Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

Augustin Thierry et l’« hellénisation » de l’Empire byzantin jusqu’à 1853 : les dettes des historiographes de la Grèce médiévale et moderne à l’école libérale française

Ioannis Koubourlis

Résumé

Parmi les influences de l’œuvre d’Augustin Thierry sur les historiens du xixe s. est cette tendance à diviser l’histoire des peuples en « histoire des peuples conquérants » et « histoire des peuples conquis », et de considérer la synthèse entre les deux comme la clé de l’interprétation des histoires modernes telles celles de France et d’Angleterre. L’historien français s’est en fait servi de la Grèce comme exemple de l’application de sa théorie historique, en cherchant des analogies entre la Grèce conquise par les Ottomans et l’Angleterre conquise par les Normands. Or les premiers historiographes de la Grèce médiévale et moderne appliqueront ses principes méthodologiques à la période byzantine : ici ce sont les Romains qui sont les conquérants, et ce sont les Grecs qui produisent une histoire parallèle à celle du Bas-Empire, qui est en même temps celle de son « hellénisation ». Pourtant, à partir des années 1850, on abandonne les schémas interprétatifs inspirés par Augustin Thierry et l’école libérale française. L’histoire byzantine ne suscite plus l’intérêt de la nation grecque qui a désormais besoin d’un passé de conquérant pour légitimer ses projets expansionnistes contre l’Empire ottoman – un passé qu’elle trouve finalement dans les époques des anciens Macédoniens et des Byzantins.

Texte intégral

  • 1 Glencross Michael, « Greece Restored : Greece and the Greek War of Independence in French Romantic (...)
  • 2 Voir Spitzer Alan B., The French Generation of 1820, Princeton, 1987 ; Kelley Donald R., Fortunes o (...)
  • 3 Citons, à titre indicatif, les formulations très éloquentes de Voltaire : « Le but de ce travail n’ (...)
  • 4 Bien que la « génération de 1820 » ait vivement critiqué la conception historique des Lumières et d (...)

1En 1997, Michael Glencross dans son article intitulé « La Grèce et la Guerre de l’Indépendance grecque dans l’historiographie romantique française1 » démontrait à quel point les érudits romantiques français ont été attirés par la « Révolution de 1821 » et pour quelles raisons l’histoire grecque moderne a constitué un champ privilégié d’intérêt pour ce qu’Alan Spitzer appelle la « génération française de 18202 ». Parmi les représentants de cette génération, qui se sont d’une manière ou d’une autre préoccupés de la Grèce et de son histoire, citons seulement les noms d’Abel François Villemain (1790-1870), de François Guizot (1787-1874) et d’Augustin Thierry (1795-1856). Ajoutons aussi une autre remarque à celle de Glencross, de nature méthodologique : tous ces érudits plus ou moins libéraux se sont consacrés à « l’histoire des conquis ». Non pas qu’ils aient repéré quelque chose de radicalement nouveau ; les philosophes et les historiographes des Lumières avaient très bien su faire la part des conquis dans l’histoire et n’avaient pas toujours montré un goût particulier pour les conquérants3. Toujours est-il que ce fut la génération des romantiques libéraux qui affirma explicitement que l’« histoire des conquis » impose une autre approche méthodologique que celle « des conquérants4 ». En effet, les représentants de la génération de 1820 ont fait remarquer que les deux histoires – car il s’agissait pour eux de deux histoires différentes – coexistent souvent, qu’elles peuvent se dérouler parallèlement, pour aboutir différemment. Or, ils ne considéraient pas que le destin des conquis est forcément la disparition : il y avait aussi ce qu’eux-mêmes appelaient la « résurrection d’une nation ».

  • 5 Voir, entre autres, Gossman Lionel, « Augustin Thierry and Liberal Historiography », History and Th (...)
  • 6 Thierry Augustin, Lettres sur l’histoire de France, pour servir d’introduction à l’étude de cette h (...)
  • 7 Thierry Augustin, Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, de ses causes et de ses (...)
  • 8 « For Thierry the idea of conquest explained history. Victors and vanquished evolved into social cl (...)
  • 9 Cf. Garcia Patrick, « La naissance de l’histoire contemporaine », dans Delacroix Christian, Dosse F (...)

2Sur le champ strictement historiographique, le pionnier de ces innovations fut sans doute Augustin Thierry. Son œuvre constitue une rupture considérable dans l’histoire de la discipline historique5 : ses remarques, notamment dans ses Lettres sur l’histoire de France6 et l’Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands7, ont abondamment contribué à un renouvellement des études médiévales et modernes ; après lui, non seulement l’histoire des peuples est divisée en « histoire des peuples conquérants » et « histoire des peuples conquis » – idée qui renvoyait, on l’a souvent dit, à une certaine « lutte des classes » prémarxienne8 –, mais chacune a ses propres sources historiques (la première, les documents officiels ; la seconde, tout ce qui constitue une trace des traditions populaires), tandis que la synthèse entre les deux devient la clé de l’interprétation des histoires modernes comme celles de France et d’Angleterre, du moins pour ce qui est de la formation des identités nationales9.

3 Pourtant, ce que l’on n’a pas autant noté, c’est qu’Augustin Thierry s’est servi de la Grèce ottomane pour illustrer sa théorie historique, qu’il avait explicitement cherché des analogies entre la Grèce conquise par les Ottomans et l’Angleterre conquise par les Normands. Il déclare ainsi :

  • 10 Il cite en l’occurrence l’étude de Fauriel Claude, Chants populaires de la Grèce moderne, recueilli (...)
  • 11 Thierry Augustin (n. 7), I, p. xiv-xvi.

« Un grand peuple ne se subjugue pas aussi promptement que sembleraient le faire croire les actes officiels de ceux qui le gouvernent par le droit de la force. La résurrection de la nation grecque prouve que l’on s’abuse étrangement en prenant l’histoire des rois ou même des peuples conquérants pour celle de tout le pays sur lequel ils dominent. […] Voilà ce que des travaux récents nous ont appris pour la nation grecque moderne10, et ce que j’ai trouvé pour la race anglo-saxonne, en recueillant son histoire, où on ne l’avait point cherchée, […] dans les légendes ou des traditions populaires, jusqu’ici jugées indignes de servir de fondement à un ouvrage sérieux […]. La ressemblance entre l’état des Grecs sous les Turks et celui des Anglais de race sous les Normands, non seulement pour ce qu’il y a de matériel dans l’asservissement, mais pour la forme particulière que revêt l’esprit national au milieu des souffrances de l’oppression, […] pour la manière de haïr ceux qu’on voudrait et qu’on ne peut vaincre […], est un fait digne de remarque. De ce rapprochement peut sortir quelque lumière pour l’étude morale de l’homme11. »

  • 12 « À ne les considérer que d’une manière superficielle, on croirait qu’elles [= les masses] suivent (...)

4Or, comme je me propose de l’analyser ci-dessous, si Augustin Thierry a pris comme exemple la Grèce ottomane, les premiers historiographes de la Grèce médiévale et moderne – qu’ils reconnaissent expressément leur dette à l’historien français ou non – ont appliqué ses principes méthodologiques à une autre histoire, non officielle et silencieuse, derrière l’histoire « superficielle12 » des conquérants, durant la période byzantine : en l’occurrence, ce sont les Romains qui sont les conquérants, et ce sont les Grecs qui, malgré leur soumission, produisent une deuxième histoire, parallèle à celle du Bas-Empire, à savoir l’histoire de l’« hellénisme médiéval », qui est en même temps celle de l’« hellénisation graduelle » de l’Empire d’Orient.

  • 13 Choiseul-Gouffier Marie-Gabriel-Florent-Auguste de, Voyage pittoresque de la Grèce, I, Paris, 1782, (...)
  • 14 Sur les historiographes philhellènes des années 1821-1832, voir Koubourlis Ioannis, « Η Επανάσταση (...)

5Avant l’intervention des romantiques, l’interprétation dominante de l’histoire de Grèce allait plus ou moins comme suit : après l’Antiquité classique, le parcours historique des Grecs témoigne de leur décadence progressive ; plus on s’avance dans le temps, plus cette décadence devient manifeste, plus les Grecs approchent de la chute finale ; la période byzantine, qui a suivi celle de la conquête de la Grèce par les Romains, est ainsi le point culminant de cette décadence qui aboutit fatalement à 1453. Il s’agit en fait de l’interprétation de l’histoire de Grèce avancée par les écrivains des Lumières, parmi lesquels l’illustre comte de Choiseul-Gouffier (1752-1817), premier érudit européen à avoir songé à l’établissement d’un État grec indépendant13. Or, après l’éclatement de la guerre d’Indépendance grecque (1821), le nouvel élément qu’ajoutent les écrivains philhellènes, héritiers directs du mouvement des Lumières – auxquels on attribue originairement la théorie de la « continuité historique du peuple grec » élaborée par les historiens nationaux grecs –, est celui de la « renaissance », de la « régénération » de ce peuple. Ils l’expliquent avant tout par les progrès que celui-ci a faits à une époque assez récente, étant de plus en plus en contact avec l’Europe du commerce et des lettres14. Pour les romantiques pourtant, on doit chercher ailleurs ce qui explique cette « régénération ». D’après Augustin Thierry :

  • 15 Thierry Augustin (n. 7), I, p. xiv-xv.

« Le regret patriotique vit encore au fond des cœurs longtemps après qu’il n’y a plus d’espérance de relever l’ancienne patrie. Ce sentiment, quand il a perdu la puissance de créer des armées, crée encore des bandes de partisans, des brigands politiques dans les forêts ou sur les montagnes, et fait vénérer comme des martyrs ceux qui meurent sur le gibet15 ».

6 En d’autres termes, dans l’esprit d’un Augustin Thierry, il n’y a pas de vraie « chute » là où un peuple continue à haïr ses oppresseurs. Mais s’il n’y a pas de vraie chute, cela veut dire que l’on pouvait désormais considérer la chute de Constantinople comme un simple moment du passage à cet état de choses qui avait mené à la palingénésie et la révolution grecques récentes. Or, si tel était bien le cas, on devait aussi admettre que les Grecs avaient conservé au moins une qualité précieuse de leur passé antique à travers les ténèbres médiévales : l’amour de la liberté.

  • 16 Sur l’historisme allemand, voir surtout les travaux de Reill Peter H., The German Enlightenment and (...)
  • 17 Quinet Edgar, « Introduction », dans Herder, Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité, (...)

7En réalité, cette conclusion – largement partagée d’ailleurs par les écrivains philhellènes de l’époque – était en parfait accord avec les principes philosophiques de la génération de 1820, qui avaient leurs origines dans les idées de l’école historiste allemande16, comme en témoignent par exemple les remarques d’Edgar Quinet dans l’introduction qui accompagne sa traduction des Idées de Herder17 : les périodes historiques se lient les unes aux autres de manière organique ; chaque période présuppose celle qui la précède et annonce celle qui la suit ; par conséquent, même la période la plus insignifiante, la plus « ténébreuse », telle que le Moyen Âge, doit être traitée avec le plus grand respect par l’historien d’un peuple quelconque, parce qu’elle fait justement partie intégrante de l’histoire générale de ce peuple.

  • 18 Voir Koubourlis Ioannis, La formation de l’histoire nationale grecque. L’apport de Spyridon Zambéli (...)
  • 19 Sur la vie et l’œuvre de Paparrigopoulos, voir surtout DImaras Constantinos Th., Κωνσταντῖνος Παπαρ (...)
  • 20 Voir surtout Paparrigopoulos Constantinos, « Histoire de la régénération du peuple grec. Introducti (...)
  • 21 Voir l’article consacré à J. W. Zinkeisen par Friedlaender Ernst, dans Allgemeine Deutsche Biograph (...)
  • 22 Voir Gibbon Edward, The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, éd. Bury J. B., 12 vol (...)

8Ceux qui ont le plus contribué au renouvellement des études byzantines au cours des deux premières décennies après la fondation de l’État national grec sont des historiens qui partageaient ces idées philosophiques. Tous intégraient l’étude de la période byzantine dans un cadre beaucoup plus large, celui de l’histoire de la « nation des Grecs » – ce que l’on appellerait plus tard l’« histoire trimillénaire » de cette nation. On connaît bien les noms des historiographes grecs Spyridon Zambélios (1815-1881)18 et Constantinos Paparrigopoulos (1815-1891)19. On parle moins aujourd’hui de ceux qui leur ont inspiré une nouvelle conception de l’histoire de Grèce et de l’histoire byzantine en particulier. Pourtant, comme tous deux l’ont explicitement avoué20, leurs grandes sources d’inspiration étaient l’historien allemand Johann Wilhelm Zinkeisen (1803-1863) et son homologue écossais George Finlay (1799-1875). Ce sont eux qui, fascinés par les idées de l’historisme allemand (le premier était un protégé de Ranke21, le second avait fait ses études sur l’histoire du droit à l’université de Göttingen), avaient abondamment parlé de la nécessité de traiter l’histoire byzantine non pas comme le faisait Edward Gibbon, à savoir comme la période du déclin et de la chute de l’Empire romain22, mais comme un lien à la fois logique et historique entre l’âge antique et l’âge moderne du peuple grec. En d’autres termes, tous deux reprochaient au père des études byzantines non tant d’être mal disposé envers les Byzantins, mais de ne pas être en état de comprendre ce que signifie le passé byzantin pour le présent des Grecs modernes, surtout pour ce qui est de la conservation des caractéristiques nationales de leurs ancêtres. Or, comme le posait Finlay lui-même :

  • 23 Finlay George, Greece under the Romans. A Historical View of the Condition of the Greek Nation, fro (...)

« Il était impossible, dans les pages suivantes, de ne pas traiter ponctuellement d’événements déjà éclairés par le génie de Gibbon. Mais ces événements doivent être vus par l’historien de l’Empire romain et par celui du peuple grec sous des aspects très différents. […] Les mêmes faits autorisent des conclusions innombrables de la part d’individus différents à différentes époques. L’histoire demeurera toujours sans limite ; et autant que nous ayons lu sur les Grecs et les Romains, […] il reste beaucoup à apprendre des mêmes sources23. »

9Il en allait de même pour Zinkeisen, qui critiquait Gibbon pour avoir négligé le fait que toutes les périodes de l’histoire de Grèce forment un ensemble cohérent :

  • 24 Zinkeisen Johann W., Geschichte Griechenlands vom Anfange geschichtlicher Kunde bis auf unsere Tage (...)

« Les destinées de la Grèce sous la domination des empereurs byzantins ont aussi été peu considérées pour ce qu’elles signifient dans la formation de la condition du peuple grec. Au lieu de mettre celles-ci en relation avec l’histoire de la Grèce ancienne, on a beaucoup plus recherché les contrastes les plus significatifs entre les deux et de cette manière on a naturellement perdu la direction la plus certaine pour apprécier de façon purement historique l’époque de l’Empire byzantin. Même plus récemment l’histoire byzantine a été suivant la méthode de Gibbon le plus souvent considérée seulement dans sa relation passive avec l’essor de la vie de l’Europe nouvelle au Moyen Âge24. »

  • 25 Le débat sur l’origine des Français a marqué toute l’histoire de la pensée française moderne. Parmi (...)

10On perçoit chez Zinkeisen et Finlay l’écho des théories des romantiques français, d’Augustin Thierry et de François Guizot en particulier. Finlay insistait beaucoup, de son côté, sur la manière dont l’élément romain et l’élément grec se sont entremêlés dans le cadre de l’Empire d’Orient pour produire quelque chose d’aussi nouveau que l’élément byzantin, qu’il considérait comme une sorte de synthèse entre les deux, à peu près comme Augustin Thierry et Guizot considéraient les Français modernes comme un peuple à la fois gaulois et franc25 :

  • 26 Finlay George (n. 23), p. 440-442 : « The precise date at which the eastern Roman empire ceased to (...)

« La date précise à laquelle l’Empire d’Orient a cessé d’exister à été diversement fixée. Gibbon remarque “que Tibère, par les Arabes, et Maurice, par les Italiens, sont désignés comme les premiers des Césars grecs et les fondateurs d’un nouvel […] Empire”. Mais si les comportements, le langage et la religion doivent décider du commencement de l’Empire byzantin, les pages précédentes ont montré que son origine doit être reportée à une période antérieure ; si les particularités de la forme du gouvernement sont retenues comme base de la décision, l’Empire romain peut être considéré comme se prolongeant indéfiniment par l’existence du titre d’Empereur romain que le souverain de Constantinople continua de conserver. […] Et bien que les principes de l’administration romaine aient exercé une influence puissante en séparant l’aristocratie du corps du peuple, l’opinion publique commença tout de même à avoir une influence sur l’administration, et cette opinion était de caractère vraiment grec. Aussi, puisque [l’Empire de Constantinople] ne s’identifiait absolument pas aux habitants natifs de l’Hellade mais existait parmi les Grecs de Constantinople et d’Asie, il devrait correctement être appelé byzantin26. »

  • 27 Sur ce concept-clé de l’historisme et de l’idéalisme allemands, voir, entre autres, Kelley Donald R (...)

11De l’autre côté, Zinkeisen se concentrait sur les péripéties historiques du seul élément grec pour mettre en évidence la survivance d’un Volkgeist (un « esprit du peuple27 ») particulier à travers les siècles :

  • 28 Zinkeisen Johann W. (n. 24), p. 12 : « Es genügt jedoch nicht bei der Würdigung des griechischen Le (...)

« Il ne suffit cependant pas lorsque l’on étudie la vie grecque aux différentes périodes d’attirer l’attention seulement sur les manifestations formelles de l’activité populaire ; il nous faut bien davantage apprendre à connaître l’esprit qui a créé la forme, qui lui a donné vie et force. […] Et à cet égard je voudrais appeler esprit la force par laquelle un peuple se façonne lui-même et développe en fonction des conditions ses aptitudes jusqu’à un accomplissement supérieur, la force par laquelle il sait conserver son caractère propre [… ]28. »

12Or, pour Finlay et Zinkeisen, ce que les historiens devaient avant tout retenir de l’histoire de Grèce, c’était cet esprit populaire d’insoumission face aux différents conquérants du pays, dont parlaient Augustin Thierry et les autres représentants de la génération française de 1820.

  • 29 Voir Dimaras Constantinos Th. (n. 19), p. 45, 222-223.
  • 30 Voir Koubourlis Ioannis (n. 18), p. 121-126, 142-146.
  • 31 Voir Mémoires de Hector Berlioz, comprenant ses voyages en Italie, en Allemagne, en Russie et en An (...)

13 Le retentissement des idées des romantiques français est également appréciable dans les œuvres de l’historiographie nationale grecque. Guizot figura parmi les « héros intellectuels » de Paparrigopoulos29 ; Augustin Thierry parmi ceux de Zambélios30. Notons par ailleurs que, pour la génération française de 1820, c’était presque une évidence de dire que Byzance fut « grecque » ; rappelons à titre d’exemple cette chanson philhellène d’Humbert Ferrand (1800-1868) et d’Hector Berlioz (1803-1869), intitulée Scène héroïque (La révolution grecque), qui mettait Léonidas de Sparte à côté de Constantin Paléologue31. Évidemment, les historiographes nationaux grecs appréciaient de telles conciliations.

  • 32 Paparrigopoulos Constantinos, Ἱστορία τοῦ ἑλληνικοῦ ἔθνους Ἡ πρώτη μορφή : 1853) [Histoire de la na (...)

14L’influence exercée par les historiens français sur leurs homologues grecs est perceptible surtout avant les années 1852-1854 qui marquent une rupture dramatique dans les orientations des érudits grecs en général. En effet, jusqu’en 1853 au moins, année de la publication de la première Histoire de la nation hellénique de Paparrigopoulos32, l’un des textes ayant représenté une avancée importante dans l’intégration de l’époque byzantine dans une « histoire trimillénaire du peuple grec », l’histoire byzantine était considérée par les historiographes grecs comme une double histoire. Le jeune Paparrigopoulos lui-même avait très vite affirmé qu’il était absolument nécessaire de ne pas confondre le passé byzantin, au sens strict du terme, avec le passé médiéval du peuple grec. Il voulait ainsi manifester que ce n’était pas tout l’édifice byzantin que les Grecs devaient étudier et revendiquer sur le plan idéologique ; qu’ils devaient également délaisser plusieurs éléments qui, à son avis, renvoyaient au côté romain de Byzance :

  • 33 Paparrigopoulos Constantinos, Ὀλίγα ἀντὶ πολλῶν πρὸς τὸν Γ. Γ. Παπαδόπουλον [Quelques mots plutôt q (...)

« L’histoire grecque médiévale consiste dans l’histoire grecque médiévale […] qui se distingue très essentiellement de l’histoire byzantine. C’est donc cette histoire grecque médiévale qui doit être enseignée en détail par nous, et non pas la byzantine33. »

15Zambélios, lui, était encore plus éloquent. Il parlait de « deux sociétés différentes » que le byzantiniste devait mettre en relief :

  • 34 Zambélios Spyridon (n. 20), p. 119.

« Il y a donc deux sociétés différentes que nous devons prendre en considération dans l’étude [de l’époque] médiévale [à savoir, byzantine]. L’une est extérieure, et elle consiste en des éléments étrangers [à savoir, romains] ; l’autre est intérieure, et elle est composée par des éléments nationaux [à savoir, grecs]. Ce qui préside à la première, c’est le chef séculier, l’empereur ; ce qui préside à la deuxième, c’est le chef spirituel, l’évêque de la capitale, et plus tard patriarche œcuménique34. »

  • 35 « Nous citons ce passage [de l’historien français] avec le même plaisir que nous ressentirions si n (...)
  • 36 Cf. Koubourlis Ioannis (n. 18), p. 225-242.

16Zambélios, qui reconnaissait ouvertement ses dettes envers Augustin Thierry35, fut peut-être le meilleur élève de ce dernier. Non seulement il interprétait l’histoire byzantine comme celle de la lutte entre le « génie romain » (le « romanisme ») et le « génie grec » (l’« hellénisme »), mais il signalait que les documents byzantins officiels, à savoir les sources administratives, sont impropres à l’étude de l’« hellénisme médiéval » : là, disait-il, on ne trouve que les manifestations du génie romain ; on doit chercher ce qui fut vraiment grec dans l’Empire byzantin derrière le rideau impérial, dans les traditions populaires qui ont survécu jusqu’à l’époque moderne. Or, c’est pour cette seule raison qu’il collectionnait et étudiait des chants populaires grecs36.

  • 37 Zambélios Spyridon, Βυζαντιναὶ μελέται. Περὶ πηγῶν νεοελληνικῆς ἐθνότητος ἀπὸ Η´ ἄχρι Ι´ ἑκατονταετ (...)

17Pour Zambélios, le génie romain était représenté dans la société byzantine par la monarchie et l’aristocratie, et le génie grec par les populations chrétiennes et grécophones de l’Empire et par leur chef spirituel et politique, l’Église orthodoxe, dont l’organisation synodique témoignait, à son avis, de son attachement aux « traditions démocratiques » de l’Antiquité grecque. L’historiographe ionien constatait d’ailleurs un conflit permanent entre ces deux pôles de pouvoir durant toute l’histoire de l’Empire byzantin. Toujours est-il que, contrairement à ses homologues français, Zambélios mettait l’accent sur ce qu’il appelait « l’hellénisation incessante de l’Empire romain37 », donc sur la victoire finale de l’hellénisme sur le romanisme, et non sur une certaine conciliation des deux « nationalités » qui en aurait produit une troisième, à l’instar de ce « Tiers état-nation française moderne » dont parlaient Guizot et Augustin Thierry.

  • 38 Sur l’image libérale de la Grèce, voir Glencross Michael (n. 1) ; Miliori Margarita, The Greek Nati (...)
  • 39 Voir, à titre indicatif, Dimaras Constantinos Th., Ἑλληνικὸς Ῥωμαντισμός [Romantisme grec], Athènes (...)

18Les schémas interprétatifs des romantiques français sont donc importants pour étudier l’historiographie grecque, de même que l’historiographie européenne sur la Grèce, des années 1832-1853. Ces années, disons préparatoires pour la formation de l’école nationale de Zambélios et de Paparrigopoulos, portent le sceau de la guerre d’Indépendance grecque et de son retentissement sur les érudits philhellènes d’Europe : les Grecs demeurent ce peuple insoumis au cours des siècles, héraut accompli de l’esprit libéral38. La situation change avec la période d’agitation nationaliste qui anime la Grèce à la veille de la guerre de Crimée – une guerre qui causa un grand choc aux érudits nationalistes grecs de l’époque et ébranla surtout leur confiance envers les grandes puissances occidentales : le monde de l’Europe civilisée cesse d’être celui qui « comprend » les Grecs et qui les aide, comme à Navarin, à construire un État moderne et il devient de plus en plus celui qui « ignore » leurs sentiments et leurs « droits historiques », notamment lorsqu’il s’agit de donner une « solution juste » à la question d’Orient39.

  • 40 Voir Koubourlis Ioannis (n. 18), p. 243-269.

19À vrai dire pourtant, même après cette période de crise, ce n’est pas tant que les érudits grecs abandonnent les schémas d’Augustin Thierry et de Guizot, c’est plutôt qu’ils leur accordent une importance secondaire. Tout en réalité est question d’emphase : lorsqu’il s’agit encore d’interpréter l’« hellénisation de l’Empire d’Orient » – qu’ils tendent tout de même à situer à une époque de plus en plus reculée40 –, les historiographes grecs continuent à employer les idées des romantiques français. Toujours est-il que l’accent est de plus en plus mis non sur le passé de conquis de la nation grecque, mais sur son passé de conquérant.

  • 41 Voir Politis Alexis, Ρομαντικά χρόνια. Ιδεολογίες και νοοτροπίες στην Ελλάδα του 1830-1880 [Années (...)

20En d’autres termes, cette dualité de l’histoire byzantine n’est plus dans l’intérêt de la nation hellénique, tel que la décrivent les érudits nationalistes grecs à partir de la fin des années 1850. Cette nation, ayant déjà « prouvé », grâce à des historiographes comme Zambélios et Paparrigopoulos, qu’elle a survécu à la fois à la conquête romaine et aux « ténèbres byzantines » et qu’elle a de plus « hellénisé », petit à petit, et d’en bas, l’Empire d’Orient, a désormais besoin d’un passé de conquérant, ne serait-ce que pour légitimer ses projets expansionnistes contre l’Empire ottoman. Or, elle peut trouver ce passé de conquérant à l’époque antique des Macédoniens et à celle des Byzantins, considérés dorénavant comme aussi grecs que les Grecs de l’âge de Périclès ou les révolutionnaires de 182141. En effet, comme l’affirme presque cyniquement Paparrigopoulos déjà en 1852, les historiographes grecs de sa génération, lui-même et Zambélios à leur tête, doivent absolument revoir toute leur conception de l’histoire du Moyen Âge grec pour en extraire finalement l’histoire d’un « hellénisme médiéval » conquérant :

  • 42 Il s’agit ici d’un texte non signé, publié au titre de compte rendu sur les Chants Populaires de Za (...)

« Si l’on rend certain le fait que la nation grecque n’a jamais cessé d’occuper les portes du Sud-Est européen, […] si cette approche correcte des choses s’impose, triomphe et pénètre les consciences et les cœurs, la nation grecque ne peut que devenir la base principale sur laquelle on établira la formation définitive de l’Orient […]. Mais si, par contre, s’impose l’opinion [de Fallmerayer] que la nation grecque pure a disparu […] et que ceux qui s’appellent aujourd’hui Grecs ne sont autre chose que des Slaves, des Albanais, des Bulgares et des Valaques […], la position de la nation grecque dans l’Orient est réduite à celle des Serbes et des Monténégrins et cette nation ne pourra réclamer des droits plus importants que ceux des nations et des races qui habitent en son milieu ou à son côté. Il est donc évident que la question n’est pas purement scientifique, mais aussi politique […]. L’histoire vraie et nationale de l’Hellénisme pendant le Moyen Âge n’est pas sans intérêt par rapport à son destin dans le présent siècle […]. [Zambélios] considère la monarchie de l’État byzantin comme un élément étranger, et seulement le peuple et l’Église comme des éléments nationaux. […] Il dit que la monarchie servait les intérêts romains. Mais si l’on admet que l’abolition de l’État romain occidental marque la chute de l’État romain principal, et que la partie orientale de cet État, qui a survécu, est – comme le reconnaît aussi l’auteur lui-même –, par sa langue, ses traditions et son caractère, pleinement grecque, nous ne comprenons pas quel est cet intérêt romain que les souverains [de Constantinople] pouvaient servir […]. Ces souverains se sont souvent trouvés en désaccord avec le clergé et le peuple, évidemment. Mais quelle monarchie ne s’est pas trouvée en désaccord avec le clergé et le peuple ? Les monarchies anglaise, française, espagnole, allemande, russe […] ? Cela ne signifie pas que toutes ces monarchies furent des monarchies étrangères […]. Gibbon et Schlosser, et tous les auteurs modernes qui ne fallmerayerisent pas (sic), appellent l’État byzantin “État hellénique” et ses rois “hellènes” ou “grecs”, comme vous voulez. Et nous-mêmes, allons-nous en arriver à un tel suicide en privant l’Hellénisme d’un de ses plus grands exploits, à savoir du fait qu’il a obligé les souverains étrangers à se retirer du trône [de Constantinople] [… ]42 ? »

  • 43 Voir Paparrigopoulos Constantinos, « Λόγος τοῦ ἐν Κωνσταντινουπόλει πρέσβεως τῆς Ἀγγλίας Σὲρ Ἐῤῥίκο (...)

21C’est dans ce même esprit que, dans un autre texte d’importance majeure, qui date cette fois du lendemain de la guerre de Crimée43, Paparrigopoulos s’efforce de réfuter l’ambassadeur d’Angleterre à Constantinople qui a prétendu que « les Grecs n’ont jamais eu le mérite qu’avaient les Romains, le mérite de la construction et du gouvernement de grands États », c’est-à-dire de la formation de grands empires, et que, par conséquent, ils ne pourront jamais se substituer à l’Empire ottoman. Paparrigopoulos lui répond ce qui devint une évidence pour les érudits nationalistes grecs des générations suivantes, à savoir que les Grecs ont eu l’expérience du gouvernement de grands empires au moins par deux fois : dans les temps hellénistiques et à l’époque byzantine ; ils ont ainsi eu leurs propres moments de conquête, et de reconquête (comme dans les temps des empereurs byzantins Basile Ier et Basile II) ; ils sont donc parfaitement capables de « gouverner à nouveau l’Orient » (expression très chère à l’historiographe grec).

  • 44 Il s’agit du mouvement qui prônait l’adoption de la langue populaire moderne en tant que langue off (...)
  • 45 Voir Kioussopoulou Tonia, « Η πρώτη έδρα Βυζαντινής Ιστορίας στο Πανεπιστήμιο Αθηνών [La première c (...)
  • 46 Voir, à titre indicatif, Paparrigopoulos Constantinos, Ἱστορία τοῦ ἑλληνικοῦ ἔθνους [Histoire de la (...)
  • 47 Voir Kitromilides Paschalis M., « On the Intellectual Content of Greek Nationalism : Paparrigopoulo (...)
  • 48 Voir surtout Droysen Johann G., Geschichte Alexanders des Grossen, Hambourg, 1833. À ce propos, voi (...)
  • 49 Voir Sigalas Nikos, « Hellénistes, hellénisme et idéologie nationale. De la formation du concept d’ (...)

22Pour conclure, on peut dire que, si les nationalistes grecs de l’époque voulaient s’approprier Byzance, ce n’est pas vraiment parce qu’ils la vénéraient ainsi que tout ce qu’elle représentait ; ce n’est pas parce qu’ils avaient une affection particulière pour la civilisation byzantine. En réalité, il faut attendre les élèves de Karl Krumbacher (1856-1909) et les représentants du « mouvement démoticiste44 » au début du xxe s. pour repérer vraiment parmi les érudits grecs une attitude radicalement différente envers Byzance45. Car même le vieux Paparrigopoulos ne s’épargnait point les jugements négatifs à propos de la civilisation byzantine, surtout au sujet de l’originalité et de l’authenticité, pour ainsi dire, de la production intellectuelle byzantine46. C’est donc plutôt que le passé byzantin, comme le passé macédonien et hellénistique, était utile aux nationalistes grecs de la seconde moitié du xixe s. en tant que « passé de conquérant47 ». Et, de ce point de vue, l’œuvre d’un Johann Gustav Droysen48 – qui allait devenir le nouveau « héros » de Paparrigopoulos49 – leur convenait désormais bien plus que celle d’Augustin Thierry et de François Guizot.

Notes

1 Glencross Michael, « Greece Restored : Greece and the Greek War of Independence in French Romantic Historiography 1821-1830 », Journal of European Studies 27 (janvier 1997), p. 33-48.

2 Voir Spitzer Alan B., The French Generation of 1820, Princeton, 1987 ; Kelley Donald R., Fortunes of History : Historical Inquiry from Herder to Huizinga, New Haven-Londres, 2003, p. 141-172. Sur les idées de cette « génération », voir aussi McLaren Angus, « Culture and Politics during the July Monarchy : The Case of the National », Journal of European Studies 10 (juin 1980), p. 93-109 ; Craiutu Aurelian, « The Method of the French Doctrinaires », History of European Ideas 30 (2004), p. 39-59.

3 Citons, à titre indicatif, les formulations très éloquentes de Voltaire : « Le but de ce travail n’est pas de savoir en quelle année un prince indigne d’être connu succéda à un prince barbare chez une nation grossière. […] À quoi vous serviraient les détails de tant de petits intérêts qui ne subsistent plus aujourd’hui, de tant de familles éteintes qui se sont disputé des provinces englouties ensuite dans de grands royaumes ? Presque chaque ville a aujourd’hui son histoire […] plus ample, plus détaillée que celle d’Alexandre. […] Je voudrais découvrir quelle était alors la société des hommes, comment on vivait dans l’intérieur des familles, quels arts étaient cultivés, plutôt que de répéter tant de malheurs et tant de combats, funestes objets de l’histoire, et lieux communs de la méchanceté humaine » ; Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, 4 vol., dans Œuvres de Voltaire, XV-XVIII, Paris, 1829 [17691], XV (I), p. 245-246 (« Avant-propos »), et XVI (II), p. 416 (chap. lxxxi).

4 Bien que la « génération de 1820 » ait vivement critiqué la conception historique des Lumières et de Voltaire tout particulièrement, il reste que l’on peut aujourd’hui reconnaître certaines parentés sélectives entre les deux mouvements, notamment dans leur contribution à l’avancement d’une histoire qui se veut « sociale » ; voir surtout burke Peter, « Ranke the Reactionary », dans Iggers Georg G., Powell James M. (éds), Leopold von Ranke and the Shaping of the Historical Discipline, New York, 1990, p. 36-44.

5 Voir, entre autres, Gossman Lionel, « Augustin Thierry and Liberal Historiography », History and Theory 15 (décembre 1976), p. 3-83.

6 Thierry Augustin, Lettres sur l’histoire de France, pour servir d’introduction à l’étude de cette histoire, Paris, 1827.

7 Thierry Augustin, Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, de ses causes et de ses suites jusqu’à nos jours, en Angleterre, en Écosse, en Irlande et sur le continent, 2 vol., Paris, 1825.

8 « For Thierry the idea of conquest explained history. Victors and vanquished evolved into social classes whose conflictual relations determined the subsequent development of society » ; Crossley Ceri, French Historians and Romanticism : Thierry, Guizot, the Saint-Simonians, Quinet, Michelet, Londres-New York, 1993, p. 48.

9 Cf. Garcia Patrick, « La naissance de l’histoire contemporaine », dans Delacroix Christian, Dosse François et Garcia Patrick, Les courants historiques en France : xixe-xxe s. Nouvelle éd. rev. et augm., Paris, 2007 [19991], p. 11-95, ici p. 52-58.

10 Il cite en l’occurrence l’étude de Fauriel Claude, Chants populaires de la Grèce moderne, recueillis et publiés avec une traduction française, des éclaircissements et des notes, 2 vol., Paris, 1824-1825. Sur l’œuvre de Fauriel, voir, à titre indicatif, Ibrovac Miodrag, Claude Fauriel et la fortune européenne des poésies populaires grecque et serbe, étude d’histoire romantique, suivie du cours de Fauriel professé en Sorbonne, 1831-1832, Paris, 1966.

11 Thierry Augustin (n. 7), I, p. xiv-xvi.

12 « À ne les considérer que d’une manière superficielle, on croirait qu’elles [= les masses] suivent en aveugles les intérêts particuliers de quelque chef dont le nom seul fait grand bruit dans l’histoire » ; Thierry Augustin (n. 6), p. 197-198 (lettre xiv).

13 Choiseul-Gouffier Marie-Gabriel-Florent-Auguste de, Voyage pittoresque de la Grèce, I, Paris, 1782, p. i-xvi (« Discours préliminaire »). Sur Choiseul-Gouffier, voir surtout l’étude classique de Pingaud Léonce, Choiseul-Gouffier. La France en Orient sous Louis XVI, Paris, 1887. Voir aussi Koubourlis Ioannis, « Autour d’un mystère de l’histoire du livre : les trois versions du premier volume du Voyage pittoresque de Choiseul-Gouffier », The Historical Review / La Revue Historique 5 (2008), p. 67-94. À ce même propos pourtant, il faut à nouveau retenir les formulations très nuancées de Voltaire qui savait bien faire la part et des moments de gloire de l’Empire byzantin et de ses moments de décadence, en produisant en même temps l’idée d’une certaine continuité historique de la nation grecque : « L’Église grecque [du ixe s.] méprisait l’Église romaine. Les sciences fleurissaient à Constantinople ; mais à Rome tout tombait, jusqu’à la langue latine […]. Les Grecs se vengeaient bien de la supériorité que les Romains avaient eue sur eux depuis le temps de Lucrèce et de Cicéron jusqu’à Corneille Tacite. […] Le temps a tout changé. Les papes sont devenus de grands souverains, Rome le centre de la politesse et des arts, l’Église latine savante ; et le patriarche de Constantinople n’est plus qu’un esclave, évêque d’un peuple esclave » ; Voltaire, Essai sur les mœurs (n. 3), I, p. 516-517 (chap. xxxi).

14 Sur les historiographes philhellènes des années 1821-1832, voir Koubourlis Ioannis, « Η Επανάσταση του 1821 και η δημιουργία του ελληνικού εθνικού κράτους στις πρώτες μεγάλες αφηγήσεις της νεότερης ελληνικής ιστορίας : από την πολυπαραγοντική ανάλυση στο σχήμα της εθνικής τελεολογίας [La Révolution de 1821 et la création de l’État national grec dans les premiers grands récits de l’histoire grecque moderne : de l’analyse multifactorielle au schéma de la téléologie nationale] », dans Η ελληνική Επανάσταση του 1821. Ένα ευρωπαᾯκό γεγονός [La Révolution grecque de 1821. Un événement européen], édité et préfacé par Pizanias Pétros, Athènes, 2009, p. 351-374. Sur la littérature philhellène en général, voir le répertoire toujours indispensable de Droulia Loukia, Philhellénisme. Ouvrages inspirés par la guerre de l’Indépendance grecque, 1821-1833. Répertoire bibliographique, Athènes, 1974.

15 Thierry Augustin (n. 7), I, p. xiv-xv.

16 Sur l’historisme allemand, voir surtout les travaux de Reill Peter H., The German Enlightenment and the Rise of Historicism, Berkeley, 1975 ; Iggers Georg G., The German Conception of History : The National Tradition of Historical Thought from Herder to the Present, Middletown Connecticut, 19832 ; Southard Robert, Droysen and the Prussian School of History, Lexington, 1995.

17 Quinet Edgar, « Introduction », dans Herder, Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité, 3 vol., Paris, 1834 (1827-18281 ; première édition allemande : 1784-1791), I, p. 7-65.

18 Voir Koubourlis Ioannis, La formation de l’histoire nationale grecque. L’apport de Spyridon Zambélios (1815-1881), Athènes, 2005.

19 Sur la vie et l’œuvre de Paparrigopoulos, voir surtout DImaras Constantinos Th., Κωνσταντῖνος Παπαρρηγόπουλος. Ἡ ἐποχή του. Ἡ ζωή του. Τὸ ἔργο του [Constantinos Paparrigopoulos. Son époque. Sa vie. Son œuvre], Athènes, 1986.

20 Voir surtout Paparrigopoulos Constantinos, « Histoire de la régénération du peuple grec. Introduction », Le Moniteur grec III, 70 et 71 (1846) ; Zambélios Spyridon, Ἄσματα δημοτικὰ τῆς Ἑλλάδος. Ἐκδοθέντα μετὰ μελέτης ἱστορικῆς περὶ μεσαιωνικοῦ ἑλληνισμοῦ [Chants populaires de la Grèce. Édités avec une étude historique sur l’hellénisme médiéval], Corfou, 1852, p. 27 et 468. Voir aussi Koubourlis Ioannis, « European Historiographical Influences upon the Young Konstantinos Paparrigopoulos », dans Beaton Roderick, Ricks David (éds), The Making of Modern Greece : Nationalism, Romanticism, and the Uses of the Past (1797-1896), Londres, 2009, p. 53-63.

21 Voir l’article consacré à J. W. Zinkeisen par Friedlaender Ernst, dans Allgemeine Deutsche Biographie 40 (1900), p. 331-334.

22 Voir Gibbon Edward, The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, éd. Bury J. B., 12 vol., New York, 1906 [1776-1788].

23 Finlay George, Greece under the Romans. A Historical View of the Condition of the Greek Nation, from the Time of its Conquest by the Romans until the Extinction of the Roman Empire in the East, bc 146-717 ad, Édimbourg-Londres, 1844, p. xi-xii : « It was impossible, in the following pages, to omit treating, at times, of events already illustrated by the genius of Gibbon. But these events must be viewed by the historian of the Roman empire, and of the Greek people, under very different aspects. […] The same facts afford innumerable conclusions to different individuals, and in different ages. History will ever remain inexhaustible ; and much as we have read of the Greeks and Romans, […] there is much still to be learned from the same sources ».

24 Zinkeisen Johann W., Geschichte Griechenlands vom Anfange geschichtlicher Kunde bis auf unsere Tage. Erster Theil : Das Alterthum und die mittleren Zeiten bis zu dem Heerzuge König Rogers von Sicilien nach Griechenland, Leipzig, 1832, p. 7-8 : « Eben so wenig wurden die Schicksale Griechenlands unter der Herrschaft der byzantinischen Kaiser in ihrer Bedeutung für die Gestaltung der Verhältnisse des griechischen Volkes betrachtet. Anstatt sie mit der Geschichte Altgriechenlands in Verbindung zu bringen, suchte man vielmehr die bedeutendsten Contraste zwischen beiden auf, und verlor auf diese Weise natürlich die bestimmtere Richtung für eine rein geschichtliche Würdigung der byzantinischen Kaiserzeit. Selbst in neuerer Zeit ist nach Gibbon’s Vorgange die byzantinische Geschichte meist nur in ihrem passiven Verhältnisse zur Entwicklung des neueuropäischen Lebens im Mittelalter betrachtet worden ».

25 Le débat sur l’origine des Français a marqué toute l’histoire de la pensée française moderne. Parmi les premières œuvres à avoir soulevé une vive controverse, on trouve : deux ouvrages posthumes de Boulainvilliers Henri de, Histoire de l’ancien gouvernement de la France, avec XIV lettres historiques sur les parlements ou états généraux (3 vol., La Haye-Amsterdam, 1727) et Essai sur la noblesse de France, contenant une dissertation sur son origine et abaissement par feu M. le C. de Boullainvilliers, avec des notes historiques, critiques et politiques, un projet de dissertation sur les premiers Français et leurs colonies, et un supplément aux notes par forme de dictionnaire pour la noblesse (Amsterdam, 1732) ; l’Histoire critique de l’établissement de la monarchie française dans les Gaules (3 vol., Paris, 1734) de l’abbé Dubos Jean-Baptiste ; l’ouvrage intitulé De la monarchie française depuis son établissement jusqu’à nos jours, ou Recherches sur les anciennes institutions françaises et sur les causes qui ont amené la Révolution et ses diverses phases jusqu’à la déclaration d’Empire, avec un supplément sur le gouvernement de Buonaparte depuis ses commencements jusqu’à sa chute, et sur le retour de la maison de Bourbon (3 vol., Paris, 1814-1815) de Montlosier François-Dominique de Reynaud. Pour une introduction à ce débat, voir à titre indicatif : Johannet René, Le principe des nationalités, Paris, 1918, p. 54-69 ; Gruner Shirley M., « Political Historiography in Restoration France », History and Theory 8 (1969), p. 346-365, ici p. 347 ; Ellis Harold A., « Genealogy, History, and Aristocratic Reaction in Early Eighteenth-Century France : The Case of Henri de Boulainvilliers », The Journal of Modern History 58 (juin 1986), p. 414-451 ; Citron Suzanne, Le mythe national. L’histoire de France en question, Paris, 1987, p. 159-164 ; Crossley Ceri (n. 8), p. 7 et 90 ; Nicolet Claude, La fabrique d’une nation. La France entre Rome et les Germains, Paris, 2003.

26 Finlay George (n. 23), p. 440-442 : « The precise date at which the eastern Roman empire ceased to exist has been variously fixed. Gibbon remarks, “that Tiberius, by the Arabs, and Maurice, by the Italians, are distinguished as the first of the Greek Caesars, as the founders of a new […] empire”. But if manners, language, and religion are to decide concerning the commencement of the Byzantine empire, the preceding pages have shown, that its origin must be carried back to an earlier period ; while, if the peculiarities of the form of government be taken as the ground of decision, the Roman empire may be considered as indefinitely prolonged with the existence of the title of Roman emperor, which the sovereign of Constantinople continued to retain. […] and though Roman principles of administration still exercised a powerful influence in separating the aristocracy […] from the body of people, still public opinion […] began to exert some influence on the administration, and that public opinion was in its character really Greek. Yet, as [the empire of Constantinople] was by no means identified with the native inhabitants of Hellas, but existed among the Greeks of Constantinople and Asia, it ought correctly to be termed Byzantine ».

27 Sur ce concept-clé de l’historisme et de l’idéalisme allemands, voir, entre autres, Kelley Donald R. (n. 2), p. 53-54 ; Antoni Carlo, L’historisme, trad. de l’italien par Dufour Alain, Genève, 1963, p. 51-75.

28 Zinkeisen Johann W. (n. 24), p. 12 : « Es genügt jedoch nicht bei der Würdigung des griechischen Lebens in den verschiedenen Zeiträumen bloss auf die formellen Aeusserungen der Volksthätigkeit aufmerksam zu machen ; vielmehr muss es uns darauf ankommen, den Geist kennen zu lernen, welcher die Form erschuf, sie belebte und ihr Kraft gab. […] und Geist möchte ich in dieser Beziehung die Kraft nennen, durch welche ein Volk sich selbstständig bildet, und seine Anlagen den Verhältnissen gemäss zu höherer Vollendung entwickelt, durch welche es seine Eigenthümlichkeit […] zu erhalten weiss ».

29 Voir Dimaras Constantinos Th. (n. 19), p. 45, 222-223.

30 Voir Koubourlis Ioannis (n. 18), p. 121-126, 142-146.

31 Voir Mémoires de Hector Berlioz, comprenant ses voyages en Italie, en Allemagne, en Russie et en Angleterre, 1803-1865. Nouv. éd., 2 vol., Paris, s.d., I, p. 55. Voir aussi Everist Mark, « Meyerbeer’s “Il crociato in Egitto” : mélodrame, Opera, Orientalism », Cambridge Opera Journal 8 (novembre 1996), p. 215-250, ici p. 246-248.

32 Paparrigopoulos Constantinos, Ἱστορία τοῦ ἑλληνικοῦ ἔθνους Ἡ πρώτη μορφή : 1853) [Histoire de la nation hellénique (La première version : 1853)], éd. Dimaras Constantinos Th., Athènes, 1970.

33 Paparrigopoulos Constantinos, Ὀλίγα ἀντὶ πολλῶν πρὸς τὸν Γ. Γ. Παπαδόπουλον [Quelques mots plutôt que beaucoup à G. G. Papadopoulos], Athènes, 1846, p. 17-18.

34 Zambélios Spyridon (n. 20), p. 119.

35 « Nous citons ce passage [de l’historien français] avec le même plaisir que nous ressentirions si nous avions écrit une belle page de l’histoire gréco-moderne (sic). La tentative d’Augustin Thierry d’introduire l’autorité populaire dans l’histoire a été couronnée d’un plein succès. Il interrogea dans les légendes […] la conscience de la foule, le témoignage de l’opinion publique […]. Dans l’histoire, et particulièrement dans l’histoire des conquêtes, la poésie populaire est la parole des nations, la défense de la nationalité opprimée […]. C’est la voix de la vérité et de la justice qui se révèle » ; Zambélios Spyridon, « La poésie populaire en Grèce », Le Spectateur de l’Orient 6 (1856), p. 352-370, ici p. 357-359. Notons que la publication de ce long article de Zambélios, paru en plusieurs parties dans le Spectateur de l’Orient (1856-1857), ne s’acheva jamais, car l’édition de cette revue francophone d’Athènes fut suspendue le 10 août 1857, quatre ans après son premier lancement.

36 Cf. Koubourlis Ioannis (n. 18), p. 225-242.

37 Zambélios Spyridon, Βυζαντιναὶ μελέται. Περὶ πηγῶν νεοελληνικῆς ἐθνότητος ἀπὸ Η´ ἄχρι Ι´ ἑκατονταετηρίδος μ. Χ. [Études byzantines. Sur les sources de l’ethnie néohellénique du viiie au xe s. apr. J.-C.], Athènes, 1857, p. 35.

38 Sur l’image libérale de la Grèce, voir Glencross Michael (n. 1) ; Miliori Margarita, The Greek Nation in British Eyes, 1821-1864 : Aspects of a British Discourse on Nationality, Politics, History, and Europe, thèse de doctorat, université d’Oxford, 1998.

39 Voir, à titre indicatif, Dimaras Constantinos Th., Ἑλληνικὸς Ῥωμαντισμός [Romantisme grec], Athènes, 1982, p. 356, 423.

40 Voir Koubourlis Ioannis (n. 18), p. 243-269.

41 Voir Politis Alexis, Ρομαντικά χρόνια. Ιδεολογίες και νοοτροπίες στην Ελλάδα του 1830-1880 [Années romantiques. Idéologies et mentalités dans la Grèce de 1830-1880], Athènes, 20033, p. 39-47.

42 Il s’agit ici d’un texte non signé, publié au titre de compte rendu sur les Chants Populaires de Zambélios dans la revue Pandora 3 (1er décembre 1852), col. « Βιβλιογραφία », p. 397-403, ici p. 398 et 400-401. Sur l’importance de ce texte pour la réorientation de l’historiographie nationale grecque dans les années 1850, voir Koubourlis Ioannis (n. 18), p. 284-309.

43 Voir Paparrigopoulos Constantinos, « Λόγος τοῦ ἐν Κωνσταντινουπόλει πρέσβεως τῆς Ἀγγλίας Σὲρ Ἐῤῥίκου Βούλουερ, ὑπὸ τὴν ἱστορικὴν ἔποψιν ἐξεταζόμενος [Le discours de l’Ambassadeur d’Angleterre à Constantinople, Sir Henry Bulwer, examiné du point de vue de l’histoire] », Pandora 10 (1er septembre 1859), p. 241-251, et 10 (15 septembre 1859), p. 265-274.

44 Il s’agit du mouvement qui prônait l’adoption de la langue populaire moderne en tant que langue officielle de l’État grec à la place de la langue archaïsante qu’avait privilégiée le xixe s.

45 Voir Kioussopoulou Tonia, « Η πρώτη έδρα Βυζαντινής Ιστορίας στο Πανεπιστήμιο Αθηνών [La première chaire d’histoire byzantine à l’université d’Athènes] », Μνήμων 15 (1993), p. 257-276 ; Karamanolakis Vangelis D., Η συγκρότηση της ιστορικής επιστήμης και η διδασκαλία της ιστορίας στο Πανεπιστήμιο Αθηνών 1837-1932) [La formation de la discipline historique et l’enseignement de l’histoire à l’université d’Athènes (1837-1932)], Athènes, 2006, p. 320-341.

46 Voir, à titre indicatif, Paparrigopoulos Constantinos, Ἱστορία τοῦ ἑλληνικοῦ ἔθνους [Histoire de la nation hellénique], éd. et compl. par Karolidis Pavlos, 9 vol., Athènes 19638 (sur la base de l’édition de 19255 ; 1860-18741 ; texte révisé par l’auteur en 1885-18882), IV, p. viii-xxi.

47 Voir Kitromilides Paschalis M., « On the Intellectual Content of Greek Nationalism : Paparrigopoulos, Byzantium and the Great Idea », dans Ricks David, Magdalino Paul (éds), Byzantium and the Modern Greek Identity, Londres, 1998, p. 25-33 ; Argyropoulos Roxane D., Les intellectuels grecs à la recherche de Byzance (1860- 1912), Athènes, 2001 ; Koubourlis Ioannis, « Las peripecias de la integración de los antiguos macedonios en una “Historia de la Nación Griega” : Un aspecto de la historia del nacionalismo griego desde la Ilustración griega hasta la formación de la Escuela Histórica Nacional », trad. Fontao Schiavone Paula, Revista de Historiografía 6,1 (2007), p. 92-101.

48 Voir surtout Droysen Johann G., Geschichte Alexanders des Grossen, Hambourg, 1833. À ce propos, voir les remarques de Le Goff Jacques, Histoire et mémoire, Paris, 1988, p. 276-277, sur Droysen et l’image d’Alexandre le Grand chez les historiographes prussiens dans une époque où le pangermanisme cherchait des modèles historiques pour ses propres projets politiques. « [Droysen] découvrit que ce qui importait, […] c’était la puissance de l’armée macédonienne. La Macédoine étant la Prusse de l’Antiquité, il est logiquement passé de [l’histoire de] la Macédoine à [celle de] la Prusse » ; Momigliano Arnaldo, Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, trad. Tachet Alain, Paris, 1983, p. 390.

49 Voir Sigalas Nikos, « Hellénistes, hellénisme et idéologie nationale. De la formation du concept d’“hellénisme” en grec moderne », dans Avlami Chryssanthi (éd.), L’Antiquité grecque au xixe s. Un exemplum contesté ?, Paris, 2000, p. 239-291 ; Koubourlis Ioannis (n. 18), p. 97-100 ; id. (n. 20), p. 59-62.

Auteur


Maître de conférences
Département de sociologie
Université de Crète, Réthymnon
Chercheur invité à l’Institut de recherches historiques de la Fondation nationale de la recherche scientifique, Athènes

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search