Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

L’héritage partagé ? Byzance, Fallmerayer et la formation de l’historiographie bulgare au XIXe s

Dessislava Lilova

Résumé

Le texte analyse les représentations alternatives de Byzance dans l’imaginaire collectif bulgare du xixe s. Le canon historique décrit les relations entre les Bulgares et l’Empire comme un duel épique entre « les principes moraux du monde barbare » et « la félonie de la civilisation ancienne ». Cependant, l’utilisation de ce schéma dans un contexte politique mène au développement d’un complexe barbare. Dans l’effort d’accroître les capitaux symboliques de l’identité bulgare, les idéologues de la nation tentent de partager avec les Grecs les droits sur l’héritage prestigieux de Byzance, mais la thèse de Fallmerayer s’avère, sous ce rapport, infructueuse. La résistance à présenter l’orthodoxie et l’alphabet cyrillique comme les résultats de transferts culturels est au cœur de l’identité nationale, et cela explique pourquoi l’historiographie du xixe s. n’a pas réussi à légitimer la place des Bulgares parmi les héritiers de l’Empire byzantin.

Texte intégral

1Dans cet article, je me propose d’examiner les causes et les conséquences de la popularité considérable dont jouit le thème de Byzance dans la culture bulgare au xixe s. Les dernières décennies sous la domination ottomane jusqu’à la constitution d’un État indépendant en 1878 présentent un intérêt particulier. C’est l’époque où s’opère la transition de la pré-modernité à la modernité. On observe un développement des écoles, de la presse, du théâtre, de la littérature profane. Par un concours de circonstances, Byzance s’avère un sujet d’intérêt prioritaire pour toutes ces institutions. Les empereurs byzantins apparaissent comme des protagonistes dans toutes les pages des manuels d’histoire, alors que les filles de Byzance, belles mais présumées perfides, deviennent des personnages dramatiques immuables. Les journaux, de leur côté, impliquent Byzance dans le traitement des thèmes les plus variés – de la lutte pour l’indépendance de l’Église bulgare aux avantages et désavantages des mariages mixtes. Grâce à tout cela, la représentation de l’empire médiéval s’inscrit dans l’imaginaire collectif non pas comme un exotisme, mais comme une intimité, comme un héritage qui, sans être nécessairement positif, fait partie du monde que les Bulgares ont toujours habité. En d’autres termes, Byzance est conçue comme une partie intégrante de la réponse à la question des Bulgares : « Qui sommes-nous ? ». Il reste à savoir quel est le potentiel de cette formule identitaire et quelles en sont les utilisations idéologiques.

  • 1 Sur la représentation de Byzance dans les manuels d’histoire bulgare au xixe s., voir Lilova Dessis (...)

2Comme on pourrait s’y attendre, les manuels d’histoire sont d’un apport considérable pour l’intégration de Byzance à l’identité nationale1. C’est là que les Bulgares apprennent que le passé entier de leur État s’est déroulé comme un combat contre l’empire médiéval le plus puissant d’Europe. D’un côté, les Byzantins y sont représentés comme moralement décadents, raffinés mais perfides, d’un autre côté les Bulgares sont dépeints comme des guerriers rudes et moins expérimentés, mais dotés de davantage d’énergie et de principes moraux. Le sujet, à lui seul, n’est pas original. C’est un schéma éprouvé à maintes reprises dans l’historiographie européenne et qui, par principe, fonctionne bien, car il transforme le défaut d’être barbare en avantage ; il connaît aussi une certaine popularité dans le cas bulgare, même si son emploi se heurte à des obstacles inattendus.

  • 2 « Един поглед върху българската история [Un regard sur l’histoire bulgare] », Право [Le Droit] 49 ( (...)

3En premier lieu, on s’aperçoit que la conception des Bulgares comme peuple belliqueux n’est pas acceptée unanimement, même par les idéologues de la nation. D’un côté, on ne peut pas sous-estimer les efforts continus qui sont fournis dans la sphère de l’enseignement pour créer un culte des exploits spectaculaires des ancêtres. Il est vrai que la presse périodique aime rappeler à son auditoire comment le khan Kroum portait des toasts en se servant du crâne de l’empereur Nicéphore Ier comme d’une coupe à boire : « Ce fut le temps où, lit-on dans les pages du journal Право [Le Droit], le brave Kroum au cœur de lion but du vin à même le crâne du tzar grec Nicéphore, le temps où, de son bras puissant, il ébranla les fondements de l’Empire byzantin et fustigea l’opulence et la débauche grecques2 ».

  • 3 « Каква е същинската болест на нашия народ [Quel est le vrai malaise de notre peuple] », Напредък [(...)

4Mais on doit noter en même temps que dans la plupart des cas les commentaires sont nostalgiques, parfois même résignés et ironiques : « Nous nous plaisons à être fiers de Kroum, mais de quel droit ? Serait-ce parce qu’il a brûlé et pillé les villages grecs ? ». C’est la question posée par le journal Напредък [Le Progrès] qui répond de manière suivante : « Ceux qui sont les plus civilisés d’entre nous ne ressentent pas le besoin d’en être fiers3 ».

  • 4 Slaveykov Petko, « Какви хора сме ние ? [Quelle sorte de gens sommes-nous ?] », Гайда [La Cornemuse(...)
  • 5 Id., « Не сме народ, но сме безсловесно стадо [Nous ne sommes pas un peuple, nous sommes un troupea (...)

5S’ensuivent des considérations amères sur le caractère des Bulgares à l’époque contemporaine, car même les patriotes les plus fervents sont contraints de constater que leurs concitoyens n’ont pas conservé le caractère guerrier de leurs prédécesseurs. « Nous ne sommes pas des humains, nous sommes plutôt des moutons dociles4 », c’est ainsi que s’adresse ouvertement à ses lecteurs Petko Slaveykov en 1863. Deux ans plus tard, il exprime sa pensée dans des propos encore plus mordants : « Et malgré tout, vous ne me permettez pas de dire que nous ne sommes pas des humains, que nous ne sommes pas un peuple, mais que nous sommes un troupeau de moutons muets et aussi étourdis, de sorte que nous obéissons à quiconque prend le bâton pour nous conduire et que nous le suivons partout, comme bon lui semble de nous mener5 ».

6 Le compte rendu le plus extrême du décalage flagrant entre l’image historique des Bulgares et leur état actuel est présenté dans un éditorial du journal Ден [Le Jour], publié en 1876 :

  • 6 « Какви сме били, какви сме и какви ще бъдем ? [Qui avons-nous été, qui sommes-nous aujourd’hui et (...)

« Nous aimons contempler notre passé, le relire avec un enthousiasme inédit et, de temps en temps, le relater aux autres, en nous flattant d’être toujours les mêmes que jadis. […] Les traits excellents que l’histoire nous confère et sous lesquels elle nous décrit sont des traits qui revêtent une telle spiritualité, une telle activité et vitalité que si l’on voulait les comparer à ceux d’aujourd’hui, on conclurait que nous ne sommes plus les descendants directs de nos éminents ancêtres et de leur sang, mais d’un autre sang qui ne nous donne que l’apparence d’êtres vivants, donc nous devons admettre que nous ne sommes que des morts parmi les vivants6. »

  • 7 Sur les représentations alternatives à l’opposition « barbarie-civilisation » dans l’identité bulga (...)

7Selon leur stéréotype ethnique au xixe s., les Bulgares se font passer pour des gens dociles et travailleurs qui sont heureux dans leur paradis patriarcal7. La bienheureuse Arcadie est un modèle répandu d’esthétisation du primitif qui pénètre dans la culture bulgare à travers les traductions des récits de voyageurs européens. En principe, ce modèle a des chances d’être normalisé car il coïncide avec le stéréotype du pacifisme des anciennes communautés slaves. Mais en pratique l’intelligentsia adopte une attitude hostile vis-à-vis des idylles bucoliques et les considère comme un signe d’apathie et d’infantilisme honteux. Les causes en résident dans les implications politiques de l’utopie pastorale. La thèse de la population chrétienne paisible qui prospère au sein de l’empire réformateur est un argument-clé de la diplomatie européenne en faveur du statu quo ottoman. On avance souvent à l’appui de cet argument l’exemple des Bulgares, car leur stéréotype ethnique sert la conjoncture politique. On considère aussi que, à cause de leur simplicité innocente, ils n’ont pas de potentiel historique et ne méritent donc pas une chance de développement indépendant.

8Ce dernier argument gagne une place centrale à cause de la lutte pour la séparation de l’Église bulgare du patriarcat de Constantinople. Pour cela, les Bulgares, aussi bien que les Grecs, mènent une propagande acharnée, alimentée d’accusations de toutes sortes. Cependant, il est symptomatique que les Bulgares se montrent particulièrement sensibles à la thèse selon laquelle ils seraient les héritiers d’une « tribu sauvage ». Dans ce contexte, la concurrence inégale avec le prestige de l’identité grecque se transforme en problème politique, alors que la recherche d’une solution se profile comme une tâche stratégique de l’élite bulgare.

9 Des tentatives de toutes sortes sont menées pour prouver que les Bulgares ont, eux aussi, existé dans l’Antiquité, mais sous un nom différent, comme par exemple celui des Illyres, des Scythes ou des Thraces ; elles sont pourtant vouées à l’échec, car l’historiographie occidentale renonce catégoriquement à légitimer leur authenticité. C’est alors que, au début des années 1860, l’intérêt des élites se tourne vers une autre origine potentielle : Byzance. La réception de l’historien autrichien, Jacob Fallmerayer, joue en cela un rôle décisif : selon lui, les Hellènes auraient graduellement disparu vers la fin de l’Antiquité, et, aux temps présents, les Grecs seraient les descendants non pas d’Homère, mais de Slaves et d’Albanais hellénisés.

  • 8 Sur la réception de Fallmerayer, voir Andreeva Nadejda, Немската литература в България през Възражд (...)
  • 9 Fallmerayer Jacob, « Повест за полуострова Морея [Récit de la péninsule Morée] », Българска пчела [(...)
  • 10 Sur la réception de Hilferding, voir Danova Nadia, Иван Добровски в светлината на българския xix ве (...)

10Il existe des indications selon lesquelles la théorie de Fallmerayer est diffusée parmi les élites assez tôt, à savoir dès les années 1830 et 1840, à travers les écoles grecques où des jeunes Bulgares sont scolarisés8. Pourtant, sa réception plus générale ne commence qu’au cours des années 1860. Ce processus est déclenché par la presse périodique où l’on voit paraître les traductions des écrits de Jacob Fallmerayer (1863), mais aussi de ses adeptes russes Alexandre Hilferding (1860), Alexandre Pipin et Vladimir Spassovitch (1866), Gueorgui Bobrikov (1874)9. Le manuel d’histoire bulgare de Hilferding, qui connaît trois éditions, jouit d’une faveur particulière10. Voici ses arguments à l’appui de la thèse de l’hybridité de la population byzantine :

  • 11 Hilferding Alexandre, « Стари поселения славянски в гръцката земя [Anciennes populations slaves dan (...)

« Les Hellènes, fiers de leurs origines, auraient des difficultés à penser qu’ils ne sont pas les descendants directs de Léonide et de Thémistocle, mais de certains barbares […]. Il est grand temps de mettre fin à cet argument qui est indigne de l’histoire […]. Qu’adviendrait-il du peuple grec s’il ne se rajeunissait pas d’éléments frais ? Il n’y aurait même plus un seul Grec resté au monde. Le peuple grec ne doit pas s’offusquer si de nombreux éléments slaves ont pénétré son organisme. Bien au contraire, il doit être heureux d’avoir en soi les témoignages de nouvelles forces vitales ; il doit être fier que dans ses veines coule non seulement le sang des esclaves romains pourris qui prirent jadis la place des Athéniens et des Spartiates libres, mais aussi le sang d’une tribu nouvelle, pure et non corrompue11. »

  • 12 Sur cet aspect politique de la thèse de Fallmerayer, voir Danova Nadia, Националният въпрос в гръцк (...)

11 Il est bien connu que la thèse de Jacob Fallmerayer est avancée au profit de l’intégrité ottomane, et non pas au nom des intérêts bulgares. Sa tâche consiste à prouver que, dans les confins balkaniques de l’empire, il n’existe pas de population autochtone et que, par conséquent, les sympathies de l’Europe pour la cause de la souveraineté grecque sont mal fondées12 : c’est la raison pour laquelle, précisément, dans le contexte bulgare, la thèse de Fallmerayer n’est pas instrumentalisée dans cet esprit. La propagande anti-grecque est incontestablement prioritaire et, pourtant, les origines « douteuses » des voisins ne sont pas utilisées comme un argument pour ou contre leur droit à avoir un État indépendant.

12On plaide, par contre, une cause complètement différente, à savoir le droit des Bulgares à partager l’héritage prestigieux de Byzance. Selon les adeptes de Fallmerayer, l’hybridité ethnique est le produit d’un échange de dons équitables et mutuellement avantageux. L’« offre » en question leur paraît juste : les Grecs perdent le lien de sang avec leurs ancêtres antiques, mais ils gagnent en revanche un robuste « gène » slave. Comme on peut s’y attendre, l’opinion grecque ne témoigne aucun intérêt pour cette théorie, mais les Bulgares considèrent l’affaire avérée. Il en résulte que les origines slaves de la population byzantine entrent dans les manuels d’histoire. Leurs figures emblématiques sont l’empereur Justinien le Grand et le chef militaire Bélisaire, dont les noms apparaissent souvent dans la presse, le théâtre et la littérature également. C’est ainsi qu’on cultive dans l’imaginaire de la nation naissante l’idée que la grandeur de Byzance repose sur des personnalités aux noms grecs, mais également au sang slave. Voici ce qui est écrit à ce sujet dans le manuel d’histoire de Dragan Mantchev :

  • 13 Mantchev Dragan, Кратък извод от българската история [Aperçu de l’histoire bulgare], Vienne, 1872, (...)

« Dans les temps anciens, les Slaves du Sud résidèrent dans l’Empire romain d’Orient ou byzantin, dont la capitale fut Istanbul (Constantinople). Ils peuplèrent la majeure partie de l’État et furent les plus nombreux. Les Slaves fournirent au royaume les meilleurs guerriers et furent son support le plus puissant. C’est d’eux que ressortaient les meilleurs voïvodes, dont plusieurs accédèrent même au trône. Les tsars (empereurs) byzantins les plus célèbres dont les Byzantins se vantent, furent des Slaves, dont Justin Ier (518-527) et son parent Justinien (527-565) qui s’appelait avant Upravda. Ils provenaient du village de Vedryan, dans l’ancienne Dardanie. Ensuite, ce fut Basile dit le Macédonien (865-886) du village de Bélipra (région d’Andrinople) dont la famille régna environ 200 ans (jusqu’en 1056)13. »

13 Ce passage est accompagné d’une précision remarquable :

  • 14 Ibid.

« Sous le nom de Byzantins il faut entendre non pas des Grecs, comme certains s’imaginent d’une façon erronée, mais un mélange de peuples divers qui, depuis la domination romaine, s’appelaient du nom commun de Romains14. »

14Le problème pour les idéologues de cette version consiste à devoir fonder leurs arguments sur l’hybridité byzantine dans la période précédant la formation de l’État bulgare médiéval. À partir de ce moment, les manuels d’histoire adoptent le récit du combat épique entre l’Empire et la Bulgarie qui est projeté comme la raison fondamentale des luttes entre les Bulgares et les Grecs à l’époque contemporaine. La question gênante est de savoir comment et pour quelle raison Byzance s’est soudainement transformée d’un territoire partagé en un pays étranger et ennemi. La réponse est encore plus délicate, car elle légitime le fait que les Slaves se sont hellénisés, théorie provoquant en retour des analogies extrêmement négatives pour l’époque contemporaine.

15La susceptibilité des Bulgares face à l’assimilation ethnique figure parmi les thèmes les plus pénibles discutés par la presse périodique. Ce processus concerne avant tout les grandes villes, mais il est suivi par les élites patriotiques avec une tension prononcée. Les mariages mixtes suscitent une angoisse particulière, car ils conduisent, en règle générale, à l’assimilation de la souche bulgare, qu’elle provienne du côté paternel ou maternel. L’hellénisation des Slaves byzantins confère une perspective historique à cette tendance à l’assimilation de l’élément bulgare et dévalue l’idée que les aïeux ont participé à un échange de dons mutuellement avantageux. Le bilan final reste en faveur de l’ethnie grecque, « réanimée » par la « jeunesse » slave, comme le constatent amèrement certains auteurs :

  • 15 « Каква е същинската » (n. 3).

« On disait que les Nouveaux Grecs ne descendaient pas directement des Anciens Grecs. Mais cela ne cause pas grande offense. Car il suffit aux Grecs d’aujourd’hui de penser sincèrement et fermement qu’ils sont réellement les descendants des Anciens Grecs pour que les mêmes phénomènes psychologiques se produisent. Mais serait-il vrai que les Grecs d’aujourd’hui ne sont pas des Grecs ? Ceux d’entre nous qui communiquent avec eux et qui les connaissent plus ou moins, savent bien que ceci n’est pas tout à fait vrai. On y remarque en effet des mélanges de sang slave et albanais, mais on remarque aussi, en tout premier lieu, que les éléments originels ont laissé leur empreinte partout et, en second lieu, que les mélanges ethniques augmentent toujours la force morale et physique d’un peuple. Les Grecs ont emprunté des traits trop précieux aux Slaves et aux Albanais, comme nous pourrions le faire nous-mêmes, si seulement les nôtres ne se hâtaient pas de se gréciser dès qu’ils entrent en contact plus étroit avec les Grecs15. »

  • 16 La représentation la plus détaillée de ce schéma historique se trouve dans l’article de Slaveykov P (...)

16 Ce bilan conduit à diminuer brusquement la popularité de Fallmerayer et les intérêts stratégiques de l’élite s’orientent vers des visions alternatives, susceptibles de démocratiser l’accès à l’héritage byzantin. À cette fin, dans les années 1870, on recourt à la théorie du rythme biologique dans la vie des peuples. En termes généraux, cette hypothèse représente un schéma de relais visant à transmettre l’expérience civilisatrice. Une règle fondamentale consiste à considérer que l’héritage historique ne se transmet pas par le droit du sang, mais revient à un jeune prétendant : les jeunes peuples seraient non civilisés mais, en revanche, robustes, énergiques, forts, raison pour laquelle l’avenir de l’humanité leur appartiendrait. Selon cette perspective biologique, la civilisation aurait commencé en Égypte, en Perse, en Chaldée et en Phénicie, d’où elle se serait transférée en Grèce ancienne et, de là, aux Macédoniens et aux Romains. Pourtant, ces derniers entrent en décadence et, après les grandes invasions, disparaissent. Entre-temps, les Arabes assimilent la culture des Grecs, la développent à leur tour et la transmettent à Byzance, d’où les Bulgares la reçoivent. Après la chute des Balkans sous la domination turque, les grandes découvertes auraient conduit à un flux de connaissances dans la direction opposée, de l’ouest vers l’est. Ce relais des civilisations par transmission se serait poursuivi jusqu’au xixe s., où seraient attendus des peuples nouveaux prêts à poursuivre cette chaîne16.

  • 17 « Българите и гърците [Les Bulgares et les Grecs] », Македония [La Macédoine] 7 (6 mai 1872).

17La réception de cette vision du progrès humain est très favorable et facilitée par plusieurs raisons. En premier lieu, elle s’inscrit sans problème dans le cadre narratif du récit historique et confère un sens nouveau au combat entre l’ancienne Byzance et la jeune Bulgarie. De plus, selon cet éclairage, le stéréotype barbare se transforme inconditionnellement en capital symbolique. Enfin, on accepte que les Bulgares soient tombés sous le pouvoir ottoman avant d’avoir développé le potentiel de leur jeunesse : « Lorsque les Turcs apparurent en Europe », lit-on dans les pages du journal Македония [La Macédoine], « si le royaume gréco-byzantin se désintégra à cause de l’épuisement de ses éléments, notre royaume s’effondra à cause de la trop grande jeunesse et du non-développement de ses éléments17 ». Cela veut dire qu’on garantit aux Bulgares non seulement un héritage historique prestigieux, mais aussi un avenir lumineux. Ce sont des gages sérieux pour l’identité bulgare. Ils justifient l’enthousiasme avec lequel on accueille la théorie du relais biologique dans l’histoire mondiale. Mais ils n’expliquent pas pourquoi cette logique si abstraite s’avère la voie la plus directe vers l’héritage de Byzance. Pourquoi néglige-t-on les résultats les plus évidents des contacts culturels séculaires, à savoir l’orthodoxie et l’alphabet cyrillique ? Ce sont les éléments qui forment le noyau de l’identité nationale. Par principe, ils légitimeraient d’une façon bien plus convaincante les prétentions bulgares à capter l’héritage de l’Empire byzantin. Mais les idéologues de la nation refusent de les utiliser à cette fin et cette résistance est symptomatique : elle révèle le désir de récupération de la symbolique byzantine, sans que celle-ci n’arrive à entrer dans le capital symbolique bulgare.

  • 18 Balabanov Marko, « Изобличение на една историческа лъжа [Dénonciation d’un mensonge historique] », (...)

18 Il est bien paradoxal que les résultats essentiels des transferts culturels ne soient pas interprétés comme un héritage byzantin. Un exemple typique en est le christianisme, que les Bulgares reçoivent de Constantinople. Selon la version historiographique normalisée, l’orthodoxie n’est pas un don reçu par les aïeux ; c’est un bien que les aïeux ont pris volontairement en faisant leur choix après une analyse minutieuse des alternatives possibles. Sous cet aspect politique, la christianisation est conçue comme un acte de souveraineté étatique et non pas comme une entrée dans une sphère d’influence. C’est précisément comme une garantie d’indépendance que la langue bulgare est proclamée langue liturgique officielle et que l’alphabet créé par Cyrille et Méthode est adopté. Dans ce contexte, aucune importance n’est attribuée au fait que les deux frères étaient des moines byzantins remplissant une mission de l’empereur. Bien au contraire, ils sont sacralisés en tant que Slaves accomplissant leur mission d’apôtres au sein de leur propre peuple. C’est donc sur l’unité de la religion, de la langue et de l’alphabet que repose le projet entier de l’identité nationale. Cela explique pourquoi il n’est pas avantageux de présenter ce noyau stratégique comme un héritage de Byzance. Une seule tentative est faite dans cette direction et son échec n’est pas du tout surprenant : en 1874-1875, le futur ministre des Affaires étrangères de la Bulgarie indépendante, Marko Balabanov, publie une série d’articles dans lesquels il définit le territoire de l’Empire ottoman comme une sphère de civilisation indépendante sous le nom de Vostok, c’est-à-dire « l’Orient18 ». Selon lui cette sphère surgit comme une « pax byzantina », qui inclut organiquement la culture bulgare et se transforme ultérieurement en « pax ottomanica ». Elle est vouée à être un « foyer » et une « étoile directrice » du progrès humain qui surpasse les acquisitions de l’Europe de l’Ouest. L’œuvre de Cyrille et Méthode sert d’exemple-clé :

  • 19 Id., « Изобличение » (supra).

« C’est l’Orient et non pas l’Occident, ce sont les Byzantins et non pas les ancêtres des propagandistes de nos jours qui apportèrent au monde instruit et au christianisme les personnages des écrivains glorieux et immortels, maîtres et modèles de presque tous les écrivains ecclésiastiques de l’Occident, tout comme avant le christianisme, les écrivains de l’Ancienne Grèce servirent d’exemple et de modèle à l’écriture romaine dans toutes ses ramifications19. »

19L’invention d’un ennemi commun représente l’une des stratégies les plus banales pour construire une communauté. Cependant, dans ce cas-là, elle ne mène pas au résultat voulu. La raison en est que l’accès à l’héritage byzantin est important pour les Bulgares, car ils espèrent ainsi se légitimer devant l’Europe pour s’y intégrer, et non pas pour s’aliéner. De plus, l’alphabet cyrillique est perçu comme le seul capital culturel que la nation ait réussi à exporter à l’étranger. Or, son emploi dans un projet isolationniste et anti-européen est, par principe, voué à l’échec. On peut dire que les possibilités des Bulgares de lutter pour le partage du capital symbolique de Byzance s’épuisent avec l’échec de cette dernière tentative. On met à l’épreuve la résistance de différentes stratégies, mais les chances de succès ne sont pas considérables. Il est difficile d’adopter l’héritage d’un empire qui, par tradition, se construit comme une sphère étrangère et hostile. Il est encore plus délicat de le faire lorsqu’on risque de perdre son identité en admettant que les apports culturels les plus importants proviennent de Byzance.

20En revanche, on utilise les notions du type « sang » et « race » sans jalousie superflue, car l’hybridité n’est pas une idée taboue pour les Bulgares. Au contraire, elle est déposée en tant que matrice dans le mythe ethnogénétique qui raconte l’histoire de l’union entre les Slaves et les Proto-Bulgares. Ce n’est pas un hasard si la fusion de sang s’avère l’argument principal pour prouver que les Bulgares ont le droit de partager l’héritage byzantin. Mais, à la différence du mythe de l’ethnogenèse, la vision d’une communauté hybride n’arrive pas à se normaliser ; elle est compromise par l’idée que les Slaves se sont assimilés au lieu de produire une identité métissée. Ainsi l’idée d’une histoire partagée perd brusquement son attrait, parce qu’elle semble fondée sur l’inégalité et non pas sur l’échange des dons.

21L’alternative consiste à revendiquer l’héritage byzantin par le droit du plus fort et la théorie du relais biologique du progrès encourage ces ambitions. Évidemment c’est un choix facile, car il ne nécessite pas de révision du récit historique. Mais il est tout aussi évident que c’est un choix conservateur, car il renvoie les Bulgares à leur position de départ vis-à-vis d’un empire hostile qui doit miraculeusement se transformer en culture partagée.

22Bien entendu, l’ambition de prétendre à une partie de l’héritage byzantin n’avait rien d’impropre en elle-même. Le seul fait gênant des stratégies bulgares a été de considérer que la voie la plus courte vers ce but était la conquête de l’Empire – soit de l’intérieur, par la slavisation, soit de l’extérieur, par la force. L’histoire a montré que les deux projets étaient irréalistes mais que si les Bulgares cessaient un jour de « rivaliser » avec l’empire médiéval, ils auraient alors bien plus de chances de se ranger parmi ses héritiers.

Notes

1 Sur la représentation de Byzance dans les manuels d’histoire bulgare au xixe s., voir Lilova Dessislava, Възрожденските значения на националното име [Les significations du nom national bulgare au xixe s.], Sofia, 2003, p. 218-227.

2 « Един поглед върху българската история [Un regard sur l’histoire bulgare] », Право [Le Droit] 49 (12 février 1873).

3 « Каква е същинската болест на нашия народ [Quel est le vrai malaise de notre peuple] », Напредък [Le Progrès] 50 (12 juillet 1875).

4 Slaveykov Petko, « Какви хора сме ние ? [Quelle sorte de gens sommes-nous ?] », Гайда [La Cornemuse] 8 (21 septembre 1863).

5 Id., « Не сме народ, но сме безсловесно стадо [Nous ne sommes pas un peuple, nous sommes un troupeau de moutons muets] », Гайда [La Cornemuse] 22 (24 avril 1865).

6 « Какви сме били, какви сме и какви ще бъдем ? [Qui avons-nous été, qui sommes-nous aujourd’hui et qui serons-nous ?] », Ден [Le Jour] 9 (28 février 1876).

7 Sur les représentations alternatives à l’opposition « barbarie-civilisation » dans l’identité bulgare, voir Lilova Dessislava, « Barbarians, Civilized People and Bulgarians : Definition of Identity in Textbooks and the Press (1830-1878) », dans Michkova Diana (éd.), We, the People : Politics of National Peculiarity in Southeastern Europe, Budapest, 2009, p. 183-209.

8 Sur la réception de Fallmerayer, voir Andreeva Nadejda, Немската литература в България през Възраждането [La littérature allemande en Bulgarie à l’époque du réveil national], Sofia, 2001, p. 330-337.

9 Fallmerayer Jacob, « Повест за полуострова Морея [Récit de la péninsule Morée] », Българска пчела [L’Abeille bulgare] 3 (14 juin 1863) ; Hilferding Alexandre, « Стари поселения славянски в гръцката земя [Anciennes populations slaves dans les terres grecques] », Български книжици [Les Livres bulgares] 7 (1860), p. 251-254 ; Pipin Alexandre, Spassovitch Vladimir, « Българската книжевност в древните и новите времена : историческо обозрение [La littérature bulgare dans les époques ancienne et moderne : aperçu historique] », Гайда [La Cornemuse] 12 (15 juin 1866) ; Bobrikov Gueorgui, Историческо обозрение на България [Aperçu historique de la Bulgarie], Bucarest, 1874.

10 Sur la réception de Hilferding, voir Danova Nadia, Иван Добровски в светлината на българския xix век [Ivan Dobrovski dans le contexte du xixe s. bulgare], Sofia, 2008, p. 424-426.

11 Hilferding Alexandre, « Стари поселения славянски в гръцката земя [Anciennes populations slaves dans les terres grecques] », Български книжици [Les Livres bulgares] 7 (1860), p. 251-254.

12 Sur cet aspect politique de la thèse de Fallmerayer, voir Danova Nadia, Националният въпрос в гръцките политически програми през xix век [La question nationale dans les programmes politiques grecs au xixe s.], Sofia, 1980, p. 144-146.

13 Mantchev Dragan, Кратък извод от българската история [Aperçu de l’histoire bulgare], Vienne, 1872, p. 10.

14 Ibid.

15 « Каква е същинската » (n. 3).

16 La représentation la plus détaillée de ce schéma historique se trouve dans l’article de Slaveykov Petko, « Изнамервания и открития [Découvertes et inventions] », Пчелица [La petite abeille] 5 (1871), p. 53-55.

17 « Българите и гърците [Les Bulgares et les Grecs] », Македония [La Macédoine] 7 (6 mai 1872).

18 Balabanov Marko, « Изобличение на една историческа лъжа [Dénonciation d’un mensonge historique] », Век [Le Siècle] 40 (12 octobre 1874) ; id., « Борбата между българи и гърци [La lutte entre les Bulgares et les Grecs] », Век [Le Siècle] 8 (22 février 1875) ; id., « По повод на 11 май [À l’occasion du 11 mai] », Век [Le Siècle] 20 (17 mai 1875).

19 Id., « Изобличение » (supra).

Auteur


Maître de conférences
Université de Blagoevgrad

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search