Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

Byzance dans la conscience historique des Roumains

Nicolae-Şerban Tanaşoca

Résumé

À la différence de l’idée de romanité, l’idée byzantine n’eut jamais une force comparable dans l’histoire de la Roumanie. Byzance a pourtant joué un rôle déterminant, tant dans la formation de l’identité nationale des Roumains que dans leur affirmation politique et culturelle. Longtemps méconnu, ce rôle est une réalité incontestable. Par la création des métropoles de Hongrovlachie et de Moldovlachie au xive s., Byzance légitima l’autonomie des États médiévaux roumains et rendit définitive l’intégration des Roumains dans l’Église chrétienne orientale et dans son commonwealth. Après la chute de Constantinople, les princes roumains peuvent faire figure de successeurs des empereurs byzantins, mais il faut se garder de leur attribuer l’intention de s’ériger en héritiers légitimes des basileis constantinopolitains, appelés à faire revivre l’Empire, ou bien de surévaluer une influence par rapport à une autre, à savoir celle reçue du monde européen occidental. Répudié au nom de l’idéologie des Lumières et du nationalisme romantique au xixe s., le byzantinisme, qu’il ne faut pas confondre avec l’orthodoxie chrétienne, fut redécouvert et réévalué par les historiens roumains dans le sillage de Nicolae Iorga au xxe s.

Note de l’éditeur

Abréviations bibliographiques :

Şincai Gheorghe, Opere = Şincai Gheorghe, Opere. I-III, Hronica românilor, ediţie îngrijită şi Studiu asupra limbii de Fugariu Florea, Prefaţă şi note de Neagoe Manole, Bucarest, 1967-1969.

Ţuţuianu Constantin 1974 = Ţuţuianu Constantin, « Bizanţul în Hronica lui Gheorghe Şincai », Studii teologice, s. II, an. XXVI, 7-8, IX-X.

Texte intégral

  • 1 Cf. Russu Ion I., Elemente traco-getice în Imperiul roman şi în Byzantium (veacurile iii-vii). Cont (...)
  • 2 Jean Kinnamos, Epitome rerum ab Ioanne et Alexio [sic] Comnenis gestarum, éd. Meineke August, Bonn, (...)
  • 3 Jean Katakalon le Diacre (1367), Patrologia graeca 158, Paris, 1866, col. 970C13 : Οὐδέ γε πάλιν κρ (...)
  • 4 Cf. Pontani Ana, « Paralipomena dei Turcica : gli scritti di Giano Lascaris per la crociatacontro i (...)
  • 5 Parmi les écrivains grecs, le premier à employer le nom de « Roumanie » fut Philippidès Daniel D., (...)
  • 6 Cf. Tanaşoca Nicolae-Şerban, « L’image byzantine des Roumains », Revue des Études Sud-Est européenn (...)

1Les ancêtres des Roumains et des Grecs, les citoyens latinophones et les citoyens hellénophones de la partie orientale de l’Empire romain chrétien, constituaient, à l’époque protobyzantine, un seul corps politique. Vivant en communauté de foi et de culture sous l’égide d’une Constantinople officiellement encore latine, ils se revendiquaient tous comme Romani en latin ou Rhomées en grec, assumant la même identité. La nouvelle Rome paracheva la romanisation des dernières tribus thraco-illyriennes, commencée par l’ancienne Rome, tandis que, de leur côté, les autochtones romanisés, dont les Roumains ne sont que les derniers rejetons, fournirent à l’Empire des fonctionnaires, des militaires, des clercs et même des empereurs (Constantin, Justinien, auparavant Aurélien, Dioclétien)1. Profondément impliqués dans la vie du Bas-Empire, les ancêtres des Roumains s’en trouvèrent détachés à la suite des grandes invasions dans le Sud-Est de l’Europe. Leur symbiose longtemps prolongée avec les envahisseurs en fit des étrangers à Byzance. L’Empire romain, désormais de langue grecque, de Constantinople reconnut la légitimité des États et des Églises des Bulgares et des Slaves, qui avaient assujetti la population romane du Sud-Est européen, consentant tacitement à l’intégration de celle-ci dans la sphère d’autorité politique et culturelle des Slaves et des Bulgares, plus tard des Petchénègues, Cumans et Tartares. Il favorisa, de la sorte, tout d’abord l’éclosion d’un nouveau peuple latin, les Roumains parlant une nouvelle langue romane, le roumain, fortement influencée par les parlers des Slaves méridionaux et ensuite, sa fragmentation en plusieurs groupes, parlant des dialectes passablement différents. Les Roumains balkaniques furent ainsi voués à une lente disparition par assimilation aux allogènes dominants, tandis que les Roumains de l’ancienne Dacie assimilèrent quant à eux des Slaves et des Turcs. Au début du xie s., après la destruction de l’Empire bulgare et le rétablissement de sa frontière septentrionale sur le Danube, Byzance redécouvre les Roumains, mais refuse de leur reconnaître l’identité romaine, dont témoignent toutefois certains de ses historiens, tel Kinnamos2. Le nom ethnique, non motivé en grec, de « Vlaques », dont font partie les Rhomées (qui désignent tous les Roumains mais qu’ils refusent de s’approprier), marque leur condition « barbare » et leur « ruralité ». En revanche, par les privilèges qu’elle leur accorde (autonomie relative et organisation ecclésiale à part), Byzance affermit l’identité distincte et l’unité ethnique de tous les Roumains soumis à son autorité, sans pour autant jamais renoncer à leur progressive hellénisation, frappante et implacable dans le cas de la plupart des Aroumains, qui deviennent, à l’époque moderne, une composante importante de la nation hellénique. En tant qu’alliés naturels des Barbares de passage ou du voisinage, les Vlaques balkaniques avaient été longtemps traités par les écrivains byzantins de rebelles indomptables et ennemis jurés de Byzance. Craignant l’imminence de l’invasion ottomane d’un côté, les progrès du prosélytisme catholique de l’autre, Byzance découvrit peu à peu les vertus guerrières de ses Vlaques balkaniques, leur fidélité à l’orthodoxie chrétienne, leur attachement à la civilisation byzantine. Aux yeux des derniers Byzantins de Constantinople et de la diaspora, tels Jean Katakalon et Iannis Laskaris, les Vlaques balkaniques allaient donc devenir τὸ κραταιὸν γένος τῶν Βλάχων3, boni Christiani et bona gente4, des gens dignes de respect et de confiance, garants crédibles d’un meilleur avenir pour l’Empire. Les princes des autres Vlaques, les « voïvodes » de ceux que les Grecs désignèrent plus tard du nom de « Roumains » Ῥουμάνοι)5, créateurs, au nord du Danube, d’un État, d’une culture et, finalement, d’une nouvelle nation moderne, firent l’objet de mille flatteries, en tant que véritables successeurs des empereurs byzantins, en raison de l’appui qu’ils accordaient à l’Empire, ainsi que des largesses dont ils couvraient l’Église orthodoxe et les clercs grecs6.

  • 7 Kékauménos, Советы и рассказы Кекавмена : Сочинение византийского полководца xi века, éd. Litavrin (...)
  • 8 Jean Kinnamos (n. 2).
  • 9 Les principales sources concernant la création des Églises métropolitaines roumaines sont : le regi (...)
  • 10 Cf. Stănescu Eugen, « Byzance et les Roumains », dans Berza Mihai, Stănescu Eugen (éds), Actes du X (...)
  • 11 Năsturel Petre Ş., Le Mont Athos et les Roumains. Recherches sur leurs relations du milieu du xive (...)

2Le rôle de Byzance dans la formation de l’identité nationale des Roumains et dans leur épanouissement politique et culturel fut donc important, voire décisif à certains moments. Byzance a fixé dans la conscience européenne le nom médiéval des Roumains, celui de Vlaques, ainsi que leur image stéréotypée de bergers nomades et de guerriers farouches. C’est un écrivain byzantin, Kékauménos, qui, au xie s., a identifié les Vlaques insurgés contre l’Empire byzantin aux anciennes peuplades thraces des Balkans, les Daces et les Besses de Décébale, hostiles aux ancêtres des véritables Rhomées7. C’est aussi un autre écrivain byzantin, Jean Kinnamos, qui a identifié, pour la première fois dans l’histoire, au xiie s., les vaillantes recrues vlaques de l’armée impériale aux descendants des anciens colons romains d’Italie installés dans le Bas-Danube8. Au xive s., par la création des Églises métropolitaines de Hongrovlachie et de Moldovlachie – celle de Hongrovlachie ne tarda pas à se voir confier aussi l’exarchat des territoires transcarpatiques, peuplés majoritairement de Roumains orthodoxes –, Byzance légitima l’émancipation politique des États médiévaux roumains, vassaux jusqu’alors du royaume de Hongrie et entérina de la sorte leur adhésion à l’Église orthodoxe, ainsi qu’à son commonwealth9. C’est sur les institutions byzantines qu’ont été calquées les institutions politiques médiévales roumaines ; c’est la doctrine byzantine de l’autocratie chrétienne qui fournit aux princes roumains des suggestions et des arguments idéologiques utiles pour le renforcement de leur autorité monarchique ; ce sont la littérature et l’art byzantin qui ont offert à la culture médiévale roumaine des modèles doués d’un caractère d’universalité, des formes et des normes à adopter et à développer de manière originale10. Enfin, après la chute de Constantinople, les princes roumains prirent en quelque sorte, aux xviie-xviiie s. surtout, la relève de Byzance, faisant figure de véritables successeurs des empereurs byzantins, en tant que protecteurs et bienfaiteurs de l’Église orthodoxe, de sa doctrine et de son bastion monastique, le mont Athos, ainsi que de la culture de tous les peuples appartenant à la chrétienté orientale11.

  • 12 Tels sont les mythes de Traian et de Dokia, de Roman et Vlachata, de la chasse à l’auroch de Dragoş (...)
  • 13 Anc. germ. Walh, vieux slave vlah, ukrainien voloch, polonais woloch (wloch = italien), serbo-croat (...)

3Dans l’imaginaire des Roumains, assez riche en mythes fondateurs12, Byzance ne devint pourtant qu’assez tard sujet historique, mythe de clercs et de politiques érudits s’il en fut. Car l’idée-force dans l’histoire des Roumains est la conviction de leur romanité, de leur origine romaine et de la latinité de leur langue. Le byzantinisme n’est qu’un trait important de leur identité, certes, mais accessoire et accidentel. Le système des noms ethniques de la langue roumaine témoigne de ce fait : nommés « Vlaques », c’est-à-dire « Romains » et « latinophones » par les autres13, tous les Roumains se sont toujours appelés eux-mêmes selon des variantes historiques et dialectales roumaines de l’ancien nom latin Romani (droum. Rumâni, români, istr. remeri, aroum. Ar[u]mâni, Rămâni) et ont toujours nommé les Rhomées byzantins de variantes historiques et dialectales roumaines de l’ancien nom latin Graeci (droum. Greci, aroum. Greţi), les tenant pour des gens essentiellement différents. Si les Roumains sont redevables à Rome de leur identité romane, ils doivent à Byzance leur individualité distincte parmi les peuples romans : ils sont les seuls qui aient adhéré à l’Église byzantine ; les seuls qui aient adopté et adapté aux circonstances de leur vie la civilisation byzantine ; les seuls qui aient imité de près la littérature et l’art byzantin. La succession des images passablement différentes de Byzance, forgées, au cours des siècles par les historiens, les hommes de lettres et les hommes d’État roumains, reflète la quête d’elle-même de toute une nation ; elle exprime l’aspiration des Roumains à mieux connaître et définir leur identité à tel ou tel moment de leur histoire et témoigne de leurs penchants idéologiques à ces moments. Je m’arrêterai seulement sur quelques-unes de ces images.

Byzance des humanistes roumains

  • 14 Ureche Grigore, Letopiseţul Ţărîi Moldovei, ediţie îngrijită, studiu introductiv, indice şi glosar (...)
  • 15 Costin Miron, Opere, I-II, ediţie critică îngrijită de Panaitescu Petre P., Bucarest, 1965.
  • 16 Costin Nicolae, Letopiseţul Ţării Moldovei de la zidirea lumii până la 1601 şi de la 1709 la 1711, (...)
  • 17 Popescu Radu, Istoriile domnilor Ţării Româneşti de Radu Popescu Vornicul, introducere şi ediţie cr (...)
  • 18 Cantacuzino Constantin, Istoriia Ţării Rumâneşti întru care să cuprinde numele ei cel dintâi şi cin (...)
  • 19 Cantemir Dimitrie, Descriptio antiqui et hodierni status Moldaviae, Ad fidem codicum duorum in Bibl (...)
  • 20 Cf. Dima-Drăgan Corneliu, Carataşu Mihai, « Les ouvrages d’histoire byzantine de la bibliothèque du (...)

4Les humanistes roumains des xviie-xviiie s., tels Grigore Ureche (ca 1590/95-1647)14, Miron Costin (1633-1691)15 et son fils Nicolae Costin (ca 1660-1712)16, Radu Popescu (ca 1658-1729)17, Constantin Cantacuzène (ca 1640-1716)18 et Dimitrie Cantemir (1673-1723)19, fondateurs de l’historiographie en langue nationale, étaient, en raison de leur profond attachement à l’orthodoxie chrétienne, sinon des admirateurs inconditionnels et nostalgiques de l’Empire byzantin, du moins des défenseurs résolus de son souvenir contre les jugements critiques formulés à son égard par les érudits de l’Europe occidentale. Animés en même temps par un sentiment national très vif, ils se faisaient un devoir de démontrer la « noblesse » du peuple roumain, à savoir son origine romaine, contestée par certains historiens étrangers, de relever son unité ethnique et linguistique au-dessus des frontières politiques qui le divisaient, d’évoquer fièrement les exploits guerriers et les actions politiques par lesquelles ses princes avaient défendu la liberté de leur pays et de toute la chrétienté face à l’avancée ottomane. Anciens élèves des Jésuites de Pologne et d’Italie, ainsi que de certains grands professeurs grecs du Levant, à une époque où l’on pouvait consulter dans les bibliothèques roumaines le Corpus du Louvre20, ces écrivains, imbus de culture classique gréco-latine et nourris de littérature humaniste occidentale, font aussi preuve d’une remarquable érudition en matière d’histoire de Byzance, puisée dans les textes byzantins.

  • 21 « Léon, le pape de Rome a couronné Carolus, qui s’arrogea le surnom de Grand Auguste et Empereur de (...)
  • 22 Et il continue : « Cette ambition est la plus importante et la première cause de la déchéance et de (...)
  • 23 « […] ainsi l’impératrice des cités est revenue à ses véritables maîtres, qui avaient légitimement (...)

5S’ils arguent avec ferveur de la romanité des Roumains, ces humanistes n’en restent pas moins attachés au souvenir de Byzance et aux valeurs de sa civilisation. Quoique, à partir de l’an 800, date du couronnement de Charlemagne, ils désignent la Βασιλεία τῶν Ῥωμαίων par les noms restrictifs que lui donnent les Occidentaux (« Empire d’Orient », « Empire de Tzarigrad [Constantinople] » ou « Empire grec »), ils considèrent tous Byzance comme l’unique héritier légitime de l’Empire romain chrétien, le seul gardien authentique de la juste foi et la source de toute légitimité politique. Constantin Cantacuzène et Dimitrie Cantemir affirment que seul l’Empire byzantin représente la « monarchie romaine » ; ils condamnent le couronnement de Charlemagne par le pape Léon III, événement qui serait à l’origine de la division de l’Empire romain et du schisme de l’Église chrétienne21. Constantin Cantacuzène condamne l’ambition du pape d’être « non seulement un patriarche, même supérieur à tous les prélats, mais un véritable monarque dans l’Église ainsi que dans la vie politique des laïcs22 ». Dimitrie Cantemir déplore vivement la « triste chute » de Constantinople, tombée « par la ruse » aux mains des Croisés en 1204, il flétrit la création de l’Empire latin comme un acte de « tyrannie », c’est-à-dire d’usurpation, et salue avec enthousiasme en Michel VIII Paléologue, le restaurateur de l’autorité légitime de Byzance23.

  • 24 « Jean Paléologue, l’empereur des Grecs, décida, après délibération, d’aller chez le pape de Rome, (...)
  • 25 « Marc, l’évêque d’Éphèse, en tant que professeur et, comme l’on dit, actionné par la jalousie prop (...)

6Il y a cependant, parmi ces humanistes, des gens qui imputent aux Byzantins l’erreur d’avoir rejeté l’union avec l’Église romaine. Le chroniqueur valaque Radu Popescu vitupère contre le fanatisme des moines athonites qui ont fait échouer l’union des Églises décidée par le concile de Florence24. Le moldave Grigore Ureche désapprouve lui-aussi ce rejet25. Les jugements sévères des deux chroniqueurs n’impliquent pourtant aucune hostilité envers l’Empire byzantin ou le byzantinisme, en tant que tels. Au xve s., bon nombre de Byzantins croyaient eux aussi fermement que l’union avec Rome était un acte politique absolument nécessaire au salut de l’Empire, sans avoir pour autant la préférence sincère de Doukas, auteur de la fameuse plainte sur la prise de la Ville, pour la religion catholique.

Le mythe cantemirien des origines byzantines des États roumains

7En quête d’une légitimité mieux fondée de l’autonomie politique de son pays, le plus brillant de ces humanistes, le voïvode de Moldavie, Dimitrie Cantemir, prince ambitieux et fougueux, forge le mythe historiographique de l’ascendance byzantine des États roumains et même de leurs dynasties, puisant son information dans des traditions monastiques douteuses et maniant avec beaucoup de liberté les sources écrites byzantines, qu’il connaît à merveille et qu’il utilise dans leurs meilleures éditions occidentales, afin de leur faire confirmer ses hypothèses. Ce faisant, Cantemir se trouve à l’origine de maintes erreurs concernant les rapports entre Byzance et les pays roumains, mais il n’en est pas moins vrai qu’il est aussi le premier savant roumain qui ait pensé en véritable historien ces rapports, qui ait proposé à ses lecteurs une représentation cohérente de leur évolution, qui ait relevé le rôle de Byzance dans la formation de l’identité ethnique, culturelle et politique roumaine, et qui ait regardé, enfin, l’Empire russe de Pierre le Grand, son puissant allié, comme successeur légitime et même providentiel de l’Empire byzantin, comme le Reich der neuen Mitte dirais-je, recourant à un syntagme de Herbert Hunger. Cantemir est donc, parmi les Roumains, non seulement le premier byzantiniste, mais aussi le premier intellectuel byzantinisant ; en tant que promoteur du byzantinisme « à la russe », il est le premier homme d’État roumain, sinon le seul, auquel le souvenir de Byzance inspire un projet politique russophile de grande envergure.

  • 26 Cantemir Dimitrie, Hronicul (n. 19), p. 336-338 ; cf. Corugă Matei (n. 19), p. 373-374.
  • 27 Cantemir Dimitrie, Descriptio (n. 19), p. 124-125, 136-137, 198-199, 246-247 ; cf. Elian Alexandru, (...)
  • 28 Cantemir Dimitrie, Descriptio (n. 19), p. 246-247, 198-199 ; cf. Elian Alexandru (n. 27), p. 110-11 (...)
  • 29 Cantemir Dimitrie, Descriptio (n. 19), p. 370-371 ; cf. Elian Alexandru (n. 27), p. 107.
  • 30 Cantemir Dimitrie, Descriptio (n. 19), p. 370-373, Caput V, De litteris Moldavorum, et la n. 4 de S(...)

8Il fut le premier à connecter l’histoire des Roumains à celle de Byzance pour faire valoir, dans l’esprit de l’idéologie byzantine, la « noblesse » du peuple roumain et la légitimité de son autonomie politique. Les hypothèses qu’il avance, destinées surtout à fournir des arguments historiques en faveur des projets politiques qu’il forme en tant que prince de Moldavie reposent parfois sur une interprétation abusive des sources ou sont forgées de toutes pièces. Il s’attache à démontrer, par exemple, l’ancienne appartenance des Principautés roumaines à l’Empire byzantin, dont elles auraient été détachées par l’effet de l’invasion et de l’établissement des Bulgares dans la péninsule balkanique26. Il n’hésite pas à étayer aussi la légende suivant laquelle les princes de Moldavie auraient hérité du titre de « despote » et du diadème royal byzantins conférés à Alexandre l’Ancien (Alexandru cel Bun) par Jean VIII Paléologue, en récompense du zèle avec lequel le prince roumain aurait défendu l’orthodoxie à l’occasion du concile unioniste de Florence27. Suivant Dimitrie Cantemir, sous le règne du même prince, le droit byzantin28 et celui des institutions calquées sur celles de l’Empire byzantin29 auraient été introduits en Moldavie, tandis que, afin de préserver l’orthodoxie de la contamination par le catholicisme, les Roumains auraient remplacé par l’alphabet cyrillique leur alphabet latin traditionnel encore en usage, à l’en croire, au xive s.30.

  • 31 Cf. Elian Alexandru (n. 27), p. 97-179, et notamment p. 104-119.

9Dans l’esprit des humanistes roumains des xviie-xviiie s., parmi lesquels Dimitrie Cantemir est le plus brillant et le plus imaginatif, l’idée de la solidarité orthodoxe et celle de la nostalgie de l’Empire byzantin s’allient donc au sentiment très vif de l’identité nationale roumaine, qui acquiert une importante dimension byzantine31.

La Byzance de l’École transylvaine

  • 32 Sur l’École transylvaine en général et sur les historiens lui appartenant, voir surtout : Popovici (...)

10Même s’ils empruntent à Cantemir beaucoup de thèses et hypothèses historiques, Samuil Micu (1745-1806), George Şincai (1754-1816) et Petru Maior (ca 1761-1821), historiens roumains de Transylvanie appartenant à l’Église gréco-catholique et protagonistes du mouvement intellectuel et politique national, que l’on connaît sous le nom d’École transylvaine ou latinisante, vont, contrairement à leurs devanciers, soumettre l’Empire byzantin à une sévère critique32.

  • 33 Cf. Mureşan Angela, « Scurtă privire asupra Corpusului de documente al lui Gheorghe Şincai », Apulu (...)
  • 34 Cf. Tanaşoca Nicolae-Şerban, « L’image roumaine de Byzance à l’époque des Lumières », dans Theodore (...)

11Malgré l’impressionnante érudition en la matière qui leur a permis de valoriser toutes les sources byzantines concernant l’histoire roumaine connues à leur époque33, ces historiens ne se sont jamais proposé de brosser une image globale de Byzance ni de formuler un jugement de valeur sur son rôle dans l’histoire. Néanmoins, de leurs œuvres se dégagent quelques idées générales originales sur l’identité et la place de Byzance dans l’histoire universelle, sur ses rapports avec les Roumains et sur sa civilisation. Elles témoignent d’une conception de l’histoire marquée à la fois par l’esprit de l’Aufklärung, par leur appartenance à l’Église gréco-catholique, ainsi que par leur attachement au principe des nationalités et, en particulier, à l’idée de la romanité des Roumains. La nouvelle image, pas du tout flatteuse, de Byzance forgée par l’École transylvaine a été longtemps prédominante dans la pensée historique roumaine34.

  • 35 Cf. pourtant Şincai Gheorghe, Opere, s. a. 869, p. 254, où l’on parle des byzantinenii, les Byzanti (...)

12Elle apparaît au mieux en filigrane dans la Chronique de George Şincai. On ne trouvera guère dans cet ouvrage le nom de « Byzance », ni celui d’« Empire byzantin »35. Aux yeux de l’auteur, qui semble envisager l’histoire d’un point de vue plutôt juridique, l’Empire byzantin n’a jamais existé. Il y avait eu, depuis la mort de Théodose Ier, en 395, et le partage de l’Empire entre ses fils, un Empire romain d’Orient et un Empire romain d’Occident, centrés l’un sur Constantinople, l’autre sur la vieille Rome. Ces deux formations parfaitement légitimes auraient constitué, en principe, un seul Empire, dont les citoyens sont constamment désignés par Şincai du nom de Romains. L’Empire romain d’Occident aurait pris fin en 476, avec la prise de Rome par Odoacre, pour renaître en 800, avec le couronnement de Charlemagne. L’Empire romain d’Orient aurait connu une dernière époque de gloire sous le règne de Justinien Ier (527-565) ; il aurait survécu aux invasions barbares, mais il aurait subi finalement de lourdes pertes. La plus grave est celle des territoires carpato-balkaniques peuplés de Roumains au profit des Bulgares, qui s’y établirent au viie s. Şincai n’hésite point à nommer ceux-ci « Romains », puisqu’ils seraient les descendants des anciens citoyens latins de l’Empire d’Orient. Profitant de la domination bulgare sur les Roumains, les Grecs, étant restés seuls maîtres à Constantinople, se serait emparés par usurpation de l’Empire romain d’Orient et du nom de « Romains ».

  • 36 Il écrit dans sa Chronique : « Après la conquête des Dacies et de la Mésie inférieure par les Bulga (...)
  • 37 « Ioannice – note-t-il en marge d’un texte de Georges Akropolitès – aimait se donner le surnom de R (...)
  • 38 « Cette année – écrit-il à propos de l’an 476 – est l’année de la désolation, au cours de laquelle (...)

13Şincai conteste aux Byzantins le droit de se nommer « Romains » (Ῥωμαῖοι)36 et préfère les désigner du nom de « Grecs » ou de « Rhomées » qu’il emploie, à la différence des auteurs occidentaux du Moyen Âge, dans l’esprit du temps et dans une acception nationale, non pas confessionnelle37. En revanche, il nomme presque toujours l’Empire byzantin « Empire d’Orient » ou simplement « l’Orient », ce qui lui arrive même dans le cas de l’Empire nicéen. On pourrait en déduire qu’il ne conteste pas la légitimité de l’Empire byzantin, en tant qu’Empire romain d’Orient, mais la prétention, absurde à son avis, des Grecs de s’y ériger en maîtres et la manière malhonnête dont ils s’efforcent d’occulter, par les noms « barbares » qu’ils leur donnent, la romanité des Roumains. Par ailleurs, aux yeux de Şincai, Charlemagne et tous les empereurs du Saint Empire romain germanique ne sont pas, eux non plus, des empereurs romains au plein sens du mot, mais seulement des souverains de l’Empire romain d’Occident38.

  • 39 Cf. Ţuţuianu Constantin 1974, notamment p. 549.
  • 40 « Phocas, qui était d’origine cappadocienne, s’empara de l’Empire et, pour consolider son pouvoir, (...)
  • 41 « Cela veut dire – écrit-il en marge du chrysobulle par lequel Ioannice proclame l’union de l’Églis (...)

14Ce n’est point son éducation romaine et catholique qui avait rendu George Şincai défavorable à l’Empire byzantin et au monde orthodoxe39. Son mishellénisme est d’ordre national et non confessionnel. Il enregistre scrupuleusement toutes les initiatives impériales byzantines en faveur de la juste foi. Il parle élogieusement non seulement des grands conciles œcuméniques, mais aussi des synodes locaux byzantins qui ont condamné certaines hérésies. L’attachement de ce gréco-catholique aux traditions de l’Église orientale est plus fort qu’on ne s’imaginerait. Il va jusqu’à exprimer son regret que les papes, qu’il préfère désigner du titre de « patriarches de Rome », aient assumé celui de « patriarches œcuméniques », impliquant la prétention à la juridiction ecclésiastique universelle ; il semble donc suspecter la légitimité de primat absolu du pape40. Il ira jusqu’à mettre en doute la nécessité de l’adoption du filioque par les uniates41.

  • 42 « Libre à chacun de dire ce qu’il veut du fait que l’Auguste Justinien Ier a imposé sa règle à tous (...)
  • 43 « Mieux valait ne pas le partager ! – dit-il à propos du partage de Théodose Ier – car de ce partag (...)
  • 44 « Tu vois à quel point les Occidentaux et les Orientaux avaient envie de la Bulgarie, mais les prem (...)
  • 45 « La Bulgarie a été enlevée au patriarcat de Rome et donnée au patriarcat de Constantinople », écri (...)
  • 46 « Les Latins – dit-il évoquant la déviation de la quatrième croisade contre Byzance et la création (...)
  • 47 Şincai Gheorghe, Opere, s. a. 1437, p. 601 ; s. a. 1439, p. 603 ; cf. Ţuţuianu Constantin 1974, p.  (...)
  • 48 « Dlugosz écrit : “Mardi, le 9 juillet, la veille de la fête de sainte Marguerite, lorsque le roi e (...)

15Il traite parfois de l’histoire des affaires ecclésiastiques et des relations entre les confessions chrétiennes dans un esprit philosophique et de tolérance qui témoigne de l’influence de l’Auflklärung. Son éloge de Justinien Ier semble justifier l’intervention autoritaire de cet empereur dans les affaires de l’Église, au nom de la raison d’État42. De son avis, le schisme religieux a eu, lui aussi, des causes plutôt politiques. Aux origines lointaines de cette rupture se trouvent deux décisions impériales également déplorables, quoique légales : le transfert du siège impérial de Rome à Constantinople, voulu par Constantin le Grand et le partage de l’Empire romain, décidé par Théodose Ier4344. La subordination de la Bulgarie au patriarcat de Constantinople a entraîné aussi la subordination ecclésiastique des Roumains (dépendants de l’Église bulgare) aux Grecs45. L’argument de cette préférence de Şincai pour l’obédience romaine n’est donc pas d’ordre théologique, mais, dans l’esprit des Lumières, d’ordre culturel. Il trouve l’occasion de déplorer, dans ce même esprit, les guerres de religion du xiiie s., dont il dénonce, sans ménagement aucun pour les Roumains, la motivation réelle : la soif du pouvoir et du gain46. Et puisque le schisme a été provoqué en dernière instance par la dispute entre Byzance et Rome au sujet de la subordination ecclésiastique de la Bulgarie et des Roumains, c’est avec le retour des Bulgares et des Roumains au sein de l’Église de Rome qu’on doit commencer à reformer l’unité de l’Église. Aux yeux de Şincai, l’union religieuse réalisée au xiiie s. par l’action commune de Ioannice, le roi des Bulgares et des Vlaques, et du pape Innocent III, est plus importante que celle décidée par le concile de Ferrare-Florence au xve s. Il parle d’ailleurs très peu de ce dernier concile et ne semble pas se rendre compte de toute l’importance de l’adhésion à l’union du métropolite de Moldavie, Damien, qui y participa47. Enfin, les réflexions de Şincai sur la prise de Constantinople par les Ottomans, en 1453, sont plutôt caustiques. Il semble suggérer que la chute de Byzance serait la juste punition des Grecs, coupables d’avoir usurpé l’Empire romain d’Orient au détriment des Roumains, les héritiers légitimes de celui-ci48.

  • 49 « En dépit du fait qu’ils se trouvaient depuis deux ans sous le joug des Turcs, sous lequel ils gém (...)
  • 50 « Gebhardi écrit que l’organisation ecclésiastique de la Valachie n’est pas encore redevenue normal (...)
  • 51 « Il n’est pas surprenant – écrit-il en marge d’un texte cité de Le Quien – que les saints Cyrille (...)

16L’Empire byzantin, empire d’usurpation grecque selon eux, n’est donc plus pour les historiens transylvains la source de légitimité politique qu’il était aux yeux de Dimitrie Cantemir. Au contraire, ce sont les Roumains qui, en tant que descendants directs des anciens Romains, incarnent la légitimité de l’Empire d’Orient. Cette conception « nationale » qu’ont de Byzance tous les représentants de l’École transylvaine, qui confère à leurs contributions aux études byzantines une certaine originalité, fut un élément des plus caractéristiques de l’historiographie roumaine romantique du xixe s. Elle doit sans doute être rapportée à la forte réaction anti-grecque des Roumains de l’époque, révoltés, d’une part, contre les excès du régime phanariote moribond et confrontés, d’autre part, au nationalisme grec moderne en plein essor. Şincai est le représentant typique de cette réaction. Il raconte, avec force commentaires acides, comment Siméon, le patriarche de Trébizonde, obtint, moyennant une grosse somme d’argent du sultan Mehmed II, le trône patriarcal de Constantinople49 et il condamne vivement, à l’instar de Samuil Micu, la dévolution des monastères roumains aux monastères du mont Athos et aux patriarcats d’Orient50. Évoquant leurs rapports avec les Byzantins, Şincai semble prêter parfois aux Roumains du Moyen Âge sa perception, peu flatteuse, du monde grec contemporain et ses sentiments, pas du tout cordiaux, envers celui-ci. Il va jusqu’à déduire de leurs présumée origine roumaine, nullement démontrée, l’hostilité, tout aussi imaginaire, des saints Cyrille et Méthode envers les Grecs51.

  • 52 Cf. Pertusi Agostino, « Le siècle de l’érudition », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinischen Ge (...)

17Samuil Micu, George Şincai et Petru Maior appartiennent chronologiquement à l’époque des Lumières et il est certain qu’ils se ressentent de l’influence de l’Aufklärung, mais leur conception de Byzance, leurs lectures en matière d’histoire byzantine et la méthode observée dans leurs recherches les situent pourtant plus près de la byzantinologie érudite du xvie et du xviie s. que de l’histoire « philosophique » de Byzance du xviiie s., qu’ils semblent ignorer complètement52. Attachés aux valeurs chrétiennes et respectueux de la tradition monarchique, ils restent étrangers à l’esprit révolutionnaire, au scepticisme et au rationalisme excessif, se rangeant plutôt du côté du conservatisme. Le climat intellectuel créé par l’Aufklärung les encourage pourtant à défendre dans un esprit nouveau les valeurs de la nation, de la tolérance religieuse, de la civilisation. Par conséquent, ces intellectuels gréco-catholiques roumains, citoyens de l’Empire des Habsbourg, passionnément attachés à leur romanité, ont été les premiers à poser comme critère, pour juger de l’Empire grec et orthodoxe de Byzance, la fidélité aux origines romaines dont il se réclame.

Byzance des romantiques et des libéraux

  • 53 Mihail Kogălniceanu, homme d’État roumain ayant joué un rôle décisif dans la création de l’État rou (...)
  • 54 Xenopol Alexandru, Istoria românilor din Dacia traiană, I-XIV, Bucarest, s. a. À l’instar de Mihail (...)
  • 55 Eliade Pompiliu, De l’influence française sur l’esprit public en Roumanie, Paris, 1914, et id., La (...)
  • 56 On peut lire, par exemple, dans Drăghicescu Dumitru, Din psihologia poporului român, Bucarest, 1907(...)
  • 57 Lovinescu Eugen, Istoria civilizaţiei române moderne, I-III, Bucarest, 1924-1926 (l’édition d’ Orne (...)

18De cette conception nationale, sinon nationaliste, de l’histoire de Byzance et de ses rapports avec les pays roumains héritent les historiens romantiques et libéraux roumains depuis Mihail Kogălniceanu (1817-1891) et Nicolae Bălcescu (1819-1852)53 jusqu’à Alexandru Xenopol (1847- 1920)54. À la différence de leurs précurseurs, ils n’ont pas consacré de recherches personnelles à l’Empire byzantin et à sa civilisation, mais, en revanche, ils se sont fait un devoir d’étudier les conséquences de l’influence byzantine sur les Roumains, influence exercée, avant 1453, par le truchement des Slaves balkaniques et de l’Église orthodoxe byzantine et, après 1453, sous le régime de la turcocratie, par les fameux Phanariotes, groupés autour du patriarcat œcuménique, et par la culture grecque post-byzantine dont ceux-ci furent les principaux représentants. De formation surtout française, imbus d’idées révolutionnaires, promoteurs de la démocratie, du libéralisme et du nationalisme, ils étaient franchement hostiles aux Grecs constantinopolitains, agents – à leurs yeux – de l’oppression impériale ottomane, ainsi qu’au slavonisme culturel, « barbare » et responsable – selon eux – du retard culturel des Roumains ; ils étaient décidés à pleinement affirmer la latinité de leur peuple et à moderniser leur pays dans l’esprit de l’Occident. Ces hommes de lettres, dont certains furent aussi hommes d’État, avaient adopté la plupart des préjugés de l’historiographie européenne contemporaine contre l’Empire constantinopolitain et se proposaient de débyzantiniser leur pays. Procédant d’une manière plus radicale encore, des hommes de lettres comme Pompiliu Eliade (1869-1914)55, Dumitru Drăghicescu (1875-1945)56 et Eugen Lovinescu (1881-1943)57, idéologues libéraux, plutôt dénués du sens de l’histoire et même d’érudition en matière de culture byzantine, allèrent jusqu’à dénoncer Byzance, l’Église orthodoxe et la civilisation byzantine comme sources de tous les malheurs historiques des Roumains et de tous leurs vices, mauvais penchants et habitudes néfastes. Ils leur attribuaient à tort les caractères de l’Empire, de l’Église et de la civilisation russes, exaltés par les « slavophiles » et incriminés par les « zapadniki » – les orientalistes – du xixe s., mais qu’eux-mêmes connaissaient de façon assez superficielle.

Byzance de Nicolae Iorga et de son école

  • 58 Sur les divers aspects du phénomène phanariote, voir en premier lieu les actes du colloque gréco-ro (...)
  • 59 Cf. Păcurariu Mircea, « Constantin Erbiceanu un precursor al studiilor de bizantinologie la noi », (...)
  • 60 Russo Demostene, Studii istorice greco-române, opere postume, publicate sub îngrijirea lui Giurescu(...)

19Vers la fin du xixe s., une nouvelle génération d’intellectuels roumains, qui ne manque point d’esprit critique ni de méthode de recherche scientifique, considère d’un œil nouveau, avec un sens de l’histoire plus aigu, la tradition nationale, c’est-à-dire les valeurs du christianisme oriental orthodoxe, les institutions, la mentalité et les mœurs du Moyen Âge, les solidarités balkaniques traditionnelles et même l’Empire et la civilisation ottomane, autant de réalités que, selon eux, les historiens et les lettrés libéraux avaient très peu connues et trop sévèrement jugées. On leur doit la réhabilitation de l’hellénisme, dont le rôle positif dans le développement de la civilisation roumaine à l’époque moderne, ignoré, négligé ou méprisé à tort, en raison de l’hostilité générale envers le régime phanariote, de symbiose gréco-ottomane, s’est avéré, à la suite de leurs patientes recherches, tout aussi incontestable que les conséquences politiques et économiques négatives de ce dernier58. Dans le sillage de son plus modeste précurseur, Constantin Erbiceanu (1838-1913), ancien étudiant moldave de l’université d’Athènes, auteur des premières tentatives de réhabilitation de l’hellénisme byzantin et post-byzantin59, Nicolae Iorga (1871-1940), personnalité dominante de l’historiographie roumaine du xxe s., est celui qui impose brillamment cette nouvelle attitude. Érudit grec originaire de Thrace, de formation universitaire allemande, établi en Roumanie et titularisé professeur de philologie grecque moderne à l’université de Bucarest sur l’initiative de Constantin Rădulescu-Motru, Démosthène Russo (1869-1938)60, collègue de génération de Nicolae Iorga, lui reproche souvent, à tort ou à raison, les défaillances de son esprit critique et le manque d’acribie philologique, ainsi qu’un fort penchant pour l’impressionisme subjectif et le nationalisme. Il n’en est pas moins vrai que l’on doit à ces deux savants, dont l’influence sur le milieu académique fut particulièrement importante, la découverte de Byzance et surtout de son rôle dans l’histoire des Roumains, la récupération de l’hellénisme byzantin et moderne, tellement influent dans les pays roumains. Ce qui est très significatif pour l’évolution de la culture roumaine, c’est que ni Nicolae Iorga ni Demosthène Rousso n’étaient des admirateurs inconditionnels de Byzance. Au contraire, tous les deux étaient – chacun à leur manière – des promoteurs des valeurs de l’Occident : Nicolae Iorga préférait la poésie spontanée, populaire et pittoresque des troubadours et des trouvères à la versification artificielle, rhétorique, classicisante et au langage précieux des poètes de cour byzantins, tandis que Démosthène Rousso méprisait ouvertement, au nom du rationalisme et des scrupules esthétiques de l’Europe moderne, la littérature des Byzantins, leur conception rhétorique de la poésie, leur penchant exagéré pour la spéculation théologique, leur bigotisme.

  • 61 Pour la conception de l’histoire de Nicolae Iorga, voir Iorga Nicolae, Generalităţi cu privire la s (...)

20S’il est sans doute impossible de présenter ici la contribution de Nicolae Iorga au développement des études byzantines, il semble pourtant nécessaire d’énumérer brièvement quelques-uns des éléments de nouveauté dans sa manière d’envisager Byzance, son histoire, son influence dans le monde. Il y a tout d’abord l’extrême richesse et diversité de ses sources ; Iorga puise ses informations dans les sources de toutes origines et de toutes les catégories qui lui sont accessibles : sources byzantines, occidentales, balkaniques, slaves et orientales, sources narratives et diplomatiques, données archéologiques, monuments d’architecture et monuments iconographiques, produits des arts mineurs, monnaies et sceaux, pièces vestimentaires et insignes du pouvoir, etc. Il y a ensuite son esprit critique : chaque source est soumise à une analyse critique très poussée et est lue en tant qu’expression à la fois d’une intention fatalement subjective et d’une mentalité collective, dans un langage dont on doit déchiffrer le code pour arriver à saisir et à comprendre le message de l’auteur. Il y a aussi sa conception universaliste de l’histoire : selon lui, il n’existe pas d’histoire purement nationale ; tout se tient dans l’histoire de l’humanité, l’histoire de chaque peuple est inextricablement liée à celle des autres et, par conséquent, chaque événement historique de la vie byzantine doit être analysé dans ses connexions internationales. Il y a enfin l’option de Nicolae Iorga pour l’histoire culturelle, dans le sens donné à ce concept par Karl Lamprecht (1856-1915), dont il fut un disciple : ce n’est pas seulement l’histoire des États et des événements politiques qui doit retenir l’attention du chercheur ; la création artistique, littéraire et scientifique de toute société, sa religion, son folklore, ses mœurs, ses lois, ses coutumes, bref, toutes les formes supérieures que prend l’expression de l’humanité dans ses différentes hypostases nationales constituent des entités organiques, que l’on peut nommer « cultures »61.

  • 62 Iorga Nicolae, Études Byzantines, I-II, Bucarest, 1939 ; cf. Nicolae Iorga istoric al Bizanţului. C (...)

21Par conséquent, Nicolae Iorga s’emploie à mieux définir l’entité historique qu’est Byzance, produit d’une synthèse originale de la tradition politique romaine, de la culture grecque et de la religion chrétienne. Pour atteindre son but, il s’applique, d’une part, à étudier non seulement l’histoire politique de l’Empire, mais tous les aspects du phénomène byzantin et, d’autre part, il se fait un devoir de relever l’unité organique formée par la fusion des composantes de cette entité, ainsi que son évolution dans le temps. Il n’y a pas, selon Nicolae Iorga, une seule Byzance, éternellement immuable, mais plusieurs avatars historiques de la « synthèse byzantine62 ».

  • 63 Iorga Nicolae, Byzance après Byzance. Continuation de l’Histoire de la vie byzantine, Bucarest, 193 (...)
  • 64 Iorga Nicolae, Geschichte des Osmanischen Reiches, I-V, Gotha, 1908-1913 (« Allgemeine Staatengesch (...)
  • 65 Voir surtout Iorga Nicolae, « Formes byzantines et réalités balkaniques » (Conférences en Sorbonne, (...)

22Je tiens à dire un mot du titre d’un des derniers livres de Nicolae Iorga que d’autres historiens et lettrés transformèrent en un véritable topos de la byzantinologie moderne, répété à satiété et souvent mal à propos : Byzance après Byzance63. Par ce syntagme, Nicolae Iorga n’entend désigner ni la Valachie, ni la Moldavie, ni la Russie, qui seraient devenues héritières de Byzance après la chute de la Ville et la fin de l’Empire, mais tout simplement l’Empire ottoman, dont l’historien roumain avait évoqué l’histoire dans l’un de ses premiers grands livres64, empire calqué partiellement sur l’Empire byzantin et qui a emprunté à la vraie Byzance certaines formes institutionnelles assurant, dans certaines limites, la continuité d’un style de vie caractéristique, la persistance des valeurs et des traditions de la grécité chrétienne soumise au pouvoir islamique. Byzance est donc, pour Nicolae Iorga, non seulement une réalité historique singulière, strictement définie dans le temps et dans l’espace, mais aussi une forme générale de civilisation que des réalités historiques bien différentes peuvent remplir d’un contenu nouveau65.

  • 66 Qu’il me soit permis de citer ici, dans cet esprit, quelques mots de feu mon maître, le byzantinist (...)
  • 67 Les jeunes historiens, insurgés contre l’autorité absolue et le comportement parfois capricieux de (...)
  • 68 Voir maintenant Camariano-Cioran Ariadna, Les Académies princières de Bucarest et de Jassy et leurs (...)
  • 69 Cf. Popovici Dumitru (n. 32) ; Camariano-Cioran Ariadna (supra).
  • 70 Papacostea Victor, Civilizaţie românească şi civilizaţie balcanică, Bucarest, 1983. Cf. Tanaşoca Ni (...)

23Grâce à Nicolae Iorga, Byzance devient donc pour les Roumains du xxe s. un objet d’approche scientifique, dont l’étude devait être dénuée de toute implication idéologique et de tout préjugé national66. Ce changement d’optique a permis aux collaborateurs fidèles de Nicolae Iorga – tels Nicolae Bănescu (1878-1971) et Vasile Grecu (1885-1972) – ainsi qu’aux disciples rebelles à l’autorité despotique de leur maître67 – tels le grand historien Georges I. Brătianu (1898-1953), l’architecte G. M. Cantacuzino (1899-1960), l’historien de la littérature roumaine médiévale Nicolae Cartojan (1883-1944), les historiens Constantin C. Giurescu (1901-1977) et Petre P. Panaitescu (1900-1967), qui fut aussi un slaviste réputé, le balkanologue Victor Papacostea (1900-1962), l’historien de l’art byzantin et médiéval roumain Ion D. Ştefănescu (1886-1981), le byzantiniste et néohelléniste Alexandru Elian (1910-1998) – de créer, dans les années de l’entre-deux-guerres, une véritable école roumaine d’études byzantines, slaves et balkaniques, jouissant d’une excellente réputation scientifique en Europe. La nouvelle perspective donnait aux savants roumains la possibilité de mieux connaître et d’évaluer plus exactement la nature, les raisons et le poids réel du rôle joué par le slavonisme culturel et par l’hellénisme byzantin, postbyzantin et phanariote dans l’évolution historique des Roumains. De leurs patientes études et recherches il ressort que l’influence byzantine sur les Roumains, exercée directement ou par le truchement des Bulgares et des Serbes, donna, au Moyen Âge, un certain cachet à leur manière de concevoir l’État, l’Église, l’orthodoxie chrétienne et leurs rapports avec la politique et la culture, à leur manière d’envisager et de cultiver les beaux-arts et la littérature et même à la langue roumaine. Byzance – avec son orthodoxie – est donc désormais considérée comme une source de l’originalité du peuple roumain par rapport aux autres peuples latins, comme un modèle stimulant pour le développement des pays roumains et de la civilisation nationale et nullement comme un facteur de retard historique. De même, le jugement des historiens roumains sur le phanariotisme est de plus en plus nuancé. Ils arrivent à la conclusion que, en dépit de ses conséquences certainement néfastes pour l’autonomie politique et ecclésiastique des pays roumains ainsi que pour leur prospérité économique, en dépit du caractère ambigu de la plupart de ses représentants, le régime phanariote, issu de l’étrange symbiose gréco-ottomane, encouragea pourtant le développement de la vie culturelle, en faisant de Bucarest et de Iassy, où fonctionnaient les fameuses Académies princières68, des capitales intellectuelles du nouvel hellénisme, sans pour autant négliger le développement des lettres nationales roumaines. Par leur action, les princes grecs continuaient, à leur manière, la direction « byzantinisante » imprimée à la culture roumaine par les grands princes autochtones du xviie s., érigés en protecteurs de la culture du monde orthodoxe grec et oriental à l’instar des anciens empereurs de Byzance et célébrés comme tels par les clercs grecs. Il ressort aussi des recherches des historiens roumains de l’entre-deux-guerres que la culture grecque du temps des phanariotes servit d’intermédiaire pour la pénétration des Lumières et des idées révolutionnaires françaises dans l’espace culturel roumain ; les phanariotes furent donc, pour les Roumains, non seulement un instrument d’opression du Grand Turc, ce qui est certain, mais aussi un facteur d’intégration européenne69. Enfin, le changement d’optique que je viens d’évoquer aida les historiens à considérer d’un autre œil les réalités tellement complexes de la péninsule balkanique et le rôle de Byzance dans les Balkans. Parmi les continuateurs de Nicolae Iorga, ce fut Victor Papacostea, professeur d’histoire des peuples balkaniques à l’université de Bucarest, fondateur de l’institut d’études et recherches balkaniques de Bucarest et de la revue Balcania (1937-1948), qui s’attacha à promouvoir avec ardeur l’idée de « l’unité dans la diversité » du monde balkanique, à l’encontre de la majorité de ses contemporains qui regardaient la péninsule balkanique comme un espace voué à d’éternels et violents conflits nationaux. Il fit de son mieux pour encourager ses élèves et ses collaborateurs éclairer d’un jour nouveau Byzance et la civilisation byzantine, le slavonisme culturel, l’Empire et la civilisation ottomane, l’orthodoxie chrétienne, l’hellénisme post-byzantin et phanariote qui avaient été, selon lui, autant de facteurs de l’unité du monde balkanique70.

Notes

1 Cf. Russu Ion I., Elemente traco-getice în Imperiul roman şi în Byzantium (veacurile iii-vii). Contribuţie la istoria şi romanizarea tracilor, cu două hărţi, Bucarest, 1976 ; id., Etnogeneza românilor. Fondul autohton traco-dacic şi componenta latino-romanică, Bucarest, 1981.

2 Jean Kinnamos, Epitome rerum ab Ioanne et Alexio [sic] Comnenis gestarum, éd. Meineke August, Bonn, 1836, p. 2608-9 : Βλάχων πολὺν ὅμιλον, οἳ τῶν ἐξ Ἰταλίας ἄποικοι πάλαι εἶναι λέγονται, « une multitude de Vlaques dont on dit qu’ils sont les anciens colons de ceux d’Italie ».

3 Jean Katakalon le Diacre (1367), Patrologia graeca 158, Paris, 1866, col. 970C13 : Οὐδέ γε πάλιν κραταιὸν ἄλλο τῶν Βλάχων γένος. Cf. Zachariadou Elisabeth A., « The Conquest of Adrianople by the Turks », Studi Veneziani 12 (1970), p. 211-217 ; Tanaşoca Nicolae-Şerban, « O menţiune bizantină a românilor greşit datată », Studii şi Materiale de Istorie Medie 8 (1975), p. 230-232.

4 Cf. Pontani Ana, « Paralipomena dei Turcica : gli scritti di Giano Lascaris per la crociatacontro i Turchi », Römische Historische Mitteilungen 27 (1985), p. 213-338 ; Tanaşoca Nicolae-Şerban, « Umanistul Ioan Laskaris şi românii », Studii şi Materiale de Istorie Medie, XVIII, Bucarest, 2000, p. 159-166 (= « Boni Christiani et bona gente. Românii în discursurile antiotomane ale umanistului bizantin Ioan Laskaris », dans Tanaşoca Nicolae-Şerban, Bizanţul şi românii, Bucarest, 2003, p. 99-106).

5 Parmi les écrivains grecs, le premier à employer le nom de « Roumanie » fut Philippidès Daniel D., Ἱστορία τῆς Ῥουμουνίας, Leipzig, 1816. Armbruster Adolf, La romanité des Roumains. Histoire d’une idée, Bucarest, 1977, p. 247-248, n. 76-79, a toutefois démontré que le premier érudit qui a appliqué à l’espace de l’ancienne Dacie le nom de « Roumanie » (Romanien) fut le saxon transylvain Martin Felmer (1720-1767, cf. Felmer Martin, Schriften, Bucarest, 1974), suivi par Ioannes Tomka Szaszky (Introductio in Orbis hodierni Geographiam, Posonii [Bratislava], 1748, p. 554 : « Valachia Transalpina seu Montana, Valachey ab Vlachis incolis, it est Italis, denominata et a suis Romulia ») et Anton Fr. Büsching (Neue Erdbeschreibung, Hamburg, 1754-1816, p. 1841 : « Den Namen Walachey hat dieses Land nach seine Einwohnern, den Wlachen bekommen […] sie selbst aber sollen es Romulien […] nennen »).

6 Cf. Tanaşoca Nicolae-Şerban, « L’image byzantine des Roumains », Revue des Études Sud-Est européennes 34 (1996), p. 255-263.

7 Kékauménos, Советы и рассказы Кекавмена : Сочинение византийского полководца xi века, éd. Litavrin Gennadii Grigorevich, Moscou, 1972, p. 268-270.

8 Jean Kinnamos (n. 2).

9 Les principales sources concernant la création des Églises métropolitaines roumaines sont : le registre patriarcal conservé à Vienne, édité avec un certain nombre d’amputations par Miklosich€ Franz, €Müller€ Joseph, Acta Patriarchatus Constantinopolitani, I-II, Vienne, 1860-1862 ; Das Register des Patriarchats von Konstantinopel. 3. Teil, Edition und Übersetzung der Urkunden aus den Jahren 1350-1363, éd. Koder Johannes, Hinterberger Martin, Kresten Otto, Vienne, 2001 (nouv. éd. en cours de publication) ; Grumel Venance, Laurent Vitalien, Darrouzès Jean, Les Regestes des actes du patriarcat de Constantinople. I, Les actes des patriarches, 7 fasc., Constantinople-Paris, 1932-1991, surtout Darrouzès Jean, fasc. V-VI, Les Regestes de 1310 à 1410, Paris 1977-1979 ; Lemerle Paul, Actes de Kutlumus, Paris, 1945. De l’abondante littérature sur le sujet, je citerai : Dobrescu Nicolae, Întemeierea mitropoliilor şi a celor dintâi mănăstiri din ţară, Bucarest, 1908 ; Iorga Nicolae, « Condiţiile de politică generală în cari s-au întemeiat Bisericile româneşti în veacurile xiv-xv », communication faite à l’Académie roumaine le 1er mars 1913, Analele Academiei Române. Memoriile Secţiunii Istorice, s. II, XXXV (1912-1913), p. 387-411 ; Marinescu Constantin, « Înfiinţarea mitropoliilor în Ţara Românească şi în Moldova », Analele Academiei Române. Memoriile Secţiunii Istorice, s. III, II (1924) ; Laurent Vitalien, « Contribution à l’histoire des relations de l’Église byzantine avec l’Église roumaine au début du xve s. », Bulletin de la Section historique, Académie roumaine 26 (1945) [1947], p. 165-184 ; Giurescu Constantin C., « Întemeierea Mitropoliei Ungrovlahiei », Biserica Ortodoxă Română 77 (1959), p. 673-697 ; Şerbănescu Nicolae, « Mitropolia Ungrovlahiei », ibid., p. 722-826 ; Elian Alexandru, « Legüturile Mitropoliei Ungrovlahiei cu Patriarhia de Constantinopol şi cu celelalte Biserici ortodoxe », ibid., p. 904-935 ; Năstase Dumitru, « Le mont Athos et la politique du patriarcat de Constantinople, de 1355 à 1375 », Σύμμεικτα 3 (1979), p. 121-177 ; Păcurariu Mircea, Istoria Bisericii româneşti, I, Bucarest, 1980, p. 239-268 ; Năsturel Petre Ş., « La partition de la métropole de Hongrovlachie », Buletinul Bibliotecii Române X (1977-1978), p. 293-326 ; Papacostea Şerban, Geneza statului în Evul Mediu românesc, Bucarest 19992 (19881) ; id., Evul mediu românesc. Realităţi politice şi curente spirituale, interpretări Barbu Daniel, Tanaşoca Nicolae-Şerban, Teoteoi Tudor, Bucarest, 2001.

10 Cf. Stănescu Eugen, « Byzance et les Roumains », dans Berza Mihai, Stănescu Eugen (éds), Actes du XIVe Congrès international des études byzantines, Bucarest, 6-12 septembre 1971, I, Bucarest, 1974, p. 391-525 (Georgescu Valentin Al., « Byzance et les institutions roumaines jusqu’à la fin du xve s. », p. 433-484 ; Mircea Ion-Radu, « Relations littéraires entre Byzance et les Pays roumains », p. 485-496 ; Ştefănescu Ion D., « Relations artistiques roumano-byzantines. Aperçu général », p. 497-508 ; Musicescu Maria-Ana, « Relations artistiques entre Byzance et les pays roumains [ive-xve s.]. État actuel de la recherche », p. 509-525) ; Barnea Ion, Iliescu Octavian, Nicolescu Corina, Cultura bizantină în România, Bucarest, 1971 ; Elian Alexandru, « Byzance et les Roumains à la fin du Moyen Âge », dans The Proceedings of the XIIIth International Congress of Byzantine Studies, Oxford, 1967, p. 195-203 ; Theodorescu Răzvan, Bizanţ, Balcani, Occident la începuturile culturii medievale româneşti, Bucarest, 1974 ; Obolensky Dimitri, The Byzantine Commonwealth, Eastern Europe, 500-1453, Londres, 1971 ; Pippidi Andrei, Tradiţia politică bizantină în ţările române în secolele xvi-xviii, Bucarest, 20012 ; Tanaşoca Nicolae-Şerban, « Byzantium and the Romanians », Medelhavsmuseet. Focus on the Mediterranean 4 (2009), p. 67-82 (communication faite le 1er octobre 2004 dans le cadre du séminaire « Romania : Cultural Contacts through Centuries »).

11 Năsturel Petre Ş., Le Mont Athos et les Roumains. Recherches sur leurs relations du milieu du xive s. à 1654, Orientalia Christiana Analecta 227, Rome, 1986.

12 Tels sont les mythes de Traian et de Dokia, de Roman et Vlachata, de la chasse à l’auroch de Dragoş voïvode de Moldavie, descendu du Maramureş, de Radu Negru voïvode de Valachie, descendu de Transylvanie, et enfin le mythe de la traversée du Danube par les chrétiens orthodoxes venus des Balkans.

13 Anc. germ. Walh, vieux slave vlah, ukrainien voloch, polonais woloch (wloch = italien), serbo-croate vlah, pl. vlasi, vloska, loska, le pays des Vlaques, gr. Βλάχοι, hongrois Oláh (olász = italiens), turc Eflak, etc. ; cf. Armbruster Adolf (n. 5), p. 18-22 ; Mihăescu Haralambie, La romanité dans le Sud-Est de l’Europe, Bucarest, 1993, p. 154-155 ; Tanaşoca Anca, « Despre accepţiunile termenului “vlah” în istoriografia iugoslavă », dans Tanaşoca Anca, Tanaşoca Nicolae-Şerban, Unitate romanică şi diversitate balcanică, Bucarest, 2004, p. 64-76 (cf. Sud-Estul şi contextul european, Bucarest, 1986).

14 Ureche Grigore, Letopiseţul Ţărîi Moldovei, ediţie îngrijită, studiu introductiv, indice şi glosar de Panaitescu Petre P., Bucarest, 1955.

15 Costin Miron, Opere, I-II, ediţie critică îngrijită de Panaitescu Petre P., Bucarest, 1965.

16 Costin Nicolae, Letopiseţul Ţării Moldovei de la zidirea lumii până la 1601 şi de la 1709 la 1711, ediţie îngrijită cu un studiu introductiv, note, comentarii, indice şi glosar de Stoide Const. A. şi Lăzărescu I., cu prefaţă de Ivanescu G., Iasi, 1976 (Opere, I).

17 Popescu Radu, Istoriile domnilor Ţării Româneşti de Radu Popescu Vornicul, introducere şi ediţie critică întocmite de Grecescu Const., Bucarest, 1963.

18 Cantacuzino Constantin, Istoriia Ţării Rumâneşti întru care să cuprinde numele ei cel dintâi şi cine au fost lăcuitorii ei atunci şi apoi cine o au mai descălecat şi o au stăpânit până şi în vremile de acum cum s-au tras şi stă, dans Cronicari munteni, ediţie îngrijită de Gregorian Mihail, studiu introductiv de Stănescu Eugen, I-II, Bucarest, 1961, I, p. 3-79.

19 Cantemir Dimitrie, Descriptio antiqui et hodierni status Moldaviae, Ad fidem codicum duorum in Bibliotheca Academiae Mosquitanae Scientiarum servatorum post Alexandrum Papiu-Ilarian iterum edita, Bucarest, 1973 (élaborée autour de 1716, 1re éd., posthume, en traduction allemande, Hambourg 1769-1770) ; Cantemir Dimitrie, Hronicul vechimei a romano-moldo-vlahilor, publicat sub auspiciile Academiei Române […] de Tocilescu Grigore G., Bucarest, 1901 (élaboré entre 1717-1723, 1re éd. en 1835-1836). Pour la personnalité et les œuvres de Cantemir, voir principalement Panaitescu Petre P., Dimitrie Cantemir. Viaţa şi opera, Bucarest, 1958. Voir aussi Elian Alexandru, Fontes Historiae Daco-Romanae, III, Bucarest, 1975, p. vii-xxviii ; Corugă Matei, « Analele lui Zonaras în Hronicullui Dimitrie Cantemir », Studii Teologice, s. II, an. XXV, V-VI (1973), p. 366-376.

20 Cf. Dima-Drăgan Corneliu, Carataşu Mihai, « Les ouvrages d’histoire byzantine de la bibliothèque du prince Constantin Brancovan », Revue des Études Sud-Est européennes 5 (1967), p. 435-445, et Cicanci Olga, « Literatura în limba greacă în veacul al xvii-lea », Studii 5 (1973), p. 915-922.

21 « Léon, le pape de Rome a couronné Carolus, qui s’arrogea le surnom de Grand Auguste et Empereur de Rome et de tout l’Empire d’Occident. À la division de l’Empire vint s’ajouter la division de l’Église. De ces faits en jugera Celui dont on a déchiré la chemise […] », écrit Cantemir Dimitrie, Hronicul (n. 19), p. 349 ; voir Tanaşoca Anca, « Bizanţul în istoriografia românească veche », Revista de istorie 38 (1985), p. 433-447, ici p. 436.

22 Et il continue : « Cette ambition est la plus importante et la première cause de la déchéance et de la ruine de la monarchie romaine, car il s’en détacha et abandonna l’Empire de Constantinople, où Constantin le Grand avait transféré la capitale, en lui donnant le surnom de Nouvelle Rome. Et ils ont commencé à fabriquer de nouveaux dogmes, différents de ceux de l’ancienne et véritable Église de l’Orient et ils ont commencé à investir de nouveaux empereurs, avec la bénédiction de Sa Sainteté le pape. Et celui-ci leur a donné le titre d’Empereurs des Romains et toujours Augustes. Et les empereurs de Constantinople allaient être nommés dès lors : Empereurs de l’Orient et des Grecs, ainsi qu’ils sont nommés dans leurs histoires », Cantacuzino Constantin (n. 18), p. 60 ; voir Tanaşoca Anca (supra), p. 436.

23 « […] ainsi l’impératrice des cités est revenue à ses véritables maîtres, qui avaient légitimement hérité d’elle. Les Grecs ont repris Constantinople des mains des Latins […] qui l’avaient tenue 58 ans et 3 mois à l’encontre de la justice, par la tyrannie », Cantemir Dimitrie, Hronicul (n. 19), p. 477, cf. p. 420-423 ; voir Tanaşoca Anca (n. 21), p. 438-439.

24 « Jean Paléologue, l’empereur des Grecs, décida, après délibération, d’aller chez le pape de Rome, pour faire l’union des Églises […] Et, réunis en concile à Florence, ils participèrent tous, le pape y compris, à la liturgie, célébrée suivant leurs coutumes […]. Mais, de retour chez soi, il trouva son impératrice morte et les moines qui étaient restés à Constantinople ne voulaient pas lui permettre d’entrer dans l’Église, le traitant d’hérétique. Et il y avait de grands troubles chez eux, et les Turcs les tracassaient de l’extérieur et, comme s’ils étaient aveugles, ils regardaient de près leur perte, sans la reconnaître. Des choses pareilles faisaient et font encore de nos jours ces moines ! », Cronicari, I (n. 18), p. 244-245 ; voir Tanaşoca Anca (n. 21), p. 440-441.

25 « Marc, l’évêque d’Éphèse, en tant que professeur et, comme l’on dit, actionné par la jalousie propre aux Grecs […] a recommandé à tout le monde de ne pas accepter les décisions de ce synode, en dépit du fait que tous les avaient approuvées et acceptées […]. Avant ce synode, il y avait eu une certaine mésentente entre ces deux Églises, mais l’on pouvait encore espérer qu’un jour elles se concilient et se réunissent, mais à partir de ce synode entre les deux Églises règne la discorde, elles se couvrent réciproquement d’injures et médisent l’une de l’autre et chacune veut abaisser l’autre et l’écraser. L’Orient est le premier, l’Occident veut s’élever, ils refusent de céder le pas l’un à l’autre, comme si l’Orient et l’Occident n’étaient pas, l’un comme l’autre, liés par des fiançailles au Christ », Ureche Grigore (n. 14), p. 72-73 ; voir Tanaşoca Anca (n. 21), p. 440.

26 Cantemir Dimitrie, Hronicul (n. 19), p. 336-338 ; cf. Corugă Matei (n. 19), p. 373-374.

27 Cantemir Dimitrie, Descriptio (n. 19), p. 124-125, 136-137, 198-199, 246-247 ; cf. Elian Alexandru, « Moldova şi Bizanţul în secolul al xv-lea », dans Berza Mihai (éd.), Cultura moldovenească în timpul lui Ştefan cel Mare, Bucarest, 1964, p. 97-179, ici p. 106-110.

28 Cantemir Dimitrie, Descriptio (n. 19), p. 246-247, 198-199 ; cf. Elian Alexandru (n. 27), p. 110-119.

29 Cantemir Dimitrie, Descriptio (n. 19), p. 370-371 ; cf. Elian Alexandru (n. 27), p. 107.

30 Cantemir Dimitrie, Descriptio (n. 19), p. 370-373, Caput V, De litteris Moldavorum, et la n. 4 de Stoicescu N. ; cf. Costin Miron (n. 15), p. 236. Suivant Elian Alexandru (n. 27), p. 107, les affirmations des deux humanistes roumains reposent sur une source commune, aujourd’hui perdue.

31 Cf. Elian Alexandru (n. 27), p. 97-179, et notamment p. 104-119.

32 Sur l’École transylvaine en général et sur les historiens lui appartenant, voir surtout : Popovici Dumitru, La littérature roumaine à l’époque des Lumières, Sibiu, 1945 ; Prodan David, Supplex Libellus Valachorum. Din istoria formării naţiunii române, Bucarest, 1984 ; Lungu Ion, Şcoala ardeleană mişcare naţională ideologică iluministă, Bucarest, 1978 (avec une ample bibliographie critique) ; Tomuş Mircea, Gheorghe Şincai. Viaţa şi opera, Bucarest, 1965 ; Protase Maria, Petru Maior, Bucarest, 1973, ainsi que les études introductives accompagnant les éditions les plus récentes des écrits historiques de S. Micu, G. Şincai et P. Maior, dues à Cornel Cîmpeanu et Manole Neagoe.

33 Cf. Mureşan Angela, « Scurtă privire asupra Corpusului de documente al lui Gheorghe Şincai », Apulum 11 (1973), p. 783-792 ; Ţuţuianu Constantin 1974, p. 548-556 ; Elian Alexandru (n. 19), p. xi-xiv ; Tanaşoca Nicolae-Şerban, « Şcoala Ardeleană şi izvoarele bizantine ale istoriei românilor », Transilvania 10 (1980), p. 18-20 ; id., « Samuil Micu şi izvoarele bizantine ale istoriei românilor », Revista de istorie şi teorie literară 30 (1981), p. 275-279.

34 Cf. Tanaşoca Nicolae-Şerban, « L’image roumaine de Byzance à l’époque des Lumières », dans Theodorescu Răzvan, Conley Barrows Leland (éds), South East Europe. The Ambiguous Definitions of a Space / L’Europe du Sud-Est. Les définitions ambiguës d’un espace, Bucarest, 2002, p. 47-75, étude que j’ai reprise en partie ici.

35 Cf. pourtant Şincai Gheorghe, Opere, s. a. 869, p. 254, où l’on parle des byzantinenii, les Byzantins participant au huitième concile œcuménique (selon les catholiques) de Constantinople.

36 Il écrit dans sa Chronique : « Après la conquête des Dacies et de la Mésie inférieure par les Bulgares, maints auteurs n’ont plus nommé les empereurs de Constantinople empereurs “des Romains”, mais “des Rhoméïques”, c’est-à-dire du nom que se donnent les Grecs de nos jours, car, sans l’aide des Roumains, les Grecs n’ont pas réussi à hériter de la gloire et de la renommée de nos ancêtres » ; « Georges Phrantzès qui était le grand logothète de l’Empire des Grecs au moment de la prise de Constantinople […] dit que ces Ottomans descendent de la famille des empereurs grecs, des Comnènes, et notamment de Jean, le neveu de l’empereur Jean Comnène […]. Voilà pourquoi on pourrait dire, en quelque sorte, que les Turcs détiennent à juste titre l’Empire de Constantinople, parce qu’ils en ont hérité des empereurs Comnènes », Şincai Gheorghe, Opere, s. a. 708, p. 213. Voir aussi plus loin, « Les Grecs […] qui sans justification aucune se sont donné et se donnent le nom de Romains, seulement parce qu’ils sont parvenus plus tard à s’emparer de l’Empire romain de l’Orient et à le détruire », ibid., s. a. 1186, p. 342. Et plus loin encore : « […] les Grecs ont surnommé les peuples de la rive gauche du Danube et ceux de l’Occident Latins, afin de s’approprier le nom des Romains, dont les Grecs n’ont été que des sujets et pas du tout des descendants de leur sang, comme sont les Roumains et les Italiens, auxquels ils ont subtilisé par supercherie l’Empire », ibid., s. a. 1206, p. 377-378.

37 « Ioannice – note-t-il en marge d’un texte de Georges Akropolitès – aimait se donner le surnom de Roméoctone (et avec raison, car il ne pouvait se nommer Romanoctone, vu que les Grecs ne sont pas des Romains) », ibid., s. a. 1206, p. 378.

38 « Cette année – écrit-il à propos de l’an 476 – est l’année de la désolation, au cours de laquelle Rome, vainqueur des peuples et maîtresse du monde, qui n’a pas eu, n’a pas et n’aura jamais sa pareille, tomba et ne se releva pas, ni se relèvera jamais […]. Depuis Odoacre, il n’y eut plus d’empereurs de Rome, puisque Charlemagne et ses successeurs ne firent que porter le nom d’empereurs de Rome, mais Rome, ils ne la gouvernèrent jamais », Şincai Gheorghe, Opere, s. a. 476, p. 142.

39 Cf. Ţuţuianu Constantin 1974, notamment p. 549.

40 « Phocas, qui était d’origine cappadocienne, s’empara de l’Empire et, pour consolider son pouvoir, tua beaucoup de gens, et craignant que le patriarche de Constantinople ne le frappât d’anathème à cause de l’assassinat de l’empereur Maurice, il écrivit au patriarche de Rome, lui donnant dans sa lettre le titre de “patriarche œcuménique”, c’est-à-dire qui a sous son autorité tous les patriarches et prélats de l’Église, titre que les patriarches de Rome ont gardé jusqu’au jour où j’écris cela. Mieux valait ne pas le garder ! Puisque ce titre a détruit l’amour fraternel entre les Orientaux et les Occidentaux. Mais, à ce sujet, lis Fleuri », Şincai Gheorghe, Opere, s. a. 602, p. 189-190.

41 « Cela veut dire – écrit-il en marge du chrysobulle par lequel Ioannice proclame l’union de l’Église des Bulgares et des Roumains avec celle de Rome – que, conformément au chrysobulle cité plus haut, les Roumains et les Bulgares n’ont pas abandonné leur Loi et leurs anciennes coutumes, mais qu’ils sont entrés dans l’obédience de Rome acceptant seulement de considérer le pape comme le premier de tous les patriarches et de ne pas injurier les Latins et leurs coutumes, procédant d’ailleurs comme les Roumains de Transylvanie au moment de leur union [tandis que les Russes de Pologne et de Hongrie n’ont pas bien agi, lorsqu’ils ont ajouté au Symbole de la foi les mots : “et du Fils”, car on devait garder la Loi et la coutume ancienne]. C’est cela la véritable union : les Occidentaux doivent observer leurs coutumes et les Orientaux les leurs et ils ne doivent pas s’adresser des injures les uns aux autres », ibid., s. a. 1202, p. 367. Le commentaire mis entre crochets a été rayé par l’auteur, de sa main, dans le manuscrit de la Chronique, probablement par crainte de la censure.

42 « Libre à chacun de dire ce qu’il veut du fait que l’Auguste Justinien Ier a imposé sa règle à tous les prélats et même aux patriarches de Rome, quant à moi, je dis, non pas de mon propre chef, mais basé sur les auteurs que j’ai lus que, de tous les empereurs d’Orient, Justinien est le seul qui ait maintenu de ses jours la majesté des Romains, par la reconquête de l’Afrique et de l’Italie et qui ait assuré aussi sa survivance, en lui donnant, par ses lois, des fondements durables qui subsistent encore aujourd’hui », ibid., s. a. 565, p. 169.

43 « Mieux valait ne pas le partager ! – dit-il à propos du partage de Théodose Ier – car de ce partage et du transfert du siège de l’Empire à Constantinople, fait par le grand Constantin, découlent le déclin de l’Empire de nos ancêtres et le démembrement de l’Église chrétienne », ibid., s. a. 395, p. 107.

44 « Tu vois à quel point les Occidentaux et les Orientaux avaient envie de la Bulgarie, mais les premiers n’ont pas abouti, car l’empereur d’Orient, Basile Ier le Macédonien, s’acharna à soumettre les Bulgares au trône patriarcal de Constantinople, ce qu’il réussit à faire. C’est la Bulgarie qui fut la cause du démembrement de l’Église du Christ », ibid., s. a. 867, p. 253 ; cf. Ţuţuianu Constantin 1974, p. 553.

45 « La Bulgarie a été enlevée au patriarcat de Rome et donnée au patriarcat de Constantinople », écrit-il à propos des décisions du huitième (selon les catholiques) synode œcuménique, de 869. « Mieux valait que cela n’arrive pas, car les Roumains auraient été plus heureux sous l’autorité du patriarcat de Rome à l’instar de maints autres peuples que cette subordination a rendus heureux, comme nous pouvons constater de nos propres yeux. Lis Fleuri », Şincai Gheorghe, Opere, s. a. 869, p. 253.

46 « Les Latins – dit-il évoquant la déviation de la quatrième croisade contre Byzance et la création de l’Empire latin de Constantinople – c’est-à-dire les Italiens, les Francs et les Allemands, qui s’étaient croisés pour combattre les païens, afin de reconquérir Palestine et autres pays occupés par ceux-ci, oublièrent leur devoir et commencèrent à verser du sang chrétien au lieu du sang païen et, le 12 avril, ils occupèrent Constantinople, proclamant empereur Baldouin de Flandre », ibid., s. a. 1205, p. 374 ; cf. Ţuţuianu Constantin 1974, p. 554. Voir aussi plus loin, à propos de la croisade contre Jean Assen II : « Les Chrétiens de ces temps-là étaient poussés à s’entre-dévorer par les plus hauts prélats, qui ne s’attachaient qu’à étendre leurs pouvoirs et pas du tout à propager la vérité, la foi et l’amour chrétien. Il s’ensuivit que les Latins versaient le sang des Grecs et les Grecs le sang des Latins ; les Roumains de la rive droite du Danube, associés aux Bulgares, oubliant leurs frères et bienfaiteurs de la rive gauche du Danube, étaient préoccupés uniquement de décider s’il serait plus profitable pour eux de dévaliser les Grecs ou de piller les Latins ; quant aux Hongrois, exhortés par le pape Grégoire IX de Rome, ils ne pensaient qu’à une seule chose : comment arriver à soumettre les Roumains et les Bulgares », Şincai Gheorghe, Opere, s. a. 1236, p. 399.

47 Şincai Gheorghe, Opere, s. a. 1437, p. 601 ; s. a. 1439, p. 603 ; cf. Ţuţuianu Constantin 1974, p. 554, qui soutient à tort que Şincai ne fait pas mention du concile de Florence.

48 « Dlugosz écrit : “Mardi, le 9 juillet, la veille de la fête de sainte Marguerite, lorsque le roi entra à Cracovie, on lui fit part de la triste nouvelle parvenue par les lettres et les ambassadeurs d’Alexandre, le voïvode de Moldavie, que la ville de Constantinople, la métropole des Grecs, a été prise par l’empereur des Turcs”. Et moi de dire à mon tour : triste nouvelle ! Car la conquête de Constantinople par les Turcs signifie la fin définitive de l’Empire de nos ancêtres, qu’ils avaient acquis au prix de beaucoup de sang versé, mais surtout à juste titre, pour nous le léguer à nous, les Roumains, leurs neveux et pas du tout aux Grecs, qui sans justification aucune et par la ruse se sont emparés de notre Empire et même de notre nom, car les Grecs ne sont pas Romains de sang, comme les Roumains, que les Grecs voudraient outrager même aujourd’hui, s’ils en étaient capables, comme j’ai vu de mes yeux et ouï de mes oreilles l’année passée, 1808, à Pest, lorsqu’ils se disputaient avec les Roumains de là-bas au sujet du prêtre roumain que ceux-ci voulaient faire venir », Şincai Gheorghe, Opere, s. a. 1453, p. 36.

49 « En dépit du fait qu’ils se trouvaient depuis deux ans sous le joug des Turcs, sous lequel ils gémissent encore de nos jours, les Grecs n’ont pas abandonné leur vanité, qui s’est muée cette année en simonie, dont ils sont dominés même aujourd’hui », ibid., s. a. 1455, p. 37.

50 « Gebhardi écrit que l’organisation ecclésiastique de la Valachie n’est pas encore redevenue normale, parce que certains monastères se trouvent même de nos jours dans l’obédience de leurs mères de la Sainte Montagne ou des patriarches d’Alexandrie, d’Antioche et de Jérusalem. Et il a raison de dire ça », ibid., s. a. 1496, p. 128.

51 « Il n’est pas surprenant – écrit-il en marge d’un texte cité de Le Quien – que les saints Cyrille et Méthode aient refusé de se soumettre au patriarche Photius, puisque celui-ci était un Grec, tandis qu’eux, des Roumains authentiques, descendants des colons de Trajan, ainsi que j’ai déjà dit sous l’année 845, lesquels étant associés aux Bulgares, ne pouvaient souffrir que les Grecs soient leurs maîtres », Şincai Gheorghe, Opere, s. a. 861, p. 250.

52 Cf. Pertusi Agostino, « Le siècle de l’érudition », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinischen Gesellschaft 15 (1966), p. 3-25, ici p. 25 ; Guillou André, « Le siècle des Lumières », ibid., p. 27-39.

53 Mihail Kogălniceanu, homme d’État roumain ayant joué un rôle décisif dans la création de l’État roumain moderne, unitaire et indépendant. Premier ministre du prince Al.I. Cuza, il soutint le coup d’État bonapartiste de celui-ci (1864) pour imposer les réformes sociales absolument nécessaires, en premier lieu la réforme agraire. Ministre des Affaire étrangères du roi Charles Ier dans le gouvernement de I.C. Brătianu, il eut la responsabilité de la politique extérieure de Roumanie pendant la guerre d’indépendance (1877-1878) et le Congrès de Berlin. Auteur du premier ouvrage moderne de synthèse consacré à l’histoire des Roumains (Histoire de la Valachie, de la Moldavie et des Valaques transdanubiens, Berlin, 1837 ; voir aussi Kogălniceanu Mihail, Opere. I, Scrieri istorice, éd. Oţetea A., Bucarest, 1946), il fut aussi, à côté de son ami le révolutionnaire libéral de 1848 Nicolae Bălcescu, l’un des fondateurs de l’historiographie roumaine moderne. Animés par un patriotisme vibrant, déterminés à affermir et à cultiver, dans l’esprit de leur époque (« l’ère des nationalités »), l’identité nationale des Roumains, promoteurs des valeurs de la démocratie et des droits de l’homme et du citoyen, Mihail Kogălniceanu et surtout Nicolae Bălcescu (cf. Românii şi Fanarioţii, dans Bălcescu Nicolae, Opere, I, éd. Zane G., Bucarest, 1940, p. 117-123) jugent pourtant de manière nuancée, avec un incontestable souci d’objectivité scientifique et avec un sens très aigu de l’évolution historique, le Moyen Âge roumain, le rôle de l’influence byzantine et des Grecs constantinopolitains dans l’histoire des Roumains. Si leurs prédécesseurs condamnaient l’adoption fatale du slavon et du grec par les Roumains, ils déplorent ce fait et regardent, comme tous les romantiques européens, l’épanouissement libre de la nationalité roumaine, impliquant le triomphe de la langue roumaine dans la vie culturelle, comme la fin naturelle de l’évolution historique de leur peuple. Cf. Ionescu-Nişcov Traian, « L’époque phanariote dans l’historiographie roumaine et étrangère », dans Symposium L’Époque phanariote, 21-25 octobre 1970, Thessalonique, 1974, p. 152-153.

54 Xenopol Alexandru, Istoria românilor din Dacia traiană, I-XIV, Bucarest, s. a. À l’instar de Mihail Kogălniceanu et de Nicolae Bălcescu, A. D. Xenopol forme souvent des jugements historiques équilibrés, nuancés et objectifs sur les conséquences négatives ou bien, parfois, positives de l’influence byzantine, slavo-byzantine et phanariote dans les pays roumains. De même, persuadé que toute culture authentique doit avoir un caractère national, la spécificité nationale étant non seulement une réalité, mais aussi une valeur, il considère pourtant, lui aussi, que le slavonisme culturel, une variante provinciale et « barbare » du modèle byzantin, étrangère par nature à la latinité des Roumains, a longtemps empêché leur développement intellectuel normal. Le slavonisme culturel serait donc, suivant Xenopol, l’une des principales causes du retard historique des Roumains par rapport aux peuples latins de l’Europe occidentale. Quant à l’hellénisme post-byzantin et phanariote, son influence aurait été superficielle et dépourvue de conséquences réelles en ce qui concerne le développement de la langue littéraire et de la culture nationale. L’influence du slavon et du grec sur le roumain ne saurait selon lui nullement être comparable à l’influence féconde et durable du latin sur les langues nationales de l’Europe occidentale.

55 Eliade Pompiliu, De l’influence française sur l’esprit public en Roumanie, Paris, 1914, et id., La Roumanie au xixe s., Paris, 1914. Selon Pompiliu Eliade, qui dédaigne également le Moyen Âge roumain, les cultures slaves balkaniques et la civilisation byzantine, mais nourrit une véritable vénération pour la France, la nation, l’État et la culture roumaine ne seraient que le résultat du « fait providentiel » de l’influence française en Europe orientale. Il n’y aurait pas eu une tradition nationale roumaine authentique avant le contact des Roumains avec la France, aux xviiie-xixe s.

56 On peut lire, par exemple, dans Drăghicescu Dumitru, Din psihologia poporului român, Bucarest, 19071, 19952, p. 211 : « L’Empire byzantin fut pour ses conquérants ottomans ce qu’avait été la chemise de Nessus pour Hercule. La pourriture morale de cet Empire vieilli, en cours de décomposition, engendra l’atmosphère impure, vicieuse que, dès ses commencements, va respirer, à Constantinople, la nouvelle formation politique des Ottomans […] On peut trouver les causes lointaines de l’actuelle décadence de l’Empire ottoman à Byzance même, et sa fin ne viendra pas d’ailleurs. La maladie chronique qui condamne ce malade à rester perpétuellement cloué à son lit n’est autre que l’intoxication par la pourriture morale de l’ancienne Byzance » ; p. 252-253 : « L’influence grecque moderne infusa dans l’esprit public (des Roumains), dans les villes surtout, un brin de cet esprit d’intrigue perfide de Byzance, de son équivoque envieuse et corrompue, de son manque de dignité et de sa flatterie doublée de son fameux orgueil maladif ».

57 Lovinescu Eugen, Istoria civilizaţiei române moderne, I-III, Bucarest, 1924-1926 (l’édition d’ Ornea Z. , Bucarest, 19722, comporte quelques amputations du texte opérées par la censure communiste). Dans cet ouvrage, qui marque l’histoire de l’idéologie libérale en Roumanie, E. Lovinescu condamne l’orthodoxie qu’il considère comme une religion obscurantiste, formaliste, qui, de surcroît, aurait imposé aux Roumains la langue liturgique slave et l’alphabet cyrillique, totalement impropres à exprimer et à coucher par écrit leur pensée essentiellement latine. Il invoque à l’appui de tels jugements exagérés les critiques de Čadaev et de Vl. Soloviev à l’égard de l’orthodoxie russe, qui recommande aux croyants une vie contemplative, de prière plutôt qu’une vie active, de labeur patient, utile à la société. E. Lovinescu affirme qu’une culture doit faire valoir son caractère national, trait qui manque à la culture cosmopolite de l’orthodoxie byzantine. De ses jugements sévères sur l’orthodoxie et le byzantinisme, E. Lovinescu reste redevable plus qu’il ne le reconnaît aux œuvres de Dumitru Drăghicescu et de Pompiliu Eliade.

58 Sur les divers aspects du phénomène phanariote, voir en premier lieu les actes du colloque gréco-roumain, Symposium L’Époque phanariote (n. 53).

59 Cf. Păcurariu Mircea, « Constantin Erbiceanu un precursor al studiilor de bizantinologie la noi », dans Muntean Vasil V. (éd.), În memoria lui Alexandru Elian, Timişoara, 2008.

60 Russo Demostene, Studii istorice greco-române, opere postume, publicate sub îngrijirea lui Giurescu Constantin C., Camariano Ariadna, Camariano Nestor, I-II, Bucarest, 1939.

61 Pour la conception de l’histoire de Nicolae Iorga, voir Iorga Nicolae, Generalităţi cu privire la studiile istorice, Bucarest, 1941 ; Pippidi Dionisie M. (éd.), Nicolas Iorga. L’homme et l’œuvre. À l’occasion du centième anniversaire de sa naissance, Bucarest, 1972.

62 Iorga Nicolae, Études Byzantines, I-II, Bucarest, 1939 ; cf. Nicolae Iorga istoric al Bizanţului. Culegere de studii îngrijită de Eugen Stănescu, Bucarest, 1971.

63 Iorga Nicolae, Byzance après Byzance. Continuation de l’Histoire de la vie byzantine, Bucarest, 1935 ; cf. Cicanci Olga, « Concepţia lui Nicolae Iorga despre “Byzance après Byzance” », dans Nicolae Iorga istoric al Bizanţului (supra), p. 201-234.

64 Iorga Nicolae, Geschichte des Osmanischen Reiches, I-V, Gotha, 1908-1913 (« Allgemeine Staatengeschichte »).

65 Voir surtout Iorga Nicolae, « Formes byzantines et réalités balkaniques » (Conférences en Sorbonne, 1922), dans id., Études byzantines, I (n. 62), p. 51-157.

66 Qu’il me soit permis de citer ici, dans cet esprit, quelques mots de feu mon maître, le byzantiniste Alexandru Elian (1910-1998), l’un des meilleurs et des plus proches disciples de Nicolae Iorga : « Byzance, cher ami, n’est pas du tout pour moi un objet de vénération, elle n’est rien d’autre qu’un objet d’étude scientifique, le thème fondamental de mon travail d’historien. À l’instar des paléontologues, je pourrais dire que Byzance est le reptile disparu que je dois reconstituer. Et ce travail est, sans doute, passionnant. Certes, j’aime beaucoup l’hymnographie byzantine, que seulement un petit nombre de spécialistes savent vraiment comprendre et apprécier, j’aime aussi la netteté, la grande clarté de la pensée et de la phrase de Nicéphore Grégoras, je suis profondément impressionné par la détermination des véritables anachorètes à vivre en rupture avec ce monde, quoique je n’aie guère le goût du mysticisme confus de certains palamites, j’admire à la fois l’art somptueux de Byzance et l’ascétisme de ses moines. Mais je vous avoue sincèrement, en toute humilité : je ne saurais pas me sentir chez moi n’importe où à Byzance ou dans la culture byzantine ».

67 Les jeunes historiens, insurgés contre l’autorité absolue et le comportement parfois capricieux de Nicolae Iorga, s’étaient groupés autour de la Revista istorică română, publication de haute tenue scientifique et d’aspect élégant, dont la parution marque une date importante dans l’évolution de l’historiographie roumaine. Le professeur Démosthène Russo collabora à cette publication dès son premier numéro ; cf. Cernovodeanu Paul, Revista Istorică Română, 1931-1947. Bibliografie critică, Bucarest, 1977.

68 Voir maintenant Camariano-Cioran Ariadna, Les Académies princières de Bucarest et de Jassy et leurs professeurs, Thessalonique, 1974.

69 Cf. Popovici Dumitru (n. 32) ; Camariano-Cioran Ariadna (supra).

70 Papacostea Victor, Civilizaţie românească şi civilizaţie balcanică, Bucarest, 1983. Cf. Tanaşoca Nicolae-Şerban, « Victor Papacostea (1900-1962). O viaţă dedicată balcanologiei şi solidarităţii balcanice », dans id., Balcanologi şi bizantinişti români, Bucarest, 2002, p. 159-231.

Auteur


Directeur de l’Institut d’études sud-est européennes
Académie roumaine, Bucarest

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search