Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

L’héritage byzantin dans l’architecture de l’entre-deux-guerres en Grèce

Maria Kambouri-Vamvoukou

Résumé

En Grèce dans l’entre-deux-guerres, un regain d’intérêt pour l’histoire nationale a conduit à reconsidérer l’architecture byzantine. Ce phénomène s’accompagne de l’émergence du style néobyzantin. Son développement ne fut pas aussi considérable que celui du style néoclassique. Toutefois, on trouve des exemples dans des domaines aussi divers que surprenants : établissements scolaires, banques, pavillons internationaux… Cet essor est lié aux courants intellectuels de l’époque et en rapport étroit avec le « retour aux sources » de la culture grecque, qu’on a aussi appelé la « grécité ». Cette question occupa les architectes, en particulier Aristotélis Zachos (1872-1939), qui s’appuie sur une étude solide de l’héritage architectural de Byzance. D’autres intellectuels suivront les traces de Zachos dans les années 1920-1930. Des exemples d’architecture néobyzantine apparaissent aussi bien dans l’architecture religieuse que dans l’architecture civile, et dans certaines villes où ses principes semblent appliqués à l’échelle du plan et de l’unité urbaine.

Note de l’éditeur

L’auteur remercie Jean-Pierre Grélois pour ses conseils à propos de cet article.

Texte intégral

  • 1 C’est pendant l’entre-deux-guerres que l’on trouve les derniers ensembles réussis de style néobyzan (...)
  • 2 L’apport de Byzance dans les cultures slaves et aussi dans l’architecture de l’Orient musulman et o (...)

1Le style néobyzantin en Grèce dans l’entre-deux-guerres s’inscrit dans le renouveau de l’architecture byzantine au milieu du xixe s., tant en Europe occidentale que dans les pays qui revendiquent l’héritage de la civilisation byzantine (Grèce, Bulgarie, Serbie, Roumanie, Russie…). On peut considérer l’usage de cet héritage comme l’aboutissement de la réhabilitation de Byzance par les érudits et les historiens, en Grèce comme ailleurs1. Ce renouveau prend place dans une continuité, celle de l’influence, durant un millénaire, de l’architecture byzantine sur les peuples qui ont fait partie de l’Empire byzantin et sur leurs voisins, orthodoxes ou non2. Ce phénomène historique et culturel se prête aujourd’hui encore à de nouvelles approches et interprétations car il constitue l’une des nombreuses expressions de la civilisation byzantine en Grèce à l’époque contemporaine.

  • 3 Sur le sujet, voir par exemple Kambouri-Vamvoukou Maria, « La diffusion de l’architecture byzantine (...)
  • 4 Deroko Aleksandar, Monumentalna i dekorativna Architectura ne srednjevekovnoj Srebiji, Naučna Kniga(...)

2Après une longue période de rejet et de mépris, Byzance devient, avec le romantisme et l’intérêt pour le Moyen Âge, un sujet de recherches au milieu du xixe s. L’architecture byzantine suscite de ce fait des travaux de la part d’érudits et artistes dans bon nombre de pays, Europe occidentale et États-Unis, Balkans et Russie3. Dans les pays orthodoxes, les travaux occidentaux attirent l’attention des architectes locaux sur la valeur de l’art byzantin, ce qui ouvre une phase remarquable de l’architecture néobyzantine. C’est à ce style que se sont consacrés d’éminents créateurs4.

  • 5 Kitromilides Paschalis M., Tradition Enlightenment and Revolution. Ideological Change in 18th and 1 (...)
  • 6 Sur Zambélios, voir désormais koubourlis Ioannis, La formation de l’histoire nationale grecque. L’a (...)

3En Grèce, la place de Byzance dans l’histoire nationale s’impose au niveau officiel durant les années 1880. On a beaucoup écrit sur la redécouverte de Byzance par l’État grec moderne, redécouverte qui a pris à la fois la forme d’une appropriation et celle d’un rejet5. La réhabilitation de Byzance, à partir de 1850, qui repose sur la notion de continuité et d’unité de l’hellénisme dans l’espace et dans le temps, fut l’œuvre d’historiens romantiques dominés par les figures de Spyridon Zambélios et plus encore du grand historien Konstantinos Paparrigopoulos, surtout après la parution de son Histoire de la nation grecque (1860-1875)6.

  • 7 On entend par Grande Catastrophe d’Asie Mineure l’issue désastreuse de la guerre gréco-turque et la (...)
  • 8 Pour l’histoire de la période, voir Mavrogordatos Giorgos Th., Chatziiosif Christos (éds), Βενιζελι (...)
  • 9 On utilise aussi le terme d’« hellénicité ». À propos de la grécité dans l’entre-deux-guerres, voir (...)

4Dans l’histoire de la Grèce, la période qui s’étend de la Grande Catastrophe d’Asie Mineure (1922)7 à la seconde guerre mondiale connaît deux évolutions majeures : l’industrialisation et l’interventionnisme de l’État dans le domaine économique8. Dans cette époque de modernité pour le pays, le renouveau de l’architecture byzantine peut donc paraître surprenant. Pourtant, ce style se développe aussi bien dans l’architecture religieuse et civile que dans les arts plastiques. Les réalisations de style néobyzantin doivent être mises en relation avec différents courants artistiques et intellectuels, en particulier le « retour aux sources » de la culture grecque, mouvement connu sous le nom de « grécité9 ».

  • 10 Le duel idéologique né au xixe s., qui trouva son apogée avec le romantisme et divisa les cercles d (...)

5Au niveau idéologique, les notions de « tradition » et de « modernité » sont les deux pôles entre lesquels oscille la conscience nationale hellénique. L’opposition entre ces deux pôles devient un sujet de discussion au sein de la société grecque. S’appuyer sur une tradition légitimant la quête de l’identité nationale apparaît comme l’objectif dominant dans la vie culturelle du pays. L’art grec s’efforce alors d’exprimer les caractères qui confèrent la grécité à la création artistique et spirituelle. La bibliographie grecque et étrangère témoigne encore aujourd’hui des débats provoqués par cette recherche. La quête constante de grécité et le désir de définir un caractère national dominent l’époque. Par ailleurs, le dilemme entre ancien et nouveau, traditionnel et moderne, opposition alors cultivée à l’excès, réactive inévitablement la confrontation entre « hellénocentrisme » et « européisme », toute la question s’incarnant finalement dans l’alternative « grécité » ou « modernité »10. Cette quête de la conscience nationale contribue grandement au succès du byzantinisme. Le regroupement, après 1922, des Grecs dans les frontières d’un État-nation conduit intellectuels et artistes à critiquer l’imitation des manières européennes, à s’éloigner graduellement de l’imitation des styles historiques et à chercher de nouveaux modes d’expression à travers la redéfinition de la grécité dans l’art. Ainsi, la modernisation et la connaissance de soi restent au centre des recherches menées tout au long de l’entre-deux-guerres.

  • 11 Le byzantinisme est apparu d’abord dans la littérature, avant même la révélation et la réhabilitati (...)
  • 12 La Grande Idée est le courant idéologique qui rêvait de reconstituer l’Empire byzantin, et dont l’i (...)

6Ce tournant en direction de Byzance, qu’on appelle byzantinisme11, s’observe dans les lettres et dans les arts. On l’interprète comme le résultat des divers facteurs mentionnés plus haut : Grande Catastrophe, naufrage de la Grande Idée12, effort de consolidation de la conscience nationale à travers une nouvelle recherche de la culture hellénique authentique. On peut citer les exemples caractéristiques que sont les peintres Photis Kontoglou et Spyros Papaloukas ainsi que l’architecte Aristotélis Zachos.

  • 13 Voir Papanikolaou-Christensen Aristéa, « Τα δημιουργικά χρόνια του Χριστιανού Χάνσεν », dans le cat (...)
  • 14 Pour des exemples du style dit gréco-byzantin, on peut citer à titre indicatif Biris Kostas, Αἱ Ἀθῆ (...)

7 Une préparation au retour de la culture byzantine avait par ailleurs eu lieu, comme on l’a mentionné plus haut. Le regard porté sur le passé byzantin a contribué à l’apparition de tendances « historicistes » dans l’art et surtout dans l’architecture. Le premier exemple réussi est l’Ophtal-miatrion d’Athènes (fig. 1), œuvre de l’architecte danois Christian Hansen en 1852, qui marque le point de départ du style néobyzantin13. Cet exemple fut suivi d’expérimentations dans l’architecture religieuse qui ont abouti à la création d’un style appelé « hellénobyzantin » et qui a donné un grand nombre d’édifices dans la Grèce indépendante ainsi que dans les régions restées dans l’Empire ottoman. Le style hellénobyzantin, ou gréco-byzantin, caractérisé par un conservatisme hésitant, débouche finalement sur la construction d’églises très proches de l’architecture byzantine en ce qui concerne le plan et la forme, dont la cathédrale d’Athènes présente le meilleur exemple14.

Fig. 1. — Ophthalmiatrion d’Athènes de Chr. Hansen (1852).

Fig. 1. — Ophthalmiatrion d’Athènes de Chr. Hansen (1852).
  • 15 Les créations en 1892 de la chaire de littérature médiévale et néohellénique de l’université de Mun (...)
  • 16 1884 fut une année importante pour le développement des études byzantines en France, en relation av (...)
  • 17 Gratziou Olga, Lazaridou Anastasia (éds), Από τη Χριστιανική Συλλογή στο Βυζαντινό Μουσείο (1884-19 (...)
  • 18 Nystazopoulou-Pélékidou Maria (n. 6).
  • 19 Kordatos Giannis, Τὰ τελευταῖα χρόνια τῆς βυζαντινῆς αὐτοκρατορίας, Athènes, 1932.

8 Développées en Europe comme une discipline autonome dès la fin du xixe s.15, les études byzantines connaissent des prolongements en Grèce même16, en relation notamment avec la politique suivie par É. Vénizélos. C’est dans cette optique que se placent la création des chaires d’histoire de l’art byzantin puis d’histoire byzantine dans les universités d’Athènes (1924) et de Thessalonique (1927), l’aménagement définitif du Musée byzantin d’Athènes dans le palais de la duchesse de Plaisance en 193017, ainsi que la fondation d’associations et de sociétés d’études byzantines. Ces faits montrent un changement de mentalité et marquent un progrès certain dans le domaine de la recherche18. D’un autre côté, il faut également souligner la publication des premiers travaux de l’historien Giannis Kordatos (1891-1960), qui a introduit dans l’historiographie néohellénique les principes marxistes, provoquant de nouvelles discussions et controverses autour de l’histoire de l’Empire19.

  • 20 Dans la riche bibliographie concernant l’architecte Zachos, citons la plus récente publication, Fes (...)
  • 21 Au nombre des adeptes du mouvement, on pourrait mentionner à nouveau l’ethnographe N. Politis, l’éc (...)
  • 22 Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20), p. 8.
  • 23 L’archéologue G. Sotiriou (1881-1965) était professeur d’art et d’archéologie byzantines à l’univer (...)
  • 24 Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20), p. 24-26.

9La pratique d’une architecture néobyzantine s’inscrit de fait dans le cadre de cette quête de l’identité hellénique. Il nous faut ici présenter la figure marquante d’Aristotélis Zachos (1872-1939). Ce dernier, pionnier du retour aux sources, s’appuie sur une étude systématique de la tradition architecturale du pays et de l’héritage byzantin, pour en faire son leitmotiv20. Toute une génération d’artistes et d’intellectuels21 se place dans le sillage de l’œuvre visionnaire de Zachos. Croyant en la valeur de l’héritage byzantin et de l’art populaire, ce dernier s’employa à rénover les moyens d’expression dans les secteurs de l’habitat individuel et de l’architecture religieuse. Sa fréquentation des érudits et des artistes majeurs de l’époque, la relation étroite qu’il entretenait avec la grande folkloriste Angéliki Hadzimihali et quelques personnalités de son cercle22, l’amitié qui le liait à l’éminent byzantiniste Georgios Sotiriou23 et à de nombreuses autres personnalités politiques et ecclésiastiques, favorisèrent la diffusion de ses idées dans la société éclairée. L’attitude éclectique de Zachos face à la tradition du pays et aux nouveaux courants ne cessa de régir son œuvre, depuis sa période de maturité professionnelle jusqu’à la fin de sa carrière en 193924.

  • 25 Sur les maisons de Mytilène à Lesbos, on ne dispose plus de documents à cause de l’incendie des arc (...)
  • 26 Fessa-emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20), p. 26-28.

10Les maisons particulières qu’il a conçues, très différentes les unes des autres, nous permettent de lire ses réalisations. La maison d’Angéliki Hadzimihali à Plaka (1927-1930), l’actuel Centre municipal de la culture populaire d’Athènes, impressionne par la composition magistrale des éléments inspirés de la morphologie architecturale byzantine et de celle dite « macédonienne » (fig. 2). On retrouve ces formules dans des maisons de Mytilène dont nous avons de bonnes raisons de penser qu’elles sont l’œuvre de Zachos (fig. 3)25. Il s’est également occupé de constructions scolaires, par exemple dans le département de Ioannina : l’école normale Zossimaia (1927-1931) et le séminaire du monastère Vellas (1927-1936) présentent un intérêt particulier26, ainsi que la bibliothèque Zossimaia, aujourd’hui mairie de la ville (fig. 4).

  • 27 Ibid., p. 30, 36-38.
  • 28 Ibid., p. 33-36.
  • 29 Ibid., p. 34-36.
  • 30 Mango Cyril, Architecture byzantine, Paris, 1981, p. 154, fig. 164-168.

11La contribution de Zachos à la mise en œuvre du style néobyzantin fut plus importante dans l’architecture religieuse et il ne fait aucun doute que ses diverses solutions proposaient autant de moyens de la renouveler (fig. 5, 6, 7). Malgré quelques opinions contraires27, on peut affirmer qu’il y est effectivement parvenu. Zachos donna le meilleur de lui-même dans ce domaine, en particulier avec ses deux dernières grandes églises, la basilique Saint-Constantin à Volos (1930-1935) et la basilique à coupole Saint-Paul-Apôtre à Corinthe (1937). Malgré les diverses réactions – positives ou négatives – des architectes et des chercheurs face à Saint-Constantin, on peut soutenir que l’architecte a réalisé dans ce monument une œuvre majeure de l’architecture ecclésiastique moderne (fig. 6)28. La basilique à coupole de Corinthe constitue l’œuvre architecturale la plus audacieuse et la plus importante de Zachos29. La majesté et la plasticité fluide de l’espace intérieur renvoient aux monuments de Byzance et, plus particulièrement, à la basilique Sainte-Irène de Constantinople dans son état du viiie s. (fig. 7)30. Pourtant, les qualités de Zachos et l’originalité de son talent peuvent être appréciées dans toutes ses œuvres architecturales, depuis l’église Saint-Dèmètrios à Siatista (1911) jusqu’à ses dernières réalisations à Volos. De toute façon, il faut noter sa contribution à l’étude de la basilique Saint-Dèmètrios à Thessalonique et à la restauration de ce monument historique, ainsi que sa participation à la restauration de la ville contemporaine après l’incendie de 1917.

Fig. 2. — La maison d’Angéliki Hadzimihali à Plaka d’A. Zachos (1924-1927/1930).

Fig. 2. — La maison d’Angéliki Hadzimihali à Plaka d’A. Zachos (1924-1927/1930).

Fig. 3. — La maison de Kapsimali à Mytilène de Lesbos d’A. Zachos (1925-1927).

Fig. 3. — La maison de Kapsimali à Mytilène de Lesbos d’A. Zachos (1925-1927).

Fig. 4. — Bibliothèque Zossimaia à Jannina d’A. Zachos (1928-1930).

Fig. 4. — Bibliothèque Zossimaia à Jannina d’A. Zachos (1928-1930).

Fig. 5. — Projets pour le palais épiscopal à Sparte d’A. Zachos (1909) [Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20)].

Fig. 5. — Projets pour le palais épiscopal à Sparte d’A. Zachos (1909) [Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20)].

Fig. 6. — Saint-Constantin à Volos d’A. Zachos (1930-1935).

Fig. 6. — Saint-Constantin à Volos d’A. Zachos (1930-1935).

Fig. 7. — Saint-Paul-Apôtre à Corinthe d’A. Zachos (1935- 1937).

Fig. 7. — Saint-Paul-Apôtre à Corinthe d’A. Zachos (1935- 1937).
  • 31 Citons seulement pour le Royaume-Uni le mouvement Arts and Crafts (cf. Davey Peter, Arts and Crafts (...)
  • 32 En Finlande, Alvar Aalto, l’un des plus grands maîtres du style international, perpétue le romantis (...)
  • 33 Le Saint-Esprit, interprétation de Sainte-Sophie de Constantinople, constitue en outre un bel ensem (...)

12 Zachos et ceux qui partageaient ses idées étaient évidemment informés de ce qui se passait en Occident. Il faut ici rappeler que le mouvement de retour aux sources n’est pas un phénomène exclusivement grec31. Dans les années 1930, les architectes cherchent dans toute l’Europe à introduire dans leurs œuvres des éléments vernaculaires ou à exalter le passé. De cette tendance s’inspirent des œuvres très éloignées les unes des autres, tant dans l’esprit que dans la forme32. Pourtant, aujourd’hui encore, certains chercheurs croient que le style néobyzantin de Zachos et de son époque est un style importé. Ils le considèrent comme une variante du style néobyzantin européen, illustré à l’époque par l’exemple parisien de l’église du Saint-Esprit (1926), œuvre de Paul Tournon (fig. 8)33.

Fig. 8. — Le Saint-Esprit à Paris de P. Tournon (1926).

Fig. 8. — Le Saint-Esprit à Paris de P. Tournon (1926).
  • 34 La proposition de Kyriakidès pour l’aménagement de la colline du Lycabette (Concours de l’Organisme (...)
  • 35 D. Tsipouras fut professeur aux Beaux-Arts à Athènes. Sa proposition pour les Écuries royales d’Ath (...)
  • 36 Sur le savant Anastasios K. Orlandos (1887-1979) et son œuvre, voir Χαριστήριον εἰς Ἀναστάσιον Κ. Ὀ (...)

13 Ainsi, dans le premier tiers du xxe s., et principalement dans les années 1920-1930, les références à l’architecture byzantine se multiplièrent en Grèce, grâce à l’action d’architectes qui offrirent une œuvre théorique et construite importante. On peut citer ainsi N. Mitsakis, D. Photiadis, K. Panagiotakos, G. Pantzaris, G. Kontoléon, K. Kyriakidès34 et D. Tsipouras35, dont certaines œuvres de style néobyzantin sont actuellement conservées (fig. 9, 10, 11). À ces derniers noms ajoutons celui d’Anastasios Orlandos, professeur à la faculté d’architecture de l’École polytechnique d’Athènes, connu pour l’ampleur de son œuvre scientifique sur l’architecture byzantine et post-byzantine36.

Fig. 9. — Projets de K. Kyriakidès pour la colline du Lycabette (1936) [Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20)].

Fig. 9. — Projets de K. Kyriakidès pour la colline du Lycabette (1936) [Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20)].

Fig. 10. — Projets non réalisés de G. Kontoléon pour l’église de Saint-Pantéléimon à Néos Kosmos (1927-1929) [Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20)].

Fig. 10. — Projets non réalisés de G. Kontoléon pour l’église de Saint-Pantéléimon à Néos Kosmos (1927-1929) [Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20)].

Fig. 11. — Proposition de D. Tsipouras pour la construction des Écuries royales à Athènes (ca 1918) [Tsipouras D. E. (n. 35)].

Fig. 11. — Proposition de D. Tsipouras pour la construction des Écuries royales à Athènes (ca 1918) [Tsipouras D. E. (n. 35)].
  • 37 Il s’agit de l’ensemble industriel des Moulins Protopapas à Alexandroupolis, œuvre de Zachos (1906- (...)

14 En dehors de l’architecture religieuse, domaine étroitement lié à l’architecture médiévale, le retour à Byzance appose sa marque sur des bâtiments publics (banques, bâtiments scolaires, pavillons d’expositions internationales, marchés couverts), dans l’habitat, dans des hôtels et jusque dans des bâtiments industriels37, formulant une sorte de réponse à un néoclassicisme en déclin.

  • 38 Voir le dossier Η Θεσσαλονίκη του Ερνέστ Εμπράρ du journal Η Καθημερινή, « Επτά Ημέρες » (24 octobr (...)
  • 39 Diehl Charles, Le Tourneau Marcel, Saladin Henri, Les Monuments chrétiens de Salonique, Paris, 1918 (...)

15D’après les urbanistes et les historiens, Thessalonique constitue un bon exemple de mise en application de l’architecture néobyzantine. Le plan de reconstruction de la ville, conçu par un homme de talent, Ernest Hébrard (1875-1933)38, met volontairement en valeur les monuments byzantins. Dans le cas d’immeubles, certains éléments morphologiques puisent visiblement leur modèle dans l’architecture de Byzance. Cependant, les solutions finalement adoptées sont plus complexes et plus variées. Même si les façades ordonnancées (fig. 12) de la rue et de la place Aristotélous doivent beaucoup à la grande culture d’Hébrard, les colonnes et les arcades y sont l’écho des basiliques paléochrétiennes de Thessalonique. Les vues intérieures de l’Acheiropoiètos et, plus encore, de Saint-Dèmètrios39 annoncent la typologie des façades des bâtiments d’Hébrard et constituent la base de toutes les variations morphologiques ultérieures (fig. 13).

  • 40 Pour Pleyber, on connaît à Thessalonique de beaux exemples d’architecture urbaine : voir Νεότερα μν (...)
  • 41 Ces bâtiments, en dépit de quelques éléments de morphologie apparemment néobyzantine ne peuvent en (...)

16La morphologie néobyzantine parut appropriée à des institutions culturelles de Thessalonique, comme l’édifice de l’Association des Jeunesses chrétiennes (ΧΑΝΘ, 1924, fig. 14), œuvre de Marinos Delladestimas, ou le collège catholique De La Salle (1927), réalisation de l’ingénieur français J. Pleyber, membre comme Hébrard et Zachos du comité du nouveau plan, qui en sont de bons exemples40. À Thessalonique toujours, on peut également mentionner le marché Vlalis, ainsi que certains immeubles d’habitation, telle la fameuse Maison rouge sur la place Sainte-Sophie (1926)41.

  • 42 Delladestimas, diplômé de l’École spéciale de Paris, réalise aussi un bâtiment de forme emblématiqu (...)

17Si l’influence du mouvement néobyzantin dans l’architecture publique fut relativement limitée, nous devons pourtant mentionner quelques exemples notables : des plans pour le musée d’art post-byzantin D. Loverdos à Athènes (1930), œuvre de Zachos, le nouveau club nautique de Thessalonique (1923-1925), œuvre de G. Siagas, et la nouvelle préfecture de Kastoria par Delladestimas (1934), ainsi que les dessins de la mairie de Thessalonique par ce dernier architecte, avec des éléments de morphologie byzantine42.

Fig. 12. — Façades ordonnancées de la rue « Aristotélous » à Thessalonique d’E. Hébrard (1918).

Fig. 12. — Façades ordonnancées de la rue « Aristotélous » à Thessalonique d’E. Hébrard (1918).

Fig. 14. — Maison de l’Association des Jeunesses chrétiennes de Thessalonique (ΧΑΝΘ) de M. Delladestimas (1924).

Fig. 14. — Maison de l’Association des Jeunesses chrétiennes de Thessalonique (ΧΑΝΘ) de M. Delladestimas (1924).

Fig. 13. — Église Saint-Dèmètrios de Thessalonique. Coupe longitudinale [Diehl Charles, Le Tourneau Marcel, Saladin Henri (n. 39), pl. XXII].

Fig. 13. — Église Saint-Dèmètrios de Thessalonique. Coupe longitudinale [Diehl Charles, Le Tourneau Marcel, Saladin Henri (n. 39), pl. XXII].

Fig. 15. — Bâtiment scolaire de N. Mitsakis à Thessalonique, quartier de Sainte-Sophie (1928-1930) [Panoussakis Christos (n. 43)].

Fig. 15. — Bâtiment scolaire de N. Mitsakis à Thessalonique, quartier de Sainte-Sophie (1928-1930) [Panoussakis Christos (n. 43)].

Fig. 16. — Dessins des Lycées de Larissa et d’Arta (1926- ?) [Archives générales d’État (ΓΑΚ)].

Fig. 16. — Dessins des Lycées de Larissa et d’Arta (1926- ?) [Archives générales d’État (ΓΑΚ)].

Fig. 17. — Le Lycée de Drama de G. Pantzaris (1928).

Fig. 17. — Le Lycée de Drama de G. Pantzaris (1928).
  • 43 Panoussakis Christos, Νικόλαος Μητσάκης 1899-1941), Athènes, 1999, p. 14-19, 32. On peut aussi ment (...)
  • 44 Pour l’œuvre de Pantzaris (1901-1971) dans le domaine des bâtiments scolaires, voir Giakoumakatos A (...)

18De nombreux bâtiments scolaires d’assez grandes dimensions, construits dans l’esprit néobyzantin, intriguent d’autant plus qu’au moment de la réforme de l’éducation d’É. Vénizélos et G. Papandréou (1928-1932), le courant architectural dominant pour la construction des écoles était le mouvement moderne. Mentionnons, parmi ces bâtiments scolaires, ceux de N. Mitsakis à Kastoria (1926) et à Thessalonique (1928-1930). Ce dernier, le complexe scolaire bien connu du quartier de Sainte-Sophie, dans la rue Iktinou (fig. 15), fonctionne comme une intervention artistique dans un bâtiment tout en béton. Dans la ville elle-même, d’autres bâtiments scolaires de morphologie quasi néobyzantine, conçus entre autres par ce même architecte, ont été conservés43. Au nombre des bâtiments scolaires caractéristiques, on peut ajouter, outre ceux de Ioannina susmentionnés, les lycées d’Arta et de Larissa (fig. 16), le collège d’Almyros (1932-1933), ainsi que l’immense lycée de Drama (1928, fig. 17), œuvre de G. Pantzaris, architecte auquel on doit d’autres bâtiments scolaires de style néobyzantin, comme le collège de Grévena et l’école Nikeios à Nymfaion44.

  • 45 Kambouri-Vamvoukou Maria, « Η Εθνική Τράπεζα της Φλώρινας, δείγμα νεοβυζαντινού στυλ στην κοσμική α (...)
  • 46 Ibid., p. 747-751, 755-757.
  • 47 Ibid., fig. 7, 8.
  • 48 Voir Diehl Charles, Le Tourneau Marcel, Saladin Henri (n. 39), pl. xxxv, plan de Sainte-Sophie et p (...)

19 Pendant la période étudiée, le recours au style néobyzantin pour la construction de banques apparaît également comme une nouveauté. Jusque-là, le style néoclassique était employé systématiquement pour ce type de bâtiments, cette architecture traduisant la toute-puissance économique et la grandeur des banques. La succursale de la Banque nationale à Florina (1930-1931), excellente illustration de style néobyzantin, montre le retentissement du mouvement idéologique du « retour aux sources » dans l’architecture45. Dans l’élaboration des parties architecturales, les influences byzantines sont évidentes (fig. 18) : dans la maçonnerie, les ouvertures en arcades, l’échelle du bâtiment, les bandes décoratives avec cordons en dents de scie et les céramiques émaillées. Quant à l’architecte de cette succursale, Aristoménis Valvis, il exprime clairement sa préférence pour les principes de l’architecture byzantine46, dont Zachos fut le promoteur. Outre la banque de Florina, les succursales de Prévéza, de Kozani et, l’exemple le plus majestueux, la Banque de Grèce à Thessalonique (1928-1933) constituent autant de réalisations de ce même architecte, toutes dotées de caractéristiques quasi byzantines47. Du point de vue architectural, le changement qui intervient dans la structure intérieure du bâtiment thessalonicien, la création d’un espace quasi byzantin combinée à la structure néoclassique de la forme extérieure, présente un contraste intéressant. L’espace intérieur rappelle l’église Sainte-Sophie de la même ville, datée généralement du viiie s.48.

  • 49 Notons que ce pavillon à structure métallique sur un plan en croix grecque inscrite, fut réutilisé (...)
  • 50 I padiglioni della Biennale, Venezia 1887-1988, Milan, 1988, p. 84-85 et Mathiopoulos Eugénios D., (...)
  • 51 Pour une excellente photographie de la façade est des Saints-Apôtres, voir Diehl Charles, Le Tourne (...)

20Dans la culture de l’entre-deux-guerres, l’adoption du style néobyzantin pour représenter la Grèce dans les expositions universelles revêt une importance plus grande encore. Le choix du style des pavillons internationaux et le symbolisme qui s’y attache posent avec une acuité accrue la question de la présence de Byzance dans le débat à propos de l’architecture moderne. Outre le pavillon de l’exposition de Paris en 1900, œuvre très connue de Lucien Magne49, le pavillon de la biennale de Venise (1933-1934), par M. Papandréou, constitue l’une des compositions les plus représentatives du style néobyzantin50. Ce pavillon de Venise (fig. 19), moderne par sa volumétrie, est également un bâtiment historicisant par son riche décor en briques, qui renvoie aux monuments de l’époque des Paléologues, en particulier à l’église de la Parigoritissa à Arta et à celle des Saints-Apôtres à Thessalonique51.

Fig. 18. — La Banque nationale de Grèce à Florina de Ar. Valvis (1930).

Fig. 18. — La Banque nationale de Grèce à Florina de Ar. Valvis (1930).

Fig. 19. — Le pavillon grec de la Biennale à Venise de M. Papandréou (1933-1934) [I padiglioni della Biennale, Venezia 1887-1988, Milan, 1988].

Fig. 19. — Le pavillon grec de la Biennale à Venise de M. Papandréou (1933-1934) [I padiglioni della Biennale, Venezia 1887-1988, Milan, 1988].

21On observe ainsi que le style néobyzantin ne laisse de côté ni le secteur public ni le secteur privé, si l’on tient également compte des bâtiments d’habitation. L’habitat en effet, qui exprime principalement le choix du propriétaire, complète notre panorama sur la quête de la grécité dans l’architecture. Hormis les habitations de Zachos à Athènes, les maisons de Mytilène et bien sûr les façades monumentales de la rue Aristotélous à Thessalonique en sont des exemples significatifs.

22L’architecture de style néobyzantin durant l’entre-deux-guerres est née de la conjoncture de son temps. Expression de la sensibilité personnelle des architectes d’alors et de leurs problématiques face aux nouveaux rapports entre tradition et architecture moderne, elle reflète les possibilités et les faiblesses du mouvement. Le style néobyzantin a pu donner quelques exemples remarquables dans les années 1920-1930, comme on l’a vu. Il a toutefois rapidement dégénéré en un idiome stylistique dépourvu d’inspiration après la seconde guerre mondiale. Son étude systématique réserve néanmoins de bonnes surprises.

23Dans le processus de sauvegarde du patrimoine culturel, la société grecque de l’époque étudiée a montré un certain désir de renouer avec la tradition byzantine. Indépendamment du fait que Byzance a fonctionné tantôt comme mode, tantôt comme prétexte, tantôt comme objet d’intérêt réel dans l’entre-deux-guerres, cette production haute en couleurs et en formes, qui véhicule les goûts d’une époque de contestations et de contradictions, a stimulé, quels que soient les jugements des chercheurs actuels, la créativité des artistes. Ce constat n’est ni négligeable ni fortuit.

Notes

1 C’est pendant l’entre-deux-guerres que l’on trouve les derniers ensembles réussis de style néobyzantin en Europe et particulièrement en Grèce.

2 L’apport de Byzance dans les cultures slaves et aussi dans l’architecture de l’Orient musulman et ottoman est largement reconnu.

3 Sur le sujet, voir par exemple Kambouri-Vamvoukou Maria, « La diffusion de l’architecture byzantine en Europe occidentale au xixe s. et l’épanouissement du style néobyzantin », dans Zapheiropoulos Sarantis (éd.), ΟΡΙΟΝ. Τιμητικός τόμος στον καθηγητή Δ. Α. Φατούρο, I, Thessalonique, 1998, p. 297-324 ; Cormack Robin, Jeffreys Elisabeth M. (éds), Through the Looking Glass : Byzantium through British Eyes, Londres, 2000 ; Auzépy Marie-France (éd.), Byzance en Europe, Saint-Denis, 2003 ; Bullen Barrie, Byzantium Rediscovered, Londres, 2003 ; Nelson Robert S., Hagia Sophia, 1850-1950, Chicago, 2004 ; L’art russe dans la seconde moitié du xixe s. : en quête d’identité (catalogue de l’exposition au musée d’Orsay, 19 septembre 2005-8 janvier 2006), Paris, 2005, p. 35-45, 129-152, 221-232, 233-242.

4 Deroko Aleksandar, Monumentalna i dekorativna Architectura ne srednjevekovnoj Srebiji, Naučna Kniga, Belgrade, 1962 ; Dimaras Konstantinos Th., Ἑλληνικὸς Ῥωμαντισμός, Νεοελληνικὰ Μελετήματα 7, Athènes, 1982, p. 3 ; Cholevas Nikolaos, Η Αρχιτεκτονική του Μεσοπολέμου στα Βαλκάνια, Athènes, 1994, p. 80-89, fig. 91, 92, 111, 112, 124, 147-150 ; Kadijević Aleksandar, Један век тражења националног стила у српској архитектури (средина xix-средина xx века) [One Century of a National Style Searching in Serbian Architecture (the Middle of the 19th Century-the Middle of the 20th Century)], en serbe avec un résumé en anglais, Belgrade, 1997.

5 Kitromilides Paschalis M., Tradition Enlightenment and Revolution. Ideological Change in 18th and 19th-Century Greece, Cambridge Mass., 1978, p. 95 sq. ; Dimitrakopoulos Photis, Βυζάντιο και νεοελληνική διανόηση, Athènes, 1999 ; Lassithiotakis michel, « Une Grèce chrétienne : les lettrés grecs dans la réhabilitation de Byzance dans la seconde moitié du xixe s. », dans Spieser Jean-Michel (éd.), Présence de Byzance, Fribourg, 2007, p. 91-112 et 174-182.

6 Sur Zambélios, voir désormais koubourlis Ioannis, La formation de l’histoire nationale grecque. L’apport de Spyridon Zambélios (1815-1881), Athènes, 2005 ; sur Paparrigopoulos, le fondateur des études byzantines en Grèce, voir Dimaras Constantinos Th., Κωνσταντῖνος Παπαρρηγόπουλος. Ἡ ἐποχή του. Ἡ ζωή του. Τὸ ἔργο του, Athènes, 1986 ; voir aussi Nystazopoulou-Pélékidou Maria, « Οι Βυζαντινές ιστορικές σπουδές στην Ελλάδα », Σύμμεικτα 9 (1994), p. 153-176 ; et ici même les articles de Hatzopoulos Marios et Christodoulou Despina.

7 On entend par Grande Catastrophe d’Asie Mineure l’issue désastreuse de la guerre gréco-turque et la fuite des Grecs orthodoxes devant les troupes kémalistes, prélude à l’échange des populations entre les deux parties en 1923 et à l’installation d’un million et demi de réfugiés en Grèce.

8 Pour l’histoire de la période, voir Mavrogordatos Giorgos Th., Chatziiosif Christos (éds), Βενιζελισμός και αστικός εκσυγχρονισμός, Héracleion, 1988 ; Chatziiosif Christos, « Κοινοβούλιο και Δικτατορία », dans id. (éd.), Ιστορία της Ελλάδας του 20ού αιώνα : Ο Μεσοπόλεμος 1922-1940, II-2, Athènes, 2003, p. 68-69.

9 On utilise aussi le terme d’« hellénicité ». À propos de la grécité dans l’entre-deux-guerres, voir Kaphetsi Anna, La Peinture hellénique des années trente et le problème de la « grécité », thèse de troisième cycle, université de Paris 1, 1985 ; Ioannidès Andréas, « Ο αισθητικός λόγος στο Μεσοπόλεμο ή η αναζήτηση της ολότητας », dans Chatziiosif Christos (éd.), Βενιζελισμός (supra), p. 369-389. Pour l’architecture, voir Fessa-Emmanuel Éléni, Δοκίμια για την Νέα Ελληνική Αρχιτεκτονική, Athènes, 2001, p. 77-93.

10 Le duel idéologique né au xixe s., qui trouva son apogée avec le romantisme et divisa les cercles des lettrés grecs à propos de Byzance et de la bipolarité tradition/innovation dans la culture néohellénique, caractérise l’État grec depuis sa naissance en 1830. Sur cette question, voir Dimaras Constantinos Th., La Grèce au temps des Lumières, Genève, 1969, p. 11 ; Tabaki Anna, « Byzance à travers les Lumières néo-helléniques », Europe (oct. 1997), p. 147-161.

11 Le byzantinisme est apparu d’abord dans la littérature, avant même la révélation et la réhabilitation du Moyen Âge byzantin par l’État, suivi des recherches scientifiques. Il apparaît ensuite dans les autres arts.

12 La Grande Idée est le courant idéologique qui rêvait de reconstituer l’Empire byzantin, et dont l’importance fut cruciale dans l’histoire politique de la Grèce du xixe s. et du début du xxe s. Sur le sujet, voir Skopétéa Elli, Το « Πρότυπο Βασίλειο » και η Μεγάλη Ιδέα : όψεις του εθνικού προβλήματος στην Ελλάδα (1830-1880), Athènes, 1988, p. 257-271 ; Argyropoulos Roxane D., Les intellectuels grecs à la recherche de Byzance (1860-1912), Athènes, 2001, p. 37 sqq.

13 Voir Papanikolaou-Christensen Aristéa, « Τα δημιουργικά χρόνια του Χριστιανού Χάνσεν », dans le catalogue de l’exposition Αθήνα-Μόναχο. Τέχνη και Πολιτισμός στη νέα Ελλάδα, Athènes, 2000, p. 133-139, fig. 10-11 ; Kardamitsi-Adami Maria, Papanikolaou-Christensen Aristéa, Το Οφθαλμιατρείο Αθηνών 1843-1993. Εκατόν πενήντα χρόνια από την ίδρυσή του, Athènes, 1993.

14 Pour des exemples du style dit gréco-byzantin, on peut citer à titre indicatif Biris Kostas, Αἱ Ἀθῆναι, ἀπὸ τοῦ 19ου εἰς τὸν 20ὸν αἰῶνα, Athènes, 1966, p. 135-146 ; Philippidis Dimitris, Νεοελληνικὴ ἀρχιτεκτονική, Athènes, 1984, p. 94-98 ; Pouliménos G., Η Ελλαδική Ναοδομία στην περίοδο του Νεοκλασσικισμού 1830-1912), thèse de doctorat, École polytechnique d’Athènes, 1997, I, p. 69-103 ; Colonas Vassilis, « La cathédrale d’Athènes et la naissance du style “gréco-byzantin” », dans Foucart Bruno, Harmon Françoise (éds), L’Architecture religieuse au xixe s., Paris, 2006, p. 69-81.

15 Les créations en 1892 de la chaire de littérature médiévale et néohellénique de l’université de Munich par le professeur Karl Krumbacher puis de celle d’histoire byzantine à la Sorbonne par Charles Diehl en 1899 constituent une étape importante dans l’évolution des études byzantines en Europe.

16 1884 fut une année importante pour le développement des études byzantines en France, en relation avec la pièce de Victorien Sardou, Théodora, dont le rôle-titre était tenu par Sarah Bernhardt ; voir Delouis Olivier, « Byzance sur la scène littéraire française (1879-1920) », dans Auzépy Marie-France (n. 3), p. 101-151, fig. xiii-xviii. La même année voit à Athènes la fondation de la Société archéologique chrétienne (XΑΕ), ayant pour objectif la collection des objets et la sauvegarde des monuments byzantins.

17 Gratziou Olga, Lazaridou Anastasia (éds), Από τη Χριστιανική Συλλογή στο Βυζαντινό Μουσείο (1884-1930). Κατάλογος της έκθεσης, Athènes, 2006, p. 5-40.

18 Nystazopoulou-Pélékidou Maria (n. 6).

19 Kordatos Giannis, Τὰ τελευταῖα χρόνια τῆς βυζαντινῆς αὐτοκρατορίας, Athènes, 1932.

20 Dans la riche bibliographie concernant l’architecte Zachos, citons la plus récente publication, Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil, 12 Έλληνες Αρχιτέκτονες του Μεσοπολέμου – 12 Greeks Architects of the Interval Period, Héracleion, 2005, p. 3-45, avec la bibliographie détaillée.

21 Au nombre des adeptes du mouvement, on pourrait mentionner à nouveau l’ethnographe N. Politis, l’écrivain P. Giannopoulos, l’homme politique I. Dragoumis, l’architecte D. Pikionis, les peintres N. Hadzikyriakos-Ghikas et G. Tsarouchis, etc. Dans les arts plastiques, la personnalité de Ph. Kontoglou (1895-1965) fut déterminante ; voir à titre indicatif Zias Nikos, Φώτης Κόντογλου, ζωγράφος, Athènes, 1991 ; Kordis Giorgos, Παράδοση και δημιουργία στο εικαστικό έργο του Φώτη Κόντογλου, Athènes, 2006.

22 Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20), p. 8.

23 L’archéologue G. Sotiriou (1881-1965) était professeur d’art et d’archéologie byzantines à l’université d’Athènes et académicien. Il fut le premier directeur du Musée byzantin et il collabora avec Zachos à l’aménagement d’une salle du musée reconstituant une église byzantine. Pour l’étude de l’aménagement du palais de la duchesse de Plaisance en vue de recevoir le musée, voir Vougiouka Maro, Mégaridis Vassilis, Οδωνυμικά, I, Athènes, 1990, p. 288-289, et 1884-1930. Από τη Χριστιανική Συλλογή (n. 17), p. 5-40.

24 Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20), p. 24-26.

25 Sur les maisons de Mytilène à Lesbos, on ne dispose plus de documents à cause de l’incendie des archives. Cependant, parmi les différentes maisons de style néobyzantin, on peut mettre en relation la maison de Kapsimali (fig. 3), 48 rue Vénizélos, datée d’environ 1925-1927, avec le séjour de Zachos à la même date à Mytilène pour l’élaboration d’un plan d’urbanisme en 1926-1927.

26 Fessa-emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20), p. 26-28.

27 Ibid., p. 30, 36-38.

28 Ibid., p. 33-36.

29 Ibid., p. 34-36.

30 Mango Cyril, Architecture byzantine, Paris, 1981, p. 154, fig. 164-168.

31 Citons seulement pour le Royaume-Uni le mouvement Arts and Crafts (cf. Davey Peter, Arts and Crafts Architecture, Londres, 1980) et pour l’Allemagne le néoromantisme du Deutscher Werkbund (cf. Pevsner Nikolaus, Pioneers of Modern Design. From William Morris to Walter Gropius, Londres, 1981, p. 35-37).

32 En Finlande, Alvar Aalto, l’un des plus grands maîtres du style international, perpétue le romantisme national scandinave, tandis que l’architecte slovène Joze Plečnik montre son indifférence aux doctrines architecturales et urbaines dominantes. Voir l’ABCdaire des années 1930, Paris, 1997, p. 29 et 104.

33 Le Saint-Esprit, interprétation de Sainte-Sophie de Constantinople, constitue en outre un bel ensemble décoratif proche de l’esthétique byzantine, œuvre de Maurice Denis et de ses collaborateurs de l’Atelier sacré ; Louvet A., « Les Églises modernes. L’église du Saint-Esprit à Paris », L’Architecture 46 (1934), p. 355-372 ; Kambouri-Vamvoukou Maria, « L’architecture du style néobyzantin en France », dans Auzépy Marie-France (n. 3), p. 88-96, fig. 7 ; Dumas Bertrand, Trésors des églises parisiennes, Paris, 2005, p. 172-175.

34 La proposition de Kyriakidès pour l’aménagement de la colline du Lycabette (Concours de l’Organisme touristique hellénique, 1936-1938) était une composition néobyzantine, vraiment monumentale et pompeuse. Voir Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20), p. 57.

35 D. Tsipouras fut professeur aux Beaux-Arts à Athènes. Sa proposition pour les Écuries royales d’Athènes se caractérise par un certain éclectisme dominé par des éléments de style néobyzantin sur les façades. Voir Tsipouras D., Ἀρχιτεκτονικαὶ βάσεις πρὸς δημιουργίαν νέου ἑλληνικοῦ ῥυθμοῦ, Athènes, 1921, et Colonas Vassilis, Το Μέγαρο του Μετοχικού Ταμείου Στρατού, Πολιτιστικό Ίδρυμα Ομίλου Πειραιώς, Athènes, 2006, p. 41.

36 Sur le savant Anastasios K. Orlandos (1887-1979) et son œuvre, voir Χαριστήριον εἰς Ἀναστάσιον Κ. Ὀρλάνδον, I, Athènes, 1965, p. ς´-μδ´, ainsi que Bouras Charalambos, « Ἡ Προσφορὰ τοῦ Ἀναστασίου Ὀρλάνδου στὴν μελέτη τῆς λαᾯκῆς Ἀρχιτεκτονικῆς », dans Ἀναστάσιος Ὀρλάνδος, ὁ ἄνθρωπος καὶ τὸ ἔργον του, Athènes, 1978, p. 579-602.

37 Il s’agit de l’ensemble industriel des Moulins Protopapas à Alexandroupolis, œuvre de Zachos (1906-1908), aujourd’hui détruits.

38 Voir le dossier Η Θεσσαλονίκη του Ερνέστ Εμπράρ du journal Η Καθημερινή, « Επτά Ημέρες » (24 octobre 2004), avec la bibliographie sur le sujet.

39 Diehl Charles, Le Tourneau Marcel, Saladin Henri, Les Monuments chrétiens de Salonique, Paris, 1918, pl. xxii, xvi, xvii, xviii (Saint-Dèmètrios) et pl. v et vi (Acheiropoiètos).

40 Pour Pleyber, on connaît à Thessalonique de beaux exemples d’architecture urbaine : voir Νεότερα μνημεία Θεσσαλονίκης. Αφιέρωμα στα 2300 χρόνια της Θεσσαλονίκης, Thessalonique, 1986, p. 25-29, 80-81.

41 Ces bâtiments, en dépit de quelques éléments de morphologie apparemment néobyzantine ne peuvent en aucun cas être classés dans le mouvement du « retour aux sources ». Pour la Maison rouge construite en 1926, voir ibid., p. 82-83.

42 Delladestimas, diplômé de l’École spéciale de Paris, réalise aussi un bâtiment de forme emblématique, l’hôtel-palais Méditerranée (1922) sur l’ancien front de mer de Thessalonique, un édifice considéré comme un mélange d’architecture byzantine et d’architecture coloniale, telle qu’elle était développée dans les grandes villes de la Méditerranée orientale ; voir ibid., p. 66-67.

43 Panoussakis Christos, Νικόλαος Μητσάκης 1899-1941), Athènes, 1999, p. 14-19, 32. On peut aussi mentionner, toujours dans l’architecture scolaire, les noms de G. Pantzaris et de Jacques Mossé : pour ce dernier, voir Νεότερα μνημεία (n. 40), p. 180.

44 Pour l’œuvre de Pantzaris (1901-1971) dans le domaine des bâtiments scolaires, voir Giakoumakatos Andréas, Στοιχεία για την νεότερη ελληνική αρχιτεκτονική. Πάτροκλος Καραντινός, Athènes, 2003, p. 68, 75, 185, 358, 375, 400, 412 et 652.

45 Kambouri-Vamvoukou Maria, « Η Εθνική Τράπεζα της Φλώρινας, δείγμα νεοβυζαντινού στυλ στην κοσμική αρχιτεκτονική του μεσοπολέμου », dansΦλώρινα : 1912-2002. Ιστορία και Πολιτισμός. Πρακτικά Συνεδρίου, Florina, 2004, p. 739-771.

46 Ibid., p. 747-751, 755-757.

47 Ibid., fig. 7, 8.

48 Voir Diehl Charles, Le Tourneau Marcel, Saladin Henri (n. 39), pl. xxxv, plan de Sainte-Sophie et pl. xl, coupe longitudinale. Pour la Banque de Grèce, voir Το κτίριο της Εθνικής Τράπεζας της Ελλάδος στην Πλατεία Ελευθερίας της Θεσσαλονίκης. Το χρονικό της ανέγερσης 1928-1933 και η ιστορία του χώρου, Thessalonique, 1995.

49 Notons que ce pavillon à structure métallique sur un plan en croix grecque inscrite, fut réutilisé à Athènes comme église (Saint-Sostis) ; voir Kambouri-Vamvoukou Maria, « Aperçu historique de l’architecture de style néobyzantin à l’époque contemporaine (1830-1930) », dans Αφιέρωμα στον Μίλτο Γαρίδη 1926-1996), I, Ioannina, 2003, p. 273, fig. 10, 11, 12, n. 50, 51 ; Paris et ses expositions universelles. Architectures, 1855-1937, Paris, 2008, p. 40, 48-49.

50 I padiglioni della Biennale, Venezia 1887-1988, Milan, 1988, p. 84-85 et Mathiopoulos Eugénios D., Η συμμετοχή της Ελλάδος στην Μπιεννάλε Βενετίας 1934-1940, thèse de doctorat, université de Réthymno, 1996, I, p. 103-232, fig. 5.

51 Pour une excellente photographie de la façade est des Saints-Apôtres, voir Diehl Charles, Le Tourneau Marcel, Saladin Henri (n. 39), pl. lxv ; pour la Parigoritissa, voir Orlandos Anastasios, Ἡ Παρηγορίτισσα τῆς Ἄρτης, Athènes, 1963, pl. 22-23 et Vocotopoulos Panayotis L., « Church Architecture in the Despotate of Epirus : The Problem of Influences », Zograf 27 (1998-1999), p. 79-93, fig. 5, 8, 10.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Ophthalmiatrion d’Athènes de Chr. Hansen (1852).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 2. — La maison d’Angéliki Hadzimihali à Plaka d’A. Zachos (1924-1927/1930).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 3. — La maison de Kapsimali à Mytilène de Lesbos d’A. Zachos (1925-1927).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 4. — Bibliothèque Zossimaia à Jannina d’A. Zachos (1928-1930).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 5. — Projets pour le palais épiscopal à Sparte d’A. Zachos (1909) [Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20)].
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 6. — Saint-Constantin à Volos d’A. Zachos (1930-1935).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 7. — Saint-Paul-Apôtre à Corinthe d’A. Zachos (1935- 1937).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 8. — Le Saint-Esprit à Paris de P. Tournon (1926).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 9. — Projets de K. Kyriakidès pour la colline du Lycabette (1936) [Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20)].
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 10. — Projets non réalisés de G. Kontoléon pour l’église de Saint-Pantéléimon à Néos Kosmos (1927-1929) [Fessa-Emmanuel Éléni, Marmaras Emmanouil (n. 20)].
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 11. — Proposition de D. Tsipouras pour la construction des Écuries royales à Athènes (ca 1918) [Tsipouras D. E. (n. 35)].
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 12. — Façades ordonnancées de la rue « Aristotélous » à Thessalonique d’E. Hébrard (1918).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 14. — Maison de l’Association des Jeunesses chrétiennes de Thessalonique (ΧΑΝΘ) de M. Delladestimas (1924).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 13. — Église Saint-Dèmètrios de Thessalonique. Coupe longitudinale [Diehl Charles, Le Tourneau Marcel, Saladin Henri (n. 39), pl. XXII].
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 15. — Bâtiment scolaire de N. Mitsakis à Thessalonique, quartier de Sainte-Sophie (1928-1930) [Panoussakis Christos (n. 43)].
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 16. — Dessins des Lycées de Larissa et d’Arta (1926- ?) [Archives générales d’État (ΓΑΚ)].
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 17. — Le Lycée de Drama de G. Pantzaris (1928).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 18. — La Banque nationale de Grèce à Florina de Ar. Valvis (1930).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 19. — Le pavillon grec de la Biennale à Venise de M. Papandréou (1933-1934) [I padiglioni della Biennale, Venezia 1887-1988, Milan, 1988].
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9625/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search