Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Troisième partie. Kultur et politique chez Safvet-beg Bašagić (1907-1934)

Chapitre II. « Je suis devenu un être étrange à mes propres yeux »

Texte intégral

  • 1 Mirza Safvet, « Pjesme. Rubaije », Savremenik 12 (1917), p. 378.

1De 1910 à 1918, notre héros va progressivement se dégoûter de la politique : les débuts enthousiastes ne laisseront qu’amertume. L’exemple paternel, jamais revendiqué mais certainement présent, ne portera pas ses fruits : les exigences de la politique n’étaient pas les mêmes en 1877-1878 et 1910-1918. Aussi Bašagić chante-t-il, un an avant la fin de la première guerre mondiale : « depuis que m’a pris la politique / Je suis devenu un être étrange à mes propres yeux », regrettant la consolation « de la poésie et de la musique, des jeunes femmes et de la boisson1 ».

  • 2 Voir par exemple Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 44, qui s’inspire de Džaja et Čupić- Amr (...)

2En effet, le rôle prééminent qu’il endossait en accédant à la présidence du parlement se réduisit rapidement en peau de chagrin : trop idéaliste, homme habitant dans le passé ou le futur mais auquel l’« esprit du temps » échappait, il céda le pas à ses adversaires politiques. Dans le paysage politique de la chambre, en effet, il faisait plutôt pâle figure. Bien des historiens se sont penchés sur l’extraction sociale des députés et ont montré qu’ils appartenaient en très grande majorité au monde des intellectuels (laïcs ou religieux) et de la grande propriété foncière2. C’est ce qu’avaient désiré les autorités austro-hongroises ; cependant, elles s’aperçurent à la longue que, loin de garantir une certaine stabilité à la chambre (voulue conservatrice), cette composition sociale favorisait un esprit de revendication, notamment chez les orthodoxes. Le paradoxe s’éclairerait peut-être à la lumière du principe curial selon lequel avait été rédigé le protocole électoral : les curies confessionnelles semblent donner la possibilité aux éléments les plus radicaux de siéger à la diète, tandis que le principe d’un système aconfessionnel eût empêché la radicalisation.

3Peut-être faut-il également imputer à sa maladie la rapide perte de vitesse de sa carrière, l’obligeant à se retirer de la vie publique régulièrement. Pour autant, Bašagić n’était pas quantité négligeable ; essayant, grâce à ses nouvelles fonctions, de concilier avec la réalité de la province les aspirations sociales, économiques et culturelles dont il s’était fait le chantre depuis vingt-cinq ans, il imprima de sa marque toute une partie du paysage politique bosno-musulman par les résultats auxquels il parvint.

A. La réussite de la première session (1910-1911)

4Dans leur ensemble, les douze premiers mois de la vie parlementaire se déroulèrent relativement calmement, malgré quelques alertes. Ils virent la recomposition de la donne politique interconfessionnelle qui avait prévalu depuis 1899 : les musulmans délaissèrent l’alliance avec les orthodoxes pour se rapprocher des catholiques, ce qui eut pour résultat de recomposer leur propre camp. De sa place de président et grâce au rôle central qu’il jouait au club musulman, Bašagić fut un acteur actif dans ces changements.

1. Aux fonctions de président

  • 3 [Anonyme], « Pošla vlada na pazar. Pjesmica iz prve čitanke za bosansko-hercegovačke političke osno (...)

5Quel était le statut du président de la diète ? Selon le règlement, la présidence était tournante, et le président musulman avait le pas sur les présidents orthodoxe et catholique pour siéger au début de la législature ; ensuite venait l’orthodoxe, puis le catholique. Le président inaugurait et clôturait la session sur ordre impérial, présidait les séances et organisait les débats (§28 et 40) ; il présidait d’office le conseil provincial (§ 39). Cette nomination pouvait semble-t-il se cumuler avec d’autres, puisque Bašagić fut démarché par les autorités pour devenir maire de Sarajevo en décembre 1910, ce qu’il refusa3.

6Quant à son rôle à la diète, voici comme le présente Kornél Szokolay (1856-1920), un spécialiste hongrois de la Bosnie-Herzégovine :

  • 4 Kornél de Szokolay, « La constitution de la Bosnie-Herzégovine », p. 309-310. Szokolay avait publié (...)

Le président dirige les débats, fixe l’ordre du jour qu’il peut du reste changer dans le cours de la séance, suspend celle-ci ou la clôt ; il vérifie le procès-verbal des séances, fixe aux commissions un délai pour le dépôt de leurs rapports, décide si une question fera l’objet d’un débat général ou si elle sera discutée article par article ; il peut aussi renvoyer un projet de loi à la commission en interrompant les débats. En cas de besoin, il a le droit de donner à l’orateur un avertissement, de le rappeler à l’ordre ou de lui retirer la parole ; il peut en outre prononcer l’exclusion d’un député pour une durée de quinze jours pour cause de tapage ou de délit prévu dans le code pénal et le faire expulser de force ; il n’est tenu de demander le consentement de l’assemblée que pour une exclusion de plus de deux semaines4.

  • 5 Ce paragraphe devrait reposer sur une analyse du texte même des régulations internes, mais je n’ai (...)

7C’était le président qui réglait l’ordre du jour ; dans la mesure où il ne reprenait pas celui de la séance précédente pour achever les débats sur une question, celui-ci était établi par le gouvernement sur son initiative, sous forme de projets, ou sur interpellation des députés, sous forme de proposition. Dans la pratique, les administrateurs se concertaient très régulièrement avec la présidence pour déterminer l’attitude à adopter devant telle proposition de député. Le président distribuait la parole ; il pouvait interrompre l’orateur, mais veillait surtout à ce que celui-ci ne fût pas gêné durant son discours. Les régulations internes spécifiaient que les représentants du Gouvernement avaient le droit d’intervenir à tout moment dans les débats. Pour que le travail parlementaire pût s’accomplir efficacement, il fallait donc que la figure présidentielle jouît de la confiance de l’ensemble de la diète, et qu’elle en fût respectée5.

  • 6 Kapidžić, « Pripremanje ustavnog perioda », p. 82-83.

8Dans les remarques faites par le Gouvernement territorial à la suite de l’enquête constitutionnelle, début 1909, il était souligné que, pendant la période de transition qui s’ouvrait avec la mise en place de la diète, la présidence devait être nommée et non élue par les députés, car les présidents disposaient d’un pouvoir discrétionnaire sur l’ordre du jour ; l’intérêt d’État exigeait donc que pour l’instant, ils fussent nommés. Ainsi l’Empereur conservait-il une marge de manœuvre sur la politique provinciale6.

  • 7 Kapidžić, « Ispisi iz Bečkih arhiva », p. 505.

9Ainsi les fonctions présidentielles ne relevaient-elles pas uniquement du prestige : elles conféraient au président un grand pouvoir dont l’Autriche-Hongrie, de l’avis de certains, devait disposer avec prudence et impartialité pour conserver une bonne réputation dans la province7. Szokolay justifiait ainsi les pouvoirs étendus du président :

  • 8 Szokolay, « La constitution de la Bosnie-Herzégovine », p. 311.

La violence de tempérament jougo-slave nécessitait un renforcement notable du pouvoir présidentiel [par rapport aux constitutions anglaise ou française] ; sans cela, il n’eût guère été possible de contenir dans de justes limites les délibérations du Parlement de Sarajevo et de leur faire porter d’heureux fruits8.

10Plus que par le « caractère » sud-slave, les justes limites dont il est question étaient en réalité menacées par le jeu des alliances intercommunautaires. En effet, les lois étaient adoptées à la majorité absolue. Or, d’une part, aucun des groupes confessionnels ne disposait de cette majorité ; d’autre part, en ce début de vie parlementaire, chaque communauté était à peu de choses près politiquement cohérente, c’est-à-dire que les députés de chacune obéissaient tous aux mots d’ordre donnés par un seul parti – exception faite du groupe catholique, scindé entre aile nationaliste et parti clérical, mais ce dernier était très minoritaire et resta en dehors de toutes les combinaisons, ou à peu près, tant qu’il ne se rallia pas aux nationalistes. A priori, donc, trois opinions demandaient à se concerter et s’harmoniser à la quasi-unanimité. Cette impasse s’ouvrait au cas où chaque partie parvenait à s’entendre avec une seule autre, car dans toutes les configurations possibles, la majorité était alors atteinte. Dans la perspective du pouvoir impérial, il fallait donc à la présidence des personnalités de confiance qui sussent composer avec les intérêts de leur communauté et ceux de la Monarchie.

11La vie parlementaire se déroulait tout autant à l’extérieur de la diète que durant les séances : lorsque le groupe catholique, orthodoxe ou musulman désirait faire passer une loi, de longues tractations avaient lieu afin de conclure une alliance avec l’un des deux autres partis sur le dos du troisième. In fine, c’était au sein des clubs qu’une bonne partie des décisions était prise. Dans la pratique, cette représentation schématique se nuance bien évidemment ; mais la description qui précède fonde tout le jeu parlementaire.

  • 9 [Discours d’intronisation à la présidence du Parlement le 07/11], Stenografski izvještaji I. zasjed (...)

12Chacun des députés représentait l’ensemble de la province, sans distinction aucune ; en qualité de président, Bašagić portait en lui-même cette symbolique de l’unité harmonique et sa fibre de poète n’en vibra que plus fort. C’est dans cette lignée qu’il déclama avec enthousiasme son discours d’introduction, exhortant la chambre à continuer dans la voie d’amitié qu’elle avait empruntée durant les deux premiers mois de son travail. La population et les cercles du pouvoir de la Monarchie avaient approuvé de concert l’attitude et le résultat de la diète. La bonne entente entre la présidence et les députés devait elle aussi se poursuivre ; il demandait l’assistance à la présidence et à l’assemblée, à laquelle il promettait de défendre la liberté de parole, car tous étaient égaux en droits, tous étaient frères et partageaient une même destinée. Dieu bénirait leurs efforts et leur patrie, malgré les délicates questions qui les attendaient maintenant9.

  • 10 ABiH LR Präs 1910/7190, Benko au ministère et Burián, le 19. XI. 1910.
  • 11 ABiH LR Präs 1910/7333, Benko au ministère et Burián, le 26. XI. 1910. Mme Mina Kujović, archiviste (...)
  • 12 ABiH LR Präs 1910/7393, Benko au ministère et Burián, le 29. XI. 1910 (pièce identique en ABiH GFM (...)

13À ses débuts, Bašagić ne montra guère d’autorité du haut du perchoir ; il se laissait assez facilement déborder par les écarts de certains députés. C’est peu dire qu’il n’était pas interventionniste ; ses rares prises de parole n’en esquissent qu’un portrait bien pâle. Souvent, il cède sa place à l’un des vice-présidents pour continuer à attribuer le tour de parole : ainsi, lors de la première séance où le ton monta entre les députés chrétiens d’un côté et les musulmans de l’autre, Bašagić se déroba10. Une semaine plus tard, le remuant Petar Kočić (1877-1916) lançait des cris contre de telles résolutions : Bašagić le rappela deux fois à l’ordre, puis donna dix minutes de pause, pour que le remous fût finalement apaisé par le vice-président Mandić à la reprise11. En règle générale, il se donnait beaucoup de mal pour que le travail s’accomplît avec efficacité, mais les officiels se montraient assez insatisfaits de l’irrégularité des séances dans les commissions12.

  • 13 Kapidžić, « Bosanski sabor i smrt Lava Tolstoja », in id., Bosna i Hercegovina pod austrougarskom u (...)
  • 14 ABiH LR Präs 1910/7393, Benko au ministère et Burián, le 29. XI. 1910 (pièce identique en ABiH GFM (...)
  • 15 ABiH LR Präs 1911/537, 30. I. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/546, le 31. I. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/659, (...)
  • 16 ABiH LR Präs 1911/1021, le 23. II. 1911 ; [Remarque introductive à la séance LXVI du 02/03], Stenog (...)

14Bašagić commit aussi une faute de débutant au bout de quinze jours, le 23 novembre. Il donna la parole au député Kosta Majkić en début de séance, contre l’ordre du jour, pour qu’il rendît un hommage funèbre à Tolstoï, qui s’était éteint le 20. Sur proposition de Stjepan Grđić (1873-1944), la diète envoya un télégramme de condoléances à la douma, ce qui était strictement interdit par le §35 du règlement, selon lequel la diète n’avait pas le droit d’entrer en contact avec les corps représentatifs étrangers. De plus, la Monarchie ne portait pas Tolstoï dans son cœur, car l’écrivain, perçu comme panslave par le gouvernement austro-hongrois, avait énergiquement protesté contre l’annexion et avait même rédigé un pamphlet contre la politique balkanique de l’Autriche-Hongrie. Averti par Benko, Burián l’invita à attirer avec douceur l’attention de la présidence sur le fait qu’elle avait outrepassé ses compétences, et en premier lieu Bašagić car le télégramme comportait une unique signature, son titre : « le président de la diète bosno-herzégovinienne13 ». Quelques jours plus tard, Benko s’exécuta avec discrétion ; Bašagić se répandit en excuses : Majkić ne lui avait pas laissé le temps de la réflexion14. Dans les pas délicats, à l’avenir, il se laissa guider par Benko ; celui-ci le jugeait encore bien inexpérimenté à la fin du mois de janvier15. Il prit un peu de bouteille jusqu’à la fin février, mais restait discret16.

2. Bašagić et le pacte catholico-musulman

15Le premier problème sérieux auquel se confronta le gouvernement territorial avec la diète peut servir d’illustration à la manière dont la présidence, et Bašagić en particulier, collaborait avec l’adlatus civil. Parmi les vocations de la diète, le vote du budget tenait une place prépondérante. S’ils n’avaient pas le droit de veto, les députés pouvaient paralyser la procédure d’approbation en ajournant les débats et en retardant le travail des commissions budgétaire et financière. Pour les députés, la question représentait un moyen de pression certain sur le gouvernement territorial, qui restait paralysé dans son action tant que la diète n’avait pas délivré son accord sur les finances. Dès la fin 1910, les députés empruntèrent cette voie légale pour manifester un certain mécontentement.

  • 17 [Conclusion de la XLIIe séance], Stenografski izvještaji. I. zasjedanje, svezak II., p. 500.
  • 18 ABiH GFM Präs 1911/14, le 3. I. 1911 ; ABiH GFM Präs 1911/30, le 3. I. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/37, (...)

16En clôturant la séance du 7 décembre, la dernière avant les vacances d’hiver, Bašagić avait demandé que la commission budgétaire et la commission des requêtes travaillassent sans relâche afin de pouvoir débattre du budget dès la séance de réouverture, le 16 janvier17. Le 3 janvier, les meneurs des différents clubs et la présidence se réunirent, invitant un représentant du gouvernement à se joindre à eux ; vint le baron Pitner, un Hongrois très bon connaisseur du monde politique provincial. Sur l’initiative des orthodoxes, l’ensemble des députés déclara qu’ils « kidnappaient le comité budgétaire » et ne débattraient pas du budget avant mai ou juin, en tout cas pas avant que le gouvernement ne laissât la diète débattre de propositions de loi et les voter, la plupart concernant la question agraire ou celle de la langue. Les députés considéraient qu’ils s’étaient montrés très conciliants avec le gouvernement jusque-là, et exigeaient un retour. Leurs électeurs ne ressentaient pas encore les effets de leur vote, car les projets qui avaient été adoptés avaient une portée insignifiante, et parce que la population ne pouvait pas comprendre le mécanisme budgétaire. Certains d’entre les élus n’osaient plus se montrer devant eux. Après le départ des responsables des clubs, Pitner avait échangé quelques commentaires avec la présidence, d’après lui consternée. Bašagić, qui avait promis à Benko que le travail des commissions serait terminé pour le 16 janvier, déclara qu’il se sentait « personnellement joué ». Mais les trois présidents étaient aussi d’avis que les exigences des députés concernaient des sujets sans conséquence, que le Gouvernement pouvait satisfaire immédiatement. Enfin, le catholique Mandić profita de ce que l’orthodoxe Šola se fût éloigné un court instant pour glisser à Pitner que tout cela avait été manigancé par les orthodoxes ; celui-ci rétorqua que durant toute la discussion, catholiques et musulmans avaient pourtant suivi sans restriction les propositions de ceux-là. Lorsque Benko apprit cette situation, il réagit fort mal et pensa à dissoudre la diète. Il convoqua Mandić et Bašagić en entretien privé : ils justifièrent leur passivité par la surprise qui les avait envahis à entendre les exigences démesurées des orthodoxes ; ils promirent qu’une coalition catholico-musulmane allait se former pour voter le budget18.

17Burián refusa d’envisager si tôt une dissolution et la promesse d’une coalition croato-musulmane permettait de mener une stratégie crédible face à l’opposition. De plus, au cours d’une nouvelle réunion les 13 et 14 janvier, les orthodoxes raisonnèrent leurs revendications par peur d’une dissolution et de nouvelles élections à un moment où ils n’avaient pas la meilleure presse parmi les électeurs. Ils reculèrent donc et montrèrent moins d’hostilité à débattre du budget dès le 16 janvier. Au préalable (le 5), Benko s’était entendu avec Bašagić pour que la présidence usât de toute son influence et que la commission budgétaire terminât au plus tôt son travail. Il fournissait l’argument : le vote du budget relevait de la compétence de la diète, aussi la date des débats budgétaires n’était-elle pas négociable et devait se faire selon l’ordre du jour fixé par la présidence et le gouvernement.

  • 19 ABiH LR Präs 1911/238, Benko à Burián, le 14. I. 1911 (les deux lettres jointes au télégramme se tr (...)

18Malheureusement, malgré toute sa bonne volonté, la commission annonça qu’elle ne pourrait pas avoir terminé avant la fin janvier. Benko opta donc pour la temporisation : se conformant à la proposition de la présidence, il décida que la première séance aurait lieu le 23 janvier ; durant la semaine qui séparait le 23 du 30, on pourrait débattre de deux ou trois propositions de loi. Après quelques réticences, les députés acceptèrent cet ordre du jour l’après-midi du 1619.

  • 20 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 70. Selon l’auteur de « “Javni račun” Dervišbeg Miralema  (...)
  • 21 ABiH LR Präs 1911/411, le 23. I. 1911. Le texte de l’éloge parut aussi dans « Iz Sabornice », Hrvat (...)
  • 22 ABiH LR Präs 1911/1422, le 14. III. 1911.
  • 23 ABiH LR Präs 1910/7622, Benko à Burián, le 12. XII. 1910.
  • 24 ABiH LR Präs 1911/207, le 12. I. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/546, le 31. I. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/5 (...)

19Ce premier affrontement entre députés et gouvernement précipita la coalition catholico-musulmane, baptisée « le pacte croato-musulman », conclue contre les orthodoxes. L’entente entre catholiques et musulmans s’était pour la première fois manifestée fin novembre 1910 à propos des subventions que les catholiques proposaient d’allouer au théâtre croate pour qu’il envoie des acteurs jouer à Sarajevo20. De discrètes marques de sympathie furent aussi remarquées : Bašagić tint un éloge funèbre à l’occasion du décès de Paškal Buconjić (1834-1910), évêque de Mostar – ce qui revenait à ses fonctions. Mais le gouvernement nota la chaleur du ton de Bašagić21. De même lors du décès de Jakov von Mikuli (1852-1911), représentant du Gouvernement à la Diète et figure majeure de la politique économique du Ministère commun des Finances en Bosnie-Herzégovine, mort le 12 mars 191122. Avec le temps, l’alliance fonctionna toujours mieux, par exemple le 1er février, lors du vote sur la loi des caisses d’épargne postales : tous les clubs parlementaires avaient, fin 1910, protesté contre ce projet qu’ils jugeaient imposé par le gouvernement territorial alors que la question entrait dans le cadre des compétences parlementaires. Bašagić lui-même était monté au créneau sur cette question23. Le club orthodoxe déclara le procédé anticonstitutionnel. Bašagić, qui parvint à rallier le club musulman, fit front avec Mandić sur la question. Les orthodoxes durent s’incliner24.

20L’alliance allait se formaliser à la fin mars, alors que se cristallisaient la question agraire et la question de la langue. En septembre 1910, catholiques et orthodoxes étaient parvenus à un accord sur la question agraire en demandant le rachat obligatoire des terres par les kmet-s. Par là, ils allaient à l’encontre de François-Joseph lui-même, qui avait confirmé dans une lettre manuscrite que l’unique solution des problèmes agraires était le rachat facultatif sur la base du volontariat, ceci afin de satisfaire autant les propriétaires que les métayers. Les deux parties voulurent s’accorder également sur la politique linguistique dans la province : mais si elles s’entendirent sur l’exclusion totale ou presque de l’allemand dans les administrations et services publics, le problème du nom de la langue locale demeura. L’appelerait-on croato-serbe ou serbo-croate, ou encore « croate ou serbe » ? Et puis, quel alphabet serait en usage : cyrillique ou latin, ou les deux ?

21Les négociations échouèrent. Les orthodoxes tentèrent de se rallier les musulmans, mais la question agraire élevait trop de barrières entre eux. L’un de leurs députés, Stojanović, proposait une loi sur le rachat facultatif, mais avec des conditions de stabilité inacceptables pour les propriétaires : les kmet-s ne pouvaient plus être renvoyés s’ils ne travaillaient pas la terre. Les députés musulmans, en grande majorité propriétaires eux-mêmes, refusèrent. Simultanément, la direction musulmane prit contact avec les catholiques nationalistes (les cléricaux étant tout à fait isolés).

  • 25 ABiH LR Präs 1911/659, le 5. II. 1911 ; Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 76.

22Les négociations se déroulèrent alors que la préparation des débats agraires et linguistiques s’avérait houleuse à la diète. Bašagić craignait qu’une fois venu le moment des débats, les orthodoxes voulussent briser à tout prix le bloc catholico-musulman ; selon lui, ils quitteraient la diète plus volontiers que de continuer à parler en présence d’une telle configuration politique25.

  • 26 Hadžijahić, Od tradicije do identiteta, p. 207-208 ; voir aussi Juzbašić, Nacionalno-politički odno (...)

23Un véritable pacte de collaboration fut signé le 30 mars, qui appuyait les demandes des catholiques du point de vue de la langue (appelée « croate ou serbe », ce que refusaient les orthodoxes), et celles des musulmans pour la question agraire (rachat facultatif). Le premier article du pacte spécifiait que les musulmans voulaient une Bosnie-Herzégovine autonome dans le cadre de n’importe quelle configuration étatique de la Monarchie. Selon l’interprétation qu’on lui donnait, cette dernière formule garantissait aussi bien l’autonomie de la province que le trialisme réclamé par les catholiques, c’est-à-dire la création d’un État sud-slave comme troisième partie de l’Autriche-Hongrie. L’un et l’autre n’étaient d’ailleurs pas incompatibles. Les autres articles du pacte spécifiaient la collaboration culturelle et la tolérance religieuse auxquelles s’engageaient les deux parties26.

  • 27 « “Javni račun” Dervišbeg Miralema », Zeman 2 (1912) 14 (03/02), p. 1-2.

24Sans que rien ne l’atteste véritablement, nul doute que Bašagić fût l’un des principaux artisans du pacte – c’était dans la logique de ses idées et, jusqu’à un certain point, de son engagement. On remarquera par exemple que lors des pourparlers avec les orthodoxes et avec les catholiques, ce furent les mêmes députés musulmans qui furent délégués par le club, hormis Bašagić, qui ne fut désigné que pour les catholiques, et Miralem, qui parut seulement devant les orthodoxes27.

  • 28 IAS BS – 140, Pilar à Bašagić, de Dolnja Tuzla, sans date. La moitié de la lettre manque. Ce docume (...)

25D’autre part, Bašagić entretenait d’excellentes relations avec un catholique nationaliste, l’avocat Ivo Pilar (1874-1933), qu’il avait fréquenté à Vienne. Celui-ci serait d’ailleurs bientôt élu à la Diète. De Tuzla, il lui avait adressé une lettre à la fin de l’année 1910 à propos de la question agraire, prédisant que celle-ci représenterait l’un des enjeux majeurs de la Chambre. Il affirmait qu’une loi agraire était devenue indispensable en raison du jeu politique que menait le gouvernement territorial en tranchant les litiges entre propriétaires et métayers : ce n’était plus le droit qui justifiait les sentences rendues dans un certain nombre de cas, mais l’opportunité politique de telle décision qui agréerait ceux qu’on voulait ménager sur le moment28.

26Dans la bataille pour le rachat obligatoire, les orthodoxes avaient donc déjà perdu. Malgré leurs diverses manœuvres auprès du gouvernement, à l’occasion de la conférence agraire qui se tint début mars à Sarajevo, ils ne purent empêcher que la loi précisant les modalités du rachat facultatif fût décidée. Désireux de montrer leur bonne volonté aux autorités, ils décidèrent qu’une partie d’entre eux voterait en faveur du texte et que l’autre partie, moins nombreuse, tiendrait la ligne officielle que leur parti avait fixée dans son programme. La loi passa dès le 5 avril, alors que les rapporteurs avaient parlé la veille et l’avant-veille seulement. Il n’y eut aucun débat. De même le budget avait été voté sans difficulté.

  • 29 « Pitner i pakt », Musavat 6 (1911), 26 (10/06), p. 1-2 [= éditorial].

27On ne se fit pas faute de critiquer le pacte comme l’œuvre du gouvernement. Bien sûr, les catholiques constituaient un appui dynastique maintes fois éprouvé ; mais la montée de l’idée yougoslave se faisait sentir aussi dans leurs rangs et quelques députés y souscrivaient ; d’autre part, sous Burián, le gouvernement n’avait pas une vision unilatérale de la politique à mener et Pitner pensait que le jeu politique devait davantage se mener avec les orthodoxes qu’avec les catholiques, car les premiers étaient en grande majorité dans le pays, et qu’il ne fallait pas se les aliéner. Les signataires du pacte eurent beau jeu de montrer que Pitner y était défavorable29.

  • 30 « Hrvatsko zemaljsko kazalište u Sarajevu », Musavat 6 (1911), 16 (11/03), p. 3.
  • 31 La relation resta dans les limites du convenable, à en juger par la lettre qu’elle lui adressa quel (...)
  • 32 « Gostovanje hrvatske opere u Sarajevu », Musavat 6 (1911), 24 (26/04), p. 1-2 ; Lešić, Pozorišni ž (...)
  • 33 IAS BS – 141, Polakica [Irma Polak] à Bašagić, de Dubrovnik le 2. V. 1911. On remarquera que Polak (...)

28L’un des grands moments symboliques de l’alliance fut sans doute la venue de la troupe du Théâtre croate à Sarajevo, qui comprenait aussi des chanteurs d’opéra. Mandić avait organisé en janvier une réunion de préparation, à laquelle Bašagić participa ; notre homme fut désigné dans le comité d’accueil30. Fin avril, les acteurs arrivent ; Bašagić suit avec attention toutes leurs évolutions et il trouve une petite cantatrice fort à son goût. Il a un faible pour les actrices ; d’ailleurs Maja de Strozzi est là, il l’entoure de prévenances31. Mais Irma Polak déploie tout son talent dans Les Secrets de Suzanne (1909), un opéra d’Ermanno Wolf-Ferrari (1876-1948). De sa voix pure et claire, elle conquiert le public ; elle a des talents pour accompagner son chant d’un jeu intéressant32. Le président-poète et la jeune femme se rencontrent et s’aiment ; c’est pour elle un moment charmant, passé auprès d’un homme rassurant et enthousiasmant. Le temps de quelques jours33.

  • 34 [Anonyme], « Gospodi oko “Naroda” », Zeman 2 (1912), 35 (30/03), p. 2.
  • 35 ABiH LR Präs 1911/2032, Varešanin à Burián, le 12. IV. 1911.
  • 36 ABiH LR Präs 1911/2182, le 21. IV. 1911.
  • 37 IAS BS (diplôme de décoration) ; ABiH LR Präs 1911/3281, le 17. VI. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/3552, (...)

29En avril, Bašagić avait clôturé la session à la satisfaction des musulmans de la MNO34 et des autorités austro-hongroises35. Celles-ci proposèrent que la présidence fût décorée de la Croix de commandeur avec étoile de l’Ordre de François-Joseph. En tant que président, Bašagić s’était montré loyal au gouvernement territorial et avait bien accompli son devoir. Grâce à son entregent, il avait concilié les éléments radicaux et conservateurs parmi les musulmans, ce qui lui avait valu sa nomination à la présidence, et ce à un moment où la force de sa position dans le monde bosno-musulman était « plus sensible que reconnue ». Il avait réussi à gagner une place dominante en politique sans renier ses convictions personnelles. Membre significatif de la noblesse musulmane, il appartenait au groupe des écrivains sud-slaves préférés du public et avait eu de grands mérites en fondant l’association « Gajret ». Le décorer consacrait sa réelle popularité parmi les musulmans de Bosnie-Herzégovine et rejaillirait de façon positive sur ces derniers36. La proposition fut acceptée, et Bašagić fut récompensé le 13 juin37.

3. La fusion MNO-SMS

  • 38 Kapidžić, « Ispisi iz Bečkih arhiva », p. 519.
  • 39 C’est ce que l’on retrouve comme un leitmotiv dans l’organe du parti politique qu’ils formèrent ult (...)
  • 40 ABiH LR Präs 1911/550, Collas au Ministère, le 31. I. 1911 ; ABiH GFM Präs 1911/159, du 1. II. 1911

30La coalition eut pour conséquence de scinder les députés musulmans : quatre d’entre eux, dont le président de la MNO Derviš-beg Miralem, refusèrent de signer le pacte, probablement à l’instigation de Pitner38. De leur point de vue, l’alliance avec les catholiques ne se justifiait pas ; la MNO avait toujours lutté contre eux, en accord avec les orthodoxes. Ils condamnaient l’opportunisme politique et la pensée unique de l’actuelle MNO39. Si l’on ne peut rien reprocher à Bašagić, il est évident que le nouveau président de la MNO, Rifat-beg Sulejmanpašić, faisait montre de labilité dans ses déclarations ou encore que le président des vakfs Arnautović jouait toujours dans le camp des plus forts et n’avait cure de ses déclarations « serbophiles » comme de ses harangues « croatophobes » passées. Les déclarations nationalistes des députés musulmans, dans un sens ou dans l’autre, relevaient dans la grande majorité des cas de la tactique politique. Cependant, si la rupture de Murat Sarić, Vasif-beg Biščević et Salih-aga Kučukalić avec la MNO était certaine dès le 31 janvier, à la suite du débat sur les caisses d’épargne postales, celle de Miralem n’était pas encore consommée au moment du pacte. Il avait simplement démissionné de sa place de président ; mais on savait dès lors que ses relations personnelles avec les politiques orthodoxes amèneraient tôt ou tard à des divergences avec Arnautović et Bašagić40.

  • 41 « Megju samostalcima », Musavat 6 (1911), 50 (03/08), p. 1-2 ; « Pregovori za slogu », Musavat 6 (1 (...)

31Naturel était dans ces circonstances le rapprochement de la MNO et de la SMS, d’autant plus que cette dernière était revenue de son orientation par trop croatisante. Les pourparlers commencèrent dès mars. La MNO n’occupait pas une situation confortable : en novembre 1910, lors des élections municipales de Sarajevo, Kulović, maire sortant, avait été réélu avec une large majorité. Cette victoire des Indépendants avait été réitérée lorsque leur président, Halid-beg Hrasnica, avait remporté les élections complémentaires d’avril 1911 face au candidat de la MNO, Mehmed Spaho. De leur côté, les Indépendants désiraient aussi l’union. En juin, Mešić et une majorité d’entre eux se déclarèrent dans ce sens, se justifiant par le fait qu’avec le pacte catholico-musulman, la principale cause de discorde avait été écartée. Mešić avait à cœur également de créer une banque centrale pour la communauté. Kulović et Hrasnica refusèrent la fusion, Hrasnica parce qu’il ne supportait pas l’idée de côtoyer Arnautović. Les 3 et 4 août eurent donc lieu des négociations avec, d’un côté, Mešić, Hamdi-beg Džinić, Šemsi-beg Salihbegović et Hakija Hadžić, et, de l’autre, Sulejmanpašić, Miralem, Arnautović et Bašagić. Elles aboutirent à la fusion des deux partis, le 14 août, sous le nom d’Organisation musulmane unifiée (Ujedinjena Muslimanska Organizacija, UMO)41. Bašagić, qui avait rejoint la MNO de façon officielle à une date que l’on ignore, entra dans le comité de rédaction du journal dont se dota le nouveau parti, publication à laquelle on avait donné le nom d’un projet ancien : Zeman (Le Temps).

  • 42 Mirza Safvet, « Uzgredne bilješke », Zeman 1 (1911), 1 (02/09), p. 4-5 ; Mirza Safvet, « Uzgredne b (...)
  • 43 Feudalac Bošnjak, « Malo odgovora piscu “Bošnjakluka” u 1. broju “Otadžbine” », Zeman 1 (1911), 6 ( (...)

32Notre orientaliste y publia un assez grand nombre d’articles d’histoire littéraire, qui seront étudiés en leur temps, de courtes traductions – surtout du persan42 – et une polémique historico-nationaliste avec le journal orthodoxe Otadžbina (La Patrie), l’organe du radical Petar Kočić. Rédigé par celui-ci, un feuilleton y avait conspué avec outrance la figure du propriétaire musulman. Bašagić ne pouvait répondre qu’en signant « Le Bosniaque feudataire ». Il reprenait toute son argumentation, avec laquelle nous sommes désormais bien familiarisés, mais en l’exagérant cette fois-ci excessivement. Durée, caractère, organisation politique – parfaitement lisse et unie se révélait la nation bosno-musulmane, ce que Kočić appelait avec mépris le bošnjakluk (turcisme « bosniaquicité ») et que Bašagić défendait sans reprendre le mot. Ni pourrie, ni paresseuse, au contraire : habile et énergique, la population bosno-musulmane montrait que l’islam n’était pas irréversiblement « asiatique et impropre à l’âme slave », etc.43

4. Conclusion

33Moteur de la stratégie politique croatisante au sein de l’UMO, Bašagić contribua simultanément à identifier la politique des parlementaires musulmans aux intérêts des grands propriétaires (bien que tous les musulmans n’appartinssent pas à cette catégorie sociale, loin s’en faut). À travers lui, ce fut le gouvernement qui orienta la politique bosno-musulmane dans ces deux directions afin de s’appuyer sur une majorité loyaliste pour avancer ses projets de loi. Cependant, le choix croate devint toujours plus politique tandis que le recentrement autour de l’identité terrienne se nationalisait davantage, jusqu’à ce que la spécificité bosno-musulmane atteignît au statut de Kultur propre. C’est ce que concrétise la traduction de la thèse de Bašagić.

B. L’utopie d’une thèse

  • 44 Contrairement à ce que dit Lamija Hadžiosmanović (Biblioteke u Bosni i Hercegovini, p. 44), les qua (...)
  • 45 « Književni glasnik », Srpska Riječ 3 (1907), 74 (3-14/04), p. 3. À l’IAS BS – 73 se trouve une cou (...)
  • 46 Mirza Safvet, Gazi Husref beg (U spomen četiristogodišnjice dolaska u Bosnu), Sarajevo, Nakladom kn (...)

34En 1907, Bašagić avait lancé avec ses frères une collection éditée par leur librairie : la « Bibliothèque des frères Bašagić ». Elle fut de courte durée, un an à peine, et seulement quatre volumes sortirent, qui n’eurent guère de retentissement44. Le premier d’entre eux, sorti en avril 190745, avait été écrit par notre homme ; c’était une étude historique tout à fait valable intitulée Gazi Husrev Bey (en souvenir du quatre-centième anniversaire de son arrivée en Bosnie)46. La première phrase de l’introduction était reprise à l’auteur allemand Jean-Paul : « Le souvenir est le seul paradis dont on ne peut nous chasser ». Se formulait dès lors ce qui se loverait au cœur de sa thèse, le thème conjoint de l’utopie et de la mémoire.

35En structurant nos références, l’utopie permet la civilisation, la Kultur : elle fixe les valeurs. La mémoire rend sensibles la continuité ou la rupture du temps présent par rapport à l’utopie ; d’elle découlent la succession des états culturels et la périodisation absolue des activités humaines. Pour qu’ait lieu la renaissance culturelle que Bašagić appelait de tous ses vœux, il fallait que le monde politique promût l’utopie, la rendît présente aux esprits, la dégageât des ténèbres de la mémoire. Il fallait imprimer le livre où elle était décrite, puisque le support écrit était le meilleur moyen de lui assurer une large diffusion.

36La valeur positive de l’utopie ne peut dissimuler ses effets destructeurs. Du fait de son état atemporel, l’utopie entérine aussi l’impuissance de la politique à l’atteindre : car la politique est une activité humaine essentiellement soumise à la succession et aux circonstances. L’utopie est une carotte que la politique ne mangera jamais. C’est le bord d’une terre qui est ronde. Elle excite la frustration et instaure un rapport de force entre les hommes. D’où sa récupération dans un contexte où l’on pense que la politique n’a plus pour but de régler les relations sociales, mais d’assurer la survie de chacun.

1. Préparatifs

  • 47 IAS BS – 151, Truhelka à Bašagić, sans lieu ni date ; Kapidžić (éd.), Naučne ustanove, p. 397 (orig (...)
  • 48 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka X – 2/159, Karabaček à Truhelka, de Vienne le 17. XII. (...)
  • 49 Truhelka, « Tursko-slovjenski spomenici », p. 2.

37En dépit de sa nomination à la présidence parlementaire, Bašagić n’avait pas perdu contact avec le monde orientaliste de la Monarchie. En Bosnie-Herzégovine, celui-ci connut une petite révolution avec le voyage de Vladimir Ćorović (1885-1941), collaborateur du musée territorial, aux Archives de Dubrovnik à l’automne 1910. Il en rapporta les photographies d’une série de documents s’étalant entre les règnes de Murat II et de Soliman le Magnifique, rédigés en slave et en langues orientales. Truhelka, alors directeur du musée, envoya à Bašagić une liasse de pièces rédigées en ottoman et en arabe ; celui-ci qui n’avait pas encore été nommé président, promit son aide47. Il eut le temps d’y jeter un coup d’œil un peu attentif : en effet, lorsqu’il se rendit à Vienne afin de rendre hommage à François-Joseph pour sa nomination, il prit contact avec Karabaček et lui apprit l’existence, dans cette liasse, de documents pouvant l’intéresser dans ses recherches sur l’époque de Mehmed II ; Karabaček s’enquit auprès de Truhelka pour savoir s’il pouvait en obtenir la copie48. D’autre part, lorsque Truhelka publia ces documents, il remercia Bašagić pour son aide dans son introduction ; mais le nouveau président n’était plus l’unique orientalisant du projet, parce qu’il n’avait probablement pas eu le temps de collaborer – il avait simplement revu les traductions49.

  • 50 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka X – 2/198.
  • 51 Truhelka, Gazi Husrefbeg, p. 1, 2, 4 et 67.

38En 1911, l’entente entre les deux hommes était tout à fait cordiale comme le prouve un petit mot du président au directeur à l’occasion du jubilé de ce dernier, le 2 mars50. En 1912 encore, Truhelka l’appelait « notre Mirza » dans une monographie consacrée à Gazi Husrev Bey, où il s’appuyait du reste sur certaines recherches du bey51.

  • 52 IAS BS – 151, Truhelka à Bašagić, sans lieu ni date.

39Il était surtout question que sa thèse fût publiée. On ne sait pas vraiment qui, de Truhelka, Bašagić ou Krcsmárik, eut l’initiative du projet. Rappelons que l’orientaliste Krcsmárik était versé dans les affaires bosno-musulmanes, avait longtemps séjourné dans la province et connaissait très bien Bašagić père et fils. Le jour même où il avait envoyé les documents ragusains à Bašagić, Truhelka avait reçu une lettre de Krcsmárik le priant de lui envoyer la thèse à Vienne, ce que le directeur du musée avait immédiatement fait en précisant que la publication en tiré à part lui semblait la plus judicieuse. Il recommandait à Krcsmárik d’en conférer avec Thallóczy. Le tout semblait entendu depuis longtemps52.

  • 53 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka X – 2/206 [fonds Truhelka], Jan Krcsmárik à Truhelka, d (...)

40Krcsmárik répondit le 30 mars 1911. Il s’était entretenu avec Thallóczy, qui était d’avis que la publication se fît, mais que la thèse était trop volumineuse pour paraître dans le Glasnik Zemaljskog muzeja (Bulletin du musée territorial). Malheureusement, le budget des Wissentschaftliche Mittheilungen, la version allemande du Glasnik dont s’occupait Thallóczy, ne permettait pas non plus d’envisager un tirage à part. L’historien préconisait donc un arrangement avec Karl Patsch (1865-1945), le directeur de l’Institut de recherche sur les Balkans (installé à Sarajevo), qui publiait une collection de divers ouvrages en serbo-croate. D’autre part, Bašagić devait revoir son travail avant de le donner à l’impression, ce qui laissait encore du temps. Lorsque, après en avoir averti Bašagić, Truhelka fit part de cet avis à Patsch, celui-ci fit savoir qu’il donnait son accord de principe mais ne garantissait pas une sortie prochaine. En effet, Bašagić lui avait passé le texte allemand de sa thèse quelques mois auparavant sans lui dire qu’il projetait aussi une publication en serbo-croate. De plus, les modifications que celui-ci avait portées à son texte étaient importantes et Patsch n’était pas en mesure de le faire imprimer immédiatement – d’autant moins pour la version serbo-croate. Il détaillait aussi les difficultés soulevées par les citations en caractères arabes, etc.53.

  • 54 IAS BS – 171, Karabaček à [?, appelé Herr Sektionschef], de Vienne le 7. VI. 1911.
  • 55 ABiH GFM Präs 1911/1137, Potiorek au ministère, de Sarajevo le 10. VIII. 1911.

41Bašagić poursuivait en effet ses recherches. Pendant les vacances parlementaires de l’été 1911, il demanda à Karabaček, qui était aussi directeur de la bibliothèque palatine de Vienne, de lui envoyer quatre manuscrits. La demande se fit par l’intermédiaire du musée, auquel Karabaček répondit favorablement54. C’était bien autour de cette institution centrale de la recherche scientifique en Bosnie-Herzégovine que l’activité de Bašagić tournait, l’attirant peut-être davantage que la Diète où il ne brillait pas autant qu’il espérait. En août 1911, la direction du musée fit savoir qu’elle avait besoin d’un spécialiste en langues orientales pour tous les écrits de la période ottomane. On avait écarté l’éventualité d’employer Fehim Spaho à ces fins : il n’était pas assez systématique dans son travail et se révélait précieux dans ses actuelles fonctions de vice-secrétaire gouvernemental. Bašagić, lui, ne pouvait guère être mis à contribution sur-le-champ ; mais il avait laissé entendre qu’il ne se montrait pas hostile à réintégrer la fonction publique, sous certaines modalités ; on pouvait donc dès lors penser à se l’adjoindre comme futur expert orientaliste au musée, car c’était l’homme de la situation55.

  • 56 [Anonyme], « Gospodi oko “Naroda” », Zeman 2 (1912), 35 (30/03), p. 2 ; « Dr. Bašagić i “Narod” », (...)
  • 57 Skarić, « Istorijski spomenici na turskom jeziku », p. 249-252.
  • 58 Prelog, Povijest Bosne I, p. 3.

42Cela se sut dans les milieux orthodoxes (probablement par l’intermédiaire de Ćorović) et on s’en servit comme argument pour critiquer son travail à la présidence. Zeman défendit fort mal Bašagić et la position de celui-ci en fut affaiblie56. Un peu plus tard, Vladislav Skarić (1869-1943), collaborateur orthodoxe du musée, publia un long article où il présentait la nécessité de trouver un historien qui sût le turco-ottoman ; il insistait lourdement sur le fait qu’actuellement il n’en existait aucun57. Ceci prouve que les relations entre les divers intellectuels bosno-herzégoviniens se tendaient au fil du temps : en 1908 encore, Bašagić pouvait faire l’objet d’une critique très respectueuse de la part d’un historien chrétien modéré, Milan Prelog (1879-1931), qui s’inspirait en bonne partie de lui pour écrire une histoire complète et globale de la Bosnie-Herzégovine58.

  • 59 IAS BS – 111, Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 31. VIII. 1910. Un peu après 1910, Smičiklas avait (...)
  • 60 IAS BS – 111, Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 14. XI. [1910].
  • 61 IAS BS – 127, Gavro Manojlović à Bašagić, de Zagreb le 25. VII. 1911. Voir aussi l’article « Encikl (...)

43En attendant, Bašagić se préoccupait d’un autre projet : le dictionnaire encyclopédique yougoslave, un projet commun aux académies de Belgrade et Zagreb. À la fin du mois d’août 1910, Hörmann, qui était encore à cette époque au musée, l’avait chargé d’initier et de coordonner le projet sur l’ensemble des collaborateurs bosno-herzégoviniens ; en effet, le musée n’avait pas pu s’en charger parce que le personnel se consacrait aux affaires courantes, qui l’occuperaient durant deux ans encore et allait être mis à contribution pour le déménagement dans les nouveaux locaux. Tade Smičiklas (1843-1914), le président de l’Académie yougoslave (à Zagreb), avait donc accepté sur la proposition de Hörmann que Bašagić, aidé de quelques autres personnes, s’attelât à la tâche59. À la fin de l’année, c’était le nouveau président de l’Académie yougoslave, Gavro Manojlović (1856-1926), qui avait repris l’affaire en mains. Par l’intermédiaire de Hörmann, il relançait Truhelka, le second collaborateur bosniaque, et Bašagić pour que la liste des vedettes qu’ils voulaient présenter fût terminée au plus vite. Le bey s’était chargé du domaine architectural, artistique, culturel et historique de l’islam60. Au 25 juillet 1911, il avait eu le temps de proposer une liste de termes de civilisation ottomane et de personnages bosno-ottomans, sur laquelle Manojlović portait quelques remarques méthodologiques61.

  • 62 Musa Ćazim Ćatić, « Tri gazela (Mirzi Safvetu) », Gajret 4 (1911), 23-24, p. 340-341 ; Nametak, Mus (...)
  • 63 Milićević, « O dvadesetoj obljetnici », p. 350. Pour lire une étude à peu près correcte sur Ćatić e (...)
  • 64 « Herman Vambery », Zeman 1 (1911), 16, p. 2 ; « Herman Vambery », Zeman 2 (1912), 36 (02/04), p. 3
  • 65 Ils ne subirent pas de modifications majeures dans la sortie finale. Voir Dr. Bašagić, « Pečevi. (I (...)

44Que Bašagić eût la réputation d’être, en 1911, le meilleur orientaliste de l’époque, Musa Ćazim Ćatić (1878-1915) nous le dira, lui qu’on considère de nos jours comme le meilleur traducteur des langues orientales du début du xxe siècle. Ćatić lui dédicaça en effet les trois premiers gazels qu’il composa, en 1911, alors même qu’il s’investissait du côté des pires ennemis de Bašagić : Osman Đikić à la rédaction de la revue Gajret, qui réunissait autour d’elles les musulmans démocrates et pro-serbes62. Bašagić lui en sut gré et s’arrangea pour le faire embaucher au Sarajevski list (Journal de Sarajevo) durant ce même été 1911, car Ćatić vivait dans la misère – en véritable « poète maudit63 ». À une autre occasion, l’autorité de Bašagić s’étale dans la presse lorsqu’il prend la plume pour séparer le bon grain de l’ivraie et dénoncer, selon lui, l’imposture scientifique de Hermann Vambéry : pour notre bey, ce n’était qu’un aventurier hongrois qui avait obtenu une chaire d’orientalisme à Pest alors qu’il ne connaissait pas les langues qu’il enseignait64. Zeman et Bosanska pošta (La Poste bosniaque) donnent à lire régulièrement, à la fin de 1911, des extraits de sa thèse65.

  • 66 Kapidžić, « Prilozi poznavanju Instituta za istraživanje Balkana », p. 248.
  • 67 Safvetbeg Bašagić, « Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti », Glasnik Zemaljskog Muzeja 24 (...)

45Ces efforts aboutirent à la publication de celle-ci à partir d’avril 1912 dans le Glasnik ; probablement la solution de l’Institut balkanique s’avéra-t-elle trop coûteuse et trop longue ; peut-être aussi Bašagić fit-il les frais de la sourde rivalité opposant Truhelka à Patsch66. Début août, le texte sortit également en tiré à part67.

2. Les sources et leur critique

  • 68 Ćehajić, « Bošnjaci i Hercegovci », p. 85-157 (repris en post-face de l’édition de la thèse, p. 245 (...)
  • 69 Voir les rapports de ses séminaires à l’École pratique des hautes études, IVe section (sciences his (...)
  • 70 Clayer et Popovic, « La thèse de Safvet-Beg Bašagić », in Popovic, Cultures musulmanes balkaniques, (...)

46Le contenu scientifique de la thèse a déjà été systématiquement étudié par Džemal Ćehajić (1930-1989), à qui sa connaissance des langues orientales a permis une étude approfondie des sources dont s’est servi Bašagić ainsi qu’une analyse générale des appréciations sur les différents auteurs présentés68. L’ensemble des sources et les auteurs des xve et xvie siècles ont été eux aussi analysés en détail par Alexandre Popović (1931-), et les conclusions auxquelles il arrive sont d’un précieux recours69. En outre, en collaboration avec l’historienne Nathalie Clayer (1960-), Popović s’est livré à la comparaison du texte original de la thèse et de sa traduction en serbo-croate ; Ćehajić a fait de même, mais de façon bien moins approfondie70. À les lire, on comprend que les modifications furent insignifiantes.

  • 71 À propos des sources occidentales de Bašagić : Ćehajić (« Bošnjaci i Hercegovci », p. 261) fait rem (...)

47Les ouvrages que consulta le bey appartiennent pour la plupart au genre du tezkire – c’est-à-dire une sorte d’anthologie contenant des notices biographiques d’auteurs illustrées par des extraits de leurs œuvres, le tout ordonné selon l’ordre alphabétique ou chronologique. Dans le cas où ils apparaissent avec des textes choisis, Bašagić a pu citer en seconde main les écrivains qu’il étudiait. Les registres qu’il a consultés sont tous écrits en turc-ottoman, hormis la monumentale Histoire de la poésie ottomane de Hammer-Purgstall, qu’on se permet néanmoins de ranger dans cette catégorie générique. Les autres livres, des ouvrages d’histoire dans leur grande majorité, ont moins d’intérêt dans la mesure où ils ne lui fournissent pas d’élément-clé pour sa thèse ; à ce titre, sa principale source reste sa Brève introduction, dont il reprend et étoffe les idées, et divers de ses articles (la biographie de Hikmet qu’il avait fait paraître en 1903 ; dans l’introduction, des articles d’Ogledalo, etc.). On retiendra uniquement l’histoire de la Bosnie-Herzégovine par Asbóth, que nous avons déjà étudiée : Bašagić la citait encore pour appuyer la thèse de l’islamisation, du bogomilisme, etc.71

  • 72 Pour le catalogage de ce type d’erreur, voir Ćehajić, « Bošnjaci i Hercegovci », p. 267-268.
  • 73 L’examen de l’utilisation de la tradition orale par Bašagić montre que c’est pour souligner la vie (...)

48La quasi-absence de démarche critique vis-à-vis de ces sources biographiques a, la plupart du temps, empêché Bašagić de dépasser le psittacisme formel : sa thèse tient elle-même au genre du registre bio-bibliographique, où aucune analyse textuelle précise ne vient soutenir de son argumentation l’esquisse de périodisation esthétique. Nonobstant le fait que certaines de ses erreurs n’en étaient pas à son époque parce qu’il ne pouvait pas connaître tel ou tel document72, il n’hésite pas à user de la tradition orale en tant que source première sans essayer de la mettre en regard avec les connaissances textuelles73. De plus, on ne trouve guère dans la thèse d’analyse stylistique détaillée, pour une raison principale : Bašagić n’a pas pu consulter beaucoup de textes des auteurs étudiés. En l’absence de biographie détaillée, la caractérisation des auteurs et de leur style reste ainsi assez sommaire pour une majorité d’entre eux.

  • 74 « Die Bosniaken und Hercegovcen auf dem Gebiete der orientalischen Literatur » et non « Die Bosniak (...)
  • 75 Šabanović, Književnost Muslimana, p. 13-26.

49Deux imprécisions dès le titre de la thèse originale trahissent ce déficit critique : « Les Bosniaques et les Herzégoviniens dans le domaine de la littérature orientale »74 – si le domaine analysé est « oriental », doit-on entendre aussi les territoires de l’Inde et de l’Extrême-Orient ? Dans son rapport de jury, Bittner souleva le problème et indiqua qu’il eût été préférable d’écrire « islamique », ce à quoi se rallia Bašagić pour la traduction de son travail. La « littérature » suscite une deuxième question : à une époque où le concept de littérature ne coïncide plus avec celui des Belles-Lettres, semble-t-il pertinent de recenser des auteurs religieux, des historiens, des commentateurs, etc., en même temps que des poètes ? Une mise au point théorique sur le concept de littérature dans l’aire ottomane aurait été appréciable ; elle ne sera faite que par ses successeurs, en premier lieu Hazim Šabanović (1915-1971)75. On verra aussi que même « Bosniaques et Herzégoviniens » recouvrent des notions assez floues.

50Les conséquences de ces lacunes critiques affectent autant la forme que le fond de son travail. De la seule indigence formelle il montre une semi-conscience, comme en témoigne son introduction :

  • 76 Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 11.

Qu’on ne s’attende pas à trouver dans cet ouvrage une quelconque histoire de la littérature ou une étude littéraire bien cernée, car il n’a pas été possible de rien inférer de tel. Toutes les combinaisons de liaisons entre causes et conséquences, qui auraient conféré au travail entier un certain caractère global, sont restées sans succès. Je reconnais que le simple ordre chronologique est bien monotone quand l’ensemble de l’étude n’a pas d’autre cohérence. Mais quant à en trouver une, je dois là encore reconnaître que je reste bredouille à l’heure actuelle76.

  • 77 Kratka uputa, « Herceg-Bosna i istočna prosvjeta », p. 203.

51Point de justification théorique, apparemment ; et pourtant, il en existe une a posteriori, une induction à partir de la rapide analyse de certains auteurs et qui veut donner une probabilité au recueil tout entier : les auteurs ottomans d’origine bosniaque ou herzégovinienne auraient tous subi l’influence des chants populaires sud-slaves et formeraient ainsi un genre à part dans l’ensemble de la production ottomane. Ce faisant, Bašagić confirmait et précisait ici un pressentiment qui l’avait saisi longtemps auparavant, au moment où il rédigeait « L’Herceg-Bosna et la civilisation orientale », en annexe de la Brève introduction77.

  • 78 En 1912, Josip Milaković (par ailleurs bon ami de Bašagić) remarqua qu’il n’avait en rien démontré (...)
  • 79 Ćehajić, « Bošnjaci i Hercegovci », p. 282-284.

52Dès 1912, tous les auteurs sérieux se sont entendus pour rejeter cette idée ou demander à ce qu’on la démontrât78. Seuls deux d’entre eux ont marché dans les pas de Bašagić : Alija Bejtić (1920-1981) – qui ne généralisa pas à l’ensemble de la production bosno-ottomane ses remarques à propos d’un unique auteur – et Džemal Ćehajić – pour qui cette thèse, puisqu’elle n’est pas encore démontrée, doit être prise en compte. Bašagić présumé innocent plutôt que coupable. Ce critique soutient qu’en Bosnie et en Herzégovine, la culture ottomane s’est trouvée confrontée à la culture slave et que les lettrés sont entrés dans une dynamique intégrative79. Il reste encore à prouver que la culture slave représentât autre chose qu’une sous-culture pour les musulmans locaux : la culture savante de l’époque n’avait pas de prétention à être avec le peuple, unique porte-flambeau de la slavitude. En réalité, ce présupposé rejoint celui de Bašagić lui-même, pour qui les musulmans bosno-herzégoviniens avaient une identité slave positive ; il semble tout à fait naturel, dans ces conditions, que l’opinion de Ćehajić rejoigne celle de Bašagić.

53Pour autant, Bašagić n’est pas dénué de tout sens critique, comme Ćehajić le montre. Il discute souvent les jugements de Hammer-Purgstall et ceux des critiques ottomans de son époque. Essentielle se révèle donc la découverte de ce qui motive ses jugements et structure son travail.

3. Le cycle de la civilisation

54De même que dans son premier livre d’histoire, Bašagić n’affichait pas la prétention à un discours global, mais présentait sa thèse comme une « brève introduction ». Dans son premier ouvrage, pourtant, il avait proposé une interprétation générale de l’histoire de sa province ; et ici, il se fait plus systématique encore dans sa périodisation : la Brève introduction suggérait une succession d’âges symboliques, la période médiévale ayant marqué l’âge d’or de la Bosnie, l’« ère Sokolović » son âge d’argent. Mais l’ensemble de l’exposé se faisait selon les différents vizirats dans la province, c’est-à-dire selon une périodisation traditionnelle, reprise de Muvekkit.

55La thèse a mûri de ce point de vue. Le sous-titre de la traduction était « Contribution à l’histoire culturelle de la Bosnie-Herzégovine » ; Bašagić s’y montre le disciple des historiens germanophones de son temps, pour qui le paradigme de l’histoire culturelle était monnaie courante. Le mot « culture » ici n’a pas encore subi la polarisation qu’il connaîtra à la fin du siècle entre Kultur et civilisation. Alfred von Kremer (1828-1889), que Bašagić cite souvent dans ses articles, avait publié une magistrale Histoire culturelle de l’Orient sous les califes en 1875-1876, qui présente une histoire de la civilisation au sens d’« humanisation ».

56Si l’on ne peut mesurer avec exactitude l’incidence de ces lectures sur la thèse, on peut du moins en analyser le résultat. Bašagić procède à un découpage par période original ; sans remanier la chronologie, il distingue quatre moments dans les lettres bosno-musulmanes, pour autant d’étapes d’un cycle de civilisation.

  • 80 Éd. Ćehajić, p. 13.

C’est un vieux processus historique ; un pays, qui aujourd’hui abrite un peuple nonchalant et peureux, a vu naître autrefois de grands hommes qui se sont illustrés dans les domaines de la culture, de la politique, de la guerre ; et le monde les contemplait avec crainte et émerveillement. Beaucoup de régions du monde ont connu ce même processus, par exemple l’Égypte, la Grèce, l’Arabie, etc.80.

57La périodisation de la Brève introduction n’est pas reprise exactement puisque, désormais, l’âge d’or est atteint durant l’« ère Sokolović » (de 1550 à 1650), « quand l’or du monde entier coulait à flot en Bosnie-Herzégovine ». La domination ottomane ne se place plus sous le signe négatif d’un constant déclin depuis l’apogée royale de Tvrtko Ier ; au contraire, on assiste à une véritable « renaissance » avec l’arrivée de l’islam en Bosnie-Herzégovine, renaissance qui est aux mains des « pionniers ». Elle dure jusqu’à la fin du xve siècle. Une période d’apogée s’ensuit, jusqu’à la moitié du xviie siècle, puis un tassement, durant un petit siècle, pour que le cycle trouve son achèvement dans la décadence à la fin du xixe siècle. Bašagić considérait que la production en langue locale, commencée avec Kapetanović de Ljubuški et lui-même, marquait une nouvelle renaissance et que la civilisation bosno-musulmane entamait un nouveau cycle.

58L’analyse diachronique met en lumière des esthétiques différentes. La phase préparatoire est largement dominée par la figure de Mahmud Paşa (v. 1420-1474), de son pseudonyme littéraire Adni. Elle se caractérise par l’imbrication du politique et du littéraire, Adni ayant occupé les fonctions de grand vizir et simultanément composé des vers. Déjà les germes du classicisme sont en fermentation.

59Ces préliminaires historiques ont permis le développement de la seconde période, coïncidant avec la première venue de Gazi Husrev Bey à Sarajevo (1521) puis avec l’accession des Sokolović aux plus hautes fonctions du pouvoir (xvie siècle). Cinq noms se distinguent, chacun diversement : Derviş Paşa Bajezidagić (v. 1566-1603) par sa poésie de style classique, Nerkesi (1584-1635) par sa prose baroque, Peçevi (1572/3-v. 1649) par la solide et originale documentation de ses études historiques, Hasan Kafi Akhisarî (1544-1616) par sa science et son érudition, et Abdullah el-Bosnevi par l’élévation de ses commentaires d’ouvrages religieux. C’est à propos de cette période que Bašagić se montre le plus disert en matière d’analyse littéraire, le plus inventif dans le domaine de la littérature comparée (encore balbutiante à l’époque). En effet, l’âge classique bosno-ottoman allie les mêmes contrastes que celui de l’Europe (notamment de l’Europe centrale), entre épuration du style et baroque. À la suite du poète précieux Bâkî (1526-1600), Nerkesi avait été habile à choisir des expressions et des tournures de phrase compliquées ; Bašagić le comparait à Marino (1569-1625), à Casper von Lohenstein (1635-1683) et au courant mariniste européen (seconde école de Silésie, le rond de l’Hôtel de Rambouillet) [sic]. Le marinisme n’est « autre chose qu’un bâkisme en poésie et un nerkéssisme en prose » ; il se rencontre plusieurs Bosniaques qui avaient écrit dans cette veine, tels Habibi qui déclara : « À nous, les mots sont donnés, que vous importe-t-il à vous de savoir ce qu’ils signifient ? », ou l’énigmatique Mecazi (m. 1610), dont le pseudonyme signifie « Métaphorique ». Le bey prisait peu cet art réservé aux initiés, « modèle de l’hypermodernisme dans la lettre et dans l’esprit ». En revanche, il goûtait la clarté et la simplicité d’expression de Derviş Paşa. Celui-ci tirait sa perfection littéraire de son excellence morale – son entière soumission au destin faisait de lui un vrai esclave de Dieu. L’islam se teintait de stoïcisme sous la plume de Bašagić, à l’occasion d’une citation de Sénèque : Ducunt volentem fata, nolentem trahunt. L’accord entre le Bon et le Beau caractérisait Derviş Paşa, autant que le désaccord entre les valeurs et le goût minait le bâkisme. Ce principe servait à la récupération de Nerkesi, qui s’était montré coupable d’affectation et d’enflure dans sa prose parce que la mode stambouliote le lui avait imposé. Ses poésies témoignaient qu’il savait exprimer ses grandes et simples pensées en termes ordinaires et mesurés.

60Succédait à cette ère classique une période moins glorieuse durant laquelle de très nombreux Bosniaques et Herzégoviniens s’étaient rendus à Constantinople sans pouvoir pénétrer à la cour. En l’espace d’un siècle ne rejaillissaient de l’ombre que les poètes Sabit et Cheikh Jujo (1651-1707). Sabit incarnait au mieux l’interpénétration des cultures slave et ottomane, il avait voulu frayer une nouvelle voie au-delà de la poésie « artificielle » des lettrés. Lapsus calami, Bašagić avouait qu’il n’avait eu aucun émule parmi ses compatriotes.

61Enfin, le quatrième et dernier temps de l’histoire littéraire bosno-musulmane était une période de décadence à laquelle réchappait le seul Hikmet. Pour Bašagić, la raison en était que tout au long des xviiie et xixe siècles, ses compatriotes avaient été abandonnés à eux-mêmes pour la défense de leurs frontières et que les troubles intérieurs les avaient absorbés dans une guerre sans fin. Ils n’avaient plus eu le loisir de cultiver les muses : Inter arma silent musæ, mettait-il en épigraphe de cette dernière partie.

62De tous, c’était Derviş Paşa qui remportait sa faveur. Personnage totalement inconnu des cercles littéraires au xixe siècle, Bašagić voulait le réhabiliter aux yeux de la critique et affirmait de sa langue qu’elle était comparable à celle des poètes de la renaissance turque (c’est-à-dire de la seconde moitié du xixe siècle). On ne savait donc plus trop à quoi s’en tenir puisque Derviş Paşa, censé représenter la quintessence de la civilisation bosno-musulmane, s’apparentait à ceux qui tentèrent d’unifier la civilisation ottomane et représentèrent, pour la postérité, la culture turque.

4. Le génie de la langue

63Une autre ambiguïté se fait jour à propos de Kaimi Baba (m. 1680), que Bašagić dépréciait parce que sa langue, par trop influencée par le bosniaque, n’était pas belle. Si sa thèse était que la langue vernaculaire avait influencé l’expression de ses auteurs, où fixerait-on la limite après laquelle cette influence ne fécondait plus la langue turco-ottomane mais l’obscurcissait ?

64Bašagić se montrait fort sensible au problème de la langue et lui conférait une dimension nationale de premier ordre. Fin décembre 1910, une commission d’enquête sur les écoles et l’instruction des enfants musulmans fut ouverte, avec à sa tête le reis Šarac ; mais comme il présidait à la diète, il ne fut pas d’abord question de le nommer. Lorsque Alija Kadić (1868-1928), professeur d’arabe au Grand gymnase, dut décliner sa nomination, ce fut à Bašagić qu’on pensa – comme ancien professeur d’arabe. Son nom fut proposé à l’unanimité par la commission et le reis donna son approbation. Il siégea donc à partir du 3 janvier 1911, durant les vacances parlementaires. Ce qui se dit alors éclaire les conceptions de la thèse d’un jour plus lumineux.

65Malheur à ceux qui avaient voté pour lui et ne partageaient pas ses idées ! Il les détruisit en quelques discours fort bien sentis, d’après quelques esprits de l’époque. Le premier à en faire l’expérience fut Mehmed Okić, ouléma très conservateur qui jugeait que les catéchismes devaient toujours être rédigés en turco-ottoman parce que cette langue ressemblait au bosniaque [sic]. Bašagić rétorqua que le bosniaque s’était en effet approprié un certain nombre d’expressions ottomanes, tout simplement parce que les Ottomans, en venant en Bosnie-Herzégovine, « s’étaient déjà réchauffés aux rayons de la culture arabe [et étaient] un peuple plus civilisé que [les indigènes] » ; ceux-ci leur avaient emprunté des expressions pour les idées qui jusque-là n’avaient pas cours chez eux, surtout pour le mobilier, la science et la religion islamique. Ces termes étaient devenus tout à fait bosniaques et il n’était nul besoin de les changer par des équivalents slaves dans les catéchismes. D’autres mots turcs ou arabes nécessiteraient quant à eux une explication : et c’est celle-ci qui devait être en bosniaque.

66N’hésitant pas à se mettre au niveau de ses adversaires, Bašagić affirma d’aplomb qu’« écrire les catéchismes en turc, c’[était] un péché ». Personne ou presque (« sept ou huit », selon lui) ne savait vraiment parler le turco-ottoman en Bosnie-Herzégovine, après quatre cents ans de domination ottomane. De même que les Turcs eux-mêmes avaient rapidement traduit les catéchismes arabes afin de s’instruire dans leur propre langue, de même que les Hindous et les Perses avaient rapidement rédigés leurs livres religieux dans leur propre langue, de même les musulmans de Bosnie-Herzégovine devaient avoir leurs catéchismes dans leur propre langue. La culture véhiculée par le turco-ottoman ne permettait pas aux musulmans de Bosnie-Herzégovine de s’adapter au monde moderne, alors que les autres « éléments » de la province progressaient. La conséquence en irait jusqu’à la ruine économique.

67Qui en portait la responsabilité ? Le système scolaire mis en place par les Austro-Hongrois dans le Statut d’autonomie pour la communauté bosno-musulmane. Plus précisément, le principal fautif était le baron Kutschera, ce « démon », ce « jésuite » qui avait imaginé que les enfants musulmans dussent terminer l’école coranique pour entrer à l’école primaire, ce qui les amenait au gymnase à un âge où les parents les réclamaient pour qu’on les aidât aux champs ou qu’ils apprissent un métier. Kutschera fêtait le mawlid chez lui et se prétendait le grand ami des musulmans ; de cette manière, il avait pu tromper quelques esprits crédules occupant des postes importants et leur faire accepter le §162 du Statut, qui spécifiait le cursus scolaire obligatoire des petits musulmans.

68Le combat en faveur de l’enseignement religieux en langue vernaculaire dans les écoles coraniques recouvrait en réalité un débat plus profond : Bašagić pensait que les écoles coraniques existant en Bosnie-Herzégovine devaient inclure dans leurs programmes des matières profanes, « utiles ». Or, l’idée qu’une concurrence s’instaurât entre le catéchisme, « monotone, inutile et non lucratif » et ces matières « utiles » effrayait certains oulémas. De plus, pour Bašagić, l’éducation familiale se complétait par l’instruction scolaire ; il fallait donc que les jeunes filles musulmanes fréquentassent les écoles coraniques et y apprissent des choses « utiles » pour la maison.

  • 81 Karamehmedović, Zapisnici sjednica, p. 49, 79, 82-90, 97, 107-109, 115, 130, 151, 159 et 169-170 ; (...)

69La question de la langue à l’école aboutit finalement à un vibrant plaidoyer en faveur de la prosvjeta, seule puissance de progrès dans ce monde81.

  • 82 Au sens où l’entend notre linguistique, les deux seules études remarquables que j’ai pu consulter s (...)

70Selon Bašagić, la Kultur bosno-musulmane s’appuyait donc sur la langue bosniaque et non sur la langue turco-ottomane, langue de l’islam du point de vue des musulmans bosno-herzégoviniens. Quelques remarques présentes dans la thèse réaffirment cette vision des choses. Dans un paragraphe rajouté pour la publication en bosniaque, Bašagić confiait qu’il rendait les textes originaux dans une traduction littérale et non selon l’esprit de la langue, parce que le turco-ottoman possédait beaucoup d’idiotismes ; il s’excusait de ce que, parfois, les poésies traduites semblassent ridicules. Le génie linguistique constituait un des caractères nationaux, ce que révèlent encore ses traductions en dehors de la thèse : ce sont des prepjev, des « transpositions poétiques », où il ne s’efforçait de rendre ni la forme, ni le sens précis, mais l’esprit de l’original dans une forme adaptée à la versification sud-slave82.

71Ailleurs dans la thèse, Bašagić tombait à bras raccourcis sur les oulémas de sa province parce qu’ils désiraient conserver leurs catéchismes en arabe et en turco-ottoman.

  • 83 IAS BS – 186 ; Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », p. 25 ; Kreševljaković, « Živ (...)

72Ces conceptions motivèrent également la rédaction d’un dictionnaire, entreprise en 1912, où il désirait recenser les mots ottomans passés dans l’usage bosniaque. En réalité, c’étaient trois dictionnaires qu’il mettait en chantier : l’un des turcismes, l’autre des arabismes, le dernier des persianismes du « croate » (il avait barré l’expression « croato-serbe », écho des débats sur la question de la langue à la diète). Par cette division, il occultait le fait que tous les ottomanismes du « croate » provenaient uniquement du turco-ottoman. À la probable origine de ce procédé se trouvait l’idée qu’il existait un lien organique – immédiat, par-delà la langue turque – entre le bosniaque et le persan, langues indo-européennes, idée qu’il avait exprimée dès 189783.

5. Kultur et civilisation

  • 84 Dr. Bašagić, « Gazi Husrevbeg naše gore list », Zeman 1 (1911), 48 (28/12), p. 2.

73Ainsi le concept de Kultur chez Bašagić était-il tout d’abord inspiré du modèle germanique : culture communautaire couronnant « notre » coexistence. Qui est ce « nous » ? Au présent, ce sont tous les musulmans, quel que soit le lieu où ils vivent, dont les parents ou ancêtres sont nés sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine, dans la plus grande extension qu’il a pu connaître au cours des siècles (incluant donc une partie de la Dalmatie, de la Croatie, de la Slavonie, de la Vieille-Serbie et du Monténégro). La filiation avec le « nous » du passé se fait par le sang, avec pour cadre le territoire, la religion et la langue. Ainsi, fin 1911, dans un article consacré uniquement aux origines de Gazi Husrev Bey, Bašagić venait de montrer que celui-ci était « notre homme », qu’il appartenait à la communauté bosno-musulmane par le sang84. Dans toute sa thèse, il affirme clairement que le principe du jus sanguinis (krv naše krvi) lui a servi de fil directeur dans ses recherches. Ce point mérite notre attention.

  • 85 À ce propos, voir l’intéressante étude de Popovic, « Écrivains balkaniques et lettres ottomanes à l (...)

74Dans les biographies que notre thésard consulte, qu’est-ce qui lui permet de savoir si tel personnage est bien de sang bosniaque ? Son seul nom, qui selon la tradition islamique désigne son pays, sa ville d’origine – mais pas uniquement : ce peut être aussi le pays ou la ville où il a passé le plus clair de son existence, ou bien ceux qui ont marqué une étape importante de sa vie, etc. La nisba (nom toponymique) n’a pas de signification absolue selon le jus sanguinis, ce que Bašagić ne prend pas en compte. À l’inverse, tel personnage né en Bosnie ou en Herzégovine n’a peut-être pas beaucoup vécu dans ces provinces, et s’il porte la nisba al-Bosnevi ou Bosnalı, ou encore si les quelques lignes qui donnent à connaître sa vie indiquent qu’il y est né, il aura pu s’imprégner d’une tout autre réalité que celle du sandjak de Bosnie – c’est-à-dire qu’il a perdu toute trace de culture bosno-ottomane et que seul le sang le rattache à cette province85. Là encore, Bašagić l’ignore.

75Prenons un exemple : en se penchant sur le personnage de Mahmud Paşa, il revendiquait avec véhémence sa bosnicité face à l’historien grec Chalcocondyle, qui en faisait un Grec. Il polémiquait très longuement à ce sujet, montrant une obstination qui occultait la véritable signification du personnage, toute ottomane : Mahmud Paşa avait été enlevé à sa famille et à sa patrie fort jeune, et ne manifesta jamais de penchant particulier pour son pays d’origine.

  • 86 « Hrvatstvo Bosne », Hrvatska zajednica 4 (1912), 54 (06/07), p. 3 ; « Opet o hrvatsvu Bosne », Hrv (...)
  • 87 Par exemple, nulle part n’apparaît le nom de Bašagić dans la correspondance de Matoš, dont la produ (...)
  • 88 « Književna kriza », Obzor 53 (1912), 164 (16/06), p. 1-2, consulté dans Matoš, Sabrana djela sveza (...)

76La source ultime d’où jaillissait ce sang, c’était le peuple (pleme) croate. En reprenant l’historien Âali dans son introduction, Bašagić exposa à nouveau que dans les veines des musulmans de Bosnie-Herzégovine coulait le sang croate. En vertu de ce principe, il exclut de son étude tout auteur qui eût vu le jour en Serbie. Il le proclamait haut et fort dans une note explicative, où il justifiait la présence dans son travail d’un auteur natif d’Užice par le fait que cette ville appartenait à l’époque au vilayet de Bosnie. Les circonstances du pacte catholico-musulman à la diète trouvaient ainsi une caution « scientifique » et les catholiques croatisants ne se firent pas faute de l’exploiter dès la sortie de la thèse. Ils partirent en croisade contre le « chauvinisme politique serbe » ; une petite polémique avec Srpska riječ (La Parole serbe) s’ensuivit : les orthodoxes affirmaient que Bašagić avait inventé ce passage ; les catholiques – qui n’étaient certes pas allés vérifier – s’appuyèrent sur « la grande érudition » de Bašagić pour en remettre un coup86. En Croatie, juste au même moment, le grand écrivain nationaliste Antun Gustav Matoš (1873-1914), qui ne semble pas avoir connu personnellement Bašagić87, le rangeait parmi les piliers de la diversité culturelle croate, puisqu’il lisait l’arabe88.

77Au sein de l’ethnie croate, les musulmans bosno-herzégoviniens conservaient leur particularisme religieux : bogomiles avant de s’islamiser, ils avaient eu l’heureuse intuition de demander à être envoyés aux palais d’Istanbul : ce discours historique avait été directement repris de l’Ogledalo. Cette distinction apparaît à une occasion comme signe d’élection divine ; alors que Bašagić médite sur le sort des trois jeunes pionniers, il mentionne en effet la « providence » qui règle le destin des hommes.

78Plus haut encore que le peuple croate, la race aryenne. La critique ottomane (assimilée par Bašagić à la critique « de sang turc ») ne reconnaissait pas suffisamment les auteurs d’origine bosno-herzégovinienne. Bašagić a notamment la dent dure contre Muallim Nacı (1850-1893), mais aussi pour Reşad (1844-1902) ou Şemseddin Sami Frashëri (1850-1904, de « sang » albanais) ; il ironise à quelques reprises sur le nationalisme « turc », méprise le « caractère des Ottomans » – entendu qu’il se montre réfractaire à toute envolée lyrique – et pense que les meilleurs éléments de la race (pasmina, mot repris du lexique starčevićien) mongole ne sauraient concourir avec ceux de la race aryenne.

  • 89 C’est ce qui apparaît dans l’un des premiers numéros du journal Misbah, organe des oulémas, vers la (...)

79La Kultur selon Bašagić emprunte aussi mainte caractéristique au concept de « civilisation » développé en France à la même époque, au sens de manifestation universelle de l’esprit humain. Cité en passant dans ce sens, Voltaire reste une référence profonde de la thèse. C’est par exemple ce qui motive le jugement du thésard sur un auteur, qualifié d’« éducateur de l’humanité », savant et cheikh « libre-penseur » dans les limites de la charia et du bon sens – bref, un musulman tel qu’il les aime. C’est encore ce qui le pousse à quelques nouvelles diatribes, tout à fait déplacées dans le cadre de son travail, contre les oulémas et la « sancta simplicitas ». L’unique passage allant dans le sens inverse (éd. Ćehajić, p. 58) semble tout droit repris, sans critique, des tezkire ou autre. D’ailleurs, les oulémas le lui rendaient bien et le détestaient89.

80L’étalon auquel se mesurent les différentes cultures est universel, moderne, laïc. Fidèle à son orientation européenne, Bašagić pense que la science, comme produit de la raison, est universelle, alors que les musulmans de son temps ont tendance à la considérer comme une manifestation typiquement occidentale. « Au xxe siècle, il ne faut pas que la foi soit cause de différences ; la prosvjeta est la prosvjeta, qu’elle vienne d’Orient ou d’Occident. » Dans le cas sud-slave, les historiens étudiant les auteurs originaires de cette aire géographique avaient pour devoir d’inclure dans leur exposé ceux qui s’étaient exprimés en langues orientales, dans la mesure où ils incluaient ceux d’expression latine et italienne.

81Comme corollaire du concept de civilisation, plus que celui de représentativité s’avère décisif le critère de l’originalité. En essayant de délimiter un corpus cohérent à l’intérieur de la production ottomane, Bašagić met en valeur ce qui distingue ses auteurs de leurs pairs dans l’ensemble de l’Empire. La somme de ces originalités aboutit à constituer un nouveau genre, typiquement national. Reste à savoir si ce genre est réfléchi et consciemment ébauché, ou relève de l’inconscient collectif non concerté.

6. Réminiscence et renaissance culturelle

82Le problème du souvenir se pose ainsi à un premier niveau : les auteurs ottomans originaires de Bosnie et d’Herzégovine connaissaient-ils la production de leurs semblables ? Hormis quelques exceptions, rien n’est moins sûr. L’acte de création, et plus encore la notion de genre supposent la mémoire des modèles, l’intertextualité faisant partie intégrante de l’art littéraire.

83L’ignorance mutuelle dans laquelle se tenaient ces auteurs rejaillit sur le lecteur bosno-musulman contemporain de Bašagić : lui non plus ne les connaissait pas. D’après la description que Bašagić en donne, une poignée de lettrés à son époque garde en mémoire quelques noms des hommes de lettres ottomans. On ne saurait parler de translatio dans ce cas, ni par la culture populaire, ni par la culture savante, et il délivrait un « testimonium ignoriantiæ » aux oulémas. Dès ses premières pages consacrées aux « trois pionniers », mais à d’autres reprises dans son texte également, le thésard place le souvenir au cœur de sa problématique : son travail ne vaut pas seulement pour le passé, mais aussi parce que les piliers de ce passé vacillent et ne supportent plus le présent. Le lecteur est appelé à « continuer la tradition », alors que tout le contexte aurait logiquement amené à utiliser l’expression « reprendre la tradition ». En effet, la tradition a disparu. Or, c’est elle qui assure la continuité culturelle, le souvenir garantit la civilisation. Dans la perspective historique, cela se révèle irréalisable pour les musulmans de Bosnie-Herzégovine. Selon Bašagić, ils n’ont plus aucune idée de leurs grands personnages et savent plutôt énumérer les noms des chevaux que montent les héros de l’épique populaire (présentée ici, paradoxalement, comme la manifestation d’une sous-culture).

84La rupture avec la civilisation passée et le désir de se rapprocher du modèle qu’elle est censée offrir organisent le mécanisme utopique. Afin de préciser exactement le système que met en place Bašagić dans sa thèse, nous dirons que le passé ne devait pas être découvert, mais re-découvert, comme une réminiscence refait surface grâce à des mots qui guident l’esprit de ses profondeurs vers sa surface, de l’ignorance à la connaissance. Le travail de la pédagogie sera ainsi une maïeutique. Tout comme la mort culturelle des musulmans bosno-herzégoviniens, selon Bašagić, est due à la mauvaise éducation, de même leur « résurrection » (l’une des traductions possibles du mot preporod, « renaissance ») viendra d’une prise de conscience culturelle, d’une « instruction éclairante » (une possibilité de sens de prosvjeta). Une telle entreprise se formule sous la plume de Bašagić par l’emploi récurrent du champ lexical de la lumière lorsqu’il s’agit d’évoquer le souvenir des grands hommes.

  • 90 Pour un prolongement sur la notion de Kultur chez cet auteur, dont Bašagić n’est pas très éloigné, (...)

85En d’autres termes, la thèse présupposait (car elle ne démontrait rien) non seulement une civilisation spécifique aux musulmans de Bosnie-Herzégovine, manifestée par un genre littéraire à la conjonction des cultures populaire (slave) et savante (ottomane) – c’est-à-dire qu’elle présupposait non seulement une culture comprise comme « unité de style artistique », pour reprendre les mots de Nietzsche90, mais également que cette unité passée se perpétuerait grâce à l’énergie sans fin de la prosvjeta. Pour ce faire, il suffisait de lancer le grand chantier de l’instruction populaire, car les auteurs étudiés en montraient l’exemple, tel Derviş Paşa : « il ne compose pas pour la seule caste des oulémas, mais afin que la masse du public lettré turc [sic] puisse le lire ».

86La réminiscence de l’utopie avait une finalité bien précise, comme le dit la conclusion :

  • 91 Éd. Ćehajić, p. 223.

Je veux (…) prouver à ceux qui ne savent que très peu de choses ou qui n’ont pas la moindre idée de notre passé, que la Bosnie et l’Herzégovine furent jusqu’à la fin du xviiie siècle des terres civilisées, peut-être plus que les régions voisines de la Monarchie avant 1848. Vain verbiage, ce qu’on entend chez les autorisés comme chez les ignorants : que notre patrie vivait misérablement dans les ténèbres et l’esclavage sous la domination turque. Il faut que cela cesse une fois pour toutes, car nous avons jusqu’en 1840 tenu un rôle politique et économique plus important que celui des pays voisins, où les deux tiers de la population étaient glebæ adstricti91.

87La concurrence nationale motive la re-découverte de la Kultur, qui fonde l’unification de la communauté par l’utilisation du pronom personnel « nous ». À nouveau s’esquisse un parallèle entre la situation présente et passée : les ancêtres ont mené un combat incessant dans la lutte pour la primauté et sont parvenus à régenter un énorme empire au moment où celui-ci atteignait le faîte de sa gloire. Ils ont ensuite été victimes d’un complot qui les a tenus éloignés de la cour et empêché de conserver leur place. Enfin, les circonstances (guerres, épidémies) ont eu pour résultat de raréfier la population bosno-musulmane et donc les lettrés issus de cette communauté. À présent, la vapeur doit s’inverser afin de remporter la victoire et conserver la primauté.

7. Conclusion

  • 92 Vjekoslav Klaić, « Hrvati u Bosni i Austriji », Hrvat 3 (1912), 290, p. 2 ; Edhem Mulabdić, « Bošnj (...)
  • 93 Dmitriev, « Problemii », p. 100.

88La réception de ce texte ne se donne pas à voir à travers les quelques notes de lecture qui parurent à l’occasion de sa sortie92. Il ressuscitait littéralement un grand nombre d’auteurs totalement inconnus à l’époque ; seuls quatre d’entre eux jouissaient d’une bonne réputation auprès des critiques ottomans : Sûdî, Nerkesi, Sabit et Peçevi, et il en tirait orgueil dans la présentation qu’il en faisait. Néanmoins, de l’avis de l’orientaliste russe N.K. Dmitriev en 1926, l’entreprise de Bašagić était unique dans la turcologie de l’époque93.

  • 94 ABiH PR 1912/1079, Biliński à Bašagić, de Budapest le 21 XI. 1912.
  • 95 IAS BS – 177, [signature illisible] à Bašagić, d’Istanbul le 16 ramadan 1331/19 août 1913.

89Après avoir offert son ouvrage à Biliński, alors ministre commun des Finances, qui le remercia fort courtoisement mais n’eut probablement guère le loisir de le lire94, Bašagić eut l’initiative d’envoyer en août 1913 un exemplaire de sa thèse à un correspondant stambouliote, un émigré de Bosnie-Herzégovine. Celui-ci lui répondit à mots contenus mais où vibrait l’enthousiasme. L’ouvrage revêtait une importance de premier plan pour l’« éducation spirituelle des générations à venir » : l’esclave d’aujourd’hui pouvait devenir le maître de demain, d’autant que les musulmans bosno-herzégoviniens se distinguaient parmi les peuples musulmans par leur intelligence, leurs capacités et leur volonté de travailler95. Cette lecture confirmait que l’utopie développée avait sa raison d’être dans le nationalisme musulman – et à l’instar de tout nationalisme, elle consacrait simultanément la sortie de la barbarie, en révélant une culture passée, et l’avènement de la violence, en désignant un avenir hors de portée.

C. Une longue crise politique (1911-1914)

90Les rapports de force socio-économiques n’expliquent que partiellement le nationalisme des régions balkaniques à l’aube du xxe siècle, si jamais d’ailleurs ils ont expliqué de façon nécessaire un nationalisme. Ce sont des idées et des événements politiques qui ont, en premier lieu, influé sur le destin de ces peuples. Que sa thèse eût été imprimée protégeait Bašagić de sa propre naïveté dans l’arène politique : son texte existait un peu par lui-même et les attaques contre les idées ne s’adressaient pas directement à l’homme. Il semble ainsi qu’une fois la thèse sortie en librairie, Bašagić ne se bat plus. Les événements internationaux le dépassent, et les hommes aussi.

1. Bašagić à l’écart des divisions internes et externes

  • 96 Mirza Safvet, « Tajna slova », Savremenik 6 (1911), 9 (01/09), p. 533.
  • 97 On trouve uniquement trois pièces relatives à l’activité parlementaire de Bašagić durant l’été 1911 (...)

91Durant l’été 1911, pendant qu’il préparait la publication de sa thèse, Bašagić n’avait pas beaucoup songé à la diète et s’était donné du loisir dans les bras de sa muse plutôt qu’en s’exhibant au forum d’Athéna96. Il aurait pu rendre visite à ses électeurs, à l’instar de certains députés orthodoxes dont le travail auprès de la population impressionne l’observateur : énorme fut le nombre des requêtes qu’ils présentèrent à la commission des pétitions au début de la session d’octobre 1911. En restant passablement désengagé97, Bašagić suivait plutôt la ligne de conduite que la majorité des députés musulmans avait adoptée, ceci probablement parce qu’ils n’avaient pas encore tout à fait assimilé la logique de la démocratie représentative. Nous pouvons d’ailleurs anticiper sur les trois années qui vont suivre, et souligner que Bašagić ne participa guère aux débats parlementaires ; ce fut Arnautović qui s’affirma comme le véritable chef des musulmans.

  • 98 Kapidžić, « Ispisi iz Bečkih arhiva », p. 518-519 ; voir aussi « Bajram », Zeman 1 (1911), 10 (23/0 (...)

92En vue des débats virulents qui s’annonçaient autour de la question des chemins de fer et celle de la langue, le paysage parlementaire s’était reconfiguré. Parmi les députés élus, on comptait toujours seize députés catholiques, vingt-quatre musulmans, trente et un orthodoxes et un israélite. Ce dernier votait toujours avec les orthodoxes. Si la division des catholiques demeurait insignifiante, celle des musulmans modifiait la donne. Dix-huit d’entre eux avaient signé la coalition avec les catholiques, et six jouaient avec les orthodoxes. On avait donc trente-quatre voix d’un côté, et trente-huit de l’autre, sans prendre en compte le fait qu’un certain nombre des orthodoxes dits modérés, le vice-président Šola en tête, avait déjà voté avec le bloc catholico-musulman. De plus, les virilistes de la diète s’engageaient en majorité avec celui-ci, ce qui lui donnait une majorité minimale à quarante-sept contre quarante-cinq98.

  • 99 ABiH PR 1911/46, Benko à Lasarini, de Sarajevo le 25. IX. 1911.
  • 100 ABiH LR Präs 1911/6327, le 7. XII. 1911 ; « Putovanje muslimanskih narodnih poslanika », Zeman 1 (1 (...)

93La diète réouvrit le 3 octobre. Bašagić s’y montra très effacé. Il avait préparé la rentrée en visitant la moitié de la circonscription de Travnik aux côtés de Sulejmanpašić et Bećir Mehmedbašić ; rejoint par Fadilpašić, le trio avait tenu des conférences à Žepče et Zenica ; mais c’est à peu près tout. Notamment, notre homme n’effectua pas la seconde moitié du voyage à Travnik. On le voit se rendre à Vienne, le 9 octobre, avec les deux autres membres de la présidence afin de remercier l’empereur pour leur nomination99. Fin octobre, lors des élections aux commissions, nulle part on ne voit son nom. Avec l’ensemble du club parlementaire musulman, il signa une protestation contre la guerre italo-turque qui faisait des ravages et, début décembre, il relaya la requête d’un bey de sa circonscription, qui s’avéra frauduleuse100.

  • 101 Juzbašić partage cette opinion que je me suis faite sur le rôle politique de Bašagić (Nacionalno-po (...)
  • 102 « Naša ilmija i paktaši », Novi Musavat 1 (1912), 3 (10/01), p. 1 [= éditorial]. Bašagić répondit à (...)
  • 103 Voir par exemple ABiH LR Präs 1912/1557, le 2. VIII. 1912 – dossier sur une interpellation mineure (...)
  • 104 Ainsi Biliński pensait à se servir de lui pour rallier Kulović à la politique gouvernementale (ABiH (...)

94Désormais, Bašagić ne semble plus qu’un prête-nom : popularisé dans les masses par sa qualité de président, il assure la bonne image de l’UMO et trône sans sceptre dans les négociations officielles101. Les railleries dont il est indirectement l’objet dans les colonnes des journaux musulmans adverses confirment cette popularité : on y moque « la grande réforme dans le domaine de la prosvjeta des Musulmans bosno-herzégoviniens » fomentée par les Unifiés, qui honnissent le pouvoir clérical ; des « encyclopédistes » préparent le terrain pour une « révolution générale102 ». Mais les rapports gouvernementaux mentionnent toujours plus rarement Bašagić. Les quelques fois où s’y rencontre son nom, jamais il ne prend part aux débats de fond103 : il se borne à un rôle d’intermédiaire104 ou de représentation, ce qui frappe dans la crise qui s’installa durablement à partir du mois de décembre 1911.

  • 105 Il avait notamment été prévu que le bey siège dans une commission orthographique, qui se réunit du  (...)

95À l’occasion d’un projet de loi sur la maintenance et l’entretien des voies publiques, la question de la langue refit inopinément surface. Quelles inscriptions mettrait-on en priorité sur les panneaux indicateurs : celles en cyrillique, ou celles en latin ? Et ne fallait-il pas aussi en rajouter une en caractères arabes ? Tout le monde ou à peu près s’entendait sur le fait que les langues allemande, hongroise et autres étaient exclues. Catholiques et orthodoxes s’opposaient pour avoir la première place sur les panneaux ; mais ils convinrent tous que, dans un souci d’égalité, il était nécessaire (mais non naturel, comme ils le pensaient à part eux) que les musulmans eussent eux aussi leur propre alphabet. Le gouvernement reculait devant la tâche formidablement fastidieuse et coûteuse de devoir non seulement rédiger tous les panneaux routiers en trois alphabets, mais encore de rééditer tous les textes officiels avec, en sus du cyrillique et du latin déjà normalisés, l’arabe. Il aurait fallu former les fonctionnaires à maîtriser celui-ci, etc. Les débats furent vifs et se déroulaient dans un tohu-bohu désormais de mise, auquel Bašagić ne rajouta pas sa voix105. Certaines scènes nous semblent illustrer une des étapes du mythe babelien.

  • 106 Dr. Bašagić, « Predstavka Zemalj. savjeta Bosne i Hercegovine o gradnji najpotrebnijih željezničkih (...)

96Aux divisions intra-parlementaires causées par la langue se surajouta une tension entre le gouvernement et la diète à propos de la construction des chemins de fer. La Monarchie avait décidé de normaliser certaines des voies étroites qu’elle avait construites en Bosnie et de les prolonger vers le Sud, pour des raisons stratégiques évidentes, avant que de construire des voies qui étaient plus utiles pour l’économie interne du pays. Les députés protestèrent que les intérêts de la province n’étaient pas les premiers servis, contrairement à ce que le règlement garantissait. Le 10 juin 1911, le conseil provincial avait remis à Burián un mémorandum sur la question, signé par le président du Conseil, Bašagić en personne106. Le ministre n’en tint pas compte et ne modifia pas sa proposition pour l’exercice budgétaire 1912. La diète fit obstruction de toutes parts.

  • 107 ABiH LR Präs 1911/6312, le 7. XII. 1911 ; « Iz sabora. XI. sjednica, održana u četvrtak, 7. decembr (...)

97Lorsque Bašagić remplaça Ćamil Karamehmedović à la commission budgétaire en décembre 1911, les journaux saluèrent son élection – mais il brilla par son absence lors des très vifs débats qui eurent lieu un peu après sur la question ; le bruit courut même que Šola, présidant la seconde session, allait démissionner (ce qui ne se produisit pas)107.

98À la crise parlementaire vint enfin se greffer le changement de ministre aux Finances communes. Outre l’impératif de la parité austro-hongroise parmi les ministres communs de la Monarchie, le départ de Burián était motivé par des raisons politiques : en tant que Hongrois, Burián appuyait l’idée dualiste, ce qui allait à l’encontre des cercles militaires de Vienne, rassemblés autour de l’archiduc François-Ferdinand (1863-1914) et de leur représentant en Bosnie-Herzégovine, le chef provincial Oskar Potiorek (1853-1933). Afin de régler la question des nationalités dans la Monarchie, ceux-ci avançaient l’idée d’une monarchie trialiste : outre l’Autriche et la Hongrie, un grand État sud-slave serait créé, réunissant l’Istrie, la Croatie, la Slavonie, la Voïvodine, la Dalmatie et la Bosnie-Herzégovine (avec quelques variantes selon les moments et les personnalités). Les Hongrois jugeaient que cette solution mettrait en danger la position politique privilégiée que leur offrait le cadre dualiste et la rejetaient. Général énergique et désireux d’un élargissement de son étroit domaine de compétences, Potiorek entrait régulièrement en conflit avec le Civiladlatus et le ministre que celui-ci représentait en Bosnie-Herzégovine.

99Le 20 février 1912, lorsque François-Joseph, à la place de Burián, nomma Leon Fr. Biliński (1846-1923), un Polonais de Galicie expert en questions financières, Potiorek obtint assez rapidement que son pouvoir fût étendu et qu’on abolît les fonctions de Civiladlatus afin de basculer une partie des compétences dont celui-ci était investi sur le Landeschef (gouverneur provincial). Se déroulant sur fond de manifestations magyarophobes à Sarajevo contre le ban Slavko Cuvaj (1851-1931) qui gouvernait la Croatie, ces modifications renforçaient le pouvoir militaire et la politique conservatrice de Potiorek, croatophile de surcroît.

  • 108 ABiH LR Präs 1912/1492, Benko au Ministère, le 4. III. 1912.

100La nomination de Biliński laissa l’espoir que pourraient être prises en compte les propositions du conseil sur les chemins de fer, qui s’accompagnaient d’autres sollicitations telles que l’extension des compétences de la diète, la responsabilisation du gouvernement devant elle, la redistribution des investissements, etc. En conséquence, la commission budgétaire lanterna. Les autorités s’impatientaient, jugeant le temps perdu et l’argent gaspillé. Le 4 mars, Bašagić avoua, avec les autres membres de la présidence, qu’il était incapable de diriger le vote des députés : plus personne ne répondait aux consignes de vote des clubs108. Finalement, la commission rejeta définitivement le budget.

  • 109 « Izvještaj o toku pregovora sa gospodinom ministrom Dr. Bilińskim od 10. do 25. juna 1912 », Zeman(...)

101La diète fut alors ajournée jusqu’à la venue de Biliński en Bosnie-Herzégovine. Soucieux de connaître les volontés de la population qu’il gouvernait, le nouveau ministre commun des Finances convoqua une première fois à Vienne le conseil provincial pour entendre de sa bouche ce qu’il fallait faire afin que le travail de la diète reprît. On lui reformula les grandes lignes du mémorandum et il promit de donner une réponse à sa venue, pour la fin avril. Mais empêché par divers travaux, il la repoussa pour début juin et convoqua entre-temps la présidence au ministère. D’après ses réponses, on comprit que le désaccord persistait sur les chemins de fer et l’extension des compétences de la diète109.

  • 110 Leon Biliski, Wspomnienia i Dokumenty. Tom I 1846-1914, Varsovie, 1924, consulté dans la traductio (...)

102Les mémoires de celui-ci nous montrent un homme tout à fait étranger à la mentalité du pays, en dépit de sa slavitude, mais rempli de bonne volonté. À sa venue, il se rappelle avoir conféré avec Potiorek et les trois présidents chaque jour ; mais, précise-t-il à propos de Bašagić, celui-ci était accompagné du président des vakfs Arnautović, au contraire des deux autres, venus seuls. Biliński est fasciné par l’usage local qui veut que durant les conversations soient « constamment servis cigarettes et café noir110 ».

  • 111 « Izvještaj o toku pregovora sa gospodinom ministrom Dr. Bilińskim od 10. do 25. juna 1912 », Zeman(...)

103Sur diverses questions, le programme qu’il énonça répondait aux désirs du mémorandum ; mais les chemins de fer et les compétences de la diète bouchaient toujours l’horizon d’entente. Les débats internes des clubs parlementaires, réunis à part soi, capotèrent eux aussi. Dans l’espoir de trouver un compromis, certains députés décidèrent donc de former une coalition interconfessionnelle afin de parer au plus urgent et défendre les intérêts globaux de la province devant Biliński. Au nombre de dix-neuf, ils appartenaient tous au bloc catholico-musulman ou à l’aile modérée des orthodoxes. Les négociations avec le ministre, auxquelles prit part Bašagić au moins nominalement, eurent une issue malheureuse, chacun campant sur ses positions. Biliński quitta le pays le 25 juin en suspendant la diète sine die et menaçant de la dissoudre111.

2. Activité dans le contexte des guerres balkaniques

  • 112 On trouvera un autre témoignage de l’action conjointe Bašagić-Mulabdić dans la lettre de l’IAS BS – (...)
  • 113 « Muslimanski klub », Zeman 2 (1912), 18 (13/02), p. 3.
  • 114 « Odputovao », Zeman 2 (1912), 73 (13/08), p. 3 : Bašagić partit le 11 août en Posavina.
  • 115 « Gajretova skupština », Zeman 2 (1912), 79 (03/09), p. 1-2 ; « Kompromis », Zeman 2 (1912), 79 (03 (...)

104Jusque-là, outre la publication de la thèse, l’activité de Bašagić se distingue par un grand retour dans le domaine associatif, aux côtés de Mulabdić112. Après trois ans de léthargie, le « Club musulman » pour la jeunesse réouvrit ses portes et il en fut élu président113. Surtout, il se rapproche de « Gajret ». Depuis l’unification de la MNO et de la SMS, le journal Zeman avait multiplié les attaques contre la « serbophilie » du bureau constitué en 1907, tenu par la fraction démocrate des musulmans (Osman Đikić) et les dissidents de Miralem (Sarić). Cependant, Đikić était mort au printemps 1912. Lors de l’assemblée annuelle du 17 août, à laquelle Bašagić n’assista vraisemblablement pas114, l’UMO avait échoué à prendre en main l’association, mais le vote du bureau avait été boycotté et le bureau dissous. On dut donc réunir une assemblée extraordinaire pour le 1er septembre ; la veille, les deux parties eurent recours au Gouvernement pour trouver un compromis devant tiers, mais cela n’aboutit pas car dans la liste des candidats proposée par l’UMO, les noms de Bašagić, Mulabdić et Halilbašić insupportaient la partie adverse. Le compromis ne fut finalement atteint que durant l’assemblée : les membres de l’association plébiscitèrent Bašagić et Halilbašić. De nouvelles négociations s’ensuivirent ; Sarić parvint à conserver sa place de président et à bloquer les postes décisionnels : aucun des cinq Unifiés du bureau n’avait de pouvoir. Bašagić était membre sans fonction115.

  • 116 H. J., « Trogodišnji književni rad lista Gajreta », Biser 1 (1912-13), 9 (02/1913), p. 188-190 ; 10 (...)

105Auparavant, Bašagić et ses proches avaient songé à fonder une nouvelle revue littéraire. D’une part, en effet, Behar s’était interrompu en 1911, car l’orientation croatisante qu’il avait prise depuis 1908-1909 avait fait chuter de façon vertigineuse ses ventes. D’autre part, Đikić avait lancé la revue Gajret avec Mulabdić, mais sa « serbophilie » en avait écarté tous les hommes de lettres valables de la scène musulmane, hormis lui et, durant un temps, Ćatić et Šemsudin Sarajlić (1887-1960). Malgré un article tapageur d’un certain Osman (probablement Đikić) intitulé « Hubb-ul vatani minel-imani ! » (les recettes de Bašagić faisaient effet à vingt ans de distance), Mulabdić était bientôt parti ; alors que les tensions allaient croissant entre orthodoxes et musulmans, les abonnés désertaient tout à fait une publication qui continuait à être imprimée en caractères cyrilliques116.

  • 117 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 295-296 ; Mulabdić, « Među “Behar (...)

106Il fallait donc une revue purement musulmane, de nouveau. Probablement avant le mois de juin 1912, le trio initiateur de Behar se retrouva, entouré de Fehim Spaho, Mustajbeg Halilbašić, Hasan Hodžić et Ćamil Karamehmedović. Lors d’une première rencontre, la discussion fit apparaître des divergences sur la teneur du futur journal et l’on se sépara sans avoir convenu de nouveau rendez-vous. Les difficultés que traverserait ensuite la province éclipseraient ce projet117. Cependant, à Mostar allait se lancer le 1er juin une revue correspondant à peu près au Behar des premières années : Biser (La Perle) ; mais Bašagić n’y collaborerait pas, peut-être en raison de l’orientation panislamiste qui s’étalait de façon assez marquée dans ses pages.

  • 118 L’exposé se fait à partir d’Ekmećić, « Uticaj balkanskih ratova 1912-1913. na društvo u Bosni i Her (...)

107En effet, les sentiments rattachant la population bosno-musulmane à ses frères de religion allaient s’exalter sous l’effet des guerres balkaniques. Celles-ci furent avant tout un conflit local et non l’ultime passe d’armes des grandes puissances avant le grand règlement de compte de 1914 – même si elles jouèrent un rôle non négligeable dans la préparation de la première guerre mondiale par le jeu des alliances qu’elles instaurèrent et par le nouveau paysage socio-politique que la Bosnie-Herzégovine connut par la suite118.

108L’agressivité des États balkaniques après l’annexion de 1908, laquelle avait ouvert la possibilité de conquêtes en dehors des traités et conventions, ainsi que les mesures prises par le parlement ottoman dans les régions européennes, eurent pour résultat de provoquer une recrudescence de l’agitation dans certaines provinces, en premier lieu en Macédoine dont la population très hétérogène était tiraillée par les divers nationalismes voisins et locaux. En 1911, la guerre avec l’Italie affaiblit l’empire ottoman et les États balkaniques gagnèrent en unité. Avec l’appui de la Russie, désireuse de se créer une clientèle dans cette région, la Serbie et la Bulgarie signèrent un traité d’alliance défensive en mars 1912 dans l’éventualité d’un conflit avec une « grande puissance » dans les Balkans – en d’autres termes, avec la seule grande puissance engagée dans cette région : l’Autriche-Hongrie. Une clause secrète prévoyait la possibilité d’une guerre offensive avec l’empire ottoman si le statu quo dans les Balkans n’était pas respecté. Un partage de la Macédoine était envisagé par l’accord. Une même alliance défensive fut bientôt après conclue entre la Bulgarie et la Grèce, au mois de mai. Le Monténégro, donnant seulement sa parole d’assistance avant l’été en cas de conflit, rejoignit finalement ses voisins en signant une convention militaire avec la Bulgarie en septembre, puis avec la Serbie le 6 octobre. C’était que la guerre était décidée.

  • 119 Vasilj Grđić, « Politički pregled. Sarajevo, 12. oktobra 1912 », Pregled (Sarajevo) 3 (1912-1913), (...)
  • 120 ABiH PR 1912/1078, Potiorek à Bilinski, de Sarajevo le 14. XI. 1912.

109Il va sans dire que cette ligue balkanique avait des intentions offensives. La Russie ne put enrayer la machine qu’elle avait contribué à lancer et la guerre éclata le 8 octobre sur l’initiative du Monténégro ; le 17, la déclaration fut officielle. En Bosnie-Herzégovine, la diète se réunit à nouveau le 22 octobre dans l’indifférence la plus générale : toute la population avait les yeux rivés sur l’évolution du conflit119. Celui-ci tourna au désavantage des Ottomans. En quelques semaines, ils perdirent la quasi-totalité de leurs territoires européens. Les Serbes, les plus proches voisins de la province austro-hongroise, occupaient le Sandjak, le Kosovo et le Nord de la Macédoine (de Kumanovo à Monastir) ; ils avaient poussé à travers l’Albanie jusqu’à Durazzo/Durrës. Les Monténégrins assiégeaient Scutari/Shkodër. Tandis que les paysans, majoritairement orthodoxes, s’enthousiasmèrent tout à coup pour l’idée serbe, la communauté bosno-musulmane tremblait. Le trio Bašagić, Arnautović et Sulejmanpašić rendit visite à Potiorek pour lui demander conseil et connaître ses positions sur l’émigration de la population bosno-musulmane, qui commençait à devenir véritablement inquiétante, et sur divers aspects de la question agraire dont la diète débattait alors120.

110En dépit de cette offensive sur l’échiquier balkanique qui menaçait à long terme son flanc Sud, en particulier ses territoires de Bosnie-Herzégovine, l’Autriche-Hongrie avait décidé de se retenir durant cette guerre. Quoique cette discrétion marquât un certain recul, elle n’en conserva pas moins son autorité lorsqu’il fallut sommer la Serbie de se retirer du Nord de l’Albanie. Les Serbes voulaient absolument occuper cette région afin de se ménager une sortie commerciale sur l’Adriatique, mais la Monarchie, accompagnée de l’Italie, tint au contraire à créer une principauté albanaise qui fermât à la Serbie l’accès à la mer. Le poids diplomatique austro-hongrois contraignit les Serbes à reculer et promut une Albanie indépendante (le 28 novembre 1912). Les orthodoxes de Bosnie-Herzégovine protestèrent publiquement dans une déclaration où les Albanais étaient qualifiés de peuple « anti-culturel ».

  • 121 ABiH LR Präs 1912/4541, la présidence de la diète au gouvernement territorial, le 25. X. 1912.

111Ce contexte international fit que l’activité de la diète resta pour ainsi dire inexistante durant toute la troisième session. Bašagić reste muet sur ce conflit. Il fut élu aux commissions culturelle, immunitaire et budgétaire121, qui ne se réunirent pratiquement pas. Dès le 18 décembre, la diète fut ajournée et elle ne rouvrirait qu’un an plus tard. L’inactivité forcée des parlementaires eut au moins une heureuse conséquence pour Bašagić : il se maria.

  • 122 Claude E. Dolman, « Paul Ehrlich », in Charles Coulston Gillispie (éd.), Dictionary of Scientific B (...)

112Au contraire des femmes, l’âge des hommes au mariage n’était guère fixé par la coutume en Bosnie-Herzégovine. Rien d’étonnant, donc, à ce que notre homme songeât à quarante-deux ans seulement à convoler en justes noces. Néanmoins, les circonstances de sa maladie apportent un autre éclairage sur ce mariage tardif : on est en droit de supposer que Bašagić avait des scrupules à donner naissance à des enfants qui, par l’infection préalable de leur mère, seraient atteint de syphilis congénitale et souffriraient en conséquence de multiples malformations et dégénérescences. De plus, dans l’optique de son discours historique, la décadence du sang beylical s’avérerait catastrophique. Or, il put penser que son mal avait trouvé son remède définitif puisque le physicien allemand Paul Ehrlich (1854-1915) mit au point en 1909-1910 un nouveau médicament, un dérivé de l’arsenic baptisé Salvarsan ou « 606 » (d’après le nombre d’essais qui conduisirent à sa découverte). Le Salvarsan s’avéra autrement plus efficace que les traitements au mercure – dès 1910, on s’émerveilla de ses effets. Ehrlich inventa deux ans plus tard des médications complémentaires pour rendre plus efficaces encore son Salvarsan122. Le bey aurait donc espéré de se voir délivré de ses maux autour de 1910-1912 et prit épouse à Nevesinje parmi ses parents.

  • 123 L’ironie du sort voulut que Mešić, certainement le plus haï des Progressistes par la MNO du temps d (...)
  • 124 D’après le récit d’Enisa Bašagić Knežić en été 2003 ; voir aussi Kamenica, « Dr. Safvetbeg Bašagić  (...)

113Probablement pour accompagner sa sœur malade à la campagne, il s’était rendu à Nevesinje – peut-être à la fin du mois de mai 1912, alors qu’il faisait la tournée des villes d’Herzégovine en compagnie de Sulejmanpašić et Mešić, qui était député de la province. Chevalier moderne arrivant en automobile123 ! En visite chez le maire de Nevesinje, Ćamil Bey, cousin d’Ibrahim Bey, il vit sa jeune fille Fahrija qui n’avait pas vingt ans. Ce fut le coup de foudre des deux côtés. Ćamil Bey refusa d’abord de donner sa fille à un si proche parent ; on le vainquit à force d’arguments, de menaces de fugue (mais non d’enlèvement), de cris, et le mariage eut lieu le 12 décembre 1912124. Le 10 octobre de l’année suivante naquit une petite Almasa, un événement sur lequel Bašagić ne laissa pas de trace écrite.

  • 125 ABiH PR 1912/924, Potiorek à Biliński, de Sarajevo le 9 IX. 1912.

114Potiorek et Biliński avaient ardemment désiré rouvrir la diète et la présidence avec eux – hormis Bašagić, qui était resté à la traîne. Dans une conversation à cœur ouvert qu’il eut avec le Landeschef début octobre, il rappela les services qu’il avait rendus avant l’annexion et les injustices qu’il avait subies ; la réussite de sa présidence lors de la première session et, maintenant, le manque d’égards qu’il endurait alors que Šola et Mandić appartenaient tous deux aux conseils de direction d’établissements bancaires. Et maintenant, Biliński faisait l’éloge de Šola devant les délégations – il semblait que sa fructueuse première session était condamnée à l’oubli. Pour Potiorek, la mauvaise humeur que couvait Bašagić depuis un certain temps s’exprimait parce que le bey se sentait à court de finances et négligé. Ce n’était d’ailleurs pas faux et la faute lui en incombait pour une part. À tout prendre, il avait été digne d’être reconnu, le pouvait être encore et en aurait peut-être bientôt l’occasion. Potiorek concluait en préconisant de l’introduire dans le conseil de direction de la Banque provinciale afin de renforcer la majorité musulmane qui y siégeait déjà125.

  • 126 ABiH PR 1913/214, Biliński à Potiorek, de Vienne le 25. II. 1913.
  • 127 ABiH PR 1913/256, Potiorek à Biliński, de Sarajevo le 28. II. 1913 ; et Biliński à Potiorek, de Vie (...)
  • 128 ABiH PR 1913/324, Biliński à Potiorek, de Vienne le 19 III. 1913 ; ABiH LR Präs 1913/2093, le 12. I (...)

115Cette mesure avait aussi un arrière-plan politique. Dans leur mémorandum de mai 1912, le conseil territorial et les députés avaient demandé que les postes-clés de la province fussent occupés par des autochtones et non plus des « étrangers » venus d’une des deux parties de la Monarchie. Après un long temps de réaction, imputable à la guerre balkanique, Biliński reprit donc le dossier « Bašagićbeg », comme lui et Potiorek nommaient notre héros : si Potiorek persistait dans son idée, il l’assurait qu’il lui serait aisé de persuader le comte Deym de démissionner pour céder sa place à un autochtone126. Deym refusa ; Potiorek souligna qu’il fallait pourtant assurer une place à Bašagić au cas où la diète fermerait. La combinaison finale s’avéra donc un peu plus complexe : Kulović, qui appartenait au conseil de direction, ne serait pas renouvelé dans son poste en 1914 ; mais comme Bašagić n’attendrait pas d’ici là, Pitner, gouverneur de la Banque, allait demander à Lekki, un autre membre du conseil, de démissionner immédiatement et de réintégrer le conseil lorsque Kulović en partirait127. Cette fois-ci, Lekki accepta et Bašagić fut nommé à sa place en avril 1913128.

  • 129 « Sjednice hodžinske kurije », Zeman 2 (1912), 47 (28/05), p. 1 [= édito].
  • 130 Pourtant les deux hommes entretinrent dans l’ensemble de bonnes relations durant toute leur vie, ce (...)
  • 131 ABiH PR 1913/214, Biliński à Potiorek, de Vienne le 25 février 1913.
  • 132 Karić et Demirović (éds), Reis Džemaludin Čaušević, p. 153-154. Fehim Spaho (dont l’article est rep (...)
  • 133 IAS BS – 177, Džafer Ilhami beg Kulenović à Bašagić, d’Istanbul le 9 mai 1913.

116L’action essentielle de notre président se résuma à la recherche d’un nouveau reis. En effet, le reis Šarac et deux des membres du Conseil des oulémas avaient été désavoués en mai 1912 par la curie des hodjas en raison de leur nonchalance dans les affaires musulmanes129. Šarac avait démissionné de ses fonctions. Un nouveau processus d’élection devait être enclenché. Mehmed Džemaluddin Čaušević, que Bašagić connaissait bien et qui avait même appartenu au comité rédacteur de Behar durant un an, était le favori d’une bonne partie des oulémas. Mais le club musulman s’opposait à sa candidature ; la majorité des députés avait en effet appartenu au comité exécutif de l’ancien mouvement pour l’autonomie et n’avait pas apprécié l’attitude loyaliste dont avait fait preuve Čaušević durant les négociations en 1907 et 1908. Il faut croire que Bašagić, qui avait alors vertement tancé les oulémas dans son Ogledalo, ne se déclara pas lui non plus favorable à l’élection de Čaušević130. Après avoir fait annuler la première élection de ce dernier, les députés du club musulman (en l’occurrence, Arnautović, Sulejmanpašić et Bašagić) proposèrent au Gouvernement un concurrent qui leur plaisait131. Avec Arnautović, Bašagić avait pensé à Džafer-il-Hamdi [sic] beg Kulenović, un émigré vivant à Istanbul132. À la proposition que le vice-président lui avait envoyée, Kulenović répondit le 9 mai 1913 qu’il acceptait sous certaines conditions : prendrait-on en compte, pour sa retraite, les dix-sept ou dix-huit ans qu’il avait passés dans la fonction publique ottomane ? Les droits de fonctionnaire qu’il avait acquis seraient-ils conservés ? Et finalement, en quoi consistaient les fonctions de reis ? Il était étonné qu’on les lui proposât, car il n’était pas un ouléma133.

  • 134 ABiH GFM Präs 1913/945, Potiorek à Biliński, le 19. VI. 1913.
  • 135 ABiH PR 1913/819, Potiorek à Biliński, de Sarajevo le 11 juillet 1913.
  • 136 Kulenović était par ailleurs relativement proche de Čaušević : il avait collaboré à l’une des revue (...)

117Devant ce niveau de préoccupation – à chaud – Bašagić et Arnautović ne reculèrent pas et le proposèrent comme candidat au gouvernement territorial. Ce qu’il leur fallait, et le gouvernement les secondait tout à fait dans ce dessein, c’était une voix qui votât à coup sûr avec eux à la Diète. Potiorek envoya un télégramme à Biliński le 19 juin pour indiquer que Kulenović serait prêt à accepter la place de reis selon certaines « modalités proposées » ; d’autre part, Bašagić et Arnautović avaient donné leur accord pour qu’un poste de moufti militaire fût créé et rempli par Čaušević134. Mais Biliński tarda à s’informer de son côté sur Kulenović. Début juillet, celui-ci semble pressé d’en savoir un peu plus quant à son avenir et Bašagić craint qu’il ne renonce à sa candidature à cause de ce retard. De plus, la campagne électorale que le club a menée dans les circonscriptions les plus importantes risque de faire long feu135. Les évènements confirmèrent cette prévision : lors des secondes élections, Čaušević remporta une victoire plus nette encore, sans qu’on sache ce qu’il advint de Kulenović136.

118Le contexte international explique ces méthodes un peu expéditives et leur insuccès final. La crise de Shkodër, un bras de fer de six semaines entre l’Autriche-Hongrie et les grandes puissances d’un côté et la Serbie et le Monténégro de l’autre, amena du 3 au 13 mai 1913 la proclamation de mesures d’exception en Bosnie-Herzégovine : toutes les associations et sociétés orthodoxes et social-démocrates furent interdites, certaines même dissoutes (les associations de gymnastique, par exemple) ; d’autres associations non communautaires furent elles aussi dispersées. Si elles n’eurent d’effet que durant dix jours, ces mesures eurent des conséquences fort importantes en ce qu’elles discréditèrent définitivement l’Autriche-Hongrie aux yeux de la population orthodoxe.

  • 137 Vladimir Ćorović, « Muslimani u novijoj srpskoj književnosti », Pregled (Sarajevo) 3 (1912-1913), 9 (...)

119Durant le printemps, les tensions entre orthodoxes et musulmans s’accrurent. Bašagić devint la cible de Ćorović, qui rappela aux lecteurs de Pregled (La Revue) ses débuts dans Bosanska vila (La Fée bosniaque) et affirma qu’il se déclarait alors tout à fait serbe ; mais comme d’autres, c’était un individu peu sûr, et il avait « sauté du côté croate137 ». Ces tensions nationalistes s’illustrent encore par le destin d’un nouveau recueil de poèmes que Bašagić, alors que la diète avait été fermée, prépara pour l’impression en 1913. L’anecdote est rapportée par Alija Nametak, dont le discours en matière de nationalisme n’est pas toujours des plus fiables ; mais la vraisemblance du trait pousse tout de même à lui accorder quelque confiance.

  • 138 La provenance des poèmes est reportée dans la liste ci-dessous, indiquée par T pour Trofanda, M pou (...)
  • 139 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 54.

120Intitulé Poèmes choisis (Izabrane pjesme), ce volume, outre quelques nouvelles pièces, reprenait les meilleurs morceaux de ses Prémices et des Pensées et sentiments, qu’il retravailla assez considérablement138. Il en élimina un grand nombre de turcismes, ce qui s’éclaire à la lumière de ses déclarations à la commission d’enquête sur la scolarisation musulmane. Il accorda moins de place aux compositions patriotiques qu’à celles chantant Dieu et la femme. Dans l’ensemble, ce choix de poèmes passa totalement inaperçu sur la scène littéraire de l’époque. Mais dans les ateliers de l’imprimeur, aux oreilles de certains ouvriers typographes sonnaient désagréablement les syllabes du nom national « croate » qui se trouvait dans quelques pièces, par exemple Fille envoûtante…! Dans le dernier jeu d’épreuves, elles s’y trouvaient encore ; mais dans l’impression définitive, plus rien. La suppression serait à imputer à l’orthodoxe Nedeljko Čabrinović (1895-1915), l’un des perpétreurs de l’attentat de juin 1914139.

  • 140 IAS BS – 33, lettre ouverte de Bašagić et Sulejmanpašić suite aux déboires financiers de Zeman, de (...)
  • 141 ABiH PR 1913/1473, Čerović à Bašagić, de Vienne le 29 décembre 1913 ; ABiH PR 1914/94, échange épis (...)
  • 142 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 182-183.
  • 143 Kemura, Uloga “Gajreta”, p. 65-66.

121Bašagić prêta encore son nom pour lancer le nouvel organe de l’UMO. En effet, Zeman avait coulé : les souscripteurs ne payaient pas régulièrement et la rédaction elle-même n’avait pas fait attention à la comptabilité. La conséquence en avait été l’endettement important de quelques députés. En mai 1913, pour garantir la santé financière d’un nouveau journal, qu’on nommerait Novi Vakat (Le Nouveau temps), Mešić avait imaginé de fonder une imprimerie par actions ; on pourrait imprimer seulement si le plafond d’actions était atteint140. D’après les souvenirs de Mešić, l’acquisition de la nouvelle presse et l’organisation de la société à parts partagées sont à imputer en premier lieu à Bašagić, ce que confirment les archives141. Mais là encore, le bey agissait au nom du parti : sa personnalité n’aurait aucune incidence sur la ligne rédactionnelle, dictée par Arnautović142. Des troubles apparus lors de l’assemblée annuelle de « Gajret » prouvent que derrière la façade de l’unanimité, la zizanie régnait dans la communauté musulmane elle-même : une bataille rangée eut lieu à cette occasion, où Bašagić fut légèrement blessé143.

3. Bašagić désavoué par ses électeurs

122Les guerres balkaniques remirent la question agraire sur le tapis. En effet, les succès de la ligue balkanique feraient que, bientôt, la Bosnie-Herzégovine serait encerclée de territoires (Sandjak, Macédoine) où les métayers avaient été affranchis de leurs loyers (hak), ou le seraient bientôt. Les paysans bosno-herzégoviniens attendaient la venue de la Serbie et du Monténégro et la fin de leurs obligations. L’opinion internationale demanderait à la Monarchie de s’aligner sur les territoires voisins. À la fin de l’année 1912, Biliński tint un discours devant les délégations en faveur du rachat obligatoire des terres par les kmet-s. En 1913, la question devint de plus en plus prégnante, car elle se superposa au problème de la « majorité de travail » que soulevait la réouverture de la diète.

123La majorité gouvernementale s’était en effet effondrée durant le printemps. Lorsque les mesures d’exception prirent fin, les députés orthodoxes réunis autour de Srpska riječ, qui menaient une politique opportuniste et entraient dans la composition de cette majorité à la diète, virent leur position menacée. Le gouvernement leur reprochait d’avoir signé la déclaration anti-albanaise durant l’hiver et les partis radicaux d’avoir poursuivi leur politique de collaboration avec les autorités malgré les mesures d’exception. En septembre, douze députés déposèrent donc leur mandat, avec Srškić, Šola et Jeftanović en tête (Jeftanović dut finalement s’abstenir, car il était viriliste).

124Cette crise parlementaire amena l’idée de créer un nouveau parti politique serbe loyaliste afin de ménager une « majorité de travail ». On pensait à Danilo Dimović (1875-1951), avocat installé à Sarajevo. Pour s’assurer un électorat solide en dépit d’une opinion bosno-orthodoxe toujours moins favorable à l’Autriche-Hongrie à mesure des succès de la Ligue, Dimović mit l’accent sur la question agraire et le rachat obligatoire dans son pré-programme. Sachant que les paysans n’accepteraient pas de racheter leurs terres, il y était indiqué que l’État devait couvrir les intérêts des emprunts (4,5 %) pour qu’ils acceptassent. En avançant ce point, Dimović s’était au préalable entendu avec les catholiques et, pour les musulmans, Arnautović et Halilbašić ; mais Sulejmanpašić, peut-être le plus influent des députés musulmans à ce moment, avait refusé qu’on revînt sur la question agraire à cause d’une poignée d’orthodoxes.

125Le gouvernement territorial sonda les différentes méthodes envisageables pour financer un tel projet. La solution finalement retenue fut celle d’un financement à hauteur de 2,25 % des intérêts avec compensation de l’État par la hausse de certains prélèvements taxatifs. Devant quoi, les députés musulmans se déclarèrent à nouveau hostiles à l’ensemble du traitement imposé aux problèmes agraires suscités par la guerre balkanique ; mais après l’intervention directe de Potiorek, qui vint en personne argumenter le point de vue gouvernemental devant eux, ils se rangèrent à son avis et signèrent une promesse de vote en faveur de la résolution.

126Le problème de la « majorité de travail » était apparemment réglé. Mais deux musulmans avaient refusé de signer la promesse : Adem-aga Mešić et Hamdi-beg Džinić, député de la première curie de Banja Luka. Les grands propriétaires électeurs de cette ville protestèrent contre le retrait du club et soulignèrent, dans un télégramme adressé aux signataires de la promesse (dont faisait partie Bašagić), qu’ils acceptaient pour seul texte légiférant l’ordonnance de Safar. Au cas où leurs demandes n’étaient pas satisfaites, ils désavouaient leurs élus.

  • 144 Dr. Safvet beg Bašagić, « Muslimanski saborski klub i agrarno pitanje », Obzor 54 (1913), 307 (09/1 (...)

127Les signataires essayèrent de louvoyer ; ils voulaient proposer au gouvernement de libérer de servitude les forêts des beylik-s pour que fût compensé le manque à gagner des grands propriétaires à cause du rachat obligatoire. C’était faire aux grands propriétaires un cadeau dont le montant surpassait celui de la baisse d’intérêts accordée aux kmet-s par le gouvernement pour le rachat obligatoire. Accompagné entre autres de Bašagić, Sulejmanpašić se rendit à Banja Luka début novembre dans l’intention de recueillir l’avis favorable des beys à ce projet. Il se heurta à un refus catégorique et se fit remonter les bretelles, ce qui le poussa à déposer son mandat144.

128Là-dessus, Potiorek demanda à voir Bašagić et Mandić – c’est-à-dire la présidence, puisque Šola n’était plus là – et leur remontra que le projet gouvernemental représentait la seule issue possible de la situation internationale dans laquelle était engagée la Monarchie. Sa tentative de conciliation jouait sur les intérêts des uns et des autres : si les musulmans refusaient le projet, les catholiques pourraient passer dans le camp des orthodoxes et laisser leurs anciens alliés esseulés dans l’opposition au gouvernement. Mais cette nouvelle configuration ne profiterait guère aux catholiques : dans l’alliance avec les musulmans, ils avaient un rôle de premier plan, tandis que les orthodoxes ne se laisseraient pas mener. Il fallait donc que les catholiques convainquissent les musulmans d’accepter le projet et que le gouvernement pût encore tabler sur le bloc que les deux clubs formaient. Potiorek attira également l’attention de Bašagić sur le fait que le passage des beys dans l’opposition empêcherait le renouvellement de ses fonctions présidentielles, et qu’Arnautović le remplacerait. Celui-ci en effet était la personne la plus influente du club et tous ceux qui n’appartenaient pas au beylicat le suivraient.

129Ressortant son vieil atout anti-beylical d’avant 1910, Arnautović se proposa comme intermédiaire au gouvernement pour faire taire les revendications « réactionnaires » des beys de Banja Luka et se débarrasser du « tutorat » que lui imposait le parti beylical. Il demande au gouvernement des subventions pour son Novi Vakat, qui bat de l’aile ; on joue sur cette sienne faiblesse. Potiorek désire cependant qu’Arnautović brise seulement le mouvement des beys de Banja Luka, et que l’ensemble du beylicat soit pour l’instant ménagé.

  • 145 IAS BS – 155, Vučetić à Bašagić, de Bos. Kostajnica le 28. XI. 1913 ; IAS BS – 106, Smail-beg Feriz (...)

130On ne sait si l’attitude qu’adoptèrent Bašagić et Sulejmanpašić par la suite est à imputer aux manœuvres d’Arnautović ou s’ils procédèrent indépendamment de lui ; en tout état de cause, ils ne se rallièrent pas aux beys de Banja Luka. Ceux-ci désavouèrent publiquement Bašagić et le sommaient de déposer son mandat par le moyen d’un pamphlet imprimé à plusieurs milliers d’exemplaires ; Ragib-beg Džinić et Hifzi Bahtijarević furent envoyés en délégués à Bosanska Kostajnica et Tešanj pour expliquer leur position145.

  • 146 Sur l’ensemble de ce rebondissement de la question agraire, voir Dr. Safvetbeg Bašagić, « Odgovor n (...)

131Bašagić répondit par voie de presse. Il avançait d’abord que, constitutionnellement, seul le député disposait de son mandat et non ses électeurs (§25 du règlement). Il n’avait d’ailleurs demandé à personne qu’on l’élît. Džinić voulait simplement voir à la diète un député qui lui répondît au doigt et à l’œil plutôt que Bašagić, afin de travailler main dans la main avec le gouvernement sans avoir de compte à rendre au club. On lui reprochait de manger sur le dos de la population : mais les obligations de représentation liées à ses fonctions de président lui coûtaient davantage qu’elles ne lui rapportaient. Dans un second temps de l’article, Bašagić attaquait personnellement Hamdi-beg et Ragib-beg Džinić à travers les spéculations financières du premier et les procédés désastreux du point de vue agraire du second, qui cédait ses terres à ses kmet-s à plus de moitié prix sans consulter au préalable les autres propriétaires et en exigeant du gouvernement une compensation à titre privé146.

  • 147 Voir la lettre mielleuse de Hifzi Bahtijarević à Bašagić, IAS BS – 80, de Banja Luka le 29. I. 1914

132Quelques jours plus tard, les Džinić et leurs compagnons se rallièrent ; Hamdi-beg s’était vu offrir par le gouvernement les facilités financières que Bašagić avait dénoncées dans sa réponse. Il ne semble pas exagéré de dire que la démarche des beys de Banja Luka avait été motivée uniquement par les appétits personnels de ce personnage, qui sema la zizanie deux mois plus tard parmi ses anciens alliés pour les élections municipales de Banja Luka147.

  • 148 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 186. À propos des élections de Sulejmanpašić à Mostar, où (...)

133Le gouvernement allait encore rencontrer des difficultés auprès des catholiques et des orthodoxes pour mettre en place sa « majorité de travail », condition essentielle à la convocation de la diète. Chez les musulmans, les débats sur l’opportunité de la résolution se prolongèrent jusqu’au 15 décembre, lorsque enfin se dégagea une courte majorité de conciliants – mais Bašagić et Arnautović, tels des frères ennemis, rapportèrent à Potiorek que les autres députés se rallieraient à eux. À la clé, la démission définitive du président du club, Sulejmanpašić, de son mandat de grand propriétaire, afin de pouvoir se porter candidat dans la seconde curie pour les villes d’Herzégovine148.

4. Dernière session et fin politique de Bašagić

  • 149 ABiH GFM 1913/1629, Kuh-Chrobak, le 16. XII. 1913 ; ABiH GFM 1913/1654, le 16. XII. 1913 (mise au p (...)
  • 150 ABiH PR 1914/21, Biliński à la présidence de la diète, de Vienne le 3 janvier 1913 [sic].

134Bašagić s’était donc sorti de justesse d’une mauvaise passe juste avant la réouverture de la diète. Paul von Kuh-Chrobak (1863-1931), chef du présidium du ministère commun, jugea qu’il avait jusque-là occupé sa place à la présidence avec succès et comme c’était son tour de siéger au perchoir selon la constitution, il devait être reconduit à son poste, ce qui aurait de bonnes conséquences. Notre héros fut nommé le 20 décembre149. Comme de coutume, il se rendit à Schönbrunn avec les deux vice-présidents afin de remercier personnellement François-Joseph pour leur nomination ; ils furent reçus le 11 janvier150.

  • 151 ABiH PR 1914/335, Potiorek à Biliński, de Sarajevo le 27. II. 1914.

135Potiorek se moquait bien de Bašagić et essayait de se servir de sa popularité. Lorsque le moment vint pour Kulović de quitter sa place au conseil de direction de la Banque provinciale, Lekki devait le remplacer, comme nous l’avons vu plus haut. Mais voilà : Kulović devenait intéressant, car un homme de son parti avait de fortes chances de remporter les élections complémentaires qui allaient avoir lieu en mars 1914. Si Kulović restait au conseil de direction, il aurait de l’influence pour que le nouveau député votât dans la ligne du gouvernement pour le budget 1914/1915 et pour la loi agraire. Potiorek suggérait donc que Bašagić, qui lorgnait sur le poste de vice-président du conseil de direction, n’obtiendrait cette place qu’en récompense d’une active participation en faveur des propositions gouvernementales concernant le budget et la loi agraire151.

  • 152 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 197. Juzbašić s’appuie sur la pièce ABiH PR 1914/166, que (...)

136Le projet de loi agraire passa le jour même. La question de la langue ne suscitait aucun intérêt parmi les musulmans de l’UMO, lesquels restaient fidèles au pacte avec les catholiques et se contentaient de les suivre sur ce point. Mais les derniers débats à ce propos furent l’occasion pour le substitut du chef provincial de commettre une bévue de débutant qui discrédita le gouvernement. Il devait être remplacé au plus vite ; Potiorek, passant en revue les candidats possibles, écarta rapidement Bašagić d’un jugement lapidaire : « c’est bien connu qu’il est nul152 ». Certes, Potiorek est connu pour n’avoir guère porté dans son cœur la population bosno-herzégovinienne ; mais cette formule, la rudesse en plus, exprime une réalité dont ne se cachait pas Bašagić lui-même.

  • 153 Kapidžić, « Pokušaj osnivanja stalnog pozorišta u Sarajevu 1913. godine », in id., Bosna i Hercegov (...)

137Dans la sphère politique, il ne restait plus à notre malheureux président que de s’occuper des choses de l’art – c’est-à-dire de prêter main forte aux Austro-Hongrois dans leur plan défensif face à la Serbie en matière culturelle. Depuis le milieu de 1913, on parlait ainsi de créer un théâtre permanent à Sarajevo, puisque l’unique salle un peu prestigieuse qui jusque-là existât, la Maison des sociétés, était polyvalente. On contrôlerait ainsi les représentations, que les compagnies ambulantes venues de l’extérieur choisissaient trop souvent dans des répertoires nationalistes nocifs à l’image de marque de la Monarchie en Bosnie-Herzégovine. La personnalité la plus engagée dans ce dossier était Mihajlo Marković (1869-1946), le directeur du théâtre national d’Osijek en Croatie. Marković était Serbe mais tout à fait loyal à la Monarchie ; apprécié de la population bosno-catholique parce qu’il avait longtemps été directeur du théâtre national de Zagreb, ainsi que de l’élément bosno-orthodoxe en raison de sa nationalité, il représentait aux yeux des autorités l’homme le plus propre à remplir les fonctions de directeur du nouveau théâtre153.

  • 154 IAS BS – 128, Marković à Bašagić, d’Osijek le 19 XII 1913.

138Le 19 décembre 1913, Marković adressa d’Osijek une lettre à Bašagić : lors d’une rencontre au printemps, le vice-président avait lancé l’idée d’un théâtre permanent et encouragé le directeur à développer l’idée auprès du gouvernement. D’après les mots de Marković, on comprend que Bašagić rêvait à ce que ses propres pièces y fussent représentées. Marković se félicitait que l’étude qu’il avait réalisée durant l’été sur le projet avait rencontré l’approbation des autorités. L’ouverture était prévue pour l’automne 1914 ; dans cette perspective, il projetait de venir à Sarajevo début janvier et désirait que toute difficulté fût aplanie. Il allait maintenant adresser à la diète une requête pour la fondation de ce théâtre et demandait à Bašagić son soutien154.

  • 155 IAS BS – 83, Begović à Bašagić, de Vienne le 18. I. 1914. Déjà publiée par Besarović (éd.), Kultura (...)

139La diète adopta sans aucune difficulté le projet de Marković le 17 janvier. On commença alors à entreprendre l’adaptation de la Maison des sociétés et à réunir un orchestre. Quelques jours plus tard, Bašagić reçut une nouvelle lettre, cette fois-ci de son ami Milan Begović, qui voulait se placer en tant que dramaturge de l’institution. Avec le même sans-gêne égoïste dont il avait fait preuve treize ans auparavant, lorsqu’il avait demandé à Bašagić qu’il rédigeât une revue de son Livre Boccadoro, il faisait sa propre publicité et indiquait à son correspondant les mots mêmes qu’il devait employer pour convaincre les autorités de sa nécessaire embauche dans le futur théâtre155. Ce qui fut fait.

  • 156 Quelques pièces portent encore la signature de Bašagić mais de façon tout officielle, sans qu’il ai (...)
  • 157 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 204.

140La retraite de Bašagić du monde politique se profila sérieusement à partir du printemps et ce, semble-t-il, d’un commun accord avec le gouvernement156. Potiorek le jugeait très vaniteux et insignifiant du point de vue politique. D’après lui, il ne supportait pas qu’Arnautović tînt un rôle dominant au club musulman et méditait sur le moyen de l’abattre, ce dont Potiorek lui avait fait remontrance. Le chef provincial n’excluait pas la possibilité que Bašagić, avec d’autres beys, tentât de se séparer du club, ce qui aurait mis en danger une majorité de travail déjà menacée par les difficultés que traversait la formation orthodoxe loyaliste157.

141En réalité, le président aspirait à l’intendance du musée territorial. En avril, Otton Paul (m. 1915), chef de la cinquième section gouvernementale aux Cultes et à l’Instruction, invita Truhelka à s’entretenir sur le « cas Bašagić ». Le directeur du musée rapporta l’entretien à Thallóczy, répétant ce qu’il lui avait déjà dit : il pensait que Bašagić devait occuper un poste où ses « remarquables connaissances en orientalisme » seraient valorisées et où il ouvrirait à la science un domaine jusque-là encore inexploré. Les manuscrits que possédait déjà le musée, et l’action que cette institution menait pour récupérer les sidjill-s des différents kadılık-s de Bosnie-Herzégovine réunis à la bibliothèque de la mosquée de l’Empereur, lui assureraient du travail jusqu’à la fin de sa vie. De plus, le musée gagnerait à voir un autochtone d’ancienne souche occuper ces fonctions, car il pourrait élever le prestige de l’établissement auprès de la population.

142Concrètement, Bašagić doit être nommé intendant, un poste de représentation et sans portée scientifique véritable. Aux yeux de l’administration, c’est une sinécure : on cherche à l’écarter définitivement. Mais Truhelka pense que Bašagić est trop jeune pour être écarté, qu’il ne se fera pas à cette idée, et que ses capacités demandent à être exploitées. C’est là que le bât blesse et Truhelka envisage deux cas de figure.

143Au cas où il est nommé intendant, les statuts du musée doivent être modifiés. Cela peut se faire de deux manières : ou bien l’on redistribue les compétences respectives du directeur, chef effectif de l’institution, et de l’intendant, en faveur de ce dernier. L’autorité de Truhelka en tant que directeur s’en trouvera diminuée d’autant, mais il pense qu’aucune rivalité ou friction n’aura lieu : Bašagić est son ami personnel, c’est un homme « calme et gentil ». Bien sûr, l’opinion en profitera pour médire sur Truhelka : qu’importe, Bašagić saura adoucir cette amertume. Ou alors on l’avance en même temps que Bašagić, mais cela coûterait cher, car le futur intendant serait classé au minimum à l’échelon 4.

144Toujours dans le cas d’une nomination au poste d’intendant, il est envisageable de reporter l’ensemble des compétences directorales sur l’intendant. Le poste de Truhelka devient inutile ; il suggère qu’on le mette à la retraite immédiatement en lui offrant les cinq années de service qui lui manquent pour toucher une pension complète.

145Une deuxième éventualité existe : celle de nommer Bašagić à la présidence de la commission des Monuments historiques dont la diète a demandé au gouvernement l’institution, ce que celui-ci a approuvé. Le bey serait l’homme idéal : la plupart des monuments prévus dans le projet de sauvegarde appartiennent aux vakfs, et un président non musulman aurait la tâche bien plus malaisée que Bašagić. De plus, les documents ottomans contiennent de précieux renseignements sur le Moyen Âge parce que la majorité des bourgs remontant à cette période ont continué leur existence sous la domination ottomane. Aucun des employés du musée n’a les capacités requises pour traiter ces documents. La diète votera rapidement le budget requis par la mise en place de cette institution et verra d’un bon œil qu’un autochtone en occupe la tête. Truhelka assurait qu’il soutiendrait autant que possible Bašagić et lui prêterait main forte pour lancer le travail.

  • 158 ABiH PR 1914/335, de Truhelka à Thallóczy, de Sarajevo le 15. IV. 1914 ; DAH Fonds Truhelka, boîte  (...)

146Truhelka concluait en invitant Thallóczy à faire part de ces réflexions à Biliński ; il redisait qu’il ne se sentirait lésé par aucune solution. Biliński se montra favorable à la nomination de Bašagić à l’intendance, en remplacement de Hörmann ; si Potiorek y voyait un inconvénient, on nommerait alors Bašagić à la tête de la commission des Monuments historiques. Le chef provincial répondit que celle-ci ne serait pas montée avant quelque temps et qu’il valait mieux nommer tout de suite Bašagić à l’intendance du musée, afin de ne pas perdre de temps158.

5. Conclusion

147Toutes ces combinaisons trouvèrent leur ajournement définitif le 28 juin, à la mort de François-Ferdinand. L’attentat suspendit la mort politique de Bašagić en une longue agonie et prolongea le malaise où il se trouvait. Peu habile dans ses fonctions présidentielles, il y avait été maintenu par le gouvernement tant qu’il pouvait servir ses intérêts ; mais alors que la situation évoluait, il se révéla de plus en plus inapte à réagir de façon efficace aux attaques dirigées contre lui et surtout d’adopter une attitude franche – pour ou contre la politique austro-hongroise. Ces hésitations le desserviront définitivement durant la guerre.

D. La guerre

148La cascade diplomatique qui entraîna la mondialisation de la guerre fut provoquée par l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier présomptif du trône d’Autriche-Hongrie depuis 1896. Avant même de se généraliser, la genèse du conflit était étroitement liée à la signification politique de ce personnage : l’attentat manifesta dans la violence le contentieux austro-serbe autour de la question sud-slave. En effet, François-Ferdinand se faisait apparemment l’apôtre de son règlement trialiste, c’est-à-dire qu’il prétendait vouloir la création d’une troisième entité dans la Monarchie qui jouît d’autant de droits que l’Autriche et la Hongrie. Derrière cette façade se cachaient des intentions bien plus centralisatrices avec l’idée d’une fédération d’États autour de Vienne. Qu’importe : l’idée même de trialisme (l’« austroslavisme ») répugnait aux nationalistes grand-serbes de Serbie ; de même, les mouvements yougoslaves en Croatie, prônant la fraternité croato-serbe, distillaient plus ou moins explicitement un discours anti-monarchique.

149La question du statut international de la Bosnie-Herzégovine domine donc les préoccupations des politiques locaux durant tout le conflit, avec celle, connexe, de son activité parlementaire. Par ses fonctions, Bašagić entrera dans ces débats ; mais il restera insignifiant en tant que personne, car il n’est guère représentatif de l’opinion de ses coreligionnaires.

1. Bašagić et la fermeture de la diète

150François-Ferdinand fut assassiné par de jeunes hommes, la plupart mineurs encore, appartenant à une société secrète, la Jeune-Bosnie. Actionnée par une société secrète appelée « La Main noire », aspirant à l’unité yougoslave, cette association recrutait a priori dans toutes les communautés religieuses (même si la participation des Bosno-catholiques y fut minoritaire) ; lors de son procès, Gavrilo Princip (1894-1918), celui des assassins dont les coups avaient porté, se déclara de nationalité « yougoslave ». Le 28 juin ne représente donc pas un règlement de compte entre communautés ou entre Croates et Serbes, mais une provocation idéologique entre deux conceptions politiques, l’une slave et l’autre autrichienne. Selon les régions et les communautés sud-slaves où l’événement fut commenté, son interprétation ne prêta pas aux mêmes étiquetages nationalistes.

  • 159 Hrvatska n° 798 de 1914, repris d’après Ćorović, Crna knjiga, p. 37.

151En Bosnie-Herzégovine, l’écrasante majorité de la population assimila les meurtriers à des orthodoxes serbisants. Des manifestations contre cette communauté éclatèrent dès le 28 juin à Sarajevo et ailleurs en Bosnie-Herzégovine. La flambée de violence ne fut pas orchestrée par les autorités austro-hongroises (hormis ponctuellement) : les tensions nationalistes existaient bien avant et s’étaient considérablement accrues depuis 1912. Bien que la « serbophobie » de Bašagić eût des racines plus anciennes et plus profondes que celle du commun, son attitude dans les jours qui suivirent l’attentat est un exemple de la paranoïa qui s’installa alors : avec Josip Vancaš, un des leaders politiques des catholiques cléricaux, il prétendit que tout le parcours du cortège où se trouvait l’archiduc était truffé de bombes159. Les musulmans ne furent pas en dernière ligne dans les pillages et les agressions qui eurent lieu à Sarajevo contre les orthodoxes ; le reis Čaušević les appela, le 4 juillet, à se comporter correctement envers les non-musulmans. De même, l’archevêque Stadler demanda à ses ouailles de faire preuve de calme.

  • 160 ABiH GFM Präs 1914/771, le 28. VII. 1914.
  • 161 ABiH LR Präs 1914/5150, le 2. VII. 1914. Bašagić transmit également la demande des députés musulman (...)

152Le jour même de l’attentat, la présidence se rendit chez Potiorek pour lui exprimer ses regrets ; une séance de deuil se tint à la diète où Bašagić déplora l’assassinat et fit l’éloge funèbre des assassinés. Quelques députés orthodoxes (en particulier Vasilj Grgjić) firent du mauvais esprit160. Début juillet, aucun représentant de Bosnie-Herzégovine ne fut admis aux funérailles, pas même la présidence de la diète, malgré sa demande161.

  • 162 Enver Redžić, « Politička kretanja među muslimanima Bosne i Hercegovine za vrijeme prvog svjetskog (...)

153Tout le monde ne pensa pas à la guerre aussitôt. Contrairement à Potiorek, qui voulait riposter immédiatement, Biliński pensait que la Diète poursuivrait ses séances après l’apaisement de la situation. La question resta incertaine quelques jours. Le 29 juin, Arnautović et Bašagić proposèrent à Potiorek de promulguer l’état d’urgence et de fermer la chambre afin d’ôter leur immunité aux députés orthodoxes162.

  • 163 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 211-214 ; Dr. Ludwig Thallóczy-Tagebücher, p. 41-42. D’ap (...)
  • 164 ABiH GFM 1914/1472, Collas à Szilagy, de Sarajevo le 2. IX. 1914 ; Dr. Ludwig Thallóczy-Tagebücher, (...)

154Le lendemain, une réunion officielle eut lieu où Potiorek conféra avec la présidence, les chefs des partis politiques et les hauts fonctionnaires. Tous s’accordent pour fermer la diète : des deux projets majeurs à voter, seul le budget pourra passer ; la loi agraire, elle, ne doit pas être présentée, car les musulmans l’interpréteraient comme une concession aux orthodoxes. Bašagić et Sunarić, le nouveau président bosno-croate, affirment que d’ici à quinze jours, la chambre sera en état d’être à nouveau convoquée, sans les députés orthodoxes (à exclure par la force). Ils préconisent cependant que la chambre soit dissoute et que de nouvelles élections soient organisées d’ici à six mois – délai imposé par le Règlement provincial – sur la base du protocole électoral en vigueur ou, mieux, d’un nouveau. Sulejmanpašić et Miralem, en présence de Bašagić, déclarent qu’une démonstration de force de la Monarchie contre la Serbie est nécessaire avant toute chose, sans quoi les musulmans n’auront plus confiance en la Monarchie, ni les électeurs en leurs députés163. Ce qu’ignorait encore Bašagić, c’est que Potiorek avait l’intention de le limoger définitivement, lui ainsi que Dimović, parce qu’ils manquaient d’énergie dans la conduite de la diète164.

  • 165 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 211-214 ; Dr. Ludwig Thallóczy-Tagebücher, p. 21-33 et 68

155Très certainement méfiant envers le bellicisme de Potiorek, Biliński voulut entendre de ses propres oreilles l’avis des responsables politiques du pays. Lors d’une conférence avec la présidence le 4 juillet à Vienne, alors que Tisza avait temporisé la décision d’un ultimatum et que, le temps passant, la menace d’un conflit européen se rapprochait, Biliński se prononça toujours en faveur de la reprise du travail de la diète après un certain délai. Bašagić et Sunarić avancèrent que l’ambiance à Sarajevo rendrait les débats impossibles et qu’il fallait ajourner la chambre jusqu’à la fin du mois de ramadan (deux mois plus tard). Les deux hommes, dans un aparté avec Thallóczy et Kuh-Chrobak auquel ne prirent part ni Biliński, ni Dimović, se montrèrent plus radicaux – parce qu’ils avaient peur, selon Thallóczy : toute collaboration avec les orthodoxes s’avérait irréalisable, d’autant qu’aucun loyalisme n’animait Dimović ; selon eux, le règlement actuel péchait puisque cinq députés orthodoxes suffisaient pour empêcher la tenue des séances. Ils déclarèrent préférer un régime absolutiste au règlement. Au cas où Potiorek partirait, une révolution éclaterait et, d’après Bašagić, les musulmans émigreraient ; secrètement opposés à Biliński, notre homme et Sunarić pensaient d’autre part qu’il était déjà fini – Thallóczy, qui les méprisait « parce qu’ils mentent constamment », d’affirmer : « ils disent cela parce qu’ils l’ont entendu au café ». Le ministre commun des Finances abandonna finalement son idée de vie parlementaire165. Le 9 juillet, la diète fut fermée.

  • 166 ABiH GFM 1914/1132, Kuh-Chrobak le 30. VII. 1914 ; ABiH GFM 1914/1133, le 30. [VII]. 1914.
  • 167 Dr. Ludwig Thallóczy-Tagebücher, p. 66-67.
  • 168 ABiH LR Präs 1914/7089, Thallóczy au Gouvernement territorial, de Vienne le 22. VII. 1914.

156La présidence se trouvait à Vienne lorsque, cinq jours après l’ultimatum du 23 juillet, l’Autriche-Hongrie déclara la guerre à la Serbie166. À côté de visites à Tisza et Stürgkh (1859-1916), le ministre-président, en compagnie de Sunarić, probablement pour discuter de la question agraire167, Bašagić y avait préparé de loin sa retraite de la vie citadine en sollicitant un permis de construire pour une maison d’un étage en dur à Dolac, dans la périphérie verdoyante de Sarajevo168.

  • 169 Bašagić et Sunarić envoyèrent un télégramme pour saluer l’arrivée de Koerber (ABiH PR 1915/104, Sun (...)
  • 170 Sur Sarkotić, voir Bauer, Der letzte Paladin. L’historien allemand Mark Stefan Peters a soutenu au (...)
  • 171 Redžić, « Politička kretanja », in Naučni skup posvećen 80. godišnjici, p. 214.

157La première offensive de l’Autriche-Hongrie contre la Serbie, lancée le 12 août, se solda par un échec et par la pénétration de l’armée serbe, à l’automne, jusqu’en Romanija (massif montagneux à l’Est de Sarajevo) et en Herzégovine orientale. Sarajevo était sous le coup de la loi martiale. Cet échec provoqua le changement de ministre commun des Finances et de gouverneur provincial. Biliński fut remplacé par Ernest von Koerber (1850-1919) le 7 février 1915169, et Potiorek par Stefan Sarkotić (1858-1939) le 1er janvier de la même année. Brillant officier d’origine croate170, Sarkotić ne parvint pas pour autant à rétablir la confiance envers la Monarchie dont les musulmans avaient montré toutes les marques au début des conflits : la Serbie avait occupé certains des territoires de Bosnie orientale où ils étaient installés et d’où ils avaient été forcés de fuir171.

  • 172 ABiH LR Präs 1915/9056, le 16. VIII. 1915 ; IAS BS [décorations]. Il faut par ailleurs noter que Ba (...)

158Une nouvelle offensive austro-hongroise eut lieu début 1915, qui permit de percer jusqu’à Belgrade, mais les Serbes reprirent à nouveau le terrain perdu. En mai et juin 1915, Sarajevo est évacué à l’approche de l’armée monténégrine, soutenue par l’Italie qui vient d’entrer dans l’Entente. À la suite de quoi, une association bénévole de soutien et de soins infirmiers fut montée dans un cadre interconfessionnel par le maire de Sarajevo, Vancaš, et Bašagić qui en fut désigné vice-président. François-Joseph, toujours attentif aux actions charitables, décora notre homme pour cette initiative172.

159Ce fut finalement en octobre 1915 qu’un corps d’armée mixte austro-allemand envahit la Serbie et la conquit en moins d’un mois. Le gouvernement du royaume se réfugia à Corfou. Puis, en janvier 1916, le Monténégro capitula et le roi s’exila en France. À partir de ce moment, les opérations militaires cessèrent en Bosnie-Herzégovine et le front se déplaça.

  • 173 ABiH GFM Präs 1915/63, de Vienne le 18. I. 1915 ; ABiH GFM Präs 1915/134, de Vienne le 2. II. 1915.
  • 174 ABiH LR Präs 1915/2089, Rifat beg Sulejmanpašić à Collas, de Bugojno le 9. II. 1915.

160La loi martiale fut définitivement appliquée à partir de la dissolution de la Diète, le 6 février 1915, après concertation entre Biliński et la présidence en janvier173. À partir de là, les fonctions présidentielles occupées par Bašagić étaient vides de leur contenu. Tout d’abord, la population pensa qu’elles seraient abolies ; Bašagić devait songer à une nouvelle place, et c’est dans ce sens qu’il faut interpréter une demande de Rifat-beg Sulejmanpašić au gouvernement datée du 9 février. Il proposait que Bašagić fût nommé à la place du chef de la cinquième section, Otton Paul, qui venait de décéder. Ceci permettrait de contrebalancer les injustices faites aux musulmans « ces derniers temps », de faire enfin accéder un musulman à de hautes fonctions administratives dans le gouvernement, enfin de reconnaître les mérites de la communauté, qui avait toujours fait preuve de loyalisme envers la monarchie174.

  • 175 ABiH GFM Präs 1915/200, le 19. II. 1915 (même pièce en ABiH LR Präs 1915/5441, le 13. IV. 1915).
  • 176 ABiH GFM Präs 1915/507, Koerber à Sarkotić, de Vienne le 10. V. 1915 (même pièce en ABiH LR Präs 19 (...)

161Bašagić avait raison de s’inquiéter, car la question donnait du fil à retordre au gouvernement provincial. Il n’était nulle part précisé, dans les régulations internes, ce qu’il advenait de la présidence au cas où la chambre était dissoute. Après une relecture serrée des textes, les autorités locales conclurent que le président devait être conservé pour mener les affaires courantes, tandis que les deux vice-présidents seraient congédiés175. Le ministère répondit que cette interprétation des textes n’était pas recevable et que l’ensemble de la présidence devait être renvoyé ; cependant, ce point de vue théorique cédait le pas à la situation concrète devant laquelle se trouvait le gouvernement, et que lui seul décidait sur cette question en dernier recours176.

  • 177 ABiH GFM Präs 1915/380, le 1er mars 1915 (même pièce en ABIH LR Präs 1915/2577, le 2. III. 1915). P (...)

162Bašagić avait peur qu’avec ses fonctions disparussent ses émoluments. Alors que les deux vice-présidents tiraient des revenus de leur profession d’avocat, il avait pour seule rémunération les 5 000 couronnes de sa place au conseil de direction de la Banque provinciale. Quoique les documents officiels mentionnassent souvent qu’il était grand propriétaire, sa famille était appauvrie. Le gouvernement territorial, par égard pour lui et sa position en vue dans la société bosno-herzégovinienne, chercha donc à lui obtenir une place au conseil d’administration de la firme Steinbeis, qui exploitait l’unique ressource naturelle intéressante de la province : les forêts177.

  • 178 ABiH GFM Präs 1915/618, le 24. V. 1915.
  • 179 ABiH PR 1915/209, le 16. IV. 1915.
  • 180 Bašagić avait ouvert les locaux de son bureau de président pour une réunion privée entre Dimović, S (...)

163Entre-temps, à la fin mai, le gouvernement trancha la question de la présidence en décidant que Bašagić gèrerait les affaires courantes178. Sarkotić fit donc remarquer qu’en conservant ses fonctions de président, Bašagić continuait à jouir des revenus afférents ; il n’avait donc pas besoin d’autres ressources et de toutes façons une place vacante faisait défaut au conseil de Steinbeis179. Ce faisant, le gouverneur provincial contrôlait les bâtiments de la diète et reléguait toute manifestation politique hors de la sphère officielle180.

  • 181 Esih Liste I 25, « Inventarisanje saborskih prostorija ».
  • 182 ABiH LR Präs 1916/79, pièces du 3. I. au 9. II. 1916 ; ABiH PR 1916/31, Koerber à Sarkotić, de Vien (...)
  • 183 Cependant, Bašagić se rendit avec Sunarić et Šola à Vienne en avril 1916, ce qui d’après Sarkotić é (...)

164La survie politique de Bašagić ne s’éternisa pas : dès la fin juin, le mobilier de la chambre était récupéré par le gouvernement181. En 1916, on lui signifia qu’il n’avait plus droit à la gratuité des transports car ses semi-fonctions de président ne comportaient plus d’obligations de représentation182 – autrement dit, elles ne comportaient plus rien183.

2. Quatre années de travail intellectuel

  • 184 « Nastupanje vojne službe vojnih obvezanika rođenih 1870., 1871. i 1872 », Sarajevski list 39 (1916 (...)

165La guerre laissa Bašagić suffisamment désœuvré pour s’occuper de ses travaux intellectuels. Ses fonctions et sa maladie le gardèrent de se faire emporter par le flot de la guerre quand fut appelée la classe 1870, en avril 1916184. La lecture de Sarajevski list donne l’impression qu’il participait à la vie publique uniquement lorsque ses fonctions l’exigeaient et que la sociabilité l’y forçait. En toute occasion, il semble avoir montré le loyalisme le plus irréprochable aux Habsbourg, mais ne s’est guère exprimé sur la situation concrète de son pays, hormis à une ou deux reprises, comme nous allons le voir.

166De 1915 à 1918, Bašagić se trouva fort occupé à quatre projets : une étude sur la « noblesse » musulmane de Bosnie-Herzégovine, le catalogage de ses manuscrits orientaux, la rédaction de notices biographiques sur des personnages bosno-ottomans, enfin une suite de traductions de l’auteur persan Omar Khayyâm (v. 1050-v. 1123).

167Dans le chapitre I de notre première partie, nous avons déjà vu quelles circonstances ont pu influer sur l’écriture d’une étude à propos du beylicat que Bašagić entreprit en 1915. Plus précisément, ce fut Thallóczy qui incita le bey à ce travail. L’historien hongrois publia en effet un article sur la signification du mot « bey » où il établissait que ce titre ne correspondait ni à la conception autrichienne de la noblesse, ni à la conception hongroise, ni au concept de noblesse en général ; pour ce faire il s’appuyait sur une liste des familles beylicales de Bosnie-Herzégovine établie par le général Tomičić, personnage qui avait participé à l’occupation de la province en 1878. Bašagić ne contestait pas directement les idées de Thallóczy mais discutait la fiabilité de la liste de Tomičić. Certaines des familles enregistrées n’appartenaient pas, comme chacun le savait, au beylicat ; lorsque la date de l’anoblissement était notée, c’était sur la foi de la tradition, mais Bašagić soulignait que personne ne pouvait produire de document écrit de l’époque médiévale à l’appui de ces datations.

Je connais mes gens. Le musulman bosniaque ou herzégovinien garde seulement les documents écrits dont il pourra retirer quelque intérêt matériel. Avant l’occupation (1878), les firmans établissant les zeamet-s et les timar-s étaient habituellement conservés dans un sac de brocart vert, comme un « saint héritage ». Et lorsqu’ils ont perdu leur valeur du fait de l’occupation, ils ont été abandonnés à leur sort quelque part sur une étagère ou dans un grenier, pour tomber en poussière comme sont tombés en poussière les diplômes royaux que l’administration turque [ottomane] a oubliés ou remplacés par ses propres chartes.

168Dans ces conditions, déterminer le droit de tel bey à porter son titre s’avérait une opération délicate. Reprenant une idée qu’il avait déjà énoncée dans son premier article sur la question beylicale, en 1894, Bašagić proposait que le gouvernement instituât une commission à cet effet et livrait quelques-unes de ses propres observations.

169« Depuis des temps reculés » (od pamtivijeka), le beylicat bosno-herzégovinien se séparait en deux classes : celle des bey-ayan et celle des bey-zaim. La première regroupait des individus qui jouissaient de tout pouvoir dans leur région et du droit de vote au Conseil du vizir (institution typique du xixe siècle ottoman !) ; en plus de leurs fiefs (zeamet), ils possédaient encore d’immenses propriétés ; les beys des confins militaires avaient en outre des ağalık-s. Ces familles s’étaient toujours mariées entre elles. Parmi les exemples cités, nous retiendrons que les Redžepašić de Nevesinje appartenaient à cette classe de beys.

170Bašagić oubliait de préciser quels critères déterminaient la seconde classe ; ils n’en donnaient que des exemples (entre autres, les Ljubović) en précisant que leur noblesse était ancienne mais que les bey-ayan ne les considéraient pas comme leurs pairs.

171La distinction entre les deux catégories était apparue avec « le temps, les circonstances, le pouvoir et la possession de biens hérités et féodaux (baštinska i lenska imanja) ». Si une famille, en plus de ses propriétés foncières, accédait au pouvoir, il était naturel qu’elle s’élevât dans la hiérarchie sociale et surpassât une famille qui se limitait à posséder une terre que la succession des générations fractionnait en parcelles. Des familles beylicales s’étaient ainsi appauvries et avaient perdu le souvenir de leur noblesse ; d’autres s’étaient enrichies durant les deux siècles derniers et avaient pris place parmi les bey-ayan (comme les Džinić).

172Il fallait aussi remarquer que certaines familles venaient de l’extérieur et « s’étaient avec le temps transformées en vrais Bosniaques (Bošnjaci) » (par exemple les Čengić ou les Firdus).

  • 185 Document gracieusement fourni par Husnija Kamberović, qui l’a en partie analysé dans Begovski zemlj (...)

173Après cette analyse, Bašagić s’intéressait à la verticale historique du titre : quels beys descendaient des familles médiévales de knez ? On ne pouvait l’établir car la pratique en Bosnie-Herzégovine était de changer de nom patronymique à chaque fois qu’un des membres de la famille s’illustrait – ceci aussi bien durant le Moyen Âge que sous les Ottomans. De plus, après la défaite de Gradaščević (1832), ce fut à la mode de porter un nom étranger ou de situer ses origines en Asie Mineure car on pensait qu’on trouverait grâce aux yeux du gouvernement ottoman et jouirait de sa confiance absolue. Beaucoup d’anciennes traditions prouvant des origines bosniaques avaient ainsi disparu et les pères avaient laissé à la génération actuelle le souvenir d’une provenance anatolienne ou syrienne185.

174Absence de traces écrites, distorsion de la mémoire : à reprendre cet exposé, les beys ne pouvaient justifier leur « noblesse » que par leurs propriétés, ce qui ne laissait pas de poser problème. Ce document n’ayant jamais été publié, il ne nous intéresse ici que dans la mesure où il permet de préciser combien le discours historique de Bašagić relève parfois de la spéculation pure et simple, commandée par les circonstances (les importants problèmes agraires rencontrés par les propriétaires musulmans depuis 1906) et empreinte du passé familial (la rivalité Ljubović-Redžepašić).

  • 186 ĐurĐev, « Sarajevski kodeks Kanun-nama », p. 147 et 149.

175Le deuxième projet auquel il s’attela avait bien plus de sérieux : c’était le catalogage de ses manuscrits orientaux. Les archives ottomanes du musée territorial lui avaient déjà offert un terrain d’essai pour ce genre de travail : sans qu’aucun catalogue ne nous en soit resté, on peut être sûr qu’il y avait rédigé de très courtes notices pour un certain nombre de documents dès 1913186. L’entreprise fut menée d’une façon autrement systématique pour sa collection personnelle.

  • 187 Bašagić décrit 196 codex, mais une occurrence est redoublée et une autre triplée (222 = 127, 10 = 3 (...)

176Le catalogage des manuscrits orientaux est chose fastidieuse, parce que les différentes informations permettant de les individualiser, tels le titre, le nom d’auteur ou le sujet, ne sont pas immédiatement disponibles. Le catalogue répertoriait 193 codex regroupant, au total, plus de 230 œuvres187. La classification se faisait selon la tradition de l’orientalisme européen, c’est-à-dire par rubriques thématiques (science et commentaire du Coran, hadiths, documents juridiques, religion et théologie, œuvres pieuses et prières, mystique, logique et philosophie, art de la controverse, rhétorique-poétique-métrique, belles-lettres, histoire et biographies, œuvres encyclopédiques, lexicographie, grammaire et syntaxe, astronomie, œuvres diverses). Le plus grand nombre de manuscrits revenait aux belles-lettres, parmi lesquels apparaissaient des titres d’ouvrages de poètes bosniaques qui n’étaient pas mentionnés dans la bibliographie de la thèse, ce qui indiquait que la bibliothèque de notre homme ne cessait de s’agrandir.

  • 188 Dr. Safvet beg Bašagić, « Popis orijentalnih rukopisa moje biblioteke », Glasnik Zemaljskog Muzeja (...)
  • 189 Blašković (éd.), Arabische, türkische und persische Handschriften, p. 37.

177Dans ce travail, le bey bosniaque s’était astreint à une méthode rigoureuse qu’il n’avait pas suivie dans sa thèse et encore moins dans ses travaux antérieurs. Il ne mettait aucunement sa personne en avant, faisait peu de digressions, commentait sobrement chaque titre. Le tout avait parfaitement sa place dans le Glasnik Zemaljskog muzeja, où il fut publié durant l’été 1916188 – restant malheureusement inconnu de Carl Brockelmann (1868-1956), qui terminait alors son énorme catalogue de manuscrits arabes189.

  • 190 [Anonyme], « Dr. Safvet beg Bašagić : “Znameniti Hrvati, Bošnjaci i Hercegovci u Turskoj carevini.” (...)
  • 191 IAS BS – 123, Oton Kučera à Bašagić, de Zagreb le 16. X. 1916. Publiée par Besarović (éd.), Kultura (...)
  • 192 Ibid., p. 335.

178L’orientaliste Bašagić avait également continué à collaborer au dictionnaire encyclopédique yougoslave, un projet commun aux académies de Zagreb et de Belgrade auquel il s’était rattaché dès 1910. Dès avant 1914, il avait été question, avec Truhelka, d’éditer à part un dictionnaire biographique des Ottomans d’origine bosniaque, herzégovinienne ou croate190. Cependant, la guerre avait bientôt consommé la rupture entre les deux institutions et Zagreb continua en solitaire, rebaptisant le dictionnaire encyclopédique Dictionnaire biographique croate. Le professeur Oton Kučera (1857-1931), chargé de la coordination, prit contact avec Bašagić en octobre 1916 pour clarifier le but proposé et donner des indications techniques ; il le remerciait d’avoir accepté la charge de planifier le travail en Bosnie-Herzégovine191. Un mois plus tard, Kučera le remerciait à nouveau de se porter responsable pour la période ottomane192. Dès ce moment, il entreprit de rédiger ses notices.

  • 193 Mirza Safvet, « Uzgredne bilješke », Zeman 1 (1911), 1 (01/09), p. 4-5 ; Mirza Safvet, « Rubai i ga (...)
  • 194 Mirza Safvet, « Krk hanbar », Gajret 8 (1924), 1-2, p. 11.

179La découverte de Khayyâm et de ses quatrains fut le dernier moment fort de l’activité intellectuelle de Bašagić durant la guerre. Il connaissait ce grand classique persan depuis 1900 au moins et avait montré un intérêt sporadique pour lui jusqu’en 1915193. Ce fut au printemps de cette année-là qu’il pénétra définitivement dans sa vie, lorsqu’il fit l’acquisition à une vente publique sarajévienne d’un cahier énigmatique, sur la page de titre duquel son ancien possesseur avait tracé les mots « Livre rare ». C’était un recueil de quatrains de Khayyâm194.

  • 195 M. S., « Misli o ženama », Gajret (cal.), 1915, p. 48-50. On mettra en relation cet article avec la (...)
  • 196 Mirza Safvet, « Rubaije », Savremenik 12 (1917), p. 378.

180Bašagić se prit de passion pour ce poète philosophe et mathématicien assez connu aujourd’hui du grand public. Si l’on tient à faire une généalogie de ce goût, on verra que non seulement la guerre, mais surtout ses expériences politiques et sentimentales poussaient notre homme à la table du désabusé et libertin Khayyâm. Le mariage ne lui réussissait pas : des « Pensées sur les femmes » parues au début de 1915 témoignent, par leur pessimisme volontiers misogyne, à peine éclairci de quelques aphorismes plus heureux, que la Femme telle qu’il l’avait chantée et rêvée dans ses poèmes avait éclaté comme une baudruche à l’usure de la vie maritale195. Il était également revenu de la politique : durant la guerre le frappa cet étrange sentiment d’aliénation qu’elle suscitait en lui, qu’il exprima sous forme de quatrains à la Khayyâm196.

  • 197 Alija Nametak, Sarajevske uspomene, p. 55.
  • 198 Mirza Safvet, « Rubaí », Savremenik 12 (1917), p. 407-409.

181La première manifestation de son engouement pour ce poète fut un quatrain qu’il composa en l’honneur de Musa Ćazim Ćatić, mort le 6 avril 1915197. C’était d’emblée comprendre que le génie de Ćatić et celui de Khayyâm se rencontraient dans une religiosité pessimiste. Deux ans plus tard, il traduisit de Khayyâm quatorze quatrains, précédés d’un rappel technique ainsi que d’un bref historique des versions allemandes de Khayyâm, accompagnés d’une courte note biographique sur leur auteur. Des notes explicatives abondantes guidaient le lecteur198.

  • 199 Friedrich Nietzsche, Par delà bien et mal, éd. Folio, trad. Cornélius Heim, p. 185.
  • 200 Antun Branko Šimić, « Bonhomme iz Provincije », Vijavica 1 (1917-1918), 2, p. 8.

182Mais décidément, Bašagić n’occupait pas non plus le devant de la scène en littérature. Les esprits moqueurs et cyniques commençaient à s’exprimer en Croatie – tel le jeune Antun Branko Šimić (1898-1925), catholique originaire d’Herzégovine, qui railla la naïveté du Mirza chantant les femmes, la nature, ou encore la philosophie du carpe diem en voulant « transplanter » les genres littéraires orientaux dans « nos » belles-lettres. Šimić intitulait sa critique, symptomatiquement, « Un bonhomme de province ». Le mot « bonhomme » est en français dans l’original ; peut-être repris directement de Nietzsche, où on le lit tel quel dans Par delà bien et mal, il est peut-être aussi emprunté par Šimić à Matoš, le plus grand poète et critique de cette époque en Croatie, qui est aussi un grand lecteur du philosophe allemand. Pour Nietzsche, « dans la morale des esclaves l’homme bon doit être de toute façon celui dont on n’a rien à craindre : il est bien disposé, facile à tromper, peut-être un peu sot, bref un bonhomme. Partout où prévaut la morale des esclaves, la langue a tendance à rapprocher la bonté de la bêtise199. » Ainsi, sans rien indiquer de cet emprunt, Šimić se plaçait-il très certainement dans l’optique cynique nietzschéenne et rejetait en Bašagić non seulement le romantique fade et édulcoré, mais aussi le descendant d’une population qu’il jugeait décadente200.

3. Bašagić et la question yougoslave (1917-1918)

  • 201 « Izjava žalosti grada Sarajeva. Građanska žalobna skupština », Sarajevski list 39 (1916), 318 (26/ (...)
  • 202 Mirza Safvet, « Odziv Bošnjaka i Hercegovaca na proglas novog vladara », Sarajevski list 39 (1916), (...)

183En même temps que toute vie politique s’était éteinte après juillet 1914, Bašagić s’était enfermé dans une activité de rat de bibliothèque. L’état de siège interdisait à quiconque de s’exprimer sur la question du statut de la Bosnie-Herzégovine au sein de la Monarchie. Les déclarations publiques ne pouvaient se faire que dans un esprit de loyauté et lorsque le gouvernement invitait à le faire. Le long discours que Bašagić prononça pour le décès de François-Joseph, en novembre 1916, quoiqu’on ne doive pas remettre en cause sa sincérité, n’a donc pas grande signification politique : Bašagić s’y montrait très fidèle sujet de la dynastie, car il ne pouvait en être autrement201. De même, il prête sa plume de poète héroïque au nouveau souverain pour galvaniser la population et poursuivre l’effort de guerre : les Bosniaques sont les « confinaires » (graničari) de Charles Ier, sur lesquels il pourra toujours compter202 ; mais cette fois-ci, le geste est moins commandé par la place qu’il occupe officiellement et prouve davantage que notre homme s’activait un minimum en faveur du Trône. Sa correspondance ne nous en laisse pas savoir davantage.

  • 203 Redžić, « Politička kretanja », p. 214-215.

184Mais Bašagić ne compte plus en politique, et c’est encore Arnautović qui décide de la pluie et du beau temps pour les musulmans. Celui-ci ne donne guère à connaître ses idées en 1916, mais il serait favorable au rattachement de la Bosnie-Herzégovine à la Hongrie, suivant en cela la position officielle d’István Tisza (1861-1918), président du gouvernement hongrois, prise en octobre 1915. Les Hongrois en appelaient au droit historique de la Couronne de Saint-Étienne sur la Bosnie-Herzégovine pour régler le problème du statut de ces territoires. Une certaine propagande (comment appeler autrement ces idées ?) circulait dans certains milieux bosno-musulmans, selon laquelle les Hongrois étaient un peuple tolérant, apparenté aux Turcs (donc forcément sympathiques !)203.

  • 204 IAS BS – 171, Mujo [Mustafa Beg Bašagić] à Safvetbeg, de Pestschanka (Tschita Zabaikal) le 11. VIII (...)

185Le mécontentement de la population musulmane, épuisée, grandissait ; sa désorientation, aussi : bien qu’on n’en ait guère de trace, nul doute que fit sur eux un profond effet la déclaration du chérif de La Mecque, en juin 1916, par laquelle il désavouait la politique guerrière du comité Union et Progrès à la tête de l’empire ottoman (engagé avec la Triplice). Au printemps et au début de l’été 1916, les revers subis sur le front russe, où se battaient beaucoup des Landsers bosniaques, démoralisèrent encore la population. Le frère de Bašagić, officier quant à lui, lui écrivit une lettre en août d’un camp de prisonniers pour le féliciter de la naissance de son fils Fikret – rayon de lumière dans la peur de la perte204.

186Pourtant, les musulmans restaient singulièrement étrangers à toute préoccupation patriotique, c’est-à-dire que seuls leur survie, pour les couches populaires (les femmes de Sarajevo, notamment), ou le futur de leurs cultures, pour les propriétaires fonciers, prenaient à leurs yeux une réelle importance. En effet, dans la perspective d’une défaite austro-hongroise, telle que les événements semblaient la promettre, la question agraire risquait de se régler de façon radicale : les paysans usurperaient les terres. Pour le reste, la population musulmane tenait au statu quo. Les événements politiques de la fin 1916 allaient cependant la faire sortir de son apathie.

  • 205 ABiH GFM Präs 1917/517, Sarkotić à Burián, de Sarajevo le 12. V. 1917. En partie publié par Grijak, (...)

187L’empereur Charles décida en effet de réouvrir le parlement d’Empire, à Vienne, tout en spécifiant d’abord qu’il ne changerait rien aux relations nationales existantes. Les parlementaires ne s’en sentirent pas moins investis d’une mission nationale. Après la question tchèque, celle des régions sud-slaves fut à l’ordre du jour. Cependant, contrairement à l’opinion communément admise, la question sud-slave fut très certainement négociée avec les autorités impériales. Sur la proposition d’un haut fonctionnaire austro-hongrois du gouvernement territorial de Sarajevo, Adalbert Shek (1851-1933), Sarkotić et Burián organisèrent pour le 19 mai, dans les bâtiments de la Société politique autrichienne à Vienne, une réunion officieuse des principaux représentants politiques des provinces sud-slaves avec des délégués du gouvernement impérial, sous l’égide de Karl M. Danzer, le rédacteur en chef du Journal des armées. Bašagić était de la partie. La rencontre avait pour but la mise au point d’une déclaration où les invités politiques exprimeraient leur désir de se regrouper dans un État sud-slave dans le cadre de la Monarchie où leurs aspirations nationales seraient satisfaites, ce qui damerait le pion à la propagande des forces de l’Entente parmi ces populations, avançant que leurs nationalismes étaient mis à mal par l’Autriche-Hongrie205.

  • 206 ABiH GFM Präs 1917/522, Sarkotić à Burián, de Sarajevo le 14. V. 1917. Publié par Kapidžić, « Bosna (...)

188Quelques jours plus tard, plusieurs hommes politiques bosno-herzégoviniens étaient inscrits sur la liste des invités : Sunarić, Dimović et Milić (un orthodoxe de Banja Luka), ainsi que, pour les musulmans, Bašagić, Hrasnica et Karamehmedović – c’est-à-dire ceux de la communauté les plus loyaux à la Monarchie. Sarkotić jugeait que tous s’exprimeraient en faveur du trialisme hormis les musulmans, qui seraient pour l’autonomie de la Bosnie-Herzégovine au sein de la Monarchie. Hrasnica et Karamehmedović déclinèrent l’invitation, pour des raisons que l’on ignore. Bašagić hésita, et se rendit chez Sarkotić pour lui demander conseil. Le gouverneur rapporta que l’ancien président décida de ne pas se rendre à Vienne, mais qu’il rédigea une adresse où il exprimait ses positions : loyauté à la Monarchie ; autonomie pour la Bosnie-Herzégovine plutôt qu’inclusion dans un État sud-slave, car si dans leur patrie les musulmans forment le tiers de la population, ils ne compteraient plus que pour le douzième dans l’éventualité où une troisième entité politique était créée au sein de la Monarchie206.

  • 207 Redžić, « Politička kretanja », p. 216-217.

189Le 31 mai, le club parlementaire yougoslave du parlement impérial rendit officielle sa position dans la déclaration dite « de Mai » : on était pour la solution trialiste, c’est-à-dire celle où tous les Slaves du Sud de la Monarchie se réuniraient dans un même État, jouissant des mêmes droits civiques que les Autrichiens et les Hongrois. Nous voyons que cette déclaration n’eut rien d’étonnant pour les officiels austro-hongrois. En Bosnie-Herzégovine, elle fut accueillie favorablement par les franciscains ; une part des orthodoxes s’en réjouit également. Mais les musulmans eurent une réaction mitigée, voire froide, probablement parce qu’ils avaient peur de l’issue de la question agraire207.

  • 208 ABiH GFM Präs 1917/773, Sarkotić à Burián le 11. VII. 1917. Sur l’importance politique de Bašagić à (...)
  • 209 ABiH GFM Präs 1917/793, le 15. VII. 1917.

190Le président du club yougoslave, Anton Korošec (1872-1940), se montra désireux d’entendre l’opinion des politiques bosno-herzégoviniens : en juillet, il appela à Vienne Sunarić, Dimović et Arnautović, oubliant un Bašagić désormais insignifiant que Dimović raccrocha in extremis à la troupe des invités208. Mais les deux musulmans refusèrent de se rendre avec leurs compatriotes dans la capitale209.

191Bientôt après, le 20 juillet 1917, fut proclamée la déclaration de Corfou, qui avançait une autre proposition pour le futur politique des pays sud-slaves. Rappelons que le gouvernement serbe, après l’invasion des troupes austro-allemandes en Serbie en automne 1915 et sa défaite totale en novembre, s’était réfugié à Corfou. Empli de l’idéal d’une grande Serbie, le président du gouvernement Nikola Pašić (1845-1926) fut forcé, en raison de dissensions intérieures et des troubles en Russie (le principal soutien diplomatique de la Serbie), de signer un compromis avec un Comité yougoslave, dont il avait lui-même favorisé la formation et qui réunissait les intellectuels croates et slovènes échappés de la Monarchie. Selon cet accord, ce n’était pas une grande Serbie qui se créerait après la guerre, mais un État des Serbes, Croates et Slovènes sur lequel règnerait la dynastie des Karađorđević.

  • 210 ABiH GFM Präs 1917/876, de Reichenau le 2. VIII. 1917.
  • 211 ABiH LR Präs 1917/11722, du 5. VIII. 1917.
  • 212 Đaković, « Bilješke uz “Dnevnik” », p. 236.

192Poussés par cette seconde déclaration, Bašagić et Arnautović sollicitèrent une audience privée auprès de l’empereur, qui leur fut accordée210. Bien qu’il eût pris froid, Bašagić se rendit à Vienne211 ; avec Arnautović, ils sont le 9 août chez Burián, que le nouvel empereur avait renommé ministre commun des Finances le 23 décembre 1916. De même que Sunarić et Dimović, ils demandent la réouverture de la diète ; contrairement à eux, ils ne veulent pas d’un État yougoslave au sein de la Monarchie. Ils désirent également que le rachat des kmet-s se fasse de façon obligatoire212 – ce dernier point va bientôt s’éclaircir.

  • 213 Hakija Hadžić, « O nekidašnjem podlistku gosp. Adem-age Mešića », Jugoslavija 2 (1919), n° du 27/07 (...)
  • 214 Je m’oppose donc à Đaković, Položaj Bosne i Hercegovine, p. 163 (qui se contredit cependant dans la (...)

193Les deux hommes furent reçus le 17 août ; Arnautović remit en son nom propre, sans en avertir Bašagić213, un mémorandum où il exprimait la vision des chefs politiques bosno-musulmans. Rédigé en mauvais allemand, le document, malgré ses nombreuses références historiques, n’a très probablement pas été rédigé à quatre mains par lui et Bašagić, mais c’est l’œuvre du seul Arnautović ; cependant, son argumentation relève pour une part d’une resucée des réflexions bašagićiennes214.

  • 215 ABiH GFM PR 1917/444, le 17. VIII. 1917 (ce document m’a été gracieusement fourni par Mark Stefan P (...)

194Trois points sont abordés successivement dans ce document215. Le premier est celui du statut de la Bosnie-Herzégovine : elle doit conserver son autonomie, comme elle a toujours su plus ou moins la conserver au cours de toute son histoire – à l’appui, la preuve soi-disant historique de l’islamisation des « patarènes » et l’apologie cent fois ressassée déjà par Bašagić de la gloire que connut la population bosno-musulmane au sein de l’Empire ottoman. Une fois exclue l’éventualité d’un partage de la Bosnie-Herzégovine entre Autriche et Hongrie, un État sud-slave dans le cadre de la Monarchie tel que le prévoit la Déclaration de mai n’attire pas les musulmans car ils n’y représenteraient qu’un onzième de la population, alors que dans une Bosnie-Herzégovine autonome, ils continueraient à en former le tiers. De plus, cet État possèderait une cohérence « ethnographique », mais les populations qui y vivraient ont connu trois traditions étatiques différentes, sont partagées en trois religions et sont attachées à trois cultures distinctes ; les séparent la vie sociale et familiale, le caractère, les traditions, les ambitions et les idéaux. De plus, les musulmans ont jusqu’ici délaissé la modernité apportée par l’Autriche-Hongrie : nulle intelligentsia à leur tête, nul fonctionnaire dans l’appareil d’État ne guide leur destin. Le lecteur du mémorandum en concluait que de leur point de vue, le rattachement à l’Autriche-Hongrie pour l’avenir était donc un moindre mal : c’était la seule solution qui leur permettrait de survivre.

195De longs développements suivaient sur la question agraire ; il était rappelé que le kmet n’avait pas un statut de droit public, mais que son travail était régi par un contrat de droit strictement privé. Des arguments identiques à ceux avancés par Bašagić dans son Ogledalo ou dans son mémorandum de 1910 se répètent ici. La question agraire ne relevait pas uniquement de l’économie ou de la politique : c’était aussi un problème historique. Désormais, cependant, les propriétaires musulmans acceptaient le rachat à la seule condition qu’il fût obligatoire ; le propriétaire cèderait une partie de sa terre au kmet, qui recevrait une aide de l’État sous la forme d’une dotation foncière prélevée sur le domaine public et de taux bas pour l’emprunt. Là encore, le lecteur percevait très nettement une peur chez les musulmans : peur devant la perspective d’une spoliation généralisée après une défaite finale de la Monarchie, et la victoire de l’Entente (donc de la Serbie, et de la population bosno-orthodoxe avec elle). Le mémorandum a d’ailleurs un ton plaintif, parfois geignard ; si on le suit à la lettre, la population bosno-musulmane méritait qu’on pleurât sur son destin solitaire de « quantité négligeable » depuis trente-neuf ans, depuis que l’Autriche-Hongrie avait occupé sa province ; surtout, catholiques et orthodoxes étaient largement responsables du martyre qu’ils enduraient.

196Le mémorandum s’achevait sur le problème de la réouverture de la diète. Ce n’était pas le moins important : la grave crise que traversait la province – en premier lieu la population musulmane et, parmi elle, tout particulièrement les propriétaires fonciers – nécessitait une représentation parlementaire qui donnât à la population une voix et réglât ces problèmes à leur juste mesure.

  • 216 Il fit paraître en août un article intitulé « Glas sa bojnog polja » que je n’ai pu ni localiser, n (...)

197Rentré début septembre à Sarajevo, Bašagić est sommé par les milieux croatisants, Mešić en tête216, de rendre compte de ses activités viennoises. Il se défend en toute simplicité : comme Dimović et Sunarić se sont rendus dans les deux capitales pour demander la réouverture de la diète, il a dû lui aussi s’y rendre afin qu’on ne l’accuse pas de s’y opposer. Les mauvaises langues avaient commencé à l’insinuer avant son départ car il n’avait pas répondu à l’invitation du club yougoslave, alors même qu’il n’en avait pas reçu (en quoi il ne mentait pas). À Vienne et Pest, il n’a pas parlé du futur statut de la Bosnie-Herzégovine dans la constellation sud-slave, car la population se préoccupe plutôt de la liberté civile et des autres avantages qu’apporterait la réouverture de la diète. Il a demandé celle-ci oralement, sans remettre de mémorandum, et précise que personne parmi les officiels de la Monarchie ne lui a demandé son avis sur le statut de la Bosnie-Herzégovine, ni celui de la population bosno-musulmane. Il terminait par une profession de foi :

  • 217 Dr. S. Bašagić, « “Treba se izjaviti.” Izjava dra. Safvet-Beg Bašagića », Hrvatski dnevnik 12 (1917 (...)

la seule solution rationnelle du problème sud-slave en général, et du statut de la Bosnie-Herzégovine en particulier, est l’unification des pays sud-slaves, hormis la Serbie et le Monténégro, dans le cadre de la monarchie habsbourgeoise, avec des autonomies et des diètes régionales. Avec une autonomie et une diète qui aurait au minimum autant de compétences qu’en a aujourd’hui la diète croate. La Bosnie et l’Herzégovine, qui jouissent depuis tant de siècles d’une autonomie tantôt large, tantôt plus étroite, n’y renonceront pas pour tout l’or du monde217.

  • 218 « Dr. Bašagić o autonomiji Bosne », Hrvatska država 1 (1917), 4 (07/09), p. 3.
  • 219 Dr. Matko Laginja, « Gospodinu Dru. Safvet-begu Bašagiću », Hrvatska država 1 (1917), 5 (08/09), p. (...)

198Cette déclaration eut son petit effet dans les rangs des partisans du rattachement de la Bosnie-Herzégovine à la Croatie. En effet, Bašagić avait une réputation de pilier de la croaticité parmi les musulmans ; son article fut donc repris dans le tout jeune journal Hrvatska država (L’État croate), qui sortait à Zagreb en vue de « l’unification nationale », entendre « croate218 ». Matko Laginja (1852-1930), l’un des chefs politiques de ce mouvement, répliqua à Bašagić le lendemain de ses déclarations : il fallait qu’il précisât l’expression « le cadre de la monarchie ». Était-ce le dualisme, ou bien « l’unité de notre peuple avec sa patrie autonome sous la coupe légale des Habsbourg-Lorraine219 » ? La question ne demandait pas de réponse, car une lecture attentive de la déclaration permettait de comprendre le trialisme « fédéraliste » de Bašagić sur le modèle du Compromis de 1868 qui réglait les relations entre la Hongrie et la Croatie.

  • 220 Redžić, « Politička kretanja », p. 228-229.

199La masse musulmane ne s’y accordait pas : la plupart suivait la ligne dessinée par Arnautović dans son mémorandum, d’autres avaient des tendances yougoslaves, les derniers, qui se confondaient souvent avec les premiers, guignaient du côté hongrois. Neuf mois plus tard, au milieu de 1918, c’est cette dernière orientation qui prédomine chez les musulmans : une autonomie garantie par la Hongrie. Primo, l’autonomie représente l’unique solution par laquelle les politiques peuvent conserver leur influence ; secundo, les intérêts des grands propriétaires hongrois rejoignent ceux de leurs pairs bosno-musulmans (sans que rien, concrètement, ne justifie un tel parallèle hormis la qualité de propriétaire). Selon Sarkotić, cette sympathie pour les Hongrois remonte au Mouvement pour l’autonomie des vakfs220.

  • 221 Pilar composa durant la guerre une monumentale monographie sur la question sud-slave, qu’il publia (...)
  • 222 Redžić, « Politička kretanja », p. 232 ; Purivatra, Jugoslavenska Muslimanska Organizacija, 19772, (...)

200En septembre 1918, la percée de l’armée serbe sur le front de Salonique bouleversa les équilibres politiques en Bosnie-Herzégovine, ce que ressentit Tisza, envoyé par l’empereur du 20 au 23 septembre dans la province pour sonder les politiques sur leur façon d’envisager l’avenir et travaillant aussi à la rattacher à la Hongrie. Bašagić se déclara en faveur d’un rattachement à la Croatie, avec la garantie d’une certaine autonomie ; ou alors, que la Bosnie-Herzégovine fût incorporée « aux terres croates ». C’était l’option des cercles croatisants de la province, dont son ami Ivo Pilar221. Arnautović préférait le rattachement à la Hongrie. Mais Mehmed Spaho et Hrasnica étaient résolument yougoslaves dans le sens de la déclaration de Corfou222.

201Ce seraient finalement ces derniers qui se trouveraient dans le camp des vainqueurs à la fin de l’année. Le Bašagić politique avait vécu.

4. Conclusion

  • 223 Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 285.

202Étrange aliénation que celle de Bašagić en politique : elle aura assez considérablement modifié la donne interconfessionnelle puisqu’il aura été l’un des artisans du pacte catholico-musulman et aura fourni à la majorité parlementaire musulmane ses arguments historiques dans le débat agraire. En d’autres termes, cette aliénation n’en est pas une dans les idées. À la fin de sa vie, Bašagić parlait d’ailleurs le plus volontiers de cette partie de son existence223. Le sentiment d’étrangeté qui l’habitait plonge plutôt ses racines dans la psychologie du personnage, éminemment passive. L’action politique ne pouvait lui convenir ; il lui fallait la paix de son cabinet oriental.

203On note enfin que sa situation politique confortable, en tant que président, a affranchi Bašagić de sa quête de légitimité ; il assume désormais mieux sa dimension croate, tout en aspirant inlassablement à l’autonomie politique de la Bosnie-Herzégovine.

Notes

1 Mirza Safvet, « Pjesme. Rubaije », Savremenik 12 (1917), p. 378.

2 Voir par exemple Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 44, qui s’inspire de Džaja et Čupić- Amrein.

3 [Anonyme], « Pošla vlada na pazar. Pjesmica iz prve čitanke za bosansko-hercegovačke političke osnovne škole », Muslimanska sloga 1 (1910), 92 (30/12), [pagination non repérée]. Sur cette chanson, voir [Anonyme], « Politika. Unutarnja », Novi Behar 8 (1934-1935), 14 (15/01/1935), p. 247-248.

4 Kornél de Szokolay, « La constitution de la Bosnie-Herzégovine », p. 309-310. Szokolay avait publié une brochure intitulée Bosnie et Herzégovine, hygiène publique et balnéologie, Budapest, gouvernement de la Bosnie et de l’Herzégovine, 1894.

5 Ce paragraphe devrait reposer sur une analyse du texte même des régulations internes, mais je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de le consulter.

6 Kapidžić, « Pripremanje ustavnog perioda », p. 82-83.

7 Kapidžić, « Ispisi iz Bečkih arhiva », p. 505.

8 Szokolay, « La constitution de la Bosnie-Herzégovine », p. 311.

9 [Discours d’intronisation à la présidence du Parlement le 07/11], Stenografski izvještaji I. zasjedanje, svezak II, p. 2-3. Voir aussi ABiH LR Präs 1910/6947, le 7. XI. 1910.

10 ABiH LR Präs 1910/7190, Benko au ministère et Burián, le 19. XI. 1910.

11 ABiH LR Präs 1910/7333, Benko au ministère et Burián, le 26. XI. 1910. Mme Mina Kujović, archiviste aux Archives nationales de Bosnie-Herzégovine, m’a raconté l’anecdote suivante quant aux échanges « cordiaux » qu’eurent à une occasion Bašagić et Kočić à la diète : à Kočić qui avait déclaré « Votre place à vous, les musulmans, est en Turquie » (Vama je Turcima mjesto u Turskoj), Bašagić aurait rétorqué « Votre place à vous, les ours, est dans les bois (Vama međedima je mjesto u šumi). Je n’ai malheureusement pas pu trouver cet entremets délicieux de la vie politique bosno-herzégovinienne.

12 ABiH LR Präs 1910/7393, Benko au ministère et Burián, le 29. XI. 1910 (pièce identique en ABiH GFM Präs 1910/1859, le 29. XI. 1910).

13 Kapidžić, « Bosanski sabor i smrt Lava Tolstoja », in id., Bosna i Hercegovina pod austrougarskom upravom, p. 377-380 ; Jovanović, « Reagovanja muslimana », p. 125-130. Les amateurs de presse populaire pourront lire une version plus courte de ces événements chez Budimlić, « Uzbuna u Beču », p. 9.

14 ABiH LR Präs 1910/7393, Benko au ministère et Burián, le 29. XI. 1910 (pièce identique en ABiH GFM Präs 1910/1859, le 29. XI. 1910).

15 ABiH LR Präs 1911/537, 30. I. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/546, le 31. I. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/659, le 5. II. 1911.

16 ABiH LR Präs 1911/1021, le 23. II. 1911 ; [Remarque introductive à la séance LXVI du 02/03], Stenografski izvještaji. I. zasjedanje, svezak III., p. 1212.

17 [Conclusion de la XLIIe séance], Stenografski izvještaji. I. zasjedanje, svezak II., p. 500.

18 ABiH GFM Präs 1911/14, le 3. I. 1911 ; ABiH GFM Präs 1911/30, le 3. I. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/37, le 3. I. 1911 ; Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 73-75.

19 ABiH LR Präs 1911/238, Benko à Burián, le 14. I. 1911 (les deux lettres jointes au télégramme se trouvent également à l’IAS BS – 86, Benko à Bašagić, de Sarajevo le 10 et 13. I. 1911).

20 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 70. Selon l’auteur de « “Javni račun” Dervišbeg Miralema », Zeman 2 (1912) 14 (03/02), p. 1-2, la première marque de l’entente fut une sanction prise un peu plus tard contre un député orthodoxe (Jevto Dedijer).

21 ABiH LR Präs 1911/411, le 23. I. 1911. Le texte de l’éloge parut aussi dans « Iz Sabornice », Hrvatska zajednica 3 (1911), 8 (26/01), p. 2.

22 ABiH LR Präs 1911/1422, le 14. III. 1911.

23 ABiH LR Präs 1910/7622, Benko à Burián, le 12. XII. 1910.

24 ABiH LR Präs 1911/207, le 12. I. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/546, le 31. I. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/547, le 31. I. 1911 ; « Sjednica od utorka », Musavat 6 (1911), 4 (25/01), p. 2 ; Imamović, Historija Bošnjaka, p. 445-446 ; Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 75.

25 ABiH LR Präs 1911/659, le 5. II. 1911 ; Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 76.

26 Hadžijahić, Od tradicije do identiteta, p. 207-208 ; voir aussi Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 85-86. D’après Hadžijahić dans un ouvrage non publié, le texte du pacte se trouvait en 1969 aux Archives nationales de Bosnie-Herzégovine, collection des rachats et des dons n° 668 (Hadžijahić etc., Stav muslimana Bosne i Hercegovine, p. 73-75).

27 « “Javni račun” Dervišbeg Miralema », Zeman 2 (1912) 14 (03/02), p. 1-2.

28 IAS BS – 140, Pilar à Bašagić, de Dolnja Tuzla, sans date. La moitié de la lettre manque. Ce document a été étudié par Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 109-110.

29 « Pitner i pakt », Musavat 6 (1911), 26 (10/06), p. 1-2 [= éditorial].

30 « Hrvatsko zemaljsko kazalište u Sarajevu », Musavat 6 (1911), 16 (11/03), p. 3.

31 La relation resta dans les limites du convenable, à en juger par la lettre qu’elle lui adressa quelques jours plus tard (IAS BS – 92, Carica [Strozzi] à Bašagić, de Dubrovnik le 5. V. 1911.

32 « Gostovanje hrvatske opere u Sarajevu », Musavat 6 (1911), 24 (26/04), p. 1-2 ; Lešić, Pozorišni život Sarajeva, p. 261-2.

33 IAS BS – 141, Polakica [Irma Polak] à Bašagić, de Dubrovnik le 2. V. 1911. On remarquera que Polak écrivit à Bašagić avec plus d’empressement que Strozzi. Elle lui promettait aussi de lui envoyer un portrait une fois de retour à Zagreb ; celui-ci ne se trouve pas dans les différentes archives.

34 [Anonyme], « Gospodi oko “Naroda” », Zeman 2 (1912), 35 (30/03), p. 2.

35 ABiH LR Präs 1911/2032, Varešanin à Burián, le 12. IV. 1911.

36 ABiH LR Präs 1911/2182, le 21. IV. 1911.

37 IAS BS (diplôme de décoration) ; ABiH LR Präs 1911/3281, le 17. VI. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/3552, le 1er. VII. 1911 ; ABiH GFM PRäs 1911/1170, le 03. IX. 1911 ; « Odlikovanje saborskog predsjedništva », Musavat 6 (1911), 38 (21/06), p. 3.

38 Kapidžić, « Ispisi iz Bečkih arhiva », p. 519.

39 C’est ce que l’on retrouve comme un leitmotiv dans l’organe du parti politique qu’ils formèrent ultérieurement ; voir notamment « Na znanje ! », Novi Musavat 1 (1912), 2 (06/01), p. 2.

40 ABiH LR Präs 1911/550, Collas au Ministère, le 31. I. 1911 ; ABiH GFM Präs 1911/159, du 1. II. 1911.

41 « Megju samostalcima », Musavat 6 (1911), 50 (03/08), p. 1-2 ; « Pregovori za slogu », Musavat 6 (1911), 51 (05/08), p. 4 ; [édito], Musavat 6 (1911), 52 (10/08), p. 1 ; [édito], Musavat 6 (1911), 54 (16/08), p. 1-2 ; Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 95.

42 Mirza Safvet, « Uzgredne bilješke », Zeman 1 (1911), 1 (02/09), p. 4-5 ; Mirza Safvet, « Uzgredne bilješke », Zeman 1 (1911), 10 (23/09), p. 3-4.

43 Feudalac Bošnjak, « Malo odgovora piscu “Bošnjakluka” u 1. broju “Otadžbine” », Zeman 1 (1911), 6 (14/09), p. 1-2 ; 7 (16/09), p. 1-2 ; 8 (19/09), p. 1-2.

44 Contrairement à ce que dit Lamija Hadžiosmanović (Biblioteke u Bosni i Hercegovini, p. 44), les quatre volumes de la bibliothèque n’ont pas eu de grande postérité, hormis celui d’Ekrem. Des deux titres de Bašagić, l’un est aujourd’hui introuvable ; il réunissait toutes les anecdotes en prose que Bašagić avait écrites, un projet qui le tenait à cœur depuis 1899 ; quant à sa monographie sur Gazi Husrev Bey, elle a été rapidement éclipsée par celle de Truhelka (Kreševljaković, « Dr. Safvetbeg Bašagić », Narodna starina, p. 90).

45 « Književni glasnik », Srpska Riječ 3 (1907), 74 (3-14/04), p. 3. À l’IAS BS – 73 se trouve une coupure d’un journal allemand (probablement Bosnische Post) où est très rapidement présenté le livre à sa sortie.

46 Mirza Safvet, Gazi Husref beg (U spomen četiristogodišnjice dolaska u Bosnu), Sarajevo, Nakladom knjižare braće Bašagića, 1907.

47 IAS BS – 151, Truhelka à Bašagić, sans lieu ni date ; Kapidžić (éd.), Naučne ustanove, p. 397 (original : ABiH GFM Gen. 1910/18204, compte rendu de l’assemblée du musée territorial du 29. XI. 1910).

48 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka X – 2/159, Karabaček à Truhelka, de Vienne le 17. XII. 1910.

49 Truhelka, « Tursko-slovjenski spomenici », p. 2.

50 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka X – 2/198.

51 Truhelka, Gazi Husrefbeg, p. 1, 2, 4 et 67.

52 IAS BS – 151, Truhelka à Bašagić, sans lieu ni date.

53 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka X – 2/206 [fonds Truhelka], Jan Krcsmárik à Truhelka, de Vienne le 30. III. 1911. Les remarques additives de Truhelka et Patsch sont datées respectivement du 4 et 7 avril. Voir aussi Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402.

54 IAS BS – 171, Karabaček à [?, appelé Herr Sektionschef], de Vienne le 7. VI. 1911.

55 ABiH GFM Präs 1911/1137, Potiorek au ministère, de Sarajevo le 10. VIII. 1911.

56 [Anonyme], « Gospodi oko “Naroda” », Zeman 2 (1912), 35 (30/03), p. 2 ; « Dr. Bašagić i “Narod” », Zeman 2 (1912), 35 (30/03), p. 3. Je n’ai pas pu consulter les numéros du Narod incriminés.

57 Skarić, « Istorijski spomenici na turskom jeziku », p. 249-252.

58 Prelog, Povijest Bosne I, p. 3.

59 IAS BS – 111, Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 31. VIII. 1910. Un peu après 1910, Smičiklas avait également projeté de créer une société de traducteurs des langues orientales qui fût experte auprès de l’Académie yougoslave (Sulejman Bajraktarević, « Kratak osvrt », p. 315) ; il est probable qu’il avait pensé à Bašagić.

60 IAS BS – 111, Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 14. XI. [1910].

61 IAS BS – 127, Gavro Manojlović à Bašagić, de Zagreb le 25. VII. 1911. Voir aussi l’article « Enciklopedije » de Enciklopedija Jugoslavije, 1re éd., t. 3.

62 Musa Ćazim Ćatić, « Tri gazela (Mirzi Safvetu) », Gajret 4 (1911), 23-24, p. 340-341 ; Nametak, Musa Ćazim Ćatić, p. 88. Le manuscrit de ces poèmes se trouve en ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka VI – 28/21.

63 Milićević, « O dvadesetoj obljetnici », p. 350. Pour lire une étude à peu près correcte sur Ćatić en langue allemande, consulter Mantovani, Musa Ćazim Ćatić, 1998.

64 « Herman Vambery », Zeman 1 (1911), 16, p. 2 ; « Herman Vambery », Zeman 2 (1912), 36 (02/04), p. 3.

65 Ils ne subirent pas de modifications majeures dans la sortie finale. Voir Dr. Bašagić, « Pečevi. (Ibrahim paša Alajbegović) », Zeman 1 (1911), 10 (23/09), p. 2-3 ; [anonyme], « Sudi », Zeman 1 (1911), 37 (25/11), p. 2-3 ; [anonyme], « “Šarihul Fusus” Abdullah el-Bosnevi », Zeman 1 (1911), 38 (28/11), p. 2-3 ; 39 (01/12), p. 2 ; 40 (07/12), p. 2 (il est indiqué que le feuilleton continuera, mais rien ne paraîtra dans les numéros suivants) ; Dr. Safvetbeg Bašagić (Vizepräsident des Landtages), « Hasan Kafi el Akhisari (Pruščak) », Bosnische Post 28 (1911), 294 (23/12), p. 3-5.

66 Kapidžić, « Prilozi poznavanju Instituta za istraživanje Balkana », p. 248.

67 Safvetbeg Bašagić, « Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti », Glasnik Zemaljskog Muzeja 24 (1912), 1-4, p. 1-88 ; 7-9, p. 295-390 ; « Nova knjiga », Zeman 2 (1912), 71 (08/08), p. 3.

68 Ćehajić, « Bošnjaci i Hercegovci », p. 85-157 (repris en post-face de l’édition de la thèse, p. 245- 322). Les références ultérieures se reporteront toujours à la seconde version de l’article.

69 Voir les rapports de ses séminaires à l’École pratique des hautes études, IVe section (sciences historiques et philologiques), annuaires 1976-1991, Paris, à la Sorbonne, 1977-1995.

70 Clayer et Popovic, « La thèse de Safvet-Beg Bašagić », in Popovic, Cultures musulmanes balkaniques, p. 149-158 ; Ćehajić, « Bošnjaci i Hercegovci », p. 280-281.

71 À propos des sources occidentales de Bašagić : Ćehajić (« Bošnjaci i Hercegovci », p. 261) fait remarquer que Bašagić n’a pas consulté l’ouvrage d’E. J. Gibb intitulé A History of Ottoman Poetry (Londres, 1900-1909), autre œuvre de référence de l’époque, aussi érudite que celle de Hammer-Purgstall, et plus critique. En effet, nous savons que Bašagić ne maîtrisait pas du tout l’anglais.
Son premier outil de recherche fut le catalogue des manuscrits arabes, persans et turcs de la bibliothèque Palatine, édité par Gustav Flügel dans les années 1860. Flügel présentait brièvement chaque document et en indiquait l’auteur, ce qui permit à Bašagić de découvrir, alors qu’il avait achevé son travail, de nouveaux noms d’écrivains d’origine bosniaque (éd. Ćehajić, p. 223). L’autre ouvrage fondamental de sa recherche fut Hammer-Purgstall (Geschichte der Osmanischen Dichtkunst bis auf unsere Zeit, 1836-1838, avec près de deux mille deux cents poètes de l’Empire ottoman) ; il le cite de façon constante en note de bas de page, tandis que les autres sources apparaissent moins régulièrement. Défendant sa thèse à l’université où Hammer avait œuvré, Bašagić ne pouvait manquer d’en discuter certains jugements (éd. Ćehajić, p. 97). Enfin, Bašagić consulta aussi la Geschichte der arabischen Litteratur de Carl Brockelmann, parue pour ses deux premiers volumes en 1901.
Les autres livres qui apparaissaient dans la bibliographie étaient une étude historique de Hammer-Purgstall au sujet de l’Empire ottoman, aussi fameuse que son étude littéraire, et la monographie d’Asbóth sur l’histoire et la géographie de la Bosnie-Herzégovine. D’autres ouvrages n’apparaissent pas dans la bibliographie, probablement parce que Bašagić les a rajoutés en note de bas de page après 1909 : Geschichte des osmanichen Reiches in Europa de Johann Wilhelm Zinkeisen ; De origine et rebus Turcorum de Laonikos Chalcocondyle ; Beiträge zur Eschatologie des Islam de Josef Rüling ; Über Ghazzālīs Leben und Werke de Richard Gosche ; Antologia Firdusiana d’Italo Pizzi. Enfin, il citait dans le corps du texte six auteurs dont trois allemands (Daniel Lohenstein, Anselm von Zigler und Kliphausen et Gotthold Lessing), deux anglais (Thomas Macaulay et Edward Bulwer), et un français (Voltaire) ; les citations latines et les latinismes abondaient.

72 Pour le catalogage de ce type d’erreur, voir Ćehajić, « Bošnjaci i Hercegovci », p. 267-268.

73 L’examen de l’utilisation de la tradition orale par Bašagić montre que c’est pour souligner la vie droite et pieuse des auteurs (à propos de Šejh Jujo, par exemple, voir p. 159-162 de l’éd. Ćehajić), rapporter un trait de caractère qui corrobore son propos (au sujet d’Ârif Hikmet-beg, voir ibid., p. 211-212 ou 221), ou faire remarquer l’influence de telle œuvre en Bosnie (ce qui appartient plus proprement à son sujet ; cf. à propos d’un recueil d’Ahmed Mostarac, ibid., p. 199) ; il a recueilli ces témoignages majoritairement en Bosnie (à propos de Hasan Kafi, voir ibid., p. 83).

74 « Die Bosniaken und Hercegovcen auf dem Gebiete der orientalischen Literatur » et non « Die Bosniaken und Hercegovcen auf dem Gebiete der islamischen Literatur », comme l’indique ailleurs Mustafa Imamović (voir « Safvet-beg Bašagić i Edhem Mulabdić », in Islam i kultura Bošnjaka, p. 36).

75 Šabanović, Književnost Muslimana, p. 13-26.

76 Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 11.

77 Kratka uputa, « Herceg-Bosna i istočna prosvjeta », p. 203.

78 En 1912, Josip Milaković (par ailleurs bon ami de Bašagić) remarqua qu’il n’avait en rien démontré l’influence de la poésie populaire sur la production bosno-ottomane (« Literarni prijegled », Sarajevski list 35 [1912], 244, p. 2). Šabanović donne un point de vue nuancé sur la question, relevant des influences « de l’esprit populaire » mais rejetant la notion de genre spécifique (Književnost muslimana, p. 14-16). C’est à son avis que se range Ljubinka Rajković (Turski pesnici, note 1 p. 111-113). Alexandre Popovic met l’accent sur l’appartenance de ces auteurs à la littérature ottomane et rejette toute idée de particularisme (« La littérature ottomane des musulmans des pays yougoslaves » [1978], in Cultures musulmanes balkaniques, p. 71 et 75 ; voir aussi Clayer et Popovic, « La thèse de Safvet-beg Bašagić » [1993], ibid., p. 157) ; Jasna Šamić le rejoint dans « La mystique musulmane des écrivains yougoslaves (de Bosnie) », p. 690-698. Nenad Filipović refuse lui aussi toute notion de genre et de particularisme (« Književna baština bosanskih Muslimana », p. 153). Muhsin Rizvić lui-même modifia son point de vue à la fin des années 1980, ce qui prouve une radicalisation de ses positions nationales (comparer Književno stvaranje t. 1, p. 18-21 ; et « Komparativno istraživanje », p. 37-47. On remarquera que dans la réédition de la thèse, en 1990, le premier chapitre sur la littérature bosno-ottomane manque). Voir aussi Ćehajić, « Bošnjaci i Hercegovci », p. 288-295.

79 Ćehajić, « Bošnjaci i Hercegovci », p. 282-284.

80 Éd. Ćehajić, p. 13.

81 Karamehmedović, Zapisnici sjednica, p. 49, 79, 82-90, 97, 107-109, 115, 130, 151, 159 et 169-170 ; Vladimir Ćorović, « Muslimanska prosvjetna anketa », Pregled (Sarajevo) 3 (1912-1913), 1 (01/01/1912), p. 30-36 ; Šehić, Autonomni pokret, p. 375-376 ; Ćurić, Muslimansko školstvo do 1918, p. 192-193.

82 Au sens où l’entend notre linguistique, les deux seules études remarquables que j’ai pu consulter sur les traductions de Bašagić sont celles de Naida Sušić-Mehmedagić (« Bašagićevi prijevodi arapske poezije ») et Lamija Hadžiosmanović (« Osvrt na Bašagićeve prevode s turskog jezika »). Sur les traductions de Bašagić en général, consulter la thèse Mme Lejla Gazić.

83 IAS BS – 186 ; Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », p. 25 ; Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 274. Le dictionnaire aurait dû voir le jour à la fin des années vingt, mais il n’en fut rien, probablement en raison de la guerre et de la maladie de Bašagić.

84 Dr. Bašagić, « Gazi Husrevbeg naše gore list », Zeman 1 (1911), 48 (28/12), p. 2.

85 À ce propos, voir l’intéressante étude de Popovic, « Écrivains balkaniques et lettres ottomanes à l’époque de Soliman » [1992], in Cultures musulmanes balkaniques, p. 177-184.

86 « Hrvatstvo Bosne », Hrvatska zajednica 4 (1912), 54 (06/07), p. 3 ; « Opet o hrvatsvu Bosne », Hrvatska zajednica 4 (1912), 60 (28/07), p. 3.

87 Par exemple, nulle part n’apparaît le nom de Bašagić dans la correspondance de Matoš, dont la production épistolaire est assez imposante. Voir Sabrana djela Antuna Gustava Matoša svezak XIX i svezak XX.

88 « Književna kriza », Obzor 53 (1912), 164 (16/06), p. 1-2, consulté dans Matoš, Sabrana djela svezak XVI, p. 70-74.

89 C’est ce qui apparaît dans l’un des premiers numéros du journal Misbah, organe des oulémas, vers la fin 1912 (voir Huković, Alhamijado književnost, p. 282).

90 Pour un prolongement sur la notion de Kultur chez cet auteur, dont Bašagić n’est pas très éloigné, voir Bénéton, Histoire de mots, p. 74.

91 Éd. Ćehajić, p. 223.

92 Vjekoslav Klaić, « Hrvati u Bosni i Austriji », Hrvat 3 (1912), 290, p. 2 ; Edhem Mulabdić, « Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti. Dr. Safvet-beg Bašagić. – Prilog kutlurnoj historiji Bosne i Hercegovine. Sarajevo, Zemaljska štamparija, 1912 », Zeman, 2 (1912), 82 (12/09), 1-2 ; A. H. B. [Abdurezak Hifzi Bjelevac], « Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti », Biser 1 (1912), 5 (oct.), p. 92-93 ; Josip Milaković, « Literarni prijegled », Sarajevski list 35 (1912), nos 241, 242, 243 et 244. Muhsin Rizvić mentionne également, dans sa bibliographie des œuvres, un article anonyme paru dans Bosnische Post ; il n’en indique pas les références. Je n’ai pas plus que lui eu la possibilité de consulter ce journal et je suppose qu’il a pris connaissance de cet article grâce à la coupure se trouvant en IAS BS – 73 (« Bosnier und Hercegovcen in der islamitischen Literatur [Originalfeuilleton der “Bosnischer Post”] », en plusieurs livraisons). Enfin, je n’ai pas pu consulter P. Bogdanović, « Poezija muslimana u Bosni », Srpski književni glasnik 29 (1912), p. 72-79.

93 Dmitriev, « Problemii », p. 100.

94 ABiH PR 1912/1079, Biliński à Bašagić, de Budapest le 21 XI. 1912.

95 IAS BS – 177, [signature illisible] à Bašagić, d’Istanbul le 16 ramadan 1331/19 août 1913.

96 Mirza Safvet, « Tajna slova », Savremenik 6 (1911), 9 (01/09), p. 533.

97 On trouve uniquement trois pièces relatives à l’activité parlementaire de Bašagić durant l’été 1911. Voir IAS BS – 126, Madurowicz à Bašagić, de Sarajevo le 26. VI. 1911 ; ABiH LR Präs 1911/4432, le 25. VIII. 1911.

98 Kapidžić, « Ispisi iz Bečkih arhiva », p. 518-519 ; voir aussi « Bajram », Zeman 1 (1911), 10 (23/09), p. 1.

99 ABiH PR 1911/46, Benko à Lasarini, de Sarajevo le 25. IX. 1911.

100 ABiH LR Präs 1911/6327, le 7. XII. 1911 ; « Putovanje muslimanskih narodnih poslanika », Zeman 1 (1911), 11 (28/09), p. 1 ; « Otvorenje bosanskog sabora », Zeman 1 (1911), 12 (30/09), p. 1 ; « Put naših narodnih poslanika », Zeman 1 (1911), 12 (30/09), p. 1 ; « Muslimanski Klub ministru izvanjskih poslova grofu Aerenthalu », Zeman 1 (1911), 14 (05/10), p. 1 ; « Put naših narodnih poslanika », Zeman 1 (1911), 14 (05/10), p. 1-2 ; « Saborske sjednice », Zeman 1 (1911), 14 (05/10), p. 2 ; « Saborsko predsjedništvo », Zeman 1 (1911), 15 (07/10), p. 3 ; « Jučerašnja saborska sjednica », Zeman 1 (1911), 22 (24/10), p. 3-4. Voir également l’édito du 31 octobre.

101 Juzbašić partage cette opinion que je me suis faite sur le rôle politique de Bašagić (Nacionalno-politički odnosi, p. 181). D’autre part, je ne m’explique pas l’assertion de Mahmud Traljić selon qui Bašagić aurait toujours œuvré, à la diète, contre le mouvement d’émigration des musulmans vers l’empire ottoman. Il se serait rendu avec Šefkija Gluhić dans les Confins afin de détourner les émigrants de leurs intentions et aurait rapporté quelques interpellations à ce sujet à la diète, demandant de surcroît qu’on punît tous ceux qui incitaient la population à émigrer et rachetaient les terres pour rien (« Dvije značajne stogodišnjice », Takvim za 1971, p. 92).

102 « Naša ilmija i paktaši », Novi Musavat 1 (1912), 3 (10/01), p. 1 [= éditorial]. Bašagić répondit à ces critiques du parti de Miralem, et à celles qui se firent entendre au sein même de l’OMU, dans une correspondance ouverte (« Sarajevo. 12. januara 1912 », Zeman 2 [1912], 5 [13/01], p. 2).

103 Voir par exemple ABiH LR Präs 1912/1557, le 2. VIII. 1912 – dossier sur une interpellation mineure que Bašagić et consorts firent à propos d’un fait divers scabreux à Kozarac. On trouvera le texte de cette interpellation aussi dans Zeman 1912, 15 (6/02). Ce fut certainement une anecdote que les députés musulmans voulurent utiliser politiquement contre le gouvernement, mais la suite des événements dut mouiller la mèche.

104 Ainsi Biliński pensait à se servir de lui pour rallier Kulović à la politique gouvernementale (ABiH PR 1912/80, Biliński à Potiorek, de Vienne le 21 mars 1912).

105 Il avait notamment été prévu que le bey siège dans une commission orthographique, qui se réunit du 20 au 31 mai 1912 ; mais il ne s’y rendit pas (Papić, Školstvo 1878-1918, p. 58 ; Bogićević, Pismenost, p. 274).

106 Dr. Bašagić, « Predstavka Zemalj. savjeta Bosne i Hercegovine o gradnji najpotrebnijih željezničkih pruga », Musavat 6 (1911), 26 (10/06), p. 1-3.

107 ABiH LR Präs 1911/6312, le 7. XII. 1911 ; « Iz sabora. XI. sjednica, održana u četvrtak, 7. decembra 1911 », Zeman 1 (1911), 41 (09/12), p. 2 ; « Iz sabora. Burna sjednica od ponedeljka », Zeman 1 (1911), 45 (mardi 19/12), p. 1-2 ; « Vojislav Šola odstupa », Zeman 2 (1912), 4 (11/01), p. 1.

108 ABiH LR Präs 1912/1492, Benko au Ministère, le 4. III. 1912.

109 « Izvještaj o toku pregovora sa gospodinom ministrom Dr. Bilińskim od 10. do 25. juna 1912 », Zeman 2 (1912), 57, p. 2.

110 Leon Biliski, Wspomnienia i Dokumenty. Tom I 1846-1914, Varsovie, 1924, consulté dans la traduction en bosniaque : Bosna i Hercegovina u Uspomenama Leona Bilińskog, p. 50-51.

111 « Izvještaj o toku pregovora sa gospodinom ministrom Dr. Bilińskim od 10. do 25. juna 1912 », Zeman 2 (1912), 57, p. 3 ; « Zadnja konferencija s ministrom Dr. Bilińskim », Zeman 2 (1912), 57, p. 3.

112 On trouvera un autre témoignage de l’action conjointe Bašagić-Mulabdić dans la lettre de l’IAS BS – 99, Muhamed Emin Dizdar à Bašagić, de Mostar le 25. VIII. 1912.

113 « Muslimanski klub », Zeman 2 (1912), 18 (13/02), p. 3.

114 « Odputovao », Zeman 2 (1912), 73 (13/08), p. 3 : Bašagić partit le 11 août en Posavina.

115 « Gajretova skupština », Zeman 2 (1912), 79 (03/09), p. 1-2 ; « Kompromis », Zeman 2 (1912), 79 (03/09), p. 3 ; « Konstituisanje upravnog odbora “Gajretova” », Zeman 2 (1912), 82 (12/09), p. 3 ; Kemura, Uloga “Gajreta”, p. 62-64.

116 H. J., « Trogodišnji književni rad lista Gajreta », Biser 1 (1912-13), 9 (02/1913), p. 188-190 ; 10 (03/1913), p. 218-221. À propos des conséquences des guerres balkaniques sur les relations orthodoxes-musulmans, voir entre autres Hadžijahić, Od tradicije do identiteta, p. 181-183.

117 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 295-296 ; Mulabdić, « Među “Beharima” », p. 295-296. Voir l’exposé parallèle de Rizvić, Behar, p. 446-450. La date est donnée en fonction de celle où fut lancé Biser (le 1er juin 1912).

118 L’exposé se fait à partir d’Ekmećić, « Uticaj balkanskih ratova 1912-1913. na društvo u Bosni i Hercegovini » [1985], in id., Radovi, p. 399-423 ; Bled, François-Joseph, p. 640-643 ; Paul Dumont, « La mort d’un empire (1908-1923) », in Mantran (dir.), Histoire de l’empire ottoman, p. 604-611.

119 Vasilj Grđić, « Politički pregled. Sarajevo, 12. oktobra 1912 », Pregled (Sarajevo) 3 (1912-1913), 6-7 (01/10/1912), p. 389.

120 ABiH PR 1912/1078, Potiorek à Bilinski, de Sarajevo le 14. XI. 1912.

121 ABiH LR Präs 1912/4541, la présidence de la diète au gouvernement territorial, le 25. X. 1912.

122 Claude E. Dolman, « Paul Ehrlich », in Charles Coulston Gillispie (éd.), Dictionary of Scientific Biographies, vol. 4, New York, Charles Scribner’s Sons, 1971, p. 295-305 ; Ameeta E. Singh et Barbara Romanowski, « Syphilis : Review with Emphasis on Clinical, Epidemiologic, and Some Biologic Features », Clinical Microbiology Reviews 12 (1999), 2 (avril), p. 187-209.

123 L’ironie du sort voulut que Mešić, certainement le plus haï des Progressistes par la MNO du temps du mouvement pour l’autonomie, fut présenté aux électeurs par ceux qui l’avaient le plus conspué. Candidat à la seconde curie pour toutes les villes d’Herzégovine, il fut élu avec une victoire éclatante partout sauf à Mostar où Mehmed Spahić obtint 583 voix et lui, 192. N’ayant pu faire campagne en raison d’une opération au nez, qui eut lieu à Vienne, et d’une convalescence passée à Monte-Carlo (au Pavillon Doré) et dans divers pays du Maghreb, Mešić se rendit en Herzégovine pour faire connaissance avec ses électeurs. Voir la page de titre de Zeman 2 (1912), 12 (30/01) ; page de titre de Zeman 2 (1912), 18 (13/02) ; « Lična vijest », Zeman 2 (1912), 18 (13/02), p. 3 ; Vasilj Grđić, « Politički pregled. Sarajevo, 10. februara 1912 », Pregled (Sarajevo) 3 (1912-3), 2 (15/02/1912), p. 94 ; « Lična vijest », Zeman 2 (1912), 40 (13/04), p. 3 ; « Lična vijest », Zeman 2 (1912), 47 (28/05), p. 2 ; Ademaga Mešić, « Sjećanje na Safvetbega », p. 281.

124 D’après le récit d’Enisa Bašagić Knežić en été 2003 ; voir aussi Kamenica, « Dr. Safvetbeg Bašagić », Oslobođenje, quatrième livraison de janvier 1994. On n’apprend rien pour mon sujet chez Hadžijahić, « Bračne ustanove », p. 155-168. Je n’ai malheureusement pas pu consulter les archives du tribunal de la charia de Sarajevo qui se trouvent aux Archives nationales.
Une des conséquences de ce mariage fut, peut-être, le poème que Bašagić composa à l’occasion de l’ouverture d’un orphelinat pour les garçons musulmans. Voir « Muslimansko sirotište u Sarajevu », Zeman 2 (1912), 2 (04/01), p. 2 ; « Vakufsko sirotište », Zeman 2 (1912), 40 (13/04), p. 3 ; « Siroče », in Izabrane pjesme, Sarajevo, Vlastita naklada, p. 177-178 ; Traljić, Mali podsjetnik, p. 12-13.

125 ABiH PR 1912/924, Potiorek à Biliński, de Sarajevo le 9 IX. 1912.

126 ABiH PR 1913/214, Biliński à Potiorek, de Vienne le 25. II. 1913.

127 ABiH PR 1913/256, Potiorek à Biliński, de Sarajevo le 28. II. 1913 ; et Biliński à Potiorek, de Vienne le 6. III. 1913.

128 ABiH PR 1913/324, Biliński à Potiorek, de Vienne le 19 III. 1913 ; ABiH LR Präs 1913/2093, le 12. IV. 1913 ; ABiH LR Präs 1913/2725, le 28. IV. 1913 ; IAS BS – 24.

129 « Sjednice hodžinske kurije », Zeman 2 (1912), 47 (28/05), p. 1 [= édito].

130 Pourtant les deux hommes entretinrent dans l’ensemble de bonnes relations durant toute leur vie, ce qui justifie le commentaire d’Enes Karić dans Karić et Demirović (éds), Reis Džemaludin Čaušević t. 1, p. 41 n. 4.

131 ABiH PR 1913/214, Biliński à Potiorek, de Vienne le 25 février 1913.

132 Karić et Demirović (éds), Reis Džemaludin Čaušević, p. 153-154. Fehim Spaho (dont l’article est reproduit dans l’ouvrage de Karić et Demirović) appelle notre personnage Džafer Ilhami beg, mais toutes les pièces d’archives donnent le prénom indiqué plus haut en corps de texte. Je ne suis pas parvenu à l’identifier ; ce n’est ni le tristement célèbre Džafer Kulenović, ni Hidajet beg Kulenović (m. 1936).

133 IAS BS – 177, Džafer Ilhami beg Kulenović à Bašagić, d’Istanbul le 9 mai 1913.

134 ABiH GFM Präs 1913/945, Potiorek à Biliński, le 19. VI. 1913.

135 ABiH PR 1913/819, Potiorek à Biliński, de Sarajevo le 11 juillet 1913.

136 Kulenović était par ailleurs relativement proche de Čaušević : il avait collaboré à l’une des revues que celui-ci avait lancées (Karić et Demirović [éds], Reis Džemaludin Čaušević, p. 171 et 248).

137 Vladimir Ćorović, « Muslimani u novijoj srpskoj književnosti », Pregled (Sarajevo) 3 (1912-1913), 9-10-11-12 (01/04/1913), p. 443.

138 La provenance des poèmes est reportée dans la liste ci-dessous, indiquée par T pour Trofanda, M pour Misli i čuvstva. Lorsque les titres ont été modifiés, la première version est indiquée entre parenthèses.
« Sevdalije » (de « Ašiklije » et « Beharije », dans Trofanda, et de « Istočno cvieće » et « Ljubavne orgije », dans Misli i čuvstva), Kratak odgovor (M), Poljubac (M), Čarnim očima (pièce 12 de « Na pučini svjetla », M), Tri cvijeta (Jednoj gospojici u Zagrebu, T), Prvoj ljubavi (M), Mirzin cvijet (M), San proljetne noći (sixième pièce des « Ljubavne orgije », M), Ja i ona (T), Bekrijska idila (Moderna idila, M), « Na pučini svjetla » (M), « Bekrijanke » (T), « Misli i dojmovi » (M), [il ne reprend que certaines pièces de ces trois ensembles], Ponosni Bošnjak (Hercegovački ponos, T), Ardišir (T), Praznovjerje (Mes confessions, M), Na Turi Sina (M), Nedužna smrt (T), Slavulj (Ja i moj slavuj, T ; Moj slavuj, M), Ljubav ga spasila (T), Bajramske žrtve (T), Istočna priča (M), Žrtve begovskog ponosa (Dilber-Zlata i Gondže-Mujo, M), Bogu (Svemogućemu, T), Na kurban bajram (M), Proslov (M), “Gajretova” himna (M), Hodži P. (Očitovanje, M), Iz velegrada (M), Ispred tora (T), 6. maja 1900 (M), Mehmed Paši Sokoloviću (M), Voltairu (M), Harabat (T).
D’autres poèmes étaient repris de parution ultérieures : Pjesnik i svijet (trois strophes sont reprises des « Nove pjesme » parus dans Savremenik en 1910 ; cependant, les modifications considérables que Bašagić y a portées en font un poème nouveau). Les Gazeli paraîtront dans Savremenik en 1917.

139 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 54.

140 IAS BS – 33, lettre ouverte de Bašagić et Sulejmanpašić suite aux déboires financiers de Zeman, de Sarajevo le 8. V. 1913.

141 ABiH PR 1913/1473, Čerović à Bašagić, de Vienne le 29 décembre 1913 ; ABiH PR 1914/94, échange épistolaire entre Bašagić et Čerović, Sarajevo-Vienne, le 20. I. 1914 ; IAS BS – 67, brouillon d’un article de Mešić paru dans le numéro triple de Novi Behar en 1934.

142 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 182-183.

143 Kemura, Uloga “Gajreta”, p. 65-66.

144 Dr. Safvet beg Bašagić, « Muslimanski saborski klub i agrarno pitanje », Obzor 54 (1913), 307 (09/11), p. 2.

145 IAS BS – 155, Vučetić à Bašagić, de Bos. Kostajnica le 28. XI. 1913 ; IAS BS – 106, Smail-beg Ferizović, de Tešanj le 30. XI. 1913.

146 Sur l’ensemble de ce rebondissement de la question agraire, voir Dr. Safvetbeg Bašagić, « Odgovor na banjalučku nepovjerenicu », Novi vakat 1 (1913), 42 (28/11), p. 2 (voir aussi IAS BS – 23) ; Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 175-183 ; Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 147-154.

147 Voir la lettre mielleuse de Hifzi Bahtijarević à Bašagić, IAS BS – 80, de Banja Luka le 29. I. 1914.

148 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 186. À propos des élections de Sulejmanpašić à Mostar, où Bašagić se rendit avec Arnautović pour le soutenir, on peut consulter ABiH LR Präs 1914/1324, le 17. II. 1914.

149 ABiH GFM 1913/1629, Kuh-Chrobak, le 16. XII. 1913 ; ABiH GFM 1913/1654, le 16. XII. 1913 (mise au propre de la pièce précédente). Voir également ABiH LR Präs 1913/7817, 29. XII. 1913.

150 ABiH PR 1914/21, Biliński à la présidence de la diète, de Vienne le 3 janvier 1913 [sic].

151 ABiH PR 1914/335, Potiorek à Biliński, de Sarajevo le 27. II. 1914.

152 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 197. Juzbašić s’appuie sur la pièce ABiH PR 1914/166, que j’ai consultée sans avoir trouvé cette citation ; cependant, je n’ai pas recopié l’ensemble de la lettre et ne puis assurer que cette citation ne s’y trouve pas car à l’époque, je n’avais pas encore lu l’ouvrage de Juzbašić.

153 Kapidžić, « Pokušaj osnivanja stalnog pozorišta u Sarajevu 1913. godine », in id., Bosna i Hercegovina pod austrougarskom upravom, p. 381-395.

154 IAS BS – 128, Marković à Bašagić, d’Osijek le 19 XII 1913.

155 IAS BS – 83, Begović à Bašagić, de Vienne le 18. I. 1914. Déjà publiée par Besarović (éd.), Kultura i umjetnost, p. 766-767.

156 Quelques pièces portent encore la signature de Bašagić mais de façon tout officielle, sans qu’il ait pris part à leur rédaction. Voir par exemple ABiH GFM Präs 1914/591, le 13. V. 1914.

157 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 204.

158 ABiH PR 1914/335, de Truhelka à Thallóczy, de Sarajevo le 15. IV. 1914 ; DAH Fonds Truhelka, boîte 4 [= copie dactylographiée de la pièce précédente]. Publiée par Kapidžić (éd.), Naučne ustanove, p. 447-449 [Kapidžić a simplement omis de recopier le dernier paragraphe]. L’échange épistolaire Potiorek-Biliński se trouve en ABiH PR 1914/335 et 1914/630, ainsi que chez Kapidžić.

159 Hrvatska n° 798 de 1914, repris d’après Ćorović, Crna knjiga, p. 37.

160 ABiH GFM Präs 1914/771, le 28. VII. 1914.

161 ABiH LR Präs 1914/5150, le 2. VII. 1914. Bašagić transmit également la demande des députés musulmans, qui voulaient assister à l’enterrement ; mais toute délégation fut refusée (ABiH PR 1914/897, du ministère commun des Finances au gouvernement territorial, le 1er juillet 1914).

162 Enver Redžić, « Politička kretanja među muslimanima Bosne i Hercegovine za vrijeme prvog svjetskog rata », in Naučni skup posvećen 80. godišnjici, p. 213 ; voir aussi Kapidžić, « Austrougarska politika i jugoslavensko pitanje », p. 7-55.

163 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 211-214 ; Dr. Ludwig Thallóczy-Tagebücher, p. 41-42. D’après les regesta, les notes prises à la conférence avec Biliński se trouvaient dans la pièce ABiH GFM 1914/988, Kuh-Chrobak le 19. VII. 1914.

164 ABiH GFM 1914/1472, Collas à Szilagy, de Sarajevo le 2. IX. 1914 ; Dr. Ludwig Thallóczy-Tagebücher, p. 41-42.

165 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 211-214 ; Dr. Ludwig Thallóczy-Tagebücher, p. 21-33 et 68.

166 ABiH GFM 1914/1132, Kuh-Chrobak le 30. VII. 1914 ; ABiH GFM 1914/1133, le 30. [VII]. 1914.

167 Dr. Ludwig Thallóczy-Tagebücher, p. 66-67.

168 ABiH LR Präs 1914/7089, Thallóczy au Gouvernement territorial, de Vienne le 22. VII. 1914.

169 Bašagić et Sunarić envoyèrent un télégramme pour saluer l’arrivée de Koerber (ABiH PR 1915/104, Sunarić et Bašagić à Koerber, sans date).

170 Sur Sarkotić, voir Bauer, Der letzte Paladin. L’historien allemand Mark Stefan Peters a soutenu au printemps 2005 une thèse sur Sarkotić.

171 Redžić, « Politička kretanja », in Naučni skup posvećen 80. godišnjici, p. 214.

172 ABiH LR Präs 1915/9056, le 16. VIII. 1915 ; IAS BS [décorations]. Il faut par ailleurs noter que Bašagić était considéré, en 1933, comme l’un des bienfaiteurs de l’association « Merhamet », sorte de Croix-Rouge musulmane, qui a été fondée en 1913 (Spomenica društva “Merhamet”, p. 15).

173 ABiH GFM Präs 1915/63, de Vienne le 18. I. 1915 ; ABiH GFM Präs 1915/134, de Vienne le 2. II. 1915.

174 ABiH LR Präs 1915/2089, Rifat beg Sulejmanpašić à Collas, de Bugojno le 9. II. 1915.

175 ABiH GFM Präs 1915/200, le 19. II. 1915 (même pièce en ABiH LR Präs 1915/5441, le 13. IV. 1915).

176 ABiH GFM Präs 1915/507, Koerber à Sarkotić, de Vienne le 10. V. 1915 (même pièce en ABiH LR Präs 1915/5441, même date).

177 ABiH GFM Präs 1915/380, le 1er mars 1915 (même pièce en ABIH LR Präs 1915/2577, le 2. III. 1915). Publié par Kapidžić, « Bosna i Hercegovina za vrijeme prvog svjetskog rata », p. 200-1 ; Michel, Banques et banquiers en Autriche, p. 234.

178 ABiH GFM Präs 1915/618, le 24. V. 1915.

179 ABiH PR 1915/209, le 16. IV. 1915.

180 Bašagić avait ouvert les locaux de son bureau de président pour une réunion privée entre Dimović, Sunarić et Jelavić, ce qui avait déplu à Sarkotić (Magyar Országos Levéltár, K 26 – fol 65-69 [=1915/XVI res 1937], du 8. IV. 1915 – je remercie vivement à cette occasion Mark Stefan Peters qui m’a donné connaissance de ce document).

181 Esih Liste I 25, « Inventarisanje saborskih prostorija ».

182 ABiH LR Präs 1916/79, pièces du 3. I. au 9. II. 1916 ; ABiH PR 1916/31, Koerber à Sarkotić, de Vienne le 20. I. 1916.

183 Cependant, Bašagić se rendit avec Sunarić et Šola à Vienne en avril 1916, ce qui d’après Sarkotić était « significatif ». Je ne suis pas parvenu à savoir quel était le but de ce voyage. Voir ABiH PR 1916/189, Sarkotić à Koerber, le 18. IV. 1916 ; Kapidžić, « Bosna i Hercegovina za vrijeme prvog svjetskog rata », p. 214.

184 « Nastupanje vojne službe vojnih obvezanika rođenih 1870., 1871. i 1872 », Sarajevski list 39 (1916), 95 (12/04), p. 2.

185 Document gracieusement fourni par Husnija Kamberović, qui l’a en partie analysé dans Begovski zemljišni posjedi, p. 18-19 et 71-72.

186 ĐurĐev, « Sarajevski kodeks Kanun-nama », p. 147 et 149.

187 Bašagić décrit 196 codex, mais une occurrence est redoublée et une autre triplée (222 = 127, 10 = 336, 4). Amir Ljubović s’y est trompé (Nad Bašagićevom zaostavštinom, p. 15). Lejla Gazić a présenté la collection de Bašagić mais s’est fourvoyée dans son décompte des œuvres : elle recense 349 codex regroupant 659 ouvrages. Elle s’est laissé tromper par le fait que Bašagić a pour méthode de recenser le codex en son entier dans la rubrique thématique qu’indique le premier manuscrit dudit codex, et répète l’opération pour classer chaque œuvre dans la rubrique qui lui correspond. Lejla Gazić a rajouté aux 349 entrées principales les 310 sous-entrées que totalise l’ensemble des codex. Pour savoir combien de codex possédait Bašagić en 1916, on procèdera à l’inverse de Lejla Gazić. Voir Lejla Gazić, « Bašagićev rad », in Zbornik radova“Safvet-beg Bašagić”, p. 53-57.

188 Dr. Safvet beg Bašagić, « Popis orijentalnih rukopisa moje biblioteke », Glasnik Zemaljskog Muzeja 28 (1916), 3-4 (juil.-déc.), p. 207-290.

189 Blašković (éd.), Arabische, türkische und persische Handschriften, p. 37.

190 [Anonyme], « Dr. Safvet beg Bašagić : “Znameniti Hrvati, Bošnjaci i Hercegovci u Turskoj carevini.” », Novi Behar 5 (1931-32), 16-17, p. 264.

191 IAS BS – 123, Oton Kučera à Bašagić, de Zagreb le 16. X. 1916. Publiée par Besarović (éd.), Kultura i umjetnost, p. 334-335.

192 Ibid., p. 335.

193 Mirza Safvet, « Uzgredne bilješke », Zeman 1 (1911), 1 (01/09), p. 4-5 ; Mirza Safvet, « Rubai i gazel », Zeman 2 (1912), 82/supp. Baïram, 1-3 (reparu dans Savremenik en novembre 1917 d’après IAS BS – 85, Julije Benešić à Bašagić, de Zagreb le 28. X. 1917 ; mais je n’ai pas eu l’occasion de vérifier cette référence) ; Dr. Safvetbeg Bašagić, « Omer Hajjam », Novi Behar 9 (1935-36), 1-3 (01/06/1935), p. 6 ; Spaho, « Uspomene iz prve godine “Behara” », p. 282.

194 Mirza Safvet, « Krk hanbar », Gajret 8 (1924), 1-2, p. 11.

195 M. S., « Misli o ženama », Gajret (cal.), 1915, p. 48-50. On mettra en relation cet article avec la pièce Esih Liste I 32, « Tugovanje radi braka » ; et IAS BS – 50 (carnet portant en titre « Aforizmi o ženama »).

196 Mirza Safvet, « Rubaije », Savremenik 12 (1917), p. 378.

197 Alija Nametak, Sarajevske uspomene, p. 55.

198 Mirza Safvet, « Rubaí », Savremenik 12 (1917), p. 407-409.

199 Friedrich Nietzsche, Par delà bien et mal, éd. Folio, trad. Cornélius Heim, p. 185.

200 Antun Branko Šimić, « Bonhomme iz Provincije », Vijavica 1 (1917-1918), 2, p. 8.

201 « Izjava žalosti grada Sarajeva. Građanska žalobna skupština », Sarajevski list 39 (1916), 318 (26/11), p. 1-2 ; « Kaiser-König Franz Josef I. † », Bosnische Post 33 (1916), 270 (26/11), p. 1-2 ; Safvet-beg Bašagić, « Grad Sarajevo za pokojnog vladara », Hrvatski dnevnik 11 (1916), 323, p. 1-2.

202 Mirza Safvet, « Odziv Bošnjaka i Hercegovaca na proglas novog vladara », Sarajevski list 39 (1916), 341 (19/12), p. 2.

203 Redžić, « Politička kretanja », p. 214-215.

204 IAS BS – 171, Mujo [Mustafa Beg Bašagić] à Safvetbeg, de Pestschanka (Tschita Zabaikal) le 11. VIII. 1916. Voir aussi « Javljaju se iz zarobljeništva », Sarajevski list 39 (1916), 142 (31/05), p. 2. Bašagić revint à la fin du mois d’août de Nevesinje, où son épouse avait probablement accouché (« Lične vijesti », Sarajevski list 39 (1916), 229 (29/08), p. 2).

205 ABiH GFM Präs 1917/517, Sarkotić à Burián, de Sarajevo le 12. V. 1917. En partie publié par Grijak, Politička djelatnost, p. 542-543. Grijak indique que seul Bašagić était d’abord prévu, ce qui est une lecture trop rapide de la pièce 517. Voir aussi Kapidžić, « Austro-ugarska politika i jugoslavensko pitanje », p. 22 (sans remise en contexte).

206 ABiH GFM Präs 1917/522, Sarkotić à Burián, de Sarajevo le 14. V. 1917. Publié par Kapidžić, « Bosna i Hercegovina za vrijeme prvog svjetskog rata », p. 233-234. Documents en partie cités par Grijak, Politička djelatnost, p. 543 n. 2504 et 2505.

207 Redžić, « Politička kretanja », p. 216-217.

208 ABiH GFM Präs 1917/773, Sarkotić à Burián le 11. VII. 1917. Sur l’importance politique de Bašagić à cette époque, on peut consulter [Anonyme], « Politički portreti suvremenih bosanskih političara », Jutarnji list 6 (1917), 1959, p. 5 ; 1961, p. 5 ; 1962, p. 5-6 (où sont dressés les portraits de Dimović, Sunarić, Bašagić, Arnautović, Vancaš et Pilar).

209 ABiH GFM Präs 1917/793, le 15. VII. 1917.

210 ABiH GFM Präs 1917/876, de Reichenau le 2. VIII. 1917.

211 ABiH LR Präs 1917/11722, du 5. VIII. 1917.

212 Đaković, « Bilješke uz “Dnevnik” », p. 236.

213 Hakija Hadžić, « O nekidašnjem podlistku gosp. Adem-age Mešića », Jugoslavija 2 (1919), n° du 27/07, p. 2-3, et « Ademaga Mešić i Dr. Safvetbeg Bašagić », ibid., p. 3.

214 Je m’oppose donc à Đaković, Položaj Bosne i Hercegovine, p. 163 (qui se contredit cependant dans la note), et Imamović, Historija Bošnjaka, p. 476. Voir aussi Džaja, « Bosna i Bošnjaci u hrvatskom političkom diskursu », in id., Eseji, p. 81.

215 ABiH GFM PR 1917/444, le 17. VIII. 1917 (ce document m’a été gracieusement fourni par Mark Stefan Peters, que je remercie vivement ici). On ne suivra pas l’exposé de ce mémorandum que fait Redžić, « Politička kretanja », p. 219-221, non seulement parce qu’il omet une partie du développement, qu’il en résume maladroitement d’autres passages, mais surtout parce qu’il prétend que le mémorandum rejette tout rattachement de la Bosnie-Herzégovine à la Croatie, ce qui ne se trouve pas dans le document, ni explicitement, ni implicitement.

216 Il fit paraître en août un article intitulé « Glas sa bojnog polja » que je n’ai pu ni localiser, ni consulter, mais le contenu se laisse entendre à la lecture de Hakija Hadžić, « O nekidašnjem podlistku gosp. Adem-age Mešića », Jugoslavija 2 (1919), n° du 27/07, p. 2-3. Voir aussi « Osvrt na podlistak “Glas sa bojnog polja” » daté probablement de 1920 (IAS BS 68).

217 Dr. S. Bašagić, « “Treba se izjaviti.” Izjava dra. Safvet-Beg Bašagića », Hrvatski dnevnik 12 (1917), n° du 03. IX. (consulté en IAS BS – 70). Voir aussi la réimpression de cet article sous le titre « Ujedinjenje jugoslavenskih zemalja s pokrajinskim autonomijama. Izjava bivšeg predsjednika bos. Sabora dra. Safvet-bega Bašagića », Jutarnji list 6 (1917), 1973, p. 2.

218 « Dr. Bašagić o autonomiji Bosne », Hrvatska država 1 (1917), 4 (07/09), p. 3.

219 Dr. Matko Laginja, « Gospodinu Dru. Safvet-begu Bašagiću », Hrvatska država 1 (1917), 5 (08/09), p. 1 [= édito].

220 Redžić, « Politička kretanja », p. 228-229.

221 Pilar composa durant la guerre une monumentale monographie sur la question sud-slave, qu’il publia en 1918 à Vienne sous le pseudonyme « L. von Südland ». Dans ses pages sur l’histoire de la Bosnie-Herzégovine, il s’inspire énormément de Bašagić. Voir Ivo Pilar, Južnoslavenko pitanje.

222 Redžić, « Politička kretanja », p. 232 ; Purivatra, Jugoslavenska Muslimanska Organizacija, 19772, p. 18. Voir aussi Bauer, Der letzte Paladin des Reiches, p. 125.

223 Alija Nametak, « In memoriam Safvetbegu ! », p. 285.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search