Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Première partie. Naissance et affirmation d’une frontière (1530-1575)

Chapitre II. Une activité militaire permanente

Texte intégral

  • 1 « ...Paresceba a la Magestad del Rey Nuestro Señor que la guerra fue muy conveniente assi al servi (...)

« Il semblait à Sa Majesté le Roi notre Seigneur que la guerre servait autant au service de Dieu qu’au maintien et à la préservation de cette Ile et de cette Religion... »1.

  • 2 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 164.

1Tenu par une obligation nouvelle de soutenir l’Empereur ou les puissances chrétiennes, l’Ordre mena plusieurs « formes de guerre »2 au xvie siècle en Méditerranée, qui consistaient en une présence militaire constante dans tout l’espace maritime, aussi bien au Levant contre la flotte turque, qu’au Ponant, dans la lutte à outrance contre les Barbaresques et pour le contrôle des présides.

2L’activité guerrière des Hospitaliers ne fut guère secondée par la population maltaise avant la seconde moitié du siècle. Bien que l’archipel souffrît de multiples incursions musulmanes depuis le Moyen Âge, les Maltais n’avaient jamais possédé, avant l’installation de l’Ordre, les moyens financiers, humains et militaires pour les repousser. Bien que pleinement conscients du danger infidèle, ils ne vivaient pas encore complètement de la guerre et pour elle, au contraire des chevaliers qui la pratiquaient depuis le Moyen Âge. Ce ne devait être qu’à la faveur d’attaques musulmanes précisément dirigées contre l’archipel, en 1551 et en 1565, que les insulaires s’investirent pleinement dans les activités guerrières et corsaires en Méditerranée. Jusqu’à la fin du xvie siècle, la guerre devait donc être l’obligation et l’apanage exclusifs de l’Ordre.

3La participation active à une guerre d’escadres classique entre Espagnols et Ottomans, jalonnée par de grandes rencontres tout au long du xvie siècle, se traduisait par la présence en première ligne des galères ou des navires de guerre. Parallèlement, mettant à profit tous les moments de paix relative en Méditerranée, l’Ordre s’illustrait dans une activité guerrière différente, fondée sur des opérations de course, dans une guérilla permanente contre les Barbaresques si proches, et dans une « police des mers » très active qui devait faire de Malte un des lieux les mieux informés et les plus aptes à renseigner les puissances chrétiennes sur l’éventualité du « péril turc ». La participation militaire multiforme permettait d’insérer l’île de Malte dans tous les conflits méditerranéens, au point qu’elle en représenta un enjeu primordial. Progressivement donc, Malte devint une île stratégique dans la défense du bloc occidental et un élément essentiel de la ligne discontinue de la frontière chrétienne.

LA PARTICIPATION CONSTANTE AUX CONFLITS EN MÉDITERRANÉE

LES CONFLITS INCESSANTS ENTRE CHRÉ TIENS ET MUSULMANS

Les premières offensives au Levant

  • 3 Bosio, III, p. 99 ; E. Rossi, Storia della Marina dell’Ordine di San Giovanni... cit., p. 36.
  • 4 AOM 415, ff° 215r.-216r., 16 août 1531.
  • 5 AOM 415, ff° 219v.-220r., 31 août 1531.
  • 6 Victor Mallia-Milanes, Venice and Hospitaller Malta (1530-1798). Aspects of a Relationship, Malte, (...)
  • 7 Ibid., p. 17.

4Dès la reprise des conflits en 1530 entre musulmans et chrétiens, les galères de l’Ordre furent réquisitionnées par l’Espagne. Elles furent plusieurs fois expédiées au Levant, pour aider les galères chrétiennes dans leur tentative de reconquête de points d’appui perdus. En 1531, les galères de Malte recevaient donc l’ordre impérial de saccager la forteresse côtière de Modon, dans le sud-ouest du Péloponnèse : le 16 août, le Grand Maître Villiers-de-l’Isle-Adam avait commandé à une flotte composée de six galères (trois de l’Ordre, deux de Gênes, une de Sicile)3 qui partait de Malte, d’intrar et pigliar detto loco de Modone4, afin de soutenir la position de Venise au Levant5. En réalité, Venise refusa son aide aux galères de l’Ordre en manque de biscuits, qui arrivaient en Méditerranée orientale, témoignant par là de son désir de demeurer neutre et de ne pas mettre en péril ses relations avec la Porte6. Les galères arrivèrent en vue de Modon en septembre 1531 et le pillage de la ville par les chevaliers dura presque quatre heures7.

  • 8 A. Clot, Soliman le Magnifique cit., p. 119.
  • 9 Bosio, III, p. 113.
  • 10 AOM 415, f° 231v., 11 mai 1532.
  • 11 AOM 415, f° 232r., 21 juin 1532.
  • 12 A. Clot, Soliman le Magnifique cit., p. 120.

5La prise de Modon inaugurait le retour de l’Ordre au Levant, et le renouveau, après la parenthèse de l’errance, de ses affrontements offensifs contre les Ottomans. Cela devait bientôt se confirmer : en 1532, l’Ordre était de nouveau réquisitionné par Charles Quint, pour aider à la prise de la citadelle de Coron en Morée. Tandis que Soliman était occupé, d’avril à novembre, par une nouvelle campagne en pays danubien, après avoir déclaré la guerre à Ferdinand qui lui réclamait la restitution du territoire hongrois8, les trois galères de Malte, chargées de 50 chevaliers et de 200 uomini di capo, escortées de la caraque « Sainte-Anne » sur laquelle se trouvaient 100 chevaliers et 120 soldats9, soutenaient la flotte espagnole, menée par Andrea Doria, dans sa prise victorieuse de Coron. L’Ordre avait soigneusement aidé à la préparation de l’expédition, et par deux fois, en mai10 et en juin 153211, le Grand Maître avait envoyé en reconnaissance des navires maltais pour évaluer les forces en présence dans le bastion et rapporter des informations à la flotte espagnole. Celles-ci précisaient que la place n’était défendue que par 14 canons, tandis que la flotte de Doria se composait de 35 grosses unités et de 88 galères ; Coron céda donc rapidement et les efforts chrétiens se portèrent ensuite contre Patras, puis contre les forteresses de l’entrée du golfe de Corinthe12.

  • 13 A. C. Hess, The Forgotten Frontier... cit., p. 72.
  • 14 AOM 415, ff° 244v.-245r., 27 avril 1533.
  • 15 S. Paoli, Codice diplomatico... cit., p. 205 ; Bref de Clément VII, 11 juillet 1533 : [...] ad te (...)
  • 16 S. Paoli, Codice diplomatico... cit., p. 206 ; Bref de Clément VII, 8 décembre 1533.
  • 17 A. C. Hess, The Forgotten Frontier... cit., p. 72.
  • 18 A. C. Hess, The Forgotten Frontier... cit., p. 72.

6La campagne de Morée, qui permettait aux Impériaux de se placer le long de la frontière grecque, sur une position stratégique d’ou` ils pouvaient contrôler les routes marchandes de l’Adriatique, contribua à persuader Soliman de reporter à son tour ses intérêts militaires sur la Méditerranée13. En 1533, la flotte turque tenta vainement de récupérer Coron. En cette occasion, l’Ordre de Malte fut encore une fois fortement sollicité pour surveiller les mouvements de la flotte ennemie14 et pour aider à la défense du préside, sur ordre de l’Empereur, mais également du pape qui avait envoyé un bref au Grand Maître le 11 juillet 1533, pour lui demander de mettre sa flotte au service de Coron15. Puis, tandis qu’à la fin de l’année, les puissances chrétiennes se félicitaient de la victoire, et que le pape envoyait à l’Ordre un nouveau bref de remerciements16, Soliman prenait la décision d’utiliser son appui occidental en la personne de Barberousse. Un courrier impérial quittait Istanbul pour Alger et donnait ordre à Kheïr-Ed-Dine Barberousse de se rendre auprès du sultan17. Soliman nomma Kheïr-ed-Dine Barberousse kapudan pacha (grand amiral) de la flotte ottomane et beylerbey des Iles, lui intimant l’ordre de préparer la flotte pour le printemps suivant18.

7En 1534, les Ottomans commandés par Barberousse reprenaient par la force le préside de Coron, avant de prendre la direction du Ponant et d’entamer le 18 août le siège de Tunis. La supériorité militaire et la grande discipline des soldats turcs eurent rapidement raison des cavaliers de l’armée hafside et au milieu de l’année 1534, Tunis était devenue une place forte ottomane, ce qui contribuait à reporter subitement les intérêts espagnols sur la Méditerranée occidentale et les présides africains. L’ultime coup de force du corsaire poussait Charles Quint à entreprendre une reconquête de son ancien préside, à la tête d’une impressionnante armada, ou` les galères de Malte trouvèrent encore une fois leur place.

L’expédition de Tunis

  • 19 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 64.
  • 20 Sylvie Deswarte-Rosa, « L’expédition de Tunis (1535) : images, interprétations, répercussions cult (...)
  • 21 Gabriel Médina, « L’expédition de Charles Quint à Tunis. La légende et la vérité », in Revue tunis (...)

8L’expédition de Tunis se fit dans un contexte d’accalmie diplomatique en Europe, favorisant le réveil d’un esprit de croisade par-delà les dissensions politiques ou religieuses, au point que le pape et les princes italiens ne purent que se rallier au projet19. L’armée impériale qui s’ébranla en direction de Tunis, en 1535, était donc composée de 25000 hommes de nationalités très diverses, qu’ils fussent Espagnols, Portugais, Italiens (Lombards, Napolitains, Siciliens), Allemands, Albanais et bien sûr chevaliers de Malte20. Réunie d’abord à Barcelone, puis à Cagliari, la flotte de 400 navires s’était mise en mouvement le 14 juin pour atteindre Carthage le jour suivant21.

  • 22 AOM 416, ff° 193v.-194r., 23 mai 1535.
  • 23 Bosio, III, p. 141.
  • 24 A. C. Hess, The Forgotten Frontier... cit., p. 73.

9Les archives de l’Ordre livrent peu d’informations concernant l’expédition de Tunis. Le 23 mai, deux galères bien pourvues en chevaliers et soldats furent envoyées par le Grand Maître à la rencontre de la flotte espagnole, qui rejoignait à ce moment-là au large de Trapani les navires italiens22. Il est vraisemblable que la caraque de l’Ordre fut envoyée également, mais le galion fut gardé à Malte pour secourir Tripoli en cas de nécessité23. Les galères de l’Ordre, parties sous le commandement du Capitaine des galères, le chevalier de la Langue d’Italie, Aurelio Butigella, avaient pour consigne de se placer sous l’autorité exclusive d’Andrea Doria. Par la suite, et en cas de victoire chrétienne en Barbarie, les galères ne devaient pas de leur propre chef revenir à Malte, mais demeurer au service de Charles Quint, et se rendre au Levant si l’Empereur leur en donnait l’ordre. Du côté musulman, Barberousse n’était pas réellement pris au dépourvu par le débarquement chrétien ; il disposait d’environ 5000 Turcs et de nombreux soldats africains. Le siège fut marqué par une supériorité technique des Européens qui usèrent énormément du canon et de l’artillerie, et finalement, le 14 juillet, la ville tombait aux mains des chrétiens qui la pillèrent, tandis que Barberousse parvenait à s’enfuir et à regagner Alger24. Charles Quint plaça à la tête du Royaume Mulay Hassan, souverain hafside allié des chrétiens.

  • 25 Alphonse Dupront, Le mythe de Croisade, I, Paris, 1996, p. 377.
  • 26 P. Chaunu, M. Escamilla, Charles Quint cit., p. 262.
  • 27 S. Deswarte-Rosa, « L’expédition de Tunis... », art. cit., p. 113.
  • 28 P. Chaunu, M. Escamilla, Charles Quint cit., p. 265.
  • 29 Bosio, III, p. 145.

10La conquête de Tunis avait été d’autant plus soigneusement préparée par l’Empereur qu’elle correspondait chez lui à un « besoin de l’exaltation du combat »25. L’Espagne et Charles Quint, porteurs de plusieurs siècles de Reconquista, se réalisaient ainsi dans une nouvelle Croisade africaine, renouant avec l’héritage d’Isabelle de Castille et de Ferdinand d’Aragon26. Les gravures et tableaux de l’époque représentèrent l’Empereur sous les traits d’un nouvel Hercule, précédé de la Renommée et couronné par la Victoire27, ou bien sous ceux de Scipion l’Africain terrassant un nouvel Hannibal28. La victoire impériale rejaillit évidemment sur l’Ordre, qui apparaissait désormais comme un soutien à la fois familier et victorieux, des puissances chrétiennes en guerre contre l’Infidèle. Les participations militaires des chevaliers contribuaient ainsi à les grandir aux yeux de l’Europe, et à les faire considérer de nouveau comme le symbole d’une Croisade qui n’apparaissait plus anachronique. Les auteurs ne s’y trompaient pas, qui commençaient à exalter l’ardente desiderio che tutti i Cavalieri havevano di segnalarsi in quella guerra e di valorosamente combattere contra nemici della santa fede29.

11Mais cette reprise des activités militaires de l’Ordre au Levant, cumulée à sa présence nouvelle en Méditerranée occidentale, tant par son installation à Malte, île proche du littoral africain, que par son soutien aux expéditions espagnoles dans les présides, en faisait également un ennemi récurrent pour les Ottomans et plus particulièrement pour les Barbaresques.

Les revers : Prévéza, Alger

  • 30 AOM 416, f° 206v., 3 novembre 1536.
  • 31 Hüseyin Yildrim, « 16th Century Ottoman Navy in the Mediterranean sea and the Preveze naval battle (...)
  • 32 R. Mantran, Histoire de l’Empire ottoman cit., p. 153.

12A Malte même, on ne cachait pas ses inquiétudes au sujet des efforts militaires ottomans. Dès le mois de novembre 1536, l’Ordre informait le vice-roi de Sicile qu’une flotte grosse de 300 navires risquait de quitter Istanbul et de se rendre en Méditerranée occidentale30. La victoire espagnole à Tunis en 1535 avait eu pour conséquence immédiate de persuader la Porte d’accélérer ses préparatifs sur mer ; l’année 1536 avait donc été occupée tout entière par une activité intensive des arsenaux d’Istanbul, Izmit, Gemlik et Canakkale31. Dans l’entourage du sultan, un parti mené par Barberousse poussait le sultan à la guerre contre Venise32. Depuis la paix signée en 1502, aucun incident sérieux n’avait réellement opposé la République et la Porte, mais Venise avait mal toléré le rapprochement entre Soliman et François Ier, et surout la signature des Capitulations qui mettait fin à sa prépondérance au Levant. Désormais, tous les chrétiens qui souhaitaient commercer en Méditerranée orientale, sauf les Vénitiens, devaient se placer sous protection et autorité de la bannière française.

  • 33 AOM 416, ff° 218v.-219r., 13 août 1537.

13Les hostilités éclatèrent finalement en 1537, lorsque une flotte turque imposante débarqua dans les Pouilles, puis gagna Corfou. L’île était possession vénitienne depuis cent cinquante ans et les Vénitiens l’avaient puissamment fortifiée ; le siège ottoman échoua. Au même moment, les galères de l’Ordre tenaient informés la Sicile et Charles Quint de l’évolution des combats, par une surveillance épisodique de la Méditerranée Centrale33. La guerre entre Venise et les Ottomans se poursuivit sur mer, menée par Barberousse, qui soumit les unes après les autres presque toutes les possessions vénitiennes (Syros, Patmos, Ios, Egine)...

  • 34 Giuseppe Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Repubblica di Venezia nell’età moderna. Dal 1517 alla (...)

14Mais les inquiétudes de Malte et les difficultés de Venise ne devaient pas toucher dans l’immédiat les cours européennes ; entre 1536 à 1538, la France et l’Espagne étaient encore une fois en guerre, pour la possession du Milanais. Ces campagnes lassèrent toutefois rapidement populations et soldats, et la signature de la paix en 1538, consécutive aux rencontres de Nice en juin et d’Aigues-Mortes en juillet, permit enfin à la chrétienté d’entendre l’appel à l’aide vénitien. Au début de l’année 1538 donc, le sort de Venise émut le pape qui proposa la signature d’une Sainte Ligue entre l’Empereur, la République et le Saint-Siège, destinée à unir les forces chrétiennes contre les musulmans. La situation de Venise était fort délicate : l’adhésion à la Ligue risquait d’engendrer une brouille durable avec la Porte et de nuire à ses intérêts commerciaux ; toutefois, en opposant un refus au pape, Venise encourait le danger tout aussi grand de s’aliéner à la fois l’Empereur et la Papauté, qui pourraient profiter de l’occasion pour mettre un terme à son indépendance en Méditerranée34. Finalement, la Sérénissime choisit le camp chrétien et la Ligue fut signée le 8 février 1538.

  • 35 AOM 417, f° 250v., 28 juin 1538.
  • 36 AOM 417, ff° 251r.-251v., 16 juillet 1538.

15Dans l’attente des préparatifs, l’Ordre espionna à la demande de Doria, poursuivant ainsi une activité déjà pratiquée depuis quelques années. Les galères maltaises furent plusieurs fois envoyées jusqu’à Candie, pour s’informer des mouvements éventuels de la flotte ottomane ; en juin 1538 par exemple, un chevalier fut particulièrement chargé de surveiller les côtes de l’Adriatique, pour prévenir toute attaque ottomane, afin de vérifier que la Repubblica di Venezia non era minacciata35. Enfin, en juillet 1538, le vice-roi de Sicile donna ordre aux galères de Malte de rejoindre à Messine la flotte chrétienne, en vue d’un départ imminent36. Le choc des deux armées se produisit le 27 septembre 1538, à Prévéza, au sud de Corfou. La flotte ottomane en infériorité numérique repartit presque intacte, cependant que plusieurs navires chrétiens étaient pris ou coulés, et qu’Andrea Doria abandonnait sans vraiment combattre les lieux à ses adversaires.

  • 37 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Repubblica di Venezia... cit., p. 44.
  • 38 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 227.
  • 39 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 73.
  • 40 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 64.

16Les conséquences de Prévéza furent importantes. Pour Venise d’abord, qui en tira une amère leçon : elle prenait conscience de l’impossibilité de réduire la puissance turque et de son obligation désormais de s’en accommoder. Un fort parti en faveur de la paix s’étant développé dans la cité, la République se résigna à signer en 1540 un humiliant traité, par lequel elle abandonnait la Ligue chrétienne, puis était condamnée à laisser ses possessions au sultan et à payer un lourd tribut de 30000 ducats37. Le retrait de Venise rendait désormais impossible une coalition occidentale contre les Turcs, renforcés parfois par les galères françaises. « La sauvegarde collective de la chrétienté-méditerranéenne était ainsi sérieusement compromise »38 et le temps de la poussée offensive chrétienne semblait révolu. Le dernier sursaut devait se produire en 1541, à Alger. Car la lutte pour la maîtrise des présides en Afrique du Nord ne s’était pas interrompue, et avait été marquée par les insuccès espagnols devant Mahdia en 1535, puis devant Sousse deux ans plus tard. La fortune ne devait cependant pas demeurer en permanence contraire aux chrétiens, et en 1540, Andrea Doria s’emparait de Sfax, de Sousse et de Monastir, rapidement évacuée39. Devant ces victoires aisées, et dans un contexte européen désormais pacifié, Charles Quint entreprit de mener contre la cité corsaire d’Alger l’expédition dont il rêvait depuis longtemps40.

  • 41 AOM 418, f° 186v., 24 août 1541.
  • 42 A. Clot, Soliman... cit., p. 158.
  • 43 Bosio, III, p. 199.
  • 44 P. Chaunu, M. Escamilla, Charles Quint cit., p. 287.

17Encore une fois, les archives de l’Ordre se révèlent avares en renseignements concernant la participation des chevaliers à cette infructueuse expédition. Nous devons nous contenter d’une note rapide, qui précise que le 24 août1541, le Grand Maître donna ordre à quatre galères de l’Ordre de rejoindre la flotte impériale qui, devant bientôt gagner Alger41, était effectivement réunie à Majorque à ce moment-là42. En réalité, l’armée partit bien plus tard, en octobre, et essuya une forte tempête qui mit à mal plus de 150 navires, et noya les assiégeants à proximité de la ville. En dépit de l’orage, les galères de Malte parvinrent à rejoindre la flotte impériale, s’attirant l’admiration de Charles Quint, qui, selon Bosio, aurait criéà Doria que non potrebbero navigare con questo tempo altre galere se non quelle di San Giovanni43. Néanmoins, pour l’Empereur, tout le prestige gagné à Tunis venait de sombrer dans l’inimaginable défaite d’Alger44.

  • 45 AOM 422, ff° 222v.-223r., juillet 1551 (Mémoire de l’Ordre pour expliquer la perte de Tripoli).
  • 46 Charles Monchicourt, « Épisodes de la carrière tunisienne de Dragut », dans Cahiers de Tunisie, n° (...)
  • 47 Carmelo Trasselli, « La conquista di Tripoli nel 1510 vista dalla Sicilia », dans Histoire économi (...)

18Après 1541, il semble que les grands conflits s’apaisent en Méditerranée ; durant cette période en effet, l’investissement des puissances dans la guerre d’escadres fut moindre, tandis que les côtes chrétiennes profitaient de la paix relative pour hâter leur processus de fortification. Mais les conflits entre les Espagnols et les musulmans pour la conquête et la maîtrise des présides en Afrique du Nord ne s’étaient pas atténués pour autant : en 1550, Dragut s’était emparé de Monastir, puis de Mahdia dont il fut chassé à la fin de l’année par l’armée espagnole conduite par Andrea Doria et soutenue par les quatre galères de Malte45. Pourchassant la flotte barbaresque, les Espagnols tentèrent de déloger Dragut de Jerba ou`il s’était réfugié ; après une évasion spectaculaire, grâce au creusement d’un canal au travers des sêches au sud de l’île, qui lui permet de sauver sa flotte, le chef barbaresque gagna le Levant, se soumit à la Porte et rejoignit en mai 1551 Nègrepont ou`étaient concentrées les forces navales turques46. Une armée ottomane commandée par Sinan Pacha, Dragut et Salah Raïs, beylerbey d’Alger, s’apprêta en représailles à s’attaquer à l’Ordre, afin de récupérer, à défaut de Mahdia, le préside de Tripoli, aux mains des chrétiens depuis 151047.

  • 48 Voir Chapitre IV.
  • 49 Mercedes García-Arenal y Miguel-Ángel de Bunes Ibarra, Los Españoles y el Norte de África (siglos (...)
  • 50 M. García-Arenal et M.-Á. de Bunes Ibarra, Los Españoles y el Norte de África... cit., p. 81.
  • 51 M. García-Arenal et M.-Á. de Bunes Ibarra, Los Españoles y el Norte de África... cit., p. 85-87.

19La perte de Tripoli en 1551 (dont nous parlerons plus en détail ultérieurement48) fut suivie de celle de Bougie, en 1555 : la garnison du préside, qui ne fut pas soutenue par les galères de Saint-Étienne et de Malte, arrivées trop tard en vue des côtes africaines, s’était rendue à Salah Raïs49. Enhardi par son succès, le beylerbey d’Alger entreprit dans la foulée de s’emparer également d’Oran ; cette fois-ci, le préside espagnol ne dut sa sauvegarde qu’à la mort du beylerbey et au rappel des galères ottomanes au Levant50. Enfin, en 1558, la flotte espagnole s’illustra dans une tentative manquée contre Mostaganem, destinée à répondre aux multiples incursions barbaresques dont pâtissaient les populations des côtes catalanes et de l’archipel des Baléares51. Le maintien des tensions en Afrique du Nord était une des raisons de la reprise des hostilités entre les deux empires à partir de 1559-1560 ; entre le traité de Cateau-Cambrésis et le début des années 1570, la guerre redevint ainsi endémique en Méditerranée. Elle débuta officiellement par l’attaque chrétienne de Jerba, en 1560, dont l’Ordre fut un des instigateurs.

LE RENOUVEAU DES GRANDS AFFRONTEMENTS

Le désastre chrétien de Jerba

  • 52 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 281-282.
  • 53 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 284.

20Le mouvement des troupes espagnoles et chrétiennes en direction de Jerba résultait en fait d’un désir commun aux chevaliers de Malte et au vice-roi de Sicile, le duc de Medina Celi, de s’en prendre directement au chef corsaire Dragut en attaquant Tripoli. Au milieu du mois de juin 1559, Philippe II avait donné son consentement au Grand Maître et au vice-roi, concernant une attaque programmée contre Tripoli de Barbarie52. Philippe II se montrait d’autant plus favorable à une expédition, que l’ancien préside espagnol s’illustrait, depuis que Dragut en avait pris la direction en 1556, dans une course offensive contre les navires chrétiens, le long des routes de ravitaillement traditionnelles de la Méditerranée occidentale et au large des côtes siciliennes53.

  • 54 AOM 427, ff° 266r.-266v., 30 mai 1559.

21L’attaque de Dragut laissait évidemment supposer une riposte ottomane, que le jeune roi d’Espagne, et d’autres représentants du monde chrétien avec lui, pensait facilement écraser. L’Ordre de Malte lui-même, pourtant attentif aux moindres mouvements de la flotte ennemie, se leurrait au cours de l’été 1559 en se réjouissant de l’absence des Turcs à l’ouest de la côte albanaise : le 30 mai 1559, cinq galères avaient été envoyées en reconnaissance jusqu’en Adriatique, pour surveiller la venue des Turcs au Ponant ; après une longue observation de deux mois, elles avaient rapporté la certitude à Malte – que l’Ordre jugea inutile de confirmer par la suite – que les Turcs ne menaient en Méditerranée que de faibles incursions et qu’ils ne menaçaient pas directement la chrétienté54.

  • 55 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 286.
  • 56 AOM 428, f° 275r., 30 août 1560, Compte-rendu au Conseil de l’Ordre de l’expédition de Jerba.
  • 57 AOM 428, ff° 258r.-258v., 18 décembre 1559.

22Toutes les conditions semblaient donc réunies pour que les chrétiens, depuis le roi d’Espagne jusqu’au vice-roi de Sicile et aux chevaliers de Malte, sous-estiment la force navale ottomane, et décident, en dépit de l’infériorité numérique de la flotte hispanique, de mener une action contre la Barbarie à la sortie de l’hiver. Finalement, l’armée chrétienne, composée de dix à douze mille hommes recrutés en Espagne et dans les royaumes de Sicile et de Naples, et répartis sur plus de 80 navires55, quitta Messine au mois de décembre 1559. Le 18 décembre en effet, le Conseil de l’Ordre avait envoyé au devant des chrétiens ses cinq galères, deux galions et une galiote portant en tout 400 chevaliers, 700 soldats et 200 sapeurs environ, sans oublier les hommes d’équipage ordinaires56. L’Ordre avait même calculé la ration alimentaire à fournir pour chaque chevalier et soldat embarqué, qui s’élevait à 24 onces de biscuits et un quart de vin par jour pour les chevaliers, et à 20 onces de biscuits et deux tiers d’un quart de vin pour les soldats57.

  • 58 C. Monchicourt, « L’expédition espagnole de 1560 contre l’île de Djerba », in Revue tunisienne, n° (...)

23Toutefois, la lenteur des préparatifs, qui prirent bien six mois, avait nui à l’effet de surprise escompté et à la fin de l’année 1559, Dragut, pleinement informé du but de l’expédition, pouvait s’occuper de renforcer la défense de Tripoli. Parvenue le 16 février au large de Zuara, après deux mois d’un voyage difficile (dont dix semaines d’escale à Malte pour cause de mauvais temps), la flotte devait bientôt rebrousser chemin en direction de Jerba, après avoir appris que Dragut se trouvait à Tripoli58. L’arrivée à Jerba fut encore une fois contrariée par le mauvais temps, et les bateaux ne purent mouiller au large de l’île que le 7 mars 1560. Les chrétiens prirent facilement possession du Château de l’île et entamèrent des travaux de fortification.

  • 59 AOM 428, f° 266v., 30 avril 1560.
  • 60 AOM 428, f° 276r., 30 août 1560.
  • 61 Le rapport du 30 août (AOM 428, f° 276r.) évoque le 10 mai, qui est en réalité la date à laquelle (...)
  • 62 C. Monchicourt, « L’expédition espagnole de 1560... », art. cit., p. 245.
  • 63 C. Monchicourt, « L’expédition espagnole... », n° 107, sept. 1914, p. 424 (suite du précédent).
  • 64 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 290.

24De son côté, mettant à profit l’absence d’attaque de Tripoli, Dragut avait envoyé des courriers rapides à Istanbul, d’ou` une flotte de secours, commandée par Piali Pacha, partit au mois d’avril 1560. Les nouvelles de Levant circulèrent rapidement, portées par les navires, et confirmées régulièrement par les frégates de l’Ordre de Malte, envoyées en reconnaissance : le 30 avril, le chevalier Prospero Tor-nielle était parti sur une frégate de l’Ordre à destination de Corfou et de Céphalonie, et venait confirmer les craintes de la flotte chrétienne quant à l’arrivée imminente de l’armée turque59. Un rapport au Conseil daté du 30 août précisa d’ailleurs que la flotte ottomane, grosse de 83 navires, était passée au large de Gozo le 7 mai60, avant de se présenter devant Jerba le 11 du même mois61. Le heurt des flottes tourna immédiatement à l’avantage des musulmans, cependant que les chrétiens en déroute perdaient un tiers de leurs navires, dont la moitié de leurs galères, et laissaient quelques 7000 prisonniers aux Turcs62. Les musulmans victorieux rasèrent les fortifications chrétiennes de Jerba, ne laissant que l’ancien Château63... « Rarement, on avait vu pareille débâcle »64.

  • 65 Voir chapitre IV.

25Après la défaite chrétienne de Jerba, l’Ordre se trouva impliqué au premier chef dans les oppositions directes avec la rive musulmane. Il essuya d’abord le fameux long siège de Malte, qui se déroula de mai à septembre 1565, et qui opposa une armée musulmane de quelque 30000 hommes à une dizaine de milliers de chrétiens ; compte tenu de son impact sur Malte et sur les chevaliers, et de son rôle déterminant dans la constitution de la frontière maltaise, nous avons choisi de l’évoquer en détail dans un chapitre postérieur65. Mais outre le « Grand Siège », l’Ordre participa aux dernières grandes batailles, que fut d’abord celle de Lépante en 1571, puis celle de la conquête de Tunis en 1573.

La bataille de Lépante

  • 66 A. Clot, Soliman le Magnifique cit., p. 229.
  • 67 R. Mantran, Histoire de l’Empire ottoman cit., p. 155-156.
  • 68 Joseph Pérez, L’Espagne de Philippe II, Paris, 1999, p. 256-262.

26Dans un contexte d’apaisement des conflits en Méditerranée, les intérêts des Ottomans se portaient de nouveau sur l’Europe centrale, ou` l’Autriche avait cessé de payer son tribut à la Porte ; le nouvel Empereur, Maximilien II, fils et successeur de Ferdinand depuis 1564, avait brusquement refusé de reconnaître que la Transylvanie était vassale de la Porte et que la Hongrie centrale, avec Buda, appartenait aux Turcs66. Entre 1566 et 1568, chrétiens et musulmans s’affrontèrent donc encore une fois sur les terres européennes, jusqu’à la signature d’une paix de huit ans à Edirne, en 156867. Quant à l’Espagne de Philippe II, elle se trouvait au même moment doublement empêchée par la rébellion de nobles flamands aux Pays-Bas à partir de 1566, puis par une révolte morisque à Grenade, qui dura de 1568 à 157068.

  • 69 Diego de Haëdo, Histoire des rois d’Alger, Paris, 2001 (nouvelle édition).
  • 70 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 364.
  • 71 AOM 92, f° 89r., 2 août 1568.
  • 72 AOM 92, f° 140v., 9 mai 1569.
  • 73 AOM 92, f° 160r., 17 juillet 1569 et AOM 92, f° 170v., 10 septembre 1569.
  • 74 AOM 432, f° 268v., 24 janvier 1570 ; voir également Bosio, III, p. 845 (« crescevano in gran manie (...)
  • 75 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 373, note 4.
  • 76 AOM 432, f° 269r., 24 janvier 1570.
  • 77 AOM 92, f° 185v., 24 janvier 1570.

27La fin des conflits sur terre coïncidait avec une reprise des hostilités en Méditerranée occidentale comme orientale. Mettant à profit les difficultés momentanées de Philippe II, le corsaire Euch Ali, roi d’Alger depuis 156869, s’emparait sans coup férir de Tunis, chassant de la cité le monarque hafside Muley Hamida, allié de l’Espagne et fils de Muley Hassan que Charles Quint avait placé sur le trône en 153570. Depuis l’hiver 1568-1569, proliféraient les mauvaises nouvelles concernant une attaque turque dirigée contre les terres chrétiennes de Méditerranée occidentale. À Malte, les chevaliers très inquiets multipliaient les avertissements au roi d’Espagne et aux vice-rois de Sicile et de Naples en août 156871, en mai 156972, puis de nouveau en juillet et septembre 156973. Enfin, le 24 janvier 1570, le chevalier Nicolas de Myre parti en reconnaissance au débouché de l’Adriatique, revenait à la hâte informer l’Ordre qu’une nuova et fortissima armata turchesca veniva qui contro nostra isola di Malta74. Cet avis venait corroborer tous ceux reçus de Corfou le 10 janvier, par la Monarchie catholique75. Pour plus de sûreté, le Grand Maître envoya ensuite le chevalier à Naples et à Rome, pour informer les autorités chrétiennes de ce nouveau danger76, avant de prendre des mesures de défense dans l’archipel maltais77.

  • 78 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Repubblica di Venezia... cit., p. 54.

28Pourtant, ce fut à Chypre, et donc contre Venise, plutôt qu’en Méditerranée occidentale, que les Turcs portèrent leur attention. La République, en paix avec la Porte depuis 1540, ne prit la mesure du péril qu’au moment de la réception d’un ambassadeur turc, venu sommer les Vénitiens de rendre Chypre aux musulmans78. L’île représentait en effet un enjeu pour les Turcs, en tant que lieu d’accueil pour les navires des pèlerins se rendant à La Mecque et surtout en tant que repaire de corsaires chrétiens à évincer de Méditerranée orientale. Devant le refus vénitien, les troupes turques débarquèrent dans l’île en juillet 1570. Au début du mois de septembre, Nicosie était déjà entre leurs mains ; seule résistait encore Famagouste.

  • 79 AOM 433, f° 247v., 21 juin 1570.
  • 80 AOM 92, f° 206v., 28 juillet 1570. Trois galères sur quatre restèrent à l’ennemi, tandis que le ch (...)
  • 81 AOM 433, ff° 250v.-251r., 2 septembre 1570.

29De son côté, l’Espagne, après de longues hésitations, cédait finalement aux appels répétés du pape et de Venise, et acceptait de soutenir la lutte de la République. Les quatre galères de Malte furent appelées en renfort par Philippe II, pour rejoindre, sous le commandement du chevalier de Saint-Clément, la flotte de Gio Andrea Doria à Palerme. Elles partirent trop tôt, à la fin du mois de juin 157079, et attendirent vainement, durant un mois, l’arrivée de Doria et des navires chrétiens, avant de regagner Malte et d’être arraisonnées par les galères d’Euch Ali au large de Gozo80. Le résultat de cette malencontreuse entreprise fut que l’Ordre ne put fournir que trois galères lorsque Philippe II les lui réclama de nouveau en septembre 1570, en prévision cette fois d’une attaque chrétienne contre Chypre81.

  • 82 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 381.
  • 83 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Reppublica di Venezia... cit., p. 54.

30La flotte chrétienne, composée de près de 190 navires pontificaux, espagnols, vénitiens, maltais, siciliens, et rassemblée finalement à Suda, prit effectivement la direction du Levant à la fin de l’année. Mais surprise au large de Candie par le mauvais temps et ayant appris des nouvelles précisant que la quasi-totalité de Chypre était désormais aux mains des Turcs, elle se résolut à regagner la Méditerranée occidentale82. Dépourvue de tout soutien, la cité de Famagouste se rendit finalement aux assiégeants le 1er août 1571 ; Chypre était dorénavant possession ottomane83. Il n’en fallait pas plus pour ranimer en Europe chrétienne le désir de croisade contre la Porte.

  • 84 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 392.
  • 85 Michel Lesure, Lépante. La crise de l’Empire ottoman, Paris, 1972, p. 103.
  • 86 AOM 433, f° 262r., 4 mai 1571. L’Ordre avait reçu sa quatrième galère, entièrement construite dans (...)
  • 87 AOM 93, f° 23r.
  • 88 AOM 433, f° 264v., 6 août 1571.

31La seconde Ligue entre les puissances chrétiennes – l’Espagne, le Saint-Siège et Venise – fut conclue le 20 mai 1571, après de nombreuses hésitations consécutives à l’échec de l’entreprise de l’année précédente. La flotte chrétienne se mettait lentement en branle, au point qu’au milieu du mois de juin, les galères espagnoles chargeaient toujours à Ma´laga et à Majorque soldats et vivres ; à la fin du mois, les galères étaient à Gênes, puis descendaient sur Naples84. Enfin, le 24 août, les navires espagnols étaient rassemblés à Messine, ou` manquaient encore les 30 galères de Naples, mais ou` l’attendaient déjà les 56 galères vénitiennes, les 12 galères pontificales et les 3 galères de Malte85. Le 6 août, le Grand Maître avait en effet envoyé en Sicile trois de ses quatre galères86, commandées par le chevalier Joachim Spar, Grand Bailli d’Allemagne87 ; compte tenu des conditions exceptionnelles du moment, le chevalier avait la charge de justifier l’absence du Grand Maître par la nécessité en laquelle celui-ci se trouvait de restar in questo luoco alla difesa et custodia di questa Isola e della nuova fortezza che tanto importa alla cristianità88.

  • 89 AOM 448, ff° 223v.-224v., 4 octobre 1594 : « secondo l’antica consuetudine et possesso osservatori (...)
  • 90 AOM 93, ff° 35v.-36r., 22 septembre 1571 ; Dal Pozzo, I, p. 17.
  • 91 AOM 449, ff° 212v.-214v., 5 décembre 1596. Controverse avec les Génois et ambassade de l’Ordre aup (...)
  • 92 Giovanna Motta, « Da Messina a Lepanto. Guerra ed economia nel Mediterraneo cinquecentesco », in G (...)

32Nous savons par une controverse qui opposa durablement (des années 1590 à 1674 !) la République de Gênes à l’Ordre, que les galères de Malte tenaient toujours une place d’honneur au sein de la flotte, à la droite de la Capitane du Pape, ou à la droite de la Reale du roi d’Espagne, quand les galères pontificales ne participaient pas à l’expédition89. Cette prééminence de l’Ordre dans la flotte chrétienne devait être rappelée publiquement le 22 septembre 1571, par un bref du pape Pie V90. L’étendard de l’Ordre jouissait donc, depuis sa participation aux premières expéditions de Charles Quint, d’une préséance sur celui de tout autre prince ou de toute autre république, particulièrement celle de Gênes qui tenta à la fin du xvie siècle de lui ravir ce privilège91. De son côté, la flotte ottomane, sous le commandement d’Ali Pacha, multipliait depuis juin les razzias le long des côtes grecques, et saccageait les possessions vénitiennes de Corfou, Céphalonie et Zante. À la nouvelle de l’arrivée de la flotte chrétienne grosse de plus de 40000 hommes, les Turcs se replièrent vers la Grèce. Les deux armées se firent donc face dans les eaux du golfe de Lépante le 7 octobre 1571, découvrant l’ampleur respective de leurs forces, qui se montaient à 230 navires de guerre pour les musulmans et à 208 galères et 6 galéasses pour les chrétiens92.

  • 93 Jean Bérenger, « 7 octobre 1571. Chrétiens contre Turcs à l’époque des Doria : la bataille de Lépa (...)
  • 94 Charrière, III, p. 188. Le fait est confirmé par les archives ottomanes (voir M. Lesure, Lépante.. (...)

33Le combat tourna à l’avantage des chrétiens, et la flotte turque fut anéantie ; seules trente galères parvinrent à regagner Istanbul, sous la conduite d’Euch Ali. Les pertes ottomanes et chrétiennes étaient considérables ; les Turcs déploraient 25000 blessés et tués et 50 galères sombrées, cependant que les chrétiens avaient perdu 8000 hommes, comptaient plus de 20000 blessés avec 15 galères disparues93. L’Ordre avait également perdu de nombreux hommes, ainsi qu’une galère, la Capitane, qui s’était illustrée au cours d’un furieux combat contre trois galères musulmanes, et qui fut prise par Euch Ali. Sur la galère, seuls trois chevaliers blessés survécurent94.

  • 95 Odysseus N. Kapetos, « The battle of Lepanto », in Paolo Alberini (dir.), As petti ed attualità de (...)
  • 96 AOM 93, f° 38v., 23 octobre 1571 ; Dal Pozzo, I, p. 31.
  • 97 AOM 93, f° 39r., 29 octobre 1571 ; Dal Pozzo, I, p. 32.
  • 98 AOM 433, ff° 268r.-269r., 11 décembre 1571.

34Les conséquences de Lépante furent importantes. Pour le monde chrétien, elle symbolisa la victoire sur les Infidèles et donna lieu à d’importantes réjouissances et commémorations. De nombreux tableaux furent peints par Titien, Tintoret, Véronèse en l’honneur de la victoire, tandis que Don Juan d’Autriche était félicité par le pape et que le Vénitien Sebastiano Veniero était choisi comme doge en 157795. Le 23 octobre 1571, le pape envoya à l’Ordre un bref pour le féliciter de sa participation héroïque à la maxima et gloriosa victoria des chrétiens à Lépante96. Puis le 29 octobre, Pie V expédiait deux nouveaux brefs à Don Juan d’Autriche et à Marco Antonio Colonna, vice-roi de Sicile, pour leur recommander les chevaliers de l’Ordre de Malte che con tanto valore, havevano operato e ch’erano del nome christiano tanto benemeriti97. Enfin, au mois de décembre, le Grand Maître délégua plusieurs chevaliers auprès du Saint-Siège ; en chemin, les chevaliers devaient faire halte à Messine, pour y rencontrer Don Juan d’Autriche et le féliciter au nom du Grand Maître de la victoire. Enfin parvenus à Rome, ils devaient assister à une cérémonie officielle par laquelle le Pape donnait au chevalier Romegas la Grand-Croix et la dignité de Turcopilier, en récompense de sa grande bravoure au combat98.

  • 99 Pour plus de détails concernant la mythification de l’Ordre et de Malte, voir le chapitre IV.

35L’Ordre ne pouvait donc que tirer gloire et prestige de sa participation à Lépante. Déjà victorieux des musulmans lors du siège de 1565, il confirmait en 1571 son rôle de protecteur de la chrétienté et offrait aux yeux des contemporains l’image d’une réputation de bravoure et de force méritée. Pour un Occident qui revivait dans Lépante ses vieux rêves de croisade, l’Ordre de Malte faisait figure de défenseur par excellence d’une nouvelle Terre Sainte99.

Les derniers affrontements : Tunis reprise et perdue à nouveau

  • 100 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 383.
  • 101 F. Braudel, « Bilan d’une bataille », in Gino Benzoni (dir.), Il Mediterraneo nella seconda metà d (...)

36La bataille de Lépante avait certes été perçue comme un événement qui annonçait la fin de l’« enchantement de la puissance turque »100 en Occident, mais l’abondante littérature hagiographique chrétienne ne pouvait masquer la réalité d’une flotte turque reconstituée entièrement dès 1572 et de la modernisation de l’armée ottomane sous le commandement d’Euch Ali101, fait kapudan pacha par Sélim II à la fin de l’année 1571.

  • 102 AOM 434, f° 251r., 21 novembre 1572.
  • 103 R. Mantran, « L’écho de la bataille de Lépante à Constantinople », in G. Benzoni (dir.), Il Medite (...)
  • 104 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Reppublica di Venezia... cit., p. 57.

37Dès le printemps 1572, l’Empire turc était en mesure d’aligner de nouveau 200 à 250 galères, qui s’opposèrent bientôt aux chrétiens au Levant. Car la Ligue ne s’était pas brisée au lendemain de Lépante, et en 1572, Philippe II entreprenait une nouvelle offensive en Morée, avec une flotte imposante, partie de Messine à la fin de l’été. L’Ordre était évidemment du combat, ses trois galères ayant été envoyées à la rencontre de Don Juan d’Autriche à l’automne 1572102. L’affrontement entre les flottes se solda cette fois par une défaite chrétienne. Le redressement militaire ottoman et l’échec chrétien de 1572 eurent pour conséquence la signature d’une paix vénéto-turque le 7 mars 1573103 et le retrait de Venise de la Ligue chrétienne. Les conditions de la paix étaient dures pour la République : en dédommagement des dépenses induites par la guerre de Chypre, elle devait payer la somme de 30000 ducats en trois ans ; en outre, elle était contrainte de rendre la place de Sopot en Dalmatie, de renoncer définitivement à Chypre et voyait enfin son tribut annuel augmenter de 500 à 1 500 ducats104.

  • 105 AOM 434, ff° 257r.-257v., 24 avril 1573. Les soldats furent mis à disposition de l’Ordre en mai, p (...)
  • 106 AOM 93, ff° 142r.-143v., 13 mai 1573 ; Dal Pozzo, I, p. 69.

38Désormais, la Ligue avait vécu et le dernier combat en Afrique ne devait être qu’espagnol. En 1573, Philippe II n’avait pas oublié la destitution de Mulay Hamida par Euch Ali, qui s’était ainsi rendu maître de Tunis, et souhaitait reprendre la cité. L’Ordre était encore une fois réquisitionné par l’Espagne : en avril 1573, le chevalier Diego de Solis avait été envoyé à Messine pour rencontrer Don Juan d’Autriche et planifier avec lui la future expédition. Dans le même temps, l’Ordre, sans cesse inquiet des menaces que faisait peser sur Malte la flotte turque, profitait de l’occasion pour réclamer à Philippe II des armes et 2 500 soldats siciliens pour aider à la défense de son île105. La menace n’était pas si imaginaire, puisqu’en mai 1573, le pape exhortait par un bref, tous les chevaliers de l’Ordre en Europe, à rejoindre Malte pour la protéger d’une éventuelle attaque106.

  • 107 AOM 434, f° 263r., 29 août 1573.
  • 108 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 421.
  • 109 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 83.

39Finalement, en août, trois galères de l’Ordre rejoignirent la flotte espagnole et prirent avec elle la direction de la Barbarie au début du mois d’octobre107. Les effectifs se montaient à 25000 hommes environ, répartis sur plus de 100 galères et 31 navires, sans omettre les multiples barques chargées de vivres. Le 10 octobre, Don Juan d’Autriche était maître de Tunis d’ou` les habitants avaient fui sans combattre ; après son départ, il laissait derrière lui une garnison de 8 000 hommes pour tenir la nouvelle possession espagnole108 . Mais la conquête de Tunis, qui posait à la couronne espagnole le récurrent problème de la tenue des présides et du ravitaillement des garnisons, appelait évidemment une riposte musulmane. L’année suivante, à la fin de l’été 1574, une flotte turque de 230 galères, commandées par Euch Ali et Sinan Pacha, s’emparait à son tour de Tunis et enlevait dans la foulée le vieux bastion espagnol de La Goulette109. Trois ans plus tard, en 1577, une trêve hispano-turque était officiellement signée, mettant fin aux grands conflits méditerranéens.

40En un demi-siècle jalonné de grandes batailles entre Ottomans et Espagnols, le rôle des Hospitaliers et de Malte s’était progressivement affirmé en Méditerranée. Fragile ordre en errance porteur de la terrible défaite de Rhodes et soutien contraint des chrétiens en guerre, l’Ordre de Saint-Jean était devenu l’allié nécessaire de la politique espagnole. Appelé régulièrement en renfort des galères chrétiennes au Levant ou au Ponant, l’Ordre joua d’abord un rôle ingrat au moment des défaites chrétiennes, celles-ci contribuant à ternir son image, puis de plus en plus prestigieux à la faveur de victoires successives.

41Il avait ainsi rempli durant cette période, au bénéfice de la couronne d’Espagne comme au sien, son devoir premier à l’égard des puissances chrétiennes. Mais son rôle ne se limitait pas à la participation constante aux expéditions ; il lui fallait également assurer la protection de son île et de son préside. Pour ce faire, il se trouvait dans l’obligation de diversifier ses activités militaires par une réponse à la course barbaresque qui s’intensifiait au même moment en Méditerranée occidentale et par une protection des routes maritimes reliant particulièrement Malte à la Sicile et Malte à Tripoli. Cette autre lutte, plus personnelle, qui devenait l’activité principale des chevaliers lors de tous les moments de relative accalmie, contribuait à faire de l’Ordre l’ennemi par excellence des Barbaresques et à accentuer l’importance de Malte comme île de la frontière chrétienne.

LA GUERRE DEPUIS MALTE

L’ACTIVITÉ EN TERRE ENNEMIE

Les menaces contre Tripoli

  • 110 Bosio, III, p. 80.

42Les présides, ces points de la frontière chrétienne portés en territoire musulman et âprement défendus par l’Empire espagnol, étaient fragiles. Constamment menacés par les puissants chefs corsaires que furent successivement Barberousse, Dragut et Euch Ali, ils nécessitaient un secours constant et un investissement militaire important. En Barbarie, l’action de l’Ordre consista donc en un fort investissement dans la surveillance et la défense de son préside, Tripoli. Situé sur la côte africaine, à quelques milliers de kilomètres de Malte, Tripoli était un préside espagnol depuis sa conquête en 1510. Entre1510 et1530, la Monarchie Catholique s’était efforcée de lui assurer une protection minimale, par la construction de remparts et d’un Castello, dont l’état avait fort effrayé l’Ordre, au moment de la visite des huit chevaliers envoyés en reconnaissance par le Grand Maître en 1524110.

a) Les problèmes de gestion

  • 111 Carmelo Trasselli, « La conquista di Tripoli nel 1510 vista dalla Sicilia », in Histoire économiqu (...)
  • 112 M. Fontenay, « Charles Quint, Malte et la Méditerranée », art. cit., p. 14.
  • 113 Murray Gordon, L’esclavage dans le monde arabe (viie-xxe siècle), Paris, 1987, p. 116-117.
  • 114 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 240.

43Pendant toutes les années ou` la place fut chrétienne, Tripoli souffrit à la fois d’une faiblesse défensive et de difficultés de ravitaillement et d’entretien des garnisons111. Le don du préside aux chevaliers était apparu à Charles Quint comme un commode moyen de se soulager du poids financier que représentait la conservation et l’entretien du lieu112. De fait, les Hospitaliers furent dès leur installation, confrontés à des problèmes cruciaux de gestion et de défense. En dépit de cette apparente fragilité, Tripoli demeurait un lieu important pour l’Espagne et l’Ordre à la fois. Premier préside espagnol en Méditerranée orientale, il se trouvait sur la route méridionale reliant le Maghreb au Proche Orient, qui était également celle du pèlerinage vers La Mecque. En outre, Tripoli constituait le débouché d’une des principales routes transahariennes de l’or et des esclaves113, qui avait dû être détournée vers Tajura à partir de 1510114.

  • 115 E. Rossi, « Il dominio dei Cavalieri di Malta a Tripoli (1530-1551) e i rapporti dell’Ordine con T (...)
  • 116 AOM 286, f° 59r., Chapitre Général de 1533.
  • 117 E. Rossi, « Il dominio dei Cavalieri di Malta a Tripoli... », art. cit., p. 47.
  • 118 AOM 287, f° 66v., Chapitre Général de 1548 : « in questa città di Tripoli, vi habitano molti mori (...)
  • 119 AOM 415, f° 247v., 10 juin 1533.

44Entre 1530 et 1551, onze gouverneurs se succédèrent à la tête de Tripoli, qui s’efforcèrent chacun de mieux garantir le ravitaillement depuis Malte et la défense de la place115. Le gouverneur, élu par le Conseil116, était assisté de deux autres chevaliers, le lieutenant, qui aidait à l’administration du préside, et le trésorier, chargé de la gestion des fonds disponibles qui étaient prélevés annuellement sur les responsions. Dans le Castello, résidaient également deux cents chevaliers environ, et un nombre variable de soldats et de mercenaires, soutenus par quatre chapelains117. Plusieurs musulmans dont les chevaliers toléraient la présence, vivaient dans le préside, tandis que, dans le fort lui-même, 20 Maures à cheval et 40 Maures à pied faisaient office de soldats au service de l’Ordre en 1548118. Enfin, une quarantaine d’esclaves musulmans de l’Ordre venaient s’ajouter à cet ensemble de personnes119.

  • 120 AOM 419, ff° 229v.-230v., 12 octobre 1544.
  • 121 AOM 417, ff° 267v.-269r., 24 octobre 1539.
  • 122 AOM 422, f° 214v., 24 décembre 1550.

45L’Ordre avait donc en charge le ravitaillement à Tripoli de centaines de personnes, et régulièrement, des cargaisons de froment étaient réservées sur les exportations siciliennes, pour l’approvisionnement exclusif du préside. Ainsi, en octobre 1544, une cargaison de 2 458 salmes de blé de Sicile avait été chargée sur six navires maltais et envoyée directement à Tripoli pour assurer la subsistance de la garnison et de tous les habitants du préside pendant six mois120. Toutefois, ce ravitaillement était toujours fortement dépendant de la richesse de l’Ordre lui-même, ou bien de la sûreté des routes maritimes. En 1539 par exemple, l’Ordre aux abois suppliait le roi d’Espagne de lui accorder l’extraction franche de droit de 4000 salmes de blé supplémentaires (qu’il n’obtint pas), en prévision d’une attaque dirigée contre Tripoli121. Puis au début des années 1550, sous la pression des navires barbaresques en Mer Centrale, l’Ordre éprouva les plus grandes difficultés à réapprovisionner son préside ; pour pallier ce manque de ressources, les galères de Malte, furent souvent chargées d’arraisonner au large de la Sicile ou de la Calabre, tout navire chargé de froment, pour le conduire d’urgence à Tripoli122. A ces difficultés venait s’ajouter la menace constante d’une attaque musulmane, menée tout particulièrement par la cité voisine de Tajura, soutenue par Barberousse.

b) Le péril barbaresque

  • 123 Bosio, III, p. 107-109.
  • 124 Jean-Claude Zeltner, Tripoli. Carrefour de l’Europe et des pays du Tchad (1500-1795), Paris, 1992, (...)

46L’Ordre fut confronté aux menaces de Barberousse peu de temps après son installation ; celui-ci se rendait maître de Tajura dès 1531, chassant le représentant des Hafsides, et installait une garnison à laquelle il donna pour chef un de ses fidèles protégés, nommé Kheir ed-Din. Le kapudan pacha intimait l’ordre à ses hommes de transformer la petite cité en un lieu solidement fortifié123 ; la prise de Tajura constituait en effet un appui idéal pour mener des incursions contre Tripoli, voire à terme s’emparer du préside124.

47Le péril ne fut pas toujours d’égale intensité. Relativement éloigné au cours de la première décennie (les délibérations du Conseil ne se firent l’écho que de 6 menaces musulmanes précises entre 1530 et 1542), il s’accentua considérablement après la défaite chrétienne de Prévéza, et pendant toute la décennie 1540 : entre 1542 et 1551,on ne dénombra pas moins de 16 alertes graves, régulièrement suivies de ravitaillements en armes et munitions, et surtout en soldats réclamés avec insistance au roi d’Espagne, et recrutés dans les royaumes de Naples et de Sicile.

Tableau 1. LES MENACES MUSULMANES CONTRE TRIPOLI (1530-1551)

Tableau 1. LES MENACES MUSULMANES CONTRE TRIPOLI (1530-1551)
  • 125 Bosio, III, p. 109.
  • 126 AOM 416, f° 191r., 22 décembre 1534.
  • 127 AOM 416, f° 206v., 3 novembre 1536 et AOM 417, f° 245r., 6 février 1538.
  • 128 Salvatore Aurigemma, « Mûrad Aghâ », in Rivista delle colonie italiane, An-no IV, n° 10, ott. 1930 (...)

48Dès la fin de l’année 1531, Barberousse prenait la tête des opérations et menait une expédition contre Tripoli depuis Tajura, qui se solda par un échec, à la suite de l’intervention en 1532 du roi de Tunis allié des chrétiens125. Toutefois, dans les années 1530, la pression exercée par le kapudan pacha devint telle que l’Ordre désespérait de pouvoir conserver la place et se plaignait en 1534 au pape et au vice-roi de Naples du periculo dove stanno tutta la christianità et in particolar Tripoli con questo Coradin Barbarossa126. Le chef corsaire était d’autant plus dangereux qu’il possédait des hommes de valeur, à l’instar de Mûrad Aghâ qui apparaît dans les archives de l’Ordre dans les années 1536-1538127. On ne sait comment Mûrad Aghâ remplaça Kheir ed-Dine de Tajura, mais il était déjà vraisemblablement un fidèle allié de Barberousse lorsque celui-ci lui confia le commandement de la place128.

  • 129 AOM 418, ff° 190v.-191r., 19 septembre 1542.
  • 130 S. Aurigemma, « Mûrad Aghâ », art. cit., p. 856.
  • 131 AOM 418, ff° 192v.-193v., 9 décembre 1542.

49Dans le contexte des victoires musulmanes de La Prévésa et d’Alger, le danger que représentait l’alliance entre Mûrad Aghâ et Barberousse n’avait pas échappé à l’Ordre : dans une lettre au vice-roi de Sicile, en septembre 1542, le Grand Maître d’Homedès montrait que Tripoli était désormais pris en tenaille, entre Jerba tenue par Barberousse et Tajura tenue par Mûrad Aghâ129. À cette date, Mûrad Aghâ avait effectivement reçu de Barberousse d’importants renforts en bateaux et hommes, et devenait beaucoup plus menaçant pour les chevaliers130. En réponse, l’Ordre demanda autorisation au vice-roi de Sicile d’enrôler des soldats et de se ravitailler en poudre, armes et munitions qui devaient tous être conduits à Tripoli131.

  • 132 AOM 419, f° 218v., 13 mars 1544.
  • 133 AOM 87, f° 77v., 6 avril 1546, élection de La Valette comme gouverneur de Tripoli.
  • 134 AOM 420, ff° 204v.-206r., 15 mai 1546 : « essendo la buona guardia del castello come sapete piu im (...)

50À partir des années 1540, l’Ordre prit ainsi une série de mesures défensives et offensives contre Tajura. Sur un plan strictement défensif, le préside devint l’objet d’une surveillance toujours plus étroite. La présence de musulmans libres et esclaves à Tripoli faisait constamment craindre à l’Ordre une révolte intérieure combinée à une attaque du préside ; en conséquence, consigne fut donnée de contrôler dorénavant très sévèrement tous les musulmans entrant dans le Castello pour commercer avec l’Ordre132. Puis à partir de 1546133, le nouveau gouverneur Jean Parisot de La Valette (1546-1549) recevait l’ordre de se montrer extrêmement vigilant et de renforcer la garde de la porte pendant la journée et celle des murailles pendant la nuit134.

  • 135 AOM 420, ff° 210v.-211r., 14 juillet 1546. L’anecdote est également rapportée par Bosio (in Bosio, (...)
  • 136 AOM 420, f° 217r., 8 janvier 1547.
  • 137 S. Aurigemma, « Murâd Aghâ », art. cit., p. 859.

51Sur un plan plus offensif, l’Ordre choisit de multiplier les coups de main contre la cité ennemie. En 1546, ayant eu vent de ce que la galiote de Mûrad Aghâ devait sortir pour attaquer les navires de ravitaillement de l’Ordre, les quatre galères furent requises pour capturer la galiote ennemie135. Dans le même temps, le Grand Maître envoyait un courrier au pape pour demander des soldats de renfort et déplorer che ogni giorno... detto Morataga... si fa piu potente con il favore di Barbarossa e per esser unito con il Dargut rays et con altri mori li vicini136. En effet, à la mort de Barberousse, Mûrad Aghâ ne s’était pas trouvé démuni : toujours maître de Tajura, il était désormais l’allié fidèle de Dragut qui venait d’être nommé chef des corsaires par Soliman137.

52Bien que gommée, ou plutôt reléguée au second plan, par les coups d’éclats des grandes batailles, l’activité de l’Ordre aux portes de son archipel fut en réalité incessante dès après 1530. En outre, la lutte contre les Barbaresques ne s’interrompit pas après la perte de Tripoli en 1551 ; bien au contraire, elle se maintint par une série d’expéditions menées à la fois par l’Ordre en solitaire ou en collaboration avec les Espagnols.

Les expéditions contre les Barbaresques

  • 138 AOM 416, ff° 218v.-219r., 13 août 1537.
  • 139 AOM 422, ff° 208v.-209r., 22 mars 1550.

53Au milieu du xvie siècle, l’Ordre s’était déjà plusieurs fois illustré dans des expéditions chrétiennes destinées à conquérir ou à assurer la protection des présides en Afrique du Nord. Nous avons déjà vu qu’en 1537, les galères de l’Ordre avaient participé à l’expédition espagnole contre Sousse138 qui s’était soldée par un échec. De même, en 1550, les quatre galères de Malte avaient rejoint la flotte chrétienne commandée par Doria et regroupée à Messine, pour entreprendre la reconquête des villes de Monastir, qui s’était placée sous l’autorité de Dragut, et de Mahdia, qui venait d’être conquise par le chef corsaire139. À la fin de l’année 1550, les deux cités étaient redevenues possessions espagnoles.

  • 140 Le futur Grand Maître Jean de La Valette était notamment très favorable à la récupération de Tripo (...)
  • 141 E. Rossi, La Marina dell’Ordine... cit., p. 43.
  • 142 U. Mori Ubaldini, La Marina del Sovrano Militare Ordine... cit., p. 180.
  • 143 AOM 423, f° 186v., 4 août 1552.

54Mais ce fut surtout après la perte de Tripoli que l’Ordre mena une guerre plus spécifiquement « personnelle » contre les Barbaresques et multiplia les incursions sur le littoral africain. Lorsqu’il ne les conduisait pas de son propre chef, il cherchait à orienter les décisions du vice-roi de Sicile ou du roi d’Espagne, dans l’espoir secret de récupérer son ancien préside140. Ce fut dans cet esprit qu’au milieu de l’année 1552, la décision fut prise par le Conseil d’envoyer à Zuara les quatre galères de Malte, une fuste et plusieurs brigantins141, ainsi que les deux galères de Leone Strozzi142, sous le commandement de Jean de La Valette et de Leone Strozzi, pour piller le lieu et nuire à Tripoli143. L’expédition était cette fois purement maltaise. Elle misait sur l’effet de surprise : une fois la place prise et saccagée, les galères devaient rentrer au plus vite à Malte, pour éviter toute riposte musulmane.

  • 144 Bosio, III, p. 329-330.
  • 145 Bosio, III, p. 331.
  • 146 AOM 89, f° 2v., 10 avril 1554. À cette date, il a été racheté par l’Ordre.
  • 147 AOM 88, f° 143r., 2 mars 1553.
  • 148 Bosio, III, p. 332.
  • 149 AOM 425, ff° 219v.-220r., 11 juillet 1556.
  • 150 AOM 427, ff° 252v.-253v., 23 mai 1558.

55Les galères parvinrent à Zuara le 14 août, et l’armée maltaise avait déjà pénétré dans la cité quand elle fut surprise par Mûrad Aghâ et son armée venus de Tajura144. L’entreprise fut un échec qui coûta la vie à une cinquantaine de chevaliers et à un grand nombre de soldats145 ; plusieurs hommes furent fait prisonniers, dont le futur Grand Maître La Valette qui demeura esclave deux ans146. L’Ordre perdit même une galère que le chevalier Strozzi, pour racheter sa défaite, fit reconstruire à ses frais l’année suivante147. Selon Bosio, à qui ne déplaisaient jamais les expressions hautes en couleurs, le Grand Maître Juan de Homedès aurait déclaré en apprenant la nouvelle que l’expédition de Zuara était la maggior piaga c’habbi ricevuta la Religione dopo la perdita di Rodi148. La désastreuse entreprise de Zuara ne fut pas renouvelée par l’Ordre. Certes, en 1556, les chevaliers souhaitèrent mener une expédition en compagnie de Gio Andrea Doria contre Jerba et Tripoli, dans le but de mettre fin aux opérations corsaires de Dragut en Méditerranée centrale149, mais le projet n’eut pas de suites. Ce fut deux ans plus tard, en 1558, que la flotte chrétienne, soutenue par les galères de Malte, entreprit une nouvelle expédition en Barbarie, dirigée cette fois contre la cité de Mostaganem. Au mois de mai, le roi d’Espagne avait réclamé la venue des quatre galères de l’Ordre à Trapani, pour rejoindre la flotte chrétienne qui s’y trouvait150. De nouveau, l’expédition se solda par un échec.

56Ces expéditions successives et souvent malheureuses contre les Barbaresques en terre africaine, pour la récupération de Tripoli ou pour la conquête d’autres présides, se révélaient donc peu profitables pour l’Ordre. Coûteuses militairement et économiquement, elles n’apportaient pas les gains de territoire escomptés, et appauvrissaient l’Ordre en hommes et en prestige. Elles révélaient ainsi progressivement aux chevaliers l’impossibilité de poursuivre désormais une croisade offensive héritée du Moyen Âge, au profit d’une rétraction défensive et définitive de la chrétienté sur des points de la frontière. Plus gratifiante et plus aisée apparaissait alors la guerre sur mer contre les Barbaresques, qui prenait la forme d’une course maltaise agressive punissant une course musulmane en plein essor au milieu du siècle.

LA COURSE

  • 151 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 203.

57Profitant toujours des temps d’accalmie en Méditerranée, la course était devenue importante au milieu du xvie siècle. Cette période favorable au développement d’une « première et prodigieuse fortune » des cités barbaresques151 avait pour corollaire une course chrétienne, pratiquée de façon sporadique depuis le Moyen Âge par les Maltais, puis développée pleinement par l’Ordre qui considérait désormais de son devoir, en tant que protecteur du monde chrétien, de contrer les activités musulmanes.

Le danger de la course barbaresque

  • 152 AOM 431, f° 244r., 12 octobre 1566.
  • 153 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 229.
  • 154 AOM 88, ff° 148v.-149r., 29 mars 1553 ; AOM 424, ff° 236r.-236v., 3 août 1554 ; AOM 425, ff° 213v. (...)
  • 155 AOM 424, ff° 236r.-236v., 3 août 1554 ; AOM 425, ff° 213v.-214r., 2 mai 1556 ; AOM 425, ff° 219v.- (...)
  • 156 AOM 424, ff° 236r.-236v., 3 août 1554 ; AOM 429, ff° 253r.-253v., 27 juillet 1562.
  • 157 AOM 425, ff° 213v.-214r., 2 mai 1556.

58À partir du milieu des années 1540 et jusqu’à la fin du xvie siècle, l’Ordre se plaignit de manière récurrente au roi d’Espagne de ce que les corsali barbareschi minacciano sempre quest’isola et infestano questi mari152. La course musulmane touchait particulièrement les côtes italiennes, siciliennes et maltaises, et au sein de tous ces « corsaires mangeurs de blé siciliens, Dragut [était] le plus dangereux », aussi bien pour les terres européennes que pour Malte153. Entre 1553 à 1562, sur neuf alertes importantes concernant la menace de corsaires musulmans154 contre Malte, pas moins de six d’entre elles furent à l’initiative de Dragut155. Au début des années 1550, le chef corsaire était basé à Jerba, qui lui servait de lieu d’hivernage, avant qu’il ne s’empare de Mahdia. Depuis Jerba ou Mahdia donc, Dragut et ses corsaires multipliaient les incursions en Méditerranée centrale et occidentale, ravageant surtout les Pouilles et la Sicile156, et n’hésitant jamais à s’avancer hardiment en plein cœur du canal de Sicile (entre la Sicile et Malte, pour arraisonner les navires de passage) ou du canal de Malte (entre Malte et Gozo)157.

  • 158 AOM 87, f° 90r., 28 juillet 1546.
  • 159 AOM 424, f° 110r., 18 décembre 1554.

59Pour Malte, le danger résidait d’abord dans le risque de rupture des routes essentielles de ravitaillement, qui reliaient l’île à la Sicile : en 1546 par exemple, le galion de l’Ordre chargé de froment sicilien, avait été capturé au large de Malte par des navires de course barbaresques et entièrement pillé158. Le fait était que les ports corsaires eux-mêmes souffraient du manque alimentaire et que le blé sicilien constituait une nécessité ; jusqu’à la fin du siècle, la Tunisie des Hafsides demeura importatrice de grains de Sicile. La menace corsaire était encore plus pressante lorsqu’elle se conjuguait à une conjoncture difficile : en 1554 par exemple, tandis que l’archipel souffrait de disette à la suite d’une mauvaise récolte, deux navires de ravitaillement maltais et sicilien, chargés de froment, furent perdus par cause, l’un de tempête dans le canal de Sicile, et l’autre d’une attaque corsaire159.

  • 160 AOM 427, ff° 266r.-266v., 30 mai 1559 ; AOM 428, f° 270r., 3 juin 1560.
  • 161 AOM 91, f° 127r., 12 mai 1564.
  • 162 AOM 431, f° 244r., 12 octobre 1566.
  • 163 AOM 432, f° 232r., 17 septembre 1568.
  • 164 AOM 432, ff° 251v.-252r., 6 juin 1569.

60La multiplication des échanges alimentaires, de biens d’équipement et d’argent des commanderies entre Malte et la Sicile, ainsi qu’entre Malte et Tripoli, consécutive à l’installation et à la prise en charge de l’île par l’Ordre, représentait évidemment un attrait nouveau pour des cités barbaresques en manque de ressources. Les navires de course africains, de Tripoli, d’Alger ou de Tunis, commencèrent alors à entraver régulièrement le mouvement des navires maltais au milieu du siècle. En 1559 et 1560, des navires de course barbaresques et turcs hantaient le littoral méridional de la Sicile160 ; au mois de mai 1564, Dragut ravageait les côtes de Calabre, de Sicile et poussait jusqu’au large de Malte161 ; au cours de l’automne 1566162 et de l’automne 1568163, les Barbaresques se trouvaient dans le canal de Sicile, au large de côtes maltaises et menaçaient les vaisseaux revenant de Sicile ; enfin, au printemps 1569, c’étaient les navires d’Alger qui multipliaient les incursions en Méditerranée centrale, pillant les littoraux de Malte, de Sicile et d’Italie méridionale164... Les navires encouraient donc un risque désormais permanent d’être attaqués à la sortie ou à l’approche du port.

61Pour assurer le ravitaillement de son archipel et la sécurité de ses navires, l’Ordre pratiquait également la course à outrance. Cette activité devait se développer à Malte d’autant plus facilement qu’elle n’était ni une nouveauté pour l’Ordre, qui en vivait déjà largement du temps de Rhodes, ni pour Malte, qui possédait des corsaires bien avant l’arrivée des chevaliers. Elle se voulait toutefois différente de la course musulmane par la dimension militaire et religieuse qu’y mettait l’Ordre : guerre véritable et punitive selon lui, elle symbolisait la poursuite de la croisade contre l’« Infidèle ». Menée contre les Ottomans au Levant et contre les Barbaresques au Ponant, elle avait pour but la protection des navires et des littoraux chrétiens, et l’attaque des bâtiments musulmans de course comme de commerce, qui permettait un ravitaillement de l’île à peu de frais.

La course maltaise

a) Les objectifs de la course

  • 165 AOM 416, f° 209v., 24 décembre 1536.
  • 166 AOM 422, f° 202v., 14 octobre 1549.

62L’étude des patentes magistrales du fonds Salviconductus des Libri Bullarum témoigne de l’importance accordée par l’Ordre à son activité corsaire au milieu du xvie siècle. En dépit de l’existence d’une petite course maltaise, antérieure à leur installation, ce sont les chevaliers qui la développèrent fortement dès 1530. En effet, sur les 38 patentes de course octroyées entre 1530 et 1575 par le Grand Maître qui, en tant que chef politique, contrôlait et autorisait toutes les sorties des navires, 36 concernaient des chevaliers et deux seulement avaient été attribuées à des particuliers, soit seulement 5% des courses. Il s’agissait d’un corsaire maltais, Antonio Marmara, qui obtint une patente magistrale en décembre 1536165, puis d’un corsaire chypriote désormais installé à Malte, nommé Jacopo, qui devait partir avec son propre brigantin en octobre 1549166 ; les deux destinations ne sont pas précisées.

  • 167 AOM 101, ff° 158v.-166r., 25 juin 1605. Il s’agit de la création du Tribunal des Armements par le (...)

63La sur-représentation des Hospitaliers dans la course ne doit toutefois pas occulter la réalité d’une course indépendante (et donc clandestine) proprement maltaise qui existait très certainement, surtout durant les premières années qui suivirent l’installation de l’Ordre, quand celui-ci ne contrôlait pas encore complètement son territoire. Ni les archives de l’Ordre, qui ne recensent que les courses officiellement autorisées par le Grand Maître, ni celles des notaires trop avares en renseignements, ne permettent d’avoir une idée précise du nombre de courses clandestines maltaises au xvie siècle. Ce n’est qu’avec la première réglementation de l’Ordre de 1605167, qui fut suivie de plusieurs autres ordonnances magistrales et qui concernait les courses clandestines des insulaires et des étrangers, que nous pouvons mesurer l’ampleur du phénomène au cours du siècle suivant.

  • 168 AOM 416, f° 202v., 28 janvier 1536.

64En dépit de l’absence de données chiffrées précises, la domination évidente des chevaliers dans l’activité corsaire du xvie siècle témoignait de ce que la course était bien, à leurs yeux, une autre forme de guerre contre les musulmans, complémentaire de la guerre classique. Les conseils que le Grand Maître donna à un chevalier en partance en 1536 sont là pour le prouver : la professione nostra sia principalmente contra infideli e cacciare li corsari da limiti e mari de cristiani168. Forme originale de guerre, la course permettait de poursuivre la lutte armée contre les « Infidèles ». Elle devenait le moyen par excellence, plus adapté que la guerre d’escadres, ou que la défense des présides, de chasser des eaux chrétiennes les navires ennemis. Elle était donc bien vécue par les chevaliers comme un « saint devoir », à la fois une réponse punitive à la course musulmane et une occasion nouvelle de maintenir l’activité de croisade.

  • 169 AOM 432, f° 220r., 12 novembre 1569.
  • 170 AOM 88, f° 148v., 29 mars 1553.
  • 171 A. Tenenti, Cristoforo da Canal. La Marine vénitienne avant Lépante, Paris, 1962, p. 154.
  • 172 AOM 88, f° 149v., 7 avril 1553.
  • 173 A. Tenenti, Cristoforo da Canal... cit., p. 154.

65Certes, pour réaliser un profit maximal, les galères maltaises s’efforçaient, comme le leur demandait parfois le Conseil, de s’emparer de navires corsaires déjà chargés de butin, si possible de blé sicilien169. Dans ce but, en 1552, le Grand Maître avait intimé l’ordre à ses galères commandées par Leone Strozzi, Prieur de Capoue, de partir en quête de navires musulmans qui in adriaticum mare quod vulguo golfo de Venetia nuncupatur infestent170. Les galères maltaises, qui auraient dû donner la chasse exclusivement aux bâtiments de course barbaresques, se rabattirent en réalité sur les vaisseaux de commerce vénitiens, en Adriatique et au Levant, où elles s’emparèrent au large de Candie de deux naves vénitiennes et une nave grecque chargée de blé171. La République réagit avec vigueur en mettant sous séquestre les biens des chevaliers. Une enquête fut ouverte à Malte, au retour des galères, et dans le courant de l’année 1553, l’Ordre ne pouvant rendre les biens dérobés172, fut contraint de verser 6 400 ducats de dommages et intérêts173.

  • 174 A. Tenenti, Cristoforo da Canal... cit., p. 154.
  • 175 BAV, Barb. Lat. 5699, f° 123r., 11 février 1557 : « le robbe che vascelli de nostri Cavali presero (...)

66En dépit de ce contentieux toutefois, les navires de course maltais ne cessèrent pas de s’attaquer, en Méditerranée centrale et orientale, aux navires vénitiens, sous le fallacieux prétexte de courir sus aux musulmans. Les dépêches de Cristoforo da Canal témoignaient à cette époque de ce que les Maltais se ravitaillaient sans scrupule aux frais de la République, et, en cas de rencontre avec la flotte vénitienne, n’hésitaient jamais à montrer les lettres patentes magistrales qui leur interdisaient tout acte de violence contre les navires vénitiens174... Les relations s’envenimèrent encore en 1556, lorsque trois unités de Malte pillèrent plusieurs vaisseaux vénitiens au large de Chypre et de Candie, au point que l’Ordre fut contraint en 1557 de se justifier auprès du Saint-Siège auquel Venise avait réclamé justice. Par une lettre adressée au Cardinal Carlo Caraffa, le Grand Maître dut promettre que toutes les marchandises prises sur les navires vénitiens, même commandés par des juifs, seraient rendues sans tarder à leurs propriétaires175.

  • 176 AOM 426, ff° 265r.-267r., 20 mai 1557.

67Mais l’Ordre était incorrigible : l’année même où il faisait cette promesse, il capturait une galère savoisienne et une galère portant pavillon du pape, sous prétexte qu’elles pratiquaient la course contre les chrétiens et non contre les musulmans ! Une fois de plus, l’Ordre fut contraint de libérer ses prises et dut promettre au pape de ne plus autoriser ce genre d’entreprises176. Ces attaques maltaises, qui n’amélioraient pas les relations entre l’Ordre et certaines puissances commerciales chrétiennes, ne faisait qu’amplifier le contentieux entre les cités barbaresques et Malte, l’Ordre, au nom d’une course punitive, s’appropriant ce qui aurait dû constituer leur propre butin !

b) Les destinations de la course

68Complémentaire de la guerre classique jusqu’à la fin du xvie siècle, la course ne constituait pas une activité dominante pour l’Ordre : c’est la raison pour laquelle nous ne dénombrons que 38 départs de navires entre 1530 et 1575, soit une moyenne assez faible de moins d’une course par an. Bien souvent, la destination n’est pas mentionnée ; lorsqu’elle est évoquée, elle reflète indéniablement une double orientation de la course des chevaliers, qui se partage entre Méditerranée orientale et côte barbaresque.

Tableau 2. LES DESTINATIONS DE LA COURSE MALTAISE (1530-1575)

Tableau 2. LES DESTINATIONS DE LA COURSE MALTAISE (1530-1575)
  • 177 AOM 427, f° 251v., 23 avril 1558 ; AOM 431, f° 232r., 27 avril 1566.
  • 178 AOM 434, f° 272r., 24 mars 1574.

69Sur les 25 courses dont les destinations sont précisées, 18 concernent le Levant, soit une proportion très forte de 72% des courses, qui prouvaient l’attachement des chevaliers à leurs habitudes corsaires en Méditerranée orientale. Obéissant à un double objectif de lutte militaire et de razzia, la course au Levant, permettait à la fois de piller les navires le long des routes traditionnelles de ravitaillement de l’Empire ottoman et de rapporter des informations concernant les mouvements éventuels de la flotte ennemie177. La destination favorite était l’Archipel, où les chevaliers, qui avaient une parfaite connaissance des espaces, choisissaient les meilleurs lieux d’embuscade et guettaient les navires turcs allant d’Alexandrie à Istanbul178.

  • 179 AOM 426, ff° 263r.-263v., 2 mai 1557.
  • 180 AOM 431, f° 247v., 16 janvier 1567.

70La course au Ponant était double : une au sud, plus proprement « africaine », qui longeait le littoral barbaresque et une course plus au nord, qui visait à attaquer les navires musulmans qui s’étaient aventurés le long des littoraux chrétiens. La course au sud permettait aux navires maltais de se poster sur la route de liaison reliant Tripoli-Jerba-Tunis à Alexandrie, qui correspondait également à la route de pèlerinage. En 1557, trois galères de l’Ordre s’étaient embusquées au niveau du Cap Bon André, en Libye, pour intercepter tous les navires d’Alexandrie se dirigeant vers la Barbarie179 ; de la même manière, en 1567, le chevalier Romegas fut envoyé au large de Jerba pour arraisonner trois navires de commerce en partance pour Alexandrie180. La course ponantine du nord visait surtout à protéger les littoraux chrétiens menacés en donnant la chasse aux navires corsaires ennemis. Elle concernait en priorité les littoraux maltais, siciliens, ou bien l’Italie du Sud et le débouché de l’Adriatique, c’est-à-dire d’abord les routes de ravitaillement de Malte même, qui nécessitaient une protection de la Sicile riche en grains, puis la route de liaison entre Orient et Occident, empruntée à la fois par les galères ottomanes et les navires de commerce vénitiens.

71Forme pervertie de la guerre et du commerce, les courses maltaise et barbaresque obéissaient aux mêmes motivations religieuses et économiques, se produisaient le plus souvent dans les mêmes lieux, et mettaient en lumière la similitude entre deux ennemis proches géographiquement qui devenaient le pendant l’un de l’autre. La course exacerbait les frictions entre les rives nord et sud de Méditerranée occidentale, en valorisant l’image de Malte aux yeux du monde chrétien et en faisant de l’île un des adversaires privilégiés des musulmans.

  • 181 D. Nordman, Les frontières de France... cit., p. 251.

72Cette pratique imposait une parfaite maîtrise de l’espace maritime. Au sein des zones-frontières, la défense d’une seule place était toujours liée à une gestion spatiale et temporelle de tout un ensemble géographique ; la mobilité était l’arme essentielle de la défense181. La protection maritime de Malte nécessitait de ce fait une nouvelle activité militaire d’informations et d’espionnage en Méditerranée centrale de tous les mouvements de la flotte ottomane et des navires barbaresques. Plongé dans une anxiété constante provoquée par le péril musulman, l’Ordre se frayait ainsi progressivement des routes de « police des mers » le long des littoraux siciliens, calabrais et tyrrhéniens, qui garantissaient la protection de ceux de Malte.

ESPIONNAGE ET SURVEILLANCE : LA « POLICE DES MERS »

Une activité militaire de la Mer ionienne au Levant

  • 182 AOM 424, f° 231r., 19 mars 1554.
  • 183 AOM 416, ff° 203v.-204r., 16 mai 1536.

73La route la plus ancienne et la plus couramment utilisée est sans conteste celle de la surveillance militaire de la Méditerranée centrale et du Levant, qui suit les littoraux de Sicile, d’Italie et de Grèce dans le but de prender lingua dei movimenti dell’armata turchesca182 (voir Tableau 3). C’est le chevalier Francesco Nibbia, de la Langue d’Italie, qui l’emprunta pour la première fois au mois de mai 1536183. Envoyé en reconnaissance pour informer Malte d’éventuelles menaces ottomanes, le chevalier était parti au commandement de deux galères maltaises, avec la consigne de se rendre à Messine, de longer la Calabre et les Pouilles, puis de gagner Corfou et Zante, où informations devaient lui être communiquées. À partir de cette date, et jusqu’en 1575-80 – date à laquelle le péril turc se fit moins prégnant –, cette route fut empruntée fort régulièrement par les chevaliers.

  • 184 AOM 417, ff° 250r.-250v., 28 juin 1538 ; AOM 422, ff° 218v.-219r., 11 avril 1551 ; AOM 425, f° 213 (...)
  • 185 AOM 427, f° 251v., 23 avril 1558.
  • 186 AOM 416, ff° 210r.-210v., 27 mars 1537 ; AOM 418, f° 201r., 12 juillet 1543.
  • 187 AOM 423, f° 218r., 25 avril 1552 ; AOM 423, f° 219v., 19 juin 1552 ; AOM 424, ff° 235r.-235v., 18 (...)
  • 188 AOM 424, ff° 235r.-235v., 18 mai 1554.

74En règle générale, un chevalier partait en compagnie d’une ou deux galères184, voire d’une galiote185, ou bien d’un petit navire de course (brigantin186, frégate187). Les navires pouvaient indifféremment être possession de l’Ordre ou propriété d’un chevalier ou encore d’un particulier ayant nolisé son navire, comme ce fut le cas en mai 1554, lorsque le marchand maltais, Cola Annello, loua sa frégate à la Religion, pour que le chevalier Paolo della Chiesa pût exercer sa police des mers au Levant188. Le voyage avait évidemment toujours lieu en saison chaude, de mars à septembre, pour éviter les risques d’intempéries.

Tableau 3. LES POLICES DES MERS EN MÉDITERRANÉE CENTRALE ET ORIENTALE (1536-1574)

Tableau 3. LES POLICES DES MERS EN MÉDITERRANÉE CENTRALE ET ORIENTALE (1536-1574)
  • 189 AOM 417, ff° 250r.-250v., 28 juin 1538.
  • 190 AOM 416, ff° 203v.-204r. ;

75D’ordinaire, les navires se dirigeaient d’abord vers Messine, afin de prendre langue auprès de la cour de Sicile, qui possédait elle-même ses réseaux d’informateurs ; par la même occasion, le chevalier pouvait décider de faire embarquer des biscuits ou des marchandises nécessaires au voyage. Puis les navires longeaient la côte calabraise, jusqu’à atteindre Otrante où étaient recueillies les premières informations. Dans le cas d’une certitude absolue d’une approche de la flotte turque, le chevalier responsable de la police des mers avait pour ordre d’expédier à Malte un courrier par voie de terre189, en cas de danger imminent, ou bien de faire demi-tour sur le champ et de revenir informer l’Ordre, après avoir transmis les dernières nouvelles au vice-roi de Sicile, sur le chemin du retour. Mais si les informations collectées à Otrante étaient insuffisantes, les navires devaient poursuivre leur avancée jusqu’à Corfou ou Céphalonie. Dans le cas où les nouvelles étaient insuffisantes, ils avaient charge de gagner Zante190, puis de longer la côte grecque et de faire escale à Candie. Enfin, si Candie n’apportait rien de nouveau, les navires pouvaient s’enfoncer toujours plus avant en Méditerranée orientale, jusqu’aux îles de Naxos et de Chio.

Carte 3 – La route de surveillance militaire.

  • 191 AOM 423, ff° 203v.-204r., 19 janvier 1552.
  • 192 AOM 423, f° 218r., 25 avril 1552.
  • 193 AOM 424, ff° 235r.-235v., 18 mai 1554.

76Les motivations de cette police au Levant étaient uniquement militaires. Le voyage était entrepris pour confirmer une information, glanée au hasard d’une course ou donnée par un navire de passage à Malte, concernant la possible sortie d’Istanbul d’une flotte turque. Par exemple, en janvier 1552, l’Ordre avait eu avis par lettres de Sicile, et par des récits de marins faisant escale à Malte qu’une importante flotte turque devait prochainement quitter Istanbul pour se diriger vers le Ponant191. Le Grand Maître ordonna une confirmation de ces informations par un séjour immédiat d’un chevalier en Sicile au mois de mars, puis par le départ en police des mers de Fra Geronimo de Acuña le 25 avril, à destination de l’Archipel192. De la même manière, en mai 1554, un chevalier partit en reconnaissance au Levant pour vérifier l’exactitude des multiples avis que l’Ordre avait eu de divers navires concernant l’armement d’une flotte turque193.

  • 194 AOM 427, f° 250v., 13 avril 1558.
  • 195 AOM 427, f° 251v., 23 avril 1558.
  • 196 AOM 427, ff° 252v.-253r., 23 mai 1558.
  • 197 AOM 434, ff° 271v.-272r., 24 mars 1574.

77L’Ordre pouvait également mettre cette police des mers au service de l’armée chrétienne ou impériale, pour lui assurer que les Turcs ne menaçaient pas dans l’immédiat son départ depuis la Sicile ou sa traversée à destination des présides. Ainsi, les 13 avril194 et 23 avril 1558195, le Grand Maître ordonna deux polices des mers successives au Levant, afin de garantir la sécurité des galères de Naples et de Sicile, regroupées à Trapani et sur le point de gagner la ville de Mostaganem196. Pareillement, en 1573, une frégate de l’Ordre fut envoyée en reconnaissance au large de Corfou, Céphalonie et Candie, pour rapporter à Don Juan d’Autriche prêt à gagner Tunis, des informations précises sur la situation de la flotte turque et sur sa force de frappe197.

  • 198 AOM 428, f° 276v., 30 août 1560, rapport au Conseil.
  • 199 En 1536 (AOM 416, f° 203v., 16 mai 1536), en 1537 (AOM 416, f° 210r., 27 mars 1537), en 1538 (AOM (...)

78Enfin, les polices des mers servaient à avertir les navires chrétiens de la venue d’une flotte ennemie, au moment même ou` ils assiégeaient un préside. Lors de la prise de Jerba en 1560, ce furent bien les frégates maltaises qui, prenant de vitesse les navires musulmans, vinrent en toute hâte informer les chrétiens du péril qui les menaçaient198. À partir des années 1550, le nombre de polices au Levant s’accrut de manière significative : alors que l’Ordre n’avait effectué que 5 polices de 1536 à 1551199, la route fut employée 15 fois dans les quatorze années suivantes, de 1551 à 1565, soit un peu plus d’un voyage par an. Cet accroissement du nombre de polices au Levant coïncidait à la fois avec la perte de Tripoli (avant 1551, les surveillances de l’Ordre avaient concerné essentiellement les rivages de la Tripolitaine ou de la côte tunisienne), et avec la reprise des conflits méditerranéens et des menaces musulmanes au début des années 1560.

79L’Ordre assumait donc désormais un rôle de renseignement maritime et militaire en Méditerranée centrale et au Levant. Muni d’informations précises qu’ils avaient charge d’aller quérir loin si besoin était, ses navires revenaient vite avertir les puissances chrétiennes et se révélaient de la sorte d’une utilité précieuse en cas d’offensive prévue ou d’éventuelles menaces turques. Toutefois, ce rôle d’espion ne se limitait pas à la police du Levant et concernait également, à partir des années 1550-1560, une police de prévention contre le risque corsaire barbaresque.

Une prévention du risque corsaire en Mer centrale

Tableau 4. LES POLICES DES MERS AU LARGE DE LA SICILE (1549-1574)

Tableau 4. LES POLICES DES MERS AU LARGE DE LA SICILE (1549-1574)
  • 200 AOM 422, f° 201v., 28 septembre 1549.

80La première police de surveillance de la Sicile fut menée en septembre 1549, lorsque les quatre galères de l’Ordre furent envoyées en reconnaissance au large du Royaume : avant de faire escale à Palerme, les galères avaient reçu la consigne de se rendre à l’île Favignana et de patrouiller dans les environs, pour vérifier la sûreté des mers200. Au milieu du siècle, les routes de polices en mer centrale n’étaient utilisées qu’épisodiquement, au hasard des menaces plus ou moins grandes que faisaient peser les Barbaresques ; ce ne fut réellement qu’à partir des années 1580, c’est-à-dire en pleine expansion de la course, que les routes de surveillance en Méditerranée centrale durent être régulièrement employées par les galères de Malte. Les routes de surveillance sicilienne étaient destinées à la protection ponctuelle de ports importants et de littoraux précis, et parfois à une surveillance plus large des côtes siciliennes.

Carte 4 – La prévention du risque corsaire.

  • 201 AOM 422, f° 201v., 28 septembre 1549.
  • 202 AOM 428, f° 270r., 3 juin 1560.
  • 203 AOM 429, ff° 253r.-253v., 27 juillet 1562.
  • 204 AOM 423, ff° 236r.-236v., 9 juin 1553 ; AOM 428, f° 270r., 3 juin 1560.

81C’étaient les polices de surveillance ponctuelle qui étaient les plus fréquemment employées par les navires de l’Ordre. Pour assurer la protection de Palerme en 1549, les galères maltaises durent contrôler les eaux voisines depuis l’île Favignana201 ; de même, ce fut bien pour garantir la sécurité des navires en partance des carricatori de Licata et de Pozzallo, que les galères exercèrent une surveillance étroite de la côte méridionale en 1560202 puis de nouveau en 1562, moment ou` les galères patrouillèrent également au large de la côte orientale, pour surveiller le débouché de Messine203. En cas de rencontre avec des navires corsaires musulmans, les galères avaient ordre, s’ils étaient peu nombreux, de profiter de l’aubaine et de leur donner la chasse pour réaliser une bonne prise. En revanche, lorsque ces navires s’avéraient d’un nombre trop important, les galères de Malte devaient se contenter d’informer au plus vite les autorités portuaires siciliennes des dangers encourus par les navires chrétiens, et de rentrer à Malte ou` leur présence pouvait être nécessaire204.

  • 205 AOM 429, f° 252v., 26 juin 1562.
  • 206 AOM 427, ff° 266r.-266v., 30 mai 1559.

82En ce qui concernait la police générale des littoraux siciliens, les galères allongeaient souvent leur route jusqu’aux côtes calabraises. Par exemple, en 1562, pour contrôler les menées de Dragut qui multipliait les razzias en Italie méridionale, les galères de l’Ordre partirent inspecter le sud et l’est de la Sicile, puis la Calabre, avec consigne d’attaquer toute fuste ou tout brigantin barbaresque205. Pareillement, en 1559, les galères de Malte effectuèrent un tour complet de la Sicile, pour assurer la protection des côtes : parties de Messine, elles longèrent la côte jusqu’à Trapani, puis Palerme, avant de repartir vers Messine, puis de gagner la Calabre. Tout au long de leur route, elles étaient chargées de noter les mouvements et de prendre en chasse tout navire de course musulman206.

83La police des mers et l’espionnage constituaient de la sorte un excellent moyen pour Malte et l’Ordre d’occuper en permanence le devant de la scène méditerranéenne. Par les polices des mers, l’Ordre prenait possession et gérait son nouvel espace maritime et contribuait à la défense constante des terres chrétiennes et européennes sur deux fronts, à la fois contre le péril turc et contre la menace corsaire barbaresque. Malte, premier centre d’informations de la chrétienté, devenait le lieu de prévention par excellence du danger musulman, en même temps qu’il devenait, par sa participation directe aux conflits et sa pratique de la course, un de ses lieux primordiaux de défense.

CONCLUSION

84L’Ordre prit ainsi part à toutes les formes de la guerre en Méditerranée. Sa participation militaire active s’expliquait par plusieurs raisons, et d’abord par sa nature même d’ordre guerrier en lutte contre l’« Infidèle ». L’Ordre ne pouvait que poursuivre à Malte ce qu’il pratiquait déjà à Chypre et surtout à Rhodes, à savoir la guerre et la course contre les Ottomans. En outre, depuis la donation de Malte, il était tenu par une obligation nouvelle pour lui, commandée par Charles Quint, de soutenir, de bon ou mal gré, toutes les entreprises espagnoles et chrétiennes en Méditerranée. Enfin, très peu satisfait de son nouvel archipel, ses actions militaires furent motivées, dans les premiers temps, par un désir toujours tenace de recouvrer Rhodes. Par le biais des guerres, l’Ordre chercha tout le xvie siècle durant, à reprendre pied en Méditerranée orientale.

85Cette contribution militaire ne pouvait que faire progressivement basculer Malte au cœur des événements de la Méditerranée. Déjà partie intégrante de l’Europe chrétienne et en situation stratégique d’avant-poste, l’île de Malte devenait le point d’appui des activités de l’Ordre, le lieu de départ d’une guerre multiforme menée contre les musulmans, faite à la fois de participation à une guerre d’escadre classique, d’opérations de course, de guérilla à ses portes et de surveillance maritime.

86Siège des chevaliers, centre principal de renseignements et de lutte contre les musulmans, l’île ne pouvait dès lors qu’attirer l’attention, aussi bien chrétienne que musulmane et devenir un des enjeux des conflits de civilisation. S’attaquer à Malte revenait à déloger les chevaliers de Saint-Jean, qui avaient déjà représenté une gêne à Rhodes et avaient été vaincus par le Sultan, puis à enfoncer un coin dangereux dans le corps même de l’Europe chrétienne. Ce positionnement nouveau de l’île sur la frontière ne pouvait perdurer sans une importante mise en défense. Il devenait alors urgent pour l’Ordre de consolider son établissement trop exposé ; en même temps qu’il menait une guerre offensive contre les musulmans, il se devait, par une activité de fortification intensive, d’assurer la protection de son île.

Notes

1 « ...Paresceba a la Magestad del Rey Nuestro Señor que la guerra fue muy conveniente assi al serviçio de Dios como por el amparo y conservacion de aquella Isla y Religion... » ; AOM 92, f° 87r., 24 août 1565, Lettre du vice-roi de Sicile au Grand-Maître.

2 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 164.

3 Bosio, III, p. 99 ; E. Rossi, Storia della Marina dell’Ordine di San Giovanni... cit., p. 36.

4 AOM 415, ff° 215r.-216r., 16 août 1531.

5 AOM 415, ff° 219v.-220r., 31 août 1531.

6 Victor Mallia-Milanes, Venice and Hospitaller Malta (1530-1798). Aspects of a Relationship, Malte, [rééd.] 1992, p. 17

7 Ibid., p. 17.

8 A. Clot, Soliman le Magnifique cit., p. 119.

9 Bosio, III, p. 113.

10 AOM 415, f° 231v., 11 mai 1532.

11 AOM 415, f° 232r., 21 juin 1532.

12 A. Clot, Soliman le Magnifique cit., p. 120.

13 A. C. Hess, The Forgotten Frontier... cit., p. 72.

14 AOM 415, ff° 244v.-245r., 27 avril 1533.

15 S. Paoli, Codice diplomatico... cit., p. 205 ; Bref de Clément VII, 11 juillet 1533 : [...] ad te fecerimus, ut classem tui Ordinis ad defensionem Coronis mittere velles, nec dubitemus, te cum tuis omnibus in huiusmodi piis actionibus semper exercitatum, nostrum hoc desiderium alacriter executurum esse.

16 S. Paoli, Codice diplomatico... cit., p. 206 ; Bref de Clément VII, 8 décembre 1533.

17 A. C. Hess, The Forgotten Frontier... cit., p. 72.

18 A. C. Hess, The Forgotten Frontier... cit., p. 72.

19 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 64.

20 Sylvie Deswarte-Rosa, « L’expédition de Tunis (1535) : images, interprétations, répercussions culturelles », in Bartolomé Bennassar et Robert Sauzet (dir.), Chrétiens et Musulmans à la Renaissance, Paris, 1998, p. 76.

21 Gabriel Médina, « L’expédition de Charles Quint à Tunis. La légende et la vérité », in Revue tunisienne, 58, juillet 1906, p. 301.

22 AOM 416, ff° 193v.-194r., 23 mai 1535.

23 Bosio, III, p. 141.

24 A. C. Hess, The Forgotten Frontier... cit., p. 73.

25 Alphonse Dupront, Le mythe de Croisade, I, Paris, 1996, p. 377.

26 P. Chaunu, M. Escamilla, Charles Quint cit., p. 262.

27 S. Deswarte-Rosa, « L’expédition de Tunis... », art. cit., p. 113.

28 P. Chaunu, M. Escamilla, Charles Quint cit., p. 265.

29 Bosio, III, p. 145.

30 AOM 416, f° 206v., 3 novembre 1536.

31 Hüseyin Yildrim, « 16th Century Ottoman Navy in the Mediterranean sea and the Preveze naval battle », in Paolo Alberini (dir.), Aspetti ed attualità del potere marittimo in Mediterraneo nei secoli xii-xvi, Rome, 1999, p. 148.

32 R. Mantran, Histoire de l’Empire ottoman cit., p. 153.

33 AOM 416, ff° 218v.-219r., 13 août 1537.

34 Giuseppe Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Repubblica di Venezia nell’età moderna. Dal 1517 alla fine della Repubblica, XII, Torino, 1989, p. 42.

35 AOM 417, f° 250v., 28 juin 1538.

36 AOM 417, ff° 251r.-251v., 16 juillet 1538.

37 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Repubblica di Venezia... cit., p. 44.

38 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 227.

39 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 73.

40 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 64.

41 AOM 418, f° 186v., 24 août 1541.

42 A. Clot, Soliman... cit., p. 158.

43 Bosio, III, p. 199.

44 P. Chaunu, M. Escamilla, Charles Quint cit., p. 287.

45 AOM 422, ff° 222v.-223r., juillet 1551 (Mémoire de l’Ordre pour expliquer la perte de Tripoli).

46 Charles Monchicourt, « Épisodes de la carrière tunisienne de Dragut », dans Cahiers de Tunisie, n° 19, 1er-2e trim. 1971, p. 225-226 (réédition de l’article publié dans Revue tunisienne, 1918).

47 Carmelo Trasselli, « La conquista di Tripoli nel 1510 vista dalla Sicilia », dans Histoire économique du monde méditerranéen (1450-1650). Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, Privat, Toulouse, 1973, p. 613.

48 Voir Chapitre IV.

49 Mercedes García-Arenal y Miguel-Ángel de Bunes Ibarra, Los Españoles y el Norte de África (siglos xve-xviiie), Editorial MAPFRE, Madrid, 1992, p. 80-81.

50 M. García-Arenal et M.-Á. de Bunes Ibarra, Los Españoles y el Norte de África... cit., p. 81.

51 M. García-Arenal et M.-Á. de Bunes Ibarra, Los Españoles y el Norte de África... cit., p. 85-87.

52 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 281-282.

53 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 284.

54 AOM 427, ff° 266r.-266v., 30 mai 1559.

55 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 286.

56 AOM 428, f° 275r., 30 août 1560, Compte-rendu au Conseil de l’Ordre de l’expédition de Jerba.

57 AOM 428, ff° 258r.-258v., 18 décembre 1559.

58 C. Monchicourt, « L’expédition espagnole de 1560 contre l’île de Djerba », in Revue tunisienne, n° 105, mai 1914, p. 232.

59 AOM 428, f° 266v., 30 avril 1560.

60 AOM 428, f° 276r., 30 août 1560.

61 Le rapport du 30 août (AOM 428, f° 276r.) évoque le 10 mai, qui est en réalité la date à laquelle un navire de Malte, envoyé par le Grand Maître, parvint à Jerba, pour informer les chrétiens de la présence de la flotte ennemie. Voir à ce propos C. Monchicourt, « L’expédition espagnole de 1560... », art. cit., p. 241 et F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 290.

62 C. Monchicourt, « L’expédition espagnole de 1560... », art. cit., p. 245.

63 C. Monchicourt, « L’expédition espagnole... », n° 107, sept. 1914, p. 424 (suite du précédent).

64 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 290.

65 Voir chapitre IV.

66 A. Clot, Soliman le Magnifique cit., p. 229.

67 R. Mantran, Histoire de l’Empire ottoman cit., p. 155-156.

68 Joseph Pérez, L’Espagne de Philippe II, Paris, 1999, p. 256-262.

69 Diego de Haëdo, Histoire des rois d’Alger, Paris, 2001 (nouvelle édition).

70 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 364.

71 AOM 92, f° 89r., 2 août 1568.

72 AOM 92, f° 140v., 9 mai 1569.

73 AOM 92, f° 160r., 17 juillet 1569 et AOM 92, f° 170v., 10 septembre 1569.

74 AOM 432, f° 268v., 24 janvier 1570 ; voir également Bosio, III, p. 845 (« crescevano in gran maniera i romori degli apparechi grandi d’Armati che’l Gran Turco faceva »).

75 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 373, note 4.

76 AOM 432, f° 269r., 24 janvier 1570.

77 AOM 92, f° 185v., 24 janvier 1570.

78 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Repubblica di Venezia... cit., p. 54.

79 AOM 433, f° 247v., 21 juin 1570.

80 AOM 92, f° 206v., 28 juillet 1570. Trois galères sur quatre restèrent à l’ennemi, tandis que le chevalier de Saint-Clément parvenait à grand peine à ramener sa propre galère à Malte, après avoir fui les lieux du combat et abandonné l’étendard de l’Ordre aux musulmans. Il fut jugé coupable de trahison, condamné à la perte publique de son habit et à la mort par strangulation (AOM 92, f° 208v., 7 août 1570). L’Ordre fut ensuite contraint de reconstruire au plus vite deux galères dans l’arsenal de Birgù/Vittoriosa, qui étaient achevées en septembre (AOM 433, f° 251r., 2 septembre 1570).

81 AOM 433, ff° 250v.-251r., 2 septembre 1570.

82 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 381.

83 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Reppublica di Venezia... cit., p. 54.

84 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 392.

85 Michel Lesure, Lépante. La crise de l’Empire ottoman, Paris, 1972, p. 103.

86 AOM 433, f° 262r., 4 mai 1571. L’Ordre avait reçu sa quatrième galère, entièrement construite dans l’arsenal de Naples, mais préféra la garder à Malte même, en cas de nécessité. Seules trois galères de Malte participèrent donc à Lépante.

87 AOM 93, f° 23r.

88 AOM 433, f° 264v., 6 août 1571.

89 AOM 448, ff° 223v.-224v., 4 octobre 1594 : « secondo l’antica consuetudine et possesso osservatori massime tempo della felice memoria dello Imperatore Carlo Quinto allo stendardo et Capitana di nostra Religione nell’armata christiana tocca il luogo piu preeminente doppo la Capitana del Papa et delli Regi ».

90 AOM 93, ff° 35v.-36r., 22 septembre 1571 ; Dal Pozzo, I, p. 17.

91 AOM 449, ff° 212v.-214v., 5 décembre 1596. Controverse avec les Génois et ambassade de l’Ordre auprès du roi d’Espagne : « ...de tiempos immemorables, el estandarte desta Religion a precedido alos de Republicas y dela Señoria de Genova... port todas estas jornadas [i.e. les expéditions chrétiennes] aureis visto que nuestra Capitana a tenido siempre mejor luigar que la de Genova... ».

92 Giovanna Motta, « Da Messina a Lepanto. Guerra ed economia nel Mediterraneo cinquecentesco », in Giovanna Motta (dir.), I Turchi, il Mediterraneo e l’Europa, Messine, 1998, p. 89.

93 Jean Bérenger, « 7 octobre 1571. Chrétiens contre Turcs à l’époque des Doria : la bataille de Lépante », in M. Vergé-Franceschi, A.-M. Graziani (dir.), Les Doria, la Méditerranée et la Corse... cit., p. 135.

94 Charrière, III, p. 188. Le fait est confirmé par les archives ottomanes (voir M. Lesure, Lépante... cit., p. 139).

95 Odysseus N. Kapetos, « The battle of Lepanto », in Paolo Alberini (dir.), As petti ed attualità del potere marittimo... cit., p. 170.

96 AOM 93, f° 38v., 23 octobre 1571 ; Dal Pozzo, I, p. 31.

97 AOM 93, f° 39r., 29 octobre 1571 ; Dal Pozzo, I, p. 32.

98 AOM 433, ff° 268r.-269r., 11 décembre 1571.

99 Pour plus de détails concernant la mythification de l’Ordre et de Malte, voir le chapitre IV.

100 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 383.

101 F. Braudel, « Bilan d’une bataille », in Gino Benzoni (dir.), Il Mediterraneo nella seconda metà del ‘500 alla luce di Lepanto, Firenze, 1974, p. 118.

102 AOM 434, f° 251r., 21 novembre 1572.

103 R. Mantran, « L’écho de la bataille de Lépante à Constantinople », in G. Benzoni (dir.), Il Mediterraneo... cit., p. 253.

104 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Reppublica di Venezia... cit., p. 57.

105 AOM 434, ff° 257r.-257v., 24 avril 1573. Les soldats furent mis à disposition de l’Ordre en mai, par l’intermédiaire de Don Juan d’Autriche (AOM 434, f° 259r., 31 mai 1573).

106 AOM 93, ff° 142r.-143v., 13 mai 1573 ; Dal Pozzo, I, p. 69.

107 AOM 434, f° 263r., 29 août 1573.

108 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 421.

109 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 83.

110 Bosio, III, p. 80.

111 Carmelo Trasselli, « La conquista di Tripoli nel 1510 vista dalla Sicilia », in Histoire économique du monde méditerranéen (1450-1650), Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, Toulouse, 1973, p. 614.

112 M. Fontenay, « Charles Quint, Malte et la Méditerranée », art. cit., p. 14.

113 Murray Gordon, L’esclavage dans le monde arabe (viie-xxe siècle), Paris, 1987, p. 116-117.

114 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 240.

115 E. Rossi, « Il dominio dei Cavalieri di Malta a Tripoli (1530-1551) e i rapporti dell’Ordine con Tripoli nei secoli seguenti (1551-1798) », in Archivum melitense, vol. VI, n° 2, p. 46.

116 AOM 286, f° 59r., Chapitre Général de 1533.

117 E. Rossi, « Il dominio dei Cavalieri di Malta a Tripoli... », art. cit., p. 47.

118 AOM 287, f° 66v., Chapitre Général de 1548 : « in questa città di Tripoli, vi habitano molti mori con loro moglie et figlioli... non siano de cavalli più de vinti mori, et alla ratione di pedoni, non vi siano piu di quaranta mori ».

119 AOM 415, f° 247v., 10 juin 1533.

120 AOM 419, ff° 229v.-230v., 12 octobre 1544.

121 AOM 417, ff° 267v.-269r., 24 octobre 1539.

122 AOM 422, f° 214v., 24 décembre 1550.

123 Bosio, III, p. 107-109.

124 Jean-Claude Zeltner, Tripoli. Carrefour de l’Europe et des pays du Tchad (1500-1795), Paris, 1992, p. 50.

125 Bosio, III, p. 109.

126 AOM 416, f° 191r., 22 décembre 1534.

127 AOM 416, f° 206v., 3 novembre 1536 et AOM 417, f° 245r., 6 février 1538.

128 Salvatore Aurigemma, « Mûrad Aghâ », in Rivista delle colonie italiane, An-no IV, n° 10, ott. 1930, p. 854.

129 AOM 418, ff° 190v.-191r., 19 septembre 1542.

130 S. Aurigemma, « Mûrad Aghâ », art. cit., p. 856.

131 AOM 418, ff° 192v.-193v., 9 décembre 1542.

132 AOM 419, f° 218v., 13 mars 1544.

133 AOM 87, f° 77v., 6 avril 1546, élection de La Valette comme gouverneur de Tripoli.

134 AOM 420, ff° 204v.-206r., 15 mai 1546 : « essendo la buona guardia del castello come sapete piu importante de tutto il resto sarete molto vigilante sopra la guardia che si fa di note in la muraglia et di giorno in la porta ».

135 AOM 420, ff° 210v.-211r., 14 juillet 1546. L’anecdote est également rapportée par Bosio (in Bosio, III, p. 243-244).

136 AOM 420, f° 217r., 8 janvier 1547.

137 S. Aurigemma, « Murâd Aghâ », art. cit., p. 859.

138 AOM 416, ff° 218v.-219r., 13 août 1537.

139 AOM 422, ff° 208v.-209r., 22 mars 1550.

140 Le futur Grand Maître Jean de La Valette était notamment très favorable à la récupération de Tripoli. Il avait été à l’origine du projet de transfert du Couvent depuis Malte à Tripoli et ne se résignait pas à la perte des possessions chrétiennes en terre musulmane.

141 E. Rossi, La Marina dell’Ordine... cit., p. 43.

142 U. Mori Ubaldini, La Marina del Sovrano Militare Ordine... cit., p. 180.

143 AOM 423, f° 186v., 4 août 1552.

144 Bosio, III, p. 329-330.

145 Bosio, III, p. 331.

146 AOM 89, f° 2v., 10 avril 1554. À cette date, il a été racheté par l’Ordre.

147 AOM 88, f° 143r., 2 mars 1553.

148 Bosio, III, p. 332.

149 AOM 425, ff° 219v.-220r., 11 juillet 1556.

150 AOM 427, ff° 252v.-253v., 23 mai 1558.

151 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 203.

152 AOM 431, f° 244r., 12 octobre 1566.

153 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 229.

154 AOM 88, ff° 148v.-149r., 29 mars 1553 ; AOM 424, ff° 236r.-236v., 3 août 1554 ; AOM 425, ff° 213v.-214r., 2 mai 1556 ; AOM 425, ff° 219v.-220r., 11 juillet 1556 ; AOM 427, ff° 266r.-266v., 30 mai 1559 ; AOM 428, f° 270r., 3 juin 1560 ; AOM 428, ff° 271r.-271v., 28 juin 1560 ; AOM 429, f° 252v., 26 juin 1562 ; AOM 429, ff° 253r.-253v., 27 juillet 1562.

155 AOM 424, ff° 236r.-236v., 3 août 1554 ; AOM 425, ff° 213v.-214r., 2 mai 1556 ; AOM 425, ff° 219v.-220r., 11 juillet 1556 ; AOM 427, ff° 266r.-266v., 30 mai 1559 ; AOM 428, f° 270r., 3 juin 1560 ; AOM 429, ff° 253r.-253v., 27 juillet 1562.

156 AOM 424, ff° 236r.-236v., 3 août 1554 ; AOM 429, ff° 253r.-253v., 27 juillet 1562.

157 AOM 425, ff° 213v.-214r., 2 mai 1556.

158 AOM 87, f° 90r., 28 juillet 1546.

159 AOM 424, f° 110r., 18 décembre 1554.

160 AOM 427, ff° 266r.-266v., 30 mai 1559 ; AOM 428, f° 270r., 3 juin 1560.

161 AOM 91, f° 127r., 12 mai 1564.

162 AOM 431, f° 244r., 12 octobre 1566.

163 AOM 432, f° 232r., 17 septembre 1568.

164 AOM 432, ff° 251v.-252r., 6 juin 1569.

165 AOM 416, f° 209v., 24 décembre 1536.

166 AOM 422, f° 202v., 14 octobre 1549.

167 AOM 101, ff° 158v.-166r., 25 juin 1605. Il s’agit de la création du Tribunal des Armements par le Grand Maître Alof de Wignacourt, qui doit contrôler toute l’activité corsaire de l’île et régler les éventuels contentieux entre armateurs et gens de course.

168 AOM 416, f° 202v., 28 janvier 1536.

169 AOM 432, f° 220r., 12 novembre 1569.

170 AOM 88, f° 148v., 29 mars 1553.

171 A. Tenenti, Cristoforo da Canal. La Marine vénitienne avant Lépante, Paris, 1962, p. 154.

172 AOM 88, f° 149v., 7 avril 1553.

173 A. Tenenti, Cristoforo da Canal... cit., p. 154.

174 A. Tenenti, Cristoforo da Canal... cit., p. 154.

175 BAV, Barb. Lat. 5699, f° 123r., 11 février 1557 : « le robbe che vascelli de nostri Cavali presero de giudei... et cristiani sarano restituite quanto piu che sono de Venetiani de Fiorentini o de Messinesi ».

176 AOM 426, ff° 265r.-267r., 20 mai 1557.

177 AOM 427, f° 251v., 23 avril 1558 ; AOM 431, f° 232r., 27 avril 1566.

178 AOM 434, f° 272r., 24 mars 1574.

179 AOM 426, ff° 263r.-263v., 2 mai 1557.

180 AOM 431, f° 247v., 16 janvier 1567.

181 D. Nordman, Les frontières de France... cit., p. 251.

182 AOM 424, f° 231r., 19 mars 1554.

183 AOM 416, ff° 203v.-204r., 16 mai 1536.

184 AOM 417, ff° 250r.-250v., 28 juin 1538 ; AOM 422, ff° 218v.-219r., 11 avril 1551 ; AOM 425, f° 213v., 3 mai 1556 ; AOM 426, ff° 263r.-263v., 2 mai 1557 ; AOM 426, f° 272v., 19 juillet 1557 ; AOM 429, ff° 251r.-251v., 26 avril 1562 ; AOM 429, f° 262r., 14 avril 1563 ; AOM 429, f° 267v., 18 septembre 1563.

185 AOM 427, f° 251v., 23 avril 1558.

186 AOM 416, ff° 210r.-210v., 27 mars 1537 ; AOM 418, f° 201r., 12 juillet 1543.

187 AOM 423, f° 218r., 25 avril 1552 ; AOM 423, f° 219v., 19 juin 1552 ; AOM 424, ff° 235r.-235v., 18 mai 1554 ; AOM 425, f° 197v., 10 mai 1555 ; AOM 427, f° 250v., 13 avril 1558 ; AOM 428, f° 266v., 30 avril 1560 ; AOM 429, ff° 250v., 251r., 10 avril 1562.

188 AOM 424, ff° 235r.-235v., 18 mai 1554.

189 AOM 417, ff° 250r.-250v., 28 juin 1538.

190 AOM 416, ff° 203v.-204r. ;

191 AOM 423, ff° 203v.-204r., 19 janvier 1552.

192 AOM 423, f° 218r., 25 avril 1552.

193 AOM 424, ff° 235r.-235v., 18 mai 1554.

194 AOM 427, f° 250v., 13 avril 1558.

195 AOM 427, f° 251v., 23 avril 1558.

196 AOM 427, ff° 252v.-253r., 23 mai 1558.

197 AOM 434, ff° 271v.-272r., 24 mars 1574.

198 AOM 428, f° 276v., 30 août 1560, rapport au Conseil.

199 En 1536 (AOM 416, f° 203v., 16 mai 1536), en 1537 (AOM 416, f° 210r., 27 mars 1537), en 1538 (AOM 417, f° 250r., 28 juin 1538), en 1543 (AOM 418, f° 201r., 12 juillet 1543) et en 1551 (AOM 422, ff° 218v.-219r., 11 avril 1551).

200 AOM 422, f° 201v., 28 septembre 1549.

201 AOM 422, f° 201v., 28 septembre 1549.

202 AOM 428, f° 270r., 3 juin 1560.

203 AOM 429, ff° 253r.-253v., 27 juillet 1562.

204 AOM 423, ff° 236r.-236v., 9 juin 1553 ; AOM 428, f° 270r., 3 juin 1560.

205 AOM 429, f° 252v., 26 juin 1562.

206 AOM 427, ff° 266r.-266v., 30 mai 1559.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. LES MENACES MUSULMANES CONTRE TRIPOLI (1530-1551)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre Tableau 2. LES DESTINATIONS DE LA COURSE MALTAISE (1530-1575)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/116/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Tableau 3. LES POLICES DES MERS EN MÉDITERRANÉE CENTRALE ET ORIENTALE (1536-1574)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/116/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Carte 3 – La route de surveillance militaire.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/116/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Tableau 4. LES POLICES DES MERS AU LARGE DE LA SICILE (1549-1574)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/116/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Carte 4 – La prévention du risque corsaire.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/116/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540