Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

Byzance des Phanariotes

Andrei Pippidi

Résumé

Cet article traite de la mesure selon laquelle le reflet posthume de Byzance fut accueilli dans le climat intellectuel des Principautés danubiennes à l’époque où la Moldavie et la Valachie étaient gouvernées par des Phanariotes au nom du sultan. L’enquête porte sur les manuscrits conservés en Roumanie, qui recueillent des textes byzantins et sur les éditions savantes d’auteurs byzantins que les bibliothèques des deux pays contenaient au xviiie s. Tenter de répondre à pareille question concernant, d’une part, la circulation des connaissances et, d’autre part, la sensibilité au souvenir historique est d’autant plus délicat que les documents à ce sujet sont assez rares. Mais cette rareté même des sources révèle que les lettrés grecs ainsi transplantés au milieu de la société roumaine éprouvaient peu d’attrait pour Byzance, dont la mémoire rappelait un échec politique ineffaçable. En échange, ils vont se soucier de s’enraciner dans un passé plus lointain, celui de l’Antiquité hellénique.

Texte intégral

1On se représente encore aujourd’hui les Phanariotes, ces bureaucrates que la Porte ottomane a envoyés, durant le xviiie s., gouverner les Principautés de Valachie et de Moldavie, comme des héritiers tardifs de Byzance. Les travaux de Nicolae Iorga ont abouti à en faire des protagonistes d’une « Byzance après Byzance » qui ne doit pas être identifiée seulement aux pays roumains, car cette heureuse formule embrasse la survivance et jusqu’au souvenir de l’Empire chrétien dans tout le Sud-Est de l’Europe. Cependant, si l’on se demande ce que Byzance signifiait pour les Phanariotes, la réponse n’est pas évidente, surtout lorsqu’on élargit la perspective, à travers six ou même sept générations, pour considérer tout le groupe social que le patronage ou les parentés ont formé autour des princes.

2Dès le xviie s., les premiers témoignages au sujet d’une nouvelle « aristocratie » grecque, formée autour du patriarcat de Constantinople, notent l’influence politique qu’elle exerce déjà, ainsi que sa prétention à se rattacher à l’ancienne cour impériale. Par une continuité généalogique, soit authentique (les Cantacuzènes), soit fausse (les Doukai, plus tard il y aura même un Comnène Hypsilanti) ; par le pouvoir qui leur est conféré : un prince phanariote commence son règne par un sacre au patriarcat et, quand il se rend à Bucarest ou à Jassy, il est entouré par des dignitaires portant des titres de l’ancien Empire (logothète, spathaire). Les rites qui légitiment ce pouvoir sont empruntés au cérémonial byzantin. L’autorité absolue et les rapports avec l’Église sont encore les mêmes qui avaient caractérisé la monarchie des Paléologues. En ce qui concerne la conception de la nature, l’élite phanariote a acquis la culture des Lumières : Boscovich en 1762, Moesiodax en 1765, plus tard les ouvrages de Lalande apportent les nouvelles connaissances en matière d’astronomie ; mais on n’a jamais cessé de copier des écrits byzantins du xive s. unissant le merveilleux chrétien et la mythologie antique. Enfin, l’image historique de Byzance a beaucoup changé avec le temps. Elle s’est transmise d’abord par les chroniques byzantines et ensuite par ce que Voltaire a écrit dans son Essai sur les mœurs : lisait-on l’Histoire du Bas-Empire de Charles Lebeau ?

  • 1 Pippidi Andrei, Tradiţia politică bizantină în ţările române în secolele xvi-xviii, Bucarest, 20012(...)

3Ce qui parvient de Byzance, en passant par le tamis ottoman, ce sont surtout des institutions, formelles ou informelles. Il existe deux manières de poser le problème. La première est d’étudier la continuité1, ce qui est le résultat d’un constat empirique ; la seconde consiste à mesurer si la conscience de la liaison byzantine entre le nouvel hellénisme et l’ancien s’est maintenue vivante, si les connaissances au sujet de l’époque byzantine étaient suffisantes et si ces hommes du xviiie s. étaient disposés à chercher un rapprochement avec Byzance.

  • 2 Id., « À la recherche d’une tradition politique byzantine dans les pays roumains », Nouvelles étude (...)

4Il faut encore vérifier si, vivant ensemble à Bucarest ou à Jassy, Roumains ou Grecs envisageaient de la même façon un passé qu’ils pouvaient mépriser ou vénérer. L’analyse dont je souhaite exposer les premiers résultats prouve que réaffirmer formellement les racines historiques byzantines de la Weltanschauung roumaine moderne ou, au contraire, faire confiance à l’illusion des Lumières – qui est de croire que les mécanismes constitutionnels démocratiques adoptés pendant les deux derniers siècles s’autogèrent, après avoir été importés d’Occident – ouvre deux voies sans issue et n’apporte pas de solution à nos problèmes. Qu’on veuille, comme Iorga, tuer cette « Byzance après Byzance » en 1821 au moment même où le Phénix hellénique ressuscitait de ses cendres, n’est pas, non plus, exact, sauf au niveau politique. Car il a continué d’exister un ancrage métapolitique, bien au-dessous de la surface, que notre société a perdu seulement lorsque le régime communiste a bouleversé les hiérarchies traditionnelles et a imposé brutalement la sécularisation. Quant à savoir ce qui s’est passé au xviiie s., j’avais déjà remarqué que « l’image de leur passé fournie aux Roumains par la tradition byzantine avait longuement protégé leur individualité ethnique, mais avait ralenti le développement de leur conscience nationale2 ». L’importance sociale d’un autre mythe historique, celui de l’héritage de Rome, ne fit qu’augmenter, comme catalyseur culturel et politique, tandis que les Phanariotes n’avaient conservé de la monarchie byzantine que des formes dont toute vie s’était retirée. Ce qu’il me restait à faire était donc de sonder la culture grecque ou ensemencée par les Grecs dans les Principautés. Cela, bien sûr, signifie plus que le patrimoine littéraire légué par Byzance, mais celui-ci en constitue une partie essentielle.

  • 3 Stănescu Eugen, « Préphanariotes et Phanariotes dans la vision de la société roumaine des xviie-xvi (...)

5Un préjugé, resté jusqu’à nos jours inébranlable, fixe le début de l’époque phanariote vers 1711-1716, dates qui marquent la sortie de scène de Démétrius Cantemir et l’exécution de Constantin Brancovan. Mon point de vue se situe à distance de cette position, à laquelle les historiens traditionnels sont attachés, et se rapproche de la formule des « Préphanariotes » lancée en 1970 par E. Stănescu au colloque de Salonique3. À travers des indicateurs multiples, le plus important étant le développement de l’administration et de la fiscalité, j’ai repéré la montée en puissance des Phanariotes dès le milieu du xviie s., quoique leur projet de gouvernement, sous la tutelle de la Porte, ne se dessine que dans les années 1720.

  • 4 Simko Ivan I., Новые данные к биографии князя Антиоха Дмитриевича Кантемира, Saint-Pétersbourg, 189 (...)
  • 5 Il s’agit de l’écrit intitulé Monarchiarum physica examinatio, dont le texte original a été édité p (...)

6Cantemir peut-il être considéré comme un Phanariote ? Des traits caractéristiques de sa personnalité et de son action ne s’y opposent pas. Son ralliement à la politique russe est comparable à l’option d’un Constantin Hypsilanti. Ayant longtemps vécu à Constantinople, où il avait acquis sa grande culture, s’étant formé dans un milieu qui était déjà celui des premiers Phanariotes, dans le voisinage des diplomates occidentaux, mais sous le signe de la grandeur ottomane, ce Moldave de pure souche parlait le grec chez lui, avec sa femme, dont la famille, les Cantacuzène, proclamait fièrement son origine impériale4. Dans son œuvre, les références byzantines abondent, mais elles appartiennent à un discours d’historien, c’est donc un cas exceptionnel de mémoire savante. Son exégèse de la prophétie de Daniel, qui voit l’histoire universelle aboutir à l’Empire de toutes les Russies, n’accorde pas à Byzance une place particulière parmi les formules dominantes d’organisation de la vie politique5.

  • 6 Pippidi Andrei, « Pouvoir et culture en Valachie sous Constantin Brancovan », Revue des Études Sud- (...)
  • 7 Id., « La mort à Constantinople : héritage byzantin ou naissance d’une légende », Études byzantines (...)
  • 8 Dédicace de la sainte Écriture dans l’édition de Venise, 1685 ; voir Simonescu Dan, « Le livre grec (...)
  • 9 Bibliothèque de l’Académie roumaine, ms. gr. 1300, copié en 1765 à Bucarest ; voir Cândea Virgil, « (...)
  • 10 Pippidi Andrei, « L’Homélie prononcée par Étienne Cantacuzène, prince de Valachie (1716) », dans Gu (...)
  • 11 Van Millingen Alexander, Byzantine Churches in Constantinople, Londres, 1912, réimp. 1974, p. 62-83

7Constantin Brancovan, dont le règne en Valachie pendant vingt-cinq ans fut une basileia dans les aspirations des chrétiens des Balkans et dans les compliments des rhéteurs, dissimulait ses véritables projets sous les flatteries les plus extravagantes qu’il adressait au sultan en même temps qu’au tzar. Tout en étant un patron généreux pour les communautés orthodoxes d’un espace conçu impérialement depuis la Géorgie jusqu’aux patriarcats orientaux, il n’était pas moins attentif à « la nostra Europa6 ». En plaçant sur les rayons de sa bibliothèque les volumes de la Byzantine du Louvre, il trouvait en l’héritage moral de l’ancien Empire ses racines les plus profondes, comme il le fit voir lors de sa mort tragique7. Par son action culturelle et par son appui financier, Brancovan s’est inscrit dans l’enchaînement d’une mission qui avait été celle de son oncle et prédécesseur, Şerban Cantacuzène, lequel était déjà reconnu comme « sauveur de l’illustre nation des Grecs8 ». La stratégie des Cantacuzène échoue en 1716 : leur exécution dans un cachot turc vise à remodeler le gouvernement des Principautés autant qu’à punir l’orgueil avec lequel ils se rapportaient à leur ancêtre Jean VI, dont l’écrit polémique anti-musulman trouva encore des lecteurs à Bucarest un demi-siècle plus tard9. Avant de quitter le trône et en se préparant pour la mort, Étienne Cantacuzène fit usage d’un privilège des empereurs byzantins : son repentir manifesté publiquement prit la forme d’une oraison10. Quand on songe que son grand-père Şerban avait choisi pour protecteurs de l’église érigée à côté de son palais de Cotroceni les saints Serge et Bacchus, les mêmes que Justinien avait pris pour vocable de sa Küçük Ayasofya, le point de référence renoue clairement avec le passé impérial11.

  • 12 Costea Constanţa, « Constantinopolul în iconografia tîrzie din Ţara Românească », Studii şi cercetă (...)
  • 13 Simonescu Dan (éd.), Cronici şi povestiri româneşti versificate (sec. xvii-xviii), Bucarest, 1967, (...)
  • 14 Cartojan Nicolae, Cărţile populare în literatura românească, I-II, Bucarest, 1976 (la 1re éd. date (...)
  • 15 Mazilu Dan Horia, Varlaam şi Ioasaf. Istoria unei cărţi, Bucarest, 1981.
  • 16 Turdeanu Emil, « Varlaam şi Ioasaf », Cercetări literare 1 (1934), p. 1-46.
  • 17 Litzica Constantin, Catalogul manuscriptelor grecești, Bucarest, 1909, p. 119. Ce manuscrit provien (...)
  • 18 Ibid., p. 111.
  • 19 Grecu Vasile, « Erotocritul lui Cornaro în literatura românească », Daco-Romania 1 (1920), p. 1-64.

8L’espoir de voir revivre ce passé a été néanmoins refoulé. Désormais, si Byzance a cessé de servir de drapeau libérateur, le souvenir historique est loin d’être effacé. La mémoire populaire l’a conservé, par exemple, dans la peinture religieuse. Une icône valaque de la fin du xviie s. représente « la cité des Grecs » en s’inspirant d’images médiévales12. Pourtant, « Tzarigrad » ne figure plus parmi les lieux saints dont la représentation attirait le regard sous le porche des églises ; en revanche, Constantinople et Moscou sont le sujet des vedute qui ornaient l’intérieur de certaines maisons de boyards, à Jassy comme au Phanar13. Les historiens roumains (Cartojan, Iorga et Grecu) ont fourni des efforts intenses pour retracer l’influence byzantine sur notre ancienne littérature14. Cela concerne naturellement les livres de piété, introduits au Moyen Âge et encore répandus au xviiie s. en traduction roumaine. Il convient également de mentionner, pour la même raison, le Roman d’Alexandre, ainsi que Barlaam et Joasaph15. Ce dernier ouvrage fut préservé en plusieurs copies tardives, dont l’une de 1786, au monastère de Neamţu16. On lisait en grec d’autres romans byzantins (Ismène et Isménie) ou hérités de l’Antiquité (Daphnis et Chloé) : le manuscrit qui les contient date de 178417. Même pour les Métamorphoses d’Ovide, c’est toujours la traduction par Maxime Planude en grec byzantin qui circulait18. La littérature vénéto-crétoise est présente aussi dans les pays roumains, avec l’Érotocrite de Cornaro, qui fut finalement relayé par le récit de Denis Photeinos19. La poésie érotique, telle qu’elle est illustrée par la famille des Văcărescu, se déploie selon des modèles grecs ou, parfois, byzantins. Il faut cependant remarquer que leur origine avait été oubliée, l’inspiration ayant été absorbée depuis longtemps par l’esprit vivant de la grécité post-byzantine.

  • 20 Iorga Nicolae, « Cărţi şi scriitori români din veacurile xvii-xix », Analele Academiei Române, s. I (...)
  • 21 Ciorănescu Alexandru, « Întrebări şi răspunsuri », Cercetări literare 1 (1934), p. 47-82.
  • 22 Pippidi Andrei, « L’accueil de la philosophie française du xviiie s. dans les Principautés roumaine (...)
  • 23 Carataşu Mihail, Catalogul manuscriselor grecești din Biblioteca Academiei Române, III, Bucarest, 2 (...)
  • 24 Litzica Constantin (n. 17), p. 61, 83, 483 ; Carataşu Mihail (n. 23), p. 202.
  • 25 LitzicaConstantin (n. 17), p. 308. La démarche à laquelle je fais allusion a été proposée par Duby (...)

9À l’heure du réveil politique et social que marque la Révolution française, les Roumains ont gardé de vieux stéréotypes dans leur manière de penser le temps et l’espace. Les plus évidents sont ceux qui entretiennent une vision des rapports de l’homme avec la nature qui n’a guère changé au bout d’un long parcours historique. Ce chemin est jalonné par Cosmas Indicopleustès et par l’Entretien de Panayotis avec l’Azymite20. Le second de ces textes que, par certains indices, on peut dater de la fin du xiiie s., avait revêtu une forme slavonne au xve s., fut traduit en roumain vers 1600, et sa vitalité est prouvée par des manuscrits qui s’échelonnent de 1748 à 1827. Nous avons ainsi la surprise de découvrir la continuité d’une conception géocentrique de l’univers. Le merveilleux chrétien n’a remplacé que par endroits la mythologie païenne, de sorte que la terre et le ciel étaient imaginés comme enfermés à l’intérieur d’une triple enveloppe formée d’eau, de ténèbres et de feu, la terre reposant sur le dos de quatre baleines tandis que le poids du ciel était supporté par trois cents anges21. Une immense distance séparait ceux pour lesquels cette cosmogonie populaire n’avait pas cessé d’être vraie des lecteurs de Lalande qui, dans l’entourage du prince phanariote, recevaient l’image d’une nature heureuse et rationnelle. En matière de géographie, le même retard qu’en astronomie a fait que la découverte du Nouveau Monde n’a pénétré qu’au xviiie s. le patrimoine culturel commun22. Les écrits de Psellos sur des questions d’astronomie, de physique, de mathématiques ont joui d’une étonnante longévité23. Siméon Seth vivait au xie s., Nicéphore Blemmydès au xiiie, mais tous deux furent des auteurs encore étudiés aux Académies princières de Bucarest et de Jassy en matière de sciences naturelles24. Une Synopsis tôn physikôn, attribuée à Siméon Seth, a été copiée dans les dernières années du xviie s., mais le même manuscrit contient également une lettre de Marc Eugénikos à Jean VII Paléologue, ainsi que le récit de quelques miracles ayant eu lieu sous le règne de Maurice, pour finir avec des notices de chronique de 1716. Ce curieux assemblage mêle, au fil des siècles, la dévotion, la controverse théologique et les observations sur la nature héritées d’Aristote. On constate ici le phénomène de vulgarisation des acquis culturels signalé par G. Duby. Ce qui avait été une part du savoir de l’élite intellectuelle byzantine était devenu un texte d’école accessible à un niveau social moyen25.

  • 26 Năsturel Petre Ş., Le Mont Athos et les Roumains. Recherches sur leurs relations du milieu du xive (...)
  • 27 Iorga Nicolae, Chronique de l’expédition des Turcs en Morée 1715, Bucarest, 1913, p. 130.
  • 28 Ibid., p. 127.
  • 29 Ibid., p. 138, 141.
  • 30 Ibid., p. 143.
  • 31 Ibid., p. 147.

10Pour entretenir le souvenir historique de l’Empire chrétien, les Phanariotes confirment ou continuent de distribuer, au mont Athos et à tant d’autres sanctuaires de l’orthodoxie, une série de donations. Il est superflu de refaire ici l’inventaire de ces offrandes26. Traditionnellement, en effet, les anciens princes de Valachie et de Moldavie ont rempli cette fonction qu’ils tenaient des basileis et les Phanariotes qui leur ont succédé se sont préoccupés d’affirmer leur légitimité de cette manière. Aux Roumains qui, religieux ou laïcs, faisaient le voyage de la Sainte Montagne, la grandeur byzantine qu’ils y découvraient devait produire une forte impression. Nous pouvons juger de la réaction à cette expérience par le journal qu’un envoyé du prince de Valachie a rédigé en 1716. À Salonique, il a visité « une belle Métropole, où l’on conserve le corps de saint Grégoire Palamas et l’image de saint Démètre peinte de son vivant […] et le tombeau est couvert de marbre de ce temps-là27 ». D’autres reliques étaient visibles à Serrès : « la tête de Théodore Tiron et le khandjar de Théodore Stratélate » dans une église « des plus anciennes28 ». Ailleurs, à Kavala, le voyageur observe « une vieille forteresse en ruine » et « un pan de vieux mur délabré ». Des références historiques plus précises identifient les anciennes fondations des Météores (« douze couvents bâtis par les empereurs grecs ») et le monastère d’Hosios Loukas, « construit sur l’ordre et aux dépens de l’empereur Rhomanos le Jeune, le Porphyrogénète29 ». À ce sujet, l’auteur ajoute : « Rhomanos le Jeune régnant alors à Constantinople, étant un puissant empereur, il fit une expédition contre l’île de Crète » – probablement, une confusion avec les opérations navales de 949, sous le règne de Constantin VII. Toujours à Hosios Loukas, à propos de pierres précieuses incrustées dans les mosaïques, « on croit que, à l’occasion de certaines guerres, le pape envoya les prendre, de sorte qu’elles sont conservées à présent à Rome ». Cet apprenti archéologue a aussi noté que le couvercle de marbre d’un tombeau « porte des lettres bien bizarres qu’on ne peut pas déchiffrer30 ». Lorsque, à Karyès, il voit « un beau monastère avec des coupoles, des colonnes de marbre, des peintures », il sait que celui-ci a été « fondé par les empereurs chrétiens31 ».

11 L’existence de tels vestiges témoigne d’un modèle patriarcal et patrimonial d’autorité, le même qui se manifeste, quoique bien amoindri, dans les Principautés roumaines. En étaient-ils bien conscients, les habitants de ces pays au xviiie s.? Comme on l’a vu, Constantinople était pour eux « la cité des Grecs », en dépit de la domination ottomane. La confrontation entre Roumains et Grecs, qui dure depuis la chute de l’Empire, a graduellement creusé la limite qui les sépare, et c’est précisément là que l’identité nationale des indigènes a assis ses fondements. Ce que les scriptoria de Valachie et de Moldavie ont sauvegardé en fait d’histoire byzantine était à peine suffisant pour garantir la mémoire d’un passé antérieur à 1453.

  • 32 Camariano Nestor, Alexandre Mavrocordato, le grand drogman. Son activité diplomatique (1673-1709), (...)

12Malheureusement, un texte qui faisait preuve d’une vision unitaire de l’histoire universelle, et d’autant plus intéressant pour nous qu’il était dû à l’un des premiers Phanariotes, a été incomplètement conservé. Il s’agit d’une œuvre composée par Alexandre Mavrocordato qui commençait avec l’histoire sainte (ta Ioudaika), continuait avec l’histoire de l’Empire (ta Romaika) et s’achevait par l’histoire des pays roumains (ta Mysika, la Mysie étant la Valachie dans la terminologie archaïsante des Byzantins)32. Y avait-il là une haute ambition qui, en rattachant le présent que l’auteur connaissait le mieux à l’Ancien Testament, désirait établir une continuité anoblissante ? La disparition de la troisième partie de ce vaste ouvrage ne nous permet pas de le savoir.

  • 33 Ştrempel Gabriel, Cernovodeanu Paul (éds), Cronograf tradus din greceşte Pătraşco Danovici, I-II, B (...)
  • 34 Comşa Nicolae, Manuscrisele româneşti din Biblioteca Centrală de la Blaj, Blaj, 1944. C’est le ms. (...)
  • 35 Voir Ştrempel Gabriel, Cernovodeanu Paul (n. 33), p. 288-299, 342-346.
  • 36 Iorga Nicolae, « Une source négligée de la prise de Constantinople », dans Contributions à l’histoi (...)

13Les sources dont disposait le milieu cultivé des principautés pour l’histoire de l’Empire byzantin peuvent être rangées en deux groupes : d’une part, la tradition des chronographes slavons traduits en roumain (en 1636 par Pătraşcu Danovici33), d’autre part les textes byzantins, soit traduits en néo-grec, soit réduits à l’état d’extraits. Un exemple de la première catégorie est un manuscrit copié en 1757 en Valachie. Le récit est conduit à partir de « Justinien le Grand » et de « Justin le Bon et Miséricordieux », en enchaînant un médaillon après l’autre, jusqu’à « l’empire des Vénitiens lesquels ont régné à Tzarigrad ». Un chapitre intitulé « Quand on a commencé à enlever Tzarigrad des mains des empereurs chrétiens » est suivi par les pages concernant les sultans, dont le dernier est Murad IV, ce qui correspond à la date de la traduction. Les chapitres suivants ont été ajoutés : l’un contient « la dispute du très saint Silvestre, le pape de Rome », d’autres recueillent ce qu’on savait « sur les saintes reliques de l’empereur Constantin et sur la prophétie de Tzarigrad » ou « sur les lettres qui étaient écrites sur la tombe du grand empereur Constantin » ou encore « sur les dignités de l’Empire des Grecs », etc.34. Comme ces titres l’indiquent, il s’agit de la compétition entre Silvestre et le mage Zambri, des prophéties au sujet de la fin de l’Empire, où l’on retrouve le thème de « la pomme rouge » qui fut étudié par Hasluck, Jean Deny et Stéphane Yérasimos35, ainsi que d’un abrégé du Pseudo-Codinos. C’est au même groupe de manuscrits qu’appartient le récit de la chute de Constantinople par Nestor Iskander qui fut également traduit en roumain au xviiie s.36.

  • 37 Litzica Constantin (n. 17), p. 389-392. Sur cet érudit voir Cicanci Olga, Cernovodeanu Paul, « Cont (...)
  • 38 Erbiceanu Constantin (éd.), Cronicarii greci carii au scris despre români în epoca fanariotă, Bucar (...)
  • 39 Litzica Constantin (n. 17), p. 7 : la chronique commence en 1400 et continue après 1462 pour finir (...)
  • 40 Fonkič Boris L., « Николаий Караджа и Ленинградский сборник византийских документов », Византийский (...)

14À peu près à la même époque, quelques érudits se sont efforcés de rassembler des extraits des auteurs byzantins. Ainsi, Jean-Hiérothée Comnène, évêque de Dristra (Silistra, en Bulgarie), qui résidait à la cour de Valachie au début du xviiie s., a formé un recueil où il a réuni des glanures de chroniques (Glykas, Zonaras, Acropolitès, Choniatès, Sphrantzès) et des passages du Taktikon de Léon le Sage et de l’Alexiade37. Un autre ouvrage du même savant prélat est une Vie de Jean Cantacuzène, « compilée d’après les écrits historiques de Byzance et dédiée au très sage boyard Constantin Cantacuzène » ; celui qui nous en parle, Constantin-Césaire Dapontès, possédait ce manuscrit, avec d’autres travaux de cet auteur, et il regrettait de ne pouvoir imprimer « ces véritables livres d’or, particulièrement nécessaires aux princes38 ». De telles œuvres étaient donc appréciées surtout pour les sentences morales qu’elles contenaient et qui les apparentaient au genre parénétique. Le boyard valaque Ienăchiţă Văcărescu, étant lui-même l’auteur d’une Histoire des empereurs ottomans, possédait un exemplaire exécuté en 1765 de la traduction en grec vulgaire de la chronique de Doukas39. La réputation de lettré de Văcărescu égalait celle de son beau-père, Nicolas Karadja, le savant phanariote qui fit copier, entre 1765 et 1784, une collection de documents byzantins. Ces chrysoboulla basilika dataient des xiiie-xve s. ; ils concernaient parfois des donations au mont Athos et certains ont été annotés de la main même de ce prince bibliophile40.

  • 41 Iorga Nicolae, « Pilda bunilor domni din trecut faţă de şcoala românească », Memoriile Secţiunii is (...)
  • 42 Iorga Nicolae (supra), p. 92.
  • 43 Parmi les auteurs présents dans cette bibliothèque, il y avait Agathias, Akropolitès, Georges le Sy (...)
  • 44 Litzica Constantin (n. 17), p. 5, 13, 15, 418, 489 ; Carataşu Mihail (n. 23), p. 64.
  • 45 Litzica Constantin (n. 17), p. 424.

15On peut juger des connaissances sur Byzance d’après le contenu des bibliothèques valaques ou moldaves, pour autant que celui-ci nous soit parvenu. L’édition de 1610 de l’Alexiade, imprimée à Augsbourg, se trouvait parmi les livres de Nicolas Mavrocordato en 1725 et ce même volume, conservé au monastère de Hurezi, fut encore inscrit au catalogue de cette bibliothèque, dressé en 179141. Sur les mêmes rayons, il y avait les chroniques de Manassès et de Kinnamos dans leurs éditions hollandaises, où le texte original était doublé par la traduction en latin42. Ce que nous avons dit au sujet des lectures de Constantin Brancovan vaut aussi pour son successeur Mavrocordato qui s’était empressé de se saisir de la bibliothèque de Hurezi, de sorte que les auteurs de la Byzantine du Louvre qui lui avaient été fournis par l’ambassadeur de France se retrouvent dans les inventaires du monastère43. Des auteurs du xiie s., de valeur inégale, tels que Tzetzès, Glykas et Nicétas Choniatès, n’étaient pas ignorés, quoique connus seulement à travers des extraits. Des passages de Sphrantzès étaient également accessibles en manuscrit44. Pour la fin de l’Empire, on pouvait lire un Thrènos tès Konstantinoupoleos, copié au xviiie s.45. C’est à peu près tout ce qui existait comme histoire byzantine.

  • 46 On sait que Moesiodax en fit paraître une paraphrase en 1779. La bibliothèque de l’Académie roumain (...)
  • 47 Litzica Constantin (n. 17), p. 331, signale un manuscrit qui contient le texte original du Peri bas (...)
  • 48 À la bibliothèque de l’Académie roumaine, le ms. gr. 577 comprend l’Ekthésis, la dédicace de Sébast (...)
  • 49 Carataşu Mihail (n. 23), p. 224-226, a décrit le ms. gr. 1224. Une note indique comme possesseur en (...)
  • 50 Le ms. gr. 725 de la bibliothèque de l’Académie roumaine fut prêté par le propriétaire à son gendre (...)
  • 51 Litzica Constantin (n. 17), p. 340-342. C’est Constantin Mavrocordato qui régnait en Valachie en 17 (...)
  • 52 Camariano-Cioran Ariadna (n. 49), p. 124-126 ; voir aussi Ionaşcu Ion (n. 41), p. 80.
  • 53 Pippidi Andrei, « Aux confins de la République des Lettres : la Valachie des antiquaires », dans Ho (...)
  • 54 Omont Henri, Missions archéologiques françaises en Orient aux xviie et xviiie s., I-II, Paris, 1902 (...)
  • 55 Pippidi Andrei, « Manuscritos bizantinos de la biblioteca de los Mavrocordato », dans Epigeios oura (...)

16En revanche, l’intérêt des copistes les a conduits à privilégier la littérature parénétique. Un lecteur curieux de connaître la doctrine de l’autocratie byzantine avait à sa disposition les sources de l’Antiquité hellénique : les épîtres d’Isocrate à Évagoras, Nikoklès et Démonikos furent souvent invoquées par la pensée politique grecque des Lumières46. La référence la plus fréquente est l’œuvre de Synésios, Peri basileias. Il en existe au moins deux versions en néo-grec et l’une des copies manuscrites du xviiie s. a appartenu aux Soutzo47. Les exhortations d’Agapet furent traduites en néo-grec par Sébastos Kymenitès pour Constantin Brancovan48, la copie que Voulgaris possédait en 1763 est conservée à la bibliothèque de l’Académie roumaine49, la signature de Constantin Roussaitos (Rosetti) vers 1730 identifie un manuscrit où le texte d’Agapet se trouve aux côtés du Pseudo-Codinos et des oracles de Léon le Sage. Le texte du Pseudo-Codinos fut ensuite copié d’après ce même exemplaire pour servir à Constantin Mavrocordato50. Un autre recueil, en 1738, réunissait Agapet à Isocrate et à Synésios, ce qui suffit pour esquisser la pédagogie des princes phanariotes51. Les Avis du Pseudo-Basile le Macédonien avaient déjà été imprimés à Bucarest en 1691 et le volume se retrouve dans la bibliothèque de Hurezi52. Pourtant, si l’on compare le nombre de témoignages sur l’histoire byzantine à la prodigieuse collection de matériaux concernant la civilisation gréco-romaine que Nicolas Mavrocordato avait rassemblée, on est obligé d’observer que la place de Byzance demeure marginale53. Les manuscrits byzantins étaient conservés par Mavrocordato pour les offrir à ses correspondants occidentaux (l’abbé Bignon ou l’archevêque William Wake)54. Lorsque son fils Constantin envoya en France la liste d’une douzaine de tels textes, pour les faire acheter par la bibliothèque royale, le marché ne fut jamais conclu55. Du fait même que le prince entendait se séparer de ces manuscrits, on peut conclure que le prix qu’il leur attachait était purement financier.

  • 56 Georgescu Valentin Al., « Les ouvrages juridiques de la bibliothèque des Maurocordato. Contribution (...)
  • 57 Le manuscrit de l’Épitomé est décrit par Camariano Nestor (n. 47), p. 141-142 ; c’est le ms. gr. 99 (...)
  • 58 Duţu Alexandre, Les livres de sagesse dans la culture roumaine, Bucarest, 1971, p. 108-109. On doit (...)

17La situation des textes juridiques et législatifs est un peu meilleure. Valentin Al. Georgescu a signalé depuis longtemps le rôle joué par la grande bibliothèque des Mavrocordato dans la construction d’un système « constitutionnel » qui a fonctionné dans les Principautés jusqu’à la fin du régime phanariote56. L’œuvre d’Harménopoulos fut multipliée à travers une douzaine de copies : l’une d’elles, un manuscrit de 1632 de l’Épitomé, reproduit le texte de l’édition de Francfort de 1596, livre qui existait aussi dans la collection des Mavrocordato, ainsi que le De administrando Imperio (Bâle, 1575)57. En consultant Constantin Porphyrogénète, le législateur phanariote entrait en dialogue avec une expérience de gouvernement. Ce qui étonne, c’est que la distance historique fût si peu perçue et que des modèles tellement anciens eussent été assumés comme compatibles avec la réalité géopolitique du xviiie s. L’exemple le plus frappant d’utilisation paradoxale d’un document historique (apocryphe qui plus est !) est fourni par la Donatio Constantini. La traduction en roumain, fondée probablement sur la version russe, fut rédigée dans la seconde moitié du xviie s., mais on persistait à lui ajouter foi au siècle suivant, quand elle fut copiée au moins deux fois58. Le problème du rapport entre pouvoirs spirituel et temporel avait été résolu en faveur du prince, lequel contrôlait les transactions entre le religieux et le politique. Ce faisant, il imitait Constantin, ce qui renvoie à l’archétype du monarque chrétien qui domine l’Église dont il s’est arrogé la protection.

  • 59 Barnu Daniel, Manuscrise bizantine în colecţii din România, Bucarest, 1984 ; Tugearu Liana, Miniatu (...)
  • 60 Le ms. gr. 561 de la bibliothèque de l’Académie roumaine contient des textes polémiques sur la posi (...)
  • 61 Les mss gr. 262 et 667 de la même collection concernent la condamnation des Arméniens.
  • 62 Litzica Constantin (n. 17), p. 404-406, 409-411 ; Carataşu Mihail (n. 23), p. 202. Le discours sur (...)
  • 63 Litzica Constantin (n. 17), p. 289-294. Voir Krumbacher Karl, Geschichte der Byzantinischen Littera (...)
  • 64 Timotin Andrei, « La littérature eschatologique byzantine et post-byzantine dans les manuscrits rou (...)

18L’adhésion à l’orthodoxie byzantine ne s’affaiblit pas dans la durée ; au contraire, elle est raffermie par l’action du clergé qui s’est implanté autour des sièges métropolitains et des couvents dédiés aux lieux saints. Les manuscrits provenant de Constantinople étaient surtout des livres de culte, plus rarement des exemples d’exégèse théologique59. Certains témoignaient de la réaction anti-catholique60 ou anti-arménienne61 des xve et xvie s. Un auteur sélectionné par les copistes est Gennadios Scholarios lui-même62. Cas singulier, Michel Apostolios, qui se dit « Byzantios », fait l’éloge de Frédéric III, « empereur des Romains et de tous les chrétiens63 » : le recueil qu’il a composé contient des textes produits par Gémiste Pléthon ou adressés à lui et d’autres écrits par Gennadios (mais c’est alors une traduction d’après saint Thomas d’Aquin). Pour la plupart, la littérature religieuse en roumain promue au xviiie s. consiste en des recueils d’exempla. Plutôt que de s’engager dans des débats doctrinaux, l’enseignement qu’ils répandent développe la conception moralisante d’un idéal de vie vertueuse. On serait tenté de les attribuer au patrimoine byzantin, mais, à les regarder de près, ce n’est pas toujours vrai, car certains de ces exempla remontent à Vincent de Beauvais, le dominicain du xiiie s., peut-être à travers un intermédiaire grec. La fascination de l’eschatologie se manifeste par la multiplication des visions et des prophéties64.

  • 65 Mango Cyril, « The Legend of Leo the Wise », Zbornik radova Vizantoloskog instituta 6 (1960), p. 59 (...)
  • 66 Ce texte eschatologique, copié dans les mss gr. 560, 1032, 1095 de la bibliothèque de l’Académie ro (...)
  • 67 Knös Börje, L’histoire de la littérature néo-grecque : la période jusqu’en 1821, Uppsala, 1962, p.  (...)
  • 68 Pippidi Andrei (n. 1), p. 130, 240. Voir Alexander Paul J., « Medieval Apocalypses as Historical So (...)
  • 69 Sackur Ernst (éd.), Sybillinische Texte und Forschungen, Halle, 1898, p. 57 et suiv. Cette prophéti (...)
  • 70 Erbiceanu Constantin (n. 38), p. 226-227.

19Interroger les desseins divins pour l’avenir est clairement l’expression d’une option politique. À l’époque phanariote, que l’on considère trop souvent comme une longue éclipse de l’esprit d’indépendance, une vision du monde héritée de Byzance inspire un intérêt constant pour les oracles de Léon le Sage, qui promettent « la résurrection de Constantinople65 », et pour la prophétie du patriarche Tarassios « sur l’Empire des Ottomans66 ». On fabrique même de nouvelles prophéties animées de l’esprit millénariste, les fameux oracles d’Agathange67. Les guerres russo-turques ont ranimé les espoirs qui, avant d’être déçus par la paix du Prut, avaient attendu le salut de la chrétienté balkanique de « l’aigle du Nord » et du « peuple blond68 ». Le Pseudo-Méthode de Patara restait encore d’actualité à la charnière du xviiie s.69. Lorsque, après la signature du traité de Küçük Kaynarca, Dapontès disait sa désillusion70, son amertume dut être partagée par tous ceux dont l’imaginaire ancestral guidait la foi.

  • 71 Mémoires du Baron de Tott, I, Amsterdam, 1784, p. 76-77. Le personnage en question, Emmanuel Giani- (...)

20Ce reflux des espoirs qui avaient animé les générations précédentes est clairement saisissable dans les paroles d’un phanariote qui, en dialoguant avec un Occidental – à vrai dire, un Hongrois frotté de culture française –, exprimait le même désappointement marquant la fin d’un cycle. Dans ce dialogue, l’étranger se réjouit de découvrir une image du passé qui coïncide avec la leçon des Lumières : « je me plaisais à lui entendre dire fréquemment que de l’ancien Empire des Grecs sa nation ne conservait que l’orgueil et le fanatisme qui avaient causé sa ruine71 ».

  • 72 Traitant d’un sujet semblable au nôtre, Dan Berindei (« Princes Phanariotes des principautés roumai (...)

21Les questions que nous avons posées ici, sans espérer leur apporter une réponse définitive, ont tâché de préciser comment Byzance était vue dans les Principautés, ce qui était retenu de son savoir et de sa littérature, en quoi les Phanariotes et leurs sujets, touchés peu ou prou par ce souvenir historique, se comportaient comme des Byzantins72. Le butin est mince. Après la conquête ottomane, ou même avant, la culture hellénique s’est déterritorialisée vers trois directions : Venise, autour de laquelle s’était concentré le Levant insulaire, l’Orient arabe et les Balkans, pointant vers les pays roumains. Là, en Valachie et en Moldavie, elle a été plus qu’accueillie, adoptée, sans différence notable entre son expression originale et l’imitation élaborée par les lettrés roumains dans leur propre langue. Mais cette synthèse gréco-roumaine que l’on constate au xviiie s. a largement renoncé à Byzance. Par rapport au passé, on observe même un recul. Cela n’est pas dû à une influence de la critique acérée que les Lumières occidentales ont fait subir à ce qu’elles croyaient être Byzance : les Roumains n’ont pas lu Gibbon avant 1840, voire plus tard. C’est sans doute parce que l’histoire de l’Empire aboutissait à un inoubliable et humiliant échec. Le lien qui se noue avec la Grèce de l’Antiquité a cet avantage de ne pas être affecté par une interprétation politique. Il le sera seulement à l’heure de Rigas.

Notes

1 Pippidi Andrei, Tradiţia politică bizantină în ţările române în secolele xvi-xviii, Bucarest, 20012.

2 Id., « À la recherche d’une tradition politique byzantine dans les pays roumains », Nouvelles études d’histoire, VI, 1, Bucarest, 1980, p. 127.

3 Stănescu Eugen, « Préphanariotes et Phanariotes dans la vision de la société roumaine des xviie-xviiie s. », dans Symposium L’Époque phanariote, 21-25 octobre 1970, Thessalonique, 1974, p. 347-358.

4 Simko Ivan I., Новые данные к биографии князя Антиоха Дмитриевича Кантемира, Saint-Pétersbourg, 1891, p. 148-149 ; Grasshof Helmut, A. D. Kantemir und Westeuropa, Berlin, 1966. Selon Nicolae Iorga (Histoire des Roumains et de la romanité orientale, VII, Bucarest, 1940, p. 10), Démétrius Cantemir « était, de fait, plus phanariote que beaucoup de Phanariotes considérés comme tels ».

5 Il s’agit de l’écrit intitulé Monarchiarum physica examinatio, dont le texte original a été édité par Sulea-Firu Ilie, « O scriere inedită a lui D. Cantemir », Studii şi cercetări de bibliologie 5 (1963), p. 269-276.

6 Pippidi Andrei, « Pouvoir et culture en Valachie sous Constantin Brancovan », Revue des Études Sud-Est européennes 26 (1988), p. 285-294 ; id., « Constantin Brâncoveanu ca diplomat », dans Despre statui şi morminte. Pentru o teorie a istoriei simbolice, Iaşi, 2000, p. 144-152.

7 Id., « La mort à Constantinople : héritage byzantin ou naissance d’une légende », Études byzantines et post-byzantines, V, Bucarest, 2006, p. 471-496.

8 Dédicace de la sainte Écriture dans l’édition de Venise, 1685 ; voir Simonescu Dan, « Le livre grec en Roumanie », Balcania 7,2 (1944), p. 458.

9 Bibliothèque de l’Académie roumaine, ms. gr. 1300, copié en 1765 à Bucarest ; voir Cândea Virgil, « Une version roumaine du xviie s. de l’Apologie contre Mahomet de Jean Cantacuzène », Revue des Études Sud-Est européennes 4 (1966), p. 233-238, pour qui cette œuvre était depuis longtemps connue en Valachie.

10 Pippidi Andrei, « L’Homélie prononcée par Étienne Cantacuzène, prince de Valachie (1716) », dans Guran Petre (éd.), L’empereur hagiographe. Culte des saints et monarchie byzantine et post-byzantine, Bucarest, 2001, p. 281-293.

11 Van Millingen Alexander, Byzantine Churches in Constantinople, Londres, 1912, réimp. 1974, p. 62-83.

12 Costea Constanţa, « Constantinopolul în iconografia tîrzie din Ţara Românească », Studii şi cercetări de istoria artei, seria Arta plastică 40 (1993), p. 53-67.

13 Simonescu Dan (éd.), Cronici şi povestiri româneşti versificate (sec. xvii-xviii), Bucarest, 1967, p. 95 ; Legrand Émile (éd.), Recueil de poèmes historiques en grec vulgaire relatifs à la Turquie et aux Principautés danubiennes, Paris, 1877, p. 195.

14 Cartojan Nicolae, Cărţile populare în literatura românească, I-II, Bucarest, 1976 (la 1re éd. date de 1929) ; Iorga Nicolae, Livres populaires dans le Sud-Est de l’Europe, Bucarest, 1928 ; id., La création religieuse du Sud-Est européen, Paris, 1929 ; Grecu Vasile, « Urme nouă de influenţă bizantină în literatura românească », dans Lui Nicolae Iorga omagiu, Craiova, 1921, p. 151-155 ; id., Influenţa bizantină în literatura românească, Cernăuţi, 1933.

15 Mazilu Dan Horia, Varlaam şi Ioasaf. Istoria unei cărţi, Bucarest, 1981.

16 Turdeanu Emil, « Varlaam şi Ioasaf », Cercetări literare 1 (1934), p. 1-46.

17 Litzica Constantin, Catalogul manuscriptelor grecești, Bucarest, 1909, p. 119. Ce manuscrit provient de la bibliothèque de Démètre Sturdza, personnalité politique et culturelle de la fin du xviiie s.

18 Ibid., p. 111.

19 Grecu Vasile, « Erotocritul lui Cornaro în literatura românească », Daco-Romania 1 (1920), p. 1-64.

20 Iorga Nicolae, « Cărţi şi scriitori români din veacurile xvii-xix », Analele Academiei Române, s. II, XXIX (1906), p. 165-179.

21 Ciorănescu Alexandru, « Întrebări şi răspunsuri », Cercetări literare 1 (1934), p. 47-82.

22 Pippidi Andrei, « L’accueil de la philosophie française du xviiie s. dans les Principautés roumaines », dans id., Byzantins, Ottomans, Roumains. Le Sud-Est européen entre l’héritage impérial et les influences occidentales, Paris, 2007, p. 299-302.

23 Carataşu Mihail, Catalogul manuscriselor grecești din Biblioteca Academiei Române, III, Bucarest, 2004, p. 274 sqq. Le ms. gr. 1270 est un volume de miscellanées copié de 1674 à 1729 et ayant appartenu au patriarche Chrysanthe de Jérusalem.

24 Litzica Constantin (n. 17), p. 61, 83, 483 ; Carataşu Mihail (n. 23), p. 202.

25 LitzicaConstantin (n. 17), p. 308. La démarche à laquelle je fais allusion a été proposée par Duby Georges, « La vulgarisation des modèles culturels dans la société féodale », dans Niveaux de culture et groupes sociaux, Paris, 1967, p. 33-50.

26 Năsturel Petre Ş., Le Mont Athos et les Roumains. Recherches sur leurs relations du milieu du xive s. à 1654, Orientalia Christiana Analecta 227, Rome, 1986. Pour le xviiie s., les travaux de Popescu-Spineni et de Florin Marinescu ont recueilli un grand nombre d’informations, mais il n’existe pas encore de corpus comparable à celui que nous venons de citer. Un premier aperçu concernant les donations des princes phanariotes est dû à Iorga Nicolae, « Le Mont Athos et les pays roumains », Bulletin de la Section historique, Académie roumaine 2 (1914), p. 204-210.

27 Iorga Nicolae, Chronique de l’expédition des Turcs en Morée 1715, Bucarest, 1913, p. 130.

28 Ibid., p. 127.

29 Ibid., p. 138, 141.

30 Ibid., p. 143.

31 Ibid., p. 147.

32 Camariano Nestor, Alexandre Mavrocordato, le grand drogman. Son activité diplomatique (1673-1709), Thessalonique, 1970, p. 18-19.

33 Ştrempel Gabriel, Cernovodeanu Paul (éds), Cronograf tradus din greceşte Pătraşco Danovici, I-II, Bucarest, 1998-1999. Une liste, considérée à présent comme incomplète, indique les manuscrits du xviiie s. : Ştefănescu Iulian, Opere istorice, Bucarest, 1942, p. 135-163 ; voir également la récente étude de Mihăescu Doru, Cronografele româneşti, Bucarest, 2006.

34 Comşa Nicolae, Manuscrisele româneşti din Biblioteca Centrală de la Blaj, Blaj, 1944. C’est le ms. 51.

35 Voir Ştrempel Gabriel, Cernovodeanu Paul (n. 33), p. 288-299, 342-346.

36 Iorga Nicolae, « Une source négligée de la prise de Constantinople », dans Contributions à l’histoire de Byzance et des pays post-byzantins, Bucarest, 1927, p. 59-128. Le manuscrit (à présent ms. roum. 4143 de la bibliothèque de l’Académie roumaine) paraît dater de 1815 et provenir de Valachie : il contient des textes roumains et grecs copiés entre 1780 et 1818 (Ştrempel Gabriel, Catalogul manuscriselor româneşti, III, Bucarest, 1986, p. 349). Iorga a corroboré le texte qu’il éditait avec une autre copie qui se trouvait alors en sa possession, actuellement à la bibliothèque de l’Académie roumaine, le ms. roum. 1663, daté de 1812. Sur les vingt-deux copies que nous connaissons, quatorze ont été exécutées en Valachie et seulement huit en Moldavie. La plus ancienne copie de Valachie date de 1766, tandis que la date du premier manuscrit moldave est 1780. L’original traduit en roumain de la version russe du récit de Nestor Iskander fut très probablement l’édition de 1713 (Cernovodeanu Paul, « Vision de Byzance dans les chronographes et autres textes historiques roumains des xviie et xviiie s. », dans Actes du XIVe Congrès international des études byzantines, II, Bucarest, 1975, p. 533). Voir encore Unbegaun Boris Ottokar, « Les relations vieux-russes de la prise de Constantinople » (1929), dans id., Selected Papers on Russian and Slavonic Philology, Oxford, 1969, p. 1-26 ; Casas Olea Matilde (éd.), Nestor Iskander, Relato sobre la toma de Constantinopla, Granada, 2003.

37 Litzica Constantin (n. 17), p. 389-392. Sur cet érudit voir Cicanci Olga, Cernovodeanu Paul, « Contribution à la connaissance de la biographie et de l’œuvre de Jean (Hiérothée) Comnène (1668-1719) », Balkan Studies 12 (1971), p. 143-186.

38 Erbiceanu Constantin (éd.), Cronicarii greci carii au scris despre români în epoca fanariotă, Bucarest, 1888, p. 111. Voir Nicol Donald M., « The Doctor-Philosopher John Comnen of Bucharest and his Biography of the Emperor John Kantakouzenos », Revue des Études Sud-Est européennes 9 (1971), p. 511-526 ; Dima-Drăgan Corneliu, Carataşu Mihail, « Un manuscrit grec inédit du docteur Jean Comnène », ibid., p. 107-120.

39 Litzica Constantin (n. 17), p. 7 : la chronique commence en 1400 et continue après 1462 pour finir en 1604. Litzica estime que cette compilation fait usage d’informations qui se trouvaient dans la chronique de Dorothée de Monembasie.

40 Fonkič Boris L., « Николаий Караджа и Ленинградский сборник византийских документов », Византийский временник 37 (1976), p. 140-146. Au sujet du même personnage, voir Camariano-Cioran Ariadna, « Nicolas Caragea, prince de Valachie, traducteur de la langue française », dans Λειμωνάριον. Τιμητικὴ προσφορὰ τῷ καθηγητῇ Νικολάῳ Β. Τωμαδάκῃ, Athènes, 1973, p. 245-266.

41 Iorga Nicolae, « Pilda bunilor domni din trecut faţă de şcoala românească », Memoriile Secţiunii istorice, Academia Română, s. II, XXXVII (1914), p. 92 ; voir aussi Ionaşcu Ion, Contribuţii la istoricul mănăstirii Hurez după documente inedite din Arhiva Eforiei Spitalelor Civile, Craiova, 1935, p. 77.

42 Iorga Nicolae (supra), p. 92.

43 Parmi les auteurs présents dans cette bibliothèque, il y avait Agathias, Akropolitès, Georges le Syncelle, Procope, Zonaras, Chalkocondyle, Glykas, Théophane, le Continuateur de Théophane, Nicétas Choniatès. Voir Dima-Drăgan Corneliu, Carataşu Mihail, « Les ouvrages d’histoire byzantine de la bibliothèque du prince Constantin Brancovan », Revue des Études Sud-Est européennes 5 (1967), p. 435-444. Deux volumes de « la Byzantine », sans titre, sont enregistrés en 1791, avec Kédrènos, Jean Cantacuzène, Eusèbe, etc. (Ionaşcu ion [n. 41]).

44 Litzica Constantin (n. 17), p. 5, 13, 15, 418, 489 ; Carataşu Mihail (n. 23), p. 64.

45 Litzica Constantin (n. 17), p. 424.

46 On sait que Moesiodax en fit paraître une paraphrase en 1779. La bibliothèque de l’Académie roumaine possède les discours à Nikoklès (mss gr. 208 et 1289), à Évagoras (ms. gr. 208) et à Démonikos (mss gr. 1022, 1258 et 1340). Voir ci-dessous, n. 51.

47 Litzica Constantin (n. 17), p. 331, signale un manuscrit qui contient le texte original du Peri basileias et sa traduction en néo-grec, datant de 1670, d’autres avec seulement la traduction (ibid., p. 364, 376, 422). Ibid., p. 463-464, pour le ms. qui porte les signatures de Skarlatos et de Constantin Soutzo, et p. 492 pour un autre qui provient de la bibliothèque de Grégoire Brancovan, daté de 1783. Voir encore Camariano Nestor, Catalogul manuscriselor grecesti, II, Bucarest, 1940, p. 155, pour le commentaire du Peri basileias par Néophyte le Kavsokalyvite. Enfin, le commentaire de Daniel Kérameus de Patmos est signalé par Carataşu Mihail (n. 23), p. 192.

48 À la bibliothèque de l’Académie roumaine, le ms. gr. 577 comprend l’Ekthésis, la dédicace de Sébastos et l’hommage du copiste de 1707, un jeune boyard qui était sans doute un élève de l’Académie de Bucarest.

49 Carataşu Mihail (n. 23), p. 224-226, a décrit le ms. gr. 1224. Une note indique comme possesseur en 1763 « kyr Eugène le didascale de Corfou ». Camariano-Cioran Ariadna, « Parénèses byzantines dans les pays roumains », Études byzantines et post-byzantines, I, Bucarest, 1979, p. 122-124, et Duţu Alexandru, « Le “Miroir des Princes” dans la culture roumaine », Revue des Études Sud-Est européennes 6 (1968), p. 439-479, ont commenté la présence d’Agapet.

50 Le ms. gr. 725 de la bibliothèque de l’Académie roumaine fut prêté par le propriétaire à son gendre, le prince Mavrocordato, qui le fit copier par Constantin-Césaire Daponte.

51 Litzica Constantin (n. 17), p. 340-342. C’est Constantin Mavrocordato qui régnait en Valachie en 1738 et il aurait pu prendre en charge l’éducation de son frère cadet, le beyzadé Alexandre (1720-1790).

52 Camariano-Cioran Ariadna (n. 49), p. 124-126 ; voir aussi Ionaşcu Ion (n. 41), p. 80.

53 Pippidi Andrei, « Aux confins de la République des Lettres : la Valachie des antiquaires », dans Hommes et idées du Sud-Est européen à l’aube de l’âge moderne, Bucarest-Paris, 1980, p. 215-235 ; voir également Bouchard Jacques, Nicolae Mavrocordat, domn şi cărturar al Iluminismului timpuriu (1680-1730), Bucarest, 2006 ; id., « L’aube des Lumières dans les pays roumains », La Revue Historique 2 (2005), p. 37-42.

54 Omont Henri, Missions archéologiques françaises en Orient aux xviie et xviiie s., I-II, Paris, 1902. Voir Pippidi Andrei (supra), p. 159, 241-242 ; ces relations s’étendent de 1720 à 1729. Sur les rapports avec William Wake, voir Bouchard Jacques (supra), p. 24-36. Dans la collection de Christ Church College (Oxford) WK.4.5, il existe un exemplaire du livre du prince Peri kathekonton / Liber de officiis (Leipzig, 1722) avec la dédicace du traducteur en latin Stephan Bergler. La même collection contient un évangéliaire du xiie s., W. Gr. 26, qui fut offert à l’archevêque par Mavrocordato.

55 Pippidi Andrei, « Manuscritos bizantinos de la biblioteca de los Mavrocordato », dans Epigeios ouranos. El cielo en la tierra. Estudios sobre el monasterio bizantino, Madrid, 1997, p. 331-340. Parmi les auteurs dont les ouvrages furent offerts, il y avait Glykas, Zonaras, Jean Cantacuzène, Sphrantzès, etc.

56 Georgescu Valentin Al., « Les ouvrages juridiques de la bibliothèque des Maurocordato. Contribution à l’étude de la réception du droit byzantin dans les Principautés danubiennes au xviiie s. », Jahrbuch des österreichischen Byzantinistik 18 (1969), p. 195-220.

57 Le manuscrit de l’Épitomé est décrit par Camariano Nestor (n. 47), p. 141-142 ; c’est le ms. gr. 992 de la bibliothèque de l’Académie roumaine. L’édition de Francfort et celle de Bâle se trouvent dans le catalogue édité par Iorga Nicolae (n. 41), p. 86-87.

58 Duţu Alexandre, Les livres de sagesse dans la culture roumaine, Bucarest, 1971, p. 108-109. On doit signaler aussi le ms. gr. 214 de la bibliothèque de l’Académie roumaine, avec la version grecque de la Donation de Constantin.

59 Barnu Daniel, Manuscrise bizantine în colecţii din România, Bucarest, 1984 ; Tugearu Liana, Miniatura şi ornamentul manuscriselor din colecţia de artă medievală românească, I-II, Bucarest, 1996-2006.

60 Le ms. gr. 561 de la bibliothèque de l’Académie roumaine contient des textes polémiques sur la position de l’Esprit-Saint dans la Trinité.

61 Les mss gr. 262 et 667 de la même collection concernent la condamnation des Arméniens.

62 Litzica Constantin (n. 17), p. 404-406, 409-411 ; Carataşu Mihail (n. 23), p. 202. Le discours sur la foi pouvait être lu aussi en roumain : Ştrempel Gabriel (n. 36), p. 44.

63 Litzica Constantin (n. 17), p. 289-294. Voir Krumbacher Karl, Geschichte der Byzantinischen Litteratur, Munich, 1897, p. 122, 603.

64 Timotin Andrei, « La littérature eschatologique byzantine et post-byzantine dans les manuscrits roumains », Revue des Études Sud-Est européennes 40 (2002), p. 151-160 ; voir aussi la contribution du même auteur dans le présent volume.

65 Mango Cyril, « The Legend of Leo the Wise », Zbornik radova Vizantoloskog instituta 6 (1960), p. 59-93. Les copies de cet oracle se trouvent à la bibliothèque de l’Académie roumaine dans les mss gr. 1270, 1095, 1181 et 1032 (par ordre chronologique).

66 Ce texte eschatologique, copié dans les mss gr. 560, 1032, 1095 de la bibliothèque de l’Académie roumaine, fut composé en 1789, selon Astérios Argyriou (voir la note ci-dessous).

67 Knös Börje, L’histoire de la littérature néo-grecque : la période jusqu’en 1821, Uppsala, 1962, p. 461. Voir Argyriou Astérios, Les exégèses grecques de l’Apocalypse à l’époque turque (1453-1821). Esquisse d’une histoire des courants idéologiques au sein du peuple grec asservi, Thessalonique, 1982, p. 110. De tels recueils de prophéties où Pantazis de Larisse et Agathange voisinent avec Léon le Sage et Étienne d’Alexandrie constituent à la bibliothèque de l’Académie roumaine les mss gr. 560, 836, 1086, 1095, 1301.

68 Pippidi Andrei (n. 1), p. 130, 240. Voir Alexander Paul J., « Medieval Apocalypses as Historical Sources », American Historical Review 83 (1968), p. 997-1018.

69 Sackur Ernst (éd.), Sybillinische Texte und Forschungen, Halle, 1898, p. 57 et suiv. Cette prophétie était encore copiée à la fin du xviiie s., sinon même plus tard ; Litzica Constantin (n. 17), mss 1087 et 1181.

70 Erbiceanu Constantin (n. 38), p. 226-227.

71 Mémoires du Baron de Tott, I, Amsterdam, 1784, p. 76-77. Le personnage en question, Emmanuel Giani-Rosetti, fut nommé prince de Moldavie en 1788, sans pouvoir effectivement régner.

72 Traitant d’un sujet semblable au nôtre, Dan Berindei (« Princes Phanariotes des principautés roumaines. Une forme de résurrection de Byzance ? », Byzantinische Forschungen 17 [1991], p. 71-84), ne livre pas de conclusion neuve. Mango Cyril, « The Phanariots and the Byzantine Tradition », dans Clogg Richard (éd.), The Struggle for Greek Independence : Essays to Mark the 150th Anniversary of the Greek War of Independence, Londres, 1973, p. 41-66, repris dans Mango Cyril, Byzantium and its Image, History and Culture of the Byzantine Europe and its Heritage, Londres, 1984, texte XVIII : l’auteur avait déjà remarqué un archaïsme des thèmes et du style qui manifeste l’insuffisance des moyens plutôt que le respect pour la tradition.

Auteur


Professeur
Université de Bucarest
Directeur de recherche
Institut d’études sud-est européennes
Académie roumaine, Bucarest

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search