Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

Byzance dans le discours d’une minorité religieuse : les catholiques de Tinos et Syros

Katerina Seraïdari

Résumé

Cet article analyse la manière dont le discours des intellectuels catholiques retourne l’argument de continuité sur lequel la rhétorique nationale grecque est fondée. Le but est de montrer l’usage idéologique de Byzance par l’élite d’une minorité religieuse contre l’interprétation historique d’ethnogenèse qui a dominé en Grèce depuis la parution des travaux historiques de Konstantinos Paparrigopoulos, à partir de la seconde moitié du xixe s. En contestant la linéarité de l’histoire nationale, les érudits catholiques dans les Cyclades construisent leur propre version historique locale.

Texte intégral

  • 1 Ces chiffres proviennent de l’Église catholique de Grèce (www.cathecclesia.gr/hellas, site consulté (...)

1Les catholiques constituent une minorité religieuse qui représente environ 0,5 % de la population grecque, soit entre 45 000 et 50 000 fidèles. Je m’intéresserai ici aux catholiques des îles des Cyclades et plus particulièrement de Syros (environ 8 000 catholiques) et Tinos (environ 3000 catholiques)1. Ces communautés ont une importance numérique incontestable à l’échelle locale (entre la moitié et le quart de la population, selon les estimations) et revendiquent pour leurs membres le droit d’être Grecs sans être pour autant orthodoxes. Elles associent leur adhésion au catholicisme à l’installation de familles latines dans la mer Égée à la suite de la quatrième croisade et de la prise de Constantinople (1204). Leur condition socio-économique sur ces deux îles est similaire : les catholiques sont en majorité des agriculteurs, moins fortunés que les orthodoxes – ces derniers s’étant tournés, depuis le xviiie s., vers le commerce.

  • 2 Les mariages mixtes, présentés souvent comme une des raisons du passage au catholicisme, ont joué e (...)
  • 3 Ducellier Alain, Le drame de Byzance. Idéal et échec d’une société chrétienne, Paris, 1997 [1976], (...)

2À cause de leur appartenance à une Église considérée par eux-mêmes comme multinationale et, par les orthodoxes, comme étrangère, ces communautés incarnent un point de rencontre entre l’Occident latin et ce qu’on pourrait appeler l’« hellénisme oriental ». Position problématique puisqu’elle fait osciller ces populations entre l’autochtonie (qu’elles-mêmes revendiquent) et l’allochtonie (que certains Grecs leur attribuent, en les considérant comme des descendants des Latins et non comme des autochtones convertis2), entre un « ici » et un « là-bas » perçu par la société grecque comme potentiellement menaçant. La société grecque a hérité d’une « haine anti-latine », selon l’expression d’Alain Ducellier, exacerbée après 12043. Depuis la construction de l’État grec en 1830, un certain nombre d’historiens grecs considèrent que les croisés, qui ont provoqué la première chute de Constantinople, ont ouvert la voie à sa conquête par les Ottomans plus de deux siècles après, en 1453. Le dilemme posé aux Byzantins du xve s. entre la soumission à la tiare papale ou au turban ottoman est présent tant dans les manuels scolaires grecs que dans les travaux historiques.

  • 4 Les catholiques ont élaboré leurs propres rituels civiques dans ce cadre. À la fin du plus grand pè (...)

3Je présenterai ici comment le discours des intellectuels catholiques retourne l’argument de continuité sur lequel la rhétorique nationaliste grecque est fondée. Mon but est de montrer comment l’usage idéologique de Byzance par l’élite d’une minorité religieuse s’oppose à l’interprétation historique d’ethnogenèse qui a dominé en Grèce après la parution des travaux historiques de Constantin Paparrigopoulos à partir de la seconde moitié du xixe s. L’appartenance à la nation grecque est alors définie par une fiction appuyée non seulement sur la narration historique, mais aussi sur des fêtes religieuses, des commémorations politiques, des monuments et des rituels civiques4. Cette fiction n’est pas pour autant monolithique. Elle comporte des failles, des transgressions et des trajets exceptionnels, qui deviennent tangibles quand une minorité religieuse, comme les catholiques des Cyclades, entre en scène.

4En soulignant, dans un premier temps, l’impact de la crise iconoclaste qui aurait aliéné les îliens contre Constantinople et, dans un second temps, la mauvaise administration des îles de la mer Égée par les autorités byzantines (surtout après le xie s.), les intellectuels catholiques (laïcs et clercs) construisent une image de Byzance qui justifie pourquoi les croisés latins après la quatrième croisade furent bien accueillis. L’accent est également mis sur la similitude entre les pratiques religieuses des nouveaux maîtres latins et celles de la population locale qui ne s’intéressait pas aux querelles théologiques ayant conduit au schisme de 1054. Ce discours juxtapose à une perception homogène de l’histoire grecque la spécificité du contexte local, tant au niveau politique que religieux.

Versions catholiques de l’histoire locale

  • 5 Delendas Ioannis H., Οἱ Καθολικοὶ τῆς Σαντορίνης. Συμβολὴ στὴν ἱστορία τῶν Κυκλάδων, Athènes, 1949, (...)
  • 6 Ibid., p. 18.

5Dans son livre sur les catholiques de Santorin, Ioannis Delendas ne manque pas de sévérité quand il parle des gouverneurs byzantins du xiie s. : ils sont « petits et corrompus », « des hommes sans humanisme [qui] circulent dans les palais et des criminels [qui] prennent le trône », au point que « la malhonnêteté et la débauche règnent dans toutes les classes sociales », et que « l’immoralité a profondément pénétré la société » ; par conséquent, « les îles, et surtout les plus petites, vivent dans la terreur et la crainte5 ». La particularité de Delendas est qu’il s’appuie sur de longs passages de l’Histoire de la Nation grecque de Constantin Paparrigopoulos (publiée de 1860 à 1877) pour légitimer ses arguments. En ce qui concerne l’offre qu’Alexis IV Ange fit aux croisés afin de récupérer le trône impérial de son père emprisonné, Delendas met l’accent sur sa promesse de procéder à l’Union des Églises qui est, selon lui, « le rêve le plus cher de l’Église catholique. Et cela, non par ambition ou pour d’autres raisons, mais parce que ceci est le grand désir du Christ6 ».

  • 7 Plus loin, Delendas évoque la chasse aux pirates par les Vénitiens dès leur prise de pouvoir et le (...)

6Cette manière de présenter les choses ne correspond pas à l’analyse officielle de l’historiographie grecque et Paparrigopoulos ne s’y serait certainement pas retrouvé. Les érudits catholiques combinent, de cette manière, des passages de l’historiographie « normative » et des analyses qui contestent la version officielle. Cette technique historiographique oscille entre la norme et sa contestation ; elle propose une nouvelle lecture, moins ethnocentrique7, de données historiques largement connues et acceptées comme véridiques.

  • 8 Sigalas Antonios, Τὰ ἐξωκκλήσια τῆς Σύρου μαρτυροῦν τὴν ἑλληνικὴ καταγωγὴ τῶν καθολικῶν κατοίκων τη (...)
  • 9 La formulation de Sigalas est problématique, parce qu’il critique la politique des Paléologues (rét (...)

7Vingt ans plus tard, le théologien catholique de Syros, Antonios Sigalas, évoque l’abandon de la population de Syros par les autorités byzantines : selon lui, l’Empire byzantin a négligé la Grèce continentale et plus encore les petites îles cycladiques aux terres improductives8. Les Paléologues concentrèrent leurs efforts sur le Nord de la Grèce et surtout sur l’Asie Mineure. Les Cyclades furent délaissées non seulement par le pouvoir politique, mais aussi par le patriarcat de Constantinople. Quand les Francs arrivèrent9, ils auraient trouvé un « terrain religieusement en friche ». Les natifs n’auraient pas essayé de résister et auraient peut-être même éprouvé du soulagement, au moins au début. Notons ici que Sigalas évite de parler d’« occupation » ou de « domination » latine, en utilisant un vocabulaire assez neutre et en insistant sur l’absence de violence dans les relations entre natifs et Latins.

  • 10 Syros appartenait en effet à l’Illyricum oriental (et pas occidental), mais Tinos et une part impor (...)
  • 11 Sur la soustraction de l’Illyricum au patriarcat romain – à une date qui reste discutée – et son ra (...)
  • 12 Roussos-Milidonis Markos N., Syra Sacra. Θρησκευτική Ιστορία της Σύρου, Athènes, 20002, p. 34-36. N (...)

8Un autre érudit de Syros, Markos Roussos-Milidonis, précise que, pour les Cyclades, la période byzantine ne s’étend que de 324 (refondation de Constantinople comme nouvelle capitale) jusqu’à 1207 (début de la domination vénitienne). Il considère comme particulièrement importante la période de la controverse iconoclaste parce qu’il y voit une des raisons de l’éloignement de l’orthodoxie des communautés grecques des îles. Il souligne le fait que les îles cycladiques faisaient partie de l’Illyricum « occidental » (sic), qui était sous la juridiction du pape jusqu’au début du viiie s.10. En 727, « l’empereur impie » Léon III l’Isaurien a retiré cette juridiction au pape Grégoire II parce que ce dernier l’avait excommunié pour sa politique iconoclaste11. Les habitants des Cyclades, « qui avaient une dévotion fanatique envers les icônes », se sont révoltés et ont envoyé leur petite flotte armée à Constantinople contre l’empereur. Par conséquent, les habitants des Cyclades « ont conservé des sentiments amicaux envers le patriarcat iconophile de l’ouest, duquel ils ont été séparés contre leur volonté en 727. Cet événement a sûrement influencé l’accueil qu’ils ont réservé aux Francs en 1207, mais aussi la diffusion continue du rite latin à Syros et dans les autres îles12 ».

9Ce serait donc aussi pour des raisons de dévotion que ces populations auraient changé de confession. Rappelons cependant que l’iconoclasme (ca 726-843) a eu lieu plus de deux siècles avant le schisme de 1054. L’appropriation de ce symbole majeur du culte orthodoxe que sont les icônes amène à la déconstruction de l’histoire nationale dans ses rapports avec l’histoire sainte : selon ce schéma, le pouvoir byzantin est implicitement accusé d’avoir nié l’attachement du peuple grec envers ses icônes lors de l’iconoclasme, tandis que les habitants des îles (même ceux qui sont devenus par la suite catholiques) revendiquent d’avoir contribué à la continuité de ce culte. Si l’on considère la conversion comme la trahison de sa confession d’origine, dans ce cas on pourrait dire que les Grecs catholiques auraient progressivement abandonné l’orthodoxie afin de ne pas abandonner leurs icônes.

  • 13 Cité dans Roussos-Milidonis Markos N. (supra), p. 36.

10Selon M. Roussos-Milidonis, les Cyclades, qui n’étaient pas fortifiées, ont gravement souffert des pirates entre 324 et 1207, ce qui a eu pour résultat une diminution dramatique de leur population. Si au xe s., la flotte byzantine était présente dans la mer Égée afin de repousser les pirates, dès le milieu du xie s., les îliens ont été abandonnés à leur sort pendant une longue période, à cause de la mauvaise situation économique et des problèmes politiques dont souffrait l’Empire byzantin. Le mécontentement des îliens a augmenté avec l’obligation de payer de très lourdes taxes. Ces conditions expliquent, selon cet intellectuel catholique, pourquoi les Latins qui ont conquis les Cyclades en 1207 n’ont pas rencontré de résistance de la part des natifs. Pour montrer la gravité de la situation après la fin du règne de Manuel Ier Comnène en 1180, M. Roussos-Milidonis cite un autre érudit local de confession orthodoxe, Dimitris Paschalis, qui écrivit une histoire d’Andros en 1925 : « Au cours de ces années, la débauche, la corruption et la dépravation de l’Empire byzantin dépassaient véritablement toute description. Il n’y avait ni armée, ni flotte, ni argent public, ni vertu guerrière. L’État était en permanence en crise à cause des divisions internes et des guerres civiles, il était affaibli et moralement engourdi, à tel point que même les controverses théologiques n’intéressaient plus les Byzantins13 ». La référence à des historiens de confession orthodoxe est récurrente, comme nous l’avons vu. Autrement dit, les intellectuels catholiques n’inventent pas de nouvelles versions de l’histoire : ils utilisent les récits historiques déjà existants comme preuve de leur argumentation.

  • 14 Lors d’une communication personnelle, M. Foskolos m’a expliqué que Tinos et sa communauté catholiqu (...)
  • 15 Foskolos Markos, « Η Τήνος κατά τη Βυζαντινή περίοδο (337-1207) », dans id. (éd.), Τήνος. Ιστορία κ (...)
  • 16 M. Foskolos reproduit ici ce que l’érudit orthodoxe de Syros, Ambélas Timoléon (Ἱστορία τῆς νήσου Σ (...)
  • 17 Foskolos Markos (n. 15), p. 133, constate avec regret que « tant de siècles d’oppression par des ét (...)

11Le prêtre catholique M. Foskolos, qui appuie ses recherches sur l’étude des riches archives catholiques d’Exombourgo à Tinos, a beaucoup écrit sur cette question. Je n’ai pas la prétention de présenter ici de manière globale et exhaustive son analyse sur Byzance14 ; je ne ferai référence qu’à l’un de ses articles examinant la période byzantine15. Dès la deuxième page, il insiste sur le fait qu’alors, malgré la proximité géographique entre la nouvelle capitale de l’Empire et les Cyclades, « ces îles ont connu la période la plus triste et obscure de leur histoire16 » : ceux qui occupaient le trône de Constantinople étaient souvent des gouvernants pantins et sans mérites ; quand ceux-ci étaient dignes du trône, ils considéraient l’Égée comme « un lac byzantin », s’intéressant principalement aux éparchies du Nord et de l’Est de l’Empire. M. Foskolos décrit les sentiments qu’éprouvaient les îliens à cause de cet abandon général : colère, désespoir et fatalisme. Il fait référence aux deux révoltes des îliens contre le pouvoir impérial, qui ont même assiégé Constantinople avec leur flotte : ces révoltes ont eu lieu pendant la controverse iconoclaste, la première en 726 et la seconde en 821. M. Foskolos souligne pourtant une conséquence positive : cet abandon a obligé les îliens à organiser de manière autonome leur défense et à développer un système local d’administration (αυτοδιοίκηση)17 que les Latins n’ont pas supprimé quand ils ont pris le pouvoir. D’un autre côté, cette insécurité accrue les aurait poussés vers la religion, ce qui a eu comme résultat « l’abandon de tout effort culturel » et l’absence de grands monuments byzantins, surtout à Tinos.

  • 18 Ibid., p. 118-121.
  • 19 Notons que Paparrigopoulos avait un tout autre avis : il considérait l’iconoclasme comme un projet (...)
  • 20 Foskolos Markos (n. 15), p. 123.

12M. Foskolos réexamine la première révolte des îliens lors de la controverse iconoclaste18. Il s’étonne, d’une part, de la rapidité foudroyante avec laquelle les îliens ont réagi contre Léon III qui accomplit le premier acte iconoclaste en 726 (en demandant d’enlever l’image du Christ de la porte du palais de la Chalcé à Constantinople). D’autre part, il critique la facilité avec laquelle on a considéré les îliens comme des iconolâtres et évoque le fait qu’à Naxos, les archéologues ont trouvé des monuments décorés suivant les principes iconoclastes. Selon M. Foskolos, cette révolte avait des motivations plus sociales que religieuses et exprimait le mécontentement local face à l’indifférence du pouvoir impérial. Il évoque aussi les paramètres ethniques de cette crise, qui a opposé une dynastie impériale d’origine syrienne, et donc asiatique, aux iconolâtres nourris de civilisation grecque19. M. Foskolos conteste donc indirectement l’hypothèse de M. Roussos-Milidonis sur l’attachement des îliens à leurs icônes. Cet exemple montre bien que les interprétations historiques que les intellectuels catholiques donnent de Byzance peuvent être divergentes sur certains points. M. Foskolos déconstruit aussi le mythe du dépeuplement des Cyclades lors de la période byzantine à cause des invasions sarrasines : il soutient justement que même les îles les plus petites n’ont jamais été complètement abandonnées par la population20.

  • 21 Ibid., p. 126.
  • 22 Foskolos Markos, « Η Τήνος κατά την Γκιζοκρατία (1207-1390) », dans id. (éd.), Τήνος. Ιστορία και π (...)
  • 23 Ibid., p. 141

13De même, M. Foskolos se réfère à la période épouvantable que fut le xiie s.21. Les îliens continuaient d’être mécontents et de se sentir « trahis » par le pouvoir central et souhaitaient l’effondrement de l’Empire. Il ajoute que les croisés n’auraient pas été capables de dissoudre un Empire si celui-ci s’était appuyé sur des bases stables. Quant au rôle de ceux-ci, il reconnaît qu’ils ont affaibli l’Empire byzantin, lors d’une période de crise permanente et généralisée, mais ils ont également prolongé la survie de l’Empire de manière indirecte. Dans un chapitre suivant, M. Foskolos analyse les circonstances historiques de la quatrième croisade22. Tout d’abord, il présente les intérêts divergents des croisés, qui acceptent de venir à Constantinople pour aider Alexis IV Ange : certains croisés vénitiens ont pour but d’acquérir des privilèges commerciaux, tandis que d’autres sont réticents à se battre contre des chrétiens, car ils ont peur de l’excommunication papale. La conquête de Constantinople s’est avérée une tâche facile, étant donné « la division qui régnait parmi la noblesse byzantine, l’indifférence des habitants de Constantinople envers la succession des dynasties et la haine du reste des habitants de l’Empire envers les habitants de la capitale ». Quant à Tinos, en 1207, avec le début d’une nouvelle période, l’île « sort de l’obscurité et apparaît sur la scène historique comme un objet qui attire l’attention internationale et la convoitise de différents États et cela jusqu’à la libération nationale de 182123 ».

14Selon cette analyse, l’occupation latine aurait offert un nouveau rôle à Tinos (« géopolitique » dirait-on aujourd’hui), que l’île n’avait jamais tenu pendant la période byzantine. En effet, la plupart des érudits catholiques insistent sur le contraste entre la négligence byzantine et l’efficacité latine : les Latins ont respecté les coutumes et les structures économiques locales, se sont montrés tolérants et compréhensifs, ont apporté la sécurité et la prospérité dans les Cyclades, gagnant ainsi la sympathie des natifs. Là où l’histoire nationale parle d’une occupation et d’une oppression religieuse opérée par les Latins, les récits du passé que les catholiques produisent au niveau local mettent en scène des Byzantins absents et passionnés par les querelles théologiques (d’où la fatalité du schisme entre Rome et Constantinople) et attribuent aux Latins le rôle de « sauveurs ». Dans ce cas, l’hégémonie des versions historiques « normatives » a amené ce groupe minoritaire à produire de manière subtile des récits « contestataires » inspirés par les mêmes principes mobilisateurs, afin de construire une identité cohérente et un passé signifiant.

  • 24 Sa résistance héroïque, mais aussi son inclination pour l’Union des deux Églises, ont fait de lui u (...)

15Un des principes mobilisateurs est l’approche sentimentale du passé : si l’historiographie officielle souligne l’héroïsme des Byzantins (le sacrifice du dernier empereur byzantin lors de la chute de Constantinople étant l’exemple le plus significatif24), les intellectuels catholiques insistent sur la souffrance et le désespoir des îliens, qui se sont révoltés deux fois contre l’Empire, mais qui ont accueilli avec soulagement les Latins. Si, pour Paparrigopoulos, les Grecs doivent à Byzance la continuité religieuse de la foi orthodoxe, pour les intellectuels catholiques, c’est à cause de l’abandon des îliens par Byzance qu’une partie de la population s’est tournée vers le catholicisme. Si, pour Paparrigopoulos, Byzance a donné à la nation grecque l’unité politique qu’elle n’avait jamais eue pendant l’Antiquité classique, pour les intellectuels catholiques, un fossé considérable sépare la capitale byzantine des îles cycladiques et de leurs populations respectives qui vivaient de manière totalement différente. Si Paparrigopoulos fait l’éloge du pouvoir central étatique que Byzance a instauré, les intellectuels catholiques déplorent son inefficacité et soulignent l’importance de l’administration locale des communautés. Si les idéologues de la nation grecque depuis les années 1850 ont valorisé deux héritages, celui de la Grèce ancienne et de l’Empire byzantin, les érudits catholiques les séparent, en surestimant le premier et en minorant l’importance du second, ce qui leur permet de contester l’importance de l’orthodoxie dans la construction de l’identité grecque.

Arguments de continuité

  • 25 Roussos-Milidonis Markos N. (n. 12), p. 50.
  • 26 Ibid., p. 53, et aussi p. 251.

16M. Roussos-Milidonis s’appuie sur l’érudit orthodoxe de Syros, K. Stéfanos, pour introduire l’idée d’une continuité qu’on pourrait qualifier d’« ethnique » sur cette île : « Depuis l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui, Syros a toujours été habitée, n’ayant connu aucune période de dépeuplement, même pas pendant une génération. Ceux qui ont habité l’île ont été païens, orthodoxes, catholiques, mais toujours grecs25 ». Le même auteur considère que la piété des catholiques de Syros prouve « la continuité de la tradition hellénique et byzantine sous une forme nouvelle. Car il est généralement accepté que, en tant qu’expression de la foi des gens simples et peu cultivés, la forme (ο τύπος) est l’aspect le plus persistant de la religion populaire. La meilleure preuve est la “christianisation” de plusieurs coutumes religieuses d’origine païenne comme les fêtes religieuses (πανηγύρια), le pain bénit et les commémorations funéraires (κόλλυβα), l’identification des saints avec des héros anciens ou des dieux26 ».

  • 27 Sur le folklore et son développement en Grèce en tant qu’« instrument idéologique pour l’édificatio (...)

17Dans ce cas, l’érudit catholique appuie son argument sur des principes élaborés par les folkloristes grecs, depuis l’invention du terme laographie en 1883 par Nicolas Politis : ceux-ci ont présenté la transition du paganisme antique au christianisme non comme une rupture, mais comme une continuité apparente selon des « survivances » qui persisteraient dans la religion et le savoir populaires27. Si ce passage du polythéisme au monothéisme ne fut pas brutal, pourquoi faudrait-il qualifier de la sorte le passage de l’orthodoxie au catholicisme d’un certain nombre d’habitants des îles ? Si le changement initial de religion n’a pas mis en cause l’identité grecque, pourquoi ce qui s’est passé dans les Cyclades aurait-il eu des résultats différents ? Cet argument, qui parvient à minimiser les différences entre confessions, montre comment la recherche des origines transforme le « bon peuple » (qu’il soit orthodoxe ou catholique) en détenteur des traditions ancestrales.

  • 28 À quelques exceptions près. Voir le prêtre Foskolos Markos, « Εισαγωγή στην ιστορία των καθολικών ε (...)
  • 29 Bensa Alban, Fassin Eric, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain 38 (2002), p. 5-20  (...)
  • 30 Cité par Danoussis Kostas (n. 24), p. 421-422.

18Sur ce point, les laïcs (comme M. Roussos-Milidonis) et les clercs ont nécessairement des avis divergents. Les clercs catholiques préfèrent placer la continuité de la dévotion populaire hors du cadre de référence à l’Antiquité28. Lors de mes enquêtes de terrain à Tinos en juillet 2005, un père jésuite (originaire de Syros et en mission à Tinos) m’a dit que « les catholiques des Cyclades ne sont pas devenus catholiques, ils le sont restés ». Ce clerc a aussi souligné le fait que les habitants des petites îles des Cyclades étaient initialement sous la juridiction du pape – un argument déjà cité ci-dessus – et que ce lien religieux a apparemment marqué les esprits ; quand le schisme a eu lieu, ils ne pouvaient pas saisir les subtilités des querelles théologiques entre les deux camps. L’importance du schisme pour la société locale était donc minime, le débat théologique s’étant produit dans une capitale éloignée. Après l’arrivée des croisés, les natifs pouvaient assister aux messes latines sans trop ressentir la différence ; en fait, ils n’auraient pas changé de confession, ce sont leurs pratiques qui se seraient adaptées aux changements historiques et aux contacts culturels. Cette interprétation historique efface donc toute notion de rupture dans la définition de la conversion et oppose les innovations théologiques « importées » à la continuité de la dévotion populaire. Si l’événement constitue « une rupture d’intelligibilité » qui rend le sens des choses incertain et supprime les grilles de lecture habituelles, comme le soulignent A. Bensa et E. Fassin29, la conversion au catholicisme est constamment présentée par les érudits catholiques comme un non-événement. Un des premiers clercs à avoir développé cette idée de continuité dévotionnelle a été l’évêque de Tinos, Ioannis Maragos, dans un texte adressé à la Sacrée congrégation pour la propagation de la foi en 187330. Maragos parle de manière méprisante de l’Antiquité grecque, parce qu’elle aurait habitué le peuple « à se soumettre devant la beauté humaine et les passions les plus animales » ; il critique l’intervention des empereurs byzantins dans la vie ecclésiastique et la considère comme la cause principale du schisme. Il insiste sur le fait que les habitants de l’archipel vivaient et étaient organisés administrativement de manière autonome ; l’absence de relations étroites avec la capitale byzantine leur aurait évité le risque d’être entraînés par « les hérésies et les schismes de la métropole ». Après l’installation du pouvoir latin, « la sagesse des autorités ecclésiastiques et politiques a recherché et réussi à établir l’unité de deux éléments, indigène et étranger, mais aussi l’unité entre les deux églises, latine et grecque, qui a été conservée jusqu’à la conquête turque du pays ».

  • 31 M. Roussos-Milidonis ne désapprouve pas cette attitude du clergé local catholique. Afin d’expliquer (...)
  • 32 Roussos-Milidonis Markos N. (n. 12), p. 267.

19La spécificité des pratiques religieuses au niveau local (comme le culte des icônes par les catholiques) a ainsi été interprétée soit comme une survivance d’un passé commun, soit comme un signe prometteur d’unité entre les deux confessions, soit comme une démonstration de résistance face aux changements importés des grands centres chrétiens (autant Constantinople que Rome). En fait, la dévotion que les Grecs catholiques portent à leurs icônes structure une forme locale du catholicisme qui a souvent suscité des réactions négatives de la part de la hiérarchie ecclésiastique31. À la fin de son livre, M. Roussos-Milidonis revient au culte catholique des icônes et à sa relation avec Byzance : « Je me rappelle dans mon enfance la colère du clergé devant les dévots qui, quand ils venaient à l’église, se dirigeaient spontanément vers les icônes des saints avant de rendre hommage à l’hostie. Peut-être cela était-il une réminiscence de la période isaurienne, quand la population cycladique se rebellait contre l’Empereur impie Léon III et ses forces navales insignifiantes32 ».

20Le fait qu’une minorité religieuse cultive une image nuancée de Byzance afin d’accentuer ses liens avec l’Occident, tout en défendant son identité grecque, montre comment Byzance est utilisée afin de différencier la version locale du récit monolithique de l’histoire nationale. Cette civilisation gréco-vénitienne aurait marqué les sociétés de la mer Égée, contrairement à la civilisation byzantine et « balkanique » qui se serait développée en Grèce continentale et aurait été fortement influencée par la domination ottomane qui fut beaucoup moins longue dans les îles. Comme le père jésuite grec me l’a dit, « Le Grec est Turc, il porte les défauts hérités de l’occupation ottomane (ο Έλληνας είναι Τούρκος, κουβαλά τα μειονεκτήματα της Οθωμανικής κατοχής) ».

  • 33 L’anthropologue Michael Herzfeld considère que dans la société grecque, les influences byzantines s (...)

21Cette séparation géographique et culturelle du territoire grec actuel laisse entrevoir la construction d’une continuité entre la présence byzantine et l’occupation ottomane, que seule l’arrivée des croisés latins a pu dissocier dans les îles. C’est cette intervention étrangère que les intellectuels catholiques définissent comme rupture positive, tandis que, pour l’historiographie officielle (reproduite dans les manuels scolaires actuels), cette occupation a accéléré la fin de l’Empire byzantin et a ouvert la porte aux attaques turques. Contrairement à certains byzantinistes qui revendiquent l’universalité de la civilisation byzantine et sa dimension européenne, les intellectuels catholiques insistent sur une distinction culturelle entre l’Europe et l’Asie, Byzance étant placée du même côté que l’Empire ottoman qui lui a succédé. Ils proposent ainsi une nouvelle division entre une culture continentale d’inspiration orientale (byzantine et ottomane, et dans une large mesure balkanique) et une culture occidentale des îles grecques où le catholicisme serait un élément de progrès et d’inscription dans la modernité européenne33. Ce schéma interprétatif divise les Grecs selon l’héritage (positif dans le cas des Latins, négatif dans le cas des Ottomans) qu’un occupant étranger leur a légué.

  • 34 Anderson Benedict, Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Lond (...)

22Si la nation est une « communauté imaginée », selon la formule célèbre que Benedict Anderson a introduite en 198334, la minorité catholique grecque a sa propre façon d’imaginer, non seulement la communauté nationale, mais aussi son rôle à l’intérieur de celle-ci. En critiquant la continuité linéaire de l’histoire nationale et l’homogénéité des traditions de la population puis en séparant le territoire grec en deux parties, les érudits catholiques parviennent à contester les récits historiques nationaux et à imposer leurs versions locales.

Notes

1 Ces chiffres proviennent de l’Église catholique de Grèce (www.cathecclesia.gr/hellas, site consulté le 9 janvier 2009). E. Bornträger souligne le fait que les catholiques constituent le seul groupe minoritaire dont la présence est plus importante dans l’espace insulaire que dans la Grèce continentale (1 % de la population insulaire globale et seulement 0,56 % de l’ensemble de la population) ; Bornträger Ekkehard W., « Μειονότητες στο Αιγαίο. Μια διαχρονική σύνοψη με βάση πληθυσμιακά και πολιτικο-πολιτισμικά στοιχεία από την ίδρυση του ελληνικού κράτους », dans Argyriou Astérios (éd.), Η Ελλάδα των νησιών από τη Φραγκοκρατία ως σήμερα, II, Athènes, 2004, p. 509-532, ici p. 511, n. 2.

2 Les mariages mixtes, présentés souvent comme une des raisons du passage au catholicisme, ont joué en fait un rôle contradictoire : grâce aux mariages avec des femmes natives, les premiers Latins qui se sont installés dans ces îles ont été rapidement hellénisés ; en même temps, leurs enfants suivaient plutôt la religion du père, probablement pour profiter des privilèges économiques et sociaux liés à l’appartenance à l’Église latine. Ayant une fonction intégrative pour les étrangers, les mariages mixtes ont divisé la communauté locale en deux, tout en l’unissant par l’argument de l’autochtonie ; voir Frazee Charles, « Catholics », dans Clogg Richard (éd.), Minorities in Greece. Aspects of a Plural Society, Londres, 2002, p. 24-47, ici p. 26-27.

3 Ducellier Alain, Le drame de Byzance. Idéal et échec d’une société chrétienne, Paris, 1997 [1976], p. 218. A contrario, l’existence d’une certaine « latinophilie » avant 1204 est soulignée par Magdalino Paul, The Empire of Manuel I Komnenos, 1143-1180, Cambridge, 1993, p. 106-107 et p. 222-223.

4 Les catholiques ont élaboré leurs propres rituels civiques dans ce cadre. À la fin du plus grand pèlerinage catholique dans les Cyclades, qui a lieu en juillet dans le sanctuaire jésuite dédié au Sacré-Cœur de Jésus à Tinos, les catholiques morts pour la patrie entre 1912 et 1950 (guerres balkaniques-fin de la guerre civile) sont commémorés et l’hymne national est chanté par tous les participants. Cette cérémonie offre l’occasion à la communauté catholique de s’approprier la rhétorique du sacrifice pour la patrie : la statue du Sacré-Cœur du Christ (iconographie inconnue dans le monde orthodoxe) domine ce monument aux morts qui devient ainsi un « lieu de mémoire » national dans sa spécificité confessionnelle (puisque aucun ecclésiastique orthodoxe n’assiste à la cérémonie). Ainsi, cette communauté met en scène chaque année, à travers un rituel religieux qui rend hommage à ses propres ancêtres héroïques, sa « désirabilité » de la nation, pour utiliser un terme durkheimien.

5 Delendas Ioannis H., Οἱ Καθολικοὶ τῆς Σαντορίνης. Συμβολὴ στὴν ἱστορία τῶν Κυκλάδων, Athènes, 1949, p. 3-7.

6 Ibid., p. 18.

7 Plus loin, Delendas évoque la chasse aux pirates par les Vénitiens dès leur prise de pouvoir et le fait qu’ils ont conquis les îles « avec l’aide des habitants grecs, qui désiraient un ordre, même étranger » ; ibid., p. 27.

8 Sigalas Antonios, Τὰ ἐξωκκλήσια τῆς Σύρου μαρτυροῦν τὴν ἑλληνικὴ καταγωγὴ τῶν καθολικῶν κατοίκων της, Athènes, 1968, p. 25.

9 La formulation de Sigalas est problématique, parce qu’il critique la politique des Paléologues (rétablis en 1261) et les effets que celle-ci a eus sur l’accueil des Francs (installés dans les Cyclades en 1207). Il s’agit, bien évidemment, d’un anachronisme.

10 Syros appartenait en effet à l’Illyricum oriental (et pas occidental), mais Tinos et une part importante des Cyclades relevaient de la province des Îles (évêchés suffragants de Rhodes) ; voir par exemple Kiourtzian Georges, Recueil des inscriptions grecques des Cyclades de la fin du iiie au viie s. apr. J.-C., Travaux et Mémoires du Centre de Recherche d’Histoire et Civilisation de Byzance, Monographies 12, Paris, 2000, p. 12-13 (Histoire administrative), p. 135-136 (Syros), p. 203-204 (Tinos).

11 Sur la soustraction de l’Illyricum au patriarcat romain – à une date qui reste discutée – et son rattachement au patriarcat de Constantinople, voir en dernier lieu Prigent Vivien, « Les empereurs isauriens et la confiscation des patrimoines pontificaux d’Italie du Sud », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge 116 (2004), p. 557-594, avec la bibliographie antérieure. Rappelons également que, en 727, une grande explosion du volcan de Santorin eut lieu. Selon plusieurs érudits locaux de confession orthodoxe, cela fut interprété par les îliens superstitieux comme le signe de la colère divine contre le décret impérial demandant la destruction de toutes les icônes de l’Empire. L’un d’entre eux, K. G. Alexopoulos, ne se limite pas à reproduire cette idée, mais il souligne également que le pape Grégoire incita les îliens à se révolter. Ainsi en 1204, « il était normal que Rome ait cru que le pouvoir lui revenait dans ces endroits desquels elle avait été mise dehors de manière injuste » ; Alexopoulos Kostas G., Ιστορήματα Τηνιακά, Athènes, 2006, p. 88. Signalons enfin que selon Frazee Charles (n. 2), p. 25, les Grecs se sont rapprochés du patriarcat de Constantinople vers 752, après la chute de Ravenne aux mains des Lombards.

12 Roussos-Milidonis Markos N., Syra Sacra. Θρησκευτική Ιστορία της Σύρου, Athènes, 20002, p. 34-36. Notons qu’Albert Doja évoque un argument similaire en ce qui concerne l’attachement des Albanais à Rome. Il insiste sur le fait que les Albanais étaient sous la juridiction de Rome jusqu’en 731 ; même si leur position géographique et des raisons politiques et historiques les ont conduits à osciller entre Église catholique et Église orthodoxe, ils ont pu « garder vivant leur passé occidental (Western background) et peut-être n’ont jamais rompu avec Rome » ; Doja Albert, « The Politics of Religion in the Reconstruction of Identities. The Albanian Situation », Critique of Anthropology 20 (2000), p. 421-438, ici p. 427.

13 Cité dans Roussos-Milidonis Markos N. (supra), p. 36.

14 Lors d’une communication personnelle, M. Foskolos m’a expliqué que Tinos et sa communauté catholique ne seraient pas ce qu’elles sont aujourd’hui sans Byzance ; Byzance constitue une grande partie du passé de l’île et de ses habitants, ce qui ne permet pas de rejeter ou de parler négativement de cette période sans recours à des éléments historiques adéquats. Dans plusieurs de ses publications, il se réfère aux coutumes religieuses des habitants (tant orthodoxes que catholiques) de Tinos, qui tirent leur origine de l’époque byzantine.

15 Foskolos Markos, « Η Τήνος κατά τη Βυζαντινή περίοδο (337-1207) », dans id. (éd.), Τήνος. Ιστορία και πολιτισμός, Tinos, 2005, p. 111-140.

16 M. Foskolos reproduit ici ce que l’érudit orthodoxe de Syros, Ambélas Timoléon (Ἱστορία τῆς νήσου Σύρου ἀπὸ τῶν ἀρχαιοτάτων χρόνων μέχρι τῶν καθ᾽ ἡμᾶς, Ermoupolis, 1874, p. 333), avait déjà écrit à la fin du xixe s. : « des îles pour lesquelles l’histoire de cette époque est restée silencieuse, car ce fut la période la plus obscure de l’histoire des villes grecques ». Pour Ambélas, « la perte de l’autonomie antique a conduit à la perversion générale et à l’altération », les Byzantins se focalisant sur les « querelles religieuses et politiques, les superstitions et les illusions » (ibid., p. 332). Cet ouvrage, qui constitue la première monographie sur Syros, entre dans cette catégorie de production historiographique (fin xixe-début xxe s.) dont la structure a été analysée par Dimitris Dimitropoulos : beaucoup de références à l’Antiquité, un examen rapide de l’époque byzantine et une description plus ample de la domination latine et ottomane ; Dimitropoulos Dimitris, « Διαδρομές της ιστοριογραφίας στα νησιά του Αιγαίου. Το παράδειγμα των Κυκλάδων και η Σίφνος », dans Πρακτικά Β´ Διεθνούς Σιφναᾯκού Συμποσίου, II, Athènes, 2005, p. 495-510, ici p. 495.

17 Foskolos Markos (n. 15), p. 133, constate avec regret que « tant de siècles d’oppression par des étrangers essayant d’appliquer d’autres systèmes n’ont pas réussi à couper les racines d’une tradition d’autogestion, mais ceci a été accompli en quelques décennies et dans un esprit de “progrès” par l’État grec indépendant ».

18 Ibid., p. 118-121.

19 Notons que Paparrigopoulos avait un tout autre avis : il considérait l’iconoclasme comme un projet de réforme gigantesque, dont l’échec a peut-être mené au déclin de l’Empire ; Kitromilides Paschalis M., « On the Intellectual Content of Greek Nationalism : Paparrigopoulos, Byzantium and the Great Idea », dans Ricks David, Magdalino Paul (éds), Byzantium and the Modern Greek Identity, Aldershot, 1998, p. 25-33, ici p. 28.

20 Foskolos Markos (n. 15), p. 123.

21 Ibid., p. 126.

22 Foskolos Markos, « Η Τήνος κατά την Γκιζοκρατία (1207-1390) », dans id. (éd.), Τήνος. Ιστορία και πολιτισμός (n. 15), p. 141-170, ici p. 143.

23 Ibid., p. 141

24 Sa résistance héroïque, mais aussi son inclination pour l’Union des deux Églises, ont fait de lui un personnage très apprécié au sein de la communauté catholique des Cyclades ; Danoussis Kostas, « ΗΚαθολική διανόηση στην Τήνο του 19ου αιώνα », Τηνιακά Ανάλεκτα 5 (2003), p. 405-430, ici p. 422. Ainsi, le médecin catholique Marcaky Zalloni, qui écrivit un premier livre sur Tinos en 1809, a rédigé en 1824 un pamphlet contre les Phanariotes dans lequel il identifie la création espérée d’un État grec avec la reconstruction de l’Empire byzantin à la tête duquel devrait être placé un roi grec et, si possible, un descendant de la famille des Paléologues (ibid., p. 414).

25 Roussos-Milidonis Markos N. (n. 12), p. 50.

26 Ibid., p. 53, et aussi p. 251.

27 Sur le folklore et son développement en Grèce en tant qu’« instrument idéologique pour l’édification de la conscience nationale », voir Kyriakidou-Nestoros Alke, « L’idée du peuple dans les théories folkloriques de la Grèce moderne », dans Paysans et nations d’Europe centrale et balkanique. La réinvention du paysan par l’État en Europe centrale et balkanique aux xixe et xxe s., Paris, 1985, p. 63-69, ici p. 65. L’auteur met en parallèle l’œuvre de Politis et de Paparrigopoulos : « Il fallait montrer, d’une part, que l’histoire de la nation grecque poursuivait un cours ininterrompu depuis les temps les plus anciens jusqu’aux temps présents et, d’autre part, que tous les citoyens grecs partageaient une seule et même conscience nationale ». Elle considère que c’est avec l’émergence de la bourgeoisie (entre 1880 et 1922) et avec des personnalités comme I. Dragoumis que le paradigme intellectuel change progressivement : le concept de « peuple » ne renvoie plus à l’Antiquité classique, mais à la tradition byzantine et « à l’orientation classique se substitue l’orientation démotique » (ibid., p. 67).

28 À quelques exceptions près. Voir le prêtre Foskolos Markos, « Εισαγωγή στην ιστορία των καθολικών εκκλησιών της Τήνου », Τηνιακά 1 (1996), p. 43-127, ici p. 58, n. 26, qui considère comme un topos que les chrétiens aient remplacé le culte des divinités païennes par le culte des saints. Et il renvoie le lecteur aux travaux de folkloristes grecs comme G. Mégas et D. Loukatos. Voir aussi le prêtre jésuite Makryonitis Markos, Ενας άνθρωπος με πίστη και ανθρωπιά, από την αρθρογραφία του. In memoriam, Athènes, 2004, p. 41 : « Le paysan, qui reste fidèle à la tradition, respecte l’Église et le prêtre, mais il arrive très souvent que sa piété chrétienne soit superficielle et, si nous allons un peu plus au fond, nous trouverons que de vieilles conceptions et coutumes se cachent sous une couche chrétienne ». Dans ce texte publié pour la première fois en 1964, aucune distinction n’est faite entre paysans orthodoxes et catholiques.

29 Bensa Alban, Fassin Eric, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain 38 (2002), p. 5-20 (version électronique : http://terrain.revues.org/index1888.html)

30 Cité par Danoussis Kostas (n. 24), p. 421-422.

31 M. Roussos-Milidonis ne désapprouve pas cette attitude du clergé local catholique. Afin d’expliquer les mesures sévères que le clergé a prises aux xviiie et xixe s. contre ces pratiques dévotionnelles, il avance deux arguments : la position négative du patriarche de Constantinople envers les catholiques et le risque qu’ils couraient de se convertir à l’orthodoxie ; Roussos-Milidonis Markos N. (n. 12), p. 267. Quant à Sigalas, il cite l’exemple de l’évêque catholique de Syros, Luigi Blanci, qui était d’origine italienne et ne pouvait pas comprendre les coutumes religieuses locales : en 1843, cet évêque recommanda à la population locale catholique de ne pas avoir d’icônes chez elle ; Sigalas Antonios (n. 8), p. 8.

32 Roussos-Milidonis Markos N. (n. 12), p. 267.

33 L’anthropologue Michael Herzfeld considère que dans la société grecque, les influences byzantines sont opposées à l’héritage antique : « le Grec comme descendant de glorieux ancêtres antiques par opposition au Grec ayant hérité, de manière plutôt compromettante, de traits culturels byzantins, turcs, arabes, et slaves » ; Herzfeld Michael, « Vers une phénoménologie ethnographique de l’esprit grec », dans Hartog François, Revel Jacques (éds), Les usages politiques du passé, Paris, 2001, p. 39-53, ici p. 39. Un peu plus loin, il constate que « le malheur des Grecs a été d’intérioriser ce dualisme – d’abord en tant que monde occidental civilisé face à l’Orient barbare puis en tant qu’Occident libre face à l’Orient répressif […] » (ibid., p. 41). Les juxtapositions récurrentes entre le despotisme byzantin et l’autogestion locale des Cyclades, que les Latins ont respectée par la suite, va dans ce sens. Néanmoins, quand Herzfeld oppose le modèle de la Grèce « intime » (qui renvoie à l’héritage ottoman) à celui de la Grèce « officielle » (qui renvoie à l’Antiquité en tant qu’héritage valorisé par l’Occident), il oublie de prendre en compte les influences latines qui furent constitutives de l’identité locale « intime » dans certaines régions grecques, comme les Cyclades.

34 Anderson Benedict, Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres-New York, 1983.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search