Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

L’Église orthodoxe de Grèce et la condamnation de l’iconoclasme en 1987-1988 : fidélité à la tradition byzantine, relectures, mobilisation

Isabelle Dépret

Résumé

L’examen d’une phase critique survenue à la fin des années 1980 permet de souligner la rémanence et l’usage, en Grèce contemporaine, d’éléments puisant dans l’héritage byzantin. Sont exploités la presse orthodoxe, la presse généraliste ainsi que des documents de nature juridique. Dans la presse ecclésiastique, la récurrence, en 1987-1988, du thème de l’iconoclasme est d’abord imputée au souci de l’Église orthodoxe de marquer sa fidélité à l’héritage iconodoule. Ces références sont ensuite envisagées à la lumière d’une polémique autour d’un projet de loi sensible : ce texte législatif concerne le patrimoine ecclésiastique, spécialement monastique. Nous montrons comment des symboles historico-religieux – parmi lesquels une icône de la Vierge – participent du déroulement puis de l’issue d’une crise dramatisée entre pouvoir ecclésiastique et pouvoir temporel.

Texte intégral

« Jadis Dieu n’a jamais été représenté en image, étant incorporel et sans figure. Mais puisque maintenant Dieu a été vu dans la chair et qu’il a vécu parmi les hommes, je représente ce qui est visible en Dieu. […] Ou bien supprime la vénération de tout cela, ou alors concède à la tradition de l’Église également la vénération des icônes qui sont sanctifiées par le nom de Dieu et de ses amis (les saints) et que, pour cela, couvre l’ombre de la grâce du Saint-Esprit ! Ne méprise pas la matière : elle n’est pas honteuse, car rien de ce que Dieu a fait n’est honteux. »

  • 1 Jean Damascène, Contra imaginum calumniatores, I 16, éd. Kotter Bonifatius, Die Schriften von Johan (...)
  • 2 Encyclopédie Ιστορία του Ελληνικού Έθνους, 10, Athènes, 1988, p. 7.
  • 3 Les périodiques Ἐκκλησία [Église, désormais cité Ἐκ.], Ὁ ἐφημέριος [Le curé], Θεολογία [Théologie] (...)

1Ces propos de Jean Damascène, intellectuel arabe et moine chrétien des viie-viiie s., sont tirés des Discours apologétiques contre ceux qui rejettent les saintes images1. Écrit durant la première période iconoclaste byzantine, ce texte formule avec force une argumentation théologique en faveur du culte des images sacrées. Le thème de l’iconoclasme et le rôle des icônes sont au centre de cet article, pourtant inscrit dans le paysage contemporain. En Grèce, l’Église orthodoxe possède le statut de religion « dominante » depuis la création de l’État en 1830. Si l’historiographie classique a souligné, dans ce pays, une fusion précoce entre Église, État et nation2, les possibles conflits entre les autorités temporelles et l’institution religieuse n’ont pas manqué. Depuis le xixe s., plusieurs fois recomposée, l’Église orthodoxe est une structure ancrée dans le territoire et dans le temps, porteuse d’un patrimoine multiséculaire. Je m’appuierai ici sur des publications officielles ecclésiastiques, en premier lieu le périodique Ἐκκλησία3, sur la presse généraliste grecque et enfin sur des documents juridiques. De ces sources, je réaliserai plusieurs lectures successives soulignant, dans chaque cas, la présence et l’usage dans la Grèce de la fin du xxe s. d’éléments puisant dans l’héritage byzantin.

Église orthodoxe et fidélité à l’héritage byzantin

Un héritage de Byzance : la condamnation de l’iconoclasme

  • 4 Une longue série d’articles concernent Théodore Stoudite en 1986-1987 dans la revue Ἐκκλησία : Ktén (...)
  • 5 Également : Ἐκ. 7 (1er mai 1988), p. 257-258 ; Ἐκ. 8 (15 mai 1988), p. 305-307 ; Ἐκ. 9 (1er juin 19 (...)
  • 6 Parmi une abondante bibliographie, voir Boespflug François, Lossky Nicolas (éds), Nicée II, 787-198 (...)

2En 1987 et 1988, les thèmes liés à la controverse iconoclaste se rencontrent à profusion dans la presse ecclésiastique orthodoxe de Grèce : dans les revues Ἐκκλησία et Ἐφημέριος, les empereurs Léon III et Constantin V, mais aussi Théodore Stoudite, le Concile de Nicée II, le patriarche de Constantinople Photios tout comme l’iconoclasme en général apparaissent dans nombre de textes4. En 1987, certes, l’Église commémore le 1200e anniversaire du concile de Nicée II, ce qui éclaire tout d’abord l’abondance des références5 : en 787, ce concile avait rétabli le culte des images saintes dans le corpus de la foi « droite6 ».

  • 7 « Αἱ σύγχρονοι εἰκονοκλαστικαὶ τάσεις » (n. 4), p. 159.
  • 8 « Ὑπέρχρονα μηνύματα τῆς Ζ´ Οἰκουμενικῆς Συνόδου » (n. 4), p. 7.

3Ces personnalités et ces épisodes du passé ne sont pas abordés de manière neutre. Selon un long article du périodique Ἐκκλησία daté du 1er mars 1987, intitulé « Les tendances iconoclastes contemporaines et leurs conséquences dans l’expansion de la para-religion », l’iconoclasme représente « un mouvement opposé à la tradition, anti-ecclésiastique. Les iconoclastes constituent l’une des plus dangereuses tentatives d’altération de la foi orthodoxe7 ». Ce texte est prononcé lors d’un séminaire organisé par l’Église orthodoxe et la faculté de Théologie en hommage à Photios. À la stigmatisation des iconoclastes correspond l’attachement de cette Église au culte des images saintes. Dans une série d’articles traitant des « Messages intemporels du Concile œcuménique de Nicée », la revue Ἐκκλησία rappelle l’un des grands apports de ce Concile : affirmer le respect dû aux icônes car elles « possèdent une énergie divine […], peuvent produire des miracles […] et constituent une tradition léguée par nos Pères8 ».

  • 9 Ἐκ. 18 (1er décembre 1987), p. 748-751.
  • 10 « Ἡ Ἡγουμένη τοῦ Ἄθωνα Κυρὰ τῶν Ἀθηνῶν καὶ τῆς Ἑλλάδος », Ἐκ. 1 (1er janvier 1988), p. 53-55. Égale (...)
  • 11 Ἐκ. 4 (1er mars 1988), p. 164-167 ; Ἐκ. 9 (1er juin 1988), p. 337-339.

4Exemplaires, à cet égard, sont les manifestations de dévotion lors de la venue à Athènes de l’icône Axion Esti en novembre 1987. Cette icône de la Vierge à l’enfant, conservée habituellement au mont Athos, est transférée depuis Karyès, la capitale de la république monastique, et accueillie le 4 novembre au Pirée avec les honneurs réservés à une personnalité majeure9. Elle est ensuite placée et exposée, près de vingt jours, dans l’église de l’Annonciation à Athènes10. À l’issue de leur visite, les moines athonites qui accompagnent cette icône se déclarent impressionnés par l’affluence ininterrompue des fidèles, prêts à attendre des heures, à braver les intempéries, pour embrasser, prier, se prosterner devant cette icône réputée miraculeuse11.

Les interprétations du mouvement iconoclaste

  • 12 Auzépy Marie-France, L’iconoclasme, Paris, 2006 ; ead., L’histoire des iconoclastes, Bilans de rech (...)
  • 13 Ἐκ. 4 (1er mars 1987), p. 160.
  • 14 Auzépy Marie-France, L’iconoclasme (n. 12), p. 119.

5L’iconoclasme fut décrété par les empereurs byzantins de 730 à 787, puis de 815 à 843, à un moment où l’Empire était particulièrement menacé12. Pour les iconoclastes, la destruction et l’interdiction des images du Christ, de la Vierge et des saints, visaient à rétablir un christianisme originel considéré comme dévoyé par l’idolâtrie et, par conséquent, à sauver l’Empire. Les historiens contemporains ont corrélé le mouvement iconoclaste byzantin avec des facteurs culturo-politiques, en particulier les confrontations avec l’islam et le judaïsme, deux religions aniconiques. Il se serait agi de rallier à l’Empire les populations des zones les plus orientales. Ont également été évoqués des motifs d’ordre psychosociologique et religieux : dans la société byzantine des viiie et ixe s., les catastrophes naturelles ou les défaites ont pu être interprétées comme des châtiments divins, liés à l’éloignement des fidèles des textes vétérotestamentaires interdisant la représentation du divin. L’empereur pourrait aussi avoir vu dans le culte du Christ une concurrence à son autorité personnelle, la société byzantine liant, en effet, image et pouvoir. L’iconoclasme, qualifié de persécution par l’Église actuelle13, s’est également articulé à des enjeux socio-économiques : on a pu lire dans la politique iconoclaste un projet de réintégration dans les circuits d’échanges de forces vives – les moines – et de richesses – celles accumulées par les monastères byzantins – voire un projet brutal de redistribution des ressources économiques vers d’autres groupes sociaux – spécialement agriculteurs et soldats – susceptibles de défendre un Empire aux abois. Marie-France Auzépy associe pour sa part le rétablissement officiel des icônes, en 787 puis en 843, à une autonomisation de l’Église orthodoxe, spécialement du Patriarcat de Constantinople, vis-à-vis du pouvoir temporel14.

  • 15 « Ὀρθοδοξία καὶ εἰκονομαχία » (n. 4), p. 315.

6Or, certains de ces thèmes resurgissent en 1987-1988. Dans la presse ecclésiastique, l’héritage byzantin n’évoque pas simplement un passé révolu15. L’iconoclasme caractériserait également notre époque contemporaine :

  • 16 Ibid., p. 160 et 167. Dans cet article, l’iconoclasme est envisagé prioritairement sous l’angle des (...)

« Les iconoclastes d’aujourd’hui […] sont provocants, organisés, combatifs. Ils ont des objectifs concrets et ils sont absolus et dogmatiques. Comme à l’époque byzantine, on pourrait les ranger en deux catégories : d’une part, les iconoclastes extrémistes, d’autre part, les modérés. Les athées et les indifférents au plan religieux peuvent être considérés comme des iconoclastes extrémistes […]. Inversement, on peut nommer iconoclastes modérés tous ceux qui sans avoir rejeté la foi en Dieu et tout en reconnaissant l’Église comme fondation divine, ne sont pas cependant parfaitement d’accord avec ce que l’Église croit et pratique et qui, pour cette raison, se transforment en contestataires et en opposants à ce qu’ils appellent le système ecclésiastique établi16. »

7En mars 1987, on peut aussi lire dans la revue Ἐκκλησία le paragraphe suivant :

  • 17 Ἐκ. 4 (1er mars 1987), p. 162.

« Notre Église constitue la bête noire de tous les iconoclastes. […] Ces derniers temps, nous sommes témoins d’un plan satanique qui a pour épicentre la fortune ecclésiastique et monastique. Ils veulent, disent-ils, que la fortune de l’Église soit distribuée au peuple. Ils oublient bien sûr que cette fortune a pour origine les dons consacrés à Dieu par de pieux chrétiens, qu’en tant que telle elle est sacrée et sainte et doit être utilisée pour de saints motifs, conformément à l’enseignement du VIIe synode œcuménique […]. Cette fortune, par conséquent, appartient de droit à l’Église, au clergé et aux pieux chrétiens17. »

La loi « règlement de questions relatives au patrimoine ecclésiastique18 »

Le projet du ministère de l’Éducation nationale et des Cultes

  • 19 Également : saint-synode, Ἀπόπειρα (n. 3), p. 84-88.
  • 20 En décembre 1985, le saint-synode transmet au ministère un mémorandum, qui exprime, selon le jurist (...)
  • 21 Cf. « Προκλητικός ο Κ. Τρίτσης στην Βουλή για την εκκλησιαστική περιουσία », Απογευματινή (19 mars  (...)

8En octobre 1985, les ministres grecs de l’Éducation nationale et des Cultes, de l’Économie, de l’Agriculture, de l’Aménagement du territoire et Travaux publics déposent un texte relatif au patrimoine monastique. Ce texte constitue le point de départ d’un cycle de pourparlers entre le gouvernement socialiste d’Andréas Papandréou et les évêques orthodoxes de Grèce19. En janvier 1987, le ministre de l’Éducation nationale, Adonis Tritsis, déclarant l’impossibilité d’une solution consensuelle20, transmet au saint-synode puis au parlement un projet de loi élargi et radicalisé, intitulé « Règlement de questions relatives au patrimoine ecclésiastique21 ».

  • 22 Le système de la νόμω Κρατούσης Πολιτείας – qui peut s’appuyer sur la Constitution hellénique de ju (...)
  • 23 Exposé introductif du ministère de l’Éducation nationale au projet de loi adressé au parlement ; le (...)
  • 24 Ibid.

9Le rapport introductif au projet mentionne la prise en charge par l’État de quasiment tous les frais de fonctionnement de l’Église orthodoxe. Il rappelle que celle-ci n’a toujours pas rempli son obligation, pourtant prévue par un décret de 1952, de céder les quatre cinquièmes du patrimoine foncier monastique. Selon ce texte, l’État doit intervenir, « dans le cadre traditionnel du système de la νόμω Κρατούσης Πολιτείας22 » pour mettre un terme à des « empiètements incessants », à un « commerce illégal », à une « mauvaise gestion23 », bref à la corruption rapide d’un patrimoine largement inexploité : ce patrimoine, en constante réduction, devrait être rendu à l’économie nationale et mis en valeur, « spécialement par des agriculteurs et éleveurs démunis24 ».

  • 25 Loi 1700-1987, article 3.
  • 26 En présentant un titre légal dûment enregistré, une disposition législative ou une décision judicia (...)
  • 27 Le Code Civil n’exige l’enregistrement des legs et successions que depuis 1946. À l’exception du Do (...)

10Concrètement, le texte stipule qu’au terme de six mois suivant la promulgation de la loi, les biens fonciers ruraux monastiques seront considérés comme propriété de l’État25, à moins que le monastère ne prouve son titre de propriétaire26. Or, pour nombre de terres, l’acte est inexistant, perdu ou détruit27.

  • 28 Loi 1700-1987, article 1.
  • 29 Ibid., article 2.
  • 30 Ibid., article 9.

11L’État ou l’Office d’administration du Patrimoine ecclésiastique – l’organisme chargé de gérer ces terres, ΟΔΕΠ28 – pourront en céder l’usufruit à des agriculteurs membres de coopératives ou à des coopératives agricoles29. Une partie des revenus de cette exploitation devra être affectée à l’Éducation nationale30.

  • 31 Ibid., article 2.
  • 32 Ibid., articles 2 et 3.
  • 33 Ibid., article 3.
  • 34 Ibid., article 10.

12En échange, les monastères sont censés recevoir un pourcentage du produit brut de ces concessions31. Ils conservent, par ailleurs, une portion de leurs anciennes terres, les surfaces jugées nécessaires aux cultures d’autosubsistance des moines ainsi qu’à la protection de l’environnement32. Le projet envisage la rétrocession de terres à des monastères ne disposant pas d’un patrimoine suffisant33. Un soutien budgétaire à l’œuvre de l’Église est, par ailleurs, prévu34.

  • 35 Ibid., articles 2 et 3.

13Les biens immobiliers considérés dans ce projet de loi sont essentiellement ruraux : terrains agricoles ou susceptibles d’exploitation agricole, forêts et zones forestières, pâturages, prairies, enfin terrains à bâtir, y compris des terrains classés « urbains » en 1987, si ces terrains n’ont été inscrits dans le plan d’urbanisme qu’après 1952, c’est-à-dire relativement récemment35.

  • 36 « Πλειοψηφούν στον Ο.Δ.Ε.Π. οι λαᾯκοί », Ελευθεροτυπία (13 mars 1987), p. 16.
  • 37 Loi 1700-1987, articles 8 et 11.

14L’article 8 du projet modifie, par ailleurs, la composition des organismes d’administration des biens ecclésiastiques. Jusqu’alors présidé par l’archevêque d’Athènes, le conseil d’administration de l’ΟΔΕΠ est désormais composé de membres – dont son président – nommés, dans leur majorité, par le ministère de l’Éducation nationale36. Est également prévue l’entrée de membres élus, clercs et laïcs, dans les conseils métropolitains et paroissiaux et d’un avocat de la défense dans les tribunaux ecclésiastiques37.

15Les dispositions de ce projet concernent les églises et monastères de l’Église orthodoxe de Grèce et de Crète. Les monastères du Patriarcat de Constantinople et ceux dépendant d’autres Patriarcats orthodoxes en Grèce échappent donc à ces mesures.

  • 38 Dont 376000 stremmata de zones forestières, 735000 de pâturages, 190000 de terres agricoles, le mon (...)

16En l’absence d’enregistrement systématique, l’ampleur du patrimoine de l’Église orthodoxe de Grèce est alors inconnue, y compris, officiellement, de la haute hiérarchie ecclésiastique. Selon une estimation du ministère de l’Agriculture, le patrimoine ecclésiastique rural – sont exclues ici les propriétés urbaines – se montait à 1300000 milliards de stremmata soit 130000 hectares38.

La résistance de l’Église orthodoxe de Grèce au projet de loi Tritsis

  • 39 Par haute hiérarchie ou hiérarchie, j’entends l’archevêque d’Athènes, le synode permanent, les évêq (...)
  • 40 Communiqué du 13 mars 1987, Ἐκ. 5 (15 mars 1987), p. 209 ; communiqué du synode de la hiérarchie du (...)
  • 41 La Commission européenne et l’ONU sont notamment sollicitées. Également : Ἐκ. 5 (15 mars 1987), p.  (...)
  • 42 « Ἔγγραφο τοῦ Μακ. Σεραφεὶμ πρὸς τὸν Πρωθυπουργό », Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 239-240 ; « Ἀνοικτὴ (...)

17Dès 1986, la haute hiérarchie orthodoxe de Grèce39 est sur le pied de guerre. Le 18 mars 1987, les évêques, convoqués en session extraordinaire, décident d’intensifier ce qui devient un « combat » ouvert contre le projet de loi Tritsis40. Je ne m’attarderai pas sur une stratégie de résistance, incluant plusieurs volets : mobilisation du clergé, du peuple, des milieux politiques ; communication tous azimuts ; recherche de soutiens auprès des autres Églises orthodoxes, mais aussi auprès du Vatican ; appel à des organisations internationales41. Le contact avec les plus hautes autorités de l’État est pourtant maintenu par des rencontres et des échanges épistolaires fréquents au cours de cette période42.

  • 43 La question de la fortune ecclésiastique ne constituerait pas le principal motif du rejet de ce pro (...)

18J’insisterai sur l’argumentation de la hiérarchie orthodoxe dans ce litige, argumentation qui apparaît notamment dans l’encyclique pastorale du 20 mars 1987. Selon ce document, l’Église serait bien disposée à céder une grande partie de ses terres rurales à des agriculteurs, mais pas, comme le prévoit le projet, à des organismes coopératifs43 :

  • 44 Encyclique synodale 2446 du 20 mars 1987, Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 224-228, et « Δίκαιο πυγμῆς στ (...)

« Sous prétexte de régler la question du patrimoine ecclésiastique, le gouvernement […] non seulement abolit essentiellement le statut autogéré de l’Église de Grèce, statut garanti par la Constitution, […] mais il ouvre la voie à une division du peuple de l’Église et à la corruption interne [de cette institution], par l’entrée de fonctionnaires nommés selon une logique partisane44. »

  • 45 Saint-synode, Ἀπόπειρα (n. 3), p. 66. Également : discours du métropolite de Dimitrias, Mgr Christo (...)
  • 46 « Δίκαιο πυγμῆς στὴν Ἐκκλησία » (n. 44), p. 231-235 ; « Κανονικὴ ἀξιολόγηση τοῦ νομοσχεδίου », Ἐκ. (...)
  • 47 « Κανονικὴ ἀξιολόγηση τοῦ νομοσχεδίου », Ἐκ. 7 (1er mai 1987), p. 289.

19Dans l’ouvrage intitulé Tentative d’asservissement de l’Église, le saint-synode souligne : « Nous ne combattons pas pour des champs et pour des propriétés, mais pour l’indépendance de l’Église45 ». La presse de l’Église rappelle que seuls les évêques et les personnes placées sous leur autorité sont habilités à administrer les affaires ecclésiastiques46. Est également invoqué le canon 12 du Concile de Nicée II (787), à nouveau, qui interdit aux higoumènes et aux évêques de vendre ou de donner aux fonctionnaires du pouvoir temporel les biens de leurs églises ou de leurs monastères47.

  • 48 « Ὁ νόμος 1700-1987 καὶ τὰ νομικὰ προβλήματα », Ἐκ. 10 (15 juin 1987), p. 406-409.
  • 49 Arhweiler Hélène, L’idéologie politique de l’Empire byzantin, Paris, 1975, p. 129-147 ; Dagron Gilb (...)

20L’Église parle d’une rupture « du régime actuel des rapports entre l’Église et l’État », celui de la synallèlia48. Cette notion renvoie à l’idéologie politique de l’Empire byzantin. Photios, patriarche de Constantinople n’a-t-il pas fixé, au ixes., les fonctions jumelles de l’Église et du souverain temporel ? Dans une Constitution idéale, ceux-ci sont conçus comme deux piliers de l’État, aux compétences distinctes mais œuvrant en étroite collaboration49. En 1987-1988, c’est bien ce modèle qu’invoque la hiérarchie orthodoxe de Grèce.

  • 50 Le projet est adopté en trois jours grâce à la procédure d’urgence, procédure fort critiquée par l’ (...)
  • 51 Séances parlementaires, Πρακτικά, avril 1987, p. 5091-5092. Également : « Η Κυβέρνηση δημεύει όλη τ (...)

21Le 8 avril 1987, le projet controversé est voté par les députés du PASOK – le parti socialiste au pouvoir – et ceux du parti communiste50. L’opposition néo-démocrate ne se rallie pas à un texte « fallacieux, anti-ecclésiastique, anti-constitutionnel et dangereux d’un point de vue national51 ». Cette étape-clé ne marque pas néanmoins la fin de l’histoire.

Symboles de la tradition orthodoxe byzantine et stratégie de résistance

Souligner une « union sacrée » entre Église et peuple dans le combat

  • 52 Dans une allocution prononcée le 5 avril 1987, le professeur à la faculté de Théologie de Thessalon (...)
  • 53 « Επίθεση μητροπολίτη παρουσία υπουργών », Ελευθεροτυπία (9 mars 1987), p. 12.
  • 54 « Ὁ ἑορτασμός τῆς Ἐθνικῆς Ἐπετείου εἰς Ἀθήνας », Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 246-249.
  • 55 AFP Athènes, 26 mars 1987.
  • 56 Ἐκ. 8 (15 mai 1987), p. 344 ; « Συλλαλητήριον γιὰ ἀνένδοτον ἀγῶνα », Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 266 (...)
  • 57 Dans un discours éloquent et habile, le métropolite de Dimitrias, Mgr Christodoulos, rappelle que l (...)
  • 58 Quelques jours après la nomination, par le ministre de l’Éducation, du nouveau conseil d’administra (...)
  • 59 Il s’agit des monastères Ano Xénia, Osios Loukas, Aghia Lavra Kalavryton, Metamorphosis Sotiros, As (...)
  • 60 « Ὁ νόμος 1700-1987 », Ἐκ. 9 (1er juin 1987), p. 356-361 ; « Οἱ διατάξεις τοῦ νόμου 1700-1987 εἶναι (...)

22La haute hiérarchie a souhaité mobiliser l’ensemble de ses rangs – évêques, prêtres, moines, fidèles laïcs – et souligner l’union entre le clergé et le peuple dans une lutte qui se veut sacrée52. Le 8 mars 1987, dans le cadre d’une homélie prononcée en chaire à l’occasion du dimanche de l’Orthodoxie – une fête qui célèbre le rétablissement des images le 11 mars 843 – le métropolite de Péristeri (Attique) accuse, en présence de plusieurs ministres, le gouvernement de vouloir « saper les fondements de l’Église53 ». Parmi les actes de résistance de l’Église, il faut signaler le boycott, par la hiérarchie orthodoxe, des cérémonies politiques et militaires officielles, le 25 mars, date de la fête nationale54. Le même jour – jour de la fête chrétienne de l’Annonciation – toutes les églises orthodoxes du pays carillonnent en signe de deuil55. Plusieurs manifestations fleuves se succèdent à Athènes et en province durant ce printemps 198756. Alors que le projet de loi est débattu au parlement, le 1er avril, plusieurs centaines de milliers de personnes sont rassemblées sur la place de la Constitution à Athènes pour soutenir l’Église57. Une contre-offensive juridique est également menée. En juillet 1987, l’Église fait appel au Conseil d’État58 et cinq monastères saisissent la Commission européenne au nom de la Convention européenne des droits de l’homme59. Après la publication de la loi Tritsis, l’Église fait savoir qu’elle n’appliquera pas un texte qu’elle juge anticanonique60.

La venue de l’icône Axion Esti et la restauration de l’harmonie

  • 61 Ἐκ. 9 (1er juin 1987), p. 373.
  • 62 Svoronos Nikolas, Πῶς ἐγεννήθη καὶ τί σημαίνει ὁ Δικέφαλος Ἀετὸς τοῦ Βυζαντίου, Athènes, 1914.
  • 63 « Τὸ συλλαλητήριο εἰς Θεσσαλονίκη », Ἐκ. 9 (1er juin 1987), p. 365-375.

23Je ne m’étendrai pas sur la présence marquante de l’aigle bicéphale lors des grandes manifestations du printemps 1987, comme à Salonique le 5 avril 198761. L’aigle bicéphale – symbole utilisé aujourd’hui par le Patriarcat de Constantinople et par l’Église orthodoxe de Grèce – a été, en particulier, l’emblème de la dynastie des Paléologues, les derniers empereurs byzantins62. Il se présente alors comme un symbole de ralliement autour d’une Église qui se veut forte et une63.

  • 64 Télégramme du patriarche de Constantinople, Ἐκ. 5 (1er avril 1987), p. 240. Également : saint-synod (...)
  • 65 « Τρεις Μητροπολίτες στο Πατριαρχείο με στόχο την άρση του Αυτοκεφάλου », Απογευματινή (4 avril 198 (...)
  • 66 « Ἡ εἰς Ἑλλάδα ἐπίσκεψη τῆς Α.Θ.Π. τοῦ Οἰκ. Πατριάρχου κ.κ. Δημητρίου », Ἐκ. 17 (15 novembre 1987), (...)

24Je reviendrai plutôt sur la venue à Athènes de l’icône Axion Esti, en novembre 1987. Au printemps, précisons-le, le Patriarcat orthodoxe de Constantinople, alerté, apportait un appui clair à l’Archevêché d’Athènes dans son opposition au projet Tritsis64. L’Église de Grèce annonce alors qu’elle envisage de lever son statut d’Église autocéphale pour se replacer sous la juridiction directe de Constantinople65. Le patriarche, Mgr Dimitrios, est attendu en Grèce du 13 au 18 novembre 198766.

  • 67 « Ἡ ἐπιστολὴ τοῦ Μακ. Ἀρχιεπισκόπου… πρὸς τὸν κ. Πρωθυπουργό », Ἐκ. 13 (1er septembre 1987), p. 516 (...)
  • 68 Communiqué de la hiérarchie, 18 septembre 1987, Ἐκ. 14 (1er octobre 1987), p. 584 ; communiqué de l (...)

25Ce climat de pression éclaire un recul du gouvernement sur ce dossier. À partir de septembre 1987, la gestion de la « question ecclésiastique » semble directement reprise en charge par le Premier ministre, court-circuitant l’un des principaux ministres compétents : le ministre de l’Éducation nationale et des Cultes67. Plusieurs rencontres entre Andréas Papandréou et Mgr Sérapheim, l’archevêque d’Athènes, permettent la reprise des négociations sur la base d’un nouveau texte, tandis que la loi 1700-1987 est suspendue68.

  • 69 « Κοντά στο λαό και την Εκκλησία βρέθηκε χθες ο Πατριάρχης », Καθημερινή (16 nov. 1987), p. 1.
  • 70 « Ἡ εἰς Ἑλλάδα ἐπίσκεψη » (n. 66) ; Ἐκ. 18 (1er décembre 1987), p. 689-747. K. Karamanlis, ancien p (...)
  • 71 Discours du maire d’Athènes à l’occasion de la venue de l’icône Axion Esti, Ἐκ. 2 (1er février 1988 (...)
  • 72 Bulletin de presse du 25 septembre 1987, Ἐκ. 14 (1er octobre 1987), p. 584 ; Ἐκ. 18 (1er décembre 1 (...)
  • 73 Ibid., p. 685. Cette qualification apparaît dans l’hymne akathiste en l’honneur de la Vierge (Τῇ ὑπ (...)

26Après une confrontation dramatisée, l’apaisement des rapports entre l’Église et le pouvoir temporel coïncide avec le séjour simultané, à Athènes, du patriarche de Constantinople et de l’icône Axion Esti. Ces deux symboles, venus conforter l’Église orthodoxe de Grèce69, ne sont pas simplement investis d’un sens religieux, mais ont aussi une dimension politique : le patriarche est, certes, reçu par les plus hautes autorités grecques70, mais l’icône de la Vierge est elle aussi accueillie à Athènes avec tous les égards réservés à un chef d’État. Elle est pompeusement attendue non seulement par l’Église mais aussi par cinq ministres – dont le ministre de la Défense et le ministre de l’Éducation nationale – ainsi que par d’autres personnalités politiques71. L’icône Axion Esti est officiellement déplacée à Athènes pour « renforcer le clergé et le peuple croyant, profondément éprouvés72 ». La revue Ἐκκλησία rappelle que la Vierge Marie est aussi appelée « protectrice de la nation hellénique » et « Général défenseur », une qualification qui remonte, là-encore, à Byzance73.

27Ces deux événements, qui auraient pu constituer des pressions supplémentaires sur le gouvernement, viennent donc, in extremis, consacrer l’harmonie, la coopération restaurées entre l’Église et le pouvoir temporel, de sorte que l’on peut parler d’une manifestation apotropaïque et cathartique organisée par l’Église avec la participation de l’État.

Conclusion

  • 74 Voir la loi 1811-1988 du 6 octobre 1988.
  • 75 Konidaris Iannis (n. 20), p. 203-204.

28La convention signée le 11 mai 1988 entre des représentants du gouvernement et du synode abroge, pour 149 monastères contractants, les dispositions de la loi 1700-198774. Quelques jours avant la signature de cette convention, le ministre de l’Éducation nationale, estimant avoir échoué, présente sa démission75. La loi 1700-1987, théoriquement en vigueur en 2008, n’a jamais été appliquée. L’Église orthodoxe a-t-elle donc obtenu gain de cause dans ce bras de fer ?

  • 76 « Στο Κράτος και το λαό η περιουσία », Ελευθεροτυπία (13 mars 1987), p. 14-15. Voir, également, la (...)
  • 77 Communiqué de la hiérarchie de l’Église orthodoxe de Grèce du 2 octobre 1987, Ἐκ. 15 (15 octobre 19 (...)
  • 78 Selon le saint-synode de l’Église de Grèce, l’introduction d’avocats de la défense dans la justice (...)
  • 79 La même instance dénonce « une propagande débridée selon laquelle l’Église ne donnerait pas sa fort (...)

29L’Église orthodoxe de Grèce ne constituant pas un bloc monolithe, on peut se demander quels segments ont été renforcés – ou ont le moins perdu – dans cette crise. On peut aussi se demander si la ligne de démarcation la plus apparente – entre Église et État – n’a pas recouvert d’autres axes de tensions, notamment entre plusieurs interprétations de l’orthodoxie. Le gouvernement socialiste, par exemple, se réclame lui aussi, des « valeurs authentiques » de l’orthodoxie. En mars 1987, le ministre de l’Éducation nationale présente son projet au parlement comme une initiative « responsable envers la nation et l’orthodoxie76 ». Des compromis ont également eu lieu entre le principe synodal – appliqué en 1987 et 1988 – et la place prééminente de l’archevêque d’Athènes, qui joue un rôle-clé dans l’issue de cette crise77. Des solidarités comme des tensions transparaissent entre haut et bas clergé, entre clercs et laïcs78, entre prêtres – salariés de l’État – et moines79.

  • 80 Communiqué du saint-synode du 15 mars 1988, Ἐκ. 6 (1er avril 1988), p. 251-252. Également : Ἐκ. 9 ( (...)

30La loi 1700-1987 touchant d’abord les biens ruraux monastiques, des tensions entre la haute hiérarchie épiscopale d’une part et certains groupes monastiques fondamentalistes d’autre part sont perceptibles dans plusieurs communiqués du synode permanent, tels ceux du 15 mars et du 16 mars 1988. Une circulaire synodale invite ainsi les évêques à la plus grande prudence à l’égard des « appels des moines hagiorites, de manière à ne pas enflammer plus encore la question ecclésiastique80 ». Ces possibles tensions auraient-elles été ravivées par la proposition d’introduire des membres élus – clercs et laïcs – dans les conseils métropolitains et paroissiaux, ou bien par la possibilité accordée aux clercs traduits devant les tribunaux ecclésiastiques de bénéficier d’un avocat et d’une transparence accrue des procédures judiciaires ?

31En novembre 1987, un faisceau de souhaits ou de projets hétérogènes semble donc s’être cristallisé autour du culte de l’icône Axion Esti. L’empreinte de Byzance est bien visible en Grèce à la fin du xxe s. Cette étude de cas souligne à quel point l’héritage byzantin peut être constamment resémantisé et constitue une très riche ressource pour l’Église orthodoxe.

Notes

1 Jean Damascène, Contra imaginum calumniatores, I 16, éd. Kotter Bonifatius, Die Schriften von Johannes von Damaskos, III, Textes et études patristiques 17, Berlin, 1975, p. 89-90, trad. Schönborn Christophe, L’icône du Christ. Fondements théologiques, Paris, 20034, p. 194.

2 Encyclopédie Ιστορία του Ελληνικού Έθνους, 10, Athènes, 1988, p. 7.

3 Les périodiques Ἐκκλησία [Église, désormais cité Ἐκ.], Ὁ ἐφημέριος [Le curé], Θεολογία [Théologie] sont édités par l’Église orthodoxe de Grèce. J’utiliserai aussi des ouvrages plus contextuels, comme celui du saint-synode de l’Église de Grèce, Ἀπόπειρα αἰχμαλωσίας τῆς Ἐκκλησίας. Ἡ ἀλήθεια γιὰ τὸ Ἐκκλησιαστικὸ θέμα [Tentative d’asservissement de l’Église. La vérité sur la question ecclésiastique], Athènes, 1987.

4 Une longue série d’articles concernent Théodore Stoudite en 1986-1987 dans la revue Ἐκκλησία : Kténas Synèsios, « Θεόδωρος ὁ Στουδίτης ὡς ἀνακαινιστὴς τοῦ μοναχικοῦ βίου », Ἐκ. 83 (1986), p. 323-325, 355-356, 391-392, 437-439, 547, 577-580, 608-610, 640-644, 679-681, et 84 (1987), p. 81-82, 137, 171, 200-206, 264, 496- 500, 645-646. Également : « Αἱ σύγχρονοι εἰκονοκλαστικαὶ τάσεις καὶ αἱ συνέπειαι αὐτῶν εἰς τὴν ἐξάπλωσιν τῆς παραθρησκείας », Ἐκ. 4 (1er mars 1987), p. 158-170 ; « Ὁ ἱερὸς Φώτιος καὶ ἡ Ζ´ Οἰκουμενικὴ Σύνοδος », Ἐκ. 5 (15 mars 1987), p. 197-200 ; « Ὁ ἑορτασμὸς τῆς Κυριακῆς τῆς Ὀρθοδοξίας », Ἐκ. 5 (15 mars 1987), p. 207 ; « Ἀνάσταση καὶ Ζ´ Οἰκουμενικὴ Σύνοδος », Ἐκ. 7 (1er mai 1987), p. 299 ; « Ὀρθοδοξία καὶ εἰκονομαχία », Ἐκ. 8 (15 mai 1987), p. 313-315 ; « Ὑπέρχρονα μηνύματα τῆς Ζ´ Οἰκουμενικῆς Συνόδου », Ἐκ. 15 (15 octobre 1987), p. 593-597 ; Ἐκ. 1 (1er janvier 1988), p. 7-9 ; « Ἡ Οἰκουμενικότητα τοῦ Χριστιανικοῦ Βυζαντίου », Ἐκ. 15 (15 octobre 1988), p. 572. La revue Ἐκκλησία consacre de nombreux articles au concile de Nicée II en 1987 et 1988.

5 Également : Ἐκ. 7 (1er mai 1988), p. 257-258 ; Ἐκ. 8 (15 mai 1988), p. 305-307 ; Ἐκ. 9 (1er juin 1988), p. 337-339 ; « Μήνυμα τοῦ Μακαριωτάτου περὶ τῆς Ζ´ Οἰκουμενικῆς Συνόδου », Ἐκ. 11 (1er juillet 1987), p. 456-457 ; Ἐκ. 14 (1er octobre 1987), p. 561-563 ; Ἐκ. 15 (15 octobre 1987), p. 593-596 ; Ἐκ. 16 (1er novembre 1987), p. 625-628.

6 Parmi une abondante bibliographie, voir Boespflug François, Lossky Nicolas (éds), Nicée II, 787-1987. Douze siècles d’images religieuses, Paris, 1987 ; Leanza Sandro (éd.), Il convegno Niceno II (787) e il culto delle immagini. Atti del Convegno di studi per il XII centenario del Concilio Niceno II, Messina, Settembre 1987, Messine, 1994.

7 « Αἱ σύγχρονοι εἰκονοκλαστικαὶ τάσεις » (n. 4), p. 159.

8 « Ὑπέρχρονα μηνύματα τῆς Ζ´ Οἰκουμενικῆς Συνόδου » (n. 4), p. 7.

9 Ἐκ. 18 (1er décembre 1987), p. 748-751.

10 « Ἡ Ἡγουμένη τοῦ Ἄθωνα Κυρὰ τῶν Ἀθηνῶν καὶ τῆς Ἑλλάδος », Ἐκ. 1 (1er janvier 1988), p. 53-55. Également : Ἐκ. 2 (1er février 1988), p. 82-84 ; Ἐκ. 3 (15 février 1988), p. 135-139 ; Ἐκ. 4 (1er mars 1988), p. 164-166 ; Ἐκ. 5 (15 mars 1988), p. 191-192 ; Ἐκ. 6 (1er avril 1988), p. 231-233 ; Ἐκ. 7 (1er mai 1988), p. 294-295 ; Ἐκ. 8 (15 mai 1988), p. 321-323.

11 Ἐκ. 4 (1er mars 1988), p. 164-167 ; Ἐκ. 9 (1er juin 1988), p. 337-339.

12 Auzépy Marie-France, L’iconoclasme, Paris, 2006 ; ead., L’histoire des iconoclastes, Bilans de recherche 2, Paris, 2007 ; Dagron Gilbert, « L’iconoclasme et l’établissement de l’Orthodoxie (726-847) », dans Histoire du christianisme des origines à nos jours. IV, Évêques, moines et empereurs (610-1054), Paris, 1993, p. 93-165.

13 Ἐκ. 4 (1er mars 1987), p. 160.

14 Auzépy Marie-France, L’iconoclasme (n. 12), p. 119.

15 « Ὀρθοδοξία καὶ εἰκονομαχία » (n. 4), p. 315.

16 Ibid., p. 160 et 167. Dans cet article, l’iconoclasme est envisagé prioritairement sous l’angle des relations entre la foi « droite » et les hérésies. Il renvoie donc à la question de la pluralité confessionnelle, celle des rapports de l’Église orthodoxe aux autres dogmes chrétiens en Grèce contemporaine.

17 Ἐκ. 4 (1er mars 1987), p. 162.

18 Initialement le projet s’intitule Ρύθμιση θεμάτων μοναστηριακής περιουσίας (Règlement de questions relatives au patrimoine monastique). Il s’élargit par la suite en Ρύθμιση θεμάτων εκκλησιαστικής περιουσίας.

19 Également : saint-synode, Ἀπόπειρα (n. 3), p. 84-88.

20 En décembre 1985, le saint-synode transmet au ministère un mémorandum, qui exprime, selon le juriste Iannis Konidaris, des « revendications maximalistes » ; Konidaris Iannis, Ο νόμος 1700-1987 και η πρόσφατη κρίση στις σχέσεις Εκκλησίας και Πολιτείας, Athènes, 1991, p. 50. Le ministre de l’Éducation nationale et des Cultes répond à l’Église huit mois plus tard, le 29 août 1986 ; saint-synode, Ἀπόπειρα (n. 3), p. 84-88.

21 Cf. « Προκλητικός ο Κ. Τρίτσης στην Βουλή για την εκκλησιαστική περιουσία », Απογευματινή (19 mars 1987), p. 4 ; « Ὁ Νόμος 1700-1987 », Ἐκ. 9 (1er juin 1987), p. 360-364.

22 Le système de la νόμω Κρατούσης Πολιτείας – qui peut s’appuyer sur la Constitution hellénique de juin 1975 – donne la possibilité au législateur public d’intervenir dans certaines affaires de l’Église, à l’exclusion des questions strictement religieuses et dogmatiques.

23 Exposé introductif du ministère de l’Éducation nationale au projet de loi adressé au parlement ; le texte est également reproduit dans Konidaris Iannis (n. 20), annexe II, p. 233-237.

24 Ibid.

25 Loi 1700-1987, article 3.

26 En présentant un titre légal dûment enregistré, une disposition législative ou une décision judiciaire à l’encontre de l’État.

27 Le Code Civil n’exige l’enregistrement des legs et successions que depuis 1946. À l’exception du Dodécanèse, la Grèce ne dispose pas encore d’un plan cadastral exhaustif.

28 Loi 1700-1987, article 1.

29 Ibid., article 2.

30 Ibid., article 9.

31 Ibid., article 2.

32 Ibid., articles 2 et 3.

33 Ibid., article 3.

34 Ibid., article 10.

35 Ibid., articles 2 et 3.

36 « Πλειοψηφούν στον Ο.Δ.Ε.Π. οι λαᾯκοί », Ελευθεροτυπία (13 mars 1987), p. 16.

37 Loi 1700-1987, articles 8 et 11.

38 Dont 376000 stremmata de zones forestières, 735000 de pâturages, 190000 de terres agricoles, le montant des biens d’anciens vakifs étant mal connu. Également : Tsoumas Théodoros, Tassioulas Dimitris, Ιδιοκτησιακό καθεστώς και αξιοποίηση της αγροτικής γης στην Ελλάδα, Athènes, 1986.

39 Par haute hiérarchie ou hiérarchie, j’entends l’archevêque d’Athènes, le synode permanent, les évêques.

40 Communiqué du 13 mars 1987, Ἐκ. 5 (15 mars 1987), p. 209 ; communiqué du synode de la hiérarchie du 19 mars 1987, Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 237-238 ; communiqué du 26 mars 1987, Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 239.

41 La Commission européenne et l’ONU sont notamment sollicitées. Également : Ἐκ. 5 (15 mars 1987), p. 194-195 ; Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 236-245 ; « Τὸ χρονικὸ τῆς κρίσεως γιὰ τὴν ἐκκλησιαστικὴ περιουσία », Ἐκ. 7 (1er mai 1987), p. 294-297 ; communiqué du 30 mai 1987, Ἐκ. 9 (1er juin 1987), p. 382 ; communiqué du comité de lutte de la Hiérarchie, 5 juin 1987, Ἐκ. 10 (15 juin 1987), p. 411 ; « Πύρινοι λόγοι στις εκκλησίες », Απογευματινή (16 mars 1987), p. 5 ; « Πορεία-Λιτανεία με 2 000 κληρικούς και δεκάδες χιλιάδες πιστούς στους δρόμους της Αθήνας », Απογευματινή (27 mars 1987), p. 20-22.

42 « Ἔγγραφο τοῦ Μακ. Σεραφεὶμ πρὸς τὸν Πρωθυπουργό », Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 239-240 ; « Ἀνοικτὴ ἐπιστολή », Ἐκ. 12 (1er août 1987), p. 465-471 ; « Ἡ ἐπιστολὴ τοῦ Μακ. Ἀρχιεπισκόπου… πρὸς τὸν κ. Πρωθυπουργό », Ἐκ. 13 (1er septembre 1987), p. 516-518.

43 La question de la fortune ecclésiastique ne constituerait pas le principal motif du rejet de ce projet.

44 Encyclique synodale 2446 du 20 mars 1987, Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 224-228, et « Δίκαιο πυγμῆς στὴν Ἐκκλησία », Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 232-234.

45 Saint-synode, Ἀπόπειρα (n. 3), p. 66. Également : discours du métropolite de Dimitrias, Mgr Christodoulos, Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 251-253 ; « Γενική αντίδραση για το εκκλησιαστικό », Καθημερινή (17 mars 1987), p. 1 ; « Η Εκκλησία μοιράζει την περιουσία της », Απογευματινή (20 mars 1987), p. 10.

46 « Δίκαιο πυγμῆς στὴν Ἐκκλησία » (n. 44), p. 231-235 ; « Κανονικὴ ἀξιολόγηση τοῦ νομοσχεδίου », Ἐκ. 7 (1er mai 1987), p. 290-291 ; « Ὁ ἐπίσκοπος ὡς διαχειριστὴς τῶν ἐκκλησιαστικῶν πραγμάτων », Ἐκ. 1 (1er janvier 1988), p. 46-47 ; Ἐκ. 2 (1er février 1988), p. 68-71 ; Ἐκ. 3 (15 février 1988), p. 118-126 ; Ἐκ. 17 (15 novembre 1987), p. 661-663.

47 « Κανονικὴ ἀξιολόγηση τοῦ νομοσχεδίου », Ἐκ. 7 (1er mai 1987), p. 289.

48 « Ὁ νόμος 1700-1987 καὶ τὰ νομικὰ προβλήματα », Ἐκ. 10 (15 juin 1987), p. 406-409.

49 Arhweiler Hélène, L’idéologie politique de l’Empire byzantin, Paris, 1975, p. 129-147 ; Dagron Gilbert, Empereur et prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, 1996, p. 236-241 ; Troïanos Spyros, « Η ελληνική ιδιαιτερότητα : από την βυζαντινή συναλληλία στην επικρατούσα θρησκεία », intervention à l’Académie des études théologiques, Athènes, 1er avril 2006.

50 Le projet est adopté en trois jours grâce à la procédure d’urgence, procédure fort critiquée par l’opposition. Procès-verbaux des séances parlementaires, Πρακτικά, mars et avril 1987, p. 4853-4868, p. 5091-5092, p. 5304-5308. La loi « Règlement de questions relatives au patrimoine ecclésiastique » (loi 1700-1987) est publiée au journal officiel, l’Εφημερίδα της Κυβερνήσεως της Ελληνικής Δημοκρατίας [Journal du Gouvernement de la République de Grèce] le 6 mai 1987.

51 Séances parlementaires, Πρακτικά, avril 1987, p. 5091-5092. Également : « Η Κυβέρνηση δημεύει όλη την εκκλησιαστική περιουσία. Αντιδράσεις της Ν.Δ. », Απογευματινή (12 mars 1987), p. 11 ; « Το Κράτος παίρνει την εκκλησιαστική περιουσία », Απογευματινή (13 mars 1987), p. 8.

52 Dans une allocution prononcée le 5 avril 1987, le professeur à la faculté de Théologie de Thessalonique, Théodoros Zissis, insiste sur ces aspects ; « Ἡ ὁμιλία τοῦ καθηγητοῦ Θεοδώρου Ζήση », Ἐκ. 9 (1er juillet 1987), p. 367-375 ; Bulletin de presse du 31 mars 1987, Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 242 ; « Ψήφισμα Κλήρου καὶ λαοῦ », Ἐκ. 11 (1er juillet 1987), p. 429 ; « Διακήρυξη-ἔκκληση καθηγητῶν τῶν Πανεπιστημίων », Ἐκ. 11 (1er juillet 1987), p. 440-445 ; « Ἀπόφαση τῆς Ἱερᾶς Συνόδου… τῆς 18ης-19ης Αὐγούστου 1987 », Ἐκ. 13 (1er septembre 1987), p. 513-515 ; « Σκληρή αντίδραση Κλήρου και Λαού », Απογευματινή (15 mars 1987), p. 2 ; « Ο λαός κοντά στην Εκκλησία », Απογευματινή (19 mars 1987), p. 20-21.

53 « Επίθεση μητροπολίτη παρουσία υπουργών », Ελευθεροτυπία (9 mars 1987), p. 12.

54 « Ὁ ἑορτασμός τῆς Ἐθνικῆς Ἐπετείου εἰς Ἀθήνας », Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 246-249.

55 AFP Athènes, 26 mars 1987.

56 Ἐκ. 8 (15 mai 1987), p. 344 ; « Συλλαλητήριον γιὰ ἀνένδοτον ἀγῶνα », Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 266-267. Peuvent être mentionnées également les manifestations du Syndicat sacré du clergé de Grèce qui réunit les prêtres de paroisse ; les rassemblements imposants organisés par l’Église à Athènes le 1er avril, à Thessalonique le 5 avril et à Patras le 3 juin 1987 ; le 15 mai 1987, les conseils monastiques de l’Église de Grèce dénoncent, à Athènes, la « loi anti-ecclésiastique 1700-1987 ». Voir « Τὸ χρονικὸ τῆς κρίσεως γιὰ τὴν ἐκκλησιαστικὴν περιουσίαν », Ἐκ. 8 (15 mai 1987), p. 340-344 ; « Τὸ συλλαλητήριο εἰς Πάτρα », Ἐκ. 11 (1er juillet 1987), p. 421-430.

57 Dans un discours éloquent et habile, le métropolite de Dimitrias, Mgr Christodoulos, rappelle que l’État ne connaît pas lui-même son patrimoine foncier et est loin de l’exploiter de manière optimale. Il souligne que les clercs ne sont pas moins importants que les professeurs ou les militaires, eux aussi salariés de l’État : Ἐκ. 6 (1er avril 1987), p. 250-253.

58 Quelques jours après la nomination, par le ministre de l’Éducation, du nouveau conseil d’administration de l’ΟΔΕΠ, l’Église fait appel au Conseil d’État. Celui-ci, dans un avis rendu en décembre 1987, juge la loi 1700-1987 constitutionnelle, mais invalide les nominations ministérielles au conseil d’administration de l’ΟΔΕΠ ; « Γιὰ τὸ πρόβλημα τῆς Συνταγματικότητος τῆς διατάξεως τοῦ νόμου Ῥύθμισης θεμάτων ἐκκλησιαστικῆς περιουσίας », Ἐκ. 8 (15 mai 1987), p. 319-326 ; « Ὁ νόμος 1700-1987 καὶ τὰ νομικὰ προβλήματα », Ἐκ. 9 (1er juin 1987), p. 378- 380. Voir l’arrêt n° 5057/1987 du 7 décembre 1987 rendu par le Conseil d’État.

59 Il s’agit des monastères Ano Xénia, Osios Loukas, Aghia Lavra Kalavryton, Metamorphosis Sotiros, Asomaton Pétraki. Voir l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme, 21 novembre 1994, concernant l’affaire n° 10/1993/405/483-484 « Holy monasteries vs Greece ».

60 « Ὁ νόμος 1700-1987 », Ἐκ. 9 (1er juin 1987), p. 356-361 ; « Οἱ διατάξεις τοῦ νόμου 1700-1987 εἶναι ἀντίθετοι πρὸς τὴν ἐκκλησιολογία, τοὺς ἱεροὺς κανόνες καὶ τὸ Σύνταγμα », Ἐκ. 9 (1er juin 1987), p. 363-364 ; « Οἱ ἱεροὶ κανόνες καὶ ἡ συνταγματική τους κατοχύρωση », Ἐκ. 9 (1er juin 1987), p. 376-377 ; « Περὶ τῆς ἀντικανονικότητος καὶ ἀντισυνταγματικότητος τοῦ νόμου 1700-1987 », Ἐκ. 11 (1er juillet 1987), p. 430-432 ; « Διακήρυξις καὶ ὑπόμνησις », Ἐκ. 13 (1er septembre 1987), p. 552.

61 Ἐκ. 9 (1er juin 1987), p. 373.

62 Svoronos Nikolas, Πῶς ἐγεννήθη καὶ τί σημαίνει ὁ Δικέφαλος Ἀετὸς τοῦ Βυζαντίου, Athènes, 1914.

63 « Τὸ συλλαλητήριο εἰς Θεσσαλονίκη », Ἐκ. 9 (1er juin 1987), p. 365-375.

64 Télégramme du patriarche de Constantinople, Ἐκ. 5 (1er avril 1987), p. 240. Également : saint-synode, Ἀπόπειρα (n. 3), p. 67-69 ; Ἐκ. 12 (1er août 1987), p. 482-487 ; « Όχι στο νομοσχέδιο λέει και το Πατριαρχείο », Απογευματινή (1er avril 1987), p. 10 ; « Βόμβα του Πατριαρχείου για το θέμα της Εκκλησίας », Ακρόπολις (5 avril 1987), p. 1 et 18 ; « Η Εκκλησία δεν θα υποκύψει στον Καίσαρα », Ακρόπολις (26 avril 1987), p. 5 ; « Παρενέβη χθες ο Πατριάρχης. Συμπαράσταση στην Εκκλησία και προειδοποιεί την Κυβέρνηση », Καθημερινή (1er avril 1987), p. 1.

65 « Τρεις Μητροπολίτες στο Πατριαρχείο με στόχο την άρση του Αυτοκεφάλου », Απογευματινή (4 avril 1987), p. 11 ; « Ὁ νόμος 1700-1987 », Ἐκ. 11 (1er juillet 1987), p. 452-453 ; Ἐκ. 12 (1er août 1987), p. 487-492 ; saint-synode, Ἀπόπειρα (n. 3), p. 70 ; « Άρση του Αυτοκεφάλου της Ελληνικής Εκκλησίας θα ζητήσει η Ιεραρχία », Καθημερινή (3 avril 1987), p. 1.

66 « Ἡ εἰς Ἑλλάδα ἐπίσκεψη τῆς Α.Θ.Π. τοῦ Οἰκ. Πατριάρχου κ.κ. Δημητρίου », Ἐκ. 17 (15 novembre 1987), p. 657-661.

67 « Ἡ ἐπιστολὴ τοῦ Μακ. Ἀρχιεπισκόπου… πρὸς τὸν κ. Πρωθυπουργό », Ἐκ. 13 (1er septembre 1987), p. 516-518.

68 Communiqué de la hiérarchie, 18 septembre 1987, Ἐκ. 14 (1er octobre 1987), p. 584 ; communiqué de la hiérarchie de l’Église de Grèce, 2 octobre 1987, Ἐκ. 15 (15 octobre 1987), p. 619 ; Bulletin de presse du 30 décembre 1987, Ἐκ. 1 (1er janv. 1988), p. 58-59.

69 « Κοντά στο λαό και την Εκκλησία βρέθηκε χθες ο Πατριάρχης », Καθημερινή (16 nov. 1987), p. 1.

70 « Ἡ εἰς Ἑλλάδα ἐπίσκεψη » (n. 66) ; Ἐκ. 18 (1er décembre 1987), p. 689-747. K. Karamanlis, ancien président de la République, qualifie la visite de Mgr Dimitrios à Athènes d’événement « historique d’une importance nationale majeure », Καθημερινή (14 novembre 1987), p. 1.

71 Discours du maire d’Athènes à l’occasion de la venue de l’icône Axion Esti, Ἐκ. 2 (1er février 1988), p. 82-83. Également : Ἐκ. 17 (15 novembre 1987), p. 685 ; Ἐκ. 3 (15 février 1988), p. 138-140.

72 Bulletin de presse du 25 septembre 1987, Ἐκ. 14 (1er octobre 1987), p. 584 ; Ἐκ. 18 (1er décembre 1987), p. 748 ; allocution de l’archevêque d’Athènes en l’honneur de l’icône Axion Esti, Ἐκ. 17 (15 novembre 1987), p. 686-687.

73 Ibid., p. 685. Cette qualification apparaît dans l’hymne akathiste en l’honneur de la Vierge (Τῇ ὑπερμάχῳ στρατηγῷ τὰ νικητήρια) rédigé selon la tradition après le siège de Constantinople de 626, lorsque le patriarche Sergios, en l’absence de l’empereur Héraclius, organise la défense de la ville et consacre Constantinople à la Théotokos. Également : « Ἡ ὑπεραγία Θεοτόκος Ὑπέρμαχος Στρατηγὸς τοῦ Ἑλληνικοῦ Ἔθνους », Ὀρθόδοξος Φιλόθεος Μαρτυρία 62-63 (juillet-décembre 1995), p. 4-6.

74 Voir la loi 1811-1988 du 6 octobre 1988.

75 Konidaris Iannis (n. 20), p. 203-204.

76 « Στο Κράτος και το λαό η περιουσία », Ελευθεροτυπία (13 mars 1987), p. 14-15. Voir, également, la loi 1566-1985 Δομή και λειτουργία της πρωτοβάθμιας εκπαίδευσης και άλλες διατάξεις du 30 septembre 1985. Les articles de la loi 1700-1987 désignent, de manière respectueuse, les « saintes églises », les « saints monastères ». Voir aussi le compte rendu du débat télévisé entre le ministre de l’Éducation nationale et des représentants des principaux partis politiques sur la première chaîne publique le 20 mars 1987, Καθημερινή (21 mars 1987) et Το Βήμα (29 mars 1987). Selon plusieurs évêques, ce discours serait purement « hypocrite ».

77 Communiqué de la hiérarchie de l’Église orthodoxe de Grèce du 2 octobre 1987, Ἐκ. 15 (15 octobre 1987), p. 619 ; communiqué de la hiérarchie, 10 novembre 1987, Ἐκ. 17 (15 novembre 1987), p. 686.

78 Selon le saint-synode de l’Église de Grèce, l’introduction d’avocats de la défense dans la justice ecclésiastique constitue une mesure anticanonique, mais aussi une tentative gouvernementale de « créer des conflits de classes entre prêtres de paroisse et évêques » ; « Ἡ παράσταση δικηγόρου στὰ ἐκκλησιαστικὰ δικαστήρια », Ἐκ. 13 (1er septembre 1987), p. 544-549.

79 La même instance dénonce « une propagande débridée selon laquelle l’Église ne donnerait pas sa fortune au peuple » ainsi que les « ingérences des moines hagiorites dans les affaires internes de l’Église orthodoxe de Grèce » ; communiqué du saint-synode, 15 mars 1988, Ἐκ. 6 (1er mars 1988), p. 251-252. Également : saint-synode de l’Église de Grèce, « Ἡ ἀλήθεια γιὰ τὴν παραχώρηση τῆς ἐκκλησιαστικῆς περιουσίας », Bulletin Πρὸς τὸ λαό 15 (mars 1988), consacré à la question ; bulletin de presse du 16 novembre 1988, Ἐκ. 5 (1er mars 1988), p. 252 ; « Ὁ ἀσκητικὸς χαρακτήρας τῆς Ὀρθοδοξίας », Ἐκ. 11 (1er juillet 1988), p. 407-408. Des juristes – tels Iannis Konidaris – déplorent qu’au cours des premières négociations et propositions, un collège d’évêques décide la cession d’une partie importante du patrimoine monastique sans solliciter le consentement des monastères ; Konidaris Iannis (n. 20), p. 62-63.

80 Communiqué du saint-synode du 15 mars 1988, Ἐκ. 6 (1er avril 1988), p. 251-252. Également : Ἐκ. 9 (1er juin 1988), p. 337-339.

Auteur


Chercheur et chargée de cours
Université libre de Bruxelles, Centre interdisciplinaire d’études des religions et de la laïcité (CIERL)
Université de Marmara, Istanbul

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search