Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sainte-Marie-Majeure

 | 
Victor Saxer

Troisième partie. Le moyen Âge central

Chapitre sixième. Les vicissitudes du complexe libérien

Texte intégral

  • 1 LP I, p. 233.

1Déjà au temps de sa première fondation, Sainte-Marie-Majeure ne se limitait pas à la basilique. Elle comportait des dépendances de caractère non cultuel, définies comme « salles à manger, proches des degrés des grandes portes et contigües à la basilique »1. Ses structures devinrent encore plus complexes, quand l’entourèrent les monastères qui étaient à son service et dont les moines assuraient l’office choral. Enfin, l’édification d’une résidence papale sur son flanc sud acheva de lui donner la physionomie la plus complexe qu’elle ait connue. Les divers aspects de ces transformations seront examinés séparément dans le présent chapitre.

2De l’entretien de la basilique pendant le Moyen Âge central nous savons peu de choses avant les interventions des xiie et xiiie siècles. Mais alors elles sont de quatre types. Les unes concernent ses structures, d’autres sa décoration, certaines découlent de nouvelles nécessités liturgiques, quelques-unes sont dues aux nouveaux courants de la dévotion. S’y ajoutent des notices sur le palais pontifical.

I.–LES INTERVENTIONS DANS LES STRUCTURES DE LA BASILIQUE

3En trois parties de la basilique des interventions modifièrent ses structures. Elles concernent le portique, le clocher et l’abside.

1. Le portique

  • 2 R. Krautheimer, Corpus, III, p. 17.

4Le portique ou narthex a été plusieurs fois reconstruit, une première fois par Eugène III (1145-1153). De son intervention, il reste des blocs qui ont été « réutilisés dans la reconstruction du xvie siècle »2. Mais il en reste surtout une inscription, conservée aujourd’hui dans le mur nord de la basilique et qui se voit dans la cour qui s’étend le long de ce mur. Son texte a été gravé sur l’architrave du portique, elle est de bonne facture littéraire et épigraphique et mesure 23,80 × 0,32 m. En voici le texte :

  • 3 Forcella, Iscrizioni, XI, 1877, p. 9, n. 1.

Tercivs Eugenivs romanvs papa benignvs
Obtvlit hoc mvnvs Virgo sacrata tibi,
Qve mater Christi fieri merito mervisti,
Salva perpetva virginitate tibi.
Es via vita salvs totivs gloria mvndi
Da veniam cvlpis virginitatis honor
3.

Eugène III, romain, pape bienveillant, t’offrit ce don, Vierge sacrée, toi qui as mérité à bon droit de devenir la mère du Christ, tout en gardant intacte ta perpétuelle virginité. Tu es la voie, la vie, le salut et la gloire du monde entier ; accorde le pardon aux fautes, [toi qui es] l’honneur de la virginité.

  • 4 Krautheimer, Corpus, III, p. 16, fig. 10 (plan de Peruzzi, dans le ms Vat. lat. 6781, fol. 151), p. (...)
  • 5 Krautheimer, Ibid., III, p. 17.

5Krautheimer signalait « deux plans approximativement esquissés, l’un anonyme, de la fin du xve siècle, l’autre de Sallustio Peruzzi, et une brève description de Panvinio »4. Selon les plans, aux deux angles extérieurs du portique étaient deux pilastres en équerre ; entre les deux, il y avait en façade quatre colonnes et une sur chaque côté court entre l’équerre et le mur. Panvinio dit la même chose en plus bref : porticus quattuor columnis e duobus pilatris substentata5.

6Selon Sible De Blaauw, le narthex de Sainte-Marie-Majeure, reconstruit par Eugène III, avait

  • 6 S. De Blaauw, Cultus et decor, p. 357.

les caractéristiques architecturales des portiques des xiie et xiiie siècles : un vestibule rectangulaire avec un toit monopente qui se détachait de la façade de la basilique et s’appuyait sur une colonnade à architrave ... Le portique avait la caractéristique exceptionnelle d’être moins large que la façade et mesurait un peu moins de 27 m contre les 32,60 m de la largeur totale de la façade. Toutefois, les plans et les dessins du xvie siècle ne montrent pas de trace d’un éventuel atrium qui y aurait été attaché6.

7Le même auteur suppose que le nouveau narthex présentait une modification en comparaison du primitif, en ce sens que le médiéval s’appuyait à une façade fermée, percée seulement de trois portes, alors que le paléochrétien aurait été sans porte, mais aussi sans mur de clôture au rez-de-chaussée, et se serait ouvert sur l’extérieur grâce à une colonnade architravée, identique à celle que présentait dans l’actuelle via Nazionale Saint-Vital paléochrétien. Une telle supposition est passée sous silence par Krautheimer et infirmée par l’existence des colonnes cannelées de la porte primitive. Dans l’hypothèse que la basilique de Sixte III ait intégré la basilique libérienne, elle est même démentie par les textes, car la basilique libérienne avait une porte qui a été brûlée par les partisans de Damase.

2. Le premier campanile

  • 7 La pl. II de nos illustrations, qui comporte deux campaniles symétriques, représente en réalité un (...)

8Il est très difficile de savoir comment se présentait au xiie siècle la façade d’entrée de la basilique. Des restructurations globales n’en furent pas faites avant la Renaissance7. Auparavant, les seules modifications furent partielles. L’actuel clocher est postérieur à 1300 et ne regarde pas la période traitée dans ce chapitre. Mais auparavant déjà il devait y en avoir un, comme le fait justement noter De Blaauw :

  • 8 Ibid., p. 358-359.

Les statuts capitulaires de 1262 parlent de campanae maiores qu’on devait sonner pour les vigiles mariales du samedi. Deux cloches de la fin du xiiie siècle, de dimensions considérables, sont encore conservées. L’une d’elle est de 1288. Une inscription la dit refondue d’une cloche donnée à la basilique par Alfan. Celui-ci est à peu près sûrement le camerarius de Calixte II (1119-1124). Les documents concernant les travaux faits sur ordre de Grégoire XI parlent de la reparatio campanilis et suggèrent ainsi que la nouvelle tour remplaçait ou englobait une autre qui la précédait8.

9De cette première cloche, aujourd’hui conservée à la Bibliothèque Vaticane et qui mesure 1,09 m de diamètre, 1,40 m de hauteur, couronne comprise, l’inscription est effectivement la suivante :

  • 9 A. Serafini, Torri campanarie di Roma e del Lazio nel Medioevo, I, p. 77. La notice sur la cloche e (...)

Ad honorem Dei et beate Marie vir/ginis ista campana facta fvit per / Alfanvm. postmodvm anno Domini / mcclxxxviii renovata † est per / dominvm Pandvlfvm de Sabello / pro redemptione anime sve. Guidoc/tvs pisanvs et Andreas eivs filivs / me fecervnt9.

En l’honneur de Dieu et de la bienheureuse vierge Marie fut faite cette cloche par Alfan. Elle a été été ensuite rénovée l’an du Seigneur 1288 par Don Pandulphe Savelli en vue de la rédemption de son âme. Guidoctus le Pisan et son fils André me fondirent.

  • 10 A. Serafini, Torri, I, p. 78-79 ; sur Pierre Savelli, voir S. Carocci, Baroni di Roma, p. 421, n. 1 (...)

10Une seconde cloche de la même forme allongée et de dimensions légèrement plus petites est encore aujourd’hui pendue dans le clocher. Son diamètre est de 0,98 m, sa hauteur, couronne comprise, de 1,16 m. La date peut se déduire d’une inscription partiellement lisible, mentionnant Pierre Savelli. En effet, le premier Savelli, Pandulphe († 1306), était le frère du cardinal Jacques, pape sous le nom d’Honorius IV (1285-1287), alors que Pierre n’est pas le neveu des précédents, mort le 31 décembre 1287, mais leur petit-neveu, sénateur de Rome en même temps que son frère Jean en 1319 et décédé entre le mois de septembre 1320 et celui d’avril 132110.

11La refonte d’une cloche en 1288, l’existence d’une autre vers 1300 et les réparations de Grégoire XI présupposent l’existence d’un clocher aux xiie et xiiie siècles, mais nous ne savons pas comment il se présentait. En outre, l’intervention du dominus Alfanus, si ce personnage est le camérier de Callixte II, le fait remonter au début du xiie siècle. Il pouvait alors être dans le style des clochers romains contemporains, comme celui de Sainte-Marie in Cosmedin.

12L’autre transformation de la façade se rapporte, comme nous le verrons, à sa décoration externe.

3. L’abside et le transept

13La modification la plus importante dans les structures de Sainte-Marie-Majeure concerne l’abside et se situe sous le pontificat de Nicolas IV (1288-1292). L’abside paléochrétienne fut détruite pour permettre l’insertion d’un transept entre elle et la nef centrale et une nouvelle abside fut ajoutée au transept.

14Le transept a une largeur de 34 m environ, presqu’égale à celle des trois nefs ensemble, pour une profondeur d’un peu plus de 6 m. Étant donné son étroitesse, sa hauteur est de 2,10 m plus basse que celle de la nef centrale.

  • 11 Krautheimer, Corpus, p. 20, fig. 15. Les colonnettes sont aussi représentées sur le plan de Peruzzi (...)

15De la nouvelle abside, la profondeur dépasse de 0,70 m celle de la paléochrétienne (8,60 m contre 7,90 m). Son mur de clôture est pentagonal et, à l’exception du pan central, dans chacun des quatre pans restants s’ouvre une fenêtre ogivale. Une fresque du salone Sistino de la Bibliothèque Vaticane montre l’abside, vue de l’extérieur, sur trois côtés dont deux munis d’une fenêtre, et chaque angle est souligné par une colonnette11. Cette abside médiévale existe toujours, mais elle est aujourd’hui masquée à l’extérieur par celle du xviiie siècle. Des réparations récentes, faites au toit de l’abside, ont fait « redécouvrir » celle du xiiie siècle et ses mosaïques extérieures.

  • 12 De Blaauw, Cultus et decor, p. 360 et n. 116.
  • 13 Ibid., p. 361.
  • 14 Ibid.

16La plus grande partie des constructions nouvelles a été réalisée en opus saracinescum, fait de petits parpaings de tuf, longs de 21-27 cm, hauts de 5,6-6,9 cm, alternés avec des rangs de mortier. Le module moyen de l’ensemble mesure 42,8 cm de hauteur12. Le transept, au contraire, fut construit en briques selon la technique du xiiie siècle13. Leur architecture est étroitement semblable à celle de l’abside contemporaine de la basilique du Latran, restructurée sous le même pontife Nicolas IV14.

  • 15 A. Schuchert, S. Maria Maggiore zu Rom, p. 105, 112, fig. 27, 29, 30 ; Krautheimer, Corpus, p. 31

17La jonction des structures nouvelles avec les anciennes fut faite de manière que la face antérieure de l’arc absidal ancien, devenu arc triomphal, restât intacte et conservât sa décoration d’origine en mosaïque. Sur la face postérieure de l’arc se voient encore des restes de la décoration mosaïquée ancienne. Du dehors, « la séparation entre la nef centrale et le transept, comme aussi la différence de la maçonnerie, sont bien visibles sur les terrasses au-dessus des toits des nefs latérales »15.

II.–LES INTERVENTIONS DANS LA DÉCORATION DE LA BASILIQUE

18Les nouvelles structures de l’abside et du transept reçurent aussi une nouvelle décoration, en mosaïque pour l’abside, en peinture pour le transept. Peu après fut aussi pourvu de mosaïques l’extérieur de l’abside. Mais avant la décoration mosaïquée avait été refait le pavement de la basilique. C’est donc avec lui que doit commencer l’étude chronologique des modifications entreprises dans le décoration de l’église.

1. Le pavement

  • 16 S. De Blaauw, Cultus et decor, p. 358.
  • 17 Une idée d’ensemble en est donnée dans S.M.M. de Poletti, p. 50-51, alors que p. 117-121 se trouven (...)

19On sait que la nef centrale reçut un pavement nouveau dans le style cosmatesque au temps d’Eugène III (1145-1153). Il est encore partiellement conservé et se trouve plus ou moins au même niveau que celui de l’Antiquité. Il a été plusieurs fois refait, la dernière fois au xviiie siècle avec du matériel et selon le style médiéval16. C’est pourquoi il n’est pas toujours facile d’y distinguer les remaniements modernes de l’œuvre des Cosmati17.

  • 18 Glass, Studies on Cosmatesque Pavements, p. 112-114, Appendix p. 144, n. 16.
  • 19 Fernandez Alonso, Storia della basilica, p. 27.
  • 20 Voir fig. 6, p. 187.

20Un compartiment du pavement médiéval a été identifié comme appartenant au « Paulus group », qui fut actif à Rome dans la première moitié du xiie siècle18. Un autre panneau, se trouvant sur l’axe longitudinal de la nef centrale près de l’entrée principale, représentait deux personnages identifiés par leurs noms ascrits : scotus paparone et iohannes paparone filivs eivs19. Père et fils étaient figurés à cheval, la monture du père était ornée d’un riche caparaçon, le premier personnage portait au poing droit un étendard, les deux, dans la main gauche un écu avec des armes identiques, parties d’un serpent et d’un oison. Elles étaient parlantes et appartenaient aux Paparoni, famille romaine que nous retrouverons20.

  • 21 C. Cecchelli, I mosaici, p. 246, pl. LXIII.
  • 22 S. De Blaauw, Cultus et decor, p. 358.

21Dans quelle mesure le remaniement du xviiie siècle a-t-il respecté le pavement du xiiie ? – C’est une question discutée entre les spécialistes. Pour Carlo Cecchelli, « toute la mosaïque du pavement a été passablement conservée, sauf en quelque endroit et là où elle avait été interrompue par des dalles funéraires »21. Selon De Blaauw, au contraire, lequel se réfère aux actes capitulaires, « au xviiie siècle, le vieux pavement avait été en grande partie endommagé par les nombreuses pierres tombales »22. Qui des deux a raison ? – La question mériterait une étude spéciale.

2. Les mosaïques de l’abside23

A. L’intérieur

22Les modifications des structures de la partie absidale, qui avaient entraîné la destruction de l’abside paléochrétienne, détruisirent aussi les mosaïques primitives et en nécessitèrent de nouvelles.

  • 24 Texte de la 4e antienne des vêpres du Commun des vierges.
  • 25 Texte de la 2e antienne des vêpres de l’Assomption de Marie.
  • 26 Verset et répons des vêpres de l’Assomption de Marie. Les références des notes 24 à 26 sont faites (...)

23La calotte absidale est aujourd’hui ornée avec la scène du couronnement de Marie par son Fils selon une thématique typiquement médiévale. On note que la Mère et le Fils siègent, l’un à côté de l’autre, sur le même trône, mais posent leurs pieds sur des escabeaux distincts. Le fait n’a pas de signification christologique, comme si l’artiste avait voulu insister sur l’humanité du Christ, égale à celle de Marie, ce qui ne souffrait plus de discussion au xiiie siècle. Est soulignée, en revanche, l’exaltation de Marie élevée à la même gloire que le Christ. Le Christ tient en effet dans la main gauche un livre ouvert où on lit : Veni electa mea et ponam te in thronvm mevm24 ; en dessous du cercle qui renferme la scène, on lit : maria.virgo.assvmpta est.ad etherevm thalamvm. in qvo rex. regvm. stellato sedet solio †25 et : exaltata est sancta dei genitrix svper choros angelorvm. ad celestia regna26.

Fig. 6 – Panneau des donateurs Scotus et Iohannes Paparone.

  • 27 Mt 16, 16.
  • 28 Phil 1, 21.

24Tout aussi intéressants sont le choix et l’ordre de préséance des saints à droite et à gauche du motif central. Immédiatement à côté de lui, se tiennent des anges dans l’attitude de l’adoration et de l’acclamation. Puis, à gauche du trône pour le spectateur, c’est-à-dire à la droite du Christ et de Marie, prennent place Pierre, Paul, François d’Assise, puis à droite pour le spectateur et à gauche du couple central, Jean Baptiste, Jean Évangéliste, Antoine de Padoue. Devant Pierre est agenouillé Nicolas IV, devant le Baptiste, Jacques Colonna. Le nom de tous les personnages est écrit à côté de chacun d’eux. Il est donc remarquable que les princes des apôtres ne soient plus, comme dans les figurations paléochrétiennes, l’un à droite, l’autre à gauche du Christ, mais que tous les deux se tiennent sur le même côté. Il est vrai qu’ils conservent tous les deux leur physionomie traditionnelle et chacun porte à la main un écrit qui les identifie sans erreur : tv es christvs filivs dei vivi pour Pierre27, mihi vivere christvs est pour Paul28. La présence des saints franciscains s’explique par l’appartenance du pape Nicolas IV à l’ordre de l’Assisiate, sans qu’on doive oublier cependant que Jacques Colonna était lui aussi très lié aux Franciscains. En revanche, la présence des deux Jean, le Baptiste et l’Évangéliste, est due, en plus des modes de dévotion du Moyen Âge, à la piété personnelle de Nicolas IV et de Jacques Colonna. L’écrit développé de ce dernier : †dns iacobvs de colvmpna cardinalis suggère qu’il fut le commanditaire des travaux et qu’il les a surveillés après la mort du pape (4.4.1292) et avant sa propre déposition du cardinalat (23.5.1297).

  • 29 Forcella, Iscrizioni, XI, p. 11, n. 7 ; J. Wilpert-W. N. Schumacher, Die römischen Mosaiken, p. 340 (...)

25Les volutes d’acanthes qui partent des deux coins inférieurs de la calotte et qui remplissent toute la place disponible sont de la même tradition iconographique que celles de l’abside de Saint-Clément et sont comme elles peuplées d’oiseaux grands et petits, parmi lesquels on voit en plusieurs exemplaires le héron, le paon, l’aigle, l’oie, le perroquet, la perdrix, la colombe. La frise de la base porte au centre le mont d’où jaillissent les quatre fleuves ; ceux-ci se jettent dans une mer pareillement occupée par de petites scènes particulières. À l’extrémité de la frise, à gauche du spectateur, nous lisons la signature de l’artiste : † iaco:tor/riti. pictor/h.op.mosiac.fec., « Jacques Torriti peintre a fait cette mosaïque »29. C’est une tradition médiévale qui remonte à l’Antiquité, que les mosaïstes soient appelés peintres.

26La décoration de la calotte absidale de Sainte-Marie-Majeure rentre donc parfaitement dans la tradition des mosaïstes romains dont nous avons ici, au Latran et à Sainte-Marie du Transtévère, un des derniers chefs-d’œuvre, avant que, avec Pierre Cavallini, à la fois peintre et mosaïste, cette décoration arrive au tournant décisif avec l’abandon de la mosaïque au profit de la peinture.

  • 30 L’âme de Marie est représentée comme un petit enfant.
  • 31 C. Cecchelli, I mosaici, p. 277.
  • 32 Ibid.

27Immédiatement en-dessous de la calotte de l’abside, à la hauteur des arcs ogivaux des fenêtres et au milieu d’elles prend place une scène nouvelle : c’est la Dormition de Marie, évidemment liée avec celle de son Couronnement qui la surmonte. La scène occupe la place de la fenêtre centrale bouchée. Ce fait lui donne un espace plus grand qu’aux autres scènes de la vie de Marie, placées à la même hauteur entre les fenêtres de droite et de gauche. La Vierge est couchée sur un lit ; tout autour se tiennent treize apôtres dans lesquels Paul est donc compris ; ils portent tous un nimbe d’or et sont conduits par Pierre et Paul, reconnaissables à leur visage traditionnel. Le personnage qui est derrière le lit et qui pleure à son chevet pourrait être Jean Évangéliste. Derrière aussi, mais « dans une auréole en forme de fuseau et aux couleurs éclatantes de l’arc-en-ciel, le Christ porte dans ses bras l’animula30 de Marie. La troupe des anges aux ailes multicolores entoure l’auréole. Sur des nuages ou des montagnes se détachent aux extrémités divers personnages, peut-être bibliques »31. Dans le paysage des deux extrémités, la montagne de droite est identifiée avec le mont des Oliviers par l’écriteau : mons Oliveti et on a suggéré de voir le Château-Saint-Ange dans le monument de gauche32.

  • 33 Cecchelli, I mosaici, p. 277 parle de « testata dell’arco trionfale ». C’est une inattention pour « (...)
  • 34 G. Biasiotti, Le memorie di S. Girolamo, p. 238, fait état d’une aquarelle, qu’il reproduit (tav. I (...)

28Les autres compartiments se situent chacun entre deux fenêtres. Ils n’ont donc pas la même largeur que le compartiment central. Y sont représentées, de gauche à droite, l’Annonce faite à Marie et la Naissance de Jésus, la Présentation de Jésus au temple et l’Adoration des mages. Aux extrémités, sur les pieds-droits de l’arc absidal33, à gauche, saint Jérôme explique les Saintes Écritures à deux femmes34, à droite, saint Matthias prêche aux juifs.

  • 35 Lex. chr. Ikon., III, 1971, p. 212-233, où sont passés sous silence les mosaïques de Sainte-Marie-M (...)
  • 36 Cecchelli, I mosaici, p. 278.

29Toutes les scènes mariales ont des points de rencontre dans la tradition iconographique antérieure, surtout byzantine35. Certains historiens de l’art ont cru pouvoir noter une différence de style dans la décoration de la calotte absidale et celle qui se trouve en-dessous. Carlo Cecchelli, en revanche, pense à un seul auteur36, ce qui n’exclut pas la possibilité d’une différence chronologique entre les deux étages de la décoration absidale.

B. L’extérieur37

  • 37 L’extérieur de l’abside, telle qu’elle était encore au début du xviie siècle, a été reproduit dans (...)
  • 38 « Et in archivio reperimus Iacobum cardinalem Columnam non solum in interiori sed etiam in exterior (...)
  • 39 Righetti Tosti-Croce, La basilica tra Due e Trecento, p. 134.

30Des mosaïques décoraient aussi l’abside à l’extérieur et viennent d’être « redécouvertes » récemment, comme il a déjà été dit. Elles auraient été faites, selon Paolo de Angelis, sur commande du cardinal Jacques Colonna38. Elles occupent cinq lunettes à l’étage supérieur des fenêtres. Au centre est représentée la Vierge portant l’Enfant dans ses bras avec deux anges sur les côtés. Dans les autres lunettes sont figurées, selon De Rossi et Biasiotti, SS. Agnès, Cécile, Lucie et Catherine. En dessous de la lunette centrale, le manuscrit Barberini place une Épiphanie. On a souligné que la solution architecturale et décorative de la partie externe de l’abside libérienne trouve un terme de comparaison dans la cathédrale d’Orvieto, elle aussi commencée sous le pontificat de Nicolas IV39.

3. Les peintures du transept

  • 40 Nous reviendrons sur cet aspect de la personnalité d’un des grands personnages de l’histoire de Sai (...)

31La décoration à fresque du transept est postérieure aux mosaïques de l’abside, mais on ne peut que faire des hypothèses sur le temps qui a séparé les deux campagnes de travaux en fonction de la politique ecclésiastique de l’époque. On sait que Jacques Colonna fut déposé du cardinalat par Boniface VIII le 23 mai 1297 et rétabli dans ses fonctions et dignités par Clément V en 130640. Durant cet intervalle il ne fut pas en mesure de commander des travaux à Sainte-Marie-Majeure. L’archiprêtre intérimaire, François Orsini, n’est pas connu pour l’avoir fait à sa place. C’est pourquoi il est probable qu’après une interruption d’une dizaine d’années les travaux furent repris à partir de 1306 et qu’ils concernèrent le transept. Mais comme Jacques Colonna n’a plus quitté Avignon après sa réintégration, c’est son neveu le cardinal Pierre qu’il chargea sans doute de la reprise des travaux.

32La décoration du transept unit une corniche en trompe-l’œil, posée sur des consoles, à des médaillons ronds renfermant des bustes de saints, reliés entre eux par des volutes fleuries et des disques à paons. En-dessous on ne voit aujourd’hui que des compartiments vides, dus à la restauration de Pie XI et séparés par des bandes verticales ornées de végétaux ; ils contenaient peut-être à l’origine des scènes bibliques, comme le suggère le seul qui survive avec celle de la création.

  • 41 Righetti Tosti-Croce, La basilica tra Due e Trecento, p. 155.

33Cette décoration n’est pas unitaire et porte des traces de changements notables dans la corniche en trompe-l’œil, dans les volutes végétales, dans la présence et le nombre des médaillons. En raison de ces différences, on a supposé une interruption des travaux ou un changement du maître-d’œuvre qui en fut chargé. Les noms proposés pour l’artiste vont de Giotto à Cavallini, de Gaddo Gaddi à Philippe Rusuti, sans qu’on soit arrivé à une solution plausible41.

4. Les mosaïques de la façade

34L’extérieur de la façade fut décoré en mosaïques soit en même temps que l’abside soit après. La décoration est divisée en deux registres superposés. Dans le registre supérieur, on lit la signature de l’artiste, Philippe Rusuti. Les armes des Colonna, quatre fois répétées au-dessous et en-dessus de la grande rosace centrale, indique clairement un des cardinaux Jacques ou Pierre Colonna, ou les deux, comme payeurs de l’œuvre. L’absence de la figure de Nicolas IV la fait dater après sa mort (4. 4. 1292). Le problème est donc de savoir si elle a été exécutée avant la déposition des deux cardinaux ou après leur réintégration. La position traditionnelle est de la dater entre 1306 et 1308, alors que Rusuti est actif en France précisément en ces années-là. On a envisagé récemment la possibilité d’une date précoce entre 1292 et 1297. D’autres encore attribuent à Rusuti uniquement le registre supérieur qui porte son nom, alors que d’autres descendent jusqu’en 1318 pour le registre inférieur. Quoi qu’il en soit, seule une analyse précise de la mosaïque peut permettre de résoudre les problèmes de la date et de l’étendue exacte du travail de Rusuti.

  • 42 Cecchelli, I mosaici, p. 293.

35Au registre supérieur, à l’intérieur d’un disque étoilé, le Christ siège sur le trône, vêtu d’une tunique rouge et d’un pallium doré ; il fait de la main droite le geste de la bénédiction et tient de la gauche un livre ouvert où on lit : ego svm lvx mvndi qvi (Jn 8,12). Au-dessus du dossier du trône, à la hauteur et de chaque côté de la tête du Christ, est son nom en lettres grecques : .ic./.xc. Le disque est flanqué en bas de deux anges porte-cierge, en haut de deux autres balançant l’encensoir. Des deux côtés du motif central, on voit divers saints, partiellement cachés par les arcs de la voûte qui couvre aujourd’hui la loggia des bénédictions. Le spectateur voit à droite Marie, caractérisée par les mots inscrits en grec : MP ΘU (Mère de Dieu), puis Paul, Jacques et Jérôme, à gauche Jean Baptiste, Pierre, André et un autre saint qui pourrait être Matthias. La présence des apôtres Jacques et Pierre confirme apparemment la commande simultanée des deux cardinaux Colonna pour ce registre. Carlo Cecchelli pense que ces figures sont imitées de miniatures byzantines42.

  • 43 Ibid. Le vêtement du patrice Jean n’est pas aussi typiquement sénatorial que celui du sénateur roma (...)

36Le registre inférieur illustre la légende libérienne du miracle de la Neige : 1° la vision du pape Libère, indiquée par l’inscription : apparvit pape liberio dicens. fac mihi ecclesiam in monte svperagio. 2° la vision du patrice Jean43, caractérisée de même : in eadem nocte apparvit iohanni patricio idem dicens nonis avgvsti. 3° Jean, rendu chez le pape, lui raconte sa vision : patricivs ivit ad papam liberivm pro visione qvam viderat. 4° le miracle de la neige qui tombe sur l’Esquilin, sans écrit. 5° Le pape Libère trace sur la neige le périmètre de la future église : congregatio. Le texte des didascalies est tiré de celui de la légende hagiographique. Les scènes représentées se caractérisent, d’une part, par la grande habileté narrative de l’artiste et son don de rendre en perspective les lieux où se déroulent les épisodes, de l’autre, par sa préoccupation d’actualiser ceux-ci en les plaçant dans le milieu social et culturel du XIII propres règles de célébration. Il convient d’examiner ici en quoi leur présence et leurs goûts avaient modifié l’aménagement liturgique de la basilique.

1. Les ambons du chœur antérieur

37Les travaux du Moyen Âge central visèrent à donner à la lecture des textes liturgiques pendant les cérémonies papales un lieu digne de son objet par l’érection de deux ambons dans la partie antérieure du chœur.

  • 44 Les descriptions de Giovanni Rucellai et d’Onofrio Panvinio sont citées par Biasiotti, La basilica (...)
  • 45 En plus de l’article de la note précédente, voir P. De Angelis, Descriptio, pl. h.-t. entre p. 56 e (...)

38Ce fut l’œuvre du pape Alexandre III (1159-1181) et ils restèrent en place jusqu’au xvie siècle. Le florentin Giovanni Rucellai en 1449 et Onofrio Panvinio en 1570 les décrivirent. Le premier les appela improprement tabernacles : « Item in detta chiesa due bellissimi tabernacoli in su colonne che mettono in mezzo al coro di marmo con tavole di porfido e di serpentino e granito » ; le deuxième est plus exact : Pulpita in medio ecclesiae lapidea variis marmoribus porphyreticis, viridibus Lacedemoniis ornata, pro epistola et evangelia cantanda44. L’intervention du pape est assurée par une inscription dédicatoire : Alexander papa iii gloriose virgini Marie et omnibvs sanctis. Par elle, les ambons sont mis dans un temps voisin de celui où fut posé le pavement commissionné par Scotus et Jean Paparone. Cette chronologie est confirmée, encore que de manière plus allusive que descriptive, par les textes de Rucellai et de Panvinio dans lesquels il est question de marbres multicolores, porphyre, serpentine, granit, disposés selon l’opus tessellatum de style cosmatesque. C’est pourquoi les ambons de Sainte-Marie-Majeure, dont il ne subsiste hélas ! actuellement aucun vestige sûr dans la basilique, ont dû ressembler à ceux de Saint-Clément, toujours existants. En 1570, Panvinio vit encore les deux ; en 1587, subsistait celui de droite ; et selon Ugonio, ce dernier fut enlevé peu après. Le plan publié par De Angelis en 1621 doit donc reproduire la situation antérieure à leur démolition45.

2. Le renouvellement du maître-autel

  • 46 Voir au ch. II : La basilique de Sixte III, p. 57-58.
  • 47 A. Cappelli, Cronologia, p. 43.

39La modification dont fut l’objet le maître-autel est attestée par une bulle de Grégoire IX du 22 juin 1239 et datée par elle du pontificat de Clément III (1187-1191). En effet, à l’occasion de la consécration de l’autel sur lequel avait été posée une table neuve, Clément III avait accordé une indulgence d’un an et d’une quarantaine, ajoutée à celle qu’il attribuait à Sixte III. Cette dédicace aura par la suite de l’importance, comme nous le verrons, aux origines de la légende de la Neige. C’est pourquoi il convient de préciser la date de la consécration. L’indulgence peut être gagnée chaque année le 5 août, date traditionnelle de la dédicace de la basilique de Sixte III46. La bulle de Grégoire IX date du même jour la dédicace de Sixte III et celle de Clément III. En partant de cette coïncidence, on peut fixer l’année où fut célébrée celle de Clément III. Durant son bref pontificat, la seule année où le 5 août tombât un dimanche fut 119047. Nous pouvons donc admettre que Clément III consacra la nouvelle table d’autel le 5 août 1190.

  • 48 Il existe de nombreux exemples de tables d’autel creuses. Voir DACL I, 1907, col. 3152-3254, fig. 1 (...)

40Reste à savoir pour quel motif la table fut changée. Il peut évidemment être accidentel. Il y a cependant des chances qu’il puisse se trouver dans le changement des idées et des usages concernant les offrandes des espèces eucharistiques. Selon le rituel le plus ancien, les fidèles offraient le pain et le vin du sacrifice eucharistique et leurs offrandes étaient déposées sur l’autel selon la quantité nécessaire à la communion. Cette quantité était en fonction de la communauté et pouvait être importante pour une assistance nombreuse. Pour donner une plus grande capacité à la table, celle-ci était creuse48. Telle devait être la première table d’autel de Sainte-Marie-Majeure. Cependant, quand l’Ordo Romanus I et plus tard l’Ordinaire du missel envisagèrent un rituel différent des offrandes, réduites pratiquement à celle du célébrant, les tables creuses devinrent inutiles. C’est dans cette évolution qu’il faut apparemment placer la table neuve qu’en 1190 on plaça sur la vieille, sans rien changer à la forme et à la disposition générales de l’autel.

3. Le chœur des chanoines

  • 49 Voir ma contribution à S. M. M. de Poletti, p. 104.

41La multiplication des autels est due au Moyen Âge à la multiplication des messes privées. Selon les statuts capitulaires de Sainte-Marie-Majeure, les chanoines prêtres étaient quatre et célébraient la messe du chapitre à tour de rôle49. Pour cette célébration, ainsi que pour celle de l’office choral, s’était fait sentir la nécessité d’un espace spécial, pourvu de son autel et réservé aux offices canoniaux. Sur les dispositions qui furent prises à cet effet, nous ne savons rien de sûr avant que fût construit le transept par Nicolas IV (1288-1292) : auparavant, nous en sommes réduits aux conjectures. Toutefois, déjà les statuts capitulaires de 1262 prévoyaient que les « messes conventuelles » devaient être assurées chaque jour de la semaine par un prêtre, un diacre et un sous-diacre chanoines. Le dimanche et les jours de fêtes, le célébrant était le cardinal-prêtre de tour, d’un des titres voisins. Alors que celui-ci célébrait au maître-autel, les chanoines s’acquittaient de leur office à l’autel du chapitre. Selon les mêmes statuts de 1262, les chanoines non prêtres assistaient à la messe dans le chœur où ils disaient l’office. De ces statuts on concluera donc à l’existence d’un chœur des chanoines au xiiie siècle. À la même époque il est attesté dans les autres basiliques patriarcales. Selon une tradition tardive, concernant les aménagements capitulaires du cardinal Jacques Colonna, l’autel du chapitre se trouvait auparavant dans la nef centrale devant la confession. Là devait donc aussi avoir été aménagé le chœur des chanoines.

  • 50 De Blaauw, Cultus et decor, p. 632, fig. 13.
  • 51 De Angelis, Descriptio, p. 54-55 : « Tantum onus imposuit, ut capitulum et canonici perpetuo sex sa (...)

42Avec la construction du transept par Nicolas IV, la situation change à la fois parce que nous sommes mieux informés et que subsiste l’emplacement utilisé comme chœur canonial. C’est pourquoi Sible De Blaauw a pu établir un plan de l’état des dispositions liturgiques du chœur vers 130050. Le chœur réservé aux chanoines y est indiqué dans l’aile sud-est du transept à la construction duquel il est lié. On y trouve un autel pour les célébrations capitulaires et un autre, adossé au mur est, qui marquait l’emplacement de la tombe de Nicolas IV. À l’autel Saint-Jean devait être célébrées chaque jour quatre messes pour le cardinal, à l’autre, deux pour le pape. La plus grande importance accordée à l’autel Saint-Jean en fait l’autel principal de la chapelle, qui pour cette raison porte le nom du saint ; en d’autres termes, c’est l’autel capitulaire. Il est probable aussi que ces aménagements ont été terminés par le cardinal Colonna après la mort du pape et avant 1297, année de sa déposition du cardinalat51.

43Bref, si l’autel capitulaire, et donc le chœur des chanoines, ont été déplacés dans l’aile nord-est du transept, c’est probablement parce qu’elle offrait aux chanoines plus de recueillement pour leurs célébrations chorales dans un espace hors du parcours habituel et du bruit des pèlerins.

IV. – LES INTERVENTIONS INTÉRIEURES D’ORIGINE DÉVOTIONNELLE

44À côté des interventions destinées à faciliter le déroulement de la liturgie capitulaire, se multiplient des ouvrages de caractère dévotionnel dont les uns acquerront avec le temps de l’importance pour le peuple de Rome et d’autres resteront toujours davantage liés aux familles de leurs fondateurs.

1. Les ouvrages d’intérêt communautaire

45Pour comprendre le motif des interventions d’intérêt communautaire, il est bon de rappeler la situation particulière des objets qu’elles concernent avant qu’ils fussent définitivement insérés dans l’architecture de la basilique. En effet, si nous ne savons pas à quelle époque on peut faire remonter l’icone dite Salus Populi Romani avant qu’elle soit attestée dans les documents du xiiie siècle, par contre sur les reliques vénérées à Sainte-Marie-Majeure nous sommes informés par des sources plus anciennes.

A. Deux textes médiévaux sur la basilique et ses reliques

46Il y a deux documents médiévaux qui nous renseignent sur les reliques vénérées à Sainte-Marie-Majeure : la Descriptio Lateranensis ecclesiae du diacre Jean et la légende libérienne de la Neige.

La « Descriptio » du diacre Jean

  • 52 Biasiotti, Una descrizione della basilica di S. Marie Maggiore nel sec. XII, p. 5-9.

47Le diacre Jean était chanoine du Latran et rédigea une Descriptio Lateranensis ecclesiae52. Il y donna un bref aperçu de l’aspect que présentait de son temps la basilique de l’Esquilin, il énuméra ses reliques et indiqua quels étaient les cardinaux-prêtres qui y étaient chargés du service dominical de la messe. L’opuscule a été rédigé entre 1073 et 1118, probablement à une date plus proche de la première que de la seconde année. Nous donnons la traduction du passage qui intéresse Sainte-Marie-Majeure et qui n’est pas à proprement parler une description du chœur de la basilique, car l’auteur n’a signalé que ce qui l’a intéressé :

L’église de Sainte-Marie-Majeure et son sanctuaire.

L’église de Sainte-Marie-Majeure, que le pape Sixte le Jeune avait édifiée et le pape Pascal, rénovée, a autant de colonnes dans sa disposition que l’année a de jours dans sa révolution. La dédicace de cette église se célèbre au mois d’août. La vénérable église a en outre sept cardinaux qui célèbrent la messe à tour de rôle à son saint autel pendant la semaine.

Dans le sanctuaire de cette vénérable église sont conservés comme reliques des cheveux de S. Marie mère de Dieu, du lait de la même Vierge, la guimpe de son chef, l’étoffe de son vêtement. On y voit le berceau du Seigneur, dans lequel il reposa enfant. On y a des reliques de la Crèche du Seigneur et de l’apôtre Matthias associé aux apôtres à la place de Judas et surnommé le Petit de Dieu. Certains affirment qu’il repose sous l’autel de Sainte-Marie-Majeure ; d’autres, qu’il est conservé dans l’autel ; d’autres encore, qu’il repose en terre sous la grande dalle de marbre qui est devant la fenestelle de l’autel. Cette fenestelle, en effet, y occupe la même place que le tombeau sous l’autel de Saint-Pierre. Plusieurs affirment que le corps dudit apôtre S. Matthias est dans la façade du grand arc qui, au milieu de l’église [de Sainte-Marie], va d’un mur latéral à l’autre.

Dans l’abside est placée la chaire pontificale sous la vitre centrale des cinq qui éclairent l’abside. Cette abside très belle est ornée de mosaïques. On y voit, entre le chœur et l’autel, des poissons au milieu de fleurs, des bêtes avec des oiseaux.

Des évêques et cardinaux répartis dans les [églises] patriarcales.

  • 53 Jean Diacre, Descriptio Lateranensis ecclesiae ; Reg. XXXIII (texte latin).

Les cardinaux de Sainte-Marie-Majeure sont [les titulaires] des Saints-Apôtres, Saint-Cyriaque aux Thermes, Saint-Eusèbe, Sainte-Pudentienne, Saint-Vital, Saints-Marcellin-et-Pierre, Saint-Clément53.

  • 54 Pascal II (1099-1118) ne peut être pris en considération pour des raisons de date. En outre, il n’e (...)

48La notice se compose de quatre parties : la première donne des indications générales de caractère historique et administratif, la seconde traite des reliques présentes ou crues telles, la troisième concerne l’abside, la quatrième énumère les cardinaux chargés du service dominical de la basilique. Ce texte demande quelques éclaircissements. Les deux papes nommés à propos de Sainte-Marie-Majeure sont Sixte III et Pascal Ier54. Le compte des colonnes est fantaisiste car on ne voit pas où en trouver 365 ; même en comptant les colonnettes encadrant les fenêtres, celles du ciborium, du baptistère et quelques autres, nous sommes loin du chiffre du diacre Jean, dont l’expression est évidemment oratoire et symbolique.

  • 55 Valentini-Zucchetti, III, p. 438.

49Les sept cardinaux, en revanche, sont ceux qu’énumère tout au long le paragraphe suivant, dont l’extrait termine notre citation. Pierre Mallius les indique dans les mêmes termes et dans le même ordre dans sa Descriptio basilicae Vaticanae55. Avec eux, nous voyons pour la première fois comment fonctionnait le service de la basilique en l’absence du pape, les dimanches et jours de fête. Reste cependant obscur comment se passait exactement leur tour de service, s’il était continu pendant chaque fois une semaine ou s’il n’était que d’un jour par semaine. Est plausible le premier terme de l’alternative. De toute façon, ces cardinaux devaient être prêtres.

  • 56 Sur l’origine du culte des reliques mariales, voir E. Lucius, Die Anfänge des Heiligenkultes, p. 46 (...)
  • 57 Une liste de reliques du Christ se trouve chez C. Diehl, La pierre de Cana, cité dans DACL III, 191 (...)
  • 58 Mombritius, Sanctuarium, II, p. 268 ; Iacobus de Voragine, Legenda aurea, p. 183.

50La seconde partie de la notice constitue la première liste systématique des reliques, conservées dans la basilique. Elles sont de la vierge Marie56, du berceau et de la crêche du Seigneur57 et l’apôtre Matthias. Le passage qui regarde ce dernier commence par une espèce de titre général : De Mathia apostolo ... quidam dicunt. Au lieu de l’étymologie hébraïque du nom au sens de « don de Dieu », le diacre Jean préfère celle de « petit de Dieu ». Mombritius rapporte seulement la première traduction, Jacques de Voragine y ajoute la seconde58, le chanoine du Latran ne connaît que cette dernière. La tradition hagiographique semble donc s’alimenter à deux courants, dont l’un est représenté vers ses origines par Jean le diacre.

  • 59 De Blaauw, Cultus et decor, p. 398-401.
  • 60 Valentini-Zucchetti, Codice topografico, III, p. 421. La prétention de la basilique Saint-Pierre, r (...)
  • 61 Ibid., p. 399. Voir ci-dessous ch. XI : L’hagiographie libérienne, p. 339-342.

51Le lieu où les reliques de l’apôtre étaient conservées est mis en rapport avec l’autel majeur59, mais il n’y eut jamais de certitude sur son emplacement exact. C’est pourquoi se sont fait jour différentes opinions à ce sujet. Celle qui la met en relation avec l’arc triomphal est revendiquée par Pierre Mallius pour la basilique vaticane60. À Sainte-Marie-Majeure, une autre tradition s’imposa, selon laquelle le corps de l’apôtre reposait sous le disque de porphyre devant la confession. Elle perdit à son tour de sa force au profit de la localisation dans la confession elle-même. C’est pour cette dernière que se déclare encore Strozzi en 174761. Aussi ne peut-on que partager la réserve de Sible De Blaauw qui juge difficile d’admettre la présence de ces reliques à Sainte-Marie-Majeure, car le culte de l’apôtre, comme celui de saint Jérôme, n’y est pas antérieur au xie siècle. On peut donc accepter sa conclusion : « La vénération de saint Matthias à Sainte-Marie-Majeure est un phénomène du Moyen Âge central qui n’a joué aucun rôle dans la disposition liturgique du Haut Moyen Âge ».

  • 62 Voir ci-dessus ch. II : La basilique dite de Sixte III, n. 38.

52La notice s’achève avec une observation sur l’abside de la basilique qui a son importance. Elle confirme d’abord le Liber Pontificalis sur la position de la cathedra épiscopale. Mais elle fournit surtout un renseignement important sur la décoration de l’abside avant sa reconstruction par Nicolas IV. Elle en souligne en effet la thématique zoomorphique et florale. Il est vrai qu’en plaçant celle-ci inter chorum et altare, la Descriptio peut nous laisser dans le doute s’il s’agit de celle de la calotte ou de celle du pavement. Toutefois, deux considérations font pencher la balance en faveur de la calotte. C’est d’une part, la décoration absidale de Saint-Clément et la reprise du thème floral et zoomorphique à Sainte-Marie-Majeure par Iacopo Torriti, de l’autre, la description du pavement antique faite par des témoins d’époque baroque62.

La légende libérienne de la Neige

53La Descriptio Lateranensis basilicae trouve une confirmation intéressante dans la légende de la Neige.

  • 63 D. Gobbi ed., Passionale de Sanctis, p. 139-140 ; Aigrain, L’hagiographie, p. 67, 322.

54On expliquera dans un autre contexte comment semble être née cette tradition selon laquelle la neige serait tombée un 5 août pour indiquer au pape Libère l’endroit où la vierge Marie voulait que fût construite sur l’Esquilin une basilique en son honneur. Pour classer provisoirement la tradition dans le temps, il suffit de savoir ici qu’elle est connue de Barthélemy de Trente qui écrivit son Passionale ou Epilogus in gesta Sanctorum en 1245-124663, mais ne donne pas le texte qui nous intéresse. Celui-ci a été publié par Paolo De Angelis d’après la légende de la Neige, dont voici la traduction :

Le pape Libère plaça dans l’autel du Praesepe selon un ordre merveilleux et vénérable la crêche du Seigneur, son berceau, le foin et les langes de Notre-Seigneur, avec de nombreuses autres reliques d’apôtres, martyrs, confesseurs et vierges dont il est superflu d’indiquer les noms.

Dans l’autel majeur, du lait de la glorieuse Vierge, de ses cheveux, la guimpe de son chef sacré, un vêtement de son très saint corps furent dévotement déposés.

  • 64 In qua (basilica) quidem sibi presepe Domini, cunabula, foenum, et pan-nos nostri Redemptoris in ei (...)

Devant l’autel et sous la dalle de porphyre repose le corps du bienheureux apôtre Matthias et son chef est conservé à l’extérieur par les chanoines de la basilique. La basilique est remplie de ses bienfaits qui s’y manifestent avec surabondance64.

  • 65 Dans les deux textes se retrouve en particulier la « guimpe » de la Vierge, dite winplium dans la D (...)

55Les reliques sont donc énumérées selon le lieu de leur conservation au temps où la légende de la Neige venait d’être composée. Ces lieux étaient l’oratoire du Praesepe et son autel, l’autel majeur de la basilique et la dalle de prophyre qui était devant. Dans le Praesepe se trouvaient toutes les reliques de la naissance de Jésus ; dans l’autel majeur, celles de sa Mère ; sous le pavement devant l’autel, le corps de l’apôtre ; en dehors de là, le chef de celui-ci. On aura noté deux choses à propos des reliques de la Vierge : d’abord la coïncidence presque littérale du texte de la légende avec celui de la Descriptio du diacre Jean65 ; ensuite la double localisation des reliques de l’apôtre, le corps « sous la dalle de porphyre », le chef « à l’extérieur ». C’est que le chef se trouvait dans un reliquaire spécial, confié à la garde des chanoines. Un peu plus tard, il sera placé dans l’autel des reliques offert par Jacques et Vinia Capocci, dont il va être question maintenant.

B. Les autels jumeaux de la nef centrale

  • 66 Krautheimer, Corpus, p. 28, fig. 28a, p. 29, fig. 29, p. 22, fig. 18. La référence à De Angelis pou (...)

56En effet, dans le cours du xiiie siècle la basilique fut dotée de deux autels à ciborium, placés dans la nef centrale à la hauteur des dix-huitièmes colonnes, de manière à se trouver de chaque côté en avant de l’autel majeur. On ne peut dire cependant s’ils se trouvaient à l’intérieur ou non de l’enceinte du chœur antérieur, car cette partie de l’église a été l’objet de modifications importantes au Moyen Âge. Ces autels jumeaux figurent sur les plans de B. de Rocchi au xvie siècle, de P. de Angelis en 1621, de Robert de Cotte en 1713 ; le même de Angelis en reproduit aussi une vue de biais en élévation66. Ils furent enlevés en 1746 pendant les travaux de Ferdinando Fuga.

  • 67 Gardner, The Capocci Tabernacle in S. Maria Maggiore. M. Righetti Tosti-Croce, La basilica tra Due (...)
  • 68 De Blaauw, Cultus et decor, I, p. 397-398.

57La reconstruction idéale de l’autel septentrional a été faite par J. Gardner en 197067 ; une autre des deux autels est due à Sible De Blaauw68. Chaque autel était surmonté d’un ciborium à deux étages, l’inférieur était réservé à l’autel lui-même, dans le supérieur étaient gardées les reliques. L’autel de gauche abritait les reliques déjà énumérées par la Descriptio Lateranensis ecclesiae au dernier tiers du xie siècle ; dans celui de droite était exposée l’icone Salus Populi Romani. Revenons à chaque autel.

  • 69 V. Forcella, Iscrizioni, XI, p. 10, n. 3 ; Régeste XLIV, 2.
  • 70 Righetti Tosti-Croce, La basilica tra Due e Trecento, p. 160, partie inférieure. La date de 1256 es (...)

58Du tabernacle des reliques sont heureusement conservés l’inscription dédicatoire69 et divers éléments mosaïqués, aujourd’hui divisés entre Vico del Lazio en Italie et Wilton Church en Angleterre. À Vico, il s’agit d’une plaque de marbre décorée dans le style cosmatesque, connue comme tabernacle Capocci, lequel avait effectivement été offert en 1256 à la basilique par les époux Jacques et Vinia Capocci. Il y a encore deux colonnes torsadées et une bande posée sur elles, qui sont de la même facture et sont sans doute, au même titre que la plaque, des restes du tabernacle romain70. La grande plaque montre Jacques en vêtement de sénateur romain, suivi de sa femme Vinia. Tous les deux sont à genoux aux pieds de Marie, assise sur son trône, portant l’enfant Jésus sur ses genoux et accompagnée d’un ange qui se tient derrière elle. La Vierge reçoit l’offrande du ciborium, faite par les donateurs et que Jacques tient dans les mains.

  • 71 Selon G. Wolf, Salus Populi Romani, p. 28, l’icône « est peut-être dans l’absolu une des plus ancie (...)

59L’icone de la Vierge à l’Enfant, vénérée sous le nom de Salus Populi Romani et attribuée à saint Luc pendant le Moyen Âge71, était au début du xiiie siècle pendue au-dessus de la porte du baptistère à droite de l’entrée de la basilique. Nous le savons grâce au Passionale de Barthélemy de Trente. Celui-ci nous en informe dans le chapitre qu’il consacre à l’Assomption de Notre-Dame où nous lisons :

  • 72 « In eadem ecclesia ymago virginis est in dextera parte ad fontes que dicitur Regina Celi, quia in (...)

Dans la même église l’image de la Vierge se trouve près des fonts à droite, dans la partie dite Regina Celi, car le jour de la Résurrection, au temps de Grégoire le Grand, on dit que l’ange l’avait saluée avec l’antienne qui commence par ces mots : Ave Dei genitrix intacta72.

  • 73 Le texte de l’inscription est donné en Reg. XLIV, 2. Voir ci-dessus n. 66.

60A la fin du même siècle, un autel avec ciborium fut édifié pour les reliques, aux frais du « Sénat et du Peuple de Rome », selon une inscription non datée. Il faisait pendant à celui qui existait déjà. La mode des ciboria gothiques était si forte à l’époque qu’elle s’imposa aussi pour d’autres monuments. On connaît celui du Latran. De Angelis atteste celui de l’oratoire du Praesepe73. Elle se fera aussi sentir dans le monument funéraire du cardinal Gonsalvo Garcìa Gudiel, dont il sera bientôt question.

2. Une œuvre hors-série : la Crèche d’Arnolfo da Cambio

  • 74 L’excellente étude d’A.M. Romanini, Il Presepe di Arnolfo di Cambio, p. 171-181, qui comporte aussi (...)

61En 1290-1292 Arnolfo da Cambio renouvela la décoration de l’oratoire de la Crèche, mais après les transformations de la fin du xvie siècle, il ne reste que quelques statues de son œuvre. Le transfert en bloc de l’antique oratoire, imaginé par Domenico Fontana, ne réussit pas à sauver en entier le chef-d’œuvre du xiiie siècle74.

62Les travaux de l’artiste avaient été commissionnés par Nicolas IV que nous avons déjà vu intervenir dans l’abside de la basilique. Il n’est pas étonnant que le pape franciscain se soit aussi préoccupé de l’oratoire, car la dévotion à la Crèche appartenait, depuis Greccio, au patrimoine spirituel des fils de saint François.

  • 75 Ibid., p. 174.

63De l’œuvre arnolfienne, le transfert a malheureusement détruit la partie centrale, représentant la Vierge « allongée en position d’accouchée, la tête se trouvant à gauche, près de la crêche avec l’Enfant »75. Cette disposition n’a pas été respectée par la reconstitution du xvie siècle, si bien que les personnages conservés ne portent plus leurs regards à la hauteur où l’artiste du xiiie avait situé l’enfant Jésus. La perte est irrémédiable. La Vierge assise de la Renaissance, portant l’Enfant sur le genoux gauche, ne s’harmonise ni par son style ni par sa position avec l’ensemble conservé.

64À gauche de la mangeoire devait se trouver Joseph, appuyé sur son bâton, le regard fixé sur l’Enfant. Derrière lui, le bœuf et l’âne, vus par leur flanc droit, faisaient converger leur regard vers le même point. À droite du lit de Marie, les Mages étaient répartis en deux groupes. Le mage le plus vieux était agenouillé, avec le regard actuellement dirigé vers la jambe de la Vierge. Les deux autres étaient debout, sur le point d’entrer dans la pièce où Marie était couchée ; le plus jeune cédait le pas à l’autre ; tous les deux ont encore leur offrande dans les mains. Cela suppose aussi une offrande, qui n’existe plus, de la part du plus vieux, agenouillé : elle devait être posée par terre et a dû être détruite avec le sol de l’oratoire antique. Les vêtements des trois sont ornés de franges et de broderies.

  • 76 Ibid., p. 176.

65Nous pouvons donc nous associer au jugement d’A.M. Romani-ni sur « la tension stylistique et émotive élevée et la surprenante nouveauté de la perspective et de la mise en scène » de l’œuvre arnolfienne, voulue par le premier pape franciscain76.

3. Les ouvrages de famille : mausolées et tombes

66Avec le temps, le pavement de la basilique s’était rempli de dalles funéraires, alors que les familles aisées et liées à la basilique s’étaient fait construire le long des murs des mausolées, quand ce n’étaient pas des chapelles proprement dites. Généralement, une épitaphe identifiait le défunt. Vincenzo Forcella a publié une douzaine d’inscriptions funéraires antérieures au xive siècle, concernant des tombes de Sainte-Marie-Majeure. On se limitera ici à les utiliser pour montrer comment la mode des tombes avait modifié l’aspect intérieur de la basilique et on réserservera au chapitre suivant les informations sociologiques et historiques, tirées de cette documentation archéologique, en même temps que sera prise en compte la documentation d’archives, nous renseignant sur l’origine et l’activité de ces défunts.

67La documentation archéologique nous fait distinguer deux sortes de monuments funéraires. Les uns représentent le défunt gisant sur un lit et sous un baldaquin. Les autres sont de simples dalles portant l’image du défunt gravée ou en bas-relief. Les deux sortes de monuments sont pourvues d’inscriptions.

  • 77 LP II, p. 453.
  • 78 De Angelis, Descriptio, p. 158 ; Forcella, Iscrizioni, XI, p. 11, n. 6 ; Régeste L, 24. Sic moriens (...)
  • 79 Ibid.

68Bien qu’il s’agisse généralement de personnages importants, entre eux il y a pourtant des différences. Ceux du plus haut rang sont les papes Honorius III (1216-1227) et Nicolas IV (1288-1292). De la tombe du premier, rien ne nous est parvenu. C’est par Martin Polo-nus que savons qu’il fut enterré à Sainte-Marie-Majeure77. Nous comprenons qu’il y ait élu sépulture comme ancien chanoine du sanctuaire. Le second est mort le 4 avril 1292 et a voulu être enterré dans la basilique près de laquelle il avait séjourné pendant la plus grande partie de son pontificat et pour la restauration et décoration de laquelle il s’était beaucoup dépensé. De sa tombe nous ne connaissons que l’inscription. L’éloge funéraire rappelle sa responsabilité dans les travaux de rénovation (hanc lapsam reficit fitque vetusta nova), sa profession franciscaine et son élévation au siège de Pierre (hunc Franciscus alit, cardo ut sit almaque Petri sedes magnificat). C’est pourquoi il est figuré, pour l’avoir commissionnée, dans la mosaïque de l’abside et il voulut sa sépulture dans la basilique (sic moriens statuit ossa manere sua)78. Sa tombe fut cependant faite sur commande du cardinal Jacques Colonna, son partisan lors de l’élection, son collaborateur dans les travaux et son plus proche compagnon dans la dévotion à saint François. Il fut enseveli dans le chœur du chapitre aménagé sans doute par le cardinal. Il est intéressant que la deuxième partie de l’éloge métrique soit identique à l’inscription de la mosaïque de l’abside : c’est la preuve que cette mosaïque a été faite après la mort du pape. Est ainsi répété aussi le double objet de la dévotion du pape : François d’Assise et la Vierge Marie (Pater apostolicum servet Franciscus alumnum, Protegat Omnipotens Matre rogante beet)79.

69Les cardinaux de ce temps que nous savons enterrés à Sainte-Marie-Majeure sont au nombre de cinq : Étienne de Fossanova, Pierre Capocci, Gonsalvo Garcìa Gudiel, Jacques et Pierre Colonna. Le premier était du Latium, le troisième espagnol, les autres romains.

  • 80 Forcella, Iscrizioni, XI, p. 12, n. 2 ; Régeste XLII, 1.
  • 81 W. Maleczek, Papst und Kardinalskolleg von 1191 bis 1216, p. 179-183 ; A. Serafini, L’abbazia di Fo (...)

70L’épitaphe d’Étienne de Fossanova est la plus ancienne de la série cardinalice connue et date du 23 novembre 122780. Elle est inscrite sur une simple dalle de pavement. Le formulaire aussi est simple, réduit au nom, à la qualité du défunt et à la date de sa mort, ne comportant aucun mot d’éloge. Compte tenu des lacunes du texte, cette simplicité a pu être voulue par le défunt lui-même. Celui-ci se nomme Étienne de Fossanova en souvenir de sa charge abbatiale et celle de cardinal-prêtre, mais ne mentionne pas son appartenance familiale. Or, le personnage est à identifier avec l’abbé de Fossanova, des comtes de Ceccano, qu’Innocent III avait fait cardinal du titre des Saints-Apôtres. Déjà avant, mais surtout après, il fut chargé par les papes de diverses missions, principalement en Italie ; il souscrivit des actes pontificaux du 4 novembre 1213 au 27 septembre 1227. Selon un nécrologe bolonais, il mourut le 23 novembre 1227. On ignore les motifs de sa sépulture à Sainte-Marie-Majeure81.

  • 82 Forcella, Iscrizioni, XI, p. 10, n. 4 ; Régeste XLIV, 8.

71L’éloge funèbre de Pierre Capocci, versifié, est un des plus longs. Il relève les qualités morales du cardinal : Cultor iustitiae, rigidus servator honesti, quaeque dari voluit pauca retenta tulit (v. 2-3), son rôle dans la lutte du pape contre Frédéric II : Datus est sibi duplex ensis ab ecclesia quod tueatur eam. Pretulit arma togae, Federicum scismate plenum belli iure fugat (v. 5-8), et sa libéralité envers Sainte-Marie-Majeure : Donat opes largas, largo de pectore fusas gratis in hac aede, virgo Maria, tibi (v. 9-10). Avant de conclure avec une prière à la Vierge pour le défunt, l’éloge fait allusion à la décoration en mosaïque, aux sculptures et à l’architecture du mausolée : aurum vestit opus sculpit manus arte magistra, mira columpna levat ista ministrat opes (v. 11-12). Malheureusement, le monument n’ayant pas été conservé, nous ne sommes pas en mesure de contrôler sur ce point l’exactitude des allusions poétiques82.

  • 83 Fernandez Alonso, Storia della basilica, p. 27.

72Nous pouvons en revanche savoir quelque chose de plus sur sa vie. Pierre Capocci était, en effet, fils de ce Jacques, sénateur de Rome, qui, avec sa femme Vinia, avait offert en 1256 l’autel et le ciborium des reliques. Il s’était distingué sous Grégoire IX dans la défaite du parti impérial. Son fils Pierre continua la politique paternelle contre Frédéric II et fut créé cardinal par le pape Fieschi Innocent IV en 1244. Il acheva la déroute de l’empereur pendant sa légation dans les Marches. La chapelle familiale, placée sous le patronage de sainte Barbe dans la basilique, accueillit sa dépouille83.

  • 84 Une bonne photo s’en trouve dans S.M.M. de Poletti, p. 144.
  • 85 Forcella, Iscrizioni, XI, p. 12, n. 10 ; Régeste LIII, 13.
  • 86 M. Righetti Tosti-Croce, La basilica tra Due et Trecento, p. 161, 167-168 ; D. Paolini Sperduti, La (...)

73Le mausolée du cardinal Gonsalvo Garcìa Gudiel se trouve encore aujourd’hui près de la porte septentrionale du transept84. Le défunt est représenté couché sur son lit de mort, le corps légèrement tourné vers le spectateur. Aux deux extrémités, deux anges tiennent ouvert sur le devant un rideau fermé derrière le lit. Sur la partie antérieure du lit retombe le drap funèbre jusqu’au niveau des cinq écus armoriés qui en décorent le bas. Sur le soubassement on lit l’inscription : † hic depositvs fvit quondam Domnus gvndisalvvs episcopus albanensis anno domini m° .cc° .lxxxxviiii° / hoc opus fecit iohannes magistri cosme (filius) civis romanvs85. Le lit est surmonté d’un baldaquin dont le faîte porte sur le devant les armoiries du défunt et est orné d’une marquetterie cosmatesque. À l’intérieur du baldaquin, le haut est décoré d’une scène mosaïquée, représentant Marie avec l’Enfant, assise sur un trône et flanquée, à gauche du spectateur, de Matthias qui tient une banderolle où est écrit : me tenet ara prior, à droite, de Jérôme avec la légende : recvbo praese-pis ad antrvm. Aux pieds de Marie est agenouillé le défunt en vêtements épiscopaux. Les deux inscriptions forment un hexamètre. Elles indiquent que non loin du mausolée l’artiste localisait les tombes des deux saints Matthias et Jérôme. Il se nomme lui-même « Jean, fils de maître Cosmas ». C’est un marbrier connu de Rome, qui signa d’autres tombes dans des églises de la Ville et qui appartenait à la dynastie des Cosmati86.

74À ces indications tirées du mausolée, on peut en ajouter sur la biographie du défunt. Gonsalvo Garcìa Gudiel appartenait à une illustre famille mozarabe d’Espagne. Jeune, il embrassa l’état ecclésiastique, devint évêque de Cuenca en 1272, de Burgos en 1275, de Tolède en 1280. Il fut alors le conseiller de confiance des rois de Castille Alfonse X et Sanche IV. Du dernier, il célébra le mariage, puis les funérailles à Tolède le 27 avril 1295. En fréquentes relations avec les papes, d’Urbain IV à Boniface VIII, il dût se justifier devant celui-ci de la consécration de Fr. Muñoz, évêque de Palencia. L’affaire eut une issue favorable et il fut créé cardinal-évêque d’Albano le 4 décembre 1298. Il mourut l’année suivante.

  • 87 De Angelis, Descriptio, p. 162.
  • 88 De Blaauw, Cultus et decor, p. 406.
  • 89 Ibid. Sur les deux cardinaux Colonna, voir le chapitre suivant : La terre et les hommes, p. 232-234

75Il convient d’ajouter à la liste les tombes des deux Colonna qui ont œuvré pour la basilique à la fin du xiiie siècle et au début du xive. Celle du cardinal Jacques, mort en Avignon le 14 août 1316, se trouvait sous le pavement de la basilique, recouverte d’une simple dalle dont il ne reste rien. Le testament de son filleul Agapet Colonna, qui voulut être enterré ad pedem D. Iacobi patrui mei, nous apprend qu’elle était située dans le chœur antérieur ante altare maius87. Effectivement, sa tombe fut retrouvée en 1774 « sur l’axe longitudinal de la basilique devant le haut chœur »88. Son neveu Pierre, mort en 1326, « fut enseveli sur sa demande près de Nicolas IV. Sa tombe aussi fut retrouvée, mais en 1573. Ainsi le bras septentrional du transept devint effectivement la chapelle commémorative de Nicolas IV et de la famille Colonna »89.

  • 90 « Hic reqviescit corpvs / Angeli de Tedallinis qvi obiit anno domini. / indictione. xa. MCCLXXXXVI (...)
  • 91 « † Hic reqviescit Domnvs Ioannes Blasii / de Fvscis de Berta canonicvs et / prior hvivs basilice q (...)
  • 92 « Hic reqviescvnt corpora domnorvm cano/nicorvm hvivs basilice. domnvs Iacobvs / de Arcionibvs qvi (...)
  • 93 « † Hic reqviescit Domnvs Lavrentivs / de Fvschis de Berta canonicvs eccle/siae sanctae Mariae Maio (...)
  • 94 « Nobilivm specvlvm ivvenvm flos forma priorvm / Normandvs genere genitvs Stephani ipse bonorvm / d (...)
  • 95 hic iacet Albertvs Normandvs tegmine tectvs / magna prosapia clarvs in hac patria. / fvndite svppli (...)

76Les tombes restantes étaient de chanoines et de bienfaiteurs de la basilique. Celles des chanoines sont d’Ange des Tedallini, mort en 1296, figuré en habit de chanoine90 ; de Jean, fils de Blaise, des Fuschi de Berta, décédé le 4 octobre 1300, chanoine et prieur de la basilique91 ; de Jacques des Arcioni, mort le 8 septembre 131092 ; et de Laurent des Fuschi, décédé en 131293. Deux autres dalles funéraires de la fin du xiiie siècle commémorent deux membres de la famille des Normanni : Jean, fils d’Étienne, mort jeune, pleuré par sa mère, sa femme, ses enfants et sa parenté94, et qui semble être de la branche de Castiglione, ainsi qu’un Albert des Normanni que nous n’avons pas identifié95.

  • 96 Voir ci-dessus à la hauteur de la n. 17.
  • 97 G. Ciampini, Vetera monimenta, I, p. 82. N’est pas dans Forcella.

77Avant de clore ce paragraphe, on ne peut manquer de mentionner l’épitaphe de Scot Paparone, l’un des donateurs autrefois figurés dans le pavement cosmatesque et dont il a été question plus avant dans ce chapitre96. Elle est versifiée et a été conservée par Ciampini97. Elle commence et finit précisément par le rappel du pavement offert à la Vierge-Mère, qui semble avoir été l’opus magnum de la famille, mais elle ne manque pas non plus de rappeler que Jean a été consul de Rome, sous le gouvernement duquel Rome, tremblante, ne bougea pas. Nous savons en effet qu’au xiie siècle où il vécut et exerça ses fonctions, la Ville ressentit les premières velléités d’autonomie communale.

78Les monuments funéraires qui sont venus à notre connaissance inaugurent à Sainte-Marie-Majeure une tradition dévotionnelle qui aura son plein développement dans les siècles suivants. Aussi ces tombes sont-elles généralement modestes, signalées par une simple dalle de pavement, même pour des cardinaux qui jouèrent un grand rôle dans la vie de la basilique. Il est vrai que dans le cas des deux Colonna l’emplacement de la tombe suffisait à la signaler à l’attention du visiteur et à souligner l’importance des défunts. La documentation d’archive du chapitre suivant permettra de compléter utilement notre connaissance des hommes au service de la basilique et en contact avec elle.

V. LES ÉDIFICES ANNEXES DE LA BASILIQUE

  • 98 LP I, 233.

79En rappelant l’œuvre de Sixte III, le Liber Pontificalis nous informait sur l’existence de bâtiments annexes de l’église et contigus à elle : cenacula a regiae gradorum adhaerentes basilicae98. Plus tard s’élevèrent à proximité, mais distants d’elle, les monastères destinés à fournir à la basilique les moines y assurant la prière des heures. On sait aussi que certains papes résidèrent dans son voisinage, mais dans des maisons de leurs familles.

80La première notice d’un palais au service de la basilique et contigu à elle date du pontificat de Clément III (1187-1191) et est répétée par Célestin III (1191-1198). Le palais, en effet, avait été édifié par Paul, fils de Jean Scolari, quand il était archiprêtre de Sainte-Marie-Majeure et avant qu’il devînt pape sous le nom de Clément III. À son accession au souverain pontificat, il céda le palais à la basilique afin de servir d’habitation aux chanoines. Nous lisons en effet la note suivante dans un inventaire de documents libériens datés de 1480 :

  • 99 J. Coste, Il fondo medievale, p. 29, n. 1.

Bulle de Clément III dans laquelle il affirme qu’il a été élevé dans cette basilique. Dans cette bulle il prend sous sa protection et celle de saint Pierre toutes les propriétés de ladite basilique et lui donne aussi le palais qu’il avait fait construire près d’elle99.

81Nous lisons dans la bulle de Célestin III une référence à l’acte qui vient d’être cité :

  • 100 V. Ferri, Le carte dell’Archivio Liberiano, dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, XX (...)

Comme le pape Clément, notre prédécesseur de bienheureuse mémoire, avait fait construire à ses frais un palais attenant à votre église, pendant qu’il occupait encore une charge moins importante comme évêque de Palestrina, [devenu pape,] il défendit à l’évêque de Palestrina de l’époque de prétendre à un droit quelconque sur lui, pour quelque motif que ce fût, d’y habiter, de le céder à d’autres ou de vous réclamer quelque chose en compensation. À ses successeurs aussi il défendit de le concéder à quelqu’un d’autre et de vous demander une redevance, sous prétexte qu’il avait été construit à ses frais, mais il vous le laissa en libre et perpétuelle propriété, de la même manière que vous possédez vos autres maisons100.

  • 101 Ibid., p. 452.
  • 102 Ibid., XXX, 1904, n. 45, p. 34-35.
  • 103 Krautheimer, Corpus, p. 15, fig. 7, p. 17, fig. 11, p. 21, fig. 17.

82Dans la même bulle, Célestin III énumère tout au long les autres propriétés de la basilique et les prend sous la protection de saint Pierre. Parmi eux, après le palais, il cite en premier lieu « le cloître situé à côté de la basilique avec ses jardins, vignes et arbres »101. Les documents postérieurs font la même distinction entre le palais et le cloître102, car ils ne se trouvaient pas du même côté de la basilique. Le palais s’élevait sur son flanc méridional et se développait en équerre, dont la branche courte lui était parallèle. Les dessins qui en ont été faits le montrent dans l’état où il était après les transformations de Nicolas V (1447-1455)103.

83Or, bien que laissé à l’usage des chanoines, le palais servit aussi parfois, peut-être seulement en partie, de résidence pontificale. Nicolas IV (1288-1292) y résida fréquemment pendant son pontificat. Y séjournèrent habituellement au xve siècle Martin V (1417-1431), Nicolas V (1447-1455) et Sixte IV (1471-1484). Paul V en laissa définitivement l’usage entier au chapitre en 1605. Après diverses modifications et des rétrécissements successifs, ses restes furent démolis en 1888.

***

84Durant le Moyen Âge central, le complexe basilical de Sainte-Marie-Majeure acquit quelques-uns de ses traits caractéristiques dont les uns ont disparu et d’autres restent toujours visibles. De la façade et du narthex, aménagés par Eugène III, ne reste que l’inscription dédicatoire conservée dans la cour septentrionale. Si le premier clocher a disparu, il en reste deux cloches. Sont entièrement conservés et en grande partie visibles le transept, l’abside et sa décoration, voulus par Nicolas IV, de même la décoration en mosaïque de la façade, achevée par les cardinaux Colonna, alors que l’extérieur de l’abside et sa décoration ont été occultés par l’abside baroque. Ces aménagements et remises en état ont été faits avec le souci évident de ne pas changer substantiellement l’aspect qu’avait la basilique dans l’Antiquité tardive.

85D’autres ouvrages, en grande partie disparus ou portés ailleurs, conservent la marque de leur époque. La Crèche d’Arnolfo da Cam-bio, partiellement conservée dans la crypte de la chapelle Sixtine, porte la signature de son génie : il sut donner aux personnages, vêtus comme on l’était au xiiie siècle, l’expression profondément humaine de quiconque découvre le mystère de Dieu. Des baldaquins et autels du même siècle, la plupart furent victimes des changements de goût ; celui dont subsistent les membra disiecta, nous porte le témoignage de traits effacés du visage de la basilique. La même remarque doit se faire à propos des ambons et chancels médiévaux. Les tombes et les dalles funéraires ont eu des sorts variés, certaines subsistent en différents endroits de l’édifice. Les dalles furent à peu près toutes enlevées du pavement qui retrouva sa magnificence cosmatesque. Parmi les mausolées à ciborium, celui du cardinal espagnol nous fait savoir, comme les messagers de Job, quelle splendeur les autres avaient jadis donnée à la basilique. C’est presque un miracle si les modifications séculaires n’ont pas transformé les structures architecturales, la décoration d’origine, le fonctionnement primitif de la basilique, mais qu’elles se soient intégrées à elle sans en changer la physionomie fondamentale.

Notes

1 LP I, p. 233.

2 R. Krautheimer, Corpus, III, p. 17.

3 Forcella, Iscrizioni, XI, 1877, p. 9, n. 1.

4 Krautheimer, Corpus, III, p. 16, fig. 10 (plan de Peruzzi, dans le ms Vat. lat. 6781, fol. 151), p. 49, fig. 49 (plan anonyme de la fin du xve s.) ; G. Biasiotti, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, XXXV (1915), p. 20 et n. 1.

5 Krautheimer, Ibid., III, p. 17.

6 S. De Blaauw, Cultus et decor, p. 357.

7 La pl. II de nos illustrations, qui comporte deux campaniles symétriques, représente en réalité un projet non réalisé de deux clochers symétriques dont celui de droite, portant l’horloge, a été seul réalisé. Elle donne cependant un bon dessein de la mosaïque de façade avant que Fuga ne l’encadrât de la loggia des bénédictions.

8 Ibid., p. 358-359.

9 A. Serafini, Torri campanarie di Roma e del Lazio nel Medioevo, I, p. 77. La notice sur la cloche est à ajouter aux données biographiques sur Pandulphe Savelli, réunies par S. Carocci, Baroni di Roma, p. 421, n. 12.

10 A. Serafini, Torri, I, p. 78-79 ; sur Pierre Savelli, voir S. Carocci, Baroni di Roma, p. 421, n. 12.

11 Krautheimer, Corpus, p. 20, fig. 15. Les colonnettes sont aussi représentées sur le plan de Peruzzi, Ibid., p. 16, fig. 10. La fresque vaticane porte de même une fenêtre sur le côté central de l’abside. Mais cette fenêtre devait être aveugle, puisque sa face intérieure porte la mosaïque de la Dormition de Marie, de Giacomo Torriti.

12 De Blaauw, Cultus et decor, p. 360 et n. 116.

13 Ibid., p. 361.

14 Ibid.

15 A. Schuchert, S. Maria Maggiore zu Rom, p. 105, 112, fig. 27, 29, 30 ; Krautheimer, Corpus, p. 31

16 S. De Blaauw, Cultus et decor, p. 358.

17 Une idée d’ensemble en est donnée dans S.M.M. de Poletti, p. 50-51, alors que p. 117-121 se trouvent quelques motifs individuels.

18 Glass, Studies on Cosmatesque Pavements, p. 112-114, Appendix p. 144, n. 16.

19 Fernandez Alonso, Storia della basilica, p. 27.

20 Voir fig. 6, p. 187.

21 C. Cecchelli, I mosaici, p. 246, pl. LXIII.

22 S. De Blaauw, Cultus et decor, p. 358.

23 Mosaïques de l’abside du xiiie siècle, partiellement reproduites dans Wilpert – Schumacher, Die römischen Mosaiken, pl. 121-124.

24 Texte de la 4e antienne des vêpres du Commun des vierges.

25 Texte de la 2e antienne des vêpres de l’Assomption de Marie.

26 Verset et répons des vêpres de l’Assomption de Marie. Les références des notes 24 à 26 sont faites à l’office festif antérieur à la réforme de Paul VI.

27 Mt 16, 16.

28 Phil 1, 21.

29 Forcella, Iscrizioni, XI, p. 11, n. 7 ; J. Wilpert-W. N. Schumacher, Die römischen Mosaiken, p. 340-341, pl. 121-124.

30 L’âme de Marie est représentée comme un petit enfant.

31 C. Cecchelli, I mosaici, p. 277.

32 Ibid.

33 Cecchelli, I mosaici, p. 277 parle de « testata dell’arco trionfale ». C’est une inattention pour « arco absidale ».

34 G. Biasiotti, Le memorie di S. Girolamo, p. 238, fait état d’une aquarelle, qu’il reproduit (tav. I), du ms. Vatican lat. 5407, où S. Jérôme est représenté vêtu d’habits pontificaux et coiffé de la mitre.

35 Lex. chr. Ikon., III, 1971, p. 212-233, où sont passés sous silence les mosaïques de Sainte-Marie-Majeure, lesquelles ne sont présentes que pour le miracle de la Neige : Ibid. IV, 1972, p. 596-597.

36 Cecchelli, I mosaici, p. 278.

37 L’extérieur de l’abside, telle qu’elle était encore au début du xviie siècle, a été reproduit dans une gravure de P. De Angelis, Descriptio. Voir notre pl. III.

38 « Et in archivio reperimus Iacobum cardinalem Columnam non solum in interiori sed etiam in exteriori parte variis historiis tribunam ornasse ad gloriosam Virginem spectantibus » (De Angelis, Descriptio, p. 90). Les gravures du livre, par exemple celle de la p. 91, donnent l’aspect extérieur de l’abside vers l’an 1600.

39 Righetti Tosti-Croce, La basilica tra Due e Trecento, p. 134.

40 Nous reviendrons sur cet aspect de la personnalité d’un des grands personnages de l’histoire de Sainte-Marie-Majeure dans l’Épilogue de notre travail.

41 Righetti Tosti-Croce, La basilica tra Due e Trecento, p. 155.

42 Cecchelli, I mosaici, p. 293.

43 Ibid. Le vêtement du patrice Jean n’est pas aussi typiquement sénatorial que celui du sénateur romain Jacques Capocci, daté de 1256, sur le tabernacle disparu des reliques, dont un cadre mosaïqué se trouve aujourd’hui à Vico del Lazio. Voir aussi Cecchelli, I mosaici, p. 307.

44 Les descriptions de Giovanni Rucellai et d’Onofrio Panvinio sont citées par Biasiotti, La basilica di S. Maria Maggiore di Roma, en Mélanges d’archéologie et d’histoire, XXXV, p. 19.

45 En plus de l’article de la note précédente, voir P. De Angelis, Descriptio, pl. h.-t. entre p. 56 et p. 57 ; Krautheimer, Corpus, III, p. 29, fig. 29 (qui dit le plan de De Angelis exécuté avant 1590, ce qu’on peut préciser par 1587) ; S. De Blaauw, Cultus et decor, p. 195.

46 Voir au ch. II : La basilique de Sixte III, p. 57-58.

47 A. Cappelli, Cronologia, p. 43.

48 Il existe de nombreux exemples de tables d’autel creuses. Voir DACL I, 1907, col. 3152-3254, fig. 1120, 1122, col. 3184, fig. 1141. Il en existe une, contemporaine à celle de Sainte-Marie-Majeure, dans l’église Saint-Sernin de Toulouse.

49 Voir ma contribution à S. M. M. de Poletti, p. 104.

50 De Blaauw, Cultus et decor, p. 632, fig. 13.

51 De Angelis, Descriptio, p. 54-55 : « Tantum onus imposuit, ut capitulum et canonici perpetuo sex sacerdotes alerent, quorum quatuor sacrificium quotidie celebrarent in sancti Ioannis sacello ab ipso constructo ; reliqui quotidie sacra facerent in Nicolai IV sacello, ab eodem cardinali condito, quod est basilicae tribu-na et pro choro inservit, qui ante in medio maioris navis perstabat ». À quoi fait écho G. Severano, Memorie sacre, I, p. 698 : « Da Giacomo parimente cardinal Colonna fu fatto e ornato l’altare che è nella detta tribuna ; il quale era prima in mezzo della nave maggiore della chiesa ». La tribuna est le chœur médiéval surélevé.

52 Biasiotti, Una descrizione della basilica di S. Marie Maggiore nel sec. XII, p. 5-9.

53 Jean Diacre, Descriptio Lateranensis ecclesiae ; Reg. XXXIII (texte latin).

54 Pascal II (1099-1118) ne peut être pris en considération pour des raisons de date. En outre, il n’est pas connu pour être intervenu dans l’entretien de la basilique.

55 Valentini-Zucchetti, III, p. 438.

56 Sur l’origine du culte des reliques mariales, voir E. Lucius, Die Anfänge des Heiligenkultes, p. 466-468 ; Bibl. SS. VIII, 1967, col. 913.

57 Une liste de reliques du Christ se trouve chez C. Diehl, La pierre de Cana, cité dans DACL III, 1914, col. 3021-3029.

58 Mombritius, Sanctuarium, II, p. 268 ; Iacobus de Voragine, Legenda aurea, p. 183.

59 De Blaauw, Cultus et decor, p. 398-401.

60 Valentini-Zucchetti, Codice topografico, III, p. 421. La prétention de la basilique Saint-Pierre, rapportée par Pierre Mallius, de posséder le corps de S. Matthias dans l’autel de S. Pasteur, pose un problème de crédibilité. Chronologiquement, la Descriptio Lateranensis ecclesiae précède, et de beaucoup, la Descriptio basilicae Vaticanae. On sait que cette dernière s’opposait à la première sur le problème de savoir à laquelle des deux basiliques revenait la préséance sur l’autre et que les protagonistes de l’une et de l’autre faisaient flèche de tout bois. De plus les revendications vaticanes concernant S. Matthias tombèrent à l’eau après Pierre Mallius. Enfin la légende de S. Pasteur est née à Sainte-Pudentienne et Sainte-Praxède dans le voisinage immédiat de Sainte-Marie-Majeure et fait figure de corps étranger à Saint-Pierre. C’est pourquoi on peut se demander si elle n’a pas été importée au Vatican dans le seul but de faire pièce à la tradition latérane se référant à Sainte-Marie-Majeure dans la querelle de la préséance.

61 Ibid., p. 399. Voir ci-dessous ch. XI : L’hagiographie libérienne, p. 339-342.

62 Voir ci-dessus ch. II : La basilique dite de Sixte III, n. 38.

63 D. Gobbi ed., Passionale de Sanctis, p. 139-140 ; Aigrain, L’hagiographie, p. 67, 322.

64 In qua (basilica) quidem sibi presepe Domini, cunabula, foenum, et pan-nos nostri Redemptoris in eiusdem presepis altare miro ordine reverenter, cum multis aliis, apostolorum, martyrum, confessorum atque virginum reliquiis, quorum nomina supervacaneum est nominare, collocavit.
In maiori siquidem altari de lacte eiusdem gloriose Virginis, de capillis ipsius, et wimpium sui sacratissimi capitis, una cum vestimento sui sacratissimi corporis devotissime recondidit.
Ante quod quidem altare sub lapide porfiritico beati Matthie apostoli corpus requiescit, et eius caput exterius a canonicis ipsius basilice conservatur.
Cuius quidem beneficia plenis effectibus in ipsa ecclesia exuberant (De Angelis, Descriptio, p. 21). Une recension brève différente se lit dans Bartholomei Tridentini Passionale de Sanctis (Régeste XLIII, 2).

65 Dans les deux textes se retrouve en particulier la « guimpe » de la Vierge, dite winplium dans la Descriptio, wimpium dans la Légende. Ce détail confirme l’impression que la Descriptio ait pu servir de source à la Légende.

66 Krautheimer, Corpus, p. 28, fig. 28a, p. 29, fig. 29, p. 22, fig. 18. La référence à De Angelis pour la vue en élévation est erronée. Voir nos pl. IV et V. On leur comparera l’autel médiéval de l’oratoire de la Crèche qui est du même siècle : voir pl. VI.

67 Gardner, The Capocci Tabernacle in S. Maria Maggiore. M. Righetti Tosti-Croce, La basilica tra Due e Trecento, p. 160, reproduit les dessins de P. De Ange-lis, mais se trompe dans leur identification. Elle ne s’est pas rendu compte que, dans les trois figures, celle de gauche représente l’autel de la Crèche, celle du milieu, l’autel de l’icone de saint Luc, et celle de droite l’autel des reliques.

68 De Blaauw, Cultus et decor, I, p. 397-398.

69 V. Forcella, Iscrizioni, XI, p. 10, n. 3 ; Régeste XLIV, 2.

70 Righetti Tosti-Croce, La basilica tra Due e Trecento, p. 160, partie inférieure. La date de 1256 est attestée par l’inscription publiée par V. Forcella. Voir note précédente.

71 Selon G. Wolf, Salus Populi Romani, p. 28, l’icône « est peut-être dans l’absolu une des plus anciennes images cultuelles chrétiennes » (vielleicht eines der ältesten christlichen Kultbilder überhaupt).

72 « In eadem ecclesia ymago virginis est in dextera parte ad fontes que dicitur Regina Celi, quia in die resurrectionis, tempore magni Gregorii, angelus per antiphonam que sic incipit : Ave, Dei genitrix intacta, eam salutasse perhibetur » (D. Gobbi ed., Passionale de Sanctis, p. 142).

73 Le texte de l’inscription est donné en Reg. XLIV, 2. Voir ci-dessus n. 66.

74 L’excellente étude d’A.M. Romanini, Il Presepe di Arnolfo di Cambio, p. 171-181, qui comporte aussi de très bonnes photos et à laquelle nous nous reférons dans ce paragraphe, introduit parfaitement à la compréhension du chef-d’œuvre d’Arnolfo da Cambio. On y trouve p. 176 les figures du transfert de la chapelle.

75 Ibid., p. 174.

76 Ibid., p. 176.

77 LP II, p. 453.

78 De Angelis, Descriptio, p. 158 ; Forcella, Iscrizioni, XI, p. 11, n. 6 ; Régeste L, 24. Sic moriens = Hic moriens ? Les vers 5-8 sont repris dans son inscription funéraire : Régeste LIII, 1.

79 Ibid.

80 Forcella, Iscrizioni, XI, p. 12, n. 2 ; Régeste XLII, 1.

81 W. Maleczek, Papst und Kardinalskolleg von 1191 bis 1216, p. 179-183 ; A. Serafini, L’abbazia di Fossanova, p. 17-18, 30 n. 2.

82 Forcella, Iscrizioni, XI, p. 10, n. 4 ; Régeste XLIV, 8.

83 Fernandez Alonso, Storia della basilica, p. 27.

84 Une bonne photo s’en trouve dans S.M.M. de Poletti, p. 144.

85 Forcella, Iscrizioni, XI, p. 12, n. 10 ; Régeste LIII, 13.

86 M. Righetti Tosti-Croce, La basilica tra Due et Trecento, p. 161, 167-168 ; D. Paolini Sperduti, La basilica nel basso Medioevo, p. 117-121, 143-145.

87 De Angelis, Descriptio, p. 162.

88 De Blaauw, Cultus et decor, p. 406.

89 Ibid. Sur les deux cardinaux Colonna, voir le chapitre suivant : La terre et les hommes, p. 232-234.

90 « Hic reqviescit corpvs / Angeli de Tedallinis qvi obiit anno domini. / indictione. xa. MCCLXXXXVI cvivs / anima reqviescat in pace. amen » (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 12, n. 9 ; Régeste LIII, 3).
Un autre membre de la famille avait été enterré à Sainte-Marie-Majeure, lui aussi chanoine de la basilique, mais on ignore la date de sa mort : Hic iacet domnvs Pre(sic !)trvs. de Tedalinis. canon. istivs. ecclesie (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 14, n. 17).

91 « † Hic reqviescit Domnvs Ioannes Blasii / de Fvscis de Berta canonicvs et / prior hvivs basilice qvi obiit / anno Domini m ccc Inde.iii. mensis / octobris die IIII. cvivs anima / reqviescat in pace. Amen » (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 13, n. 13 ; Régeste LIII, 16). Un Giovanni, fils de Biagio, fut nommé chanoine de Sainte-Marie-Majeure en 1293 (De Angelis, Descriptio, p. 41). Est-ce celui de l’épitaphe ?

92 « Hic reqviescvnt corpora domnorvm cano/nicorvm hvivs basilice. domnvs Iacobvs / de Arcionibvs qvi obiit anno Domini M CCC X mensis septembris die octava » (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 13, n. 14 ; Régeste LIV, 3).

93 « † Hic reqviescit Domnvs Lavrentivs / de Fvschis de Berta canonicvs eccle/siae sanctae Mariae Maioris / qvi obiit anno Domini mcccxii cvivs anima reqviescit in / pace Amen ». (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 13, n. 15 ; Régeste LIV, 4).

94 « Nobilivm specvlvm ivvenvm flos forma priorvm / Normandvs genere genitvs Stephani ipse bonorvm / de nvmero iacet hic cvi nomen inesse Iohannes / institvit genitor sacros cvm contigit annos / ivstvs veridicvs mansvetvs largvs amatvs / chatolicvs pivs et miseros refovere paratvs / hvnc genitrix vxor cognatio plorat / defvnctvm sat enim tibi Virgo mvnera donat / ergo Maria tvvm natvm depone beatvs / vt tollat maneat tecvm svper astra beatvs » (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 12, n. 11 ; Régeste LIII, 14).
Il semble qu’il s’agisse de Jean fils d’Étienne des Normanni mentionné en 1285 dans le testament de Jean, fils de Romain de Cardinale. Voir S. Carozzi, I baroni di Roma, p. 157.

95 hic iacet Albertvs Normandvs tegmine tectvs / magna prosapia clarvs in hac patria. / fvndite svppliciter devota precamina Christo / qvod sibi dignetvr parcere fine carens (Forcella, Iscrizioni, XI, p. 13, n. 12 ; Régeste LIII, 15).
Sur la famille des Normanni, voir S. Carozzi, I baroni di Roma, p. 381-386, et surtout M. Venditelli, Dal castrum Castiglionis al casale di Torrimpietra.

96 Voir ci-dessus à la hauteur de la n. 17.

97 G. Ciampini, Vetera monimenta, I, p. 82. N’est pas dans Forcella.

98 LP I, 233.

99 J. Coste, Il fondo medievale, p. 29, n. 1.

100 V. Ferri, Le carte dell’Archivio Liberiano, dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, XXVII, 1904, n. 22, p. 454-455 ; Régeste, XXXIX.

101 Ibid., p. 452.

102 Ibid., XXX, 1904, n. 45, p. 34-35.

103 Krautheimer, Corpus, p. 15, fig. 7, p. 17, fig. 11, p. 21, fig. 17.

Table des illustrations

Légende Fig. 6 – Panneau des donateurs Scotus et Iohannes Paparone.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 679k

© Publications de l’École française de Rome, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540