Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

I. Objets et enjeux

Bolonais à Rome, Romains à Bologne ? Carrières et stratégies entre centre et périphérie. Une esquisse

Nicole Reinhardt

Note de l’auteur

Je remercie Isabelle Gadoin pour ses corrections et suggestions.

Texte intégral

  • 1 W. Reinhard, Herkunft und Karriere der Päpste 1417-1963. Beiträge zu einer historischen Soziologie (...)
  • 2 Voir par exemple W. Reinhard, Ämterlaufbahn und Familienstatus. Der Aufstieg des Hauses Borghese 15 (...)
  • 3 Voir par exemple N. Del Re, Monsignor Governatore di Roma, Rome, 1972 ; A. Gnavi, Carriere e curia (...)

1Ce n’est pas proprement une nouveauté d’affirmer que la cour de Rome était une cour « internationale » ou « multinationale ». Les études de Wolfgang Reinhard sur les carrières des cardinaux ou celle de Renata Ago sur les « nationes » ont bien mis en évidence le poids des différentes régions italiennes en Cour de Rome1. Les études sur les carrières ecclésiastiques tracent des carrières dites « typiques » qui mènent par exemple du secrétariat des signatures au cardinalat2, d’autres en revanche mettent l’accent sur le développement d’une charge précise à l’intérieur de l’organisation curiale3. Les deux types d’analyse sont utiles et fournissent des résultats intéressants, mais elles font souvent penser que le choix d’une carrière ecclésiastique était une évidence, un « must » pour les membres des élites citadines surtout dans l’État ecclésiastique. C’est pourquoi j’aimerais appliquer ici une perspective d’analyse presque opposée qui part d’une ville précise – Bologne – et qui se demande si et pourquoi les familles décident d’envoyer leurs fils dans les carrières ecclésiastiques.

  • 4 N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht der Verflechtung. Rom und Bologna unter Paul V. Studien zur frühne (...)
  • 5 Ce survol repose sur l’analyse de C. Weber (éd.), Legati e governatori dello stato pontificio, Rome (...)
  • 6 Les relations entre « centre » et « périphérie » ont été le fil rouge de nombreuses études sur l’It (...)

2L’analyse proposée part de quelques observations concrètes et détaillées que j’ai pu faire lors de mon étude4 sur les relations de clientèle sous le pape Paul V, auxquelles j’ai ajouté un survol du développement de la présence bolonaise dans les carrières ecclésiastiques5 couvrant la période de 1550 à 1750. Ce survol, qu’il faudrait approfondir par des études plus détaillées, fournit pourtant des éléments qui permettent de formuler une relation stratégique entre le niveau régional et le niveau central6. Dans un deuxième moment sera prise en compte la manière dont le centre « romain » était représenté dans la périphérie. Il s’agit ici d’examiner la provenance de légats bolonais et leur durée en office, deux éléments qui permettent de dégager des changements considérables dans le caractère du gouvernement romain en province et qui aident à expliquer peut-être partiellement les changements des choix de carrières parmi les membres de l’élite bolonaise.

  • 7 Voir G. L. Betti, Tra università e academie. Note sulla cultura bolognese del primo Seicento, dans (...)
  • 8 C. Poni, Per la storia del distretto industriale serico di Bologna (secoli xvi-xix), dans Quaderni (...)
  • 9 Un tableau général de l’histoire de Bologne à l’époque moderne se trouve dans P. Colliva, Bologna d (...)
  • 10 À ce propos voir surtout A. Gardi, Lo Stato in provincia. L’amministrazione della Legazione di Bolo (...)

3La ville et le contado de Bologne représentent un des territoires les plus importants à l’intérieur de l’État de l’Église tant du point de vue économique que du point de vue culturel et intellectuel. L’ancienneté de son université et de son école de droit7, sa richesse économique due à la fabrication de soie8, ainsi que sa situation géographique au carrefour entre la Toscane, la Lombardie et les territoires vénitiens, étaient les éléments sur lesquels le prestige de la ville reposait principalement. Si l’appartenance de Bologne à l’État de l’Église était ancienne, on ne peut pourtant parler d’une vraie soumission de la ville au Pontife qu’à partir du xvie siècle quand Jules II mit fin au gouvernement pseudo-républicain fortement empreint par la signoria des Bentivoglio9. Quand Jules II prit la ville en 1506 afin de la soumettre non seulement de jure mais aussi de facto à l’État de l’Église, il chassa la branche principale de la famille dominante des Bentivoglio et restructura le système politique de la ville. Le point principal de cette restructuration consistait en un élargissement des familles appelées à gouverner la ville et son contado. Au lieu des « Sedici Riformatori della Libertà », il créa un sénat de 40 membres qui devait gouverner en coopération avec le délégué du pape : le légat. Ce nouvel équilibre entre Rome et Bologne resta valable jusqu’à la fin de l’État de l’Église et il fut accompagné par d’importants privilèges en matière financière et politique. L’obtention d’un siège au Sénat était conditionné par l’accord d’un bref pontifical, et bien que normalement il fût accordé de manière quasi héréditaire de père en fils, l’influence papale restait un facteur décisif. En l’absence d’un héritier d’âge qualifié notamment, le pape était libre d’accorder la charge à un membre d’une autre famille. Cela n’était pas rare, et la pression pour être admis au rang de sénateur persista tout au long de l’histoire du Sénat. Cette pression était particulièrement forte dans la première moitié du xvie siècle, caractérisée par une considérable dynamique sociale. Sixte V tenta d’y répondre en augmentant le nombre de sénateurs de quarante à cinquante10. Ce fut le dernier changement dans la forme du gouvernement bolonais et il eut pour conséquence l’exclusivité de la couche dirigeante.

  • 11 Déjà sous les pontificats de Grégoire XIII, une liste de ses parents vit le jour qui donnent une id (...)
  • 12 Précieuses informations sur l’entourage bolonais de ce pape, dans l’introduction de K. Jaitner, Die (...)

4Cette première phase qui correspond à un moment d’une certaine mobilité sociale fut également celle d’une orientation massive des carrières des membres de l’oligarchie vers Rome. Les deux tendances se renforçaient mutuellement. La présence massive de Bolonais en cour de Rome fut à l’origine de nombreux privilèges pour la ville elle-même et joua en faveur des membres de son oligarchie en particulier. En même temps, les carrières ecclésiastiques entreprises en ces années étaient possibles grâce aux facultés économiques des membres l’oligarchie bolonaise et elles aidaient à consolider et élargir les fortunes des familles respectives. Les années du pontificat du Bolonais Grégoire XIII en particulier, correspondent à un vrai drainage de ses compatriotes vers Rome. Dans l’ombre des Boncompagni une grande foulée de cousins et amis firent des carrières qui entraînèrent d’autres Bolonais sur les chemins de Rome. Outre la famille Boncompagni elle-même, qui grâce au pontificat fut amplement pourvue d’offices et durablement promue parmi la grande noblesse italienne, de nombreuses carrières ecclésiastiques de membres de famille sénatoriales furent lancées sous le pontificat de Grégoire XIII. C’est le cas des Bianchetti, Cospi, dell’Armi, Facchinetti, Grassi, Guastavillani, Lambertini et Riario11. Sur cette base, on aurait pu imaginer que l’engagement bolonais dans des carrières ecclésiastiques se stabilisât par la suite sur un haut niveau. Si la présence d’un parent en cour de Rome, fût-il de la lignée paternelle ou de la lignée maternelle, restait le facteur le plus important pour s’engager avec succès dans des carrières ecclésiastiques, la situation ne fut plus jamais plus propice pour les bolonais que dans les années qui suivirent le pontificat de Boncompagni. Pourtant si l’on regarde de près, on constate que la promotion romaine pendant ces années n’assurait guère les carrières pour les générations suivantes. Deux générations de suite au maximum bénéficièrent de la situation avantageuse créée par le pontificat de Grégoire XIII. Seuls les Boncompagni eux-mêmes s’établirent durablement comme une famille ecclésiastique avec au moins un membre assumant une importante charge au sein de l’Église pour chaque génération jusqu’au xviiie siècle. Étant donné que les Boncompagni étaient devenus des ducs de Sora, avec d’importantes possessions féodales dans le sud de la Péninsule, il est difficile de les compter encore parmi les familles de vraie souche bolonaise à la fin du xviie siècle et au xviiie siècle. Le pontificat de Grégoire XIII avait donc gonflé le nombre de Bolonais dans les carrières ecclésiastiques, mais cela n’avait guère servi à plus d’une génération. Un deuxième pontificat bolonais en 1590, celui de Innocent IX (Giovanni Antonio Facchinetti) ne dura pas assez longtemps (29 octobre 1591-30 décembre 1591) pour qu’il pût répéter la promotion d’autres compatriotes. Le pontificat de Grégoire XV (Alessandro Ludovisi)12, lui aussi d’origine bolonaise, fut également trop court (1621-1623) et ne réussit pas à récupérer entièrement le terrain perdu. C’est donc malgré des conditions plutôt favorables que l’on constate que contre toute attente le nombre de Bolonais dans des carrières ecclésiastiques décline de manière considérable à partir de 1600. Pour comprendre la chute progressive du nombre de carrières entreprises après 1600, il faut examiner de plus près la connexion entre centre et périphérie.

5

  • 13 Sources : C. Weber, Legati..., cit. n. 5 et Hierarchia Catholica..., III-VI. Dans le tableau figure (...)

Tableau I. CARRIÈRES DE MEMBRES DE FAMILLES SÉNATORIALES DE BOLOGNE13

Tableau I. CARRIÈRES DE MEMBRES DE FAMILLES SÉNATORIALES DE BOLOGNE13
  • 14 Voir : J. Delumeau, Les progrès de la centralisation dans l’État pontifical au xvie siècle, dans Re (...)
  • 15 A. De Benedictis, Repubblica per contratto. Bologna : una città europea nello Stato della Chiesa, B (...)
  • 16 Sur les répercussions de cette évolution sur la pensée politique à Bologne, voir (à part l’œuvre ci (...)
  • 17 N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 199-206.

6Après les années de Grégoire XIII favorables à Bologne, le tournant du siècle fut caractérisé par un renforcement de l’élan centralisateur romain14. À l’extension des privilèges en faveur de la ville15 succéda une période en cours de laquelle les pontifes romains tentèrent de soumettre les différentes provinces à une politique centralisatrice plus uniforme, notamment à travers les congrégations de cardinaux. De plus, la position stratégique de Bologne était devenue moins importante depuis le regain de Ferrare et de son contado. Au tournant du siècle, les privilèges bolonais ne semblaient plus garantis éternellement, mais se voyaient remis en question à la lumière des nouvelles réalités politiques16. Si le discours de la liberté bolonaise au milieu du xvie siècle ne reflétait que partiellement les faits, au début du xviie siècle il devenait de plus en plus un discours de compensation pour faire face aux menaces très réelles portant sur leur existence et sur leur exclusivité17.

  • 18 Cf. C. Weber, Legati..., cit. n. 5, p. 49-50.

7Un autre indice prouvant le renforcement du contrôle politique se vérifia aussi à travers les légats qui représentaient le Pontife sur le plan local. La légation de Bologne, parmi toutes les charges auxquelles on pouvait aspirer au sein de l’État de l’Église, était certainement la plus prestigieuse et sans doute la mieux rémunérée18. Depuis la moitié du xvie siècle, elle était réservée aux cardinaux. Si le xvie siècle restait encore très agité sur le plan local, et si les légats ne demeuraient guère en fonction plus de deux ans, on constate que le cadre a complètement changé pendant un siècle. Au cours d’un siècle, la permanence en office redoubla, ce qui atteste le degré de bureaucratisation et de pacification atteint au long du xviie siècle.

  • 19 Source: C. Weber, Legati..., cit. n. 5, p. 148-162. Il semble que l’obligation de résider effective (...)

Tableau II. PERMANENCE DES LÉGATS BOLONAIS DANS LEUR OFFICE19

Tableau II. PERMANENCE DES LÉGATS BOLONAIS DANS LEUR OFFICE19

8Également remarquable est l’évolution dans le temps de l’origine des légats bolonais dans la deuxième partie du xviie et au début du xviiie siècle : la charge la plus importante du point de vue économique était devenue de plus en plus le fief de familles d’origine génoise.

Tableau III. ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES LÉGATS DE BOLOGNE

Tableau III. ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES LÉGATS DE BOLOGNE
  • 20 Cf. W. Reinhard, Herkunft und Karriere..., cit. n. 1, p. 90.
  • 21 P. Prodi, Il sovrano pontefice..., cit. n. 14, p. 291. La prépondérance des Génois trouve peut-être (...)

9Ce constat est d’autant plus intéressant que le nombre total de Génois au sein du collège des cardinaux était en chute au cours du xviiie siècle20. Il faudrait examiner d’autres charges à l’intérieur de l’État de l’Église pour comprendre les différents degrés de canalisation et de spécialisation dans les différents charges. Le tableau bolonais permet d’entrevoir l’avènement d’une croissante « oligarchisation » des carrières, réservant les postes les plus lucratifs aux représentants des familles italiennes économiquement les plus puissantes : le processus de bureaucratisation de l’État de l’Église déjà dégagé par Paolo Prodi21 semble avoir comporté une exclusivité sociale croissante.

  • 22 Cf. N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 75-86.
  • 23 Pour la carrière de Guido Pepoli, voir C. Weber, Legati..., cit. n. 5, p. 834.

10Le renforcement du contrôle politique au niveau local ainsi qu’au niveau central eut des répercussions sur l’équilibre du pouvoir à l’intérieur de Bologne. Une analyse de la distribution des charges sénatoriales confirme une tendance à la ségrégation entre familles « ecclésiastiques » et familles « républicaines »22. En ce qui concerne l’appartenance au conseil sénatorial le plus important, l’« Assunteria dei Magistrati », on constate que ses représentants appartenaient à des familles qui ne s’engageaient guère dans des carrières ecclésiastiques. En revanche, les familles qui y étaient représentées se vantaient plutôt d’un héritage républicain. Il semble que la politique romaine plus centralisatrice ait provoqué un repliement sur les traditions locales au profit de familles qui les représentaient par leur nom et par leur comportement vis-à-vis du pouvoir romain. Il est particulièrement intéressant de noter que les anciens chefs de factions, surtout les Malvezzi et Pepoli, étaient pratiquement absents tant parmi les familles « ecclésiastiques », que parmi les familles plus liées à l’engagement sénatorial. Le fait qu’il y eut un cardinal Pepoli sous Sixte V ne contredit pas cette constatation, mais la confirme plutôt. Guido Pepoli, élevé au cardinalat sous Sixte V, avait été trésorier de la Chambre apostolique. Son avènement au cardinalat n’était donc pas le résultat d’une longue carrière au service de l’Église mais plutôt le fruit de considérations financières23. Les concurrents des Pepoli sur la scène bolonaise, les Malvezzi, ne se trouvent jamais parmi les Bolonais qui entreprennent une carrière romaine. Le faible engagement dans les carrières romaines n’était pas compensée par une participation renforcée au Sénat. Comment expliquer ce paradoxe ?

  • 24 Cf. N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 325-336.
  • 25 Voir les observations similaires à propos du pouvoir indirect exercé par les premiers Médicis à Flo (...)

11Ni Rome, ni Bologne, mais Florence, Madrid, Paris et Vienne furent les objectifs de ces deux familles. Leurs liens avec les puissances séculaires européennes leur offraient des carrières plus prestigieuses et plus stables que l’État ecclésiastique24. Il faudrait approfondir les recherches sur ces deux familles pour comprendre si leurs carrières européennes offrirent des débouchés intéressants à d’autres familles bolonaises de leur faction. Il est certain que si leur engagement au sein du Sénat était plutôt faible, ils continuaient tout de même de contrôler ce qui se passait dans leur ville d’origine25.

  • 26 F. Diaz, Il Granducato di Toscana. I Medici, Turin, 1976, p. 345.

12On peut oser la constatation que l’engagement dans une carrière ecclésiastique ne représentait pas la voie normale et obligatoire pour les familles de Bologne, mais plutôt un choix très conscient associant des facteurs de tradition et d’ambitions familiales et des conditions politiques locales. À côté de la carrière ecclésiastique, il existait au moins deux autres options : on pouvait se concentrer sur la politique bolonaise et embrasser des charges qui s’offraient dans le contexte sénatorial. Une autre possibilité était de se vouer plutôt au service d’une maison ducale italienne ou d’une maison royale européenne à l’exemple des Malvezzi et des Pepoli. La cour des Médicis par sa proximité géographique, en particulier, exerçait un grand pouvoir d’attraction pour de nombreuses familles bolonaises. Il n’est pas exagéré de dire que les Médicis entretenaient un groupe de clients à Bologne et il n’est donc pas surprenant que ceux-ci aient représenté le nombre le plus importants de membres non-toscans de l’ordre de Santo Stefano26. La troisième voie était celle d’une carrière dans l’Église. Comment peut-on caractériser les familles qui optaient pour cette voie ? Peut-on esquisser des voies préférentielles ?

  • 27 R. Ago, Burocrazia..., cit. n. 1, p. 79-84.

13Pour commencer à répondre à la deuxième question : les carrières bolonaises étaient soumises aux mêmes contingences que celles de tous les aspirants d’autres régions italiennes. S’il y eut pourtant une entrée bolonaise privilégiée, ce fut surtout la Rote romaine. Pratiquement tous ceux qui avancèrent à la cour de Rome au xviie et au début du xviiie siècle étaient passés par le siège qui y était réservé à un Bolonais. La Rote était idéale pour tous ceux qui possédaient des qualifications juridiques importantes et elle offrait la possibilité de se distinguer par le mérite tout en tissant des relations informelles27.

14Si pour le xvie siècle la carrière ecclésiastique semble avoir été une option répandue parmi les familles sénatoriales de statut moyen, au milieu du xviie siècle, on constate qu’une partie d’entre elles abandonnent la vocation ecclésiastique et se concentrent sur la scène bolonaise. Le choix pour Rome revient à un groupe très circonscrit de familles émergentes, pas encore sénatoriales. Pour eux, Rome est une voie vers la promotion sociale qui aboutit à l’insertion de la famille dans le contexte bolonais. Je ne citerai, à titre d’exemple, que deux cas : celui de la famille Gessi et celui de la famille Tanara, qui n’appartenaient pas au Sénat au début du xviie siècle.

  • 28 Voir P. S. Dolfi, Cronologia..., cit. n. 11, p. 336-341 ; N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. (...)
  • 29 Pour Bartolomeo Gessi, évêque de Belcastro en 1633 et évêque de Montecorvino en 1639, voir Hierarch (...)

15Les Gessi représentent le milieu des familles de tradition juridique assez typique de la ville28. Leur ascension sociale est entièrement due à Berlinguerio Gessi, excellent juriste, qui fit carrière sous le pape Paul V en tant que nonce de Venise. Son frère Camillo était professeur de droit à Bologne. Berlinguerio Gessi poursuivit sa carrière ecclésiastique avec grand succès. Après sa mission vénétienne, il devint Governatore de Roma et en 1627 Urbain VIII le créa cardinal. Quelques années plus tard, en 1635, son frère Camillo fut promu au siège sénatorial par un bref pontifical. Après cette date, le champ d’action de la famille se concentra essentiellement sur la ville de Bologne. Si Berlinguerio Gessi avait encore su insérer deux de ses neveux dans des positions d’évêques et de gouverneur29, à la génération suivante aucun des Gessi ne recouvra une position importante au service de l’Église.

  • 30 P. S. Dolfi, Cronologia..., cit. n. 11, p. 700-702.
  • 31 Sur cette transaction cf. N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 218.
  • 32 Ibid., p. 292-293.
  • 33 Cf. C. Weber, Legati..., cit. n. 5, p. 939.
  • 34 Voir S. M. Seidler, Il teatro del mondo. Diplomatische und journalistische Relationen von römischen (...)

16Les Tanara doivent plutôt leur ascension à leur génie financier. Déjà au xvie siècle, ils semblent avoir accordé des crédits importants au pape Léon X30. Mais seulement un siècle plus tard, leur activité financière donna des résultats plus conséquents. Ainsi Alessandro Tanara qui avait accordé un crédit à Camillo Borghese31, se vit récompensé quand celui-ci devint pape. Alessandro Tanara obtint alors la charge de trésorier pontifical de Bologne32. Son fils Gian Nicola fut le premier sénateur de la famille en 1632 et il était également gouverneur de plusieurs localités dans l’État de l’Église33. Grâce aux facultés économiques importantes que la famille avait entre-temps rassemblées, les générations suivantes firent d’importantes carrières ecclésiastiques qui aboutirent à deux cardinalats. En 1695, Sebastiano Antonio Tanara34 fut créé cardinal, et en 1743 ce fut son neveu Alessandro Tanara qui accéda de nouveau à ce rang. Seule une famille de banquiers était capable de financer deux carrières à ce haut niveau au xviiie siècle, et ceci correspond à la croissante exclusivité sociale de la cour romaine que nous avons constaté plus haut.

17Ces deux exemples montrent qu’au xviie siècle la relation entre carrières locales et carrières au sein de l’Église s’inversa. L’appartenance au Sénat n’était plus le fond sur lequel les familles optaient pour une carrière romaine, mais au contraire, les familles non-sénatoriales étaient promues au rang sénatorial grâce aux carrières ecclésiastiques de leurs membres. Si le nombre potentiel de candidats bolonais aux carrières ecclésiastiques semble avoir chuté, comme les chiffres indiquent, il paraît pourtant que celles-ci aient été entreprises d’une manière beaucoup plus ciblée et peut-être aussi avec des investissements beaucoup plus importants que ce ne fut le cas au xvie siècle.

  • 35 Voir P.S. Dolfi, Cronologia..., cit. n. 11, p. 231-238.
  • 36 Cf. N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 218-220.
  • 37 Sa mère était Orsina Volta Campeggi. Elle organisa la carrière de son fils Lorenzo avec l’aide de s (...)
  • 38 La famille, pour financer et faciliter la carrière de Lorenzo, avait vendu son palais de famille à (...)

18Les Tanara et les Gessi sont l’exemple de familles se mettant au service de l’Église afin d’obtenir une promotion locale. Il y eut pourtant encore un deuxième type de choix que j’aimerais appeler celui de la restauration d’un ancien prestige. Ce fut le cas de la famille Campeggi qui vit pourtant échouer son projet. Les Campeggi au début du xvie siècle avaient appartenu aux premières familles de Bologne. L’évêché de leur patrie leur revenait de manière presque héréditaire jusqu’à la moitié du xvie siècle, et la famille comptait plusieurs ecclésiastiques occupant des positions élevés à chaque génération35. Pourtant elle ne semble pas avoir été très alignée sur l’esprit tridentin puisque c’est après le Concile que les Campeggi disparurent comme évêques bolonais et que leur élan ecclésiastique semble avoir diminué. La fin du xvie siècle marqua une profonde crise économique de la famille qui mit même en danger le siège au Sénat36. Au début du xviie siècle, quand ils ne sont plus si fortement représentés au sein de l’Église, toute l’ambition de la famille se concentre sur un seul fils du nom, Lorenzo Campeggi, pour le lancer dans la carrière ecclésiastique afin de restaurer l’ancienne importance de cette famille. Toutes les ressources financières furent mobilisées à ce but. On ne visait à rien d’autre que de le faire cardinal. La carrière de Lorenzo Campeggi alliait l’ambition à la diligence. Il profitait aussi de l’ancien prestige de la famille à la cour ainsi que des relations excellentes de la famille maternelle37. Le dernier effort des Campeggi fut pourtant en vain, car Lorenzo mourut après une carrière très prometteuse mais avant d’avoir abouti au cardinalat. Après Lorenzo, nul autre membre de cette famille ne réussit dans une carrière romaine. Les ressources financières nécessaires étaient probablement épuisées après les efforts que l’on avait entrepris pour Lorenzo38.

  • 39 Sur la crise démographique des familles nobles de Bologne voir D. Schnapper, Storia e sociologia : (...)

19Il est possible de formuler une hypothèse expliquant la chute des carrières bolonaises aux xviie et xviiie siècle : Les carrières étaient devenues plus risquées, tant du point de vue financier que du point vue familial39. Ceux qui étaient déjà bien établi au sein du Sénat ne risquaient pas leur fortune ou leur descendance pour des carrières romaines quelquefois plutôt aléatoires. Une carrière ecclésiastique était un grand investissement financier qui ne portait pas toujours les fruits souhaités. À un xvie siècle expansif et dynamique tant sur le plan social que sur le plan financier succéda un siècle de concentration et de repli, qui réduisit les possibilités et nécessités de se lancer hors du contexte bolonais assuré. Les carrières étaient devenues moins fulgurantes, mais plus longues et plus bureaucratiques, ce qui les rendait aussi plus risquées.

20Si les Bolonais étaient devenus de moins en moins nombreux à Rome, la représentation de Rome à Bologne était devenue une présence presque exclusivement génoise. Les deux phénomènes correspondent aux deux côtés d’une même médaille : le recrutement de l’élite politique de l’État de ecclésiastique s’était resserré au long des siècles et il ne sut jamais intégrer les familles provinciales de première importance.

Notes

1 W. Reinhard, Herkunft und Karriere der Päpste 1417-1963. Beiträge zu einer historischen Soziologie der römischen Kurie, dans Mededelingen van het Nederlands Instituut te Rome, 38, 1976, p. 87-108; R. Ago, Burocrazia, « nazioni » e parentele nella Roma del Settecento, dans Quaderni storici, 67, 1988, p. 73-98; voir aussi J. F. Broderick, The Sacred College of Cardinals: size and geographical composition (1099-1986), dans Archivium historiae pontificiae, 25, 1987, p. 7-73.

2 Voir par exemple W. Reinhard, Ämterlaufbahn und Familienstatus. Der Aufstieg des Hauses Borghese 1537-1621, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 54, 1974, p. 329-427 ; I. Fosi, All’ombra dei Barberini. Fedeltà e servizio nella Roma barocca, Rome, 1998.

3 Voir par exemple N. Del Re, Monsignor Governatore di Roma, Rome, 1972 ; A. Gnavi, Carriere e curia romana : l’uditorato di Rota (1472-1870), dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 106, 1994, p. 161-202 ; V. Reinhardt, Die Präfekten der römischen Annona im 17. und 18. Jahrhundert. Karrieremuster als Behördengeschichte, dans Römische Quartalsschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte, 85, 1990, p. 98-115.

4 N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht der Verflechtung. Rom und Bologna unter Paul V. Studien zur frühneuzeitlichen Mikropolitik im Kirchenstaat, Tübingen, 2000 (Frühneuzeit-Forschungen, 8) dont les résultats les plus significatifs sont résumés dans N. Reinhardt, Quanto differente è Bologna ? La città tra amici, padroni e miti all’inizio del Seicento, dans Dimensioni e problemi della ricerca storica, 2, 2001, p. 107-146.

5 Ce survol repose sur l’analyse de C. Weber (éd.), Legati e governatori dello stato pontificio, Rome, 1994 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Sussidi 7) et de Hierarchia Catholica medii aevi et recentioris aevi (...), III-VI, Padoue, 1960.

6 Les relations entre « centre » et « périphérie » ont été le fil rouge de nombreuses études sur l’Italie à l’époque moderne. Voir la mise à jour sur le problème par E. Fasano Guarini, Centro e periferia, accentramento e particolarismi : dicotomia o sostanza degli Stati in età moderna, dans G. Chittolini, A. Molho et P. Schiera (dir.), Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994, p. 147-176.

7 Voir G. L. Betti, Tra università e academie. Note sulla cultura bolognese del primo Seicento, dans Strenna storica bolognese 37, 1987, p. 81-93 ; E. Costa, Contributi alla Storia dello Studio bolognese durante il secolo xvii, dans Studi e memorie per la storia dell’Università di Bologna, III, 1912, p. 1-88 ; L. Simeoni, Storia della Università di Bologna, vol. II : L’età moderna (1500-1888), Bologne, 1940 ; A. Sorbelli, Storia della Università di Bologna. I. Il Medioevo (sec. xi-xv), Bologne, 1940.

8 C. Poni, Per la storia del distretto industriale serico di Bologna (secoli xvi-xix), dans Quaderni storici, 73, 1990, p. 93-168 ; A. Guenzi, Acqua e industria a Bologna in Antico Regime, Turin, 1993.

9 Un tableau général de l’histoire de Bologne à l’époque moderne se trouve dans P. Colliva, Bologna dal XIV al xviii secolo : « governo misto » o signoria senatoria ? dans A. Berselli (dir.), Storia dell’Emilia Romagna, II, Imola, 1977, p. 22-31 ; M. Fanti, Bologna nell’età moderna, dans A. Ferri e G. Roversi (dir.), Storia di Bologna, Bologne, 1984, p. 197-281 ; plus détaillé sur la soumission de Bologne au temps de Jules II : N. Zanardi, La marcia su Bologna di Giulio II. Fuga dei Bentivoglio : restaurazione della sovranità pontificia, dans Strenna storica bolognese, 36, 1986, p. 417-454 ; sur les aspects politiques de la relation entre Bologne et Rome, reste fondamental G. Orlandelli, Considerazioni sui capitoli di Nicolo V coi bolognesi dans Rendiconti della Accademia nazionale dei Lincei. Classe di scienze morali, storiche e filologiche, 8e s., 4, 1949, p. 454-473 ; voir aussi A. De Benedictis, Governo cittadino e riforme a Bologna nel Settecento, dans Famiglie senatorie e istituzioni cittadine a Bologna nel Settecento, Bologne, 1980, p. 9-54.

10 À ce propos voir surtout A. Gardi, Lo Stato in provincia. L’amministrazione della Legazione di Bologna durante il regno di Sisto V (1585-1590), Bologne, 1994, p. 371-381.

11 Déjà sous les pontificats de Grégoire XIII, une liste de ses parents vit le jour qui donnent une idée de la quantité et de la variété des carrières des Bolonais dans l’État de l’Église à cette époque : voir P. Bonardo, Parenti di N.S.re Papa Gregorio XIII et dell’Illustrissimo S. Buoncompagno suo fratello sino al quarto grado, Bologne, 1573. Ludovico Bianchetti était maestro di Camera de Grégoire XIII, son frère Lorenzo Bianchetti, auditeur de la Rote, fut nommé cardinal sous Clément VIII : voir P. S. Dolfi, Cronologia delle famiglie nobili di Bologna, Bologne, 1670, p. 146 ; Alessandro Cospi fut nommé évêque de Bisceglia : voir Hierarchia catholica..., cit. n. 5, III, p. 334, son neveu Tommaso Cospi se vit attribuer le Datio del Vino par Grégoire XIII ; Giovanni Ludovico Dell’Armi commença sa carrière sous Grégoire XIII : voir : C. Weber, Legati..., cit. n. 5, p. 610 ; Giovanni Antonio Facchinetti, le futur pape Innocent IX, fut créé cardinal en 1583 (Hierarchia catholica..., cit. n. 5, III, p. 46), il entraîna plusieurs membres de sa famille dans des carrières ecclésiastiques ; Pier Francesco Gessi, auditeur de la Rote était parent de Grégoire XIII du côté de sa grand-mère : voir C. Weber, Legati..., cit. n. 5, p. 695 ; sur le grand nombre de membres de la famille Grassi dans les carrières ecclésiastiques voir ibid., p. 710-711 ; Filippo Guastavillani qui reçut plusieurs postes de gouverneur dans l’État de l’Église était neveu de Grégoire XIII (p. 718) ; sur la carrière de Ludovico Lambertini, voir p. 728.

12 Précieuses informations sur l’entourage bolonais de ce pape, dans l’introduction de K. Jaitner, Die Hauptinstruktionen Gregors XV. für die Nuntien und Gesandten an den europäischen Fürstenhöfen 1621-1623, I, Tübingen, 1997.

13 Sources : C. Weber, Legati..., cit. n. 5 et Hierarchia Catholica..., III-VI. Dans le tableau figurent seulement les premières nominations pour chaque charge.

14 Voir : J. Delumeau, Les progrès de la centralisation dans l’État pontifical au xvie siècle, dans Revue historique, 226, 1961, p. 399-410 ; A. Gardi, Il cardinale legato come rettore provinciale. Enrico Caetani a Bologna (1586-1587), dans Società e storia, 27, 1985, p. 1-36 ; Id., La fiscalità pontificia tra medioevo ed età moderna, ibid., 33, 1986, p. 507-557 ; U. Mazzone, « Evellant vicia... aedificant virtutes » : il cardinal legato come elemento di disciplinamento nello Stato della Chiesa, dans P. Prodi (dir.), Disciplina dell’anima, disciplina del corpo e disciplina della società tra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994, p. 691-731 ; P. Partner, The Papal State : 1417-1600, dans M. Greengrass (dir.), Conquest and Coalescence. The Shaping of the State in Early Modern Europe, Londres, 1991, p. 25-47 ; sur les effets sociaux de la centralisation I. Polverini Fosi, La società violenta. Il banditismo dello Stato pontificio nella seconda metà del Cinquecento, Rome, 1985 ; la référence principale reste P. Prodi, Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime : la monarchia papale nella prima età moderna, Bologne, 1982 ; sur les effets de la centralisation au temps de Paul V voir aussi N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 149-199.

15 A. De Benedictis, Repubblica per contratto. Bologna : una città europea nello Stato della Chiesa, Bologne, 1995, p. 195-230.

16 Sur les répercussions de cette évolution sur la pensée politique à Bologne, voir (à part l’œuvre citée de De Benedictis) S. Verardi Ventura, L’ordinamento bolognese dei secoli xvi-xvii. Introduzione all’edizione del ms. B. 1114 della Biblioteca dell’Archiginnasio : Lo stato, il governo e i magistrati di Bologna del Cavalier Ciro Spontone, dans Archiginnasio, 74, 1979, p. 181-425 et M. Fanti, Le classi sociali e il governo di Bologna all’inizio del secolo xvii in un’opera inedita di Camillo Baldi, dans Strenna storica bolognese, 11, 1961, p. 13-79.

17 N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 199-206.

18 Cf. C. Weber, Legati..., cit. n. 5, p. 49-50.

19 Source: C. Weber, Legati..., cit. n. 5, p. 148-162. Il semble que l’obligation de résider effectivement dans la légation fut renforcé à la fin du xvie siècle ; elle fut observée pendant tout le pontificat de Paul V, cf. N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 102-113.

20 Cf. W. Reinhard, Herkunft und Karriere..., cit. n. 1, p. 90.

21 P. Prodi, Il sovrano pontefice..., cit. n. 14, p. 291. La prépondérance des Génois trouve peut-être une explication dans l’engagement du capital génois dans le système financier de l’État de l’Église. Après la crise financière espagnole, un repli sur le marché du capital italien s’est probablement produit. Il est possible que les légats d’origine génoise à Bologne étaient actifs sur l’intéressant marché des crédits bolonais pour leurs propres familles ; voir à ce propos les listes dans M. Carboni, Il debito della città. Mercato del credito, fisco e società a Bologna fra Cinque e Seicento, Bologne, 1995, p. 208, 216, 229, 242, 255, qui attestent l’engagement croissant des familles génoises ; et G. Felloni, Gli investimenti finanziari genovesi in Europa tra il Seicento e la Restaurazione, Milan, 1971, p. 180-193.

22 Cf. N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 75-86.

23 Pour la carrière de Guido Pepoli, voir C. Weber, Legati..., cit. n. 5, p. 834.

24 Cf. N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 325-336.

25 Voir les observations similaires à propos du pouvoir indirect exercé par les premiers Médicis à Florence faites par J. F. Padgett et C. K. Ansell, Robust action and the rise of the Medici, 1400-1434, dans American Journal of Sociology, 98, 1993, p. 1259-1319.

26 F. Diaz, Il Granducato di Toscana. I Medici, Turin, 1976, p. 345.

27 R. Ago, Burocrazia..., cit. n. 1, p. 79-84.

28 Voir P. S. Dolfi, Cronologia..., cit. n. 11, p. 336-341 ; N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 295, 306, 341.

29 Pour Bartolomeo Gessi, évêque de Belcastro en 1633 et évêque de Montecorvino en 1639, voir Hierarchia catholica..., cit. n. 5, t. IV, p. 112 et p. 374, Carlo Gessi fut gouverneur de plusieurs localités dans l’État ecclésiastique à partir de 1634, voir C. Weber, Legati..., cit. n. 5, p. 694.

30 P. S. Dolfi, Cronologia..., cit. n. 11, p. 700-702.

31 Sur cette transaction cf. N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 218.

32 Ibid., p. 292-293.

33 Cf. C. Weber, Legati..., cit. n. 5, p. 939.

34 Voir S. M. Seidler, Il teatro del mondo. Diplomatische und journalistische Relationen von römischen Hof aus dem 17. Jahrhundert, Francfort, 1996, p. 440.

35 Voir P.S. Dolfi, Cronologia..., cit. n. 11, p. 231-238.

36 Cf. N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 218-220.

37 Sa mère était Orsina Volta Campeggi. Elle organisa la carrière de son fils Lorenzo avec l’aide de son cousin Mons. Giovanni Battista Volta, cf. N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 308-309.

38 La famille, pour financer et faciliter la carrière de Lorenzo, avait vendu son palais de famille à un prix ridicule aux Borghese, la famille papale régnant alors, voir N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., cit. n. 4, p. 320-322.

39 Sur la crise démographique des familles nobles de Bologne voir D. Schnapper, Storia e sociologia : uno studio su Bologna, dans Studi storici, 8, 1967, p. 550-578.

Table des illustrations

Titre Tableau I. CARRIÈRES DE MEMBRES DE FAMILLES SÉNATORIALES DE BOLOGNE13
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau II. PERMANENCE DES LÉGATS BOLONAIS DANS LEUR OFFICE19
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1186/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau III. ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES LÉGATS DE BOLOGNE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1186/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540