Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

Byzance d’empereur et Byzance d’Église. Sur le couronnement des princes « phanariotes » à Constantinople

Radu G. Păun

Résumé

L’idée d’une continuation de Byzance à travers les « Phanariotes », devenus princes de la Moldavie et de la Valachie, exige une lecture approfondie des formes, diverses et parfois surprenantes, que l’« idée byzantine » prit dans l’esprit des gens du xviiie s. ainsi que les usages qu’ils en firent. Comment définir un pouvoir accordé à la fois par Dieu et par le sultan ottoman ? Comment servir les deux en même temps ? L’étude des rituels du pouvoir peut apporter des réponses et dénicher derrière les mises en scène les fondements du pouvoir princier, mais aussi révéler le caractère souvent polémique des rituels mêmes, de leur pratique et de leur mise et remise en récit. Cet article tente de le montrer à travers l’analyse des textes prescriptifs et descriptifs concernant le couronnement des princes « phanariotes » à Constantinople.

Texte intégral

  • 1 Iorga Nicolae, Byzance après Byzance. Continuation de l’Histoire de la vie byzantine, Bucarest, 193 (...)

1Dans sa vision générale d’une Byzance après Byzance, Nicolae Iorga assignait aux « Phanariotes » le rôle de continuateurs des traditions byzantines à l’intérieur de l’Empire devenu ottoman. Selon lui, être « Phanariote »« signifie une chose surtout : que la source du pouvoir revient à l’ancienne capitale byzantine1 ». L’idée est porteuse si l’on se place dans une perspective de continuité – largement adoptée par le monde hellénique d’après la conquête – qui regarde le Sultan comme successeur des anciens basileis à la tête d’un empire toujours « unique et indivisible », par la volonté de Dieu. Dans ce cas, il faut admettre que le pouvoir n’avait jamais quitté Constantinople, mais qu’il était distribué selon une autre logique après 1453 qui excluait les héritiers de l’ancienne aristocratie chrétienne. Comment peut-on alors parler de retour ?

  • 2 C’est le sens des paroles que le prince Alexandre Maurocordato « Dély-Bey » adressa au consul autri (...)
  • 3 L’expression « aristocratie inclassable » appartient à Missir de Lusignan Livio, « Une aristocratie (...)
  • 4 Sur le caractère patrimonial du système ottoman voir surtout : Kunt I. Metin, The Sultan’s Servants (...)

2Iorga avait pourtant raison, car il ne faisait pas référence aux archontes des premiers siècles d’après la conquête, marchands et financiers ayant obtenu la protection des dignitaires ottomans et détenu des offices de la Grande Église. Il désignait en revanche leurs descendants qui, dans le sillage de Panagiotis Nikoussios et d’Alexandre Maurocordato l’Exaporite, visaient déjà un pouvoir qui renforçât leur condition d’élite parallèle, les autorisant à se regarder eux-mêmes et à être considérés par les autres comme « princes d’Empire2 ». C’est là l’essence de cette « aristocratie inclassable » qu’on appelle, plutôt à tort, « phanariote3 » : la possession d’un pouvoir accordé en échange du « service fidèlement rendu » – principe de base des relations entre le chef et sa « direction administrative » dans un système patrimonial (Max Weber)4.

  • 5 Iorga nicolae (n. 1), p. 222.
  • 6 Avoir accès au pouvoir obligeait donc à intégrer ce groupe. Ce fut d’ailleurs le cas des Racoviţă e (...)
  • 7 Katzaitis Markos Antonios, « Călătorie de la Constantinopol… la Iaşi şi de la Iaşi la Bucureşti, în (...)

3Vue du quartier du Phare donc, la nomination du grand drogman Nicolas Maurocordato comme prince de la Moldavie et ensuite de la Valachie eut effectivement l’air d’un « avancement5 », marquant à la fois la continuation d’un cursus honorum et une restauration qui conférait le monopole du pouvoir à une « élite liturgique » (Roland Mousnier), dont l’individualité découlait de l’appartenance à la langue et à la culture helléniques6. Les héritiers prétendus de l’aristocratie byzantine se voyaient ainsi remettre des principautés territoriales de la main du successeur des basileis. Cela poussa quelqu’un comme Markos Antonios Katzaitis, de passage à la cour de Constantin Maurocordato, à voir une continuité entre une imaginaire suzeraineté byzantine et la suzeraineté ottomane qui conférait toujours aux princes les titres qu’ils auraient portés « sous les empereurs grecs », à savoir hègémôn (ἡγεμών) ou despotès (δεσπότης), ainsi que les offices de la cour byzantine7.

  • 8 Iorga Nicolae (n. 1), p. 228.

4Que restait-il pourtant de « byzantin » dans ce pouvoir délégué par un maître « infidèle » ? La question est de taille, car il nous reste beaucoup à apprendre sur la manière dont ce pouvoir fut conçu par les princes mêmes et par ceux qui œuvraient pour eux, ainsi que sur la façon dont il fut perçu par leurs contemporains. Un point semble pourtant clair, et il revient à Iorga de l’avoir souligné le premier, lorsqu’il a remarqué que le couronnement princier reproduisait presque à l’identique le cérémonial impérial byzantin. Le déroulement de la cérémonie à Constantinople, où les Patriarches « conservaient aux princes phanariotes… des stalles dans la Grande Église8 » et récitaient les prières « qu’on récitait jadis lors du couronnement des empereurs chrétiens (ou grecs) », devait le prouver.

  • 9 « At posteaquam Turcarum tyrannide turbata sunt omnia, demtumque provinciae ordinibus ius sibi de d (...)
  • 10 Ibid., p. 144.
  • 11 Dan Ioan Mureşan considère que le sacre des princes roumains à Constantinople commence à devenir «  (...)
  • 12 Sur les rapports entre les pays roumains et la Porte, voir Panaite Viorel, Pace, război şi comerţ î (...)
  • 13 Cantemir Dimitrie (n. 9), p. 142 ; Cronica lui Ion Neculce copiată de Ioasaf Luca. Manuscrisul « Mi (...)

5Le moment précis de ce déplacement de la scène du pouvoir est pourtant difficile à établir. Dimitrie Cantemir en fit état en 1716, mettant cette « innovation » au compte de la « tyrannie des Turcs » qui avait troublé les anciennes mœurs et enlevé au pays le droit d’élire ses princes9. Ses mots restent pourtant vagues : faut-il penser que la coutume vit le jour après l’échec des révoltes anti-ottomanes de Jean le Terrible (1574) et d’Aaron dit « le Tyran » (1595), ou bien après la « trahison » de Miron Barnovski (1629)10 ? Certains historiens placent ce moment respectivement en 1568 (nomination par le Sultan d’Alexandre II Mircea comme prince de Valachie), en 1574 (nomination de Pierre le Boiteux en Moldavie)11, mais des princes investis par le Sultan à Constantinople ont existé même avant ces dates. Leur nombre augmenta après la révolte de Michel le Brave (1593-1601), sans pour autant que le privilège du pays d’élire ses princes fût complètement usurpé par les Ottomans12. D’un autre côté, nomination et investiture à Constantinople ne signifiaient pas forcément couronnement dans l’église patriarcale. Cantemir lui-même ne pouvait pas ignorer le souvenir de son père, nommé prince par le général ottoman de la frontière danubienne et couronné à Iaşi, encore moins son propre cas, car il avait été élu par les boyards moldaves et « oint par deux patriarches », toujours dans la capitale moldave13. Des trois princes Cantemir, seul Antiochos, le frère aîné, reçut la nomination à Constantinople, mais nous ne savons rien sur son investiture et sur un éventuel couronnement par le patriarche.

  • 14 Cantemir Dimitrie, Vita Constantini Cantemyrii (supra), p. 86. Sur cette branche de la famille, voi (...)
  • 15 Florin Constantiniu considère que la nomination de Constantin Cantemir représente la fin de ce qu’i (...)
  • 16 Ἱστορία τῆς Βλαχίας πολιτικὴ καὶ γεωγραφικὴ ἀπὸ τῆς ἀρχαιοτάτης αὐτῆς καταστάσεως ἕως τοῦ 1774 ἔτου (...)

6Une autre mention du prince historien doit pourtant être retenue. Dans la Vita Constantini Cantemyrii, il affirme qu’après la trahison du prince régnant Ştefan Petriceicu, qui avait joint le camp polonais au moment même de la guerre polono-ottomane, la Porte trouva bon de ne plus accorder le trône moldave à des autochtones, mais à des Grecs résidant à Constantinople, sans compétence des affaires guerrières (« consultis iudicat imposterum nunquam hominem Moldavum Principem creare, sed Graecum qui habeat domum familiamque suam Constantinopoli, praeterea imbellem et rerum bellicorum ignarum »). Le trône échut ainsi à Démétrius Cantacuzène (1674-1675 ; 1684-1685) qui provenait effectivement d’une famille constantinopolitaine14. Parmi les princes régnants qui lui succédèrent, il n’y eut que deux exceptions à cette « règle » : Constantin Cantemir (1685-1691), choisi par un militaire pour ses qualités de militaire en période de guerre15, et Michel Racoviţă, qui prit le pouvoir en 1703 dans un contexte de crise et d’ailleurs grâce à l’appui des « Grecs » contre la volonté des boyards du pays. Cantemir dut pourtant envoyer son fils aîné en otage à la Porte et ce fut dans ces conditions que les boyards élurent après sa mort son fils cadet, pour user de leur ancien droit et contrecarrer d’éventuelles manœuvres à Constantinople. Le refus de sa confirmation par les Ottomans marqua la fin de l’équilibre entre l’élection par le pays et la nomination par le Sultan. Il en alla de même en Valachie après la mort de Nicolas Maurocordato (1730), lorsque la puissance suzeraine refusa de confirmer son fils Constantin comme prince, bien qu’il fût élu par les boyards locaux, et c’est de ce moment précis que certaines sources tardives font un tournant dans les rapports entre cette Principauté et la Porte16.

  • 17 Komninos Ypsilantis Athanassios (supra), p. 67.
  • 18 Dapontès Constantin, Κατάλογος ἱστορικὸς ἀξιόλογος τῶν καθ᾽ ἡμᾶς χρηματισάντων ἐπισήμων Ῥωμαίων…, d (...)

7L’historiographe de la Grande Église, Athanassios Komninos Ypsilantis, autrement silencieux au sujet du couronnement des princes à Constantinople, confirme les mots de Cantemir en ajoutant qu’à Démétrius Cantacuzène succédèrent Antonios Rosettis, Georges Doukas et autres, ce qui est d’ailleurs vrai17. Constantin Dapontès va encore plus loin et commence la liste des princes régnants et des drogmans grecs (on retrouve là l’image qu’un « Phanariote moyen » se faisait des deux dignités) par (Georges) Doukas qu’il considère par erreur fils de Vasile Lupu18.

  • 19 de La Croix, État présent des nations et églises grecque, arménienne et maronite en Turquie, Paris, (...)
  • 20 Cf. Sacerdoţeanu Aurelian, « De nouveau sur “Une enquête française sur les Principautés roumaines a (...)
  • 21 Il parle d’une cérémonie de couronnement « brillante et solennelle » à l’église patriarcale, où on (...)

8Peut-on conclure de cela qu’un nouveau « régime politique » vit le jour dans les années 1670 qui faisait des princes des deux Principautés des monarques couronnés par le patriarche dans la Grande Église, à l’instar des basileis ? Sans sources qui l’attestent expressis verbis, on reste dans le domaine des hypothèses. Il est pourtant curieux que les sources grecques n’en parlent pas et que d’autres témoins bien informés soient eux aussi silencieux, alors qu’ils décrivent les pratiques de la Grande Église et la « noblesse » grecque de Constantinople19. Les chroniques moldaves et valaques n’en disent mot non plus, tout comme les enquêtes du type « Questions et réponses sur la Moldavie et la Valachie », bien qu’elles donnent une liste de princes et certains détails sur l’investiture à Constantinople20. Il semble sûr cependant que la cérémonie existait avant 1742, lorsque l’évoque Katzaitis21.

9Quoi qu’il en soit, le xviiie s. semble consacrer, tôt ou tard, une recomposition de Byzance en ce qu’elle eut de plus essentiel : la liturgie du pouvoir. Mais que sait-on au juste sur le couronnement proprement dit ? Peut-on considérer qu’une nouvelle « symphonie » était en train de se constituer, recueillant et réinvestissant l’héritage impérial byzantin ?

  • 22 Păun Radu G., « Le couronnement des derniers princes “phanariotes”. Autour d’un document ignoré », (...)
  • 23 Publié par Legrand Émile, Bibliothèque grecque vulgaire, III, Paris, 1881, p. 245-250.
  • 24 Dapontès Constantin, Ἱστορία τῶν συμβάντων ἐπὶ τῆς βασιλείας τοῦ σουλτὰν Μεχμέτη… μέχρι τῆς βασιλεί (...)
  • 25 Alexandre Hanzeri est revêtu du kavadè διὰ αὐθέντης τῆς Μπογδανίας et Alexandre Michel Soutzo ἐφόρε (...)
  • 26 Voir les traductions de Cantemir Dimitrie, Histoire de l’Empire Othoman (n. 14), deux volumes publi (...)
  • 27 C’est le cas de Carra Jean-Louis, Histoire de la Moldavie et de la Valachie. Avec une Dissertation (...)

10Les contemporains sont plutôt discrets à ce sujet, préférant s’arrêter sur l’investiture dans le Sérail du Sultan22. Lorsqu’il fait l’éloge du prince Jean Maurocordato, Dapontès s’y réfère longuement, sans dire mot sur le couronnement23, tandis que dans sa Chronographie la prise du pouvoir par tel ou tel prince est introduite par la formule stéréotypée « on l’a revêtu du kavadè » (caftan)24. Naum Râmniceanul emploie les mêmes termes25. D’un autre côté, l’intérêt des observateurs étrangers dépasse rarement une curiosité qu’on appellerait « ethnographique » et qui trouvait d’ailleurs un matériel déjà prêt dans les œuvres de Dimitrie Cantemir26, dont on emprunte souvent des passages entiers27.

  • 28 Cantemir Dimitrie (n. 9), p. 160-163. La description que l’auteur fournit dans l’Histoire de l’Empi (...)

11Il n’est donc pas étonnant que la description de Cantemir fasse encore autorité28. Nous rappelons pourtant que le prince écrivait sa Descriptio Moldaviae en 1716, en Russie, s’adressant à un public savant dont les connaissances en la matière peuvent être facilement appréciées comme approximatives.

12Sans insister sur les détails qui précèdent l’arrivée du prince à l’église, nous reproduisons ci-après la relation de Cantemir :

  • 29 C’est la formule pour souhaiter longue vie à un patriarche ou à un évêque qu’on prononçait les jour (...)

Praeeunte patriarcha psaltisque ἄξιον ἐστίν accinentibus, princeps aedem sacram intrat, et in medio templo, e regione altaris cruce se signat, tandem exhibito S.S. Imaginibus osculo ad destinatum Moldaviae principis thronum concedit, huius limen dum calcat protodiaconus τὰς ἐκτενάς recitat, in quibus etiam hac fere formula novi principis mentionem facit […]. Post ἐκτενάς patriarcha, sacris vestibus ornatus, cum quatuor aut pluribus metropolitis altare ingreditur : eodem sequitur et princeps, flexisque genubus caput altaris margini imponit : Id patriarcha homophoro tegit, recitatatisque iis, quae olim in coronatione imperatorum praelegebantur, precibus, sacro crysmate ungit. Hoc facto, princeps in pedes surgit et ad thronum revertitur, accinentibus id πολυχρόνιον29 psaltis : […]. Tum et patriarcha thronum suum conscendit, imperatoque silentio, brevi oratione laudes principis persequitur, eumque ad colendam iustitiam et defendendam ecclesiam adhortatur. Concionem sequitur polychronion patriarchae iisdem fere verbis, quibus principis conceptum. Tandem facta ἀπολύσει princeps et patriarcha in medio templo conveniunt, ubi patriarcha principem data per crucis signum benedictione confirmat, princeps vicissim dextram patriarchae deosculatur…
Le patriarche [allant] en premier [vers l’église], les psaltes chantent « Il est digne… » et le prince entre au saint temple et, au milieu de l’église, devant l’autel, il fait le signe de la croix. Après avoir fini d’embrasser les saintes icônes qui s’y trouvent, il se dirige vers le trône réservé aux princes de la Moldavie ; lorsqu’il y met pied, le premier diacre commence à réciter les ekténies [litanies], où il mentionne le nouveau prince à peu près dans ces termes […]. Après les ekténies, le patriarche, vêtu des saints vêtements entre dans l’autel accompagné de quatre ou plusieurs métropolites ; le prince l’y suit, et après s’être agenouillé il pose la tête sur le bord de l’autel. Le patriarche couvre la tête du prince avec l’omophorion [pallium] et, prononçant les prières qu’on lisait autrefois au couronnement des empereurs, l’oint avec le saint chrême [myron]. Cela fait, le prince se lève et regagne son trône, tandis que les psaltes chantent le polychronion […]. Alors, le patriarche monte également à son trône et ordonnant silence, prononce une brève harangue à la louange du prince, en l’exhortant à cultiver la justice et à défendre l’Église. La harangue finie, suit le polychronion pour le patriarche, conçu dans presque les mêmes termes que celui pour le prince. Enfin, après avoir fait le renvoi, le prince et le patriarche se réunissent au milieu de l’église où le patriarche confirme la bénédiction [donnée] au prince par le signe de la croix ; à son tour, le prince baise la main droite du patriarche… [nous soulignons]

13La lecture parallèle de cette description, du Livre des Cérémonies de l’empereur Constantin VII, du Traité de cérémonies de Pseudo-Codinos et des textes édités par Jacob Goar montre clairement, à notre avis, que le rituel rapporté par le prince n’est que fort vaguement apparenté au rituel de couronnement des basileis. Il y a là deux éléments qui frappent, et ils sont essentiels : la consécration à l’intérieur du sanctuaire et l’absence de la communion, qui peut indiquer que le rituel a lieu en dehors de la messe.

  • 30 Ibid., p. 258 ; Syméon de Thessalonique, Περὶ τοῦ ἁγίου ναοῦ καὶ τῆς τούτου καθιερώσεως, Patrologia (...)
  • 31 L’œuvre du Pseudo-Codinos avait déjà connu quelques éditions imprimées, à commencer par celle due à (...)
  • 32 Nous ne faisons pas référence ici au droit habituel de l’empereur de pénétrer dans le sanctuaire lo (...)

14Les sources sont presque unanimes qui attestent que le basileus se faisait couronner et oindre au milieu de l’église, pour qu’il se trouvât – nous explique saint Syméon de Thessalonique – « au milieu du peuple qui va être gouverné30 ». Comment Cantemir, qui connaissait l’œuvre du Pseudo-Codinos31, pouvait-il commettre l’erreur – si erreur il y a – de faire consacrer le monarque dans le sanctuaire en en ignorant les conséquences liturgiques ? Voulait-il accentuer son caractère sacré ou bien n’y avait-il là qu’une simple confusion32 ?

  • 33 Syméon de Thessalonique, Περὶ τῶν ἱερῶν χειροτονιῶν, Patrologia graeca 155, col. 371 et suiv. (diac (...)
  • 34 Il n’y a pas consensus sur le moment précis, l’endroit et la manière de communier du basileus dans (...)
  • 35 Syméon de Thessalonique, Περὶ τῆς ἱερᾶς τελετῆς τοῦ ἁγίου μύρου, surtout le chapitre LXXIV, Patrolo (...)

15La seconde hypothèse est à exclure lorsqu’on se réfère à un érudit de la dimension du prince moldave. La consécration à l’intérieur du sanctuaire n’est en aucun cas un « détail », qu’on peut manquer ou sur lequel on peut se tromper. Qui plus est, les gestes que Cantemir attribue au prince et à l’officiant à cette occasion calquent visiblement ceux qu’on retrouve dans le rituel d’ordination des sacerdotes (diacre, prêtre, évêque), les seuls ayant droit d’être consacrés à l’autel33. C’est donc un acte liturgique à valeur sacramentelle que le patriarche devait accomplir à l’égard des princes moldaves, ce qui les aurait rendus quasiment égaux aux sacerdotes. Dans cette logique, l’absence de la communion ne peut qu’intriguer, car elle risquait de laisser cette consécration inachevée34. Eut-elle ici le rôle d’une atténuation vouée à limiter en quelque sorte le caractère quasi sacerdotal que le prince était en train d’acquérir ? C’est difficile à dire. Quoi qu’il en fût, une telle situation nous semble en opposition avec la tradition byzantine en matière de couronnement et de consécration des monarques. Le même Syméon de Thessalonique était formel sur ce point, et il ne fut pas le seul : la χάρις reçue par le monarque était d’une nature différente et inférieure au charisme sacerdotal35.

  • 36 Syméon de Thessalonique, Περὶ τῶν ἱερῶν χειροτονιῶν (n. 33), chap. CLXXXIII, col. 391-392.
  • 37 Simonescu Dan, « Le monastère de Cetătzuia (Iassy), foyer de culture de l’Orient orthodoxe », Balca (...)

16La différence découlait, pour Syméon et pour les autres, de l’onction : l’onction spirituelle que les sacerdotes recevaient, à l’instar des Apôtres, les rendait supérieurs « en grâce » aux rois, qui ne recevaient, eux, que l’onction matérielle. Quel sens aurait pu revêtir l’onction matérielle dans le cadre d’un rituel imitant l’ordination sacerdotale ? Syméon n’hésite pas : l’onction des sacerdotes est une « innovation » introduite par les Latins contre la tradition des Pères36. Or, nous voyons mal comment une telle innovation, sous la forme du rituel hybride rapporté par Cantemir, pouvait être acceptée par une Église dominée par les figures de Dosithée Notaras et son neveu Chrysanthe, tous les deux des anti-Latins tenaces, ainsi que leur allié Alexandre Maurocordato l’Exaporite, dont le fils aurait d’ailleurs dû « subir », si on se fie à Cantemir, ce rituel en 1709. Le nombre de livres anti-Latins publiés – en Moldavie notamment – à cette époque-là en témoigne37. Parmi eux, nous le rappelons, figure aussi l’ouvrage de Syméon de Thessalonique, édité par Dosithée lui-même.

  • 38 Voir, par exemple, Mureşan Dan Ioan (n. 11), p. 125 : « du cérémonial impérial byzantin est reprise (...)
  • 39 Nous rappelons que l’Euchologion de Goar ne fut pas édité pour des besoins de culte, mais à des fin (...)
  • 40 Il ne s’agit pas d’une invention ; voir Paul d’Alep, Voyage du patriarche Macaire d’Antioche, texte (...)
  • 41 Cette comparaison revient sous la plume du prince lorsqu’il parle des prérogatives de nommer les év (...)

17Il reste le fameux passage concernant les prières « qu’on lisait autrefois au couronnement des empereurs » (« recitatisque iis, quae olim in coronatione imperatorum praelegebantur, precibus », ce qui renvoie directement aux mots de Pseudo-Codinos : τὰς ἐπὶ χρίσει βασιλέων συντεθειμένας εὐχάς). Malgré ce qu’on en croit d’habitude, cette expression ne prouve rien de plus que ce que nous, chercheurs, voulons en croire38. Il est pourtant curieux que Cantemir reproduise malgré tout les ekténies et le polychronion, sans dire mot sur le contenu des prières de consécration. Les considérait-il déjà connues par le public savant auquel il s’adressait et qui aurait dû avoir une certaine familiarité avec l’Euchologion de Goar39 ou au moins avec l’œuvre du Pseudo-Codinos ? A-t-il voulu signifier que les princes roumains étaient honorés par les patriarches œcuméniques de la même manière que les tsars russes, dont le nom était mentionné lors des cérémonies religieuses importantes40 ? Nous n’en savons rien41.

  • 42 La précision s’impose, car le rituel de couronnement en Moldavie semble avoir emprunté cette struct (...)

18Il faudrait admettre, en conclusion, que Cantemir se trompe au moins sur un aspect : soit sur ce qui est de la consécration à l’intérieur du sanctuaire, soit sur l’onction matérielle accordée au prince par le patriarche. Les deux en même temps sont impossibles à concilier, que ce soit avec la tradition byzantine ou avec les pratiques de la Grande Église42.

  • 43 Les Byzantins désignaient le prince de Valachie et/ou de Moldavie par le terme, très général d’aill (...)
  • 44 Urme româneşti în răsăritul ortodox, Bucarest, 1935, p. 166-167.
  • 45 Mureşan Dan Ioan (n. 11), p. 60.
  • 46 Stoicescu Nicolae, Repertoriul bibliografic al monumentelor feudale din Bucureşti, Bucarest, 1961, (...)

19Il n’y a pas de source contemporaine connue qui puisse confirmer la version de Cantemir. La seule qui pourrait aider est la Description de l’inauguration du règne (Περιγραφὴ τῆς αὐθεντείας ὅταν γινέται)43 publiée (seulement en traduction roumaine) par Marcu Beza d’après le manuscrit n° 24 de la bibliothèque du Musée ethnographique d’Athènes44. On a voulu que cette relation anonyme soit contemporaine des écrits du prince45. Comme l’éditeur ne donne aucune précision là-dessus, le seul élément de datation serait le syntagme « vechea curte », traduction un peu rapide de « Curtea Veche » (l’ancienne résidence princière), qui indique en fait l’endroit de la capitale valaque où le couronnement avait lieu. Cette référence renvoie à l’époque postérieure à la construction de la nouvelle Cour (Curtea Nouă) par Alexandre Ypsilantis (1775-1782). Le premier prince qui pouvait être concerné serait donc Nicolas Karaca, qui remplaça Ypsilantis en 178246.

  • 47 Clugnet Louis (n. 29), sub voce.

20Pour l’auteur de cette relation, ce sont toujours les « formes ottomanes » qui frappent ; les quelques détails qu’il offre sur la cérémonie religieuse sont pourtant précieux. Une fois arrivé à l’église patriarcale, le prince y est accueilli par le patriarche et le haut clergé. L’entrée dans l’église est marquée par la bénédiction du patriarche et l’hymne « Dieu Saint » (« Sfinte Dumnezeule… »), « selon la coutume ». Il se peut que cela désigne l’hymne Trisagion, souvent chanté pendant les offices (Ἅγιος ὁ Θεός, Ἅγιος ἰσχυρός, Ἅγιος ἀθάνατος, ἐλέησον ἡμᾶς, « Dieu saint, Dieu fort, Dieu éternel, prends pitié de nous47 »). Le prince s’avance ensuite vers le trône patriarcal et c’est là, devant le patriarche, qu’« on lui lit la prière », sur laquelle on n’apprend rien de plus par ailleurs. La prière finie, le patriarche reprend son siège, tandis que le prince gagne « la loge du Vlah-bey ». La fin est brièvement décrite : on apprend qu’un prédicateur adresse au nouveau monarque un éloge du haut de l’ambon ; le prince quitte ensuite l’église pour rentrer chez lui. Nous croyons pouvoir soutenir qu’on a affaire au couronnement d’un prince de Valachie qui devait régner pour la première fois, fait suggéré par la lecture de la prière, qui devait être une prière de consécration.

  • 48 Le texte a été publié par Psachos Konstantinos A., « Οἱ φαναριῶται ἡγεμόνες τῆς Μολδοβλαχίας προχει (...)
  • 49 Il n’y eut aucun couronnement en 1808. Les précédentes nominations eurent lieu en 1806 (Skarlate Ca (...)

21Ces informations sont à comparer avec le seul texte prescriptif complet (ordo, τάξις) dont nous disposons et qui est d’autant plus précieux qu’il émane d’un des participants. Le document fait partie du codex portant le titre Typikon contenant l’ordre des services liturgiques de l’année. Sous le second patriarcat de <notre> Maître Kyr Grégoire (Τυπικὸν περιέχον ὅλην τὴν τάξιν τῆς ἀκολουθίας τοῦ ἐνιαυτοῦ. Ἐπὶ πατριαρχείας δευτέρας Κυρίου Κυρ. Γρηγορίου), daté de 1808 (date à laquelle commencent les notes de l’auteur) et trouvé parmi les papiers du prôtopsaltès de la Grande Église, Constantin Byzantios, qui officiait à l’époque comme mégas domestikos du prôtopsaltès Manuel48. Il s’agit donc d’un formulaire impersonnel, qui indique les devoirs de chaque officiant, sans préciser le nom du prince. Le texte est à placer après 1808, mais il n’est pas exclu qu’il transmette une expérience plus ancienne, pouvant remonter jusqu’à 180249. Nous le reproduisons en entier :

  • 50 Courte formule de bénédiction (Εὐλογητὸς ὁ Θεὸς ἡμῶν πάντοτε, νῦν, καὶ ἀεί, καὶ εἰς τοὺς αἰῶνας τῶν (...)
  • 51 Les membres du Synode dit « permanent » (Σύνοδος ἐνδημοῦσα), après la « réforme » de 1741, cf. Papa (...)
  • 52 Ἐπάκουσον ἡμῶν… δόξα σοι, ὁ Θεός (Exaudi nos… gloria tibi, Deus), auquel le peuple répond : Κύριε ἐ (...)
  • 53 Le renvoi des assistants par l’officiant à la fin du service, en récitant une prière spéciale qui v (...)
  • 54 Il s’agit du cantique Τὸν δεσπότην καὶ ἀρχιερέα ἡμῶν, Κύριε, φύλαττε εἰς πολλὰ ἔτη.

Τάξις γινομένη ἐπὶ χειροθεσίᾳ Αὐθέντου

Ordre de la cérémonie pour l’imposition des mains au prince

Κατὰ πρῶτον ἵστανται ἐν τῷ Νάρθηκι οἱ ἱερεῖς ἐνδεδυμένοι μὲ ἐπιτραχήλιον καὶ φελώνιον. Καὶ ὁ Μέγ<ας> Οἰκονόμος κρατεῖ τὴν εἰκόνα τοῦ ἁγίου Γεωργίου, ὁ δὲ Μέγ<ας> Ἀρχιμανδρίτης τὸ ἅγιον Εὐαγγέλιον. Οἱ Ἀναγνῶσται τὰ ἑξαπτέρυγα καὶ τὸν τίμιον Σταυρόν. Καὶ ὁ Πριμικήριος τὸ διβάμβουλον. Ὁ δὲ Πατριάρχης ἐνδεδυμένος τὸν μανδύαν, ἐπιτραχήλιον καὶ ὠμοφόριον, συμπαρισταμένου καὶ τοῦ Μεγ<άλου> Πρωτοσυγκέλλου μετὰ τοῦ ῥάσσου καὶ ἐπανωκαλυμμαύχου καὶ τοῦ Μεγ<άλου> Ἀρχιδιακόνου μετὰ τῶν λοιπῶν ἱεροδιακόνων ἐνδεδυμένων τὰς ἱερὰς στολὰς καὶ κρατούντων δικροτρίκηρα, ἀπεκδέχεται συνάμα μεθ᾽ ὅλων τῶν ἁγίων ἀρχιερέων τὸν αὐθέντην. Φθάσαντος δὲ τούτου, ψάλλεται τὸ : Ἄξιον ἐστὶν καὶ ὁ Πατριάρχης λαμβάνων τὸν αὐθέντην ἐκ τῆς χειρὸς εἰσέρχεται ἕως εἰς τὸ μέσον τοῦ ναοῦ, καὶ ὁ μὲν αὐθέντης ἀπερχόμενος κατ᾽ εὐθεῖαν εἰς τὴν ἁγίαν εἰκόνα τοῦ Ἰησοῦ Χριστοῦ καὶ τῆς Ὑπεραγίας Θεοτόκου, προσκυνεῖ. Εἶτα ἵσταται εἰς τὸ ἄντικρυ τοῦ θρόνου Αὐθεντικὸν στασίδιον.

D’abord les prêtres se tiennent dans le narthex revêtus de l’épitrachilion [étole] et du phélonion [chasuble]. Le Grand Économe tient l’icône de saint Georges, le Grand Archimandrite le saint Évangile. Les lecteurs les hexaptéryga [flabella] et la sainte croix. Le Primicier le candélabre à deux branches. Le Patriarche revêtu du mandyas [grand manteau], de l’épitrachilion [étole] et de l’omophorion [pallium], accompagné du Grand Protosyncelle avec le rason [surplis] et l’épanokaly-mauchion [coiffe noire], le Grand Archidiacre et les autres hiérodiacres revêtus des saints ornements et tenant les chandeliers à deux et trois cierges, attendent ensemble le prince avec tous les saints prêtres. Celui-ci étant arrivé, on chante le : « Il est digne… », le Patriarche prenant le prince par la main entre jusqu’au centre de l’église, et le prince s’étant avancé tout droit vers la sainte icône de Jésus-Christ et celle de la Toute Sainte Théotokos, il fait la proskynèse [vénération]. Ensuite il se place en face du trône dans la stalle princière.

Ὁ δὲ Πατριάρχης εὐλογῶν τὸν λαὸν ἀνέρχεται εἰς τὸν θρόνον, ὡς καὶ οἱ ἅγιοι ἀρχιερεῖς εἰς τὰς θέσεις των. Τότε ὁ Μέγ<ας> Ἀρχιδιάκονος ἐκφωνεῖ τὸ : Εὐλόγησον Δέσποτα, καὶ ὁ Πατριάρχης ποιεῖ εὐλογητόν50. Τὸ τρισάγιον κτλ. Εἶτα ὁ α´ χόρος ψάλλει τὸ τροπάριον τοῦ ἁγίου Γεωργίου καὶ δύο ἐκ τῶν ἁγίων Γερόντων51 παρουσιάζουσι τὸν αὐθέντην τῷ Πατριάρχῃ λέγοντες τὸ : κέλευσον, κελεύσατε, καὶ γίνεται ἡ χειροθεσία ὡς σύνηθες. Καὶ εὐθὺς ὁ α´ χόρος ψάλλει τὸν πολυχρονισμὸν τοῦ Πατριάρχου ἀπὸ χοροῦ τοῦ [sic, lege ἀποχωροῦντος τοῦ ?] αὐθέντου. Ὁ δὲ Μέγ<ας> Ἀρχιδιάκονος : ἐλέησον ἡμᾶς ὁ Θεός, οἱ χοροὶ τὸ Κύριε ἐλέησον. Ὑπὲρ τῶν εὐσεβῶν, ὑπὲρ τοῦ Ἀρχιεπισκόπου, ὑπὲρ τοῦ εὐσεβεστάτου καὶ φιλοχρίστου αὐθέντου καὶ Ἡγεμόνος (δεῖνα), ὑπὲρ τοῦ διαφυλαχθῆναι, τὸ Κύριε ἐλέησον, καὶ ὁ Πατριάρχης : Ἐπάκουσον ἡμῶν ὁ Θεὸς52 καὶ ἀπόλυσις53. Εἶτα ὁ λόγος ἐπ᾽ ἄμβωνος ἀπὸ δὲ τοῦ λόγου : Τὸν Δεσπότην καὶ Ἀρχιερέα54, καὶ αὖθις κρατοῦντος τοῦ Πατριάρχου τὸν Αὐθέντην ἐκ τῆς χειρὸς ἐξέρχονται ἀμφότεροι καὶ τέλος.

Le Patriarche bénissant le peuple rejoint le trône et les saints prêtres leurs places. Alors le Grand Archidiacre prononce le : « Bénis, Père », et le Patriarche dit le : « Béni soit notre Dieu… ». Le trisagion, etc. Ensuite le premier chœur chante le tropaire de saint Georges et deux des saints Anciens présentent le prince au Patriarche en disant le : « Ordonne, ordonnez… », et l’imposition des mains a lieu comme d’usage. Et aussitôt le premier chœur chante le polychronismon [longue vie] du Patriarche, le prince se retirant [?]. Le Grand Archidiacre [dit] : « Seigneur prends pitié de nous », les chœurs le : « Kyrie eleison…, Pour les pieux…, Pour l’Archevêque…, Pour très pieux et ami du Christ le prince et souverain (untel), Pour que nous soyons protégés…, Kyrie eleison », le Patriarche : « Seigneur écoute-nous… », et le renvoi. Ensuite a lieu la parole à l’ambon à partir de « Notre Maître et Archevêque », et le Patriarche tenant à nouveau le prince par la main, ils sortent tous les deux et c’est la fin.

  • 55 Cf. Mémoires du prince Nicolas Soutzo, grand logothète de Moldavie (1798-1871), publiés par les soi (...)

22L’ordo de Byzantios ne peut certainement pas à lui seul donner des indications sur la dynamique du rituel. Il peut, en revanche, si on le lit de façon comparative, faire figure de « correcteur » aidant à en saisir les lignes générales, sur une durée courte ou moyenne. La chance fait que l’on possède un autre fragment d’ordo presque contemporain, provenant des archives de Nicolas Soutzo, le fils du dernier prince « phanariote » de Valachie, Alexandre Soutzo. Il s’agit d’une traduction française faite par son possesseur d’après un original probablement grec55. Le problème de la datation se pose de nouveau : le texte décrit-il le couronnement d’Alexandre (1819), ou bien n’est-il qu’un protocole impersonnel à utiliser le moment venu ? Dans cette situation, il pouvait traduire l’expérience de la famille, qui remontait à 1801 (pour le même Alexandre), si l’on s’en tient strictement à cette branche.

  • 56 Publiée par Psachos Konstantinos A. (n. 48), p. 197-198.
  • 57 Ἱστορία τῆς πάλαι Δακίας, III, Vienne, 1819, p. 418-419.

23Deux autres textes doivent être ajoutés au dossier : une brève note du même Byzantios, datée du 13 décembre 1819, pour le couronnement de Michel Soutzo comme prince de la Moldavie56 et la relation, plus problématique, car ne se fondant pas sur une expérience directe, due à Denys Photeinos57.

24L’espace imparti nous empêche de les reproduire en entier. Pour mettre en évidence leurs rapports nous les avons décomposés en fonction des séquences du rituel qu’ils décrivent et mis en parallèle dans un tableau (voir l’annexe). Les correspondances s’avèrent nombreuses, tandis que les omissions et les ajouts reflètent les perspectives différentes des auteurs. Byzantios insiste beaucoup sur l’organisation ecclésiastique et sur les rôles concrets des officiants. Soutzo, quant à lui, passe assez vite dessus pour se concentrer sur les mouvements du prince à l’intérieur de l’église. La différence essentielle réside pourtant dans la façon de décrire le moment clef de la cérémonie : la « bénédiction » dont parle le texte de Soutzo correspond en fait respectivement à la prière prononcée par le patriarche (Photeinos, Byzantios, 1819) et la χειροθεσία (Byzantios, 1808). Il nous semble sûr que Soutzo a traduit par « bénédiction » le grec εὐχή, qui signifie à la fois « bénédiction » et « prière ». C’est donc précisément cette prière qui est au cœur de la χειροθεσία. Son contenu est rapporté par Photeinos et par la note de Byzantios (1819), à une seule – mais importante – différence près :

  • 58 Sur le sens du verbe προχειρίζομαι dans le contexte du couronnement et des ordinations ecclésiastiq (...)

Byzantios (1819) : ἡ μετριότης ἡμῶν διὰ τῆς χάριτος τοῦ παναγίου καὶ τελεταρχικοῦ πνεύματος προχειρίζεταί σε Αὐθέντην καὶ Ἡγεμόνα πάσης Μολδοβλαχίας.
(Notre médiocrité, par la grâce de l’Esprit très-saint source de toute perfection, te désigne Prince et Seigneur de toute la Moldovalachie.)
Photeinos : Ἡ θεία χάρις διὰ τῆς ἡμῶν μετριότητος προχειρίζεταί σε Αὐθέντην καὶ Ἡγεμόνα πάσης Οὑγγροβλαχίας.
(La grâce divine par notre médiocrité te désigne Prince et Seigneur de toute la Hongrovalachie.)58

  • 59 Syméon de Thessalonique, Περὶ τῶν ἱερῶν χειροτονιῶν (n. 33), col. 465 sqq.
  • 60 Ibid., col. 463-464. Dans le cas de l’ordination des évêques, les livres de culte tardifs précisent (...)
  • 61 Patrologia graeca 155, col. 465-466. Sur cet office : Papadopoullos Theodore Ch. (n. 51), p. 60 sqq(...)
  • 62 Ἀρχιερατικὸν…, Constantinople, 1820 (n. 33), p. 50.
  • 63 Ἀρχιερατικὸν…, Bucarest, 1714 (n. 33), p. 48 (diacre), p. 51 (prêtre), p. 55 (évêque) ; Ἀρχιερατικὸ (...)

25L’explication est fournie par Syméon de Thessalonique59, lorsqu’il établit une distinction entre les « ministres » de l’intérieur de l’Église (diacre, prêtre et évêque) et ceux de l’extérieur (lecteur et sous-diacre). Il y a entre ces deux catégories, dit Syméon, une différence de grâce (χάρις) et de pouvoir, qui découle du fait que les uns sont consacrés à l’intérieur du sanctuaire et que l’on invoque lors de leur ordination la grâce divine (ἡ θεία χάρις), à savoir la Sainte-Trinité, alors que les autres le sont à l’extérieur et que l’on y invoque seulement la grâce du Saint-Esprit (ἡ χάρις τοῦ παναγίου πνεύματος)60. Cela fait que les premières ordinations sont universellement valides (universelles, au sens de parfaites) et non pas partielles (καθολική τε καὶ οὐ μερική), comme les autres. Pour illustrer son propos, Syméon donne comme exemple l’ordination de l’oikonomos61 : les similitudes avec l’ordo de Byzantios sont frappantes, impression confirmée par l’Archieratikon constantinopolitain de 182062. D’autre part, l’examen des livres de culte révèle que les ordinations mineures ont lieu en dehors de la liturgie eucharistique, tandis que les autres en font partie63. Dans les cas que nous venons de présenter, aucun détail n’indique que la cérémonie se déroule durant la messe, l’absence de la communion en étant une preuve parlante.

26Un problème persiste cependant : il s’agit de l’onction, mentionnée par Photeinos comme pendant de la prière récitée par le patriarche. A-t-on là le même problème que dans le cas de Cantemir ? Y a-t-il contradiction d’ordre liturgique ou bien confusion ?

  • 64 Carra Jean-Louis (n. 27), p. 21-22. C’est nous qui soulignons.
  • 65 [Raicevich Stefano], Voyage en Valachie et en Moldavie avec des observations sur l’histoire, la phy (...)
  • 66 Katzaitis Markos Antonios (n. 7), p. 75.

27Deux autres sources semblent donner raison à Photeinos. Lorsqu’il présente la cérémonie de couronnement qui a lieu dans la capitale moldave, Jean-Louis Carra précise : « le prince s’approche de l’autel pour être oint du saint chrême par le métropolitain, à moins qu’il ne l’ait été par le patriarche de Constantinople64 ». À propos du même événement, Lejeune, le traducteur en français de Raicevich, note : « Quelquefois, cette cérémonie se fait dans l’église patriarcale à Constantinople et est accompagnée par un Te Deum, c’est ainsi qu’on en usa pour le prince de Moldavie en 181965 ». Deux références s’imposent : celle à Carra lui-même et une autre à Katzaitis, qui mentionne le Te Deum ou Παράκλησις66, mais sans parler d’onction. Byzantios n’en parle pas non plus quant au couronnement de Michel Soutzo, alors qu’il y a assisté.

28Qu’a-t-on appris de cette incursion dans l’histoire du couronnement des princes « phanariotes » à Constantinople ? Force est d’admettre, d’abord, à la lumière des informations disponibles, que le rituel connut une certaine flexibilité, malgré une pratique assez fréquente et le monopole exercé par la Grande Église, institution très vigilante en matière d’administration du culte. La chronologie reste, en revanche, très mal assurée. Si la période « tardive » est assez bien couverte, surtout entre 1808 (l’ordo de Byzantios) et 1819 (la notice du même auteur), pour la période antérieure nous ne disposons ni de textes prescriptifs, ni de descriptions dignes de confiance. Se faire une idée précise de la dynamique des pratiques devient par conséquent très problématique.

29On comprend cependant un peu plus – sans doute encore trop peu – les manières dont les divers acteurs sociaux se rapportaient à ce rituel et au pouvoir qu’il devait consacrer.

  • 67 Buc Philippe, « Rituel politique et imaginaire politique au haut Moyen Âge », Revue historique 620  (...)
  • 68 Nous faisons référence à la légende du don symbolique des regalia, accordé au prince Alexandre le B (...)

30Dans le récit de Cantemir, le rituel ne fait pas figure de simple catégorie analytique mais il s’avère polémique67, contribuant à affirmer la vision autocratique du pouvoir princier, qui est d’ailleurs une constante de la pensée du prince. L’exemple byzantin, compris et repensé pour l’occasion, l’inspire ; l’héritage de Byzance lui fournit des arguments. On aperçoit là les traces de sa vision générale de l’histoire de son pays, continuatrice de l’empire disparu, à l’ombre duquel l’État moldave fut fondé et connut la gloire68. Ainsi, le démantèlement des anciennes coutumes politiques locales « à cause de la tyrannie des Turcs » trouve-t-il une compensation forte dans une quasi-refonte de Byzance où le prince de la Moldavie, « phanariote » ou non, est couronné dans l’église patriarcale de l’ancienne capitale impériale, « comme les basileis de jadis ». Introduit dans « le saint des saints » et consacré par le patriarche, le prince accède à une proximité spatiale exceptionnelle avec le sacré, ce qui lui confère une proximité de nature tout aussi exceptionnelle par rapport aux sacerdotes. Il peut désormais agir en véritable « oint de Dieu », sans limitation aucune. Cantemir l’avait tenté lui-même le peu de temps qu’il avait régné ; son patron, Pierre le Grand, ne fit pas autrement. Affaires intérieures et affaires extérieures entraient également dans leurs prérogatives et compétences.

  • 69 Ciobanu Ştefan, « Dimitrie Cantemir în Rusia », Analele Academiei Române. Memoriile Secţiei Literar (...)

31À travers le rituel hybride qu’il rapporte, Cantemir fait (ou croit faire) du prince moldave un véritable roi-prêtre, pilier d’une orthodoxie éprouvée par la domination de l’infidèle et presque égal du tsar russe qui se refusait, par ailleurs, le rôle de leader de la Croisade que ce prince n’avait cessé de prêcher jusqu’à la fin de ses jours69. Du point de vue liturgique pourtant, la construction de Cantemir porte le sceau d’une contradiction insoluble, car il fait consacrer le prince de Moldavie à l’intérieur du sanctuaire, à la manière des sacerdotes, situation impensable à Byzance, tout en lui accordant l’onction matérielle, dans la tradition de l’Empire tardif. Cette agglomération d’éléments qui se réclament de Byzance – et qui le sont effectivement, si on les prend séparément – arrive à configurer une personne liturgiquement inclassable dans la hiérarchie spirituelle de l’Église orthodoxe, une personne qui se situe en opposition avec la tradition byzantine comme avec le dogme professé par le Patriarcat œcuménique soumis à la Porte ottomane.

  • 70 Pitsakis Constantin G., « La continuation de l’Empire : constructions d’idéologie politique et conc (...)
  • 71 Il n’est pourtant pas exclu que d’autres prières aient existé encore, qui soient effectivement insp (...)

32« Intérieur au sacré » dans la vision de Cantemir, le prince est rigoureusement tenu à distance du « saint des saints » par les sources tardives. Les rapports et les hiérarchies de grâce hérités de Byzance sont cette fois-ci préservés et observés : « les choses saintes aux saints », en quelque sorte, ce qui limitait nettement la participation au sacré aux seuls sacerdotes, laissant le monarque gérer les choses de ce monde. Le retour du pouvoir à Constantinople signifiait donc pour l’Église une récupération de sa prérogative de consacrer ce nouveau pouvoir, même s’il n’était plus – et là les choses sont claires – celui, universel, des basileis, dont la place avait échu, par la volonté de Dieu, au Sultan. À un pouvoir délégué, d’ordre second, était réservé un service liturgique sur mesure, qui calquait visiblement la τάξις d’ordination des officiers laïcs de la Grande Église (κληρικοί), fait remarqué en passant par Constantin G. Pitsakis70. La prière de consécration en témoigne71. Dans cette logique, le hiérarque qui opère le transfert de grâce – constitutif de tout pouvoir chrétien – est tout et le prince n’est rien.

  • 72 Nous faisons référence à deux documents précisément : le Traité des cérémonies de Gheorgaki le deux (...)

33Quant à l’onction – les textes moldaves semblent le suggérer – il se peut qu’elle ait été accordée alternativement : tantôt à Constantinople, tantôt dans la capitale du pays, en fonction de circonstances qui nous échappent pour l’instant72. Le problème qu’elle soulève est pourtant de moindre envergure dans le contexte d’un rituel non sacramental comme celui accompli pour les princes « phanariotes », tandis que sa présence – ou absence – ne peut témoigner, à elle seule, de l’éventuel héritage impérial byzantin.

  • 73 Voir une autre notice de Byzantios concernant l’inauguration du deuxième règne d’Alexandre Soutzo ( (...)
  • 74 Sur ce terme, voir les observations de Pitsakis Constantin G., « Empire et Église (le modèle de la (...)
  • 75 Ibid., p. 108.

34Le rituel que la main ferme de l’Église tailla pour le couronnement des princes « phanariotes » devait donc revêtir d’un vêtement fastueux une cérémonie dont le fond liturgique et théologique n’était que par trop modeste. Son absence des livres de culte le signale d’ailleurs comme liturgiquement inclassable, construit pour l’occasion et sans aucune valeur sacramentelle. Le fait qu’une bonne partie des éléments – qui ne sont pas dépourvus d’intérêt par ailleurs – se répètent lors d’un deuxième couronnement73 ne change en rien l’aspect général, mais souligne que, malgré tout, une sorte de « consonance » (συμφωνία)74 existait – ou devait exister – entre les divers leaders des Ρωμαῖοι dans la capitale qui leur avait jadis appartenu. Les formes liturgiques de cette « consonance » sont pourtant très éloignées de leur prototype byzantin ; il ne pouvait pas en être autrement dans un monde qui avait perdu le 29 mai 1453 précisément l’idée d’unité, incarnée auparavant par la « symphonie » entre Empire et Église en tant que « deux aspects de la notion, une et indivisible, de l’empire chrétien75 ». Seule « dépositaire de la dignité impériale vacante », l’Église ne faisait, à travers les rituels qu’elle administrait, qu’affirmer son unicité, en englobant toute autre dignité chrétienne dans son propre ordre symbolique.

35Il est cependant improbable, dans cette perspective, qu’un prince orthodoxe, héritier d’un pouvoir périphérique sans tradition d’appartenance à la famille de princes byzantins et, de surcroît, serviteur du Sultan ottoman, ait pu trouver une place dans cet ordre autrement que par son origine hellénique. La hiérarchie de grâce que le rituel dessine se bâtit à l’intérieur de la nation romaïque et non pas au niveau « universel » – un seul cadre juridique est possible, celui du Patriarcat œcuménique. La dignité « terrestre » que le prince reçoit, par le choix de Dieu et la volonté du Sultan, est ainsi traduite dans les termes de la Grande Église, qui intègre le prince dans sa propre hiérarchie, lui réservant le statut, modeste, de κληρικός – officier laïque de la cour patriarcale. L’empire, universel par définition, reste « dormant » jusqu’à ce que Dieu veuille accomplir son plan de salvation, dans lequel les princes territoriaux, « phanariotes » ou non, n’ont aucun rôle à jouer.

Annexe

Tableau synoptique des principales étapes du rituel de couronnement des princes « phanariotes » à Constantinople

  • 76 Série d’invocations prononcées par le diacre ; à chacune le peuple répond : Παράσχου Κύριε. Le nom (...)

Byzantios (1808)

Soutzo

Photeinos

Byzantios (1819)

le patriarche prend le prince par la main et le conduit au milieu de l’église : ἄξιον ἐστίν

le patriarche prend le prince par la main et le conduit au milieu de
la nef : ἄξιον ἐστίν

le prince entre dans l’église : le patriarche lui donne le baiser de la paix ;
ἄξιον ἐστίν

le patriarche prend le prince par la main et le conduit à l’intérieur de l’église : ἄξιον ἐστίν

le patriarche monte sur son trône

le prince vénère les icônes du Christ et de la Théotokos

le prince se découvre et se prosterne devant les saintes images

le prince vénère les icônes ; fin de l’hymne ἄξιον ἐστίν

le prince se rend à son trône et attend là

le prince s’arrête au milieu du temple

le patriarche bénit l’assemblée du haut de son trône ; les hiérarques sont assis dans leurs stalles

le Grand Archidiacre : εὐλόγησον Δέσποτα

le patriarche : εὐλόγησις

le Trisagion et les autres chants

les tropaires de Saint Georges ; deux γέροντες conduisent le prince devant le patriarche : κέλευσον, κελεύσατε

deux des principaux évêques posant, l’un à droite, l’autre à gauche la main sur lui, présentent le prince au patriarche qui l’attend en bas du trône

l’évêque d’Héraclée et un autre évêque prennent le prince par les épaules et le conduisent devant le patriarche : κέλευσον, κελεύσατε τὸν προσφερόμενόν σοι

les évêques de Césarée et d’Héraclée prennent respectivement le prince par le bras droit et gauche et le conduisent devant le patriarche : κέλευσον, κελεύσατε Δέσποτα ἅγιε τὸν προσφερόμενόν σοι

χειροθεσία

la bénédiction

le patriarche prononce la prière : ἡ θεία χάρις…

le patriarche prononce la prière : ἡ μετριότης ἡμῶν διὰ τῆς χάριτος τοῦ παναγίου καὶ τελεταρχικοῦ πνεύματος…

l’onction avec le saint myron (τὸ ἅγιον μύρον)

l’archidiacre : εἰς πολλὰ ἔτη pour le patriarche

εἰς πολλὰ ἔτη

le prince baise la main du patriarche

le prince revient à sa place

le prince se couvre et se place dans la stalle princière ; le patriarche monte sur son trône et les évêques à leur stalles

le prince monte dans sa loge

un prédicateur ou un évêque de second ordre prononce un sermon de circonstance

πολυχρόνιον
pour le patriarche

les chantres de droite entonnent le vœu pour le patriarche (« Dieu accorde de longues années à S. S. ») et ceux de gauche pour le prince

πολυχρόνιον pour le prince

le prôtopsaltès : πολυχρόνιον pour le patriarche ; le λαμπαδάριος pour le prince

le Grand Archidiacre : ἐλέησον ἡμᾶς ὁ Θεός

le diacre : αἴτησις76 (ἐλέησον ἡμᾶς ὁ Θεός, etc.)

le second officiant (ὁ δευτερεύων) : ἐλέησον ἡμᾶς ὁ Θεός

le chœur : Κύριε ἐλέησον trois fois

les psaltes : Κύριε ἐλέησον trois fois

le patriarche : ὅτι ἐλεήμων

le patriarche : ἐπάκουσον ἡμῶν ὁ Θεός

ἀπόλυσις ; le λόγος de l’ambon

le prédicateur (ἱεροκῆρυξ) : le λόγος de l’ambon

ὁ λόγος (éloge)

le vœu de longues années au patriarche : τὸν Δεσπότην καὶ Ἀρχιερέα…

nouveau πολυχρονισμός

εἰς πολλὰ ἔτη

ἀπόλυσις

le patriarche conduit le prince vers la sortie de l’église

le patriarche conduit le prince jusqu’à la porte du temple

le prince sort de l’église

le prince descend de son trône et sort

Notes

1 Iorga Nicolae, Byzance après Byzance. Continuation de l’Histoire de la vie byzantine, Bucarest, 1935, p. 12.

2 C’est le sens des paroles que le prince Alexandre Maurocordato « Dély-Bey » adressa au consul autrichien Raicevich ; cf. Iorga Nicolae, Textes postbyzantins, I. Chronique de Constantin Maurocordato et de son fils Alexandre, Bucarest, 1939, p. 27.

3 L’expression « aristocratie inclassable » appartient à Missir de Lusignan Livio, « Une aristocratie inclassable : les drogmans. Réflexions sur nations et dynasties au sein de l’Empire Ottoman », dans Hitzel Frédéric (éd.), Istanbul et les Langues orientales, Paris, 1997, p. 153-159. Pour une discussion du terme « Phanariote », voir Pippidi Andrei, « Phanar, Phanariotes, Phanariotisme », Revue des Études Sud-Est européennes 13 (1975), p. 231-239 ; Bouchard Jacques, « L’apport de Zallony dans la conception grecque et roumaine du Phanariote », dans Actes du Symposium international : Le livre. La Roumanie. L’Europe. 4e éd., 20-23 septembre 2011, III, Bucarest, 2012, p. 150-167 ; Păun Radu G., « Some Observations on the Historical Origins of the “Phanariot Phenomenon” in Moldavia and Wallachia », dans Harlaftis Gelina, Păun Radu G. (éds), Greeks in Romania in the 19th Century, Athènes, 2013, à paraître.

4 Sur le caractère patrimonial du système ottoman voir surtout : Kunt I. Metin, The Sultan’s Servants. The Transformation of Ottoman Provincial Government, 1550-1650, New York, 1983 ; Abou-el-hajRifa’at Ali, « The Nature of the Ottoman State in the Latter Part of the 17th Century », dans TietzeAndreas (éd.), Habsburgisch-osmanische Beziehungen, Vienne, 1985, p. 171-187 ; Barkey Karen, Bandits and Bureaucrats. The Ottoman Route to State Centralization, Ithaca-Londres, 1997.

5 Iorga nicolae (n. 1), p. 222.

6 Avoir accès au pouvoir obligeait donc à intégrer ce groupe. Ce fut d’ailleurs le cas des Racoviţă et des Callimaki (familles d’origine moldave) et même des Ghika, dont le fondateur et son fils avaient régné avant « l’époque des Phanariotes » ; Racoviţă-Cehan Mihai, Familia Racoviţă-Cehan. Genealogie şi istoric, Bucarest, 1942 ; iOrga Nicolae, Documente privitoare la familia Callimachi, I-II, Bucarest, 1902 ; cernovodeanu Paul, « Ştiri privitoare la Gheorghe Ghica Vodă al Moldovei şi la familia sa », Anuarul Institutului de Istorie şi Arheologie A. D. Xenopol 19 (1982), p. 333-352 (I) ; 20 (1983), p. 123-133 (II) ; 21 (1984), p. 161-178 (III).

7 Katzaitis Markos Antonios, « Călătorie de la Constantinopol… la Iaşi şi de la Iaşi la Bucureşti, în anul 1742 », dans Saeculum. Documente inedite, éd., trad. et notes par Moisuc Elena, Limona Dumitru, Iaşi, 1977, p. 47-110, ici p. 75 ; voir aussi Pippidi Andrei, Tradiţia politică bizantină în ţările române în secolele xvi-xviii, Bucarest, 1983, p. 23. Cette vision ne démontre certainement « rien du point de vue de la formation historique des institutions mises en cause », mais jette néanmoins des lumières sur ce que les mondes moldo-valaque et hellénique pensaient de leurs rapports avec Byzance ; cf. Georgescu Valentin Al., Bizanţul şi instituţiile româneşti până în secolul xviii, Bucarest, 1980, p. 56-57.

8 Iorga Nicolae (n. 1), p. 228.

9 « At posteaquam Turcarum tyrannide turbata sunt omnia, demtumque provinciae ordinibus ius sibi de domino providendi » ; Cantemir Dimitrie, Descriptio antiqui et hodierni status Moldaviae, trad. Guţu Gheorghe, introd. Holban Maria, comment. Stoicescu Nicolae, Bucarest, 1973, p. 156.

10 Ibid., p. 144.

11 Dan Ioan Mureşan considère que le sacre des princes roumains à Constantinople commence à devenir « plus systématique » sous le patriarche Jérémie II Tranos (1572-1579 ; 1580-1584 ; 1587-1595), avec même un précédent qui remonterait au xve s. Cette position nous semble surinterpréter les affirmations de Cantemir, d’un siècle et demi plus tardives, et le peu d’informations contemporaines ; Mureşan Dan Ioan, « L’émergence du sacre princier dans les pays roumains et son modèle impérial byzantin (xve-xvie s.) », dans Koumanoudi Marina, Maltezou Chryssa (éds), Dopo le due cadute di Constantinopoli (1204, 1453) : Eredi ideologici di Bisanzio, Venise, 2008, p. 57-126, ici p. 122.

12 Sur les rapports entre les pays roumains et la Porte, voir Panaite Viorel, Pace, război şi comerţ în Islam. Ţările Române şi dreptul otoman al popoarelor (secolele xv-xvii), Bucarest, 1997 ; id., The Ottoman Law of War and Peace : the Ottoman Empire and Tribute Payers, Boulder, 2000 ; id., « Power Relationships in the Ottoman Empire. Sultans and the Tribute Paying Princes of Wallachia and Moldavia (16th-18th Centuries) », Revue des Études Sud-Est européennes 37-38 (1999-2000), p. 47-78.

13 Cantemir Dimitrie (n. 9), p. 142 ; Cronica lui Ion Neculce copiată de Ioasaf Luca. Manuscrisul « Mihail », éd. Mihail Zamfira, Mihail Paul, Bucarest, 1980, p. 55 ; Cantemir Dimitrie, Vita Constantini Cantemyrii, cognomeno Senis, Moldaviae Principis, étude introductive, notes et commentaires Pippidi Andrei, éd. critique, trad. et annexes Sluşanschi Dan, Câmpeanu Ilieş, Bucarest, 1996, p. 114 et 223, n. 126. Nous ne rejoignons pas sur ce point D. I. Mureşan qui affirme qu’ils ont été couronnés (et oints) à Constantinople, cf. « L’émergence du sacre » (n. 11), p. 60.

14 Cantemir Dimitrie, Vita Constantini Cantemyrii (supra), p. 86. Sur cette branche de la famille, voir Cantacuzène Jean-Michel, Mille ans dans les Balkans. Chronique des Cantacuzènes dans la tourmente des siècles, Paris, 1992, tableaux généalogiques. Ailleurs, Cantemir donne pourtant une autre version des faits : « pendant près de cent ans, les Turcs, conformément aux conventions, laissèrent aux Moldaves le choix de leur prince : dans la suite la Porte trouva à propos de nommer un Prince à la nation, et c’étoit pour l’ordinaire quelque fils de ceux qui étoient détenus comme ôtages à Constantinople. Enfin, cette dignité a été conférée à des Seigneurs d’entre les Grecs qui vivoient à Constantinople : et c’est ainsi que Demetrius Cantacuzène a été fait Prince de Moldavie, il y a quarante ans : dix ans après Antoine Rosseta [erreur, Rosetti fut nommé en 1678] fut élevé à cette Principauté, et de mon temps Ducas Rameliota [de Roumélie] en a été revêtu, puis le fameux Alexandre Maurocordato premier Interprète de la Porte et collègue de Rami Mehemed Reis Effendi à la négociation de Carlovvitz » (Histoire de l’Empire Othoman, où se voyent les causes de son aggrandissement et de sa décadence…, trad. de Joncquières M., I, Paris, 1743, p. 232). Cette dernière affirmation contient une erreur inexplicable, car Alexandre n’a jamais régné en Moldavie ou ailleurs, ce qui fut en revanche le cas de son fils, tant en Moldavie qu’en Valachie.

15 Florin Constantiniu considère que la nomination de Constantin Cantemir représente la fin de ce qu’il appelle, de manière anachronique d’après nous, « l’expérience protophanariote », mise en œuvre par la Porte entre 1673 et 1685 ; Constantiniu Florin, « Când începe epoca fanariotă ? », Studii şi Materiale de Istorie Medie 11 (1992), p. 109-117, ici p. 110.

16 Ἱστορία τῆς Βλαχίας πολιτικὴ καὶ γεωγραφικὴ ἀπὸ τῆς ἀρχαιοτάτης αὐτῆς καταστάσεως ἕως τοῦ 1774 ἔτους…, publiée par les frères Tunusli, Vienne, 1806 (en fait, la traduction de l’œuvre de Mihail Cantacuzino, cf. Iorga Nicolae, Istoria literaturii române în secolul al xviii-lea, éd. Theodorescu Barbu, II, Bucarest, 19692, p. 111). Voir aussi Komninos Ypsilantis Athanassios, Ἐκκλησιαστικῶν καὶ πολιτικῶν τῶν εἰς δώδεκα βιβλίων Η´, Θ´ καὶ Ι´, ἤτοι τὰ μετὰ τὴν Ἅλωσιν, Constantinople, 1870, p. 327-328.

17 Komninos Ypsilantis Athanassios (supra), p. 67.

18 Dapontès Constantin, Κατάλογος ἱστορικὸς ἀξιόλογος τῶν καθ᾽ ἡμᾶς χρηματισάντων ἐπισήμων Ῥωμαίων…, dans Erbiceanu Constantin (éd.), Cronicarii greci carii au scris despre români în epoca fanariotă, Bucarest, 1888, p. 164. Il s’agit de Georges Doukas, ancien client de Vasile Lupu et successivement prince de Moldavie (1665-1666 ; 1668-1672 ; 1683-1684) et de Valachie (1673-1678).

19 de La Croix, État présent des nations et églises grecque, arménienne et maronite en Turquie, Paris, 1715 [1695], p. 4 sqq. (les familles grecques) ; p. 20-22 (l’église patriarcale) ; p. 43 sqq. (fêtes religieuses) ; p. 114 sqq. (élection et installation des patriarches) ; p. 117-118 (officiers de la Grande Église), etc. Selon Rycaut Paul, The Present State of the Ottoman Empire…, Londres, 16682, chap. 14, p. 61, la Valachie et la Moldavie « become not only tributaries, but slaves and subjects to the Turk who having deprived them of the true line of their natural Princes succeeding in a lawful inheritance, place over them some Christians of the Greek Church, without consideration of their conditions or riches, or qualifications ».

20 Cf. Sacerdoţeanu Aurelian, « De nouveau sur “Une enquête française sur les Principautés roumaines au commencement du xviiie s.” », Revue historique du Sud-Est européen 6 (1929), p. 55-64, enquête datable autour de 1714. Nous n’avons pas pu consulter l’article de Giurescu Constantin C., « Une enquête française sur les Principautés roumaines au commencement du xviiie s. », Mélanges de l’École roumaine en France 2 (1924), p. 36-63.

21 Il parle d’une cérémonie de couronnement « brillante et solennelle » à l’église patriarcale, où on chante le Te Deum ou Παράκλησις ; Katzaitis Markos Antonios (n. 7), p. 75.

22 Păun Radu G., « Le couronnement des derniers princes “phanariotes”. Autour d’un document ignoré », Revue des Études Sud-Est européennes 34 (1996), p. 63-75.

23 Publié par Legrand Émile, Bibliothèque grecque vulgaire, III, Paris, 1881, p. 245-250.

24 Dapontès Constantin, Ἱστορία τῶν συμβάντων ἐπὶ τῆς βασιλείας τοῦ σουλτὰν Μεχμέτη… μέχρι τῆς βασιλείας τοῦ σουλτὰν Ἀχμέτη, dans ErbiceanuConstantin (n. 18), p. 10 (élection d’Eustratie Dabija par les boyards et présentation au Vizir [ἐπίτροπος] et ensuite au Sultan, qui ordonne qu’il soit revêtu du kavadè : τὸν ἐφόρεσαν καβάδι) ; p. 25 (Georges Doukas) ; p. 46 (Constantin Doukas) ; p. 61-62 (Michel Racoviţă : ἐφόρεσαν καβάδι διὰ τὴν αὐθεντείαν τῆς Μολδαβίας) ; etc.

25 Alexandre Hanzeri est revêtu du kavadè διὰ αὐθέντης τῆς Μπογδανίας et Alexandre Michel Soutzo ἐφόρεσε καβάδι διὰ μέγας δραγομάνος τῆς Πόρτας (sic), selon Râmniceanul Naum, Cronicul Protosinghelului Naum Râmniceanul, dans Erbiceanu Constantin (n. 18), p. 270. C’est toujours l’investiture ottomane qui est mise en évidence à l’occasion de l’installation des patriarches, à cette différence près qu’on mentionne aussi l’élection par le synode, les archontes et, éventuellement, le peuple ; voir Dapontès Constantin (n. 24), p. 37 (Jacob). L’Ὑπομνήματα ἐκκλησιαστικῆς ἱστορίας de Makraios Sergios en fournit plusieurs exemples ; voir l’édition dans Sathas Konstantinos N., Μεσαιωνικὴ βιβλιοθήκη ἢ Συλλογὴ ἀνεκδότων μνημείων τῆς Ἑλληνικῆς ἱστορίας, III, Venise, 1872, p. 225 (Séraphim II) ; p. 245 (Samuel I) ; p. 389 (Gerassime III) ; p. 392 (Grégoire V) ; etc.

26 Voir les traductions de Cantemir Dimitrie, Histoire de l’Empire Othoman (n. 14), deux volumes publiés par les soins de son fils, Antiochos, ambassadeur de Russie à Paris ; id., « Beschreibung der Moldau », dans Buching Anton Fr. (éd.), Magazin für die neue Historie und Geographie 3 (1769), p. 537-574, et 4 (1770), p. 1-120 ; id., Historisch-geographische und politische Beschreibung der Moldau, nebst dem Leben der Verfassers und eine Landkarte, Franckfort et Leipzig, 1771. Le premier ouvrage a fait l’objet de l’édition critique signée par Sluşanschi Dan, Demetrii principis Cantemirii Incrementorum et Decrementorum Aulae Othoman[n]icae sive Aliothman[n]icae Historiae a prima gentis origine ad nostra usque tempora deductae libri tres, Timişoara, 2002. Le second peut être consulté dans l’édition critique citée ci-dessus n. 9.

27 C’est le cas de Carra Jean-Louis, Histoire de la Moldavie et de la Valachie. Avec une Dissertation sur l’état actuel de ces deux provinces, Neuchâtel, 1781, p. 15-17. François Recordon prétend, quant à lui, utiliser « quelques détails qui m’ont été communiqués par un seigneur grec sur les cérémonies qui suivent leur nomination à Constantinople, et sur la manière dont se fait leur installation dans leur principauté » ; Recordon François, Lettres sur la Valachie ou Observations sur cette province et ses habitans, écrites de 1815 à 1821, avec la relation des derniers événemens qui y ont eu lieu, Paris, 1821, p. 117-119. Il reprend en fait presque mot à mot le texte de Cantemir, comme le fait aussi Thornton Thomas, The Present State of Turkey…, Londres, 1807, p. 411.

28 Cantemir Dimitrie (n. 9), p. 160-163. La description que l’auteur fournit dans l’Histoire de l’Empire Othoman (n. 14) est presque identique.

29 C’est la formule pour souhaiter longue vie à un patriarche ou à un évêque qu’on prononçait les jours de grande fête, en accompagnant le pontife qui venait d’officier et se retirait vers ses appartements ; Clugnet Louis, Dictionnaire grec-français des noms liturgiques en usage dans l’Église grecque, Paris, 1895, sub voce πολυχρονισμός.

30 Ibid., p. 258 ; Syméon de Thessalonique, Περὶ τοῦ ἁγίου ναοῦ καὶ τῆς τούτου καθιερώσεως, Patrologia graeca 155, Paris, 1866, col. 354 ; voir Arranz Miguel, « Couronnement royal et autres promotions de la cour. Les sacrements d’institution de l’ancien Euchologe constantinopolitain », Orientalia Christiana Periodica 56 (1990), p. 83-133, ici p. 125. L’onction était accompagnée par l’exclamation ἅγιος, prononcée trois fois par le patriarche et le peuple. Cet épisode fait défaut dans le texte de Cantemir. Il n’y a qu’un seul manuscrit, le plus ancien, de l’Euchologion constantinopolitain qui situe le couronnement (sans onction) à l’autel, le codex Barberini (viiie s.), ibid., p. 90-91. Voir aussi Arranz Miguel, « L’aspect rituel de l’onction des empereurs de Constantinople et de Moscou », dans Catalano Pierangelo, Siniscalco Paolo (éds), Roma, Constantinopoli, Mosca. Rendiconti del I Seminario di Studi Storici « Da Roma alla Terza Roma », Naples, 1983, p. 407-415, ici, p. 411.

31 L’œuvre du Pseudo-Codinos avait déjà connu quelques éditions imprimées, à commencer par celle due à François du Jon, Heidelberg, 1588 ; cf. Pseudo-Codinos, Traité des cérémonies, éd. Verpeaux Jean, Paris, 1968, p. 114 sqq. Cantemir connaissait ce texte ; Elian Alexandru, « Moldova şi Bizanţul în secolul al xv-lea », dans Berza Mihai (éd.), Cultura moldovenească în timpul lui Ştefan cel Mare, Bucarest, 1964, p. 97-179, repris dans Elian Alexandru, Bizanţul, Biserica şi cultura românească. Studii şi articole de istorie, éd. Muntean Vasile V., Iaşi, 2003, p. 15-94, ici p. 25, n. 44, et p. 27, n. 51.

32 Nous ne faisons pas référence ici au droit habituel de l’empereur de pénétrer dans le sanctuaire lors des grandes cérémonies, cf. Le Typicon de la Grande Église : Ms. Sainte-Croix n° 40, xe siècle. I (Le cycle des douze mois), II (Le cycle des fêtes mobiles), introd., texte critique, trad. et notes par Mateos Juan, Orientalia Christiana Analecta 165, 167, Rome, 1962, 1963. Ce droit lui vaut une qualité quasi sacerdotale, comme l’a montré Dagron Gilbert, Empereur et prêtre. Étude sur le « césaro-papisme » byzantin, Paris, 1996. Ce qui nous intéresse ici est l’endroit où l’empereur se fait consacrer et (éventuellement) oindre et les significations qui en découlent.

33 Syméon de Thessalonique, Περὶ τῶν ἱερῶν χειροτονιῶν, Patrologia graeca 155, col. 371 et suiv. (diacre), 385 sqq. (prêtre), 401 sqq. (évêque). Voir aussi Ἀρχιερατικὸν περιέχον τὰς θείας καὶ ἱερὰς λειτουργίας…, Bucarest, 1714, p. 48 (diacre), p. 51 (prêtre), p. 55 (évêque) ; Ἀρχιερατικὸν περιέχον τὰς θείας καὶ ἱερὰς λειτουργίας… Constantinople, 1820, p. 39 (diacre), p. 41 (prêtre), p. 44 (évêque) ; Εὐχολόγιον τὸ Μέγα, Constantinople, 1803, p. 118 sqq. (diacre), 120 sqq. (prêtre), 123 sqq. (évêque).

34 Il n’y a pas consensus sur le moment précis, l’endroit et la manière de communier du basileus dans les divers témoignages qui nous sont parvenus. La tradition manuscrite de l’Euchologion constantinopolitain veut que l’empereur reçoive la communion présanctifiée (donc sans célébrer la messe), juste après le couronnement proprement dit et à l’extérieur du sanctuaire ; Arranz Miguel, « Couronnement royal » (n. 30), p. 124 et 132 ; id. « L’aspect rituel » (n. 30), p. 411. Pour sa part, le Pseudo-Codinos, reflétant une réalité plus tardive, place l’entière cérémonie de couronnement pendant la messe et situe le moment de la communion juste avant l’hymne Trisagion, à l’intérieur du sanctuaire, car le basileus participe comme officiant au service divin et communie à la manière des clercs ; Pseudo-Codinos (n. 31), p. 257-258 et p. 268. À peu près contemporain, Syméon de Thessalonique situe ce moment toujours après le couronnement et à l’intérieur du sanctuaire : après l’hymne Trisagion, on célèbre la messe entière et la communion du basileus a lieu pendant la messe ; Syméon de Thessalonique, Περὶ τοῦ ἁγίου ναοῦ (n. 30), chapitres 143 et 151, col. 351-352 et 355-356 ; voir aussi Arranz Miguel, « Couronnement royal » (n. 30), p. 126 ; id., « L’aspect rituel » (n. 30), p. 413.

35 Syméon de Thessalonique, Περὶ τῆς ἱερᾶς τελετῆς τοῦ ἁγίου μύρου, surtout le chapitre LXXIV, Patrologia graeca 155, col. 249-251 ; voir aussi Περὶ τῶν ἱερῶν χειροτονιῶν (n. 33), col. 351 et 415-418. On saisit là le point final d’une longue évolution qui fit graduellement basculer le modèle du roi-prêtre entre les mains d’une Église dont le prestige et l’autorité l’emportaient sur le pouvoir impérial. Or cette situation fut traduite justement par la matérialisation de l’onction qui fit désormais du monarque « un imitateur du Christ », « un simple bedeau dans l’Église du Christ » ; Dagron Gilbert (n. 32), p. 289.

36 Syméon de Thessalonique, Περὶ τῶν ἱερῶν χειροτονιῶν (n. 33), chap. CLXXXIII, col. 391-392.

37 Simonescu Dan, « Le monastère de Cetătzuia (Iassy), foyer de culture de l’Orient orthodoxe », Balcania 6 (1943), p. 357-365 ; voir aussi Murgescu Bogdan, « Confessional Polemics and Political Imperatives in the Romanian Principalities (late 17th-early 18th Centuries) », dans Crăciun Maria, Ghitta Ovidiu (éds), Church and Society in Central and Eastern Europe, Cluj-Napoca, 1998, p. 174-183.

38 Voir, par exemple, Mureşan Dan Ioan (n. 11), p. 125 : « du cérémonial impérial byzantin est reprise une série impressionnante d’éléments, et surtout les prières ».

39 Nous rappelons que l’Euchologion de Goar ne fut pas édité pour des besoins de culte, mais à des fins d’érudition. Le modèle ayant servi à Goar, l’édition vénitienne de 1638, ne contient pas les prières pour le couronnement des basileis ; cf. Arranz Miguel, « L’aspect rituel » (n. 30), p. 410.

40 Il ne s’agit pas d’une invention ; voir Paul d’Alep, Voyage du patriarche Macaire d’Antioche, texte arabe et traduction française par Radu Basile, dans Patrologia Orientalis 22,1, Paris, 1930, p. 85 ; Katzaitis Markos Antonios (n. 7), p. 75. Constantin G. Pitsakis n’accorde pas de valeur juridique à cet élément ; cf. « De la fin des temps à la continuité impériale : constructions idéologiques post-byzantines au sein du patriarcat de Constantinople », dans Le Patriarcat œcuménique de Constantinople aux xive-xvie siècles : rupture et continuité. Actes du colloque international, Rome, 5-7 décembre 2005, Dossiers byzantins 7, Paris, 2007, p. 213-239.

41 Cette comparaison revient sous la plume du prince lorsqu’il parle des prérogatives de nommer les évêques, que seuls les princes moldaves et les tsars russes auraient détenues « parmi les princes chrétiens » ; Cantemir Dimitrie (n. 9), p. 126 et 352 ; voir aussi Pippidi Andrei (n. 7), p. 39 et 233-234.

42 La précision s’impose, car le rituel de couronnement en Moldavie semble avoir emprunté cette structure hybride, au moins dans la dernière partie du xviiie s. L’analyse détaillée que nous avons préparée sera publiée ultérieurement. En attendant, voir Barbu Violeta, Lazăr Gheorghe, « Coronatio. Tradiţia liturgică în Ţările Române », dans Naţional şi universal în istoria românilor. Studii oferite Prof. Dr. Şerban Papacostea cu ocazia împlinirii a 70 de ani, Bucarest, 1998, p. 40-69 ; Păun Radu G., « Les fondements liturgiques du “constitutionnalisme” roumain entre la Seconde et la Troisième Rome (xvie-xviie s.). Premiers résultats », Revue Roumaine d’Histoire 37 (1998), p. 173-196. Il est fort possible que Cantemir s’inspire dans la description reproduite ci-dessus du rituel qu’il avait directement connu en 1693.

43 Les Byzantins désignaient le prince de Valachie et/ou de Moldavie par le terme, très général d’ailleurs, d’αὐθέντης ; voir Brezeanu Stelian, « Model european şi realitate locală în întemeierile statelor medievale româneşti. Un caz : Terra Bazarab », Revista Istorică 5 (1994), p. 211-232. Au xviiie s., ce terme fait partie du titre officiel du prince, à côté de ἡγεμών. Par conséquent, le règne et la forme de pouvoir que les princes exercent sont désignés par le mot αὐθεντεία que nous traduisons ici par « règne ».

44 Urme româneşti în răsăritul ortodox, Bucarest, 1935, p. 166-167.

45 Mureşan Dan Ioan (n. 11), p. 60.

46 Stoicescu Nicolae, Repertoriul bibliografic al monumentelor feudale din Bucureşti, Bucarest, 1961, p. 34.

47 Clugnet Louis (n. 29), sub voce.

48 Le texte a été publié par Psachos Konstantinos A., « Οἱ φαναριῶται ἡγεμόνες τῆς Μολδοβλαχίας προχειριζόμενοι ὑπὸ τοῦ οἰκουμενικοῦ πατριάρχου », Ξενοφάνης 7 (1910), p. 193-199, ici p. 196. Le deuxième pontificat de Grégoire prend fin le 10 septembre 1808. Manuel est en fonction jusqu’en 1818 ; cf. Gédéon Manuel I., Χρονικὰ τοῦ πατριαρχικοῦ οἴκου καὶ τοῦ ναοῦ, Constantinople, 1884, p. 214-215.

49 Il n’y eut aucun couronnement en 1808. Les précédentes nominations eurent lieu en 1806 (Skarlate Callimaki, premier règne et Alexandre Mourouzi, Moldavie) et en 1807 (Alexandre Hanzeris, Moldavie, premier règne). Nous ne savons pas si dans ces cas précis la nomination par le Sultan fut accompagnée d’une cérémonie religieuse. Les nominations de 1802 sont celles de Constantin Ypsilantis (Valachie, premier règne) et d’Alexandre Mourouzi (Moldavie).

50 Courte formule de bénédiction (Εὐλογητὸς ὁ Θεὸς ἡμῶν πάντοτε, νῦν, καὶ ἀεί, καὶ εἰς τοὺς αἰῶνας τῶν αἰώνων. Ἀμήν). On dit ποιεῖν εὐλογητόν dans le sens de prononcer l’εὐλογητός ; Clugnet Louis (n. 29), sub voce.

51 Les membres du Synode dit « permanent » (Σύνοδος ἐνδημοῦσα), après la « réforme » de 1741, cf. Papadopoullos Theodore Ch., Studies and Documents Relating to the History of the Greek Church and People under Turkish Domination, Bruxelles, 1952, p. 51 sqq.

52 Ἐπάκουσον ἡμῶν… δόξα σοι, ὁ Θεός (Exaudi nos… gloria tibi, Deus), auquel le peuple répond : Κύριε ἐλέησον. Cf. Syméon de Thessalonique, Περὶ θείας προσευχῆς, Patrologia graeca 155, col. 633-634.

53 Le renvoi des assistants par l’officiant à la fin du service, en récitant une prière spéciale qui varie en fonction de la fête et de la nature de la cérémonie ; Clugnet Louis (n. 29), sub voce.

54 Il s’agit du cantique Τὸν δεσπότην καὶ ἀρχιερέα ἡμῶν, Κύριε, φύλαττε εἰς πολλὰ ἔτη.

55 Cf. Mémoires du prince Nicolas Soutzo, grand logothète de Moldavie (1798-1871), publiés par les soins de Panaioti Rizos (personnage fictif qui cachait la collaboration entre D. A. Sturdza et P. Colescu-Vartic), Bucarest, 1899. Nous en avons donné une édition critique dans notre article « Le couronnement des derniers princes “phanariotes” » (n. 22) ; la citation se fait d’après cette édition, p. 68.

56 Publiée par Psachos Konstantinos A. (n. 48), p. 197-198.

57 Ἱστορία τῆς πάλαι Δακίας, III, Vienne, 1819, p. 418-419.

58 Sur le sens du verbe προχειρίζομαι dans le contexte du couronnement et des ordinations ecclésiastiques voir Arranz Miguel, « Couronnement royal » (n. 30), p. 88, n. 12 ; Cernokrak Nicolas, « Le terme néotestamentaire de cheirotonia et sa réception par la tradition liturgique byzantine », dans Triacca Achille M., Pistoia Alessandro, Ordinations et ministères : Conférences Saint-Serge. XLIIe semaine d’études liturgiques, Paris, 27-30 juin 1995, Rome, 1996, p. 59-81, ici p. 63-64.

59 Syméon de Thessalonique, Περὶ τῶν ἱερῶν χειροτονιῶν (n. 33), col. 465 sqq.

60 Ibid., col. 463-464. Dans le cas de l’ordination des évêques, les livres de culte tardifs précisent : Καὶ καθεξῆς ἀναγινώσκει καὶ τὰς ἐν τῷ Εὐχολογίῳ ἑτέρας δύο ὁμολογίας, προστιθεὶς καὶ μετὰ τὴν ἀνάγνωσιν, en rapportant trois prières, dont les deux premières n’invoquent que la grâce du Saint-Esprit, Ἀρχιερατικὸν…, Bucarest, 1714 (n. 33), p. 55 ; Ἀρχιερατικὸν…, Constantinople, 1820 (n. 33), p. 44.

61 Patrologia graeca 155, col. 465-466. Sur cet office : Papadopoullos Theodore Ch. (n. 51), p. 60 sqq. ; une liste contemporaine est à retrouver dans Εὐχολόγιον τὸ Μέγα (n. 33), p. 450. Pour l’office byzantin homonyme, Bréhier Louis, Les institutions de l’Empire byzantin, Paris, 19702, p. 397 sqq.

62 Ἀρχιερατικὸν…, Constantinople, 1820 (n. 33), p. 50.

63 Ἀρχιερατικὸν…, Bucarest, 1714 (n. 33), p. 48 (diacre), p. 51 (prêtre), p. 55 (évêque) ; Ἀρχιερατικὸν…, Constantinople, 1820 (n. 33), p. 39 (diacre), p. 41 (prêtre), p. 44 (évêque) ; Εὐχολόγιον τὸ Μέγα (n. 33), p. 118 sqq. (diacre), 120 sqq. (prêtre), 123 sqq. (évêque) ; voir aussi Cernokrak Nicolas (n. 58).

64 Carra Jean-Louis (n. 27), p. 21-22. C’est nous qui soulignons.

65 [Raicevich Stefano], Voyage en Valachie et en Moldavie avec des observations sur l’histoire, la physique et la politique…, traduit de l’italien par Lejeune J. M., Paris, 1822, p. 93.

66 Katzaitis Markos Antonios (n. 7), p. 75.

67 Buc Philippe, « Rituel politique et imaginaire politique au haut Moyen Âge », Revue historique 620 (2001), p. 843-883, et son livre The Dangers of Ritual : Between Social Scientific Models and Early Medieval Documents, Princeton, 2001 (trad. française, Paris, 2003) ; voir aussi Dumont Louis, Homo hierarchicus. Le système des castes et ses implications, Paris, 1966.

68 Nous faisons référence à la légende du don symbolique des regalia, accordé au prince Alexandre le Bon par l’empereur Jean VIII Paléologue, légende qui trouva en Cantemir un des plus importants adeptes ; cf. Elian Alexandru, « Moldova şi Bizanţul » (n. 31), p. 22 sqq. ; Gorovei Ştefan S., « Un episod din “recuperarea Bizanţului” : prima operă a Spătarului Nicolae “Milescu” », Anuarul Institutului de Istorie şi Arheologie A. D. Xenopol 22 (1985), p. 442-460 ; Pippidi Andrei (n. 7), p. 28, 34, 233.

69 Ciobanu Ştefan, « Dimitrie Cantemir în Rusia », Analele Academiei Române. Memoriile Secţiei Literare, s. III, II, (1925), p. 382-548 ; « Dimitrie Cantemir (1673-1723). Le panégyrique de Pierre le Grand », éd. critique et introd. par Cernovodeanu Paul, Carataşu Mihai et Lazea Alvina, Archaeus. Études d’Histoire des religions 5 (2001), p. 106-138.

70 Pitsakis Constantin G., « La continuation de l’Empire : constructions d’idéologie politique et conceptions juridiques dans l’Orient grec après la chute de Constantinople », communication au Xe séminaire d’Études historiques « Da Roma alla Terza Roma », Rome, le 21 avril 1998. Syméon de Thessalonique mentionne parmi les « ministres de l’extérieur » le δεποτάτος, c’est-à-dire l’officier dont le statut dans l’Église correspondait avec celui du basileus ; Arranz Miguel, « Couronnement royal » (n. 30), p. 124, n. 28.

71 Il n’est pourtant pas exclu que d’autres prières aient existé encore, qui soient effectivement inspirées par la tradition impériale byzantine et dont nos témoins ne rendent pas compte. Dans le cas de chaque ordination il existe au moins une prière supplémentaire qui demande les dons d’en haut pour le nouveau consacré.

72 Nous faisons référence à deux documents précisément : le Traité des cérémonies de Gheorgaki le deuxième logothète (1762), pour lequel voir Simonescu Dan, Literatura românească de ceremonial. Condica lui Gheorgachi, 1762. Studiu şi text, Bucarest, 1939, et le ms. roum. 1839 de la bibliothèque de l’Académie roumaine (autour de 1775), dont nous préparons l’édition critique ; voir notre étude, « Les fondements » (n. 42).

73 Voir une autre notice de Byzantios concernant l’inauguration du deuxième règne d’Alexandre Soutzo (1819) dans Psachos Konstantinos A. (n. 48), p. 197.

74 Sur ce terme, voir les observations de Pitsakis Constantin G., « Empire et Église (le modèle de la Nouvelle Rome) : la question des ordres juridiques », dans Catalano Pierangelo, Siniscalco Paolo (éds), Diritto e religione da Roma a Constantinopoli a Mosca. Rendiconti del Seminario di Studi Storici « Da Roma alla Terza Roma », Rome, 1995, p. 107-123, ici p. 107.

75 Ibid., p. 108.

76 Série d’invocations prononcées par le diacre ; à chacune le peuple répond : Παράσχου Κύριε. Le nom provient des derniers mots : παρὰ τοῦ Κυρίου αἰτησώμεθα ; Clugnet Louis (n. 29), sub voce.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search