Version classiqueVersion mobile

Autocéphalies. L’exercice de l’indépendance dans les Églises slaves orientales

 | 
Marie-Hélène Blanchet
, 
Frédéric Gabriel
, 
Laurent Tatarenko

L'âge des Nations

La négociation politique du statut canonique de l’Église orthodoxe en Bosnie-Herzégovine, 1878-1918

Philippe Gelez

Résumé

L’Église orthodoxe en Bosnie-Herzégovine a relevé jusqu’en 1920 de l’autorité de Constantinople. Quand l’Autriche-Hongrie a reçu le mandat d’occuper cette province ottomane, en 1878, elle a voulu donner à la Bosnie une autonomie par rapport au Phanar. Cependant, résultat d’une vieille tradition concordataire, cette volonté n’exprimait en l’occurrence qu’une stratégie politique.

Texte intégral

  • 1 Quoiqu’elle n’ait fait l’objet d’aucune procédure canonique, l’autocéphalie du patriarcat de Peć n (...)

1Examiner la question de l’autocéphalie de l’Église orthodoxe en Bosnie-Herzégovine au tournant du XIXe siècle nécessiterait qu’on la situe dans une ample histoire et un plus vaste territoire. En effet, les orthodoxes de Bosnie et d’Herzégovine étaient jusqu’en 1766 sous la juridiction du « patriarcat renouvelé » (обновљена патријаршија) de Peć, entité ecclésiastique jouissant d’une réelle autonomie dans ses affaires internes sans qu’on puisse pour autant parler stricto sensu d’autocéphalie1. À partir de cette date, ils ont relevé directement du patriarcat de Constantinople. La tradition du « patriarcat » de Peć fut cependant revendiquée dans les Confins militaires de Croatie par la métropole de Karlowitz (Sremski Karlovci), qui s’autoproclama « patriarcat » en 1848 avec l’assentiment de l’empereur Ferdinand Ier, ce qui a constitué un facteur important du destin de l’Église orthodoxe en Bosnie et en Herzégovine à l’époque austro-hongroise.

  • 2 À noter que l’assimilation entre religion et ethnie est courante, quoiqu’elle ait été un moment ba (...)

2Au XIXe siècle, la Bosnie-Herzégovine abrite de nombreux chrétiens de rite orthodoxe : environ 400 000 en 1850 et environ 900 000 en 1910. Leur part relative sur l’ensemble de la population oscille entre 40 et 45 % de 1800 à 1914. Les musulmans comptent pour 30 à 40 %, et les catholiques forment le reste, soit de 15 à 25 %. Quelques milliers de juifs vivent dans les centres urbains, et des protestants s’y installent à partir de 1878. Le graphique suivant montre l’évolution de leurs proportions dans l’ensemble de la population2.

Fig. 1 – Évolution relative de la population de la Bosnie-Herzégovine, 1851-2013.

Fig. 1 – Évolution relative de la population de la Bosnie-Herzégovine, 1851-2013.

3En 1878, le Congrès de Berlin modifie en profondeur la carte ecclésiastique dans les Balkans. En effet, les Puissances – Allemagne, France, Angleterre, Autriche-Hongrie – donnent leur indépendance à la Serbie, au Monténégro, à la Bulgarie et à la Roumanie ; dans tous ces nouveaux pays, l’organisation ecclésiale a la possibilité canonique de prendre son indépendance, même si ce n’est pas obligatoire. L’exarchat bulgare, créé en 1870, réclame donc son autocéphalie ; le synode roumain, reconnu indépendant en 1873, obtient le statut de métropole autocéphale en 1885. L’Église orthodoxe en Serbie, autonome depuis 1831, devient autocéphale dès 1879 ; au Monténégro, où les ecclésiastiques jouissaient d’une autonomie complète depuis 1766, on ne se pressa guère pour proclamer l’autocéphalie, qui ne fut accordée qu’en 1904.

4Le cas de la Bosnie-Herzégovine est bien plus compliqué : cette province est laissée dans le giron de l’Empire ottoman ; les Puissances se bornent à donner un mandat d’administration à l’Autriche-Hongrie. Selon le droit public, elle n’est donc pas soustraite au pouvoir du sultan, et la subordination au patriarcat de Constantinople devrait être continuée. Cependant, le premier souci de Vienne est d’y imposer son pouvoir sans ambiguïté et, dans la mesure du possible, sans partage. Dès le début, les autorités envisagent d’annexer ce territoire. Les événements firent que cette annexion ne fut possible qu’en octobre 1908 ; mais on tente d’isoler au maximum les « provinces occupées » dès 1878. Parallèlement, l’équilibre fragile de l’édifice austro-hongrois pousse les administrateurs à séparer la Bosnie-Herzégovine du reste de la Monarchie. Du point de vue religieux, ces efforts se traduisent par la création d’instances religieuses autonomes : archevêché catholique à Sarajevo en 1881, juridiction musulmane parallèle à celle du şeyh-ül islam d’Istanbul en 1883. C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre les tractations autour du statut canonique de l’Église orthodoxe en Bosnie-Herzégovine.

  • 3 Des livres récents étudient la communauté orthodoxe en Bosnie-Herzégovine à cette époque mais n’ab (...)
  • 4 Bogićević 1959.
  • 5 Madžar 1975. Dans sa monographie sur le mouvement d’opposition des paroisses (opštine) orthodoxes (...)

5Cette configuration particulière a déjà attiré l’attention des historiens, et la question de la négociation du statut canonique de l’Église orthodoxe en Bosnie-Herzégovine à l’époque austro-hongroise est bien balisée dans la littérature3. Dès 1959, Vojislav Bogićević, directeur des archives nationales de la République socialiste de Bosnie-Herzégovine, fixait la doxa en la matière dans la gazette officielle de l’Église orthodoxe serbe4, reprise en 1976 par le principal spécialiste de la question, Božo Madžar5. Ancrée dans le mythe du peuple, et du peuple unanime, cette historiographie socialiste s’articule en deux mouvements : avant 1878, le bas-clergé d’extraction locale aurait collaboré sans enthousiasme avec les métropolites envoyés par le Phanar depuis 1766, avec la volonté de recouvrer son autonomie par rapport à des « étrangers » qui ne parlaient pas sa langue. L’arrivée des Austro-hongrois et le statut de 1880 auraient empêché le peuple orthodoxe de parvenir à ses fins.

  • 6 Vrankić 1998, p. 86-134.
  • 7 Radosavljević 2011, 215-216. Voir aussi Radosavljević 2008a ; et Radosavljević 2013a.
  • 8 Vuković 1996, p. 8, à propos d’Agatangel, originaire de Magnisija (Asie Mineure), métropolite de Z (...)

6L’illusion socialiste, compatible avec le nationalisme à base religieuse (et tous ses dérivés, qu’ils soient historiographiques comme le concept de millet ou canonique comme celui de phylétisme), a marqué le pas avec deux chercheurs. En 1998, Petar Vrankić a publié sa volumineuse habilitation sur les liens entre politique et religion chez les catholiques et les orthodoxes de Bosnie-Herzégovine à l’époque austro-hongroise. Son exposé se nourrit de celui de Madžar tout en le contextualisant et en le développant considérablement. Il le reproblématise aussi. En effet, Vrankić prend pour fil conducteur la correspondance des officiels austro-hongrois et met en avant leurs motivations telles que les correspondances administratives les révèlent. Leur volonté est de gagner les cœurs en supprimant l’impôt ecclésiastique, impopulaire dans les masses, et de maîtriser les nominations des métropolites6. Il faut également noter les recherches de Nedeljko V. Radosavljević, dont l’une des spécialisations est l’histoire de l’Église orthodoxe en Bosnie ottomane au XIXe siècle. Sans s’être exprimé, directement ou indirectement, sur le statut de 1880, Radosavljević s’est élevé contre l’idée, encore présente en Serbie comme en Bosnie, selon laquelle tous les métropolites furent loyaux au régime ottoman parce qu’ils étaient « des Grecs ou formés à la grecque » ; il a pu souligner qu’en réalité, ils ne travaillèrent pas de concert avec les autorités civiles car leur mission était avant tout spirituelle7. Selon lui, d’autres étaient bien des Grecs et avaient au contraire œuvré « comme s’ils étaient serbes8 ».

  • 9 Je mentionnerai juste la thèse de doctorat de Boško Branković (Branković 2014). Je n’ai pas pu la (...)

7Après ces auteurs9, il ne me reste plus qu’à faire ici une synthèse problématisée en éclairant plus soigneusement la question de l’autocéphalie et, de-ci de-là, en en dessinant mieux les contours. Je rajouterai en particulier à leur matière des considérations sur les conséquences qu’a pu avoir le statut canonique de cette Église avant 1914. À vrai dire, pour bien circonscrire la question, il faudrait consulter les archives du patriarcat ; mais aucun de ceux qui se sont intéressés de près ou de loin à la Bosnie n’a pu encore le faire.

  • 10 Radosavljević 2013b ; Radosavljević 2008b ; Blagojević 2009. Se distinguent en particulier les mét (...)

8L’étendue de l’antipathie suscitée par les métropolites qu’envoyait le Phanar en Bosnie et en Herzégovine ne se laisse pas facilement cerner. Les Phanariotes sont un repoussoir : quand bien même, de la fin du XVIIIe siècle à 1878, les métropolites eussent été effectivement nommés par le patriarcat œcuménique, ceux parmi les plus marquants étaient slaves et slavophones, et ils savaient se faire apprécier de la population10. Certes donc, les chefs de l’insurrection de 1875-1878, qui aboutit au traité de Berlin et au mandat austro-hongrois, réclamaient que les évêques ne fussent plus phanariotes, mais ce constat ne préjuge ni de l’ancienneté, ni de l’hypothétique enracinement populaire de ce désir. À ce titre, le chef militaire des forces austro-hongroises, qui gérait les affaires civiles pendant les premiers mois de l’occupation, a pu inspirer ce désir ou tout au moins contribuer à le renforcer. En effet, c’était un officier serbe de confession orthodoxe ; il proposa en avril 1879 qu’on révoquât les phanariotes pour les remplacer par un clergé d’extraction locale. Sans qu’on puisse l’affirmer tout à fait, il se faisait l’écho des idées parcourant la paroisse de Sarajevo.

  • 11 Točanac 2008 ; Vasin 2015.

9Quoi qu’il en soit, l’un des premiers projets des administrateurs basés à Vienne, où un bureau interministériel réunissait des experts des affaires orientales, fut de rattacher les orthodoxes de Bosnie-Herzégovine à la métropole de Karlowitz. Karlowitz était l’autorité ecclésiastique suprême pour les orthodoxes « illyriens » de la Monarchie ; c’était une juridiction pleinement indépendante depuis l’abolition du patriarcat de Peć (1766) dont elle était considérée comme l’héritière historique. Depuis 1848, année où les événements révolutionnaires dans la monarchie habsbourgeoise avaient amené l’empereur, inquiet d’unité, à reconnaître la proclamation unilatérale du métropolite de Karlowitz comme patriarche, elle était autonome, en quelque sorte de facto autocéphale – Constantinople n’ayant pratiquement pas de liens avec elles –, même si ce statut ne lui avait jamais été donné officiellement11.

10Cette première idée était du goût de la métropole elle-même, qui y vit l’occasion de se renforcer après quinze ans d’affaiblissement. En effet, jusqu’à la fin des années 1860, la métropole avait rassemblé tous les orthodoxes de la Monarchie. Mais à la suite du Compromis austro-hongrois, elle était devenue la juridiction compétente uniquement pour les orthodoxes de Hongrie et avait ainsi perdu les évêchés dalmates (1873) au profit de la métropole de Czernowitz (Černivci), qui réunissait désormais les orthodoxes de la partie autrichienne de l’empire. Elle avait perdu également la population roumanophone à la suite de la création de la métropole roumaine d’Hermannstadt (Sibiu) en 1868. Son influence déclinait donc fortement.

11Aussi le métropolite de Karlowitz et son synode accueillirent-ils favorablement l’idée d’un rattachement des métropoles de Bosnie-Herzégovine. Ils firent valoir leur droit historique en se présentant comme les successeurs du patriarcat de Peć. Ce fut même l’occasion pour eux de rappeler que, dans la mesure où l’empereur reconnaissait cette succession historique (patente de 1690), la métropole de Karlowitz pouvait réclamer la juridiction suprême sur tous les orthodoxes serbes de l’empire.

12Cependant, on hésita car beaucoup d’obstacles se dressaient devant cette solution. Bien que le droit canon s’y ajoutât, ces obstacles étaient avant tout de nature politique ; ils relevaient de l’équilibre des forces internes de la Monarchie comme de celui des relations internationales. Ainsi, d’importantes paroisses bosno-herzégoviniennes se déclarèrent favorables à l’idée d’être rattachées à la Serbie plutôt qu’à Karlowitz. Le principal partisan du rattachement était l’archimandrite Sava Kosanović (1839-1903), en activité au lycée de Sarajevo à l’époque. Du côté serbe, une large partie de l’opinion aspirait à ce que la Bosnie-Herzégovine fût rattachée à leur pays et entrât dans la composition ecclésiastique serbe, y compris dans les cercles ecclésiastiques. Comme l’Autriche-Hongrie les avait empêchés d’annexer cette province lors du Congrès de Berlin, l’extension de leur juridiction ecclésiastique aurait été un moyen détourné d’arriver à l’unité nationale. Mais en 1878, cette solution manquait de fondements juridiques et canoniques. La situation se retourna quand l’Église serbe obtint son autocéphalie, le 1er novembre 1879 ; dès ce moment, le métropolite de Belgrade songea à restaurer un patriarcat serbe, avec juridiction sur la Bosnie-Herzégovine. Cependant, un obstacle de taille se dressait sur la voie de ce projet : les Russes n’avaient pas eux-mêmes de patriarcat à proprement parler – c’était le Saint-Synode qui gouvernait leur Église depuis 1721 – et s’opposaient donc aux Serbes. De plus, Vienne renâclait elle aussi devant cette idée, bien sûr par défiance à l’égard des prétentions serbes, mais aussi parce que les Hongrois, toujours avides de renforcer leur poids dans le dualisme politique de la Monarchie, préconisaient la solution de Karlowitz ; en conséquence, les autorités percevaient qu’elle compromettrait l’équilibre entre les deux parties de la Monarchie. Enfin, le patriarcat de Constantinople n’y était pas favorable, car il voyait d’un mauvais œil la pénétration de la métropole de Karlowitz sur le territoire ottoman.

13Devant cette situation, et pour conjurer l’attraction de la Serbie, la diplomatie austro-hongroise cherche une solution pratique, qui se résume au choix suivant : ou bien l’autocéphalie, ou bien l’autonomie par une convention avec le patriarcat œcuménique. Dès le début de 1879, la première solution est inenvisageable : comme l’autocéphalie de l’Église serbe, qu’aucune force ne semble pouvoir empêcher, altère l’autorité et le prestige du patriarcat, et que d’autres autocéphalies se profilent, celle de la Bosnie-Herzégovine lui porterait un coup fatal tant sur le plan matériel que politique et ecclésiastique, aux yeux du monde orthodoxe et du gouvernement ottoman. De plus, là encore, les Serbes et les Russes ne seraient pas d’accord : les Serbes parce qu’ils verraient ainsi s’éloigner toute possibilité d’annexer la Bosnie-Herzégovine ; les Russes parce qu’en écartant le patriarcat œcuménique, ils se priveraient eux-mêmes de leur puissance d’influence en Bosnie-Herzégovine, étant les protecteurs de l’orthodoxie dans l’Empire ottoman. La solution de l’autonomie interne accompagnée de la reconnaissance d’une juridiction de principe du patriarcat est ainsi la seule solution acceptable pour toutes les parties intéressées. Elle va se faire à travers une convention dont les Austro-hongrois ont souligné le caractère provisoire, car ils avaient en tête d’obtenir, tôt ou tard, l’autocéphalie.

  • 12 Okey 1992, p. 265.

14L’accord n’a pas été simple à mettre en place. Avec le Traité de Berlin et la Convention de Novi Pazar d’avril 1879, le sultan a perdu tout droit de s’occuper des affaires religieuses de la Bosnie-Herzégovine ; il n’a donc plus le droit de donner son berat aux métropolitains nommés par le patriarcat ; c’est au nouveau souverain, l’empereur autrichien, de donner son accord. Le Phanar en a conscience et, pour conserver le contrôle sur les métropoles bosno-herzégoviniennes, il propose que leurs métropolites fassent désormais partie du Saint-Synode. Les négociateurs austro-hongrois rejettent cette idée en prétendant qu’elle est inacceptable tant d’un point de vue politique que financier. Visiblement, c’est de la mauvaise foi. En tout cas, la négociation va bien vite se résumer à la question de la contrepartie financière en échange du statut tel que le veulent les Austro-Hongrois. Un incident est révélateur de cette tournure que prennent les négociations : le patriarche Joachim III (1834-1912) nomme métropolite auxiliaire de Sarajevo Sava Kosanović, qui est mal vu par l’administration austro-hongroise. Celle-ci ne parvient à faire annuler cette nomination qu’en versant une somme importante – 3 000 florins. Par là, le patriarcat fait comprendre qu’on ne pourra pas régler les affaires religieuses en Bosnie-Herzégovine sans lui et sans argent12.

15Dans une certaine mesure, l’administration austro-hongroise est encline à se montrer généreuse. En effet, elle désire prendre à sa charge les émoluments des évêques afin de mettre un terme aux extorsions des prélats désignés par le Phanar, et par la même occasion se gagner la sympathie de la population orthodoxe. Pour montrer sa bonne volonté, elle propose aussi de doubler la contribution au denier annuel versé au patriarcat, le portant de 3 000 à 6 000 florins, soit 58 000 piastres, ou encore l’équivalent de 2 deniers au lieu d’un.

16On en arrive ainsi à un texte consensuel qui est appelé par les commentateurs tantôt convention, tantôt déclaration, tantôt concordat. Il a été élaboré en décembre 1879 à Vienne ; le principal auteur en a été Benjamin von Kállay (1839-1903), nommé gouverneur de Bosnie-Herzégovine quelque deux années plus tard. Après un certain nombre de navettes entre le patriarche et le Saint-Synode, d’une part, et l’ambassade d’Autriche-Hongrie à Constantinople et Vienne, d’autre part, le texte final est à quelques détails près semblable à la proposition initiale. On le trouvera ici en annexe. L’article 1 répondait à l’article XXV du Traité de Berlin et à l’article 1 de la Convention de Novi Pazar, où l’Autriche-Hongrie s’engage à ne pas changer les fonctionnaires tant qu’elle ne les remplace pas. Les articles 2, 3 et 4 précisent le mode de l’élection du métropolite, de sa destitution et de sa consécration. L’article suivant reconnaît le lien du métropolite avec Constantinople, dont la juridiction supérieure est affirmée. Les deux articles suivants sont inspirés par la tradition concordataire de la Monarchie : désormais, la subvention de 58 000 piastres d’or versée au patriarcat le sera par l’administration et non par les évêques ; ceux-ci recevront un salaire du gouvernement austro-hongrois et ne tireront plus leurs revenus directement de leurs ouailles.

17Parmi les points faibles relevés dans le texte, retenons ici que le lien des évêques au patriarcat, bien qu’on dise qu’ils lui sont soumis, n’est pas bien défini. La conséquence pratique en a été de couper à peu près tous les ponts avec Constantinople, et donc de donner un pouvoir accru aux opštine (sorte de conseils paroissiaux). L’épiscopat est désormais recruté uniquement parmi les orthodoxes locaux. Parallèlement, les conseils de fabrique dénoncent sans cesse la subordination à l’autorité politique de Vienne, laquelle subordination revient pour eux à se soumettre à un souverain infidèle.

18La situation, problématique à bien des égards, peut ainsi se résumer à deux points : d’une part, la tentation serbe et le danger du phylétisme et, d’autre part, l’opposition à toute forme de rapprochement avec l’Église catholique. En ce qui concerne le danger du phylétisme, la victoire diplomatique de Vienne s’est vite avérée à double tranchant : si le Phanar a été neutralisé, en quelque sorte, l’attraction serbe s’est elle renforcée très rapidement. Les mouvements de contestation menés à partir de 1896 montrent clairement que les orthodoxes locaux aspirent à une autonomie complète vis-à-vis de Constantinople en vue d’un rattachement à l’Église orthodoxe serbe.

  • 13 Vrankić 1998, p. 223, 227. Cette distinction a une longue histoire dans l’administration des terri (...)

19Ils mènent un combat symbolique autour du nom que leur donnent les autorités austro-hongroises. Dans les textes officiels, en effet, ils portent le nom de « gréco-orientaux », « gréco-orthodoxes » ou encore « orientaux-orthodoxes » ; dans l’usage, dès les années 1880, l’administration tolère que les paroisses et associations religieuses se donnent le nom de « serbes » ou « orthodoxes », mais jamais les deux à la fois13, car ce serait suggérer que Vienne n’a pas de juridiction temporelle sur elles. Cependant, dès 1887, sous la pression de la population, on accepte officieusement l’usage de « serbo-orthodoxe », sans pour autant donner à cet appellatif de statut officiel ni même le signifier officiellement aux associations orthodoxes. L’ordre des adjectifs est important : on aura réussi à éviter de reprendre tout à fait le titre d’« Église orthodoxe serbe ».

  • 14 Acte synodal et lettre au Prince Milan, dans Nezavisnost srpske crkve 1880, p. 9-33 (textes en gre (...)

20On est probablement dans la situation que voulait justement éviter Joachim III en signant la Déclaration. À l’occasion de la proclamation de l’autocéphalie de l’Église orthodoxe en Serbie, en 1879, celui-ci avait formulé le principe qu’un État indépendant devait abriter une Église autocéphale14. Ce faisant, non seulement il perpétuait le principe d’accommodement avec le découpage administratif civil, entériné au IVe siècle, mais il confirmait plus profondément le principe territorial sur lequel repose toute juridiction diocésaine dans l’Église (l’exception de Jérusalem confirmant la règle). C’est la raison pour laquelle il était opposé à l’extension de la juridiction de l’autocéphalie serbe au-delà des frontières de la Serbie. La déclaration pour la Bosnie-Herzégovine reconduisait ce principe en reconnaissant la nouvelle autorité civile tout en gardant une juridiction spirituelle unique dont était exclue la Serbie.

21La construction de l’État-nation serbe sur une base ethnique, et la logique irrédentiste qui en découle, rejeta cette séparation entre territoire et ethnie. En Bosnie-Herzégovine, la tension politique générée par cette situation mena à une nouvelle phase de négociation entre 1896 et 1905, cette fois-ci entre les orthodoxes locaux et l’administration austro-hongroise, où le Phanar intervint en tant qu’arbitre. L’autonomie interne qui est conférée à la communauté serbe dans le statut de 1905 fixe une position à mi-chemin entre subordination à Constantinople et autocéphalie. Ce phylétisme qui ne se dit pas trouve donc son origine dans le rejet du pouvoir temporel de Vienne, considéré comme partial parce que l’empereur est catholique, que son administration est soupçonnée de l’être (au moins majoritairement), et qu’ils favoriseraient le catholicisme. En d’autres termes, on craint les projets d’union des Églises et on accuse Josip Stadler (1843-1918), l’archevêque catholique de Sarajevo, de convertir de force les orthodoxes.

  • 15 Grijak 2001, p. 257-278.
  • 16 Biočić 2015, p. 124.
  • 17 Grijak 2001, p. 262-263 et 271-272.

22Si ces conversions de force sont pur fantasme, la volonté d’unir les Églises est bien réelle. Cependant, elle s’exprime dans le clergé et non dans l’administration. À la suite de l’appel à l’union de Pie IX (1848), puis de la bulle Grande munus de Léon XIII, les catholiques croates sont très en pointe dans tout ce qui est rapprochement des confessions chrétiennes. Au concile de Vatican I, le principal champion de l’union des Églises et même, dans une certaine mesure, de l’œcuménisme, est Monseigneur Josip Juraj Strossmayer (1815-1905), évêque de Djakovo15. En Dalmatie, il faut encore citer le théologien Anton Franki (1844-1908)16 ; en Bosnie, Stadler tente lui aussi de se rapprocher des chrétiens orientaux17.

23Cependant, l’anti-vaticanisme est trop développé parmi les orthodoxes de la Monarchie et de la Serbie pour qu’une quelconque ouverture puisse voir le jour de leur côté. La méfiance est totale, toute tentative de rapprochement est interdite par les métropolites dalmates (en particulier Nikodim Milaš, 1845-1915) et bosniaques (Nikolaj Mandić, 1840-1907). Le slogan lancé par les orthodoxes ne fait que reprendre celui des philosophes des Lumières et de l’Allemagne wilhelmienne : ces manœuvres de rapprochement sont du jésuitisme. Les franciscains bosniaques eux-mêmes reprocheront à la hiérarchie diocésaine ce jésuitisme, à tel point que tout le monde croit que Stadler appartenait à la Compagnie de Jésus, ce qui n’est pas le cas.

 

24On conclura sans détour de ces événements que l’autonomie de l’Église orthodoxe en Bosnie-Herzégovine ne répond à aucune nécessité spirituelle : elle n’a été mue ni par la conduite pastorale, ni par la prudence politique des pasteurs. Ici, la logique nationale et étatique est soutenue en profondeur par une logique anti-chrétienne, diamétralement opposée à l’esprit concordataire, et in fine anti-orthodoxe ; ironiquement, du côté des responsables religieux prévaut un sentiment anti-catholique en l’espèce.

25De cette tradition d’autonomie ecclésiale chez les Slaves du Sud a jailli un cadre interprétatif de l’autocéphalie spécifique, qui a contribué à la fécondation réciproque, au XIXe siècle, du droit canon orthodoxe et de l’idée nationale venue des problématiques sécularisantes de la chrétienté occidentale. D’où certaines aberrations spirituelles dans l’espace slave du Sud : ainsi, Ante Pavelić (1889-1959) créa en 1942 une Église orthodoxe croate autocéphale ex nihilo, ressuscitée en 2010 à Zadar et autoproclamée autocéphale le 6 octobre 2013. Le tropisme de l’autocéphalie semble avoir aussi de l’influence sur les historiens eux-mêmes, car le passé de l’Église chez les Slaves du Sud est parcouru de cette thématique, souvent de façon abusive : j’en veux pour preuve les interprétations auxquelles a donné lieu la mystérieuse « Église bosniaque », née au début du XIIIe siècle et éteinte, le plus vraisemblablement, deux cents ans plus tard. D’aucuns l’ont chérie autocéphale.

Annexe

26Déclaration du 28 mars 1880 par le patriarche œcuménique, Constantinople

27La déclaration du 28 mars 1880 a été rédigée en français pour le patriarcat grec et en allemand pour le gouvernement austro-hongrois. Il existe aussi une version grecque, non publiée à ma connaissance.

28Le texte bilingue a été publié dans « Declaration des ökumenischen Patriarchen in Constantinopel vom 28. März 1880, betreffend die provisorische Regelung der Verhältnisse der griechisch-orientalischen Kirche in Bosnien », Sammlung der für Bosnien und die Hercegovina Erlassenen Gesetze, Verordnungen und Normalweisungen (1878-1880), I, Vienne, Kaiserlich-Königlichen Hof- und Staatsdruckerei, 1880, p. 322-325. Je le reprends tel quel, y compris les coquilles. Ce texte est également paru dans Archiv für katholisches Kirchenrecht, 65, 1891, p. 437-441 ; la version française publiée là a été reproduite par Adolphe d’Avril dans La Serbie chrétienne. Deuxième partie. Les Serbes de Bosnie-Herzégovine, dans Revue de l’Orient chrétien, 1-2, 1896, p. 39-41. On retrouve cette version française (mal recopiée) dans Miroslav Spalaïkovitch, La Bosnie et l’Herzégovine. Étude d’histoire diplomatique et de droit international, Paris, A. Rousseau, 1899, p. 179-182.

Déclaration du Patriarche œcuménique à Constantinople du 28 mars 1880
À la suite de la transmission de l’administration politique des provinces de Bosnie et d’Herzégovine au Gouvernement de Sa Majesté I. et R. Apostolique, l’Empereur d’Autriche et Roi de Hongrie, les deux parties étant tombées d’accord sur certaines dispositions à prendre en vue de régler provisoirement les relations des diocèses orthodoxes de Bosnie, d’Ersek et de Suornik, situés dans les dites provinces, avec l’autorité suprême de notre Saint Siége Patriarcal œcuménique et apostolique dont ils relèvent : le Gouvernement de Sa Majesté I. et R. Apostolique par l’entremise de S. E. l’Envoyé extraordinaire et Ministre plénipotentiaire de Sa Majesté à notre ville Mr. le comte Dubsky, nous soumit à nous et au Saint Synode, présidé par nous, les propositions suivantes contenues dans sept articles :
I. — Les évêques de l’Église orthodoxe actuellement en fonction en Bosnie et en Herzégovine sont confirmés et maintenus dans les sièges épiscopaux qu’ils occupent.
II. — En cas de vacance d’un des trois sièges métropolitains en Bosnie et en Herzégovine Sa Majesté I. et R. Apostolique nommera le nouveau Métropolitain au siège devenu vacant, après avoir communiqué au Patriarcat œcuménique le nom de son candidat pour que les formalités canoniques puissent être remplies. Dans le cas où ce candidat ne serait pas connu par le Patriarcat, cette communication sera accompagnée d’un certificat de l’évêque orthodoxe dont relève ce candidat, certificat prouvant son aptitude canonique pour être sacré évêque.
III. — S’il est constaté qu’un des trois Métropolitains mentionnés a transgressé ses devoirs, soit envers l’autorité civile, soit envers l’autorité ecclésiastique, soit envers ses ouailles, sa destitution aura lieu d’après le mode de procéder qui a été établi pour la nomination.
IV. — Les nouveaux Métropolitains nommés par Sa Majesté I. et R. Apostolique seront sacrés conformément aux principes établis par la loi canonique de l’Église orthodoxe orientale.
V. — Les évêques de l’Église orthodoxe orientale des provinces de Bosnie et d’Herzégovine mentionneront le nom du Patriarche œcuménique dans les cérémonies et offices divins selon l’usage canonique de l’Église orthodoxe orientale. Ils se procureront la sainte huile (myron) du Patriarcat œcuménique.
VI. — Au lieu de la subvention canonique que ces trois diocèses métropolitains servaient au Patriarche œcuménique, le Gouvernement d’Autriche-Hongrie s’engage à payer à Sa Sainteté le Patriarche Joachim III la somme de cinquante-huit mille piastres en or, qui sera versée chaque année à la caisse du Patriarcat par l’intermédiaire de l’Ambassade I. et R. à Constantinople. En dehors de cette annuité S. S. le Patriarche Joachim III ne pourra prétendre à aucun autre avantage matériel provenant des dites provinces.
VII. — Les évêques des dites provinces ne percevront à l’avenir aucune redevance, ni taxe de leurs ouailles. Ces redevances seront perçues dorénavant par le fisc I. et R. à l’exception de la quote-part due au Patriarcat œcuménique, et dont le paiement ne sera plus exigé. En revanche, les dits évêques toucheront de la part du fisc I. et R. un traitement régulier dont le montant sera calculé d’après la moyenne du rapport annuel des redevances ecclésiastiques qu’ils percevaient jusqu’à présent de leurs ouailles.
Après une étude approfondie des propositions en question et après mûre délibération, faites à ce sujet avec nos chers frères et collègues, les très-saints Métropolitains, nous avons trouvé les dites propositions pas désavantageuses pour le réglement provisoire des relations des diocèses orthodoxes susmentionnés avec la grande Église de Constantinople, conformément aux exigences de temps et aux circonstances actuelles. En les acceptant, en conséquence, à l’unanimité des voix de nos chers frères et collègues en Saint-Esprit, les très-saints Métropolitains réunis en Synode, nous nous sommes prononcés en faveur du maintien en vigueur des dispositions prises d’un commun accord entre les deux parties. En même temps nous prions le Tout-Puissant qui régit le monde de protéger et de garder Sa Majesté I. et R. Apostolique l’Empereur sain et sauf sur Son Trône I. et R. pour le bien et dans l’intérêt de tous les peuples soumis à Son Sceptre paternel.
En foi de quoi le présent acte patriarcal et synodal fut dressé et enregistré dans le code de notre grande Église en l’an de notre Seigneur mil huit cent quatre-vingts au mois de mars. Indict. 8.
 
  Déclaration officielle à la lettre adressée à S. E. Mr. le comte Dubsky en date du 16/28 Mars 1880
  Il nous paraît nécessaire, dans le but de compléter nos déclarations, d’exposer par nos présentes que les termes « aptitude canonique », qui se trouvent dans le second article de l’acte, indiquent que le candidat doit avoir les qualités requises en général par les saints canons et non celles exigées par le réglement de 1860 et prescrites dans le premier article du second chapitre des dits règlements. Par la clause qui se trouve dans le quatrième article de l’acte, nous n’avons voulu dire que ce : savoir, que l’évêque nouvellement ordonné sera sacré par trois autres évêques.
Declaration des ökumenischen Patriarchen in Constantinopel vom 28 März 1880
In Folge der Uebertragung der Administration der Provinzen Bosnien und Hercegovina an die Regierung Seiner k. und k. Apostolischen Majestät des Kaisers von Oesterreich und Königs von Ungarn, haben sich beide Theile über gewisse Verfügungen geeinigt, welche in Absicht auf die provisorische Regelung der Beziehungen der orthodoxen Diöcesen von Bosnien, der Hercegovina und Zvornik zu ihrem obersten Hirten, unserem heiligen Stuhle eines ökumenischen Patriarchen, welchem sie zugehören, zu treffen und es hat die Regierung Seiner k. und k. Apostolischen Majestät durch Vermittlung des ausserordentlichen Gesandten und bevollmächtigten Ministers Seiner Majestät in dieser Stadt, Seiner Excellenz des Grafen Dubsky, uns und dem heiligen Synod, in welchem wir den Vorsitz führen, die folgenden in sieben Artikel gefassten Bestimmungen vorgelegt :
I. — Die gegenwärtig in Bosnien und der Hercegovina fungirenden Bischöfe der orthodoxen Kirche werden bestätigt und auf den bischöflichen Sitzen erhalten, welche sie gegenwärtig inne haben.
II. — Im Falle der Erledigung eines der drei Metropolitansitze in Bosnien und der Hercegovina wird Seine k. und k. Apostolische Majestät den neuen Metropoliten auf den erledigten Sitz erst ernennen, nachdem er den Namen seines Candidaten dem ökumenischen Patriarchate behufs Erfüllung der canonischen Formalitäten mitgetheilt haben wird. Im Falle als dieser Candidat dem Patriarchate nicht bekannt sein sollte, wird diese Mittheilung von einer Bestätigung des orthodoxen Bischofes, dem der Candidat untersteht, über die canonische Eignung desselben, zum Bischofe geweiht zu werden, begleitet sein.
III. — Wenn es festgestellt ist, dass Einer der drei genannten Metroplitane, sei es gegenüber der staatlichen oder der kirchlichen Behörde, sei es gegenüber den Diöcesangläubigen, seine Pflichten verletzt hat, wird seine Absetzung nach demselben Vorgange stattfinden, welcher für die Ernennung festgesetzt wurde.
IV. — Die von Seiner k. und k. Apostolischen Majestät ernannten neuen Metropoliten werden nach den durch das canonische Recht der orientalischen orthodoxen Kirche festgestellten Grundsätzen geweiht werden.
V. — Die Bischöfe der orientalisch-orthodoxen Kirche in Bosnien und der Hercegovina werden den Namen des ökumenischen Patriarchen nach den canonischen Gebräuchen der orientalisch-orthodoxen Kirche bei den Ceremonien und Gottesdiensten nennen. Sie werden sich das heilige Oel (Myron) vom ökumenischen Patriarchate verschaffen.
VI. — An Stelle der canonischen Subvention, welche diese drei Metropolitandiöcesen dem ökumenischen Patriarchen leisteten, verpflichtet sich die österreichisch-ungarische Regierung Seiner Heiligkeit dem Patriarchen Joachim III. den Betrag von 58.000 Piaster in Gold zu zahlen, welcher Betrag alljährlich durch Vermittlung der k. u. k. Botschaft in Constantinopel an die Patriarchatcasse entrichtet werden wird. Ausser dieser Jahresrente wird seine Heiligkeit der Patriarch Joachim III. auf keinerlei materiellen Vortheil von Seite dieser Provinzen Anspruch machen können.
VII. — Die Bischöfe der genannten Provinzen werden künftighin von ihren Diöcesangläubigen keinerlei Taxen oder Gebühren einheben. Diese Gebühren werden von nun an durch den k. und k. Fiscus eingehoben werden, mit Ausnahme des dem ökumenischen Patriarchate zukommenden Antheiles, dessen Zahlung nicht mehr verlangt werden wird. Dagegen werden die genannten Bischöfe von Seite des k. und k. Aerars eine regelmässige Bestallung beziehen, deren Betrag nach dem mittleren jährlichen Erträgnisse der bisher von ihrer Gläubigen eingehobenen kirchlichen Taxen berechnet werden wird.
Nach gründlicher Prüfung dieser Popositionen und nach reiflicher Erwägung mit unseren theueren Brüdern und Collegen, den Metropoliten, haben wir die erwähnten Propositionen als nicht unvortheilhaft für die provisorische Regelung der Beziehungen jener orthodoxen Diöcesen zur grossen Kirche in Constantinopel erkannt in Gemässheit des gegenwärtigen Bedürfnisses und der obwaltenden Verhältnisse. Indem wir dieselben sonach mit Einhelligkeit der Stimmen unserer lieben Brüder und Collegen im heiligen Geiste, der im Synod versammelten Metropoliten, annehmen, haben wir uns für die Aufrechthaltung der im beiderseitigen Einvernehmen getroffenen Verfügungen ausgesprochen. Gleichzeitig bitten wir den Allmächtigen, welcher die Welt beherrscht, Seine k. und k. Apostolische Majestät den Kaiser, zum Heile und zum Frommen der seinem väterlichen Scepter unterworfenen Völker auf seinem k. und k. Throne zu schützen und zu schirmen. Urkund dessen wurde die gegenwärtige Patriarchal- und Synodalurkunde ausgefertigt und im Gesetzbuche unserer grossen Kirche eingetragen im Jahre des Herrn 1880 im Monate März. Indict. 8.
 
  Erläuternde Erklärung
 
  Um unsere Erklärungen zu ergänzen, erscheint es uns nothwendig, durch unser gegenwärtiges Schreiben zu erklären, dass der Ausdruck « canonische Eignung » im Artikel II diese Actenstückes dahin zu verstehen ist, dass der Candidat die im Allgemeinen durch die heiligen Canones vorgeschriebenen Eigenschaften besitzen muss und nicht jene, welche das Reglement vom Jahre 1860 fordert und die im ersten Artikel des zweiten Hauptstückes jenes Reglements vorgezeichnet sind. Durch die Clausel im Artikel IV dieses Actenstückes wollten wir nur sagen, dass der neu ordinirte Bischof durch drei andere Bischöfe geweiht werden soll.

Bibliographie

Biočić 2015 = A. Biočić, Svećenik, intelektualac i rektor sveučilišta Anton Franki (1844.-1908.) – disciplinski ili politički proces ?, dans Croatica Christiana Periodica, 39/75, 2015, p. 121-138.

Blagojević 2009 = M. Blagojević [М. Благојевић], Захумско-херцеговачка епископија и митрополија од оснивања до краја XIX века, Belgrade, 2009.

Bogićević 1959 = V. Bogićević [В. Богићевић], Стање Српске православне цркве у Босни и Херцеговини од окупације 1878. до почетка борбе за вјерско-просвјетну аутономију 1896. године, dans Glasnik, 40-3/4, 1959 (repris dans S. Dušanić [С. Душанић] (éd.), Споменица поводом осамдесетогодишњице окупације Босне и Херцеговине (1878-1958), педесетогодишњице анексије (1908-1958) и четрдесетогодишњице ослобођења и уједињења (1918-1958), Belgrade, 1959, [sans pagination]).

Branković 2014 = B. Branković [Б. Бранковић], Спољни аспект покрета за вјерску аутономију у Босни и Херцеговини од 1896. до 1905. године, thèse de doctorat, université de Banja Luka, 2014.

Grijak 2001 = Z. Grijak, Politička djelatnost vrhbosanskog nadbiskupa Josipa Stadlera, Zagreb-Sarajevo, 2001.

Grunert 2016 = H. Grunert, Glauben im Hinterland. Die Serbisch-Orthodoxen in der habsburgischen Herzegowina 1878-1918, Göttingen, 2016.

Landais 2012 = B. Landais, Habsburg’s State and power of the Orthodox ‘local elite’ on the borders of the Ottoman Empire: The case of the Banat of Temesvár (1750-1780), dans H. Heppner, E. Posch (dir.), Encounters in Europe’ Southeast: The Habsburg Empire and the Orthodox world in the 18th and 19th centuries, Bochum, 2012, p. 109-120.

Madžar 1975 = B. Madžar [Б. Маџар], Конвенција о положају православне цркве у Босни и Херцеговини закључена 1880. године између Аустро-Угарске и Цариградске патријаршије, dans Прилози Института за историју, 11-12, 1975-1976, p. 79-97.

Madžar 1982 = B. Madžar [Б. Маџар], Покрет Срба Босне и Херцеговине за вјерско-просвјетну самоуправу, Sarajevo, 1982.

Matasović 1930 = J. Matasović [Ј. Матасовић], Фојничка регеста, dans Споменик, 67-53, 1930, p. 61-427.

Molnár 2007 = A. Molnár, Le Saint-Siège, Raguse et les missions catholiques de la Hongrie ottomane 1572-1647, Budapest-Rome, 2007.

Nezavisnost srpske crkve 1880 = Независност српске цркве проглашена 1879 год., Belgrade, Državna štamparija, 1880.

Okey 1992 = R. Okey, Austro-Hungarian Diplomacy and the Campaign for a Slavonic Liturgy in the Catholic Church 1881-1914, dans Slavonic and East European Review, 70/2, 1992, p. 258-283.

Puzović 2010 = P. Puzović [П. Пузовић], Српска патријаршија. Историја Српске православне цркве, Novi Sad, 2010.

Radosavljević 2007 = N.V. Radosavljević [Н.В. Радосављевић], Православна црква у Београдском пашалуку 1766-1831 (управа Васељенске патријаршије), Belgrade, 2007.

Radosavljević 2008a = N.V. Radosavljević [Н.В. Радосављевић], Bulgarian Metropolitans in the Orthodox Eparchies in Bosnia and Herzegovina (1766-1878), dans Études balkaniques, 44/3, 2008, p. 121-142.

Radosavljević 2008b = N.V. Radosavljević [Н.В. Радосављевић], Херцеговачки митрополити 1766-1878., dans Историјски часопис, 57, 2008, p. 175-196.

Radosavljević 2011 = N.V. Radosavljević [Н.В. Радосављевић], Дабробосанска (сарајевска) митрополија у ратном периоду српске револуције (1804-1815), dans Истраживања (Novi Sad), 22, 2011, p. 205-219.

Radosavljević 2013a = N.V. Radosavljević [Н.В. Радосављевић], Аксентије III Петров Чешмеџијев, херцеговачки митрополит, dans Истраживања (Novi Sad), 24, 2013, p. 267-284.

Radosavljević 2013b = N.V. Radosavljević [Н.В. Радосављевић], Митрополити бугарског порекла у православним епархијама у Босни и Херцеговини (1766-1880), dans Српске студије, 4, 2013, p. 39-59.

Slijepčević 1962 = D. Slijepčević [Ђ. Слијепчевић], Историја Српске Православне Цркве. I. Од покрштавања Срба до краја XVIII века, Munich, s. n., 1962 [Belgrade, 2002].

Šuletić 2011 = N.S. Šuletić [Н.С. Шулетић], Берат патријарха Калиника I, dans Зборник Матице српске за историју, 83, 2011, p. 97-104.

Točanac 2008 = I. Točanac [И. Точанац], Српски народно-црквени сабори (1718-1735), Belgrade, 2008.

Vasin 2015 = G. Vasin [Г. Васин], Сабори раскола. Српски црквено-народни сабори у Хабзбуршкој монархији 1861-1914, Belgrade, 2015.

Vrankić 1998 = P. Vrankić, Religion und Politik in Bosnien und der Herzegowina (1878-1918), Padeborn, 1998.

Vuković 1996 = S. Vuković [С. Вуковић], Српски јерарси од деветог до двадесетог века, Belgrade, 1996.

 

Notes

1 Quoiqu’elle n’ait fait l’objet d’aucune procédure canonique, l’autocéphalie du patriarcat de Peć n’est pas réellement remise en cause par la plupart des historiens ou canonistes serbes ; elle est admise comme un axiome, et argumentée peu ou prou à partir de là par la principale autorité en la matière, Djoko Slijepčević. Trahissant une maîtrise assez lâche des termes, ce dernier distingue trois moments (Slijepčević 1962) : 1/ l’obtention de l’autocéphalie par saint Sava au concile de Nicée en 1219 ; en relatant ceci, il entretient le flou entre les termes autonomie (samostalnost) et autocéphalie (autokefalnost), tour à tour les utilisant comme équivalents ou les distinguant (chap. II 4). 2/ la reconnaissance comme patriarcat (1346-1463) : pour Slijepčević, le titre de patriarcat n’ajoutait rien du point de vue canonique à l’autocéphalie de l’archevêché de Peć, mais répondait simplement au fait que le roi serbe Dušan venait de se proclamer empereur (chap. IV). 3/ le renouvellement du « patriarcat », uniquement à l’instigation des autorités ottomanes, par le regroupement des épiscopats serbes relevant de l’archevêché d’Ohrid – lequel n’en est pas pour autant aboli, et continuera même jusqu’en 1766, comme le patriarcat de Peć – avec à sa tête un archimandrite dont on ne sait même pas s’il avait été nommé évêque avant d’être mis à la tête du « patriarcat » (chap. X). L’administration fiscale ottomane appelait patriarche l’archevêque de Peć, mais on ne doit bien évidemment rien en conclure sur le plan canonique (Šuletić 2011, passim). J’ai trouvé dans la traduction serbo-croate d’un document d’archives en ottoman datant de 1668 que l’« évêque de Peć » se présentait lui-même comme remplaçant (ott. naib ? à mettre en parallèle avec le latin locum tenens ?) du patriarche de Constantinople (Matasović 1930, p. 168, n° 581). Dans la littérature plus récente, ces positions classiques évoluent peu ou prou, selon les auteurs ; à titre indicatif, consulter Radosavljević 2007 ; et Puzović 2010.

2 À noter que l’assimilation entre religion et ethnie est courante, quoiqu’elle ait été un moment battue en brèche à l’époque titiste par une identification « yougoslave », laquelle fut de courte durée (1961-1991) et, en partie, contrainte. La question a donné lieu à des polémiques sans fin, on s’en doute.

3 Des livres récents étudient la communauté orthodoxe en Bosnie-Herzégovine à cette époque mais n’abordent pas le sujet ; ainsi de Grunert 2016.

4 Bogićević 1959.

5 Madžar 1975. Dans sa monographie sur le mouvement d’opposition des paroisses (opštine) orthodoxes à l’administration austro-hongroise, Madžar reprend, avec quelques modifications minimes, cet article de 1976 (Madžar 1982, p. 15-41).

6 Vrankić 1998, p. 86-134.

7 Radosavljević 2011, 215-216. Voir aussi Radosavljević 2008a ; et Radosavljević 2013a.

8 Vuković 1996, p. 8, à propos d’Agatangel, originaire de Magnisija (Asie Mineure), métropolite de Zvornik de 1848 à 1861.

9 Je mentionnerai juste la thèse de doctorat de Boško Branković (Branković 2014). Je n’ai pas pu la consulter et ignore donc si elle contient des éléments sur les tractations de 1880.

10 Radosavljević 2013b ; Radosavljević 2008b ; Blagojević 2009. Se distinguent en particulier les métropolites d’origine bulgare Serafim (mét. de Dabar-Bosna, 1766-1776), Gavrilo Hromi (mét. de Zvornik, 1807-1837), Avksentije (mét. d’Herzégovine, 1838-1848), Prokopije (mét. d’Herzégovine, 1864-1875) et Dionisije Ilijević (mét. de Zvornik, puis de Dabar-Bosna, puis de Zvornik à nouveau, 1866-1891).

11 Točanac 2008 ; Vasin 2015.

12 Okey 1992, p. 265.

13 Vrankić 1998, p. 223, 227. Cette distinction a une longue histoire dans l’administration des territoires habsbourgeois habités par des Slaves du Sud de confession orthodoxe ; elle parcourt tout le XIXe siècle croate pour remonter jusqu’à la seconde moitié du siècle précédent, dans les directives données aux administrateurs du Banat (voir Landais 2012).

14 Acte synodal et lettre au Prince Milan, dans Nezavisnost srpske crkve 1880, p. 9-33 (textes en grec et en traduction serbe).

15 Grijak 2001, p. 257-278.

16 Biočić 2015, p. 124.

17 Grijak 2001, p. 262-263 et 271-272.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Évolution relative de la population de la Bosnie-Herzégovine, 1851-2013.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/12078/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 310k

© Publications de l’École française de Rome, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search