Version classiqueVersion mobile

Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Olivier Delouis
, 
Anne Couderc
, 
Petre Guran

Introduction

Olivier Delouis, Anne Couderc et Petre Guran

Texte intégral

1Ce livre envisage la présence continuée de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine. Le sujet, apparemment paradoxal – du moins si l’on considère la chute de Constantinople en 1453 comme un terme indépassable –, peut se justifier sans peine. L’Empire byzantin avait duré plus de mille ans : sa disparition, au bénéfice de l’Empire ottoman, n’effaça pas son souvenir pas plus qu’elle ne disqualifia son héritage auprès des peuples jadis sujets ou voisins du basileus byzantin. L’Europe, d’autre part, est le meilleur terrain d’une telle enquête : la conquête des Turcs y fut tardive – à partir du xive s. – et moins massive démographiquement qu’en Anatolie, où ceux-ci s’installèrent dès le xie s. Pour autant, ces conditions a priori favorables ne doivent pas conduire à rechercher des vestiges comme fossilisés : entre deux approches possibles qui privilégieraient d’une part les structures d’organisation et de l’autre les pratiques sociales, c’est bien le passé en marche, celui qui s’altère, se transforme, se réinvente, qui forme le principal objet de notre investigation. En somme, tout autant les distorsions que les fidélités à la mémoire de Byzance.

  • 1 Vryonis Speros Jr., « Preface », dans Clucas Lowell (éd.), The Byzantine Legacy in Eastern Europe, (...)
  • 2 Lemerle Paul, « Présence de Byzance », Journal des Savants, 1990, p. 247-268, ici p. 268.
  • 3 Dagron Gilbert, « Oublier Byzance. Éclipses et retours de Byzance dans la conscience européenne », (...)

2« L’héritage de Byzance », a-t-on écrit avec une pointe d’humour, « est un sujet d’intérêt continuel qui a intrigué à la fois les chercheurs, les politiciens et les nationalistes1 ». Mais ce volume se destine plus largement à ceux qu’intéresse l’histoire de l’Europe orientale, et même l’histoire de l’Europe tout entière. Si Byzance ne saurait rendre compte des évolutions géopolitiques de la région de 1453 à nos jours, elle en demeure comme une couche géologique dont les affleurements réguliers ne doivent pas surprendre. Ainsi, il y a près de vingt ans, les changements de régimes causés par la chute du communisme firent resurgir une division autre que politique entre l’Europe d’Orient et d’Occident. Byzance, qu’il ne faut cesser d’interroger, peut offrir des réponses à ces altérités européennes, en étant elle-même un héritage constitutif de l’Europe2. Car Byzance, selon le mot de Gilbert Dagron, est « une autre manière d’être et d’avoir été européen3 ».

  • 4 Iorga Nicolae, Byzance après Byzance. Continuation de l’Histoire de la vie byzantine, Bucarest, 193 (...)

3 La recherche sur l’héritage byzantin a été durablement marquée par l’ouvrage de l’historien roumain Nicolae Iorga, Byzance après Byzance, dont le titre a connu une popularité remarquable au-delà même du monde académique. C’est dans les institutions – le patriarcat œcuménique et les Principautés roumaines en l’occurrence – que Iorga décelait la continuité de l’Empire disparu. Selon lui, Byzance – non seulement les dehors mais aussi l’essence – fut incarnée par les élites roumaines jusqu’au début du xixe s. C’est alors que « l’immuable pérennité byzantine », bouleversée par l’arrivée des idées des Lumières, chavira face aux nationalismes. La guerre d’indépendance grecque, commencée en 1821 et appuyée par les philhellènes d’Occident, aurait mit un terme à cette Byzance « sans État » qui avait survécu « presque quatre siècles après avoir vécu mille ans4 ». Le xviiie s. fut donc désigné comme le point de basculement à partir duquel l’idée impériale et multi-ethnique de Byzance se serait effacée au profit du concept de nation.

  • 5 Grégoire Henri, Graindor Paul, Byzantion 1 (1924), p. V.

4La démonstration, depuis, a été contestée. S’il fut affecté par l’opposition entre conservatisme et libéralisme puis par le surgissement des frontières nationales, l’horizon politique de Byzance se maintint bel et bien après 1821. D’autres héritiers, jeunes et moins jeunes, vinrent régulièrement l’investir : les nations – russe, grecque, serbe, bulgare, roumaine – examinèrent chacune, aux xixe et xxe s., leur dette envers Byzance et dégagèrent les éléments susceptibles de servir leurs intérêts immédiats. Ainsi, jusqu’au début du xxe s., les discours accompagnant les crises successives de la région – des guerres balkaniques aux échanges de populations de 1923 – ont puisé régulièrement dans l’histoire byzantine leurs précédents et justifications. De sorte qu’à l’issue des traités de paix où les frontières d’Europe centrale furent redéfinies, l’organisation d’un premier Congrès des études byzantines à Bucarest en 1924 parut significative. « Plus que jamais, les États du Sud-Est de l’Europe se sentent les héritiers de toutes les traditions de Byzance », relevèrent les observateurs5. Ce congrès fut compris comme une tentative de dépolitiser Byzance, de l’internationaliser, de transformer un objet appréhendé comme concept politique au service de nations ambitieuses en objet culturel, étudié par une communauté scientifique. Terme provisoire sans doute : il faudra probablement, le moment venu, étudier les résurgences plus récentes qui ont sous-tendu les conflits dans les Balkans à la fin du xxe s.

  • 6 Koukoulès Phaidôn, Βυζαντινῶν βίος καὶ πολιτισμός, Athènes, 1948-1955, 6 tomes ; Vryonis Speros, «  (...)

5Par ailleurs, la civilisation byzantine a également survécu dans des institutions non pas politiques mais informelles et quotidiennes. Dans la lignée des folkloristes du xixe s., Phaidon Koukoulès ou Speros Vryonis ont suivi cette voie d’étude, laquelle est peut-être la plus difficile6, qui exige de rapprocher l’histoire et l’anthropologie sociale et de maîtriser toutes ou la plupart des langues de la région, turc y compris. Ces disciplines dialoguent encore trop peu : sans remédier à ce constat, le présent livre n’aborde ainsi la culture populaire que de façon secondaire, se consacrant davantage à la culture savante.

6La religion joue enfin un rôle majeur dans l’héritage de Byzance puisqu’elle conserve par nature les traditions du passé. On se gardera pourtant de réduire le patrimoine de Byzance à l’orthodoxie. Les Églises, le fait est connu, se nationalisèrent au xixe s. en s’émancipant du patriarcat de Constantinople, tandis qu’au même moment les nations se sacralisaient pour mieux réinventer leur passé. La religion joua effectivement un rôle important dans ces ethnogenèses européennes, mais elle s’incarna dans chacune des nouvelles nations, revêtue d’habits neufs. Les histoires religieuses locales ne s’effacent donc pas derrière l’unité de l’orthodoxie ; elles révèlent au contraire des tensions dans l’appréhension de l’héritage de Byzance.

  • 7 Obolensky Dimitri, The Byzantine Inheritance of Eastern Europe, Londres, 1982 ; voir aussi n. 8.
  • 8 Par exemple : Kitromilides Paschalis M., « Imagined Communities and the Origins of the National Que (...)
  • 9 Prochorov Gelian M., « L’hésychasme et la pensée sociale en Europe orientale au xive s. », Contacts(...)
  • 10 Dujčev Ivan, Slavia Orthodoxa : Collected Studies in the History of the Slavic Middle Ages, Londres (...)
  • 11 Par exemple : Năstase Dumitru, « L’idée impériale dans les Pays roumains et le “Crypto-Empire chrét (...)
  • 12 Zakythinos Dionysios, « Étatisme byzantin et expérience hellénistique », dans Mélanges Henri Grégoi (...)
  • 13 Clucas Lowell (n. 1) ; Yiannias John J. (n. 6).

7La question globale d’une unité régionale fondée sur des liens politiques, culturels et religieux façonnés par Byzance, a préoccupé les historiens après Iorga, ainsi que l’attestent certains titres tels : l’Héritage byzantin de l’Europe orientale7, le Commonwealth orthodoxe8, l’Hésychasme politique9, la Slavia orthodoxa10, le Crypto-empire chrétien11, ou sous la plume de Dionysios Zakythinos, cette ingénieuse formule de civilisations byzantines nationales12. Mais les diverses réponses à la question de l’héritage de Byzance ont rarement été confrontées, et tel est le propos du présent recueil dont le parti pris est précisément celui de la juxtaposition et de la comparaison. À notre connaissance, seuls deux ouvrages collectifs ont procédé ainsi par le passé, issus de colloques tenus avant 1989 et concernant essentiellement la Russie et la Grèce13. En ajoutant, au gré des articles, l’Empire ottoman, la Bulgarie, la Roumanie, la Serbie, l’Ukraine, nous ne couvrons certes pas, malgré nos tentatives, tout l’espace géographique voulu, mais l’élargissement nous semble significatif. Les études qui suivent ont été mêlées de façon souple, en respectant toutefois une forme de classement, de façon à rendre possibles les rapprochements : du plus général au particulier, puis par thèmes et à l’intérieur de ces thèmes par pays, et pour finir de manière chronologique.

  • 14 Bakić-Hayen Milica, « What’s so Byzantine about the Balkans ? », dans Bjelić Dušan I. et Savić Obra (...)
  • 15 Plusieurs contributions sur ce thème dans les ouvrages suivants : Konstantinou Évangélos (éd.), Byz (...)
  • 16 Aymard Maurice, « Byzance après Byzance. Byzance hors de Byzance », dans Byzance et l’Europe (n. 15 (...)

8 Indiquons enfin ce que ce livre n’est pas. Il ne substitue pas à l’usage métonymique des Balkans une métaphore nouvelle, celle de Byzance, au pouvoir explicatif généralisé. Pas de « byzantinisme » en lieu et place d’un « balkanisme » évocateur de l’héritage ottoman, ni plus largement d’un « orientalisme14 ». Il n’enquête pas davantage sur les néobyzantinismes savants, nés en Europe occidentale à la fin du xixe s., sauf quand ils eurent une application locale, comme en retour15. Nous espérons ainsi, en nous dégageant des présupposés venus d’Occident et en privilégiant un espace géographique cohérent, celui de l’ancien empire byzantin en Europe et de ses voisins, échapper au reproche d’écrire une histoire de Byzance après Byzance hors d’elle, sans elle, voire contre elle16.

9Sont ici regroupés les actes du colloque « La présence de Byzance dans l’Europe du Sud-Est aux époques moderne et contemporaine » tenu à Athènes du 22 au 24 septembre 2008. Celui-ci a été organisé par l’École française d’Athènes, le Musée chrétien et byzantin d’Athènes, l’Institut français d’Athènes et il a reçu le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie. L’Ambassadeur de France à Athènes, S. E. Christophe Farnaud, a bien voulu marquer un intérêt particulier pour cet événement en le plaçant au rang des manifestations de la Présidence française de l’Union européenne du second semestre 2008. Monsieur Paschalis Kitromilidès a présidé à l’ouverture du colloque et Madame Hélène Ahrweiler a prononcé une conférence inaugurale. Au Musée chrétien et byzantin d’Athènes, les orateurs ont été accueillis par son directeur, le regretté Dimitris Konstantios, et par Anastasia Lazaridou. Vingt-quatre des articles de ce volume sont issus des communications qui y furent présentées. Trois articles sont venus compléter le panorama de l’ouvrage (par Jack Fairey, Petre Guran et Georges P. Majeska), qui sont issus d’un colloque organisé deux ans plus tôt à l’université de Princeton par Petre Guran sur le thème « When Culture Dreams Empire : “Byzantium” as Usable Past », avec l’appui du Davis Center for Historical Studies, du Princeton Institute for International and Regional Studies, du Program in European Cultural Studies et du Program in Russian and Eurasian Studies de cette même université.

Notes

1 Vryonis Speros Jr., « Preface », dans Clucas Lowell (éd.), The Byzantine Legacy in Eastern Europe, Boulder-New York, 1988, p. v.

2 Lemerle Paul, « Présence de Byzance », Journal des Savants, 1990, p. 247-268, ici p. 268.

3 Dagron Gilbert, « Oublier Byzance. Éclipses et retours de Byzance dans la conscience européenne », Πρακτικά της Ακαδημίας Αθηνών 82 (2007), p. 135-158, ici p. 158.

4 Iorga Nicolae, Byzance après Byzance. Continuation de l’Histoire de la vie byzantine, Bucarest, 1935, p. 6, 12-13. L’ouvrage a connu de nombreuses rééditions et traductions.

5 Grégoire Henri, Graindor Paul, Byzantion 1 (1924), p. V.

6 Koukoulès Phaidôn, Βυζαντινῶν βίος καὶ πολιτισμός, Athènes, 1948-1955, 6 tomes ; Vryonis Speros, « The Byzantine Legacy and Ottoman Forms », Dumbarton Oaks Papers 23 (1969-1970), p. 251-308 ; id., « The Byzantine Legacy in Folk Life and Tradition in the Balkans », dans Clucas Lowell (n. 1), p. 107-145 ; id., « The Byzantine Legacy in the Formal Culture of the Balkan Peoples », dans Yiannias John J. (éd.), The Byzantine Tradition after the Fall of Constantinople, Charlottesville-Londres, 1991, p. 17-44.

7 Obolensky Dimitri, The Byzantine Inheritance of Eastern Europe, Londres, 1982 ; voir aussi n. 8.

8 Par exemple : Kitromilides Paschalis M., « Imagined Communities and the Origins of the National Question in the Balkans », European History Quarterly 19 (1989), p. 149-194 ; l’expression fait elle-même référence à l’ouvrage de Obolensky Dimitri, The Byzantine Commonwealth. Eastern Europe, 500-1453, New York, 1974.

9 Prochorov Gelian M., « L’hésychasme et la pensée sociale en Europe orientale au xive s. », Contacts 31 N. S. (1979), p. 25-63.

10 Dujčev Ivan, Slavia Orthodoxa : Collected Studies in the History of the Slavic Middle Ages, Londres, 1970.

11 Par exemple : Năstase Dumitru, « L’idée impériale dans les Pays roumains et le “Crypto-Empire chrétien” sous la domination ottomane. État et importance du problème », Σύμμεικτα 4 (1981), p. 201-250.

12 Zakythinos Dionysios, « Étatisme byzantin et expérience hellénistique », dans Mélanges Henri Grégoire, II, Annuaire de l’Institut de Philologie et d’Histoire Orientales et Slaves 10 (1950), p. 667-680, repris dans id., Byzance : État-Société-Économie, Londres, 1973, texte II, p. 23.

13 Clucas Lowell (n. 1) ; Yiannias John J. (n. 6).

14 Bakić-Hayen Milica, « What’s so Byzantine about the Balkans ? », dans Bjelić Dušan I. et Savić Obrad, Balkan as Metaphor. Between Globalization and Fragmentation, Cambridge Mass., 2002, p. 61-78. Sur l’idée des Balkans, voir Todorova Maria, « The Ottoman Legacy in the Balkans », dans Brown Carl L., Imperial Legacy : The Ottoman Imprint in the Balkans and the Middle East, New York, 1996, p. 45-77, et ead., Imagining the Balkans, Oxford, 1997 et 2009, traduit en français sous le titre Imaginaire des Balkans, Paris, 2011.

15 Plusieurs contributions sur ce thème dans les ouvrages suivants : Konstantinou Évangélos (éd.), Byzantinische Stoffe und Motive in der europäischen Literatur des 19. und 20. Jahrhunderts, Philhellenische Studien Bd. 6, Francfort, 1998 ; Cormack Robin, Jeffreys Elisabeth M. (éds), Through the Looking Glass. Byzantium through British Eyes, Aldershot, 2000 ; auzépy Marie-France (éd.), Byzance en Europe, Paris, 2003 ; bullen J. B., Byzantium Rediscovered, Londres, 2003. Voir aussi Βυζάντιο καὶ Εὐρώπη. Α´ διεθνὴς βυζαντινολογικὴ συνάντηση, Δελφοί, 20-24 Ἰουλίου 1985, Athènes, 1987 ; Byzance et l’Europe. Colloque à la Maison de l’Europe, Paris, 22 avril 1994, Paris, 2001 ; spieser Jean-Michel (éd.), Présence de Byzance, Gollion, 2007.

16 Aymard Maurice, « Byzance après Byzance. Byzance hors de Byzance », dans Byzance et l’Europe (n. 15), p. 87-94, ici p. 93 ; Barbu Daniel, Bizanţ contra Bizanţ. Explorări în cultura politică românească, Bucarest, 2001.

Auteurs

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search