Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gilles Caillotin, pèlerin

 | 
Dominique Julia

Transcription du ms 2487 de la Bibliothèque municipale de Reims

Texte intégral

NOTE SUR L’EDITION DU TEXTE

  • 1 Bernard Barbiche, Monique Chatenet (dir.), L’édition des textes anciens xvie-xviiie siècle, Paris, (...)

1Dans sa graphie originale, le texte de Gilles Caillotin ne pose pas, en règle générale, de problèmes de lecture, le scripteur ayant pris soin de recopier et de mettre en forme les notes qu’il a prises au cours de son voyage et de les enrichir de morceaux qu’il a extraits de divers ouvrages qu’il a sa disposition, soit qu’il les possède, soit que, plus vraisemblablement il les ait empruntés ou lus à la bibliothèque du collège des jésuites. Cependant, l’orthographe (même si l’on n’a que rarement affaire à une orthographe purement phonétique) la syntaxe et la ponctuation de ses Mémoires rendent difficile une compréhension immédiate. Pour permettre à un large public d’entrer de plain pied dans ce texte, nous n’avons pas suivi les conventions en usage dans l’édition des documents de l’époque moderne1 et nous avons donc décidé de transcrire ces Mémoires en français moderne, en rétablissant les formes verbales et les accords syntaxiques selon les règles en usage aujourd’hui ; nous avons également introduit des majuscules dont le scripteur est avare, et corrigé une ponctuation où l’utilisation du point virgule et surtout du double point paraît, à nos yeux contemporains, excessive, mais qui n’est peut-être que l’écho des lectures faites par le scripteur dans les imprimés du temps et qu’il décalque trop scrupuleusement. Nous avons supprimé les mots répétés (qui indiquent surtout que le manuscrit n’a pas été relu), mais nous avons en revanche mis entre crochets [...] ceux qui ont été oubliés. Nous avons signalé, au passage, dans les notes infrapaginales les graphies les plus insolites. Les écarts les plus fréquents à la norme sont des fautes de conjugaison (emploi de formes verbales d’un groupe différent du verbe concerné, usage de la troisième personne du singulier ou du pluriel en lieu et place de la première, ou du pronom je avec un verbe à la première personne du pluriel : « j’étions ») et des fautes d’accord ou de genre. Certaines graphies laissent entrevoir des prononciations différentes des nôtres : ainsi la ville de Rouen est-elle orthographiée Rouein.

2En revanche, nous avons maintenu l’usage des pronoms relatifs et des conjonctions, tel qu’il était dans le texte du xviiie siècle. Notre propos n’était pas, en effet, de réécrire les Mémoires de Gilles Caillotin selon les règles des Remarques sur la langue française de Vaugelas ou celles du Dictionnaire de l’Académie française qu’il ne connaissait sans doute pas : il s’agissait en effet de respecter le style propre, rugueux, d’un scripteur non lettré, et notre intervention s’est limitée à en faciliter l’intelligence aux lecteurs du xxie siècle. De la même façon, nous avons pris le parti systématique de maintenir la graphie originale des noms de lieux : Gilles Caillotin francise de très nombreux toponymes italiens, et il nous a paru précieux de conserver intact ce témoignage de sa perception de l’espace, les notes infrapaginales permettant d’identifier immédiatement le lieu dont il est question. Les chiffres placés entre deux barres transversales renvoient à la pagination du manuscrit.

3L’annotation a visé à éclairer les divers enjeux du texte, des controverses théologiques aux références historiques, et tout particulièrement les divers lieux et monuments cités au long du récit du pèlerin. On a tenté, chaque fois que c’était possible, d’identifier les noms des personnes mentionnées, mais cette recherche s’est rapidement heurtée, en particulier dans le cas des concitoyens rémois de Gilles Caillotin – Reims est alors une ville d’environ 30 000 habitants – au problème des homonymies.

Mon départ de la ville de Rome le 1er septembre

  • 2 Gilles Caillotin orthographie dans d’autres passages (ainsi p. 4 et p. 10 du manuscrit) ce patronym (...)
  • 3 Giovanni Francesco Albani, né à Urbino en 1649, est élu pape le 23 novembre 1700 et meurt à Rome le (...)
  • 4 Un Agnus Dei est un médaillon de cire représentant la figure de l’agneau mystique (en général l’agn (...)
  • 5 Rémois d’origine, le frère Nicolas Tondeur a prononcé ses vœux de frère oblat dans l’ordre des Mini (...)
  • 6 Il s’agit du couvent de la Trinité-des-Monts fondé en 1494, honoré de la protection de Charles VIII (...)
  • 7 Il s’agit de la ville de Verceil en Piémont (Vercelli en italien). Gilles Caillotin renvoie ici au (...)
  • 8 L’ouverture de la Porte Sainte pour le jubilé de 1725 a lieu le 24 décembre 1724.
  • 9 Au tout début de son texte, Gilles Caillotin a inséré une gravure en taille-douce, Veue de la Place (...)

4Le Vendredi premier jour du mois de septembre 1724, je sortis de chez Monsieur Gabriel Rolain2, qui me fit présent de quelques reliques de s[ain]ts m’assurant qu’il les détenait de la propre main de la nièce du Pape Clément onzième3, trois Agnus dei4 tant par morceaux qu’un qui était en son entier, deux agnus faits de taffetas, au dedans est de croûte faite de la poudre des martyrs dont l’inscription contient ces mots [blanc], sept ou huit vieilles médailles, quelques morceaux d’une pierre spongieuse venant de la Terre Sainte, qui lui avait été donnée par le frère Tondeur5, mais, de malheur pour moi, je l’ai oublié ne m’étant aperçu de cette méprise que beaucoup éloigné de Rome. Il aurait bien voulu me charger d’un petit reliquaire couvert d’argent pour une de ses sœurs mais apparemment que la défiance lui fit réserver, parce qu’il avait été beaucoup de fois trompé en pareille rencontre ; trop bien me chargea-t-il d’une lettre pour lui remettre en mains. Ainsi sortant de chez cet honnête homme qui me voulait encore charger d’un bon morceau de viande que je n’avais point mangé la veille ; mais confus des honnêtetés que j’avais reçues de lui, je l’en remerciai, attendu qu’elle aurait été gâtée avant que je l’eusse pu manger par la chaleur excessive de la saison et du pays ; il m’embrassa en priant Dieu de me donner un bon voyage. Passant devant l’église des Minimes sans plus davantage m’arrêter pour entrer en leur couvent6, trop bien apercevant sur le balcon de ladite Église le pauvre Orléanais, dont j’ai parlé sur l’article de l’hôpital de S[ain]t-André de la ville de Vercelle7, je lui dis le dernier adieu parce qu’il voulait attendre l’ouverture de l’année sainte8 et moi désirant retourner en France. /2/ Je sortis moi seul de Rome par la porte del Popolo, dont ci-devant on en voit la belle perspective9, lorsqu’entrant dans Rome on voit en face deux belles églises et trois longues et droites rues, outre la dite porte qui est revêtue de marbre blanc, sur la main gauche, j’y remarquai sur les murailles des bâtiments plusieurs belles villes qui y étaient dépeintes. Cette porte s’appelait autrefois Flaminia, du nom du consul Flaminius qui la fit construire, et le grand chemin appelé voie Flaminienne allant jusqu’à la ville de Rimini, ainsi qu’en fait encore foi l’inscription gravée sur une table de marbre attachée à cette porte.

  • 10 Les vignes sont des propriétés de campagne suburbaines appartenant à l’aristocratie romaine : aux f (...)

5Je marchai environ trois milles dans une belle et droite rue ; de l’un et l’autre côté c’étaient des palais, avec des grands et magnifiques jardins mais appelés vignes en Italie10, le dernier sur la droite appartient aux religieux minimes, pour enseigne de quoi il y a deux grandes pierres fleurdelizées : à chaque palais, soit au dedans comme au dehors il y avait des fontaines, mais faute d’eau elles étaient à sec.

  • 11 Allusion à la bataille engagée sur les bords du Tibre, près du Pont Milvius, par Constantin contre (...)

6Après être passé ces vignes, il me fallut passer outre le fleuve du Tibre sur le pont Mole, dont les courtines de l’un et de l’autre côté sont bâties de marbre blanc, avec différentes armes des papes qui ont restauré ses ruines. Ce fut sur ce pont où fut vaincu le tyran Magnence par le grand Constantin et dont les soldats se précipitaient eux-mêmes dans les ondes de ce fleuve11.

  • 12 Charles, connétable de Bourbon (1490-1527), passé au service de Charles Quint, est chargé par l’emp (...)

7Au bout de ce pont qui est considérablement long, il y a un corps de logis, une barrière et une tour, puis le chemin tire en arrière sur la droite, il convient de passer un pont-levis sous lequel est un profond fossé d’où une partie du Tibre coule dedans, et outre ce fossé, il y a une forte terrasse qui couvre le pont de droit fil ; si Charles de Bourbon eût trouvé un pareil obstacle pour lui disputer le passage du pont, qu’on aurait défendu avec une poignée d’hommes contre son armée béante après le sac de la ville de Rome12, il aurait sans doute fallu grincer des dents, par l’empêchement de cette grande terrasse qui met à couvert ceux qui seraient à la défense du pont. /3/

  • 13 Gilles Caillotin mesure vraisemblablement les longueurs avec le pied de Champagne qui vaut 33 cm. L (...)

8Après être passé ce pont-levis, il me fallut côtoyer sur la gauche le long de la terrasse pour rejoindre l’ancienne voie flamine qui commençait d’être pavée depuis Rome, ce sont de belles pierres grisâtres ayant bien un pied [et] demi de chaque face13, il y en a de plus considérables mais très bien pavées en forme de chaussée, nonobstant sa grande antiquité. Mais il faut assurer que cette pierre est dure et luisante comme le grès, et que, d’ailleurs, l’emplacement de si grandes pierres se conserve plus solidement que des petites. D’ailleurs les charrois ne sont pas à beaucoup près si fatigants que ceux de France, dont la pesanteur ébranlerait ce qui serait bâti avec la dernière solidité.

  • 14 Monte Mario fait aujourd’hui partie de la banlieue immédiate de Rome. Sur cette localité, voir Luci (...)

9Je passai par Mont-Mare14, première poste depuis Rome. Il y a quelque dix ou douze maisons. J’y vis un Allemand de ma hauteur, mais plus gros, cheveux noirs quelque peu tournés, beau de visage, âgé d’environ trente ans, par sa physionomie et son habit de gros drap gris fait à la manière de redingote, je jugeai qu’il était de bonne famille : il me sembla qu’il mendiait de porte en porte, ce qui me fit passer outre sans lui parler de peur que sa compagnie ne m’ap[por]ta du retardement, quoi qu’il me rejoignît, et nous fûmes de compagnie jusqu’à Florence, même nous quittâmes à Bologne.

  • 15 L’expression « rez pied rez terre » signifie d’après le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière (...)
  • 16 Plusieurs fois dans son récit, Gilles Caillotin comble les déficiences de sa mémoire en utilisant c (...)

10Après être passé Mont-Mare, il me fallut monter une petite éminence, à cent pas du chemin vers la main gauche, il y avait quantité de débris, d’anciens bâtiments, et même le long du chemin et du même côté, il y avait une longue muraille rez pied rez terre15, dont le ciment était dur comme pierre, plus outre je jugeai que c’étaient les ruines de quelque aqueduc, par la distance de plusieurs piliers à demi ruinés, qui est une vraie marque pour la conduite des eaux, parce qu’on peut suivre infailliblement le canal par la [sic] guide assuré de ces piliers. Je passai par le Bourguet16, qui est une poste éloignée de Rome de quelques dix milles, et d’une vingtaine de maisons pour le plus : quelque peu plus éloigné /4/ je trouvai fort à propos un pont bâti de briques, sous lequel coulait une petite rivière allant se jeter à droite dans celle du Tibre. Je me reposai un couple d’heures, car la chaleur était excessive, sous ce pont j’étais assez à mon aise couché sur la roche qui continue assez long puisque je n’en vis pas la fin, on ne peut se noyer dans de pareilles rivières, quand le fond est aussi solide et qu’il n’est pas profond.

  • 17 On remarquera que Gilles Caillotin fait la revue de ses richesses lorsqu’il se trouve seul : il a d (...)

11Ce fut dans cette retraite qu’en pliant tous mes petits ustensiles, je m’aperçus mais trop tard que j’avais oublié chez Monsieur Drolein la pierre du Mont de Calvaire qu’il m’avait donnée et faisant en sorte de bien serrer mon petit butin pour le conserver17.

12Le soleil me déchassant de cette retraite, j’avançai chemin à quelque deux cents pas plus loin, sous le portique d’une seule maison sur la main droite outre laquelle coulait une petite fontaine, dans un conduit de briques sous terre le long de ce bâtiment, mais dont l’eau était à demi cuite ; encore il y en avait très peu, deux Italiens venant de Rome y lavaient du raisin sauvage qui croît sur les buissons, ils m’en firent présent de quelques grappes, aussi bien qu’à cet Allemand dont j’ai parlé et avec lequel je marchai environ trois milles, puis trouvant une seule maison sur la gauche il y fallut faire halte et boire un coup, où je fis présent de mes petits poissons à l’Allemand qui m’engagea d’en donner à un autre de son pays, qui par cas fortuit restait là par rapport à la chaleur : il enseigna pour aller à un couvent de Cordeliers en s’écartant du chemin à main droite.

  • 18 Le sol de cette partie du Latium est entièrement volcanique et les lacs (aussi bien celui de Martig (...)

13Depuis le Pont Mole, jusqu’audit endroit, et même jusqu’à presque moitié chemin de Rome à Viterbe, le pays est [un] désert causé par le mauvais air qui s’engendre des vapeurs marines, dont la mer n’est pas beaucoup éloignée. La terre est cendreuse, brûlée du soleil, et même s’entrouvre de toutes parts18. Ainsi je dis adieu pour la dernière fois à la ville de Rome, dont je ne cessais d’en regarder l’église de S[ain]t-Pierre, et l’excessive hauteur de son émerveillable dôme, que je ne pouvais me lasser de l’envisager. /5/

  • 19 Gilles Caillotin orthographie le terme favreaules.

14Prenant donc ce chemin à main droite dont je viens de parler, il continue par l’espace d’un mille et demi, dont on ne peut y respirer l’air ni s’en écarter, parce qu’il est profondément taillé dans la roche, étant au bout sur la main gauche était le couvent pour lequel nous nous étions écartés de notre vrai chemin. Il est élevé sur une roche escarpée de toutes parts : on nous y donna des petites féveroles19 rousses, et du pain aussi de fèves de pareille couleur et de goût amer à la bouche. Le frère portier nous inquiéta avec importunité pour avoir quelques médailles de Rome. J’eus beaucoup de mal à me défaire de ses poursuites attendu que la grosseur de mon paquet semblait démentir ma pauvreté.

  • 20 Il est probable qu’il s’agit du bourg d’Isola Farnese, qui se situe à deux kilomètres à l’Est de la (...)

15Sur la main droite, il y avait une petite ville20 ; pour y entrer j’y vis un fort beau pont, mais l’Allemand loin d’entrer dedans, il le laissa à la droite, nous passâmes le long des murailles et des jardins, je crois qu’elle ne contient pas plus de deux cents maisons. Marchant outre cette ville environ deux milles de chemin ombragé d’arbres, ce fut pour la première fois depuis Rome, sans pouvoir remarquer d’autres singularités : mais la lune commença à nous éclairer, je remarquai sous cet ombrage des cavernes creusées ou dans la terre ou le pied de la roche à main gauche.

  • 21 Le serein est l’humidité fine et pénétrante qui tombe après le coucher du soleil, lors de la saison (...)
  • 22 Sur le frère Tondeur, voir page 40, note 1.
  • 23 Toute cette partie du Latium, marécageuse, est réputée pour le paludisme endémique qui y sévit.

16Étant en pleine et vaste campagne à découvert, autant incertains du chemin que nous suivions qu’accablés par le poids du sommeil, trouvant par cas fortuit des monceaux de paille joignant le chemin, ce fut le gîte dont nous y passâmes la belle et claire nuit, ne pouvant mieux faire sans pouvoir autrement nous garantir de coucher au serein21 comme le frère Tondeur22 m’en avait averti de m’en donner de garde jusqu’à la ville de Viterbe, non seulement pour la nuit mais encore pendant le jour parce que le pays étant malsain, on y gagne des fièvres, puis l’enflure aux jambes avec un mal de tête, et en vingt quatre heures il faut mourir23. /6/

17Nous restâmes en cet endroit pour y coucher avec les deux Allemands à qui j’avais donné du poisson, serrant mon sac dans le pied de cette paille et m’y serrant aussi de fort près pour éviter le serein, en me confiant en Dieu et en la Sainte Vierge, la nécessité me forçant d’ainsi coucher en pleine campagne, nonobstant l’avis que j’en avais eu du frère Tondeur. Je reposai assez bien ayant à côté de nous deux autres pèlerins qui prirent la route de Rome, n’étant pas français puisque leur langage m’était inconnu. Il y avait aussi plusieurs gens du pays hommes et femmes.

18Le samedi deuxième septembre, dès le grand matin, n’ayant pas des plus chauds, il nous fallut continuer chemin pour nous réchauffer où le jour me fit voir le grand nombre de personnes qui nous avaient tenu compagnie. Quelque peu plus loin de notre gîte, il y avait, à côté du chemin sur la main droite, une petite fontaine sortant d’une seule pierre faite en façon de cuveau élevé de terre d’environ un pied et demi, l’eau nous sembla être assez bonne, mais je n’y remarquai aucune éminence d’où pouvait venir la source de cette fontaine.

19Ayant fait pour ce jour environ deux milles, nous passâmes par une petite villette, contenant quelque quatre cents maisons, ceinte de faibles murailles de briques, dont les habitants s’o[ccu]pent aux chanvres parce que de toutes parts, je ne vis que des étoupes. Laissant quelque peu avancer nos Allemands, et je pris mon déjeuner dans un cabaret sur la main droite.

  • 24 Lorsqu’il donne un calcul de distance, Gilles Caillotin l’emprunte généralement à l’itinéraire de P (...)
  • 25 Incertain de l’orthographe du terme, Gilles Caillotin l’écrit successivement de deux façons. Richar (...)
  • 26 Marcus Furius Camillus, général romain (450-365), qui fut plusieurs fois nommé dictateur mais jamai (...)
  • 27 Gilles Caillotin recopie ici Richard Lassels, Voyage d’Italie contenant les mœurs des peuples, la d (...)

20Suivant toutes les circonstances, soit de ma route et de la distance des lieux, cette ville s’appelle Baccano, éloignée de Rome de vingt quatre milles24 : outre laquelle, sur la main gauche, il y avait un grand lac qui me confirme dans ce que j’avance, et la rivière de Varga Varca25, que l’on appelait anciennement Cremera, y prend sa source, sur les bords de laquelle les Véïens tuèrent trois cents Fabiens, c’est-à-dire toute la /7/ famille si on excepte un petit garçon d’où descendit Fabius qui fut la terreur d’Hannibal, et le restaurateur de la ville de Rome. Autrefois la ville de Veies était située sur le grand chemin, et elle résista dix ans entiers contre les Romains : pour la prendre il ne fallut pas un moindre homme que le grand Camillus26. Cette ville était alors si puissante que les Gaulois ayant presque tout ruiné Rome, on délibéra dans le Sénat si les Romains se retireraient à Veies et s’ils abandonneraient Rome ou bien s’ils la rebâtiraient. Mais tandis que le Sénat était assemblé pour cette affaire, les troupes rentrèrent dans la ville se furent de hasard camper dans le lieu où était le Sénat et l’officier qui les commandait ne sachant pas qu’il fut assemblé, entra dedans et cria au porte enseigne : « Signifer statue signum hic optime manebimus ». Le sénat entendant ce qu’il avait dit le prit pour un bon présage et dit : « Accepimus omen », et dès lors ne songea plus à se retirer hors de Rome pour en abandonner la demeure27.

  • 28 Il s’agit de Monterosi.

21De Baccano nous passâmes par Monterosse28 auquel nous eûmes beaucoup de peines, non seulement par l’excessive ardeur du soleil, mais beaucoup plus pour le passage d’un petit bois de taillis de genièvre, dont on avait abattu et mis le feu dedans, dont les vapeurs empestées, la fumée et la bouffée de chaleur nous incommodèrent pendant deux milles que dura ce fâcheux passage, dont je plaignais ce pauvre Allemand qui était couché d’où je lui donnai du poisson la veille : parce qu’étant à nus pieds, il se brûlait de toutes parts marchant sur les charbons de feu, qu’il ne pouvait éviter parce que le grand jour nous empêchait de pouvoir nous en éloigner, attendu même que c’était beaucoup pire dans les côtés du chemin qui n’était pas large, et environné des pieds, de ce bois qu’on y avait mis le feu, coutume qui se pratique dans les environs de Rome pour purifier l’air et brûler en même temps les bêtes vénéneuses, dont il y en a beaucoup. /8/

  • 29 Il s’agit du lac de Monterosi.

22Sur la main gauche était un haut coteau aussi couvert de bois au derrière duquel était le lac appelé de Rosia29, puis commencâmes de monter une montagne assez fâcheuse soit pour sa hauteur qui peut être d’une demie-lieue, dont le passage n’est certainement pas des plus assurés, pour être de toutes parts couverte d’un bois très épais, sur la gauche est une profonde vallée d’où s’étend le dit lac qui est assez ample.

  • 30 Sutri, situé à neuf kilomètres de Monterosi. Caillotin suit la via Cassia et contourne ainsi les Mo (...)

23Sur le milieu du passage de cette montagne, il y avait à main gauche une seule hôtellerie si je ne me trompe appelée Soustra30, éloignée de trois milles de Monterosse, auquel j’y voulus goûter. Après quoi continuant toujours notre chemin, en descendant la montagne, mais que nous côtoyâmes toujours sur la main droite jusqu’à la ville de Viterbe.

  • 31 Ronciglione avait été érigé au xvie siècle en duché par le pape Paul III, pour les héritiers de Pie (...)

24Passant par Ronciglione qui est un bourg et un château31, dont on comptait encore environ neuf milles jusqu’à la ville de Viterbe, marchâmes avec diligence, sans pouvoir trouver une seule goutte pour nous désaltérer ; trop bien j’aperçus une petite fontaine découlant du pied de la montagne, mais incapable de nous y pouvoir rafraîchir, tant l’eau est rare dans ce pays.

25Étant beaucoup fatigué, sans savoir qu’il n’y avait plus qu’un mille de chemin jusques à Viterbe, où il y a un hôpital pour y recevoir les pèlerins, mais trouvant sur notre main gauche une roche quelque peu élevée au-dessus du chemin couverte d’une couverture, et une fontaine sortant d’un petit robinet de bois, qui bien à propos nous servit pour nous y rafraîchir et y dormir, ayant cette commodité que la roche pouvait avoir plus de vingt cinq pieds de longueur, et cinq ou six de largeur, de plus qu’elle était plate. Pendant que nous étions disposés d’y passer la nuit, je crois qu’il y en avait encore deux ou trois autres que l’obscurité empêchait de s’entrevoir. /9/

  • 32 Le nombre des pèlerins issus de la Flandre française et se rendant à Rome est particulièrement élev (...)

26Je vis passer environ douze pèlerins que pèlerines, dont je connus par leur chant qu’ils étaient Français, ayant plusieurs paroles ensemble, ils me dirent être tous de Lille en Flandres32, ils passèrent outre en me souhaitant une bonne nuit.

27Un pèlerin qui parcourt de longs pèlerinages couche plus souvent sur la dure que sur la plume. Je crus être mieux de m’enfoncer dans une ouverture de la roche pour m’assurer du froid et conserver mon sac, avant que de m’y enfoncer les pieds devant, je sondai avec mon bourdon sans pouvoir en sonder la longueur : mais y avançant la tête, j’y sentis sortir un air froid, ce qui ne pouvait provenir que d’une grande concavité, dont j’en remerciai Dieu et la S[ain]te Vierge de n’y point avoir mis mon sac le premier, pensant me défier de ceux de ma compagnie dont je ne connaissais pas, je pouvais le perdre pour toujours, et même moi-même si je m’y étais avancé les pieds le premier car l’ouverture contenait presque trois pieds.

28Si nous eûmes froid cette nuit, et durement couchés, incommodés du passage de ceux qui allaient à Viterbe, je fus bien réjoui d’entendre l’harmonie de plusieurs cloches ce qui me fit un grand plaisir, ne pensant à rien moins que ce pouvait être dans cette ville pour la fête de s[ain]te Rose.

29La faim me fit manger le morceau de viande dont Monsieur Drolain m’avait forcé de prendre : sans avoir aucune certitude si j’étais encore dans la journée de samedi, ou le commencement du dimanche, j’avais de l’eau à suffisance qui était très bonne, et dont j’aurais souhaité en avoir à mon besoin de la semblable, le long de mon chemin.

30Le dimanche troisième septembre, quittant notre pauvre gîte tout engourdis de froid, la campagne était fort plaisante, couverte de hautes vignes et de grand nombre d’arbres chargés de fruits. /10/

Description de la ville de Viterbe, ancien séjour des papes

31Cette ville est assez considérable pour sa grandeur, située sur une colline vers Rome, et partie en plaine : ceinte de murailles de briques, nous passâmes sur un pont mais sans y avoir d’eau dessous. Cette ville pouvait être fortifiée en cas de besoin n’ayant aucun endroit pour lui commander, sinon sur la gauche vers Montefiascone. Elle [est] de figure presque carrée, dont les murailles pour être de briques n’en sont pas des plus mauvaises. Elle est entièrement pavée de briques les côtés en haut, ses bâtiments sont fort beaux et parmi lesquels il y a plusieurs hautes tours de briques, ce qui fait qu’on peut découvrir cette ville de loin, mais que l’obscurité dans laquelle nous cheminâmes nous empêcha d’en avoir cette satisfaction.

  • 33 Le renseignement est littéralement repris de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 281. Viterbe a été pres (...)
  • 34 Le palais des papes de Viterbe a été construit entre 1257 et 1267.
  • 35 Il s’agit de la Fontana Grande, située sur la place du même nom, achevée au xiiie siècle et restaur (...)

32Dans l’église cathédrale d’où je n’y fus pas, on y voit les tombeaux de quatre papes, comme aussi en celle des Cordeliers, ceux de quelques autres papes33 ; cette ville est honorée d’un siège épiscopal ; il y a deux si excellentes fontaines que j’y ai vues, celles de Rome ont leurs mérites : mais pour celles-ci, je n’en ai pas vues de semblables en fait d’architecture dont la première je la laissai sur ma main gauche, non sans être beaucoup émerveillé, non seulement pour la grandeur du bassin qui est de marbre, mais encore pour ses enjolivements qui l’accompagnent. La seconde est aussi sur la main gauche, dans l’extrémité d’une grande et vaste place joignant la sortie pour aller à Montefiascone, au derrière de laquelle est un château bâti très antiquement, possible était-ce l’ancienne demeure des papes34. Pour ce qui est de cette fontaine, elle jette de l’eau en plus de cinquante endroits, et je n’en puis rapporter la description, sinon que l’architecture s’élève du milieu du bassin, en forme de pyramide, dont le travail est encore plus excellent que la matière de marbre dont elle est composée et que pour sa singularité j’aurais voulu en avoir une estampe pour en conserver continuellement le souvenir35. /11/

  • 36 Bien évidemment Richard Lassels qui constitue la référence de prédilection de l’auteur.
  • 37 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 281.

33Outre cette fontaine, la sortie de la ville est toute joignante, il y a plus outre de vingt pas toujours à main gauche, une fontaine sans autre ornement que d’un robinet enclavé dans un mur dont l’eau est excellente. Aussi mon Richard36 en fait-il grande estime, disant que c’est dommage que des si belles fontaines ne jettent point du vin au lieu d’eau, pour réparer ceux qu’on y boit dans cette ville, qui sont vins cuits, dit en latin vini cotti37.

  • 38 La fête de sainte Rose a lieu le 4 septembre et solennise la translation du corps de celle-ci de la (...)

34Après avoir entendu la messe, nous fûmes visiter l’église de Sainte Rose. Pour y parvenir il y a une rue fort étroite au bout de laquelle elle y fait face. Le couvent est en deçà à main droite. Il faut monter six à sept degrés. L’église est assez belle, composée d’une seule longueur sans séparation de jubé, au bout de laquelle est le maître autel dont il y avait beaucoup d’ornements considérables car on solennisait ce jour là la fête de ladite S[ain]te38. Le devant de cet autel était couvert de plaques d’argent, les canons du dessus où sont les oraisons que le prêtre dit pendant le canon de la messe, qu’il lave ses mains et qu’il dit le dernier évangile, étaient renfermés dans des cadres aussi d’argent ; et environ deux douzaines de chandeliers, plusieurs lampes sans en spécifier le nombre, parce qu’avec empressement on ornait l’église, et que nous ne la vîmes pas complètement ornée. Il y avait quelques autels sur la main droite aussi remplis d’argenterie.

  • 39 Le 20 janvier 1700, le corps de sainte Rose a été replacé dans une urne d’argent et de métal doré, (...)

35Le corps de cette bienheureuse S[ain]te se voit encore pour le jourd’hui en chair et en os39, bien qu’il y ait environ deux cents ans qu’elle soit morte : nous n’eûmes pas le bonheur de la voir, causé par notre empressement de ne pas avoir resté cette journée dans la ville où il y avait plusieurs reposoirs dans les rues, richement ornés, comme ceux qu’on dresse pendant l’octave de la Fête Dieu, dont j’ignore si c’est le corps de cette S[ain]te qu’on porte en procession, ou quelqu’une de ses reliques : trop bien m’assura-t-on qu’il y aurait pour le moins trois mille flambeaux de cire blanche, ce qui méritait d’être re /12/ marqué ; mais la triste situation d’un pauvre pèlerin comme j’étais rempli d’une démangeaison de toujours voir chose dévotieuse et nouvelle, cependant parcourir avec tant d’empressement des lointains pays ; n’étant pas plutôt arrivé que je pensais à mon départ, qu’il me semblait être toujours trop différé : causé par deux principes, le premier manquant de toutes mes commodités, et le second qu’il m’aurait fallu avoir un compagnon conforme à mes desseins, et sur la fidélité duquel j’eus[sse] pu m’assurer.

36Ce qui me fit un sensible plaisir ce fut d’une religieuse, qui fit la distribution des cordons appelés de S[ain]te Rose ; elle était dans une chapelle sur la droite du maître autel : d’abord qu’elle parut, l’empressement en fut très grand, les gens du pays dont il y en avait bon nombre, mais dont les étrangers furent préférés à eux : moi qui étais tout le dernier sans pouvoir m’approcher, mais de bonheur que mon bourdon me faisait remarquer, et que cette religieuse à qui on arrachait même des mains les cordons dont elle distribuait, et que m’apercevant elle me fit signe que j’avançâs et me fit présent du dernier. Si dans cette rencontre il y avait du hasard, je l’attribue cependant à une faveur de cette S[ain]te, dont j’étais charmé de sincère dévotion, et dont j’en remerciai dans cette vue très humblement la religieuse qui eut cet égard pour moi.

  • 40 On est ici en présence d’une folklorisation du culte de la sainte, régulée par l’ordre des Clarisse (...)

37On dit que ce cordon opère des merveilleux effets particulièrement pour les femmes dans le travail d’enfants. Lorsque [on] leur applique et qu’elles invoquent l’assistance de cette S[ain]te, elles sont heureusement délivrées40.

  • 41 La fête de sainte Rose est un culte civique depuis le vœu solennel que la ville a fait auprès de la (...)

38Étant assis sur un banc de pierre en dehors de l’église le long des murailles du couvent, voici venir en procession des bourgeois honorablement vêtus, sans être accompagnés d’aucun clergé, mais précédés seulement de deux tambouriniers et de deux trompettes, après lesquels marchaient trois hommes portant chacun une bannière ou drapeau, deux desquels étaient bleus et l’autre blanc, ayant chacun deux tiers de largeur et quatre à cinq aunes de longueur, et les bouts portés par des petits garçons, de peur qu’ils ne rampent par terre. L’empreinte /13/ qui était au chef de ces drapeaux, c’était d’un chariot traîné par deux chevaux, allant les pieds de devant à mont, au dessus paraissait S[ain]te Rose au milieu d’une nuée tendante une main favorable vers ce chariot. Au derrière de ces porte drapeaux marchaient ces bourgeois dont je viens de parler, vêtus en grands manteaux, je crois que c’était le corps de la ville, dont la devise des drapeaux pouvait être la reconnaissance de quelques vœux, parce que ces magistrats portaient dans un plat, environ deux douzaines de cierges de cire blanche longs de trois pieds. Et en cet équipage entrèrent dans l’église avec la fanfare des trompettes et de différents autres instruments, et le bruit des tambours, qu’ils cessèrent après être entrés en l’église41. Et après une courte prière ils sortirent dans le même équipage de l’église, pour entrer dans une salle du couvent : les trompettes sonnantes, les instruments et les tambours, où ils firent présent du luminaire pour brûler à l’autel de S[ain]te Rose : ils sortirent aussitôt chargés de gâteaux et de flacons de vin, retournant par le chemin qu’ils étaient venus.

  • 42 Au sens de follement désireux.

39La place au devant de l’église, il y avait plusieurs potiers vendant de la marchandise, et même quantité de petites clochettes de terre cuite, dont les enfants étaient sots42 pour en avoir quelqu’une, dont elles avaient un son assez bon pour de la terre, et dans notre pays on en pourrait faire de même, parce que la poterie de terre rouge est sèche comme verre, ce qui est semblable à celle dont je parle.

40Je vis dans cette ville faire un ébat, qui certainement peut faire finir la fête en pleurs. Voici donc comme la chose était : on avait lié un bœuf ou taureau par les cornes avec une grande et longue corde, celui qui en tenait le bout était monté à cheval, et en cet équipage traînait cette malheureuse victime le long de la ville dont tout le peuple la pourchassait avec grandes huées, en la chargeant de pierres, je la vis chargée de plaies gisante par terre du travail qu’elle avait /14/ été harassée, étant méconnaissable pour les plaies et la boue dont elle était chargée, étant accompagné d’un veau qui était assez fort, ce qui me fit croire que cet animal pouvait aussi bien être une vache qu’un bœuf attendu la compagnie qui l’accompagnait.

  • 43 Nicola Albani qui est lui aussi présent à Viterbe à une date proche de la fête de sainte Rose (6 se (...)

41D’abord que je vis cet animal gisant par terre la tête levée environnée d’une multitude de peuples, j’usai de la précaution de monter sur la saillie d’une fenêtre. Dans le même moment cette bête huée et accablée de pierres de toutes parts se leva et courut avec furie dont les rues n’étaient point assez amples pour la fuite du peuple, se renversant les uns sur les autres pour être les premiers hors de danger. Moi qui n’étais pas ignorant de ces sortes de spectacles communs en Italie, n’y pris pas grand plaisir par les fâcheuses suites qui peuvent en arriver, aussi je crois que souvent la fête se termine par la mort de quelqu’un, soit écrasé de l’animal en fureur, ou du peuple qui fuit43.

42J’allai au cabaret pour y déjeuner, étant accompagné de l’Allemand que je trouvai à Montmare, pour l’autre ne nous accompagna plus davantage. Étant dans le cabaret, voici arriver nombre de sergents : un d’entre eux s’empara en diligence de ma bouteille, en la jaugeant avec un petit crochet de fer pour voir depuis le bord d’en haut jusqu’à une certaine marque qui est jaunâtre dans le verre, puis, la trouvant juste, ils la reposèrent sur la table et avançant dans l’intérieur de la maison pour chercher s’ils en trouveraient d’autres en fraude : j’approuvai cette exactitude parce que, dans l’abord de si grand nombre de peuples, les cabaretiers peuvent tromper avec plus de facilité que dans d’autres rencontres. Ces bouteilles sont d’un verre très mince, ils les appellent feuillettes, demi-feuillettes dont le col est rond puis souvent par le dessus en trois cornes comme un chapeau, ce qui empêche qu’on puisse les échapper des mains.

43/15/ Nous sortîmes de la ville de Viterbe sur les onze heures du soir, étant quelque peu soulagés à un couvent qui était à main droite, et buvant de l’eau au robinet qui est dans la muraille au sortir de la porte, la bonté et la fraîcheur me fit un grand plaisir. Ayant pendant deux milles de chemin l’agréable vue des vignes, sur la pente de la montagne à gauche, et sur la droite sont des bâtiments. Après être passé outre, il y a des vignes de l’un et l’autre côté du chemin, dont les raisins sont de couleur grisâtre, tirant sur le rouge, et les grains gros comme cerises.

  • 44 Les environs de Viterbe sont en effet réputés depuis l’Antiquité pour leurs sources d’eau sulfureus (...)

44Dans cette distance de plaisant pays, il y a des bains d’eau minérale, dont je n’ai pas vu, cependant ils servent pour la guérison de plusieurs maladies, avec beaucoup de succès44.

45Mais après ce plaisant et fertile pays, nous en passâmes environ cinq milles, jusqu’au pied de Montefiascone, d’un inculte dont la vaste campagne est brûlée par les ardeurs du soleil, n’y ayant qu’une seule maison, à quatre cents pas du chemin à main droite. Le vent du midi nous soufflant l’air empesté des montagnes qui sont sur la main gauche, quoiqu’arides elles sont cependant pleines de soufre et d’alun, ce qui nous empêchait la respiration. Et dans la moitié de cette distance de chemin, sur la droite, il y avait une petite fontaine sortant au travers d’un pilier, dont il y a deux bassins carrés plus longs que larges pour la recevoir, ils sont de briques pour y abreuver les bestiaux des passants : mais nous ne pûmes en étancher notre soif, tant l’eau en était rare, encore sentait elle le soufre à pleine bouche ; ce qui me confirma qu’elle tire sa source des montagnes sulfurées qui sont à main gauche.

46Éloigné de ladite fontaine, on voit de les [sic] ruines d’une ancienne chapelle bâtie de pierre dont il y en a encore deux pans de murailles qui sont debout, nous avions fait pour le moins quatre milles depuis Viterbe, en laissant cette chapelle sur la droite, quelque peu sur la gauche, il y avait une hôtellerie qui était l’unique, dont notre Allemand s’y rafraîchit. /16/

Description de la ville de Montefiascone, et de ses bons vins

47Cette ville est située sur une montagne éloignée de la ville de Viterbe sept milles, dont il convient d’en monter deux pour y parvenir, et tout cet espace était très agréable pour les vignes dont les grappes de raisins étaient comme celle des outremer, les grains gros comme des cerises, de couleur d’un gris rougeâtre, à cent pas proche la ville il y avait une bonne fontaine sortant du pied de la roche, sur la main droite avec grande abondance et l’eau pour sa fraîcheur et sa bonté nous fit un grand plaisir. Quant à cette ville, elle est assez jolie, n’étant pas des plus grandes : mais au reste très bien bâtie, avec plusieurs églises dont on en découvre la vue de fort loin, sur l’extrémité vers la main gauche il y en a une qui excelle du dehors aux autres, ayant un beau et haut dôme couvert de plomb, possible était-ce la cathédrale, car cette ville est honorée d’un siège épiscopal.

48Elle a une bonne citadelle sur la gauche, commandant à la plaine vers la ville de Viterbe.

  • 45 Tout ce paragraphe est littéralement recopié de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 279-281. L’épisode e (...)

49On appelait autrefois cette ville Falerii ou Faliscum et ce fut en ce lieu que Camillus grand capitaine romain fit cette action dont la mémoire passera de nous à la postérité. Un maître d’école sortit de la ville et le fut trouver comme il l’assiégeait et lui mena toute la jeune noblesse, sous prétexte de leur vouloir faire prendre l’air ; mais en effet c’était pour trahir la ville et obliger par là tous les parents à se joindre aux Romains, mais ce généreux capitaine ne voulut pas profiter de cette lâcheté et voulant gagner la ville par des voies plus légitimes ; c’est pourquoi il se saisit de ce maître d’école qu’il fit dépouiller nu et le renvoya à la ville lié et garrotté et toute la jeunesse après lui pour le fouetter. Les bourgeois furent sensiblement touchés d’une pareille générosité de Camillus, qu’ils se rendirent volontairement à lui. Il aima mieux /19/ se faire maître de cette place par sa propre vertu, que par la méchanceté d’un traître : et comme dit Valère Maxime, il aurait été honteux à la ville de Rome de devoir ses conquêtes à une trahison, elle qui avait été bâtie par un fils de Mars45.

50Cette ville est renommée par dessus toutes les autres d’Italie pour la qualité de ses bons vins muscats, dont un Allemand voyageant par ce pays, envoyait toujours son valet devant lui, pour choisir les meilleures hôtelleries, et où il y avait le meilleur vin avec ordre à son valet d’écrire sur la porte de l’hôtellerie quand le vin n’était que médiocre EST, et quand il le trouvait excellent de le tripler, EST, EST, EST, comme par un superlatif.

51Ce gentilhomme suivant donc l’écriture de son valet et comme il rencontra dans la ville de Montefiascone ce mot EST triplé sur la porte d’une hôtellerie, il y entra et but tant de vin qu’il en mourut. Le valet qui avait écrit le mot EST sur la porte enterra son maître dans une église qui est au pied de la montagne, et lui fit cette épitaphe :

  • 46 “À cause d’est, est, est, mon maître est mort”. Gilles Caillotin recopie ici le conte qu’a entendu (...)

Propter est, est, est, herus meus mortuus est46.

52Je pris répit en cette ville trouvant le vin fort bon, tandis que mon Allemand m’attendait, ayant fait sa part dans la taverne dont j’ai déjà parlé : puis nous sortîmes aussitôt de cette ville qui va toujours en descendant par une rue assez longue et droite qui conduit à la porte, je craignis la rencontre d’un Allemand accompagné de sa femme, qui fit connaissance avec celui qui m’accompagnait. Mais ma crainte fut bientôt passée, ne voulant pas coucher en cette ville comme il en était sollicité, ce qu’il m’aurait fallu faire, de peur de m’exposer en pleine campagne pendant la nuit.

53Au sortir de la ville il y avait encore sur la main droite une bonne fontaine, dont les habitants y en viennent chercher pour leurs /20/ nécessaires, car je crois qu’il n’y a point d’autres eaux dans cette ville, que les fontaines dont je fais mention.

54Marchant de compagnie avec l’Allemand, il y a au bas de la ville quelques maisons de l’un et de l’autre côté du chemin, en guise d’un petit faubourg : après lequel nous continuâmes toujours de descendre assez doucement, dans une gorge dont sur la gauche était une montagne, qui découlait d’eau le long de sa pente : mais très mauvaise à boire pour être passée dans une terre noirâtre, et sentant le soufre à pleine bouche.

55La belle nuit nous surprit dans cette gorge, environnée de montagnes, dont le chemin était fort serré et de pure roche : mais assez plat, au bout duquel était un petit bois qui aboutissait au lac de Bolsena, non à moi prévu, et à mesure que nous avancions il semblait qu’infailliblement le chemin allait finir sur le bord et que, pour le traverser, il fallait passer à la barque : mais nous fûmes surpris qu’au sortir du bois, le chemin tira tout d’un coup en arrière sur le pied de la montagne à droite, laissant le lac à notre gauche.

  • 47 Dans ce paragraphe, Gilles Caillotin résume les informations qu’il a tirées de Gregorio Leti, La Vi (...)

56J’avoue que je n’étais pas à la fête à mon aise dans ce coupe-gorge ; ce bois pour être petit n’en était pas moins dangereux : on sait par l’histoire les brigandages qu’y firent autrefois les bandits dont on craignait ce passage par rapport à eux, ils ne se contentaient pas de leurs brigandages, mais encore ils ôtaient la vie. Le grand Sixte Quint, pour détruire cette canaille mit leurs têtes à grand prix, et la grâce pour ceux qui d’entre eux lui apporteraient celle de son [sic] compagnon ; et par cette sage ordonnance, il mit fin à la désolation non seulement de ce pays mais de tout l’état ecclésiastique dont, en vain, son prédécesseur Grégoire Treizième, envoya-t-il des troupes pour les pourchasser, mais qui ne purent les exterminer. Ils n’appartenait qu’à ce grand Sixte dont il mit fin en peu de temps, tous concourant à la perte de ces malheureux, même l’un et l’autre /17/ s’entretuaient pour avoir leurs grâces et jouir de la récompense promise pour chaque tête, que ce pape faisait mettre sur les courtines du Pont S[ain]t-Ange, et en très peu de temps il vint à bout d’exterminer ces bandits, sans se servir de troupes, pour les pourchasser, dont leur nombre était plus de six cents47.

  • 48 Le lac de Bolsena – Volsiniensis lacus des Anciens –, de forme elliptique (axe majeur : 14 km ; axe (...)
  • 49 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 277-278.

57Quant à ce lac, il est très considérable, de figure presque ronde, ayant douze ou quinze milles en son circuit48, au milieu duquel il y a une petite île, où Amalazonte reine des Ostrogoths, femme d’un mérite singulier fut méchamment assassinée par ses plus proches parents49.

  • 50 La “mer de Venise”, dont parle Gilles Caillotin est la mer Adriatique qu’il a découverte lors de so (...)

58Toutes ces circonstances m’alarmaient de beaucoup, n’ayant rencontré âmes qui vivent depuis Montefiascone, pour nous assurer du chemin ; en ayant rencontré si grand nombre outre ladite ville qui allaient à la fête à la ville de Viterbe. Si ma crainte était grande, celle du pauvre Allemand allait presque au désespoir, une terreur panique s’étant emparée de son esprit dont il comptait sa perte pour assurée, d’autant que la grandeur de ce lac lui fit croire que c’était la mer, qui infailliblement nous engloutirait dans ses vagues. En vain, je fis mes efforts, autant que je pouvais, de me faire entendre de lui, qu’il ne fallait rien craindre pour ce côté là, dont la mer de Toscane en était éloignée de plus de quarante milles sur la main gauche : et preuve que cette eau n’était qu’un grand lac, parce qu’elle était très tranquille : au lieu que la mer est dans une continuelle agitation, dont les bruyantes vagues se font entendre de très loin, avec la crainte et la frayeur des plus assurées, [pour ceux] qui n’ont pas encore vu cette grande masse d’eau, ainsi que l’expérience me l’avait appris aux approches de la mer de Venise, à cinq ou six lieues proche j’entendais gronder cette mer en courroux50. /18/

59Ce bois peut avoir trois milles à traverser dont tout cet espace était un banc de pierre n’ayant de largeur que pour y passer une seule charrette, j’y compris aussi dans les trois milles le diff[er]ent tour que prend le chemin qui était fait de cette façon /--, comme un L renversé par rapport au lac, dont sur la droite j’y remarquai à différents endroits quatre grands ruisseaux qui avec raideur roulaient du haut de la montagne avec grand bruit, passant au travers du chemin pour se jeter dans le lac. Ce fut à l’extrémité de ce bois d’où la frayeur fut extrême du pauvre Allemand, lorsque parmi l’obscurité de la nuit, la lune n’étant pas encore levée, il aperçut sur la pente de la montagne quelque lueur de feu, auparavant précédée par quelques voix d’hommes que nous avions entendu parler, dont j’entendais qu’il me disait, que c’étaient des sorciers qui faisaient leurs sabbats. Jusques alors, si sa frayeur me fut d’autant plus insurmontable que je n’entendais pas son langage, et ne pouvant lui faire comprendre le mien : trop bien étais-je assuré dans ma personne, comptant sur le pouvoir de Dieu et de la S[ain]te Vierge dont je me détenais résigné, craignant beaucoup plus les attaques soit des voleurs qui, à la faveur du bois et des ténèbres, pouvaient nous mal faire, joint encore les mauvaises bêtes qui, pour l’ordinaire, font leur asile sur les montagnes et dans les bois, dont nous étions environnés : je ne craignais point les vaines appréhensions de notre Allemand que nous allions tomber dans le lac, résolu de plutôt rester au milieu du chemin que d’avancer si je m’apercevais du risque, car on connaît toujours bien l’eau à la différence de la terre, même parmi la nuit la plus obscure.

  • 51 La peur générée par la nuit est un thème récurrent dans le manuscrit de Gilles Caillotin. Lors du r (...)

60Mais trop bien j’ajoutai foi, que les voix dont nous entendîmes pouvaient être véritablement des sorciers, car la frayeur et la nuit, surtout quand on est dans un pays éloigné, on ne /21/ voit que fantômes, que précipices, ce qui semblerait être un beau rien pendant le jour, c’est un mystère pendant la nuit, il semble qu’on est de toutes parts environné de périls, de précipices et que le ciel de concours travaille à notre ruine51.

61Il est vrai que j’avais quelque frayeur de ces voix dont nous entendîmes d’autant plus distinctement, que nous avancions vers elles, dont l’Allemand me parlait toujours de sorciers, mots dont j’entendais parfaitement bien, quoi qu’il me parlât à voix très basse, me faisant signe d’en faire de même et de marcher le plus secrètement qu’il nous serait possible de peur de nous faire entendre. Si jamais il eut un meilleur ami que moi, dans cette effrayante situation, j’ignore pourquoi il lui aurait été meilleur ami, attendu les sensibles caresses que sa grande frayeur lui faisait faire.

  • 52 La transcription phonétique hasardeuse de Gilles Caillotin renvoie peut-être à un Bist du deutsch ?
  • 53 D’après les registres qui consignent le passage des pèlerins se rendant à Rome au xviiie siècle, le (...)

62Étant tout joignant le feu dont il y avait une haie interposée entre lui et nous, il prêta l’oreille aux voix que nous entendions parler assez bas, dont c’était voix allemande, il prit la hardiesse de demander en son langage Studes52, possible qu’il voulait dire êtes vous Allemand : c’étaient deux hommes avec femmes et enfants, au nombre de huit personnes retirées sur la pente de la montagne hors du chemin, d’environ cinquante pas, faisant bouillir une marmite d’airain qu’ils avaient, dans lequel était du potage, et toutes les vaines frayeurs de cet Allemand furent disparues, voyant des gens de sa nation proche lesquels nous approchâmes, en nous chauffant à leur feu, qui nous fit plaisir n’ayant pas des chaud, dont je me laissai abattre par le sommeil sur la plate terre, les pieds vers le feu : mais me réveillant pendant la nuit en ranimant le feu qui était presque éteint dont j’étais glacé de froid et bourrelé de pierres pointues qui m’avaient rompu les os, de plus n’ayant pas à mon accoutumée, ôté /22/ [mon sac] de dessus mes épaules, pour user de précaution. Pensant nous réchauffer, mais en vain, parce qu’il n’y avait plus de bois, nous dîmes adieu à la compagnie couchée dans des linceuls et couvertures, coutumes qu’ont les Allemands allant à Rome, qu’ils font leur ménage en pleine campagne en faisant sur leur passage amas de pain, de farine pour leurs enfants, de sel et d’huile, dont ils en font de la bouillie et du potage, ainsi que j’ai parlé de ceux-ci53.

  • 54 C’est sans doute la traversée nocturne de Bolsena, sans aucun arrêt, qui explique que Gilles Caillo (...)

63Marchant avec grande peine l’un et l’autre glacés de froid, favorisés du lever de la lune, qui rendait une belle clarté, et à peine fûmes nous au bout du bois que nous fûmes environnés, un bon espace de chemin d’environ trois milles, de vignes et de figuiers de l’un et l’autre côté du chemin, avec de fortes haies pour en défendre l’entrée. Au bout duquel passâmes par la ville de Bolsena dont le passage nous fut libre, aussi bien que pour en sortir les portes en étant ouvertes ; je la trouvai assez longue à traverser, dont les bâtiments sont tous de briques, et très bien bâtis, au pied desquels il y avait des bancs de pierres ou de briques, mais que le grand tintamarre que faisaient de toutes parts après nous les chiens par leurs aboiements, étant enfermés dans les maisons, furent cause qu’il nous fallut passer outre la ville, dont nous eussions couché sur les bancs de pierres le long des maisons, pour attendre le jour54. Mais ces animaux importuns nous firent décamper, de peur que les bourgeois n’en fussent alarmés ; j’avais cependant du plaisir d’entendre ces cris des chiens de toutes parts, qui s’animaient à l’envi les uns les autres. /23/

64De la porte que nous entrâmes à celle de la sortie, il n’y a qu’une belle longue et droite rue au milieu de laquelle, sur la main droite, elle s’élargit pour donner place à une belle fontaine qui jetait de l’eau en abondance dans un grand bassin ; elle était très bonne ; elle menait grand bruit par sa chute, au pied de laquelle elle était environnée d’une enceinte de muraille assez spacieuse dont je n’ai vu qu’une petite entrée pour y avoir accès sur la droite, joignant le pignon d’une maison de la muraille de laquelle elle sort.

  • 55 Travail est entendu ici au sens de fatigue, peine.
  • 56 Gilles Caillotin écrit : j’étions seuls.

65Cette ville est éloignée de neuf milles de celle de Montefiascone ; depuis la sortie du bois jusqu’à celle de cette ville nous cessâmes d’apercevoir le lac par les vignes qui nous en dérobaient la vue mais non pas en dehors. Ayant très à propos trouvé, à cent pas éloignés de cette ville, des monceaux de paille joignant la droite du chemin, plus outre de laquelle il y avait des bâtiments, mon Allemand me supplia de profiter de cet avantage, auquel j’étais bien aise d’y passer la nuit, dont le travail55 du chemin ne nous avait point encore réchauffé les membres. Il y avait parmi cette paille plusieurs personnes qui y étaient couchées dont le sommeil m’abattit et, ayant préalablement serré mon sac dans la paille, aussi bien que mon bourdon et mon chapeau, ayant mon bonnet bien serré sur ma tête de peur du serein, le matin quand nous nous éveillâmes, nous étions seuls56 de notre compagnie, sans avoir entendu le départ de ceux que nous y avions trouvés.

66Le lundi quatrième septembre, nous avançâmes vers la ville d’Aquapendente, marchant toujours sur le bord du lac et à droite, eûmes un bon espace de vignes. Ce lac à la vérité était capable de nous avoir effrayé par sa grande étendue, sans être rempli d’aucune mauvaises herbes dedans, et dont il porte son extrémité vers le pied de ladite ville, où il y a plusieurs fontaines sur la main droite, se formant en ruisseau qui baigne le pied de la montagne d’Aquapendente, pour se jeter dans le lac. /24/

Description de la petite villette d’Acquapendente qui est un évêché

67Cette ville est située sur le sommet d’une petite montagne, et les eaux qui en découlent lui ont donné le nom d’Aquapendente. Elle est peu considérable pour son étendue, qui peut-être ne contient pas trois cents maisons, encore sont-elles mal bâties de pierres. J’ignore si elle a des portes, parce que nous y entrâmes par une voie dérobée d’un chemin qui se détache au travers des prés et des eaux qui vont dans le lac, et dont nous trouvâmes un prêtre qui nous enseigna la voie de les passer, et d’entrer dans cette ville par une brèche, gagnant une bonne étendue de chemin qui s’avance vers la main droite, pour le passage des eaux, et dont les gens de pied ont toujours plus de facilité d’avancer chemin que ceux qui sont à cheval.

  • 57 Tout ce paragraphe est adapté ou recopié de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 276-277. Il évoque l’épi (...)

68Cette ville, quoique très petite, fut honorée du titre d’évêché, qui fut érigée de la démolition de la ville de Castro, d’où on la transféra. Castro était une ville qui appartenait au duc de Parme. Le pape Innocent dixième y ayant envoyé un évêque pour y résider et gouverner le peuple, il y fut tué et ensuite le comte Videman général des troupes ecclésiastiques, y ayant été envoyé par Sa Sainteté, avec ordre de la démolir, on transféra le siège de l’évêché qui y était à Aquapendente, suivant le droit canon qui dit que quand une ville a tué son évêque, elle doit être privée à jamais du titre d’évêché.57

69Il est vrai que c’est un bien petit bénéfice si on n’en joint pas quelqu’autres avec, car presque chaque [ville] en Italie sont honorées de titre d’évêchés. Cependant les évêques n’en ont pas moins de pouvoir par leurs caractères, n’étant pas le gros revenu qui augmente le pouvoir qu’ils ont entre les mains. Les Français se moquent de pareils évêques, dont beaucoup de canonicats rapportent en France plus de profit à leurs maîtres. Mais qui ne sait qu’assez souvent l’abondance corrompt les mœurs, les premiers évêques de l’Église, sans gros revenu, sont devenus des saints. /25/

  • 58 Un teston neuf est naturellement plus apprécié qu’une pièce usée : Clément XI a été pape de 1700 à (...)

70Cette ville est la dernière de l’État ecclésiastique, en la sortie de laquelle il y a quelques maisons, dans une desquelles sur la droite y déjeunâmes. Pendant que nous étions à table, il survint un jeune Allemand, avec lequel mon compagnon fit connaissance par rapport au même pays, aussi me parut-il être de bonne maison et garçon d’esprit ; pour s’assurer du pays il avait une carte d’Italie : mais ce qui augmenta la fête, ce fut qu’il paya les dépens du cabaret, à mon compagnon en faisant fricasser des œufs en deux différentes fois. Moi, voulant profiter de cette rencontre, à mes dépens je fis remplir la mesure ; dont un jeune garçon, loin de me rapporter la même, la changea en un autre pot qui avait une grande pièce d’emportée par le bord, je m’aperçus qu’elle n’était pas aussi grande que celle dont j’avais vidé, et que la pareille qui était sur la table, quand les Allemands l’eurent vidé, je vidai la mienne dedans auquel j’appelai ce maître trompeur, dont il y avait cette différence d’égale mesure y manquant un verre de vin qui était la quatrième partie ; les Allemands comprirent très bien que j’avais raison de me plaindre, dont, pour paiement, cet insolent me dit l’avoir donné exprès sans en vouloir donner d’autres et que je la paierais de même que la première. J’en fis mes plaintes au maître de la maison auquel je n’eus point de satisfaction : bien plus le jeune Allemand voulant payer l’écot pour deux, en jetant un teston neuf sur la table, marqué au coin de Clément onzième58, la nouveauté me tenta de le prendre pour un autre plus ancien sans manifester mon dessein ; trop bien celui à qui il appartenait me donna la permission de le manier et d’en payer leur écot. Sortant à l’entrée de la rue pour en découdre un des miens de peur que je ne fus aperçu, ce qui aurait manifesté que cette préférence donnait à connaître que j’en avais beaucoup ; je le présentai à notre hôte avec le mien, lui demandant combien ils valaient plus l’un que l’autre, lui marquant l’envie de reporter en mon pays cette pièce de Clément ; mais ce discourtois la garda pour lui, /26/ en rendant la valeur du surplus, ce qui me fâcha dans l’âme, sans oser en donner des marques ; je n’avais qu’à la demander à ce jeune Allemand, il me l’aurait certainement accordé, et c’était ma pure faute, qu’un pur respect humain me fit toujours depuis regretter.

  • 59 Le paul est une pièce d’argent pesant 3,179g, au titre de 917/1000. Le paul vaut dix bajoques ou ba (...)
  • 60 Gilles Caillotin emploie ici indifféremment quatrain et sol. Il réclame donc une bajoque qu’on lui (...)
  • 61 Gilles Caillotin signifie ici qu’il aura du mal à céder la pièce d’argent qu’il vient de recevoir à (...)

71Avant que sortir de cette hôtellerie, je changeai mon teston pour y payer mes dépens ; ce n’était plus à ce maître discourtois qui était absent : mais à un pire que lui, ce fut au trompeur qui usa encore de supercherie en mon égard, me donnant cinq quatrains de moins sans vouloir en venir à compte, bien plus la monnaie d’argent qu’il me donna était des demi-pauls tout usés et même fendus dont je craignais d’en perdre les morceaux. Car il y a beaucoup de préjudice à recevoir l’argent d’Italie dont les pauls et les demi-pauls sont si usés qu’on n’aperçoit plus ni empreinte de figure, étant si usés comme la plupart des vieux sols neufs de France qui sont tout cornus et cassés59. Je priai de bonne grâce de me donner du moins une seule pièce de cinq sols60, et voyant que c’était sa méchanceté de ne m’en point donner d’autres, dont il pouvait le faire, n’eût-il été que pour me faire ce plaisir de me contenter, puisqu’il en avait et dont il voulut l’emporter sur moi, en fermant la porte sur nous. Voyant que cet insolent était disposé à de fâcheuses suites, dont je voulais éviter, de peur que le peu courtois hôtelier ne survint dans ce débat, je repris ma pièce de cinq sols que j’avais posée sur un banc, toute cassée qu’elle était et à la prière des Allemands, nous sortîmes de cette maison, priant Dieu de me garantir de plus grande injustice encore que celle dont je recevais en cette maison, dont je dis à ce maladroit qu’il était un trompeur par la petite mesure qu’il m’avait donnée, par le mécompte volontaire de cinq quatrains qu’il me retenait, et de plus l’argent dont j’aurais peine d’en faire aloi61. Je lui reprochai que sa nation était des traîtres sujets au couteau, dont de la main je lui marquais comme il poignardaient le monde et qu’il était disposé de m’en faire autant, en m’enfermant dans sa mai /27/son qui n’était pas pour me bien faire. Puis le jeune Allemand nous quitta, allant vers Rome, et celui de ma compagnie me fit sentir combien il était sensiblement touché de cette aventure à mon égard, sans y avoir contribué aucune part.

72Nous commençâmes à monter sur une colline presque aussitôt que nous fûmes sortis de ce cabaret ; le chemin était plat environné d’un bocage, et de gros halliers ; la chaleur était excessive sans pouvoir en aucun endroit trouver d’ombrage afin de nous y rafraîchir. Ce chemin quoique plat n’en était pas moins mauvais pour cela, parce qu’étant pavé de mauvaises pierres, qu’il semble être de rocailles, et ils causent de cruelles douleurs aux pieds par leurs duretés.

  • 62 Il s’agit de Centeno, située à dix kilomètres au nord d’Acquapendente.

73Nous passâmes par la petite ville appelée Ponte Centino62, dans laquelle nous y fûmes bien dédommagés de la grande chaleur et soif que nous avions enduré : parce que trouvâmes une fontaine dont elle sort par un gros robinet de cuivre, sur la main gauche en avançant dans cette ville. Cette eau était d’une bonté et fraîcheur qui nous fit très grand plaisir. Elle sort d’une muraille, sans y avoir aucun ornement : sortîmes de cette ville toujours en montant par hautes montagnes et descendant ensuite en profondes vallées, où, de toutes parts, on ne découvre qu’une terre brûlée de soleil, sans y apercevoir aucune verdure, et non pas même d’habitation.

  • 63 Une cassine désigne une vieille maison en mauvais état.
  • 64 La feuillette ou fillette est une mesure de capacité, dont la contenance varie de province à provin (...)

74Nous fîmes rencontre d’une cassine63 en laquelle je bus une demi feuillette de vin64, dont le maître [était] également trompeur comme celui d’Aquapendente, auquel je lui donnai la mauvaise pièce de demi-paul qui me fut donnée ce matin, afin de ne me exposer d’en avoir deux morceaux, parce qu’elle était presque rompue en deux. Il est vrai qu’il ne m’en fit aucune question. /28/ Mais bien sachant le prix de son vin aussi bien que de la valeur de cette pièce, cependant il me retira trois quatrains, encore ce fut à force de lui faire comprendre qu’il ne me retint que cette valeur, m’ayant rendu quelques quatrains qui auraient été également perdus, si je m’en fus tait. Il découpait du fromage, en façon de celui qu’on appelle d’Hollande, à proportion qu’il m’entendait plaindre, pour me contenter il me donna comme aussi à mon compagnon Allemand, quelques morceaux de son fromage.

  • 65 Il s’agit du fleuve Paglia.

75Outre cette cassine coule un torrent qui, des Monts Apennins, descend dans le Tibre en passant par la ville d’Orvieto65. Il est fort large, il reste encore sur pied les faibles vestiges d’un pont qu’il y avait autrefois pour le traverser : mais dont la violence de l’eau l’a emporté, n’en laissant d’autres marques que celles du pied des arches qui sont néz pied néz terre [sic], bâties de carcailloux avec un dur ciment. Ce torrent audit endroit n’avait aucune rive relevée, pour que le dit pont fut beaucoup élevé, mais quoi qu’il en soit il n’y avait pour lors une seule goutte d’eau.

76Outre ce torrent il y avait deux Italiens qui, au nom de Dieu, nous refusèrent de l’eau : parce qu’ils venaient des endroits circonvoisins pour la vendre aux passants, et non pas pour la donner.

  • 66 Radicofani est à 900 mètres d’altitude et la route sinueuse doit franchir plus de 300 mètres de dén (...)

77Ici la nuit commença à devenir très noire, les étoiles ne nous éclairant que très peu : cependant nous montâmes la montagne qui commence au bord dudit torrent, et nous y eûmes grand peine, parce qu’elle est très haute et très raide, le chemin est à ce sujet fort oblique, sans quoi on ne pourrait qu’avec la dernière [blanc] la monter66.

  • 67 C’est à dire ici à fleur (ou à ras) de terre.

78Nous rencontrâmes sur la rive du chemin, un précipice rez pied rez terre67, sans barrière quelconque, trop bien y avait-il tout proche une pierre creuse en forme d’auge, ce qui prouve que ce trou est un puits. /29/

Situation de Radicofano, fort château, au Grand Duc

  • 68 Didier, roi des Lombards (756-774).
  • 69 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 276, dont le récit se déroule en sens inverse de celui de Gilles Cai (...)
  • 70 Radicofani, antique forteresse construite par le pape Adrien IV en 1154 fut prise au xve siècle par (...)

79Ce château fut bâti par Desidere Roi des Lombards68, et c’est la première place de l’État du Grand Duc69. Il y a aussi une petite villette, située sur une roche quelque peu plus élevée que ladite montagne, ceinte de très fortes murailles escarpées même dans le pied de la roche. Aussi cette place me parut non seulement très forte, comme elle l’est en effet : mais encore très propre et très belle, dont je fus fâché que mon passage ne fut au travers dont je la laissai à deux cents pas sur la droite70.

  • 71 La Paglia figure sur l’itinéraire publié dans les Voyages du Seigneur de Villa-mont (édition de Par (...)

80Maintenant il convient de dire que la Paglia71 hôtellerie, est sur la gauche du chemin, ayant à droite une très bonne fontaine dont l’eau est aussi froide que glace sortant par abondance de deux gros robinets de cuivre, au dessous desquels est un grand bassin de pierre pour la recevoir. L’eau de cette fontaine nous fit grand plaisir pour sa fraîcheur et sa bonté, attendu la grande fatigue que nous avions eu à monter cette rude montagne, que l’impatience, joint encore l’obscurité d’une nuit la plus sereine du monde, auquel nous fûmes encouragés qu’il y avait quelque demeure au-dessus, parce que nous y aperçûmes en un instant la lueur d’une chandelle. Plus nous av[anc]ions chemin moins nous paraissait-il que jamais nous arriverions au sommet : trop bien était-il coq chantant que nous arrivâmes vers ladite fontaine, et il me semble que nous fûmes pour le moins trois heures à monter sans relâche, fondé que si le coq chantait à minuit. Mais quoi qu’il en soit, nous fûmes bien trois heures, parce qu’en ce pays il est la grande nuit en cette saison dès sept heures du soir, et si le coq n’a chanté qu’à minuit, nous aurions été cinq heures à monter. Toute cette montagne est pavée, j’observai de marcher sur les rangs des pavés qui sont sur les bords parce qu’étant plus larges ils en blessent moins les pieds. /30/

81Le mardi cinquième septembre, nous sortîmes de cette hôtellerie appelée dis-je Lapaglia, où nous y avons été très bien couchés par l’abondance de paille que nous y eûmes, et considérant sur notre droite ce fort château pour tenir les frontières en assurance. Nous laissâmes sur notre gauche un couvent de Cordeliers qui n’en était éloigné qu’environ cent pas ; sans vouloir y aller, nous passâmes outre.

  • 72 Entre Radicofani et San Quirico d’Orcia, la route traverse une vaste zone argileuse rendue instable (...)

82Funestes séjours de cheminer si longtemps dans ces incultes montagnes, non moins effroyables que difficiles à monter, on ne voit que campagnes de toutes parts privées de l’agréable verdure, et même elles sont pour ainsi dire entièrement inhabitables à droite et à gauche, dont nous ne vîmes presque aucunes cassines : sinon celles qui servent de postes le long du chemin72.

83Au bas de cette montagne, nous fîmes rencontre sur notre droite d’une seule et pauvre hôtellerie, outre laquelle il nous fallut passer : parce que l’hôtesse me refusa de me donner du pain aussi bien que du vin, attendu qu’elle voulut voir si mon argent était monnaie du Grand Duc, et je n’en avais point d’autres que celle du Pape.

  • 73 De l’italien, pagnotta, miche de pain.
  • 74 Mesure de capacité pour vendre le vin au détail.

84N’importe, il fallut avancer encore quatre milles, par une chaleur non moins excessive qu’insupportable à gens qui sont chargés tel que j’étais. Nous fîmes rencontre bien à propos d’une grosse hôtellerie sur la gauche du chemin dans laquelle je me fis apporter une pagnotte73 de pain nouvellement cuit avec une demi-feuillette de vin74, tandis que le pauvre Allemand m’attendait sous le porche de cette hôtellerie, couché le long d’un banc de briques tenant à la muraille, parce qu’il n’avait pas beaucoup d’argent étant nécessité à se passer de vivres ; aussi le pouvait-il faire mieux que moi, n’ayant ni sac ni bourdon pour le fatiguer. /31/

Grande courtoisie d’un cabaretier et de son épouse

  • 75 Il s’agit du per carità.
  • 76 La grâce est en fait la crazia, monnaie d’argent de 4,140g, titrée seulement à 56/1 000. Une crazia (...)
  • 77 Le raisonnement de Gilles Caillotin est le suivant : le giulio vaut 8 crazie, la crazia équivaut ai (...)

85L’hôte qui était un beau jeune homme, aussi bien que sa femme, qui tous deux étaient très agréables : il me convia de manger de la viande dit de la carne en italien, ou du moins du fromage, j’exposai pour excuse ma grande pauvreté. De plus, l’hôtesse m’en vint faire de même étant sous le portique de leur maison, ayant sur ma gauche le pauvre Allemand couché déjà sur un banc qui règne le long de la muraille, et sur le bout à ma droite, était l’hôte, et même l’hôtesse vint faire diverses tenta[ti]ves pour me faire manger de la viande qu’elle me présenta sur une assiette d’étain : elle le fit de bonne grâce d’en manger non pour de l’argent mais par caritas75 pour l’amour de Dieu et de la Madona Sanctisima (qui est la Sainte Vierge). Étant confus des honnêtetés autant de mon hôte, comme de son épouse, je me disposai de manger de cette viande, au pis aller de la payer après. Je me fis apporter une seconde pagnotte de pain, et aussi une demi-feuillette de vin, ne voulant pas être ingrat et pour ne pas paraître tel, je conviai mon Allemand de me tenir compagnie : cette viande était très bonne et même fricassée nouvellement, parce qu’elle était encore dans sa chaleur ; je donnai un paul pour payer mon écot, l’hôte me rendit sept grâces76, n’en prenant que trois pour son paiement77, ce qui prouva par effet qu’en tout pays, on en trouve également des bons aussi bien que des mauvais. Or j’ajoute de plus, que cette viande ne me fut pas donnée pour être putréfiée, comme feraient gens qui ne donnent que ce qu’ils ne peuvent ni manger et ni vendre ; de plus c’était un mardi où il n’y avait aucun jour d’abstinence, pour s’en décharger. /32/

  • 78 La pratique de la prière en chemin est courante parmi les pèlerins. Le curé de Chênehutte-les-Tuffe (...)

86Quoi qu’il en soit, l’intention de cet hôtelier et de son épouse était très bonne, je les quittai en les remerciant aussi bien que notre Allemand, où je me mis à chanter à voix haute en action de grâces les litanies de la Ste Vierge où mon compagnon répondait alternativement78.

87Au sortir de cette hôtellerie, il fallut à l’ordinaire monter une montagne, passant par la Scala et San Quirico, où cette ville est assez considérable. Elle est située sur le sommet d’une petite montagne, de toutes parts agréable pour la culture des vignes et d’autres fruits très agréables. Le vin était à très juste prix dans cette ville ; mais une chose me parut être très désagréable, par rapport à mon Allemand, dont il fallut que je payai pour lui sans que je pus autrement m’en défendre ; cependant il avait encore de la monnaie qu’il pouvait s’en servir ; dont il me mit en main sa monnaie du Pape que je ne pouvais m’en servir dans les États de Florence : ce qu’il fit par une ruse, me jouant ce tour, ayant également comme moi de l’argent du Pape qu’il pouvait changer en monnaie de Florence.

  • 79 Gilles Caillotin désigne ici un Tchèque.

88Au sortir de cette ville nous retirâmes en arrière sur la main droite du chemin, afin de nous reposer sous l’ombrage de quelques arbres : un Bohème79 passant son chemin, nous lui fîmes bon accueil parce qu’il allait sur notre route. Il était âgé d’environ trente cinq ans, ayant une petite barbe au bord du menton, de couleur rousse. Ce pauvre Bohème nous fit voir les reliques qu’il emportait de Rome en son pays : c’était de quelques médailles, dont pour en faire l’achat il avait fallu qu’il vendît aux Juifs de Rome, non seulement la chemisette dont il était vêtu ; mais encore ses culottes, n’ayant pour tout vêtement qu’une méchante chemise de toile rousse, /33/ telles que sont ceux que portent les charretiers dans toute la Champagne et que tous les Allemands et autres nations des environs ont coutume de porter allant à Rome, et ont des bourdons aussi de couleur noire. De plus, il avait encore dans son sac un morceau de bois de cyprès de la nouvelle charpente de la couverture de Sainte Marie Majeure : tant il est vrai qu’on tient en estime tout ce qui vient de loin, encore plus s’il a servi à quelque chose de saint.

  • 80 Il s’agit des environs de Bologne.
  • 81 Buonconvento, à 26 km au sud-est de Sienne.

89Le jour commençant à s’abaisser par l’éloignement du soleil, en cheminant de compagnie, toujours à l’ordinaire, montant et descendant, nous fîmes rencontre d’un beau chemin plat en chaussée durant plus de trois milles, environné de vignes et d’arbres fruitiers, comme dans le Parmesan et le pays boulonois80. Au bout de cette chaussée est la ville de Bonconvento81, qui est assez considérable pour sa longueur, dont les bâtiments sont fort beaux et haut élevés, y ayant plusieurs puits dans les rues. Surtout sur la main droite vers les maisons.

90Nous passâmes outre cette ville, dont sur la gauche vers la porte de ladite ville, il y avait quantité d’étoupes, ce fut l’endroit d’où nous fûmes résolus d’y passer cette nuit. Je [re]tournai dans la ville sous un faux prétexte d’y chercher de l’eau, mais en effet pour y acheter du pain, à l’insu de mes compagnons : j’achetai un beau pain blanc moyennant deux grâces qui valent autant que deux bajoques monnaie du Pape.

91Après quoi je retournai en notre beau gîte, laissant mon sac sur mes épaules, mon bourdon entre mes bras et mes jambes, de peur de quelque surprise, soit de la part de mes compagnons ou du moins de quelqu’autre, car il est toujours de la prudence de se tenir sur ses gardes, quand on est en pays éloigné. /34/

92Le mercredi sixième septembre, nous quittâmes notre poste de la ville de Bonconvento, à la faveur de la clarté de la lune, pour nous réchauffer du grand froid dont nous fûmes pénétrés cette nuit, il y en avait passé d’autres bandes de pèlerins même avant nous.

  • 82 Il s’agit de San Quirico d’Orcia, à environ 35 kilomètres au sud-est de Sienne.

93Le pays est encore aussi beau que de l’autre côté de la ville, mais non pas le chemin aussi bien dressé : il nous fallut passer un pont sous lequel coulait une petite rivière qui descend vers la ville de Sienne, pour aller se jeter dans le fleuve appelé Ombrone, qui lave les pieds des murailles de Buoconvento [sic], du côté que nous y entrâmes, et l’environne de toutes parts. Cette ville est honorée d’un siège épiscopal aussi bien que celle de Saint Quirice82.

  • 83 Les deux bourgs sont vraisemblablement Monteroni d’Arbia et Cuna, respectivement à 13 et 11 kilomèt (...)
  • 84 Le mal de Saint-Jean est l’épilepsie. On retrouve cette croyance dans la vertu des pierres chez le (...)

94Nous traversâmes par le milieu de deux gros bourgs, dans le premier desquels j’y déjeunai83 ; et, après être passé outre le second, il me fut enseigné par un pèlerin venant du côté de Sienne, et s’en allant à Rome de m’éloigner sur la main gauche hors du chemin, dans laquelle on y trouvait grande quantité de certaines pierres blanchâtres en façon de tuyaux de pipes dont elles ressemblent en toutes choses, et même qui sont aussi percées. Il m’assura qu’elles préservaient du mal de Saint Jean, en les portant au col, en façon de colliers. Je me souviens que ce Milanais dont j’ai parlé depuis Saint François d’Assise pour avoir été l’instrument qui empêcha mes compagnons de m’accompagner à visiter le tombeau de ce grand Saint, il en portait dis-je un collier en son col, mais moi j’aimais trop mieux me confier en la vertu des prières des Saints qu’en celle de ces pierres, dont les pèlerins en font commerce par le pays84.

95Aux approches de quelques milles de la ville de Sienne, il convient de passer outre sur un haut pont de briques d’une seule arche, qui a plus de quarante pieds de hauteur, serré entre deux collines mais qui pour lors n’avait pas d’eau au dessous. /35/

Description de la ville de Sienne en Italie

96Cette ville qui est grande et belle, elle est haute et basse, parce qu’elle est située sur une colline : elle doit sa fondation aux Gaulois Senonais sous leur chef Brenus après son irruption en Italie ; ils la ceignirent de très fortes murailles et aussi d’une citadelle. Les Gaulois étant chassés hors d’Italie, elle vint au pouvoir des Romains qui y établirent une colonie : mais comme toutes choses sont sujettes aux révolutions, elle reprit sa première liberté. Toutefois elle reconnaissait l’Empire Romain avec les Florentins, entre lesquels ils eurent de grandes guerres avec effusion de sang d’une part et d’autre : mais elle vint enfin sous la puissance des Florentins l’an mil cinq cent cinquante cinq.

97Cette ville pour le présent me parut être située tant sur le sommet que sur le pendant de deux petites collines, ayant de circuit cinq milles. Elle est forte au possible, et même elle a une bonne citadelle.

  • 85 Passage recopié de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 270-271.

98Ce qu’on y voit de remarquable dans son enceinte, sont le dôme, qui est une des plus propres églises cathédrales de toute l’Italie, quoi qu’elle soit bâtie à la tédesque. Elle est toute de marbre noir et blanc, la façade est curieusement travaillée et embellie de quantités de statues ; mais elle manque d’un beau parvis, parce que la place qui est au devant y est trop peu large. Les dedans de cette église sont fort agréables, et on voit autour de la voûte les bustes de tous les papes depuis Saint Pierre jusqu’à celui qui fit parachever cette église, ils sont d’un marbre blanc85. Au milieu de la croisée de cette église, s’élève un beau dôme /36/ où est l’image de la Sainte Vierge environnée de celles des quatre Évangélistes et d’une multitude d’anges : le tout fait d’un marbre précieux, d’où je ne pouvais sans sujet trouver un monument plus digne de ma curiosité, comme de ma dévotion. Aussi la renommée de cette église, aussi bien que celle de la chartreuse de Pavie, va en parallèle avec les plus belles églises de Rome, disent les pèlerins, qui osent même ajouter plus belle que celle de S[ain]t Pierre. Quoi qu’il en soit, cette église a un mérite qui lui est particulier, mais non pas à comparer à un si digne et si vaste vaisseau que l’église de Saint Pierre de Rome.

  • 86 Paragraphe recopié de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 271.

99Le pavé de cette église est le plus beau du monde, et de peur qu’en marchant dessus on ne le gâte, il est toujours couvert, et on le découvre quelquefois pour le faire voir aux étrangers : pour moi je l’ai vu entièrement à découvert, et j’y ai vu les belles histoires qu’il représente86.

100Il est étonnant comment comprendre lequel est le plus magnifique, du pavé de cette église, ou de sa voûte de toutes parts azurée de peintures et dorures. Son auguste dôme qui semble être une ouverture de la céleste Jérusalem par lequel on y découvre les innombrables multitudes de ces esprits bienheureux.

101Dans la face de la maîtresse nef, on y voit les douze apôtres posés dans les niches des six premiers piliers, ils sont faits d’un marbre excellemment bien travaillé. Tout cela n’est encore rien en comparaison du Maître-Autel, d’où sont représentés quatorze anges de bronze tenant chacun en leurs mains un cierge allumé.

102Voilà ce que je remarquai en détail dans cette église, dont elle est d’un marbre blanc noir et rouge, divisé en autant de rangs que de couleurs, c’est ce que je ne trouvai pas agréable, par je ne sais quel œil dont je fus frappé, pour ne pas être accoutumé à une aussi bizarre diversité. Au dessus de la maîtresse porte de cette église il y a l’image de la Sainte Vierge, qui est dorée d’or, et bien quinze pieds des environs. /37/

103À l’entrée de cette ville, la première porte peut avoir de hauteur vingt cinq à trente pieds, au dessus de la voûte en deçà est dépeinte l’image de la Sainte Vierge. Dans le dehors de la muraille de cette porte, dans ceux des murailles tout à droite comme à gauche de l’entre-deux des portes, et même en la plupart des principaux bâtiments de cette ville, on y voit des gros anneaux de fer qui y sont enclavés sans que j’en pus en savoir la cause, sinon que je suppose qu’il en est ainsi, parce que les Siennois ont perdu leur liberté, étant soumis à la domination des Florentins.

  • 87 Il s’agit de la ville d’Asti.

104Dans cette ville on y voit plusieurs hautes tours de briques, qui y ont été autrefois élevées pour honorer la mémoire des bourgeois qui ont le mieux mérité en faveur de la République telles qu’on voit ès villes de Viterbe, de Bologne, de Pavie, et d’Ast en Piémont87. Pour celle de Sienne, à la faveur de ces hautes tours, on la découvre de trente milles vers Rome ; pour moi je ne la vis pas de si loin, comme n’étant enseigné de personne, et étranger dans ce pays.

  • 88 Il existe bien à Sienne une Fonte Branda qui est l’une des plus anciennes fontaines de la ville : e (...)
  • 89 La description de Gilles Caillotin s’accorde mieux avec celle de la Fonte Gaia (fontaine de la lies (...)

105On voit en cette ville une vaste place appelée Branda88, qui est de figure ronde et inégale dans sa situation, car elle va en se levant sur la main gauche, sur l’entrée de cette place est un palais en lequel il y avait deux tours carrées faites de briques, en toutes choses égales à celles dont j’ai fait mention en la ville de Bologne, qui en grosseur et hauteur semblent être les mêmes, quoi qu’en différentes villes. Il y en a une des deux qui est rompue par le milieu, et le restant pendant beaucoup vers son centre. En ce palais, il y a aussi de gros anneaux de fer de toutes parts enclavés ès murailles. /38/ À l’autre extrémité de cette place, opposé à ce palais, il y avait une belle fontaine ornée de marbre blanc, qui est de figure carrée, assez ample en son étendue89.

106Maintenant il convient de dire qu’étant assis sur les bancs de pierres qui règnent le long des murailles dudit palais, dont je considérai la vaste étendue de cette place, et la fontaine ci dessus parlée : voici venir vers moi le nouveau converti dont j’ai fait mention en la ville de Bologne et proche le petit hôpital qui est en dehors, auquel j’eus avec lui divers propos sur la religion, et même par aventure il me fut donné son pain : il était accompagné au sortir dudit hôpital d’un survenant qui était de la province du Dauphiné, ayant sa femme avec lui. Et ce qui rendit leur rencontre plus agréable, c’était qu’ils étaient l’un et l’autre de la secte de Calvin, aussi bien que de même pays. Notre petit Dauphinois, que j’avais fait rencontre dans la cour du Palais archiépiscopal de Milan, n’était pas en sa compagnie, étant, disait-il, tombé malade au bout de quelques jours qu’il m’eût quitté, et ce nouveau converti m’assura qu’une fièvre l’avait abattu, n’étant pas assuré ce qu’il en serait devenu.

  • 90 Selon l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot (t. IV, Paris, 1754, p. 505), croisé se dit de “toute (...)

107Au reste ce nouveau converti crut me faire plaisir de me faire entrer en question sur la religion avec un certain homme âgé d’environ quarante ans, beau de visage, portant perruque, vêtu d’une chemisette de croisé90 gris manufacture de Reims. Cet homme était aussi Dauphinois, et dont la religion était celle de Genève : comme ce nouveau converti m’avait entendu décrier cette religion, lorsque nous fûmes en dehors de la ville de Bologne, et comme alors il ne pouvait que faiblement me répondre je compris qu’il voulait avoir la satisfaction de me voir entrer en lice avec cet homme qui était assez lettré, et grand babillard capable d’être ministre, savoir s’il ne l’était pas ? /39/

Histoire d’un ministre allant faire abjuration à Rome

  • 91 La phrase de Gilles Caillotin est inachevée. On peut imaginer que l’interlocuteur (réel ou supposé) (...)

108Cet homme avec qui j’entrai en matière, croyant d’un premier abord qu’il agissait sincèrement, d’autant plus qu’il m’assurait d’aller à Rome pour abjurer ses erreurs : je retrouvai en ses discours rien de moins vrai que ce qu’il me soutenait : parce que son pernicieux langage démentait une conversion chimérique, et qu’en vain se disposait-il d’aller à Rome, et être si prévenu de la religion de Calvin et de Genève ; car selon lui, Clément Marot, dont je lui fis reproche qu’il avait eu le fouet par les mains d’un bourreau pour la dissolution de ses poésies et qu’un auteur ainsi flétri n’était à rien moins capable de travailler sur les divins psaumes du prophète David, que Calvin avait depuis peu mis au jour corrompus de sa main, et parachevés par celle de ce vilain poète91.

  • 92 Gilles Caillotin réemploie ici une argumentation puisée dans une apologétique catholique du pouvoir (...)

109Après avoir, avec grande chaleur, prouvé l’indigne fin de tous les hérésiarques, et de tous ceux qui se sont révoltés contre l’église romaine, ils ont tous fini par une mort qui leur a frayé le chemin de l’enfer, si ils ne sont rentrés dans cette Église, par un sincère repentir. Je prouvai en même temps le pouvoir suprême des souverains pontifes successeurs de Saint Pierre et les vicaires que Jésus a laissés sur la terre pour gouverner son Église jusqu’à la consommation des siècles, et dont pendant une si longue durée les portes de l’enfer ne pourront prévaloir contre elle92.

110Mais voyant que cet insolent n’avait d’autre but qu’à me braver, par son empoisonné caquet, je le suppliai plusieurs fois de me laisser en repose, et qu’à faute de quoi j’irais le dénoncer aux /40/ aux officiers de l’inquisition, c’est ce qu’assurément j’aurais fait.

  • 93 La rumeur orale concernant les bruits de guerre entre la France et l’Espagne court tout au long des (...)

111Mais changeant d’autres propos, il m’assura que pour le certain la guerre était déclarée entre les rois de France et d’Espagne ; et pour une preuve plus certaine, il ajouta que passant dans le duché de Milan il y avait été arrêté et logé dans les prisons pendant l’espace de deux heures, où ses hardes furent exactement visitées, et même jusqu’à lui découdre l’entre-deux des semelles de ses souliers, pour voir s’il n’y avait pas quelques lettres cachées dedans93.

112Ces sortes de discours me firent beaucoup d’impression sur ma crédulité, que non pas ceux qu’ignoramment il avançait sur la religion ; ces discours procédant d’un homme qui ne me paraissait pas intéressé de mentir sur une matière qui ne lui rapportait aucun avantage. D’ailleurs ma propre expérience, qu’ayant passé dans ce pays il y avait plus de six semaines on y parlait déjà fortement de guerre, et que depuis le temps elle pouvait bien être déclarée. Et tous ceux qui étaient de la compagnie de cet homme m’assurèrent qu’il me disait la vérité.

  • 94 La péninsule est effectivement parcourue par toute une série de pèlerins venus surtout des territoi (...)
  • 95 Il s’agit du port toscan de Livourne. La traduction française du livre de Richard Lassels (op. cit.(...)
  • 96 Depuis le traité de La Haye en 1720, où les membres de la Quadruple Alliance (France, Angleterre, P (...)

113Le nouveau converti me dit le dernier adieu, aussi bien que ce babillard calviniste, et plusieurs autres de pareille hérésie, disant tous qu’ils partaient sans délais pour aller abjurer dans la ville de Rome94. Mais un quart d’heure après, allant en la compagnie de mon Allemand en un cabaret, j’y trouvai ma brigade de calvinistes, entre les verres et vidant les pots, chargée de volonté, pour aller à Ligourne95 pour s’y engager dans les troupes d’Espagne96.

114Voilà de quels gens ont fait rencontre sur les chemins : gens qui font une vie de fripon, abusant de la crédulité des bonnes gens, sous un dehors apparent d’abjuration, et même de sincère conversion ; et sous ce prétexte coloré, ils trompent et attrapent les abondantes aumônes qu’on leur fait. Car je n’en veux pas d’autres preuves que /41/ par la conduite de ce nouveau converti, au moins d’apparence. Il me quitta le trente unième juillet proche la ville de Bologne, où après avoir séjourné dans Rome, et parfait mon pèlerinage, je le trouvai presque où je l’avais laissé, et lui-même me fit le récit des grandes sommes d’argent qu’ils avaient amassées dans la ville de Florence, pendant plusieurs jours, et même les libéralités du Grand Duc, à qui ils en imposèrent aussi bien qu’à ses concitoyens et à ses sujets.

115Ces sortes de gens, vrais vagabonds qui pillent le peuple par le long séjour qu’ils font dans les endroits où ils ont plus de crédit à en imposer, mais pour dire la vérité, ce sont tous des déserteurs de l’armée de France, dont ils n’osent rentrer en leurs pays, et sont contraints d’aller errants par le pays, comme des malheureux, et se jeter derechef dans les troupes d’un autre prince, après quoi ils changeront d’autres. Et l’Italie n’est de toutes parts remplie que de pareils scélérats.

116Ce fut après avoir quitté ces huguenots que je fus visiter l’église cathédrale de cette ville dont j’ai déjà parlé, et que je ne veux pas répéter ; nous en avions déjà visité une en entrant dans cette ville, qui était un couvent de religieux, dont ils nous donnèrent un œuf frais.

  • 97 Les informations de ce paragraphe sont empruntées à Richard Lassels, op. cit., t. I, p. 274-275. Au (...)

117Dans cette ville il s’y est tenu un concile sous le pape Nicolas troisième, où cent trente évêques se trouvèrent. Saint Bernardin réformateur des Cordeliers était de cette ville, comme aussi Sainte Catherine appelée de Sienne, et Saint Colombin instituteur des jésuates, homme de grande doctrine, et grande sainteté. Elle a donné cinq papes à l’Église, savoir Alexandre 3, Pie 2 et Pie 3, Paul 5 et Alexandre septième97. /42/

Éloges des jansénistes, faits par un prêtre dans la ville de Sienne

  • 98 Jean Gillot (1659-1739), chanoine du chapitre cathédral de Reims, docteur en théologie, avait été, (...)
  • 99 Nicolas Le Gros (1695-1751), docteur en théologie et chanoine de la cathédrale de Reims. Directeur (...)
  • 100 Claude-Rémi Hillet (1677-1753), docteur en théologie, est le curé de la paroisse Saint-Martin de Re (...)
  • 101 Jean Lacourt (1669-1730), fils d’un marchand épicier, docteur en théologie de l’université de Reims (...)
  • 102 François de Mailly, archevêque de Reims de 1710 à 1721, est l’un des chefs du combat anti-jansénist (...)
  • 103 La boîte à Perrette est le sobriquet qui désigne l’organisation financière des jansénistes. Sur cet (...)

118Comme j’étais assis sur les bancs de pierre qui règnent le long des murailles de l’hôpital des pèlerins qui fait face à cette belle cathédrale dont j’ai parlé et que j’en considérai à loisir les dehors, voici venir vers moi un prêtre séculier, âgé d’environ cinquante ans, ayant à la mode des prêtres italiens ou polonais, une petite barbette sur le bout du menton ; il avait au reste l’humeur assez affable. Il m’apprit beaucoup de mystères à moi inconnus sur le compte des pauvres jansénistes, qui pour être trop longs à réciter, je les passerai sous silence, pour dire qu’il était l’ennemi déclaré de ces sectaires, aussi bien que de leur hérésie. Ce ne fut qu’après que ce prêtre eût appris mon pays qu’il s’anima de zèle en décrier les jansénistes, d’autant plus qu’il me reconnut leur être également adversaire que lui et que je n’ignorais pas leurs ruses et la manière séduisante dont ils trompent et séduisent les peuples. Voyant que je ne lui apprenais rien de particulier sur le compte de ces sectaires, il entra lui-même en champ de combat, me nommant plusieurs prêtres qu’il appelait fanatiques ; comme les Gillot98, les Le Gros99, les Hillet100, les Lacourte101 hommes qu’il appelait détestables pour avoir vainement voulu noircir la réputation du grand et illustre cardinal de Mailly102. Me faisant la narration de leurs cabales et des contributions pour emplir la boîte à Perrette103, afin de gagner chaque jour de nouveaux partisans à l’erreur.

  • 104 Gilles Caillotin emprunte visiblement toute l’argumentation qu’il met dans la bouche de ce prêtre i (...)

119Quoi, ces fanatiques docteurs ont la témérité de s’arroger en juges de la foi, qui de simples prêtres comme moi, me disait-il, s’arrogent un droit qui n’appartient qu’aux seuls évêques et aux successeurs de Saint Pierre !104 /43/

  • 105 Pasquier Quesnel (1634-1719), entré à l’Oratoire en 1657, s’est attaché à Antoine Arnauld en 1666-1 (...)
  • 106 Voir l’ordonnance de François de Mailly, en date du 5 octobre 1716, déjà citée : “S. Cyprien n’a pa (...)

120Bon Dieu, disait-il, que tous ces sortes de personnes qui causent de si grands ravages en France, qu’ils seraient bien changés s’ils étaient détenus aux prisons de l’Inquisition d’Italie : ce serait dans ces lieux sombres et obscurs, on verrait ce faux zèle dont ils font tant d’éloges, on le verrait ce zèle prétendu se démentir par la crainte d’un supplice dû à leurs démérites. Mais combien en verrait-on qui voudraient monter eux-mêmes avec allégresse sur le bûcher pour s’y voir brûler pour la défense des dogmes de Jansénius et de Quesnel105 : non, on verrait ces lâches qui, à la crainte du supplice, chanteraient la palinodie de leur rétractation, ils savent trop dans le fond de leurs consciences qu’on ne peut porter le titre de martyr, hors la communion de l’Église dont ils sont séparés. Ce n’est pas, dit Saint Cyprien évêque de Carthage, le martyre qui fait le saint : c’est la cause qui fait le vrai martyre, parce qu’également souffrent les suppliciés, ceux que la justice punit pour leurs crimes comme ceux que les tyrans firent cruellement mourir en haine de notre sainte religion106.

  • 107 Voir la Lettre de M. l’Archevêque de Reims à S. A. R. le Duc d’Orléans, régent du royaume, en date (...)
  • 108 Voir l’ordonnance de François de Mailly en date du 5 octobre 1716, déjà citée, p. 9 : “Sous un roi (...)

121On sait trop bien que ces sectaires aussi craintifs que les anciens hérétiques, ils ont déguisé leurs sentiments impies durant le règne d’un glorieux règne qui fut celui de Louis Roi de France107. Ce prince toujours zélé pour la tranquillité de l’Église, aussi bien que pour celui de ses États, il ne voulait pas entendre parler de désobéissance au Souverain Pontife de l’Église romaine, dont il embrassait sincèrement les décrets. Cependant, qu’avaient-ils à craindre, ces lâches partisans ? Sinon l’exil108 ou la perte de leurs bénéfices qu’ils auraient recouvert d’une manière trop connue par les secrets ressorts de la boîte à Perrette, pour survenir /44/ aux pressants besoins de la secte et des sectaires qui la défendent. Que dis je, ils craignaient l’exil, oui il est vrai, mais ils avaient encore d’autres vues parce qu’il fallait autant user de ménagement dans l’avancement de cette secte pour ne pas l’abandonner dans sa naissance que pour ne pas irriter ceux d’entre les catholiques dont on avait ingénieusement trompé la crédulité par des trompeuses comparaisons. Et en leur faisant remarquer qu’il s’agissait de conserver le dépôt de la foi ; qu’à la vérité les évêques en étaient les juges à qui on ne pouvait, sans témérité, leur en disputer la possession, puisqu’ils la tiennent de Jésus-Christ mais que, par les intrigues d’une puissante cabale, ils avaient eux-mêmes prévariqué dans la foi, en se livrant aveuglément à la passion des jésuites.

  • 109 Marcion, né vraisemblablement à Sinope, province du Pont, rompt avec l’Église romaine en juillet 14 (...)

122Que de siècles en siècles les saints Pères nous ont toujours prémunis contre les hérétiques, les appelants, les aînés de Satan comme un St Polycarpe à Marcion, droit qu’ont hérité tous les descendants de cet hérésiarque109. Car également ennemis de toute vérité comme leur grand père Marcion, ils se servent de mauvaises femmes pour l’avancement et le soutien de leurs hérésies.

  • 110 Arius, né en Libye dans la deuxième moitié du iiie siècle, est ordonné prêtre à Alexandrie. Il s’op (...)

123Les partisans de Quesnel ont, à l’exemple d’Arius110 qui séduisit les nonnaines de leurs couvents, de même en font ceux-ci dans le florissant royaume de France. Quoi ! Serait-il possible que des gens frappés des anathèmes de l’Église trouvassent des cours souveraines qui les appuient et les soutiennent ; bien plus, chose déplorable à réciter, qu’ils les relèvent de leurs excommunications.

  • 111 Voir la Lettre à S. A. R. le Duc d’Orléans de François de Mailly, déjà citée, en date du 29 janvier (...)
  • 112 Gilles Caillotin écrit ici : Il est encore bien plus criant.

124Quoi ! les Parlements de France osent-ils présumer de délier ceux que les évêques successeurs des apôtres ont liés. Mais d’où ont-ils reçu cette juridiction ? Les évêques l’ont reçue de Jésus-Christ. /45/ En est-il de même des Parlements ?111 Si donc on reconnaît cette puissance être au pouvoir des successeurs des apôtres, pourquoi donc vouloir non seulement leur lier les mains, mais même infirmer les actes de leur ju[ri]diction ? Cette entreprise est non seulement tyrannique mais même abominable, telle que furent le faux zèle des tyrans qui persécutèrent par toutes sortes de tourments l’Église naissante afin de l’anéantir. Elle est encore bien plus criante112, l’entreprise que font ces Cours souveraines, elles portent à leurs chefs le nom de chrétiens, et leurs coups en sont d’autant plus dangereux, dont les plaies qu’elles causent à la religion sont mortelles ! Il faisait beau voir le zèle animé de ce prêtre, quand il vint au récit que des prêtres excommuniés et frappés d’anathèmes osaient cependant profaner les sacrements en célébrant la sainte messe : profanation la plus grande s’il en fut jamais.

  • 113 Félix, évêque d’Urgel à la fin du viiie siècle est le théoricien de l’adoptianisme : le Christ, vra (...)

125L’Église de France a tout sujet de gémir de voir les maux que lui causent ses enfants de l’erreur, on a vu après la mort du plus religieux prince qui ait jamais régné sur la monarchie des Français après Charles qui s’est acquis le surnom de Grand, non pour avoir autorisé les hérétiques de son temps, on sait trop bien le soin qu’il s’est donné au sujet de Félix d’Urgel et de son hérésie, et même en vengeant les injures faites en la personne du pape113.

  • 114 Condamné en novembre 448 par une assemblée épiscopale réunie autour de l’évêque de Constantinople F (...)

126Louis Quatorze eut à peine fermé les yeux, que ces infâmes sectaires commencèrent non seulement à paraître ainsi que fait le serpent dans la saison du printemps, après qu’un rigoureux hiver est passé ; ils firent tant par leurs cabales qu’ils engagèrent la plupart des parlements à se déclarer en leur faveur. On sait jusques où les affaires ont été pendant la minorité d’un prince qui donne à l’Église d’heureuses espérances ; cependant l’esprit de cabale fit paraître cette déclaration si funeste à la religion /46/ par laquelle il était enjoint aux évêques de garder un profond silence par rapport à la Constitution, qui éprouva les mêmes révolutions que la Constitution du Saint pape Léon adressée à Flavius évêque de Constantinople contre l’hérétique Eutychès114.

  • 115 La Déclaration royale du 7 octobre 1717 impose le silence pour un an à tous les protagonistes des d (...)
  • 116 Entre septembre et décembre 638, l’empereur Héraclius avait publié une « ecthèse de la foi » où il (...)
  • 117 Après la victoire de Mühlberg, le 24 avril 1547, l’empereur Charles Quint réunit une diète à Augsbo (...)

127La France aurait dû au moins devenir sage à ses propres dépens. Qu’elle se souvienne des révolutions qu’elle a souffertes pendant un temps, sous les rois François premier, Henri second, et François second qui l’un et l’autre persécutèrent les disciples de Calvin et de Luther ; mais après la mort du roi François second, qui laissa sa couronne entre les mains d’un prince âgé de onze ans, qui sous son règne vit de toutes part les campagnes de la France jonchées du sang de ses sujets. Quatre batailles rangées données et gagnées contre les calvinistes sans avoir pu terrasser cette hérésie, non pas même à la journée de la Saint Barthélemy. Et la France court-elle moins de risque qu’autrefois, ses rois sont-ils plus en sûreté des attentats que l’erreur peut attenter sur leurs sacrées personnes ? Louis, jeune monarque qui à présent tient en mains les rênes de la France, fera sous son règne refleurir le repos en rendant la paix à l’Église ; il fera voir à tout l’univers qu’on a abusé de son nom en faveur des jansénistes et des quesnellistes, en fabriquant cette déclaration de mil sept cent dix sept115 qui a beaucoup de conformité avec le type de l’empereur Constant116, qui crut vainement fixer le sens de la foi : et aussi comme plus récemment fit l’empereur Charles Quint par l’intérim117 qu’il fabriqua en faveur des luthériens d’Allemagne.

  • 118 Il s’agit des partisans de Priscillien.
  • 119 C’est-à-dire projetait.
  • 120 Priscillien commence à propager ses idées vers 370-375 aux environs de Merida et de Cordoue en Espa (...)
  • 121 Il s’agit du cardinal Louis-Antoine de Noailles, archevêque de Paris de 1695 à sa mort en 1729, ouv (...)

128Maximus tout tyran qu’il était pour avoir envahi l’empire sur Gratien, cependant il crut qu’il était de son devoir de faire punir exemplairement tous les hérétiques princillinistes118 par les commissaires qu’il desseignait119 d’envoyer en Espagne, afin de faire leurs poursuites contre eux et de saisir leurs biens à son fisc. Il fit même brûler tout vif Princillian le chef de cette damnable hérésie120. En France n’a-t-on pas vu sous le roi Henri deuxième renouveler /47/ cet exemple, dont il aurait été de grande conséquence de les renouveler de nos jours, sans même épargner ce cardinal121 dont le parti se glorifie de l’avoir à sa tête.

129Je serais trop long pour vouloir tout rapporter ce qui me fut dit par ce prêtre qui parlait bon français, il attaqua même la personne de Philippe d’Orléans, régent de France, pour avoir souffert que, durant sa régence, l’hérésie de Quesnel ait porté ses excès jusqu’à l’insolence.

130Comme l’heure d’entrer en l’hôpital approchait, mon prêtre me quitta, bien joyeux de m’avoir trouvé conforme dans ses sentiments qui étaient ceux de l’Église.

  • 122 Il s’agit de l’hôpital de Santa Maria della Scala. Fondé à la fin du xiie siècle, l’hôpital de Sant (...)

131Pour dire quelque chose de cet hôpital plus digne d’être appelé un palais, que l’hospice pour y recevoir des pauvres pèlerins122. Car comme j’ai déjà dit, cet hôpital fait face au portail de l’église cathédrale de Sienne, dont le parvis en est assez serré. Le dehors de cet hôpital ressemble à celui de cette église, excepté qu’au lieu d’être revêtu de marbre, ce n’est que de la peinture divisée par carreaux rouges et noirs, suivant comme est le dehors de ladite église.

132Les hospitaliers, aussi bien les prêtres que les domestiques sont revêtus de soutanes d’étoffe couleur bleue, étant croisée telle que sont celles des jésuites, avec des marques de cordon entrelacé autour d’une croix, telle qu’on la voit représentée aux marques empreintes sur les patentes des pèlerins.

133Nous fûmes admis au réfectoire sans aucune cérémonie ; ce réfectoire est très ample, et très beau : nous y eûmes pour souper chacun une écuelle de menestre, avec un petit pain bis d’environ /48/ huit onces de poids avec un grand bocal de vin servi pour quatre personnes contenant environ seize verres de vin mais pour boire c’étaient des tasses de faïence, dont une seule servait pour chaque bocal. Voilà quel fut notre souper, qui ne répondit en nulle manière à la grande magnificence de cette maison.

  • 123 Sur la vie quotidienne à l’hôpital de la Scala pour une période antérieure, il est vrai, on pourra (...)

134Le dortoir est une chambre haute, qui est très ample et très belle comme tout le réfectoire, je crois qu’elle peut être aussi ample que la grande salle du palais de l’archevêché de Reims. Les lits étaient très propres, montés sur pieds de fer au debout desquels étaient des pommeaux de cuivre123.

135Le jeudi septième septembre, après avoir entendu la messe à l’église de cet hôpital, nous sortîmes aussitôt de la ville de Sienne qui est entièrement pavée de briques, les côtés en haut. Au bout du faubourg, on fait rencontre de deux chemins l’un et l’autre également bien pavés ; et, sur la jonction de ces deux chemins, est une maison qu’on regarde en face, sous le porche de laquelle il y a une fontaine avec deux longues auges de briques pour y recevoir l’eau qui, pour lors, n’était pas trop abondante puisqu’elle en tombait goutte à goutte. Nous laissâmes le chemin à droite qui passe sur la gauche de cette maison, et par la grande courbe qu’il fait en arrière, nous jugeâmes qu’il ne pouvait être notre chemin. Ce chemin conduit à la ville de Pise.

136Nous suivîmes celui qui était sur la gauche, qui fait encore une bien plus grande courbe que celui qui va, dis-je, en la ville de Pise. À peine eûmes-nous fait un demi-mille que nous trouvâmes sur notre droite le clos d’une chartreuse. /49/

Description des deux Chartreuses de la ville de Sienne

137Maintenant j’ai jugé plus à propos de ne pas faire mention séparément de ces deux Chartreuses comme appartenantes l’une et l’autre à cette ville de Sienne.

  • 124 Il s’agit de la chartreuse de Maggiano située à environ un kilomètre et demi, au sud-est du centre (...)

138La première est en deçà de cette ville sur la main droite, on fait rencontre d’un chemin qui laisse les fossés de la ville sur la gauche ; en s’avançant durant un bon mille par un chemin qui fait la courbe, environné de vignes et d’arbres fruitiers124. La dite Chartreuse est sur la droite de ce chemin, qui passe sous un porche, ce qui prouve que ce couvent a droit de fermer le passage ; quoi qu’il en soit, il nous fut donné de la menestre aux oignons, avec un peu de pain et de vin rouge, dont je vis l’histoire qui fut faite de ce vin par quelques gueux plutôt que par des pèlerins, dont ils en portaient le nom aussi bien que la livrée. C’est que la grande et excessive chaleur fit aigrir ce vin d’une telle manière que, de dépit, le voulant épancher sur le pavé, il ne voulait pas sortir du pot, quoique l’entrée en fut très large, et je le vis aussi épais et aussi figé que du sang caillé. Après que nous eûmes pris la réfection qui nous fut donnée, nous rebroussâmes chemin, pour entrer dans la ville.

  • 125 Il s’agit de la Chartreuse de Belriguardo située à deux kilomètres au nord-ouest du centre de Sienn (...)

139L’autre Chartreuse125 est celle dont je parle qu’actuellement nous y fûmes. Il convient d’avancer dans une longue allée fermée, de l’un et de l’autre côté, de murailles qui enferment les jardins. Au bout de cette allée il y avait une grande porte qui donne entrée en leurs jardins : elle fait face au grand chemin. Il convient de sonner une clochette, au son de laquelle il nous fut apporté plein un plat de quelques morceaux de pain, et des figues dont nous étions à cinq pour en faire le partage, savoir moi, l’Allemand, le Bohème qui étaient de ma com /50/ pagnie, et puis deux Dauphinois qui étaient les premiers avant nous au bout de cette allée, ce qui me donna sujet d’avancer vers eux, car sans quoi je ne me serais pas aucunement aperçu qu’il y eût une Chartreuse audit endroit, dont même de la porte de l’entrée de leurs jardins on a grand-peine de la découvrir.

140Ce ne fut pas sans le murmure de ces deux pèlerins qui en auraient eu meilleure part. Après quoi, nous cheminâmes tous d’une seule compagnie environ quatre milles de chemin la plupart ombragé d’arbres et les environs remplis de vignes.

  • 126 Livourne, port de Toscane.

141Après, on fait rencontre d’un poteau de bois assez haut élevé, qui est le premier que j’eus rencontré sur cette longue route. Au bout de ce poteau, il y avait une main de bois enseignant le chemin qui conduit en la ville de Ligourne126 port de mer, il y a aussi une inscription qui marque le nom de ladite ville.

  • 127 La Sicile a été rétrocédée par l’Espagne à l’empereur du Saint Empire Romain Germanique au traité d (...)
  • 128 Le pape recevait chaque jour à sa table douze pèlerins de nationalité différente, symbolisant les d (...)
  • 129 Jean Hochart, qui a accompagné, durant son voyage aller, Gilles Caillotin jusqu’à Bologne (voir B. (...)
  • 130 Il s’agit du compagnon rencontré pour la première fois à Villanova d’Asti, retrouvé à Novalesa, et (...)

142Alors ces deux Dauphinois prirent congé de nous pour aller à Ligourne, parce qu’ils ne pouvaient retourner en France, leur pays, à cause qu’ils étaient déserteurs, ayant même servi l’Empereur dans les guerres dernières de l’île de Sicile127 comme je l’avais appris d’eux au sortir de la ville de Bologne, proche le petit hôpital qui n’en est éloigné que de cinq milles. Ils eurent part aux entretiens que j’eus sur la religion avec le nouveau converti. Ces mêmes pèlerins, je les ai vus dans Rome et même nous fûmes de compagnie en la Table du pape128. Ils étaient de ceux qui avaient juré une haine irréconciliable contre Jean Hochard129 en la ville de Bologne. Quoi qu’il en soit, ils étaient fort bels hommes, l’un plus grand que l’autre, vêtu d’un habit de laine bleu dont la chaîne était de fil blanc, et le plus petit avait un habit tirant d’une couleur cannelle olive. Ils avaient l’un et l’autre très belle physionomie et parlaient parfaitement bien la langue française, comme s’ils eussent été gens de lettres. En me quittant pour aller s’engager dans les troupes d’Espagne, avec le nouveau converti, l’ayant depuis appris du Français qui fut arrêté dans la ville de Grenoble130. /51/

  • 131 Le bourg de Staggia dispose d’un système de fortifications construit par les Florentins dans la sec (...)

143Après que les deux Dauphinois nous eussent quitté, nous marchâmes seul avec l’Allemand, parce que le Bohémien était retourné en la ville de Sienne au sortir de la Chartreuse sans même nous dire le sujet pourquoi. Passâmes par Stagia, qui est un bourg avec un fort château131 qui est quelque peu plus éloigné, situé sur le sommet d’une montagne que nous côtoyâmes par le pied, ayant sur notre droite une campagne d’agréables collines fertiles en toutes sortes de fruits et même de vignes.

144Ici, on quitte les terres de Sienne pour entrer dans celles de Florence, dont ce château qui est à gauche sert pour en garder les confins. Il est très beau et bien fortifié autant par la nature pour être sis sur une roche que par l’art qui y a aussi contribué.

145Après être outre ce château, nous rencontrâmes quelques maisons au pied de ladite montagne qui règne presque jusqu’à Florence. Comme je vis un jeune garçon italien tirer de l’eau, j’en bus pour étancher ma grande soif, dont l’Allemand m’avait prié de lui en apporter tandis qu’il était dix pas plus loin sur la droite couché à l’ombrage d’une haie ; je ne le fis pas cependant, et, de cette discourtoisie, il me garda la rancune toute cette journée, en m’appelant par les mauvais seignor comme s’il eût voulu dire ingrat, lui qui pouvait venir comme moi boire au seau de ce jeune Italien, dont il ne convenait aucunement de lui porter pour en boire à même.

  • 132 Il s’agit de Poggibonsi.

146Je passai outre Ponte Gebon132, qui est un bourg assez considérable pour sa grande étendue, et dont tous les bâtiments sont très beaux et haut élevés. En dehors de ce bourg, il prit fantaisie à mon Allemand d’y retourner dedans sans m’en dire le sujet, et sans même que je m’en fus autrement aperçu qu’au moment que je ne le vis plus.

  • 133 Il s’agit vraisemblablement du sanctuaire de Santa Maria delle Grazie (dite aussi del piano ou del (...)

147Quelque peu plus loin de cette villette, il y avait sur la droite du chemin une église133 ; sans aucune hésitation, je me reposai sous le porche, pensant attendre mon Allemand, qu’il pouvait être retourné à d’autres desseins /52/ que pour y prendre du rafraîchissement ; mais après avoir longtemps attendu, en visitant cette église dont on travaillait à la revêtir au dedans de tapisseries, possible était-ce la fête du lendemain, jour de la Nativité, attendu la grande quantité de bancs qu’on étalait hors d’une petite halle où ils étaient enfermés. Il y en avait beaucoup plus que n’en pouvait contenir cette église.

148Voyant le trop long retardement de mon compagnon, je compris que vainement je perdais mon temps dans l’attente de le revoir ; que c’était le ressentiment de ne pas lui avoir apporté de l’eau où depuis il avait toujours marché, soit devant, soit derrière, afin de n’être plus de compagnie avec moi.

149Je marchai cependant, moi seul, toujours montant et descendant en pays inégal ; mais toujours plus agréable que celui depuis Sienne jusqu’à Viterbe. Ayant aussi pour ennuis l’importunité du vent dont je craignais de la pluie, même pour ledit jour, parce que l’air avait beaucoup dérangé le temps.

  • 134 Tavarnelle Val di Pesa, à 379 mètres d’altitude, alors que Poggibonsi, d’où vient Gilles Caillotin, (...)

150Je traversai le bourg des Tavernelles134 situé sur le sommet d’une montagne sans m’y arrêter pour y prendre répit, tant le dépit de me voir seul me donna du courage de cheminer. Au bas de cette montagne j’entrai sur la main gauche chez un jardinier, chez lequel je bus plein une bouteille de vin rouge, ce fut pour la première fois que je vis du verre renforcé, telle qu’était cette bouteille de figure comme une cerise et tenant cinq verres de vin.

  • 135 Poggibonsi.
  • 136 Il s’agit de la Pesa, rivière qui se jette dans l’Arno en aval de Florence au niveau de Montelupo F (...)

151Après cela, le chemin n’était plus si facile pour y cheminer dessus, pour être, de toutes parts, rempli de pierres et aussi on ne voyait que peuples allant en pèlerinage en ladite église proche le bourg de Ponte Gebon135. Je fis rencontre d’un torrent136 qu’il me fallut traverser à l’autre rive, où, à l’opposite du chemin que je quittai, il me parut que véritablement, je devais suivre l’autre rive opposée à celle que je venais de traverser, que c’était mon chemin droit, comme il aurait paru à tout autre qu’à moi.

152Il y avait un autre chemin qui faisait la courbe sur la gauche de ce /53/ fleuve qui ne sourçait pas loin de là et allait porter ses eaux dans l’Arno au dessous de Florence.

153La nuit approchant, sans oser m’exposer de suivre le chemin outre la rive de cette rivière, qui me paraissait être le véritable pour être opposé à celui que je venais de quitter, fondé sur l’obscurité dont il était environné d’arbres comme une espèce de bois dont j’ignorais l’étendue. Il y avait quelque peu plus outre, vers le chemin à main gauche, une seule cassine dans laquelle j’entrai pour y demander à loger, de peur de m’écarter ou de m’égarer cette nuit dans quelque précipice. Cette cassine était à droite de ce chemin dont je parle, qui est à gauche, dans laquelle je fus indignement refusé, même pour l’honneur de Dieu et de la Sainte Vierge, où j’exposai le mieux que je pus la crainte que j’avais de me voir de toutes parts environné de montagnes couvertes de halliers et même de bois, sans savoir le vrai chemin que je devais suivre pendant l’obscurité de la nuit, dont je craignais d’être percé de l’eau du ciel par le signal des éclairs, accompagné du bruit que faisait le tonnerre.

  • 137 D’après les dictionnaires de la langue française du Moyen Age et du seizième siècle, faire son floc (...)

154Il y avait dans la cour de cette maison, non seulement le maître du logis mais encore plusieurs autres personnes, tant filles que garçons ; il me fut répondu que ma crainte était imaginaire, qu’étant bien las, on fait flocque137 partout où l’on se trouve. J’objectai la crainte des mauvaises bêtes, n’importe il fallut sortir dehors, d’amitié voyant que mes prières devenaient inutiles, et marcher à l’aventure sur le chemin à gauche de la rive de ladite rivière, qui fut cependant celui qui me conduisit à Florence.

155Ainsi, me voyant rebuté, il me fallut suivre malgré moi ma route, sans être assuré d’où j’allais : ayant fait environ deux bons milles de chemin, je fis rencontre sur la droite, d’une grosse hôtellerie auquel il y avait une galerie ou portique qui régnait le long de cette cassine. Je m’approchai pour demander permission au maître de pouvoir y passer cette nuit, étant au moins à couvert de la pluie. Je fus bien surpris que m’approchant de ce portique, je fus appelé seignor français, d’une voix qui ne m’était /54/ pas méconnue ; en effet c’était l’Allemand qui m’avait devancé, étant couché sous ce portique dont je fus autant réjoui de notre heureuse rencontre, comme il le fut de moi, en m’embrassant.

156Nous passâmes cette nuit sans pouvoir aucunement reposer, autant du bruit que faisaient les passants allant avec des mulets chargés de marchandises à la foire de cette église proche Ponte Gebon que pour le grand tintamarre du tonnerre et la clarté des éclairs.

  • 138 Il s’agit de San Casciano in Val di Pesa.

157Le jour à peine commençait à poindre du vendredi huitième septembre que nous avançâmes chemin, sans m’apercevoir qu’il eût tombé d’eau cette nuit. Nous côtoyâmes la rivière ci déjà parlée à notre main gauche, outre laquelle est une montagne, comme il y en avait aussi une autre, sur notre droite, dont l’entre deux de l’une à l’autre [n’était] que d’un quart de lieue. Elles sont l’une et l’autre couvertes de verdure, d’arbres fruitiers et de vignes. Sur la droite, on fait rencontre plusieurs hôtelleries, avec des fontaines, mais toutes étaient taries. Après avoir assez longuement marché, le chemin venant à se tirer en arrière par une grand courbe sur la droite et monter sur une rude montagne, serré dans une gorge, le chemin étant pavé. Après être monté sur le sommet de cette montagne, il convient d’en descendre pour entrer en la ville et château de St Cassian138, la ville n’est pas considérable en son étendue, pour le château je ne le vis pas. Dans le milieu de cette petite ville, on rencontre une fontaine sur la droite, où il convient d’y descendre le long d’une petite pente d’environ cinquante pas : à peine put-elle fournir de l’eau pour étancher ma soif.

158Nous entendîmes la messe, après laquelle nous fûmes déjeuner chez un cabaretier, qui de son métier était savetier puis nous sortîmes en diligence de Saint Cassian : où mon Allemand prit le devant, me laissant moi seul après que nous eûmes traversé un torrent dans une profonde vallée sur un pont très haut élevé, étant bâti de pierre. mais, pour de l’eau, il n’y en avait que très peu en cette rivière, dont on en faisait métier d’en vendre pour en abreuver les bestiaux qui ne peuvent descendre dans le courant de la rivière. /55/

  • 139 Voyages du Seigneur de Villamont, Paris, édition de 1609, ffos 21vo-22.

159Je crus trouver audit endroit qui est entre trois montagnes, une de chaque côté, et la troisième au devant de nous ; Mais je ne vis pas cette fontaine dont parle le seigneur de Villamont en ses mémoires, qui dit qu’elle est faite en forme de tonneau, au milieu du chemin faisant la séparation des terres des Florentins d’avec celle des Sennonois139. Cependant j’ai dit que cette séparation est à Staggia, château à huit milles éloigné de Sienne. Quoi qu’il en soit, le reste du chemin jusqu’à Florence, je fus, moi seul, parmi la plus insupportable chaleur du soleil.

  • 140 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 269. La Chartreuse de Galluzzo a été fondée en 1341 par Niccolo Acci (...)

160À trois milles de Florence on rencontre, sur la gauche, une maison de Chartreux, située sur une petite montagne ronde, dont les cellules et les petits jardins qui l’environnent de tous côtés, ressemblent à des bastions, et on la prendrait pour une citadelle140. Je n’avais aucune connaissance de cette Chartreuse que par un préjugé de voir un si grand clos de murailles, le long desquelles j’avançai. Elle est entrecoupée par le milieu d’une longue allée qui continue environ deux cents pas, qu’on voit au bout de laquelle une cour qui est deux fois aussi ample que la largeur de cette allée close de murailles et non pas d’arbres. Le parvis du portail de l’Église de cette Chartreuse répond directement à cette allée ; sur la droite de l’entrée de la cour est la porte qui donne entrée en cette maison. À la simple démarche que je fis d’y sonner une petite clochette, le portier ayant venu voir qui j’étais, sans rien dire autre chose il revint un moment après, m’apportant un petit pot plein de vin, avec un morceau de pain, dont après que j’eus vidé le vin, je mis le pot joignant la porte, afin que le portier ne vint pas exprès.

161Il y avait avant moi un autre pèlerin français disant être natif de la ville de Rouen, homme assez âgé qui allait à Rome, et même il m’ajouta qu’après avoir accompli le voyage de Rome il se rendrait /56/ ermite. Il me pria de changer de calebasse avec lui, comme la mienne était plus grosse que la sienne, et qu’il me donnerait une petite écuelle en façon de faïence. Ce que j’acceptai très volontiers, d’autant plus que ma calebasse m’était incommode pour sa grosseur. Je conserve encore pour le présent cette calebasse et cette écuelle, sans avoir eu aucun accident pour la rompre en chemin. Il me voulut encore donner certains bulletins de papier imprimé qu’il avait eus dans les hôpitaux où la maladie l’avait détenu très longtemps, et qu’ayant été renvoyé convalescent dans un autre auquel il devait recevoir vingt sols, et que je pouvais satisfaire d’y aller en sa place pour les recevoir, moyennant que je lui en donna[sse] la moitié. Je pris ces discours pour frivoles, en n’en tenant aucun compte, dont je le quittai dans le moment pour avancer vers Florence le long de ce chemin entre deux murailles qui est, comme je viens de le dire, d’environ deux cents pas, où il convient d’y monter comme par degrés vers le chœur de cette Chartreuse.

162Ayant rejoint le grand chemin que j’avais quitté, je trouvai une médaille. Je vis, tout le long de ce chemin, quantité de filles et de femmes, des environs de Florence, portant des coiffures sur leurs têtes, à la différence des autres Italiennes.

163Sur le haut de la colline qui descend vers Florence, il y a un village dans lequel j’éprouvai l’ingratitude d’une cabaretière qui me refusa de l’eau pour étancher ma soif. Trop bien me fit-elle montre d’un petit pot, auquel elle me l’emplirait de vin pour trois quatrains. En tout pays l’on y trouve gens impitoyables, du nombre desquels est cette race de cabaretiers et cabaretières.

  • 141 Voyages du Seigneur de Villamont, Paris, édition de 1609, ffos 21vo-22.

164Dans la descente de cette belle colline, joignant la porte qui donne entrée à la belle Florence, on y voit sur la droite un très beau et magnifique jardin de plaisance à l’entrée duquel il y a une belle fontaine de manière qu’elle est composée d’un grand et spacieux bassin de marbre blanc, au milieu duquel il y a plusieurs statues de faux dieux et déesses qui sont en bronze, l’un et l’autre sont nus. Mais ce ne peut pas encore être la fontaine que Villamont appelle la Botta141, puisque celle-ci est aux portes de Florence.

165/57/

Description de la belle ville de Florence, capitale de Toscane142

  • 142 Entre les pages 56 et 57 de son manuscrit, Gilles Caillotin a inséré une gravure de Pierre Aveline, (...)
  • 143 Ce passage est tiré de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 180. Le Conflens allemand dont il est questio (...)
  • 144 Gilles Caillotin colle côte à côte deux informations tirées du Voyage d’Italie de Richard Lassels. (...)
  • 145 Gilles Caillotin écrit : à l’écart.

166Cette belle ville prit son nom de fleur, comme qui dirait la fleur de toutes les villes d’Italie. Elle tire son origine des soldats de Sylla, à qui il avait donné ce fonds pour récompenser des services qu’ils lui avaient rendus pendant les guerres civiles et qu’ils la bâtirent sur deux rivières, l’Arno et le Maino, ce qui d’abord la fit appeler Fluentia, comme on appelle Conflens en Allemagne, à cause du concours des rivières ; mais enfin elle fut appelée Florentia par les habitants à cause de la fertilité de son terroir143. C’est pourquoi cette ville n’est pas surnommée d’être ainsi appelée. C’est le plus beau séjour de toute l’Italie, au rapport de l’Empereur Charles Quint, qui, un jour, étant surpris de sa rare beauté, dit qu’elle était trop digne de n’être vue qu’aux bonnes fêtes, que pour cet effet, il fallait faire un étui pour la cacher les autres jours144. C’est une vérité très bien appliquée, soit qu’on considère ses magnifiques et superbes églises, ses palais qui pour la plupart sont dignes d’être la demeure d’autant de grands princes. Il n’est pas même jusqu’à son pavé qui est sans pareils, aussi est-il surprenant de voir des si belles rues, aussi bien pavées que sont les églises de France, que dis-je, de plus grandes pierres encore, qui, pour le moins, sont la plupart des sept à huit pieds de long et presque autant en largeur ; elles ne sont pas coupées à l’équerre145, mais, au reste, elles n’en sont pas moins bien jointes ensemble.

167Cela me surprit en comparaison de toutes les autres villes d’Italie qui sont pavées de cailloux ou de briques.

168Le fleuve Arno divise cette ville en deux, et pour la communication de l’une et l’autre partie, il y a quatre beaux ponts de pierre. Elle est ceinte de fortes murailles, de plus sa situation en un lieu plein environné de montagnes, l’une vers Sienne et une autre du côté de Bologne avec deux châteaux, l’un dans la plaine, et l’autre sur le sommet d’une éminence. /58/

169J’entrai dans cette ville de très bonne heure, où je fis rencontre d’un jeune clerc dans la cour de l’archevêché, dont le tout est expliqué autre part, comme l’ayant jugé plus à propos.

170Je passai cependant une bonne partie du temps sur des pièces de bois au derrière de Sainte Marie de la Fleur, après quoi je l’accompagnai chez Monsieur le Nonce de Sa Sainteté.

  • 146 Il s’agit de l’hospice de Jésus, Marie et Joseph appelé habituellement del Melani, du nom de son fo (...)
  • 147 Initialement le soin de l’accueil était confié aux trente-trois confrères fondateurs (en souvenir d (...)
  • 148 On peut se demander si ne perdure pas ici la vieille croyance médiévale selon laquelle mourir ad li (...)

171Je fus visiter l’église de l’Annonciade, au sortir de laquelle je fus en l’hôpital des pèlerins, dont j’ignore le nom146, trop bien est-elle digne de la magnificence de quelques grands princes : le jour commençant à défaillir voici arriver au nombre d’environ quarante bourgeois des plus qualifiés de cette ville, savoir chevaliers de Malte et autres seigneurs, qui pour nous servir mirent bas les marques de leur grandeur, savoir l’épée et la canne et non pas leurs croix de chevalerie147. Ils exigèrent de nous de visiter nos patentes ; parmi nous autres pèlerins, il y en avait un dont on ne pouvait entendre proférer aucun mot de son baragouin ; il fallut que ces Messieurs le fassent interroger par notre Allemand comme étant du pays de ce pèlerin, et qu’il pouvait mieux que tout autre en comprendre le langage. Tout ce qu’il put en découvrir parmi une infinité de paroles, ce fut deux seules savoir qu’il était âgé de quatre vingt huit ans et qu’il voulait avant que mourir, visiter l’église de Saint-Pierre de Rome148. Nous eûmes assez de plaisir de l’entendre jargonner, ces Messieurs ne purent s’empêcher d’en rire, il était autant courbé par le poids de son paquet que par celui de son grand âge.

  • 149 Gilles Caillotin écrit : un édierne. Selon le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière aiguière p (...)

172Nous n’étions qu’à sept pèlerins, auquel on nous fit déchausser, en nous donnant à chacun une paire de pantoufles à chausser, puis passer l’un après l’autre sur un prie-Dieu capable de s’y asseoir à trois personnes, ayant un marchepied qui s’avançait dans la place et sur le bord duquel étaient trois de ces Messieurs dont le premier tenait en ses mains une aiguière149 qui versait de l’eau sur nos pieds appuyés sur le bord d’un grand bassin, dont celui du milieu les lavait et le troisième les essuyait d’une serviette blanche et changeait à chaque pèlerin, tous trois de ces messieurs étaient à genoux, /59/

Grandes et humbles cérémonies faites au pèlerins

173les baisaient l’un après l’autre ; après que le premier pèlerin eût les pieds lavés en descendant du marchepied de ce balustre ou prie-Dieu, il déchaussait les pantoufles pour remettre sa chaussure ordinaire ; ainsi chacun l’un après l’autre, et pendant cette cérémonie les Messieurs qui nous servaient étaient comme nous à nue tête.

  • 150 D’après une description de l’hospice datant de la moitié du xviiie siècle, le réfectoire pouvait ac (...)
  • 151 Ici encore, Gilles Caillotin écrit : édierne.
  • 152 Guillaume Manier note de la même façon qu’à l’heure du souper, ses compagnons et lui-même ont trouv (...)

174Après que cette cérémonie fut faite, on nous fit prier Dieu, après quoi entrer dans le réfectoire150, qui est le plus superbe et le plus magnifique du monde. En entrant, on nous fit la même cérémonie qu’au lavement des pieds, en nous versant de l’eau sur les mains, qui était un de ces messieurs, le second tenait un bassin pour recevoir l’eau que versait le premier avec une aiguière151, et un troisième nous présentait une serviette pour les essuyer ; la différence était que ces Messieurs étaient tous les trois debout, au lieu qu’au lavement des pieds ils étaient à genoux152.

  • 153 Guillaume Manier est, lui aussi, enthousiasmé par “le vin exquis à discrétion” qui lui est servi : (...)

175Après être placé à table, le dos tourné vers le mur, ayant en face un seigneur qui était dans une belle chaire de marbre au haut du réfectoire nous faisant une lecture à voix haute pendant que nous prenions notre réfection, je ne sais pas ce qu’il dit, n’ayant entendu que le son de sa voix, et non pas la langue. Pour premiers mets eûmes chacun une écuelle de menestre au riz, ayant une cuiller non de bois, comme dans tous les autres hôpitaux, mais bien de cuivre. Environ chacun dix onces de pain blanc, une salade pour deux, du fromage et des œufs par quartier ; j’aurais souhaité avoir été arrivé audit hôpital un jour gras auquel on est beaucoup mieux servi d’une livre de viande chacun. Pour ce qui est du vin nous n’avions point de mesure réglée, les uns plus, les autres moins : cela dépendait de /60/ ceux qui étaient encore altérés, parce que pour deux il en est donné plein un grand bocal, pour deux, avec un bassin pour porter les deux gobelets, dont le grand nombre de ces Messieurs, dont j’ai ci-devant parlé, s’empressait l’un et l’autre à l’envi de nous servir ; ils versaient à boire dans les gobelets et prenaient ces bassins sur lesquels ils étaient dessus, et les présentaient sous nos mentons, lorsque nous prenions les gobelets pour boire et ils n’étaient pas plutôt vides qu’ils étaient remplis153.

176Nonobstant la modestie qu’il convient de garder étant nue-tête à table, je ne pus m’empêcher de laisser égarer ma vue, qui çà qui là, pour considérer la grande magnificence de ce somptueux et superbe réfectoire. Car le plafond est, de toutes parts, embelli de plusieurs belles histoires qui y sont dépeintes : tout y est riche et se ressent de la magnificence des plus belles d’Italie ; aux murailles on y voit dans les quatre faces des murailles qui sont aussi belles que le plafond au haut desquelles on y voit, divisé par années, le nombre des pèlerins qui ont été reçus audit hôpital.

  • 154 Gilles Caillotin ne décrit pas, dans son récit de retour, l’hôpital de Parme qu’il estime toutefois (...)

177Je ne puis passer sous silence les beaux tableaux dont les cadres sont dorés d’or : au derrière de nos dos, j’y remarquai que celui qui était le second, on y voyait Saint Ignace représenté pour avoir été reçu audit hôpital, lorsqu’il fit le voyage de Rome en mil cinq cent [blanc dans le texte] mais, pour les autres tableaux, je ne pus savoir ceux qu’ils représentaient, trop bien je peux assurer que ce sont les plus illustres pèlerins qui ont été reçus en cet hôpital, surpassant encore de beaucoup celui de Parme par sa magnificence154.

  • 155 Guillaume Manier note de la même manière qu’après le repas, “les pèlerins sont conduits dans la sal (...)

178Sur la fin du souper, il nous fut encore donné à chacun un pain de pareil poids, auquel un seigneur le fendit par le milieu et y ajouta un morceau de fromage en façon de celui qu’on appelle d’Hollande. Tout concourt à la magnificence dans cet hôpital où nous y fûmes tous doucement couchés, les linceuls étaient blancs comme neige, et les lits montés sur chalits de fer, ayant des pommeaux aux quatre pieds155. /61/

Description de Ste Marie de la Fleur Cathédrale de Florence

  • 156 La cathédrale était dédiée, avant sa nouvelle dédicace à la Vierge, à Santa Maria Reparata, vierge (...)
  • 157 Gilles Caillotin inverse ici ce que dit R. Lassels, op. cit., t. I, p. 215 : “nom fort peu convenab (...)

179Autrefois on appelait cette église S[ain]t-Reparat156 : mais depuis elle prit le nom de Sancta Maria Florida, qui est un nom fort convenable à la cathédrale d’une ville qui tire aussi le sien presque dans une même signification : comme qui dirait la fleur de toutes les villes d’Italie157. Si cette église était parachevée, elle emporterait le prix par dessus celles dudit pays, en exceptant Saint-Pierre de Rome, et le dôme de Milan pour être bâtis à la moderne.

  • 158 Il s’agit d’Arnolfo di Cambio ou di Lapo (vers 1240-vers 1302), architecte et sculpteur qui, après (...)
  • 159 Giorgio Vasari (1511-1574) auteur de Le Vite de più eccellenti architetti, pittori et scultori ital (...)
  • 160 Passage largement inspiré de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 215. Gilles Caillotin ajoute seulement (...)

180Arnolphe di Lanpo158, Allemand de nation en fit l’architecture, et sa manière est à la rustique, ainsi que le rapporte Vasati159 dans les vies des peintres. Elle est des plus belles de l’Europe, étant composée par le dehors de marbre blanc, noir et rouge, en trois différents ordres, le blanc supposé qu’il soit le premier, auquel succède le noir et le rouge, l’un et l’autre de pareille hauteur qui peut être d’environ un pied [et] demi continuent depuis le bas jusqu’en haut : mais au dedans elle est toute blanche, sans être bizarrée de marbre de différentes couleurs, égalant presque en longueur celle de S[ain]t-Pierre de Rome. Cette église est soutenue sur des piliers qui sont d’une pierre de couleur rouge-brun en foncé160.

  • 161 Filippo di Brunellesco ou dei Brunelleschi (1375-1444), architecte.

181Sur le milieu du comble de cette Église est élevé un grand et vaste dôme de l’invention de Bruneleschy161, qui était natif de Florence : c’est le premier dôme que l’on a fait en Europe, ce qui le rend beaucoup plus merveilleux, parce que son architecte n’avait point d’original devant lui pour l’imiter, il est le modèle sur lequel on a tiré celui de S[ain]t-Pierre de Rome, et de tous les autres que l’on a faits depuis. On dit que Michel Ange qui fit celui de S[ain]t-Pierre de Rome, et que venant plusieurs fois à Florence, son pays natal, et considérant ce chef-d’œuvre très attentivement, et lui disait Come te non /62/ voglio ; meglio di te non posso.

  • 162 La brasse est une mesure que l’on prend avec les deux bras étendus, d’un bout à l’autre, et qui cor (...)
  • 163 La toise est une ancienne mesure de longueur, dite encore toise du Châtelet, équivalant à six pieds (...)

182Brunelleschy faisant faire ce grand dôme, il y établit d’espace en espace des cabarets et des gargotes afin que les ouvriers trouvassent de quoi vivre, et ne perdissent point tant de temps à monter et descendre car ce dôme est fort haut élevé, et du rez de chaussée jusques à la lanterne, il y a deux cent deux brasses de hauteur162 ; du haut du dôme, pour aller à la pomme qui est au bas de la croix, il y a un petit chemin étroit qui a trente-six toises de haut163 ; la pomme a quatre toises de diamètre, et vingt quatre personnes peuvent aisément tenir dedans. La croix qui est sur cette pomme a huit toises de haut. Ce petit passage étroit ressemble proprement à une cheminée ronde de marbre blanc, percée de part et d’autre, où il y a des barreaux de cuivre qui traversent les trous, qui servent comme d’une échelle pour y monter, en s’y attachant avec les pieds et les mains.

  • 164 Les trois paragraphes précédents sont recopiés de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 216-218, à l’excep (...)

183Du haut de ce dôme, on découvre non seulement la ville de Florence mais encore plus de deux mille maisons de plaisance qui sont éparses par la plus belle campagne qu’on puisse jamais voir, environnée de toutes parts de montagnes, et remplie dans la plaine de vignes et de si grand nombre d’oliviers qu’il semble que ce soit une forêt164.

184Du bas de l’église jusques au chœur, qui est de forme ronde, environné de basse muraille, étant perpendiculairement sous le dôme ayant le même cintre pour la grandeur on compte presque trois cent pieds, et deux cent jusques à l’extrémité de l’église, ce qui est une longueur presque pareille à celle de S[ain]t-Pierre de Rome.

  • 165 Ces deux paragraphes sont largement empruntés à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 218. Gilles Cailloti (...)

185Le maître autel qui est dans ce chœur rond n’a autre chose de singulier, il est simple et sans aucun ornement digne d’une pareille église étant semblable à ceux des anciennes cathédrales ou comme celui de S[ain]t Nicaise de Reims ; tout l’embellissement consiste en une merveilleuse statue de Notre Seigneur de marbre blanc, le représentant mort, fait de la main de Bandinelli ; et les douze statues des apôtres qui sont aux douze piliers plus prochains qui environnent le Christ qui est mort, ils sont de marbre blanc, aussi bien que la clôture de ce chœur165. /63/

  • 166 Les souvenirs de Gilles Caillotin déforment ce qu’il a vu ou lu. Le tombeau du philosophe Marsile F (...)

186Il n’y a rien de considérable dans ses trois nefs, que la représentation de deux cavaliers montés sur chevaux, l’un de bronze comme celui qui est dessus, et l’autre de marbre, au pied desquels est dans la muraille d’une basse nef une table de marbre contenant une inscription latine et lettres gothiques. L’un de ces cavaliers est Marsile Ficin et l’autre de Jean Acutius, chevalier anglais autrefois général de la ville de Pise, ainsi qu’il appert par cette inscription166.

  • 167 Paragraphe recopié de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 219-220. Le concile de Florence (1439-1443) po (...)

187L’église a le défaut qui est commun à tous les grands vaisseaux excepté S[ain]t-Pierre de Rome, d’être quelque peu sombre ; dans son extrémité, l’histoire des différentes sessions du Concile universel tenu en cette église l’an mille quatre cent trente neuf, il est le dix-huitième général ; ce concile est très mémorable pour la dernière réunion des Grecs avec l’Église Romaine, où assista en personne le pape Eugène quatrième et l’empereur Michel Paleologue de Constantinople, et le patriarche des Grecs avec les principaux évêques des églises tant orientale qu’occidentale et où il fut prouvé aux Grecs non seulement que le S[ain]t Esprit procède du Père et du Fils, mais on y prouva aussi le Purgatoire, par des preuves non seulement des Pères latins mais aussi des grecs ; on justifia plusieurs autres cérémonies où non seulement le Paleologue empereur de Constantinople, le patriarche, les évêques, et toute l’Église Grecque souscrivirent à tous ces décrets à l’exception de Marc évêque d’Ephèse, mais aussi les Arméniens, les Éthiopiens, les Géorgiens, et les Jacobites qui furent tous admis à la communion de l’Église Romaine. Proche la porte de la sacristie qui est dans une aile à main gauche, il y a une ancienne inscription qui fait mention de l’histoire de ce Concile. On voit la charte de cette réunion dans les archives ou registres de la ville de Bologne ; elle est écrite en latin et en grec, et souscrite et signée en deux colonnes ; l’une de la main du pape et des cardinaux, et l’autre de celle de l’empereur avec celle du patriarche, et des évêques grecs, où pend le sceau de plomb du /64/ pape et celui d’or de l’empereur167.

  • 168 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 317.

188Le pape Eugène fit fondre et représenter lesdits actes sur la principale porte qui est aujourd’hui à l’église S[ain]t-Pierre de Rome168. Je remarquai dans les chapelles de cette Église vers la sacristie les différentes sessions qui furent tenues en ce concile avec les anathèmes lancés contre les monstres auteurs d’hér[és]ies, et contre leurs erreurs, on les voit abattus aux pieds du concile avec leurs livres empoisonnés et pleins de venin, représentés sous le symbole des serpents qui en sortent, ces figures sont dans des tableaux.

  • 169 Taddeo Zuccari (1529-1566) est surtout connu pour ses décorations de la villa Giulia et du palais F (...)
  • 170 Gilles Caillotin emprunte ces précisions à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 218-219.

189Mais tout cela n’est rien en comparaison de ce grand et superbe dôme ; pour y monter il y a un escalier contenant cinq cent soixante huit degrés ; au dedans de la concavité de la voûte de ce dôme sont représentées les peintures du paradis du purgatoire et de l’enfer, et ce sont les ouvrages de Georges Vazari et de Thadée Zucchari169. Derrière le grand-autel on voit les statues admirables d’Adam et d’Eve qui sont faites de la main de Bandinelli170.

  • 171 Gilles Caillotin qui, à Rome, s’est confessé dans les basiliques de Saint-Jean de Latran et de Sain (...)
  • 172 Ces documents ne figurent pas dans le manuscrit.

190Ce qu’il me reste à dire de cette église, ce fut qu’ayant ledit jour été à confesse chez les religieux antonins qui sont tous Français et de la fondation de nos rois de France et duquel j’en pris une attestation par écrit signée de la main du confesseur171, puis allant communier en l’église de l’Annonciade, et de là je vins à S[ain]te-Marie de la Fleur pour en avoir une attestation imprimée ainsi que l’une et l’autre sont ici représentées172, elle me fut délivrée dans la sacristie, auquel j’y remarquai avoir six grands chandeliers d’argent de ma hauteur et grosseur à l’avenant. Ayant donc cette attestation, je fus communier à l’Annonciade comme je viens de le dire.

  • 173 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 213, cite ce proverbe. Le phare de Livourne, d’une hauteur de 47 mèt (...)

191En dehors de S[ain]te-Marie de la Fleur sur la main droite du portail, quand on le regarde en face, il y a peu éloignée une tour qui est carrée, servant de clocher pour y mettre les cloches ; on dit d’elle par un commun proverbe que les Florentins ont trois tours : l’une en terre qui est celle-ci ; une en l’air, qui est dans le palais du grand duc, qui n’a d’autres fondements que la muraille de ce palais, et c’est ce qui est étonnant, elle contient du rez de chaussée /65/ cent cinquante toises ; la troisième c’est le phare de Ligourne, bâti en pleine mer, qui est un ouvrage beaucoup à estimer173 ; pour la celle dont je parle elle

  • 174 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 221-222. Gilles Caillotin a déjà cité ce passage ici même, p. 95-96.

192[a] bien aussi cent cinquante brasses de hauteur, et les fondements sont en terre du moins de soixante quinze ; elle est plate au dessus, et toute revêtue de petites pierres de marbre fort poli. Quand Charles Quint passa à Florence, il dit de ce clocher aussi bien que de toute la ville qu’il était trop beau et que c’était un grand dommage qu’il n’était pas enfermé dans un étui, pour empêcher qu’on ne le vît si souvent et que, si cela était, on accourerait de toutes parts comme une merveille. Et de fait, c’est comme une espèce de miracle, que, depuis presque quatre cent ans qu’il est bâti, rien ne s’est démenti de cet ouvrage174 ; nonobstant sa grande délicatesse, entre-ouverte de toutes parts de différents ordres de fenestrages, qui sont supportés de colonnes très délicates cannelées à la corinthienne, elle [est] bâtie en marbre de même couleur et même ordre que S[ain]te-Marie de la Fleur, à la différence des fenestrages qui sont d’autre couleur, aussi est-elle estimée un des plus riches et hardis ouvrages de toute l’Italie.

193Vis à vis S[ain]te-Marie de la Fleur, l’ancien temple de Mars, dédié aujourd’hui sous le nom de S[ain]t-Jean-Baptiste ; elle sert, cette église, de fonts baptismaux pour tous les enfants de la ville ; elle est de figure ronde contenant en sa rotondité trois portes pour y entrer, elles sont de bronze, d’environ huit à neuf pieds de hauteur, ayant sept à huit pouces d’épaisseur, et quoiqu’elles soient d’environ six à sept pieds de large, encore s’ouvrent-elles en deux depuis le haut jusques en bas ; et pour descendre dans cette église, il y a deux degrés de bronze massif qui occupent toute la largeur de ces portes, ayant quinze à seize pouces de face, et huit d’épaisseur. Ces portes sont admirablement bien faites, aussi belles que la principale de S[ain]t-Pierre de Rome ; mais surtout celle qui fait face à S[ain]te-Marie de la Fleur, n’en étant qu’à cinquante pas de distance.

  • 175 Ce paragraphe est emprunté à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 223. Lorenzo di Cione Ghiberti (1378-14 (...)

194On demanda un jour à Michel Ange ce qu’il jugeait de ces portes : /66/ je les trouve, dit-il, si bien faites qu’elles pourraient en un besoin servir de portes au paradis. Les bas reliefs qui les composent sont fort recherchés et nous représentent les histoires de l’Ancien et Nouveau Testament, c’est un ouvrage de Laurent Cion [sic] qui l’occupa pendant cinquante ans, qui est un temps très considérable pour sa longueur, mais attendu la dureté de la matière, et la richesse de l’ouvrage, il n’est point trop considérable pour être à jamais durable : et c’est le dire du grand statuaire Apelles, faire des ouvrages qui durent plus que le bronze et le marbre, et dont on parlera à jamais175.

195Je m’efforçai mais en vain de vouloir faire jouer une moitié de ces portes du côté qu’elles regardent S[ain]te-Marie de la Fleur, je ne pus même en aucune manière la remuer tant elle était excessivement pesante, aussi sont-elles matérielles.

  • 176 La statue de Marie-Madeleine pénitente fut exécutée en 1455 par Donatello pour le Baptistère de Flo (...)
  • 177 Paragraphe emprunté à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 223-224. Baldassare Cossa (1360-1419) dut sa c (...)

196Il y a dans ce lieu où sont les fonts baptismaux une statue de Sainte Marie-Madeleine faite de la main de Donatello ; la pièce est rare et représente cette S[ain]te dans la pénitence176. Il y a aussi un parfaitement beau tombeau de Baltazar Cossa, qui fut fait pape sous le nom de Jean vingt quatre, et qui fut déposé dans le Concile de Constance pour la paix de l’Église. Ce tombeau est fait en forme d’un berceau ; et on le peut véritablement [nommer] berceau de la grandeur de la famille de Medicis. Car quelques auteurs disent que Côme de Medicis qui fut appelé le père de la patrie, ayant été héritier de ce Baltazar Cossa qui mourut à Florence dans la maison de Jean de Medicis, en eut tant d’argent que, par son moyen, il fit toutes les belles actions que l’on admire en sa vie, s’acquit ce beau nom de père de la patrie, et à ses successeurs le titre et le pouvoir de souverains177.

197Le jour de la Nativité, je vis dans cette église une abondance si considérable d’argenterie, qu’elle était même excessive ; je crus que c’était l’emprunt de toutes les autres églises de Florence ; mais cependant /67/ la grande solennité de cette fête ne permet pas qu’elles en soient dégarnies pour en orner une seule.

  • 178 Zenobius, évêque de Florence au cours des premières décennies du ve siècle, est considéré comme le (...)

198Je ne puis sortir de cette grande place, sans admirer un petit pilier que l’on y voit ; il est assez proche du lieu des fonts baptismaux, et on y a attaché avec des clous un arbre de fer, avec une inscription antique, qui dit qu’autrefois il y avait en ce lieu un frêne qui, ayant été touché par hasard du drap mortuaire du sieur Zenobius178, quand on l’apporta à Florence en procession, poussa des feuilles, d’où il sortit une odeur fort agréable, bien que ce fut au mois de janvier. J’ai vu ce petit pilier, mais alors je ne pouvais en concevoir l’histoire qu’il rappelait.

  • 179 Il s’agit de l’église de Santo Spirito, située dans la partie de la ville Oltr’Arno, proche du Pala (...)
  • 180 Le tableau d’Alessandro Allori (1535-1607) se trouve dans la Cappella de’ Cini, située dans l’axe m (...)

199L’église des Augustins est fort belle, c’est Brunelleschi qui en a donné le dessin179 ; elle est soutenue sur des piliers fort délicats, mais, pour le tabernacle qui est sur le grand autel, [il] a coûté dit-on cent mille écus, il s’en trouve peu de pareils en Italie. Derrière le grand autel et tout au bout de l’église, il y a un merveilleux tableau qui représente cette pauvre femme dont l’évangile dit qu’elle fut surprise en adultère et que Jésus-Christ, à qui elle fut amenée, absout. La confusion est naïvement bien représentée sur son visage, que l’on juge que l’ouvrage vient d’un excellent maître, aussi a-ce été Allory qui l’a fait180.

  • 181 Entre la page 68 et 69 de son manuscrit, Gilles Caillotin a placé l’attestation obtenue le 9 septem (...)

200Pour ne point apporter de confusion dans mes remarques, et y donner toutes les clartés dont je suis possible, je dis donc qu’au sortir de l’Annonciade où je venais de communier, étant chez un libraire, que j’y achetais du papier pour mon usage, je fus émerveillé de me voir saluer par ce jeune clerc espagnol dont j’ai parlé le jour d’hier, fête de la Nativité, à qui je fis le récit de mes déportements, et auquel je lui fis voir mes attestations tant écrites à la plume qu’imprimées ; il en avait autant que moi, et de compagnie fûmes les faire avouer en l’archevêché signées de deux différentes personnes, après y avoir attendu fort longtemps, puis de là nous en eûmes une autre chez Monsieur le /68/ Nonce du pape, telle que la voici placée, le tout donné gratis181 ; ce jeune clerc me faisait faire ce qu’il voulait, car, en vérité, je ne me serais point avisé de toutes ces circonstances, trop bien sans ses conseils étais-je disposé de m’approcher des sacrements et d’en prendre une attestation du confesseur, et sans avoir la précaution d’en prendre davantage.

  • 182 Gilles Caillotin décrit ici l’une des caractéristiques architecturales encore les plus visibles à F (...)

201Il m’avait dès la veille que, par cas fortuit rencontré dans la cour de l’Archevêché, or d’un premier abord il me fit beaucoup d’amitié me conseillant d’aller à confesse, et de prendre toutes les précautions que j’ai marquées touchant les attestations, et même je fus ledit jour chez le sieur Nonce parce qu’il avait une attestation à prendre de ses mains, et que pour son absence, il n’eut que ledit jour, moi étant de sa compagnie. Nous parcourûmes toutes les rues de Florence où je fus sensiblement touché de la grande dévotion que ce peuple porte à la Sainte Vierge, presque à tous les palais, aussi bien qu’aux autres maisons, ce n’étaient qu’images qui en représentaient la figure, dont il y en avait d’aucunes plus considérables ornées si superbement ; surtout celles qui étaient vers les passages pour aller à l’Annonciade, dont les ornements valaient plus de mille écus, soit pour l’argenterie, les tableaux, les velours, draps d’or, toiles d’argent, et de soie dont les environs étaient tendus par rapport à l’excessive chaleur qu’il faisait, et dont il y avait quantité de petits luminaires allumés, la chaleur du soleil et le climat du pays, ne permettant pas en Italie qu’on fit usage de plus grands cierges182. Les personnes qui passaient s’arrêtaient pour y faire leurs prières, et faisaient leurs offrandes pour contribuer aux grands frais de ces ornements ; et, pour cet effet, étaient des grands bassins pour les recevoir, aussi j’y vis beaucoup d’argent, même des pièces assez considérables, données par des gens de la première qualité. /69/

Description des vœux de l’Annonciade de Florence

202La solennité de ce jour ne permettait pas que par emprunt on dépouilla toutes les églises de Florence pour en orner une seule.

  • 183 Les vœux dont parle Gilles Caillotin sont évidemment des ex-voto. Le couvent des Servites de la San (...)

203Après avoir fait la description de Sainte Marie de la Fleur, et de la Rotonde de Saint Jean, il convient de faire ensuite celle des vœux qui sont appendus dans le porche de l’église de l’Annonciade183.

  • 184 Il s’agit, en réalité, de la statue du duc Ferdinand Ier de Médicis (1551-1609), sculptée par Giova (...)

204Cette église est sur le bout d’une grande et vaste place, dans laquelle est la statue équestre d’un duc de Florence montée sur un cheval de bronze qui a la tête tournée vers une grande et droite rue qui conduit à Sainte Marie de la Fleur, sur les quatre faces du piédestal de marbre blanc sur lequel est élevé ce duc dont je crois que c’est le grand Côme184, on y voit autant de tables de bronze, où sont engravés les faits dudit duc. On voit aussi une fontaine représentée en forme d’un navire et des dauphins au dedans, qui jettent de l’eau, le tout est de bronze assez haut élevé.

  • 185 Jean de Médicis, né en 1475, fils de Laurent le Magnifique, fut élu pape en 1513, prit le nom de Lé (...)

205Après quoi, pour ne pas perdre de temps que je peux occuper en meilleures choses, est l’Annunciata lieu de grande dévotion, la cour est séparée de cette grande place par une clôture de muraille, qui n’est pas plus haute que douze à quinze pieds pour le plus, au milieu de laquelle est une grande porte qui y donne entrée, non ronde au dessus, mais plate. Le long de cette muraille en traversant le dessus de cette porte est écrit en gros caractères dorés le nom du pape Léon dixième, et Clément septième, l’un et l’autre de la maison de Medicis185 : possible fussent ces souverains pontifes qui ont fait construire cette église du moins l’ont-ils enrichie de leurs dons spirituels, ainsi qu’en font foi les /70/ tables de marbre qui sont au dessus de l’entrée de cette église par le dedans.

  • 186 Les peintures de la Foi et de la Charité, qui entouraient l’écusson du pape Léon X et qui ont été p (...)
  • 187 Il s’agit de l’atrium qui sert de vestibule à l’église et qui était appelé, en raison de la multitu (...)

206On voit, en y entrant, sur l’arcade qui soutient le vestibule les tableaux de la foi et de la charité186 : la cour peut contenir en chaque face vingt pas pour le moins187 ; étant soutenue de colonnes et ouverte de toutes parts, remplie de tous côtés d’une innumérable multitude de vœux aussi bien des princes également de l’état comme de l’église, qui, en leurs plus grandes nécessités, ont eu recours à la Sainte Vierge sous le nom de l’Annonciade de Florence, ils y ont éprouvé du secours en leurs afflictions. On voit, au haut du vestibule au dessus de la porte de l’entrée de cette église, les statues de onze papes, relevées à grands personnages, et en bosse.

  • 188 Gilles Caillotin s’éloigne ici complètement de la description fournie par R. Lassels, op. cit., t. (...)
  • 189 Les ex-voto conservés à l’Annunziata étaient soit des représentations figurées du miracle peintes s (...)

207On y voit des vœux des empereurs, des rois, des princes, et même des plus misérables de leurs sujets, qui dans des périls extrêmes, ont sincèrement réclamé Notre Dame de l’Annonciade, ont été délivrés des dangers inévitables par la prudence humaine188 ; ils se sont vus entièrement délivrés en vouant quelques vœux ou promettant d’aller visiter ce saint lieu189.

  • 190 Détrancher, dans la langue française des xvie et xviie siècles, signifie démembrer, couper par morc (...)
  • 191 Voir le tableau d’Antonio Tempesta (1555-1630), conservé à la Santissima Annunziata, avec au bas, l (...)

208Ceux qui, par exemple, étaient détenus dans les prisons, pour des causes injustes, et se voient à la veille de leur mort par l’accusation de quelques puissants adversaires, sans que la justice de leurs causes ait pu prévaloir en son grand jour : c’est alors qu’en réclamant sincèrement la Sainte Vierge, ils ont été visiblement délivrés du supplice d’où ils allaient être exécutés. Aussi grands nombres de vœux sont-ils représentés de gens qui ont été délivrés du gibet, d’avoir la tête coupée ; la chose paraissait d’autant plus miraculeuse, que c’était à la vue de tout le monde, lorsqu’un exécuteur se sent visiblement retenir les bras : comme d’une espèce d’échelle sans échelons, sinon au bas puis en haut, duquel par le moyen d’une coulisse qui régnait de l’un et l’autre côté du dedans de cette échelle où par le moyen d’une masse détranchante190, qu’on laissait tomber du haut en bas, par le moyen d’une corde attachée à cette /71/ masse, auquel était une poulie attachée au haut de cette échelle et qui, en tombant, aurait coupé le col, non d’un homme mais même d’un géant, parce que le col étant porté sur le premier échelon la massue venait opérer son effet sans ressource, mais on a vu de ces fameux criminels trouver la vie au milieu d’un supplice préparé pour la leur faire perdre191. Les autres ayant la corde au col, qui se rompait, en les jetant en bas du gibet parce qu’ils avaient sincèrement invoqué la Sainte Vierge, au moment que le bourreau les jetait en bas, en promettant une meilleure vie.

209Combien voit-on de représentations de pauvres gens tomber entre les mains d’un cruel assassin pour les hacher en pièces, ou les poignarder sans miséricorde et dans cette surprenante surprise avoir recours à la Sainte Vierge, on a vu les instruments s’émousser, les poignards tomber des mains des assassins, et les armes à feu perdre l’activité de leurs effets ; ou ont été arrêtés par une main invisible.

  • 192 Régulièrement, les Pères sacristains étaient chargés de réduire la masse des ex-voto déposés pour d (...)

210J’y ai vu des poignards, des couteaux, des pistolets de toutes sortes, des fusils, des arquebuses, et même des canons. Il est surprenant de voir une si grande multitude de vœux, la plupart sont des personnages en bosse, auquel est représenté le genre de supplice dont ils ont été délivrés, ou des faveurs qu’ils ont reçues que par l’intercession de la Sainte Vierge invoquée sous le nom de l’Annonciade de Florence : ainsi qu’il paraît par l’inscription des noms, et pays où demeuraient les dites personnes en faveur de qui ont été opérées ces merveilles. Il y a même des canons et des boulets appendus dans les quatre faces de ce grand vestibule, aussi bien en dehors qu’au dessous le long des murailles et des piliers qui le soutiennent192.

  • 193 Quittant Lorette, Gilles Caillotin s’est arrêté à Tolentino pour vénérer les reliques de saint Nico (...)

211Parmi ces vœux, il y en a de simples qui ne sont représentés qu’en raccourci sur de petits cadres, attachés sur les murailles. La multitude en est presque infinie, et de tous les endroits de dévotions d’Italie, je n’en ai pas vu son pareil, si on en /72/ fait la preuve par le grand nombre de vœux, excepté en une grande salle du couvent des Augustins à Tolentin193.

212Le cloître de cette église est aussi rempli de tous côtés de vœux. Après être passé outre ce merveilleux vestibule, j’entrai en cette église le jour de la Nativité de la Sainte Vierge et le lendemain où j’y approchai du saint sacrement de l’Eucharistie et pour en continuer la narration, je la trouvai non moins ample que belle, soit que je considérai ses voûtes émaillées de rares peintures ; joint encore son pavé fait à la mosaïque, le grand autel répond parfaitement bien à la majesté de l’église comme aussi sont tous les autres bas autels, qui sont richement ornés.

213La chapelle de l’Annonciade n’est pas vers le chef de l’église mais bien au bas sur la main gauche en y entrant, et de cette chapelle on continue d’ensuivre au travers des autres, qui avancent vers le chef de l’église sous ladite aile gauche.

  • 194 Sur la commande de Pierre de Médicis, la chapelle de l’Annunziata a été reconstruite au milieu du x (...)

214Quant à la celle dont je parle elle est fermée d’une haute séparation de marbre blanc, entrouverte par le moyen de pilastres dont elle est composée, au pied desquels il y a une espèce de treillis de bronze argenté, entrelacé en manière de cercles avec des piliers carrés entre certaines distances. Je ne peux me tromper de dire que ce treillis soit de bronze par le moyen de la couleur rouge que j’y remarquai sous la blancheur qui la couvre194.

215Trop bien y voit-on en dehors de cette clôture vers la grand-nef et tout joignant la porte principale de cette église, un coffre d’argent, si peut être il n’est aussi de bronze argenté, ayant de longueur deux pieds et demi en chaque face, et haut de plus d’un pied du pavé de l’église, c’est pour y recevoir les offrandes de ceux qui veulent reconnaître la Sainte Vierge, par quelque une de leurs libéralités. C’est au dessus de ce coffre, où sont placés ces tables de marbre dont j’ai ci-devant parlé, où sont contenues les bulles des papes Léon dixième et Clément septième. /73/

216L’entrée de cette chapelle n’est pas sur le côté dans la grand nef mais bien dans la longueur de l’aile gauche par le travers des chapelles dont j’ai parlé, et l’autel est attaché sur la muraille qui sert de portail à cette église faisant face à la porte qui donne entrée en cette chapelle qui n’est pas des plus amples.

  • 195 L’image miraculeuse de l’Annunziata date du xive siècle : elle fut restaurée et retouchée au xve si (...)
  • 196 Andrea del Sarto (1486-1530), peintre florentin, a surtout peint les fresques de l’atrium qui sert (...)

217Au dessus du milieu de l’autel est l’image de l’Annonciation, qui est si bien faite qu’elle a donné le nom d’Annonciata à cette église195. Le tableau qu’on y voit placé en la place d’un tabernacle a environ un pied et demi de haut, et plus d’un en largeur. Il est fait de la main d’André Sarto, célèbre peintre de son siècle196.

218Cet autel est d’argent, et la chapelle, aussi bien en dehors qu’au dedans, est, de toutes parts, ornée de vœux d’or, d’argent, la plupart enrichis de pierreries.

  • 197 La fête de la Nativité de la Vierge attirait un grand nombre de pèlerins, dont beaucoup venaient de (...)

219Il y avait sur le haut du milieu de la grande nef de l’église l’image de la Sainte Vierge, faite de cire au naturel et en sa grandeur, qui pouvait être de cinq pieds et revêtue d’habillements de soie : elle était exposée sur une table à la vénération des fidèles dont la multitude en était innombrable ledit jour de la Nativité197.

  • 198 Baccio Bandinelli (1488-1560) a sculpté pour sa propre tombe, placée dans le transept sud de l’égli (...)

220Il y a encore en cette église plusieurs choses rares que l’ignorance me fait passer sous silence, on y voit le tombeau du fameux sculpteur Baccio Bandinelli, avec son portrait et celui de sa femme, qui sont engravés sur du marbre198.

221Il y a aussi en cette grande ville plusieurs autres très belles églises dont je n’en visitai aucune après celles que je viens de dénommer ; j’en excepte celle des religieux de Saint-Antoine où je fus à confesse. /74/

Description de l’église de Saint Laurent de Florence

  • 199 En réponse à une commande du duc Côme Ier de Médicis faite aux alentours de 1546, Jacopo Pontormo ( (...)
  • 200 Il s’agit des deux ambons placés chacun de part et d’autre de la nef centrale, entre la septième co (...)
  • 201 Gilles Caillotin orthographie le terme Fran, tout comme Richard Lassels qu’il recopie ici (op. cit. (...)
  • 202 Richard Lassels, que Gilles Caillotin recopie ici, a écrit il frà, ce qui, en langue italienne, veu (...)

222Cette église dont je n’eus pas le bonheur de [la] visiter, faute d’en connaître la rare beauté. Elle est divisée en deux rangs de piliers ronds, qui soutiennent la masse de cette église, à la voûte de laquelle on y voit un tableau du jugement final qui est une pièce fort hardie faite de la main du peintre Pontorno199. Il y a deux porte-livres de cuivre dans le chœur qui sont faits par Donatello, sur lesquels sont quantité d’histoires en bas reliefs200. Il y a aussi les portraits de Sainte Anne et de la Sainte Vierge peints à fresque, par Fra201 Bartolomeo communément appelé infra202 ; et c’est une pièce si merveilleuse et si belle, qu’un duc de Mantoue qui la vit en offrit une somme immense d’argent. Il y a une sacristie neuve et particulière pour le service de la chapelle dédiée sous le nom de Saint Laurent, qui sert de sépulture aux grands ducs de Toscane, qui mérite bien d’être considérée à cause des princes de la maison des Medicis qui y sont en dépôt jusqu’à que la dite chapelle soit achevée (dit Richard Lassels Anglais).

  • 203 La Sagrestia Nuova a été construite par Michel-Ange de 1520 à 1534. Elle renferme le monument funér (...)
  • 204 La Sagrestia Vecchia a été édifiée par Brunelleschi de 1422 à 1428. Andrea Verrocchio (1435-1488) a (...)
  • 205 Les deux paragraphes précédents sont entièrement repris de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 184-185. (...)

223Il y a dans cette même sacristie quatre statues qui sont faites par Michel Ange, qui représentent le jour et la nuit, l’aurore, et la brune, quatre parties qui composent le temps ; et parce que toutes choses sont conduites au tombeau la statue qui représente la nuit est un chef d’œuvre et généralement admirée de tous les savants sculpteurs203 ; mais dans l’ancienne sacristie204, il y a le tombeau de Jean et Pierre de Medicis, fils de Côme, surnommé le père de la patrie, qui est un ouvrage d’André Verrocchio205. /75/

224et Bartolomeo Bellano (1440-1496), ils sont décorés de onze panneaux de bronze représentant des scènes de la vie du Christ et le martyre de Saint Laurent. Au cours de la messe, l’Épître était lue par le sous-diacre dans l’ambon de gauche, tandis que l’Évangile était lu par le diacre dans l’ambon de droite.

Description de la magnifique chapelle de Saint Laurent

  • 206 La chapelle funéraire des Médicis ou Cappella dei Principi a été construite de 1604 à 1640 par l’ar (...)
  • 207 La manufacture de pierres dures (Opificio delle Pietre Dure), installée en 1588 par le Grand Duc Fe (...)
  • 208 Volterra.

225Cette chapelle qui est du corps de cette même église dont je viens de faire la description ; elle sert de sépulture à la famille des Medicis qui ont la dignité de grands ducs de Florence206. Quant à sa figure, elle est ronde, étant entièrement bâtie de marbre, les murailles en sont revêtues de jaspe et d’autres pierres précieuses, si bien polies et si luisantes que l’on peut dire que l’ouvrage surpasse la matière. Dans le tour de sa rotondité, sont les tombeaux de tous les grands ducs de Florence, au dessus desquels on y voit leurs statues aussi haut qu’un homme qui est debout peut atteindre de la main. L’ouvrage est admirable et le marbre fort poli, et sur chacun de ses tombeaux il y a un oreiller d’une pierre très riche, avec une couronne ducale dessus. Les statues de tous les ducs de Florence y sont aussi couchées de leur long avec leurs habits de cérémonie qui sont de cuivre doré qui sont dans des niches qui sont ménagées autour de cette chapelle. La voûte est revêtue de lapis, qui est une pierre précieuse de couleur bleue entrecoupée de veines d’or qui le font paraître comme un ciel. Entre chaque tombeau on y voit les armes de quelques villes particulières de l’état du Grand Duc avec leurs blasons représentés par les pierres précieuses qui les composent207 ; les écussons occupent les places et le vide qui est entre deux tombeaux. Ces villes sont Florence, Sienne, Pise, Livourne, Volterre208, Arezzo, Pistoia, Cortona, Montepulciano, et quelques autres.

  • 209 La première édition, en langue anglaise, du Voyage of Italy, or a Compleat Journey trough Italy de (...)
  • 210 Ces deux paragraphes sont recopiés de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 181-183.

226C’est pour cela qu’on y a mis les armes de ces villes, parce qu’elles ont contribué à la dépense de ce somptueux édifice ; enfin cette chapelle est si bien parée de ses superbes murailles, et elles sont si polies et si luisantes, étant faites de pièces rapportées, qu’on n’y met jamais dessus ni tapisseries, ni peintures, et non pas même de la dorure. /76/ Richard Lassels, Anglais, dit qu’il y avait plus de soixante ans209 que l’on avait commencé cette chapelle pour en faire seulement l’ornement, y ayant tous les jours plus de soixante ouvriers qui y travaillaient ; et cependant il assure que lorsqu’il y passa pour la visite, il n’y avait encore que le tombeau de Ferdinand deuxième du nom, qui fût encore parachevé. Le seul oreiller qui est sur son tombeau coûtait à ce qu’on lui avait assuré, soixante mille écus ; et de cette remarque on peut juger de la dépense qu’a coûté cette chapelle dont les tombeaux sont si magnifiques qu’ils rendent le séjour de la mort agréable, et semblent faire revivre l’orgueil des morts par leurs cendres210.

  • 211 Il s’agit du baptistère situé sur le parvis de la cathédrale.
  • 212 L’église du couvent des Antonins français (chanoines réguliers de Saint Antoine de Viennois) a aujo (...)

227Quant à cette magnifique église et la chapelle de Saint Laurent, je n’eus pas le bonheur de la voir ; il est surprenant qu’après avoir vu celle de Sainte Marie de la Fleur, de Saint Jean Baptiste qui n’en est pas éloignée211, et celle de l’Annonciade, je n’en visitai aucune autre que celle des Antonins français dont j’y fus à confesse, et qui, pour n’y avoir rien remarqué de particulier et de considérable, je n’en fais aucune mention212. Trop bien je vis une église dans la partie de cette ville qui est du côté du midi, qui est presque semblable au dehors à Sainte Marie de la Rotonde de Rome parce qu’elle est entièrement bâtie de briques, et même en sa rotondité qui sert de couverture, dont j’ignore si elle n’a pas quelques ouvertures par le haut pour l’éclairer au dedans, n’en ayant pas vu à l’entour. Mais je n’entrai pas dans cette église.

228Maintenant je veux faire mention des lieux profanes de cette ville après avoir donné le premier lieu à ceux de dévotion qui sont les églises ; je commencerai par les palais en après je finirai par les révolutions arrivées en cette ville de Florence. /77/

  • 213 Gilles Caillotin évoque ici les blocs de pierre taillés en “bossage rustique”, c’est-à-dire laissan (...)
  • 214 Le palais Salviati est aujourd’hui celui de la Banca Toscana ; il est situé via del Corso.
  • 215 Le palais Strozzi, piazza Strozzi, construit de 1489 à 1504 par Benedetto da Maiano, Jacopo Rossell (...)
  • 216 Gilles Caillotin désigne vraisemblablement ici le palais Medici-Riccardi, construit de 1444 à 1464 (...)

229On peut dire de Florence qu’elle a presque autant de palais qu’elle a de bâtiments enfermés dans son enceinte, la plupart faits comme s’ils eussent été escarpés en rochers : parce que les pierres avancent ou reculent dans les murailles, n’étant qu’ébauchées213, et tous sont autant de forteresses particulières, parce qu’étant bâtis de bonnes et dures pierres dont il faudrait du canon pour les forcer, moyennant le peu de résistance au dedans. Entre tous ces palais les plus superbes et les plus magnifiques sont ceux des seigneurs Salviati214, des Stroces215 [sic] et autres nobles familles : comme sont ceux de Catherine et Marie de Medicis, l’une et l’autre reines de France216. Et j’y remarquai en ces palais des gros anneaux de fer, comme j’avais vu en la ville de Sienne.

  • 217 Il s’agit du palais Pitti, construit sur les dessins et les plans de Brunelleschi par Luca Fancelli (...)
  • 218 Le Corridoio, construit par Vasari en 1564, permet le passage des palais de la Seigneurie et des Of (...)
  • 219 Le palais des Offices, commencé par Vasari en 1500 et achevé, suivant le projet de celui-ci, en 158 (...)
  • 220 Le Ponte della Santa Trinità, le Ponte Vecchio et le Ponte alle Grazie, tous trois situés au cœur d (...)

230Surtout, on doit bien faire état du palais du Grand Duc217, qui surpasse tous les autres en grandeur, comme ce prince est élevé au dessus de tous les seigneurs florentins : il a d’une part une grande et vaste place et, à l’autre extrémité, il aboutit par une longue galerie jusque sur le bord du fleuve Arno218. De l’autre côté de cette galerie, il y en a encore une autre, dont l’entre-deux est d’environ vingt cinq pas, et la longueur d’environ trois cent pas219 ; ces deux galeries sont fermées par une autre qui les traverse, sous lesquelles il y a une percée qui conduit vers ladite rivière, auquel il y a une balustrade qui règne le long de la rive opposite à ces galeries qui y correspondent pour en découvrir la belle vue, c’est ce qu’on peut aisément faire par le moyen d’une galerie ou balcon qui règne le long du dehors de cette galerie vers la rivière. C’est de cet endroit où j’eus le plaisir de considérer la grande et belle étendue de cette ville le long du fleuve Arno, sur lequel il y a quatre /78/ beaux ponts de pierre, nonobstant que je n’en pus découvrir que trois220. Il y a, de l’un et l’autre côté de cette rivière, un beau passage.

  • 221 Il s’agit vraisemblablement du David de Michel-Ange (1504) et du Hercule et Cacus de Baccio Bandine (...)

231La porte qui donne entrée au palais du Grand Duc est joignant la grande place dont je viens de parler, à côté de laquelle il y a deux grandes et hautes statues, élevées sur piédestal de marbre blanc, elles sont très bien élaborées, je ne sais ce qu’elles représentent, trop bien sont-elles nues221.

232À l’opposite de cette porte dont on y monte la garde, il y a encore une autre galerie qui est au derrière de la monnaie, dont j’en ai vu fabriquer en regardant par les fenêtres. On y voit aux piliers qui portent ladite galerie la statue d’un Hercule qui massacre un roi qui est renversé à ses pieds ; puis on y voit encore les statues de trois Sibylles entrelacées l’une dans l’autre faite d’un beau marbre blanc à la différence d’Hercule qui est de bronze.

  • 222 Voir R. Lassels, op. cit., t. I, p. 212. Il s’agit de la statue de Côme Ier grand duc de Toscane, f (...)

233Dans la grande place directement opposite entre ces deux longues galeries qui répondent au fleuve Arno on y voit la statue équestre du Grand Duc Côme de Medicis, qui est de bronze. Et sur le piédestal qui est de même métal, on a représenté toutes les victoires et les belles actions de ce prince en bas-reliefs222.

  • 223 S’écartant ici de R. Lassels, Gilles Caillotin emprunte en partie sa description de la fontaine de (...)

234Dans cette même place, non pas au milieu mais bien en un coin proche le vieux palais dont j’ai parlé qu’il y a deux statues à côté de l’entrée, on y voit une fort belle fontaine, elle est admirable autant pour son architecture que pour la riche matière dont elle est construite. Le bassin qui est de marbre blanc, il est très ample ayant pour le moins [blanc dans le texte] pieds de tour, au milieu duquel est une statue ayant de hauteur environ vingt pieds représentant le dieu Neptune ayant entre ses jambes quatre autres statues de Naïades, tenant entre une de ses mains une grande coquille dans laquelle ces quatre Naïades jettent de l’eau qui sort de leurs bouches laquelle retombe en après dans ce grand bassin. /79/. À l’entour du dedans de ce grand bassin, sont encore huit autres statues, savoir quatre satyres et autant de déesses qui de leurs bouches, narines, oreilles et de leurs têtins jettent de l’eau, elles sont entièrement nues, excepté les parties vergogneuses, étant assises sur le bord du bassin223.

235Dans les quatre extrémités de ce bassin, il y a encore quatre statues à cheval qui semblent surnager dans l’eau : et toutes ces différentes statues et chevaux sont de bronze, d’une grandeur au naturel. C’était dommage que je ne les vis pas pour lors jeter de l’eau, dont celle de ce bassin me parut être fort désagréable.

236La statue équestre dont j’ai parlé est montée sur un cheval de bronze, élevée sur un piédestal dans les quatre faces duquel sont autant de tables de bronze, représentant les actions principales de ce prince.

  • 224 On a ici un bon exemple de la manière dont Gilles Caillotin rédige son texte. Il a commencé par écr (...)

237Richard Lassels Anglais dit que les statues qui sont à la porte de ce palais sont l’une représentant le roi David et l’autre Hercule qui tue Cacus, qui est un ouvrage du sculpteur Bandinelli comme David l’est de Michel Ange224.

238Dans la face de ce palais qui regarde cette grande place, on y voit une tour extrêmement haute ; elle s’élève du rez de chaussée cent cinquante toises : ce qui est d’autant plus étonnant, c’est qu’elle n’a point d’autre fondement que la muraille de ce palais et le comble de la maison.

  • 225 Les trois paragraphes précédents sont empruntés à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 212-213.

239De là vient que l’on dit que les Florentins ont trois tours merveilleuses, l’une dans l’air savoir celle-ci, l’autre dans l’eau qui est le phare de Ligourne, et l’autre en terre qui est le clocher de Florence, de Sainte Marie de la Fleur, dont les fondements sont extrêmement profonds225. /80/

  • 226 Gilles Caillotin a retenu le tracé linéaire des rues de Florence, mais sa mémoire des lieux n’est p (...)
  • 227 Il s’agit de la colonna della Giustizia érigée en 1565 par Côme Ier de Médicis sur la piazza San Fe (...)

240Proche le Temple de la Trinité, il y a une longue et droite rue qui conduit de là à l’église de l’Annonciade, on y rencontre l’hôpital magnifique des pèlerins d’où je couchai le jour de la Nativité de la Sainte Vierge226 : or, à l’une et l’autre extrémité de cette rue, il y a deux grandes et vastes places, savoir celle de l’Annonciade, puis celle que j’appelle de la Trinité dans laquelle le grand Côme de Medicis fit élever cette tant belle colonne de marbre que je vis gisante par terre, rompue en deux pièces227. Elle est d’un marbre de couleur grisâtre jaspé de rouge, ayant de hauteur dans la face du pied qui me touchait sous le nez, lorsque je l’approchai ce qui revient à quatre pieds huit pouces environ, et de circonférence environ quinze pieds, quelque peu grosse en avançant vers le milieu, sa longueur peut être de cinquante et un pieds, dont la plus considérable partie était de quatre fois la longueur de mon bourdon, y joignant trois pieds encore de surplus.

  • 228 Il s’agit en réalité de la victoire de Marciano (parfois appelée aussi de Scannagallo) remportée le (...)

241Le Grand Duc Côme l’avait fait élever en mémoire de la victoire obtenue par le marquis de Melignon l’an mil cinq cent cinquante cinq228, contre Pierre Strozzi. Elle fut renversée aussi bien que la statue de la justice qui y était élevée sur le faîte par la fureur du peuple en haine des Medicis.

242Je ne pus m’empêcher d’admirer cette surprenante colonne pour sa longueur aussi bien que pour son énorme grosseur, ne pouvant trop être surpris comment on avait pu parvenir je ne dis pas d’élever cette colonne mais de l’avoir pu tirer des carrières pour la transporter en ce lieu. Elle est d’une seule pièce, excepté, dis-je, qu’elle est rompue, je puis l’assurer l’ayant vue et bien considérée les trois jours que je demeurai en cette ville.

243Tant il est vrai que les guerres civiles ne sont propres qu’à détruire non seulement les hommes qui s’en [tre] tuent l’un et l’autre mais encore à la ruine des plus beaux monuments publics. /81/

Histoire des Révolutions arrivées en la ville de Florence

244Cette ville qu’on peut appeler la fleur de toutes les villes d’Italie non seulement pour sa grande beauté, et le grand nombre de ses palais, bâtie à la rustique, ou en façon de roche dont les pierres avancent en dehors, maintenant elles enfoncent au dedans, mais encore pour son grand commerce qui s’étend dans toutes les provinces circonvoisines, aussi bien que dans les pays les plus éloignés, dont on y transporte un grand nombre de serges qu’on y fait. Elle fut déjà désolée par quatre diverses fois, elle subsiste maintenant plus belle que jamais. Charlemagne la fit non seulement restaurer, mais encore il voulut l’honorer d’une florissante université, elle est de plus honorée d’un siège archiépiscopal.

  • 229 Sur les luttes entre Guelfes et Gibelins à Florence, voir Sergio Raveggi, Massimo Tarassi, Daniela (...)

245Ce qui pensa la mettre au comble de ses malheurs ce fut non seulement les furieuses factions des Guelfes et des Gibelins qui étaient communes en toutes les villes d’Italie, mais encore la guerre entre ses propres concitoyens229. La cause prit son origine d’entre deux puissantes familles : ce fut qu’un jeune homme de l’une des deux s’étant énamouraché d’une fille de l’autre, à laquelle il fut promis en mariage ; mais ayant changé de volonté aussi bien que d’amour, il attira sur sa famille la haine de tous les parents et amis de cette fille, qui, ligués tous ensemble, épousèrent le nom fatal de Gibelins, pour l’empereur ; les autres au contraire prirent celui de Guelfes pour le parti du pape. Ces deux factions firent d’étranges cruautés dans cette ville, ce qui dura pendant longues années, avec l’occasion de grands nombres de leurs concitoyens : l’un de ces partis avait aujourd’hui l’avantage sur l’autre, qui le lendemain en avait sa revanche, avec bonne mesure. /82/

  • 230 Gilles Caillotin orthographie le terme prisses et l’emploie au sens de dispute, querelle, tel qu’il (...)

246La seconde cause fut de deux jeunes hommes qui eurent des prises230 ensemble, il advint qu’un des deux fut blessé : le père de celui qui avait blessé, crut vainement étouffer le feu naissant : mais sans y penser il mit contre son attente de l’huile dessus. Ce fut qu’il envoya son fils pour réparer la faute au père du blessé, qui lui fit couper les mains, lui disant que les blessures ne se guérissaient point par des paroles.

  • 231 Au sens de partagé.
  • 232 Il s’agit, d’après la Cronica delle cose occorrenti ne’ tempi suoi (livre III, chapitre 8) de Dino (...)

247Cet acte inhumain ayant miparti231 la ville en deux factions qui épousèrent à différents motifs la querelle de ces deux particuliers, il y eut pour un seul coup dix sept cent maisons de brûlées dans Florence232.

  • 233 Il s’agit bien évidemment de la révolte des Ciompi. Voir à ce propos Alessandro Stella, La révolte (...)

248Il n’est pas même jusqu’à la souveraine magistrature, pour laquelle il arriva d’étranges révolutions : entre autres est remarquable l’effronterie d’un coquin de cardeur de laine accompagné de quatre autre faquins, fileurs de laine comme lui, ils eurent assez de bonheur pour s’emparer du gouvernement pendant quatre années en conduisant la République et déjetant le gonfalonier, qui est le plus noble de tous les magistrats. Ce fut pendant les années mil trois cent septante huit jusqu’à 1381233. Ce fut pendant la fureur de ces sortes de guerres intestines que fut renversée cette tant magnifique colonne, que le Grand Duc Côme de Medicis avait fait élever, la justice au dessus. Cependant quoique cette noble famille des Medicis ait toujours été l’objet de l’envie de tous les Grands, qui soulevaient contre eux la fureur de la folle populace nonobstant tous ces revers de l’aveugle fortune, qui sans avoir égard qu’elle était au haut de la roue du comble de son bonheur, la renversait presque aussitôt qu’elle y était montée.

  • 234 Gilles Caillotin a orthographié : qu’il soient imaginé.

249Cette illustre famille qui n’avait point d’autres crimes que celui d’avoir des grands moyens, qu’elle employa plusieurs fois pour les pressants besoins de ses ingrats concitoyens, pour le soutien de la Ré /83/ publique, il arriva que lorsque le pape Clément septième du nom fut pris prisonnier, après le sac de Rome en mil cinq cent vingt sept, les Florentins en témoignèrent toute la joie qu’un peuple libre quand il se croit être délivré d’une tyrannie qu’il s’est imaginée234. En effet, la fureur fut compagne à cette grande joie, en renversant et abattant, non seulement les maisons et les effigies des Medicis, mais encore en poursuivant à toute rigueur ceux qui étaient tant soit peu amis à cette maison désolée et persécutée.

250Le pape Clément septième, après avoir été remis en liberté, et couronné l’empereur Charles Quint en la ville de Bologne, loin de venger son affront particulier qu’il avait reçu dans la ville de Rome, il joignit ses forces à celle de cet empereur et surmonta par les armes les téméraires Florentins, en y établissant pour toujours ceux de sa maison dans la souveraineté.

251Voilà ce que j’ai jugé à propos de dire, touchant cette grande et opulente ville, dont je n’ai daigné faire mention du dedans du palais du Grand Duc, parce qu’on sait trop bien que les princes n’ont rien qui ne soit digne de leur grandeur. Je m’attache plus aux églises qu’aux palais des Grands : surtout de celles dont j’ai eu le bonheur de les visiter.

252Maintenant je veux continuer mes remarques sans aucune interruption jusqu’à la ville de Bologne : et comme il y a différentes fois que je me suis émancipé d’orner mes mémoires des plumes d’autrui, pour en embellir les miennes, afin que la diversité en soit d’autant plus délectable.

253Parce qu’on ne peut sans mépris passer certaines circonstances dans un éternel oubli, attendu qu’elles donnent du goût pour en continuer la narration. /84/

Reprises de la continuation de mes mémoires interrompues

254Après avoir été ce samedi neuvième septembre chez Monsieur le Nonce de Sa Sainteté, étant en la compagnie de ce jeune clerc espagnol, nous fûmes déjeuner. Ma portion fut d’une demi-bouteille de vin, de trois à quatre verres, avec un morceau de pain. Pour mon compagnon, il mangea de la menestre, en m’en faisant part de quelque peu, comme aussi de deux têtes d’anguilles dont il mangea le reste du corps. Je l’avoue ce ne fut pas sans grande répugnance, croyant que c’était têtes de couleuvres, dont il y en a si grande quantité en Italie, comme on en voit le dehors aussi bien que dedans des boutiques des épiciers, garnis de leurs peaux. Quoique cependant je n’en ai vu aucune de vivante dans ce pays là.

  • 235 Le frère Nicolas Tondeur, Rémois d’origine, est un frère oblat minime résidant à Rome. Voir plus ha (...)
  • 236 Gilles Caillotin orthographie le terme gehenné, comme s’il le construisait à partir de géhenne.
  • 237 Sur Jean Hochart, voir la note 4, p. 89.

255S’il était vrai que ce fut des têtes de couleuvres, elles étaient cependant très friandes. Dans le temps que mon clerc faisait un bon dîner, je mis la main à la plume pour faire réponse au frère Tondeur235 à Rome. Ce clerc en étant gêné236, nous sortîmes hors de cette maison et nous fûmes sous les galeries du palais du Grand Duc dont j’ai ci-devant parlé, elles sont de l’un et l’autre côté bâties à neuf de belles pierres bien liées ensemble faisant cette figure dont le bout par ici est l’entrée vers la rivière et la grande étendue du côté gauche signifie la vaste place qui est opposite à la rivière, et la figure ronde qu’on y remarque représente la tant belle fontaine dont j’ai parlé. Sous ces galeries sont les écuries du Grand Duc, et comme nous étions ombragés là dessous, le pauvre Espagnol après avoir acheté pour quelques quatrains de melons, il m’en fit présent de quelque peu, après quoi il se laissa abattre par le sommeil, tandis que j’écrivais ma lettre, en mandant au frère Tondeur d’exhorter de ma part Jean Hochard de s’approcher fréquemment des saints sacrements, me servant à cet effet des paroles du Saint Concile de Trente, l’exhortant, le priant et même le conjurant, comme je l’assurais d’en faire de même de ma part237. /85/

256Après avoir écrit ma lettre, il fut question de la mettre à la poste, il y a plusieurs boîtes dans lesquelles on y peut mettre les lettres au dessus desquelles sont les inscriptions d’où on connaît les pays qu’elles doivent passer. Pour Paris lorsqu’on écrit pour France, pour Madrid lorsque c’est pour l’Espagne, pour Lisbonne, Tunis, Alger, Londres, Le Grand Caire d’Égypte, Constantinople et d’autres villes des extrémités du monde. Ce qui prouve la grande correspondance du commerce de cette grande ville.

  • 238 Il s’agit du livre de Pierre d’Avity, Les Estats, empires et principautez du monde représentez par (...)

257Pendant le reste de cette journée, je m’occupai à parcourir les rues de cette ville, dont j’y vis quelques fontaines qui, pour n’avoir rien de considérable, je les laisse dans l’oubli. Je vis plusieurs sortes de livres étalés dans rues, et en diverses langues, dont, entre autres, un Estats et Empires en langue française, tel que j’en avais un à Reims étant couvert de parchemin238.

  • 239 La mise au propre des notes de Gilles Caillotin est donc postérieure au voyage qu’il a effectué à P (...)

258La rue qui, de Sainte Marie de la Fleur, conduit en la grande place vers l’Annonciade, était le jour de la Nativité si bien ornée de belles et rares marchandises qu’il semblait être une véritable foire, tant les boutiques qui étaient ouvertes donnaient un agréable plaisir aux passants ; on y voyait de riches habillements de soie sans parler de ceux de drap d’or, et de toiles d’argent. Je n’ai jamais vu depuis de plus belles boutiques que celles du palais des marchands à Paris239.

  • 240 Il s’agit de l’église romaine de San Giovanni Decollato dei Fiorentini, à laquelle était rattachée (...)

259Au bout de cette longue et droite rue, est la place qui sert de parvis au devant de l’église de l’Annonciade, remplie de toutes parts de diverses marchandises. Mais surtout de la vaisselle de terre cuite de couleur rougeâtre, il y avait de petites écuelles et des plats non plus grands que la paume de la main, dont les petits enfants importunaient leurs mères pour en acheter quelqu’une /86/ et même des petites clochettes de pareille terre rendant un son aigu comme serait en nos pays de Champagne si on frappait sur la poterie rouge. Il fallait en contenter non seulement les petits garçons mais encore les petites fillettes. J’avais vu déjà pareille chose dans Rome proche Saint Jean descolâtre le jour de la fête dudit Saint le vingt neuvième août240, et depuis proche l’église de S[ain]te-Rose de Viterbe.

260Cette place qui est très ample environnée de trois côtés de hauts bâtiments portés sur portique, et le quatrième c’est l’église de l’Annonciade elle peut être très longue de quatre cents pas en chaque face.

  • 241 C’est la statue équestre du duc Ferdinand Ier.

261Outre la statue équestre du grand duc Côme241 qui a la face tournée au midi regardant Sainte Marie de la Fleur, on y voit deux belles et magnifiques fontaines qui servent pour la décoration de cette place, les bassins sont fort haut élevés, faits en ovale dans lesquels sont plusieurs statues qui sont de bronze aussi bien que les bassins, jetant de l’eau par leurs bouches, on y voit aussi des petits anges qui la reçoivent dans des gondoles.

  • 242 Il s’agit vraisemblablement du couvent des Capucins, situé sur la colline de Montughi. Fondé par le (...)

262Nous sortîmes hors de Florence pour aller en un couvent de Capucins qui en est éloigné d’environ un mille et demi : quelque pas plus outre que la ville, il convient de passer sur un pont de pierre, sous lequel coulait une petite rivière et, de là, avançant sur la gauche par une petite chaussée pavée capable pour y cheminer à deux personnes de front, sur la droite de laquelle était un petit fossé et sur la gauche sont des enclos pleins de vignes, rien n’est plus agréable de voir un si beau pays de toutes parts couvert de vignes, figuiers, oliviers en abondance. Les Capucins nous donnèrent menestres et quelque peu de pain242.

  • 243 L’hospice de Saint-Thomas d’Aquin, situé via della Pergola (actuel no 8) fut ouvert en 1568 à côté (...)

263Ce n’est pas qu’il n’y ait un encore un autre couvent des Capucins qui, pour être par trop éloigné de Florence, nous n’y fûmes pas ; mais revenant sur nos pas pour être de bonne heure en l’hôpital de Saint Thomas243. /87/

  • 244 Gilles Caillotin compare ici l’hospice de Saint-Thomas d’Aquin à l’hospice del Melani, situé via Sa (...)
  • 245 Le buste de saint Thomas d’Aquin figure encore aujourd’hui au dessus du portail avec l’inscription (...)

264L’hôpital de Saint-Thomas d’Aquin n’est pas aussi magnifique que celui de la Sainte Trinité244, au dessus de la porte qui y donne entrée, on y voit à demi corps la figure de ce Saint245.

265Pour faire la visite des patentes, les administrateurs firent ouverture d’une porte faite à barreaux de fer, ayant vue sur la rue où nous étions, nous ne fûmes reçus qu’à sept, attendu que tous ceux qui avaient des patentes soit de Venise, Naples, Milan et même d’Avignon, en furent exclus comme gens qui furent qualifiés de gueux qui voyagent de pays en pays, en prenant des patentes des nonces résidant en toutes ces villes dont je viens de parler, et les obtiennent facilement pour servir de couvertures à leurs vies fainéantes et vagabondes.

266En l’hôpital de la Sainte Trinité [sic], nos patentes furent marquées d’une marque qui a plusieurs pointes qui s’étendent en dehors. On nous fit entrer, nous sept, dans une petite place dudit hôpital, le clerc espagnol n’était pas de ce nombre parce qu’il me quitta au retour des Capucins.

267Nous fûmes presque une heure et demie, tandis que les administrateurs furent chanter les louanges de Dieu et de la Sainte Vierge dans une chapelle tout joignant la place où nous étions, n’y ayant d’intervalle qu’un bien petit jardin.

268Aussitôt que leurs offices furent finis, il nous fallut mettre à table, eûmes de la menestre, œuf par quartier, fromage, une salade, environ dix onces de pain blanc, pour du vin nous en eûmes en abondance et du très bon.

269Après souper il nous fallut déchausser pour le lavement des pieds, qui fut fait avec les mêmes cérémonies qu’à la Sainte Trinité, excepté qu’elle fut faite avant souper, et que le nombre des Messieurs n’était pour ce jour qu’environ sept à huit. Après cette cérémonie, il nous fallut coucher à nu, les lits n’étant pas des plus honnêtes par rapport à la propreté des linceuls. En toutes choses, cet hôpital n’est en rien comparable pour la beauté, à celui de la Trinité. /88/

Ma sortie hors de la ville de Florence, le 10 septembre

270Le dimanche dixième septembre, je fus entendre la messe en l’église de l’Annonciade, disant adieu à cette tant belle église pour le grand nombre des vœux que j’y vis. Je laissai dans la ville mon compagnon allemand pour y travailler à servir les paveurs, l’ayant déjà fait dès la veille moyennant la paie de quinze grâces, qui reviennent à quinze bajoques monnaie du pape, ce qui n’était pas un petit paiement pour chaque journée.

271Quant au pavé de cette ville, les principales rues sont admirables et aussi unies et polies que les églises de France, il est quelque peu ciselé vers le milieu pour couler les eaux : les rues qui sont vieilles pavées, on voyait les éclats que la gelée avait enlevés, ce qui en défigurait entièrement la beauté.

272Je sortis aussitôt de cette ville accompagné du seul Bohémien, dont je n’ai pas fait mention aucunement pendant que je fus à Florence, parce qu’il nous avait quitté dès la ville de Sienne. Je vis, le jour de la Nativité, l’ermite dont j’ai parlé en la ville de Foligno le onzième août en la porte des religieux Augustins, qui était debout devant la statue équestre du Grand Duc Côme pour recevoir les aumônes de ceux qui allaient en l’église de l’Annonciade, le jour de la Nativité de la Sainte Vierge : il paraissait extasié ayant le chapelet en la main, et le chapeau par terre, pour y recevoir les grandes offrandes qu’on lui donnait de tous côtés, dont je le vis depuis n’ayant plus de mauvaises sandales pour chaussures, mais bien des neuves avec abondance de provision, étant accompagné d’un autre Espagnol, qui m’avait conseillé dans Saint-Jean de Latran à Rome de prendre une attestation de ma confession du confesseur.

273La porte par où nous sortîmes fut celle où la veille nous fûmes chez les Capucins, ayant passé outre ledit pont de pierre dont j’ai parlé, loin de suivre sur la gauche nous suivîmes le chemin à droite qui ne tarda pas longtemps de nous conduire /89/ par le milieu d’un village, qui est sur la pente d’une colline où les femmes nous priaient de leur vendre quelques médailles bénites de la main du pape.

274Je regrettai de quitter un si beau et agréable pays, diversifié de collines de toutes parts couvertes de vignes, d’oliviers et de figuiers, et surtout vers la ville de Pise : il semble que cette vaste campagne soit un jardin de plaisance et non pas des lieux champêtres, qui sont de tous côtés remplis d’agréables maisons, qu’il semble des palais. Le plaisir en fut d’autant plus grand que, depuis Rome, excepté les environs de Viterbe et le pays de Sienne, tout le reste n’était rien autre chose qu’une vaste solitude.

  • 246 La Porte de Mars est un arc de triomphe romain à trois baies, datant du iiie siècle après Jésus-Chr (...)

275Après être monté sur le sommet de cette montagne outre ledit village, et en après descendre en bas, je laissai le grand chemin sur la gauche, pour en prendre un autre moins fréquenté, qui est sur la main droite. Nous avions fait depuis Florence environ six milles et ne tardâmes pas longtemps de faire rencontre sur ce chemin d’une petite fontaine fermée d’une cage de pierre de cinq pieds de hauteur, rassemblant en toutes choses à celle qui est dans les fossés de Porte Mars de Reims246, et au bas de laquelle il y avait une pierre creusée pour en recevoir l’eau qui en tombait en petite quantité. J’y lavai quelque menu linge, ce qui en troubla l’eau, dont un Italien demeurant en une maison éloignée d’environ deux cents pas sur la droite de cette fontaine, il vint avec deux seaux, pour en puiser de l’eau, auquel la voyant trouble il s’en retourna à vide. Non sans me laisser apercevoir sur son visage les marques de son courroux comme aussi de quelques dures paroles qu’il proféra, je crus certainement qu’il m’aurait laissé des marques de sa passion, sans la compagnie de mon Bohémien. Après que je me fus rasé, je conseillai à mon compagnon d’avancer chemin, craignant le ressentiment de cet homme qui pouvait revenir en meilleure compagnie et nous causer de l’ennui, parce que le Bohème avait aussi troublé la fontaine. /90/

  • 247 Gilles Caillotin fait ici une confusion entre les Antonins et les Servites. C’est au Monte Senario (...)

276Le chemin est fort difficile par monts et profonds vallons. Aperçûmes de loin le haut mont Senaire que l’ignorant vulgaire appelle Sinaï. C’est un endroit fort haut élevé, sur le sommet duquel il y a un couvent de Pères de Saint Antoine247.

277Ce fut une fondation de plusieurs marchands florentins qui choisirent ce lieu pour leur demeure, sous l’invocation de la Sainte Vierge. On rencontre quelques petites fontaines mais qui n’ont pas d’eau. Le chemin va en serpentant, en manière tortueuse, tantôt à droite, puis à gauche : parce que ce mont est très riche, et de toutes parts couvert sur son sommet, d’un épais bois de sapin. À l’entrée duquel on rencontre une croix sur la droite qui est de bois. Ici la froidure nous fut très sensible, après avoir eu grande chaleur au sortir de Florence : cette froidure causée autant par la hauteur de ce mont, que par la fraîcheur qui s’engendrent ordinairement parmi les bois de haute futaille.

278Ces sapins, qui étaient fort drus et d’une énorme hauteur, tant que je n’en ai jamais vu de pareille, et non même mon Bohémien, qui à la faveur de quelques rayons du soleil faisait difficulté d’avancer plus outre, afin de s’y délasser, et même s’y reposer pour profiter de cette chaleur ; je lui fis entendre qu’il ne convenait aucunement de s’arrêter que nous ne fussions passés de l’autre côté de ce mont, toujours de dangereuse conséquence pour ceux qui voyagent par le pays par rapport à la froidure.

  • 248 Il s’agit bien évidemment d’un chemin de croix.

279On rencontre sur la droite de ce chemin, certains piliers faits de briques, au haut desquels il y a des petites niches dans lesquelles était engravée l’histoire de la Passion, et ces niches se fermaient par de petites portes faites de plaques de fer248.

280Étant arrivé sur le sommet de ce mont, mon sentiment était de coucher au couvent de Saint Antoine dont y sont reçus les pèlerins : mais pour être de trop bonne heure, il fallut que mon sentiment cédât à celui du Bohémien, parce qu’il n’était /91/ pas encore l’heure des vêpres, n’étant éloignés de Florence que d’environ neuf milles.

281Pour parvenir au parvis de l’église et couvent de religieux de Saint Antoine, il convient d’y monter par vingt degrés environ, au haut desquels il y a une place d’environ trente pas en chaque face, l’église étant sur la gauche et la porte du couvent est à l’opposite de cet escalier, dont on peut y monter à quatre personnes de front.

282Au son d’une petite clochette vint un religieux frère qui nous donna une bonne platée de menestre aux melons, avec un pain fort bis de seigle fait en façon de grains d’orge, puis plein un bocal d’environ huit à dix verres de vin. De plus, me voyant curieux de visiter leur église, il nous fit entrer au dedans de la porte du couvent, puis tirant sur la main gauche par un petit corridor, en ouvrant une petite fenêtre, qui est dans le milieu de la porte de l’église qui y donne entrée par le portail, je cont[en]tai autant ma curiosité que ma dévotion. Cette église était très belle, et même le pavé, dont je n’en peux faire aucune description pour ne l’avoir qu’entrevue. Nous prîmes congé de ce frère religieux de la bonté qu’il avait eue pour nous, et sortîmes sur ce parvis qui est pavé de pierre, n’ayant que le seul côté vers l’escalier qui n’est pas environné de hauts bâtiments.

283Au bas de l’escalier il y avait quelques pierres disposées pour en construire quelques autels dans cette église, au dessus de laquelle il y avait un petit clocher.

  • 249 Il s’agit de l’abbaye de Buonsollazzo, située sur les pentes du Monte Senario à 541 mètres d’altitu (...)

284Trouvâmes un petit sentier, sur la main gauche, traversant les hauts sapins, dont pour la grande élévation du Mont Sener je fus une partie de la descente, dans l’incertitude si ce n’était pas la mer que je découvrais sur la gauche au travers des sapins ; du moins, comme l’expérience des cartes géographiques ne me /92/ permettait pas de la croire si proche, que ce pouvait être quelque grand lac formé par la descente des eaux ; mais étant hors du bois, pour rentrer dans un autre de châtaigniers, qui, pour n’être pas si haut élevé, n’en était pas cependant moins épais, ce qu’il fallut continuer durant trois bons milles toujours en descendant, jusqu’au couvent des religieux de la Trappe qui sont tous français249, et nous y eûmes assez de peine pour y parvenir, dans l’incertitude du chemin que nous suivîmes.

285Comme nous étions hors de ces grands et hauts sapins, je reconnus avoir été trompé, que, dans la plaine, il n’y avait pas de lacs, mais que c’était simplement la voûte des cieux que j’avais entrevue au travers de ces bois fort épais.

286L’agréable situation de ce couvent qui est, dit-on, de la fondation des rois de France, dont on découvre non seulement la beauté du dehors de leurs églises, mais encore de la maison, et des beaux parterres de jardin.

287Nous fûmes assurés que les religieux sont français, parce que le frère portier nous en parla la langue : c’était un jeune homme, qui nous donna à chacun une bonne livre de pain de froment, puis pour nous deux le Bohémien, plein une grande caselle de terre remplie non de menestre, mais de soupe à la française, qui, pour être froide et même très aigre, je résolus de la jeter sous un petit pont de branches d’arbres qui couvre un fossé joignant la porte dudit couvent, ou au travers d’un buisson.

  • 250 La place du Campo Vaccino renvoie à l’ancien Forum Boarium ou marché aux bœufs qui, dans la Rome an (...)

288Il est vrai que cette soupe n’était pas des meilleures ; mais comme nous venions d’être rassasiés au couvent de Saint Antoine, de menestre chaude, cela nous fit manger cette soupe à contrecœur ; le Bohémien était aussi délicat, pour le moins que moi ; mais il se fit scrupule de la jeter par terre, je l’engageai d’en remplir un pot rouge de terre, qu’il portait à sa ceinture, étant composé de deux anses proches l’une de l’autre semblable à celui que j’achetai en la place du Campo Vacino250, à Rome, le premier jour que j’y entrai. /93/

289Nous remîmes ès mains du frère portier la caselle dont nous avions vidé avec la dernière répugnance ; il nous manda si nous en voulions encore, et nous le remerciâmes.

290Telle est la situation de ceux qui voyagent par des longs et ennuyeux pèlerinages : tantôt ils languissent de faim, puis d’autres fois, ils en ont à mépris ce qu’ils trouveraient être encore assez bon dans la disette.

291Quelque deux à trois cent pas joignant ce couvent, il y a une briquerie, puis nous cheminâmes en arrière sur la main droite, sans être assurés d’où nous allions, montâmes parmi des hauts coteaux, et puis descendîmes dans des profondes vallées qui, l’une et l’autre, étaient couvertes d’épais bocages. Nous eûmes la rencontre d’un jeune Allemand d’environ vingt-quatre ans, étant à tête découverte et son chapelet en ses mains, vêtu d’une méchante chemise de toile rousse tombant jusque sur ses pieds, comme c’est la coutume de ceux de son pays. Ce pauvre garçon allait à Rome, il était digne de la dernière compassion pour avoir les pieds massacrés de toutes parts, de meurtrissures les unes sur les autres, dans un chemin pierreux qui renouvelait ses douleurs. Je fus sensiblement touché de compassion de le voir réduit en si déplorable état. Nous lui enseignâmes le chemin qui conduit au Mont Sener, en passant par le couvent des religieux de la Trappe.

292Continuâmes notre chemin en passant par deux ou trois maisons, auquel le Bohémien y ayant aperçu de la paille, il ne voulut pas avancer davantage. Il nous fut permis de coucher dans une petite cabane dont l’entrée était si étroite, et si petite qu’il fallait ramper par terre pour y entrer.

293Dans l’aire ou cour de cette maison, il y avait quantité de paumes de millet et le maître de logis nous donna à chacun /94/ une grappe de raisin, qui nous fit plaisir. Après que nous eûmes soupé, je conseillai au Bohémien d’entrer le premier en cette cabane, faite pour y coucher celui qui avait la garde des jardins fruitiers et des vignes des environs, si je n’aime mieux dire un taudis pour y coucher les chiens. Mon dessein était qu’étant entré le dernier en cette cabane j’ôtais en tout cas la volonté à mon compagnon de me faire aucun déplaisir, parce qu’il ne pouvait sortir sans passer sur moi, encore l’entrée en était-elle fermée par mon corps qui était au devant. Ce n’est pas qu’il n’y eût encore une autre ouverture : la longueur de cette cabane pouvait être de six pieds de long, sur quatre de largeur, et deux et demi de hauteur.

294Nous fûmes assez bien cette nuit et même reposâmes en assurance, étant éclairés toute cette nuit, nonobstant que le temps fut le plus serein du monde.

  • 251 Scarperia, à une trentaine de kilomètres au nord de Florence.
  • 252 Rifredo, à 711 mètres d’altitude, est à une douzaine de kilomètres au nord de Scarperia. Pour l’att (...)
  • 253 Firenzuola, à 422 mètres d’altitude, est à neuf kilomètres au nord de Rifredo.
  • 254 Pietramala, à 851 mètres d’altitude, est à dix kilomètres au nord-ouest de Firenzuola.
  • 255 Ici Gilles Caillotin a barré deux mots : dans Florenzuole.

295Le lundi onzième septembre, marchâmes, dès le grand matin, en la plus grande diligence du monde parmi chemins pleins de pierres, environnés de halliers et des vignes de tous côtés, arrivâmes enfin en la petite ville de Scarpia distante d’environ dix sept milles de Florence251, puis par Rifredo252, Florenzuole253, puis par Pietremole254, villette assez jolie, où nous y eûmes quelque peu de pluie, peine255 d’y trouver à changer un teston pour en avoir la valeur en monnaie du pape, n’en voulant plus être chargé de celle du Grand Duc, à raison que nous approchions les terres du Boulonnais. J’en trouvai enfin un chez un marchand qui m’en donna quelque peu de l’un et de l’autre pays dont j’aurais souhaité être assez riche pour pouvoir avoir de lui une pièce d’or, monnaie du Grand Duc, afin de la rapporter en France. Je pus faire combler ma calebasse de vin à juste prix, et je vins retrouver mon Bohémien qui m’at/95/tendait sur la gauche du haut de cette ville, mangeant le résidu de la soupe du couvent de la Trappe ; je lui donnai en après quelque peu de mon vin, afin qu’il en détrempa son pain dedans, il me donna un seul quatrain qu’il avait eu en un couvent des dominicains de la ville de Florenzuole. Un bourgeois, qui était assis au devant de sa porte à l’opposite d’où nous étions, attentif sur nos actions, il rentra chez lui pour en sortir aussitôt ayant un petit pot en sa main, dont il traversa la rue en une maison attenant à celle où nous étions, puis, l’ayant emplie de vin, il nous le partagea entre nous deux, dont nous le remerciâmes.

  • 256 Au-delà de Pietramala, la route continue à s’élever jusqu’au Passo della Raticosa, situé à 968 mètr (...)

296Après avoir dîné nous sortîmes de cette ville en commençant de monter la roide montagne de Pietramole256 ; il faisait un vent impétueux qui nous amena de la pluie en abondance. Nous prîmes le parti de continuer à monter, fatigués autant du vent impétueux que par l’eau qui nous perçait les os ; le vent nous poussait par le derrière.

297Malgré ces incommodités, nous trouvâmes sur notre gauche une seule maison et, sur la droite, il y avait des noyers dont le vent en avait abattu les noix que nous amassâmes. Mais de malheur pour nous, nous fûmes égarés l’un de l’autre, je ne sais si le Bohémien se mit à l’abri du vent et de la pluie au derrière de cette maison, dont je crus qu’infailliblement il était avancé à monter la montagne, je me hâtai de le rejoindre, en hâtant le pas : mais voyant que je ne le voyais pas, je crus qu’il le fallait attendre sous une cabane d’une hôtellerie pendant la pluie, et qu’infailliblement il n’était pas avancé le premier, mais bien moi.

  • 257 On a ici un bel exemple de la vitalité du pèlerinage par procuration : le pèlerin “vicaire”, moyenn (...)

298La pluie venant à discontinuer, et le soleil à darder ses /96/ rayons, je visitai mes reliques sur le milieu du chemin, ne les ayant pas vues depuis ma sortie de Rome : me croyant être en assurance, je fus surpris cependant de voir un pèlerin flamand de nation qui me vit tout le paquet ouvert, il s’assoya proche de moi, et me va contant que c’était pour la septième fois qu’il faisait le voyage de Rome, la plupart pour exécuter les vœux de quelques personnes qui avaient voué d’y aller en personne, et qui s’en acquittaient par une autre personne257. Il m’assura n’avoir pas rencontré mon compagnon et sur cette assurance je l’attendis quelque peu de temps, dont il fut autant aise de me rejoindre que je le fus moi-même de nous voir réunis ensemble par compagnie.

  • 258 C’est la deuxième fois que, dans son récit, Gilles Caillotin évoque les rumeurs d’une guerre procha (...)

299Le Flamand m’assura qu’on avait beaucoup de peine de traverser dans le duché de Milan pour l’appréhension de la guerre avec le roi de France258.

  • 259 Lans-le-Bourg.

300Après avoir pris congé l’un de l’autre, nous avançâmes chemin, sur cette pénible et roide montagne, par chemins obliques et qui vont en serpentant, il y avait environ une trentaine de croix de bois, à deux ou trois cents pas de distance l’une à l’autre, pour servir de guide en temps que ce chemin soit couvert de neiges, telles qu’on voit sur le sommet du Mont Cenis, aussi bien que dans la descente vers Lanebourg259.

  • 260 Foligno en Ombrie, lors du parcours aller de Gilles Caillotin entre Lorette et Rome.
  • 261 Sur la place de Santa Maria Annunziata, la statue étant celle du grand duc Ferdinand I, sculptée pa (...)
  • 262 Chaque jour, le pape reçoit à sa Table douze convives, symbole des douze apôtres, onze étant des pè (...)

301Ceux qui aiment le bon air n’en peuvent trouver de plus vif que sur ces hautes montagnes, tant qu’à grand peine pouvions nous avancer. Nous fîmes rencontre de cet ermite espagnol que j’avais vu en la ville de Folline260, et proche la statue équestre du Grand Duc Côme en la ville de Florence le jour de la Nativité261, accompagné d’un autre Espagnol qui avait été en ma compagnie en la Table du Pape262, et qui me conseilla de mander une attestation au confesseur dans Saint-Jean de Latran. /97/

302L’ermite était celui qui avait le plus de peine à monter parce que le vent de bise emportait non seulement son manteau mais encore sa robe ; après qu’ils eurent passé outre le sommet de ce mont, ils prirent répit, ce fut alors que je vis la très grande quantité de pain dont ils étaient pourvus, pensant n’en pas trouver depuis Florence jusques à Bologne ; ils avaient aussi fait provision d’autres choses, comme du lard gras, qu’ils mangeaient gras. L’ermite avait trouvé toutes ces commodités étant, le jour de la Nativité, sur les avenues de l’église de l’Annonciade, ayant même des sandales neuves.

  • 263 Tout comme auprès du lac de Bolsena, Gilles Caillotin fait ici la rencontre de pèlerins voyageant e (...)

303Je leur mandai du pain en payant, mais me voyant éconduit, je ne me souciai plus de leurs compagnies, dont j’avançai au-devant afin de me réchauffer. Sur le sommet de cette montagne, je fis rencontre d’un homme et d’une femme, allant à Rome, étant accompagnés de quatre à cinq petits enfants, étant presque tous à nu pieds263.

304En descendant de cette montagne, le pauvre Bohémien, encore plus fatigué que moi, non seulement par le travail du chemin, mais par la grande froidure que nous endurâmes ; n’étant pas d’ailleurs vêtu, il gagna des maux de ventre. Il nous fallut reposer à la faveur d’un petit bocage sur la droite du chemin, étant à l’abri du vent impétueux qui soufflait de toutes parts.

  • 264 Nous n’avons pu identifier ce lieu-dit (mentionné pourtant sur l’itinéraire publié dans les Voyages (...)
  • 265 Loiano, à quinze kilomètres au nord de Pietramala. L’itinéraire publié dans les Voyages du Seigneur (...)

305Au pied de cette montagne est situé Scarga l’Asino264, éloigné de quatre bons milles de Pietramole, quelque peu plus loin nous passâmes par la villette de Longiano265, qui est assez jolie, dans laquelle il fallut y prendre ma réfection, le pain étant à plus juste prix qu’il n’était à Florence, dont on m’avait conseillé en ladite ville d’en faire provision pour traverser la Toscane jusqu’à Bologne. Je sortis de cette ville, aux portes de laquelle j’attendis mon compagnon, tandis qu’il aurait amassé en la ville quelques morceaux de pain ; puis venant à me rejoindre, nous commençâmes à monter /98/ une petite montagne, d’où il y avait quantité d’ouvriers occupés à rétablir le pavé. Puis toujours monter le reste de la journée, et point plus tôt en bas d’une montagne qu’il fallait aussitôt derechef monter.

306Après avoir passé par Longiano, éloigné de Sarga l’Asino [sic], d’environ cinq milles, nous en fîmes encore deux ou trois, puis trouvâmes quelques cassines, et joignant une maison entièrement revêtue de paille aussi bien les murailles que la couverture, il n’était pas même jusqu’au dedans qui en était plein jusques à la couverture.

  • 266 Il est probable que les souvenirs de Gilles Caillotin sont ici confus ou qu’il a mal réinterprété s (...)

307Nous prîmes bien à propos notre gîte en cet endroit, car si nous fussions passés plus outre, il nous aurait fallu monter les hauts monts Apennins266, d’où nous y fussions sans doute péris de froid. Étant entré dans le haut de cette cabane au moyen d’une échelle, j’en bouchai l’entrée avec de la paille : cependant la nuit nous sembla autant longue qu’ennuyante par le grand froid que nous y endurâmes, causé par le voisinage des Apennins.

  • 267 “Sourcilleux”, en langage poétique signifie élevé. Gilles Caillotin a pu emprunter au Martyre de la (...)

308Le mardi douzième septembre, il nous fallut monter les hauts monts Apennins pour entrer dans les terres du Boulonais : ces sourcilleux monts qui de leurs audacieux sommets semblent pour ainsi m’exprimer avec les poètes, qu’ils supportent la demeure des dieux267.

  • 268 Gilles Caillotin a inscrit en marge “I tome”.
  • 269 Gilles Caillotin est passé au Pas de Spolète lors de son voyage aller en venant de Lorette. Le Pas (...)

309En effet leurs audacieux sommets dont j’ai parlé autre part dans le premier tome de mes mémoires268, lorsque je parle du pas de Spolète269, j’en ai dit assez à ce sujet, sans qu’il soit besoin de redite.

310Je trouvai que ce passage était moins difficile que celui du Mont Cenis en Savoie, puisqu’on le traverse en coches ou même si on veut en charrettes, moyennant qu’elles ne soient pas beaucoup chargées, attendu la raideur qui en augmenterait le poids de beaucoup. Le chemin en est pavé, comme il l’est /97 [sic]/ presque entièrement dans la longueur des États du Grand Duc, depuis les États du Pape dit la campagne de Rome, jusque dans le Boulonais.

  • 270 Il s’agit bien évidemment de la mer Adriatique.

311Étant sur le haut sommet de cette montagne je vis sur la main droite la mer Baltique270, qui cependant en est éloignée d’environ [blanc dans le texte] milles, qui est le plus proche vers la ville de Ravenne : ce qui me fit un grand plaisir, parce que le lever du soleil m’était directement favorable, attendu que l’agitation des vaisseaux qui voguaient sur cette mer tantôt ils causaient comme une espèce d’éclipse au soleil, lorsqu’ils passaient au devant, parce qu’étant très bas et moi fort haut élevé, j’avais la vue supérieure à lui.

312Cependant en toute la traverse de cette montagne, je n’y vis aucune verdure, et non pas même d’eau, ce qui me prouvait entièrement qu’elle était dépourvue de neiges ; mais, pour le froid, [il] nous fut très sensible, ayant beaucoup enduré tant aux mains qu’aux doigts des pieds dont nous les avions engourdis de froid, nonobstant que nous marchâmes avec grande vitesse. Nous ne fûmes pas seuls à traverser cette rude montagne, car nous en rencontrâmes plusieurs autres, tant hommes que femmes, flamandes, allant à Rome.

  • 271 La barrière douanière entre le Grand Duché de Toscane et les États du Pape se situe à Filigare, à 7 (...)

313Je compte environ six bons milles pour traverser ce mont, tant du pied d’un côté jusqu’à l’autre, où il y a une barrière qui traverse le chemin, faisant la séparation des terres du Grand Duc, d’avec celle du Boulonais où il convient d’entrer. Cette barrière est un bâtiment qui couvre le chemin, sous lequel il convient de passer, y ayant par ici les armes du Grand Duc, et de l’autre côté celles du Pape271.

314Je déjeunai audit bureau, qui est à gauche, et même aussi le pauvre Bohémien, à qui je fis part de ma portion, étant tout langoureux, autant de la grande froidure que nous avions endurée la veille en montant la montagne de Pietramole que celle de l’Ap /98 [sic]/ ennin, j’aurais souhaité de très bon cœur qu’il eût pu me suivre pour ce jour jusqu’à Bologne, m’en fût-il coûté quelques bajoques pour sa nourriture, parce qu’il était homme de bien et bon pèlerin. Il fallut, malgré moi, le quitter pour avancer chemin, en lui souhaitant toutes sortes de prospérité.

  • 272 Pianoro Vecchio, à seize kilomètres de Bologne.
  • 273 San Ruffillo, à six kilomètres de Bologne.

315Il y avait encore onze milles jusques en la ville de Bologne, dont je cheminai avec grand empressement, ayant autant de peine de supporter l’excessive chaleur du soleil, que j’avais eu pour la grande froidure en traversant les Apennins. Je n’eus plus tant de peine que j’avais enduré depuis la ville de Rome et surtout depuis celle de Viterbe, à toujours monter sans interruption. Cependant je ne laissai pas encore que de monter différentes montagnes, qui, à beaucoup près, n’étaient pas si roides que celles de la Toscane. Je passai par Pianora272 dont j’y dînai deux pains blancs qui me semblèrent être extrêmement bons, pour la grande faim que jusqu’alors j’avais endurée. Après ledit lieu, j’entrai dans les vendanges qu’on faisait de toutes parts. Je passai par Saint-Raphaël273, ayant laissé la rivière sur ma gauche environ trois milles, dont les rues étaient la plupart fortifiées de murailles, causé par l’impétuosité de l’eau quand elle descend les Apennins, emportant toutes les digues qui sont opposées à son cours impérieux. Durant cet intervalle, le chemin est plat, relevé en chaussée par le milieu d’une prairie, où ledit torrent vient à traverser le chemin, il convient de le passer sur un pont de briques, dont il est de toutes parts environné de grandes et épaisses murailles, pour arrêter la violence de l’eau qui, au bas dudit pont, tombe de plusieurs pieds de haut, sur grandes pièces de bois liées ensemble, afin que l’eau n’enlève pas la terre. Ce fut audit endroit qu’au sortir de la ville de Bologne, il nous fallut rebrousser chemin pour Lorette, suivant le conseil de quelqu’un de nos compagnons.

  • 274 Bologne.

316Ici, je fis rencontre d’un religieux cordelier piémontais, qui parlait assez bon français, m’engageant d’être d’une même compagnie, jusques en son pays : mais voyant qu’il avait bu, je craignis que durant ce voyage il ne retarda ma route ; je lui remis ès mains son sac qu’il m’avait donné pour avancer vers la ville de Boulogne274. /99/

Mon retour par la ville de Bologne le 12 septembre

317Arrivant aux portes de cette ville, il y a un bureau sur la droite vers la campagne, d’où il me fallut faire la déclaration de mon nom et pays, comme j’avais déjà fait lors de mon passage. Le fermier était un grand homme, ayant un nez de bois correspondant à sa grandeur.

  • 275 Gilles Caillotin compte vraisemblablement les heures à la manière italienne : vingt-et-une heures c (...)

318Il était environ les vingt et une heures, quand j’entrai dans la ville de Bologne275 : passant par les rues, je fus appelé d’un sculpteur qui, en me deman[dan]t plusieurs choses, me témoignit beaucoup d’amitié, nonobstant que nous ne pouvions l’un et l’autre nous entendre entreparler par la diversité de la langue.

  • 276 L’hôpital de Santa Maria dei Servi, dit plus communément San Biagio (Saint Blaise) a commencé à acc (...)
  • 277 Au sens de convier. Émile Littré, en 1872, reconnaît que le terme est déjà en désuétude, sauf à l’i (...)

319Après avoir visité les deux hautes tours de briques dont j’ai fait mention en temps et lieu, je vins joignant l’hôpital de St Blaise276 : on nous vint semondre277 d’entendre la prière en l’église, deux ou trois pèlerins à qui la prière faisait apparemment peur, firent les rétifs ; mais enfin il fallut obéir sur peine de [être] étrillé à coup de nerfs de bœuf.

320La prière est assez longue pour ceux qui ne sont accoutumés qu’à en faire de courtes : car on y dit entièrement le Rosaire, les litanies de la Ste Vierge, le Salve Regina, et un De Profundis pour les âmes des trépassés, avec encore d’autres prières. Il y avait trois petits garçons qui étaient enfants dont les pères et mères demeuraient en l’hôpital ; ils badinaient ensemble, comme c’est la coutume des enfants. Le prêtre qui disait la prière les séparant [en] arrière l’un de l’autre, à grands coups de baguette : quoique lui-même, étant à genoux, accoudé sur une chaire ayant un gros chat dessus, avec lequel il jouait en le tenant en ses mains. /100/ La prière étant finie, on fit la visite de nos patentes ; il faut aussi faire voir ses confessions, pour y être marquées, et sans quoi on ne serait certainement pas reçu, puisque c’est par ces marques qu’on distingue les pèlerins d’avec ces coureurs de pays.

321Je fus très réjoui de l’heureuse arrivée de mon compagnon allemand, qui avait resté à Florence, au service des paveurs, pour y gagner quelque argent.

  • 278 Sacs et bourdons sont laissés dans une chambre à part, de même que les vêtements un peu plus tard, (...)

322Nous montâmes en la chambre haute, qui donne sur la grande rue, au milieu de laquelle est une cheminée suspendue en l’air, en devisant du prompt voyage que cet Allemand avait fait en deux jours. Puis, laissant nos sacs et bourdons278, pour entrer dans le réfectoire tenant à ladite chambre, dont la porte était joignant celle de l’escalier qui y donnait entrée.

323Pour le souper, eûmes menestre, salade, environ une once de viande pour deux, déchiquetée menue comme langue de chats, avec un demi-bocal de vin chaque personne. Nul ne parut pour nous servir à table, que de trois ou quatre personnes y comprise une servante.

324Après souper, il fallut se dévêtir dans la chambre où nous y avions laissé nos hardes : et, en cet équipage, descendre la moitié de l’escalier qui donne entrée autant au réfectoire, comme en la chambre où nous étions, pour entrer dans une autre sur la droite, il convient d’y descendre par un escalier d’environ vingt degrés. Nous reposâmes très bien cette nuit, joyeux d’être hors des mauvais gîtes qu’avions eus dans les États de Florence.

  • 279 Il y a deux monastères de Sainte-Catherine à Bologne, l’un de bénédictines situé Strada Maggiore, l (...)

325Le mercredi 13 septembre, nous levâmes de bon matin, et après avoir entendu la messe célébrée dans /101/ l’église de l’hôpital, au sortir de laquelle nous fûmes de compagnie en l’église Ste Catherine279 ; et une occasion assez légère nous fit séparer pour toujours l’un d’avec l’autre : l’Allemand s’opiniâtra d’y aller par une rue, et moi par une autre, ce qui fut la cause que nous ne pûmes nous rejoindre pour être de compagnie jusqu’à la ville de Turin et je ne ferai plus mention de lui aucunement.

  • 280 Gilles Caillotin renvoie ici le lecteur au tome I de ses Mémoires, où il a sans doute fait la descr (...)

326Je vis vendre sur la place de Bologne, d’où est situé le palais auquel est la statue du pape Boniface huitième, et la fontaine de Pluton d’où j’ai fait mention en son lieu280, si grand nombre d’oignons étalés par voitures sur le pavé, dont les Italiens font grand cas pour faire leur menestre. Il n’est pas même jusqu’à des fripiers qui y vendaient des morceaux d’étoffes, de toutes sortes de couleurs et grandeurs, la quantité en était fort considérable.

327Ne m’arrêtant aucunement dans cette ville, n’ayant autre envie que d’avancer chemin, sans vouloir séjourner attendu la commodité de l’hôpital de S[ain]t-François : trop bien je fus faire une prière en l’église où repose le corps de S[ain]t Dominique. Au devant de l’église est élevée sur une haute colonne la statue dudit saint, dont le couvent est le plus beau non seulement d’Italie mais encore de tout son ordre.

328Je fis instance en ce couvent, mais en vain il me fallut contenter d’un beau rien.

329Je ne vis pas, pour ce jour, le corps de S[ain]te Catherine, mais j’eus la précaution d’avoir deux petits paquets de poudre blanche, dont la distribution s’en fait par une religieuse. Il me fut donné au couvent de la dite S[ain]te deux petits pains bénis.

  • 281 La Chartreuse de Bologne, située à l’Ouest de la ville, a été fondée en 1334 et supprimée en 1797 p (...)

330Je sortis seul de la ville de Bologne allant à la Chartreuse qui n’en est éloignée que d’un mille, et du chemin de /102/ Modène demi mille281. J’eus une écuelle de menestre, un petit pain, avec un bocal de vinette, duquel j’emplis ma calebasse, tirant sur la main droite, par un chemin qui conduit sans aucun détour à celui de Modène.

  • 282 En Champagne, la caque est un récipient en bois à deux anses, en forme de pyramide renversée dans l (...)
  • 283 Gilles Caillotin orthographie bodons. Le bondon, terme employé en tonnellerie, est « une cheville d (...)

331Rien n’était plus agréable de voir la campagne, de toutes parts pleine de chariots pour conduire les vendanges en la ville de Bologne, dont les rues en étaient même remplies. Les vaisseaux qui contenaient la vendange sont d’une longueur extraordinaire, d’environ dix ou douze pieds, et dans le milieu gros comme les caques de Reims282 et finissent par les bouts en moindre grosseur, étant ouverts par le dessus pour y entonner le raisin, avec des gros bondons283 par les bouts pour en tirer la liqueur. Tous sont ceints de cercles de fer.

332La poudre que faisaient les chevaux et les chariots volait jusqu’à en faire disparaître la vue du soleil, et m’incommodait considérablement. Nonobstant que ce pays soit très chaud, du moins n’est-ce pas le matin, où tout le peuple dont je fis rencontre tant à pied qu’à cheval, venant de faire travailler à leurs vendanges, ils étaient tant hommes que femmes en manteaux, le visage couvert de masque, et des gants aux mains. Je veux bien croire que c’est autant pour conserver leurs visages, autant pour le garantir du hâle que du froid.

  • 284 Gilles Caillotin a une nette conscience de la différence dans la manière de compter les heures entr (...)

333Quant à moi, je puis en parler avec certitude d’avoir eu les doigts des pieds et des mains engourdis de froid, qui ne fussent échauffés que vers les neuf à dix heures du matin, pour parler à la française284.

334Passant vers l’endroit d’où malheureusement un chien m’avait mordu en mon premier passage le samedi vingt-neuvième juillet, et dont la morsure avait beaucoup augmenté, y mettant du plantin, ou la bass[in]ant d’urine, mais ce que /103/ l’un attirait, l’autre la desséchait toujours en empirant le mal, qui, du premier commencement, n’était que comme un quatrain de Modène, et, dans la suite, la plaie et le feu des environs s’augmenta de telle façon qu’elle était grande comme la paume de la main. Aussi le frère Tondeur m’avait-il assuré étant à Rome, que la plaie ne se fermerait qu’étant hors d’Italie, en pays froid, parce que coutumièrement ceux qui y sont attaqués par les jambes en ont très souvent pour tout le temps de leur vie. Ce que je crus fort facilement, attendu le grand nombre de personnes gisantes sous les portiques des Églises, et même dans celles de Rome, pour attendre les charités de quelques bonnes personnes.

335Mais quant à mon égard, à proportion que j’approchai la Savoie, je me trouvais de plus en plus soulagé, sans qu’elle se soit jamais ouverte.

  • 285 Il s’agit du Panaro, affluent du Pô, appelé par les Anciens Scultenna, à sept kilomètres au sud-oue (...)
  • 286 Castelfranco Emilia possède un fort (Forte Urbano), construit par le pape Urbain VIII en 1628, pour (...)

336Je passai le fleuve de Scultenave285 qu’on passe à barque, faisant la séparation du Bolonois, d’avec le duché de Modène, dont le fort château de Castelfranco286 sert de boulevard pour la défense de la ville de Bologne.

337J’arrivai de très bonne heure dans la ville de Modène, dont je fis rencontre de deux prêtres, qui chacun me firent don d’un quatrain. Étant assis sous le vestibule de l’hôpital, au haut duquel sous le pied de voûte était écrit le nombre de chaque pèlerin qui avait couché audit hôpital, allant à Rome depuis le mois de janvier jusqu’au premier du courant, et distingué par chaque mois :

en janvier 1724 quatre cent soixante et six

février quatre cent quarante trois

mars six cent nonante deux

avril douze cent nonante deux

mai neuf cent quatre vingt

juin mille et quatorze /104/

juillet sept cent nonante neuf

août mil et quinze

  • 287 Les chiffres recopiés par Gilles Caillotin manifestent la faiblesse des chiffres d’hiver et un maxi (...)

Le tout sept mille quatre cent et seize287

338Il survint audit hôpital deux pèlerins venant de Rome, parlant l’un et l’autre la langue française : un d’eux ressemblait à un nommé Lamblot de Reims, autrefois de la paroisse S[ain]t-Martin, ayant passé dans la dite ville, étant dans les troupes de France, il était natif et résidant dans la ville de Turin, n’étant pas des plus mal à son aise, sur le chemin m’ayant fait voir depuis une pièce d’or, monnaie de France. L’autre était proche de la ville d’Alexandrie, il s’appelait Joseph. Le Savoyard prit envie de prendre copie du nombre desdits pèlerins, et, pour cet effet, je lui donnai plume et papier.

339Je fus honoré de plusieurs honnêtes gens, tant bourgeois que d’Église, sur infinie question par rapport à l’histoire, et dont je me fis un plaisir d’y répondre. C’est une coutume dans tous les endroits d’Italie, surtout dans les hôpitaux d’y voir venir toutes sortes de personnes pour se cultiver chacun dans la langue qu’ils affectent. Les uns aiment la française, d’autres l’allemande, et les autres celle d’Espagne peu dissemblable de l’italienne.

340Quand l’heure fut venue d’entrer en l’hôpital, ces prêtres qui m’avaient interrogé et qui m’avaient donné ces deux quatrains, en étaient les administrateurs. Nos patentes furent marquées, j’entends celles qui étaient recevables, pour coucher audit hôpital. Puis [il] fallut aller coucher sur des lits montés, non sur du bois mais sur du fer, dont la vermine n’y peut trouver de substance, comme au bois. C’est pourquoi l’on repose avec grand repos, les linceuls étaient très honnêtes, et nous reposâmes à notre aise pendant cette nuit. /105/

Mon départ de la ville de Modène. Rencontre d’une fille morte

  • 288 Lodi.

341Le jeudi quatorzième septembre, après avoir entendu la messe en l’église de l’hôpital, nous sortîmes à cinq de compagnie, jusqu’à Plaisance, et la ville de Lode288. Savoir le Piémontais, l’Alexandrin, et deux Espagnols, l’un prêtre, et l’autre était un petit drôle en corpulence, comme un nommé Gabriel Dechairon à Reims, à la réserve qu’il avait le nez quelque peu plus court, vêtu d’un petit casaquin bleu, en façon de chemisette fort courte, ayant un petit chapeau qui convenait très bien au personnage. Pour être plus libre, il n’avait qu’un petit sac, précisément pour y mettre soit du pain, ou des noix, dont il hasardait d’abattre, aussi bien qu’à cueillir le raisin. Il s’appelait Dom Francisque.

  • 289 Le rituel d’obsèques que décrit ici Gilles Caillotin est un rituel propre aux péninsules méditerran (...)

342À deux milles de la ville de Modène, nous rencontrâmes le convoi d’une fille qu’on portait en terre dans la dite ville : elle était portée sur un brancard, sur les épaules de quatre filles vêtues d’aubes blanches, la trépassée était de même, ayant la face découverte, le chapelet dans les mains qu’elle tenait jointes ensemble ; puis tout son corps était parsemé de fleurs. Le corps était devancé par environ trente filles, toutes le chapelet à la main, vêtues aussi de blanc ; et devant elles était environ pareil nombre de prêtres, sans autres habits que de leur soutanelle, comme c’est la coutume d’Italie, ayant chacun un cierge de cire blanche à la main. Et en cet arrangement, ils disaient alternativement le Rosaire, dont les filles répondaient sur pareil ton, comme ont coutume ceux qui psalmodient289. /106/

  • 290 La critique portée ici contre le jansénisme l’apparente à un courant de pensée élitaire qui, par so (...)

343Ici, nos scrupuleux dévots s’écrieraient à la mômerie de voir des filles vêtues d’aubes blanches, tenant rang dans une pareille cérémonie avec des prêtres. Bien plus, le chapelet en main, et les prêtres aussi, c’est y avoir du ridicule dans cet enterrement. Selon les jansénistes, ces esprits clairvoyants, ne pouvaient s’accoutumer à une pareille pratique, le chapelet leur est de sinistre augure : d’ailleurs c’est une livrée que l’Église romaine approuve, eux qui lui préfèrent leurs aveugles lumières, ils n’auraient garde de se déshonorer par la livrée des idiots qui pâtenôtrent sur leurs doigts290.

  • 291 Reggio Emilia.
  • 292 Il s’agit de la région de Bologne. Gilles Caillotin orthographie indifféremment le terme : Boulonno (...)

344Le pays de Modène à Rege291 ne cède en rien à celui du Bolonais292, pour l’abondance des vignes : mes quatre compagnons, comme autant de brigands ou picoreurs, affranchissent les fossés qui bordaient leur chemin, pour entrer dans les vignes. Le prêtre espagnol était le premier à la tête, en se munissant d’une échelle qu’il trouva par cas fortuit proche un arbre, et, en cet équipage, avançait hardiment vers l’endroit où le raisin lui semblait être plus beau : il avait autant de courage que ferait un soldat pour escalader les murailles d’une ville, étant vivement suivi des trois autres montant tous sur l’échelle. J’entendis un Italien qui, des vignes prochaines, leur criait d’en manger leur saoul : vraiment il n’en était possible que le voisin, et non pas le vrai maître, parce qu’il aurait tenu un tout autre langage, en voyant ces indignes pillards arracher les branches avec le raisin pour mieux se sauver hors de cette vigne. Je désapprouvai cette indigne conduite dont j’aurais voulu ne pas avoir été spectateur, aimant trop mieux manger les grains que je trouvais /107/ sur le chemin, et dont j’avais pratiqué aussi bien dans la Sabine que dans la Toscane.

345L’envie me prit aussi bien qu’eux, mais d’une toute autre façon de manger du raisin, et, pour ce faire, voyant sur la rive du chemin une Italienne qui en cueillait, je pris la liberté de lui en demander. Son honnêteté fut si grande de me convier de monter à l’échelle et d’en faire choix du meilleur, mais aimant trop mieux lui en laisser la liberté, auquel elle en emplit mon chapeau, et mieux valait ce raisin, fait présent par amitié, par la personne qui en pouvait disposer, que non pas le grand attirail de celui de ces honnêtes voleurs.

  • 293 Rubiera. Sur l’hôpital de Rubiera, fondé au xiiie siècle, et placé depuis le xve siècle sous le pat (...)

346À moitié chemin de Modène à Rege, est Robiere293, qui [sic], sans y entrer dedans, fûmes sur la droite le long des fossés et fortifications de cette ville à la maison publique de charité, d’où j’ai fait mention et du débat qui y survint entre deux de nos compagnons. J’y remarquai pressurer du vin, non dans un pressoir mais dans de grandes auges d’arbres creusés, à côté desquelles étaient des trous de tarière, pour en faire découler la liqueur. Je trouve notre méthode beaucoup plus préférable que celle d’Italie, dont je n’ai vu qu’un seul petit pressoir, dans les États de Toscane.

  • 294 Le terme est entendu ici au sens de laïcs.

347Au moment qu’on nous vit arriver sous le vestibule de cet hôpital, les domestiques qui voient par la fenêtre grillée qui est sur la gauche, et qui, sans exiger des séculiers294 aucunes marques de pèlerins qui sont les patentes, ils nous donnèrent une écuelle de menestre d’orge mondé, toujours chaude, et un petit pain bis, fait en façon de grain d’orge, avec un demi-bocal de vin.

  • 295 En droit canonique, le dimissoire est la lettre par laquelle un évêque autorise l’un de ses diocésa (...)
  • 296 Il s’agit des certificats de confession délivrés par les pénitenciers des sanctuaires par où est pa (...)

348Pour notre prêtre, il lui fut refusé, ce que libéralement /108/ l’on donnait aux autres, étant appelé gueux, traînard, sans avoir la licence de son évêque. Mais enfin, après avoir été bien étrillé de paroles, il fit apparaître le démissoire295 de son évêque, et le tout en bonne forme, avec ses confessions de S[ain]t-Pierre et autres lieux296. Alors il fut bien reçu, non seulement par les domestiques qui sortirent de la place où ils font la distribution de la pitance, au devant de lui, le faisant entrer dans l’intérieur de la maison, où il eut table d’hôte.

349La coutume est telle en toute l’Italie qu’un prêtre, clerc ou religieux, y est beaucoup moins considéré que toutes autres personnes de l’état séculier : l’on se persuade très aisément toutes choses à leur désavantage, comme d’être des fugitifs pour les crimes assez connus, dont on n’en voit que trop qui vont pour avoir leur pardon à Rome.

  • 297 Rubiera.

350Sortant de cet hôpital sans retourner à Robiere297 mais bien plus outre, en traversant par les vignes pour couper au plus court.

351La grande et insupportable chaleur nous faisait tant de peine, qu’il fallut faire trêve sous quelques arbres ; puis avançâmes chemin, duquel l’Alexandrin s’étant acculé sur le derrière, auquel j’entendis un grand bruit de parole, d’un Italien qui le poursuivait de loin par le derrière, mais de près par un autre qui lui coupa le chemin, ayant une serpe en main, dont l’autre en para les coups avec son bourdon, je jugeai que la partie aurait été inégale si celui de derrière fût venu avant que la dispute eût été finie, auquel le picoreur était chargé du raisin qu’il avait pris dans une vigne, et son vol paraissait même dans son chapeau.

352Ayant rejoint le Piémontais, et les deux Espagnols qui /109/ étaient devant n’ayant point été spectateurs de cette aventure ; le Piémontais ayant remonté un prêtre tombé en bas de son cheval, et, le quittant, entra dans une vigne en sa présence ; mais comme il avait le pied sur haies, le maître qui était couché derrière se leva face à son homme et par des défis réciproques mêlés d’injures, le Piémontais eut la honte de n’oser franchir outre, en appelant le maître du nom de couard.

  • 298 La conduite que tient ici Gilles Caillotin est parfaitement conforme aux conseils que donnent les j (...)

353Ces deux histoires me déplurent étrangement, et je jurai de m’éloigner de la compagnie de pareils brigands, dont je pouvais être enveloppé dans leurs aventures, témoin celle de ce jeune Italien qui venait au devant de Joseph, la serpe à la main298. Mais cependant, outre la prévention d’un homme en colère, poursuivant celui qui lui fait tort dans ses biens, dont je n’avais aucune volonté de prendre la défense en main, mais bien de passer outre, comme je fis ici ; et, dans ce cas, je n’encourais aucun risque. Au moins, il n’y a point d’honneur devant Dieu d’être spectateur des désordres d’autrui.

  • 299 Reggio Emilia.
  • 300 Gilles Caillotin a écrit ici entendre.

354Étant arrivé de bonne heure dans la ville de Rege299, je profitai de cette occasion, et de la commodité d’un banc de pierre le long des murailles de l’hôpital, en décrivant mes mémoires, ou à coudre mes hardes. Étant en cette occupation, qui fut interrompue par l’arrivée d’un homme très bien fait, et bien proprement habillé, qui sans avoir aucunes marques extérieures de pèlerins, disant aller à Rome : il avait environ quarante cinq ans d’âge et Lorrain de nation, réduit à la dernière des misères, par le malheur d’une maladie, qui lui était survenue en chemin, dont il avait dépensé cent cin /110/ quante livres depuis son départ. Il me parut être réduit dans une espèce de désespoir, ne sachant que devenir. À tous ces maux, je le priai d’attendre300 infailliblement du secours de Dieu s’il l’invoquait avec sincérité, mais surtout en celui de la Ste Vierge, lui prescrivant le moyen de parachever son pèlerinage, en s’écartant quelquefois du chemin, pour implorer le secours des Italiens en récitant la prière qui leur est tant agréable, qui est le Salve Regina, et qu’infailliblement, il n’en serait pas éconduit, du moins de la plupart. Et par cette voie, je donnai quelque consolation à ce pauvre désolé, dont l’éducation était très bonne : il était même résolu de revenir sur ses pas, pour être de ma compagnie.

  • 301 Chaque hôpital a une marque ou empreinte particulière qui est imprimée sur la patente du pèlerin, d (...)
  • 302 L’hôpital des pèlerins de Reggio, fondé au début du xve siècle par Matteo degli Omozzoli et constam (...)

355Ensuite nos patentes furent visitées et signées du jour, et de l’année : mais non marquées à la coutume des autres hôpitaux301. Pour souper, eûmes chacun une écuelle de riz qui était pleine de sable : pour l’avaler il fallut lever les meules, sans le mâcher ; un petit pain blanc, avec un demi-bocal de vin. Nous fûmes beaucoup mieux couchés qu’à l’hôpital de Modène302.

  • 303 La poussière.

356Le vendredi quinzième septembre, nous entendîmes la messe en la chapelle de l’hôpital ; puis, sans différer plus longtemps, nous sortîmes de la ville de Rege, trouvant toujours à l’ordinaire quantité de chariots pour conduire les vendanges, toujours incommodés par la poudre303 qui s’élevait fort haut.

357Les habitants qui demeurent le long des chemins sont continuellement aux écoutes pour amasser la fiente des chevaux dont ils tiennent en si grande estime, qu’on n’en trouve pas le long des chemins.

358Je fis bonne chère en si beau pays par l’abondance du raisin, mais qui me fut donné et non pas dérobé. /111/

Histoire de la barrière proche la ville de Parme

  • 304 Sur Jean Hochart, voir ci-dessus note 4, p. 89.

359Cette barrière, comme j’en ai fait mention lors de mon passage le vingt-sixième juillet, je fus beaucoup surpris de m’y trouver sans penser en être si proche, dont le maître m’avait refusé le passage, aussi bien qu’à Hochard304, et au petit Dauphinois, faute de lui donner chacun cinq sols, qui était la pareille somme qu’il me demandait encore pour le présent ; j’apportai infinies excuses pour ne rien donner, et qu’en effet il me laissa passer, après m’avoir différemment inquiété, que mon sac était trop bien fourni pour croire que j’étais aussi pauvre que je disais.

  • 305 La Chartreuse de Parme est située à trois kilomètres à l’Est de Parme, et elle ne se trouve donc pa (...)

360Mais comme, en allant à Rome, nous avions vainement cherché la Chartreuse de Parme, je fis tous mes efforts pour y réussir en m’écartant du grand chemin, tirant par un autre, sur la main droite, au travers des vignes. Après avoir longtemps marché à l’aventure durant un mille, longueur trop considérable en pays couvert sans avoir de certitude réelle : mais trouvant l’enclos que je suivis, pour parvenir à la porte dont il y a un petit vestibule305.

361Après avoir sonné et eu réponse du frère, sous prétexte que le temps me pressait dont j’attendais l’effet de ses réponses, il me fallut recommencer ; duquel il me donna deux petits pains bis, et un grand pot à moitié plein de vin, en emplissant ma calebasse sans vouloir en boire, d’autant qu’on en donne en l’hôpital de Parme.

362Trouvant un chemin qui traverse dans les vignes pour rejoindre celui de Parme, à cent pas proche un grand et spacieux arc de triomphe, bâti de marbre, et qui occupe toute la longueur du chemin, sans y avoir ni porte, et ni barrière. /112/

Mon retour par la ville de Parme 15 septembre

363Après être passé cet arc de triomphe, il y a un demi-mille et cet espace n’est couvert d’aucuns arbres parce que c’est une prairie. Allant droit à l’hôpital, ne m’occupant précisément [que] de voir une Italienne faire du passement de soie, dont la vitesse avec laquelle elle jetait sa petite navette me faisait grand plaisir, le métier était petit et capable d’être transporté où on voulait, puisqu’elle était en pleine rue.

  • 306 Il s’agit de l’empreinte de l’hôpital de Parme qui, imprimée sur la patente du pèlerin, sert à évit (...)

364Je ne fus pas plutôt arrivé en l’hôpital, qu’on visita les patentes : la mienne comme étant trop petite ne fut que signée, comme elle l’avait déjà été, sans y avoir la grande fleur de lis couronnée306.

  • 307 On assiste ici au même scénario qu’à l’hôpital de Bologne pour éviter vols et rixes entre pèlerins (...)

365Après que nos sacs et nos bourdons furent enfermés307, allâmes deux à deux en l’église pour y dire seulement les litanies de la Sainte Vierge : puis retournâmes en l’hôpital, à la porte duquel nous rendîmes la pièce de plomb qui nous avait été mise en mains. Trois messieurs nous desserv[ai]ent avec une aiguière pour verser de l’eau sur nos mains, le second tenait un bassin pour la recevoir, et le troisième une serviette pour les essuyer.

366Pour souper, eûmes chacun une écuelle de menestre au riz, avec une salade, un quartier d’œuf, un petit poisson gros comme le petit doigt de la main, avec une écrevisse de pareille grosseur, puis un petit morceau de fromage, avec un petit pain blanc ; mais pour du vin on en donne pour deux un grand bocal, même on en rend de l’autre si on le souhaite. On nous fit une lecture dont le lecteur était dans une chaire de marbre à notre opposite et fort haute élevée. Comme il était jour ouvrable, il n’y avait pas beaucoup d’artisans à nous servir, non pas même de seigneurs, mais deux seuls garçons. /113/

  • 308 Il s’agit vraisemblablement de l’église du couvent des Frères Mineurs de l’Observance régulière déd (...)

367Le samedi seizième septembre, après avoir entendu la messe en l’église de l’hôpital après laquelle nous fut rendu sac et bourdons, puis aller en procession jusqu’aux portes de la ville, ayant été auparavant en l’église des Cordeliers308, au sortir de laquelle les domestiques jugeant notre nombre trop peu considérable, pour nous séparer en deux processions pour aller chacun séparément jusqu’à la porte par où nous devions sortir ; ils nous remirent nos patentes en mains, en reprenant les deux croix.

  • 309 Fornovo di Taro, à 23 kilomètres au sud-ouest de Parme, n’est pas située sur la route de retour de (...)

368Marchant à grande journée sans nous arrêter, toujours beau et agréable pays, et toujours incommodés par la poudre que faisaient chariots et chevaux. Sur la main gauche de Parme est le bourg de Fornouë [sic]309, tant renommé dans l’histoire par la mémorable victoire qu’emporta Charles huitième en son retour de la conquête du royaume de Naples, marchant sur le ventre aux troupes italiennes, qui lui voulaient disputer le passage.

  • 310 Castelguelfo à 8 kilomètres à l’ouest de Parme.

369Passant par Castel Ghelso310, moitié chemin de Parme, à Borgo San Donino, auquel nous y arrivâmes de très bonne heure. De Castel Ghelso, nous écartâmes sur la main droite hors le grand chemin d’environ un mille, pour passer dans un bourg en la sortie duquel il y avait un couvent de Capucins : mais si beau en sa structure, si magnifique, qu’il ressemble plutôt le palais d’un roi que le cloître de pauvres Capucins, dont je n’en vis jamais de pareil. Aussi est-il digne de la magnificence de la maison de Parme qui le fit bâtir. Le jardin est environné de bonnes murailles, de guérites ; il semble que cette maison avait en vue d’en faire une forteresse en cas de besoin : parce [que] les fortifications sont trop /114/ considérables pour une maison religieuse et le tout dans une entière proportion pour la symétrie.

  • 311 Il s’agit du couvent des Capucins de Fontevivo, édifié vers 1608 à côté de l’abbaye cistercienne du (...)

370La première chose que je fis, ce fut de faire ma prière en l’église, puis, sonnant à la porte du couvent, dont le frère portier me fit plainte qu’il ne pouvait me rien donner, attendu le grand nombre à qui il avait donné pour ce jour, et que je pouvais demander ma part à mes compagnons qui mangeaient et buvaient de belle sorte, pour être arrivés devant moi. Je feignis qu’ils ne me voulaient rien donner, afin que l’affaire eut plus de poids, si ce frère venait interposer son crédit, ce qu’il fit en effet. C’est une fondation des ducs de Parme, auquel les pèlerins sont très bien reçus311.

  • 312 Borgo San Donnino est l’ancien nom de la ville de Fidenza. San Donnino, cubicularius de l’empereur (...)

371Au sortir de ce couvent, nous marchâmes à travers les vignes pour aller à Sanc Donino312. Les religieuses qui sont à l’entrée de la ville, sur la main gauche, nous donnèrent du vin, et à l’opposite de leur couvent est l’hôpital de Saint-Michel.

372Dans le milieu de cette ville, il y a une vaste place qui pour le moins, peut avoir quatre cents pas en sa longueur, sur deux cents de largeur, dont la principale rue la traverse d’une porte à l’autre. Y trouvant une halle sous laquelle étaient des pièces de bois, qui me servirent de table pour y écrire. Retournâmes préférablement à l’hôpital de Saint-Michel plutôt qu’à celle dont j’ai parlé le vingt cinquième juillet.

373Il vint un prêtre qui en est le prieur, pour visiter nos patentes ; il nous donna à chacun un pain blanc, avec un demi-bocal de vin ; dom Francisque me fit don d’un morceau de son pain et m’avait fait quelques autres présents soit en noix ou raisins, prétendant que ces petites amitiés seraient payées par le don de ma boîte de blanc fer. /115/

  • 313 La scène s’est déjà produite à l’hôpital de Bologne : le déshabillage dans une salle extérieure au (...)

374Après souper, il nous fallut mettre bourdons hors de la place où nous couchâmes : mais ce que je trouvai de ridicule et d’indécent, c’est que la femme résidente en l’hôpital fut présente pour nous voir dépouiller313.

375Le dimanche dix-septième septembre, nous fûmes entendre la messe dans une église dont le maître-autel est fort élevé, il convient d’y monter environ par quinze degrés qui tous étaient de bois, il me parut qu’il y avait une chapelle sous cette élévation.

  • 314 L’un des thèmes récurrents de la pastorale post-tridentine est la lutte contre le travail exercé le (...)

376Au sortir de la ville, il advint que le prêtre espagnol aperçut un Italien dans sa vigne, sur la droite du chemin, y faisant vendange : dont il entra en grande colère pour la sainteté du saint jour de dimanche, en l’appelant impie et excommunié314.

377Je me joignis avec ce prêtre dont je n’entendais presque point le langage : et marchâmes les premiers, laissant dom Francisque au derrière, avec lequel il avait eu quelque débat.

378Passant outre un ruisseau qui traverse le chemin, après lequel la campagne était à découvert, sans y avoir aucun arbre, durant un assez bon espace de chemin jusqu’à la ville de Fiorenzuole.

  • 315 Il s’agit vraisemblablement de la chapelle de Moronasco, dédiée à la Vierge et située sur la parois (...)

379Après le pont, il y avait, sur la gauche, peu écartée du chemin, une chapelle sans y avoir aucune habitation, même à perte de vue ; nous y fîmes notre prière en passant au devant. Le concours du peuple, tant dedans que ceux qui, de toutes parts, y venaient, semblait excéder sept à huit mille personnes ; tous avaient quelques marchandises à y venir vendre ou acheter parce qu’il y avait plusieurs tentes de dressées dans les environs, possible y était-ce la fête315./116/

380Beaucoup de personnes y portaient quelques poulailles, d’autres quelques chèvres, ou moutons, ânes, bœufs ou vaches ; en un mot je croyais assurément que tout le peuple du pays voulait l’aborder, attendu qu’on n’y voit aucun village, mais bien des métairies assez éloignées les unes des autres ; mais je fus détrompé de cette fausse idée que je m’avais formé.

381Je conseillai au prêtre espagnol de venir au couvent des Capucins situé sur la gauche en deçà de Florenzuole ; il me crut, aussi nos peines n’y furent pas inutiles, y ayant eu une bonne écuelle de soupe, avec un bocal de vin. Mais pour au couvent des dominicains directement opposé à celui-ci, à égale distance du chemin, nos démarches y furent inutiles, aussi bien que celle de notre première fois en passant.

382Traversâmes la villette de Florenzuole, et le torrent qui est au delà auquel, en temps de pluie, on le traverse sur un très beau et long pont de briques ; à chaque bout il y a des barrières, qui prouvent qu’on y paie péage quand il convient d’y passer, lorsque le torrent est rempli d’eau, pour lors il était sec. Outre ce pont, il fallut nous reposer sous l’ombrage des arbres pour la grande chaleur du soleil, d’autant plus que nous en avions senti toute la violence dans la campagne où est située ladite chapelle, qui était découverte durant trois bons milles.

  • 316 Cortemaggiore, à une dizaine de kilomètres au nord de Fiorenzuola.

383Je n’eus garde d’engager mes compagnons, au sortir de Florenzuole, de prendre sur la main droite le long du courant du torrent, pour aller à Courte Major316, trop bien persuadé que quatre pauvres sols chacun ne valaient pas la peine de s’éloigner du vrai chemin ; mais aimant trop mieux être arrivé de bonne heure en la ville de Plaisance pour nous y reposer. /117/

Aventures qui m’arriva à Plaisance du nommé Lapierre

  • 317 Gilles Caillotin orthographie le terme corporal, qui correspond à une orthographe courante dans la (...)

384Étant arrivé aux portes de la ville de Plaisance, il y a une barrière continuellement fermée, et qu’on n’ouvre qu’avec grande précaution : c’est-à-dire qu’à mesure qu’il s’y présente des personnes, la sentinelle frappe autant de coups sur le tambour, pour en donner le signal, non seulement au corps de garde de la porte vers la ville mais encore à tous les autres. Puis se détache du corps de garde le caporal317, venant rouvrir la barrière, pendant laquelle on frappe encore sur le tambour, sans y laisser entrer les derniers survenants, du nombre desquels était un prêtre à cheval. Ce qui prouve ce que j’avance, qu’on n’y laisse entrer qu’autant de personnes qu’une sentinelle détachée de la barrière en a donné avis au premier corps de garde. Nous ne fûmes aucunement inquiétés comme en notre premier passage, d’où nous venions et où nous allions.

  • 318 Il s’agit des deux statues équestres situées sur la Piazza dei Cavalli de Plaisance (Piacenza) : ce (...)

385Nous promenant dans la grande et vaste place, où sont élevées, sur piédestals de marbre blanc, les statues équestres de deux ducs de Parme assez connus pour le service par eux rendu au Roi d’Espagne du temps de la Ligue catholique, contre les Gueux de Flandre318.

386J’y vis un charlatan, disant merveille de la bonté des drogues. Le Piémontais fit achat de certaines espèces de fruit appartenant aux légumages, qui proviennent de terre, étant presque semblables aux navets des jardiniers de Reims et même quant à la feuille qui en est fort grande : mais, quant au goût, je crus qu’il me faudrait en couper la gorge pour la grande âpreté brûlante comme moutarde, dont le Piémontais en mangeait comme on ferait des pommes.

387Le nommé Lapierre, dont je veux conserver le souvenir à /118/ toujours, parce que le personnage en était digne. Pour donc mieux en faire le portrait et m’en conserver une entière mémoire, en la comparant en physionomie, en gestes et en paroles affectées à un nommé Falon à Reims, aussi vendeur de haillons comme lui, et dont je croirais assez facilement que c’était lui-même, si ce n’était la trop grande distance des lieux.

388Comme j’étais ravi d’entendre le seignor [sic] opérateur occupé de toutes les guérisons extraordinaires, qu’il opérait par la bonté de ses drogues. Voici venir mon homme, me saluant d’une façon très civile et dont la ressemblance de même pays, comme étant aussi bien français que moi, et la fourniture de mon sac lui demandait si je n’avais rien à lui vendre, l’incommodité qu’il me causait par sa pesanteur m’y fit résoudre, et lui, pour mieux me piper, voulut avant rien faire m’en payer les vins. Il me conduisit pour cet effet dans un cabaret, dont il marquait un grand empressement en y entrant : disant aux uns et aux autres être ravi de voir une personne de son pays. Or nos conditions furent telles que j’exposai une de mes chemises des trois dont j’étais chargé, une ceinture, ou ceinturon de buffle, une bouteille de grès, dont je vendis depuis, proche la Chartreuse de Turin : tout cela, il m’en donnait quarante sols, monnaie de Plaisance, qui en valait peut-être dix ou douze de la nôtre, ou de celle du Pape. Il augmenta jusqu’à quatre livres : mais moi, je n’en voulais aucunement, comme n’en pouvant faire usage pour le lendemain. Et pour être assuré de mon fait, je m’obstinai de n’en prendre point d’autres que de celle du Pape. Je vis mon homme, qui commença à me reprocher le vin qu’il venait de faire venir à mon sujet, aussi bien qu’un petit pain gros comme le poing, et qu’il fallait en payer ma part.

389Je m’aperçus que mon homme était un vrai charlatan, se faisant son éloge même hors de propos, qu’il était connu dans /119/ toute la ville pour honnête homme et que je pouvais m’en informer. Enfin, après tout, le marché fut fait, moyennant trois pauls de la monnaie du Pape qu’il eut très grand peine de trouver par la ville, en différents endroits tenant toujours ma chemise sous le bras, de peur que voyant ces détours je ne changeas[se] de volonté, comme de fait je l’aurais fait, attendu qu’il était la belle nuit, et qu’il fallait me rendre en l’hôpital, auquel je fus conduit par lui : et j’eus beau faire, le filou me retint dix sols remettant la cause au lendemain, qu’il serait sur la place, et me paierait du vin. Mais il est toujours bon de faire tous les services sur la fosse, dit le proverbe, car je ne trouvai point mon drôle le lendemain : il est vrai que je ne m’y attendais point, mais seulement pour être plus assuré de l’honnête homme en babil, ne me tint pas parole.

  • 319 Il s’agit de l’hôpital Sant’Ilario construit en 1582 en face de l’église du même nom (sur l’actuel (...)

390Comme j’arrivai audit hôpital319, il en était grand temps, puisqu’on y examinait et marquait les patentes : nous eûmes pour souper une menestre aux herbages, comme nous avions déjà eu lors de notre passage ; de la viande assez raisonnablement, un pain blanc, une salade, avec un demi-bocal de vin, puis coucher au dortoir dans une chambre haute.

391Le lundi dix-huitième septembre, on nous fit entendre la messe en l’église de l’hôpital, auquel il convient de traverser la rue pour y arriver ; et après la messe nous séparâmes l’un d’avec l’autre, le Piémontais en la compagnie duquel j’étais depuis Modène resta dans cette ville pour quelque affaire, il m’avait toujours montré beaucoup d’amitié. Comme son mot ordinaire était de m’appeler Mr le Champenois, il me conseilla de suivre jusqu’à Alexandrie Joseph qui était son compagnon, aussi bon humain, sans prétendre approuver les brigandages de cueillir les raisins des Italiens. /120/

Ma sortie hors de Plaisance le 18 septembre

392Sortant de l’hôpital pour être plus assuré du mauvais jugement que je faisais de Lapierre, je fus en la place qui était le rendez-vous : mais possible était-il encore endormi, il était ailleurs puisqu’il n’était pas ici.

393Nous étions quatorze pèlerins dans la barque pour traverser le fleuve du Pô ; après être passé je fis la trouve d’un quatrain dans le gravier, monnaie de Plaisance : l’Alexandrin prit la gauche, et moi le chemin de Milan, désirant avec impatience d’en voir une seconde fois le dôme, et de faire ma prière au tombeau de S[ain]t Charles.

  • 320 La ville de Lodi que Gilles Caillotin orthographie tantôt Lody, tantôt Lode.
  • 321 Gilles Caillotin désigne ici le village de Zorlesco, situé à environ 15 km de Lodi et 20 km de Piac (...)
  • 322 Saint-Menge, qui doit son nom à celui du premier évêque de Châlons, était un village groupé autour (...)

394J’eus pour associés les deux Espagnols ; mais comme ils étaient picoreurs, ils s’écartèrent de moi pour nous rejoindre en l’hôpital de Lody320. Passant dans le bourg appelé Zorlechy321, d’égale distance de Plaisance à Lody, je fis rencontre de deux Chalonnais du faubourg de Saint-Menge322 : ils étaient déserteurs des troupes de France, et m’assurèrent fortement que, dans le Milanais, on parlait de guerres entre les rois de France et d’Espagne, unis ensemble contre l’Empereur, et qu’il y avait beaucoup de péril pour entrer dans le Milanais. Nouvelle que j’avais appris dès la ville de Sienne.

395Nous eûmes quelque peu de pain chez les Capucins ; mais chez les religieuses, dont il y a un couvent, nous n’eûmes rien. Les deux Chalonnais dirent à la tourière qui porta cette nouvelle des vilaines injures, qui n’appartiennent qu’à des marauds et des scélérats tels qu’ils pouvaient possible être, de parler avec une telle insolence, je ne voulus plus davantage être de leur indigne compagnie, ils allaient, disaient-ils, à Rome ; si j’eus été capable de leur donner conseil, je leur aurais fait changer de dessein, pour suivre la route de Genève. /121/

396A[v]ançant vers Lody dans une incertitude de mes écrits, dont je fus plus d’une fois tenté de jeter au courant de l’eau, avec l’écritoire : mais la volonté supérieure l’emporta.

397J’entrai dans Lody de fort bonne heure sans y être fouillé, ainsi que je me l’étais imaginé : trop bien fus-je conduit au corps de garde sur la place, mais en cela il n’y avait rien d’extraordinaire.

  • 323 Gilles Caillotin a déjà évoqué la survalorisation accordée aux pièces neuves par rapport aux pièces (...)

398Je fus en l’hôpital, où, profitant de la commodité d’une table qui était dans la cour, et dont avec la permission de l’hospitalière, je m’en servis pour y décrire mes mémoires. Il survint quelques pèlerins allant à Rome, et dont je les priai de me donner deux pauls, monnaie de Clément onzième, pour deux autres que m’avait donnés Lapierre à Plaisance : mon dessein était d’avoir de l’argent nouvellement fabriqué pour apporter en France, et je réussis dans cette entreprise avec beaucoup de peine, en donnant de surplus deux sols sur un paul323.

399Après que nos patentes furent examinées et signées, il nous fut donné à chacun deux pains, avec un demi-bocal de vin n’ayant point d’autre réfectoire que la cour, dont la plupart étaient assis sur la terre ; j’en étais de ce nombre, et le sommeil me faisait oublier le manger.

  • 324 Les pèlerins sont donc couchés à trois par lit disponible.
  • 325 En dépit des recommandations des livres spirituels, qui s’attachent à définir le juste comportement (...)

400Après souper, on nous fit monter au dortoir qui était une chambre haute, dans laquelle étaient sept couchettes : je prévins qu’étant au nombre de vingt-cinq personnes, les moins diligents n’auraient aucune part dans les lits. Il y en eut quatre qui couchèrent sur les bancs, dom Francisque en fut du nombre324. Il y avait aussi un bossu, que je ne vis jamais autre part qu’à côté de mon lit et dont nous nous embrassâmes plusieurs fois. Il me témoigna mille amitiés. La tête me faisait mal pour la joie que le bossu me faisait avoir, dom Francisque y avait aussi sa part : il était dit que nous se /122/ rions de compagnie presque jusqu’à Reims, attendu que lui et le prêtre espagnol voulaient voir la ville de Paris325.

  • 326 Une parpajole (parpagliola ou parpaiola) est une monnaie d’argent du duché de Milan qui vaut effect (...)

401Le mardi dix-neuvième septembre, nous entendîmes la messe en la chapelle de l’hôpital, après laquelle il nous fut donné à chacun deux sols et demi, ou six quatrains qui valent une parpajole de Gênes326.

402Mais en sortant de l’hôpital, je ne sais quel chemin dont les Espagnols suivirent, et plus davantage ne sera fait mention d’eux.

  • 327 Il s’agit de la ville de Melegnano, située à environ 15 km de chacune des deux villes. C’est là que (...)
  • 328 Maréchal ferrant ou forgeron.

403Au sortir de Lode, sur la main gauche, il y a un couvent de Capucins, dont la clôture correspond au chemin : il me fut donné un morceau de pain blanc. Toute cette journée, je fus environné d’eau vive jusqu’à Milan, en passant par la ville de Marignan327, qui est d’égale distance entre Lody et Milan. À cinq milles de Milan, sur la main gauche, il y a une fontaine dans le fossé, faite en carré comme la cage d’un puits où, au dossier, est représenté un S[ain]t Charles à demi relief, je voulus boire de l’eau, autant par dévotion à ce grand S[ain]t que pour les bontés qu’elle a. Au dessus est une maison pour lors occupée par un maréchal328.

  • 329 Gilles Caillotin orthographie le terme gehennait.
  • 330 Pierre Tondeur est, tout comme François Caillotin, un maître sergier de Reims. Lorsqu’il se marie l (...)
  • 331 Il s’agit très vraisemblablement du frère Nicolas Michault, oblat minime qui a prononcé, à l’âge de (...)
  • 332 Environ quatre heures de l’après-midi. Sur le rapport entre la manière de compter les heures à l’it (...)

404Je fus encore plus troublé d’esprit que je n’avais été la veille, au sujet de mes écrits, et de l’écritoire dont j’eus la main étendue pour jeter tout à l’eau : mais je changeai encore de sentiment aussi bien que la veille. Ce qui me gênait329 le plus, étaient les lettres dont j’étais chargé pour Pierre Tondeur330, et le frère Michaud331. Me résignant entre les mains de la Providence, sous la protection de la S[ain]te Vierge, et de S[ain]t Charles, j’entrai dans la ville de Milan, environ les vingt une heures d’Italie332.

  • 333 La rumeur orale déforme les clauses de la déclaration du 18 juillet 1724 qui vise la mendicité et l (...)

405Étant assis le long des murailles de l’hôpital, un pèlerin français, venant de S[ain]t-Jacques, m’assura que le roi avait défendu les pèlerinages, faisant prendre tous les pèlerins pour aller à la guerre333. /123/

Mon retour par la ville de Milan le mardi 19 septembre334

  • 334 Entre les pages 122 et 123 est intercalée une xylographie représentant “Milan Ville Archiépiscopale (...)
  • 335 L’hôpital San Pietro dei Pellegrini a été fondé en 1344 par un prêtre, Ambrogio Varese. Il était di (...)

406J’entrai dans cette ville sur les vingt[-et-]une heures d’Italie sans recevoir aucun empêchement à la grande et vaste porte qui est traversée d’une chaîne pour empêcher le charroi. La lassitude ne me permit pas d’aller plus avant après cette barrière qu’en l’hôpital de Saint Pierre des pèlerins, qui est la première maison sur la droite de ce faubourg335.

407Étant proche de cet hôpital, lorsque je croyais être hors des vaines craintes dans le pays milanais, j’entrai dans des nouvelles, parce qu’un pèlerin français, venant de Saint-Jacques, il m’assura que le Roi de France avait défendu les pèlerinages, et qu’assurément l’on prenait les pèlerins pour aller à la guerre. Triste et fâcheuse situation d’une personne qui voyage, ainsi qu’en fait foi le présent voyage.

408Étant admis audit hôpital, à chacun de nous il fut donné une écuelle de riz, un pain, un demi-bocal de vin et une saucisse ; mais, pour le coucher, c’est une vraie pouillasse.

409Le mercredi vingtième septembre, nous sortîmes de l’hôpital, au sortir duquel on nous remit nos patentes. Je reconnus parmi nous un nommé Chevalier, ayant une femme et un moyen garçon avec lui : je l’avais vu le dimanche treize août, en haut des Monts Apennins, appelé le Pas de Spolète, dont il me donnait trois quatrains de ma petite bouteille de grès, que depuis je vendis à un gueux proche la chartreuse de Turin. Je l’abouchai sous prétexte de connaissance, en lui donnant des marques qu’il nia fort et ferme, avec mensonge : parce que, certainement, il pouvait être un déserteur. /124/

410Pendant que j’étais, proche la porte de l’hôpital, occupé à l’arrangement de mon paquet, pour en tirer les lettres dont je voulais m’en défaire en les mettant à la poste, il survint un Français de petite stature, se disant être maître d’armes, nous donnant avis de ne point approcher de trop près le château de Milan, dont l’entrée ne nous serait pas refusée mais bien la sortie, et qu’il en avait fait lui-même la triste expérience, pour y avoir été arrêté pendant douze ans.

411Je traversai toute cette grande ville pour aller au dôme, qui était l’unique motif qui m’avait engagé, au sortir de la ville de Plaisance, de quitter la compagnie de mon Alexandrin, afin de visiter encore une fois cette tant belle Église, et y prier Saint Charles Borromée.

  • 336 Le corps de Charles Borromée, archevêque de Milan (1538-1584), l’un des modèles des évêques réforma (...)

412J’entendis la messe célébrée en la chapelle souterraine de Saint Charles, dont je fus beaucoup édifié de la piété d’un homme distingué336.

  • 337 Dans la chapelle du chœur, située dans l’axe de la nef centrale, se trouve “sculptée sur une pierre (...)

413Après avoir entendu la messe, je voulus voir une pierre de marbre blanc, attachée à la muraille des chapelles, au derrière du chœur. Sur cette pierre, se voit l’empreinte d’un pied qu’on dit être de Jésus Christ dont l’enfoncement peut être d’un pouce, avec les marques des veines. Sur les quatre bords de cette pierre est une inscription latine337.

  • 338 Une gravure de Marc Antonio Dal Re, datant de 1735 et conservée au Musée de Milan, montre en effet (...)

414Sortant du dôme de Milan dont j’admirai le portail qui doit être entièrement revêtu de marbre blanc comme toute l’église : il était pour lors élevé d’environ six pieds, sans aucun ouvrage relevé en bosse. Depuis, en mille sept cent trente un, j’appris de Nicolas Bachard que cette élévation pouvait être de quatre vingt pieds !338 /125/

415Pour me mettre en assurance et hors d’embarras, je mis à la poste les lettres dont le frère Tondeur m’avait chargé, étant convié des officiers de les affranchir pour l’état de Milan, ce que je fis moyennant cinq sols. Ils m’inquiétèrent quelque peu à ce sujet. C’est la poste la plus fameuse que je vis jamais, excepté celle de Florence, mais pour celle-ci, le bureau regarde une grande et vaste place, étant de toutes parts remplie des lettres qui sont arrangées sur les rayons le long des murailles.

416Je fis achat de deux petits pains, du restant de mon argent monnayé, puis voulant emplir d’huile ma fiole de Lorette, dont la chaleur du soleil avait épuisé de plus de la moitié, n’en pouvant avoir chez un marchand pour l’honneur de Dieu, j’en achetai pour trois quatrains, et un libraire me donna un petit morceau de parchemin pour la couvrir.

  • 339 Gilles Caillotin orthographie le terme : géhenné. Le verbe gêner ou gesner a beaucoup plus de force (...)
  • 340 La comparaison établie ici par Gilles Caillotin semble indiquer qu’il a mis au net ses notes après (...)

417J’étais gêné339 de demeurer plus longtemps dans cette grande et populeuse cité, comme ne pouvant supporter la multitude du peuple qu’on y voit de toutes parts. Aussi de toutes les villes que je vis jamais, celle de Milan égale de plus près celle de Paris. Lyon est très populeux, aussi bien que la ville de Rouen, mais Milan les surpasse en toute chose340.

  • 341 Vercelli, en français Verceil.
  • 342 Chez les Capucins, le Père gardien est le supérieur du couvent, choisi pour trois années par le déf (...)
  • 343 Il s’agit très vraisemblablement de Giuseppe Falciola, “brigand public et fameux, fils de Pierre, h (...)

418Après avoir, diverses fois, balancé la route que je devais prendre pour sortir de Milan, j’avais, à la vérité, envie de retourner par la ville de Vercelle341, afin d’y remercier le Père gardien des Capucins342, dont il m’avait promis le secours lors de mon retour. Mais considérant plus mûrement mes pensées, je tirai vers Pavie, afin de voir la tant vantée Chartreuse dont la renommée m’avait prévenu en /126/ sa faveur. Je ne voulus pas être spectateur de la triste fin d’un pauvre misérable cordonnier, qu’on allait faire mourir pour avoir volé dans les églises de cette ville. La coutume est que la mort d’un misérable est avertie quelques heures auparavant, par le son lugubre de la grosse cloche du dôme, afin d’avertir le peuple de prier Dieu pour lui, tandis que la confraternité de la Miséricorde l’accompagne depuis la prison jusqu’au gibet et prend soin de sa sépulture343.

  • 344 Il s’agit du très grand centre de pèlerinage qu’est l’abbaye bénédictine d’Einsiedeln en Suisse où (...)

419Tirant le long d’un grand faubourg fermé de murailles, au bout duquel est un canal qui va à Pavie, je le suivis pendant environ dix milles, l’ayant sur la gauche ; après quoi il convient de passer outre sur un pont de pierre, et loin de passer sur ce pont, je m’écartai trop sur la droite, ayant le soleil en face, qui fut le signal où je m’aperçus être égaré. Je retournai sur mes pas pour traverser le canal sur un pont de pierre, et proche lequel il y a une chapelle assez considérable pour sa grandeur ; elle me rappela la pensée de la funeste journée de Pavie où le roi François premier y fut pris. Je tirai le long de ce canal durant trois milles, le laissant sur ma main droite, puis je tirai, au travers des vignes, plus sur la gauche encore pour parvenir à la tant magnifique Chartreuse. Durant le long du chemin, je fis rencontre d’un homme avec sa femme, natifs disaient-ils d’environs la ville d’Épernay proche celle de Reims, ils venaient de Gênes, et allaient en la chapelle de l’Hermitage en Suisse344.

420Je fis encore rencontre de deux bandes de soldats fantassins qui de Pavie allaient à Milan : après qu’ils eurent su mon pays, je connus qu’il y en avait deux ou trois qui étaient champenois. /127/

Description de la Chartreuse de Pavie. Le 20 7bre 1724

  • 345 Gilles Caillotin ne reprend pas ici la description, d’ailleurs fort brève, de la Chartreuse donnée (...)

421Ce n’est point sans sujet qu’on vante partout la tant auguste et magnifique Chartreuse dont je vais en faire le récit de ce que l’histoire m’en a appris, et mes yeux l’ont admirée345.

  • 346 Il s’agit du palais ducal destiné à accueillir les hôtes de marque et construit en 1625 par l’ingén (...)
  • 347 À la base de la façade de la Chartreuse sont sculptés soixante médaillons représentant des têtes d’ (...)
  • 348 Il s’agit du deuxième rang de sculptures de la façade, exécutées de 1490 à 1499 par Giovanni Antoni (...)
  • 349 Le terme est ici employé dans le sens de protéger.

422D’abord elle a deux corps de logis aux côtés de la place, l’un à droite346 et l’autre à gauche uniforme en architecture, et couvert de plomb au bout de cette place est le frontispice de cette tant belle église, il est bâti de marbre blanc, où en différents rangs sont représentés tous les empereurs romains qui ont régné depuis Jules César347. C’est un travail si admirable qu’aux rapports des savants en architecture, l’art de l’ouvrier en surmonte de beaucoup la matière, car ils sont tous représentés au naturel. Ce n’est encore rien, en comparaison des différentes histoires représentées tout au bas de l’église348. L’art est sans pareil pour le travail, les historiens le vantent, mais non sans sujet ; je ne regrette pas la peine que je m’avais donnée exprès pour voir un si bel ouvrage, le tout à petits personnages, dont la délicatesse semble être de cire, parmi la grande quantité les uns sur les autres, sans y avoir aucune confusion. Voilà ce qui est vraiment surprenant, il n’est pas même dans l’épaisseur de la muraille vers la porte de l’Église, qui ne soit remplie de ces rares figures, qui pour les conserver349 des mains de ceux qui les considèrent, sont défendues de treillis fort serré de fil d’étain.

423L’église est bâtie en forme de croix, tout y répond à la magnificence du frontispice. La voûte de toutes parts embellie d’excellentes histoires qui y sont représentées. Le pavé semble encore en surpasser la magnificence, étant fait de marquetterie, l’ouvrier a surpassé la matière par son art. Tout en est digne pour les belles histoires qui y sont représentées. Les marbres et la serpentine sont des plus précieux, jaspés de différentes couleurs, et le naturel des figures que l’histoire représente, en surhausse le prix. /128/

424Le chœur est séparé de la nef par une fermeture de fer, avec pommeaux de cuivre doré, par le haut aussi bien que par le milieu, et huit colonnes d’un marbre jaspé, entre lesquelles sont les barreaux de fer, qui traversent la grande nef, et la séparent d’avec le chœur.

  • 350 Le maître-autel est achevé en 1568. Le tabernacle a été réalisé par Ambrogio Volpi de 1568 à 1576. (...)
  • 351 Gilles Caillotin fait ici allusion à l’arc triomphal sculpté qui, au fond de la nef centrale et s’a (...)
  • 352 Il s’agit des stalles du chœur dessinées vraisemblablement par Ambrogio da Bergognone à la fin du x (...)

425Toutes ces grandes richesses ne sont encore rien en comparaison du superbe et magnifique tabernacle de l’autel, étant fait d’albâtre, estimé beaucoup plus d’un million d’or350 ; aux côtés duquel sont la représentation de l’Ascension de Notre Seigneur, et celle de la S[ain]te Vierge, faites d’un marbre très précieux, le tout fait à personnages relevés351 ; il n’est pas même jusqu’aux chaires du chœur, et celles des frères convers, faites de plusieurs pièces de bois de différentes couleurs, représent[ant] plusieurs histoires, comme si on les avait tirées au pinceau352.

  • 353 Il s’agit de Gian Galeazzo Visconti (1351-1402), seigneur de Milan (1378), puis duc de Lombardie (1 (...)
  • 354 La statue de la Vierge située dans la partie centrale du registre supérieur du monument est due au (...)
  • 355 Il est probable que Gilles Caillotin confond ici dans ses souvenirs le monument funéraire de Gian G (...)

426À main droite de la croisée, il y a un sépulcre magnifique dont le fondement est de marbre blanc sur lequel est un vase d’albâtre, supportant les effigies de Jean Galleas353, avec celles de deux anges qui sont à ses pieds et à sa tête, lesquelles sont toutes pareillement d’albâtre. Autour de ce tombeau sont six piliers de marbre, où l’on voit inculpé [sic] à petits personnages, les armures et faits d’armes du dit Jean Galeas, en conquérant les vingt-quatre cités, le nom desquelles est aux piliers dont celle de Milan en est la principale. Sur ces piliers, il y a un tabernacle enrichi d’un côté, de l’image de la Sainte Vierge354, et de l’autre côté est la statue de Jean Galeas, toutes deux faites d’albâtre. Au bas sont les statues de Ludovic Sforce, usurpateur du duché de Milan355 : il y a une inscription latine au bas de l’effigie dudit Jean Galeas.

  • 356 Gilles Caillotin emploie le terme au sens d’exploits de guerre.

427Joanni Galliaco vice comduci Milani prime ac priori ejus uxori Carthusiani memores gratique posuere 1461 die 20 decemb. Les faits valeureux qu’il a exploités356 pendant sa vie, sont à côté de son tombeau.

  • 357 Il n’y a pas de chapelle dédiée à saint Christophe dans la Chartreuse de Pavie, si bien qu’il est d (...)
  • 358 Gilles Caillotin orthographie le terme caëses.

428À main gauche de la croisée se voient, dans une chapelle de Saint Christophe357, trois grandes châsses358, la plus grande étant sur l’autel et les deux autres sont à côté, faites d’un si artificieux ouvrage que ce n’est rien de le dire ; que pour les mettre à prix, ils valent leur pesant d’or ; et qu’un ouvrage si riche fut donné par une de nos reines de France. /129/

429Toutes les chapelles sont très belles et fermées de barreaux de fer, comme la nef qui sépare le chœur, y ayant aussi des pommeaux de cuivre, par le milieu, comme par le bout du haut. L’église a trois nefs ; elle est couverte de plomb ; pour y monter il y a cinq ou six degrés de marbre blanc.

  • 359 Bologne.
  • 360 D’après le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière (1690) paragonner “est un vieux mot qui signi (...)

430J’avoue que cette Chartreuse est très magnifique, que la renommée l’a fait passer pour telle, depuis fort longtemps, je désirais de la voir, car ces pèlerins qui font métier d’aller plusieurs fois à Rome nous la vantaient comme le plus digne ouvrage que jamais ils aient vu, non seulement l’égalaient à Saint-Pierre de Rome, mais disaient de plus la surpasser en beauté et en magnificence avec la cathédrale de la ville de Sienne ; j’ai vu cette cathédrale, aussi bien que Sainte-Marie de la Fleur de Florence, et le dôme de Milan, deux églises accomplies en grandeur de vaisseaux aussi bien qu’en la matière de marbre, dont elle sont bâties, celle de Milan pour être bâtie à la moderne, et non encore achevée ; à Boulogne359 la cathédrale est des plus magnifiques : tous ces chefs-d’œuvre de l’art ont chacun leurs mérites particuliers, la cathédrale de la ville de Sienne, et la Chartreuse dont je parle ne sont pas en grandeur de vaisseaux à paragonner360 à ces trois autres églises, mais elles n’en sont en rien inférieures : tous ces superbes monuments sont magnifiques, et très superbes, mais Saint-Pierre de Rome aura toujours l’avantage d’être la plus grande église qui jamais fut construite et sans pareille sur la terre. Comme les papes qui l’ont fait bâtir sont au dessus des autres évêques, leurs grands pouvoirs, joint les sommes immenses qu’ils peuvent débourser, ne prouvent que trop qu’ils n’ont rien épargné pour surpasser en beautés les plus magnifiques églises non seulement des chrétiens, mais aussi en grandeur de vaisseau le fameux temple de Salomon et le renommé temple de Diane en la ville d’Éphèse, parmi les païens. Les historiens ont laissé dans leurs écrits que cette Chartreuse a par an quatre vingt mille écus de rente. /130/

431Sortant de cette Chartreuse, je repris mon sac et mon bourdon que j’avais laissés sous le vestibule, pour aller visiter l’église. À la porte du couvent, on y avait exposé dans une chaire un religieux de très grand âge, pour lui faire respirer l’air de cette porte ; il y a un grand chemin en chaussée environné d’eau qui conduit à un village qui n’en est pas beaucoup éloigné, et dont par le milieu duquel passe le chemin de Milan à Pavie.

  • 361 Il s’agit du général flamand Charles de Lannoy (1487-1527), au service de Charles Quint, qui fut go (...)
  • 362 Allusion à Charon, nocher des Enfers dans la mythologie grecque. La métaphore renvoie ici à la mort (...)
  • 363 En 1521, le duché de Milan, qui avait été reconquis par la France après la victoire de Marignan en (...)

432L’an 1525, le 24 février que fut donnée cette sanglante bataille qui fut nommée de Pavie, où le roi François premier y fut pris prisonnier : ce prince contribua le plus à sa perte. Comme il était d’une humeur trop martiale, ayant pour ce sujet ses ennemis à grand mépris, supposant que son nom seul était capable de se rendre redoutable, il fit donc une disposition de neuf mille hommes de son armée, en les envoyant dans le royaume de Naples, pensant que Launoy361 qui en était vice-roi quitterait le siège de Pavie pour l’aller secourir : mais il fut déçu de ses espérances car Launoy persista devant cette place pour la secourir. François livra la bataille, mais comme son armée était inférieure à celle des ennemis, par la dispersion qu’il en avait faite pour l’entreprise de Naples : d’ailleurs le pays était à leur dévotion, ils avaient sur la gauche de leur armée, l’enclos de cette Chartreuse qui les tenait à couvert, la victoire demeura sans contredit de leur côté puisqu’ils prirent notre roi prisonnier qui y perdit huit mille hommes des plus braves de son armée, parmi les quels étaient les plus grands du royaume qui passèrent la barque à Caron362 de ce monde, ou demeurèrent prisonniers363.

  • 364 Le château de Pizzighettone, ville située aux bords de l’Adda, à 35 kilomètres à l’ouest de Crémone (...)
  • 365 Gilles Caillotin évoque ici la Ligue de Cognac : en mai 1526, François Ier revient sur les promesse (...)

433François fut conduit prisonnier dans la Chartreuse où il y dîna puis au château de Picirghinton364, au delà de la rivière d’Adde entre les villes de Lody et de Crémone : il est très certain qu’on aurait enlevé ce prince à vive force, si lui-même n’eût consenti d’être traduit en Espagne : sa prise donna sujet à tous les potentats d’Italie de former une commune Ligue contre l’Empereur. Le pape Clément voulut être de la partie pour en chasser ce prince trop puissant, non seulement hors du Milanais, mais du Royaume /131/ de Naples parce que François et lui avaient intéressé dans leurs querelles tous les princes d’Italie, que eux-mêmes, las de la guerre, ils voulaient désormais vivre en repos365.

  • 366 Le duc Charles III de Bourbon, connétable de France, s’est allié en juillet 1523 à Charles Quint, d (...)

434D’ailleurs François se flattait vainement de rompre les desseins du duc de Bourbon366, qui était depuis peu en Espagne et dont on parlait fortement que l’Empereur lui donnerait sa sœur, veuve du roi de Portugal, en mariage : ce qui, sans doute, aurait donné beaucoup d’occupation à François d’avoir en la personne de Bourbon, un ennemi irréconciliable au milieu de ses États, que pour prévenir les suites, il désira lui-même sa traduction en Espagne pour l’épouser lui-même et faire d’une pierre deux coups, en rompant les pernicieux desseins de son vassal révolté et de plus, composer de sa rançon avec plus de modération.

435Quoi qu’il en soit, rien ne réussit à ses intentions. Trop bien épousa-t-il Eléonor en laissant un crève-cœur à son ennemi : et, pour sa traduction, il livra six de ses vaisseaux aux Espagnols pour le conduire en Espagne.

  • 367 Andrea Doria (1466-1560), condottiere qui s’est mis au service successivement du pape Innocent VIII (...)

436André Doria, Génois, chef de l’armée navale française eut un grand désir d’enlever de vive force son roi, ce qu’il eût fait sans l’exprès commandement qu’il lui fit367. Car les Espagnols ne craignaient rien tant que d’être privés d’un si riche prisonnier, et le menaçaient qu’au seul abord des vaisseaux de Doria, ils le tueraient sans rémission quelconque.

  • 368 Asti.
  • 369 Le château des Visconti, édifié de 1360 à 1365 par Galeazzo II Visconti, agrandi et embelli par Gia (...)

437Pour revenir à notre voyage, j’aperçus de loin la ville de Pavie, par le grand nombre de clochers et de hautes tours carrées de briques comme celles que [je] vis à Viterbe et depuis à Ast368 en Piémont. Je pensai entrer dans cette ville, mais presque sur le bord de ses fossés, je m’en vis éloigné d’environ deux milles du chemin qui tire en arrière sur la gauche, allant d’une extrémité de la ville à l’autre, marchant le long des fossés et palissades, passant proche le château qui avoisine les fossés, étant composé de deux longues galeries fort hautes élevées, étant ouvertes comme les places qu’on y joue au billard, mais non pas par le bas, car il est très fort, étant environné de redoutables fossés pleins [d’eau] /132/ vive, ce château est très fort369, mais qui, deux ans après la prise du Roi François, il ne put résister non plus que la ville aux efforts de l’armée française conduite au secours du Pape Clément par le Seigneur de Lautrec, qui prit d’assaut cette ville après cinq jours de siège où la fureur des soldats fut impitoyable ; leur courage inexorable avait quelque chose d’inhumain : en vengeance de la bataille de Pavie, ils s’acharnèrent avec la dernière cruauté sur cette malheureuse ville, mettant sans rémission tout au sac et au feu, sans la grande diligence du seigneur de Lautrec, qui même empêcha que les femmes et les filles ne soient violées, sans parler des jeunes garçons, dont les nobles Vénitiens avaient réservé, pour assouvir la plus détestable de toutes les passions, et dont Dieu châtie, le plus souvent dès ce monde, par des châtiments exemplaires.

438Le riche château fut pillé avec ses riches tableaux, et pour éternelle louange dudit seigneur de Lautrec, d’avoir préservé les habitants du tranchant de l’épée, et que le feu ne fût mis à leur ville : mais l’année d’après, 1528, elle fut encore prise d’assaut par l’armée française commandée par le Comte de Saint Pol, allant au secours de Lautrec [as]siégeant la ville de Naples, dans laquelle était enfermée l’armée de l’empereur, qui avait pris et saccagé Rome le sixième mai 1527.

  • 370 Paragraphe emprunté à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 124-125.

439Devant la porte principale de l’église cathédrale, il y a une statue de bronze de l’empereur Antonin le Pieux ; elle fut donnée par le seigneur de Lautrec à un soldat originaire de Ravenne, d’où cette statue y avait été enlevée de force, pour récompense d’avoir le premier monté sur les remparts de l’ennemi : il se crut assez récompensé de son action, pour ravoir cette statue enlevée, dis-je, de la ville d’où il était originaire. Mais les bourgeois ayant souffert le pillage sans se plaindre, jetèrent tant de cris quand ils virent emporter cette statue, que Lautrec touché de compassion la laissa à la ville de Pavie, en faisant un autre présent au soldat, à qui il l’avait donné370.

  • 371 L’année précise est omise dans le texte. Richard Lassels ne signale d’ailleurs pas l’année de la tr (...)
  • 372 Entre la p. 132 et 133 de son texte, Gilles Caillotin a inséré une xylographie représentant la vill (...)
  • 373 Le tombeau de saint Augustin, (arca di Sant’Agostino), situé au dessus du maître-autel de la basili (...)

440Dans Pavie est le corps du grand Saint Augustin, qui y fut transféré de l’île de Sardaigne, l’an371 par Luitprand roi des Lombards, qui l’acheta à grands deniers, et le plaça à Pavie dans l’église des Augustins. Autour de son tombeau sont les représentations des différents miracles qu’il a opérés pendant sa vie et même après sa mort : ouvrage/133/372 admirable pour être fait à petits personnages relevés et la matière étant de marbre373.

  • 374 Gilles Caillotin compte ici les heures à l’italienne : une heure de nuit correspond, à la date du 2 (...)
  • 375 Au sens de : assez à l’intérieur de la ville.
  • 376 La description faite ici par Gilles Caillotin renvoie vraisemblablement à une procession organisée (...)

441J’entrai dans la ville de Pavie le mercredi vingtième septembre, à une heure de nuit374. Je fis montre de mes passeports au corps de garde de la porte, un soldat en fut détaché prenant en main mes passeports et le fusil sur l’épaule, en cet équipage je fus conduit à la porte du château que j’ai déjà parlé. Le soldat entra dedans en me sommant de rester à cette porte duquel sont deux pièces de canons chargés, les gueules tournées vers la ville et bonne garde pour les garder. Mon soldat conducteur revint et me conduisit chez un autre seigneur, assez avancé375 dans la ville. Chemin faisant, quoique très fatigué, je fus cependant bien joyeux de la conduite des bourgeois : car à plusieurs endroits ils occupaient notre passage, étant à genoux devant quelques images de la Sainte Vierge, éclairées de plusieurs chandelles, chantant à haute voix les litanies de la Vierge. Quand je parle de bourgeois, je n’entends pas le commun du peuple, mais des gens d’un certain rang honorable, je les comprends tous ensemble à plus de six cents, sans y comprendre les personnes du sexe376. J’aurais voulu que nos jansénistes, et nos critiques du culte de la Sainte Vierge eussent été spectateurs de la modestie que j’y remarquai, et non pas de ces dévotions de grimaces qu’on pratique en quelques endroits de notre pays, surtout pendant l’octave de la Visitation ; s’il s’en trouve quelques uns qui aient de la vraie dévotion pour la Sainte Vierge, ils ont quelquefois honte d’en pratiquer les devoirs par les respects humains pour des impies, qui hurlent comme des loups et des bêtes brutes, sans considérer que le culte qu’ils rendent est à la mère de Dieu ! Que cela soit dit en passant, puisque l’occasion s’en présente.

442Étant arrivé enfin chez ce seigneur qui, sans chandelle, se promenait seul dans sa chambre, demeurant satisfait de quelques paroles qu’il me demanda : comme il était fort tard, je le priai de m’enseigner s’il y avait encore loin jusqu’à l’hôpital des pèlerins. Il rappela le soldat lui ordonnant de m’y conduire, mais il n’y avait pas loin. Sur la droite, joignant l’hôpital, était une petite chapelle, qu’on y chantait un salut, il y avait beaucoup de luminaire.

443Dans cet hôpital, on n’y a que le lit, encore me fallut-il montrer mes patentes, il est composé d’une seule salle basse, avec un autel, et /134/ deux rangs de lits ; il y avait un pèlerin de couché. L’hospitalier, homme séculier, nous plaça avec lui, quoique tous les autres lits fussent vides. Je demandai de l’eau pour étancher ma grande soif. Comme cela ne coûte rien dans un pays qu’elle est en abondance, il m’en fut donné. Ce pèlerin était français, âgé d’environ trente-cinq ans, cheveux châtains et crépés, avec une barbe rousse, il se disait être à douze lieues de la ville de Rouen en Normandie : je me flattais d’avoir en sa personne trouvé un compagnon pour près de deux cents lieues de pays : et nous en formâmes le projet par ensemble.

  • 377 Le pont couvert de Pavie a été détruit par les bombardements en septembre 1944 et remplacé par un p (...)

444Le jeudi vingt[-et-]unième septembre, nous sortîmes de la ville de Pavie sans y avoir rien remarqué, tant l’envie d’être hors des terres du Milanais, trop bien, dirai-je, que la ville de Pavie est très grande, ceinte de bonnes murailles : mais ce que j’y remarquai de considérable, c’est le long pont sous lequel coule le fleuve du Tessin, ayant pour le moins deux cent cinquante pas de longueur, et de largeur vingt-cinq, étant couvert d’une galerie, sous lequel on peut être à couvert des trop grandes ardeurs du soleil aussi bien que de la pluie. À chaque pilier qui la porte sont autant de tableaux de dévotion377.

  • 378 Antoine Furetière définit dans son Dictionnaire universel (1690) le terme comme un « petit bateau p (...)
  • 379 Voghera, située sur le torrent Staffora, affluent du Pô.

445Nous cheminâmes environ six milles, par un chemin en chaussée très spacieux en largeur, et fort droit, après quoi il fait une grande courbe sur la main gauche, qu’il se tire en arrière parmi des sables où nous passâmes le tant renommé fleuve du Pô qui prend sa source dans le marquisat de Saluces ; il n’est pas des plus larges audit endroit, mais fort profond. Nous la côtoyâmes sur la droite, il est environné de hautes et puissantes chaussées pour empêcher que dans la crue de ses eaux, il n’inondât le pays : à d’aucuns endroits, ces levées sont doubles, entre deux y ayant une distance, comme si c’était un nouveau canal. La grande et excessive chaleur nous fit baigner à la rive de ce fleuve, nous tenant aux bords d’une nacelle378 attachée à un arbre, et restâmes quatre à cinq heures de temps pour nous reposer ; puis cheminâmes en campagne très belle et très fertile, à la réserve qu’à quelques endroits il y avait du millet. Sur les cinq heures du soir, arrivâmes à la ville de Voghere379, sur la gauche en deçà est un couvent de Capucins, qui nous soulagèrent de quelques morceaux de pain. /135/

Situation de la ville de Voghere dans le Milanais

446Cette ville est assez petite, ceinte de faibles murailles ; en deçà il y a la rivière appelée Staffora, qui descend des monts Apennins, pour se jeter dans le Pô ; mais pour le présent sans eau, quelquefois les rives ne la peuvent contenir dans son lit, sans s’épandre au-delà, à la perte des biens de la campagne qu’elle submerge, ainsi qu’en fait foi un beau pont de pierre pour la traverser, qui est à demi-rompu par l’impétuosité de l’eau. Il est vrai que les arches en sont très basses, attendu que le pays est plat, je n’en ai point encore vu de pareilles. Outre lesquelles il y a un couvent de Capucins qui est sur la gauche. Comme par deçà un autre de Dominicains qui est sur la droite.

447Pour le dedans de cette ville, dont je ne sache rien de singulier, est l’hôpital des pèlerins, qui fut réduit en cendres par les Français, dans les dernières guerres de Louis quatorze, et par malheur pour nous, il fallut passer outre à ce sujet.

  • 380 Gilles Caillotin écrit en réalité fourcherons. En ancien français forcheron ou fourcheron désigne l (...)

448Derrière le couvent des Dominicains, il y a un vaste cimetière. La campagne est à découvert durant deux milles, après lesquels il y a sur la droite un petit bois, et, sur la gauche, ce sont des vignes, dont nous vîmes sur le chemin plus d’une voiture de raisin, dont le maître en faisait la garde, ayant pour défense une fourche à trois fourchons380. Ce n’est pas que nous en fûmes beaucoup en peine, puisque des Italiens nous en firent présent de quelques grappes, proche le couvent des Dominicains.

  • 381 Il s’agit vraisemblablement du bourg de Pontecurone, situé à 6 kilomètres environ de Voghera.

449Étant surpris de la nuit, quoiqu’un chemin très spacieux dont il y avait, sur la droite, un petit bois de taillis : nous fîmes rencontre sur la gauche d’une croix de bois, quelque peu élevée sur une éminence de terre faite de main d’hommes : la lassitude /136/ nous força de nous y reposer ; après quoi il fallut avancer chemin, non pas beaucoup sans faire rencontre d’un pont de pierre presque entièrement ruiné à l’exception de quelques arches qui sont encore en leur entier. Sous ce pont, il y coulait une rivière dont pour lors elle était à sec. Or après le pont nous entrâmes, sans y penser, dans un bourg, ceint autrefois de murailles : mais pour le présent la plupart ruinées par le malheur des guerres381. Trop bien y avait-il encore debout une porte par laquelle nous y entrâmes. Sur la gauche, il y avait un laboureur qui était devant sa porte, dont la grande solitude de la nuit ne nous faisait pas espérer ce bonheur : il nous fit le plaisir de nous conduire en l’hôpital des pèlerins.

450Cet hôpital n’était rien autre chose qu’une simple demeure confiée entre les mains d’une femme qui avait une grande fille, possible était-elle veuve, attendu que nous ne vîmes pas de mari.

451Il nous fallut montrer, à la clarté de la chandelle, nos patentes de pèlerin, après laquelle [sic] elles nous firent entrer dans une chambre basse sur la droite de la sienne, auquel il y avait dedans deux lits, moitié sur des couchettes. Je m’aperçus que notre hôtesse était inquiète à notre sujet : la raison pourquoi, c’était qu’elle avait la dépouille de sa vendange d’environ cinq à six pièces de raisins, étendue sur le plancher. Elle fut cependant assez honnête après nous avoir couvert un lit, de nous donner à chacun un raisin, puis en nous souhaitant le bonsoir, elle ferma la porte à la clef.

452Cette bonne femme devait cependant dormir à notre sujet sans inquiétude, attendu que deux seules personnes ne pouvaient lui faire grands dégâts de son raisin. Or il arriva que la disette qu’avions enduré pendant la journée, nous formâmes le dessein d’aller à la vendange pour en manger à notre appétit : mon compagnon était disposé d’y aller, j’y fus en sa place, parce que je craignais que notre hospitalière ne fût aux /137/ aguets après nous, et que lui, venant à marcher sans observer de précaution sur le plancher, dont j’y avais remarqué du froment, où venant à marcher dessus, cela aurait alarmé cette pauvre femme, en entendant craqueter les grains sur le plancher.

  • 382 La maia désigne la meule de blé qui se trouve dans le grenier de l’hôpital. Le tasseau est une peti (...)

453Je marchai tout bellement en évitant cet inconvénient et j’apportai plein mes mains de raisins dans notre lit, et l’abondance avec l’odeur de la grande quantité nous ferma l’appétit. De peur d’être, le lendemain, surpris de notre hôtesse je retournai reporter le résidu de raisin, avec les grappes de celui que nous avions mangé, le cachant sous la maie ou le tasseau382, afin d’en dérober l’entière connaissance à notre hôtesse.

454Vendredi vingt-deuxième septembre, voici dès le grand matin, notre hôtesse, qui vint nous faire lever, afin d’être libre d’aller à son travail pour sa vendange. Elle couvrit derechef notre lit, non pas tant par honnêteté, que pour voir si nous avions fait du dégât dans sa vendange : ou possible elle croyait trouver les grappes dans la paille du lit moi qui avais eu la précaution de les cacher dans le raisin. Mais je donnai avis à mon compagnon de ne pas mettre de raisin dans ses poches, craignant d’être fouillé, mais de plutôt en mettre un dans le sac, comme je fis dans le mien.

455Comme nous étions déjà assez éloignés de cet hôpital, je m’aperçus que mon chapelet n’était plus dans la poche de ma chemisette. Je retournai en diligence vers l’hôpital tandis que mon compagnon m’assura de m’attendre sur le chemin. De bonheur que j’arrivai encore assez à temps, que notre hôtesse n’était pas encore sortie de sa maison, elle se donna vraiment la peine de rentrer dans la place /138/

L’histoire d’un compagnon, dérobeur de mon chapelet

456d’où nous avions couché, renversant le lit sens dessus dessous, sans le trouver. Je crus que possible je pouvais l’avoir oublié la veille, proche la croix dont nous nous étions reposé, m’ayant renversé le ventre sur terre. Je courus en grande diligence vers cette croix, dont je ne trouvai rien ; mais, par ma grande inquiétude, j’alarmai tous les passants, qui du bourg voisin allaient à leurs vendanges. Ces pauvres gens prirent compassion de la tristesse dont ils me voyaient pénétré, sachant la cause. Notre pauvre hôtesse, qui était du nombre s’offrit encore pour une seconde fois de retourner en sa maison à mon sujet.

  • 383 Les vols sont extrêmement fréquents dans les hôpitaux de pèlerins. Laura Artioli, op. cit., p. 133- (...)

457Je la remerciai très humblement, lui disant que je soupçonnais mon compagnon de me l’avoir dérobé cette dernière nuit : attendu que la mémoire me rappelait d’avoir entendu le son de mes deux médailles qui tenaient audit chapelet ; et que, sous prétexte de se couvrir, il avait mis la main en ma poche, croyant que ce fût de l’argent383.

458Je repassai en diligence par le bourg dont nous avions couché au sortir duquel je fis rencontre d’une grande bande de pèlerins flamands qui allaient à Rome : loin de les suivre, j’allai à petits pas, afin qu’eux étant éloignés derrière moi, je pus avancer chemin à ma volonté, dont je souhaitais d’être seul.

459Non guère éloigné de la rencontre de ces Flamands, je rejoignis mon filou de compagnon qui se reposait dans le fossé sur la gauche du chemin. D’abord qu’il m’aperçut, il feignit adroitement être en souci si mon chapelet était retrouvé ? Je l’assurai de toutes les démarches que j’avais fait à ce sujet, mais non pas du violent soupçon que j’avais sur lui, disant avoir même retourné vers la croix où nous étions reposés dès la veille. /139/

460J’animai mon discours de plaintes amères, de mon prétendu malheur, que [c’était] le seul chapelet qui me restait pour avoir mémoire de Rome, attendu qu’il avait été béni par Sa Sainteté ; et que cette seule circonstance m’en faisait plus de peine que de la valeur.

461Mes regrets touchèrent le cœur de ce misérable, qui, voyant que j’étais tout attristé pour une chose qui ne lui apportait pas le plaisir dont possible il s’était vainement imaginé, car il croyait possible que c’était de l’argent, dont il aurait pu jouir du fruit qu’il s’était proposé. J’invoquai Dieu en cette rencontre, aussi bien que la Sainte Vierge de m’être favorable et propice. Ce mal avisé me donna sur lui des prises que je ménageai avec prudence, de peur de l’alarmer : il commença à parlementer avec moi des circonstances, et de la couleur dudit chapelet, si il n’était pas blanc, avec deux médailles. À ces paroles, je fus saisi d’une grande joie, il ne restait plus autre chose pour y mettre le comble, que la restitution que m’en fit ce larron : il crut que je lui devais avoir de grandes obligations pour l’avoir trouvé, disait-il, ce matin au sortir de l’hôpital, pensant qu’il appartenait à l’hospitalière, ou à sa fille, et que si il ne lui appartenait pas, il me le remettait en main, je pouvais l’avoir échappé, la veille, de ma poche sur les degrés de l’appartement de notre hôtesse, en lui faisant montre de mes patentes.

462Toutes ces excuses étaient d’autant plus frivoles, que mes patentes étaient dans ma boîte de blanc fer, et même je ne pouvais l’avoir perdu, l’une étant dans une poche, et le chapelet dans une autre ; bien plus, que j’étais sorti le premier avant lui de l’hôpital dont je n’eus pas manqué de l’avoir trouvé, /140/ si j’y avais eu le malheur de l’avoir oublié. D’ailleurs, l’hospitalière ou sa fille, quittant leur appartement pour venir en celui où nous couchâmes, l’eussent sans doute ramassé et non pas ce Normand qui sortit tout le dernier.

463Autre circonstance qui me fit avoir sa compagnie en mauvaise estime, c’était de penser s’excuser qu’il croyait que mon chapelet appartint à l’hospitalière, ou à [sa] fille, comme si il n’était pas moins obligé à la restitution de l’un que de l’autre. Mais c’est que la mémoire m’était encore récente, qu’il avait tiré les couvertures la nuit pour s’en couvrir, dont j’avais entendu le son que faisaient mes médailles, dont certainement il avait cru être de l’argent. Après qu’il m’eût fait, dis-je, la restitution de mes médailles qui étaient enfilées avec mon chapelet, loin de lui marquer mon ressentiment, je lui témoignai encore plus d’amitié au moins d’apparence, résolu à la première occasion à me défaire de lui. Car nous étions proches la ville de Tortone d’environ trois milles : où ce compagnon commença à changer de langage, se disant être déserteur des troupes de France et qu’en vain avait-il séjourné longtemps dans Rome, croyant que le roi de France accorderait une amnistie aux soldats déserteurs. C’est ce qui l’empêchait de retourner en son pays, étant forcé d’aller en la ville de Gênes, d’où il était sorti depuis huit jours, pour prendre parti dans le service du roi d’Espagne.

  • 384 Châtains.

464Étant aux portes de la ville de Tortone, il me fit présent d’un méchant collet de toile cirée qu’il portait sur les épaules ; je ne fus pas trompé des conjectures que j’avais fait de cet homme toujours songeard et mélancolique, qui ne prouvait que trop qu’il n’était pas pèlerin, par le chagrin qu’il ne pouvait cacher, démentant les vains projets qu’il méditait avec moi pour être de compagnie jusqu’à Reims, lui qui était natif à douze lieues de la ville de Rouen. Il était de moyenne taille, âgé d’environ trente cinq ans, cheveux crépus, tirant plus sur le roux que châtaigniers384./141/

Description de la ville de Tortone dans le Milanais385

  • 385 Gilles Caillotin a collé sous ce titre une xylographie, dont la légende est mutilée, représentant « (...)

465Cette ville est située dans une plaine, étant ceinte de très fortes murailles, bons bastions, le tout environné d’eau vive, qui fait tourner plusieurs moulins, tel qu’on le voit sur cette représentation. Les palissades y sont aussi très bonnes, joint encore un fort château, sur la gauche de la ville, élevé sur une petite montagne qui commande à la ville, et n’étant commandé de nul autre.

  • 386 Gilles Caillotin orthographie le terme corporal. Voir note 1, p. 155.

466Cette ville est honorée d’un siège épiscopal. J’y entrai avec mon pèlerin défroqué, puisqu’il venait de m’en donner sa livrée. Au moment que nous arrivâmes à la porte, nous fûmes conduits par un soldat sur la place d’armes où le caporal386 nous fit derechef conduire au gouverneur, qui était absent de son hôtel, et nous fûmes par la garde reconduits sur la place. Le caporal /142/ ayant vu et visité nos passeports nous donna la permission de passer outre, de peur de nous retarder par l’absence du gouverneur. Mon pèlerin prit un chemin dans la ville pour aller à Gênes, et moi un autre, et désormais il ne sera plus fait mention de lui.

467J’achetai dans cette ville un pain blanc d’environ huit onces ; il était fait de figure carrée, ayant aux quatre coins du dessous autant de petits pieds ; c’est ce que je remarque, ne pouvant marquer autres circonstances touchant cette ville, que je ne fis que traverser, sans même y visiter aucune église.

468Trop bien je blâme l’inégalité des soldats de cette garnison, les uns grands comme des géants, et d’autres petits comme [des] nains : mais tous vêtus d’habits rompus ou rapetassés de toutes parts.

  • 387 Gilles Caillotin renvoie ici au premier tome de ses Mémoires, aujourd’hui perdu. Aux pages 554-558 (...)

469Je sortis seul de la ville de Tortone, n’étant pas beaucoup éloigné de celle de la ville de Gênes, dont j’aurais pu en faire le chemin en une journée et demie, pour voir cette belle ville dont je parlerai autre part plus à propos, afin de ne point interrompre mes mémoires de mon voyage, comme j’ai trop souvente fois fait par l’article de Lyon, de la ville de Genève, et de Calvin, et du Milanais dont je m’ai trop arrêté387.

  • 388 Il s’agit de la Scrivia, rivière qui prend sa source près de Torriglia au nord-ouest de Gênes et se (...)

470Quelque peu éloigné que la ville de Tortone, je traversai le torrent appelé Servia388, large d’environ cinq cents pas, rempli de gravier et de cailloux, dont les racines emmènent par leur rapidité des monts Apennins, d’où ils n’en sont éloignés sur la gauche que de quelques milles ; et ils sont à découvert durant l’espace de cinq à six milles.

  • 389 Les environs de Plaisance et de Bologne.

471Ce pays est très fertile, mais les vignes ne sont pas portées par des arbres comme dans le Plaisantin, ou le Boulonais389 : mais bien sur gros piquiers de bois.

  • 390 La rivière ainsi désignée est la Bormida, qui se jette dans le Tanaro à un peu plus de cinq kilomèt (...)

472Après avoir traversé ce torrent qui était desséché,/143/ il me fallut suivre le long de la rive du torrent, qui est très plat, sans y apercevoir aucun vestige de chemin, ni personne pour me l’enseigner. Je marchai ainsi, errant à l’aventure, où, environ les deux heures après midi, je passai à barque la rivière de Bormia390, qui descend des monts Apennins vers la ville de Savone, qui n’en est éloignée pour le plus que de quarante milles. Cette rivière va se perdre dans celle du Tanare au dessous de la ville d’Alexandrie, qui n’est éloignée de la rivière de Bormia que d’un mille, d’où il convient de monter quelque peu, car la plaine va en montant.

473Je laissai sur la main gauche le grand chemin pour suivre un sentier sur la droite qui me sembla être quelque peu plus court pour parvenir à la ville.

  • 391 Gilles Caillotin reprend ici l’étymologie proposée par Jacques de Villamont, livre auquel il emprun (...)

474Tout ce pays est très fertile, qui, pour être presque entièrement découvert, depuis la ville de Pavie jusques à celle de Turin, cependant il n’en est pas moins fertile, ainsi que cette ville le démontre par la dénomination qu’on lui a donnée, en ajoutant Alexandrie de la paille, mot qui marque assez la fertilité d’un territoire fertile et abondant en toutes choses, mais singulièrement pour les grains391. Ce n’est pas qu’il ne produise aussi du vin, comme dans le Parmesan.

  • 392 Nizza della Paglia, aujourd’hui Nizza Monferrato, est située à une trentaine de kilomètres au sud-o (...)

475Il y a aussi une autre ville qu’on a dénommé aussi Nice de la paille392, à la différence de celle qui est sur la frontière de Provence, appartenante au duc de Savoie. /144/

Description de la ville d’Alexandrie, dite de la paille393

  • 393 Il s’agit de la ville d’Alessandria, dite della Paglia. En dessous du titre, Gilles Caillotin a col (...)
  • 394 Le confluent entre le Tanaro, affluent du Pô, et la Bormida.
  • 395 Gilles Caillotin évoque ici le long conflit qui opposa l’empereur Frédéric de Hohenstaufen, dit Fré (...)

476Cette ville est située sur le confluent de deux rivières394. Elle doit sa fondation aux grandes guerres émues entre l’Empereur Frédéric contre le pape Alexandre troisième du nom, dont les habitants des villes de Crémone, de Milan et de Plaisance ayant levé les armes contre les habitants de la ville de Pavie et le marquis de Montferrat, fauteurs de Frédéric, après qu’il fut entièrement chassé d’Italie et se trouvèrent ensemble en un village appelé Roverete, là où ils dessinèrent le plan et enceinte d’une ville qu’ils y voulaient bâtir à l’honneur de Dieu et de Saint Pierre et de toute la Lombardie entre trois fleuves, et sur un terroir fort agréable et très fertile, et la fermèrent d’un grand et large fossé395. /145/

477Or, tous les villageois d’alentour accourant de tous côtés pour y habiter, afin de se mettre à couvert des courses et brigandages que faisaient les partisans de l’Empereur, et surtout des habitants schismatiques de la ville de Pavie, cette ville fut incontinent peuplée comme une grande ville ; de sorte que, dès la première année, on y compta quinze mille habitants et, afin qu’elle fût rendue plus célèbre et renommée à jamais, on jugea à propos de la dénommer Alexandrie du nom du pape Alexandre, dont l’empereur Frédéric avait conjuré la ruine. Cette fondation arriva au mois de mai l’an du Seigneur 1168 et, l’année suivante, les consuls de cette ville furent députés vers le pape susdit qui était en la ville de Bénévent au royaume de Naples, et la lui offrirent en droits et propriété et par lui à l’Église romaine, et la rendirent, de leur bon gré, à jamais tributaire de Saint Pierre, et après s’en retournèrent, ayant reçu la bénédiction du pape Alexandre.

  • 396 Le terme est orthographié vauderoute par le scripteur. La locution ne s’emploie guère qu’avec les v (...)

478L’empereur Frédéric étrangement animé de voir que, pour l’insulter davantage, les peuples de la Lombardie, non contents de lui avoir mis ses armées à vau-de-route396, en le forçant à quitter l’Italie pour retourner en Allemagne, et qu’ils avaient fait bâtir cette nouvelle ville, lui faisant porter le nom de son adversaire le pape Alexandre.

  • 397 Il s’agit de la ville de Suse, incendiée en 1174 par Frédéric Barberousse, qui se venge ainsi des a (...)
  • 398 Gilles Caillotin orthographie : avolèrent.

479Cet empereur résolut à quelque prix que ce fut immortaliser la cruauté de sa vengeance en détruisant cette nouvelle ville, auquel il ne voulait point survivre à son déshonneur ; il fit pour cet effet une cinquième descente en Italie, ayant mis le feu à la ville de Sicuse397, et s’acheminant vers Alexandrie, mais Dieu qui l’avait pris sous sa protection, envoya si grande /146/ quantité de pluie que tous les fleuves et rivières se débordèrent et les champs furent convertis en étangs. Ce qui augmenta le courage aux Alexandrins, que Dieu combattait en leur faveur : ils résolurent de tenir bon, et d’effet ils soutinrent plusieurs assauts, et même ils enlevèrent les machines de l’armée impériale. L’empereur ne voulant pas fléchir son impérieux courroux, ni par les prières des seigneurs de son armée, joint encore l’abondance des eaux qui couvraient la terre de toutes parts, résolut de raser entièrement cette ville, afin d’en faire passer la mémoire. Les peuples de la Lombardie sachant l’obstination de cet empereur ennemi autant de l’Église romaine que du pape Alexandre, ils volèrent398 de toutes parts au secours de cette ville oppressée depuis quatre mois.

  • 399 L’échec de Frédéric Barberousse devant Alexandrie entre la fin d’octobre 1174 et le 12 avril 1175 p (...)

480Frédéric fin et rusé, voyant tant de peuples assemblés contre lui, pour secourir cette ville, il eut recours à ses ruses ordinaires quand la force lui manquait, ce fut qu’il offrit trêve le dimanche des Rameaux de la dite année mille cent [soixante] quatorze par laquelle il promettait aux Alexandrins de les laisser en repos jusqu’à la quatrième fête de Pâques, pour la révérence de ces jours si saints et si solennels dans l’Église. Mais cependant, il fit secrètement miner la ville, par laquelle ses gens entrèrent dedans le propre jour du Vendredi Saint : les sentinelles, s’en étant aperçu, crièrent à l’alarme. Les Alexandrins ouvrirent les portes de la ville, en faisant une furieuse sortie sur l’armée impériale, étant vivement soutenus des peuples de la Lombardie, qui étaient accourus à leur secours, ils mirent tous ensemble cette armée en déroute, en l’obligeant de lever le siège, le propre jour de Pâques. On vit durant ce rude combat, l’Apôtre Saint Pierre combattre en faveur /147/ des Alexandrins, étant monté sur un cheval blanc. Voilà comme Dieu protège ceux qui soutiennent non seulement les intérêts de la religion, mais encore ceux des souverains pontifes de l’Église romaine399.

  • 400 Vaux en Laonnois était un village situé aux pieds de la ville haute de Laon ; il est désormais incl (...)
  • 401 Il s’agit de l’icône de la Sainte Face, envoyée de Rome en 1249 par Jacques de Troyes, ancien archi (...)

481Cette ville est honorée d’un siège épiscopal, étant d’une assez grande étendue : d’abord que j’arrivai à la première porte, dont il y avait double sentinelle, ce que je ne vis presque point chose pareille en toute ma route. Une des deux sentinelles me conduisit à la dernière porte vers la ville, puis, de là, au corps de garde sur la place, après quoi je fus libre dans la ville. Un soldat du corps de garde sachant l’endroit d’où j’étais natif, il me dit être du bourg de Vaux au bas de la ville de Laon en Launois400, dont je lui dis que malheureusement il avait été pour la plupart brûlé le premier mai mil sept cent seize, que je le vis quelques jours après en passant de Notre Dame de Liesse, pour aller visiter la S[ain]te Face401. Ce soldat déserteur des troupes françaises me témoigna beaucoup d’amitié, voulant à toute force me payer à boire, ayant pour ce employé son langage afin de fléchir ma volonté, parce que je lui apportai plusieurs excuses, comme n’ayant pas besoin de boire, ayant même du vin plein ma calebasse, mais la plus vraie excuse était la crainte d’être inquiété par lui d’entrer dans le service de Sa Majesté impériale ; il fut rappelé par un officier, et ses poursuites devinrent par ce moyen inutiles. /148/

482Quelque peu plus loin que la place d’Armes d’où je fus quitté par ce soldat impérialiste, un marchand fripier sortit de son logis, en traversant la rue droit vers moi, me demandant avec beaucoup de courtoisie, si je voulais lui vendre mon habit, prétendant qu’ou la disette me le ferait vendre, ou qu’il m’était inutile, attendu que je le portais sur l’épaule. Ce que je refusai de faire : il me demanda si j’en voulais acheter d’autres, disant n’avoir besoin de rien, trop heureux si je pouvais conserver les miens.

483Je ne fis aucune visite des églises de cette ville, tant je me hâtais d’avancer [le] chemin : mais je marque pour une chose presque singulière que, demandant à boire de l’eau à un cabaret, sur la main droite de la sortie de cette ville, il me fut donné du vin ; il m’arriva encore pareille chose depuis en entrant dans le faubourg de la Guillotière, aussi dans un cabaret à droite ce qui est vraiment digne d’être remarqué, tant cette indigne nation de cabaretiers sont ingrats envers les passants, leur refusant même jusqu’à de l’eau, afin de les contraindre par ce refus de boire leurs vins !

  • 402 Il s’agit du Tanaro.
  • 403 Voir la description faite par Jacques de Villamont dans les Voyages du seigneur de Villamont, Paris (...)

484Sans avoir, dis-je, rien remarqué dans cette ville que je ne fis que traverser : outre laquelle il convient de passer sur un beau pont, soutenu de gros piliers de briques, sous lesquels coule le fleuve de Tanare402 divisé en deux branches. Ce pont peut être long d’environ deux cents pas, sur vingt-cinq de largeur. On ne craint pas la trop grande chaleur ni l’incommodité de la pluie, parce qu’il est couvert d’une galerie. Sur la face des piliers qui supportent cette galerie, s’y voient dépeintes plusieurs histoires, et saints personnages ; j’y vis le portrait de Saint Ignace sur la main droite403. /149/

485Outre ce pont, il y a un faubourg assez considérable, étant même comme la ville ceint de bonnes murailles ; du côté de Pavie il n’y a aucune maison en dehors de l’enceinte de la ville.

486Dans les portes de ce faubourg dont on y montait la garde, j’y vis sur une élévation de terre, sur la main droite, de la hauteur de la jambe d’un homme, ce qui est commun en toutes les villes de guerre, afin que la sentinelle y pût sans incommodité du passage faire sa garde. Il y avait plusieurs têtes et os, arrangés sur cette élévation, qui me fit conjecturer que c’étaient les reliques de ceux qui avaient mal desservi la ville.

  • 404 Bologne.

487Au sortir de ce faubourg, le chemin était grand et spacieux, dont l’alignement était semblable à ceux qu’on trouve depuis Milan jusqu’à la ville de Boulogne404.

488La grande lassitude joint encore l’excessive chaleur, me fit faire trêve à ma route pour quelque temps ; puis marchant assez mollement, je fis rencontre de quatre paysans, conduisant chacun une bête de bât sur lesquelles était à chacune une charge de sable ; ils allaient vers la ville d’Ast. Je crus profiter de cette occasion pour y aller de compagnie, parce qu’il y en avait un parlant très bon français, dont il avait servi dans les troupes de France ; il me tint compagnie, comme ils marchaient à grands pas par chemins à moi inconnus, et hors de la grande route, il me fallut avoir recours au vin de ma calebasse, parce que je défaillais sur le chemin.

  • 405 Asti.

489Possible que trois de ces paysans n’étaient pas bien aises que je leur tins compagnie et qu’ils feignaient possible que la charge de leurs bêtes fut du sable qu’ils conduisaient en la ville d’Ast405 par chemins raccourcis ; ils firent en /150/ sorte de me faire écarter d’eux, y employant même les paroles assez rudes ; trop bien me donnèrent-ils avis de rester à un village, à deux cents pas du chemin où nous étions. La grande lassitude où j’étais réduit, parmi l’obscurité de la nuit, me fit résoudre de quitter ces paysans, dont je crus qu’ils pouvaient être chargés de marchandises de contravention, parce que la précipitation où ils marchaient semblait le testifier.

490Je couchai cette nuit chez un laboureur en entrant sur la gauche de ce village : non dans un lit mollet, mais bien sur un petit taudis dans le milieu de la cour, ayant sous moi de la paille de millet, Dieu sait le mal que j’endurai après avoir été très fatigué la nuit dernière.

  • 406 Il s’agit du village de Castello di Annone, situé à huit kilomètres à l’est d’Asti. Le château a au (...)
  • 407 À partir de la quatrième édition des Voyages de Jacques de Villamont, en 1604 par les imprimeurs pa (...)
  • 408 S’il avait normalement suivi la via francigena, route du pèlerin revenant de Rome en France (ou all (...)

491Le samedi vingt-troisième septembre, je continuai avec grand-peine de cheminer pour avoir les os de mes jambes déplacées de leurs jointures, pour ainsi parler. Je laissai sur ma gauche la ville de None élevée sur une colline ayant un fort château406. Ce fut audit endroit d’où je fis perte de ma route du Seigneur de Villamont, dont je m’étais servi depuis Laurette jusqu’à Rome, et depuis Rome par les montagnes de Toscane, jusqu’à la ville de Plaisance407 : au lieu de passer par Castel Saint Jean408, je voulus prendre la route de la ville de Lodi, afin de visiter encore une fois le dôme de Milan, puis, au sortir de la ville de Pavie, je rejoignis ma route par la ville de Vogherre, dont je devais continuer jusqu’à celle de Lyon. /151/

Description de la ville d’Ast en Piémont409

  • 409 Il s’agit de la ville d’Asti.
  • 410 Asti était surnommée la ville delle cento torri, en raison des très nombreuses tours qui surmontaie (...)

492Cette ville qui est très ample parce que ses faubourgs sont fermés de murailles, est remplie de quantité de hautes tours410, qui sont fort hautes élevées par dessus le reste des édifices, telles que j’avais vues aux villes de Viterbe et de Pavie, sans parler de celle de Sienne en Toscane, et de Boulogne la grasse. Je crois que les tours ont été élevées par les opulentes familles de ces villes, afin de se distinguer de leurs concitoyens. Cette ville fut autrefois une des plus fortes villes du Piémont, comme étant la frontière du Milanais.

  • 411 Il s’agit du futur Louis XII (1462-1515), fils de Charles d’Orléans (le poète) et de Marie de Clève (...)

493Le roi de France Charles huitième, passant par cette ville pour l’expédition du royaume de Naples, il laissa Louis duc d’Orléans411 pour lui assurer le passage de France, lui défendant de rien entreprendre sur le duché de Milan, dont il était le légitime héritier du chef de Valentine qui épousa Louis d’Orléans qui était le frère du roi Charles sixième.

  • 412 Ludovico Sforza dit il Moro (le Maure) est le frère de Galeazzo Maria Sforza, duc de Milan, mort as (...)
  • 413 Il s’agit de la ville de Fornoue (Fornovo). Ayant échoué dans sa tentative d’occuper durablement Na (...)
  • 414 Verceil, en italien Vercelli.
  • 415 Gilles Caillotin a suivi, à l’aller vers Rome, la route de Turin à Milan qui passe par Verceil et N (...)

494Ce prince à qui la défense de son roi était moins puissante pour le captiver, que l’envie qu’il avait d’entreprendre sur l’héritage de ses pères, il enleva la ville de Novare, où il ne tarda guère à être investi par Ludovic Sforce usurpateur de ces duchés412, qui, après avoir été un des principaux instruments qui engagea notre roi Charles à passer outre les monts, fut aussi le premier qui l’abandonna, en conspirant sa ruine avec tous les potentats d’Italie, dont Charles passa /152/ sur le ventre à la journée de Fournoüe413. Ce prince fut manifestement favorisé de Dieu en cette grande déconfiture n’ayant qu’une poignée d’hommes contre tant de puissants ennemis ligués ensemble afin de lui fermer le passage. Louis, qui, témérairement, avait enfreint l’ordre de son roi, bien plus d’avoir attiré à son service le secours de France qui allait à Naples : il exposa la personne de Charles à une perte inévitable si Dieu ne l’eût pris en sa main, car Louis aurait pu être utile, s’il eût conservé ses troupes en leur entier, en les conduisant au devant de Charles qui, tout au contraire, il fallut que ce prince débonnaire oubliât l’injure de son sujet ; bien plus il fallut quitter la ville de Vercelles414, pour faire lever le siège de celle de Novare, où les Français souffraient des maux non imaginables, ainsi que j’en ai fait mention en parlant de la ville de Novare415.

495Pour entrer en cette ville, le chemin prend un détour sur la main droite, par l’interposition d’un grand boulevard, accompagné de profonds fossés qui l’environnent. Il y a un château qui est élevé sur une colline qui commande la ville : la citadelle est sur la gauche, entre la ville et le fleuve du Tanare qui baigne ses murailles.

496Les bâtiments de cette ville sont très beaux ; il y en a plusieurs qui sont accompagnés de galeries remplies de belles peintures, ce qui donne un bel agrément à ces bâtiments. /153/

Histoire d’une femme qui pour un raisin fit la grimace

  • 416 L’hospice des pèlerins est géré par la confrérie de Saint-Michel d’Asti.

497Je fus en l’hôpital de Saint-Michel416 qui est sur la droite, du côté droit de cette église, y ayant d’intervalle une cour commune de plusieurs particuliers qui l’occupent. L’hospitalier me donna le choix de prendre ma passade de douze onces de pain bis, ou de coucher cette nuit que j’aurais de la soupe au riz, et quatre verres de vin : il me conseilla de suivre son avis et que le lendemain j’en cheminerais beaucoup mieux.

498Pour parvenir en la maison de cet hospitalier, il convient de monter par quelques degrés, au haut desquels est un petit balcon sous lequel il y a une cave ou cellier : or, sur ce balcon, est à l’opposite un escalier pour monter aux chambres dudit hôpital ; sur la gauche est l’appartement de l’hospitalier, et sur la droite est le réfectoire, qui donne même entrée au dortoir.

499Comme j’avais du temps à loisir, et voulant en profiter, je m’occupai toute cette après dînée à coudre mes habits, tandis que voici arriver en ladite cour un bourgeois pour y décharger ses vendanges dans la cave ou cellier sur le balcon de laquelle j’étais appuyé. Ce brave et honnête homme me fit, de sa propre volonté, présent d’un raisin dont je refusai assez longtemps de l’accepter, parce que je voyais les grimaces qu’à ce sujet lui faisait Madame sa femme qui fit son possible de l’en détourner, ayant la contenance aussi triste que si son mari m’eût donné /154/ toute la dépouille de ses vendanges. Je puis assurer n’avoir point vu de plus laides grimaces en tout mon voyage que celle dont cette femme fit aussi bien à son mari que moi-même, pour un seul raisin dont cette inhumaine voulait ravir de force de la main libérale qui m’en faisait un volontaire présent, que j’eus sans doute refusé sans la bonne grâce de cet homme.

  • 417 Foligno.

500Je dois cette niche à cette mauvaise femme, afin de la placer en ma mémoire, comme j’ai fait celle qui, au sortir de la ville de Folligne417, me chanta des belles injures. À souper il me fut donné une écuelle de riz, six onces de [pain] bis, avec quatre verres de vin. Pendant que je soupais ainsi sans aucune compagnie, en voici arriver une, c’était d’un pèlerin milanais revenant de Saint Jacques de Compostelle. Le dortoir où nous couchâmes était très spacieux, divisé en deux rangs de lits montés sur montures de fer, pour éviter que les vermines ne s’y engendrent.

501La porte qui donne entrée à ce dortoir, est dans l’extrémité de la largeur, sur la gauche de laquelle il y a un autel fermé d’une balustrade de bois, qui la divise de la place dont elle fait face aux deux rangs de lit.

  • 418 La confrérie de Saint-Michel a fait reconstruire son église de 1731 à 1748, si bien que l’église ac (...)

502Le dimanche vingt-quatrième septembre nous entendîmes la messe dans une église opposite à l’hôpital, dédiée sous le nom de Saint Michel418. Elle était très richement ornée car, dès la veille, j’avais vu mon hospitalier, avec plusieurs autres personnes.

503Pendant la messe, j’eus continuellement la vue sur un autel au milieu de l’église, divisé en plusieurs degrés /155/

Injuste accusation qui nous fut faite en l’hôpital d’Ast

504qui l’environnaient et sur chacun d’eux étaient des chandeliers d’argent, dont le nombre excédait cent cinquante. À la sortie de l’église notre hospitalier nous eut de belles paroles, pour nous engager de retourner au dortoir d’où nous venions de sortir avec nos bourdons et nos sacs. Quand donc nous y fumes entrés, il en ferma la porte, étant accompagné de Madame sa femme : il changea ses frivoles et apparentes courtoisies en de réelles invectives contre nous, nous appelant des voleurs, que nous lui avions dérobé une ceinture dont les prêtres se ceignent par dessus l’aube, quand ils veulent célébrer.

505À ces mots de voleur nous fûmes étrangement alarmés, le Milanais d’une part, et moi de l’autre. Chacun de nous ne pouvait répondre que de soi-même, dans un fait de pareille nature. Le Milanais commença le premier avec grande fureur, à donner des marques de son indignation : comme il n’avait pas de sac, il mit bas ses culottes en les jetant au milieu de la place, il était encore prêt à en faire de même de sa chemise, si l’hospitalier ne s’en fût contenté.

506Alors il ne restait donc plus que moi, je commençai par vider mon sac sur un lit, animé de pareille indignation que le Milanais, dont je voulais imiter la conduite en me dépouillant de mes habits : j’en fus empêché par une telle occasion. Ce fut qu’un jeune garçon vint brusquement frapper à la porte qui était fermée, venant apporter cette ceinture prétendue perdue, et que l’empressement avait fait égarer à cet étourdi hospitalier. /156/

  • 419 Cette chartreuse est située à Collegno, à l’est de Turin.

507Si, à la vue de cette ceinture la fureur de l’hospitalier, la juste indignation dont nous fûmes animés, je menaçais hautement mon accusateur d’avoir justice de l’affront qu’il nous faisait, ce que j’eus sans doute fait, si le Milanais n’eût pas mieux aimé revoir son pays, que de s’arrêter pour former des plaintes à qui il appartenait d’en faire contre cet indiscret. Il fallut même qu’il me remît en main une bouteille de grès, que j’avais mis ès mains de sa femme dès la veille, moyennant quelques petits pains, dont je ne voulus plus accepter, du dépit que j’avais. Depuis, je l’ai vendue à un gueux, proche la Chartreuse de Turin419.

508Quant au Milanais, il avait plusieurs [pièces d’]argent blanc de France dont il désirait changer en celle d’Italie : je me fus rendu à ses prières, sans l’envie de vouloir la porter dans mon pays, pour me souvenir de mon voyage.

  • 420 Gilles Caillotin a déjà employé la même figure de rhétorique lors de sa traversée des Apennins entr (...)

509Sortant de cet hôpital, et quittant le Milanais, qui retournait en son pays : je sortis de la ville d’Ast, rongeant à part moi l’affront que je venais de recevoir, sans l’avoir rejeté sur l’indiscret accusateur. Je laissai sur ma gauche une petite rivière, qui [sic] pour l’éviter je pris sur la droite, en montant une petite montagne, sur le sommet de laquelle j’aperçus devant moi les hautes et affreuses Alpes couvertes de leurs accoutumés chapeaux blancs de neige. Il me semblait, nonobstant la grande distance des lieux, que, de leurs sourcilleuses têtes, elles supportaient l’immense voûte du firmament420. Le Mont Cenis ne me parut être rien en comparaison du petit et grand Saint-Bernard, dont j’étais éloigné de plus de vingt lieues. /157/

Première rencontre d’un Français, dont la compagnie m’était suspecte

510Descendant le long de la côte de cette montagne, je fis rencontre au sortir d’un cabaret, sur la main droite du chemin, un Français âgé d’environ vingt-sept ans, de taille quelque peu plus haute que la mienne : il avait, pour tout habillement, un petit gilet blanc de basin, qui lui descendait jusques à la ceinture, une culotte de couleur cannelle tirant sur celle d’olive, il avait une petite perruque cordelée, avec une méchante chemise de toile fine, à laquelle étaient attachées des manchettes, et, dans sa main, une méchante paire de bas de coton, parce qu’il était à jambes nues.

511Telle était donc la triste situation de ce jeune homme, fort beau de visage et d’une chair très délicate et très blanche. Le fâcheux équipage dont je le voyais réduit me fit en moi-même mépriser sa compagnie, lui qui, à ma voix, s’était levé dans une cassine d’où il avait couché cette nuit, et dont je venais d’y [de]mander le chemin. Je ne laissai pas cependant que de former le dessein d’être en sa compagnie jusques à Lyon, qui serait l’intervalle de plus de soixante lieues. Il m’alléguait pour excuses qu’il avait été volé dans les bois de la ville de Gênes, par les soldats mêmes qui en avaient la garde afin d’en assurer les chemins, et que le peu de dépouilles dont son corps était couvert, il lui avait été donné. Je jugeai, par le propos de ce jeune homme, qu’il était assez instruit dans les sciences. Et pour prémices de sa compagnie, il fit vente d’un méchant étui qu’il avait, tandis que je pris la hardiesse de mendier quelques morceaux de pain. /158/

Description de la Ville Neuve d’Ast421

  • 421 Villanova d’Asti, située à 25 kilomètres à l’ouest d’Asti.
  • 422 Gilles Caillotin fait ici allusion aux opérations militaires qui se sont déroulées en Piémont en 16 (...)

512Cette ville a été fortifiée dernièrement par l’apparence que j’en vis. Elle est nommée Villeneuve d’Ast à la différence de celle dont je sortis ce matin, étant beaucoup moins étendue de circuit. Le dedans est très agréable par la beauté des bâtiments : mais les dehors sont entièrement renversés soit par la fureur du malheur de la guerre, ou qu’un vainqueur inhumain l’ait fait miner de toutes parts. Au reste, par le débris des fortifications de cette ville, qui me parurent, dis je, être bâties à la moderne, je ne me pus empêcher de déplorer de voir la ruine d’un travail si considérable, autant par l’ornement que pour la grande force ; possible fut-ce les Français qui dans les dernières guerres de Piémont et du Milanais en mille sept cent ou environ422 firent un si grand renversement de monceaux de muraille de toutes ces fortifications en en comblant les fossés.

513Dans cette ville, on donne à chaque pèlerin qui passe outre, douze onces de pain bis : ayant passé outre cette ville, nous passâmes sur la brune du soir dans un bourg fermé de murailles, dans lequel il me fut donné une passade de douze onces de pain bis. Comme cette donation se faisait chez un laboureur, j’engageai mon Français d’y aller, attendu qu’il n’exigeait point de voir des patentes de pèlerin.

514Ce Français voyant la nuit toute brune, me pria de ne point passer outre : mais enfin comme je n’avais pas pour lui beaucoup de considération, je voulus avancer, disant qu’infailliblement nous resterions au prochain village, dont je m’en repentis, craignant les plaintes amères de ce Français. /159/

Fâcheuse situation où je me trouvai cette nuit

515Comme donc nous étions à cheminer pendant l’obscurité de cette nuit, nonobstant que le temps était éclairé d’étoiles, et n’apercevant ni villages, et non pas même de métairies parmi la vaste campagne, je blâmai ma témérité d’avoir passé outre le gîte que mon compagnon voulait prendre, et je craignis beaucoup son ressentiment : parce que les plaintes amères qu’il poussait jusques au ciel, cela fit que pour lui donner quelque contentement, tandis qu’il s’était couché sur la plate terre, j’avançai sur la gauche du chemin, parmi les terres labourables, et même à la faveur de quelque espèce de lueur qui venait dudit côté, je me courbai vers la terre, sans pouvoir rien apercevoir.

  • 423 Chieri, située à dix-huit kilomètres au sud-est de Turin, et à douze kilomètres au nord-ouest de Vi (...)

516Je revins vers mon compagnon dont je m’étais beaucoup écarté ; je l’avoue, je craignis pour ma vie, n’étant pas en assurance avec une personne dans l’équipage où il était, et dans la situation d’où il était réduit. Il advint que tandis que je m’étais écarté, un Italien venant de la ville de Quiers423, et allant au bourg d’où nous venions de sortir, sachant les plaintes de ce Français, et le sujet qui les causait, il lui donna quelques morceaux de pain, en l’assurant que, du côté dont j’avais avancé nous y trouverions infailliblement une métairie. C’est ce que nous fîmes, avec grande inquiétude, parce que la nuit nous en dérobait la vue, nous faisant en paraître la longueur beaucoup plus longue qu’elle n’était. /160/

517Parmi ce chemin, ce n’étaient que plaintes entrecoupées de ce Français comme regrettant d’avoir commis quelques crimes énormes : juste Ciel, disait-il, faites moi miséricorde, et autres pareilles prières.

518Enfin, après avoir longtemps cheminé, étant disposés de retourner sur nos pas, croyant perdre nos peines en vain et que l’assurance de trouver une métairie, fut plutôt un effet de la compassion de l’Italien envers mon Français, qu’il voyait presque réduit au désespoir.

519Cependant je ne perdis pas courage, du moins en apparence, afin de me garantir de son ressentiment : en avançant toujours je le rappelai à moi, disant entrevoir quelques choses qui me causaient ombrage, entre la terre et le ciel, que c’étaient des maisons ou du moins des arbres.

520Au bruit de nos paroles, nous fûmes en même temps investis d’une bande de mauvais chiens, alarmés de toutes parts contre nous, et nous eussent certainement étranglés, sans le prompt secours du fermier de cette métairie, qui vint à nous en chemise ayant une serpe en la main.

521Je ne peux exprimer [ce] qui était le plus épouvantable d’entendre les hurlements de ces chiens, ou les cris affreux que nous jetâmes, mais surtout ceux de mon compagnon, je ne pouvais me faire entendre de cet homme armé de sa serpe, qu’en poussant ma voix avec grande force, que nous n’étions pas des voleurs, mais bien des gens égarés de notre route. Cet homme, ayant apaisé la fureur de ses chiens, nous convia assez froidement d’entrer chez lui. /161/

Seconde crainte que j’eus cette nuit, au sujet de ce Français

  • 424 Sina, variante régionale de sénat : il s’agit d’un plancher fait grossièrement de gaules ou de plan (...)

522Pour entrer dans cette métairie, il n’y avait qu’un petit et étroit passage, dont il fallait passer sur quelques arbres couchés parce qu’au dessous était un fossé, sur la droite était la maison n’ayant rien sur la gauche ; étant sur le pas de cette maison la fermière s’était aussi levée de son lit, au grand bruit de ses chiens : à chacun de nous deux il nous fut donné quelques raisins et non du pain ; pour de l’eau, nous en eûmes assez pour nous désaltérer. Après que nous eûmes soupé, le censier nous enseigna d’aller coucher, sur un sina424 au bout de sa cour à l’opposite de sa maison. Par un dessein exprès, j’y laissai monter le Français le premier, et moi je me tins à l’entrée tout proche l’échelle, il m’appela plusieurs fois de m’approcher de lui, ce que je ne fis pas, craignant qu’il ne fît fin de ma vie pour profiter de mon paquet aussi bien que pour s’accommoder de mes hardes, dont je jugeais qu’il en avait besoin.

523Ce qui me fit avoir contre lui un si sinistre soupçon, était le peu d’estime que j’avais pour sa personne, comme je l’ai déjà marqué, joint qu’en soupant, je crus n’être pas trompé, attendu qu’il fit récit au censier qu’étant engagé dans les troupes d’Espagne en qualité d’officier, il avait eu le malheur de tuer un autre officier par un duel, sous prétexte du point d’honneur, et qu’il s’était encore sauvé des prisons où il était détenu, à la veille d’être puni de son crime, et que celui qui lui facilita son évasion fut un soldat qui lui ayant fourni des bouts de flambeaux, une longue corde, et des peaux, et autres choses nécessaires à cet effet. /162/

Description de la grande ville de Quiers en Piémont425

  • 425 Il s’agit de la ville de Chieri, située à une douzaine de kilomètres au sud-est de Turin.

524N’ayant donc pas presque dormi cette nuit, pour la grande défiance que j’avais de mon compagnon : il est vrai qu’il poussait souvent des soupirs, en se repentant de ses crimes.

525Le lundi vingt-cinquième septembre, nous sortîmes de cette métairie, suivant un chemin d’une seule clairière qui nous conduisit à la ville de Quiers, qui n’en était éloignée que d’environ deux milles, où dans cet intervalle il y avait une haute tour carrée faite de briques, comme étant faite pour y monter la garde dans les temps de guerres.

  • 426 Italianisme, pianura en italien désignant une plaine.

526Quant à la ville de Quiers, elle fut surnommée la grande par l’empereur Frédéric Barberousse. En effet, je crois qu’en étendue de circuit, elle peut être comme la ville de Pavie ; elle est située dans une belle planure426.

527La grandeur de cette ville se peut encore prouver, aussi bien que son antiquité, par plusieurs arcs qui sont dans ses rues, tels que j’en ai vus dans les rues de Spolète et d’Assise. Je passai sous deux arcs de marbre, en traversant de droite file cette ville. Elles sont fort antiques, aussi bien que la plupart des bâtiments.

528Passant dans le marché mon compagnon fit achat de trois livres de raisin noir pesant trente six onces, pour un sol monnaie de Piémont.

  • 427 L’hospice de charité de Chieri a été fondé au cours des premiers mois de 1718, dans le cadre de la (...)

529Nous fûmes en l’hôpital de la Charité, dans lequel sont les pauvres de la ville, qui y sont enfermés comme dans celui de Reims, dont ils imitent à filer de la laine au grand tour427. Il me fut donné une livre de pain bis, et le Français en eut autant, parce qu’on n’exigea pas de voir nos patentes. /163/

  • 428 Il s’agit de la ville de Moncalieri, à une dizaine de kilomètres au sud de Turin.

530Nous sortîmes aussitôt de cette ville, pour avancer vers celle de Turin, qu’on ne peut découvrir par l’interposition, je ne dis pas de la montagne où est située Mont Callier428, mais encore d’une autre qui est tout proche de Turin.

531Quant à la montagne susdite de Mont Callier, elle est fort roide à monter, étant d’égale distance séparée de la ville de Quiers à celle de Turin, dont on y compte encore deux lieues. Sur la pente vers ladite ville, est bâti un château qui ne paraît être qu’un simple logis à quatre faces, plus long que large, et de largeur regardant la ville de Turin, qu’on peut découvrir parce que le château, pour être supérieur en élévation à la ville de Turin, n’en peut que rendre la découverte plus agréable, nonobstant cette petite montagne dont je viens de citer.

  • 429 La structure originelle du château de Moncalieri remonte au xiiie siècle, mais c’est seulement en 1 (...)

532Ce château, qui n’a aucune apparence de fortification, est cependant bâti depuis les guerres dernières, par son Altesse à présent régnante, afin de trouver une retraite assurée, en cas qu’il se trouva en quelque grande nécessité. Parce qu’il y a des lieux souterrains qui ont différentes communications, dont on peut s’évader en cas de besoin, sans pouvoir découvrir par quelle issue429.

533Les habitants des lieux nous dirent que deux seigneurs piémontais sont entrés en ce château volontairement, pour ensuite en rapporter des nouvelles qu’on attend avec impatience depuis quelques années qu’ils y sont entrés par gageure. Car cette demeure est interdite à toute sorte de personnes, excepté celle qu’il plaît à Son Altesse. On y continue depuis plusieurs années le travail qui prouve que c’est dans [la] terre, parce qu’il ne paraît aucunement au dehors. /164/

534Depuis la ville de Quiers jusqu’audit endroit de la dite montagne dite de Mont Callier, il faut toujours monter et descendre, dont la chaleur excessive du soleil me fit suer, et endurer beaucoup.

535Étant outre la montagne de Mont Callier, je montai sur une petite élévation à main droite du chemin, sur laquelle étaient plusieurs noyers, sous lesquels j’amassai des noix qui étaient tombées d’elles-mêmes. Or, descendant de cette éminence avec vitesse en m’assurant sur mon bourdon de peur de tomber, il advint, par malheur, que mon pied droit heurta contre en endommageant les doigts, ce qui me causa durant certain temps la plus sensible douleur ! Je fis rencontre sur la main droite une petite chapelle dans laquelle était l’image du Saint Suaire, ce qui est fort commun en tout le Piémont ; au devant de cette chapelle j’y remarquai une multitude de petites croix que plantaient les passants, la plupart étaient de paille, et de pièces de bois fort menues.

536Tout ce pays est très agréable soit qu’on en considère les coteaux, aussi bien que les vallons, de toutes parts couverts de vignes, de figuiers et autres sortes d’arbres fruitiers.

  • 430 Entre la page 164 et la page 165, Gilles Caillotin a inséré une gravure sur bois d’un imagier de la (...)

537Après être passé tous ces monts, nous entrâmes dans la plaine, qui continue jusqu’à la ville de Turin, qui n’en est éloignée que d’une demie-lieue, ayant sur la droite le tant renommé fleuve du Pô après celui du Danube, auquel il imite le cours, à la différence des autres rivières ; il convient, pour lui empêcher les grands ravages que cause la crue de ses eaux, de faire des grandes et hautes levées, afin qu’elles ne s’épanchent par les campagnes, en ruinant tout ce qu’elles rencontrent dans son cours impétueux, causé par la violence qu’elles descendent avec rapidité des neiges fondues dont sont couverts les monts Alpes, qui, audit endroit, me parurent de toutes parts effroyables430. /165/

Mon retour par la ville de Turin dont en voici le plan431

  • 431 Entre la p. 164 et la p. 165, Gilles Caillotin a inséré une gravure de Crépy marchand un Saint Jacq (...)
  • 432 Il y avait deux couvents de Capucins à Turin, tous deux situés hors de la ville. Le Monte dei Cappu (...)
  • 433 Rivoli, ville située à treize kilomètres à l’ouest de Turin.
  • 434 L’abside de la cathédrale de Turin a été détruite pour faire place à la chapelle du Saint-Suaire, é (...)

538Comme donc j’avais eu sur la droite le fleuve du Pô, de même sur la gauche est la continuation de la montagne qui va petit à petit en s’élevant vers les Monts Alpes, et sur laquelle est construite une chartreuse, distante de quatre milles de la ville de Turin. Mon Français commença à saigner du nez, disant n’y pas vouloir entrer, attendu qu’il n’avait pas de passeports, mais qu’il prendrait plus sur la gauche de Turin, vers les Capucins432, et qu’il me devancerait sur les avenues de Rivol433, afin de continuer notre route de compagnie jusques à la ville de Lion ; de mon côté je l’assurai que je ne pourrais être audit endroit de Rivol que sur les quatre heures, attendu que je désirais faire mes dévotions en l’église du Saint Suaire434.

539Pour entrer dans la ville de Turin, il convient de traverser non seulement le fleuve du Pô sur un long pont de pierre, découpé dans le milieu et sur le bout vers le faubourg, qui au lieu d’arches sont des pièces de bois qu’en cas de surprise on peut lever ; mais encore il faut dis-je, traverser non seulement ce fleuve, mais encore un long faubourg, dans lequel deux pèlerins voulurent m’engager de retourner sur mes pas avec eux en ladite chartreuse pour y coucher ou du moins pour y recevoir une passade, ce que je ne voulus pas faire.

  • 435 Il s’agit de l’hôpital della Santissima Trinità, dont le siège était situé auprès de l’église collé (...)

540Arrivant à la première porte de cette ville je fus conduit par la sentinelle au corps de garde sur la place, afin qu’en la manière accoutumée en ville de guerre, je fis montre de mon passeport. Tout le long du chemin, il m’excita de prendre parti pour le service de Son Altesse [le] Roi de Sardaigne, dont je lui dis franchement que si ma volonté était d’embrasser le parti des armes, ce serait celui du roi de France. / non paginé / Sans davantage m’amuser en la visite d’aucune rareté de cette ville, je me rendis en l’hôpital des pèlerins435 d’où je fus reconnu par la servante qui me fit beaucoup d’amitié ; elle me donna une écuelle de bouillon au lard dans laquelle il y avait plusieurs grandes couennes comme celles que plument les lardeurs pour en découper le lard. Ce bouillon me parut si désagréable que n’en pouvant avaler une goutte, lorsque cette servante était occupée à autre chose, je l’épanchai par terre sous un banc ; elle me donna en la place plein ladite écuelle de vin, en me montrant un grand désir d’avoir une médaille bénite de la main du pape. Elle y joignit jusqu’aux prières, je feignis de n’en point avoir d’autres que deux qui étaient enfilées à mon chapelet dont je voulais lui en faire présent d’une ; c’est ce qu’elle ne voulut jamais consentir de défiler mon chapelet à cet effet.

541En déballottant mon paquet, il me parut qu’elle fut scandalisée de me voir une cuiller de fin métal blanc ; je m’aperçus de sa surprise et je lui mis en main de peur qu’elle ne crût que c’était une cuiller d’argent qui serait toujours suspecte entre les mains d’un pauvre pèlerin.

  • 436 D’après Jean-Baptiste-François Geruzez, Description historique et statistique de la ville de Reims. (...)

542N’ayant pas de plume en état de pouvoir écrire, je fus chez un marchand drapier, à l’opposite dudit hôpital, pour le supplier de m’en couper quelqu’une, ce qu’il me fit très volontiers. Il connaissait plusieurs marchands de Reims dont il me demandait des nouvelles comme Messieurs Sutaine436 et d’autres, par le moyen des correspondances de commerce.

  • 437 Nicolas Tondeur, d’origine rémoise, est un frère oblat minime qui réside au couvent de la Trinité-d (...)
  • 438 Il s’agit de la ville de Verceil (Vercelli en italien), où Gilles Caillotin est passé lors de son v (...)

543Dans la maison dudit marchand il y avait pour lors un administrateur de l’hôpital qui, voulant me gratifier non seulement d’écrire sur les bancs de l’hôpital, mais même il me vint ouvrir le petit bureau dans lequel on inscrit les patentes des pèlerins. Après avoir acheté trois feuilles de papier, je revins audit hôpital en m’occupant à décrire trois lettres, l’une à mon père, une au frère Tondeur437, et la troisième au Père gardien des Capucins de Vercelle438. / non paginé /

Sujet des trois lettres que j’écrivis de Turin

  • 439 Thomas Prévost, fils de François et de défunte Louise Colmet, de La Fère en Tardenois, entre au cou (...)

544Dans la première qui [fut] celle pour mes parents, où je leur rendais un compte très exact des principales circonstances de mon voyage, persistant à les assurer que je serais à Reims, au plus tard le dix huitième d’octobre. Elle fut adressée au frère Bernardin, quêteur capucin439.

  • 440 Le frère Tondeur a donc remis, à Rome, une somme d’argent à Gilles Caillotin pour le défrayer du co (...)

545La seconde fut au frère Tondeur, dans laquelle je lui mande le sujet de mon retardement de ne pas lui avoir récrit depuis Florence, car les vains scrupules des suites fâcheuses que je craignais de voir m’arriver, en passant dans le Milanais, au sujet d’un bruit de guerre déclaré entre la France et l’Espagne, dont je m’était déporté des lettres dont j’étais chargé en les mettant au bureau de la poste de Milan et donnant cinq sols pour leur affranchissement ; et que, du restant, j’en satisferais à Reims Pierre Tondeur440.

  • 441 Le Père gardien (supérieur) du couvent des Capucins de Verceil est alors le Père Giovanni Battista (...)

546La troisième lettre fut au Révérend Père Gardien des Capucins de Vercelle en Piémont, qui était mon bienfaiteur, et à qui je voulais le gratifier en reconnaissance du bien qu’il m’avait fait, et qu’il me promit de me faire lors de mon retour. Ne passant donc pas par ladite ville, je voulus y satisfaire par le contenu de cette lettre, où je lui rendais aussi un compte très exact des heureuses aventures de mon pèlerinage441.

547Je passe sous silence les cérémonies qui furent les mêmes qu’on nous avait faites en entrant la première fois audit hôpital, la procession et autres cérémonies comme évitant les redites, trop bien ma patente étant trop petite, il fallut barrer la première marque de cet hôpital, loin d’y en ajouter une seconde. /166/

  • 442 L’église de la Santissima Trinità, située sur l’actuelle via Garibaldi, a été édifiée entre 1590 et (...)
  • 443 Sur l’hospice de charité de Turin, voir Evelina Christillin, « Guardie e mendicanti : i collettori (...)
  • 444 Cette patente ne figure plus dans le manuscrit. Il pourrait s’agir d’une patente analogue à celle q (...)

548Le mardi vingt-sixième septembre, après avoir entendu la messe en l’église de la Sainte Trinité, et admiré les rares beautés de marbre dont elle est de toutes parts encroutée442, je fus en l’hôpital de la Charité443 à l’effet de prendre la présente patente imprimée en langue italienne444.

  • 445 Il s’agit de la cathédrale de Turin qui a été construite de 1491 à 1498 par l’architecte toscan Meo (...)
  • 446 La chapelle du Saint-Suaire, située en surélévation et derrière le maître autel de la cathédrale.

549Puis je fis la visite de l’église de Saint-Jean445 et de celle du Saint Suaire446, dont je n’y fis pas mes dévotions en m’approchant des saints Sacrements ainsi que ci-devant il est parlé : mon dessein était de devancer l’heure que j’avais indiquée à mon Français, afin d’éviter absolument sa compagnie, tant j’étais prévenu à son désavantage, surtout sachant ce qu’il m’avait dit à propos de cet officier espagnol.

  • 447 Le journal de Gilles Caillotin fournit ici un bel exemple des modalités selon lesquelles la rumeur (...)
  • 448 Il s’agit de la chartreuse de Collegno, à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Turin. La construc (...)

550Étant quelque peu plus loin que la ville de Turin, je fis rencontre d’une femme venant de France, qui me fit entendre des fâcheuses et tristes nouvelles que le roi de France avait donné des ordres exprès d’arrêter toutes les personnes qui étaient sur les chemins, et même sans en excepter les pèlerins pour les incorporer dans ses troupes, ayant dessein de venir fondre en Italie avec une puissante armée447, et que, pour preuve de son dire, elle me cita trois pèlerins qui étaient à une chartreuse éloignée de deux cents pas sur la droite du chemin448, et à une demie lieue de Turin, ou environ, et qu’ils me confirmeraient dans ces circonstances.

551Comme il n’y avait pas loin à cette chartreuse, je m’y rendis dans le moment, à l’effet d’y recevoir plein ma calebasse de vin et un petit pain bis. Traversant parmi les terres et les ruisseaux qui y coulaient, je trouvai, inscrit sur une table de marbre au dessus de la principale entrée de cette maison, l’histoire du malheur des guerres.

552Je trouvai, à la vérité, les trois pèlerins ci-devant cités, qui m’assurèrent non seulement ce que cette femme venait /167/ de m’apprendre, mais encore qu’ils étaient à cinq venant de Saint Jacques à Rome, on avait pris deux de leurs compagnons pour les incorporer dans les troupes de France, et que, s’ils étaient échappés, ils en étaient redevables à leurs incommodités, étant tous les trois mutilés de quelqu’un de leurs membres. Je vendis une petite bouteille de grès à un de ces pèlerins, moyennant quelques morceaux de pain, dont il avait avec abondance, ne l’ayant pas voulu donner à l’hospitalière de l’hôpital d’Ast. Comme il était à nu pieds, je lui donnais mes souliers du frère Tondeur que j’avais portés jusque là, et en échange j’eus encore quelque peu de pain.

553Parmi l’incertitude où mon esprit était de toute part attaqué, désirant avec une grande passion de retourner en mon pays, dont je prévoyais de grands obstacles ; d’ailleurs de rebrousser chemin quelle apparence y avait-il, quoi faire et devenir, en demeurant la victime des puissances dans les terres desquelles je serais exposé, et traité non comme leur sujet, mais bien comme un étranger. Et qu’étant vrai que la guerre fut déclarée, je devenais une victime à y sacrifier ; prenant une meilleure résolution d’avancer jusque sur les frontières de France, pour pouvoir m’assurer de plus en plus de ce que je devrais faire.

  • 449 De Collegno à Rivoli, il y a tout au plus cinq kilomètres.

554De cette chartreuse, loin de retourner par la voie d’où j’y étais venu, en traversant les terres afin de rejoindre le grand chemin, j’en trouvai un autre, qui, de la chartreuse, allait à Rivol en traversant les terres et les vignes qui, de toutes parts, couvraient la campagne449.

555Par cette précaution je rendis inutiles les mesures de mon Français, parce que le chemin de cette chartreuse me conduisit droit dans la ville de Rivol, dont je pris ma /168/ passade de douze onces de pain bis, ma patente de Turin ayant été préalablement avouée.

  • 450 Il s’agit de la preceptoria de Sant’Antonio di Ranverso, fondée en 1188 par Humbert III le Bienheur (...)

556Deux milles plus éloigné de Rivol, il y a sur la gauche une commanderie de Saint-Antoine qui rive le chemin ; il me fut donné de la soupe très aigre, dans laquelle étaient quelques couennes de lard450.

  • 451 Avigliana. Le château, élevé sur un éperon rocheux situé à 467 mètres d’altitude, domine de plus de (...)

557Étant arrivé en la ville d’Aviglione451, bâtie sur la pente d’une montagne dont il y a un château élevé sur la cime d’un rocher épouvantable pour sa démesurée hauteur. Monsieur le curé de la paroisse de cette ville chargé d’attester sur les patentes des pèlerins, pour qu’il leur soit donné à chacun douze onces de pain bis ; il me reconnut lors de mon passage et, croyant lui faire plaisir de montrer mon pain bénit de la main du pape, il le prit de mes mains, pour le transmettre en celle d’un boulanger sur la porte duquel il était assis, et qui fut celui qui me donna le pain de la passade. Du boulanger, il le mit entre celle d’un marchand mercier, qui eut la témérité de prendre une parcelle de mon pain qui était brisé, et le mit en sa bouche, sans en demander mon consentement, et sans même me dédommager de quelques siennes honnêtetés, ainsi que lui conseilla Monsieur le curé. Je blâmai mon imprudence, et, dans la suite, je ne fus plus si libéral à montrer ce de quoi j’étais chargé.

  • 452 Chiusa di San Michele à 378 mètres d’altitude sur la rive droite de la Doire Ripaire.
  • 453 Montmélian (département actuel de la Savoie) à 15 kilomètres au sud-est de Chambéry.

558En passant par le bourg de Saint Michel de Bonne Aventure452 je trouvai deux savetiers travaillant en pleine rue ; je les suppliai d’ôter les clous qui étaient à mes souliers, que j’avais fait mettre en mon passage de Montmellian453. /169/ Véritable sujet de tant de peine endurée de mes pieds et pour le paiement de ces savetiers, je leur fis présent de quelques poignées de noix dont j’avais amassé dans les haies des jardins depuis Rivol.

  • 454 La parpagliola ou parpaiola est une monnaie d’argent frappée en Lombardie, qui vaut deux sols et de (...)

559Dans Saint Michel il y a une passade à recevoir ; je me souviens qu’en mon passage, il me fut donné une parpajolle454, étant en la compagnie d’un Espagnol ; je crus en avoir encore autant pour cet effet ; je fus chez le sieur curé qui différa de me la donner, en me remettant au lendemain, quelques prières que je pus lui en faire.

  • 455 Suse ou Susa, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Turin, à la jonction des routes qui vie (...)
  • 456 Il s’agit de la Sacra di San Michele, ou abbaye bénédictine della Chiusa, construite sur un éperon (...)

560J’eus assez de peine à trouver où pouvoir coucher dans le dit bourg ; l’endroit où je fis ma retraite, ce fut chez un laboureur, au milieu de la cour duquel on me plaça, non sur un lit ou matelas mais sur du fumier, dont je pris le plus sec et me couchai le long de la muraille d’une écurie, qui était au pied de la montagne qui est sur la gauche en venant vers Suze455. Sur le sommet de laquelle il y a un château presque inexpugnable pour son excessive hauteur élevée sur une effroyable roche, comme est celui d’Aviglione456.

  • 457 Moisi.

561Le mercredi vingt-septième septembre, je fus chez le sieur curé, qui me trompa dans mon attente, parce qu’au lieu d’une parpajolle, il me donna un pain de seigle d’environ douze onces de poids ; encore le fallut-il jeter aux chiens, pour être tout fleuri457 au dedans. Si j’eusse cru avoir une si pauvre passade, je fus passé outre dès la veille, pour aller à Saint Ambroise, où il m’en fut donné une autre signée sur ma patente. /170/

  • 458 Les souvenirs du scripteur sont ici imprécis. Gilles Caillotin est en réalité passé à Sant’Ambrogio (...)
  • 459 Gilles Caillotin orthographie le terme piquirs.

562Je passai par Saint Ambroise458, dont les rues étaient ombragées de ceps de vignes portés sur gros piquets459 de bois le long des murailles, dont il y en a d’autres qui les traversent et sur lesquels s’étendent les ceps de vignes dont l’abondance des raisins qui pendent sur la tête des passants.

  • 460 San Giório di Susa, sur la rive droite de la Doire Ripaire.

563Méthode qui continue dans tous les villages, depuis Saint Michel jusqu’à Saint Georges460, qui est un bourg fermé de murailles, traversé par la Doire qui descend du Mont Cenis pour aller dans le Pô à Turin.

564En deçà de Saint Georges vers Saint Ambroise, il y a un château à demi ruiné, situé sur une roche dans le milieu de la rivière.

565Depuis le dit endroit jusqu’à la ville de Suze, on y compte quatre milles, la plaine est assez étendue, mais presque entièrement inculte, parce que, sur la droite, ce n’est que morceaux de pierre qui se détachent des montagnes et roulent en bas, sans y apercevoir aucune verdure dudit côté pendant un espace assez considérable.

  • 461 Il s’agit vraisemblablement du village de Bussoleno, situé au débouché du cône de déjection du torr (...)
  • 462 Gilles Caillotin orthographie le terme corporal. Henri Estienne défend cette acception du mot en le (...)

566À moitié chemin de cet intervalle de Saint George à Suze, il y a un village sur l’encoignure de la montagne à droite qui s’entrouvre et au pied de laquelle il est situé, il y descend un ruisseau qui traverse le chemin461. Après lesquels, tant à droite comme à gauche, il y a des jardins clos de murailles, au bout desquels sont, sur la droite, les Capucins peu secourables aux pèlerins, parce qu’ils ne leur donnent rien. Je passai par la ville de Suze, sur les trois heures après midi, étant conduit par un soldat au corps de garde sur la place. Le caporal462, après avoir visité mon pas /171/ seport, m’inquiéta à ce sujet, disant qu’il était trop vieux pour être encore valide, ce qu’il disait pour m’épouvanter ; je lui dis qu’à la vérité, il paraissait être daté anciennement, attendu qu’après qu’il me fut expédié, je trouvai dans Rome une rencontre favorable, qui m’engagea d’y séjourner encore quinze jours plus que mon pouvoir ne me permettait d’y rester.

  • 463 Le pape Innocent XIII est mort le 7 mars 1724. Pour le conclave devant élire son successeur, sont v (...)
  • 464 La Saint Louis est le 25 août et Gilles Caillotin n’est parti de Rome que le 1er septembre.
  • 465 Le liard est une monnaie de cuivre, valant trois deniers.

567Qu’avant mon départ, j’aurais souhaité d’en prendre un nouveau de la main de Monsieur le Cardinal de Polignac463, mais le retardement qu’il aurait fallu faire, avant qu’en pouvoir obtenir un, m’aurait fait encore séjourner quelques jours dans Rome, parce que ledit seigneur n’était reçu résident pour les affaires du roi de France, que du jour de la Saint Louis464, en la place de l’archevêque d’Embrun. Je fis même offre de vérifier mes voyages par plusieurs autres lettres, dont je me mis en devoir de montrer ; et le dit caporal en demeura satisfait, en me donnant congé. Je fis rencontre d’une vivandière qui vendait de la mercerie, à qui je fis prix d’un couteau, dont, faute de quelques liards de France qu’on prend encore en cette ville465, au même taux que ceux du pays, mais non pas ceux de Lorraine qu’elle ne voulut pour rien au monde, ne voulant pas changer davantage mon argent de Rome, il me fallut passer de couteau. C’est l’unique endroit depuis Montmellian qu’on prend les liards de France, et non les autres espèces de monnaie non battues d’argent.

568Monsieur le curé n’étant pas en son logis, pour me donner la passade je passai outre, me souvenant que celle que j’avais eue en mon passage était de peu de valeur. /172/

569Après être outre passé cette ville d’un demi mille sur chemin relevé et pavé, ayant sur la gauche le pied des montagnes et, sur la droite, sont les nouvelles fortifications, puis au devant le pas qu’on appelle de Suse, si renommé par l’histoire où tant de vaillants hommes y ont perdu la vie, soit en l’attaque, ou en la défense du passage.

570Ledit jour, le temps était nuageux même dès la veille, accompagné d’un grand vent qui continua toute la nuit, et apporta le changement de temps.

  • 466 La Novalesa, au pied du mont Cenis, à 828 mètres d’altitude.

571Après avoir reçu ma passade, je couchai en l’hôpital de la Novalese466, c’est la dernière maison sur la droite de ce village au pied du Mont Cenis ; pour y parvenir il convient d’y monter par cinq ou six degrés, au dessus desquels est la couverture de la maison qui avance sur rue.

572Dans cet hôpital, il y avait quatre lits, et dont les matelas étaient de feuilles d’arbres, dont je ne fus pas des plus mal couchés. Pendant que j’étais en mon premier sommeil je fus éveillé du bruit que fit un petit Savoyard, qui survint audit hôpital. Son esprit joyeux aurait fait rire les plus mélancoliques ; aussi m’empêcha-t-il de [me] reposer par les contes qu’il faisait d’un violon qu’il avait chez lui, disant en jouer très parfaitement, et qu’il nous divertirait tous, s’il l’avait entre les mains.

573Il se plaignit, nonobstant sa grande joie, de n’avoir que du pain pour son souper ; j’y suppléai en lui donnant à boire du vin de ma calebasse.

574Sur la petite pointe du jour jeudi vingt-huitième septembre, le vent venant à s’augmenter d’une telle force qu’il apporta la pluie, ce qui me donna assez d’inquiétude pour mon départ. /173/

En vain furent mes mesures pour fuir le Français

575Le jeudi 28 septembre, l’hospitalière nous ayant ouvert la porte de l’hôpital, nous en sortîmes à la vérité ; mais ce fut pour rester avec grande impatience sur les degrés, en attendant que la pluie vienne à cesser. Elle était fort douce ; cependant, sur le sommet des montagnes elle se changeait en neige, par la grande froidure qui y régnait en tout temps. L’abondance de l’eau qui de toutes parts descendait des montagnes surtout de Cenis, faisait un bruit si impétueux que nous ne pouvions qu’à grande peine, nous entendre entreparler.

576Dans la grande inquiétude où j’étais, je vis quelques muletiers qui passaient pour monter le Mont Cenis, il était environ midi à la française : voici venir, derrière eux, celui pour qui j’avais vainement pris les précautions possibles d’éviter sa compagnie, dont je ne pus, pour le coup, m’en défendre.

577Il quitta les muletiers qui même sur certaines connaissances lui avaient donné quarante sols, qu’il dépensa en payant, même pour moi, tant que l’argent dura ; du plus loin qu’il m’aperçut, il me fit mille caresses, en prenant, dis je, congé de ces muletiers, il me fit présent des raisins qu’il avait dans son mouchoir et moi, en revanche, je lui donnai des noix. Il me fit quelques reproches de lui avoir manqué de parole, mais les excuses du chemin pris par la chartreuse lui firent prendre le tout en bonne /174/ part, ce que j’avais finement fait à son sujet.

578Comme la pluie commençait à redoubler, nous fîmes ouvrir l’hôpital en nous jetant sur les lits, ne voulant point nous exposer à périr, par un temps si calamiteux et pitoyable, pour monter le Mont Cenis ; le Savoyard ne put m’engager de le suivre sous les frivoles raisons que la pluie allait cesser, mais qui redoubla d’une telle impétuosité qu’il semblait être un déluge d’eau.

579Une bonne heure après que le Savoyard fut parti, à la vérité, la pluie commença à cesser en menues bruines et nous montâmes la montagne, non par le vieux chemin dont je l’avais descendu en mon passage, mais par le nouveau chemin qui passe au pied de l’hôpital, dont il y a une petite place dans laquelle les Savoyards qui viennent de couper du bois sur les montagnes y jettent quelques pièces de bois pour chauffer les pauvres pèlerins.

580Le temps commençait quelque peu à s’évaporer, dont j’engageai mon Français de monter, en lui donnant mon habit pour se couvrir, ne pouvant honnêtement lui refuser, attendu que je le portais toujours sur mes épaules, et moi j’étais en chemisette, ceint d’une cravate, encore n’avais je pas trop chaud à proportion que je montais cette montagne, dont mon habit m’aurait fait grand plaisir.

581Il y avait avec nous un Flamand qui, à fausse enseigne, se disait être pèlerin, mais plutôt vieux routier déserteur des troupes de France, faisant métier de quémander dans le Piémont, nous le laissâmes seul en l’hôpital. /175/

  • 467 Le col du mont Cenis, à 2084 mètres d’altitude, reste la route la plus fréquentée des États de Savo (...)

582En montant sur le Mont Cenis, l’eau qui en découlait de toutes parts, aussi bien que des pierres qui parmi l’eau nous bourrelaient les pieds ; ce chemin est beaucoup plus facile que l’ancien, dont les détours obliques sont assez dangereux ; au lieu que celui-ci est presque plat, ayant été fabriqué avec beaucoup de peine, pour la commodité d’y conduire le canon467. Ce chemin n’étant pas de pure roche comme celui à gauche, mais bien d’une terre mouvante découpée le long de la pente de la montagne à droite ; ce qui cause d’étranges révolutions dans certains temps de l’année qu’il ne serait pas sûr de s’y exposer, attendu la raideur de la montagne, dont le vent emporte les neiges, qui en déroulant en peloton en étouffent ceux qu’elles rencontrent dans leur cours impétueux.

  • 468 Le village de Ferrera Cenisio ou Ferrière, situé à 1461 mètres d’altitude et qui doit son nom à une (...)

583Traversâmes par le milieu du village de La Ferrière468, dont on y compte moitié chemin de la Novalaise au sommet du Mont Cenis, et, durant cet intervalle, on laisse la rivière sur la gauche. Nous fûmes surpris d’entendre, sur la main droite de ce village, notre Savoyard qui nous dit assez ingénument avoir été entièrement percé d’eau dès le moment qu’il nous [eut] quitté, et que bien à propos il avait trouvé, en cette maison d’où il sortait, du feu pour s’y réchauffer, après lequel il joua du violon, s’étant autant détrempé de vin qu’il l’avait été d’eau.

584Je ne pus m’empêcher de rire de ses vaines et frivoles prophéties, dont il avait lui-même éprouvé les faussetés, prophétisant du beau temps, tandis qu’il n’y vint que de la pluie en abondance. /176/

  • 469 Gilles Caillotin orthographie : gehenner.

585Aussi, dans la continuation de monter le Mont Cenis, ce petit Savoyard ne se souvenant plus d’avoir été détrempé de la pluie, mais bien du vin qui lui rendait le cœur joyeux et lui faisait faire des sauts qui se ressentaient plus d’une chèvre que de non pas d’un homme ; levant en sautant un pied dont le bout surpassait le sommet de la tête, sans aucunement se gêner469, quoi qu’il fut même de petite stature et de jambes convenables à sa grandeur. Il marchait sur la roche à pieds nus sans se blesser, nonobstant qu’elle fut toute découpante, attendu qu’il avait des cals aussi durs que la corne des pieds des chevaux.

  • 470 Il s’agit de Victor-Amédée II (1666-1732), roi de Sicile en 1713 puis roi de Sardaigne en 1720, qui (...)
  • 471 Le futur Charles-Emmanuel III, duc de Savoie et roi de Sardaigne de 1730 à 1773. Celui-ci avait épo (...)

586Je crus aisément ce qu’il nous disait, d’avoir poursuivi dans les montagnes des gibiers échappés par Son Altesse le duc de Savoie470, au commencement du mois de juillet dernier, lorsqu’elle allait à Thonon pour le mariage du prince de Piémont son fils471.

587Ce petit bonhomme avait fait son possible lorsque j’étais en l’hôpital de la Novalaise, de l’accompagner en son pays de la Tarentaise d’où les montagnes sont encore plus affreuses pour leurs excessives hauteurs, et qu’après avoir pris congé de sa femme, il me tiendrait compagnie jusqu’à Reims, pour aller, suivant sa coutume, passer son hiver vers Paris, à jouer du violon ; mais je ne voulus aucunement changer de route.

588Quand donc nous fûmes passés outre le village susdit de la Ferrière, le froid me fut d’autant plus sensible qu’une bruine venant à nous surprendre, accompagnée d’un vent, je crus en périr de froid, il me fallut ceindre le corps avec ma cravate, encore ne pouvais-je avancer, autant par le froid dont j’étais saisi, que par la violence du vent qui nous empêchait de /177/ monter, joint que nous ne pouvions assurer nos pieds par l’âpreté du chemin, et qui de toute part découlait en eau.

  • 472 Le hameau de la Grand Croix est situé à 1876 mètres d’altitude, au sud du haut plateau qui couvre l (...)

589Étant enfin parvenu à la Grande Croix472, poste qui est sur le sommet du Mont Cenis vers la Novalese : ainsi n’ayant plus qu’à suivre la plaine que nous suivîmes en tremblant du froid dont nous étions saisis, arrivâmes sur la brune du soir en l’hôpital des Transis.

  • 473 En réalité, l’hospice des transis, dont la fondation remonte au ixe siècle, dérive du latin hospiti (...)
  • 474 Lanslebourg, premier village situé sur le versant savoyard à 1400 mètres d’altitude.

590Nom qui lui convient trop bien473 et dont les pauvres passants y peuvent loger trois jours, quand ils sont accueillis soit de maladie, ou de l’injure du temps ; au bout du terme expiré, l’hospitalier est obligé de les faire conduire, en cas qu’ils ne puissent marcher, soit à la Novalese, ou Lasnebourg474, le tout à leurs volontés.

  • 475 Gilles Caillotin orthographie le terme st. maigre. Le sain équivaut à saindoux.
  • 476 Il s’agit de navet.

591Nous fîmes notre prière joignant la chapelle des Transis, qui était fermée, puis comme il y avait trop peu de temps pour avoir la témérité de s’exposer de passer outre, nous entrâmes en cet hôpital afin d’y coucher. Nous eûmes pour passade environ six onces chacun de pain de seigle, nouvellement cuit, une écuelle de bouillon de sain maigre475, faute d’y avoir du beurre ou de la graisse, trop bien y avait-il trois ou quatre tranches de naveau476, voilà quel fut notre souper.

592Le Savoyard toujours joyeux et ne parlant sans cesse que de son joli violon, dont il regrettait de ne pas l’avoir, qu’il ferait danser la compagnie ; il reçut du maître du logis une réponse chrétienne que cette maison était une maison pour Dieu, et non pas pour y danser.

593Le feu nous fit grand plaisir, mais la fumée était si terrible qu’à grand peine pouvait-on y respirer ; notre Français était le plus engourdi de froid, dont il caressait plus le feu que le souper. /178/

594Je fis attention de me ménager une place pour y coucher ; pour cet effet il y avait quatre lits dans les quatre coins d’une chambre basse assez bien fermée, pour y parvenir il convient de traverser une longue écurie qui commençait d’une part derrière la cheminée de cet hôpital d’où se chauffait le Français, et à l’autre extrémité est ladite chambre.

  • 477 Chaque lit est donc occupé par deux passants.
  • 478 Allusion à une étape du voyage aller, au bord de la mer Adriatique entre Rimini et Ancône. Nous sav (...)

595Après que le Savoyard eut vu que ses discours n’étaient pas agréables à l’hospitalier, il ne pensa plus qu’aller coucher. Il y avait six personnes de couchées dans ces lits, dont il ne restait plus de place que pour le Savoyard et pour moi477. Mais j’étais justement en souci pour mon Français, dont je ne voulus pas être séparé. Pour donc avoir sa compagnie il me fallut aller coucher dans un grenier plein de foin, dont, si j’eus cru y être aussi mal couché, et le peu de moyens qu’aurait eu mon Français de s’évader sans moi, attendu qu’après être montés dans ce grenier, nous nous aperçûmes le lendemain d’une grande trappe qui nous empêchait d’approcher la porte sans tomber en bas dans cette longue écurie dont je viens de parler. D’ailleurs, je pouvais donner avis de ma crainte à l’hospitalier au sujet de l’évasion de mon compagnon, par rapport à mon habit, et moi, coucher en la chambre avec le Savoyard. Tant il y a que, m’étant dépouillé nu dans le foin afin de reposer avec plus de tranquillité mais Dieu sait le grand froid que j’endurai pendant cette nuit qui fut la plus sensible de toutes celles de mon voyage, sans même excepter celle du sixième août sur le rivage de la mer478. Or, il fallut absolument me revêtir pour sauver ma vie, parce que les vents outrepassaient les murs, qui ne sont composés que de pierres agencées les unes sur les autres, sans y avoir de mortier, et ni même d’enduissement. Coutume qui est presque générale en toute la Savoie. /179/

  • 479 Gilles Caillotin écrit étaient.

596Le vendredi vingt-neuvième septembre, sortîmes de notre pauvre gîte, ayant au préalablement appelé à notre secours pour fermer cette trapelle, dont nous fussions tombés sur les bêtes, si une volonté nous avait479 pris d’en sortir la nuit sans en avoir aucune connaissance.

  • 480 Il s’agit de houseaux, sortes de guêtres ou de bottes qui couvrent la jambe et protègent de la plui (...)

597Nous marchâmes sur le Mont Cenis, le temps était pour lors assez tranquille, et le soleil était assez clair, et même il ne nous parut pas qu’il eut gelé cette nuit, à moins que ce ne fut une gelée blanche. Pour donner courage à mon Français d’avancer, je lui donnai mon bonnet afin d’en couvrir sa tête, puis mes housettes480, et une cravate, afin de le soulager de la grande froidure qu’avions enduré autant cette nuit comme la veille depuis le village de la Ferrière jusqu’en l’hôpital.

598Je fus mis à le dernière épreuve parce qu’à la faveur d’une grosse pierre mon Français se coucha dessous, autant pour être à l’abri du vent que pour respirer les rayons du soleil ; je fus en grand souci, et non sans raison, car la froidure pouvait saisir ce pauvre misérable qui avait perdu entièrement le courage, quelques prières que je lui fis.

599Le soleil ne tarda pas longtemps sans être obscurci par les nuages qui, de toutes parts, s’élevaient du sommet des montagnes ; si je craignais pour mon Français, dont j’était nécessité de rester avec lui, quelle apparence de vouloir le dépouiller de mes hardes, et le laisser périr, pour afin que je continua[sse] mon chemin. Mais aussi, j’encourais le même péril que lui, n’étant vêtu que d’une seule chemisette.

  • 481 Il s’agit du village de Lanslebourg situé à 1400 mètres d’altitude au pied du col du Mont-Cenis, pr (...)

600Enfin, après beaucoup de prières et de supplications, pour engager ce Français d’avancer du moins jusqu’à Lasnebourg481, et de là il serait libre d’y rester, pour sa santé, mais non pas de m’engager de périr de froid sur ce mont avec lui. /180/

  • 482 Le village de Cogne, situé à 1534 m. d’altitude, est au cœur du massif du Grand Paradis et fait par (...)
  • 483 Le Val d’Aoste est un duché, province « séparée » des États de Savoie, qui a son autonomie, ses ins (...)

601La descente du Mont Cenis ne me parut pas si difficile qu’elle m’avait paru en allant à Rome, aussi n’y avait-il plus tant de neiges ; trop bien sur la main droite vers Cogne482 dans le duché de Val483 les montagnes ont quelque chose d’affreux, non seulement pour leurs excessives hauteurs ; mais encore pour la grande abondance des neiges dont elles sont couvertes, sans y apercevoir aucune verdure, ni même aucune habitation ; quoiqu’on découvre de bien loin. Il semble que tous ces monts sont accumulés les uns sur les autres.

  • 484 Il s’agit du village de Termignon, à cinq kilomètres de Lanslebourg.
  • 485 Soit la mémoire de Gilles Caillotin déforme le toponyme, qui ne peut alors être que celui du villag (...)
  • 486 Le terme signifie graisse et Gilles Caillotin l’orthographie saint.

602Étant arrivés avec grande peine au village de Lasnebourg, nous y dinâmes, pain, beurre, du riz et de la soupe, le tout capable de nous rassasier suffisamment, moyennant six sols que mon compagnon paya (car pour le Savoyard je ne le vis plus depuis l’hôpital des Transis). Étant autant rassasié que délassé, mon compagnon reprit courage et je pris ma passade d’environ sept verres de vin pour nous deux. Passâmes par le village de Tremignon484 et couchâmes à celui de Bragarre485, où l’hôpital n’est que pour le coucher, trop bien y eûmes nous du bouillon de sain486 maigre.

603Dans l’hôpital il y avait deux lits dans l’un desquels était une pauvre fille âgée d’environ vingt-six ans détenue d’une fâcheuse maladie, et je ne pus m’empêcher de blâmer la manière du pays, ou plutôt possible son extrême pauvreté, parce que le lendemain le chirurgien la venant visiter, nous la vîmes couchée nue dans ce lit.

  • 487 Saint-André, dans la vallée de l’Arc est situé à 950 mètres d’altitude et à cinq kilomètres au sud- (...)

604Le samedi trentième septembre, sortîmes du village de Bregare où, quelque peu approchant un petit hameau, c’était chose pitoyable de voir le chemin couvert d’une si grande abondance de pierres et de limon que l’eau avec sa violence avait emportés le jour du jeudi 28 septembre ; il pouvait y en avoir quatre à cinq pieds de hauteur et vingt de largeur. Outre ces monceaux de pierres est ledit hameau dont je viens de parler, et jusqu’à S[ain]t André487 il n’y a qu’une demie lieue. /181/

605Repassant par Saint André, village dont je me souviendrai éternellement pour la froidure qui tomba dans la boîte de mon genou droit. Nous fîmes rencontre d’un petit Orléanais.

  • 488 Il est probable qu’il s’agit de Raymond Doineau qui, ayant abandonné ses compagnons peu avant Greno (...)

606Ce petit Orléanais dont je parle et qui fut de compagnie avec moi jusqu’en la ville de Lion, il pouvait avoir dix-huit à vingt ans, vêtu d’une méchante chemisette de toile blanche, et le reste de même488. Nous déjeunâmes ensemble, me souvenant de ce mauvais hôpital qui est la première maison sur la gauche en entrant audit village.

  • 489 Berry-au-Bac, dans le département actuel de l’Aisne, village situé sur l’Aisne à 22 kilomètres au n (...)

607Depuis Saint André jusqu’à Saint Michel on y compte deux lieues, qui ne sont pas larges mais beaucoup longues : le chemin y est non moins long et aussi ennuyant que celui de Reims au Bac à Berry489, parce qu’il n’y a aucune demeure, ayant tantôt la rivière soit sur la droite soit sur la gauche.

  • 490 Depuis l’effondrement du Mont Granier près de Chambéry en 1248, les récits relatifs aux esprits mal (...)

608Saint Michel est un bourg ceint de murailles, dont sur la droite il y a une roche d’une excessive hauteur, excédant les montagnes des environs, et sur laquelle source une fontaine. Les bonnes gens du pays nous racontèrent que les malins esprits y font leur résidence, dont on y entend quelquefois le bruit qu’ils font, étant ennemis des hommes, dont ils gâtent l’espérance de leur travail en faisant rouler du haut en bas des monceaux de pierres, qui gâtent leurs moissons et leurs vendanges. (Que cela soit dit sans m’en rendre caution)490.

609Dans Saint Michel nous y eûmes pour passade douze onces de pain de seigle et trois verres de vin chacun ; puis sortîmes aussitôt de ce bourg en dehors duquel, sur la gauche, est bâtie de neuf une maison avec une chapelle aussi presque neuve. Cette maison sert d’hospice aux pèlerins ; il nous fut trempé de la soupe, en y livrant notre pain. /182/

610Nous ne fûmes pas des plus mal couchés cette nuit. Il y avait un vieux frère ermite qui, pour paillasse, eut le plancher qu’il prit à son propre choix, car telle est leur règle dit-on.

  • 491 Saint-Jean de Maurienne.

611Le dimanche premier d’octobre, avançâmes vers Saint Jean de Morienne491 dont on y compte deux lieues de distance et, dans la moitié du chemin, on traverse un vignoble dont les vignes étaient pour la plupart étouffées de monceaux de pierre et de boue causées par les ravages faits par la crue du vingt-sept septembre et qui continua le lendemain avec plus de ravage.

612Ici, l’Orléanais manqua d’être arrêté par le garde des vignes dont je crus qu’il eut plus d’égard que nous étions à trois, et possible craignit-il que nous prîmes le parti de ce picoreur, dont je désapprouvai sa hardiesse, aussi bien que son larcin.

  • 492 Les Capucins ont été introduits à Saint-Jean de Maurienne par l’évêque Pierre de Lambert dès 1578. (...)

613Approchant de Saint Jean de Maurienne, dont le val s’étend considérablement en largeur, sur la main gauche, dont cette étendue n’est pre[sque] que couverte de cailloux sans être des plus fertiles, il convient de passer la rivière sur un long pont de bois, couvert d’une terrasse, en la laissant sur la main droite, quelque peu plus éloigné que ce pont est, sur la droite, un couvent de Capucins492, dans l’église desquels nous y fîmes nos prières, et fûmes d’eux soulagés de quelque peu de pain et de pommes cuites. Tout cet espace depuis les Capucins jusqu’à la ville, c’est un faubourg, de bonne heure pour nous qu’on dit des messes fort tard dans l’église de Saint-Jean, car n’ayant fait pour ce jour que deux lieues sans nous avoir aucunement arrêté.

614Après avoir entendu la messe, fûmes prendre notre passade d’un pain mollet d’environ douze onces de poids, et une chopine de vin, le tout à chaque personne. /183/

615Fûmes dîner au cabaret, mangeant viande aux dépens de notre Français ; je fis vendition d’un chapelet de pâte rougie que m’avait donné le frère Tondeur, y étant vivement prié par la cabaretière pour la grande estime qu’elle faisait d’une chose bénite de la main du pape.

616Dans le faubourg en sortant de Saint Jean de Morienne, il me prit envie d’acheter un pâté cinq sols, pour n’être pas entièrement obligé à notre Français à qui j’étais redevable ; pour la grosseur il me parut valoir dix sols en France.

  • 493 Il s’agit vraisemblablement d’une moquerie ritualisée et laissée à un groupe d’âge précis. La moque (...)

617Tous les enfants de ce faubourg accouraient de toutes parts après nous, non pour nous honorer, mais en chantant des chansons en dérision de ceux qui reviennent de Rome, ou qui y vont. Je crus véritablement que c’est une coutume en Savoie, dont nous en avions éprouvé déjà les saillies en y entrant lors de notre passage493.

  • 494 La vallée de l’Arc se rétrécit sensiblement en effet en une sorte de défilé au niveau du village de (...)

618Après être hors de Saint Jean de Morienne d’environ demi lieue, il semble qu’on s’est enfermé dans une espèce de cul de sac, attendu que les montagnes viennent à s’approcher l’une de l’autre, ne laissant dans l’entre deux qu’un bien petit passage sur la main gauche, qui est construit de main d’hommes, de plusieurs pierres élevées les unes sur les autres en forme de chaussée, laissant la rivière sur la droite494.

  • 495 Nous avons ici un précieux témoignage sur les migrations temporaires qui mènent les Dauphinois trav (...)

619Nous rencontrâmes plusieurs bandes de Dauphinois revenant de travailler à la culture des campagnes d’Italie, et revenant dans les provinces limitrophes de la leur, afin d’y travailler pendant l’hiver à façonner les chanvres, pour retourner à l’ordinaire au prochain printemps dans la campagne de Rome, sans quoi ces terres demeuraient en friche, faute d’ouvriers pour les cultiver495. /184/

620Nous arrivâmes sur le soir au village de La Chambre ; notre dessein était d’y coucher en l’hôpital qui est au bout de ce village sur la main gauche vers Montmellian ; pour être presque entièrement découvert, je n’y voulus pas coucher, nonobstant qu’il fut rempli de foin, car c’est un magasin de Son Altesse le duc de Savoie, depuis qu’il est ainsi à demi-ruiné.

  • 496 Ferblantier.

621Je conseillai à mon compagnon de m’accompagner en un cabaret où en passant pour Rome j’y avais couché, eûmes une demi-douzaine d’œufs fricassés pour trois sols, du pain blanc et du vin à juste prix aux dépens dudit Français. Pour le coucher ce [ne] fut plus sur de la paille dans une grange en traversant la rue mais bien sur des lits, je fus surpris du procédé de mon compagnon de le voir coucher dans mes habits, et moi de me voir cheminer comme un ferlanpier496.

  • 497 Les fonderies d’Argentine traitaient le fer et le cuivre et appartenaient aux Castagneri, maîtres d (...)

622Le lundi deuxième octobre sortîmes de La Chambre, passâmes par le village de La Chapelle, où, de tout côté, on travaillait avec grand empressement aux vendanges. Passant dans le village d’Argentine, sur la main droite à deux cents pas éloigné du chemin, on nous dit qu’il y avait une forge de cuivre497, mais je ne me souciai pas beaucoup de m’éloigner du chemin pour la voir.

623Dans un cabaret de ce village, on nous vendit la livre de mouton rôti deux sols la livre.

  • 498 Gilles Caillotin reprend ici, en la déformant, l’information qui figure dans l’itinéraire de Paris (...)

624Passâmes par le village d’Aiguebelle, et fûmes coucher en celui de Chambenis498, et encore y eûmes nous beaucoup de peine, sans le secours des muletiers, ci-devant parlés, qui montèrent le Mont Cenis lorsque j’étais au pied de l’hôpital de la Novalaise : il nous aurait fallu coucher dans les rues, et en considération de notre Français, nous couchâmes sur du foin. /185/

Grande incertitude pour quitter mon Français

625Le mardi troisième octobre, notre Français fut remercier ces muletiers qui lui firent prendre un bouillon, parce qu’ils étaient logés en un cabaret.

626Passâmes par Montmellian, y ayant pour passade, non un sol neuf de France comme en mon premier passage, mais bien un sol de Piémont, dont je le conserve encore pour le présent, pour l’inscription et non pour la valeur, qui n’est que d’un sol.

  • 499 Les Capucins ont été introduits en 1596 à Montmélian grâce à la donation d’un notaire, Étienne Brun (...)

627Les Capucins, à leur ordinaire, nous soulagèrent de quelque bienfait499. Dans Montmellian nous y achetâmes le pain bis de froment vingt-et-un deniers, et, avançant toujours en France, le prix excédait celui-ci.

  • 500 Par Chambéry, Gilles Caillotin peut en effet rejoindre directement Le-Pontde-Beauvoisin, qui marque (...)

628Il me prit envie de me faire raser, autant pour ne pas être complice du procédé de mon compagnon français, que pour l’embarras de ne point l’avoir été depuis la sortie de la ville de Florence. Je pris avis du barbier comment il me conseillait de me conduire dans l’inquiétude où j’étais ; c’est à dire qu’étant en la compagnie d’un jeune homme depuis le Piémont, n’ayant pas envie de l’accompagner par la route de Grenoble dont il avait changé de dessein, au lieu de celle de Lion, et que, pour moi, je voulais prendre celle de Chambery500, aimant trop mieux avancer chemin pour me rendre en mon pays, à grandes journées, dont il m’avait beaucoup retardé, moi ne pouvant mieux faire parce que, depuis le Mont Cenis, il ne s’était pas dévêtu du mon habit, et qu’il se disposait actuellement à dresser un passeport chez une femme d’où je lui avais enseigné, nous ayant pour ce jour vendu du pain comme elle avait fait en mon premier passage. /186/

629Deux causes m’engageaient de ne prendre nulle connaissance dans cette affaire : la première en lui refusant plume, encre et papier dont je ne manquais pas dans mon sac ; la seconde de ne pas même être présent dans la fabrique de ce faux passeport fait au nom du consul de la ville de Savone, et cacheté d’un jeton aux Armes de France. Pourquoi, me disais-je, ne point avoir de passeport d’un consul dont il m’avait dit avoir reçu cinq pauls, monnaie du pape, ce qui me fit entrer en doute qu’il n’avait pas été dépouillé dans les bois de Gênes, ayant encore plus besoin d’un passeport que d’argent. Je ne pouvais, sans faire grand fracas, reprendre mes habits pour éviter ce qui me pouvait arriver en sa compagnie, et pour suivre ma route de Chambéry.

630C’était l’avis du barbier de profiter de l’occasion d’être dans Mont mellian, où mon droit prévaudrait toujours à la résistance de mon compagnon ; mais prenant toute autre pensée en me confiant en mon innocence, et me souvenant d’avoir reçu quelque bien de lui, attendu qu’il dépensa ses quarante sols en commun.

  • 501 Le fort de Barraux, qui domine de 130 mètres la vallée de l’Isère. Cette place forte a été construi (...)

631Nous sortîmes donc de Mont mellian pour suivre la route de Grenoble ; ayant à peine fait un quart de lieue, nous quittâmes les terres de Savoie pour rentrer en celle de France depuis si longtemps désirée, laissant sur la droite la rivière, que nous passâmes à barque vis à vis le fort de Baraut501.

632C’était à ce passage où je tremblai de peur, quelle serait l’issue du Français, parce qu’on avait passé, pour ce jour, en revue les troupes de la garnison de ce fort, dont les soldats, qui étaient épars par les villages circonvoisins outre cette rivière dans /187/ les terres de Savoie, y étaient allés pour la montre et retournaient auxdits villages, conduits par leurs sergents jusqu’à ladite rivière, sans quoi le batelier n’eût jamais osé les passer outre.

633Cependant, il ne nous fut donné aucune inquiétude ; ainsi marchâmes nous le long des vignes qui sont sur la pente de la montagne sur laquelle est située le fort de Baraut, construit exprès pour empêcher les courses de la garnison de Mont-mellian, avant qu’il fut démantelé. Ce fort est, de toutes parts, environné de bons ouvrages à cornes, mais pour ce qui est de l’intérieur, on n’en peut découvrir précisément que la flèche d’une église. Dans ces vignobles, on y faisait les vendanges ; un lièvre venant droit à moi du fort de Baraut, effrayé par les cris des sentinelles, se sauvait avec vitesse, je courus à la rencontre, loin de se précipiter dans la rivière, il en évita la rencontre, pour se sauver, et moi je rompis mes bretelles à la course, et il fallut mettre bas le sac pour les raccommoder.

  • 502 Crolles, village situé à dix-sept kilomètres au nord nord-est de Grenoble.
  • 503 Plancher fait grossièrement de gaules ou de planches posées à hauteur du sommet de la porte d’une g (...)

634Environ une lieue plus éloigné que Baraut sur le chemin de Grenoble, il y a un village appelé Crolle502 : ce fut l’endroit où nous y couchâmes, sur le foin dans un sina503.

  • 504 Gilles Caillotin orthographie le terme esplaner.
  • 505 Le terme est tiré de attrempure ou étrampe : celui-ci désigne le dispositif en bois percé de trous (...)

635Le mercredi quatrième octobre, continuâmes notre route ; on commençait à aplanir504 les chemins afin de les relever en chaussée en comblant les fonds et abattant les hauteurs et même en arrachant les vignes. Pendant cet intervalle de chemin plein de vignes, et de noyers dans lesquels nous y trouvâmes des noix, mais le plaisir que nous reçûmes fut attrempé505 par la fâcheuse odeur du buis, qui est assez commun le long du chemin.

636Nous payâmes sur cette route la livre de pain bis de froment onze liards. /188/

Situation du pays entre Montmellian et Grenoble

  • 506 Gilles Caillotin désigne ainsi la montagne de Brame Farine dans le massif cristallin de Belledonne, (...)
  • 507 Une fois de plus, le scripteur compare les paysages qu’il a sous les yeux avec ceux qui lui sont fa (...)
  • 508 La rédaction définitive des Mémoires intervient, rappelons-le, plusieurs années après le pèlerinage (...)

637Sur la gauche, outre la rivière d’Isère est une montagne qui en est peu éloignée506 et, quoiqu’elle ne soit pas si haute que les montagnes de Savoie, dont je n’avais pas encore aperçu de neiges que dans celles qui avoisinent le Mont Cenis ; mais celle-ci dont je parle peut être semblable en hauteur à celle de Reims507, ayant de toutes parts de la neige qui la couvre, et même dans certaines concavités d’en bas. Chose qui me parut étrange et dont j’aurais peine d’ajouter foi au récit qu’un autre aurait pu faire, si je ne fus moi-même le témoin ; car le soleil devrait, ce me semble, avoir un grand empire pour la faire dissoudre, si je ne suppose que l’extrême froideur des monts Alpes ne s’épand jusque là et cause cette conservation, dans la fin d’un été le plus chaud qu’on expérimente depuis quelques années508.

  • 509 Terme qui est orthographié par Gilles Caillotin de la manière suivante : es-planés.

638Mais, sur la main droite, la montagne est beaucoup plus agréable, étant couverte, de toutes parts, de vignes, et même vers Grenoble de maisons de plaisance. De plus, il semble que l’industrieuse nature ait voulu faire paraître ses merveilles ; on dirait que, depuis Baraut jusqu’à Grenoble, qu’elle ait, dis-je, élevé sur le sommet de cette montagne un mur qui continue sans aucune interruption : maintenant il s’élève, à proportion que les montagnes vont en s’élevant vers le ciel, maintenant il s’abaisse avec elle ; mais toujours presque uniforme en sa grande force, étant comme une forte barrière faite de l’industrie des hommes en secondant celle de la nature. Il semble que ces rochers sont aplanis509 comme les fortifications d’une grande ville, dont on ne pourrait certainement affranchir, sans être pourvu d’échelles, à moins qu’on ne voulut /189/ hasarder sa vie.

  • 510 Le “désert” qu’est la Grande Chartreuse suscite la curiosité du voyageur et en fait un but d’excurs (...)

639Mon dessein aurait été de visiter la tant renommée Chartreuse510 ; mais ne m’en ayant avisé que ce jour, je me mis en même temps hors [d’état] de pouvoir y aller, attendu qu’étant à Mont Mellian nous y eussions trouvé un chemin pour nous y conduire. Mais alors, il était presque impossible, attendu qu’aussitôt que mon dessein fut conçu, je me fis enseigner le chemin par des gens du lieu. Nous traversâmes parmi les vignes, toujours en montant à mont, et approchant de fort près ces murailles de pure roche, que nature a formé, je conçus de l’appréhension pour les affranchir sans risquer ma vie, quand bien même je me fus mis à nus pieds.

640De bonheur pour nous, que nous rencontrâmes des gens du lieu qui savaient parfaitement bien le chemin, ils nous en dissuadèrent, et même un soldat de la garnison de Baraut, disant en savoir le chemin mieux qu’aucun autre et par le récit qu’il nous en fit, nous fit perdre l’espérance, non seulement par la difficulté de gravir les rochers, mais encore les incultes montagnes, pour la plupart désertes, et dont nous en avions pour trois jours à outrepasser, sans même avoir la satisfaction d’entrer en cette chartreuse, dont les avenues sont gardées comme celles d’une ville de guerre à moins que d’y avoir quelques lettres de recommandation.

  • 511 Maréchal-ferrant.
  • 512 Le terme est ainsi orthographié sur le manuscrit. Gilles Caillotin a vraisemblablement voulu désign (...)
  • 513 Gilles Caillotin orthographie haleine. Il s’agit d’un poinçon de fer destiné à coudre le cuir.

641Voyant une si grande difficulté, nous descendîmes la montagne et le pauvre Français emprunta d’un maréchaux511 une méchante villete512, au défaut d’une alêne513, pour recoudre ses souliers, dont le cordon de son chapeau y fut employé, faute de fil gros, et l’Orléanais impatient avança devant. /190/

Description de la ville de Grenoble dont en voici le plan514

  • 514 Entre la p. 190 et la p. 191, Gilles Caillotin a inséré une gravure venant de Chéreau le jeune, ima (...)
  • 515 Il s’agit vraisemblablement de Notre-Dame de Bellecombe dans le Val d’Arly, affluent de l’Isère, à (...)

642Cette ville est située sur l’entrée des monts Alpes, qui sont sur sa gauche et la Chartreuse tant renommée à trois lieues sur la droite. Elle est fortifiée par la nature, tant à droite comme à gauche, de deux montagnes qui [sic] dans l’entre deux coule la rivière d’Isère, prenant sa source du côté de Notre Dame de Belle umbe515, tout proche les monts Saint Bernard, et passe par le milieu de cette ville, sur lequel est construit un très beau pont de pierre pour la traverser.

  • 516 Le château de la famille Guérin de Tencin, appartenant à la noblesse parlementaire de Grenoble, est (...)

643On voit, au pied de la montagne à gauche, la maison de Tencin qui est un château à quatre pavillons, étant couvert d’ardoise, n’étant éloigné de Grenoble que de trois lieues ; je le considérai d’autant plus que Monseigneur l’archevêque d’Embrun est de cette maison516.

  • 517 À la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle, le duc de Lesdiguières, lieutenant général du (...)

644Pour revenir à la montagne sur la droite, sur la cime de laquelle est cette admirable muraille qui continue depuis le fort de Baraut jusqu’à Grenoble et sur le voisinage est construit cette forte citadelle par le seigneur de L’Esdiguier, ainsi qu’on la voit ici représentée517.

  • 518 L’enceinte qui protégea Grenoble jusqu’à la fin du xvie siècle fut bâtie à la fin du iiie siècle de (...)

645Cette ville fut autrefois fortifiée par l’empereur Dioclétien et par l’empereur Gratien, qui amplifia l’étendue de ses murailles ; et de son nom, elle fut nommée Gratianopolis, dont on dit depuis Grenoble518.

646Il y a un parlement établi par le roi Louis Onzième, dont la justice est des plus sévères de ce royaume. Elle a aussi une chambre des comptes, comme aussi autrefois elle eut une chambre, appelée de l’Édit, pour connaître des cas concernant les huguenots. /191/

  • 519 Le paysage urbain de Grenoble n’a pas été fondamentalement bouleversé au cours des xviie et xviiie (...)

647Quant aux bâtiments de cette ville, ils sont assez serrés, et presque tous de bois, ou de mauvaise pierre, elle ne me parut pas être beaucoup belle519.

  • 520 On compte, en 1725, 108 savetiers et 131 cordonniers à Grenoble. La chapellerie est l’une des indus (...)

648La plupart des habitants sont réparateurs de la chaussure humaine. D’autres sont chapeliers, en voilà ceux que je vis en plus grand nombre520.

  • 521 Les Capucins ont été introduits à Grenoble en 1606 grâce à l’appui des grandes familles catholiques (...)
  • 522 François d’Assise est mort le 3 octobre 1226 et a été canonisé par le pape Grégoire IX en 1228 ; l’ (...)
  • 523 Dans les différentes branches de l’ordre franciscain, le père gardien est le supérieur du couvent.
  • 524 Soucieux de se distinguer du vagabond, le compagnon de Gilles Caillotin cherche à se faire passer p (...)

649Quoiqu’on monte la garde aux portes de cette ville, cependant l’entrée nous en fut très libre, sans même qu’on exigeât nos passeports. Comme la nuit s’approchait, à cause que le temps se brouillait de toutes parts, nous fûmes en l’église des Capucins521 afin d’y faire notre prière, parce que c’était ce jour la fête de S[ain]t François d’Assise522, après quoi notre Français manda le père gardien523 à la porte du couvent, lui exposant le triste état où il se voyait réduit, disant que sa [fa]mille avait fait beaucoup de bien aux Capucins depuis deux cents ans, et qu’en cette considération, il le suppliait de lui donner, aussi bien qu’à moi, le couvert, que la honte l’empêchait de s’exposer en public524. Le père gardien lui exposa la difficulté de lui accorder sa requête, attendu que dans une ville de guerre on ne peut retenir aucune personne sans en avoir donné avis au gouverneur. Qu’il le remerciait en la personne de ses parents d’avoir depuis si longtemps fait du bien à ses frères, et qu’il lui conseillait de chercher son mieux ailleurs.

  • 525 Il s’agit de l’Hôpital général de Grenoble. Voir Patrice Cugnetti, L’Hôpital de Grenoble des origin (...)

650Le Français, très mécontent de ce père gardien, sortit du couvent pour aller à la Charité525, en chemin faisant nous fîmes rencontre d’un soldat montant la garde devant la porte d’un hôtel, à qui il exposa le dessein de s’engager. Ce soldat regrettait d’être de faction pour pouvoir le conduire au capitaine commandant, en le priant d’attendre au lendemain. /192/

651Comme il était trop tard, nous ne fûmes pas reçus en la Charité pour y coucher, et, pour notre passade, la partie fut remise au lendemain. Ne sachant que faire, ni d’où coucher cette nuit, notre Français encore plus désolé que moi, tracassant par la ville, aperçûmes les ruines d’une maison mise en bas, et descendîmes dans un cellier ou une cave sans être voûtée mais entièrement ouverte par le haut, de toute l’étendue de cette maison ; trop bien y avait-il un escalier pour y descendre.

  • 526 Les logis étant alors dépourvus de toute installation sanitaire, les rues sont encombrées d’immondi (...)

652Ce fut là l’endroit dont nous fîmes choix pour y passer la nuit, ce n’est pas que je fis la meilleure mine que je pouvais à mon compagnon, parce que c’était la dernière dont je devais être de sa compagnie. Et nous descendîmes dans cet endroit infecté pour la mauvaise ordure que nous balayâmes non avec balais mais bien avec nos mains526.

653Nous couchâmes sur la plate terre, tête à pieds, ayant renversé une porte de son long sur la muraille qui nous couvrait le corps qui était fort serré, ne laissant que nos têtes pour pouvoir respirer l’air, que nous eûmes cette longue nuit, qui nous fut très sensible pour la froidure.

  • 527 Batterie de tambours appelant l’ensemble des soldats à se rassembler.

654Étant ainsi pauvrement couché, ayant mon sac sous ma tête afin de m’en servir faute d’oreiller, et sans oser l’abandonner et sans même oser nous mouvoir parce que vers les neuf heures du soir, voici venir battre la générale527, de plusieurs tambours qui faisaient un bruit terrible, bien à propos pour nous, parce qu’un petit chien blanc de ces tambouriniers, manqua par son aboiement à nous déceler, lorsqu’il vint sur le bord de cette cave, où par un bonheur pour nous, les soldats n’y firent aucune attention, sans quoi j’ignore ce qu’il en serait /193/ arrivé, n’étant pas permis en ville de guerre de coucher sur les rues, ni même dans une fondrière comme nous étions.

655Dans le milieu de cette nuit, mon Français s’écoula à petit bruit, hors de notre gîte, comme on ferait malaisément une épée enrouillée de son fourreau, parce qu’il ne pouvait le faire plus commodément. Je l’appelai plusieurs fois sans qu’il me fit réponse, dans le même moment je le suivis de fort près, sans l’apercevoir nulle part dans la longue rue qui était au devant de notre cave. Ce fut alors, que je crus que le temps était venu de ma prophétie, à son sujet pour me frustrer de mon habit ; dans l’inquiétude où j’étais ne le voyant nulle part à la faveur de la clarté de la lune qui éclairait comme en plein jour, au travers d’un temps le plus nuageux.

656Dieu sait dans quelle perplexité où je me voyais réduit, disant, à part moi : l’indigne et le dénaturé qui depuis le Mont Cenis je m’étais exposé à périr de froid pour lui garantir sa vie, en lui prêtant mon habit, et preuve que je ne me trompe pas dans mon jugement, c’est qu’il n’a daigné me répondre lorsque je l’appelai ; et n’ayant point de réponse, je fus, aussitôt que lui, hors de la cave pour le poursuivre en pleine rue sans, dis-je, l’apercevoir, tant il se retira avec vitesse.

657Comme je m’entretenais à part moi dans ces plaintes, voici que j’entendis quelque bruit dans une autre cave souterraine de la nôtre, et criant assez doucement, Monsieur, Monsieur, d’où êtes vous ? et à force de répéter à voix /194/ plaintive il me répondit, et à sa voix je descendis dedans cette cave, auquel il cherchait vainement une place plus douce que celle qu’il venait de quitter. Je lui conseillai d’y descendre notre porte pour nous en servir comme nous avions déjà fait, et le fîmes à petit bruit de peur d’alarmer contre nous le voisinage.

  • 528 C’est à dire en tonneau.
  • 529 Le régiment du Royal-Artillerie, créé en 1693, a été réorganisé en 1720 : par un édit du 5 février (...)

658Si la première cave était puante, celle-ci la surpassait encore, et [fûmes] bourrelés de toutes parts sans pouvoir nous remuer derrière cette porte, étant aussi empressés que des harengs à la tonne528. Le matin étant venu du jeudi cinquième octobre, qui devait être le jour décisif au sujet du Français, à qui je fis offre de payer à déjeuner et de le faire raser pour le tenir plus propre à chercher un capitaine, lui donnant une cravate. Il refusa mes offices, et je l’accompagnai sur la place où il fut conduit par une sentinelle chez le major ou capitaine commandant du régiment de Royal Artillerie529. Comme j’étais aux avenues de la demeure de ce capitaine, un chacun des autres capitaines et sergents du régiment, venant pour prendre l’ordre de la revue qui se devait faire ledit jour, un chacun d’eux faisait grande attention de me voir debout devant la porte, le bourdon à la main, et ce qui me rendait plus méprisable, c’était de me voir en pure chemisette.

659Un sergent, plus effronté que tous les autres, m’envisagea d’une insolente manière, et me fit quantité de questions si je n’avais jamais servi dans les troupes, et quel sujet me faisait ainsi attendre, et d’où j’avais eu en rencontre ce compagnon, quel était son pays, et autres questions, à tous lesquels je répondis très pertinemment, /195/ sans beaucoup m’intimider de l’effronterie de ce sergent, soit qu’il le fît de lui-même, ou par l’ordre de quelques capitaines.

660Comme il y avait très longtemps que j’attendais, je perdis patience, craignant que mon compagnon ne fût sorti par une autre porte que celle dont j’en gardais les avenues ; mais je fus mis hors de crainte, voyant un petit laquais venir emprunter un cornet et une plume chez un perruquier voisin : ce fut alors que je crus que les conventions étant faites, il ne convenait plus qu’à les coucher par écrit, et qu’on allait faire l’engagement dudit Français.

661Je fus étrangement surpris lorsque je le vis, dans le moment, sortir conduit par deux sergents, la hallebarde en main, et il me dit qu’on le conduisait en prison ; cependant je lui tins en chemin une volontaire compagnie par rapport à mon habit, où avant qu’entrer dans cette geôle qui était sur la droite d’une grande place, il le mit bas en me le remettant en main, mes bas et ma cravate, me donnant pour reconnaissance un seul couteau qu’il avait acheté deux sols dans notre passage de la Savoie.

  • 530 Entre la page 196 et la page 197, insertion du passeport de Gilles Caillotin délivré par les admini (...)

662Il m’embrassa avec tendresse, et me remercia du bien et du plaisir que je lui avais fait, fâché que la triste situation où il se voyait réduit, l’empêchait de me donner des marques de sa reconnaissance, priant Dieu de m’en donner la récompense. Le geôlier fut bien étonné de voir que lui seul entra prisonnier, et tout le monde qui nous poursuivait disant : voilà des pèlerins déserteurs qu’on conduit en prison ; mais ils furent dans l’étonnement, aussi bien que ces deux sergents, de voir que la dépouille de ce Français m’appartenait. /196/530

663En quittant ce Français, je fus prendre une patente que voici ci dessus attachée, en me conformant aux ordres du roi.

664Étant audit hôpital pour attendre que les administrateurs m’aient expédié ledit passeport, voici entrer dans le bureau un soldat ayant le fusil sur l’épaule : c’est ce qui mit lesdits administrateurs dans l’étonnement, de voir la hardiesse de ce soldat qui dit être envoyé par le commandant du régiment de Royal Artillerie, pour lui rendre compte de la conduite de ce Français. Les officiers administrateurs trouvèrent le procédé de ce soldat trop insolent, et lui firent commandement de sortir sans délais.

  • 531 Au sens de mis dans l’impossibilité de respecter la date de retour initialement prévue.

665Ils s’informèrent de moi de tout le contenu de l’histoire de ce compagnon français, telle que je l’ai décrite le long de mes mémoires, disant qu’un motif de charité m’avait engagé de lui soulager ses incommodités en lui prêtant mes habits à ma propre incommodité, et qu’ayant fixé, dès Rome, le jour de mon retour à Reims, je me trouvais à son sujet acculé531 du séjour trop long de la Savoie.

  • 532 Le père Jean Pichon (1683-1751), qui a prêché dans les années 1730 en Lorraine de nombreuses missio (...)
  • 533 Le père François-Xavier Foulon (1681-1751) est présent au collège de Reims de l’année scolaire 1716 (...)
  • 534 Le frère Mangin est vraisemblablement Christophe Mangin qui prononce ses derniers vœux de coadjuteu (...)

666De plus, je leur fis voir mes lettres de réception et de mon départ de la congrégation, une lettre du père Pichon532, celles du père Foulon533 et du frère Mangin534, tous m’étant très favorables. Après que mon passeport fut expédié et copie laissée dans les registres de l’hôpital, où je fus comme il est remarqué, examiné de la même manière que ferait un officier qui voudrait engager un homme.

667Les officiers dudit hôpital louèrent mon procédé à l’égard de la charité exercée envers mon compagnon, mais que je pouvais, sans rien craindre, sortir de la ville sans répondre à l’ajournement que ce soldat me faisait et qu’en tous cas, puisque je n’avais rien à craindre, il fallait demander à Messieurs les officiers assemblés pour la revue du régiment, de me /197/ donner quelqu’une de leurs libéralités afin de pouvoir continuer mon voyage.

  • 535 D’après le plan de l’ingénieur Lomet daté du 6 mai 1776 et établi sur ordre de l’intendant (Bibliot (...)

668Sortant hors dudit hôpital, je ne pus faire autrement, quand j’aurais voulu sortir hors de la ville comme on m’avait conseillé, sans rendre compte au commandant535 parce que le dit soldat m’attendait ès avenues de la porte dont il fallut le suivre ; c’est ce que je fis sans beaucoup m’inquiéter à ce sujet, trop bien ce soldat me dit-il beaucoup de bien que disait de moi le Français qu’on venait de conduire prisonnier, me donnant indignement le nom de saint pèlerin, qui, en aucune manière, ne m’appartenait pas. Mais enfin ce qui me fit douter que je pourrais lui tenir compagnie dans les prisons, jusqu’à définition de cause, ce fut que mon soldat chargé de me conduire, disant que mes peines ne seraient pas inutiles, qu’il me serait donné pain, et vin, et viandes, ce qui était évident que je serais certainement arrêté.

669Enfin je fus présenté devant le commandant, qui avec grande impatience, m’attendait, aussi bien que tous les officiers de son régiment, qui, avec grande exactitude, s’informa de moi du sujet de la rencontre de ce Français, ce que je fis, et s’il était vêtu d’un habit de soldat, quand je lui donnai le mien, je lui fis réponse de l’état pitoyable où je l’avais trouvé, et que je n’aurais eu garde de m’accompagner d’un soldat déserteur, bien loin de lui prêter mon habit pour couvrir sa désertion, moi qui, pour le service d’autrui, n’avait pas besoin de me mettre dans des embarras pour leur sujet, et que je me flattai d’abord que cet homme n’était pas déserteur /198/ du moins des troupes de France, puisqu’il était dans le Piémont, dont je m’assurai sur la conjecture présente, attendu que je le croyais avoir assez de prudence de ne point rentrer en France, s’il eût sorti des troupes françaises. Il me fut objecté si, depuis le Piémont jusqu’à Grenoble, nous avions été de même compagnie, dont je dis qu’aux approches de Turin il me quitta, sans en dire le sujet, de peur de lui faire déplaisir, comme aussi qu’il avait passé par la ville de Suze, au moyen qu’étant accompagné des muletiers [dont j’ai] ci devant parlé, ils lui avaient donné un fouet en main, et en cet équipage il traversa cette ville.

  • 536 Au sens de retardé.

670J’ajoutai que la compassion seule fut le motif qui m’engagea de lui prêter mon habit pour le passage du Mont Cenis ; je voulus même leur montrer à ces Messieurs, toutes mes lettres avec mon passeport ; mais ils furent satisfaits de mes réponses. Je n’eus pas la hardiesse de leur demander quelqu’une de leurs charités pour m’aider à me conduire, attendu que je leur représentai être acculé536 de plus de deux journées au sujet de ce Français, et qu’en récompense il me donnerait de quoi pour m’en retourner en cas qu’il fut engagé, en reconnaissance du plaisir qu’il reconnaissait avoir reçu de moi, trop bien ses quarante sols [dont j’ai] ci devant parlé furent dépensés entre nous.

  • 537 Au sens d’effronterie, impudence, témérité “de soutenir[...]une vérité fâcheuse à une personne puis (...)

671Il est vrai que, si j’eusse eu la moindre hardiesse de représenter mon indigence à ces messieurs, à l’envi l’un de l’autre ils m’auraient donné quelque chose, dont le peu de front537 me fit ce déplaisir ; les administrateurs m’avaient assuré que j’aurais au moins un écu d’entre eux. /199/

672Après avoir reçu mon congé de ces officiers qui me souhaitèrent un bon et heureux retour, je fus derechef en l’hôpital pour y recevoir ma passade qui est de deux sols ; mais comme l’affaire allait en longueur, je m’impatientai, en prenant le parti de sortir de la ville, y ayant au préalablement acheté deux livres de pain de froment le plus bis, deux sols un liard la livre.

673Je sortis de la ville de Grenoble le jeudi cinquième octobre ; la montagne ci-devant parlée depuis le fort de Baraut continua toujours sur la main droite ; sur la gauche ce n’est que monceaux de pierres et de cailloux que l’eau entraîne avec elle de ces montagnes sur la main droite, où est la Grande Chartreuse. Sur la gauche, était exposé sur une roue un pauvre misérable âgé de soixante quinze à dix huit ans.

674Je suivis toujours sur la droite le pied de ladite montagne, je fis rencontre de mon petit Orléanais qui nous avait quitté avant Grenoble, et à qui je fis le récit des aventures arrivées au pauvre Français, comme en sachant une bonne partie, et m’ayant le premier donné avis proche Mont Mellian, qu’il allait pour s’engager dans le régiment de Royal Artillerie, et que je pourrais fonder mes desseins de reprendre à vive force mon habit, ce que je fus presque réduit à le faire, en attendant une si fâcheuse nouvelle dont j’en craignais les suites par rapport à moi, de peur qu’il ne fît mon engagement avec le sien.

  • 538 Il n’est guère possible d’identifier ce lieudit : il ne peut s’agir de Saint-Laurent-du-Pont situé (...)
  • 539 La-Tour-du-Pin est à 67 kilomètres au nord-ouest de Grenoble. Il s’agit donc de la plus longue étap (...)

675L’endroit où je rejoignis le dit Orléanais s’appelle S[ain]t Laurent538 à trois lieues éloigné de la ville de Grenoble : et nous fûmes coucher de compagnie à la Tour du Pin539. /200/

  • 540 Au sens de séparé de son écorce. La mouture à l’ancienne ne donnait que 23 % de farine blanche et c (...)
  • 541 Orthographié bultoir. Il s’agit du bluteau ou blutoir, sorte de tamis en toile de soie qui sépare l (...)

676Le vendredi sixième octobre, continuâmes notre route en pays assez fâcheux, toujours monter collines, et descendre dans des vallons, dont tout ce pays est pour la plupart inculte, attendu que les terres sont presque entièrement couvertes de cailloux, comme on voit en plusieurs endroits de Picardie. Mais, loin d’y produire du bon froment comme en produit ce pays là, celui-ci a assez de peine de produire du sarrasin, et des petites fèves qui, pour la plupart, étaient encore en fleur lors de mon passage. Or au sujet du sarrasin, mon Orléanais fit provision d’un morceau de pain de ce grain, pour le porter à ses parents en la ville de Lion ; mais il en fut exempt parce qu’il s’était dissous. Au reste, c’était le plus beau et agréable pain du monde, pour y avoir des yeux comme le pain mollet, excepté qu’en ce pays le grain n’est qu’écarté540 au moulin, et au sortir duquel ils en font du pain, comme on fait dans la Bourgogne sans le passer par le blutoir541.

  • 542 Il s’agit vraisemblablement de Saint-Laurent-de-Mure, village situé à une quarantaine de kilomètres (...)

677Dans ce pays il y a des vignes portées sur gros piquiers de bois : elles continuèrent jusqu’à Virieu, puis le reste de la campagne n’est plus inégal ; mais c’est un plat pays, qui n’est pas si fertile que le pays de vallons et de coteaux, puisque c’est dans cette plaine que les terres sont remplies de cailloux, comme je viens de citer. Nous couchâmes ce jour au village de Muresse542 distant de quatre lieues de la ville de Lion.

  • 543 Il s’agit du village de Bron, aujourd’hui inclus dans l’agglomération de Lyon.

678Le samedi septième octobre, passâmes le village de Brun543, à égale distance de notre gîte à Lyon, après lequel il convient de traverser un petit bois d’environ cinq cents pas de largeur. /201/

Mon retour par la ville de Lion, le septième octobre

  • 544 Dans l’industrie sidérurgique, un martinet est composé d’un foyer et d’un ou plusieurs marteaux mis (...)

679Tout ce jour, la chaleur fut la plus excessive que j’eus enduré depuis le Piémont, bien heureux d’être sorti hors d’un aussi mauvais pays que celui d’avoir traversé le Dauphiné presque égal à celui de la Savoie, si ce n’est pas quant aux montagnes, du moins quant à l’infertilité de plus de la moitié de ce chemin. J’aurais souhaité voir les martinets en la ville de Vienne, comme je l’avais déjà fait étant en la ville de Lion544, mais l’envie de revoir mon pays me fit oublier les choses rares. J’arrivai à Lion sur les douze heures du matin, passant dans le faubourg de la Guillotière. Une cabaretière, sur la main droite, au lieu d’eau que je lui mandai pour étancher ma grande soif, elle me donna un verre de vin. Je remarque exprès cette circonstance comme étant presque extraordinaire dans la personne des cabaretiers. Un exemple pareil m’est encore arrivé dans le faubourg d’Alexandrie.

  • 545 L’hôtel de ville de Lyon, construit de 1646 à 1672 par l’architecte Simon Maupin, est situé dans le (...)
  • 546 Un “rogneux” désigne une personne atteinte de la gale.

680Je traversai le pont du Rhône et fus chez les parents de mon compagnon orléanais, qui étaient changeurs demeurant joignant l’hôtel de ville545 ; ils furent surpris du prompt retour de leur neveu, qui, cependant, les assura d’avoir parfait le voyage de Lorette et de Rome, où, à ce sujet, je le choquai indirectement parce qu’en certaines rencontres, pour prouver qu’il avait visité la ville de Rome, il en disait le plus de mal qu’il en pouvait faire ; comme de dire que la plupart des prêtres étaient rogneux, ce qui était autant dire qu’ils fréquentaient les lieux suspects de cette ville, moi qui pendant dix sept journées je n’en vis pas un seul de rogneux546. /202/

  • 547 Le “faux” pèlerin se repère au fait que ses patentes ne comportent pas la marque ou l’inscription d (...)

681Je fis remarquer à Messieurs les parents de mon Orléanais que mes patentes étaient marquées de plusieurs hôpitaux que les siennes n’avaient pas – où donc étaient ses confessions de Saint Pierre et autres circonstances, [ce] qui le fit remarquer comme un fourbe, d’ailleurs il vantait que ses médailles étaient bénites par le confesseur de Lorette, pourquoi ne pas l’être de la main du pape et non pas d’un confesseur ?547

682Ces Messieurs nous présentèrent pain, vin et viandes que je refusai constamment de manger, parce qu’il était jour de samedi, et l’Orléanais en mangea de bon appétit. Après avoir dîné, je pris congé de lui et de messieurs ses parents, allant en l’hôtel de ville pour y faire rafraîchir mon passeport de Grenoble ; il me fut donné deux sols.

  • 548 Gilles Caillotin orthographie la locution : n’i util.
  • 549 Si, aux dires de Gilles Caillotin, son compagnon est un franc libertin, davantage vagabond que pèle (...)

683Ce petit Orléanais était âgé d’environ vingt ans, je le qualifie impie pour avoir si peu de religion, dont il m’en donna des marques en plusieurs occasions, n’y eût-il548 que celle qu’il prouvait avoir séjourné dans Rome et, pour certitude, il avançait que les prêtres étaient pour la plupart galeux. Ce petit libertin, pour tout habillement, n’avait qu’une méchante chemisette de toile blanche dont ses parents, surpris d’un si pitoyable état dans lequel ils le voyaient réduit, il feignit avoir été dépouillé par des soldats dans le Milanais, quoiqu’il m’eût avoué l’avoir vendu dans la ville de Plaisance et n’en pas être sorti qu’il ne fût dépensé549.

  • 550 Le collège de la Trinité de Lyon, résidence des jésuites, situé dans la presqu’île entre Saône et R (...)
  • 551 La mémoire de Gilles Caillotin déforme ici le patronyme du jésuite. Il s’agit en réalité du Père Ga (...)
  • 552 Gilles Caillotin a sans doute reçu à Rome une lettre du frère Christophe Mangin lui annonçant l’env (...)

684Je fus chez les pères jésuites proche le Rhône550, où, parlant en la personne du père Paquier directeur de la congrégation des artisans551, je feignis s’il n’avait pas quelque argent pour moi de mes parents, comme en faisait mention la lettre du frère Mangin dont il en fit lecture552. Il me dit que non, je lui /203/ demandai le nom et la demeure du préfet de la congrégation qu’il me cela, disant qu’il était absent de la ville, et même que le lendemain il n’y avait point d’assemblée en ladite congrégation ; il me mentait cependant, sous prétexte qu’il n’avait pas pour agréable que je m’y présenta[sse]. Et je reçus de lui deux sols neufs, sous la condition qu’étant de retour à Reims, je les mis ès mains des pauvres, comme si je n’étais pas de leurs rangs.

  • 553 Gilles Caillotin orthographie le terme tepombac. Le tombac est le nom donné à différents alliages d (...)

685J’eus grande envie en passant sous une halle proche le Rhône d’y acheter une paire de boutons de tombac553 en la place de ceux dont je fis perte proche la ville de Rome, et le peu d’argent que j’avais m’en fit perdre l’envie.

  • 554 L’hôpital des pauvres passants a été créé en 1652, à l’instigation de plusieurs membres de la Compa (...)
  • 555 François Sauvage, “pèlerin mendiant âgé de 57 ans, natif de Mielfontaine, bourgeois domicilié à Lux (...)

686Je repassai le pont du Rhône pour me rendre en l’hôpital des passants554 ; comme j’étais occupé sur un banc de pierre qui règne le long de la muraille, et profitant de cette occasion à décrire en abrégé mes voyages, voici, par un coup de providence, venir mon ancien compagnon François Sauvage de Luxembourg555, qui avait parti de Rome onze jours avant moi avec son compagnon qui fut aussi le mien, appelé Joseph dit de Mons, étant séparés d’ensemble en la ville de Turin pour quelques faibles mécontentements.

687Nous nous embrassâmes très tendrement, bien marris de n’avoir pas eu le bonheur de continuer notre pèlerinage ensemble, causé par ces circonstances de l’intervalle de ces onze jours. Il m’engagea de l’accompagner au cabaret, mais comme je n’avais que quelques sols d’argent dont je voulais ménager, je feignis n’avoir pas soif de peur d’être obligé de payer ma part, que je jugeais être un dépens mal à propos pour moi, dont je ne pourrais boire le vin qui me serait donné au souper de l’hôpital. /204/

688On donne en cet hôpital une bonne écuelle de soupe, environ une livre de pain de froment et plein ladite écuelle de vin, s’il arrivait qu’on en eût encore besoin il en serait rendu encore quelque peu ; on y est tous bien couchés, mais il convient de s’y dépouiller, c’était la première fois en mon voyage de Rome.

  • 556 Il s’agit du préfet de la congrégation des Grands Artisans que Gilles Caillotin a rencontré la veil (...)
  • 557 Il s’agit de la rue Neuve (actuellement passage Ménestrier), les deux chapelles – celle de la congr (...)

689Le dimanche huitième octobre, après avoir entendu la messe en la chapelle dudit hôpital, nous entrâmes dans la ville de Lyon accompagné de François de Luxembourg qui, nonobstant que je lui eus fait le récit qu’on ne s’assemblait pas ce jour en la congrégation et que le père conducteur556 m’avait donné deux sols neufs, il jugea qu’il était expédient pour lui d’en aller lui mander autant. Comme nous passions dans une petite rue à côté des jésuites, et dans la quelle il y a deux congrégations557, il y fut pour en sonder les effets, après quoi il vint me rappeler.

690Le peu de bon accueil qu’il me fut fait par le père Paquier fit que je ne voulus pas accompagner mon compagnon qui n’y fut pas par l’occasion de cette congrégation des Grands Artisans, qui est une chapelle bâtie presque à neuf, possible depuis dix années ; elle est voûtée de pierres dont les cordons en sont dorés. Sur la main droite, en entrant dans cette chapelle, se voit une armoire placée dans l’enfoncement de la muraille, dans laquelle sont inscrits les noms des confrères. Nous y entendîmes la messe qui y fut célébrée, pendant laquelle se fit une quête de rang en rang, et celui qui la fit ne parlait pas, de peur d’interrompre le prêtre, mais il se servait d’une clef et frappait le bord de son plat. /205/

691Nous avions, l’un et l’autre, mis nos patentes de la congrégation de nos pays entre les mains du préfet de celle-ci, et même j’y ajoutai celle de ma réception ; et nous fûmes placés à la porte de la congrégation, non en dehors, craignant qu’à l’occasion des défenses nouvelles du Roi, de mendier sous ce prétexte il nous arrivât quelque inconvénient. Ceux qui sortaient nous donnaient l’un un liard, d’autres un petit sol, quelqu’un la pièce de deux sols, et même plusieurs, après être sortis, revenaient nous donner leurs offrandes, y ayant à cela un zélé confrère qui priait pour nous.

692Mon chapeau, aussi bien que celui de mon compagnon, ne laissait pas que de s’emplir ; je lui remis le tout entre les mains pour en faire le partage, attendu que je devais respecter son âge et que la grâce venait de lui, parce que jamais je n’aurais osé le faire de mon chef.

693Étant dans cette rue, pendant que mon compagnon fut sonder s’il y aurait lieu d’espérer quelques grâces de ces congrégations, un congréganiste m’aboucha qui me dit avoir été à Rome, il y avait quarante huit années, et que depuis ledit temps il conservait encore son pain bénit de la table du pape sans être aucunement corrompu ni gâté.

694Je suivis mon compagnon qui, se voyant avoir des deniers en sa poche, marchait en grande hâte, et nous devions boire avant que nous séparer ; je fus bien étonné qu’il changea de propos, proche la porte de Bourg en Bresse, en me faisant le partage de l’argent et me donnant trente sols : j’ai toujours cru qu’il m’avait trompé de beaucoup, parce que la valeur qui était dans mon chapeau surpassait celle qu’il me donna, mais il pouvait, /206/ en marchant, ôter une partie de l’argent pour la mettre dans une autre de ses poches.

  • 558 Pour prendre la route de Mâcon, Gilles Caillotin doit en effet passer soit sur le pont de bois qui (...)

695Ce qui l’engagea de me manquer de parole pour déjeuner ensemble ce fut la pluie qui commença à tomber et le fit hâter de sortir de la ville, auparavant m’ayant embrassé, en formant des vœux de me revoir encore une fois en sa vie, ce qu’il espérait en venant en pèlerinage à Notre Dame de Liesse. Il aurait beaucoup mieux valu que le partage se fût fait au sortir de la congrégation, parce que je fis une lieue et demie de chemin de superflu, attendu que je fus proche la porte de Bourg et qu’il me fallut revenir sur mes pas en l’autre extrémité de la ville, pour trav[ers]er le pont de pierre de la dormeuse Saône, côtoyant sur la main gauche Pierre Encise, au pied duquel on y monte la garde558. Il y a deux fontaines sortant de la roche dont l’eau était aussi froide que glace. Je sortis dans le même moment de la ville de Lyon, ayant quelque peu de pluie qui se changea en pis durant trois lieues. Je mordais à belles mains dans une livre de pain chaud que j’avais acheté, et loin de prendre, sur la gauche, l’ancien chemin que j’étais entré dans Lyon, je pris la grande chaussée neuve, qui est sur la main gauche qui va quelque peu en montant, au lieu que l’autre était un chemin écarté et très mauvais.

696Je pris la hardiesse de mendier à des Messieurs qui étaient en carrosse et je fus par eux inquiété, dont il y en avait un à pied tandis que le carrosse allait sur la hauteur en montant, à qui, pour lui satisfaire, je montrai mon passeport de Grenoble, et, en me le remettant en mains, il me donna une pièce de deux sols un liard. /207/

  • 559 Expression populaire pour désigner une pluie diluvienne.
  • 560 Ville située à une trentaine de kilomètres au nord de Lyon et à sept kilomètres au sud de Villefran (...)

697Le long du chemin, je fus détrempé de la soupe à chien559 durant trois lieues, puis je traversai la petite ville appelée Anse560, auquel en deçà j’y vis un beau pont fabriqué depuis mon passage, beaucoup plus beau et plus large que celui dont on avait jeté en bas. Je conjecturai, par la largeur des arches, qu’elles étaient faites à dessein pour y passer des bateaux dessous, en cas de besoin ; mais, pour ce faire, il faut grossir la rivière qui est très petite.

698Puis je traversai Villefranche sans aucu[ne]ment m’y arrêter ; il était environ quatre heures après midi, dont j’avançai encore deux lieues pour ce jour jusqu’à Belleville, village où je couchai sur de la paille.

  • 561 Le village de Ludes est situé à une douzaine de kilomètres au sud de Reims, à la lisière nord de la (...)
  • 562 La-Maison-Blanche (aujourd’hui en Saône-et-Loire) est un village situé à une vingtaine de kilomètre (...)

699Le lundi neuvième octobre, je continuai mon chemin en une belle chaussée à l’ordinaire depuis Lyon, ayant, sur la droite et sur la gauche, des terres incultes, comme sont les Ardennes ou le Mont Fournois proche Reims en allant à Lude561. Passant par Maison Blanche562 et, de là, à la ville de Macon dont tout cet intervalle est très fertile d’une terre rougeâtre et pleine de vignes, le chemin étant couvert de grosses et fortes haies.

  • 563 Le passeport de Gilles Caillotin ne comporte en effet aucun visa en provenance de l’hôtel de ville (...)

700J’arrivai sur les trois heures après midi en la ville de Mascon, où je ne trouvai aucun officier assemblé en l’hôtel de ville pour y signer mon passeport563 ; je ne m’en souciai pas beaucoup attendu la di[li]gence que j’appo[r]tais d’avancer chemin.

  • 564 Gilles Caillotin transmet vraisemblablement des informations reçues à Rome du frère Nicolas Tondeur (...)
  • 565 Sur Jean Hochart, voir plus haut p. 89, note 4.

701Je fus chez les religieux minimes y faire quelques recommandations de Rome564. Le religieux à qui je les fis fut pour me chercher en la dépense de quoi goûter ; mais le dépensier, informé que j’étais un de ceux qui avait passé à la Saint Pierre dernier, refusa /208/ de vouloir rien donner pour moi, disant que nous étions des gueux, et qu’un d’entre nous, c’était Hochard565, avait vomi comme un pourceau au sortir de leur couvent, et même presque sur les degrés de leur église, le monde y étant de toutes parts pour y entendre la messe. Compliment que j’entendis faire au religieux qui, loin de m’apporter à goûter comme il m’avait promis, me mit une pièce de deux liards en mains, en me couvrant son changement de volonté d’une frivole excuse.

  • 566 Tournus.

702Je sortis aussitôt de la ville de Mascon, côtoyant sur la droite la dormeuse Saône qui n’en était pas beaucoup éloignée, et, sur la gauche, une côte qui continue jusqu’à la montagne à deux lieues de Tornus566, et tout cet intervalle de l’un et l’autre côté est très fertile en bons vins.

  • 567 Gilles Caillotin nomme un peu plus loin ce village qui est celui de Montbellet.
  • 568 Gilles Caillotin ne donne pas le nom de ce village. Il pourrait s’agir de celui de Vérizet, situé à (...)

703La nuit me surprit plus tôt que je ne pensai, sans pouvoir gagner plus loin, pour coucher au village où Plantin m’avait tant outrageusement maltraité la veille de la Saint Pierre567. Il me fallut avancer sur la gauche d’un quart de lieue par un chemin qui me conduisit dans un village568, auquel personne ne voulait me donner le coucher, même sur de la paille. Je vis, sur la main droite, une grande maison, et une cour très vaste remplie de tasseaux de paille ; il y avait un pressoir, je m’approchai proche la porte de la maison, rebuté d’un chacun qui y entrait ou sortait, sans même faire semblant d’écouter mes prières.

704Je les lassai enfin par mon importunité durant plus d’une bonne heure que je fus debout, y ayant dans cette maison plus de trente personnes à table tant pressureurs, que valets et servantes. Enfin, étant lassé de ma patience, on me fit entrer et chauffer proche un grand feu pour m’y réchauffer parce qu’il faisait assez froid. La dame de la maison mangeait sa soupe avec /209/ ses doigts, étant derrière ceux qui étaient à table ; elle cessa de manger cette soupe pour me la donner, quoique mon intention n’était précisément que de demander à coucher, et non pas à souper ; puis quelque peu de pain avec fromage moul[é] et quelque peu de vin.

705On comprendra par cette remarque la triste situation où se trouve un pauvre voyageur, d’endurer les rebuts contre sa propre répugnance, et si je fus si humble, Dieu sait l’état où je me voyais réduit de coucher sur terre dans les rues de ce village, dont je n’aurais certainement pas sorti de cette cour, à moins qu’on ne m’y eût forcé par la violence.

706Il me fallut amasser de la paille des tasseaux qui étaient au milieu de la cour, pour la porter entre deux rangs de bœufs qui étaient en l’écurie, dont l’entre deux n’était pas des plus séparés, et j’avais tout lieu de craindre qu’étant ainsi couché, quelqu’un de ces bœufs ne vint à m’étouffer, en se couchant sur moi, ou de me donner quelques coups de pied, et le moins était de fienter sur moi, c’est ce qu’ils ne firent ni l’un ni l’autre.

  • 569 Il s’agit du village de Montbellet (actuellement dans le département de Saône-et-Loire), situé à un (...)

707Le mardi dixième octobre, il me fallut lever de bon matin, attendu que les valets donnèrent à manger à ces bœufs, et je rejoignis le chemin que j’avais délaissé la veille, en passant par le village appelé Montbillet569, où je reconnus la maison d’où j’avais couché la veille de la Saint Pierre. Après ce village, la chaussée ne continue plus, mais bien on commence à monter la montagne, le chemin étant environné de gros halliers d’épine blanche ; après quoi succèdent des buissons touffus et fort épais, assez dangereux à traverser durant deux lieues jusqu’à Tornus. Cependant tout ce long espace de chemin je le traversai avant même la petite pointe du jour car il était environ sept heures du matin en arrivant à Tornus. /210/ Ce n’est pas qu’il n’y eût aussi un petit bois sur cette montagne aussi bien que des épais halliers, dont je n’étais pas le plus en assurance ; soit de la part des hommes mal intentionnés, ou de celle des bêtes féroces.

  • 570 Au sens de creux.

708Je traversai Tornus sans m’y arrêter aucunement, en dehors duquel, d’environ un quart de lieue, il convient de monter une colline pleine de pierres écailleuses et sur le sommet et dans la descente à main droite, et, sur la gauche, ce sont des vignes ; ce n’est pas qu’on ne traverse ce bois dans une gorge ou chemin cavé570.

709Après être passé outre ce bois, la chaussée commence derechef étant très bien pavée, côtoyant quelques petits bo[s]quets qui sont dans les environs du chemin, puis de l’eau que j’eus assez de peine à traverser. Je quittai le grand chemin pour avancer sur la droite au travers des terres, qui, pour la plupart, étaient empouillées en blé de Turquie dont la moisson en était faite, et parmi la fraîcheur desquelles il y avait des citrouilles en abondance, qu’on cueillait les plus mûres et en chargeait-on des charrettes.

  • 571 Il s’agit du maïs, improprement appelé blé de Turquie, puisque le maïs vient d’Amérique.
  • 572 En Champagne et en Lorraine septentrionale la paume désigne un épi de céréales.
  • 573 Chalon-sur-Saône.

710Je traversai un long village dans ce terroir semé de blé de Turquie571, qui, de toutes parts des maisons, tant dedans comme en dehors, sont chargées de ce blé le long des planchers et murailles. Je demandai à une femme quelqu’une des paumes572 de ce blé pour le porter par curiosité en mon pays : elle m’en donna trois. Ce fut en ce village que nous passâmes au sortir de la ville de Chaalon sur Saone573, en allant à Rome, et d’où nous mangeâmes pour la première fois du gâteau et de la bouillie de ce blé de Turquie.

711Au sortir de ce village ombragé de toutes parts d’arbres fruitiers, traversant les terres pour rejoindre le grand chemin que j’avais laissé sur ma main gauche ; il fit tout ce jour un temps noir et très froid, par l’air qu’il faisait, ayant gelé tout blanc le matin. /211/

712J’entrai dans la ville de Chalons, sur les trois heures après midi ; je fus en l’hôtel de ville faire signer mon passeport, et les magistrats me conseillèrent d’aller voir deux marchands de vin qu’ils me dénommèrent, parce qu’au sujet de Reims dont ils étaient natifs, et aussi parce qu’ils étaient beaucoup riches : ils me feraient quelque bien, c’est ce que je n’osai entreprendre. Étant dans le faubourg de la sortie de cette ville, proche le château qui est sur la main gauche, je fus invité par un paysan d’être de sa compagnie, parce qu’il allait mon même chemin, et nous fîmes trois lieues de compagnie, qui me parurent être très longues, attendu l’obscurité de la nuit, ayant une longue et droite chaussée bien pavée, ce qui me fit reconnaître que nous étions écartés de notre chemin en allant à Rome, parce qu’au sortir de la ville de Beaune, nous n’eûmes qu’un mauvais chemin toujours monter et descendre, et quantité de bois.

713Comme mon sac était sur la bourrique de cet homme, et que nous le devançâmes en devisant de compagnie, j’eus une belle peur qu’il ne fût tombé en bas, ou qu’on ne me l’eût subtilement dérobé ; ce qui n’était pas, ainsi je ne voulus plus devancer cette bête.

  • 574 Il s’agit, en réalité, du bourg de Chagny, situé à dix-neuf kilomètres au nord de Chalon-sur-Saône (...)

714Quand nous fûmes arrivés au bourg de Chailly574, éloigné de trois lieues de la ville de Chalon, le bonhomme me quitta pour tirer sur la gauche vers son village, et il me laissa dans cet endroit, m’ayant payé chopine au sortir de la ville de Chalon, quoique je n’en eus pour lors aucun besoin. Durant cet intervalle de chemin qui est très plat, et sans y rencontrer aucune maison. J’étais presque déterminé de coucher cette nuit sur le pavé de ce bourg, sans trouver /212/ qui voulut me donner à coucher, lorsque, par cas d’aventure, une femme eut pitié de mes plaintes, en me faisant coucher assez mollement joignant un âne qu’elle avait, ayant fait treize lieues cette journée.

715Le mercredi onzième octobre, je sortis du bourg de Chailly où, quelque peu plus loin, j’entrai dans un vignoble auquel je n’y pus trouver aucune grappure, pour être la vendange faite depuis longtemps.

  • 575 Cette croix était certainement située hors les murs de la ville : elle ne figure en tout cas pas su (...)

716Sur la droite en entrant dans le faubourg de la ville de Beausne, j’y remarquai une croix neuve de pierre, dont la beauté du crucifix qui, pour être de pareille matière, est le plus beau que jamais j’aie vu exposer sur des grands chemins575.

  • 576 Le liard est une pièce de monnaie de cuivre qui vaut trois deniers. Un blanc est une monnaie de com (...)

717Dans cette ville de Beausne, on me fit refus de prendre les demi-pièces de six blancs valant deux sols un liard576, et ne mettant les demis qu’à un sol ; et nous dirent que telle était la coutume de leur pays. Faute de trouver un tourneur actuellement disposé à mon service, j’y eus fait faire une pomme au haut de mon bourdon, qui, pour avoir mouillé celle qui y était fut par le soleil entrouverte proche la ville de Rome, en revenant.

  • 577 Vraisemblablement Ladoix.
  • 578 Le faubourg de Cérès se trouve au delà de la porte Cérès située au nord de la ville de Reims. Voir (...)
  • 579 Nous n’avons pas réussi à identifier ce personnage : le patronyme est extrêmemement commun et il pe (...)

718Étant deux lieues plus loin que cette ville, il y a un village qui est traversé par le grand chemin577, dans lequel je voulus prendre ma réfection ; étant au cabaret, il y survint un Bourguignon qui, sachant mon pays, il me dit avoir servi dans les faubourgs de Cérès578 à Reims, durant neuf années en qualité de roulier, et qu’il y connaissait le nommé Petit Jean579, qui était mon oncle, et il me fit boire un verre de vin, afin de lui faire raison. /213/

  • 580 Nuits-Saint-Georges.

719Sortant de ce village le temps ne m’augurait qu’abon[dan]ce de pluie, qui cependant ne fut pas des plus grandes : je passai le long des murailles de la petite villette appelée Nuiz580 que je laissai sur la main gauche, dont il y a encore quatre lieues jusqu’à la ville de Dijon, d’où je fixais mon gîte, et pour ce faire il me fallut doubler le pas ; parce que je craignais d’être surpris par la pluie, mais j’en fus exempt pour ce jour.

  • 581 Il s’agit du lazariste Jean-Baptiste Charlier, né à Rethel dans le diocèse de Reims, en 1697, reçu (...)

720Aux approches de la ville de Dijon, je fis rencontre de deux prêtres missionnaires de Saint Lazare : il y en avait un qui avait une terrible panse, et le plus jeune s’appelait Charlier, ayant fait ses études à Reims, auquel il fut rebuté plusieurs fois à l’ordination par Monsieur le Cardinal de Mailly ; mais au défaut de celui-ci il eut recours au Cardinal de Noailles581. Aussi à l’entendre sottement raisonner je le pris pour un bon et zélé janséniste, car selon lui ceux que l’église a frappé d’anathème, ils doivent être considérés comme des grands saints.

721Il me pria d’assez bonne grâce de le venir trouver en leur maison de la Mission, qu’il me chargerait de quelques lettres pour Reims, et même de deux pour être distribuées sur ma route avant que d’arriver en la ville de Langres, où, en sa faveur, je serais bien reçu, aussi bien que si c’était lui-même. Et surtout que je lui fis quelques petits présents de Rome, dont je compris par ses discours qu’il n’avait pas grande estime non seulement de cette capitale du monde chrétien, mais encore de la cour de Rome. /214/

  • 582 L’hôpital général de Dijon, fondé en 1669, se substitue à l’ancien hôpital Notre-Dame de la Charité (...)

722J’entrai encore d’assez bonne heure en l’hôpital de la charité582. Il me fut donné, à l’ordinaire, un bon morceau de pain de froment, et le bouillon sans comparaison meilleur que celui qui nous fut donné en notre passage. Je reposai assez tranquillement cette nuit, en comparaison des dernières.

  • 583 Au lieu d’entrer dans la ville par la porte d’Ouche qui est toute proche de l’hôpital, Gilles Caill (...)
  • 584 Les lazaristes ont été introduits à Dijon en 1682, une maison étant acquise au faubourg Saint-Pierr (...)
  • 585 Il s’agit vraisemblablement d’une croix dite de Caravaca, par référence au sanctuaire de Caravaca e (...)
  • 586 La rue d’Oignon ou de l’Oignon, dans le quartier du Marché au drap de Reims, devait son nom à l’ens (...)
  • 587 La rue de Cérès ou rue de la Porte Cérès (ancienne rue des Chaudronniers) à Reims est un axe nord-s (...)
  • 588 [pénitentes ?].
  • 589 Il s’agit des Filles de la Charité, qui sont installées dans chacune des paroisses de la ville de D (...)

723Le jeudi douzième octobre, après avoir entendu la messe en l’église de cet hôpital, je sortis dehors en tirant en arrière sur la main droite583, allant en la maison des missionnaires qui est au faubourg de Saint Pierre584, chemin faisant, je fis ouverture de mon paquet, afin d’y faire choix de ce que je voulais donner au janséniste Charlier, qui fut d’une petite médaille et d’une croix de caravatte585 du père Bigeart. Je croyais trouver en cette maison un futur bienfaiteur, mais je fus bien étonné de n’y trouver qu’un homme à demi réveillé, et s’excusa qu’il n’avait pu m’écrire les deux lettres qu’il m’avait volontairement promis pour me faire plaisir sur la route de Langres, ayant passé la meilleure partie de la nuit à en écrire deux pour Reims, savoir une pour le sieur Rué rue d’Oignon586 et l’autre pour une des filles de la veuve Noël marchande rue de Cérès587, possible était-ce une de ses [blanc dans le texte]588. Quoi qu’il en soit, cet homme plein de feux et de vigueur, fut tout changé cette nuit, ayant avec moi une manière indifférente, comme si je lui étais beaucoup obligé, et s’excusant qu’il aurait souhaité de me donner à déjeuner : dont je pouvais l’excuser, n’en étant pas le maître, parce qu’ils demeuraient en communauté, et les sœurs grises589 sont aussi résidentes en cette maison, avec les prêtres missionnaires. /215/

  • 590 Il s’agit de la porte d’Ouche, située au sud-ouest de Dijon, alors que la porte de Saint-Pierre est (...)

724Comme mon homme m’avait promis beaucoup de merveilles dès la veille et entre autres qu’entrant dans la ville par la porte de Saint Pierre, qui n’est pas celle de l’entrée où est situé l’hôpital590, dont ceux qui y ont couché ne peuvent traverser seulement cette ville : mais, par cette porte, il n’en est pas de même, me disait-il, et le pis aller je n’avais qu’à me recommander de lui, ou le venir trouver en sa maison, qu’il me ferait passer sans nulle difficulté ; c’est ce qu’il ne fit pas, parce que je ne daignai l’en prier, et non pas même lui présenter mon présent, dont il ne m’en parla pas non plus.

  • 591 La ville de Dijon a gardé sous l’Ancien Régime le privilège d’une milice communale pour sa défense. (...)
  • 592 Les jésuites dirigeaient le collège des Godrans, construit dans le premier tiers du xviie siècle et (...)
  • 593 Le passeport de Gilles Caillotin porte la mention “Vu à l’hôtel de ville de Dijon ce 12e 8bre 1724. (...)
  • 594 Le Père Nicolas Du Sorton, recteur du collège des Godrans à Dijon depuis le 17 octobre 1723 a été m (...)
  • 595 Nicolas Bachart est peut-être un condisciple d’Antoine Caillotin. En effet, un clerc du diocèse de (...)

725Quand donc je fus arrivé à la porte du dit faubourg de Saint Pierre, je la passai outre, tandis qu’un chasse-pauvre avait le dos tourné vers moi ; les gardes de la seconde porte furent plus exacts, et me voulurent faire reculer, même de force, afin de m’empêcher l’entrée de la ville591, je leur répondis qu’à la vérité, j’avais couché en l’hôpital, mais que, nonobstant leur résistance, j’y entrerais, ayant besoin chez les pères jésuites592 et de faire soussigner mon passeport593. Il me conduisit chez un des magistrats de la ville qui soussigna mon passeport ; après quoi je fus demander après le père Du Sorton recteur des jésuites594, où il me fit donner un torchon de lettre de plusieurs morceaux, écrite à mon sujet par Nicolas Bachart595, dont le port fut de dix-huit sols et dans cette lettre était un billet de l’hôtel de ville de Reims, me remettant le tout entre les mains, sans me demander aucun port, et me fut donné une pièce de douze sols. Sortant de chez les jésuites, je crus avoir perdu mon passeport mais de bonheur qu’il était vers mon estomac. /216/

  • 596 Dans les villes pourvues d’un hôpital général, le soin d’arrêter les mendiants a été confié aux gar (...)

726Il m’était insupportable de me voir partout accompagné d’un chasse-coquin596, dont j’avais envie d’éprouver la patience : pour lui faire comprendre le peu d’estime que je faisais de sa personne, ce fut de faire tourner une pomme de bois pour le haut de mon bourdon, dont il craignait que je n’en vins à l’exécution, me conseillant qu’il me coûterait beaucoup moins en la ville de Langres. J’achetai une livre de pain bis de froment treize deniers ; si ce n’eût été le temps qui me pressait le plus, je me serais donné le loisir de dîner au cabaret et de faire, dis-je, tourner une pomme de bois, afin d’éprouver la patience de cet homme qui brûlait tout vif que je ne fus hors de la ville, afin de retourner en son poste.

  • 597 L’ancien couvent des Capucins est transformé après la Révolution en caserne, attribution qu’il gard (...)

727Après qu’il m’eut quitté à la porte de Langres, il y a sur la droite un couvent de pères capucins597 dont le portier me donna un petit morceau de pain blanc, même en cachette d’une dame qui était au parloir.

  • 598 C’est seulement après 1720 que les États de Bourgogne décident de mener une véritable politique rou (...)
  • 599 Il s’agit vraisemblablement du village de Til-Châtel, à vingt-cinq kilomètres de Dijon.
  • 600 Bologne dans les États du Pape.
  • 601 Gilles Caillotin orthographie le terme prisses. Il l’emploie au sens de dispute, querelle.

728Le chemin de Dijon est une belle et droite chaussée, qui discontinue une demi lieue après, parce qu’elle n’était pas encore parachevée ni même commencée598. Tirant donc sur la main droite par une grande courbe, le long du haut d’une montagne, ou haute colline, d’une terre rougeâtre pleine d’une pierre écailleuse, ayant sur la main gauche la descente de la pente de la montagne, le long de laquelle on continue de suivre jusqu’à [ce] qu’on soit parvenu dans un village qui est au pied de cette montagne, étant traversé du grand chemin. Comme je déjeunais dans un des cabarets de ce village599, il y survint un pèlerin y demandant l’aumône : je le reconnus avoir couché la dernière nuit en l’hôpital de Dijon et fûmes de compagnie un assez bon espace de chemin cette journée. /217/ Ce pèlerin était de la province de Brabant, sujet de l’empereur : il fut un des deux compagnons qu’Hochard accompagna, quand il me quitta en la ville de Boulogne600, et pour marque plus certaine il portait son bourdon qu’il lui avait rendu, aussi bien que la boîte de blanc fer, ayant eu ensemble de grandes prises601 par ensemble, et même avec le petit Lyonnais, qui, en vain, me voulut débaucher avant que de tenter Hochard.

  • 602 Il s’agit du village de Selongey à trente-quatre kilomètres de Dijon.
  • 603 En Bourgogne, le terme de corée désigne les gros viscères – ainsi les poumons – d’un animal.

729Le dit jour, nous couchâmes au village de Selongé602, éloigné d’égale distance de Dijon à Langres, et de l’une à l’autre six lieues. Toujours à l’ordinaire, eûmes beaucoup de peine pour trouver qui voulut nous donner le coucher, étant éconduit d’un chacun. En cette extrémité, le Brabançonnais fit l’entendu, voyant de la paille en pleine rue joignant une maison pour y coucher dessus. Une pauvre femme nous voyant réduits en ce pauvre équipage, elle eut pitié de nous en nous conduisant en la maison, et nous donna du bouillon et de la corée603 que nous mangeâmes avec son mari. Après souper, elle nous fit monter en un petit grenier dans lequel nous fûmes couchés sur bottes de paille, sans être déliées, parce qu’elle nous fit défense de l’éparpiller, mais nous ne pûmes nullement reposer cette nuit, pour être si durement couché, et encore la froidure de la nuit.

730Le vendredi treizième octobre, sortîmes de Selongé : le soleil commençait à darder ses rayons lumineux afin de dissiper le froid dont nous étions transis. /218/

  • 604 Orville est situé à trois kilomètres au sud-ouest de Selongey et cette route ramène effectivement l (...)

731Le chemin n’était pas des meilleurs, n’y ayant pas encore été travaillé afin de le réduire en chaussée, la terre étant de couleur rougeâtre et pleine de pierres écailleuses. Sur la moitié de la distance de Selongé à Langres, et de l’un à l’autre trois lieues, je reconnus sur la main droite ce grand amas d’eau d’où nous y avions lavé nos linges, et que nous nous étions égarés en prenant la route d’Orville604, sur une ancienne et déserte chaussée, couverte d’épais halliers.

732Et proche cet amas d’eau qui provient des sources voisines, le chemin que nous suivions était le véritable pour la ville de Dijon par Selongé, dont on commençait à le dresser. Quelque peu plus loin que cet amas d’eau, il convient de traverser un village.

733J’arrivai à Langres sur les deux heures après midi, allant droit en l’hôtel de ville où, pour lors, les magistrats y étaient assemblés, à l’occasion que ce jour il était arrivé des soldats ; ce fut le dernier endroit où je fis signer mon passeport de Grenoble, suivant la route et les villes qui m’y étaient indiqués.

734Je crus faire plaisir de montrer ma monnaie de Rome aux sergents ou officiers des magistrats, qui, en réciproque, me donnèrent du pain et boire du vin à leur santé et portèrent voir cette monnaie en la chambre du Conseil avec mon passeport.

735Je fis faire en cette ville une pomme de bois pour le haut de mon bourdon, moyennant la somme de deux sols.

  • 605 À partir de 1720, ce sont en effet cinq Filles de la Charité qui desservent l’hôpital Saint-Laurent (...)
  • 606 Humes est un village situé à cinq kilomètres au nord-ouest de Langres.

736Je crus coucher ou au moins avoir à souper en l’hôpital de Saint-Laurent des sœurs grises605, qui me donnèrent une bonne écuelle de soupe et une livre de pain de froment. /219/ Dans le même moment, je quittai la ville de Langres sur la brune du soir, toujours en descendant vers le village de Hume606, qui en est éloigné d’une lieue, où, sur la main gauche, était jeté en bas le portail d’une église depuis mon passage, il était bâti de pierre en son entier, nonobstant que tout le reste de l’église fut ruiné.

  • 607 En réalité, il s’agit très vraisemblablement du Brabançon rencontré au village de Til-Châtel.

737L’endroit d’où je couchai fut celui même où était le Briançonnais607, qui dans Langres s’était escorté de moi, afin de mendier, et qu’on le refusa également comme moi pour le coucher en l’hôpital de Saint-Laurent, dont j’eus à souper et lui n’en eut pas. Il y avait encore avec lui un certain presque du même pays, dont nous avions été de même compagnie lorsque je fis rencontre de cet homme, et quoi-qu’il me parut digne de mépris, cependant, dans cette première entrevue, il vida sa calebasse pleine de vin sucré, qui fut le seul dont je bus en tout mon voyage.

  • 608 Tortona, dans le duché de Milan, est située à une vingtaine de kilomètres à l’est d’Alessandria.

738Cet homme se disait être déserteur des troupes impériales en garnison en la ville de Tortonne608 dans le Milanais ; il nous avait quitté dès le matin, quoiqu’il eût couché au village de Selongé. Il me fit mille prières afin que je lui donna[sse] mon passeport de Grenoble, disant qu’il me devenait inutile aux approches de mon pays et qu’il lui ferait plaisir. Ce qui était très mal pensé par toutes les circonstances dont il était conçu, et même par son âge plus avancé que le mien. Nous fûmes des plus mal couchés cette nuit, sur des tuiles, et, de malheur, pensant assurer mes bas pour le lendemain, au lieu de les mettre sur une barre /220/ d’un rang à pourceaux qui était enclos dans la place où nous couchâmes, ils tombèrent en bas dans un baquet plein d’eau.

739Le samedi quatorze octobre, dès le grand matin, notre hôte vint battre pour mettre au moulin, dans une place voisine où nous étions, ce qui me fit penser à partir, bien surpris de voir mes bas détrempés d’eau. Je dis adieu à ces deux compagnons qui étaient résolus de prendre la route de Lorraine pour retourner en leur pays ; cependant quelques journées après que je fus de retour à Reims, allant chez les pères minimes, je fis rencontre du Brabançonnais qui en sortait et il revenait aussi de chez la mère de Jean Hochard.

740Bon Dieu ! que j’eus grand froid cette matinée car il avait gelé à glace, le chemin était effroyable, causé autant par l’obscurité de la nuit que par la grande quantité de pierres écailleuses dont il était récemment relevé, si qu’à grand peine pouvais je marcher dessus.

  • 609 Vignory, à une vingtaine de kilomètres au nord de Chaumont.

741Environ les dix heures du matin, j’arrivai dans la ville de Chaumont, dont le pain de froment ne valait que quinze deniers la livre. Je sortis aussitôt de cette ville, ayant à peine marché une demi-lieue que je fus rejoint par des laboureurs lorrains, qui, n’ayant pas trouvé à vendre leurs grains à un certain prix dans Chaumont, les conduisaient avec hâtiveté en la villette de Vignorix609. Un d’entre eux, ayant égard à mon long voyage, me fit monter sur sa charrette chargée de grains, en faisant courir ses chevaux à grande hâte dans les vallons, et allait modérément en montant ces mêmes vallons. /221/ J’arrivai au bourg de Vignorix, où, descendant de cette charrette, j’avais grande peine à me soutenir, autant pour être transi par la froidure du temps, que moulu d’être sur cette charrette.

742Après avoir acheté dans Vignorix un pain en forme de gâteau qui n’était pas trop bon, j’en sortis au même moment, ayant une menue bruine sur le corps qui se changea en grosse pluie ; ainsi je pouvais remercier le bon Dieu qu’au même endroit en allant et revenant, je fus détrempé d’eau jusqu’aux os.

  • 610 Gilles Caillotin orthographie le terme griboussier.
  • 611 Gilles Caillotin déforme ici le nom du lieudit La Falouse, situé à un kilomètre au nord du village (...)

743Comme, au sortir de Vignorix, je commençais de monter la montagne, mangeant mon pain à belle dent, je fus joint par un certain quidam que je considérais non comme un contrebandier mais bien pour un garde de sel, ayant le fusil sous le bras, la gibecière610 aussi, disant aller en la ville de Joinville, que nous serions d’une même compagnie, ce que j’acceptai non sans scrupule, ne pouvant autrement m’en désembarrasser ; et le voyant armé, joint la mauvaise idée que je concevais de lui ; et encore le voi[si]nage du bois sur la gauche et la rivière sur la droite. Mais comme je n’avais rien à perdre quant aux biens mais bien quant à ma vie ; marchant à l’aventure sans apercevoir aucune personne parmi l’obscurité autant de la pluie comme du pays. La pluie ne fut cependant pas des plus grosses, mais bien des plus menues. Cheminant ainsi en la compagnie de cet homme que je jugeai être un vrai bandit, par les entretiens que j’eus avec lui, joint encore sa profession de garde, car avant de se déclarer tel, il m’avait beaucoup inquiété au sujet /222/ des contraventions des gabelles. J’espérais qu’il serait assez imprudent de me faire ouvrir mon sac, mais il ne le fit pas. Trop bien j’eus grande peur quand je fus proche l’endroit tant renommé appelé la Falougue611, où on faisait autrefois impunément le métier non seulement de détrousser les passants, mais encore on leur ôtait la vie.

744Tout convenait assez bien à la mauvaise estime de cet homme qui était armé, joint le bois d’un côté et la rivière de l’autre, joint un épais brouillard qui empêchait de s’entrevoir de loin.

  • 612 Gudmont, à huit kilomètres au nord de Vignory.

745Passâmes le village de Gusmont612 où je reconnus la maison du syndic dudit lieu, qui était la dernière sur la gauche vers Joinville : c’était où nous couchâmes en passant.

  • 613 Il s’agit vraisemblablement du village de Mussey-sur-Marne situé à huit kilomètres au sud de Joinvi (...)

746La nuit approchant avec force, le froid et la pluie dont j’étais détrempé, m’empêcha de pouvoir suivre mon homme qui voulait aller coucher à Joinville ; il comprit bien la fatigue que j’avais, en me conseillant de me détourner sur la main gauche, par un chemin qui me conduirait à un village fort peu éloigné du grand chemin, qui était l’endroit dont il me donnait le conseil d’y coucher613.

747En le quittant, je marchai encore en plus grande crainte que je ne fis étant en sa compagnie, parce que je m’imaginais qu’il avait le dessein de me rattendre dans ce chemin qui était cavé. Vain soupçon contre cet homme, qui pour me défier de lui, je me figurais une chimère contre une personne dont il n’appartenait qu’à Dieu de sonder le cœur avec équité et connaissance de cause, dont le propre des hommes est de pécher en l’un et en l’autre par injustice et ignorance, pour ne pas dire le plus souvent par leurs malices. /223/

748Etant arrivé au dit village, je fus, encore à l’ordinaire, éconduit d’un chacun pour m’y loger, il y avait une halle sous laquelle étaient deux pressoirs, et ceux à qui appartenaient les vins qu’on pressurait, ils en emplirent ma calebasse. Je destinai mon gîte sous cette halle, en cas que je n’en puis trouver de meilleur ailleurs ; nonobstant la grande fatigue du chemin que j’avais fait ce jour, et tout mouillé que j’étais.

749Il advint qu’à force de prières faites à la porte d’une pauvre veuve chargée d’enfants, que lui avait laissé son mari nouvellement décédé, elle fut émue de compassion à force de m’humilier, la suppliant du moins de m’ouvrir sa porte, et qu’en cas que je ne lui fus pas pour agréable, je sortirais dehors. Ingénieuse invention que les hommes sont obligés de se servir quand se trouvant dans un pressant besoin, tel que j’étais.

750Cette femme ayant égard que j’étais percé d’eau me fit réchauffer, et me donna du vin ; je couchai dans un lit de plume avec ses enfants ; c’est ce que je blâmai en général, de voir que la pauvreté fait assembler en un même lit des enfants de divers sexe et même avec leurs pères et mères ; parce qu’il y avait un garçon aussi haut que moi.

751Le dimanche quinzième octobre, avant mon départ, cette femme me chauffa et, en reconnaissance, je lui fis présent d’une petite médaille bénite du pape, que j’avais destiné pour le sieur Charlier janséniste, qui m’avait le premier manqué de parole. /224/

  • 614 Gilles Caillotin désigne ici un sentier étroit.

752Je sortis par le jardin de cette veuve qui m’enseigna de suivre un pied sente614 au travers des vignes, afin d’abréger mon chemin, qui aurait été notablement retardé s’il m’avait fallu retourner par le chemin que j’étais parvenu la veille en ce village.

753Ce jour était si obscurci par un épais brouillard qu’à peine pou-vais-je apercevoir le chemin quatre pas devant moi ; je fis environ une lieue parmi les vignes le long de la montagne, puis je descendis dans un village peu éloigné de la ville de Joinville.

  • 615 L’Hôtel-Dieu de Joinville a été transféré, au début du xve siècle, à côté du prieuré Saint-Jacques (...)

754Je fus entendre la messe en l’hôpital du faubourg de cette ville615 ; le pain fleur de farine de froment valait quinze deniers la livre, et le vin à très juste prix, après avoir déjeuné au cabaret je sortis de cette ville sur les neuf heures du matin.

755Sortant de Joinville, je reconnus les infatigables travaux qu’il convenait de faire pour trancher la montagne, qui est de pure roche, dont on jetait les pierres dans la descente sur la droite, en comblant les vignes de vingt à trente pieds ; mais comme je me souvins des mauvais chemins que j’avais essuyés, tant sur le dessus de cette montagne que pour la descente, causé par une terre rougeâtre et gluante, remplie de pierres écailleuses, je voulus ensuivre le vieux chemin sur la main droite.

756Ce chemin était fermé de deux épaisses haies, après lesquelles il me fallut traverser par le milieu d’un village, au bas duquel je cheminai partie en plaine, ou prairie, ayant la rivière de Marne sur la main droite. Je fus égaré dans cette prairie parce que le chemin dont je suivais me parut être coupé, ou il recommençait sur l’autre rive auquel il y avait un village qui n’en était que fort peu éloigné. /225/

757Dans l’incertitude où j’étais, n’ayant plus d’autre voie pour me tirer d’embarras, que de passer la rivière en me dépouillant, parce qu’en suivant son cours oblique et tortueux – d’ailleurs le brouillard était devenu encore plus obscur que le matin, causé par le voisinage des prairies et de la rivière – il était constant que je me trouvais beaucoup embarrassé, comme si j’eus été en pleine nuit éclairé par la lueur de quelque phénomène, plutôt que du soleil.

758Mais la raison me servant de guide, je m’éloignai, autant que je pus, de la rivière, en me jetant sur la main gauche où infailliblement était le chemin, ce qui fut trouvé être véritable, c’était le chemin neuf, non pas sur la montagne que j’étais éloigné de beaucoup ; mais bien le long d’une autre, qui était à gauche.

  • 616 Il s’agit du village de Laneuville-à-Bayard à une douzaine de kilomètres au nord de Joinville.

759Je traversai par un petit village, Neuville616, ou hameau beaucoup endommagé par les travaux qu’il convenait de faire pour y passer le grand chemin, auquel on avait abattu plusieurs maisons sans ceux qu’on devait abattre dans la suite, pour le passage d’un autre nouveau chemin qui conduira depuis la ville de Troyes jusqu’à celle de Metz. De plus, sans parler de ces deux chemins qui formeront une espèce de croix, on y avait construit un beau et large pont de pierre, en la place d’un autre très petit, qui fut enlevé par l’impétuosité des orages d’eau arrivés au mois de juin dernier ; on nous dit que ce pont coûterait au moins mille écus au Roi.

760Sur les avenues de ce village ce n’était que bancs de pierres le long du pied de la montagne qui est sur la main gauche, pour élargir le chemin, il a fallu y employer la poudre pour les faire écarteler, en les jetant dans la rivière. /226/

  • 617 Il s’agit vraisemblablement du village de Prez-sur-Marne.
  • 618 Reims.

761Quelque peu plus loin, je dînai au premier village617, où, étant dans le cabaret, il y avait un soldat comtois qui retournait en sa garnison, et conduisant en sa compagnie un jeune garçon nouvellement par lui enrôlé ; je compris qu’il était pour moi avantageux de les laisser partir devant, parce qu’ils suivaient ma route jusques à Reins618, attendu que ce soldat lâcha au cabaretier quelques propos qui n’étaient pas beaucoup avantageux pour moi, surtout quand il provient d’une personne engagée dans les troupes, le meilleur étant de se tenir sur ses gardes.

762Tout le chemin, depuis ce village jusqu’à Saint Dizier excepté deux lieues en deçà, est assez bon ; mais ces deux lieues dont je veux parler, il était de toutes parts rompu causé par les pluies et le charroi, il était impraticable, parce qu’étant une terre rouge et limoneuse susceptible à se dissoudre à l’eau, et encore de plus ce chemin avait les bords de la chaussée renversés dans les fossés.

763Étant parvenu outre cette vaste plaine, je fus borné sur la gauche d’une haute colline couverte de bois, dont on avait abattu les environs le long du bord du chemin, afin d’en augmenter la sûreté, et du coin de ce bois jusqu’à Saint Dizier, on y compte environ trois quarts de lieue, cet espace de chemin était beaucoup plus doux que lorsque nous y passâmes, parce que l’écume du fer des forges voisines qu’on y avait apportée était rompue par le charroi.

764J’entrai dans la ville de Saint Dizier sur les trois heures après midi, ayant pris ma réfection au cabaret, le vin n’y valant que quatre pot et le pain le plus blanc quinze deniers la livre, et pour boire ce vin, je fus servi d’un méchant verre dont le pied était rompu. /227/

  • 619 Le village de Farémont, commune aujourd’hui réunie à Thiéblemont, est situé à treize kilomètres au (...)
  • 620 C’est sans doute au village de Perthes, situé à une dizaine de kilomètres à l’est nord-est de Saint (...)

765Je sortis dans le même moment de cette ville, ayant à peine fait une lieue que je fis rencontre du soldat ci-devant parlé ; il me fallut nécessairement aller de compagnie étant à moitié chemin de Saint Dizier à Vitry le François (en surcharge : à quatre lieues de Freamont619) il n’y a qu’un seul petit village au milieu duquel passe le grand chemin, ce fut le gîte d’où nous y couchâmes620. Ayant été éconduit au premier cabaret sur la droite quoiqu’il fut le plus fameux, pour être la poste, on nous allégua pour excuse qu’il n’y avait point de place ; notre soldat bien résolu d’y coucher à vive force, en cas que nous fussions encore éconduits en un autre petit cabaret sur la main gauche.

766Par la violence que fit le soldat aussi bien que son compagnon, nous entrâmes audit cabaret auquel était un père jésuite. Quand ce vint pour souper, le soldat devint malade et fallut-il lui couvrir un lit, tandis que son compagnon avait bon appétit.

767La pauvreté m’empêcha de demander autre chose que pain et vin, au grand regret de ce cabaretier qui eût fait plus grand bruit sans les prières du soldat et de son compagnon ; il me donna quelque peu de leurs viandes, et même aussi le père jésuite.

768Après que nous eûmes soupé, le père jésuite restant à se chauffer, il obtint du cabaretier la permission d’y passer une heure de temps que nous entrâmes en devis par ensemble sur la connaissance de plusieurs pères de la Compagnie, et sur les aventures de mon pèlerinage ; je lui fis voir mes pièces de monnaie et d’argent des pays que j’avais passés, ne craignant plus rien de les montrer publiquement pour deux journées que j’avais encore de marche. Mais comme nous étions tranquillement à deviser, la paix en fut interrompue par la survenue d’une bande d’ivrognes. /228/

Histoire effroyable d’une bande de scélérats et de bandits

769Voici donc arriver sept à huit charretiers revenant de conduire les équipages d’une troupe de gens d’armes de Saint Dizier à Vitry le François ; ces ivrognes, en arrivant dans le cabaret, ils y firent un grand tintamarre, disant à boire, à boire se disaient-ils, jurant et maudissant le saint nom de Dieu, avec d’autres paroles de gueule, ne pouvant nous entendre entreparler avec le père jésuite pour le grand bruit qu’ils faisaient.

770Voici une bien autre tragédie par l’arrivée d’une seconde bande de pareils scélérats, dont la maison était toute remplie, quoiqu’ils fussent debout ; ces malheureux étant autant excités par la multitude qu’ils étaient à offenser Dieu, que par le vin dont ils étaient gorgés.

771Comme le tout se passait avec grande offense de Dieu, le père jésuite se crut obligé de les avertir par ces paroles : Messieurs il y aurait moyen de se divertir sans offenser ainsi la Majesté divine ; parole qui porta un contrecoup : loin d’arrêter la fureur de ces insolents, ce fut le vrai sujet qui l’augmenta encore bien davantage, en dépit des remontrances qui leur furent faites.

772Qui pourrait sans horreur rapporter toutes les infâmes paroles qu’ils vomirent pendant sept à huit heures qu’ils restèrent en ce cabaret ; je crois que les démons ne pourraient jamais pis faire que firent ces ivrognes ; il ne restait que, pour terminer cette indigne tragédie, qu’une bande de filles ou de femmes afin que ces vilains en assouvissent leurs brutales passions, dont ils en donnaient des marques par les paroles exécrables qu’ils prononcèrent. Le père jésuite, voyant un tel tintamarre, supplia l’hôte de lui couvrir un lit afin d’aller se reposer. /229/

773Mais voici une bien autre tragédie, pour davantage insulter le père jésuite qui était couché dans la place joignante celle d’où nous étions chauffés ; car ils prirent la broche d’où était un membre de mouton qu’ils faisaient rôtir, et l’emportèrent en la chambre basse où, dis-je, était le père jésuite, et celui qui emporta cette broche dit à ses compagnons : qui m’aime me suive, allons faisons enrager le père jésuite, hurlant comme des bêtes féroces, disant du vin, du vin, en frappant de toutes leurs forces sur les tables, ils étaient pour ainsi dire comme des gens enragés, mettant toute la maison au pillage, le maître et la maîtresse assez occupés à les servir ; tandis qu’ils faisaient bonne chère leurs charrettes étaient dans la campagne et leur chevaux mouraient de froid, parce qu’il fit une très froide nuit ce jour là.

774J’étais cependant debout derrière ces malheureux, craignant que cette indigne fête ne fût terminée par l’effusion du sang, bien marri d’être ainsi spectateur de leur tragédie. Il advint que je vis l’hôte avoir un moment favorable pour m’écouter afin d’aller coucher ; il me conduisit dans une longue écurie éloignée d’environ deux cents pas de sa maison et séparée en deux, où il m’enseigna de monter en haut par une mauvaise échelle où la plupart des échelons étaient rompus, et marchant tout bellement de peur de tomber en bas par différentes ouvertures.

775Je ne pus reposer un seul moment cette nuit, autant par le bruit et tintamarre que firent ces scélérats, que par le froid dont je fus accueilli, parce que, de toutes parts, la couverture était percée, et, sur le coq chantant d’environ trois à quatre heures du matin, je me levai. /230/

776Le lundi seizième d’octobre, me levant de dessus cette mauvaise couverture où j’étais caché, marchant tout bellement de peur de tomber en bas par les ouvertures et ne pouvant ouvrir la porte qu’en coupant une méchante corde qui la tenait fermée, je vins éveiller mon soldat, tandis [que] je payai mon hôte, qui me dit être bien marri du sabbat arrivé chez lui, dont il venait de cesser ; en le quittant, je l’engageai d’assurer le père jésuite de mes respects.

  • 621 Vitry-le-François, ville créée par François Ier (d’où son nom) après la destruction par Charles Qui (...)

777Ainsi marchâmes nous sur le grand chemin, qui était trop dur pour être depuis peu revêtu de grève depuis Saint Dizier jusqu’à Vitry François621, mais marchâmes outre le chemin, sur la droite, en suivant un petit sentier qui nous fut enseigné par notre hôte.

  • 622 Gilles Caillotin a donc une barbe de treize jours, puisqu’il s’est fait raser le 3 octobre à Montmé (...)
  • 623 Les Minimes ont été introduits en 1620 à Vitry-le-François sous l’impulsion de l’évêque de Châlons (...)

778Nous arrivâmes à Vitry François dès les six heures du matin ; je quittai pour un moment ma compagnie – dont je devais la rejoindre, mais que je ne pus retrouver depuis – pour me faire raser, ne l’ayant pas été depuis Mont Mellian622 ; je ne voulus pas aller chez les pères minimes623 y faire des recommandations de Rome, sachant la mauvaise réception que j’avais reçue d’eux à la ville de Mâcon.

779Ce qui plus me retarda, ce fut que, ne trouvant point de pain chez les boulangers de la ville, par rapport aux troupes qui en sortaient, je fus obligé d’en sortir pour aller au faubourg de Lespine, je le payai quinze deniers la livre, encore c’était le plus bis ; parce que le blanc en valait vingt deux.

  • 624 Il s’agit vraisemblablement du village de Drouilly, à sept kilomètres au nord-est de Vitry-le-Franç (...)

780Après avoir déjeuné, je sortis de Vitry François ; n’ayant aucune compagnie il me fut facile de faire choix du chemin de Prouilly624, et dans cet intervalle le chemin était de toutes parts /231/ couvert de gens d’armes, un desquels voulant obéir aux nécessités de nature, et me voyant occupé autour de mon paquet, de bonheur que je fus assez prompt d’obéir à son insolent commandement de tenir son cheval par la bride : après lui avoir remis ès mains, de malheur, il s’échappa en courant le mors aux dents vers la troupe des autres chevaux, laissant tomber parmi les champs le manteau de cet homme d’armes, dont je craignais encore son ressentiment, après qu’il aurait rejoint son cheval, et qu’il ne revînt sur moi pour me faire sentir son indigne courroux.

  • 625 La rue des Tapissiers était aussi appelée auparavant rue du Chapitre, parce qu’elle conduisait à un (...)

781En deçà de Prouilly, je fis rencontre de deux hommes venant de Reims, l’un invalide et l’autre cordonnier, ce cordonnier me dénommant par mon nom, sur l’attente de ma prochaine arrivée qu’il avait entendu parler par mon père, chez un nommé Le Bée, cordonnier demeurant en haut de la rue des Tapissiers625 à Reims, dont cet homme était compagnon.

  • 626 Croix de Caravaca : voir plus haut p. 244, note 4.

782Cet homme m’importuna tant, qu’il fallut enfin le contenter en lui donnant une croix de caravatte626, qui avait été destinée pour le janséniste Charlier de Dijon, avec la médaille que je donnai à cette veuve dont j’ai parlé. L’invalide ne fut pas content car il n’eut rien.

783Je traversai la rivière de Marne sur un pont de bois, sur lequel est un corps de garde pour les droits des fermes ; après ce pont est le dit Prouilly, dont j’y dînai : c’est le seul endroit entre Vitry [le] François et Chaalons, excepté qu’il y a deux chemins après Prouilly pour aller à Chaalons, l’un à gauche le long de la rivière, où il y a plusieurs villages, mais comme ce chemin est, dit-on, le plus long, je pris celui qui est sur la main droite, arrivant en la ville de Chaalons sur les quatre heures après midi. /232/

Description de la ville de Chaalons sur la Marne

  • 627 Il s’agit vraisemblablement de la porte Sainte-Croix reconstruite en 1536. Elle était composée de d (...)

784Cette ville est située en pays plat ; la rivière de Marne la traverse ; elle est entièrement ceinte de murailles de craie, où même la porte par où j’entrai ressemblait beaucoup mieux à la porte d’une grange que non pas à celle d’une ville, excepté qu’elle était environnée de deux tours de craie627.

  • 628 La cathédrale Saint-Étienne de Châlons-sur-Marne, qui avait été commencée en 1115 dans le style de (...)
  • 629 Gilles Caillotin fait une description plus précise de la cathédrale Saint-Étienne lorsqu’il raconte (...)

785La ville est plus longue que large ; sur l’extrémité, vers la rivière, est l’église cathédrale dédiée sous le nom de Saint Etienne, n’ayant pour parvis au devant de son portail qu’une petite ruelle capable d’y passer six hommes de front. Les clochers de cette église ne sont pas sur le devant, comme c’est toujours la coutume, mais bien sur le derrière. Ces clochers sont bâtis de belles pierres comme est l’église : ils sont très beaux, mais inégaux en hauteur et grosseur628. Le dedans de l’église ressemble fort bien à celle de Saint Nicaise de Reims, pour être presque aussi délicate et d’une pierre aussi belle, les piliers sont aussi de même : en un mot c’est tout dire qu’elle la ressemble, excepté qu’elle est beaucoup plus serrée dans ses trois nefs, et même dans le derrière et tour de l’église629.

  • 630 Il s’agit de la collégiale de Notre-Dame-en-Vaux, reconstruite dans la seconde moitié du xiie siècl (...)

786On y voit aussi l’église de Notre Dame630, bâtie presque au milieu de la ville, mais qui conviendrait beaucoup mieux d’être faite cathédrale, que non pas Saint Etienne : car c’est une église qui est aussi très ample et très belle, ornée de quatre clochers qui sont flanqués aux quatre coins des extrémités de cette église dans l’un desquels il y a toujours un gardien qui y couche, de peur du feu. /233/

787Des clochers de cette église on découvre les villes de Reims et de Verdun.

  • 631 Gilles Caillotin orthographie le terme nauchers. Il s’agit de gouttières faites de deux planches cl (...)
  • 632 La rue Saint-Jacques de Chalons, appelée parfois rue de la Haute Chaussée, allait du carrefour Notr (...)

788Je ne trouvai rien de considérable dans cette ville ni dans les bâtiments, qui, pour la plupart, sont bâtis de bois et presque tous couverts de nochères631 ; excepté la rue de Saint Jacques qui est assez longue et droite, les bâtiments sont les plus beaux de cette ville, toutes les autres rues sont tortueuses et très mal pavées de cailloux, au lieu que celle de Saint Jacques est pavée de grès632.

  • 633 La bataille dite des Champs Catalauniques s’est vraisemblablement déroulée non pas près de Chalons (...)
  • 634 Le général romain Flavius Aetius, à la tête d’une armée qui réunit une coalition comprenant des sol (...)

789La place qu’on y tient le marché est très ample, surpassant même les deux de Reims s’ils étaient réunis par ensemble. Je ne sache rien autre chose de considérable de cette ville, sinon qu’elle est renommée pour les champs appelés catalauniens633, où fut faite cette grande déconfiture de l’armée du cruel Attila, surnommé le fléau de Dieu, où il fut combattu par le roi Mérovée et Etius capitaine de l’armée romaine, lesquels joints ensemble jonchèrent les campagnes de cent quatre mille barbares634. Aussi pour marque on voit encore l’endroit de ces champs par les grandes tranchées faites depuis le village appelé La Veuve jusqu’aux Petites Loges et même depuis Chaalons jusqu’à la Veuve mais elles ne sont pas aussi profondes à beaucoup près que les autres.

790Depuis La Veuve jusqu’aux Grandes Loges, on y compte une petite lieue, il y a deux tranchées, et des Grandes Loges aux Petites, on y en compte six, qui s’étendent de fort loin tant à droite comme à gauche, et tout ce pays n’est que craie et terre pour la plupart inculte. /234/

  • 635 Gilles Caillotin rapporte ici un épisode de la Ligue parisienne, qu’il a dû emprunter à un livre d’ (...)

791L’histoire remarque qu’après la mort du roi Henri trois, le parlement de Paris divisé en deux factions se retira de Paris à Tours et à Chaalons. Mais la Ligue Catholique établit un parlement qui n’était composé que de gens connus pour être catholiques romains. Ceux de Tours et de Chaalons biffaient les bulles des papes en les lacérant ou même en les livrant à leurs exécuteurs ; le parlement de Paris recevait non seulement ces mêmes bulles, mais encore cassait et biffait les arrêts de ces deux demi-parlements, en les faisant brûler par les mains d’un bourreau. Voilà les événements remarquables qui se sont passés en cette ville, au sujet de la secte de Calvin, que dans ces temps malheureux on voulait faire aller de pair avec la religion romaine635.

  • 636 L’Hôtel-Dieu-Saint-Étienne, qui a peu à peu réuni de 1577 à 1635 l’ensemble des hôpitaux de la vill (...)

792Je fus coucher en l’hôpital de Chaalons en qualité de passant636, mais comme je me chauffais, voici venir me tenir compagnie, un vieux rêveur que je crus être un malade, en me demandant non seulement les aventures de mon voyage, mais encore la visite de mon passeport. Après avoir fait quelque résistance, croyant que cet homme n’était qu’un passager, je lui montrai enfin ; il me demanda si je n’avais pas été inquiété sur mon passage par la maréchaussée, et que j’avais encore assez de chemin à faire pour en être arrêté. Ce vieux grimaud changea à tout coup de langage, en me félicitant sur des qualités naturelles qu’il remarquait en moi, comme de la hauteur et corpulence, me demandant si je voulais servir le roi, qu’il connaissait un capitaine natif de Chaalons, qu’il me mettrait entre ses mains, comme étant son ami et que je serais fort bien.

793Ce vieux fou fut par moi payé de dures et sévères /235/ réponses : disant être venu pour loger dans un hôtel dieu, et non pas pour être entretenu de pareils discours et qu’en vain pensait-il me tenter, n’étant pas dans un corps de garde pour parler de la guerre. Je lui dis avoir vu bien d’autres vendeurs de chair humaine que lui, dont je m’étais occupé de leurs fanfaronnes promesses, comme je me moquais des siennes. J’ajoutai : Voudrais-tu sérieusement me donner un pareil conseil que de m’engager aux portes de mon pays, après avoir fait un si long et ennuyeux pèlerinage, et donner un mortel chagrin à mes parents ? Me prends-tu apparemment pour un déserteur, ou quelque chose de pire pour appréhender d’être pris des archers ? Tel fut le paiement que reçut de moi ce vieux maquignon.

  • 637 Gilles Caillotin orthographie le terme mout. Il est vraisemblable qu’il désigne ainsi un fromage mo (...)

794Pour souper, il me fut donné une écuelle de soupe au pain de seigle, dont j’eus beaucoup de peine de manger, pour le goût fade que sent pour l’ordinaire le pain de Chaalons. Après cette soupe, il me fut donné un morceau dudit pain, avec un morceau de fromage mou637.

  • 638 Flaves signifie fables dans le patois ardennais. Voir Charles Bruneau, Enquête linguistique sur les (...)

795Après souper, ce vieux conteur de flaves638 me conduisit coucher en la salle des passants ; il m’associa avec un garçon qui avait la fièvre, dont je fis vainement refus sous prétexte que je pouvais la gagner. Nous fumes enfermés dans cette salle, et celui avec qui j’étais couché me fit manier son ventre d’une extraordinaire dureté : c’était un cal aussi dur qu’une pierre.

796Le mardi dix-septième octobre, au sortir de l’hôpital il me fut donné un morceau de pain de seigle, marchâmes avec un soldat invalide qui, en me quittant à la porte de Saint Jacques, me fit présent d’un morceau de pain. /236/

  • 639 Le village de La Veuve est situé à neuf kilomètres au nord-ouest de Châlons-en-Champagne.
  • 640 Le village des Grandes Loges est situé à onze kilomètres au nord-ouest de Châlons-en-Champagne et à (...)
  • 641 Le village des Petites Loges est à égale distance (vingt-trois kilomètres) entre Reims et Châlons-e (...)

797Étant arrivé au village de La Veuve éloigné de deux lieues de la ville de Chaalons639, je me fis faire une soupe au lait et y bus du vin blanc ; après avoir monté deux collines, et autant descendu, j’entrai dans les Grandes Loges640, puis par l’intervalle de trois lieues jusqu’aux Petites Loges641, il me convint de descendre six fois, après avoir monté la même quantité.

  • 642 Beaumont-sur-Vesle, à 14 kilomètres au sud-est de Reims.
  • 643 Sillery est un village situé à 11 kilomètres au sud-est de Reims.
  • 644 Il s’agit d’un bras de la Vesle qui a été artificiellement détourné. Ce canal, creusé en 1611, étai (...)
  • 645 Tout comme les pèlerins de Saint-Jacques se lavaient, au terme de leur voyage, à la fontaine de Lav (...)
  • 646 Cette zone est désormais incluse dans la zone industrielle au sud-est de Reims, où il existe un che (...)
  • 647 Nous n’avons pas retouvé l’identité de ce personnage.

798Au dessus des Petites Loges, d’où j’y avais pris ma pitance, je découvris les tours de Notre Dame de Reims, dont l’impatience que me causait la joie dont j’étais pénétré, me fit redoubler mes pas, en passant par Beaumont642 et Sillery643, suivant non le grand chemin, mais la rivière neuve644, dans laquelle j’y lavai une de mes deux cravates et me mis sur le plus propre que je pus, quittant les houssettes que jusqu’alors j’avais porté, pour porter une paire de bas neufs645. Je quittai la neuve rivière au moulin de Vrilly646 où je me voulais reposer en attendant la nuit pour entrer dans la ville ; mais je changeai de propos, faisant rencontre de Brice Majard647.

  • 648 Cette dernière étape est aussi l’une des plus longues du parcours puisque elle compte près de cinqu (...)

799J’entrai à Reims sur les quatre heures après midi par un temps le plus beau du monde, il y avait quatre mois jour pour jour et pareille heure, peu ne s’en faut que j’étais sorti de la ville, ayant voyagé pendant plus de sept cent lieues sans trouver aucune mauvaise rencontre648. /237/

Histoire des pèlerins de Lorette et de Rome. Sur l’air de celle de Saint Jacques649

  • 649 La chanson des pèlerins de Lorette et de Rome ne figure pas sur le livret des Chansons des pèlerins (...)

1 Quand nous partîmes de L’ille en
Flandres
notre pays
Nous dîmes adieu tous le cœur
tendre
à nos amis,
disant c’est pour l’honneur de
Dieu
qui s’est fait homme
j’allons visiter les saints lieux
de Laurette et de Rome

2 Étant munis d’une patente
de nos pays,
Aussitôt sans plus attendre
j’avons parti,
primes congé de nos parents
de nos chers pères,
qui nous ont quitté en pleurant
et aussi nos chères mères ;

  • 650 Couplet qui ne se trouve ni dans le livret retrouvé en Auvergne, ni dans la version du menuisier br (...)

3 Embrassons tous d’un grand courage
la pauvreté
et faisons tous le saint voyage
en sainteté,
Le fils de Dieu crucifié
prenons la peine,
pour être au ciel dans l’éternité
et sauvé de la géhenne650.

4 Prions Dieu qu’il nous accompagne
fusmes à Cambray
à Saint-Quentin, Reins en Champagne
tous de cœur gai, /238/
Chaalons, Vitry et Saint Dizier
droit à Joinville
et à Chaumont en Bassigny
à Langres la gentille.

5 Nous traversâmes dans la Bourgogne
droit à Dijon,
nous traversâmes l’hôpital de
Beausne
très belle et bonne
de là nous allons à Chalons
dessus la Saone,
C’est pour nous rendre dedans
Lion
pour y passer le Rhosne

  • 651 Ce couplet ne se trouve ni dans la version imprimée retrouvée en Auvergne, ni dans celle de Joseph- (...)

6 Adieu Lion, adieu la France
Adieu bon temps
pour ceux qui n’auront point
d’argent
dans l’Italie,
ma foi vous y pouvez compter
d’y faire pauvre vie651.

7 Nous entrâmes dans la Savoye
par Chambery
de Mont-Mellian prenons la voie
du Mont Cenis,
étant à Turin tout de bon
prîmes envie,
de traverser tout le Piedmont
pour voir Alexandrie

  • 652 Milanais.

8 Depuis Milan ville marchande
j’avons été
c’était pour honorer Saint Charles
de Borromée
nous traversâmes le Milané652
droit à Plaisance,
À Parme, à Rege, j’avons passé
à Modene pour nous rendre. /239/

  • 653 Il s’agit du corps de la clarisse Catherine de Vigri, morte en 1463, conservé dans l’église du Corp (...)

9 Étant à Boulogne la grasse
L’on nous reçoit
dedans l’hôpital de Saint Blaise
et Saint François,
là où tous pèlerins pieux
et pèlerines
vont voir le corps miraculeux de
Sainte Catherine653.

  • 654 Gilles Caillotin déforme ici l’andate in pace italien, que Joseph-Jacobus Verplancke écrit en revan (...)

10 Depuis Boulogne jusqu’à Laurette
il y fait bon
pourvu qu’on ait dans la pochette
quelques testons,
Les Italiens nous disaient tous
des datte in pace654
il faudrait bien des mots si doux
pour emplir nos besaces.

11 Et vous qui passez par rencontre
gardez vous bien
de vous engager de paroles
aux Vénitiens, Les Vénitiens vous mèneront
dedans leurs îles,
C’est un pays fort éloigné
de la France jolie.

  • 655 Il s’agit du crucifix vénéré à deux kilomètres de Sirolo (bourgade située à une vingtaine de kilomè (...)

12 Nous avons vu une chose admirable
qui fait charmer,
un saint crucifix adorable
prêt à parler,
C’est Saint Luc qui l’a travaillé
dans son bas âge,
à Sirol il a été placé
par un saint personnage655.

  • 656 Il s’agit bien évidemment de la Santa Casa de Lorette, miraculeusement transportée, selon la tradit (...)

13 Nous entrâmes dedans Laurette
ce sacré lieu
Là où que la Vierge conçut l’état
le fils de Dieu,
on nous montra par trois fois
la cheminée,
là où que la Vierge s’est chauffée
quand Jésus-Christ fut né656. /240/

14 Mais ce lieu digne de louange
fut transporté
de Nazareth par quatre Anges
il fut placé
Enfin les anges l’ont placé
proche Recanati,
là où que la Vierge opère
des miracles infinis.

  • 657 La basilique Saint-Nicolas de Tolentino, qui conserve le corps de l’ermite augustin mort en 1305, e (...)

15 Nous nous en allons de bandes
en bandes
à Tolentin657
de Saint Nicolas on demande,
de ce saint pain,
Là où qu’il fut béni à Laurette
ce saint temple,
de ce grand Augustin
tout rempli de louanges.

  • 658 Dès la mort de François d’Assise, son cordon a fait l’objet d’une très large dévotion en raison des (...)

16 Au grand saint François d’Assise
j’avons passé,
tous de cette dévote entreprise
j’avons été
dont nous avons embrassé son cordon658
avec courage,
c’était pour imiter tout de bon
ce grand saint personnage.

17 Finissons notre saint voyage
bien fatigué
dedans Rome en pèlerinage
j’avons été,
L’on dit devant que nous acquitter
l’on dit d’apprendre
l’hôpital de la Trinité
à cinq heures nous y faut rendre.

  • 659 Le parcours des sept églises, mis en honneur par Filippo Neri, le fondateur de l’Oratorio romain, v (...)

18 Dedans la superbe église de Saint Pierre
j’avons été,
nous confesser à un saint prêtre
et communier,
nous visiterons en dévotion,
les sept églises659,
c’est pour avoir rémission
de nos fautes commises.

  • 660 Il s’agit de la Scala Santa, située à Rome près de la basilique Saint-Jean-de-Latran et qui, selon (...)

19 Nos prières étant achevées devant
l’autel cette nuit nous faut préparer
pour y monter à deux genoux l’échelle sainte660
Là où qu’enfin le doux Jésus
monte pour nous sans crainte.

  • 661 Chaque jour de l’année sainte, le pape recevait à sa table douze pèlerins symbolisant les douze apô (...)

20 Avant que de partir de Rome
il faut tâcher
d’avoir la table du Saint Père
pour y dîner ;
Là où nous serons bien servis
par des évêques,
la médaille sera donnée
bénite du Saint Père661.

  • 662 Ce couplet fait référence à l’ouverture de l’année sainte 1700 : le pape Innocent XII étant graveme (...)

21 L’après midi tous les évêques
et cardinaux,
ayant tous la mitre en tête
et un flambeau,
marchent tous en procession
et sans nulle crainte,
Et le cardinal de Bouillon
ouvre la porte sainte662.

Notes

1 Bernard Barbiche, Monique Chatenet (dir.), L’édition des textes anciens xvie-xviiie siècle, Paris, Inventaire général, 1990.

2 Gilles Caillotin orthographie dans d’autres passages (ainsi p. 4 et p. 10 du manuscrit) ce patronyme Drolain. Il s’agit de Gabriel Drolin, né le 22 juillet 1664 sur la paroisse Saint-Jacques de Reims, l’un des tout premiers compagnons de Jean-Baptiste de La Salle. Sur le registre du noviciat des Frères des écoles chrétiennes (B.n.F., Nouvelles Acquisitions françaises 11 122, p. 11), il figure en tête de tous les Frères entrés dans l’Institut, avec la mention “est entré environ l’an 1684”. Sur le registre des vœux perpétuels des Frères des écoles chrétiennes, conservé à la Maison généralice de Rome, il est le deuxième des douze compagnons de Jean-Baptiste de La Salle à signer, après le fondateur, la promesse de s’unir “et demeurer en société pour tenir ensemble et par association les écoles gratuites, en quelque lieu que ce soit”, le 6 juin 1694. Voir Frère Maurice-Auguste, Les vœux des Frères des Écoles chrétiennes avant la bulle de Benoît XIII, Rome, Maison Saint Jean-Baptiste de La Salle, 1960, p. 8 et 32. Arrivé en 1702 à Rome, il ouvre en 1705, muni d’une patente individuelle, une école gratuite dans une salle louée sur la paroisse de San Lorenzo in Lucina, via degli Otto Cantoni. À partir de novembre 1709, il est maître d’une des écoles gratuites du pape “proche les Capucins”, c’est-à-dire près de l’église et du couvent Sainte-Marie de la Conception, reconstruit à partir de 1626 sur les débris de l’ancien couvent Saint-Antoine de Padoue, sous l’égide du cardinal Antonio Barberini, lui-même capucin, au pied du Quirinal (aujourd’hui via Vittorio Veneto, près de la place Barberini). Gabriel Drolin reste à Rome jusqu’en 1728. Il meurt en 1733 dans la communauté des Frères à Auxonne. Voir Yves Poutet, Le xviie siècle et les origines lasalliennes. Recherches sur la genèse et l’œuvre scolaire et religieuse de Jean-Baptiste de La Salle (1651-1719), t. I, Rennes, Imprimeries réunies, 1970, p. 674 et 691 ; t. II, p. 269-294 ; Frère Léon de Marie Aroz, Jean-Baptiste de La Salle. Documents bio-bibliographiques (1583-1950), Reims, 1975, (Cahiers lasalliens n° 40), p. 134-135 ; J.B. de La Salle, Œuvres complètes, Rome, Frères des Écoles chrétiennes, 1993, p. 515-532 (lettres écrites au frère Gabriel Drolin de 1704 à 1716).

3 Giovanni Francesco Albani, né à Urbino en 1649, est élu pape le 23 novembre 1700 et meurt à Rome le 19 mars 1721. On peut lire sur lui la notice de Luigi Fiorani, in Philippe Levillain, Dictionnaire historique de la Papauté, Paris, Fayard, 1994, p. 386-390, et celle de Stefano Andretta, Enciclopedia dei Papi, t. III, Innocento VIII-Giovanni-Paulo II, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 2000, p. 405-420.

4 Un Agnus Dei est un médaillon de cire représentant la figure de l’agneau mystique (en général l’agneau couché, ayant auprès de lui la croix), d’une grandeur qui a pu varier de 3 à 20 cm. Ils étaient bénis par le Pape au commencement de son pontificat, puis lors de toute fête ou toute circonstance solennelle au gré de ce dernier. Voir Francesco Moroni, Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, t. 1, Venise, 1840, p. 127-133 ; Charles Curtil-Boyer, “Les Agnus Dei et les petites reliques”, Marseille, n° 108, 1er trimestre 1977, p. 64-69 ; Wolfgang Brückner, “Christlicher Amulett-Gebrauch der frühen Neuzeit. Grundsätzliches uns Spezifisches zur Popularisierung der Agnus Dei”, Frömmigkeit. Formen, Geschichte, Verhalten, Zeugnisse. Lenz Kriss-Rettenbeck zum 70. Geburtstag, Munich, Deutscher Kunstverlag, 1993, p. 89-134. ; Charles Caspers, Toon Brekelmans, « The power of prayer and the Agnus Dei. Popular faith and popular piety in the late middle ages and early modern times », Questions liturgiques/Studies in liturgy, t. 79, 1998, p. 59-78.

5 Rémois d’origine, le frère Nicolas Tondeur a prononcé ses vœux de frère oblat dans l’ordre des Minimes au couvent de Reims le 1er août 1694. Il a alors 22 ans, ce qui signifie qu’au moment du passage de Gilles Caillotin à Rome, il a 52 ans. Le livre des professions du couvent des Minimes de Reims signale qu’il est mort le 10 octobre 1750 à Rome (A. D. Marne, 64 H 4, f° 81). Les frères oblats étaient chargés de tout ce qui concernait les services matériels des communautés.

6 Il s’agit du couvent de la Trinité-des-Monts fondé en 1494, honoré de la protection de Charles VIII et de ses successeurs et desservi par des Minimes français. Situé sur la colline du Pincio, il est l’un des centres scientifiques de la Ville Éternelle aux xviie et xviiie siècles. Sur ce couvent, on se reportera au catalogue de l’exposition réalisée à l’été 2002 à l’occasion des restaurations artistiques qui y ont été réalisées : Yves Bruley (ed.), La Trinité-des-Monts redécouverte/Trinità dei Monti riscoperta. Arts, foi et culture/Arti, fede e cultura, Rome, De Luca Editori d’Arte, 2002.

7 Il s’agit de la ville de Verceil en Piémont (Vercelli en italien). Gilles Caillotin renvoie ici au premier tome de ses Mémoires qui a malheureusement disparu.

8 L’ouverture de la Porte Sainte pour le jubilé de 1725 a lieu le 24 décembre 1724.

9 Au tout début de son texte, Gilles Caillotin a inséré une gravure en taille-douce, Veue de la Place du Peuple en entrant dans la Ville de Rome, qui est due à Pierre Aveline, graveur et marchand sur le petit Pont à Paris. La Porta del Popolo est la porte par laquelle entraient ordinairement les pèlerins ultramontains à Rome et elle est l’un des lieux que l’Archiconfrérie de la Trinité des pèlerins assigne régulièrement aux confréries affiliées comme point de départ pour leur entrée solennelle dans la Ville Éternelle lors des années saintes.

10 Les vignes sont des propriétés de campagne suburbaines appartenant à l’aristocratie romaine : aux fastes intérieurs de la villa répond l’agrément des jardins dont les allées sont ponctuées de statues et de fontaines.

11 Allusion à la bataille engagée sur les bords du Tibre, près du Pont Milvius, par Constantin contre l’empereur Maxence le 28 octobre 312, bataille au cours de laquelle ce dernier périt. Le Ponte Molle ou Ponte Milvio, reconstruit à la fin du second siècle par le consul Marcus Emilius Scaurus, fut restauré par le pape Nicolas V qui y ajouta une tour de garde.

12 Charles, connétable de Bourbon (1490-1527), passé au service de Charles Quint, est chargé par l’empereur en 1526 de prendre la direction des troupes impériales dans la péninsule italienne. C’est lui qui mène l’offensive qui devait aboutir au sac de Rome : il meurt le 6 mai 1527 au cours de l’assaut contre la ville.

13 Gilles Caillotin mesure vraisemblablement les longueurs avec le pied de Champagne qui vaut 33 cm. Les dalles sont donc ici des carrés de 50 cm de côté. À noter que Gilles Caillotin quitte, après le Pont Milvius, la via Flaminia pour prendre la via Cassia, construite à la fin du iie siècle avant Jésus-Christ par le consul Lucius Cassius Longinus.

14 Monte Mario fait aujourd’hui partie de la banlieue immédiate de Rome. Sur cette localité, voir Luciana Frapiselli, Monte Mario Finestra su Roma, sosta di pellegrini e artisti, Rome, Bardi, 1998.

15 L’expression « rez pied rez terre » signifie d’après le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière (La Haye-Rotterdam, 1690) de niveau, c’est à dire ici à fleur (ou à ras) de terre.

16 Plusieurs fois dans son récit, Gilles Caillotin comble les déficiences de sa mémoire en utilisant ce qu’il appelle le « routier » du sieur de Villamont, c’est à dire l’itinéraire de Paris à Rome, inséré dans les Voyages du seigneur de Villamont à partir de l’édition de Paris (1604) chez Jean Richer et Claude de Monstr’œil, et qui reproduit en réalité la Nouvelle Guide des chemins pour aller et venir par tous les pays et contrées, du Royaume de France plus le chemin de Jérusalem, Romme et autres lieux de la terre Saincte de Charles Estienne parue sous ce titre à Paris en 1583 et dont la première édition date de 1552. La poste désignée par Gilles Caillotin sous le nom de Le Bourguet figure dans l’édition des Voyages (Paris, 1609, f° 133v°). Ce toponyme correspond en réalité au village dénommé Borghetto, situé le long du Tibre à quatre kilomètres au nord de Civita Castellana (c’est à dire à près de soixante kilomètres de Rome), sur la via Flaminia qui mène à Terni, et de là à Lorette. Le lieu où s’arrête Gilles Caillotin, qui suit, lui, la via Cassia, est plus probablement le lieu dit La Storta, qui était l’une des postes où les voyageurs s’arrêtaient avant d’arriver à Rome. L’aqueduc dont il est question est celui de Trajan réactivé par le pape Paul V – et désormais dénommé acquedotto Paolo, qui commence dans les collines environnant le lac de Bracciano.

17 On remarquera que Gilles Caillotin fait la revue de ses richesses lorsqu’il se trouve seul : il a dépassé alors son compagnon allemand qui mendiait, et ne le rejoint sans doute qu’au niveau de la fontaine décrite dans le paragraphe suivant.

18 Le sol de cette partie du Latium est entièrement volcanique et les lacs (aussi bien celui de Martignano, celui de Monterossi que celui de Bolsena) sont d’anciens cratères. Tufs et cendres datant du pleistocène constituent une couverture peu résistante d’où une forte érosion.

19 Gilles Caillotin orthographie le terme favreaules.

20 Il est probable qu’il s’agit du bourg d’Isola Farnese, qui se situe à deux kilomètres à l’Est de la via Cassia que suit Gilles Caillotin. C’est là que se situent les ruines de Véies, cité étrusque prise par les Romains en 396 avant Jésus-Christ.

21 Le serein est l’humidité fine et pénétrante qui tombe après le coucher du soleil, lors de la saison chaude par beau temps.

22 Sur le frère Tondeur, voir page 40, note 1.

23 Toute cette partie du Latium, marécageuse, est réputée pour le paludisme endémique qui y sévit.

24 Lorsqu’il donne un calcul de distance, Gilles Caillotin l’emprunte généralement à l’itinéraire de Paris à Rome qui figure dans les Voyages du seigneur de Villamont.

25 Incertain de l’orthographe du terme, Gilles Caillotin l’écrit successivement de deux façons. Richard Lassels, qu’il utilise ici, l’orthographie Varca. Il s’agit en réalité du fosso della Valchetta, affluent du Tibre.

26 Marcus Furius Camillus, général romain (450-365), qui fut plusieurs fois nommé dictateur mais jamais consul, remporte la victoire sur Véies après un siège qui a duré de 406 à 396. Sur Marcus Furius Camillus voir dans l’édition du livre V de Tite-Live, Histoire romaine, procurée par Jean Bayet et Gaston Baillet, Paris, Les Belles Lettres, 1954, l’appendice, p. 140-155.

27 Gilles Caillotin recopie ici Richard Lassels, Voyage d’Italie contenant les mœurs des peuples, la description des Villes Capitales, des Églises, Couvents, Tombeaux, Bibliothèques, Palais, Métairies, Jardins, Peintures, Statues et Antiquitez, t. I, Paris, 1671, p. 285-286. L’épisode se situe vers 385 avant Jésus-Christ, après le sac de Rome par les Gaulois (387 avant Jésus-Christ), et est tiré de Tite-Live, Histoire romaine, livre V, chapitres L à LV. Le débat se noue au Sénat entre les tribuns de la plèbe, favorables, en raison des souffrances endurées par celle-ci, à une émigration à Véies et les patriciens, dont l’un des représentants, Camille explique les raisons, essentiellement religieuses, qui plaident en faveur d’un maintien à Rome même. C’est à l’issue du discours de Camille, qui a soulevé d’enthousiasme les sénateurs, que le centurion d’un détachement militaire qui traverse alors le forum prononce ces paroles : “Porte-enseigne, plante ici ton enseigne ; nous resterons ici, c’est parfait”. Ces mots, entendus fortuitement, sont considérés comme une révélation divine sur l’avenir ; la citation exacte est : “Senatus accipere se omen ex curia egressus conclamavit et plebs circumfusa approbavit” (chapitre LV, 2 c’est à dire “le sénat, sorti de la curie, s’écria d’une même voix qu’il acceptait le présage et la foule qui l’entourait approuva [cette décision]”.

28 Il s’agit de Monterosi.

29 Il s’agit du lac de Monterosi.

30 Sutri, situé à neuf kilomètres de Monterosi. Caillotin suit la via Cassia et contourne ainsi les Monti Cimini. La dénomination Soustra est empruntée à l’itinéraire de Paris à Rome, figurant dans les Voyages du seigneur de Villamont (dans l’édition de Paris, 1609, fo 133vo).

31 Ronciglione avait été érigé au xvie siècle en duché par le pape Paul III, pour les héritiers de Pier Luigi Farnese, son fils bâtard, légitimé par Jules II. Cette enclave revint dans le patrimoine de l’Église en 1649 sous Innocent X. Ce bourg n’est érigé au statut de ville qu’en 1727.

32 Le nombre des pèlerins issus de la Flandre française et se rendant à Rome est particulièrement élevé : lors de l’année sainte 1725, ils sont 121 à être accueillis à Saint-Louis des Français, auxquels on peut ajouter 43 Artésiens et 15 pèlerins issus du Hainaut, sur 2353 pèlerins dont l’origine est identifiée, soit au total 7,6 %. De cette importance, un signe est la chanson des pèlerins de Lorette et de Rome “sur l’air de celle de Saint-Jacques”, qui commence par ces mots : “Quand nous partîmes de Lille en Flandres notre pays”. C’est cette chanson qui clôt le récit de Gilles Caillotin.

33 Le renseignement est littéralement repris de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 281. Viterbe a été presque sans interruption de 1257 à 1281 le siège de la cour papale. Alexandre IV (mort en 1261) et Jean XXI (mort en 1277) sont enterrés à la cathédrale dédiée à saint Laurent, tandis que Adrien V (mort en 1276) est inhumé dans l’église San Francesco appartenant aux Frères Mineurs. Il faut également ajouter le tombeau de Clément IV, mort en 1268 et inhumé dans l’église des Frères Prêcheurs, Santa Maria in Gradi ; le mausolée de ce pape d’origine française, restauré en 1840, a été transféré depuis 1885 dans l’église des Frères Mineurs.

34 Le palais des papes de Viterbe a été construit entre 1257 et 1267.

35 Il s’agit de la Fontana Grande, située sur la place du même nom, achevée au xiiie siècle et restaurée dans le premier quart du xve siècle.

36 Bien évidemment Richard Lassels qui constitue la référence de prédilection de l’auteur.

37 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 281.

38 La fête de sainte Rose a lieu le 4 septembre et solennise la translation du corps de celle-ci de la paroisse Santa Maria del Poggio au monastère des clarisses de Santa Maria delle Rose qui prend le nom de Santa Rosa. Rose de Viterbe (1233-1252), tertiaire de l’ordre franciscain, n’a jamais été formellement canonisée par les papes en dépit d’un procès de canonisation entamé au xve siècle par le pape Calixte III ; elle figure cependant dans l’édition du Martyrologium Romanum procurée par Baronius en 1583, à la date du 4 septembre.

39 Le 20 janvier 1700, le corps de sainte Rose a été replacé dans une urne d’argent et de métal doré, avec une face antérieure amovible en cristal, ce qui permettait non seulement de voir, mais aussi de toucher le corps de la sainte revêtue de l’habit monacal des Clarisses. Voir Ernesto Piacentini, Il libro dei miracoli di Santa Rosa di Viterbo. Numero, contenuto, specie, metodiche, ex-voti, dipinti, fonti e valore storico dei miracoli di S. Rosa lungo i secoli, fino ad oggi, Viterbe, Monastero Clarisse S. Rosa, 1991, p. 72-73.

40 On est ici en présence d’une folklorisation du culte de la sainte, régulée par l’ordre des Clarisses lui-même. Les cordons, qui ont vraisemblablement touché la châsse ou le corps de la sainte, possèdent les mêmes propriétés que les très nombreuses ceintures mariales (ainsi à Lorette) ou virginales (par exemple sainte Marguerite) données ou vendues dans divers sanctuaires. Par leur rôle symbolique, elles sont censées assurer une protection pendant la grossesse et aider à une heureuse délivrance. Voir Jacques Gélis, L’arbre et le fruit. La naissance dans l’Occident moderne (xvie-xixe siècle), Paris, Fayard, 1984, p. 137-144. L’évêque de Viterbe semble, à certaines périodes, avoir voulu mettre un frein à ces pratiques de dévotion jugées superstitieuses, comme en témoigne l’abbé Jean Expert, vicaire venu à Rome pour l’ouverture du jubilé de 1700 et qui passe à Viterbe en décembre 1699 : “Une femme de la ville qui se trouva dans l’église nous dit de ne pas nous en retourner sans avoir premièrement eu des ceintures de cette sainte que les religieuses distribuaient pour le prix d’une seule ; croyant que les religieuses la fissent agir, nous lui demandâmes quelle propriété elles avaient, à quoi elle répondit qu’elles étaient bonnes pour le mal de tête mais surtout pour les femmes qui sont en travail d’enfant. Cela nous donna l’envie d’en prendre quoique nous crussions que ce fût un jeu, mais nous nous trompâmes car ces religieuses nous dirent qu’elles étaient fâchées de ne pouvoir satisfaire notre curiosité et notre dévotion à cause que l’évêque le leur avait défendu, de sorte que nous ne pûmes avoir de ces ceintures ni par prières ni par argent, ce qui est beaucoup dire dans ce pays, car l’argent fait tout”, Bibliothèque municipale de Toulouse, ms. C 698, p. 208-209. L’interdiction n’a sans doute été que temporaire. Passant le 6 septembre 1745 à Viterbe, au retour de son pèlerinage à Compostelle, Nicola Albani, domestique au service de l’archevêque de Capoue, note que “l’on voit à main droite du maître-autel le corps de ladite sainte Rose dans une châsse si belle qu’elle paraît vivante et avec les mêmes habits qu’elle portait au cours de sa vie, et elle peut être vue de toutes personnes en tout temps [...] et par la main de la Mère Abbesse se dispensent des cordons qui ont ceint la dite sainte”, N. Albani, Viaje di Nápoles a Santiago de Galicia. Manuscrito italiano de mediados del siglo xviii depositado en el archivo del Centro Italiano di Studi Compostellani, Madrid-Saint-Jacques de Compostelle, Edilan-Consorcio de Santiago, 1993, p. 153.

41 La fête de sainte Rose est un culte civique depuis le vœu solennel que la ville a fait auprès de la sainte lors de la peste de 1664. C’est à cette date que commence la procession solennelle à travers la ville du corps de sainte Rose porté sur une machine triomphale. Voir Stefano Camilli, “Sulla macchina o mole trionfale che attualmente si costruisce e trasporta per la città di Viterbo”, Giornale arcadico di scienze, lettere ed arti, t. 39, 1828, p. 339.
La vénération envers sainte Rose est encore extrêmement vivace au xviiie siècle, ce dont témoignent tant le registre d’un notaire de Fabriano pour les années 1738-1740, aujourd’hui conservé au monastère Sainte-Rose de Viterbe, que les nombreux ex-voto parvenus jusqu’à nous. Voir E. Piacentini, op. cit., p. 157190 et 241-252.

42 Au sens de follement désireux.

43 Nicola Albani qui est lui aussi présent à Viterbe à une date proche de la fête de sainte Rose (6 septembre 1745), fait également état d’une chasse au taureau sur la grand place de Viterbe : “Peu s’en fallut que ne fussent tuées de très nombreuses personnes parce que le taureau que l’on chassait sortit en dehors de l’enclos”, N. Albani, op. cit., p. 153.

44 Les environs de Viterbe sont en effet réputés depuis l’Antiquité pour leurs sources d’eau sulfureuse qui surgissent à plus de 60o centigrades, notamment à Bagno delle Bussette, Bullicame, et Bagni di Viterbo.

45 Tout ce paragraphe est littéralement recopié de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 279-281. L’épisode est raconté à la fois par Tite Live, Histoire romaine, livre V, chapitre XXVII et par Valère Maxime, Actions et paroles mémorables, Livre VI, chapitre V, 1.

46 “À cause d’est, est, est, mon maître est mort”. Gilles Caillotin recopie ici le conte qu’a entendu R. Lassels lors de son passage, op. cit., t. I, p. 278-279. L’épisode concernerait un gentilhomme de la cour d’Henri V, empereur du Saint Empire germanique, (descendu en Italie en 1111 pour se faire couronner à Rome par le Pape Pascal II) Hans Deuk : celui-ci se faisait précéder en effet par son serviteur Martin, chargé de tester pour lui la qualité des vins. Enseveli en l’église San Flaviano, ce gentilhomme aurait laissé, selon la tradition locale, 25 000 écus à la ville pour qu’on verse chaque année sur sa tombe le contenu d’une bouteille de Moscato. La fiera del vino, qui se tient chaque année dans la première quinzaine d’août, continue à perpétuer la mémoire locale du gentilhomme ivrogne, dont le patronyme est déformé en Defuk.

47 Dans ce paragraphe, Gilles Caillotin résume les informations qu’il a tirées de Gregorio Leti, La Vie du Pape Sixte Cinquième, t. I, Paris, Pralard, 1683, p. 337-340. Dans la seconde partie du manuscrit, il a recopié plusieurs passages de cette Vie, notamment la description de la bibliothèque Vaticane.

48 Le lac de Bolsena – Volsiniensis lacus des Anciens –, de forme elliptique (axe majeur : 14 km ; axe mineur : 12 km) a un périmètre de 43 km et une surface de 114 km2. C’est le plus important des lacs italiens d’origine volcanique.

49 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 277-278.

50 La “mer de Venise”, dont parle Gilles Caillotin est la mer Adriatique qu’il a découverte lors de son voyage aller près de Rimini en suivant la via Emilia pour aller jusqu’à Lorette. Cette expérience – c’est la première fois qu’il voit la mer de sa vie – est assez forte pour que notre pèlerin y fasse de nouveau allusion lors d’un voyage qu’il fait en août 1728 à Dieppe : “Ici la Providence fait voir aux hommes la grandeur de son pouvoir suprême, je trouvai la mer encore en plus grand courroux que celle de Venise, et j’eus plus de satisfaction de voir comme elle flux [sic] et comme l’eau se retire visiblement et la rivière devenant presque à sec lorsque la mer lui retire ses eaux, et les vaisseaux s’affaissent sur la grève et d’autres se couchent sur le côté”. B. M. Reims, ms. 2487, p. 661.

51 La peur générée par la nuit est un thème récurrent dans le manuscrit de Gilles Caillotin. Lors du récit d’un voyage fait à Landrecies en février 1718, soit cinq ans après le siège de cette ville par le prince Eugène de Savoie, il évoque la peur née du vent impétueux qui souffle et qui lui fait croire que la grange où il couche est “de toutes parts environnée de gens armés qui faisaient grand bruit de leurs armes, non pas que je voulus dire des soldats vivants, mais plutôt des morts [...] Je crois que Dieu permet qu’il y en a qui viennent faire leur purgatoire au lieu même où ils ont quitté violemment le monde”, B. M. Reims, ms. 2487, p. 577. De manière analogue, lorsqu’en décembre 1724, il rentre de nuit des Petites-Loges à Reims, il croit voir “deux arlequins”, puis “deux grands hommes sans tête [...] Il y avait lieu de croire que ce n’était rien de bon ; attendu que nous étions dans l’Avent et que ces deux prétendus hommes marchaient à pas égal sans que nous entendîmes aucun bruit de leurs pieds”, ibid., p. 593. À l’époque moderne, la nuit est le temps où le diable, les revenants, les sorciers établissent leur souveraineté : voir Carlo Ginzburg I Benandanti. Stregoneria e culti agrari tra Cinquecento e Seicento, Turin, Giulio Einaudi, 1966 ; traduction française : Les Batailles Nocturnes. Sorcellerie et rituels agraires en Frioul xvi-xviie siècle, Verdier, Lagrasse, 1980 ; Jean Delumeau, La Peur en Occident (xive-xviiie siècles), Paris, Fayard, 1978, p. 75.97 ; Robert Muchembled, “La violence et la nuit sous l’Ancien Régime”, Ethnologie française, t. 21, 1991, p. 237-242 ; François Angelier, Nicole Jacques-Chaquin (ed.), La Nuit, Grenoble, Jérôme Millon, 1995. Sur la peur des revenants au Moyen-Âge, voir Jean-Claude Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard, 1994.

52 La transcription phonétique hasardeuse de Gilles Caillotin renvoie peut-être à un Bist du deutsch ?

53 D’après les registres qui consignent le passage des pèlerins se rendant à Rome au xviiie siècle, les pèlerins d’origine germanique présentent en effet la spécificité de voyager plus souvent en famille : plus de 30 % des pèlerins germaniques enregistrés à Pistoia dans les années 1730-1764 pérégrinent avec femme et enfants. Voir dans la postface de ce livre les remarques relatives aux hôpitaux d’Aoste et de Chambéry, et D. Julia, “Pour une géographie européenne du pèlerinage à l’époque moderne, in Ph. Boutry, D. Julia, (dir.), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, Rome, École Française de Rome, 2000, p. 3-126.

54 C’est sans doute la traversée nocturne de Bolsena, sans aucun arrêt, qui explique que Gilles Caillotin, si attentif en général à fournir des détails sur tous les lieux de dévotion situés sur son passage, ne souffle mot ici du miracle eucharistique survenu en 1263 où, pendant la célébration de la messe dite par un prêtre qui émettait des doutes sur la transsubstantiation, une hostie consacrée laissa couler du sang. Le miracle donna lieu à l’édification d’une chapelle et surtout à la proclamation de la fête de Corpus Christi par le pape Urbain IV par la bulle Transiturus. Richard Lassels, source essentielle de Gilles Caillotin, l’évoque longuement, op. cit., t. I, p. 277.

55 Travail est entendu ici au sens de fatigue, peine.

56 Gilles Caillotin écrit : j’étions seuls.

57 Tout ce paragraphe est adapté ou recopié de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 276-277. Il évoque l’épisode final de la guerre de Castro. En 1649, Giulio Spinola, gouverneur de Viterbe avait reçu de la part d’Innocent X l’ordre d’assiéger et de raser l’entière ville de Castro : le 18 mars précédent, le Père Barnabite Cristoforo Giarda, nommé évêque de Castro par le Pape contre la volonté des Farnèse, ducs de Castro, avait été assassiné par deux sicaires sur la via Cassia aux environs de Monrerosi, alors qu’il se rendait en litière à Castro pour prendre possession de son évêché. Le Pape, après avoir excommunié les deux assassins, désigne Ranuccio Farnèse, duc de Parme, comme le véritable instigateur du crime et décide d’occuper le duché. Davide Vidman (1619-1659), noble vénitien au service de la Papauté, commande l’armée pontificale et réalise la destruction, pierre à pierre, non seulement des fortifications, mais de l’entier habitat, y compris les églises et couvents.

58 Un teston neuf est naturellement plus apprécié qu’une pièce usée : Clément XI a été pape de 1700 à 1721 et la pièce dont parle Caillotin est donc récente. Le teston est une pièce d’argent pesant 9, 536g, titrée à 917/1000 et qui vaut trois pauls.

59 Le paul est une pièce d’argent pesant 3,179g, au titre de 917/1000. Le paul vaut dix bajoques ou baïoques de cuivre, la bajoque équivalant elle-même à cinq quatrains. Voir Angelo Martini, Manuale di metrologia ossia di misure, pesi e monete, Turin, 1883, p. 658-659 et 671.

60 Gilles Caillotin emploie ici indifféremment quatrain et sol. Il réclame donc une bajoque qu’on lui a retenue indûment sur le teston qu’il a donné.

61 Gilles Caillotin signifie ici qu’il aura du mal à céder la pièce d’argent qu’il vient de recevoir à son titre légal.

62 Il s’agit de Centeno, située à dix kilomètres au nord d’Acquapendente.

63 Une cassine désigne une vieille maison en mauvais état.

64 La feuillette ou fillette est une mesure de capacité, dont la contenance varie de province à province. Il est vraisemblable qu’elle correspond plus ou moins à 30 ou 35 centilitres, soit une demi-bouteille.

65 Il s’agit du fleuve Paglia.

66 Radicofani est à 900 mètres d’altitude et la route sinueuse doit franchir plus de 300 mètres de dénivellation.

67 C’est à dire ici à fleur (ou à ras) de terre.

68 Didier, roi des Lombards (756-774).

69 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 276, dont le récit se déroule en sens inverse de celui de Gilles Caillotin, écrit : “C’est la dernière place de l’État de Florence”.

70 Radicofani, antique forteresse construite par le pape Adrien IV en 1154 fut prise au xve siècle par le condottiere Angelo Tartaglia, capitaine au service de Ladislas roi de Naples, puis vendue aux Siennois qui y construisirent une nouvelle forteresse. Assiégée sans succès en 1555 par Chiappino Vitelli, capitaine au service du Grand Duc de Toscane Côme Ier de Médicis, elle se rendit seulement en 1559 après la chute du dernier bastion siennois, Montalcino.

71 La Paglia figure sur l’itinéraire publié dans les Voyages du Seigneur de Villa-mont (édition de Paris, 1609, fo 133vo) entre La Scala (à dix kilomètres au sud de San Quirico d’Orcia) et Centeno (à cinq kilomètres au nord d’Acquapendente). Sur la carte établie par Ferdinando Morozzi dans les années 1750-1770, le lieu-dit La Paglia figure à une dizaine de kilomètres au sud de Radicofani, voir Ferdinando Morozzi, Carta geografica del Granducato di Toscana, Florence, Leo S. Olschki, 1993, carte no 19.

72 Entre Radicofani et San Quirico d’Orcia, la route traverse une vaste zone argileuse rendue instable par l’action des eaux. D’où son abandon. C’est seulement en 1929 que commencent des travaux de bonification et un vaste reboisement.

73 De l’italien, pagnotta, miche de pain.

74 Mesure de capacité pour vendre le vin au détail.

75 Il s’agit du per carità.

76 La grâce est en fait la crazia, monnaie d’argent de 4,140g, titrée seulement à 56/1 000. Une crazia vaut 5 quattrini. En Toscane, le giulio pèse 2,751g et est tiré à 917/1 000, tout comme le paolo (paul) romain.

77 Le raisonnement de Gilles Caillotin est le suivant : le giulio vaut 8 crazie, la crazia équivaut ainsi à 0,344g. Le paul romain qu’il donne à l’hôtelier équivaut donc à dix crazie florentines. Il estime donc son repas bon marché.

78 La pratique de la prière en chemin est courante parmi les pèlerins. Le curé de Chênehutte-les-Tuffeaux en Anjou, Claude Robin, qui a fait le pèlerinage de Rome en 1750, se fait accompagner, à son retour, depuis Sienne jusqu’à Verceil, par Joseph Le Gras, “ancien et pauvre garçon, mais fort honnête homme”, qu’il se charge de nourrir en échange de ses services : “J’avais éprouvé ce garçon qui était un vrai saint, natif de Barcelonnette, diocèse de Gap, âgé d’environ quarante ans ; parlant un peu mieux que moi l’italien et au fait du génie de la nation, je me trouvai bien de sa compagnie et de ses conseils. Il était continuellement en prières sur la route, tantôt avec un livre, tantôt avec son chapelet, ce qui m’obligeait de faire la même chose, j’y trouvais une consolation très grande dans les fatigues, où je me trouvais aussi bien que chez moi”, cité par Xavier de La Perraudière, “Voyage à Rome en 1750 par M. Robin, curé d’Anjou”, Revue des Facultés catholiques de l’Ouest, 5e année, 1895-1896, p. 642.

79 Gilles Caillotin désigne ici un Tchèque.

80 Il s’agit des environs de Bologne.

81 Buonconvento, à 26 km au sud-est de Sienne.

82 Il s’agit de San Quirico d’Orcia, à environ 35 kilomètres au sud-est de Sienne.

83 Les deux bourgs sont vraisemblablement Monteroni d’Arbia et Cuna, respectivement à 13 et 11 kilomètres de Sienne.

84 Le mal de Saint-Jean est l’épilepsie. On retrouve cette croyance dans la vertu des pierres chez le tailleur picard Guillaume Manier qui s’est rendu à Saint-Jacques de Compostelle en 1726. À Ravanal, entre Léon et Saint-Jacques, il achète d’un vieux pèlerin auvergnat une douzaine de “pierres d’hirondelle”. À Compostelle, il achète d’un garçon tourneur rémois douze pierres d’aigle et une pierre d’aimant, les pierres d’aigle étant censées posséder des vertus pour la délivrance heureuse des femmes enceintes, le mal de tête, le mal de ventre et toutes sortes de fièvres. À Oviedo, il achète encore à un autre pèlerin six à sept douzaines de “pierres de croix” qui sont “bonnes” contre les esprits malins, les peurs nocturnes, la fièvre, la dysenterie, le mal de cœur et qui protègent les voyageurs par terre ou par mer. Voir Xavier de Bonnault d’Houet (éd.), Pèlerinage d’un paysan picard à Saint-Jacques-de-Compostelle, au commencement du xviiie siècle, Montdidier, Abel Radenez, 1890, p. 68, 88, 95-97, 110-111. Il y a donc bien tout un commerce de pierres le long des routes de pèlerinage.

85 Passage recopié de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 270-271.

86 Paragraphe recopié de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 271.

87 Il s’agit de la ville d’Asti.

88 Il existe bien à Sienne une Fonte Branda qui est l’une des plus anciennes fontaines de la ville : elle est mentionnée à la fin du xie siècle, agrandie au xiie siècle, puis rebâtie en 1246-1248 par Giovanni di Stefano. Mais elle est construite en briques et il est beaucoup plus probable que Gilles Caillotin décrit ici la Piazza del Campo de Sienne qui a une forme de conque marine.

89 La description de Gilles Caillotin s’accorde mieux avec celle de la Fonte Gaia (fontaine de la liesse) située sur la Piazza del Campo. Celle-ci remonte au début du quinzième siècle, quand un circuit souterrain de canalisations fut établi dans la ville de Sienne pour l’alimentation en eau. Construite en marbre blanc selon une forme rectangulaire de 1409 à 1419, elle est due à Jacopo della Quercia. L’œuvre originale a été remplacée par une copie en 1867.

90 Selon l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot (t. IV, Paris, 1754, p. 505), croisé se dit de “toute étoffe fabriquée à quatre marches et où les fils de chaîne sont plus serrés par cette raison, que si elle n’avait été travaillée qu’à deux ; ainsi toute étoffe croisée est d’un meilleur user que si elle était simple”.

91 La phrase de Gilles Caillotin est inachevée. On peut imaginer que l’interlocuteur (réel ou supposé) avait entrepris l’éloge de Marot. La traduction en français d’une cinquantaine de psaumes par Clément Marot (1496-1544), publiée à Genève en 1542, lui vaut aussitôt sa mise à l’Index. Lorsque Théodore de Bèze la compléta dans l’édition génevoise définitive de Michel Blanchier en 1562, ils devinrent le livre de cantiques de l’Église réformée. Mis en musique, les Psaumes de Marot ont donc constitué l’un des vecteurs essentiels de la piété huguenote, leur emploi régulier dans la liturgie aidant à la mémorisation des textes. Le “depuis peu” appliqué ici à Jean Calvin concerne le Commentaires de Jehan Calvin sur le Livre des Pseaumes, dont la première édition a paru en 1558.

92 Gilles Caillotin réemploie ici une argumentation puisée dans une apologétique catholique du pouvoir pontifical. Dans la seconde section de son manuscrit (p. 328-344), il a d’ailleurs amplement recopié une “Description du suprême pouvoir du Souverain Pontife”.

93 La rumeur orale concernant les bruits de guerre entre la France et l’Espagne court tout au long des routes où se croisent pèlerins, soldats déserteurs ou migrants temporaires.

94 La péninsule est effectivement parcourue par toute une série de pèlerins venus surtout des territoires germaniques, mais aussi de Suisse, des Pays-Bas, d’Écosse ou d’Angleterre pour se convertir à Rome. Il y a à Rome un Ospizio de’ Convertendi, fondé en 1673 et installé à partir de 1686 piazza Scossacavalli dans le palais Spinola ; il accueille chaque année jusqu’en 1750 un nombre considérable de “nouveaux” convertis. Voir Bruno Neveu, “Tricentenaire de la fondation à Rome de l’Ospizio de’ Convertendi (1673). Ses hôtes français au xviie siècle”, Rivista di Storia della Chiesa in Italia, t. 27, 1973, p. 361-403 ; Sergio Pagano, “L’Ospizio dei Convertendi di Roma tra carisma missionario e regolamentazione ecclesiastica (1671-1700)”, Ricerche per la storia religiosa di Roma, t. 10, 1998, p. 313390 ; Antje Stannek, “Migration confessionnelle ou pèlerinage ? Rapport sur le fonds d’un hospice pour les nouveaux convertis dans les Archives Secrètes du Vatican”, in Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. Julia, dir., Rendre ses vœux. Les identités pèlerins dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2000, p. 57-74.

95 Il s’agit du port toscan de Livourne. La traduction française du livre de Richard Lassels (op. cit., t. I, p. 266-268) orthographie de la même façon Ligourne.

96 Depuis le traité de La Haye en 1720, où les membres de la Quadruple Alliance (France, Angleterre, Provinces-Unies et Autriche) ont contraint l’Espagne à abandonner, à la suite de ses défaites militaires, la Sardaigne et la Sicile, celle-ci n’est plus présente dans la péninsule italienne. Philippe V a obtenu toutefois un double droit de succession sur les duchés de Parme et de Toscane. Il est probable que la “brigade” compte s’embarquer à Livourne pour se mettre au service du roi d’Espagne.

97 Les informations de ce paragraphe sont empruntées à Richard Lassels, op. cit., t. I, p. 274-275. Aucun concile œcuménique ne s’est tenu à Sienne sous le pontificat de Nicolas III (1277-1280). Un concile, précédemment convoqué à Pavie par Martin V (1417-1431), s’ouvre à Sienne le 8 novembre 1423 mais est dissous dès le 26 février 1424 en raison des divisions sur la notion de réforme. Les papes « siennois » cités sont : Alexandre III (Rolando Bandinelli), pape de 1159 à 1181 ; Pie II (Enea Silvio Piccolomini), pape de 1458 à 1464 ; Pie III (Francesco Tedeschini Piccolomini), neveu du précédent, pape du 22 septembre au 8 octobre 1503 ; Paul V (Camille Borghèse), pape de 1605 à 1621 ; Alexandre VI (Fabio Chigi), pape de 1655 à 1667. En réalité, Pie II est né à Corsignano, village situé dans le val d’Orcia, qu’il transforme entre 1459 et 1464 en résidence temporaire pour sa cour sous le nom de Pienza ; Paul V est né à Rome et est issu d’une famille d’origine siennoise qui s’est installée dans la capitale de la catholicité sous le règne de Paul III.

98 Jean Gillot (1659-1739), chanoine du chapitre cathédral de Reims, docteur en théologie, avait été, sous l’épiscopat de Charles-Maurice Le Tellier, professeur à la Faculté de théologie et l’un des supérieurs du Séminaire de Reims. Exilé à Couserans dès 1710, il revient dans la capitale champenoise après la mort de Louis XIV. Il y est alors l’âme du combat janséniste, faisant appel, avec le chapitre, l’université et la Faculté de théologie, au Concile contre la Constitution Unigenitus en 1717, et renouvelant son appel en 1721. Il est l’un des agents les plus actifs du mouvement des appels, diffusant auprès des monastères des actes d’appel tout préparés, qui défendent les thèses presbytériennes, ce qui lui vaut un nouvel exil à Couserans après avoir été exclu du Chapitre, du sacre du roi et des Assemblées de la Faculté de théologie. Transféré à Angoulême en 1724, puis quelques années plus tard à Auxerre, il meurt le 1er novembre 1739, âgé de 80 ans. Voir Nouvelles ecclésiastiques, 25 juillet 1740 ; R. Taveneaux, Le jansénisme en Lorraine 1640-1789, Paris, 1960, p. 226, 391, 451, 511-512 ; Jean Lesaulnier et Anthony Mc Kenna (dir.), Dictionnaire de Port-Royal, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 453.

99 Nicolas Le Gros (1695-1751), docteur en théologie et chanoine de la cathédrale de Reims. Directeur du petit séminaire de Reims sous l’archevêque Charles-Maurice Le Tellier, il est chassé par Mgr de Mailly puis excommunié par l’official métropolitain le 17 juin 1715, parce qu’il s’est opposé à l’acceptation de la Constitution Unigenitus. Il se réfugie à Paris puis en Hollande en 1714, où il retrouve Pasquier Quesnel. Il connaît la célébrité avec son livre Du renversement des libertés de l’Église gallicane, paru en 1716 en deux volumes, où il défend la thèse selon laquelle les curés, successeurs des soixante-douze disciples du Christ reçoivent immédiatement de celui-ci leur juridiction et les évêques doivent s’entourer de leur avis. Rentré en France quand le régent rappelle les exilés, il est député en 1716 auprès du Parlement de Paris par les curés, chanoines et docteurs de Reims pour demander justice contre les vexations de Mgr de Mailly et publie alors un Mémoire pour les trois Docteurs et curés de Reims, qui a beaucoup de succès. Il est appelant en 1717, réappelant en 1721, et a signé l’appel en faveur de Jean Soanen, évêque de Senez, après le Concile d’Embrun qui a déposé ce dernier en 1727. Exilé en 1721 par une lettre de cachet à Saint-Jean-de-Luz, il se retire secrètement à Paris. Dépouillé de son canonicat, il se fixe en 1726 (après un séjour à Rome et un voyage en Angleterre) en Hollande où il fut, pendant dix ans, supérieur du séminaire d’Amersfoort, dépendant de l’église janséniste d’Utrecht. Il meurt à Rhynwick en 1751. Voir Nouvelles ecclésiastiques, 30 janvier et 6 février 1753 ; Édmond Préclin, Les Jansénistes du xviiie siècle et la Constitution civile du Clergé. Le développement du richérisme. Sa propagation dans le Bas-Clergé 1713-1791, Paris, 1929, p. 60-65 ; Régine Pouzet, “Nicolas Le Gros (1675-1751)”, in Jean Lesaulnier et Anthony Mc Kenna (dir.), Dictionnaire de Port-Royal, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 622-623.Voir également le Mandement de Louis-François Du Vau, vicaire général de François de Mailly, 28 juin 1715, Bibliothèque municipale de Reims, CRI 377 MM.

100 Claude-Rémi Hillet (1677-1753), docteur en théologie, est le curé de la paroisse Saint-Martin de Reims, la paroisse même de Gilles Caillotin et c’est lui qui a baptisé ses frères Louis, Antoine, Jean-Nicolas et Martin. Il s’oppose vigoureusement dans l’Assemblée de la Faculté de théologie de Reims du 1er juin 1714 à l’acceptation de la Constitution Unigenitus. L’officialité de Reims procède alors immédiatement contre lui et il est envoyé par lettre de cachet au grand séminaire de Reims, puis est déclaré excommunié le 17 juin 1715 en même temps que Nicolas Le Gros. Relevé par arrêt du Parlement le 8 mai 1716, il reprend ses fonctions. Il signe l’appel des quatre évêques contre la Constitution Unigenitus en 1717. Il est exilé par lettre de cachet à Lunel près de Montpellier puis dans cette dernière ville où il devient le directeur spirituel des Filles du Bon Pasteur et le commensal de l’évêque janséniste, Charles de Colbert de Croissy. Dès l’arrivée du successeur de celui-ci, Georges-Lazare Berger de Charancy, il est transféré à Auxerre, siège d’un diocèse dirigé par l’évêque janséniste Charles de Thubières de Caylus, où il meurt en 1753. Voir Nouvelles ecclésiastiques du 17 décembre 1756.

101 Jean Lacourt (1669-1730), fils d’un marchand épicier, docteur en théologie de l’université de Reims en 1695, fut d’abord chanoine de l’église St-Symphorien en 1708 avant de devenir chanoine de la cathédrale de Reims en 1711. Il refuse de publier le mandement de l’archevêque de Reims, François de Mailly, en date du 5 octobre 1716 qui condamnait le livre de l’oratorien Vivien de La Borde, Du Témoignage de la Vérité et celui des Hexaples, tous deux parus en 1714. Il signe l’appel du chapitre cathédral au Concile contre la constitution Unigenitus le 22 mars 1717 et réappelle, toujours avec le chapitre, le 7 octobre 1718. À la mort du cardinal de Mailly, en 1721, il écrit un poème latin In obitum Francisci de Mailly Epicedium qui est particulièrement injurieux à la mémoire du prélat : “Il mourut enfin, si nous ne nous trompons pas, et, en mourant, il rendit la religion aux fidèles et les fidèles à la religion. Il laissa aux princes les pires exemples, aux hommes de cour des conseils déloyaux, à ses successeurs des insignes déshonorés...”. Incarcéré pour ce fait à la Bastille de janvier à août 1722, il se retire à Rouen de 1722 à 1726, puis demeure à Paris jusqu’à sa mort. Jean Lacourt est tout à la fois un numismate, un historien des religions de l’Antiquité et un historien de la ville de Reims : il avait à cet égard réuni de très nombreux documents. Ses manuscrits sont conservés tant à la Bibliothèque nationale de France qu’à la bibliothèque municipale de Reims. Voir Charles Loriquet, “Épisode de l’histoire du jansénisme à Reims. Jean Lacourt, chanoine de Reims à la Bastille. Sa Vie, ses Ouvrages, sa Détention, sa Mort et sa Succession”, Travaux de l’Académie Nationale de Reims, t. 80, Deuxième partie, 1885-1886, p. 1-252.

102 François de Mailly, archevêque de Reims de 1710 à 1721, est l’un des chefs du combat anti-janséniste au sein de l’épiscopat français.

103 La boîte à Perrette est le sobriquet qui désigne l’organisation financière des jansénistes. Sur cette organisation, voir Catherine Maire, De la cause de Dieu à la cause de la nation. Le jansénisme au xviiie siècle, Paris, 1998, p. 131-135 ; Nicolas Lyon-Caen, La Boîte à Perrette. Approche des finances du mouvement janséniste au xviiie siècle, thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, École nationale des Chartes, mars 2002, ex. dactylographiés.

104 Gilles Caillotin emprunte visiblement toute l’argumentation qu’il met dans la bouche de ce prêtre italien à des textes anti-jansénistes et probablement aux ordonnances de François de Mailly, archevêque de Reims. Dans son ordonnance condamnant Le témoignage de la Vérité, livre de l’oratorien Vivien de La Borde, datée du 5 octobre 1716, celui-ci écrit : “Les évêques sont juges de la doctrine et il est nécessaire qu’il y ait une autorité nécessaire qui décide en ressort toutes les questions qui peuvent s’élever en matière de religion. [...] Les évêques seuls ont été destinés pour décider des matières de foi, et ils ne sont pas assujettis au témoignage des prêtres” (p. 15 et 21, un exemplaire à la Bibliothèque municipale de Reims, CRI 376 M).

105 Pasquier Quesnel (1634-1719), entré à l’Oratoire en 1657, s’est attaché à Antoine Arnauld en 1666-1669 alors que ce dernier était réfugié au séminaire Saint-Magloire de Paris où lui-même était directeur. Éloigné de Paris en 1678 à la demande de François de Harlay, archevêque de Paris, il s’exile aux Pays-Bas espagnols lorsque l’Assemblée générale de la congrégation de l’Oratoire exige, en 1684, de tous ses membres la signature d’un formulaire antijanséniste. Il retrouve alors à Bruxelles Antoine Arnauld. Enfermé dans les prisons de l’archevêché de Malines le 30 mai 1703, il s’en évade le 13 septembre suivant, passe d’abord à Liège puis s’enfuit en avril 1704 en Hollande, où il demeure jusqu’à sa mort. Pasquier Quesnel est surtout connu par son livre Abrégé de la morale de l’Évangile ou Considérations chrétiennes sur le texte des quatre évangiles, paru d’abord à Châlons en 1671, texte qu’il n’a cessé d’augmenter dans les éditions successives et qui paraît en 1692 en quatre volumes in-octavo sous le titre Le Nouveau Testament en français avec des Réflexions morales sur chaque verset pour en rendre la lecture plus utile et la méditation plus aisée. C’est ce livre qui est condamné par un bref de Clément XI en date du 13 juillet 1708 et surtout, le 8 septembre 1713, par la Constitution Unigenitus qui en extrait 120 propositions pour les condamner.

106 Voir l’ordonnance de François de Mailly, en date du 5 octobre 1716, déjà citée : “S. Cyprien n’a pas craint de dire que ceux qui divisent le corps de l’Église ne sont pas moins coupables que ceux qui ont percé et divisé le corps de Jésus-Christ ; que quand même ils perdraient la vie pour lui, ils ne recevraient pas la couronne de la foi et que le crime inexcusable de la discorde ne s’expie même par le martyre” (p. 4-5).

107 Voir la Lettre de M. l’Archevêque de Reims à S. A. R. le Duc d’Orléans, régent du royaume, en date du 20 janvier 1718 : “Les sectaires dans leurs faibles commencements ont toujours tâché de se confondre avec les catholiques. Ils ont regardé comme une offense atroce les dénominations particulières qu’on leur a attribuées. Ils ne s’y sont accoutumés qu’avec le temps et lorsqu’une multitude de partisans leur a rendu supportable une honte commune [...] Trop récents et trop faibles pour oser s’ériger en sectaires, ils crurent il y a plusieurs années qu’après s’être soumis en apparence aux décisions de l’Église, ils ne devaient pas être distingués des catholiques par des titres particuliers” (p. 2-3).

108 Voir l’ordonnance de François de Mailly en date du 5 octobre 1716, déjà citée, p. 9 : “Sous un roi plein de zèle pour la religion et pour la saine doctrine, sous un roi dont la douceur a été une des principales vertus, la prétendue soumission se serait terminée à un exil”.

109 Marcion, né vraisemblablement à Sinope, province du Pont, rompt avec l’Église romaine en juillet 144. Il affirme l’incompatibilité entre l’Ancien et le Nouveau Testament et l’impérieuse nécessité où se trouve le christianisme de rompre toutes les attaches qui le relient à la religion juive et de tirer de cette rupture toutes les conséquences dogmatiques et métaphysiques. Dans son Adversus Haereses (livre III, chapitre 3, § 4, édition W. Wigan Harvey, t. II, Cambridge, 1957, p. 14), Irénée de Lyon rappelle la réponse de Polycarpe à Marcion qui lui demandait “Nous connais-tu ?” : “Je te connais comme le premier né (primogenitum) de Satan”.

110 Arius, né en Libye dans la deuxième moitié du iiie siècle, est ordonné prêtre à Alexandrie. Il s’oppose vers 318-320 à l’évêque d’Alexandrie, Alexandre, qui insiste sur l’unité de la Trinité. Pour Arius, si le Père a engendré le Fils, l’être de ce dernier a eu un commencement ; il fut donc un temps où il n’était pas et par conséquent, il a été fait du néant. Le Fils est donc une créature et un être produit, ce qui est refuser au Verbe l’éternité et affirmer que le Fils n’est pas semblable au Père. L’hérésie se répand en Palestine, Syrie et Asie Mineure. C’est le Concile oecuménique de Nicée, où sont présents 318 évêques, qui par la proclamation du Symbole de Nicée condamne l’hérésie d’Arius. L’hérésie arienne, qui avait gagné tout l’Orient, ne disparaît qu’après le deuxième Concile de Constantinople en 381.

111 Voir la Lettre à S. A. R. le Duc d’Orléans de François de Mailly, déjà citée, en date du 29 janvier 1718 : “Nous sommes à la discrétion des Parlements : ce n’est plus dans les Conciles, c’est dans le Palais que les affaires de l’Église se traitent aujourd’hui ; c’est là qu’on décide si la Constitution est reçue dans l’Église et l’on fait dépendre des arrêts la certitude et la notoriété de la foi [...] Présentement les décisions du pape et des évêques ont besoin d’être confirmées par des tribunaux séculiers ; et elles sont impuissantes si elles ne s’accordent pas avec leurs opinions. O Dieu, quel étrange renversement des choses les plus sacrées” (p. 13-14).

112 Gilles Caillotin écrit ici : Il est encore bien plus criant.

113 Félix, évêque d’Urgel à la fin du viiie siècle est le théoricien de l’adoptianisme : le Christ, vrai Fils de Dieu genere et natura en tant qu’engendré par le Père a été, en tant qu’issu de David et né de la Vierge Marie, adopté par Dieu comme filius adoptivus, nuncupativus. Il y a donc une double filiation dans le Christ, naturelle (celle du Verbe) et adoptive (celle de l’homme Jésus). L’adoption divine du fils de Marie est le gage et la garantie de la nôtre et elle s’achève dans la résurrection. Félix d’Urgel abjure ses erreurs devant Charlemagne au Concile de Ratisbonne en 792, et derechef à Rome devant le pape Adrien Ier. Revenu sur son siège d’Urgel et retourné à ses erreurs, il est condamné solennellement, en son absence, au Concile de Francfort tenu apostolica auctoritate. Convoqué par Charlemagne au Concile d’Aix-la-Chapelle en 798, il s’y rend et discute six jours entiers avec Alcuin avant d’abjurer à nouveau ses erreurs. Il est alors placé sous la surveillance de Leidrade, archevêque de Lyon, où il meurt en 818. François de Mailly dans sa Lettre à S. A. R. le Duc d’Orléans en date du 20 janvier 1718 fait expressément allusion à ces épisodes : “C’est le roi Charles qui par ses grandes actions mérite le nom de Charlemagne, il eut toute sa vie une extrême application à conserver la pureté de la foi et à maintenir la discipline de l’Église, dont on peut dire même dire qu’il fut le restaurateur” (p. 21).

114 Condamné en novembre 448 par une assemblée épiscopale réunie autour de l’évêque de Constantinople Flavien et déposé de son sacerdoce et de sa dignité d’archimandrite, Eutychès en appelle au pape Léon Ier. L’empereur Théodose II convoque en 449 un concile à Éphèse ; le pape Léon s’y fait représenter par trois légats et adresse en même temps à l’évêque Flavien une longue lettre dogmatique dénommée le « Tome » où les erreurs d’Eutychès sont condamnées. Cette lettre n’est pas lue au Concile d’Éphèse (désormais appelé pour cette raison le “brigandage” d’Éphèse) tenu le 8 août 449, en dépit des réclamations des légats de Léon. La situation change avec l’avènement, en 450, de Marcien après la mort de Théodose II. Un nouveau Concile s’ouvre à Chalcédoine en octobre 451 et marque le triomphe de la doctrine et de l’autorité de saint Léon : le “Tome” est acclamé par l’assemblée. Pour Eutychès, Jésus-Christ n’avait qu’une seule personne, celle du Verbe et celui-ci est resté sans changement après l’Incarnation : il n’y a aucun mélange de la divinité et de l’humanité et la chair du Christ n’a pas d’origine céleste. En revanche, la Vierge Marie nous est consubstantielle. On trouvera le texte de la lettre de saint Léon à Flavien (Epistola 28) dans Eduardus Schwartz (ed.) Concilium Universale Chalcedoniense, t. II, Première partie, « Epistola papae Leonis ad Flavianum episcopum Constantinopolitanum de Eutychem », p. 24-33. Eutychès est comparé à Quesnel dans la Lettre de M. l’abbé *** à Monseigneur l’Archevêque de Reims premier pair de France... Sur les Erreurs des Novateurs et leur Résistance au S. Siège et au Corps des Évêques, s. l., 1719, p. 52-56, où l’auteur commente longuement le « Tome » de Léon Ier.

115 La Déclaration royale du 7 octobre 1717 impose le silence pour un an à tous les protagonistes des discussions autour de la Constitution Unigenitus. Elle vise à calmer les troubles nés de l’appel dit des quatre évêques au Concile général contre la Constitution Unigenitus publié le 1er mars précédent. Dans sa Lettre à S. A. R. le Duc d’Orléans en date du 20 janvier 1718, op. cit., François de Mailly établit lui-même la comparaison de cette déclaration avec le “Type” de Constant et avec l’Intérim de Charles Quint pour en dénoncer le caractère fallacieux : “Cette Déclaration qu’ils [les jansénistes] ont arrachée plutôt qu’obtenue s’est d’abord attiré des comparaisons odieuses : on a cru, quoiqu’injustement, qu’elle avait une entière conformité avec le Type de Constant et l’Intérim de Charles V et elle a jeté la consternation dans les cœurs des fidèles” (p. 5).

116 Entre septembre et décembre 638, l’empereur Héraclius avait publié une « ecthèse de la foi » où il exposait la doctrine de l’Incarnation d’après le Concile de Chalcédoine, condamnait l’emploi des termes une ou deux énergies à propos du Christ mais affirmait dans le Christ une seule volonté sans confusion des deux natures qui conservent chacune leurs attributs propres. Ce texte, devenu la charte de l’hérésie monothéliste (affirmation d’une seule volonté dans le Christ) accentue les divisions et est anathématisé par le pape Théodore. Le “Type”, promulgué par l’empereur Constant II en 648, est l’expression de la volonté impériale dans les discussions relatives aux opérations et aux volontés existant dans le Christ : le basileus interdit à tous les chrétiens de discuter d’une façon quelconque d’une volonté ou d’une opération, de deux opérations ou de deux volontés. Des pénalités sont prévues à l’égard des contrevenants : déposition des évêques et des clercs, excommunication des moines, confiscation des biens pour les sénateurs. Le texte maintient pour l’Empereur le droit de juger seul et en dernier ressort d’une question religieuse et paraît mettre les deux doctrines sur le même plan. Le pape Martin Ier prend position contre le “Type” de Constant et le fait condamner par un Concile tenu au Latran en 649. Le “Type” de Constant ne sera abandonné qu’en 678 sous son fils et successeur Constantin IV Pogonat. On voit bien l’actualité que les jansénistes pouvaient trouver dans le “Type” de Constant, véritable loi du silence imposé dans les querelles théologiques en cours.

117 Après la victoire de Mühlberg, le 24 avril 1547, l’empereur Charles Quint réunit une diète à Augsbourg. Devant le refus des protestants d’accepter les décisions du Concile transféré de Trente à Bologne, l’Intérim, préparé par deux théologiens réformistes, Pflug et Helding, est imposé aux protestants le 15 mai 1548 par Charles Quint : il exige le rétablissement des rites catholiques dans tous les territoires protestants, n’accordant que deux concessions : le mariage des prêtres et la communion sous les deux espèces. L’Intérim est appliqué dans les villes du Sud de l’Empire et le Wurtemberg : quarante villes libres l’acceptent pour éviter le sort de celle de Constance qui a été incorporée aux territoires habsbourgeois. En réalité, l’Intérim s’avère être un échec, du fait de l’enracinement de la confession luthérienne auprès de la majorité des notables et des autorités locales, nobiliaires ou non, et auprès des commerçants et des simples artisans qui désertent la messe. La paix d’Augsbourg s’y substitue en 1555, entérinant l’existence de deux confessions, celle de l’Église catholique et celle des Églises évangéliques réunies dans la confession d’Augsbourg : la liberté religieuse n’y est accordée, en fait qu’aux princes immédiats d’Empire et à la chevalerie, et le principe de l’unité confessionnelle de chaque territoire – cujus regio ejus religio (formule qui ne date que de 1579) – y est adopté, c’est à dire la liberté pour le prince de disposer de la confession de ses sujets.

118 Il s’agit des partisans de Priscillien.

119 C’est-à-dire projetait.

120 Priscillien commence à propager ses idées vers 370-375 aux environs de Merida et de Cordoue en Espagne. Condamné en 380 par un concile à Saragosse, il est cependant élevé à l’évêché d’Avila. Ses adversaires obtiennent de Gratien un décret bannissant les manichéens, dénomination assez vague qui englobe les priscillianistes. Maxime une fois proclamé empereur et installé à Trèves, Priscillien refuse de se rendre au concile que celui-ci a convoqué à Bordeaux en 384 et demande que sa cause soit défendue devant l’empereur lui-même : amené à Trèves, Priscillien est convaincu de maléfices et de doctrines immorales, condamné et exécuté avec six de ses partisans. L’hérésie de Priscillien reposait sur ses définitions de la Trinité (le Fils est décrété innascibilis, affirmation inacceptable après le Concile de Nicée), son dualisme métaphysique et sa condamnation absolue de la matière et du monde matériel (les âmes ont été précipitées par les démons dans les corps humains à cause de leurs péchés), son fatalisme astrologique et son opposition à la hiérarchie (défense du droit de tous les fidèles à recevoir l’Esprit).

121 Il s’agit du cardinal Louis-Antoine de Noailles, archevêque de Paris de 1695 à sa mort en 1729, ouvertement favorable aux jansénistes : il publie le 24 septembre 1718 son appel au Concile, rédigé un an plus tôt, contre la Constitution Unigenitus, mais adresse à Rome sa rétractation et son adhésion à la Constitution Unigenitus en juillet 1728.

122 Il s’agit de l’hôpital de Santa Maria della Scala. Fondé à la fin du xiie siècle, l’hôpital de Santa Maria della Scala a été, pour l’essentiel, construit aux xiiie et xive siècles. Il n’a cessé, au cours des siècles suivants, d’être agrandi et enrichi d’œuvres d’art. La construction du pellegrinaio, salle où étaient reçus et soignés les pèlerins, remonte au xive siècle et est le plus ancien témoignage de l’architecture hospitalière gothique à développement longitudinal en Italie : elle comporte cinq travées, mesure trente-six mètres de longueur sur près de neuf mètres de largeur, et sa décoration date du quinzième siècle. Une visite du 18 juillet 1603 nous apprend que trente-cinq personnes étaient affectées au service du pellegrinaio sur plus de six cents employés présents à cette date dans l’hôpital. Voir Daniela Gallavotti Cavallero, Lo spedale di Santa Maria della Scala. Vicenda di una committenza artistica, Pise, Pacini, 1985, p. 77, 153-165, 297.

123 Sur la vie quotidienne à l’hôpital de la Scala pour une période antérieure, il est vrai, on pourra se reporter à Gabriella Piccini, Laura Vigni, “Modelli di assistenza ospadaliera tra Medioevo e Età moderna. Quotidianità, amministrazione, conflitti nell’ospedale di S. Maria della Scala di Siena”, in Giuliano Pinto (ed.), La società del bisogno. Povertà e assistenza nella Toscana medievale, Florence, Salimbeni, 1989, p. 131-174. À la fin du Moyen Age, le dortoir de la section masculine pour les pèlerins malades comporte 130 lits (p. 145).

124 Il s’agit de la chartreuse de Maggiano située à environ un kilomètre et demi, au sud-est du centre de Sienne, au delà de la Porta Romana : elle fut fondée par le testament du cardinal Riccardo Petroni en date du 27 janvier 1314 et les travaux commencèrent dès 1316. Elle est transformée aujourd’hui en hôtel de luxe. Voir Lia Pescatori Ciappi, “Introduzione allo studio delle Certose senesi : Maggiano e Belriguardo”, Certose e Certosini in Europa. Atti del Convegno alla Certosa di San Lorenzo Padula 22, 23, 24 settembre 1988, vol. II, Naples, Civita, 1990, p. 275-288.

125 Il s’agit de la Chartreuse de Belriguardo située à deux kilomètres au nord-ouest du centre de Sienne : fondée en 1340 par le banquier Niccolò di Cino d’Ugo de la famille des Cenughi. Édifiée à partir de 1343, puis incendiée en 1554, elle fut entièrement reconstruite en 1618.

126 Livourne, port de Toscane.

127 La Sicile a été rétrocédée par l’Espagne à l’empereur du Saint Empire Romain Germanique au traité de La Haye en date du 6 mai 1720 et restera sous son autorité jusqu’en 1734.

128 Le pape recevait chaque jour à sa table douze pèlerins de nationalité différente, symbolisant les douze apôtres.

129 Jean Hochart, qui a accompagné, durant son voyage aller, Gilles Caillotin jusqu’à Bologne (voir B. M. Reims, ms. 2487, p. 217, ici même p. 247) et couche à l’hospice de Saint-Louis des Français les 14, 15 et 16 août 1724 (Archives des Pieux Établissements de Rome et de Lorette, registre 209/4), est donc resté à Rome après le départ de celui-ci. L’hospitalier orthographie ainsi son patronyme “Jean Auchard, de Sedan”. Le dénommé Hochart n’est pas forcément un modèle de piété puisque, lors de ce même voyage aller, il a “vomi comme un pourceau” au sortir du couvent des Minimes de Mâcon “et même presque sur les degrés de leur église, le monde y étant de toutes parts pour entendre la messe” (ici même p. 238). Quoi qu’il en soit, les liens tissés au cours du pèlerinage ne se sont pas distendus puisque, quand Jean Hochart se marie le 17 janvier 1729 avec Marie Gaucher à la paroisse Saint-Martin de Reims, il choisit Gilles Caillotin pour témoin, A. M. Reims, GG 143, p. 126-127.

130 Il s’agit du compagnon rencontré pour la première fois à Villanova d’Asti, retrouvé à Novalesa, et que Gilles Caillotin accompagne jusqu’à Grenoble pour récupérer l’habit qu’il lui a prêté.

131 Le bourg de Staggia dispose d’un système de fortifications construit par les Florentins dans la seconde moitié du quatorzième siècle et muni de tours carrées et pentagonales.

132 Il s’agit de Poggibonsi.

133 Il s’agit vraisemblablement du sanctuaire de Santa Maria delle Grazie (dite aussi del piano ou del ponte vecchio), située sur le Pian Marturi, qui est un centre de pèlerinage dédié à une image de la Vierge depuis 1271. Il s’agissait d’une basilique à trois nefs, surmontée d’une coupole romane. Le sanctuaire, desservi par un chapelain rémunéré depuis le xve siècle par la commune de Poggibonsi, fut supprimé en 1784, puis détruit. L’image de la Vierge qui y était vénérée et date du xviie siècle se trouve aujourd’hui dans l’église San Lorenzo de Poggibonsi. La fête annuelle de ce sanctuaire était le 8 septembre, jour de la Nativité de la Vierge, ce qui explique les préparatifs notés par Gilles Caillotin qui y passe la veille. Nous devons ces renseignements à la fiche établie par Anna Varallo pour l’inventaire des sanctuaires chrétiens en Italie. Le sanctuaire figure sur la carte dessinée par Ferdinando Morozzi dans les années 1772-1778 sous le toponyme de Madonna del Piano. Voir F. Morozzi, Carta geografica del Granducato di Toscana, Florence, 1993, carte no 11.

134 Tavarnelle Val di Pesa, à 379 mètres d’altitude, alors que Poggibonsi, d’où vient Gilles Caillotin, n’est qu’à 116 mètres.

135 Poggibonsi.

136 Il s’agit de la Pesa, rivière qui se jette dans l’Arno en aval de Florence au niveau de Montelupo Fiorentino. Le chemin passe sur la rive droite de la Pesa au nord de Sant’Andrea a Fabbrica.

137 D’après les dictionnaires de la langue française du Moyen Age et du seizième siècle, faire son floc veut dire faire sa pelote, tirer son profit. Gilles Caillotin emploie l’expression dans le sens suivant : on est content partout où on se trouve.

138 Il s’agit de San Casciano in Val di Pesa.

139 Voyages du Seigneur de Villamont, Paris, édition de 1609, ffos 21vo-22.

140 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 269. La Chartreuse de Galluzzo a été fondée en 1341 par Niccolo Acciaioli, ami de Pétrarque et de Boccace. On y accède par une série de rampes et de terrasses. La façade de l’église dédiée à saint Laurent date de la fin du xvie siècle. Sur cette Chartreuse, voir James Hoog, La Certosa di Firenze. The Chartreuse of Florence, Salzbourg, Universität Salzburg, 1979.

141 Voyages du Seigneur de Villamont, Paris, édition de 1609, ffos 21vo-22.

142 Entre les pages 56 et 57 de son manuscrit, Gilles Caillotin a inséré une gravure de Pierre Aveline, graveur en taille-douce et marchand sur le Petit Pont à Paris, représentant « Florence, Ville d’Italie. Capitale de Toscane et demeure des grands ducs avec Archevêché, elle est située sur la Rivière d’Arno avec quatre beaux ponts de pierre. L’Église de Saint Laurent est des plus magnifiques, elle a donné quatre Papes à l’Église universelle Léon X, Clément VII, Pie III et Léon XI. Le Grand Duc est de la maison de Medicis, Prince d’un très grand mérite qui a épousé une Princesse de la Maison Royale de France, fille de M. Gaston de France Duc d’Orléans dont il a des Enfants ».

143 Ce passage est tiré de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 180. Le Conflens allemand dont il est question est bien évidemment Coblence.

144 Gilles Caillotin colle côte à côte deux informations tirées du Voyage d’Italie de Richard Lassels. À propos du Dôme de Florence, celui-ci écrit : « Les jours des grandes fêtes, quand les cierges sont allumés il n’y a rien de plus beau à la vue, mais en un autre temps, et particulièrement en hiver, il est un peu sombre », op. cit., t. I, p. 218 ; et à propos du campanile : « Quand Charles Quint le vit, il dit que c’était grand dommage que ce clocher ne fût pas dans un étui, pour empêcher qu’on ne le vit si souvent, et que si cela était on accourerait de toutes parts pour le voir comme une merveille », ibid., p. 222.

145 Gilles Caillotin écrit : à l’écart.

146 Il s’agit de l’hospice de Jésus, Marie et Joseph appelé habituellement del Melani, du nom de son fondateur, le musicien Domenico Melani (qui était un castrat) et situé via san Gallo, au no 35 actuel de la rue. La description qu’en fait Guillaume Manier, qui est passé en 1727 à cet hôpital, est en tous points conforme à celle de Gilles Caillotin. Voir Xavier de Bonnault d’Houët, “Impressions florentines d’un paysan picard au xviiie siècle”, art. cit., p. 170-171. L’hospice, qui est parfois aussi désigné sous le nom de la Santissima Conversazione ou de la Sacra Famiglia a été fondé en 1686 “pour accueillir des pèlerins d’Outre-Monts et jamais d’Italie, qui soient vraiment des pèlerins de profession”. Voir Luciano Artusi, Antonio Patruno, Gli antichi spedali di Firenze, Florence, Semper Editrice, 2000, p. 87-94. L’hospice del Melani était le principal hospice d’accueil des pèlerins à Florence : selon l’auditeur fiscal Domenico Brichieri Colombi il a reçu, lors de l’année sainte 1750, 3995 pèlerins. Voir Sandro Landi, “Il « passo regolato dei poveri » I pellegrini in Toscana nella seconda metà del Settecento”, in Ph. Boutry, D. Julia (dir.), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, Rome, 2000, p. 216.

147 Initialement le soin de l’accueil était confié aux trente-trois confrères fondateurs (en souvenir des trente-trois années passées par le Christ sur terre) désignés sous le nom de “serviteurs des pauvres du Christ”, qui appartenaient à la Compagnie de la Purification de la Vierge et de saint Zénobius, dite de Saint Marc, dont faisait également partie Domenico Melani et dont le siège était adjacent aux maisons constituant l’hospice. Dès 1689, le nombre des confrères chargés de s’occuper de l’hôpital passe à cent cinquante. Parmi les confrères figurent des représentants de nombreuses familles de la noblesse florentine, tels les Acciaioli, Altoviti, Capponi, Guicciardini, Medici, Pucci, Ridolfi, Strozzi. Voir L. Artusi, A. Patruno, op. cit., p. 88-89.

148 On peut se demander si ne perdure pas ici la vieille croyance médiévale selon laquelle mourir ad limina apostolorum offre l’opportunité d’entrer plus rapidement en Paradis au jour du Jugement Dernier.

149 Gilles Caillotin écrit : un édierne. Selon le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière aiguière pouvait aussi s’écrire éguière.

150 D’après une description de l’hospice datant de la moitié du xviiie siècle, le réfectoire pouvait accueillir environ soixante pèlerins. Voir L. Artusi, A. Patruno, op. cit., p. 91.

151 Ici encore, Gilles Caillotin écrit : édierne.

152 Guillaume Manier note de la même façon qu’à l’heure du souper, ses compagnons et lui-même ont trouvé “pour les servir plus de quinze chevaliers de Malte, qui se tiennent tant au dedans qu’au dehors de la salle, tête nue, l’épée au côté et le tablier par devant. À l’entrée, un de ces chevaliers présente à deux mains un grand bassin d’argent, un second muni d’une aiguière du même métal verse l’eau chaude sur les mains du pèlerin, un troisième tend une serviette pour les essuyer, un quatrième vous conduit à la place que vous devez occuper”, texte reproduit par X. de Bonnault d’Houët, art. cit., p. 171.

153 Guillaume Manier est, lui aussi, enthousiasmé par “le vin exquis à discrétion” qui lui est servi : “On boit dans des gobelets à deux anses que les chevaliers remplissent et vous portent sous le menton, si bien que le gobelet n’est jamais vide que pendant le trajet de la bouche à la table”, ibid.

154 Gilles Caillotin ne décrit pas, dans son récit de retour, l’hôpital de Parme qu’il estime toutefois magnifique, parce qu’il l’a sans doute déjà fait au tome I de ses Mémoires. Ignace de Loyola est vraisemblablement passé par Florence à l’automne 1537.

155 Guillaume Manier note de la même manière qu’après le repas, “les pèlerins sont conduits dans la salle où sont les lits et où se fait la prière, puis l’on se déshabille dans une autre salle, et l’on se couche dans de bons lits, sur des couchettes de fer, auprès desquelles un chevalier de Malte monte la garde toute la nuit”, X. de Bonnault d’Houët, art. cit., p. 171. D’après un inventaire de l’hospice qui date de 1750, le dortoir comporte 32 lits dont 22 “avec têtes et pieds de lit en fer, et colonnes de fer sur lesquelles sont quatre boules de laiton pour chaque lit, ainsi que les armes de l’hospice en laiton à chaque lit”, voir L. Artusi, A. Patruno, op. cit., p. 92. Le lit en fer est l’assurance, pour le pèlerin, de l’absence de vermine, souvent présente dans les lits en bois.

156 La cathédrale était dédiée, avant sa nouvelle dédicace à la Vierge, à Santa Maria Reparata, vierge et martyre de Palestine, morte au troisième siècle pendant les persécutions de l’empereur Decius (249-251).

157 Gilles Caillotin inverse ici ce que dit R. Lassels, op. cit., t. I, p. 215 : “nom fort peu convenable à la cathédrale de Florence”.

158 Il s’agit d’Arnolfo di Cambio ou di Lapo (vers 1240-vers 1302), architecte et sculpteur qui, après avoir commencé sa carrière à Sienne et à Bologne, passa à Rome et revint à Florence où il dirigea les travaux du Palazzo Vecchio et donna les plans de la cathédrale.

159 Giorgio Vasari (1511-1574) auteur de Le Vite de più eccellenti architetti, pittori et scultori italiani da Cimabue insino a’ tempi nostri, Florence, L. Torrentino, 1550.

160 Passage largement inspiré de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 215. Gilles Caillotin ajoute seulement la dimension des “ordres” du marbre et la comparaison avec Saint-Pierre de Rome.

161 Filippo di Brunellesco ou dei Brunelleschi (1375-1444), architecte.

162 La brasse est une mesure que l’on prend avec les deux bras étendus, d’un bout à l’autre, et qui correspond à peu près à cinq pieds anciens, soit, 1,62 m.

163 La toise est une ancienne mesure de longueur, dite encore toise du Châtelet, équivalant à six pieds de roi (un pied de roi vaut 32,483 cm.), et d’une valeur de 1,949 m. depuis 1667.

164 Les trois paragraphes précédents sont recopiés de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 216-218, à l’exception de la notation finale sur la campagne de Florence.

165 Ces deux paragraphes sont largement empruntés à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 218. Gilles Caillotin ajoute la comparaison avec Saint-Pierre de Rome et Saint-Nicaise de Reims. Baccio Bandinelli (1493-1560) sculpteur florentin, rival de Michel-Ange, fut le protégé du cardinal Jules de Médicis, devenu en 1523 pape sous le nom de Clément VII. Il est l’auteur de la statue d’Hercule et Cacus sur la piazza della Signoria à Florence.

166 Les souvenirs de Gilles Caillotin déforment ce qu’il a vu ou lu. Le tombeau du philosophe Marsile Ficin (mort en 1499) est, en réalité, signalé par la sculpture de son buste, exécuté dans une niche de la nef droite par Andrea di Piero Ferrucci en 1522. Les monuments équestres dont il parle sont, en fait, deux fresques réalisées à vingt années d’intervalle, et non deux sculptures comme il le laisse entendre. La première, due à Paolo Uccello en 1436, représente le condottiere anglais John Hawkwood (1320-1394) à cheval sur un piédestal de marbre. John Hawkwood, après avoir combattu pendant la Guerre de Cent Ans, s’était mis successivement au service de la ville de Pise, des Visconti à Milan, du pape Grégoire XI à Rome, avant de s’engager sous le gouvernement de Florence. La seconde fresque, réalisée par Andrea del Castagno en 1456, représente Niccolò Mauruzi da Tolentino (1350-1435), qui s’était rendu célèbre par sa victoire sur les Siennois à la bataille de San Romano (1432).

167 Paragraphe recopié de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 219-220. Le concile de Florence (1439-1443) poursuit les travaux infructueux de celui de Bâle, clos en 1438, avant d’achever ses travaux à Rome (1443-1447). L’empereur byzantin Jean Paléologue a mis dans l’union des Églises son dernier espoir pour obtenir le soutien des monarques latins contre les Turcs. Les Grecs déclarent partager la même croyance que les Latins et reconnaissent la supériorité de droit divin du pontife romain, successeur de Pierre et chef de l’Église universelle. La défaite à Varna (1444) des croisés partis au secours de l’empereur, puis la prise de Constantinople par les Turcs en 1453 consacrent l’échec de cette réunion.

168 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 317.

169 Taddeo Zuccari (1529-1566) est surtout connu pour ses décorations de la villa Giulia et du palais Farnèse à Rome, de la Sala Regia au Vatican et de la villa Farnèse à Caprarola.

170 Gilles Caillotin emprunte ces précisions à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 218-219.

171 Gilles Caillotin qui, à Rome, s’est confessé dans les basiliques de Saint-Jean de Latran et de Saint-Pierre où exercent des pénitenciers francophones, profite de la présence d’un couvent de chanoines réguliers français à Florence pour se confesser à nouveau.

172 Ces documents ne figurent pas dans le manuscrit.

173 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 213, cite ce proverbe. Le phare de Livourne, d’une hauteur de 47 mètres, a été érigé en 1304.

174 R. Lassels, op. cit., t. I, p. 221-222. Gilles Caillotin a déjà cité ce passage ici même, p. 95-96.

175 Ce paragraphe est emprunté à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 223. Lorenzo di Cione Ghiberti (1378-1455) a sculpté les portes Nord du baptistère de Florence qui comportent vingt-huit panneaux de bronze représentant des scènes de la vie du Christ (vingt), des quatre Évangélistes (quatre) et des Pères de l’Église (quatre). Apelles (352-308 avant Jésus-Christ) fut peintre à la cour de Philippe de Macédoine et de son fils Alexandre le Grand et devait sa célébrité tant à ses portraits d’Alexandre (dont l’un se trouvait suspendu dans le temple d’Artémis à Éphèse) qu’à sa peinture allégorique de la Calomnie ou à celle d’Aphrodite surgissant de la mer.

176 La statue de Marie-Madeleine pénitente fut exécutée en 1455 par Donatello pour le Baptistère de Florence. Elle est aujourd’hui conservée au Museo dell’Opera del Duomo.

177 Paragraphe emprunté à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 223-224. Baldassare Cossa (1360-1419) dut sa carrière aux papes napolitains qui occupèrent le siège pontifical durant le Grand Schisme d’Occident. Légat des papes Boniface IX, Innocent VII et Grégoire XII à Bologne de 1402 à 1410, il est l’un des promoteurs du concile de Pise qui élit, le 26 juin 1409, Alexandre V, et pénètre le premier dans Rome occupée par les partisans de Grégoire XII en octobre 1409. Après la mort d’Alexandre V (3 mai 1410), il est élu pape après trois jours de conclave, le 17 mai 1410, et prend le nom de Jean XXIII. Refoulé de Rome en juin 1413 par les partisans de Grégoire XII, il se rend au concile de Constance le 1er novembre 1414, convoqué par Sigismond de Hongrie, candidat au trône impérial. Mis en procès par les Pères conciliaires pour ambition, simonie, inconduite et tyrannie, il est déposé le 29 mai 1415 et enfermé dans le château de Radolfzell sur le lac de Constance. Libéré en juin 1419, il fait aussitôt acte de soumission devant le pape Martin V, dont l’élection, le 11 novembre 1417, avait mis fin au Grand Schisme d’Occident. Il meurt le 27 décembre 1419. Son tombeau est l’œuvre de Donatello et de Michelozzo.

178 Zenobius, évêque de Florence au cours des premières décennies du ve siècle, est considéré comme le patron de la ville de Florence. Il y a eu trois translations et reconnaissances du corps de saint Zenobius au cours du Moyen Âge.

179 Il s’agit de l’église de Santo Spirito, située dans la partie de la ville Oltr’Arno, proche du Palais Pitti. L’église a été reconstruite après l’incendie intervenu en 1470.

180 Le tableau d’Alessandro Allori (1535-1607) se trouve dans la Cappella de’ Cini, située dans l’axe mural de l’église, derrière le chœur. Tout ce paragraphe est recopié de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 211-212.

181 Entre la page 68 et 69 de son manuscrit, Gilles Caillotin a placé l’attestation obtenue le 9 septembre 1724 de Lazare Pallavicini, archevêque in partibus de Thèbes, nonce apostolique auprès du Grand Duc de Toscane. Rédigée en latin, celle-ci recommande “à tous les recteurs d’hôpitaux et à chacun d’eux en particulier, et aux autres chrétiens, principalement aux ecclésiastiques tant séculiers que réguliers de l’accueillir volontiers sous un toit hospitalier, chacun selon son habitude et charité, et de lui porter secours ; et à tous les gouverneurs de villes et de places ; ou à leurs officiers de lui donner la faculté d’entrer et de sortir en sûreté, espérant que ledit Gilles n’abusera ni de notre recommandation ni de la bienveillance d’autrui, notamment sous prétexte de religion”.

182 Gilles Caillotin décrit ici l’une des caractéristiques architecturales encore les plus visibles à Florence aujourd’hui, puisqu’il en subsiste environ mille deux cents : il s’agit des tabernacoli, petits édicules ou niches placées sur les murs des palais ou des jardins, ou à l’angle des rues. Ceux-ci contiennent une peinture, une statue ou un bas relief (en terre cuite ou en céramique) représentant soit la Vierge – ce sont les plus nombreux – soit un saint. Ces témoignages de dévotion, dont l’origine dans le paysage architectural de la cité remonte au xiiie siècle, se sont multipliés au fil des siècles à l’initiative des corporations, des potenze (associations qui organisent dans les quartiers spectacles et festivités à l’occasion des divers événements citadins), des confréries, des hôpitaux et des couvents, voire des particuliers, souvent à l’issue des épidémies en remerciement des grâces reçues. Les copies de l’image miraculeuse de la Santissima Annunziata sont d’ailleurs particulièrement nombreuses (piazza del Capitolo, piazza dei Ciompi, vicolo degli Alberighi, vicolo dell’Onesta, via Santa Margherita, via Vinegia). À l’occasion de la fête de la Nativité, le 8 septembre, tous les tabernacoli dédiés à la Madone ont été richement décorés par les associations ou les particuliers qui ont à charge leur entretien. Voir Ennio Guarnieri, I Tabernacoli di Firenze, Florence, Bonechi Editore, 1989.

183 Les vœux dont parle Gilles Caillotin sont évidemment des ex-voto. Le couvent des Servites de la Santissima Annunziata a été fondé en 1250. Le sanctuaire doit sa réputation thaumaturgique à l’image miraculeuse de la Vierge de l’Annonciation, fresque située immédiatement à la gauche de l’entrée : selon la légende qui situe l’épisode en 1252, le peintre Bartolomeo, pris de doute sur sa capacité à tracer les traits du visage de la Vierge, aurait abandonné ses pinceaux mais trouvé à son réveil celui-ci peint par l’intervention des anges.

184 Il s’agit, en réalité, de la statue du duc Ferdinand Ier de Médicis (1551-1609), sculptée par Giovanni Bologna et érigée en 1606. Voir Francesco Bocchi, Le bellezze della città di Firenze, Florence, 1677, p. 414-415.

185 Jean de Médicis, né en 1475, fils de Laurent le Magnifique, fut élu pape en 1513, prit le nom de Léon X et mourut en 1521 ; Jules de Médicis, cousin de Léon X, fut élu pape en 1523, prit le nom de Clément VII, et mourut en 1534. C’est Léon X qui, pour son retour à Florence en 1515, fit édifier par Antonio da Sangallo un nouveau portique en forme d’arc de triomphe, qui fut décoré de l’écusson aux armes du pape, sculpté et doré en pierre par Andrea di Cosimo Feltrini (14771548). Le portique actuel, qui a été étendu à toute la façade, date seulement du début du xviie siècle.

186 Les peintures de la Foi et de la Charité, qui entouraient l’écusson du pape Léon X et qui ont été peintes en 1513-1514 par Jacopo da Pontormo (1494-1556), ont été déposées en 1955 en raison de leur mauvais état de conservation.

187 Il s’agit de l’atrium qui sert de vestibule à l’église et qui était appelé, en raison de la multitude des ex-voto qui y étaient déposés, le Chiostrino dei Voti.

188 Gilles Caillotin s’éloigne ici complètement de la description fournie par R. Lassels, op. cit., t. I, p. 227-229, pour ne retenir que les ex-voto qui visiblement l’ont fasciné. Son récit est d’autant plus précieux qu’il ne reste plus aujourd’hui des milliers d’ex-voto déposés à l’Annunziata que des épaves. De la même façon, Guillaume Manier, tailleur picard de Carlepont, qui passe le 29 mars 1727 à Florence, s’intéresse, lui aussi, très vivement aux ex-voto et évalue “à plus de quatre cents les petites figures d’enfants, dans des personnes guéries miraculeusement. Toutes ces figures symétriquement rangées sur des planches disposées à cet effet représentent des bras, des cuisses, des jambes, des têtes d’enfants au maillot, même de grandes personnes et de dames”, voir Xavier de Bonnault d’Houët, “Impressions florentines d’un paysan picard au xviiie siècle”, Bulletin de la Société Historique de Compiègne, t. XI, 1902, p. 171-183 ; voir également la description des ex-voto de l’Annunziata faite par l’abbé janséniste Charles Le Maistre lors de son passage à Florence le 5 janvier 1665 : “Ces ex-voto étaient les plus rares et les plus significatifs que nous eussions encore vus dans tout notre voyage”, Charles Le Maistre, Voyage en Allemagne, Hongrie et Italie, 1664-1665, Paris, L’insulaire, 2003, p. 488-489. On trouve aussi une courte description des ex-voto dans G. Richa, Notizie storiche delle chiese fiorentine divise ne’ suoi quartieri, t. VIII, Florence, 1759, p. 7-9. Sur l’artisanat des fallimagini ou ceraiuoli de la via dei Servi, qui fabriquent les images votives de cire, voir Aby Warburg, Essais florentins, textes traduits de l’allemand par Sybille Muller, Paris Klincksieck, 1990, p. 124-127 ; Georges Didi-Huberman, “Ressemblance mythifiée et ressemblance oubliée chez Vasari : La légende du ‘portrait sur le vif’”, Mélanges de l’École Française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 106, 1994, particulièrement p. 409-432.

189 Les ex-voto conservés à l’Annunziata étaient soit des représentations figurées du miracle peintes sur de petites tablettes en bois, soit des figures de cire, de carton pâte, d’argent ou de bois. Les pères Servites eux-mêmes contribuent au rayonnement du sanctuaire, soit par la publication de livrets illustrés diffusant le récit des miracles les plus éclatants (Luca Ferrini, Corona di Sessantatre Miracoli della Nunziata di Firenze, Florence, 1593 ; Giovanni Angelo Lottini, Scelta d’alcuni miracoli e grazie della Santissima Nunziata di Firenze, Florence, 1619, avec 40 gravures de Jacques Callot), soit par la commande, auprès d’artistes florentins, de grandes toiles représentant les grâces les plus insignes reçues de la Vierge de l’Annonciation. Voir Eugenio Casalini, La SS. Annunziata di Firenze. Studi e documenti sulla chiesa e il convento, Florence, Convento della SS. Annunziata, 1971, p. 51-70 (article intitulé “Le tele di memoria ex-voto”).

190 Détrancher, dans la langue française des xvie et xviie siècles, signifie démembrer, couper par morceaux.

191 Voir le tableau d’Antonio Tempesta (1555-1630), conservé à la Santissima Annunziata, avec au bas, l’inscription suivante : “Dovendosi tagliare il collo a Francesco è miracolosamente impedito il taglio della mannaia”. Sur les modes de décollation avant l’invention de la guillotine, voir La guillotine dans la Révolution, catalogue de l’exposition organisée par Valérie Rousseau-Lagarde et Daniel Arasse, Musée de la Révolution française, Vizille, 27 mars-24 mai 1987, p. 17-31.

192 Régulièrement, les Pères sacristains étaient chargés de réduire la masse des ex-voto déposés pour disposer l’église en meilleur ordre. Lors de la réorganisation faite à la suite de l’épidémie de peste de 1630 avec l’aide de l’architecte Matteo Nigetti, on en compte environ vingt mille “bras, jambes, yeux”, dont beaucoup en très mauvais état furent alors fondus. (Voir Archivio di Stato, Florence, Conventi Soppressi, 119, vol. 54, fo 311vo). Le père Ferdinando Mancini, sacristain du couvent en 1650, raconte d’ailleurs qu’il s’est livré par quatre fois, au cours du quart de siècle qui précède son récit, à cette opération rendue nécessaire par la rupture ou la décomposition de beaucoup d’entre eux ; suspendus par des cordes aux travées du toit de l’église ou sur la corniche qui court tout au long, ils tombaient à l’improviste. Il a compté jusqu’à 3 600 tablettes votives peintes qui “couvraient toutes les murailles des chapelles, encombraient les pilastres des chapiteaux jusqu’en bas, ornaient toutes les portes de l’église et occupaient tout le cloître (chiostrino) excepté à l’endroit où sont les Histoires de si excellents peintres”. Les vœux en argent – le Père Mancini en a compté plus de cinq mille – étaient régulièrement fondus pour fabriquer des chandeliers, des calices ou autres vases sacrés, des lampes, ou vendus aux orfèvres pour satisfaire aux besoins du couvent. Voir Iginia Dina, “Ex-voto d’argento all’Annunziata nel 1650. Manoscritto del P. Ferdinando Mancini O.S.M. Premessa, trascrizione et note”, in Enzo Casalini, Iginia Dina, Renzo Giorgetti, Paola Ircani, La SS. Annunziata di Firenze. Studi e documenti sulla chiesa e il convento, 2, Florence, Convento della SS. Annunziata, 1978. Eugenio Casalini, Maria Grazia Ciardi Duprè Dal Poggetto, Lamberto Crociani, Doria Liscia Bemporad, Tesori d’arte dell’Annunziata di Firenze, catalogue d’exposition, Florence, Alinari, 1987, p. 97-99, 299.

193 Quittant Lorette, Gilles Caillotin s’est arrêté à Tolentino pour vénérer les reliques de saint Nicolas de Tolentino, ermite de Saint Augustin, qui a vécu au xiiie siècle.

194 Sur la commande de Pierre de Médicis, la chapelle de l’Annunziata a été reconstruite au milieu du xve siècle selon les plans de Michelozzo di Bartolomeo dans l’angle gauche du fond de la nef de l’église conventuelle, en forme de temple en marbre carré recouvert d’un entablement reposant sur quatre colonnes corinthiennes. La grille décorée de cordages en bronze entrelacés qui entoure cette chapelle est due à Maso di Bartolomeo (1406-1456).

195 L’image miraculeuse de l’Annunziata date du xive siècle : elle fut restaurée et retouchée au xve siècle, à la fin du xvie siècle par Alessandro Allori, puis encore au xviie siècle.

196 Andrea del Sarto (1486-1530), peintre florentin, a surtout peint les fresques de l’atrium qui sert de vestibule à l’église de l’Annunziata : celles-ci représentent des scènes de la vie de saint Philippe Benizzi, cinquième prieur général des Servites de Marie, mort en 1285 et canonisé en 1671 par Clément X, et des scènes de la vie de la Vierge.

197 La fête de la Nativité de la Vierge attirait un grand nombre de pèlerins, dont beaucoup venaient des montagnes entourant Pistoia. Ils arrivaient la veille de la fête et passaient la nuit, les hommes dans le cloître précédant l’église, les femmes dans l’église elle-même. L’image de cire de la Vierge vénérée par les fidèles est vraisemblablement destinée à être portée en procession, tout comme l’était le troisième dimanche de septembre celle de la Vierge des Sept Douleurs, l’Addolorata dont subsiste encore aujourd’hui la macchina, c’est-à-dire tout l’apparat sculpté construit en 1754 pour cette solennité. Voir E. Casalini, La SS. Annunziata di Firenze..., op. cit., 1978, p. 273-276 ; Tesori d’arte..., op. cit., p. 169-181.

198 Baccio Bandinelli (1488-1560) a sculpté pour sa propre tombe, placée dans le transept sud de l’église de l’Annunziata, une Pieta restée inachevée : seuls figurent le Christ mort et un personnage masculin qui est vraisemblablement Joseph d’Arimathie. Les portraits en bas-relief de Baccio Bandinelli et de son épouse figurent sur l’un des longs côtés du piédestal en forme de sarcophage.

199 En réponse à une commande du duc Côme Ier de Médicis faite aux alentours de 1546, Jacopo Pontormo (1494-1557) a peint les fresques du registre inférieur du chœur de l’église de San Lorenzo dans les années 1554-1557. L’œuvre, inachevée à sa mort, fut achevée par son disciple Agnolo Bronzino. Le Jugement dernier se trouvait sur la paroi nord du chœur. L’œuvre, qui s’inspirait très directement de la théologie de Juan de Valdés, telle qu’elle était exprimée dans son Catechismo (paru pour la première fois dans sa version italienne en 1545), a été détruite lors de travaux de restructuration du chœur en 1740. Voir à ce propos Massimo Firpo, Gli affreschi di Pontormo a San Lorenzo : eresia, politica e cultura nella Firenze di Cosimo I, Turin, Einaudi, 1997 ; Jean-Claude Lebensztejn, Alessandro Parronchi (ed.), Le Journal de Jacopo de Pontormo, Paris, Éditions Aldines, 1992, p. 99-133. L’erreur orthographique sur le patronyme du peintre vient de Richard Lassels, op. cit., t. I, p. 184.

200 Il s’agit des deux ambons placés chacun de part et d’autre de la nef centrale, entre la septième colonne de celle-ci et le pilier du transept : portés sur quatre colonnes de marbre surmontées de chapiteaux et exécutés entre 1460 et 1465 par Donatello (1386-1466) et ses disciples Bertoldo di Giovanni (1420-1491)

201 Gilles Caillotin orthographie le terme Fran, tout comme Richard Lassels qu’il recopie ici (op. cit., t. I, p. 184).

202 Richard Lassels, que Gilles Caillotin recopie ici, a écrit il frà, ce qui, en langue italienne, veut dire le frère : Fra Bartolomeo Baccio della Porta (14721517) est en effet un peintre qui, influencé par la prédication de Savonarole, est entré au couvent dominicain San Marco de Florence en 1500. Gilles Caillotin, qui n’a visiblement pas compris le sens du terme employé par Lassels, déforme l’expression pour lui substituer un autre mot qu’il a rencontré dans ses lectures.

203 La Sagrestia Nuova a été construite par Michel-Ange de 1520 à 1534. Elle renferme le monument funéraire (sculpté entre 1526 et 1533) de Julien de Médicis, duc de Nemours (1479-1516), fils de Laurent le Magnifique, la statue du prince, assis dans une niche, étant entourée par les statues allégoriques du Jour et de la Nuit qui surmontent le sarcophage. Le tombeau de Laurent de Médicis, duc d’Urbino (Lorenzo di Piero, petit-fils de Laurent le Magnifique, 1492-1519), qui lui fait face, a été sculpté de 1524 à 1531 : suivant la même disposition, les statues allégoriques de l’Aurore et du Crépuscule surmontent symétriquement le tombeau lui-même tandis que la statue du duc assis, placée dans une niche encadrée de quatre colonnes, surplombe l’ensemble du monument.

204 La Sagrestia Vecchia a été édifiée par Brunelleschi de 1422 à 1428. Andrea Verrocchio (1435-1488) a sculpté en 1472 le sarcophage de porphyre de Jean (1421-1463) et Pierre (1416-1469) de Médicis, fils de Côme l’Ancien.

205 Les deux paragraphes précédents sont entièrement repris de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 184-185. Gilles Caillotin juge bon de recopier la description d’une église qu’il n’a pas visitée, parce que, comme il l’écrit (ici-même, p. 123), les “plumes d’autrui” embellissent ses mémoires, “afin que la diversité en soit d’autant plus délectable”.

206 La chapelle funéraire des Médicis ou Cappella dei Principi a été construite de 1604 à 1640 par l’architecte florentin Matteo Nigetti (1560-1649) sur un plan octogonal. La commande en avait été faite par le Grand Duc Ferdinand Ier.

207 La manufacture de pierres dures (Opificio delle Pietre Dure), installée en 1588 par le Grand Duc Ferdinand Ier dans une aile du palais des Offices, a fourni la décoration de pierres précieuses de la chapelle. Voir à ce propos Umberto Baldini, Anna Maria Giusti, Annapaula Pampaloni Martelli, La Cappella dei Principi e le pietre dure a Firenze, Milan, Electa, 1979.

208 Volterra.

209 La première édition, en langue anglaise, du Voyage of Italy, or a Compleat Journey trough Italy de Richard Lassels a paru à Paris en 1670 : les soixante années indiquées renvoient bien au début de la construction de la chapelle funéraire.

210 Ces deux paragraphes sont recopiés de R. Lassels, op. cit., t. I, p. 181-183.

211 Il s’agit du baptistère situé sur le parvis de la cathédrale.

212 L’église du couvent des Antonins français (chanoines réguliers de Saint Antoine de Viennois) a aujourd’hui disparu. Fondé en 1333, le couvent fut rebâti en 1548-1555. Il était situé sur le côté Ouest de la via Faenza, à peu près à l’angle actuel de la via Faenza et de la via Cennini. Voir Walter et Elisabeth Paatz, Die Kirchen von Florenz. Ein kunstgeschichtliches Handbuch, t. I, Francfort-sur-le-Main, 1955, p. 199-204. Les Antonins ont été supprimés par la bulle Rerum humanarum conditio, du 17 décembre 1776 et incorporés à l’ordre Saint-Jean de Jérusalem. Voir Adalbert Mischlewski, Un ordre hospitalier au Moyen Age. Les chanoines réguliers de Saint-Antoine-de-Viennois, Grenoble, 1995, p. 128.

213 Gilles Caillotin évoque ici les blocs de pierre taillés en “bossage rustique”, c’est-à-dire laissant sur la surface de parement de fortes aspérités, qui constituent la plupart des rez-de-chaussée des palais florentins du xve siècle, ainsi au palais Strozzino et au palais Strozzi, piazza Strozzi, ou au palais Medici-Riccardi, via Cavour.

214 Le palais Salviati est aujourd’hui celui de la Banca Toscana ; il est situé via del Corso.

215 Le palais Strozzi, piazza Strozzi, construit de 1489 à 1504 par Benedetto da Maiano, Jacopo Rosselli et Cronaca, est l’une des expressions les plus achevées du palais florentin de la Renaissance, qui a d’ailleurs beaucoup emprunté au parti architectural défini un demi-siècle plus tôt par Michelozzo au palais Medici vendu à la famille Riccardi en 1655.

216 Gilles Caillotin désigne vraisemblablement ici le palais Medici-Riccardi, construit de 1444 à 1464 par Michelozzo.

217 Il s’agit du palais Pitti, construit sur les dessins et les plans de Brunelleschi par Luca Fancelli, entre 1457 et 1470 pour Luca Pitti. Acquis en 1549 par Éléonore de Tolède, épouse de Côme 1er de Médicis, il est agrandi par l’architecte Bartolomeo Ammanati de 1558 à 1577, puis au xviie siècle par les architectes Giulio et Alfonso Parigi.

218 Le Corridoio, construit par Vasari en 1564, permet le passage des palais de la Seigneurie et des Offices au palais Pitti.

219 Le palais des Offices, commencé par Vasari en 1500 et achevé, suivant le projet de celui-ci, en 1580, est destiné à recevoir les bureaux de l’administration, les tribunaux et les archives du grand duché.

220 Le Ponte della Santa Trinità, le Ponte Vecchio et le Ponte alle Grazie, tous trois situés au cœur du vieux Florence.

221 Il s’agit vraisemblablement du David de Michel-Ange (1504) et du Hercule et Cacus de Baccio Bandinelli (1533), statues toutes deux situées à l’entrée du Palazzo Vecchio. Depuis 1873, la statue originale de David a été transférée à la Galerie de l’Académie et remplacée par une copie.

222 Voir R. Lassels, op. cit., t. I, p. 212. Il s’agit de la statue de Côme Ier grand duc de Toscane, faite par Giovanni Bologna.

223 S’écartant ici de R. Lassels, Gilles Caillotin emprunte en partie sa description de la fontaine de Neptune située sur la Piazza della Signoria aux Voyages du Seigneur de Villamont, livre I, chapitre VII ; l’édition de Paris, 1609, fo 19vo, ajoute la précision des “narines oreilles et têtins” et l’observation sur la nudité des statues des Néréides.

224 On a ici un bon exemple de la manière dont Gilles Caillotin rédige son texte. Il a commencé par écrire, à partir de ses notes, qu’il ignorait « ce qu’elles représentent », puis, ayant consulté le Voyage d’Italie de Richard Lassels, qui est son guide le plus courant, il rectifie sa rédaction en donnant l’information qu’il y a puisée.

225 Les trois paragraphes précédents sont empruntés à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 212-213.

226 Gilles Caillotin a retenu le tracé linéaire des rues de Florence, mais sa mémoire des lieux n’est pas rigoureusement exacte. La via San Gallo qui part de la porte du même nom et où se trouve l’hôpital des pèlerins est continuée par la via de’Ginori, puis le Borgo San Lorenzo qui débouche sur le parvis de la cathédrale (Piazza di San Giovanni) où se trouve le baptistère. Elle ne conduit pas directement à l’église et à la place de la Santissima Trinità, qui se trouvent sur le parcours de la via de’ Tornabuoni.

227 Il s’agit de la colonna della Giustizia érigée en 1565 par Côme Ier de Médicis sur la piazza San Felice, en souvenir de la bataille de Marciano (2 août 1554) où le marquis de Marignano défit les troupes siennoises conduites par Pietro Strozzi. La colonne donnée par le pape Pie IV en 1560, vient des Thermes de Caracalla à Rome et est arrivée par voie d’eau depuis Livourne jusqu’à Signa. En 1581, elle a été surmontée de la statue de la Justice, sculptée par Romolo di Francesco Ferrucci del Tadda. Nous n’avons trouvé nulle part mention de la chute de cette colonne à cette date. Le récit de Gilles Caillotin ne semble pourtant pas relever de la fiction.

228 Il s’agit en réalité de la victoire de Marciano (parfois appelée aussi de Scannagallo) remportée le 2 août 1554 par Gian Giacomo dei Medici, marquis de Marignano, Milanais qui s’est mis au service de Florence. Cette victoire consacre définitivement l’emprise du duc de Florence sur Sienne, en dépit des efforts des derniers « républicains » conduits par Pietro Strozzi.

229 Sur les luttes entre Guelfes et Gibelins à Florence, voir Sergio Raveggi, Massimo Tarassi, Daniela Medici, Patrizia Parenti, Ghibellini, Guelfi e popolo grasso. I detentori del potere politico a Firenze nella seconda metà del Dugento, Florence, La Nuova Italia, 1978.

230 Gilles Caillotin orthographie le terme prisses et l’emploie au sens de dispute, querelle, tel qu’il subsiste encore aujourd’hui dans l’expression en venir aux prises.

231 Au sens de partagé.

232 Il s’agit, d’après la Cronica delle cose occorrenti ne’ tempi suoi (livre III, chapitre 8) de Dino Compagni, de l’incendie fomenté le 10 juin 1304.

233 Il s’agit bien évidemment de la révolte des Ciompi. Voir à ce propos Alessandro Stella, La révolte des Ciompi : les hommes, les lieux, le travail, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993.

234 Gilles Caillotin a orthographié : qu’il soient imaginé.

235 Le frère Nicolas Tondeur, Rémois d’origine, est un frère oblat minime résidant à Rome. Voir plus haut p. 40 note 1.

236 Gilles Caillotin orthographie le terme gehenné, comme s’il le construisait à partir de géhenne.

237 Sur Jean Hochart, voir la note 4, p. 89.

238 Il s’agit du livre de Pierre d’Avity, Les Estats, empires et principautez du monde représentez par la description des pays, mœurs des habitants, richesses des provinces, les forces, le gouvernement et la religion et les princes qui ont gouverné chacun estat dont la première édition a paru à Paris en 1613 et qui a connu vingt-cinq rééditions jusqu’en 1665.

239 La mise au propre des notes de Gilles Caillotin est donc postérieure au voyage qu’il a effectué à Paris en mai 1726 et où il a visité la galerie du Palais qu’il décrit ainsi : “Et de toutes parts à l’environ, on ne voyait que riches boutiques, industrieusement arrangées le long des piliers qui soutiennent ce grand édifice. Les principales marchandises sont celles des libraires auxquelles je fis achat d’une paire d’heures couverte de chagrin moyennant trente sols”, Bibliothèque municipale de Reims, ms. 2487, p. 626.

240 Il s’agit de l’église romaine de San Giovanni Decollato dei Fiorentini, à laquelle était rattachée l’archiconfrérie du même nom (dite aussi della Misericordia), qui s’occupait d’apporter le réconfort spirituel aux condamnés à mort, en les accompagnant jusqu’au lieu de leur exécution. Dans le calendrier liturgique romain, la fête de la Décollation de saint Jean-Baptiste est célébrée le 29 août.

241 C’est la statue équestre du duc Ferdinand Ier.

242 Il s’agit vraisemblablement du couvent des Capucins, situé sur la colline de Montughi. Fondé par les Umiliati en 1259, et reconstruit par une branche des Franciscains en 1554, après avoir été ruiné lors du siège de Florence, il est confié, sur ordre du Grand Duc Francesco I, aux Capucins en 1572. Le couvent est aujourd’hui situé au nord de Florence à l’angle de la via Vittorio-Emmanuele et de la via dei Cappucini. La rivière dont il est question est le Mugnone.

243 L’hospice de Saint-Thomas d’Aquin, situé via della Pergola (actuel no 8) fut ouvert en 1568 à côté de l’oratoire de la confrérie des Contemplanti de Saint-Thomas d’Aquin qui avait été fondée l’année précédente ; à l’initiative d’un frère dominicain du couvent de San Marco, Santi Cini. L’hospice est fondé pour accueillir exclusivement « avec grande charité de pauvres pèlerins ultramontains ». La confrérie n’était composée que de confrères de noble extraction. Voir L. Artusi, A. Patruno, op. cit., p. 359-364.

244 Gilles Caillotin compare ici l’hospice de Saint-Thomas d’Aquin à l’hospice del Melani, situé via San Gallo qui était parfois appelé de la “Santissima Trinità” depuis qu’il avait été agrégé, le 18 juin 1686, à l’hôpital de la Santissima Trinità de Rome, qui était chargé d’accueillir les pèlerins. Cet hospice ne doit pas être confondu avec deux autres hôpitaux de Florence, l’archihôpital de la Santissima Trinità, fondé en 1520 par une confrérie de la très sainte Trinité, situé également via San Gallo et chargé de recevoir les incurables, et le petit hôpital de la Santissima Trinità dei Calzolai, fondé en 1342 par la corporation des cordonniers et situé vraisemblablement via dei Lavatoi.

245 Le buste de saint Thomas d’Aquin figure encore aujourd’hui au dessus du portail avec l’inscription en latin : lumen ecclesiae, doctor veritatis.

246 La Porte de Mars est un arc de triomphe romain à trois baies, datant du iiie siècle après Jésus-Christ et situé au Nord de la ville. Il marquait l’entrée dans un quartier central de la ville qui s’étendait bien au-delà.

247 Gilles Caillotin fait ici une confusion entre les Antonins et les Servites. C’est au Monte Senario que se retira le groupe des sept fondateurs de l’ordre des Servites vers 1240-1245 (au moment où le podestat de Florence, Guido da Sessa manifestait son attachement aux Gibelins et son hostilité au clergé), avant de revenir fonder en 1250 le couvent de l’Annonciade. Après un long abandon dans le courant du xvie siècle, le couvent abrite à partir de 1593 une communauté d’ermites placée directement sous l’obédience du prieur général des Servites : la vie érémitique s’y poursuivit jusqu’en 1778. Voir Vincenzo Benassi, Diamante a sette facce Monte Senario e la sua storia, Florence, Comunità di Monte Senario, 1977.

248 Il s’agit bien évidemment d’un chemin de croix.

249 Il s’agit de l’abbaye de Buonsollazzo, située sur les pentes du Monte Senario à 541 mètres d’altitude, qui appartenait jusqu’en 1705 à la province toscane de la congrégation italienne des Cisterciens. À la demande du grand duc Côme III, soucieux de rétablir l’observance dans un monastère où celle-ci n’était plus respectée, des trappistes français, ayant Dom Malachie de Garneyrin à leur tête, furent envoyés en 1705 par Dom Jacques de La Cour, deuxième successeur de l’abbé de Rancé.

250 La place du Campo Vaccino renvoie à l’ancien Forum Boarium ou marché aux bœufs qui, dans la Rome antique était située près de l’église actuelle de Saint-Georges au Vélabre. À l’époque moderne, le Campo Vaccino désigne plus génériquement l’entier Forum.

251 Scarperia, à une trentaine de kilomètres au nord de Florence.

252 Rifredo, à 711 mètres d’altitude, est à une douzaine de kilomètres au nord de Scarperia. Pour l’atteindre, il faut passer un premier col à 882 mètres d’altitude, le Giogo di Scarperia.

253 Firenzuola, à 422 mètres d’altitude, est à neuf kilomètres au nord de Rifredo.

254 Pietramala, à 851 mètres d’altitude, est à dix kilomètres au nord-ouest de Firenzuola.

255 Ici Gilles Caillotin a barré deux mots : dans Florenzuole.

256 Au-delà de Pietramala, la route continue à s’élever jusqu’au Passo della Raticosa, situé à 968 mètres d’altitude.

257 On a ici un bel exemple de la vitalité du pèlerinage par procuration : le pèlerin “vicaire”, moyennant une somme fixée à son départ, se rend dans les lieux saints à la place de ceux qui ont effectué un vœu de pèlerinage et ne peuvent l’accomplir pour diverses raisons (professionnelles, familiales, etc.).

258 C’est la deuxième fois que, dans son récit, Gilles Caillotin évoque les rumeurs d’une guerre prochaine entre la France et l’Espagne. La rumeur, dont le fondement est improbable puisque les deux dynasties appartiennent à la même famille des Bourbon, trouve son origine dans les arrestations opérées à la suite de la déclaration royale du 18 juillet 1724 contre le vagabondage et la mendicité.

259 Lans-le-Bourg.

260 Foligno en Ombrie, lors du parcours aller de Gilles Caillotin entre Lorette et Rome.

261 Sur la place de Santa Maria Annunziata, la statue étant celle du grand duc Ferdinand I, sculptée par Giambologna ici-même p. 108-109, 126 et 128.

262 Chaque jour, le pape reçoit à sa Table douze convives, symbole des douze apôtres, onze étant des pèlerins de nationalités différentes et le rôle de Judas étant invariablement rempli par un pauvre romain.

263 Tout comme auprès du lac de Bolsena, Gilles Caillotin fait ici la rencontre de pèlerins voyageant en famille. Cette caractéristique est le plus souvent partagée par les pèlerins venus d’Allemagne ou de Suisse.

264 Nous n’avons pu identifier ce lieu-dit (mentionné pourtant sur l’itinéraire publié dans les Voyages du Seigneur de Villamont, Paris, 1609, fo 133vo) dont la situation correspondrait grosso modo au village de Filigare. La carte établie par Ferdinando Morozzi pour les années 1750-1770 (Carta geografica del granducato di Toscana, Florence, 1993), est tout à fait grossière en ce qui concerne les limites nord du grand duché.

265 Loiano, à quinze kilomètres au nord de Pietramala. L’itinéraire publié dans les Voyages du Seigneur de Villamont mentionne Logiano (édition de Paris, 1609, fo 133vo).

266 Il est probable que les souvenirs de Gilles Caillotin sont ici confus ou qu’il a mal réinterprété ses notes de voyage : en effet, à partir de Loiano, situé à 714 mètres d’altitude, la route vers Bologne ne cesse de descendre. Il faut plutôt penser que Gilles Caillotin et son compagnon se sont arrêtés avant de passer le col de la Raticosa, vraisemblablement avant Pietramala. De toute façon, une étape depuis le Monte Senario jusqu’après Loiano représente une bonne soixantaine de kilomètres, ce qui paraît bien improbable dans un parcours aussi accidenté. Au reste, l’étape qui les mène de Pietramala jusqu’à Bologne est déjà suffisamment longue puisqu’elle est d’une cinquantaine de kilomètres.

267 “Sourcilleux”, en langage poétique signifie élevé. Gilles Caillotin a pu emprunter au Martyre de la Glorieuse Vierge Sainte Reine de Claude Ternet (1ère éd. en 1671, tragédie représentée tous les ans à Alise-Sainte-Reine où il s’est rendu en 1732) ce topos poétique. On lit en effet à l’acte III, scène I, dans la prière de sainte Reine à Jésus : “Des monts plus sourcilleux, les croupes chevelues / Qui d’un port orgueilleux s’élèvent sur les nues...”.

268 Gilles Caillotin a inscrit en marge “I tome”.

269 Gilles Caillotin est passé au Pas de Spolète lors de son voyage aller en venant de Lorette. Le Pas de Spolète ne figure sur aucun des guides d’Italie du xviiie siècle. Il s’agit très vraisemblablement du Valico di Somma, situé entre Terni et Spolète, à 646 mètres d’altitude. Maximilien Misson dans son Voyage d’Italie, t. I, Utrecht, 1722, p. 332-333, écrit à ce propos : “À 3 milles en deçà de Spolète, nous avons passé la Somme qui est la plus haute montagne de cette route”. En 1786, le baron de Krüdener décrit ainsi la route qui va du mont Somma à Terni : “La route chemine sur toute sa longueur entre des montagnes et des précipices. Les chemins sont extraordinairement mauvais, souvent très étroits et sans balustrades. Nous fîmes la plus grande partie du trajet à pied ; la région est sauvage et inhabitée. Nous ne rencontrâmes que des pèlerins qui se rendaient à Lorette en pèlerinage”, Voyage en Italie en 1786, traduit de l’allemand par Francis Ley, Paris, Fischbacher, 1983, p. 108.

270 Il s’agit bien évidemment de la mer Adriatique.

271 La barrière douanière entre le Grand Duché de Toscane et les États du Pape se situe à Filigare, à 770 mètres d’altitude, à 6 kilomètres de Pietramala, ce qui renforce l’hypothèse d’une certaine confusion dans les souvenirs de Gilles Caillotin.

272 Pianoro Vecchio, à seize kilomètres de Bologne.

273 San Ruffillo, à six kilomètres de Bologne.

274 Bologne.

275 Gilles Caillotin compte vraisemblablement les heures à la manière italienne : vingt-et-une heures correspondent au mois de septembre à environ quatre heures de l’après-midi. Voir à ce propos Roberto Colzi, “Che ora era ? Raffronto tra le ore all’italiana e alla francese a Roma”, Studi Romani, t. 43, 1995, p. 93-102.

276 L’hôpital de Santa Maria dei Servi, dit plus communément San Biagio (Saint Blaise) a commencé à accueillir des pèlerins à partir de 1450. Selon Giuseppe Guidicini, Miscellanea storico-patria bolognese, Bologne, 1872, p. 356, il accueillait environ 14 000 pèlerins par an. Du 1er avril 1775 au 31 mars 1776, en une période de déclin du pèlerinage romain, il abrite encore 5680 pèlerins. Archivio di Stato, Bologne, Ospedali, Confraternità e ospedale di S. Maria dei Servi, III, no 4, Miscellanea.

277 Au sens de convier. Émile Littré, en 1872, reconnaît que le terme est déjà en désuétude, sauf à l’infinitif.

278 Sacs et bourdons sont laissés dans une chambre à part, de même que les vêtements un peu plus tard, pour n’être repris que le lendemain matin, afin d’éviter les vols entre pèlerins qui sont nombreux. La scène se reproduit quelques jours plus tard à l’hôpital de Fidenza, ici même, p. 152.

279 Il y a deux monastères de Sainte-Catherine à Bologne, l’un de bénédictines situé Strada Maggiore, l’autre d’augustines situé Strada San Donato (aujourd’hui via Zamboni). Mais il est très vraisemblable que Gilles Caillotin ne désigne ni l’un, ni l’autre de ces monastères, mais plutôt le monastère des clarisses du Corpus Christi qui conserve le corps de sa première supérieure Catherine de Vigri, morte en 1463. À partir du xvie siècle, les Bolognais ont pris l’habitude d’appeler ce monastère sous le titre de Sainte-Catherine à cause de la renommée de sainteté acquise par la fondatrice et l’église est souvent appelée “chiesa della Santa”. Voir Gabriella Zarri, “I monasteri femminili a Bologna tra il xiii e il xvii secolo”, Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le provincie di Romagna, vol. XXIV, 1973, p. 175-178.

280 Gilles Caillotin renvoie ici le lecteur au tome I de ses Mémoires, où il a sans doute fait la description de la ville de Bologne. La place dont il parle est la Piazza Maggiore où s’élève le Palazzo Comunale, siège des organes du gouvernement de la ville devenu palais du légat du pape. La fontaine évoquée est la fontaine de Neptune dessinée par Tommaso Laureti et dont la statue a été sculptée par Giovanni Bologna en 1563-1566. Il y avait, en réalité, deux statues installées sur la façade du Palais du Légat. L’une, celle du pape Boniface VIII, était située au dessus du balcon dit degli Anziani, là où se trouve aujourd’hui la statue de la Vierge à l’enfant de Niccolò dell’Arca ; l’autre, celle du pape Grégoire XIII, sculptée par Alessandro Menganti en 1580, est placée dans une niche au dessus du portail monumental du Palazzo Comunale dessiné par Galeazzo Alessi. La statue de Boniface VIII se trouve aujourd’hui au Museo Civico Medievale de Bologne. Voir Andrea Bacchi, Stefano Tumidei (ed.), « Il Michelangelo incognito » Alessandro Menganti e le arti a Bologna nell’età della Controriforma, Bologne, 2002. Dans son Voyage d’Italie 1763 (Paris, alteredit, 2001, p. 162). François-Michel de Rotrou, auditeur à la Chambre des Comptes de Paris, mentionne les deux statues.

281 La Chartreuse de Bologne, située à l’Ouest de la ville, a été fondée en 1334 et supprimée en 1797 par Napoléon Bonaparte. Elle est transformée en 1801 en cimetière public de la ville.

282 En Champagne, la caque est un récipient en bois à deux anses, en forme de pyramide renversée dans lequel les vendangeurs vident leur panier, et qui contient environ 60 kilogs de raisin.

283 Gilles Caillotin orthographie bodons. Le bondon, terme employé en tonnellerie, est « une cheville de bois grosse et courte dont on bouche le trou qu’on laisse au dessus des tonneaux, pour pouvoir les remplir et leur donner de l’air quand on le veut », J. Le Rond dit d’Alembert et D. Diderot, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des art et des métiers, t. II, Paris, 1751, p. 321.

284 Gilles Caillotin a une nette conscience de la différence dans la manière de compter les heures entre la France et la péninsule italienne.

285 Il s’agit du Panaro, affluent du Pô, appelé par les Anciens Scultenna, à sept kilomètres au sud-ouest de Modène.

286 Castelfranco Emilia possède un fort (Forte Urbano), construit par le pape Urbain VIII en 1628, pour défendre les confins entre les États de l’Église et le duché de Modène.

287 Les chiffres recopiés par Gilles Caillotin manifestent la faiblesse des chiffres d’hiver et un maximum de printemps. Ils sont en tous les cas tout à fait conformes à ceux que l’on peut relever la même année à l’hôpital voisin de Reggio Emilia à partir des distributions de pain faites à la porte : janvier : 465, février : 436, mars : 642, avril : 863, mai : 919, juin : 887, juillet : 755, août : 1080, septembre : 860, octobre : 918, novembre : 966, décembre : 888, soit au total : 9679, Archivio di Stato, Reggio Emilia, Fonds Ospedale Parisetti, Libri amministrazione 7, 1724, fo 15. On peut donc estimer que ce sont près de 10 000 pèlerins qui sont également passés à Modène en 1724. L’année sainte 1725 manifeste une fréquentation plus élevée du pèlerinage romain : 13 323 pèlerins sont passés à Reggio Emilia, ibid., année 1725, fo 15.

288 Lodi.

289 Le rituel d’obsèques que décrit ici Gilles Caillotin est un rituel propre aux péninsules méditerranéennes et au Midi de la France : le transport du corps vêtu et à visage découvert, accompagné jusqu’à sa dernière demeure par un ou plusieurs confrères. Ce même rituel surprend, en octobre 1664, l’abbé Charles Le Maistre lors de son passage à Milan et à Reggio Emilia : voir Charles Le Maistre, Voyage en Allemagne, Hongrie et Italie 1664-1665, présentation et édition de Patricia et Orest Ranum, Paris, L’insulaire, 2003, p. 284-285, 305. Ces pompes “baroques” sont en effet critiquées par une piété de sensibilité janséniste comme l’ont montré les études de Michel Vovelle sur la Provence. Voir Michel Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au xviiie siècle. Les attitudes devant la mort d’après les clauses des testaments, Paris, 1973, p. 83-85, 522-537 ; du même auteur, La mort en Occident de 1300 à nos jours, Paris, 1983, p. 322-335.

290 La critique portée ici contre le jansénisme l’apparente à un courant de pensée élitaire qui, par son intellectualisme – “clairvoyants [...] aveugles lumières” – veut se distinguer des dévotions populaires.

291 Reggio Emilia.

292 Il s’agit de la région de Bologne. Gilles Caillotin orthographie indifféremment le terme : Boulonnois, Boulonnais, Bolonais.

293 Rubiera. Sur l’hôpital de Rubiera, fondé au xiiie siècle, et placé depuis le xve siècle sous le patronage d’une famille noble de Ferrare, les Sacrati, voir Laura Artioli, “Le long de la via Emilia. Les hôpitaux de pèlerins entre xvie et xviiie siècle”, in Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. Julia, dir., Rendre ses vœux. Les identités pèlerines dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2000, p. 15-38.

294 Le terme est entendu ici au sens de laïcs.

295 En droit canonique, le dimissoire est la lettre par laquelle un évêque autorise l’un de ses diocésains à recevoir l’ordination à l’un quelconque des ordres des mains d’un autre évêque.

296 Il s’agit des certificats de confession délivrés par les pénitenciers des sanctuaires par où est passé le pèlerin.

297 Rubiera.

298 La conduite que tient ici Gilles Caillotin est parfaitement conforme aux conseils que donnent les jésuites aux artisans qui voyagent pour faire leur tour de France. Le Père G.S. Mondran, dans L’Artisan chrétien et les devoirs des personnes d’une condition médiocre, Toulouse, 1728, leur fournit cet avis : “Durant vos voyages ne vous associez jamais à des compagnons vicieux et de mauvais exemple. Vous ne pourriez manquer de vous trouver exposé à bien des accidents fâcheux, si malheureusement vous aviez pour compagnons de voyage des gens débauchés : faites donc un bon choix de ceux avec lesquels vous voulez voyager ; si vous ne trouvez pas des gens de bien pour vous servir de compagnons, souvenez-vous qu’il vaut mieux aller seul que mal accompagné” (t. I, p. 258-259)

299 Reggio Emilia.

300 Gilles Caillotin a écrit ici entendre.

301 Chaque hôpital a une marque ou empreinte particulière qui est imprimée sur la patente du pèlerin, de telle sorte qu’il ne puisse l’utiliser plusieurs fois auprès du même hôpital. Voir, par exemple, la reproduction de l’empreinte de l’hôpital des Parisetti de Reggio Emilia, in L. Artioli, L’Ospedale dei Parisetti. Storia di una istituzione caritativa reggiana fra xiv e xix secolo, Reggio Emilia, 1992, p. 106.

302 L’hôpital des pèlerins de Reggio, fondé au début du xve siècle par Matteo degli Omozzoli et constamment entretenu par ses descendants, la famille Parisetti, reçoit de 1724 à 1733 une moyenne annuelle de 9689 pèlerins, l’année sainte 1725 étant la plus fournie avec l’enregistrement de 13 323 pèlerins. Les chiffres sont tirés du compte des pains distribués journellement à la porte de l’hôpital aux pauvres et aux pèlerins, Archivio di Stato, Reggio Emilia, Ospedale dei pellegrini Omozzoli-Parisetti, 7, Libri d’amministrazione 1724-1733, particulièrement pour l’année 1724, fo 15. Voir également L. Artioli, op. cit., p. 131 et 147.

303 La poussière.

304 Sur Jean Hochart, voir ci-dessus note 4, p. 89.

305 La Chartreuse de Parme est située à trois kilomètres à l’Est de Parme, et elle ne se trouve donc pas sur la route qui relie Reggio Emilia à Parme : c’est pourquoi, pour y parvenir, Gilles Caillotin « tire sur la main droite ». Cette Chartreuse a été fondée en 1285 par le testament de Rolando Taverna, évêque de Spolète, d’origine parmesane. Les Chartreux y résidèrent jusqu’en 1769, date à laquelle le duc Ferdinand de Bourbon décida de supprimer dans ses États la congrégation et d’affecter les biens confisqués à des œuvres d’assistance. À partir de 1780, la Chartreuse est louée à la Fabrique ducale des tabacs qui y transfère son siège en 1805 et y poursuit ses activités jusqu’en 1891. La Chartreuse sert aujourd’hui d’école de formation de la police pénitentiaire.

306 Il s’agit de l’empreinte de l’hôpital de Parme qui, imprimée sur la patente du pèlerin, sert à éviter les fraudes.

307 On assiste ici au même scénario qu’à l’hôpital de Bologne pour éviter vols et rixes entre pèlerins pendant la nuit.

308 Il s’agit vraisemblablement de l’église du couvent des Frères Mineurs de l’Observance régulière dédiée à l’Annunziata et construite à partir de 1566 par l’architecte Giambattista Fornovo.

309 Fornovo di Taro, à 23 kilomètres au sud-ouest de Parme, n’est pas située sur la route de retour de Gilles Caillotin. Celui-ci tient pourtant à citer la victoire remportée par Charles VIII sur les confédérés (réunissant la République de Venise, le Pape, les rois Catholiques, le duc de Milan et Maximilien d’Autriche), le 6 juillet 1495.

310 Castelguelfo à 8 kilomètres à l’ouest de Parme.

311 Il s’agit du couvent des Capucins de Fontevivo, édifié vers 1608 à côté de l’abbaye cistercienne du xiie siècle, sur l’ordre du duc de Parme, Ranuccio Ier. Le complexe architectural, bâti selon les canons d’un maniérisme tardif, est probablement dû à Smeraldo Smeraldi. Les Capucins y demeurèrent jusqu’à l’arrivée des armées napoléoniennes. De cet ensemble, il ne reste aujourd’hui que l’église désaffectée.

312 Borgo San Donnino est l’ancien nom de la ville de Fidenza. San Donnino, cubicularius de l’empereur Maximien fut exécuté en 291 ; la tradition hagiographique en a fait un saint “céphalophore”, recueillant sa tête après sa décapitation en franchissant le torrent Stirone, d’où son rôle de protecteur des voyageurs et particulièrement de ceux qui franchissent les cours d’eau.

313 La scène s’est déjà produite à l’hôpital de Bologne : le déshabillage dans une salle extérieure au dortoir est destiné à prévenir tout vol au cours de la nuit. On notera le laconisme du récit de Gilles Caillotin. L’abbé Claude Robin, curé de Chênehutte-les-Tuffeaux, qui en tant que prêtre, est logé à part des autres pèlerins nous a laissé une narration beaucoup plus explicite à propos de son passage à l’hôpital de Plaisance lors de son pèlerinage jubilaire en 1750 : “Le lendemain matin, je fus bien surpris et en même temps choqué, lorsque, passant dans la grande chambre des pèlerins, je vis un vieux laïque, gouverneur de la maison, qui les fit tous passer devant lui, à la porte, tout nus, sans chemise, sortant de leurs lits, tenant d’une main leur pot de chambre. Ils défilèrent ainsi, au nombre de plus de trente, qui y étaient cette nuit-là logés ; et, comme j’attendais mon garçon, qu’on n’avait pas voulu laisser coucher dans ma chambre, où nous ne couchions point ainsi sans chemise, mais tout habillés et comme il me semblait bon, je fus obligé ou de les voir ou de me boucher les yeux. Leurs chemises et leurs habits sont sous clef dans une autre chambre, afin que personne ne soit volé ; voilà pourquoi il est nécessaire que le vieux gouverneur les voie prendre, afin qu’aucun ne se plaigne. C’est la coutume en Italie de dormir ainsi sans chemise”. Voir X. de La Perraudière, “Voyage à Rome en 1750...”, art. cit., p. 648.

314 L’un des thèmes récurrents de la pastorale post-tridentine est la lutte contre le travail exercé le dimanche qui, jour du Seigneur, doit être chômé.

315 Il s’agit vraisemblablement de la chapelle de Moronasco, dédiée à la Vierge et située sur la paroisse de Fiorenzuola d’Arda aux confins des communes de Fiorenzuola et d’Alseno. Le sanctuaire, qui remonte au moins à 1232 et est sans doute beaucoup plus ancien, avait été abandonné entre 1610 et 1650 puis reconstruit à la fin du dix-septième siècle. La fête principale de ce petit pèlerinage était fixée au deuxième dimanche après la fête de la Nativité de la Vierge, ce qui correspond exactement à la date du passage de Gilles Caillotin. Je remercie vivement Monsieur Luigi Canetti, chercheur à l’Université de Bologne, qui a effectué le recensement des sanctuaires italiens pour cette région, d’avoir bien voulu me fournir ces renseignements.

316 Cortemaggiore, à une dizaine de kilomètres au nord de Fiorenzuola.

317 Gilles Caillotin orthographie le terme corporal, qui correspond à une orthographe courante dans la langue du seizième siècle puisqu’on la rencontre chez Henri Estienne et Agrippa d’Aubigné. Émile Littré, en 1863, affirme qu’« on entend encore quelques personnes se servir encore » de cette prononciation, qu’il estime être une « corruption » de la langue.

318 Il s’agit des deux statues équestres situées sur la Piazza dei Cavalli de Plaisance (Piacenza) : celle du duc Alexandre Farnèse (1545-1592), duc de Parme de 1586 à 1592, statue inaugurée le 6 février 1625 sur le piédestal de laquelle figure un bas-relief représentant la destruction d’un pont sur l’Escaut durant le siège d’Anvers en 1585 ; celle du duc Ranuccio Ier Farnèse, fils d’Alexandre, duc de Parme, de 1592 à 1622. Cette dernière statue a été inaugurée le 13 décembre 1620. Les deux statues ont été exécutées par le sculpteur toscan Francesco Mochi (1580-1654). Voir Davide Gasparotto, Mochi e I Farnese. I cavalli di Piacenza, Milan, Five Continents Editions, 2005.

319 Il s’agit de l’hôpital Sant’Ilario construit en 1582 en face de l’église du même nom (sur l’actuel corso Garibaldi) et administré par la confrérie de la Santissima Trinità fondée en 1576 à l’initiative de l’évêque de Piacenza B. Paolo Burali. Voir Domenico Ponzini, « Ospedali, xenodochia, ponti sulla via francigena nel territorio piacentino », in Piacenza e i pellegrinaggi lungo la Via Francigena, Piacenza, Fondazione di Piacenza e Vigevano, 1999, p. 102-103.

320 La ville de Lodi que Gilles Caillotin orthographie tantôt Lody, tantôt Lode.

321 Gilles Caillotin désigne ici le village de Zorlesco, situé à environ 15 km de Lodi et 20 km de Piacenza.

322 Saint-Menge, qui doit son nom à celui du premier évêque de Châlons, était un village groupé autour de son abbaye et situé à cinq kilomètres au sud-est de Châlons ; c’est aujourd’hui la ville de Saint-Memmie (autre forme du nom de l’évêque), zone industrielle qui jouxte désormais le chef-lieu du département de la Marne.

323 Gilles Caillotin a déjà évoqué la survalorisation accordée aux pièces neuves par rapport aux pièces plus anciennes lors de son passage à Acquapendente, ici même, p. 63.

324 Les pèlerins sont donc couchés à trois par lit disponible.

325 En dépit des recommandations des livres spirituels, qui s’attachent à définir le juste comportement du pieux pèlerin au cours de son itinéraire, pèlerinage et curiosité « mondaine » restent indissolublement liés.

326 Une parpajole (parpagliola ou parpaiola) est une monnaie d’argent du duché de Milan qui vaut effectivement deux sols et demi. Mais ce nom désignait aussi de très nombreuses monnaies frappées dans la partie septentrionale de la péninsule. Voir A. Martini, Manuele di metrologia ossia misure, pesi e monete in uso attualmente e anticamente presso tutti i popoli, Turin, 1883, p. 362.

327 Il s’agit de la ville de Melegnano, située à environ 15 km de chacune des deux villes. C’est là que François 1er remporta en 1515 une victoire sur les Suisses.

328 Maréchal ferrant ou forgeron.

329 Gilles Caillotin orthographie le terme gehennait.

330 Pierre Tondeur est, tout comme François Caillotin, un maître sergier de Reims. Lorsqu’il se marie le 18 janvier 1701 sur la paroisse Saint-Maurice de Reims (A. M. Reims, GG 152), il est dit “compagnon sergier, fils du défunt Jean Tondeur, manouvrier”, et son épouse, Claudine Laffez, est également fille de manouvrier. Veuf, il s’est remarié avec Claudine Thérèse Prévost en la paroisse Saint Timothée le 30 mai 1718 (ibid., GG 212). À la capitation de 1725, (ibid., fonds ancien, registre 615, fo 194vo), il est dit “me sergier” et ne paie que 30 sols de taille, soit un tiers seulement de la cote moyenne des sergiers ; Pierre Tondeur est très certainement parent du frère Nicolas Tondeur, minime oblat résidant au couvent de la Trinité des Monts à Rome, peut-être même son frère puisqu’il appartient à la même génération.

331 Il s’agit très vraisemblablement du frère Nicolas Michault, oblat minime qui a prononcé, à l’âge de 25 ans, ses vœux au couvent de Reims le 2 août 1695, soit un an après le frère Nicolas Tondeur. Le frère Michault, d’après le livre des professions du couvent de Reims, est mort à Rome le 4 novembre 1746 (A. D. Marne, 64 H 4, fo 84).

332 Environ quatre heures de l’après-midi. Sur le rapport entre la manière de compter les heures à l’italienne et à la française, voir Roberto Colzi, art. cit.

333 La rumeur orale déforme les clauses de la déclaration du 18 juillet 1724 qui vise la mendicité et le vagabondage.

334 Entre les pages 122 et 123 est intercalée une xylographie représentant “Milan Ville Archiépiscopale de ce Duché située entre les Fleuves Adda et Tessin en une seule assiette, son terroir est très fertile. Cette ville est recommandable pour sa grandeur, pour la quantité de ses très belles Églises et somptueux Édifices ; pour le Riche Commerce de ses marchands et pour son Fort Chasteau”. L’origine de cette gravure n’est pas indiquée.

335 L’hôpital San Pietro dei Pellegrini a été fondé en 1344 par un prêtre, Ambrogio Varese. Il était divisé en deux unités distinctes, l’hospice pour les pèlerins et pèlerines valides et l’infirmerie pour les pèlerins malades et était situé hors des murailles médiévales sur le corso della Porta Romana. Il fut supprimé (de même que l’hôpital de San Jacopo situé à la Porta Vercellina et qui, comme le nom de son saint patron l’indique, recevait les jacquaires) par un décret du 14 mai 1770 et ses biens furent dévolus par Marie-Thérèse à un orphelinat (luogo pio di San Martino), dans le cadre de la grande réforme hospitalière qui réduit de manière drastique les lits réservés aux pèlerins. Voir Domenico Panebianco, “Contributi alla storia degli Ospedali di Milano. L’ospedale di San Pietro dei Pellegrini”, Archivio Storico Lombardo, 9e série, vol. V-VI, 1966-1967, p. 115-126. D’après la Descrizione di Milano ornata con molti disegni in rame delle Fabbriche più cospicue, che si trovano in questa Metropoli de Serviliano Latuada, t. III, Milan, nella Regio-Ducal Corte, 1737, no 75, l’hospice San Pietro était régi par neuf diputati nobles et les pèlerins pouvaient y séjourner deux jours (dans la réédition faite à Milan, La Vita Felice, 1996, t. III, p. 15-16).

336 Le corps de Charles Borromée, archevêque de Milan (1538-1584), l’un des modèles des évêques réformateurs de la période post-tridentine, repose dans une chapelle souterraine située près du lieu même qu’il avait choisi de son vivant pour être son tombeau. Placé à l’intérieur d’une châsse d’argent et de cristal, il est revêtu de ses ornements pontificaux, mitre et crosse. Voir Serviliano Latuada, Descrizione di Milano ornata con molti disegni in rame delle fabbriche più cospicue che si trovano in questa metropoli, t. I, Milan, 1737 ; réédition Milan, 1995, p. 112-115.

337 Dans la chapelle du chœur, située dans l’axe de la nef centrale, se trouve “sculptée sur une pierre blanche une plante d’un pied faite à la ressemblance de l’empreinte de Jésus-Christ au Mont des Oliviers lorsqu’il monte glorieusement au ciel ; et tout autour se lit l’annotation suivante sculptée : « Ceci est la forme du pied de Notre Seigneur Jésus-Christ dont la mesure a été prise sur le Mont des Oliviers et transportée, quand notre Seigneur Jésus-Christ est monté au ciel et où il y a indulgence plénière 1488 »”, S. Latuada, op. cit., t. I, p. 143.

338 Une gravure de Marc Antonio Dal Re, datant de 1735 et conservée au Musée de Milan, montre en effet l’état d’inachèvement, à cette date, de la façade de la cathédrale de Milan. Une première façade, construite par l’architecte Carlo Amati sous l’impulsion napoléonienne au début du xixe siècle, a été complètement restructurée à la fin de ce même siècle. Voir Giacomo Carlo Bascapé, Paolo Mezzanotte, Il Duomo di Milano, Milan, Bramante, 1965. Sur Nicolas Bachart, voir ci-dessous p. 244, note 5.

339 Gilles Caillotin orthographie le terme : géhenné. Le verbe gêner ou gesner a beaucoup plus de force au xviiie siècle qu’aujourd’hui. Il veut dire, selon le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière fatigué, tourmenté de corps et/ou d’esprit.

340 La comparaison établie ici par Gilles Caillotin semble indiquer qu’il a mis au net ses notes après son voyage à Rouen en août 1728. À plusieurs reprises, Gilles Caillotin manifeste dans son manuscrit son horreur de la foule et de la grande ville. Ainsi, lorsqu’il raconte son court séjour à Paris en mai 1725, il se met, sortant de la cathédrale Notre-Dame, à considérer “l’infinie multitude de peuple que de toutes parts on rencontre depuis la Grève jusqu’au Pont-Neuf, on ne voit que lavandières, crocheteurs, porteurs d’eau, et si grand nombre de décrotteurs, et parmi toute cette racaille il est certainement bon d’être sur ses gardes, car on trouve dans cette ville plus de filous qu’en pas une ville d’Europe ; aussi y voit-on des gens ramassés non seulement des provinces voisines de Paris mais même des plus reculées, sans parler des provinces et royaumes étrangers. De toutes ces sortes de personnes, il y en a beaucoup plus pour cacher leurs crimes que pour expier des fautes passées par une simple pénitence, parce que les larmes ne peuvent découler au milieu de l’embarras le plus grand du monde, mais bien dans la solitude” (p. 595, 601).

341 Vercelli, en français Verceil.

342 Chez les Capucins, le Père gardien est le supérieur du couvent, choisi pour trois années par le définitoire (c’est-à-dire le provincial et ses conseillers)lors des chapitres provinciaux.

343 Il s’agit très vraisemblablement de Giuseppe Falciola, “brigand public et fameux, fils de Pierre, habitant de cette ville”, condamné le 18 septembre 1724 à être pendu en raison de nombreux vols commis dans les rues de la ville. L’exécution est prévue pour le 20 septembre suivant ; rendez-vous a été donné à 15 heures aux membres de la confrérie de San Giovanni decollato (confrérie de pénitents blancs chargée du réconfort des condamnés à mort), à l’oratoire placé sous la même titulature et surnommé alle case rotte, pour qu’ils accompagnent le condamné jusqu’au gibet (qui était situé Piazza della Vetra). Voir Biblioteca Ambrosiana, Milan, ms. SQ 1 7, Sentenze Capitoli Raccolte del P[adre] F[rate] Benvenuto da Milano Min[ore] Osse[rvante] Riformato, vol. II, Dall’anno 1660 sin’all’anno 1753, p. 145. Des affiches, imprimées aux frais de la confrérie et tirées généralement à six cents exemplaires, assuraient la publicité des exécutions : voir Italo Mereu, La pena di morte a Milano nel secolo di Beccaria, Vicence, Neri Pozza, 1988. On notera que Gilles Caillotin paraît être tout à fait insensible à l’exemplarité « édifiante » du spectacle des exécutions capitales.

344 Il s’agit du très grand centre de pèlerinage qu’est l’abbaye bénédictine d’Einsiedeln en Suisse où est vénérée Notre-Dame des Ermites. Le total annuel des communions dispensées dans l’église abbatiale au xviiie siècle est toujours supérieur à 100 000 et atteint même 260 000 en 1710, l’année qui suit le grand hiver de 1709 d’après le journal du moine bénédictin Michael Schlageter, Archives de l’abbaye d’Einsiedeln.

345 Gilles Caillotin ne reprend pas ici la description, d’ailleurs fort brève, de la Chartreuse donnée par Richard Lassels. La construction de la Chartreuse de Pavie, dont la première pierre a été posée en 1396 par Gian Galeazzo Visconti, seigneur de Milan, à la suite d’un vœu fait par sa seconde épouse et cousine Caterina Visconti, s’est étendue sur plusieurs siècles. Dotée de privilèges, de riches donations et d’exemptions, la Chartreuse a été d’emblée pensée comme la chapelle funéraire de la dynastie, destinée à en symboliser la puissance. Le chantier connut, en raison de diverses vicissitudes politiques, de nombreuses interruptions. L’église, commencée en 1450, n’est consacrée que le 3 mai 1497. Sur la Chartreuse de Pavie voir James Hoog, La Certosa di Pavia, vol. I, Salzbourg, Institut für Anglistik und Amerikanistik, Universität Salzburg, 1994 ; Regalis Carthusia. Lo sguardo, l’incanto, il potere, Pavie-Milan, Monaci cistercensi-Fondazione Cariplo, 1996 ; La Certosa di Pavia tra devozione e prestigio dinastico : fondazione, patrimonio, produzione culturale, Annali di storia pavese, no 25, 1997 ; Gian Carlo Sciolla (ed.), Ambrogio da Fossano detto il Bergognone Un pittore per la Certosa, Genève-Milan, Skira, 1998.

346 Il s’agit du palais ducal destiné à accueillir les hôtes de marque et construit en 1625 par l’ingénieur militaire Franco Maria Richino.

347 À la base de la façade de la Chartreuse sont sculptés soixante médaillons représentant des têtes d’empereurs et de rois, des armoiries ou des médailles antiques, exécutées avant 1498 par Giovanni Antonio Amedeo, Benedetto da Porlezza, Giovan Battista da Sesto, Stefano da Sesto et Antonio Romano. Ce programme iconographique, qui comprend des médaillons où sont représentées les allégories de l’Abondance, de la Concorde et de la Sérénité, a une valeur métaphorique qui n’est pas éloignée de celle du « bon gouvernement ». Voir Jean-Pierre Aniel, Les maisons de Chartreux des origines à la Chartreuse de Pavie, Genève-Paris, Droz-Arts et Métiers graphiques, 1983, p. 67-71.

348 Il s’agit du deuxième rang de sculptures de la façade, exécutées de 1490 à 1499 par Giovanni Antonio Amedeo et Cristoforo Mantegazza, où alternent des bas-reliefs représentant le cycle du salut humain depuis le péché originel et des statues représentant prophètes et apôtres.

349 Le terme est ici employé dans le sens de protéger.

350 Le maître-autel est achevé en 1568. Le tabernacle a été réalisé par Ambrogio Volpi de 1568 à 1576. La statue du Sauveur qui surmonte le tabernacle date de 1605 et est due à Gianandrea Biffi.

351 Gilles Caillotin fait ici allusion à l’arc triomphal sculpté qui, au fond de la nef centrale et s’appuyant sur l’architecture de celle-ci, surplombe et entoure l’autel majeur. Les montants de cet arc sont garnis de bas-reliefs représentant des scènes qui évoquent l’Eucharistie. La sculpture de l’Ascension est attribuée à Stefano da Sesto. La statue de la Vierge sur le côté gauche a été ajoutée au xviie siècle.

352 Il s’agit des stalles du chœur dessinées vraisemblablement par Ambrogio da Bergognone à la fin du xve siècle et exécutées par le Mantouan Bartolomeo de Polli. Voir Marco Albertario, “Il coro dei monaci e il coro dei conversi della Certosa di Pavia”, dans G. C. Sciolla (ed.), Ambrogio da Fossano..., op. cit., p. 381-397.

353 Il s’agit de Gian Galeazzo Visconti (1351-1402), seigneur de Milan (1378), puis duc de Lombardie (1397), qui porta le domaine des Visconti à sa plus grande expansion, en conquérant une partie de la Vénétie, de la Toscane et de l’Ombrie. Le monument funéraire de Gian Galeazzo Visconti et d’Isabelle de Valois, situé dans le bras sud du transept, est dû au sculpteur Gian Cristoforo Romano (vers 1465-1512) et a été exécuté entre 1492 et 1497. L’urne et le sarcophage, postérieurs au monument lui-même en forme d’arche, sont dus à Galeazzo Alessi, sculpteur de Pérouse qui les exécuta en 1560. Les deux statues de la Renommée et de la Victoire, situées à la tête et aux pieds du gisant, ont été exécutées en 1562 par Bernardino da Novate. La meilleure étude sur ce tombeau est la dissertation doctorale de Andrea S. Norris, The Tomb of Gian Galeazzo Visconti at the Certosa di Pavia, Ph. D., New York University, Graduate School of Arts and Science, 1977, 2 volumes.

354 La statue de la Vierge située dans la partie centrale du registre supérieur du monument est due au sculpteur Benedetto Briosco, qui a également exécuté les bas-reliefs de ce même registre.

355 Il est probable que Gilles Caillotin confond ici dans ses souvenirs le monument funéraire de Gian Galeazzo Visconti, situé dans le bras sud du transept, avec celui de Ludovico Sforza (duc de Milan de 1494 à 1499), dit Ludovico il Moro et de Béatrice d’Este son épouse, situé dans le bras nord du transept. Ce dernier, qui comporte les gisants du prince et de son épouse a été exécuté en 1497 par Cristoforo Solari pour l’église Santa Maria delle Grazie de Milan, puis transféré en 1564 à la Chartreuse.

356 Gilles Caillotin emploie le terme au sens d’exploits de guerre.

357 Il n’y a pas de chapelle dédiée à saint Christophe dans la Chartreuse de Pavie, si bien qu’il est difficile d’identifier le lieu exact dont parle Gilles Caillotin.

358 Gilles Caillotin orthographie le terme caëses.

359 Bologne.

360 D’après le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière (1690) paragonner “est un vieux mot qui signifiait autrefois mettre en parallèle, comparer. Qui est le Conquérant qu’on ait osé paragonner avec Alexandre ?” Le terme est dérivé de parangon “vieux mot qui signifiait autrefois une chose excellente et sans comparaison”. Le Dictionnaire de l’Académie Française (1694) définit le verbe parangonner, comme “comparer, mettre en parangon”, c’est-à-dire en modèle et estime, lui aussi, le terme “vieux”.

361 Il s’agit du général flamand Charles de Lannoy (1487-1527), au service de Charles Quint, qui fut gouverneur de Tournai en 1521, vice-roi de Naples de 1522 à 1524 : il a succédé à Prospero Colonna (mort en novembre 1523) comme général en chef des armées impériales en Italie.

362 Allusion à Charon, nocher des Enfers dans la mythologie grecque. La métaphore renvoie ici à la mort des combattants.

363 En 1521, le duché de Milan, qui avait été reconquis par la France après la victoire de Marignan en 1515, est rentré en possession de l’ultime héritier des Sforza, François II. La lutte entre le roi de France François Ier et Charles-Quint, élu au trône impérial en 1519, se traduit par une nouvelle descente de François Ier dans la péninsule : celui-ci entre sans coup férir à Milan en octobre 1524, puis décide d’assiéger la place forte impériale de Pavie. Le siège commence le 27 octobre 1524 et dure plusieurs mois jusqu’à la bataille finale : Montmorency occupe les faubourgs méridionaux de Pavie ; le maréchal de La Pallice contrôle à l’est la route de Lodi ; le duc d’Alençon a pris position dans le parc du château de Mirabello, construit par les Sforza au xive siècle et situé entre la Chartreuse et le château de Pavie ; François Ier et Guillaume Gouffier, amiral de France ont pris position à l’ouest, puis se transfèrent dans le parc de Mirabello. Pendant ces préparatifs, le connétable Charles de Bourbon reçoit des renforts, recrutés en Allemagne par l’archiduc Ferdinand, qui viennent se disposer aux côtés des troupes de Lannoy. Le 23 février 1525, Lannoy et le connétable Charles de Bourbon décident de livrer bataille. La cavalerie du roi de France est arrêtée par l’infanterie impériale cependant que ses alliés suisses abandonnent le champ de bataille et fuient en direction de Milan : les Espagnols assiégés sortent de Pavie et défont l’infanterie française, enfin arrivée sur les lieux de la bataille. Par le traité de Madrid (janvier 1526), François Ier cède à l’Empereur la Bourgogne et la suzeraineté sur la Flandre et l’Artois.

364 Le château de Pizzighettone, ville située aux bords de l’Adda, à 35 kilomètres à l’ouest de Crémone et à une trentaine de kilomètres au nord de Piacenza, a été construit au douzième siècle. François Ier fut enfermé du 27 février au 18 mai 1525 dans la Tour du Gué (Torre del Guado), seul élément subsistant aujourd’hui de l’ancienne forteresse.

365 Gilles Caillotin évoque ici la Ligue de Cognac : en mai 1526, François Ier revient sur les promesses faites au traité de Madrid et reprend le combat en s’alliant avec le Pape Clément VII, Venise et Francesco Sforza, duc de Milan : cette ligue prend le nom de Ligue de Cognac.

366 Le duc Charles III de Bourbon, connétable de France, s’est allié en juillet 1523 à Charles Quint, dont il doit épouser la sœur (il s’agit, à cette date, d’Éléonore d’Autriche veuve de Manuel Ier de Portugal, mort en 1521, et qui épousera finalement par procuration François Ier le 20 janvier 1526) et promet de se retourner contre François Ier, alors même que les armées de Henri VIII d’Angleterre et Charles Quint envahiront le royaume. Le 7 septembre 1523, Charles de Bourbon s’enfuit pour échapper à l’arrestation décrétée par François Ier et passe en Italie où il devient lieutenant général pour le compte de l’Empereur. Après avoir fait, sans succès, le siège de Marseille en août 1524, il capture à Pavie François Ier. Celui-ci s’étant refusé à lui rendre ses biens, comme il l’avait promis au traité de Madrid (janvier 1526), Charles de Bourbon reste au service de l’Empereur, qui lui donne le duché de Milan. Il meurt le 6 mai 1527 sous les murs de Rome, à la veille du sac de la Ville Éternelle.

367 Andrea Doria (1466-1560), condottiere qui s’est mis au service successivement du pape Innocent VIII, du duc d’Urbino et des rois aragonais de Naples, puis de la République de Gênes, sert François Ier à partir du moment où celui-ci établit, en 1515 son autorité sur cette dernière ville. Sa flotte devient le fer de lance de la marine française en Méditerranée : il participe à la défense de Marseille en 1524, prend part en juin 1525 au projet de libération de François Ier lors de son transfert d’Espagne en Italie, et, en août 1527, chasse les Espagnols de Gênes puis envoie son cousin Filippino soutenir l’armée française commandée par Lautrec et qui assiège Naples. Celui-ci bat la flotte espagnole le 28 avril 1528. Mais, en juin 1528, Andrea Doria abandonne le service de François Ier et passe à celui de Charles Quint : Gênes est reprise en septembre 1528 et devient, sous son autorité, une république aristocratique durablement liée à l’Espagne.

368 Asti.

369 Le château des Visconti, édifié de 1360 à 1365 par Galeazzo II Visconti, agrandi et embelli par Gian Galeazzo Visconti son fils, est l’un des plus beaux monuments civils de la Lombardie au quatorzième siècle. Construit en briques, il constituait un carré de 142 mètres de côté et de 30 mètres de hauteur autour d’une cour centrale, avec quatre tours d’angle larges de 18 mètres et d’une hauteur de 43 mètres. L’assaut d’Odet de Foix, vicomte de Lautrec, à la tête des troupes françaises en 1527, détruisit l’aile nord et les deux tours postérieures. Le château est aujourd’hui le siège des musées de la ville.

370 Paragraphe emprunté à R. Lassels, op. cit., t. I, p. 124-125.

371 L’année précise est omise dans le texte. Richard Lassels ne signale d’ailleurs pas l’année de la translation du corps. D’après la tradition, les ossements du saint furent transférés en 496 d’Hippone en Afrique à Cagliari, d’où le roi lombard Liutprand les transféra à Pavie au viiie siècle.

372 Entre la p. 132 et 133 de son texte, Gilles Caillotin a inséré une xylographie représentant la ville de “Pavie nommée Autrefois Tessin à cause du Fleuve de ce nom qui l’arrosait. Elle est située en un air doux et tempéré et son terroir est très fertile. St Charlemagne y a fondé une Célèbre Université. St Charles Borromée l’a ornée de plusieurs Édifices”.

373 Le tombeau de saint Augustin, (arca di Sant’Agostino), situé au dessus du maître-autel de la basilique romane de San Pietro in Ciel d’Oro, a été entrepris au milieu du xive siècle et est l’œuvre d’artistes lombards inspirés par Giovanni di Balducccio de Pise. Il est à plan rectangulaire et à trois étages : à la base, des panneaux représentant des apôtres et des saints séparés par des pilastres ornés de statuettes figurant les Vertus ; au dessus, la cella, soutenue par des piliers ornés sur chaque côté de statuettes de saints, renferme la représentation de saint Augustin gisant entourée d’anges qui soulèvent le linceul ; enfin la cimaise qui, sur deux registres, est composée de bas-reliefs représentant des épisodes de la vie de Saint Augustin, ceux-ci étant séparés par des statuettes représentant des saints. Sur ce monument, inspiré par le tombeau de saint Dominique à Bologne, voir Anita F. Moskowitz, Nicola Pisano’s Arca di San Domenico and Its Legacy, Penn State University Press, 1993.

374 Gilles Caillotin compte ici les heures à l’italienne : une heure de nuit correspond, à la date du 20 septembre à environ 19h45. Voir R. Colzi, “Che ora era ? Raffronto tra le ore all’italiana e alla francese a Roma”, Studi Romani, t. 43, 1995, p. 93-102.

375 Au sens de : assez à l’intérieur de la ville.

376 La description faite ici par Gilles Caillotin renvoie vraisemblablement à une procession organisée par une confrérie mariale. Il peut s’agir de celles qui étaient faites dans l’octave de la fête du Nom de Marie (15 septembre). Mais elle pourrait aussi être mise en relation avec la procession de la relique de la Sainte Croix, organisée tous les 22 septembre par la confrérie dei Disciplini de l’église Santa Maria delle Mille Virtù. Voir Simona Negruzzo, “« Considerando vita e morte nelle mani di Dio » Spiritualità e vita religiosa nella Pavia di età moderna” in Xenio Toscani (ed), Storia di Pavia, t. IV-1, L’età spagnola e austriaca, Pavie, 1995, p. 389-426.

377 Le pont couvert de Pavie a été détruit par les bombardements en septembre 1944 et remplacé par un pont à cinq arches inauguré en 1951. Le pont initial, qui remontait à 1352-1354, muni de deux tours et de deux ponts levis aux extrémités, reposait sur six arches inégales ; long de 216 mètres et large de cinq, il était doté de 180 piliers soutenant la galerie dont la couverture avait été refaite en 1583.

378 Antoine Furetière définit dans son Dictionnaire universel (1690) le terme comme un « petit bateau pour passer une rivière ». Gilles Caillotin l’orthographie naucelle.

379 Voghera, située sur le torrent Staffora, affluent du Pô.

380 Gilles Caillotin écrit en réalité fourcherons. En ancien français forcheron ou fourcheron désigne la dent d’une fourche, Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française..., t. V, Paris, 1885, p. 68.

381 Il s’agit vraisemblablement du bourg de Pontecurone, situé à 6 kilomètres environ de Voghera.

382 La maia désigne la meule de blé qui se trouve dans le grenier de l’hôpital. Le tasseau est une petite meule.

383 Les vols sont extrêmement fréquents dans les hôpitaux de pèlerins. Laura Artioli, op. cit., p. 133-135, note pour l’hôpital de Reggio Emilia, l’intervention fréquente de la police à ce propos. Voir pour la seule année 1725, Archivio di Stato, Reggio Emilia, Ospedale dei Pellegrini Omozzoli Parisetti, 7, Libri d’amministrazione, 1725, fo 40, 43, 45, 47, 49.

384 Châtains.

385 Gilles Caillotin a collé sous ce titre une xylographie, dont la légende est mutilée, représentant « Tortone ville épiscopale située [dans un] terroir très fertile en blés. Il y a en cette [ville une] forte Citadelle qui fut prise par le D. d[e Longuev]ille en 1642 ». Il s’agit de Henri II de Bourbon, duc de Longueville (1595-1663).

386 Gilles Caillotin orthographie le terme corporal. Voir note 1, p. 155.

387 Gilles Caillotin renvoie ici au premier tome de ses Mémoires, aujourd’hui perdu. Aux pages 554-558 de son manuscrit, il recopie une “Description de la noble ville de Gennes, dite la superbe” qu’il conclut ainsi : “Ce qui me faisait un grand déplaisir, c’était de ne pouvoir au sortir de la ville de Tortonne aller en cette belle ville, qui n’en est pas éloignée que d’une journée et demie pour le plus, parce que je m’écartais trop de mon chemin, dont l’empressement était d’y être au bout. Dans cette ville, il y a un hôpital où sont reçus les pèlerins pendant trois journées” (p. 558).

388 Il s’agit de la Scrivia, rivière qui prend sa source près de Torriglia au nord-ouest de Gênes et se jette dans le Pô au nord-est de Voghera.

389 Les environs de Plaisance et de Bologne.

390 La rivière ainsi désignée est la Bormida, qui se jette dans le Tanaro à un peu plus de cinq kilomètres au nord-est d’Alessandria, et dont les différents bras prennent leur source à l’est de Savone (au Piàn dei Corsi pour la Bormida del Màllare et au colle di Melogno pour la Bormida del Pallare, tandis que la Bormida di Millesimo prend sa source au colle Scravaion).

391 Gilles Caillotin reprend ici l’étymologie proposée par Jacques de Villamont, livre auquel il emprunte régulièrement des passages : “Elle [Alexandrie] est située dans une très belle et grasse plaine où croît le froment en abondance qui a été cause qu’on lui a donné ce surnom de la Paille”, Voyages du seigneur de Villamont, Paris, Claude de Monstr’œil et J. Rocher, 1600, IIIe Livre, chapitre 24, fo 317. Cette étymologie de la désignation della Paglia est plus que douteuse. Parmi les hypothèses avancées aujourd’hui par les historiens, retenons celle-ci : le toponyme aurait été inventé par les Impériaux de Frédéric Barberousse lorsqu’ils assiégèrent en vain Alessandria d’octobre 1174 à avril 1175, par référence aux toits en paille et aux murailles en torchis de la ville.

392 Nizza della Paglia, aujourd’hui Nizza Monferrato, est située à une trentaine de kilomètres au sud-ouest d’Alessandria.

393 Il s’agit de la ville d’Alessandria, dite della Paglia. En dessous du titre, Gilles Caillotin a collé une gravure représentant justement la cité d’Alexandrie. Celle-ci comporte un bandeau dans le ciel où est inscrit en lettres capitales « Alexandrie ». Au dessous de la gravure figure la légende : “Alexandrie de la Paille, située sur le Tanaro au confluent de deux rivières. Cette ville est très forte ainsi que son château”.

394 Le confluent entre le Tanaro, affluent du Pô, et la Bormida.

395 Gilles Caillotin évoque ici le long conflit qui opposa l’empereur Frédéric de Hohenstaufen, dit Frédéric Barberousse, à Alexandre III (Rolando Bandinelli, élu pape le 7 septembre 1159). Dès mars 1160, Alexandre III a délié les sujets de Frédéric de leur serment de fidélité. Une bulle papale du 24 mars suivant entérine la constitution officielle d’une Ligue entre les communes lombardes et la Papauté contre l’empereur. Celui-ci, après plus d’une année de siège, s’empare de Milan en 1162 et décide de la raser. Réfugié en France, Alexandre III s’emploie à mettre sur pied une vaste alliance contre l’empereur, et il ne rejoint Rome qu’en avril 1165. À la fin de 1166, Frédéric Barberousse fait une nouvelle descente en Italie, s’empare de Rome le 24 juillet 1167, mais son armée est décimée au mois d’août suivant par une terrible épidémie et Barberousse doit sonner la retraite. Entre temps, le 7 avril 1167, les chefs des cinq cités lombardes – Milan, Brescia, Bergame, Ferrare, Mantoue, Crémone – se sont rencontrés au monastère de Pontida pour définir une ligne de conduite commune contre l’empereur : formant la ligue de Crémone ils décident de reconstruire Milan et en même temps d’ériger une forteresse destinée à attirer Frédéric Barberousse lors de sa prochaine campagne. La constitution définitive de la “ligue lombarde” est proclamée le 1er décembre 1167, à laquelle adhèrent la Ligue de Vérone (qui réunit les cités de la Vénétie) et Reggio Emilia. Le 20 avril 1168, le choix du site et les limites de la nouvelle ville, qui portera le nom d’Alexandrie (du nom du pape Alexandre III) sont posés : viennent y habiter les populations des villages environnants, Gamandio, Bergoglio, Rovere-do, Marengo, Olivia, Solera. La ville est entourée de fortes murailles et d’un profond fossé. Dans un premier temps les toits étaient seulement couverts de paille par manque de matériau et la dénomination de « cité de la paille » marque la dérision dans laquelle était tenue la nouvelle venue par la capitale lombarde qu’était Pavie, fidèle à l’empereur. Les consuls d’Alexandrie vinrent offrir la ville à Alexandre III et une année après sa fondation, elle comptait quinze mille habitants.

396 Le terme est orthographié vauderoute par le scripteur. La locution ne s’emploie guère qu’avec les verbes aller, s’enfuir ou mettre, et signifie en fuite, en pleine déroute.

397 Il s’agit de la ville de Suse, incendiée en 1174 par Frédéric Barberousse, qui se venge ainsi des affronts subis dans cette ville en 1168 – il avait été obligé de s’enfuir sous un déguisement – lors de sa retraite vers l’Allemagne.

398 Gilles Caillotin orthographie : avolèrent.

399 L’échec de Frédéric Barberousse devant Alexandrie entre la fin d’octobre 1174 et le 12 avril 1175 prend une dimension symbolique extrêmement forte du fait du nom même de la ville, qui devient ainsi un emblème de la résistance à l’empereur et de l’inexpugnabilité : ni les diverses attaques frontales, ni la longueur du siège pendant un hiver particulièrement rude, ni la ruse (la construction de galeries souterraines pour pénétrer dans la forteresse et la décision d’attaquer un Vendredi Saint, jour de trêve dans le monde chrétien) ne sont venues à bout de l’obstination des Alexandrins. Utilisant les mêmes galeries souterraines, ceux-ci détruisent, en l’incendiant, le camp de l’empereur, leur victoire coïncidant quasiment avec la date liturgique de Pâques (13 avril 1175).

400 Vaux en Laonnois était un village situé aux pieds de la ville haute de Laon ; il est désormais inclus dans la commune de Laon.

401 Il s’agit de l’icône de la Sainte Face, envoyée de Rome en 1249 par Jacques de Troyes, ancien archidiacre de la cathédrale de Laon et futur pape Urbain IV, à l’abbaye cistercienne de Montreuil-les-Dames. Sur l’origine polonaise de cette icône et sa datation (deuxième moitié du douzième siècle ou début du xiiie siècle, on se reportera à André Grabar, La Sainte Face de Laon : le Mandylion dans l’art orthodoxe, Prague, Seminarium Kondakovianum, 1931. L’icône porte une inscription slavonne qui signifie “image du Seigneur sur le mouchoir” et représente le visage du Christ encerclé par un grand nimbe crucifère et encadré d’une épaisse chevelure et d’une longue barbe, se détachant sur un fond très blanc, damassé et frangé sur le bas pour figurer le mouchoir de Véronique. Cette icône se trouve aujourd’hui dans la cathédrale de Laon.

402 Il s’agit du Tanaro.

403 Voir la description faite par Jacques de Villamont dans les Voyages du seigneur de Villamont, Paris, 1600, Claude de Monstr’œil et J. Rocher, fo 317 : “Il y a un très beau pont de pierre pareillement couvert et orné de colonnes et pilastres comme celui de Pavie, mais il n’est pas du tout si large”.

404 Bologne.

405 Asti.

406 Il s’agit du village de Castello di Annone, situé à huit kilomètres à l’est d’Asti. Le château a aujourd’hui disparu, mais joua un rôle important au cours de l’histoire médiévale. Le fief de Castello di Annone fut donné le 28 mars 1095 par l’évêque d’Asti, Ottone, aux consuls d’Asti et constitua la première dotation territoriale de la Commune. Sa position stratégique aux bords du Tanaro en faisait une tête de pont vers la Lombardie.

407 À partir de la quatrième édition des Voyages de Jacques de Villamont, en 1604 par les imprimeurs parisiens Claude Monstr’œil et Jean Richer, est imprimé, à la fin de chaque livre de l’ouvrage, un « Guide des divers chemins par lesquels on va en Hierusalem, Rome, Venise, Naples, Lorette et de plusieurs choses belles et rares qui s’y voient » : c’est à ce routier que fait allusion ici Gilles Caillotin, qui a vraisemblablement recopié pour son usage l’itinéraire indiqué.

408 S’il avait normalement suivi la via francigena, route du pèlerin revenant de Rome en France (ou allant de France à Rome), Gilles Caillotin aurait dû effectivement passer par Castel San Giovanni (20 kilomètres à l’est de Piacenza) puis par Stradella, Broni, Casteggio, atteindre Voghera. Ce trajet direct Piacenza-Voghera représente environ 60 kilomètres, alors que le détour par Milan fait plus que doubler le parcours accompli par le pèlerin entre ces deux villes.

409 Il s’agit de la ville d’Asti.

410 Asti était surnommée la ville delle cento torri, en raison des très nombreuses tours qui surmontaient les demeures nobiliaires des xiiie et xive siècles. Gilles Caillotin a visité Asti avant les profonds remaniements architecturaux opérés dans la ville par Benedetto Alfieri : ceux-ci commencent en 1726 et ont largement contribué à la disparition des tours. Il a donc pu contempler une ville à l’aspect encore très médiéval. En témoignent d’ailleurs le plan paru dans l’ouvrage de Francesco Bertelli, Theatro delle città d’Italia con le sue figure intagliate in rame, e descrittioni di esse in questa terza impressione accresciuto di nova aggiunta di molte figure e descrittioni, Padoue, F. Bertelli, 1629, supplément, p. 35, et celui publié dans le livre du Père jésuite Pietro Gioffredo, bibliothécaire du duc de Sa-voie, gravé par le graveur hollandais Joan Blaeu sur les dessins d’artistes italiens, Theatrum statuum Regiae Celsitudinis Sabaudiae Ducis, t. II, Pars altera illustrans Sabaudiam, et caeteras Cis et Transalpinas priore parte derelictas, paru à Amsterdam chez les héritiers de Joan Blaeu en 1682.

411 Il s’agit du futur Louis XII (1462-1515), fils de Charles d’Orléans (le poète) et de Marie de Clèves, qui est devenu duc d’Orléans et premier prince du sang à la mort de son père, en 1465. Il est le petit-fils de Louis d’Orléans (1372-1407) qui s’était marié avec Valentine Visconti, comtesse d’Asti, elle-même fille de Gian Galeazzo Visconti, duc de Milan, et d’Isabelle de France.

412 Ludovico Sforza dit il Moro (le Maure) est le frère de Galeazzo Maria Sforza, duc de Milan, mort assassiné en 1476. En 1479, il écarte la tutelle qu’exerce sa belle-sœur, la duchesse Bona de Savoie, veuve de Galeazzo Maria et devient le tuteur de son neveu Giovanni Galeazzo (qui a été couronné duc de Milan en 1478 et qu’il retient comme un prisonnier) et gouverneur du duché. C’est donc lui qui exerce de fait le pouvoir. En 1494, à la mort de son neveu, il se fait investir du duché de Milan par l’empereur Maximilien Ier. En juin 1495, Louis d’Orléans est en tré sans coup férir dans Novare, qui, depuis 1448, appartient aux Sforza. Abandonnant l’alliance qu’il avait conclu un moment avec Charles VIII pour ne pas avoir à combattre des princes italiens, Ludovico Sforza a rejoint la Ligue de Venise. Le siège de Novare commence en août 1495 et la ville, affamée par le siège, se rend en octobre de la même année.

413 Il s’agit de la ville de Fornoue (Fornovo). Ayant échoué dans sa tentative d’occuper durablement Naples, où il est entré en février 1495 dans une atmosphère de Croisade – Naples n’étant qu’une étape vers Jérusalem –, le roi Charles VIII se replie avec une partie de son armée vers la France. La Ligue de Venise (ligue défensive qui réunit Venise, Ludovico Sforza qui a abandonné l’alliance française, le Pape, l’Empereur et les Rois Catholiques d’Espagne) tente de lui barrer le chemin de la retraite à Fornoue, ville située au Sud-Est de Parme, au débouché septentrional de l’Apennin. La bataille est livrée le 6 juillet 1495 ; la cavalerie française met en déroute l’armée confédérée, forte de 40.000 hommes et laisse le souvenir cuisant de la furia francese, ce qui permet à Charles VIII de repasser les Alpes au début de novembre de la même année.

414 Verceil, en italien Vercelli.

415 Gilles Caillotin a suivi, à l’aller vers Rome, la route de Turin à Milan qui passe par Verceil et Novare ; les notations relatives à ces deux villes se trouvaient vraisemblablement dans le tome I de ses Mémoires, qui est perdu.

416 L’hospice des pèlerins est géré par la confrérie de Saint-Michel d’Asti.

417 Foligno.

418 La confrérie de Saint-Michel a fait reconstruire son église de 1731 à 1748, si bien que l’église actuelle, située en face de celle de Saint-Martin, n’est pas celle qu’a fréquentée Gilles Caillotin.

419 Cette chartreuse est située à Collegno, à l’est de Turin.

420 Gilles Caillotin a déjà employé la même figure de rhétorique lors de sa traversée des Apennins entre Florence et Bologne : « ces sourcilleux monts qui de leurs audacieux sommets semblent pour ainsi m’exprimer avec les poètes, qu’ils supportent la demeure des dieux » (ici même, p. 136).

421 Villanova d’Asti, située à 25 kilomètres à l’ouest d’Asti.

422 Gilles Caillotin fait ici allusion aux opérations militaires qui se sont déroulées en Piémont en 1695-1696 et en 1703, lors des guerres de la Ligue d’Augsbourg et de Succession d’Espagne. La citadelle de Casale Monferrato (située à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Villanova d’Asti), qui se trouvait depuis le xvie siècle sous la souveraineté des Gonzague-Nevers, ducs de Mantoue, était occupée par les troupes françaises de Louis XIV depuis 1681, à la suite d’un traité par lequel le duc de Mantoue se plaçait sous la protection de la France. Elle est assiégée en 1695 par une armée composée d’Impériaux, d’Espagnols et de Piémontais ; après la capitulation du gouverneur, le 9 juillet, elle est démantelée par le duc de Savoie, Victor-Amédée II. En 1702-1703, les armées françaises sont descendues dans la péninsule jusqu’aux duchés de Parme et de Mantoue pour combattre le prince Eugène de Savoie qui commande l’armée des Impériaux. En 1703, le duc de Savoie a réoccupé Casale Monferrato, mais ses troupes sont battues en 1704 à Suse, Verceil et Ivrée par les armées françaises descendues en Piémont. Celles-ci assiègent Turin en 1706, mais sont obligées de se retirer après une défaite cuisante face aux troupes conjointes du Prince Eugène et du duc de Sa-voie.

423 Chieri, située à dix-huit kilomètres au sud-est de Turin, et à douze kilomètres au nord-ouest de Villanova d’Asti.

424 Sina, variante régionale de sénat : il s’agit d’un plancher fait grossièrement de gaules ou de planches posées à hauteur du sommet de la porte d’une grange ou d’une écurie, entre deux poutres de la charpente et où l’on entasse le foin ou la paille. Voir Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Paris, 1997, p. 1529-1530.

425 Il s’agit de la ville de Chieri, située à une douzaine de kilomètres au sud-est de Turin.

426 Italianisme, pianura en italien désignant une plaine.

427 L’hospice de charité de Chieri a été fondé au cours des premiers mois de 1718, dans le cadre de la réforme générale de l’assistance en Piémont inspirée des idées du Père jésuite André Guevarre. Celui-ci avait d’ailleurs visité en 1717 la ville de Chieri. L’hospice reçoit les biens d’une opera pia préexistante, la confrérie du Saint-Esprit et est installé dans la Casa della Limosina, qui, depuis 1465, distribuait des secours aux pauvres et aux passants. Voir la brochure anonyme Stabilimento dell’Ospizio generale della Carità nella Città di Chieri, Turin, Gianfranco Mairesse et Giovanni Radix, s. d.[1718] ; voir aussi Archivio di Stato, Turin, Sezione Corte, Luoghi Pii di qua da’ Monti, liasse 11. Ces précisions m’ont été apportées par M. Paolo Bianchini.

428 Il s’agit de la ville de Moncalieri, à une dizaine de kilomètres au sud de Turin.

429 La structure originelle du château de Moncalieri remonte au xiiie siècle, mais c’est seulement en 1475 qu’il devient une résidence ducale et subit une radicale transformation par la volonté de Yolande de Valois, épouse d’Amédée IX de Savoie : il est alors muni de quatre tours d’angle cylindriques. Tombé en ruine lors des guerres franco-espagnoles du xvie siècle, il est entièrement reconstruit à partir de 1619 sur l’ordre du duc Charles-Emmanuel I (mort en 1630), et de Christine de France, épouse puis veuve de Victor-Amédée Ier (mort en 1637) qui confient successivement les travaux à Carlo et Amedeo da Castellomonte. Gilles Caillotin, qui évoque ici “Son Altesse à présent régnante” – il s’agirait alors de Victor-Amédée II (1666-1732) – a pu, en réalité, simplement recopier ses informations d’un ouvrage de la première moitié du xviie siècle : les interventions de l’architecte Filippo Juvarra au château de Moncalieri datent seulement de 1730-1732 et sont donc postérieures au récit que nous publions. Voir Gianfranco Gritelli, Juvarra. L’architettura, t. II, Modène, Franco Cosimo Panini, 1992, p. 240.

430 Entre la page 164 et la page 165, Gilles Caillotin a inséré une gravure sur bois d’un imagier de la rue Saint Jacques, Crépy, qui représente le plan de la ville de Turin avec une légende, et une numérotation des monuments les plus remarquables. La légende porte : “Sur le Po ville d’Italie Capitale des Piémontais avec Archevêché et Université et était appelée par les anciens Augusta Taurinorum. Elle est le séjour du Roi de Sardaigne ; il y a un Sénat et une Chambre des Comptes. Elle est une des plus jolies et des plus fortes villes d’Italie. Le Palais du Prince est très ancien. On y admire une belle galerie avec un grand nombre de peintures, de statues, d’armes, de livres, de manuscrits et autres raretés. On voit en la métropole le St Suaire où est empreint le visage et une partie du corps du Fils de Dieu. Il s’y est tenu un Concile l’an 401 sous le Pape Innocent I pour tâcher de terminer les différends qui s’étaient émus entre les Évêques de Vienne et d’Arles au sujet de leurs juridictions mais on n’y prononça point de sentence définitive. On y ordonna seulement que celui-là aurait l’honneur de la primatie qui prouverait que sa ville était métropole”.

431 Entre la p. 164 et la p. 165, Gilles Caillotin a inséré une gravure de Crépy marchand un Saint Jacques à Paris, représentant le plan de la ville de Turin.

432 Il y avait deux couvents de Capucins à Turin, tous deux situés hors de la ville. Le Monte dei Cappucini, situé à l’est, se trouve sur la rive droite du Pô à 284 mètres d’altitude. Il est surmonté par l’église du couvent des Capucins, Santa Maria del Monte, érigée sur le plan, en forme de croix grecque, d’Ascanio Vitozzi au début du xviie siècle, avec des ajouts postérieurs d’Amedeo di Castellomonte en 1637. Celui que désigne le compagnon de Gilles Caillotin est plus vraisemblablement le couvent de Santa Maria ad Agros plus connu sous le nom de Madonna di Campagna et situé au nord-ouest de Turin, au delà de la Doire Ripaire (actuellement via del Cardinale Guglielmo Massaia). Ce couvent a été entièrement détruit par les bombardements du 8 décembre 1942. Le but que se fixe le voyageur français lui permet ainsi de contourner la ville de Turin par le Sud et l’Est et d’échapper ainsi tant à la police urbaine et militaire qu’à celle de l’hospice de charité.

433 Rivoli, ville située à treize kilomètres à l’ouest de Turin.

434 L’abside de la cathédrale de Turin a été détruite pour faire place à la chapelle du Saint-Suaire, édifiée de 1668 à 1694 par l’architecte théatin Guarino Guarini. Elle est construite en forme de rotonde de marbre noir et se situe à l’exacte jonction de la cathédrale et du palais royal, le sol étant surélevé au niveau des appartements royaux adjacents, cependant que deux escaliers, situés au fond des nefs latérales, permettent d’y accéder depuis la cathédrale. L’ossature de la coupole repose sur douze nervures de maçonnerie sur lesquelles s’appuient six étages d’hexagones superposés.

435 Il s’agit de l’hôpital della Santissima Trinità, dont le siège était situé auprès de l’église collégiale du même nom, construite via Doria Grossa (actuelle via Garibaldi) entre 1598 et 1630 par l’architecte Ascanio Vitozzi pour accueillir précisément la confrérie de la Très Sainte Trinité. Il était tenu par les Trinitaires déchaussés. Selon l’article 22 de l’édit royal du 17 avril 1717 qui confirme l’érection et les prérogatives de l’hospice de charité de Turin (où ne sont plus secourus que les pauvres de la ville faubourgs, et finage de Turin) les pèlerins de passage, par définition étrangers, devaient être accueillis à l’hôpital de la Santissima Trinità, Felice Amato Duboin (ed.), Raccolta per ordine di materie delle leggi, editti, manifesti ecc. pubblicati dal principio dell’anno 1681 sino agli 8 dicembre 1798 sotto il felicissimo dominio della Real Casa di Savoia, t. XII, Turin, 1836, p. 295.

436 D’après Jean-Baptiste-François Geruzez, Description historique et statistique de la ville de Reims..., t. II, Reims, Le Batard, 1817, la famille Sutaine “est la plus ancienne dans le commerce de Reims” (p. 546). Elle était spécialisée dans le commerce des burats (p. 601). Un membre de cette famille, Jean-Baptiste Sutaine, a été lieutenant des habitants de la ville de Reims de 1763 à sa mort. Geruzez mentionne l’entreprise Sutaine-Bertrand comme une filature de laine en exercice à la fin de l’Empire (p. 617).

437 Nicolas Tondeur, d’origine rémoise, est un frère oblat minime qui réside au couvent de la Trinité-des-Monts de Rome et qui a accueilli Gilles Caillotin lors de son séjour. Voir plus haut p. 40, note 1.

438 Il s’agit de la ville de Verceil (Vercelli en italien), où Gilles Caillotin est passé lors de son voyage aller et a été accueilli au couvent des Capucins. Les Capucins, qui étaient installés au couvent de Vezzolano dans un faubourg de Verceil, où l’air était malsain et les maladies des religieux fréquentes, ont obtenu le 30 mars 1624, de la part de congrégation des évêques et des réguliers, l’autorisation de s’installer à l’intérieur de la ville où ils ont édifié une église dédiée à Saint Jean-Baptiste. Voir Vincenzo Criscuolo, I Cappuccini e la congregazione romana dei vescovi e regolari, t. VIII, 1624-1629, Rome, Istituto storico dei Cappuccini, 1999, p. 14 et 105. L’Archivio di Stato de Verceil ne contient malheureusement aucune série relative au couvent des Capucins de Verceil (renseignement aimablement communiqué par Madame Anna Cerutti).

439 Thomas Prévost, fils de François et de défunte Louise Colmet, de La Fère en Tardenois, entre au couvent des Capucins de Reims (qui, depuis 1714 est le noviciat de la province de Champagne) et y reçoit l’habit de saint François en tant que frère lai le 19 mai 1716. Il a alors dix-huit ans et prend désormais le nom de frère Bernardin de La Fère, livre des vêtures du couvent des Capucins de Reims commencé le 26 septembre 1715, fo 6, Archives départementales de la Marne, 62 H 4. Un an plus tard, le 19 mai 1717, il y prononce ses “vœux de pauvreté, chasteté et obéissance dans ladite religion des Capucins”, livre des professions (1681-1720), ibid. Le frère Bernardin a donc quasiment le même âge que Gilles Caillotin. Le couvent des Capucins était situé dans la rue du même nom (ancienne rue du Jard-Notre-Dame), au sud-ouest de la cathédrale.

440 Le frère Tondeur a donc remis, à Rome, une somme d’argent à Gilles Caillotin pour le défrayer du coût que pourrait entraîner pour lui l’affranchissement des lettres qu’il lui a remises.

441 Le Père gardien (supérieur) du couvent des Capucins de Verceil est alors le Père Giovanni Battista da Torino. Né en 1675, ce moine, turinois d’origine, est entré au noviciat de Turin le 1er mars 1692 et y a fait profession un an plus tard. Il a commencé une carrière de supérieur à Ivrée en 1718 puis est passé à Verceil en 1722. Il meurt à Turin en 1759. Il est très probable que ce Piémontais parle la langue française. Je dois ces renseignements au Père Ferruccio Bortolozzo, archiviste de la province des Capucins de Turin.

442 L’église de la Santissima Trinità, située sur l’actuelle via Garibaldi, a été édifiée entre 1590 et 1606 sur un plan d’Ascanio Vitozzi. Le revêtement de jaspes et de marbres siciliens est dû à Filippo Juvarra et a été achevé en 1718, soit quelques années seulement avant le passage de Gilles Caillotin.

443 Sur l’hospice de charité de Turin, voir Evelina Christillin, « Guardie e mendicanti : i collettori dell’ospizio di carità di Torino (1716-1743) », Bollettino storico-bibliografico subalpino, t. 94, 1996, p. 541-588. Installé dans son siège définitif de la via Po à partir des années 1683-1685, l’hospice de charité a reçu un nouveau règlement par un édit royal du 17 avril 1717 qui s’inspire très largement des idées émises par le Père jésuite André Guevarre sur l’éradication de la mendicité dans la Mendicita sbandita col sovvenimento de’ poveri tanto nelle città che ne’ borghi, luoghi, e terre de’ stati di qua, e di la da’ monti, e colli di sua maesta Vittorio Amedeo, ouvrage paru la même année à Turin sur les presses de Gianfrancesco Mairesse et Giovanni Radix. L’hospice de charité, dirigé par une assemblée de 35 recteurs, occupe désormais une place centrale dans le dispositif de répression de la mendicité, en liaison avec les autorités civiles et militaires (Vicaire, gouverneur et commandant de la ville). Il dispose d’un corps de huit gardes, chargés de parcourir les rues de la ville et d’interdire aux pauvres de mendier. Pour une analyse de la politique d’assistance de Victor-Amédée II, voir Evelina Christillin, “L’assistenza”, in Giuseppe Ricuperati (dir.), Storia di Torino, t. 4, La città fra crisi e ripresa (1630-1730), Turin, Einaudi, 2002, p. 871-894.

444 Cette patente ne figure plus dans le manuscrit. Il pourrait s’agir d’une patente analogue à celle que le nonce de Florence a délivrée à Gilles Caillotin. En effet dans les Regole e Istruzioni degli Ospizi generali da fondarsi pei poveri in tutto lo Stato du 19 mai 1717, les règles du deputato de’ passaggieri lui prescrivent de donner l’aumône aux pèlerins et, pour ceux qui ne font que passer, des billets pour pouvoir être accueillis dans les maisons qui ont coutume d’accueillir des passants. Voir F.-A. Duboin, Raccolta per ordine di materie delle leggi, editti, manifesti, ecc. della Real Casa di Savoia, t. 12, vol. XIV, titre XIX, Delle opere pie e di pubblica beneficenza, chapitre I, Soccorso dei poveri, abolizione della mendicità, giunte, congregazioni ed ospedali di carità, section I, Provvedimenti generali, p. 60. Ce renseignement m’a été aimablement communiqué par Paolo Bianchini.

445 Il s’agit de la cathédrale de Turin qui a été construite de 1491 à 1498 par l’architecte toscan Meo del Caprino da Settignano.

446 La chapelle du Saint-Suaire, située en surélévation et derrière le maître autel de la cathédrale.

447 Le journal de Gilles Caillotin fournit ici un bel exemple des modalités selon lesquelles la rumeur orale court le long des routes du pèlerinage. En réalité, les mesures d’arrestation dont il est question font suite à la déclaration royale du 18 juillet 1724 qui règle pour quarante années les modalités de lutte contre le vagabondage et la mendicité. On se reportera, pour une analyse de la politique vis-àvis des pauvres à Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon 1534-1789, Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 439-441.

448 Il s’agit de la chartreuse de Collegno, à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Turin. La construction du monastère, décidée par la régente Marie-Christine de France, sœur de Louis XIII et veuve de Victor-Amédée I, à la suite d’un pèlerinage à la Grande Chartreuse et d’un vœu solennel fait à cette occasion d’ériger une chartreuse près de Turin, remonte à 1641. Supprimée en 1802 à la suite des invasions napoléoniennes, rétablie en 1816, la chartreuse a fait place en 1853 à l’hôpital psychiatrique royal qui occupe toujours les lieux.

449 De Collegno à Rivoli, il y a tout au plus cinq kilomètres.

450 Il s’agit de la preceptoria de Sant’Antonio di Ranverso, fondée en 1188 par Humbert III le Bienheureux, comte de Savoie (vers 1127-1189) en même temps qu’un hôpital pour venir en aide aux pèlerins, et confiée aux religieux de Saint-Antoine de Viennois. L’église, qui est un des plus importants monuments de l’architecture gothique piémontaise, remonte à la fin du xiie siècle et a été remaniée jusqu’à la fin du xve siècle.

451 Avigliana. Le château, élevé sur un éperon rocheux situé à 467 mètres d’altitude, domine de plus de cent mètres la ville, située à 352 mètres. Remontant au xe siècle, il a été deux fois détruit par les Français, une première fois en 1536, une seconde fois définitivement par le maréchal de Catinat en 1692.

452 Chiusa di San Michele à 378 mètres d’altitude sur la rive droite de la Doire Ripaire.

453 Montmélian (département actuel de la Savoie) à 15 kilomètres au sud-est de Chambéry.

454 La parpagliola ou parpaiola est une monnaie d’argent frappée en Lombardie, qui vaut deux sols et demi. Mais ce nom distingue de manière générique de très nombreuses monnaies de peu de valeur frappées par les différentes Monnaies des États de l’Italie septentrionale.

455 Suse ou Susa, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Turin, à la jonction des routes qui viennent du mont Cenis et du mont Genèvre.

456 Il s’agit de la Sacra di San Michele, ou abbaye bénédictine della Chiusa, construite sur un éperon rocheux (le monte Pirchiriano), dominant à 962 mètres d’altitude la vallée de la Doire Ripaire et le village d’Avigliana. Avec le Monte Sant’Angelo, édifié au Monte Gargano dans les Pouilles et le Mont-Saint-Michel, c’est l’un des trois grands sanctuaires d’Occident dédiés à l’archange Michel et l’un des plus importants monastères fortifiés de l’époque médiévale, les constructions se superposant les unes sur les autres depuis la fin du xe siècle jusqu’au xive siècle. Par une bulle du 10 décembre 1622, le pape Grégoire XV a aboli la vie monastique dans cette abbaye qui n’est plus désormais qu’une forteresse.

457 Moisi.

458 Les souvenirs du scripteur sont ici imprécis. Gilles Caillotin est en réalité passé à Sant’Ambrogio di Torino avant de passer à Chiusa di San Michele : Sant’Ambrogio est à 3 kilomètres à l’est d’Avigliana, tandis que Chiusa di San Michele, situé au-delà, en est éloigné de six kilomètres.

459 Gilles Caillotin orthographie le terme piquirs.

460 San Giório di Susa, sur la rive droite de la Doire Ripaire.

461 Il s’agit vraisemblablement du village de Bussoleno, situé au débouché du cône de déjection du torrent Prebech, sur la rive gauche de la Doire Ripaire.

462 Gilles Caillotin orthographie le terme corporal. Henri Estienne défend cette acception du mot en le rattachant à corps de garde, ce que Littré considère comme une « corruption » du mot, quoiqu’il avoue qu’on « entend quelques personnes se servir encore » de cette variante.

463 Le pape Innocent XIII est mort le 7 mars 1724. Pour le conclave devant élire son successeur, sont venus à Rome les cardinaux de Rohan, de Bissy et de Polignac. Après l’élection de Benoît XIII Orsini, intervenue le 29 mai 1724, l’archevêque d’Embrun, Pierre Guérin de Tencin, qui était depuis 1721 chargé d’affaires du roi de France à Rome, étant tombé en disgrâce, c’est le cardinal Melchior de Polignac qui lui succède dans cette fonction. Il a été averti de sa nomination par une lettre du 16 août 1724.

464 La Saint Louis est le 25 août et Gilles Caillotin n’est parti de Rome que le 1er septembre.

465 Le liard est une monnaie de cuivre, valant trois deniers.

466 La Novalesa, au pied du mont Cenis, à 828 mètres d’altitude.

467 Le col du mont Cenis, à 2084 mètres d’altitude, reste la route la plus fréquentée des États de Savoie pour le franchissement des Alpes au xviiie siècle. Route stratégique autant que commerciale, elle constitue l’axe prioritaire de la politique du royaume de Piémont-Sardaigne en matière de ponts et chaussées : les travaux sur cette route ont été quasiment ininterrompus tout au long du xviiie siècle. Voir Maria Luisa Sturani, “Inerzie e flessibilità : organizzazione ed evoluzione della rete viaria sabauda nei territori ‘di qua da monti’ (1563-1798). Le trasformazioni del xviii secolo”, Bolletino storico-bibliografico subalpino, 89e année, 1991, p. 485-545, notamment p. 521-523.

468 Le village de Ferrera Cenisio ou Ferrière, situé à 1461 mètres d’altitude et qui doit son nom à une exploitation du minerai de fer remontant à l’époque médiévale, est aligné le long du torrent Cenise (en italien la Cenischia). Il porte depuis 1940 le nom de Moncenisio.

469 Gilles Caillotin orthographie : gehenner.

470 Il s’agit de Victor-Amédée II (1666-1732), roi de Sicile en 1713 puis roi de Sardaigne en 1720, qui abdique en 1730 en faveur de son fils.

471 Le futur Charles-Emmanuel III, duc de Savoie et roi de Sardaigne de 1730 à 1773. Celui-ci avait épousé en premières noces le 7 février 1722 Christine de Bavière-Sultzbach, fille de Théodore, comte palatin du Rhin. Celle-ci étant morte le 12 mars 1723, Charles-Emmanuel s’est remarié le 2 juillet 1724 avec Polyxène-Christine de Hesse Rheinfels-Rottenburg, fille du landgrave de Hesse-Rheinfels, Ernest-Leopold.

472 Le hameau de la Grand Croix est situé à 1876 mètres d’altitude, au sud du haut plateau qui couvre le sommet du mont Cenis. Le col du mont Cenis est situé à 2081 mètres d’altitude.

473 En réalité, l’hospice des transis, dont la fondation remonte au ixe siècle, dérive du latin hospitium transitorum, ce qui signifie hospice des passants ou plus exactement de ceux qui sont passés : il y a, dès l’usage latin, une polysémie possible puisque transitus désigne aussi la mort et que le passage du col en hiver pouvait entraîner souvent la mort du voyageur. Jacques Le Saige, marchand de soieries douaisien qui passe le col du mont Cenis le 15 avril 1518 est un bon témoin de cette polysémie quand il écrit : “En haut [...] il y a deux chapelles : l’une est appelée la chapelle des Transis, à cause qu’il en meurt tant en hiver ; et quand ils sont trouvés morts, on les rue par une fenêtre dedans ladite chapelle : c’est le fossé qu’ils ont”. Voir Hippolyte Romain Duthillœul (éd.), Voyage de Jacques Le Saige de Douai à Rome, Notre-Dame de Lorette, Venise, Jérusalem et autres saints lieux, Douai, Adam d’Aubers, 1851, p. 11. Dans la langue vernaculaire, le sens initial s’est perdu pour ne plus évoquer que la température glaciale des sommets.

474 Lanslebourg, premier village situé sur le versant savoyard à 1400 mètres d’altitude.

475 Gilles Caillotin orthographie le terme st. maigre. Le sain équivaut à saindoux.

476 Il s’agit de navet.

477 Chaque lit est donc occupé par deux passants.

478 Allusion à une étape du voyage aller, au bord de la mer Adriatique entre Rimini et Ancône. Nous savons seulement que Gilles Caillotin était du 29 au 31 juillet à Bologne. À la date du 6 août, il était probablement aux alentours de Senigallia.

479 Gilles Caillotin écrit étaient.

480 Il s’agit de houseaux, sortes de guêtres ou de bottes qui couvrent la jambe et protègent de la pluie et de la boue.

481 Il s’agit du village de Lanslebourg situé à 1400 mètres d’altitude au pied du col du Mont-Cenis, premier village dans la descente du côté de la Savoie.

482 Le village de Cogne, situé à 1534 m. d’altitude, est au cœur du massif du Grand Paradis et fait partie du Val d’Aoste.

483 Le Val d’Aoste est un duché, province « séparée » des États de Savoie, qui a son autonomie, ses institutions et ses privilèges reconnus par le souverain. C’est entre 1758 et 1773 que le duché perd ses libertés et franchises et est soumis à la loi générale. Voir à ce propos Andrea Zanotto, Storia della Valle d’Aosta, Musumeci, Quart, 1993, p. 101-111, 127-128.

484 Il s’agit du village de Termignon, à cinq kilomètres de Lanslebourg.

485 Soit la mémoire de Gilles Caillotin déforme le toponyme, qui ne peut alors être que celui du village de Bramans, situé à sept kilomètres de Termignon, soit, plus vraisemblablement, il reprend simplement le toponyme Bregarre inscrit dans le guide des divers chemins de Paris à Rome, qui est en adjonction au livre I des Voyages du Sr de Villamont entre Saint-André et Termignon (dans l’édition de 1609, fo 132vo).

486 Le terme signifie graisse et Gilles Caillotin l’orthographie saint.

487 Saint-André, dans la vallée de l’Arc est situé à 950 mètres d’altitude et à cinq kilomètres au sud-ouest de Modane.

488 Il est probable qu’il s’agit de Raymond Doineau qui, ayant abandonné ses compagnons peu avant Grenoble pour marcher plus rapidement, se fait donner par l’hôpital de cette ville un passeport le 4 octobre 1724, jour de son arrivée, “pèlerin mendiant, âgé de 18 ans, natif d’Orléans, marchand de profession, domicilié audit Orléans, taille 4 pieds 11 pouces, cheveux noirs, les sourcils de même, les yeux gros grands à fleur de tête et gris, le nez court, la bouche grande, le visage rond plat et maigre [...] pour se retirer à Lyon”. Archives hospitalières de Grenoble, F 15.

489 Berry-au-Bac, dans le département actuel de l’Aisne, village situé sur l’Aisne à 22 kilomètres au nord-ouest de Reims, sur la route de Reims à Laon, que Gilles Caillotin a fréquemment parcourue pour se rendre en pèlerinage à Notre-Dame de Liesse.

490 Depuis l’effondrement du Mont Granier près de Chambéry en 1248, les récits relatifs aux esprits maléfiques qui habitent les montagnes et provoquent coulées de boue, chutes de pierres, glissements de terrain et éboulements ont proliféré. Voir Christian Abry, Alice Joisten, Jacques Berlioz, “Le dialogue des esprits maléfiques dans la montagne (Savoie, Dauphiné, Valais romand)”, Le Monde alpin et rhodanien, t. 16, 1er et 2e trimestre 1988, p. 61-86.

491 Saint-Jean de Maurienne.

492 Les Capucins ont été introduits à Saint-Jean de Maurienne par l’évêque Pierre de Lambert dès 1578. Leur couvent est situé à l’extérieur de la ville, à l’extrême sud-ouest, dans la rue de Mollard d’Arvan, juste en face du collège que le même Pierre de Lambert avait fait ériger par son testament. Voir Abbé Saturnin Truchet, Saint-Jean de Maurienne au xvie siècle, Chambéry, Imprimerie Savoisienne-Jacquelin et Cie, 1887, p. 381-384.

493 Il s’agit vraisemblablement d’une moquerie ritualisée et laissée à un groupe d’âge précis. La moquerie désigne une altérité, une différence dépréciée pour mieux affirmer une identité culturelle et réduire la crainte que suscite l’Autre, ici le pèlerin passant. Voir le numéro très suggestif de la revue Le monde alpin et rhodanien, 16e année, 1988, 3e et 4e trimestres, La moquerie. Dires et pratiques, et tout particulièrement l’article de J.-N. Pelen, “De la moquerie et de ses états”, p. 7-20.

494 La vallée de l’Arc se rétrécit sensiblement en effet en une sorte de défilé au niveau du village de Pontamafrey (deux kilomètres au nord de Saint-Jean de Maurienne), passant entre la montagne du Grand Châtelard à l’ouest (2144 m) et celle de l’Armela à 1837 m.

495 Nous avons ici un précieux témoignage sur les migrations temporaires qui mènent les Dauphinois travailler dans la péninsule italienne, migrations liées au manque de numéraire et au surpeuplement des villages de montagne. Voir sur ce point Abel Chatelain, Les migrations temporaires en France de 1800 à 1914, Lille, 1976, p. 85 et 94-95. Les migrations hivernales pour le peignage du chanvre en Piémont semblent particulièrement nombreuses. Voir Raoul Blanchard, Les Alpes occidentales, t. V, Les grandes Alpes françaises du Sud, Grenoble-Paris, 1950, p. 740-752.

496 Ferblantier.

497 Les fonderies d’Argentine traitaient le fer et le cuivre et appartenaient aux Castagneri, maîtres de forge d’origine italienne.

498 Gilles Caillotin reprend ici, en la déformant, l’information qui figure dans l’itinéraire de Paris à Rome inséré dans les Voyages du sieur de Villamont et qui mentionne le village de « Chamenix » (dans l’édition de Paris, 1609, fo 132vo). Il s’agit, en réalité, du village de Chamoux-sur-Gelon (Savoie).

499 Les Capucins ont été introduits en 1596 à Montmélian grâce à la donation d’un notaire, Étienne Brunet qui leur abandonne une maison sise à l’extérieur de la ville, rue de Mal Marché. L’évêque de Saint-Jean-de-Maurienne leur accorde son autorisation en 1597 et la chapelle du couvent est construite en 1599-1600. Voir Félix Bernard, Histoire de Montmélian, chef-lieu du comté et bailliage de Sa-voie des origines à 1706, Chambéry, Imprimeries réunies, 1956, p. 333-337.

500 Par Chambéry, Gilles Caillotin peut en effet rejoindre directement Le-Pontde-Beauvoisin, qui marque la frontière entre la Savoie et la France, puis La-Tourdu-Pin et Lyon, ce qui est la route ordinaire entre la France et l’Italie par le mont Cenis.

501 Le fort de Barraux, qui domine de 130 mètres la vallée de l’Isère. Cette place forte a été construite, sur le plan de l’ingénieur piémontais Ercole Negro, par les ordres de Charles-Emmanuel, duc de Savoie, en 1596. Agrandi au début du xviie siècle par l’ingénieur Jean de Beins, il a été largement remanié en 1692 par Vauban : celui-ci approfondit les fossés, modifie les bastions, remodèle les chemins couverts et les courtines, achève le bâtiment d’entrée et l’arsenal. Le fort était destiné à servir de frontière au Dauphiné et à couvrir la vallée du Grésivaudan et Grenoble contre les incursions des armées du duc de Savoie, comme à faciliter l’entrée des armées françaises du côté de Chambéry et de la Maurienne.

502 Crolles, village situé à dix-sept kilomètres au nord nord-est de Grenoble.

503 Plancher fait grossièrement de gaules ou de planches posées à hauteur du sommet de la porte d’une grange ou d’une écurie. Gilles Caillotin a déjà employé le terme ici-même p. 195.

504 Gilles Caillotin orthographie le terme esplaner.

505 Le terme est tiré de attrempure ou étrampe : celui-ci désigne le dispositif en bois percé de trous qui permet de régler l’étrampage de la charrue en faisant descendre ou remonter le soc. Le terme est ici employé au sens de raccourci.

506 Gilles Caillotin désigne ainsi la montagne de Brame Farine dans le massif cristallin de Belledonne, qui domine la vallée de l’Isère sur sa rive droite à plus de 1200 mètres d’altitude.

507 Une fois de plus, le scripteur compare les paysages qu’il a sous les yeux avec ceux qui lui sont familiers. La Montagne de Reims est un massif forestier situé au sud de Reims sur un plateau qui culmine à 288 mètres d’altitude et qui domine les coteaux viticoles et la plaine de Champagne. Les forêts, qui couvrent plus de 20 000 hectares, appartenaient aux grandes abbayes bénédictines (Saint-Remi et Saint-Denis de Reims, Saint-Basle de Verzy, Hautvillers et Avenay).

508 La rédaction définitive des Mémoires intervient, rappelons-le, plusieurs années après le pèlerinage. Les étés 1718, 1719, 1726, 1727 et 1728 ont été particulièrement chauds et secs, comme le prouvent les dates précoces des bans de vendanges ces années-là. L’été 1724 figure justement parmi ces étés chauds puisque, en France, les bans de vendanges ont été édictés entre le 12 et le 25 septembre. Il y a un indéniable réchauffement climatique dans la période 1717-1739. Voir Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 1967, p. 46-55 et 322-326 ; du même auteur, Histoire humaine et comparée du climat en Occident, t. I, Canicules et glaciers xiiie-xviiie siècles, Paris, Fayard, 2004, p. 531-571, particulièrement p. 545-548. La vendange de 1724 est, en outre, l’une des plus abondantes du siècle : dans l’élection de Paris, la production atteint 319 000 muids soit 854 920 hectolitres (le muid valant 268 litres), ce qui fait de cette récolte la troisième du siècle. Voir Marcel Lachiver, Vin, vigne et vignerons en région parisienne du xviie au xixe siècle, Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise, du Val d’Oise et du Vexin, 1982, p. ; 155-172, 790-803.

509 Terme qui est orthographié par Gilles Caillotin de la manière suivante : es-planés.

510 Le “désert” qu’est la Grande Chartreuse suscite la curiosité du voyageur et en fait un but d’excursion. Le Rouergat Pierre Prion, ce domestique à tout faire du marquis d’Aubais qui a beaucoup voyagé, profite ainsi de son passage à Grenoble en 1733 où la femme de son maître s’est rendue, pour aller visiter de son côté “à travers des forêts et des montagnes inaccessibles” la Grande Chartreuse, “ayant toujours ouï dire” qu’elle “compose en elle-même une des plus grandes merveilles du Dauphiné”. Voir Emmanuel Le Roy Ladurie, Orest Ranum, Pierre Prion scribe, Paris, Gallimard-Julliard, 1985, p. 88-95. Sur le monastère lui-même, voir Chantal Spillemaecker (dir.), La Grande Chartreuse. Au-delà du silence, Grenoble, Glénat, 2002.

511 Maréchal-ferrant.

512 Le terme est ainsi orthographié sur le manuscrit. Gilles Caillotin a vraisemblablement voulu désigner une petite vrille.

513 Gilles Caillotin orthographie haleine. Il s’agit d’un poinçon de fer destiné à coudre le cuir.

514 Entre la p. 190 et la p. 191, Gilles Caillotin a inséré une gravure venant de Chéreau le jeune, imagier rue Saint-Jacques à Paris, à l’enseigne du “Grand St Remy”, représentant une vue d’ensemble de “Grenoble, Capitale du Dauphiné, et Siège d’un Parlement, et d’un Évêché” et localisant par des numéros les principaux monuments.

515 Il s’agit vraisemblablement de Notre-Dame de Bellecombe dans le Val d’Arly, affluent de l’Isère, à vingt-cinq kilomètres au nord-est d’Albertville. L’Isère prend en réalité sa source au glacier de la Galise à 2400 mètres d’altitude au dessus du village de Val d’Isère.

516 Le château de la famille Guérin de Tencin, appartenant à la noblesse parlementaire de Grenoble, est situé sur la rive gauche de l’Isère, à une vingtaine de kilomètres de la capitale dauphinoise. Pierre Guérin de Tencin (1680-1758) a été nommé chargé d’affaires du roi de France à Rome en 1721 après l’élection d’Innocent XIII, avant de devenir en 1724 archevêque d’Embrun. Il réside encore dans la Ville Éternelle au moment où Gilles Caillotin y séjourne, puisqu’il préside le 25 août 1724 la messe pontificale pour la fête de saint Louis en l’église SaintLouis-des-Français, Diario ordinario [di Roma], no 1103, 26 août 1724, Rome, Chracas, p. 9. Adversaire résolu des jansénistes, c’est lui qui obtient au concile provincial d’Embrun en 1727 la destitution de Jean Soanen, évêque janséniste de Senez, exilé à l’abbaye de La Chaise-Dieu, condamnation qui devait provoquer une nouvelle série d’appels contre le “brigandage d’Embrun”. On saisit donc la raison de l’intérêt que Gilles Caillotin porte à ce personnage.

517 À la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle, le duc de Lesdiguières, lieutenant général du roi en Dauphiné, substitue à l’ancienne enceinte, qui n’avait pas subi d’altération majeure depuis le règne de Dioclétien, un système de protection qui combine courtines, bastions et demi-lunes, selon un tracé polygonal établi suivant les plans de l’ingénieur piémontais Ercole Negro.

518 L’enceinte qui protégea Grenoble jusqu’à la fin du xvie siècle fut bâtie à la fin du iiie siècle de notre ère. Construction de fortune, elle réemploie des matériaux provenant de bâtiments abandonnés : les murs étaient larges de quatre mètres et demi à cinq mètres à la base et renforcés par des tours semi-circulaires et espacées de 22 à 25 mètres sur un développement qui atteignait plus d’un kilomètre. C’est en 379 que l’empereur Gratien promeut le vicus de Cularo en civitas et lui accorde le nom de Gratianopolis.

519 Le paysage urbain de Grenoble n’a pas été fondamentalement bouleversé au cours des xviie et xviiie siècles. L’espace est chichement mesuré, les rues sont étroites et les cours, quand elles existent, sont des puits entre des immeubles dressés en hauteur. Voir Vital Chomel (dir.), Histoire de Grenoble, Toulouse, Privat, 1976, p. 137.

520 On compte, en 1725, 108 savetiers et 131 cordonniers à Grenoble. La chapellerie est l’une des industries textiles de la ville ; elle alimente non seulement le marché grenoblois, mais aussi les débouchés extérieurs. Il reste que les industries du cuir sont plus importantes, et tout particulièrement la ganterie. Voir V. Chomel (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 146-150.

521 Les Capucins ont été introduits à Grenoble en 1606 grâce à l’appui des grandes familles catholiques, en particulier celles des Parlementaires, qui voient en eux le fer de lance de la lutte anti-protestante. Le couvent a été construit de 1610 à 1615 et leur église a été consacrée en 1621. Voir Bernard Dompnier, “Activités et méthodes pastorales des Capucins au xviie siècle”, Cahiers d’histoire, t. 22, 1977, p. 235-254.

522 François d’Assise est mort le 3 octobre 1226 et a été canonisé par le pape Grégoire IX en 1228 ; l’Église romaine célèbre effectivement son dies natalis le 4 octobre.

523 Dans les différentes branches de l’ordre franciscain, le père gardien est le supérieur du couvent.

524 Soucieux de se distinguer du vagabond, le compagnon de Gilles Caillotin cherche à se faire passer pour un « pauvre honteux » qui, du fait de son origine respectable, est contraint de cacher sa misère et ne peut mendier. Par cette stratégie, il espère obtenir en retour l’hospitalité des Capucins.

525 Il s’agit de l’Hôpital général de Grenoble. Voir Patrice Cugnetti, L’Hôpital de Grenoble des origines au Second Empire xie siècle-1870, Grenoble, Publications du Centre de Recherche d’histoire économique, sociale et institutionnelle de Grenoble, 1980, 2 volumes, particulièrement vol. 1, p. 336-337 ; Kathryn Norberg, Rich and Poor in Grenoble 1600-1814, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1985.

526 Les logis étant alors dépourvus de toute installation sanitaire, les rues sont encombrées d’immondices généreusement jetés par les fenêtres, et le ramassage des ordures était organisé selon des conventions avec des paysans des alentours. Voir V. Chomel (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 137.

527 Batterie de tambours appelant l’ensemble des soldats à se rassembler.

528 C’est à dire en tonneau.

529 Le régiment du Royal-Artillerie, créé en 1693, a été réorganisé en 1720 : par un édit du 5 février de cette année, une école régimentaire d’artillerie, destinée à l’éducation des officiers et aspirants du corps, a été attachée à chacun de ses bataillons, dont l’un est stationné à Grenoble, les autres étant situés à Metz, La Fère Strasbourg et Perpignan.

530 Entre la page 196 et la page 197, insertion du passeport de Gilles Caillotin délivré par les administrateurs de l’hôpital de Grenoble. Voir ci-dessus p. 17.

531 Au sens de mis dans l’impossibilité de respecter la date de retour initialement prévue.

532 Le père Jean Pichon (1683-1751), qui a prêché dans les années 1730 en Lorraine de nombreuses missions au caractère violemment antijanséniste – lors de la grande mission de 1731 à Nancy il procède, dans la cour du collège, à un autodafé de 1200 livres en présence des écoliers- est l’auteur, entre autres ouvrages, en 1745 de L’Esprit de Jésus Christ et de l’Église sur la fréquente communion, réfutation du livre d’Antoine Arnauld qui devait donner lieu à de très violentes controverses à l’intérieur de l’Église de France et être mis à l’Index en 1748. Il a résidé comme prédicateur dominical au collège de Reims d’octobre 1718 à octobre 1720, Archives romaines de la Compagnie de Jésus, Camp. 14 et 15.

533 Le père François-Xavier Foulon (1681-1751) est présent au collège de Reims de l’année scolaire 1716-1717 à l’année scolaire 1725-1726 et il exerce, outre ses fonctions d’enseignant celle de préfet de la congrégation mariale des artisans de 1718 à 1726, Archives romaines de la Compagnie de Jésus, Camp. 14, 15 et 20.

534 Le frère Mangin est vraisemblablement Christophe Mangin qui prononce ses derniers vœux de coadjuteur temporel formé dans la Compagnie de Jésus le 15 août 1727 dans l’église du collège des jésuites de Reims, A. D. Marne, D 200, fo 76. D’après les catalogi breves de la province de Champagne, Christophe Mangin est coadjuteur-novice dans la maison de probation de Nancy de 1715 à 1717, puis infirmier et pharmacien au collège de Dijon de 1717 à 1722. Il ne figure pas sur le catalogue de l’année 1722/1723. À partir d’octobre 1723 il exerce les mêmes fonctions au collège de Reims, Archives romaines de la Compagnie de Jésus, Camp. 14, 15 et 20.

535 D’après le plan de l’ingénieur Lomet daté du 6 mai 1776 et établi sur ordre de l’intendant (Bibliothèque municipale de Grenoble), l’hôpital général est situé à l’ouest de la ville tandis que le commandement de la place est établi sur un bastion de fortifications au sud.

536 Au sens de retardé.

537 Au sens d’effronterie, impudence, témérité “de soutenir[...]une vérité fâcheuse à une personne puissante et formidable” (Furetière, Dictionnaire universel, 1690) : l’humilité de Gilles Caillotin qui n’ose rien demander, n’éveille pas la charité des administrateurs.

538 Il n’est guère possible d’identifier ce lieudit : il ne peut s’agir de Saint-Laurent-du-Pont situé à 34 kilomètres au nord de Grenoble sur une route qui traverse le massif de la Chartreuse.

539 La-Tour-du-Pin est à 67 kilomètres au nord-ouest de Grenoble. Il s’agit donc de la plus longue étape du voyage de Gilles Caillotin.

540 Au sens de séparé de son écorce. La mouture à l’ancienne ne donnait que 23 % de farine blanche et comportait encore 18 % de son. Voir Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Paris, Fayard, 1997, p. 1176-1177.

541 Orthographié bultoir. Il s’agit du bluteau ou blutoir, sorte de tamis en toile de soie qui sépare la farine du son.

542 Il s’agit vraisemblablement de Saint-Laurent-de-Mure, village situé à une quarantaine de kilomètres au nord-est de La-Tour-du-Pin et à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Lyon.

543 Il s’agit du village de Bron, aujourd’hui inclus dans l’agglomération de Lyon.

544 Dans l’industrie sidérurgique, un martinet est composé d’un foyer et d’un ou plusieurs marteaux mis en mouvement par l’eau. Son objet est d’étirer le fer des forges ou de le réduire en plus petits volumes. Voir Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, t. VII, Neuchâtel, 1767. En 1724, la ville de Vienne disposait de cinq aciéries et trois martinets, à quoi il faut ajouter trois martinets à cuivre. Voir Pierre Léon, La naissance de la grande industrie en Dauphiné (fin du XVIIe-1869), Gap, 1954, p. 37.

545 L’hôtel de ville de Lyon, construit de 1646 à 1672 par l’architecte Simon Maupin, est situé dans le quartier des Terreaux à l’intérieur de la presqu’île, entre la place de la Comédie et la place des Terreaux.

546 Un “rogneux” désigne une personne atteinte de la gale.

547 Le “faux” pèlerin se repère au fait que ses patentes ne comportent pas la marque ou l’inscription des hôpitaux ou des sanctuaires par où il aurait normalement dû passer pour accomplir son pèlerinage. Francesco Bal, turinois, qui endosse en mai 1791 l’habit de pèlerin pour aller à Ancône et profiter ainsi gratuitement de l’accueil des hôpitaux, est immédiatement repéré parce que sa “compos-telle”, c’est-à-dire le certificat qui lui a été remis après sa confession à Saint-Pierre est vierge de toute marque de passage dans un sanctuaire entre Rome et Foligno. Voir Maria Carla Lamberti (ed), Vita di Francesco Bal, Milan, 1994, p. 125.

548 Gilles Caillotin orthographie la locution : n’i util.

549 Si, aux dires de Gilles Caillotin, son compagnon est un franc libertin, davantage vagabond que pèlerin, rappelons qu’il a déjà rencontré un autre Orléanais (p. 1 de son manuscrit) qui souhaitait, lui, rester à Rome pour attendre l’ouverture de l’année sainte. La ville d’Orléans est assez bien représentée parmi les origines des pèlerins accueillis à Saint-Louis des Français à Rome : ils sont 67 en 1700 et 39 encore en 1725 (Archives des Pieux Établissements de Rome et de Lorette, 209/1 et 209/4). En l’église Saint-Paterne d’Orléans, il y a une “confrérie des Romains” réunissant les anciens pèlerins qui, chaque année, le 25 mars, fête de l’Annonciation, organise une procession à la chapelle Notre-Dame de Consolation. Voir Gustave Lorillard, Pèlerins d’autrefois. Quelques figures de vieux Orléanais, Orléans, 1923.

550 Le collège de la Trinité de Lyon, résidence des jésuites, situé dans la presqu’île entre Saône et Rhône et édifié sur les plans d’Étienne Martellange de 1607 à 1619 (pour les bâtiments scolaires), occupe alors l’entier quadrilatère entre les rues Gentil au sud, Henry à l’ouest (actuellement de la Bourse), du Pas-Étroit au nord (dénommée maintenant du Bât d’Argent), de la Fusterie à l’est le long du Rhône (aujourd’hui quai Jean-Moulin). Il était traversé de l’ouest à l’est par la rue Neuve (aujourd’hui passage Ménestrier) qui le divisait en deux parallélogrammes, reliés entre eux par trois galeries formant chacune un pont au dessus de la rue.

551 La mémoire de Gilles Caillotin déforme ici le patronyme du jésuite. Il s’agit en réalité du Père Gabriel Pascal (1659-1735) : entré dans la Compagnie de Jésus en septembre 1675, il a surtout mené une carrière de prédicateur, après avoir enseigné huit années ; il est préfet de la Congrégation des Grands Artisans au collège de la Trinité de Lyon de l’année académique 1720/1721 à l’année académique 1730/1731, Archives Romaines de la Compagnie de Jésus, Lugd. 16, ffos 453, 466, 497, 514, 537 ; Lugd. 17, ffos 3, 25, 47, 66, 103 ; Lugd. 22, fo 273 ; Lugd. 24, fo 30 ; Lugd. 26, fo 24.

552 Gilles Caillotin a sans doute reçu à Rome une lettre du frère Christophe Mangin lui annonçant l’envoi éventuel d’un pécule provenant de ses parents, via le collège de Lyon.

553 Gilles Caillotin orthographie le terme tepombac. Le tombac est le nom donné à différents alliages de cuivre et de zinc. Il était souvent employé dans l’industrie du bouton. D’après l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (t. XVI, Neuchâtel, 1765, p. 397), le tombac est un “alliage métallique dont la couleur est jaune et approchant celle de l’or, et dont le cuivre est la base. On en fait des boucles, des boutons, des chandeliers et d’autres ustensiles et ornements”.

554 L’hôpital des pauvres passants a été créé en 1652, à l’instigation de plusieurs membres de la Compagnie du Saint-Sacrement, par les échevins lyonnais, à un moment où la ville craignait une épidémie de peste. Il est situé dans le faubourg de La Guillotière, sur la rive gauche du Rhône, au delà du Pont de La Guillotière, dans un bâtiment qui lui a été spécialement affecté par le Consulat de Lyon. Celui-ci a remis l’établissement le 10 juin 1664 aux recteurs de l’Hôtel-Dieu de Lyon, qui en assurent la gestion jusqu’à la Révolution. Les registres de malades civils reçus à l’Hôtel-Dieu au cours du xviiie siècle, conservés au service central des archives des hospices civils de Lyon, ne font état que du passage des « pauvres passants » malades non contagieux qui, eux, étaient reçus à l’Hôtel-Dieu (situé dans la presqu’île, sur la rive droite du Rhône). Il est donc normal que Gilles Caillotin n’y figure pas. Aucun registre nominatif des personnes accueillies à l’Hôpital des passants aux XVIIe et xviiie siècles ne subsiste. Nous remercions Monsieur Philippe Paillard, directeur du Service central des archives des hospices de Lyon, d’avoir bien voulu nous communiquer ces renseignements.

555 François Sauvage, “pèlerin mendiant âgé de 57 ans, natif de Mielfontaine, bourgeois domicilié à Luxembourg, haut de 4 pieds 10 pouces, cheveux châtains clairs, les yeux grands, brun un peu couverts, le nez grand et gros au bout, la bouche grande, le visage ovale maigre” a obtenu un passeport des administrateurs de l’hôpital de Grenoble le 3 octobre 1724, soit deux jours avant le passage de Gilles Caillotin. Archives de l’hôpital de Grenoble, F 15. Puisqu’il est parti onze jours avant Gilles Caillotin, son allure est beaucoup plus lente que celle du pèlerin rémois, lenteur qui est peut-être due à son âge.

556 Il s’agit du préfet de la congrégation des Grands Artisans que Gilles Caillotin a rencontré la veille.

557 Il s’agit de la rue Neuve (actuellement passage Ménestrier), les deux chapelles – celle de la congrégation des Messieurs et celle de la congrégation des Grands Artisans- étant situées de part et d’autre aux angles de cette rue et du quai longeant le Rhône. Voir Léon Boitel (dir.), Lyon ancien et moderne, Lyon, L. Boitel, t. I, 1838, p. 440-441. La notice concernant le collège (p. 409-441) a été rédigée par Raphaël Flachéron ; Jean-Baptiste Monfalcon, Histoire monumentale de Lyon, t. V, Paris-Lyon, Firmin Didot-Bibliothèque de la ville, 1866, p. 156.

558 Pour prendre la route de Mâcon, Gilles Caillotin doit en effet passer soit sur le pont de bois qui relie la place Louis-le-Grand (Bellecour) à la cathédrale Saint-Jean, soit plutôt sur le pont de pierre qui relie le quai Villeroy (aujourd’hui quai Saint-Antoine) à la place du Change, puis reprendre la rive droite de la Saône en longeant la forteresse de Pierre-Encize. La porte de Bourg est en réalité la porte de la Croix-Rousse, située sur la rive droite du Rhône.

559 Expression populaire pour désigner une pluie diluvienne.

560 Ville située à une trentaine de kilomètres au nord de Lyon et à sept kilomètres au sud de Villefranche-sur-Saône.

561 Le village de Ludes est situé à une douzaine de kilomètres au sud de Reims, à la lisière nord de la Montagne de Reims. Entre Reims et Ludes, à trois kilomètres au nord de Ludes, existe encore une ferme des Monts Fournois.

562 La-Maison-Blanche (aujourd’hui en Saône-et-Loire) est un village situé à une vingtaine de kilomètres au sud de Mâcon.

563 Le passeport de Gilles Caillotin ne comporte en effet aucun visa en provenance de l’hôtel de ville de Mâcon.

564 Gilles Caillotin transmet vraisemblablement des informations reçues à Rome du frère Nicolas Tondeur. Les Minimes se sont installés en 1624 à Mâcon et leur couvent est situé au sud-est de la ville dans le Bourgneuf, non loin du collège des Jésuites. C’est l’un des couvents les plus importants de la province de Bourgogne puisqu’il compte encore treize moines en 1768. Voir Patrick J. S. Whitmore, The Order of Minims in Seventeenth Century France, La Haye, Martinus Nijhoff, 1967, p. 22.

565 Sur Jean Hochart, voir plus haut p. 89, note 4.

566 Tournus.

567 Gilles Caillotin nomme un peu plus loin ce village qui est celui de Montbellet.

568 Gilles Caillotin ne donne pas le nom de ce village. Il pourrait s’agir de celui de Vérizet, situé à dix-huit kilomètres au sud de Tournus et à environ deux kilomètres à l’ouest de la route Mâcon-Tournus.

569 Il s’agit du village de Montbellet (actuellement dans le département de Saône-et-Loire), situé à une dizaine de kilomètres au sud de Tournus.

570 Au sens de creux.

571 Il s’agit du maïs, improprement appelé blé de Turquie, puisque le maïs vient d’Amérique.

572 En Champagne et en Lorraine septentrionale la paume désigne un épi de céréales.

573 Chalon-sur-Saône.

574 Il s’agit, en réalité, du bourg de Chagny, situé à dix-neuf kilomètres au nord de Chalon-sur-Saône et à seize kilomètres au sud-ouest de Beaune.

575 Cette croix était certainement située hors les murs de la ville : elle ne figure en tout cas pas sur le « plan géométral de Beaune levé en 1764 par G[aspard] Monge et E. Fion avec les séparations de toutes les maisons » à l’échelle de trente-six toises (soit à peu près au 1/700ème) et conservé à la Bibliothèque municipale de Beaune. Ce plan, définitivement dessiné définitivement en 1766 (« delineabat G. Monge 1766 ») ne représente que la ville intra muros.

576 Le liard est une pièce de monnaie de cuivre qui vaut trois deniers. Un blanc est une monnaie de compte qui vaut cinq deniers. Une pièce de six blancs devrait donc valoir deux sols six deniers et une demi-pièce un sol trois deniers : on a effectivement frappé sous Louis XIV des pièces de monnaie de billon valant respectivement trente et quinze deniers. Or Gilles Caillotin n’estime ici la pièce de six blancs qu’à deux sols trois deniers soit vingt-sept sols et il se voit offrir seulement un sol soit douze deniers pour une demi-pièce au lieu de quinze qui était sa valeur initiale. Il y a donc une dévaluation de 10 % ou 20 % par rapport à la valeur d’émission selon les pièces. Voir Henri Hoffmann, Les monnaies royales de France de Hugues Capet jusqu’à Louis XIV. Description des pièces avec indication de leur valeur actuelle, Paris, 1878, H. Hoffmann, p. 184-185.

577 Vraisemblablement Ladoix.

578 Le faubourg de Cérès se trouve au delà de la porte Cérès située au nord de la ville de Reims. Voir Étienne Povillon-Piérard, Description étymologique et topographique de Rheims 1822, texte établi par Stanislas Tournier La Revoire, Travaux de l’Académie Nationale de Reims, t. 166-167, 1987-1988, p. 304-311.

579 Nous n’avons pas réussi à identifier ce personnage : le patronyme est extrêmemement commun et il peut, de surcroît, s’agir d’un sobriquet.

580 Nuits-Saint-Georges.

581 Il s’agit du lazariste Jean-Baptiste Charlier, né à Rethel dans le diocèse de Reims, en 1697, reçu dans la congrégation de la Mission au séminaire de Paris le 26 octobre 1717, et ayant prononcé ses vœux le 27 octobre 1719. Voir Pierre Coste, Catalogue du personnel de la Congrégation de la Mission (Lazaristes depuis l’origine jusqu’à la fin du xviiie siècle, Supplément aux Annales de la Mission, Paris, 1911, p. 129. D’après le registre de la maison des lazaristes de Dijon “où sont inscrits les noms des prêtres qui ont demeuré en cette maison” (Archives départementales de la Côte-d’Or, 67 H), Jean Charlier est arrivé le 8 octobre 1723 à Dijon et est sorti de la congrégation le 15 janvier 1725. Cette sortie précoce pourrait bien être effectivement liée au jansénisme du personnage. Le cardinal François de Mailly, archevêque de Reims de 1710 à 1721 est, au sein de l’épiscopat, l’un des protagonistes les plus marquants de la lutte antijanséniste. À l’inverse, le cardinal Louis-Antoine de Noailles, archevêque de Paris de 1695 à 1728, est l’une des figures essentielles du combat contre la constitution Unigenitus. En juin 1724, trente-cinq prêtres de la congrégation de la Mission – parmi lesquels figuraient Himbert, premier assistant du supérieur général et Philopald, supérieur du séminaire des Bons Enfants à Paris, mais non Jean-Baptiste Charlier – venaient de rendre publique une protestation contre toute acceptation de la constitution Unigenitus à la veille de l’Assemblée générale de la Congrégation, tenue le 1er août suivant. Dans cette lettre, les protestataires affirment savoir “parfaitement que tout au moins la moitié des sujets de nos maisons de France a toujours été et est toujours opposé à cette Constitution, et que même dans cette moitié opposée à ladite Constitution se trouvent presque tous les meilleurs sujets de ladite Congrégation. Voir [Gabriel-Nicolas Nivelle], La Constitution Unigenitus déférée à l’Église Universelle ou Recueil général des Actes d’appel interjettés au futur Concile général, t. III, Cologne, 1757, p. 277-278. Le supérieur général, Monsieur Bonnet, expulsa immédiatement de la congrégation MM Himbert et Philopald et fit accepter la bulle par l’Assemblée générale d’août 1724. Selon les sources jansénistes, soixante lazaristes auraient quitté la congrégation avant avril 1725. L’historien Luigi Mezzadri n’en a recensé que trente-trois de 1725 à 1729 (et Charlier ne figure pas sur sa liste...), mais reconnaît que les sources provenant de la congrégation elle-même sont extrêmement discrètes à cet égard. Voir Luigi Mezzadri, Fra giansenisti e antigiansenisti. Vincent Depaul e la Congregazione della Missione (16241737), Florence, La Nuova Italia, 1977, p. 149-160.

582 L’hôpital général de Dijon, fondé en 1669, se substitue à l’ancien hôpital Notre-Dame de la Charité, qui lui-même avait fusionné en 1648 avec l’ancien hôpital du Saint-Esprit fondé en 1204, mais il continue à porter le titre de Notre-Dame de la Charité. Cet hôpital est situé à l’ouest et à l’extérieur de la ville, sur un ilôt enserré par des bras de l’Ouche. En 1720, il comporte parmi ses bâtiments un logement pour les passants. Le Centre hospitalier régional occupe encore le même site, dans le quadrilatère formé par la rue du faubourg Raines, la rue de l’Hôpital, l’Ouche, et la rue de l’Ouche. Voir Marcel Bolotte, Les hôpitaux et l’assistance hospitalière dans la province de Bourgogne au dernier siècle de l’Ancien Régime, Dijon, Association bourguignonne des Sociétés savantes, 1968, p. 32-35.

583 Au lieu d’entrer dans la ville par la porte d’Ouche qui est toute proche de l’hôpital, Gilles Caillotin contourne de l’extérieur les remparts en allant vers le sud où se trouve le faubourg Saint-Pierre.

584 Les lazaristes ont été introduits à Dijon en 1682, une maison étant acquise au faubourg Saint-Pierre et un revenu annuel de 1050 livres étant assuré pour accueillir trois prêtres et un frère. Voir Dominique Dinet, Religion et société : les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie – fin xviiie siècles), vol. I, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 91.

585 Il s’agit vraisemblablement d’une croix dite de Caravaca, par référence au sanctuaire de Caravaca en Andalousie où était vénérée une croix miraculeuse, apportée, selon la tradition, par les anges. Les jésuites ont beaucoup fait pour la propagation de ce culte. Dans la première partie de son De cruce Christi rebusque ad eam pertinentibus (Ingolstadt, 1598), le jésuite Jakob Gretser fait en effet l’histoire du culte de la Croix de Caravaca. En 1615 a paru à Madrid une Historia del mysterioso aparecimiento de la Santissima Cruz de Carabaca de Juan de Robles, traduite quatre ans plus tard en latin à Augsbourg par le père jésuite Melchior Trevinnius de la province jésuite de Haute-Allemagne (Historia de sanctissima cruce caravacensi). Depuis 1620, est vénérée, à Altötting en Bavière (où les jésuites ont pris en charge l’assistance spirituelle du pèlerinage), une croix de Caravaca qui a servi à bénir les troupes de la Ligue catholique avant la bataille de la Montagne blanche près de Prague, le 8 novembre 1620. En 1672 a paru à Lyon une Histoire de l’origine, vertus et miracles de la sainte croix de Caravaca en Espagne, œuvre de François Barbier, ce qui démontre que le culte s’est aussi répandu en France. Les petites croix dites de Caravaca, très largement diffusées, étaient censées protéger ceux qui les détenaient de toute une série de dangers et maladies. Sur le succès des croix de Caravaca dans les territoires germaniques voir Hanns Otto Münsterer, “Das Caravacakreuz und seine deutsche Nachbildungen” dans Id., Amulettkreuze und Kreuzamulette. Studien zur religiösen Volkskunde, Ratisbonne, F. Pustet, 1983, p. 69-94. Le Père Nicolas Bigeart est un jésuite appartenant à la province de Champagne et qui réside à Rome. C’est donc lui qui a remis cet objet de piété à Gilles Caillotin. Voir sur ce jésuite ARSJ, Camp. 14, fo 252vo, et Camp. 15, fo 105vo.

586 La rue d’Oignon ou de l’Oignon, dans le quartier du Marché au drap de Reims, devait son nom à l’enseigne d’un traiteur dont l’enseigne représentait un oignon avec l’inscription « À l’oignon ». Elle prend en 1775, après le sacre de Louis XVI, le nom de rue de Monsieur. Voir Étienne Povillon Piérard, Description étymologique et topographique de Rheims 1822, op. cit., p. 270.

587 La rue de Cérès ou rue de la Porte Cérès (ancienne rue des Chaudronniers) à Reims est un axe nord-sud qui va de la Porte Cérès au nord jusqu’à la rue du Barbâtre. Voir É. Povillon-Piérard, op. cit., p. 312.

588 [pénitentes ?].

589 Il s’agit des Filles de la Charité, qui sont installées dans chacune des paroisses de la ville de Dijon. Elles sont sur la paroisse de Saint-Pierre depuis 1702. Voir D. Dinet, op. cit., t. I, p. 104.

590 Il s’agit de la porte d’Ouche, située au sud-ouest de Dijon, alors que la porte de Saint-Pierre est au sud de la ville. Sur ce point, voir les articles de Roland Gauchat, « Les quartiers extérieurs de Dijon », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or, t. 25, 1959-1962, p. 283-334 et t. 26, 1963-1969, p. 403-472.

591 La ville de Dijon a gardé sous l’Ancien Régime le privilège d’une milice communale pour sa défense. Voir Henri Giroux, “Le guet et la sécurité des habitants à Dijon au xviiie siècle”, Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon, t. CXXIV, années 1979-1980, p. 65-79. Sur le déclin général des milices bourgeoises au xviiie siècle, voir André Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au xviiie siècle », Les Hommes, la guerre et la mort, Paris, Économica, 1985, p. 221-257 ; Catherine Denys, Police et sécurité au xviiie siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 93-140.

592 Les jésuites dirigeaient le collège des Godrans, construit dans le premier tiers du xviie siècle et situé entre la rue du Petit-Potet et l’actuelle rue de l’École de droit. Ses bâtiments abritent aujourd’hui la bibliothèque municipale.

593 Le passeport de Gilles Caillotin porte la mention “Vu à l’hôtel de ville de Dijon ce 12e 8bre 1724. Brunon, échevin”.

594 Le Père Nicolas Du Sorton, recteur du collège des Godrans à Dijon depuis le 17 octobre 1723 a été ministre au collège jésuite de Reims en 1722-1723. Il est donc vraisemblablement connu de Gilles Caillotin. Une fois de plus, le réseau des collèges jésuites sert de soutien à la pérégrination de celui-ci.

595 Nicolas Bachart est peut-être un condisciple d’Antoine Caillotin. En effet, un clerc du diocèse de Reims portant les mêmes nom et prénom, reçoit un titre patrimonial la même année que ce dernier. Il est le fils de Jean Bachart, qui est alors décédé et était clerc d’école à Floing (actuellement département des Ardennes) et de Marie Piermé. L’acte est passé le 10 mars 1731 devant Nicolas Bau-du, notaire à Havys, Archives départementales de la Marne, 2 G 210.

596 Dans les villes pourvues d’un hôpital général, le soin d’arrêter les mendiants a été confié aux gardes privés de ces hôpitaux désignés sous des noms divers : chasse-gueux, archers, bedeaux, etc. Voir Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, op. cit., p. 354-362, 442.

597 L’ancien couvent des Capucins est transformé après la Révolution en caserne, attribution qu’il garde encore aujourd’hui : il s’agit de la caserne Vaillant, 24 avenue Garibaldi, au nord de la place actuelle de la République.

598 C’est seulement après 1720 que les États de Bourgogne décident de mener une véritable politique routière en dotant la province d’un corps d’ingénieurs et d’inspecteurs abondant. Voir Pierre de Saint-Jacob, “Le réseau bourguignon au xviiie siècle”, Annales de Bourgogne, t. 28, 1956, p. 253-263.

599 Il s’agit vraisemblablement du village de Til-Châtel, à vingt-cinq kilomètres de Dijon.

600 Bologne dans les États du Pape.

601 Gilles Caillotin orthographie le terme prisses. Il l’emploie au sens de dispute, querelle.

602 Il s’agit du village de Selongey à trente-quatre kilomètres de Dijon.

603 En Bourgogne, le terme de corée désigne les gros viscères – ainsi les poumons – d’un animal.

604 Orville est situé à trois kilomètres au sud-ouest de Selongey et cette route ramène effectivement les voyageurs vers Dijon.

605 À partir de 1720, ce sont en effet cinq Filles de la Charité qui desservent l’hôpital Saint-Laurent, en remplacement des sœurs hospitalières de Dijon. Voir Dominique Dinet, Religion et Société : Les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie-fin xviiie siècles), op. cit., vol. I, p. 110, 214. Situé à proximité de la cathédrale, l’hôpital Saint-Laurent relevait directement du chapitre cathédral de Langres, et, selon un procès-verbal descriptif du 17 janvier 1697, il comportait une chambre avec sept couchettes pour les passants, « la plupart, des soldats sortant des hôpitaux voisins et rejoignant leur régiment ». Voir Georges Viard, Tradition et Lumières au pays de Diderot. Langres au xviiie siècle, Langres, Dominique Guéniot, 1985, p. 302-303.

606 Humes est un village situé à cinq kilomètres au nord-ouest de Langres.

607 En réalité, il s’agit très vraisemblablement du Brabançon rencontré au village de Til-Châtel.

608 Tortona, dans le duché de Milan, est située à une vingtaine de kilomètres à l’est d’Alessandria.

609 Vignory, à une vingtaine de kilomètres au nord de Chaumont.

610 Gilles Caillotin orthographie le terme griboussier.

611 Gilles Caillotin déforme ici le nom du lieudit La Falouse, situé à un kilomètre au nord du village de Provenchères-sur-Marne.

612 Gudmont, à huit kilomètres au nord de Vignory.

613 Il s’agit vraisemblablement du village de Mussey-sur-Marne situé à huit kilomètres au sud de Joinville, et à moins d’un kilomètre à l’ouest de la route que suit Gilles Caillotin.

614 Gilles Caillotin désigne ici un sentier étroit.

615 L’Hôtel-Dieu de Joinville a été transféré, au début du xve siècle, à côté du prieuré Saint-Jacques dans le faubourg et près la porte du même nom au sud de la ville. Voir Jules Fériel, Notes historiques sur la ville et les seigneurs de Joinville, Paris, Ladrange, 1835, p. 42.

616 Il s’agit du village de Laneuville-à-Bayard à une douzaine de kilomètres au nord de Joinville.

617 Il s’agit vraisemblablement du village de Prez-sur-Marne.

618 Reims.

619 Le village de Farémont, commune aujourd’hui réunie à Thiéblemont, est situé à treize kilomètres au sud-est de Vitry-le-François.

620 C’est sans doute au village de Perthes, situé à une dizaine de kilomètres à l’est nord-est de Saint-Dizier, que Gilles Caillotin s’arrête. Perthes n’est qu’à deux lieues de Farémont.

621 Vitry-le-François, ville créée par François Ier (d’où son nom) après la destruction par Charles Quint en 1545 de Vitry-en Perthois, et dont la construction fut confiée à l’ingénieur militaire bolonais Girolamo Marini.

622 Gilles Caillotin a donc une barbe de treize jours, puisqu’il s’est fait raser le 3 octobre à Montmélian.

623 Les Minimes ont été intr