Version classiqueVersion mobile

Raison administrative et logiques d’empire (xvie-xixe siècle)

 | 
François Godicheau
, 
Mathieu Grenet

Troisième partie. Raison administrative et gouvernements territoriaux

Lecture

Bernard Vincent

Texte intégral

1Un temps, des espaces, une unité de vues, tel pourrait être le résumé de cette partie du volume intitulée « raisons administratives et gouvernements territoriaux ». Mais derrière cette lapidaire formule se cache toute une série d’éléments qui mis en regard du projet porté par ce livre suscite nombre d’interrogations.

2Ainsi dans l’argumentaire à l’origine de ce travail, François Godicheau et Mathieu Grenet invitaient à examiner « l’évolution du pouvoir d’administrateur sur la longue durée, sans poser de distinctions a priori entre périodes médiévale, moderne et contemporaine ». Or les cinq contributions appartenant à cette partie s’attachent à des séquences que l’on peut qualifier de courtes si l’on excepte l’ensemble du XIXe siècle embrassé par Cristina Nogueira da Silva et encore l’accent est-il mis en la circonstance sur les années 1840-1880. Andréa Slemian examine l’administration dans les places commerciales de l’Empire portugais entre 1750 et 1820, Dario Barriera et François Godicheau, celle des campagnes de l’Empire hispanique entre 1759 et 1808, Alessandro Giovanazzi, celle des états italiens dans le cadre de l’empire français entre 1796 et 1814, Mathieu Grenet, celle de l’île de Leucade, possession vénitienne entre 1777 et 1780.

3Il me semble que cette apparente contradiction, d’autant plus significative que les apports personnels des deux éditeurs figurent dans cette partie, est résolue par le choix de la période évoquée, celui du tournant du XVIIIe au XIXe siècle, période qui a vu se développer de multiples révolutions et donc susceptible de connaître de profondes transformations quant à la raison administrative. Ce n’est pas un hasard si le dictionnaire Robert ajoute au terme administration – définie comme la « fonction consistant à assurer l’application des lois et de la marche des services publics conformément aux directives gouvernementales » – une précision fondamentale : sens précisé fin XVIIIe siècle. Et de fait à travers l’ensemble de ces contributions est posée la question de la place de ce temps relativement court marqué par des expériences novatrices dans la longue durée de l’histoire du pouvoir d’administrer.

4S’interroger sur cette question est, je crois, singulièrement opportun quand on s’intéresse au gouvernement des empires. Cela n’avait pas échappé à la sagacité de Louis de Chénier auteur au cœur de la période ici privilégiée des Historiques sur les Maures et Histoire de l’Empire du Maroc. Ce livre écrit par un négociant devenu diplomate – Chenier a été chargé d’affaires de la France au Maroc entre 1767 et 1782 – et fin connaisseur des mondes ottoman et maghrébin, est riche en réflexions sur le devenir des empires qui lui sont contemporains.

Quand on considère après réflexion, dit-il, les révolutions qu’éprouvent les Empires, on ne peut voir, sans le plus grand étonnement, que l’Espagne, qui fut ravagée pendant huit siècles par les Mahométans, un instant après en avoir secoué le joug, soit parvenue, par un concours de circonstances, au plus haut degré de puissance, si l’on doit en juger par l’étendue de ses domaines ; tel est le secret des événements, que la Providence se plaît à cacher aux hommes et qu’elle dirige au gré de sa volonté.
Il paraît cependant que de tous les projets d’agrandissement que l’Espagne conçut sous les règnes de Ferdinand, de Charles Quint et de Philippe deux, la conquête des bords de l’Afrique, dont elle ne s’occupa que par occasion, et presque par orgueil, eut été le plus naturel et la plus utile, peut-être c’était de toutes les colonies à former la seule qui eut dû tenter l’ambition de l’Espagne, puisque, par sa proximité, cette conquête était aussi facile à faire qu’à garder. Les bords de l’Afrique, d’ailleurs, par leur fertilité, par la pureté et la température du climat, eussent été d’un plus grand prix pour elle, que toutes les mines du Mexique et du Pérou ; possessions qui, vues politiquement, et dans l’état de mobilité que présentait l’inquiétude des hommes et l’incertitude des événements, peuvent devenir ruineuses pour cette Monarchie, par une division continuelle de forces, et parce que l’autorité se trouve trop éloignée de son centre.


5Ces considérations méritent examen entre autres en raison de la date de leur expression et parce qu’elles rappellent que l’empire d’Espagne a une longue histoire. Dès lors il est intéressant de constater que parmi les quatre empires examinés dans cette partie, trois d’entre eux, espagnol, portugais, vénitien ont eu une longue vie en matière de gouvernement. Mathieu Grenet parle de « constant travail de redéfinition de l’impérialité du Stato da Mar vénitien ». En revanche le quatrième étudié, l’empire français en Italie qui émerge précisément à l’époque de référence a eu une vie brève, moins de vingt ans. Mais les problèmes de raison administrative qu’il recèle et les manières employées pour les résoudre doivent être confrontés à des empires davantage pérennes.

6Quatre empires donc, chacun à la tête de vastes territoires éloignés les uns des autres et sur lesquels vivent des populations hétérogènes. Notons que l’insularité est une donnée commune à une partie des territoires de tous ces empires et qu’elle est fortement soulignée (Leucade, Cuba) dans deux contributions. Mais l’essentiel est la diversité des approches choisies par les auteurs même si elles ont en commun un fort ancrage dans l’examen des pratiques. Cristina Nogueira da Silva et Alessandro Giovanazzi ont privilégié une démarche que l’on peut qualifier de macrohistorique. L’une s’est intéressée à l’ensemble des espaces coloniaux portugais du XIXe siècle en faisant dialoguer les dispositions juridiques adoptées à Lisbonne avec la réalité de plusieurs terrains principalement l’Angola et le Mozambique, l’autre en confrontant le modèle administratif français émanant de Napoléon Bonaparte avec les modèles traditionnellement à l’œuvre dans « diverses Italies » à Milan, Venise ou Bologne. À l’inverse, Mathieu Grenet a adopté une démarche microhistorique d’autant plus affirmée que l’observatoire étudié, l’île de Leucade, avait eu une importance très relative au sein de l’immense Stato da Mar vénitien et qu’elle n’a été intégrée dans l’empire de la Sénérissime que très tardivement, à l’extrême fin du XVIIe siècle, beaucoup plus tard que les autres îles ioniennes. Les deux autres contributions ont emprunté des chemins intermédiaires en s’attachant, Dario Barriera et François Godicheau, à un domaine sectoriel, une institution commune et pourtant négligée de la monarchie hispanique à travers les exemples de Cuba et du Río de la Plata, et Andréa Sleiman à la résolution des conflits en matière commerciale au sein de l’empire portugais. La variété des démarches illustre à elle seule la complexité de l’action administrative dans le cadre d’un empire ce qui n’empêche nullement les auteurs des cinq textes à être d’accord sur des éléments essentiels.

7Il est significatif que le vocabulaire employé par les uns et les autres soit identique. Sous la plume de plusieurs d’entre eux reviennent le terme de flexibilité. Ainsi Alessandro Giovanazzi souligne la flexibilité administrative de l’empire napoléonien tandis qu’Andréa Sleiman estime que la dynamique de l’Ancien Régime avait pour caractéristique une grande flexibilité dans les instances et compétences des tribunaux. Accommodation, perméabilité, plasticité des régimes juridiques des empires, tel est l’élément commun essentiel à tous les exemples donnés. Face au provéditeur venu de Venise, les doyens et primats ont l’habitude d’imposer leur loi à l’intérieur de l’île de Leucade. Et les Portugais de métropole en viennent au Mozambique à se soumettre parfois à la justice des locaux. Partout les us et coutumes ont la vie dure. Il existe en somme un continuum généralisé qui permet à des pratiques anciennes telles que les formes traditionnelles d’administration dans les places commerciales de l’empire portugais de la deuxième moitié du XVIIIe siècle et au-delà de perdurer sous la tutelle des corporations. Que les populations africaines de l’empire portugais aient eu dans le dernier tiers du XIXe siècle la possibilité de résoudre entre elles des conflits n’est pas sans me rappeler que les Juifs de la Couronne de Castille au XVe siècle pouvaient régler leurs différends devant le tribunal de leur communauté ce qui ne les empêchait pas, le cas échéant, à recourir à la justice chrétienne. Il n’y a donc pas dans le long terme, dans tous ces empires d’évolution linéaire de la construction administrative.

8J’aurais même tendance à considérer que ce processus s’est maintenu bien au-delà du XIXe siècle ce que la séquence chronologique embrassée par ce volume pourrait masquer. J’en veux pour preuve la pratique actuelle de la pedanía en Espagne. Dario Barriera et François Godicheau rappellent que l’existence des juges, alcaldes ou capitaines pedáneos « veillant à la tranquillité des communautés rurales là où il n’y avait pas de municipalité » remonte à Cuba et dans le Rio de la Plata à la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Or il existe dans l’Espagne d’aujourd’hui quelques 3 000 pedanías à la tête desquelles se trouve un alcalde pedáneo qui dispose d’une plus ou moins grande autonomie par rapport à la municipalité dont dépend la pedanía. Cette figure a en somme les mêmes fonctions que ses ancêtres cubains, rioplatenses ou autres du XVIIIe siècle, assurer l’administration de communautés éloignées des lieux institutionnels « classiques » tels que les municipalités.

9L’absence d’évolution linéaire dans la construction administrative des empires constitue donc un acquis important des travaux ici réunis. Et il me semble qu’en filigrane se dégage une seconde conclusion non moins remarquable, celle de la polycentralité commune à tous les empires. Le pouvoir d’administrer est réparti entre de nombreux centres de taille et d’influence sans doute variables mais dont le maillage et les multiples interconnexions sont indispensables au bon fonctionnement de l’empire. De ce point de vue le dossier permet de dépasser le débat traditionnel et quelque peu obsolète concernant les liens entre centre et périphérie.

10Pour autant je crois nécessaire d’analyser davantage les gouvernements d’empire dans leurs relations à leurs espaces et à leurs temporalités. Si les empires vénitien, napoléonien, hispanique, portugais ont en commun d’une part vastitude et hétérogénéité, d’autre part une tradition juridique ancrée dans le christianisme, les problèmes relatifs aux distances internes sont particuliers à chacun d’entre eux et les durées impériales sont infiniment variables. Rappelons-le le contraste est évidemment considérable entre les cinq siècles d’empire portugais et les moins de vingt ans de l’intégration de la péninsule italienne à l’empire napoléonien. S’il importe de disséquer les logiques de l’empire napoléonien et leurs effets sur l’espace italien à court et à long terme, il convient de s’interroger sur les principes et les pratiques ayant permis à l’empire portugais de se maintenir aussi longtemps. En fait je souhaiterais que l’on porte davantage l’attention aux innovations. Le moderniste que je suis constata que si le mot pedáneo n’existe pas dans le Tesoro de la lengua Castellana o Española de Sebastián de Covarrubias qui date de 1611, il figure bien dans le Diccionario de Autoridades de 1726 donc quelques décennies avant l’introduction de cette institution à Cuba et au Rio de la Plata. Il est dit précisément « adjectivo que se aplica al juez o alcalde de las aldeas o lugares cortos que tienen limitada la juridicción ». Il serait infiniment intéressant d’en faire une géo-chronologie à l’échelle de l’empire tout entier.

11Il n’y a certes pas d’évolution linéaire dans la construction administrative mais il y a cependant une évolution faite d’innovations et de ruptures. Continuum ne signifie pas immobilité.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search