Version classiqueVersion mobile

La face cachée de l'empire

 | 
Fabrice Jesné

Chapitre 2

L’Italie et la crise d’Orient (1875-1881). La « politique des mains nettes » à l’épreuve

Texte intégral

  • 1 C’est par une série d’enquêtes commandées aux nouvelles institutions chargées de compter et mesure (...)
  • 2 Bovio 1996, p. 91-106.

1Une fois l’Unité achevée avec l’annexion de Venise (1866) et Rome (1870), priorité est donnée au développement intérieur, gravement obéré par le poids de la dette contractée à l’époque des guerres d’indépendance contre l’Autriche. Durant les premières décennies post-unitaires, l’Italie se découvre pauvre, à rebours des promesses du Risorgimento : l’agrégation de régions pauvres ne saurait constituer un pays riche1. Dans ces conditions, les moyens disponibles pour la politique étrangère sont extrêmement réduits. Tirant les leçons de la guerre de 1870, l’Italie confie la modernisation de son armée au ministre de la Guerre Cesare Ricotti Magnani2 ; le Regio esercito demeure cependant de dimensions très modestes pour une grande puissance, de même que la flotte, minée par le désastre de Lissa aussi bien matériellement que moralement.

  • 3 Chabod 1961, p. 76-77.
  • 4 Vigezzi 1997, p. 37-41.

2Depuis la prise de Rome, les revendications territoriales de l’Italie sont officiellement satisfaites, et elle entend démontrer aux autres grandes puissances sa volonté de contribuer à la défense de l’équilibre européen. C’est aussi, évidemment, un moyen d’associer le concert européen à la défense de son intégrité territoriale chèrement acquise. À Rome règne donc désormais « un européisme de conservateurs pacifiques, attachés au statu quo », selon la formule de Federico Chabod3. La « Droite historique » (Destra storica), c’est-à-dire la famille des conservateurs libéraux qui succèdent à Cavour, procède cependant à un aggiornamento de sa politique étrangère précisément alors que se profile en 1875 une nouvelle crise dans les Balkans. Dans un système international aussi brutal, la garantie de la paix passe peut-être par le renforcement du camp le plus fort. Il s’agit donc pour Rome de chercher à se trouver, selon l’expression du général Di Robilant, « du bon côté du manche »4.

2.1. La crise d’Orient (1875-1877) : l’Italie face à ses responsabilités de grande puissance

2.1.1. La Gauche historique à l’épreuve

  • 5 Geiss 1982.
  • 6 Grandits 2011. La même transition d’un mouvement antifiscal vers un mouvement national peut être o (...)

3En 1875 éclate dans les provinces ottomanes de Bosnie et d’Herzégovine une révolte qui va embraser les Balkans et provoquer une recomposition générale de la Méditerranée orientale et des équilibres diplomatiques européens5. La région, en état d’agitation chronique, est sous la surveillance d’une commission consulaire européenne depuis le début des années 1860 (voir supra, chap. 1). Comme la plupart des révoltes balkaniques des trois premiers quarts du XIXe siècle, le soulèvement de la Bosnie et de l’Herzégovine trouve ses origines dans des tensions socio-économiques plutôt que politiques6.

  • 7 Barry 2011, p. 431 sq.
  • 8 Cette conférence diplomatique a fait l’objet de travaux en langue allemande principalement. Pour u (...)

4Après deux années de mauvaises récoltes, les notables de la région de Nevesinje sollicitent une réduction des taxes. Soucieuses d’éviter tout soulèvement, les autorités ottomanes sont prêtes à de larges concessions. Des groupes nationalistes, soutenus par le Monténégro, entretiennent cependant une stratégie de la tension qui provoque des réactions parmi la population musulmane, puis de la part des autorités ottomanes. Une série de violences amène alors l’intervention de volontaires étrangers, de la Serbie et du Monténégro, puis des puissances européennes. La Russie intervient en effet militairement en 1877, avec le soutien de la Roumanie. La guerre menace de devenir générale puisque le Royaume-Uni entend, comme en 1854, interdire aux Russes la prise de Constantinople et des Détroits7. Face à la gravité de la situation, une conférence diplomatique est réunie à Berlin à l’initiative de Bismarck8. L’Italie est bien sûr conviée, et c’est pour elle une confirmation aussi bien qu’une mise à l’épreuve de son statut de grande puissance.

5Bien que toute la politique étrangère depuis 1861 ait été élaborée par les libéraux conservateurs qui ont succédé à Cavour, c’est la « Gauche historique » (Sinistra storica), constituée d’anciens républicains ralliés à la monarchie, qui affronte la crise diplomatique, puisque cette famille politique arrive aux affaires en 1876 précisément. Bien des leaders de cette Gauche historique, à commencer par Agostino Depretis et Francesco Crispi, sont d’anciens partisans de Mazzini ou Garibaldi. Or Mazzini et Garibaldi sont les figures tutélaires d’une autre gauche, l’Estrema, dont nous verrons que le programme de politique étrangère consiste, en grande partie, à lutter contre les empires austro-hongrois et ottoman pour la libération conjointe des Italiens d’outre-Adriatique et des nationalités balkaniques sœurs.

  • 9 « Vinattiere di Stradella », attribué par Giosuè Carducci : Papadia 2013, p. 26.
  • 10 Graziosetto 1995, p. 25.
  • 11 Di Robilant et Corti demeurent à Vienne et Constantinople ; Nigra quitte en revanche Paris, où il (...)

6Inexpérimentés, volontiers cocardiers, comment les hommes de la Gauche historique vont-ils affronter les diplomates madrés qui leur font face autour du tapis vert balkanique ? Lorsqu’Agostino Depretis est chargé, le 18 mars 1876, de former le nouveau gouvernement, il est mandaté par un électorat censitaire avant tout soucieux des questions de développement intérieur (il y gagne plus tard le sobriquet de « marchand de vins de Stradella9 »). Depretis n’a donc guère de raison de s’écarter de la politique prudente et modeste qu’Emilio Visconti Venosta a, durant six ans, menée au nom de la Droite. Les nouveaux venus sont d’ailleurs corsetés par la classe dirigeante piémontaise : le roi ne communique pas tout ce qu’il sait à Depretis, et reste notamment évasif sur les traités internationaux signés par l’Italie10. Pour rassurer la monarchie aussi bien que les chancelleries européennes, Depretis maintient d’ailleurs en poste la plupart des grands ambassadeurs issus du corps diplomatique sarde11.

  • 12 Bovio 1996, p. 107-111. Sur les débats historiographiques autour de la réalité du réarmement, Celo (...)
  • 13 Ungari 2016, p. 85.
  • 14 Chabod 1965, p. 58.

7Au début de la crise balkanique, les hommes de la Gauche n’avaient cessé de fustiger la politique de neutralité et de désarmement pratiquée par la Droite. Arrivés au pouvoir, ils semblent, dans un premier temps, entreprendre une politique de réarmement, menée par un nouveau ministre de la Guerre, le général Luigi Mezzacapo. Ce dernier procède à des réformes de structure qui permettent d’accroître significativement les effectifs ; ces efforts restent toutefois très inférieurs à ceux que consentent les autres puissances12. Paradoxalement, ce réarmement, aussi symbolique soit-il, suscite une grande satisfaction dans les secteurs les plus conservateurs de la classe dirigeante italienne, c’est-à-dire la haute aristocratie piémontaise regroupée autour du roi. Ce dernier conserve d’importantes prérogatives en matière de politique étrangère, notamment par son influence auprès des ministres de l’Armée et de la Marine, qui sont des militaires, et auprès des grands ambassadeurs13. Dans ce milieu prestigieux, c’est l’ambassadeur à Berlin, Edoardo De Launay, qui sans doute est le plus ambitieux14. Dans la correspondance particulière qu’il entretient avec le roi, De Launay tient le souverain informé de l’évolution des événements en Orient et en profite pour lui exposer ses vues :

  • 15 DDI 2.7.221, De Launay à Victor-Emmanuel II, Berlin, 4 juillet 1876.

Les nouveaux ministres marchent sagement sur la trace de leurs prédécesseurs quant à la politique étrangère. Votre Majesté jugera Elle-même si, comme je l’énonçais dans ma dernière lettre, il ne serait pas opportun […] [d’]employer cet art qui permet de parler à demi-mot et de se faire comprendre. Il est évident qu’il nous reste à pourvoir à la sécurité de nos frontières vers le Tyrol et vers l’Isonzo. Nous aurions aussi nos convenances à posséder un port sur la côte orientale de l’Adriatique [c’est moi qui souligne]. […] Il faut s’y prendre d’avance pour infiltrer peu à peu de telles idées dans l’oreille des hommes d’État, et les répandre adroitement dans l’opinion publique. Si ces désirs ou ces demandes étaient présentées ex abrupto et pour ainsi dire à bout portant quand chaque chose serait déjà disposée sur l’échiquier politique, nous risquerions d’arriver trop tard15.

8Ces lignes sont écrites alors que s’ouvre à peine la crise d’Orient. Le conservateur De Launay semble considérer l’arrivée au pouvoir de la Gauche d’une part comme l’opportunité d’en finir avec les atermoiements des modérés, d’autre part comme celle de préparer le pays à formuler enfin un programme de revendications claires. C’est très précisément l’option retenue en 1915 par le duo Salandra-Sonnino : « infiltrer peu à peu de telles idées dans l’oreille des hommes d’État, et les répandre adroitement dans l’opinion publique », afin surtout de ne pas être pris au dépourvu en cas de négociations de paix générales – ce qui, en revanche, se produit lors du congrès de Berlin de 1878. On notera que dès 1876, De Launay envisage la saisie d’un port albanais, ce qui constitue l’une des premières formulations sérieuses d’un programme qui trouvera un début de réalisation à la veille de la Grande Guerre.

  • 16 DDI 2.7.297, Di Robilant à Melegari, Vienne, 3 août 1876.

9La suite des événements conduit De Launay à modérer ses ambitions : lorsque se dessine le coup de force autrichien en Bosnie-Herzégovine, la prise de gages territoriaux cesse d’être une priorité puisqu’il importe avant tout d’empêcher la double monarchie de s’étendre. Si De Launay est particulièrement ambitieux – il garde un œil sur les territoires cédés à la France – il est loin d’être isolé ; son alter-ego à Vienne, le général Di Robilant, propose de revenir à la politique d’inorientamento de l’Autriche : il s’agit de l’encourager à s’agrandir dans les Balkans afin de lui soutirer des concessions territoriales dans le Trentin et en Istrie16.

  • 17 DDI 2.7.221, De Launay à Victor-Emmanuel II, Berlin, 4 juillet 1876.
  • 18 DDI 2.7.307, Melegari à Di Robilant, Rome, 8 août 1876.
  • 19 DDI 2.7.308, Melegari à Nigra, Rome, 8 août 1876.
  • 20 DDI 2.7.328, Melegari à Nigra, Rome, 15 août 1876.
  • 21 DDI 2.7.335, Corti à Melegari, Thérapie, 18 août 1876.

10Dans le même temps, la Gauche semble d’abord disposée à donner à l’Italie les moyens de se faire entendre. L’effort budgétaire obtenu par le ministre de la Guerre Mezzacapo, applaudi par De Launay17, permet dans un premier temps au ministre des Affaires étrangères, Melegari, d’adopter une politique de fermeté, dont l’objectif, toutefois, est rien moins que révolutionnaire : il s’agit au contraire de défendre le statu quo territorial. Il donne ainsi pour instruction à l’ambassadeur à Vienne, Di Robilant, de s’opposer formellement à toute avancée « qui aurait pour conséquence d’accroître et de consolider par un agrandissement territorial dans la Bosnie la position de l’Autriche dans les anciennes possessions vénitiennes de la côte de Dalmatie »18. De même Melegari enjoint-il à Costantino Nigra, ministre à Saint-Pétersbourg, de faire comprendre au gouvernement russe que l’Italie serait disposée à l’appuyer si elle désirait s’opposer diplomatiquement aux prétentions de Vienne19. Dans l’esprit de Melegari, il est impératif d’empêcher toute modification territoriale en Europe et même au-delà20. Même si l’objectif principal est d’éviter que l’Italie soit confrontée à une guerre générale, sa sécurité en Adriatique a la priorité sur les rectifications de frontières dans le nord et le nord-est. Éteindre l’incendie, c’est donc ce qui importe avant tout, et c’est le sens des manœuvres diplomatiques italiennes en faveur d’un armistice slavo-turc. Si les Monténégrins tiennent tête aux Ottomans, ces derniers s’apprêtent à envahir la Serbie. Après avoir sondé les autres capitales, Rome donne mission à son représentant auprès de la Porte, le comte Luigi Corti, de transmettre au gouvernement turc une demande d’armistice21. Officiellement, il s’agit d’éviter que la Serbie soit, comme la Bulgarie, livrée aux excès des bachi-bouzouks. Officieusement, il est urgent de geler le conflit. L’état-major italien envisage, quant à lui, une modification de l’équilibre adriatique plus au sud, dans l’hypothèse où l’Empire ottoman aurait le dessous.

Carte 4 – La sortie de l’Adriatique au milieu des années 1870.

Carte 4 – La sortie de l’Adriatique au milieu des années 1870.

11En face des côtes apuliennes, ce dernier ne possède plus que d’une façade littorale restreinte, qui correspond à l’actuel littoral albanais, prolongé au sud par celui de l’actuelle Épire grecque. De part et d’autre des côtes ottomanes, trois États regardent vers la mer. Au sud, la Grèce ne contrôle que la côte située en deçà du golfe d’Arta, ainsi que le chapelet des îles ioniennes, dont, plus au nord, Corfou. Elle revendique cependant l’ensemble du vilayet de Janina, dont la possession lui assurerait le contrôle de la sortie de l’Adriatique. Au nord de l’Albanie ottomane, l’Autriche-Hongrie avance la pointe extrême de son très long littoral jusqu’aux Bouches de Cattaro, qui enferment les Monténégrins dans la montagne. Ces derniers, justement, revendiquent dans leur guerre contre la Porte un accès à la mer. Pour l’Italie, la présence ottomane équivaut à une neutralisation de l’extrémité orientale du canal d’Otrante. Si une tierce puissance devait se substituer à la Turquie, la façade adriatique de l’Italie courrait le risque d’être coupée de la Méditerranée.

2.1.2. L’Italie face à la réalité de son impuissance stratégique

  • 22 Augusti 2013, p. 328.
  • 23 Vittorio Arminjon (1830-1897) est un officier expérimenté, qui a combattu dans la marine française (...)
  • 24 Gabriele 1965, p. 399-427.
  • 25 AUSSM, G33, b. 1, fasc. 1, d. 2, Considerazioni circa l’eventualità di operazioni militari sulle c (...)

12En juillet 1876, le tsar et l’Empereur d’Autriche se rencontrent à Reichstadt, semble-t-il pour se partager les Balkans en zones d’influence22. Du côté italien, le Ministère de la Guerre et celui de la Marine organisent au mois d’août une expédition de reconnaissance des côtes albanaises dirigée par le capitaine de vaisseau Vittorio Arminjon et le major Egidio Osio23. En dépit de la présence, depuis une dizaine d’années, de diplomates italiens aux deux extrémités de l’Albanie ottomane, à Scutari et Janina, l’état stratégique de la côte turque est à peu près inconnu. La mission Arminjon-Osio s’inscrit dans une série de reconnaissances en Méditerranée orientale, dont le but est à la fois de rassurer les communautés italiennes concentrées dans les ports et de collecter des renseignements24. Le rapport des deux officiers insiste sur le fait qu’un corps expéditionnaire italien aurait plus à craindre l’absence de route que les maigres garnisons ottomanes et parviendrait néanmoins à s’emparer de la région, s’assurant ainsi une tête de pont vers le Monténégro, la Bosnie, la Macédoine ou la Thessalie25. Guerre de papier, dira-t-on. Certes, mais les deux officiers notent avec raison que la clé d’un succès militaire en Albanie résiderait en fait entièrement dans la maîtrise de la mer.

  • 26 ACS, CC, fasc. 11, d. 11/1 de Mezzacapo à Crispi, 2 octobre 1876, Stato di difesa del littorale ad (...)

13Or dans la crise internationale qui se dessine à la suite des événements d’Orient, une action italienne dans les Balkans ne pourrait passer que par une alliance avec la Russie, ce qui impliquerait nécessairement d’affronter les marines britannique et austro-hongroise, bien entendu sans aucun espoir de l’emporter. Le rapport est transmis au président du Conseil Depretis par le ministre de la Guerre, Luigi Mezzacapo. Ce dernier prend également soin d’écrire à Francesco Crispi, président de la Chambre et Sicilien comme lui, afin d’être certain que le gouvernement se rende compte du principal enseignement de la mission Arminjon-Osio : la vulnérabilité extrême de l’Italie en Adriatique26. En cas de conflit avec une puissance navale, la côte orientale de l’Italie est sans défense. En admettant que la flotte italienne puisse affronter en haute mer son homologue austro-hongroise, aucune ville italienne située sur la côte adriatique n’est à l’abri d’un raid ennemi, Venise étant particulièrement menacée. En outre, aucun port italien ne dispose des infrastructures nécessaires pour servir de base logistique à un corps expéditionnaire. Pire encore, il faudrait entreprendre des travaux considérables pour que la flotte puisse se réfugier à Brindisi sans être menacée de destruction. Si de tels travaux étaient mis en œuvre, il faudrait encore aménager Tarente comme port de repli et de radoub en cas de bombardement de Brindisi depuis la haute mer. La frontière maritime italo-balkanique apparaît donc, à l’occasion de la grande crise d’Orient qui débute en 1875, comme une zone de danger stratégique pour l’Italie. Difficulté supplémentaire, le dispositif de collecte de renseignements à l’intérieur de la péninsule balcanique est loin d’être achevé.


  • 27 Gustapane 2005, p. 43.

14L’état-major italien ne se dote d’un bureau spécialisé dans les questions méditerranéennes (Empire ottoman compris), qu’en 188227. À cette date, l’état-major est constitué de deux départements, dont le premier renferme trois bureaux de renseignement. Les attributions de ces bureaux correspondent à des secteurs géographiques, les « échiquiers » (« scacchieri ») ou théâtres d’opérations. Le Scacchiere orientale concerne l’Autriche-Hongrie, l’Allemagne et la Russie ; l’occidental la Belgique, la France, le Royaume-Uni et la Suisse ; le méridional la Méditerranée, France et Autriche-Hongrie exceptées mais Italie incluse. Ces bureaux sont chargés de produire des monographies sur la géographie et les moyens militaires des États concernés. Il faut y ajouter l’Istituto Geografico militare, créé en 1865 à Florence, qui dépend également du premier département de l’état-major. L’information traitée par ces bureaux est essentiellement constituée de journaux et monographies de provenance nationale et étrangère, de documents cartographiques, mais aussi des rapports des postes diplomatiques, au sein desquels œuvrent les attachés militaires.

  • 28 Biagini 1990, p. 15.
  • 29 Voir par exemple le cas de la France dans Baillou 1984, p. 735-736.

15Dès 1867, un rapport de l’état-major préconise la création de postes d’attachés militaires, dont on pense qu’ils pourraient rendre de précieux services, notamment en Orient28. La figure de l’attaché apparaît en Europe au cours des années 1860 et 1870, par l’institutionnalisation progressive de missions de renseignements auparavant secrètes29. Lorsque les postes d’attachés militaires deviennent permanents, la tâche des titulaires consiste essentiellement à renseigner l’état-major sur les forces des armées étrangères, ce qui explique que les postes sont d’abord établis en Europe de l’ouest, là où se trouvent les grandes armées conventionnelles. Cependant, entre 1871 et 1914, c’est en Europe orientale qu’on se bat.

  • 30 Raccolta ufficiale delle Leggi e dei Decreti del Regno d’Italia, XXX, 1870, p. 3444-3475, citée da (...)
  • 31 Gustapane 2005, p. 49.
  • 32 Le conflit serbo-bulgare de 1885 est suivi par l’attaché militaire à Saint-Pétersbourg, Giuseppe D (...)
  • 33 AUSSM, G29, b. 8, cart. 1, l’état-major au colonel Pollio, attaché militaire à Vienne, Rome, 9 mar (...)

16Les militaires italiens font ainsi une apparition tardive dans la péninsule balkanique, près de dix ans après l’Unité. La fonction est créée par le décret royal n° 6090 du 29 novembre 187030. Quatre postes sont établis dans l’immédiat, à Berlin, Paris, Vienne et Londres. Il semble que le poste à Saint-Pétersbourg ne soit créé que plus tard. Par ailleurs, l’annuaire militaire ne mentionne la présence d’un attaché militaire à Constantinople qu’à partir de 1892, bien que la correspondance de l’état-major mentionne ce poste dès le mois d’août 189031. Pendant longtemps, aucun attaché italien n’est donc affecté en Europe du Sud-Est. Avant le début des années 1890, les Balkans sont observés depuis Vienne et Saint-Pétersbourg32. L’attaché viennois se contente d’effectuer chaque année un voyage en Serbie et en Roumanie. À la suite de la création du poste d’attaché à Constantinople, toutefois, la couverture de l’Europe du Sud-Est est réorganisée. L’attaché militaire à Vienne cesse d’être accrédité auprès du gouvernement roumain33, pour être remplacé dans cette tâche par l’attaché à Constantinople, qui se trouve également accrédité auprès du gouvernement grec. Même à la fin du siècle, l’ensemble des questions militaires balkaniques est traité par deux agents italiens seulement.

  • 34 Il s’agit de Giorgio Pozzolini, de Luigi Majnoni et de Carlo Lanza : AUSSM, G29, b. 1, cart. 1 et  (...)
  • 35 Le premier titulaire du poste, Giorgio Pozzolini (1834-1920), a commencé sa carrière militaire dan (...)
  • 36 AUSSM, G29, b. 1, cart. 1, d. 4 de Pozzolini (attaché militaire) à l'état-major, 1er décembre 1873 (...)
  • 37 Minniti 1990, p. 96.

17Les trois premiers attachés à Vienne sont lieutenant-colonel, major et colonel34. Ces hommes ont déjà acquis une expérience militaire et diplomatique appréciable par leur participation à l’épopée risorgimentale35. Ils n’ont toutefois aucune connaissance particulière des pays auxquels ils sont destinés – si tant est qu’un agent occidental affecté à Vienne ou Constantinople ait jamais pu être en mesure de connaître l’ensemble de la péninsule balkanique avant d’y séjourner. Les officiers successivement affectés dans la capitale des Habsbourg sont particulièrement attentifs aux questions nationales et à leurs conséquences sur la puissance militaire de l’ancien ennemi héréditaire36. L’état-major italien est en effet préoccupé par le nombre des troupes disposées à la frontière, mais aussi par leur composition ethnique. On notera d’emblée qu’il n’est à aucun moment question d’un soulèvement des régiments slaves : les projets menés en ce sens à l’époque de Cavour ont été définitivement abandonnés après la paix de 1866 et le compromis austro-hongrois de 1867. L’état-major reste toutefois attentif aux facteurs internes d’affaiblissement de l’Autriche-Hongrie, l’Italie continuant à redouter une agression de la part de sa voisine37.

  • 38 AUSSM, G29, b. 2, cart. 1, r. 95 de Majnoni (attaché militaire) à l’état-major, Vienne, 17 juillet (...)
  • 39 AUSSM, G29, b. 1, cart. 2, Majnoni à l’état-major, d. 102 du 2 août 1875.
  • 40 Pailler 1996, p. 181-186.

18La grande crise d’Orient qui débute en 1875 contraint toutefois l’attaché viennois à s’intéresser à l’évolution du rapport de forces dans les Balkans. En l’absence d’attaché militaire à Constantinople, c’est ainsi le major Majnoni qui doit, en juillet 1876, approcher le front serbo-turc. Accrédité auprès des seuls gouvernements autrichien et serbe, il ne peut toutefois traverser la frontière. Parti le 7 juillet de Vienne, il est de retour dès le 17, et expédie à Rome un rapport sur Belgrade et la frontière austro-turque38. C’est moins la crise balkanique qui l’intéresse que l’attitude de l’Autriche-Hongrie : dès août 1875, il fait part à ses supérieurs de la forte probabilité d’une occupation de la Bosnie et de l’Herzégovine par les troupes austro-hongroises39. Au cours de son voyage de 1876, le major est donc surtout attentif aux relations entre Slaves et Magyars, suivant en partie les traces de ses prédécesseurs des années 1860. Toutefois, il ne s’agit pas pour lui de déterminer les chances de compromis entre les uns et les autres en vue d’une action commune contre les Autrichiens. Il faut désormais évaluer les difficultés que rencontreront ces derniers, et surtout leurs alliés hongrois, dans une invasion de la Bosnie et de l’Herzégovine. En effet, ces provinces sont, tout comme les possessions méridionales de la double monarchie, majoritairement peuplées de Slaves du Sud. Toutefois, Majnoni ne semble pas avoir une idée claire de ce qui s’est déroulé dans les Balkans, considérant par exemple, comme un quelconque lecteur de journaux, que la Porte a lâché les bachi-bouzouks sur les chrétiens des Balkans, propageant ainsi la révolte et précipitant sa défaite. Les « horreurs bulgares » ne sont certes pas une invention ; toutefois, les analyses des attachés britannique et français, Kimball et Torcy, sont plus précises, car ces officiers ont pu se rendre sur les lieux40. L’attaché français paraît ainsi plus conscient des tensions internes que connaît l’Empire ottoman, et n’attribue pas les exactions des bachi-bouzouks au seul malgoverno ou à la cruauté intrinsèque du sultan et des musulmans en général.


  • 41 DDI 2.9.133, Di Robilant (ambassadeur) à Melegari (MAE), Vienne, 7 octobre 1877.
  • 42 Comme l’a montré C. Windler à propos du service consulaire français, il est fondamental, pour le b (...)

19En matière de collecte de renseignement, l’action des attachés militaires italiens souffre de la comparaison avec celle des consuls. Moins bien formés que ces derniers, habitués des revues militaires plutôt que des intrigues de terrain, ils ne rendent d’ailleurs compte, dans un premier temps, qu’à l’état-major41. Toutefois, malgré les efforts consentis pour déployer un réseau diplomatique et consulaire étendu dans les Balkans, l’Italie peine à faire face à la crise de Bosnie-Herzégovine, faute d’accès au terrain. Lorsqu’éclate l’insurrection, le poste de Sarajevo est vacant, ce qui n’a rien d’exceptionnel dans le fonctionnement du service consulaire italien, l’essentiel des dossiers du personnel étant constitué de demandes de congé42.

  • 43 DDI 2.6.336, Visconti Venosta à Durando, Rome, 20 août 1875 ; Burzanović 2013, p. 122-126.

20Le ministre Visconti Venosta choisit donc Cesare Durando, alors en poste à Galatz, pour se rendre d’urgence à Sarajevo, en emportant son chiffre et en abandonnant son consulat au représentant austro-hongrois43 – ce qui prouve d’ailleurs que la méfiance que nourrissent l’une pour l’autre Rome et Vienne n’exclut pas, sur le terrain, des échanges de bon procédés, Galatz ayant il est vrai la spécificité d’être le siège de la commission consulaire pour le Danube (voir supra, chap. 1). Comme le consul à Scutari, Eugenio Durio, est parti pour Cetinje, Durando, qui se trouve à des centaines de kilomètres de la capitale bosniaque, est choisi notamment en raison de sa connaissance de la langue ; il est vrai qu’il a lui-même installé le poste de Sarajevo, et y a séjourné pendant sept ans. En raison de son importance stratégique, qui va croissant avec l’agitation dans la province, le poste est élevé au rang de consulat général en 1870. Il commande en théorie les délégations de Banja Luka, Mostar et Brčko, qui sont en réalité confiées aux vice-consuls austro-hongrois, sauf celle de Mostar qui est administrée par la France.

  • 44 Arisi Rota 1990, p. 709.

21C’est justement à Mostar que se réunit la commission consulaire constituée par les grandes puissances pour opérer une médiation auprès des insurgés herzégoviniens. Non seulement les collègues de Durando ne daignent pas l’avertir du lieu de la réunion, mais encore la commission a-t-elle le plus grand mal à se mettre en rapport avec les insurgés44. Après l’échec rapide de cette commission, Durando passe du côté monténégrin, d’où il se trouve au plus près des combats qui opposent désormais la Serbie et le Monténégro à l’Empire ottoman :

  • 45 AUSSM, G33, b. 9, fasc. 81, C. Durando, Rapporto sulle forze militari del Montenegro. Risposta al (...)

Ho seguito per molto tempo il quartiere del Principe durante la guerra del 1876-77 ; mi trovai ai bivacchi dei montenegrini e in parecchie calde azioni ; percorsi con essi gran parte del Principato ; parlai senza intermezzo d’interprete con tutti dai più alti ai più umili ; e vidi da per me stesso quanto un montenegrino può vedere45.

  • 46 DDI 2.7.237, Melegari (MAE) à Durando, Rome, 11 juillet 1876.
  • 47 Arisi Rota 1990.

22Il cesse en effet d’être accrédité à Galatz au début de juillet 1876 pour recevoir la charge de consul à Raguse, d’où il peut suivre le prince Nicolas de Monténégro46. En dehors du front monténégrin, la diplomatie italienne manque en général d’information : l’ambassade à Vienne et le consulat à Belgrade se disent plongés dans le brouillard, les postes communiquent mal entre eux et ont le plus grand mal à connaître les intentions des grandes puissances. La doctrine italienne sur la crise balkanique est pourtant claire : il convient avant tout de ne pas modifier l’équilibre stratégique entre les puissances, et si possible d’obtenir une autonomie graduelle pour les populations chrétiennes47.


  • 48 DDI, 2.6.353, Usigli à Visconti Venosta, Roustchouk, 28 août 1875.
  • 49 DDI 2.6.647, De Gubernatis à Visconti Venosta, Roustchouk, 3 mars 1876.
  • 50 Guida 1984a, p. 11 ; Davidov – Guida 1990.
  • 51 Les livraisons successives sont regroupées l’année suivante dans Album 1877.
  • 52 L’Illustration, n° 1743, 22 juillet 1876.
  • 53 Album 1877, p. 25 et 42.
  • 54 Lory 2004.

23Au printemps 1876, l’insurrection prend une nouvelle ampleur et se propage aux pays bulgares. Nous savons que les consulats italiens sont situés en périphérie de cette région, sur le Danube et la mer Noire. Le consulat de Roustchouk, important site de franchissement du Danube, est toutefois idéalement placé pour observer le passage des bandes bulgares en Bulgarie, comme s’en vante du moins, en 1875, le consul Usigli48 ; pour son successeur, Enrico De Gubernatis, « Non vi è […] motivo di credere all’importanza dei Comitati Bulgari e dell’opera loro in Bulgaria »49. Un mois plus tard éclate le « soulèvement d’avril » (Aprilsko văstanie). La réaction des populations musulmanes locales est brutale et donne lieu aux fameuses « horreurs bulgares » dénoncées par Gladstone. Dès le mois de juin, les faits sont connus de l’opinion publique britannique et provoquent des joutes parlementaires au Royaume-Uni. Les journaux italiens se font à leur tour l’écho des « atrocités turques »50 : la maison d’édition milanaise Sonzogno, dont les dirigeants démocrates cherchent à toucher un large public, édite ainsi un périodique spécialement destiné à couvrir les événements balkaniques51. La quatrième livraison est consacrée à la Bulgarie, et reproduit la célébrissime gravure figurant en une de L’Illustration : Têtes mutilées d’insurgés bulgares exposées devant la forteresse de Widin (Vidin)52, ainsi que le non moins célèbre texte d’Ivan de Woestyne, correspondant du Figaro et auteur d’un article sensationnel qui met l’indignation à son comble, en propageant notamment la rumeur de la réduction en esclavage d’un grand nombre de jeunes filles destinées aux harems turcs53. Nous savons aujourd’hui que l’opinion européenne a été totalement aveuglée par ses préjugés racistes dans son interprétation de la crise. Si la société ottomane est indubitablement violente et hiérarchique, on ne peut parler de deux camps antagonistes, les Chrétiens et les Musulmans. Les fractures sont multiples dans cette société où l’insurrection est finalement de courte durée, l’ordre étant rétabli par un pouvoir ottoman qui est aussi capable de mansuétude54.

  • 55 FDN 1987, p. 595-596.
  • 56 De Gubernatis est le seul consul européen à rester dans la ville danubienne, offrant son aide à la (...)

24La diplomatie italienne n’est toutefois pas en position de comprendre ces réalités complexes, faute d’informations fiables. Elle s’efforce néanmoins de disposer d’agents au plus près des événements. Le 5 juillet 1876, Vito Positano di Noicàttaro, consul d’Italie dans le port danubien de Sulina, est nommé à Sofia, bourgade d’environ 20 000 âmes et chef-lieu du vilayet du même nom, qui se trouve à proximité des régions insurgées55. Dans la mémoire collective bulgare, ce consul a l’occasion, au cours de la guerre russo-turque qui éclate l’année suivante, de sauver Sofia d’une probable destruction par les troupes ottomanes en retraite : prenant, en sa qualité de doyen, la tête du corps consulaire, il tient tête aux autorités ottomanes, gagnant ainsi sa place dans l’onomastique de la capitale bulgare. Son collègue Enrico De Gubernatis, qui avait bien mal renseigné Rome sur la probabilité d’une insurrection en Bulgarie, s’illustre de même au service des populations de Roustchouk lors de la prise de la ville par les troupes russes en 187756. Dans les Balkans, l’Italie n’a guère d’autre possibilité que maintenir son rang de puissance intéressée au règlement des conflits, se bornant à observer les événements et à pratiquer, au hasard des circonstances, une politique humanitaire.

2.2. La paix avant tout, la protection des nationalités si possible

2.2.1. La morale et le droit, ressources du faible

  • 57 Romeo 1984, p. 215-216.

25Lorsque Cavour gagne Paris en 1856 pour y participer au congrès de la paix, il croit sa position extrêmement inconfortable et ne pense récolter que l’échec et l’opprobre57. C'est le lot de son lointain successeur, le ministre des Affaires étrangères Luigi Corti, qui en juin 1878 se rend au congrès de Berlin avec la conviction que l’Italie n’a d’autre choix que pratiquer une politique intégralement désintéressée :

  • 58 DDI 2.10.300, notes de Corti, s. l. n. d.

Io ero fermamente d’avviso che la sola politica conforme ai veri interessi d’Italia fosse la politica di pace con tutte le Potenze e specialmente con l’Austria. L’Italia non è uno stato antico, le sue finanze, gli ordini amministrativi, le forze di terra e di mare hanno ancora bisogno di svilupparsi e di consolidarsi. I popoli debbono regolare le loro azioni a seconda delle fasi istoriche nelle quali si trovano. [...] Ma ora era il tempo di posarsi e di garantire ai posteri il frutto della meravigliosa nostra risurrezione. Anatema a quelli che, per passioni ed interessi personali assai più che per altri motivi eccitavano gli Italiani a commettere atti che avrebbero potuto compromettere l’avvenire della Patria58.

26À peu de choses près, ces mots auraient pu être écrits au printemps 1915 par un successeur de Cavour encore plus lointain, Giovanni Giolitti. Périodiquement, les crises balkaniques mettent l’Italie à la croisée des chemins. Doit-elle se résoudre à n’avoir que la politique de ses moyens, ceux d’une puissance qui ne peut que défendre son intégrité territoriale, y compris par le choix de la neutralité ? Lui faut-il, au contraire, se lancer dans la mêlée, dans l’espoir d’enfin parvenir au rang d’une authentique grande puissance, et ce par la mobilisation de ressources plus morales que matérielles ?

  • 59 DDI 2.10.168, Promemoria della riunione del Consiglio dei Ministri tenuta a Roma il 7 giugno 1878.
  • 60 DDI 2.10.119, Corti à Di Robilant (ministre d’Italie à Vienne), 7 mai 1878.

27Présidé par une figure de la Gauche, Benedetto Cairoli, époux d’une Tridentine irrédentiste, le Conseil des ministres du roi d’Italie se réunit le 7 juin 1878, en vue notamment d’établir la feuille de route du ministre des Affaires étrangères Corti et de l’ambassadeur à Berlin De Launay59. Au cours de la réunion, le conservateur Corti parvient à imposer ses vues, menaçant notamment de démissionner si « quella fatale idea del compenso per la Bosnia ed Erzegovina », « radicata alla Consulta, sostenuta nei circoli parlamentari, infiammata da certi nostri Diplomatici » doit l’emporter60.

  • 61 DDI, 2.10.300, notes de Corti, s. l. n. d.
  • 62 Valsecchi 1968, p. 156-157.
  • 63 DDI 2.10.231, Corti à Cairoli, 30 juin 1878.
  • 64 Guillen 1991, p. 183-196.
  • 65 DDI 2.10.72, Promemoria dell’onorevole Mussi e il Ministro degli Affari esteri, Corti, Rome, 11 av (...)
  • 66 DDI 2.10.279, Corti à Cairoli, 10 juillet 1878.
  • 67 DDI 2.10.276, Cairoli à Corti, 9 juillet 1878.

28Si Corti est clairvoyant dans son évaluation de la marge de manœuvre très réduite dont dispose l’Italie, il se fait beaucoup d’illusions sur l’attitude des autres puissances, reconnaissant lui-même à l’issue des négociations avoir trop cru à la bienveillance de l’Allemagne, uniquement soucieuse, en vérité, des intérêts de l’Autriche-Hongrie61. Surtout, Corti et, avec lui, sans doute la plus grande partie de la classe dirigeante et de l’opinion publique italiennes, se trompent lourdement sur le compte du Royaume-Uni et de la France. Depuis Cavour au moins, on croit à l’avènement, en Europe, d’un bloc occidental libéral face aux puissances conservatrices « du Nord »62. En 1855, Cavour défend ainsi l’idée d’une « guerre idéologique » contre la Russie réactionnaire, qui n’est pas sans faire penser aux arguments des interventionnistes de gauche dirigés en 1915 contre la Duplice. Au début de 1878, les Italiens sont persuadés de se trouver, avec les Britanniques et les Français, dans le camp des puissances pacifiques qui n’aspirent pas aux conquêtes. Il est vrai que le scramble colonial n’a pas encore véritablement commencé. Mais Corti se fait beaucoup d’illusions sur les projets de Paris : « Felice la Francia che ponendo da banda ogni aspirazione interessata e facendo tacere ogni rancore passato limita le sue azioni al lavoro di conciliazione e si guadagna sempre più la simpatia universale compresa quella della Germania »63. Il est vrai que, durant la décennie qui suit sa défaite, la France pratique une politique de « recueillement », notamment en Europe où il importe avant tout de n’offrir aucun prétexte à une nouvelle invasion allemande64. Cependant, la tournure que prennent les négociations fait comprendre à Corti son isolement : la France républicaine semble vouloir poursuivre l’aventure coloniale inaugurée par la monarchie et l’empire, et ses ambitions se portent en premier lieu sur la Tunisie, territoire sous la souveraineté indirecte du sultan et où les Italiens sont très majoritaires parmi les Européens65. Quant au Royaume-Uni, il apparaît comme une « puissance semi-belligérante »66 au même titre que la Russie et l’Autriche-Hongrie lorsqu’on apprend, à la surprise générale, qu’il entend se faire céder Chypre par l’Empire ottoman, pour prix des services rendus face à la Russie67.

29Dès lors, l’Italie fait figure de dindon de la farce, puisqu’elle est la seule puissance à ne rien obtenir, alors même que son voisin le plus menaçant conforte dangereusement sa supériorité stratégique : lors de la séance « palpitante et dramatique » du 28 juin 1878, le congrès autorise l’Autriche-Hongrie à occuper la Bosnie, l’Herzégovine et le Sandjak de Novi Pazar, officiellement pour y rétablir l’ordre. Se bornant à émettre des « réserves », les plénipotentiaires italiens estiment « sortir dans l’honneur », même si, dans un rapport confidentiel au président du Conseil Cairoli, De Launay croit « devoir ajouter quelques mots sur les motifs déterminants de la conduite des plénipotentiaires italiens ». L’ambassadeur estime qu’en 1878 comme en 1870, l’Italie a été prise au dépourvu, se trouvant, contrairement à 1856, sans appui ni programme :

  • 68 DDI 2.10.222, De Launay (ambassadeur) à Cairoli, Berlin, 29 juin 1878.

Nous eussions dû, dès le début de la crise orientale, prendre nettement position, nous expliquer nettement et directement avec l’Autriche, ou pour l’arrêter dans cette voie d’occupation, d’annexion déguisée, ou pour lui promettre notre appui en stipulant une réciprocité d’avantages. […]
Je ne critique personne. […] Je sais d’ailleurs que les Ministres des Affaires étrangères doivent faire entrer en ligne de compte maintes circonstances qui échappent à la diplomatie étrangère. […]
Pour me résumer, j’ai le droit de regretter que l’on n’ait pas suivi entièrement la politique que je m’étais permis de conseiller. Mais j’estime que rebus sic stantibus notre devoir à tous est d’étouffer nos regrets, et de se mettre [sic] dans de meilleures conditions pour un avenir qui, selon toutes les prévisions, ne se fera pas très longtemps attendre68.

  • 69 Nye 1990.
  • 70 Allain – Frank 2012, p. 159.
  • 71 La crise d’Orient révèle aux modérés que l’Italie ne peut compter sur l’opinion publique libérale (...)

30De fait, les négociateurs italiens, conscients de ne pas disposer des arguments que confère le « hard power », définissent un « soft power » italien, en d’autres termes choisissent de faire apparaître l’Italie comme une puissance morale. Si le concept de soft power a été forgé pour caractériser la forme nouvelle de la domination américaine à partir de la fin du XXe siècle69, il a pu être appliqué à des situations historiques antérieures. Le soft power apparaît ainsi comme une arme du faible, par exemple la France après sa défaite de 187170. Dans le cas de l’Italie libérale, il s’agit certainement moins d’une « diplomatie publique » (cherchant à gagner la sympathie de l’opinion publique internationale71) que d’une « diplomatie d’influence » orientée vers les grandes puissances, visant à présenter l’Italie comme un partenaire fiable et raisonnable. En dépit des violentes polémiques suscitées par les maigres résultats obtenus par les négociateurs italiens à Berlin, c’est une position extrêmement consensuelle parmi les gouvernants italiens, comme l’admet d’ailleurs, quelques mois plus tard, Agostino Depretis, successeur de Cairoli à la présidence du Conseil après avoir été un contempteur de la politique menée à Berlin :

  • 72 ACS, CD, b. 22, fasc. 74, doc. 1, document préparatoire à une interpellation parlementaire, s. l.  (...)

L’Italia, chiamata a far parte del consorzio delle grandi potenze, ha la nobilissima missione di rappresentare in mezzo ad esse, quegli alti principii liberali e morali in forza de’ quali essa si è costituita. Tutti siamo concordi in Italia nel considerare come un impegno di onore di non mai mettere contro di noi questi grandi principii che giustamente furono detti onore dell’epoca nostra72.

  • 73 Dinu 2007, p. 216 ; voir également infra, chapitre 3. Sur la politique étrangère de Cairoli : Torr (...)

31Comme nous le verrons, l’usage des questions de politique étrangère à des fins de politique intérieure est pourtant la source de constants revirements de la part de la diplomatie italienne73. À Berlin, l’objectif principal de cette dernière consiste, dans un premier temps, à faire apparaître l’Italie comme une puissance garante de la concorde internationale :

  • 74 Istruzioni per i plenipotenziari al congresso di Berlino, annexe à DDI 2.10.167, Corti à De Launay (...)

I plenipotenziari di S. M. il Re, presentandosi al Congresso di Berlino, dovranno anzitutto farsi interpreti del vivo desiderio del Governo del Re di cooperare efficacemente alla sollecita conclusione della pace. Essi dovranno, per tale scopo, applicarsi diligentemente all’esame delle questioni dipendenti dal Trattato di Santo Stefano, e fare ogni loro sforzo perché possa conseguirsi, fra le varie Potenze, un accordo sui punti che trovansi in controversia. Questa è la regola generale della linea di condotta che i plenipotenziarj dovranno seguire. Imperocchè sopratutto importa di confermare, nei Governi delle grandi Potenze, la convinzione che l’Italia, unita ed indipendente, è veramente divenuta, per l’Europa, uno strenuo elemento di ordine, di concordia e di pace74.

  • 75 Allain – Frank 2012, p. 160-163.
  • 76 DDI 2.10.209, Corti à Cairoli, Berlin, 25 juin 1878.
  • 77 Geiss 1985, p. 346.
  • 78 DDI 2.10.231, Corti à Cairoli, Berlin, 30 juin 1878.

32Il s’agit en somme d’apparaître comme un garant de l’ordre international, afin d’y gagner une légitimité fondée sur la morale, mais aussi le droit75. Il importe donc d’effacer l’image risorgimentale d’une Italie foyer de la subversion révolutionnaire. Corti et De Launay mènent ainsi une « œuvre de conciliation »76 à propos de la question bulgare d’où est né le congrès. La réunion de Berlin a en effet pour mandat de soumettre à l’examen des puissances signataires du traité de Paris de 1856 un autre traité, celui de San Stefano par lequel la Russie a unilatéralement établi dans les Balkans une grande Bulgarie sous son protectorat, menaçant ainsi les intérêts du Royaume-Uni et de l’Autriche-Hongrie77. En se conformant au mandat d’un congrès qui débouche en réalité sur une nouvelle répartition des zones d’influences en Méditerranée orientale, les négociateurs italiens mécontentent toutes les puissances nourrissant des ambitions territoriales78.

  • 79 DDI 2.10.69, Corti a Maffei (ministre à Athènes), Rome, 11 avril 1878.
  • 80 Vigezzi 1997, p. 10-15.

33L’Italie entend pourtant mener une politique de bons offices : « A noi non conviene fare altro che prestarci ai doveri di umanità nei limiti della prudenza », écrit Corti79. À mesure que les négociations tournent au fiasco pour l’Italie, cette dimension humanitaire semble toutefois prendre plus d’importance : elle se traduit, pour l’essentiel, par la défense du principe des nationalités, qu’il s’agit cependant de rendre compatible avec le statu quo territorial que défend désormais l’Italie. En somme, comme le Risorgimento est achevé, on entend à Rome garantir le principe d’intégrité territorial, si précieux pour un État dont la propre unité est toujours susceptible d’être remise en question80 ; mais, dans le même temps, l’adhésion sincère au principe des nationalités, cette arche sainte du royaume, inspire à la diplomatie italienne une réflexion sur la façon dont il peut être articulé à celui du statu quo territorial.

  • 81 Fouques Duparc 1922.
  • 82 Lentz 2013 ; Macmillan 2006.

34En ce sens, la diplomatie italienne est confrontée, avec celles des autres grandes puissances, à l’émergence de la question des « minorités de race, de langue et de religion », un demi-siècle avant sa théorisation dans le contexte des traités réglant la Première Guerre mondiale81. Or les réflexions préliminaires sur les minorités nationales se font dans le cadre d’un débat transnational qui associe chancelleries, experts, opinions publiques et militants des groupes concernés. Corti semble ainsi trouver le moyen de préciser ses vues dans le corpus de libelles, mémoires et brochures transmis aux chancelleries à l’occasion du congrès de Berlin. Au XIXe siècle, en effet, le congrès diplomatique apparaît comme un moment décisif au cours duquel les cartes sont rebattues, par lequel l’histoire peut prendre un autre cours. De Vienne à Versailles, les individus et les groupes les plus divers s’activent autour des diplomates dans l’espoir d’influencer leurs décisions82.

2.2.2. L’Italie à l’écoute des organisations juives internationales

  • 83 Vigezzi 1997, p. 1-54.
  • 84 Ferrara degli Uberti 2011.

35Fondé en vertu des principes libéraux dont Depretis rappelle qu’ils sont « l’honneur de l’époque », le royaume d’Italie se veut particulièrement bienveillant à l’égard des minorités religieuses, notamment les juifs. À la fois marque et moyen de la modernité, mais aussi version actualisée des antiques vertus civiques italiennes, le libéralisme est un trait important de l’identité italienne telle qu’elle est proposée par ses inventeurs, tant démocrates que modérés, au point qu’on qualifie d’« Italie libérale » la période qui s’étend de l’Unité au fascisme83. Pour la minorité juive, l’émancipation est consubstantiellement liée à l’unification de l’Italie sous l’égide de la monarchie des Savoie, si bien qu’elle s’identifie intimement aux institutions libérales84.

  • 85 ACS, CVV, b. 5, p. XI, fasc. 7, mémoire du 14 avril 1873 adressé au ministre des Affaires étrangèr (...)
  • 86 Iancu 1987.

36Après 1876, les gouvernements de la Gauche poursuivent la politique de défense des juifs orientaux menée par la Droite. L’Alliance Israélite Universelle (AIU), fondée en 1860 à Paris, est un partenaire privilégié du gouvernement italien : par le biais de ses comités régionaux, livournais en particulier, elle relaie l’action du siège central parisien et avertit le gouvernement italien des dangers pesant sur les communautés juives des Balkans, afin que la question soit portée sur le devant de la scène internationale. L’Italie n’est pas la seule puissance sollicitée : la défense des juifs constitue même un rare exemple de cette solidarité occidentale et libérale que la classe politique italienne rêve de voir se concrétiser entre l’Italie, le Royaume-Uni et la France. En 1873, Visconti Venosta est ainsi prié par le comité livournais de l’AIU de bien vouloir prendre en considération le sort des juifs roumains85. À la fin de l’année précédente, la première conférence juive internationale décide en effet de coordonner les actions des associations juives de tous les pays, en vue de faire pression sur les gouvernements des grandes puissances86. On attend des États garants de l’autonomie roumaine, dont l’Italie, qu’ils exigent la fin des discriminations frappant les juifs dans la législation nationale, lesquelles encourageant des exactions de toutes sortes de la part de la population et des fonctionnaires roumains.

  • 87 Ibid., p. 48.
  • 88 Ibid., p. 41.
  • 89 Ibid., p. 43-44.

37Après la chute de la Droite, la Gauche est approchée à son tour ; le rabbin Flaminio Servi, directeur du journal Il Vessilio Israelitico, ayant écrit aux ministres des Affaires étrangères Melegari et Corti les 29 août 1876 et 31 mars 1878, reçoit des deux hommes d’État de fermes assurances quant à la volonté italienne de défendre les juifs d’Orient87. Seule l’Autriche avait, en 1875, consenti à signer un texte discriminatoire à l’égard de ses propres citoyens juifs qui séjourneraient en Roumanie. Melegari condamne d’ailleurs cette compromission dès l’année suivante88. À peine arrivé à la tête du gouvernement italien, Benedetto Cairoli reçoit un mémorandum du comité romain de l’Alliance Israélite Universelle, cosigné par les comités de Livourne, de Modène, de Turin et par plusieurs communautés piémontaises. Le sénateur français et président de l’AIU Adolphe Crémieux écrit lui-même à Cairoli, invoquant auprès de lui la solidarité républicaine : on voit que, du côté français aussi, on mobilise à l’occasion l’idée d’une communauté progressiste entre nations occidentales. Alerté par les journaux italiens, notamment L’Opinione, un des deux grands journaux modérés, Cairoli ne se fait pas prier et refuse en mai de présenter le traité discriminatoire signé par l'Autriche au parlement italien89.

  • 90 Ibid., p. 30.
  • 91 L’exemplaire destiné aux délégués italiens est toujours conservé dans les archives de la Farnesina(...)
  • 92 Esdra Pontremoli est rabbin et enseigne l’hébreu au collège de Verceil. Il cofonde également le pé (...)
  • 93 DDI 2.8.125, Melegari (MAE) à Joannini (consul à Belgrade), Rome, 9 février 1877.

38Dès la fin de décembre 1876, une deuxième conférence juive mondiale se tient à Paris à la suite de pogroms perpétrés dans la région de Vaslui, en Moldavie : il s’agit de mettre la question juive à l’ordre du jour de la conférence des ambassadeurs se réunit à Constantinople90 avant que l’âpreté du différend anglo-russe ne fasse échouer ses travaux. La guerre russo-turque terminée, les associations juives mondiales se trouvent néanmoins en parfait ordre de bataille lorsque s’ouvre le congrès de Berlin. Comme en 1876, un mémoire est adressé aux délégués de toutes les puissances91. Parmi les signataires, on compte trois Italiens : le professeur Esdra Pontremoli, membre du comité central de l’Alliance israélite de Verceil ; le grand rabbin de Padoue Eude Lolli, membre du comité central de l’Alliance de Padoue92 ; Raffaele Ascoli, du comité régional de l’AIU de Livourne. La conférence de Berlin constitue une occasion unique d’abolir les discriminations dans toutes les entités balkaniques soumises à la garantie des puissances : Roumanie, mais aussi Serbie, Monténégro et Empire ottoman. Dès avant Berlin, l’Italie fait pression sur les États balkaniques93.


39La défense des minorités juives donne à la diplomatie italienne une occasion d’assoir sa position morale et d’ainsi justifier sa politique de désintéressement territorial. Les propositions des délégués de l’Alliance Israélite Universelle sont ainsi chaudement recommandées par Rome aux négociateurs italiens, dans la mesure où elles permettent de concilier le légitimisme juridique qui consiste à défendre le statu quo territorial d’une part, les principes « libéraux et moraux » de défense des nationalités d’autre part :

  • 94 ASDMAE, MAERI, b. 224, fasc. 3, n. 2023 de Cairoli (PCM) à Corti (MAE), Rome, 28 juin 1878.

Tali proposte hanno, a nostro avviso, il duplice pregio di elevare la questione ad una sfera più generale e di porgere un mezzo facile ed equo di risolvere il più formidabile, forse, dei problemi attorno ai quali si sta adoperando il Congresso di Berlino : la pacifica coesistenza, nei paesi che sono o furono soggetti al dominio ottomano, di popolazioni varie per lingua, per stirpe e per religione94.

40Les propositions de l’Alliance Israélite Universelle consistent pour l’essentiel à bannir des Balkans toute discrimination ethno-religieuse, étant réputé ressortissant d’une division territoriale tout individu né comme son père dans la division en question. Pensé pour mettre fin à l’antisémitisme légal, ce système est également propre, comme le note la diplomatie italienne, à mettre fin aux tensions interethniques qui ont provoqué la récente crise d’Orient. Ces idées généreuses sont aussi, pour l’Italie, un moyen de conjurer des tensions toujours susceptibles d’être avivées par les autres grandes puissances, à l’appétit desquels elle n’a d’autre moyen de s’opposer que le droit international.

2.2.3. L’Italie et les revendications des nationalistes balkaniques

  • 95 Sotirović 2008.

41En 1878, les grandes puissances redessinent bel et bien les frontières du Sud-Est européen, mais il ne faut pas pour autant considérer les acteurs balkaniques comme de simples spectateurs de cette ingénierie scientifico-diplomatique. Dès 1861, des contacts s’établissent entre les gouvernements serbe et grec afin d’élaborer un programme de recomposition de la péninsule balkanique95. Il s’agit de conforter l’existence de la Serbie et de la Grèce, qui sont encore des États de très petites dimensions, mais aussi de mettre fin aux ingérences européennes en répartissant l’ensemble de la péninsule entre des États-nations ethniquement homogènes et de puissance équivalente. Ce programme sera en partie réalisé en 1912-1913 ; entretemps, les gouvernements balkaniques savent, par le truchement, notamment, d’associations patriotico-culturelles, présenter leurs vues aux représentants des grandes puissances, mais aussi aux experts dont s’entourent les diplomates. Les modifications territoriales décidées par les congrès diplomatiques européens consistent généralement en la cession de circonscriptions administratives entières : le traité de Vienne du 3 octobre 1866 cède ainsi l’intégralité du royaume lombard-vénitien à l’Italie (articles 3 et 4). Dans les Balkans, l’héritage administratif ottoman est ignoré au profit d’un nouveau découpage de la péninsule censé délimiter la souveraineté étatique selon le critère, scientifique et donc réputé objectif, de l’ethnographie. Pour les gouvernements balkaniques et leurs relais dans les territoires contestés – partis politiques et sociétés savantes – il importe donc de prouver que leurs « nationaux » sont majoritaires dans ces territoires.

  • 96 Heinrich Kiepert, s.v. dans Allgemeine Deutsche Biographie, vol. 51, Leipzig, Duncker et Humblot, (...)
  • 97 Kiepert 1865 et 1867, références n° 233 et 232 dans Congrès d’Anvers 1871.
  • 98 Tolias 2001, p. 13 sq.
  • 99 Carapanos [Karapanos] 1878.
  • 100 Anastassiadou 2012, p. 171.
  • 101 DDI 2.10.307, Corte (vice-consul) à Cairoli (PCM), Préveza, 14 juillet 1878.

42Dès 1875, l’Association pour la diffusion des lettres grecques diffuse des cartes historiques dont le but est de démontrer le caractère hellénique des Balkans centraux. Konstantinos Paparrigopoulos, historien grec à la réputation internationale et âme de l’Association, sollicite le géographe allemand Heinrich Kiepert. La manœuvre est habile : formé dans la plus pure tradition de la science allemande, Kiepert s’est intéressé à l’Orient via la philologie de la Grèce antique et les études bibliques96. Universitaire, chef de la section topographique du bureau prussien des statistiques, il devient une autorité incontestée en matière de cartographie des Balkans : ses cartes sont par exemple les seules à être référencées dans le catalogue de l’exposition du premier congrès international de géographie, tenu à Anvers en 187197. Paparrigopoulos le convainc de cartographier l’« ethnocratie » plutôt que l’« ethnographie » des Balkans : dans la mesure où les « races » y sont enchevêtrées, il convient de distinguer celle qui domine culturellement, autrement dit de dessiner les contours de l’hellénisme conçus comme un souvenir impérial98. De la même façon, le consul d'Italie à Préveza, Pasquale Corte, se flatte quelques jours après la signature du traité de Berlin, d’avoir reçu de l’archevêque d’Arta via une commission de notables, l’ouvrage Dodone et ses ruines99, de l’archéologue grec Konstantinos Karapanos. Ce dernier avait découvert et fouillé le site l’année précédente. Grand banquier stambouliote, il devient ministre du royaume de Grèce, et une figure de l’irrédentisme épirote100. Pour l’heure, la remise de son ouvrage au consul d’Italie récompense son œuvre « humanitaire » de protection des chrétiens, laquelle est également exaltée par les journaux grecs, ce qui, nous le verrons, ne durera pas101.

  • 102 Il s’agit là certainement de Sava Dečanac, président du « Comité pour la libération de la Vieille (...)
  • 103 Mackenzie 2004.
  • 104 Toutes ces brochures sont contenues dans : ASDMAE, MAERI, b. 223, fasc. Interessi balcanici e Cong (...)
  • 105 Joseph Freiherr von Hammer-Purgstall (1774-1856) est l’auteur d’une Geschichte des osmanischen Rei (...)
  • 106 Kiepert 1876; Palsky 2002, p. 113.

43À Berlin, les plénipotentiaires italiens reçoivent de même deux mémoires en faveur des revendications serbes ; l’un est signé de « Sava, Archimandrite et fondé de pouvoir du peuple de la Vieille Serbie102 », l’autre de Jovan Ristić, ministre des Affaires étrangères de la principauté103. Le gouvernement serbe fournit également une brochure aux représentants des puissances : Données explicatives destinées à accompagner les revendications territoriales de la Serbie104. Quatre critères sont associés pour distinguer les territoires devant revenir aux Serbes : en plus des arguments traditionnels que sont la répartition ethnographique et les limites naturelles, on mobilise l’histoire de la conquête turque. Les Serbes auraient, par leur résistance, épargné à l’Europe occidentale l’invasion ottomane. Ils méritent donc que l’on répare une injustice historique. En outre, les territoires revendiqués comme serbes sont réputés inchangés depuis la conquête turque ; ils coïncident d’ailleurs avec les anciennes divisions administratives romaines. Ce dernier argument, en dépit de son caractère fantaisiste – le nom romain de « Triballia » serait la version latine de « Srblja » – est particulièrement significatif. Il s’agit ici très clairement de gommer l’héritage ottoman, et d’y substituer l’héritage romain, afin d’une part de raccrocher la Serbie à l’histoire de l’Europe occidentale, d’autre part de flatter des puissances qui se considèrent elles-mêmes comme les héritières de Rome. On voit ici comment les délégués serbes choisissent d’ignorer l’héritage byzantin, pourtant volontiers convoqué dans le cadre national, afin de s’adapter au cadre intellectuel occidental, déterminant en la circonstance. À l’appui de cette argumentation, la brochure produit également plusieurs références scientifiques. La « carte de l’Institut géographique de Vienne », notamment, mais aussi les monographies historiques de « Hammer, Zinkeisen, Oksza »105. C’est donc la science austro-allemande qui est ici invoquée, ce qui du reste n’est guère étonnant : Bismarck impose, pour les travaux du congrès, la carte ethnographique de Kiepert106. Les délégués balkaniques n’ont évidemment pas la naïveté de croire que ces brochures puissent emporter la décision. Elles sont toutefois portées à la connaissance du public, et contribuent ainsi à influencer les puissances, qui doivent tenir compte de l’esprit public national et européen dans leurs combinaisons géopolitiques, comme nous le verrons pour le cas italien dans le troisième chapitre de cet ouvrage.

  • 107 Sur la Macédoine, Yosmaoğlu 2014.
  • 108 Raj 2004.
  • 109 Mishkova 2007.
  • 110 ASDMAE, MAERI, b. 223, fasc. 4, De Launay (ambassadeur à Berlin) à Cairoli, Berlin, 1er juillet 18 (...)
  • 111 Cohen-Wiesenfeld 2007, § 28.

44Les divers champs du savoir qui contribuent à délimiter les nations constituent donc un enjeu capital pour les mouvements nationaux balkaniques, qui participent d’ailleurs assidûment aux échanges savants du temps, soit dans une dimension personnelle, par le biais de la correspondance et de l’amitié intellectuelle, soit dans une dimension institutionnelle. Le savoir sur les Balkans est assez largement coproduit par des experts « européens » (comprendre occidentaux et russes) et balkaniques107. Le même phénomène a pu être observé dans le monde colonial108, mais les patriotes balkaniques ont l’avantage, contrairement aux colonisés, de pouvoir s’appuyer sur des États indépendants et les institutions savantes qu’ils mettent en place. Enfin, l’affirmation culturelle et politique des nations balkaniques ne doit pas être comprise dans un face-à-face exclusif avec l’Occident : les répertoires identitaires s’élaborent dans un vaste contexte euro-méditerranéen, incluant certes les références « européennes », mais aussi russe, ottomane et balkaniques109. L’examen du lobbying balkanique en direction des grandes puissances pourrait laisser croire à une imitation servile110 ; en réalité les patriotes balkaniques sont fort habiles à parler aux diplomates et aux savants européens le langage qu’ils veulent entendre. Le 1er juillet 1878, les deux délégués roumains, le président du Conseil Ion C. Brătianu et le ministre des Affaires étrangères Mihail Kogălniceanu, sont « introduits » et remettent un mémoire aux délégués des puissances : « Nous ne sommes que des paysans du Danube : nous écrivons ce que nous voulons dire, et nous ne venons qu’avec l’intention de défendre les droits de notre malheureux pays », déclare Kogălniceanu. La référence à La Fontaine constitue pourtant le sous-texte de l’appartenance commune à une République des lettres européenne et illustre parfaitement ce que peut être le « présupposé de connivence » dans le langage diplomatique111.


  • 112 DDI 2.10.209, Corti à Cairoli, Berlin, 25 juin 1878.
  • 113 DDI 2.10.201, du même au même, Berlin, 23 juin 1878.
  • 114 DDI 2.10.198, du même au même, Berlin, 22 juin 1878.

45Si les délégués italiens cherchent à imposer à la Roumanie, à la Serbie et au Monténégro une définition non ethnique de la nation, ils défendent également quasi systématiquement ces principautés, ainsi que le royaume de Grèce, dans leurs différends avec la Porte. Cette défense passe par une « propagande » assidue menée par Corti auprès des délégués français et britanniques en marge des séances, là où se prennent véritablement les décisions112. Pour faire admettre la Grèce aux négociations, l’Italie peut compter sur le soutien du Royaume-Uni et de la France, si bien que la Russie et l’Autriche-Hongrie ne peuvent guère s’opposer à la venue de représentants du royaume indépendant, au profit duquel Corti entend obtenir « au moins une rectification de frontière du côté de la Thessalie et de l’Épire »113. L’Italie ne rencontre en revanche qu’hostilité ou froideur dans son soutien à l’admission d’une délégation roumaine114. Les revendications roumaines et serbes ne s’opposant en rien aux intérêts stratégiques de l’Italie, cette dernière peut sans crainte les appuyer au bénéfice de son prestige moral. Les intérêts grecs, en revanche, sont sur le point d’entrer en conflit avec ceux de l’Italie, mais cela, Corti ne l’a pas compris et demeure donc fidèle aux postures classiques du philhellénisme italien.

  • 115 DDI 2.10.37, Berio (consul), à Corti (MAE), 1e avril 1878, et 2.10.357, Durando (consul à Raguse), (...)

46C’est la question monténégrine, dans l’immédiat, qui paraît la plus problématique, puisqu’il est question d’octroyer à la principauté un accès à la mer Adriatique. L’expertise des deux consuls compétents, Bernardo Berio (Scutari) et Cesare Durando (Raguse) est alors sollicitée par Corti115. Les deux agents sont favorables aux aspirations monténégrines : en accédant à la mer, la principauté fera barrage à la descente austro-hongroise sans pour autant devenir un avant-poste russe, tant elle est jalouse de son indépendance. Bien plus, l’octroi de territoires ottomans au Monténégro constitue, certes, une légère entorse au statu quo territorial, mais cela mettra progressivement fin à l’agitation endémique des guerriers monténégrins, en les transformant en paisibles cultivateurs de leurs nouveaux et fertiles territoires.

  • 116 Skendi 1967, p. 51.
  • 117 Clayer 2007, 321-322.
  • 118 Skendi 1967, p. 31-34.
  • 119 Ibid., p. 52.

47Quant à l’agitation des Albanais habitant les territoires concernés, elle n’est due, selon le consul Durando, qu’aux intrigues d’un clergé catholique réactionnaire qui entend demeurer sous le commode régime ottoman. À la grande fureur du consul à Scutari Berio, partisan, comme nous le verrons dans un instant, d’une autonomie albanaise que l’Italie pourrait subjuguer, la Consulta néglige en effet totalement les Albanais. C’est par exemple la France et l’Autriche-Hongrie, deux puissances impliquées dans la protection des catholiques orientaux, qui font confirmer par le congrès de Berlin les privilèges des clans catholiques de Mirditie116. Il faut dire que c’est seulement avec le traité de San Stefano qu’apparaît une question politique albanaise, par laquelle l’albanisme culturel commence sa mutation vers un mouvement national117. Avant cette époque, le pays connaît une agitation chronique mais réduite à une dimension locale, liée à la crainte de voir disparaître certains privilèges, notamment fiscaux. Toutefois, dès le printemps 1877, les Albanais d’Épire réunis à Janina adressent à la Porte un mémorandum dénonçant les modifications territoriales envisagées par la commission des ambassadeurs réunie à Constantinople depuis décembre 1876. Les notables d’Albanie méridionale demandent en outre des réformes garantissant leur autonomie118. Si les catholiques de Mirditie ont la sympathie du consul Berio, ce dernier considère en revanche la ligue de Prizren fondée en juin 1878 comme une pure création de la Porte. Le mépris pour l’islam et les musulmans semble aveugler la diplomatie italienne au même titre que celles des autres grandes puissances. Le traité de Berlin laisse l’Albanie de côté, se bornant à encourager la Grèce et la Turquie à s’accorder sur une rectification de frontière ; cet appel est adopté sur proposition de la France, laquelle trouve le soutien italien119. Cette indifférence aux destins de l’Albanie exaspère le consul à Scutari, un de ces experts de terrain qui ne s’estime pas écouté par une centrale pusillanime.

2.2.4. La Consulta face aux passions balkaniques de ses propres consuls : le cas de Bernardo Berio

48Nous avons vu que les consuls sont les instruments indispensables d’une politique balkanique au plus près du terrain. L’expertise née de cette fréquentation du terrain amène toutefois certains agents à nourrir des idées bien arrêtées sur la politique à mener. Si la plupart des fonctionnaires, et notamment ceux qui sont en poste sur le littoral autrichien, sont extrêmement prudents, d’autres sont de plus fortes têtes, et nourrissent pour l’Italie des ambitions reposant sur une analyse informée de la situation, mais aussi sur une approche idéologique déterminée par leur propre biographie intellectuelle et professionnelle. Ces consuls militants sont peu nombreux, mais marquants, notamment en Albanie. Bernardo Berio est certainement le premier d’une lignée qui aboutira à Carlo Galli (chap. 8) en passant par Giorgio Millelire (chap. 4 et 7) et quelques autres.

  • 120 FDN 1987, p. 67-68.
  • 121 DDI 2.6.331, Visconti Venosta à Berio, Rome, 18 août 1875. Dans une série de notes conservées dans (...)
  • 122 DDI 2.5.27, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 5 août 1873.

49Issu d’une famille bourgeoise de Romagne, Bernardo Berio fait son droit à Turin et intègre le corps diplomatique sarde. C’est un expert de l’Orient, puisqu’il est successivement affecté à Smyrne, Chypre, Constantinople, Alexandrie, Beyrouth, puis de nouveau à Smyrne, avant de passer cinq ans à la tête de l’important consulat de Galatz, où il est aussi délégué à la Commission européenne du Danube. Affecté à Scutari en mai 1873, il est également accrédité auprès du prince de Monténégro120. Lorsqu’éclate la crise d’Orient en 1875, Visconti Venosta a appris à le surveiller comme le lait sur le feu, et c’est à contrecœur qu’il se résout à l’envoyer à Cetinje, où se trouvent ses collègues des puissances121. Il faut dire qu’à peine arrivé en Albanie, Berio expédie des rapports explosifs sur l’avenir de cette région. Son deuxième courrier, daté du 5 août 1873, avertit la Consulta du risque de voir les petites nationalités balkaniques satellisées par l’Autriche-Hongrie122. Au mois d’octobre suivant, il indique les moyens de s’opposer à la double influence de l’Autriche-Hongrie et du panslavisme dans la péninsule :

  • 123 DDI 2.5.127, du même au même, Scutari, 28 octobre 1873.

[Lo] scioglimento [della questione albanese] è, a mio parere, l’indipendenza dell’Albania tutta : formare dell’Albania uno stato che sarebbe assai forte e potente per reggere alle infiltrazioni greche e per resistere alle invasioni slave : uno stato che per la sua giacitura manterrebbe (insieme a noi) la libertà dell’Adriatico, dello Ionio, dell’Egeo che posto sui fianchi degli slavi illirici, serbi e bulgari li obbligherebbe a ripiegarsi, se è lecita la frase, sopra se stessi e ne impedirebbe la unione123.

  • 124 En octobre 1874, Berio prétend s’associer, en même temps que le consul russe, à la commission d’en (...)
  • 125 DDI 2.6.64, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 11 février 1875.

50Pour le consul, les « repubblichette » constituent la plaie de l’Albanie : l’éclatement de l’autorité empêche tout mouvement national, perpétue l’insécurité et maintient ainsi l’Albanie à l’écart d’une modernisation indispensable à la constitution de cette puissance censée faire contrepoids à l’hellénisme, au slavisme et à l’expansion austro-hongroise. Aussi convient-il de susciter parmi les clans albanais un principe hégémonique capable de favoriser le double processus d’union et de modernisation. Berio propose pour jouer ce rôle la confédération des Mirdites. À l’automne 1873, les clans catholiques des confins albano-monténégrins s’opposent au gouverneur de Scutari qui, aux dires du consul, s’attaque à leurs antiques privilèges. Le consul italien y voit une excellente occasion de mettre la question albanaise à l’ordre du jour du concert européen, en suscitant une commission internationale ad hoc qui aboutirait à une autonomie de la Mirditie. Il qualifie d’ailleurs la confédération tribale de « pays », en vertu de son particularisme et de la légitimité de sa dynastie, laquelle règne sur la contrée depuis deux cents ans. Le ministère oppose une fin de non-recevoir à Berio ; ce dernier reste par la suite l’objet de la vigilance de l’ambassade italienne à Constantinople124. La vision géopolitique de Berio semble assez éloignée de celle de la Consulta, auprès de laquelle il ne fait d’ailleurs pas mystère de son irrédentisme et de son hostilité aux « elementi [slavi] che vanno intanto lentamente infiltrandosi e guastando quelle provincie orientali italiane, che non sono, ma che devono essere, ho fede in Dio, nostre »125. Son projet de politique balkanique s’inscrit d’ailleurs dans le cadre de la lutte des races latines contre les Slaves :

È sempre il caso del vecchio principio dei romani che l’Italia si difende sul Danubio cioè nella penisola balcanica e per l’Italia attuale, pare a me, è necessario impedire qualsivoglia conflagrazione delle penisole orientali almeno finché gli elementi italiano, greco, rumeno non siano in grado di reprimere, di contenere, di respingere l’invasione slava.

  • 126 DDI 2.6.348, du même au même, Scutari, 24 août 1875.
  • 127 Robert 1847.

51Berio est ainsi favorable à une annexion de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie, qui serait toujours préférable à la saisie des provinces ottomanes par la Serbie, laquelle aurait ainsi l’occasion d’installer un vaste État slave sur l’Adriatique126. Une telle hostilité aux petits peuples slaves n’est guère courante dans l’Italie des années 1870 : le souvenir du Risorgimento y est encore vivace, et des « deux panslavismes » théorisés par Cyprien Robert127, c’est celui de la Pologne, libéral et fraternel, que l’on retient. Les deux faces de la pensée balkanique de Berio, l’albanophilie et la slavophobie, sont pourtant promises à un bel avenir en Italie, en raison du développement des sentiments nationaux et des rivalités entre puissances le long de la façade orientale de l’Adriatique.

52Avec la crise d’Orient, justement, Berio revient à la charge auprès de ses supérieurs. Accusé de compromettre l’Italie par ses liens avec les Mirdites, le consul se défend en proclamant la nécessité d’une Albanie autonome au sein de l’Empire ottoman, et plus certainement d’un mystérieux « empire d’Orient » qui lui succéderait, et dont on sait seulement qu’il ne devrait pas être slave. S’agit-il d’un empire hellénique ? On peut le croire, car même si Berio défend le particularisme albanais face aux « infiltrations » grecques, son projet repose sur une conjonction helléno-latino-albanaise qui paraît héritée du philhellénisme romantique, alors même que le tournant agressif pris par le nationalisme grec semble compromettre le vieux rêve d’une communauté culturelle albano-grecque.

  • 128 DDI 2.6.354 et 666, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 28 août 1875 et 14 mars 1876.
  • 129 DDI 2.6.372, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 15 septembre 1875.
  • 130 Djordjević 1980, p. 749-750 et 760-762 ; Stokes 1975.
  • 131 Berio relaie complaisamment auprès de la Consulta l’éloge des garibaldiens par le prince Nicolas. (...)
  • 132 DDI 2.6.614, Durando (délégué italien à la commission internationale en Bosnie-Herzégovine) à Visc (...)
  • 133 Durando, désormais chargé d’affaires au Monténégro, écrit au début de l’année 1880 un rapport écla (...)
  • 134 Berio a même le darwinisme à l’esprit lorsqu’il observe les luttes nationales balkaniques : DDI 2. (...)

53Bernardo Berio nourrit une réflexion intense sur les questions nationales balkaniques. Pour justifier ses vues auprès de la Consulta, le consul cite ses lectures, un peu datées et principalement françaises : ainsi Guizot, Saint-Marc Girardin, et le consul Hécquard128. Berio a fréquenté à Cattaro des Slaves orthodoxes, dont certains sont des nationalistes démocrates et serbophiles : « Partii per Cattaro ove non tardai a vedere, a rivedere amici antichi, slavi, aderenti dell’Omladina e non aderenti »129. L’Omladina, ou « mouvement de la jeunesse serbe » est fondé en Voïvodine en 1866. Dissout cinq ans plus tard, il trouve cependant un second souffle avec la crise balkanique de 1875130. Vis-à-vis des Serbes de Cattaro, Bernardo Berio cultive une position contradictoire. Le consul exalte volontiers le compagnonnage militaire italo-slave131. En outre, les rapports ultérieurs de son collègue Cesare Durando, choisi pour remplacer le turbulent Berio auprès du prince de Monténégro, confirment l’engagement démocratique de l’Omladina. Au début de l’année 1876, les insurgés semblent se diviser en deux camps : les libéraux, soutenus par la Russie, l’Autriche et l’aristocratie ragusaine – que fréquente Durando – souhaitent se placer sous commandement monténégrin. Les démocrates, en rapport avec l’Omladina – où Berio a ses amis – sont quant à eux soutenus par la Serbie et veulent pratiquer la guerre révolutionnaire132. Enfin, les Serbes sont, comme les Italiens, minoritaires en Dalmatie. Les Croates sont donc l’ennemi commun, même si l’on sait de part et d’autre que l’alliance n’est que de circonstance133. En Italie, l’essentiel de l’opinion cultive toujours le souvenir de l’amitié italo-slave. En revanche, les avant-gardes italiennes dans les Balkans – c’est-à-dire cette poignée d’hommes composée de savants, de volontaires et de consuls à laquelle appartient Berio – élaborent une vision moins pacifique des relations trans-adriatiques134, qui va peu à peu se diffuser en Italie même.

54À aucun moment, cependant, Berio ne formule de projet annexionniste à l’égard de l’Albanie. Toutefois, ses propos et ses fréquentations suffisent à alimenter les rumeurs sur les ambitions italiennes dans la presse européenne. Le consul, qui s’expose aux remontrances de Visconti Venosta, est ainsi sommé par Melegari, le premier ministre des Affaires étrangères de la Gauche, de s’expliquer sur la teneur de ses propos. Berio se défend maladroitement, jurant n’avoir jamais soutenu l’indépendance de l’Albanie, tout en exposant un programme relativement compromettant pour l’Italie :

  • 135 DDI 2.8.84, Berio à Melegari, Scutari, 22 janvier 1877.

L’Albania è a un dipresso il Libano prima del 1860 : anche qui come sul Libano, influenze religiose diverse, odii di classi e di popolazioni, nissuna forza dell’autorità centrale, tirannide di un’oligarchia inetta, ignorante e trista, anche qui tendenze democratiche che sarebbero in verità forze vive e potenti della riforma.
Se il Governo lasciando alle Tribù l’autonomia di cui godono spezzasse l’autorità dei capi delle medesime, che sono spregevoli uomini, la spezzasse come chiede la parte popolare, in breve l’Albania che potrebbe ricevere valido sussidio dai nostri Albanesi della Sicilia e della Calabria, riordinata (nelle Montagne) sotto un Principe elettivo e colle regole sancite pel Libano, sarebbe riformata, restaurata, perché non tarderebbe il principio nazionale ad irradiare da quelle montagne135.

  • 136 Skendi 1967, p. 215.
  • 137 Clayer 2007, p. 165, 198, 217, 229, et 233.

55On remarquera le rôle que le consul assigne aux Italo-albanais. C’est une idée qui affleurera régulièrement jusqu’à être mise en application à partir de 1913 (chap. 8). Dès les années 1860, cependant, des Italo-albanais ou Arbëresh s’impliquent dans le mouvement national albanais, qui est encore essentiellement culturel. « Un petit groupe » prend ainsi contact avec Thimi Mitko et Zef Jubani136. Le premier est un négociant originaire de Koritza (Korçë), qui s’établit à Alexandrie et joue un grand rôle dans les circulations méditerranéennes de l’albanisme. Le second, natif de Scutari, étudie à Malte, puis fréquente des consuls anglais et français, dont Hyacinthe Hécquard, collaborant à la rédaction de l'ouvrage que ce dernier consacre en 1858 à la Haute-Albanie. Jubani voyage à Trieste, Venise et au Monténégro. En 1878, il publie à Venise une brochure appelant à la création d’une liaison maritime à vapeur entre l’Italie et l’Albanie. C’est au contact de l’Italie qu’il acquiert d’ailleurs des idées révolutionnaires et anticléricales. Jubani est aussi l’un des premiers albanistes d’Albanie : il publie ainsi en 1871 un recueil de chants populaires. Ces activités culturelles ont certainement facilité les contacts avec les érudits arbëresh. Dans les années 1860, il fait la connaissance de Girolamo De Rada, Dora D’Istria et Demetrio Camarda137. Les Arbëresh les plus impliqués dans les affaires albanaises nourrissent pourtant des théories assez éloignées de celles de Berio. Dans un de ses rapports, ce dernier égratigne ainsi deux d’entre eux :

  • 138 DDI 2.6.354, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 28 août 1875.

So che alcuni pubblicisti, o per dir meglio, retori massimamente italiani i quali perché balbettano l’albanese pretendono conoscere l’Albania, le affibbiano tendenze greche (Camanda) o slave (Chiara), ma questi sono errori che non meritano neppur confutazione138.

  • 139 Clayer 2007, p. 202-210.

56Pietro Chiara, originaire de Palazzo Adriano en Sicile, est, comme Francesco Crispi, formé au séminaire italo-albanais de Palerme. Il effectue plusieurs voyages en Albanie et devient par la suite député et secrétaire particulier de Crispi. Nous verrons dans le chapitre 4 de cet ouvrage son rôle dans la pensée balkanique de l’homme fort de la politique italienne des années 1880-1890. Outre Chiara, accusé de slavophilie, le consul Berio cite un certain Camanda. Il s’agit en réalité certainement de Demetrio Camarda, un prêtre sicilien de rite byzantin qui se dit lui-même « gréco-albanais », et aspire à une fédération helléno-albanaise en vertu des origines pélasgiques communes qu’il attribue aux Grecs, aux Albanais et aux Latins139. Professant majoritairement le rite grec, éloignés de la patrie dans laquelle ils placent leurs origines (même si certains se sont, comme Pietro Chiara, rendus sur le terrain, cf. chapitres 5 et 6), les intellectuels arbëresh réduisent souvent l’identité albanaise à un particularisme au sein d’une communauté culturelle – slave ou grecque – perçue comme supérieure en vertu du compagnonnage politico-culturel avec l’Italie au temps des Risorgimenti italo-balkaniques.

  • 140 DDI 2.10.202, Berio à Cairoli (MAE), Scutari, 23 juin 1878.

57En dépit du caractère souvent fantasque de ses projets géopolitiques, Berio est parfaitement au fait de l’évolution des mouvements nationaux sur le terrain. L’inclusion des Albanais dans une entité slave ou grecque lui paraît donc, et à juste titre, irréaliste, ce qui ne l’empêche cependant pas de condamner la Ligue de Prizren140, premier mouvement albanais organisé que le consul considère pourtant comme une dernière manœuvre des féodaux ottomans : la lucidité de Berio paraît s’arrêter lorsque ses lectures prennent le dessus. Comme pour nombre de ses contemporains, l’histoire nationale reste une grille de lecture indépassable, ce qui le conduit à assimiler de façon pseudo-machiavélienne les chefs de clan albanais aux principicules qui ont condamné l’Italie à une domination étrangère de plusieurs siècles. Si Berio est prompt à condamner la Ligue albanaise, c’est aussi parce qu’il ne voit pas d’un mauvais œil les projets des puissances relatifs au Monténégro. La principauté disposerait d’un accès à la mer et d’une plaine fertile, sortant de sa condition de canton montagnard. Pour Berio, céder Antivari (Bar) et Dulcigno (Ulcinj) au Monténégro empêcherait l’Autriche de saisir ces territoires et de se trouver ainsi au contact de l’Albanie. En outre, un accès à la mer permettrait à la « civilisation » – comprendre l’influence italienne – de s’insinuer dans la principauté. Enfin, il ne faut, dans ce cas précis, pas craindre le péril slave, le Monténégro constituant, grâce à sa dynastie, une « subnationalité » rétive au panslavisme. Démocrate hostile aux empires rétrogrades – Autriche, Russie, Turquie – Berio paraît néanmoins convaincu des vertus nationales de la monarchie, à la façon du cavourien Giacomo Durando.

  • 141 DDI 2.10.501, Maffei à Berio, Rome, 14 septembre 1878.

58Pourtant, les projets de Berio relatifs au renforcement des petites nationalités balkaniques riveraines de l’Adriatique ne sont pas goûtés par la Consulta, encore que l’idée d’un accroissement du Monténégro ne soit pas repoussée avec autant de vivacité que celle de la création d’une entité albanaise au sein de l’Empire ottoman. Néanmoins, la chute du tandem Depretis-Crispi en mars 1878 se traduit par l’arrivée aux Affaires étrangères du conservateur Corti, qui finit par muter Berio au Pirée, poste essentiellement commercial. Catastrophé par la politique de Corti, le consul voit l’Autriche-Hongrie maîtresse de l’Albanie et de la Macédoine jusqu’à Salonique. Il va jusqu’à préconiser l’envoi d’un corps d’armée en Albanie, ce qui lui vaut d’être morigéné par le secrétaire général des Affaires étrangères, Maffei141, avant d’être éloigné de l’Albanie. C’est qu’à Rome, on a une toute autre vision de la question : il s’agit de nouer des relations renouvelées avec les États qui occupent une péninsule complètement réorganisée.

2.3. L’Italie et les États balkaniques au lendemain du congrès

2.3.1. La Bulgarie et la Roumélie orientale

  • 142 D’Alessandri 2016, p. 169.

59Dans l’esprit de Corti et dans celui, quoiqu’ils puissent en dire, de la majorité des dirigeants italiens, la « politique des mains nettes » a évité une guerre désastreuse et confirmé la politique de bon voisinage avec les nationalités balkaniques pratiquée par la diplomatie italienne depuis Cavour. Va-t-on, cependant, recueillir les fruits de cette politique généreuse, maintenant que la péninsule balkanique est partagée entre plusieurs États indépendants ? Le traité de Berlin, en vérité, est bien loin d’offrir une dignité complète aux nationalités balkaniques, comme le déplorent plusieurs juristes internationalistes italiens de renom, ainsi Francesco Contuzzi et Luigi Palma : les nouveaux États ne sont certainement pas les égaux des puissances occidentales142.

Carte 5 – La péninsule balkanique au lendemain du congrès de Berlin.

Carte 5 – La péninsule balkanique au lendemain du congrès de Berlin.
  • 143 La diplomatie italienne semble même découvrir la Bulgarie proprement dite lors de son installation (...)
  • 144 La Bulgarie est d’ailleurs admise à la Commission internationale du Danube, mais aussi, en 1885, à (...)
  • 145 Jusqu’en 1879, le service consulaire italien en Bulgarie est dirigé par le consulat de Roustchouk, (...)

60La Bulgarie, cause du congrès de Berlin, n’accède qu’à l’autonomie, en tant que principauté vassale de l’Empire ottoman, ce dernier gardant d’ailleurs des prérogatives plus importantes encore dans le sud des pays bulgares, constitués en province autonome, la Roumélie orientale. L’administration de la Bulgarie est confiée, en vertu de l’article 6 du traité de Berlin, à un commissaire impérial russe, « assisté » d’un commissaire impérial ottoman et d’une commission composée des « consuls délégués ad hoc par les autres Puissances signataires ». Avant la crise de 1875-1878, l’Italie ignore assez largement les Bulgares et la Bulgarie143 ; c’est avec l’autonomie accordée par le congrès de Berlin que débutent de véritables relations italo-bulgares. Le cas bulgare est d’ailleurs symptomatique de la nécessité, pour l’outil diplomatique des grandes puissances, de s’adapter aux très rapides changements géopolitiques dans la péninsule balkanique : en quelques mois, un nouvel acteur des relations internationales est né144, alors que les Bulgares n’étaient jusqu’alors représentés que par des mouvements groupusculaires, surveillés de loin en loin par les consuls italiens145.

  • 146 FDN 1987, p. 111-112.
  • 147 Commission européenne du Danube 1931.

61C’est Domenico Brunenghi146, un diplomate aguerri aux choses balkaniques, qui représente l’Italie à la commission consulaire mandatée par le congrès de Berlin. Brunenghi a été consul en Albanie et à Smyrne, mais ce sont ses premières affectations en Roumanie qui le désignent tout particulièrement pour être affecté en Bulgarie : il a en effet occupé, du 3 décembre 1861 au 15 mai 1862, le poste de Galatz, siège de la Commission européenne du Danube instituée par le traité de Paris147. Aussi Brunenghi est-il rompu au travail en commission consulaire internationale, et connaît-il, qui plus est, les pays bulgares, puisqu’il a été en poste à Varna du 28 mai 1863 au 28 mars 1864. Certes, le vice-consulat pontique gère surtout des affaires commerciales. Néanmoins, c’est Brunenghi que l’on rappelle de Smyrne le 19 novembre 1878 pour gagner cette fois Sofia. Brunenghi reste ensuite sur place, étant accrédité le 3 juillet 1879 comme consul général du royaume d’Italie.

  • 148 Hopf – Samwer 1881, p. 3.
  • 149 Bossaert 2020, p. 210.
  • 150 Protocole n° 30, séance du 6/18 janvier 1879, dans Hopf – Samwer 1881, p. 310.
  • 151 ACS, CD, b. 22, fasc. 69, d. 14, l. p. de Corti (ambassadeur) à Depretis (MAE), Constantinople, 13 (...)
  • 152 Pitassio 1988, p. 35-44.
  • 153 Guida 1988, p. 162-172.

62L’Italie est également associée, en la personne d’Alessandro Vernoni, « Premier Drogman de la Légation d'Italie à Constantinople »148, à la commission pour la Roumélie orientale. On ne s’étonnera pas de voir un interprète investi d’une mission diplomatique de première importance : les drogmans sont alors considérés comme des experts plus qualifiés que les diplomates de carrière149. Vernoni, bon technicien des affaires ottomanes, notamment en matières financière et juridique, ne semble d’ailleurs pas démériter, puisque « sur la proposition de M. le [délégué français] baron de Ring, La Commission vote des remerciements à M. le Chevalier Vernoni pour l’impartialité et le tact avec lequel il a conduit les débats pendant sa présidence »150. Le drogman paraît donc appliquer fort bien les consignes de Rome : favoriser la concorde entre les puissances. Néanmoins, l’Italie n’ayant à peu près aucun intérêt en jeu dans la lointaine Roumélie, Corti, redevenu entretemps ambassadeur à Constantinople, ne verrait pas d’un mauvais œil la réunion de facto de la Roumélie orientale à la Bulgarie : « Per noi italiani che abbiamo tanto palpitato per la nostra unità, possiamo anche rassegnarci alla realizzazione delle aspirazioni altrui »151. Même chez un conservateur partisan d’un respect scrupuleux de la légalité internationale, vibre toujours la corde du principe des nationalités ; c’est là, certainement, une spécificité fondamentale de la politique étrangère italienne, à laquelle on peut ajouter la foi dans le triomphe des institutions libérales, foi vite détrompée par l’expérience152. En dehors de quelques timides initiatives du personnel diplomatique et consulaire en faveur des libertés individuelles et collectives, c’est l’impératif de prudence exigé par l’intérêt national italien qui l’emporte, Rome se contentant pour l’essentiel d’agir d’accord avec les autres grandes puissances et de défendre les intérêts privés de ses citoyens émigrés dans la principauté153. La politique établie à l’endroit de la Bulgarie et de la Roumélie autonomes vaut à plus forte raison pour les trois États qui passent de l’autonomie à l’indépendance.

2.3.2. L’Empire ottoman, la Roumanie, la Serbie et le Monténégro

  • 154 ASDMAE, MAERI, b. 224, minute de la l. 2 de Cairoli (PCM) à Corti (MAE), Rome, 24 juin 1878.
  • 155 Ecchia 2018, p. 20.
  • 156 Birdal 2010, p. 53-54.
  • 157 Conte 2018, p. 143 sq.
  • 158 ASDMAE, APSP, b. 466, l. ris. 189 de Bernardo Tanlongo (président de la chambre de commerce de Rom (...)
  • 159 Ibid., l. ris.ma 154 de Tanlongo à Di Rudinì, Rome, 2 février 1892.
  • 160 Après un premier mandat octroyé au statisticien Luigi Bodio : Jesné 2018a.
  • 161 Conte – Sabatini 2014.
  • 162 ASDMAE, APSP, b. 466, passim.

63Le traité de Berlin augmente l’emprise des puissances protectrices de 1856 sur l’Empire ottoman : elles s’arrogent en effet un contrôle financier plus étroit. En défaut de paiement, soumis par la Russie à une indemnité de guerre, privé de certains de ses territoires les plus riches, l’Empire a très peu de marge de manœuvre. Comme leurs homologues européens, les créanciers italiens font pression sur leur ministère des Affaires étrangères à l’époque des négociations de Berlin. Le préfet de Naples transmet ainsi au parlement et au ministre des Affaires étrangères une pétition recueillant les signatures d’environ 6000 titulaires de titres sur la dette ottomane : les taux d’intérêts considérables, ainsi que la promesse de paiements en or, semblent avoir conduit de nombreuses familles napolitaines et campaniennes à vendre tous leurs biens pour investir dans les emprunts ottomans. La somme en jeu représente 120 millions de francs154. Les porteurs campaniens ne sont pas les seuls impliqués, et c’est au nom de tous les créanciers italiens que Corti, à Berlin, prend le premier la parole pour évoquer l’idée d’un contrôle des finances ottomanes par les puissances : la proposition est inscrite dans le dix-huitième protocole de la conférence155. L’Empire ottoman souhaite toutefois éviter à tout prix une tutelle directe des grandes puissances telle que la connaîtra la Grèce à partir de 1897 (chap. 6), et recherche un arrangement avec ses créanciers privés, qui sont français et britanniques, mais aussi allemands, austro-hongrois, néerlandais et italiens. Le 20 décembre 1881, un décret impérial crée l’Administration de la dette publique ottomane, rattachée au ministère ottoman des Finances156. Un délégué italien y siège, le président de la chambre de commerce de Rome, Francesco Mancardi, inaugurant cette fonction157. Mancardi siège au nom de l’ensemble des chambres de commerce italiennes, « constituées en syndicat ». Au terme de deux mandats de cinq ans, c’est le consul général d’Italie à Marseille, Melchiore Simondetti, qui est élu délégué par une assemblée des porteurs italiens réunie à Rome le 9 février 1892158. Le président de la chambre de commerce de Rome avait d’ailleurs pris soin de consulter le ministère sur le choix de ce candidat159. Du reste, à la CFI pour la Grèce établie dix ans plus tard, ce sont aussi des consuls qui sont nommé délégués de l’Italie160, mais il vrai que cette commission est une émanation directe des puissances. Dans le cas de la dette ottomane, le droit de regard du gouvernement de Rome est plus indirect. Reste que l’Italie, exclue du condominium financier établi depuis le début des années 1860 par les Franco-britanniques, commence à être associée à la tutelle de l’Empire. La « politique des mains nettes » et la défense des nationalités ne concernent donc pas la Turquie ; ici c’est l’intérêt des créanciers italiens qui prime. Toutefois, même si l’Italie obtient un droit de regard sur les finances ottomanes, elle peine à s’opposer, même avec le renfort de l’Allemagne, au groupe franco-britannique qui gravite autour de la Banque impériale ottomane. Mais plus que les intérêts nationaux de la France et du Royaume-Uni, ce sont des spéculations privées qui tirent parti de cette situation161. Dans le camp italien aussi, les intérêts privés des porteurs entrent en conflit avec l’action du consul délégué, qui obéit aux consignes de l’ambassade et de la Consulta. Ces dernières tentent, avec difficulté, de concilier les exigences de profit des porteurs et la stabilisation de la situation financière ottomane162.


  • 163 Pour le cas de l’installation de la légation d’Italie à Bucarest : Dinu 2007, p. 217 sq.
  • 164 Desjours 1996, p. 20, n. 39.
  • 165 Le ministre d’Italie à Athènes Maffei avoue en privé se préparer à ce « capitombolo » : Dinu 2007, (...)

64En plus de sa mise sous tutelle financière, l’Empire ottoman doit accepter de perdre tout droit de regard sur le Monténégro, la Serbie et la Roumanie, qui deviennent des États indépendants. Les consulats d’Italie à Cetinje, Belgrade et Bucarest sont donc, en l’espace de quelques années, transformés en légations. Il s’agit d’un processus relativement long, puisque le vote d’une loi est nécessaire, et coûteux, si l’on considère l’étroitesse permanente du budget des Esteri163. En outre, la création de trois postes relativement proches de l’Italie, offrant à peu près les commodités de la civilisation – exception faite de Cetinje, 500 habitants à l’époque164 – provoque parmi le personnel diplomatique italien une « culbute »165 générale qui joue aussi son rôle dans les délais avec lesquels l’Italie s’adapte à la nouvelle organisation politique des Balkans : on ne doit jamais oublier que les contingences internes à la bureaucratie ont un impact sur la réalité de la politique étrangère.

  • 166 Caccamo 1979 ; Dinu 2007, p. 211-304 et 305-369.
  • 167 Fava reçoit en effet ses lettres de créance dès novembre 1878. Néanmoins, en l’absence de progrès (...)
  • 168 Dinu 2011.

65Le 5 décembre 1879, l’Italie reconnaît officiellement l’indépendance de la Roumanie, l’ancien secrétaire général de la Consulta, Giuseppe Tornielli, remplaçant à la tête du poste bucarestois le consul général Saverio Fava, en qualité de Ministre plénipotentiaire166. Entre la signature du traité et l’établissement de la légation, Fava est resté, selon les mots du lieutenant-colonel Orero, officier délégué auprès de la commission de délimitation des frontières bulgares, « avec ses lettres de créance en poche » pendant plusieurs mois, l’Italie refusant de reconnaître l’indépendance de la Roumanie tant que les juifs y font l’objet de discriminations légales167. En mai 1881, le prince Charles de Hohenzollern-Sigmaringen est couronné roi sous le nom de Carol Ier. Rudolf Dinu, spécialiste des relations entre l’Italie libérale et la Roumanie, rappelle que l’accession de l’État roumain à la dignité conférée par la royauté est le prix de son entrée dans l’alliance austro-allemande, et considère que se clôt ainsi l’âge « héroïque » des relations italo-roumaines, inaugurant une phase « réaliste » de rapports plus équilibrés168. Bien que la situation de chacun des États balkaniques ait ses spécificités – la Roumanie, notamment, dispose de ressources qui lui confèrent un poids plus important que celui de ses voisins méridionaux sur l’échiquier est-européen – on peut certainement élargir le propos de R. Dinu au reste de la péninsule balkanique dans ses relations avec l’Italie. Nous observerons toutefois que la rupture des années 1878-1881 est moins nette qu’il n’y paraît : la diplomatie et l’opinion publique italiennes sont traversées de tendances variées et souvent opposées dont les unes parviennent à se faire entendre plus nettement que les autres au gré des circonstances. L’approche « réaliste » a toujours existé et cherché à contrôler, voire utiliser, la tendance « héroïque ».


  • 169 Il sera d’ailleurs furieux d’être maintenu dans la principauté montagnarde : ASDMAE, FP, s. I, D21 (...)

66À Belgrade, il faut attendre l’arrivée, en 1884, de Vittorio Sallier de La Tour pour que le consulat d’Italie devienne une légation, signe du relatif désintérêt de la diplomatie italienne pour les pays du cœur des Balkans, dont on semble accepter à Rome qu’ils fassent l’objet d’une sorte de condominium austro-russe. Il n’en va pas de même au Monténégro, tout proche des côtes italiennes et de la sortie de l’Adriatique : en plus de l’occupation de la Bosnie-Herzégovine et du sanjak de Novi Pazar, l’Autriche-Hongrie obtient à Berlin le port ex-ottoman de Spizza (Sutomore) ainsi qu’un droit de regard sur la construction de chemins de fers au Monténégro et l’exercice de la « police maritime et sanitaire » le long de ses côtes (article 29). Il importe de continuer à garder un œil sur ce nouvel acteur de la scène adriatique, et Rome envoie un agent chevronné à Cetinje : c’est le consul Cesare Durando, qui avait justement représenté l’Italie auprès du prince de Monténégro durant la crise d’Orient, et se plaignait déjà amèrement de ce qu’on l’y oubliât alors qu’il avait rendu de grands services en des circonstances très difficiles169. Pire encore, il lui faut quitter Raguse pour s’installer à Cetinje, la très modeste capitale du nouvel État.

  • 170 Windler 2002, p. 479.
  • 171 Trattati 1883, p. 78-104.
  • 172 Trattati 1884, p. 201-213.
  • 173 Commission européenne du Danube 1931, p. 32.
  • 174 Trattati 1883, p. 163-180.

67À partir de 1878-1879, l’Italie noue donc des relations diplomatiques pleines et entières avec les États diplomatiques nouvellement indépendants. Depuis le congrès de Vienne, les États souverains sont théoriquement égaux en droit, l’ancienne hiérarchie des puissances chrétiennes ayant été abandonnée170. L’Italie signe ainsi avec la Serbie et la Roumanie deux conventions consulaires et deux conventions d’extradition par lesquelles chacun des deux partenaires s’en remet au système judiciaire de l’autre pour le traitement des litiges juridiques impliquant ses propres nationaux171. Il s’agit là d’un abandon des capitulations en vigueur tant que les deux pays se trouvaient sous la souveraineté ottomane, et dont le maintien était justifié par le soupçon d’irrégularité et d’arbitraire que le regard européen fait toujours peser sur la justice ottomane. Avec le Monténégro, l’Italie signe un traité de commerce et de navigation le 16 mars 1883172. Dans la pratique, le Monténégro, la Serbie et la Roumanie sont toutefois considérés et traités comme des « États mineurs » par les grandes puissances. Ainsi la conférence de Londres, qui se réunit en 1883 pour régler les questions relatives au Danube laissées en suspens par le traité de Berlin, juge-t-elle « ne point pouvoir admettre avec voix délibératives les Plénipotentiaires des États riverains du bas Danube (Roumanie, Serbie et Bulgarie), ces États n’étant point au nombre des États signataires du Traité de Berlin »173. La Grèce, indépendante depuis 1830, est de même sous la garantie des puissances protectrices. L’Italie signe avec elle une convention consulaire le 15 novembre 1880174. Les relations privilégiées que l’Italie entretenait avec le royaume hellénique au nom du combat commun pour la liberté nationale vont toutefois se dégrader avec le télescopage des intérêts territoriaux des deux pays.

2.3.3. La fin du dogme philhellène

  • 175 Celozzi Baldelli 2000, p. 75-79 et 91-113.
  • 176 Pour Michele Graziosetto, Depretis ne s’intéresse guère à la politique étrangère : Graziosetto 199 (...)
  • 177 Aîné des quatre fils de Giuseppe, Menotti Garibaldi est un vétéran des guerres et expéditions de 1 (...)
  • 178 Imbriani 1879.
  • 179 Guida 1984b, p. 340-347.

68C’est à Agostino Depretis qu’il revient d’appliquer le traité de Berlin175 ; en effet, après un automne parlementaire marqué par un remaniement consécutif à la démission du ministre des Affaires étrangères Corti, et par une première chute de son gouvernement en novembre, Cairoli doit finalement abandonner la présidence du Conseil en décembre 1878. Depretis forme un nouveau gouvernement le 20 et prend alors soin de s’attribuer le portefeuille des Esteri176, Tornielli étant secrétaire général. Les deux hommes ont, tant auprès de l’opinion que des chancelleries, l’image de jusqu’au-boutistes prêts à renverser l’ordre stratégique en Adriatique ; en 1879, Matteo Renato Imbriani publie ainsi une brochure dans laquelle il révèle comment Depretis lui aurait déclaré, ainsi qu’à Menotti Garibaldi177, que le gouvernement italien souhaite l’annexion des terres irrédentes178. Quant au gouvernement d’Athènes, il considère Depretis comme plus favorable encore à la Grèce que Cairoli. Le philhellène Marco Antonio Canini approche ainsi Depretis, mais aussi Cairoli et Mancini, afin de les alerter sur le problème gréco-turc. Aucun des trois ne repousse franchement son projet d’union helléno-latine, qui prévoit l’association de l’Albanie à la Grèce dans un cadre confédéral, et les hommes d’État temporisent. L’épisode montre une fois de plus la force des schémas livresques, Canini recourant notamment au mythe des Pélasges, peuple antique censé avoir habité les deux rives de l’Adriatique méridionale, pour justifier l’annexion de l’Épire et la satellisation de l’Albanie par la Grèce179.

  • 180 DDI 2.9.319, Maffei (ministre d’Italie) à Depretis (PCM et MAE), Athènes, 4 janvier 1878.
  • 181 Guida 1984b, p. 167.

69Les Grecs n’ont toutefois pas attendu que Canini plaide leur cause. Au début de l’année 1878, Depretis est, pour la première fois, en charge du portefeuille des Esteri, et ce depuis quelques semaines ; le leader de l’opposition libérale, Charilaos Trikoupis, confie alors au ministre d’Italie à Athènes, Carlo Alberto Maffei, espérer voir Depretis accorder à la Grèce, en conflit larvé avec l’Empire ottoman, la protection de la marine italienne. Avant même de diriger la Consulta, Depretis a d’ailleurs sollicité Maffei, afin qu’il le tienne directement au courant des affaires grecques180. Le Premier Ministre grec, le conservateur Alexandros Koumoundouros, envoie lui-même Konstantinos Lombardos181, courroie de transmission entre Athènes et les milieux philhellènes italiens (infra, chap. 3), demander à Depretis son soutien :

  • 182 ACS, CD, b. 22, fasc. 71, d. 29, l. de Koumoundouros (Premier Ministre grec) à Depretis (PCM et MA (...)

Au moment où Monsieur Lombardo prenait congé de vous, vous avez bien voulu lui exprimer le désir de le revoir quand les troupes russes auraient passé les Balcans [sic]. Connaissant les sentiments philhelléniques [sic] qui vous animent, j’ai prié M. Lombardo de revenir auprès de vous. J’aime à espérer que l’Italie notre sœur ne verra point d’un œil indifférent les souffrances des Hellènes encore déshérités, ni leur lutte désespérée pour reconquérir leur indépendance […]. J’ai la ferme conviction que les hommes politiques distingués qui président aujourd’hui aux destinées de l’Italie verront bien dans l’encouragement de l’hellénisme l’occasion de rehausser l’éclat de leur histoire politique182.

70Depretis refuse toutefois le concours de la flotte italienne à la Grèce, et se joint aux autres dirigeants européens pour faire cesser les attaques grecques en Thessalie et en Épire.

71Après Berlin, Depretis se trouve pour la deuxième fois à la tête du ministère des Affaires étrangères. Le traité laisse en suspens bien des questions. Il faut notamment régler le tracé des frontières gréco-turques : Depretis hérite du binôme Cairoli-Corti une politique nettement favorable à la Grèce. À la suite d’une démarche commune de l’Italie et de la France, l’article 24 du traité de Berlin prévoit que

  • 183 Bonghi 1885, p. 399-408 (texte du treizième protocole relatif à la frontière gréco-turque) et 501 (...)

Dans les cas où la Sublime Porte et la Grèce ne parviendraient pas à s'entendre sur la rectification de frontière indiquée dans le treizième protocole du Congrès de Berlin, l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie et la Russie se [réservent] d'offrir leur médiation aux deux parties pour faciliter les négociations183.

72Comprenant que les Albanais sont majoritaires en Épire, et que si la Grèce obtenait cette région frontalière, elle s’assurerait le contrôle de la sortie de l’Adriatique, Depretis choisit de contenir les revendications grecques, comme nous le verrons dans le détail infra.

  • 184 Clayer 2007.
  • 185 L’habile Cesare Durando, si fin connaisseur du Monténégro, refuse ainsi de considérer la Ligue alb (...)
  • 186 Celozzi Baldelli 2000, p. 22-23.

73On peut ainsi dater de 1879 le début d’un dissentiment entre les gouvernements d’Athènes et de Rome qui trouvera son plein développement au début du XXe siècle. La politique de Depretis est pourtant, en définitive, très conforme aux points cardinaux de la politique balkanique de l’Italie : respect de l’intégrité de l’Empire ottoman et, dans la mesure du possible, défense des nationalités, quelles qu’elles soient. Elle constitue cependant une rupture avec un philhellénisme doctrinaire qui faisait de la Grèce la nationalité par excellence, et donc un partenaire sacro-saint et intouchable, même si les modérés avaient, dès les années 1860, exprimé les doutes les plus sérieux sur la capacité de la Grèce contemporaine à être à la hauteur de sa mission historique (chap. 1). Or Depretis doit désormais compter avec le mouvement albanais, qui est celui d’une « nation majoritairement musulmane en Europe »184. Jusqu’alors, tous les mouvements nationaux émanaient de populations chrétiennes. Sur ce point, Depretis et Tornielli semblent plus réalistes que les diplomates conservateurs qui les accusent, dans l’ombre, d’aventurisme, mais tardent à comprendre que les Albanais ne sont ni Grecs, ni Turcs185. On touche ici à une spécificité de la politique étrangère italienne : dans un royaume né du principe des nationalités, même les conservateurs sont imprégnés d’une vulgate nationalitaire, en particulier philhellène186. Luigi Corti, la dupe de Berlin, regagne son poste constantinopolitain après sa démission du ministère des Affaires étrangères. Des rives du Bosphore, il n’a de cesse de fulminer contre la politique de Depretis et Tornielli, comme le montre une lettre adressée à son ami Di Robilant :

  • 187 DDI 2.11.586, Corti (ambassadeur) à Di Robilant (ambassadeur à Vienne), Constantinople, 16 mai 187 (...)

Se i denti si vonno mostrare all’Austria, tanto per lusingare quegli elementi di cui Garibaldi è la personificazione più spiccata, e Cairoli e Zanardelli due de’ più vivi partigiani, io la crederei grande sventura per l’Italia. Ma poi che si guadagna a mostrare i denti ? [...] Non ci ascoltano perché nessuno sa in che acque navighiamo, con chi siamo e con chi non siamo187.

  • 188 DDI, 2.10.69, Corti (MAE) à Maffei (ministre à Athènes), Rome, 11 avril 1878.
  • 189 DDI 2.11.9, Corti (MAE) à Di Robilant, Rome, 24 octobre 1878.

74Corti a certes raison d’évoquer l’incertitude de la politique étrangère italienne depuis l’arrivée de la Gauche au pouvoir. Au ministère des Affaires étrangères, toutefois, la participation même de Corti à un gouvernement aussi avancé que celui de Cairoli montre qu’il existe une forme de permanence dans ce domaine réservé, fortement influencé par le roi et par la caste des grands diplomates piémontais. À vrai dire, ces derniers ne parlent pas non plus d’une seule voix. Corti est plus proche de l’ancienne politique prudente de Visconti Venosta. Sur la question nationale, et en particulier sur la question gréco-albanaise, on le voit toutefois adopter des positions variées. Avant Berlin, on le trouve pacifiste intégral à la façon d’un Cairoli : « Stamane venne Lombardos a vedermi e voleva gli dicessi di continuare le insurrezioni di Tessaglia e di Epiro, il che fanno altri. Per me non ho cuore di consigliare delle stragi di cui non vedo chiaramente i vantaggi188 ». Au congrès de Berlin, le soutien aux revendications grecques est toutefois le seul acte de volontarisme que se permette le délégué italien, en dehors de la défense des petits porteurs italiens. Dans sa pensée, comme dans celle de la majorité de l’opinion italienne d’ailleurs, le philhellénisme est tout à fait compatible avec la « politique des mains nettes », car il procède d’une œuvre de justice, l’Épire et la Thessalie étant considérées a priori comme grecques. Depretis et Tornielli paraissent dans ce cas précis avoir une approche plus calculatrice qu’affective, alors même que Corti qualifie le secrétaire général d’« énergumène »189.

  • 190 DDI 2.10.259, Corti (MAE) au député Sella, Berlin, 5 juillet 1878 ; doc. 433, du même au même, Rom (...)
  • 191 DDI 2.10.48, Maffei (ministre d’Italie) à Corti, Athènes, 4 avril 1878.

75Corti incrimine l’esprit de parti des hommes de la Gauche, tout en travaillant lui-même à l’arrivée au pouvoir du chef de l’opposition, Quintino Sella190. S’il a des mots très durs pour celui qui fut son chef de gouvernement lors de son passage aux Esteri, bien que Cairoli soit en complet accord de vues avec lui sur la nécessité de pratiquer une politique désintéressée, Corti se sent proche d’un homme comme le comte Carlo Alberto Maffei di Boglio. Ce dernier, qu’on peut qualifier, pour paraphraser un autre conservateur (De Launay), de « vieux serviteur de la Maison de Savoie », nourrit pour la politique étrangère de la Gauche une aversion proche de celle professée par Corti191. En revanche, Maffei est peut-être plus comparable à Tornielli pour son volontarisme. S’il abhorre les comités philhellènes, il est partisan d’un soutien très ferme à la Grèce, qu’il considère comme une barrière efficace face à l’Autriche-Hongrie. Les mêmes hésitations se retrouvent sur le terrain, à l’occasion du tracé des frontières dont le traité de Berlin a fixé les grandes lignes.

2.4. Premières contributions italiennes au « mapping », des Balkans

2.4.1. Mission impossible : l’établissement de frontières « scientifiques »

76Bien qu’elle ait été signataire du traité de Paris, la Sardaigne n’avait pas ensuite été associée à la définition des frontières turco-monténégrines. En revanche, l’Italie est pleinement actrice de la vaste entreprise de redécoupage des Balkans à laquelle procède le congrès de Berlin : le comte De Launay, ambassadeur dans la capitale du Reich, représente l’Italie dans le cadre de la commission mise en place pour « élaborer le tracé des frontières et le présenter au congrès »192. Le traité de Berlin se limite cependant à donner des indications génériques aux différentes commissions chargées d’opérer sur le terrain (articles 2, 14, 28, 36, 46, 58, 60193). Les officiers italiens qui y sont détachés se retrouvent dans une position comparable à celle des négociateurs Corti et De Launay à Berlin194. Participant aux travaux de la commission chargée de délimiter les frontières du nouvel État bulgare, le colonel Baldassare Orero fait ainsi antichambre à la Consulta, dans le but de recevoir ses instructions avant de partir sur le terrain. En l’absence du ministre Benedetto Cairoli, c’est le secrétaire général, Giacomo Malvano, qui est obligé de lui répondre, en des termes forts vagues :

  • 195 AUSSM, G33, b. 9, fasc. 88, B. Orero, Note di un viaggio nella penisola dei Balcani. Operato dalla (...)

Il fardello delle istruzioni ricevute non era molto pesante. Il ministero degli esteri voleva che fossi imparziale ed io mi misi all’opera, ispirato da questo unico sentimento. Mi inorridì però fin dalle prime sedute, essere io l’unico commissario avente delle istruzioni completamente disinteressate, ed accadde un fatto curioso e meritevole di essere meditato. Il fatto curioso è questo che trovandomi, in conseguenza della mia imparzialità, costretto talvolta a dar ragione ad una delle parti interessate e talvolta ad un’altra, questa condotta non era gradita né agli uni né agli altri e l’Italia, sospettata oggi di essere d’accordo colla Russia, lo era domani di esserlo coll’Inghilterra e Turchia195.

  • 196 AUSSM, G33, b. 9, fasc. 79, Rapporto della Commissione per la delimitazione del Montenegro. Tenent (...)

77Le lieutenant-colonel Ottolenghi, délégué italien à la commission de délimitation des frontières monténégrines, ne parvient pas non plus à obtenir de la Consulta un ordre de mission clair196. Livré à lui-même par le silence persistant de ses supérieurs, son jugement est révélateur de l’imprégnation de la société italienne par l’idéologie nationalitaire : favorable au Monténégro, dont il souhaite qu’il obtienne des « frontières naturelles », il n’entend pas pour autant léser les Albanais s’il est possible de l’éviter. Cet officier d’état-major est pourtant peu suspect de mazzinianisme, encore que son appartenance à une grande famille juive n’en fasse pas non plus un réactionnaire patenté.

Carte 6 – La frontière ottomano-monténégrine (1878-1879).

Carte 6 – La frontière ottomano-monténégrine (1878-1879).

78Pour Ottolenghi, la première portion du tracé, entre la côte et le lac de Scutari, ne pose aucun problème : toutes les puissances sont d’accord pour octroyer à la principauté la plaine de Podgorica, peuplée de Slaves orthodoxes et assurant au Monténégro un accès à la mer. Au-delà du lac de Scutari, en revanche, s’étend une zone montagneuse, la Kučka Krajina, où il est bien difficile de distinguer les deux nationalités : ce sont les liens lignagers qui dominent parmi des populations encore largement étrangères aux formes de politisation contemporaines. Par l’article 28 du traité de Berlin, les puissances ont résolu d’octroyer au Monténégro la tribu slave des Kuci Drekalović et à la Turquie celles, albanaises et catholiques, des Kelmendi, Hoti et Gruda. La chose s’avère impossible à réaliser sur le terrain, d’abord en raison des erreurs que comporte la carte d’état-major autrichienne ayant servi aux travaux de Berlin. En outre, il paraît très difficile d’établir une ligne frontalière entre des populations ayant le même genre de vie pastoral et montagnard :

  • 197 Ibid., p. 11.

La denominazione serba di Kraina […] è in genere applicabile al territorio di frontiera che sia teatro di guerra. Nel caso in questione comprende i bayrack di Fundina, Orakovo, Triepci e Kocia. In questi ultimi due solamente prevale l’elemento albanese cattolico ; locchè è spiegato dal contatto colle tribù albanesi dei Grudi e dei Klementi. Soltanto seguendo a nord i limiti dei quattro comuni, si poté fissare approssimativamente il confine fra i Kuci Drekalović e i Kuci di Kraina. I pascoli, principale ricchezza del paese, sono in comune e inseparabili. Né nella storia del passato, né nelle tradizioni, né nelle consuetudini si trovano tracce della separazione197.

  • 198 Hajjar 1988, p. 485. C’est du refus de ce diktat que naît d’ailleurs le mouvement national albanai (...)

79La krajina avait été initialement attribuée à l'Empire ottoman ; sur pression de la Russie, avec l’accord des autres puissances européennes, une portion en est retranchée au nom des intérêts stratégiques du Monténégro, et au détriment des tribus albanaises. Malgré la bonne volonté de son délégué, l’Italie, puissance officiellement « désintéressée » et partisane de la généralisation du principe des nationalités, se rallie à ce que Joseph Hajjar appelait, à propos des négociations turco-monténégrines de 1858, le « diktat d’un front européen unifié »198.

  • 199 Parmi une bibliographie immense, voir par exemple Edney 1996 ou Singaravélou 2008.
  • 200 Geier – Wagener 2006.
  • 201 AUSSM, G33, b. 9, fasc. 90, Carta geologica della Penisola Balcanica. Prof. Francesco Toula, tradu (...)
  • 202 Oberhummer 1908 ; Schneider 2013, p. 124.

80Bien que l’Italie ne possède pas encore de colonies, elle est associée, en tant que grande puissance, à ce que l’historiographie du monde colonial qualifie de « mapping », ou invention cartographique du monde à visée impérialiste. Dans les commissions internationales de délimitation des nouvelles frontières balkaniques, les délégués britanniques, français, russes et austro-hongrois disposent du bagage d’une « géographie impériale » déjà vieille de plusieurs décennies199. Les décideurs italiens ont, quant à eux, fort peu d’outils cartographiques à leur disposition. Il convient toutefois de relativiser ce manque en ce qui concerne les Balkans, encore assez largement ignorés des Européens, comme le montrent précisément les négociations de Berlin. L’Autriche-Hongrie est en pointe dans ce domaine. La première carte géologique de la péninsule est due à un géologue autrichien, Ami Boué200. Un autre savant autrichien, le géologue Franz Toula, revendique la paternité de la seconde et l’héritage de Boué, dont il affirme avoir reçu en 1875 la documentation relative aux Balkans201. C’est toutefois entre 1873 et 1889 seulement que l’ensemble de l’empire fait l’objet d’une couverture cartographique moderne. L’Institut géographique militaire impérial et royal, créé en 1839, joue également un rôle pionnier dans la cartographie des Balkans. À Berlin, c’est le savoir géographique austro-allemand qui est utilisé par la diplomatie européenne, puisque les travaux du congrès se fondent sur la carte des Balkans de Kiepert ainsi que sur une carte d’état-major autrichienne202.

  • 203 Luzzana Carraci 1982, p. 12-13.
  • 204 AUSSM, G24, b. 16, Corpo di Stato Maggiore – Corrispondenza, l. 1368/342 du chef d’état-major à Cr (...)
  • 205 Trombetta 2003, p. 150.
  • 206 Traversi 1965.
  • 207 AUSSM, G24, b. 16, Corpo di Stato Maggiore – Corrispondenza, r. 2198, Rapporto sull’andamento del (...)
  • 208 Citons néanmoins une précoce monographie militaire sur la Serbie : Sironi 1870. Giovanni Sironi es (...)

81L’Italie unifiée se dote des institutions qui doivent lui permettre de rattraper son retard en la matière. En 1867 est créée à Florence la Società Geografica Italiana203, qui reçoit pour l’occasion une aide de l’état-major. On cède à la nouvelle société quelques dizaines de livres et cartes. La modestie de ce fonds est symptomatique de la précarité initiale de ces institutions204. La section topographique de l’état-major réunit quant à elle en 1861 les bureaux spécialisés du royaume de Sardaigne, du grand-duché de Toscane et du royaume des Deux-Siciles, qui dispose alors d’un patrimoine scientifique relatif à l’Orient assez significatif205. Transférée de Turin à Florence en 1865, la section topographique prend en 1872 le nom d’Istituto Topografico Militare, puis celui d’Istituto Geografico Militare (1882)206. En 1867, les bureaux de l’état-major sont réorganisés207. Il s’agit de permettre à l’outil stratégique italien de rattraper ses homologues européens, afin de fournir au pays et à son armée une connaissance précise du territoire national, mais aussi des territoires étrangers présentant un intérêt stratégique. Les regards de l’armée italienne sont encore anxieusement tournés vers l’Autriche. Des officiers se rendent sur le territoire impérial, à peu de distance de la frontière italienne cependant : il s’agit de reconnaître le terrain d’opérations militaires qui peuvent encore sembler proches. Les urgences de la stratégie italienne excluent donc, dans l’immédiat, des enquêtes dans la péninsule balkanique208, alors que, précisément, l’Autriche-Hongrie entreprend, sur les conseils de Bismarck et au soulagement initial de l’Italie, de se tourner vers le sud-est.

2.4.2. L’Italie trace la frontière de l’Albanie méridionale et se brouille avec la Grèce

  • 209 Dans la liste des membres de la société, on trouve ainsi, pour l’année 1880 : Ulisse Barbolani, Do (...)

82C’est aux confins de l’Albanie et de la Grèce que l’Italie va apporter sa contribution la plus nette au « mapping » des Balkans. Cette contribution n’est pas l’œuvre d’officiers-arpenteurs mais d’un consul, qui agit de façon isolée avant que son savoir-faire ne soit mobilisé par la sphère de décision italienne. C’est là une constante de la politique balkanique italienne, la Consulta laissant généralement libre cours aux initiatives de terrain dès lors qu’elles ne sont pas trop compromettantes, pour en récolter les fruits, plus ou moins discrètement, si les circonstances le permettent. Une dizaine d’années avant Berlin, le consul Enrico De Gubernatis, que nous avons déjà vu procéder à l’installation du consulat d’Italie à Scutari (chap. 1), ouvre celui de Janina, capitale de l’Épire ottomane. Comme bon nombre des consuls et diplomates que nous avons déjà rencontrés et rencontrerons, De Gubernatis est membre de la Società Geografica Italiana209. Livré à lui-même dans une contrée où les intérêts italiens sont encore maigres, il a tout le loisir de sillonner son ressort. De Gubernatis est théoriquement en poste du 15 août 1869 au 20 octobre 1875, mais il obtient en 1871 une mise en disponibilité qui lui permet de se consacrer aux travaux scientifiques qu’il a esquissés parallèlement à son activité de consul. Grâce à un subside de quatre cent lires accordé par la Società Geografica, il achète des instruments de mesure à Turin, mais le consul-géographe ne parvient toutefois à cartographier que la moitié de l’Épire.

  • 210 De Gubernatis 1872.

83En 1872 paraît tout d’abord le court récit d’un voyage effectué entre la capitale épirote, Janina, et le port de Préveza, où se trouve une agence consulaire italienne210. Le texte relève plus de la description pittoresque que de l’enquête scientifique. De Gubernatis y peint les paysages, y insiste sur la pompe consulaire nécessaire en Orient, et cite volontiers Hésiode, Pline et Cicéron. On y trouve d’autres lieux communs sur les Balkans : le malgoverno turc et l’indolence des populations, l’état catastrophique de l’agriculture, les richesses naturelles qui pourraient être mises en valeur par des mains expertes et actives. L’aspect ethnographique ne fait pas non plus défaut, De Gubernatis évoquant les peuples mythiques ayant occupé l’Albanie ancienne. La mention des Illyriens et des Molosses constitue, elle aussi, un passage obligé de la littérature occidentale sur l’Épire.

  • 211 Ibid., p. 24. Voir également Jesné 2015b.
  • 212 De Gubernatis 1873.

84Toutefois, le consul italien tire une conclusion iconoclaste : « Ma dove è adunque andata l’antica civiltà Greca, che s’era fatta strada da Apollonia nell’interno ? Dove la lingua d’Omero, oggi unicamente sostituita dall’albanese ? »211. De Gubernatis remet en question le caractère grec de l’Épire, dogme pourtant défendu par de nombreux savants européens au nom de la continuité entre la Grèce antique et la Grèce moderne. Le consul en vient même à contester, dans le Bollettino della Società Geografica Italiana, les travaux de Heinrich Kiepert sur la question, en dépit des louanges universelles que valent à ce dernier ses enquêtes de terrain, lesquelles permettent, grâce notamment aux renseignements apportés par les populations, de corriger de nombreuses erreurs212. En dépit de l’expertise, alors rarissime en Italie, que De Gubernatis parvient à acquérir dans la région, il est éloigné de l’Épire au moment même où naît la grande crise d’Orient, en 1875.

  • 213 DDI 2.5.238, De Gubernatis à Visconti Venosta, Janina, 22 janvier 1874.
  • 214 DDI 2.5.287, du même au même, Janina, 27 février 1874.
  • 215 DDI 2.5.265, Visconti Venosta à De Gubernatis, Rome, 6 février 1874.
  • 216 ASDMAE, FP, s. I, D209, De Gubernatis Enrico, l. 1007 de Visconti Venosta à De Gubernatis, Rome, 6 (...)

85Il faut dire que De Gubernatis commet l’erreur de s’impliquer dans le cercle « Le Progrès », un lieu de sociabilité élitaire dont le but est la promotion de l’instruction213. En adhérant à ce cercle, le consul croit défendre les intérêts italiens en favorisant la concorde des communautés ethno-religieuses, par le biais notamment de la protection des juifs214. Le ministre Visconti Venosta s’inquiète cependant de l’implication de De Gubernatis, à qui on offre la présidence du cercle, en réalité un lieu de politisation libérale215. Le parti libéral est très lié à la Grèce et à la France, dont les consuls sont également membres du cercle. Le consul italien se trouve ainsi lié à un organisme soupçonné par les autorités ottomanes d’être en relation avec les comités panhelléniques. Trop exposée par le consul, l’Italie paraît donc à la fois révolutionnaire aux yeux des Ottomans, et papiste à ceux d’une bonne partie de la population orthodoxe d’Épire, encouragée en cela par les agents russes. La politique de présence discrète que souhaite mener Visconti Venosta dans un contexte de profond isolement de l’Italie est donc compromise par le zélé consul. Quelques mois plus tard, De Gubernatis est muté pour raisons de santé216.


  • 217 Skendi 1967, p. 31-34.
  • 218 DDI 2.10.224 et 365, Zerboni à Cairoli (PCM), Janina, 29 juin et 26 juillet 1878.
  • 219 DDI 2.10.307, Corte à Cairoli, Préveza, 14 juillet 1878.
  • 220 DDI 2.10.577, Corti à Galvagna (chargé d’affaires à Constantinople), Rome, 10 octobre 1878.
  • 221 Celozzi Baldelli 2000, p. 53-55.

86Son remplaçant, Francesco Zerboni, est plus imprudent encore. Au printemps 1877, les Albanais d’Épire réunis à Janina adressent à la Porte un mémorandum dénonçant les modifications territoriales envisagées par les puissances, et demandent des réformes garantissant leur autonomie217. Le consul Zerboni transmet alors diverses demandes de protectorat italien218. Cairoli avait pourtant donné des instructions fermes aux consuls en Albanie, afin qu’ils s’abstiennent de tout mouvement favorable aux nationalistes albanais219. De retour à la tête de la Consulta, Corti transfère Zamboni du poste de Janina à celui de Scutari, dont le titulaire, Berio, est carrément éloigné de l’Albanie. Le ministre estime que les deux fonctionnaires « ont fait un séjour suffisamment long dans leurs résidences respectives », et que « pour le bien du service, il est temps de les muter »220. Bien que ni l’opinion221 ni la diplomatie italienne ne soient favorables à une occupation de l’Albanie, les consuls italiens y sont en effet épiés par les agents autrichiens, russes et grecs, ainsi que par les différentes factions, tous étant prêts à tirer parti de leurs faits et gestes pour impliquer malgré elle l’Italie, dans une région dont elle ne peut complètement se désintéresser.


  • 222 Sur l’histoire de cette frontière jusqu’au règlement de 1879-1881, Couderc 2002.

87En 1879, Enrico De Gubernatis est rappelé par Rome du confortable poste smyrniote où il avait fini par être affecté. C’est qu’Agostino Depretis, qui se trouve pour la deuxième fois à la tête du ministère des Affaires étrangères, doit faire face à plusieurs questions laissées en suspens par le traité de Berlin, dont celle du tracé de la frontière gréco-turque222. Avant que Depretis ne revienne au pouvoir, le gouvernement Cairoli poursuit la politique commencée à Berlin, encourageant Grecs et Turcs à négocier sur la base d’un tracé très favorable aux premiers, et qui est d’abord proposé par le ministre français Waddington, soutenu par Corti : il s’agit d’établir la frontière le long des vallées du fleuve Kalamas à l’ouest et du Salambrias à l’est.

Carte 7 – Le tracé de la frontière gréco-turque proposé par le consul De Gubernatis (1879) ( D’après ASDMAE, MAERI, b. 1465, carte des frontières septentrionales de la Grèce jointe au r. 5 De Gubernatis à Depretis, Préveza, 18 mars 1879).

Carte 7 – Le tracé de la frontière gréco-turque proposé par le consul De Gubernatis (1879) ( D’après ASDMAE, MAERI, b. 1465, carte des frontières septentrionales de la Grèce jointe au r. 5 De Gubernatis à Depretis, Préveza, 18 mars 1879).
  • 223 Skendi 1967, p. 76-81.

88Depretis n’a guère de raison de ne pas poursuivre la politique de ses prédécesseurs. Mais les Albanais se soulèvent contre ce qu’ils considèrent comme un diktat des puissances, et s’inspirent de la rébellion des clans du nord, hostiles à la cession de territoires au Monténégro. Au début de 1879, des chefs venus de toute l’Albanie basse et moyenne tiennent des assemblées, qui se réunissent symboliquement dans les principales villes de l’Épire223. La résistance albanaise est présentée par la Grèce comme un feu de paille suscité par les intrigues ottomanes. Agostino Depretis veut néanmoins prendre des renseignements fiables. C’est probablement le nouveau secrétaire général des Esteri, le comte Giuseppe Tornielli, qui déniche l’homme de la situation : le consul De Gubernatis. À peine installé à Smyrne, ce denier reçoit l’ordre de partir pour l’Épire :

  • 224 DDI 2.11.298, Depretis à De Gubernatis, Rome, 11 février 1879.

Veuillez vous rendre directement par le Pyrée [sic] ou par Syra à Prevesa [sic] et de là vous me ferez savoir par télégramme en chiffre si vous croirez [sic] opportun de pousser jusqu’à Janina. Le ministère désire connaître votre impression sur l’état des esprits dans ce pays, sur l’importance du mouvement albanais qui s’accentue dans un sens contraire au démembrement de l’Épire en faveur de la Grèce, sur les conséquences qu’au point de vue de la paix intérieure de cette contrée pourrait avoir l’application du 13e protocole de Berlin. Vous connaissez le pays et les études que vous y avez faites expliquent assez votre voyage. Ne parlez pas de mission officielle du gouvernement mais tâchez de remplir aussi vite que possible la mission toute de confiance dont vous êtes chargé224.

  • 225 DDI 2.11.462, De Gubernatis à Depretis, Janina, 26 mars 1879.
  • 226 Nathalie Clayer consacre un paragraphe introductif aux identités familiales, régionales et profess (...)

89Au cours de sa dernière mission épirote, le consul parcourt les zones majoritairement hellénophones qui se trouvent entre les villes d’Arta et de Janina, cherchant les traces d’un consentement à l’Enosis (réunion à la Grèce) qu’il peine à rencontrer225. Ses anciens travaux de géographie et d’ethnographie lui fournissent un prétexte dont, sans doute, personne n’est dupe ; pour ne pas éveiller les soupçons outre mesure, le consul choisit néanmoins d’éviter les villages frontaliers de la Grèce, gagnés à l’hellénisme. Les rapports de De Gubernatis documentent l’irruption du fait national dans une société multiethnique où les identités sont encore avant tout le fruit d’interactions locales. Ses analyses tranchent avec la vulgate occidentale du temps et sont souvent plus proches de celles des spécialistes actuels226 :

  • 227 DDI 2.11.379, De Gubernatis à Depretis, Préveza, 2 mars 1879.
  • 228 DDI 2.11.462, du même au même, Janina, 26 mars 1879.

Nell’Epiro orientale vi sono molte gradazioni di colori ; anzi tutto abbiamo le opinioni delle classi agiate e quelle del popolo ; abbiamo poi le opinioni dei vecchi, od archonti e quelle della gioventù ; abbiamo infine villaggi più o meno ellenizzati ma freddi sempre ad ogni civiltà227.
Il dire oggi che tutti i cristiani sono elleni è un errore ; è pur anche errore il dire che sono elleni coloro che parlano abitualmente il greco ; in Epiro abbiamo gli epiroti, divisi in greci, valacchi ed albanesi, come lingua ; in cristiani e musulmani, come religione ; ma in fondo sono un popolo solo con iscarse simpatie verso l’Ellade come scarse ne aveva nella stessa epoca in cui l’influenza ellenica letteraria e religiosa aveva abbracciata l’intera provincia228.

  • 229 Ibid., loc. cit. Voir carte 7, supra.

90Convaincu, en son for intérieur, que l’intérêt des Épirotes est d’accepter l’union à la Grèce, le consul fait toutefois preuve d’une grande honnêteté intellectuelle en constatant que les populations n’y sont pas favorables. Pour De Gubernatis, l’annexion n’est donc souhaitable ni pour les populations albanaises, ni pour les populations hellénisées, ni même pour la Grèce, qui se retrouverait face à une terrible guerre civile. Enfin, la justice s’y oppose, car pour le consul, on ne peut disposer des populations au nom d’une taxinomie reposant sur la langue ou la religion. Mieux vaut augmenter la richesse du royaume de Grèce en lui octroyant les plaines fertiles de Thessalie, dont la population se sent incontestablement grecque ; quant à l’Épire, il finira par tomber comme un fruit mûr sous l’influence de la civilisation venue du sud. Aussi le consul préconise-t-il d’octroyer à la Grèce le bassin du Salambrias (aujourd’hui le Pénée, Pineios – Πηνειός en grec), en Thessalie, et de procéder à une simple rectification de frontière en Épire avec la cession par la Turquie à la Grèce de la haute vallée de l’Aspropotamos229.

  • 230 D’après Di Robilant, les Français et les Britanniques se sont d’ailleurs empressés de mettre les A (...)
  • 231 Waddington ne se rallie pas pour autant à la position italienne. Cialdini rapporte que le présiden (...)
  • 232  DDI 2.11.357, Mancini à Curtopassi (ministre à Athènes), Rome, 7 décembre 1881. Voir carte 7, supr (...)
  • 233 Convention pour régler les questions relatives à la rectification des frontières turco-grecques, s (...)
  • 234 ACS, CD, b. 22, fasc. 70, doc. 14, l. de Corti (ambassadeur à Constantinople) à Depretis, Constant (...)
  • 235 De Gubernatis 1879.

91Les rapports de De Gubernatis sont lus avec le plus grand intérêt à la Consulta, dans les grandes ambassades italiennes et même au-delà, puisque Waddington semble les avoir eu en sa possession230. Le président du Conseil français en est d’ailleurs « resté frappé »231, si l’on en croit l’ambassadeur d’Italie à Paris Cialdini, lui aussi vivement impressionné par la qualité de l’information et des analyses que déploie De Gubernatis. Le tracé retenu par les puissances au terme de près de trois ans de négociations est extrêmement proche de celui que préconise De Gubernatis sur une carte artisanale expédiée à Depretis232. Outre une bonne partie de la Thessalie jusqu’à la vallée du Salambrias, seule la région d’Arta revient à la Grèce233. Cela vaut à De Gubernatis et à son collègue Corte les foudres de la presse grecque, qui inaugure ici une tradition d’hostilité aux consuls italiens pleine d’avenir234. Dans l’immédiat, De Gubernatis publie dans le Bollettino della Società Geografica Italiana une carte ethnographique qui est le fruit des travaux entrepris à l’époque de son premier séjour épirote, et lui vaut des critiques supplémentaires235.

Carte 8 – L’ethnographie de l’Épire d’après le consul E. De Gubernatis (1879).

Carte 8 – L’ethnographie de l’Épire d’après le consul E. De Gubernatis (1879).
  • 236 SGI 1882 et 1889.

92De Gubernatis distingue en effet quatre zones de peuplement, en fonction de la proportion de locuteurs du grec, de l’albanais et de la langue valaque. Cela revient à nier le dogme de l’identité exclusivement grecque de l’Épire, encore fortement enraciné parmi les nombreux philhellènes intransigeants que compte la classe politique et savante d’Italie. L’œuvre cartographique de De Gubernatis s’avère donc sans lendemain : durant ses vingt premières années de parution, le Bollettino della Società Geografica Italiana ne publie aucun travail de quelque importance relatif à la péninsule balkanique236. Comme nous le verrons infra (chap. 5), c’est alors l’Afrique qui fait l’objet de toutes les attentions. Les questions balkaniques sont encore l’affaire d’une poignée de spécialistes, dont les consuls.

  • 237 Skendi 1967, p. 67 sq. Abdul Frashëri aurait rencontré Marco Antonio Canini ; ce dernier, favorabl (...)
  • 238 Guida 1984b, p. 344.
  • 239 ASDMAE, MAERI, b. 1465, Rendiconto di una conversazione del Cav. De Gubernatis coi delegati epirot (...)
  • 240 Sur Petre Aravandinos et Spiromilios, Guida 1984b, p. 364-365 et p. 93. Je n’ai, en revanche, pas (...)

93L’expertise de De Gubernatis demeure en effet appréciée à la Consulta. Au printemps 1879, c’est lui qui reçoit les délégués albanistes d’Épire, Abdul Frashëri et Mehmet Ali Vrioni, qui ont rendu visite aux différents consuls européens en Albanie, avant d’entreprendre un tour des grandes capitales237. Ces délégués rencontrent également Depretis, mais l’entrevue est sans lendemains238. Au même moment, De Gubernatis reçoit trois délégués gréco-épirotes, avec lesquels il s’entretient en langue néo-hellénique239. Le consul combat fermement les thèses d’Aravandinos, Spiromilios et Louriotis, défendant la réalité du sentiment national albanais240. Au nationalisme expansionniste des délégués grecs, qui, au nom de l’identité entre Grecs et chrétiens revendiquent, à terme, tous les territoires situés entre le Danube et la mer Égée, De Gubernatis oppose l’hellénisme comme principe moral :

Non si tradisca oggi la missione del vero ellenismo ; essa penetrò a Janina inavvertita e la fece greca ; penetrò in Tracia e Macedonia e riuscì ad ellenizzarle ; ma penetrò in quei luoghi senza armi, come influenza fatale, irresistibile ; voler violentare il suo compito è fraintenderlo, guastarlo, sfruttarlo.

94De Gubernatis reprend, en somme, le primat moral théorisé par Gioberti pour l’appliquer à la Grèce. Celle-ci a, d’après lui, le droit de l’exercer sur les peuples voisins, mais en aucun cas pour légitimer des conquêtes. Le tout est enrobé dans une religion du progrès assez caractéristique des élites italiennes, l’idée grecque étant ici assimilée à la marche de la civilisation en Orient. Si, comme son collègue Berio à propos de l’Albanie, De Gubernatis a tendance à plaquer les catégories intellectuelles dominantes dans l’Italie libérale des années 1870, ses conclusions sur la nationalité sont très modernes. Plus constructivistes que primordialistes, elles ne considèrent pas les identités comme figées, mais vouées à évoluer. Dès lors il ne faut rien brusquer, respecter le vœu des populations et laisser œuvrer les transferts culturels. De Gubernatis a l’illusion de croire qu’une fois l’Épire donné à l’Albanie, sa partie méridionale pourra se détacher librement et rejoindre un jour la Grèce une fois que le progrès aura fait son œuvre.

  • 241 Jesné 2011a.

95Au sommet de la sphère de décision italienne, toutefois, ce sont les données géostratégiques qui priment. L’argumentaire de De Gubernatis, centré sur le principe des nationalités, est certes fort utile, mais il sert surtout à légitimer la Realpolitik qui est désormais de mise à la Consulta. Pour Depretis et Tornielli, il s’agit en effet de contrer la Grèce et de geler en quelque sorte la sortie de l’Adriatique. Leurs successeurs, de droite comme de gauche, mèneront peu ou prou la même politique, indépendamment de choix souvent très différents en termes de politique générale. La longue crise d’Orient qui s’étend de 1875 à 1881 est donc l’occasion, pour la sphère de décision italienne, de définir la sortie de l’Adriatique comme une zone d’intérêt stratégique. Le tracé de la frontière méridionale de l’Albanie ottomane constitue ainsi un jalon capital dans l’établissement progressif d’une sphère d’influence italienne dans cette région : la frontière ne sera pas remise en question avant 1912, et à cette date, la diplomatie italienne joue de nouveau un rôle fondamental dans l’établissement de la nouvelle frontière gréco-albanaise241. En toute discrétion, l’Italie commence à établir les contours de sa sphère d’influence.

96Avant de suivre le cours de la politique balkanique de la Consulta dans les années 1880 et 1890 (chap. 4), il convient de s’arrêter sur une constante : les usages politiques des conflits balkaniques dans la vie politique italienne. Les gouvernements italiens, qu’ils soient issus de la Gauche ou de la Droite historiques, mènent généralement une politique balkanique qui vise à éviter d’être entraînés dans une guerre. Dans un pays ou le principe des nationalités est au cœur de la nouvelle religion civile, cette politique consensuelle de prudence et d’équilibre est une cible idéale pour qui entend mettre en difficulté le pouvoir du moment.

Notes

1 C’est par une série d’enquêtes commandées aux nouvelles institutions chargées de compter et mesurer les hommes et les choses que la classe dirigeante italienne se rend compte, souvent avec effroi, de la situation réelle : Raggionieri 1976, p. 1714-1729.

2 Bovio 1996, p. 91-106.

3 Chabod 1961, p. 76-77.

4 Vigezzi 1997, p. 37-41.

5 Geiss 1982.

6 Grandits 2011. La même transition d’un mouvement antifiscal vers un mouvement national peut être observée en Albanie : Skendi 1967, p. 34.

7 Barry 2011, p. 431 sq.

8 Cette conférence diplomatique a fait l’objet de travaux en langue allemande principalement. Pour un bilan sur cette historiographie : Schneider 2013, p. 122.

9 « Vinattiere di Stradella », attribué par Giosuè Carducci : Papadia 2013, p. 26.

10 Graziosetto 1995, p. 25.

11 Di Robilant et Corti demeurent à Vienne et Constantinople ; Nigra quitte en revanche Paris, où il est remplacé par Cialdini. Seuls les postes de Londres et Athènes connaissent des changements significatifs avec les départs de Carlo Cadorna et Giovanni Antonio Migliorati. DDI 2.6.7.

12 Bovio 1996, p. 107-111. Sur les débats historiographiques autour de la réalité du réarmement, Celozzi Baldelli 2000, p. 24-27.

13 Ungari 2016, p. 85.

14 Chabod 1965, p. 58.

15 DDI 2.7.221, De Launay à Victor-Emmanuel II, Berlin, 4 juillet 1876.

16 DDI 2.7.297, Di Robilant à Melegari, Vienne, 3 août 1876.

17 DDI 2.7.221, De Launay à Victor-Emmanuel II, Berlin, 4 juillet 1876.

18 DDI 2.7.307, Melegari à Di Robilant, Rome, 8 août 1876.

19 DDI 2.7.308, Melegari à Nigra, Rome, 8 août 1876.

20 DDI 2.7.328, Melegari à Nigra, Rome, 15 août 1876.

21 DDI 2.7.335, Corti à Melegari, Thérapie, 18 août 1876.

22 Augusti 2013, p. 328.

23 Vittorio Arminjon (1830-1897) est un officier expérimenté, qui a combattu dans la marine française pendant la guerre de Crimée, avant d’effectuer le tour du globe sur le navire Magenta de 1865 à 1868. Cette mission exigeait des talents de navigateur, mais aussi de diplomate, puisqu’elle fut l’occasion de mettre l’Italie en rapport avec la Chine et le Japon. EM, vol. 1, p. 709. Le comte Egidio Osio (1840-1902) a, comme tous les officiers de sa génération, fait les grandes campagnes de l’unification. Ses états de service et ses origines aristocratiques lui valent d’obtenir la qualité d’officier d’ordonnance du roi et d’instructeur militaire du Prince de Naples en 1881, avant d’être promu colonel en 1884. EM, vol. 5, p. 692.

24 Gabriele 1965, p. 399-427.

25 AUSSM, G33, b. 1, fasc. 1, d. 2, Considerazioni circa l’eventualità di operazioni militari sulle coste dell’Albania ed Epiro. Studio compilato nel settembre 1876 dal maggiore Osio e dal capitano di vascello Arminjon, Brindisi, 8 septembre 1876. Copie de l’original.

26 ACS, CC, fasc. 11, d. 11/1 de Mezzacapo à Crispi, 2 octobre 1876, Stato di difesa del littorale adriatico.

27 Gustapane 2005, p. 43.

28 Biagini 1990, p. 15.

29 Voir par exemple le cas de la France dans Baillou 1984, p. 735-736.

30 Raccolta ufficiale delle Leggi e dei Decreti del Regno d’Italia, XXX, 1870, p. 3444-3475, citée dans Gustapane 2005, p. 45 n. 14.

31 Gustapane 2005, p. 49.

32 Le conflit serbo-bulgare de 1885 est suivi par l’attaché militaire à Saint-Pétersbourg, Giuseppe Dogliatti. Il est vrai que la Russie cherche depuis plusieurs décennies à satelliser la Bulgarie. Biagini 1990, p. 16.

33 AUSSM, G29, b. 8, cart. 1, l’état-major au colonel Pollio, attaché militaire à Vienne, Rome, 9 mars 1893.

34 Il s’agit de Giorgio Pozzolini, de Luigi Majnoni et de Carlo Lanza : AUSSM, G29, b. 1, cart. 1 et 2 ; b. 2, cart. 3. Contrairement, par exemple, à leurs collègues français, ils ne sont donc pas frais émoulus de l’École de guerre : Pailler 1996, p. 22-25.

35 Le premier titulaire du poste, Giorgio Pozzolini (1834-1920), a commencé sa carrière militaire dans l’armée toscane. Son adhésion au Risorgimento lui vaut d’effectuer une mission diplomatique pour Ricasoli à Paris. Comme beaucoup d’officiers de sa génération, il a participé à la répression du brigandage. Son affectation à Vienne est un jalon supplémentaire dans la dimension diplomatique de sa carrière, après Paris et avant l’Abyssinie, où il se rend en 1886. La mission viennoise est toutefois de courte durée (1872-1874), et offre une transition entre les dures campagnes des années 1860 et les commandements prestigieux qui s’accumulent désormais sur ses épaules. EM, vol. 6, p. 266.

36 AUSSM, G29, b. 1, cart. 1, d. 4 de Pozzolini (attaché militaire) à l'état-major, 1er décembre 1873 : Mobilitazione dell'esercito austro-ungarico nel 1874. Ipotesi e considerazioni.

37 Minniti 1990, p. 96.

38 AUSSM, G29, b. 2, cart. 1, r. 95 de Majnoni (attaché militaire) à l’état-major, Vienne, 17 juillet 1876, et b. 103, cart. 8, Rapporto del Maggiore Majnoni sul « calcolo delle forze militare di terra che la Turchia potrebbe opporre alla Russia in una prossima guerra », 20 dicembre 1876.

39 AUSSM, G29, b. 1, cart. 2, Majnoni à l’état-major, d. 102 du 2 août 1875.

40 Pailler 1996, p. 181-186.

41 DDI 2.9.133, Di Robilant (ambassadeur) à Melegari (MAE), Vienne, 7 octobre 1877.

42 Comme l’a montré C. Windler à propos du service consulaire français, il est fondamental, pour le bon déroulement d’une carrière, de se rendre régulièrement auprès de l’administration centrale ; les consuls étant aussi très souvent des notables, il faut aussi se rendre dans sa province d’origine afin d’y cultiver les relations nécessaires à la bonne marche des affaires personnelles. Windler 2002, p. 91 et 130. Ajoutons que les Balkans sont un lieu d’affectation souvent très éprouvant pour la santé et les finances des agents.

43 DDI 2.6.336, Visconti Venosta à Durando, Rome, 20 août 1875 ; Burzanović 2013, p. 122-126.

44 Arisi Rota 1990, p. 709.

45 AUSSM, G33, b. 9, fasc. 81, C. Durando, Rapporto sulle forze militari del Montenegro. Risposta al questionario per informazioni d’ordine militari e politico militari sul Montenegro trasmesso con dispaccio del R° Ministero per gli affari Esteri in data 13 febbraio 1881, Cetinje, avril 1881.

46 DDI 2.7.237, Melegari (MAE) à Durando, Rome, 11 juillet 1876.

47 Arisi Rota 1990.

48 DDI, 2.6.353, Usigli à Visconti Venosta, Roustchouk, 28 août 1875.

49 DDI 2.6.647, De Gubernatis à Visconti Venosta, Roustchouk, 3 mars 1876.

50 Guida 1984a, p. 11 ; Davidov – Guida 1990.

51 Les livraisons successives sont regroupées l’année suivante dans Album 1877.

52 L’Illustration, n° 1743, 22 juillet 1876.

53 Album 1877, p. 25 et 42.

54 Lory 2004.

55 FDN 1987, p. 595-596.

56 De Gubernatis est le seul consul européen à rester dans la ville danubienne, offrant son aide à la communauté italienne, mais aussi aux réfugiés et blessés de tous les camps. DDI 2.9.122, Corti (ministre d’Italie) à Melegari (MAE), Thérapie, 30 septembre 1877. De Gubernatis obtient deux ans plus tard la Medaglia d’argento al valore civile en récompense de son héroïsme : ASDMAE, FP, s. I.D, b. 209, fasc. 5, minute d’une l. de Depretis (MAE) à De Gubernatis, Rome, 26 mai 1879.

57 Romeo 1984, p. 215-216.

58 DDI 2.10.300, notes de Corti, s. l. n. d.

59 DDI 2.10.168, Promemoria della riunione del Consiglio dei Ministri tenuta a Roma il 7 giugno 1878.

60 DDI 2.10.119, Corti à Di Robilant (ministre d’Italie à Vienne), 7 mai 1878.

61 DDI, 2.10.300, notes de Corti, s. l. n. d.

62 Valsecchi 1968, p. 156-157.

63 DDI 2.10.231, Corti à Cairoli, 30 juin 1878.

64 Guillen 1991, p. 183-196.

65 DDI 2.10.72, Promemoria dell’onorevole Mussi e il Ministro degli Affari esteri, Corti, Rome, 11 avril 1878.

66 DDI 2.10.279, Corti à Cairoli, 10 juillet 1878.

67 DDI 2.10.276, Cairoli à Corti, 9 juillet 1878.

68 DDI 2.10.222, De Launay (ambassadeur) à Cairoli, Berlin, 29 juin 1878.

69 Nye 1990.

70 Allain – Frank 2012, p. 159.

71 La crise d’Orient révèle aux modérés que l’Italie ne peut compter sur l’opinion publique libérale internationale : Vigezzi 1997, p. 37-38.

72 ACS, CD, b. 22, fasc. 74, doc. 1, document préparatoire à une interpellation parlementaire, s. l. n. d.

73 Dinu 2007, p. 216 ; voir également infra, chapitre 3. Sur la politique étrangère de Cairoli : Torre 1963.

74 Istruzioni per i plenipotenziari al congresso di Berlino, annexe à DDI 2.10.167, Corti à De Launay, Rome, 7 juin 1878.

75 Allain – Frank 2012, p. 160-163.

76 DDI 2.10.209, Corti à Cairoli, Berlin, 25 juin 1878.

77 Geiss 1985, p. 346.

78 DDI 2.10.231, Corti à Cairoli, Berlin, 30 juin 1878.

79 DDI 2.10.69, Corti a Maffei (ministre à Athènes), Rome, 11 avril 1878.

80 Vigezzi 1997, p. 10-15.

81 Fouques Duparc 1922.

82 Lentz 2013 ; Macmillan 2006.

83 Vigezzi 1997, p. 1-54.

84 Ferrara degli Uberti 2011.

85 ACS, CVV, b. 5, p. XI, fasc. 7, mémoire du 14 avril 1873 adressé au ministre des Affaires étrangères par le président du Comitato regionale livornese dell’Alleanza israelitica universale.

86 Iancu 1987.

87 Ibid., p. 48.

88 Ibid., p. 41.

89 Ibid., p. 43-44.

90 Ibid., p. 30.

91 L’exemplaire destiné aux délégués italiens est toujours conservé dans les archives de la Farnesina : Alliance Israélite Universelle, À Monsieur le Président et à Messieurs les Membres du Congrès européen de Berlin, Paris, 9 juin 1878, dans ASDMAE, MAERI, b. 224, fasc. Interessi balcanici e Congresso di Berlino (Serbia e notizie statistiche sulla penisola balcanica).

92 Esdra Pontremoli est rabbin et enseigne l’hébreu au collège de Verceil. Il cofonde également le périodique L’Educatore Israelita ; Eude Lolli est également rabbin et enseignant, à Padoue quant à lui. S.v. dans Jewish Encyclopaedia, 1906, en ligne : http://www.jewishencyclopedia.com/.

93 DDI 2.8.125, Melegari (MAE) à Joannini (consul à Belgrade), Rome, 9 février 1877.

94 ASDMAE, MAERI, b. 224, fasc. 3, n. 2023 de Cairoli (PCM) à Corti (MAE), Rome, 28 juin 1878.

95 Sotirović 2008.

96 Heinrich Kiepert, s.v. dans Allgemeine Deutsche Biographie, vol. 51, Leipzig, Duncker et Humblot, 1906,

p. 133.

97 Kiepert 1865 et 1867, références n° 233 et 232 dans Congrès d’Anvers 1871.

98 Tolias 2001, p. 13 sq.

99 Carapanos [Karapanos] 1878.

100 Anastassiadou 2012, p. 171.

101 DDI 2.10.307, Corte (vice-consul) à Cairoli (PCM), Préveza, 14 juillet 1878.

102 Il s’agit là certainement de Sava Dečanac, président du « Comité pour la libération de la Vieille Serbie et de la Macédoine » fondé à Belgrade. L’archimandrite fait lui aussi le voyage de Berlin afin de remettre au congrès une pétition signée par deux mille notables : Samardžić et al. 1990, p. 164-165.

103 Mackenzie 2004.

104 Toutes ces brochures sont contenues dans : ASDMAE, MAERI, b. 223, fasc. Interessi balcanici e Congresso di Berlino (Serbia e notizie statistiche sulla Penisola balcanica).

105 Joseph Freiherr von Hammer-Purgstall (1774-1856) est l’auteur d’une Geschichte des osmanischen Reiches, Pest, C. M. Hartleben’s Verlag, 1827-1833, 10 vol. Diplomate autrichien formé à l’École orientale de Vienne, ses fonctions lui laissent l’occasion de cultiver les études des lettres persanes, arabes et turques, ainsi que l’histoire de l’Orient. Il est également le premier président de l’Académie des Sciences de Vienne, fondée en 1847 : s.v. dans Lexikon 1861, p. 267-289. Johann Wilhelm Zinkeisen (1803-1863) est un historien allemand, auteur d’ouvrages sur la Grèce et l’empire Ottoman, tels que Geschichte Griechenlands, Leipzig, Verlag von Johann Ambrosius Barth, 1832 : s.v. dans ADB 1900, p. 331-334. Th. d’Ocsza est en revanche un auteur de moindre renom. Il publie une Histoire de l’empire Ottoman depuis sa fondation jusqu’à la prise de Constantinople, Constantinople, Impr. centrale, 1871, et dix ans plus tard La question gréco-turque, Paris, Impr. de F. Levé, 1881.

106 Kiepert 1876; Palsky 2002, p. 113.

107 Sur la Macédoine, Yosmaoğlu 2014.

108 Raj 2004.

109 Mishkova 2007.

110 ASDMAE, MAERI, b. 223, fasc. 4, De Launay (ambassadeur à Berlin) à Cairoli, Berlin, 1er juillet 1878.

111 Cohen-Wiesenfeld 2007, § 28.

112 DDI 2.10.209, Corti à Cairoli, Berlin, 25 juin 1878.

113 DDI 2.10.201, du même au même, Berlin, 23 juin 1878.

114 DDI 2.10.198, du même au même, Berlin, 22 juin 1878.

115 DDI 2.10.37, Berio (consul), à Corti (MAE), 1e avril 1878, et 2.10.357, Durando (consul à Raguse), à Cairoli (MAE), Gravosa, 24 juillet 1878.

116 Skendi 1967, p. 51.

117 Clayer 2007, 321-322.

118 Skendi 1967, p. 31-34.

119 Ibid., p. 52.

120 FDN 1987, p. 67-68.

121 DDI 2.6.331, Visconti Venosta à Berio, Rome, 18 août 1875. Dans une série de notes conservées dans les papiers de celui qui sera, durant le premier gouvernement Crispi, l’homme fort de la diplomatie italienne, on trouve, au sujet de Berio, ce commentaire peu flatteur : « Al Comm. Berio si attribuisce una abituale leggerezza negli affari ed una trascuratezza e dimenticanza dei dettagli tali da poterne pregiudicare l’esito » : ACS, CPD, b. 6, fasc. 30, n. anonyme s. l. n. d. (on ne sait toutefois quelle est la part de la calomnie dans ce jugement alors que Berio se trouve en poste à Tunis, auprès d’une grande et riche communauté italienne où les luttes d’influence paraissent très âpres) et d. 176, l. p. de Berio à Pisani Dossi (chef de cabinet du MAE), Liverpool, juin 1888. Sans doute les postures nationalitaires de Berio ne sont-elles pour déplaire au crispinien Pisani Dossi, comme nous le verrons.

122 DDI 2.5.27, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 5 août 1873.

123 DDI 2.5.127, du même au même, Scutari, 28 octobre 1873.

124 En octobre 1874, Berio prétend s’associer, en même temps que le consul russe, à la commission d’enquête ottomane sur le massacre de Monténégrins par des musulmans à Podgorica ; cette présence consulaire transformerait de facto la commission d’enquête en commission internationale et ferait naître une question albano-monténégrine à l’échelle européenne : c’est du moins l’avis du chargé d’affaires à Constantinople, Cova, qui avertit le ministère des agissements de Berio. DDI 2.5.582, Cova à Visconti Venosta, Constantinople, 23 octobre 1874.

125 DDI 2.6.64, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 11 février 1875.

126 DDI 2.6.348, du même au même, Scutari, 24 août 1875.

127 Robert 1847.

128 DDI 2.6.354 et 666, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 28 août 1875 et 14 mars 1876.

129 DDI 2.6.372, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 15 septembre 1875.

130 Djordjević 1980, p. 749-750 et 760-762 ; Stokes 1975.

131 Berio relaie complaisamment auprès de la Consulta l’éloge des garibaldiens par le prince Nicolas. Visconti Venosta cherche pourtant par tous les moyens à empêcher les volontaires italiens de passer dans les Balkans : DDI 2.6.354, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 28 août 1875.

132 DDI 2.6.614, Durando (délégué italien à la commission internationale en Bosnie-Herzégovine) à Visconti Venosta, Raguse, 15 février 1876.

133 Durando, désormais chargé d’affaires au Monténégro, écrit au début de l’année 1880 un rapport éclairant à ce sujet : « Dalmato-croates » et « Dalmato-serbes » s’accusent mutuellement d’utiliser les « intrigants italiens » à leur profit. Toutefois, les seconds trouvent dans le journal de Cetinje Glas Crnogorca, et surtout dans le Zastava de Novi Sad des consignes très nettement italophiles. D’après Durando, ce dernier périodique considère les Italiens comme les civilisateurs des Dalmates, et les Croates comme les « instruments de la tyrannie autrichienne en Italie ». DDI 2.12.557, Durando à Cairoli (PCM et MAE), Gravosa, 19 janvier 1880.

134 Berio a même le darwinisme à l’esprit lorsqu’il observe les luttes nationales balkaniques : DDI 2.6.354, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 28 août 1875.

135 DDI 2.8.84, Berio à Melegari, Scutari, 22 janvier 1877.

136 Skendi 1967, p. 215.

137 Clayer 2007, p. 165, 198, 217, 229, et 233.

138 DDI 2.6.354, Berio à Visconti Venosta, Scutari, 28 août 1875.

139 Clayer 2007, p. 202-210.

140 DDI 2.10.202, Berio à Cairoli (MAE), Scutari, 23 juin 1878.

141 DDI 2.10.501, Maffei à Berio, Rome, 14 septembre 1878.

142 D’Alessandri 2016, p. 169.

143 La diplomatie italienne semble même découvrir la Bulgarie proprement dite lors de son installation dans l’intérieur, à partir de 1881 ; quant à l’opinion publique, c’est la guerre de 1885-1886 qui lui fait connaître la principauté : Pitassio 1988, p. 15-16.

144 La Bulgarie est d’ailleurs admise à la Commission internationale du Danube, mais aussi, en 1885, à la conférence sanitaire internationale qui se tient à Rome : Guida 1988, p. 101 et 129-126.

145 Jusqu’en 1879, le service consulaire italien en Bulgarie est dirigé par le consulat de Roustchouk, dont dépendent les vice-consulats de Sofia et Varna : Pitassio 1988, p. 27. Sur les relations italo-bulgares, voir également Tamborra 1968.

146 FDN 1987, p. 111-112.

147 Commission européenne du Danube 1931.

148 Hopf – Samwer 1881, p. 3.

149 Bossaert 2020, p. 210.

150 Protocole n° 30, séance du 6/18 janvier 1879, dans Hopf – Samwer 1881, p. 310.

151 ACS, CD, b. 22, fasc. 69, d. 14, l. p. de Corti (ambassadeur) à Depretis (MAE), Constantinople, 13 avril 1879.

152 Pitassio 1988, p. 35-44.

153 Guida 1988, p. 162-172.

154 ASDMAE, MAERI, b. 224, minute de la l. 2 de Cairoli (PCM) à Corti (MAE), Rome, 24 juin 1878.

155 Ecchia 2018, p. 20.

156 Birdal 2010, p. 53-54.

157 Conte 2018, p. 143 sq.

158 ASDMAE, APSP, b. 466, l. ris. 189 de Bernardo Tanlongo (président de la chambre de commerce de Rome) à Di Rudinì (PCM et MAE), Rome, 9 février 1892.

159 Ibid., l. ris.ma 154 de Tanlongo à Di Rudinì, Rome, 2 février 1892.

160 Après un premier mandat octroyé au statisticien Luigi Bodio : Jesné 2018a.

161 Conte – Sabatini 2014.

162 ASDMAE, APSP, b. 466, passim.

163 Pour le cas de l’installation de la légation d’Italie à Bucarest : Dinu 2007, p. 217 sq.

164 Desjours 1996, p. 20, n. 39.

165 Le ministre d’Italie à Athènes Maffei avoue en privé se préparer à ce « capitombolo » : Dinu 2007, p. 225.

166 Caccamo 1979 ; Dinu 2007, p. 211-304 et 305-369.

167 Fava reçoit en effet ses lettres de créance dès novembre 1878. Néanmoins, en l’absence de progrès sur la question des droits des juifs, le président du Conseil et ministre des Affaires étrangères Benedetto Cairoli enjoint au consul général de s’abstenir de les présenter via un télégramme du secrétaire général, Maffei : DDI 2.11.85, Maffei à Fava, Rome, 16 novembre 1878. Voir également AUSSM, G33, b. 9, fasc. 88, B. Orero, Note di un viaggio nella penisola dei Balcani. Operato dalla Commissione internazionale per la delimitazione della frontiera della Bulgaria. Parte prima (13 settembre – 17 dicembre 1878), s. l. n. d., p. 72, ainsi que Biagini 1982. Selon Rudolf Dinu, cependant, la lenteur de la mise en place de la légation italienne à Bucarest est due avant tout aux intrigues des différents candidats au poste : Dinu 2007, p. 217 sq.

168 Dinu 2011.

169 Il sera d’ailleurs furieux d’être maintenu dans la principauté montagnarde : ASDMAE, FP, s. I, D210, Durando Cesare, minute d’une l. de Durando au MAE, Raguse, 26 avril 1877.

170 Windler 2002, p. 479.

171 Trattati 1883, p. 78-104.

172 Trattati 1884, p. 201-213.

173 Commission européenne du Danube 1931, p. 32.

174 Trattati 1883, p. 163-180.

175 Celozzi Baldelli 2000, p. 75-79 et 91-113.

176 Pour Michele Graziosetto, Depretis ne s’intéresse guère à la politique étrangère : Graziosetto 1990, p. 166-167. Carlo Giglio exprime en revanche un avis diamétralement opposé : même au temps de Melegari, c’est Depretis qui mène la diplomatie italienne : Giglio 1955, p. 183.

177 Aîné des quatre fils de Giuseppe, Menotti Garibaldi est un vétéran des guerres et expéditions de 1859, 1862, 1867 et 1871, et dans les années 1860 milite en faveur d’alliances anti-autrichiennes en Europe centre-orientale. Élu député radical à Velletri en 1876, il conserve son siège pratiquement sans interruption jusqu’en 1900 : Monsagrati 1999.

178 Imbriani 1879.

179 Guida 1984b, p. 340-347.

180 DDI 2.9.319, Maffei (ministre d’Italie) à Depretis (PCM et MAE), Athènes, 4 janvier 1878.

181 Guida 1984b, p. 167.

182 ACS, CD, b. 22, fasc. 71, d. 29, l. de Koumoundouros (Premier Ministre grec) à Depretis (PCM et MAE), Athènes, 6 mars 1878.

183 Bonghi 1885, p. 399-408 (texte du treizième protocole relatif à la frontière gréco-turque) et 501 (texte de l’article 24).

184 Clayer 2007.

185 L’habile Cesare Durando, si fin connaisseur du Monténégro, refuse ainsi de considérer la Ligue albanaise comme un mouvement national. Il s’agit pour lui d’une machine inventée par les Turcs : C. Durando, Rapporto sulle forze militari del Montenegro. Risposta al questionario per informazioni d’ordine militari e politico militari sul Montenegro trasmesso con dispaccio del R° Ministero per gli affari Esteri in data 13 febbraio 1881, Cetinje, avril 1881, dans AUSSM, G33, b. 9, fasc. 81.

186 Celozzi Baldelli 2000, p. 22-23.

187 DDI 2.11.586, Corti (ambassadeur) à Di Robilant (ambassadeur à Vienne), Constantinople, 16 mai 1879.

188 DDI, 2.10.69, Corti (MAE) à Maffei (ministre à Athènes), Rome, 11 avril 1878.

189 DDI 2.11.9, Corti (MAE) à Di Robilant, Rome, 24 octobre 1878.

190 DDI 2.10.259, Corti (MAE) au député Sella, Berlin, 5 juillet 1878 ; doc. 433, du même au même, Rome, 16 août 1878 ; doc. 594, Corti à Di Robilant, Rome, 16 octobre 1878.

191 DDI 2.10.48, Maffei (ministre d’Italie) à Corti, Athènes, 4 avril 1878.

192 Schneider 2013, p. 126 sq.

193 http://mjp.univ-perp.fr/traites/1878berlin.htm

194 Du moins lorsqu’ils arrivent à bon port : « L'Italie fut d'abord représentée à la commission pour la délimitation de la Serbie par M. Gola, lieutenant-colonel d'état-major, qui a disparu sans qu’on n’ait jamais su au juste de quelle façon. On croit généralement qu'il a été assassiné et dépouillé au passage du Danube. M. Velini, major d'état-major, succéda à M. Gola » : Le Temps, 22 octobre 1880.

195 AUSSM, G33, b. 9, fasc. 88, B. Orero, Note di un viaggio nella penisola dei Balcani. Operato dalla Commissione internazionale per la delimitazione della frontiera della Bulgaria. Parte prima (13 settembre – 17 dicembre 1878), s.l., n.d., p. 24. Schneider 2013, p. 129. En mars 1913, le général Orero voit son nom attribué à un boulevard de Bucarest : De Benedetti 1913.

196 AUSSM, G33, b. 9, fasc. 79, Rapporto della Commissione per la delimitazione del Montenegro. Tenente Colonnello G. Ottolenghi, 25 novembre 1879.

197 Ibid., p. 11.

198 Hajjar 1988, p. 485. C’est du refus de ce diktat que naît d’ailleurs le mouvement national albanais, dont l’opposition armée repousse le règlement frontalier à l’année 1883 : Sbutega 2006, p. 296.

199 Parmi une bibliographie immense, voir par exemple Edney 1996 ou Singaravélou 2008.

200 Geier – Wagener 2006.

201 AUSSM, G33, b. 9, fasc. 90, Carta geologica della Penisola Balcanica. Prof. Francesco Toula, traduction manuscrite de l’allemand par le capitaine d’état-major Marchi, Rome, 6 février 1890. Il s’agit de la notice d’une carte géologique des Balkans publiée en 1882 par l’éditeur Petermann. Franz Toula avait effectivement entrepris en 1875 de sillonner la péninsule balkanique afin d’en faire un relevé géologique moderne. Toula vint à bout de cette entreprise en quinze ans, publiant Toula 1881-1892.

202 Oberhummer 1908 ; Schneider 2013, p. 124.

203 Luzzana Carraci 1982, p. 12-13.

204 AUSSM, G24, b. 16, Corpo di Stato Maggiore – Corrispondenza, l. 1368/342 du chef d’état-major à Cristoforo Negri (président de la Società Geografica Italiana), Florence, 12 mai 1868.

205 Trombetta 2003, p. 150.

206 Traversi 1965.

207 AUSSM, G24, b. 16, Corpo di Stato Maggiore – Corrispondenza, r. 2198, Rapporto sull’andamento del servizio militare e tecnico presso il corpo, dal 1° agosto 1867 al 1° aprile 1868, Florence, 31 juillet 1868.

208 Citons néanmoins une précoce monographie militaire sur la Serbie : Sironi 1870. Giovanni Sironi est l’un des principaux théoriciens de la « géographie militaire » italienne au XIXe siècle : Botti 2001.

209 Dans la liste des membres de la société, on trouve ainsi, pour l’année 1880 : Ulisse Barbolani, Domenico Brunenghi, Domenico Bruno, Francesco Curtopassi, Francesco Saverio Fava, Alessandro Fè d’Ostiani, Alberto Gerbaix de Sonnaz, Francesco Lambertenghi, Federico Menabrea, Giorgio Millelire, Stanislao Pecchioli, Stefano Scovasso, Marco Trabaudi-Foscarini, Francesco Zerboni, tous consuls ou diplomates passés par les Balkans, ainsi que de hauts personnages tels que Benedetto Cairoli, Carlo Felice Nicolis Di Robilant, Emilio Visconti Venosta, etc. : Elenco 1880.

210 De Gubernatis 1872.

211 Ibid., p. 24. Voir également Jesné 2015b.

212 De Gubernatis 1873.

213 DDI 2.5.238, De Gubernatis à Visconti Venosta, Janina, 22 janvier 1874.

214 DDI 2.5.287, du même au même, Janina, 27 février 1874.

215 DDI 2.5.265, Visconti Venosta à De Gubernatis, Rome, 6 février 1874.

216 ASDMAE, FP, s. I, D209, De Gubernatis Enrico, l. 1007 de Visconti Venosta à De Gubernatis, Rome, 6 octobre 1875.

217 Skendi 1967, p. 31-34.

218 DDI 2.10.224 et 365, Zerboni à Cairoli (PCM), Janina, 29 juin et 26 juillet 1878.

219 DDI 2.10.307, Corte à Cairoli, Préveza, 14 juillet 1878.

220 DDI 2.10.577, Corti à Galvagna (chargé d’affaires à Constantinople), Rome, 10 octobre 1878.

221 Celozzi Baldelli 2000, p. 53-55.

222 Sur l’histoire de cette frontière jusqu’au règlement de 1879-1881, Couderc 2002.

223 Skendi 1967, p. 76-81.

224 DDI 2.11.298, Depretis à De Gubernatis, Rome, 11 février 1879.

225 DDI 2.11.462, De Gubernatis à Depretis, Janina, 26 mars 1879.

226 Nathalie Clayer consacre un paragraphe introductif aux identités familiales, régionales et professionnelles dans l’Albanie du XIXe siècle : Clayer 2007, p. 22-41 ; voir également Winnifrith 2002, p. 121 notamment.

227 DDI 2.11.379, De Gubernatis à Depretis, Préveza, 2 mars 1879.

228 DDI 2.11.462, du même au même, Janina, 26 mars 1879.

229 Ibid., loc. cit. Voir carte 7, supra.

230 D’après Di Robilant, les Français et les Britanniques se sont d’ailleurs empressés de mettre les Autrichiens au courant : DDI 2.12.462, Di Robilant (ambassadeur) à Maffei (secrétaire général du MAE), Vienne, 26 décembre 1879. Pour un récit détaillé des tractations diplomatiques, Sette 2018, p. 332 sq.

231 Waddington ne se rallie pas pour autant à la position italienne. Cialdini rapporte que le président du Conseil français a reçu d’autres avis bien plus favorables à la Grèce : Sette 2018, p. 336.

232  DDI 2.11.357, Mancini à Curtopassi (ministre à Athènes), Rome, 7 décembre 1881. Voir carte 7, supra.

233 Convention pour régler les questions relatives à la rectification des frontières turco-grecques, suivie d'un Acte séparé concernant l'évacuation et la prise de possession des territoires cédés à la Grèce, ainsi que d'un Protocole supplémentaire ; signée à Constantinople, le 24 mai 1881, dans Martens 1881, p. 753-760.

234 ACS, CD, b. 22, fasc. 70, doc. 14, l. de Corti (ambassadeur à Constantinople) à Depretis, Constantinople, 13 avril 1879.

235 De Gubernatis 1879.

236 SGI 1882 et 1889.

237 Skendi 1967, p. 67 sq. Abdul Frashëri aurait rencontré Marco Antonio Canini ; ce dernier, favorable à une confédération de l’Albanie avec la Grèce, lui aurait opposé une fin de non recevoir : ibid., p. 85.

238 Guida 1984b, p. 344.

239 ASDMAE, MAERI, b. 1465, Rendiconto di una conversazione del Cav. De Gubernatis coi delegati epiroti, notes s. n. de De Gubernatis (consul général à Smyrne) adressées à Tornielli (secrétaire général), Rome, 21 avril 1879, annexées à un document principal manquant [r. 371 bis ?] daté du 24 avril 1879.

240 Sur Petre Aravandinos et Spiromilios, Guida 1984b, p. 364-365 et p. 93. Je n’ai, en revanche, pas trouvé trace de Louriotis ; peut-être un parent du banquier Andreas ?

241 Jesné 2011a.

Table des illustrations

Titre Carte 4 – La sortie de l’Adriatique au milieu des années 1870.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/10407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Carte 5 – La péninsule balkanique au lendemain du congrès de Berlin.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/10407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Carte 6 – La frontière ottomano-monténégrine (1878-1879).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/10407/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Carte 7 – Le tracé de la frontière gréco-turque proposé par le consul De Gubernatis (1879) ( D’après ASDMAE, MAERI, b. 1465, carte des frontières septentrionales de la Grèce jointe au r. 5 De Gubernatis à Depretis, Préveza, 18 mars 1879).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/10407/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Carte 8 – L’ethnographie de l’Épire d’après le consul E. De Gubernatis (1879).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/10407/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k

© Publications de l’École française de Rome, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search