Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

Byzance à la Conférence de la Paix (1919) Vénizélos, les revendications de la Grèce et l’idée d’Empire

Anne Couderc

Résumé

Cet article a pour objet les négociations menées au nom de l’État grec par Éleuthère Vénizélos lors de la Conférence de la Paix à Paris en 1919. Il aborde le lien problématique entre d’une part un État-nation construit sur le modèle occidental et d’autre part la référence à un Empire médiéval théocratique, Byzance. Les sources sont constituées des textes adressés à la Conférence par les représentants grecs, mais aussi des mémoires et ouvrages visant à étayer le bien-fondé de leurs revendications. Après un état des lieux des demandes officiellement adressées à la Conférence de la Paix par Vénizélos, l’article étudie la référence à Byzance dans l’argumentaire de la délégation grecque et considère, autour de cet exemple, la relation entre la construction nationale et l’idée d’Empire.

Texte intégral

  • 1 Driault Édouard, Histoire diplomatique de la Grèce. V, La Grèce et la Grande Guerre. De la Révoluti (...)
  • 2 Repoussi Maria (n. 1), p. 184 : synthèse des journaux Ἀκρόπολις [L’Acropole] des 8, 9, 10, 16 et 19 (...)

1À la fin du mois de novembre 1918, le régiment grec du général Paraskévopoulos et le cuirassé Averoff commandé par l’amiral Kakoulidis participèrent à l’occupation alliée de Constantinople. L’enthousiasme des populations grecques de la ville fut immense. Paraskévopoulos et Kakoulidis furent reçus en libérateurs et le drapeau des Paléologues que l’on n’avait pas vu depuis 1453, aigle bicéphale sur fond jaune et or, flotta dans la ville ; des couronnes de laurier furent déposées sur le tombeau attribué à Constantin XI, le dernier empereur byzantin mort lors de la conquête de la ville par les Turcs. Nombre de journaux athéniens relayèrent cette liesse avec emphase, des chansons se répandirent en Grèce présentant l’événement comme la libération de l’ancienne capitale de l’Empire byzantin après plus de quatre siècles d’occupation1. « La tombe imaginaire de Constantin Paléologue, l’Église de Sainte-Sophie qui pouvait maintenant reprendre la messe interrompue par l’entrée de Mohamet, les icônes, les calices et les veilleuses, tout entrait dans le jeu afin de prouver que “le temps était venu” pour que le rêve de la restauration hellénique de Constantinople devienne réalité. Et, afin de relier ce rêve à l’opération des Alliés, le cuirassé Averoff devint, selon la tradition grecque, le bateau que les Byzantins avaient envoyé aux occidentaux pour les appeler au secours2 ».

  • 3 Sur les relations entre le développement politique de l’État grec et la Grande Idée, voir Skopétéa (...)
  • 4 Fallmerayer Jacob Ph., Geschichte der Halbinsel Morea während des Mittelalters. Ein historischer Ve (...)
  • 5 Skopétéa Elli (n. 3), p. 175-189 ; Koubourlis Ioannis, La formation de l’histoire nationale grecque (...)
  • 6 Voir Gratziou Olga, Lazaridou Anastassia (éds), Από τη Χριστιανική Συλλογή στο Βυζαντινό Μουσείο (1 (...)

2Ces manifestations de part et d’autre de la mer Égée reflétaient l’évolution qu’avait connue la Grande Idée grecque depuis la seconde moitié du xixe s. Formée dans les années 1840, elle sous-tendait l’ensemble de la politique extérieure – et intérieure – de la Grèce et avait pour but déclaré la réunion à l’État des populations et des régions revendiquées comme grecques restées dans l’Empire ottoman3. La référence à Byzance était progressivement devenue fondamentale dans la formation de la conscience nationale, égalant voire dépassant la référence à l’Antiquité classique. Dans le domaine des sciences historiques, il avait fallu, dès le lendemain de la création de l’État, répondre aux thèses de Jacob Philipp Fallmerayer qui déniaient à la nation grecque tout lien de sang et de culture avec la Grèce ancienne et, partant, tout fondement sérieux4. Ainsi une génération d’historiens, à l’instar de Constantin Paparrigopoulos et Spyridon Zambélios, avait-elle introduit Byzance dans le passé de la nation grecque, comme moment de son histoire et comme agent de sa continuité historique. Elle permettait en outre d’établir une synthèse entre l’héritage de l’Antiquité et celui du christianisme5. Scientifiquement légitimée, Byzance était entrée dans l’imaginaire national. Les études byzantines, les collections d’art chrétien et byzantin s’étaient amplement développées à partir du tournant du siècle6. Dans le domaine politique, la référence à Byzance, à l’heure du traité de Berlin en 1878, au moment de la lutte en Macédoine au début du xxe s. puis, surtout, dans les guerres balkaniques de 1912-1913, contribua à fonder les revendications territoriales de la Grèce. Ce discours avait eu d’autant plus d’écho dans la société grecque qu’il pouvait aisément revêtir cette dimension religieuse voire superstitieuse que l’on vit ressurgir dans les descriptions de la presse grecque en 1918. Le diadoque Constantin, général victorieux des guerres balkaniques, triomphalement entré à Salonique en 1912, ne fut-il pas salué, lors de son avènement sur le trône en 1913, non comme Constantin Ier – selon la titulature qu’il finit par prendre officiellement – mais comme Constantin XII, immédiat successeur du dernier empereur de Byzance ?

  • 7 Sokolis Konstantinos, Αὐτοκρατορία [Empire], Athènes, 1916.

3Pourtant, le fait est bien connu, la Grèce en 1918, même si tout entière elle se retrouvait dans l’héritage byzantin et rêvait à la libération des Grecs encore ottomans, ne parlait pas d’une seule voix. La question de l’entrée ou non du pays dans la guerre et du choix du camp des belligérants, sur laquelle s’était cristallisée la mésentente déjà ancienne entre le premier ministre libéral Vénizélos et le roi Constantin, avait provoqué dans la vie politique du pays et au sein de toute la société une profonde et durable dissension, le Dichasmos, la Discorde nationale. L’entrée dans la guerre au côté des Alliés, tentée dès 1915 par Vénizélos et alors refusée par le roi, favorable au maintien d’une neutralité non hostile aux Empires centraux, conduisit à la division du pays en deux camps et à une véritable guerre civile, jusqu’au départ forcé de Constantin en juin 1917 sous la pression des Alliés, doublé d’une épuration de l’administration grecque de ses éléments royalistes. Ce conflit, au-delà du choix d’un camp dans la guerre, fut celui de deux conceptions opposées de la Grèce et de sa place dans le monde, une vision libérale et occidentale défendue par Vénizélos pendant la guerre mais aussi à la Conférence de la Paix, et une vision plus orientale, symbolisée par le roi, mais tout autant défendue par des intellectuels comme Ion Dragoumis ou Konstantinos Sokolis7. Pour tous, la référence à Byzance était essentielle. Mais, pour les premiers, elle était invoquée pour justifier une politique nationale, alors que, pour les seconds, elle présentait un modèle de vie et de développement pour des communautés humaines dont le lien avec l’État-nation de type occidental n’apparaissait pas comme une véritable nécessité.

4C’est de ce lien problématique entre d’une part la définition d’un État-nation construit sur le modèle occidental et avec l’aide occidentale et d’autre part la référence à un Empire médiéval théocratique dont, par ailleurs, tous les partis comme les différents États successeurs de l’Empire ottoman pouvaient d’une façon ou d’une autre se réclamer, qu’il sera question ici. Au-delà de l’importance de Byzance dans l’opinion commune en Grèce et dans la mythologie de la nation, quel usage de Byzance put être fait par Vénizélos et les représentants de la Grèce à la fois dans la négociation internationale et pour justifier leur position et leur politique ? À quel titre l’Empire byzantin put-il être revendiqué, en séance, à la Conférence de la Paix, à l’heure même où étaient formulés les principes du Président Wilson et affirmés les droits des peuples et des nations précisément contre ces prisons des peuples qu’avaient été les Empires ?

  • 8 Vénizélos Éleuthère, La Grèce devant le Congrès de la Paix, 1918, publié par la suite dans Conféren (...)
  • 9 Kitsikis Dimitri, Propagande et pressions en politique internationale : la Grèce et ses revendicati (...)
  • 10 Nicolas Politis fut l’auteur, entre autres nombreux libelles et introductions à des ouvrages favora (...)
  • 11 Notamment : Andréadès André, La Grèce devant le Congrès de la paix, Revue politique et parlementair (...)
  • 12 Voir, parmi ses très nombreuses publications de 1919 : Maccas Léon, L’hellénisme de l’Asie Mineure, (...)

5Le corpus examiné ici sera donc constitué des textes adressés à la Conférence de la Paix et à ses participants par les représentants de la Grèce. Il s’agit avant tout du document produit par son premier représentant, Éleuthère Vénizélos, qui remit à la Conférence de la Paix un mémoire officiel rédigé en novembre 1918, intitulé La Grèce devant le Congrès de la Paix, qu’il présenta devant le conseil des Dix les 3 et 4 février 19198. Font partie aussi de ce corpus les textes, mémoires, brochures, ouvrages visant à étayer le bien-fondé des revendications grecques émanant des hommes politiques et agents proches de Vénizélos et de membres de la délégation grecque, chargés, dans le cadre de la propagande d’État étudiée de façon définitive, au début des années 1960, par Dimitri Kitsikis9, de sensibiliser les chefs d’État et experts de la Conférence de la Paix. Il s’agit notamment de Nicolas Politis, ministre grec des Affaires étrangères10, d’André Andréadès, universitaire et expert à la Conférence de la Paix pour les affaires financières11, Léon Maccas, alors jeune juriste et journaliste, agent de Vénizélos chargé de la propagande grecque à Paris12. Seront aussi prises en compte les positions développées par les experts et scientifiques cités dans ces mémoires grecs et parfois employés par l’État grec pour coopérer avec lui.

6Trois parties structureront cette étude. La première fera l’état des lieux des revendications officiellement adressées à la Conférence de la Paix par Vénizélos. La deuxième aura pour objet l’étude de la référence à Byzance dans l’argumentaire de la revendication grecque ainsi que l’examen des sources et experts exploités pour étayer cette utilisation de Byzance. Enfin, la signification de ce système de références, le lien entre construction nationale et idée d’Empire seront questionnés en dernier lieu.

Les revendications de la Grèce à la conférence de la paix et la place faite à la question des droits historiques

  • 13 Télégramme britannique à É. Vénizélos, 11/24 janvier 1915, cité par Repoussi Maria (n. 1), p. 164 ; (...)
  • 14 Repoussi Maria (n. 1), p. 169.

7Le mémoire rédigé par Éleuthère Vénizélos à la fin de 1918 et présenté à la Conférence de la Paix en février 1919 fut le premier effort de formulation explicite et générale des revendications territoriales de la Grèce. Entrée en guerre dans les circonstances difficiles et confuses de 1915-1917, celle-ci n’avait obtenu d’autres garanties de la part des Alliés que l’assurance de « très importantes concessions territoriales sur les côtes d’Asie Mineure13 » et elle-même n’en avait pas formulé de façon officielle, précisément en raison de l’impossible entente entre le premier ministre et le roi de Grèce. Vénizélos, entre septembre et octobre 1918, dans le contexte des victoires alliées sur le front d’Orient et fort des avancées de l’armée grecque en Thrace, fit une tournée des gouvernements britannique et français pour sonder leurs intentions à l’égard de la Grèce, convaincre de ses droits et tenter de s’assurer que les promesses faites dans le cours de la guerre à l’Italie au sujet de l’Asie Mineure n’auraient pas de suite pendant la Conférence. Enfin, il rassembla les revendications grecques dans son mémoire14.

8La Grèce avait déjà doublé sa surface au cours des guerres balkaniques de 1912 et 1913 par l’adjonction de la Crète, de l’Épire du Sud et d’une partie de la Macédoine. Les principales revendications contenues dans le mémoire La Grèce devant le Congrès de la Paix étaient les suivantes : le rattachement à la Grèce de la presque totalité de l’Épire du Nord, autour des villes principales d’Argyrokastro et de Korytza ; celui de presque toute la Thrace occidentale et orientale, composée des vilayets d’Andrinople et de Constantinople, aux dépens de la Bulgarie et de l’Empire ottoman, même si Vénizélos se déclarait prêt, pour Constantinople, à accepter que la ville fût – pour le moment – dotée d’un statut international et placée sous la protection de la SDN ; il demandait aussi le rattachement d’une partie significative de l’Asie Mineure occidentale dans laquelle serait opéré, par le moyen d’un échange de populations, le repli des populations grecques de l’Asie Mineure centrale dont il envisageait l’incorporation au « futur État turc ». Enfin, Vénizélos demandait l’union à la Grèce de Chypre, de Rhodes et du Dodécanèse ainsi que des îles d’Imbros et Ténédos à l’entrée du détroit des Dardanelles.

9Ce mémoire reposait avant tout sur une argumentation ostensiblement appuyée sur des données démographiques et « ethniques », ce qui faisait des propositions de Vénizélos une base de travail concrète pour la négociation :

  • 15 Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 3. Tous les chiffres avancés par Vénizélos donnèrent lieu à des déba (...)

« La complète victoire des États alliés et associés offre l’occasion de fixer les frontières politiques des États européens en tenant un compte exact ou aussi approximatif que possible des limites de leur domaine ethnique. On créera ainsi la base indispensable de la Société des nations.
La nation hellène est répartie de la manière suivante :
1° 4300000, habitant le royaume de Grèce ;
2° 151000, en Épire du nord et en Albanie
3° 731000, en Thrace et dans la région de Constantinople
4° 43000, en Bulgarie d’avant les guerres balkaniques ;
5° 1694000, en Asie-Mineure
6° 102000, dans le Dodécanèse,
7° 235000, dans l’île de Chypre,
8° 1000000 environ dispersés notamment : en Égypte et dans le reste du continent africain, 150000 ; en Amérique du Nord et du Sud, 450000 ; en Russie méridionale, 400000. Au total, la nation hellène comprend 8256000 âmes dont 55 % vivent dans le royaume de Grèce et 45 % hors de ses limites15. »

10Le mémoire s’ouvrait donc sur un exposé des répartitions contemporaines des populations : c’était vouloir s’inscrire dans l’esprit nouveau de la Conférence dont la mission était de saisir les situations « ethnologiques » du moment en vue de faire triompher le droit des peuples.

11Le fait a été relevé par plusieurs historiens, à commencer par Driault qui, au lendemain des faits, ne cachait pas sa réserve :

  • 16 Driault Édouard (n. 1), p. 336. Maria Repoussi (n. 1), p. 170, y voit quant à elle un exposé en ter (...)

« M. Vénizélos ne crut pas devoir fonder son plaidoyer sur le droit historique, sur l’histoire, sans doute pour des raisons d’opportunité politique dont il était le meilleur juge, mais aussi par tempérament personnel. Homme nouveau, très moderne, dégagé de tous préjugés, d’esprit libre à l’égard des traditions, avec une disposition familière à se moquer de ceux qui n’ont que des ancêtres, M. Vénizélos n’était pas de caractère à s’appuyer sur l’histoire16. »

  • 17 Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 14.
  • 18 Ibid., p. 15 et de nouveau p. 17.
  • 19 Ibid., p. 19.

12Pour autant, même si le mémoire de Vénizélos n’était pas explicitement articulé autour d’un exposé des « droits historiques », ceux-ci n’en sous-tendaient pas moins l’ensemble de l’argumentation. Les critères de définition des Grecs (religion, langue, volonté d’appartenance et même « type ethnique » et « pureté de la race ») variaient dans l’exposé de Vénizélos selon les régions et l’argument historique était systématiquement appelé en renfort. Le caractère grec des lieux et des populations n’était-il pas toujours prouvé dans ce texte par le rappel de son ancienneté ? N’y était-il pas affirmé, à propos de Constantinople, que cette ville, « lors de la conquête turque, était, depuis des siècles, la capitale de l’Empire grec et qu’auparavant elle avait été une florissante colonie grecque17 » ? À propos des vilayets d’Aydin et de Brousse, en Asie Mineure, des sandjaks des Dardanelles et d’Ischmit, n’y était-il pas souligné que les Grecs certes y habitaient « en masses compactes et continues » mais aussi qu’ils y étaient « établis d’une manière ininterrompue depuis 30 siècles18 » ? Les îles grecques n’y étaient-elles pas, à leur tour, qualifiées de grecques depuis des milliers d’années19 ? Et Vénizélos de conclure son mémoire sur le fait que les droits de la nation grecque étaient justifiés par son ancienneté et leur caractère historique :

  • 20 Ibid., p. 18.

« L’Asie Mineure occidentale est habitée depuis des milliers d’années par une des nations les plus anciennes de l’Europe. Il y a un siècle, cette nation s’est relevée d’une longue servitude et a conquis sa liberté. Depuis elle lutte pour parachever son union nationale20. »

  • 21 Sur la politique de distribution des ouvrages de la propagande grecque, voir Kitsikis Dimitri (n. 9 (...)

13Les considérations relatives à la répartition des populations, à leurs densités, à leur distribution par groupes religieux et linguistiques, la prise en compte des limites existantes, des conflits et des traités récents trouvaient ainsi toute leur justification dans leur inscription dans l’histoire. Cette référence à la profondeur historique fut, en outre, largement relayée par l’ensemble des textes, gloses et commentaires publiés par les proches de Vénizélos, distribués aux hommes de presse et d’influence ainsi qu’aux plénipotentiaires et experts de la Conférence de la Paix21. Ces textes, qui s’appuyaient en partie sur les mêmes sources que celles du mémoire de Vénizélos, avaient pour rôle essentiel de développer, expliquer et illustrer les propositions qui y étaient contenues.

14C’est, dans l’argumentation scientifique et historique du mémoire de Vénizélos et de tout ce corpus, la place occupée par la référence à Byzance qu’il convient maintenant d’examiner.

La référence à Byzance dans l’argumentaire des revendications grecques

15L’argumentation était donc fondée sur l’idée de l’ancienneté du monde grec et de l’occupation par les populations grecques des régions revendiquées. Elle reposait aussi sur un choix historique qui contrastait avec celui qui avait été fait à l’époque de l’indépendance, au xixe s., lorsqu’il avait fallu éveiller et entretenir un philhellénisme occidental direct héritier des Lumières. Le but des ambassadeurs de la question grecque était désormais de privilégier non pas la période classique, mais celles qui l’avaient précédée et suivie, au cours desquelles le centre du monde grec avait été situé en Asie Mineure, en particulier la période de cet « Empire grec » évoqué dans le mémoire de Vénizélos. Ainsi André Andréadès écrit-il :

  • 22 Andréadès André (n. 11), p. 15.

« De l’histoire trois fois millénaire de l’hellénisme, les étrangers n’étudient guère que l’“âge d’or”, le ve et le vie siècle avant J.-C. Aussi, pour eux, toute l’histoire grecque se résume en deux mots : Athènes et Sparte. Or, et c’est à quoi nous voulons en venir, pendant les siècles qui ont précédé Marathon et suivi Chéronée, le centre de la vie grecque a été non Athènes ou Sparte, mais cette Asie mineure et cette Thrace que la Grèce réclame aujourd’hui. Vienne le christianisme, c’est à Nicée et à Éphèse que se tiennent les conciles ; c’est l’Asie mineure qui donne à l’Église orthodoxe ses plus grandes lumières et à l’Empire byzantin ses meilleurs soldats. Au xiie siècle c’est toujours elle qui, par l’Empire de Nicée, renouvelle l’Empire Byzantin et lui permet de reconquérir Constantinople et de durer jusqu’en 145322. »

  • 23 Sur la formation du concept d’hellénisme voir Sigalas Nikos, « Hellénistes, hellénisme et idéologie (...)

16L’Antiquité n’avait, dans ces textes, plus d’autre fonction véritable que celle d’attester une ancienneté « trois fois millénaire » de l’histoire grecque. En revanche, la période de référence était bien celle de Byzance et celle-ci impliquait un cadre géographique, un espace et un centre particuliers ; l’Asie Mineure était montrée comme le cœur toujours battant de l’« hellénisme », le monde grec saisi comme un tout à la fois dans le temps et dans l’espace23. La place de l’Asie Mineure ne pouvait dès lors qu’être à l’intérieur de l’État grec, considéré par ces auteurs comme l’ultime étape de l’évolution de l’hellénisme.

17Et ce choix de la période byzantine revenait, aussi, à désigner Constantinople comme capitale du monde grec, même contemporain.

  • 24 Andréadès André (n. 11), p. 15.

« De 1323 à 1453, poursuivait André Andréadès, c’est à Constantinople […] que tout se concentre. […] La conquête turque elle-même ne changea pas cet état de choses ; car en faisant, avec ses idées théocratiques, du patriarche le chef non seulement spirituel mais même politique de ses sujets grecs, elle conserva à Constantinople son caractère de capitale hellénique24. »

18Byzance enfin, nous le voyons, permettait aux auteurs des mémoires et brochures de 1919 d’affirmer l’identité de la civilisation byzantine et de la civilisation hellénique. Cette identité y était systématiquement avancée, de même qu’était suggérée, bien que de façon plus prudente, l’identité entre les chrétiens orthodoxes et les populations grecques. Ainsi Nicolas Politis martelait-il :

  • 25 Politis Nicolas (n. 10), p. 16.

« D’ailleurs, Constantinople est entièrement et à tous les points de vue une ville grecque. Non seulement le plus grand nombre des habitants non musulmans sont des Grecs, mais Constantinople a été pendant onze siècles le siège de l’Empire grec de Byzance. Constantinople est restée depuis lors, malgré la domination turque, le siège du patriarcat œcuménique grec25. »

19De même Vénizélos, dans son mémoire, affirmait à l’occasion de sa présentation des populations mélangées d’Épire du Nord :

  • 26 Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 4.

« On pourrait être tenté d’objecter qu’une bonne partie de cette population grecque a comme langue maternelle l’Albanais et est dès lors, selon toute probabilité, d’origine albanaise. Néanmoins la totalité de cette population grecque est de religion chrétienne orthodoxe26. »

  • 27 Koubourlis Ioannis (n. 5), notamment p. 77-81.
  • 28 Ibid.

20L’ensemble de ces positions apparaît comme la résurgence, sur le terrain de la négociation politique, de tous les thèmes de l’historiographie nationale grecque à l’issue de sa longue formation au xixe s. dont Ioannis Koubourlis a si bien rendu compte27. Unité du monde hellénique dans le temps et dans l’espace résumée dans le concept d’« hellénisme », rôle unificateur et régénérateur du christianisme, assimilation du Moyen Âge hellénique et du Moyen Âge byzantin, histoire « trois fois millénaire » de l’hellénisme : il s’agit là d’autant d’éléments issus de la synthèse opérée par les historiens du xixe s. à partir d’éléments à l’origine épars voire contradictoires – morcellement et unité politique, paganisme et christianisme, caractère romain ou grec de l’Empire byzantin, etc. Les résultats des travaux de ces historiens, dont Ioannis Koubourlis relève la visée géopolitique28, étaient désormais utilisés par nos hommes politiques comme des données certaines qu’il n’était plus nécessaire de démontrer.

21Cette affirmation, classique depuis les travaux de Paparrigopoulos, d’un Empire byzantin intrinsèquement grec assurant la continuité entre l’Antiquité et le monde grec contemporain fondait ainsi les droits historiques revendiqués par la Grèce sur l’Asie Mineure et la Thrace ; elle fondait tout autant un autre registre d’arguments présentés à la conférence : les arguments géographiques qui leur étaient intimement liés.

  • 29 Voir Boulineau Emmanuelle, « Les géographes et les frontières austro-slovènes des Alpes orientales (...)

22Les textes des revendications grecques adressés aux membres de la Conférence de la Paix firent en effet la part belle à l’argumentation géographique. L’heure était à l’appréhension des équilibres géographiques, du milieu naturel et plus encore des unités spatiales fondées sur la reconnaissance des trafics et échanges économiques29. Les revendications grecques portent la marque de cette irruption de la géographie qui, à son tour, fut mise au service de l’affirmation des droits historiques pour la revendication de l’Asie Mineure.

  • 30 Kitsikis Dimitri (n. 9), p. 163 sqq. Les extraits de l’ouvrage (46 p.) traduits en français furent (...)
  • 31 Philippson Alfred, Reisen und Forschungen im westlichen Kleinasien, Gotha, 5 vol. publiés de 1910 à (...)
  • 32 Note 1 p. 16 dans le mémoire de Vénizélos et p. 9-11 dans la brochure de Politis. Vénizélos fit par (...)
  • 33 Politis Nicolas (n. 10), p. 9-12.

23Le gouvernement grec, conscient du profit qu’il pourrait tirer des travaux du géographe allemand Alfred Philippson, fit ainsi traduire en français, à l’instigation de Nicolas Politis30, des extraits choisis de son voyage en Asie Mineure publié en allemand en 191531. Vénizélos utilisa l’ouvrage dans la publication qu’il fit de son mémoire en 1919 et en cita littéralement un très long extrait, aussi reproduit et commenté par Nicolas Politis32. S’appuyant sur Philippson et plusieurs autres géographes pour étayer la revendication de l’Asie Mineure occidentale, les mémoires grecs insistaient sur l’existence d’une « antithèse géographique » entre l’Asie Mineure centrale constituée de hautes montagnes et de plateaux fermés de tous côtés d’une part et d’autre part la partie occidentale de la péninsule, « à partir du méridien de Constantinople environ ». La partie occidentale, tournée vers l’Égée, était arrosée de fleuves orientés d’Est en Ouest permettant les cultures, les communications et le développement d’un monde commun avec la Grèce ; par conséquent, la Grèce et la partie de l’Asie Mineure située à l’Ouest de cette « grande frontière naturelle » ne constituaient « qu’une unité géographique, celle de l’Égée33 ». Mentionnant l’existence de cette unité « depuis trente siècles », Politis pouvait ainsi affirmer à la fois le caractère clivé de l’Anatolie – « il en résulte que, dans le passé comme de nos jours, c’est la culture asiatique qui règne à l’intérieur, tandis que la culture grecque prédomine en Asie Mineure occidentale » – et l’unité géographique autour de l’Égée qui permit, au Moyen Âge, de faire de cette région le centre d’un monde grec uni :

  • 34 Ibid., p. 12.

« Pendant le moyen-âge, l’armature de l’Empire grec de Constantinople était l’Asie Mineure. La civilisation grecque s’est toujours développée des deux côtés de la mer Égée. Tous les géographes sont d’accord, indépendamment de Philippson, même les géographes français et spécialement Reclus, pour dire que ce qui sépare l’Europe de l’Asie Mineure ce n’est pas la mer Égée, mais les hautes montagnes de l’intérieur34. »

  • 35 Conférence de la Paix 1919-1920 (n. 8), p. 91.
  • 36 Ibid., p. 144-147 ; voir aussi p. 12 et p. 39-40.
  • 37 Vidal de la Blache Paul, Tableau de la géographie de la France, Paris, 1908, p. 8.

24L’emploi de l’argument géographique et des travaux de Philippson nous semble éminemment représentatif de l’usage combiné de l’histoire et de la géographie dans la construction nationale au début du xxe s. L’argument selon lequel les limites nationales revendiquées étaient déjà comme inscrites dans les éléments naturels, l’idée que l’ensemble politique projeté correspondait d’ores et déjà à un tout géographique ne relèvent pas d’un simple déterminisme géographique. Les hommes politiques grecs qui citaient Philippson rendaient compte du fait que le tout géographique qu’ils invoquaient était aussi un tout économique et que ce tout économique résultait d’une construction née de l’histoire et du travail de l’homme. Ainsi Vénizélos résuma-t-il, à la séance de la Commission des questions territoriales intéressant la Grèce du 1er mars 1919, que la Grèce et l’Asie Mineure constituaient « une unité historique et économique35 ». De fait, il répondait à l’une des préoccupations majeures des experts de la Conférence de la Paix, qui, le même jour, lui donnèrent raison sur ce point36. Il avançait un argument qui répondait très à propos à l’importance prise par des considérations géographiques elles-mêmes encore fortement étayées sur la science historique. Juste à la veille de la guerre, le géographe Vidal de la Blache, lui-même héritier déclaré de Michelet, se demandait ainsi, à propos de la disparité des éléments naturels qui constituaient le « corps » de la France, « comment un fragment de surface terrestre […] que la géographie physique ne saurait considérer proprement comme un tout, s’[était] élevé à l’état de contrée politique, et [était] devenu enfin une patrie37 ». Dans son texte d’introduction au Tableau de la géographie de la France, Vidal de la Blache précisait encore :

  • 38 Ibid.

« Une individualité géographique ne résulte pas de simples considérations de géologie et de climat. Ce n’est pas une chose donnée d’avance par la nature. Il faut partir de cette idée qu’une contrée est un réservoir où dorment des énergies dont la nature a déposé le germe, mais dont l’emploi dépend de l’homme. C’est lui qui, en la pliant à son usage, met en lumière son individualité. Il établit une connexion entre des traits épars ; aux effets incohérents de circonstances locales, il substitue un concours systématique de forces. C’est alors qu’une contrée se précise et se différencie, et qu’elle devient à la longue comme une médaille frappée à l’effigie d’un peuple38. »

25Or, dans les textes de Vénizélos et de Politis, ce travail de constitution géographique à partir d’éléments épars mais complémentaires, la lente association en un même monde, sous l’effet des échanges et de l’économie, de la mer et des terres placées de part et d’autre, reliées à elle par des fleuves qui y débouchaient, avait trouvé son achèvement à l’époque byzantine. Byzance apparaissait dans ces textes comme l’aboutissement de cette formation et l’expression de ce tout géographique parfait.

  • 39 Couderc Anne, Frontières et territoires dans les Balkans, histoire de la première frontière gréco-o (...)

26Par ailleurs, on retrouve dans cette revendication territoriale basée sur l’affirmation de l’existence d’une unité géographique, lentement construite mais devenue réelle, une argumentation fondée sur l’idée de la nécessaire adéquation des limites nationales et des limites de civilisation, adéquation elle-même inscrite dans les éléments naturels. En 1832, lors de la délimitation du nouvel État grec, on avait argué de la judicieuse coïncidence du nouveau territoire avec celui de la Grèce des cités d’une part et d’autre part avec les éléments naturels, orientation des chaînes de montagnes et limite suggérée par la forme des côtes à la hauteur des golfes de Volos et d’Arta39. Au terme de plusieurs décennies dominées par la Grande Idée, on aboutissait de la même façon à une définition territoriale et nationale héritière d’un Empire assimilé au monde hellénique, unissant, dans un tout géographiquement attesté, les deux rives de la mer Égée.

27Avant de revenir sur la tension qui existait entre la définition nationale d’une part et l’idée d’Empire fournie par la référence à Byzance de l’autre, arrêtons-nous sur l’ensemble des sources sur lesquelles fut fondée cette argumentation.

Le choix des références scientifiques et des experts

  • 40 Paparrigopoulo Constantin, Histoire de la civilisation hellénique, Paris, 1878.
  • 41 Parmi les nombreux travaux d’André Andréadès déjà publiés en 1919, on comptait sur Byzance et la Gr (...)

28La première réflexion qu’impose la lecture de notre corpus est que ses auteurs qui s’adressaient aux représentants de la Grande-Bretagne, de la France et des États-Unis, ne citaient jamais aucun savant grec, pas même Paparrigopoulos, qui avait pourtant fait traduire en français, en 1878, la synthèse de son Histoire de la civilisation hellénique40 afin de convaincre les représentants des Grandes Puissances réunis à Berlin. André Andréadès, pourtant, prit la parole à Paris ; il était lui-même l’auteur de documents visant à appuyer les revendications grecques. Sa qualité de « professeur à l’université d’Athènes » et sa spécialité d’« économiste » y étaient mentionnées à la suite de son nom ; sans doute sa célèbre thèse de droit, soutenue à l’université de Paris en 1901 sur l’histoire de la banque d’Angleterre, publiée plusieurs fois en France et en Grande-Bretagne entre 1901 et 1924, contribuait-elle à donner force et poids à sa parole. Mais dans son propos même, Andréadès faisait uniquement état de travaux sur la Grèce provenant d’étrangers, sans utiliser les siens alors que certains étaient déjà publiés sur l’économie et les finances de la Grèce depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine, en passant par Byzance41.

  • 42 Dieterich Karl, Das Griechentum Kleinasiens, Leipzig, 1915, notamment p. 23-24.
  • 43 Kitsikis Dimitri (n. 9), p. 163. L’ouvrage fut présenté sous le titre : Dieterich Karl, L’hellénism (...)
  • 44 Maccas Léon (n. 12), appendice.

29Toutes les références furent tirées de travaux de savants occidentaux, dont Élisée Reclus, Joseph Reinach, Victor Duruy ou Gustave Fougères, directeur de l’École française d’Athènes. Leur philhellénisme fondé sur leur culture classique ainsi que l’idée que leur appartenance aux nations occidentales leur garantirait une réputation d’objectivité devaient être un atout pour les intérêts nationaux de la Grèce. Deux Allemands furent cités, qui occupèrent une grande place dans le corpus des textes grecs. Outre Philippson, géographe et professeur à l’université de Bonn, on comptait aussi Karl Dieterich, professeur de philologie grecque à l’université de Leipzig, auteur d’un récit de plusieurs voyages publié en 1915 sous le titre Das Griechentum Kleinasiens (L’hellénisme d’Asie Mineure). La plus large part de l’ouvrage était consacrée à la période byzantine, présentée comme l’aboutissement d’une période de progrès politique et culturel continu de l’hellénisme depuis la préhistoire42. Traduit, à la demande de Nicolas Politis, en anglais puis en français43, il était annoncé, au moment de sa parution, comme une véritable révélation par Léon Maccas dans son propre livre sur le même sujet44.

  • 45 Voir Kitsikis Dimitri (n. 9), p. 452 sqq.

30Surtout, dans ce contexte d’organisation d’une propagande étayée par les travaux scientifiques occidentaux, le gouvernement de Vénizélos mit sur pied une véritable politique de soutien financier et institutionnel visant à faire travailler pour le compte de la Grèce des historiens et experts censés être de fidèles défenseurs de la cause hellène au moment de la Conférence de la Paix45. Ainsi, les attrayantes propositions qui furent faites par le gouvernement de Vénizélos à l’historien français Édouard Driault jettent un jour très éclairant sur le sens de la mission qu’il entendait faire jouer à ces scientifiques. En raison de ses positions philhellènes, Driault fut approché par les représentants du gouvernement grec et invité à venir donner des conférences à Athènes ; il fut par la suite détaché pendant cinq ans en Grèce, aux frais du gouvernement grec, pour rédiger l’Histoire diplomatique de la Grèce qu’il lui avait commandée. Voici le récit que Driault lui-même en fit par la suite :

  • 46 Driault Édouard, Coups de plume, première série, Versailles, chez l’auteur, 1937, p. 17. Consulté à (...)

« À la fin de la grande guerre, en 1918, un article que publia la Revue Bleue, où je rendais à la Grèce, à l’empire de la Grèce, Constantinople, la Ville des Constantins, fit du bruit dans les milieux de la Conférence de la Paix.
M. Vénisélos et M. Politis désirèrent me connaître. Car ce n’est pas moi qui les ai sollicités.
Ils me demandèrent d’abord d’aller faire des conférences à Athènes, pour y préparer l’opinion publique à la revendication unanime de tous les titres historiques et de toutes les terres de l’hellénisme. Ce furent des conférences triomphales, parce qu’elles exprimaient les aspirations profondes et immortelles de la Grèce46. »

  • 47 Driault Édouard, « Devant Constantinople », Revue politique et littéraire. Revue Bleue 24 (28 décem (...)
  • 48 Driault Édouard, La question d’Orient depuis ses origines jusqu’à nos jours, Paris, 1898, 1900, 190 (...)

31Il semble révélateur que, parmi tous les historiens français favorables à la Grèce, Édouard Driault ait été celui qui fut invité en Grèce. L’extrait cité le montre : la Grèce éternelle pour lui signifiait l’empire de la Grèce, Constantinople, la ville des Constantins. L’article « Devant Constantinople », publié en deux livraisons dans la Revue Bleue fin décembre 1918 et début janvier 1919 fut, comme tant d’autres travaux favorables à la cause grecque, réimprimé à part en français et traduit en anglais par les soins du gouvernement grec à l’imprimerie Chaix47. Édouard Driault, historien de talent, auteur d’ouvrages couronnés par l’Académie comme son histoire de la question d’Orient qui compta sept éditions entre 1898 et la fin de la guerre48, y exhortait, en tant qu’historien, les représentants des puissances au moment où la Conférence de la Paix se réunissait :

  • 49 Driault Édouard (n. 47), p. 4.

« Et nous voici donc, nous, les Alliés, nous les historiens, et vous, Messieurs les hommes d’État, devant Constantinople ! Serons-nous les uns et les autres à la hauteur d’une pareille situation ? […] Nos diplomates, de tous pays, auront-ils conscience de leur immense responsabilité ?
Ils n’ont chance d’éviter de trop grosses erreurs qu’en suivant les lois de l’histoire ; elle renferme en elle un déterminisme qui commande les hommes et leurs gestes. Qui la trahit bâtit sur le sable. Qui la suit travaille avec les siècles et pour les siècles49. »

32Or l’auteur, en défendant ouvertement l’idée d’un déterminisme de l’histoire, affirmait dans cet article que deux leçons devaient en être retenues pour la construction du nouvel ordre international en Méditerranée : l’importance essentielle de l’Empire byzantin dans la civilisation humaine et d’autre part son caractère indiscutablement hellénique :

  • 50 Ibid., p. 6-7.

« On a dit beaucoup de mal de Byzance et du byzantinisme, qui ne fournissent plus guère à la littérature que des comparaisons désobligeantes : un de nos innombrables péchés d’ignorance. Byzance-Constantinople fut pendant dix siècles un admirable foyer de civilisation ; il ne suffit pas de redire Justinien et Théodora, et les merveilles de Sainte-Sophie, la première grande basilique chrétienne. Mais encore Constantinople arracha un moment l’Italie aux barbares, défendit longtemps l’Orient contre les Infidèles, qui n’étaient pas tous des Barbares, et surtout fit rayonner l’orthodoxie dans les noires profondeurs du Septentrion, depuis la Bohême et la Moravie jusqu’à Kiev et Novgorod. Quand Rome avait achevé depuis longtemps sa carrière impériale, Constantinople poursuivait la sienne glorieusement et sauvait la civilisation méditerranéenne et toutes ses promesses d’avenir éblouissant.
On n’efface pas des phénomènes historiques de cette portée, et il faudra compter avec eux pour bâtir le nouvel Orient : – Constantinople est de fondation grecque : toute sa grandeur est d’avoir été la capitale d’un empire grec et d’être ainsi devenue et restée la métropole de la religion et de la civilisation grecque, c’est-à-dire de l’un des âges essentiels de la civilisation humaine50. »

  • 51 Pour prendre la mesure du rôle d’Édouard Driault dans le développement des études napoléoniennes, v (...)
  • 52 Driault Édouard, Le Basileus Constantin XII : héros et martyr, Paris, 1936.

33Par son organisation, son extension et sa force, Byzance, pour Driault, comptait donc plus que les autres âges de la civilisation non seulement en raison de son rayonnement propre, mais aussi parce qu’elle apparaissait comme garante de la civilisation face aux barbares et aux infidèles. Dès lors, bâtir un nouvel Orient stable imposait la restauration d’un ensemble de même nature : chrétien, grec, mais sans doute aussi, d’une façon ou d’une autre, impérial. Une telle vision trouvait une parfaite cohérence dans les travaux de Driault. Il n’était, en France, nullement spécialiste de l’époque byzantine, mais bel et bien un promoteur passionné de l’idée d’Empire, spécialiste polygraphe de Napoléon et fondateur de la société et de la Revue d’études napoléoniennes51. Lui-même par la suite, devenu défenseur après 1920, en Grèce, de la cause de Constantin Ier, ne l’appela jamais autrement, dans les ouvrages qu’il lui consacra, que Constantin XII Basileus52.

34Or, de tous les experts et savants cités et exploités par les organisateurs de la propagande grecque, Driault semble avoir été le plus recherché et le plus utilisé. Un épisode qui se déroula en avril-mai 1919, dont le dossier personnel de Driault aux archives du ministère de l’Instruction publique a gardé la trace, semble prouver l’importance que lui accordèrent Vénizélos et Politis au lendemain de la parution de cet article qu’ils contribuèrent à diffuser le plus largement possible.

  • 53 Archives Nationales de France (AN), F/17/23686 Driault, le vice-recteur de l’académie de Paris au m (...)
  • 54 Ibid., Édouard Driault au recteur de l’académie de Paris, le 8 avril 1919.
  • 55 Ibid., le directeur de l’enseignement secondaire au ministre, le 17 avril 1919, et le ministre de l (...)
  • 56 Ibid., note émanant du cabinet du directeur de l’enseignement secondaire, 7 mai 1919.

35En avril 1919, le vice-recteur de l’académie de Paris transmit au ministre de l’Instruction publique, pour avis – « la question étant d’ordre politique et diplomatique » –, une demande d’Édouard Driault de s’absenter une semaine de son poste de professeur d’histoire au lycée Hoche de Versailles « pour aller faire dans la région bordelaise une série de conférences de propagande patriotique53 ». L’intéressé, dans sa lettre de demande, annonçait au recteur que Vénizélos voulait bien lui faire « le grand honneur » de présider la conférence qu’il prononcerait au grand théâtre de Bordeaux le dimanche 11 mai. Il précisait que le Premier ministre grec y serait accompagné de M. Politis et sans doute aussi de M. Athos Romanos, l’ambassadeur de Grèce en France. Il demandait en outre l’autorisation de faire, à la suite, une série de conférences à Bordeaux, Libourne et Périgueux54. L’avis négatif de ses supérieurs, qui estimaient « dangereux d’entrer dans cette voie, les professeurs n’[ayant] que trop tendance à faire passer les intérêts de la propagande avant ceux de leur enseignement », fut appuyé dans un premier temps par le ministre de l’Instruction publique : il refusa l’autorisation d’absence demandée, en indiquant que Driault « aurait dû mettre à profit la période des vacances de Pâques pour organiser la série de conférences55 ». Pourtant, le 7 mai 1919, le directeur de l’enseignement secondaire fut averti par téléphone « que M. le ministre autoris[ait], sur les instances de la propagande, M. Driault à s’absenter pendant 8 jours pour faire des conférences » et que le refus précédent était annulé56.

36Le rêve de l’historien trouvait une efficience politique, Édouard Driault, lui-même désormais acteur, entrait dans l’histoire. La propagande, et, remarquons-le, la propagande grecque et la propagande française dont les intérêts apparaissaient confondus, venait de le consacrer porte-parole des intérêts patriotiques et diplomatiques du moment.

37Mais, en fin de compte, pourquoi Driault, pourquoi Philippson et Dieterich ? En un mot, pourquoi Byzance ? Par les choix historiques de la propagande grecque, par les experts occidentaux mobilisés, c’est, en dernière analyse, la promotion d’une certaine idée impériale qui semble donc s’être profilée dans les revendications formulées par le gouvernement de Vénizélos au nom de la nation grecque.

Définition nationale et idée impériale

38Cette référence centrale à l’Empire byzantin dans le discours des représentants du gouvernement grec et le choix des experts à l’appui des revendications de la Grèce n’obéissaient en effet pas seulement à la nécessité d’étayer un strict élargissement de l’espace national et un déplacement mécanique des frontières de la Grèce. Elle sous-tendait, à n’en pas douter, dans le milieu vénizéliste même, une vision nationale dotée d’une composante impériale l’éloignant de l’État-nation géographiquement et ethniquement homogène qu’avait été la Grèce au xixe s.

  • 57 Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 3, 5, 15.

39Elle fournissait des solutions à la difficile question de l’adéquation du peuplement à la définition de l’État, que Vénizélos ne pouvait dissimuler, notamment à propos du mélange inextricable des populations grecques et albanaises en Épire du Nord et grecques et turques en Asie Mineure. La référence à l’Empire byzantin permettait en effet de justifier l’intégration des populations dites « homogènes » restées hors des frontières, les « Grecs irrédimés » pour reprendre la terminologie de l’époque, en reproduisant l’extension territoriale de l’Empire, quand bien même le rapport des populations grecques avec le reste des habitants n’était pas à leur avantage. Si, en Épire du Nord, les populations « grecques » représentaient 120000 individus contre 80000 Albanais selon les chiffres de Vénizélos, les Grecs de Thrace étaient 730000 contre 957000 Turcs, 112000 Bulgares, 183000 Arméniens, 66000 israélites et 151000 représentants d’« autres nationalités » ; enfin, en Asie Mineure occidentale, le mémoire de Vénizélos faisait état de 818000 Grecs et de plus d’un million de Turcs57. Comment dès lors concilier avec une telle constatation le droit des peuples et les principes du président Wilson ? Sans doute cette idée d’Empire contenue dans les arguments de la partie grecque contribua-t-elle à la justification de l’intégration présentée comme inévitable de toutes les populations allogènes dans l’État grec qui devait être redéfini par la Conférence de la Paix.

  • 58 Couderc Anne, « Nation et circonscription. Construire et nommer le territoire grec, 1832-1837 », da (...)
  • 59 Politis Nicolas (n. 10), p. 7-8.

40Au xixe s., la politique constante de l’État grec, au moment de sa création et de ses agrandissements successifs, avait été à l’hellénisation du territoire et à l’effacement de la trace d’autres occupations (slave, albanaise, turque ou vénitienne), aboutissant à la définition d’un État et d’un territoire national fondée sur des critères ethniques exclusifs58. Désormais, l’incorporation de nombreuses populations reconnues comme non grecques était envisagée. La Grèce, d’après les termes de notre corpus, devait englober ces habitants « paternellement » et les administrer « avec le soin auquel ils ont droit et la conscience que c’est un devoir de la part d’un pays civilisé de rendre également justice à tous ses sujets, quelles qu’en soient l’origine et la civilisation59 ». L’argument d’une administration paternelle des populations allogènes dans le vaste ensemble politique projeté relevait bien d’un vocabulaire d’ancien régime ; il évoquait irrésistiblement, tout comme le terme de « sujets », l’idée du souverain, monarque ou empereur, parmi ses peuples, ou bien une représentation impérialiste des rapports entre le centre du pouvoir et des administrés jugés inférieurs. En ce sens, l’argumentation participait clairement de la représentation géopolitique et culturelle que les puissances coloniales avaient alors d’elles-mêmes et de leurs rapports avec les régions et les peuples dont elles avaient fait la conquête. En reprenant un tel discours pour le compte de la Grèce à la Conférence de la Paix, ses dirigeants tendaient à ériger le pays au niveau des puissances occidentales et impériales qui dominaient le monde au nom de la civilisation.

  • 60 Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 3.
  • 61 Conférence de la Paix 1919-1920 (n. 8), procès-verbal de la séance du 1er mars 1919, p. 92.

41Au-delà de l’intégration de populations aux appartenances multiples, c’était en effet le rapport entre le nouvel État et l’idée de civilisation qui semblait, dans la pensée de Vénizélos et de ses proches, fonder une dimension supérieure de l’État grec propre à lui conférer cette vocation universelle caractéristique de la notion d’empire. La Grèce, dans leur discours, n’apparaissait pas comme un État participant d’une civilisation, mais bien plutôt comme « berceau de la civilisation », « foyer du christianisme » – diffusé à l’époque byzantine –, ayant « grandement contribué au progrès humain » : elle incarnait la Civilisation tout entière. Rayonnant sur des peuples et cultures jugés inférieurs, elle semblait, dans cette argumentation, avoir le droit voire la mission de les absorber. Tel semble être le sens du développement relatif aux Albanais dans l’Épire du Nord : « La Grèce prétend que cette population mixte doit nécessairement lui être adjugée, car il serait contraire à toute équité de soumettre une majorité de civilisation supérieure à une minorité de civilisation inférieure60 ». La même idée était reprise dans les documents supplémentaires fournis à la conférence examinés le 1er mars 1919, où Vénizélos indiquait à propos des Grecs d’Asie Mineure occidentale qu’ils se trouvaient « devant des Turcs, c’est-à-dire devant une nation de civilisation inférieure61 ».

  • 62 Politis Nicolas (n. 10), p. 13-14.
  • 63 Driault Édouard (n. 47), p. 8.
  • 64 Ibid., p. 9.
  • 65 Ibid., p. 7.
  • 66 Ibid., p. 19.

42De la sorte, la présentation du projet de reconstituer un ensemble politique disposant du territoire impérial byzantin apparaissait comme une solution pour unifier le monde égéen en repoussant au loin les limites de la « barbarie », des « ennemis de la civilisation » auxquels Politis assimilait explicitement les Turcs, les Bulgares et les Allemands62. Il y avait à ce titre parfaite convergence avec les thèses de Driault, qui avaient tant intéressé Vénizélos et Politis, et qui lui valaient aussi, en mai 1919, le soutien de la propagande française. La fin de l’Empire ottoman devait en effet, selon les développements de son article de la Revue Bleue, signifier la possible renaissance de deux Empires porteurs de civilisation que la conquête turque avait détruits63, sous l’égide d’une France « restée depuis dix siècles la grande puissance chrétienne de l’Orient64 » : « l’empire arabe » dont la France, puissance coloniale en Afrique, devait être l’héritière65, et « l’empire grec », qui devait désormais revivre dans une grande Grèce alliée à la France et à l’Occident, à l’Est d’une Europe qu’elle devait garantir des assauts de ses ennemis, les « Barbares hyperboréens rejetés à jamais loin de ces pays qui ne sont pas faits pour eux66 ».

  • 67 Politis Nicolas (n. 10), p. 5 ; Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 3.
  • 68 Driault Édouard (n. 47), p. 11 et 15.

43Dans cette notion de civilisation à vocation universelle, s’inscrivait pourtant pleinement l’idée de démocratie, citée et par Driault et par Politis et Vénizélos, certes calquée sur une conception impériale napoléonienne, plus que byzantine… Pour Politis et Vénizélos, seul le « criterium de la conscience nationale » devait présider à l’adhésion des populations non hellénophones de l’Épire du Nord67. Pour Driault de même, cette « civilisation » opposée à la « barbarie » des Turcs ou des Allemands était porteuse de démocratie et du respect des droits des peuples, valeurs que, au lendemain de la révolution française, Napoléon avait déjà répandues dans les îles Ioniennes et les provinces illyriennes et qui devaient présider à la solution des problèmes de l’Orient en 191968. Cet universalisme des valeurs défendues par la nation grecque devait donc lui permettre, au sein du territoire impérial hérité, l’intégration des populations diverses, dans un creuset politique pour lequel l’Empire de Napoléon avait montré la voie.

Conclusion

44C’était donc une Grèce non dénuée d’ambition impériale qui présentait ses aspirations nationales au congrès de la Paix en 1919. La présence de Byzance dans les documents officiellement remis à la Conférence et les écrits de propagande de la Grèce, remarquable en elle-même, semble indiquer clairement que le rêve d’Empire qui domina toute l’histoire de la Grèce à partir de la définition de la Grande Idée fut présenté, explicitement fondé sur la référence à Byzance, à la Conférence de la Paix.

  • 69 Reinach Joseph, « La question d’Orient en Orient », Revue politique et littéraire, Revue Bleue 36 ( (...)

45À la fin du xixe s., Joseph Reinach prônait, comme solution à la question d’Orient, l’indépendance des nations balkaniques autour d’un État grec qui, faisant revivre le génie grec antique, construirait une démocratie sœur de la France et lui fournirait, dans une confédération balkanique qu’elle inspirerait par son modèle politique, un système d’alliances de revers avec de petits États, dirigé contre le danger que représentait alors la Russie69.

46En 1919, une telle représentation géopolitique n’avait, on le sait, pas disparu, mais la Grèce, toujours au centre d’un ensemble de petits États balkaniques indépendants, n’avait plus les mêmes proportions ni peut-être, dans l’esprit de ses défenseurs, la même nature : « restaurée dans tout son domaine » de part et d’autre de l’Égée, elle assumerait l’administration et la protection de nombreuses populations non grecques rassemblées dans un État héritier d’une grande partie des territoires de l’Empire ottoman.

  • 70 Cette thèse fait écho à l’œuvre de Iakovos Pitzipios étudiée par Fairey Jack dans sa contribution à (...)

47Là, bien sûr, se trouvait la clé de ces si fréquentes références à Byzance : l’héritage d’Empire. L’héritage impérial ottoman, celui des immenses territoires au peuplement depuis toujours mélangé, pouvait ainsi être revendiqué sans que la fin de l’État ottoman fût en elle-même remise en cause, au nom d’un Empire d’Orient qui au contraire avait été intégré dans l’histoire nationale grecque70.

  • 71 Dragoumis Ion, Mémoire sur la question grecque adressé à la Conférence de la Paix, 1919. Texte inté (...)

48Il s’agissait, on l’a vu, d’une conception impériale à la française, celle de la Grande nation à la fois conquérante et politiquement libératrice. Cette vision trouvait un contrepoint radical dans les propositions de l’ennemi de Vénizélos, Ion Dragoumis. Éloigné du champ politique grec par le pouvoir vénizéliste et les Alliés, exilé en Corse pendant la guerre puis assigné à résidence à Skopélos en 1919, lui-même envoya à la Conférence de la Paix un mémoire dans lequel il affirmait, en réfutant la vulgate reprise par le camp de la propagande officielle grecque : « Les Grecs ne visent pas la restauration de l’Empire d’Orient. Ils savent qu’une telle solution, même si elle semble désirable, ne correspond pas à la réalité présente ». Pour lui l’État grec ne pouvait, dans les circonstances d’alors, rassembler dans ses frontières la multitude, la force et la valeur du monde grec, l’hellénisme. S’il demandait le rattachement de l’Épire, de la Macédoine et de la Thrace à l’État grec, il prônait en revanche le maintien, au sein d’un futur « État anatolien », de toutes les communautés grecques d’Asie Mineure, avec une forte garantie par la SDN qu’y seraient instaurées et maintenues leur liberté, leur auto-administration et leur tranquillité71. Cette représentation qui fait écho à celle de l’Empire de Sokolis, relativement détachée de la logique des États-nations, était dans sa nature beaucoup plus fidèle à la réalité sociale et culturelle d’Empire qui avait prévalu jusque-là dans le monde ottoman.

49De telles solutions, opposées dans leurs méthodes, étaient toutes deux des tentatives pour préserver cet héritage impérial. Elles témoignaient, chacune à sa façon, de l’immense difficulté qui, finalement, demeura sans solution satisfaisante, de faire triompher le droit et la justice en découpant en États nationaux concurrents un ancien territoire d’Empire.

Notes

1 Driault Édouard, Histoire diplomatique de la Grèce. V, La Grèce et la Grande Guerre. De la Révolution turque au Traité de Lausanne (1908-1923), Paris, 1926, p. 333 ; Repoussi Maria, La Grèce et la Turquie, 1919-1923 : évolution et rencontre à travers les avatars de la « Grande idée », thèse de doctorat, université de Paris 1, 1988, p. 181-184.

2 Repoussi Maria (n. 1), p. 184 : synthèse des journaux Ἀκρόπολις [L’Acropole] des 8, 9, 10, 16 et 19 novembre 1918, Ἑστία [Le Foyer] des 19 et 30 octobre et du 2 novembre 1918, Πατρίς [La Patrie] du 18 décembre 1918.

3 Sur les relations entre le développement politique de l’État grec et la Grande Idée, voir Skopétéa Elli, Το « Πρότυπο Βασίλειο » και η Μεγάλη Ιδέα : όψεις του εθνικού προβλήματος στην Ελλάδα 1830-1880) [Le « royaume modèle » et la Grande Idée : aspects de la question nationale en Grèce (1830-1880)], Athènes, 1988 et Zélépos Ioannis, Die Ethnisierung grieschicher Identität 1870-1912. Staat und private Akteure vor dem Hintergrund der Megali Idea, Munich, 2002.

4 Fallmerayer Jacob Ph., Geschichte der Halbinsel Morea während des Mittelalters. Ein historischer Versuch, Stuttgart et Tubingen, 1830.

5 Skopétéa Elli (n. 3), p. 175-189 ; Koubourlis Ioannis, La formation de l’histoire nationale grecque : l’apport de Spyridon Zambélios (1815-1881), Athènes, 2005. Voir aussi les contributions à ce volume de Christodoulou Despina, Koubourlis Ioannis et Kioussopoulou Tonia.

6 Voir Gratziou Olga, Lazaridou Anastassia (éds), Από τη Χριστιανική Συλλογή στο Βυζαντινό Μουσείο (1884-1930). Κατάλογος της έκθεσης [De la collection chrétienne au Musée byzantin (1884-1930). Catalogue de l’exposition], Athènes, 2006.

7 Sokolis Konstantinos, Αὐτοκρατορία [Empire], Athènes, 1916.

8 Vénizélos Éleuthère, La Grèce devant le Congrès de la Paix, 1918, publié par la suite dans Conférence de la Paix 1919-1920, Recueil des actes de la Conférence. IV, Commissions de la Conférence. C. Questions territoriales. 5. Commission chargée d’étudier les questions territoriales intéressant la Grèce, Paris, 1923. Le gouvernement grec fit aussi faire une reproduction de ce mémoire, pour une distribution directe auprès de personnes influentes, à l’imprimerie Chaix en 1919 (c’est la pagination de cette brochure qui sera mentionnée dans les notes suivantes).

9 Kitsikis Dimitri, Propagande et pressions en politique internationale : la Grèce et ses revendications à la Conférence de la Paix (1919-1920), Paris, 1963.

10 Nicolas Politis fut l’auteur, entre autres nombreux libelles et introductions à des ouvrages favorables à la Grèce, de la brochure Les aspirations nationales de la Grèce, Paris, édition spéciale de La Paix des peuples, 1919, qui reprend, en les explicitant, toutes les propositions du mémoire de Vénizélos.

11 Notamment : Andréadès André, La Grèce devant le Congrès de la paix, Revue politique et parlementaire, Paris, 1919.

12 Voir, parmi ses très nombreuses publications de 1919 : Maccas Léon, L’hellénisme de l’Asie Mineure, son histoire, sa puissance, son sort, Paris, 1919, ouvrage commandé à Maccas en novembre 1918 par l’ambassadeur de Grèce en France Athos Romanos. Le but était de préparer le terrain pour l’arrivée de Vénizélos à Paris, prévue à la fin de décembre, pour la présentation de son mémoire à la Conférence de la Paix ; voir à ce sujet Kitsikis Dimitri (n. 9), p. 190. Voir aussi le périodique publié sous la direction de Léon Maccas : Études franco-grecques, Paris, 1918-1921.

13 Télégramme britannique à É. Vénizélos, 11/24 janvier 1915, cité par Repoussi Maria (n. 1), p. 164 ; plus généralement sur l’historique de la formulation des revendications grecques, ibid., p. 164-170. Voir aussi DriaultÉ douard (n. 1), p. 336.

14 Repoussi Maria (n. 1), p. 169.

15 Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 3. Tous les chiffres avancés par Vénizélos donnèrent lieu à des débats critiques à la Conférence de la Paix. Voir Conférence de la Paix 1919-1920 (n. 8), p. 12, 40 et passim.

16 Driault Édouard (n. 1), p. 336. Maria Repoussi (n. 1), p. 170, y voit quant à elle un exposé en termes « ethniques » et non historiques.

17 Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 14.

18 Ibid., p. 15 et de nouveau p. 17.

19 Ibid., p. 19.

20 Ibid., p. 18.

21 Sur la politique de distribution des ouvrages de la propagande grecque, voir Kitsikis Dimitri (n. 9), p. 182-211.

22 Andréadès André (n. 11), p. 15.

23 Sur la formation du concept d’hellénisme voir Sigalas Nikos, « Hellénistes, hellénisme et idéologie nationale. De la formation du concept d’“hellénisme” en grec moderne », dans Avlami Chrysanthi (éd.), L’Antiquité grecque au xixe siècle, un exemplum contesté ?, Paris, 2000, p. 239-291.

24 Andréadès André (n. 11), p. 15.

25 Politis Nicolas (n. 10), p. 16.

26 Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 4.

27 Koubourlis Ioannis (n. 5), notamment p. 77-81.

28 Ibid.

29 Voir Boulineau Emmanuelle, « Les géographes et les frontières austro-slovènes des Alpes orientales en 1919-1920. Entre la Mitteleuropa et les Balkans », Revue de géographie alpine 89 (2001), p. 173-184 ; ead., « Un géographe traceur de frontières : Emmanuel de Martonne et la Roumanie », L’espace géographique 4 (2001), p. 358-369 ; Ter Minassian Taline, « Les géographes français et la délimitation des frontières balkaniques à la Conférence de la Paix en 1919 », Revue d’Histoire moderne et contemporaine 44 (1997), p. 252-286.

30 Kitsikis Dimitri (n. 9), p. 163 sqq. Les extraits de l’ouvrage (46 p.) traduits en français furent imprimés sous le titre L’hellénisme d’Asie Mineure : d’après le témoignage d’un savant allemand (Dr Alfred Philippson), Paris, imprimerie Lambessis, 1919.

31 Philippson Alfred, Reisen und Forschungen im westlichen Kleinasien, Gotha, 5 vol. publiés de 1910 à 1915.

32 Note 1 p. 16 dans le mémoire de Vénizélos et p. 9-11 dans la brochure de Politis. Vénizélos fit parvenir ces extraits au secrétariat de la Conférence de la Paix qui les examina le 1er mars 1919 ; voir Conférence de la Paix 1919- 1920 (n. 8), procès-verbal de la séance du 1er mars 1919, p. 91-92.

33 Politis Nicolas (n. 10), p. 9-12.

34 Ibid., p. 12.

35 Conférence de la Paix 1919-1920 (n. 8), p. 91.

36 Ibid., p. 144-147 ; voir aussi p. 12 et p. 39-40.

37 Vidal de la Blache Paul, Tableau de la géographie de la France, Paris, 1908, p. 8.

38 Ibid.

39 Couderc Anne, Frontières et territoires dans les Balkans, histoire de la première frontière gréco-ottomane, 1827-1881, thèse de doctorat, université de Paris 1, 2000, p. 102-187.

40 Paparrigopoulo Constantin, Histoire de la civilisation hellénique, Paris, 1878.

41 Parmi les nombreux travaux d’André Andréadès déjà publiés en 1919, on comptait sur Byzance et la Grèce les ouvrages et articles suivants : ʻΙστορία τῆς ἑλληνικῆς δημοσίας οἰκονομίας ἀπὸ τῶν ἡρωᾯκῶν χρόνων μέχρι τῆς συστάσεως τοῦ ἑλληνικοῦ βασιλείου [Histoire de l’économie publique grecque depuis les temps héroïques jusqu’à la formation du royaume grec], Athènes, 1918, 5 vol. (le premier volume concerne l’économie publique de l’époque homérique et le 5e l’économie publique de Byzance) ; Les finances byzantines. Conférence faite à l’École française d’Athènes le 5 mars 1908, Paris, 1911 ; « Ali Pacha de Tébelin : économiste et financier », Paris, extrait de la Revue des études grecques 25 (1912) ; « L’administration financière de Jean Capodistrias, gouverneur de la Grèce (1821-1831), Bucarest, extrait du Mouvement économique 76 (mars 1911).

42 Dieterich Karl, Das Griechentum Kleinasiens, Leipzig, 1915, notamment p. 23-24.

43 Kitsikis Dimitri (n. 9), p. 163. L’ouvrage fut présenté sous le titre : Dieterich Karl, L’hellénisme en Asie-Mineure. Le témoignage d’un Allemand, Paris, Bureau d’information hellénique, Questions grecques 1914-191933 (1919). Il est précisé dans l’introduction que sa traduction en anglais a circulé aux États-Unis.

44 Maccas Léon (n. 12), appendice.

45 Voir Kitsikis Dimitri (n. 9), p. 452 sqq.

46 Driault Édouard, Coups de plume, première série, Versailles, chez l’auteur, 1937, p. 17. Consulté à la bibliothèque de l’Académie d’Athènes.

47 Driault Édouard, « Devant Constantinople », Revue politique et littéraire. Revue Bleue 24 (28 décembre 1918) et 1 (11 janvier 1919). Réimpression à part sous les titres Devant Constantinople et Before Constantinople, Paris, Chaix, 1919. C’est la pagination de cette réimpression en français qui sera mentionnée ici. Sur Driault et la Grèce au moment de la Conférence de la Paix, voir Couderc Anne, « Des études napoléoniennes au soutien de la Grande Idée grecque : Édouard Driault (1864-1947) et le rêve d’une Méditerranée impériale », dans Papastamkou Sofia, La France et la Méditerranée, Matériaux pour l’histoire de notre temps 99 (2010), p. 36-44.

48 Driault Édouard, La question d’Orient depuis ses origines jusqu’à nos jours, Paris, 1898, 1900, 1905, 1909, 1912, 1914, 1917 ; une huitième édition fut publiée en 1921.

49 Driault Édouard (n. 47), p. 4.

50 Ibid., p. 6-7.

51 Pour prendre la mesure du rôle d’Édouard Driault dans le développement des études napoléoniennes, voir Petiteau Nathalie, Napoléon, de la mythologie à l’histoire, Paris, 1999 et 2004, passim.

52 Driault Édouard, Le Basileus Constantin XII : héros et martyr, Paris, 1936.

53 Archives Nationales de France (AN), F/17/23686 Driault, le vice-recteur de l’académie de Paris au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, le 12 avril 1919.

54 Ibid., Édouard Driault au recteur de l’académie de Paris, le 8 avril 1919.

55 Ibid., le directeur de l’enseignement secondaire au ministre, le 17 avril 1919, et le ministre de l’Instruction publique au vice-recteur de l’académie de Paris, minute du 1er mai 1919.

56 Ibid., note émanant du cabinet du directeur de l’enseignement secondaire, 7 mai 1919.

57 Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 3, 5, 15.

58 Couderc Anne, « Nation et circonscription. Construire et nommer le territoire grec, 1832-1837 », dans deRapper Gilles, Sintès Pierre (éds), Nommer et classer dans les Balkans, Athènes, 2008, p. 217-235.

59 Politis Nicolas (n. 10), p. 7-8.

60 Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 3.

61 Conférence de la Paix 1919-1920 (n. 8), procès-verbal de la séance du 1er mars 1919, p. 92.

62 Politis Nicolas (n. 10), p. 13-14.

63 Driault Édouard (n. 47), p. 8.

64 Ibid., p. 9.

65 Ibid., p. 7.

66 Ibid., p. 19.

67 Politis Nicolas (n. 10), p. 5 ; Vénizélos Éleuthère (n. 8), p. 3.

68 Driault Édouard (n. 47), p. 11 et 15.

69 Reinach Joseph, « La question d’Orient en Orient », Revue politique et littéraire, Revue Bleue 36 (8 mars 1879), p. 837-849. Voir aussi Couderc Anne, « Joseph Reinach et la Question d’Orient (1876-1879) », dans Basch Sophie, Espagne Michel et Leclant Jean (éds), Les frères Reinach, Paris, 2008, p. 285-307.

70 Cette thèse fait écho à l’œuvre de Iakovos Pitzipios étudiée par Fairey Jack dans sa contribution à ce volume.

71 Dragoumis Ion, Mémoire sur la question grecque adressé à la Conférence de la Paix, 1919. Texte intégral publié dans Terrades Marc, Le drame de l’hellénisme. Ion Dragoumis (1878-1920) et la question nationale en Grèce au début du xxe s., Paris, 2005, p. 347-357.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search