 21 septembre 1604.

190 AOM 458, f° 337v., 20 mars 1615.

191 AOM 457, f° 263r., 21 juin 1610.

192 Bernard Heyberger, Les chrétiens du Proche Orient au temps de la Réforme Catholique, Paris, 1994 (BEFAR, 284), p. 187

193 Ibid. p. 187.

194 AOM 453, f° 303r., 13 mai 1601.

195 AOM 453, f° 304v., 15 juillet 1601.

196 AOM 453, f° 305v., 3 août 1601.

197 AOM 453, f° 308v., 5 septembre 1601.

198 AOM 100, f° 249r., 16 oût 1602.

199 AOM 100, f° 278v., 15 mai 1603.

200 AOM 100, f° 278v., 15 mai 1603

201 AOM 100, f° 278v., 17 mai 1603.

202 AOM 101, f° 61v., 14 novembre 1603, Lettre de Philippe III au Grand Maître de Malte.

203 AOM 455, f° 281r., 20 janvier 1606.

204 AOM 455, f° 292r., 16 avril 1606.

205 Ibn Abi Dinar, Al-mounis fi akhbar Ifriqiyia wa Tounis... cit., p. 208.

206 AOM 101, f° 222r., 28 avril 1606.

207 AOM 455, f° 293v., 18 mai 1606.

208 Dal Pozzo, I, p. 515.

209 M. Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovanni... cit., p. 143.

210 AOM 104, f° 20v., 13 septembre 1611 et AOM 457, ff° 287r.-287v., 15 septembre 1611.

211 Dal Pozzo, I, p. 564.

212 AOM 457, f° 288v., 10 octobre 1611.

213 AOM 459, f° 267v., 30 juin 1619.

214 Dal Pozzo, I, p. 655.

215 Ces chiffres découlent du recensement de toutes les courses, que j’ai effectué au sein de la série Libri Bullarum (AOM 442 à AOM 465).

216 AOM 454, f° 325r., 21 novembre 1603.

217 AOM 458, ff° 300r.-300v., 31 mars 1613.

218 AOM 256, f° 87r., 16 mars 1630.

219 AOM 441, ff° 245v.-246v., 12 juillet 1583.

220 AOM 441, f° 246r.

221 AOM 442, ff° 212r.-212v., 15 mai 1584.

222 AOM 442, ff° 219r.-219v., 16 août 1584.

223 AOM 446, f° 193v., 8 mai 1591.

224 AOM 442, f° 212v.

225 AOM 442, f° 219v.

226 AOM 442, f° 229v., 11 mai 1585.

227 J.-B. de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte... cit., p. 59-68.

228 J.-B. de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte... cit., p. 60.

229 AOM 455, f° 264v., 20 avril 1605

230 AOM 455, f° 264v.

231 J.-B. de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte... cit., p. 65.

232 AOM 460, ff° 322r.-322v., 15 avril 1621.

233 AOM 450, ff° 256v.-257r., 28 août 1597.

234 AOM 456, f° 262v., 27 août 1607.

235 AOM 458, ff° 386r.-386v., 15 septembre 1615.

236 AOM 256, ff° 57v.-58r., 8 septembre 1626.

237 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Fayard, Paris, 1990.

238 Q. Hughes, The building of Malta, Malte, 1986 (1ère édition en 1956) ; Q. Hughes, Fortress. Architecture and Military History of Malta, Malte, 2001 (1ère édition en 1969).

239 A. Hoppen, The Fortification of Malta by the Order of St. John (1530-1798), Malte, 1999.

240 S. Spiteri, Fortresses of the Knights, Malte, 2001.

241 M. Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovanni... cit., p. 143.

242 AOM 104, f° 20v., 13 septembre 1611 et AOM 457, ff° 287r.-287v., 15 septembre 1611.

243 Voir plus loin.

244 AOM 105, f° 67r., 4 juillet 1614.

245 AOM 105, f° 67v., 6 juillet 1614.

246 AOM 105, f° 67v.

247 AOM 458, f° 319r., 7 juillet 1614.

248 AOM 105, f° 68r., 7 juillet 1614.

249 AOM 105, f° 67v. (« ...l’armata turchesca in numero di sessanta galere... havea comminciato a sbarcare Turchi in terra alla cala di San Tommaso e che haveano guarasta et brusciata la chiesa di Santa Catherina et andamanne brugiando li pagliari e uccidendo li bestiami... »).

250 AOM 105, f° 67v.

251 AOM 105, f° 68r., 8 juillet 1614.

252 AOM 105, f° 68v., 9 juillet 1614.

253 AOM 260, f° 63v., 28 octobre 1659, Rapport au Conseil concernant les constructions des tours de guet littorales de l’archipel.

254 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 175-176.

255 AOM 101, f° 191r., 14 octobre 1605.

256 AOM 101, f° 191r.

257 AOM 103, f° 103r., 6 novembre 1609.

258 AOM 103, f° 147v., 1er juillet 1610.

259 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 175.

260 AOM 105, f° 67v., 6 juillet 1614.

261 AOM 105, f° 68v., 11 juillet 1614.

262 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 176.

263 AOM 106, f° 207r., 21 avril 1620.

264 AOM 106, f° 207r.

265 AOM 106, f° 59v., 7 novembre 1617.

266 AOM 106, f° 123r., 11 octobre 1618.

267 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 190.

268 C. Trasselli, « Una statistica maltese del secolo xvi », in Economia e storia, fasc. 4, 1966, p. 474 ; H. Bresc, « Sicile, Malte et monde musulman », in Malta. A Case of International Cross-Currents, Malte, 1991, p. 56.

269 AOM 445, ff° 273r.-273v., 17 mars 1589.

270 AOM 454, f° 281v., 3 avril 1603.

271 AOM 454, f° 282r., 3 avril 1603.

272 AOM 457, ff° 268r.-268v., 14 juin 1610, Mémoire présenté au Conseil par Opizzo Guidotti concernant les courses qu’il avait menées entre 1606 et 1608.

273 AOM 457, f° 268r., 9 octobre 1606.

274 AOM 457, f° 268v., 27 février 1608.

275 AOM 100, f° 164v., 9 novembre 1600 (« ...incontrando vascelli turchi..., le debbiate pigliar et mandarli o condurli in qua insino alla quantità di due o tre mi-lia salme di formenti per sussidio di detto populo... »).

276 AOM 445, ff° 273r.-273v., 17 mars 1589

277 AOM 456, f° 276v., 3 septembre 1608.

278 AOM 96, f° 241v., 19 juin 1585.

279 AOM 456, f° 276v., 3 septembre 1608.

280 AOM 456, f° 286v., 1er novembre 1608.

281 ASV, SS Malta 3, f° 120v., sans date (vraisemblablement fin XVIe-début xviie siècle).

282 AOM 456, f° 292v., 20 mars 1609.

283 AOM 457, f° 268v., 14 juin 1610, Rapport d’Opizzo Guidotti concernant les prises et les ventes réalisées le 27 février 1608.

284 AOM 457, f° 268r., 14 juin 1610, Rapport d’Opizzo Guidotti concernant les prises et les ventes réalisées durant le mois de février 1607.

285 AOM 255, f° 30r., 2 décembre 1623.

286 AOM 256, f° 42v., 2 décembre 1625.

287 AOM 459, ff° 339r.-340v., 7 avril 1617.

288 AOM 459, f° 339v.

289 AOM 459, f° 340r.

290 AOM 459, f° 340v.

291 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la Méditerranée du second xvie siècle », art. cit., p. 85.

292 AOM 255, f° 30r., 2 décembre 1623.

293 ASV, SS Malta 3, f° 114v., année 1590, Mémoire rédigé par des commissaires à la Secrétairerie pontificale, au sujet des déprédations que faisaient subir au Levant les Vénitiens aux navires maltais.

294 AOM 446, f° 227v., 3 décembre 1592.

295 Carmelo Trasselli, « Una statistica maltese del secolo xvi », in Economia estoria, fasc. 4, Anno 1966, p. 477.

296 AOM 446, ff° 208r.-208v., 23 août 1591.

297 AOM 446, ff° 196r.-196v., 11 juillet 1591.

298 AOM 446, ff° 207r.-207v., 12 octobre 1591.

299 AOM 452, f° 265v., 24 octobre 1599.

300 AOM 446, ff° 227v.-228r., 3 janvier 1593.

301 AOM 446, ff° 212r.-212v., 9 novembre 1591.

302 AOM 446, f° 227v., 3 décembre 1592.

303 AOM 446, f° 214r., 15 février 1592.

304 AOM 446, ff° 212r.-212v., 9 novembre 1591.

305 AOM 446, f° 208v., 18 septembre 1591.

306 AOM 452, f° 265v., 24 octobre 1599 ; AOM 452, f° 273v., 9 novembre 1599 ; AOM 452, ff° 275v.-276r., 10 décembre 1599 ; AOM 452, f° 287v., 9 janvier 1600.

307 AOM 453, ff° 250v.-251r., 27 avril 1600.

308 AOM 453, f° 271r., 9 janvier 1601 ; AOM 453, f° 285v., 22 avril 1601.

309 AOM 454, f° 265v., 25 août 1602 ; AOM 454, ff° 274v.-275r., 13 décembre 1602.

310 AOM 454, ff° 278r.-278v., 14 janvier 1603 ; AOM 454, f° 284r., 24 avril 1603 ; AOM 454, f° 287r.,28 mai 1603 ; AOM 454, f° 316v., 3 juillet 1603.

311 AOM 454, f° 329r., 11 février 1604 ; AOM 454, f° 330r., 13 mars 1604 ; AOM 454, f° 336v., 3 mai 1604.

312 AOM 455, ff° 299r.-299v., 11 septembre 1606.

313 AOM 455, f° 299r., 11 septembre 1606.

314 AOM 96, f° 242v., 5 juillet 1585.

315 AOM 456, f° 286v., 1er novembre 1608 (« ...far le giustificationi talemente cautelate che non ci sia disputa, cioè trovando dette vasselli in parte dove la terra non è sottoposta a Venetiani ma ad Infedeli, procurar di gisutificar il tutto non solo con fedi di scrivano, ma anco del capitanio, piloto, nocchiero et guardiani di vasselli [...] di maniera che non si trovi varietà tra l’uni et l’atri »).

316 ASV, SS Malta 2, ff° 111r.-111v., 20 février 1591.

317 ASV, SS Malta 2, f° 160r., 13 janvier 1588.

318 ASV, SS Malta 2, f° 162r., 14 janvier 1588, Compte-rendu de l’Inquisiteur et de l’Ordre au Pape.

319 ASV, SS Malta 2, f° 162r.

320 Shlomo Simonsohn, The Apostolic See and the Jews, Toronto, 1991, p. 448.

321 S. Simonsohn, The Apostolic See and the Jews, op. cit., p. 449.

322 ASV, SS Malta 2, f° 162v. (« ...mi trovo quaranta giorni in questo porto en spesa et con grandissimi interessi, et sono pur christiano in luogho di christiani, et sono ancora in pericolo della vita per colpa detto Cavaliero Fiot... »).

323 ASV, SS Malta 2, f° 167r., 14 février 1588.

324 ASV, SS Malta 3, f° 114v., année 1590, Mémoire rédigé par des commissaires à la Secrétairerie pontificale, au sujet des déprédations que faisaient subir au Levant les Vénitiens aux navires maltais.

325 ASV, SS Malta 3, f° 115v., non daté, Second Mémoire de l’Ordre adressé au Vatican.

326 ASV, SS Malta 3, ff° 120r.-120v., non daté.

327 ASV, SS Malta 3, f° 120r.

328 ASV, SS Malta 3, f° 120v.

329 ASV, SS Malta 3, f° 120v.

330 ASV, SS Malta 4, f° 8r., 20 mai 1593.

331 AOM 449, f° 206r., 12 juillet 1596 (« ...havendo fatto un altro viaggio li me-si passati... e ha cumplito honoratamente et fedelmente quanto havea promesso... »).

332 Archives Nationales, Marine B7 209, « Mémoire sur les galères de la Religion de Malte par Deviviers, capitaine d’une des galères du roi », cité par M.Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ?... », art. cit., p. 372.

333 H. J. A. Sire, The Knights of Malta... cit., p. 92.

334 J.-B. de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte, présenté par Claude Petiet, Paris, 2001 (Collection Mare Nostrum), p. 127-150.

335 AOM 454, f° 325r., 21 novembre 1603.

336 AOM 458, f° 327r., 25 octobre 1614.

337 Pierre Grandchamp, La France en Tunisie. III. 1611-1620, Tunis, 1925, p. 400-402.

338 P. Grandchamp, op. cit., III, p. 196, 25 août 1616.

339 P. Grandchamp, op. cit., III, p. 194, 13 août 1616.

340 P.Grandchamp, op. cit., III, p. 192, 10 août 1616 ; P. Grandchamp, op. cit., III, p. 194, 13 août 1616 ; P. Grandchamp, op. cit., III, p. 208, 1er décembre 1616.

341 Jean Pignon, « Un document inédit sur la Tunisie au début du xviie siècle », in Cahiers de Tunisie, n° 34-35, tome 9, 1er-3e trim. 1961, p. 113-114.

342 Ibid., p. 115.

343 AIM, Proc. 20A, f° 389v., 30 octobre 1602. Un certain Francisco Roberto, Catalan, déclare à l’Inquisiteur qu’Alonso de Contreras habite Malte depuis già seio sette anni, et travaille au service de l’Ordre.

344 AIM, Proc. 20A, f° 390v., 1er juillet 1604, témoignage de Pancrazio Vella, qui raconte un voyage de course au Levant qu’il fit avec Alonso de Contreras cette année-là.

345 Alonso de Contreras, Mémoires (1582-1633), Paris, 1990, p. 60-61.

346 AOM 96, f° 121v., 11 août 1583.

347 AOM 446, f° 190r., 25 avril 1591.

348 AOM 446, f° 190r., 25 avril 1591.

349 AOM 447, ff° 264v.-265r., 4 mars 1593.

350 AOM 452, f° 274v., 31 octobre 1599.

351 AOM 453, f° 252v., 16 mai 1600.

352 AOM 453, ff° 300r.-300v., 7 mars 1601.

353 AOM 453, ff° 328r.-328v., 1er octobre 1601.

354 AOM 454, ff° 264v.-265r., 24 juillet 1602 ; AOM 454, f° 274v., 12 novembre 1602.

355 AOM 454, f° 316r., 28 juin 1603.

356 AOM 450, f° 273v., 15 avril 1598.

357 AOM 454, f° 316r., 28 juin 1603.

358 AOM 454, f° 320v., 17 septembre 1603.

359 AOM 454, f° 326r., 8 janvier 1604.

360 AOM 454, f° 337v., 29 mai 1604.

361 AOM 455, ff° 261r.-261v., 28 janvier 1605.

362 ACM, Vittoriosa, Liber I Baptizatorum, matrimoniorum, mortuorumque ab anno 1558 usque ad annum 1626 et Liber Matrimoniorum, Volume II (1626-1696) ; ACM, Senglea, Liber Matrimoniorum, Volume I (1587-1715) ; ACM, Cospicua, Liber I Baptizatorum, confirmatorum et mortuorum, Volume I (1585-1652) ; ACM, La Valette, Paroisse Porto salvo, Liber Matrimoniorum, Volume I (1588-1627) et Volume II (1627-1651) ; ACM, La Valette, Paroisse Saint-Paul, Liber Matrimoniorum, Volume I (1595-1639) et Volume II (1595-1648).

363 AOM 449, f° 217r., 10 décembre 1596.

364 AOM 461, f° 321v., 20 janvier 1626.

365 AOM 462, f° 287v., 27 mai 1626.

366 AOM 468 A, ff° 234r.-234v., 9 mai 1637 ; AOM 468 A, f° 236v., 20 juillet 1637.

367 ACM, Vittoriosa, Liber I Baptizatorum, matrimoniorum... et Liber Matrimoniorum, vol. II ; Senglea, Liber Matrimoniorum, vol. I ; Cospicua, Liber I Baptizatorum..., vol. I ; La Valette, Paroisse Porto salvo, Liber Matrimoniorum, vol. I et II ; La Valette, Paroisse Saint-Paul, Liber Matrimoniorum, vol. I et II.

368 AOM 465 à AOM 470.

369 P. F. Chetta-Schirò, « Memorie sulle chiese ed il rito greco in Malta », in Archivum Melitense, vol. 4, 1919, p. 170.

370 Parocchia Santa Maria Damascena, La Valette, Libri dei battesimi e delle conferme, dei matrimoni, ff° 1r.-54v., années 1584-1695.

371 AOM 454, f° 343r., 16 septembre 1604.

372 AOM 461, f° 321v., 20 janvier 1626.

373 NAV, R 867/6, notaire Tommaso Gauci, ff° 172r.-172v., 20 décembre 1604.

374 NAV, R 867/6, f° 172v.

375 AOM 459, f° 268v., 3 août 1619.

376 AOM 460, f° 311v., 22 juin 1620.

377 AOM 460, f° 320r., 16 décembre 1620.

378 AOM 460, f° 338v., 27 août 1621.

379 AOM 461, f° 299r., 13 octobre 1623.

380 AOM 461, f° 301v., 15 mars 1624 ; AOM 461, f° 303r., 15 juin 1624 ; AOM 461, f° 307r., 31 octobre 1624.

381 AOM 462, f° 287v., 27 mai 1626.

382 AOM 468A, f° 222r., 10 octobre 1636.

383 AOM 461, f° 321v., 20 janvier 1626.

384 AOM 462, f° 287v., 27 mai 1626.

385 AOM 453, f° 288r., 27 mars 1601.

386 AOM 453, f° 308r., 2 août 1601.

387 AOM 454, f° 279r., 23 janvier 1603.

388 AOM 454, f° 323v., 10 novembre 1603.

389 AOM 456, f° 281v., 24 octobre 1608.

390 AOM 456, f° 310v., 19 décembre 1609.

Table des illustrations

Titre Tableau 5. LES DÉPARTS EN COURSE PRIVÉE
Légende Source : AOM 442 à AOM 465.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Source : AOM 442 à AOM 465.Graphique 1 – L’évolution de la course privée (1585-1635).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Tableau 6. LA MENACE BARBARESQUE EN MER CENTRALE (1580-1635)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Carte 6 – Exemples de courses en Méditerranée centrale.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Carte n° 7 – Les lieux de la course maltaise.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/123/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Légende Carte 8 – Les fortifications littorales (1605-1622).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/123/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 7. LES DÉPARTS EN COURSE DE PRIVÉS LAÏCS
Légende Source : AOM 442 à AOM 465.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/123/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Source : AOM 442 à AOM 465.Graphique 2 – Évolution structurelle de la course laïque (1585-1635).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/123/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 600k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540