Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

I. Objets et enjeux

Les traces documentaires des nominations d’officiers pontificaux (fin xiiie-xviie siècle)

Olivier Poncet

Texte intégral

  • 1 En matière de bénéfices ecclésiastiques, les historiens ont appris à se méfier depuis longtemps de (...)
  • 2 J. Bergin (The Making of the French Episcopate, 1589-1661, New Haven-Londres, 1996, p. 44 et suiv. (...)
  • 3 Elles entrent dans ce que Leszek Kieniewicz nomme « un jeu de sources cohérentes » : La prosopogra (...)

1Le chercheur désireux de retracer la composition d’un corps d’officiers ou d’étayer chronologiquement une démonstration mettant en jeu un ou plusieurs officiers est vivement intéressé par la date d’entrée dans sa fonction de tel ou tel personnage. En réalité, l’information la plus âprement recherchée est le moment de la nomination de l’officier plutôt que de sa réelle prise de fonction, laquelle prend généralement la forme, aux époques médiévale et moderne, d’une prestation de serment doublée, lorsqu’il y a lieu, de la réception de l’officier dans son corps. À condition qu’il ait une véritable portée précise1, l’acte de désignation d’un individu pour occuper tel ou tel poste plutôt que sa réalisation effective paraît ainsi constituer la marque de la volonté, de l’intention et de la décision de celui ou ceux qui ont le pouvoir et la responsabilité de choisir les officiers et agents d’un État, d’une principauté, etc. À l’extrême limite, dans certains cas (décès anticipés, territoires échappant provisoirement à l’autorité légitime), l’entrée en fonction devient secondaire2. Sur les terrains historiographiques les plus dénudés, le recours à des sources exclusivement ou principalement dédiées au souvenir de ces choix permet les enquêtes les plus rapides et les plus étendues3.

  • 4 C’est ainsi le cas dans le volume L’État moderne et les élites..., cité n. 4.
  • 5 E. Pitz, Die römische Kurie als Thema der Vergleichenden Sozialgeschichte, dans Quellen und Forsch (...)
  • 6 P. Cammarosano, Italia medievale : struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, 1991 (Studi su (...)
  • 7 I. Lazzarini, La nomination des officiers dans les États italiens au bas Moyen Âge : pour une hist (...)
  • 8 Pour l’évolution et les rapprochements entre ces diverses catégories, voir l’ensemble du présent v (...)

2Pour autant, si la fortune est parfois au rendez-vous sous la forme de registres riches de nominations a priori isolées dans un plus vaste ensemble documentaire ou réchappées de fonds d’institutions disparues, ces sources denses ne font pas toujours l’objet d’interrogations propres4. Les objectifs qui ont motivé leur création, les efforts qui ont sous-tendu leur poursuite, le caractère exceptionnel ou non de leur apparition, leur utilisation réelle ou supposée par l’institution qui les produites, toutes ces pistes sont souvent évacuées au titre des sciences auxiliaires (diplomatique, codicologie, archivistique). Or, elles témoignent à bien des égards de l’esprit même des institutions et des pouvoirs politiques dont elles se font l’écho indirect, comme Ernst Pitz l’a démontré il y a quelques décennies dans un essai puissant mais trop peu souvent cité consacré à la Curie pontificale5. Tout récemment, dans le domaine italien et pour la seule époque médiévale, le regard porté sur les sources est devenu un enjeu d’histoire politique et sociale6. Enfin, par une sorte de rencontre dont l’historiographie est quelquefois féconde, la présente communication a été suivie de peu de la publication d’un article dédié spécifiquement aux traces documentaires laissées par les nominations d’officiers de quelques États italiens du Quattrocento7. Ces traces, dans leur invention et leur réalisation, représentent une voie intéressante de (re)découverte des conceptions du pouvoir à l’intérieur des États, principautés ou Républiques considérés. Le cas de la papauté, Curie et État ecclésiastique confondus, était absent de la réflexion comparatiste ci-dessus. À bien des égards cependant, si on l’envisage sur la longue durée, le souvenir documentaire laissé par la désignation des agents pontificaux – puisque aussi bien sont ici pris en compte les serviteurs domestiques du souverain pontife comme les officiers de Curie et de l’État ecclésiastique8 – constitue un terrain d’investigation fort complet et très révélateur de l’administration pontificale.

  • 9 À ce sujet, on renvoie à l’article désormais classique de A. Esch, Überlieferungs-Chance und Überl (...)
  • 10 Aux origines de l’État moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon. Actes de (...)
  • 11 Outre son important article cité plus haut (Die römische Kurie..., cité n. 5), voir de E. Pitz, Pa (...)
  • 12 Cet aspect a été fort bien décrit, à propos de la Daterie, par Léonce Célier (Les dataires du xve (...)
  • 13 Cela est particulièrement net dans le cas de la délivrance des bulles par des organes concurrents (...)

3Constater la présence de registres d’actes, de listes, de rouleaux, etc. est en soi une démarche initiale indispensable qu’il convient de prolonger par de multiples questionnements. Le rapport entre la documentation effectivement conservée et celle qui a pu être détruite, selon des modalités qu’il faut tenter de scruter, constitue le premier élément discriminant pour apprécier la valeur de la source encore disponible9. Au-delà, le degré d’exhaustivité de la documentation ainsi rassemblée recoupe des préoccupations plus générales sur les méthodes et procédures d’enregistrement des administrations concernées. Les motivations exactes de l’apparition de ces registres ou listes, de leur éventuelle mise à jour représentent le cœur même de l’analyse ici esquissée. Est-on devant l’une de ces cérémonies de papier nées de l’activité automatique d’une administration avant tout soucieuse de disposer de garanties juridiques susceptibles de préserver l’avenir ? Ou bien sont-ce de véritables instruments de gestion quotidienne, vivants et régulièrement visités par les agents des services producteurs ? Les réponses à ces questions, lorsqu’elles sont possibles, doivent pouvoir ainsi être confrontées à ce que l’on sait déjà des traits d’une administration pontificale louée pour sa précocité10, où l’enjeu du contrôle sur les actes produits représente pour l’historien une interrogation majeure11 et qui se signale, enfin, par son caractère concurrentiel lisible aussi bien verticalement – plusieurs organes concourent à la réalisation d’une décision12 – que horizontalement – plusieurs organes exécutent les mêmes tâches et délivrent les mêmes types de documents13.

4Les sources dédiées spécifiquement à la mémoire de la nomination d’officiers pontificaux ne sont pas équivalentes ou interchangeables. Elles répondent à des impératifs de nature différente et peuvent être réparties en deux grandes catégories. La première reflète l’activité, ou une partie de l’activité, de l’administration qui a délivré les documents établissant la désignation à une charge donnée (registres de la Chancellerie apostolique ou de la Chambre apostolique) tandis que la seconde regroupe les documents résultant des procédures d’accès aux documents (registres de serments, de déclaration de caution d’officier, de réception de l’officier, de vente de l’office). Ces deux groupes d’archives ont coexisté pendant la majeure partie de la période ici considérée (xive-xviie siècle) selon des modalités et un rapport quantitatif variable.

  • 14 Sur l’enregistrement aux xiiie et xive siècles à la Chancellerie pontificale, voir les nombreuses (...)
  • 15 R. Fawtier (éd.), Les registres de Boniface VIII. Recueil des bulles de ce pape (...). Tome quatri (...)
  • 16 J. Gay et S. Clemencet (éd.), Les registres de Nicolas III (1277-1280). Recueil des bulles de ce p (...)
  • 17 G. Mollat (éd.), Jean XXII (1316-1334). Lettres communes (...), Paris, 19041946, (Bibliothèque des (...)
  • 18 J.-M. Vidal (éd.), Benoît XII (1334-1342). Lettres communes (...), III, Paris, 1911 (Bibliothèque (...)
  • 19 J.-M. Vidal (éd.), Benoît XII..., I, p. 6-8 et 142-144.
  • 20 J.-M. Vidal (éd.), Benoît XII..., III, p. lxvii.
  • 21 En particulier dans les Registri Lateranenses : la dernière mention d’une rubrique spéciale semble (...)
  • 22 M. Tangl, Die päpstlichen Kanzleiordnungen von 1200-1500, Innsbruck, 1894, p. 329, nos CXXXII-CXXX (...)
  • 23 L’enregistrement de la nomination de certains tabellions garde trace de leur serment : par exemple (...)

5L’examen des registres de la Chancellerie pontificale des xiiie et xive siècles édités par l’École française de Rome fait apparaître, pour ce dicastère, un enregistrement spécifique limité14. De manière générale, à la fin du xiiie siècle, l’enregistrement des lettres apostoliques demeurait encore un impératif administratif assez vague15. On note cependant, dès le pontificat de Nicolas III (1277-1280) la trace de concessions d’offices de tabellions groupées autour de quelques dates mais enregistrées à leur place chronologique sans être distinguées du reste de l’activité de la Chancellerie16. C’est en fait du pontificat de Jean XXII (1316-1334) que datent, comme pour beaucoup d’autres secteurs de l’activité administrative de la papauté, les innovations principales. Comme au siècle précédent, on relève, à la date du 1er mars 1317, l’enregistrement d’une centaine de concessions d’offices de tabellions in forma brevi17. Les juges conservateurs font pareillement l’objet d’enregistrements groupés au cours de la cinquième année du pontificat, joints du reste à ceux de tabellions dans un registre de la neuvième année18. Pourtant il faut attendre la quinzième année de ce long pontificat pour que la Chancellerie, probablement mue par la réforme du mode d’expédition et de taxation des lettres de grâce (bulle Paterfamilias de novembre 1331), organise systématiquement ses registres de manière méthodique. La rubrique tabellionatus est l’une d’entre elles et la seule qui soit spécifiquement dédiée à une charge. Dès la première année de pontificat de Benoît XII (1334-1342), la Chancellerie accentue encore la spécialisation des rubriques et introduit aux côtés de la rubrique De tabellionum litteris celle qui était intitulée De officiis Curiae19. La rubrique De officiis Curiae enregistrait les nominations de nombreux chapelains et sergents d’armes, ainsi que d’un juge de Curie et d’un procureur général de l’Église romaine. Cette rubrique ne fut pas reconduite au-delà de 1335 et la Chancellerie opta dès le pontificat de Clément VI pour une typologie stable durant la période avignonnaise qui ne faisait aucune place aux offices, à l’exception des tabellions20. En effet, la rubrique Tabellionatus officii, qui concernait 25 nominations en 1335, ne cessa de constituer jusqu’au dernier quart du xve siècle environ21 une rubrique spéciale dans les registres de bulles pontificales. Si l’on peut avancer le respect plus scrupuleux des règles de la Chancellerie apostolique pour expliquer la longévité de cette dernière rubrique22, il convient également de relier l’une et l’autre de ces rubriques avec l’importance croissante prise au xive siècle par la prestation de serment faite par certaines catégories d’officiers pontificaux, dont les tabellions23 et les chapelains. Une deuxième catégorie de registres en rend admirablement compte.

  • 24 Simplement mentionnés par B. Guillemain (La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une so (...)
  • 25 Tel est le cas du manuscrit BnF, lat. 4169 d’après G. Erler (Dietrich von Nieheim. Der Liber Cance (...)
  • 26 P. Prodi, Il sacramento del potere. Il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Occide (...)
  • 27 Documenti inediti tratti dal regestrum recognitionum et juramentorum fidelitatis civitatum sub Inn (...)
  • 28 P. Prodi (Il sacramento..., cité n. 26, p. 252) considère que la multiplication de ces « serments (...)
  • 29 Entre autres, É. Perroy, Le personnel administratif du comté de Forez au xive siècle d’après le re (...)
  • 30 ASV, Coll. 456.
  • 31 Les offices concernés par le registre couvrant les années 1376-1389 (ASV, Coll. 357) sont, entre a (...)

6Du xive siècle subsistent en effet quelques registres de nature diverse, parfois qualifiés improprement de libri officialium curiae24. À côté de simples listes d’officiers établies pour le compte de chefs de dicastères à partir de documents primaires perdus25, des registres gardent la trace du serment prêté par les officiers entendus au sens large, parmi lesquels les chapelains d’honneur dominent. La prestation de serments de fidélité, dans la droite ligne de l’hommage féodal, est alors en plein essor sur le plan politique (villes, communautés ou individus)26. La papauté y recourt à l’exemple d’autres pouvoirs, en particulier dans le cadre de la reconquête des territoires de l’État ecclésiastique dans la seconde moitié du xive siècle27. Relativement précoce28, mais nullement la première29, l’administration pontificale, et singulièrement la Chambre apostolique, l’applique à ses officiers dans une conception qui ne se détache encore que faiblement de la notion féodale. Le premier registre dont nous disposions, recueil factice de cahiers de diverse nature, date des pontificats de Clément vi et d’Innocent vi et couvre les années 1347-136230. La présence permanente de mentions du camérier et de notaires de la Chambre apostolique renvoie, sans doute possible, l’origine de ce document à ce dicastère dont l’autorité est alors très importante dans un grand nombre de secteurs administratifs de la Curie et du gouvernement pontifical31. Non seulement destinataire hiérarchique des serments jurés par les officiers nouvellement entrant dans une charge pontificale, le camérier était aussi responsable partiel de la rétribution de plusieurs catégories d’officiers : il devait pouvoir connaître avec précision la date d’ouverture du droit à rémunération constituée par le jour de la réception doublée du serment de l’officier.

7Pour notre propos, la période avignonnaise inaugure une période d’intérêt inédit pour la conservation des documents relatifs à la nomination des officiers. Cette relative nouveauté est liée à une perception plus aiguë des prérogatives souveraines du pape et à une réorganisation en profondeur des méthodes d’enregistrement de la Chancellerie pontificale dès le règne de Jean xxii. L’apport avignonnais demeure cependant, dans ce domaine, encore limité et il revint à la papauté du xve siècle de rendre plus systématiques ces efforts encore décousus.

  • 32 P. Partner, The Papal State under Martin v. The Administration and Government of the Temporal Powe (...)
  • 33 T. Frenz, Zum Problem der Reduzierung der Zahl der päpstlichen Kanzleischreiber nach dem Konzil vo (...)
  • 34 Ces appellations elliptiques, d’usage parmi les archivistes et les historiens, sont confirmées par (...)

8Il n’est pas hasardeux, pour la question qui nous intéresse comme pour bien des aspects qui touchent au gouvernement de l’Église et de l’État ecclésiastique, de qualifier le pontificat de Martin v de novateur, dans un contexte général favorable32. Le retour à l’unité sous l’autorité d’un seul pontife imposait d’abord la réaffirmation appuyée de la soumission des officiers des diverses obédiences à ce dernier. Ensuite, la réunion des administrations concurrentes créait un trop-plein de personnel qu’il fallait résorber pour parvenir à un chiffre raisonnable d’agents d’une papauté réunifiée : le contrôle et la mémoire écrite des nouvelles nominations n’en était que plus indispensable33. En effet, du tout début de son pontificat date l’ouverture de deux séries de registres dits respectivement Libri officialium et Libri officiorum régulièrement tenus durant un siècle environ34.

  • 35 O. von Mitis, Curiale Eidregister...
  • 36 F.-C. Uginet, Le Liber officialium de Martin v, Rome, 1975 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, (...)
  • 37 O. von Mitis, Curiale Eidregister..., p. 434-438 et F.-C. Uginet, Le Liber officialium..., p. 12.
  • 38 F.-C. Uginet, Le Liber officialium..., p. 108 : résignation par un certain Bonnet, du diocèse de B (...)
  • 39 Depuis fidelitatis prestitit juramentum (F.-C. Uginet, Le Liber officialium..., p. 36), jusqu’à ju (...)

9Les premiers sont la suite logique des registres contenant des serments de la papauté avignonnaise et ont fait l’objet d’une étude archivistique et diplomatique il y a peu plus d’un siècle35. La première notice du registre initial des Libri officialium, dont l’intérêt a justifié une édition, s’ouvre le 15 novembre 141736. Distribué en quatorze rubriques regroupant des offices de dicastères (Chambre apostolique et Chancellerie apostolique) et des offices domestiques, ce document a été probablement compilé au départ sur la base d’informations puisées dans les manualia des notaires de la Chambre apostolique37. Il enregistre après la première année de pontificat les réceptions d’officiers et leurs prestations de serment au fur et à mesure qu’elles sont faites, le plus souvent entre les mains du vice-camérier ou de son lieutenant. Y sont jointes parfois les mentions relatives aux mécanismes de transmission de certains offices, comme les résignations qui devaient au préalable être acceptées par le souverain pontife ou ses représentants38 : ce sont pratiquement les seuls cas où le registre nous apprend le nom du prédécesseur de l’officier nouveau dans sa charge. Mais des serments prêtés, nous ne savons rien ou presque. Leur mention y était réduite à sa plus simple expression. Juravit, prestitit juramentum ponctuent l’essentiel des notations, c’est à peine si l’on note de temps en temps des juravit in forma consueta ; seuls, ou presque, les offices comptables de haut rang, comme les collecteurs ou les sous-collecteurs, appellent des serments où la fidélité est une composante récurrente39.

  • 40 E. von Ottenthal, Die Bullenregister... Sur l’activité de délivrance de bulles par la Chambre apos (...)
  • 41 À ce sujet, voir J. de Loye, Les archives de la Chambre apostolique au xive siècle. Première parti (...)
  • 42 L. M. Bååth, L’inventaire de la Chambre apostolique de 1440, dans Miscellanea archivistica Angelo (...)

10Parallèlement était ouvert une seconde série de registres dont la typologie était réellement nouvelle. Les Libri officiorum, comme l’indique le choix du terme latin au détriment d’officialium, étaient davantage centrés sur la fonction que sur le titulaire. Bien que conservés dans les Registri Vaticani de la Chancellerie apostolique, ces registres proviennent de la Chambre apostolique où ils ont été produits comme cela a été démontré depuis longtemps40. Pour la période antérieure au pontificat de Martin v, l’enregistrement spécifique de documents de nomination par les dicastères responsables, s’il a jamais existé, ne nous est en tout cas pas parvenu. En la matière, il est difficile de se prononcer de manière définitive sur l’éventuelle existence à l’époque avignonnaise de registres de cet ordre dans les fonds de la Chambre apostolique41. L’absence de telles mentions dans l’inventaire qui fut dressé de ces archives en 1440 n’a donc pas lieu d’étonner42.

  • 43 ASV, Reg. Vat. 348, fol. 7* et v et 1.
  • 44 F.-C. Uginet, Le Liber officialium..., p. 22-28.
  • 45 Ibid., p. 13.
  • 46 L. M. Bååth, L’inventaire..., p. 143-144 ; voir aussi E. Pitz, Supplikensigna tur... cité n. 11, p (...)

11Le premier registre de ce type s’ouvre par la lettre du camérier François de Conzié établissant la charge de vice-camérier en faveur de son neveu Louis Alemand et la bulle confirmant cette décision43, tout comme elles figuraient dans les toutes premières pages du Liber officialium44. Les offices de collecteurs dominent un ensemble de documents relatifs à des officiers qui se partagent entre la Chambre apostolique et ses « dépendances » administratives et les familiers du pape entendus au sens large (chapelains, secrétaires). S’il a été démontré que l’exhaustivité était loin d’être atteinte dans le cas des enregistrements de serments45, aucune étude du même ordre n’a encore été conduite pour les Libri officiorum. Rappelons seulement que le 10 novembre 1441, le camérier Louis Aleman donna l’ordre aux taxatores et bullatores de la Chancellerie apostolique d’adresser à la Chambre apostolique toutes les bulles et lettres apostoliques concernant les offices spirituels et séculiers, afin qu’elles fussent notées dans le registre de la Chambre46.

  • 47 En partie d’après les informations fournies par Sussidi per la consultazione dell’Archivio Vatican (...)
  • 48 Ainsi, un rapide relevé effectué dans le premier Liber officiorum de Jules II (1503-1513) (ASV, Re (...)

12La deuxième moitié du xve siècle et le début du xvie siècle correspondent probablement à la période où le système d’enregistrement des deux séries fonctionna le mieux, sans que l’on sache encore, dans l’état actuel de la recherche, le degré de perfection atteint dans ce domaine par l’administration pontificale. Pour chaque pontificat en effet, Libri officiorum et Libri officialium tels qu’arbitrairement définis comme deux grandes catégories documentaires (lettres de nomination et serments) coexistent généralement, de manière inégale, au cours du xve siècle et jusqu’aux années 151047. Une telle constatation fait naturellement peu de cas des particularités de chaque registre, de l’évolution interne des enregistrements, tant dans la forme que sur le fonds. Les Libri officiorum sont ainsi largement dominés par les nominations de protonotaires mais font défiler dans un désordre seulement apparent les charges les plus courantes, les plus humbles comme les plus prestigieuses48.

  • 49 P. Prodi, Il sacramento..., cité n. 26, p. 231.
  • 50 Ibid., p. 252, note 62.

13La prestation de « serments d’office » connaît alors probablement son plus grand développement et est l’objet d’une nouvelle conception qui en fait une « prérogative de la souveraineté »49. Le xve siècle inaugure en effet une phase inédite de l’histoire de ce type de serment, encore mal connue50, où

  • 51 Ibid., p. 254 : « (...) si passa globalmente dal giuramento ratione officii, come impegno a svolge (...)

l’on passe globalement du serment ratione officii, comme engagement à accomplir les missions reçues de la collectivité ou du seigneur selon des normes et des délégations déterminées, dans le cadre d’un rapport féodal et/ou contractuel, au serment ex officio (entendu non pas dans le sens technique restrictif que le terme prend dans le procès anglais) requis comme un devoir naturel de tous les sujets et comme devoir particulier de ceux à qui est confié en délégation la gestion du pouvoir public ou qui, simplement, exercent une fonction ou accomplissent une action comportant un volet public51.

  • 52 Bullarium romanum, v, p. 184-186, Gubernatores civitatum et aliorum locorum Status ecclesiastici, (...)
  • 53 ASR, Preziosi, 18. Ce manuscrit de 137 feuillets, enluminé, a appartenu au cardinal Garampi (ex li (...)
  • 54 Seule une toute petite partie a été publiée il y a plus d’un siècle : Formole dei giuramenti del S (...)
  • 55 P. Prodi (Il sacramento..., cité n. 26, p. 190, note 72) signale ainsi l’existence d’un Liber jura (...)

14La papauté fut partie prenante active de ce mouvement sous Paul II (1464-1471), qui réforma le statut des cités de l’État ecclésiastique (bulle In supremo militantis ecclesiae du 30 septembre 1469) et rappela au besoin ses prérogatives en matière de nomination52. C’est précisément de ce pontificat que date la mise par écrit, dans un manuscrit soigné, du texte des serments prêtés au Saint-Siège, depuis l’empereur élu jusqu’à l’abréviateur en passant par les clercs de la Chambre ou les recteurs de provinces53. Ce texte que l’on peut dater de la troisième année du pontificat (30 août 1466-29 août 1467) mériterait, à n’en pas douter, une étude lexicographique et historique à part entière54 et témoigne, par les ajouts dont il fut l’objet durant un demi-siècle environ aussi bien que par ses épigones55, de l’importance attachée par le pouvoir souverain à ces serments d’office. Ce pontificat se signale de manière générale par une sollicitude particulière accordée à la mémoire des désignations des titulaires de charges du pouvoir temporel exercées dans l’État ecclésiastique.

  • 56 S. Carocci, Governo papale e città nello Stato della Chiesa. Ricerche sul Quattrocento, dans S. Ge (...)
  • 57 ASR, Camerale I, 1714.

15Du pontificat de Paul II nous est en effet parvenu un hapax documentaire, la Tabula officiorum Sancte Romane Ecclesie per alphabetum sur laquelle il convient de s’attarder56. Ce registre fut composé par et/ou pour des personnages importants du gouvernement pontifical – en l’occurrence d’une part l’évêque de Massa Marittima, l’humaniste Leonardo Dati, premier secrétaire de Paul II et à ce titre haut responsable de l’expédition des brefs apostoliques, d’autre part le vice-chancelier Rodrigo Borgia, futur Alexandre vi. Tentative, sans lendemains, unique, la Tabula est un outil vivant : elle ordonnait, au fur et à mesure de leur apparition, les nominations faites aux offices dans les territoires de l’État ecclésiastique durant la majeure partie du pontificat de Paul II. En réalité, elle avait une visée double : connaître les noms de ceux qui détenaient telle ou telle charge et peut-être surtout mettre à profit la collecte de ces informations pour dresser un tableau exact des procédures, de la durée et de la typologie des nominations d’officiers dépendant du pape dans l’État ecclésiastique. La Tabula officiorum présente ainsi des traits caractéristiques qui font d’elle un unicum irréductible aux Libri officialium et un document d’une grande originalité où se lit d’abord la volonté marquée de tracer et délimiter l’étendue d’un pouvoir pontifical qui n’a pas véritablement achevé sa reconquête dans les territoires soumis à son autorité, comme le montre un autre volume voué exclusivement aux serments prêtés par les châtelains durant ce pontificat57.

  • 58 ASR, Camerale I, 1715 (1478-1492) : le registre concerne les offices de trésoriers provinciaux, de (...)
  • 59 Voir dans ce volume la contribution de M. Vaqueiro Pineiro.
  • 60 Les archives de la Chambre apostolique aux xvie et xviie siècles n’ont pas bénéficié de la même at (...)
  • 61 Bullarium romanum, t. vi, p. 123-128, part. p. 127 : (...) ac quod cautiones idoneae per deputando (...)

16Les garants financiers de certains officiers firent bientôt l’objet d’un soin spécial. En effet, nous possédons pour le dernier tiers du xve siècle et la première décennie du xvie siècle de registres de serments accompagnés de fidéjussions pour plusieurs catégories d’officiers, desquels émergent les châtelains ; le pontificat de Jules II (1503-1513), qui avait réaffirmé les règles de la reddition de comptes auxquels les gouverneurs et autres détenteurs d’autorité dans l’État ecclésiastique devaient se soumettre, est à cet égard le mieux documenté58. La Chambre apostolique, qui tenait ces registres, recherchait par là-même moins la connaissance particulière des titulaires de la charge que la qualité et l’étendue de leur couverture financière59. L’absence de registres de ce type dans les archives pour une période postérieure à la décennie 1520 paraît moins due à une perte d’intérêt pour ce genre de renseignement qu’à la non-conservation, pour des motifs encore non élucidés, des registres en question60. En effet, une bulle du 1er décembre 1528 relative à la qualité de syndic des juges et officiers de l’État ecclésiastique insiste de manière explicite sur la tenue de registres ad hoc61.

17Ainsi le xve siècle avait-il vu se stabiliser l’enregistrement par la Chambre des nominations et des serments et se multiplier les types documentaires. Période faste à coup sûr pour le souvenir archivistique des nominations d’officiers, le Quattrocento fixe ainsi dans l’écrit la conquête renouvelée des papes pour leur souveraineté temporelle.

  • 62 ASV, Armadio XXX, vol. 194 : le registre couvre la période de mars 1558 à mai 1562 (avec des ajout (...)
  • 63 ASV, Reg. Vat. 1722. Il se décompose ainsi : fol. 1-20v (pontificat de Paul III), fol. 20v-59v (po (...)
  • 64 Voir infra.
  • 65 P. Prodi, Il sacramento..., cité n. 26, p. 387-439.

18À cette floraison de registres, nombreux et divers, succéda une phase de repli, voire de disparition complète de certains types au cours du xvie siècle. En effet, s’il est possible que le sac de Rome ait provoqué la destruction de certains documents, il convient de noter qu’en dehors d’un registre de serments prêtés par les gouverneurs durant le pontificat de Pie iv (1559-1565)62, le dernier registre de serments d’officiers que nous semblons encore posséder commence en 1540 et s’achève en 1569, couvrant ainsi plus d’un quart de siècle en 125 feuillets63. Concernant exclusivement des charges romaines, essentiellement de la Chambre apostolique, ce registre paraît être le dernier témoin d’une époque où l’enregistrement des serments par l’autorité souveraine nécessitait un suivi particulier. L’évolution qui mène au serment ex officio semble donc bien avoir atteint son terme ultime à l’issue du deuxième tiers du xvie siècle. Si l’acte persiste, il va désormais de soi et ne nécessite plus d’être mis en mémoire en tant que tel : il accompagne désormais, sous la forme d’une simple mention, l’enregistrement du document de nomination64. Le temps n’est d’ailleurs plus loin où le serment perd de sa force politique pour devenir, dans les écrits des penseurs du xviie siècle préfigurant les auteurs des Lumières, un instrument de stabilité et de cohésion sociale65.

  • 66 v. Peri, Progetti e rimostranze. Documenti per la storia dell’Archivio Segreto Vaticano dall’erezi (...)
  • 67 M. Giusti, Studi sui registri di bolle papali, Cité du Vatican, 1979 (Collectanea Archivi Vaticani(...)
  • 68 Pour la bibliographie et un bref rappel sur la question, je me permets de renvoyer à O. Poncet, Se (...)

19L’enregistrement des seuls documents de nomination semble, lui, s’évanouir purement et simplement à en juger par le contenu des fonds de l’Archivio Segreto où ils étaient traditionnellement conservés. En réalité, deux phénomènes sont à l’origine de ce qui n’est en réalité qu’une fausse disparition. Un versement d’archives effectué en 1565 en vue de constituer un dépôt central, préfiguration de l’Archivio Segreto voulu par Paul v en 161166, explique d’abord cette interruption archivistique sans autre fondement67. Ensuite, la division croissante du travail de rédaction des actes de la papauté est à l’œuvre depuis la fin du xve siècle et provoque graduellement la dispersion des lieux d’enregistrement68.

  • 69 T. Frenz, Die verlorenen Brevenregister 1421-1527, dans Quellen und Forschungen aus italienischen (...)
  • 70 ASV, Secr. Brevi 18 et 19 : brefs de députation de gouverneurs et préteurs de l’État ecclésiastiqu (...)

20La grande affaire de la diplomatique pontificale de la Renaissance est en effet l’émergence et l’affirmation des secrétaireries et le succès indiscuté du bref apostolique. Or ce dernier est en particulier usité pour les désignations d’officiers choisis pour une durée limitée, un ou plusieurs semestres, comme l’étaient les gouverneurs. Ceci explique en partie la diminution du nombre des Libri officiorum qui enregistrent de moins en moins les documents de ce type au fur et à mesure que le xve siècle s’achève. La Secrétairerie apostolique, seule responsable de l’expédition des brefs depuis 1487 jusqu’au milieu du xvie siècle environ, tenait, pour des raisons liées à la rémunération des secrétaires apostoliques, des registres de brevia officiorum dont il ne subsiste aucun exemplaire69. Puis la Secrétairerie des brefs se détacha progressivement de la Secrétairerie apostolique dans le deuxième tiers du xvie siècle. Sauf exception, sous le pontificat de Pie v70, elle ne garde la mémoire des brefs de nomination que dans des registres conçus d’abord chronologiquement. Une distinction s’opère toutefois dès les années 1570 entre la série commune, celle dite des Bullarum et celle dite des Diversorum, en fonction de critères diplomatiques (bulles et brefs) et d’ordre général (documents intéressant de près le pape, sa famille, de grands personnages ou relatifs à de grandes décisions de l’Église). Mais elle ne va pas jusqu’à isoler les documents relatifs aux nominations d’officiers, encore moins celles qui touchent aux seuls gouverneurs.

  • 71 M. G. Pastura Ruggiero, La Reverenda Camera apostolica e i suoi archivi (secoli xv-xviii), Rome, 1 (...)
  • 72 C. Weber (Legati..., cité n. 62, p. 55-73) a ainsi relevé, après l’ultime registre conservé à l’AS (...)
  • 73 C. Weber, Legati..., cité n. 62, p. 18.

21Durant cette période, la Chambre apostolique, qui élabore de moins en moins les documents pour laisser ce soin, entre autres, aux diverses secrétaireries, les enregistre cependant dans des volumes spéciaux où dominent les nominations des seuls gouverneurs de villes et de provinces de l’État ecclésiastique. Ils sont conservés dans le fonds de la Chambre apostolique, réparti entre l’Archivio Segreto Vaticano et l’Archivio di Stato de Rome, et éclatés entre plusieurs séries, dont celle dite des Signaturarum Sanctissimi. Les registres de cette dernière recueillent les documents ayant trait aux intérêts de la Chambre apostolique sur approbation de celle-ci et après avis de son commissaire71. Certains de ces volumes sont spécialisés et portent la transcription d’actes intéressant très souvent, là encore, des désignations de gouverneurs : ils se succèdent cahin-caha jusqu’au milieu du xviie siècle72. L’enregistrement de l’acte de désignation, généralement un bref, est suivi de l’indication de la prestation de serment, quelquefois effectuée per procuratorem73. En réalité, dans bien des cas, il s’agit d’un deuxième enregistrement à vocation essentiellement juridictionnelle dans l’intérêt de la Chambre, car l’organe administratif au sein duquel il a été élaboré, en l’occurrence les secrétaireries, l’avait a priori enregistré pour son compte dans ses propres volumes d’enregistrement.

  • 74 ASR, Camerale I, 1723. Le volume comprend 177 feuillets, dont seulement 16 sont écrits. Les feuill (...)
  • 75 Les offices concernés sont les suivants dans leur ordre d’apparition dans le registre : mandataire (...)
  • 76 Filippo Guastavillani entre en fonction le 14 mai 1584 (Hierarchia catholica, III, p. 81). Enrico (...)
  • 77 Preuve supplémentaire du caractère personnel de ce volume, à la fin (fol. 16v) figure un mandat de (...)
  • 78 M. G. Pastura Ruggiero, La Reverenda Camera apostolica..., cité n. 71, p. 68.

22En dehors de ces volumes qui sont davantage des compilations hétéroclites, les documents produits au sein de la Chambre sont recueillis, sans véritable assiduité, selon des modalités qui s’apparentent davantage à des entreprises individuelles qu’à des procédures administratives normées. Un volume isolé conserve ainsi le texte des patentes de députation d’officiers par le camérier pour les années 1584-1585 et 1596-159874. Très varié dans son contenu75, partiellement lié à la personnalité du camérier alors en place76, ce registre est probablement dû à l’initiative du notaire de la Chambre Andrea Martini qui avait rédigé ces documents et dont il constituait un document personnel77. Il reflète à sa manière le pouvoir étendu qu’avait le camérier de désigner des officiers de l’État ecclésiastique, rappelé par la bulle Romanum decet Pontificem le 14 mai 162178. Mais son caractère apparemment exceptionnel souligne dans le même temps le désintérêt de la Chambre apostolique pour tout enregistrement spécifique.

  • 79 B. Schwarz, Die Organisation kurialer Schreiberkollegien von ihrer Entstehung bis zur Mitte des 15 (...)
  • 80 Par exemple Bullarium romanum, v, p. 458-464, institution du collège des scripteurs d’archives de (...)
  • 81 Voir supra.
  • 82 Ainsi en est-il des registres du collège des secrétaires apostoliques, ouverts depuis 1487 et perd (...)
  • 83 ASV, Archivio dei protonotari apostolici, 51, Matricula protonotariorum apostolicorum honorariorum(...)
  • 84 Bullarium romanum, iv, p. 679-683, constitution relative à l’office et à la qualité des scripteurs (...)

23Si l’administration centrale, on le voit, ne semble alors guère soucieuse de confectionner des registres de nominations d’officiers, des organes que l’on pourrait qualifier d’associatifs, en l’occurrence les collèges d’officiers, veillaient avec un soin jaloux à la bonne tenue de listes mises à jour de leurs membres au fur et à mesure de leur entrée ou sortie de charge. Pour les catégories d’offices organisés en collèges, d’abord de facto pour les plus anciens79 et en vertu de leur bulle de création pour les plus récents80, le serment du nouveau titulaire est recueilli par le collège, ou plutôt par son doyen. Il est alors consigné par écrit dans des libri officii qui comprennent la bulle de fondation du collège, les principales constitutions apostoliques le concernant et la liste de ses membres. Lorsque le collège est trop important, cette liste forme un volume particulier que l’on nomme matriculum ou epitaphium. De tels documents servirent peut-être à la rédaction des premiers registres d’offices dressés à l’époque d’Avignon81. Ces listes étaient fondamentales pour les officiers puisqu’elles servaient directement à la répartition ou distribution perçues par les membres du collège en son nom lors, par exemple, de l’expédition d’actes de chancellerie puisque le produit financier qui en était issu représentait dans bien des cas l’essentiel de la rétribution de l’officier pontifical. Ces libri officii et matricula, conservés au sein des archives des collèges, ont sans doute plus que d’autres fonds souffert des destructions opérées durant le sac de Rome82 et nous sont rarement parvenus dans leur intégralité. Un des rares fonds conservés, celui des protonotaires apostoliques, ne débute ainsi qu’à la fin du xvie siècle83. Documents à usage interne, les matricula sont considérés par la papauté, dans les constitutions où il s’agit de conférer des privilèges à tel ou tel type d’office, comme l’un des fondements sûrs du système d’identification des officiers réellement pourvus : lesdits privilèges s’appliquent ainsi explicitement à ceux qui se trouveront inscrits dans le matriculum du collège concerné84.

24Le mode d’entrée en fonction au moyen du serment (prêté au sein du collège ou devant un responsable de dicastère comme le camérier), autant que le lieu de délivrance des actes (Chancellerie, Chambre apostolique, Secrétairerie des brefs) étaient à l’origine de registres particuliers. Nous avons vu également, à propos des fidéjusseurs des châtelains de l’État ecclésiastique, que le mode de détention provoquait la tenue de volumes spécifiques. Ces trois motifs peuvent à nouveau être invoqués ensemble pour expliquer les traces documentaires laissées par l’attribution d’offices relevant d’un phénomène marquant des xve-xviie siècle, pour l’essentiel et qu’il est impossible de négliger dans le cas de la papauté, la vénalité des offices.

  • 85 B. Schwarz, Die Ämterkauflichkeit an der römischen Kurie : Voraussetzungen und Entwicklungen bis 1 (...)
  • 86 B. Schimmelpfennig, Der Ämterhandel an der römischen Kurie von Pius II. bis zum Sacco di Roma (145 (...)
  • 87 G. B. de Luca, Tractatus de officiis venalibus vacabilibus Romanae Curiae, Rome, 1682, repris par (...)

25La vénalité des offices s’est développée dans l’univers administratif pontifical depuis le début du xve siècle, ayant probablement pris naissance au sein des scripteurs de la chancellerie85. Elle prit un tour plus systématique et connut une extension considérable au cours du dernier tiers du xve siècle86. À s’en tenir aux seuls chiffres du nombre d’officiers concernés, la vénalité paraît avoir envahi à l’époque moderne l’essentiel de l’appareil administratif et judiciaire pontifical. En réalité, il convient de distinguer, comme le fit fort bien en son temps le cardinal De Luca, trois grandes catégories d’offices soumis à la vénalité87.

  • 88 C. Weber, Senatus Divinus. Verborgene Strukturen im Kardinalskollegium der frühen Neuzeit (1500-18 (...)
  • 89 F. Piola Caselli, Aspetti del debito pubblico nello Stato Pontificio : gli uffici vacabili, dans A (...)

26Un premier groupe extrêmement réduit, estimable à environ 1 % du nombre des offices, correspond aux offices-clés de l’organisation administrative : très chers à l’achat, ils sont réservés de facto à des personnages ayant déjà fait un pas dans la carrière de prélat. Comportant un pouvoir important, ils sont souvent un tremplin vers le cardinalat, comme par exemple les hautes charges de la Chambre apostolique (trésoriers ou clercs de la Chambre)88. Il est possible d’isoler ensuite un deuxième groupe, plus important numériquement (estimé à environ 15 % des offices vénaux), qui rassemble des charges pour moitié effectives et pour moitié purement honorifiques. Ouvertes aux laïcs, elles sont liées à une fonction cependant identifiables, comme les protonotaires apostoliques par exemple. Enfin, l’écrasante majorité de ces offices (84 % environ donc) sont purement nominaux et librement cessibles à n’importe qui, enfant ou femme par procureur interposé par exemple. Ils constituent en réalité un des éléments de la dette publique sous forme de rentes dont le capital est représenté par l’office lui-même89.

  • 90 Bullarium romanum, x, p. 4-17, Rome, 9 février 1593, part. p. 4-5 : (...) alia vero, ut erant prae (...)
  • 91 Ils représentent dans le fonds de la Daterie à l’Archivio Segreto Vaticano 166 volumes couvrant la (...)
  • 92 ASV, Fondo Camerale, Obligationes particolares, 8, Compositiones datariae (1502-1503) ; ibid., 9, (...)
  • 93 F. Litva, L’attività..., p. 100, n. 15.
  • 94 E. Göller, Hadrian vi und der Ämterkauf an der päpstlichen Kurie, dans Abhandlungen aus dem Gebiet (...)

27Il n’est pas étonnant que les traces documentaires laissées par l’attribution des offices vénaux soient d’abord financières et liées au mode d’acquisition de l’office. La Daterie est l’organe compétent pour l’attribution des offices mais elle n’en rédige pas forcément les actes. Les bulles de concession d’offices sont en principe établies par la Chancellerie et enregistrées par cette dernière indistinctement avec les autres bulles dans l’ordre chronologique d’expédition : tel est le cas en principe des scripteurs, chambriers, abréviateurs des présidences du Petit Parc et du Parc Majeur, solliciteurs des lettres apostoliques et des scripteurs de la Petite Grâce. Nombre d’officiers titulaires de charges vacables étaient en réalité admis dans leurs collèges respectifs avec les seuls supplique, motu proprio ou cédule sans qu’il leur soit demandé une expédition de lettres apostoliques en bonne et due forme90. La Daterie garde cependant trace des attributions d’offices vénaux à partir du début du xvie siècle et jusqu’au début du xixe siècle dans des registres appelés généralement libri officiorum vacabilium91, le terme de vacable rappelant que ces offices revenaient, après le décès de leur titulaire, automatiquement au pape, qui pouvait alors les revendre. Depuis Alexandre vi (14921503), au moins, la daterie garde trace des compositiones qui s’y faisaient et dont le dataire s’était réservé l’encaissement vers 148092. Si des témoignages existent pour le pontificat de Léon x (1513-1521)93, il faut cependant attendre le pontificat de l’austère Adrien vi (1522-1523) pour trouver le premier véritable registre que nous conservions de compositions strictement limité à celles qui étaient consenties pour l’attribution d’offices pontificaux94.

  • 95 Le fonds de la Daterie à l’Archivio Segreto Vaticano était encore, lors de l’élaboration de ce tex (...)
  • 96 ASV, Instrumenta miscellanea, 4803.

28Petit volume de 45 feuillets dont seulement 15 sont écrits, il fut tenu mois par mois de septembre 1522 à septembre 1523, soit exactement la durée du court pontificat de l’ancien précepteur de Charles Quint. Il ne concerne que des offices de Curie. Pour chacun d’eux sont indiqués la date de la cession, la nature de l’office, le motif de la vacance, le bénéficiaire et enfin la somme versée par ce dernier – de 14 ducats pour un office de courrier à 6 000 ducats pour un office de scripteur du registre des suppliques. Un total mensuel indique le nombre d’offices ainsi vendus (de 8 à 23) et la somme ainsi perçue par la Daterie. La comparaison avec d’autres volumes aisément accessibles95 fournit quelques indications supplémentaires. Celui de l’année 158196, contresigné par Alessandro Musotti, trésorier secret du pape, se compose de deux parties. La première est semblable au contenu du volume d’Adrien vi tandis qu’une deuxième est une sorte de bilan comptable des sommes perçues au titre d’offices de faible valeur (inférieurs à 20 ducats et plus souvent de 10 ducats de valeur) vacants de 1575 à 1581 : les titulaires des offices en question – diverses portioni, présidences, chevaliers du Lys, de Saint-Pierre et de Saint-Paul, écuyers ou chambriers, soit en réalité la troisième catégorie d’offices définie plus haut – ne sont pas nommés. Le volume de 1588, contresigné par le cardinal pro-dataire Giovanni Evangelista Paleotti, reproduit le même schéma avec un bilan comptable des petits offices étendu à la période 1581-1588. Seuls les offices de quelque importance, ceux qui correspondent à une fonction réelle ou existante au sein de l’administration curiale, méritent donc que la Daterie retienne leurs titulaires. Il n’en reste pas moins que cette mémoire des noms d’officiers n’est constituée qu’à l’occasion d’un enregistrement par nature comptable.

  • 97 ASR, Camerale I, 1719, « Liber offitiorum Roman. Curiae vacan. Per obitum, incipien. De mense dece (...)
  • 98 Dans l’ordre d’apparition, voici les rubriques de ce volume : abréviateurs du Parc mineur, clercs (...)

29La volonté de garder trace de ces ventes et cessions selon un ordre méthodique n’est établie que par un seul registre, conservé pour les années 1523 à 1527, le sac de Rome ayant probablement interrompu son cours régulier97. La classification adoptée est celle du type d’office. Sous chacune des rubriques sont indiqués la date de la provision, le nom du bénéficiaire et de son prédécesseur décédé, enfin la somme versée à l’occasion des changements de titulaires. Limité aux seuls offices de Curie – petits mais parfois importants comme les clercs de la Chambre apostolique – pourvu qu’ils fussent vénaux98, ce registre témoigne du besoin éprouvé par certains services ou agents de disposer d’une vue plus claire, ordonnée et dépassant le seul horizon financier, des titulaires de tel ou tel office. À l’heure où aucun mémoire, traité ou almanach manuscrits ou imprimés n’offrent une vision nominale du monde des officiers pontificaux, ce type d’initiative comble en quelque sorte un vide documentaire.

  • 99 Sur ces sociétés, voir, entre autres, C. Bauer, Die Epochen der Papstfinanz, dans Historische Zeit (...)
  • 100 ASR, Camerale I, 1718.
  • 101 Bullarium romanum, vii, p. 60-62.

30La papauté poussa encore plus loin les avantages que lui offraient les offices vacables pour drainer l’épargne privée vers ses caisses. Par bulle du 16 février 1514, Léon x offrit la possibilité aux officiers titulaires de charges vénales d’acquérir leur office par le biais d’une société d’office, association à but financier constituée ad hoc99. Une autorisation pontificale était nécessaire pour toute constitution de ce type de société dont la participation ne pouvait du reste excéder une certaine partie – égale ou inférieure à 50 % – du prix de l’office. Il s’agissait aussi bien de faire respecter cette dernière règle que de connaître avec précision les bailleurs de fonds de tel ou tel personnage pourvu d’un office pontifical. Un registre, unique semble-t-il, nous a été conservé pour la période 1515-1518 durant laquelle furent enregistrées les consentements de la Chambre apostolique aux sociétés d’offices constituée par-devant notaires100. En dépit d’un encadrement juridique renouvelé (bulle Inter caeteras du 1er octobre 1555, motu proprio de 1560101). L’absence d’autres volumes ayant trait à ces sociétés et à leurs « actionnaires » peut probablement être interprétée comme la normalisation de ce type de pratiques et la constatation par la papauté que les constitutions étaient, pour des offices avant tout mineurs, peu ou prou respectées.

31Règles comptables, règles juridiques : en dehors de ces deux impératifs, les documents produits dans le cadre de la vénalité n’indiquent pas, à l’exception de 1523-1527 près, un souci de mémoire archivistique pour servir à la gestion administrative quotidienne. Il est vrai que l’écrasante proportion d’offices n’ayant aucune réelle traduction administrative ne plaidait pas pour la conservation de nominations d’officiers qui n’étaient au fond que des rentiers de l’État à qui ils avaient avancé une somme d’argent qui ne leur conférait qu’une place nominale dans l’organigramme curial. Les actes de provision n’étaient nullement distincts dans les registres de bulles, pour les catégories d’offices qui étaient régulièrement soumis à une expédition de la chancellerie.

  • 102 Ibid., x, p. 4-17, Rome, 9 février 1593.
  • 103 Ibid., vii, p. 155-158, Réforme de la Rote, Rome, 27 décembre 1561 ; ibid., p. 193-197, Réforme de (...)
  • 104 S. Feci, Riformare in antico regime. La costituzione di Paolo v e i lavori preparatori (1608-1612)(...)

32Quel sens dès lors donner aux dispositions prises par Sixte Quint pour centraliser les lettres apostoliques portant concession d’offices vacables ? Cette réforme ne nous est connue que par la confirmation qu’en fit Clément viii le 9 février 1593102. Les projets de réforme de divers dicastères et collèges de Curie au milieu du xvie siècle n’avaient à aucun moment abordé le problème de l’enregistrement des lettres de nomination103. L’essentiel de ces textes réformateurs, au xvie siècle comme au xviie siècle104, réside avant tout dans la révision des modalités de rémunération et de taxation des officiers qui sont l’occasion de préciser leur domaine de compétence et leur rapports avec les demandeurs. Le 10 novembre 1587, Sixte Quint imposa aux référendaires des deux signatures d’être reçus avec leurs lettres apostoliques. Il saisit alors l’occasion pour rappeler que les officiers autrefois admis sans bulles, ainsi que les notaires de l’auditeurs de la Chambre, les scripteurs des brefs et tous autres officiers de Curie ou de l’État ecclésiastique ne pourraient semblablement être admis à leur office s’ils n’avaient pas de bulles expédiées en bonne et due forme par le biais des scripteurs apostoliques, qui achetaient au pape cette exclusivité. Afin de garantir l’application de cette disposition, il nomma deux solliciteurs du Palais apostolique qui avaient pour mission, d’une part de s’occuper de la provision, de l’assignation et de la députation des officiers à la disposition du souverain pontife, et d’autre part, de consigner les bulles apostoliques les concernant dans un registre ad hoc. Les solliciteurs étaient Olivier Lévesque, du diocèse du Mans, et Thomas Lévesque, du diocèse d’Angers, qui versèrent 1 000 scudi in auro pour l’obtention de ces postes. Mais rapidement Sixte Quint revint sur cette première disposition pour créer un office de président qui avait la haute main sur les réceptions d’officiers et qui avait, entre autres, la tâche de :

  • 105 Litterarum apostolicarum desuper conficiendarum minutas seu rotulos compilandi, ac per aliquem seu (...)

compiler des minutes ou des rôles des lettres apostoliques à réaliser pour cela et de faire consigner, selon le mode habituel, par un ou plusieurs des scripteurs apostoliques qu’il choisit, (...) et après les avoir revues et collationnées avec la supplique ou la cédule de motu proprio, les rapporter dans un registre qu’il conserve auprès de lui et, une fois enregistrées, de les produire en exemple comme on a fait pour d’autres cas et de faire rédiger le procès de fulmination afférent sous son propre sceau105.

33Interdiction était enfin faite aux collèges de recevoir quelqu’un qui n’aurait pas fait passer ses bulles au président, lequel percevait une taxe sur ces opérations d’enregistrement. Le bénéficiaire de cette nouvelle charge, Pietro Orsini, évêque de Spolète (coadjuteur de son oncle le cardinal Flavio Orsini en 1580, évêque 1581-1591), puis d’Aversa (1591-1598) était enfin tenu d’indemniser les gagnants de 1587, savoir les Lévesque et les scripteurs, à qui il devait rembourser respectivement 1 000 et 750 scudi in auro, tandis qu’il versait à Sixte Quint 20 000 scudi in moneta pour entrer en possession de la charge.

  • 106 Hierarchia catholica medii Aevii (...), 9 vol., Munich-Padoue, 1898-2002, t. III, p. 126, Aversan. (...)

34En réalité, les perdants potentiels, les Lévesque et les scripteurs se plaignirent tant et si bien qu’ils parvinrent à empêcher l’application de cette nouvelle disposition de Sixte Quint. Ce dernier parvint à imposer le silence mais son décès inopiné le 27 août 1590 suspendit l’expédition des bulles de création de l’office. Dès lors chacun campa sur ces positions, ce qui n’empêchait pas Pietro Orsini d’être qualifié de praesidens officiorum Curiae romanae lorsqu’il fut transféré à l’évêché d’Aversa le 5 avril 1591106. Un an environ après son arrivée au pontificat, Clément viii mit fin aux plaintes dont Orsini était victime et confirma le 9 février 1593 les dispositions de Sixte Quint. Quelles furent les motivations et la portée de cette création ?

  • 107 En 1584, contre la somme de 6 000 scudi di moneta, il prenait à ferme six décimes en Lombardie pou (...)
  • 108 Sur sa mission d’explication de l’affaire de Ferrare auprès de diverses cours européennes à partir (...)

35Si l’on peut créditer sans conteste Sixte Quint d’une volonté générale de réformer la Curie dans un sens centralisateur, les accents financiers récurrents qui ponctuent les documents officiels de 1587 ou 1593 rappellent trop bruyamment que le pape Peretti n’a cessé de multiplier les innovations institutionnelles pour grossir les revenus de la papauté durant son court pontificat. Rappelons en outre que Olivier Lévesque, par ailleurs banquier expéditionnaire en cour de Rome pour nombre de bénéficiers français, appartenait aussi au monde actif des traitants de l’État ecclésiastique107. Autant qu’un souci réel de contraindre tout un chacun parmi les officiers de Curie à retirer des documents officiels, le texte manifeste à l’évidence les visées financières propres à bien des créations d’offices effectuées entre 1585 et 1590. Quant à la portée du texte, elle paraît dans l’état actuel de la documentation bien mince. Aucun registre ou cahier ne semble avoir subsisté qui pût témoigner d’un début d’application concrète. Il est sûr en tout cas que les autres activités d’Orsini, en particulier ses missions diplomatiques108, n’avaient guère favorisé la mise en place d’une telle documentation dans un contexte hostile : au-delà des résistances des financiers français et des scripteurs, il fallait en effet vaincre les réticences des officiers à qui était imposé la coûteuse démarche d’une expédition de bulles en Chancellerie. Force est de constater qu’à la mort de Pietro Orsini le 16 septembre 1598, aucun registre ne paraît avoir été établi et sa succession semble être demeurée vacante.

  • 109 B. Katterbach, Inventario dei registri delle suppliche, Cité du Vatican, 1932 (Inventari dell’Arch (...)
  • 110 Par exemple, ASV, Reg. Suppl. 4455, fol. 56v, résignation par le cardinal Francesco Barberini d’un (...)
  • 111 ASV, Reg. Suppl. 4861.
  • 112 ASV, Reg. Suppl. 4861-4865 (1627-1644), 5036-5038 (1644-1655), 5274-5275 (1655-1666), 5320 (1667-1 (...)

36Sous Urbain viii, en 1627 exactement, apparaissent des registres établis par la Daterie et dédiés spécialement à l’enregistrement des suppliques relatives à des concessions d’offices. Malheureusement si nous possédons cette fois les documents, nous ne conservons aucun texte normatif ou réglementaire permettant d’en savoir plus sur la raison de leur production109. Sans doute ne doivent-ils rien aux mesures prises sous Sixte Quint et Clément viii. Il s’agit bien en effet de suppliques et non de bulles et l’office de président des offices de Curie n’apparaît nulle part. Auparavant, les suppliques relatives aux offices étaient noyées dans l’énorme flot des actes traités par la Daterie110. À supposer que le premier volume conservé, ouvert le 16 avril 1627111, inaugure bien cette série qui se poursuit sans interruption notable tout au long du xviie siècle112, on ne peut s’empêcher de relier cette apparition d’un type documentaire avec une modification institutionnelle contemporaine de la Daterie.

  • 113 Bullarium romanum, t. xiii, p. 527-530, Rome, 28 mars 1627.
  • 114 ASV, Secr. Brevi 939, fol. 74 et v, Rome, 28 mars 1627.
  • 115 C. Weber, Die ältesten päpstlichen Staatshandbücher. Elenchus Congregationum, Tribunalium et Colle (...)

37En effet, le 28 mars 1627, le pape réforme la gestion des finances de la Daterie : il décide la transformation de l’office, alors inamovible, de préfet des comptes de la Daterie (praefectus computorum datariae) en office à sa libre disposition sous le titre de receveur des finances de la Daterie (receptor pecuniarum datariae)113. Le même jour, le Liégeois Henri Fisen, ancien préfet des comptes, poursuivi pour concussion, est contraint de céder son office au Lorrain François de La Chausse114. Il n’est pas impossible de penser que les compositions payées pour l’obtention d’offices vacables aient été à l’origine des dérives concussionnaires de Fisen et que l’on ait voulu surveiller davantage ces transactions au moyen d’un enregistrement spécialisé des suppliques afférentes. Les deux officiers chargés de l’enregistrement dont on relève les noms de manière suivie dans les volumes concernés sont effectivement liés à cet aspect de l’activité de la daterie. Pietro Gentili, qui enregistre la plupart des suppliques de 1617 à 1633, et Carlo Mauro, qui lui succède à ce poste pendant le reste du pontificat d’Urbain viii, sont respectivement receveur des compositions de la daterie et registrateur des affaires expédiées par voie secrète en 1644115. La motivation financière de ces registres semble ainsi de toute évidence confirmée par la qualité de ces responsables.

38Le survol rapide des traces archivistiques laissées par l’enregistrement spécifique des nominations et désignations à des offices pontificaux ramène à l’évidence à des considérations tautologiques. Les registres, dont il faudrait évidemment, volume par volume, affiner l’étude interne pour déterminer les parentés abusives ou au contraire les liens étroits, sont d’abord l’écho de l’importance attachée à telle ou telle catégorie d’office. Une charge de gouverneur ou de clerc de la Chambre est plus volontiers isolée qu’un office de portionnaire de Ripa dont la seule vertu est de rapporter une somme d’argent annuelle à son détenteur. Ils sont aussi le reflet de l’organisation et des attributions des dicastères de la Curie : la Chambre apostolique se distingue par son souci précoce et constant pour la connaissance raisonnée des détenteurs d’offices qui dépendent d’elle à un titre ou à un autre. Ils sont enfin la conséquence directe de décisions administratives ou juridiques qui affectent la détention des offices, comme le démontre le cas des sociétés d’offices ou, dans une certaine mesure, des offices vacables pour lesquels on n’expédie pas de bulle de nomination.

  • 116 Voir la contribution de G. Brunelli dans ce volume.
  • 117 Voir l’article de M. A. Visceglia dans ce volume. Par exemple, BAV, Ruoli, 117 : dans ce volume de (...)
  • 118 A. Ferrajoli, Il ruolo della corte di Leone x 1514-1516, éd. v. De Caprio, Rome, 1984 (Biblioteca (...)
  • 119 Bullarium romanum, vi, p. 185-186, Qui veri sint et familiares et continui commensales summi roman (...)
  • 120 Bullarium romanum, v, p. 116-118, Thesaurarius et clerici reverendae Camerae apostolicae veri fami (...)
  • 121 Bullarium romanum, xvi, p. 47-56, Liste des familiers d’Alexandre vii, Rome, 17 août 1655.
  • 122 Voir par exemple, BAV, Vat. lat. 15046, « Familiarum Sanctissimi D. N. D. Pauli papae IIII ad expe (...)

39La question de l’usage qui a pu être fait des registres examinés ici est délicate à résoudre. La tentation de disposer d’instruments de gestion est patente, comme le montre la Tabula de Paul II ou les listes de militaires de l’État au xviie siècle prélude à la reprise en main d’un groupe d’officiers116, mais force est de constater qu’elle est bien velléitaire et au final rarement traduite dans l’éventail des documents que nous conservons. Cette constatation pose la question de la connaissance réelle qu’avait la papauté des officiers qui la servaient. Nous avons vu que dans le domaine de la rémunération les collèges tenaient à jour des listes de leurs membres à qui ils versaient, au prorata de leur présence, les sommes perçues collectivement. Pour la domesticité du pape, entendue au sens large117, des ruoli, établis au moins depuis le pontificat de Léon x118, permettaient le paiement des gages et autres avantages en nature servis aux proches serviteurs et collaborateurs du pape. La recherche de la qualité même de familier ne reposait probablement pas sur d’autres registres spécifiques. Certes, elle faisait l’objet de définitions larges119, était attachée à un office particulier120 ou était appliquée nominalement par le nouveau pontife désireux, au moment de son accès au trône de saint Pierre, de récompenser ceux qui le servaient précédemment121. Mais aucun document n’était dédié à l’inscription des familiers du pape, cette qualité étant en fait partagée par bien des membres de la Curie. Or quelle raison aurait eu l’administration pontificale de tenir à jour une liste des familiers du pape au moment de leur entrée en fonction, en dehors de motifs financiers liés aussi bien à leur rémunération qu’à leurs privilèges fiscaux122 ?

  • 123 Voir ainsi les dispositions prises en 1654 après le scandale de l’affaire Mascambruno : O. Poncet, (...)
  • 124 Bullarium romanum, v, p. 690-691, Contra mentientes personas in litteris apostolicis ut earum expe (...)

40N’oublions pas non plus un des caractères constitutifs de l’administration pontificale, partagé avec bien d’autres administrations, même contemporaines : il incombe au bénéficiaire d’une disposition de faire la preuve de cette même disposition en cas de contestation pour jouir des avantages qui y sont liés. Partiellement résumée dans la technique du rescrit, cette philosophie administrative imprègne toutes les procédures curiales depuis le Moyen Âge, et tout particulièrement la législation sur les faux et les faussaires123. La papauté le réaffirma ainsi encore dans une bulle du 20 février 1517 : les personnes qui s’arrogeraient indûment des privilèges auxquels leur qualité ne leur donnait pas droit, verraient les actes qu’ils produiraient tout bonnement annulés, sans que l’administration soit tenue pour responsable en quoi que ce soit124. Dans ces conditions, l’absence d’un enregistrement systématique pour contrôler la véracité d’un acte s’explique mieux.

  • 125 C. Weber, Die ältesten... : le premier annuaire rencontré est de 1629, le deuxième de 1644. La sér (...)
  • 126 C. Weber, Die ältesten..., p. 35 : « Die ruoli bieten das Personal, das mit dem Tode eines Papstes (...)

41Le souci directement lié à la gestion administrative des officiers pontificaux, qui semble caractériser les productions des xve siècle finissant et xvie siècle, fut dépassé au xviie siècle par la satisfaction nouvelle d’un besoin probablement ancien. En effet, dans un contexte généralement favorable aux enquêtes, aux préoccupations statistiques, apparaissent les premiers annuaires ou almanachs (elenchi) administratifs125. Destinés de prime abord à un public de spécialistes, soit curialistes soit broakers spécialisés dans l’administration pontificale, comme les multiples procureurs et expéditionnaires en cour de Rome, limités à la seule ville de Rome, ces almanachs présentent un caractère nouveau à double titre. Tout d’abord, il s’agit de documents qui franchissent le seuil des bureaux : imprimés, diffusés assez largement, ils constituent des outils de travail librement accessibles, aussi bien à l’administration qui très probablement les commandite qu’aux particuliers. Ensuite, ils couvrent un pan de l’administration jusqu’alors relativement délaissé par des documents synthétiques comme les ruoli, celui de l’administration en général, en particulier des congrégations cardinalices ou non : « Les ruoli présentent le personnel qui perd à nouveau sa place à la mort du pape, l’Elenchus celui qui perdure »126.

  • 127 F. Gasparolo, Costituzione dell’Archivio Vaticano e suo primo indice, sotto il pontificato di Paol (...)

42Le moment, l’acte de la désignation et par là même la revendication de nature politique qu’il porte en lui importent alors moins que la composition d’une administration. Les recherches archivistiques menées pour le compte de la papauté au début du xviie siècle, dans le contexte d’une remise en cause de la souveraineté temporelle du pape, n’avaient pas pour but de dresser une prosopographie historique mais de délimiter l’étendue d’un pouvoir de nomination127. Ainsi la modernité administrative résidait-elle moins dans le souvenir de la nomination que dans l’identification pratique des agents de l’autorité pontificale rapportée à leur lieu d’exercice. La domination politique et souveraine, perceptible dans les modes d’accès à l’office et dans la prestation de serment, s’effaçait donc au profit d’une autre forme de pouvoir, pré-bureaucratique celui-là.

Notes

1 En matière de bénéfices ecclésiastiques, les historiens ont appris à se méfier depuis longtemps des expectatives délivrées sur un groupe de bénéfices (chapitre cathédral par exemple) non encore vacants par des souverains pontifes désireux de s’attacher ou de récompenser la fidélité de tel ou tel. Il y a en effet souvent loin de la coupe aux lèvres et de la provision à la réelle prise de possession, comme l’a montré, entre autres, Guillaume Mollat (Les grâces expectatives du xiie au xive siècle, dans Revue d’histoire ecclésiastique, 42, 1947, p. 81-102) ; voir encore P. Montaubin, Les collations pontificales dans le chapitre cathédral de Chartres au xiiie siècle, dans Monde médiéval et société chartraine, Paris, 1997, p. 285-299 et sa thèse encore inédite sur Le gouvernement de la grâce. La politique bénéficiale des papes au xiiie siècle dans la moitié nord du royaume de France, Université de Paris I, 1998.

2 J. Bergin (The Making of the French Episcopate, 1589-1661, New Haven-Londres, 1996, p. 44 et suiv.) retraçant la constitution du corps épiscopal français de 1589 à 1661, comptabilise ainsi tous les évêques nommés par le roi de France en vertu du Concordat de 1516, aussi bien ceux qui ont effectivement reçu leurs bulles du pape et ont été installés effectivement dans leur évêché que ceux qui sont décédés ou ont été transférés avant que la chancellerie pontificale ait accordé les bulles nécessaires.

3 Elles entrent dans ce que Leszek Kieniewicz nomme « un jeu de sources cohérentes » : La prosopographie des élites politiques en Pologne aux xvie et xviie siècles, dans J.-P. Genet et G. Lottes (éd.), L’État moderne et les élites xiiie-xviiie siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique. Actes du colloque international CNRS-Paris I, 16-19 octobre 1991, Paris, 1996 (Histoire moderne, 36), p. 247-253, part. p. 252. Hélène Millet (Circonscrire et dénombrer, pour quoi faire ?, ibid., p. 265-275, part. p. 265) reconnaît la commodité de ce type de sources : « Certaines catégories sont certes plus aisées à définir que d’autres. Les membres d’un corps ou d’une institution soumis à des règles de réception sont de ceux-là, et il est peut-être sage de commencer par eux nos études de prosopographie médiévale ».

4 C’est ainsi le cas dans le volume L’État moderne et les élites..., cité n. 4.

5 E. Pitz, Die römische Kurie als Thema der Vergleichenden Sozialgeschichte, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 58, 1978, p. 216-359.

6 P. Cammarosano, Italia medievale : struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, 1991 (Studi superiori, 109) ; voir le commentaire qu’en fait J.-C. Maire-Vigueur, Révolution documentaire et révolution scripturaire : le cas de l’Italie médiévale, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 153, 1995, p. 177-185.

7 I. Lazzarini, La nomination des officiers dans les États italiens au bas Moyen Âge : pour une histoire documentaire des institutions, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 159, 2001, p. 389-412.

8 Pour l’évolution et les rapprochements entre ces diverses catégories, voir l’ensemble du présent volume, avec une mention particulière pour les contributions d’A. Gardi, A. Jamme et M. A. Visceglia.

9 À ce sujet, on renvoie à l’article désormais classique de A. Esch, Überlieferungs-Chance und Überlieferungs-Zufall als methodisches Problem des Historikers, dans Historische Zeitschrift, 240, 1985, p. 529-570.

10 Aux origines de l’État moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon. Actes de la table ronde d’Avignon (22-24 janvier 1988), Rome, 1990 (Collection de l’École française de Rome, 138).

11 Outre son important article cité plus haut (Die römische Kurie..., cité n. 5), voir de E. Pitz, Papstreskript und Kaiserreskript im Mittelalter, Tübingen, 1971 (Bibliothek des Deutschen historischen Instituts in Rom, 36) (compte rendu détaillé par O. Hageneder dans Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 80, 1972, p. 445-449) et surtout Supplikensignatur und Briefexpedition an der römischen Kurie im Pontifikat Papst Calixts III., Tübingen, 1972 (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom, 42).

12 Cet aspect a été fort bien décrit, à propos de la Daterie, par Léonce Célier (Les dataires du xve siècle et les origines de la Daterie apostolique, Paris, 1910 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 103), p. 2-3 : « La Daterie est la Cour gracieuse du Souverain pontife, le tribunal par le moyen duquel sont accordées les faveurs de toute sorte, surtout bénéfices et dispenses. Elle n’en délivre pas les expéditions authentiques : c’est l’affaire de la Chancellerie ; elle ne s’occupe pas d’affaires contentieuses : ceci regarde principalement la Rote ; elle s’abstient d’intervenir dans le domaine de la conscience ou for intérieur : ce serait le rôle de la Pénitencerie. La Daterie informe sur l’opportunité d’accorder les grâces, sur la qualité des suppliants, reçoit les suppliques et y fait apposer la signature du pape ou de qui de droit en son nom ».

13 Cela est particulièrement net dans le cas de la délivrance des bulles par des organes concurrents de la Chancellerie apostolique, comme la Chambre apostolique ou la Secrétairerie des brefs (O. Poncet, Secrétairerie des brefs, papauté et Curie romaine. Plaidoyer pour une édition, dans MEFRIM, 108, 1996, p. 381-405).

14 Sur l’enregistrement aux xiiie et xive siècles à la Chancellerie pontificale, voir les nombreuses études de Friedrich Bock, comme par exemple : Über die Registrierung von Sekretbriefen, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 28, 1937-1938, p. 147-234 ; Studien zur Registrierung der politischen Briefe und der allgemeinen Verwaltungssachen Johanns XXII., ibid., 30, 1940, p. 137-188 ; Einführung in das Registerwesen des avignonesischen Papsttums, ibid., 31, 1941, p. 1-107 ; Kodifizierung und Registrierung in der spätmittelalterlichen Kurialen Verwaltung. Ein Immediatforschungsbericht über die päpstlichen Register, dans Archivalische Zeitschrift, 56, 1960, p. 11-75.

15 R. Fawtier (éd.), Les registres de Boniface VIII. Recueil des bulles de ce pape (...). Tome quatrième, Paris, 1939 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 2e série), p. xcvii-cv, « IV. L’enregistrement des lettres apostoliques », part. p. CV : « En somme l’enregistrement des lettres apostoliques ne semble pas avoir été réglé avec beaucoup de précision, ni exécuté avec beaucoup d’ordre. L’intérêt qu’il présentait paraît avoir semblé très relatif aux principaux intéressés, les destinataires de ces lettres, peut-être parce que les agents de la Curie n’avaient eux-mêmes de cet intérêt qu’une idée assez médiocre. Il s’est donc fait avec un certain laisser-aller, mais qui ne va point jusqu’à la négligence quand l’enregistrement est exécuté. Il n’a certainement pas été complet. Il n’a certainement pas précédé ou suivi immédiatement la délivrance des lettres. Il n’a point été fait de manière à permettre une recherche rapide. Il n’est même pas permis de dire dans ces conditions s’il a été exécuté en s’assurant que l’acte présenté à l’enregistrement offrait toutes les garanties d’authenticité nécessaires. Il y avait donc là, dans le service de la Chancellerie, un défaut d’organisation assez grave ».

16 J. Gay et S. Clemencet (éd.), Les registres de Nicolas III (1277-1280). Recueil des bulles de ce pape (...), 5 fascicules, Paris, 1898-1938 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 2e série), p. 4-5 (7 nominations, 6-21 mars 1278), 27 (3 nominations, 10-13 juillet 1278) et p. 164-165 (4 nominations, 1er février-19 mars 1279).

17 G. Mollat (éd.), Jean XXII (1316-1334). Lettres communes (...), Paris, 19041946, (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 3e série), t. I, p. 278-280, nos 2953 à 3058.

18 J.-M. Vidal (éd.), Benoît XII (1334-1342). Lettres communes (...), III, Paris, 1911 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 2e série), p. lxvi.

19 J.-M. Vidal (éd.), Benoît XII..., I, p. 6-8 et 142-144.

20 J.-M. Vidal (éd.), Benoît XII..., III, p. lxvii.

21 En particulier dans les Registri Lateranenses : la dernière mention d’une rubrique spéciale semble avoir été utilisée sous Innocent VIII (H. Diener, Die grossen Registerserien im Vatikanischen Archiv (1378-1523). Hinweise und Hilfsmittel zu ihrer Benutzung und Auswertung, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 51, 1971, p. 305-368, part. p. 323).

22 M. Tangl, Die päpstlichen Kanzleiordnungen von 1200-1500, Innsbruck, 1894, p. 329, nos CXXXII-CXXXIII. Voir aussi ce qu’en dit E. Pitz Supplikensignatur... cité n. 11, p. 101. Aucune allusion dans J. Grisar, Notare und Notariatsarchive im Kirchenstaat des 16. Jahrhunderts, dans Mélanges Eugène Tisserant. IV. Archives Vaticanes, histoire ecclésiastique, Première partie, Cité du Vatican, 1964 (Studi e testi, 234), p. 251-300.

23 L’enregistrement de la nomination de certains tabellions garde trace de leur serment : par exemple celui que prêta un certain Jean, dit « Pissor », clerc du diocèse de Langres (J.-M. Vidal (éd.), Benoît XII..., cité n. 18, I, p. 142-143).

24 Simplement mentionnés par B. Guillemain (La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, Paris, 1962 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 201), p. 488), ils ont fait l’objet d’un relevé précis par O. von Mitis (Curiale Eidregister. Zwei Amstbücher aus der Kammer Martins V., dans Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, Ergänzungsband, 6, 1901, p. 413-448, part. p. 418-422) qui en dénombre une douzaine. Ces registres, parfois inclus dans des manuscrits composites, ressortissent tous d’une analyse très fine qui ne peut être envisagée dans le cadre de cette contribution. Indubitablement, une partie d’entre eux mériteraient une édition critique.

25 Tel est le cas du manuscrit BnF, lat. 4169 d’après G. Erler (Dietrich von Nieheim. Der Liber Cancellariae Apostolicae vom Jahre 1380 und der Stilus Palatii Abbreviatus, Leipzig, 1888, p. ix, cité par O. von Mitis, Curiale Eidregister..., cité n. 24, p. 420) : « In keinem Fall konnte es als ein offizielles Verzeichnis jener Beamten und ihrer Vereidigung gelten. (...) Es mögen Notizen sein, die sich der Regens der Kanzlei aus einem liber officialium oder einer matricola machte oder machen liess ».

26 P. Prodi, Il sacramento del potere. Il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Occidente, Bologne, 1992, part. p. 161-225, « Capitolo quarto. La società « giurata » del tardo Medioevo » et p. 227-282, « Capitolo quinto. La lotta per il monopolio : lo Stato sovrano ».

27 Documenti inediti tratti dal regestrum recognitionum et juramentorum fidelitatis civitatum sub Innocentio vi esistente nell’Archivio Vaticano, Rome, 1887 (Biblioteca dell’Accademia storico-giuridica, viii). Voir la récente contribution de A. Jamme, Le serment du pape. Rites de soumission et ordre politique dans les terres de l’Église (xiiie-xive siècles), dans les actes à paraître du colloque de Montpellier (2001) « Serment, promesse et engagement ».

28 P. Prodi (Il sacramento..., cité n. 26, p. 252) considère que la multiplication de ces « serments d’office » (giuramenti d’ufficio) se fait essentiellement du xve au xviie siècle.

29 Entre autres, É. Perroy, Le personnel administratif du comté de Forez au xive siècle d’après le registre aux nominations de 1317 à 1390 (Bibliothèque nationale, ms. lat. 10034), dans Bulletin de la Diana, 31, 1948, p. 1-35, réimpr. dans Id., Études d’histoire médiévale, Paris, 1979, p. 141-175.

30 ASV, Coll. 456.

31 Les offices concernés par le registre couvrant les années 1376-1389 (ASV, Coll. 357) sont, entre autres, les suivants (O. von Mitis, Curiale Eidregister... cité n. 24, p. 420) : hostiarii minores, clerici Camere, judices appellationum, assigna-tores hospiciorum romane Curie, correctores, bullatores, panhotarius, capitaneus Avinionis, penitentiarii minores, capellani commensales, scutiferi honoris, servientes armorum, porterii prime porte, cursores, servitores buticularie, palefrenarii.

32 P. Partner, The Papal State under Martin v. The Administration and Government of the Temporal Power in the Early Fifteenth Century, Londres, 1958; B. Schimmelpfennig, Der Papst als Territorialherr im 15. Jahrhundert, dans F. Seibt et W. Eberhard (éd.), Europa 1500. Integrationsprozesse im Widerstreit: Staaten, Personenverbände, Christenheit, Stuttgart, 1987, p. 84-95. Pour les traces de nomination d’officiers dans d’autres États ou principautés à la même époque, voir par exemple, pour la période 1410-1425, v. Bartoccetti, « Liber offitiorum civitatum, terrarum atque locorum magnifici et excelsi domini nostri Pandulfi de Malatestis in Marchia » (Archivio comunale di Fano. Codici Malatestiani, vol. 7), dans Studia Picena, 1, 1925, p. 13-65.

33 T. Frenz, Zum Problem der Reduzierung der Zahl der päpstlichen Kanzleischreiber nach dem Konzil von Konstanz, dans W. Schlögl et P. Herde (éd.), Grundwissenschaften und Geschichte-Festschrift für Peter Acht, Kallmünz, 1976 (Münchener historische Studien Abteilung geschichtlichen Hilsfwissenschaften, 15), p. 256-273. Cette volonté de réduction du nombre des officiers demeure une préoccupation, au moins affichée, dans les décennies suivantes : Bullarium diplomatum et privilegiorum sanctorum romanum pontificum Taurinensis editio, 23 vol., Turin, 1856-1872 (désormais cité Bullarium romanum), v, p. 32-33, Praefinitio numeri clericorum Camerae apostolicae praesidentium ad septem, Ferrare, 11 juillet 1438 ; ibid., p. 207-208, Reductio auditorum Rotae romanae ad numerum duodecim, Rome, 14 mai 1472.

34 Ces appellations elliptiques, d’usage parmi les archivistes et les historiens, sont confirmées par l’inventaire de la Chambre apostolique de 1440 qui distingue, en précisant la typologie des documents, les Libri juramentorum officialium et les Libri bullarum officiorum (E. von Ottenthal, Die Bullenregister Martin v. und Eugen iv., dans Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, Ergänzungsband, 1, 1885, p. 401-589, p. 568 « Verzeichniss der 1440 in der päpstlichen Kammer befindlichen Register Martin v. und Eugen iv ».).

35 O. von Mitis, Curiale Eidregister...

36 F.-C. Uginet, Le Liber officialium de Martin v, Rome, 1975 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Fonti e sussidi, 7).

37 O. von Mitis, Curiale Eidregister..., p. 434-438 et F.-C. Uginet, Le Liber officialium..., p. 12.

38 F.-C. Uginet, Le Liber officialium..., p. 108 : résignation par un certain Bonnet, du diocèse de Besançon, de sa charge de sergent d’armes entre les mains d’Odone Poggio de’ Varri, trésorier de la Chambre apostolique et lieutenant du vice-camérier, Rome, 28 novembre 1428.

39 Depuis fidelitatis prestitit juramentum (F.-C. Uginet, Le Liber officialium..., p. 36), jusqu’à juravit officium collectorie fideliter exercere (ibid., p. 58) en passant par de officio ipso fideliter exercendo in forma consueta (...) prestitit juramentum (ibid., p. 55) et juravit in forma camere (...) de fideli reddenda racione (ibid., p. 54).

40 E. von Ottenthal, Die Bullenregister... Sur l’activité de délivrance de bulles par la Chambre apostolique de manière générale, du même auteur, Römische Berichte iv. Bemerkungen über päpstliche Cameralregister des 15. Jahrhunderts, dans Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 6, 1885, p. 615-626. De manière générale, voir M. Giusti, Studi sui registri di bolle papali, Cité du Vatican, 1979 (Collectanea Archivi Vaticani, 1), p. 14-15.

41 À ce sujet, voir J. de Loye, Les archives de la Chambre apostolique au xive siècle. Première partie : inventaire, Paris, 1899 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 80).

42 L. M. Bååth, L’inventaire de la Chambre apostolique de 1440, dans Miscellanea archivistica Angelo Mercati, Rome, 1952 (Studi e testi, 165), p. 135-157.

43 ASV, Reg. Vat. 348, fol. 7* et v et 1.

44 F.-C. Uginet, Le Liber officialium..., p. 22-28.

45 Ibid., p. 13.

46 L. M. Bååth, L’inventaire..., p. 143-144 ; voir aussi E. Pitz, Supplikensigna tur... cité n. 11, p. 164.

47 En partie d’après les informations fournies par Sussidi per la consultazione dell’Archivio Vaticano. I. Lo Schedario Garampi. I Registri Vaticani. I Registri Lateranensi. Le « Rationes Camerae ». L’archivio concistoriale, nuova edizione a cura di G. Gualdo, Cité du Vatican, 1989 (Collectanea Archivi Vaticani, 17) : Martin v : ASV, Reg. Vat. 348 à 351 (Officiorum), ASR, Camerale I, 1711 et 1712 (Officialium) ; Eugène iv : ASV, Reg. Vat. 381 à 383 (Officiorum), 384 et ASR, Camerale I, 1713 (Officialium) ; Nicolas iv : ASV, Reg. Vat. 432 et 433 (Officiorum), 434 et 435 (Officialium) ; Calixte III : ASV, Reg. Vat. 465 et 466 (Officiorum), 467 (Officialium) ; Pie II : ASV, Reg. Vat. 515 à 517 (Officiorum) ; Paul II : ASV, Reg. Vat. 542 et 543 (Officiorum), 544 et 545 (Officialium) ; Sixte iv : ASV, Reg. Vat. 656 à 659 (Officiorum) ; Innocent viii : ASV, Reg. Vat. 694 à 696 (Officiorum), 697 (Officialium) ; Alexandre vi : ASV, Reg. Vat. 876 à 878 (Officiorum), 875 (Officialium) ; Jules II : ASV, Reg. Vat. 989 et 990 (Officiorum) ; Léon x : ASV, Reg. Vat. 1211 (Officiorum). Un inventaire datant de l’époque d’Innocent viii mentionne l’existence dans les archives de la Chambre d’un plus grand nombre de registres de serments, certains ayant donc été perdus entre-temps : E. Göller, Untersuchungen über das Inventar des Finanzarchivs der Renaissancepäpste (1447-1521), dans Miscellanea Francesco Ehrle. v. Biblioteca ed Archivio Vaticano, Biblioteche diverse, Rome, 1924 (Studi e testi, 41), p. 227-272, part. p. 249-250, « 20. Libri (registra) iuramentorum officialium ». Sur les emprunts, distractions d’archives à la Chambre apostolique, voir Bullarium romanum, v, p. 457-458, Contra occultantes vel retinentes scripturas ad reverendam Cameram spectantes, Rome, 18 août 1507.

48 Ainsi, un rapide relevé effectué dans le premier Liber officiorum de Jules II (1503-1513) (ASV, Reg. Vat. 989) dégage les charges suivantes (décrites ici dans l’ordre de leur apparition dans le registre) : scripteur apostolique, sommiste des bulles de la Chambre, protonotaire, soldonatus Urbis, acolyte, collecteur en Espagne, conservateur de Viterbe, collecteur en Sardaigne, procureur du fisc, légat du Patrimoine, solliciteur des lettres apostoliques, podestat de Bologne, sous-diacre, clerc de la Chambre, secrétaire apostolique, collecteur en Irlande, maître des lettres apostoliques, trésorier du pape, légat en Ombrie.

49 P. Prodi, Il sacramento..., cité n. 26, p. 231.

50 Ibid., p. 252, note 62.

51 Ibid., p. 254 : « (...) si passa globalmente dal giuramento ratione officii, come impegno a svolgere i compiti ricevuti dalla collettività o dal signore se-condo determinate norme e deleghe, nell’ambito di un rapporto feudale e/o contrattuale, al giuramento ex officio (non nel senso tecnico ristretto che il termine assume nel processo inglese), richiesto come dovere naturale a tutti i sudditi e come dovere particolare a coloro a cui è affidata per delega la gestione del pubblico potere o che semplicemente svolgono una funzione o compiono un’azione con risvolti pubblici ».

52 Bullarium romanum, v, p. 184-186, Gubernatores civitatum et aliorum locorum Status ecclesiastici, munera (praeter esculenta et poculenta quae triduo consumuntur) non recipiant, officia per papam conferri solita, non conferant, exules vel poenas, supra florenos sex non remittant, Rome, 18 mars 1466.

53 ASR, Preziosi, 18. Ce manuscrit de 137 feuillets, enluminé, a appartenu au cardinal Garampi (ex libris en tête du volume) avant d’entrer en possession de Costantino Corvisieri, président de la Società romana di Storia patria, dont une partie de la collection a formé à l’Archivio di Stato di Roma les Miscellanea Corvisieri, desquels le volume dont il est ici question a été retiré pour être intégré à la collection des Preziosi. Dans l’ordre où ils apparaissent – à partir du fol. 89, ou fol. 1* si l’on tient compte de la double foliotation –, les serments sont prêtés par les personnes suivantes : ab electo imperatore coram legatis apostolicis antequam ingrediuntur terras Ecclesiae, ab electo imperatore antequam transcendat ponticulum spinelli qui est prope portam viridariam, ab electo imperatore coram primo cardinale in capella beate Marie inter Turres, a camerario, a vicecancellario, a thesaurario generali, ab auditore camerariii et causarum camerae, a clericis camerae, a notariis camerae, a cubiculario papae, a capellanis, domicelli et familiaribus papae, a collectoribus, a depositario, ab iconomo papae et Ecclesiae romanae, a rectoribus provinciarum in quibus est thesaurarius, a thesaurariis generalibus, a rectore provinciae cui non datur thesaurarius, a supracoquo papae, a bullatore litterarum, a referendario papae, ab auditoribus monetae, a tabellionibus publicis, a notariis quando papa confert tabularia alicujus ecclesiae cathedralis vacantis, formae juramentorum secundum quae officiales sequentes qui pro tempore fuerint jurare debent in presentia majoris penitentiarii, ab auditore Palatii, a castellanis, a vicario civitatis etc. pro episcopo ad beneplacitum papae in temporalibus, forma abjurationis quae prestatur ab illo qui adhaesit antipapa et scismaticus fuit, a taliacotii qui erat de regno Siciliae et fuit per dominum Alexandrum quintum ab eo separatus et divisus et Ecclesiae romanae immediate submissus, a vicario seculari in temporalibus civitatis, a senatore, ab officialibus Urbis, a vexillifero, a malatesta, a registratoribus litterarum apostolicarum, a rescribendario, a distributore notarum, a computantibus et ascultantibus litteras in correctoria, ab ascultatoribus in cancellaria, a notariis Palatii, a grossatoribus, ab abreviatoribus, ab advocato et procuratoribus audientiae, ab abatissa, ab episcopo, a protonotariis, a correctore litterarum apostolicarum. D’écritures plus tardives, de la fin du xve siècle jusqu’au xviie siècle et aussi bien en latin qu’en italien, on note encore à la suite les mentions de serments du capitaine de la sainte Église romaine, des officiers de la ville de Rome, de la communauté des anciens de Plaisance, du syndic et procureur de la ville de Reggio Emilia, du syndic et procureur de la ville de Parme, des officiers supérieur de l’armée pontificale, et enfin d’un châtelain.

54 Seule une toute petite partie a été publiée il y a plus d’un siècle : Formole dei giuramenti del Senato Romano nel pontificato di Paolo II, dans Archivio storico romano di Storia patria, 4, 1881, p. 268-278.

55 P. Prodi (Il sacramento..., cité n. 26, p. 190, note 72) signale ainsi l’existence d’un Liber juramentorum Blasii de Cesena, magistri cerimoniarum, manuscrit enluminé de 79 feuillets composé vers 1530 pour la prestation de serments à la Curie et conservé sous la cote BAV, Chigi vi-178.

56 S. Carocci, Governo papale e città nello Stato della Chiesa. Ricerche sul Quattrocento, dans S. Gensini (éd.), Principi e città alla fine del Medioevo, San Miniato, 1996 (Centro di Studi sulla civiltà del tardo Medioevo San Miniato. Collana di Studi e ricerche, 6 ; Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Saggi, 41), p. 151-224, part. p. 178-180 et l’étude spécifique que lui consacre A. Petrini, La Tabula officiorum di Paolo II (1464-1471), dans le présent volume. Il existe un volume préparé de la même façon (répartition des charges par villes et territoires), datant aussi du xve siècle, mais demeuré en blanc sans qu’aucune mention de nomination y ait jamais été portée : ASV, Armadio XXXV, 54 (document amicalement signalé par Étienne Anheim).

57 ASR, Camerale I, 1714.

58 ASR, Camerale I, 1715 (1478-1492) : le registre concerne les offices de trésoriers provinciaux, de podestats, de préteurs, de scripteurs de la Chambre, de gouverneurs, de châtelains, de viguiers, de lieutenants de province et de juges. Ibid., 1716 (1479-1501, 1504, 1507) et 1717 (1506-1507, 1517, 1518, 1522) : les volumes sont exclusivement dédiés aux châtelains.

59 Voir dans ce volume la contribution de M. Vaqueiro Pineiro.

60 Les archives de la Chambre apostolique aux xvie et xviie siècles n’ont pas bénéficié de la même attention que celles des xive et xve siècles (J. de Loye, Les archives..., cité n. 41 et L. M. Bååth, « L’inventaire... », cité n. 42). Des sources éparses existent comme BAV, Vat. lat. 5302, fol. 88-91, « Inventarium omnium instrumentorum Camerae apostolicae romanae existentium », s. d. [pontificat de Jules III probablement].

61 Bullarium romanum, t. vi, p. 123-128, part. p. 127 : (...) ac quod cautiones idoneae per deputandos ab ipsis legatis ac eorum officiales de praemissis observandis dandae ad dictam Cameram apostolicam, in libro particulari, pro hujusmodi cautionibus annotandis ordinato, in quo cautiones, per gubernatores et vicelegatos praedictos, praestandae, annotandae erunt, annotari debeant, ipsorumque legatorum secretarii seu notarii deputandi a legatis ipsis litteras patetes officiorum suorum, nisi prius eis per fidem manu notarii ipsius Camerae factam constiterit quod cautiones praedictae annotatae fuerint, consignare non debeant, auctoritate et tenore praedictis perpetuo statuimus et ordinamus.

62 ASV, Armadio XXX, vol. 194 : le registre couvre la période de mars 1558 à mai 1562 (avec des ajouts jusqu’en 1564) (cité par C. Weber, Legati e governatori dello Stato pontificio (1550-1809), Rome, 1994 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Sussidi, 7), p. 55).

63 ASV, Reg. Vat. 1722. Il se décompose ainsi : fol. 1-20v (pontificat de Paul III), fol. 20v-59v (pontificat de Jules III), fol. 60-92v (pontificat de Paul iv), fol. 92v-117v (pontificat de Pie iv), fol. 117v-125v (pontificat de Pie v).

64 Voir infra.

65 P. Prodi, Il sacramento..., cité n. 26, p. 387-439.

66 v. Peri, Progetti e rimostranze. Documenti per la storia dell’Archivio Segreto Vaticano dall’erezione alla metà del xviii secolo, dans Archivum historiae pontificiae, 19, 1981, p. 191-237.

67 M. Giusti, Studi sui registri di bolle papali, Cité du Vatican, 1979 (Collectanea Archivi Vaticani, 1), p. 14-15.

68 Pour la bibliographie et un bref rappel sur la question, je me permets de renvoyer à O. Poncet, Secrétairerie des brefs..., cité n. 13.

69 T. Frenz, Die verlorenen Brevenregister 1421-1527, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 57, 1977, p. 354-365, part. p. 362.

70 ASV, Secr. Brevi 18 et 19 : brefs de députation de gouverneurs et préteurs de l’État ecclésiastique.

71 M. G. Pastura Ruggiero, La Reverenda Camera apostolica e i suoi archivi (secoli xv-xviii), Rome, 1987, p 14, note 5 et p. 61, note 10.

72 C. Weber (Legati..., cité n. 62, p. 55-73) a ainsi relevé, après l’ultime registre conservé à l’ASV (Reg. Vat. 2020, année 1567-1581), les volumes suivants qui gardent avant tout trace de nominations d’officiers et singulièrement de gouverneurs : ASR, Camerale I, 1722 (1581-1592), 1725 (1592-1601), 10 (1602-1609), 16 (1609-1621), 19 (1622-1627), 20 (1622-1625, copie partielle du précédent), 21 (16251629, suite du précédent), 22 (1629-1639), 24 (1643-1650). La proportion d’actes intéressant les gouverneurs est écrasante mais certains registres concernent à l’occasion d’autres offices ; comme le démontre le relevé des actes du volume ASR, Camerale I, 1725 : gouverneurs (64), vice-légat, châtelains (9), trésorier secret, office de la floreria Palatii, préteurs (2), garde du pape, recteur, préfet des hospitiorum papae. Il faut joindre à cette liste, outre la série des Signaturarum Sanctissimi, des volumes complémentaires accordant peu de place aux gouverneurs. Dans le volume ASR, Camerale I, 1724 dominent, pour la période 1584-1600, les officiers de la Chambre : camérier (2), notaires de la chambre (7), clercs de la Chambre (12), avocat des pauvres (2), trésorier général, commissaire général de la Chambre (3), gouverneur de Rome et vice-camérier (6), sénateur de Rome, gouverneur, procureur du fisc, bargello de Rome, premier collatéral de la Curie capitoline, sous-diacre du Palais apostolique, avocat consistorial, avocat du fisc.

73 C. Weber, Legati..., cité n. 62, p. 18.

74 ASR, Camerale I, 1723. Le volume comprend 177 feuillets, dont seulement 16 sont écrits. Les feuillets 1 à 15 couvrent la période du 24 mai 1584 au 6 mai 1585 et le feuillet 16 et v contient deux actes datés des 7 juin 1596 et 5 janvier 1598.

75 Les offices concernés sont les suivants dans leur ordre d’apparition dans le registre : mandataire et subhastator des enchères de dettes des juifs de Rome, suprastans Zecchae Urbis, notaire des dettes des juifs, lieutenant pour la délivrance du grade de docteur, contrascriptor du sel en gros de Rome, capserius salariae ad minutum vocatum Almae Urbis, commissaire de Ripetta, essayeur de la Zecca de Rome, notaire de la Zecca de Rome, punctator in gymnasio Urbis, proxénète de Ripetta, notaire de Rote, juge de Ripetta, bargello de Ripetta, réviseur de la mesure du sel en gros de Rome, garde des armes du Château Saint-Ange, proviseur du Château Saint-Ange, écuyer d’honneur (2), suprastans muniminis suburbiis S. Petri, mesureur de la Chambre, dépositaire de Narni, dépositaire des amendes d’Orvieto, commissaire des traites du Patrimoine, commissaire super quatronis, lieutenant pour conférer le grade de docteur.

76 Filippo Guastavillani entre en fonction le 14 mai 1584 (Hierarchia catholica, III, p. 81). Enrico Caetani, qui lui succède le 26 octobre 1587 (ibid., iv, p. 58) a été absent de Rome entre 1596 à 1598 car il se trouvait en Pologne en qualité de légat de Clément viii.

77 Preuve supplémentaire du caractère personnel de ce volume, à la fin (fol. 16v) figure un mandat de paiement en faveur de Lodovico Martini, héritier de Andrea Martini, en date du 5 janvier 1598.

78 M. G. Pastura Ruggiero, La Reverenda Camera apostolica..., cité n. 71, p. 68.

79 B. Schwarz, Die Organisation kurialer Schreiberkollegien von ihrer Entstehung bis zur Mitte des 15 Jahrhunderts, Tübingen, 1972 (Bibliothek des Deutschen historischen Instituts in Rom, 37).

80 Par exemple Bullarium romanum, v, p. 458-464, institution du collège des scripteurs d’archives de la Curie, Rome, 1er décembre 1507. Sur ce collège de création récente, voir A.-J. Marquis, Le collège des correcteurs et scripteurs d’archives. Contribution à l’étude des charges vénales de la Curie romaine, dans E. Gatz (éd.), Römische Kurie. Kirchliche Finanzen. Vatikanisches Archiv. Studien zu Ehren von Hermann Hoberg, 2 vol., Rome, 1979 (Miscellanea Historiae Pontificiae, 45-46), I, p. 459-471.

81 Voir supra.

82 Ainsi en est-il des registres du collège des secrétaires apostoliques, ouverts depuis 1487 et perdus en 1527, d’après un mémoire produit par le collège un siècle et demi plus tard (ASV, Armadio XXXVI, 43, fol. 507-518v, Summarium motus proprii B. Pii Quinti continens suppressionem ex sex locis supprimendis necnon confirmationem privilegiorum amplissimam, Rome, 1680, part. fol. 512).

83 ASV, Archivio dei protonotari apostolici, 51, Matricula protonotariorum apostolicorum honorariorum, 1587-1807.

84 Bullarium romanum, iv, p. 679-683, constitution relative à l’office et à la qualité des scripteurs et abréviateurs des lettres apostoliques, du gardien de la Chancellerie, des examinateurs de bulles et registres, des auditeurs, procureurs et notaires de la Rote et des avocats consistoriaux, Genève, 1er septembre 1418, part. p. 683 : [à propos des abréviateurs] quorum nomina sint in matricularia abbreviatorum dictarum litterarum inscripta.

85 B. Schwarz, Die Ämterkauflichkeit an der römischen Kurie : Voraussetzungen und Entwicklungen bis 1463, dans Monumenta Iuris Canonici, Series C, Subsidia, vii, Cité du Vatican, 1985, p. 451-463 ; voir aussi du même auteur, Die Entstehung der Ämterkauflichkeit an der Römischen Kurie, dans I. Mieck (éd.), Ämterhandel im Spätmittelalter und im 16. Jahrhundert (...), Berlin, 1984 (Einzelveröffentlichungen der Historischen Kommission zu Berlin, 45), p. 61-65.

86 B. Schimmelpfennig, Der Ämterhandel an der römischen Kurie von Pius II. bis zum Sacco di Roma (1458-1527), dans I. Mieck (éd.), Ämterhandel..., cité n. 85, p. 3-41. W. Reinhard, Ämterhandel in Rom zwischen 1534 und 1621, ibid., p. 42-60.

87 G. B. de Luca, Tractatus de officiis venalibus vacabilibus Romanae Curiae, Rome, 1682, repris par A.-J. Marquis, Le collège..., cité n. 80, p. 461-463 et F. Piola Caselli, Gerarchie curali e compravendità degli uffici a Roma tra il xvi ed il xvii secolo, dans Archivio della Società romana di storia patria, 114, 1991, p. 117-125, part. p. 119-120. Voir aussi S. Levati, La venalità delle cariche nello Stato pontificio tra xvi e xvii secolo, dans Ricerche storiche, 26, 1996, p. 525-543.

88 C. Weber, Senatus Divinus. Verborgene Strukturen im Kardinalskollegium der frühen Neuzeit (1500-1800), Francfort et al., 1996 (Beiträge zur Kirchen- und Kulturgeschichte, 2), p. 190 et suiv.

89 F. Piola Caselli, Aspetti del debito pubblico nello Stato Pontificio : gli uffici vacabili, dans Annali della Facoltà di Scienze politiche, Università degli Studi di Perugia, 11, 1970-1972, p. 98-170.

90 Bullarium romanum, x, p. 4-17, Rome, 9 février 1593, part. p. 4-5 : (...) alia vero, ut erant praedicta scriptorum, praesidentium, portionarum ac sanctorum Petri et Pauli militum, nec non archivii eiusdem Romane Curiae scriptorum ac minoris gratiae procuratorum, nonnullorumque aliorum officialium collegia hujusmodi, forsan privilegiorum aliquorum seu facultatum in dictorum collegiorum erectionibus aut alias concessorum, vigore seu quavis alia ratione vel praetextu, suos officiales solius supplicationis aut motus proprii vel cujusvis alterius cedulae piae memoriae Sixti Papae v, etiam praedecessoris seu ejus datarii vel alicujus super eo pro tempore deputati, manu obsignatae et subscriptae, aut litterarum patentium nuncupatarum, facta ostensione, lectura, nullis superinde litteris apostolicis prout alii superius expressi, expeditis, ad officia sua eorumque exercitia, fructuumque reddituum et proventorum ac emolumentorum perceptionem etiam admittebant, quibus efficiebatur ut, ob hujusmodi expeditionum et admissionum diversitatem ac concessionum gratiarum informitatem, utpote quaedam minus vel magis solemniter fiebant (...).

91 Ils représentent dans le fonds de la Daterie à l’Archivio Segreto Vaticano 166 volumes couvrant la période 1522-1809, auxquels il faut joindre des volumes distraits de ce fonds et conservés dans d’autres séries : Instrumenta Miscellanea 4801 (années 1522-1523), 4802 (année 1588), 4803 (année 1581), Armadio LIII, 57 (années 1617-1620 et 1625-1626). Les quatorze volumes de la période tridentine ont été étudiés par F. Litva, L’attività finanziaria della dataria durante il periodo tridentino, dans Archivum historiae pontificiae, 5, 1967, p. 79-174.

92 ASV, Fondo Camerale, Obligationes particolares, 8, Compositiones datariae (1502-1503) ; ibid., 9, id. (1505-1507). Sur les compositions et les comptes de la Daterie en général voir L. Célier, Les dataires..., cité n. 12, p. 87 et suiv. et F. Lit-va, L’attività..., cité n. 91, p. 86 et suiv.

93 F. Litva, L’attività..., p. 100, n. 15.

94 E. Göller, Hadrian vi und der Ämterkauf an der päpstlichen Kurie, dans Abhandlungen aus dem Gebiete der mittleren und neueren Geschichte und ihrer Hilsfwissenschaften. Eine Festgabe zum siebzigsten Geburtstag (...) Heinrich Finke gewidmet, Münster, 1925 (Vorreformationsgeschichtliche Forschungen Supplementband), p. 375-407.

95 Le fonds de la Daterie à l’Archivio Segreto Vaticano était encore, lors de l’élaboration de ce texte, en cours de reclassement.

96 ASV, Instrumenta miscellanea, 4803.

97 ASR, Camerale I, 1719, « Liber offitiorum Roman. Curiae vacan. Per obitum, incipien. De mense decembr., anno primo S.mi D. N. Clementis 1523 ».

98 Dans l’ordre d’apparition, voici les rubriques de ce volume : abréviateurs du Parc mineur, clercs de la Chambre, scripteurs apostoliques, scripteurs des brefs, scripteurs de la Pénitencerie et procureurs, scripteurs des archives de la Curie, secrétaires apostoliques, solliciteurs apostoliques, scripteurs des registres de suppliques et maîtres du registre des suppliques, enregistreurs et maîtres des bulles, collecteur de la taxe du plomb, chambriers et écuyers, écuyers apostoliques, chevaliers de Saint-Pierre, présidents de l’Annone et de Ripa, portionnaires, procureurs des lettres contredites, portiers de la Virga Rubea, lecteurs des lettres contredites, sous-diacre ou crucifaires, protonotaires participants, courriers, notaires de la Rote, crédentiaire du pape.

99 Sur ces sociétés, voir, entre autres, C. Bauer, Die Epochen der Papstfinanz, dans Historische Zeitschrift, 138, 1928, p. 457-503, part. p. 457-503.

100 ASR, Camerale I, 1718.

101 Bullarium romanum, vii, p. 60-62.

102 Ibid., x, p. 4-17, Rome, 9 février 1593.

103 Ibid., vii, p. 155-158, Réforme de la Rote, Rome, 27 décembre 1561 ; ibid., p. 193-197, Réforme de la Pénitencerie, Rome, 4 mai 1562 ; ibid., p. 200-203, Réforme de l’office de correcteur de la Chancellerie et des lettres de petite justice, dites des contredites, Rome, 27 mai 1562 ; ibid., p. 203-207, Réforme du tribunal de la Chambre, Rome, 27 mai 1562 ; ibid., p. 207-214, Réforme du tribunal de l’auditeur des causes de la Curie de la Chambre, Rome, 2 juin 1562 ; ibid., p. 214-224, Réforme des tribunaux ordinaires et autres juges de Curie et de l’office tant d’avocat et procureur des pauvres que du fisc de la Chambre, Rome, 30 juin 1562 ; ibid., p. 224-227, Réforme des référendaires de la signature de Justice, Rome, 1er juillet 1562 ; ibid., p. 310-323, Réforme du tribunal de la Chambre et de ses officiers, Rome, 1er novembre 1564 ; ibid., p. 246-250, Réforme de la Pénitencerie et de ses officiers, Rome, 18 mai 1569 ; ibid., p. 785-787, Réforme de l’office de correcteur de la chancellerie et des lettres de petite justice, dites des contredites, Rome, 21 octobre 1569.

104 S. Feci, Riformare in antico regime. La costituzione di Paolo v e i lavori preparatori (1608-1612), dans Roma moderna e contemporanea, 5, 1997, p. 114-140.

105 Litterarum apostolicarum desuper conficiendarum minutas seu rotulos compilandi, ac per aliquem seu aliquos ex dictarum litterarum apostolicarum scriptoribus arbitrio suo eligendos, solito stylo, conscribi faciendi, easque, postquam abeo recognitae, et ad supplicationem seu motus proprii cedulam collatae (...) in registrum penes eum conservandum referendi, et registratas, ad exemplum ut in aliis consuevit, conferendi, ac processum fulminatorium desuper sub proprio sigillo decernendi.

106 Hierarchia catholica medii Aevii (...), 9 vol., Munich-Padoue, 1898-2002, t. III, p. 126, Aversan., note 12.

107 En 1584, contre la somme de 6 000 scudi di moneta, il prenait à ferme six décimes en Lombardie pour le compte de la Chambre apostolique : ASR, Notai RCA 1231, fol. 141, 17 mai 1584, promesse du trésorier général de la Chambre à Olivier Lévesque ; ibid., fol. 833-834, reconnaissance par Olivier Lévesque, écuyer apostolique du nombre des participants, de la perception de six décimes en Lombardie.

108 Sur sa mission d’explication de l’affaire de Ferrare auprès de diverses cours européennes à partir de novembre 1597, voir K. Jaitner, Die Hauptinstruktionen Clemens’ viii. für die Nuntien und Legaten an den europäischen Fürstennhöfen 1592-1605, 2 vol., Tübingen, 1984 (Instructiones Pontificum Romanorum), t. I, p. ccxxxii. Il est intéressant de noter que l’auteur, par ailleurs remarquablement informé, ne signale nullement dans la notice biographique qu’il consacre à P. Orsini l’attribution de l’office de président des offices de Curie.

109 B. Katterbach, Inventario dei registri delle suppliche, Cité du Vatican, 1932 (Inventari dell’Archivio Segreto Vaticano), n’en parle pas dans son introduction.

110 Par exemple, ASV, Reg. Suppl. 4455, fol. 56v, résignation par le cardinal Francesco Barberini d’un office de chevalier de Saint-Paul à Luigi Bartholi, laïc de Florence, Rome, 1er avril 1626.

111 ASV, Reg. Suppl. 4861.

112 ASV, Reg. Suppl. 4861-4865 (1627-1644), 5036-5038 (1644-1655), 5274-5275 (1655-1666), 5320 (1667-1670), 5419 (1670-1676), 5609 (1682-1691), 5632 (1689-1691), 5766-5768 (1691-1700). Seul(s) le ou les volume(s) correspondant(s) aux années 1676-1682 semble(nt) avoir été perdu(s).

113 Bullarium romanum, t. xiii, p. 527-530, Rome, 28 mars 1627.

114 ASV, Secr. Brevi 939, fol. 74 et v, Rome, 28 mars 1627.

115 C. Weber, Die ältesten päpstlichen Staatshandbücher. Elenchus Congregationum, Tribunalium et Collegiorum Urbis 1629-1714, Rome-Fribourg-Vienne, 1991 (Römische Quartalschrift, Supplementheft, 45), p. 236.

116 Voir la contribution de G. Brunelli dans ce volume.

117 Voir l’article de M. A. Visceglia dans ce volume. Par exemple, BAV, Ruoli, 117 : dans ce volume de l’année 1593, Rolo della famiglia di papa Clemente viii, figurent, à côté des attendus parents du pontife régnant, officiers de chancellerie, de la Secrétairerie des brefs, Daterie, cardinaux, auditeurs de rote, avocats consistoriaux, camériers secrets, etc., figurent aussi les ambassadeurs étrangers accrédités auprès du pape.

118 A. Ferrajoli, Il ruolo della corte di Leone x 1514-1516, éd. v. De Caprio, Rome, 1984 (Biblioteca del Cinquecento, 23) [publié initialement dans l’Archivio della Società romana di storia patria de 1911 à 1918).

119 Bullarium romanum, vi, p. 185-186, Qui veri sint et familiares et continui commensales summi romani pontificis, Rome, 22 décembre 1534. Voir aussi la définition particulière de ceux qui sont attachés au service des prélats de Curie : ibid., p. 377-378, Familiares et servitores praelatorum romanae Curiae, salarium et stipendium pro biennio tantum et infra annum a die obitus illorum petere possint, Rome, 21 avril 1545.

120 Bullarium romanum, v, p. 116-118, Thesaurarius et clerici reverendae Camerae apostolicae veri familiares papae ejusque et Sedis apostolicae cappellani esse declarantur, Rome, 8 mai 1455.

121 Bullarium romanum, xvi, p. 47-56, Liste des familiers d’Alexandre vii, Rome, 17 août 1655.

122 Voir par exemple, BAV, Vat. lat. 15046, « Familiarum Sanctissimi D. N. D. Pauli papae IIII ad expediendum gratis in cancellaria », août 1546.

123 Voir ainsi les dispositions prises en 1654 après le scandale de l’affaire Mascambruno : O. Poncet, La provision des abbayes et des évêchés français de 1595 à 1661. Recherches sur l’esprit des institutions pontificales à l’époque de la Réforme catholique, Thèse de l’Université de Paris-iv-Sorbonne, 2 vol., 1998, t. I, p. 447-455.

124 Bullarium romanum, v, p. 690-691, Contra mentientes personas in litteris apostolicis ut earum expeditionem gratis assequantur officialesque eorum complices, Rome, 20 février 1517.

125 C. Weber, Die ältesten... : le premier annuaire rencontré est de 1629, le deuxième de 1644. La série devient plus régulière dans la seconde moitié du xviie siècle.

126 C. Weber, Die ältesten..., p. 35 : « Die ruoli bieten das Personal, das mit dem Tode eines Papstes wieder seine Stellung verliert, der Elenchus jenes, was überdauert ».

127 F. Gasparolo, Costituzione dell’Archivio Vaticano e suo primo indice, sotto il pontificato di Paolo V. Manoscritto inedito di M. Lonigo, dans Studi e documenti di storia e diritto, 8, 1887, p. 1-64 ; G. B. Beltrani, Felice Contelori ed i suoi studi negli archivi del Vaticano, Archivio della Società romana di storia patria, 2, 1879, p. 165-208 et 257-279, 3, 1880, p. 1-47. Voir par exemple le motu proprio chargeant Michele Lonigo de rassembler des documents relatifs aux aliénations et inféodations de l’État ecclésiastique : ASV, Arch. Arcis I-xviii, 1244, fol. 1-2v, Rome, 3 mai 1607. Une partie de ces relevés ont toutefois été utilisés par des historiens : S. Carocci, Governo papale..., p. 178, note 62.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540