Version classiqueVersion mobile

Les monastères vénitiens et l’argent

 | 
Jean-Claude Hocquet

Deuxième partie. Crise, réorganisation, effondrement. XIIIe-XVe siècle

Chapitre 6. Les moines, les paysans et la dîme

Texte intégral

  • 1 Montanari 1984, p. 89 et 94.
  • 2 L’importance et l’universalité du prélèvement ont quelquefois permis de tracer une conjoncture fia (...)

1De nombreux changements intervinrent à la fin du XIIe siècle, semble-t-il, à la faveur du développement de cultures commerciales orientées vers le ravitaillement des populations urbaines et vers le marché padan. Ces cultures nouvelles, la vigne, les fruits et légumes, le lin, génératrices de profit, ont incité les maîtres du sol à mieux gérer les cycles productifs (une vigne nouvelle devait produire du raisin et du vin avant cinq ans), à réduire les temps de jachère improductive pour accroître la productivité du travail paysan, à veiller aussi à l’utilisation de l’eau et au libre passage des voisins qui allaient cultiver leur parcelle, à substituer à la rente fixe une rente « à la part », du quart ou du tiers, qui exigeait un contrôle accru du travail et des récoltes et entraîna l’obligation pour le paysan de récolter au signal de l’envoyé de l’abbé et d’apporter sa vendange au pressoir du monastère. C’en était fini du cens quérable qui avait cours sur les salines dont les maîtres demeuraient fidèles à un type de prélèvement plus traditionnel qui, il est vrai, faisait l’affaire des tenanciers : il suffisait que le prieur ou un autre moine fût empêché ou oubliât de venir pour que le cens fût caduc. Désormais la gestion des biens imposait aussi la substitution de nouveaux contrats à la part et reposait sur le métayage dont le partage des récoltes entre le propriétaire et l’exploitant était alors très rarement égal à la moitié. Ce type de contrat serait d’abord apparu à proximité des villes dont certaines catégories sociales étaient plus attentives que les anciens maîtres à faire fructifier la terre et le travail paysan1. Il n’est pas surprenant que les monastères vénitiens aient partagé ces préoccupations mercantiles et contribué à la croissance et à la diversification des productions agricoles et des contrats agraires qui assujettissaient les paysans à ces nouvelles contraintes. Sur les salines, l’alourdissement des cens et un versement d’argent à l’entrée dans la tenure devinrent la règle au XIIIe siècle commençant. De même encore les abbés eurent tendance, fait nouveau, à exercer une justice seigneuriale à l’égard de leurs hommes et à réclamer systématiquement l’amiscere, des cadeaux en nature (viande, volailles, fougaces, œufs) qu’il fallait apporter au monastère ou à sa maison domaniale la veille des fêtes. On note aussi la tendance à restreindre les droits d’usage, ainsi du passage pour gagner les parcelles enclavées, et à faire valoir des droits domaniaux comme l’obligation d’offrir le gite et le couvert ou les repas de vendange aux envoyés de l’abbé. Un impôt, la dîme, sur laquelle nous reviendrons, d’un rendement élevé, un dixième de tous les revenus2, fit l’objet d’âpres disputes entre toutes les parties en cause, paysans, seigneurs, abbés et évêques. Il a aussi contribué à l’aggravation du sort de la paysannerie qui tentait désespérément d’y soustraire les terres nouvellement défrichées. La résistance paysanne prit quelquefois les formes de la « jacquerie », de la coupe des arbres pour barrer les chemins à la manifestation avec faux et fourches qui opposait les populations de deux villages voisins.

L’aggravation des charges de la paysannerie

  • 3 Il faudrait sans doute lire « fundamento Novo de Petrosina » où furent édifiées de nouvelles salin (...)
  • 4 La Trinité, 322 et 324. En août 1198, deux cousins Pre Sambatino échangeaient des biens, Johannes (...)

2À Chioggia existait une classe de petits propriétaires dotés d’une honnête aisance observée dans les divisions des biens entre les frères après le décès paternel. En mai 1197, trois fils de Pre Sambatino donnèrent à leur frère sa part : plusieurs terres, huit pieds d’un casamento, un barcolino et neuf cavedini da scanno – les plus prisés, ceux qui imposaient les déplacements les plus courts pour porter le sel à la barque – au fundamento de la Petrosina et la moitié d’une saline au fundamento Novo de Pristina3. Tout était divisé, le mobilier et les métaux, or, argent, cuivre et fer ; en juillet de la même année, les trois fils de feu Balduino de Salomone se partageaient tous les biens, les épices grosses ou menues, la propriété des terres, maisons, salines et alleux, or, argent, cuivre (es), fer, plomb, métaux précieux ouvragés (precium laboratorium), armes, bateaux, outils4. La richesse de ces petits propriétaires reposait à la fois sur la possession de maisons, vignes, salines, embarcations et valli de pêche et sur l’investissement ou la participation à des entreprises commerciales qui apportaient les métaux et les épices, soit des biens du commerce international. La possession d’armes plaçait ces alleutiers libres au rang des chevaliers de village ailleurs.

  • 5 La Trinité, 335.
  • 6 La concession en fief ou en libello avait pour effet de dédoubler la propriété. Demeurait aux main (...)

3Il serait toutefois vain d’opposer tenancier et alleutier. Ainsi en décembre 1198, le prêtre (pre’) Martino Pre Ley de Chioggia mineure bénéficia d’une ample donation de la part des époux Zi, Iohannes et Richilimtalia. Ils avaient donné à leur protégé des vignes, terres, saline et cavedini, masure et maison, casamenti in castro Clugie. Le gastaldo et les juges accordèrent l’investiture sine proprio, salvibus omnibus racionibus patronum et laboratorum de suprascriptis vineis et salinis, ainsi qu’il est précisé dans les promesses (de travailler et de verser le cens et la pension)5. Les biens du ménage donateur étaient par conséquent composés d’alleux (leurs maisons, terrains et casamenta au bourg) et de tenures, les vignes et salines, biens fonciers de rapport voués aux cultures commerciales et dont le propriétaire initial ou direct était le monastère6, le ménage puis son donataire ne possédaient que le dominium utile et devaient respecter les droits du seigneur abbé (patronus) et des exploitants (laboratores). L’acte signale explicitement que le tenancier avait recours à des travailleurs pour cultiver vignes et salines, si bien que cette société était constituée de trois strates, au sommet le propriétaire éminent ou dominus qui avait concédé par un acte écrit (libelle) les tenures à des notables du bourg, lesquels les donnaient à travailler à des laboratores par un contrat non écrit (ou non conservé) de courte durée et à part de fruit.

  • 7 La Trinité, 90.
  • 8 La Trinité, 124.

4Les grands propriétaires, au premier rang les monastères, n’ont jamais cessé de chercher à obtenir davantage de leurs tenanciers. Martino Cocco et son fils Floriano ont demandé à l’abbé un libellum ad fictum. Ils obtinrent deux parcelles à Cavarzere en bordure de l’Adige, un bien à améliorer durant 29 ans renouvelables, salvam iusticiam domnicam dandum. Lors du renouvellement (renovatione) du libelle, le monastère recevrait 10 sous de Vérone. Les tenanciers offriraient au maître l’hospitium, l’hébergement autant de fois qu’il leur serait demandé. La pension était fixée à 20 pisces capitaneos (des mulets, cefali) à porter au monastère à la S. Benoit en mars7. Quinze ans plus tard, une concession analogue était accordée, salvam justiciam donicam dandum, le cens était fixé à une jointée (ce qu’on peut tenir entre les mains jointes) de mulets. Le tenancier fut soumis à un droit de renouvellement de 30 sous, au service de la terre comme chacun de ses voisins et à l’hébergement qui comportait le feu, le lit et la table, selon les possibilités de l’hôte8. En fait ce qui retient l’attention dans ces deux chartes, c’est la réserve de la justice seigneuriale (iusticiam domnicam) que le monastère s’était appropriée. Il exerçait un droit de basse justice vis-à-vis de ses tenanciers dans un lieu pourtant soumis à la juridiction des institutions ducales.

  • 9 Rippe 2003, p. 475, signale les charges diverses : cadeaux coutumiers, corvées, droit de gîte, qui (...)
  • 10 La Trinité, 272.

5En janvier 1191, à Bagnoli-l’Abbé, Giacomino de Carrare accorda en livello quatre campi de terre contre une redevance du quart des récoltes de blé à conduire à la maison du maître à Bagnoli à la Saint-Étienne. Jamais encore la redevance du livello n’avait atteint un tel taux. Un semestre plus tard, un propriétaire de Carrare investissait un habitant de Bagnoli d’un sedimen où habiter et de toutes les terres de ce manse dans une location perpétuelle (iure locationis usque im perpetuum) pour laquelle le tenancier devrait à l’avenir un tiers du vin et un quart des récoltes plus encore l’amiscere9 soit l’épaule, les trois fougaces et 8 sous pour loyer et gîte (pro fito et albergariam). Le contrat mêlait habilement des redevances paysannes ou loyer de la terre et des charges seigneuriales, le tenancier ayant en outre versé un droit d’entrée de 12 livres10.

  • 11 Rippe 2003, p. 482, à propos des modalités de partage de la vendange entre le propriétaire et les (...)
  • 12 La Trinité, 273.
  • 13 Sur la fouace, pain de longue conservation, sans levain, cuit sous la cendre précise Raban Maur, m (...)
  • 14 La Trinité, 274.

6L’abbaye adopta rapidement ces nouvelles contraintes à l’égard du monde paysan : en mars 1192, l’abbé donnait à quatre frères à cens et loyer en livello cinq parcelles à Bagnoli de Marsilio (le bourg d’en haut), dans le quartier Salçedo. La taille des parcelles était modeste, au total huit campi, le bail était à quart de fruit, plus l’épaule de porc ou à défaut deux poules, et deux fougaces. Si les paysans plantaient de la vigne, la rente était portée au tiers. En temps de vendange, un envoyé de l’abbé assisterait au pressurage (ad scolandum vinum). Toutes les rentes devaient être portées à la maison domaniale du monastère à Bagnoli11. Les preneurs pourraient utiliser 2 ou 4 campi pour l’élevage. S’ils cessaient d’exploiter le bien, celui-ci ferait retour au monastère12. Le même jour, l’abbé donnait à cens à Iohannis fq Opiçi de Bagnoli-d’en-Haut un manse de terre constitué de 30 parcelles sans masure (sine sedimine, l’habitation était au bourg). Toutes les parcelles, mesurées, dessinaient un terroir rubanné, la longueur atteignait fréquemment 70 à 90 perches, la largeur dix fois moins, 7 à 10 perches. La rente était fixée à : ¼ du blé et du lin, 1/3 du vin, 1 épaule ou 2 poules et 2 fougaces13, à porter à la maison domaniale. Le tenancier livellaire versait un droit d’entrée de 9 livres et chaque année une colta de 10 sous14. Le contrat mêlait cette fois de pesantes rentes en nature, les cadeaux traditionnels de déférence dus au maître et une rente en numéraire, signe que l’argent et l’économie marchande pénétraient davantage les campagnes.

  • 15 La Trinité, 338 (et dare tercium conçium vini et conducere in Bagnolo ad domum donicalem et manduc (...)
  • 16 La Trinité, 339. Ces deux contrats furent établis à Bagnoli sub porticu donicale domo, en présence (...)
  • 17 Modzelewski 1963-1964, p. 53-54.

7En 1199, le monastère poursuivait sa politique de mise en valeur de ses terres, il avait adopté une gestion décentralisée et un prieur, dom Cataldo, agissant sur précepte de l’abbé et des moines, distribuait les livelli à Bagnoli et alentour, à charge pour le tenancier de planter de la vigne et d’apporter à la maison domaniale un tiers de la vendange, de nourrir deux hommes, sans doute deux manouvriers ou s’agirait-il de deux transporteurs de la rente en nature entre Tribano et Bagnoli ? Le cadeau dû à la Saint-Étienne n’était pas oublié, mais si le vigneron n’avait pas de porc, l’épaule serait remplacée par deux poules et 12 deniers15. Le même jour, le prieur se faisait plus explicite dans un second acte de livello, il fallait offrir le repas durant les vendanges (pastum vindemie)16. On reste surpris par le faible nombre de livelli concédés par l’abbaye et par la petite taille des biens inscrits dans ces « libelles » et voués à la culture de la vigne. L’absence de catastico des biens de La Trinité de Brondolo ou la perte d’un tel « cadastre » n’aident pas à l’interprétation de l’historien. Les biens concédés en livello ont souvent pour confronts d’autres biens monastiques dont le mode d’exploitation n’est pas précisé ou dont on n’a pas conservé les chartes de concession. Mais alors ces biens seraient-ils demeurés en gestion directe, en réserve cultivée par des manouvriers sans terre, par des serfs ? De deux choses l’une : ou la réserve a été lotie et les lots confiés à des tenanciers livellaires ou métayers ou elle est restée intacte en gestion directe et cultivée par des braccianti. Sans préjuger du statut de la main-d’œuvre appelée à travailler sur ces terres, au voisinage de Bagnoli, à Monselice, le grand monastère de bénédictines de S. Zaccaria avait, on l’a déjà signalé, reçut lui aussi une donation fort importante et dans les années 1170, le prêtre Pangrazio en dressa le catastico qui établit que non seulement S. Zaccaria conservait des « réserves » mais cherchait aussi à reconstituer celles qu’il avait loties17. La réserve de S. Zaccaria avait conservé ses champs en emblavures et loti les vignobles dont le soin exigeait davantage de main-d’œuvre. À en juger par la taille des micro-exploitations concédées en livello, par l’encouragement prodigué aux concessionnaires de mettre en vigne les parcelles reçues, on retire l’impression que le libellum était l’exception et non la règle, qu’il était remis à des cultivateurs pour compléter une exploitation avec quelques parcelles à planter en vigne, et que ce contrat pour ces parcelles n’imposait aucune charge de travail extérieur, sur les terres de la réserve domaniale.

  • 18 La Trinité, 321 et 325.
  • 19 La Trinité, 347.

8Les seigneurs laïcs présentaient des exigences plus modérées que l’abbé. En 1197, Marsilio de Carrare investissait Inginulfo avec le libello d’une terre à Bagnoli au tiers de fruits plus l’inévitable amiscere (épaule et deux fougaces) et le seigneur Beraldino d’Are remettait à Vitale de Orsolçe de Bagnoli trois parcelles ad libellum locationis perpetuum, à Bagnoli, ces trois terres confinant chacune à des biens du monastère. La rente était réduite à la 11e mesure du blé et du vin à porter à la maison domaniale à Pernumia. Vitale avait versé au seigneur le prix de 5 livres moins 5 sous18. Ce droit d’entrée justifiait-il l’allègement de la rente annuelle ? D’autres propriétaires alleutiers confiaient une terre à défricher (una pecia terre ad roncandum) à Laurent le forgeron par un bail de location au tiers des grains et 10 sous vénitiens à la Saint-Étienne à porter dans l’une des maisons des maîtres à Conselve ou à Tribano19.

  • 20 Papagno 1976 a tracé un tableau très suggestif du paysage agraire entre Rovigo et Trévise, qui con (...)
  • 21 La Trinité, 439.
  • 22 La Trinité, 472.

9En 1212, Ycilinus de Baialardo investissait Bastardo et son gendre Pietro d’un manse de 30 campi à Spessedo, nomine locationis. Le bail était établi pour 20 ans, à ces 30 campi de terre labourable, les deux tenanciers pourraient ajouter 30 campi qui restaient à défricher et ils auraient alors un manse de 60 campi. Ils étaient aussi autorisés à enclore quatre campi. Le propriétaire devait édifier la maison et aménager une aire, creuser quatre tours des fossé (le manse serait donc entouré de fossés) et leur donner des plants de saule. Le bail était à tiers de fruits sur les blés, le lin et l’huile. Ces rentes au seigneur seraient portées à Bagnoli ou à la rive du fleuve. Il s’y ajoutait l’amiscere, soit une épaule, une fougace (à la S. Étienne), une oie à la Toussaint, une poule au carême, 20 sous pour la colta à la Ste Justine, et deux charrois de Bagnoli à Padoue chaque année. Au début du XIIIe siècle, ce bail attestait les importants changements intervenus dans le drainage de la campagne (les fossés et les saules), la poursuite des défrichements et assèchements, en un mot de la bonification, l’orientation vers une polyculture fondée sur les céréales, la vigne, l’olivier et le lin20, le petit élevage de volaille, oies, poules, la contribution du propriétaire à l’investissement, il fournit la maison et le toit ainsi que des plants de saule, mais le bail a cessé d’être perpétuel, il est limité à vingt ans, porté au tiers des récoltes, et complété par des prestations en nature, en argent (la colta) et en travail (deux corvées de transport)21. La diversification du prélèvement, sa dispersion dans l’année, sont signes de son alourdissement. Deux ans plus tard, Ycilinus arrondissait son bien et achetait aux Carrare 12,5 campi de terres qui confinaient à ses terres à Spessedo, pour le prix de 25 livres, les Carrare lui remettant son nouveau bien en fief22.

  • 23 La Trinité, 148 (fév. 1166).
  • 24 La Trinité, 153.

10Une politique inconsidérée de donations aboutissait aussi à aggraver la situation de la paysannerie. Les frères Bonosapere et Dominico Zi de Chioggia mineure, fidéicommissaires de leur frère Pietro décédé, offrirent au monastère une saline au fondamento Tallada pour laquelle Pietro versait un cens, 3 jours, à Dominico Albino de S. Angelo à Rialto, à raison d’un jour par semaine. Ils donnaient aussi un jardin ultra Brenta que Pietro tenait du monastère. Leur neveu orphelin, Cataldo, encore enfant, entrerait au monastère qui lui donnerait le vivre et le couvert comme aux autres frères23. Le monastère obtenait une saline, un jardin et un convers. Trois ans plus tard, le monastère louait la saline à Johannes Zi, l’acte précisait que le fondamento Tallada appartenait à Dominico Albino, un propriétaire laïc qui prélevait un cens modéré et étalé sur trois semaines. Ce patron s’obligeait à venir à Chioggia trois fois demander son cens. Le monastère exigea aussi la récolte de trois jours, lesquels lui plairaient. Le cens, par le jeu d’une simple donation, était porté à six jours24. Albino, dont les intérêts n’étaient pas immédiatement compromis – il conservait sa rente et son droit de prélation en cas de vente – se voyait obligé d’accepter un second propriétaire sur son bien, sans qu’il eût eu son mot à dire. À terme pourtant, son bien était menacé car le saunier pourrait être tenté de déguerpir s’il trouvait à exploiter une saline moins obérée de charges patronales.

  • 25 La Trinité, 571. On notera que le bien concédé ad libellum perpetualem (ligne 9) se transforme ins (...)

11L’addition des charges pesant sur la paysannerie aggravait le sort des ruraux. Le 17 mars 1218, Serra Pinamonte reçut 40 sous vénitiens de Marchexino de Bagnoli et l’investit d’un sedimen avec vigne et maison à Bagnoli en livello perpétuel. Outre ce droit d’entrée, Marchexino verserait un loyer (pro affictu) de 10 sous par an, livrerait une épaule et une fougace et un tiers du vin de sa vigne et il serait encore tenu d’offrir un repas pour trois personnes (repas des vendanges ?). S’il n’était pas heureux de son sort, Marchexino pourrait vendre, mais à Serra avec un rabais de 5 sous calculé sur le prix exigé de tiers. Si la dame refusait d’acheter, il ne serait autorisé à vendre qu’à un égal non à un puissant ni à un homme de la ville, ou de masnada ou d’église, le droit du libello (les diverses redevances et l’amélioration du bien) restant réservé. S’il agissait contre ces dispositions, le bien retournerait à Serra et à ses héritiers25.

  • 26 San Giorgio M., 295, le laïc cédait omnes raciones quas habebat et detinebat in pecia una de terra (...)

12Le laconisme des documents notariés nous éclaire trop rarement sur les charges qui pesaient sur la paysannerie. Ainsi le 26 mai 1161, un habitant de Codevigo échangeait avec l’abbé Leonardo un pré qu’il avait à Rosara contre deux champs à Codevigo. Les biens échangés seraient désormais tenus « proprietario iure », pourtant Johanne de Codevigo devrait « acquitter la réquisition en fourrage et toute fonction publique » pour le pré donné à l’abbé qui ferait de même si le bien échangé était soumis à condition. L’acte s’ouvrait sur un préambule qui proclamait que l’échange accompli de bonne foi entre deux partenaires était un contrat qui, à l’instar d’un achat, créait un lien entre les deux parties. Il aboutissait à séparer la propriété réelle et ses droits privés (omnes raciones) et les droits ou charges (publicam functionem) qui pesaient sur elle, l’un s’étant engagé à verser tout le fotrum et toute charge publique, l’autre promettant de même si le bien était conditionné (si aliquid pertinet ad condicionem)26.

  • 27 San Giorgio M., 545.

13Autre manifestation de la réaction seigneuriale, la restriction des droits d’usage : en novembre 1191, le monastère déposait une plainte devant le juge du podestat de Padoue contre deux paysans pour que leur fût interdit le passage par les biens (praedia) du monastère. Les deux hommes renoncèrent devant le juge à tous les droits qu’ils détenaient sur les terres de San Giorgio et s’engagèrent à n’y plus pénétrer ni à y faire paître leur bétail27.

  • 28 San Giorgio M., 612.

14En 1199, alors que les anciens libelli étaient concédés soit à perpétuité, soit à la troisième génération, soit pour une durée de 29 ans, Enrico Salvatico prit la précaution de réfuter aux mains de l’abbé Marco toutes raisons qu’il avait dans le sedimen et la vigne reçus en libello du monastère. Ces biens à Rosara étaient à présent tenus, cultivés et habités par Martino, son fils28.

  • 29 Le prix de l’achat était soldé quando [dominus Wicimanus, le vendeur] faceret vasallos refutare ju (...)
  • 30 Le vassal a remis le fief au seigneur qui l’a relevé de sa fidélité : refutavit hoc sedimen, unde (...)
  • 31 San Giorgio M., 585.

15Lorsqu’un seigneur offrait ou vendait ses biens au monastère, celui-ci, on l’a vu, s’efforçait de libérer la donation de toute sujétion féodale29 ce qui n’était pas nécessairement à l’avantage de l’ancien vassal qui reprenait le bien en tenure ad vilanaticum pour S. Giorgio et devenait le régisseur, l’agent domanial du monastère (erat ejus vilicus). Or cet homme avait édifié sa maison de bois sur le terrain qu’il avait reçu en fief à Roncaiette, où il n’y avait alors qu’une hutte de chaume et il ne donnait « ni l’épaule ni l’amiscere » à son seigneur. Quand il abandonna ses droits sur le fief, le seigneur le releva de sa fidélité30, il devint vilicus de l’abbé, sa maison fut intégrée dans la domus donica du monastère et il la couvrit de tuiles. Le juge mit fin à l’affaire, l’abbé de S. Giorgio ne pouvait avoir investi l’occupant des lieux d’un fief, même si les témoins disaient vrai, l’investiture était sans valeur car l’abbé et ses prédécesseurs n’avait pas pour habitude de donner des fiefs, l’homme tanquam villanus habitabat31. De vilicus l’ancien vassal fut rétrogradé au rang de villanus.

  • 32 San Giorgio M., 524 ; sur les arimani, Rippe 2003, p. 175-179.
  • 33 San Giorgio M., 535.

16Quand Egidio de Campoarsici vendit au monastère plusieurs terres confinant à celles du monastère, celles-ci, selon le vendeur, étaient « liberas ab omni funtione arimanie », d’où il appert que les arimani étaient astreints à des fonctions spécifiques, à des services, à des corvées probablement32. La même année 1190, le moine Wido de Ionatha investissait Gumbertino de Gabriele de Vigodarzere ad villanaticum d’un manse où le villain habiterait dès que possible et livrerait au monastère pro affictu mansi chaque année 32 setiers de froment, 20 sous, une oie à la Toussaint, une poule à Carnaval, des œufs à la fête de Passe Maioris (?), et une épaule et une fougasse à la fête de St.-Etienne, il apporterait tout cela à Venise au monastère à ses frais, sous peine de 10 livres. Faire le voyage en barque de Vigodarzere au monastère à cinq ou six reprises, pour y porter des rentes légères (oie, poule, œufs, épaule de porc et fougasse), 20 sous ou encore, plus sérieusement, 32 setiers de grain, représentait un alourdissement considérable des charges pesant sur les paysans, porter une poule exigeait un déplacement de deux jours, une oie de même, etc33.

  • 34 San Giorgio M., 91.

17En 1105, Tribuno accensa deux salines au fondamento San Pietro, le côté de l’une d’elles longeait la virga madrigale, le cens était fixé à cinq jours de récolte, si le tenancier souhaitait vendre, il devait vendre à l’évêché de Castello si celui-ci acceptait d’en donner le prix. Sinon il vendait à qui il voulait sous réserve de verser le cens au monastère et le quint à l’évêché, id est dinarios quintos, soit 20 % du prix (le 5e denier)34.

  • 35 San Giorgio M., 98-99. Alors que la concession accordée en 1109 à Venier Spathario était de 29 ann (...)

18Sur les salines également, l’alourdissement des charges pesant sur le travail fut sensible précocement, Ambrosio Iusto (Zusto) de S. Salvador avait donné en décembre 1108 au monastère un terrain à Chioggia autrefois occupé par un salarium, et quatre salines, deux au fondamento de Strausione, dont l’un des voisins était Iohannes Gradenigo, et deux au Rivo Zocoso. Dès le printemps suivant, Tribuno concédait en livello pour 29 ans renouvelables à Venier Spathario les deux salines du Rivo Zocoso. Le saunier les cultiverait et ferait tous les travaux nécessaires, y compris au domnico, in laudacione bonorum hominum. Le cens s’élevait à 6 jours et demi plus un septième jour dû à Iohannes Gradenigo patriarche de Grado et aux héritiers de Theodosio Morosini35. Zusto avait par conséquent donné au monastère deux salines dont il n’était pas le propriétaire et qui avaient appartenu à l’origine au clan Morosini qui en avait fait donation au patriarche, lequel en avait remis le libello à Zusto habitant la paroisse de S. Salvador à Rialto. La donation n’indiquait pas la présence de travailleurs sur ces salines et la concession en livello ne précisait pas si le concessionnaire (Spathario) avait déjà exploité les salines quand elles appartenaient à Zusto. Sinon, l’abbé aurait contraint les anciens exploitants à déguerpir avant d’installer Spathario.

19Les différentes formes de mutation de la propriété (ventes ou donations) aboutissaient fréquemment à un alourdissement du cens, puisque l’ancien propriétaire obtenait de conserver ses droits et le nouveau imposait les siens, seul le quint (quintellum) ne supportait aucun transfert : il restait invariablement dû au seul propriétaire initial.

  • 36 San Giorgio M., 115.
  • 37 San Giorgio M., 161.
  • 38 San Giorgio M., 195.

20En avril 1116, quand Venier Dedo reçut en livello pour 29 ans de l’abbé Tribuno deux salines au fondamento de San Zaccaria (dit Abbatissa), il promit de bien cultiver, de travailler au domnico et de verser le cens : quatre jours à San Giorgio et un jour à San Zaccaria et de porter la rente dans les salaria de chacun des monastères à Chioggia36. Il travaillait bien cinq jours sur les salines pour les deux propriétaires successifs. En juin 1131, quand Cristoforo Albesendi reçut de Tribuno deux salines au fondamento Abbatissa, le cens s’élevait au total à 6 journées et demie de travail, mais pour une saline il était partagé entre les monastères de S. Giorgio et de S. Zaccaria qui percevait la récolte d’une journée, pour la seconde San Nicolò du Lido prenait deux jours et réduisait la part de S. Giorgio à 3,5 jours de récolte37. En septembre 1139, l’abbé Otto qui avait succédé à Tribuno au monastère de S. Giorgio confia à un tenancier une saline au fondamento Gradenigo Piccolo, l’exploitant se vit astreint à acquitter « six jours de sel pour la pension et un septième jour pour le cens au monastère »38. Le loyer appelé « pensio » faisait son entrée sur le domaine salin de Chioggia jusqu’alors soumis au seul cens et, le cas échéant, au « quint » quand la saline était vendue à un tiers. Le quintello pesait sur le bien ou fonds, le cens et la pension sur la récolte et le travail du saunier. Le cens, dont on a vu qu’il était souvent limité initialement à la production de sel de deux journées atteignait fréquemment six journées vers 1200, il avait triplé, voire quadruplé en l’espace d’un siècle.

La résistance d’une communauté paysanne

  • 39 Plubica me paraît une bévue de copiste par déplacement de « l ». Il faut lire « publica » qui dési (...)
  • 40 La Trinité, 451 et 452.
  • 41 La Trinité, 453 et 455-458.

21Entre Bagnoli, Tribano et Conselve, subsistait à l’orée du XIIIe siècle un grand marais (Palude maggiore) délimité par des bornes de pierre et traversé par un canal de drainage, publica ou plubica39, dont l’entretien incombait collectivement aux villageois des alentours, réquisitionnés par des officiers publics, les superstantes. Le 27 octobre 1213, le podestat vénitien de Padoue, Marino Zeno, avait délégué les juges pour examiner les publicae Paduane et ceux-ci avaient conclu à l’utilité de ces canaux et à la nécessité de leur entretien. Les superstantes ordonnèrent aux hommes de venir travailler aux biens publics, et aux villages de venir creuser (fodere) ces canaux publics. Si une communauté refusait de répondre à ces corvées collectives, elle exposerait ses raisons aux juges. Quelques semaines plus tard, en présence des juges et des curés, en comuni vicinancia et en conseil, tous les vicini de Bagnoli présents (42 hommes), un notaire et deux jurés de la commune, réfutaient aux seigneurs, les frères Iacopo et Albertino de Carrare, toute la terre et les droits, sans les accroissements, que la communauté tenait dans le Grand Marais jusqu’au canal creusé par la commune de Padoue. Tous renonçaient à leur tenure précaire. Le regeste signalait laconiquement au dos du parchemin qu’ils avaient donné le marais aux Carrare, « abandonné, rétrocédé » auraient été plus exacts40. La cause du mécontentement paysan n’est pas précisée, mais dès le début de février 1214, Jacopo de Carrare qui ne pouvait plus faire fond sur la population masculine de Bagnoli recruta ses paysans parmi ceux de Tribano en leur confiant au lieu-dit Palude Maiore à Bagnoli-d’en-Haut des parcelles de 4 campi (trois de terre arable et un de pré) en livello avec bail au tiers des fruits sauf des arbres, plus le cens, et la possibilité de vendre la tenure, à condition de trouver un acheteur de condition libre et habitant Tribano41. Il existait donc à cette date des non-libres dans le Padouan et les paysans libres n’échappaient ni aux réquisitions ni aux corvées, surtout dès lors qu’il s’agissait d’entreprises collectives chargées d’assécher et de mettre en culture une vaste zone marécageuse.

  • 42 La Trinité, 499.
  • 43 La Trinité, 501.
  • 44 La Trinité, 619.
  • 45 La Trinité, 621 -622.
  • 46 La Trinité, 623.

22La menace ne vint pas des habitants de Bagnoli, mais de ceux de Conselve : le 30 août 1215, alors que l’abbé était attablé ad prandium avec des notables, trois juges de Padoue et un notaire, au Grand Marais sur la voie publique entre Bagnoli et Padoue, un tumulte éclata, on sonna, des hommes de Conselve étaient descendus au Marais pour dévaster les blés, les arbres et les saules. Le soir l’abbé avec ses hommes se rendit au Marais pour affirmer sa possession. Tous virent les arbres coupés42. Cinq jours plus tard, le juge du podestat de Padoue interdit aux hommes de Conselve, de Bagnoli, aux publicani et aux moines de se rendre en troupe avec leur bétail au Grand Marais, sauf s’ils y possédaient des biens et des droits, pour y prendre des grains, y paître ou couper du bois jusqu’au canal, sans l’autorisation du podestat, sous peine d’une amende collective de 5 000 livres43. L’affaire témoigne aussi de la vigueur des communautés rurales au début du XIIIe siècle, de leur volonté d’émancipation et d’un sentiment de solidarité qui s’est forgé contre la domination seigneuriale et les abbés : le 8 mars 1220, les 438 hommes de Conselve, tous désignés par leur nom ou leur patronyme, en présence de quatre juges, notaires, héraut et d’autres, rassemblés en assemblée générale (plena vicinantia) au son des cloches et à l’appel du héraut, élirent Ubertino Were syndic, acteur et procureur contre toute personne qui voudrait intenter un procès à la commune (de Conselve) à propos du Grand Marais. Ubertino ne pourrait intenter de procès ou conduire de transaction sans l’accord du juge du podestat de la commune44. La solidarité villageoise ne triompha pas : des juges confirmèrent que la commune de Conselve devait exécuter la sentence rendue puis confirmée lors de précédents jugements et le juge Roberto commit le héraut Vito pour qu’il ordonnât aux marici et syndics de la commune de Conselve, sous peine de 1 000 livres pour la commune et de 100 livres pour chacun des villageois, de ne pas contrevenir à la sentence rendue et confirmée par deux juges pour le podestat Bonifacio de Padoue45. Le syndic du monastère poussa immédiatement son avantage et demanda au juge d’aller inspecter le Grand Marais pour le mesurer, le confiner, le borner (terminatio) et l’assigner selon la sentence des juges sous peine de 1 000 marcs infligée à la commune et aux hommes de Conselve46.

  • 47 La Trinité, 526 (1216, 2 avril).

23Iacopo de Carrare et son frère, renonçant aux raisons, occasions et droit, sous peine de 2 000 livres vénitiennes, avaient promis d’observer intégralement ce que décideraient les juges dans l’accord entre eux et l’abbé de Brondolo à la suite de l’affaire de domina Sofia, fille du seigneur Albertino da Baone, qui devait céder et transmettre à l’abbé tous les droits, raisons et actions qu’elle paraissait détenir dans les ventes et donations opérées par les frères Carrare à Bagnoli et sur la dîme détenue et reçue par le seigneur Marco de Maltraversi à Bagnoli, ainsi que sur le Grand Marais et ses dépendances achetés par l’abbé aux Carrare. Les juges ordonnèrent aux Carrare de remettre à l’abbé « pour Dieu et le repos de leur âme » tous les droits et actions « si quod et si quas habebant seu habere videbantur » entre les territoires d’Anguilara et de Bagnoli avec obligation de leurs biens. De son côté l’abbé promit de céder aux deux frères deux pieds de terre vers Anguilara après le canal (fovea) à creuser à la limite entre les territoires des deux villages. L’abbé était invité à donner aux Carrare tout ce que possédait le monastère entre ce canal et Anguilara, à l’exception des biens possédés antiquitus. Cela acté, les juges ordonnèrent aux frères Carrare sous peine de 2 000 l et du serment (sacramentum) auquel ils étaient tenus, avant le 1er juin, de faire se désister Sofia de ses prétentions sur les biens vendus et Marco de Maltraversi sur la dîme et le Grand Marais47.

  • 48 San Giorgio M., 37, 47.
  • 49 San Giorgio M., 209 « servitude dont il est parlé plus haut », mais je ne vois guère que la consor (...)

24On a peu d’informations sur l’existence de ces communautés, qui apparaitront au grand jour lors de leur démembrement et de la vente des communaux qu’elles géraient. La nature même de la documentation (des chartes monastiques presqu’exclusivement) ne contribue pas à éclairer les activités de ces communautés astreintes à accomplir des corvées publiques, au moment ou s’atténuaient les corvées privées exécutées sur les domaines des maîtres. En 1078, deux frères avaient vendu 22 rangs de vigne et deux terres arables « « quae sunt dies quatuor ad terradogo dandum » à Rosara. Ils étaient propriétaires de ces biens (juris nostris). Le mot « terradogo » emprunté au dialecte vénitien rend le latin « terraticum », évalué en « jours (de travail) » et non en monnaie. Faut-il y voir une corvée due sur une réserve domaniale ? ou sur des biens communaux ? en effet, les vendeurs signalaient que de tous ces biens vendus « nostri consorte abet ». En 1081, à Codevigo, en Saccisica, une terre vendue avait pour confronts sur deux côtés des consortes48. Une autre hypothèse encore est envisageable : toutes ces terres drainées et entourées de fossés exigeaient des travaux collectifs d’entretien, les fossés étant des parties communes en indivision à la charge des tenanciers des deux champs mitoyens séparés par le fossé. En 1144, Johannes Sicherius et sa femme Berta vivant sous la loi salique, vendaient au monastère 60 campi de terre arable, mesurés à la perche de six pieds, à Camponogaria, dans les récents défrichements du côté du Cornio. Ce bien était contigu à la terre des consortes avec qui les époux avaient procédé à un partage, mais le bien était cédé avec ses servitudes49.

  • 50 San Giorgio M., 200.

25Sur les salines de Chioggia se manifestaient quelquefois aussi des signes de mécontentement. Johannes Gradenigo de Ss. Apostoli raconta devant les juges de la cour que Johannes Carnello avait placé en gage auprès de son frère Columbano chapelain de S. Marco deux salines au fondamento Post Castello, son frère ensuite lui remit les salines, mais l’une d’elles était en ruine, or elle rendait le cens au monastère. L’autre était retenue de force par Carnello. Gradenigo porta plainte au plaid du doge Pietro Polani. Carnello fit quittance de la saline per legem et iudicium à Gradenigo. L’abbé vint alors in pacti conveniencia avec Gradenigo et lui versa cinq livres de Vérone, celui-ci lui abandonna la saline et promit de défendre l’abbé contre toute revendication50. La protection promise était limitée à la saline vendue et à une durée de cinq années. Si Gradenigo manquait à une quelconque de ses obligations, il paierait la pénalité coutumière de cinq livres d’or, la charte comportait « quittance (securitas), promesse et défense » contre quiconque et pas seulement contre Carnello qui exhiberait de nouveaux arguments pour entrer en possession de la saline. Carnello n’était du reste pas cité, et il faut entendre la défense comme une intervention devant les tribunaux publics au côté de l’abbé au cas où serait contestée la propriété du bien acheté.

L’appropriation des dîmes

  • 51 L’archiviste de la curie épiscopale de Padoue, le prêtre Rizieri Zanocco († 1945) publia de son vi (...)
  • 52 Constable 1964 ; Lauwers 2012b ; Caby 2012 ; Bain 2010. L’introduction de Lauwers 2012b, constitue (...)
  • 53 Lauwers 2012b, p. 25 n. 48) cite ce passage d’une lettre (vers 760) du souverain franc Pépin III a (...)
  • 54 Devroey 2010, p. 39, cite MGH Capit, 1, no 112, p. 228 : ut decimae populi dividantur in quattuor (...)
  • 55 Ibid., p. 47. G. Greco a rappelé la définition canonique du bénéfice (Greco 1986, p. 534) : jus pe (...)
  • 56 Castagnetti 1986, p. 515-516. Il serait utile de connaître la capacité de ce muid de grain, de l’a (...)
  • 57 Menant 2000b, p. 102 et 108.

26La dîme, dont nous avons déjà signalé l’importance, n’a guère retenu l’attention des historiens malgré le taux de son prélèvement (10 % des récoltes)51. À côté des recettes courantes dégagées par l’exploitation du patrimoine propre, elle représentait un transfert obligé de richesse. Elle fut l’enjeu de concurrences et de querelles durables entre les pouvoirs, temporel et ecclésiastique (le comte et l’évêque ou l’abbé), entre haut clergé (abbés et évêques) et clergé paroissial, surtout entre clergé séculier et régulier (curés et moines)52. Elle avait été établie durablement par Charlemagne en 779 (capitulaire de Herstal) et étendue aux provinces conquises, à l’Italie, par le synode de Francfort (794) après les grandes famines de la fin du VIIIe siècle. Destinée initialement aux indigents, elle était assimilée à l’aumône par l’évêque Césaire d’Arles († 542), mais elle passa rapidement au service du clergé paroissial empêché de travailler pour se consacrer au service divin au bénéfice de tous et appelé à encadrer la masse de la société franque, pour l’entretien de l’autel, les offices pastoraux, le secours aux indigents53. Les évêques furent chargés de la répartition de ces offrandes partagées en quatre parts ou quarts54, selon un schéma de répartition qui fut rapidement perturbé quand de puissantes abbayes s’érigèrent simultanément en seigneur de la villa et en patron de l’église paroissiale et le mouvement s’accéléra quand les pievi ou églises rurales furent cédées en bénéfice à des laïcs, « les droits générés dans les paroisses étaient encastrés dans le système féodal en formation dans les campagnes italiennes »55. Dès lors ces patrons des églises se considérèrent comme les propriétaires des dîmes, ils en disposèrent librement comme de tous leurs biens fonciers. Castagnetti a publié l’impressionnant inventaire des revenus de la dîme pour la paroisse de S. Pietro di Tillida à proximité de Legnano : 750 muids de grain, 80 amphores de vin, 350 agneaux ou porcelets, 300 gerbes (mardae) de lin56. Ce prélèvement massif, bien supérieur à la rente foncière, n’était pas réservé à la consommation personnelle du prêtre, une part importante gagnait les marchés urbains proches et mettait beaucoup d’argent dans la main des prêtres qui se hissaient à hauteur de notables ruraux, d’autant plus aisément que ces prêtres fréquentaient ex officio les réseaux de l’aristocratie. Les historiens manifestent aujourd’hui un large accord sur l’importance économique et sociale du prélèvement dimier et sa confiscation par les laïcs : « l’appropriation à grande échelle de la dîme par des familles aristocratiques, vassales des évêchés et détentrices du pouvoir seigneurial a permis la constitution d’un groupe social qui a dominé les campagnes [et] les villes », Menant conclut : « la dîme, normalement inféodée avec une plebs », représentait une ponction considérable sur la production et une ressource non moins considérable pour ceux qui en disposent, d’autant qu’elle est sûre et indexée sur une production agricole en pleine croissance »57.

  • 58 Roland Viader a fait une mise au point théorique sur l’essence de la dîme, ecclésiastique, fiscale (...)
  • 59 Castagnetti 1986, signale que les dîmes en dépit des restitutions demeurèrent prérogative des mona (...)
  • 60 Castagnetti 1986, p. 513, signale que Venise s’exonéra du paiement de la dîme. On y acquittait la (...)
  • 61 L’ouvrage de Patt traite non pas de dîmes du sel mais de dominicales quas vulgo salicas vocant dec (...)

27La documentation précisait toujours avec grand soin le prélèvement de la rente foncière mais reste souvent muette à propos de la dîme. Étaient-ce sa généralisation et son taux uniforme, en principe égal à 1/10, qui rendaient superflu sa mention58 ou le fait qu’en principe les monastères n’avaient pas à s’immiscer dans sa perception et devaient laisser ce soin à l’évêque. Pourtant les moines s’acharnaient à percevoir les dîmes et à obtenir l’exemption du versement de la dîme pour les terres de leurs domaines59, hors du duché. En réalité la dîme était un impôt d’essence carolingienne qui fut étendu à l’Italie après la destruction du royaume lombard, mais le duché des Vénitiens réussit à sauvegarder son indépendance aux marges du grand empire occidental60 ? À Chioggia elle ne pesait ni sur les salines ni sur les récoltes61.

Conflits autour des dîmes

  • 62 Castagnetti 1986, p. 519.
  • 63 San Giorgio M., 336. Frugerius investivit abbatem ad rectum feudum, remisa fidelitate et omaticum (...)
  • 64 San Giorgio M., 529, 21 juin 1190.
  • 65 San Giorgio M., 307 (le cartulaire de San Giorgio n’a pas conservé trace de la charte de donation (...)

28Les dîmes dès le Xe siècle avaient été assimilées à des revenus patrimoniaux objet de transactions. Leurs détenteurs, ecclésiastiques ou seigneurs laïcs, les considéraient comme un revenu provenant de la possession du sol ou de droits juridictionnels62. En 1172, Frugerius et Iaconta avaient vendu un manse de huit parcelles cultivées avec un terrain bâti. Le vendeur investissait Leonardo, abbé de S. Giorgio, « en fief, sans fidélité ni hommage de fief, sans aucune condition de service, sauf la dîme du terrain bâti qu’il disait ne pas lui appartenir »63. Zacharia, juge du podestat de Padoue avait à trancher un litige entre le moine Pietro qui exigeait la dîme pour deux manses à Codevigo de deux laïcs qui prétendaient que cette dîme leur revenait car elle pesait sur des essarts. Les envoyés de l’empereur avaient déclaré que la terre, dont la dîme était l’objet du litige, se trouvait dans les « ampli » et qu’ils avaient la dîme de tous les « amplis » de Codevigo. Le moine savait que les défendeurs avaient bien la dîme des « novales » de Codevigo, mais la terre en question se trouvait dans les vieilles terres (in terris veteribus). Le juge condamna les défendeurs à verser la dîme au monastère. Il s’agissait donc d’un conflit sur les terres récemment défrichées (novales) et sur les accroissements de surface cultivée64. Un autre conflit surgit avec le prieur du monastère de San Daniele. L’objet de la discorde était le corps et l’avoir d’Otto Mauro de S. Stefano, que le monastère de S. Giorgio avait reçus et que le prieur contestait. Ce dernier, après avoir fait appel au patriarche Enrico Dandolo, au cardinal légat Ildebrand et même au pape, avait entamé un procès contre le monastère. Des amis communs s’étaient entremis auprès du patriarche et avaient pacifié la discorde, non par le jugement mais par conciliation. Le prieur promit de se désister de l’affaire et d’abandonner l’appel65.

  • 66 La Trinité, 285.
  • 67 Voir supra p. ***.
  • 68 La Trinité, 286.
  • 69 La Trinité, 290.
  • 70 La Trinité, 296.
  • 71 La Trinité, 463.

29Les 27 et 29 août 1193, sans que la documentation y eût fait la moindre allusion auparavant, le moine de La Trinité dom Tanselgardo multiplia les démarches à Limena, Monselice et Bagnoli pour convoquer les vassaux et même leurs seigneurs, au total dix-sept personnages laïcs, notamment les fils de Giacomino de Carrare, accusés d’avoir arraché à l’église par la violence le quartese dont l’évêque de Padoue avait investi l’abbé pour les besoins des moines66. Les vassaux partageaient des prélèvements tels que la dîme dont ils laissaient pourtant un quart à l’église locale, pour l’entretien des desservants de la plebs. S’ils ne se présentaient pas, ils encouraient l’excommunication67. Notification était faite à chacun des prévenus d’avoir à se présenter trois jours après la Nativité de Marie devant l’évêque d’Adria, sinon le contumace serait excommunié par le cardinal légat Fidanze. À partir du 15 septembre un nouveau personnage, Marco curé de Loreo prit le relais et se rendit à Limena encore, à Padoue et Bertipaglia pour inviter ces hommes à se présenter devant l’évêque d’Adria68. Le pape Célestin rappela le 5 décembre 119469 à Marsilio de Carrare et aux autres que l’évêque de Padoue avait accordé le quartese de l’église S. Michele de Bagnoli au monastère. Aucun des vassaux ne se présenta, tous furent excommuniés par l’évêque tant qu’ils n’auraient pas restitué le quartese. Le 18 juin 1195, Giovanni de Girardacio de Monselice, qui venait en quatrième rang dans la liste des 17, restitua à l’abbé le quartese qu’il tenait à Bagnoli70. En 1214 encore, les deux frères Giacomo et Albertino de Carrare étaient invités par l’abbé « pour le rachat de leurs péchés et ceux de leurs ancêtres » à cesser de molester les moines, de troubler la paix et de conserver le quart de la dîme pour les terres de Bagnoli du seigneur abbé. Les deux frères émus par ces paroles engageaient « quiconque travaillait dans ce district et ses dépendances à verser à l’église de S. Michele de Bagnoli, propriété du monastère, le quartese »71. Apparemment ces promesses ne suffirent pas à régler le litige et les Carrare fort habilement transférèrent le quartisio, objet de la dispute, au monastère S. Stefano à Carrare, dont ils étaient les protecteurs. À des seigneurs soucieux de soutenir leur politique de puissance, il fallait une assise économique solide pour le renforcement de laquelle ils n’hésitaient pas à mettre à contribution les droits et les biens ecclésiastiques et le patronage des églises servait admirablement cet objectif.

Les dîmes monastiques au cœur des disputes

30En 1215, le concile de Latran prescrivait :

  • 72 Lauwers 2012b, p. 49.

Alors que le Seigneur s’est réservé les dîmes en signe de son dominium universel, […] nous [les prélats réunis en concile] avons établi, en vertu de ce dominium général, que le paiement des dîmes précèderait celui des autres tributs et cens72.

  • 73 Ibid., p. 56-57.

31La référence au dominium universel justifiait la priorité du prélèvement de la dîme et le décimateur calculait le montant de la dîme sur la totalité de la production avant que les seigneurs opérassent leurs ponctions sur le labeur des fidèles. Les papes attachèrent la plus grande importance à ce prélèvement et Grégoire IX lui accordait en 1234 un titre de 35 chapitres dans ses décrétales (de decimis, primitiis et oblationibus). Cette attitude dogmatique ne suffisait pas à résoudre les difficultés nées de la perception de la dîme, par exemple si les deux structures, paroissiale et foncière, ne se superposaient pas, à qui le fidèle devait-il payer, à l’église de sa résidence où il avait reçu le baptême puis les sacrements, ou à l’église du lieu où il cultivait ses champs et obtenait ses récoltes. On voit bien les implications de ce cas exposé par Gratien : la dîme était-elle une contribution personnelle pesant sur les personnes ou une contribution réelle acquittée pour les biens-fonds ? Et Étienne de Tournai invoquait l’exemple des marchands vénitiens obligés d’acquitter la dîme sur leur négoce et le commerce de l’argent73, soit sur un capital mobilier et non sur des revenus fonciers. La dîme était alors prélevée intuitu personarum si elle pesait sur une activité commerciale ou artisanale. Les décrétistes n’en avaient pas fini pour autant : le pape Alexandre III avait poussé le paradoxe des deux églises (du domicile et des biens) jusqu’à placer ces deux églises dans deux évêchés voisins. Restait encore le cas du bétail transhumant qui se déplaçait de pâturage en pâturage, la casuistique tâchant alors de démêler à qui revenait la dîme de la tonte !

  • 74 Caby 2012, p. 374, cite n. 18, les propos prêtés à un moine clunisien : nostri ordinis monachi nul (...)
  • 75 Ganshof dans son compte rendu de l’ouvrage de Constable a fait une remarquable mise au point sur l (...)
  • 76 Caby 2012, p. 381. Rigon 1979, rappelle que l’institution des convers dans les monastères bénédict (...)

32Cependant le débat se déplaçait au cours du XIIe siècle sur un autre terrain, celui des « dîmes monastiques », des dîmes reçues par les moines qui s’exonéraient de leur paiement. Il se nourrissait de la multiplication des concessions de dîmes aux moines après le milieu du XIe siècle74, celles-ci n’auraient pas dû cesser de relever des évêques (decimas, quae jure pertinent ad dispensationem episcoporum, écrivait Yves de Chartres en 1109). Le monachisme cistercien soucieux d’un retour à l’idéal apostolique de pauvreté se refusait à percevoir des dîmes sur le travail d’autrui et encourageait les moines à se livrer au travail manuel pour se procurer leur subsistance75. Le débat traversait donc l’ordo monasticus. La pauvreté volontaire, pierre angulaire de la spiritualité de Bernard de Clairvaux, imposait aux cisterciens la nécessité de travailler dans des exploitations autonomes où ils pouvaient recourir aux services de convers et de salariés (mercenarii)76. Du refus de prélever la dîme sur le produit du travail paysan, les cisterciens passèrent rapidement au refus de verser la dîme sur les fruits de leur propre travail. Un esprit fort comme Yves de Chartres leur objecta que, puisqu’ils se recommandaient de la pauvreté, en qualité de pauperes Christi, ils avaient droit de posséder des dîmes dont l’Église, animée du souci de la charité, réservait une part aux pauvres. Les nombreux conflits surgis suscitèrent les interventions des papes et furent l’occasion d’affirmer et de consolider la suprématie pontificale en matière normative.

  • 77 Beccaria 1998, p. 397. Innocent III a cependant souvent favorisé l’ordre cistercien en qui il voyai (...)

33Le conflit ressurgissait à la moindre étincelle : ainsi lorsqu’une terre assujettie à la dîme était donnée à un monastère exempt du paiement de la dîme, l’église paroissiale dont relevait auparavant ce bien s’estimait spoliée et dépossédée d’une part non négligeable de ses revenus. Il fallait endiguer le flot des donations aux nouveaux ordres religieux, en particulier aux cisterciens qui multipliaient les fondations monastiques et empiétaient sur les zones d’influence des monastères bénédictins traditionnels, à tel point qu’Innocent III invita, le 16 juillet 1214, l’ordre à modérer sa politique d’acquisitions foncières et ses privilèges en matière de dîmes77.

  • 78 Berlière 1920, p. 146 : le pape a procédé au relèvement des monastères en s’appuyant sur l’épiscop (...)
  • 79 La Trinité, 518, 531 et 534.
  • 80 La Trinité, 576.
  • 81 La Trinité, 512, 18 sept 1215.
  • 82 La Trinité, 518, super quartisio et rebus aliis, (527) : soit 2 modia et 2 staria milei perçus à S (...)
  • 83 La Trinité, 522, 536 et 619.

34Le pape Innocent III intervint dans le conflit qui opposait les Carrare et le monastère de La Trinité et, le 6 novembre 1215, désigna juges l’évêque de Padoue et l’archiprêtre Floriano78. Le 2 juin 1216 les deux juges délégués rendirent leur sentence, l’abbé de Brondolo étant contumace, ils remettaient le quartisio, objet du litige, à l’abbé de S. Stefano de Carrare et chargeaient Albertino d’en investir la tenure ou quasi possession. Brondolo en appela au pape79. En 1218, le 1er août, à Carrare, l’abbé Pietro de Brondolo demanda son soutien au seigneur Giacomo de Carrare pour qu’il le défendît dans le procès intenté par Iordano, évêque de Padoue devant l’évêque et le prévôt de Ferrare sur les décimes des deux Bagnoli, et qu’il fût au plaid fixé huit jours après la fête de Marie à Ferrare devant les juges ecclésiastiques80. Jacopo avait juré d’aider l’abbé à se maintenir contre toute personne et de conserver les biens vendus par lui dans les deux Bagnoli, leurs territoires et finages, et spécialement au Grand Marais. Il avait promis de défendre le monastère81 pris dans une spirale de procès. Le 9 août 1218, en présence de Leonardo Sanudo, Pietro Rosso (Rubeo) et Giovanni de Carrare, à Brondolo, l’abbé et trois moines délivraient une procuration au moine André, sindicus, actor, et procureur dans les litiges et procès opposant le monastère :
– à dom Giordano, évêque de Padoue devant l’évêque et le prévôt de Ferrare ;
– aux chapelains de San Marco ;
– à l’abbé (du monastère S. Stefano) de Carrare82 ;
– au seigneur Giacomo de Carrare et à Albertino à propos de la vente de 2/3 de Bagnoli ;
– à la commune et à la population de Conselve pour la possession du Grand Marais83 ;

35pour exiger les biens du monastère, défendre celui-ci et le garantir de toute personne, entamer les procès contre quiconque de Padoue et de son district, de Venise et du patriarcat de Venise (sic). Le convers Gautier et le moine Martin retenu dans sa chambre par l’infirmité approuvèrent le choix du moine et sa mission, le moine détaché dans la maison du monastère à Chioggia fit de même. Le puissant monastère comptait alors seulement six moines dont l’abbé et un convers.

  • 84 La Trinité, 580-581.
  • 85 La Trinité, 583-584.
  • 86 La Trinité, 599.
  • 87 La Trinité, 600.
  • 88 La Trinité, 604. L’évêque de Padoue communiqua la sentence à l’abbé de La Trinité le 24 mai 1219 ( (...)

36Le conflit à rebondissements se poursuivit malgré de nouvelles tentatives d’arbitrage. Les deux abbés choisirent de recourir à l’évêque de Chioggia, à un chanoine de Padoue et à l’église de San Canciano à Venise mais les arbitres ne se mirent pas d’accord et le chanoine, en présence de l’évêque et de l’abbé de La Trinité, absolvait l’abbé de Carrare de ce compromis et de la quittance qu’il avait faite, l’assurant qu’il l’aiderait. L’évêque de Chioggia désavoua le chanoine et refusa de s’associer à cette solution (vos male facitis)84. Le pape Honorius III, de nouveau saisi par l’abbé de Carrare, délégua de nouveaux juges : Martino, abbé de S. Ilario et Johannes, prieur de La Santa Croce de Padoue85. Trois docteurs en droit résidant à Vicence furent consultés, dont le maître Rinaldo de Catalogne, décrétiste, et conseillèrent les deux juges-arbitres : l’abbé et le prieur étaient compétents pour connaître de la cause selon le rescrit pontifical86. Le moine syndic de La Trinité demanda à ces deux juges de renoncer à poursuivre leur mission, mais ceux-ci s’obstinèrent à procéder. Le syndic en appela au siège apostolique de ce refus et pour que l’interdit ni l’excommunication ne fussent prononcés87. Les deux juges délégués rendirent leur sentence le 17 mai 1219 : l’abbé et le couvent de Brondolo ne pouvaient désigner syndic un convers, l’appel adressé au pape était rejeté, l’abbé de Carrare mis en possession des biens contestés, l’abbé et le couvent de La Trinité furent excommuniés, mais cette sanction serait nulle car intervenue pendant l’appel. Les deux juges avaient aussi à se prononcer sur les sanctions pécuniaires. L’abbé de Carrare demandait 600 livres pour les frais de justice engagés, il avait emprunté 200 livres. L’abbé et le couvent de Brondolo disposaient de 10 jours pour verser 200 livres à l’abbé de Carrare, sous peine d’interdit88.

Notes

1 Montanari 1984, p. 89 et 94.

2 L’importance et l’universalité du prélèvement ont quelquefois permis de tracer une conjoncture fiable ds productions agricoles (Leroy Ladurie – Goy 1972 ; Ladero Quesada – Gonzales Jimenez 1978).

3 Il faudrait sans doute lire « fundamento Novo de Petrosina » où furent édifiées de nouvelles salines (v. p.  65, 103, 126).

4 La Trinité, 322 et 324. En août 1198, deux cousins Pre Sambatino échangeaient des biens, Johannes recevait deux salines pour lesquelles il promettait de verser le cens de deux jours à La Trinité (330). Même énumération en 1199 (337), deux frères se partageaient une demi-saline in Asilina Maiori versus scannum et un barculinum, des terres, maisons, vignes, salines et alleux, or, argent, cuivre, fer, precium laboratorium, mobilia et immobilia, armes, bateaux, ustensiles.

5 La Trinité, 335.

6 La concession en fief ou en libello avait pour effet de dédoubler la propriété. Demeurait aux mains du seigneur-concédant la propriété formelle, était transféré au vassal-concessionnaire l’uti-frui intégral (à l’exception de quelques droits seigneuriaux précisés) qui n’était pas temporairement limité, il passait aux héritiers. Cet ususfructus fut par la suite qualifié de dominium utile. Celui qui recevait, vassal pour le fief, tenancier pour le livello, devenait le dominus utilis, le maître restait dominus directus que les historiens français ont aussi traduit par « seigneur éminent » (d’après Grossi 1994).

7 La Trinité, 90.

8 La Trinité, 124.

9 Rippe 2003, p. 475, signale les charges diverses : cadeaux coutumiers, corvées, droit de gîte, qui témoignent de la longue survivance de structures domaniales remontant au haut Moyen Âge et restées vivaces. Ces cadeaux apparaissent au XIIe siècle et vont durer aussi longtemps que le livello. L’amiscere (pl. amessere, n. 253) désignait ce cadeau rituel constitué du couple épaule de porc/fouace (spalla et fugacia), l’épaule pouvant être remplacée par une poule ou une paire de poulets. L’amiscere était une donnée constante dont s’acquittaient une exploitation entière ou une parcelle isolée. Il a fini par se substituer à certaines charges coutumières telles que le droit de gîte.

10 La Trinité, 272.

11 Rippe 2003, p. 482, à propos des modalités de partage de la vendange entre le propriétaire et les tenanciers. Au XIIIe siècle, l’emprise du maître et ses profits tendirent à se renforcer au détriment des tenanciers. « La souplesse et l’adaptabilité du livello permettent d’autres innovations qui toutes vont dans le même sens ».

12 La Trinité, 273.

13 Sur la fouace, pain de longue conservation, sans levain, cuit sous la cendre précise Raban Maur, mis dans les soupes, mélangé à de l’eau ou du vin, Montanari 1990, p. 315.

14 La Trinité, 274.

15 La Trinité, 338 (et dare tercium conçium vini et conducere in Bagnolo ad domum donicalem et manducare duobus hominibus).

16 La Trinité, 339. Ces deux contrats furent établis à Bagnoli sub porticu donicale domo, en présence du seigneur Tronda (voir infra). Autres concessions de vignes, 340-341.

17 Modzelewski 1963-1964, p. 53-54.

18 La Trinité, 321 et 325.

19 La Trinité, 347.

20 Papagno 1976 a tracé un tableau très suggestif du paysage agraire entre Rovigo et Trévise, qui constitue la piantata veneziana, une forme mixte d’organisation culturale de l’unité productive, le campo, précisait-il. Entouré de fossés qui recueillaient les eaux, de forme rectangulaire allongée, il était subdivisé à l’intérieur en files de vignobles soutenus par les arbres, les parties entre deux rangées de vigne étaient cultivées en céréales ou en plantes fourragères, ou maintenues en pré (p. 540). Ce dessin où chaque champ procurait à la famille paysanne les divers éléments de sa subsistance, céréales, légumes, vin et bois, est-il né au Moyen Âge ? Les deux cartulaires ici exploités ne permettent pas de l’affirmer.

21 La Trinité, 439.

22 La Trinité, 472.

23 La Trinité, 148 (fév. 1166).

24 La Trinité, 153.

25 La Trinité, 571. On notera que le bien concédé ad libellum perpetualem (ligne 9) se transforme insidieusement en precariam possessionem et que la propriétaire a constitué Marchexino se pro eo precario possidere (fin de l’acte). Le contrat délivré à la prière (preces) du demandeur était viager, d’où le glissement de sens vers la tenure révocable.

26 San Giorgio M., 295, le laïc cédait omnes raciones quas habebat et detinebat in pecia una de terra pradaliva, mais s’engageait à persolvere totum fotrum et omnem publicam functionem de illa terra pradaliva quam dedit domino abbati. Niermeyer, p. 438-439, donne de foderum, fodrum, forrum, etc. les définitions : « fourrage, fourrage réquisitionné, livraison obligatoire de fourrage, droit d’exiger le fourrage ». Une charte de San Giorgio signale une charrette de foin (Ibid., 424). Selon Castagnetti 1997, le fodrum était une redevance exigée en nature due à l’empereur lorsque celui-ci descendait en Italie avec des troupes d’escorte, mais aux XIe-XIIe siècles il aurait été transformé en un tribut en argent d’un montant de 7 livres, ce qui paraît considérable, sauf à préciser que la somme pesait sur la communauté paysanne et non sur les individus.

27 San Giorgio M., 545.

28 San Giorgio M., 612.

29 Le prix de l’achat était soldé quando [dominus Wicimanus, le vendeur] faceret vasallos refutare jus suum feudorum abbati quod debebat esse solutus et non ante de feudis (San Giorgio M., 583).

30 Le vassal a remis le fief au seigneur qui l’a relevé de sa fidélité : refutavit hoc sedimen, unde lis est, quod per feudum ab eo habebat. Et dominus refutavit ei fidelitatem (San Giorgio M., 583).

31 San Giorgio M., 585.

32 San Giorgio M., 524 ; sur les arimani, Rippe 2003, p. 175-179.

33 San Giorgio M., 535.

34 San Giorgio M., 91.

35 San Giorgio M., 98-99. Alors que la concession accordée en 1109 à Venier Spathario était de 29 années renouvelables à perpétuité, ces deux salines (l’identité des confronts permet d’affirmer qu’il s’agissait des mêmes salines) furent concédées en livello à Nanni Silvestro en novembre 1124 (ibid., 147). Dans les deux chartes, l’abbé promettait de renouveler le bail à l’expiration des 29 années sous peine de devoir verser trois livres d’or au tenancier ou à ses héritiers.

36 San Giorgio M., 115.

37 San Giorgio M., 161.

38 San Giorgio M., 195.

39 Plubica me paraît une bévue de copiste par déplacement de « l ». Il faut lire « publica » qui désigne un lieu public, ici un canal.

40 La Trinité, 451 et 452.

41 La Trinité, 453 et 455-458.

42 La Trinité, 499.

43 La Trinité, 501.

44 La Trinité, 619.

45 La Trinité, 621 -622.

46 La Trinité, 623.

47 La Trinité, 526 (1216, 2 avril).

48 San Giorgio M., 37, 47.

49 San Giorgio M., 209 « servitude dont il est parlé plus haut », mais je ne vois guère que la consorterie pour impliquer une quelconque servitude (on aura garde de confondre ces servitudes, restrictions du droit de propriété au bénéfice de l’intérêt général, avec le statut du servage).

50 San Giorgio M., 200.

51 L’archiviste de la curie épiscopale de Padoue, le prêtre Rizieri Zanocco († 1945) publia de son vivant, dans le Bollettino Vescovile di Padova, Decime e quartesi della diocesi di Padova, réédité en 1951 (Zanocco 1951). L’auteur publie un bref regeste des documents suivi d’un commentaire très élaboré. Castagnetti 1986 constitue une belle introduction et souligne que la dîme fut « la seule taxe généralisée depuis l’époque carolingienne jusqu’au premier âge communal (p. 510). Iannaccone 1960, p. 258-260, lie étroitement la décime ou dîme à la concession de la terre en emphytéose. À l’origine, écrit-il, la décime était le canone annuel non pas égal à un dixième des récoltes, mais à une part dont le versement aboutissait à reconnaître le dominium de l’église sur le fonds concédé. Ces decime dominicali constituaient des recettes de droit privé en faveur des églises en échange des concessions de fonds avec réserve de dominio. L’auteur prend soin de distinguer cette redevance de la « décime sacramentelle » imposée comme tribut des fidèles versé à l’Église quand celle-ci en éprouvait la nécessité, ainsi pour financer la croisade. Le prélèvement de cette dernière supposait le pouvoir de l’imposer, inhérent à la potestas iurisditionis, qui relève du droit public. On a vu ici même que la décime n’était pas un prélèvement exclusivement religieux.

52 Constable 1964 ; Lauwers 2012b ; Caby 2012 ; Bain 2010. L’introduction de Lauwers 2012b, constitue, même s’il s’en défend, une remarquable synthèse des problématiques liées à la dîme, et rappelle le constat de Giles Constable : « No tax in the history of Europe can compare with tithes in length of duration, extent of application, and weight of economic burden » (p. 15).

53 Lauwers 2012b, p. 25 n. 48) cite ce passage d’une lettre (vers 760) du souverain franc Pépin III au missionnaire Lull : unusquisque homo, aut vellet aut nollet, suam decimam donet en exécution de l’ordre royal. Cette injonction de donner pour les pauvres et aux églises fit « du groupe des clercs le pivot d’un vaste système de redistribution des biens » (ibid., p. 26). Castagnetti 1986 a rappelé l’intervention des autorités civiles (le comte ou d’autres officiers) pour contraindre les récalcitrants au paiement de la dîme, selon un capitulaire de 813 (p. 510).

54 Devroey 2010, p. 39, cite MGH Capit, 1, no 112, p. 228 : ut decimae populi dividantur in quattuor partes, id est una pars episcopo, alia clericis, tertia pauperibus, quarta in ecclesiae fabricis applicetur, sicut in decretis pape Gelasii continetur cap. XXVII. Ces parts ou quartesi (quarts) furent en effet attribués à l’évêque, aux clercs de son entourage ou parroci, aux pauvres, le dernier quart fut affecté à l’entretien des fabriques.

55 Ibid., p. 47. G. Greco a rappelé la définition canonique du bénéfice (Greco 1986, p. 534) : jus perpetuum percipiendi fructus ex bonis Ecclesiae propter officium spirituale ecclesiastica auctoritate constitutum qui mettait l’accent sur la pérennité du bien concédé par la hiérarchie de l’Église à des clercs accomplissant un service spirituel. Rapidement on a mis l’accent sur le fructus, « sur le droit de percevoir une rente fixe et inaltérable » (Ibid., p. 537).

56 Castagnetti 1986, p. 515-516. Il serait utile de connaître la capacité de ce muid de grain, de l’amphore de vin et de la mesure de lin, mais l’auteur avoue son impuissance à proposer des équivalences.

57 Menant 2000b, p. 102 et 108.

58 Roland Viader a fait une mise au point théorique sur l’essence de la dîme, ecclésiastique, fiscale ou domaniale qui renouvelle la problématique. Il note (p. 21) que « les historiens bâtissent l’essentiel de leurs analyses sur les transformations, et la dîme paraissait (si) désespérément immuable (des temps carolingiens jusqu’aux révolutions libérales) qu’on (ne) pouvait en faire le moteur des transformations sociales ». La suite de la démonstration est d’une exemplaire robustesse (p. 22) sur la dîme « à mi-chemin entre fiscalité (publique) et rente foncière (Viader 2010).

59 Castagnetti 1986, signale que les dîmes en dépit des restitutions demeurèrent prérogative des monastères qui les tenaient pour un revenu patrimonial provenant de la possession de la terre ou des droits de juridiction (p. 519).

60 Castagnetti 1986, p. 513, signale que Venise s’exonéra du paiement de la dîme. On y acquittait la decima mortuorum appelée aux XIIIe-XIVe siècles rectum decimum payé, après la mort, par les exécuteurs testamentaires directement à l’évêque, mais qui ne peut être assimilée à la dîme personnelle prélevée sur les revenus du commerce et de l’artisanat. B. Betto précisait (Betto 1979, p. 24) : en l’absence de produits de la terre, l’église vénitienne recourut à cette dîme personnelle et signalait à ce propos quelques testaments du XIIe siècle (p. 30-31). Le conflit, objet de son étude, était né après la peste de 1348 qui fit d’innombrables victimes et par conséquent aurait enrichi l’évêque au-delà de toute mesure, si bien que les autorités communales lui proposèrent une composition de 12 000 ducats pour éponger le passé et de 7 000 ducats pour l’avenir. On voit l’importance des sommes en jeu et l’importance de la dîme dans l’économie générale.

61 L’ouvrage de Patt traite non pas de dîmes du sel mais de dominicales quas vulgo salicas vocant decimationes, soit Sal-Zehnten, ou decimae indominicatae et dîmes seigneuriales (Herrschaftliche Zehnten). Aurell, Actes, no 323, a publié un acte de 1227 par lequel quatorze seigneurs (domini) de l’étang de Fournalet en Camargue cédaient à l’archevêque d’Arles la dîme du sel (unanimi voluntate damus vobis decimam totius salis qui fiet in Fornalesio, sive fiat a facheriis sive a nobis predictis dominis, eo pacto quod vos et successores vestri teneatis clausum et apertum stagnum de Fornalesio…). Pour l’exploitation des salins de l’étang, les seigneurs avaient formé une société, ils tenaient une partie des salins en domaine (gestion directe par les maîtres) et avaient affermé l’autre à des fachiers (métayers), mais ils devaient la dîme pour toutes les récoltes. En Provence, les récoltes de sel étaient soumises à la dîme perçue et redistribuée par l’évêque. Les monastères n’avaient pas à en connaître sauf appropriation indue.

62 Castagnetti 1986, p. 519.

63 San Giorgio M., 336. Frugerius investivit abbatem ad rectum feudum, remisa fidelitate et omaticum de foytro et districta ac decima predicti mansi, ut ipse habeat cum omni honore et sine omni conditione servicii, preter decimam casamenti, quam dixit ad se non pertinere. Et promisit warentare predictum feudum abbati… Castagnetti 1997, p. 164, signale que les monastères vénitiens en acquérant des terres recevaient aussi le fodrum en fief, et cite de nombreux exemples (ibid., n. 80).

64 San Giorgio M., 529, 21 juin 1190.

65 San Giorgio M., 307 (le cartulaire de San Giorgio n’a pas conservé trace de la charte de donation de Mauro).

66 La Trinité, 285.

67 Voir supra p. ***.

68 La Trinité, 286.

69 La Trinité, 290.

70 La Trinité, 296.

71 La Trinité, 463.

72 Lauwers 2012b, p. 49.

73 Ibid., p. 56-57.

74 Caby 2012, p. 374, cite n. 18, les propos prêtés à un moine clunisien : nostri ordinis monachi nullas possessiones libentius habent quam decimas et à Pierre le Vénérable qui estimait que les dîmes représentaient au moins un dixième des revenus de son abbaye (Cluny). On notera l’imprécision de l’évaluation.

75 Ganshof dans son compte rendu de l’ouvrage de Constable a fait une remarquable mise au point sur le rôle des cisterciens de la première génération dans la contestation des dîmes. Cécile Caby cite le propos de l’abbé réformateur Odon, à S. Martin de Tournai, qui n’acceptait « ni autels ni églises ni dîmes » (Caby 2012, p. 380) car les dîmes étaient attachées aux églises paroissiales, au service des autels (altaria) et à la cura animarum.

76 Caby 2012, p. 381. Rigon 1979, rappelle que l’institution des convers dans les monastères bénédictins de la province de Padoue connut un grand succès au XIIIe siècle. Le travail comme ascèse encourageait les conversions et, sur le modèle cistercien, favorisait à la fois les activités agricoles et artisanales et la gestion directe. Ces hommes et femmes vivaient supra campum dans un esprit d’humilité et de prière (p. 21-23). Sur le mode de vie des communautés de convers, l’auteur a tiré parti de la documentation de S. Maria di Porciglia (ibid., p. 25-31). Sara Beccaria montre comment l’humilitas et la simplicitas qui caractérisaient le status animae des convers est devenu chez certains historiens l’indication d’un statut social (Beccaria 1998, p. 141).

77 Beccaria 1998, p. 397. Innocent III a cependant souvent favorisé l’ordre cistercien en qui il voyait un modèle d’organisation monastique : des abbayes autonomes soumises à une même discipline, à des visites canoniques et placées sous la direction des chapitres généraux (Berlière 1920, p. 38). Il a également restauré l’abbaye du Mont-Cassin en dressant « une série de statuts dont l’observation était prescrite à l’abbé et aux moines de la grande abbaye mère » (Ibid., p. 41).

78 Berlière 1920, p. 146 : le pape a procédé au relèvement des monastères en s’appuyant sur l’épiscopat, « un devoir auquel ne peuvent se soustraire les évêques », ou sur des abbés, de préférence cisterciens (p. 148).

79 La Trinité, 518, 531 et 534.

80 La Trinité, 576.

81 La Trinité, 512, 18 sept 1215.

82 La Trinité, 518, super quartisio et rebus aliis, (527) : soit 2 modia et 2 staria milei perçus à Spessedo et Campolungo.

83 La Trinité, 522, 536 et 619.

84 La Trinité, 580-581.

85 La Trinité, 583-584.

86 La Trinité, 599.

87 La Trinité, 600.

88 La Trinité, 604. L’évêque de Padoue communiqua la sentence à l’abbé de La Trinité le 24 mai 1219 (605).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search