Version classiqueVersion mobile

Autocéphalies. L’exercice de l’indépendance dans les Églises slaves orientales

 | 
Marie-Hélène Blanchet
, 
Frédéric Gabriel
, 
Laurent Tatarenko

Remerciements

Texte intégral

1Ce volume est l’aboutissement de quatre années de travail entre Rome et Paris, et il a bénéficié du soutien de plusieurs personnes et institutions que nous avons plaisir à remercier. En premier lieu, l’École française de Rome, bien sûr, et sa directrice d’alors, Madame Catherine Virlouvet, son directeur des études pour les époques moderne et contemporaine, Monsieur Fabrice Jesné (lui-même spécialiste des Balkans), mais aussi tout le personnel qui a participé à l’organisation, et tout particulièrement Madame Claire Challéat, dont l’aide a été capitale. Les deux colloques internationaux, qui ont été conçus dès le début comme une préparation du présent volume, ont pris place au sein du programme de recherche pluriannuel intitulé « Églises et schisme », dirigé par Aurélien Girard et Benoît Schmitz, que nous remercions pour cet accueil et ce parrainage.

2Nous voudrions aussi remercier les institutions qui, avec l’École française de Rome, ont participé au financement de ces colloques : le Labex Resmed (Religions et sociétés dans le monde méditerranéen), le laboratoire Orient et Méditerranée du CNRS (UMR 8167), l’École normale supérieure de Lyon, le Labex CoMod (Constitution de la Modernité), l’Institut d’histoire de la pensée classique (désormais Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités, UMR 5317), et au sein de ces institutions, les personnes qui ont soutenu notre projet : Jean-Claude Cheynet, Béatrice Caseau, Véronique Boudon-Millot, Vincent Déroche, Pierre-François Moreau, David Wittman. Le premier colloque s’est en partie tenu à l’Institut pontifical oriental et nous tenons à remercier son ancien pro-recteur, le Père Samir Khalil Samir, ainsi que son ancien doyen le Père Philippe Luisier. Le dossier cartographique n’aurait pas vu le jour sans la collaboration généreuse de Philippe Gelez et Goran Sekulovski que nous remercions chaleureusement, de même que l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066) pour son aide financière dans ce cadre. Sarah Novak a relu les textes en anglais et nous lui en sommes très reconnaissants. Enfin, nous redisons aux participantes et participants de ce volume et des colloques préparatoires combien il a été agréable de travailler avec elles et avec eux. Nous leur adressons toute notre reconnaissance pour les discussions riches et fructueuses qui ont nourri les deux colloques.

© Publications de l’École française de Rome, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search