Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

Résumés

Texte intégral

1Jack Fairey

2Failed Nations and Usable Pasts: Byzantium as Transcendence in the Political Writings of Iakovos Pitzipios Bey : 23-44

3The subject of this article is the place of Byzantium in the political and historiographical thought of the “Byzantine Union” (Vyzantini Enosis), a failed nationalist association in the mid-19th- century Ottoman Empire. Whereas other nationalist movements sought to divide the Near East into a collection of ethnic states, the Byzantine Union called instead for the creation of a reunified and reformed Byzantine Empire which would embrace all of the various peoples and religions of the region. In its attempts to provide an ideological basis for this common future, the Union constructed a unique vision of the shared Byzantine past which differed strongly from the standard historiographies of the time. Something of the origins and development of the Byzantine Union will be described, with particular attention paid to the life and writings of the society’s ideologue, Iakovos Pitzipios (1802-ca 1869).

4Dan Ioan Mureşan

5Revisiter la Grande Église : Gédéon, Iorga et Runciman sur le rôle du patriarcat œcuménique à l’époque ottomane : 45-61

6Cet article tente de comprendre le tournant qui a conduit à la réévaluation historiographique de la période ottomane dans l’histoire du patriarcat œcuménique à travers les travaux de Manuel Gédéon (1851-1943), de Nicolae Iorga (1871-1940) et de sir Steven Runciman (1903-2000). Le premier fut le dernier représentant d’une illustre historiographie ottomane de langue grecque qui plaçait le patriarcat au centre de ses préoccupations. Les deux autres étaient des historiens de Byzance et des croisades, mais aussi d’excellents connaisseurs de l’Empire ottoman. Tous ont révélé une époque où la coexistence entre l’Empire ottoman et ses sujets chrétiens avait été possible. Ils ont souligné à la fois le rôle du patriarcat comme clé de voûte de l’établissement politico-ecclésiastique après 1453 et le caractère véritablement supranational, œcuménique, de la Grande Église. C’est pourquoi leurs ouvrages constituent le cadre théorique le plus approprié d’une approche scientifique de la Grande Église en captivité considérée comme la colonne vertébrale de Byzance après Byzance.

7Petre Guran

8God Explains to Patriarch Athanasios the Fall of Constantinople : I. S. Peresvetov and the Impasse of Political Theology : 63-78

9This article deals with the story of the departure and ascension of the divine light from Saint Sophia reported by Nestor Iskander in The Tale of Constantinople, a text which is the main source for the fall of Constantinople in 16th-century Slavonic historiography. The publication of this Tale under the name of I.S. Peresvetov together with three other texts, The Tale of the Books, The Tale of Mehmet Sultan and the Big Supplication (the Dialogue with Petru the Wallachian Voevod) uncovers the ideological significance of the reconstructed narrative of the fall of Constantinople in 1453 and sheds a new light on the miraculous omen. Through comparison with Greek and Western accounts of the last days of Constantinople and with the iconographic theme of the Fall of Constantinople in Moldavian mural paintings, I assess the origin and the role of the miracle-story in the narrative of Nestor Iskander, its historicity and its ideological meaning.

10Vera Tchentsova

11Héritage de Constantinople ou héritage de Trébizonde ? Quelques cas de translation d’objets sacrés à Moscou au xviie s. : 79-97

12Au lendemain de la chute de Constantinople aux mains des turcs ottomans, le concept « d’héritage byzantin » devint le fondement de l’idéologie politique des pays de l’Est et du Sud-Est de l’Europe. L’une de ses manifestations fut la transmission de reliques et d’objets sacrés réputés « impériaux ». Mais, dans ce processus, l’assimilation de « l’Empire grec » à Constantinople était-elle aussi systématique que nous avons tendance à le penser ? D’autres foyers de la légitimité impériale ne s’imposèrent-ils pas également à l’attention des Orthodoxes des xvie-xviie s.? Les recherches entreprises sur la vaste correspondance des autorités russes avec l’Orient chrétien à cette époque, conservée aux Archives nationales des Actes anciens de la Russie, montrent l’importance des légendes pontiques et des reliques liées à la dynastie des empereurs de Trébizonde, les Grands Comnènes, et aux cultes des régions soumises à leur autorité, dont témoigne l’arrivée d’objets sacrés apportés dans la capitale russe au xviie s.

13Smilja Marjanović-Dušanić

14Se souvenir de Byzance Les reliques au service de la mémoire en Serbie (xve-xixe s.) : 99-116

15Dans la première moitié du xve s., les despotes serbes choisirent à deux reprises des capitales conçues comme de nouvelles incarnations de Constantinople et de Jérusalem. Ce processus d’imitation comprenait également la translation, depuis l’Orient, de prestigieuses reliques, considérées comme une protection sacrée contre les infidèles. Après la disparition de l’État serbe médiéval, lors de la domination turque, ces reliques de l’orthodoxie prirent un sens complètement nouveau. Les Serbes étaient alors partagés entre les traditions post-byzantines (représentées par l’influence du patriarcat de Constantinople), le modèle de Moscou (porteur de l’idée d’une troisième Rome), et leurs aspirations à répondre aux exigences politiques de Vienne. Au cours du xixe s., le réveil de l’État serbe rappela le souvenir des héros du passé. Différents programmes politiques furent établis, tous centrés autour de l’idée de panorthodoxie et de la victoire sur les Turcs. Ces programmes s’exprimèrent à la fois par des célébrations sacrées et au moyen de la propagande politique, laquelle fut aussi diffusée dans les théâtres, véritables temples de la religion patriotique. L’article analyse ainsi les relations entre les concepts de lieu de mémoire et d’identité ainsi que le rôle des monuments et des spectacles éphémères dans la construction de la mémoire collective serbe.

16Andrei Pippidi

17Byzance des Phanariotes : 117-129

18Cet article traite de la mesure selon laquelle le reflet posthume de Byzance fut accueilli dans le climat intellectuel des Principautés danubiennes à l’époque où la Moldavie et la Valachie étaient gouvernées par des Phanariotes au nom du sultan. L’enquête porte sur les manuscrits conservés en Roumanie, qui recueillent des textes byzantins et sur les éditions savantes d’auteurs byzantins que les bibliothèques des deux pays contenaient au xviiie s. Tenter de répondre à pareille question concernant, d’une part, la circulation des connaissances et, d’autre part, la sensibilité au souvenir historique est d’autant plus délicat que les documents à ce sujet sont assez rares. Mais cette rareté même des sources révèle que les lettrés grecs ainsi transplantés au milieu de la société roumaine éprouvaient peu d’attrait pour Byzance, dont la mémoire rappelait un échec politique ineffaçable. En échange, ils vont se soucier de s’enraciner dans un passé plus lointain, celui de l’Antiquité hellénique.

19Andrei Timotin

20Prophéties byzantines et modernité roumaine (xviie-xixe s.) : 131-139

21L’étude essaie de préciser la place que les textes prophétiques byzantins et post-byzantins occupent dans la société roumaine à l’aube de la modernité (xviie-xixe s.). Une périodisation en trois étapes de cette production littéraire est proposée. Une attention particulière est prêtée aux relations entre la prophétie et la politique, entre la prophétie et la réflexion sur le temps historique qui accompagne l’élaboration de l’histoire nationale.

22Radu G. Păun

23Byzance d’empereur et Byzance d’Église Sur le couronnement des princes « phanariotes » à Constantinople : 141-160

24L’idée d’une continuation de Byzance à travers les « Phanariotes », devenus princes de la Moldavie et de la Valachie, exige une lecture approfondie des formes, diverses et parfois surprenantes, que l’« idée byzantine » prit dans l’esprit des gens du xviiie s. ainsi que les usages qu’ils en firent. Comment définir un pouvoir accordé à la fois par Dieu et par le sultan ottoman ? Comment servir les deux en même temps ? L’étude des rituels du pouvoir peut apporter des réponses et dénicher derrière les mises en scène les fondements du pouvoir princier, mais aussi révéler le caractère souvent polémique des rituels mêmes, de leur pratique et de leur mise et remise en récit. Cet article tente de le montrer à travers l’analyse des textes prescriptifs et descriptifs concernant le couronnement des princes « phanariotes » à Constantinople.

25Ioannis Kyriakantonakis

26Between Dispute and Erudition Conflicting Readings of Byzantine History in Early Modern Greek Historical Literature : 161-178

27The first Greek historians of modern time wrote about the Churches of Rome and Constantinople, in the context of the 16th and 17th century European religious disputes. Byzantium lived a second life, surviving in the writings of these authors, who sought ideological justification through complex historical interpretation of ancient and medieval ecclesiastical precedents. What emerges from these deviating hermeneutic approaches to Byzantine historians and theologians is a set of distinct ideas on the Byzantine Empire, on its ideological pillars, and the historical cases of the accommodation of the sacred sphere to secular authority. On this medieval basis, Greek identity was considered in two separate ethno-religious discourses, both of which were shaped by ecclesiastical material and were formulated in the ecclesiastical language of the era of the Reformation that initiated modernity.

28Judith Soria

29Les peintres du xviiie s. et la peinture paléologue : David Selenica et Denys de Fourna : 179-194

30Dans son guide de la peinture rédigé au mont Athos autour de 1730, Denys de Fourna invite les jeunes peintres à travailler d’après les œuvres de Manuel Pansélinos (xiiie s.), auteur mythique des peintures du Prôtaton, et à l’utiliser comme modèle. Cette inspiration se retrouve dans l’œuvre de Denys (Mont Athos), dans celle de David Selenica (Mont Athos, Voskopojë, Thessalonique et Kastoria) et dans celle de Kosmas de Lemnos (Mont Athos). La perception qu’a Denys de la peinture ancienne semble confuse ; l’analyse comparée des peintures de l’église Saint-Nicolas de Voskopojë par David, de celles de Denys et du célèbre Manuel du peintre laissé par ce dernier permet de préciser cette impression. Dans ses peintures, Denys imite le style de l’artiste du xiiie s., mais ne reprend pas son iconographie ; dans son Manuel, il propose aussi bien une iconographie byzantine traditionnelle que des exemples qui lui sont étrangers. David, en revanche, est sensible à l’iconographie comme au style des peintures du Prôtaton.

31Effie F. Athanassopoulos

32Byzantine Monuments and Architectural “Cleansing” in Nineteenth-Century Athens : 195-218

33This paper examines the architectural “cleansing” of Athens in the decades following the establishment of the Modern Greek state, when the ancient monuments of the city, and especially the Acropolis and its surroundings, became a source of inspiration and legitimation for the newly established state. The goal was to enhance the ancient monuments by freeing them from post-classical additions and alterations. In this process most of the post-classical history of the ancient structures was lost; within a few decades they were transformed from living monuments into museum pieces. The same principle guided the planning of the new capital. The classical emphasis led to a disregard for the Byzantine and Post-Byzantine architectural heritage and, in turn, to the destruction of a large number of churches in the course of the 19th century. This history can only be recovered through the study of early maps and plans, visitors’ accounts, textual sources, and the material remains recovered by excavations. The demolition of Athenian churches is a testimony to the ideas and aspirations of the time: the desire to purify the ancient monuments from later additions, and re-build Athens as the new capital of a re-born state which strove to embody classical ideals.

34Marios Hatzopoulos

35Receiving Byzantium in Early Modern Greece (1820s-1840s) : 219-229

36The paper explores the stance of Greek intelligentsia towards the Byzantine past during the first two decades of Greek independence challenging some of the established views on the issue. Despite the idealization of classical antiquity and the caustic anti-Byzantinism of the 1830s and 1840s, a sizeable part of Greece’s liberal and secularizing elites did mourn and commemorate the loss of Constantinople entertaining not a wholly dismissive but rather an ambivalent view of the Byzantine past. The paper suggests that the Byzantine past within the Kingdom of Greece was rejected as history and embraced as memory. However ostracised from official ideology, the trauma of the loss of Constantinople, regarded as space of utmost sacredness, constituted an age-old legacy in eastern Christianity that few within the newly born state could afford to dismiss. Collective memories and myths had laid a firm basis for the acceptance of the Byzantine past into the frame of reference of Greek national identity on which Romantic historiography came to build.

37Despina Christodoulou.

38Making Byzantium a Greek Presence : Paparrigopoulos and Koumanoudes Review the Latest History Books : 231-247

39Although many of the peoples of Southeast Europe believe a Byzantine presence is to be found in the fragments of their national histories and identities, the Greeks lay greatest claim to the Byzantines as direct ancestors. Yet, with the creation of modern Greek identity from the second half of the 18th century, many Greeks roundly rejected Byzantium and embraced antiquity. By the mid-19th century, however, Byzantium was increasingly recognised as the essential link between the classical past and the modern Greeks, thanks mainly to the work of Konstantinos Paparrigopoulos. This article investigates emerging positive images of Byzantium in the work of 19th-century Greek historians before Paparrigopoulos’s image came to dominate. This is done through a study of two books – volume one of Skarlatos Vyzantios’s Konstantinoupolis (1851) and Spyridon Zambelios’s Folk Songs of Greece (1852) – and the critical response to them from Stephanos Koumanoudes and Konstantinos Paparrigopoulos respectively. In this way, we can appreciate better the complex and vigorous debate taking place in the new Greek state about its relationship with Byzantium.

40Ioannis Koubourlis

41Augustin Thierry et l’« hellénisation » de l’Empire byzantin jusqu’à 1853 : les dettes des historiographes de la Grèce médiévale et moderne à l’école libérale française : 249-261

42Parmi les influences de l’œuvre d’Augustin Thierry sur les historiens du xixe s. est cette tendance à diviser l’histoire des peuples en « histoire des peuples conquérants » et « histoire des peuples conquis », et de considérer la synthèse entre les deux comme la clé de l’interprétation des histoires modernes telles celles de France et d’Angleterre. L’historien français s’est en fait servi de la Grèce comme exemple de l’application de sa théorie historique, en cherchant des analogies entre la Grèce conquise par les Ottomans et l’Angleterre conquise par les Normands. Or les premiers historiographes de la Grèce médiévale et moderne appliqueront ses principes méthodologiques à la période byzantine : ici ce sont les Romains qui sont les conquérants, et ce sont les Grecs qui produisent une histoire parallèle à celle du Bas-Empire, qui est en même temps celle de son « hellénisation ». Pourtant, à partir des années 1850, on abandonne les schémas interprétatifs inspirés par Augustin Thierry et l’école libérale française. L’histoire byzantine ne suscite plus l’intérêt de la nation grecque qui a désormais besoin d’un passé de conquérant pour légitimer ses projets expansionnistes contre l’Empire ottoman – un passé qu’elle trouve finalement dans les époques des anciens Macédoniens et des Byzantins.

43Nicolae-Şerban Tanaşoca

44Byzance dans la conscience historique des Roumains : 263-283

45À la différence de l’idée de romanité, l’idée byzantine n’eut jamais une force comparable dans l’histoire de la Roumanie. Byzance a pourtant joué un rôle déterminant, tant dans la formation de l’identité nationale des Roumains que dans leur affirmation politique et culturelle. Longtemps méconnu, ce rôle est une réalité incontestable. Par la création des métropoles de Hongrovlachie et de Moldovlachie au xive s., Byzance légitima l’autonomie des États médiévaux roumains et rendit définitive l’intégration des Roumains dans l’Église chrétienne orientale et dans son commonwealth. Après la chute de Constantinople, les princes roumains peuvent faire figure de successeurs des empereurs byzantins, mais il faut se garder de leur attribuer l’intention de s’ériger en héritiers légitimes des basileis constantinopolitains, appelés à faire revivre l’Empire, ou bien de surévaluer une influence par rapport à une autre, à savoir celle reçue du monde européen occidental. Répudié au nom de l’idéologie des Lumières et du nationalisme romantique au xixe s., le byzantinisme, qu’il ne faut pas confondre avec l’orthodoxie chrétienne, fut redécouvert et réévalué par les historiens roumains dans le sillage de Nicolae Iorga au xxe s.

46Gabriel Leanca

47« Byzance » et la modernité roumaine : de la négation à la patrimonialisation sous l’influence française : 285-300

48Ce texte analyse le rôle de Byzance dans le débat intellectuel et la pensée politique dans la Roumanie contemporaine. Il s’articule autour de cinq points. Le premier délimite le sujet en insistant sur les idées contradictoires de l’historiographie roumaine sur Byzance et son patrimoine. Le second met en lumière l’implication des grandes puissances en Moldavie et en Valachie durant les xviiie et xixe s., et la façon dont la domination russe a affaibli le système juridique et politique enraciné dans la tradition byzantine. La troisième partie est consacrée à la dissolution de cette tradition et introduit dans le débat le nationalisme et les relations franco-roumaines au cours du xixe s. Nicolae Iorga, une figure importante parmi les historiens et les intellectuels de la première moitié du xxe s., est le sujet de la quatrième partie. Il eut une influence considérable sur la reconsidération de l’héritage byzantin dans une perspective transnationale. La diplomatie culturelle autour de Byzance entre la France et la Roumanie est considérée dans la dernière section de cet article. Tous ces éléments expliquent pourquoi, en quelques décennies, le discours sur Byzance s’est déplacé en Roumanie du déni politique à un réexamen culturel.

49Nadia Danova

50L’image de Byzance dans l’historiographie et dans les lettres bulgares du xviiie au xxe s. : 301-318

51L’article tente de faire ressortir les tendances principales marquant la construction de l’image de Byzance à l’époque de la formation de l’identité nationale des Bulgares et, plus tard, dans la détermination de la politique scientifique de l’État bulgare. Il passe en revue aussi bien les œuvres d’auteurs ayant eu une influence sur l’évolution de la pensée historique des Bulgares que les ouvrages des représentants des milieux instruits qui jouèrent un rôle dans le processus complexe de la formation de modèles identitaires. La formation de l’image de Byzance et des Byzantins présente une tendance à la sélectivité, chaque auteur mettant l’accent, selon le moment historique ou selon son propre point de vue, sur tel ou tel aspect de l’image des Byzantins.

52Dessislava Lilova

53L’héritage partagé ? Byzance, Fallmerayer et la formation de l’historiographie bulgare au xixe s. : 319-327

54Le texte analyse les représentations alternatives de Byzance dans l’imaginaire collectif bulgare du xixe s. Le canon historique décrit les relations entre les Bulgares et l’Empire comme un duel épique entre « les principes moraux du monde barbare » et « la félonie de la civilisation ancienne ». Cependant, l’utilisation de ce schéma dans un contexte politique mène au développement d’un complexe barbare. Dans l’effort d’accroître les capitaux symboliques de l’identité bulgare, les idéologues de la nation tentent de partager avec les Grecs les droits sur l’héritage prestigieux de Byzance, mais la thèse de Fallmerayer s’avère, sous ce rapport, infructueuse. La résistance à présenter l’orthodoxie et l’alphabet cyrillique comme les résultats de transferts culturels est au cœur de l’identité nationale, et cela explique pourquoi l’historiographie du xixe s. n’a pas réussi à légitimer la place des Bulgares parmi les héritiers de l’Empire byzantin.

55Dimitrios Stamatopoulos

56From the Vyzantism of K. Leont’ev to the Vyzantinism of I. I. Sokolov : The Byzantine Orthodox East as a Motif of Russian Orientalism : 329-348

57This article attempts to explore the manner in which Russian intellectuals, such as Konstantin Leont’ev and I. I. Sokolov (late 19th-early 20th century), ideologically managed the problem of the Byzantine past, participating in the development of a model of religious ecumenism which met with a considerable response among representatives of the Balkan intelligentsia. This model had a catalytic effect on the reorganization of relations between the Patriarchate of Constantinople and the Slavic world, through the adoption of a Pan-Orthodox perspective that drew its ideological legitimacy from appeals to the Byzantine imperial past, immediately following Patriarchate’s harsh confrontation with the supporters of the Bulgarian Exarchate. The discourse about an Orthodox East rested on invocations of an Orthodox oikoumene, preparing the political leadership of the Russophile circle in the Patriarchate of Constantinople in the early 20th century. The line separating the stable reference to Byzantium as a sublime cultural formation from its usage as a political metonymy for the legitimization of the tsarist monarchy, was very thin indeed, and for this reason all the more significant.

58George P. Majeska

59Byzantine Culture in Russia : Doesn’t It Lose Something in Translation ? : 349-358

60Some sixty years ago the British historian B. H. Sumner noted that Byzantium brought to Russia “five gifts: her religion, her law, her view of the world, her art and writing”. This is essentially the case, but Sumner’s assessment needs much fine-tuning to be a useful historical statement. Some “gifts” were accepted and put to use immediately; others were accepted but adapted more than adopted; yet others were put in storage for a very long time until they seemed to have practical value for the Russians. This paper considers how the Eastern Slavs treated their Byzantine gifts.

61Dimitrios Antoniou

62Le choix d’une résurrection partielle : l’introduction du droit civil byzantin dans le nouvel État hellénique au xixe s. : 359-370

63En 1835, un texte législatif byzantin du xive s., l’Hexabible de Constantinos Harménopoulos, devenait la loi civile du nouveau royaume de Grèce. Solution conçue comme provisoire jusqu’à la rédaction d’un Code civil définitif, l’Hexabible resta en vigueur pendant plus d’un siècle. Cette « résurrection » du droit byzantin a fait débat parmi les juristes grecs du xxe s. : quelles raisons ont conduit le pouvoir royal à adopter cette législation et comment faut-il comprendre sa longévité inattendue ? Cet article présente les réponses des juristes à ces questions et s’efforce de fournir quelques nouveaux éléments, en examinant cette réintroduction comme une partie de la lente procédure de formation de l’appareil d’État grec.

64Adriana Şotropa

65L’héritage byzantin dans la pensée artistique et l’art roumains au tournant du xxe s. : 371-382

66Cherchant une voie d’expression artistique originale tout en essayant de créer un style national moderne, la Roumanie se tourna vers son passé byzantin, surtout dans la dernière décennie du xixe et au début du xxe s. Plusieurs personnalités du monde culturel et artistique encouragèrent, dans leurs écrits et dans leurs œuvres, la création de ce que la critique de l’époque appelait un « néo-byzantinisme ». La princesse Marie cristallise autour d’elle et autour de la société qu’elle patronne, « La Jeunesse artistique », un engouement pour l’héritage byzantin. Peintres (Apcar Baltazar, Stefan Popescu, Octavian Smigelschi), sculpteurs (Frederic Storck, Dimitrie Paciurea), historiens et critiques d’art (Alexandru Tzigara-Samurcaş, Léo Bachelin, Nicolae Petrascu), hommes de lettres (Alexandru A.C. Sturdza) et hommes politiques (Constantin Dissescu) ont œuvré en faveur de ce mouvement, mêlant modernité et sources byzantines.

67Anne Couderc

68Byzance à la Conférence de la Paix (1919) Vénizélos, les revendications de la Grèce et l’idée d’Empire : 383-402

69Cet article a pour objet les négociations menées au nom de l’État grec par Éleuthère Vénizélos lors de la Conférence de la Paix à Paris en 1919. Il aborde le lien problématique entre d’une part un État-nation construit sur le modèle occidental et d’autre part la référence à un Empire médiéval théocratique, Byzance. Les sources sont constituées des textes adressés à la Conférence par les représentants grecs, mais aussi des mémoires et ouvrages visant à étayer le bien-fondé de leurs revendications. Après un état des lieux des demandes officiellement adressées à la Conférence de la Paix par Vénizélos, l’article étudie la référence à Byzance dans l’argumentaire de la délégation grecque et considère, autour de cet exemple, la relation entre la construction nationale et l’idée d’Empire.

70Tonia Kioussopoulou

71La délégation grecque au IIe Congrès international des études byzantines (Belgrade, 1927) : 403-411

72L’article étudie la manière dont furent choisis les membres de la délégation grecque au IIe Congrès international des études byzantines de Belgrade (1927) par l’université d’Athènes, en coordination avec le gouvernement grec. À partir des archives historiques de l’université d’Athènes, on peut montrer que l’un des enjeux de ces nominations était de définir le contenu même des études byzantines, mais aussi de promouvoir la grécité de Byzance face aux historiens des Balkans qui revendiquaient un héritage à partager entre plusieurs pays.

73Maria Kambouri-Vamvoukou.

74L’héritage byzantin dans l’architecture de l’entre-deux-guerres en Grèce : 413-430

75En Grèce dans l’entre-deux-guerres, un regain d’intérêt pour l’histoire nationale a conduit à reconsidérer l’architecture byzantine. Ce phénomène s’accompagne de l’émergence du style néobyzantin. Son développement ne fut pas aussi considérable que celui du style néoclassique. Toutefois, on trouve des exemples dans des domaines aussi divers que surprenants : établissements scolaires, banques, pavillons internationaux… Cet essor est lié aux courants intellectuels de l’époque et en rapport étroit avec le « retour aux sources » de la culture grecque, qu’on a aussi appelé la « grécité ». Cette question occupa les architectes, en particulier Aristotélis Zachos (1872-1939), qui s’appuie sur une étude solide de l’héritage architectural de Byzance. D’autres intellectuels suivront les traces de Zachos dans les années 1920-1930. Des exemples d’architecture néobyzantine apparaissent aussi bien dans l’architecture religieuse que dans l’architecture civile, et dans certaines villes où ses principes semblent appliqués à l’échelle du plan et de l’unité urbaine.

76Olivier Delouis

77Théodore Stoudite, figure de l’Union des Églises ? Autour de la renaissance d’un monachisme stoudite en Galicie (Ukraine) au xxe s. : 431-480

78La Galicie austro-hongroise connut à la fin du xixe s. l’émergence d’un monachisme gréco-catholique – à savoir de rite byzantin mais soumis à Rome – annonçant relever l’héritage du monastère byzantin de Stoudios à Constantinople (ca 454-1453). Après avoir rappelé l’environnement géopolitique et confessionnel de cette région d’Europe orientale, l’étude présente la figure du refondateur de ce mouvement, le métropolite de Lviv Andrei Szeptyckyj (1865-1944), et retrace la croissance des Stoudites de Galicie jusqu’à l’établissement d’un régime soviétique en Ukraine. L’analyse de la réception de l’abbé le plus célèbre de Stoudios, Théodore Stoudite (759-826), dans l’Église catholique au temps de l’unionisme et l’examen de sources monastiques disciplinaires néostoudites (typika) encore peu accessibles permet de proposer plusieurs explications à ce phénomène resté largement méconnu.

79Isabelle Dépret

80L’Église orthodoxe de Grèce et la condamnation de l’iconoclasme en 1987-1988 : fidélité à la tradition byzantine, relectures, mobilisation : 481-493

81L’examen d’une phase critique survenue à la fin des années 1980 permet de souligner la rémanence et l’usage, en Grèce contemporaine, d’éléments puisant dans l’héritage byzantin. Sont exploités la presse orthodoxe, la presse généraliste ainsi que des documents de nature juridique. Dans la presse ecclésiastique, la récurrence, en 1987-1988, du thème de l’iconoclasme est d’abord imputée au souci de l’Église orthodoxe de marquer sa fidélité à l’héritage iconodoule. Ces références sont ensuite envisagées à la lumière d’une polémique autour d’un projet de loi sensible : ce texte législatif concerne le patrimoine ecclésiastique, spécialement monastique. Nous montrons comment des symboles historico-religieux – parmi lesquels une icône de la Vierge – participent du déroulement puis de l’issue d’une crise dramatisée entre pouvoir ecclésiastique et pouvoir temporel.

82Katerina Seraïdari

83Byzance dans le discours d’une minorité religieuse : les catholiques de Tinos et Syros : 495-506

84Cet article analyse la manière dont le discours des intellectuels catholiques retourne l’argument de continuité sur lequel la rhétorique nationale grecque est fondée. Le but est de montrer l’usage idéologique de Byzance par l’élite d’une minorité religieuse contre l’interprétation historique d’ethnogenèse qui a dominé en Grèce depuis la parution des travaux historiques de Konstantinos Paparrigopoulos, à partir de la seconde moitié du xixe s. En contestant la linéarité de l’histoire nationale, les érudits catholiques dans les Cyclades construisent leur propre version historique locale.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search