Version classiqueVersion mobile

Les monastères vénitiens et l’argent

 | 
Jean-Claude Hocquet

Deuxième partie. Crise, réorganisation, effondrement. XIIIe-XVe siècle

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Penco 1983, p. 254.
  • 2 Ibid., p. 256.

1Les monastères bénédictins ont façonné bien des aspects spirituels et moraux qui caractérisaient la société du temps, mais dès la fin du XIIe siècle de nombreuses communautés n’étaient plus composées que de quelques moines qui ne suffisaient plus à administrer les bâtiments et les patrimoines. Des monastères se créaient encore mais dans l’ensemble le malaise frappait les fondations anciennes et nouvelles1, comme si la règle de saint-Benoît avait épuisé les désirs de la communauté chrétienne à la vie conventuelle. Celle-ci s’orientait dès le commencement du nouveau siècle vers les nouveaux ordres religieux qui adoptaient un autre style de vie, plus adapté aux nouvelles catégories sociales qui avaient surgi dans les villes, les artisans et le petit peuple sensibles à la prédication et à l’enseignement qui distinguaient les nouveaux venus des vieilles communautés monastiques qui « vivaient un peu en marge du grand mouvement qui portait les villes à un développement imprévu »2.

  • 3 Carraro 2015 ; Minotto2015 ; Rapetti.
  • 4 Niero – Tommaseo 1988 ; Pignatti 1981 ; Sbriziolo 1968.

2Au XIIIe siècle le mouvement des donations s’est-il rapidement tari ? Si les monastères bénédictins traditionnels, bien pourvus de biens, cessèrent de s’attirer exclusivement les bienfaits de la générosité des fidèles, ceux-ci préféraient l’orienter vers les ordres réformés, les cisterciens par exemple, vers les ordres nouveaux, Précheurs et Mineurs, qui s’installaient au cœur des villes où les grandes familles leur offraient d’amples terrains où construire leurs églises avec les cloîtres et les bâtiments conventuels, ce que firent les Badoer et les Tiepolo en faveur respectivement des franciscains et des dominicains, ou encore vers les fondations nouvelles de monastères féminins si nombreuses et dispersées dans la Lagune et dans la cité après 12003, enfin vers les œuvres d’assistance et de charité qui attiraient la piété populaire et se développèrent surtout après 1260 et la création des scuole de battuti4.

  • 5 Masè 2006.
  • 6 Hubert 1993, p. 178.
  • 7 Ibid., p. 193-194.
  • 8 Ibid., p. 218-219 et p. 227.

3Si le patrimoine immobilier et foncier a cessé de s’accroître au cours du XIIIe siècle, il n’a pas disparu, il a subsisté bien au-delà du Moyen Âge, mais les historiens commencent seulement à se pencher sur la gestion des patrimoines immobiliers monastiques5. Étienne Hubert qui fut l’un des premiers à attirer l’attention sur ce secteur de l’économie urbaine, écrivait que dans la capitale de la Chrétienté, à Rome « monastères et couvents, chapitres et confréries, églises collégiales et paroissiales détenaient, selon des proportions qui changeaient en fonction des lieux et des époques, la majorité dans tous les cas des maisons urbaines ou du terrain sur lequel elles étaient bâties »6. Il met en valeur les variations du patrimoine de certaines maisons et la reprise des flux de donations des fidèles, ainsi en faveur d’une vieille maison de chanoines, S. Maria Nova, qui périclitait au XIVe siècle avant que le cardinal Pierre Roger, futur pape Grégoire XI, ne contraignît les deux derniers chanoines à quitter l’église où il installait une communauté olivétaine de douze moines dirigée par un prieur, qui attira de nouveau les legs de biens immobiliers7 et reconstitua ainsi un patrimoine dilapidé entre 1270 et 1350. Pourtant les abondantes archives de cet établissement ecclésiastique n’ont livré qu’une très rare information sur la gestion des immeubles, type de location, durée du bail, montant et nature du loyer. Une autre institution, la confrérie du Saint-Sauveur, s’est montrée prolixe en précisant pour deux tiers de ses 178 unités cadastrales le mode de gestion, soit 70 contrats in locatione et 43 ad pensionem, la première catégorie regroupait les concessions emphytéotiques, la seconde les baux à court terme, de un à dix ans, qui inscrivaient l’entretien du bien à la charge des preneurs, grâce à quoi Hubert porte au crédit des bailleurs une « gestion équilibrée et souple » qui autorisait aussi une révision/revalorisation régulière des loyers8.

Notes

1 Penco 1983, p. 254.

2 Ibid., p. 256.

3 Carraro 2015 ; Minotto2015 ; Rapetti.

4 Niero – Tommaseo 1988 ; Pignatti 1981 ; Sbriziolo 1968.

5 Masè 2006.

6 Hubert 1993, p. 178.

7 Ibid., p. 193-194.

8 Ibid., p. 218-219 et p. 227.

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search