Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

L’image de Byzance dans l’historiographie et dans les lettres bulgares du XVIIIe au XXe s

Nadia Danova

Résumé

L’article tente de faire ressortir les tendances principales marquant la construction de l’image de Byzance à l’époque de la formation de l’identité nationale des Bulgares et, plus tard, dans la détermination de la politique scientifique de l’État bulgare. Il passe en revue aussi bien les œuvres d’auteurs ayant eu une influence sur l’évolution de la pensée historique des Bulgares que les ouvrages des représentants des milieux instruits qui jouèrent un rôle dans le processus complexe de la formation de modèles identitaires. La formation de l’image de Byzance et des Byzantins présente une tendance à la sélectivité, chaque auteur mettant l’accent, selon le moment historique ou selon son propre point de vue, sur tel ou tel aspect de l’image des Byzantins.

Texte intégral

  • 1 Tapkova-Zaïmova Vasilka, « Le Byzantin et le Slave », dans Αρμός. Τιμητικός τόμος στον καθηγητή Ν. (...)

1La présente étude s’attache à saisir la construction de l’image de Byzance d’après le rôle qu’elle a joué dans la formation de l’identité nationale des Bulgares et, plus tard, dans la détermination de la politique scientifique de l’État bulgare. Avant de nous arrêter sur les textes de l’époque que nous nous proposons d’examiner, je voudrais attirer l’attention sur les stéréotypes des Bulgares du xviiie s., hérités de leurs prédécesseurs, sur Byzance et les Byzantins. Pour les Slaves et les Protobulgares établis dans les Balkans, le mot « byzantin » qualifiait la force, la richesse et le pouvoir. Pour sortir de la catégorie des « barbares », les nouveaux venus devaient se plier au cérémonial compliqué de la cour byzantine et en arborer les signes distinctifs : vêtements, chaussures, etc. Conscient, de toute évidence, du rôle de l’apparence vestimentaire comme code spécifique permettant de déterminer la condition sociale, le chef de la tribu slave des Richins, qui s’était installée au viie s. dans les environs de Thessalonique, se promenait dans les rues de Constantinople vêtu d’habits byzantins et parlant grec. Rappelons aussi que, en relation avec les signes extérieurs du pouvoir dans la capitale byzantine, tous les souverains environnants – et en premier lieu le roi bulgare, parfois rival de l’empereur byzantin – cherchaient à imiter la tenue vestimentaire et les insignes du pouvoir du basileus. Nous pouvons aussi citer l’exemple contraire : Boyan, le fils du roi bulgare Syméon, arborait des vêtements bulgares pour afficher sa critique de la politique probyzantine de la cour bulgare1.

  • 2 Ead., « “Grecs” et “Romains” dans la littérature bulgare (Conscience d’une réalité médiévale) », Ét (...)
  • 3 Tapkova-Zaïmova Vasilka, « Византия, Западна Европа и балканските народи (Черти от взаимната им опт (...)
  • 4 Dinekov Petâr et al. (éds), История на българската литература, I, Sofia, 1962, p. 121.

2Dans l’ancienne littérature bulgare, le terme « grec », identifié à celui de « byzantin », présente une signification ambivalente2. D’une part, dans certains textes, le terme « grec-byzantin » n’a pas de signification dépréciative3, ce qui apparaît nettement dans l’un des sermons de l’évangile didactique de Constantin de Preslav selon lequel les « Slaves sont sur le point de rattraper les Grecs au niveau de l’instruction et de la culture4 ». Or, en l’occurrence, « Grec » symbolise un niveau culturel élevé et témoigne d’une attitude positive envers la culture byzantine qui sert d’exemple aux Bulgares dans les domaines public et juridique, dans la vie culturelle. Très fortement liée aux lettres byzantines, l’ancienne littérature bulgare réserve l’appellation « Hellènes » aux Grecs païens, c’est-à-dire aux anciens Grecs de l’antiquité.

  • 5 Danova Nadia, « L’image du Grec dans la littérature bulgare (xve-milieu du xxe s.) », Études balkan (...)

3Pendant les siècles qui ont suivi la conquête des Balkans par les Ottomans jusqu’à l’époque moderne, les processus identitaires dans la région relevaient principalement du domaine religieux. L’appartenance à l’Église orthodoxe d’Orient des Bulgares, des Grecs, des Serbes, des Roumains et d’une partie des Albanais, était un facteur unificateur entre ces peuples, qui a contribué à reléguer à l’arrière-plan les différences ethniques. La priorité accordée au religieux par rapport au national se trouvait renforcée par le caractère même de l’Empire ottoman, où l’islam était la religion dominante ; de leur côté, les chrétiens étaient unis sous la suprématie d’un chef spirituel commun, le patriarche de Constantinople. L’identification sur la base du principe religieux s’approfondit grâce aux normes sociales, politiques, économiques et culturelles, découlant de la spécificité des différentes religions. D’autre part, le rôle de barrière de protection contre la pression islamique, joué par la religion orthodoxe, ainsi que les privilèges accordés au chef spirituel orthodoxe, défini comme « ethnarque » ou Milletbaşı, ont favorisé l’auto-identification des peuples balkaniques comme étant orthodoxes avant tout5.

  • 6 Стара българска литература, IV (n. 2), p. 147, 157-159, 283, 293.
  • 7 Стара българска литература, I, Апокрифи. Съставителство и редакция Petkanova Donka, Sofia, 1981, p. (...)

4Certains textes de la littérature hagiographique bulgare du xive s. définissent Byzance comme un « royaume grec » et la conquête de la Bulgarie par l’Empire byzantin au xie s. est qualifiée de « violence grecque ». Dans la littérature hagiographique bulgare du xve s., l’empereur byzantin apparaît comme le « roi grec », alors que les Byzantins sont définis sans surprise comme des Romées (Romains). Dans d’autres exemples, il est question de la « vanité grecque », ainsi que des guerres interminables entre Grecs et Bulgares. Des auteurs vont jusqu’à prétendre que les Grecs avaient appelé les Turcs à l’aide contre les Bulgares. Les documents du xvie s. permettent d’affirmer que, pour les Bulgares lettrés de l’époque, « Grec » ou « Byzantin » continuait à évoquer l’idée d’un homme hautement instruit et d’un chrétien pieux. Cependant, dans certains de ces textes, nous voyons apparaître l’image négative de l’empereur byzantin Michel VIII Paléologue, défini comme « un impie, un vaniteux, un collaborateur des Latins », en raison de l’union qu’il a conclue avec l’Église de Rome6. C’est du xvie s. que datent plusieurs apocryphes où les Grecs ont comme symbole le renard7.

  • 8 Народното четиво през xvi-xviii век, Подбор и редакция Petkanova Donka, Sofia, 1990, p. 234-236.
  • 9 Petkanova Donka, Дамаскините в българската литература, Sofia, 1965, p. 156 ; Народното четиво (supr (...)

5 Dans l’Histoire de la conquête de la glorieuse cité de Constantinople, qui date du xviiie s., Byzance est définie comme un « royaume grec glorieux » et le dernier empereur byzantin, Constantin, apparaît sous les traits d’un héros. Et pourtant, dans le même texte, les Byzantins sont présentés sous un jour très négatif – « les Grecs étaient pires qu’un ulcère, connus pour leur arbitraire et leur cupidité » – alors que les hauts fonctionnaires et les seigneurs byzantins, dévorés de jalousie, sont en perpétuel désaccord8. L’idée que, par leurs innombrables péchés, les Byzantins ont provoqué le châtiment divin – l’invasion ottomane – apparaît à plusieurs reprises. C’est du xviiie s. que datent les textes des prêtres Joseph le Barbu et Parteni Pavlovitch, qui sont persuadés que les peuples balkaniques n’auraient pas été vaincus par les Ottomans s’ils avaient conjugué leurs efforts contre eux et que, par conséquent, tous sont responsables du désastre commun9.

  • 10 Trifonov Iourdan, « Зографска българска история », Списание на БАН 9 (1940), p. 8-10, 17, 26, 29, 3 (...)

6C’est toujours du xviiie s. que date l’Histoire de Zographos, terminée en 1761 au monastère athonite du même nom. Le chroniqueur exprime sa méfiance à l’égard des auteurs byzantins et sa préférence pour les auteurs slaves. Les relations entre la Bulgarie et Byzance sont décrites d’un ton neutre, mais le récit ne se rapporte finalement qu’aux conflits militaires entre les Bulgares et les Byzantins. L’insurrection des Bulgares contre le pouvoir byzantin en 1185 est expliquée en ces termes : « les Bulgares, ne pouvant plus supporter la violence et l’arbitraire des Grecs, se soulevèrent, tous, pour mettre en déroute leurs troupes ». Au panthéon des souverains bulgares sont inclus cinq empereurs byzantins, considérés comme des Slaves10.

Vers une historiographie officielle

7En 1762, le moine Païssi de Chilandar termine son Histoire des Slaves bulgares, dont une partie importante est accordée aux relations des Bulgares avec Byzance (définie comme le « Royaume grec d’Orient »). Il y parle à nouveau de « rois grecs » et de « territoires grecs » auxquels l’État bulgare ne cesse de se mesurer. Païssi cherche à compenser la pauvreté de l’histoire bulgare par des dynasties comparables aux souverains byzantins, introduisant dans son récit des souverains bulgares imaginaires, tels le roi Vukitch, les princes Dragitch et Batoia. Les Bulgares sont présentés comme « un peuple terrible », composé de « guerriers téméraires et invincibles, courageux, sauvages, forts au combat, braves comme des lions », qui privèrent les Grecs de nombreux territoires, en forçant les empereurs grecs à leur verser des impôts et à leur donner leurs filles comme épouses pour vivre avec eux en paix et en bonne intelligence. Païssi ne considère pas les années de domination byzantine comme une rupture dans l’histoire bulgare. La première place au panthéon bulgare revient au roi Syméon le Conquérant, qui impressionne le lecteur par les victoires spectaculaires qu’il remporte sur les Byzantins. En revanche, le roi Peter symbolise la pusillanimité, car il est toujours prêt à être l’« ami des Grecs ». Le récit de Païssi accorde une place importante à Assen, qui a reconquis la liberté des Bulgares en combattant les Byzantins, bénéficiant du soutien des cieux. L’Histoire grecque, c’est-à-dire les chroniques des auteurs grecs, n’est pas une source d’information fiable, à cause de la « jalousie et de la haine qu’éprouvent les Grecs à l’égard des Bulgares ». Les « rois grecs » sont des alliés perfides et infidèles, qui ne manquent jamais l’occasion de vous trahir. C’est là justement que s’inscrivent le récit traumatisant des guerriers du roi Samuel, aveuglés par les Byzantins, ainsi que d’autres descriptions, non moins révoltantes. Mais nous retrouvons aussi le vainqueur Kroum, brandissant la tête de l’empereur Nicéphore Ier (802-811), transpercée par une fourche, qu’il transforma ensuite en verre doré ; or, l’acte de cruauté acquiert une signification différente, selon celui qui l’a accompli, soi-même ou l’autre. Le récit de Païssi fournit directement ou indirectement les traits négatifs des Byzantins auxquels se comparer. Dotée d’une beauté destructrice, la « femme grecque » s’est infiltrée dans la cour imaginaire de Jean Vladimir, pour y semer le désastre. Il est donc parfaitement logique que le meurtrier perfide du roi Assen, Ivanko, se soit réfugié auprès de l’empereur grec, en épousant une Grecque. En décrivant les rapports des Bulgares avec les Grecs-Byzantins, Païssi formule l’une des thèses inhérentes à la formation de la mythologie nationale, celle de la mission particulière confiée par Dieu à son peuple. Ainsi, Dieu a érigé le royaume des Bulgares pour le dresser contre les Grecs orgueilleux, « afin de les ramener à l’humilité, de leur faire suivre l’exemple du peuple bulgare laborieux et simple ». Païssi estime que les Byzantins sont les principaux ennemis des Bulgares. « Les Bulgares avaient comme voisins d’autres royaumes et d’autres rois – Tartares, Magyars, Allemands, Latins, Serbes ; ils se battaient rarement avec eux, alors qu’avec les Grecs ils étaient perpétuellement en guerre. Ils n’arrivaient presque jamais à faire la paix, ce n’était que guerre et hostilité ». Païssi explique la chute des deux derniers Royaumes bulgares par la perfidie des Byzantins et de leurs rois, qui attirèrent les Turcs dans les Balkans pour les dresser contre les Bulgares. Et pourtant, à l’image négative des Byzantins dans l’Histoire de Païssi, vient s’ajouter la définition d’« allié potentiel ».

  • 11 Hilendarski Paisij, История славянобългарска. Първи Софрониев препис от 1765 г. Увод, новобългарски (...)

« Les Grecs étaient connus pour leur sagesse et leur culture, alors que les Bulgares l’étaient pour leur bravoure à toute épreuve et leur entente au combat. Mais comme ils étaient peu disposés à s’allier avec les autres, ils attirèrent sur eux la colère de Dieu et perdirent leur royaume, devenant les vils esclaves des Turcs, ce qui dure jusqu’à nos jours. Si les Grecs et les Bulgares avaient vécu en bonne intelligence, les Turcs n’auraient jamais pu les vaincre, mais ce furent les Grecs eux-mêmes qui les attirèrent, se livrant à eux de leur plein gré11. »

8D’un autre côté, Païssi, qui est en réalité l’instaurateur de la nouvelle historiographie bulgare, penche en faveur de la thèse attribuant aux Grecs un rôle plus sinistre que celui des Turcs dans l’histoire bulgare. Cela proviendrait de l’accès plus précoce de la société grecque aux rapports bourgeois, avec pour conséquence la transformation de l’identité nationale grecque en une menace pour l’identité bulgare. C’est à Païssi que nous devons la définition de « joug grec » qui a engendré le stéréotype du « double esclavage des Bulgares », politique et spirituel, expliquant leur retard. L’Histoire de Païssi est diffusée sous forme manuscrite pendant la seconde moitié du xviiie et au début du xixe s. Elle est utilisée comme manuel scolaire après son édition, en 1844, ce qui nous permet d’affirmer que c’est précisément l’image de Byzance créée par Païssi qui a joué un rôle fondamental dans la formation de l’identité nationale.

  • 12 Hiéromoine Spiridon, История во кратце о болгарском народе словенском 1792, Sofia, 1992.

9Le pas suivant vers la constitution de l’image de Byzance est franchi quelques décennies plus tard, dans l’Histoire abrégée du peuple slave bulgare, rédigée par le hiéromoine Spiridon12. Nous y retrouvons le khan Kroum, présenté sous les traits du vainqueur et du conquérant, l’histoire du crâne de Nicéphore transformé en verre, relatée à deux reprises. Pour souligner à la fois ce qui sépare et ce qui rapproche les Bulgares des Byzantins, l’auteur prétend que les Grecs sont les descendants du quatrième fils de Japhet et les Bulgares, du sixième.

  • 13 Pavlovitch Hristaki, Разговорник греко-болгарски, Belgrade, 1845.

10En 1835, Hristaki Pavlovitch fait publier un guide de conversation bulgaro-grec dans lequel est insérée une brève Histoire de Bulgarie13. L’auteur y décrit les collisions armées entre les Bulgares et les Grecs au Moyen Âge, en relevant à plusieurs reprises la perfidie des Grecs qui n’arrivent à vaincre les Bulgares que par la ruse et la supercherie. Là aussi, nous retrouvons l’histoire de Kroum et du crâne de Nicéphore ou celle des guerriers du roi Samuel aveuglés par Basile II le Bulgaroctone (976-1025). L’asservissement des Bulgares par les Byzantins est défini comme le fait du « pouvoir grec ». Ce texte a été sans aucun doute utilisé comme manuel pour enseigner l’histoire bulgare, d’autant que son auteur était instituteur à l’école de Svichtov.

  • 14 Id., Царственик или история болгарская, Budim, 1844.

11La détérioration des relations bulgaro-grecques, qui survient dans les années 1840 à la suite du mouvement national bulgare en faveur d’une Église autocéphale, contribue à renforcer encore l’image négative de Byzance et des Byzantins dans les lettres bulgares. En 1844, Hristaki Pavlovitch fait publier son Manuel royal14, qui semble une paraphrase de l’Histoire de Païssi. La version de Pavlovitch constitue en réalité une actualisation de ce texte auquel sont ajoutés de nouveaux éléments liés aux besoins du moment historique, à savoir la nécessité de légitimer le mouvement ecclésiastique national. Certaines expressions de Païssi se trouvent complétées dans le but de dresser avec plus d’évidence la barrière identitaire entre Bulgares et Grecs. Par conséquent, parallèlement à l’orientation nettement anti-grecque du texte, nous sommes en présence de la thèse romantique, bien typique pour l’affirmation de l’identité nationale, sur le rôle de « notre » peuple chargé d’accomplir les desseins de Dieu, sur sa mission particulière. Aux nombreux témoignages de la perfidie des Byzantins dans leurs rapports avec les Bulgares au Moyen Âge, vient s’ajouter le mythe de l’asservissement de la Bulgarie par les Ottomans en raison de la « trahison grecque ». Ce livre, présent dans les bibliothèques scolaires et privées pendant tout le xixe s., a joué indubitablement un rôle considérable pour la formation de l’identité nationale bulgare.

Fallmerayer en Bulgarie

  • 15 Seliminski Ivan, Библиотека, XIV, Sofia, 1931, p. 52.
  • 16 Aprilov Vasil, Денница ново-болгарского образования, I, Odessa, 1841, p. 67.

12C’est de cette période que datent également les textes d’Ivan Seliminski et de Vasil Aprilov, qui se réfèrent aux arguments de Jakob Philipp Fallmerayer, refusant aux Grecs le droit de se considérer comme les descendants des anciens Hellènes. Seliminski définit les Byzantins comme des « créatures rusées et perfides15 » et Aprilov affirme que Byzance est l’Empire romain d’Orient, non un Empire grec comme les Grecs l’ont appelé à tort16. Aprilov est le premier auteur qui formule en détail la thèse sur le rôle pernicieux du byzantinisme dans l’histoire bulgare.

  • 17 Любословие, II, 1846, p. 24, 163 ; Danova Nadia, Константин Георгиев Фотинов в културното и идейноп (...)

13Et pourtant, les années 1840 présentent aussi plusieurs exemples de la connotation positive de l’image des Byzantins. Les plus caractéristiques à cet égard sont peut-être les manuels de Constantin Fotinov, éditeur de la première revue périodique bulgare Luboslovie, auteur de livres scolaires et enseignant, ce qui nous autorise à accorder une grande importance à son opinion et à l’image de Byzance qu’il a popularisée. Fotinov réserve une place de choix, dans sa revue, à l’histoire et à la civilisation de Byzance et des Byzantins. L’histoire des Bulgares qu’il se proposait de composer était fondée essentiellement sur les chroniqueurs byzantins. Il cite, en version originale et en traduction, Zônaras, Procope, Georges Kédrènos, Nicétas Choniatès, Georges Akropolitès, qu’il qualifie d’« historiens gréco-byzantins ». Adoptant une attitude nettement positive à l’égard des empereurs byzantins, Fotinov n’hésite pas à rallier certains d’entre eux au panthéon national bulgare17.

  • 18 Мирозрение I (1850), p. 19 ; Danova Nadia, Иван Добровски в перспективата на българския xix век, So (...)

14De son côté, Ivan Dobrovski, qui édite la revue Mirozrenie, se réfère aux auteurs byzantins pour démontrer que le mode de vie, les us et coutumes et l’apparence des Huns attestent de leur appartenance à la communauté slave. Il prétend en outre que Justinien est d’origine slave, connu sous le nom d’Upravda, fils de Istok, que Bélisaire, Slave lui aussi, s’appelle Bélitchar, etc. Moins bien disposé à l’endroit de Byzance, Dobrovski déclare : « Nous n’avons qu’à ouvrir un livre d’histoire pour constater que d’un bout à l’autre, les Grecs nous trompaient et nous faisaient des misères18 ».

  • 19 Danova Nadia, « Проблемът за националната идентичност в учебникарската книжнина, публицистиката и и (...)
  • 20 Ibid., p. 73-74.

15De même que Fotinov et Dobrovski, Gueorgui S. Rakovski rattache au panthéon bulgare Justinien et Bélisaire, qu’il considère comme des Slaves purs, ainsi que Constantin le Grand, né à Nish, de parents bulgares. Les Bulgares sont les « premiers et les plus anciens habitants de l’Europe, les descendants les plus purs des Aryens, alors que les Byzantins sont mélangés ». Les Byzantins sont les principaux ennemis de l’État médiéval bulgare et Byzance a de tout temps été une source d’influence pernicieuse sur les Bulgares. L’alliance entre les souverains bulgares et byzantins altérait l’esprit bulgare, car ce n’étaient pas seulement les rois bulgares qui épousaient des Grecques, mais aussi les boyards et d’autres Bulgares illustres qui contractaient ce « genre d’unions » : « c’est ce qui fut à l’origine du faste contagieux, qui a submergé la Bulgarie, de la dépravation des mœurs, des nouvelles fonctions et des titres grecs ». D’après Rakovski, la présence à la cour de jolies Grecques, somptueusement parées, occupées à forger des intrigues et à semer la discorde, eut une influence des plus néfastes sur les Bulgares. Les Byzantins et leurs épouses corrompaient les Bulgares en leur imposant leur mode et leurs coutumes, leur faste et leur dépravation, dissimulés derrière une façade lisse. La conversion de la cour de Preslav a porté un grave préjudice à la littérature nationale bulgare. Rakovski considère le patriarcat de Constantinople et les phanariotes comme les successeurs de Byzance qui ne rêvent que de rétablir l’Empire byzantin et de gréciser les Bulgares19. Un autre éminent homme de lettres bulgare, Luben Karavelov, représentant des milieux radicaux, manifeste une attitude franchement négative à l’égard de Byzance. À son avis, « il n’y a rien de plus répugnant que les coutumes et les mœurs byzantines, profondément enracinées chez nos rois à moitié byzantins20 ».

16S. Palaouzov et M. Drinov sont les premiers historiens bulgares ayant reçu une formation universitaire. Palaouzov définit la politique de Byzance à l’époque de Syméon comme une « politique bienveillante et adroite », dont le patriarcat de Constantinople est le continuateur. Il reprend la thèse de l’influence néfaste de Byzance et de sa doctrine – le byzantinisme – sur l’État médiéval bulgare. Son opinion est que la relation des Slaves avec Byzance était préjudiciable à leur identité nationale et à leur développement indépendant.

  • 21 Kolarov Christo, Giuzelev Vasil, « Спиридон Н. Палаузов като историк на Средновековна България », В (...)

« Existe-t-il encore des personnes qui, emportées par leur fatuité, persistent à croire que le byzantinisme pourri porte en lui l’embryon de leur future renaissance ? Est-il possible de croire que l’Empire millénaire, qui a toujours suivi sa voie particulière de développement, ait cherché à cultiver ne serait-ce qu’une parcelle des principes sur lesquels a été érigé l’édifice de la civilisation contemporaine ? Byzance est demeurée immobile, immobilité qu’elle transmit à Istanbul, le centre de l’Empire ottoman, qui a conservé en entier le caractère du byzantinisme médiéval21. »

  • 22 Danova Nadia (n. 19), p. 78-82.

17Palaouzov considère le clergé phanariote comme le successeur de Byzance, qui ne rêve qu’au rétablissement de l’Empire byzantin et qui a toujours été l’ennemi des Bulgares. Drinov porte son attention sur le problème des origines des Bulgares, en insistant sur leur origine slave. Il affirme que les Slaves ont commencé à s’établir dans les Balkans dès le ive s. et qu’ils constituent le noyau fondamental des masses barbares qui entreprirent leurs incursions aux confins de l’Empire romain. Il soutient la thèse de Fallmerayer selon laquelle le sang qui coule dans les veines des Grecs contemporains n’est pas hellénique mais slave, voire albanais. Drinov parle d’une influence extrêmement pernicieuse du byzantinisme en Bulgarie, qui s’exprime dans la formation du haut clergé, avec sa vie fastueuse et son penchant pour les intrigues. L’attitude des gens ordinaires de l’époque à l’endroit des Byzantins était extrêmement négative et cette attitude fut, à son avis, à l’origine du bogomilisme, une réaction naturelle contre le byzantinisme infiltré en Bulgarie surtout au sein du clergé. Drinov considère, avec Palaouzov, le patriarcat de Constantinople comme le continuateur de la mission hellénisatrice de Byzance chez les Slaves. Il estime que les Grecs de Constantinople, les phanariotes, sont « des fantoches dociles des Turcs, d’habiles aventuriers » qui n’ont pas le droit de s’approprier les acquisitions des Grecs anciens. Ce sont les phanariotes, aidés par les Turcs, qui ont détruit l’indépendance de l’Église bulgare en 1767 et qui ont occasionné la perte des lettres et de l’instruction bulgares22.

Le choix des premiers manuels scolaires

  • 23 Danova Nadia, « Образи на гърци и западноевропейци в българската книжнина през xviii-xix век », dan (...)

18Il s’agit aussi d’une époque où la littérature scolaire est entièrement subordonnée aux impératifs de la formation de l’identité nationale, ce que révèlent les manuels d’histoire édités de 1869 à 1874 par Dragan Mantchov dans lesquels Byzance est bien présente, avec ses guerres interminables contre les Bulgares. On retrouve une fois de plus la constatation de l’infidélité, de la fourberie et de la perfidie des Byzantins, de l’influence pernicieuse qu’ils exercèrent sur la mentalité politique des Bulgares. Mantchov prétend que l’État byzantin n’a jamais été grec, mais slave, n’ayant emprunté à Byzance que le nom. Lui aussi est d’avis que les Grecs contemporains n’ont pas le droit de se considérer comme les descendants des anciens Hellènes, d’autant que Byzance a été entièrement slavisée. Tous les événements attendus sont décrits, y compris l’épisode des guerriers aveuglés de Samuel, la dépravation des mœurs bulgares sous l’influence des Grecs, etc. La thèse de l’asservissement spirituel grec, de l’influence néfaste sur les Bulgares de tout ce qui est byzantin est à nouveau présente. Les Grecs, qui menaient une politique perfide à l’égard des Bulgares, étaient perpétuellement en état d’hostilité envers eux. Les auteurs des manuels font preuve d’une sélectivité exceptionnelle face au passé, n’y choisissant que des événements et des personnalités capables de servir les impératifs du moment ou les projets futurs de la nation. Pour démontrer à tout prix la supériorité des Bulgares, les auteurs se servent d’arguments, voire de mythes, codifiant l’image négative de Byzance, grâce auxquels on s’évertue à compléter quelque généalogie incomplète de monarques ou de saints, ou bien à justifier certains événements peu glorieux de l’histoire nationale, en rejetant la responsabilité sur les autres. Dans les manuels, une place de choix est réservée à la continuité de l’histoire nationale, notamment au Moyen Âge, qui représente une source très riche d’arguments à l’appui de la grandeur territoriale, politique et culturelle passée, servant à attester le « droit historique » de posséder ces territoires. Cette attitude sélective à l’égard des différentes périodes de l’histoire nationale est aussi liée à la préférence pour l’histoire politique qui abonde en guerres et suggère indirectement l’hostilité envers les voisins. Le panthéon national accorde la première place à ceux qui se sont distingués comme des conquérants, reléguant à l’arrière-plan ceux qui ont contribué à l’évolution culturelle. Il résulte évidemment de cette vision de l’histoire une tendance à faire un portrait-charge de Byzance, présupposant que les ancêtres bulgares n’avaient de rapports avec l’Empire que sur le champ de bataille. On n’accorde aucune attention à la vie quotidienne, aux conditions matérielles, au travail de tous les jours, à l’homme ordinaire. Il n’est nullement question des marchés et des foires, des centres urbains avec leurs institutions économiques, juridiques, culturelles et administratives. Le seul contact entre Byzantins et Bulgares semble la guerre et, dans les rares occasions où il est question de relations culturelles, celles-ci sont perçues comme une influence néfaste de Byzance sur les Bulgares23.

19Les années qui suivent la libération de l’Empire ottoman (1878) sont marquées par la tendance à surmonter certains jugements romantiques. Le plus grand mérite en revient au professeur Yordan Ivanov, qui connaît parfaitement la littérature byzantine et l’ancienne littérature bulgare et qui estime que l’évolution culturelle bulgare est étroitement liée à la littérature byzantine, subissant incontestablement son influence positive. Il a souligné à plusieurs reprises :

  • 24 Ivanov Yordan, « Гръцко-български отношения преди църковната борба », dans Сборник в чест на проф. (...)

« […] l’impact puissant et multidimensionnel de la culture byzantine sur la vie historique des Bulgares. C’est grâce au voisinage direct séculaire avec l’Empire byzantin avancé que le peuple bulgare, resté en arrière, a imprimé une nouvelle impulsion à sa vie et à ses affaires. Les changements s’étendirent à son mode de vie tribal, à son système étatico-politique, à sa structure militaire, à l’industrie, aux arts, au commerce et à la religion… Cette influence se renforça au point d’helléniser des régions bulgares entières. Le processus d’hellénisation ne s’arrêta même pas après la chute de Byzance. L’habileté commerciale des Grecs, leur civisme développé, leur littérature et, surtout, leur pouvoir religieux sur les Bulgares, continuèrent à exercer leur influence à l’époque de la domination turque […] Byzance qui a donné à la Bulgarie sa confession et son écriture, l’a fait bénéficier par la même occasion de sa littérature chrétienne. L’influence était si importante que les trois quarts des œuvres littéraires bulgares au Moyen Âge n’étaient que des traductions littérales du grec24. »

20Il est intéressant de noter que, dans certains de ses textes, Y. Ivanov emploie la notion de « joug byzantin », mais dans la plupart des cas, il se sert du terme de « domination byzantine ».

  • 25 Ivanov Jordan, « La Bulgarie. Enquête sur l’esprit des livres scolaires pendant et après les guerre (...)

21Pendant les premières décennies qui suivent 1878, en raison de l’absence d’études sur l’histoire bulgare comprenant la période du xve jusqu’au xixe s., les auteurs des manuels d’histoire adoptent les thèses des auteurs bulgares issues de l’historiographie du romantisme. L’Empire byzantin y est présenté comme un adversaire puissant, mais perfide, des Bulgares, et sa population est désignée sous les termes de « Byzantins » ou de « Grecs ». Ces manuels suggèrent d’une manière directe ou indirecte la supériorité militaire des rois bulgares sur les empereurs byzantins, accordant une place de choix aux personnages de Kroum et de Syméon, ainsi qu’aux périodes de puissance territoriale du Royaume bulgare. Dans tous les manuels est présente la thèse de l’influence byzantine pernicieuse sur la vie et la mentalité politique bulgares. Le byzantinisme est examiné comme un phénomène extrêmement négatif, à l’influence néfaste sur l’élite politique et spirituelle bulgare, comme le principal responsable de l’asservissement de la Bulgarie par l’Empire ottoman. Il convient de relever la nuance propre à tous les manuels de l’époque, à savoir que c’est l’élite au pouvoir qui subit l’influence byzantine, alors que les paysans demeurent fidèles aux traditions populaires. L’idée que le peuple bulgare était réfractaire aux influences culturelles étrangères, ce qui lui permit de conserver son identité nationale, s’étend à toute l’histoire bulgare. La condition des Bulgares sous le pouvoir byzantin est définie comme un « joug » byzantin. Les années critiques des guerres balkaniques et de la première guerre mondiale font émerger tout ce qui est susceptible de diviser et d’opposer les pays limitrophes qui doivent se rencontrer sur le champ de bataille. Les manuels bulgares, composés exclusivement par des enseignants du primaire ou des professeurs de lycée, renferment un océan de sentiments hostiles et abondent en épithètes du genre de « traîtres, brigands, voleurs ». Nous y retrouvons aussi les 15000 guerriers de Samuel, privés de la vue25.

Byzance des universitaires au début du XXe s.

  • 26 Trifonov Yourdan, « Византийските хронисти в църковно-славянската книжнина », Известия на Историчес (...)

22Des premières décennies du xxe s. date encore la contribution à l’étude du rôle de Byzance dans l’histoire bulgare du médiéviste Yourdan Trifonov. Son mérite réside non seulement dans son réalisme et dans son traitement rigoureux des sources, mais aussi dans son désir de démythifier l’histoire, en la libérant d’un bon nombre d’idées reçues romantiques ou nationalistes. Nous lui devons des études fondamentales, analysant les problèmes des relations ecclésiastiques entre Byzance et la Bulgarie pendant les dernières années des États balkaniques indépendants. Connaissant parfaitement les sources balkaniques, Trifonov apporte des corrections à la vision de la politique ecclésiastique de Byzance concernant les Bulgares. Trifonov a révélé le rôle de la littérature byzantine pour les Bulgares, ses études consacrées aux traductions bulgares des chroniqueurs byzantins étant particulièrement précieuses26. L’historiographie bulgare contemporaine est redevable à Trifonov qui, par sa pensée originale et, surtout, son désir de démythifier l’histoire bulgare, est demeuré quelque peu en marge de son temps.

  • 27 Tapkova-Zaïmova Vasilka, « Vasil Zlatarski et son héritage scientifique », Bulletin de l’Associatio (...)

23Durant ces décennies, la chaire d’histoire bulgare et d’histoire des peuples balkaniques est dirigée par Vassil Zlatarski, qui publia les sources byzantines datant de l’époque de la conversion des Bulgares au christianisme. Une grande partie de ses œuvres examine différents aspects des relations bulgaro-byzantines dans les domaines de la politique et de la culture27.

  • 28 Moutaftchiev Petâr, Изток и Запад в Европейското средновековие. Встъпителна лекция, Sofia, 1925.

24Dans la période de l’entre-deux-guerres, s’affirme le médiéviste Petâr Moutaftchiev qui, à partir de 1923, est maître de conférences d’histoire d’Europe orientale et de Byzance de la faculté d’histoire et de philologie à l’université de Sofia. Dès sa leçon d’ouverture, intitulée L’Orient et l’Occident dans le Moyen Âge européen28, Moutaftchiev souligne le rôle immense de l’influence byzantine pour l’évolution des peuples habitant l’Europe orientale. Il résume ses observations en ces termes : « L’histoire médiévale de l’Orient européen est en premier lieu l’histoire de Byzance et de sa civilisation ». Il met l’accent sur la spécificité de Byzance, qui n’est pas un État tout à fait médiéval, du fait qu’il a assuré le passage de l’Antiquité aux époques postérieures, ayant associé de nombreux éléments de l’Antiquité aux mélanges barbares ou chrétiens. Moutaftchiev fait remarquer que, dans les sociétés occidentales du Moyen Âge, « la Bible était des siècles durant la seule source d’inspiration et de connaissance, alors que les Byzantins instruits n’avaient jamais oublié les œuvres des classiques. L’Iliade était leur livre de chevet au même titre que les Écritures ». Il relève l’idée de l’étatisme dans l’Empire multinational, qui se considère comme l’héritier de l’Empire romain, ainsi que le fait que les Byzantins se donnaient le nom de Romées (Romains). Moutaftchiev souligne que toutes les tribus et les races à Byzance étaient égales du point de vue juridique, unies par la même culture dans un État où les préjugés sociaux étaient absents et où toutes les voies étaient ouvertes aux personnes capables. Moutaftchiev examine en détail le caractère de la monarchie à Byzance, qu’il définit comme démocratique. Il accorde une grande attention aux rapports entre l’État et l’Église, en soulignant la subordination du pouvoir religieux au pouvoir laïque. D’après Moutaftchiev, cette particularité des rapports entre l’Église et l’État à Byzance est à l’origine des tentatives de chaque nouvel État pour s’affranchir de la suprématie de Constantinople et créer sa propre Église, afin de se libérer du chef religieux, instrument du pouvoir laïque hostile. À cause de la subordination de l’Église au pouvoir laïque à Byzance, au xe s., « alors que l’humanité occidentale se considérait comme une société chrétienne, les chefs spirituels bulgares défendaient le droit de leur peuple de lire, d’écrire et de prier Dieu dans leur propre langue ». Et il affirme en guise de conclusion : « cet état de choses a fait naître dans l’Orient européen l’idée de la nationalité, des siècles avant qu’elle n’ait vu le jour en Occident ». À son avis, le césaro-papisme existant à Byzance était « une tentative de garantir la cohésion des éléments ethniques hétérogènes, leur coopération sous la protection du pouvoir laïque unique ». Moutaftchiev évoque les raisons pour lesquelles Byzance a existé bien plus longtemps que l’Empire romain, indiquant entre autres sa situation géographique, sa puissance financière, ses riches provinces orientales, sa marine, son activité commerciale et industrielle colossale. Il insiste sur le fait qu’à Byzance le féodalisme, c’est-à-dire la fusion entre le pouvoir politique et la propriété foncière, n’a jamais existé, les propriétaires fonciers, n’ayant pas disposé de souveraineté politique. L’auteur met aussi l’accent sur les acquisitions culturelles spectaculaires de Byzance, qui jusqu’à la Renaissance était bien le pays le plus civilisé, sans compter la présence, déjà au xie s., d’un homme de la Renaissance, Michel Psellos. « À Byzance, la vie de la société se déroule calmement, sans bouleversements, mais aussi sans stagnation ; il en va de même pour les institutions civiles et les structures sociales de l’Empire, qui se développent sans à-coups ». Moutaftchiev fait remarquer que l’Empire byzantin est stérile et que, ne créant pas de nouvelles valeurs, il fait penser à un énorme musée. Et pourtant, c’est bien sa vie culturelle qui a contribué à l’affranchissement de l’esprit humain et à l’apparition de la Renaissance.

25Moutaftchiev aborde aussi le thème du rôle du byzantinisme dans l’histoire bulgare. Étant les plus proches voisins de Byzance, les Bulgares subissent son influence dans la structure étatique, l’organisation ecclésiastique, celle de la culture et du mode de vie, les rois et les boyards bulgares imitant en tous points les Byzantins. Ces observations amènent Moutaftchiev à parler lui aussi de l’impact néfaste de la culture byzantine sur l’évolution bulgare : « L’influence irrésistible du byzantinisme, qui s’étendait surtout au sommet de la pyramide de notre société médiévale, alors que les masses, plus conservatrices, préservaient jalousement leurs traditions, rendit complètement stérile l’instruction bulgare de l’époque, creusant entre les classes au pouvoir et le peuple l’abîme qui engloutit l’ancien État bulgare, dénié par ceux-là même qui devaient le défendre et le protéger ». Moutaftchiev souligne que le pays où le byzantinisme a trouvé son dernier refuge était la Russie ; or, le milieu russe extrêmement arriéré ne pouvait favoriser l’épanouissement de la culture byzantine, qui ne s’y manifesta que sous des formes figées et stériles. La Russie, qui avait englouti bien des peuples, a trouvé dans les idées cosmopolites de l’étatisme byzantin sa justification historique suprême. En réalité, Pierre le Grand a poussé le césaro-papisme byzantin jusqu’à son extrême limite.

  • 29 Id., « Към философията на българската история. Византинизмът в средновековна България », Философски (...)

26En 1931, Moutaftchiev publie son étude La philosophie de l’histoire bulgare, dont le sous-titre Le Byzantinisme en Bulgarie médiévale est significatif29. Il soutient la thèse que, en arrivant dans la péninsule balkanique, les Protobulgares et les Slaves étaient unis par leur « barbarie » face à Byzance, représentant une civilisation hostile. À cette époque, l’État bulgare puisait ses forces dans la tradition païenne, l’époque païenne représentant la période la plus durable dans la civilisation bulgare. Dès l’adoption du christianisme, les hommes d’État bulgares commencent à emprunter à l’Empire byzantin tout ce qui, à leur avis, contribue à sa supériorité. Dans son aspiration à se rapprocher à tout prix de Byzance, l’État médiéval bulgare commettait une trahison envers lui-même, gaspillant ses forces pour imiter des archétypes qu’il ne pouvait appliquer convenablement, faute d’un patrimoine antique classique.

« La vie littéraire bulgare était entièrement calquée sur la vie littéraire de Byzance. Presque toute la littérature créée sous le règne de Syméon reposait sur la traduction d’œuvres byzantines ou sur l’imitation, ce qui est encore plus valable pour le mouvement littéraire du xive s., dirigé par le patriarche Euthyme. Cela explique la splendeur des acquisitions littéraires, mais aussi leur parfaite stérilité : elles se fanaient très vite, car il leur manquait les sucs vivifiants du sol natal. »

27Pour Moutaftchiev, durant tout le Moyen Âge, « il n’existe pas d’autre littérature, aussi détachée de la vie du peuple, que la littérature de la Bulgarie médiévale ». Il souligne :

« Aucun Bulgare n’a eu l’idée d’exposer sur papier la vie et les tribulations de son peuple, de même qu’aucun des souverains de la Bulgarie chrétienne n’a éprouvé le besoin de codifier son droit coutumier. […] Parallèlement à la greffe consciente d’éléments du byzantinisme “politique” et “spirituel”, on observe en Bulgarie une imitation spontanée qui s’étend aux couches supérieures et divise la société […] Après que le byzantinisme avait rompu la continuité de la tradition étatique et spirituelle, il était normal de le voir détruire la structure interne de la société bulgare, jadis homogène, sa cohésion, ses fondations matérielles. Ainsi, en la personne de ses leaders, devenus étrangers sur le plan spirituel, les masses populaires devaient voir les conducteurs d’une force destructive hostile et les renier, en même temps que l’État qui risquait de s’effondrer à la moindre secousse. La résistance interne des masses a trouvé son expression dans le bogomilisme. »

  • 30 Id., Книга за българите, Под редакцията на Giuzelev Vasil, Sofia, 1987.

28Les conceptions de Moutaftchiev sur le rôle de Byzance dans l’histoire bulgare sont exposées en détail dans son étude monographique, rédigée de 1928 à 1936, intitulée le Livre sur les Bulgares : le passé et le présent, restée à l’état de manuscrit et publiée pour la première fois en 198730. Le livre représente une tentative d’interprétation philosophique de l’histoire médiévale bulgare. D’après Moutfatchiev, Byzance est l’un des facteurs fondamentaux ayant déterminé l’évolution historique de la Bulgarie. Aussi consacre-t-il le premier chapitre de son livre à Byzance, dans le but de démontrer quel adversaire avait à affronter l’État bulgare, depuis sa fondation jusqu’à la fin du xive s. Il passe en revue les avantages de Byzance par rapport au reste du monde et explique son existence millénaire par la « science étatique complexe » qui trouvait son expression dans une politique et une diplomatie sagaces, dans la supériorité militaire de Byzance, la guerre étant en l’occurrence une science et un art, dans sa supériorité économique, commerciale et financière sur le reste du monde. Outre sa supériorité militaro-politique et économique dans le monde médiéval, Byzance possédait un autre atout : sa culture spirituelle hautement développée et le sentiment d’historicité. Fort de sa foi en Dieu et en l’empereur, en la nature divine du peuple romain, l’Empire byzantin vivait avec la conscience de sa supériorité sur le monde environnant, à l’égard duquel il agissait selon les circonstances. La raison de la survie de Byzance après le déclin de l’Empire romain d’Occident réside dans les ressources économiques et humaines de ses provinces orientales, l’hégémonie de la flotte byzantine et l’inaccessibilité de sa capitale. Moutaftchiev accorde une attention spéciale aux rapports entre Byzance et les Slaves aux vie-viiie s., pour arriver à la conclusion que la consolidation de la situation de Byzance en Orient s’est faite au détriment de ses positions en Occident : ses échecs irréparables dans la péninsule balkanique, colonisée en masse par les tribus slaves. L’hellénisation et l’assimilation progressive des Slaves en Grèce continentale, en Épire, dans les îles égéennes et adriatiques ne parviennent pas à faire des Slaves ses alliés. Moutaftchiev analyse très attentivement les rapports entre l’État bulgare et Byzance, en accordant une grande importance au facteur géographique et naturel et en insistant sur la répétition cyclique de l’histoire. Ses réflexions sur la nature du césaro-papisme byzantin et sur le danger qu’il représentait pour la Bulgarie sont judicieuses. Moutaftchiev nie l’existence du féodalisme aussi bien en Bulgarie qu’à Byzance. Il s’attache aux relations entre les Slaves et les Protobulgares, considérant que les Protobulgares avaient joué un rôle prioritaire dans la formation étatique. Il exprime à plusieurs reprises sa conviction que l’époque païenne était la plus bénéfique dans l’histoire bulgare.

29Voici en quelque sorte l’idée maîtresse de l’auteur :

« On ne pourrait jamais comprendre à fond le Moyen Âge bulgare si l’on ne tenait pas compte de ce fait fondamental, à savoir le voisinage direct des Bulgares avec Byzance et surtout la proximité de sa capitale, Constantinople. C’est de ce fait que dépendent dans une mesure plus ou moins grande les phénomènes les plus caractéristiques de notre histoire médiévale. Qui plus est, la proximité avec Byzance a tracé les axes prioritaires du Moyen Âge bulgare ; son influence a déterminé, aussi bien sur le plan étatique que culturel, le destin historique de notre pays.[…] Obligés de mener une lutte de vie et de mort avec Byzance, nous devions nous efforcer de la rattraper et de l’égaler. »

30La conversion de la Bulgarie au christianisme, survenue au ixe s., est considérée comme le triomphe complet du byzantinisme dans l’évolution culturelle du pays. L’auteur affirme que « l’adoption de l’orthodoxie byzantine entraîna la submersion complète des terres bulgares par la culture byzantine, surtout ses particularités qui pouvaient être assimilées plus facilement par un peuple qui venait de sortir du paganisme […]. C’est précisément cette influence culturelle unilatérale qui eut pour le peuple bulgare des conséquences fatales. Or, cet état de choses ne pouvait être changé en raison du fait que la Bulgarie était apparue dans le voisinage immédiat de la capitale de Byzance et que, par conséquent, elle avait lié son destin à celui de l’Empire, jusqu’à sa disparition ». Par ailleurs, Moutaftchiev brosse un tableau patriarcal idyllique de la société bulgare, en niant la présence du féodalisme en Bulgarie et dans l’Europe du Sud-Est en général. Il n’accorde pas d’attention aux doctrines et aux mouvements socio-religieux, ni aux insurrections antiféodales. Il fait remarquer que les représentants du siècle des Lumières en Occident avaient tort de présenter Byzance comme l’État où régnait l’absolutisme le plus obscur. À son avis, « par sa nature même, la monarchie byzantine était démocratique », car il n’était pas question de diviniser le basileus qui pouvait être renversé par les masses populaires. Au contraire de la monarchie absolue, l’Empire avait ses lois écrites, qui étaient obligatoires pour tous. Un autre argument à l’appui d’une telle affirmation était que « l’origine et le sang ne valaient rien, seul le talent importait », que les différents degrés de la hiérarchie publique étaient accessibles à tous, indépendamment des couches sociales, les privilèges étant arrêtés par la loi.

  • 31 Boghilov Ivan, « Професор Иван Дуйчев и българското средновековие », Векове (1973/3), p. 77-79.

31De 1939 à 1945, c’est le médiéviste Ivan Duitchev qui est le titulaire de la chaire d’histoire de Bulgarie et d’histoire de Byzance. Ses études, consacrées aux relations de Byzance avec le monde slave ont une valeur particulière, sans compter sa contribution à la publication en bulgare de corpus et de sources byzantines. Ses recherches sont axées surtout sur la mise en lumière de la réciprocité slavo-byzantine dans le domaine des lettres. Il insiste sur l’existence d’une communauté slavo-byzantine qui, selon lui, est l’un des phénomènes les plus spécifiques dans l’histoire du Sud-Est européen au Moyen Âge. Grâce à l’étude systématique de l’œuvre d’hommes de lettres slaves et byzantins et de l’influence byzantine dans l’hagiographie paléobulgare et slave, Duitchev révèle les traits communs d’un monde qui s’est formé pendant des siècles. Il affirme que la civilisation byzantino-slave et balkanique, constituée longuement et péniblement, a atteint sa forme achevée voire son aspect propre au début du xive s. Elle a combiné les éléments slaves et byzantins, enrichis de vestiges de l’Antiquité classique et païenne, tout cela fondé sur l’orthodoxie et dirigé contre l’islam et l’Occident latin31.

  • 32 Panayotova Boriana, L’image de soi et de l’autre. Les Bulgares et leurs voisins dans les manuels d’ (...)

32De 1920 au début des années 1950, Byzance est présente à nouveau dans les manuels d’histoire uniquement en sa qualité d’ennemie de la Bulgarie. Le seul contact de la Bulgarie avec l’Empire byzantin, c’est la guerre. L’enseignement d’histoire médiévale bulgare est subordonné de nouveau à la collision entre Bulgares et Byzantins, aux conflits interminables qui les opposaient et aux victoires remportées par les rois bulgares intrépides sur les rois byzantins sournois, fourbes et perfides. On retrouve la thèse de l’influence néfaste des mœurs byzantines sur les Bulgares, de « l’esclavage byzantin ». À cette époque, on assiste à la reproduction de l’image de Byzance créée au temps de la formation de l’identité nationale32.

La période contemporaine

  • 33 Panayotova Boriana, « Образът на другите в учебниците по история през 20-те и 50-те години на xx ве (...)

33Les transformations politiques survenues en 1944 modifient radicalement les objectifs de l’enseignement en histoire. Le principal protagoniste devient le peuple bulgare en conflit permanent avec ses maîtres, avec l’« ennemi intérieur33 ». La rupture entre le peuple et l’État est inévitable. L’image du souverain bulgare change radicalement : il est présenté comme un personnage cruel et malhonnête. Malgré tout, « l’ennemi extérieur » ne disparaît pas des manuels d’histoire et c’est toujours Byzance qui tient ce rôle.

  • 34 Anguélov Dimitâr, « Византийски влияния върху средновековна България », Исторически преглед 4 (1947 (...)

34En 1948, le médiéviste bulgare Dimitâr Anguélov publie dans la Revue historique, organe des historiens bulgares, un article intitulé « Les influences byzantines sur la Bulgarie médiévale »34. L’auteur souligne que l’État et le peuple bulgares avaient évolué pendant tout le Moyen Âge sous la forte influence de l’Empire byzantin voisin, avec lequel ils avaient entretenu au long des siècles des rapports politiques et économiques très étroits. Selon lui, l’influence byzantine commence à se faire sentir en Bulgarie durant les deux premiers siècles de son existence, à l’époque païenne, par l’intermédiaire des commerçants passant par la Bulgarie, ou par les nombreux prisonniers de guerre ou les émigrés byzantins. Cette influence devient particulièrement forte après la conversion au christianisme, dans sa variante orthodoxe, en 865, à cause du rôle universel de la religion au Moyen Âge. Elle se manifeste dans les domaines de la philosophie, de la littérature, des arts, de l’administration, du droit public et privé, ainsi que dans la conception de l’État, du pouvoir, des lois, du souverain, des sujets ; dans la vie quotidienne, dans la vie publique et privée, dans toutes les facettes de la réalité sociale, dans la culture matérielle et spirituelle. L’auteur examine surtout le rôle du byzantinisme dans la formation de l’idéologie autocratique médiévale en Bulgarie, confirmée après la christianisation. Il examine l’influence des conceptions juridiques byzantines à travers les livres de droit canonique connus en Bulgarie : en premier lieu l’Éclogue de Léon III et de Constantin V, la Loi agricole et le Nomocanon. Anguélov souligne que le recueil juridique local, La loi pour juger les gens, est une transcription littérale de l’Éclogue. Il note en passant que le Nomocanon a été traduit en slave, de même que l’Éclogue. Anguélov relève aussi la portée du message adressé par le patriarche de Constantinople Photius au prince Boris, après la conversion, qui servit de ligne de conduite aux rois bulgares. L’idée maîtresse de ce message se rapporte à l’origine divine du pouvoir royal et à son rôle de bon et équitable pasteur. L’auteur examine la question de l’influence de l’idéologie de l’autocratie byzantine en Bulgarie. Il se demande jusqu’à quel point les idées autocratiques transférées en Bulgarie pendant la première moitié du ixe s. sont restées les mêmes, jusqu’à quel point les conceptions juridiques et religieuses correspondaient aux dispositions naturelles et aux traditions du peuple bulgare, si elles n’étaient pas plutôt un emprunt étranger, acceptable pour un nombre restreint de groupes de la société bulgare. Anguélov est d’avis que l’idéologie autocratique byzantine, importée en Bulgarie par le byzantinisme, a porté un coup à l’esprit démocratique, inhérent à la majorité slave, favorisant l’élément proto-bulgare, habitué à un ordre monarchique rigoureux.

  • 35 Anguélov Dimitâr, История на Византия, II, Sofia, 1952.

35Dans son Histoire de Byzance, parue en 1952, Dimitâr Anguélov définit l’Empire byzantin comme un État féodal35. Il donne une haute appréciation de la vie culturelle à Byzance à la veille de l’invasion ottomane, en particulier de l’œuvre de Gémiste Pléthon, de Nicéphore Grégoras, de Bésarion, en soulignant leur intérêt pour l’Antiquité grecque. Il accorde une place de choix à la culture urbaine, à l’évolution de la philosophie, des lettres et de la science. Il parle d’une exploitation féroce des paysans à Byzance, qui n’opposent pas de résistance aux croisés. Il souligne la forte influence que subit la Bulgarie dans la structure juridique et administrative, dans la littérature et les arts, en précisant toutefois qu’il ne faut guère exagérer cette influence et la considérer comme un facteur unique. Pour lui, la culture des peuples slaves et balkaniques avait ses traits spécifiques, qui étaient le résultat d’une évolution interne. Selon lui toujours, au xiiie et au xive s., on pratiquait en Bulgarie un droit qui différait de celui de Byzance ; certaines écoles artistiques étaient différentes des écoles de Constantinople ; on se trouvait en présence d’une littérature aux traits originaux.

  • 36 Danova Nadia, « Образът на гърците, сърбите, албанците и румънците в българската книжнина », dans В (...)

36Après 1989, un effort conscient a été fait pour réécrire les livres d’histoire. Dans ce but, l’auteur du manuel destiné au cycle secondaire, le professeur d’université Gueorgui Bakalov, s’oppose formellement à l’emploi des termes de « joug byzantin » et d’« esclavage byzantin ». Par ailleurs, Bakalov rend justice aux qualités de l’empereur Basile II le Bulgaroctone, qu’il définit comme « un souverain clairvoyant, un homme d’État expérimenté et sagace ». De son côté, le professeur universitaire Christo Matanov, dans son manuel d’histoire pour la dernière année du cycle primaire, paru en 1994, propose un jugement réaliste des apports de Byzance dans la vie culturelle et socio-politique, en reconnaissant l’influence de l’Empire sur l’histoire des Bulgares. Et pourtant, dans le manuel d’histoire du lycée, paru en 1993, nous retrouvons les représentations des scènes « classiques » du crâne de Nicéphore transformé en verre et des guerriers aveugles de Samuel36.

37Sur la base des textes analysés, nous pouvons affirmer que la formation de l’image de Byzance est étroitement liée à celle de l’identité nationale. Or, dans ce processus, un rôle particulier revient au récit national, susceptible de légitimer la communauté face à elle-même et face aux autres. On assiste à la construction graduelle d’une histoire nationale dans laquelle l’élément mythique occupe une place centrale. L’image de Byzance et des Byzantins tend à être sélective, car chacun des auteurs met l’accent, selon le moment historique concret ou en fonction de son propre point de vue, sur tel ou tel aspect de la représentation des Byzantins. Cette image n’est guère objective et ne correspond pas toujours à la réalité ; elle est schématique et sa valeur cognitive n’est que partielle. Elle est chargée d’une multitude de traits positifs ou négatifs qui dépendent des projets éducatifs concrets, scientifiques ou politiques, des auteurs des textes qui nous ont servi de référence.

Notes

1 Tapkova-Zaïmova Vasilka, « Le Byzantin et le Slave », dans Αρμός. Τιμητικός τόμος στον καθηγητή Ν. Κ. Μουτζόπουλο για τα 25 χρόνια πνευματικής προσφοράς του στο Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης, Thessalonique, 1989, p. 1797-1800.

2 Ead., « “Grecs” et “Romains” dans la littérature bulgare (Conscience d’une réalité médiévale) », Études balkaniques 20 (1984), p. 51-58 ; Стара българска литература, IV, Житиеписни творби. Съставителство и редакция Ivanova Klimentina, Sofia, 1986, p. 44, 67, 104, 107, 134, 147, 157-158.

3 Tapkova-Zaïmova Vasilka, « Византия, Западна Европа и балканските народи (Черти от взаимната им оптика) », dans Danova Nadia, Dimova Vesela, Kalitsin Maria (éds), Представата за“другия” на Балканите, Sofia, 1995, p. 18.

4 Dinekov Petâr et al. (éds), История на българската литература, I, Sofia, 1962, p. 121.

5 Danova Nadia, « L’image du Grec dans la littérature bulgare (xve-milieu du xxe s.) », Études balkaniques 30 (1994), p. 18.

6 Стара българска литература, IV (n. 2), p. 147, 157-159, 283, 293.

7 Стара българска литература, I, Апокрифи. Съставителство и редакция Petkanova Donka, Sofia, 1981, p. 342, 411-412.

8 Народното четиво през xvi-xviii век, Подбор и редакция Petkanova Donka, Sofia, 1990, p. 234-236.

9 Petkanova Donka, Дамаскините в българската литература, Sofia, 1965, p. 156 ; Народното четиво (supra), p. 313-314, 387-388.

10 Trifonov Iourdan, « Зографска българска история », Списание на БАН 9 (1940), p. 8-10, 17, 26, 29, 34, 49, 60, 65.

11 Hilendarski Paisij, История славянобългарска. Първи Софрониев препис от 1765 г. Увод, новобългарски текст и коментар Rajkov Božidar, Sofia, 1972, p. 97.

12 Hiéromoine Spiridon, История во кратце о болгарском народе словенском 1792, Sofia, 1992.

13 Pavlovitch Hristaki, Разговорник греко-болгарски, Belgrade, 1845.

14 Id., Царственик или история болгарская, Budim, 1844.

15 Seliminski Ivan, Библиотека, XIV, Sofia, 1931, p. 52.

16 Aprilov Vasil, Денница ново-болгарского образования, I, Odessa, 1841, p. 67.

17 Любословие, II, 1846, p. 24, 163 ; Danova Nadia, Константин Георгиев Фотинов в културното и идейнополитическото развитие на Балканите през xix век, Sofia, 1994, p. 302, 309, 319-323.

18 Мирозрение I (1850), p. 19 ; Danova Nadia, Иван Добровски в перспективата на българския xix век, Sofia, 2008, p. 421.

19 Danova Nadia, « Проблемът за националната идентичност в учебникарската книжнина, публицистиката и историографията през XVIII-XIX век », dans Aretov Nikolay (éd.), Балканските идентичности в българската култура, IV, Sofia, 2003, p. 66-69.

20 Ibid., p. 73-74.

21 Kolarov Christo, Giuzelev Vasil, « Спиридон Н. Палаузов като историк на Средновековна България », Векове 6 (1972), p. 56.

22 Danova Nadia (n. 19), p. 78-82.

23 Danova Nadia, « Образи на гърци и западноевропейци в българската книжнина през xviii-xix век », dans Aretov Nikolay (n. 19), p. 117-118.

24 Ivanov Yordan, « Гръцко-български отношения преди църковната борба », dans Сборник в чест на проф. Л. Милетич по случай на 25-годишната му книжовна дейност, Sofia, 1911 ; nouv. éd. Ivanov Yordan, Избрани произведения, I, Sofia, 1982, p. 157, 167.

25 Ivanov Jordan, « La Bulgarie. Enquête sur l’esprit des livres scolaires pendant et après les guerres balkaniques 1912-1918-1921 », dans Enquête sur les livres scolaires d’après-guerre publiée par la Donation Carnégie pour la paix internationale, Paris, 1923, p. 411-466.

26 Trifonov Yourdan, « Византийските хронисти в църковно-славянската книжнина », Известия на Историческото дружество 6 (1924), p. 163-181.

27 Tapkova-Zaïmova Vasilka, « Vasil Zlatarski et son héritage scientifique », Bulletin de l’Association internationale d’Études du Sud-Est européen 8 (1970), p. 79-85.

28 Moutaftchiev Petâr, Изток и Запад в Европейското средновековие. Встъпителна лекция, Sofia, 1925.

29 Id., « Към философията на българската история. Византинизмът в средновековна България », Философски преглед (1931), n° 1, p. 27-36, trad. « Der Byzantinismus im mittelalterlichen Bulgarien », Byzantinische Zeitschrift 30 (1929-1930), p. 387-394.

30 Id., Книга за българите, Под редакцията на Giuzelev Vasil, Sofia, 1987.

31 Boghilov Ivan, « Професор Иван Дуйчев и българското средновековие », Векове (1973/3), p. 77-79.

32 Panayotova Boriana, L’image de soi et de l’autre. Les Bulgares et leurs voisins dans les manuels d’histoire nationale 1878-1944, université de Laval, 2005, p. 116-120.

33 Panayotova Boriana, « Образът на другите в учебниците по история през 20-те и 50-те години на xx век », dans Връзки на съвместимост и несъвместимост между християни и мюсюлмани в България, Sofia, 1994, p. 240-241.

34 Anguélov Dimitâr, « Византийски влияния върху средновековна България », Исторически преглед 4 (1947-1948), p. 401-416.

35 Anguélov Dimitâr, История на Византия, II, Sofia, 1952.

36 Danova Nadia, « Образът на гърците, сърбите, албанците и румънците в българската книжнина », dans Връзки на съвместимост (n. 33), p. 119.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search