Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Épilogue. Destin posthume

Texte intégral

1La mort de Bašagić intervient alors que le ciel se charge au royaume de Yougoslavie. En octobre 1934, Alexandre est assassiné à Marseille. Les causes nationales occupent tout le débat public, ou presque. En Bosnie-Herzégovine, l’élite musulmane se polarise de plus en plus radicalement entre pro-Croates et pro-Serbes, alors que l’aile neutre, repliée sur son identité religieuse, s’enferme dans le silence. Autant dire que Bašagić meurt à une époque où ses sympathies croates rendent son personnage problématique.

1. Bašagić jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale (1934-1945)

  • 1 L’intérêt historiographique des références indiquées dans les notes de bas de page de cette partie (...)
  • 2 Ivan Milićević, « Dr. Safvet beg Redžepašić-Bašagić » Napredak 9 (1934), 5 (mai), p. 53-54 ; Hamdij (...)
  • 3 Parmi les plus intéressantes, voir J. A. K. [Jovan Kršić], « Dr. Safvetbeg Bašagić », Pregled 8 (19 (...)
  • 4 [Anonyme], « Svečana komemoracija Dru Safvetbegu Bašagiću u Zagrebu », Novi Behar 7 (1933-1934), 22 (...)
  • 5 Jusuf Tanović, « Značenje Dra Safvetbega Bašagića », Novi Behar 7 (1933-1934), 19-21, p. 290-291 [p (...)
  • 6 Il s’agit 1) du Nouveau Behar et 2) de Gajret. 1) Sur la genèse de ce triple numéro, voir IAS BS —  (...)
  • 7 Ainsi le premier article qui s’intéressa à Ogledalo se limita à des remarques superficielles (Munir (...)
  • 8 Seule une micro-polémique entre deux amis de Bašagić souleva timidement les problèmes de la thèse b (...)

2Sur la tombe, les amis de toujours lui rendent hommage, en termes chaleureux, mais finalement assez neutres1. De ces discours sortira la matière de très nombreux articles mémorialistes2 et notices nécrologiques3 ; rapidement après les funérailles sont organisées des conférences publiques, à Zagreb4, à Sarajevo comme un peu partout en Bosnie-Herzégovine5. Les principales revues de la communauté bosno-musulmane sortent des numéros spéciaux où convergent divers éclairages sur le personnage6. Alors que sa stature d’orientaliste et de poète, ainsi que de poète religieux, ressort à plein, trois projecteurs restent éteints : celui qui sortirait de l’ombre l’inachèvement de sa pensée nationale, celui par lequel s’éclairerait son laïcisme maladroit7 et celui grâce auquel ferait saillie son profil d’historien de la nation8.

3Zagreb se fût-il seul exprimé sur notre homme, on eût présenté son destin de façon simple et simplifiée, tout entier croate. Mais le problème est complexe dans la mesure où Bašagić ne fait l’objet d’aucun commentaire, ou presque, à partir de Zagreb : c’est avant tout le Sarajevo croatisant qui parle. Ce fait laissera à Bašagić une épaisseur suggestive : parmi les interprètes de sa vie et de son œuvre, nous trouvons des musulmans plus croates que les Croates (Alija Nametak), des croatisants plus intelligents que lui (Hadžijahić ou Čaušević), des prudents (Mehmed Handžić), enfin des catholiques (Ivan Milićević).

4En se présentant comme l’un des meilleurs amis de Bašagić, le publiciste Alija Nametak (1906-1987) fait d’une pierre deux coups : il s’arroge l’autorité du compagnon intime et trace à son héros un destin à la mesure de ses ambitions personnelles. Ses articles de mémorialiste avancent que Bašagić méprisait tout yougoslavisme et adhérait totalement aux idées nationalistes croates. Dans ces textes se révèle son goût pour l’anecdote censée révéler un trait de caractère ; souvent, elles ne trahissent qu’incapacité à la synthèse et goût du ragot.

  • 9 Muhamed Hadžijahić, « Pabirci iz života i rada Hamdije Kreševljakovića », Novi Behar 13 (1939-1940) (...)
  • 10 – mhj – [Muhamed Hadžijahić], « Hrvatstvo bosanskih muslimana. Prilog razjašnjenju našeg nacionalno (...)

5Nametak parle le plus fort ; aussi des intellectuels plus pertinents, tel l’historien Hamdija Kreševljaković (1890-1959) – encore très engagé du côté croate à l’époque – passent bien plus inaperçus, et s’étendent d’ailleurs moins sur le sujet. En dehors de ses articles biographiques, Kreševljaković se sera finalement peu exprimé. Dans le petit monde des intellectuels bosno-musulmans, dont il faut exclure Nametak, le seul à penser le bey, ce sera Muhamed Hadžijahić (1918-1986). Ce personnage au profil atypique, de formation éclectique, zélé croatisant à ce moment, mène l’une des meilleures analyses d’avant-guerre sur lui. À travers une comparaison avec Kreševljaković, il souligne que les activités politiques de Bašagić furent fatales à son travail d’historien. Son « esprit aristocratique » – « féodal » – l’empêchait de s’intéresser aux mouvements populaires et démocratiques, et l’a poussé à n’écrire qu’une histoire « spirituelle » de la Bosnie, contrairement à un Kreševljaković sensible à la civilisation matérielle des musulmans. Ce parallèle s’achève sur une note discrètement négative : alors que le défunt s’est essentiellement appuyé sur des sources de seconde main (Muvekkit), Kreševljaković se sert de documents d’archives inédits9. D’autre part, Hadžijahić, dans une perspective nettement plus nationaliste, réutilise une référence centrale de Bašagić à l’historien ottoman ‘Alî (m. 1599) pour affirmer que les musulmans sont de sang croate10.

  • 11 Sait Orahovac, « Dr Safvetbeg Bašagić u historijskoj perspektivi », Islamski svijet 4 (1935), 136, (...)

6D’un autre côté, le critique littéraire Sait Orahovac (m. 1992) s’échine à affirmer la supériorité (sans la prouver) de Bašagić sur le poète serbe Zmaj Jovan Jovanović (1833-1904), en avançant que le premier, patriote « local », « non yougoslave », a œuvré dans des conditions plus difficiles que le second pour atteindre à des résultats identiques11.

  • 12 Edhem Mulabdić, « Behar. Prilikom 40-godišnjice njegova pokretanja », Narodna uzdanica 8 (1940), p. (...)

7À la frange des croatisants, on trouve l’un des plus anciens et fidèles amis de Bašagić, Edhem Mulabdić (1862-1954). Son discours sur Bašagić et ses idées conservera toujours une empreinte d’humanité et de mesure12 ; on ne peut s’empêcher d’adopter ce point de vue plus que tous les autres. En effet, Bašagić ne s’est jamais officiellement exprimé en termes de pleine reconnaissance envers l’idéologie nationale croate ; sa croaticité – réelle, revendiquée, constructive – ne s’est radicalisée qu’à partir du moment où Alija Nametak s’est chargé de la faire connaître.

  • 13 K.[asim] G.[ujić], « Hasan Kafi Pruščak – Mehmed Handžić : Nizamul-Ulema », Obzor 76 (1936), 218 (2 (...)

8En dehors du cadre nationaliste, Mehmed Handžić (1906-1944) réutilisera quant à lui les thèses de Bašagić dans une perspective identitaire musulmane. Responsable religieux fort populaire, Handžić a une certaine tendance croate : mais il compose avec la politique plus qu’il ne propage des idées qui ne l’intéressent pas parce qu’elles ne sont pas religieuses. Empreint de panislamisme, le dessein de Handžić repose sur l’apologie de l’islam bosno-herzégovinien. Se présentant comme le premier continuateur du bey orientaliste et présenté comme tel, il publie un compendium des auteurs ottomans d’origine bosniaque ou herzégovinienne où il avoue qu’il n’a guère rénové les recherches de Bašagić et simplement ajouté à sa liste quelques noms (plus obscurs encore). D’autre part, il approfondit ses thèses sur l’islamisation des bogomiles13.

  • 14 Documents d’archives : Rudolf Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », Novi Behar 8 (...)
  • 15 Rp. [Rudimir Rotter-Progonski], « Korespondencija Dra S. Bašagića poklonjena Napretkovoj kulturno-h (...)
  • 16 M. Š[ahinović]. Ekremov, « Za monografiju o Safvet-begu Bašagiću », Obzor 75 (1934), 297, p. 2-3.

9Finalement, l’éventail des interprétations de Bašagić est assez étendu, quoique lacunaire et sans nuance véritable ; personne n’en livre un portrait complet. On est conscient de cette lacune, cependant. Publiant et commentant morceaux choisis, documents d’archives et œuvres inédites14 qu’a récupérés, dans leur majorité, l’association bosno-catholique « Napredak » (« Le Progrès ») en octobre 193415, tout ce monde s’entend rapidement pour demander à Zagreb la rédaction d’une monographie sur Bašagić. L’idée est lancée dans la presse en décembre de cette année-là par Munir Šahinović-Ekremov (1900-1945), journaliste musulman bien connu pour ses positions croatisantes : en dressant le programme d’un tel ouvrage, il insiste sur la croaticité du bey16.

10Dans une certaine mesure, cet effort de synthèse fut réalisé par un slaviste allemand, Maximilian Braun (1903-), dans un ouvrage publié en 1934. Pour cette raison, il est indispensable de s’y arrêter un peu longuement.

  • 17 M. Braun, Die Anfänge der Europäsierung in der Literatur der moslimischen Slaven in Bosnien und Her (...)

11Maître de conférences au département d’Études slaves que dirigeait Reinhold Trautmann (1883-1951) à Leipzig, Braun prépara sa thèse d’habilitation sur Les débuts de l’européanisation dans la littérature des Slaves musulmans de Bosnie-Herzégovine. Des proches de Bašagić (Fehim Spaho, Hamdija Kreševljaković et Alija Nametak) le guidèrent dans ses recherches et le poussèrent à se pencher, entre autres, sur la figure de leur ami17.

  • 18 Ibid., p. 50, 54-55.

12Remarquons d’abord que Braun est un contre-exemple à bien des égards pour le biographe : la chronologie ne l’intéresse pas, et il procède par thèmes ; il pense qu’il existe des caractères orientaux et occidentaux divergents, voire opposés, ce qui est une façon trop monolithique d’envisager l’Empire ottoman sur sa fin. Surtout, son propos semble contradictoire : il ne considère Bašagić que d’un point de vue littéraire et n’étudie que ses recueils de poèmes, tout en affirmant que le bey n’est pas essentiellement poète et qu’il a mené de front d’autres activités18. Ces points ne reçoivent pas de justification de sa part.

  • 19 Ibid., p. 43-44.

13Il y a cependant une subtilité générale dans son exposé qui paraît féconde : Braun a des considérations sur le concept de modernité, qu’il juge européanocentré. Selon lui, les musulmans en général, même quand ils ont bénéficié d’une éducation à l’européenne, se sentent étrangers à ce monde ; d’autant que les musulmans bosno-herzégoviniens l’identifient à la culture des pays où ils l’ont acquise, c’est-à-dire en Croatie, une province austro-hongroise que sa spécificité détachait de la modernité telle qu’on la trouvait ailleurs dans la Monarchie ou en Allemagne. De plus, ils se font une idée abstraite du moderne : le caractériseraient l’objectivité des connaissances, le rejet de la superstition, la liberté de l’esprit et de croyance, le libéralisme et l’apologie de la personne humaine. Rien de tout cela n’est véritablement vécu19.

  • 20 Ibid., p. 59-62.

14C’est autour de cette idée de modernité superficielle, idéalisée, que son exposé sur Bašagić prend tout son sens. Il l’envisage dans sa dimension de rationaliste et progressiste : le bey a œuvré pour rationaliser l’islam bosno-herzégovinien tout en adoptant une position critique face à la modernité vécue à Vienne, appelant ses coreligionnaires à réagir activement dans ce cadre par une modification de point de vue et l’adoption des « armes modernes », la science, car l’épée héroïque n’a plus d’efficacité20.

  • 21 Ibid., p. 6-11.
  • 22 Ibid., p. 16-39.

15Si l’on suit Braun, Bašagić n’a donc pas une attitude très claire face à la nouveauté des temps. À un autre endroit, l’Allemand avait d’ailleurs souligné ces ambiguïtés. S’il avait repris de Bašagić ses idées sur la spécificité de l’islam bosniaque, due à ses racines bogomiles, il avait cependant précisé que les allégations du bey à ce sujet devaient être prises avec précaution en raison des défaillances méthodologiques qui les supportaient21. Il avait réitéré ces réserves à propos de la thèse de Bašagić, dont il soulignait le ton trop enthousiaste et dégagé de préoccupations scientifiques22.

  • 23 Ibid., p. 69-73.

16Par des critères tirant vers la psychologie, Braun avait ainsi véritablement problématisé la signification historique de son homme, écartelé entre conservatisme « oriental » et fascination pour les lumières de l’Occident. Tout en évitant le concept discutable de renaissance, il interprétait l’activité orientaliste de Bašagić comme un détachement de l’Orient concret que représentait l’État ottoman et, en parallèle, une célébration de l’Orient abstrait et poétique des grands littérateurs classiques en persan, ottoman et arabe. Cette spiritualisation avait pour but de démontrer à ses contemporains que l’islam véhiculait des principes en accord avec la modernité23.

  • 24 Ibid., p. 63-73.

17Cette vision a peut-être des défauts ; elle a surtout des lacunes. S’étant dispensé de la lecture de ses œuvres historiques, Braun ne voit pas que la question nationale est centrale chez Bašagić, ni que celui-ci ne s’exprime pas clairement là-dessus parce que ses vues demeurent confuses. D’autre part, il pense que le bey a prôné des principes sociaux en contradiction avec l’islam (sans expliquer en quoi consistait cette contradiction) en idéalisant la « noblesse » des beys et leur fierté24, ce qui demande à être expliqué selon un contexte historique précis.

  • 25 Alija Nametak, « Efkarul-muvehhidin Mehmed Džemaluddin », 11 (1937-1938), 20 (15/04/1938), p. 321-2
  • 26 Starinom Bošnjak, « Nad grobom pjesnika Mirze (Safvet bega Bašagića) », Hrvatska straža 6 (1934), 1 (...)
  • 27 Anonyme, « Oko prenosa sobe Mirze Safveta », Islamski svijet 3 (1934), 83, p. 6 (consulté à l’IAS B (...)
  • 28 [Hiba], « Godišnja skupština “Narodne Uzdanice” Mjesnog odbora u Zagrebu », Novi Behar 7 (1933-1934 (...)

18Publiée en 1934, l’étude de Braun n’eut pas vraiment le temps de pénétrer les milieux lettrés yougoslaves et d’y tempérer les ardeurs politiques et intellectuelles. Malgré le bon sens de certains – le plus haut responsable religieux bosno-musulman par exemple, Mehmed Džemaluddin Čaušević (1870-1938), qui récrimine contre l’enterrement de Bašagić dans le harem de la grande mosquée de Sarajevo, la mosquée du Bey25 – le culte commence à se former, qui ira grandissant durant quelques années : on compose de nombreux poèmes en son honneur26, on veut transposer le mobilier de sa chambre à Zagreb27 et surtout un fonds est créé pour financer un mémorial dans cette ville. C’est « Narodna uzdanica » (« L’espérance nationale »), une association de soutien scolaire pour les enfants musulmans à la tête de laquelle se trouve Edhem Mulabdić, qui est à l’origine de ces initiatives zagréboises ; ses projets convergent avec ceux des musulmans de la capitale croate. « Narodna uzdanica » a pris contact avec « La Femme croate » (« Hrvatska žena »), une association féministe croate à caractère humanitaire et nationaliste, pour ajouter le nom de Bašagić à ceux de grands hommes croates à qui l’on veut ériger des monuments28.

  • 29 E. [Hamid Šahinović Ekremov], « Za monografiju o Dru Safvetbegu Bašagiću », Muslimanska svijest 1 ( (...)

19Monographie et monument ne se feront pas. La presse ne laisse pas deviner pourquoi on abandonna l’idée de la première. Le bureau central de « Narodna uzdanica » décide, en 1936, d’ouvrir un concours pour l’écrire, et l’influente Société littéraire croate promet de la publier ; c’est Hamdija Kreševljaković qui est pressenti comme auteur29.

  • 30 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka I – 46/7. Circulaire du 30. I. 1936, de Sarajevo.
  • 31 E. [Munir Šahinović Ekremov], « Za monografiju o Dru Safvetbegu Bašagiću », Muslimanska svijest 1 ( (...)

20Simultanément, Edhem Mulabdić lance un appel à toutes les antennes de « Narodna uzdanica » pour que s’organisent des conférences sur Bašagić et qu’on y recueille des dons pour le monument30. En septembre 1936, « Hrvatska žena » a l’intention de le découvrir dans le parc Bulić, et d’aucuns prétendent que l’opinion est enthousiaste – en réalité, les larges couches de la population musulmane n’ont rien donné et seuls ses enfants, soutenus par un petit cercle d’amis et d’admirateurs, se sont investis. En 1935, le projet avait été retardé par des catastrophes naturelles en Dalmatie et Herzégovine aux victimes desquelles l’association s’était consacrée en priorité ; mais on voulait maintenant lancer une opération de collecte de fonds et on projetait même de nommer une rue de Zagreb d’après Bašagić31.

  • 32 « Spomenik dru Safvet begu Bašagiću u Zagrebu », Muslimanska svijest 2 (1937), 36 (30/04), p. 4.
  • 33 S., « Spomenik Dru Bašagiću u Zagrebu », Muslimanska svijest 3 (1938), 45 (25/04), p. 2. « L’amitié (...)

21Au printemps 1937, on espère que le monument verra le jour à l’automne et la Société littéraire croate veut faire paraître la monographie à cette occasion, peut-être même accompagnée d’un livret commémoratif. Outre « Hrvatska žena », la « Société de Starčević » (« Zadruga Starčević ») s’est associée à cette action32. Cependant, les choses traînent en longueur et en avril 1938 les journalistes musulmans se demandent pourquoi. « Hrvatska žena » multiplie les promesses et prétexte que rien n’a encore été réalisé parce que les fonds récoltés ne sont pas suffisants. Pourtant, le célèbre sculpteur croate Ivan Meštrović (1883-1962), « qui était l’ami de Bašagić », a promis de sculpter gratuitement son buste33.

22Politiquement, Bašagić est donc en passe d’être tout à fait récupéré par la Croatie, mais il ne paraît pas faire l’objet d’un consensus unanime, loin de là. La raison en est peut-être qu’il ne jouit pas d’un renom immense dans la population bosno-musulmane et que les responsables croates préfèrent d’autres voies que sa célébration pour toucher une communauté qu’ils s’efforcent de gagner à leur idéologie.

  • 34 J. A. K. [Jovan Kršić], « Dr. Safvetbeg Bašagić », Pregled 8 (1934), 124 (avril), p. 254-255. Voir (...)
  • 35 Ivo Andrić, Znakovi pored puta, Beograd, Prosveta, 1978, p. 120. Comme elle ignorait le contexte de (...)

23Du côté serbe, le destin de Bašagić ne connaît pas d’ascension : il dévale au contraire la pente de l’antipathie nationale. Mais alors que musulmans et catholiques se rassemblent pour le louer, les orthodoxes ne participent guère à la destruction de Bašagić. Deux noms seulement se distinguent. Juste à sa mort, Jovan Kršić (1898-1941) a publié une notice où il nie toute valeur littéraire à ses poèmes et remet en cause la valeur scientifique de ses ouvrages d’histoire ; il en profite pour rappeler que Bašagić a publié à ses débuts dans Bosanska vila, la revue littéraire orthodoxe de Sarajevo, et veut y voir là le signe d’une serbicité34. Ou encore : face à un membre du beylicat, qui plus est « compromis » dans le pouvoir austro-hongrois, l’écrivain Ivo Andrić (1892-1975), ancien membre de la société secrète La Jeune-Bosnie, sympathisant du socialisme, a cette maxime mi-envieuse, mi-revancharde, très probablement composée dès la mort de Bašagić : « Safvet-beg. – Qui possède richesses et savoir, non seulement vit plus longtemps et mieux, mais souffre et meurt mieux aussi35 ».

  • 36 Alors que l’on dispose de renseignements assez précis sur les orientalistes croates de l’époque (vo (...)
  • 37 M. Tajib Okić, « Orijentalistika u Jugoslaviji », Pregled 8 (1934), 127-128 (juillet-août), p. 407- (...)

24Non, les principaux détracteurs de Bašagić sont des musulmans aux sympathies serbes. À Belgrade, il est entre les mains des orientalistes36. Eux aussi ont une revanche à prendre, et le meurtre du père n’est pas un vain mot pour qualifier leur attitude. C’est tout d’abord Tayyib Okić. Il publie un article à l’été 1934 où est brossé un tableau des études orientalistes en Yougoslavie. Outre des lacunes bibliographiques générales, Hamdija Kreševljaković lui reproche de ne mentionner que deux œuvres de Bašagić parmi le grand nombre que celui-ci a publié ; et même pour ces deux œuvres, il doute qu’Okić eût publié de tels commentaires si le bey avait encore vécu. D’autre part, selon Kreševljaković, l’article avait pour seul but de louer Fehim Bajraktarević (1889-1970) et Mehmed Begović (1904-1990), les deux professeurs en chaire à Belgrade. Force est, à la lecture d’Okić et connaissant la lettre pleine de respect qu’il adressa à Bašagić en 1928, de se ranger au jugement de Kreševljaković37.

  • 38 Fehim Bajraktarević, « L’état actuel des études islamiques en Yougoslavie », Revue internationale d (...)
  • 39 Fehim Bajraktarević, « Les études islamiques en Yougoslavie », Archiv orientální (Prague), 3 (1931) (...)

25De même qu’Okić, Bajraktarević, titulaire de la chaire de langues orientales à la faculté de philosophie, n’accorde à Bašagić qu’un mérite, celui de l’initiative, et lui refuse toute valeur scientifique. Dans un article de 1936 publié dans la Revue internationale des études balkaniques, qui paraissait à Belgrade, il le présente comme un « travailleur très méritant » dont le dernier ouvrage demande à être « radicalement révisé et complété38 ». Jugement qui contraste avec la réserve dont il avait fait preuve dans un travail analogue cinq ans auparavant, alors que Bašagić était encore en vie39.

  • 40 Fehim Bajraktarević, « O našim Mevludima i o Mevludu uopšte », Prilozi za književnost, jezik, istor (...)
  • 41 [Anonyme], « Alija Nametak : Gaševićev bosanski mevlud », Novi Behar 9 (1935-1936), 22-23 (01/06/19 (...)
  • 42 « Mevludi-šerif u Zagrebu », Muslimanska svijest 3 (1938), 47 (12/05), p. 5.

26Avec les mois et les années, la critique de Bajraktarević se durcit progressivement, et ne s’adresse plus uniquement aux ouvrages d’histoire ou d’orientalisme : elle s’étend à la littérature et à la traduction. Par exemple, le mawlid qu’a composé Bašagić à la fin de sa vie : alors que la seconde réédition va bientôt sortir, Bajraktarević le relit pour le juger de mauvaise qualité littéraire, enlaidi de provincialismes bosniaques et d’emprunts aux langues orientales40. Lorsqu’on lit la presse musulmane croatisante à cette même époque, on s’aperçoit que cette œuvre du bey est, au contraire, encensée : « originale et esthétiquement parfaite » – nouvelle aussi, ce qui lui empêche de trouver un écho favorable dans la population, car les musulmans se méfient de toute nouveauté41. Le mawlid de Bašagić devient ainsi un signe de dissension (parmi d’autres) entre les musulmans habitant en Serbie et ceux de Croatie ; la communauté islamique de Zagreb, toujours à l’avant-garde du bašagisme, le récite durant les célébrations de 193842.

  • 43 Fehim Bajraktarević, « Omer Hajjam : Rubaije. S perzijskog preveo Mirza Safvet. Drugo izd. Prijevod (...)

27Une guerre couve. La critique de Bajraktarević se concentre sur les traductions de Bašagić. Elles ne seraient pas fidèles ou alors elles se cacheraient sous des textes présentés comme originaux. Que présupposent ces jugements ? L’ambition comparatiste de Bajraktarević, en première instance. Formé à l’école occidentale et persuadé des bienfaits de l’interprétation littérale, l’orientaliste belgradois a notamment repris les Quatrains du poète persan Khayyâm (v.1050-v.1123), que Bašagić s’était efforcé de rendre dans l’esprit, pour en donner une version plus fidèle à la lettre. La critique qu’il a voulu faire paraître dès 1920, à la sortie des 101 premiers poèmes, n’a pas paru – mais il s’y montre imperméable à la méthode du bey. Sa propre démarche n’est cependant pas exempte de tout reproche : par exemple, il n’a pas consulté le manuscrit original dont s’est servi Bašagić. Bien qu’il prétende avoir retrouvé ces mêmes quatrains à d’autres endroits (non précisés), tout le monde sait (et lui en premier) que ces courtes pièces ne se répètent pour ainsi dire jamais fidèlement. Dans ces conditions, comment faire une revue objective de la traduction43 ?

  • 44 Fehim Bajraktarević, « Jedna Bašagićeva pozajmica iz Getea », Prilozi za književnost, istoriju, jez (...)

28Certes, ces reproches ne parurent pas dans les années 1930, mais après la Seconde Guerre mondiale. Formulés dès 1920, ils permettent cependant de mieux comprendre l’état d’esprit dans lequel se trouve Bajraktarević lorsqu’il étudie un poème de Bašagić pour y déceler un emprunt à Goethe. Les problématiques générales de la littérature comparée, y compris l’exercice de la traduction et celui de l’intertextualité, sont le prétexte à une revanche plus personnelle44.

29Parmi les musulmans d’orientation serbe, on trouve cependant un homme qui allie autant que possible science et objectivité : Abduselam Balagija, qui s’est en partie formé à l’institut d’Études orientales d’Alger et écrit dans ce cadre, en français, une monographie sur les musulmans yougoslaves, parue en 1940. Outre qu’il en reprend un certain nombre d’idées (considérations sur l’islamisation, notamment, et tableau des lettres bosno-ottomanes), Balagija s’exprime directement à quelques reprises sur Bašagić, non sans commettre quelques bévues d’ailleurs :

La contribution des musulmans yougoslaves aux recherches scientifiques est de date récente. Avant 1914, toute l’activité de la jeunesse studieuse était absorbée par la lutte qui devait faire triompher dans la communauté musulmane les idées modernes et par les problèmes du nationalisme. Il faut cependant citer à cette époque l’excellent travail historique du Dr Safvetbeg Bašagić : « Brève introduction à l’histoire de la Bosnie-Herzégovine ». Cette thèse de doctorat [sic], que nous avons souvent citée, avait le mérite d’utiliser les sources orientales et spécialement turques, négligées jusqu’alors dans des travaux analogues. Ce travail n’a pas encore perdu sa valeur.

  • 45 Abduselam Balagija, Les musulmans yougoslaves (Étude sociologique), Alger, Institut d’Études orient (...)

30Ailleurs, Balagija le cite parmi les noms de ceux qui ont contribué au revirement vers un « modernisme séculier » ; ce sont « des gens clairvoyants et soucieux d’améliorer la situation et d’assurer l’avenir de cette communauté isolée du monde musulman ». Enfin, Bašagić fait partie des « écrivains yougoslaves » qu’il juge dignes d’être cités45.

31En 1939, la question nationale à l’intérieur de la Yougoslavie avait pris des proportions suffisamment inquiétantes pour que le gouvernement, devant le danger d’une guerre imminente, jugeât un accord nécessaire avec l’opposition croate. Il fut signé le 26 août entre Dragiša Cvetković (1893-1969) et Vladko Maček (1879-1964), et créait une Banovine de Croatie qui regroupait, outre la Croatie historique et la Slavonie, un certain nombre de cantons bosno-herzégoviniens. Les autres régions de Bosnie-Herzégovine conservèrent leur statut de 1930.

  • 46 S. M., « 70-godišnjica rođenja Dra Safvetbega Bašagića », Jugoslovenski list 23 (1940), 135 (09/06) (...)
  • 47 Krunoslav Draganović, Hrvatstvo i Herceg-Bosna (Povodom polemike o nacionalnoj pripadnosti Herceg-B (...)

32Dans ces circonstances politiques, la radicalisation du discours à propos de Bašagić se poursuit chez la part croatisante de la critique bosno-herzégovinienne, tandis que du côté serbe ou serbisant, on se tait. Pour le soixante-dixième anniversaire de sa naissance, une biographie recompilée à partir des articles parus à sa mort cite – comme par hasard – les vers pro-croates de Fille envoûtante46. En 1940, Krunoslav Draganović (1903-1983), prêtre bosno-catholique pour le moins épris de croaticité, rappelle que les habitants de la Bosnie-Herzégovine sont croates et reprend pour ce faire, comme unique preuve, le passage d’‘Alî publié par Bašagić en 1908 (et vraiment célèbre grâce à la traduction de sa thèse, en 1912) ; il pense également que les musulmans sont des convertis du bogomilisme, et reprend pour ce faire les allégations de notre bey47.

33Avril 1941 : la guerre éclate en Yougoslavie ; l’État indépendant de Croatie se crée, avec Pavelić et le parti oustachi. Théoriquement, l’ensemble de la Bosnie-Herzégovine passe sous le contrôle de la Croatie, qui a rejoint le camp allemand ; pratiquement, elle se partage entre zones d’occupation allemande (où les Croates ont les mains assez libres) et italienne (les Italiens sont bien plus présents dans l’administration).

  • 48 Mevlud. Po muteber ćitabima spjevao Mirza Safvet, Sarajevo, Vakufska direkcija, 1941 (en 1942 et 19 (...)
  • 49 Ivan Aziz Milićević, « O Mirzi Safvetu, njegov početni rad i razvoj », Obzor 81 (1941), 5, p. 8 ; I (...)
  • 50 Beaucoup de ces articles ont été rédigés par Salim Ćatić : « Dr Safvetbeg Bašagić-Redžepašić kao pj (...)
  • 51 Safvet-beg Bašagić, « Čarobna kćeri », Obzor 81 (1941), 5, p. 5 ; Safvet-beg Bašagić, « Čarobna kće (...)
  • 52 Mustafa Busuladžić, « Il calendario per l’anno 1942 dell’Associazione “Narodna Uzdanica” di Sarajev (...)
  • 53 Mate Ujević, Plodovi srca i uma, Zagreb, Hrvatska državna tiskara, 1941.

34Bašagić va connaître une publicité grandissante : on réimprime son mawlid trois fois (1941, 1942 et 1943) et on le chante aux fêtes publiques48, Ivan Milićević se déclare soudain très fréquemment pour mettre en valeur la croaticité de Bašagić49, de nouveaux articles d’analyse (plus ou moins heureux)50 et des réimpressions paraissent51 dont on fait même la revue dans l’Italie mussolinienne52. Son nom apparaît, avec ceux de Mulabdić et Osman Nuri Hadžić, dans un manuel de littérature croate ; la présentation en a été assurée par Alija Nametak53.

  • 54 Comparer Safvet-beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Prodjite me se, božiji ljudi ! », Glas Hercegovca  (...)

35Milićević va dépasser les bornes. Il veut montrer que le bey abhorrait les Serbes et publie pour cela diverses pièces qui parurent lors de la première polémique que Bašagić eut avec les orthodoxes de Sarajevo, dans Bosanska vila. Mais pour le présenter comme un grand Croate dès sa jeunesse, il omet de recopier la fameuse phrase de Bašagić où il proclamait qu’il était « Bosniaque ibni [fils de] Bosniaque », ce qui lui permet de conclure que si Bašagić se déclarait anti-Serbe, c’est parce qu’il était du côté croate. Or, cette omission de Milićević nous rappelle opportunément que Bašagić n’a jamais polémiqué dans le sens de sa croaticité et que ces premières déclarations allaient dans le sens d’un nationalisme bosno-musulman54.

  • 55 Hazim Šabanović, « Bašagićevo “Ogledalo” », Narodna uzdanica (calendrier pour l’année 1942), p. 177 (...)
  • 56 Hazim Šabanović, « Popis kadiluka u Evropskoj Turskoj », Glasnik Zemaljskog Muzeja 54 (1942), p. 30 (...)

36Un deuxième nom à retenir est Hazim Šabanović (1915-1971). Dans ces années de guerre, ce jeune et brillant orientaliste offre un certain nombre de réflexions (assez médiocres) sur l’œuvre politique du bey55 et s’inscrit dans la suite de ses travaux orientalistes56. L’ensemble est élogieux ou jette la couverture sur les imperfections du défunt orientaliste.

  • 57 (as), « Spomenik pjesniku dru Safvet-begu Bašagiću bit će postavljen u Zagrebu na Zrinjevcu », Nova (...)
  • 58 Sur cette initiative, quelques détails supplémentaires chez Zlatko Hasanbegović, Muslimani u Zagreb (...)

37À l’automne 1942, on parle à nouveau de consacrer un monument à sa mémoire : la « Société croate des musulmans de Zagreb » (« Hrvatsko družtvo muslimana u Zagrebu ») s’était associée à « Hrvatska žena » pour exiger de la mairie une localisation sur le cadastre, et l’avait obtenue : sur le côté occidental du cours Zrinski, près du Pavillon des Arts – c’est-à-dire l’un des bâtiments culturels les plus prestigieux de la capitale de l’État indépendant. L’esquisse du monument et sa maquette furent réalisées par le sculpteur académique Ivan Paleka : sur une base en marbre s’élevait un buste de bronze. Si l’on en juge par la photographie donnée dans un journal, on doit accorder que l’ensemble était très fidèle57. Mais il semble que rien ne fut réalisé58.

  • 59 Hamid Dizdar, « Mirza Safvet », Narodna uzdanica 12 (1944), p. 108 ; Salih Zvizdić, « Safvetbegu Ba (...)
  • 60 [Anonyme], « Safvet-beg Bašagić. Povodom 10-godišnjice smrti », Ustaška mladež 4 (1944), 13, p. 2 ; (...)
  • 61 Ahmed Muradbegović, « Književnik Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska misao 2 (1944), 5, p. 114-116 ; (...)
  • 62 Uredničtvo, « Dr. Safvetbeg Bašagić, u povodu desetgodišnjice smrti », Novi Behar 16 (1944), 9 (1/0 (...)
  • 63 Safvet-beg Bašagić, Odabrane pjesme, Sarajevo, Izdanje Glavnog pododbora Matice Hrvatske u Sarajevu (...)
  • 64 [Anonyme], « Proslava deset-godišnjice smrti dra Safvetbega Bašagića », Novi Behar 16 (1944), 7 (01 (...)

38En 1944 tombe le dixième anniversaire de sa mort : poèmes59, biographies60, analyses61, discours fleurissent, le tout dûment soutenu par les autorités croates, qui assistent en grande pompe à une manifestation à Zagreb62. Avec quelques moments d’analyse vraiment solide, l’ensemble est d’assez bonne qualité, bien renseigné, mais certains détails compromettants sont occultés et l’on insiste trop sur la croaticité de Bašagić. Un recueil de poèmes choisis sort, préfacé par Alija Nametak : c’est le premier volume qu’édite l’antenne de la Société littéraire croate nouvellement fondée à Sarajevo. Son prix est modique ; la publicité indique que Bašagić est le poète lyrique le plus lu parmi les musulmans ; les poèmes choisis vont avec l’idéologie en place63. Des recettes que rapportent ces différents événements, auxquelles s’ajoute une donation personnelle de 50 000 kuna de la part du Poglavnik (« Chef suprême ») Pavelić et d’autres dons (parmi lesquels celui d’Adem-aga Mešić, chef politique des musulmans dans l’État oustachi et ancien ami de notre homme), on institue un fonds Bašagić qui récompensera les meilleures œuvres « croates » publiées à Sarajevo ; de son côté, le ministère de l’Éducation nationale, installé à Zagreb, a mis en place un Prix Safvet-beg Bašagić de 40 000 kuna pour récompenser la meilleure pièce de la saison au théâtre croate d’État de Sarajevo64.

  • 65 Mirko Grmek et Louise Lambrichs, Les révoltés de Villefranche, p. 187 et 223. Il serait intéressant (...)

39On connaît assez le rôle des musulmans de Bosnie-Herzégovine dans la guerre : parfois engagés dans le maquis ou résistant passivement, une part non négligeable de leurs élites a participé activement au régime oustachi de Pavelić. Ils étaient considérés comme « la fleur de la noblesse croate », selon les termes repris dans les discours officiels. Début 1944 a été mise sur pied une division de brigades spéciales spécifiquement musulmanes, appelée « Division Handžar », qui a commis un grand nombre d’exactions et de crimes contre la population bosno-orthodoxe. Himmler lui-même pensait que l’islam était une religion de guerriers, et qu’il fallait la soutenir parce qu’elle contribuait à l’unification du Reich65.

2. Le grand silence (1944-1966)

40Le destin de Bašagić durant la guerre le desservira à la libération. Lorsque Tito et les partisans prennent le pouvoir, notre homme n’est plus à la mode : la couleur oustachie qu’on lui a prêtée ne peut que déplaire, puisque Tito fonde le mythe de son État sur la lutte anti-fasciste. De plus, ses « compromissions » avec l’Autriche-Hongrie sont toujours mal vues, car la nouvelle Yougoslavie communiste partage de ce point de vue les idées de l’ancienne. Enfin, ses idées quant au rôle historique du beylicat bosniaque et sa fierté d’aristocrate ne peuvent que déplaire à un régime marxiste, fondé sur le pouvoir du peuple et qui lutte subtilement, en les utilisant ou les neutralisant, contre les nationalismes.

  • 66 Murvar Vatroslav, « Islamizacija i značenje islamskih Hrvata u islamskom svijetu : razvoj hrvatske (...)

41Grand silence, donc, hormis quelques petits articles biographiques pour le vingtième anniversaire de sa mort et des études de la plume de Croates où l’on reprend l’extrait de Alî – le tout dans Hrvatska revija (Revue croate), l’organe culturel de la commuauté croate d’Amérique du Sud66. Mais cela passe quasiment inaperçu ; l’un de ces auteurs, Vatroslav Murvar (1920-), vit actuellement aux États-Unis.

42Alors que se multiplient les publications sur le monde ouvrier, ne subsistent de lui que ses études orientalistes. Lorsque celles-ci ont trait à l’histoire de la Bosnie-Herzégovine, Hazim Šabanović, rescapé des épurations, s’appliquera à les corriger systématiquement. Au-delà du bien-fondé de ces corrections, il faut remarquer qu’il travaille sous pression ; une anecdote l’illustrera mieux que de longs discours.

  • 67 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 17.
  • 68 Papiers personnels d’Enisa Bašagić Knežić, lettre de Grgec à Hamdija Kreševljaković, sans lieu ni d (...)

43Šabanović fut chargé de rédiger pour la très officielle Encyclopédie de la Yougoslavie la notice sur Bašagić. À sa lecture, Kreševljaković entra dans une colère telle qu’il refusa pour le restant de sa vie de recevoir Šabanović chez lui67. Quels reproches lui faisait-il ? On en a une trace dans une lettre que Petar Grgec (1890-1962), critique littéraire catholique qui avait étudié à l’Obergymnasium de Sarajevo, adressa à Kreševljaković à ce sujet. Malgré sa relégation d’après-guerre, due à ses activités dans l’État Indépendant de Croatie, Grgec avait été invité à rectifier la notice de Šabanović et avait fait remarquer les points suivants : 1) il y avait une erreur de frappe (il fallait écrire « Mirza Safvet » et non « Mirza Safet »). Bien que Grgec ne le relevât pas, il y a dans ce détail une critique idéologique : l’alphabet cyrillique serbe exige une orthographe conforme à la prononciation (et en effet, le v de « Safvet » ne se prononce pas), tandis que l’orthographe croate se veut, dans une certaine mesure, étymologique, idée qui avait eu pour conséquence le maintien de certaines consonnes dans leur forme d’origine ou de consonnes aphones dans les publications de l’État pavelićien. Ensuite, 2) le nationalisme bosno-musulman de Bašagić était frauduleusement exposé : en s’appuyant sur une citation erronée d’un poème, Šabanović avait écrit qu’il avait été créé par Kállay et l’Autriche-Hongrie. Or, selon Grgec, le sentiment national bosniaque avait existé jusqu’en 1878 dans les trois communautés religieuses et avait répondu à la mentalité de la masse du pays jusqu’au xxe siècle. Enfin, 3) l’orientation croate de Bašagić n’était pas « réactionnaire », c’est-à-dire qu’il n’était pas frankiste (le plus radical des nationalistes croates, qui avait adopté une attitude favorable à la Monarchie et dont s’était réclamé par la suite Pavelić), mais « de la famille des Harambašić » (autre branche du parti dont se réclamait Frank)68.

  • 69 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 17 et 165.
  • 70 Ilija Kecmanović, « Bašagić, Bašagić-Redžepašić, Safvet – Mirza Safvet », Leksikon pisaca Jugoslavi (...)
  • 71 Voir par exemple la très mauvaise biographie de Bašagić composée par Dj. Slijepčević, « Bašagić-Red (...)

44Il est très probable que Kreševljaković adhérât à ces reproches. Šabanović se défendit en arguant qu’Ilija Kecmanović (1902-1975), le responsable de la Bosnie-Herzégovine au comité de rédaction de l’encyclopédie, avait modifié son texte69. C’est tout à fait possible : une notice biographique sur Bašagić que Kecmanović lui-même rédigea ultérieurement regorge de fautes, serbise les noms de ses œuvres, tait l’essentiel de ses orientations nationales – enfin, comme de coutume depuis 1945, ôte de son nom le titre de « bey70 ». La politique culturelle officielle de la Yougoslavie sera d’ailleurs pendant longtemps aux mains de publicistes pleins d’antipathie à l’encontre de Bašagić71.

  • 72 Voir notamment Nedim Filipović, « Pogled na osmanski feudalizam (sa naročitim obzirom na agrarne od (...)

45À Sarajevo œuvrent d’autres « anti-bašagićiens », cette fois-ci parmi les musulmans. Nedim Filipović (1915-1984), spécialiste en histoire sociale et économique de la période ottomane, combat la thèse bogomile que perpétuent quelques chercheurs : comme il est marxiste, Bašagić symbolise pour lui l’idéologie « féodalo-capitaliste » qu’il exècre72.

  • 73 Fehim Bajraktarević, « Jedan savremeni persiski izvor o bici na Kosovu », Prilozi za orijentalnu fi (...)
  • 74 Fehim Bajraktarević, « Postanak Bašagićeve Ašiklije i problem pozajmica u književnosti (s naročitim (...)
  • 75 Omer Chajjam, Rubaije. (Preveo S. Bašagić). Priredio (...) Alija Bejtić, Zagreb, Mladost, 1954 ; Fe (...)

46À Belgrade aussi, certains se chargent de reléguer notre homme aux oubliettes et de combattre ceux qui désirent le remettre à l’ordre du jour. Bajraktarević, toujours en place, mentionne à peine son étude sur la bataille de Kosovo quand il fait le tour des sources disponibles sur la question73 ; il veut mettre à bas l’originalité de certains de ses poèmes74, et reprend ses remarques de 1920 concernant les traductions des quatrains de Khayyâm après qu’Alija Bejtić (1920-1981), musulman croatisant, les a rééditées à Zagreb75.

47C’est la seule survivance explicite de Bašagić en Yougoslavie entre 1945 et 1964 – autant dire, des miettes. Ces critiques sont la plupart du temps fondées, elles s’appuient sur des documents d’archives étudiés avec méthode et ont le mérite de renouveler une histoire malmenée par la partialité. Mais elles se font au nom de principes eux-mêmes très discutables, et des motifs personnels s’y cachent parfois.

  • 76 Commodément, voir Adil Zulfikarpašić, Bosanski pogledi. Nezavisni list muslimana Bosne i Hercegovin (...)
  • 77 « Mali leksikon – Bašagić Safvet-beg Redžepašić » Mirza Safvet « (1870-1934) », Bosanski pogledi 1 (...)
  • 78 Voir Bosanski pogledi 1 (1960), 4 (nov.), p. 70 [lettre de Lujo Tvrtković, de Sao Vicente au Portug (...)

48Durant cette période, c’est dans les catacombes de l’exil que Bašagić survit. Adil Zulfikarpašić (1921-), un musulman de Bosnie-Herzégovine exilé en Suisse dans les années 1950, lança un journal destiné à la diaspora bosno-herzégovinienne (en premier lieu aux musulmans) où Bašagić est souvent présenté et célébré comme un des grands hommes de la communauté islamique. L’examen de l’ensemble des numéros de la revue fait d’ailleurs apparaître qu’il y est l’un des noms les plus cités76. Dès le second numéro de la revue, une biographie lui est consacrée où les hyperboles se succèdent de façon comique ; elle se termine en évoquant son action nationale pro-croate77. Jusqu’en 1965, des articles paraîtront où il sera mentionné toujours sur le même ton inspiré78.

49À travers cette publication, Zulfikarpašić a le louable dessein d’assurer la continuité de la connaissance ; en effet, les musulmans qui vivent en Yougoslavie sont soumis à la doctrine titiste et ne savent déjà plus rien de Bašagić (ni de leur passé en général). Mais c’est un autre endoctrinement qu’il propose à ses lecteurs et, en ce qui concerne notre sujet, la vérité ne semble pas la principale préoccupation de ses collaborateurs.

  • 79 Al-Mawlid an-nabawi aš-Šarif, Beyrouth, s.n., 1962 (édition d’Alija Nametak de 1931) ; F., « Ponovo (...)
  • 80 Jasna Bezić (éd.), al-Mawlūd an-nabawī. – Muhammed’s Geburt (Gedichte) von Safvet beg Bašagić, Rešu (...)

50La revue de Zulfikarpašić n’élude pas les sympathies croates de Bašagić ; et c’est dans la nébuleuse complexe de ceux qui prônent le rapprochement entre Croates et musulmans que survit Bašagić. En effet, son mawlid est réimprimé en 1962 à Beyrouth, avec des vers choisis. Distribué gratuitement aux réfugiés de Bosnie-Herzégovine, il a été édité grâce à des personnalités arabes dont, probablement, le moufti de Jérusalem Amin El-Husseini (1895-1974). El-Husseini était venu prêcher la croisade en Bosnie-Herzégovine en 1943 pour lever la division Handjar ; engagé du côté d’Hitler, il connaît et favorise encore, en 1962, les sympathies croato-musulmanes79. C’est finalement le Bašagić religieux qui attire la critique : le mawlid est également traduit en allemand en 1964, et pour le trentième anniversaire de sa mort, une petite biographie paraît dans le journal édité par la hiérarchie religieuse bosno-musulmane80.

  • 81 Karol Petraček, « Bratislavskaja kollekcija arabskih rukopisej i ego značenie dlja izučenija kul’tu (...)

51On notera aussi qu’il connaît un certain renouveau grâce à la publication du catalogue des manuscrits orientaux de la bibliothèque de Bratislava, en 1960 : quelques articles paraissent à cette occasion en Yougoslavie – mais rien de très neuf, ni de renouvelé81.

  • 82 Ivo Žanić, « Trojica u mraku », Feral Tribune du 15/11/1999, p. 48. Cet article donne par ailleurs (...)
  • 83 À ce propos, voir mon Petit guide, p. 208-215.

52Enfin, l’opinion des plus grands intellectuels yougoslaves n’est pas défavorable à l’une des idées que Bašagić s’est toujours attaché à défendre : l’islamisation des bogomiles. On pense à Miroslav Krleža (1893-1981) en particulier. De 1950 à 1963, dans différents ouvrages, Krleža avance que la Bosnie pré-ottomane est une préfiguration de la Yougoslavie non alignée de Tito. Porteurs de la révolution authentique, rejetant toute hiérarchie, les bogomiles y auraient créé une Weltanschauung qui nierait toutes les thèses religieuses programmatiques de Byzance et Rome, bien avant Luther, Wyclif ou Hus82. Au fondement de ces idées se retrouve la même base logique que Bašagić met à l’œuvre : les musulmans ne sont ni l’un ni l’autre, ni catholiques ni orthodoxes, ni Croates ni Serbes, mais une entité indépendante. Selon la pensée aristotélicienne, on sort du cadre rationnel du monde tel qu’il se laisse appréhender83.

  • 84 Voir surtout « Nestanak bogumilstva i islamizacija Bosne i Hercegovine », Godišnjak istoriskog druš (...)

53Krleža est escorté de quelques historiens, dont le plus actif est Aleksandar Solovjev (1890-1971). Russe blanc émigré dans les années 1920 en Yougoslavie et exilé une nouvelle fois après l’arrivée au pouvoir de Tito après la seconde guerre mondiale, Solovjev a étayé ces allégations de recherches historiques publiées entre Sarajevo, Genève (où il était professeur d’université) et Bruxelles84.

3. La libéralisation (1966-1991)

54En 1966, l’éviction d’Aleksandar Ranković (1909-1980), ministre de la police autoritaire et centralisateur, a ouvert la porte à la question nationale dans le débat public yougoslave. En 1963 déjà, après un processus de cinq ans environ, on avait proclamé les musulmans nation constituante de la république socialiste de Bosnie-Herzégovine. Les hésitations disparurent définitivement en février 1968 ; lors du recensement de 1971, la majorité des musulmans se déclarèrent comme « Musulmans », avec une majuscule pour signifier leur appartenance nationale.

  • 85 Muhamed Filipović, « Bosanski duh u književnosti – šta je to ? », Život 16 (1967), 3 (mars), p. 3-1 (...)

55Dès 1967, Muhamed Filipović (1929-), professeur de philosophie à Sarajevo, publie un article au titre provocant : « L’esprit bosniaque en littérature – qu’est-ce que c’est ? » Un recueil de poésie de Mak Dizdar (1917-1971), Le dormeur de pierre, fournit l’occasion de cette réflexion. Les stèles soi-disant bogomiles sur lesquelles médite le poète entraînent Filipović à méditer lui aussi sur ce qui fonde une nation. Il reprend les grands critères herdériens : l’esprit national est un esprit historique, une Weltanschauung exprimée dans une langue ; les peuples de Bosnie-Herzégovine doivent chercher leur vocation nationale, car ils ont toujours été le jouet des nationalismes croate ou serbe85. Bašagić n’est pour ainsi dire pas abordé dans cet article, et Filipović ne semble pas le connaître vraiment ; mais les deux hommes se sont instruits auprès des mêmes maîtres, tout en développant des aspects différents de leurs doctrines.

  • 86 Salim Ćerić, Muslimani srpskohrvatskog jezika, Sarajevo, Svjetlost, 1968. Voir aussi le mauvais art (...)
  • 87 Atif Purivatra, Nacionalni i politički razvitak Muslimana (rasprave i članci), Sarajevo, Svjetlost, (...)

56Cet article suscita des polémiques qui furent redoublées par la parution, l’année suivante, des Musulmans de langue serbo-croate, de Salim Ćerić. Ici, la réflexion était plus explicite ; elle portait sur les musulmans en tant que nation historique. Quoique Bašagić n’y soit guère cité, Ćerić développe les idées de celui-ci sur le particularisme bosno-musulman, notamment son discours sur l’islamisation – abstraction faite de la singularité beylicale86. Difficilement instrumentalisable en raison de ses options croates, le nom de Bašagić n’apparaît pas non plus dans le premier ouvrage un peu sérieux de cette nouvelle production s’intéressant à la communauté islamique : Le développement national et politique des Musulmans, d’Atif Purivatra (1928-2001)87.

57Parallèlement, les ouvrages et études d’histoire s’intéressant à la période austro-hongroise en Bosnie-Herzégovine se sont multipliés ; mais nul ne s’est alors soucié de rendre à Bašagić l’importance que lui déniait la critique socialiste. Dans l’atmosphère flottaient encore les relents du mythe révolutionnaire que caresse le socialisme d’inspiration marxiste, qui faisait qu’on s’intéressait bien davantage aux courants contestataires qu’aux actions modérées ou pro-gouvernementales.

  • 88 Muhsin Rizvić, Književno stvaranje muslimanskih pisaca u Bosni i Hercegovini u doba austrougarske v (...)
  • 89 Le renouveau national croate de cette époque s’est aussi exprimé sur les auteurs bosno-musulmans de (...)

58Dans les années 1970, l’unique monographie où il soit traité comme il le doit est la thèse de Muhsin Rizvić (1930-1994), futur critique littéraire d’envergure88. Défendue à Sarajevo en 1971, au moment du dégel yougoslave89, elle suppose que la communauté bosno-musulmane connut une renaissance culturelle à partir de 1887. L’immense production de Bašagić occupe une place de premier choix dans la thèse de Rizvić – mais uniquement dans son versant littéraire. Le mérite du nouveau docteur ès-lettres a été de dégager des lignes d’analyse critique hautement théoriques sur notre homme, parfois de façon un peu pompeuse ; il en a fait ressortir l’originalité et le place avec pertinence dans le cadre général de la littérature sud-slave. Le curieux ne s’y trompera pourtant pas : si cette thèse est une manière de réhabilitation, parce que Bašagić a été oublié alors qu’il était fort connu en son temps, et parce qu’il déplaisait à l’idéologie yougoslave qui a eu soin de le reléguer dans le coin des romantiques attardés et sans grand talent, si Rizvić donc le réhabilite, il exagère la réflexivité du travail de Bašagić. Celui-ci n’a guère de pulsion théorisante, c’est un homme concret. Ce n’est pas un esprit spéculatif et d’ailleurs la culture bosno-herzégovinienne n’a pas donné de ces philosophes et théoriciens que Rizvić veut nous présenter.

  • 90 Muhsin Rizvić, Behar. Književnoistorijska monografija, Sarajevo, Svjetlost, 1971.
  • 91 Bibliografija rasprava, članaka i književnih radova, Zagreb, Leksikografski zavod F.N.R.J., 1956-19 (...)
  • 92 M. Traljić, « Dvije značajne stogodišnjice », Takvim za 1971, p. 87-97 ; Mevlud sa dodatkom Smrt ha (...)
  • 93 Alija Isaković, Biserje. Izbor iz muslimanske književnosti, Zagreb, Stvarnost, 1972. Isaković menti (...)
  • 94 Džemaludin Alić, « Književnik i prosvjetitelj », Oslobođenje du 10/04/1974, p. 11.

59Bašagić intéresse tant Rizvić que, après avoir donné au public une énorme monographie sur la revue Behar, où il accorde à Bašagić une place extrêmement importante90, le critique va publier des Œuvres choisies en 1971, alors qu’on vient de fêter le centenaire de sa naissance. Les morceaux présentés au public sont strictement littéraires ; un chapitre est consacré aux poèmes « patriotiques », mais on y trouve exclusivement des poèmes du terroir et rien de national ne s’y lit. Une imposante bibliographie est donnée en fin de second volume, aussi bien des écrits de Bašagić que des articles critiques sur lui ; elle a été colligée de la Bibliographie des études, articles et travaux littéraires publiée par l’Institut lexicographique de Zagreb entre 1956 et 197091. Rizvić publiera la même année des critiques littéraires sur l’œuvre du bey ; une biographie très exacte (mais assez courte et neutre), due à Seid Traljić, sortira également, ainsi qu’une réédition de son mawlid92. Toujours dans cette lancée, il entre dans l’anthologie de textes écrits par des musulmans originaires de Bosnie-Herzégovine rassemblée par le critique littéraire Alija Isaković (1932-1997)93 et son nom commence à apparaître dans les journaux à grand tirage94.

  • 95 M. Hadžijahić, A. Purivatra, M. Imamović, Stav muslimana Bosne i Hercegovine u pogledu nacionalnog (...)

60La dimension politique du personnage reste donc dans l’ombre jusqu’en 1974. C’est seulement grâce à Muhamed Hadžijahić que cet aspect, complexe, va alors être exposé au grand jour. Hadžijahić participa de 1967 à 1970 à un projet lancé par le centre de recherches sociales de la faculté de sciences politiques de Sarajevo intitulé « La position des musulmans de Bosnie-Herzégovine face à l’engagement national ». Lorsqu’il publia le résultat de ses propres recherches, en 1974, il y analysait bien les ambiguïtés de la position nationale sur laquelle a campé Bašagić, tout en l’interprétant dans un cadre bien défini. Ainsi avançait-il qu’il s’était toujours déclaré Croate et que personne mieux que lui n’avait cependant œuvré à l’édification du nationalisme bosno-musulman95. C’est penser que les deux aspects étaient contradictoires, alors que cette dualité n’en était pas encore vraiment une du vivant de Bašagić.

61D’ailleurs, Hadžijahić a du mal à définir ce qu’est à proprement parler le nationalisme : il semble que, pour lui, ce soit un sentiment d’appartenance. On reste dans le paradigme centre-européen. L’individu subit son orientation politique plus qu’il ne la choisit. Du même coup, lorsque Bašagić se déclare croate, ce n’est qu’une « plateforme politique ou culturelle » : en d’autres termes, une position stratégique où trouver un soutien à sa propre individualité. Un lieu rhétorique où s’enveloppe le silence de l’instinct. Hadžijahić présuppose l’instinct national ; or, s’il paraît cohérent de parler de patriotisme, d’attache à une terre, à propos des sentiments qui lient Bašagić à sa province, il est douteux d’y voir autre chose qu’un sentiment national en cours de formation. Il a défini une nation bosno-musulmane sur une base culturelle, tout en la rattachant au sang croate.

  • 96 Hazim Šabanović, Književnost Muslimana BiH na orijentalnim jezicima, Sarajevo, Svjetlost, 1973 ; Av (...)

62Lentement aussi émerge à nouveau la figure d’orientaliste du bey. L’imposant dictionnaire biographique des auteurs bosno-ottomans composé (et laissé inachevé) par Hazim Šabanović, publié de façon posthume, montre à quel point la thèse de Bašagić forme le socle de toute recherche sérieuse sur le sujet. Mais tout le monde ne s’affiche pas disciple du bey : Avdo Sućeska (1927-2001) oublie encore de mentionner son nom lorsqu’il dresse un historique (rapide il est vrai) de l’orientalisme bosno-herzégovinien96.

  • 97 Vojislav Maksimović, « Razmišljanja o Safvet-begu Bašagiću », Pregled 63 (1973), 5 (mai), p. 597-60 (...)

63À propos de ces débuts des années 1970, on peut dire globalement que son nom gagne en publicité, apparaissant comme un illustre injustement inconnu. Certains se chargent donc de tempérer l’enthousiasme de la redécouverte dont il fait l’objet. Dans La Revue (Pregled), magazine littéraire de Sarajevo tout à fait dans la ligne de la politique officielle, Vojislav Maksimović (1935-) fait paraître en 1973 un article critique sur lui où il tente d’en tempérer l’interprétation d’après le sacro-saint critère de la science ; ses remarques sont intéressantes, mais malgré l’intention affichée de replacer le personnage dans son contexte historique, il le met sur la sellette au tribunal de l’histoire97.

  • 98 Vojislav Maksimović, « Jovan Kršić o književnosti BiH austrougarskog perioda », Godišnjak odjeljenj (...)

64On ne sera cependant pas trop sévère à l’égard de Maksimović. C’est à lui que revient le mérite de remarquer que la légende Bašagić, de caractère national, s’est formée tandis que l’homme était sorti de la vie publique. Surtout, c’est à lui qu’il faut imputer la première tentative, et la plus juste, pour modérer l’espèce de discours post-colonialiste auquel prête Bašagić dans la montée du nationalisme bosno-musulman en Yougoslavie. Il s’en fera en quelque sorte une spécialité : trois ans plus tard, il donne un compte rendu mitigé de la littérature musulmane durant la période austro-hongroise, probablement afin de balancer les spéculations littéraires de Rizvić98.

  • 99 Mevlud sa dodatkom Smrt hazreti Fatime, Zvornik, « Proleter », 1976.
  • 100 Naida Sušić-Mehmedagić, « Bašagićevi prijevodi arapske poezije na naš jezik », Godišnjak instituta (...)
  • 101 Ján Molnár, Orientálne tlace z kniznice Safveta Bega Bašagića v Universitnej kniznici v Bratislave, (...)
  • 102 Lamija Hadžiosmanović, Biblioteke u Bosni i Hercegovini za vrijeme austrougarske uprave, Sarajevo, (...)
  • 103 Boris Ćorić, Nada. Književnohistorijska monografija 1895-1903, Sarajevo, Svjetlost, 1978.
  • 104 Mustafa Imamović, Pravni položaj i unutrašnji politički razvitak Bosne i Hercegovine od 1878. do 19 (...)
  • 105 Nusret Šehić, Autonomni pokret Muslimana za vrijeme austrougarske uprave u Bosni i Hercegovini, Sar (...)

65Dans la seconde moitié des années 1970, notre homme ne connaîtra donc pas d’ascension fulgurante au sommet du nouveau panthéon bosno-musulman. Une réédition de son mawlid à diffusion confidentielle en 197699, un mémoire universitaire sur ses traductions de l’arabe publié en revue en 1979100, enfin le catalogue des manuscrits de sa collection à Bratislava rédigé en slovaque – et tiré à 250 exemplaires101 : rien qui lui assure une publicité importante. On présente aussi sa collection de manuscrits dans un livre s’intéressant aux bibliothèques en Bosnie-Herzégovine durant la période austro-hongroise102 ; enfin, une part de ses activités littéraires est analysée dans une monographie consacrée à la revue fondée par Kállay à Sarajevo en 1895, Nada ; en note, on trouve deux lettres à caractère national que lui a adressées Alaupović, dont personne n’a jamais relevé la publication tant elles restent invisibles103. Il reste ainsi traité uniquement comme un personnage littéraire important ; et il n’intéresse guère Mustafa Imamović (1941-) dans son livre sur le développement politique de la Bosnie-Herzégovine de 1878 à 1914104, ni Nusret Šehić (1927-) lorsqu’il traite du mouvement autonomiste des musulmans de 1899 à 1909105.

  • 106 Je rejoins par là Muhsin Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 293.

66En France – et seulement là – Bašagić rencontre durant cette période une diffusion inattendue. À côté de poèmes de Musa Ćazim Ćatić, des extraits de « Sur l’océan de la lumière » sont traduits par le slaviste Jean Descat, jusqu’à peu maître de conférences à l’université de Bordeaux-III, et publiés par Eva de Vitray-Meyerovitch (1909-1999) dans son Anthologie du soufisme. Cette islamologue, convertie à l’islam, ne connaissait Bašagić ni d’Ève, ni d’Adam ; après l’examen de la vie de notre homme, il semble tout à fait décalé de le placer dans une anthologie du soufisme106. Peut-être avait-elle quelque intérêt à présenter des musulmans balkaniques comme des mystiques ?

  • 107 Voir les rapports de ses séminaires à l’École pratique des hautes études, IVe section (sciences his (...)
  • 108 Bašagić n’apparaît pour ainsi dire pas dans sa thèse – et pour cause : celle-ci est une présentatio (...)

67Surtout, les études sur les auteurs musulmans de l’empire ottoman nés en Bosnie et en Herzégovine, voire dans tout l’espace de la Yougoslavie titiste, ont été continuées par Alexandre Popović à l’École pratique des hautes études à partir de 1975. Cette entreprise a avant tout vocation critique : elle veut, au fond, démystifier, engager une problématique d’étude alors que l’apologie faite par Bašagić s’était affranchie de toute mise en perspective. Le séminaire d’Alexandre Popović, poursuivi durant de longues années, était purement scientifique, analytique et finalement déconstructiviste107 ; mais aussi expérimental pour les études sur l’islam, car il s’intéressait à un domaine encore pratiquement inconnu : « l’islam périphérique108 ».

  • 109 Muhsin Rizvić, « Bašagić, Safvet-beg », Enciklopedija Jugoslavije, t. 1, Zagreb, Leksikografski zav (...)
  • 110 Medhija Maglajlić (éd.), Život i književno djelo Safvet-bega Bašagić (1870-1934), [Sarajevo], Muzej (...)
  • 111 Midhat Begić, « L’écrivain musulman dans la littérature yougoslave », Revue des études slaves 56 (1 (...)
  • 112 Muhsin Rizvić, « Poezija Safvetbega Bašagića između Istoka i Zapada », in Jugoslavenski seminar « J (...)

68Les années 1980 marquent la montée en puissance des études bašagićiennes. Muhsin Rizvić inaugure la série par une notice biographique sérieuse et bien charpentée sur Bašagić dans le premier tome de la nouvelle édition de l’Encyclopédie de la Yougoslavie, qui paraît en 1980109. Quatre ans plus tard, le 24 octobre 1984, lors des XVIe Journées Culturelles d’Octobre de Sarajevo, une exposition lui est consacrée au Musée de la littérature et des arts dramatiques de Bosnie-Herzégovine, montée par Mme Medhija Maglajlić. Le livre d’or témoigne de l’étonnement des visiteurs : on ignorait tout de ce Bašagić, « si lettré à une époque d’obscurantisme110 ». Cette même année, il apparaît – toujours en France – dans un article de la Revue des études slaves signé par Midhat Begić (1911-1983), critique littéraire bosno-musulman épris de la France et qui a participé à la fondation de la chaire de serbo-croate à la Sorbonne111. Surtout, Muhsin Rizvić fixe de façon définitive la poésie de Bašagić « entre Orient et Occident112 », ce qui est fidèle à l’idée que se faisait Bašagić lui-même de son identité : un entre-deux difficile à définir.

  • 113 Zoran T. Jovanović, « Pismo glumice pjesniku. Marija Ružička Stroci mladom Sarajliji Safvet begu Ba (...)
  • 114 En bonne partie grâce à Hadžem Hajdarević (« Bašagićeve pjesme vjere i drugi tekstovi », Islamska m (...)
  • 115 Izabrana djela. T. III, Sarajevo, Svjetlost, 1986. Voir aussi S. Milić, « Dr Safvet-beg Bašagić, Bo (...)
  • 116 Darko Tanasković, « Upoznavanje prošlosti », Politika du 18/10/1986, p. 13.
  • 117 Enes Duraković, Riječ i svijet, Sarajevo, Svjetlost, 1988.

69Désormais, le visage littéraire du bey est à la mode (un grand quotidien publie une lettre galante que lui a adressée une actrice113 !) et de mieux en mieux connu114. En 1986, Džemal Ćehajić donne une édition critique de sa thèse, suivie de la réédition d’une autre de ses œuvres, commentée par Amir Ljubović (1945-)115, qu’un orientaliste comme Darko Tanasković (1948-) a saluée à sa juste valeur : en en soulignant le ton trop enthousiaste, en même temps que sa valeur pionnière116. Dans ses livres de critique littéraire, le conceptuel (et controversé) Enes Duraković (1947-) parle de Bašagić comme d’un nom établi des lettres bosno-musulmanes117.

  • 118 Qu’on pense à Ibrahim Kemura, Uloga “Gajreta” u društvenom životu Muslimana Bosne i Hercegovine (19 (...)

70À lire les ouvrages d’histoire, néanmoins, son importance proprement politique a toujours du mal à ressortir118. C’est l’année 1990 qui marquera le véritable tournant de la vie posthume de Bašagić. C’est en effet alors le dernier réveil en date des nationalismes en Yougoslavie.

4. La période nationale (1990 à nos jours) : une réappropriation prudente

  • 119 Zagreb, Islamska zajednica, 1989 ; Zürich, Matica Bošnjaka, 1994 (avec, en introduction, l’article (...)
  • 120 Zagreb, Birotisak, 1994 (avec une introduction de Nenad Moačanin, Croate ottomanisant de Zagreb).

71Les publications de cette période sont foisonnantes ; on ne les analysera pas toutes. Remarquons d’abord que la guerre intellectuelle – car le conflit de 1991-1995 s’est aussi déroulé sur ce plan – s’est procuré des armes auprès des historiens de la fin du xixe et du début du xxe siècle : les rééditions en sont extrêmement nombreuses et Bašagić n’échappe pas à cette règle. Par exemple, son histoire de la Bosnie-Herzégovine intitulée Brève introduction au passé de la Bosnie-Herzégovine a connu trois nouvelles impressions depuis 1989119 ; son dictionnaire biographique Croates, Bosniaques et Herzégoviniens est réédité accompagné des études d’un contemporain serbe de Bašagić sur des hommes politiques bosno-ottomans120 ; une nouvelle édition de ce dictionnaire est prévue dans les années qui viennent.

  • 121 Il serait long d’énumérer tous les articles où il est cité ouvertement ou non. Voir entre autres Fe (...)
  • 122 Littérature bosniaque musulmane du xvie sciècle [sic] à nos jours, Paris, [= nos 13-14 (été-automne (...)
  • 123 Voir l’introduction à Bošnjaci. S-beg Bašagić : pjesme i rasprave, Zagreb, Preporod, 1994. Parmi le (...)
  • 124 Adem Handžić, « O janičarskom zakonu », Prilozi za orijentalnu filologiju 46 (1996), p. 141-150.

72La guerre a donc sonné l’avènement de la récupération politique, dans une logique d’agressivité. Comme Bašagić est aussi croate que « Musulman », les uns et les autres tentent de se l’approprier. Une partie de la critique croate fait siennes ses thèses historiques sur la croaticité des musulmans, en dehors de toute scientificité121. Les musulmans, eux, ont tôt fait de le brandir en effigie, avant même que la guerre ne commence. C’est ce que prouve le détail suivant : en 1989-1990, Adil Zulfikarpašić conseille la revue Migrations littéraires (revue trimestrielle des lettres yougoslaves), éditée à Paris en français, pour un choix de poètes bosno-musulmans « du xvie siècle à nos jours », et parmi quatre poèmes de notre homme se trouvait une pièce de ses débuts nationalistes pro-musulmans122. Plus tard, en 1994, de Zagreb où il s’est installé, Ibrahim Kajan (1944-) fait de lui la quintessence de l’esprit bosno-musulman qu’a défini Muhamed Filipović en 1967123. Certains poussent jusqu’à publier des horreurs dans la très sérieuse revue Contributions à la philologie orientale de Sarajevo, tel Adem Handžić (1916-1998), qui réédite en 1996 la principale source dont s’était servi Bašagić pour prouver l’islamisation des bogomiles ; Handžić prétend simultanément que Bašagić s’inspire de Zinkeisen lorsqu’il écrit que 36 000 bogomiles se sont islamisés en un seul jour à Jajce ; Zinkeisen l’aurait écrit dans un ouvrage de 1810, que Handžić ne cite pas, et pour cause : Zinkeisen est né en 1803124.

  • 125 Voir par exemple les (bonnes) notices d’Ivo Frangeš dans Geschichte der kroatischen Literatur. Von (...)
  • 126 Izabrana djela, éd. Ozren Prohić, Zagreb, Matica Hrvatska, 2005 (coll. Stoljeća hrvatske književnos (...)

73Ces excès ne doivent pas occulter que la critique est le plus souvent d’un niveau acceptable, quoique partielle. Les historiens de la littérature croate l’intègrent dans leurs ouvrages, avec raison, et n’exagèrent pas sa croaticité125. Bien que l’entreprise ne soit pas totalement anodine, le fait que la Société littéraire croate ait édité de ses œuvres choisies en 2005 (cent-dix ans après ses promesses) se justifie également par l’activité proprement croate de notre homme126. Ses œuvres apparaissent en revanche dans le même volume que des poèmes de Musa Ćazim Ćatić, dont il est beaucoup plus difficile de soutenir qu’il se sentait Croate (ou alors, il faut tout à la fois le considérer comme Serbe et « Musulman »).

  • 127 Bošnjaci. S-beg Bašagić : pjesme i rasprave, Zagreb, Preporod, 1994 ; Trofanda iz hercegovačke dubr (...)
  • 128 Dans ses ouvrages majeurs, Balić a montré qu’il ne connaissait pas grand-chose de Bašagić. Il le pr (...)
  • 129 Dževad Hadžić (éd.), Islam i kultura Bošnjaka u djelima Safvet-bega Bašagića, Mehmeda Handžića i Ed (...)

74Dans la communauté musulmane, le cœur de l’activité éditoriale pour Bašagić se situe au sein de l’association culturelle « La Renaissance » (Preporod), dont l’actuel président est Munib Maglajlić (1945-), époux de Mme Mehdija Maglajlić. Grâce à ces bašagićiens de la première heure que sont les Maglajlić, le va-et-vient de notre bey entre Zagreb et Sarajevo est continu127. Les musulmans de la capitale croate ont notamment organisé en juillet 1994 un colloque intitulé « L’islam et la culture des Bosniaques dans les œuvres de Safvet-beg Bašagić, Mehmed Handžić et Edhem Mulabdić » (Islam i kultura Bošnjaka u djelima Safvet-bega Bašagića, Mehmeda Handžića i Edhema Mulabdića). Des spécialistes en vue appartenant à la diaspora bosno-musulmane (tel Smail Balić, qui ne maîtrise pas bien le personnage de Bašagić128) ou des membres de la communauté résidant dans le pays (mais parfois en exil en raison de la guerre) s’expriment sur Bašagić ; quoiqu’on veuille problématiser la nationalité bosno-musulmane, il est clair que Bašagić en est présenté comme le père et son œuvre comme le fondement critique129.

  • 130 Il semble qu’il s’en soit tenu également un à Sarajevo en 1993 qui ait préparé celui de Zagreb, mai (...)
  • 131 Muhidin Džanko, « Kritička recepcija Bašagićeva djela : čitanje (interpretacija) ili učitavanje (in (...)
  • 132 Salih A. Jalimam (éd.), Zbornik radova naučnog skupa « Safvet-beg Bašagić – Bošnjačka intelektualna (...)

75Dans l’ensemble, Bašagić apparaît ici sous son visage de poète ou de promoteur culturel. Mais en Bosnie-Herzégovine, on voudrait envisager sa vie et son œuvre de façon plus complète. Un autre colloque avait précédé de peu celui de Zagreb ; il avait eu lieu en juin 1994, à Zenica cette fois-ci (alors que Sarajevo était assiégé)130. Organisé officiellement par la « Société des intellectuels Musulmans de la ville de Zenica » et sous le patronage véritable du parti nationaliste SDA131, il réunit les noms les plus prestigieux de la vie culturelle et scientifique bosno-musulmane, ainsi qu’un orthodoxe de Bosnie, Vojislav Vujanović (1937-)132. L’ensemble a assez bonne tenue (dans les limites du nationalisme obligatoire, compte tenu des circonstances d’une guerre très éprouvante), hormis quelques contributions, par exemple les dérives dithyrambiques d’un Bećir Džaka. En revanche, le titre donné au colloque dérange : « Safvet-beg Bašagić : la stratégie intellectuelle d’un Bochniaque (Bošnjak) ». C’est d’emblée présenter la pensée nationale de Bašagić comme unitariste et rompue à toutes les ruses : il serait prêt à se déclarer Croate en façade pour mieux édifier son propre bastion. C’est l’idée de Hadžijahić qui est exploitée ici.

  • 133 Rizvić avait d’abord permis, en 1990, que sa thèse soit rééditée sans le chapitre introducteur, qui (...)
  • 134 Muhsin Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost u doba Preporoda 1889-1918, Sarajevo, El-Kalem, 199 (...)

76On se souvient en effet que les musulmans, après la déclaration d’indépendance de la Bosnie-Herzégovine en 1992, se sont donné un nouveau nom national début 1994 : ce sont désormais des « Bochniaques » (Bošnjaci), nom qu’on a jusqu’ici traduit en Bosniaque car il n’était autre qu’un appellatif régional. La relecture de l’histoire que cette nouveauté a impliquée touche donc Bašagić ; Muhsin Rizvić y a amplement participé133. Il rédige un article sur la poésie de jeunesse, déjà « bochniaque » voudrait-on affirmer (les ambiguïtés sont gommées), qui paraîtra à trois reprises en 1994 et 1995, puis en introduction d’œuvres choisies de Bašagić134.

  • 135 Pour celles que je n’ai pas encore notées : Pjesme i prepjevi, Sarajevo, Svjetlost, 1991 (Muslimans (...)
  • 136 Voir par exemple : Omer Zorabdić, « Sjećanje na velikog pjesnika. Susret sa kćerkom Safvet bega Baš (...)
  • 137 « Plan rada za naredni period », Oslobođenje du 13/10/2001, p. 8.

77Autour de ces interprétations, on réimprime en effet bon nombre des œuvres de Bašagić135, et on le célèbre dans la presse136. Voilà enfin un homme dont on peut se glorifier. Une école élémentaire du centre de Sarajevo porte son nom, une rue aussi. Sur l’initiative de l’« Association des citoyens d’Herzégovine orientale » (Udruženje građana Istočne Hercegovine), il existe un fonds « Dr. Safvet-beg Bašagić » grâce auquel sont distribuées des bourses récompensant les élèves et étudiants doués. Il a été institué le 9 décembre 1998, en grande pompe à l’Holiday Inn de Sarajevo (lieu de toutes les mondanités sarajéviennes). On a également pensé à instituer un prix « Safvet-beg Bašagić » en 2001 pour récompenser tout livre ou découverte scientifique d’un membre de la nouvelle nation « bochniaque », mais j’ignore si cette intention s’est réalisée137.

  • 138 Jezik bosanskohercegovačkih pisaca XIX vijeka (Safvet-beg Bašagić, Nićifor Dučić, Fra Grga Martić). (...)
  • 139 Husnija Čengić, « Što su od nas krili Safvetbega Bašagića ? », Preporod, 1998, 7/633, p. 30.
  • 140 Après des travaux comparatistes d’orientation assez nationaliste, probablement due à la guerre (M. (...)
  • 141 Enver Redžić, Sto godina muslimanske politike u tezama i kontroverzama istorijske nauke. Geneza ide (...)

78Cette nouvelle vie offre prise à la critique. On commence à se pencher avec sérieux sur lui, même s’il n’est pas aisément malléable en raison de ses ambivalences. On a étudié sa langue comme représentative de celle que parlaient les musulmans au xixe siècle (ce qui se conçoit dans une certaine mesure seulement)138. Peut-être inspiré par un article paru en 1998139, Muhidin Džanko s’est illustré dans la critique de l’historiographie sur Bašagić, faisant accéder notre homme au rang d’objet d’étude scientifique140. L’historien Enver Redžić (1915-) a lui aussi écrit d’excellentes pages sur le bey dans son livre Cent ans de politique musulmane dans les thèses et les controverses de la science historique. Genèse de l’idée d’une nation bosniaque, bochniaque. Džanko et Redžić stigmatisent tour à tour son romantisme et celui de la critique141.

  • 142 Un bruit a couru dans la presse bosniaque selon lequel la Slovaquie serait prête à céder la collect (...)
  • 143 Jozef Gerbóc et Ján Pauliny, Výstava arabských, tureckých a perzských rukopisov zo zbierky Dr. Safv (...)
  • 144 Amir Ljubović, O Bašagićevoj zaostvštini, Mostar, Arhiv Hercegovine, 1998. À ce propos, voir aussi (...)
  • 145 Salim Hadžić, « Safvet Beg Bašagić u Bečkom univerzitetskom arhivu », Preporod n° 10/755 du 15 mai  (...)

79Bašagić a aussi attiré l’attention sur lui à travers sa bibliothèque. Après des bombardements incendiaires sur Sarajevo, une partie du patrimoine livresque de la Bosnie-Herzégovine est parti en flammes durant la guerre. On a alors retrouvé avec émotion la collection de manuscrits que Bašagić avait vendue à Bratislava en 1924142 ; elle a même été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et a bénéficié de diverses valorisations par des expositions, des catalogues, un site sur internet avec reproduction totale ou partielle des manuscrits, etc.143 C’est cette part du bey à laquelle les scientifiques de Bosnie-Herzégovine ont consacré le plus de soins : Amir Ljubović a rédigé un catalogue sous forme de regesta des pièces les plus intéressantes de cette collection144. Mme Lejla Gazić (1945-) a défendu en juillet 2004 une thèse sur Le rôle et la signification du dr. Safvet-beg Bašagić dans l’étude de la littérature des Bochniaques en langues orientales (Uloga i značaj dr Safvet-bega Bašagića u izučavanju književnosti Bošnjaka na orijentalnim jezicima) ; et, certes de façon moins sérieuse, Salim Hadžić a donné à lire quelques pièces d’archives trouvées à Vienne et qui concernent la thèse de Bašagić145.

  • 146 Voir par exemple l’annuaire 2004 de l’association « Preporod », avec les contributions suivantes : (...)
  • 147 Dževad Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi u bosanskohercegovačkom saboru i jezičko pitanje (1910 (...)
  • 148 Esad Zgodić, Bosanska politička misao. Austrougarsko doba. Knjiga prva, Sarajevo, DES, 2003.
  • 149 Mustafa Imamović, Historija Bošnjaka, Sarajevo, Bošnjačka zajednica kulture Preporod, 1998 (du même (...)
  • 150 Mehmedalija Bojić, Historija Bosne i Bošnjaka (VII-XX vijek), Sarajevo, Šahinpašić, 2001.
  • 151 Je pense notamment à Stjepan Matković, Čista stranka prava 1895.-1903., Zagreb, Hrvatski institut z (...)

80Le résultat de ces efforts est l’amélioration certaine, depuis quatre ou cinq ans, de la critique sur Bašagić146. On devient plus respectueux du personnage et de ses idées. Dans cette perspective, il faudrait dire un mot ou deux des monographies s’intéressant à la vie socio-politique de la communauté bosno-musulmane au xxe siècle, publiées à Sarajevo ou Zagreb. Elles sont relativement nombreuses depuis 1995 et ne sont pas toutes écrites avec une même rigueur. En ce qui concerne Bašagić, leur principal défaut commun est de ne travailler que sur ses écrits et aucunement sur des matériaux d’archives – hormis deux147. Certaines d’entre elles se distinguent par le sérieux avec lequel elles abordent leur sujet148 ; d’autres, tout en montrant des connaissances très étendues et de bonnes analyses, sont gâtées par la relecture nationaliste de l’histoire bosno-herzégovinienne et conspuent parfois Bašagić149 ; d’autres encore ne le concernent pour ainsi dire pas et cela vaut mieux150 ; les dernières, enfin, l’oublient totalement, alors qu’elles auraient dû lui accorder quelque place151.

  • 152 Nathalie Clayer et Alexandre Popovic, « La thèse de Safvet-Beg Bašagić : comparaison entre l’origin (...)
  • 153 Kolja Mićević, L’Ombre du chasseur – La vision, s.l., Kolja Luka et Raško Mićević, s.d. [2001 ?] ; (...)
  • 154 Yves Tripković, « Viđenja hrvatske jezične posebnosti », Vijesnik du 06/10/2004, p. 15.

81En France aussi, la thèse de Bašagić a été étudiée par Alexandre Popović et Nathalie Clayer152. C’est là encore qu’ont paru des traductions de ses poèmes, travail réalisé par Kolja Mićević, un écrivain orthodoxe de Bosnie-Herzégovine émigré153. Enfin, lors d’un colloque qu’a organisé le professeur Henrik Heger à la Sorbonne en automne 2004, la traduction d’un de ses poèmes sur la langue croate a été lue154.

Notes

1 L’intérêt historiographique des références indiquées dans les notes de bas de page de cette partie justifie qu’elles apparaissent sous une forme non abrégée, contrairement aux parties précédentes.
Voir surtout le numéro triple du Nouveau Behar ; également : Rp. [Rudimir Rotter-Progonski], « “Narodna uzdanica” rahm. Bašagiću (Posmrtno slovo pjesnika Edhema Mulabdića) », Obzor 75 (1934), n° du 13/04, p. 1.

2 Ivan Milićević, « Dr. Safvet beg Redžepašić-Bašagić » Napredak 9 (1934), 5 (mai), p. 53-54 ; Hamdija Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », Novi Behar 7 (1933-1934), 19-21, p. 271-274 ; Dragutin Hofbauer, « Nekoliko misli o dr. Safvetbegu Bašagiću », Novi Behar 7 (1933-1934), 19-21, p. 286-287 ; Ivan Milićević, « O Mirzi Safvetu kao pjesniku », Novi Behar 7 (1933-1934), 19-21, p. 298-303 ; Ivan Milićević, « Dr. Safvetbeg Bašagić-Redžepašić », Glasnik Zemaljskog muzeja u Bosni i Hercegovini 46 (1934), 2, p. 5-9 (paru séparément : Sarajevo, Glasnik Zemaljskog muzeja, 1934, p. [5-9]) ; Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija 7 (1934), 6, p. 301-308 ; Hamdija Kreševljaković, « Dr. Safvetbeg Bašagić », Narodna starina 13 (1934), 33, p. 89-91 ; Alija Nametak, « Dr. Safvetbeg Bašagić », Narodna uzdanica (1940), p. 112-130. On notera l’article du Hongrois József Bayza, professeur de langue croate à l’université de Budapest qui semble avoir connu Bašagić assez intimement (« Jedan strani glas o dru Safvetbegu Bašagiću (Rasprava prof. Dra Józsefa Bayze) », Muslimanska svijest 1 (1936), 8 (23/04), p. 2-3 ; 9 (30/04), p. 2-3 – original paru dans la revue hongroise Magyar Szemle, 22 (1934), septembre, p. 49-56. Voir aussi Ismet Tabaković, « Dr Safvetbeg Bašagić – Mirza. In memoriam zaslužnom hrvatskom književniku i pjesniku », Jugoslavenski list 9 (1936), 96, p. 7.

3 Parmi les plus intéressantes, voir J. A. K. [Jovan Kršić], « Dr. Safvetbeg Bašagić », Pregled 8 (1934), 124 (avril), p. 254-255 ; [Anonyme], « Safvet Beg Bašagić gestorben », Pragerpresse, n° du 14/04/1934, p. 6 ; Muhamed Hadžijahić, « Merhum Prof. Dr. Safvet beg Bašagić », Islamski svijet 3 (1934), 81 (14/04), p. 5.

4 [Anonyme], « Svečana komemoracija Dru Safvetbegu Bašagiću u Zagrebu », Novi Behar 7 (1933-1934), 22 (15/05/1934), p. 346 [discours de Nikola Andrić, président de la Société des écrivains croates (Društvo hrvatskih književnika) ; publié aussi dans Nikola Andrić, « O značenju pjesničkog i naučnog rada Dra Safvetbega Bašagića », Obzor 75 (1934), 112 (17/05), p. 1-2]. Voir l’affiche de cette manifestation dans Zlatko Hasanbegović, Muslimani u Zagrebu 1878.-1945, p. 92.

5 Jusuf Tanović, « Značenje Dra Safvetbega Bašagića », Novi Behar 7 (1933-1934), 19-21, p. 290-291 [probablement le texte d’une conférence] ; [Anonyme], « Hatma dove u počast Safvetbegu », Novi Behar 7 (1933-1934), 22 (15/05/1934), p. 346 [prières et conférences sur Bašagić à Čajniče par Ismet Ajanović] ; Hamdija Halilović, « Dr. Safvet-beg Bašagić », Vrbaske novine 6 (1934), 381, p. 5 ; Hasib Imamović, « Dr. Safvet beg Bašagić kao književni i kulturni radnik », Vrbaske novine 6 (1934), 383, p. 2 ; 384, p. 2 ; 385, p. 2.

6 Il s’agit 1) du Nouveau Behar et 2) de Gajret. 1) Sur la genèse de ce triple numéro, voir IAS BS — 67. Alija Nametak, hormis les personnalités dont il fit paraître les textes, avait contacté, sans résultat, Osman Nuri Hadžić, Ivan Esih (orientaliste de Zagreb), Ljubomir Maraković (écrivain et essayiste catholique de Croatie) et Vladimir Nazor (écrivain qui deviendrait célèbre dans la Yougoslavie titiste). Ces quatre hommes, d’après Nametak, avaient bien connu Bašagić ; nous n’en avons trouvé trace que pour Osman Nuri Hadžić. 2) Parmi les articles les plus intéressants du numéro : Anonyme [Hamid Kukić], « Merhum Dr. Safvetbeg Bašagić », Gajret 15 (1934), 5, p. 85-86 ; Hamid Dizdar, « Mirza Safvet, vođa omladine i učitelj generacija », p. 86-90 ; hafiz Muhamed Pandža, « Heroji volje », p. 90-91.

7 Ainsi le premier article qui s’intéressa à Ogledalo se limita à des remarques superficielles (Munir Šahinović-Ekremov, « Počeci i razvoj muslimanskog novinstva u Herceg-Bosni. Pregled novina i časopisa 1866.-1934. », Obzor 76 (1935), 12 (15/01), p. 4.

8 Seule une micro-polémique entre deux amis de Bašagić souleva timidement les problèmes de la thèse bogomile. Voir Dragutin Hofbauer, « Novi Behar. Trobroj 19.-21. posvećen uspomeni dr. Safvet bega Bašagića », Obzor, 75 (1934), 114 (Pentecôte 1934), p. 2-3 [Hofbauer y conteste l’anecdote sur les potur-s rapportée par Andrija H. Kulier dans « Safvetbeg u fojničkoj banji », Novi Behar 7 (1933-1934), 19-21, p. 288-290] ; Andrija H. Kulier, « Poturi i balije », Obzor 75 (1934), 130 (10/05), p. 2 ; Dragutin Hofbauer, « Potur i Poturica », Obzor 75 (1934), 156 (11/07), p. 1-2.

9 Muhamed Hadžijahić, « Pabirci iz života i rada Hamdije Kreševljakovića », Novi Behar 13 (1939-1940), 1-6 (15/09/1939), p. 31-35.

10 – mhj – [Muhamed Hadžijahić], « Hrvatstvo bosanskih muslimana. Prilog razjašnjenju našeg nacionalnog problema », Muslimanska svijest 1 (1936-1937), 15 (28/05/1936), p. 1-2.

11 Sait Orahovac, « Dr Safvetbeg Bašagić u historijskoj perspektivi », Islamski svijet 4 (1935), 136, p. 4 (repris exactement dans Sait Orahovac, « Uz dvogodišnjicu Mirzine smrti », Islamski glas 2 [1936], 26 [10/04], p. 4).

12 Edhem Mulabdić, « Behar. Prilikom 40-godišnjice njegova pokretanja », Narodna uzdanica 8 (1940), p. 100-110. Voir aussi Rizo Ramić, « Tri generacije književnika muslimana », Putokaz 1 (1937), 1, p. 20-25 ; 2, p. 42-49.

13 K.[asim] G.[ujić], « Hasan Kafi Pruščak – Mehmed Handžić : Nizamul-Ulema », Obzor 76 (1936), 218 (21/09), p. 2 ; Hazim Šabanović, Književnost Muslimana, p. 21-2 ; Mehmed Handžić, Islamizacija Bosne i Hercegovine i porijeklo bosansko-hercegovačkih muslimana, Sarajevo, Islamska dionička štamparija, 1940.

14 Documents d’archives : Rudolf Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », Novi Behar 8 (1934-1935), 24, p. 401-403 ; Ekr. [Hamid Šahinović Ekremov], « Tri politička pisma Dra Safvetbega Bašagića », Muslimanska svijest 1 (1936), 1 (04/03), p. 7. Voir aussi Rudolf Zaplata, « Bosanska vlada i muslimani književnici », Vrbaske novine 8 (1938), 1383, p. 3 ; 1384, p. 1-2 ; 1385, p. 2. Nametak avait pris chez lui le dictionnaire de turcismes pendant quelque temps (Ekr., « Hrvatska orijentalistika », Obzor 76 (1936), 218 (21/09), p. 1-2).
Œuvres inédites : Safvet beg Bašagić, « Chajjam. Jedna osamstogodišnjica », Obzor 75 (1934), 141 (22/06), p. 1-2 ; Ante Šimćik, « Bašagićeva zbirka narodnih pjesama », Novi Behar 7 (1933-1934), 19-21, p. 304-308 (Nikola Andrić avait déjà attiré l’attention sur ces poèmes en 1910, voir Nikola Andrić, « Bašagićeve narodne pjesme », Narodne novine 76 (1910), 268, [pagination perdue]) ; Safvetbeg Bašagić, « Moderna junakinja », Novi Behar 8 (1934-1935), 1-2, p. 5-8 ; 3-4, p. 42-44 ; 5-7, p. 86-90 ; 8, p. 138-139 ; 9-10, p. 149-150 ; 11-12, p. 178-179 ; Mirza Safvet, « Prevodi. (Iz zaostalih bilježaka) », Narodna uzdanica (cal.) 3 (1935), p. 84-85 ; Dr. Safvet beg Bašagić, « Omer Hajjam », Novi Behar 9 (1935-1936), 1-3, p. 5-7 ; 4, p. 39-40 ; 5-6, p. 65-67 ; 7-8, p. 87-88.
Morceaux choisis : Jozo Dujmušić, « Iz Mirzina đulistana », Omladina 17 (1933-4), 10, p. 151-152. Voir aussi Novi Behar 7 (1933-1934), 19-21, p. 326-328.
Commentaires sur les publications d’inédits : -Ekr.- [Munir Šahinović Ekremov], « Posthumno djelo Dra Safvet bega Bašagića », Obzor 75 (1934), 258 (10/11), p. 2 ; Muhamed Hadžijahić, « O muslimanskim narodnim pjesmama », Islamski svijet 3 (1934), 70, p. 15.
Divers : R. S. Filipović, « “Abdullah-paša”. Dramski spjev u 4 čina (7 slika). Napisao Safvetbeg Bašagić. Reditelj J. Jeremić », Islamski svijet 4 (1935), 125, p. 7 [à l’occasion de la représentation d’Abdullah Pacha].

15 Rp. [Rudimir Rotter-Progonski], « Korespondencija Dra S. Bašagića poklonjena Napretkovoj kulturno-historijskoj zbirci », Obzor 75 (1934), 258 (10/11), p. 1. Une partie des documents personnels a été détruite par ses soins avant sa mort (Ivan A. Milićević, « Nešto o javnom životu Dra Safvetbega Bašagića », p. 275).

16 M. Š[ahinović]. Ekremov, « Za monografiju o Safvet-begu Bašagiću », Obzor 75 (1934), 297, p. 2-3.

17 M. Braun, Die Anfänge der Europäsierung in der Literatur der moslimischen Slaven in Bosnien und Herzegowina, Leipzig, Markert & Petters, 1934, p. 5.

18 Ibid., p. 50, 54-55.

19 Ibid., p. 43-44.

20 Ibid., p. 59-62.

21 Ibid., p. 6-11.

22 Ibid., p. 16-39.

23 Ibid., p. 69-73.

24 Ibid., p. 63-73.

25 Alija Nametak, « Efkarul-muvehhidin Mehmed Džemaluddin », 11 (1937-1938), 20 (15/04/1938), p. 321-2.

26 Starinom Bošnjak, « Nad grobom pjesnika Mirze (Safvet bega Bašagića) », Hrvatska straža 6 (1934), 108, p. 3 ; Ćamil Avdić Jusufov, « Merhum Safvetbegu Bašagiću », Novi Behar 7 (1933-1934), 19-21, p. 314-315 ; Džemila Zekić, « Smrt velikog pjesnika Dr. Safvetbega Bašagića », Dječji novi Behar 3 (1934-1935), 13, p. 46 ; Stjepan Frauenheim, « Rahmetli Safetbegu [sic] in memoriam mortui diei. Safet-beg Bašagić, mortuus 9. IV. 1934. a. D.-Sn. Fm », Danica 4 (1934), 133, p. 9 ; Muhamed Hifzi, « Safvet begu. Seonica », Islamski svijet 4 (1935), 124, Pr., p. 17 ; Ismet Tabaković, « Počasna vizija. In memoriam dru. S. Bašagiću-Mirzi », Islamski glas 2 (1936), 28, p. 8 (voir aussi, du même, « In memoriam Safvetbegu Bašagiću-Mirzi. [Uz 9-godišnjicu smrti velikog hrvatskog pjesnika] », Naraštaj slobode 2 (1943), 7/14, p. 11).

27 Anonyme, « Oko prenosa sobe Mirze Safveta », Islamski svijet 3 (1934), 83, p. 6 (consulté à l’IAS BS – 73).

28 [Hiba], « Godišnja skupština “Narodne Uzdanice” Mjesnog odbora u Zagrebu », Novi Behar 7 (1933-1934), 24 (15/06/1934), p. 392. Lesdits nationalistes étaient Domjanić, Kumičić et Harambašić.

29 E. [Hamid Šahinović Ekremov], « Za monografiju o Dru Safvetbegu Bašagiću », Muslimanska svijest 1 (1936-1937), 16, p. 1 ; « Monografija o Mirzi Safvetu », Muslimanska svijest 1 (1936-1937), 27-28 (29/10/1936), p. 2.

30 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka I – 46/7. Circulaire du 30. I. 1936, de Sarajevo.

31 E. [Munir Šahinović Ekremov], « Za monografiju o Dru Safvetbegu Bašagiću », Muslimanska svijest 1 (1936), 16, p. 1 ; [Anonyme], « Spomenik Dru Safvetb. Bašagiću u Zagrebu », Muslimanska svijest 1 (1936), 26, p. 2 (où il est fait référence à un article d’Atif Fejzagić paru dans le Hrvatski dnevnik) ; [Anonyme], « Za Bašagićev spomenik u Zagrebu », Novi Behar 9 (1935-36), 9-13 (01/01/1936), p. 160-161.

32 « Spomenik dru Safvet begu Bašagiću u Zagrebu », Muslimanska svijest 2 (1937), 36 (30/04), p. 4.

33 S., « Spomenik Dru Bašagiću u Zagrebu », Muslimanska svijest 3 (1938), 45 (25/04), p. 2. « L’amitié » qui unissait Meštrović à Bašagić ne semble pas tout à fait claire. En effet, selon le témoignage d’Adil Zulfikarpašić, Meštrović aurait refusé (à une date inconnue) de sculpter le buste de notre héros « parce qu’il le connaissait mal », alors qu’il accepta de travailler à celui de Čaušević. Pour davantage de détails, voir Šefko Hadžić, « “Reis Čaušević” u Bošnjačkom institutu », Oslobođenje/Pogled, n° 49 (26/05/2001), p. 10.

34 J. A. K. [Jovan Kršić], « Dr. Safvetbeg Bašagić », Pregled 8 (1934), 124 (avril), p. 254-255. Voir aussi la présentation d’un de ses articles, parus en 1939, chez Vojislav Maksimović, « Jovan Kršić o književnosti BiH austrougarskog perioda », Godišnjak odjeljenja za književnost 5 (1976), p. 113-146.

35 Ivo Andrić, Znakovi pored puta, Beograd, Prosveta, 1978, p. 120. Comme elle ignorait le contexte de cette maxime, Harita Wybrands en a traduit une partie de façon erronée : « Ko ima i umije » est rendu par « Quand on est riche et qu’on sait vivre » (c’est moi qui souligne) – voir Ivo Andritch, Signes au bord du chemin. Traduit du serbe par Harita Wybrands, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1997, p. 79. Dans sa thèse, soutenue en 1924, Andrić interprétait l’islam bosniaque comme la fin de la spécificité nationale développée au Moyen-Âge et près de s’éclore tout à fait au xve siècle (Ivo Andrić, Die Entwicklung des geistigen Lebens in Bosnien unter der Einwirkung der türkischen Herrschaft. Dissertation zur Erlangung der Doktorwürde der Philosophischen Fakultät der Karl Franzens-Universität zu Graz. Übersetzung und Vorbereitung zum Druck Zoran Konstantinović, Beograd, Zadužbina Ive Andrića, 1982 [édition bilingue juxtapaginale allemande-serbe], notamment au chapitre II : « Die Ausbreitung des Islams als unmittelbare Einwirkung der türkischen Herrschaft », p. 49-67 ; voir aussi la traduction anglaise : The Development of Spiritual Life in Bosnia under the Influence of Turkish Rule, Durham-London, Duke University Press, 1990).

36 Alors que l’on dispose de renseignements assez précis sur les orientalistes croates de l’époque (voir Muhamed Ždralović, Bosansko-hercegovački prepisivači, p. 64-72), l’orientalisme serbe est bien moins connu. Voir Anđelka Mitrović, Naučno delo Fehima Bajraktarevića, Beograd, Filološki fakultet, 1996, et Muhamed Ždralović, Bosansko-hercegovački prepisivači, p. 72-74.

37 M. Tajib Okić, « Orijentalistika u Jugoslaviji », Pregled 8 (1934), 127-128 (juillet-août), p. 407-415 ; Hamdija Kreševljaković, « Orijentalistika u Jugoslaviji », Novi Behar 8 (1934-5), 9-10, p. 171-172.

38 Fehim Bajraktarević, « L’état actuel des études islamiques en Yougoslavie », Revue internationale des études balkaniques (Belgrade) 2 (1936), 3-4, p. 251 et 262.

39 Fehim Bajraktarević, « Les études islamiques en Yougoslavie », Archiv orientální (Prague), 3 (1931), 3 (déc.), p. 503.

40 Fehim Bajraktarević, « O našim Mevludima i o Mevludu uopšte », Prilozi za književnost, jezik, istoriju i folklor 17 (1937), 1, p. 36.

41 [Anonyme], « Alija Nametak : Gaševićev bosanski mevlud », Novi Behar 9 (1935-1936), 22-23 (01/06/1936), p. 342-343.

42 « Mevludi-šerif u Zagrebu », Muslimanska svijest 3 (1938), 47 (12/05), p. 5.

43 Fehim Bajraktarević, « Omer Hajjam : Rubaije. S perzijskog preveo Mirza Safvet. Drugo izd. Prijevoda priredio, pogovor napisao i tumač riječi proširio Alija Bejtić. Zagreb, “Mladost”, 1954 », Prilozi za književnost, jezik i folklor 25 (1959), 3-4, p. 309-313.

44 Fehim Bajraktarević, « Jedna Bašagićeva pozajmica iz Getea », Prilozi za književnost, istoriju, jezik i folklor 18 (1938), 1-2, p. 265-270.

45 Abduselam Balagija, Les musulmans yougoslaves (Étude sociologique), Alger, Institut d’Études orientales), 1940, p. 115, 127-129,135 et 138.

46 S. M., « 70-godišnjica rođenja Dra Safvetbega Bašagića », Jugoslovenski list 23 (1940), 135 (09/06), p. 4. Voir aussi Seid Traljić, « Dr Safvet-beg Bašagić », Hrvatska smotra 8 (1940), 11-12, p. 643 ; S. M., « Dvije sedamdeset-godišnjice. Safvet-beg Bašagić i Džemaludin Čaušević », Hrvatski dnevnik 5 (1940), 1337, p. 16. Traljić s’est inspiré du numéro triple de Novi Behar.

47 Krunoslav Draganović, Hrvatstvo i Herceg-Bosna (Povodom polemike o nacionalnoj pripadnosti Herceg-Bosne), Sarajevo, Vrček i dr., 1940 [réimp. in Herceg-Bosna i Hrvatska, Split, Laus, 1991].

48 Mevlud. Po muteber ćitabima spjevao Mirza Safvet, Sarajevo, Vakufska direkcija, 1941 (en 1942 et 1943, l’éditeur est : « Vakufsko ravnateljstvo »). Voir aussi [Anonyme], « Mevludi slavnih hrvatskih književnika dra Safvetbega Bašagića i Muse Ćazima Ćatića », Nova Hrvatska 3 (1943), 68, p. 6 ; [Anonyme], « El-Hidajin Mevlud u Trebinju », El-Hidaje 7 (1943-1944), 7-8 (07/03), p. 253.

49 Ivan Aziz Milićević, « O Mirzi Safvetu, njegov početni rad i razvoj », Obzor 81 (1941), 5, p. 8 ; Ivan Milićević, « Zajedljive neobjelodanjene pjesme Mirze Safveta », Novi Behar 14 (1941-42), 10-12, p. 237-239 ; Ivan Milićević, « Starčevićanstvo u Bosni i Hercegovini », Napredak 16 (1941), 4-5, p. 39-41.

50 Beaucoup de ces articles ont été rédigés par Salim Ćatić : « Dr Safvetbeg Bašagić-Redžepašić kao pjesnik », Narodna uzdanica (calendrier pour l’année 1942), p. 188-205 ; « Dr. Safvetbeg Bašagić kao poviestničar », Novi Behar 15 (1942-1943), 2-6, p. 37-39 ; « Oni koji ne dočekaše ostvarenje svojih težnja », Osvit 1 (1942), 9, p. 2-3 ; 10, p. 2-3 ; 11, p. 2-3. Voir aussi I.H.S., « Dr. Safvet Bašagić, književnik i kulturni radnik Bosne i Hercegovine », Sarajevski novi list 1 (1941), 196, p. 13 ; Salih Baljić, « Dr Safvetbeg Bašagić i njegovo doba (Rodoljublje hrvatskog muslimanskog barda) », Hrvatski narod 4 (1942), p. 329-331 ; [Anonyme], « Povodom smrti Teufikbega Bašagića », Sarajevski novi list 2 (1942), 216, p. 5 ; Ismet Žunić, « Odgojna romantika kod Hrvata-muslimana », Hrvatska revija 16 (1943), 7, p. 381-384.

51 Safvet-beg Bašagić, « Čarobna kćeri », Obzor 81 (1941), 5, p. 5 ; Safvet-beg Bašagić, « Čarobna kćeri », Naraštaj slobode 1 (1942), 6, p. 1 [+ portrait] ; Safvet-beg Bašagić, « Patareni i islam », Osvit 1 (1942), 42-43, p. 4 ; Safvet-beg Bašagić, « Hasbihal », Naraštaj slobode 2 (1943), 19, p. 8 ; Safvetbeg Bašagić, « [quatre poèmes] », Osvit 3 (1944) 110-111, p. 6-9 (avec Čarobna kćeri ! – Prvoj ljubavi – Kratak odgovor – Iz « Sevdalija »]. Ses pièces de théâtre sont également à nouveau montées, voir Hinko Wolf, « Safvetbeg Bašagić : Abdulah paša », Hrvatski ženski list 2 (1940), 12, p. 15.

52 Mustafa Busuladžić, « Il calendario per l’anno 1942 dell’Associazione “Narodna Uzdanica” di Sarajevo », Oriente Moderno 22 (1942), p. 213-214. Je remercie Alexandre Popovic qui m’a signalé cet article.

53 Mate Ujević, Plodovi srca i uma, Zagreb, Hrvatska državna tiskara, 1941.

54 Comparer Safvet-beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Prodjite me se, božiji ljudi ! », Glas Hercegovca 8 (1891), 1, p. 1, avec Ivan A. Milićević, « Safvet beg Bašagić i “Glas Hercegovca” god. 1891. », Napredak 18 (1943), 1, p. 8-12, repris dans Ivan Milićević, « Safvet beg Bašagić i “Glas Hercegovca” god. 1891. », Hrvatska misao 3 (1945), p. 8-12 et « Postupak Bosanske vile sa Safvetbegom Bašagićem », Osvit 11 (1943), 82-83, p. 7

55 Hazim Šabanović, « Bašagićevo “Ogledalo” », Narodna uzdanica (calendrier pour l’année 1942), p. 177-205 ; [Anonyme] [Hazim Šabanović], « Inteligencija i narod », Osvit 2 (1943), 71 (11/07), p. 1-2 ; Hazim Šabanović, « Inteligencija i nâm Mirza Safvetbega Bašagića », Hrvatski narod 5 (1943), 848, p. 4.

56 Hazim Šabanović, « Popis kadiluka u Evropskoj Turskoj », Glasnik Zemaljskog Muzeja 54 (1942), p. 307-352. Cet article reprend l’idée de l’article de Bašagić publié en 1930.

57 (as), « Spomenik pjesniku dru Safvet-begu Bašagiću bit će postavljen u Zagrebu na Zrinjevcu », Nova Hrvatska 2 (1942), 225 (25/09), p. 7 ; [Anonyme], « Zagrebački Muslimani podižu spomenik Safvet-begu Bašagiću », Osvit 1 (1942), 29, p. 4 ; [Anonyme], « Proglas odbora za podignuće spomenika Safvet-begu Bašagiću », Osvit 2 (1943), 50, p. 4.

58 Sur cette initiative, quelques détails supplémentaires chez Zlatko Hasanbegović, Muslimani u Zagrebu 1878.-1945, p. 245 et 504-505.

59 Hamid Dizdar, « Mirza Safvet », Narodna uzdanica 12 (1944), p. 108 ; Salih Zvizdić, « Safvetbegu Bašagiću (Velikanu od srdca i uma) », Hrvatska mladost 28 (1943-1944), 9-10, p. 378.

60 [Anonyme], « Safvet-beg Bašagić. Povodom 10-godišnjice smrti », Ustaška mladež 4 (1944), 13, p. 2 ; Ivan Milićević, « Rodoslovje Mirze Safveta », Hrvatska misao 2 (1944), 5, p. 123-125 ; Vladimir Jurćić, « Bašagić kao predvodnik svoga vremena », Hrvatska misao 2 (1944), 11-12, p. 345-352 ; [Anonyme], « Safvet beg Bašagić », Plug (sveučilištarac za hrvatsko tlo i čovjeka), 1 (1944), 9 (15/07), p. 6 ; Seid Traljić, « Dr. Safvetbeg Bašagić. Uz desetu obljetnicu smrti », Vijenac 36 (1944), 2, p. 66-73 ; Hazim Šabanović, « Dr. Safvet Beg Bašagić », El-Hidaje 7 (1943-4), 9-10, p. 279-285 ; (as), « Dr. Safvet-beg Bašagić (prigodom 10-godišnjice njegove smrti) », Nova Hrvatska 4 (1944), 153, p. 5. [+ portrait] ; Muhamed Hadžijahić, « Dr. Safvet-beg Bašagić. Povodom desetgodišnjice smrti », Hrvatski narod 6 (1944), 1073, p. 6 ; 1074, p. 3 ; Mš, « Dr. Safvet beg Bašagić 6. V. 1870 – 9. IV. 1934 », El-Hidaje 7 (1943-4), 9-10, p. 279-285.

61 Ahmed Muradbegović, « Književnik Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska misao 2 (1944), 5, p. 114-116 ; Vladimir Jurćić, « Bašagićevi dramski ogledi. Poglavlje književne studije », Hrvatska misao 2 (1944), 5, p. 117-122 ; Alija Nametak, « Safvet-beg Bašagić (Mirza Safvet) kao religiozni pjesnik », Glasnik Islamske vjerske zajednice 12 (1944), 6-7, p. 106-111 ; [Anonyme], « Safvetbeg Bašagić i nacionalno-politički razvitak bos.-herceg. Muslimana (U povodu desetgodišnjice smrti) », Osvit 3 (1944), 110-111, p. 6 ; Halid Buljina, « Prvi zastupnik Banja Luke u bosanskom Saboru. Dr. Safvetbeg Bašagić-Redžepašić. Historičar, pjesnik i kulturni radnik. Povodom 10-godišnjice njegove smrti (9. IV. 1934 – 9. IV. 1944) », Hrvatska rieč (Banja Luka) 3 (1944), 37, p. 9-10.

62 Uredničtvo, « Dr. Safvetbeg Bašagić, u povodu desetgodišnjice smrti », Novi Behar 16 (1944), 9 (1/05/1944), 133-134 ; Mirko Jurkić, « Pjesnik, učenjak, političar-koljenović preporodnih vidika », Spremnost, misao i volja ustaške Hrvatske 3 (1944), 128 (30/05), p. 11-12 ; Edhem Mulabdić, « Uvodna riječ u Bašagićevu akademiju », Hrvatska misao 2 (1944), 5, p. 113. Sur l’organisation de conférences à Zagreb en février et juillet, voir ABiH Fond KPD Napredak pièce 135, du 15. II. 1944 ; [Anonyme], « Spomen-slava u počast Safvetbega Bašagića », Novi list 4 (1944), 969, p. 2 ; (as), « Akademija u spomen dra Safvet-bega Bašagića prigodom 10-godišnjice pjesnikove smrti », Nova Hrvatska 4 (1944), 116, p. 5. L’affiche de la manifestation de Zagreb, avec commentaire, est visible chez Zlatko Hasanbegović, Muslimani u Zagrebu 1878.-1945, p. 232-233.

63 Safvet-beg Bašagić, Odabrane pjesme, Sarajevo, Izdanje Glavnog pododbora Matice Hrvatske u Sarajevu, 1944 ; [Anonyme], « Safvet-beg Bašagić-Redžepašić (Mirza Safvet) : Odabrane pjesme », Novi Behar 16 (1944), 11 (01/06/1944), p. 178-9.

64 [Anonyme], « Proslava deset-godišnjice smrti dra Safvetbega Bašagića », Novi Behar 16 (1944), 7 (01/04/1944), p. 115 ; [Anonyme], « Zaklada dra Safvet-bega Bašagića », Novi Behar 16 (1944), 11 (01/06/1944), p. 178.

65 Mirko Grmek et Louise Lambrichs, Les révoltés de Villefranche, p. 187 et 223. Il serait intéressant d’examiner s’il existe un lien entre le discours bogomilisant des musulmans bosno-herzégoviniens (vraisemblablement lancé, dans la communauté, par Kapetanović de Ljubušak et Bašagić) et les éventuelles accointances cathares du paganisme nazi. À ce sujet, je n’ai consulté que la monographie assez étrange de Jean-Michel Angebert, Hitler et la tradition cathare, Laffont, 1971. Elle ne paraît pas, à bien des égards, très sérieuse ; mais il ne semble pas non plus hors de propos de croire que le nazisme ait des fondements dualistes (voir aussi Christian Bernadac, Le mystère Otto Rahn (du catharisme au nazisme), France Empire, 1978), ce que remet en question sans contre-argumenter un article sur lequel je suis tombé par hasard : Laurent Albaret et Jean-Philippe Audouy, « Mythe cathare et néo-catharisme, de Déodat Roché à nos jours », Cahiers dHistoire 70 (janv.-mars 1998). Cela dit, on ne trouve rien d’intéressant de ce point de vue chez Ingomar Heyer, Beiträge zur Kenntnis des Islam [sic] in Bosnien und der Hercegovina. Inaugural-Dissertation zur Erlangung des Doktorgrades einer Hohen Philosophischen Fakultät der Eberhard-Karls-Universität zu Tübingen, Tübingen, Albert Becht, 1940.

66 Murvar Vatroslav, « Islamizacija i značenje islamskih Hrvata u islamskom svijetu : razvoj hrvatske orijentalistike – turski i latinski dokumenti : ulomak iz “Herceg-Bosna – središnje hrvatsko pitanje” », Hrvatska revija 1 (1951), 1, p. 22-29 ; (Vn. – ) [Vinko Nikolić], « Safvet-beg Bašagić : prigodom 20-godišnjice njegove smrti – 9. IV. 1934. », Hrvatska revija 4 (1954), 2, p. 173 ; [anonyme], « Safvet-beg Bašagić (crtež) », Hrvatska revija 4 (1954), 2, p. 173 ; Alija Nametak, « Safvet-beg Bašagić : Život », Hrvatska revija 4 (1954), 2, p. 173-174 (repris du manuel scolaire Plodovi srca i uma) ; Vinko Nikolić, « Život i djelo Safvet-bega Bašagića », Hrvatska revija 6 (1956), 3, p. 276 ; M. B. [Milan Blažeković], « Muhamed‘s Geburt od‚ Alî ibn‚ Abdillâh‚ Alî al-Bosnawî, Safvet Bega Bašagića, Rešada Kadića i Muse Ćazima Ćatića, izdavač dr. Smail Balić, Wien 1964 », Hrvatska revija 15 (1965), 4, p. 399.

67 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 17.

68 Papiers personnels d’Enisa Bašagić Knežić, lettre de Grgec à Hamdija Kreševljaković, sans lieu ni date ; seule la moitié de ce document a été conservée. Le poème incriminé était « Au Bosniaque ».

69 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 17 et 165.

70 Ilija Kecmanović, « Bašagić, Bašagić-Redžepašić, Safvet – Mirza Safvet », Leksikon pisaca Jugoslavije. T. 1, Beograd, Matica srpska, 1972, p. 172.

71 Voir par exemple la très mauvaise biographie de Bašagić composée par Dj. Slijepčević, « Bašagić-Redžepašić, Safvetbeg, bosnischer Orientalist und Politiker », Mathias Bernath et Felix v. Schroeder (éds.), Biographisches Lexikon zur Geschichte Südosteuropas, München, R. Oldenbourg, Bd. I : 1974, p. 142-143.

72 Voir notamment Nedim Filipović, « Pogled na osmanski feudalizam (sa naročitim obzirom na agrarne odnose) », Godišnjak istoriskog društva Bosne i Hercegovine, 4 (1952), p. 5-146.

73 Fehim Bajraktarević, « Jedan savremeni persiski izvor o bici na Kosovu », Prilozi za orijentalnu filologiju 3-4 (1952-1953), p. 6.

74 Fehim Bajraktarević, « Postanak Bašagićeve Ašiklije i problem pozajmica u književnosti (s naročitim obzirom na Hajnea) », Zbornik filozofskog fakulteta 3 (1955), p. 399-419.

75 Omer Chajjam, Rubaije. (Preveo S. Bašagić). Priredio (...) Alija Bejtić, Zagreb, Mladost, 1954 ; Fehim Bajraktarević, « Omer Hajjam : Rubaije. S perzijskog preveo Mirza Safvet. Drugo izd. prijevoda priredio, pogovor napisao i tumač riječi proširio Alija Bejtić. Zagreb, “Mladost”, 1954 », Prilozi za književnost, jezik i folklor 25 (1959), 3-4, p. 309-313. Voir aussi Mirza Safvet, « Omer Hajjam, Rubaije (Rubā‘iyyāt) » in Antologija svjetske lirike, Zagreb, Naprijed, 1965, p. 40-41.

76 Commodément, voir Adil Zulfikarpašić, Bosanski pogledi. Nezavisni list muslimana Bosne i Hercegovine u iseljeništvu 1960-1967. Pretisak, London, Bosanski institut, 1984.

77 « Mali leksikon – Bašagić Safvet-beg Redžepašić » Mirza Safvet « (1870-1934) », Bosanski pogledi 1 (1960), 2 (15/09), p. 37. Consulté dans Adil Zulfikarpašić, Bosanski pogledi. Les hyperboles sont les suivantes : les Prémices ont connu quatre éditions, tout ce qui s’est fait à cette époque dans la communauté musulmane a été lancé par lui, il a montré une grande habileté politique en tant que président de la diète, son influence perdure encore – en 1960 – sur la jeunesse bosno-musulmane, etc.

78 Voir Bosanski pogledi 1 (1960), 4 (nov.), p. 70 [lettre de Lujo Tvrtković, de Sao Vicente au Portugal, le 12. XI. 1960] ; Džemal Ibrahimović, « Merhum Hamdija Kreševljaković, kao nastavnik Gazine medrese », Bosanski pogledi 2 (1961), 14 (avr.), p. 190 ; « Novi Behar », Bosanski pogledi 4 (1963), 26-27 (juil.-août), p. 323 ; « Ogledalo », Bosanski pogledi 4 (1963), 28-29 (sept.-oct.), p. 344.

79 Al-Mawlid an-nabawi aš-Šarif, Beyrouth, s.n., 1962 (édition d’Alija Nametak de 1931) ; F., « Ponovo štampan MEVLUD dr. Safet-bega Bašagića », Bosanski pogledi 3 (1962), 16-17 (juin-juillet 1962), p. 216 ; Srećko M. Džaja, Die politische Realität, p. 227.

80 Jasna Bezić (éd.), al-Mawlūd an-nabawī. – Muhammed’s Geburt (Gedichte) von Safvet beg Bašagić, Rešud Kadić, Musa Ćatić, ‘Alī ibn ‘Abdillāh ‘Alī al-Bosnawī, Wien, W. Hötzenberger, 1964 ; [Anonyme], « Safvet-beg Bašagić (Povodom tridesetgodišnjice smrti 9. IV 1934) », Glasnik VIS 27 (1964), 3-4 (mars-avril), p. 152-155 ; « Tridesetogodišnjice smrti dr. Safvetbega Bašagića », Bosanski pogledi 5 (1964), 35 (juin), p. 416 ; « Jedna nova muslimanska publikacija », Bosanski pogledi 5 (1964), 35 (juin 1964), p. 417 ; « Nova knjiga Muslimanske biblioteke », Bosanski pogledi 6 (1964-1965), 40-41 (12/1964), p. 456.

81 Karol Petraček, « Bratislavskaja kollekcija arabskih rukopisej i ego značenie dlja izučenija kul’tury musul’man Bosnii », Problemy vostokovedenija (1960), 3, p. 137-140 ; Jozef Blašković (éd.), Arabische, türkische und persische Handschriften der Universitätsbibliothek in Bratislava, Bratislava, Die Universitätsbibliothek, 1961 ; Ivan Esih, « Katalogiziranje našega orijentalističkog blaga. Dr Safvet Bašagić orijentalistička zbirka u Bratislavi », Glasnik VIS 28 (1965), 3-4 (mars-avril), p. 96-98 ; Salih Trako, « Arabische, türkische und persische Handschriften der Universitätsbibliothek in Bratislava, Bratislava 1961 », Prilozi za orijentalnu filologiju 14-15 (1964-1965), p. 462-463. Enisa Bašagić Knežić m’a donné à lire un article d’Esih qui parut quelque temps avant la publication du catalogue, mais aucune référence de publication n’était indiquée (I. E., « Katalog istočnih rukopisa univerzitetske biblioteke u Bratislavi »).

82 Ivo Žanić, « Trojica u mraku », Feral Tribune du 15/11/1999, p. 48. Cet article donne par ailleurs une vision tout à fait erronnée de Bašagić.

83 À ce propos, voir mon Petit guide, p. 208-215.

84 Voir surtout « Nestanak bogumilstva i islamizacija Bosne i Hercegovine », Godišnjak istoriskog društva BiH 1 (1949), p. 42-79.

85 Muhamed Filipović, « Bosanski duh u književnosti – šta je to ? », Život 16 (1967), 3 (mars), p. 3-18.

86 Salim Ćerić, Muslimani srpskohrvatskog jezika, Sarajevo, Svjetlost, 1968. Voir aussi le mauvais article de Vlado Jokanović, « Elementi koji su kroz istoriju djelovali pozitivno i negativno na stvaranje bošnjaštva kao nacionalnog pokreta », Pregled 58 (1968), 8 (août), p. 137-163 ; 9 (septembre), p. 241-263.

87 Atif Purivatra, Nacionalni i politički razvitak Muslimana (rasprave i članci), Sarajevo, Svjetlost, 1969 (le livre connut deux rééditions, en 1970 et 1972).

88 Muhsin Rizvić, Književno stvaranje muslimanskih pisaca u Bosni i Hercegovini u doba austrougarske vladavine, Sarajevo, ANUBiH, 1973, 2 vols.

89 Le renouveau national croate de cette époque s’est aussi exprimé sur les auteurs bosno-musulmans des xixe et xxe siècles en citant Bašagić comme auteur croate (Ferid Karihman, « Hrvatski književnici muslimani : četiri stoljeća od Mehmedove “Hrvatske pjesme” do Selimovićeva “Derviša i smrti” », Hrvatska revija 20 [1970], 4, p. 983-999 [sur Bašagić], p. 990).

90 Muhsin Rizvić, Behar. Književnoistorijska monografija, Sarajevo, Svjetlost, 1971.

91 Bibliografija rasprava, članaka i književnih radova, Zagreb, Leksikografski zavod F.N.R.J., 1956-1970.

92 M. Traljić, « Dvije značajne stogodišnjice », Takvim za 1971, p. 87-97 ; Mevlud sa dodatkom Smrt hazreti Fatime, Travnik, 1971 (recueille les Mevlud qu’écrivirent hafiz Salih Gašević, hafiz Seid Zemunović et Safvet-beg Bašagić) ; Muhsin Rizvić, « Eksplicitna poetika Safvet-bega Bašagića », Život 20 (1971), 1-2, p. 6-17 ; Muhsin Rizvić, « Erotičko-lirska parabola Mirze Safveta », Izraz 15 (1971), XXX, 8-9, p. 148-156 ; Muhsin Rizvić, « Pjesničko djelo Mirze Safveta », in Izabrana djela, t. 1, Sarajevo, Svjetlost, 1971, p. 9-54.

93 Alija Isaković, Biserje. Izbor iz muslimanske književnosti, Zagreb, Stvarnost, 1972. Isaković mentionne dans sa bibliographie chronologique une œuvre de Bašagić qui n’est recensée nulle part ailleurs : Izabrane pjesme. (2. prošireno izd.), Sarajevo, 1928.

94 Džemaludin Alić, « Književnik i prosvjetitelj », Oslobođenje du 10/04/1974, p. 11.

95 M. Hadžijahić, A. Purivatra, M. Imamović, Stav muslimana Bosne i Hercegovine u pogledu nacionalnog opredjeljenja. Studijski izvještaj, Sarajevo, institut za društvena istraživanja, 1970 [ouvrage ronéotypé se trouvant aux archives nationales de Bosnie-Herzégovine]. Les chapitres 1 à 7 et 9 sont de Hadžijahić, le 8e est de Hadžijahić et Purivatra, les 10e et 11e sont d’Imamović. Hadžijahić a donné à lire au grand public une version inchangée de ses chapitres sous le titre Od tradicije do identiteta. Geneza nacionalnog pitanja bosanskih Muslimana, Sarajevo, Svjetlost, 1974, p. 145-148.

96 Hazim Šabanović, Književnost Muslimana BiH na orijentalnim jezicima, Sarajevo, Svjetlost, 1973 ; Avdo Sućeska, « Specifičnost naše orijentalistike », Prilozi za orijentalnu filologiju 24 (1974), p. 9-11.

97 Vojislav Maksimović, « Razmišljanja o Safvet-begu Bašagiću », Pregled 63 (1973), 5 (mai), p. 597-604.

98 Vojislav Maksimović, « Jovan Kršić o književnosti BiH austrougarskog perioda », Godišnjak odjeljenja za književnost 5 (1976), p. 113-146.

99 Mevlud sa dodatkom Smrt hazreti Fatime, Zvornik, « Proleter », 1976.

100 Naida Sušić-Mehmedagić, « Bašagićevi prijevodi arapske poezije na naš jezik », Godišnjak instituta za jezik i književnost u Sarajevu 8 (1979), p. 159-201.

101 Ján Molnár, Orientálne tlace z kniznice Safveta Bega Bašagića v Universitnej kniznici v Bratislave, Bratislava, univerzitná kniznica, 1980. Préfaces en français, allemand et russe.

102 Lamija Hadžiosmanović, Biblioteke u Bosni i Hercegovini za vrijeme austrougarske uprave, Sarajevo, Veselin Masleša, 1980.

103 Boris Ćorić, Nada. Književnohistorijska monografija 1895-1903, Sarajevo, Svjetlost, 1978.

104 Mustafa Imamović, Pravni položaj i unutrašnji politički razvitak Bosne i Hercegovine od 1878. do 1914., Sarajevo, Svjetlost, 1976.

105 Nusret Šehić, Autonomni pokret Muslimana za vrijeme austrougarske uprave u Bosni i Hercegovini, Sarajevo, Svjetlost, 1980.

106 Je rejoins par là Muhsin Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 293.

107 Voir les rapports de ses séminaires à l’École pratique des hautes études, IVe section (sciences historiques et philologiques), annuaires 1976-1991, Paris, à la Sorbonne, 1977-1995.

108 Bašagić n’apparaît pour ainsi dire pas dans sa thèse – et pour cause : celle-ci est une présentation générale de l’islam dans les Balkans (Alexandre Popovic, L’Islam balkanique. Les musulmans du Sud-Est européen dans la période post-ottomane, Berlin, Ost-Europa Institut an der freien Universität Berlin, 1986).

109 Muhsin Rizvić, « Bašagić, Safvet-beg », Enciklopedija Jugoslavije, t. 1, Zagreb, Leksikografski zavod, 1980.

110 Medhija Maglajlić (éd.), Život i književno djelo Safvet-bega Bašagić (1870-1934), [Sarajevo], Muzej književnosti i pozorišne umjetnosti Bosne i Hercegovine, 1984 ; D. B., « Orijentalni rukopisi, knjige i fotografije », Oslobođenje du 8/11/1984, p. 7.

111 Midhat Begić, « L’écrivain musulman dans la littérature yougoslave », Revue des études slaves 56 (1984), 3, p. 413-419.

112 Muhsin Rizvić, « Poezija Safvetbega Bašagića između Istoka i Zapada », in Jugoslavenski seminar « Janko Čar » za strane slaviste, Zadar, Filozofski fakultet, 1984 (repris dans Muhsin Rizvić, Panorama bošnjačke književnosti, Sarajevo, Ljiljan, 1994).

113 Zoran T. Jovanović, « Pismo glumice pjesniku. Marija Ružička Stroci mladom Sarajliji Safvet begu Bašagiću », Politika du samedi 10 mai 1986.

114 En bonne partie grâce à Hadžem Hajdarević (« Bašagićeve pjesme vjere i drugi tekstovi », Islamska misao 6 [1984], 70, p. 46-47 ; « Život i književno djelo Safvet-bega Bašagića », Islamska misao 6 [1984], 71, p. 51).

115 Izabrana djela. T. III, Sarajevo, Svjetlost, 1986. Voir aussi S. Milić, « Dr Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti, prilog kulturnoj historiji Bosne i Hercegovine. Priredili dr Džemal Ćehajić i mr Amir Ljubović, Svjetlost, Sarajevo, Biblioteka “Kulturno nasljeđe Bosne i Hercegovine”, 1986, 452 str. », Prilozi za orijentalnu filologiju 37 (1987), p. 292-293 (compte rendu qui se termine sur le constat que l’ouvrage attend un concurrent sérieux). Cette réédition fut vécue comme un petit événement par les publicistes bosno-musulmans (N. P. [?], « Drugo izdanje Bašagićevih Bošnjaka… », Islamska misao 8 [1986], 92, p. 31 ; F. Rizvanbegović, « Prilog kulturnoj historiji », Oslobođenje du 20/05/1987, p. 9).

116 Darko Tanasković, « Upoznavanje prošlosti », Politika du 18/10/1986, p. 13.

117 Enes Duraković, Riječ i svijet, Sarajevo, Svjetlost, 1988.

118 Qu’on pense à Ibrahim Kemura, Uloga “Gajreta” u društvenom životu Muslimana Bosne i Hercegovine (1903-1941), Sarajevo, Veselin Masleša, 1986 ; à Tomislav Kraljaćić, Kalajev režim u Bosni i Hercegovini (1882-1903), Sarajevo, Veselin Masleša, 1987 ; ou encore à Marta M. Čupić-Amrein, Die Opposition gegen die österreichisch-ungarische Herrschaft in Bosnien-Hercegovina (1878-1918), Bern/Frankfurt am Main/New York/Paris, Peter Lang, 1987.

119 Zagreb, Islamska zajednica, 1989 ; Zürich, Matica Bošnjaka, 1994 (avec, en introduction, l’article de Mehmed Džemaluddin Čaušević, « Merhum Dr. Safvetbeg Bašagić », Novi Behar 7 (1933-1934), 19-21, p. 270-271) ; Sarajevo, Publishing House, 1997.

120 Zagreb, Birotisak, 1994 (avec une introduction de Nenad Moačanin, Croate ottomanisant de Zagreb).

121 Il serait long d’énumérer tous les articles où il est cité ouvertement ou non. Voir entre autres Ferid Karihman, « Zaslužni i spomena vrijedni Hrvati-muslimani u godini 1986. », Hrvatska revija 37 (1987), 1, p. 108-114 ; Vatro Murvar, Nation and Religion in Central Europe and the Western Balkans – the Muslims in Bosna, Hercegovina and Sandžak : a Sociological Analysis, Brookfield (Wisconsin), Vatro Murvar, 1989 ; Petar Šarac et Miljenko Primorac (éds), Hrvatsko podrijetlo bosansko-hercegovačkih muslimana. Rasprave i članci, Zagreb, Vjesnik, 1992 ; Husein Kadić, Tko su i odakle Hrvati, 1994 ; Srećko Paponja, « Podrijetlom i duhom aristokrat », Hrvatska riječ du 29/10/1994, p. 11 ; Mirko Živković, « Čija je Bosna ? », Hrvatska revija 45 (1995), 1-2, p. 195-201 (reprise d’Aalî). Voir aussi Srećko Paponja, « Podrijetlom i duhom aristokrat », Hrvatska riječ du 29/10/1994, p. 11 ; « Sjećanje na Safvet-bega Bašagića », Hrvatska riječ du 13/05/1995, p. 20. Enfin, lire I. V., « Pjesnik, orijentalist, povjesničar i politički djelatnik », Hrvatska riječ du 06/05/1995, p. 14.

122 Littérature bosniaque musulmane du xvie sciècle [sic] à nos jours, Paris, [= nos 13-14 (été-automne 1990) de Migrations littéraires (revue trimestrielle des lettres yougoslaves)].

123 Voir l’introduction à Bošnjaci. S-beg Bašagić : pjesme i rasprave, Zagreb, Preporod, 1994. Parmi les mauvais ouvrages sur Bašagić (qui le traitent de façon plus ou moins détaillée, d’ailleurs) qui ont paru à Zagreb, on peut aussi consulter Mirsad Bakšić, Uloga i mjesto Hrvata islamske vjere, Zagreb, Narodna uzdanica, s.d. [1994] ; Alija Nametak, Safvet-beg Bašagić, Zagreb, Narodna uzdanica, 1994 [réimpression de son introduction aux Poèmes choisis de 1944].

124 Adem Handžić, « O janičarskom zakonu », Prilozi za orijentalnu filologiju 46 (1996), p. 141-150.

125 Voir par exemple les (bonnes) notices d’Ivo Frangeš dans Geschichte der kroatischen Literatur. Von den Anfängen bis zur Gegenwart, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 1995, et de Jagna Pogačnik dans Leksikon hrvatskih pisaca, Zagreb, Školska knjiga, 2000 ; celle (moins bonne) chez Marko Samardžija et Ante Selak, Leksikon hrvatskoga jezika i književnosti, Zagreb, Pergamena, 2001. Il est présenté correctement (mais uniquement dans la limite de son sujet) par Dubravko Jelćić, Povijest hrvatske književnosti. Tisućljeće od Baščanske ploče do postmoderne, Zagreb, Pavičić, 1997. Le nom de Bašagić est absent du magistral ouvrage de Slobodan P. Novak, Povijest hrvatske književnost. Od Baščanske ploče do danas, Zagreb, Golden Marketing, 2003. Enfin, dans la nouvelle encyclopédie croate, on lit un bon article sur Bašagić, malheureusement trop partiel ([anonyme], « Bašagić », Hrvatska enciklopedija, Zagreb, Leksikografski zavod, 1999).
Les poèmes croatisants de Bašagić apparaissent aussi dans des anthologies de la poésie croate ; mais là encore, rien de très troublant. Voir Josip Bratulić et al., Mila si nam ti jedina : hrvatsko rodoljubivo pjesništvo od Bačanske ploče do danas, Zagreb, Alfa, 1998 (inclut Čarobna kćeri !) ; Božidar Petrac (éd.), Povrh starog Grica brda. Zagreb u hrvatskom pjesništvo 19. i 20. stoljeća, Zagreb, Pučko otvoreno učilište, 2000. Une des pièces de Bašagić (Djevojka i cvijeće) a également été mise en musique (V. Bartoš-Zelezensky, Hrvatski zvuci : pjesme za muški, pješoviti zbor i bariton solo, S.l., vlastita naklada, s.a. [1998]).
Enfin, les critiques constructives de la thèse bogomile sont surtout dues à Ivo Žanić, « Bogumilom ili silom », Feral Tribune des 8 et 15/11/1999, p. 48-49.

126 Izabrana djela, éd. Ozren Prohić, Zagreb, Matica Hrvatska, 2005 (coll. Stoljeća hrvatske književnosti)

127 Bošnjaci. S-beg Bašagić : pjesme i rasprave, Zagreb, Preporod, 1994 ; Trofanda iz hercegovačke dubrave (1890, 1894), Sarajevo, Kulturno društvo Bošnjaka « Preporod », 1997 (avec une introduction de Muhsin Rizvić) ; Pjesme, prepjevi, drame, Sarajevo, Preporod, 1999 (éd. Munib Maglajlić) ; Pjesme, éd. Munib Maglajlić, Sarajevo, OKO/Oslobođenje, 2000.
L’association « Preporod » a fêté son centième anniversaire en 2003, s’identifiant ainsi avec « Gajret » (identification qui semble un peu rapide). La plaquette éditée à l’occasion porte en couverture une grande photographie de Bašagić.

128 Dans ses ouvrages majeurs, Balić a montré qu’il ne connaissait pas grand-chose de Bašagić. Il le présente avec de grossières erreurs dans Das unbekannte Bosnien : Europas Brücke zur islamischen Welt, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 1991. p. 70 (et ne se rattrappe pas p. 333). Il prétend dans un autre ouvrage que Bašagić est « le premier à avoir traité de la Bosnie littéraire dans le cadre de la culture islamique en général », ce qui correspond uniquement au titre de la thèse de Bašagić et nullement à ce qu’il y a réalisé (Smail Balić, Kultura Bošnjaka – muslimanska komponenta. 2. dopunjeno izdanje, Tuzla, R & R, 1994). On s’étonne de ces imprécisions sous la plume d’un spécialiste de la question.

129 Dževad Hadžić (éd.), Islam i kultura Bošnjaka u djelima Safvet-bega Bašagića, Mehmeda Handžića i Edhema Mulabdića, Zagreb, Islamska zajednica Preporod, 1994. Sur Bašagić, on trouve les articles suivants : Smail Balić, « Dilema između Istoka i Zapada u djelima Bašagića, Mulabdića i Handžića », p. 21-29 ; Mustafa Imamović, « Safvet-beg Bašagić, Edhem Mulabdić i Bošnjački kulturni preporod », p. 31-49 (cf. n. 132) ; Muradif Kulenović, « Trofanda zrelog bošnjaštva », p. 67-82 ; Muhsin Rizvić (qui était déjà mort), « Rodoljubivo-patriotski pjesnik Mirza Safvet », p. 93-103 (cf. n. 132) ; Ibrahim Kajan, « S Bašagićem », p. 105-111 (reprise de l’introduction aux poèmes choisis de 1994) ; Lamija Hadžiosmanović, « Dr. Safvet-beg Bašagić – prevodilac poezije s turskog jezika », p. 113-120 (cf. n. 132) ; Đenana Buturović, « Usmena predaja i epsko nasljeđe u književnom djelu Safvet-bega Bašagića », p. 121-134 (cf. n. 132).

130 Il semble qu’il s’en soit tenu également un à Sarajevo en 1993 qui ait préparé celui de Zagreb, mais je n’ai rien pu en apprendre de précis hormis ce qu’en disent quelques articles (Bajro Perva, « U Sarajevu održan naučni skup o Safvet-begu Bašagiću », Preporod 25 [1993], 566, p. 16 ; [Anonyme], « Omaž Bašagiću », Preporod 25 [1993], 567, p. 16 ; Smail Balić, « Dilema između istoka i zapada u djelima Bašagića, Mulabdića i Handžića », Preporod 25 [1993], 567, p. 17 ; 568, p. 17).

131 Muhidin Džanko, « Kritička recepcija Bašagićeva djela : čitanje (interpretacija) ili učitavanje (instrumentalizacija) », Preporod (cal.) 4 (2004), p. 67.

132 Salih A. Jalimam (éd.), Zbornik radova naučnog skupa « Safvet-beg Bašagić – Bošnjačka intelektualna strategija », Zenica, Udruženje intelektualaca Muslimana Zenice, 1994. On trouve les articles suivants : Muhsin Rizvić, « Rodoljubivo-patriotski pjesnik Mirza Safvet », p. 15-21 ; Mustafa Imamović, « Safvet-beg Bašagić i Edhem Mulabdić i bošnjački kulturni [preporod] », p. 23-33 ; Halid Čaušević, « Bašagić kao političar », p. 35-38 ; Ibrahim Kemura, « Dr Safvet-beg Bašagić u svjetlu ideja kulturno-prosvjetnog preporoda bosanskohercegovačkih Muslimana s posebnim osvrtom na “Gajret” i “Narodnu uzdanicu” », p. 39-42 ; Minka Memija, « Bašagić i “Behar” », p. 43-45 ; Sajma Sarić, « Život i rad Safvet bega Bašagića u dokumentima državnog arhiva Bosne i Hercegovine », p. 47-51 ; Lejla Gazić, « Bašagićev rad na prikupljanju orijentalno-islamske rukopisne građe », p. 53-57 ; Amir Ljubović, « Bašagićeva djelatnost na istraživanju kulturne baštine Bošnjaka na orijentalnim jezicima », p. 59-63 ; Đenana Buturović, « Usmena predaja i epsko nasljeđe u književnom djelu Safvet-bega Bašagića », p. 65-72 ; Aiša Softić, « Safvet-beg Bašagić i usmeno stvaralaštvo », p. 73-77 (voir aussi Aiša Softić, « Safvet-beg Bašagić i usmeno stvaralaštvo », Muallim 4 [1998], 22, p. 17) ; Uzeir Bavšić, « Safvet-beg Bašagić u svjetlu kritičkih ocjena Ahmeda Muradbegovića », p. 79-82 ; Fehim Nametak, « Pjesništvo Bošnjaka na turskom jeziku u interpretaciji Safvet-bega Bašagića », p. 83-85 ; Lamija Hadžiosmanović, « Dr. Safvet-beg Bašagić – prevodilac s turskog jezika », p. 87-91 ; Vojislav Vujanović, « Bašagićevo pjesništvo u interpretaciji naših znanstvenika », p. 93-99 ; Bećir Džaka, « Bašagićevi prevodi Hafiza Širaskog », p. 101-103 ; Enes Pelidija, « Značaj radova dr Safvet-bega Bašagića u osvjetljavanju novih historijskih činjenica i ličnosti », p. 105-108 ; Muhidin Džanko, « Doktorske disertacije i književno-historijski radovi o Bosni Safvet-bega Bašagića i Ive Andrića », p. 109-115 ; Dževad Zećić, « Doprinos Safvet-bega Bašagića na očuvanju kulturne baštine Bošnjaka », p. 117-120 ; Salih A. Jalimam, « Bašagić kao istoričar », p. 121-126.

133 Rizvić avait d’abord permis, en 1990, que sa thèse soit rééditée sans le chapitre introducteur, qui laissait deviner son incompétence en matière de littérature ottomane ; la même année, il avait aussi montré que Bašagić et Osman Nuri Hadžić s’opposaient au plus grand représentant du romantisme croate, Ivan Mažuranić, dans leurs récits de la mort de Smaïl Ağa Čengić. Voir Muhsin Rizvić, « Između mita i istine », Vijesnik du 20/10/1990, p. 14-15. Bašagić a également une place de premier choix chez Enes Duraković (éd.), Muslimanska poezija XX. Vijeka, Sarajevo, Svjetlost, 1990.

134 Muhsin Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost u doba Preporoda 1889-1918, Sarajevo, El-Kalem, 1990 ; Muhsin Rizvić, « Rodoljubivo-patriotski pjesnik Mirza Safvet », in Život i književno djelo Safvet-bega Bašagića, Sarajevo, Muzej književnosti i pozorišne umjetnosti Bosne i Hercegovine, 1995, p. 6-14 (exposition sur Bašagić préparée par Medhija Maglajlić, au musée de la littérature à Sarajevo) ;

135 Pour celles que je n’ai pas encore notées : Pjesme i prepjevi, Sarajevo, Svjetlost, 1991 (Muslimanska književnost XX. Vijeka) ; Ibrahim Kajan (éd.), Pod beharom moje janje spava. Antologijska čitanka dječje bošnjačke poezije, Zagreb, Preporod, 1996 (avec des poèmes de Bašagić) ; Omer Chajjam, Rubaije. (Preveo s perzijskoga S. Bašagić), Zagreb, Izvori, 1997 ; Pjesme, Sarajevo, Sarajevo-Publishing, 1997 (coll. Lektira Ars) ; Rubaije, Sarajevo, Ljiljan, 2000 ; Zbirka mevluda, Sarajevo, El-Kalem, 2003 (dont celui de Bašagić). Bašagić apparaît désormais dans les manuels scolaires de littérature (voir par exemple Zdenko Lešić, Čitanka 2 za drugi razred gimnazije, Sarajevo, Sarajevo-Publishing, 2003). Voir aussi Alija Isaković et Hadžem Hajdarević, Behar. List za pouku i zabavu, god. I-XI (1900-1911). Izbor, Sarajevo, Mešihat Islamske zajednice BiH, 1990.
L’une des nouvelles gloires dont se voit investi Bašagić est aussi celle d’avoir écrit la première pièce de théâtre bosno-musulmane ; aussi ses Abdullah-paša et Boj pod Ozijom apparaissent-ils dans les anthologies de textes dramatiques (Emsud Sinanović [éd.], Bošnjačka drama, Lovran, Cambi, 1996 [inclut Boj pod Ozijom] ; Gordana Muzaferija [éd.], Antologija bošnjačke drame XX vijeka, Sarajevo, Alef, 1996 [avec une introduction substantielle, et le plus souvent excellente]). Voir Smail Terzić, « Tvorac bh. drame », Večernje novine du 13-14/05/1995, p. 14 ; [anonyme], « Bošnjačka životna i književna drama », Preporod 6 (1994), 6/565 (juin), p. 15.

136 Voir par exemple : Omer Zorabdić, « Sjećanje na velikog pjesnika. Susret sa kćerkom Safvet bega Bašagića (Almasom hanumom Bašagić-Demirović) », Ogledalo 1 (1990), 2, p. 52 ; A. Kebo, « Bard slavne prošlosti », Oslobođenje du 12/03/1991, p. 12 ; Edina Kamenica, « Dr. Safvetbeg Bašagić, jedan od najvećih Bošnjaka », Oslobođenje, en dix livraisons du 30/12/1993 au 08/01/1994 (= grande biographie, avec ses heurs et malheurs) ; An. Š., « Jedan od sto velikana », Oslobođenje du 03/07/1994 ; Fazlija Alikalfić, « Bašagićeva himna “Ittihadu” », Oslobođenje du 31/03/1995, p. 13 ; Mehmed Delić, « Velikani bošnjačke književnosti – Mirza Safvet-beg Bašagić », Kabes 2 (1996), 5, p. 56-57 ; « Kaligraf vrhunskih dometa », Dnevni Avaz, n° du 05/09/1998, p. 14 ; E[dina]. Sidran, « Prvi muslimanski prosvjetitelj », Dnevni Avaz du 10/04/1999, p. 16 ; Edina Sidran, « Bošnjaci moraju da izoštre svoje kriterije », Dnevni Avaz du 25/04/1999, p. 5.

137 « Plan rada za naredni period », Oslobođenje du 13/10/2001, p. 8.

138 Jezik bosanskohercegovačkih pisaca XIX vijeka (Safvet-beg Bašagić, Nićifor Dučić, Fra Grga Martić). Knjiga XVI., Sarajevo, Institut za jezik, 2003.

139 Husnija Čengić, « Što su od nas krili Safvetbega Bašagića ? », Preporod, 1998, 7/633, p. 30.

140 Après des travaux comparatistes d’orientation assez nationaliste, probablement due à la guerre (M. Džanko, « Doktorske disertacije i književno-historijski radovi o Bosni Safvet-bega Bašagića i Ive Andrića », in Zbornik radova naučnog skupa “Safvet-beg Bašagić – Bošnjačka intelektualna strategija” (1994), p. 109-116), Muhidin Džanko a publié depuis 2000 des fragments de son étude (parue en 2006), sous les titres suivants : Muhidin Džanko, « Biografija Safvet-bega Bašagića-Redžepašića : Nepodnošljiva neizbježnost pozitivizma », Diwan 3 (2000), 3-4, p. 114-156 ; Muhidin Džanko, « Dr. Safet-beg [sic] Bašagić, književni historičar i kritičar : pionir bošnjačke nauke o književnosti », Razlika/Diffèrance [sic] n° 1 (début 2001), p. 93-120 ; Muhidin Džanko, « Kritička recepcija Bašagićeva djela : čitanje (interpretacija) ili učitavanje (instrumentalizacija) », Preporod (cal.) 4 (2004), p. 54-80 (où de grosses lacunes sur l’œuvre de Bašagić sont sensibles et gâchent le discours). Je n’ai pas pu repérer tous les fragments publiés. Džanko a également donné à lire son manuscrit à Vedad Spahić, qui l’utilise dans « Neki metodološko-historijski aspekti proučavanja bošnjačke književnosti austrougarskog perioda », Novi Izraz n° 13 (aut. 2001).
Son projet d’édition a été soutenu par la « Fondation pour l’édition » (Fondacija za izdavaštvo – Fondacija za nakladništvo), dont le siège est à Sarajevo, et qui l’a doté d’une bourse de 2 000 KM à la fin de 2003.

141 Enver Redžić, Sto godina muslimanske politike u tezama i kontroverzama istorijske nauke. Geneza ideje bosanske, bošnjačke nacije, Sarajevo, ANUBiH/Institut za istoriju, 2000. Voir aussi Enver Redžić, « Historiografija o “muslimanskoj naciji” », Prilozi Instituta za istoriju 29 (2000), p. 233-234.

142 Un bruit a couru dans la presse bosniaque selon lequel la Slovaquie serait prête à céder la collection de Bašagić à la république de Bosnie-Herzégovine. Ces bruits n’ont jamais été confirmés et relèvent de « l’intoxication » médiatique. Voir Edina Kamenica, « Vraća li se Bašagić », Oslobođenje du 20/01/1996, p. 9 ; « Zna li neko broj Jamanija ? », Oslobođenje du 21/01/1996, p. 9 ; Edina Kamenica, « Tajni pregovori s “Dr. B.” », Oslobođenje du 01/03/1996, p. 9 ; Zemira M. Fazlić, « Kakvi smo to mi unuci Safvet-bega Bašagića », Slobodna Bosna du 09/02/1997, p. 61-62.

143 Jozef Gerbóc et Ján Pauliny, Výstava arabských, tureckých a perzských rukopisov zo zbierky Dr. Safveta Bega Bašagića. Katalóg vystavených rukopisov, Bratislava, Univerzitná kniznica v Bratislave, juin 1998, non paginé (en slovaque et en anglais). Voir les sites internet de la bibliothèque universitaire de Bratislava (www.ulib.sk/index/index.php), de l’UNESCO (portal.unesco.org), et surtout celui qui, à l’intérieur de la bibliothèque de Bratislava, décrit pièce par pièce la collection (http://phobos.ulib.sk/Basagic/frames.htm).

144 Amir Ljubović, O Bašagićevoj zaostvštini, Mostar, Arhiv Hercegovine, 1998. À ce propos, voir aussi Mehmed Kico, « Ljubović Amir, Nad Bašagićevom zaostavštinom », Glasnik Rijaseta islamske Zajednice 60 (1998), 11-12, p. 1433-1434 ; Zemira Fazlić, « Blago u Bratislavi », Dnevni Avaz du 13/09/1998, p. 4.

145 Salim Hadžić, « Safvet Beg Bašagić u Bečkom univerzitetskom arhivu », Preporod n° 10/755 du 15 mai 2003, p. 22 ; Salim Hadžić, « Integralni prepis i prijevod ocjena Bašagićeve disertacije », Glasnik Rijaseta Islamske zajednice u Bosni i Hercegovini 65 (2003), 11-12 (nov.-déc.), p. 1142-1153.

146 Voir par exemple l’annuaire 2004 de l’association « Preporod », avec les contributions suivantes : Lamija Hadžiosmanović, « Bašagićevi prijevodi turskih pjesnika na bosanski jezik », Preporod (cal.) 4 (2004), p. 11-17 ; Emina Memija, « Safvet-beg Bašagić kao publicista », p. 18-22 ; Lejla Gazić, « Bašagićev prevodilački opus sa orijentalnih jezika », p. 23-40 ; Zilhad Ključanin, « Istok u poeziji Safvet-bega Bašagića », p. 41-53 ; Muhidin Džanko, « Kritička recepcija Bašagićeva djela : čitanje (interpretacija) ili učitavanje (instrumentalizacija) », p. 54-80 ; Enes Kujundžić, « Biografija u Bošnjaka do Bašagića », p. 81-86 ; Medhija Maglajlić, « O Bašagićevoj zaostavštini », p. 87-91.

147 Dževad Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi u bosanskohercegovačkom saboru i jezičko pitanje (1910-1914), Sarajevo, ANUBiH, 1999 (qui n’est que la reprise de sa première monographie, Jezičko pitanje u austrougarskoj politici u Bosni i Hercegovini pred prvi svjetski rat, Sarajevo, Svjetlost, 1973, où Bašagić n’apparaissait pour ainsi dire pas, ce qui n’est pas le cas dans cette nouvelle édition) ; Husnija Kamberović, Begovski zemljišni posjedi u Bosni i Hercegovini od 1878. do 1918. godine, Zagreb/Sarajevo, Hrvatski institut za povijest/Institut za istoriju, 2003. On ne trouve malheureusement pas grand chose sur Bašagić dans le recueil d’articles que Dževad Juzbašić a fait paraître sous le titre Politika i privreda u Bosni i Hercegovini pod austrougarskom upravom, Sarajevo, ANUBiH, 2002.

148 Esad Zgodić, Bosanska politička misao. Austrougarsko doba. Knjiga prva, Sarajevo, DES, 2003.

149 Mustafa Imamović, Historija Bošnjaka, Sarajevo, Bošnjačka zajednica kulture Preporod, 1998 (du même auteur, voir aussi « Istina važnija od činjenica », Oslobođenje du 25/06/1994) ; Šaćir Filandra, Bošnjačka politika u XX. stoljeću, Sarajevo, Sejtarija, 1998. Ahmed S. Alićić montre une assez grande inimitié envers Bašagić (Pokret za autonomiju Bosne od 1831. do 1832. godine, Sarajevo, OIS, 1996).

150 Mehmedalija Bojić, Historija Bosne i Bošnjaka (VII-XX vijek), Sarajevo, Šahinpašić, 2001.

151 Je pense notamment à Stjepan Matković, Čista stranka prava 1895.-1903., Zagreb, Hrvatski institut za povijest/Dom i svijet, 2001. Il fait un beau portrait d’Osman Nuri Hadžić, mentionne Mulabdić, mais ignore tout à fait Bašagić.

152 Nathalie Clayer et Alexandre Popovic, « La thèse de Safvet-Beg Bašagić : comparaison entre l’original en allemand (Vienne 1909) et son édition en serbo-croate (Sarajevo 1912) », in Alexandre Popovic, Cultures musulmanes balkaniques, Istanbul, ISIS, 1994, p. 149-158 (première publication en 1993).

153 Kolja Mićević, L’Ombre du chasseur – La vision, s.l., Kolja Luka et Raško Mićević, s.d. [2001 ?] ; Kolja Mićević, Les Saluts slaves. Une anthologie poétique – Bosnie-Herzégovine – Croatie – Macédoine – Monténégro – Serbie – Slovénie, Paris/Belleville, Kolja Mićević, 2002 (anthologie où sont reprises les traductions de la petite brochure précédente).

154 Yves Tripković, « Viđenja hrvatske jezične posebnosti », Vijesnik du 06/10/2004, p. 15.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search