Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

Prophéties byzantines et modernité roumaine (XVIIe-XIXe s.)

Andrei Timotin

Résumé

L’étude essaie de préciser la place que les textes prophétiques byzantins et post-byzantins occupent dans la société roumaine à l’aube de la modernité (xviie-xixe s.). Une périodisation en trois étapes de cette production littéraire est proposée. Une attention particulière est prêtée aux relations entre la prophétie et la politique, entre la prophétie et la réflexion sur le temps historique qui accompagne l’élaboration de l’histoire nationale.

Texte intégral

  • 1 Alexander Paul, The Byzantine Apocalyptic Tradition, Berkeley, 1985 ; Pertusi Agostino, Fine di Bis (...)
  • 2 Argyriou Astérios, Les exégèses grecques de l’Apocalypse à l’époque turque (1453-1821), Thessaloniq (...)

1L’usage politique des prophéties, leurs réinterprétations et réadaptations successives en fonction des nécessités du moment sont des phénomènes courants à Byzance et dans son orbite culturelle1. Après la chute de Constantinople, la littérature prophétique a connu un essor remarquable qui a continué, au moyen des traductions, jusqu’à la fin du xviiie s. Pseudo-prophéties, « visions », « apocalypses » et exégèses de l’Apocalypse furent largement copiées, traduites et diffusées pendant toute cette période2. Les deux thèmes favoris de cette littérature sont la fin proche du monde et la restauration de l’Empire byzantin. Cette littérature a constamment animé, entretenu et encouragé, pendant quatre siècles, les idéaux et les mouvements insurrectionnels des Grecs. De ce fait, son fort ancrage social et politique, plus net et de toute manière plus explicite que dans la tradition prophétique antérieure, apparaît à cette époque comme un élément distinctif de cette production littéraire.

2À partir de la fin du xviie s., avec l’affirmation de la Russie de Pierre le Grand sur la scène politique européenne, les regards et les espoirs des Grecs se dirigent instinctivement vers ce grand et puissant empire orthodoxe et, corrélativement, la nouvelle littérature prophétique prend une tournure décidément philo-russe. De nombreux lettrés grecs, parmi lesquels Jacob Pylarino, Jean Comnène, Anastasios Kondoïdès et les patriarches de Jérusalem Dosithéos et Chrisante Notaras, préparent tenacement, pendant la seconde moitié du xviie s., par le renforcement des liens culturels entre la Russie et le Sud-Est orthodoxe, une croisade anti-ottomane menée par le tsar, utopie politique qui n’a échoué qu’à la fin du xviiie s., bien que ses échos restent encore vifs dans les Balkans pendant le siècle suivant.

  • 3 Pour les textes prophétiques ayant circulé dans les pays roumains aux xve-xviie s. – en slavon et e (...)

3C’est précisément à cette époque que l’on peut constater, comme un reflet de cette idéologie et une prolongation de la tradition culturelle léguée par Byzance à la culture roumaine, un mouvement intellectuel caractérisé par la traduction en roumain de textes prophétiques byzantins et par la composition de nouveaux écrits prophétiques3. La fin de l’Empire ottoman, prélude à la Seconde Parousie, se trouve bien sûr au centre de cette production littéraire.

  • 4 Momigliano Arnaldo, « Daniele e la teoria greca della sucessione degli imperi », Atti della Accadem (...)
  • 5 Pippidi Andrei, « La décadence de l’Empire ottoman comme concept historique, de la Renaissance aux (...)

4Il existe une préoccupation commune des lettrés du Sud-Est européen pour le devenir historique, pour la transitivité et la cyclicité des empires, préoccupation orientée par des visées politiques concrètes et appliquée, de façon incontournable, au contexte présent. Cette préoccupation se nourrit essentiellement d’une interprétation sans cesse reprise de la prophétie de Daniel sur la succession des empires, interprétation alimentée également par la lecture de Polybe et d’Aristote4. Dans cette perspective, le quatrième empire, identifié tour à tour avec l’État séleucide, l’Empire romain puis byzantin, et, au xvie s., avec l’Empire ottoman, est assimilé, à partir du xviie s., aux empires des Habsbourg et tsariste, au fur et à mesure que l’idée de la décadence de l’Empire ottoman prend contour et s’installe dans les esprits à la fois à l’Est et à l’Ouest de l’Europe5.

  • 6 Cândea Virgil, « Les intellectuels du Sud-Est européen au xviie s. (I) », Revue des Études Sud-Est (...)

5Le stolnic Constantin Cantacuzène, qui fait ses études à Constantinople et à Padoue, transpose la théorie aristotélicienne de la génération et de la corruption à l’histoire de la Valachie dans le but de fonder philosophiquement la chute de l’Empire ottoman et la libération de son pays. Il formule dans son Histoire de la Valachie la théorie des « trois degrés » – montée, sommet et descente – par lesquels tout État devrait nécessairement passer6. Le chroniqueur Miron Costin, vers la fin du xviie s., parle également, dans son Histoire de la Moldavie, de la croissance et de la décadence des empires.

  • 7 Georgescu Valentin, « La translatio imperii selon le Panegyricum et la Monarchiarum Physica Examina (...)

6 Leur contemporain, Démétrius Cantemir, prince de Moldavie pendant quelques mois (1710- 1711) puis exilé à la cour de Pierre le Grand, essaie de saisir dans son œuvre Monarchiarum physica examinatio (1714), à partir de la prophétie biblique de Daniel, les lois « naturelles » du développement de l’histoire et d’en « déduire » le triomphe de Pierre le Grand, son protecteur, sur l’Empire ottoman7. Reprenant l’interprétation donnée par saint Jérôme à la prophétie de Daniel, Cantemir affirme qu’à l’empire de l’Est (Assyrie, Babylone, Perse) suivi par l’empire du Sud (Égypte) et à celui de l’Occident (Rome et l’Empire romain d’origine germanique) succédera l’empire du Nord (la Russie de Pierre le Grand, le destinataire de l’ouvrage). Selon cette théorie, les monarchies sont des terrestra particularia, notion que Cantemir emprunte à Aristote ; elles ont une genèse, subissent des changements, connaissent un essor suivi d’une période de déclin et à la fin disparaissent, laissant place à une autre formation également transitoire.

  • 8 Argyriou Astérios (n. 2), p. 93-113 ; Pippidi Andrei, Tradiţia politică bizantină în ţările române (...)

7Visée par des projets politiques et fondée théoriquement sur la prophétie de Daniel interprétée à l’appui des autorités philosophiques, l’idée de la chute de l’Empire ottoman se nourrit à cette époque également de nombreuses prophéties qui la proclament ouvertement8. Théories philosophiques, idéaux politiques et prophéties s’enchevêtrent et se complètent, à la fin du xviie s., dans les pays roumains, comme dans tout le Sud-Est européen.

8La première tentative notable de réinterprétation des anciennes prophéties byzantines appartient à Païssios Ligaridès, dans un texte rédigé en Moldavie, à Jassy en 1655, sous le titre Chresmologion de Constantinople, la Nouvelle Rome, tiré de divers auteurs et parlant du passé, du présent et de l’avenir. À partir de la seconde moitié du xviie s., les discours adressés aux tsars afin de les déterminer à s’engager dans l’affrontement décisif pour la libération de Constantinople se multiplient considérablement. Et les prophéties suivent de près le cours des événements. Pendant un siècle et demi, entre la fin du xviie et le début du xixe s., elles s’adaptent constamment aux nouveaux contextes politiques en renouvelant les espoirs dans la chute de l’Empire ottoman et dans la libération des pays balkaniques.

9On peut délimiter, au sein de cette période, trois étapes caractérisées par une production et une diffusion accrues de textes prophétiques dans les pays roumains. Une première étape correspond au règne du prince valaque Constantin Brancovan (1688-1714) ; les guerres russo-turques de la seconde moitié du xviiie s. (1768-1774 et 1787-1792) constituent, dans cette perspective, le deuxième essor de la littérature prophétique dans les pays roumains ; une troisième étape est marquée, dans la première moitié du xixe s., par la lutte pour l’indépendance des nations balkaniques.

  • 9 Dima-Drăgan Corneliu, Carataşu Mihail, « Un manuscrit grec inédit du docteur Jean Comnène », Revue (...)
  • 10 Cernovodeanu Paul, « Pierre le Grand dans l’historiographie roumaine et balkanique du xviiie s. », (...)
  • 11 Id., « Dimitrie Cantemir. Panegiricul lui Petru cel Mare (1714) », Archaeus. Études d’histoire des (...)
  • 12 Pippidi Andrei (n. 8), p. 132, n. 425.

10 Dans la première année du règne de Constantin Brancovan, en 1688, le docteur Jean Comnène rédige un Prognosticon, dédié au stolnic Constantin Cantacuzène, annonçant la fin proche de l’Empire ottoman et l’ascension politique de la Russie9. Un autre Prognosticon, dont l’auteur est Stanislaw Acxtelmeier, publié en allemand à Augsbourg en 1698, renferme une courte histoire de la Russie, une chronique de la politique européenne de l’époque, un panégyrique de Pierre le Grand et finit par une prophétie sur la victoire proche de la Russie sur l’Empire ottoman ; il est aussitôt traduit en grec et imprimé à Târgovişte sous le patronage du prince Constantin Brancovan10. Le prince Démétrius Cantemir est lui-même l’auteur d’un Panégyrique de Pierre le Grand, rédigé en grec et imprimé en russe et en latin en 1714, nourri du même idéal de la mission libératrice du tsar11. Sur un exemplaire de la Bible de Şerban Cantacuzène, Démétrius Cantemir annote le fragment concernant le triomphe de la « monarchie aquilonique » de la prophétie de Daniel, en l’interprétant dans la perspective de la réussite politique de Pierre le Grand12.

  • 13 Bibliothèque de l’Académie roumaine, Bucarest (ci-après BAR), ms. roum. 1917, f. 3-77v (texte paral (...)
  • 14 BAR ms. roum. 2469, f. 1-149 (dix-sept manuscrits dans la bibliothèque de l’Académie roumaine, dont (...)
  • 15 BAR ms. roum. 2516, f. 253-257v, texte fragmentaire rédigé dans la première moitié du xviiie s.

11Le règne de Constantin Brancovan témoigne d’un intérêt considérable pour les écrits apocalyptiques. À la fin du xviie s. est traduit en roumain, dans l’évêché de Râmnic, le Discours sur la fin du monde et sur l’Antéchrist du Pseudo-Cyrille13. L’évêque de Buzău, Damascène, traduit du slavon, en 1704, le commentaire à l’Apocalypse attribué à André de Césarée, qui a connu au xviiie s. une importante diffusion manuscrite14. À la même époque est traduit, dans l’évêché de Râmnic, le Discours sur la fin du monde et sur l’Antéchrist du Pseudo-Hyppolite de Rome15.

  • 16 Vârtosu Emil, Foletul novel. Calendarul lui Constantin Vodă Brâncoveanu 1693-1704, Bucarest, 1942.
  • 17 Id., Însemnările de taină ale lui Vodă Brâncoveanu 1693-1707, Bucarest, 1940.
  • 18 Dima-Drăgan Corneliu, Carataşu Mihail (n. 9), p. 112-113.

12La prophétie s’allie alors à l’astrologie. À la cour de Constantin Brancovan, à partir de 1693, les calendriers astrologiques italiens sont régulièrement traduits par un secrétaire italien16. Le prince commanditaire les lisait et les annotait en suivant attentivement le cours des événements17. De leur existence, Brancovan avait pris connaissance le plus probablement par son oncle, Constantin Cantacuzène, intéressé lui aussi par la littérature et les almanachs astrologiques dont il avait rassemblé dans sa bibliothèque bon nombre d’exemplaires18.

  • 19 Milescu Nicolas, Aritmologhia, Etica şi originalele lor latine, éd. Olteanu Pandele, Bucarest, 1982 (...)
  • 20 Ibid., p. 44-45.

13 Les mêmes préoccupations animent, en Russie, la cour du tsar Alexeï Michailovich (1645- 1676) et celle de son fils, Pierre le Grand (1682-1725). Arrivé à Moscou, en 1671, à la cour d’Alexeï Michailovich, comme diplomate au service de la chancellerie russe, Nicolas Milescu rédige l’année suivante un Livre sur les Sibylles, où il essaie de pronostiquer et de légitimer la proche victoire du tsar sur la Porte. Il compile aussi, dans le même but, d’après des modèles occidentaux, d’autres écrits comme Arithmologia (1672), Chresmologion (1673), Basiliologion (1673) et Le livre sur les hiéroglyphes (1675) qui témoignent d’un intérêt commun pour l’interprétation politique des prophéties et des symboles19. Le Chresmologion est remanié en 1690 quand Milescu lui ajoute une dédicace nouvelle pour le tsar Pierre le Grand20.

14Il s’agit d’un phénomène qui touche, à cette époque, presque tout le monde orthodoxe, en Russie comme dans le Sud-Est européen. On songe partout à la chute imminente de l’Empire ottoman et les prophéties sont convoquées au service de cet idéal. En bonne tradition byzantine, elles agissent ainsi à la fois comme un principe d’intelligibilité des événements – car il s’agit de rendre compte de l’évolution du contexte politique – et comme un moyen effectif d’action politique – car non seulement elles suivent l’évolution des événements, mais elles incitent également à l’action et à la prise de décisions, surtout là où les arguments politiques ne sont pas déterminants.

  • 21 Duţu Alexandru, « La roue et l’échelle – images du devenir historique au xviiie s. », dans Zub Alex (...)

15L’existence d’une longue tradition apocalyptique byzantine et le contexte politique particulier suffisent peut-être à expliquer cet essor de la littérature prophétique dans les pays roumains à la fin du xviie s., mais force est de constater que, dans la société roumaine de l’époque, la matière du discours prophétique n’est pas dissonante par rapport à la tendance générale de la réflexion historique contemporaine. Le schéma du discours prophétique peut être réduit en effet à une structure ternaire circulaire qui part de la référence à un passé idéalisé pour l’opposer à un présent indigent et annoncer en même temps un avenir heureux par le retour à un âge d’or perdu. Dans cette perspective, les prophéties sur la chute de l’Empire ottoman et la restauration de l’empire chrétien se plient aux préoccupations des lettrés roumains de l’époque pour l’histoire de leur nation. Miron Costin et Constantin Cantacuzène écrivent l’histoire des Roumains en partant de leurs nobles origines romaines pour éveiller chez leurs contemporains la conscience de leur dignité perdue et animer le désir de sa restauration21. Fondée sur un passé grandiose que les malheurs présents démentent, mais qui présage un avenir glorieux, leur histoire est déjà une histoire « prophétique », une histoire qui unit le passé et l’avenir pour changer le présent. Le changement est dans l’air et, sur cette toile de fond, la « prophétie » apparaît en quelque sorte, à cette époque, comme la matrice opérationnelle de toute réflexion historique.

  • 22 Camariano-Cioran Ariadna, « La guerre russo-turque de 1768-1774 et les Grecs », Revue des Études Su (...)
  • 23 Barbu Violeta, « Cele mai vechi traduceri din Voltaire în limba română (I-II) », Limba română 36 (1 (...)

16 Après le martyre de Brancovan en 1714, les espoirs reculent pour un temps et, avec eux, les prophéties. Pendant les guerres russo-turques de la seconde moitié du xviiie s., espoirs et prophéties renaissent pourtant et la fin de l’Empire ottoman, la reconquête de Constantinople et la libération des pays balkaniques semblent plus proches que jamais. Pendant le déroulement du conflit, la propagande de l’impératrice Catherine II s’exerce intensément en Moldavie22. De cette époque datent les traductions roumaines de plusieurs écrits philhellènes et philo-russes attribués à Voltaire et utilisés par la propagande russe – le Poème de Jean Plokof (1770), le Sermon du Papa Nicolas Charisteski (1771), l’Épître à l’impératrice de Russie Catherine II (1771) et le Tocsin des rois (1772) – ainsi que la traduction de la Supplique du peuple grec à toute l’Europe chrétienne de Giovanni del Turco23.

  • 24 Timotin Andrei, Timotin Emanuela, Scrieri eshatologice postbizantine. Vedenia Sofianei, Vedenia lui (...)
  • 25 BAR ms. roum. 4241, f. 111-134.
  • 26 BAR ms. roum. 1701, f. 46-48v (fin xviiie s.) ; BAR ms. roum. 4731, f. 18r-v (fin xviiie s.).
  • 27 BAR ms. roum. 5457, f. 1-17v.
  • 28 BAR ms. roum. 2164 (1728), 2195 (1754), 2989 (milieu xviiie s.), 3164 (milieu xviiie s.), 4975 (ca  (...)
  • 29 BAR ms. roum. 4975, f. 1v.
  • 30 Mareş Alexandru, « Sfârşitul lumii (anii 7000 et 8000) în textele slavo-române şi româneşti din sec (...)

17Parmi les textes prophétiques de cette période, un des plus notables est la Vision de kyr Daniel, rédigé en grec vers 1760, promptement traduit en roumain, qui connaît une importante diffusion manuscrite24. La vision de Daniel – un musulman qui se convertit au christianisme, qui prend l’habit monastique et qui est prêt à subir le martyre – prophétise l’expulsion imminente des musulmans de Constantinople et la libération triomphale des églises transformées en mosquées. En 1767, l’archimandrite Bartholomé Măzăreanu achève la nouvelle traduction du russe du Discours sur la fin du monde et sur l’Antéchrist attribué à Hyppolite de Rome25. De cette époque datent les plus anciens témoins manuscrits de la traduction du grec de l’Apocalypse du Pseudo-Méthode26, dont le BAR ms. roum. 4731 est une compilation de textes prophétiques et oraculaires. Le discours homonyme attribué à Jean Damascène est fort probablement traduit dans la seconde moitié du xviiie s.27. Les deux traductions roumaines de l’ouvrage d’Étienne Javorsky, Les Signes de l’arrivée de l’Antéchrist et de la fin du monde en 1728 et 1754 – d’après les éditions parues à Moscou respectivement en 1703 et en 1748 – connaissent à cette époque une assez large diffusion manuscrite28. Un de ces manuscrits, copié par un clerc de Braşov à la fin du xviiie s., comporte une gravure en cuivre, d’origine italienne, autour de laquelle se trouve l’inscription suivante : « Les soldats de l’Antéchrist bannissant les chrétiens. L’Antéchrist brûle l’église des chrétiens29 ». On pourrait y ajouter les prophéties apocalyptiques contenues dans les Questions d’Épiphane et les réponses d’André Salos – fragment de la Vie d’André Salos – deux fois traduites en roumain au milieu du xviiie s. et largement diffusées dans les décennies suivantes30. Malgré le dénouement défavorable des guerres russo-turques, la lecture et la diffusion manuscrite de ces écrits vont continuer au xixe s.

  • 31 Moraru Mihai, Velculescu Cătălina, Bibliografia analitică a cărţilor populare laice, I, Bucarest, 1 (...)
  • 32 Treize manuscrits dans la bibliothèque de l’Académie roumaine, qui reproduisent le titre de l’ouvra (...)
  • 33 BAR ms. roum. 1301, f. 120v-121.

18La période comprise entre la fin du xviiie s. et le début du xixe s. marque la troisième et dernière étape de la circulation des textes prophétiques dans les pays roumains. Il s’agit de l’époque qui précède et prépare la Révolution roumaine (1848). À cette époque est traduite en roumain la Vision d’Agathangelos, rédigée au milieu du xviiie s. par le moine Théoklitos Polyïdis et devenue en Grèce le texte messianique le plus populaire. Il s’agit d’une chronique de la politique européenne de la première moitié du xviiie s., relatée sous forme d’oracles et de visions apocalyptiques comme un accomplissement des prophéties anciennes, dont les thèmes convergents sont la libération de Constantinople par la Russie et le triomphe politique de l’Orthodoxie. Traduite en 1806 dans l’évêché de Buzău et imprimée à Jassy en 1818, la Vision d’Agathangelos a joui dans les pays roumains d’une popularité remarquable31. Copié fréquemment pendant le xixe s., le texte se trouve dans de nombreux manuscrits conservés aujourd’hui à la bibliothèque de l’Académie roumaine de Bucarest. Le plus tardif date de 185932. Les annotations sur l’édition imprimée et sur les manuscrits montrent que la prophétie jouissait encore au xixe s. d’un certain crédit, qu’elle alimentait toujours les espoirs et qu’elle suscitait des calculs sur la reconquête proche de Constantinople. Par exemple, sur un des manuscrits copiant fidèlement l’édition parue à Jassy se trouve la note suivante : « En 1853 les Chrétiens vont reprendre Constantinople des mains des Turcs, car il y aura quatre cents ans depuis qu’ils l’ont conquise33 ».

  • 34 Timotin Andrei, « Eschatologie post-byzantine et courants idéologiques dans les Balkans. La traduct (...)
  • 35 Duţu Alexandru, Coordonate ale culturii româneşti în secolul xviii, Bucarest, 1968, p. 235.

19C’est aussi du premier quart du xixe s. que date le seul manuscrit conservé (BAR ms. roum. 2509) d’une des deux traductions roumaines de la Vision de kyr Daniel, réalisée dans l’évêché de Râmnic, au sein d’un milieu lié au mouvement d’émancipation nationale34. Le codex dont la traduction fait partie rassemble des textes à contenu religieux et des écrits à portée politique, comme le Theatrum politicum d’Ambrosius Marlianus, ouvrage qui connut dans les pays roumains à partir des dernières décennies du xviiie s. une fortune remarquable et qui fut utilisé, au début du xixe s., dans le cadre du mouvement de libération nationale35.

  • 36 Argyriou Astérios (n. 2), p. 121-124.
  • 37 BAR ms. roum. 1515, f. 8v-30v.

20Cette période représente également la troisième époque du mouvement exégétique de l’Apocalypse dans les milieux hellénophones36. Les échos de ce mouvement dans les pays roumains sont faibles, mais au moins le commentaire de Pantazès de Larissa, datant de 1789, a été traduit en roumain et le seul manuscrit qui conserve cette traduction, datant de 1853, renferme aussi des versions roumaines de plusieurs textes prophétiques byzantins : l’Apocalypse du Pseudo-Méthode, les Oracles de Léon, les Prophéties d’Étienne d’Alexandrie et du patriarche Taraise37.

21Si certaines prophéties sur la reconquête de Constantinople ont ainsi jalonné le chemin des Roumains vers l’indépendance, toutes n’ont pas eu la même fonction. Il ne faut donc pas imaginer que toutes les prophéties d’inspiration byzantine furent des agents de la lutte de libération nationale et de la modernité roumaine. Il existe aussi un usage traditionnel parallèle de la prophétie qui n’est pas forcément lié à l’histoire politique et a même pu agir accessoirement comme un ferment intellectuel antimoderniste.

  • 38 Timotin Andrei, Timotin Emanuela (n. 24), p. 66-88.
  • 39 Timotin Andrei (n. 34), p. 124.

22Un bon exemple en est la Vision de kyr Daniel. Le texte fut deux fois traduit en roumain, de manière indépendante, à la fin du xviiie s. Une de ces deux versions, réalisée dans l’évêché de Râmnic et conservée dans un seul manuscrit, est, on l’a déjà dit, liée au mouvement national qui anime ce milieu intellectuel au xviiie s. et se poursuit également au siècle suivant. Mais l’autre version, réalisée en Moldavie, dans la communauté monastique de Païsij Veličkovsky et conservée dans une dizaine de manuscrits datant de la fin du xviiie et de la première moitié du xixe s., fut apparemment destinée à l’usage exclusif des moines38. Le texte n’a circulé que dans les milieux monastiques moldaves et valaques ayant subi l’influence de la réforme de Païsij, dans des collections de littérature religieuse copiées et lues uniquement par les moines. Cette version fut d’ailleurs intégrée dans un recueil de textes religieux destinés à l’usage des moines réunis sous le titre Sur l’obéissance (BAR ms. roum. 1994, 3108 et 3301), composé dans les milieux monastiques païsijens à la fin du xviiie s. et qui a connu une assez large diffusion manuscrite39. Le contenu du recueil montre bien le type de lecture assignée, dans le cadre des monastères païsijens, à la Vision messianique du musulman devenu moine. Le compilateur qui a mis en relation la Vision et les textes Sur l’obéissance a opéré ainsi un choix implicite dans la matière du récit. La biographie du moine Daniel, marquée par son désir de subir le martyre et jalonnée par les conseils prudents de son maître spirituel, a pu se prêter en effet à une lecture qui l’a transformé en un exemplum de l’obéissance du moine envers son père spirituel, obéissance dont le païsijanisme a fait d’ailleurs un des noyaux de sa pratique monastique. Loin des aspirations à l’indépendance des Grecs qui avaient nourri la composition de la Vision, la version roumaine réalisée dans les monastères païsijens a fourni aux moines roumains un exemple contemporain renforçant, par son témoignage vivant, l’enseignement des Pères sur la soumission du moine envers son maître spirituel.

23La relation entre les prophéties d’inspiration byzantine et la modernité roumaine, telle qu’elle se dessine à la suite de ce périple sommaire, est à la fois complexe et ambivalente. Complexe, car amorcée à la fin du xviie s., au moment où le Sud-Est européen rêve obstinément la chute de l’Empire ottoman, elle recoupe dans les pays roumains la relation complémentaire entre la conscience nationale et la réflexion historique. La prophétie redouble ainsi et colore une pensée du temps historique qui traverse l’aube de la modernité roumaine. Ambivalente, car en jalonnant toutes les étapes qui scandent le chemin des Roumains vers leur unité nationale et leur indépendance, les prophéties ne se trouvent pas toujours du même côté : souvent, elles traduisent et soutiennent ces aspirations, parfois elles les ignorent ou même les démentent tacitement.

Notes

1 Alexander Paul, The Byzantine Apocalyptic Tradition, Berkeley, 1985 ; Pertusi Agostino, Fine di Bisanzio e fine del mondo, Rome, 1988 ; Magdalino Paul, « The History of the Future and its Uses : Prophecy, Policy and Propaganda », dans Beaton Roderick, Roueché Charlotte (éds), The Making of Byzantine History. Studies dedicated to Donald M. Nicol, Aldershot, 1993, p. 3-34 ; Congourdeau Marie-Hélène, « Byzance et la fin du monde. Courants de pensée apocalyptiques sous les Paléologues », dans Lellouch Benjamin, Yerasimos Stéphane (éds), Les traditions apocalyptiques au tournant de la chute de Constantinople, Paris-Montréal, 1999, p. 55-98 ; Timotin Andrei, Visions, prophéties et pouvoir à Byzance. Étude sur l’hagiographie méso-byzantine (ixe-xie siècles), Paris, 2010.

2 Argyriou Astérios, Les exégèses grecques de l’Apocalypse à l’époque turque (1453-1821), Thessalonique, 1982.

3 Pour les textes prophétiques ayant circulé dans les pays roumains aux xve-xviie s. – en slavon et en traduction roumaine –, voir Mareş Alexandru, « Moldova şi cărţile populare în secolele al xv-lea – al xvii-lea », dans id., Cărţi populare din secolele al xvi-lea – al xviii-lea. Contribuţii filologice, Bucarest, 2006, p. 277-307, ici p. 279-280, 300 ; id., Cărţi populare de prevestire. Cele douăsprezece vise în tâlcuirea lui Mamer. Învăţătură despre vremea de apoi a prorocului Isaia, Studiu monografic, ediţie şi glosar, Bucarest, 2003.

4 Momigliano Arnaldo, « Daniele e la teoria greca della sucessione degli imperi », Atti della Accademia Nazionale dei Lincei. Rendiconti. Classe di Scienze Morali, Storiche e Filologiche 53 (1980), p. 157-162 ; Alonso-Núñez José Miguel, « Die Abfolge der Weltreiche bei Polybios und Dionysios von Halikarnassos », Historia. Zeitschrift für Alte Geschichte 32 (1983), p. 411-426.

5 Pippidi Andrei, « La décadence de l’Empire ottoman comme concept historique, de la Renaissance aux Lumières », dans id., Byzantins, Ottomans, Roumains. Le Sud-Est européen entre l’héritage impérial et les influences occidentales, Paris, 2006, p. 339-358.

6 Cândea Virgil, « Les intellectuels du Sud-Est européen au xviie s. (I) », Revue des Études Sud-Est européennes 8 (1970), p. 181-230, ici p. 221.

7 Georgescu Valentin, « La translatio imperii selon le Panegyricum et la Monarchiarum Physica Examinatio (1714) de Démètre Cantemir, prince de Moldavie. De la prophétie de Daniel à la philosophie naturelle de l’histoire », dans Popoli e spazio romano tra diritto e profezia. Atti del III seminario internazionale di studi storici « Da Roma alla terza Roma », Roma, 21-23 Aprile 1983, Naples, 1986, p. 573-578, ici p. 576-578.

8 Argyriou Astérios (n. 2), p. 93-113 ; Pippidi Andrei, Tradiţia politică bizantină în ţările române în secolele xvi-xviii, Bucarest, 20012, p. 125-134.

9 Dima-Drăgan Corneliu, Carataşu Mihail, « Un manuscrit grec inédit du docteur Jean Comnène », Revue des Études Sud-Est européennes 9 (1971), p. 107-120.

10 Cernovodeanu Paul, « Pierre le Grand dans l’historiographie roumaine et balkanique du xviiie s. », Revue des Études Sud-Est européennes 13 (1975), p. 77-95, ici p. 81.

11 Id., « Dimitrie Cantemir. Panegiricul lui Petru cel Mare (1714) », Archaeus. Études d’histoire des religions 5 (2001), p. 101-133.

12 Pippidi Andrei (n. 8), p. 132, n. 425.

13 Bibliothèque de l’Académie roumaine, Bucarest (ci-après BAR), ms. roum. 1917, f. 3-77v (texte parallèle slavo-roumain).

14 BAR ms. roum. 2469, f. 1-149 (dix-sept manuscrits dans la bibliothèque de l’Académie roumaine, dont neuf rédigés pendant la première moitié du xviiie s.).

15 BAR ms. roum. 2516, f. 253-257v, texte fragmentaire rédigé dans la première moitié du xviiie s.

16 Vârtosu Emil, Foletul novel. Calendarul lui Constantin Vodă Brâncoveanu 1693-1704, Bucarest, 1942.

17 Id., Însemnările de taină ale lui Vodă Brâncoveanu 1693-1707, Bucarest, 1940.

18 Dima-Drăgan Corneliu, Carataşu Mihail (n. 9), p. 112-113.

19 Milescu Nicolas, Aritmologhia, Etica şi originalele lor latine, éd. Olteanu Pandele, Bucarest, 1982, p. 19-142.

20 Ibid., p. 44-45.

21 Duţu Alexandru, « La roue et l’échelle – images du devenir historique au xviiie s. », dans Zub Alexandru (éd.), Temps et changement dans l’espace roumain, Jassy, 1991, p. 79-84.

22 Camariano-Cioran Ariadna, « La guerre russo-turque de 1768-1774 et les Grecs », Revue des Études Sud-Est européennes 3 (1965), p. 513-547, ici p. 530-532.

23 Barbu Violeta, « Cele mai vechi traduceri din Voltaire în limba română (I-II) », Limba română 36 (1987), p. 525-532 et 37 (1988), p. 39-54.

24 Timotin Andrei, Timotin Emanuela, Scrieri eshatologice postbizantine. Vedenia Sofianei, Vedenia lui chir Daniil. Studiu introductiv, ediţie şi glosar, Bucarest, 2002 ; Timotin Andrei, « La Vision de Daniel. Liturgie, prophétie et politique au xviiie s. », dans Dimadis Konstantinos (éd.), Ο ελληνικός κόσμος ανάμεσα στην εποχή του Διαφωτισμού και στον εικοστό αιώνα. Πρακτικά του Γ´ Ευρωπαᾯκού Συνεδρίου Νεοελληνικών Σπουδών, Βουκουρέστι, 2-4 Ιουνίου 2006, I, Athènes, 2007, p. 127-134.

25 BAR ms. roum. 4241, f. 111-134.

26 BAR ms. roum. 1701, f. 46-48v (fin xviiie s.) ; BAR ms. roum. 4731, f. 18r-v (fin xviiie s.).

27 BAR ms. roum. 5457, f. 1-17v.

28 BAR ms. roum. 2164 (1728), 2195 (1754), 2989 (milieu xviiie s.), 3164 (milieu xviiie s.), 4975 (ca 1780-1790).

29 BAR ms. roum. 4975, f. 1v.

30 Mareş Alexandru, « Sfârşitul lumii (anii 7000 et 8000) în textele slavo-române şi româneşti din secolele al xv-lea – al xviii-lea », dans id., Cărţi populare (n. 3), p. 105-123, ici p. 117 ; Velculescu Cătălina, Nebuni întru Hristos, Bucarest, 2007, p. 57-61.

31 Moraru Mihai, Velculescu Cătălina, Bibliografia analitică a cărţilor populare laice, I, Bucarest, 1976, n° 10.

32 Treize manuscrits dans la bibliothèque de l’Académie roumaine, qui reproduisent le titre de l’ouvrage imprimé à Jassy : Hrismos, adecă prorocie a înfricoșatului ieromonah Agathanghel a monahiceștii stări a marelui Vasilie.

33 BAR ms. roum. 1301, f. 120v-121.

34 Timotin Andrei, « Eschatologie post-byzantine et courants idéologiques dans les Balkans. La traduction roumaine de la Vision de kyr Daniel », dans Peuples, États et nations dans le Sud-Est de l’Europe. IXe Congrès international des études du Sud-Est européen, 30 août-4 septembre 2004. Contributions roumaines, Bucarest, 2004, p. 123-132.

35 Duţu Alexandru, Coordonate ale culturii româneşti în secolul xviii, Bucarest, 1968, p. 235.

36 Argyriou Astérios (n. 2), p. 121-124.

37 BAR ms. roum. 1515, f. 8v-30v.

38 Timotin Andrei, Timotin Emanuela (n. 24), p. 66-88.

39 Timotin Andrei (n. 34), p. 124.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search