Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

III. Carrières et destins

Les courriers pontificaux du xiiie au xve siècle (vers 1200-vers 1470)

Brigide Schwarz

Note de l’éditeur

La communication de Brigide Schwarz a largement contribué aux débats du 12 avril 2002, mais son auteur a éprouvé quelques scrupules à en fournir le texte, très voisin de celui qui devait être publié au même moment dans A. Meyer (éd.), Päpste, Pilger, Pönitentiarie. Festschrift für Ludwig Schmugge zum 65. Geburtstag, auquel on voudra bien se reporter pour les sources et la bibliographie. Nous en publions ici un résumé, traduit par les soins de Pierre Jugie.

Texte intégral

1Le collège des courriers est vraisemblablement apparu vers 1200, du fait du relâchement des liens de la Curie avec la ville de Rome et a perduré jusqu’au xxe siècle (il ne fut dissout qu’en 1968 par le pape Paul VI). Dès le début, les courriers furent organisés en une corporation. Tout comme pour le collège, bien plus nombreux, des scribes de la Chancellerie apostolique, la forme de leur organisation devait garantir le contrôle des employés et l’accomplissement effectif de leurs obligations professionnelles. L’ensemble du collège était responsable de la bonne exécution de ces missions.

  • 1 Éd. T. Schmidt, 1994.

2Pour définir ce qui caractérise, de manière constante pendant les trois siècles pris en compte, la charge de courrier l’on peut retenir le monopole spécifique de l’acheminement de certaines correspondances pontificales et l’accomplissement de missions bien déterminées au sein du cérémonial papal. Parmi les transformations dont furent l’objet, entre le xiiie et le xvie siècle, les corporations de la Maison du pape – les titulaires de la livrée (servientes armorum) et les diverses catégories de portiers (ostiarii) ; les écuyers (scutiferi) formant un groupe particulier – celles relatives aux courriers se prêtent mieux à une étude que celles des autres groupes, car les sources qui s’y rapportent sont nettement plus abondantes. L’on dispose des statuts de 13061, de ceux, inédits, des environs de 1470, et de ceux conservés dans le volumineux matériau des rédactions antérieures, ainsi que d’une série très abondante de sources du xve siècle, en particulier les registres financiers, témoignant des luttes du collège contre l’empiétement et l’affaiblissement de son monopole.

3Parmi les missions des courriers l’on peut d’une manière générale distinguer : la livraison de certaines missives strictement pontificales jusqu’à des lieux très éloignés de la Curie ; l’acheminement du courrier au sein même de la Curie ou dans ses proches environs ; ainsi que des fonctions liturgiques et cérémonielles. Des modifications affectèrent, à des degrés divers, chacun de ces trois domaines.

4La livraison des missives (essentiellement les lettres désignées comme de curia par la Chancellerie) à la teneur politique importante à des destinataires éloignés ne releva jamais du monopole des courriers. À partir du milieu du xive siècle, les papes eurent recours aux compagnies commerciales alors en plein développement, sauf pour les pays de l’Europe du Nord et de l’Est, parce que de telles sociétés n’exerçaient pas cette fonction à l’intérieur du pays. Ainsi, dans l’acheminement à destination de toute la Chrétienté, demeura finalement de la compétence des courriers celui de certaines informations de caractère cérémonial qui leur revenait de droit – et était pour eux une source de revenu enviée – telle que l’annonce de l’élection d’un nouveau pape ; mais à part cela, la livraison à longue distance des lettres de caractère politique dans les régions précitées ne représentait, dans son ensemble, qu’une toute petite partie de la correspondance politique expédiée.

5L’importance du rôle des courriers dans les transmission à courte distance s’accrut constamment, que ce fût en tant qu’huissier pour les divers tribunaux de la Curie (ce fut l’unique domaine dans lequel les courriers agirent sur ordre d’un tiers !), ou bien comme agent de transmission pour l’administration financière, ou encore comme envoyé chargé d’inviter à une manifestation officielle de la Curie.

6Avec l’accroissement du nombre de festivités organisées et le perfectionnement toujours plus solennel du cérémonial pontifical, les courriers jouèrent également dans ce domaine un rôle toujours plus important (à l’origine uniquement en tant que service de garde et d’escorte).

  • 2 A.-M. Hayez, Les courriers des papes d’Avignon sous Innocent VI et Urbain V (1352-1370), dans La ci (...)

7Avec la transformation des missions se modifièrent aussi la taille et la composition du collège. Le nombre des courriers s’éleva jusqu’à la seconde moitié du xive siècle à quelque 50 personnes, en compta théoriquement 20 au xve siècle, nombre qui fut cependant continuellement dépassé. Jusque vers 1330, les courriers furent des laïcs et des Italiens, puis, par la suite, la proportion des clercs augmenta de façon continue. Pendant la papauté d’Avignon, les Français dominèrent de manière croissante, et ce en provenance de toutes les régions de la France2. Après la fin du Grand Schisme, l’on constate une très nette internationalisation, qui n’était par ailleurs pas uniforme. Toutefois, il convient de rappeler que l’on ne connaît le diocèse d’origine (c’est-à-dire le centre de gravité de l’attribution de bénéfices) que pour environ un peu plus de la moitié des personnes recensées. Les zones périphériques du Nord et de l’Ouest de l’Europe ainsi que les îles Britanniques ne sont presque pas représentées, bien que des courriers pontificaux y soient attestés pour une date bien antérieure. L’Espagne y figure également à peine, malgré l’origine espagnole d’un pape, Calixte III, qui attira de nombreux Aragonais à la Curie. Pour la France, ce sont les régions périphériques, en particulier la Bretagne et la Normandie, qui sont plus fortement représentées que les régions centrales. Dans l’empire germanique, l’on observe une singulière concentration rayonnant à partir des provinces rhénanes au sens large : du cours supérieur du Rhin jusqu’aux Pays-Bas bourguignons. Le contingent italien provient essentiellement du Milanais, de la Toscane et des États de l’Église.

8La conception que les courriers avaient de leur fonction connut aussi de profondes mutations. Les courriers détenaient en principe leur charge à vie. Dès l’origine, ils furent payés par le Chambre apostolique. Au cours de la prestation de serment dont ils s’acquittaient auprès du camérier à leur entrée en fonction, ils juraient d’exercer correctement leur office. Pendant la papauté d’Avignon seule la charge de garde et de courrier pour le pape et la Chambre était encore rémunérée, c’est pourquoi les droits et les gratifications perçus à titre d’huissier ou de porteur d’invitation (« messager ») prirent une importance croissante, tout comme les revenus liés aux cérémonies. De simple employé pouvait-on ainsi devenir peu à peu détenteur d’un « bénéfice administratif » – un procédé dont le développement dut beaucoup à la « chasse aux bénéfices » – auquel aspiraient désormais presque tous les courriers à titre de supplément de revenus et de « pension de retraite ». Des transformations affectèrent parallèlement la corporation. À l’origine organisation destinée à assurer l’exécution effective des tâches et le contrôle des agents, elle devint une véritable corporation, qui sut tirer parti d’une volonté bien comprise d’association pour défendre contre la hiérarchie ses droits d’usage et assurer à ses membres des revenus conformes à leur rang. Les fonctions du maître, élu pour une période définie, mais non à vie, varièrent semblablement. De mandataire assermenté du camérier qu’il était, il s’imposa de plus en plus comme le représentant d’une forte aspiration à l’autonomie de la confrérie des courriers. Ses tâches principales étaient la perception de toutes les rentrées financières revenant ex officio aux courriers au sein d’une caisse commune dont il assurait la gestion, le paiement régulier et respectif des quotes-parts aux membres, c’est-à-dire la juste répartition des missions – et donc de leur rétribution – d’invitation à des fêtes et cérémonies ou donnant droit à gratification comme messager de la garde du Palais, pour les revenus non-pécuniaires.

9C’est ainsi que la composition de la corporation des courriers ne cessa, au cours du xve siècle, de s’harmoniser avec celle des « collèges aux offices susceptibles de vaquer » présents à la Curie, par la vente desquels les papes soutinrent le redressement de leurs propres finances. Dans de telles corporations, comme le nom lui-même l’indique, pouvaient seuls être attribués les offices susceptibles d’être détenus comme des bénéfices (officia vacabilia avec perpétuité objective ou subjective). Comme l’autre composante de l’expression (« collège »), le laisse entendre, l’on présume également l’existence d’une organisation précise de la corporation en question, à savoir un nombre fixe de membres, une réglementation des remplacements des absents, ou bien encore des seuls membres nominaux, ainsi qu’une perception centrale et une répartition au prorata des revenus par le biais de la corporation. Selon une autre hypothèse, les revenus provenant principalement des taxes (et des gratifications) auraient été utilisés de telle sorte qu’ils puissent être assimilés à des intérêts garantis du capital investi lors de l’achat de l’office.

  • 3 M. de Montaigne, Journal de voyage en Italie par la Suisse et l’Allemagne en 1580 et 1581, éd. C. D (...)

10Que le collège des courriers, à la différence de beaucoup d’autres, n’ait été transformé qu’en 1583 en un « collège aux offices susceptibles de vaquer », bien qu’il ait cependant rempli depuis le milieu du xve siècle une grande partie des conditions précitées, tient sans doute par-dessus tout au fait que seul l’exercice en personne de la charge permettait la jouissance des avantages complets de ce service : ce n’est qu’ainsi que l’on pouvait prétendre accéder aux cadeaux précieux donnés aux courriers à l’occasion de cérémonies solennelles, et aux morceaux de choix qui leur revenaient de droit lors de la remise d’invitations. Montaigne a décrit la remise, par le truchement de deux courriers, d’une invitation dans les formes à une fête liturgique, sans comprendre la scène qui se déroulait devant ses yeux3 ; c’est également faute d’avoir compris ce qui se passait que les destinataires de l’invitation n’offrirent pas un accueil convenable aux deux courriers dans la suite du cardinal, que le narrateur n’eut pas l’occasion de voir ensemble.

Notes

1 Éd. T. Schmidt, 1994.

2 A.-M. Hayez, Les courriers des papes d’Avignon sous Innocent VI et Urbain V (1352-1370), dans La circulation des nouvelles au Moyen Âge, XXIVe congrès de la SHMES, Paris, 1994, p. 49-62.

3 M. de Montaigne, Journal de voyage en Italie par la Suisse et l’Allemagne en 1580 et 1581, éd. C. Dédéyan, Paris, 1946 (Collection Budé), p. 207.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540