Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Troisième partie. Kultur et politique chez Safvet-beg Bašagić (1907-1934)

Chapitre III. Mort lente à Sarajevo

Texte intégral

1La vie de Bašagić se termine par une longue période de seize ans marquée par sa maladie, son retrait du monde politique et la neutralisation de sa signification nationaliste. Dans un nouvel État dont les repères culturels et politiques bouleversent l’équation « entre Orient et Occident » dont il avait coutume de faire résulter la Bosnie-Herzégovine, Bašagić ne parviendra pas à émerger comme figure dominante de sa communauté : et s’il est l’objet de célébrations publiques, c’est en tant qu’auteur déjà mort, avec un corpus d’œuvres déjà défini. Avec ce renversement disparaît, symboliquement, le beylicat tel qu’il avait essayé de l’incarner.

1. Dernier soubresaut politique

2La fin de la guerre vit se précipiter les événements dans les régions sud-slaves et en Bosnie-Herzégovine. Par sa déclaration d’indépendance vis-à-vis de la Monarchie, le 29 octobre 1918, le parlement croate de Zagreb donna l’existence à l’État des Slovènes, Croates et Serbes. Une de ses émanations œuvrait en Bosnie-Herzégovine depuis septembre, et eut une existence légitime à partir du 1er novembre, quand Sarkotić lui remit officiellement ses pouvoirs. Deux jours plus tard fut formé le gouvernement populaire de Bosnie-Herzégovine, en attendant le rattachement officiel à la couronne des Karadjordjević, que la Serbie victorieuse prépara à Genève à partir du 6 novembre. Deux conceptions s’affrontèrent : l’une confédéraliste, l’autre fédéraliste (avec son centre à Belgrade) – et, au fond, l’une républicaine et l’autre royaliste. La déclaration de Genève du comité central SHS visait une organisation confédérale, mais suite à diverses tractations, la Déclaration d’unification yougoslave du 1er décembre prévoyait un système unitariste sous le sceptre du roi Alexandre.

3La transition se fit assez rapidement : le gouvernement populaire, en Bosnie-Herzégovine, continua ses activités jusqu’au 31 janvier 1919, où il fut rebaptisé en Gouvernement territorial et restreint dans ses compétences exécutives – ceci en théorie, car dans la pratique les appellations héritées du gouvernement populaire et un certain nombre des prérogatives dont celui-ci jouissait se perpétuèrent durant quatre ou cinq ans dans la province.

  • 1 Purivatra, Jugoslavenska Muslimanska Organizacija, p. 23 n. 40.
  • 2 Milićević, « Zajedljive neobjelodanjene pjesme », p. 237.
  • 3 IAS BS – 25, arrêté du 22. I. 1919, signé par Atanasije Šola, président du Gouvernement populaire d (...)
  • 4 Hrelja, Kako je živio narod, p. 84 (et, sur l’ensemble de la question agraire, p. 83-121).

4Bašagić resta à peu près étranger à tous ces mouvements. Le 24 octobre, il se déclara favorable au programme du Conseil populaire1 – mais dans le cercle de ses intimes, il maudit le traité de Saint-Germain (10 septembre 1919) dont il faisait porter la responsabilité, en partie, à Svetozar Pribićević (1875-1936), un Serbe de Croatie2. La nouvelle donne l’atteint tout d’abord par l’abolition de ses fonctions de président, ce qu’on lui signifia le 22 janvier 1919 pour le 31 du même mois3. Il se retrouvait sans rien, d’autant que la question agraire se réglait de façon très désavantageuse pour les propriétaires musulmans, en dehors de tout cadre légal. En effet, les spoliations furent très nombreuses ; le principe général mis en place par le nouvel état de choses, dès la fin de 1918, donnait la terre à ceux qui la travaillaient ; Alexandre déclara le 6 janvier 1919 que la terre devait revenir aux paysans dans tout le royaume, à l’instar de la Serbie, et qu’elle n’appartenait qu’aux paysans et à Dieu4. La conséquence en fut que les kmet-s, désormais maîtres chez eux, se montrèrent reconnaissants envers Alexandre en qui ils virent le dispensateur et le protecteur de leur nouveau statut de propriétaire – bien que peu d’entre eux parvinssent à franchir le seuil de pauvreté.

  • 5 Šarac, Uspostavljanje šestojanuarskog režima, p. 28 et 101 ; Hrelja, Kako je živio narod, p. 211.

5En 1919, la Bosnie-Herzégovine connaît la première année d’une disette qui se prolongera jusqu’en 1922. Les racines de la crise économique plongent dans les quatre épuisantes années de la guerre. Mais la rupture étatique en a également été la cause : 97 % des exportations de la province se faisaient en direction du marché austro-hongrois ; le taux de change de la couronne pour le dinar s’éleva à concurrence de 4 pour 1 ; les capitaux autrichiens et hongrois, en dépit de leur modestie, se retirèrent de la province ; enfin, un certain nombre d’entreprises « étrangères » furent nationalisées de façon sauvage et donnèrent lieu à des pillages5. L’économie avait de ce fait une importance prépondérante dans la politique immédiate. Après l’unification, début 1919, la question agraire détermina la différenciation politique au sein de la communauté bosno-musulmane.

  • 6 Purivatra, Jugoslavenska Muslimanska Organizacija, p. 58-60 et 76.
  • 7 Šehić, Bosna i Hercegovina 1918-1925, p. 121-122. On ne trouve pratiquement rien sur Bašagić chez Š(...)

6Le parti qui regroupa rapidement l’écrasante majorité de celle-ci fut créé le 17 février 1919 et prit le nom de Jugoslavenska Muslimanska Organizacija (Organisation yougoslave musulmane, JMO). À sa tête se trouvaient deux anciennes connaissances de Bašagić : Mehmed Spaho et Halid-beg Hrasnica. Cependant, leurs positions sur le problème des spoliations et de la résolution de la question agraire ne semblèrent pas à Bašagić suffisamment fermes. Au mois de mars 1920 fut formé un nouveau parti à la fondation duquel il participa. Nommé Muslimanska narodna stranka (Parti populaire musulman, MNS), le groupe se proclamait le défenseur des grands propriétaires et reprochait à la JMO de consentir, notamment, à entériner la situation apparue avec la fin de la guerre. Il fallait donner au kmet autant de terre qu’il en avait besoin pour vivre – mais c’était dans le domaine d’État que l’on devait d’abord piocher, puis, le cas échéant, dans les propriétés privées, et ce avec une compensation satisfaisante que le paysan devait lui-même payer. De même que l’industriel et non les ouvriers possédait l’usine, de même la terre était aux propriétaires et non aux agriculteurs6. La MNS se tenait donc sur une ligne tout à fait distincte de la JMO, qui voulait simplement que la prise de possession fît l’objet d’une législation. Dans sa composition entraient notamment Bašagić, Mustajbeg Halilbašić, Ekrem Šahinović et Ešref Jakub-beg Filipović7.

  • 8 Je ne sais pourquoi Munir Šahinović Ekremov affirme qu’Obrana sortit en 1919 et 1920, alors que le (...)
  • 9 Les articles suivants sont très probablement de lui : « Nešto o agraru », Obrana 1 (1920), 1 (26/03 (...)
  • 10 « “Muslimanska akcija za zaštitu morala” u Sarajevu », Obrana 1 (1920), 6 (30/04), p. 4. Voir aussi (...)
  • 11 Le « Schutzcorps » était un régiment austro-hongrois formé de musulmans bosno-herzégoviniens qui pa (...)

7La MNS lança un journal, Obrana (La Défense), auquel Bašagić participa activement8. Malheureusement pour nous, la plupart des articles y sont anonymes – mais les idées historiques du bey sur la question agraire y percent9. Quelques articles du journal se font l’écho du mauvais accueil que la population sarajévienne réserva à ce parti10. Lorsque se tint l’assemblée générale de « Gajret », à la fin mai 1920, les partisans du PPM se firent siffler et injurier par des adolescents : « Retournez en Asie ! N’y a plus de sultan, ici ! Obscurantistes ! Schutzcorps ! » Ce qui sonna douloureusement aux oreilles de Bašagić11.

  • 12 Mustajbeg Halilbašić et Dr. Safvetbeg Bašagić, « Poziv na skupštinu », Obrana 1 (1920), 26 (30/10), (...)

8Formé en vue des élections qui allaient avoir lieu à la fin de 1920 pour la Constituante prévue par Alexandre, le parti ne montra guère d’esprit d’initiative. Le 30 octobre, c’est-à-dire bien peu de temps avant l’échéance électorale, Halibašić et Bašagić lancèrent une invitation publique à une assemblée pré-électorale afin de constituer les listes. Ils vilipendaient la JMO – au « caractère obscur et démagogique » – et appelaient tous ceux que mécontentait la liste de ce parti à venir grossir leurs rangs. Il fallait des hommes qui eussent de la réputation et de l’influence, de l’expérience et de la formation pour représenter « dignement » la population lors de la Constituante12.

  • 13 Džaja, Die politische Realität, p. 19.
  • 14 « Glavna skupština udruženja zemljoposjednika za B. i H. », Obrana 1 (1920), 15 (10/07), p. 4. Lors (...)

9Ces déclarations n’eurent guère d’effet. Aux élections du 28 novembre, le parti arriva derrière tous ses concurrents en obtenant seulement 306 voix sur l’ensemble des électeurs du Royaume SHS (soit 1 607 265 votants). Grâce à ses 110 895 voix (33,5 % de l’électorat bosno-herzégovinien, ce qui correspond à peu près à la totalité des électeurs bosno-musulmans), la JMO récolta vingt-quatre mandats, alors que la MNS n’en obtenait aucun13. Cela signifiait que l’électorat beylical lui-même n’avait pas voté pour le parti – ce qui se conçoit si l’on sait que la Société des propriétaires terriens de Bosnie-Herzégovine, en 1920, regroupait surtout des personnages investis dans la JMO14. De plus, la MNS avait été créée trop tard, juste avant les élections pour la Constituante et sans programme politique vraiment large.

  • 15 Šehić, Bosna i Hercegovina 1918-1925, p. 122.

10Après ce cuisant échec, Bašagić renonça définitivement à toute activité politique en même temps que son parti disparaissait15.

2. Déchéance

  • 16 Safvetbeg Bašagić, « Nizam ul alem », Glasnik Zemaljskog muzeja 31 (1919), 2 (avril-sept.), p. 165  (...)

11De manière générale, on est en droit de se demander si Bašagić croyait vraiment, dans la société d’après-guerre, à sa vocation politique. Tout en fondant un parti, il songeait plus sérieusement à se faire un nom dans l’orientalisme. L’idée remontait même à 1918 : il avait alors voulu créer une « Société pour la Connaissance de l’Orient », dont il avait rédigé les statuts en prenant exemple sur ceux des sociétés européennes analogues. Son activité aurait consisté à éditer et traduire les manuscrits des hommes de lettres ottomans d’origine bosniaque et herzégovinienne. Il est fort probable que le projet fut soumis à l’approbation de l’Académie yougoslave de Zagreb par le franciscain bosniaque Julijan Jelenić (1877-1931), un peu après le mois d’août 1918. Dans les circonstances de la guerre, on avait dissuadé le bey de ne rien entreprendre de tel – et rien ne se fit jamais16.

  • 17 Kapidžić, « Prilozi poznavanju Instituta », p. 148-151. Kapidžić pense que le chiffre de 2 000 est (...)

12Dès la fin de cette année 1918, Truhelka l’inclut certainement dans ses plans pour le faire entrer au musée territorial. L’institution récupéra en effet, le 27 novembre, la collection de manuscrits orientaux de l’Institut balkanique – estimée (surestimée), sur le moment, à quelque deux mille pièces. Elle venait s’ajouter aux archives historiques du musée, où l’on comptait des documents ottomans, et à une série de photographies d’inscriptions funéraires bosno-musulmanes en ottoman. Truhelka assura qu’il avait sous ses ordres un archiviste qui saurait s’en occuper : Riza Muderizović (1868-1943). Faisait défaut, en revanche, un orientaliste qui les étudiât17, et il devait penser à notre homme.

  • 18 L’article sortit en tiré à part en avril (« Hasan Ćafi Pruščak – Dr. Safvetbeg Bašagić : “Nizam ul (...)
  • 19 Šabanović, « Hasan Kafi Pruščak », p. 5-31.

13Truhelka veillait sur l’ancien président de la diète, qu’il s’était apprêté, en 1914, à employer comme intendant au prix de sacrifices personnels. Grâce à lui, Bašagić publia dans le Glasnik Zemaljskog muzeja durant l’été 1919 une traduction d’un célèbre traité de Hasan Kafi Akhisarî (1544-1616), De l’art et de la façon de gouverner18. Dans l’introduction, il était souligné que ce travail représentait la première pierre dans l’édifice d’une éventuelle Société pour la Connaissance de l’Orient19 – ce qui, dans une certaine mesure, était paradoxal, car le texte avait déjà été traduit à quatre reprises, en français (1835), en turco-ottoman du xixe siècle (1851), en hongrois (1909) et en allemand (1911). Bašagić ne connaissait que les versions française et turco-ottomane.

  • 20 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièce 64645/20 IV-3 ; Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagi (...)
  • 21 D’après Ćiro Truhelka, Bašagić vivait dans de bonnes conditions en novembre 1921, une affirmation d (...)

14En septembre ou novembre 1919, il entra au service du musée comme contractuel à la « Collection des pays balkaniques », puis, en mai 1920, il devint collaborateur honoraire du département chargé de cette collection. On tarda à lui verser son salaire et il fit savoir que « la chose urgeait20 ». Ce détail n’est pas anodin : il nous montre que Bašagić avait le porte-monnaie dégarni et que ces finances au plus bas justifiaient aussi, pour une part, ses dernières activités politiques, commencées à cette époque. Il avait de plus toute une famille à nourrir21.

  • 22 Danon, Étude critique, notamment p. 12 ; Singh et Romanowski, « Syphilis », p. 187-209 ; Brown, « W (...)
  • 23 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 43 ; Kulier, « Safvetbeg u fojničkoj banji », (...)

15À partir de cette date et jusqu’à la fin de la décennie, Bašagić s’enfonce toujours davantage dans les papiers d’archives et la maladie, dans l’épuisement du détail et la douleur, dans le rêve idéaliste et la course à l’argent que demandaient les soins. En effet, c’est des années qui suivirent immédiatement le conflit mondial qu’il faut dater l’évolution finale de sa syphilis. Elle se développa au stade tertiaire, qui se déclarait de longues années après la contamination (de cinq à vingt-cinq ans). Il avait un tabes dorsalis : ses mouvements étaient empêchés et désordonnés en raison d’une dégénérescence du système nerveux. Au départ, la maladie occasionne des douleurs fulgurantes dans les membres inférieurs, une démarche mal assurée, une instabilité en position debout. On savait depuis la fin du siècle précédent que le tabes trouvait son origine dans la syphilis ; on avait donc recours aux traitements anti-syphilitiques pour le soigner, bien qu’ils restassent pratiquement sans aucun effet – notamment parce qu’ils étaient très longs22. Bašagić fut bientôt dans l’obligation de se déplacer avec des béquilles, alors qu’il travaillait au musée23.

  • 24 Bašagić lut jusqu’à la fin de sa vie (Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 284).
  • 25 Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija, p. 307.
  • 26 Jacob, « Tabes », Larousse médical illustré, éd. 1921, p. 701 ; Kulier, « Safvetbeg u fojničkoj ban (...)
  • 27 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièces 32.107 d’avril 1923, 55.107 de juillet 1923, 6 (...)

16Mais le mal s’aggrave ensuite en détruisant certains tissus de l’organisme, notamment ceux des articulations et de la peau. Le malade est cloué au lit, dans une chambre sombre, avec quelques courtes rémissions – cependant, il peut lire encore24. Maigre consolation, le tabes n’entraîne aucun trouble de l’esprit. Notre héros garda toute sa tête jusqu’au dernier moment25 ; son emploi au musée était tout à fait justifié, mais il ne pouvait plus s’y rendre, d’autant qu’à l’époque, ces troubles étaient aussi traités par cures thermales : Bašagić se rendait, l’été, aux sources chaudes de Fojnica26. Les congés pour maladie se multiplièrent : un mois en avril 1923, deux mois en juillet et août de la même année, vingt jours en octobre 192427.

  • 28 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièce 4.092 du 15. I. 1921. Elle mourut le 4. I. 1921 (...)
  • 29 Alija Nametak, « Dr Safvet beg Bašagić », p. 307 ; Delić, « Hanuma », p. 12 ; Kamenica, « Dr. Safve (...)

17Tout indique qu’il infecta son épouse. En effet, d’une part le couple perdit à la fin de 1920 une petite fille, Biserka, peu après la naissance28 ; or, les fausses couches, les naissances prématurées ou la mort du nouveau-né sont des manifestations de la syphilis congénitale – un indice qu’on tempérera avec le fait que les morts périnatales étaient courantes à l’époque et qu’on ne saurait en inférer nécessairement une hérédo-syphilis (syphilis héritée des parents). Un autre indice s’ajoute cependant pour renforcer l’idée d’une infection de Fahrija : à partir de 1925, on interna celle-ci en asile psychiatrique pour folie (présentée comme une méningite aiguë, qui est d’ailleurs une des formes de la syphilis tertiaire) ; peut-être était-elle atteinte de paresis générale, le stade tertiaire de la syphilis le plus courant et qui affectait aussi bien la santé mentale que physique29.

  • 30 Brown, « Why Wagner-Jauregg Won the Nobel Prize », p. 371-382.
  • 31 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402. Bašagić fit une demande de passepo (...)

18Autre triste rebondissement de cette maladie, le faux espoir que conçut Bašagić en apprenant qu’avait été mise au point à Vienne une nouvelle thérapie. Julius Wagner-Jauregg (1857-1940), psychiatre de la capitale autrichienne, avait publié des résultats en 1922 selon lesquels l’inoculation de la malaria chez les parétiques avait dans soixante-dix pour cent des cas un effet bénéfique30. Les sources nous indiquent que Bašagić l’apprit en été 1925, mais ce n’est guère vraisemblable ; plutôt, ce fut à cette date seulement qu’il put réunir suffisamment d’argent pour se rendre à Vienne et bénéficier de ce traitement31.

  • 32 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièce 13.319/Präs du 14. I. 1921, qui le nommait au s (...)
  • 33 Sarić, « Život i rad Safvet bega Bašagića », p. 49-50.
  • 34 Sarić, « Život i rad Safvet bega Bašagića », p. 49-50 (avec un document correspondant en IAS BS – 2 (...)

19La plupart des traitements étaient en effet coûteux. Après avoir été nommé conservateur en janvier 192132, le bey assiégea l’administration pour que ses années dans la fonction publique austro-hongroise fussent prises en compte. Il adressa en octobre 1923 une lettre de réclamation à Belgrade, dans laquelle il faisait prévaloir ses longues années de service administratif et la valeur de son travail culturel et littéraire33. On lui fit tout de suite parvenir sa retraite calculée sur ses années de suppléance au Grand gymnase, ce qui ne représentait pas un accroissement considérable de ses revenus34.

  • 35 Blašković (éd.), Arabische, türkische und persische Handschriften, p. 20 et 375.

20Réduit aux dernières extrémités, avec un remède à portée de main, Bašagić se vit contraint à céder sa collection de manuscrits. C’est la seule explication plausible d’une vente soudaine et qui fut conclue avec un étranger, le célèbre orientaliste tchécoslovaque Jan Rýpka (1886-1968), alors que tout – la teneur de la collection en premier lieu – inclinait Bašagić à une vente « patriotique ». Il y a d’ailleurs lieu de croire que le bey ne voulut pas expatrier ses manuscrits tant qu’il pouvait l’éviter. Dans la seconde moitié de 1921, il avait pris contact avec l’iranologue Arthur Christensen (1875-1945), spécialiste mondial d’Omar Khayyâm, pour lui communiquer ses trouvailles sarajéviennes sur le mystique persan. Christensen s’était porté acheteur de l’ensemble de la collection pour obtenir le seul manuscrit dont lui avait parlé le bey, mais ce dernier fit la sourde oreille35.

  • 36 On voit Bašagić, en 1921, continuer à prospecter le pays, à travers son réseau de connaissances, à (...)

21On ne sait exactement ce qui poussa Bašagić à se tourner du côté de Bratislava. Rýpka s’intéressait aux poètes ottomans d’origine slave et allait soutenir, à la fin de l’année 1924, une thèse d’habilitation sur Sabit. C’est peut-être par cet intermédiaire que les deux hommes se connurent. Le recteur de l’université Commenius, Ján Emler (1877-1951), fut persuadé par Rýpka de racheter les 278 codex (soit 82 de plus qu’en 191636) et les 496 livres imprimés en langues orientales que proposait Bašagić. Les manuscrits dataient du xiie au xixe siècle ; le plus vieil imprimé remontait à 1729.

  • 37 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402 : le 18 août 1924, Bašagić adressa (...)
  • 38 IAS BS – 171, Vambérg [Vambéry ?] à Bašagić, de Bratislava le 8. X. 1924.
  • 39 Ljubović, Nad Bašagićevom zaostavštinom, p. 14. Je suis Ljubović plutôt que Blaškovič à propos du n (...)
  • 40 Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 274.

22De son côté, Christensen avait convaincu le gouvernement danois de s’intéresser à la collection. Bratislava et Copenhague étaient donc en concurrence. En août 1924, Bašagić s’apprêtait à vendre, on ne sait de quel côté37. Rien ne se fit alors ; en octobre, il se montrait inquiet du prix proposé. Le directeur de la bibliothèque Commenius lui écrivit pour l’assurer que leur proposition était plus avantageuse, en promettant que Rýpka, malgré l’imminence de sa soutenance, allait se déplacer à Sarajevo afin de conclure l’achat38. Les Tchécoslovaques remportèrent la vente, qui s’éleva finalement à 40 000 couronnes39. Bašagić ne se remit jamais de cette séparation d’avec ses chers manuscrits40.

  • 41 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièce 20.246 du 22. XI. 1924.
  • 42 Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 273.

23Hospitalisé pour un long mois à l’hôpital public de Sarajevo à partir du 22 novembre suivant41, il se rend à Vienne en été 1925 pour subir le nouveau traitement de Wagner-Jauregg. On lui dit qu’il est trop tard42 (peut-être serait-il plus exact de dire que la malariathérapie ne s’adressait pas aux tabétiques ?).

  • 43 Mirza Safvet, « Sumorne melodije », Spomenica na proslavu..., p. 12 ; Milićević, « Zajedljive neobj (...)
  • 44 Mirza Safvet, « Jedna spomen-slika. (Vjenčić rubaija) », Gajret 10 (1926), 11, p. 167-168 ; Hofbaue (...)
  • 45 IAS BS – 30, arrêté 13.681 du 12. IX. 1928 ; ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièce 68 (...)
  • 46 IAS BS – 31, le 13. III. 1928 ; Alija Nametak dans Sarajevski nekrologij, p. 24 (qui ne semble guèr (...)

24Douleur et solitude43. Il se retira alors dans sa villégiature de Dolac et vécut là au ralenti, ressassant ses échecs affectifs44. Mais l’argent, ce tyran inexorable, le pourchassa jusque-là, cette fois-ci sous les traits de la ruine finale que représenta son départ en retraite en mai 1927, avec un calcul de pension qui s’éleva à hauteur de 8 721 dinars annuels en 1928, pour être régularisé par la suite à 11 781 dinars annuels à partir de 193045. Outre une aide ponctuelle de 3 000 dinars obtenue en 1928 grâce à Fehim Spaho, les honoraires qu’il touchait pour ses publications ne représentaient pas des sommes conséquentes – seulement de quoi respirer quelques jours46.

  • 47 IAS BS – 145, Milan Rojc à Bašagić, de Zagreb le 1er février 1927. Sur Babinger, voir Andrassy, « F (...)

25Bašagić sortit ses dernières cartes. Il n’avait pas vendu toute sa collection à Bratislava et allait en céder la dernière part à l’Académie yougoslave de Zagreb. L’ancien président de cette institution, l’historien Vladimir Mažuranić (1845-1928), avait fait des rapports entre croaticité et islam son terrain de prédilection. Il apprit par le jeune orientaliste Franz Babinger (1891-1967) que Bašagić possédait des manuscrits intéressants47.

  • 48 IAS BS – 159, Franz Babinger à Bašagić, le 20. II. 1921. Ledit volume, d’après mes recherches, n’a (...)

26Célèbre actuellement par sa biographie de Mehmed II, Babinger avait été le seul orientaliste européen à manifester de la curiosité pour la thèse de Bašagić en raison de préoccupations corollaires : dans une lettre datée de 1921, il lui indiquait qu’il composait une histoire de la littérature ottomane en deux volumes. Avant de l’imprimer, il prenait contact avec Bašagić pour qu’il lui envoyât un exemplaire de ses Bosniaques et Herzégoviniens dans la littérature islamique48.

  • 49 Bajraktarević, « Kratak osvrt », p. 315-317 ; Ždralović, Bosansko-hercegovački prepisivači, p. 65.
  • 50 IAS BS – 127, Gavro Manojlović à Bašagić, de Zagreb le 9. III. 1928 ; IAS BS – 159, Franz Babinger (...)

27Babinger parcourut la Bosnie-Herzégovine durant l’été 1927 pour acheter des manuscrits orientaux au nom de l’Académie yougoslave49. Il se rendit chez Bašagić et en fut fort bien reçu ; ces quelques heures d’entrevue laissèrent une forte impression sur lui, d’autant que, il s’en apercevrait bien vite, Bašagić était le seul orientaliste bosno-musulman à ne pas cultiver une nonchalance à la turque et à répondre aux lettres (il avait vainement écrit à Korkut, Dizdar et Kreševljaković). Il repartit avec la quasi-totalité de ce qui restait au malade50.

  • 51 IAS BS – 127, Gavro Manojlović à Bašagić, de Zagreb le 9. III. 1928.
  • 52 IAS BS – 127, Gavro Manojlović à Bašagić, de Zagreb le 4. V. 1928. Une copie de la lettre se trouve (...)
  • 53 IAS BS – 66 et Cat. Esih, Liste I nos 65 et 66, en possession d’Enisa Bašagić Knežić.

28Il s’était créé une véritable estime entre les deux hommes. À son retour de mission à Zagreb, Babinger pria Manojlović, le président de l’Académie, de racheter également la bibliothèque du bey (qui devait penser à se séparer de tout pour que survécût sa famille), afin que les livres ne sortissent pas du territoire yougoslave. Manojlović agréa la demande et écrivit à Bašagić en mars 1928. Soulignant que Babinger connaissait les travaux du bey et que de ce fait il en jugeait l’acquisition intéressante, il demandait que son correspondant lui envoyât le catalogue de ses livres et proposât un prix51. Le collectionneur ne réagit d’abord pas, en raison de sa maladie – mais Manojlović le relança sans montrer qu’il prenait en compte que cette vente se faisait pour des raisons de santé52. Bašagić s’exécuta enfin ; nous possédons deux listes, qui totalisent à peu près deux cent cinquante titres en langues occidentales et une petite centaine en langues orientales53.

  • 54 IAS BS – 127, Gavro Manojlović à Bašagić, de Zagreb le 7. VII. 1928. Une copie de la lettre se trou (...)

29Manojlović soumit le tout à l’avis d’un « spécialiste » vivant en Allemagne (qu’il ne voulut pas nommer, mais il est plus que probable que ce fût Babinger, comme cela avait été prévu), lequel trancha : la bibliothèque comportait peu de volumes, la plupart d’entre eux avait vieilli et avait très peu de valeur ; de plus, beaucoup trop portaient sur la poésie, et n’avaient aucune utilité dans l’optique d’une étude scientifique. Cela dut être une grosse déception pour Babinger. Il dissuadait donc l’Académie de racheter, d’autant plus au prix qu’en proposait Bašagić. Manojlović se rangea à cet avis et déclina l’offre le 7 juillet 192854.

  • 55 ABiH Oblasni odbor Sarajevske oblasti 1928 4203/III, Safvet-beg Bašagić au comité régional de Saraj (...)

30Avant même de recevoir cette réponse, le 25 juin, le malade avait proposé ses livres au comité provincial (oblasni odbor) de Sarajevo. Il motivait son offre par des « raisons matérielles » et mettait en avant la riche reliure de certains ouvrages, la rareté d’autres. Le prix était laissé à la discrétion du comité, qui pouvait faire appel à un spécialiste pour estimer la bibliothèque : si cette estimation approchait le montant que Bašagić désirait en obtenir, il la cèderait. Le 2 juillet, le comité demanda qu’une commission d’expertise fût montée sur pied. On ignore si elle fut formée, mais il est certain que les livres ne furent pas rachetés : Bašagić indiquait que ce restant de collection se trouvait dans deux grandes armoires de verre, qu’il possédait encore à sa mort55.

31Autrement dit, le bey se retrouvait en 1928 sans le sou, tout en traversant les tribulations morales et physiques que connaissent les malades incurables.

3. L’érudition orientaliste

32Dans la pauvreté grandissante, notre héros aurait bien aimé connaître du moins la gloire de l’esprit auprès de ses compatriotes. Il poursuivit l’étude de ses chers auteurs et, en général de tout ce qui avait trait, dans les documents ottomans, à la Bosnie, à l’Herzégovine, en bref à la jeune Yougoslavie. Désormais, cependant, rejeté qu’il est de la sphère publique, son orientalisme n’a plus d’entrée en politique. Cantonné à l’érudition, le nationalisme bosno-musulman se cache dans des articles sans afficher d’autre intention que l’extension de la connaissance. Il n’en demeure pas moins que Bašagić poursuivra ses réflexions sur la Kultur bosno-musulmane, dans ses composantes historiques, raciales, religieuses et littéraires, sans solution de continuité avec l’avant-guerre.

  • 56 « Defterdar Mustafa paša », Obrana 1 (1920), 6 (30/04), p. 3 ; « Tiro Gazi Hasan paša », Obrana 1 ( (...)
  • 57 Safvetbeg Bašagić, « Znameniti Bosanci u Turskoj », Gajret 5 (1921), 1 (janvier), p. 34-35 (notices (...)

33Politique et orientalisme se mêlaient encore ouvertement dans Obrana, où parurent de très nombreuses notices biographiques sur des auteurs supposés bosno-ottomans56. Mais l’année 1921 enfanta les derniers rejetons de cette union. Continuant un travail biographique de longue haleine sur les fonctionnaires ottomans d’origine bosniaque ou herzégovinienne, Bašagić donna à lire dans la revue de l’association « Gajret » deux notices, précédées d’une introduction qui n’était pas de sa plume. On y exaltait la force de « notre race », expression du nationalisme yougoslave dans le cadre du « peuple aux trois noms » par lequel se justifiait la construction étatique du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes – à rebours de l’État-nation, comme le rappelait cette introduction. Dans un article parallèle, Bašagić complétait lui-même ces considérations nationales d’un court exposé où était soulignée la continuité historique de l’autonomie bosniaque. Après 1463, les autochtones avaient embrassé l’islam et joué le premier rôle sur la scène ottomane – un long passage s’attardait sur les Sokolović, famille qui donna de très nombreux fonctionnaires ottomans au xvie siècle. La première moitié du siècle suivant avait vu les « poètes, hommes de lettres, savants et hommes d’État [originaires de Bosnie et d’Herzégovine] pousser comme des champignons ». L’article s’interrompait brusquement, pour des raisons indéterminées57.

  • 58 Safvet-beg Bašagić, « Patareni i islam », Jugoslavenska njiva 5 (1921), 11 (mars), p. 161-163 ; « P (...)

34En mars de la même année, il renouvela une dernière fois la thèse bogomile. Mais les circonstances socio-politiques avaient changé, les esprits avaient mûri : cette fois-ci, il fut véritablement battu en brèche par les nouveaux musulmans « progressistes » – lui qui avait pourtant initié la modernisation de la communauté. On jugeait que Bašagić, à travers le récit de l’islamisation massive des bogomiles, flattait malencontreusement l’arrogance beylicale, ce qui avait de graves conséquences. Selon Bašagić, la thèse bogomile avait pour seul but de montrer que les ancêtres des musulmans avaient de la culture : mais il était vain, selon ses détracteurs, de s’enorgueillir de leurs œuvres alors que l’arriération de la population bosno-musulmane actuelle l’empêchait de suivre leurs traces. C’était donc une faute de la bercer par des contes de grandeur et de noblesse passées, car elle passait à côté des fruits du monde moderne. En bref, Bašagić était accusé d’avoir empêché le progrès des musulmans58.

  • 59 Safvet beg Bašagić, « Popis orijentalnih rukopisa », p. 207 ; Fehim Spaho, « Naši narodni nazivi mj (...)

35À partir de là, le conservateur plongea dans l’anonymat du chercheur. Au musée, il travailla avec Riza Muderizović au catalogage de la collection héritée de l’Institut balkanique, travail de longue haleine que sa maladie ne lui permit pas d’achever – alors qu’en 1916, il avait eu l’intention de procéder pareillement pour deux autres collections, celle de la mosquée Gazi Husrev Bey de Sarajevo et celle du medresse Karagöz de Mostar59. Il faut s’arrêter un instant sur ce désir de catalogage, véritable compulsion de la science positiviste qui agitait Bašagić à son tour depuis la guerre. Ce virus connaît une variante bosniaque (et sud-slave en général) : il ne débouche sur aucune synthèse. Au contraire : il résulte d’une ramification sans fin de la synthèse préalable. C’est à une entreprise de vérification en vue de la justification que s’attelle notre orientaliste, démarche tout à fait étrangère à l’esprit du positivisme. Considérée comme une perquisition et non une enquête, l’histoire se fait agressive en réponse à l’agression de l’environnement.

  • 60 Bašagić a participé à une polémique internationale qui eut lieu dans les années 1930 sur l’incendie (...)
  • 61 Mirza Safvet, « Dr Jan Rypka : “Beiträge zur Biographie, Charakteristik und Interpretation des türk (...)

36La dernière goutte d’encre critique60 eut la couleur du nationalisme anti-turc (« anti-turkmène » serait plus exact) développé par Bašagić depuis fort longtemps. Elle s’épancha à l’occasion de la thèse de Rýpka, où celui-ci présentait la vie et l’œuvre de Sabit. Ce n’était pas après le Tchécoslovaque qu’en avait Bašagić, mais après le critique auquel celui-ci avait principalement recours : Ferid Kam (1864-1944). Pour notre homme, Kam n’était qu’un Turc pudibond et avait retenu de Sabit seulement son côté amoral – alors même que, rappelait-il, la littérature occidentale développait des motifs scatologiques sans que personne ne pensât à s’en offusquer. D’autre part, Sabit s’était inspiré du peuple pour écrire ses poèmes, à rebours du goût décadent des Turcs qui les amenait à écrire, « dans 90 % des cas », des phrases vides de sens. On ne pouvait rien contre « l’imbécillité » congénitale des Turcs – ni contre celle de Kam, qui voulait à tout prix faire de Sabit un représentant de la race turque (turkuša) alors qu’il était slave61.

  • 62 Okić, « Hasan Kafi Pruščak », p. 327-329 ; Šabanović, Književnost Muslimana, p. 21.
  • 63 Voir par exemple l’éloquent article d’Okić, « Pozdrav svečaru », p. 141-143.
  • 64 IAS BS – 74, Tayyib Okić à Bašagić, de Paris le 28. XI. 1928. Malić cite abondamment Bašagić et tou (...)
  • 65 Minorsky, « A Soyūrghāl », p. 927-960 (recueilli dans The Turks). Voir aussi Esih, « Bašagićev doku (...)
  • 66 IAS BS – 146, Vladislav Skarić à Bašagić, de Sarajevo le 13. I. 1927.

37Nous voyons qu’il est périlleux de contredire celui qui se sent le seul spécialiste valable dans un champ de la connaissance. Il ne faut pas croire, cependant, que Bašagić fût trop jaloux de ses compétences historiques et littéraires dans le domaine de la littérature ottomane d’inspiration bosno-herzégovinienne. C’est ce que suggère à demi-mot Hazim Šabanović : mentionnant l’étude que fit paraître Tayyib Okić (1902-1977) sur Hasan Kafi d’Akhisar en 1927, il remarque qu’elle est « étrangement » restée inconnue de Bašagić62. Or, Okić admirait Bašagić dans sa jeunesse63. Une lettre de novembre 1928 que, de Paris où il habitait, Okić adressa à Bašagić, témoigne de l’amitié qui liait le premier orientaliste bosno-herzégovinien à ses successeurs. Il y remerciait le bey pour l’avoir aidé à approfondir sa connaissance de Kafi en lui indiquant tous les manuscrits de cet auteur qu’il avait vendus à Bratislava et à l’Académie yougoslave. Okić, de son côté, lui soumettait des remarques érudites sur la paternité de tel texte qu’on attribuait à Kafi. Il avertissait que la bibliothèque Commenius avait promis d’envoyer, avec le Nizam ul-alem de l’historien bosno-ottoman, le Bulbulistan de Fevzi de Mostar (m. 1747) pour Milivoj Malić (1897-1935), un Dalmate converti à l’islam qui voulait défendre une thèse sur cette œuvre à la Sorbonne64. Okić s’était par ailleurs occupé de la diffusion de certains travaux de Bašagić à Paris, en premier lieu de son étude sur le plus vieux firman des Čengić65. Bref, Bašagić connaissait et encourageait les efforts des musulmans yougoslaves à Paris (même si, à Sarajevo, il n’est pas toujours en excellentes relations avec son collègue Muderizović66).

  • 67 IAS BS – 125, Luburić à Bašagić, de Belgrade le 17. XI. 1926 (selon l’inventaire d’archives, il exi (...)

38En réalité, Bašagić n’était guère exclusif à partir du moment où ses confrères appartenaient au monde sud-slave. C’est là un paradoxe, au vu de son énergie nationaliste : il ne tenait pas compte des origines pour les historiens sud-slaves. Nous avons ce témoignage, curieux a priori, des relations cordiales qu’il entretenait avec le Monténégrin Andrija Luburić, historien et grand nationaliste serbe. Tout ce que pouvait détester Bašagić. Lors d’une entrevue, Luburić lui demanda des renseignements sur son ancêtre Recep Paşa et il les lui envoya ; du coup, Luburić se fendit d’un « mon excellent ami M. Bašagić » dans le livre qu’il fit paraître par la suite – l’ayant toutefois qualifié au préalable d’« historien turc » (plutôt que musulman)67.

  • 68 IAS BS – 146, Vladislav Skarić à Bašagić, de Sarajevo le 13. I. 1927. La lettre a été déchiffrée pa (...)

39De même, Bašagić entretenait de bonnes relations avec Vladislav Skarić, remarquable historien bosno-orthodoxe qui travaillait au Musée en même temps que lui. Début 1927, un petit esclandre fut l’occasion pour Skarić de lui écrire un long mot d’explication, ce qui prouve deux choses : Skarić n’était pas un intime et ne se rendait pas chez le bey malade ; mais en se fendant d’une lettre, il contrevenait à l’habitude de la population bosno-herzégovinienne, remarquée par Babinger à cette même époque, qui évitait au maximum toute correspondance. C’était le signe d’un respect certain68.

40Si nous voulons bien considérer d’un point de vue global le temps qui s’étend de 1920 à sa mort, nous trouverons que Bašagić jouit d’une réputation d’excellent orientaliste dans le monde sud-slave. Truhelka lui avait gardé son estime et rédigea une note de service louangeuse à la fin de 1921 :

  • 69 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 403.

Le docteur Safvet-beg Bašagić est un orientaliste exceptionnel, connu et reconnu même en dehors de Bosnie. Son travail scientifique et littéraire a été jusqu’à maintenant productif et a rencontré un grand succès, et ces succès seront plus grands encore grâce aux conditions favorables qu’il peut trouver au musée. Étant le seul à posséder la qualification requise pour explorer le passé et les reliques de la période ottomane de la Bosnie, il a devant lui un grand champ de travail, où il saura travailler avec bonheur69.

  • 70 IAS BS – 139, Hamdija [Karamehmedović] à Bašagić, transmettant une demande de Don Špiro Perušina de (...)
  • 71 IAS BS – 138, Alekisje Olesnicki à Bašagić, de Zagreb le 17. I. 1930 (sur certains manuscrits de l’ (...)

41Chacun pense à lui lorsqu’il faut éclairer un pan de l’époque ottomane : des historiens célèbres à l’échelle locale lui écrivent, tel Boško Desnica (1886-1945), de même pour l’essayiste et ethnologue tchécoslovaque Karl Treimer, ou encore des orientalistes comme Friedrich von Kraelitz et Aleksije Olesnicki (1888-1943)70. À aucun, semble-t-il, il n’a répondu, à cause de sa santé ; il verra seulement Olesnicki en 1932, lorsque celui-ci passera par Sarajevo71. La production pléthorique à laquelle il avait habitué son public était tarie.

  • 72 NSK R. 6965 a, Vladimir Mažuranić à Safvet-beg Bašagić, de Zagreb le 7. V. 1923 (même lettre en IAS (...)
  • 73 Safvet beg Bašagić, « Najstarija vijest o Kosovskom boju », Glasnik Zemaljskog muzeja 36 (1924), p. (...)
  • 74 Dmitriev, « Problemii », p. 108.

42Bašagić n’a plus la force de mener de front les recherches multiples auxquelles on tente de l’associer. Ainsi de Vladimir Mažuranić, qui veut à tout prix suivre à la trace le destin d’esclaves de guerre croates dans l’Espagne musulmane des ixe et xe siècles et lui demande son aide : il ne répondra jamais72. En 1924, il publie tant bien que mal une source ottomane relative à la bataille de Kosovo : menée avec sérieux et méthode, l’analyse n’en demeure pas moins très brève, ainsi que le texte de la source elle-même73. Ajoutées à celles de l’avant-guerre, ces études lui valurent néanmoins une certaine reconnaissance internationale : auprès des orientalistes russes74, et surtout des rédacteurs de la première Encyclopédie de l’Islam.

  • 75 IAS BS – 171, Arent Jan Wensinck à Bašagić, de Leiden le 5. X. 1925.

43Qui avait présenté Bašagić à ces derniers ? Peut-être Truhelka ; plus probablement Krcsmárik, qui avait rédigé l’article « Bosnie-Herzégovine » pour le premier tome, ou encore Babinger, l’auteur de l’article « Serajevo ». L’orientaliste hollandais Arent Jan Wensinck (1882-1939), qui faisait partie du comité de rédaction de l’Encyclopédie, demanda à Bašagić de revoir l’article de Babinger pour le Supplément75 – où rien cependant n’est signé par notre malade.

  • 76 IAS BS – 101, Pavao Dragičević à Bašagić, de Široki Brijeg le 8. VI. 1925 ; Alija Nametak, Sarajevs (...)

44Comme on l’en pressait, Bašagić préparait aussi une seconde édition de sa Brève introduction. Ce projet durait depuis 1900 : il avait alors demandé à l’imprimeur de lui procurer un exemplaire dans lequel était intercalée à chaque page une feuille blanche, afin d’y noter tous les renseignements supplémentaires qu’il collecterait dans la suite de ses recherches. Là encore, cependant, la maladie empêcha que le livre ne vît le jour76.

  • 77 Dr. S. Bašagić, « Mustaj paša Sokolović », Gajret 8 (1924), 3 (mars), p. 45-46 ; 4 (avril), p. 60-6 (...)
  • 78 Voir en bibliographie.
  • 79 IAS BS – 35, du 26. V. 1926.

45Ce qui l’occupait davantage, c’était la fin de ses notices biographiques sur les Ottomans musulmans d’origine bosno-herzégovinienne. De même que pour la Brève introduction, il avait d’ailleurs un exemplaire de sa thèse avec feuillets intercalés afin de noter tout renseignement complémentaire. Après un aperçu de Mustafa Paşa Sokolović (m. 1574 et non 1579) publié en 192477, l’ensemble de tout ce qu’il avait rédigé depuis 1910 parut dans l’ersatz de l’encyclopédie sud-slave projetée : un dictionnaire biographique édité par l’Académie yougoslave pour la célébration du millième anniversaire du royaume croate, en 1925. Il y signait quatre-vingt-trois biographies78. Il se retira ensuite alors qu’on voulait l’inclure dans le projet de la seconde édition79.

46Finalement, l’observateur est frappé de ce qu’en se spécialisant progressivement, l’activité orientaliste de Bašagić se réduit en peau de chagrin. Il faut bien sûr l’imputer dans un premier temps à sa maladie, mais aussi à la conséquence de la spécialisation du savoir : la perte de sens global. C’est dans cette circonstance qu’il faut chercher la cause de son retour à l’inspiration spirituelle et à la littérature.

4. De Khayyâm au mawlid : entre mystique et religion

47Le suc dont nous nourrissons notre existence se tire de la littérature, en particulier des textes mystiques et religieux. Les mamelles pleines de promesses qu’exhibe la science positive ne satisfont que les avortons fanés qu’elle a mis au monde ; c’est un liquide amer qu’ils tètent, c’est un poison qui dessèche leur intérieur desséché. Celui qu’attire à elle la maternelle Isis du scientisme se leurre à l’aspect généreux de son corps ; quant à son âme, il n’en aura rien.

48Voilà la reformulation possible des pensées qui agitaient notre homme depuis 1915 et sa découverte de Khayyâm. Dans le curieux mélange unifié de littérature et de science positive, toujours c’est la première qui imprime son mouvement à l’ensemble, toujours c’est un sens poétique, créé dans une euphorie lyrique par notre homme, qui donne sa forme à la seconde. La place éminente que cet auteur allait prendre dans sa vie symbolise la recherche d’une expérience globale, entre les délices formels de la science et la révélation littéraire d’un sens. À mesure de sa déchéance physique, le bey se servirait de l’orientalisme scientifique pour se consacrer à l’orientalisme littéraire, qui s’illustre le mieux à travers l’exercice de la traduction.

  • 80 Cette étude a connu deux états et plusieurs publications. Une première version parut en tête de l’a (...)

49À partir de 1915, après s’être renseigné et procuré tous les ouvrages existant sur Khayyâm, il rédigea une étude très détaillée sur sa vie, son œuvre et sa réception en Occident80.

  • 81 Robâiyât. Traduction de Hassan Rezvanian, Imprimerie nationale, 1992, p. 6-30.

50L’authenticité des quatrains attribués à Khayyâm est le problème majeur auquel se confrontent ses inconditionnels. Certains spécialistes ont pu déclarer que l’on devait plus de cinq mille quatrains à l’astronome perse. En 1904, Christensen en avait recensé 1 231 et n’en avait authentifié que 12. Un autre des plus reconnus khayyâmistes, l’Iranien Sâdegh Hédâyat (1903-1951), certifia l’origine de 143 pièces en 193481. Pour ses traductions, Bašagić, lui, avait choisi sans indiquer sa méthode les pièces qui lui semblaient à coup sûr provenir de la plume de Khayyâm en comparant celles de son manuscrit (où l’on en dénombrait 370) et celles de l’édition de Constantinople (la seconde – la seule dont il se servit – en comptait 315).

51En en retenant cent un, il avait donc opéré une sélection assez sévère. C’était aussi prendre exemple sur l’un des plus fameux traducteurs occidentaux de Khayyâm, Edward Fitzgerald (1809-1883), qui avait lui aussi retenu le nombre symbolique de cent un. Il ne suivait pas le mot à mot du texte, mais rendait l’idée et la disposition des rimes voulue par le genre (aaba). D’autre part, il adopta la tripartition traditionnelle de « l’édition Pickering » (donnée par Fitzgerald en 1851) dans la présentation des quatrains : « L’amour et le vin. (Épicurisme) », « L’homme et le monde. (Scepticisme) » et « Dieu et la foi. (Mystique) » ; il accompagna l’ensemble d’un « Prologue », qui n’était autre que le poème « L’astronome » d’al-Maarrī (973-1057), poète arabe mystique, ainsi que d’un glossaire.

  • 82 On peut trouver un témoignage de l’amitié qui liait Bjelevac à Bašagić dans A. Hifzi Bjelevac, « Tr (...)
  • 83 Mirza Safvet, « Omer Chajjam, Rubâije », Novi vijek 1 (1920), 8 (01/08), p. 85-87 ; 9 (01/09), p. 9 (...)
  • 84 Mirza Safvet, « Hajjamove rubâije », Gajret 5 (1921), 1 (janvier), p. 5-6 ; 2-3 (février-mars), p.  (...)

52En 1920, le seul rédacteur en chef de publication littéraire avec qui il s’entende est Hifzi Bjelevac, lequel vient de lancer Novi vijek (Le Nouveau siècle)82. Il lui ouvre les pages de sa revue pour toutes ses créations et en particulier pour les quatrains. Bien qu’ils ne rencontrent pas de succès notable, ils paraissent en brochure indépendante la même année. Le reis Čaušević le félicite83. Et quand Novi vijek s’interrompt, en décembre 1920, c’est dans la revue de l’association « Gajret » qu’il poursuit – dès janvier de l’année suivante. Ces publications se poursuivront jusqu’à la fin des années 192084.

  • 85 IAS BS – 171, lettre tapuscrite [duplicata d’un original manuscrit], sans lieu ni date.
  • 86 IAS BS – 162, Arthur Christensen à Bašagić, de Charlottenburg le 16. IX. 1921. Bašagić pensait que (...)

53Peu de temps après, il adressa au plus célèbre khayyâmiste de son époque, Christensen, une longue lettre où il lui fait part de son achat de la guerre, de certaines découvertes à la bibliothèque de la mosquée Gazi Husrev Bey, et de son travail85. Le Danois le remercia en septembre 1921 pour l’envoi de ses traductions, regrettant de ne pas connaître le « croate », et le priait de lui envoyer une copie de trente-neuf quatrains dont il ignorait l’existence86. Par la suite, nous avons vu qu’il se porta acquéreur de la collection de Bašagić pour le seul « Livre rare ».

  • 87 D’après Enisa Bašagić Knežić, lors du jubilé de 1926 sur Sarajevo, Ranković voulut absolument se fa (...)
  • 88 IAS BS – 42, note marginale. On notera enfin qu’il était bon camarade du célèbre général Stepo Step (...)

54Khayyâm a de quoi plaire dans un État qui désire conserver à ses citoyens leur sentiment religieux tout en ne flattant pas leurs attaches communautaristes. On connaît ses critiques envers la hiérarchie religieuse, son culte d’une relation personnelle à Dieu, etc. En le traduisant, Bašagić se faisait le porte-parole de ces idées, et c’est probablement ce qui lui attacha un officier serbe affecté sur Sarajevo, le général Živan Ranković87. Il connaît aussi une bonne presse parmi la population herzégovinienne sans distinction de confession88.

  • 89 IAS BS – 157, Muslim à Bašagić, sans lieu le 20. II. 1921 ; Hadžijahić, « Bašagićev Mevlud », p. 30 (...)

55Ressenti par notre homme comme un libre-penseur de l’islam, Khayyâm créa très certainement une atmosphère religieuse féconde pour la rédaction d’un poème spirituel qu’entreprit le bey en 1921. Une lettre anonyme lui était parvenue le 20 février de cette année-là. Celui qui signait « Le musulman » (Muslim) – probablement un hodja de province, assez peu lettré au vu de son style – remarquait que les cérémonies du mawlid (la naissance du Prophète) se multipliaient dans la province (l’événement avait été consacré fête nationale dans l’empire ottoman en 1910) ; traditionnellement, on chantait le panégyrique de Süleyman Çelebi (m. 1409) en turco-ottoman mais ces dernières années, des traductions en bosniaque étaient apparues. Malheureusement, selon « Le musulman », elles n’étaient pas satisfaisantes : ni Salih Gašević de Nikšić, ni Muhamed Dizdarević de Trebinje, ni d’autres encore n’avaient réussi à donner une traduction correcte de Çelebi. Il en appelait donc à Bašagić, puisque celui-ci avait beaucoup apporté à la communauté islamique par ses traductions89.

  • 90 Mevlud. Po muteber ćitabima spjevao Mirza Safvet, Sarajevo, vlastita naklada, 1924. Sur la nature d (...)

56Celui-ci s’exécuta. Lentement. Trois ans plus tard sortit sa propre version du mawlid, qui s’inspire fortement de Çelebi tout en s’en écartant à diverses reprises pour développer des passages lyriques, voire patriotiques90.

57L’ensemble reste traditionnel et s’affiche comme tel. Dédicacé à son père, « bon et pieux », le poème suit la séquence habituelle des mawlid-s : louange à Dieu, invocation puis diverses digressions, annonce miraculeuse faite à Amina (mère de Mohamed), chant de la naissance.

58Cependant, un lyrisme présent pour lui-même apparaît à quelques endroits. Ainsi de ce quatrain, dans la droite lignée des Prémices :

L’aurore rousse rosit à l’Orient,
La nature tout entière s’éveille.
L’aurore colorie de rouge le ciel,
Et fait s’éclore les boutons des fleurs.

  • 91 Mujo est le nom générique du musulman bosno-herzégovinien dans les histoires populaires, comme le p (...)

59En composant un mawlid dans sa langue natale, Bašagić en nationalisait aussi le cadre. Le « Mujo91 » de Bosnie y dansait la ronde de son pays (kolo), y entendait une langue qui, « comme la Bosna, bruisse aux oreilles », émaillée de nombreux ottomanismes. Grâce en particulier à la coïncidence des syntagmes avec la découpe du vers, elle restait simple. L’harmonie mélodique de tel vers est directement reprise de la chanson populaire (Lagano kolo okolo kreću, par exemple).

  • 92 IAS BS – 109, Selim Hadži Selimović à Bašagić, de Kotor Varoš le 14. IV. 1924 ; IAS BS – 119, Ševki (...)
  • 93 Anonyme, « Mevludi-šerif od dra. Safvet bega Bašagića », Pravda 6 (1924), 270, p. 4 ; 271, p. 4 ; 2 (...)
  • 94 Hadžijahić, « Bašagićev Mevlud », p. 304. Les odes étaient reprises, pour l’une, de 1924 (« Munadža (...)

60Très fier de son œuvre, encouragé encore une fois par Čaušević, Bašagić en envoya des exemplaires le 1er avril à travers toute la Bosnie-Herzégovine à un certain nombre de religieux musulmans92. Le succès semble avoir été rapide, mais il faut tempérer ce constat. La première marque de la réussite fut une critique élogieuse dans la presse – unique, certes93. Le bey était enfin réconcilié avec l’islam bosno-herzégovinien. Second signe, on lui proposa immédiatement un second tirage, qui parut la même année, et il y adjoignit un miradj (poème chantant la transportation au ciel du Prophète) – en ajoutant encore un nat-i sherif (poème célébrant le nom du Prophète) et deux odes religieuses de sa plume94.

  • 95 Alija Nametak, Sarajevske uspomene, p. 39.
  • 96 IAS BS – 149, Tevfik à Safvet-beg, de Bijeljina le 22. I. 1926.
  • 97 Hasandedić, « Hafizi u Stocu », p. 199.

61Malgré tout, que le texte se vendît n’implique pas qu’il connût une grande vogue lors des cérémonies de mawlid. D’après Alija Nametak, il fut récité pour la première fois le 29 mai 1930 à la fête de l’internat du lycée de la charia de Sarajevo et connut alors un franc succès95. Dans la région de Bijeljina, où habitait un des frères de Bašagić, on ne l’avait jamais chanté avant janvier 1926 ni entendu dire qu’il l’avait été à Sarajevo96. En Herzégovine, on le récita pour la première fois dans les années 193097.

5. Le jubilé de 1926

62La résurgence du religieux chez Bašagić témoigne de la scission approfondie entre Kultur et politique qui s’opère à la fin de sa vie. Ce processus de séparation est en premier lieu conditionné par le regroupement politique des « Serbes, Croates et Slovènes ». Aussi la figure de Bašagić va-t-elle faire l’objet, dès son vivant, d’une réinterprétation par le monde politique, qui le présentera comme une autorité littéraire : auteur forcément reclus dans l’avant-guerre, écrivain strictement littéraire.

  • 98 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića. Čaušević invita Bašagić à participer à une commission (...)

63Le régime mis en place par la constitution dite « de la Saint-Guy » (Vidovdanski ustav), car elle fut proclamée le 28 juin 1921, se caractérisa par une grande instabilité parlementaire. La Constituante avait été le théâtre de débats sérieux entre les différents partis représentés ainsi qu’entre les députés et le gouvernement de transition de Pierre Ier (1844-1921) – c’est-à-dire, de facto, du régent Alexandre (1888-1934). Après 1921, des dissolutions répétées mirent à mal la continuité du travail du Parlement ; la personne du roi ne faisait guère l’unanimité et si Bašagić, en tant que fonctionnaire, dut signer deux déclarations de loyauté : la première à Pierre Ier, la seconde à Alexandre lorsque celui-ci accéda officiellement au pouvoir, ces signatures obligées ne peuvent rien nous indiquer sur son véritable état d’esprit98.

  • 99 IAS BS – 37, 47 et 48 carnets et notes diverses ; Halide Edip Adıvar, « Molitva. Preveo Mirza », Ga (...)
  • 100 Šahinović-Ekremov, « Počeci i razvoj », 15 (18/01), p. 4.

64D’abord muet quant à la situation politique, Bašagić se concentra sur les questions sociales. Il publia sur les femmes dans l’islam, ressortant de ses cartons le commentaire de 1903 sur le hadith « Les femmes sont l’honneur de leur mari ». Des notes de ses archives personnelles laissent supposer un important ouvrage sur la musulmane dont il avait alors le projet, à l’image de celui qu’avait publié le musulman azéri Ahmed Agayev/Ağaoğlu (1869-1939), qu’il possédait dans sa bibliothèque99. Cependant, la veine de réflexion sociale s’interrompit, non seulement à cause de la maladie, mais aussi parce que le lectorat féminin était plus que restreint100.

  • 101 Ainsi Bašagić a-t-il publié un assez grand nombre de poèmes durant la première rédaction de Kukić, (...)

65Même si son influence socio-politique s’était considérablement amoindrie, il ne l’avait pas pour autant tout à fait perdue et il demeurait visible grâce à un certain nombre de publications. Sa présence au public fut assurée en bonne partie par la revue de l’association « Gajret », quoique les changements de rédaction n’y fussent pas toujours en faveur des idées qu’il incarnait. S’y succédèrent en effet, jusqu’en 1926, Šukrija Kurtović, ancien ennemi politique d’avant-guerre mais Herzégovinien de Gacko, Bjelevac quelques mois, enfin Hamid Kukić (m. 1967), qui n’a pas toujours marqué une égale sympathie au poète101.

  • 102 Osamljeni guslar [Bašagić], « Kad će narod jednom… », Hrvatski list 5 (1924), 202 (??), [pagination (...)

66Cette présence dans les pages de « Gajret » est au premier abord paradoxale. L’orientation serbe de l’association restait très marquée, alors qu’au contraire le bey s’exprimait toujours de préférence du côté croate – en 1924, par exemple, dans Hrvatski list (Le Journal croate) d’Osijek contre la politique générale de la communauté bosno-musulmane. Le poème qu’il y publia célébrait la chute de Pašić et de son gouvernement en juillet de cette année-là. Selon lui, Pašić (assisté de Milan Srškić, un ancien de la diète bosno-herzégovinienne) avait appauvri et « dénationalisé » les musulmans : il avait appliqué des lois agraires désastreuses pour les propriétaires et s’était gagné la confiance du moufti de Tuzla, Ibrahim Maglajlić (1861-1936) ; il avait insufflé un vent de révolte parmi « nos serviteurs » (sluga) – i.e. les orthodoxes de Bosnie-Herzégovine. Maintenant, les anciens seigneurs leur étaient soumis. Le gouvernement de coalition mis en place par Ljubomir Davidović (1863-1940) à partir de juillet, qui inclut des représentants de la JMO, laissa cependant Bašagić dubitatif, voire critique – ce qui vaut autant pour la JMO, avec les positions de laquelle il semble n’avoir jamais sympathisé102.

  • 103 Purivatra, Jugoslavenska muslimanska organizacija, p. 351-354. Sur « Gajret » dans l’entre-deux-gue (...)
  • 104 Ce fut en 1932 seulement que Bašagić composa l’hymne de l’association, qui parut – unique parution (...)

67C’est cette antipathie qui explique probablement l’étrange mariage entre Bašagić et la revue Gajret : l’association représentait à peu près l’unique noyau associatif en Bosnie-Herzégovine qui restait en dehors de toute influence de ce parti hégémonique parmi les musulmans103. De même, il demeura sur la réserve jusqu’en 1932 envers Narodna uzdanica (« Espérance populaire »), association concurrente de Gajret que créa la JMO en 1923 pour endiguer les conséquences considérées comme désastreuses de l’orientation pro-serbe suivie par cette dernière104. Non qu’il ne saluât pas cette association, d’autant que son grand ami Edhem Mulabdić avait largement contribué à sa fondation ; en réalité, le silence d’un côté ou l’engagement de l’autre ne signifient rien.

68La collaboration à Gajret ne se justifiait que par la signification culturelle de notre personnage. Bašagić à la mode donc, mais à la mode de Bretagne : bien éloigné du Bašagić réel, avec toute la complexité dérangeante de ses idées. Bašagić prosateur de l’ancien temps, notre « Nestor » comme on le lit dans certains articles de l’après-guerre.

  • 105 Mirza Safvet, « Itihadu », Osvit 10 (1907), 34, p. 1.

69Un événement d’importance illustre bien cette reductio ad Nestorem. Une association d’artisans musulmans de Mostar, Ittihad (« L’Entente »), qu’il avait patronnée d’un poème inaugurateur lors de sa création en 1907105, décida de fêter son vingtième anniversaire en 1926 ; elle voulut s’associer le poète, pour qui l’année 1925-1926 marquait le cinquante-cinquième anniversaire de naissance et le trentième depuis ses débuts poétiques. Le geste toucha Bašagić :

  • 106 Salih Baljić, « Kako je došlo do ove proslave ? », Spomenica..., p. 6-7.

Je n’ai jamais osé imaginer que je jouirais un jour d’une quelconque reconnaissance de la part du peuple pour mes travaux littéraires et patriotiques. Je croyais bien que cela arriverait, mais seulement après ma mort. La plus grande part de ma vie fut en lien avec le travail culturel et intellectuel de nos glorieux ancêtres et, croyez-moi, si je n’avais pas succombé aux coups du destin avant l’heure, j’aurais mené à son terme l’œuvre commencée, et prouvé que nos pères étaient plus cultivés que nos voisins, qui aujourd’hui font étalage sans fondement historique d’un passé que la poésie ennoblirait.
Je suis infiniment reconnaissant de l’initiative – généreuse à mon égard – de l’association Ittihad, car il m’est bon de voir, fût-ce dans mes vieux jours, la reconnaissance d’un groupe de gens sachant estimer mon humble travail culturel et ma maigre production littéraire, qui ont jailli du cœur et sont destinés aux gens de cœur.
J’ai jusqu’à aujourd’hui considéré tout cela comme un travail médiocre, mais à partir de maintenant je m’en enorgueillirai, car votre reconnaissance me prouve de la meilleure façon que j’ai bien fait « quelque chose ». Voilà qui me donnera, dans ma dure maladie, suffisamment d’énergie pour ne pas fléchir avant la dernière heure. Vous m’avez compris et je contemple en vous cette partie de mon peuple où j’ai toujours vu notre avenir106.

  • 107 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 25.

70L’émotion et l’humilité ne sont pas seulement de convenance : la perspective d’une reconnaissance publique avait un véritable effet sur le malade qui s’enfonçait dans la solitude depuis que, limogé de la politique, un bon nombre de ses visiteurs conventionnels avaient déserté sa porte107.

  • 108 ABiH Fond KPD Napredak, K. 40/1185. Voir aussi IAS BS – 44. L’association Napredak donna 500 dinars
  • 109 IAS BS – 44, de Mostar le 29. XII. 1925.
  • 110 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 26. Il faut donc croire que Kreševljaković ne connaissait (...)

71Le 10 décembre 1925, Ittihad adressa une circulaire à toutes les associations culturelles de Bosnie-Herzégovine afin de recueillir des fonds pour un « don national » à Bašagić : il était celui qui avait frayé de nouvelles voies aux musulmans bosno-herzégoviniens, leur avait montré « le passage du romantisme romantique [sic] de la chevalerie dans l’époque moderne108 ». Les artisans voulurent lui sculpter un buste109 ; ils envoyèrent aussi une étoile montante des historiens bosno-musulmans, le jeune Hamdija Kreševljaković, enquêter auprès du malade pour écrire sa vie. De ce moment, l’amitié qui lia les deux hommes fut profonde110.

  • 111 IAS BS – 149, Tevfik à Safvet, de Bijeljina le 22. I. 1926.
  • 112 Pour les références des articles concernant les festivités de janvier-février, voir en bibliographi (...)
  • 113 IAS BS – 132, [signature non déchiffrée] à Bašagić, de Zagreb le 30. I. 1926 ; IAS BS – 121, Rikard (...)

72La fête eut lieu les 31 janvier et 1er février 1926 à Mostar ; d’autres manifestations jubilaires eurent lieu simultanément dans d’autres villes du pays111. Le tout connut un retentissement yougoslave. La plupart des journaux glissèrent un entrefilet à ce propos112. Ce fut l’occasion pour de très nombreux amis de refaire signe et de le féliciter – jusqu’à Sarkotić113.

  • 114 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka, IX – 2/124. Lettre tapuscrite adressée à Ivan Milićevi (...)
  • 115 Grâce à Enisa Bašagić Knežić, j’ai en ma possession la copie grandeur nature de l’affiche qui fut a (...)
  • 116 IAS BS, décorations.

73L’Herzégovine avait damé le pion à la Bosnie ; Sarajevo voulut à son tour distribuer les cartes. Des personnalités musulmanes diverses, appartenant à tous les bords politiques, lancèrent l’idée dès février et appelèrent Ivan Milićević à participer à l’organisation de l’événement114. Un Comité interconfessionnel se mit en place sur la capitale régionale et organisa une kermesse (teferič) pour le 16 mai, avec concerts choisis et discours sur Bašagić à la clé115. À l’occasion, notre homme fut décoré de l’ordre de Saint-Sava de quatrième classe par le roi Alexandre116.

  • 117 IAS BS – 45.

74Soudaine apothéose dans la misère grandissante. On lui offrait des cérémonies quasi nationales et personne ne s’était porté acheteur de sa collection. Si Bašagić reçut 5 000 dinars de la part de la Banque centrale de Bosnie-Herzégovine, on ne sait pas qui empocha la recette de la kermesse, qui s’éleva à 29 561,75 dinars très exactement117. Derrière le kitsch de cérémonies alliant Schubert et barbecue populaire, tout n’est pas très clair.

  • 118 Spomenica na proslavu 55-godišnjice.
  • 119 Bjelevac, « Tri jubilara », p. 2-3.
  • 120 Dizdar, « Naša knjiga i čitaoci », p. 197-198.

75On peut dater les véritables débuts de la récupération apolitique de Bašagić de ces événements de 1926. En effet, dans l’ensemble de ces manifestations, il est évident que Bašagić apparaît dans sa seule rétrospective littéraire. C’est un « ouvrier culturel », en perte de vitesse actuellement. Peut-être Gajret publie-t-il dans sa revue de nombreux textes sur lui ; peut-être un livret commémoratif voit-il le jour, édité par Ittihad118 : quelques phrases écrites ou prononcées à l’occasion sont symptomatiques. Ainsi Hifzi Bjelevac déclare-t-il, pour conclure sur le rayonnement des œuvres littéraires de Bašagić, qu’on ne l’appréciait probablement pas à sa juste valeur, mais que les générations futures montreraient plus de compréhension. « Nous vivons aujourd’hui dans une époque de matérialisme brutal et dans un milieu qui n’a aucun idéal ; que Safvet-beg n’attende rien de notre monde actuel119 ». Maigre consolation que d’entendre de pareils discours. À un an de distance, Hamid Dizdar (1907-1967) renouvellera l’idée que pour la société de 1927, la création de Bašagić montre une inadéquation avec « l’esprit du temps120 ». Le bey participe lui-même à cet enterrement : en rédigeant sa propre biographie rimée, il verse dans l’auto-panégyrique et parle de lui-même comme si tout était déjà bel et bien fini.

76C’est ce que, sous un jour cruel, met en évidence le destin d’un nouveau recueil de poèmes choisis qu’on voulut lui éditer à l’occasion du jubilé. Comme il fut proposé à la Société littéraire croate, on peut supposer avec bon droit que l’association croatisante « Le Progrès », qui regroupait les catholiques de Bosnie-Herzégovine, fut à l’initiative du projet. Ivan Milićević, l’ami de jeunesse du bey, y occupait en effet des fonctions importantes.

  • 121 Je suppose qu’une liste présente dans le fonds de « Napredak » correspond à la recension de Mile Bu (...)

77On envoya donc des Poèmes choisis (Probrane pjesme) à la société littéraire croate. Ce fut Mile Budak (1889-1945) qui se chargea de la lecture. On connaît actuellement Budak pour son rôle politique actif au sein de l’État indépendant croate, durant la seconde guerre mondiale ; il était aussi un homme de lettres de grand renom en 1926. Son avis sur les Poèmes choisis n’était pas des plus tendres ; il fut même très féroce. D’un poème d’amour il dit que tout gymnasiaste en a écrit de semblables dans ses cahiers. D’autres, il juge que beaucoup de leurs vers sont mauvais ; ensuite, il était étonnant que « l’intelligent Bašagić » prétendît à ce que la Société littéraire croate publiât un aussi mauvais poème que « Sur l’océan de la lumière » ; etc. Seules les compositions sur Kranjčević, Sokolović et Mahmud Paşa n’étaient « pas mauvaises », mais elles se noyaient dans « une mer de vétilles » et il était tout à fait hors de propos d’éditer ce recueil121.

  • 122 IAS BS – 43 ; Čelić, « Najveći savremeni Bošnjanin », p. 14 (consulté en IAS BS – 73). Voir égaleme (...)
  • 123 « Braćo muslimani », Novi Behar 1 (1927-1928), 1 (01/05/27), p. 1-2 [= éditorial].

78Bref, Bašagić n’était plus dans l’air du temps. Quelques exceptions, cependant : Hasib-beg Imamović prononce à Banja Luka un discours où il affirme que la signification de Bašagić n’est pas à trouver dans ses travaux littéraires mais dans son œuvre « sociale et culturelle » ; l’idée fondatrice de son œuvre est celle d’un nationalisme musulman. Un an plus tard, le célèbre Mustafa Čelić (1893-1940), grand amoureux de l’identité nationale de sa communauté, ira dans le même sens122. Et même si, en 1927 toujours, Bašagić prête la caution de son nom au lancement d’un Nouveau Behar (Novi Behar), qui se veut dans la lignée du premier Behar, c’est pour garantir que la revue sera uniquement littéraire et religieuse123.

79Mais qu’importe : la liquidation de la personne Bašagić se poursuit sans rémission, à mesure que ses idées s’enracinent, et toujours de façon ambiguë : tout en reconnaissant publiquement son nom, elle jette le manteau sur sa signification politique. Ainsi, l’année 1928 fut celle de la célébration jubilaire de « Gajret » : voilà vingt-cinq ans déjà que l’association œuvrait à la formation des élites bosno-musulmanes. Elle édita au profit de Bašagić la seconde livraison de ses traductions de Khayyâm ; en septembre, il fut nommé président d’honneur, honoré par l’inauguration de son buste et associé à la relecture des articles historiques que réunissait, entre autres, un livret commémoratif.

  • 124 Anonyme [Hamid Kukić], « Merhum Dr. Safvetbeg Bašagić », p. 85 ; Kemura, Uloga “Gajreta”, p. 172 et (...)

80Les apparences sont trompeuses. Dans ce même livret, nulle mention de son rôle fondateur dans la présentation de l’association, rédigée par Hamza Humo (1895-1970), musulman d’orientation serbe. Lors de l’inauguration de son buste, avec lequel fut découvert celui d’Osman Đikić, des cris éclatent : des partisans de la JMO veulent semer la zizanie dans une manifestation qui politise la figure du bey de façon malencontreuse124.

81C’est que les tensions nationalistes avaient atteint leur comble dans l’été. Le 20 juin 1928, en pleine séance parlementaire, un député monténégrin avait ouvert le feu sur le chef nationaliste incontesté des Croates, Stjepan Radić. Blessé à mort, celui-ci décéda quelques semaines plus tard. L’émotion est à son comble, la vie politique totalement bouleversée, le régime remis en cause.

  • 125 Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 283.

82C’est dans ces circonstances qu’il faut replacer la visite à Bašagić de Bećir Kalajdžić (1892-1963), mécène des lettres bosno-musulmanes et célèbre pour son orientation pro-croate. Il lui proposa tout d’abord d’imprimer en énorme quantité ses Prémices rééditées, fût-ce sur papier journal, afin qu’une plus large population y eût accès – et il prenait à titre de comparaison le recueil La Lyre serbe (Srpska lira), qui avait été diffusé en masse dans la population musulmane pour y développer le sentiment national serbe. Bašagić donna son consentement ; mais il n’était pas aussi Croate que Kalajdžić le voulait. Celui-ci, en effet, demandait, pour une éventuelle réédition du mawlid, de remplacer le refrain « Nous aussi, en Bosnie » (I mi u Bosni) par « Nous aussi, les Croates » (I mi Hrvati). Du coup, le bey se fâcha, rétorquant qu’il pensait s’être suffisamment étendu au sujet de sa croaticité pour exprimer librement son appartenance bosniaque125. Au crépuscule de son existence, Bašagić fixe ainsi le cadre interprétatif de son œuvre : une dimension croate personnelle, plus ou moins tue, mais assez bien assumée lorsqu’il s’agit d’en rendre compte, et une fierté bosno-herzégovinienne qui, mal contrôlée parfois, menace d’être exclusive de toute autre appartenance. En fin de compte, le bey n’est pas un véritable nationaliste, mais est le véritable fondateur de la pensée nationale chez les musulmans ses compatriotes.

83La proclamation de la dictature personnelle d’Alexandre le 6 janvier 1929 ne suscita aucune réaction chez Bašagić qui nous soit connue. En Bosnie-Herzégovine, elle amena au pouvoir des représentants de la communauté orthodoxe farouchement pro-yougoslaves et unitaristes – autrement dit, partisans d’un État serbe. Mais la restriction des libertés individuelles, la censure et le régime policier ouvrirent la porte à bien des abus de pouvoir. L’opposition se renforça dans l’ensemble de la population, et même parmi les orthodoxes (surtout la population agricole, mais aussi chez les démocrates et les radicaux). La JMO poursuivit sur sa ligne oppositionnelle.

84Pour renforcer son pouvoir personnel et affermir la centralisation du nouveau régime, désormais appelé « Royaume de Yougoslavie », Alexandre mit en place en octobre 1929 une division administrative qui avait pour but de démanteler l’unité politico-historique de chaque région. Cela signifiait donc la fin de la Bosnie-Herzégovine comme entité unifiée. Elle se partagea entre quatre régions : la banovine de la Drina (Bosnie orientale et Serbie occidentale), la banovine de la Zeta (Herzégovine orientale, Monténégro, Dalmatie méridionale et une partie du Sandjak), la banovine du Littoral (Dalmatie septentrionale, Bosnie du Sud-Ouest et Herzégovine occidentale), enfin la banovine du Vrbas (essentiellement Bosnie médiane et septentrionale, avec quelques cantons de Croatie). Des incohérences flagrantes frappèrent la population de façon douloureuse : Mostar, par exemple, n’avait plus le caractère central en Herzégovine qu’il avait eu depuis fort longtemps, mais acquérait le statut d’une sous-préfecture face à Split, capitale de la banovine du Littoral. Seule la banovine du Vrbas préservait le caractère local.

  • 126 Dr. Safvet beg Bašagić, « Kako se za turske uprave Jugoslavija dijelila na kadiluke », Novi Behar 4 (...)

85Dans ces conditions, la montée des tensions nationalistes s’accéléra. Malgré le silence de Bašagić sur ce partage malheureux, on ne peut s’empêcher de penser que la publication, fin 1930, d’un article sur le découpage administratif de sa région au xviiie siècle, fut de sa part une manière de protester126.

6. Ultime éclaircie

  • 127 Iljić, « “Trofanda iz hercegovačke dubrave” », p. 2 ; Omer Chajjam, Rubaije. Preveo s perzijskoga M (...)

86Il était de notoriété publique que le bey vivait chichement ; après le regain d’intérêt – ambigu – qu’il suscita en 1926, de bonnes âmes décidèrent de rééditer ses œuvres afin de créer un « fonds Bašagić » qui lui assurât une rente. On commença par les Prémices, en mars 1928, avec le projet de continuer avec la Brève introduction, Abdullah Paşa, Gazi Husrev Bey, Pensées et sentiments, enfin Les Bosniaques et les Herzégoviniens dans la littérature islamique – ce qui ne se ferait pas ; la même année parut une édition de ses traductions de Khayyâm, parrainée à son bénéfice par l’association « Gajret127 ».

  • 128 Renseignement donné par Enisa Bašagić Knežić.
  • 129 Hofbauer, « Nekoliko misli », p. 286.

87Ce léger mieux annonça une ultime embellie financière. Autour de 1930-1931, la famille fut expropriée de Dolac à un prix intéressant (6 dinars le mètre carré)128. Bašagić consentit d’autant à cette séparation que, d’après un biographe, il était pénible pour les médecins de Sarajevo de se rendre jusqu’à Dolac, malgré les efforts louables de certains qui visitaient le malade par temps de pluie. La maison, juchée sur la colline, était alors difficile d’accès en raison de la boue. Aussi, les douleurs s’intensifiant, l’expropriation le poussa à ce geste salutaire du déménagement en ville129.

  • 130 Alija Nametak, « Dr Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija, p. 307 ; Alija Nametak, « In memoriam Sa (...)

88Il s’installa d’abord dans un appartement de quatre pièces prêté par le vakf, rue Aleksandrova. Voici comme Alija Nametak dépeint la pièce dans laquelle il vivait : « Une chambre étroite, sombre, pleine de fumée de tabac, et sur le lit, dans un manteau, enveloppé et recouvert d’une couverture, est assis – lui. » Situé au premier étage, donnant sur une rue pavée où passaient et repassaient sans cesse des voitures à chevaux auxquelles se mêlait le tramway, l’habitation n’offrait pas toute la tranquillité qu’exigeait sa santé délabrée. L’une des dernières joies de sa vie fut donc de s’être procuré un logement plus paisible, situé rue Hrgića, au-dessus du quartier de Bendbaša où le soleil et l’air pur étaient plus généreux. L’achat se fit en viager à un bas prix car la maison était en ruines ; mais la réhabilitation fut bien faite130.

  • 131 IAS BS – 149, Tevfik à Safvet, de Bijeljina le 15. II. 1933 ; « Merhum Osman beg Bašagić », Novi Be (...)

89Sur la fin, Bašagić ne fut jamais tout à fait isolé même si, autour de lui, les proches disparaissaient progressivement. Après son frère Osman en 1927, malade du foie, il perdit son épouse en 1931, sa belle-mère (qu’il aimait d’un amour filial) l’année suivante, enfin un second frère, Muhamed, en 1933 – celui qu’il préférait. À la maison, seule la dernière fille, Enisa (surnommée Nina), égayait la tristesse du père131.

  • 132 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362 ; Muradbegović, « Moj prvi susret », p. 2 (...)
  • 133 Spomenica Gazi Husrevbegove četiristo-godišnjice, p. 3 ; Alija Nametak, Sarajevske uspomene, p. 93- (...)

90Recevant encore des visites d’hommes politiques (tel Čedomil Mitrinović, qui préparait une monographie sur la « nationalisation » des musulmans, ou Fehim Spaho) et religieux (Čaušević), ou l’hommage des nouveaux fleurons de la littérature bosno-musulmane (Ahmed Muradbegović) et bien évidemment les visites obligées de la famille (Ibrahim-beg Čengić), c’était cependant avec Hamdija Kreševljaković que le malade causait de préférence132. Les travaux de cet excellent historien qui furent conçus dans les années 1930 portent la marque de sa présence bienveillante : il le conseilla pour une monographie sur Gazi Husrev Bey et lui montra les difficultés des recherches sur les capitaineries ottomanes en Bosnie et en Herzégovine qu’avait décidé de lancer Kreševljaković133.

  • 134 « Lične vijesti. 60. rođendan našeg Mirze Safveta », Novi Behar 4 (1930-1931), 1 (01/05), p. 13 ; A (...)
  • 135 Expression de Midhat Begić rapportée par Džanko, « Kritička recepcija », p. 54.

91Une dernière rencontre avec un inconnu allait déterminer la fin de son existence et une bonne partie de son destin post mortem. Ultérieurement, elle allait redonner un fondement politique ferme à ses visions culturelles. En janvier 1930 monte à Sarajevo le jeune Alija Nametak (1906-1987), originaire de Mostar, pour prendre les commandes de la rédaction de Novi Behar. Dans l’esprit facilement impressionnable, galvanisable si l’on s’autorise le mot, du jeune homme, l’image de Bašagić va s’imprimer de façon indélébile. Il a un besoin intarissable de parler de son protecteur, dès 1930, et surtout de leur première rencontre134. Ce sera pour lui une grande amitié. Mais l’insistance même avec laquelle il souligne l’harmonie de cette relation laisse peser un doute sur sa parfaite réciprocité. Nametak n’est probablement pas l’Eckermann de Bašagić, comme on s’est plu à l’appeler135.

  • 136 D’anciens morceaux de Bašagić avaient été réédités dès la première année de la revue, mais leur nom (...)
  • 137 A. N., « Dedaga Čengić i Bešo Džubur », Novi Behar 4 (1930-1), 6 (15/07), p. 92 ; Dr. Safvetbeg Baš (...)

92Il reste indéniable que les deux hommes ont vécu dans une réelle intimité durant un ou deux ans, dont Nametak a retenu un grand nombre de traits anecdotiques concernant la vie du bey. Il se vit confier tous les brouillons et papiers de Bašagić. Comme il était à la rédaction de Novi Behar, il en profita pour publier des morceaux (surtout poétiques) encore inédits ou pour en reprendre certains autres136. Avec eux, on trouve dans les pages de la revue des anecdotes qui sont explicitement ou implicitement dues à Bašagić et en tous cas toutes dictées à Nametak137.

93Surtout, il remplit auprès de lui un office de secrétaire pour son dernier ouvrage. De toutes les notes concernant le passé et les noms glorieux de la Bosnie ottomane, dont une part avait été publiée dans l’encyclopédie commémorative du millième anniversaire du royaume croate, il fallait tirer une œuvre cohérente, dont le projet lui tenait à cœur.

  • 138 ABiH Fond KPD « Napredak », pièce 512, lettres diverses.
  • 139 Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 283.

94L’idée d’adjoindre un secrétaire à Bašagić remontait à plus loin dans le temps que la venue de Nametak. En effet, comme, au cours des conversations, Bašagić faisait part d’un grand nombre d’anecdotes à ses interlocuteurs, l’un d’entre eux, Dragutin Hofbauer (1873-1936), journaliste de son état, eut l’idée qu’un homme fût payé pour noter ces souvenirs. Il contacta la Société littéraire croate à Zagreb, qui lui répondit le 15 mars 1930 en le réorientant sur l’association « Le Progrès » de Sarajevo. Hofbauer s’exécuta, pour se raviser quelques jours plus tard : il déclara le 8 avril que Nametak « travaillait sans interruption » auprès de Bašagić138. Entre-temps, « Le Progrès » lui avait peut-être proposé un dactylographe, comme l’indique Nametak ; mais Bašagić aurait décliné l’offre, car le bruit de la machine l’eût gêné139.

  • 140 « Dr. Safvet beg Bašagić : Znameniti Hrvati, Bošnjaci i Hercegovci u Turskoj carevini », Novi Behar(...)
  • 141 Dr. Safvet beg Bašagić, « Život i djela Gazi Husrev-bega », Novi Behar 4 (1930-1931), 2-3 (01/06/19 (...)

95Le désir personnel de Nametak avait donc probablement rencontré celui de Hofbauer. À partir de là, le travail dura quelques mois : tout d’abord toutes les personnalités ottomanes dont Bašagić avait découvert qu’elles étaient originaires de Bosnie, d’Herzégovine ou de Croatie, furent fichées et leur biographie mise au propre. La bibliographie, en revanche, ne put apparaître sous une forme complète : les notices pour l’encyclopédie yougoslave (c’est-à-dire le dictionnaire biographique croate) avaient été rédigées, selon les instructions du comité rédacteur, sans références, et tous les livres de Bašagić avaient été vendus depuis à Bratislava140. Couronnant cette collaboration entre Nametak et Bašagić, la biographie de Gazi Husrev Bey trouva sa forme définitive dans un article assez conséquent qui synthétisait toutes les connaissances de Bašagić sur le personnage141.

  • 142 L’introduction « censurée » a paru dans le calendrier Napredak (« Znameniti Hrvati : Bošnjaci i Her (...)

96En août 1930, le travail était fini. Le tout (689 notices biographiques) formait un ouvrage possible, et l’on se préoccupa de le proposer à la Société littéraire croate. Ce « on », c’est Nametak, très probablement. L’édition fut acceptée : mais le président de la société réécrivit l’introduction pour y pontifier brièvement sur la fraternité entre chrétiens et musulmans dans les régions « croates ». Scandale, violation de la liberté d’expression auctoriale. Bašagić demande des comptes ; le président explique que certaines expressions de l’original auraient pu prêter à confusion. Il faut bien voir que les deux textes sont guidés à peu près par la même idée : les musulmans appartiennent au peuple (pleme) croate. Il est clair cependant que Bašagić les pense comme un corpus separatum de l’ethnie-mère, autrement dit une nouvelle ethnie en puissance, alors que pour le président de la Société littéraire, ils font partie intégrante de la nation croate. Cela dit, d’après Alija Nametak, notre homme se rangea à cet avis142.

  • 143 Okić, « Orijentalistika u Jugoslaviji », p. 410. Des comptes rendus étrangers à la polémique nation (...)

97Le titre ne laissa pas de soulever de la poussière, lui aussi. On fit remarquer (après sa mort) que les personnages présentés venaient de tout le territoire yougoslave et donc que tous n’étaient pas Croates143. Et puis, devait-on lire, en première page, Les Croates, les Bosniaques et les Herzégoviniens célèbres de l’empire ottoman (Znameniti Hrvati, Bošnjaci i Hercegovci u Turskoj carevini), ou bien Les Croates célèbres : Bosniaques et Herzégoviniens, dans l’Empire ottoman (Znameniti Hrvati : Bošnjaci i Hercegovci…). La mise en page du titre en couverture laissait sous-entendre que les Bosniaques et les Herzégoviniens appartenaient à la nation croate.

  • 144 « Znameniti Hrvati : Bošnjaci i Hercegovci u Turskoj carevini », Napredak 22 (1933), p. 53-59 ; Ali (...)

98Nametak et Milićević prétendirent que seule la seconde version était la bonne : et il serait étonnant qu’il y eût une machination à l’insu de Bašagić où les deux hommes eussent agi de concert. Cependant, une remarque de l’introduction elle-même fait douter de cette leçon très nationaliste et, tout en conservant l’idée d’un rattachement des musulmans à la nation croate, laisse penser que Bašagić traitait à égalité les Croates, les Bosniaques et les Herzégoviniens, sans prédominance du « Croate144 ».

  • 145 Ljubović, « Napomene uz ovo izdanje », Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 450. En 1939, la Soci (...)
  • 146 Mesud Kulenović, « Znameniti Hrvati Bošnjaci i Hercegovci u turskoj carevini. Zagreb, 27. II », Jut (...)

99Ces querelles typiques d’une époque révolue (et revenue) n’enlèvent strictement rien à l’érudition qui se déployait dans l’ouvrage – ce qui justifiait son tirage réduit, d’ailleurs145. Il ne passa pas inaperçu dans le monde des lettrés ; à côté de petits entrefilets, l’historien Ante Šimčik (1893-1970) en fit une revue détaillée, rivalisant d’érudition, dans Hrvatska revija (La Revue croate)146.

7. La fin

100La vie a de ces ironies. Le 16 avril 1932 lui écrivait Alfred Zahrádka – compagnon fatal, aiguillon du destin en une nuit funeste de ramadan qui durait encore quelque trente-cinq ans plus tard.

  • 147 IAS BS – 156, Alfred Zahrádka à Bašagić, de Pištyany (Tchécoslovaquie) le 16. IV. 1932.

Cher Safvet !
Cela fait longtemps que je n’ai pas eu de tes nouvelles, et comme j’ai rêvé de toi à deux reprises, je me suis décidé à te faire signe, toi mon ancien compagnon d’école, pour te demander des nouvelles de ta santé. (…) Cela fait un an que je suis malade et suis devenu valétudinaire. (…) Je me souviens toujours avec joie des bancs de l’école et surtout des beaux jours que nous avons passés à Vienne. (…) Il y a peu de temps j’ai relu tes Prémices, que tu m’as données autrefois147.

  • 148 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362 ; Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu (...)
  • 149 Milićević, « Nešto o javnom životu », p. 275 ; Rp. [Rudimir Rotter-Progonski], « Korespondencija Dr (...)
  • 150 Carte chez Enisa Bašagić Knežić, Suljo [probablement Sulejman Suljagić] à Safvet-beg, de Sarajevo l (...)

101Parfois, par les jours de vent froid et sec, le bey se sentait mieux ; mais son état général empirait, il avait un sommeil difficile et ne s’endormait bien souvent qu’à l’aurore148. La fin approche. Début 1933, il cède à son ami Milićević la totalité de ses papiers personnels149. Le 24 mars 1934, un de ses proches lui souhaite de bonnes fêtes de baïram et invoque Allah qu’il le soulage de ses douleurs150. Le 9 avril, il expire.

  • 151 Les funérailles sont passées en détail dans Novi Behar : « Pregled. Dženaza rahmetli Safvetbega », (...)

102Organisées dès le lendemain de façon traditionnelle, les funérailles du bey furent un événement remarqué de la vie publique bosno-herzégovinienne. Cinq mille personnes s’y rendirent – l’un des plus importants cortèges de l’entre-deux guerres – et toutes les autorités publiques et religieuses bosno-herzégoviniennes s’y montrèrent151.

  • 152 [Anonyme] [Alija Nametak], « Nadgrobni spomenik Dra Sfvetbega Bašagića », Novi Behar 9 (1935-1936), (...)

103Surmonté de deux stèles funéraires (nişan), son tombeau se trouve dans la cour de la Mosquée de l’Empereur, à Sarajevo. Elles portent des épitaphes en vers et en prose où sont célébrés sa science, son dynamisme social, son talent de poète ; le chronogramme (vers où la somme des valeurs numérales des lettres égale l’année de l’Hégire où est décédé le défunt) donne ainsi en traduction française : « Le rossignol à la belle voix s’est envolé vers le haut paradis ». Sous le contrôle de Hamdija Kreševljaković, l’ensemble a été composé par Salih Safvet Bašić en turc, calligraphié par Ahmed Džemal Dervišević (m. 1936) en style sulus et divani, sculpté par Antun Godec, et posé le 5 octobre 1935152.

104On le fit reposer là, aux côtés d’Ali-beg Firdus. Non loin se trouvent Gazi Husrev Bey et l’un de ses compagnons. L’affirmation de l’identité nationale, en islam comme ailleurs, passe par le peuplement des cimetières. Mais c’est dans le souvenir qu’elle se construit – dans l’utopie d’un passé révolu.

Notes

1 Purivatra, Jugoslavenska Muslimanska Organizacija, p. 23 n. 40.

2 Milićević, « Zajedljive neobjelodanjene pjesme », p. 237.

3 IAS BS – 25, arrêté du 22. I. 1919, signé par Atanasije Šola, président du Gouvernement populaire de Bosnie-Herzégovine.

4 Hrelja, Kako je živio narod, p. 84 (et, sur l’ensemble de la question agraire, p. 83-121).

5 Šarac, Uspostavljanje šestojanuarskog režima, p. 28 et 101 ; Hrelja, Kako je živio narod, p. 211.

6 Purivatra, Jugoslavenska Muslimanska Organizacija, p. 58-60 et 76.

7 Šehić, Bosna i Hercegovina 1918-1925, p. 121-122. On ne trouve pratiquement rien sur Bašagić chez Šehić, « Počeci formiranja », p. 141-182 ; de même, rien d’intéressant chez Čaušević, « Bašagić kao političar », Safvet-beg Bašagić – Bošnjačka intelektualna strategija, p. 38.
Selon un article d’Obrana (« “El-Kamerova” skupština », Obrana 1 [1920], 10 [29/05], p. 3), les partisans de la MNS se regroupaient autour de l’association « El-Kamer », à l’origine club vélicopédique qu’avait fondé Bašagić lui-même. Les membres du bureau étaient : Jakub Ešref-beg Filipović (président), Ekrem Šahinović (vice-président), Edhem Lojo (premier secrétaire), Osman Topčagić (second secrétaire), Akif Sahanija (premier trésorier), Mehaga Abadžić (second trésorier), etc. Le bibliothécaire de l’association était Muhamed-beg Bašagić.

8 Je ne sais pourquoi Munir Šahinović Ekremov affirme qu’Obrana sortit en 1919 et 1920, alors que le premier numéro date du 26 mars 1920. Voir « Počeci i razvoj », 13 (16/01), p. 4.

9 Les articles suivants sont très probablement de lui : « Nešto o agraru », Obrana 1 (1920), 1 (26/03), p. 2-3 ; 2 (02/04), p. 2 ; 8 (14/05), p. 1-2 (où l’on annonce une suite qui ne viendra pas).

10 « “Muslimanska akcija za zaštitu morala” u Sarajevu », Obrana 1 (1920), 6 (30/04), p. 4. Voir aussi les attaques de Bašagić par ses anciens compagnons politiques, en premier lieu Adem-aga Mešić, dans IAS BS – 68, « Osvrt na podlistak “Glas sa bojnog polja” » daté probablement de 1920.

11 Le « Schutzcorps » était un régiment austro-hongrois formé de musulmans bosno-herzégoviniens qui passèrent à tabac la population bosno-serbe durant la guerre. Voir « Sa “Gajretove” skupštine » et « “El-Kamer” im kriv », Obrana 1 (1920), 10 (29/05), p. 2 et 3 ; « Sarajevo, 4. juna 1920 », Obrana 1 (1920), 11 (29/06), p. 2.

12 Mustajbeg Halilbašić et Dr. Safvetbeg Bašagić, « Poziv na skupštinu », Obrana 1 (1920), 26 (30/10), p. 1 ; id., « Na znanje ! », Obrana 1 (1920), 27 (09/11), p. 1.

13 Džaja, Die politische Realität, p. 19.

14 « Glavna skupština udruženja zemljoposjednika za B. i H. », Obrana 1 (1920), 15 (10/07), p. 4. Lors de son assemblée annuelle du 29 juin 1920, la Société élut les personnes suivantes au bureau central : Rifat-beg Sulejmanpašić (président), Atif ef. Sočo (premier vice-président), Hasan-beg Pašić (second vice-président), Sejid Ali-beg Filipović (premier secrétaire), Hamdi-beg Mutevelić (second secrétaire), Nazif ef. Svrzo (premier trésorier), Asim-aga H. Šabanović (second trésorier), membres du bureau sans fonction : Halid-beg Hrasnica et Ibrahim-beg Čengić.

15 Šehić, Bosna i Hercegovina 1918-1925, p. 122.

16 Safvetbeg Bašagić, « Nizam ul alem », Glasnik Zemaljskog muzeja 31 (1919), 2 (avril-sept.), p. 165 ; Kreševljaković, « Dr. Safvetbeg Bašagić », Narodna starina, p. 91 ; Bajraktarević, « Kratak osvrt », p. 315 ; Ždralović, Bosansko-hercegovački prepisivači, p. 64-65. Bašagić avait commencé cette œuvre dès sa thèse (cf. Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 87-88).

17 Kapidžić, « Prilozi poznavanju Instituta », p. 148-151. Kapidžić pense que le chiffre de 2 000 est surestimé. Ultérieurement, une étude a montré qu’en 1910, l’Institut balkanique possédait au moins 580 manuscrits ottomans (Bakaršić, « Zbirka orijentalnih rukopisa Bosanskohercegovačkog instituta za proučavanje Balkana », in Juzbašić [éd.], Prilozi historiji Sarajeva, p. 221).

18 L’article sortit en tiré à part en avril (« Hasan Ćafi Pruščak – Dr. Safvetbeg Bašagić : “Nizam ul alem” u našem značenju : Uredba svijeta », Obrana 1 [1920], 2 [02/04], p. 2-3).

19 Šabanović, « Hasan Kafi Pruščak », p. 5-31.

20 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièce 64645/20 IV-3 ; Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 403. Les biographes de Bašagić ne s’entendent pas sur la date d’entrée de leur héros au musée. Novembre est donné par les archives, septembre par Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », p. 19.

21 D’après Ćiro Truhelka, Bašagić vivait dans de bonnes conditions en novembre 1921, une affirmation dont l’arrière-pensée politique (Truhelka n’aimait guère le Royaume SHS) est patente. Voir Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 403.

22 Danon, Étude critique, notamment p. 12 ; Singh et Romanowski, « Syphilis », p. 187-209 ; Brown, « Why Wagner-Jauregg Won the Nobel Prize », p. 371-382.

23 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 43 ; Kulier, « Safvetbeg u fojničkoj banji », p. 289.

24 Bašagić lut jusqu’à la fin de sa vie (Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 284).

25 Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija, p. 307.

26 Jacob, « Tabes », Larousse médical illustré, éd. 1921, p. 701 ; Kulier, « Safvetbeg u fojničkoj banji », p. 289.

27 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièces 32.107 d’avril 1923, 55.107 de juillet 1923, 61.460/23 du 24. VIII. 1923, 61.460/IV-I du 28. VIII. 1923, 72.195 du 14. IX. 1923 et 15.412/24 du 30. IX. 1924.

28 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièce 4.092 du 15. I. 1921. Elle mourut le 4. I. 1921 et Bašagić obtint un congé exceptionnel jusqu’au 1. II. 1921 au matin.

29 Alija Nametak, « Dr Safvet beg Bašagić », p. 307 ; Delić, « Hanuma », p. 12 ; Kamenica, « Dr. Safvetbeg Bašagić, jedan od najvećih Bošnjaka », Oslobođenje, cinquième livraison de janvier 1994.

30 Brown, « Why Wagner-Jauregg Won the Nobel Prize », p. 371-382.

31 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402. Bašagić fit une demande de passeport pour Vienne le 21 juillet 1925.

32 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièce 13.319/Präs du 14. I. 1921, qui le nommait au septième échelon de catégorie I. Pièce identique en IAS BS – 26.

33 Sarić, « Život i rad Safvet bega Bašagića », p. 49-50.

34 Sarić, « Život i rad Safvet bega Bašagića », p. 49-50 (avec un document correspondant en IAS BS – 20, pièce 2578 du 28. III. 1924 ; voir la réponse en IAS BS – 20, pièce 13.909 du 2. X. 1926). Voir aussi ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièces 93.106 du 24. VI. 1920 ; 9399/ Präs du 26. XII. 1923 ; 102/Präs du 15. I. 1924 (même pièce en IAS BS – 27).

35 Blašković (éd.), Arabische, türkische und persische Handschriften, p. 20 et 375.

36 On voit Bašagić, en 1921, continuer à prospecter le pays, à travers son réseau de connaissances, à la recherche de manuscrits ottomans, notamment chez Haki-beg Kolaković de Blagaj (IAS BS – 131, Ahmed Mehmedbašić à Bašagić, de Mostar le 3. VII. 1921). Sur ce personnage, antiquaire passionné de toute vieillerie ottomane, voir Ždralović, Bosansko-hercegovački prepisivači, p. 67.

37 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402 : le 18 août 1924, Bašagić adressa au ministère de la Culture une demande pour l’autoriser à vendre sa collection à l’étranger. Voir aussi IAS BS – 171, lettre tapuscrite de [Bašagić à Christensen], sans lieu ni date ; IAS BS – 162, Christensen à Bašagić, de Charlottenburg le 16. IX. 1921 ; Blašković (éd.), Arabische, türkische und persische Handschriften, p. 20 et 375 ; Ljubović, Nad Bašagićevom zaostavštinom, p. 23.

38 IAS BS – 171, Vambérg [Vambéry ?] à Bašagić, de Bratislava le 8. X. 1924.

39 Ljubović, Nad Bašagićevom zaostavštinom, p. 14. Je suis Ljubović plutôt que Blaškovič à propos du nombre de manuscrits rachetés, car il s’appuie sur l’inventaire rédigé en 1925. Selon Blašković, il aurait été racheté 266 codex (Arabische, türkische und persische Handschriften, p. 23). D’après Šaćir Sikirić, la collection fut rachetée 100 000 dinars (« Jedan rukopis Džāmīna divana », p. 321-324).

40 Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 274.

41 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièce 20.246 du 22. XI. 1924.

42 Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 273.

43 Mirza Safvet, « Sumorne melodije », Spomenica na proslavu..., p. 12 ; Milićević, « Zajedljive neobjelodanjene », p. 237.

44 Mirza Safvet, « Jedna spomen-slika. (Vjenčić rubaija) », Gajret 10 (1926), 11, p. 167-168 ; Hofbauer, « Nekoliko misli », p. 287.

45 IAS BS – 30, arrêté 13.681 du 12. IX. 1928 ; ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, pièce 6807 du 8. V. 1929. Les différents biographes de Bašagić sont assez confus sur la chronologie des dernières années professionnelles (Sarić, « Život i rad Safvet bega Bašagića », p. 49 ; Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402-403). Pour suivre les détails (compliqués) de la situation administrative de Bašagić, voir IAS BS – 20, du 8. II. 1927 ; IAS BS – 28, du 18. V. 1926 ; IAS BS – 29, du 1. II. 1927 ; IAS BS – 135, Edhem Mulabdić à Bašagić, de Belgrade le 5. X. 1926 et 5. I. 1927 ; et ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića, divers.

46 IAS BS – 31, le 13. III. 1928 ; Alija Nametak dans Sarajevski nekrologij, p. 24 (qui ne semble guère proche de la réalité).

47 IAS BS – 145, Milan Rojc à Bašagić, de Zagreb le 1er février 1927. Sur Babinger, voir Andrassy, « Franz Babinger 1891-1967 », p. 253-256.

48 IAS BS – 159, Franz Babinger à Bašagić, le 20. II. 1921. Ledit volume, d’après mes recherches, n’a jamais paru ; il s’est transformé en Geschichtsschreiber der Osmanen und ihre Werke (Leipzig, O. Harrassowitz, 1927), que je n’ai malheureusement pas pu consulter mais où je sais que se trouve une présentation de Hasan Kafi de Prusac (peut-être en partie étayée sur les travaux de Bašagić). Par ailleurs, le discours de Bašagić sur l’islamisation des bogomiles bosniaques influença Babinger, qui le reproduisit dans un article de 1959 (Franz Babinger, « Der Islam in Südosteuropa », p. 211-217).

49 Bajraktarević, « Kratak osvrt », p. 315-317 ; Ždralović, Bosansko-hercegovački prepisivači, p. 65.

50 IAS BS – 127, Gavro Manojlović à Bašagić, de Zagreb le 9. III. 1928 ; IAS BS – 159, Franz Babinger à Bašagić, sans lieu, le 5. III. 1928 ; « Franz Babinger », Anali Gazi Husrev-begove biblioteke 1 (1972), p. 143. N’étant pas orientaliste, je n’ai pas pu faire de séjour prolongé à la Collection orientale de l’Académie yougoslave (aujourd’hui « croate »). Muhamed Ždralović a eu la bonté de me fournir quelques références de manuscrits offerts par les fils de Bašagić à l’Académie à la mort de leur père. On sait d’autre part que Bašagić céda bien un certain nombre de ses manuscrits à l’Académie par l’intermédiaire de Babinger, mais que la liste n’en fut vraisemblablement pas faite (IAS BS – 74, Tayyib Okić à Bašagić, de Paris le 28. XI. 1928). Pour un détail à ce propos, voir Fehim Spaho, « Naši narodni nazivi mjeseci u turskim kalendarima iz sedamnaestog vijeka », Glasnik Zemaljskog muzeja 42/II (1930), p. 187. Enfin, nous savons que Bašagić avait promis à Olesnicki, en 1932, de léguer à l’Académie yougoslave tous les manuscrits qu’il possédait encore (Ždralović, Bosansko-hercegovački prepisivači, p. 66).
L’Université Commenius a fait don à l’Académie yougoslave d’une vingtaine de manuscrits de la collection de l’orientaliste bosniaque. Celle-ci bénéficie actuellement d’un programme de mise en valeur, de protection et d’édition des textes (pour un manuscrit d’al-Farābī en premier chef) dans le cadre du projet « Mémoire du monde » de l’UNESCO. Pour de plus amples détails, consulter sur Internet le site http://www.ulib.sk/pamsvet.

51 IAS BS – 127, Gavro Manojlović à Bašagić, de Zagreb le 9. III. 1928.

52 IAS BS – 127, Gavro Manojlović à Bašagić, de Zagreb le 4. V. 1928. Une copie de la lettre se trouve également chez Enisa Bašagić Knežić.

53 IAS BS – 66 et Cat. Esih, Liste I nos 65 et 66, en possession d’Enisa Bašagić Knežić.

54 IAS BS – 127, Gavro Manojlović à Bašagić, de Zagreb le 7. VII. 1928. Une copie de la lettre se trouve également chez Enisa Bašagić Knežić.

55 ABiH Oblasni odbor Sarajevske oblasti 1928 4203/III, Safvet-beg Bašagić au comité régional de Sarajevo le 25. VI. 1928, reçue le même jour. La pièce a déjà été utilisée en partie par Ljubović, Nad Bašagićevom zaostavštinom, p. 14 n. 6. Ljubović (ibid., p. 15 n. 10) s’interroge sur le destin de ces livres : ils furent revendus à des particuliers ou des institutions par ses fils à sa mort (Sikirić, « Jedan rukopis Džāmīna divana », p. 321-4). Alija Nametak donne d’autres détails dans Sarajevski nekrologij, p. 255.

56 « Defterdar Mustafa paša », Obrana 1 (1920), 6 (30/04), p. 3 ; « Tiro Gazi Hasan paša », Obrana 1 (1920), 6 (30/04), p. 3 ; « Džezzar Ahmed paša », Obrana 1 (1920), 6 (30/04), p. 3 ; « Ruste[m] beg », Obrana 1 (1920), 6 (30/04), p. 3 ; « Musa paša », Obrana 1 (1920), 8 (14/05), p. 2 ; « Haznadar Ibrahim paša », Obrana 1 (1920), 8 (14/05), p. 2 ; « Gazi Faz[il] paša Maglajac », Obrana 1 (1920), 8 (14/05), p. 2 ; « Ulug (Krupni) Hasan paša », Obrana 1 (1920), 8 (14/05), p. 2 ; « Skender paša », Obrana 1 (1920), 9 (21/05), p. 2 ; « Smajil paša Hercegovac », Obrana 1 (1920), 9 (21/05), p. 2 ; « Šahin paša », Obrana 1 (1920), 9 (21/05), p. 2 ; « Memibegovići Gjakovački », Obrana 1 (1920), 9 (21/05), p. 2 ; « Jahjapašići », Obrana 1 (1920), 11 (05/06), p. 2 [Contient les notices suivantes : Gazi Bali Bey, Gazi Mehmed Paşa, Ahmed Bey, Derviş Bey, Arslan Paşa, Sofi Mehmed Bey, Gazi Mehmed Bey, Kasim Bey Jahjapašić] ; « Malkoči », Obrana 1 (1920), 12 (11/06), p. 2 [Contient les notices suivantes : Kara Malkoç Bey, Cafer Bey, Gazi Ali Bey, Javuz Ali Paşa] ; « Čengići », Obrana 1 (1920), 22 (11/09), p. 2-3. Tous ces articles parurent sans signature et paraîtront dans son lexique biographique de 1931 (voir plus bas).

57 Safvetbeg Bašagić, « Znameniti Bosanci u Turskoj », Gajret 5 (1921), 1 (janvier), p. 34-35 (notices sur Bećir Paşa de Travnik et Salih Paşa de Mostar) ; Safvetbeg Bašagić, « Bosanci muslimani kao javni radnici u Turskoj », Gajret 5 (1921), 1 (janvier), p. 35-37 ; 2-3 (février-mars), p. 107-109.

58 Safvet-beg Bašagić, « Patareni i islam », Jugoslavenska njiva 5 (1921), 11 (mars), p. 161-163 ; « Prazne reči », Domovina (Sarajevo) 2 (1921), 35 (31/03), p. 1.

59 Safvet beg Bašagić, « Popis orijentalnih rukopisa », p. 207 ; Fehim Spaho, « Naši narodni nazivi mjeseci u turskim kalendarima iz sedamnaestog vijeka », Glasnik Zemaljskog muzeja 42/II (1930), p. 186 ; Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 274 ; Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija, p. 307 ; Kreševljaković, Sarajevo (1878-1918), p. 48. ; Šabanović, Književnost Muslimana, p. 21 ; Sarić, « Život i rad Safvet bega Bašagića », p. 50.

60 Bašagić a participé à une polémique internationale qui eut lieu dans les années 1930 sur l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie, en publiant dans une brochure éditée par « Gajret » une traduction de l’allemand qu’il avait donnée dans son Ogledalo en 1907 (Ludolf Krehl, « Ko je spalio aleksandrijsku biblioteku ? », Gajretova predavanja 3 [1932] [sans nom de traducteur]. Bajraktarević, « L’état actuel des études islamiques », p. 262).

61 Mirza Safvet, « Dr Jan Rypka : “Beiträge zur Biographie, Charakteristik und Interpretation des türkischen Dichters Sabit”. Erster Teil, Pragae 1924 », Gajret 10 (1926), 7, p. 109-111 ; 10, p. 158-159 ; 13, p. 207-208 ; 15-16, p. 250-251. En 1927, on trouve un compte rendu plus objectif de l’ouvrage de Rýpka sur le territoire du Royaume, rédigé par K. Treimer (Arhiv za arbanasku starinu, jezik i etnologiju [Belgrade] 3 [1926], p. 243-246).

62 Okić, « Hasan Kafi Pruščak », p. 327-329 ; Šabanović, Književnost Muslimana, p. 21.

63 Voir par exemple l’éloquent article d’Okić, « Pozdrav svečaru », p. 141-143.

64 IAS BS – 74, Tayyib Okić à Bašagić, de Paris le 28. XI. 1928. Malić cite abondamment Bašagić et toujours en termes louangeurs. Il reprend l’essentiel de ses thèses sur le « nationalisme » des auteurs ottomans originaires de Bosnie ou d’Herzégovine. Voir Malić, Bulbulistan, p. 10, 21, 26-27, 61-62 (où il présente Bašagić comme un auteur en « langue persane », ce qui semble tout à fait décalé), et 85.

65 Minorsky, « A Soyūrghāl », p. 927-960 (recueilli dans The Turks). Voir aussi Esih, « Bašagićev dokumenat », p. 2. Okić était en contact avec Louis Massignon (voir Massignon, Annuaire du monde musulman, p. 302 et 304).

66 IAS BS – 146, Vladislav Skarić à Bašagić, de Sarajevo le 13. I. 1927.

67 IAS BS – 125, Luburić à Bašagić, de Belgrade le 17. XI. 1926 (selon l’inventaire d’archives, il existe deux lettres de Luburić à Bašagić ; mais il n’y en a plus qu’une en place) ; Luburić, Drobnjaci, p. 74.

68 IAS BS – 146, Vladislav Skarić à Bašagić, de Sarajevo le 13. I. 1927. La lettre a été déchiffrée par Alexandre Popović, que je remercie vivement à cette occasion. Skarić eut accès à certains documents personnels de Bašagić après la mort de celui-ci, comme nous l’avons vu plus haut à propos des traditions historiques familiales.

69 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 403.

70 IAS BS – 139, Hamdija [Karamehmedović] à Bašagić, transmettant une demande de Don Špiro Perušina de Boka Kotorska le 4. IV. 1924 (inscription ottomane à déchiffrer sur un sabre) ; IAS BS – 164, Friedrich von Kraelitz à Bašagić, de Vienne le 30. X. 1925 (à propos de la source ottomane sur la bataille de Kosovo) ; IAS BS – 112, Adolf Hempt à Bašagić, de Novi Sad le 8. I. 1927 (sur des documents « bogomiles » éventuels dans la famille Bibić du Banat, qui appartenait anciennement au beylicat) ; IAS BS – 95, Ahmed Dedić à Bašagić, de Mrkonjić Grad le 29. III. 1928 (à propos du turbe de Đerzelez situé sur le poljé Gerzovačko, et à propos de la vie de Đerzelez) ; IAS BS – 97, Boško Desnica à Bašagić, d’Obrovac (Dalmatie) le 27. III. 1929 (sur les traces de familles beylicales en Dalmatie ; à ce propos, voir Boško Desnica, « Zagorska Dalmacija pod Mlečanima i Turcima », Nova Evropa 25 (1932), n° 12) ; IAS BS – 168, Karl Treimer à Bašagić, de Brünn (Tchécoslovaquie) le 8. X. 1931 (sur la Brève introduction et une liste des gouverneurs ottomans de la Bosnie).

71 IAS BS – 138, Alekisje Olesnicki à Bašagić, de Zagreb le 17. I. 1930 (sur certains manuscrits de l’Académie yougoslave ; Olesnicki annonce sa venue à Sarajevo) ; Ždralović, Bosansko-hercegovački prepisivači, p. 67. Voir aussi Topćić, « Jugoslavenska akademija », p. 170-171.

72 NSK R. 6965 a, Vladimir Mažuranić à Safvet-beg Bašagić, de Zagreb le 7. V. 1923 (même lettre en IAS BS – 130) ; pièce publiée en intégralité par Milićević, « U tragu za kordovskim Hrvatom Habibom », p. 313-315. Voir aussi IAS BS – 130, Vladimir Mažuranić à Bašagić, de Zagreb le 28. V. 1923. Bašagić ne répondit jamais, comme le prouvent 1) une carte de Milan Rojc adressée à Bašagić le 1er février 1927 (IAS BS – 145), et 2) le fait qu’on ne trouve pas trace de ces échanges épistolaires dans la synthèse que publia Mažuranić sur le sujet en 1928 (Südslaven im Dienste des Islams).

73 Safvet beg Bašagić, « Najstarija vijest o Kosovskom boju », Glasnik Zemaljskog muzeja 36 (1924), p. 95-99. Cet article connut une certaine diffusion en Yougoslavie, en bonne partie grâce au compte rendu qu’en firent Šišić (« Nov prilog o kosovskom boju », Starohrvatska prosvjeta NS 1 [1927], p. 96-97) et, plus tard, Olesnicki (« Turski izvori », p. 58-98). Voir aussi Kreševljaković, « Dr. Safvetbeg Bašagić », Narodna starina, p. 90. D’après Kreševljaković, Bašagić connaissait personnellement Ferdo Šišić, à qui il avait cédé vers 1907-1908 tous ses documents concernant les Čengić.

74 Dmitriev, « Problemii », p. 108.

75 IAS BS – 171, Arent Jan Wensinck à Bašagić, de Leiden le 5. X. 1925.

76 IAS BS – 101, Pavao Dragičević à Bašagić, de Široki Brijeg le 8. VI. 1925 ; Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 255.

77 Dr. S. Bašagić, « Mustaj paša Sokolović », Gajret 8 (1924), 3 (mars), p. 45-46 ; 4 (avril), p. 60-61.

78 Voir en bibliographie.

79 IAS BS – 35, du 26. V. 1926.

80 Cette étude a connu deux états et plusieurs publications. Une première version parut en tête de l’article de 1920 (Mirza Safvet, « Omer Chajjam, Rubâije », Novi Vijek 1 (1920), 8 (01/08), p. 85-87 ; 9 (01/09), p. 97-100). Une version étoffée fut ensuite placée à la tête de la parution en livre, toujours en 1920, et serait ensuite publiée en 1935 en revue (Dr. Safvetbeg Bašagić, « Omer Hajjam », Novi Behar 9 [1935-1936], 1-3 [01/06/1935], p. 5-7 ; 4 [15/06], p. 39-40 ; 5-6 [15/07], p. 65-67 ; 7-8 [15/08], p. 87-88). Alija Bejtić l’ignorait lorsqu’il réédita les quatrains en 1954, et Salih Trako avec lui (« Omer Hajjam », p. 242).

81 Robâiyât. Traduction de Hassan Rezvanian, Imprimerie nationale, 1992, p. 6-30.

82 On peut trouver un témoignage de l’amitié qui liait Bjelevac à Bašagić dans A. Hifzi Bjelevac, « Tri jubilara », Večernja pošta 6 (1926), 1375 (04/02), p. 2-3.

83 Mirza Safvet, « Omer Chajjam, Rubâije », Novi vijek 1 (1920), 8 (01/08), p. 85-87 ; 9 (01/09), p. 97-102 ; 10-11 (01/11), p. 110-114 ; Omer Chajjam, Rubaije. Preveo s perzijskoga Mirza Safvet, Sarajevo, Vlastita naklada, 1920 ; Čaušević, « Merhum Dr. Safvetbeg Bašagić », p. 270 ; Bajraktarević, « Omer Hajjam : Rubaije », p. 309. Le poème « L’Astronome » avait déjà paru en 1908 ; d’autre part, des quatorze quatrains traduits qu’il fit paraître dans Savremenik en 1917, treize furent repris dans cette nouvelle livraison (le quatorzième n’ayant jamais été repris ni par Bašagić, ni dans les éditions posthumes. Par son sujet, il se rapproche des pièces 76 et 139 de l’édition de Rizvić). Voir aussi Mirza Safvet, « Nove pjesme », Novi vijek 1 (1920), 8 (01/08), p. 92 ; Mirza Safvet, « Rendez-vous », Novi vijek 1 (1920), 12 (01/12), p. 126.

84 Mirza Safvet, « Hajjamove rubâije », Gajret 5 (1921), 1 (janvier), p. 5-6 ; 2-3 (février-mars), p. 105 ; Omer Chajjam, Rubaije. Preveo s perzijskoga Mirza Safvet, Sarajevo, Gajret izdao u korist pisca, 1928. Pour le reste des articles contenant des quatrains, voir la bibliographie. En tout, Bašagić aura retenu 228 pièces (les 227 de l’édition Rizvić auxquelles s’ajoute l’oubliée de 1917, cf. plus haut).

85 IAS BS – 171, lettre tapuscrite [duplicata d’un original manuscrit], sans lieu ni date.

86 IAS BS – 162, Arthur Christensen à Bašagić, de Charlottenburg le 16. IX. 1921. Bašagić pensait que son manuscrit remontait à la seconde moitié du xvie siècle et c’est ce que confirme (on ne sait sur quelle base) l’iranologue Rudolf Veselý dans le catalogue des manuscrits de Bašagić à l’université de Bratislava (Blašković [éd.], Arabische, türkische und persische Handschriften, p. 392). Cependant, le khayyâmiste Christian Rempis le date de 1710 (Omar Chajjam und seine Vierzeiler nach den ältesten Handschriften aus dem Persischen verdeutscht von Christian Herrnhold Rempis, Tübingen, Verlag der Deutschen Chajjam-Gesellschaft, 1935, p. 179 sqq.) et Fehim Bajraktarević à sa suite (sans avoir consulté le manuscrit, voir « Omer Hajjam : Rubaije », p. 310).

87 D’après Enisa Bašagić Knežić, lors du jubilé de 1926 sur Sarajevo, Ranković voulut absolument se faire inscrire dans le comité organisateur des festivités, quoiqu’il ne fût pas habitant de la ville. Sur Živan Rajković, voir Mile Bjelajac, Vojska Kraljevine Srba, Hrvata i Slovenaca - Jugoslavije (1922-1935), Belgrade, Institut za noviju istoriju Srbije, 1994. Je remercie Bernard Lory qui m’a fait connaître ces détails.

88 IAS BS – 42, note marginale. On notera enfin qu’il était bon camarade du célèbre général Stepo Stepanović (1850-1929) – voir Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 29.

89 IAS BS – 157, Muslim à Bašagić, sans lieu le 20. II. 1921 ; Hadžijahić, « Bašagićev Mevlud », p. 303 ; Alija Nametak, « Uz ovaj Mevlud », in Mirza Safvet, Mevlud, Sarajevo, vakufsko ravnateljstvo, 1942, p. 5 ; Bajraktarević, « O našim Mevludima », p. 1-37. Je n’ai pas réussi à identifier les autres traducteurs dont fait mention « Le musulman » dans sa lettre. Voir aussi Abdulah Vehabović, « Mevludske svečanosti », Novi Behar 6 (1932-33), 9, p. 124-5 ; H. Fuchs et F. de Jong, « Mawlid ou Mawlūd », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 6.

90 Mevlud. Po muteber ćitabima spjevao Mirza Safvet, Sarajevo, vlastita naklada, 1924. Sur la nature du texte, comparer les divers avis rapportés par Alija Nametak, « Uz ovaj Mevlud », ibid., qui réfute notamment l’avis d’Osman Nuri Hadžić dans Srpsko-hrvatsko-slovenačka enciklopedija, pour qui ce n’était qu’une traduction. Bajraktarević affirme que l’œuvre a bien été inventée, mais ne fait que davantage regretter la beauté de celle de Çelebi (Bajraktarević, ibid.). Les modernes, moins électrisés, s’entendent pour reconnaître au mawlid de Bašagić sa grande part d’originalité, voir Hamidović et Sokolović, Mevlud, 1993.

91 Mujo est le nom générique du musulman bosno-herzégovinien dans les histoires populaires, comme le pourraient être Pierre ou Jean en France.

92 IAS BS – 109, Selim Hadži Selimović à Bašagić, de Kotor Varoš le 14. IV. 1924 ; IAS BS – 119, Ševkija Karabdić à Bašagić, de Foča le 16. IV. 1924 ; IAS BS – 81, Šefko Bakalbašić [au nom de son beau-père H. H. Safić] à Bašagić, de Prnjavor le 9. V. 1924. Probablement également IAS BS – 110, Derviš Herić à la librairie des frères Bašagić, de Prozor le 6. VII. 1924. Čaušević, « Merhum Dr. Safvetbeg Bašagić », p. 270.

93 Anonyme, « Mevludi-šerif od dra. Safvet bega Bašagića », Pravda 6 (1924), 270, p. 4 ; 271, p. 4 ; 272, p. 4. Je m’appuie sur l’auteur de cet article pour affirmer qu’aucune autre critique n’est sortie.

94 Hadžijahić, « Bašagićev Mevlud », p. 304. Les odes étaient reprises, pour l’une, de 1924 (« Munadžat. Oda Bogu », Gajret 8 (1924), 1-2 (20/02), p. 3), pour l’autre de 1894 (« Svemogućemu. [Munadžat] », Pobratim 5 [1894-1895], 4 [14/10], p. 49 ; repris dans Trofanda). Il parut deux rééditions du mawlid avant la mort de Bašagić (1934) : une en 1924 et l’autre en 1931 (Fehim Bajraktarević n’en dénombre pas davantage en 1936, voir « L’état actuel des études islamiques », p. 262).

95 Alija Nametak, Sarajevske uspomene, p. 39.

96 IAS BS – 149, Tevfik à Safvet-beg, de Bijeljina le 22. I. 1926.

97 Hasandedić, « Hafizi u Stocu », p. 199.

98 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića. Čaušević invita Bašagić à participer à une commission d’enquête sur l’instruction religieuse islamique dans les écoles, mais il n’y participa pas (IAS BS – 157, Čaušević à Bašagić, de Sarajevo le 29. XI. 1921).

99 IAS BS – 37, 47 et 48 carnets et notes diverses ; Halide Edip Adıvar, « Molitva. Preveo Mirza », Gajret 9 (1925), 3 (16/03), p. 41-42 ; Dr. Safvetbeg Bašagić, « Žene su ures svojih muževa », Ðulistan 1 (1926), 1 (03/03), p. 3 ; 2, p. 19-20 ; 3, p. 35. Sur Agayev, voir l’intéressante étude de Shissler, Between Two Empires.

100 Šahinović-Ekremov, « Počeci i razvoj », 15 (18/01), p. 4.

101 Ainsi Bašagić a-t-il publié un assez grand nombre de poèmes durant la première rédaction de Kukić, tandis qu’il n’apparut pour ainsi dire pas dans la revue Gajret lors de sa seconde rédaction, à partir de 1931.

102 Osamljeni guslar [Bašagić], « Kad će narod jednom… », Hrvatski list 5 (1924), 202 (??), [pagination repérée] [consulté en IAS BS – 72] ; Milićević, « Zajedljive neobjelodanjene », p. 238 (Milićević indique que ces poèmes ont, pour certains d’entre eux, paru dans Hrvatski list, que je n’ai malheureusement pas pu consulter). Il faudrait aussi consulter Mirza Safvet, « Razbijene gusle », Hrvatski list 8 (1927), 44, p. 14. Enfin, voir encore Milićević, « Zajedljive neobjelodanjene », p. 273-279 – des poèmes où il épingle Nikola Uzunović, Božo Kundak-Maksimović, Laza Marković, Momčilo Ninčić et Vlado Andrić.

103 Purivatra, Jugoslavenska muslimanska organizacija, p. 351-354. Sur « Gajret » dans l’entre-deux-guerres, on peut lire en allemand Džaja, Die politische Realität, p. 194-199.

104 Ce fut en 1932 seulement que Bašagić composa l’hymne de l’association, qui parut – unique parution du bey dans cette publication – dans le calendrier de 1933 ([anonyme], « Himna “Narodne uzdanice” », Narodna uzdanica [1933], p. 16). Cet hymne fut chanté pour la première fois le 3 février 1932, à la fête anniversaire de l’association.
À vrai dire, Bašagić publia à deux reprises des traductions dans Pravda (La Justice), l’organe de la JMO (Safvet-beg Bašagić, « Džahizova punica », Pravda (calendrier) 5 (1927), p. 104-105 ; Mirza Safvet, « Istočni aforizmi », Pravda (journal) 8 (1926), 25, p. 7). Elles n’avaient cependant pas d’incidence politique, mais étaient dues uniquement à la présence d’Edhem Mulabdić, ami de toujours, à la tête de la rédaction de ces parutions.

105 Mirza Safvet, « Itihadu », Osvit 10 (1907), 34, p. 1.

106 Salih Baljić, « Kako je došlo do ove proslave ? », Spomenica..., p. 6-7.

107 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 25.

108 ABiH Fond KPD Napredak, K. 40/1185. Voir aussi IAS BS – 44. L’association Napredak donna 500 dinars.

109 IAS BS – 44, de Mostar le 29. XII. 1925.

110 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 26. Il faut donc croire que Kreševljaković ne connaissait pas Bašagić lorsqu’il rédigea sa notice biographique pour l’encyclopédie éditée en 1925 à l’occasion du millième anniversaire du royaume croate.

111 IAS BS – 149, Tevfik à Safvet, de Bijeljina le 22. I. 1926.

112 Pour les références des articles concernant les festivités de janvier-février, voir en bibliographie ; les célébrations de mai furent moins médiatisées (« Dr. Safvetbeg Bašagić 1870. – 1890. – 1925. », Jugoslavenski list 9 [1926], 112 [16/05], p. 2).

113 IAS BS – 132, [signature non déchiffrée] à Bašagić, de Zagreb le 30. I. 1926 ; IAS BS – 121, Rikard Katalinić Jeretov à Bašagić, de Zagreb le 3. II. 1926 ; IAS BS – 46, télégrammes envoyés à Bašagić à l’occasion de son jubilé. Le télégramme de Sarkotić ne se trouve plus aux archives, mais il est mentionné par Ivan A. Milićević, « Zajedljive neobjelodanjene », p. 237.

114 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka, IX – 2/124. Lettre tapuscrite adressée à Ivan Milićević de Sarajevo le 25. II. 1926, par Fehim Spaho (frère du président de la JMO), le président de l’association « Hürriyet » Edhem Đulizarević, le président de la ligue anti-alcoolique Muhamed Bakarević, le muteveli du vakf Gazi Husrev Bey Asim-beg Mutevelić, l’inspecteur de l’Éducation nationale Hajdar Fazlagić, le président de « Gajret » Avdo Hasanbegović, le délégué de Merhamet et du Cabinet de lecture musulman de Sarajevo Mehmed Abadžić, le secrétaire de « Gajret » Hamid Kukić et le délégué de l’association « Đerzelez » Sabit Krbešević.

115 Grâce à Enisa Bašagić Knežić, j’ai en ma possession la copie grandeur nature de l’affiche qui fut alors placardée dans Sarajevo. La signaient Mehaga Abadžić, Dr. Niko Andrijašević, Mordo Atijas, Dr. Muhamed Bakarević, Bogdan Besarović, Mehaga Bičakčić, Hifzija Bjelevac, Milan Čurčić, Asimbeg Dugalić, prof. Ljudevit Dvorniković, Hajdar ef. Fazlagić, Jakubbeg Filipović, dir. Josip Galovac, dir. Vuko Gjukić, Edhemaga Gjulizarević, Vlado Gjurić, Ibrahim Hadžiomerović, Dr. Avdo Hasanbegović, dir. Jakov Kajon, Rizabeg Kapetanović, Esad Keketović, Hamdija Kreševljaković, Sabit Krbešević, Hamid Kukić, Šukrija Kurtović, Nadrabiner Dr. Levi, Miloš Ljeskovac, Edhem ef. Mulabdić, Asimbeg Mutevelić, Branislav Nušić, dir. Husejin Omanović, Dr. Ivica Pavičić, General Živojin Ranković, dir. Vaso Ristić, Šemsibeg Salihbegović, dir. Ahmed Sefić, Dr. Šaćir Sikirić, Vlado Skarić, Fehim Spaho, dir. Josip Vlah, dir. Vilert, Dr. Mehmed Zildžić, Stevan Žakula, Branko Žegarac.

116 IAS BS, décorations.

117 IAS BS – 45.

118 Spomenica na proslavu 55-godišnjice.

119 Bjelevac, « Tri jubilara », p. 2-3.

120 Dizdar, « Naša knjiga i čitaoci », p. 197-198.

121 Je suppose qu’une liste présente dans le fonds de « Napredak » correspond à la recension de Mile Budak : le document ne comporte aucune date, mais certains des poèmes se rattachent à cette époque (des « Quatrains », et des reprises du recueil Poèmes choisis). Voir ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka XIII – 2/3, liste de poèmes de la main de Bašagić ; DAH Matica Hrvatska, dossier 119/147 (recension de Mile Budak sur le recueil Probrane pjesme, à Zagreb le 13. XI. 1926).

122 IAS BS – 43 ; Čelić, « Najveći savremeni Bošnjanin », p. 14 (consulté en IAS BS – 73). Voir également la biographie « Dr. Safvetbeg Bašagić », Novo Vrijeme (cal.), p. 128 (une publication dont Čelić était le rédacteur en chef) ; l’article pseudo-historique du même Čelić, « Kako su bosanski muslimani primili Islam ? Oko jedne krive teze u historiji », Novosti 21 (1927), 188, p. 10 ; enfin, de façon annexe, Džafćić, Fragmenti iz političke istorije.

123 « Braćo muslimani », Novi Behar 1 (1927-1928), 1 (01/05/27), p. 1-2 [= éditorial].

124 Anonyme [Hamid Kukić], « Merhum Dr. Safvetbeg Bašagić », p. 85 ; Kemura, Uloga “Gajreta”, p. 172 et 347.

125 Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 283.

126 Dr. Safvet beg Bašagić, « Kako se za turske uprave Jugoslavija dijelila na kadiluke », Novi Behar 4 (1930-31), 12 (15/12), p. 177-179. On a une description détaillée du codex dont s’est servi Bašagić dans Šabanović, « Popis kadilukâ », p. 307. Bašagić essaya de consulter ce codex en 1927 (IAS BS – 146, Vladislav Skarić à Bašagić, de Sarajevo le 13. I. 1927).

127 Iljić, « “Trofanda iz hercegovačke dubrave” », p. 2 ; Omer Chajjam, Rubaije. Preveo s perzijskoga Mirza Safvet, Sarajevo, Gajret izdao u korist pisca, 1928. L’éditeur de Trofanda était « Pogled » ; je ne suis pas parvenu à savoir si cette librairie défendait quelque intérêt spécifique. À noter que cette seconde édition ne comportait pas le grand poème « U Harabatu ».

128 Renseignement donné par Enisa Bašagić Knežić.

129 Hofbauer, « Nekoliko misli », p. 286.

130 Alija Nametak, « Dr Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija, p. 307 ; Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 285 ; Hofbauer, « Nekoliko misli », p. 286 ; renseignements donnés par Enisa Bašagić Knežić. Alija Nametak donne l’adresse du 2, rue Hadžidurakova, sans jamais se rappeler de la rue Aleksandrova (« Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362). Je suppose que ces deux appartements ne sont en réalité qu’un seul.

131 IAS BS – 149, Tevfik à Safvet, de Bijeljina le 15. II. 1933 ; « Merhum Osman beg Bašagić », Novi Behar 1 (1927-1928), 13 (01/11/27), p. 207 (mort le 24 octobre 1927) ; Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 284 ; Muradbegović, « Moj prvi susret », p. 288.

132 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362 ; Muradbegović, « Moj prvi susret », p. 288 ; Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 25. Parmi les amis réguliers, on trouve Šemsi-beg Salihbegović (son beau-frère), Isfendijar-beg Čengić, Sulejman Suljagić (ami assez intime) et hafiz Esad Sabrihafizović (surnommé Sabri-hafiz). Témoignent avoir visité Bašagić dans sa dernière retraite : Dragutin Hofbauer et Ivan Milićević (« et nombre d’admirateurs »).

133 Spomenica Gazi Husrevbegove četiristo-godišnjice, p. 3 ; Alija Nametak, Sarajevske uspomene, p. 93-94. Voir aussi Hadžijahić, « Pabirci iz života », p. 31-35.

134 « Lične vijesti. 60. rođendan našeg Mirze Safveta », Novi Behar 4 (1930-1931), 1 (01/05), p. 13 ; Alija Nametak, « Safvet beg Bašagić. Uz šezdesetu obljetnicu rodjenja », 2.

135 Expression de Midhat Begić rapportée par Džanko, « Kritička recepcija », p. 54.

136 D’anciens morceaux de Bašagić avaient été réédités dès la première année de la revue, mais leur nombre s’accrut considérablement à partir de l’arrivée de Nametak à la rédaction. Voir la bibliographie des œuvres de Bašagić en fin d’étude. De cette coopération témoigne aussi IAS BS – 136, [Melnaković ?] à Bašagić, de Sarajevo le 18. III. 1933.

137 A. N., « Dedaga Čengić i Bešo Džubur », Novi Behar 4 (1930-1), 6 (15/07), p. 92 ; Dr. Safvetbeg Bašagić, « Edhem Mulabdić i kulturni pokret bosansko-hercegovačkih muslimana », Novi Behar 4 (1930-31), 14-15 (15/01), p. 212-213. Voir aussi Alija Nametak, « Naša pismenost u arapskom jeziku », Večernja pošta 9 (1930), 2660/2661 (25/04), p. 2.

138 ABiH Fond KPD « Napredak », pièce 512, lettres diverses.

139 Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 283.

140 « Dr. Safvet beg Bašagić : Znameniti Hrvati, Bošnjaci i Hercegovci u Turskoj carevini », Novi Behar 5 (1931-1932), 18, p. 264.

141 Dr. Safvet beg Bašagić, « Život i djela Gazi Husrev-bega », Novi Behar 4 (1930-1931), 2-3 (01/06/1930), p. 20-22.

142 L’introduction « censurée » a paru dans le calendrier Napredak (« Znameniti Hrvati : Bošnjaci i Hercegovci u Turskoj carevini », Napredak 22 [1933], p. 53-59), ce que confirme Alija Nametak (« In memoriam Safvetbegu ! », p. 283). Le texte que fit paraître celui-ci dans le Novi Behar n’est qu’un avant-propos (« Dr. Safvet beg Bašagić : Znameniti Hrvati, Bošnjaci i Hercegovci u Turskoj carevini », p. 264). On retrouve une affirmation indirecte de l’identité raciale entre musulmans et Croates dans Dr. Safvet beg Bašagić, « Život i djela Gazi Husrev-bega », p. 21.

143 Okić, « Orijentalistika u Jugoslaviji », p. 410. Des comptes rendus étrangers à la polémique nationaliste parurent aussi en 1932 : l’un très détaillé (Ante Šimćik, « Bašagićevi “Hrvati Bošnjaci u turskoj carevini” », Hrvatska revija 5 [1932], 4 [avril], p. 269-273), l’autre purement informatif (T., « Dr. Safvet beg Bašagić, Znameniti Hrvati Bošnjaci i Hercegovci u Turskoj Carevini. Zagreb, 1931, 8, str. 79 », Prilozi za književnost, jezik, istoriju i foklor 12 [1932], p. 150).

144 « Znameniti Hrvati : Bošnjaci i Hercegovci u Turskoj carevini », Napredak 22 (1933), p. 53-59 ; Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 283 (à qui se rallie de façon ambiguë Kadrić, « Safvet-beg Bašagić », p. 244). Dans l’introduction donnée par Napredak, Bašagić termine en affirmant que les Ottomans ne connaissaient pas les noms de familles et faisaient précéder leur prénom d’un appellatif distinctif comme « Hrvat, Bosnevi ou Hersekli » (p. 59), mettant ainsi ces trois noms sur un pied d’égalité.

145 Ljubović, « Napomene uz ovo izdanje », Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 450. En 1939, la Société littéraire croate ne possédait plus l’ouvrage dans ses stocks (Matica Hrvatska svome narodu 1940. Najnoviji popis knjiga, Zagreb, Matica Hrvatska, 1939).

146 Mesud Kulenović, « Znameniti Hrvati Bošnjaci i Hercegovci u turskoj carevini. Zagreb, 27. II », Jutarnji list 21 (1932), n° du 29. II., p. 7. (consulté en IAS BS – 70) ; Ante Šimćik, « Bašagićevi “Hrvati Bošnjaci u turskoj carevini” », Hrvatska revija 5 (1932), 4 (avril), p. 269-273 ; T., « Dr. Safvet beg Bašagić, Znameniti Hrvati Bošnjaci i Hercegovci u Turskoj Carevini. Zagreb, 1931, 8, str. 79 », Prilozi za književnost, jezik, istoriju i folklor 12 (1932), p. 150.

147 IAS BS – 156, Alfred Zahrádka à Bašagić, de Pištyany (Tchécoslovaquie) le 16. IV. 1932.

148 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362 ; Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 285.

149 Milićević, « Nešto o javnom životu », p. 275 ; Rp. [Rudimir Rotter-Progonski], « Korespondencija Dra S. Bašagića », p. 1.

150 Carte chez Enisa Bašagić Knežić, Suljo [probablement Sulejman Suljagić] à Safvet-beg, de Sarajevo le 24. III. 1934.

151 Les funérailles sont passées en détail dans Novi Behar : « Pregled. Dženaza rahmetli Safvetbega », 19-21, p. 316-320, et « Dženaza rahm. Dra Bašagića », Gajret 15 (1934), 5 (01/05), p. 101-103. Voir aussi IAS BS – 72 et 73, ainsi qu’une intéressante remarque d’Alija Nametak, Sarajevske uspomene, p. 35. Le transport du corps se faisait encore à cette époque à la main ; mais pour les funérailles moins remarquées, la voiture avait été introduite l’année précédente (Ljubunćić [éd.], Spomenica 35-godišnjeg rada Bakije, p. 54).

152 [Anonyme] [Alija Nametak], « Nadgrobni spomenik Dra Sfvetbega Bašagića », Novi Behar 9 (1935-1936), 7-8 (15/10/1935), p. 111-112 ; M[ehmed]. Handžić, « Ahmed Džemal Dervišević », Novi Behar 10 (1936-1937), 6-9 (01/11/1936), p. 111 ; Anonyme, « Salih Safvet ef. Bašić », Narodna uzdanica 5 (1937), p. 175.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search