Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

La délégation grecque au IIe Congrès international des études byzantines (Belgrade, 1927)

Tonia Kioussopoulou

Résumé

L’article étudie la manière dont furent choisis les membres de la délégation grecque au IIe Congrès international des études byzantines de Belgrade (1927) par l’université d’Athènes, en coordination avec le gouvernement grec. À partir des archives historiques de l’université d’Athènes, on peut montrer que l’un des enjeux de ces nominations était de définir le contenu même des études byzantines, mais aussi de promouvoir la grécité de Byzance face aux historiens des Balkans qui revendiquaient un héritage à partager entre plusieurs pays.

Texte intégral

  • 1 Marinescu Constantin (éd.), Compte rendu du premier Congrès international des études byzantines, Bu (...)

1En avril 1924 s’est tenu à Bucarest le Ier Congrès international des études byzantines. L’idée en avait été proposée en avril 1923 à la section byzantine du Ve Congrès des sciences historiques par Nicolae Iorga et elle avait été adoptée. Il est intéressant de noter à ce propos que la première circulaire du comité d’organisation présidé par N. Iorga demande, à défaut de partager les mêmes principes moraux, que les communautés scientifiques concernées proviennent de pays alliés pendant la guerre et d’États qui, en leur qualité de membres de la Ligue des Nations, reconnaissaient l’ordre politique existant1.

  • 2 Nystrazopoulou-Pélékidou Maria, « L’histoire des Congrès internationaux des études byzantines. Prem (...)
  • 3 Diehl Charles, « Les études byzantines en France », Byzantinische Zeitschrift 9 (1900), p. 1-13.
  • 4 Anastasijević Dragutin, Granić Philaret (éds), Deuxième Congrès international des études byzantines (...)
  • 5 Patlagean Évelyne, « Alfred Rambaud, Byzance, les Slaves et les Grecs », dans De Russie et d’ailleu (...)
  • 6 Anastasijević Dragutin, « Deuxième Congrès international des byzantinistes », Byzantion 3 (1928), p (...)
  • 7 Ibid., p. 557.

2Cette initiative fait de Iorga le père d’une institution importante dans le domaine de la recherche appelé « études byzantines » ou « science byzantine2 ». Les deux termes apparaissent en fait dès le début du xxe s.3, mais ce n’est que dans les années 1920 que l’on s’efforce d’en définir le contenu et de les assimiler à la « byzantinologie » : « La matière de la science byzantine constituant un tout considérable et très complexe, des Congrès généraux de cette science peuvent, mieux que les sections byzantines des congrès des disciplines voisines, embrasser l’ensemble si différencié des spécialités et des spécialistes désignés sous les vocables de Byzantinologie et Byzantinologues », déclare la circulaire du IIe Congrès international des études byzantines4. Entre l’époque où Alfred Rambaud (1842-1905) parlait de « science historique grecque5 », dans laquelle il incluait l’histoire byzantine, et l’année 1924, beaucoup de chemin a été parcouru ; il est évident que ce parcours a été jalonné de choix politiques imposés par le démembrement de l’Empire ottoman, par la formation des États-nations balkaniques et par la première guerre mondiale. Il convient d’ailleurs d’observer que la communion morale et le respect de l’ordre politique du moment, critères de participation posés par le comité d’organisation du Ier Congrès, constituent une défense face au nouvel ordre soviétique. C’est la raison pour laquelle les seuls Russes présents aux premiers Congrès des études byzantines sont des émigrés6. Enfin, au lendemain de la première guerre mondiale, on constate que les communautés scientifiques des Balkans entreprennent de consolider leur histoire nationale en tirant parti de l’époque byzantine. Malgré cette tendance générale, ou plutôt à cause d’elle, les byzantinistes des Balkans formulent en d’autres termes leurs objectifs : « Les byzantinistes du monde entier ont apporté leur offrande sur l’autel de la paix mondiale restaurée. Dans la byzantinologie règne de nouveau l’esprit de solidarité et de collaboration internationale indispensable à nos études essentiellement internationales », dit par exemple, dans son compte rendu des travaux du IIe Congrès, Dragutin Anastasijević, secrétaire du comité d’organisation et professeur de byzantinologie7.

  • 8 Νέος Ἑλληνομνήμων 18 (30 septembre 1924), p. 311.
  • 9 Voir plus bas les procès-verbaux du sénat de l’université d’Athènes du 11 novembre 1926, ainsi que (...)

3Du côté grec, seuls participent au Ier Congrès Georgios Sotiriou, directeur du Musée byzantin, et Sôcratès Kougéas, professeur d’Histoire à la faculté des Lettres de l’université d’Athènes. Kougéas, dans son intervention qui a pour titre « De la situation actuelle des études byzantines en Grèce », affirme que ce n’est que par le biais d’un travail international que l’on peut éclairer les grands problèmes historiques de Byzance8. La modestie de la délégation grecque ainsi que la faible ampleur du Congrès ont été soulignées à plusieurs reprises dans les discussions concernant la préparation de la participation grecque au IIe Congrès qui se tint finalement en avril 1927 à Belgrade9. C’est précisément aux débats suscités en Grèce par l’organisation du IIe Congrès autour de la composition de la délégation grecque et des résultats du Congrès que nous allons nous intéresser. En d’autres termes, je me propose d’examiner le contexte dans lequel s’inscrivent ces débats, afin de resituer l’histoire des études byzantines en Grèce à partir de deux aspects indissociables à mon sens, mais en même temps distincts : d’un côté, la façon dont Byzance est utilisée et présentée comme une partie intégrante de l’histoire nationale et, de l’autre, la façon dont se définit l’objet des études byzantines, c’est-à-dire ce que l’on choisit d’étudier et comment. De ce point de vue, le IIe Congrès est important parce qu’il a considérablement influé sur l’orientation des études byzantines – et donc sur la présence de Byzance – en Grèce dans les années 1920.

  • 10 Procès-verbaux du sénat de l’université d’Athènes, 11 novembre 1926, Archives historiques de l’univ (...)

4Le 11 novembre 1926, le recteur de l’université d’Athènes, Basileios Aiginitès, annonce au sénat de l’université le Congrès qui se prépare et en parle comme d’un événement « extrêmement important pour notre histoire nationale ». Il ajoute qu’il est du devoir de l’université de le faire comprendre au gouvernement. Il faut noter que, lorsque la question du Congrès se pose, les études byzantines constituent déjà une discipline enseignée à l’université grecque. Adamantios Adamantiou est titulaire de la chaire d’Art et d’Archéologie byzantine de la faculté des Lettres depuis 1911 ; Konstantinos Amantos a été élu à la chaire d’Histoire byzantine en 1924 et Nikos Béès à la chaire de Philologie médiévale et néo-hellénique en 1925. Des chaires relatives à Byzance existent aussi à la faculté de Droit et à la faculté de Théologie, en même temps qu’Anastasios Orlandos, ancien directeur de restauration des monuments au ministère de l’Éducation, enseigne à l’École polytechnique. Durant cette séance du sénat et dans la discussion qui s’ensuit, Dèmètrios Pappoulias, doyen de la faculté de Droit et ancien recteur de l’université, et Nikolaos Alivizatos, professeur de Médecine et vice-recteur, prennent la parole pour dire qu’ils sont conscients de l’importance du Congrès et pour faire des propositions concernant la composition de la délégation grecque. Pour Pappoulias, il est important que d’autres facultés que celle des Lettres soient représentées. Alivizatos, lui, insiste pour que fassent partie de la délégation des représentants de l’université de Thessalonique, qui vient d’être fondée. Le sénat assigne au rectorat et au doyen de la faculté des Lettres la tâche de rédiger un rapport sur la question à l’attention du ministère des Affaires étrangères10.

  • 11 Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres, 15 novembre 1926, Archives (...)

5Une semaine plus tard, le 15 novembre 1926, le doyen de la faculté des Lettres, Errikos Skassis, soumet la question lors d’une assemblée des professeurs de la faculté11. Le premier à prendre la parole dans cette assemblée est Adamantios Adamantiou, qui se présente comme le « premier professeur distingué pour son enseignement de la byzantinologie ». De la longue intervention d’Adamantiou, nous retenons deux points : d’abord l’idée que les études byzantines sont devenues « le terrain de l’antagonisme politique avec les Russes et les peuples des Balkans », de sorte que, pour lui, la délégation de la Grèce doit être importante et le IIIe Congrès doit se tenir à Athènes, puisque la Grèce est le berceau naturel des études byzantines. Ensuite, il défend l’idée que la faculté des Lettres doit avoir la responsabilité de l’organisation de la délégation grecque.

  • 12 Karamanolakis Vangélis, Η συγκρότηση της ιστορικής επιστήμης και η διδασκαλία της Ιστορίας στο Πανε (...)

6 La longueur et le contenu de son intervention sont révélateurs des motivations d’Adamantiou : il revendique pour lui la responsabilité de l’organisation de la délégation et cela à des fins politiques claires. Il cherche en effet à affermir sa position au sein de la faculté des Lettres à un moment où il vient de réintégrer l’université dont il avait été chassé pour des raisons de politique intérieure en 192212. C’est ce qu’indique, entre autres, sa proposition, puisqu’il demande que participent au Congrès non seulement des professeurs enseignant des matières directement apparentées aux études byzantines, mais aussi d’autres professeurs qui, sans être des spécialistes, auraient toutefois, comme il le dit, la possibilité de faire une intervention significative. Sans manifester expressément son désaccord, le professeur d’Histoire byzantine Konstantinos Amantos se prononce en faveur de la participation « de professeurs titulaires de chaires de byzantinologie ». Il se montre plus catégorique lorsqu’il refuse que participent au Congrès des associations culturelles comme le Parnasse. Une étude approfondie des opinions politiques et de l’orientation scientifique des professeurs de la Faculté nous permettrait sans doute de faire apparaître leurs affinités et de comprendre, jusqu’à un certain point, pourquoi Adamantiou a avancé les noms de certaines personnes pour faire partie de la délégation. Dans les grandes lignes, on peut dire qu’Adamantiou faisait partie des royalistes, alors qu’Amantos penchait vers les vénizélistes.

  • 13 Procès-verbaux du sénat de l’université d’Athènes, 28 janvier 1927, Archives historiques de l’unive (...)
  • 14 Secrétariat du sénat de l’université d’Athènes, 11 février 1927, Archives historiques de l’universi (...)
  • 15 Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres, 21 mars 1927, Archives his (...)
  • 16 Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres, 24 janvier 1927, Archives (...)

7Le 4 décembre 1926, un gouvernement de coalition arrive au pouvoir, avec pour Premier ministre Alexandros Zaïmis et pour ministre des Affaires étrangères Andréas Michalakopoulos. Dans les archives historiques de l’université d’Athènes se trouve encore la correspondance entre le sénat de l’université et le ministère des Affaires étrangères concernant le nombre des membres de la délégation et les personnes à désigner. Alors que l’université propose une délégation nombreuse, constituée de professeurs des universités d’Athènes et de Thessalonique – celle d’Athènes, et notamment la faculté des Lettres, étant toutefois nettement mieux représentée –, de membres de l’Académie d’Athènes, des directeurs des musées et de l’archevêque d’Athènes13, le ministère des Affaires étrangères insiste pour que ne participent que des spécialistes de la science byzantine14. Sans que les documents l’attestent clairement, il faut croire que le sénat de l’université avait adopté la proposition d’Adamantiou, c’est-à-dire l’idée d’une représentation nombreuse et composite. Au contraire, le ministère des Affaires étrangères, à qui il appartenait de décider, préférait apparemment celle d’Amantos qui s’était prononcé en faveur d’une délégation de spécialistes ; le ministère avait proposé, dans sa lettre adressée au sénat, les professeurs de la faculté des Lettres Amantos, Adamantiou, Béès et Kougéas, le directeur du Musée byzantin, Sotiriou, lequel avait déjà été élu professeur à la faculté de Théologie et membre de l’Académie, le professeur de l’École polytechnique Orlandos et le directeur du Dictionnaire historique de l’Académie Phaidôn Koukoulès, qui venait d’être élu à l’université de Thessalonique. Toutefois, un peu avant la date du Congrès, il nomme à la tête de la délégation le professeur de droit Dèmètrios Pappoulias. Cette initiative suscite l’indignation d’Adamantiou qui, lors d’une assemblée des professeurs, proteste contre cette dépréciation de la faculté des Lettres et déclare qu’il ne se rendra pas à Belgrade15. Lors d’une assemblée antérieure, Adamantiou avait dit ne pas comprendre pourquoi des professeurs d’autres facultés tenaient absolument à faire partie de la délégation16. Finalement la délégation devait se composer de douze membres représentant à égalité les deux universités, le Dictionnaire historique de l’Académie et la Société des Études byzantines. Il s’agissait de D. Pappoulias, A. Kéramopoulos, K. Amantos, G. Sotiriou, I. Bogiatzidès, I. Papadopoulos, M. Laskaris, A. Sigalas, A. Orlandos, Ph. Koukoulès, P. Fourikis et V. Lampikès.

  • 17 Le comité du Sénat chargé de communiquer avec le ministère des Affaires étrangères obtient de lui q (...)
  • 18 Papastratis Prokopis, « Εξωτερική πολιτική », dans Chatziiosif Christos (éd.), Ιστορία της Ελλάδας (...)

8Ce que nous venons d’exposer permet aisément de comprendre l’intérêt du gouvernement grec pour le Congrès de Belgrade, tant du gouvernement du dictateur Théodôros Pangalos, encore au pouvoir au moment où commencent les discussions17, que du gouvernement de coalition, qui décida finalement de la composition de la délégation et la finança. L’orientation balkanique de la politique étrangère est nette après la catastrophe d’Asie Mineure et le souci premier des gouvernements, en particulier de ceux qui se réclament de Vénizélos, est d’assurer l’intégrité territoriale de l’État contre les visées révisionnistes de certains de ses voisins balkaniques18. Dans ces conditions, on comprend pourquoi la délégation grecque a eu le feu vert pour proposer Athènes comme ville hôte du IIIe Congrès.

  • 19 Amantos Konstantinos, « Ἀπὸ τὸ Β´ Βυζαντινολογικὸν Συνέδριον τοῦ Βελιγραδίου », Ἐλεύθερον Βῆμα, 18  (...)
  • 20 Salaville Sévérien, « Le IIe Congrès international d’études byzantines à Belgrade 11-16 avril 1927  (...)
  • 21 Pappoulias Dèmètrios, « Tὸ ἐν Βελιγραδίῳ συνέδριον τῶν βυζαντινῶν σπουδῶν », Πρακτικὰ τῆς Ἀκαδημίας (...)
  • 22 Amantos Konstantinos (n. 19) ; voir aussi la prise de position d’Amantos dans l’assemblée des profe (...)
  • 23 Sotiriou Georgios, Αἱ Βυζαντιναὶ σπουδαί : διάλεξις γενομένη κατὰ τὴν ἐπίσημον ἐμφάνισιν τῆς Ἑταιρε (...)
  • 24 Sotiriou Georgios (n. 21), p. 79-96.

9Dans les articles publiés dans la presse quotidienne et périodique après le Congrès par des personnes qui y ont participé, on commente favorablement le fait que les Yougoslaves ont évité d’en faire un instrument politique19. Le silence désapprobateur qui suivit l’allocution prononcée par Pappoulias lors de la séance d’ouverture – comme d’ailleurs celle du délégué italien –, alors que les allocutions des congressistes de langues slaves furent accueillies par des tonnerres d’applaudissements20, est qualifié de fausse note ; son importance est minorée et il est imputé aux étudiants qui suivaient le Congrès dans les loges21. Seul Amantos parle d’une manifestation de tendances panslavistes22. Il est certain que les congressistes avaient conscience des équilibres délicats qu’il fallait conserver pour ne pas perturber les fragiles relations entre Grecs et Yougoslaves à une époque où le gouvernement de coalition s’efforçait de renégocier le traité concernant la cession à la Yougoslavie d’une zone franche dans le port grec de Thessalonique, conclu sous Pangalos et considéré comme préjudiciable à la partie grecque. Et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Georgios Sotiriou qui, quelques années auparavant, en 1919, parlait des « mensonges bulgares » et critiquait les byzantinologues de ce pays qui considéraient beaucoup de monuments byzantins comme étant bulgares23, formula les mêmes critiques dans un article qu’il écrivit sur le IIe Congrès, mais sur un ton beaucoup plus conciliant et avec des arguments essentiellement scientifiques24.

  • 25 Papadopoulos I., « Tὸ Συνέδριον τοῦ Βελιγραδίου καὶ ὁ βυζαντινὸς πολιτισμός », Ἐλεύθερον Βῆμα (23 a (...)
  • 26 Anastasijević Dragutin (n. 6), p. 549.
  • 27 Salaville Sévérien (n. 20), p. 88.
  • 28 Tandis que Sotiriou parlait d’un art influencé tant par les Byzantins que par la tradition romaine, (...)
  • 29 Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres, 9 mai 1927, Archives histo (...)

10En tout cas, ce que le lecteur grec de ces articles retient à l’époque, c’est d’une part la coexistence scientifique de plus de deux cents savants qui garantissent le progrès de la byzantinologie par leurs communications et, d’autre part, l’influence incontestable exercée par la civilisation byzantine, pensée comme grecque, sur la culture des peuples des Balkans25. Les articles soulignent tout particulièrement que les savants grecs sont généralement reconnus, comme en témoigne l’acceptation, par tous les congressistes, de l’ensemble des propositions scientifiques déposées par les participants grecs. La plus importante de ces propositions, outre l’organisation du IIIe Congrès à Athènes, est celle de Koukoulès, qui suggère de développer l’étude du folklore de Byzance et de fonder un centre de recherche spécial à l’Académie d’Athènes26. Cependant « si intéressant que puisse être le folklore byzantin, tout le monde n’en apercevra pas sans doute l’importance et l’utilité avec autant de netteté que les savants hellènes, qui retrouvent dans la langue et les usages de leur pays des survivances fort curieuses des expressions et des coutumes d’antan », observe le congressiste français Sévérien Salaville27. Le besoin de souligner l’orientation scientifique du Congrès et la forte présence des Grecs révèlent les objectifs de la délégation grecque, mais aussi l’inquiétude qui régnait quant à son efficacité, d’autant qu’il lui fallait faire face aux byzantinologues roumains, serbes et bulgares qui, avec le soutien de quelques byzantinologues européens, revendiquaient comme leurs de nombreux monuments byzantins et invoquaient également l’héritage byzantin28. Les congressistes font un bilan positif de leur présence, chacun ayant ardemment défendu, de son point de vue, la grécité de Byzance. Le seul qui ne semble pas convaincu est Adamantiou, qui doute pour sa part qu’ils aient su se faire entendre et imposer une « impression digne des Hellènes29 ».

  • 30 Selon Nicolae Iorga, dans Marinescu Constantin (n. 1), p. 14, Byzance « appartient simultanément à (...)
  • 31 Ibid., p. 11 et 14 ; Anastasijević Dragutin, Granić Philaret (n. 4), p. xii-xxiii.
  • 32 Anastasijević Dragutin (n. 6), p. 549.
  • 33 Anastasijević Dragutin, Granić Philaret (n. 4), p. xxv.
  • 34 Marinescu Constantin (n. 1), p. 11.

11Mais, au-delà des rivalités personnelles et de la teneur scientifique des communications, il est certain qu’à Belgrade se joue la relation de Byzance avec la culture néo-hellénique. Autrement dit, les savants serbes et bulgares, comme l’avait fait plus discrètement Iorga à Bucarest, essaient de montrer que la civilisation byzantine est une civilisation originale issue de la tradition romaine et d’une forte inspiration asiatique30. Et parce qu’il s’agit d’une civilisation puissante et souveraine, elle a exercé son influence sur les peuples voisins, qui apparaît essentiellement dans les monuments parvenus jusqu’à l’époque moderne. Ainsi la relation des peuples des Balkans avec Byzance est-elle définie par des termes tels que « contribution » ou « empreinte » de la civilisation byzantine31. Dans ce contexte, le Congrès vise à l’étude de l’Empire romain d’Orient, mais aspire aussi à rassembler les historiens des nations et des cultures limitrophes de Byzance32. Le président du comité d’organisation, Jovan Radonić, achève son allocution d’ouverture sur ces mots : « sans une profonde connaissance de l’histoire politique et culturelle de Byzance, nous ne saurions saisir parfaitement notre passé33 ». Le passé byzantin est pour tous incontestable. « Ce fut Byzance qui répandit la civilisation dans la péninsule balkanique et dans les plaines immenses de la Russie », dit le ministre de l’Instruction publique de Roumanie, Constantin Angelescu, lors de l’ouverture du Ier Congrès34. Mais affirmer le caractère original et autonome de la civilisation byzantine revient à dire que les Grecs n’ont fait qu’en recevoir l’influence, au même titre que les autres peuples des Balkans et qu’ils n’en sont ni les héritiers exclusifs, ni les dépositaires privilégiés.

  • 35 Pappoulias Dèmètrios (n. 21), p. 253.
  • 36 Voir à titre d’exemple Amantos Konstantinos, « Tὸ Βυζάντιον καὶ αἱ Βυζαντιναὶ Σπουδαί », dans id., (...)
  • 37 Kioussopoulou Tonia, « Η πρώτη έδρα της Βυζαντινής Ιστορίας στο Πανεπιστήμιο Αθηνών », Μνήμων 15 (1 (...)
  • 38 Karamanolakis Vangélis (n. 12), p. 336-341.
  • 39 Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres, 7 octobre 1924, Archives h (...)

12 D’un autre côté, dans son propre discours d’ouverture qui, comme nous l’avons dit, laisse totalement froid l’auditoire et dans la ligne politique du gouvernement qu’il représente, Pappoulias utilise des expressions prudentes : il souligne que la Grèce est l’héritière et la dépositaire de la civilisation de ses ancêtres, d’abord égéenne, puis grecque, et enfin byzantine, et exprime sa reconnaissance à l’égard de tant de savants qui se consacrent à « l’étude d’une civilisation étroitement liée à l’histoire grecque35 ». Konstantinos Amantos s’exprime, à plusieurs reprises, en des termes analogues36. Nous l’avons dit, Amantos a été élu en 1924 à la chaire d’Histoire byzantine qui existe depuis 1922 et qui est le produit de l’intérêt manifesté à l’égard de Byzance au cours de la décennie précédente37. Cet intérêt vient de la politique de la Grande Idée ou, plutôt, il la sert. Elle est aussi le résultat de la décision prise cette année-là par la faculté des Lettres de séparer les chaires d’Histoire38. Il n’est pas de notre propos, ici, de commenter la procédure d’élection à la chaire d’Histoire byzantine ou les clans qui se forment à cette occasion au sein de la faculté des Lettres. En revanche, il n’est pas sans intérêt de noter que la question épistémologique qui se pose alors est de savoir si la faculté des Lettres a besoin ou non d’un byzantinologue, c’est-à-dire d’un chercheur qui étudie les textes byzantins, ou d’un historien39. Amantos est élu parmi quatre candidats en sa qualité d’historien spécialisé dans l’étude de la composition ethnologique des Balkans, comme le montrent ses communications scientifiques. Et bien sûr, le fait qu’il soit partisan de Vénizélos et de la langue démotique revêt a posteriori de l’importance.

  • 40 Kontogiorgi Elisabeth, « Ο Kωνσταντίνος Άμαντος και οι απόψεις του για τη σημασία και τον εκσυγχρον (...)
  • 41 Sur les études et l’orientation scientifique d’Amantos, voir Karamanolakis Vangélis (n. 12), p. 330 (...)

13J’ai fait l’hypothèse que le ministère des Affaires étrangères avait adopté la proposition d’Amantos concernant la composition de la délégation grecque car ce dernier avait sans doute des relations étroites avec les personnalités politiques ou les hauts fonctionnaires du gouvernement de l’époque. Ses opinions politiques, qu’il a exposées dans ses nombreux articles, le rangent parmi les partisans de la réforme agraire de l’entre-deux-guerres40. Nous savons qu’il s’était lui-même tourné vers l’étude de Byzance afin de répondre à des questions de son temps et, surtout, parce qu’il voulait prouver que la société grecque devait s’appuyer sur l’élément rural, comme à l’époque byzantine. En outre, la composition ethnique complexe et mouvante de la Grèce du Nord l’avait conduit à étudier les différents groupes qui peuplaient la région depuis le Moyen Âge. Ses pôles d’intérêts scientifiques le rendaient donc particulièrement « utile » pendant les années suivant la catastrophe d’Asie Mineure, où il s’agissait, entre autres objectifs « nationaux », de renforcer l’État grec en resserrant son espace géographique, en développant l’agriculture et en peuplant les « Nées Chôres » de cultivateurs grecs qui éviteraient l’altération ethnique des indigènes41. Amantos était par ailleurs un modéré, et cela aussi le rendait précieux aux yeux des diplomates grecs.

14Les faits que je viens de relater concernant l’organisation du IIe Congrès s’inscrivent dans l’histoire de l’université grecque et témoignent de sa relation étroite avec le pouvoir politique. Ils témoignent également du rôle prépondérant joué par la faculté des Lettres dans la « gestion » de l’histoire nationale et sont liés à la façon dont Byzance a été utilisée dans le cadre de la politique étrangère balkanique. Ils ne sont toutefois pas aussi éloquents s’agissant de la compréhension de l’histoire des études byzantines en Grèce. Il faut donc formuler un certain nombre d’hypothèses qu’il reste à étayer par un travail de recherche.

  • 42 Liakos Antonis, « “Προς επισκευήν ολομελείας και ενότητος”. Η δόμηση του εθνικού χρόνου », dans Επι (...)

15L’étude de Byzance s’est déjà articulée lors de la décennie précédente (1910-1920) autour de l’unité (et de la continuité) entre Byzance et la culture néo-hellénique42. Cette unité servait la Grande Idée jusqu’à la catastrophe d’Asie Mineure, mais elle demeure nécessaire pour le renforcement des positions grecques dans le contexte des rivalités balkaniques de l’entre-deux-guerres. D’où le choix des premières questions sur lesquelles ont travaillé les byzantinologues grecs, à savoir la langue et sa continuité, le folklore, la composition ethnique de la péninsule balkanique ; d’où, aussi, le fait que tous, à commencer par Amantos, ont travaillé sur l’histoire grecque moderne. L’union et la continuité entre Byzance et la culture grecque moderne a été la pierre d’achoppement, le point de désaccord majeur avec Adamantiou qui, lui, voulait montrer la continuité de l’Antiquité dans la civilisation byzantine et mettre ainsi en avant, à travers l’Antiquité et ses monuments, la précieuse contribution de la nation grecque à la civilisation mondiale. Après la disparition de cette première génération de byzantinologues, la byzantinologie en Grèce suivit les orientations internationales dans le choix de sa thématique.

16À mon sens, l’objectif poursuivi et atteint par la communauté scientifique internationale, d’abord à Bucarest avec l’initiative de Iorga, puis surtout à Belgrade à travers l’organisation d’un Congrès international avec de nombreuses unités thématiques, était de constituer une science byzantine autonome afin de rompre justement avec l’unité entre Byzance et la Grèce moderne. Les premiers byzantinologues grecs y ont contribué, puisqu’ils n’avaient d’autre choix que de participer à ces congrès. D’un côté, ils furent obligés de définir un nouveau champ de recherche face à leurs confrères de l’université qui admiraient l’Antiquité ; de l’autre, il leur fallut défendre à l’étranger la grécité contestée de Byzance.

Notes

1 Marinescu Constantin (éd.), Compte rendu du premier Congrès international des études byzantines, Bucarest 1924, Bucarest, 1925, p. 4. Sur ce congrès, voir Fodac Florina, « Le premier Congrès international d’études byzantines (Bucarest, 14-20 avril 1924). Prémisses et contexte historique d’organisation », Études byzantines et post-byzantines, V, Bucarest, 2006, p. 509-522.

2 Nystrazopoulou-Pélékidou Maria, « L’histoire des Congrès internationaux des études byzantines. Première Partie », Βυζαντινά Σύμμεικτα 18 (2008), p. 11-34.

3 Diehl Charles, « Les études byzantines en France », Byzantinische Zeitschrift 9 (1900), p. 1-13.

4 Anastasijević Dragutin, Granić Philaret (éds), Deuxième Congrès international des études byzantines, Belgrade 1927. Compte rendu, Belgrade, 1929, p. viii.

5 Patlagean Évelyne, « Alfred Rambaud, Byzance, les Slaves et les Grecs », dans De Russie et d’ailleurs. Feux croisés sur l’histoire. Mélanges Marc Ferro, Paris, 1995, p. 565-576, ici p. 568-569.

6 Anastasijević Dragutin, « Deuxième Congrès international des byzantinistes », Byzantion 3 (1928), p. 550. Anastasijević dit qu’il n’avait invité « que des particuliers, non les institutions scientifiques officielles » puisque « des relations officielles n’existent pas encore entre la Russie soviétique et nombre d’États », y compris la Yougoslavie ; « Les représentants des études byzantines en Russie soviétique n’ont pas pu, à leur grand regret, prendre part personnellement aux travaux du Congrès, mais ils lui ont transmis télégraphiquement leurs vœux, lui souhaitant le meilleur succès » (ibid., p. xxvi).

7 Ibid., p. 557.

8 Νέος Ἑλληνομνήμων 18 (30 septembre 1924), p. 311.

9 Voir plus bas les procès-verbaux du sénat de l’université d’Athènes du 11 novembre 1926, ainsi que les procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres du 15 novembre 1926.

10 Procès-verbaux du sénat de l’université d’Athènes, 11 novembre 1926, Archives historiques de l’université d’Athènes.

11 Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres, 15 novembre 1926, Archives historiques de l’université d’Athènes.

12 Karamanolakis Vangélis, Η συγκρότηση της ιστορικής επιστήμης και η διδασκαλία της Ιστορίας στο Πανεπιστήμιο Αθηνών (1837-1932), Athènes, 2006, p. 279.

13 Procès-verbaux du sénat de l’université d’Athènes, 28 janvier 1927, Archives historiques de l’université d’Athènes.

14 Secrétariat du sénat de l’université d’Athènes, 11 février 1927, Archives historiques de l’université d’Athènes.

15 Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres, 21 mars 1927, Archives historiques de l’université d’Athènes.

16 Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres, 24 janvier 1927, Archives historiques de l’université d’Athènes.

17 Le comité du Sénat chargé de communiquer avec le ministère des Affaires étrangères obtient de lui qu’il accorde tous les moyens nécessaires aux congressistes ainsi que l’autorisation d’organiser à Athènes le IIIe Congrès. La somme allouée, comme l’annonce le recteur au sénat (procès-verbaux du sénat de l’université d’Athènes, 18 novembre 1926), se monte à 100000 drachmes et suffit à couvrir les frais de douze participants.

18 Papastratis Prokopis, « Εξωτερική πολιτική », dans Chatziiosif Christos (éd.), Ιστορία της Ελλάδας του 20ού αιώνα : Ο Μεσοπόλεμος 1922-1940, Athènes, 2003, p. 259-293, ici p. 279-284.

19 Amantos Konstantinos, « Ἀπὸ τὸ Β´ Βυζαντινολογικὸν Συνέδριον τοῦ Βελιγραδίου », Ἐλεύθερον Βῆμα, 18 avril 1927.

20 Salaville Sévérien, « Le IIe Congrès international d’études byzantines à Belgrade 11-16 avril 1927 », Échos d’Orient 31 (1928), p. 81 : « le sentiment slave se manifesta souvent, au cours du congrès, d’une manière toute spontanée, de la part du public qui assistait aux séances publiques ».

21 Pappoulias Dèmètrios, « Tὸ ἐν Βελιγραδίῳ συνέδριον τῶν βυζαντινῶν σπουδῶν », Πρακτικὰ τῆς Ἀκαδημίας Ἀθηνῶν 2 (1927), p. 245-256, ici p. 253-254 ; Sotiriou Georgios, « Tὸ Β´ Διεθνὲς Βυζαντινολογικὸν Συνέδριον τοῦ Βελιγραδίου », Ἡμερολόγιον τῆς Μεγάλης Ἑλλάδος, Athènes, 1928, p. 79-96, ici p. 80.

22 Amantos Konstantinos (n. 19) ; voir aussi la prise de position d’Amantos dans l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres (procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres, 9 mai 1927, Archives historiques de l’université d’Athènes).

23 Sotiriou Georgios, Αἱ Βυζαντιναὶ σπουδαί : διάλεξις γενομένη κατὰ τὴν ἐπίσημον ἐμφάνισιν τῆς Ἑταιρείας Βυζαντινῶν Σπουδῶν ἐν τῷ “Παρνασσῷ” τῇ 26 Ἰανουαρίου 1919, Athènes, 1920, p. 6-12.

24 Sotiriou Georgios (n. 21), p. 79-96.

25 Papadopoulos I., « Tὸ Συνέδριον τοῦ Βελιγραδίου καὶ ὁ βυζαντινὸς πολιτισμός », Ἐλεύθερον Βῆμα (23 avril 1927).

26 Anastasijević Dragutin (n. 6), p. 549.

27 Salaville Sévérien (n. 20), p. 88.

28 Tandis que Sotiriou parlait d’un art influencé tant par les Byzantins que par la tradition romaine, Gabriel Millet parlait d’un art serbo-macédonien et d’une physionomie serbe originale ; voir Sotiriou Georgios, « Tὸ Β´ Διεθνὲς Βυζαντινολογικὸ Συνέδριο » (n. 21), p. 96. Sur les positions de Millet, voir aussi Salaville Sévérien (n. 20), p. 103.

29 Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres, 9 mai 1927, Archives historiques de l’université d’Athènes.

30 Selon Nicolae Iorga, dans Marinescu Constantin (n. 1), p. 14, Byzance « appartient simultanément à toutes les civilisations asiatiques, à toute la pensée orientale, à tout l’apport chrétien, à toute la discipline romaine, qui n’a pas fourni seulement les cadres, mais a versé aussi le ciment. […] Tous ceux qui se trouvent sur les territoires détenus par les successeurs de Constantin ou influencés par eux ont donc à leur disposition des éléments qui peuvent servir à mieux expliquer cette vaste synthèse ».

31 Ibid., p. 11 et 14 ; Anastasijević Dragutin, Granić Philaret (n. 4), p. xii-xxiii.

32 Anastasijević Dragutin (n. 6), p. 549.

33 Anastasijević Dragutin, Granić Philaret (n. 4), p. xxv.

34 Marinescu Constantin (n. 1), p. 11.

35 Pappoulias Dèmètrios (n. 21), p. 253.

36 Voir à titre d’exemple Amantos Konstantinos, « Tὸ Βυζάντιον καὶ αἱ Βυζαντιναὶ Σπουδαί », dans id., Μικρὰ Μελετήματα : ἄρθρα καὶ λόγοι, Athènes, 1940, p. 127-146, ici p. 128.

37 Kioussopoulou Tonia, « Η πρώτη έδρα της Βυζαντινής Ιστορίας στο Πανεπιστήμιο Αθηνών », Μνήμων 15 (1993), p. 257-276 ; ead., « Οι βυζαντινές σπουδές στην Ελλάδα », dans Gratziou Olga, Lazaridou Anastasia (éds), Από τη Χριστιανική Συλλογή στο Βυζαντινό Μουσείο (1884-1930). Κατάλογος της έκθεσης, Athènes, 2006, p. 25-36.

38 Karamanolakis Vangélis (n. 12), p. 336-341.

39 Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs de la faculté des Lettres, 7 octobre 1924, Archives historiques de l’université d’Athènes.

40 Kontogiorgi Elisabeth, « Ο Kωνσταντίνος Άμαντος και οι απόψεις του για τη σημασία και τον εκσυγχρονισμό της υπαίθρου », Δελτίο του Κέντρου Ερεύνης της Ιστορίας του Νεώτερου Ελληνισμού 1 (1998), Μνήμη Ελευθερίου Πρεβελάκη, p. 155-190.

41 Sur les études et l’orientation scientifique d’Amantos, voir Karamanolakis Vangélis (n. 12), p. 330-336.

42 Liakos Antonis, « “Προς επισκευήν ολομελείας και ενότητος”. Η δόμηση του εθνικού χρόνου », dans Επιστημονική συνάντηση στη μνήμη του Κ. Θ. Δημαρά, Athènes, 1994, p. 172-199.

Auteur


Professeur
Université de Crète, Réthymnon

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search