Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

L’héritage byzantin dans la pensée artistique et l’art roumains au tournant du XXe s

Adriana Şotropa

Résumé

Cherchant une voie d’expression artistique originale tout en essayant de créer un style national moderne, la Roumanie se tourna vers son passé byzantin, surtout dans la dernière décennie du xixe et au début du xxe s. Plusieurs personnalités du monde culturel et artistique encouragèrent, dans leurs écrits et dans leurs œuvres, la création de ce que la critique de l’époque appelait un « néo-byzantinisme ». La princesse Marie cristallise autour d’elle et autour de la société qu’elle patronne, « La Jeunesse artistique », un engouement pour l’héritage byzantin. Peintres (Apcar Baltazar, Stefan Popescu, Octavian Smigelschi), sculpteurs (Frederic Storck, Dimitrie Paciurea), historiens et critiques d’art (Alexandru Tzigara-Samurcaş, Léo Bachelin, Nicolae Petrascu), hommes de lettres (Alexandru A.C. Sturdza) et hommes politiques (Constantin Dissescu) ont œuvré en faveur de ce mouvement, mêlant modernité et sources byzantines.

Texte intégral

« Cependant que l’Occident moderne s’éveille et s’étonne de cette féerie nouvelle, la Roumanie dort encore du sommeil candide de l’insouciance et de l’ignorance, tandis que des trésors d’art byzantin gisent dans nos musées, et que tout un passé peu connu a vibré sous l’influence de la civilisation byzantine. Mais non, voici que chez nous une magicienne sublime, une princesse magnanime rénove le passé, fait surgir un art enseveli sous l’indifférence. »

  • 1 Dissesco Constantin, Byzance et l’influence byzantine en Roumanie, compte rendu par Sturdza Alex. A (...)
  • 2 Vlad Laurenţiu, Imagini ale identităţii naţionale, Bucarest, 2001.
  • 3 Lowe Shona, « Romanian “National Style” and the 1906 Bucharest Jubilee Exhibition », Journal of Des (...)

1Ainsi s’exprimait, en février 1903, Constantin Dissescu (1854-1932), lors d’une conférence intitulée « Byzance et l’influence byzantine en Roumanie » tenue à l’Athénée roumain, devant un public bucarestois trié sur le volet1. La question de l’héritage byzantin et du rôle de la princesse Marie était amplement débattue par les hommes de culture et par les artistes roumains à la fin du xixe et au début du xxe s., période animée par la volonté de créer un style artistique autochtone, désireux d’exprimer une identité nationale. L’école d’architecture roumaine a créé à cette époque un véritable « style national » majoritairement inspiré des éléments architecturaux des monastères et des palais médiévaux roumains, style encouragé par l’État puisqu’il fut notamment employé pour les pavillons des Expositions universelles2 et pour l’Exposition nationale qui se déroula à Bucarest en 19063.

  • 4 Dissesco Constantin (n. 1), p. 16.

2 Le discours de Dissescu souligne l’une des préoccupations majeures du moment, créer un « art nouveau, inspiré des éléments laissés par l’art ancien et animé des tendances nouvelles de l’art moderne, [qui] combinerait harmonieusement le tout en un amalgame où la beauté revêtirait, pour être exprimée, des formes nouvelles4 ». Qui sont les acteurs de ce renouveau fondé sur une fusion entre tradition et modernité ? Quelles sont les modalités de leur action ? Quelles œuvres et quels artistes ont été rattachés par la critique contemporaine et par les historiens de l’art roumains à l’héritage byzantin ?

3Plusieurs personnalités du monde culturel et artistique ont encouragé, dans leurs écrits et dans leurs œuvres, la création de ce que la critique appelait un « néo-byzantinisme », dans le sens de la modernité esquissée par Dissescu. Par ailleurs, les architectes et les peintres ont contribué à la diffusion des images véhiculant des éléments empruntés à l’héritage byzantin en faisant œuvre d’illustrateurs pour des revues de haute tenue intellectuelle, comme Arhitectura, Ileana ou Luceafărul (fig. 1, 2).

Fig. 1. — Couverture de la revue Luceafărul, 1905.

Fig. 1. — Couverture de la revue Luceafărul, 1905.

Fig. 2. — George Sterian, couverture de la revue Arhitectura, 1906.

Fig. 2. — George Sterian, couverture de la revue Arhitectura, 1906.
  • 5 Ibid.
  • 6 Voir aussi Şotropa Adriana, « Regina Maria şi neobizantinismul la începutul secolului al xx-lea în (...)
  • 7 Oprea Petre, Societăţi artistice bucureştene, Bucarest, 1969, p. 41-57.
  • 8 Voir le catalogue de l’exposition Buni artişti, buni camarazi. Centenar « Tinerimea Artistică », mu (...)
  • 9 Prodan Constantin, Sculptura, pictura şi gravura românească, Bucarest, 1937, p. 43-44.
  • 10 « […] la partie du fond aménagée en boudoir modern style […] disons plutôt style princesse Marie »  (...)
  • 11 Bachelin Léo, « A viiia expoziţie anuală a Tinerimei artistice », Noua revistă română 26 (5 avril 1 (...)
  • 12 Smara [pseudonyme de Andronescu Smaranda], « Cronica artistică. Expoziţia de la Ateneu », Universul(...)

4 Dans la réévaluation du fonds byzantin, un personnage-clé se distingue et Dissescu l’avait présenté : « la créatrice de cet art nouveau, émané de l’art byzantin, mais teinté de modernisme et surtout d’inspiration très personnelle, la créatrice de cet art, c’est la princesse Marie de Roumanie5 ». La princesse héritière (1875-1938), future reine de Roumanie, joua en effet un rôle majeur dans la vie artistique roumaine6 (fig. 3). Elle patronna la plus importante société bucarestoise, « La Jeunesse artistique » (1901-1947), qui réunissait les artistes les plus prometteurs, tant peintres que sculpteurs7. Cette société promut entre autres, dans les premières années du xxe s., le retour à une Byzance légendaire et fonctionna en osmose avec une princesse qui fut une véritable muse8. Celle-ci exerça en outre un mécénat très actif et fut artiste elle-même. Elle ne se contentait « pas uniquement d’inspirer les artistes avec son idéologie symbolisto-byzantine dont elle était imprégnée, et de créer un milieu propice à l’art, elle contribua personnellement avec des études et des ouvrages d’art appliqué, qui donnèrent un style à l’époque9 ». Certains critiques allèrent même jusqu’à parler de « style princesse Marie10 ». Léo Bachelin qualifiait ses productions de « byzantino-roumaines11 », tandis que l’écrivain Smaranda Andronescu les rattachait au style « sécession et bizarre12 ».

  • 13 Dissesco Constantin (n. 1), p. 18.

5L’intérêt concomitant de la princesse tant pour les manifestations de la Sécession allemande ou de l’Art nouveau français que pour le passé byzantin de la Roumanie souleva l’admiration, voire la ferveur de certains poètes et artistes de l’époque. Le poète et chroniqueur du journal bucarestois La Roumanie, Alexandru A. C. Sturdza (1866-1920), n’hésitait pas à reconnaître en elle « la prêtresse inspirée d’une religion nouvelle de l’art, où les trois vertus théologales de l’Évangile chrétien, la Foi, l’Espérance et la Charité seraient remplacées par les trois vertus artistiques de cette vision en une cité idéale déjà rêvée par John Ruskin, de la Tradition, de la Beauté et de la Pitié13 ».

  • 14 Le palais de Cotroceni (Bucarest), demeure princière où règne une « floraison merveilleuse d’art no (...)
  • 15 « Domnitza » est un terme qui désigne les princesses roumaines du Moyen Âge, femmes des voïvodes ; (...)
  • 16 Morand Paul, Bucarest, Paris, 1990 [1935], p. 110.

6En s’inspirant, tant dans la décoration de ses demeures14 que dans ses tenues somptueuses et ses parures, de l’héritage byzantin, la princesse contribua activement à la valorisation de ce patrimoine culturel. Les photographies de l’époque et les divers témoignages nous dévoilent effectivement une créature directement descendue d’une fresque byzantine, la princesse n’hésitant pas à se déguiser en ancienne « domnitza roumaine15 » lors de diverses réceptions ou bals (fig. 4, 5). En 1935, Paul Morand parlait encore de ses diadèmes immenses, de son saphir gigantesque et de ses perles portées « avec une aisance asiatique qu’elle tient de ses aïeux les tsars. D’eux aussi lui vient sa passion du byzantin16 ». Cette passion pour Byzance pourrait être mise au compte de son ascendance russe du côté de sa mère, la grande-duchesse Maria Alexandrovna de Russie, qui avait cultivé durant l’enfance de la princesse son intérêt pour l’orthodoxie. Si ses multiples travestissements obéissent à son goût personnel, ils ne sont pas politiquement neutres en termes d’image pour cette princesse d’origine étrangère et de confession anglicane.

7Les aspirations artistiques incarnées par la princesse furent également soutenues par le critique d’art et bibliothécaire royal Léo Bachelin (1857-1930), Suisse installé en Roumanie. Bachelin reprit en 1903 un ancien article de 1898 intitulé « La nationalité dans l’art », en donnant les conseils suivants :

  • 17 Bachelin Léo, « La nationalité dans l’art », L’indépendance roumaine 6369 (21 février/5 mars 1898), (...)

« Quelle sera la voie à suivre pour y parvenir, ou, en d’autres termes, en quoi pourrait consister l’originalité de la Roumanie en peinture, en sculpture, en architecture, en musique ? À cette question nous répondrons sans crainte d’un démenti que le premier devoir de l’art roumain sera de s’inspirer de l’art byzantin populaire existant. […] Il suffirait à nos peintres de reprendre cette tradition pour faire une belle et grande œuvre. Il y aurait là pour eux une urgente rénovation à tenter : le néo-byzantinisme à créer, une peinture murale et décorative qui tiendrait à la fois des maîtres mosaïstes, des préraphaélites italiens, de Flandrin, de Moreau, de Puvis de Chavannes en France, de Ruskin et Burne-Jones en Angleterre. Quel beau programme à réaliser et dont la réalisation assurerait non seulement du pain et du travail à plusieurs générations d’artistes, mais peut-être aussi des chefs-d’œuvre au pays17 ! »

Fig. 3. — La princesse Marie, photographie de 1904, Musée national militaire, Bucarest.

Fig. 3. — La princesse Marie, photographie de 1904, Musée national militaire, Bucarest.

Fig. 4. — La princesse Marie, photographie de 1908, Musée national militaire, Bucarest.

Fig. 4. — La princesse Marie, photographie de 1908, Musée national militaire, Bucarest.

Fig. 5. — La Princesse Roxanda, fragment de peinture murale, avant 1526, Musée national d’Art de Roumanie.

Fig. 5. — La Princesse Roxanda, fragment de peinture murale, avant 1526, Musée national d’Art de Roumanie.
  • 18 Costin A. [Petraşcu Nicolae], « Stilul bizantin după Ruskin », Literatura şi arta română (1898), p. (...)

8 Bachelin rêvait manifestement d’une revivification du grand décor en associant les artistes roumains à des maîtres respectueux de la tradition mais soucieux de modernité. Trois d’entre eux, Moreau, Puvis de Chavannes et Burne-Jones, ont été associés à la notion de symbolisme une dizaine d’années avant leur mort, en 1898. Cela permet de mieux comprendre l’utilisation de l’expression d’idéologie « symbolisto-byzantine » de la princesse Marie employée par Constantin Prodan. Le critique d’art et théoricien anglais John Ruskin est aussi une référence majeure pour les partisans de cette dynamique. Cette même année 1898, le directeur de la revue Literatura şi arta română [Littérature et art roumains], Nicolae Petraşcu, signe un article intitulé « Le Style byzantin selon Ruskin » qui témoigne en conclusion d’une aspiration similaire au décoratif18.

  • 19 Baltazar Apcar, « Bizantinii ca decoratori », Viaţa românească 8-9 (1907) (cf. id., « Bizantinii ca (...)
  • 20 À cette fin, il publie quatre articles fondamentaux pour la compréhension de ses théories : « L’Art (...)

9Si bien des souhaits étaient formulés par les critiques d’art et soutenus par la princesse Marie, quels artistes se sont inspirés de l’héritage byzantin ? Le peintre Apcar Baltazar (1880-1909) est l’un des premiers à avoir œuvré dans cette direction. On lui doit des copies des peintures murales du monastère de Hurezi, de l’église de Filipestii de Padure et de l’église de Colţea, conservées à la bibliothèque de l’Académie roumaine, mais aussi toute une série de compositions inspirées d’ensembles similaires. Les éléments décoratifs et les figures des saints et des princesses roumaines ont constitué l’un de ses principaux centres d’intérêt. Baltazar a, en outre, publié des études entre 1907 et 1909 dans le Bulletin de la Commission des Monuments historiques et dans la revue La Vie roumaine, parmi lesquels nous retenons « Les byzantins décorateurs » (1907) et « Vers un style roumain » (1908)19. Selon Baltazar, la réforme picturale aurait dû se fonder sur l’application des principes de l’art byzantin épuré à l’art profane20. Le style qu’il nomme « roumain » a, selon lui, deux caractères : rustique-national et religieux-byzantin. La simplicité du style, la priorité accordée au symbole, le remploi des motifs décoratifs, constituaient en effet pour Baltazar le point de départ d’un art roumain moderne spécifique, très proche des aspirations de la princesse Marie et de la « Jeunesse artistique », aux manifestations de laquelle il exposa d’ailleurs à plusieurs reprises. Une œuvre aujourd’hui non localisée, La Princesse Roxanda (fig. 6), frappe par sa rigidité, par l’absence de volume de la figure et le peu de profondeur. Dans d’autres œuvres, comme les Scènes de la vie de saint Georges, Baltazar place des figures frontalement, avec peu de volume sur un fond abstrait. Le lien iconographique et plastique de ce saint Georges à cheval avec la peinture d’icônes semble plutôt de l’ordre de la réminiscence, mais il mérite d’être signalé. Quelques détails de ces projets dans le domaine des arts décoratifs, comme les couronnes des figures féminines, évoquent les accessoires qu’affectionnait la princesse Marie.

  • 21 Radu Iacob, Biserica Sfintei Uniri din Tâmpahaza-Ujfalau (Rădeşti), Oradea Mare, 1911, p. 33.

10Si Baltazar est principalement actif à Bucarest, sa ville natale, le peintre Octavian Smigelschi (1866-1912) est originaire d’un espace culturel différent, la Transylvanie, région dans laquelle il a d’ailleurs beaucoup travaillé. À la différence de Baltazar, qui n’a jamais quitté la Roumanie, Smigelschi a beaucoup voyagé : il est allé à Venise et à Ravenne (1898-1899) pour y étudier les mosaïques et les fresques byzantines. De même, il a entrepris de nombreux voyages d’études dans les monastères et églises roumaines. D’après des propos rapportés, Smigelschi entendait « créer un art monumental de caractère national-roumain, non seulement religieux, mais aussi profane21 ». Il est ainsi l’un des rares artistes à avoir en quelque sorte répondu à l’appel de Bachelin concernant la peinture murale. Smigelschi a décoré de nombreuses églises en Roumanie, l’une de ses commandes les plus importantes étant la cathédrale orthodoxe de Sibiu (1904).

Fig. 6. — Apcar Baltazar, Domnita Roxanda, [1902-1909], localisation inconnue.

Fig. 6. — Apcar Baltazar, Domnita Roxanda, [1902-1909], localisation inconnue.
  • 22 Ce genre de dessins fut également présenté lors de son exposition personnelle dans la galerie paris (...)
  • 23 Petraşcu Nicolae, « A doua expoziţie a Tinerimii artistice », Literatura şi arta română 1-2 (1903), (...)
  • 24 Tant le nom de Puvis de Chavannes que celui de Ştefan Popescu ont été associés à la décoration de l (...)

11 Peu après 1900, le peintre Ştefan Popescu (1872-1948) fait figure de chef d’école à Bucarest, d’une école que certains critiques appelaient tantôt « néo-byzantine », tantôt « roumaine ». Popescu expose dès 1901 des esquisses faites in situ, d’après les fresques et les ornements byzantins des monastères et églises roumaines, corpus qu’il présente sous le titre Recherches sur le style roumain22. Lors de son exposition personnelle à l’Athénée roumain de Bucarest en 1901, Popescu présente de petites compositions sur le thème du conte populaire Ileana Cosânzeana en reprenant les motifs qu’il avait recopiés dans les églises : entrelacs, motifs végétaux stylisés, accessoires des costumes (fig. 7). De même, signalons chez Popescu l’emploi de l’écriture dorée comme élément décoratif : elle borde les compositions à la façon d’un encadrement – comme on peut le voir sur certains épitaphioi, aèrs ou voiles d’icônes des xvie-xviie s. En 1903, le critique Nicolae Petraşcu parlait élogieusement de Popescu en encourageant ses « recherches dans le style byzantin, d’où se dégage une sensibilité fine et évocatrice, rappelant ici et là les trois apôtres de la peinture moderne : Puvis de Chavannes, Gustave Moreau et Burne-Jones23 ». On retrouve chez Petraşcu les mêmes références que chez Bachelin, le même rapprochement entre le style byzantin et la modernité24.

Fig. 7. — Ştefan Popescu, Ileana Cosânzeana, pl. 1, gouache sur carton, 1900, Musée national de Peles, Sinaia.

Fig. 7. — Ştefan Popescu, Ileana Cosânzeana, pl. 1, gouache sur carton, 1900, Musée national de Peles, Sinaia.

12Les douze filles de l’empereur de Ştefan Popescu, aquarelle exposée à la « Jeunesse artistique » en 1903, s’inspire du conte éponyme et représente la traversée par les princesses de la forêt d’or. Notons simplement que celles-ci portent des couronnes, des pendentifs temporaux et des ceintures directement inspirés des accessoires byzantins. Ces détails sont d’importance puisque les robes et les couronnes sont proches du style affectionné par la princesse Marie, qui, lors de son sacre en 1922, s’afficha avec une couronne semblable (fig. 8, 9). Le personnage féminin qui apparaît sur l’affiche que Popescu réalisa pour la première exposition de la « Jeunesse artistique » en 1902 pourrait être une représentation allégorique de la princesse : protectrice des arts, couronnée des lauriers de la gloire, elle tend la victoire aux artistes. On retrouve le caractère hiératique des personnages byzantins. L’inscription disposée de part et d’autre du visage, sa calligraphie et sa couleur dérivent des inscriptions similaires dans l’art de l’icône. Les rinceaux évoquent un motif très fréquent dans les décorations des peintures des églises que Popescu a recopié soit à Polovragi, soit à Hurezi.

Fig. 8. — Ştefan Popescu, Les douze filles de l’empereur, détail, gouache sur carton, [1903], département des Estampes du Musée national d’Art de Roumanie.

Fig. 8. — Ştefan Popescu, Les douze filles de l’empereur, détail, gouache sur carton, [1903], département des Estampes du Musée national d’Art de Roumanie.

Fig. 9. — La reine Marie, carte postale, 1922.

Fig. 9. — La reine Marie, carte postale, 1922.

13Bien que plus difficilement, les sculpteurs roumains essayèrent aussi d’appliquer les principes de l’art byzantin au tournant du siècle.

  • 25 Le sculpteur poursuit : « Pour la réalisation de ces statues, j’ai couru tout Bucarest, cherchant à (...)
  • 26 Oprescu George, Sculptura statuară românească, Bucarest, 1954, p. 110.

14Dans un manuscrit malheureusement non daté, le sculpteur Frédéric Storck (1872-1942) déclarait à propos des quatre évangélistes réalisés entre 1903 et 1904 en collaboration avec l’architecte Ion Mincu pour la chapelle Gheorghieff du cimetière Bellu de Bucarest : « Je pense avoir réussi à réaliser des statues qui, sans être trop figées comme la plupart des figures de la peinture byzantine, sont en parfait accord avec le style byzantin, surtout en ce qui concerne la monumentalité25 ». Si les évangélistes n’ont pas beaucoup en commun avec les figures byzantines à première vue, il faut signaler que l’historiographie de l’art roumain y a vu un très bon exemple dans ce sens. En effet, l’historien de l’art George Oprescu rattachait « aux lois de l’art byzantin » la rigidité des plis des vêtements, les ombres creuses, l’attitude sévère ainsi que les gestes retenus des évangélistes26. L’ensemble funéraire reste une œuvre originale conçue par Mincu, l’un des créateurs du style « national » ou « néo-roumain », dans un esprit tourné vers l’héritage byzantin (fig. 10, 11).

FIG. 10. — Frederic Storck, Évangéliste, 1903-1904, cimetière Bellu, Bucarest.

FIG. 10. — Frederic Storck, Évangéliste, 1903-1904, cimetière Bellu, Bucarest.

FIG. 11. — Ion Mincu, chapelle funéraire Gheorghieff, [1904], cimetière Bellu, Bucarest.

FIG. 11. — Ion Mincu, chapelle funéraire Gheorghieff, [1904], cimetière Bellu, Bucarest.
  • 27 « Une note totalement novatrice nous est donnée en sculpture par monsieur Frederic Storck. Le sarco (...)
  • 28 Ibid., p. 441.

15 Une autre œuvre participant du même engouement est un sarcophage orné de reliefs en bronze réalisé par Storck probablement vers 1906. Ce sarcophage, une commande funéraire comme la précédente, fut remarqué dès son exposition dans la rotonde de l’Athénée roumain en 1907 par l’historien d’art Alexandru Tzigara-Samurcaş, qui y voyait une véritable innovation dans la sculpture roumaine27 et un emploi très judicieux des canons byzantins dans le rendu des figures : « Les saints sont des mannequins habillés. À l’exception de leur figure, la présence du corps est trahie seulement par les mains et par les bouts des pieds qui pointent du dessous du lourd drapé28 ». La schématisation des drapés, mais également la disposition des figures des évangélistes dans des médaillons ornés aux angles de motifs végétaux stylisés, les pilastres qui séparent ces médaillons, de même que la riche décoration de l’ensemble, font de ce sarcophage un exemple de réappropriation des éléments d’origine byzantine.

  • 29 La Prière de Constantin Brancusi, exposée à la « Jeunesse artistique » en 1914, a été souvent mise (...)

16La sculpture qui présente le plus de rapports avec l’art byzantin, quoique réalisée plus tardivement, est incontestablement La Dormition de la Vierge de Dimitrie Paciurea (1873-1932). Cette figure, exposée à la « Jeunesse artistique » en 1912, était destinée à orner la chapelle funéraire de la famille d’Anastase Stolojan au cimetière Bellu de Bucarest (fig. 12). Pour traduire plastiquement l’idée de dormition, Paciurea produit un spectaculaire gisant. Il s’inspire des représentations de la Dormition de la Vierge des icônes byzantines pour la pose et pour le canon de la figure entière. En outre, Paciurea réussit pleinement à transposer en bronze, dans un art éminemment tridimensionnel, un traitement plastique spécifique à l’art de l’icône. Le parallélisme des courbes, la rigidité du corps accentuée par la symétrie des plis, l’aplatissement des formes, la géométrisation des traits se trouvent ici magnifiés par l’échelle : ils contribuent à l’extraordinaire sérénité de la figure29.

Fig. 12. — Dimitrie Paciurea, La Dormition de la Vierge, bronze, 1912, Musée national d’Art de Roumanie.

Fig. 12. — Dimitrie Paciurea, La Dormition de la Vierge, bronze, 1912, Musée national d’Art de Roumanie.
  • 30 Lowe Shona, « From Maori Tea-hut to Turkish Palace : The “Dream houses” of Queen Marie of Romania » (...)
  • 31 Plus tardivement, Olga Greceanu (1890-1978) se rapprochera de la tradition byzantine dans ses fresq (...)

17Si l’héritage byzantin a été constamment évoqué par la critique dans les débats touchant la question de la création nécessaire d’un art national, la peinture et la sculpture roumaines se sont inspirées de ce patrimoine, à des degrés variés, au tournant du siècle. Les œuvres n’ont parfois emprunté que des détails du répertoire ornemental byzantin, à l’exemple de la Dormition de la Vierge de Paciurea, et les différences sont considérables : nous ne pouvons déceler une démarche unitaire dans la constitution d’un nouveau langage national, tel qu’il était voulu à l’époque. La princesse Marie cristallise autour d’elle un engouement pour l’héritage byzantin mais elle n’a pas promu que celui-ci : elle s’est en effet aussi passionnée pour l’art celtique et scandinave30. Comment expliquer cet écart entre les écrits et les œuvres ? Sans doute faut-il faire la part des œuvres qui ne sont pas parvenues jusqu’à nous, notamment en raison de l’installation du régime communiste. On peut aussi évoquer la mort prématurée de Baltazar en 1909, celle de Smigelschi en 1912, l’implication moins assidue dans le domaine artistique de la princesse, devenue reine de Roumanie en 1914. L’absence de groupes d’artistes solidement constitués au service d’une esthétique commune, la faiblesse des commandes publiques de grandes décorations murales dans le sens des desiderata de Bachelin, mais également des commandes privées comme celle de la famille Stolojan pour Paciurea, n’ont pas facilité la création d’un nouveau style d’inspiration byzantine dans l’art roumain31.

Notes

1 Dissesco Constantin, Byzance et l’influence byzantine en Roumanie, compte rendu par Sturdza Alex. A., Bucarest, 1903, passage cité p. 3. Cette petite plaquette a été publiée à 150 exemplaires numérotés. Constantin G. Dissescu a été ministre de la Justice entre 1899 et 1900 et ministre de la Culture et de l’Instruction publique de 1906 à 1907 puis de 1912 à 1914 ; voir Predescu Lucian, Enciclopedia Cugetarea, Bucarest, [1940], s.v.

2 Vlad Laurenţiu, Imagini ale identităţii naţionale, Bucarest, 2001.

3 Lowe Shona, « Romanian “National Style” and the 1906 Bucharest Jubilee Exhibition », Journal of Design History 3 (2002), p. 147-162. Nous n’aborderons pas ici cette architecture officielle, mieux étudiée que la peinture ou la sculpture ; voir Popescu Carmen, Le style national roumain. Construire une nation à travers l’architecture 1881-1945, Rennes, 2004 ; Kallestrup Shona, Art and Design in Romania 1866-1927. Local and International Aspects of the Search for National Expression, New York, 2006 ; Constantin Marian, Palate şi colibe regale din România. Arhitectura şi decoraţia interioară în slujba monarhiei (1875-1925), Bucarest, 2007.

4 Dissesco Constantin (n. 1), p. 16.

5 Ibid.

6 Voir aussi Şotropa Adriana, « Regina Maria şi neobizantinismul la începutul secolului al xx-lea în România », Revista muzeelor. Număr special dedicat Reginei Maria, 2007, p. 37-40.

7 Oprea Petre, Societăţi artistice bucureştene, Bucarest, 1969, p. 41-57.

8 Voir le catalogue de l’exposition Buni artişti, buni camarazi. Centenar « Tinerimea Artistică », musée national Cotroceni, 18 mai-30 juin 2001, Bucarest, 2001.

9 Prodan Constantin, Sculptura, pictura şi gravura românească, Bucarest, 1937, p. 43-44.

10 « […] la partie du fond aménagée en boudoir modern style […] disons plutôt style princesse Marie » ; J. B., « “La Jeunesse artistique” à l’Athénée », La Roumanie 1277 (11/24 mars 1903), p. 2.

11 Bachelin Léo, « A viiia expoziţie anuală a Tinerimei artistice », Noua revistă română 26 (5 avril 1909), p. 388.

12 Smara [pseudonyme de Andronescu Smaranda], « Cronica artistică. Expoziţia de la Ateneu », Universul 69 (12 mars 1902), p. 1.

13 Dissesco Constantin (n. 1), p. 18.

14 Le palais de Cotroceni (Bucarest), demeure princière où règne une « floraison merveilleuse d’art nouveau » est largement décoré par la princesse elle-même. « Depuis les détails architectoniques, les portes et les murs, le plafond, le dallage du parquet, où prédominent partout les ors, les verts et les blancs, jusqu’aux détails décoratifs, au mobilier et aux orfèvreries, tout est empreint d’un profond cachet de création d’art » ; Dissesco Constantin (n. 1), p. 17. Georges Oudard en fit également la description : « La princesse s’est plu à décorer fort luxueusement, dans sa jeunesse, l’intérieur de cette demeure. Les vastes salons aux jolies arcades byzantines et aux murs recouverts de céramiques émeraude et or en relief d’un dessin souvent compliqué, enchantent moins aujourd’hui le visiteur que naguère. Le créateur de ce somptueux ensemble qu’on devine être un disciple britannique de Majorelle, a interprété avec une vraiment trop exubérante fantaisie, le délicieux art roumain » ; Oudard Georges, Marie de Roumanie, Paris, 1939, p. 53.

15 « Domnitza » est un terme qui désigne les princesses roumaines du Moyen Âge, femmes des voïvodes ; voir Grant George, « La Société Tinerimea artistică », La Roumanie 2713 (13/26 mars 1908), p. 2.

16 Morand Paul, Bucarest, Paris, 1990 [1935], p. 110.

17 Bachelin Léo, « La nationalité dans l’art », L’indépendance roumaine 6369 (21 février/5 mars 1898), p. 2, repris dans id., Esquisses roumaines. Littérature, folklore et art, Bucarest, 1903, p. 213-214.

18 Costin A. [Petraşcu Nicolae], « Stilul bizantin după Ruskin », Literatura şi arta română (1898), p. 768-772.

19 Baltazar Apcar, « Bizantinii ca decoratori », Viaţa românească 8-9 (1907) (cf. id., « Bizantinii ca decoratori », Universul literar 26 [22 juin 1930], p. 414) ; id., « Vers un style roumain », Viaţa românească 11 (1908), reproduit dans id., Convorbiri artistice, préface et anthologie de Radu Ionescu, Bucarest, 1974, p. 112-138.

20 À cette fin, il publie quatre articles fondamentaux pour la compréhension de ses théories : « L’Art et l’industrie » (1905), « La tapisserie et la peinture » (1905), « L’Art décoratif au Théâtre national » (1905) et « Vers un style roumain » (1908), qui comptent parmi les articles les plus novateurs de la critique d’art roumaine de l’époque.

21 Radu Iacob, Biserica Sfintei Uniri din Tâmpahaza-Ujfalau (Rădeşti), Oradea Mare, 1911, p. 33.

22 Ce genre de dessins fut également présenté lors de son exposition personnelle dans la galerie parisienne Bernheim-Jeune et ensuite, la même année, au Salon des Orientalistes tenu au Grand Palais.

23 Petraşcu Nicolae, « A doua expoziţie a Tinerimii artistice », Literatura şi arta română 1-2 (1903), p. 29-30.

24 Tant le nom de Puvis de Chavannes que celui de Ştefan Popescu ont été associés à la décoration de l’Athénée roumain de Bucarest, mais ni la proposition du premier ni les esquisses du second ne furent acceptées. L’Athénée reçut une décoration beaucoup plus tard, en 1927, par le peintre Costin Petrescu, nettement influencé par les fresques de tradition byzantine ; Puşcariu Sextil, Călare pe două veacuri. Amintiri din tinereţe (1895-1906), Bucarest, 1968, p. 171.

25 Le sculpteur poursuit : « Pour la réalisation de ces statues, j’ai couru tout Bucarest, cherchant à me familiariser avec le style byzantin dans les églises. Je l’ai étudié dans les livres et dans les gravures, et tout ce qu’il pouvait y avoir en rapport avec la conception en peinture de la figure humaine. […] Ces statues, chaque pli de leurs drapés et de leurs costumes, je les ai d’abord étudiés d’après nature ; la stylisation et la simplification des lignes et des plans ont été réalisées d’après une étude en conformité avec la réalité » ; Cuţescu-Storck Cecilia, Viaţa şi opera sculptorului Fritz Storck, precedată de un studiu privind pe Karl şi Carol, texte dactylographié, p. 170-171 ; Archive Storck, Cecilia Cuţescu-Storck III, varia 8, Cabinet des manuscrits, bibliothèque de l’Académie roumaine.

26 Oprescu George, Sculptura statuară românească, Bucarest, 1954, p. 110.

27 « Une note totalement novatrice nous est donnée en sculpture par monsieur Frederic Storck. Le sarcophage ici reproduit en est un bon exemple. Il représente, malgré son apparence modeste, un grand pas en avant dans le domaine de l’art roumain. […] Malgré sa forme fatalement traditionnelle, le sarcophage se distingue par une interprétation nouvelle et personnelle » ; Tzigara-Samurcaş Alexandru, « Cronica artistică. Din operile sculptorului Frederic Storck », Viaţa românească 3 (mars 1908), p. 438-441.

28 Ibid., p. 441.

29 La Prière de Constantin Brancusi, exposée à la « Jeunesse artistique » en 1914, a été souvent mise en relation avec d’éventuelles sources byzantines. Les historiens de l’art Paul Westheim, Barbu Brezianu, Petru Comarnescu et l’écrivain Paul Morand soutiennent cette hypothèse ; Brezianu Barbu, Brâncuşi în România, Bucarest, 1998, p. 133-135.

30 Lowe Shona, « From Maori Tea-hut to Turkish Palace : The “Dream houses” of Queen Marie of Romania », Journal of Decorative Arts Society 23 (1999), p. 19-31.

31 Plus tardivement, Olga Greceanu (1890-1978) se rapprochera de la tradition byzantine dans ses fresques. Le contact direct du peintre Sabin Popp (1896-1928) avec les fresques médiévales allait s’inscrire, comme les œuvres de Greceanu, dans une démarche traditionnaliste qui connut un véritable revival dans les années 1920 ; voir Vlasiu Ioana, Anii ‘20. Tradiţie şi modernitate în pictura românească, Bucarest, 2000, p. 76.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Couverture de la revue Luceafărul, 1905.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 2. — George Sterian, couverture de la revue Arhitectura, 1906.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 3. — La princesse Marie, photographie de 1904, Musée national militaire, Bucarest.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 4. — La princesse Marie, photographie de 1908, Musée national militaire, Bucarest.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 5. — La Princesse Roxanda, fragment de peinture murale, avant 1526, Musée national d’Art de Roumanie.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 6. — Apcar Baltazar, Domnita Roxanda, [1902-1909], localisation inconnue.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 7. — Ştefan Popescu, Ileana Cosânzeana, pl. 1, gouache sur carton, 1900, Musée national de Peles, Sinaia.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 8. — Ştefan Popescu, Les douze filles de l’empereur, détail, gouache sur carton, [1903], département des Estampes du Musée national d’Art de Roumanie.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 9. — La reine Marie, carte postale, 1922.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre FIG. 10. — Frederic Storck, Évangéliste, 1903-1904, cimetière Bellu, Bucarest.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre FIG. 11. — Ion Mincu, chapelle funéraire Gheorghieff, [1904], cimetière Bellu, Bucarest.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 12. — Dimitrie Paciurea, La Dormition de la Vierge, bronze, 1912, Musée national d’Art de Roumanie.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9600/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

Auteur


Maître de conférences
Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search