Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-Majeure

 | 
Victor Saxer

Textes et documents

Appendice I. Régeste de Sainte-Marie-Majeure

Texte intégral

I. Libère (352-366)

1Hic fecit basilicam nomini suo iuxta macellum Libiae (LP I, p. 208).

2Libère fit une basilique à son nom près du marché de Livie.

II. Sixte III (432-440)

31. Hic fecit basilicam sanctae Mariae, quae ab antiquis Liberii cognominabatur, iuxta macellum Libiae, ubi et obtulit hoc :

4altarem argenteum purissimum, pens lib. ccc ;

5patenas argenteas iii, pens. lib. lx ;

6amas argenteas iiii, pens. lib. lx ;

7scyphum aureum purissimum, pens. lib. xii ;

8scyphos argenteos v, pens. l ;

9calices ministeriales aureos ii, pens. sing. lib. singulas ;

10calices ministeriales argenteos x, pens. sing. lib. ternas ;

11aquamanu[a]lis argenteus, pens. lib. viii ;

12coronam farum ante altare argenteum, pens. lib. xxx ;

13coronas argenteas farales xxxiiii, pens. sing. lib. x ;

14iiii candelabra argentea, pens. lib. v ;

15tymiaterium argenteum, pens. lib.v ;

16canthara cereostata aurocalca xxiiii, pens. sing. lib. xv ;

17possessio Scauriana, territurio Gazitano, praest. omnia inibi cum adiacentibus adtiguis sol. cccxii et tremissium ;

18possessio Marmorata, territurio Penestrino, praest. sol. xcii ;

19possessio Celeris, territurio Afilano, praest. sol. cxi et tremissium ;

20domus Palmati, intra urbe, iuxta inibi basilicae, cum balneum et pistrinum, praest. sol. cliiii, siliquas iii ;

21domus Claudi, in Sicininum, praest. sol. ciiii ;

22cervum argenteum fundentem aquam, pens. lib. xx ;

23omnia vasa baptismi sacrata argentea, pens. lib. xv ;

24cenacula a regiae gradorum adhaerentes basilicae vel quidquid intrinsecus esse videtur (LP I, p. 232-233).

25Sixte III fit la basilique de Sainte-Marie, que les anciens disaient de Libère, près du marché de Livie, et lui fit ces dons : un autel d’argent très pur, pesant ccc livres ; trois patènes d’argent, pesant lx livres ; quatre seaux d’argent, pesant lx livres ; cinq coupes d’argent, pesant l livre ; deux calices ministériels d’or, chacun pesant I livre ; dix calices ministeriels d’argent, chacun du poids de xii livres ; un broc et un bassin d’argent pour l’ablution des mains, du poids de viii livres ; une couronne d’argent pour l’éclairage du devant de l’autel, pesant xxx livres ; trente-quatre couronnes d’argent pour l’éclairage [de la basilique], chacune du poids de x livres ; quatre candélabres d’argent, du poids de v livres ; un encensoir d’argent, pesant v livres ; vingt-quatre disques de bronze doré pour chandelles, chacun pesant xv livres ; le domaine Scauriana, au territoire Gazitain, avec toutes ses dépendances, d’un revenu de cccxii sous et un tiers ; le domaine de Marmorata, au territoire de Palestrina, d’un revenu de xcii sous ; le domaine de Celer, au territoire d’Afile, d’un revenu de cxi sous et un tiers ; la maison de Palmatus, en ville, près de la basilique, avec thermes et four à pain, d’un revenu de cliiii sous et iii siliques ; la maison de Claudius, au Sicininum, de ciiii sous de revenu ; un cerf d’argent d’où jaillit l’eau, pesant xx livres ; un service baptismal complet en argent, du poids de xv livres ; des salles à manger situées près des gradins des grandes portes et attenant à la basilique, avec leur équipement.

26NB. – Le tremissis est le tiers, la silique, le vingt-quatrième d’un sou d’or. Il fallait douze onces ou soixante-deux sous d’or pour faire une livre. Le rapport entre or et argent était de 1 à 12.

27L’identification des toponymes se rapportant aux biens affectés à Sainte-Marie-Majeure par Sixte III pose des problèmes. Le domaine Scauriana appartenait sans doute à l’origine à un Scaurus. Il y a un L. Umbricius Scaurus, propriétaire d’une fabrique de terra sigillata à Arezzo, dont les biens sont attestés à travers tout l’Occident, particulièrement à Rome : ce qui exclut apparemment que le « territoire gazitain » soit à Gaza de Palestine (PW VI, 600). Marmorata était le nom de la regio XXIV urbis Romae, mais il s’agit d’une division régionnaire médiévale (Graesse-Benedict-Pichl, Orbis latinus, II, p. 500). Auquel des 14 personnages du nom de Celer faut-il attribuer la possessio Celeris ? (PW III, 1868-1870). Même incertitude pour Palmatius. Quant à la domus Claudii in Sicininum, elle peut être revendiquée par 25 titulaires du nom de Sicinius (PW, 2. Reihe, IV, 2195-2202).

282. Fecit et fontem baptisterii ad sanctam Mariam et columnis porphyreticis exornavit (LP I, p. 234).

29Il fit aussi des fonts baptismaux près de Sainte-Marie et il l’orna de colonnes de porphyre.

III. Hilaire (461-468)

301. Le 16 nov. 465, un concile romain se tient dans la basilique Sainte-Marie-Majeure, où sont rappelées les règles traditionnelles relatives aux ordinations illicites et selon lesquelles un évêque ne peut désigner ni faire ordonner son successeur. Ce que le Liber Pontificalis rapporte à sa manière :

31Hic fecit constitutum de ecclesia in basilica ad sancta Maria, consulatu Basilisco Hermenerico [= Basilisco et Hermenerico consulibus], xvi. kal. decemb. (Hilarus, Ep. 15, 1, Jaffé 560 ; LP I, p. 242 ; PCBE. 2, Italie, vol. 1, Adeodatus 5 et 6).

32Le pape Hilaire fit, dans la basilique de Sainte-Marie, une loi fondamentale de l’Église, le 16 novembre 465.

332. In urbe vero Roma constituit ministeria qui circuirent constitutas stationes :

34scyphum aureum stationarium, pens. lib. viii ;

35scyphos argenteos xxv per titulos (var. per titulos xxv), pens. sing. lib. x ;

36amas argenteas xxv, pens. sing. lib. x ;

37calices argenteos ministeriales l, pens. sing. lib. ii.

38Hic omnia in basilica Constantiniana vel ad sanctam Mariam constituta recondit (LP I, p. 244-245).

39Il fit [faire] un service liturgique à transporter dans les stations établies dans la ville de Rome : une coupe stationnale d’or, du poids de VIII livres ; vingt-cinq coupes d’argent pour les titres, chacune pesant X livres ; vingt-cinq seaux d’argent, [chacun] d’un poids de X livres ; cinquante calices ministeriels d’argent, chacun d’un poids de II livres. Il fit déposer le tout dans la basilique Constantinienne ou à Sainte-Marie.

IV. Simplice (468-483)

401. Hic dedicavit basilicam sancti Stephani in Celio monte, in urbe Roma, et basilicam beati apostoli Andreae iuxta basilicam sanctae Mariae, et aliam basilicam sancti Stephani iuxta basilicam sancti Laurentii ... (LP I, p. 249).

41Le pape Simplice célébra dans la ville de Rome la dédicace des basiliques Saint-Étienne au Coelius, Saint-André-Apôtre près de Sainte-Marie, et une autre de Saint-Étienne près de la basilique Saint-Laurent h.l.m.

422. Inscription dédicatoire copiée par Platina au xve siècle dans l’abside de la même basilique :

43Haec tibi mens valilae decrevit praedia Christe / cvi testator opes detvlit ille svas / Simplicivsqve papa sacris caelestibvs aptans / Effecit vere mvneris esse tvi / ne qvod apostolici deessent limina nobis / martyris Andreae nomine composvit / Vtitvr haec haeres titvlis ecclesia ivstis / svccedensque domo mistica ivra locat / plebs devota veni perqve haec commercia disce / terreno censv regna svperna peti (P. De Angelis, Descriptio, p. 57).

44BN. – Au premier vers, Valilae est lu valide par Platina et publié ainsi par De Angelis.

45Par la pensée, Vallila avait décidé de te laisser ces biens, ô Christ. À toi par testament il a laissé toutes ses ressources. Simplicius pape, en les consacrant au service du ciel, a fait en sorte qu’ils soient vraiment tiens. Pour que ne nous manque pas un édifice apostolique, il l’a placé sous le nom du martyr André. L’Église qui en a hérité l’utilise fort justement en faisant de la maison le siège des droits de Dieu. Peuple pieux, viens, et par cet échange, apprends, au moyen d’une fortune terrestre, à gagner le royaume des cieux.

V. Gélase Ier (492-496)

46Huius temporibus inventi sunt Manichaei in urbe Roma, quos exilio deportari praecepit, quorum codices ante fores basilicae sanctae Mariae incendio concremavit (LP I, p. 255).

47Au temps de Gélase, on trouva à Rome des manichéens, que le pape fit exiler et dont il fit brûler les livres devant les portes de la basilique Sainte-Marie.

VI. Symmaque (498-514)

481. Hic sub intentione ordinatus est uno die cum Laurentio, Symmachus in basilica Constantiniana, Laurentius in basilica sanctae Mariae. Ex qua causa separatus est clerus et divisus est senatus, alii cum Symmachum, alii vero cum Laurentium. Et facta intentione, hoc constituerunt partes, ut ambo ad Ravennam pergerent ad iudicium regis Theodorici. Qui cum ambo introissent Ravennam, hoc iudicium aequitatis invenit, ut qui primo ordinatus fuisset vel ubi pars maxima cognosceretur, ipse sederet in sedem apostolicam. Quod tamen aequitas in Symmachum invenit cognitio veritatis et factus est praesul Symmachus. Eodem tempore papa Symmachus congregavit synodum et constituit Laurentium in Nucerinam civitatem episcopum intuitu misericordiae (LP I, p. 260).

49L’élection de Symmaque dans la basilique Constantinienne eut lieu en concurrence avec celle de Laurent dans l’église Sainte-Marie. Elle fit apparaître au grand jour les divisions dans le clergé et le sénat, les uns prenant parti pour Symmaque, les autres pour Laurent. Il fut décidé par les deux partis de porter le litige à la cour de Ravenne et de le soumettre au jugement du roi Théodoric. Quand ils furent tous les deux arrivés à Ravenne, le roi porta ce jugement équitable : celui qui aurait été élu le premier et qui aurait obtenu la majorité des voix siégerait dans la chaire apostolique. L’enquête révéla que c’était le fait de Symmaque, lequel devint pape. Celui-ci convoqua alors un synode où Laurent fut institué évêque de Nocera par mesure de miséricorde.

502. Item ad sanctam Mariam oratorium sanctorum Cosmae et Damiani a fundamento construxit (LP I, p. 262).

51De même, près de Sainte-Marie, fut entièrement construit de neuf l’oratoire des Saints-Côme-et-Damien.

VII. Jean Ier (523-526)

52Item huius temporibus Iustinus imperator optulit :

53patenam auream cum gemmis, pens. lib. xx ;

54calicem aureum cum gemmis, pens. lib. v ;

55scyphos argenteos ii ;

56pallea aurotexta xv ;

57quod ipse Iohannes detulit ad beatos apostolos Petrum et Paulum et ad sanctam Mariam et ad sanctum Laurentium (LP I, p. 276).

58En ce temps-là, l’empereur Justin fit don d’une patène d’or ornée de gemmes, d’un poids de xx livres, d’un calice d’or gemmé d’un poids de V livres, de deux coupes d’argent et de quinze draps tissés d’or. Le pape Jean Ier les fit porter aux apôtres Pierre et Paul, à Sainte-Marie et à Saint-Laurent.

VIII. Grégoire le Grand (590-604)

591. A la suite d’une inondation du Tibre et de l’épidémie qui en fut la conséquence et dont fut aussi victime le pape Pélage II (†15.1.590), Grégoire, à peine élu pape et non encore ordonné (il le sera le 3. 9. suivant après avoir obtenu le placet impérial), convoqua une litanie septiforme. Le texte de l’ordonnance a été conservé par Grégoire de Tours :

60Le clergé sortira de l’église Saint-Côme-et-Damien avec les prêtres de la sixième région ; tous les abbés avec leurs moines sortiront de l’église des martyrs Saint-Gervais-et-Protais avec les prêtres de la quatrième région ; toutes les abbesses avec leurs congrégations sortiront de l’église des martyrs Saint-Marcellin-et-Pierre avec les prêtres de la première région ; tous les enfants sortiront de l’église des martyrs Saint-Jean-et-Paul avec les prêtres de la seconde région ; tous les laïcs sortiront de l’église du protomartyr Saint-Étienne avec les prêtres de la septième région ; toutes les femmes veuves sortiront de l’église Sainte-Euphémie avec les prêtres de la cinquième région ; toutes les femmes mariées sortiront de l’église du martyr Saint-Clément avec les prêtres de la troisième région. Ainsi, après être sortis de chacune des églises avec des prières et des larmes, nous nous rassemblerons dans la basilique Sainte-Marie, la bienheureuse toujours vierge et mère de Notre-Seigneur Jésus-Christ, pour y supplier longuement le Seigneur en pleurant et en gémissant et tâcher de mériter le pardon de nos péchés (Hist. Franc. X, 1, MGH Srm I, 2e éd., p. 407-409 ; trad. de R. Latouche, coll. Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, Paris, « Les Belles Lettres » 1965, p. 258259)

612. Le 15. 4. 591, jour de Pâques, Grégoire prononça l’homélie xxi sur l’Évangile dans la basilique Sainte-Marie :

62Mc. xvi, 1-7 : In illo tempore, Maria Magdalene et Maria Iacobi et Salome emerunt aromata ... Ibi eum videbitis, sicut dixit vobis.

63Multis vobis lectionibus, fratres charissimi, per dictatum consuevi loqui ... qui pro nobis in mortem dedit unicum Filium suum, Dominum nostrum Iesum Christum, qui cum eo vivit et regnat Deus in unitate Spiritus Sancti per omnia saecula saeculorum. Amen (PL 76, col. 1169 – 74).

643. Le 29 août 603, le pape convoqua le peuple à une procession pour le lendemain. Voici le texte de la convocation en traduction :

65Frères très chers, avec un cœur contrit et une conduite améliorée, nous viendrons demain matin, à la première heure, à la litanie dans l’ordre qui suit, en, versant des larmes de dévotion...

66La litanie des clercs sortira de l’église Saint-Jean-Baptiste ; celle des hommes, de l’église du martyr Saint-Marcel ; celle des moines, de l’église des bienheureux martyrs Saint-Jean-et-Paul ; celle des servantes de Dieu, de l’église des bienheureux martyrs Saint-Côme-et-Damien ; celle des femmes mariées, de l’église du bienheureux protomartyr Saint-Étienne ; celle des veuves, de l’église du bienheureux martyr Saint-Vital ; celle des pauvres et des enfants, de l’église de la bienheureuse martyre Sainte-Cécile.

67Fait dans la basilique Sainte-Sabine le iv des calendes de septembre de la vi indiction (Gregorii Reg. ii, 2, MGH. Ep. I, p. 365-367).

68NB. – Durant le pontificat de Grégoire le Grand (590-604), la VIe indiction coïncida avec la période qui va du 1.9.602 au 31.8.603, si le pape suivait l’indiction constantinopolitaine qui commençait le 1er septembre. Auquel cas, la litanie a été ordonnée pour le iii des calendes, c’est-à-dire le 30 août. La veille, fête de Sainte-Sabine, le pape avait célébré la messe stationnale dans la basilique homonyme de l’Aventin.

IX. Théodore (642-649)

69Au début du pontificat de Théodore, le cartulaire Maurice, en révolte contre l’exarque Isaac, se réfugia dans la basilique Sainte-Marie de Praesepe, croyant y être protégé par le droit d’asile. Il en fut néanmoins extrait, conduit à Ravenne et décapité (LP I, p. 331).

X. Martin (649-653)

70Attentat manqué contre le pape Martin.

71Qui praedictus Olympius veniens in civitate Romana, ... per missarum solemnia in ecclesia Dei genetricis semperque virginis Mariae ad Praesepe, ad communionem cum ei porrigeret sanctissimus papa, voluit eum interire, ut demandaverat suo spathario (LP I, p. 338).

72Ledit Olympius vint à Rome. Durant la messe solennelle célébrée à Sainte-Marie de la Crèche, pendant que le pape lui présentait la communion, il tenta de l’assassiner, comme le lui avait ordonné le spathaire.

XI. Eugène Ier (654-657)

73His temporibus Petrus, patriarcha Constantinopolitanus, direxit synodicum ad sedem apostolicam ... non autem declarans operationes aut voluntates in domino nostro Iesu Christo. Et accensus populus vel clerus eo quod talem synodicam direxisset, minime est suscepta, sed maiore cum strepitu est a sancta Dei ecclesia proiecta ; ut etiam nec eundem papam demitteret populus vel clerus missas celebrare in basilica Dei genetricis semperque virginis Mariae quae appellatur ad Praesepe, nisi promisisset his ipse pontifex minime eam aliquando suscipere (LP I, p. 341).

74En ce temps-là, Pierre, patriarche de Constantinople, envoya à Rome une lettre synodale, dans laquelle il n’était pas question des deux activités ou volontés dans le Christ. Le peuple et le clergé, enflammés contre une telle synodique, ne l’acceptèrent pas et la jetèrent hors de l’église à grands cris. Bien plus, le peuple et le clergé ne laissèrent pas le pape célébrer la messe à Sainte-Marie de la Crèche avant qu’il eût promis de ne pas la recevoir.

75NB. – Le transfert forcé du pape Martin à Constantinople et l’élection de son successeur Eugène, contrôlée par l’exarque byzantin, furent à l’origine de l’opposition du peuple romain à la lettre du patriarche, par laquelle l’empereur espérait obtenir l’acceptation du monothélisme (volonté unique) par l’Église romaine, laquelle, en revanche, professait la doctrine des deux volontés, humaine et divine, dans le Christ.

XII. Vitalien (657-672)

76Juillet 667, visite de l’empereur d’Orient Constant III.

77His temporibus, venit Constantinus Augustus de regia urbe per litoraria in Athenas et exinde Taranto, inde Benevento et Neapolim per indictionem vi. Postmodum venit Romam, id est V die mensis Iulii, feria IIII, indictione suprascripta ... die sabbato [venit] ad sanctam Mariam, item donum optulit (LP I, p. 343).

78En ce temps-là, pendant la sixième indiction, Constantin Auguste quitta la cité royale et, naviguant le long des côtes, il passa par Athènes, Tarente, Bénévent et Naples. Il arriva à Rome le mercredi 5 juillet de la susdite indiction. Le samedi suivant il vint à Sainte-Marie à laquelle il fit aussi un don.

XIII. Agathon (678-681)

79Hic dimisit omni clero rogam unam et ad luminaria Apostolorum et sanctae Mariae ad Praesepe sol. II milia clx (LP I, p. 355).

80Il accorda une gratification à tout le clergé et laissa deux milles cent-soixante sous d’or pour l’éclairage [des basiliques] des Apôtres et de Sainte-Marie de la Crèche.

XIV. Grégoire II (715-731)

81Instituit pariter gerocomium, quod iuxta ecclesiam sanctae Dei genetricis ad Praesepe situm est ; monasteriumque iuxta positum sancti Andreae apostoli quod Barbarae nuncupatur ad nimiam deductus desertionem, in quibus ne unus habebatur monachus, restaurans, monachos faciens, ordinavit, ut tertiam sextam et nonam vel matutinos in eadem ecclesia sanctae Dei genetricis cotidianis agerent diebus ; et ma-net nunc usque pia eius ordinatio.

82Hic gerocomium, quod post absidam sanctae Dei genetricis ad Praesepem situm est, monasterium instituit, atque monasterium sancti Andreae apostoli quod Barbarae nuncupatur ad nimiam deductus desertionem, in quo ne unus habitabatur monachus, adscitis monachis ordinavit, ut utraque monasteria ad sanctam Dei genetricem singulis diebus atque noctibus Deo laudes canerent (LP I, 397-398).

83Grégoire II institua également un hospice pour vieillards, situé au chevet de Sainte-Marie de la Crèche. Il restaura le monastère voisin Saint-André, dit de Barbara, qui était dans le plus grand abandon et n’avait plus un seul moine. Il y remit des moines pour qu’ils célébrassent tous les jours dans la même église Sainte-Marie, la bienheureuse mère de Dieu, Tierce, Sexte, Nones et Matines. Sa pieuse disposition est toujours en vigueur

XV. Grégoire III (731-741)

841. Hic fecit in ecclesia sanctae Dei genetricis ad Praesepem per circuitum super columnas regulare candelabrum ad instar ecclesiae beati Petri apostoli.

852. Fecit ibidem in oratorio sancto, quod Praesepe dicitur, imaginem auream Dei genetricis amplectentem Salvatorem Dominum Deum nostrum in gemmis diversis (LP I, p. 418).

863. Mutavit autem trabes in sancta Dei genetrice ad Praesepe num. V (LP I, p. 420).

87Grégoire III fit [mettre] dans l’église de la mère de Dieu Sainte-Marie de la Crèche sur tout le pourtour des colonnades un candélabre « régulier » [= une architrave supportant des candélabres], semblable à celui de l’église Saint-Pierre.

88Il fit aussi [mettre] dans l’oratoire dit de la Crèche une image d’or, ornée de gemmes, [représentant] la Mère de Dieu qui embrasse le Sauveur notre Seigneur.

89Grégoire III changea cinq poutres à Sainte-Marie de la Crèche.

XVI. Étienne II (752-757)

90Defuncto vero beat[a]e memoriae domno Zacharia papa ... Post haec vero cunctus populus Dei congregatus intro venerabilem basilicam sanctae Dei genetricis ad Praesepem, ubi et omnes misericordiam domini Dei nostri petentes et ipsius domne nostre sancte semperque virginis Dei genetricis Marie, bono animo et consona voce praedictum beatissimum virum [Stephanum II] sibi elegerunt pontificem. Quem omnes sincera mente cum laudis praeconiis in basilica Salvatoris quae appellatur Constantiniana deportaverunt ; et exinde intus venerabile patriarchium iuxta morem intromiserunt (LP I, p. 440).

91Après la mort du pape Zacharie de bonne mémoire [et l’intermède d’un premier Étienne élu et mort peu après], tout le peuple se réunit dans la vénérable basilique de la Sainte Mère de Dieu près de la Crèche. Là, tous prièrent la misericorde de notre Dieu et de Marie, notre Dame toujours vierge et mère de Dieu. Comme il était bien disposé, [le peuple] élut unanimement pontife le bienheureux homme susdit [Étienne II]. Tous, avec un esprit sincère et des acclamations de louange, le conduisirent à la basilique constantinienne du Sauveur et l’installèrent selon la tradition dans le vénérable patriarchium.

XVII. Hadrien Ier (772-795)

921. En janvier 772, Serge, fils du primicier Christophe, avait été, après son père, assassiné par Paul Afiarta, émissaire du roi lombard Didier, vers la fin du pontificat d’Étienne III (768-772). Un des premiers actes de son successeur Hadrien, élu le 1er février 772, fut de donner à Serge une sépulture chrétienne près de Saint-Pierre.

93Et protinus direxit ipse sanctissimus pontifex cum praenominatis Campaninis suos fidelissimos ministros, ut demonstrarent locum ubi ipsum Sergium interfecerunt atque sepelierunt. Et properantes venerunt usque in Merulanam, ad arcum depictum qui est secus viam quae ducit ad ecclesiam sanctae Dei genetricis ad Praesepe ; ibique, iuxta eundem arcum, aperientes unam sepulturam, demonstraverunt corpus ipsius Sergii repositum, fune eius guttur constrictum, atque ictibus totum corpus eius vulneratum. Unde dubium non est suffocatum ac semivivum fuisse terra obrutum (LP I, p. 489-490).

94Sans tarder, le très saint pontife envoya ses fidèles serviteurs avec les susdits Campaniens, leur montrer le lieu où avaitt été tué Serge et enfoui son corps. Ils se rendirent au lieu-dit Merulana, près de l’arc peint de la rue qui conduit à Sainte-Marie de la Crèche. Là, près de l’arc, ils ouvrirent une sépulture, dans laquelle gisait le corps de Serge, avec une corde au cou et tout le corps couvert de blessures. Aussi n’y a-t-il pas de doute qu’il fut étranglé et enterré encore vif.

952. In ecclesia vero sanctae Dei genetricis ad Praesepe fecit vestes ii super altare maiore : una ex auro purissimo atque gemmis, habentem adsumptionem sanctae Dei genetricis, et aliam de stauracim ornatam in circuitu blattin. Fecit in ipsa ecclesia et cortina maiore iuxta ianuas maiores ex palleis quadrapolis, ad similitudinem quam in ecclesia sancti Petri fecit. Sed et per diversos arcos eiusdem basilicae sanctae Dei genetricis simili modo ex palleis quadrapolis fecit vela numero xlii (LP I, p. 500).

96Dans l’église de la Sainte Mère de Dieu de la Crèche il fit [faire] deux couvre-autel pour le maître-autel. L’un était brodé d’or pur et de gemmes avec la scène de l’Assomption de la Mère de Dieu. L’autre était de storax orné de pourpre sur tout le pourtour. Dans la même église, il fit [mettre] aux portes principales de grands rideaux dont les quatre angles étaient brodés d’or. Aux grands arcs de la même basilique il fit aussi [mettre] quarante-deux rideaux à broderies d’or aux quatre angles.

973. Première visite romaine de Charlemagne en 774 et célébration du dimanche de Pâques 3 avril :

98Alio vero die inluciscente Dominico sancto, in ipsa sacratissima paschali festivitate, direxit diluculo ipse sanctissimus praesul cunctos iudices et universa obsequia militiæ ad eundem regem, et cum magno honore suscipientes in ecclesia sanctae Dei genetricis ad Praesepe properavit cum omnibus qui cum eo advenerant Franci. Eique missarum solemnia caelebrata, perrexit cum prenominato pontifice in Lateranense patriarchium, illicque ad mensam apostolicam pariter aepulati sunt (LP I, p. 497-498).

99Le jour suivant, qui était le dimanche de Pâques, le prélat lui-même envoya au-devant du roi tous les juges, escortés de la milice. Il le reçut, ainsi que tous les Francs qui étaient venus [avec lui], avec de grands honneurs dans l’église de la Sainte Mère de Dieu de la Crèche. Après la messe solennelle, le roi accompagna le pontife au palais du Latran où il prit le repas à la table apostolique.

1004. Le 8. 4. 787, autre visite de Charlemagne qui célèbre Pâques à Rome.

101Et celebravit pascha cum domno apostolico in Roma (Annales Laurissenses, 787, MGH. SS. I, p. 170).

102NB. – Même si cela n’est pas dit explicitement, Charlemagne assista à Sainte-Marie-Majeure à la messe du jour de Pâques au cours de laquelle il fut officiellement invité à la table du pape.

1035. Enimvero in basilica sanctae Dei genetricis quæ appellatur ad Praesepem, in altare ipsius Praesepii fecit lamminas ex auro purissimo historiis depictis, pens. simul lib. cv ; ex argento intus suprascriptae confessionis tabulas II, pens. simul lib. xv (LP I, p. 511).

104Dans la basilique de la Sainte Mère de Dieu, dite de la Crèche, il fit [appliquer] à l’autel de la Crèche des plaques d’or pur, ornées d’images, d’un poids total de cv livres, et à l’intérieur de la confession dudit autel deux cadres d’argent pesant quinze livres.

1056. Idem vero bonorum omnium præcipuus praesul noviter dedicavit atque constituit monasterium sanctorum Adriani atque Laurentii, quod in ruinis marcescens a priscis temporibus tamquam in cripta a saecularibus habitabatur ; ipse vero egregius antistes noviter eum restaurans, in predictorum sanctorum, videlicet Adriani et Laurentii nomen aedificavit, in quo et multa bona donavit, tam in auro quam in argento seu in agris et familiis diversisque peculiis simulque et mubilibus rebus, et constituit in basilica sanctae Dei genetricis semperque virginis Mariae ad Praesepem in caeteris monasteriis ibidem constitutis Deo die noctuque canentes solite gerere laudes (LP I, p. 511).

106Le même éminent prélat fit remettre à neuf et consacra le monastère de Saint-Hadrien-et-Laurent, en ruines depuis longtemps, dans les caves duquel habitaient des laïcs. Il le restaura et le mit sous le nom des saints susdits, à savoir Hadrien et Laurent, lui fit de nombreux dons en or et argent, en champs et serviteurs, en bétail et biens meubles. Avec d’autres monastères il l’établit au service de la basilique de la sainte mère de Dieu et toujours vierge Marie de la Crèche, afin qu’y fussent chantées de jour et de nuit les habituelles louanges de Dieu.

1077. Sed et in basilica beatae Dei genetricis ad Praesepem fecit delfinos argenteos per diversas coronas pens. inibi lib. xxiiii (LP I, p. 511).

108Dans la basilique de la bienheureuse mère de Dieu de la Crèche, il fit aussi [faire] des dauphins d’argent pour les diverses couronnes, d’un poids total de vingt-quatre livres.

1098. Item beatissimus vir fecit in ecclesia sanctae Dei genetricis ad Praesepem patenam et calicem sanctum ex auro obrizo, pens. inibi lib. xx (LP I, p. 512).

110Le bienheureux hommes fit également [faire] dans l’église de la sainte Mère de Dieu de la Crèche une patène et un calice d’or massif d’un poids de vingt livres.

XVIII. Léon III (795-816)

1111. Avant le pontificat (793-794).

112a. Fecit autem et in basilica beatae Dei genetricis, quae appellatur ad Praesepem, ciborium ex argento purissimo, qui pens. lib. dxc, simul et rugas argenteas in ingressu presbiterii, pens. lib. lxxx ; b. atque cortina maiore sirica alba, habentem storia Nativitatis Domini et S. Symeonis et in medio Cheretismon. c. Simul etiam et cameram eiusdem ecclesiae et in quadriportica ; necnon et coronas argenteas iii, pens. inibi lib. cxlv et uncias viiii (LP II, p. 2).

113a. Il fit [faire] aussi dans la basilique de la Sainte Mère de Dieu, dite de la Crèche, un ciborium d’argent très pur, pesant cinq cents quatre-vingt-dix livres, en même temps que des chancels d’argent à l’entrée du presbytérium, pour un poids de quatre-vingts livres, b. ainsi qu’un grand rideau de soie blanche, où était représentés la Nativité du Seigneur, saint Siméon et au milieu l’Annonciation. c. Il [fit refaire] aussi le plafond de la même église et son quadriportique et [y mettre] iii couronnes d’argent pesant cent-quarante-cinq livres et neuf onces.

1142. Pendant le pontificat, indiction viii (799-800).

115a. Intervention de Charlemagne.

116Interea et in basilica beatæ Dei genetricis ad Praesepe obtulit sicla argentea maiore pens. lib. (LP II, p. 8).

117Cependant il offrit aussi à la basilique de la Bienheureuse Marie de la Crèche des pièces d’argent d’un poids de ... [non indiqué].

118b. Intervention de Léon III.

119Idem autem sanctissimus praesul fecit in basilica beatae Mariae ad Praesepem veste alba chrisoclaba, habentem storiam Resurrectionis ; sed et alia veste in orvicclis [= orbiculis] chrisoclabis, habentem storiam Adnunciationis et SS. Ioachim et Annae (LP II, p. 9).

120Le même bienheureux prélat fit [faire] pour la basilique Sainte-Marie de la Crèche un couvre-autel blanc à bandes d’or, avec la scène de la Résurrection, un autre orné de disques cerclés d’or et portant les scènes de l’Annonciation, des saints Joachim et Anne.

1213. Indiction ix (800-801).

122Itemque fecit in basilica sanctae Dei genetricis ad Praesepe cortinam alexandrinam cum periclisin de stauraci, et aliam albam cum periclisin de blathin, pendentem super altare. Necnon et intro regias maiores et ante secretario numero xii (LP II, p. 10).

123Il fit [faire] pareillement dans la basilique de la Sainte Mère de Dieu de la Crèche un rideau de soie d’Alexandrie ourlé de storax, un autre rideau blanc avec un ourlet de pourpre, pour être suspendus sur l’autel, et douze autres à suspendre aux grandes portes et à l’entrée de la sacristie.

1244. Indiction XI (802-803).

125a. Ipse vero a Deo protectus et praeclarus pontifex constituit ut ante tres dies Ascensionis dominicae letanias celebrarentur, scilicet feria ii, egrediente pontifice cum omni clero et cuncto populo, cum hymnis et canticis spiritualibus, ab ecclesia beatae Dei genetricis ad Praesepem, pergant ad ecclesiam Salvatoris, quæ appellatur Constantiniana ; feria iii exeuntes ab ecclesia beatae Savinae martyris, pergentes ad beatum Paulum apostolum ; feria iiii exeuntes ab ecclesia Hierusalem pergentes ad ecclesiam beati Laurentii foris muros (LP II, p. 12).

126Le même illustre pontife, protégé de Dieu, institua les litanies mineures pour les trois jours qui précèdent l’Ascension du Seigneur. Lundi, le pontife, le clergé et tout le peuple sortiraient avec des hymnes et des cantiques spirituels de l’église de la Bienheureuse Mère de Dieu de la Crèche pour se rendre dans l’église du Sauveur, dite Constantinienne ; mardi, de l’église Sainte-Sabine martyre à celle de Saint-Paul ; mercredi, de l’église Jérusalem à celle de Saint-Laurent h.l.m.

127b. Pari modo et in basilica sanctae Dei genetricis ad Praesepem fecit gabatas v ex auro purissimo, pens. simul lib. viii semis ; atque crucem ex auro purissimo pens. lib. x ; necnon et coronam maiorem ex argento purissimo pens. lib. xxxvi.

128c. Enimvero et inibi fecit vela alba olosirica, pendentes inter columnas maiores dextra laevaque, numero xlii, ex quibus xi rosatas.

129d. Fecit et in circuitu altaris ubi supra alia vela alba olosyrica rosata, qui pendent in arcora de cyburio, numero iiii, ex quibus una cum chrisoclabo et margaretis ;

130e. atque velum alium maiorem album, qui pendet ante regias maiores in introitu (LP II, p. 13-14).

131b. Pareillement, dans la basilique de la Sainte Mère de Dieu de la Crèche, il fit [mettre] v plats d’or pur, d’un poids total de huit livres et demie ; une croix d’or très pur, d’un poids de dix livres ; et une grande couronne d’argent très pur, d’un poids de trente-six livres. c. De plus, il y fit [suspendre] quarante-deux rideaux entièrement de soie, dont onze roses, dans les entrecolonnements à droite et à gauche ; d. tout autour de l’autel de l’église susdite, quatre rideaux de soie blanche à pendre aux arcs du ciborium, dont un orné de claves [= bandes] d’or et de perles ; e. et un grand rideau blanc, à pendre aux grandes portes d’entrée.

1325. Indiction XII (803-804).

133a. Fecit et in basilica sanctae Dei genetricis ad Praesepem vestem chrisoclabam margaretis ornatam, habentem storiam dominicae Nativitatis. b. Simul etiam et arcora ii ex argento, in presbiterio, cum columnis iiii, et alia arcora v, pens. simul lib. cxxxiii et semis. c. Isdem vero praecipuus praesul fecit et in basilica sanctae Dei genetricis ad Praesepem vestem rubeam alitinam, habentem in medio tabulam de chrisoclabo cum storia Domini nostri Iesu Christi et sancti Symeonis, quando in templo est praesentatus, et in circuitu lista de chrisoclabo ; necnon et aliam vestem chrisoclabam, habentem storiam Transitus sanctae Dei genetricis Mariae mirae magnitudinis et pulchritudinis decoratam, ex gemmis pretiosis et margaretis ornatam, cum periclisi de chrisoclabo et in circuitu listam de chrisoclabo (LP II, p. 14).

134a. Il fit [faire] de même dans la basilique de la Sainte Mère de Dieu de la Crèche un couvre-autel à chrysoclaves, orné de perles et d’une image de la Nativité du Seigneur ; b. également dans le presbytérium, [il fit poser] ii arcs d’argent avec iiii colonnes, et v autres arcs, le tout pesant cent-vingt-trois livres et demie.

135c. Le même éminent prélat fit aussi [faire] dans la basilique de la Sainte Mère de Dieu de la Crèche un couvre-autel rouge de soie véritable, orné d’un paneau central tissé d’or avec l’image de Notre-Seigneur Jésus-Christ et de saint Siméon lors de la Présentation au Temple, entouré tout autour d’une bande d’or ; puis un autre couvre-autel tissé d’or, avec la scène de la Dormition de la Sainte Mère de Dieu, d’une grandeur et beauté merveilleuses, décoré de gemmes précieuses et de perles et d’une bande d’or tout autour.

1366. Indiction XIV (805-806).

137a. Hic vero misericordissimus praesul fecit in basilica sanctae Dei genetricis ad Praesepem super altarem maiorem vestem chrisoclabam, habentem storiam dominicae Resurrectionis mirae magnitudinis et pulchritudinis decoratam, cum periclisin de chrisoclabo, undique ex margaretis ornatam.

138b. Hic beatissimus praesul, divina inspiratione repletus, fecit in basilica ipsius Dei genetricis ad Praesepem, in ingressu Praesepii, regias investitas ex argento purissimo, pens. simul lib. cxxviii, et super ipsas regias velum modicum fundatum, habentem in circuitu listam de chrisoclabo ; necnon et alia vela maiora tyrea super regias maiores tria, in ingressu basilicae, cum periclisin de fundato (LP II, p. 16).

139a. Ce très miséricordieux prélat fit [mettre] sur l’autel majeur de la basilique de la Sainte Mère de Dieu de la Crèche un couvre-autel chrysoclave avec la scène de la Résurrection du Seigneur, d’une merveilleuse grandeur et beauté, entourée tout autour d’une bande d’or et ornée de partout avec des perles. b. Ce bienheureux prélat, rempli de l’inspiration de Dieu, à l’entrée de [l’oratoire de] la Crèche dans la basilique de la même Mère de Dieu, fit revêtir la porte principale d’argent très pur, pour un poids de cent-vingt-huit livres, et [suspendre] à la même porte un petit rideau de velours, orné tout autour d’une bande chrysoclave ; en outre, pour les grandes portes d’entrée [de la basilique], trois autres grands rideaux de soie de Tyr, ornés tout autour d’une bande de velours.

1407. Indiction XV (806-807).

141a. Dons annuels.

142Hic vero almificus presul investivit faciem altaris sanctae Dei genetricis ad Praesepem ex argento mundissimo deaurato, qui pens. lib. l xxxvi. Fecit autem ubi supra coronas duas ex argento purissimo, pens. inibi lib. liiii et semis ; cortina maiore alexandrina olosirica, ornata in circuitu de fundato unam (LP II, p. 18).

143Cet éminent pontife fit revêtir la face [antérieure] de l’autel de la Sainte Mère de Dieu de la Crèche avec de l’argent doré très pur, d’un poids de trente-six livres. Le même y fit [suspendre] deux couronnes d’argent très pur, d’un poids total de cinquante-quatre livres et demie ; et un grand rideau, entièrement de soie d’Alexandrie, orné d’un ourlet de dentelle de soie.

144b. Grande donation de 807.

145Hic vero praecipuus praesul ex largitatem omnipotentis Dei et beati Petri apostoli clavigeri regni caelorum obtulit per universas sanctorum sacras ecclesias huius alme urbis Rome, ob veniam facinorum suorum, coronas vel canistros ex argento purissimo, videlicet :...

146et in basilica sanctae Dei genetricis ad Praesepem instar fecit coronam ex argento puro, pens. lib. xiii ... (LP II, p. 18).

147Cet éminent prélat, grâce aux biens abondants de Dieu tout-puissant et de l’apôtre Pierre, porte-clés du royaume des cieux, offrit à toutes les saintes églises de cette excellente ville de Rome, en vue du pardon de ses péchés, des couronnes et des panniers d’argent très pur : ... à la basilique de la Sainte Mère de Dieu de la Crèche une couronne d’argent pur, pesant treize livres ...

1488. Indiction I (807-808).

149Fecit autem isdem praesul in basilica sanctae Dei genetricis qui appellatur ad Praesepem canthara de argento puro ii, pens. inibi lib. xxiii ; columnas II, pens. lib. xxi et unc. v ; crucem cum gabata ex argento mundissimo, pens. lib. v. (LP II, p. 26).

150Le même prélat fit don à la basilique de la Sainte Mère de Dieu, dite de la Crèche, deux canthares d’argent pur, d’un poids de vingt-trois livres ; deux colonnes, d’un poids de vingt-une livres et cinq onces ; une croix à disque d’argent très pur, d’un poids de cinq livres.

1519. Indiction II (808-809).

152Praefatus vero venerabilis et praeclarus pontifex fecit in basilica beati Petri apostoli nutritori suo super altare maiore cyburium cum columnis suis ex argento purissimo deaurato cum diversis storiis mire magnitudinis et pulchritudinis mirifice decoratum, qui pens. undique lib. duo milia dcciiii et unc. iii. Ciburium vero quod inde abstulit posuit super altare maiore in basilica beate Dei genetricis quae appellatur ad Praesepem ; et crucem ex argento puro fecit et inibi posuit, pens. lib. xii et unc. iii ; necnon et tetravila rubea alithina IIII ubi supra fecit, ex quibus unum cum chrisoclabo (LP II, p. 27).

153Le susdit vénérable et illustre pontife fit [faire] dans la basilique de l’apôtre Pierre, son protecteur, au dessus de l’autel majeur, un ciborium avec ses colonnes d’argent pur doré, splendidement décoré de diverses scènes, d’une merveilleuse grandeur et beauté, d’un poids total de deux mille sept-cent-trois livres et trois onces. Le vieux ciborium, qu’il avait fait démonter, il le fit mettre au dessus du maître-autel de la basilique de la Bienheureuse Mère de Dieu, dite de la Crèche, où il fit mettre encore une croix d’argent pur d’un poids de douze livres et trois onces, et quatre rideaux rouges de soie véritable, dont un à chrysoclave.

15410. Indiction III (809-810).

155Verum etiam et sarta tecta basilicae beatae Dei genetricis semperque virginis Mariae dominae nostrae quae appellatur ad Praesepem omnia noviter restauravit (LP II, p. 27).

156Il fit aussi restaurer [et remettre] à neuf depuis les fondations jusqu’au toit toutes [les structures] de la basilique de la Bienheureuse Mère de Dieu toujours Vierge, Notre Dame dite de la Crèche.

15711. Indiction V (811-812).

158a. Fecit autem in basilica sanctae Dei genetricis semperque virginis Mariae dominae nostrae quae appellatur ad Praesepem cortinam de fundato et in circuitu ornata de blatin, qui pendet super pertica super sedem, mirifice decoratam ; vela promiscua tam de fundato quam etiam de stauraci et quadrapulo ornata in circuitu de blatin, numero xl.

159b. Fecit vero ubi supra ante ingressum Praesepii farum in modum retis ex argento purissimo, cum canistris v, pens. simul lib. xxxvii semis (LP II, p. 29)

160a. Il fit [faire] dans la basilique de la Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, Notre Dame dite de la Crèche, un rideau de velours orné tout autour de pourpre, suspendu à une perche au-dessus du siège pontifical, d’une merveilleuse décoration. Il fit mettre des rideaux variés tant de velours que de storax, ornés tout autour de pourpre, au nombre de quarante. b. Il fit aussi [suspendre] au dessus de l’entrée de la Crèche un lampadaire réticulé d’argent très pur, avec cinq panniers, d’un poids total de trente-sept livres et demie.

16112. Indiction VI (812-813).

162Hic vero sanctissimus et praeclarus pontifex fecit in basilica sanctae Dei genetricis semperque virginis Mariae dominae nostrae quae appellatur ad Praesepe tetravila alba olosirica rosata mirifice decorata (LP II, p. 31).

163Ce très saint et illustre illustre pontife fit [faire] dans la basilique de la Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, notre Dame dite de la Crèche, des tétravoiles de soie blanche, avec de merveilleux ornements roses.

16413. Indiction VII (813-814).

165Ipse vero a Deo protectus et praeclarus pontifex fecit in basilica beatae Dei genetricis, quae appellatur ad Praesepem, ob nimium amorem ipsius Domine nostre, farum ex argento purissimo cum lucerna et cereabte suo, pens. simul lib. xl semis. Et hoc constituit eius beatitudo ut in dominicorum diebus vel in sanctis solemnitatibus iuxta lectorium consisteret et ad legendum sacras lectiones luminis splendorem refulgeret (LP II, p. 31).

166Le même illustre pontife, protégé de Dieu, en raison de son grand amour pour Notre Dame, fit [mettre] dans la basilique de la Bienheureuse Mère de Dieu, dite de la Crèche, un phare d’argent très pur, muni de sa lampe et de son allumoir, d’un poids total de quarante livres et demie. Il décida qu’il servirait à éclairer le pupitre tous les dimanches et jours de fête, pour que resplendît de lumière la lecture des textes sacrés.

16714. Indiction V (811-812).

168Ipse autem a Deo protectus et praeclarus pontifex fecit in basilica sanctae Dei genetricis semperque virginis Mariae dominae nostrae quae appellatur ad Praesepe coronas argenteas cum delfinos suos numero XII, quae pens. lib. CII et uncias VIIII semis ; seu et fara cantara argentea cum delfinos suos ubi supra numero vii, pens. lib. lxxxv semis (LP II, p. 33).

169Le même illustre pontife, protégé de Dieu, fit [suspendre] dans la basilique de la Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, notre Dame, douze couronnes d’argent avec leurs douze dauphins, d’un poids de cent-deux livres et neuf onces et demie ; et sept lampes en forme de conques avec leurs dauphins, d’un poids de quatre-vingts-cinq livres et demie.

17015. Indiction IX (815-12. 6. 816).

171Idem vero fecit in basilica beatae Dei genetricis ad Praesepem regnum ex auro purissimo spanoclisto, diversis in circuitu pretiosis ornatam lapidibus, pens. lib. iiii, unc. vii (LP II, p. 33).

172Le même fit [faire] pour la basilique de la bienheureuse Mère de Dieu de la Crèche une couronne d’or très pur, fermée au-dessus et ornée sur le pourtour de pierres précieuses, d’un poids de quatre livres et sept onces.

XIX. Pascal Ier (817-824)

1731. Nouvel aménagement liturgique du siège épiscopal, de l’autel et du presbytérium.

174a. Praeterea idem sanctissimus et orthodoxus pontifex, divina inspiratione pulsus, ecclesiam sanctae et intemeratae virginis Mariae dominae nostrae quae appellatur ad Praesepem cernens quondam tali modo constructam, ut post sedem pontificis mulieres ad sacra missarum solemnia stantes prope adsistere iuxta pontificem viderentur, ita ut, si aliquid conloqui pontifex cum sibi adsistentibus voluisset, ex propinqua valde mulierum frequentatione nequaquam ei sine illarum interventione liceret ; et largum ibidem locum inesse, qualiter inde sedem mutari valeret, cerneret, dato operis studio, coepit indesinenter agere, sedem inferius positam sursum ponere, ut eo familiarius Domino preces fundere posset, quo consortia populorum modeste declinare potius constitisset ; denique sedem optime quam dudum fuerat pulcherrimis marmoribus decoratam condidit, et undique ascensus qui-bus ad eam gradiatur construxit ; pavimentumque altaris erigens pretiosissimis marmoribus stravit.

175b. Erexit sane sex inibi ante confessionem sacri altaris purpureo colore columnas, quas super et candidi marmoris trabem posuit, purpureis dextra laevaque marmoribus nectens novis illas celaturis exornans satis commode decoravit.

176c. Presbiterium quoque ipsius ecclesiae diversis marmoribus quam pridem fuerat in melius reparavit (PL II, p. 60).

177a. En outre, le même très saint et orthodoxe pontife, poussé par l’inspiration divine et considérant l’église de Sainte-Marie, notre Dame toujours vierge, dite de la Crèche, la trouva construite de manière que les femmes semblaient assister à la célébration de la sainte messe derrière le siège au voisinage du pontife. Aussi, quand le pontife voulait dire un mot à ses assistants, il ne pouvait le faire sans que leur voisinage immédiat ne permît aux femmes de s’en mêler. Voyant donc qu’il y avait un large espace pour changer le siège de place et y ayant réfléchi, il fit sans tarder mettre le siège à un niveau plus élevé qu’auparavant, afin de pouvoir se consacrer plus facilement à la prière en évitant le contact immédiat avec le peuple. Il fit ensuite décorer le siège avec de beaux marbres et le rendre accessible de tous côtés au moyen de gradins. Il fit ensuite rehausser le pavement de l’autel et le fit décorer de marbres précieux. b. Il fit aussi dresser devant la confession six colonnes de porphyre sur lesquelles il fit poser une architrave de marbre blanc. Il les fit réunir à droite et à gauche avec des plaques de porphyre qu’il fit décorer artistiquement avec des ciselures nouvelles. c. Quant au presbytérium de l’église, il le fit restaurer en mieux avec des marbres divers.

1782. Dons à la basilique

179a. Propitiatorium vero sacri altaris seu confessionem interius exteriusque cum rugulis suis ex auro purissimo mirifice decoravit, pens. lib. clxxiiii et unc. vi.

180b. Similiter quoque et altare ipsius basilicae ex argenteis lamminis cum istoriis diversis pulcherrime compsit atque deauravit, pens. lib. ccc lxxxv.

181c. Benignissimus etenim praeclarusque praesul obtulit supra gabathas ex auro purissimo cum diversis gemmis numero vi, pens. lib. xx et unc. vi et hoc constituit ut semper diebus ac noctibus ante sacrosancto altare lucere debeant.

182d. Hic, divina inspiratione fultus, obtulit in iamdicta basilica arcos ex argento numero viii cum columnis xvi, pens. lib. ccxviii et unc. viii.

183e. Fecit etiam ante vestibulum altaris rugas maiores ex argento, pens. lib. lxxviii.

184f. Obtulit etiam et canthara ubi supra ex argento, numero vi, pens. lib. lx semis.

185g. Pari modo et per arcos maiores sepedicte ecclesie fecit calices maiores ex argento, pendentiles, numero xlii, qui omnes simul pens. lib. cclxxxi.

186h. Venerabilis etenim præsul ob amorem eiusdem virginis Dominae nostrae obtulit ubi supra coronas ex argento numero ii, pens. lib. lxii et unc. iii.

187i. Item ubi supra canistra ex argento, numero ii, pens. lib. xiii semis.

188j. Fecit etiam ibidem imaginem ex argento, deauratam, cum vultu beate Dei genetricis Mariae, pens. lib. xvii et unc. iii.

189k. Christi namque omnipotentis Domini famulus obtulit in sacrosancto altare sepedicte basilicae vestes de chrisoclabo ii, habentes storiam dominicae Nativitatis domini nostri Iesu Christi, cum periclisi, diversis ornatas gemmis et margaretis mirifice decoratas.

190l. Obtulit etiam ubi supra aliam vestem de chrisoclabo, habentem historiam qualiter dominus noster Iesus Christus a Iohanne in Iordane baptizatus est, cum periclisin de chrisoclabo, habentem istoriam dominicae Resurrectionis domini nostri Iesu Christi, cum periclisin de chrisoclabo seu diversis ornata margaretis.

191m. Beatissimus et venerabilis praenominatus pontifex, divino amore ductus, fecit ibidem in iam fato altare vestem similiter de chrisoclabo habentem storiam qualiter beata Dei genetrix Maria corpore est assumpta, cum periclisin de chrisoclabo seu diversis margaretis pulcherrime comptam atque decoratam.

192n. Fecit enim benignissimus praesul ubi supra aliam vestem de chrisoclabo, habentem storiam dominicae Ascensionis Christi domini nostri rite decoratam.

193o. Item ubi supra, ob amorem eiusdem virginis, construxit aliam vestem de chrisoclabo, habentem storiam qualiter Spiritus Sanctus adveniens super apostolos, diversis ornatam atque decoratam margaretis.

194p. Immo ibidem aliam univit vestem de chrisoclabo cum storia Palmarum, modeste comptam atque decoratam.

195q. Necnon et ubi supra aliam compsit iam nominatus pontifex vestem de olovero cum periclisin de fundato.

196r. Pariter quoque et pro cotidianis diebus obtulit vestes de fundato ii cum periclisin de quadrapulo, pulcherrime exornatas.

197s. Hic, divina inspiratione pulsatus, fecit ipse sanctissimus praesul per arcos maiores iamfatae ecclesiae vela de fundato xiiii et de quadrapulo xiiii, similiter et de imizilo xiiii.

198t. Domini Dei nostri Iesu Christi famulus, ob amorem ei[us]dem Dominae nostrae, per arcos presbiterii iamdictae ecclesiae fecit vela de chrisoclabo habentia storiam Domini nostri Iesu Christi atque Nativitatem seu Assumptionem eiusdem intemerate Virginis, numero xxvi.

199u. Pariterque et per arcos obtulit vela de quadrapulo diversis storiis circumsuta, numero xxiiii.

200v. Christi namque omnipotentis Domini famulus obtulit sursum in aspectu abside pannum alexandrinum mirifice decoratum.

201w. Obtulit etiam in trabem maiorem ipsius basilicae velum maiorem de fundato, habentem tabulas de chrisoclabo vii et periclisin de blatin bizantea.

202x. Fecit enim ad ornatum ipsius basilicae in ipsam trabem vela de quadrapulo numero VI et de imizilo vela numero iiii.

203y. Venerabilis quoque praesul fecit in ingressu iamdictae basilicae cortinam maiorem alexandrinam cum diversis storiis compte decoratam.

204z. Simili modo et pro cotidianis diebus aliam ibi obtulit cortinam alexandrinam mirifice exornatam. aa. Benignissimus et praeclarus pontifex obtulit in praenominata basilica vela alba olosirica in travem maiorem cum periclisin de fundato, numero vi.

205bb. Item in absida ipsius basilicae posuit vela alba cum periclisin de blatin bizantea, numero iiii (LP II, p. 60-62).

206a. Le propitiatoire de l’autel, c’est-à-dire la confession et ses chancels, furent merveilleusement décorés à l’intérieur et à l’extérieur avec de l’or très pur pour un poids de cent-soixante-quatorze livres et six onces. b. Il aménagea pareillement et orna l’autel de la basilique avec des plaques d’argent portant différentes scènes. c. Le bienveillant et illustre prélat y fit aussi le don de six écuelles d’or très fin, ornées de perles, d’un poids de vingt livres et six onces et ordonna qu’elle fussent toujours allumées de jour et de nuit devant le saint autel. d. Une divine inspiration lui fit offrir à ladite basilique huit arcs et seize colonnes d’argent, pesant deux-cents-dix-huit livres et huit onces. e. Il fit aussi faire devant le vestibule de l’autel de grandes barrières d’argent d’un poids de soixante-dix-huit livres. f. Il lui offrit aussi six canthares d’argent, d’un poids de soixante livres et demie. g. Il fit également [suspendre] aux arcs majeurs de ladite église quarante-deux coupes d’argent, d’un poids total de deux-cents-quatre-vingts-une livres. h. Le vénérable prélat, par amour de la même Vierge notre Dame, lui offrit aussi quatre couronnes d’argent, d’un poids de soixante-deux livres et trois onces. i. De même deux panniers d’argent, pesant treize livres et demie. j. Il fit aussi faire pour elle une icone d’argent doré, représentant le visage de la Bienheureuse Mère de Dieu Marie, d’un poids de dix-huit livres et trois onces. k. Le serviteur du Christ, Dieu tout-puissant, offrit pour le très saint autel de la basilique souvent nommée deux nappes à bandes d’or, portant la scène de la Nativité de notre Seigneur Jésus-Christ et ornées d’un ourlet magnifiquement décoré avec des gemmes variées et des perles. l. Il y offrit une autre nappe chrysoclave, magnifiquement décorée, portant la scène de Jésus-Christ notre Seigneur baptisé par Jean dans le Jourdain et entourée d’une bande d’or. m. Il donna une autre nappe chrysoclave représentant la Résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ et entourée d’une bande d’or ornée de perles. m. Le bienheureux et vénérable prélat susnommé, mû par l’amour de Dieu, fit [faire] pour le susdit autel une nappe également chrysoclave, qui portait la scène de l’Assomption corporelle de Marie, entourée d’un bandeau d’or et décorée de perles. n. Le bienveillant prélat fit aussi [mettre] là une autre nappe chrysoclave, avec la scène de l’Ascension de Notre-Seigneur, artistiquement décorée. o. Là aussi, par amour de la Vierge, il fit [mettre] une autre nappe chrysoclave avec la scène de la Descente de l’Esprit-Saint sur les apôtres, ornée et décorée avec des perles. p. Il y ajouta une autre nappe chrysoclave avec la scène des Rameaux, d’une décoration simple mais ornée. q. Là encore le susnommé pontife fit [faire] une autre nappe entièrement de pourpre, avec un ourlet de dentelle. r. Il offrit pareillement deux nappes pour tous les jours, à dentelles, avec l’ourlet brodé aux quatre coins avec de très beaux ornements. s. Mû par l’inspiration divine, il fit aussi à ladite église le don de quatorze rideaux de dentelles et quatorze autres de soie d’Ormuz. t. Le serviteur de notre Seigneur et Dieu Jésus-Christ, toujours par amour de Notre Dame, fit [faire] pour les arcades du presbytérium de ladite église vingt-quatre rideaux chrysoclaves, portant des scènes [de la vie] de Notre Seigneur Jésus-Christ, ainsi que la Nativité et l’Assomption de la même Vierge immaculée. u. Pour les mêmes arcades il offrit vingt-quatre rideaux brodés aux quatre coins et diverses scènes brodées sur le pourtour. v. Le serviteur de Dieu tout-puissant offrit pour être [suspendus] dans la partie supérieure de l’abside une pièce [de soie] d’Alexandrie merveilleusement décorée. w. Il offrit aussi pour la poutre maîtresse de ladite basilique un grand rideau de velours, comportant sept panneaux chrysoclaves et un ourlet de velours byzantin. x. Il offrit aussi, pour l’ornementation de ladite église, six rideaux brodés aux quatre angles et quatre [de soie] d’Ormuz, à suspendre à la poutre maîtresse. y. Le vénérable prélat fit [mettre] dans l’entrée de ladite basilique une grande tenture de soie d’Alexandrie, élégamment décorée de scènes variées. z. De la même façon, destinée aux jours ordinaires, il offrit une autre tenture merveilleusement ornée. aa. Le bienveillant et illustre prélat offrit à ladite basilique six rideaux blancs entièrement de soie à l’ourlet de dentelle, à suspendre à la poutre maîtresse. bb. Il fit également suspendre dans l’abside de ladite basilique quatre rideaux blancs avec un ourlet de pourpre de Byzance.

2073. Autres dons à la basilique.

208a. Et quia idem ter beatissimus pastor tantam curam tantamque vigilantiam quam erga status sanctarum ecclesiarum Dei frequenter inpendebat, etiam altare Praesepii iamdictae basilicae seu venerabilem confessionem ultro citroque ex auro purissimo cum diversis storiis mirifice compsit atque decoravit, pens. lib. cxxxiiii, unc. iiii.

209b. Similiter et ex argento deaurato cum variis storiis ibidem iuncxit, pens. lib ccliiii, unc. iiii.

210c. Item ibidem obtulit iamfatus pontifex gabatas ex auro purissimo cum gemmis diversis, numero iii, pens. simul lib. viii, unc. x.

211d. Porro et vela de alitino cum periclisin de blatin bizantea numero v ibidem posuit (LP II, p. 62).

212a. Comme le trois fois bienheureux pasteur se dépensait fréquemment avec beaucoup de zèle et d’attention pour le bon état des saintes églises de Dieu, de la même manière il fit aménager et décorer sur les deux côtés l’autel et la vénérable confession de [l’oratoire] de la Crèche de ladite basilique avec diverses scènes en or pur, d’un poids de cent-trente-quatre livres, quatre onces. b. Il y ajouta diverses scènes en argent doré, d’un poids de deux-cents-cinquante-trois livres, quatre onces. c. Pareillement, ledit pontife y fit le don de trois écuelles d’or pur, pesant ensemble huit livres, dix onces. d. Il y fit aussi [mettre] cinq rideaux de vraie soie, ourlés de pourpre de Byzance.

XX. Valentin (827)

213Una mox omnes pacis coniunctione manentes, ad ecclesiam sanctae Dei genetricis semperque virginis Mariae dominae nostrae sacer (sic !) clericorum et Romanorum proceres pariter cum populo properantes, multiplices eum (Valentinum) Domino grates et laudes reddentem more solito invenerunt. Quem ilico multo ac diutius renitentem, seque tanti regiminis fore incongruum voce strenua proferentem, almae plebis et laetis utriusque militiae Romanorum electus est vocibus in sedem pontificum, ac deinde cum dignis eum gloriae laudibus et honoris amplitudine ad Lateranensem patriarchium ab ipsis deductus et in pontificali est positus throno (LP II, p. 72).

214Tous restant unis dans le lien de la paix, clercs, nobles romains et peuple se rendirent à l’église de la Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, notre Dame, où ils trouvèrent Valentin, occupé, comme de coutume, à rendre au Seigneur de nombreuses louanges et actions de grâces. Il refusa longtemps, se disant à haute voix inapte à une si grande charge. Il fut néanmoins élu et porté au siège pontifical par le peuple de la Ville et les deux milices romaines, qui l’amenèrent au palais du Latran avec de grandes louanges de gloire et des démonstrations d’honneur et ils l’installèrent sur le trône.

XXI. Grégoire IV (827-844)

2151. Simili modo et in ecclesia beatae Dei genetricis semperque virginis Mariae dominae nostrae ad Praesepem fecit vestem auritestilem, habentem Nativitatem, Baptismum, Adpraesentatio et Resurrectione, habentem in ca-pite ipsius storiae gemmas albas ccclxxx, iacinctas l, prasinas xxii, et in circuitu alvaviras legente de nomine doni Gregorii quarti pape (LP II, p. 76).

216Pareillement, il fit [mettre] aussi dans l’église Sainte-Marie de la Bienheureuse Mère de Dieu et toujours Vierge Notre Dame de la Crèche un couvre-autel tissé d’or, ayant les scènes de la Nativité, du Baptême, de la Présentation au temple et de la Résurrection, et au dessus trois-cents-quatre-vingts gemmes blanches, cinquante de couleur jacinthe, vingt-trois de couleur émeraude, et sur le pourtour une inscription portant le nom du pape Grégoire iv.

2172. Copie de la donation de Flavia Xanthippè (viie s. déb. ?)

218/ noto rogatorioque meo scribendam dictavi, cvique svbter ma- / nv propria litteris grecis svbscripsi, et testibvs a me rogitis op- / tvli svbscribendam. Allegandi etiam gestis, quibvs placverit, et / tempore, qvo volveritis, si necessvm, non spectata denvo / mea professione, ex more concedo licentiam, de qva re quibvs- / qve omnibus suprascriptis stipvlatione et sponsionem sollemniter inter- / posita. Actum Roma impero die consule indictione suprascripta.

219Flavia Xantippi filia quondam Megisti, imperialis a secretis, hvic char – / tvlae vsvfrvctvarie donationis de suprascripta massa, quae Appellatur Pagani – / cense, in integro cum fvndis et casalibvs svis, id est fundus Artvri – / anvs, fundus Garganvs, fundus Mattianvs, fundus Viarvs, fundus Criscianvs, fundus Tvri – / ta, fundus Solinianvs, fundus Casa Porcinare, fundus Calvisianvs, fundus Rvbianvs, / fundus Sipicianvs, fundus Bvbianvs vnciae sex, fundus Vcvpia, fundus Casa Viti, fundus Ervt – / tianvs, fundus Ferratvlas, fundus Casa Lari (ms Casulari), fundus Calgianus, unciae quat – / tuor, fundus Pistore, fundus Petrocianus, fundus Casa Basili, fundus Optavianvs, fundus Ar – / bvscianvs, fundus Gvrgvs, fundus Casa Gini, fundus Tvranvs, fundus Rvbianvs, fundus Fe – / lianvs, fundus Manilivs, fundus Oclata, fundus Cottianvs vnciae sex, fundus Filipia – / nvs, fundus Orcianvs, fundus Tris Casas et Ortvs vineatvs intro civitate / Signina, nec non et fundus Candicianvs in integro et omnibvs / ad eis generaliter pertinentibvs, factae a me in omnes man – / sionarios essentibvs et introevntibvs perenniter ba – / silicae sanctae Dei genetricis Mariae, Quae Appellatur ad Praesepem, pro oblatione / animae nostrae, sicvt svperivs legitvr, ad omnia suprascripta / relegens consensi et svbscripsi, et testes, qui svbscriberent / Rogavi.

220Flavivs Anastasivs, tribvnvs basilicae sancti Petri.

221Theo – / datvs, adorator nvmeri Theodosiaci.

222Ego Geor – / givs, optio nvmeri militum Sermisiani.

223Flavivs Epiphanivs, avrifex.

224Theodorvs, acolitus sanctae romanae ecclesiae, hvic chartvlae vsvfrvctvarie donationis de suprascripta massa, Quae Appellatur Paga – / nicense, cvm fvndis et casalibvs svis in integro, nec non / et fvndi, qui Appellatur Candiiani, in integro omnibvsqve ad eis gene – / raliter pertinentibus, excepto mancipiis et mobilibvs rebvs / seseque mobentibus, factae a Xantippi, gloriosissima femina, in omnes mansiona – / rios essentibvs et introevntes perenniter basilicae sanctae / Dei genetricis, Quae Appellatur ad Praesepem, sicvt svperivs legitvr, ro – / giti (ms rogitis) a suprascripta donatrice, Quae nobis praesentibus svbscripsit (ms scripsimus), ipsa praesente tes – / tes svbscripsimvs, et hanc donationis chartvlam in / praesenti traditam vidimvs.

225Ego Theodorvs, vir Honestus, tabellio vrbis romae, scriptor hvivs chartvlae vsvfrvctvariae donationis, post testivm svb – / scriptiones et traditione facta, complevi et absolvi. (Grimaldi, ms Vat. lat. 6438, f. 55rv) ; Marini, n° 91, p. 299-302 ; Mai, Script. vet. 5, p. 222-23 ; Archivio Paleografico Italiano, 5, fasc. 57, 1949, p. X, pl. 34 ; J.O. Tjäder, Die nichtliterarischen lateinischen Papyri Italiens aus der Zeit 445-700. I. Papyri 1-28 (Lund 1955), p. 332-335).

226Que j’ai dicté à mon scribe auxiliaire privé bien connu, et j’ai signé ci-dessous de ma main avec des lettres grecques et j’ai donné à signer aux témoins par moi requis. Je vous donne aussi selon la coutume le pouvoir de faire enregistrer cet acte quand et où vous voudrez, en cas de nécessité sans accord préalable renouvelé de ma part. Cette affaire et tout ce qui est écrit ci-dessus a été accompli par engagement et promesse solennelle. Fait à Rome, empereur, jour, consul et indiction comme ci-dessus.

227Moi, Flavia Xanthippè, fille de feu Mégistos, secrétaire impérial, ai fait établir cet acte de donation sous réserve d’usufruit, concernant le domaine susdit appelé Paganicense, dans sa totalité, avec ses terres et ses bâtiments, à savoir les fonds Arturianus, Garganus, Mattianus, Viarus, Criscianus, Turita, Solinianus, Casa Porcinare, Calvisianus, Rubianus, Sipicianus, Bubianus (six douzièmes), Ucupia, Casa Viti, Eruttianus, Ferratulas, Casa Lari, Calgianus (quatre douzièmes), Pistore, Petrociana, Casa Basili, Optavianus, Arbuscianus, Gurgus, Casa Gini, Turanus, Rubianus, Felianus, Manilius, Oclata, Cottianus (six douzièmes), Filipianus, Orcianus, Tris Casas et le jardin planté en vigne dans la ville de Signia, de même le domaine de Candicianus dans sa totalité et tout ce qui lui appartient en général. Cet acte, que j’ai fait pour le salut de mon âme, est au bénéfice de tous les mansionaires qui sont au service de la basilique de la sainte Mère de Dieu, dite près de la Crèche, ou qui y ont leurs entrées, et l’ayant relu, je l’ai signé et j’ai donné mon consentement à toutes les dispositions susdites, et j’ai requis comme témoins pour la souscrire :

228Moi Flavius Anastasius, tribun de la basilique Saint-Pierre,

229Moi Theodatus, « adorateur » de l’unité Théodosienne,

230Moi Georges, sous-officier de l’unité Sermisienne,

231Moi Flavius Epiphanius, orfèvre,

232Moi Théodore, acolythe de la Sainte Église Romaine, témoins de l’acte de donation sous réserve d’usufruit du domaine dit Paganicense dans sa totalité, avec ses terres et ses bâtiments, de même le domaine dit Candicianus dans sa totalité avec tout ce qui s’y rapporte en général, excepté les esclaves, les biens meubles et ce qui se meut de lui-même, sur requête de la donatrice qui a signé sous nos yeux et moi sous les siens, et j’ai signé en sa présence et j’ai vu remettre l’acte de mes yeux. L’acte a été établi, comme on peut le lire ci-dessus, au nom de noble dame Xanthippè en faveur de tous les mansionaires qui sont au service perpétuel de la basilique de la sainte Mère de Dieu, dite près de la Crèche, et en faveur de ceux qui y ont leurs entrées.

233Moi Théodore, v. h., notaire public de la ville de Rome et copiste de cet acte de donation sous réserve d’usufruit, l’ai achevé et établi une fois qu’il a été souscrit.

XXII. Serge II (844-847)

234Ipse vero a Deo protectus et praeclarus pontifex, pro remedio et futura animae suae retributione, cameram Praesepii domini nostri Iesu Christi, quod basilicae beatae Dei genetricis dominae nostrae conectitur, quae Maior ab omnibus nuncupatur, argenteis tabulis ac deauratis, habentes storiam dominicae Incarnationis ac Nativitatis beatae Dei genetricis Mariae, magnificae atque praecipuae perornavit, quod nullus pontificum per tot annorum curricula ad tanti decoris specie perducere arbitravit (LP II, p. 91).

235L’illustre pontife protégé de Dieu, en vue de la future rétribution de son âme, orna magnifiquement et excellemment la voûte de la Crèche de notre Seigneur Jésus-Christ, jointe à la basilique de la Bienheureuse Mère de Dieu Notre Dame, que tous appellent Majeure, avec des plaques d’argent doré, portant les scènes de l’Incarnation du Seigneur, de la Nativité de Marie la bienheureuse Mère de Dieu, chose que, dans le cours des temps, aucun pontife n’avait pensé faire.

XXIII. Léon IV (847-855)

236Dum haec agebantur, praeclarus et celeberrimus dies advenit in quo beatae Dei genetricis semperque virginis Mariae Adsumptio celebratur ; tunc praefatus et universalis papa a patriarchio cum hymnis et canticis spiritualibus, sancta praecedentes icona, ad basilicam sancti Adriani martyris, sicut mos est, propriis pedibus cum clero perrexit. De qua regressus cum omni fidelium cetu, ad beate genetricis Dei et domini nostri Iesu Christi quae Praesepe dicitur, cum Dei laudibus, magna comitante caterva populi, properabat. [Qui cum pervenisset ad locum in quo ipse sevissimus basiliscus tetris, ut iam superius diximus, iacebat cavernis, omni clero et populo stare praecepit, atque iuxta easdem cavernas properans, super foramen, unde ipsius pestiferi flatus egrediebatur serpentis, intrepide stetit ; et oculos ad caelum pariter tendit et palmas, Christum qui est super omnia Deus profusis lacrimis ut ab eodem loco diri serpentis genus sua potentia effugaret]. Et data super populum oratione, Dei laudes ad basilicam quam supra memoravimus, profectus est exhibere. [Ab eodem die, ipse mortifer basiliscus ita effugatus atque ab ipsis proiectus est antris, ut ultra in illis locis nulla lesionis eius macula appareret] (LP II, p. 110).

237Pendant que ces événements se passaient, survint le jour illustre et très célèbre de l’Assomption de la Bienheureuse Mère de Dieu et toujours Vierge Marie. Alors le susdit pape universel alla à pied avec le clergé, selon la tradition, du palais du Latran à la basilique du martyr saint Hadrien, précédé de la sainte icone et chantant des hymnes et des cantiques spirituels. Repartant de là avec tout le peuple fidèle, il se rendit à celle de la Bienheureuse Mère de notre Dieu et Seigneur Jésus-Christ, accompagné d’une grande foule. [Quand il arriva au lieu où, dans d’obscurs souterrains se cachait, comme nous l’avons déjà dit plus haut, le terrible basilic, le pape donna à tout le peuple et clergé l’ordre de s’arrêter, mais lui s’approcha du trou dont émanait l’odeur pestilentielle du serpent et s’y arrêta intrépide. Il leva alors les yeux et les mains vers le ciel en priant avec des larmes le Christ, qui est Dieu au-dessus de toutes choses, de chasser dans sa puissance le terrible serpent]. Après avoir dit une prière sur le peuple, il continua son chemin vers ladite basilique pour y rendre à Dieu les louanges coutumières. [De ce jour-là, fut chassé le serpent porteur de mort, expulsé du souterrain, et le lieu redevint pur de tout mal].

238NB. Entre crochets carrés figurent les passages relatifs au serpent.

XXIV. Benoît III (855-858)

239Nam et in basilica sanctae Dei genetricis semperque virginis dominae nostrae quae Praesepe nuncupatur auream optulit pretiosissima[m]que coronam unam, pens. lib. iiii. In qua vero basilica baptisterium, distectum quod multa per tempora manserat, celeri studio, futuram sperans a Domino retributionem, restauravit et ad pristinum statum perducere procuravit (LP II, p. 144).

240C’est aussi dans la basilique de la Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, Notre Dame dite de la Crèche, que [le pape] offrit une couronne d’or très précieuse, pesant quatre livres. Quant au baptistère de la basilique, resté longtemps sans toit, il le fit aussitôt réparer soigneusement et ramener à son état ancien, dans l’espoir de la récompense divine.

XXV. Nicolas Ier (858-867)

2411. Item in basilica quoque semper virginis Mariae dominae nostrae, quae vocatur ad Praesepe, fecit cantharum sessilem de argento purissimo i, pens. lib. numero viii et unc. iiii (LP II, p. 153).

242De même dans la basilique de Marie toujours vierge et notre Dame, dite de la Crèche, il fit aussi [mettre] un petit canthare d’argent très pur, du poids de huit livres et quatre onces.

2432. Tunc in die vigiliarum Nativitatis domini nostri Iesu Christi, quo secundum olitanam consuetudinem huius apostolicae sedis praesul cum clero et populo in basilica Dei genetricis in Presepe missarum officia celebrare consueverat, iste conveniens cum omnibus, papa benignissimus fecit et in ambonem publice de ipso Rhothado sermonem, significans qualiter sedem apostolicam appellans depositus fuerit et in conspectu suo nullus per tot menses accusatorum occurrerit (LP II, p. 162-163).

244Alors, le jour de la vigile de Noël, auquel, selon l’antique tradition de ce siège apostolique, pendant que le pape y célébrait la messe avec le peuple et le clergé en l’oratoire de la Crèche, il fit aussi une déclaration publique au sujet de Rhotade du haut de l’ambon : le personnage avait été déposé [par Hincmar] et bien qu’il eût fait appel au siège apostolique, aucun accusateur ne s’étant présenté, depuis tant de mois, [il fut réhabilité par le pape].

245NB. Le discours du pape a été conservé. Voir PL 119, col. 890. Sur l’affaire, voir Fliche-Martin, Histoire de l’Église, VI, 1941, p. 387.

2463. Waldradam ipso die Purificationis sanctae Dei genetricis Mariae in basilica excommunicavit (Reginonis Chronicon, MGH. SS. I, p. 575).

247[Le pape] excommunia Waldrade le même jour de la Purification de la Sainte Mère de Dieu dans sa basilique.

248NB. Sur le deuxième mariage de Lothaire II avec Waldrade après son divorce avec Teutberge, voir Fliche-Martin, Histoire de l’Église, 6, p. 370-380.

XXVI. Hadrien II (867-872)

249Le personnage.

2501. Siquidem inerat ei in Christo eiusque Genitrice, apud cuius Praesepe iugibus orationibus incumbebat, tanta fiducia, ut bene faciens non deficeret (LP, II, p. 173).

251Hadrien avait tant de confiance en Dieu et en sa Mère, près de la Crèche de laquelle il demeurait en prières continuelles, qu’il ne cessait de faire le bien.

252L’élection.

2532. Sed cum apostolicae memoriae sanctissimus papa Nicolaus rebus excessisset humanis et iste [Hadrianus] in presbiterio quintum et vigesimum annum transiret, omnes urbis Romanae concives ... Hadrianum dari sibi presulem ac pastorem exoptant ... Collectis igitur omnibus, tam episcopis cum universo clero quam primoribus Urbis cum obsecundantibus sibi populis, ab ecclesia sanctae Dei genitricis semperque virginis Mariae quæ appellatur ad Presepe rapitur trahitur, et ad Lateranense patriarchium certatim ac procerum et plebis multitudine deportatur (LP II, p. 173-174).

254Quand mourut le très saint pape Nicolas, d’apostolique mémoire, Hadrien, qui était prêtre depuis vingt-cinq ans, fut réclamé comme pape par tous les citoyens de Rome. Tous se réunirent donc, les évêques avec tout le clergé, les notables de la Ville avec la foule qui les suivait, prirent Hadrien de force à l’église de la Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, dite de la Crèche, et il fut traîné au palais du Latran par la foule des nobles et du peuple.

255L’ambassade byzantine.

2563. At vero Basilius legatus imperatoris et Iohannes metropolita Cesaree Cappadociae Nicolao fuerant destinati ; huic sanctissimo Hadriano papae cum episcopis et proceribus in secretario sancte Marie Maioris iuxta morem sanctae sedis apostolicae residenti se satis humiliter presentarunt, dona et epistulas optulerunt (LP II, p. 178).

257Quant à Basile, ambassadeur de l’empereur, et Jean, métropilitain de Césarée de Cappadoce, qui avaient été envoyés à Nicolas [décédé], ils se présentèrent humblement au très saint pape Hadrien qui, selon la coutume du Siège apostolique, siégeait avec les évêques et les notables dans la sacristie de Sainte-Marie-Majeure, où ils reçurent les dons et les lettres.

258NB. Sur cette ambassade et ses circonstances (déposition de Photius et rétablissement d’Ignace), voir Fliche-Martin, Histoire de l’Église, VI, p. 483.

259La visite de Cyrille et Méthode selon la légende « pannonienne ».

2604. Le pape de Rome, renseigné sur lui (Cyrille], l’envoya chercher. Et quand il arriva à Rome, le [seigneur] apostolique Hadrien alla en personne à sa rencontre, accompagné de tous les citoyens, portant des cierges, car il apportait aussi les reliques de saint Clément, martyr et pape romain. Dieu fit alors de très célèbres miracles. Un paralytique fut en effet guéri et beaucoup d’autres furent délivrés de diverses maladies. Des prisonniers même, qui avaient invoqué le Christ et saint Clément, furent libérés par ceux qui les avaient capturés.

261Le pape prit les livres slaves, les consacra et les déposa dans l’église de la sainte Vierge, appelée Fanthè. Et l’on chanta sur eux la sainte liturgie. Puis le pape ordonna à deux évêques, Formose et Gondrique (Gauderich), de sacrer les disciples slavons. Et après leur ordination, ils chantèrent la liturgie en langue slavonne dans l’église de l’apôtre saint Pierre (F. Dvornik, Les légendes de Constantin et de Méthode vues de Byzance, in Byzantinoslavica. Supplementa I, Prague l933, p. 378).

262NB. Φαντη, (-ή), Praesepe, Stabulum, in dialecto vulgari panthè (Thesaurus linguae graecae ab Henrico Stephano constructus, vol. VIII, Parisiis excudebat Ambrosius Firmin Didot, 1865, col. 676).

XXVII. Étienne V (885-891)

263Idem autem sacratissimus praesul pro sui sempiterna memoria cum conspiceret nocturnis vigiliis in aecclesia maiori quæ vocatur sanctae et superexaltate Dei genetricis Mariae ad Praesepe lampadas consuetudinario deesse, gabathas argenteas cum lampadibus optulit et continuatim vigiliis ardere praecepit. Necnon idem mitissimus pontifex fecit in eadem praedicta basilica vela quattuor in circuitu altaris maioris, quorum duo sunt de serico pigati, tertium paonatile, quartum de alexandrino, ornata tota in circuito de olovero (LP II, p. 194).

264Le même très saint prélat, en perpétuelle mémoire de sa personne, comme il voyait qu’aux vigiles nocturnes de la grande et éminente église Sainte-Marie de la Crèche manquaient souvent des lampes, offrit des écuelles d’argent munies de lampes et ordonna qu’elles fussent allumées continuellement durant les vigiles. Le même prélat fit aussi [mettre] quatre rideaux autour du maître-autel, deux de velours de soie, le troisième couleur queue de paon, le quatrième de soie d’Alexandrie, tous ornés tout autour de pourpre authentique.

XXVIII. Grégoire V (996-999)

265Le 1.9.998-21.5.999, Benoît, abbé du monastère des Saints-André-et-Étienne appelé Exaiulo, Pierre, du monastère des Saints-Côme-et-Damien appelé Uspani, Loup, du monastère de Saint-André, appelé Massa Iuliana, Jean, du monastère de Saint-Hadrien, tous archiprêtres de Sainte-Marie-Majeure, vendent à Martin, abbé du monastère de Saint-Jean in Argentella et de Saint-Benoît à Tivoli, le ca-sale d’Aqua Tutia et Bacculas (P. Fedele, Tabularium S. Praxedis, en Archivio della Società Romana di Storia Patria, XXVII, 1904, p. 40-43).

XXIX. Victor II (1055-1056)

266Le 9.1.1056, Grégoire, Pierre et Octavien, frères, donnent au monastère Saint-Laurent « quot ponitur iuxta gradatas » un jardin situé « Rome regioni tertio iuxta venerabili ta... » (V. Ferri, Le carte dell’archivio Liberiano, en Archivio della Società Romana di Storia Patria, xxvii, 1904, n. 9, p. 190-191).

XXX. Nicolas II (1059-1061)

2671. Deinde Nicolaus pontifex cum exercitu suo Romam est reversus ; nominatus vero pontifex Benedictus exuit se pontificalibus vestimentis, et re-versus est Romam in domum suam, ubi eius genitrix manebat, apud ecclesiam beatae Mariae Maioris ; et ibi mansit diebus triginta. Postea vero Ildibrandus archidiaconus per vim eum appreendit et secum duxit in basilica Constantiniana in ecclesia Salvatoris, ubi concilium ordinatum erat, ante pontifice Nykolao (Annales romanae, an. 1058, LP II, p. 335).

268Ensuite, le pontife Nicolas retourna à Rome avec son armée. Le précédemment nommé pontife Benoît, en revanche, se dépouilla des vêtements pontificaux et retourna à Rome dans sa maison près de Sainte-Marie-Majeure, où habitait sa mère, et il y resta trente jours. L’archidiacre Hildebrand le prit alors de force, le conduisit à la basilique Constantinienne du Sauveur, où avait été convoqué un concile, en présence du pontife Nicolas.

269NB. La discorde était née des prétentions de la noblesse romaine de retrouver le rôle qu’elle avait eu au xe siècle dans le choix des papes, contrairement aux dispositions du défunt Étienne IX (1057-1058) qui avait voulu exclure les laïcs de leur élection. Deux pontifes se trouvèrent en présence, Benoît X (1058-1060) candidat de la noblesse, et Nicolas II (1059-1061) auquel est dû le fameux décret du 13 avril 1059 sur l’élection des papes, réservée au collège cardinalice. Voir Fliche-Martin, Histoire de l’Église, 8, 1946, p. 13-19.

2702. En 1060, acte signé par † S(c) filius de Paparone (G. Ferri, Op. cit., n. 11, p. 195).

XXXI. Grégoire VII (1073-1085)

271Le 24.12.1075, Dans la nuit de Noël, à Sainte-Marie-Majeure, Grégoire VII est fait prisonnier par Cencius, enfermé dans une tour du quartier Parione et libéré à l’aube par le peuple romain (Lamberti Annales, Bertholdi Annales, Bernoldi Annales, en MGH. SS., XV, p. 307).

XXXII. Urbain II (1088-1099)

272Le 18.8.1091, Deusdedit, cardinal du titre de Sainte-Praxède-et-Agnès, mentionne « Duas Furnas [que sunt] possite prope ecclesia B. Marie virginis qui ponitur ad Presepe » (P. Fedele, Op. cit., p. 63).

XXXIII. De Grégoire VII à Pascal II (1073-1118)

273Jean Diacre, chanoine du Latran.

274De ecclesia S. Mariae Maioris et de sanctuario eiusdem.

275Ecclesia S. Mariae Maioris, quam Sixtus papa iunior aedificavit, quam Paschalis papa renovavit, tot columnas habet in sua positione, quot dies sunt in anni unius revolutione. Huius ecclesiae dedicatio nonis augusti celebratur. Habet insuper haec venerabilis ecclesia S. Mariae cardinales septem, qui per suas [h]ebdomadas in ordine vicis suae ad suum sanctum altare mis-sas debent celebrare.

276In ara vero huius venerabilis ecclesiae reconditae sunt reliquiae de capillis S. Mariae matris Domini, de lacte eiusdem Virginis, de winplio sui capitis, de panno sui vestimenti. Cunabulum Domini ibi est, in quo puer iacuit. De praesepio Domini sunt ibi reliquiae. De Mathia apostolo, qui in loco Iudae apostolis aggregatus, Parvus Dei nominatur. Quidam dicunt, quia sub hoc altare S. Mariae Maioris requiescit ; alii dicunt quia in altare est reconditum ; credunt quidam, quia sub ingenti lapide marmoreo requiescit in ter-ram, qui lapis est ante altaris fenestram. Fenestra enim haec ita est sub altari, sicut arca sub altare S. Petri ; in cuius ecclesia asseverant plurimi corpus esse pr ab uno pariete ad alium.

277In absida vero S. Mariae est cathedra pontificalis in medio sub vitrea, quae quinque sunt in absida. Haec absida nimis pulchra de musivo est effecta. Nam videntur a pluribus pisces ibi in floribus, et bestiae cum avibus, inter chorum et altare (Descriptio ecclesiæ Lateranensis, en Valentini-Zucchetti, Codice diplomatico della città di Roma, III, p. 359-360).

278De episcopis et cardinalibus per patriarchatus dispositis.

279Cardinales S. Mariae Maioris sunt hii : SS. Apostolorum, S. Ciriaci in Termas, S. Eusebii, S. Pudentianae, S. Vitalis, SS. Marcellini et Petri,

280S. Clementis (Ibid., p. 360).

281Trad. fr. : Ch. VI, p. 18.

XXXIV Innocent II (1130-1143)

2821. Sac de Rome par Roger, duc de Pouilles.

283Hoc idem ad sanctam Mariam Maiorem, magno thesauro ditatam, et aliis Urbis ecclesiis fecit (Martin Polonus, Chronicon, LP II, p. 449).

284Le même fit de riches dons à Sainte-Marie-Majeure, ainsi qu’aux autres églises de la Ville.

2852. Le 9.5.1130, acte de location d’une terre « extra portam ... in loco qui vocatur Campora sive planum de Marana » à Étienne, fils de Pierre ... de Arcione (G. Ferri, Op. cit., n., p. 200-201).

2863. Le 3.4.1138, Innocent II ordonne évêque d’Ostie Aubri, abbé de Vézelay, à Sainte-Marie-Majeure (Florentii Wigorn. Chronicon, ed. Thorpe, II, p. 102).

XXXV. Eugène III (1145-1153)

2871. Le 15.1.1153, Mathieu, archiprêtre de Sainte-Marie-Majeure, donne en location perpétuelle à Romain, fils de Jean Adulterinus, une terre située ad Cancellatam (G. Ferri, Op. cit., n. 18, p. 444-445).

2882. Reconstruction du portique par Eugène III, rappelée par une inscription gravée sur l’architrave de la porte d’entrée, aujourd’hui conservée dans la cour nord de la basilique. L’inscription dit :

289Tercivs Evgenivs romanvs papa benignvs / Obtvlit hoc mvnvs Virgo sacrata tibi / Qve mater Xpisti fieri merito mervisti / Salva perpetva virginitate tibi / Es via vita salvs totivs gloria mvndi / Da veniam cvlpis virginitatis honor (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 9, n. 1 ; trad. fr. Ch. VI, p. 182).

XXXVI. Hadrien IV (1154-1159)

290En 1158, le monastère de Saint-Grégoire au Celius concède certains droits sur l’étang de Maccarese à Octavien, fils d’Albéric des Fuschi (Tomasetti, La campagna romana, II, p. 611).

XXXVII. Alexandre III (1159-1181)

291Le 3. 3. 1176, les frères Silvestre, Étienne et Jean Arcione, fils de feu Pierre, restituent le castellarium de Salone à Paul Scolari archiprêtre de Sainte-Marie-Majeure (G. Ferri, Le carte, n. 21, p. 448-451).

XXXVIII. Clément III (1187-1191)

2921. Élection de Clément III.

293Mox episcopi et cardinales una cum Leone Monumenti elegerunt pontificem episcopum Penestrinensem, Paulum Iohannis Scolarii, qui fuit archipresbyter sancte Marie ad Presepe, natus Romanus, de regione Pinee, cui posuerunt nomen Clementem III papam. Hic post paucos dies cum tota sua curia et Leone Monumenti Romam petiit. Quem Romani tam maiores quam minores, clerici et laici, Iudæi etiam, magno cum gaudio, cum canticis et laudibus ut mos est, eum benigne susceperunt (Annales Romanae, LP II, p. 349).

294Rapidement les évêques et les cardinaux se mirent d’accord avec Léon de Monumento, en élisant pape l’évêque de Palestrina, Paul, fils de Jean Scolari, qui avait été archiprêtre de Sainte-Marie de la Crèche. Celui-ci était romain de naissance, du quartier de la Pigna, et il prit le nom de Clément III. Peu de jours après, avec toute la curie et Léon du Monument, il retourna à Rome. Les Romains, grands et petits, clercs et laïcs, même les juifs, le reçurent volontiers avec grande joie, en chantant selon l’usage des cantiques de louange.

295NB. Avec l’élection de Clément III, le conflit entre empereur et pape, qui était devenu aigu entre Frédéric Barberousse, Lucius III et Grégoire VIII, s’oriente vers une solution pacifique, facilitée par le départ de l’empereur pour la 3e croisade. Voir Fliche-Martin, Histoire de l’Église, 9, 1953, p. 198-200.

2962. Le 2. 6.10.1188, à Sainte-Marie-Majeure, Clément III concède l’usage de la mitre à l’abbé de Saint-Étienne de Wurtzbourg (Eos quos Romana, en Pflugk-Hartung, Acta I, 345 ; Jaffe, n° 16323).

2973. Le 22. 8. 1190, à Sainte-Marie-Majeure, le même concède aux Hospitaliers de Jérusalem le droit de baptiser les bébés dans des bassins ou d’autres récipients médicaux (Jaffe, n° 16521).

2984. Bulle non datée de Clément III, lequel rappelle qu’il a été élevé à Sainte-Marie-Majeure. Il prend donc la basilique et ses possessions sous sa protection, lui donne le palais qu’il avait fait construire à côté et une once sur douze des offrandes faites à Saint-Pierre (J. Coste, Il fondo medievale dell’Archivio di S. Maria Maggiore, en Archivio della Società Romana di Storia Patria, xcvi, 1973, p. 29, n. [1].

XXXIX. Célestin III (1191-1198)

299Le 4.1.1192, Célestin III confirme ses biens à l’église de Sainte-Marie-Majeure et donne aux chanoines en usage perpétuel le palais que Clément III avait fait construire près d’elle (G. Ferri, Le carte, n. 22, p. 451-456).

300NB. Le document contient la plus importante liste des propriétés de SainteMarie-Majeure pendant le Moyen Âge central et est analysé au ch. VII : La terre et les hommes, p. 211-243.

XL. Innocent III (1198-1216)

3011. Le 1.5.1208, vente, de la part des frères Romanus et Cencius à Jean Capocci, d’une terre délimitée comme suit : sur deux côtés, une terre de Pierre Capocci ; sur le troisième, une de Sainte-Marie-Majeure, sur le quatrième, une de Saint-Jean de Latran (G. Ferri, Le carte, dans Archivio cit., xxviii, 1905, n. 25, p. 23).

3022. Le 3.7.1212, paiement annuel de 8 sous au titre de « presbitérium » donné au chapitre de Sainte-Marie-Majeure pour les Litanies majeures. Dans l’acte interviennent « D[om]n[u]s Petrus Saxonis archipresbiter [et canonici] basilice S. Marie Maioris (G. Ferri, Le carte, n. 26, p. 24-25).

XLI. Honorius III (1216-1227)

3031. Le 22.10.1217, Étienne Paparone loue à Pierre Monopoli pour 19 ans un jardin « extra portam Maiorem ad Quartum », contigu aux terres de Sainte-Marie-Majeure. Sur un des confronts le jardin confine avec une pièce de terre des héritiers de Grégoire Paparone et de l’église Sainte-Marie-Majeure (G. Ferri, Le carte, n. 27, p. 25).

3042. Le 22.10.1217, le même donne en location à Alexandre et sa femme Nathalie un autre jardin dans la même région (G. Ferri, Le carte n. 28, p. 26).

3053. Le 22.10.1217, le même donne en location à Gautier un troisième jardin de la région (G. Ferri, Le carte, n. 29, p. 26-27).

3064. Le 19.7.1222, Honorius III confirme la donation, faite à l’église SainteMarie-Majeure, du monastère Megalacti, du diocèse Squisitiensis, dans le royaume de Romanie (regno di Romania, G. Ferri, Le carte, n. 30, p. 27).

3075. Le 29.7.1222, Honorius III confirme les indulgences accordées pour la célébration solennelle de la fête de la consécration de l’église Sainte-Marie-Majeure (G. Ferri, Le carte, n. 31, p. 27).

3086. Le 23.7.1223, Honorius III confirme par bulle les indulgences de 2 ans et autant de quarantaines, concédées par d’autres pontifes à l’église Sainte-Marie-Majeure pour la période qui va de la fête de la Neige à l’octave de l’Assomption et institue pour toujours le 5 août comme fête solennelle avec messe et office propres (G. Ferri, Le carte n. 32, p. 27-28).

3097. Le 7.5.1224, Jean Perhorcinus, chanoine et économe de Sainte-Marie-Majeure, intime à l’économe de Sainte-Pudentienne l’ordre de restituer à la basilique l’hôpital et l’église Saint-Albert (G. Ferri, Le carte, n. 33, p. 28-29).

3108. Le 14.7.1224, la basilique prend en gage trois pièces de terre situés en dehors de Porta Maggiore (G. Ferri, Le carte, n. 34, p. 30).

3119. Le 25.3.1227, vente d’une vigne située en dehors de la Porte Saint-Laurent (G. Ferri, Le carte, n. 35, p. 30-31).

31210. Le pape Honorius meurt et est enterré à Rome dans l’église SainteMarie-Majeure (Martin Polonus, Chronicon, LP II, p. 453).

XLII. Grégoire IX (1227-1241)

3131. Le 23.11.1227, épitaphe d’Étienne de Fossanova, prêtre-cardinal, enterré à Sainte-Marie-Majeure :

314Hic reqviescit Stephanvs de Fossanova ... / ... ma. P. L. M. presbyter cardinalis. / obiit anno Domini mccxxvii. indictione / ... Gregorii ix pape anno primo (V. Forcella, Iscrizioni , XI, p. 10, n. 2).

3152. Le 24.8.1236, Étienne Paparone renouvelle pour 19 ans à Lecconia pour son mari Albert le jardin sis hors Porte Majeure « ad Quartum » (G. Ferri, Le carte, n. 36, p. 31).

3163. Le 13.11.1237, Grégoire IX, écrivant à l’archiprêtre et au chapitre de Sainte-Marie-Majeure, fixe à seize le nombre des chanoines résidents de la basilique (G. Ferri, Le carte, n. 37, p. 32).

3174. Le 22.4.1238, Grégoire IX, écrivant à l’archiprêtre et au chapitre de Sainte-Marie-Majeure, ordonne que les décisions capitulaires soient prises « a maiori et saniori parte capituli », à moins que ne vienne faite par la minorité une objection raisonnable, selon laquelle la décision prise ne doive ou ne puisse pas être exécutée (G. Ferri, Le carte, n. 38, p. 32).

3185. Le 30.4.1238, le chapitre décide que, si un chanoine est absent parce qu’empêché par une puissance laïque, il aura néanmoins droit à sa part entière sur les revenus de l’église (G. Ferri, Le carte, n. 39, p. 32).

3196. Le 22.6.1239, Grégoire IX confirme les indulgences concédées du jour de la consécration de la basilique jusqu’à celui de l’octave de l’Assomption (G. Ferri, Le carte, n. 40, p. 32-33).

3207. En juillet d’une année inconnue, Grégoire IX notifie aux recteurs et au clergé de la Ville l’indulgence accordée à ceux qui visitent la basilique Sainte-Marie-Majeure du jour de la Neige à l’octave de l’Assomption (G. Ferri, Le carte, n. 41, p. 33).

3218. Dans un acte non daté, Grégoire IX ordonne de célébrer annuellement l’anniversaire de la consécration de la basilique le 5 août (G. Ferri, Le carte, n. 42, p. 33)

3229. Acte dont sont témoins « Cinthius S. Marie Maioris canonicus, Philippus canonicus eiusdem basilice, Romanus filius Vincentii Stefani eiusdem basilice canonicus » (G. Ferri, Le carte, n. 43, p. 33-34).

XLIII. Innocent IV (1243-1254)

3231. Le 19.3.1244, confirmation par le pape de biens de la basilique :

324Astoni archipresbytero ecclesie S. Marie Maioris de Urbe eiusque fratribus ... : Claustrum iuxta eandem ecclesia(m) positum, cum ortis, vineis, cum costa eiusdem montis et criptis super fontanam et cum omnibus domibus circa ipsam positis. Ecclesiam SS. Cosme et Damiani, ecclesiam S. Andree in Assaio, ecclesiam S. Adriani et quasdam petias terre, hortos, vinealia. Ad hec confirmamus possessionem palatii, quod Clemens papa, dum, in minori officio constitutus, Prenestine sedi presideret, de proprio fecit fabricari (G. Ferri, Le carte, n. 45, p. 35).

3252. En 1245-1246, Barthélemy de Trente, insère dans son Passionale ou Epilogus in gesta Sanctorum, le passage suivant dans sa notice In Assumptione sancte Marie Virginis :

326Et primo illa venerabilis memoria que Rome celebriter assumptioni virginis continuatur. Ideoque tempore Constancii, Ariani ad confusionem heresum Maria Dei mater, gloriam suam taliter mundo manifestavit. Iohannes patricius eo tempore Rome cum uxore sua devote Christo serviens, cum heredem non haberent, petebant sibi a Deo revelari in quo opere Deo magis complacerent. Quinto igitur die augusti, Maria patricio et uxori apparet di-cens suo Filio complacere, ut de eorum substantia Matri Dei templum no-bile construatur. Signum contra naturam, nivem quantitatem et qualitatem nivis dilatatione locum montem Superagium presignans, pape Liberio eadem nocte eadem Virgo intimat. Adveniunt, signa vident omnes, omnes predicant, Deus laudatur. Accedit papa, primos terre fossos ut fundamenta terre iaciant, et ecce mirum miris adicitur, quia per se terra fundamento iaciendo cessit. Consumatur ecclesia et ea die a Syxto papa tercio dedicatur.

327Ibique ostenditur presepe Domini et Sancta Maria Maior nominatur. In eadem ecclesia ymago Virginis est in dextera parte ad fontes que dicitur Regina Celi, quia in die Resurrectionis, tempore magni Gregorii, angelus per antiphonam qui sic incipit : Ave Dei genitrix intacta, eam salutasse perhibetur, et non respondetur domino pape ea die in illa ecclesia ad : Pax Domini sit semper vobiscum, quia ea die angelus dicitur ei respondisse. In hac ecclesia omnibus festivitatibus sollempnior est Assumptio et ad Sancta Sanctorum portatur ymago Salvatoris quam depinxit Lucas evangelista et populus devote sequitur eandem (Bartholomei Tridentini Passionale de Sanctis ed. D. Gobbi, Tridenti 1990, p. 199-200 ; trad. fr. Ch. VI, p. 202 ; Ch. XI, p. 378).

3283. 13.2.1247, Innocent IV, écrivant à l’archiprêtre et au chapitre de SainteMarie-Majeure, leur notifie que personne ne peut les contraindre par lettre à admettre ou à pourvoir quelqu’un comme chanoine sans référence expresse à la présente ordonnance papale (G. Ferri, L/e carte, n. 46, p. 35).

3294. Le 17.10.1247, Innocent IV ordonne à l’archiprêtre et au chapitre de recevoir comme chanoine de la basilique, Jacques Manusella, auparavant chanoine de Sainte-Marie du Transtévère (G. Ferri, Le carte, n. 47, p. 35).

3305. En 1252, Innocent IV désigne l’archiprêtre de Saint-Cyr-et-Jean in Urbe comme exécuteur des lettres apostoliques sur la limitation à seize du nombre des chanoines de la basilique Sainte-Marie-Majeure (G. Ferri, Le carte, n. 48, p. 36).

3316. Le 30.4.1252, Innocent IV concède pendant cinq ans quarante jours d’indulgence à ceux dont les offrandes contribueront aux travaux entrepris à SainteMarie-Majeure (G. Ferri, Le carte, n. 49, p. 36).

3327. Les 18 et 22.7.1252, acte d’Étienne Arcione :

333Ego Stefanus Arcionis, filius olim domni Bartholomei de Paulo Stefanelli ... et venerabilis pater domnus Petrus Capoccia cardinalis (G. Ferri, Le carte, n. 50, p. 36-37).

3348. Le 22.10.1253, Innocent IV écrit à l’archiprêtre et au chapitre de SainteMarie-Majeure pour leur défendre d’admettre au chapitre un clerc ordonné ou à ordonner, s’ils ne tiennent pas compte de leur serment écrit et signé de n’accorder aucune part sur les revenus de l’église tant que le nombre des chanoines ne sera pas revenu à seize (G. Ferri, Le carte, n. 52, p. 38).

3359. Le 22.1.1254, Innocent IV écrit à l’archiprêtre et au chapitre de SainteMarie-Majeure pour leur défendre d’admettre comme chanoine un clerc qui ne soit pas né de noces légitimes, à moins qu’il ne soit nommé par lettres apostoliques (G. Ferri, Le carte, n. 53, p. 38).

XLIV. Alexandre IV (1254-1261)

3361. Le 1.10.1255, Alexandre IV s’adresse à l’archiprêtre et au chapitre de Sainte-Marie-Majeure pour leur ordonner d’admettre aux distributions canoniales, nonobstant le statut, Jacques, fils de Pierre Nicolas Bonifazi, juge romain (G. Ferri, Le carte, n. 54, p. 39).

3372. En 1257, fondation de l’autel avec ciborium pour les reliques par Jacques et Vinia Capocci.

338† Iacobus Iohannis Capocii. et Vinia vxor eivs fecervnt.fieri / hoc opvs. pro redemptione animarvm svarvm anno Domini.m.c.c.lvii. (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 10, n. 3).

3393. Le 11.11.1257, Alexandre IV ordonne à Philippe, chanoine de Sainte-Marie-Majeure in Urbe, de remettre au chapitre de Saint-Pierre la propriété des biens de l’église de Sainte-Marie de Tivoli qui lui sont contestés (Bullarium Romanum, I, 138, « Ille specialis affectus » ; Jaffé, n° 17067).

3404. Le 28.5.1258, reçu pour les paiements faits à Sainte-Marie-Majeure :

341Bartholomeus de Abrusca, procurator constitutus, confessus fuit se recepisse pro d. Angelo Capucii, filio quondam d. ... 20 libras ... a d. Romano, archipresbitero basilice beate Marie Maioris, solvente procuratorio nomine pro venerabili patre d. Petro Capucci S.R.E. diacono cardinali executore quondam d. Stephani Arcionis videlicet pro relicto facto eidem d. Angelo. D. Iohannes Capucii confessus fuit se recepisse ut supra. Actum in basilica S. Marie Maioris. Testibus d. Laurentio e d. magistro Henrico archipresbitero dicte basilice (G. Ferri, Le carte, n. 55, p. 119).

3425. 4.5.1258, Alexandre IV ordonne aux recteurs urbains de publier l’excommunication des chanoines de Sainte-Marie-Majeure Philippe Paparone et Jean Capocci, prêtre romain, pour avoir violé la sanction promulguée par le Siège apostolique relative à la solennelle procession de la fête de saint Marc (25 avril) et les citant à comparaître dans les dix jours devant le pontife (Bullarium Romanum, I, 142, « Supra orta olim » ; Jaffé, n° 17883).

3436. Le 4.8.1258, Alexandre IV s’adresse à l’archiprêtre et au chapitre de Sainte-Marie-Majeure, leur confirmant l’indulgence d’un an et quarante jours, concédée par Sixte, Clément, Honorius, Grégoire aux fidèles visitant la basilique de la fête de la Neige à l’octave de l’Assomption, et y ajoute une autre année et quarante jours (G. Ferri, Le carte, n. 56, p. 120).

3447. En 1259, le cardinal Pierre Capocci fait construire l’hôpital Saint-Antoine abbé pour les Antonites de Vienne là où se trouve aujourd’hui l’église du Russicum (C. Pietrangeli, L’ambiente dal Rinascimento ai tempi moderni, p. 54).

3458. Épitaphe versifiée du cardinal Pierre Capocci :

346Cardine praelatvm genitvm de stipite claro / qvem rea mors rapvit infima bvsta tenent./ cvltor ivstitiae rigidvs servator honesti / qvaeqve dari volvit pavca retenta tvlit./ gente Capocinvs petrvs datvs est sibi dvplex / ensis ab ecclesia qvod tveatvr eam. / praetvlit arma togae Federicvm scismate plenvm / belli ivre fvgat, vndiqve clarvs ovat./ Donat opes largas, largo de pectore fvsas / gratis in hac aede virgo maria tibi. / Avrvm vestit opvs scvlpit manvs arte magistra / mira colvmpna levat vita ministrat opes./ condit opvs sacras, condas animam precor hvivs / aedibvs aethereis intemerata parens. (Forcella, Iscrizioni, X, p. 10, n. 4).

3478. Le 18.2.1261, acte dans lequel parait le nom de « Iohannes de Columpna, Dei gratia alme Urbis illuster senator » (G. Ferri, Le carte, III, n. 57, p. 120).

XLV. Urbain IV (1261-1264)

3481. Statut du chapitre de Sainte-Marie-Majeure, publié par Ottobonus, cardinal du titre de Saint-Hadrien, archiprêtre de la basilique esquiline (Cart. 66, doc. 58 ; G. Ferri, Le carte, n. 58, p. 121).

3492. Le 19.7.1262, Urbain IV confirme au même cardinal Ottobonus les indulgences concédées aux visiteurs de la basilique entre la fête de la Neige et l’octave de l’Assomption (G. Ferri, Le carte, n. 59, p. 121).

3503. Le 19.7.1262, Urbain IV concède de nouvelles indulgences aux visiteurs de la basilique aux mêmes jours que dans l’acte précédant (G. Ferri, Le carte, n. 60, p. 122).

3514. Le 29.10.1263, donation de cinq vignes à la basilique par D. Jean Capocci dit Medepanis, étant témoin D. Jean Capocci de Falconinis (G. Ferri, Le carte, n. 61, p. 122-123).

XLVI. Clément IV (1265-1268)

3521. Le 19.3.1266, Clément IV écrit au prieur et au chapitre de Sainte-Marie-Majeure pour confirmer le statut selon lequel les chanoines ne sont tenus à n’admettre aucun chanoine nouveau, avant que leur nombre ne soit redescendu en dessous de seize (Cart. 66, doc. 61 ; G. Ferri, Le carte, n. 62, p. 123).

3532. Le 26.4.1266, Barthélemy élit sépulture à Sainte-Marie-Majeure et laisse par testament diverses sommes en liquide pour faire dire des messes au jour anniversaire de son décès :

354Ego Bartholomeus filius quondam ... relinquo de bonis meis pro anima mea basilice S. Marie Maioris in qua eligo mea[m] sepultura[m] xx libros provisinorum etc.

355Sont témoins « Bartholomeus Iohannis Talgente, Petrus filius Petri Pupi, Franco Egidii Franconis, Bartholomeus Petri Pupi, Transmundus archipresbiter S. Agati, Iacobus Talgente, Angelus Mananus et Gualferanus Odonis de Marmorata (G. Ferri, Le carte, n. 63, p. 123-124).

3563. Le 28.11.1267, acte de vente au nom de « Berardus Petri de Landone », étant témoins et présents : « d. presbitero Angelo, d. Omniasancto, d. magistro Henrico, d. Leonardo et d. Iacobo Arcionis, canonicis basilicæ b. Marie Maioris, pro eis et aliis canonicis eiusdem basilice absentibus » (G. Ferri, Le carte, n. 65, p. 123-124).

XLVII. Vacance du Siège apostolique (1268-1271)

357Le 4.3.1271, troisième statut capitulaire, publié par le cardinal Ottobon de Saint-Hadrien (Cart. 66, doc. 67 ; G. Ferri, Le carte, n. 67, p. 125).

XLVIII. Grégoire X (1271-1276)

3581. Le 8.6.1272, acte conclu dans la maison des moniales de Saint-André de Fractis en présence du patriarche d’Antioche, de fr. Rainaud évêque des Marses, de don Pierre Paparone « ecclesie S. Marie Maioris de Urbe », de fr. Gautier de Augusta o. p. (G. Ferri, Le carte, n. 68, p. 126).

3592. Le 2.10.1273, acte conclu en présence de « dominorum Petri Consalini et Stephani Paparone iudicum et mei Iohannis Iacobi de Meta scrinarii et testibus subscriptis », par lequel « Stephanus filius et heres quondam Andree Paparonis et d. Ierolomus Gavaççus, tutor Andreoççe neptis sue et filie et heredis quondam dicti Andree Paparonis », vendent à « d. Omniasancto de Fuscis de Berta canonico basilice S. Marie Maioris » une pièce de terre. Sont témoins « presbitero Anibaldo S. Muce, Berardo eius familiari presbitero, Bartholomeo cappellano basilice S. Marie Maioris, et Nicolao eiusdem basilice cappellano » (G. Ferri, Le carte, n. 70, 1er acte, p. 127-128).

3603. Le 7.10.1273, acte de procuration d’Omniasanctus pour Philippe, fils de Pierre Arcione, pour qu’il puisse recevoir en son nom la pièce de terre dont il est question dans l’acte précédent (G. Ferri, Le carte, n. 70, 2e acte, p. 128).

3614. Le 7.10.1273, exécution de la procuration précédente :

362« Egidius Angeli Fuscorum de Berta », procureur d’Étienne, fils de feu André Paparone, et d. Barthélemy Gavaçço, tuteur de sa nièce Andreozza, mettent en possession de la terre susdite « Philippum Petri Arcionis Partimedalie », procurateur de « d. Omniasanctus de Fuscis de Berta » (G. Ferri, Le carte, n. 70, 3e acte, p. 129)

3635. Le 21.10.1273, confirmation de l’acte précédent de la part de « d. Iacoba uxor quondam Andree Paparonis et nunc uxor Oddonis filii d. Iohannis Bonaventure de Transtiberim », en présence d’Oddon « viro suo predicto, et d. Iohanne socero suo predicto, et patre dicti Oddonis, presente etiam d. Bartholomeo Gavaçço patre dicte d. Iacobe » (G. Ferri, Le carte, n. 71, p. 129).

XLIX. Honorius IV (1285-1287)

364Le 16.9.1285, location d’un jardin par Paul Capocci, fils de feu Jean Capocci, à Romain Angeli (G. Ferri, Le carte, n. 74, p. 131).

L. Nicolas IV (1288-1292)

3651. Le 4.1.1288, Nicolas IV concède trois ans et autant de quarantaines d’indulgences à ceux qui visiteront la basilique de Noël à la Purification, à Pâques et pendant l’octave (G. Ferri, Le carte, n. 77, p. 132).

3662. Le 27.3.1288, Jean Arcione, fils de feu Jean Silvestri, laisse par testament à Sainte-Marie-Majeure cinq onces sur les revenus du casale Salone à condition que les chanoines fassent à perpétuité chanter une messe quotidienne pour le repos de son âme dans la chapelle Sainte-Marie du Puy où il élit sépulture (G. Ferri, Le carte, n. 78, p. 132-133).

3673. Le 30.7.1288, Nicolas IV écrit à Jacques [Colonna], cardinal-diacre de Sainte-Marie in via Lata, archiprêtre et prieur de Sainte-Marie-Majeure, pour confirmer les indulgences concédées par ses prédécesseurs, à savoir d’un an et 40 jours, par Sixte III, d’heureuse mémoire, au jour de la consécration de la basilique, d’un an et 40 jours par Clément III, dans la solennité de la consécration de l’autel majeur, quand y fut placée une nouvelle table, et d’un an et 40 jours par Honorius III, de l’anniversaire de la dédicace à l’octave de l’Assomption (G. Ferri, Le carte, n. 79, p. 133).

3684. Le 11.8.1288, Nicolas IV s’adresse à Jacques [Colonna], cardinal diacre de Sainte-Marie in via Lata, archiprêtre et prieur, et au chapitre de Sainte-Marie-Majeure, pour annoncer la concession d’une indulgence de trois ans et trois quarantaines aux visiteurs de la basilique aux jours de l’Épiphanie, de Pâques, de la Purification, de l’Annonciazion, de saint Matthias et à chaque station existante à cette date (G. Ferri, Le carte, n. 80, p. 133-134 ; Jaffé, n° 22770).

3695. Le 11.8.1288, Nicolas IV écrit au même, confirmant les indulgences du 5 au 22.8, concédées par les prédécesseurs Sixte, Clément, Honorius, Grégoire et Alexandre, et les étendant jusqu’au jour octave de la Nativité de Notre-Dame (G. Ferri, Le carte, n. 81, p. 134).

3706. Le 11.8.1288, concession d’indulgences aux visiteurs de la basilique au cours de l’année et aux jours fixés (G. Ferri, Le carte, n. 82, p. 134).

3717. Le 27.9.1288, lettre encyclique à tous les fidèles chrétiens concédant une indulgence d’un an et 40 jours à tous ceux « qui coopéreront à la conservation et réparation de l’église de Sainte-Marie-Majeure et des autres églises, selon ce que le Seigneur leur aura inspiré, quels que soient le temps, la manière et la fréquence de leur aide et soutien (G. Ferri, Le carte, n. 83, p. 134-135).

3728. Le 27.9.1288, autorisation accordé « au prieur et au chapitre de Sainte-Marie-Majeure de Urbe » de cumuler des benefices, « excepté les distributions quotidiennes » (G. Ferri, Le carte, n. 84, p. 135).

3739. Le 27.9.1288, lettre de Nicolas IV à Jacques [Colonna], cardinal-diacre de Sainte-Marie in via Lata et archiprêtre de la basilique de Sainte-Marie-Majeure et de Saint-Paul de Urbe, et à l’abbé de Saint-Denis en France, du diocèse de Paris, au sujet d’un cumul de bénéfices (G. Ferri, Le carte, n. 85, p. 135).

37410. En 1288, refonte d’une cloche par Guidocco Pisano, commissionnée par Pandolphe Savelli (A. Serafini, Torri campanarie di Roma e del Lazio nel Medioevo, Roma 1927, I, p. 77).

37511. En janvier 1289, Nicolas IV notifie à Jacques [Colonna] de nouvelles indulgences pour les visiteurs de la basilique aux jours de Noël, de la Purification, de Pâques et de leur octave (G. Ferri, Le carte, n. 86, p. 135-136).

37612. Le 22.9.1289, acte de vente d’une maison, de la part de Processus Capocci de Capuccinis à Teodinus et Berardus de Romano (G. Ferri, Le carte, n. 87, p. 136).

37713. En 1289, le cardinal Jacques Colonna fait donation de reliques dans un coffret d’argent qui porte l’inscription : Anno Domini m. cclxxxix. / Domnus. Iacobvs de Colvmpna / cardinalis fecit fieri hoc opvs. (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 10, n. 5).

37814. Le 20.4.1290, acte relatif au monastère féminin de Saint-André de Fractis (G. Ferri, Le carte, n. 88, p. 136).

37915. En février 1290, indulgences d’un an et quarante jours aux fêtes susdites, et de quatre ans et quatre quarantaines au jour anniversaire de la dédicace de l’église (G. Ferri, Le carte, n. 89, p. 137).

38016. Le 8.3.1291, André Piccardo donne à ses frères Jacques et Pierre une maison située dans la rue qui va ad Trivium, en échange d’une autre qui était jusqu’alors bien commun des trois frères (G. Ferri, Le carte, n. 90, p. 137-138).

38117. Le 7.6.1291, Jean Gandolfe, fils de feu Nicolas Gandolfe, vend un casale à Sainte-Marie-Majeure, laquelle est représentée par les chanoines Nicolas Fraiapane, Jacques Carapella, Ange de Veneraneriis et maître Pandolfe (G. Ferri, Le carte n. 91, 1°, p. 138-139).

38218. Le 8.7.1291, Étienne, prêtre, chapelain et bénéficier de Sainte-Marie-Majeure, met en possession Léonard de Galganis de la maison vendue à SainteMarie-Majeure par Jean Gandolfe (G. Ferri, Le carte, n. 91, 2°, p. 139).

38319. En 1291 est placé à l’intérieur de l’oratoire de la Crèche le groupe sculpté par Arnolfo da Cambio, représentant la scène de la Nativité du Seigneur (Panvinio, Cod. Vat. lat. 6781, fol. 151, publ. par G. Biasiotti, La basilica di S. Maria Maggiore prima delle innovazioni del secolo xv, in Mélanges de l’École française de Rome 35, 1915, p. 15 ss.)

38420. En 1291 un certain Richard laisse par testament à Sainte-Marie-Majeure mille cinq cents florins d’or pour le rachat de son âme, et avec cette somme a été achetée la moité d’un casale dit Ponte di Nona pour l’entretien des chapelains chargés de prier pour lui (P. De Angelis, Descriptio, p. 109, 1).

38521. En janvier 1292, acte de vente d’un petit casale et d’un jardin par Giacomello et Petruccio à Nicolas di Giovanni. Est témoin « Arçonus Petri Archionis Partimedalie » (G. Ferri, Le carte, n. 92, p. 139).

38622. Le 6.5.1292, donation d’une vigne à Sainte-Marie-Majeure par D. Golitia, veuve d’Octavien de Rubiano (G. Ferri, Le carte, n. 93, p. 140).

38723. Le 4.4.1292, « Nicolaus papa obiit Rome in Parasceve sancta, sepultusque fuit in sancta Maria Maiori » (Bernard Gui, Chronicon, LP II, p. 467).

388« Moritur idem Nicolaus Romae et sepultus est in ecclesia S. Mariae Maioris iuxta sepulchrum b. Hieronymi » (François Pipino, O.P., Chronicon, cap. 23, Muratori, Scriptores Italiæ, t. 9, p.)

389Nicolas IV mourut à Rome le Vendredi-Saint et fut enseveli à Sainte-Marie-Majeure. Il fut d’abord enterré près de la porte dite Regina dans la nef de droite de l’entrée de l’oratoire du Presepe. Sixte V, avant son pontificat, le fit transférer en un sépulcre somptueux à l’entrée de l’abside. Il fut reporté par Benoît XIV à gauche de la grande porte d’entrée.

39024. En 1292, épitaphe de la tombe primitive :

391Hic tumvlvs tvmvlat hvmilem, qui fascibvs auctvs / sic moriens statvit ossa manere sva. / Hvnc Franciscvs alit cardo vt sit, almaque Petri / sedes magnificat, gratia dei beat. / Qvartvs papa fvit Nicolavs, Virginis edem / hanc lapsam reficit fitque vetvsta nova. / Petrvs apostolicvs socivm, Franciscvs alvmnvm / protegat, Omnipotens Matre rogante beet (De Angelis, Descriptio, Roma 1621, p. 158, Forcella, Iscrizioni, XI, p. 11, n. 6).

392NB. Les quatre derniers vers sont les mêmes que ceux de la mosaïque absidale. Voir ci-dessous liii, 1.

LI. Vacance du Siège apostolique (1292-1294)

3931. Le 6.5.1292, acte de donation à Sainte-Marie-Majeure, avec réserve d’usufruit, de la part de « Nobilis mulier d. Golitia, uxor quondam d. Octabiani de Rubiano ». Sont témoins « Andrea cappellano, Petro Cosme marmorario » etc (G. Ferri, Le carte, n. 93, p. 140). Voir ci-dessus Reg. L, 22.

3942. Le 6.10.1293, vente d’un jardin à la basilique, représentée par les chanoines « d. Marco canonico S. Fusande presbiteris, Iohanne et Stephano beneficiariis S. Marie Maioris » (G. Ferri, Le carte, n. 94, p. 140).

LII. Célestin V (1294)

395Le 1.10.1294, la propriété de l’hôpital de Saint-André in Piscinula est attribuée à Sainte-Marie-Majeure (G. Ferri, Le carte, n. 95, p. 141).

LIII. Boniface VIII (1294-1303)

3961. En 1295, l’abside de Sainte-Marie-Majeure, reconstruite sous Nicolas IV et décorée de mosaïques par Jacques Torriti avec la scène du Couronnement de Marie montée aux cieux porte des inscriptions qui rappellent l’œuvre du pape défunt Nicolas IV, le nom du commanditaire Jacques Colonna et celui de l’artiste Jacques Torriti.

397Texte de l’inscription commémorative :

398Qvartvs papa fvit Nicolavs Virginis aedem / Hanc lapsam reficit fitque vetvsta nova / Pater apostolicvm servet Franciscvs alvmnvm / Protegat omnipotens Matre rogante beet. / anno. Domini. mcclxxxxv.

399Nom du commanditaire : † Domnus Iacobvs de Colvmpna cardinalis.

400Signature de l’artiste : Iacobus tor/riti pictor hoc opus mosiacum. fecit.

4012. Le 18.10.1296, Boniface VIII, écrivant à l’archiprêtre et au chapitre de Sainte-Marie-Majeure, libère pour toujours les chanoines de la basilique de toute retenue sur le traitement canonial, quels que soient la personne, le lieu, la raison de droit commun ou coutumier, de statut ou de privilège ou quelque autre motif pour lequel elle aurait pu être faite (G. Ferri, Le carte, p. 141).

4023. En 1296, épitaphe d’Ange de Tedallinis, figuré en habit de chanoine : Hic reqviescit corpvs / Angeli de Tedallinis qvi obiit anno Domini./ indictione. xa. mcclxxxxvi cvivs / anima requiescat in pace amen. (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 12, n. 9).

4034. En 1295-1297 ou 1306-1316, signature de l’artiste qui décora la façade de la basilique :

404Philippus.Rvsvti.fecit.hoc.opvs. (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 11, n. 8).

4055. Le 10.5.1297, Bonifice VIII, en présence du collège cardinalice, dépose du cardinalat Jacques Colonna, cardinal-diacre de Sainte-Marie in via Lata et archiprêtre de Sainte-Marie-Majeure, et son neveu Pierre, cardinal-diacre de Saint-Eustache, pour avoir pris le parti du roi Jacques d’Aragon et du défunt empereur des Romains Frédéric et avoir refusé de remettre au pape la ville de Palestrina et les châteaux de Colonna et de Zagarolo, qui leur appartiennent mais qui sont nécessaires à la défense de la « Romana patria », et il les prive pour toujours de tous les droits et avantages liés au cardinalat. Il prive pareillement Jean et Oddon, fils de feu Jean Colonna, frère de Jacques, et tous leurs descendants nés ou à naître en ligne masculine et féminine de toutes les dignités, privilèges etc. En outre, Jacques et Pierre sont cités à comparaître avant dix jours en personne devant le pape, pour recevoir [le châtiment] mérité [pour leurs méfaits], autrement ils seraient encore privés de leurs biens qui seraient confisqués (Martène, Ampliss. collectio, IV, 357, inc. « Exsurgat Deus » ; Muratori, Antiquitates Italiae, VI, 189v, inc. « In excelso throno » ; Jaffe, n° 24513).

406Le 10.5.1297, est consignée dans les Annales la déposition du cardinalat de Jacques et Pierre Colonna (Annal. Admunt. Contin. Florianens. in MGH. SS. IX, p. 751 ; Jaffe, n° 24514).

4077. Le 23.5.1297, Boniface VIII publie la déposition perpétuelle du cardinalat de Jacques et Pierre Colonna en raison de leurs fautes et de celles de leur famille. C’est pourquoi est confirmée, ratifiée, approuvée et renouvelée la sentence de déposition et, pour cause de contumace, ils sont déclarés schismatiques et blasphémateurs. Sont pareillement déclarés schismatiques et blasphémateurs Jean de Saint-Vit et Oddon, fils de feu Jean Colonna, frère du susdit Jacques, et privés de tous leurs droits et biens meubles et immeubles, communautés, baronnies, comtés, cités et châteaux. Pareillement Agapit, Étienne, Jean dit Sciarra, fils de Jean Colonna, sont privés de tous leurs droits et biens, communautés, baronnies, comtés, cités et châteaux (Baillet, Histoire des démêlés de Boniface VIII avec Phi-lippe le Bel, p. 317 ; Muratori, Antiq. Ital. VI, 189v, inc. « Lapis abscissus de » ; Jaffe, n° 24519).

4088. Le 23.5.1297, Boniface VIII notifie la sentence précédente (Boehmer, Corpus, II, 1005 ; Richter, Corpus, II, 1014, inc. « Ad succidendos fructuosos » ; Jaffe, n° 24520).

4099. Le 4.9.1297, Boniface VIII charge Landolfe Colonna, citoyen romain, de jeter l’infamie sur les Colonna schismatiques et de dévaster et détruire leurs biens (Muratori, Antiq. Ital. VI, 190v, inc. « Ut depressio et » ; Jaffe, n° 24566).

41010. Le 21.3.1298, Boniface VIII concède à Sainte-Marie-Majeure la possession du casale Salonis et des vignes, jardins etc., qui appartenaient à Jacques Colonna et qu’il avait pensé donner à Sainte-Marie-Majeure (G. Ferri, Le carte, n. 98, p. 141).

41111. Le 16.10.1299, fondation de messes par « Pascua uxor quondam Nicolai de Platia » (G. Ferri, Le carte, n. 100, p. 142).

41212. Le 18.10.1299, vente d’une maison à Sainte-Marie-Majeure par la même Pascua (G. Ferri, Le carte, n. 101, p. 143).

41313. En 1299, épitaphe de Gonsalvo Garcìa Gudiel, cardinal-évêque d’Albano :

414Hic depositvs fvit qvondam / domnus Gvnsalvvs episcopus. Albanensis. anno.Domini. / m°.cc°. l xxxxviiii. / hoc opus fecit iohannes. magistri Cosme civis romanvs. (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 12, n. 10).

41514. xiiie siècle fin, épitaphe versifiée de Jean, fils d’Étienne des Normanni :

416Nobilivm specvlvm ivvenvm flos forma priorvm / Normandvs genere genitvs Stephani ipse bonorvm / de nvmero iacet hic cvi nomen inesse Iohannes / institvit genitor sacros cvm contigit annos / ivstvs veridicvs mansvetvs largvs amatvs / chatolicvs pivs et miseros refovere paratvs / hvnc genitrix vxor proles cognatio plorat / defvnctvm sat enim tibi virgo mvnera donat / ergo Maria tvvm natvm depone beatvs / vt tollat maneat tecvm svper astra beatvs. (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 12, n. 11).

41715. xiiie siècle fin, épitaphe versifiée d’Albert des Normanni :

418Hic iacet Albertvs Normandvs tegmine tectvs / magnvs prosapia clarvs in hac patria. / Fvndite svppliciter devota precamina Christo / qvod sibi dignetvr parcere fine carens (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 13, n. 12).

41916. Le 4.10.1300, épitaphe de Jean, fils de Blaise des Fuschi di Berta, chanoine et prieur de la basilique :

420Hic reqviescit domnus Ioannes Blasii de Fvscis de Berta canonicvs et prior hvivs basilice qvi obiit anno Domini m ccc inde.iii. mensis octobris die iiii. cvivs anima reqviescat in pace. amen (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 13, n. 13).

421NB. Un Jean, fils de Blaise, fut nommé chanoine de Sainte-Marie-Majeure en 1293. Est-ce celui de l’épitaphe ? (De Angelis, Descriptio, p. 41).

LIV Clément V (1305-1314)

4221. Le 10.7.1309, Jacques Arcione, chanoine de Sainte-Marie-Majeure, fils de feu Nicolas Arcione, prend des dispositions testamentaires pour la construction, à Sainte-Marie-Majeure, d’une chapelle en l’honneur des Saints-Jean-et-Jacques, où il élit sépulture ; en échange il laisse une partie du casale de Quadraro. (G. Ferri, Le carte, n. 103, p. 144).

4232. En 1309, Jean Capocci dit Mezzopane donne à la basilique dix pièces de vigne, sises à Rome, et vingt roubles annuels de grain, récoltés sur les terres du Casal Gentile ; s’ils ne sont versés à temps, ils devront être doublés (P. De Angelis, Descriptio, p. 128, 2).

4243. Le 8.9.1310, épitaphe de Jacques Arcione, chanoine de Sainte-Marie-Majeure :

425Hic reqviescvnt corpora domnorum. cano/nicorum hvivs basilice. Domnus Iacobvs / de Arcionibvs qvi obiit anno Domini / m ccc x mensis septembris die octava (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 13, n. 214).

4264. En 1312, épitaphe de Laurent de Fuscis, chanoine de Sainte-Marie-Majeure :

427Hic reqviescit Domnvs Lavrentivs / de Fuscis de Berta canonicvs eccle/siae sanctae Mariae Maioris / qvi obiit anno Domini mcccxii cvivs anima reqviescit in / pace amen. (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 13, n. 15).

4285. Le 12. 8. 1318, testament de Jacques Colonna, archiprêtre de Sainte-Marie-Majeure, mort le 14. 8. suivant en Avignon :

429« (6) Voluit etiam et mandavit ac elegit corpus suum sepeliri in ecclesia B. Marie Maioris de Vrbe, expresse inhibens ne in sepultura sua fiat quomodolibet hedificium aliquod, set sepeliatur in terra plana in pavimento ecclesie prelibate. (8) mandavit etiam et voluit aliena et male ablata restitui, et si non invenirentur illi quibus essent huiusmodi restitutio facienda, illa que restituenda erunt convertantur in utilitatem ecclesie S. Marie Maioris superius nominate » (A. Paravicini Bagliani, p. 424, 425).

4306. Le 7.1. 1326, épitaphe versifiée de Pierre Colonna, archiprêtre de SainteMarie-Majeure :

431D. O. M. / Petra Petrum tegit haec animaq. fovet petra Christus / Sic salvvm retinet vtraq. petra Petrvm / Cardinalis fvit Petrvs licet hic tvmvlatvs / Translatvs Rome decessit Avini(ni)one / Annis millenis tercentvm bisqve decenis / Senis adivnctis cvm svspiriis qvoqve mvltis / Et lachrimis ossa svnt hac condita fossa / Stirpe Colvmnigena fvit hic sibi vita serena / Letitiis plena sit cvm sanctis et amena Amen. (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 16, n. 19).

4327. Non datée, épitaphe de Pierre des Tedallini, chanoine de Sainte-Marie-Majeure :

433Hic iacet dñs pre(sic !)trvs. de tedalinis. canonicvs. istivs ecclesie (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 14, n. 17).

© Publications de l’École française de Rome, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540