Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

« Byzance » et la modernité roumaine : de la négation à la patrimonialisation sous l’influence française

Gabriel Leanca

Résumé

Ce texte analyse le rôle de Byzance dans le débat intellectuel et la pensée politique dans la Roumanie contemporaine. Il s’articule autour de cinq points. Le premier délimite le sujet en insistant sur les idées contradictoires de l’historiographie roumaine sur Byzance et son patrimoine. Le second met en lumière l’implication des grandes puissances en Moldavie et en Valachie durant les xviiie et xixe s., et la façon dont la domination russe a affaibli le système juridique et politique enraciné dans la tradition byzantine. La troisième partie est consacrée à la dissolution de cette tradition et introduit dans le débat le nationalisme et les relations franco-roumaines au cours du xixe s. Nicolae Iorga, une figure importante parmi les historiens et les intellectuels de la première moitié du xxe s., est le sujet de la quatrième partie. Il eut une influence considérable sur la reconsidération de l’héritage byzantin dans une perspective transnationale. La diplomatie culturelle autour de Byzance entre la France et la Roumanie est considérée dans la dernière section de cet article. Tous ces éléments expliquent pourquoi, en quelques décennies, le discours sur Byzance s’est déplacé en Roumanie du déni politique à un réexamen culturel.

Texte intégral

Les enjeux identitaires d’une historiographie

1Si l’on examine de près les influences culturelles et politiques exercées sur les Principautés de Moldavie et de Valachie depuis le Moyen Âge jusqu’au xixe s., l’influence byzantine sur les anciennes institutions roumaines et l’ouverture à la culture politique française comptent parmi les plus notables. Il est superflu d’indiquer dans ces lignes que ces deux centres de rayonnement culturel appartiennent à des époques très différentes et à des régions sinon opposées du point de vue symbolique, du moins situées dans une conflictualité durable dans l’histoire de la civilisation européenne. Ces deux formes d’expression culturelle se sont rencontrées au xixe s., à une époque de changement rapide : de l’univers ottoman à une occidentalisation active des institutions et des mœurs. Grâce à la victoire de la Russie sur l’Empire ottoman en 1829, les Principautés de Moldavie et de Valachie jouissent d’un statut politique singulier dans la Turquie d’Europe. Le traité d’Andrinople n’est que le point de départ d’une vraie révolution qui s’opère dans les Principautés dans la seconde moitié du xixe s. : l’union politique de ces deux pays (1859), la sécularisation des biens du clergé (1863), la fondation de la première université à Iaşi (1860), l’installation de la dynastie étrangère des Hohenzollern (1866) et l’indépendance de l’État (1878) sont présentées habituellement dans l’historiographie roumaine comme la marche inéluctable vers le progrès de la nation enchaînée depuis la fin du Moyen Âge et comme le fruit de l’action de la génération quarante-huitarde roumaine francophile.

  • 1 Sur la notion de « culture politique », voir Berstein Serge, « Nature et fonction des cultures poli (...)
  • 2 Sur les études byzantines en Roumanie, voir l’ouvrage essentiel de rados Leonidas, Sub semnul acvil (...)

2Produite à des fins pédagogiques et idéologiques, cette lecture toute linéaire de la modernité roumaine risque d’être réductrice, puisque le xixe s. roumain témoigne sinon d’une rupture, comme dans la France de la fin du xviiie s., du moins d’une forte polarisation de la culture politique1. Si « Byzance » est devenue depuis longtemps une notion historique au xixe s., il n’est pas moins intéressant de s’interroger aujourd’hui sur la façon dont « Byzance » a occupé le débat intellectuel contemporain en Roumanie et dans les milieux franco-roumains, et sur la manière dont elle a alimenté le fossé creusé à l’intérieur de la modernité roumaine. La tâche n’est pas facile, puisque le terme « Byzance » couvre une pluralité de sens dans l’imaginaire culturel roumain. Il peut indiquer la réalité historique byzantine ainsi que son héritage pendant les deux siècles qui ont suivi la chute de Constantinople, mais aussi la culture des élites à l’époque des règnes des princes phanariotes au xviiie s., qui, elle, s’est maintenue jusqu’en 1821. Après l’insurrection des Grecs, « Byzance » a revêtu une connotation plutôt négative, résultat de la montée du nationalisme roumain du xixe s., russophobe et hostile aux Grecs, et de la fragmentation politique de la Turquie d’Europe. Si « Byzance » est encore présente dans la pensée roumaine contemporaine, c’est largement à cause de deux facteurs : premièrement, l’intérêt documentaire des historiens roumains pour l’histoire nationale, liée volens nolens à l’histoire de l’Empire ottoman et, deuxièmement, le rôle joué par le patrimoine architectural d’expression byzantine dans l’idéologie nationale roumaine2.

  • 3 Iorga Nicolae, Byzance après Byzance. Continuation de l’Histoire de la vie byzantine, Bucarest, 197 (...)

3Se trouvant aux carrefours des civilisations, les Principautés de Moldavie et de Valachie représentaient une périphérie pour l’Europe des traités de Westphalie ; une ligne de frontière pour les Habsbourg, pour les Russes et pour les Ottomans, comme pour les Hongrois et les Polonais autrefois quand ils s’opposaient aux envahisseurs mongols. Une périphérie aussi pour les Byzantins à leur époque. Pourtant, durant la grande expansion ottomane, les Principautés protégées par une autonomie reconnue par le sultan demeurèrent les seuls lieux où la vie ecclésiastique orthodoxe et les formes politiques byzantines modelèrent sans entrave le corps social. En d’autres termes, comme l’exposait Nicolae Iorga dans son œuvre classique sur l’héritage byzantin, « Byzance, avec tout ce qu’elle représentait […] ne disparut pas, ne pouvait pas disparaître par la prise successive de ses trois capitales au xve s. : Constantinople, Mystra et Trébizonde3 ». La thèse de Iorga, la seule à vocation universelle produite par l’historiographie roumaine, avait intégré l’histoire des Principautés à l’époque de « l’Ancien Régime » dans une géographie culturelle plus large et infiniment plus prestigieuse dans le domaine des liaisons et des transferts symboliques. En fait Nicolae Iorga, à l’époque de l’entre-deux-guerres, malgré son goût pour une histoire purement nationale et à l’opposé d’une école historique qui cherchait à distinguer dans l’histoire des Principautés le facteur politique autochtone (roumain en l’occurrence) des Grecs de l’Empire ottoman, concevait l’idée de tradition politique dans les pays roumains comme une synthèse et non comme un passé qui se singularise sous la loupe de l’historien. D’emblée, l’hypothèse séductrice de Iorga a été évoquée et invoquée maintes fois par beaucoup d’historiens, mais en même temps, à l’époque du communisme national en Roumanie, celle-ci fut rangée dans une catégorie d’œuvres intouchables, monumentalisées et peu abordées en conséquence. Byzance après Byzance, et notamment sa réédition en 1971 à Bucarest, outre son utilité scientifique, servait au renforcement des liaisons entre la « démocratie populaire » et l’intelligentsia roumaine qui voulait respirer après la terreur stalinienne : européanisme, nationalisme libéral et universalisme culturel étaient professés par le géant Iorga dont l’œuvre avait été marginalisée après la seconde guerre mondiale. Il a fallu attendre la chute du régime communiste pour débattre, voire remettre en cause avec plus de vigueur un certain nombre de thèses qui relevaient non seulement de l’historiographie produite en Roumanie sous le communisme, mais aussi du vieil arsenal de la culture roumaine moderne.

  • 4 Barbu Daniel, Bizanţ contra Bizanţ. Explorări în cultura politică românească, Bucarest, 2001.

4Question d’acculturation et même d’accommodement entre les facteurs autochtones et les émigrés de Constantinople, nombreux dans les pays roumains, le rapport entre l’influence byzantine et la cristallisation de la culture politique au temps de « l’Ancien Régime » en Moldavie et en Valachie met en évidence la continuation des concepts orthodoxes et impériaux, mais aussi leur contestation au niveau de la pratique politique. Observé récemment dans l’historiographie roumaine, ce clivage a nourri l’idée selon laquelle l’adoption d’un nombre important de pratiques juridiques byzantines avait été suivie en réalité par une résistance des traditions locales. Un tel constat a logiquement provoqué une remise en cause de la réception, jusque-là à peu près incontestée dans les milieux scientifiques, de la formule fascinante de Nicolae Iorga, Byzance après Byzance. Ainsi de Daniel Barbu, dans son ouvrage, dépouillé de tout nationalisme, intitulé de façon suggestive Byzance contre Byzance4, qui introduit l’idée que le clivage entre l’esprit des institutions et les réalités politiques des Principautés date bien d’avant le xixe s. Même si Barbu transpose la question de Byzance aux époques moderne et contemporaine dans un décor de sciences politiques, on peut difficilement nier qu’il contribue à donner un nouvel essor au domaine des études post-byzantines jusque-là apanage des historiens positivistes.

La question de l’héritage byzantin dans les pays roumains et la relation aux empires limitrophes

  • 5 Kitromilides Paschalis M., « On the Intellectual Content of Greek Nationalism : Paparrigopoulos, By (...)

5L’imaginaire politique des Roumains au xixe s. ne valorisait pas Byzance à la manière des Grecs qui, au fur et à mesure de leur devenir historique, ont intériorisé et revendiqué l’expérience de l’Empire byzantin sur le plan de l’idéologie étatique moderne5. Dans les Principautés roumaines ou plus tard, dans le contexte intellectuel de la jeune Roumanie indépendante à la fin du xixe s., l’idéologie nationale s’était dirigée premièrement contre l’héritage ottoman et grec et, deuxièmement, elle songeait à la construction d’un corps politique dont les parties constitutives se trouvaient plutôt dans l’Empire des Habsbourg et en Russie et moins au Sud du Danube. Ainsi, les idéaux des hommes politiques ou des écrivains nationalistes roumains au xixe s. ne se réclamaient-ils d’aucune filiation avec l’État byzantin anéanti au Moyen Âge, ni avec le système administratif imposé par les Ottomans en Moldavie et en Valachie au xviiie s.

6Cette distance culturelle et politique prise par les Roumains par rapport à cet héritage ne parvint pas à maturité sans traverser une histoire complexe qui a laissé des traces dans l’imaginaire social roumain.

7Ainsi, au commencement du xviiie s., l’avènement de l’ordre politique phanariote avait-il contribué au renforcement des liens des Principautés roumaines avec Constantinople. La présence ottomane au Nord du Danube garantissait, outre la stabilité et la paix, la conservation de la culture byzantine soigneusement entretenue par la Grande Église et les familles grecques de Constantinople et de toutes les contrées de l’empire. Mais cet ordre politique dans les Principautés, si propice à l’héritage de Byzance, était source des tensions et conflits bien connus entre la noblesse indigène et les envoyés de Constantinople ; aussi, lorsque les empires habsbourgeois et russe, à la fois conquérants et émancipateurs, s’apprêtèrent à partager la Turquie d’Europe, l’héritage politique et juridique byzantin perdit-il de sa force.

  • 6 Papacostea Şerban, Oltenia sub stăpânirea austriacă 1718-1739, Bucarest, 1971 ; Ceauşu Mihai-Ştefan (...)

8En 1718, les armées habsbourgeoises occupèrent l’Olténie pour plus de vingt ans. En 1774, à la suite de la débâcle ottomane au cours de la guerre avec la Russie, la Maison d’Autriche s’empara également du Nord de la Moldavie, la Bucovine. Dans ces deux territoires, l’Autriche fit disparaître tous les traits de l’organisation traditionnelle ou toute forme liée plus ou moins à Byzance, principalement à son héritage juridique6. La domination autrichienne de l’Olténie fut courte, cessant avec la paix de Belgrade en 1739, mais la présence habsbourgeoise en Bucovine divisa pour plus de cent ans, des deux côtés de la frontière impériale, les Moldaves ainsi que leur conception de la politique.

  • 7 Je renvoie au beau livre de Bitis Alexander, Russia and the Eastern Question. Army, Government, and (...)
  • 8 Bordei-Boca Ramona, « La latinité – repère identitaire roumain », dans Delsol Chantal, masłowski Mi (...)

9À partir du xviiie s., la Russie orthodoxe, quant à elle, engagea un processus similaire en Moldavie et en Valachie, inculquant peu à peu à l’élite moldave, phanariote ou valaque, l’idée que l’efficacité politique et administrative ne venait plus de cette Byzance conservée pieusement sur les murs des églises et des monastères ou dans les rééditions des textes juridiques et des vies des saints. Mais parmi les puissances impliquées dans l’Europe du Sud-Est, le cas de la Russie dans les Principautés roumaines est vraiment particulier, puisqu’il montre bien comment le penchant byzantin et religieux de l’identité russe a été subordonné à l’idée d’empire7. Malgré l’unité de religion et les attitudes favorables à la présence russe dans les Principautés roumaines, une amitié profonde entre les Moldo-Valaques et les Russes ne put se développer après l’annexion de la Bessarabie à l’Empire des Tsars (1812) ni même après le traité d’Andrinople (1829), pourtant conçu comme le traité le plus libéral à l’égard des Principautés danubiennes. Le souffle de 1848 s’étendit jusque dans la lointaine Valachie, la cible des révolutionnaires étant le Règlement organique, instrument de domination russe dans les Principautés. En outre, au temps de la querelle des lieux saints à Constantinople, à la veille de la guerre de Crimée, lorsque la Sublime Porte donna l’avantage symbolique à la France, le facteur religieux, qui pouvait resserrer les relations entre les Roumains et les Russes, ne joua aucun rôle. Le monde roumain s’ouvrait vers la culture occidentale. À cela s’ajoute une image antidémocratique de la Russie au xixe s. qui paralysait tout dialogue entre les cultures roumaine et russe. Notons, enfin, le fait que malgré l’unité de religion avec la Grande Cour du Nord, c’est dans cette période que les Roumains clamèrent la latinité de leur langue et de leur esprit8.

  • 9 Voir, pour une comparaison très réfléchie entre l’Empire russe et ottoman à propos de la question d (...)
  • 10 Voir quelques idées sur l’imaginaire « politique » des Phanariotes chez Mango Cyril, « The Phanario (...)
  • 11 Anscombe Frederick F. (éd.), The Ottoman Balkans, Princeton, 2006, p. 1-9.
  • 12 TodorovaMaria, « The Ottoman Legacy in the Balkans », dans Brown Karl (éd.), Imperial Legacy, New Y (...)

10Si, dans les Principautés, la perception de la Russie et de ses liens avec l’héritage byzantin oscillait du dédain à l’idée de possible proximité, la question de la convergence de l’Empire ottoman avec la « Byzance » retrouvée des Moldaves et des Valaques fut encore plus compliquée9. L’autonomie des Principautés au sein de l’Empire ottoman sauva non seulement les traditions politiques des Moldaves et des Valaques, mais aussi permit des liaisons prémodernes entre les groupes orthodoxes de l’empire. « Byzance » et « orthodoxie » représentaient un « langage » qui contribua de façon décisive à la cohérence administrative de l’Empire ottoman, notamment dans les régions ou dans les villes où la hiérarchie orthodoxe jouait un rôle bien défini dans la vie de la communauté10. Cette perspective converge avec les recherches récentes sur la singularité du système politique ottoman11 et avec le constat de la place avérée des élites phanariotes dans l’administration de l’Empire malgré leur stigmatisation dans nombre d’historiographies nationales du Sud-Est12 : elle renverse d’une certaine façon la thèse classique du déclin de l’Empire ottoman pendant les xviiie et xixe s. et du conflit irréconciliable entre chrétiens et musulmans.

  • 13 Tanaşoca Nicolae-Şerban, « Ultima ungere bizantină de domn român », dans Naţional şi universal în i (...)

11C’est donc plutôt à la nouvelle donne des relations internationales à partir de la guerre de Crimée que l’influence ottomane doit d’avoir reculé, dans le cadre de la politique voulue par la France en vue de faire des pays roumains une barrière stratégique entre la Russie et l’Empire ottoman. L’accord d’Osborne (1857) entre Napoléon III et le gouvernement britannique de la reine Victoria sur la question controversée des élections en Moldavie (c’est-à-dire sur le nettoyage des unionistes des listes électorales sous la pression ottomane et autrichienne) ont ainsi conduit à la pulvérisation de l’autorité ottomane au-delà du Danube. L’année 1857 est en fait un moment-clé dans l’histoire de la Roumanie moderne puisqu’elle est celle de l’inévitable nationalisation de la vie et de la classe politique des Principautés, marquant alors la fin de tout cosmopolitisme de la société politique ottomane au Nord du Danube. Même si le prince Alexandru Ioan Cuza, élu dans les deux Principautés en 1859, fut sacré à Constantinople selon le rite byzantin en 186413, la sécularisation des biens du clergé pour laquelle il avait tant travaillé contribua à réduire le grand cercle panorthodoxe de l’époque ottomane dans les limites de l’histoire roumaine.

Français et Roumains face à l’héritage byzantin à l’époque du nationalisme romantique

  • 14 Kogălniceanu Mihail, Histoire de la Valachie, de la Moldavie et des Valaques transdanubiens, dans O (...)
  • 15 Bălcescu Nicolae, « Românii şi fanarioţii », dans Opere, I, Bucarest, 1953, p. 69-72 ; Rados Leonid (...)
  • 16 Alecsandri Vasile, lettre à Victor Place, mars 1857, dans Opere, VIII, Bucarest, 1981, p. 267-268.

12Ce serait une erreur de penser que la destruction du monde post-byzantin dans les Principautés de Moldavie et de Valachie n’est due qu’à cette intervention directe des puissances européennes dans l’Empire ottoman. Les quarante-huitards roumains, parmi lesquels Mihail Kogălniceanu et Nicolae Bălcescu, qui sont les autorités les plus importantes en matière historique de cette génération, dissocient le facteur national du facteur étranger dans la reconstruction du passé de leur pays. Lorsqu’en 1837 Kogălniceanu publie en français à Berlin L’histoire de la Valachie, de la Moldavie et des Valaques transdanubiens, ce n’est pas la Russie qu’il tient pour responsable de la situation douloureuse des Principautés, mais les Phanariotes, les ennemis de l’intérieur, qui, à partir du début du xviiie s. et notamment après le traité de Küçük Kaynarca (1774), ont semé « la discorde, les mauvaises passions, l’égoïsme14 ». L’histoire contemporaine de la Moldavie et de la Valachie ne pouvait constituer que difficilement l’objet de l’attention de Kogălniceanu, puisqu’il était proche de la famille du prince Sturdza, placé sur le trône moldave par la très puissante Russie. Mais il est évident que Mihail Kogălniceanu déguise sa critique sociale de l’état des Principautés sous cette hostilité à l’égard des Phanariotes. À son tour, Nicolae Bălcescu ne montre pas d’intérêt particulier pour Byzance ni pour son héritage dans les Principautés roumaines. Sa vision s’inscrit plutôt dans la perspective des relations entre les Grecs et les Roumains, dont le bilan était considéré comme très mauvais15. Vasile Alecsandri, l’un des créateurs de l’identité francophile de la Roumanie, dans une lettre à Victor Place, consul français à Iaşi (1855-1863), résumait très bien l’idéologie nationale roumaine au milieu du xixe s., espérant que le soutien politique du Second Empire pour l’union de la Moldavie et de la Valachie servirait à la construction d’un pays « dérussisé », « dégermanisé » et à la fois « déphanariotisé16 ». Même si l’année 1821 mit fin aux règnes des Phanariotes en Moldavie et en Valachie, on constate que l’image du prince grec comme bouc émissaire était très populaire dans les Principautés au xixe s., témoignant du rejet de tout passé à la fois balkanique et byzantin filtré par la présence grecque dans l’histoire régionale. Les thèmes principaux de cette période sont plutôt l’affirmation de l’élite locale dans la vie politique moldave et valaque, et le statut juridique des Principautés dans le système ottoman et dans la géopolitique régionale, ce qui montre avec précision la rupture avec le passé caractérisant la pensée roumaine au xixe s.

  • 17 Amalvi Christian, Le goût du Moyen Âge, Paris, 1996, p. 19-24 ; Cabanel Patrick, « Nations antiquai (...)
  • 18 Quinet Edgar, « Les Roumains », Revue des Deux Mondes 24 (1856), p. 33.

13Les milieux culturels français ont été sensibilisés à cette attitude des Moldaves et des Valaques envers leur passé. Néanmoins, on observe une mutation dans l’image que les Français ont de la culture politique des Principautés roumaines. À la fin du xviiie s. et même pendant les premières décennies du xixe s., les Phanariotes sont décrits, dans les témoignages français, comme des monarques éclairés qui sont capables de mettre fin à l’anarchie qui domine en Moldavie et en Valachie. L’abbé d’Hauterive et François Recordon sont indulgents avec les princes phanariotes auprès desquels ils exerçaient des emplois divers. Deux ans avant la Révolution française, dans le contexte très particulier de la Moldavie, Hauterive regarde le pays comme préparé pour une politique plus ouverte envers les droits du peuple. Mais les idées du siècle des Lumières, filtrées par le radicalisme révolutionnaire, ont conduit finalement dans l’Europe du Sud-Est, particulièrement dans la zone des contacts entre Grecs, Français, Moldaves, Valaques et Russes, à une critique acharnée des Phanariotes. Charles Pertusier, le professeur Laurençon et Marc-Philippe Zallony condamnent la façon dont ces princes ont administré les deux pays, faisant ainsi la transition vers une critique plus dure qui se développa après 1830. Les textes de Félix Colson et Jean Alexandre Vaillant, pour nommer les écrits les plus animés de cette époque, ignorent l’héritage byzantin et stigmatisent les Phanariotes afin de présenter une nation qui s’ouvrirait vers la France et qui ne ressemblerait pas à une province de l’Empire ottoman. Si le Moyen Âge roumain s’invente dans cette période où les images du romantisme royaliste circulent en Europe, il est néanmoins vrai qu’il s’agit d’un découpage national dans lequel l’altérité s’efface et qui, en outre, s’ajoute à une relecture moderne de la civilisation romaine17. En 1855 Élias Regnault, dans son Histoire politique et sociale des Principautés danubiennes, consacre plusieurs pages à l’administration, présentée comme épouvantable, des princes imposés par la Sublime Porte sur le trône de la Moldavie et de la Valachie. Sans doute était-ce la propagande roumaine en France qui nourrissait non seulement les écrits d’Élias Regnault, mais également ceux de beaucoup de journalistes qui rejoignaient la cause roumaine. Ainsi, dans un texte devenu classique pour les relations franco-roumaines, Edgar Quinet exprimait-il indirectement l’idée que Byzance incarnait l’arbitraire et l’altération des mœurs civiles. « Dans notre Occident, nous avons nos Byzances », écrivait le défenseur des Roumains en 1856 dans la Revue des Deux Mondes, conseillant à l’élite des Principautés de trouver des ressorts de civilisation dans l’esprit traditionnel roumain et non dans la superficialité des mœurs modernes ou dans un cosmopolitisme déraciné18.

  • 19 Vlad Laurenţiu, Imagini ale identităţii naţionale. România şi expoziţiile universale de la Paris, 1 (...)
  • 20 « Il serait injuste […] de contester toute tendance de développement vers la civilisation, sous les (...)

14Afin de sortir de l’ombre de l’histoire ottomane, la propagande roumaine en France engage l’histoire à faire la preuve de l’authenticité de la nation qu’elle représente et, d’autre part, à démontrer l’inéluctable engagement des Roumains dans l’orbite de la civilisation européenne. Les recherches poursuivies par Laurenţiu Vlad et Carmen Popescu sur l’Exposition universelle de Paris (1867) et le Centenaire de la République française (1889) témoignent de ces deux tendances dans l’esprit public roumain dans la seconde moitié du xixe s.19. L’échantillon de la vie paysanne reconstitué par Alexandru Odobescu dans le pavillon de la Roumanie à Paris en 1867 indiquait les similarités qui devaient exister avec d’autres peuples latins, tandis que l’élément byzantin se présentait comme un témoignage de civilisation surgi d’un Moyen Âge purement roumain. S’inscrivant parmi les représentations instrumentalisées par la propagande politique, l’image de Byzance dans la seconde moitié du xixe s. se nationalise en Roumanie. Cette image se trouve coupée de ses héritiers linguistiques les plus véritables, les Grecs, rendus coupables de l’état dans lequel les Principautés étaient tombées au xviiie s.20.

15D’un côté, clamer l’origine latine de la race roumaine devait signifier l’adoption réussie des mœurs et des institutions occidentales par ses héritiers lointains, mais, de l’autre côté, cette latinité appelée à consolider les relations entre Français et Roumains, suivant un modèle déjà essayé à l’époque de la révolution européenne de 1848, pouvait laisser dans l’ombre l’identité culturelle très particulière des Roumains et de leur pays. Ainsi « Byzance » entrait-elle peu à peu dans les calculs de la propagande roumaine en France à la fin du xixe s., puisque ses vertus pouvaient compléter ce que la latinité de la langue ne pouvait pas produire dans le domaine de la culture matérielle.

Nicolae Iorga ou la synthèse des civilisations

16Il est impossible d’ébaucher en quelques phrases ce qu’on doit à Nicolae Iorga en ce qui concerne les études byzantines et les recherches portant sur l’Europe du Sud-Est en Roumanie comme ailleurs. Des chercheurs avisés ont longuement examiné sa contribution scientifique et il faut redire que la thèse de l’héritage byzantin dans les Principautés de Moldavie et de Valachie demeure la seule à vocation universelle produite jusqu’aujourd’hui par l’historiographie roumaine. Pourtant, la perspective de Nicolae Iorga sur Byzance est plus riche que la légitimation symbolique maintes fois évoquée par les études d’histoire médiévale ou par le matériel de propagande politique roumain. En 1930, dans un ouvrage magistral dédié à la mémoire du professeur Théodore Uspenskij, Nicolae Iorga exposait en quelques mots sa conception de la synthèse historique de la région de l’Europe du Sud-Est dans le contexte des échanges culturels et politiques entre les Slaves et les Roumains tout au long des siècles. Ainsi, il affirmait :

  • 21 Iorga Nicolae, « Entre Slaves et Roumains », dans L’art byzantin chez les Slaves. Les Balkans, Pari (...)

« Il n’y a point à proprement parler de civilisation nationale, c’est-à-dire sortie tout entière du génie créateur d’un seul peuple : pareille civilisation n’est bien souvent que le résultat d’influences extérieures, d’une synthèse où sont venus se fondre maints éléments empruntés à d’autres civilisations, et dont on retrouverait facilement la trace en remontant suffisamment haut. Il se peut que l’orgueil national souffre de leur découverte, mais un sentiment plus précieux y gagnera : celui de la solidarité que crée entre les hommes cette dépendance réciproque de leurs civilisations, qui reposent toutes sur des bases communes extrêmement anciennes et dont aucune n’appartient en propre à un peuple quelconque aujourd’hui21. »

  • 22 PippidiAndrei, « Introduction » à la 4e éd. de IorgaNicolae, Generalităţi cu privire la studiile is (...)
  • 23 Nagy-Talavera Nicholas M., Nicolae Iorga. ABiography, Iaşi, 1996, p. 65-139 ; un portrait très réfl (...)
  • 24 Lemny Ştefan, « Introducere », dans Românii în secolul xviii. O bibliografie, I, Iaşi, 1988, p. 18.

17On pourrait certes dire que Nicolae Iorga tente d’adapter son nationalisme aux enjeux symboliques du volume auquel il contribue, mais cette tendance au dialogue entre l’histoire nationale et l’histoire universelle, voire régionale chez Iorga, n’est pas isolée dans son œuvre22. Au cours de polémiques acérées, certains de ses contemporains ont placé Iorga tantôt parmi les populistes les plus zélés, tantôt parmi les contestataires de l’occidentalisation, voire de la francisation de la Roumanie moderne23. La personnalité de Nicolae Iorga déconcerte ou éveille des commentaires cyniques et peu clairvoyants. Mais au-delà de son engagement politique ou de sa carrière de journaliste, il demeure un historien qui ne partage pas une attitude purement nationaliste à l’égard de l’héritage de Byzance24. C’est précisément sous cet aspect que l’œuvre de Iorga mérite d’être explorée davantage, dans une enquête autour du rôle joué par « Byzance » aux époques moderne et contemporaine en Roumanie.

  • 25 Iorga Nicolae, Cultura română sub fanarioţi, Bucarest, 1898, p. 14.
  • 26 Ibid., p. 15.
  • 27 Ibid., p. 27.
  • 28 Ibid., p. 33.
  • 29 Ibid., p. 25-26.
  • 30 Ibid., p. 38.

18Alors que l’histoire de l’Europe du Sud-Est au xviiie s. était peu fréquentée par les historiens roumains pour des raisons idéologiques, Nicolae Iorga avance une lecture tout à fait nouvelle de cette période noircie par la pensée roumaine quarante-huitarde. Iorga pensait qu’il ne fallait pas occulter le xviiie s. pour fédérer les traits distinctifs de la culture roumaine. Ainsi, les règnes des Phanariotes devaient être reconsidérés dans leur intégralité, puisque l’essence de l’identité nationale roumaine n’avait pas été touchée par les changements à la tête de l’élite dirigeante opérés par les Ottomans au commencement du xviiie s.25. En outre, Nicolae Iorga partageait l’opinion que nulle part dans les sources on ne pouvait trouver de condamnation du soi-disant régime des Phanariotes. « Soit les Phanariotes n’étaient pas comme on nous a dit, soit l’aristocratie du xixe s. était la plus tortueuse que l’on puisse imaginer26 ». En critiquant le texte très connu de Marc-Philippe Zallony, Iorga a contesté plusieurs idées qui circulaient à ce moment-là autour des relations gréco-roumaines de la fin du Moyen Âge. Ainsi, l’historien roumain regardait l’hellénisation de l’élite moldave et valaque à l’époque des Phanariotes comme un phénomène compréhensible en prenant en considération le goût pour les choses grecques qui avait marqué les mentalités collectives dans l’Empire ottoman au xviiie s. Mieux, du fait que le grec était employé très largement en Orient, cette prépondérance culturelle n’avait pu que faciliter l’implantation de cette langue chez les Roumains durant le xviiie s.27. En outre, Iorga contestait même l’idée de la spoliation des Principautés de Moldavie et de Valachie pendant les règnes phanariotes – les dirigeants venus de Constantinople avaient construit des hôpitaux et d’autres établissements publics, contribuant également à une relative organisation de la vie économique, reformant les guildes des marchands et des artisans28. Les donations généreuses faites par ces princes aux monastères et aux églises lointaines en Grèce, à Constantinople ou en Terre Sainte, ne pouvaient être interprétées comme des spoliations. Cette pratique caractérisait plutôt la mentalité médiévale et on la rencontrait à travers les siècles et chez tous les princes de Moldavie ou de Valachie, indigènes ou pas. Enfin les chefs de districts dans les deux Principautés, accusés bien souvent de cruauté envers les habitants, ne pouvaient jouer aucun rôle, selon Iorga, dans la condamnation générale du xviiie s., puisque les Grecs employés dans cette fonction étaient peu nombreux29. En fait, pour Iorga les princes phanariotes n’étaient que les victimes de leur réputation et de la rencontre des occidentaux avec les réalités de l’Empire ottoman30.

  • 31 Iorga Nicolae, « Inauguration de l’Institut », Bulletin de l’Institut pour l’étude de l’Europe sud- (...)
  • 32 Id., « Inauguration de l’Institut » (supra), p. 44.
  • 33 Le discours de Nicolae Iorga dans Marinescu Constantin (éd.), Compte rendu du premier Congrès inter (...)

19Exposée brièvement dans ces lignes, la conception de Iorga sur l’histoire du xviiie s. est restée sinon singulière parmi les historiens roumains, du moins peu fréquente. Mais dans le corpus des articles et des interventions consacrés par l’historien au passé de l’Europe du Sud-Est, cette attitude envers les Grecs explique avec plus d’efficacité son engagement pour l’écriture d’une histoire régionale dans laquelle s’entremêlent des éléments nationaux très divers. Ainsi, « Byzance » et « Phanar » conçus ensemble n’altéraient pas la construction d’une histoire nationale roumaine, au contraire, ils l’enrichissaient31. Ces opinions ont surgi avec plus de force dans l’œuvre de Iorga dans le contexte des guerres balkaniques auxquelles met fin la paix de Bucarest (1913) et à l’occasion du premier Congrès des études byzantines qui s’est tenu à Bucarest en 1924. Nicolae Iorga avait fondé en 1914, avec le géographe Georges Murgoci et l’archéologue Vasile Pârvan, l’Institut pour l’étude de l’Europe sud-orientale, dont le nom révèle ses objectifs. À l’inauguration de l’institut, son allocution mit l’accent sur les contacts avec Byzance et l’orthodoxie, qui constitueraient les repères pacifiques d’histoires nationales balkaniques troublées par les affrontements sanglants d’alors32. Selon Iorga, le rôle joué par les Principautés de Moldavie et de Valachie dans la conservation des nationalités de l’Europe du Sud-Est au long de la domination ottomane expliquait suffisamment la création d’un établissement de ce type à Bucarest. C’était en même temps une forme de participation roumaine au nouveau monde créé après le recul ottoman de la péninsule balkanique. En 1924, lors du Congrès international d’études byzantines, c’est grâce à Iorga que Byzance devint le sujet approprié pour une histoire comparée des peuples des Balkans33. Très valorisée aujourd’hui, cette histoire transformait Byzance en une carte de visite des peuples orthodoxes en Occident, notamment en France, pays qui garantissait après le traité de Versailles (1919) l’équilibre politique dans l’Europe centrale et orientale. Si les échanges entre les universitaires européens durant l’entre-deux-guerres n’ont pas arrêté les poussées nationalistes ni empêché l’éclatement de la guerre au début des années 1940, il est néanmoins vrai que le patrimoine culturel, particulièrement dans le cas de la Byzance retrouvée des pays successeurs de l’Empire ottoman, a joué un rôle dans leurs stratégies de politique extérieure et dans leurs politiques culturelles intérieures.

« Byzance » dans l’entre-deux-guerres : les collaborations franco-roumaines et la diplomatie culturelle

  • 34 Mihalache Andi, « Influenţe franceze în restaurarea monumentelor istorice », dans Zub Alexandru, Iv (...)
  • 35 Il serait intéressant de relever les débats autour des dénominations de ces institutions. Ainsi, on (...)

20Comme indiqué plus haut, le premier Congrès international d’études byzantines a eu lieu en Roumanie du 14 au 20 avril 1924. La même année, plus précisément le 28 mai, l’Institut français de hautes études en Roumanie a été inauguré, ayant parmi ses membres d’importants spécialistes dans le champ de l’art et de l’histoire byzantins. Mieux, si l’on prend en considération l’organisation de l’Exposition de l’art roumain ancien et moderne au Jeu de Paume à Paris du 25 mai au 1er août 1925, on remarque aisément l’importance donnée à cette époque à l’héritage byzantin dans l’activité de la diplomatie culturelle franco-roumaine. Les collaborations entre Français et Roumains étaient plus anciennes dans le domaine de l’art byzantin, notamment à l’égard de la restauration des églises, mais les disputes autour de la façon dont on concevait leur réhabilitation n’avaient pas manqué. Le cas des travaux exécutés à l’église épiscopale d’Argeş, à Iaşi (église Saint-Nicolas, 1890 ; église des Trois-Hiérarques, 1893), à Târgovişte (Métropole, 1890) par l’architecte français Lecomte de Nouÿ, l’élève de Viollet-Le-Duc, en témoignent34. Cependant, les années 1920 ont changé la manière dont ces collaborations scientifiques se déroulaient, notamment dans le champ culturel. L’école roumaine en France à Fontenay-aux-Roses, fondée par décret en 1920, et le centre d’Études roumaines à la Sorbonne répondaient aux initiatives françaises à Bucarest, encourageant l’ancrage des rapports franco-roumains dans les cultures nationales respectives35. Sans nul doute, la politique jouait sa partie dans ces échanges, puisque la France et la Roumanie étaient sorties victorieuses après la guerre. Dans ce nouveau contexte, la France avait un grand rôle à jouer dans le maintien des traités issus de la conférence de Paris, la Roumanie, son grand allié en Europe orientale, ayant élargi considérablement son territoire après 1919.

21Les sciences humaines ont été privilégiées par ces institutions nouvelles. Du point de vue de l’héritage byzantin et de la façon dont celui-ci était perçu dans les deux cultures, les spécialistes roumains, plus proches des sources, semblaient plus avancés dans leurs recherches dans ce champ. D’un autre point de vue, le domaine des études byzantines en France ne dépassait pas les limites du savoir universitaire alors qu’en Roumanie le champ était indéniablement engagé dans la création identitaire de la nation. Dans ce contexte culturel asymétrique, les Français philoroumains comme Charles Diehl, Henri Focillon ou Paul Henry, sans sacrifier les méthodes scientifiques, ont contribué, chacun à sa façon, à intégrer l’art et l’architecture byzantins de Roumanie dans une interprétation purement nationale du passé qui servait les buts de la propagande roumaine à l’étranger mieux peut-être même que la latinité.

  • 36 Bănescu Nicolae, « Charles Diehl (1859-1944) », Bulletin de la Section historique, Académie roumain (...)
  • 37 Diehl Charles, « L’art roumain », dans La Roumanie. Conférences faites à l’Union française, Fontena (...)
  • 38 Id., « Impressions de Roumanie », Revue des Deux Mondes 21 (1924), p. 841.

22Parmi les noms mentionnés plus haut, Charles Diehl était une figure tutélaire dans les études byzantines en France à la charnière des xixe et xxe s. Ancien membre de l’École française de Rome (1881-1883) et d’Athènes (1883-1885), il avait découvert la Roumanie graduellement, à travers ses recherches sur l’art byzantin de l’Italie aux Balkans36. Il s’engagea dans l’effort de propagande fait par l’État roumain après la Grande Guerre, en montrant son intérêt pour la façon dont la Roumanie était représentée en France et en multipliant conférences et témoignages sur le patrimoine artistique de la Roumanie, comme les fameuses églises et leurs décorations extérieures. En outre, Charles Diehl établit une distinction entre l’art valaque et l’art moldave, parlant même d’un « style moldave37 », et montrant ainsi l’originalité de la peinture bucovinienne et de l’architecture locale où on remarquait, par exemple, les contreforts. Dans ses Impressions de Roumanie, Charles Diehl évoque le patrimoine artistique byzantin du pays et ses particularités, faisant en même temps une critique des restaurations effectuées par Lecomte de Nouÿ à la charnière du xixe et du xxe s.38. Dans le contexte diplomatique du Congrès international d’études byzantines, Charles Diehl demeure néanmoins un savant et un songeur. Arrivé à Iaşi, Diehl retrouve « Byzance ». Il nous raconte :

  • 39 Ibid., p. 833-834.

« Il est un détail que je voudrais noter, parce qu’il était bien fait pour ravir une âme de byzantiniste, et davantage encore parce qu’il atteste la continuité de la tradition byzantine dans les pays roumains. Jadis, au Palais sacré de Byzance, quand un étranger était admis à l’audience impériale, il était introduit chez le basileus soutenu sous les deux coudes par deux hauts dignitaires de cour. C’est conformément à ce rite, soutenu sous le coude droit par le métropolite, sous le coude gauche par un de ses assistants, que j’ai eu l’honneur, – imprévu, – de descendre gravement les degrés du grand escalier du palais métropolitain ; et, tandis que flottaient dans mon esprit les souvenirs du Livre des Cérémonies, je me demandais presque si, au bas des degrés, je n’allais point rencontrer l’Empereur39. »

  • 40 Diehl Charles, « Introduction » à Ştefănescu Ioan D., L’évolution de la peinture religieuse en Buco (...)
  • 41 Id., La peinture byzantine, Paris, 1933, p. 33.

23Ému, sans nul doute, mais lorsqu’il produisit une préface au livre de I.D. Ştefănescu qui venait de publier son enquête sur les peintures du Nord de la Moldavie, il demeure cependant plus réservé à l’égard de certaines interprétations surgies des milieux roumains. Bref, Charles Diehl reconnaissait sur les murs moldaves plutôt l’esprit des écoles de peinture byzantine que « l’âme du peuple roumain », d’après les considérations de son collègue. Tout ouvert à des interprétations novatrices à l’égard de cet art religieux, Diehl n’était pas à son aise quant à l’idée de lier « la peinture monumentale à l’art populaire », comme l’avait proposé Ştefănescu dans son ouvrage publié à Paris qui introduisait plus ou moins discrètement la question du nationalisme dans ce débat artistique40. Dans son livre intitulé La peinture byzantine publié en 1933, même s’il admet que « des influences diverses se mêlent dans ces peintures » (c’est-à-dire celles du Nord de la Moldavie), il considère finalement que « l’ensemble n’en est pas moins d’origine nettement byzantine41 ». Il était hors de question pour Diehl que « Byzance » eût connu sa dernière gloire en Bulgarie, en Serbie et dans les Principautés de Moldavie et de Valachie, mais les historiens roumains de l’entre-deux-guerres voulaient démontrer à l’envi l’ancrage culturel byzantin dans le sillage de leur culture nationale. Charles Diehl traita avec beaucoup de sympathie les théories artistiques de ses collègues roumains, mais resta fidèle à ses réflexions.

  • 42 Opresco Georges, « Un grand historien de l’art, ami des Roumains : Henri Focillon », Revue de Trans (...)
  • 43 Focillon Henri, « L’art et l’histoire en Roumanie », dans Exposition de l’art roumain ancien et mod (...)
  • 44 Ibid., p. 28.
  • 45 Vlad Laurenţiu (n. 19), p. 126.

24Quant à Henri Focillon, les relations qu’il entretenait avec la Roumanie ont évolué différemment42. Historien de l’art, Focillon avait contribué de façon décisive à la mise en œuvre de l’Institut français de hautes études à Bucarest. Dans sa monographie sur cette institution malheureusement disparue après la seconde guerre mondiale, André Godin a montré combien d’énergie Focillon avait pu appliquer dans ce projet. Henri Focillon n’était pas byzantiniste, mais en 1925 il comptait parmi les organisateurs de l’Exposition roumaine au musée du Jeu de Paume à Paris. Henri Focillon défendait les intérêts roumains en France par la mise en place d’une propagande active effectuée sur le terrain culturel qu’il maîtrisait très bien. Son texte ne visait pas l’héritage byzantin proprement dit, mais l’insertion de l’art religieux de l’époque médiévale dans un mouvement tout roumain qui allait jusqu’à l’époque contemporaine43. Lorsque Focillon évoque l’extraordinaire valeur de l’art contemporain roumain développé à l’instar des tendances françaises, il ne voit là aucune rupture avec le passé traditionnel ou avec l’art populaire, ni même avec la peinture monumentale du Moyen Âge. « L’art national n’est pas mort avec les influences de l’Occident », écrivait l’historien44. Sa tâche et le désir des organisateurs roumains étaient indiscutablement d’intégrer les éléments très divers dans le même décor sans perdre l’idée de l’unité culturelle roumaine, qui seule pouvait précéder symboliquement l’unité politique récemment acquise par l’État roumain après la Grande Guerre. Les interventions d’Henri Focillon pour la Roumanie dans leur ensemble témoignent du désir d’effacer une certaine asymétrie entre la culture française et la culture roumaine, but politique qui sembla atteint à l’Exposition universelle de Paris en 193745.

  • 46 Henry Paul, « De l’originalité des peintures bucoviniennes dans l’application des principes byzanti (...)
  • 47 Id., « Folklore et iconographie religieuse. Contribution à l’étude de la Peinture Moldave », dans M (...)
  • 48 Id., Les églises de la Moldavie du Nord. Des origines à la fin du xvie s. Architecture et peinture, (...)

25Administrateur de l’Institut français de hautes études de Bucarest entre 1925 et 1932, Paul Henry avait quant à lui joué un rôle très important dans le rayonnement de l’héritage byzantin de Roumanie en France. Normalien, puis enseignant de langue et de littérature françaises à l’université de Cernăuţi en Bucovine, Henry, ayant à partir de 1924 une fonction presque diplomatique, défendait à travers ses contributions la thèse d’un art religieux orthodoxe d’extraction locale. Ainsi, à l’occasion du premier Congrès international d’études byzantines, l’historien mit en circulation l’idée que « les fresques de Bucovine marquent un progrès, ou si l’on veut, que ce sont celles qui dégagent l’idée byzantine avec plus de force46 ». Quatre ans après, il ajoutait, à l’égard de l’exécution de la peinture murale du Nord de la Moldavie, que « l’artiste n’était ni un Serbe ni un Grec appelé dans le pays par le donateur, comme cela se pratiquait couramment, mais bien un Roumain, et même un Moldave47 ». L’année 1930 marque la publication par Paul Henry à Paris de sa fameuse étude de synthèse sur ces églises mystérieuses de Moldavie48, qui témoigne de sa connaissance approfondie de la culture roumaine, autant que de son désir de faire connaître le savoir français en Roumanie. Ce faisant, il était allé plus loin dans ses interprétations que Charles Diehl. Henry a consacré à jamais l’idée d’un art religieux moldave, profondément ancré dans les mentalités et dans l’histoire locales, adoptant à travers ses analyses la plupart des thèses de l’historiographie roumaine concernant la création du peuple roumain et l’émergence des pays médiévaux de Moldavie et de Valachie. Cependant, il faut souligner le fait que la contribution de Paul Henry n’était pas un ouvrage de propagande, quoique celle-ci s’inscrivît parfaitement dans le « politiquement correct » des relations franco-roumaines de l’entre-deux-guerres. Paul Henry était un philoroumain véritable qui incarna un type d’intellectuel français qu’il fut impossible de retrouver après la fracture que constitua dans les relations franco-roumaines l’avènement de la dictature en Roumanie.

Conclusion

26« Byzance », comme composante importante de l’imaginaire social et politique roumain, a connu plusieurs phases. On constate la déchéance de l’héritage politique et juridique byzantin dans les Principautés de Moldavie et de Valachie sous l’impact des occupations militaires des empires limitrophes. Puis la pensée roumaine quarante-huitarde a contribué de manière décisive, spécialement après le Congrès de Paris en 1856, à la nationalisation de la vie politique dans la jeune Roumanie, la sécularisation des biens du clergé étant le dernier coup donné à « l’Ancien Régime ». Dans un second temps, la Roumanie constituée en État tourna la page dans la querelle avec les Grecs du Phanar et ouvrit à la fin du siècle une étape décisive dans sa politique du patrimoine religieux. Dans ce contexte, les échanges scientifiques franco-roumains de la fin du xixe s. jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale ont beaucoup contribué au rayonnement de l’image de la Roumanie en Europe, particulièrement en France, garante du système politique versaillais. La latinité de la langue, l’héritage byzantin et la francophilie des élites culturelles et politiques étaient les composantes les plus précieuses de la propagande roumaine à Paris. Les Français, à leur tour, accueillirent chaleureusement cette propagande venue d’un État ami, mais la Byzance des Parisiens ne pouvait être la Byzance des Roumains qui recherchaient alors un équilibre entre les exigences de la modernité et la valorisation politique de leur culture.

Notes

1 Sur la notion de « culture politique », voir Berstein Serge, « Nature et fonction des cultures politiques », dans Berstein Serge (éd.), Les cultures politiques en France, Paris, 2003, p. 11-36.

2 Sur les études byzantines en Roumanie, voir l’ouvrage essentiel de rados Leonidas, Sub semnul acvilei. Preocupări de bizantinistică în România până la 1918, Bucarest, 2005, p. 13-26 ; sur les termes « Byzance », « Byzantinisme », voir le texte d’une leçon faite au Collège de France par duţu Alexandru, « Byzance, byzantinisme : l’image et le stéréotype », Sud-Estul şi contextul european, Cultură şi solidarităţi în Europa Ortodoxă 7 (1997), p. 11-24.

3 Iorga Nicolae, Byzance après Byzance. Continuation de l’Histoire de la vie byzantine, Bucarest, 1971, p. 7.

4 Barbu Daniel, Bizanţ contra Bizanţ. Explorări în cultura politică românească, Bucarest, 2001.

5 Kitromilides Paschalis M., « On the Intellectual Content of Greek Nationalism : Paparrigopoulos, Byzantium and the Great Idea », dans Ricks David, Magdalino Paul (éds), Byzantium and the Modern Greek Identity, Aldershot, 1998, p. 25-33, et ici même les articles de Couderc Anne, Christodoulou Despina, Hatzopoulos Marios et Koubourlis Ioannis.

6 Papacostea Şerban, Oltenia sub stăpânirea austriacă 1718-1739, Bucarest, 1971 ; Ceauşu Mihai-Ştefan, « Aspecte juridice ale instituirii administraţiei habsburgice în Bucovina », Anuarul Institutului de Istorie şi Arheologie A. D. Xenopol 30 (1993), p. 397-402.

7 Je renvoie au beau livre de Bitis Alexander, Russia and the Eastern Question. Army, Government, and Society 1815-1833, Oxford, 2006, p. 325-464.

8 Bordei-Boca Ramona, « La latinité – repère identitaire roumain », dans Delsol Chantal, masłowski Michel, Nowicki Joanna (éds), Mythes et symboles politiques en Europe centrale, Paris, 2002, p. 500-519.

9 Voir, pour une comparaison très réfléchie entre l’Empire russe et ottoman à propos de la question de Byzance, Stone Norman, Podbolotov Sergei, Yasar Murat, « The Russians and the Turks : Imperialism and Nationalism in the Era of Empires », dans Miller Alexei, Rieber Alfred J. (éds), Imperial Rule, Budapest, 2004, p. 27-45.

10 Voir quelques idées sur l’imaginaire « politique » des Phanariotes chez Mango Cyril, « The Phanariots and the Byzantine Tradition », dans Clogg Richard (éd.), The Struggle for Greek Independence : Essays to Mark the 150th Anniversary of the Greek War of Independence, Londres, 1973, p. 41-66, repris dans Mango Cyril, Byzantium and its Image, History and Culture of the Byzantine Europe and Its Heritage, Londres, 1984, texte XVIII, p. 54 ; à l’opposé, sur l’image des Phanariotes comme intermédiaires de la culture laïque française, voir Pippidi Andrei, « L’accueil de la philosophie française du xviiie s. dans les Principautés roumaines », dans id., Byzantins, Ottomans, Roumains. Le Sud-Est européen entre l’héritage impérial et les influences occidentales, Paris, 2006, p. 289-338.

11 Anscombe Frederick F. (éd.), The Ottoman Balkans, Princeton, 2006, p. 1-9.

12 TodorovaMaria, « The Ottoman Legacy in the Balkans », dans Brown Karl (éd.), Imperial Legacy, New York, 1996, p. 45-77 ; voir également les contributions de Philliou Christine, « The Paradox of Perceptions : Interpreting the Ottoman Past through the National Present », Middle Eastern Studies 44 (2008), p. 661-675 ; ead., « Communities on the Verge : Unraveling the Phanariot Ascendancy in Ottoman Governance », Comparative Studies in Society and History 51 (2009), p. 151-181.

13 Tanaşoca Nicolae-Şerban, « Ultima ungere bizantină de domn român », dans Naţional şi universal în istoria românilor, Bucarest, 1998, p. 105-109.

14 Kogălniceanu Mihail, Histoire de la Valachie, de la Moldavie et des Valaques transdanubiens, dans Opere, II, Bucarest, 1976, p. 45.

15 Bălcescu Nicolae, « Românii şi fanarioţii », dans Opere, I, Bucarest, 1953, p. 69-72 ; Rados Leonidas (n. 2), p. 149-156.

16 Alecsandri Vasile, lettre à Victor Place, mars 1857, dans Opere, VIII, Bucarest, 1981, p. 267-268.

17 Amalvi Christian, Le goût du Moyen Âge, Paris, 1996, p. 19-24 ; Cabanel Patrick, « Nations antiquaires et antiquités nationales », dans Caucanas Sylvie, Cazals Rémy, Payen Pascal (éds), Retrouver, imaginer, utiliser l’Antiquité, Carcassonne, 2001, p. 49-57.

18 Quinet Edgar, « Les Roumains », Revue des Deux Mondes 24 (1856), p. 33.

19 Vlad Laurenţiu, Imagini ale identităţii naţionale. România şi expoziţiile universale de la Paris, 1867-1937, Bucarest, 2001, p. 22-74 ; Popescu Carmen, Le style national roumain. Construire une nation à travers l’architecture 1881-1945, Rennes, 2004, p. 39-43.

20 « Il serait injuste […] de contester toute tendance de développement vers la civilisation, sous les règnes de plusieurs princes étrangers qui surent réunir autour d’eux et de leurs trônes précaires des hommes éclairés et principalement des gens adonnés à l’étude des lettres classiques, mais on peut dire, sans crainte de partialité, que pendant plus d’un siècle, on n’a vu se produire rien de marquant qui eût un caractère national roumain », dans Commission princière de la Roumanie à l’Exposition universelle de Paris en 1867, Notice sur la Roumanie, Paris, 1868, p. 423 ; la même image du xviiie s. dans Exposition universelle de Paris en 1889, Notice sur la Roumanie. Productions. Industries, Paris, 1889, p. 128.

21 Iorga Nicolae, « Entre Slaves et Roumains », dans L’art byzantin chez les Slaves. Les Balkans, Paris, 1930, p. 41.

22 PippidiAndrei, « Introduction » à la 4e éd. de IorgaNicolae, Generalităţi cu privire la studiile istorice, Iaşi, 1999, p. 17.

23 Nagy-Talavera Nicholas M., Nicolae Iorga. ABiography, Iaşi, 1996, p. 65-139 ; un portrait très réfléchi de Nicolae Iorga chez Mihalache Andi, « Metaphor and Monumentality : The Travels of Nicolae Iorga », dans Bracewell Wendy, Drace-Francis Alex (éds), Under Eastern Eyes. A Comparative Introduction to East European Travel Writing on Europe, Budapest-New York, 2008, p. 237-265, ici p. 239.

24 Lemny Ştefan, « Introducere », dans Românii în secolul xviii. O bibliografie, I, Iaşi, 1988, p. 18.

25 Iorga Nicolae, Cultura română sub fanarioţi, Bucarest, 1898, p. 14.

26 Ibid., p. 15.

27 Ibid., p. 27.

28 Ibid., p. 33.

29 Ibid., p. 25-26.

30 Ibid., p. 38.

31 Iorga Nicolae, « Inauguration de l’Institut », Bulletin de l’Institut pour l’étude de l’Europe sud-orientale 1-2 (1914), p. 45 ; id., Premiers essais de fédération dans le Sud-Est européen, Bucarest, 1931, p. 19.

32 Id., « Inauguration de l’Institut » (supra), p. 44.

33 Le discours de Nicolae Iorga dans Marinescu Constantin (éd.), Compte rendu du premier Congrès international des études byzantines, Bucarest 1924, Bucarest, 1925, p. 11-15.

34 Mihalache Andi, « Influenţe franceze în restaurarea monumentelor istorice », dans Zub Alexandru, Ivănescu Dumitru (éds), Franţa : model cultural şi politic, Iaşi, 2003, p. 139-154.

35 Il serait intéressant de relever les débats autour des dénominations de ces institutions. Ainsi, on évitait d’insérer le mot « école » dans le nom de l’institution française de Bucarest pour ne pas donner l’impression d’une ingérence dans le système d’enseignement roumain ; voir Godin André, Une passion roumaine. Histoire de l’Institut français de hautes études en Roumanie (1924-1948), Paris, 1998, p. 9-38, ici p. 20.

36 Bănescu Nicolae, « Charles Diehl (1859-1944) », Bulletin de la Section historique, Académie roumaine 28 (1947), p. 3-31.

37 Diehl Charles, « L’art roumain », dans La Roumanie. Conférences faites à l’Union française, Fontenay-aux-Roses, [1920], p. 161-189, ici p. 173.

38 Id., « Impressions de Roumanie », Revue des Deux Mondes 21 (1924), p. 841.

39 Ibid., p. 833-834.

40 Diehl Charles, « Introduction » à Ştefănescu Ioan D., L’évolution de la peinture religieuse en Bucovine et en Moldavie. Depuis les origines jusqu’au xixe s., Paris, 1928, p. vii.

41 Id., La peinture byzantine, Paris, 1933, p. 33.

42 Opresco Georges, « Un grand historien de l’art, ami des Roumains : Henri Focillon », Revue de Transylvanie 10 (1944), p. 5-15.

43 Focillon Henri, « L’art et l’histoire en Roumanie », dans Exposition de l’art roumain ancien et moderne, Paris, 1925, p. 17-29.

44 Ibid., p. 28.

45 Vlad Laurenţiu (n. 19), p. 126.

46 Henry Paul, « De l’originalité des peintures bucoviniennes dans l’application des principes byzantins. Communication au Premier Congrès d’Études Byzantines à Bucarest », Byzantion 1 (1924), p. 291-303, ici p. 297.

47 Id., « Folklore et iconographie religieuse. Contribution à l’étude de la Peinture Moldave », dans Mélanges de l’Institut français de hautes études en Roumanie, Bucarest, 1928, p. 63-97, ici p. 64.

48 Id., Les églises de la Moldavie du Nord. Des origines à la fin du xvie s. Architecture et peinture, I et II, Paris, 1930.

Auteur


Enseignant-chercheur
Faculté d’histoire, Unité d’histoire moderne
Université Alexandru Ioan Cuza, Iaşi

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search