Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Džanko, Dr. Savet-beg Bažagić-Redžepašić, 2006.

1Après cette revue du Bašagić vivant et posthume, je veux à nouveau mentionner le travail de Muhidin Džanko1. Il est évident que nos recherches totalement parallèles – cette thèse a été soutenue avant que son livre ne paraisse, je n’ai appris l’existence de ses articles qu’à la fin 2005, et je n’ai jamais eu le plaisir de faire sa connaissance jusqu’à aujourd’hui – nous ont amenés, sur quelques points, à des conclusions semblables. Cependant, nos recherches, loin de faire double emploi, se distinguent en leurs thèses essentielles ; je n’ai point eu besoin de retoucher mon travail en fonction du sien. Même nos deux histoires de la « réception de Bašagić » se distinguent en ce sens que la sienne se base sur une étude approfondie de quelques auteurs (type Rizvić), tandis que la mienne se veut chronologique et vise à l’exhaustivité (jusqu’en 1991).

2La singularité de mon étude réside avant tout dans sa dimension historique. Les soixante-quatre années que vécut Bašagić furent marquées par de profondes métamorphoses politiques, économiques, sociales, culturelles et mentales, tant en Bosnie-Herzégovine qu’à l’échelle mondiale. Pour notre homme précisément, les deux épicentres historiques de ces bouleversements se situent en 1878, lorsque la Bosnie-Herzégovine devient territoire administré par l’Autriche-Hongrie, et 1918, quand elle intègre un État slave et linguistiquement cohérent. Selon les points de vue, ces événements ont pu être ressentis comme des libérations ou des défaites ; pour la majorité des musulmans bosno-herzégoviniens, ce sont des désastres : ils n’ont jamais eu de signification qui correspondît à leurs aspirations. Au regard de leurs coreligionnaires, c’est là la première particularité des Bašagić : l’année 1878 n’a pas marqué de réelle rupture pour eux ; à travers l’adaptation de Bašagić père aux conditions dictées par le Congrès de Berlin, une continuité indéniable s’établit dans l’évolution de la famille.

3En revanche, ce temps n’a été qu’une longue décadence pour la majeure partie des élites bosno-musulmanes : elles se sont vues peu à peu privées des anciennes prérogatives dont elles jouissaient grâce à leur religion et leur prestige local. Elles n’ont pas su réagir rapidement lorsque les événements les en pressaient : et c’est à leur passivité autant qu’à la turbulence de leurs voisins chrétiens qu’il faut imputer ce lent déclin. Elles n’avaient pas été habituées à entrer dans un système qui les mît en concurrence avec des gens qu’elles percevaient principalement à travers leur différence religieuse, et qu’elles jugeaient, la plupart du temps, inférieures de ce fait.

4Dans ces années de dépression, l’absence d’unité politique se faisait cruellement sentir. Les différents leaders n’ont eu d’écho que dans une partie restreinte de la population, ou bien n’ont joui d’une faveur générale que durant une courte période. Il y eut bien la figure culturelle de Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški, mais il était trop proche des autorités austro-hongroises ; il y eut bien la figure religieuse de Fehim Džabić, mais il s’embourba dans des revendications trop strictement spirituelles. Il y eut encore la figure politique de Šerif Arnautović, mais ses palinodies d’opportuniste le discréditèrent finalement. Parmi eux, Bašagić a essayé de tirer son épingle du jeu en frayant une voie qui fédérât culture, religion et politique.

5Le personnage n’était pas plébiscité de son vivant même. Que ce soit un manque d’énergie intérieure, une incapacité de tempérament ou encore le jeu des circonstances, de nombreuses causes se mêlent pour faire de lui un personnage controversé et jamais célébré sans arrière-pensée. Insuffisamment agressif pour éliminer ses rivaux ou ses pairs, trop fier parmi des gens susceptibles, il n’a pas saisi l’occasion de s’imposer autant que ses idées ambitieuses l’exigeaient. Son œuvre n’a pas eu le temps de mûrir d’elle-même ; ses idées ne rencontrèrent pas d’écho immédiat dans les mentalités de ses coreligionnaires, probablement en raison d’un contretemps qui les rendaient déjà obsolètes ou encore irrecevables au moment où il les exprimait.

6La paternité historique qu’on peut faire assumer à Bašagić vis-à-vis du nationalisme bosno-musulman ne relève ainsi pas de la politique à proprement parler ; elle appartient à l’idéologie d’une Kultur dont l’application politique n’a pas été immédiate, mais qui a imprégné les esprits pour revenir à l’heure actuelle dans les discours bochniaques sans qu’on sache très bien à qui attribuer l’origine de telle ou telle idée. Il est cependant essentiel de noter que cette Kultur représente en réalité un substrat idéologique dans lequel viennent plonger leurs racines diverses idées nationales, notamment celle du parti du Droit avant 1895, celle de l’État indépendant croate de la seconde guerre mondiale, celle du nationalisme « Musulman » de la seconde Yougoslavie, enfin le bošnjaštvo actuel – sans que Bašagić ait donné une formulation sans équivoque de ses propres convictions à ce sujet.

7L’enthousiasme dont notre homme débordait ne l’a pas armé pour lutter efficacement dans l’arène politique où l’avaient amené ses idées. L’honneur beylical qu’il a chanté, il a voulu le chanter en solo. L’individualité tout aristocratique dont il a fait preuve l’a desservi, car elle empêche, au fond, une réflexion centrée sur une nation que fonde le corps populaire. En dernière analyse, cette lacune semble ressortir de la psychologie, comme le manifestent ses textes littéraires : l’ethos de Bašagić, ébranlé peut-être par le contact de l’Occident, manifestait avec éclat une recherche de l’unité malheureusement jamais atteinte, parce qu’écartelée entre un souffle épique puissant et une lyrique assez mièvre.

8La croaticité de Bašagić n’a pas eu la force d’une idée claire ; sa bosnicité non plus. La première, essentiellement vécue en Croatie et à Vienne entre 1894 et 1899, n’a pas eu la force de résister à la complexe réalité du milieu sarajévien à partir de 1900. Quant à la seconde, le bilan en reste mitigé : il a voulu créer une cohérence dans la communauté bosno-musulmane, et a poursuivi ce dessein à travers ses actions culturelles et politiques ainsi que sa production littéraire ; mais ses détracteurs ont été nombreux, et ses discours trop sophistiqués pour un public encore fruste et peu sensible à la notion de bien commun.

9L’entreprise bašagićienne se résume peut-être en ces quelques mots : dégager une plate-forme culturelle et politique là où régnaient la jungle des intérêts personnels et la mainmise de l’islam. En s’inspirant des réflexions ottomanes sur le sujet, il en a formulé la spécificité slave ; en prenant exemple sur ses voisins croates et serbes, il a initié une rhétorique qui exonérait sa communauté de ses responsabilités historiques.

10Ce thème de la culpabilité est central. Tout historien est amené, tôt ou tard, à abdiquer l’utopie de l’érudition et à rentrer dans un discours judiciaire : ce ne sont pas seulement les causes des événements présents qui l’intéressent, mais l’origine de ce qu’il considère comme une faute. Bašagić ne fait pas exception ; son culte de l’honneur l’a poussé à affranchir ses pairs de toute responsabilité pour la rejeter sur le catholicisme, les orthodoxes ou les oulémas. On sera sensible au fait que les grandes catégories de pensée du bey correspondent, in fine, à celles de sa société : les hommes se classent non selon leurs richesses, mais selon leur religion. Et le grand moteur de l’histoire, pour lui, c’est le pouvoir temporel conféré par la religion. La portée morale de cette dernière est un poids dont il a essayé de se libérer par un anticléricalisme virulent.

  • 2 Redžić, Sto godina, p. 42.

11Aujourd’hui comme hier, l’historiographie ex-yougoslave est tout entière enfermée dans ces problématiques ; le plus impartial a, un jour ou l’autre, réagi vis-à-vis des stupidités proclamées par ses voisins et est rentré dans une polémique quelconque. Bašagić reste d’actualité de ce point de vue. Le point majeur de son œuvre demeure sa vision de l’islamisation parmi la population bosno-herzégovinienne ; c’est elle qui a laissé le plus de trace, comme le rappelle Enver Redžić en 2000 : relayée par les thèses de Muhamed Hadžijahić, elle a une influence considérable auprès du grand public bosno-musulman actuel2. Elle interprète le passé selon une logique idéaliste, c’est-à-dire que les actes accomplis par nos prédécesseurs répondaient aux critères du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ainsi l’islamisation des bogomiles.

12Les autres problématiques lancées par Bašagić gravitent autour de ce point. Prenons un seul exemple : c’est la thèse du patriotisme des Ottomans originaires de Bosnie-Herzégovine entre le xve et le xixe siècle. En nationaliste qui se respecte, Bašagić projette son désir d’unité vers le passé. Mais la réalité est probablement à l’inverse de ce qu’il pensait : la présence de Bosniaques à Istanbul au xvie siècle montre qu’ils ont été ottomanisés et non qu’ils ont bosniaquisé l’État.

13Cette biographie dont il vient de faire l’objet a permis de retracer, de façon exceptionnelle, le destin d’une famille musulmane à la fin du xixe et au début du xxe siècle. Ce sont moins les idées qui retiennent l’attention, que leur genèse, leur évolution, leur transformation. De l’ottomanisme du père aux idées nationales du fils, on retire que l’enracinement dans ce que nous avons coutume d’appeler le terroir est fondamental et qu’il représente la base de leur identité politique. On a pu voir, durant la guerre de 1992-1995, ces mécanismes se mettre à nouveau en jeu, lors de la sécession des Confinaires de Kladuša : ce qui primait alors, c’étaient les intérêts locaux. Le sentiment du bien commun ne se développe que lentement, avec des avancées et des reculades spectaculaires.

14 On retient aussi la transformation qu’a subie l’islam bosno-herzégovinien sous l’influence de la modernité européenne, que ce soit directement par les Austro-Hongrois, ou indirectement à travers le prisme d’Istanbul. Avec Bašagić, le monde bosno-ottoman se thématise, devient objet de discours, prend la forme d’une Kultur que l’on contemple toujours mieux à mesure qu’on s’en éloigne. L’orientalisme constitue un élément fondateur de sa pensée, en ce qu’il opère une différenciation du côté ottoman et slave simultanément. Sans lui, la transformation de la communauté religieuse en nation est impossible, au sens où nous l’entendons. Bašagić a donc légué à ses communautaires la conscience d’une histoire ; il leur a donné les matériaux nécessaires à leur construction critique, une méditation à poursuivre. En cela, son orientation moderniste a été féconde et demande à être approfondie. Et même si personne ne l’a reprise en totalité, son œuvre n’en est pas pour autant insignifiante : elle a rayonné par le dessous, éclairant une individualité communautaire indéniable.

15La montée en puissance de l’idéologie démocratique a desservi Bašagić. Bien que l’Autriche-Hongrie se soit préservée durant longtemps du système parlementaire et ait tenté de le juguler, la masse a joui de plus en plus de pouvoirs grâce à la représentation politique. Les idées aristocratiques de notre bey ne pouvaient que mal s’en accommoder. À notre époque où la justesse de la démocratie est parfois remise en question et où il règne en Bosnie-Herzégovine un certain chaos politique dû à sa mise en place, les descendants des anciens beys jouissent d’une aura toute particulière. À Sarajevo, la mode est à rappeler que sa famille fut un jour beylicale ; Adil Zulfikarpašić se fait appeler « monsieur le bey » ; et le livre de Husnija Kamberović portant sur les propriétés terriennes des familles beylicales durant la période austro-hongroise, s’est vendu comme des petits pains, alors qu’il coûte assez cher, que le public n’est traditionnellement guère enclin à dépenser son maigre pécule dans les librairies et que l’érudition qui s’y étale ne prête pas à une lecture récréative. Voilà qui explique en partie le regain d’intérêt dont a bénéficié la Brève introduction, livre « beylical » par excellence.

16On constate enfin que Bašagić, dans sa recherche d’unité, agit en esthète. Fréquemment, dans ses ouvrages poétiques et historiques, on voit que son principal critère de jugement est le beau plus que le vrai. À ses yeux, la nation est belle : peu importe si elle existe réellement, peu importe si elle est vraie. Le plus souvent mis en images dans des poèmes, l’héroïsme des ancêtres prête à une contemplation esthétique plutôt qu’à une interrogation sur la vérité de ce qui s’est réellement déroulé.

  • 3 À ce propos, lire l’anecdote dans Sarajevski nekrologij, p. 47-48.

17 Bašagić, « dernier bey véritable » de Bosnie-Herzégovine ? C’est ce que prétendit Alija Nametak en 19343. Ou, au contraire, géniteur d’une nation nouvelle dont le beylicat occupe le centre, initiateur de la conscience historique d’un beylicat local chancelant ? La vérité semble être contenue entre ces deux extrêmes, sans les exclure forcément. Un tissu de valeurs complexes entoure la figure du mort. Lorsque les historiens essayent d’en soulever le voile pour découvrir son visage, ils arrêtent leur geste à mi-course, car chacun y croit voir une pourriture qu’il n’avait pas imaginée ; mais le désappointement, voire le dégoût, n’est pas suscité en chacun par les mêmes aspects du personnage. L’étude biographique d’un homme tel que Bašagić est déceptive dans la mesure où elle ne dresse pas devant les yeux ébahis de la postérité la statue d’un grand homme politique ; mais elle est intéressante parce qu’elle est l’une des meilleures voies de pénétration dans la réalité compliquée de la Bosnie-Herzégovine post-ottomane ; et surtout, elle est passionnante parce qu’elle est pleinement humaine.

18On voudrait un Bašagić vivant encore : il est bien mort. Il le savait dès ses trente ans, et son œuvre a aussi représenté le geste tragique d’un homme luttant contre le néant et l’oubli des générations futures.

Notes

1 Džanko, Dr. Savet-beg Bažagić-Redžepašić, 2006.

2 Redžić, Sto godina, p. 42.

3 À ce propos, lire l’anecdote dans Sarajevski nekrologij, p. 47-48.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search