Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Troisième partie. Kultur et politique chez Safvet-beg Bašagić (1907-1934)

Chapitre I. En quête d’une légitimité

Texte intégral

1Au-delà d’un simple fait divers religieux, la baisse de popularité que connaît Bašagić à partir de 1905 relève de facteurs plus vastes et complexes : il vaudrait mieux parler d’une nébuleuse de causes formant une atmosphère à première vue indéfinie.

2Il y eut tout d’abord la fin du mouvement contestataire des orthodoxes en 1905 : ils avaient obtenu l’autonomie qu’ils réclamaient dans leur administration scolaire et leurs affaires ecclésiales. Ils avaient remporté une autre victoire : que le nom officiel de leur communauté ne soit plus « gréco-orthodoxe », mais « serbo-orthodoxe » ; en d’autres termes, si l’on n’avait pas tout à fait reconnu leur appartenance à l’ethnie serbe, on s’en approchait. Désormais, d’ailleurs, dans les rapports officiels comme dans la correspondance privée des divers administrateurs austro-hongrois de la Bosnie-Herzégovine, ils sont de plus en plus appelés « Serbes ». Pour nous, nous continuerons à les appeler « orthodoxes », afin de simplifier l’exposé et la syntaxe, qui risquerait de s’alambiquer sans fin. Il serait sans fin également de déterminer si les orthodoxes de Bosnie-Herzégovine appartiennent, oui ou non, au peuple serbe. Dans ce travail, le mot « Serbes » désigne simplement les habitants de la Serbie.

3Nous en resterons à ce qui est sûr : à l’époque, les nationalismes bosno-herzégoviniens se fondent uniquement ou presque sur une composante confessionnelle, d’où tout un tissu de contradictions dans lesquels ils s’empêtrent. En effet, leurs discours s’inspirent fortement des nationalismes européens, entre autres français, qui s’est quant à lui développé à cette époque sur une laïcité virulente. Nous allons voir que chez les musulmans, Bašagić, en se faisant l’apôtre d’une laïcité nationaliste, termina victime de la contradiction interne que comportait cette laïcité en Bosnie-Herzégovine. La séparation du spirituel et du temporel se fonde sur l’idée que les croyances religieuses d’un individu ne sauraient le priver d’appartenir à une communauté de destin ; or, cette idée n’a pas eu de grand destin en Bosnie à cette époque.

4Les contestataires bosno-orthodoxes s’étaient appuyés en bonne partie sur la Serbie, dont le pouvoir devint prépondérant dans l’aire balkanique durant la période ; ils s’étaient également tournés vers les indépendantistes hongrois, dont l’organisation s’affermit et s’étendit en 1904-1905. De même, à travers leurs contacts bosno-orthodoxes et serbes, les contestataires musulmans prirent très tôt pied dans la capitale hongroise. Ils investirent si bien la place qu’ils l’élurent centre politique, d’où émanaient leurs revendications et leurs résolutions.

5Comme elles menaçaient l’intégrité de son territoire et ses vues sur les territoires balkaniques, ces accointances serbes et hongroises n’étaient pas sans gêner Vienne, qui fit de son mieux pour neutraliser Džabić, le chef du premier mouvement. Une fois que le Gouvernement territorial parvint à l’écarter en lui refusant le retour en Bosnie-Herzégovine depuis Istanbul, le mouvement resta moribond. Mais il se raviva début 1905 : l’un des plus extrémistes des revendicateurs, Šerif Arnautović (1847-1935), fut relaxé après deux ans d’internement. Après un an d’incertitude, Arnautović, accompagné entre autres de Mahmud-beg Džinić et Derviš-beg Miralem (1860-1933), se rendit à Istanbul pour obtenir de Džabić qu’il légitime la reprise de la contestation en son absence, ce qu’il leur accorda. En décembre de la même année, lors d’une réunion générale, on décida de reprendre les négociations avec le gouvernement territorial pour l’autonomie des affaires communautaires : nomination du reis non par l’Empereur mais par le cheikh-ul-Islam à Istanbul, gestion indépendante des vakfs et de leur capital, contrôle en interne de la scolarité musulmane. Surtout, on mit l’accent sur la situation agraire et les nombreux problèmes qui commençaient à inquiéter les grands propriétaires fonciers (ceux-ci étant à plus de 90 % de confession musulmane). Ce furent donc dans les rangs de ces derniers que la nouvelle direction du Mouvement, nommée Comité exécutif, se recruta ; Ali-beg Firdus (1862-1910), riche propriétaire foncier de Livno (Bosnie occidentale), fut désigné à sa tête. Le 3 décembre 1906, les Autonomistes se dotèrent d’une structure politique en fondant un parti, l’Organisation populaire musulmane (MNO, Muslimanska Narodna Organizacija – sur la traduction de narodna en « populaire », voir l’introduction générale). En 1907 et 1908, il essaima sur tout le territoire un grand nombre d’antennes locales, appelées « Sous-comités ».

6Les musulmans loyalistes, concentrés à Sarajevo et dans quelques autres villes comme Tešanj, protestèrent contre les résolutions prises par le Comité exécutif lors de cette réunion de décembre. Les noms qui se distinguent dans ce groupe (très minoritaire par rapport aux Autonomistes) sont ceux de Kulović et Halid-beg Hrasnica. Tout en participant aux entreprises culturelles de Bašagić et ses amis, ils veulent un changement en politique, ce que ces derniers se sont toujours abstenus d’évoquer. Récusant le mandat populaire dont se prévalent les Autonomistes, ils dénoncent leurs accointances serbes, particulièrement sensibles chez Arnautović, accusé de mener un train de vie largement au-dessus de ses moyens. Du point de vue national, même s’ils œuvrent exclusivement pour la constitution nationale de la communauté musulmane, les loyalistes s’affichent assez facilement du côté croate dans tout ce qui concerne les affaires culturelles, mais rares sont ceux parmi eux qui entretiennent des rapports politiques avec leurs voisins occidentaux ; au contraire, les Autonomistes sont assez ouvertement serbophiles en politique, mais n’ont guère d’action culturelle, tout en s’appuyant sur une frange importante des oulémas. Un point psychologique a pu les réunir : la haine de l’étranger. Les orthodoxes ne supportent pas l’idée que les Austro-Hongrois s’installent chez eux et leur devise est « la Bosnie aux Bosniaques » ; or, les musulmans ont eux aussi vécu la venue des « chrétiens » comme un traumatisme.

7En juin 1907, les Autonomistes obtinrent la reprise des négociations. La question délicate du menşur allait faire échouer celles-ci : le menşur était la légitimation conférée par le cheikh-ul-Islam d’Istanbul à la nomination du reis bosno-herzégovinien ; or, l’Autriche-Hongrie refusait que l’autorité ottomane eût encore un quelconque pouvoir dans les territoires occupés, et qu’elle y avalisât la nomination du chef spirituel musulman, ce qui était assez évidemment outrepasser ses droits d’occupation. Elle ne pouvait donc que reculer devant les Autonomistes, mais ceux-ci restèrent pour l’instant divisés sur la façon dont le menşur devait être délivré. Les pourparlers furent ajournés en juillet.

A. Le Miroir (Ogledalo) d’une culture : Bašagić journaliste

8Ce fut dans ce contexte global que Bašagić apparut sur la scène politique, en lançant un journal dont l’argumentation théorique était axée sur la question de l’autonomie et sur sa propre légitimité à parler au nom de sa communauté. En se ralliant aux plus nombreux, et donc aux plus légitimes dans la perspective du jeu politique démocratique, il voulait briser les préventions que suscitait son nom et les oppositions personnelles qui l’entouraient, afin de prendre à la tête de la population bosno-musulmane, voire de toute la population bosniaque, le rôle qu’avaient tenu, selon lui, les noblesses européennes dans l’histoire.

1. Bašagić à la conquête de l’opposition

  • 1 Sur la genèse d’Ogledalo, voir Safvet beg Bašagić, « Kako je postalo “Ogledalo” », Ogledalo 1 (1907 (...)
  • 2 Je n’ai pas pu consulter le Bosansko-hercegovački glasnik, qui semble difficilement localisable en (...)
  • 3 Hauptmann, Borba muslimana, passim.

9En mars 19061, Bašagić et quelques-uns de ses amis (la plupart grands propriétaires terriens de province ou intellectuels de Sarajevo) en vinrent à l’idée qu’il serait opportun de lancer une feuille politique purement musulmane, car d’après eux les nouveaux journaux communautaires étaient imprégnés des nationalismes croate ou serbe. Quel nouveau journal venait de sortir ? Le Bosansko-hercegovački glasnik (Bulletin bosno-herzégovinien), lancé à Sarajevo le 1er janvier 1906 par l’autonomiste pro-serbe Omer-beg Sulejmanpašić2. En réaction aux tendances développées par celui-ci, le groupe pensa d’abord que le rédacteur et propriétaire de leur organe devait être Mustaj-beg Halilbašić (m. 1930), ce qui ne laisse pas d’étonner : ce commerçant de Sarajevo appartenait à la formation autonomiste ; c’est lui qui l’avait représentée lors de l’assemblée fondatrice de « Gajret ». Cependant, ses positions n’étaient pas tout à fait arrêtées, et s’il restait profondément revendicateur, il évoluait en réalité entre Kulović et le groupe autour de Firdus3. Bašagić se rapproche donc des plus abordables des contestataires. Sollicité par lui, Halilbašić décline l’offre : il doit justement prendre les rênes de la rédaction du Glasnik de Sulejmanpašić, qui veut d’autre part en céder la propriété à Arnautović.

10Bašagić et ses amis enterrent alors leur projet ; mais voilà qu’à la mi-juillet, il ressuscite au cours d’une nouvelle réunion au domicile du bey. On trouve le propriétaire et rédacteur : Tevfik-beg, le frère de Safvet-beg qui, frais émoulu du Grand gymnase, tient pour l’instant la librairie des frères Bašagić. Le titre est tout trouvé : ce sera Ogledalo (Le Miroir). Mais voilà : on apprend le lendemain que les musulmans de Posavina, avec le membre du Comité exécutif Bakir-beg Tuzlić (1872-1910) à leur tête, ont décidé de lancer eux aussi un journal traitant de politique agraire et qu’ils ont désigné Safvet-beg comme rédacteur, à son insu. Peu désireux d’enflammer des querelles de chapelle, notre homme accepte et abandonne sa propre idée.

  • 4 IAS BS – 93, Smail-aga Ćemalović à Bašagić, de Mostar vers le début octobre. Je n’ai malheureusemen (...)

11Le projet de Tuzlić tomba cependant à l’eau, probablement parce qu’il ne rencontra pas l’écho qu’il espérait dans la population. Lorsque enfin le mouvement contestataire se dota d’un organe, grâce à Arnautović, Bašagić fut encore de la partie : non qu’il fût prévu comme rédacteur, ce qui dut être abandonné d’office puisque Musavat (L’Égalité) devait sortir à Mostar et qu’il habitait à Sarajevo, mais comme collaborateur. Il reçut début octobre une lettre de Smail-aga Ćemalović (1884-1945), chef de la rédaction du nouveau journal, le priant d’un ton familier de lui envoyer des compositions « en vers ou en prose », ou encore un « article hautement philosophique sur l’utilité de la science, étayé par des citations du Coran (ayet) », ceci pour le premier numéro du 16 octobre. La présence de notre homme était ainsi requise pour un premier numéro symbolique. Les autonomistes ne rougissaient plus désormais de compter Bašagić parmi eux4.

  • 5 Sa mise en congé est datée du 24 décembre 1906 et signée par Albori, pour une entrée en vigueur au  (...)

12Celui-ci n’avait pas pour autant perdu l’idée d’un journal où ses propres idées dicteraient la ligne rédactionnelle. L’automne passa et un événement allait le pousser à agir : sa maladie l’obligea à solliciter un congé à la mi-octobre au Grand gymnase. Un mois plus tard, en convalescence, le médecin lui conseilla de prolonger ce congé de deux mois afin de se rétablir tout à fait à la mer. En guise de congé, ce fut une lettre de licenciement que le gymnase lui fit parvenir, sans préavis : il ne s’était pas soumis aux examens de titularisation, alors même qu’il avait été invité plusieurs fois à le faire depuis le début de sa carrière, et qu’il avait obtenu un congé au mois de février 1906 pour les préparer5. De cette formalité ou des absences, on ne sait laquelle des deux causes a pesé le plus fort dans la balance.

  • 6 ABiH GFM Präs 1907/125, Albori au ministère, de Sarajevo le 28. I. 1907 ; ABiH LR Präs 1907/1889, r (...)
  • 7 Le 30 octobre, des musulmans de Sarajevo, dont Rizaefendić (un proche de Bašagić), s’étaient réunis (...)

13Furieux, bien sûr, Bašagić le fut6. Mais maudire ses anciens supérieurs ne l’empêcha pas pour autant de songer à son journal7 ; le 6 janvier, lorsqu’on lui apporta la lettre, la rage lui fit précipiter sa décision et il déposa, dès le lendemain, une demande de concession au gouvernement territorial pour son Ogledalo :

  • 8 ABiH GFM Präs 1907/125, de Sarajevo le 28. I. 1907, pièce jointe.

Le programme général du journal serait de travailler au progrès moral et matériel de l’élément islamique en Bosnie-Herzégovine, plus particulièrement : a) éclaircir la situation politique et sociale des musulmans ; b) leur exposer les lois de la vie sociale et du développement social ; c) leur faire connaître les conséquences de la négligence, de la paresse et de l’esprit de faction ; d) leur indiquer les moyens et la manière par lesquels ils s’assureront leur existence et un meilleur avenir ; e) leur offrir des loisirs instructifs et mûrs.
Le soussigné est aujourd’hui sans travail, ce qui ne se conçoit pas. En tant qu’homme de lettres de profession, il a confiance en lui et pense qu’il peut travailler avec succès dans le domaine journalistique et beaucoup contribuer à l’amélioration de la situation et au progrès de l’élément islamique dans ces régions8.

14Albori commenta la demande en présentant tout d’abord le personnage du rédacteur : Bašagić avait fait preuve de loyalisme durant son professorat et analysé « avec objectivité » les courants politiques de sa région. On pouvait en conclure que son journal serait l’organe des musulmans modérés et s’opposerait aux feuilles serbophiles telles que le Bosansko-hercegovački glasnik et Musavat. Cependant, il ne fallait pas se cacher que son licenciement du Grand gymnase l’avait certainement rempli d’amertume et que ce sentiment ne s’était qu’à peine estompé.

  • 9 Ce journal ne sortira jamais. Pejanović mentionne un autre projet avorté de Spahić, İftihar (La Fie (...)

15Bašagić déposait une demande en même temps que son ancien ennemi de 1893, Mehmed Spahić de Mostar, lequel s’était modéré depuis ses déclarations pro-serbes et projetait une İttihad (Union)9. Albori présentait les deux demandes comme répondant à des motivations identiques et jugeait que leur loyalisme se montrerait fort utile alors que le territoire comptait tant de journaux d’opposition ; il serait d’ailleurs absurde de leur refuser la sortie alors qu’on venait d’autoriser, début janvier, celle de Otadžbina (La Patrie), journal de la frange oppositionnelle dure des orthodoxes de Banja Luka. La seule restriction était, comme aux orthodoxes, de ne pas publier avant que ne sortît la nouvelle loi de la presse, ainsi que le stipulait un arrêté prévoyant le gel de toute nouvelle publication.

  • 10 ABiH GFM Präs 1907/125, Albori au ministère, de Sarajevo le 28. I. 1907 ; ABiH LR Präs 1907/760, Th (...)

16Malgré tout, Albori se demandait si les circonstances ne poussaient pas à faire exception et s’il ne serait pas profitable de laisser naître au plus vite des journaux modérés et loyalistes, surtout dans le cas où ils étaient entre les mains de gens « de l’intelligence et de la relative maturité politique » d’un Safvet-beg Bašagić. Ceci répondait au souhait de Burián, qui envoya quelques jours plus tard au gouvernement territorial des directives visant à appuyer les courants modérés musulmans contre l’extrémisme d’un Arnautović. Cependant, on ne fit pas exception pour Bašagić : Thallóczy, au nom de Burián, décida que les deux journaux devaient attendre la loi, comme les autres, ainsi que les textes le prévoyaient10.

  • 11 IAS BS – 33, lettre circulaire pour le lancement d’Ogledalo.

17On en informa Bašagić vers la fin février ; il se retira alors dans sa propriété de Kulaši (près de Prnjavor), comme le lui permettait sa modeste fortune personnelle. Là, en même temps que s’achevait sa convalescence, il porta un point final à une étude historique sur Gazi Husrev Bey et rédigea une lettre ouverte à ses amis pour leur faire part de ses projets. De retour à Sarajevo, il fit imprimer ce programme et l’envoya un peu partout en province. Nous en verrons le contenu un peu plus loin ; précisons d’abord que la loi sur la presse ayant été promulguée le 2 mars 1907, Bašagić était désormais tenu de déposer 6 000 couronnes de caution avant de pouvoir imprimer son journal. À la fin de sa lettre ouverte, il avait donc rajouté à la main, sur trente ou quarante exemplaires destinés aux plus fortunés de ses amis, une demande d’emprunt remboursable sur deux ans car sa situation foncière ne lui permettait pas d’avancer une telle somme. D’ailleurs, si le journal ne remportait pas la faveur du public, il rembourserait la somme au bout de six mois, délai que lui imposait sa fortune personnelle. Tous les prêts à partir de 100 couronnes étaient les bienvenus, d’où qu’ils vinssent11.

  • 12 « Nepozvani advokat », Srpska Riječ 3 (1907), 62 (17-30/03), p. 1 [= édito].

18L’obstacle financier fut bientôt redoublé d’une polémique publique que suscita, à la suite de cette lettre ouverte, le journal bosno-orthodoxe Srpska riječ (La Parole serbe). Le 30 mars, celui-ci titrait : « Un avocat incompétent ». Bašagić voulait se faire l’avocat des musulmans ? Les droits de l’homme lui en conféraient certes le pouvoir, mais la rédaction (c’est-à-dire Gliša Jeftanović, l’une des principales figures de l’opposition orthodoxe) remettait en cause son dévouement pour la cause commune et l’accusait de vouloir faire bande à part. La preuve en était que sa demande de concession coïncidait avec la décision du Comité exécutif de fonder une nouvelle imprimerie musulmane et y imprimer son propre journal. Ogledalo était une entreprise individuelle qui concourait avec un pouvoir « légal », désigné par le peuple [sic], et travaillait donc à diviser les musulmans. Jeftanović allait plus loin : selon lui, la division était voulue par le gouvernement territorial. En effet, le corps professoral du gymnase avait poussé au renvoi de Bašagić parce qu’il n’avait pas les qualifications requises pour son poste. Obligé de se plier à ses propres ordonnances, le gouvernement en le congédiant en aurait profité pour l’aider à lancer son journal et le faire bénéficier des subventions qui étaient jusque-là accordées à Bošnjak, dont on s’était aperçu qu’il n’avait aucun écho parmi les musulmans. L’article terminait sur des jeux de mots provocateurs à propos du titre du journal12.

19La légitimité populaire que Bašagić était en train de conquérir en se rapprochant du mouvement contestataire, seul regroupement public qui fédérât les suffrages des couches populaires musulmanes, était remise à plat par ces quelques lignes. Or, il se trouve que Jeftanović diffamait Bašagić sur deux points, mais que celui-ci manquait bien de légitimité au sein de la population.

  • 13 On ignore pourquoi la MNO voulait abandonner Musavat d’Arnautović.
  • 14 Safvet beg Bašagić, « Kako je postalo “Ogledalo” », Ogledalo 1 (1907), 1 (31/05), p. 3.
  • 15 ABiH LR Präs 1907/1889, rapport confidentiel du 3. IV. 1907.

20D’une part, Bašagić déclara qu’il apprit seulement quelques jours après avoir envoyé sa lettre que les représentants du mouvement de contestation (le « Comité exécutif »), à Budapest, se montrait désireux de lancer son propre organe13 ; si le bey avait vu que ce désir se serait rapidement réalisé, affirma-t-il, il se serait joint à l’entreprise14. Justification a posteriori ? Non : contrairement à ce que dit Jeftanović, le Comité n’avait pas encore déposé de demande de concession à ce moment et le financement du journal, sous forme de société actionnaire à raison de 300 000 couronnes, se révélait une délicate question. En mars et avril, il y avait tout lieu de croire que le périodique projeté ne sortirait pas immédiatement. De plus, Bašagić ne désirait vraisemblablement pas concurrencer le Comité, car celui-ci l’avait prévu comme rédacteur de ce futur journal15. Ce dernier détail prouve encore, s’il le fallait après avoir lu les commentaires d’Albori sur la demande de concession de Bašagić, que le gouvernement territorial, telle une hydre machiavélique, ne manœuvrait pas derrière Ogledalo autant que le soupçonnait Jeftanović.

  • 16 Učiteljski zbor sarajevske gimnazije, « Izjava », Srpska Riječ 3 (1907), 79 (8-21/04), p. 4. Dans l (...)
  • 17 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica, p. 18.

21Ce folliculaire le diffamait encore en l’accusant d’avoir été renvoyé à la demande du corps professoral du Grand gymnase. Rien de plus faux ; mais cette fois-ci Jeftanović joua carte sur table, publiant la déclaration officielle des professeurs : ils n’avaient pas désiré le licenciement de Bašagić16. C’est probablement à cette occasion que, par deux fois, le proviseur Bedjanić le pria de bien vouloir réintégrer le lycée et que l’on trouverait un arrangement. Le Gouvernement tenait à ce qu’aucun scandale n’éclatât et à ne pas être compromis dans cette affaire qui risquait d’attiser la flamme de la contestation aussi bien du côté orthodoxe que musulman. Mais Bašagić refusa17, tout à son projet.

  • 18 IAS BS – 108, Muhamed Hadžiabdić, de Gornji Vakuf le 9. IV. 1907 (Hadžiabdić était un loyaliste pro (...)
  • 19 IAS BS – 152, Bajram Vilić à Safvet-beg Bašagić, de Kotor-Varoš le 2. IV. 1907.

22En revanche, il n’était guère douteux que Bašagić n’avait pas bonne presse dans la population rurale. Même s’il reçut quelques lettres enthousiastes18 et que le lancement d’Ogledalo prouve qu’il parvint à réunir la somme nécessaire pour le dépôt de caution, c’est une désagréable image que lui renvoya un instituteur religieux de Kotor-Varoš à qui il avait adressé sa lettre ouverte. Celui-ci avait essayé de sensibiliser les habitants à l’entreprise de Bašagić, mais ils lui avaient rétorqué que le bey n’avait envoyé sa lettre qu’aux musulmans fonctionnaires, qu’il avait « blasphémé contre le menşur » et qu’il était favorable à l’annexion de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie. De surcroît, il prétendait se tenir en dehors de tous les partis, mais ils voulaient savoir son opinion quant au renouveau de la contestation et à l’action du comité, avec laquelle ils s’accordaient tous19. Nous remarquerons cependant que cette opinion n’était pas celle de la masse, mais des notabilités provinciales, voire locales.

23Le problème de légitimité auquel se confrontait Bašagić devait s’exprimer de nouveau à l’occasion de la kermesse de printemps de « Gajret », le 15 avril. On avait prévu que serait donnée une pièce écrite pour l’occasion par Hamid Šahinović Ekrem (1879-1936), jeune dramaturge musulman qui collaborait à Behar. Quelques jours avant le 15, une dispute s’éleva pour savoir si l’on inviterait Osman Nuri Hadžić. Celui-ci était maintenant rattaché à l’administration sarajévienne et servait le Gouvernement en tant qu’expert en matières musulmanes, notamment dans les pourparlers avec les autonomistes. Si l’on ajoute à cela son orientation croate toujours explicite, Hadžić avait tous les défauts pour se faire haïr par la plupart des musulmans, qui en voulaient au pouvoir en place et détestaient ces catholiques qu’ils croyaient prêts à les convertir de force.

  • 20 ABiH LR Präs 1907/2170, rapport confidentiel du 19. IV. 1907.
  • 21 « “Gajretova” zabava », Srpska Riječ 3 (1907), 76 (5-18/04), [pagination perdue].

24Ekrem était d’avis qu’il fallait absolument inviter Hadžić ; il retirerait sa pièce si jamais ce n’était pas accepté. Bašagić, Mulabdić et Hodžić se concertèrent en privé pour refuser la présence de leur ancien ami : Bašagić, qui se distinguait ces derniers temps par ses déclarations anti-gouvernementales à cause de son licenciement, ne voulait pas se trouver compromis avec un fonctionnaire. La pièce d’Ekrem ne fut pas représentée. On s’efforça plutôt de convoquer un maximum de Bosno-orthodoxes afin que leur unité avec les musulmans de Sarajevo se fît sentir20. Et ils vinrent nombreux, en effet ; une jeune fille de leur communauté déclama même un poème durant la fête21.

  • 22 « “Ogledalo” », Srpska Riječ 3 (1907), 108 (16-29/05), p. 3. On remarquera tout de suite que la réd (...)

25C’est donc dans un état d’esprit renouvelé que Bašagić s’apprêtait à imprimer son premier numéro : ancien croatisant, ancien fonctionnaire, nouveau contestataire, nouveau serbisant (dans une certaine mesure). De ce fait, ses articles prendront une dimension justificative importante, provoquée par ses adversaires qui le traitaient de « modéré » (mehkiš)22.

2. Ogledalo : culture laïque et islam bosno-herzégovinien23

  • 23 Voir les articles suivants : « Naš program », 1 (31/05), p. 1-2 ; « Nekolike na znanje », 1 (31/05) (...)
  • 24 Šabanović, « Bašagićevo “Ogledalo” », p. 177-205 ; Šabanović, « Inteligencija i nâm », p. 4 ; Imamo (...)

26Hormis une brève étude de Hazim Šabanović durant la deuxième guerre mondiale, Ogledalo de Bašagić n’a jamais été analysé pour lui-même24. Plutôt que d’en retracer la vie selon la chronologie – en l’occurrence durant ses trois mois d’existence, ce qui occasionnerait redites et obscurités, nous essayerons d’en rendre compte en créant une logique thématique, tout comme nous l’avons fait pour la Brève introduction et « Cent un hadis sacrés ». Les thèmes abordés par Bašagić dans Ogledalo se retrouvent d’ailleurs dans ces deux études, mais agrémentés ici de développements nouveaux.

  • 25 « Crne slike iz naše zadruge », 1 (31/05), p. 5. Toutes les références suivantes, sauf contre-indic (...)

27La tâche d’Ogledalo (Le Miroir) était celle de son nom : renvoyer de la communauté musulmane une image critique afin de l’ouvrir au monde actuel, en premier lieu à la situation en Bosnie-Herzégovine. L’angle de vue était d’emblée spécifié par le sous-titre du journal : « organe des musulmans progressistes de Bosnie-Herzégovine ». Bašagić voulait réformer la société musulmane dans le sens de la modernité. À un siècle de distance, nous serons sensibles à cette intention, parce qu’elle rattache le bey à la recherche d’unité qui se fait jour dans les différents courants philosophiques et littéraires, ainsi que dans les nombreux mouvements politiques du xixe siècle. Bašagić voulait lutter contre coteries et camarillas, et souhaitait que le peuple musulman trouve dans Ogledalo une image unifiée de lui-même25.

  • 26 Je remercie Nathalie Clayer qui m’a traduit ces vers et me les a commentés. La transcription du fro (...)

28L’équivalent turco-ottoman que Bašagić donnait d’ogledalo était ibret, ce qui ne laisse pas d’étonner. Autant le premier signifie précisément « miroir », autant le second désigne un « examen », une « leçon morale ». Seul le sens du verbe serbo-croate ogledati se rapproche du turco-ottoman, car il peut vouloir dire « examiner ». Ogledalo était aussi un examen édifiant, comme l’explicitaient les vers du frontispice : en regardant le passé (les « traditions ») et en en tirant des leçons, on devient brave ; la « surface de la Bosnie » doit être examinée de part en part26.

29Selon Bašagić, le problème de l’unité bosno-musulmane déborde le cadre de la politique : c’est un problème de culture (prosvjeta, au sens de l’allemand Kultur). Les musulmans ne parviennent pas à se faire une nette représentation de leurs besoins dans le struggle for life (borba za opstanak) qu’ils mènent parce qu’ils manquent d’unité, parce que leurs intellectuels sont coupés du peuple. Celui-ci croupit dans son ignorance, cause de son conservatisme ; ceux-là se gargarisent de leur savoir et se cantonnent dans un égoïsme de parvenus. L’intelligentsia est coupable de s’être constituée en caste, ce qui freine le progrès du peuple.

30L’intelligentsia devrait être d’inspiration démocratique. Si Bašagić utilise bien le mot de caste pour la définir, c’est dans cette optique démocratique : « caste d’hommes choisie dans un peuple, que certains appellent aristocratie de l’esprit », elle existe dans toutes les régions du monde où a percé ne fût-ce qu’un seul rayon de la prosvjeta. Ce choix ne semble pas s’opérer par nomination, mais par émanation : l’intelligentsia « représente » le peuple et se doit d’avoir une connaissance profonde du monde et du développement culturel de tous les pays. Caste progressiste : « en avant » est sa devise, l’obscurantisme est son ennemi. Caste quasi darwinienne, aussi : elle seule permet l’existence dans un environnement où il est nécessaire de lutter pour « être ou ne pas être ».

  • 27 Ce thème est développé dans une très longue correspondance de Mostar, qui n’est pas de Bašagić. Ce (...)

31L’intelligentsia est humaniste : elle sait écrire, a reçu une formation dans les « sciences modernes », elle est civilisée, lutte en faveur des femmes27. Sachant s’adapter à « l’esprit du temps » (expression très probablement reprise de l’allemand Zeitgeist, attribuée à Herder), elle se démarque du monde islamique actuel par son instruction. La course des peuples impose des choix drastiques et difficiles : « si la civilisation est un mal, la ruine en est un pire encore ». Les intellectuels ont donc choisi la politique du moindre mal pour survivre, « l’arme moderne » à la main.

32La mission de l’intelligentsia répond à sa nature : loin de toute démagogie, loin de manipuler le peuple et de l’abandonner à son ignorance, elle concourt à éveiller les consciences, à cultiver patriotisme, esprit de travail et énergie dans le struggle for life. Le peuple bosno-musulman a d’ailleurs toutes les capacités intellectuelles requises pour grandir sous sa férule ; il lui manque seulement la proximité de l’élite des esprits. La fécondation se fera seulement si celle-ci prend conscience qu’elle doit descendre dans la masse pour « s’identifier » à elle et lui apporter la lumière de la prosvjeta, par exemple en écrivant des études sur les problèmes auxquels il se confronte quotidiennement (Bašagić pense à la question agraire). La meilleure voie pour ce faire est le réalisme : la théorisation gêne le peuple et éloigne de lui. Au contraire, qu’on prenne le taureau par les cornes : il est nécessaire tout d’abord d’alphabétiser la masse : moins de 20 % des musulmans savaient alors lire et écrire, le taux le plus faible d’Europe. Pionnier, défenseur des droits sacrés de la nation, véritable Prométhée romantique dirions-nous, l’intellectuel doit donc terrasser l’hydre séculaire de la démagogie, la clique réactionnaire des populistes, et étouffer le dédain qu’elle cultive pour l’instant à l’égard de la masse, ce en quoi elle commet une grande faute tactique et morale.

33En effet, le peuple considère l’intelligentsia comme une ennemie. Pourquoi ? Parce que les jeunes gens qui suivent une scolarité à l’occidentale et trouvent un emploi dans le fonctionnariat, ayant embrassé les idées libérales de l’Occident, n’ont que mépris pour la sagesse et la courtoisie orientales du peuple ; leur pusillanimité, leur arrivisme concentrent leurs désirs sur l’argent qu’ils recevront de leur poste, et les pousse à s’abstenir de tout engagement en faveur du peuple. Une circonstance les dédouane en partie : en tant que fonctionnaires, ils sont « dépendants », c’est-à-dire qu’ils sont tenus à un devoir de réserve en matière politique, d’autant qu’une majorité d’entre eux a bénéficié de bourses d’État pour achever ses études. Mais nulle autorité étatique, ici comme ailleurs en Europe, n’interdit à ses employés de participer aux initiatives strictement culturelles. Or, l’immense majorité des intellectuels s’en abstient.

34Font exception certains d’entre eux qui, dans les limites de leur devoir de réserve, participent aux « mouvements nationaux » en œuvrant dans le domaine culturel (associations, lecture). Leur intention est de conférer une dignité à l’identité bosno-musulmane face aux « voisins » et aux nations étrangères, d’affirmer la capacité des musulmans à intégrer la civilisation moderne de l’Europe.

35Bašagić en déduit (un peu rapidement) que la division de la communauté musulmane est suggérée de l’extérieur aux larges couches de population. Si l’unité interne n’existe pas, c’est qu’on veut diriger le peuple bosno-musulman à la place de son intelligentsia, et qu’à cette fin on discrédite cette dernière à ses yeux. Ce « on », ennemi d’abord non désigné, protéiforme, anti-islamique, a pour première caractéristique d’être chrétien. Dans les mémorandums qu’il rédige à la place des musulmans, il raisonne selon ses propres vues. Mais son droit canonique n’a rien de commun avec la charia, ce qui introduit des erreurs telles que l’assimilation du pouvoir spirituel islamique à une Église, une idée que non seulement ignore l’islam, mais qu’il combat avec virulence. De plus, l’ennemi infiltré tente d’appliquer au mouvement musulman une dimension politique qu’il n’a pas par nature. Il est nécessaire désormais de faire appel à une intelligentsia purement musulmane. Bašagić vise bien évidemment les orthodoxes, en premier lieu Emil Gavrila (1861-1933), avocat serbe qui avait mis en forme les revendications des musulmans au début de la contestation. Mais il entend également critiquer la coloration catholique qu’avait pu prendre la hiérarchie musulmane mise en place par l’administration Kállay (avec un reis, son conseil formé des quatre mouftis, etc.).

36Toutefois, l’intelligentsia et les Serbes ne partagent pas seuls les responsabilités de la faillite où se précipitent les divers mouvements nationaux. Le peuple lui-même, entre autres défauts, a celui de ne pas penser par lui-même. Mamelouks, flatteurs ou conservateurs, tous imitent – si possible en gesticulant. Or, la conformité sociale n’établit pas la vérité : tous les grands philosophes, en leur temps, ont appartenu à une minorité. L’esprit d’imitation fausse le jugement, il fait des hommes la mesure des œuvres alors que le bon sens est de juger les hommes par les œuvres. Dans les mouvements nationaux, ce sont des questions d’individualités qui constituent le cœur de l’action politique, et non des questions existentielles à l’échelle de la communauté. Face à cette imitation fatale pour le struggle for life, Bašagić préconise la méditation, clé de l’indépendance. S’élever au-dessus des partis, tel était le but qu’il fixait au mouvement contestataire musulman tout comme à son propre Ogledalo : l’organisation unitaire marquerait l’aboutissement de ces efforts.

37Si l’intelligentsia bosno-musulmane doit agir dans l’esprit de l’islam et selon ses prescriptions, Bašagić insiste néanmoins très lourdement sur la nécessité de la laïcité. L’intelligentsia n’est pas laïque par essence, mais son existence est incompatible avec une religion obscurantiste telle que la majorité des oulémas la dispense en Bosnie-Herzégovine. Pour qu’advienne une prosvjeta en conformité avec l’islam, l’intelligentsia spirituelle s’est montrée incapable de rien faire. Hormis quelques éclatantes exceptions, les oulémas ne comptent dans leurs rangs que des parasites, qui n’ont pas pour leur passivité l’excuse de l’ignorance, car ils sont les témoins quotidiens du désastre subi par leurs ouailles.

38Parfois, la vindicte de Bašagić le pousse à radicaliser son propos : « bouffeur de hodja » (pour reprendre le « bouffeur de curé » français), il nie au pouvoir spirituel toute dimension positive. L’homme qui s’est consacré au monde céleste n’a pas le sens du bien commun ici-bas ; ce zélote roublard croit que l’Église est au-dessus de l’État et que les lois promulguées par celui-ci ne concourent pas au bien de tous. Alors, quel homme un peu intelligent nierait que la lutte ouverte contre le cléricalisme est l’unique voie de salut en matière politique ? Constituant une caste au mauvais sens du terme, le clergé [sic] est un cancer dans le corps politique ; jamais extirpé par voie diplomatique, c’est la méthode forte que l’État éclairé doit emprunter pour s’en débarrasser.

39Sans même s’en apercevoir, Bašagić amalgame les concepts de clergé selon l’Église catholique et les oulémas. Il fait référence aussi bien au pouvoir spirituel de la communauté bosno-musulmane qu’au prosélytisme dont celle-ci est la cible de la part du clergé catholique. Il critique ainsi la politique de Kállay, qui a laissé l’archevêque Stadler empiéter sur ses prérogatives et a omis de lui démontrer que l’État est au-dessus des communautés [sic]. Lors de l’affaire Sivrić (parallèle à la conversion de Fata Omanović), on en était revenu à une conception médiévale de la politique et non à la civilisation de l’Europe moderne, et notamment des Français, à l’avant-garde en ce domaine. Sans le nommer, le polémiste mentionne aussi Kutschera, qui s’était distingué dans un premier temps par sa sympathie pour les musulmans (il participait par exemple aux récitations du mawlid) ; mais ceux-ci ne s’étaient pas laissé tromper et à son départ avaient manifesté toute leur antipathie (pour quelles raisons précises, Bašagić ne le spécifiait pas).

40Bašagić conclut ces remarques sur la division interne des musulmans en affirmant que richesse et entrain au labeur ne font pas défaut à l’actuel mouvement politique ; en revanche, la formation intellectuelle manque, et « notre humble intelligentsia », tant qu’on ne l’aura pas appelée, ne voudra pas s’imposer. Cette absence est à imputer à la peur qu’ont les chefs de se voir marginaliser ; certains d’entre eux ont été fortement compromis lors du précédent mouvement, celui de Džabić, alors que des jeunes intellectuels sont demeurés au-delà de tout soupçon. Alors qu’attendait-on ?

41Il était évident que Bašagić tentait de se réhabiliter aux yeux de la population et de ses lecteurs. Il appartenait à cette intelligentsia européenne ; tout en essayant de dénigrer les excès dont celle-ci était coupable pour l’opinion, influencée par le pouvoir religieux, il rejetait aussi le pouvoir des oulémas jusque-là tout puissants. En en stigmatisant l’égoïsme, il se voulait l’apôtre du bien commun et les évincer de leur position dominante. D’après lui, les spirituels musulmans avaient joué la carte pro-gouvernementale depuis 1899 – ce qui est très contestable, au moins pour le mouvement de Džabić, qui avait lui-même occupé les fonctions de moufti de Mostar.

42L’analyse avait son défaut, que Bašagić ne mentionne pas explicitement mais dont il semble avoir bien conscience : l’absence de légitimité de l’intelligentsia. Si l’islam ne connaît pas de hiérarchie à proprement parler, les oulémas en ont une par procuration dans la mesure où ils se rattachent au califat. Le mouvement pour l’autonomie, en exigeant la délivrance du menşur d’Istanbul pour le reis, cherchait non seulement à rappeler que la Bosnie-Herzégovine était politiquement rattachée à l’empire ottoman, mais qu’elle tenait sa légitimité du sultanat. Alors, comment légitimer le mandat d’une intelligentsia non-cléricale à la tête d’un mouvement spécifiquement musulman ?

3. Ogledalo : une épopée darwiniste28

  • 28 Voir les articles suivants : « Nekolike o našem starom i današnjem plemstvu », 2 (07/06), p. 2-3 ; (...)

43Cette légitimité, il fallait la créer en rattachant la mission de cette intelligentsia à celle, nationale, dont avait été investie le beylicat musulman au cours de l’histoire. Dans Ogledalo, Bašagić reprendra son discours sur le beylicat bosno-herzégovinien, en le renouvelant par une comparaison systématique entre passé et présent. Du même coup se consolide l’idée que la valorisation du passé pré-islamique est nécessaire pour affirmer une identité détachée de la référence religieuse à l’islam, une identité laïque.

44Tout comme l’intelligentsia sait faire preuve d’adaptation face au Zeitgeist, de même la noblesse médiévale sut réagir aux nouvelles conditions historiques apportées par les Ottomans dans le royaume et préserver son indépendance. L’événement de 1463 et ses conséquences doivent servir d’exemple à l’actuelle génération bosno-musulmane.

45En ce sens, le portrait des ancêtres ne peut être qu’édifiant et montre la voie à suivre pour mener à bien le struggle for life. Volonté et esprit de sacrifice, soif de connaissance et de domination, esprit d’indépendance et maîtrise de la Kultur, tout a contribué pour conformer leur attitude aux exigences du moment. Prestige, richesse, pouvoir ; fierté et honneur : voilà les traits distinctifs et les vertus de la noblesse bosno-musulmane. Nous reprendrons brièvement les événements que Bašagić a déjà relatés dans « De la noblesse bosniaque » et la Brève introduction : les nobles bogomiles ont appelé à leur secours les Ottomans afin de mettre fin aux tribulations que leur faisait traverser la catholicité fanatique (papauté et Hongrois) et prendre sur elle leur revanche. C’est cette raison qui les a poussés à sacrifier ce qu’ils avaient de plus cher, le bogomilisme, et à s’islamiser en masse à Jajce devant Mehmed II : 36 000 familles se décidèrent à changer de foi en un seul jour. Ainsi furent réparés les vexations criminelles des croisades et le forfait commis par les Hongrois à Dobor en 1408, lorsque les corps de cent vingt-six nobles bogomiles furent étripés et jetés dans la Bosna. Déjà les fiers seigneurs bogomiles avaient lavé l’outrage en 1415 à la bataille de l’Usora ; et la suite de l’histoire ottomane a manifesté la volonté des Bosniaques de dominer leurs anciens tortionnaires.

46Leur islamisation en masse eut pour conséquence de leur obtenir auprès du sultan un certain nombre de privilèges. Le premier fut, comme en témoigne l’Histoire de l’odjak des janissaires, celui de s’« instruire aux frais de l’État dans les palais » d’Istanbul. Par les chemins de la prosvjeta, ils parvinrent jusqu’aux plus hautes dignités de l’Empire, utilisant à leurs propres fins l’organisation étatique alors la plus puissante du monde. Ce privilège, dont ils furent à l’initiative grâce à un bienfaiteur inconnu, sauva le pays et en fit une province de premier rang jusqu’au début du xviie siècle ; les premiers beys envoyèrent leurs fils s’instruire dans la capitale, ceux-ci le firent pour leur propre progéniture et ainsi de suite jusqu’à ce que l’instruction eût diffusé dans toutes les couches de la population bosno-musulmane [sic]. Dès que le beylicat ne se préoccupa plus d’instruction pour ses descendants, sa renommée chuta au sein de l’État ; et au même instant, l’État entra en décadence.

47Pour Bašagić, les beys ses contemporains devaient prendre exemple sur cette attitude et tout faire pour sauvegarder leur prééminence culturelle. Certes, la situation était plus difficile qu’en 1463 car 1878 n’avait amené l’octroi d’aucun privilège particulier. Il fallait donc montrer autant de clairvoyance mais s’organiser seuls afin d’acquérir la formation exigée par le monde moderne. Une autre circonstance aplanissait au contraire les chemins : nul besoin, en ce début de xxe siècle, de changer de foi, protégée par l’État et l’endurcissement millénaire [sic] des musulmans contre la propagande catholique. La Kultur ottomano-islamique pouvait se perpétuer en Bosnie-Herzégovine.

48Le second privilège octroyé aux islamisés de 1463 a été de garder leurs terres et leur domination sur le nouveau vilayet. De facto, la Bosnie-Herzégovine a donc toujours possédé une noblesse de sang à sa tête, héritière des bogomiles, alors même que les Ottomans ne connaissent pas cette institution. Jusqu’à la fin du xviie siècle (on voit que la chronologie de Bašagić reste assez floue), la puissance de cette noblesse est redoutable ; les autochtones règnent en maîtres sur leur province. Même après 1683 (second siège de Vienne), alors que la richesse et l’influence politique de la Porte tombent tout à fait, le prestige des nobles bosniaques s’accroît de ce fait (Bašagić n’explicite pas la relation causale). Finalement, notre écrivain en vient à exposer que les beys bosno-herzégoviniens, en dépit des interventions parfois musclées de la Porte, menèrent la barque provinciale jusqu’en 1850. Tout en présentant le mouvement de Gradaščević comme une réaction de fierté face aux atteintes de la Porte, il le condamne pour avoir causé de nombreux « dégâts » (le mot n’est pas plus précis) dans la province. Par la suite, les Tanzimat exigèrent un sursaut d’adaptation à l’esprit du temps que n’ont pas eu les Bosniaques et les Herzégoviniens. L’occupation n’a donc pu que les anéantir par la « civilisation moderne » qu’elle avait amenée.

  • 29 Le prototype du Kulturträger restera probablement Ćiro Truhelka, dont les Mémoires d’un pionnier ac (...)

49La classe beylicale de 1907 doit avoir honte de ne pas perpétuer l’esprit d’indépendance que ses ascendants ont toujours cultivé, et surtout de n’en pas prendre les moyens. Comment damer le pion aux Kulturträger venus avec l’occupation29, ainsi qu’aux autres communautés bosno-herzégoviniennes, et leur prouver que les musulmans sont, eux aussi, des êtres civilisés ? Ils s’affaissent au combat ; l’aisance avec laquelle ils assimilent les perversités de la civilisation moderne les conduira à perdre simultanément terres, fierté et honneur – ces deux vertus dont se sont honorés leurs aïeux durant des milliers d’années [sic]. « À l’école coranique (mekteb), nous devons verser dans l’âme de nos enfants l’histoire de nos ancêtres bogomiles et musulmans », s’exclamait Bašagić devant l’ignorance, l’indolence, la paresse et l’incompréhension dont étaient minés ses semblables. Les musulmans ont un droit historique sur la Bosnie-Herzégovine : « pas un buisson qui n’ait été éclaboussé – au temps de l’indépendance bosniaque – du sang des bogomiles, et – au temps de la domination turque – du sang des musulmans ». Ce droit naturel a été garanti par l’histoire, les lois, les conventions et les congrès internationaux.

50Voilà la pierre de touche de l’argumentation. Le sang rejoint la parole ; les beys doivent s’instruire. « Noblesse oblige », écrit Bašagić en traduisant et expliquant la phrase. Richesse et mérites ne font rien s’ils sont seulement hérités : on se doit d’être intelligent et intellectuellement formé. Aux réfractaires Bašagić apprend qu’ils sont en réalité les marionnettes des hodjas et du gouvernement territorial, et sont responsables de la crise actuelle parce que l’opinion publique approuve seulement l’aristocratie de l’esprit. Sur la foi de soi-disant livres saints, les hodjas pourfendeurs de progrès les ont envoyés à la chasse en prétendant que c’était pécher de lire les livres des infidèles ; le Gouvernement en a profité pour mettre les oulémas à la tête des mouvements populaires. Conséquence : le règne de l’argent est advenu. Les valeurs spirituelles sont corrompues : les prêcheurs vendent le paradis et dépêchent en enfer. Heureusement, le mouvement de Džabić et celui qui est né en 1906 sont parvenus à s’affranchir de cette tutelle ; dans le second, la noblesse donne le ton.

51Certes, le beylicat réunit toutes les conditions pour diriger la population – toutes, hormis la formation intellectuelle. Qu’il prenne exemple sur la noblesse hongroise : si les Andrássy, Apponyi et autres Batthyány savent lutter pour l’indépendance et les droits de leur peuple, c’est qu’ils sont riches et formés. Dans ce cadre, Bašagić a tendance à assimiler vertu et labeur selon une perspective islamique qu’il précise lui-même : l’islam est une foi démocratique qui enseigne l’égalité et la fraternité, poussant à la science et recommandant d’honorer les seuls savants. Islam et Kultur sont inséparables.

52Les idéaux tissant le projet de Bašagić pour le beylicat rejoignent ceux qui animent l’intelligentsia : penser par soi-même, se défaire de la mainmise spirituelle des oulémas, servir d’exemple au peuple en en partageant les heurs et malheurs, autrement dit en s’y identifiant, en faisant acte d’humanité. Il apparaît clairement qu’il veut confondre les deux entités ; néanmoins, deux problèmes subsistent. Tout d’abord, il avance qu’il a continuellement existé une union entre noblesse et peuple, du Moyen Âge bogomile à l’époque ottomane. La première a toujours joui d’un prestige immense auprès de la seconde, en qui la révérence pour ses maîtres est littéralement passée dans le sang. On peut reprocher à Bašagić une imprécision capitale : comment une intelligentsia formée à l’école occidentale peut-elle rejoindre la culture populaire ? La modernisation ne sonnera-t-elle pas le glas de la vie populaire, voire n’entérinera-t-elle pas la dichotomie peuple (narod)/élite ? La logique eût voulu que Bašagić tînt un discours élitiste et non populiste ; mais les circonstances politiques de 1907 ne le lui permettaient pas s’il voulait se réhabiliter dans la contestation.

53D’autre part, la mission de l’intelligentsia a selon Bašagić une valeur positive, au bénéfice de la population ; celle du beylicat a pour principale raison d’être la sauvegarde des privilèges hérités de 1463. En prolongeant son discours sur l’intelligentsia par des considérations historiques, nécessaires pour justifier la vocation à diriger des intellectuels, le bey historien passe d’un registre très nettement réformateur à une vision conservatrice de la société bosno-herzégovinienne. L’instruction est au service de la conservation ; quoique, par endroits, Bašagić justifie la Bildung par la gratuité de la science et l’épanouissement personnel qui peut en résulter, la formation intellectuelle est avant tout un instrument de défense devant des intérêts menacés, une « arme moderne » dans le struggle for life bosno-herzégovinien.

54Puisque la politique bašagićienne dans Ogledalo s’appuie sur une vision de la Kultur ambiguë et trop enthousiaste pour être vraiment moderne, nous allons maintenant en examiner la portée conservatrice.

4. Ogledalo : la question agraire30

  • 30 Voir les articles suivants : « Naše agrarne prilike », 4 (21/06), p. 1-2 ; « Naše agrarne prilike I (...)

55Quel était ce peuple dont parlait sans cesse Bašagić, au point qu’on pouvait trouver dans une même phrase trois, quatre, voire cinq fois le substantif « peuple » et l’adjectif afférent ? Nous n’en savons pas grand-chose, sinon qu’il partageait les intérêts des beys. Il se caractérisait donc, avant tout, par la propriété terrienne. Les travailleurs agricoles ne comptaient pas dans ses rangs.

56La théorie sociale et la spéculation historique aboutissaient à une réflexion concrète sur la situation économique des propriétaires musulmans. Bašagić mettait d’abord l’accent sur la crise qu’ils traversaient : depuis deux décennies, c’est-à-dire grosso modo depuis l’arrivée de Kállay à la tête du ministère commun des Finances, diverses ordonnances et lois avaient malmené leurs intérêts à tel point qu’on ne savait plus, d’eux ou des paysans, qui avait le plus de droit sur la terre.

  • 31 Hrelja, Kako je živio narod, p. 77-83 ; Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 114-138.

57La situation foncière en Bosnie-Herzégovine était complexe et problématique à l’époque ; ce furent sa clarification et sa résolution qui servirent à justifier l’occupation austro-hongroise. Après avoir recensé toutes les parcelles du territoire, le ministère commun des Finances lança en 1886 leur enregistrement sur un cadastre semblable à ceux d’Autriche et de Hongrie. Le processus s’acheva en 1909, mais les cadastres, s’ils n’ont pas disparu, n’ont fait l’objet d’aucune étude statistique, si bien que la situation et son évolution ont été restituées fragmentairement à partir de données de 1918. Combien y avait-il exactement de propriétaires durant la période ottomane ? Quelle était l’étendue des propriétés que possédaient les 10 463 propriétaires en 1910 ? Comment se répartissaient les 79 677 hommes qui travaillaient pour eux ? On l’ignore précisément, faute de cadastre ; on peut en tout cas affirmer que les complexes latifundiaires n’existaient qu’en nombre modeste, et qu’en 1910 leur parcellisation avait probablement atteint son acmé. En 1914, la moitié des agriculteurs possédaient leur terre31.

58Le statut juridique des terres et la nature de leur faire-valoir sont en revanche bien connus ; ils étaient pour partie hérités de l’empire ottoman – ordonnances de Ramadan et de Safar de 1858 et 1859 – pour partie apparus durant la période austro-hongroise. Une terre pouvait appartenir au domaine de la couronne et s’appelait alors arazi-miriye. Elle pouvait aussi être privée : c’était alors une terre mülk. Lors des procédures d’enregistrement pour le cadastre, comme il n’existait pas de document pour un certain nombre de parcelles (dont la définition n’était pas géométrique durant la période ottomane, mais le plus souvent topographique), elles furent enregistrées comme miriye par les autorités alors qu’elles relevaient, selon les beys et ağas, du domaine privé.

59En dehors des modes de faire-valoir directs, minoritaires, les contrats régissant le faire-valoir indirect s’apparentaient à notre métayage : le beglučar comme le kmet n’étaient pas serfs, mais jouissaient d’une totale liberté personnelle dans les limites contractuelles. Le terme générique usité est celui de kmet ou çiftçi ; le beglučar jouissait de moins de droits que le kmet (ou çifçi) proprement dit. Une fois installé sur une parcelle, celui-ci jouissait de sa tenure de façon permanente, transmettait automatiquement le contrat sur ses descendants et ne pouvait être renvoyé que pour deux raisons : s’il laissait la terre en friche ou s’il refusait de payer sa redevance (hak). Le beglučar pouvait quant à lui partir et être renvoyé à n’importe quel moment (concrètement, à la fin de la saison). La majorité des paysans étaient kmet-s.

60La redevance s’élevait du quart à la moitié de la récolte selon les régions et le climat. D’autres obligations s’attachaient à la condition de ces métayers, soumis, par exemple, à certaines corvées au profit du propriétaire. Même dans ces conditions, on voit que par rapport à la paysannerie de Dalmatie ou de Hongrie, par exemple, la position de kmet était enviable, d’autant que le paysan, quelle que fût sa position – un endettement, par exemple – ne pouvait voir son droit de kmet révoqué. Durant la procédure cadastrale, des beys se plaignirent que des beglučar-s se déclarèrent comme kmet-s, ce qui de facto les rendaient inamovibles de leur parcelle. Les propriétaires restaient possesseurs de la terre, avaient le droit de vendre – mais uniquement lorsque celle-ci était libre. Leur droit s’arrêtait là selon le contrat. Il est donc bien naturel que le statut de kmet gênait beaucoup les beys ; leurs métayers en arguaient souvent pour revendiquer le droit à la terre, puisqu’ils étaient là depuis des générations. La loi permettait le recours à une autorité morale tierce et empêchait que les différends fussent résolus de façon privée.

61L’argumentation de Bašagić, qui se positionne d’emblée en tant que propriétaire (alors que lui-même ne possédait probablement guère de terres), s’appuiera sur une remise à plat du statut de kmet en avançant qu’il n’existe pas et a été inventé par les autorités austro-hongroises. Désireuses de conserver le statu quo après l’occupation, celles-ci avaient traduit les ordonnances de Ramadan et de Safar en en réaffirmant la validité. Bašagić relevait que les mots çiftçi et müste’cir avaient alors été tous deux rendus par l’allemand Pächter (« tenancier »), un terme neutre. Cependant, après 1903, Pächter s’était transformé en kmet, et quoique personne n’eût fait attention à cette subtile modification, la conséquence en était considérable car le droit agraire conférait au kmet (synonyme de çiftçi) autant d’avantages qu’il en retirait au propriétaire. Bašagić illustrait son assertion d’un certain nombre d’exemples, où les contrats locatifs étaient tout bonnement bafoués de la part des tenanciers. Les juges des tribunaux mis en place par les Austro-Hongrois se révélaient inaptes à démêler le droit complexe hérité de la période ottomane ; les Turcs eux-mêmes n’y comprenaient rien, et Kállay, bon juriste, en avait profité pour y dénicher un « droit des kmet-s » totalement inexistant et tout au profit de ceux-ci.

  • 32 Bašagić maîtrisait mal l’histoire médiévale. À propos de paysannerie libre, il se contredira en aff (...)

62D’où venait le statut de kmet ? Reprenant Fran Milobar (1869-1945), Bašagić allait en chercher l’origine dans la basse Antiquité ; au contraire de la Croatie où ce statut avait toujours coexisté avec celui de paysan libre (alodijalac), la Bosnie n’avait connu que le régime de l’alleu32. La liberté régnait pour tous ; elle continua à régner après 1463. En effet, le contrat du kmet/çiftçi bosniaque se renouvelait d’une année sur l’autre, et il pouvait le dénoncer à l’échéance sans justification ; de plus, rien ne lui interdisait de posséder des terres allodiales. Nulle féodalité à l’italienne ou à la hongroise ici, nul paysan glebæ adstrictus : la fierté nationale, héritée des bogomiles, ne permettait pas de rester sans terre à soi, ni que des frères selon le sang et la foi eussent des relations de maître à esclave. Sauf exception rarissime, il n’y a pas eu non plus, en Bosnie, d’inféodation de la terre par usurpation ou autre.

63D’après notre bey, la possession de la terre revient historiquement au beylicat. En effet, après 1463, un des privilèges qu’obtinrent les bogomiles islamisés fut de conserver leurs terres ancestrales et de pouvoir en faire hériter leurs descendants. La preuve en est qu’à partir de cette époque, un nouveau terme s’introduisit dans le droit foncier ottoman. Le mot baština, repris tel quel du slave, désignait des biens-fonds privés dont l’hérédité était garantie par un titre de propriété (tapu) ; c’était sous ce même régime qu’étaient placées au xve siècle les terres des nobles bogomiles. Ce privilège leur fut accordé parce qu’ils s’islamisèrent spontanément, circonstance qui annulait la tradition ottomane de placer les pays conquis sous le régime exclusif de l’arazi-miriye et de le distribuer ensuite sous forme de prébendes aux administratifs ou aux militaires méritants. Bašagić s’appuyait explicitement sur l’historien Stojan Novaković (1842-1915), afin de couvrir immédiatement les critiques probables – ce qui ne signifie pas qu’à nos yeux, ses propos soient recevables.

  • 33 Une inconséquence de raisonnement apparaît ici. Bašagić admettait que les bogomiles islamisés avaie (...)

64Depuis l’installation des Slaves dans le Sud jusqu’à Kállay en passant par le ban Kulin (xiie siècle), la propriété terrienne s’était donc perpétuée dans les mêmes familles. En 1463, trois changements intervinrent : celui de souverain, celui de religion et celui de titres, puisqu’on avait troqué ceux de ban, voïvode et knez pour l’appelation unique de bey. L’incorporation dans l’empire ottoman avait fait que les convertis s’étaient investis dans la vie administrative et militaire, mais comme ils avaient continué à posséder le sol, on pouvait considérer que la Bosnie était vassale d’Istanbul plutôt qu’intégrée au domaine impérial33. Possesseurs de baština (baštinik) et sipahi-s se confondaient et n’avaient plus eu le temps [sic] de travailler eux-mêmes la terre. Au tournant du xvie et xviie siècle, alors qu’ils se trouvaient en campagne à travers les Balkans, ils amenèrent donc en Bosnie-Herzégovine des raya de Macédoine, de Serbie, du Sud-Ouest de la Slavonie, et plus tard de Dalmatie. Ces immigrés s’accordèrent avec leurs maîtres qui leur concédèrent les terres sous contrat de droit privé – d’où leur nom de müste’cir, « locataire », obligés de verser annuellement leur redevance (hak). Les appellatifs kmet et çiftçi, qui recouvraient des sens juridiques fort différents, n’avaient d’autre valeur qu’usuelle en Bosnie-Herzégovine (au contraire de la Serbie).

65Dans un autre passage, Bašagić spécule un peu différemment : de la chute du royaume au milieu du xviiie siècle, les tenures, possédées par des musulmans, étaient mises en valeur par des coreligionnaires. Cependant, la colonisation des villes de Hongrie, les guerres incessantes à l’extérieur (les zaim devaient fournir à l’armée impériale un nombre d’hommes proportionnel à leurs revenus, qu’ils recrutaient parmi leurs métayers), la peste et les autres épidémies diminuèrent tant la population musulmane que la main-d’œuvre agricole fit défaut. Le beylicat se mit donc en quête à travers les Balkans d’hommes qui la remplaceraient, dont ils étoffèrent le nombre avec des esclaves de guerre venus de Slavonie et Dalmatie.

66Il n’y a donc pas de question agraire en Bosnie-Herzégovine, puisque la propriété du sol y est clairement établie. Les beys sont indigènes (starosjedioci), les paysans immigrés. Les revendications actuelles viennent du fait que les müste’cir-s ont toujours vécu auprès du même bey : au fil du temps, ils se sont attachés à la terre et ont diminué leur redevance. Oublieux des mérites héroïques des musulmans leurs maîtres et protecteurs, et de la charité qu’ils leur avaient autrefois manifestée en les fixant à des terres alors qu’ils erraient comme des nomades, ces ingrats revendiquent maintenant leurs lopins comme leurs.

67Un müste’cir n’entretient aucune espèce de rapport avec un kmet ; cette assimilation a été suggérée par de mauvais analystes qui ont comparé la situation bosno-herzégovinienne avec celle de l’Allemagne et de la Russie, où il existe en effet un droit des kmet-s. Les diverses solutions avancées par Srpska riječ ou encore Zora (L’Aube) de Mostar relèvent de l’aberration, et Bašagić les discute en ironisant ; elles s’inspirent toutes des propositions que fit Kállay dans un petit livre en 1900, que lui-même déclara fantaisistes. La solution du rachat inscrit dans la loi, qu’il soit facultatif ou obligatoire, ne satisfera personne et s’avère impossible étant donné la somme à avancer (400 millions de couronnes d’après lui). La situation se régularisera d’elle-même, progressivement, comme le montrent les chiffres du rachat d’initiative privée publiés en 1906 : jusqu’en 1901, 16 000 foyers de métayers (kmet au sens général) se sont rachetés, et depuis cette date au moins 4 000. Le rapport des paysans libres et des métayers est de 1 pour 3. Il risque de s’équilibrer à peu près d’ici dix ou quinze ans si l’on juge d’après le grand nombre d’établissements bancaires serbes spécialisés dans le crédit agricole qui se fondent. Dans ce proche avenir, les activités économiques des propriétaires et des métayers se seront diversifiées et les cultures modernisées ; alors la question agraire se résoudra d’elle-même.

  • 34 Šehić, Autonomni pokret, p. 316-318.

68S’il existe une question agraire, en 1907, c’est plutôt du côté des beys qu’elle se trouve : Burián a en effet instauré, l’année précédente, un nouveau mode de paiement de la dîme à l’État. Cet impôt payable en nature, qui existait déjà à l’époque ottomane, se calculait sur la récolte encore intacte de taxation. Malversations et rigidité du système poussèrent les autorités austro-hongroises à en tenter une monétarisation dès 1879, ce qui se solda par un échec. Burián mit en place un paiement forfaitaire basé sur une estimation moyenne à l’échelle des communes fiscales, qui devaient ensuite répartir sur chaque propriété le montant avancé. Ainsi, les paysans savaient par avance le montant de leur dîme et pouvaient se préparer efficacement pour le paiement de la redevance (hak) durant l’été. Cependant, pour les propriétaires, le système n’était pas suffisamment souple et transparent sur l’évaluation du forfait ; si la récolte était mauvaise, la dîme prenait le pas sur la redevance, que le paysan pouvait ne pas payer34. Bašagić soulignait la prééminence de l’État et se plaignait qu’elle représentait un nouvel obstacle pour l’organisation communautaire.

  • 35 Matković, Čista stranka prava, p. 48.
  • 36 Bebel lui répond que l’ouvrage est épuisé et qu’il n’a pas le temps d’en préparer une seconde éditi (...)

69Que conclure de ces réflexions ? Le Sonderweg bosniaque, comme on pourrait appeler l’histoire téléologique à la Bašagić, est sablé de théorie darwinienne, pavé de conservatisme et usé par un certain libéralisme économique – pensée éclectique dont le maître mot, « la lutte pour la vie », est passé dans son vocabulaire courant à travers, avant tout, le discours ambiant de l’époque – par exemple, les partisans du Droit croates déclarent soutenir les musulmans dans leur « difficile lutte pour la vie35 ». Mais cette expression lui vient aussi de sa probable fréquentation des penseurs sociaux germanophones. On a vu qu’il avait entendu parler, de près ou de loin, de Haeckel et de sa théorie moniste, peut-être également de ses théories raciales. Ou encore, sa correspondance montre qu’il n’était pas tout à fait étranger aux idées social-démocrates : il écrit en 1906 à August Bebel (1840-1913), le co-fondateur du Parti social-démocrate allemand, pour qu’il lui procure un de ses livres, très probablement La période culturelle arabo-musulmane36.

70C’est de ces mêmes lectures qu’il tire ses conclusions sur la laïcité nécessaire de l’élite intellectuelle bosno-musulmane. Bašagić a bien compris que l’intelligentsia est un phénomène social d’essence laïque ; ses efforts pour donner au mouvement autonomiste une coloration nationale et non spirituelle sont sensibles. Souvent, dans Ogledalo, les musulmans sont désignés avec une majuscule, ce qui prête à croire qu’il essaye de penser le groupe au-delà de sa composante religieuse. De notre côté, nous pouvons justement nous demander si le mot intelligentsia est approprié au sein d’une population dont l’unité politique ne trouvait pas d’autre appui que la religion pour trouver une légitimité. Finalement, par le simple fait de discourir sur l’intelligentsia, Bašagić veut créer une nation bosno-musulmane.

5. Prise d’assaut de « Gajret » et fin d’Ogledalo

  • 37 « “Gajret” », Ogledalo 1 (1907), 3 (07/06), p. 4.
  • 38 « Domaće vijesti. Menšura », Ogledalo 1 (1907), 3 (07/06), p. 5-6.
  • 39 Hauptmann, Borba muslimana, p. 459 et 464.
  • 40 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363.
  • 41 IAS BS – 123, Hugo von Kutschera [l’archiviste s’est trompé en notant Oton Kučera] à Bašagić, de Vi (...)
  • 42 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica, p. 18.

71Juste au moment où Ogledalo commença à sortir, les contestataires s’étaient réunis à Mostar afin d’élire les membres définitifs du Comité exécutif. L’avenir de « Gajret » avait également été évoqué, et on avait décidé que le Mouvement se rallierait à l’action culturelle de l’association. Bašagić s’en était réjoui37, croyant l’unité enfin assurée et lui-même réhabilité. Il fit alors des déclarations assez violentes pour que le menşur soit enfin accordé et, par lui, la même autonomie religieuse dont jouissaient les catholiques et les orthodoxes38. Ses considérations sur les nobles hongrois peuvent également se comprendre dans cette perspective : les autonomistes avaient trouvé un soutien auprès de certains d’entre eux – Batthyány, par exemple, le vice-président du Parti de l’indépendance39. Bašagić avait désormais intégré l’opposition, à tel point que Kutschera, venu à Sarajevo pour les négociations avec le Comité, déclara que ce revirement était normal puisqu’il avait de grandes propriétés. Bašagić se défendit d’intérêts bassement matériels, faisant le modeste et l’écrivain combattant pour la justice40. L’anecdote ne laisse pas d’étonner dans la mesure où les deux hommes entretenaient des relations amicales un an seulement auparavant41. À Vienne, on jugeait sa personnalité et son engagement suffisamment importants pour que Burián se fît traduire les éditoriaux de chaque numéro42.

  • 43 Odbor društva « Gajreta », « Otvoreno pismo Slavnom eksekutivnom odboru muslimanskog naroda », Ogle (...)

72On déchanta néanmoins rapidement au bureau de « Gajret » (dont Bašagić était, rappelons-le, président). Les résolutions du Comité furent publiées dans Musavat le 14 juin ; il y était notamment spécifié que l’association, telle qu’elle fonctionnait, pouvait avoir de néfastes conséquences pour le Mouvement, et qu’il fallait en prendre les rênes lors de l’assemblée annuelle du 5 juillet. L’indignation des membres de « Gajret » s’exprima dans une lettre ouverte, où l’on demandait des comptes43.

  • 44 IAS BS – 157, anonyme à Bašagić, sans date ni lieu.

73En vain : l’élan avait été donné. Étrangement, le bureau de « Gajret » ne donna aucune directive aux antennes pour empêcher les inscriptions. Devant le flot de nouveaux membres, l’un des responsables écrivit à Bašagić une lettre où il dénonçait ces « amitiés nouvelles » : ces frais inscrits désiraient réformer l’association et en écarter tous les « patriotes » qui en bénéficiaient ou y travaillaient. Selon lui, le principal motif de cette action était la neutralité que conservait « Gajret » dans le monde politique bosno-herzégovinien44.

  • 45 Ce dernier point est moins étonnant qu’il y paraît lorsqu’on a à l’esprit les attaques virulentes d (...)
  • 46 IAS BS – 157, Hamdija à Bašagić, de Modrić [Modriča près de Koprivna] le 18. VI. 1907. J’identifie (...)

74Quelques jours après la publication des résolutions dans Musavat, un certain Hamdija (probablement Hamdi-beg Džinić, un « progressiste ») adressa un courrier à Bašagić où il lui faisait part de ses soupçons quant à ce qui se tramait. Les manœuvres du Comité semblaient davantage dirigées contre Ogledalo que contre « Gajret » et donc plus personnellement contre Bašagić. En effet, déjà le 30 mai, à la veille de la sortie d’Ogledalo avait paru dans Obzor (L’Horizon) de Zagreb un entrefilet où l’on apprenait que le Comité appelait à prendre d’assaut « Gajret ». On avait donc essayé de discréditer le journal à sa naissance et de descendre Bašagić. La lettre lithographiée que le Comité avait envoyée aux antennes de « Gajret » confirmait la finalité de la bataille : il fallait que le plus de gens possible s’abonnent à Musavat (organe officiel de la MNO), s’inscrivent à « Gajret » et se rendent à l’assemblée du 5 juillet. Hamdija en concluait que les destins d’Ogledalo et « Gajret » étaient liés dans l’esprit du Comité. La place de président que Bašagić occupait dans l’association était compromise, d’autant que Kulović, Hrasnica, Hadžić et Mešić pourraient gonfler le nombre de ses adversaires45. Quoique personne n’en eût soufflé mot, Hamdija prévoyait que Mahmud-beg Fadilpašić serait élu à sa place, soutenu par ces quatre hommes et tous les Sarajéviens. La chute de Bašagić semblait ainsi inévitable, il valait mieux la préparer : accepter un compromis, par exemple laisser Fadilpašić prendre les fonctions de président et devenir vice-président avec un compagnon d’idées dans le bureau, ce qui ne serait en rien déshonorant car il resterait de facto le décideur de l’association46.

  • 47 « “Gajretova” skupština », Ogledalo 1 (1907), 5 (28/06), p. 6.

75Ces conseils ne tombèrent pas dans l’oreille d’un sourd. La situation avait de quoi inquiéter : jusqu’au 1er mai 1907, « Gajret » réunissait environ 1 200 inscrits, pour en compter près du double deux mois plus tard. Dans les brèves d’Ogledalo, Bašagić forçait sa joie, se félicitant que l’association suscitât enfin un tel élan, tout en rappelant que l’assemblée du 5 juillet serait valide uniquement si le dixième des adhérents était présent. Il ne se faisait d’ailleurs guère d’illusions et prévoyait une salle plus spacieuse pour abriter la foule, à la Maison des sociétés47.

  • 48 Hauptmann, Borba muslimana, p. 486. Déjà au début du mois de janvier, Arnautović avait essayé de la (...)
  • 49 « “Musavatu” », Ogledalo 1 (1907), 11 (09/08), p. 2-4. Voir le n° 21 de Musavat.
  • 50 « Odgovor Musavatu », Ogledalo 1 (1907), 6 (07/07), p. 6.

76Dans les coulisses, il préparait sa retraite afin d’amortir la chute. La reconstitution la plus probable des faits est la suivante : Arnautović ne supportait pas Bašagić et avait décidé de le couler. Il agit en ce sens auprès du Comité exécutif, qui ne cultivait pourtant pas d’animosité particulière envers Bašagić avant l’apparition d’Ogledalo – mais avait peut-être tiré un secret ressentiment de son lancement, puisqu’il désirait publier sa propre feuille et le prévoyait comme rédacteur. Entretenu dans sa rancune par Arnautović, le Comité avait bien ordonné la prise d’assaut de « Gajret » et désiré par là saborder Ogledalo en montrant que son rédacteur n’était pas « avec le peuple ». Cependant, des tensions apparurent à l’intérieur du Comité à l’extrême fin de juin au cours des négociations qui se menaient avec le gouvernement territorial ; Arnautović semblait en retrait, ce qui n’était pas une première48. Peut-être était-il question, au sein du Comité, de réhabiliter Bašagić ? Arnautović déchargea sa bile dans le numéro suivant de Musavat : notre homme, fier d’être « Autrichien », aurait « blasphémé contre le menşur », se serait déclaré en faveur de l’annexion de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie. Bref, il ne valait rien en tant que président de « Gajret ». Arnautović présenta cet acte d’accusation sous la forme d’une lettre ouverte signée par le Comité49. Pour Bašagić, c’était le pot-aux-roses : il découvrait que les griefs portés en province contre Ogledalo avant sa sortie, griefs dont il avait eu un écho par lettre, représentaient en fait les grands axes de sa démolition personnelle par le Comité. Il réagit le jour même, adressant une lettre au Comité pour obtenir une rétraction. Firdus obtempéra : le lendemain, il certifia officiellement que la lettre ouverte de la veille n’avait pas été du fait du Comité50.

  • 51 ABiH GFM Präs 1907/854, rapport d’Alfred Kozsler au gouvernement territorial du 6. VII. 1907 (déjà (...)

77Notre homme comprenait que c’était Arnautović et lui seul qui, depuis le début actionnait le levier pour précipiter sa perte ; que lui seul, au nom du Comité, avait organisé la campagne dans les antennes provinciales du Mouvement et celles, comble d’ironie, de « Gajret ». Ce 4 juillet, veille de l’assemblée, il parvint donc à trouver un compromis avec le Comité, mais non à sauver sa tête. Bašagić se retirerait de l’association, et Mulabdić (trésorier) et Hodžić (vice-président) seraient conservés à leurs postes respectifs51. Arnautović, qui n’en voulait qu’à Bašagić car il devait voir en lui un sérieux concurrent, dut être satisfait, ce qui explique sa présence à l’assemblée le lendemain.

  • 52 Sur la course de l’assemblée du 5 juillet, voir ABiH GFM Präs 1907/854, rapport d’Alfred Kozsler au (...)

78Contrairement à ce qu’on attendait, celle-ci se déroula calmement52. Six cents personnes se réunirent l’après-midi ; ce nombre considérable s’explique par le fait que le Comité avait décidé de réunir le 6 sur Sarajevo toutes les antennes provinciales, qui avaient fourni le gros du contingent des nouveaux inscrits, pour leur rendre compte du cours des négociations avec le gouvernement. Bašagić se fendit d’un beau discours où il rendit hommage à l’action de l’association durant les cinq ans passés ; après les applaudissements et le rapport d’activité, on procéda à l’élection du bureau à main levée. Une seule proposition fut donnée, celle d’Arnautović. Tout se passa comme prévu, et Bašagić se retira dignement.

  • 53 Bašagić rapporte lui-même que les spirituels musulmans avaient œuvré contre « Gajret » durant les p (...)
  • 54 Le mot vient de l’allemand Verdacht, « soupçon », et désigne à proprement parler « ceux qui sont su (...)
  • 55 ABiH GFM Präs 1904/508, rapport confidentiel du 25. V. 1904 sur l’assemblée de « Gajret » : on veut (...)

79Démagogue sans vergogne, Arnautović proposa immédiatement que les statuts de l’association fussent modifiés et que les boursiers du supérieur fussent envoyés non seulement dans les universités austro-hongroises, mais également à Istanbul et au Caire pour les élèves des écoles religieuses. Le geste faisait révolutionnaire et populaire, inspiré par les hodjas53. Regardez, grâce à moi « Gajret » devient vraiment musulman. Ces individus louches, aux mains du gouvernement (ferdekter54), ne valent rien ; je vous ai sauvés. Mais Arnautović n’était probablement pas sans savoir que la question avait déjà été longuement débattue aux assemblées à partir de 1904 et que le seul empêchement provenait des autorités austro-hongroises55.

  • 56 ABiH GFM Präs 1907/854, le 30. VI. 1907 (pièces identiques en ABiH LR Präs 1907/3895, le 6. VII. 19 (...)

80Les contestataires musulmans exultaient après leur victoire, et les orthodoxes triomphaient du départ de Bašagić. Musavat ne se priva pas de laisser éclater sa joie. Arnautović était plébiscité pour sa proposition de modification des statuts ; en revanche, on critiquait l’absence de Kulović (nous pouvons penser qu’il avait refusé de cautionner l’évincement de Bašagić). C’était surtout la province qui s’exprimait ici : la majorité des participants à l’assemblée appartenait aux antennes du Comité. D’autre part, ils se montraient plus favorables que leurs coreligionnaires sarajéviens à la coopération avec les orthodoxes, car ils avaient peur que « les jésuites ne les dévorent56 ».

81Le prestige personnel de Bašagić semble ruiné. Lui-même est de moins en moins enclin à se répandre en flatteries pour conquérir un public rétif, comme en témoigne l’évolution des feuilletons du journal : le premier avait été une longue biographie de Jamaluddin al-Afghani (1839-1897), le père du panislamisme ; c’était caresser le sentiment religieux de ses compatriotes et coreligionnaires, qui désiraient rentrer dans le giron de l’Empire ottoman ; c’était également rejoindre la féroce critique anti-européenne/anti-chrétienne d’Afghani. Le second feuilleton poursuivait sur ce ton, mais en ôtait les accents religieux : c’était la biographie de Gazi Osman Paşa, le vainqueur de Plevne et des Russes en 1877. Bašagić célébrait incidemment encore l’ottomanisme. Enfin, dans le troisième feuilleton, il retraçait l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie. Le lecteur n’avait plus guère de dragée politique à se mettre sous la dent ; Ogledalo rejoignait la mission culturelle de Behar.

  • 57 IAS BS – 117, Ibrahim Kajtaz à Bašagić, de Mostar le 24. VII. 1907.

82À Mostar, fin juillet, on dit qu’Ogledalo va s’interrompre. Mais on laisse aussi entendre que le Comité a enfin obtenu une concession pour son journal Hamijjet (Le Patriotisme) et qu’il prévoit toujours de mettre Bašagić à la tête de la rédaction. Bašagić ne peut survivre qu’en voguant dans le sillage des autres. Un des notables de Mostar, Ibrahim Kajtaz, pense que c’est un sage projet de la part du Comité et espère que celui-ci s’est détrompé au sujet d’Arnautović ; on dit d’ailleurs qu’il l’a exclu en raison de « secrets » compromettants, ce qui est possible, selon Kajtaz, car après l’arrêt des négociations, Arnautović est rentré à Mostar sans faire de bruit57.

  • 58 Dž., « Zembilj », Srpska Riječ 3 (1907), 117 (27/05-9/06), p. 4. Skarić était lui aussi atteint de (...)

83La personnalité d’Arnautović ne se laisse pas saisir simplement. Dans cette affaire précise, à un moment où l’on parlait toujours plus de l’« entente » (sloga) entre orthodoxes et musulmans, il est évident qu’il était de mèche avec les orthodoxes et que Musavat organisa de concert avec Srpska riječ une campagne dirigée contre Bašagić. Déjà l’article « Un avocat incompétent » avait marqué l’inimitié des orthodoxes. Début juin, le caricaturiste Savo Skarić (1869-1909) se moquait dans un petit texte où la langue d’Ogledalo était jugée incompréhensible ; il accusait Bašagić de n’avoir pas attendu que le Comité lançât son propre organe58.

  • 59 M… [Safvet-beg Bašagić], « Naši dopisi. Sarajevo, 23. jula 1907 », Ogledalo 1 (1907), 9 (26/07), p. (...)

84D’après Bašagić, une camarilla « serbophile » s’était constituée autour d’Arnautović. Ce groupe, qu’on appelait les « Šerifiens » (Šerifovci, Šerif étant le prénom d’Arnautović), faisait double jeu et avait pour mission de ruiner le Mouvement de l’intérieur pour y laisser régner les désirs « étrangers », en d’autres termes les orthodoxes et les Serbes. Les Šerifiens tenaient Musavat, ce qui leur permettait d’utiliser à leurs propres fins le Mouvement ; ils ne regardaient pas aux moyens pour éliminer leurs adversaires59.

  • 60 « Musavatu », Ogledalo 1 (1907), 11 (09/08), p. 2-4.
  • 61 Voir notamment « Rasprava protiv urednika “Musavata” Smailage Ćemalovića », Srpska Riječ 3 (1907), (...)
  • 62 ABiH GFM Präs 1906/938 [sic], le 26. VII. 1907 ; ABiH LR Präs 1907/3863, le 27. VII. 1907 ; « Prest (...)

85Bašagić affirmait que durant la bataille de « Gajret », il s’était retenu d’attaquer Arnautović parce que les négociations du Comité avec le gouvernement territorial étaient encore en cours ; il ne voulait pas semer la zizanie60. Lorsqu’elles furent interrompues, le 15 juillet, Bašagić et l’ensemble du Mouvement se retranchèrent sur leur mécontentement. S’il ne répondit pas immédiatement à Arnautović, c’est qu’il participa à une initiative commune à tous les journalistes politiques de la province dont l’occasion fut la sanction prise contre Smail-aga Ćemalović, le rédacteur de Musavat, pour avoir parlé du statut international de la Bosnie-Herzégovine en termes peu amènes à l’égard de la Monarchie. Munies de la nouvelle loi de la presse, les autorités l’avaient condamné à un mois de prison. La décision fit scandale, surtout parmi les orthodoxes, qui en firent leurs gros titres61. À leur initiative, tous les rédacteurs des feuilles politiques provinciales furent convoqués à Sarajevo afin de demander au ministère un assouplissement des peines encourues pour délit politique. Arnautović n’était pas là, puisqu’il n’était pas rédacteur. La réunion se plaça sous la présidence de Bašagić et sous les auspices des « pays civilisés », qui servirent de caution au libéralisme exigé dans l’adresse finale à Burián62.

  • 63 « Musavatu », Ogledalo 1 (1907), 11 (09/08), p. 2-4 ; « Tuhaf ! », Ogledalo 1 (1907), 11 (09/08), p (...)

86Un consensus se manifesta donc pour taxer de conservatisme l’administration austro-hongroise. Ce fut début août seulement que la polémique s’enfla à nouveau entre Bašagić et Arnautović, à coups d’articles interposés et de mutuelles accusations de démagogie. Musavat publia des « révélations » sur Bašagić le 2 août. Selon l’article, Arnautović et lui avaient eu une entrevue lors des courses hippiques de Butmir, l’été précédent, où Bašagić s’était explicitement révélé annexionniste, Autrichien et « blasphémateur de menşur ». Il avait en outre tenu des propos insultants à l’égard des membres du Comité, les traitant d’analphabètes. Pouvaient en témoigner un certain nombre de personnes. La semaine suivante, Bašagić rétorque à ce « vaurien » d’Arnautović : lui et sa clique sont venus le provoquer à Butmir l’an passé afin qu’il prenne position dans la vie politique bosno-musulmane. Le Mouvement, jusque-là au point mort (il ne pouvait donc pas insulter le Comité, puisque celui-ci n’existait pas encore), était en train de ressusciter, et la conversation tourna autour de la situation internationale de la Bosnie-Herzégovine. Bašagić tenait que le retour dans le giron de l’empire ottoman était impossible ; que le statut de territoire occupé ne pouvait se prolonger éternellement ; et que plutôt d’une autonomie politique dont l’aboutissement naturel serait l’incorporation au Royaume de Serbie, Bašagić préférait une annexion à la Monarchie. Il accusait ouvertement Arnautović et sa camarilla d’être « Serbes » ; si lui était « Autrichien », du moins ne courtisait-il pas l’Autriche, alors que les « dinars de Belgrade » se jouaient des Šerifiens. Bašagić se répandait en invectives sur la terreur intellectuelle qu’Arnautović faisait régner dans son entourage, et sa technique pour diffamer ses adversaires, utilisant notamment la voie indirecte de Srpska riječ – alors qu’il avait été stekliš (partisan de Starčević) quelques années auparavant. Enfin, la question agraire était autrement plus importante que celle du menşur, car la richesse permettait de subsister dans le pays ; condition sine qua non des négociations religieuses, elle donnait une indépendance face aux autres communautés religieuses et empêchait l’émigration63.

  • 64 Je n’ai malheureusement pas pu consulter ce numéro ; voir « Jami, ne praši ! », Ogledalo 1 (1907), (...)
  • 65 « Na znanje ! », Ogledalo 1 (1907), 13 (23/08), p. 1.
  • 66 « Na ruševinama Casablanke », Ogledalo 1 (1907), 13 (23/08), p. 1-2.

87La bonne foi de Bašagić semble irréfutable : lorsque Ćemalović lui avait demandé de collaborer au premier numéro de Musavat, en octobre 1906, l’entente paraissait sans faille. Cependant, c’est bien la fin. Le 23 août, Sprska riječ publie un éditorial moqueur sur lui64. Le même jour, le numéro 13 d’Ogledalo annonce l’interruption de la parution, pour des raisons strictement matérielles ; un mot amer salue les abonnés qui n’ont pas mis à jour leur abonnement65. D’une symbolique probablement involontaire, l’éditorial « Sur les ruines de Casablanca » laisse cours à une méditation mordante sur « l’hypercivilisation de la France66 ». L’exemple français avait inspiré Bašagić dans sa laïcité, dans sa réflexion sur la civilisation, bref dans son progressisme. Ces ruines lui semblaient présager celle du monde musulman face à la modernité et figuraient la sienne devant les arguments rétrogrades d’Arnautović, suivi par tout un peuple.

  • 67 Abdullah, « Razmatranje političke situacije u Bosni », Ogledalo 1 (1907), 13 (23/08), p. 2-4.

88Jetant un ultime coup d’œil à la situation des autochtones bosno-herzégoviniens, Bašagić laissait libre cours à son amertume. Agriculteurs, propriétaires, fonctionnaires, commerçants, artisans, ouvriers, tous, quelle que fût leur classe sociale, avaient des raisons pour s’estimer insatisfaits de la politique économique du gouvernement. Une analyse par confessions trahissait un malaise identique : les musulmans devaient se battre contre la propagande romaine et pour leur existence matérielle. Les orthodoxes formaient une population « qui était venue en ce monde insatisfaite et en repartirait insatisfaite » ; l’incorporation au royaume de Serbie ne changerait rien à leur nature. Quant aux catholiques, ils menaient leur existence persuadés que l’outre-tombe leur apporterait la béatitude céleste ; un nombre infime d’éclairés aurait aimé, avec cette béatitude, recevoir encore un morceau de pain en ce bas monde, et considérait avec méfiance un gouvernement qui protégeait à son détriment les immigrés catholiques67.

6. Conclusion

  • 68 Napredak (calendrier), 2 (1908), p. 130.

89La fin du mois d’août marque le retrait du bey. Les revers politiques l’avaient gavé de vexations pour un temps. Son éviction de « Gajret », surtout, lui pesa. Hormis Mulabdić et Hodžić, tous les autres membres du bureau appartenaient à la phalange des Šerifiens et cultivaient des sentiments proserbes évidents, notamment Osman Đikić (1879-1912), poète très serbisant – bien plus que Bašagić n’était croatisant. La rupture fut si totale que Bašagić, désabusé, s’investit effectivement dès cette année-là dans la structure équivalente à « Gajret » pour les enfants bosno-catholiques, l’association « Le Progrès » (« Napredak ») – mais non au même degré que dans « Gajret »68.

90Cependant, ces deux défaites ne représentaient pas véritablement celles des idées de Bašagić, mais la sienne avant tout. Son discours a perdu presque toute dimension croate, vomie par la population musulmane parce qu’identifiée avec le catholicisme prosélyte et anti-musulman de l’archevêque de Sarajevo, Stadler. En d’autres termes, ses paroles ont gagné une cohérence proprement bosno-musulmane ; la communauté, qui se sent menacée de l’extérieur, rêve d’autarcie, voire de domination. Ce qui gêne davantage, aux yeux de certains, c’est la personnalité même de Bašagić.

B. Autour de la crise de l’annexion

  • 69 C’est ce qu’on conclut à partir de IAS BS – 133, Adem-aga Mešić à Bašagić, de Tešanj le 4. VI. 1908
  • 70 Hadžić, « Safvet Beg Bašagić u Bečkom univerzitetskom arhivu », p. 22.
  • 71 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », p. 18.

91Après son éviction de « Gajret » et l’échec d’Ogledalo, il est probable que Bašagić se consacra plus à fond, à partir de l’été 1907, à un travail intellectuel qui n’avait jamais véritablement cessé depuis la fin de ses études à Vienne. Dans le courant de l’hiver, il se décida à reprendre sa thèse et se rendit à Vienne au printemps69, où il s’établit non loin de son tout premier logement viennois, au 14, Laudongasse, dans une chambre d’étudiant70. Il n’y résida pourtant pas de façon continue ; au contraire, il semble que ce fut plutôt sa présence dans la capitale impériale qui se montra exceptionnelle et que son travail lui-même connut des interruptions71. Ce rythme chaotique est très certainement dû à la crise politique européenne que provoqua l’annexion de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie, à la suite de la révolution Jeune-turque, en 1908.

92Malgré cela, l’activité de Bašagić a toujours recouvert les mêmes domaines et s’est exprimée dans une forme qui varia peu au fil des années. De la Brève introduction à « Gajret » et la thèse en passant par Ogledalo, toute son œuvre s’interprète dans un continuum. Ce qui diffère, ce sont les supports du discours : poésie, histoire, action sociale, journalisme, travail académique, activité politique. Nous allons pour l’instant continuer à suivre le fil rouge de son engagement politique, pour mieux dégager ensuite les grands axes de sa thèse.

1. Une prudente distance

  • 72 IAS BS – 104, Džinić à Bašagić, de Prnjavor (Koprivna) le 28. IX. 1907.
  • 73 Sur la préhistoire de cet accord, voir Hauptmann, Borba muslimana, p. 533-537. On aurait pu aussi c (...)

93Le bey cultivait de nombreuses amitiés parmi les progressistes, par exemple celle de Hamdi-beg Džinić, que nous avons déjà rencontré. En septembre 1907, Džinić, qui était à Koprivna près de Prnjavor, apprend que Bašagić se trouvait sur ses terres à Kulaši. Il lui demande de passer pour parler d’affaires confidentielles72. On est en droit de supposer qu’il s’agit du parti que les progressistes s’apprêtent enfin à fonder, après l’échec d’Ogledalo73.

94Bašagić était un peu échaudé par ses expériences et préféra se plonger dans ses recherches. Mais le démon de la politique le tenta à nouveau quelques mois plus tard. Après avoir conclu, en février 1908, un accord de principe sur la fondation d’un parti politique nommé « Parti progressiste musulman » (Napredna muslimanska stranka, NMS), lesdits Progressistes s’étaient retrouvés à la mi-mai chez Halid-beg Hrasnica, alors que les élections municipales avaient marqué un certain succès pour eux. Ils avaient pour la énième fois projeté le lancement d’un organe politique qui défendît les intérêts de la communauté. La discussion avait cette fois-là pris une tournure plus précise : on était tombé d’accord sur le financement d’un journal, qui devait sortir deux fois par semaine. Deux questions néanmoins étaient restées sans réponse. Tout d’abord, on n’était pas parvenu à un accord sur l’identité du propriétaire ; puis, on ignorait si le rédacteur qu’on souhaitait accepterait la proposition. Mešić, très impatient, s’était tout de suite proposé comme propriétaire et avait assuré qu’il chercherait un rédacteur, mais les autres participants voulaient plutôt qu’apparussent les noms de Kulović ou Hrasnica en tant que propriétaires. Or, ceux-ci avaient refusé, arguant qu’ils n’accepteraient pas avant que la personne du rédacteur ne fût connue.

  • 74 IAS BS – 144, Zija Rizaefendić à Bašagić, de Sarajevo le 31. V. 1908.

95On s’était quitté là-dessus. Le 30 mai, Kulović (parlant en son nom et en celui de Hrasnica) déclara qu’il désirait voir Bašagić à la tête de la rédaction de ce journal, avec Zija Rizaefendić et Muhamed Dizdarević pour adjoints. Rizaefendić pensait quant à lui que le projet était artificiel et lacunaire parce qu’il tenait sur un accord amené brevi manu par un tout petit groupe ; il fallait plutôt organiser les forces, désigner un comité qui rédigeât un programme politique et le soumît à l’avis d’une large assemblée de Progressistes ; une fois le parti fondé, on aurait alors, naturellement, un organe dont on définirait clairement la ligne rédactionnelle74.

  • 75 À propos des idées libérales en matière d’économie répandues par Mešić dans cette ville et sa régio (...)
  • 76 IAS BS – 133, Adem-aga Mešić à Bašagić, de Tešanj le 4. VI. 1908.

96Quelques jours après le 30 mai, Bašagić reçut une lettre de Mešić. Le bey n’avait certainement pas eu le temps d’apprendre tout ce qui précède et d’en faire part au commerçant de Tešanj, aussi était-ce tout à fait spontanément que ce dernier exprimait son point de vue sur la réunion de la mi-mai. Le groupe de Tešanj (ville où Mešić vivait et diffusait, avec succès, ses idées75) ne voulait plus attendre ceux de Sarajevo : Kulović et Hrasnica étaient devenus deux « grands pessimistes » et un seul Sarajévien avait donné son accord pour qu’on fondît le parti et lançât le journal immédiatement. Mešić larguait donc le peloton et prenait l’initiative : ils étaient en train de rédiger le programme et allaient bientôt le faire imprimer en plusieurs milliers d’exemplaires. La question du journal était aussi sur le tapis : si on en décidait le lancement, ce serait de toutes façons, au début, un hebdomadaire, car les finances ne permettaient pas pour l’instant une sortie deux fois par semaine. Mešić espérait que Bašagić ne se vexerait pas de voir naître si rapidement un journal qui prît la relève d’Ogledalo, mais le but était avant tout de galvaniser l’énergie des autres et les inciter à les rejoindre. Bašagić se voyait finalement proposer, sans ambages, la présidence du parti : son correspondant était bien certain que tout le monde l’accueillerait favorablement, quoiqu’il n’en eût pour l’instant discuté qu’avec Zija-beg Đonlagić, un autre notable de Tešanj76.

97Quelle fut précisément la réponse de Bašagić ? On l’ignore ; tout du moins refusa-t-il la présidence, mais il signa le programme du parti lors de sa fondation, le 24 août suivant. Il n’en reste pas moins discret : les rapports gouvernementaux ne mentionnent pas son nom dans la liste des participants à l’assemblée. Ce fut Mešić qui fut élu à la tête de la formation, et Đonlagić devint vice-président. Mešić se rallia aussi Hrasnica et Kulović.

  • 77 ABiH GFM Präs 1908/1379, Benko au ministère, de Sarajevo [fin août 1908].

98Le programme du Parti progressiste musulman présentait des caractéristiques qui ne pouvaient déplaire à Bašagić : pour Mešić et ses hommes, le salut du peuple bosno-musulman réside dans la « Kultur (prosvjeta) occidentalo-européenne », car les principes de la foi islamique ne la contredisent pas. Un équilibre devait se créer, la main dans la main avec la Monarchie. Du point de vue de la question agraire, la NMS avait exactement les mêmes lignes que la MNO, soulignant les droits bafoués des propriétaires musulmans et leur impuissance devant les contentieux fonciers. Ce credo identitaire global, entre progressisme et conservatisme, devait être exprimé dans un journal : aussitôt après s’être décidé pour le nom Muslimanska svijest (La Conscience musulmane), on déposa la demande de concession, qui fut accordée. Cependant, dans les noms donnés pour la rédaction, nulle part on ne trouve ceux de Bašagić ou Rizaefendić77, ce qui prouve qu’ils s’étaient tous deux désolidarisés du nouveau parti.

  • 78 ABiH LR Präs 1908/2188, le 28. IV. 1908.
  • 79 ABiH LR Präs 1908/3766, Brodnik (Commissaire gouvernemental pour Sarajevo) au ministère des Finance (...)
  • 80 ABiH LR Präs 1908/3727, du 23. VII. 1908.
  • 81 Hauptmann, Borba muslimana, p. 542.
  • 82 Šehić, Autonomni pokret, p. 367.

99Pourquoi ne pas participer à ce nouveau regroupement politique ? Probablement parce qu’il ne voulait pas se compromettre aux yeux de la population. En effet, les Progressistes gravitaient dans les sphères gouvernementales, ce que le « peuple » (pour lequel pensaient, entre autres, les Šerifiens) ne cautionnait pas. Par exemple, Bašagić refusa, après les élections municipales d’avril 1908, sa nomination au conseil municipal de Sarajevo. Non qu’il se fût présenté à l’élection : il faisait partie des neuf membres nommés statutairement par le gouvernement territorial, au contraire des dix-huit autres. C’était le maire Esad Kulović qui l’avait recommandé au gouvernement comme l’un des hommes en qui il plaçait sa confiance78. On ne put en informer Bašagić par voie officielle avant le 11 juin, jour de l’installation du nouveau conseil, parce qu’il séjournait à ce moment-là à Vienne79. Qu’importe : il envoya de cette ville une renonciation à ses fonctions un mois plus tard environ80, abdiquant tout pouvoir conféré par les Austro-Hongrois – et, simultanément, par un Progressiste : Kulović81. Sa décision dut probablement être influencée par la polémique que lança Musavat en avril sur le résultat de ces élections à Sarajevo82.

2. L’annexion et ses conséquences

  • 83 Mirza Safvet, « Silviju Strah. Kranjčeviću. (O 25-godišnjici pjesnikovanja) », Behar 9 (1908-09), 6 (...)
  • 84 Mirza Safvet, « Iz “Milih uspomena” », Behar 9 (1908-1909), 9 (01/09/1908), p. 133-135.
  • 85 Jelćić, Kranjčević, p. 28.

100Plongé dans ses recherches à Vienne, Bašagić conserva le silence durant toute cette année 1908, qui fut celle de l’annexion. Vilipendé comme « annexionniste », il évita toute déclaration sur la crise. Les seules manifestations un tant soit peu politiques qu’il donna avant la fin 1908 restèrent assez discrètes et toutes dans un cadre littéraire. La première fut à l’occasion du jubilé littéraire du poète croate Silvije Strahimir Kranjčević. De sa campagne à Dolac, le 28 juin il célébra en Kranjčević le libre-penseur, combattu par les « mages », etc., comparable notamment à Voltaire et Khayyâm83. La révolution Jeune-turque motiva la seconde, à la fin du mois de juillet : après le rétalissement de la constitution de 1876 le 24 de ce mois à Istanbul, un long poème décrivait les sentiments patriotiques et nationaux de son père Ibrahim Bey, qui avait aspiré à vivre cette révolution84. La troisième enfin ne fit que répéter la première, en des circonstances tragiques : Kranjčević mourut le 29 octobre ; Bašagić se rendit à l’enterrement, le 31 au cimetière de Koševo (à Sarajevo)85.

  • 86 Bahaedin Şakir, au nom du Comité union et progrès (CPU), semble être entré en liens plus étroits av (...)

101En-dehors d’une désormais traditionnelle déclaration pro-croate, dont on a cerné le caractère ambivalent en même temps que motivé, c’est l’absence, ou presque, de réaction chez lui face à la Révolution jeune-turque qui, rétrospectivement, attire l’attention. On s’intéressera d’abord aux quelques opinions qu’il a exprimées, de façon tout indirecte. Bašagić était favorable aux Jeunes-turcs, ce qu’il exprima d’un ton enthousiaste dans les pages de Behar ; or, le sultan, en tant qu’incarnation de la nostalgie ottomane pour les musulmans bosno-herzégoviniens, jouissait auprès d’eux d’une grande aura ; la piété dont s’entourait sa figure avait été avivée par le mouvement pour l’autonomie, qui réclamait le respect de ses droits sur la Bosnie-Herzégovine. Par une telle déclaration, donc, Bašagić ne s’attirait guère la sympathie des masses86.

102Sans doute se réjouissait-il de la Révolution jeune-turque, mais n’espérait-il pas, au contraire de certains parmi les conservateurs bosno-musulmans, être convoqué au parlement turc pour le mois de novembre : il n’était pas question de réintégrer la vie politique d’un empire auquel il n’avait plus le sentiment d’appartenir. En d’autres termes, il se sentait peu concerné par l’événement. Bašagić n’a guère la fibre politique ; et c’est sa vision culturelle, en tant que politique intégrale de la nation, plutôt que ses idées proprement politiques, qui en ont fait le père du nationalisme bosno-musulman. Ce silence sur la crise internationale de 1908 semble montrer qu’à ses yeux, ce nationalisme a une portée locale et se réduit à un enjeu bosno-bosniaque. C’est là le symptôme d’un fort enracinement dans le terroir, et d’une indifférence certaine vis-à-vis de la position internationale de sa région. Un tel désintérêt pour l’extérieur explique, par exemple, en quoi ses idées ont davantage œuvré pour la constitution de la communauté bosno-musulmane en tant que nation, que pour l’intégration nationale de celle-ci dans le giron croate.

  • 87 Sur l’annexion, l’exposé se fait à partir de Kapidžić, « Pripremanje ustavnog perioda u Bosni i Her (...)

103Ce qui frappe également, c’est l’absence de tout commentaire en public et même dans l’intimité, à propos du retournement politique de cette année 1908, à la suite de la déflagration d’Istanbul : l’annexion de la Bosnie-Herzégovine, jusqu’alors « occupée et administrée » par la Monarchie87. On peut penser qu’il y était favorable, étant donné son orientation politique générale. Comme l’attitude de son père et la sienne l’ont montré jusqu’ici, Bašagić semble penser que l’occupation a déjà marqué le terme de la participation bosno-herzégovinienne à l’Empire ottoman, et que 1908 est une prolongation naturelle et attendue de 1878. Il partage ainsi l’opinion des cercles militaires de Vienne et celle du chef de la diplomatie austro-hongroise, Aehrenthal. Celui-ci songe à créer par là un grand ensemble sud-slave à l’intérieur de la Monarchie, réunissant Dalmates, Croates, Slavons, Serbes de Voïvodine et habitants de la Bosnie-Herzégovine, afin de contrebalancer l’attraction de la Serbie vis-à-vis de ces populations, voire d’attirer celle-ci à son tour dans le giron habsbourgeois. De plus, la politique nationaliste serbe à l’endroit de sa voisine d’outre-Drina s’est renforcée depuis le coup d’État de 1903 ; des différends douaniers (la « guerre des cochons ») ont exacerbé sa rivalité avec la Monarchie : celle-ci conçoit alors l’annexion aussi comme une protection et un renforcement de son autorité sur les territoires occupés.

104La conjoncture internationale semble permettre le projet, car les Russes y ont officieusement consenti, en dépit d’une politique balkanique active en soutien de la Serbie. À l’intérieur de la province, la situation, sans être tout à fait favorable, ouvre un terrain d’entente : les courants contestataires musulman et orthodoxe ont rencontré Burián début septembre à Sarajevo et lui ont demandé l’octroi d’une constitution instituant un parlement provincial. Certes, à l’instigation de Belgrade, ils réclament également le statu quo à l’égard de la situation internationale de la Bosnie-Herzégovine, ce qui ménage une issue pour les Serbes dans leurs projets expansionnistes : mais ces deux aspirations paradoxales laissent un choix aux Austro-hongrois.

  • 88 En compensation de l’annexion, l’Autriche-Hongrie promettait de se retirer du Sandjak et de le rend (...)

105Aehrenthal, en accord avec Burián, précipite finalement la décision de l’annexion : selon eux, il y a un véritable danger que le premier acte du parlement turc soit de proclamer l’intégrité du territoire ottoman, et que les habitants bosno-herzégoviniens soient appelés à élire des députés, ce qui aurait pour conséquence de retirer à l’Autriche-Hongrie son mandat international d’occupation. Aehrenthal craint aussi que ne s’organise de façon spontanée un parlement en Bosnie-Herzégovine elle-même, et argumente en faveur de l’octroi d’une constitution au plus vite, ce qui ne peut se réaliser que par une annexion. Enfin, la situation dans le Sandjak voisin est délicate et risque de pousser l’Autriche-Hongrie à un conflit ouvert avec la Serbie à cause de territoires dont Aehrenthal désire pour l’instant se désinvestir88.

106Le 22 septembre, l’empereur demande donc à ce que soit lancé le processus constituant avec un système de curie analogue à celui réglant la vie politique des autres provinces impériales ; et le 7 octobre, l’acte d’annexion devient officiel. Aussitôt, la crise éclate : les Russes, frustrés de ne pas obtenir les compensations que les Austro-Hongrois leur ont officieusement promises à Karlsbad en août, et s’étant probablement rapprochés de la politique peu austrophile des Britanniques en l’espace de quelques mois, réclament la convocation d’une conférence avec les signataires de Berlin. En Serbie, on s’arme ; l’empire ottoman boycotte les produits de la double Monarchie. Aehrenthal se confronte également aux cercles militaires viennois, qui poussent à un conflit préventif avec la Serbie afin de l’écraser ; or, l’arbitrage de François-Joseph intervient : il désire plutôt la paix que la guerre.

107La crise se poursuit durant de longs mois. Afin de justifier l’annexion et une éventuelle guerre contre le Royaume de Serbie, Aehrenthal, avec le ban de Croatie, avait machiné dès août 1908 des procès de haute-trahison contre cinquante-trois Serbes de Croatie grâce à des faux publiés par des agents provocateurs. Les Serbes étaient accusés d’entretenir des contacts avec l’organisation révolutionnaire Le Sud slave (Slovenski Jug) de Belgrade, et d’œuvrer à une Grande-Serbie qui inclurait tous les territoires sud-slaves de la Monarchie. Leur arrestation eut lieu en août, et le procès fut ajourné jusqu’en mars 1909, tout au long de la crise.

  • 89 IAS BS – 32, « Nastićeva afera » ; publié par Milićević, « Nešto o javnom životu », p. 291-296.

108Personne n’ignorait que les documents sur lesquels s’appuyait l’accusation étaient truqués, si bien que l’émotion fut grande durant toute cette période ; ceux qui n’aimaient pas l’idée d’une Grande-Serbie n’en étaient pas pour autant les amants du mensonge. Ainsi de Bašagić, qui rencontra avec dégoût le principal agent provocateur de cette affaire, un compatriote orthodoxe de Mostar : Đorđe Nastić. Ils avaient tous deux empruntés le train à destination de Vienne, le 8 ou 9 mars 1909, alors que les procès commençaient à Zagreb. Quelques jours plus tard, il reçut par courrier une invitation à se produire à la barre de l’accusation contre une certaine Miladinović, que Nastić avait courtisée devant lui durant le voyage et qu’il avait ensuite gratuitement dénoncée comme traître. Bon gré mal gré, Bašagić se rendit à Zagreb mais refusa d’accuser une personne qu’il ne connaissait pas89.

109Les procès devinrent tout à fait scandaleux lorsque, le 25 mars, la Russie, devant le danger d’une alliance entre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, affaiblie par des défaites militaires face au Japon en Extrême-Orient, se résigna devant le fait accompli de l’annexion. Les Turcs, eux aussi en position de faiblesse, acceptèrent de lever leur opposition douanière contre une compensation financière de 52 millions de couronnes. La Serbie, isolée, dut faire machine arrière à son tour.

110Aehrenthal s’était placé dans une position délicate, d’autant plus qu’il avait assuré ses arrières par une nouvelle publication anti-serbe le 25 mars, quelques heures avant que n’acceptât la Russie, elle aussi appuyée sur des faux et cautionnée par l’historien autrichien Heinrich Friedjung (1851-1920). Un procès en diffamation allait s’ouvrir, plaçant cette fois sur le banc des accusés Friedjung et, à l’accusation, la coalition serbo-croate de Croatie. Deux longs procès s’enchaînèrent donc, le premier terminant en septembre 1909, le second débutant en décembre de la même année, qui avivèrent le sentiment austrophobe des populations de Serbie et orthodoxes de Croatie.

111En Bosnie-Herzégovine, devant le fait accompli de l’annexion et durant ces procès, l’opinion était partagée ; personne n’avait été sans savoir que l’annexion s’accomplirait, inéluctablement, mais on se montrait relativement satisfait en raison de la constitution à venir. De plus, l’annexion n’avait pas tout à fait oblitéré le statut spécifique des territoires occupés : ils étaient terre d’Empire (Reichsland), possession commune de l’Autriche et de la Hongrie. Hormis les catholiques croatisants, la population se montrait sereine car la province restait préservée de toute incorporation à la Croatie. Quoique, durant la crise annexionnelle, les politiques et historiens croates eussent multiplié avec leurs homologues serbes les publications soulignant le droit historique de leur province respective sur la Bosnie-Herzégovine, ils repartaient les mains vides. Quant aux musulmans, leurs réactions doivent être envisagées dans le contexte des négociations pour l’autonomie des vakfs et de l’instruction, ce que nous verrons un peu plus loin.

3. Le travail de la thèse

112Presque tout à fait silencieuse, la retraite politique de Bašagić durant un an et demi porta des fruits intellectuels qu’il donna à voir dès 1908. Cette année-là ne marque pas pour autant un quelconque avènement : Bašagić poursuivait son travail de toujours, commencé en 1895 voire auparavant au foyer familial.

  • 90 Safvet beg Bašagić, « Popis orijentalnih rukopisa moje biblioteke », Glasnik Zemaljskog muzeja 28 ( (...)
  • 91 C’est ce qu’affirme la présentation de la collection donnée sous la responsabilité de Tibor Trgiňa, (...)

113À partir de 1899, il avait fourni d’importants efforts pour se procurer des manuscrits d’auteurs nés sous le ciel bosno-ottoman. Nous ne sommes pas en état de suivre la genèse de la collection de Bašagić dans son ensemble, mais des remarques éparses permettent de suivre le destin de quelques-unes de ses pièces. À Zalom, les Redžepašić-Bašagić possédaient, dit-on, un nombre important de manuscrits orientaux, que les flammes dévorèrent lors de l’insurrection de Gradaščević en 1832. De l’incendie ne réchappèrent que huit manuscrits, dont notre homme avait hérité90. Nous avons vu aussi que son grand-père Lutfullah Bey ne possédait qu’un Coran à sa mort ; il semble qu’Ibrahim Bey avait, de son vivant, acquis autour de quatre-vingt-dix manuscrits91.

  • 92 Safvet beg Bašagić, « Popis orijentalnih rukopisa », p. 207.

114Comment se procurer des manuscrits orientaux en Bosnie-Herzégovine à l’époque ? Les enchères publiques représentaient le meilleur moyen d’en acquérir, que ce fût chez des commissaires-priseurs ayant pignon sur rue (comme Emin Pazarac, Husejin Nalčadžić ou hadji Hasan Spaho92), ou bien auprès de crieurs publics (telal), qui avaient en charge les licitations. Toute une partie du Grand bazar de Sarajevo (Baščaršija) avait été dévolue à ces derniers par le tribunal de la charia.

  • 93 Safvet beg R.-Bašagić, « Naše zvijezde na istočnom parnasu », Nada 4 (1898), 11 (01/06), p. 170 ; S (...)
  • 94 Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 121. Pour le destin singulier de certains livres persans qui (...)

115La vente pouvait encore s’effectuer de particulier à particulier. Bašagić indiqua qu’il avait acheté à divers collectionneurs les œuvres de Bosniaques qui étaient en sa possession, auprès de Husejin Mango en particulier, avec lequel il entretenait d’excellentes relations et qui lui avait également prêté et offert certains de ses codex93. Dans le petit cercle de lettrés bosno-musulmans, le prêt entre amis était également répandu, à l’instar de Muhibić prêtant un de ses vieux manuscrits à Bašagić pour sa thèse94.

  • 95 IAS BS – 177, Munib-beg Kapetanović à Bašagić, d’Istanbul le 22. IV. 1907.
  • 96 IAS BS – 118, Kapetanović à Bašagić, d’Istanbul le 9. VI. 1907.
  • 97 Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 228.

116Mais il y avait surtout Istanbul : les œuvres recherchées par Bašagić n’étaient pas spécifiquement destinées au lectorat bosno-herzégovinien. On trouve trace de ses achats dans la capitale ottomane dans sa correspondance avec Munib-beg Kapetanović, un émigré bosno-musulman qui suivait avec passion toutes les évolutions de la communauté en Bosnie-Herzégovine et particulièrement les activités de Bašagić et consorts. Ce dut être par l’intermédiaire d’Edhem Mulabdić, avec qui Kapetanović entretenait une correspondance assidue, que notre bey prit contact avec ce dernier. Il lui écrivit une première lettre aux environs de mars 1907 pour qu’il lui achetât un certain nombre de recueils biographiques et de textes composés dans le passé par des Ottomans originaires de Bosnie ou d’Herzégovine. Toutes ses demandes concernaient des imprimés ; Kapetanović avait réussi à dénicher une des références en manuscrit uniquement, ce qui augmentait singulièrement le prix de l’ouvrage95. Mais Bašagić avait la bourse ouverte ; il envoya l’argent demandé, désireux également de couvrir les frais de port96. Ces dépenses n’étaient pas d’ailleurs faciles à couvrir, et il indiqua dans sa thèse que celle-ci lui avait demandé des efforts financiers importants97.

  • 98 IAS BS – 118, Kapetanović à Bašagić, d’Istanbul le 20. VI. 1907.
  • 99 Safvetbeg Bašagić, « Tri naša prva pionira na polju istočne književnosti : Adni, Abdulkerim i Ajas  (...)
  • 100 Il a été publié dans l’original, avec traduction croate, par Karihman, Hrvatsko-Bošnjačke teme, p.  (...)

117L’une des acquisitions les plus significatives de Bašagić à Istanbul fut L’Histoire d’Âali (Tarih-i Âali), l’un des historiens ottomans les plus réputés (m. 1599). Kapetanović la lui envoya quelques jours après le 20 juin 190798. Le 1er mai 1908, alors que l’annexion se précisait, il en fit publier un extrait où l’historien ottoman affirmait que la population installée autour de la Bosna appartenait à la tribu (pleme) croate. L’article parut dans Behar, alors que la revue venait de se croatiser tout à fait99. Parallèlement à l’absence de toute démarche critique, puisque Bašagić ne soumettait pas le texte à une critique interne en comparant différents manuscrits100, cette déclaration pro-croate était également commandée par les circonstances : après sa défaite face à Arnautović et le groupe très serbisant de Musavat, il réembrassait la dimension croate qui avait connu une éclipse assez significative durant les dernières années.

  • 101 Safvetbeg Bašagić, « Tri naša prva pionira », p. 3.

118À cette époque, Bašagić avait déjà le plan de sa thèse en tête ; il reprenait à peu près le découpage temporel qui structurait sa Brève introduction, tout en en modifiant discrètement les polarités symboliques. Il publia ainsi un article, qui reparut ensuite tel quel dans la thèse, sur les « pionniers » de la littérature bosno-ottomane qui vécurent avant 1500. Leur succédait la période faste inaugurée par Gazi Husrev Bey. Ces cent ans qui suivaient immédiatement la conquête ottomane de la Bosnie étaient globalement qualifiés de « renaissance » ; alors, ces hommes de lettres n’étaient pas compris par le peuple mais trouvaient un public à Istanbul et parmi les lettrés de Bosnie et d’Herzégovine. Cependant, au milieu du xviie siècle, ces derniers avaient tout à fait disparu et les grands noms des lettres bosno-ottomanes étaient tombés dans l’oubli. Alors qu’on assistait maintenant à une nouvelle renaissance, puisqu’on écrivait désormais dans la langue maternelle des musulmans de Bosnie-Herzégovine, la jeune génération avait le devoir de continuer la tradition perdue101.

  • 102 IAS BS – 144, Zija Rizaefendić à Bašagić, de Sarajevo le 31. V. 1908 ; IAS BS – 133, Adem-aga Mešić (...)

119Bašagić se trouvait à Vienne, souffrant et toujours courant après l’argent102. Sa méthode de recherche était axée sur un principe très clairement formulé : il collectionnait les biographies de tous les noms dont les anthologies poétiques et autres indiquaient qu’ils étaient originaires de Bosnie, d’Herzégovine ou de Croatie. Nous discuterons en temps voulu cette méthode et ses limites. De cet a priori Bašagić inférait systématiquement que les prénoms suivis d’un « al-Bosnevi » (le Bosniaque) ou approchants désignaient sans erreur possible un de ses compatriotes.

  • 103 On trouve en IAS BS – 49 un carnet de taille moyenne intitulé « Nekoliko glasovita Bošnjaka i Herce (...)

120Ce fut donc à ce travail de collection qu’il passa le plus clair de son temps à Vienne ; probablement, il lisait les livres et manuscrits de sa bibliothèque personnelle lorsqu’il était à Sarajevo103. Ces efforts allaient rencontrer la bienveillance scientifique des milieux universitaires croates. La sortie de la Brève introduction avait attiré sur Bašagić l’attention du professeur croate Vjekoslav Klaić, spécialiste de la Bosnie-Herzégovine. Il comptait sur lui pour jeter de la lumière dans une période historique encore mal connue à l’époque. Début 1909, l’avenir de Bašagić allait se préciser dans ce sens. Avec Klaić, le professeur Izidor Kršnjavi (1845-1927), titulaire de la chaire d’histoire de l’art à l’université de Zagreb, rédigea une note où il soulignait le besoin de spécialistes en langues orientales pour étudier l’histoire croate et européenne. Selon lui, la civilisation européenne plongeait ses racines dans la culture arabe ; pour étudier la première avec des sources de première main, il était nécessaire de connaître les langues de la seconde. De plus, les Croates avaient entretenu des relations avec les Arabes espagnols, ce qui demandait des recherches dans des documents en arabe et turco-ottoman. La chaire d’orientalisme à fonder délivrerait ainsi des enseignements sur ces deux langues et leur littérature.

  • 104 IAS BS – 157, [Florschütz ?] à Bašagić, de Zagreb le 5. II. 1909 ; Kreševljaković, « Dr. Safvetbeg (...)

121Placé à la tête de la commission universitaire, dans la composition de laquelle entrait encore Josip Florschütz (1864-1916), slaviste et germaniste reconnu, Klaić se concerta avec Bašagić pour qu’une fois son doctorat obtenu, le bey pût être nommé à une chaire d’orientalisme déjà existante dans une quelconque université – plus précisément, on pensait au Caire ou à Istanbul. Zagreb soutiendrait sa demande auprès de ces deux universités. Une fois en place, il devait chercher à ce qu’on l’habilite pour un poste semblable à l’université de Zagreb, où l’on créerait alors pour lui la chaire. L’université zagréboise demandait à ce que l’habilitation fût rédigée en arabe ou turco-ottoman afin qu’un spécialiste de l’extérieur pût l’examiner. Pour que le poste fût rapidement créé, il fallait que le doctorant terminât son travail au plus vite104.

  • 105 IAS BS – 67.
  • 106 Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 205.

122Bašagić était si déterminé qu’il commença à se procurer les manuels nécessaires pour animer un séminaire d’orientalisme ; le catalogue de sa bibliothèque d’imprimés fait état de ses nombreuses acquisitions – au demeurant très classiques dans le domaine : on y recense tous les grands noms de l’orientalisme germanophone, avec quelques ouvrages en français et une bonne part d’éditions critiques105. Pressé par le temps, Bašagić écrit aussi à la fin de sa thèse qu’il ne donnera rien de très précis sur la biographie de deux auteurs car il doit rendre son travail à temps ; dans le cas contraire, il perdra un semestre106.

  • 107 Pour la thèse et son contexte, voir Hadžić, « Safvet Beg Bašagić u Bečkom univerzitetskom arhivu », (...)

123Ce fut le 11 juin 1909107 que Bašagić déposa sa thèse, accompagnée d’une demande de parution au Rigoroz, auprès du doyen Oswald Redlich (1856-1944), le célèbre historien. Son jury était composé par Maximilllian Bittner (1869-1918), son directeur de thèse, et Josef von Karabaček (1845-1918), tous deux grands orientalistes du moment à Vienne et en Europe. Si, comme on l’a vu, il est fort probable que Karabaček fut l’un des professeurs de Bašagić à l’université, Bittner était plus âgé d’un an seulement que Bašagić ; il avait été nommé professeur en 1906. Le rapport de ce dernier (signé du 20 juin) souligna que le sujet de la thèse, intitulée Les Bosniaques et les Herzégoviniens dans le domaine de la littérature orientale, intéressait et ses compatriotes et les historiens de la littérature turco-ottomane en général. Par un travail minutieux, Bašagić s’était efforcé de montrer que les Bosniaques et les Herzégoviniens de religion musulmane avaient rivalisé avec les Turcs de race pour la suprématie dans le domaine de la littérature islamique ; les victoires remportées étaient tout à leur honneur. Saluant les connaissances de Bašagić et sa maîtrise des sources, Bittner qualifiait la thèse de « sorte d’histoire littéraire ». Pour une éventuelle publication en allemand, il recommandait d’en faire réviser le texte par un locuteur maternel ; les passages où il s’adressait à ses compatriotes et ceux où les images et comparaisons, dues à sa « débordante imagination de musulman », se faisaient abondantes, gagneraient à être plus espacés, car un lecteur qui ne connaîtrait pas les langues de l’islam les interpréterait à mauvais escient. Le 1er juillet, Karabaček rajouta quelques lignes où il recommandait de faire réviser la transcription orthographique des noms d’auteurs et de régions. Il relevait que Bašagić avait eu le mérite d’avoir travaillé sur des documents turcs originaux et rares. En conclusion, on l’autorisait à se présenter au Rigorosum. Redlich apposa sa signature le même jour.

124Nous n’étudierons pas tout de suite l’architecture et la signification de la thèse, car Bašagić destinait avant tout son travail aux musulmans de Bosnie-Herzégovine, ce qu’avait indirectement relevé Bittner dans son rapport. De plus, un sondage dans les bibliographies de quelques ouvrages orientalistes de l’entre-deux-guerres montre que la thèse de notre docteur resta peu ou prou ignorée. Quant à nous, ce travail ne dévoile rien de très neuf sur Bašagić lui-même ; en revanche, il fut de première importance dans le cadre de la production scientifique de sa province et, plus tard, des différents États qui se succédèrent sur le territoire bosno-herzégovinien.

125Pour être promu au rang de docteur, le doctorant devait en sus de sa soutenance se soumettre à deux examens oraux, le Rigorosum, qui sanctionnaient ses connaissances en latin, en langues vivantes (autres que l’allemand), en philosophie et en histoire (épreuve d’une heure), ainsi que le savoir général de sa discipline – en l’occurrence, l’« orientalistique », c’est-à-dire les langues et littératures orientales (épreuve de deux heures).

126Pourquoi Bašagić ne se présenta-t-il pas au Rigorosum dans la foulée de sa soutenance de thèse ? La réponse à cette question est à trouver dans les circonstances de la vie politique bosno-herzégovinienne à la suite de l’annexion.

4. Conclusion

127Thèse et retraite politique semblent rimer ; la première enveloppe la seconde d’un rêve d’unité identitaire, où un mot, al-Bosnevi, suffirait pour créer un ensemble théorique. Nous voyons encore une fois comme Bašagić sait réutiliser l’amertume de son expérience pour en tirer une nouvelle énergie. Son enthousiasme vigoureux, marqué par une psychologie paradoxale, fait feu de tout bois et lui permet de rebondir. L’unité profonde de notre héros n’en est que plus marquante : il n’y a pas chez lui de séparation entre parole poétique, discours scientifique et action politique – il n’y a qu’une Kultur, en français : qu’un acte civilisant.

C. La fin du mouvement pour l’autonomie et la période réglementaire

128Après avoir repris en janvier 1908, les négociations entre le gouvernement et les autonomistes s’étaient conclues le 2 mai suivant à la satisfaction du ministère ; les musulmans, eux, attendaient la confirmation que leurs requêtes concernant le menşur et la question agraire fissent l’objet d’une loi en bonne et due forme. Les autorités prévoyaient que le Statut serait publié avant la fin de l’année ; mais elles n’avaient pas envisagé les complications internationales que susciterait l’annexion.

129Le 15 septembre, le problème du menşur fut définitivement réglé ; de plus, les autorités avaient promis que la question agraire se résoudrait par le rachat facultatif des terres, et non obligatoire comme le demandaient les orthodoxes. Ce résultat pesa sans doute pour pondérer la réaction des musulmans lors du 7 octobre, c’est-à-dire un petit mois après : ils firent preuve d’un calme d’autant plus remarquable qu’on était en plein mois de ramadan, le moment de l’année où les sentiments religieux de la communauté occupent le devant de la scène publique. Par la suite, le successeur de Džabić à la tête du Mouvement, Firdus, poursuivit une politique de contestation en accord avec les bosno-orthodoxes et les Serbes, mais sans résultat probant ni remous majeur, et le Comité s’apaisa définitivement lors de la proclamation du Statut, le 15 avril 1909. Néanmoins, il continua son existence ; la question agraire, dont le Statut ne réglait pas le sort, représentait sa principale justification ; elle cristalliserait ensuite la majorité des combats politiques des musulmans.

130Plus prudent depuis ses mauvaises expériences, Bašagić ne désire plus se lancer seul en politique, bien que le Statut ait remodelé le paysage provincial de façon radicale et plus abordable pour lui. Le cadre institutionnel qu’il mettait en place allait être bientôt renforcé par un autre texte, une (quasi-) constitution, qui là encore allait faciliter à Bašagić sa remontée politique en légalisant les procédures d’éligibilité et en instaurant des campagnes électorales mieux définies.

1. Bašagić ni progressiste, ni autonomiste

  • 108 Pour davantage de détails, voir Glasnik zakona 1909, p. 419-454. À ma connaissance, le protocole él (...)

131Lorsque Bašagić se pressait pour défendre sa thèse, la vie politique bosno-musulmane connaissait ainsi un grand bouleversement. L’autorité nominative d’Istanbul sur le choix du reis était enfin reconnue ; les écoles confessionnelles, ainsi que l’administration des vakfs, étaient désormais entièrement gérées par une « Assemblée des vakfs et de l’instruction » (dont nous raccourcirons le nom en « Assemblée des vakfs ») purement communautaire. Ses membres étaient élus par les responsables des vakfs locaux108.

  • 109 Šehić, Autonomni pokret, p. 374.
  • 110 IAS BS – 157, Hilmi [?] à Bašagić, de Sarajevo le 10. VI. 1909. Voir aussi Imamović, Historija Bošn (...)

132Bašagić s’investit alors dans une conquête politique contre la MNO, et veut marcher dans les pas de son père en briguant la place de président des vakfs. Celle-ci a décidé de cautionner pour les élections à l’Assemblée des vakfs seulement les personnages qui ont lutté à ses côtés depuis 1900109. Dans la course, le favori semble Arnautović. Début juin, cependant, des conflits éclatent entre lui, le Comité et ses propres amis de Musavat ; il veut se dissocier tout à fait de la politique des orthodoxes. Il prétend se retirer de la vie politique ; une ouverture se fait donc pour Bašagić110.

  • 111 ABiH LR Präs 1909/4365, de Sarajevo le 13. VIII. 1909 (la liste de candidature annoncée en pièce jo (...)

133Pour se rallier les suffrages, le premier souci des alternatifs (Progressistes et autres) est d’agiter l’épouvantail de la « serbophilie » de l’Organisation. Le 12 août 1909, des personnes proches de Bašagić (notamment Mehmed Spaho [frère de Fehim], Avdaga Šahinagić, Hadji Salih-aga Bičakčić, Sulejman Teparić et Zija Rizaefendić) organisent une réunion à Sarajevo afin de décider d’une liste électorale pour les élections au niveau local. C’est dans cette ville que les Progressistes sont les plus forts. Quoique le succès de son attitude politique durant les pourparlers pour l’autonomie assure à Arnautović et ses hommes la confiance d’un bon nombre des actuels responsables des vakfs de Sarajevo, il a contre lui le fait que Mahmud-beg Fadilpašić, l’un des autres chefs du mouvement, vient de passer dans les rangs du Parti progressiste de Mešić. Ce désaveu jette le trouble ; on accuse Arnautović d’être à la solde des Serbes et de vouloir serbiser les musulmans. Il faut que les personnes élues se préoccupent de religion avant tout ; la politique passe ensuite. C’est finalement la liste des amis de Bašagić qui passe, à laquelle il appartient lui-même111.

  • 112 Kapidžić, « Ispisi iz Bečkih arhiva », p. 501.
  • 113 ABiH LR Präs 1909/6374, de Sarajevo le 23. XI. 1909 ; ABiH LR Präs 1909/6381, de Sarajevo le 23. XI (...)

134Il entre ainsi dans l’arène de l’Assemblée des vakfs, où il siège en vertu de l’élection de sa liste, comme une solide alternative au puissant Arnautović. Les rapports adressés de Bosnie-Herzégovine à François-Ferdinand prédisent une déconfiture totale des Progressistes face aux Autonomistes112 ; peut-être : mais Bašagić compte-t-il comme Progressiste ? Le 22 novembre se tint la séance d’ouverture de l’Assemblée ; le lendemain eurent lieu les élections présidentielles. Arnautović obtint 16 voix sur 27, Bašagić 10 et Derviš-beg Miralem 1113. Nouvelle défaite pour notre homme. Sa légitimité semblait toujours récusée.

  • 114 Sur ce point, voir Imamović, Pravni položaj, 1976, p. 208-9 ; Imamović, Historija Bošnjaka, p. 433- (...)

135Cependant, Bašagić n’espérait pas uniquement de ce côté : il briguait aussi un siège à la chambre. En effet, en même temps que se déroulaient les élections aux vakfs, la vie politique de la province tout entière avait été renouvelée par la préparation de la constitution et des élections pour la future diète bosno-herzégovinienne. En février 1909, les autorités avaient lancé une consultation auprès de la population en réunissant les représentants des principaux partis politiques – invités en leur nom individuel et non en tant que représentants. Vingt-quatre d’entre eux furent conviés ; mais les contestataires aussi bien orthodoxes que musulmans s’abstinrent de s’y rendre. Point de Firdus, par exemple, ni de membre du Comité ; point de Bašagić non plus ; en revanche, les Progressistes se comptèrent nombreux, avec Kulović à leur tête114.

  • 115 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 39-55. Pour une présentation du texte de la constitution (...)

136Les autorités retinrent que le protocole d’élection se fonderait sur le principe curial ; il consistait en un découpage social de la population et favorisait les élites foncières, économiques et intellectuelles en leur accordant un nombre de mandats plus important qu’à la population paysanne. Si le principe censitaire, qui réglait la vie politique en Hongrie, en Dalmatie, dans le Tyrol et d’autres provinces, n’avait pas été retenu, il n’en reste pas moins que le système de curies permettait une meilleure représentation des nantis. S’y surajoutait un principe communautariste, en d’autres termes religieux : chacun élirait des représentants de la religion qu’il confessait. Justifié par l’ordre social et religieux que connaissait la Bosnie-Herzégovine depuis longtemps, ce double découpage s’inspirait du Compromis morave de 1905 et fut également appliqué dans les lois constitutionnelles de Bucovine de mai 1910. Ces trois textes étaient des tentatives pour régler la question nationale dans la Monarchie115.

137La constitution n’avait pas pour but d’élever la Bosnie-Herzégovine au rang de sujet constitutionnel : la diète serait un corps représentatif, et non un parlement d’État. La constitution n’en était pas une : c’était un règlement d’autonomie provinciale. Un certain nombre des compétences échues aux parlements autrichien et hongrois ainsi qu’aux délégations ne lui reviendraient pas, comme les questions de politique extérieure ou de défense et leur financement. Les députés n’avaient pas la possibilité d’influer fût-ce indirectement sur ces questions grâce aux délégations (contrairement aux députés croates, par exemple), car ils n’y étaient pas représentés ; un « Conseil provincial » avait été mis en place pour pallier ce défaut, mais il n’avait qu’un avis consultatif auprès du ministre commun des Finances en personne. Seules les affaires strictement bosno-herzégoviniennes (et n’affectant aucune autre province) appartenaient à son domaine de compétences. Le budget global (à l’exclusion desdites questions) devait être soumis à discussion et approuvé par la diète, mais celle-ci n’avait pas droit de veto et la procédure pouvait se trouver court-circuitée par la prérogative impériale. Le Gouvernement n’était pas responsable devant elle. Enfin, la présidence tournante, composée de trois membres représentant chacun l’une des trois religions dominantes de la province, était nommée par l’Empereur parmi les membres de la diète (en pratique, parmi les députés), ce qui restreignait encore l’autonomie de la chambre.

138La diète n’avait qu’une seule chambre, où siégeaient et votaient avec les mêmes droits et devoirs vingt membres désignés d’office par leurs fonctions sociales, et soixante-douze députés élus au suffrage universel. Ainsi un peu moins d’un quart des représentants pesait-il a priori dans le plateau conservateur de la balance politique. Les élus recevaient leur mandat d’électeurs masculins ayant vingt-quatre ans ; dans la curie des grands propriétaires terriens (environ quatre cents électeurs), les femmes avaient également droit de vote. L’éligibilité était acquise pour les hommes de trente ans qui ne servaient pas activement dans l’administration gouvernementale ou les chemins de fers, ou encore n’étaient ni enseignants, ni instituteurs. Le clergé, normalement exclu du droit de vote passif, obtint finalement son éligibilité. On trouvera en annexe un tableau récapitulatif de ces procédures électorales compliquées.

  • 116 ABiH LR Präs 1909/5127, rapport de Rukavina au Gouvernement territorial, le 19. IX. 1909.

139Peut-être encore une fois par imitation paternelle, Bašagić décida de se lancer dans la vie parlementaire et fit d’abord campagne dans la région de Tuzla. À la mi-septembre, les différents représentants des partis musulmans en lice dans cette circonscription avaient en effet trouvé un compromis pour présenter six personnes, dont cinq étaient publiquement connues : Bakir-beg Tuzlić, l’une des figures majeures du mouvement ; Bećir-beg Gradaščević, Autonomiste bien connu dans les Confins ; deux Progressistes : Mustaj-beg Kapetanović et Ahmed-beg Defterdarović, l’ami de Bašagić, alors fonctionnaire dans la région ; enfin, Bašagić lui-même116.

  • 117 Pour cette dernière phrase, voir « Bosnie-Herzégovine », Revue du monde musulman 3 (1909), IX/10 (o (...)

140À quel groupe notre homme appartenait-il ? Avec les frères Spaho, Mulabdić, Rizaefendić, Teparić, Šahinagić, Ibrahim Rašidkadić (de Goražde) et un certain Akif Fočo, il songeait à créer un nouveau parti qui fraierait une troisième voie entre Autonomistes (MNO) et Progessistes (MMP), un parti « purement musulman » qui n’inclinerait ni du côté croate, ni du côté serbe et que les Hongrois soutiendraient, un parti enfin qui rassemblerait tous ceux que mécontentait la politique des Autonomistes. Son programme « néo-conservateur » se penche quasi uniquement sur la question agraire117. Le soutien des Hongrois était probablement recherché en raison de la politique conservatrice en matière agraire qu’ils appliquaient ; mais les documents restent muets à ce sujet.

  • 118 ABiH LR Präs 1909/5439, rapport confidentiel du 18. X. 1909 ; ABiH LR Präs 1909/6094, du 8. XI. 190 (...)

141Lors d’une réunion qui se tint début octobre, ces hommes décidèrent de lancer un nouveau programme, pour la rédaction duquel fut désigné un comité composé de Bašagić, Mehmed Spaho, Rizaefendić et Mulabdić, ainsi qu’un nouveau journal, nommé Vakat (Le Temps) dont le coût de départ fut estimé à 6 000 couronnes. Cependant, des différends personnels entre Šahinagić et Rašidkadić firent surface lors de la réunion ; de plus, on était en mal de légitimité. En effet, certains proposèrent de s’allier Kulović et Hrasnica, mais on leur rétorqua que leur manque d’infuence auprès de la population ne ferait qu’aliéner l’image du nouveau parti. On avait peur en général que la nouvelle formation apparût comme un « parti gouvernemental ». Le troisième point de discorde se noua autour de l’autorité censoriale dont était investie la rédaction de Vakat (identique dans sa composition au comité de rédaction du programme) : certains collaborateurs ne voulaient pas voir leurs articles passer au crible de ces hommes. L’affaire fut remise aux calendes grecques. Début novembre, ce fut l’aile commerçante du groupe qui décida de lancer, indépendamment des autres, le journal Vakat, ce qui se solda par un échec118.

  • 119 ABiH LR Präs 1909/6216, du 8. XI. 1909 ; même pièce en ABiH LR Präs 1909/6551, du 28. XI. 1909.

142Il n’y eut donc pas de nouveau parti, mais le groupe resta identifiable dans la nébuleuse politique musulmane et sembla gagner en popularité début novembre, notamment dans la région de Županjac (Bosnie occidentale, au Sud de Bugojno), où le nom de Bašagić apparut alors dans la liste des futurs candidats. La ligne d’action du groupe semblait être de faire double jeu en acceptant de figurer sur les listes de n’importe quel parti119.

143De la mi-septembre au début du mois de novembre, de Tuzla à Županjac, notre candidat ne semble guère fixé sur son sort. Peut-être espérait-il décrocher le poste de président des vakfs, ce qui aurait automatiquement fait de lui un membre viril de la diète. Après l’échec du 23 novembre, incertain de son avenir politique, il dut se remettre à sa thèse, c’est-à-dire à préparer son Rigorosum.

2. Bašagić autonomiste et indépendant

  • 120 ABiH LR Gen 1910/583, Collas au Gouvernement territorial, le 31.I. 1910.
  • 121 Kapidžić, « Pripremanje ustavnog perioda », p. 95-99.

144Début janvier 1910, la population en savait plus quant au protocole électoral que mettrait en place le règlement. Outre le système curial, un principe de représentativité à la proportionnelle fixerait le nombre de députés de chaque confession. Or, l’émigration musulmane prend des proportions inquiétantes à partir de la fin 1909, en partie à cause de bruits répandus par la presse catholique : au terme des trois années qui suivraient la proclamation du règlement, toute émigration serait interdite pour les musulmans vers l’Empire ottoman ; leurs femmes allaient être inquiétées, etc. Les catholiques auraient en réalité simplement répondu au discours tapageur de Musavat. Sans parler de la peur que peut objectivement susciter la raréfaction d’un groupe chez ceux qui restent, la réaction des musulmans est également commandée par une raison subjective : à la Diète, ils risquent d’être en sous-effectif par rapport aux députés chrétiens. C’est sur ce point du nombre que se focalisent les peurs ; on prétend qu’une application plus stricte de la clé confessionnelle est nécessaire. En janvier, le Comité réclame trois mandats supplémentaires pour les musulmans afin d’atteindre le tiers de la représentation parlementaire120. Les Progressistes ne sont pas en reste et se rendent à Vienne pour solliciter un ajustement du nombre de mandats échus à leur communauté ; en vain : François-Joseph ne tient pas à revenir sur un travail colossal et dans l’ensemble juste ; pas plus aux musulmans qu’aux autres communautés, il n’accorde de révision121.

  • 122 ABiH LR Gen 1910/712, sans date, sans signature (pièce éclairant l’opinion publique à propos de l’a (...)

145Cela dit, la population et ses élites se montrèrent satisfaites par le règlement, sanctionné le 17 février 1910 et proclamé le 20. Jusqu’à mai, tous les partis eurent le temps de faire déclaration de loyalisme aux autorités en place. Dans la communauté musulmane, des remous précédèrent cet événement. Reconvertis en Parti musulman indépendant (Samostalna muslimanska stranka, SMS) le 31 janvier, les Progressistes marquèrent leur désir de se défaire de leurs sympathies croatisantes, c’est-à-dire catholiques, et de brandir un certificat de bon islamisme122.

  • 123 IAS BS – 82, Safvet-beg Bašagić à Muhamed-beg Bašagić, de Vienne le 7. II. 1910 ; publiée en partie (...)

146Après sa défaite aux vakfs, Bašagić s’était enfin décidé à passer son rigorosum. Pourquoi ? Peut-être afin d’être éligible dans la seconde classe de la première curie, puisque sa fortune foncière ne le plaçait pas dans la première classe. Mais il hésite encore. Nous le retrouvons à Vienne le 7 février, d’où il précise dans une lettre à son frère ses positions quant à son engagement dans l’arène politique. Quoique Hrasnica se trouvât dans la capitale et lui eût fait savoir qu’il désirait le rencontrer, il ne voulait en aucun cas aller du côté des Indépendants. Il n’entrerait pas en effet dans un parti à la tête duquel ne se trouvaient pas des notables jouissant de la confiance populaire. Les personnes crédibles à ses yeux étaient Firdus, Tuzlić, Ragib-beg Džinić et Fadilpašić. Les ex-Progressistes avaient été catapultés sur la scène politique par Hörmann (alors chef de section au gouvernement territorial), et les Indépendants, c’est-à-dire les mêmes personnes, étaient des créatures du chef de section Pitner ; or ces deux hommes n’avaient aucune sympathie pour les musulmans et les utilisaient à leurs propres fins. Si certains désiraient être les esclaves de ce système en raison d’intérêts personnels, ainsi soit-il123 !

147La virulence du ton trahit l’émotion de Bašagić : meurtri par ses échecs successifs, tenté par une action « populaire », à la recherche d’une sécurité et d’un sauf-conduit de la part de ceux qui dominent l’opinion publique. Le Rigorosum semble représenter, dans ces circonstances, aussi bien un refuge qu’une patente politique. C’est en tout cas un moyen pour attendre et observer les événements. La retraite viennoise sert peut-être aussi à reprendre son souffle du point de vue financier : dans la lettre à son frère, il s’inquiète de savoir s’il a vendu leur propriété de Dolac ; il a contracté un emprunt auprès d’Ibrahim Rašidkadić de Goražde, et demande encore à son frère de lui prêter de l’argent.

  • 124 IAS BS – 161, mots de Maximillian Bittner à Bašagić, de Vienne à Vienne (13, Schöfselgasse, VIIIe), (...)

148Il essaye courant février de fixer une date avec son directeur, Maximillian Bittner, lequel ne parvient pas à lui répondre de façon satisfaisante avant le 28124. Le 3 mars, il passe enfin son premier oral : l’épreuve en langue et civilisation orientales, d’une durée de deux heures. Son jury est composé de Bittner, Karabaček et David H. Müller (1846-1912), autre célèbre orientaliste autrichien de l’époque. Il est reçu per vota maiora.

  • 125 C’est ce que l’on comprend à lire IAS BS – 117, Ibrahim Kajtaz à Bašagić, de Mostar le 7. V. 1910.
  • 126 ABiH LR Präs 1910/129, le 28. III. 1910.
  • 127 ABiH LR Präs 1910/277, le 7. IV. 1910.
  • 128 ABiH LR Präs 1910/571, le 16. IV. 1910.
  • 129 ABiH LR Präs 1910/254, Foglár au gouvernement territorial, de Tuzla le 5. IV. 1910. En même temps q (...)

149Mais les élections ont lieu en mai. Si le Rigorosum est un rouage dans une stratégie pour se voir porter candidat dans la première curie, il est trop tard. Le 28 mars, après avoir procédé à des sondages autour de lui125, il est prévu dans la course sous les couleurs des Indépendants aux côtés de Hrasnica, Đonlagić, Mešić, Hamid Šahinović Ekrem, Asim Skalić et Nureddin-beg Azabagić126 ; début avril, il est candidat pour la deuxième curie dans la septième circonscription de la région de Bijeljina127. De même, à la mi-avril, les Indépendants de Mostar souhaiteraient qu’il se porte candidat chez eux en leur nom128. Simultanément, un rapport gouvernemental indique que le Comité exécutif l’a refusé comme candidat dans la circonscription urbaine de Tuzla, mais il semble qu’on ne puisse se fier à cette allégation : il n’apparaît que dans un camp pour l’instant, celui des Indépendants129.

  • 130 Les trois lettres qui suivent ont été publiées par Ekr. [Munir Šahinović Ekremov], « Tri politička (...)

150Il est pourtant question de se mettre également du côté des Autonomistes. Sa correspondance avec Bakir-beg Tuzlić (1872-1910) montre que des pourparlers ont lieu avec le Comité début avril, Tuzlić étant, tout comme Arnautović, membre du Comité mais représentant sa frange modérée130. Tuzlić l’avait contacté pour lui proposer d’entrer dans la campagne de leur côté. Bašagić répondait en étalant d’abord ses déceptions et ses griefs contre Arnautović. Jusqu’à l’heure actuelle, la toute-puissante volonté de celui-ci dominait le cours des événements ; il paraissait que Šerif avait maintenant daigné abaisser son regard vers lui et lui proposait (parallèlement à Tuzlić) une candidature sur les listes de la MNO. Il avait décliné l’offre : la fierté beylicale et la flagornerie étaient aussi opposées en politique que les deux hémisphères terrestres. C’était une affaire de cœur, de sang et d’éducation. Bašagić aurait donc accepté la proposition que lui faisait de son côté Tuzlić si Arnautović n’appartenait plus au Comité. Il terminait sur une pointe de diplomatie en appuyant sur le fait qu’il aurait aimé se lancer dans la lutte pour la question agraire et se porter candidat sur les listes de la MNO, d’autant plus qu’il n’avait aucune chance en tant qu’indépendant et qu’il ne voulait appartenir à aucun parti politique. Mais vraiment, rien à faire : son orgueil ne supportait pas cette idée.

  • 131 ABiH LR Gen 1910/999, le 22. II. 1910 ; ABiH LR Präs 1910/1981, le 12. IV. 1910. Le Parti radical, (...)

151Tuzlić avait écrit une autre lettre pour insister ; nous pouvons penser qu’il arguait en rapportant les tout récents différends qui avaient éclaté entre le Comité et Arnautović, lequel avait pris la clé des champs en direction du Parti radical qu’avaient formé ses anciens collaborateurs de Musavat, sans toutefois rompre officiellement. Cette fuite venait de ce qu’Arnautović avait peur pour sa position dans le nouveau parti unitaire qui se profilait. En effet, Mešić avait déclaré lors de l’assemblée des Indépendants du 10 avril qu’il voulait l’unité politique des musulmans et cherchait la fusion de la SMS et de la MNO. Kulović, pour la même raison qu’Arnautović, avait refusé131. Bašagić pouvait donc accepter un mandat de la part de la MNO.

  • 132 Contrairement à ce que l’on lit en ABiH LR Präs 1910/571 (du 16. IV. 1910), il est fort peu probabl (...)
  • 133 [Anonyme], « Naši saradnici. Dr. Safvetbeg Bašagić (Mirza Safvet) », p. 9. Ce jury était composé de (...)

152Mais le 11 avril, nouvelle réponse négative de celui-ci, fataliste cette fois-ci : refusant tout mandat au nom de la MNO132, il ne pouvait rien contre le destin qui lui avait été échu dans son pays. Il avait eu l’espoir d’un sort meilleur en Croatie, en obtenant la chaire d’orientalisme à Zagreb ; mais il venait d’apprendre que cela ne se réaliserait pas avant longtemps. Il était aussi question qu’il partît en Égypte, mais ce voyage était lié à son habilitation à l’université zagréboise – autrement dit, tout cela partait en fumée. Il passa son dernier oral de Rigorosum le 25 avril, avec pour spécialités l’histoire grecque et la philosophie arabe, et fut reçu à l’unanimité du jury133. Mais cela ne rimait plus à grand-chose.

153Enfin, l’unique solution qui trouvait grâce aux yeux de Bašagić était d’être porté candidat en dehors de tout parti par une coalition locale. Ce fut ce que réalisèrent son beau-frère Haki-beg Pašić (de Bijeljina) et Mehaga Kučukalić, commerçant de Brčko, dans la circonscription de cette ville. Malheureusement, au bout de quelques jours, la coalition s’effondra et il ne resta plus rien de ce projet.

154Bref, début mai, lorsque les candidatures furent officiellement publiées, Bašagić apparut du côté des Indépendants et de la MNO, ce qui ne laisse pas de surprendre après ses lettres à Tuzlić.

  • 134 Musavat 5 (1910), 37 (07/05), p. 2 ; ABiH GFM Präs 1910/626, sans date ; Dr. Safvetbeg Bašagić, « O (...)

155Après avoir télégraphié et mandé des émissaires pour le persuader, avec succès, de se joindre à son groupement, la MNO l’avait propulsé au mandat des deuxième et troisième curies de la circonscription urbaine de Banja Luka, réunissant à cette ville celles de Bosanska Kostajnica, Bosanski Novi, Bosanska Dubica et Prijedor134. On peut penser qu’il devait cette candidature à ses amitiés dans cette région, notamment au sein de la famille Džinić, ainsi que la suite des événements le prouvera. On remarquera cependant que la configuration électorale était étrange dans cette circonscription, car son adversaire de la SMS y était son bon ami Hamdi-beg Džinić lui-même.

  • 135 Muslimanska sloga, 1 (1910), 26 (3/05), p. 1 ; ABiH GFM Präs 1910/606, sans date.
  • 136 Hk., « Zur Wahlbewegung in Bosnien », Kroatische Korrespondenz 3 (1910), 17 (30/04), p. 1. Voir aus (...)

156À Mostar, grâce à la coalition SMS de Komadina, le maire, Ragib-beg Resulbegović et Avdaga Selimović, il était candidat dans les deuxième et troisième curies, pour la circonscription qui réunissait toutes les villes ; il apparaissait également à Tuzla, dans les deuxième et troisième curies, pour la circonscription réunissant toutes les régions rurales de Bijeljina, Brčko, Gračanica et Gradačac135. Il devait ces candidatures à des réseaux personnels où entraient au premier chef Bajro Bijedić à Mostar et son beau-frère à Bijeljina. Ses adversaires n’avaient jamais été ses amis : à Tuzla Salihaga Kučukalić, et Šefkija Gluhić à Mostar. Dans cette dernière ville, on le donnait gagnant le 30 avril136.

  • 137 [référence perdue].
  • 138 IAS BS – 117, Ibrahim Kajtaz à Bašagić, de Mostar le 7. V. 1910. Les relais de Bašagić à Stolac son (...)

157Au 7 mai, d’après Ibrahim Kajtaz, un de ses amis de Mostar, il a de bonnes chances d’être élu dans cette ville. Les Autonomistes n’y ont pas bonne presse ; Kajtaz doute qu’aucun de leurs candidats puisse être élu en Herzégovine. Arnautović, lors de leur dernière assemblée, a été mis en échec : certains des présents ont proposé Bašagić comme candidat pour leur circonscription, et Arnautović ne s’en est pas remis. Contraint et forcé, il y a consenti, mais sous condition que Bašagić accepte le programme du parti. On lui a donc envoyé un télégramme137, et quand ils ont reçu sa réponse négative, Arnautović a répété qu’il ne pouvait le prendre sans le programme. Beaucoup ont alors déclaré qu’ils voteraient pour Bašagić en dehors de tout parti, et souhaiteraient qu’il vienne les voir pour leur parler, notamment les habitants de Stolac138.

  • 139 ABiH GFM Präs 1910/626, sans date.
  • 140 ABiH LR Präs 1910/4953, le 6. VIII. 1910.

158Les autorités gouvernementales ne manquèrent pas de souligner cette particularité de Bašagić : n’appartenant à aucun parti, il avait été mandaté par les deux grands regroupements politiques des musulmans139. Nous pourrions en conclure qu’auprès de l’opinion Bašagić jouissait d’un grand prestige, en partie dû à la baisse de popularité d’Arnautović et des Autonomistes en général ; mais vue de son côté de la lunette, sa légitimité ne lui paraissait pas si bien assurée qu’il pût se contenter de concourir d’un seul côté. Par une politique habile (ou un flou artistique, si l’on préfère), il ménageait la chèvre et le chou, laissant les analystes perplexes sur la véritable orientation de ses idées140.

3. Consécration parlementaire et gouvernementale

  • 141 Sur ce personnage, voir Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 124.
  • 142 IAS BS – 16 (diplôme de doctorat) ; IAS BS – 173 (télégrammes envoyés à Bašagić à l’occasion de sa (...)

159Bašagić fut finalement élu à 416 voix par la deuxième curie de Banja Luka (quatorzième circonscription). Et foin de MNO : les électeurs l’avaient choisi sans programme, en indépendant – probablement à l’instigation de Ragib-beg Džinić, le plus riche propriétaire foncier en Bosnie-Herzégovine à l’époque141, et donc dans une optique largement conservatrice axée autour de la question agraire. Succéda bientôt à cette consécration politique de sa personnalité la consécration universitaire : il fut promu au rang de docteur ex linguis islamiticis le 20 mai. On le félicita de toutes parts142.

  • 143 ABiH LR Präs 1910/4953, le 6. VIII. 1910.
  • 144 Imamović, Historija Bošnjaka, p. 444.

160Il formait un cas à part, puisque tous les vingt-quatre mandats avaient été raflés par les Autonomistes. Du fiasco des élections, les Indépendants accusaient le gouvernement territorial d’être responsable par leur soutien à la MNO. Ils refusaient de remettre leur campagne en question. Selon les autorités, par son manque de vigueur, celle-ci montrait néanmoins une grande inexpérience du terrain ; les Indépendants s’étaient contentés d’écrire dans leur journal, qui n’était guère lu dans la population et n’y avait donc eu aucun écho. Surtout, leur erreur avait été de proposer des candidats dans certaines circonscriptions où personne ne les connaissait ; or, ces candidats n’avaient pas fait l’effort de se montrer et d’organiser des discussions publiques143. Kulović, qui se trouvait à la tête du parti en même temps qu’il occupait les fonctions de maire de Sarajevo, démissionna de celles-ci car elles lui donnaient d’office un siège à la diète : il ne voulait pas s’exposer aux critiques des députés élus144.

161Du côté orthodoxe, l’Organisation populaire serbe (OPS) avait elle aussi remporté une victoire totale en décrochant les trente et un mandats orthodoxes. Les catholiques, eux, connaissaient un résultat moins monolithique : le parti clérical de Stadler, la Société croate catholique (SCC), avait conquis quatre sièges, tandis que la Communauté populaire croate (CPC) en obtenait la majorité, douze.

  • 145 ABiH LR Präs 1910/3538, le 19. VI. 1910 et ABiH LR Präs 1910/3656, le 20. VI. 1910 (élection au Con (...)
  • 146 ABIH LR Präs 1910/3530, [notes de la 3e séance, du 5. VI. 1910]. Le troisième bibliothécaire, un ca (...)
  • 147 Mirza Safvet, « Nove pjesme », Savremenik 5 (1910), 7 (01/07), p. 500-501.
  • 148 « Izjava kluba poslanika “Ujedinjene Muslimanske Organizacije” », Zeman 1 (1911), 15 (07/10), p. 1.

162La séance d’ouverture de la première législature (1910-1915) eut lieu le 15 juin 1910. Rapidement, on élut les neuf membres du Conseil provincial (à la tête duquel se trouvait le président de la diète), qui devait donner aux débats parlementaires une prolongation un tant soit peu extérieure à la Bosnie-Herzégovine ; Bašagić en fut. Puis on mit en place les commissions permanentes. Il fut élu aux commissions des finances et de la culture (dont il était aussi rapporteur)145. Autant sa première élection semble en décalage avec ses capacités, autant la seconde était amplement justifiée par sa production littéraire et historique antérieure ; d’ailleurs, Bašagić avait été nommé dès la troisième séance bibliothécaire de la chambre avec, entre autres, Svetozar Ćorović (1875-1919), député-écrivain de Mostar146 et publierait de nouveaux poèmes d’amour durant l’été dans Savremenik (Le Contemporain), la grande revue avant-gardiste de Zagreb147. Cependant, les listes des candidats aux commissions avaient été négociées entre tous les clubs : ce qui semble faire de Bašagić un personnage conscient des priorités économiques de sa province148.

  • 149 Séance du 23/06, Stenografski izvještaji god. 1910. I. zasjedanje, svezak I, p. 216. Voir aussi ABI (...)

163Ce premier jour fut marqué par un attentat manqué sur la personne du gouverneur militaire de la province, le baron Varešanin (1848-1921) ; ceci, aux portes de la diète. Curieusement, l’atmosphère était suffisamment tendue pour que cet événement, grave en soi, fût rapidement étouffé et oublié. Les députés commencèrent avec enthousiasme leur travail et dans une relative entente. Leur premier souci fut de conspuer toute la période 1878-1910, qualifiée d’absolutiste. Les questions véritablement délicates ne furent pas d’abord à l’ordre du jour ; ainsi, Bašagić intervint le 23 juin dans un débat sur le traitement des instituteurs. Eux à qui l’on confiait la jeunesse, eux qui avaient la lourde mission d’assurer à la société son avenir, ces martyrs devaient recevoir une reconnaissance sociale plus importante, comme une pétition le demandait. Son petit discours fut applaudi149.

  • 150 ABIH LR Präs 1910/4069, le 7. VII. 1910.

164Dès la fin juin cependant, les députés songeaient aux problèmes cruciaux autour desquels gravitaient les revendications sociales et nationalistes des différentes communautés : la situation de la Bosnie-Herzégovine dans la Monarchie, la langue et la question agraire. Mais les discussions, parfois émues, parvinrent à demeurer relativement apaisées. Les orthodoxes lancèrent l’idée de créer une commission agraire, ce qui inquiéta les musulmans. Lors d’une réunion du Club des députés musulmans, Miralem avança qu’il fallait absolument s’attirer Kulović – et donc les Indépendants – pour faire front commun contre les orthodoxes. Arnautović parvint à faire tomber la proposition. Lorsque Firdus mourut, le 30 juin, Miralem récidiva et tenta un rapprochement avec les Indépendants, directement cette fois-ci ; mais ceux-ci refusèrent, avançant que ce qui les séparait de la MNO ne relevait pas des personnes mais des principes, et que la mort de Firdus n’y avait rien changé150.

  • 151 ABiH LR Präs 1910/4526, le 25. VII. 1910 (élection à la commission agraire – 11 membres).

165Les musulmans risquaient donc d’entrer dans le débat agraire morcelés en autant de factions que de partis, et même si seule la MNO siégeait à la diète, l’unité était nécessaire face à l’opinion pour protéger des intérêts communs à tous les grands propriétaires (largement représentés dans la SMS). Le 23 juillet, on procéda aux élections à la commission agraire. Bašagić y entra et fut désigné rapporteur avec le catholique Jozo Sunarić (1868- ?)151.

  • 152 Dr. Safvetbeg Bašagić, « Odgovor na banjalučku nepovjerenicu », Novi vakat 1 (1913), 42 (28/11), p. (...)
  • 153 ABiH GFM Präs 1910/1673, le 23. X. 1910 ; Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 72. Voir aussi (...)

166Il se voyait confier une mission particulièrement délicate à laquelle il travailla durant l’été avec le club musulman. En août, il se rendit dans les arrondissements de Bihać et Banja Luka152 : des troubles entre métayers et propriétaires y avaient éclaté et prenaient une ampleur inquiétante, jamais vue depuis 1882. Le 23 octobre, il se rendit à Vienne avec Ćamil Karamehmedović, Ragib-beg Džinić et Mahmutbeg Fadilpašić pour que la situation s’apaisât. Inquiets de l’action conjointe des députés catholiques et orthodoxes pour le rachat obligatoire (ils avaient signé un accord le 13 septembre), ils soulignèrent, dans un mémorandum rédigé par Bašagić lui-même, que la question agraire actuelle relevait d’une erreur d’interprétation des liens unissant propriétaires et métayers. Ils n’étaient pas de droit public mais se fondaient sur des contrats strictement privés. Les propriétés, de plus, avaient été héritées de la période médiévale et appartenaient à la catégorie juridique de la propriété privée (baština) et non du fief timarial (leno) ; elles s’appelaient aujourd’hui çiftlik. Certes, les terres timariales avaient existé, mais seulement jusqu’en 1839, lorsque cette catégorie juridique avait été abolie par la Porte dans tout l’Empire. Les métayers n’avaient pas le droit de se faire reconnaître le statut de kmet, mais étaient désignés par l’ordonnance de Safar comme de simples müste’cir (« locataires »). En bref, l’adresse au ministère commun des Finances répétait en condensé la thèse historique développée par Bašagić dans Ogledalo, avec une articulation des arguments exactement semblable et des exemples identiques. Les références à Novaković et Milobar étaient reprises. Bašagić incriminait les députés chrétiens comme les instigateurs de ces révoltes paysannes et si certains d’entre eux voulaient le rachat facultatif, ils subissaient la pression de la population. Les musulmans demandaient la protection gouvernementale. Mais plein de prudence, Burián voulait établir un compromis entre les deux parties153.

167L’activité de Bašagić se déployait avec toute la vigueur dont il avait rêvé trois ans auparavant. Son élection et sa position dominante au club musulman consacraient ses efforts. Le gouvernement territorial ne manqua pas de le remarquer et, lorsqu’il s’agit de nommer un nouveau président musulman à la place de Firdus, c’est à lui que les autorités songèrent.

  • 154 ABiH LR Präs 1910/3189, sans date, sans signature.

168Firdus avait été nommé parce qu’il dominait incontestablement la politique bosno-musulmane et parce qu’il était le préféré des orthodoxes. Les autorités s’étaient également montrées sensibles au fait qu’il descendît d’une famille de vieille souche de la région de Livno (Bosnie occidentale), comptant ainsi « parmi les plus vieilles familles du pays à l’instar des Džinić, Pašić, Kapetanović, Kulenović et Filipović ». Éduqué à l’européenne, distingué dans ses manières, maire de Livno, décoré de la Croix de chevalier de l’ordre de François-Joseph, Firdus n’avait jamais eu aucune « attitude incorrecte » durant les négociations pour l’autonomie et avait constamment fait démonstration de loyauté après les accords de 1909. Enfin, il était à la tête de la MNO, qui avait remporté une victoire éclatante sur la SMS durant les élections. Il jouissait ainsi d’une grande popularité154.

  • 155 Dans un rapport adressé à François-Ferdinand en octobre 1909, on trouve que certains avaient évoqué (...)
  • 156 ABiH GFM Präs 1910/1660, Isidor b. Benko, le 27. X. 1910 – brouillon de la proposition officielle ( (...)

169Comme le montrent les commentaires sur Šola et Mandić, respectivement présidents orthodoxe et catholique, le principal critère des autorités était le loyalisme des personnes de la présidence. Firdus joignait à toutes ses qualités personnelles et à son influence dans la population l’atout de n’avoir jamais mené double-jeu avec la Monarchie. Bašagić ne réunissait pas autant de mérites, c’est pourquoi, au contraire de Firdus pour lequel le gouvernement n’avait pas pensé à une alternative155, sa nomination fut mise en balance avec celle d’Arnautović et Miralem. Le Civiladlatus Benko jugeait qu’Arnautović était le véritable chef de la MNO, le parti musulman unique de la diète. En considérant son expérience politique, il était envisageable de le nommer président, mais son loyalisme n’était pas suffisant et il ne jouissait pas de la confiance des députés chrétiens. De plus, le Gouvernement territorial voulait éviter autant que faire se pouvait de proposer des virilistes aux fonctions présidentielles. Miralem, lui, avait été élu à la majorité par les députés musulmans comme président du club musulman et de la MNO, pour succéder à Firdus. Mais rapidement après cette élection, ses « qualités mentales médiocres » l’avaient empêché de conduire le parti convenablement. Il avait déçu les espoirs des autres députés musulmans. Son honnêteté personnelle dans la vie politique ne saurait combler son manque de toute formation intellectuelle. Durant l’été et lors des élections complémentaires de septembre, il avait essayé de s’imposer à la tête de la MNO et de soustraire celui-ci à l’influence d’Arnautović, mais en vain, ce qui montrait bien son infériorité politique par rapport à ce dernier. Enfin, le faible niveau intellectuel de Miralem ne lui permettrait jamais de maîtriser le règlement intérieur de la diète156.

  • 157 Cette formule résignée se trouve dans le brouillon de la proposition et non dans sa rédaction final (...)

170Après avoir éliminé ces deux noms, il ne restait donc plus que Bašagić157. Âgé de quarante ans, grand propriétaire (ce qui ne semble pas avoir été véritablement le cas), il descendait d’une des premières familles de la « noblesse » provinciale. Une fois ses études universitaires achevées, il avait été professeur d’arabe au Grand gymnase de Sarajevo et venait d’être promu au rang de docteur en philosophie. Sa principale activité, scruter la littérature de l’arabe classique, se doublait d’une production poétique qui jouissait d’une bonne renommée dans les milieux littéraires sud-slaves. On pouvait donc désigner sans hésiter Bašagić comme le député musulman le mieux formé ; aussi bien par son profil social qu’intellectuel, il correspondrait parfaitement aux exigences requises par les fonctions de président. Les autorités de Sarajevo retenaient aussi que Bašagić avait participé à la fondation de « Gajret », et qu’il avait été vaincu de peu par Arnautović aux élections pour les vakfs. Dans leur brouillon, elles rajoutaient que la bonne fortune politique de Bašagić avait reposé et reposait sur l’absence de personnalités intellectuellement bien formées parmi les musulmans.

171Dans la proposition officielle, on accordait que la position politique de Bašagić n’était pas dominante. À l’origine, il appartenait à la SMS ; mais la MNO l’avait également porté à la candidature à Banja Luka, par quoi sa renommée personnelle avait été reconnue de façon remarquable. Une fois la victoire remportée, Bašagić était resté en marge du club parlementaire musulman au début de la session ; toutefois il avait été rapidement élu au Conseil provincial puis, de façon symptomatique, à la commission agraire. Par la suite, il était entré au club musulman et avait adopté une position d’intermédiaire et de pacificateur entre les différentes parties en présence. On faisait remarquer dans le brouillon qu’en l’absence de direction ferme dans la MNO, il avait ainsi permis d’éviter des conflits avec Arnautović, attitude de temporisation qui avait visiblement renforcé une position à l’origine effacée, sporadique, d’autant que le parti en son entier s’était à plusieurs reprises appuyé sur son jugement calme, pondéré et bien formé.

  • 158 ABiH GFM Präs 1910/1712, le 27. X. 1910, Burián à Aehrenthal, Schönaich, Bienerth et Khuen-Hédervár (...)

172Les différents ministres à qui était adressée la proposition devaient en outre apprendre que la personnalité de Bašagić et son attitude conciliante en faisaient un personnage populaire et respecté parmi les députés catholiques et orthodoxes. Enfin, last but not least, il avait conservé en toute occasion une ligne de conduite absolument loyale, qui s’enracinait dans une Kulturanschauung moderne158.

  • 159 IAS BS – 118, Munib-beg Kapetanović à Bašagić, d’Istanbul le 5. XI. 1910.
  • 160 ABiH LR Präs 1910/6891, le ministère commun des Finances au gouvernement territorial, de Vienne le  (...)
  • 161 IAS BS – 173 (télégrammes à l’occasion de sa nomination à la présidence) ; IAS BS – 111, Kosta Hörm (...)
  • 162 « Der neue bosnische Landtagspräsident », Ostdeutsche Rundschau (Vienne), n° 254 (06/11/1910), p. 9 (...)

173On disait jusqu’à Istanbul que Bašagić allait être nommé président159. Le décret, signé le 3 novembre, rendu public le 5, ne créa donc pas la surprise160. Mais Bašagić atteignait le sommet de la vie politique bosno-herzégovinienne de façon inattendue au vu de son parcours précédent. Une nouvelle fois, les félicitations de toutes parts tombèrent dru161 ; la presse locale et viennoise saluèrent cette élection et le présentèrent brièvement ; Die Reichspost (La Poste impériale) titra son article « Un poète oriental comme président de la Diète162 ».

4. Conclusion

174En l’espace de quatre ans, Bašagić a conquis une place politique qui ne lui semblait pas naturellement dévolue, et ceci sans compromission. Il est tout à fait remarquable, en effet, que son discours politique, nationaliste, culturel, etc., hormis quelques emportements dans Ogledalo, n’a point changé depuis les débuts – sans pour autant se répéter : il s’approfondit et se développe en nouvelles adaptations aux circonstances historiques auxquelles notre homme se confronte.

175En arrivant au sommet de la société bosno-herzégovinienne, légitimé par les différents organes de celle-ci, portant le titre prestigieux de docteur, il a aussi atteint le sommet d’une course sociale qui reprend curieusement des étapes par lesquelles était passée celle de son père. Les traces écrites font défaut pour mettre tout à fait en lumière jusqu’où a pénétré l’impression paternelle dans le fils ; mais ce parallèle n’est-il pas éloquent de lui-même ? Ne montre-t-il pas que chez les Bašagić, 1878 n’est pas une date fatale, mais un simple retardement dans la marche à la paradoxale « démocratie beylicale » que voudrait faire advenir le fils ?

Notes

1 Sur la genèse d’Ogledalo, voir Safvet beg Bašagić, « Kako je postalo “Ogledalo” », Ogledalo 1 (1907), 1 (31/05), p. 2.

2 Je n’ai pas pu consulter le Bosansko-hercegovački glasnik, qui semble difficilement localisable en Bosnie-Herzégovine ; renseignements chez Pejanović, Bibliografija štampe 1850-1941, p. 49 ; Hauptmann, Borba muslimana, p. 326, 425 et 427.

3 Hauptmann, Borba muslimana, passim.

4 IAS BS – 93, Smail-aga Ćemalović à Bašagić, de Mostar vers le début octobre. Je n’ai malheureusement pas pu consulter les premières années du Musavat, et n’ai donc pas pu vérifier la collaboration de Bašagić à ce journal. Étant donné la suite des événements, on peut penser qu’il ne fut guère présent dans ses colonnes.

5 Sa mise en congé est datée du 24 décembre 1906 et signée par Albori, pour une entrée en vigueur au 31 décembre 1906 (IAS BS – 19 ; ABiH, Lični dosje Safvet-beg Bašagića 285). Kreševljaković a lancé l’idée que Bašagić avait été licencié parce qu’il avait vexé Thallóczy dans un travail littéraire (« Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica, p. 18). Ceci demanderait à être vérifié. S’il est vrai que la décision du Grand gymnase est étrangement impromptue, il n’en demeure pas moins qu’en 1906, une demande officielle (non signée) fut enregistrée pour que le poste qu’occupait Bašagić ne fût plus occupé par des enseignants non qualifiés (ABiH ZVS 1906 118-83).

6 ABiH GFM Präs 1907/125, Albori au ministère, de Sarajevo le 28. I. 1907 ; ABiH LR Präs 1907/1889, rapport confidentiel du 3. IV. 1907.

7 Le 30 octobre, des musulmans de Sarajevo, dont Rizaefendić (un proche de Bašagić), s’étaient réunis et avaient relancé l’idée d’un journal politique. (Hauptmann, Borba muslimana, p. 427). Cependant, l’idée de ce projet semble avoir germé plutôt du côté des loyalistes autour de Kulović (Hauptmann, Borba muslimana, p. 450, rapport du 25. II. 1907 ; Šehić, Autonomni pokret, p. 208).

8 ABiH GFM Präs 1907/125, de Sarajevo le 28. I. 1907, pièce jointe.

9 Ce journal ne sortira jamais. Pejanović mentionne un autre projet avorté de Spahić, İftihar (La Fierté), mais pas celui-ci (Bibliografija štampe 1850-1941., p. 10).

10 ABiH GFM Präs 1907/125, Albori au ministère, de Sarajevo le 28. I. 1907 ; ABiH LR Präs 1907/760, Thallóczy au Gouvernement territorial, de Vienne le 6. II. 1907 ; Hauptmann, Borba muslimana, p. 443-445. Rien ne justifie, ici comme plus tard, l’affirmation de Munir Šahinović Ekremov selon laquelle les autorités auraient tracassé Ogledaloahinović-Ekremov, « Počeci i razvoj », 12 [15/01], p. 4).

11 IAS BS – 33, lettre circulaire pour le lancement d’Ogledalo.

12 « Nepozvani advokat », Srpska Riječ 3 (1907), 62 (17-30/03), p. 1 [= édito].

13 On ignore pourquoi la MNO voulait abandonner Musavat d’Arnautović.

14 Safvet beg Bašagić, « Kako je postalo “Ogledalo” », Ogledalo 1 (1907), 1 (31/05), p. 3.

15 ABiH LR Präs 1907/1889, rapport confidentiel du 3. IV. 1907.

16 Učiteljski zbor sarajevske gimnazije, « Izjava », Srpska Riječ 3 (1907), 79 (8-21/04), p. 4. Dans la pièce d’archives ABiH LR Präs 1907/2265, on aurait dû trouver cet article, mais le n° 79 de la Srpska riječ a été amputé de sa p. 4. Cf. le regestum de l’inventaire. On a une brève prolongation de ce problème dans « Borba za narodnu prosvjetu. – Povodom pitanja o učiteljskom certifikatu », Srpska Riječ 3 (1907), 81 (11-26/04), p. 5-8.

17 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica, p. 18.

18 IAS BS – 108, Muhamed Hadžiabdić, de Gornji Vakuf le 9. IV. 1907 (Hadžiabdić était un loyaliste proche de Korkut, cf. Hauptmann, Borba muslimana, p. 374) ; IAS BS – 143, Abdurahman-beg Resulbegović à Bašagić, le 12. IV. 1907 (Abdurahman-beg Resulbegović était l’un des propriétaires fonciers les plus importants d’Herzégovine à cette époque, cf. Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 428-429 ; comme il n’apparaît pas chez Hauptmann, on peut le considérer, jusqu’à preuve du contraire, comme un loyaliste, ainsi que le furent nombre de ses parents – cette fois-ci de façon prouvée).

19 IAS BS – 152, Bajram Vilić à Safvet-beg Bašagić, de Kotor-Varoš le 2. IV. 1907.

20 ABiH LR Präs 1907/2170, rapport confidentiel du 19. IV. 1907.

21 « “Gajretova” zabava », Srpska Riječ 3 (1907), 76 (5-18/04), [pagination perdue].

22 « “Ogledalo” », Srpska Riječ 3 (1907), 108 (16-29/05), p. 3. On remarquera tout de suite que la rédaction d’Ogledalo revenait nominalement à Tevfik-beg Bašagić et la propriété à Safvet-beg. Mais la majorité des articles a été évidemment écrite par notre homme lui-même.

23 Voir les articles suivants : « Naš program », 1 (31/05), p. 1-2 ; « Nekolike na znanje », 1 (31/05), p. 3-4 ; « Inteligencija i naši pokreti », 2 (07/06), p. 1-2 ; « Ulema i današnji pokret », 3 (15/06), p. 1-2 (la première moitié de cet article reprend la première moitié du commentaire du dernier hadis que le Conseil des oulémas censura en 1904) ; « Naši dopisi. Sarajevo, 15. juna 1907 », 4 (21/06), p. 4-5 (la première moitié de cette soi-disant correspondance reprend la seconde moitié du commentaire du dernier hadis que le Conseil des oulémas censura en 1904) ; « Tuhaf ! », 4 (21/06), p. 7 ; « “Zijaret” », 5 (28/06), p. 5 ; « Kratak pogled na općenite prilike u Bosni i Hercegovini », 9 (26/07), p. 1-2 ; « Kratak pogled na općenite prilike u Bosni i Hercegovini », 10 (02/08), p. 1-3. Il se pourrait qu’un article paru dans Behar le 1er mars 1908, qui reprend exactement les termes d’un des articles du Miroir sur l’intelligentsia, soit également de la main de Bašagić (voir Mustafa Imamović, Historija Bošnjaka, Sarajevo, Preporod, 1997, p. 413).

24 Šabanović, « Bašagićevo “Ogledalo” », p. 177-205 ; Šabanović, « Inteligencija i nâm », p. 4 ; Imamović, Historija Bošnjaka, p. 412-415 ; Filandra, Bošnjačka politika, p. 22-24.

25 « Crne slike iz naše zadruge », 1 (31/05), p. 5. Toutes les références suivantes, sauf contre-indications, sont à trouver dans les numéros d’Ogledalo.

26 Je remercie Nathalie Clayer qui m’a traduit ces vers et me les a commentés. La transcription du frontispice que donne Pejanović est fautive (Bibliografija štampe, p. 56).
En donnant un nom ottoman à son journal, Bašagić voulait peut-être s’attirer la bienveillance des foules, aux oreilles de qui un mot ottoman sonnait agréablement. On peut aussi penser qu’il faisait référence à l’İbret qui sortit en 1872 à Istanbul, un journal des Jeunes-ottomans que son père devait suivre. Mais le nom était commun, comme en témoigne le journal azéri lancé en 1907 qui s’appelait lui aussi Ogledalo (c’est-à-dire Èbrèt, cf. Revue du monde musulman 2 [1907], 5 [mars], p. 64). Il est possible encore que ces deux influences aient opéré simultanément : en effet, dans le premier numéro de son journal, il publia la traduction de trois odes de Namık Kemal (collaborateur de l’İbret de 1872) en faisant remarquer que tous les journaux musulmans de Russie les avaient publiées dans les jours précédents (Mirza Safvet, « Hasbihal », « Očitovanje » et « Iz “Jadikovki” », Ogledalo 1 [1907], 1 [31/05], p. 2-3).

27 Ce thème est développé dans une très longue correspondance de Mostar, qui n’est pas de Bašagić. Ce document est assez précieux pour comprendre de l’intérieur la situation des femmes musulmanes à l’époque. Voir Mearif-perver, « Naši dopisi. Mostar, polovicom jula 1907 », 10 (02/08), p. 4-5.

28 Voir les articles suivants : « Nekolike o našem starom i današnjem plemstvu », 2 (07/06), p. 2-3 ; 3 (15/06), p. 3-4 ; « Plemstvo i narod u Bosni », 7 (12/07), p. 2-4 ; « Plemstvo i narod u Bosni », 8 (19/07), p. 2-3 ; « Plemstvo i narod u Bosni », 12 (16/08), p. 2-3. Les grandes idées développées par Bašagić dans ces articles sont exprimées sous forme versifiée dans un poème dédié à Gazi Husrev Bey à l’occasion du 400e anniversaire de sa venue en Bosnie (Mirza, « 1507.-1907. U spomen 400-godišnjice Gazi Husrevbegova dolaska u Bosnu », 8 [19/07], p. 2). L’unique source citée par Bašagić sur l’islamisation est Asbóth (voir plus haut l’analyse à propos de l’article « De la noblesse bosniaque »).

29 Le prototype du Kulturträger restera probablement Ćiro Truhelka, dont les Mémoires d’un pionnier accusent dans leur titre même la mission civilisatrice dont se pensaient investis les Austro-Hongrois en Bosnie-Herzégovine (Uspomene jednog pionira).

30 Voir les articles suivants : « Naše agrarne prilike », 4 (21/06), p. 1-2 ; « Naše agrarne prilike II », 5 (28/06), p. 1-2 ; B., « Povodom pisanja o agrarnim prilikama u Bosni », 6 (07/07), p. 2-5 ; « Naše agrarne prilike III », 7 (12/07), p. 1-2 ; « Naše agrarne prilike », 8 (19/07), p. 1-2 ; M., « Šta mi mislimo ? », 11 (09/08), p. 1-2 ; « Naše agrarne prilike, 12 (16/08), p. 1-2.

31 Hrelja, Kako je živio narod, p. 77-83 ; Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 114-138.

32 Bašagić maîtrisait mal l’histoire médiévale. À propos de paysannerie libre, il se contredira en affirmant que les paysans bosniaques, avant 1463, appartenaient à la catégorie des méropes (meropsi), un statut de forte dépendance vis-à-vis de l’État, de l’Église et de la seigneurie.

33 Une inconséquence de raisonnement apparaît ici. Bašagić admettait que les bogomiles islamisés avaient reçu, à côté de leur baština, des terres « féodales », c’est-à-dire des prébendes où ils n’avaient pas le statut de seigneur mais de mutesarrıf (représentant). Ces terres « féodales » avaient été selon lui perdues lors de la mission d’Ömer Paşa Latas (1849-50).

34 Šehić, Autonomni pokret, p. 316-318.

35 Matković, Čista stranka prava, p. 48.

36 Bebel lui répond que l’ouvrage est épuisé et qu’il n’a pas le temps d’en préparer une seconde édition ; il suggère à Bašagić de chercher auprès des bouquinistes. Voir August Bebel, Die mohamedanisch-arabische Kulturperiode, Stuttgart, J. H. Dietz, 1884. Voir IAS BS – 60, August Bebel à Bašagić, le 8. X. 1906. Je remercie chaleureusement M. Jean-Paul Bled qui m’a aidé à déchiffrer cette lettre. Je n’ai pas réussi à savoir quoi que ce soit de plus précis sur les éventuels liens de Bašagić avec la social-démocratie allemande ou austro-hongroise ; étant donné son loyalisme et ses vues sur la question agraire, on est en droit de penser qu’il n’en avait pas beaucoup, et que sa lettre à Bebel est uniquement motivée par l’ouvrage de celui-ci. Le reste appartient à la vulgate darwino-socialiste de l’époque. Voir Redžić, « Die österreichische Sozialdemokratie », p. 361-378.

37 « “Gajret” », Ogledalo 1 (1907), 3 (07/06), p. 4.

38 « Domaće vijesti. Menšura », Ogledalo 1 (1907), 3 (07/06), p. 5-6.

39 Hauptmann, Borba muslimana, p. 459 et 464.

40 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363.

41 IAS BS – 123, Hugo von Kutschera [l’archiviste s’est trompé en notant Oton Kučera] à Bašagić, de Vienne le 7. III. 1906 (amicale réponse de Kutschera après avoir reçu le premier calendrier « Gajret » de la part de Bašagić).

42 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica, p. 18.

43 Odbor društva « Gajreta », « Otvoreno pismo Slavnom eksekutivnom odboru muslimanskog naroda », Ogledalo 1 (1907), 4 (21/06), p. 1 ; « Eksekutivni odbor muslimanskih zastupnika i “Gajret” », Ogledalo 1 (1907), 4 (21/06), p. 3-4. Je n’ai malheureusement pas pu consulter les Musavat de 1907 ; les résolutions parurent dans les nos 18 et 19 (14/06).

44 IAS BS – 157, anonyme à Bašagić, sans date ni lieu.

45 Ce dernier point est moins étonnant qu’il y paraît lorsqu’on a à l’esprit les attaques virulentes d’Ogledalo contre l’intelligentsia musulmane à l’européenne. Bašagić prend ses distances avec le groupe dans la période préconstitutionnelle ; Mešić se place du côté des anti-islamiques tel Antun Gustav Matoš, voir l’article de ce dernier « Naprednjački katekatizam », Hrvatsko pravo 15 (1909), 3960 (1er février), p. 5.

46 IAS BS – 157, Hamdija à Bašagić, de Modrić [Modriča près de Koprivna] le 18. VI. 1907. J’identifie le correspondant à Hamdi-beg Džinić sur la foi 1) du ton familier de la lettre, 2) de la connaissance intime des personnalités « progressistes » que montre la lettre, et 3) du lieu d’où est signée la lettre : Džinić vivait à Modriča.

47 « “Gajretova” skupština », Ogledalo 1 (1907), 5 (28/06), p. 6.

48 Hauptmann, Borba muslimana, p. 486. Déjà au début du mois de janvier, Arnautović avait essayé de lancer une campagne dans Musavat contre la direction du Mouvement, ce qui avait rapidement avorté (Besarović, Kultura i umjetnost, p. 519-524).

49 « “Musavatu” », Ogledalo 1 (1907), 11 (09/08), p. 2-4. Voir le n° 21 de Musavat.

50 « Odgovor Musavatu », Ogledalo 1 (1907), 6 (07/07), p. 6.

51 ABiH GFM Präs 1907/854, rapport d’Alfred Kozsler au gouvernement territorial du 6. VII. 1907 (déjà utilisé par Šehić, Autonomni pokret, p. 247-248, et Kemura, Uloga « Gajreta », p. 48-49).

52 Sur la course de l’assemblée du 5 juillet, voir ABiH GFM Präs 1907/854, rapport d’Alfred Kozsler au gouvernement territorial du 6. VII. 1907 ; ABiH LR Präs 1907/3895, du 6. VII. 1907 ; « Gajretova skupština », Ogledalo 1 (1907), 6 (07/07), p. 1-2. Sur le fait que les autorités prévoyaient des heurts durant l’assemblée, voir ABiH GFM Präs 1907/767.

53 Bašagić rapporte lui-même que les spirituels musulmans avaient œuvré contre « Gajret » durant les premières années de son existence. Voir « Gajret », Ogledalo 1 (1907), 3 (07/06), p. 4.

54 Le mot vient de l’allemand Verdacht, « soupçon », et désigne à proprement parler « ceux qui sont suspects d’être de connivence avec le gouvernement territorial ». Voir Šehić, Autonomni pokret, p. 245.

55 ABiH GFM Präs 1904/508, rapport confidentiel du 25. V. 1904 sur l’assemblée de « Gajret » : on veut envoyer des étudiants faire leur théologie au Caire et à Istanbul (voir la pièce chez Hauptmann, Borba muslimana, p. 406). Le gouvernement territorial refusa par la directive du 29 mars 1905 ; pourtant, ce désir fut renouvelé lors de l’assemblée du 31 décembre 1906 (ABiH GFM Präs 1907/767). Le ministère accorda le changement de statut seulement à la suite de la demande d’Arnautović, mais peut-être s’y préparait-il dès avant (Šehić, Autonomni pokret, p. 246).

56 ABiH GFM Präs 1907/854, le 30. VI. 1907 (pièces identiques en ABiH LR Präs 1907/3895, le 6. VII. 1907) ; selon le regestum de l’inventaire, la pièce ABiH LR Präs 1907/3493 comportait également un rapport sur la joie des orthodoxes après l’évincement de Bašagić. Voir également « Musavatu », Ogledalo 1 (1907), 11 (09/08), p. 2-4 (sur les nos 22 [12/07] et 23 [19/07] du Musavat).

57 IAS BS – 117, Ibrahim Kajtaz à Bašagić, de Mostar le 24. VII. 1907.

58 Dž., « Zembilj », Srpska Riječ 3 (1907), 117 (27/05-9/06), p. 4. Skarić était lui aussi atteint de tabes, et en mourut deux ans plus tard (Truhelka, Uspomene jednog pionira, p. 143).

59 M… [Safvet-beg Bašagić], « Naši dopisi. Sarajevo, 23. jula 1907 », Ogledalo 1 (1907), 9 (26/07), p. 3-4.

60 « Musavatu », Ogledalo 1 (1907), 11 (09/08), p. 2-4.

61 Voir notamment « Rasprava protiv urednika “Musavata” Smailage Ćemalovića », Srpska Riječ 3 (1907), 127 (9-22/06), p. 1-4. Pour le texte de la loi, voir Glasnik zakona 1907-1908, p. 25-34.

62 ABiH GFM Präs 1906/938 [sic], le 26. VII. 1907 ; ABiH LR Präs 1907/3863, le 27. VII. 1907 ; « Prestavka novinara ministru Burianu », Ogledalo 1 (1907), 10 (02/08), p. 1 ; Besarović, Kultura i umjetnost, p. 525.

63 « Musavatu », Ogledalo 1 (1907), 11 (09/08), p. 2-4 ; « Tuhaf ! », Ogledalo 1 (1907), 11 (09/08), p. 7. Consulter « Ogledalu » dans le n° 25 (02/08) du Musavat.

64 Je n’ai malheureusement pas pu consulter ce numéro ; voir « Jami, ne praši ! », Ogledalo 1 (1907), 13 (23/08), p. 6.

65 « Na znanje ! », Ogledalo 1 (1907), 13 (23/08), p. 1.

66 « Na ruševinama Casablanke », Ogledalo 1 (1907), 13 (23/08), p. 1-2.

67 Abdullah, « Razmatranje političke situacije u Bosni », Ogledalo 1 (1907), 13 (23/08), p. 2-4.

68 Napredak (calendrier), 2 (1908), p. 130.

69 C’est ce qu’on conclut à partir de IAS BS – 133, Adem-aga Mešić à Bašagić, de Tešanj le 4. VI. 1908.

70 Hadžić, « Safvet Beg Bašagić u Bečkom univerzitetskom arhivu », p. 22.

71 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », p. 18.

72 IAS BS – 104, Džinić à Bašagić, de Prnjavor (Koprivna) le 28. IX. 1907.

73 Sur la préhistoire de cet accord, voir Hauptmann, Borba muslimana, p. 533-537. On aurait pu aussi consulter ABiH LR Präs 1907/4214, qui n’est malheureusement plus en place (d’après l’inventaire : conférence avec Adem-aga Mešić et Riza-beg Kapetanović à propos d’un nouveau parti musulman fondé contre l’union orthodoxes-musulmans). Enfin, consulter Šehić, Autonomni pokret, p. 233-248 (dont la chronologie, toujours assez imprécise, laisse à désirer).

74 IAS BS – 144, Zija Rizaefendić à Bašagić, de Sarajevo le 31. V. 1908.

75 À propos des idées libérales en matière d’économie répandues par Mešić dans cette ville et sa région, voir Galijašević, Ekonomske prilike. Son influence du point de vue national semble avoir été bien moindre (Šehić, Autonomni pokret, p. 243).

76 IAS BS – 133, Adem-aga Mešić à Bašagić, de Tešanj le 4. VI. 1908.

77 ABiH GFM Präs 1908/1379, Benko au ministère, de Sarajevo [fin août 1908].

78 ABiH LR Präs 1908/2188, le 28. IV. 1908.

79 ABiH LR Präs 1908/3766, Brodnik (Commissaire gouvernemental pour Sarajevo) au ministère des Finances, de Sarajevo le 25. VII. 1908.

80 ABiH LR Präs 1908/3727, du 23. VII. 1908.

81 Hauptmann, Borba muslimana, p. 542.

82 Šehić, Autonomni pokret, p. 367.

83 Mirza Safvet, « Silviju Strah. Kranjčeviću. (O 25-godišnjici pjesnikovanja) », Behar 9 (1908-09), 6 (15/07), p. 93. Bašagić date son poème du 28 juillet, mais le poème ayant paru le 15 de ce mois, il faut probablement lire « juni » au lieu de « juli ». Le numéro spécial de Behar consacré au jubilé connut une édition à part, dans laquelle parut également le poème de Bašagić (Spomen-spis Silviju Strahimiru Kranjčeviću prigodom 25. godišnjice njegovog pjesnikovanja, Sarajevo, Islamska dionička štamparaija, 1908, p. 45-6).

84 Mirza Safvet, « Iz “Milih uspomena” », Behar 9 (1908-1909), 9 (01/09/1908), p. 133-135.

85 Jelćić, Kranjčević, p. 28.

86 Bahaedin Şakir, au nom du Comité union et progrès (CPU), semble être entré en liens plus étroits avec les dirigeants du Mouvement pour l’autonomie après sa réorganisation de 1906. Pour ce faire, il contacta les hommes avec lesquels correspondait Ahmed Rıza et les abonnés à Şûra-yı Ümmet et Mechveret supplément français. Cependant, ses principaux contacts furent Salih Borovac (personnage inconnu de Ferdo Hauptmann), Mehmed Remzi Delić, alors étudiant à Zagreb et d’orientation yougoslave (il publia notamment dans le Srpski književni glasnik de 1906 une traduction de la biographie de Tiryakı Hasan Paşa écrite par Ahmed Refik, ce qui en faisait un émule – inconscient ? – du jeune Bašagić), enfin Salih Muhidin Bakamović (18 ??-1940 – à identifier avec Salih-beg Bakamović, qui n’est vraisemblablement pas né en 1889 comme l’écrit Traljić, Mali podsjetnik značajnijih datuma, p. 146-147), étudiant à Vienne et ottomaniste fervent désireux de composer un dictionnaire ottoman-serbo-croate. Finalement, ces tentatives restèrent sans écho dans la population, en raison de son attachement au sultan. Voir Hanioğlu, Preparation, p. 161-163.

87 Sur l’annexion, l’exposé se fait à partir de Kapidžić, « Pripremanje ustavnog perioda u Bosni i Hercegovini (1908-1910) », in id., Bosna i Hercegovina pod austrougarskom upravom, p. 45-99 ; Bled, François-Joseph, p. 615-623 ; Ekmećić, « Aneksija Bosne i Hercegovine 1908. i istorijske posledice », in id., Naučni skup posvećen 80. godišnjici aneksije, p. 9-31.
Sur les procès de haute-trahison, l’exposé se fait avec Milićević, « Nešto o javnom životu Dra Safvetbega Bašagića », p. 277-8 ; Horvat, Politička povijest Hrvatske t. I, p. 387-391 ; Gross, Povijest pravaške ideologije, p. 367-8. Je n’ai pas pu consulter le numéro d’Obzor que mentionne Bašagić dans les souvenirs rapportés par Milićević ; ce dernier, d’autre part, situe l’anecdote en 1910, ce qui est tout à fait impossible.

88 En compensation de l’annexion, l’Autriche-Hongrie promettait de se retirer du Sandjak et de le rendre tout à fait à l’empire ottoman. Elle prouvait ainsi aux populations musulmanes des Balkans qu’elle n’avait pas l’intention de pousser vers Salonique et Istanbul. Surtout, un danger insurrectionnel existait à l’automne 1908, entretenu par le Royaume de Serbie. Si jamais un conflit y éclatait, l’Autriche-Hongrie se verrait obligée de mobiliser son armée, ce qui provoquerait la Serbie à la riposte.

89 IAS BS – 32, « Nastićeva afera » ; publié par Milićević, « Nešto o javnom životu », p. 291-296.

90 Safvet beg Bašagić, « Popis orijentalnih rukopisa moje biblioteke », Glasnik Zemaljskog muzeja 28 (1916), 3-4, p. 207.

91 C’est ce qu’affirme la présentation de la collection donnée sous la responsabilité de Tibor Trgiňa, directeur général, sur le site officiel de la bibliothèque de Bratislava (http://phobos.ulib.sk/Basagic/ frames.htm). Fehim Nametak affirme qu’Ibrahim Bey possédait une « riche collection », mais ne précise rien (« Dosadašnje izučavanje », p. 73).

92 Safvet beg Bašagić, « Popis orijentalnih rukopisa », p. 207.

93 Safvet beg R.-Bašagić, « Naše zvijezde na istočnom parnasu », Nada 4 (1898), 11 (01/06), p. 170 ; S. R.-Bašagić, « Naši pjesnici na istočnom parnasu », Nada 4 (1898), 5 (01/03), p. 75-76 ; Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 189 ; Mirza Safvet, « Krk hanbar », Gajret 8 (1924), 1-2, p. 11.

94 Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 121. Pour le destin singulier de certains livres persans qui échouèrent chez Bašagić, voir Sikirić, « Jedan rukopis », p. 321-324. Sur les collectionneurs de manuscrits à l’époque (et surtout entre les deux guerres), voir Ždralović, Bosansko-hercegovački prepisivači t. 1, p. 23-84.

95 IAS BS – 177, Munib-beg Kapetanović à Bašagić, d’Istanbul le 22. IV. 1907.

96 IAS BS – 118, Kapetanović à Bašagić, d’Istanbul le 9. VI. 1907.

97 Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 228.

98 IAS BS – 118, Kapetanović à Bašagić, d’Istanbul le 20. VI. 1907.

99 Safvetbeg Bašagić, « Tri naša prva pionira na polju istočne književnosti : Adni, Abdulkerim i Ajas », Behar 9 (1908-1909), 1 (01/05), p. 3-6 ; Mirza Safvet, « Historičar Aali », Behar 9 (1908-1909), 1 (01/05), p. 15.

100 Il a été publié dans l’original, avec traduction croate, par Karihman, Hrvatsko-Bošnjačke teme, p. 78. Pour le texte original et sa traduction en français, voir Malić, Bulbulistan, p. 26-27.

101 Safvetbeg Bašagić, « Tri naša prva pionira », p. 3.

102 IAS BS – 144, Zija Rizaefendić à Bašagić, de Sarajevo le 31. V. 1908 ; IAS BS – 133, Adem-aga Mešić, de Tešanj le 4. VI. 1908. Sur la situation financière de Bašagić à cette époque, on peut encore consulter les pièces ABiH LR Gen. 1908/53.308 ; ABiH LR Gen. 1909/I. A. 86.63 ; et ABiH LR Gen. 1910/I.A 86.60, où sont décrites les modifications de contrat, les recours et transactions entre la famille Bašagić et le gouvernement territorial au sujet de la location du 24, rue Kečina en tant qu’école pour jeunes filles musulmanes. Celle-ci avait commencé le 1er octobre 1906, ce qui signifie que la famille quitta, près de quatre ans après la mort d’Ibrahim Bey, le lieu de sa première installation à Sarajevo à cette époque. Le contrat était d’abord au nom d’Almasa hanım ; après son décès en 1908, il passa au nom de ses enfants Osman, Safvet et Kanita, respectivement propriétaires à 8/11, 2/11 et 1/11. Le loyer, fixé à 2 000 couronnes annuelles, voulut être augmenté à 3 000 par Osman, le principal intéressé. Le Gouvernement refusa et pensa à déménager dans les anciens locaux de l’hôpital psychiatrique du vakf de Sarajevo. C’est Safvet-beg qui suivit l’affaire.

103 On trouve en IAS BS – 49 un carnet de taille moyenne intitulé « Nekoliko glasovita Bošnjaka i Hercegovca na polju istočne literature : Ahmed Šemsuddin, Šeich Ali Dede, Derviš paša, Kafi, Nergisi, Pečulji, Šeh Jujo, Sabit, Arif Hikmet. Deset glasovitih književnika i pjesnika iz naših krajeva na polju istočne literature » [Quelques Bosniaques et Herzégoviniens de renom dans le domaine de la littérature orientale : Ahmed Şemsuddin, Şejh Ali Dede, Derviş Paşa, Kafi, Nergisi, Peçuli, Şejh Jujo, Sabit, Arif Hikmet. Dix écrivains et poètes célèbres de nos contrées dans le domaine de la littérature orientale] qui est très vraisemblablement l’un de ses carnets de travail.

104 IAS BS – 157, [Florschütz ?] à Bašagić, de Zagreb le 5. II. 1909 ; Kreševljaković, « Dr. Safvetbeg Bašagić », Narodna starina p. 90 ; H. M., « Orijentalistika na hrvatskom sveučilištu », Muslimanska svijest 1 (1936-1937), 33 (21/02/1937), p. 3 ; Seid M. Traljić, « Orientalistika », p. 65-70. Voir aussi Bajraktarević, « Kratak osvrt na istorijat », p. 315.

105 IAS BS – 67.

106 Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 205.

107 Pour la thèse et son contexte, voir Hadžić, « Safvet Beg Bašagić u Bečkom univerzitetskom arhivu », p. 22-23 (même article, avec les originaux en allemand, chez Hadžić, « Integralni prepis », p. 1142-1153). Je n’ai pas pu consulter l’original de la thèse ; il se trouve à la bibliothèque universitaire de Vienne, cote D-13971 ; les rapports du jury se trouvent aux archives de l’université de Vienne. Selon Alker, la thèse a été défendue avec succès en 1909 et avait été enregistrée sous le numéro 2731 (Verzeichnis Band II, n° 2908).

108 Pour davantage de détails, voir Glasnik zakona 1909, p. 419-454. À ma connaissance, le protocole électoral du Parlement n’a jamais été véritablement étudié.

109 Šehić, Autonomni pokret, p. 374.

110 IAS BS – 157, Hilmi [?] à Bašagić, de Sarajevo le 10. VI. 1909. Voir aussi Imamović, Historija Bošnjaka, p. 432.

111 ABiH LR Präs 1909/4365, de Sarajevo le 13. VIII. 1909 (la liste de candidature annoncée en pièce jointe n’est pas présente) ; ABiH LR Präs 1909/4366, de Sarajevo le 13. VIII. 1909 (liste présente).

112 Kapidžić, « Ispisi iz Bečkih arhiva », p. 501.

113 ABiH LR Präs 1909/6374, de Sarajevo le 23. XI. 1909 ; ABiH LR Präs 1909/6381, de Sarajevo le 23. XI. 1909 ; « Vjersko-prosvjetni sabor », Muslimanska svijest 2 (1909), 47 (24/11), p. 2. On n’apprend rien chez Šehić, Autonomni pokret, p. 374. Les rapports gouvernementaux se trompent en identifiant le troisième candidat à la présidence avec Miralem Begović, qui n’était qu’un des membres remplaçants du Comité parlementaire.

114 Sur ce point, voir Imamović, Pravni položaj, 1976, p. 208-9 ; Imamović, Historija Bošnjaka, p. 433-436.

115 Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 39-55. Pour une présentation du texte de la constitution en français et des commentaires, voir Kornél de Szokolay, « La constitution de la Bosnie-Herzégovine », Revue de Hongrie 3 (1910), 3 (15/03), p. 303-312.

116 ABiH LR Präs 1909/5127, rapport de Rukavina au Gouvernement territorial, le 19. IX. 1909.

117 Pour cette dernière phrase, voir « Bosnie-Herzégovine », Revue du monde musulman 3 (1909), IX/10 (octobre), p. 292.

118 ABiH LR Präs 1909/5439, rapport confidentiel du 18. X. 1909 ; ABiH LR Präs 1909/6094, du 8. XI. 1909 (dans cette pièce, à la rédaction de Vakat est également prévu un certain Osman Hodžić, par ailleurs inconnu. Faut-il lire Osman [Nuri] Hadžić ? La présence de l’ancien ami de Bašagić dans cet embryon de parti serait étonnante) ; Pejanović ne mentionne aucun Vakat à cette époque ; un homonyme sortira en 1914 (Bibliografija štampe 1850-1941., p. 87).

119 ABiH LR Präs 1909/6216, du 8. XI. 1909 ; même pièce en ABiH LR Präs 1909/6551, du 28. XI. 1909.

120 ABiH LR Gen 1910/583, Collas au Gouvernement territorial, le 31.I. 1910.

121 Kapidžić, « Pripremanje ustavnog perioda », p. 95-99.

122 ABiH LR Gen 1910/712, sans date, sans signature (pièce éclairant l’opinion publique à propos de l’apparition du SMS). Voir aussi Imamović, Historija Bošnjaka, p. 416-417 et 441-442.

123 IAS BS – 82, Safvet-beg Bašagić à Muhamed-beg Bašagić, de Vienne le 7. II. 1910 ; publiée en partie chez Ćorić, Nada, p. 711 n. 6.

124 IAS BS – 161, mots de Maximillian Bittner à Bašagić, de Vienne à Vienne (13, Schöfselgasse, VIIIe), le 24. et 28. II. 1910.

125 C’est ce que l’on comprend à lire IAS BS – 117, Ibrahim Kajtaz à Bašagić, de Mostar le 7. V. 1910.

126 ABiH LR Präs 1910/129, le 28. III. 1910.

127 ABiH LR Präs 1910/277, le 7. IV. 1910.

128 ABiH LR Präs 1910/571, le 16. IV. 1910.

129 ABiH LR Präs 1910/254, Foglár au gouvernement territorial, de Tuzla le 5. IV. 1910. En même temps que Bašagić étaient connus à cette date les candidatures de Hrasnica, Salihbegović et Atif Bahtijarević. Selon Foglár, Hrasnica, Salihbegović et Bašagić ont abandonné leur candidature parce que le Comité les leur a refusées ; mais ces hommes n’avaient aucun ordre à en recevoir, puisqu’ils concouraient dans le camp des Indépendants. Bašagić n’apparaît plus à Tuzla dans le rapport que Foglár rédigea trois jours plus tard (ABiH LR Präs 1910/292, le 8. IV. 1910).

130 Les trois lettres qui suivent ont été publiées par Ekr. [Munir Šahinović Ekremov], « Tri politička pisma Dra Safvetbega Bašagića », Muslimanska svijest 1 (1936), 1, p. 7. Šahinović a trouvé la copie de ces lettres dans un cahier de Bašagić, qui ne se trouve plus aujourd’hui aux Archives historiques de la ville de Sarajevo. Sur Tuzlić, voir Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 462-464.

131 ABiH LR Gen 1910/999, le 22. II. 1910 ; ABiH LR Präs 1910/1981, le 12. IV. 1910. Le Parti radical, qui avait lancé son organe Samouprava (Autonomie) et était appelé d’après lui, regroupa dans un premier temps les principaux Šerifiens sans Arnautović lui-même. On y retrouve Sarić, Muradbašić, Čemalović et Đikić. Nous verrons que, par la suite, Arnautović resterait au sein de la MNO. D’autre part, les Radicaux avaient conservé des liens étroits avec la MNO.

132 Contrairement à ce que l’on lit en ABiH LR Präs 1910/571 (du 16. IV. 1910), il est fort peu probable que Bašagić ait figuré sur la liste, fût-elle provisoire, que Sarić (maire de Mostar, membre du Parti radical) présenta pour la circonscription herzégovinienne, où figuraient aussi son fils Murat Sarić, Osman Đikić et Šefkija Gluhić, trois personnages avec lesquels Bašagić entretenait des relations plus que détestables.

133 [Anonyme], « Naši saradnici. Dr. Safvetbeg Bašagić (Mirza Safvet) », p. 9. Ce jury était composé des professeurs de philosophie Laurenz Müllner (1848-1911), par ailleurs théologien et membre du clergé catholique, et Adolf Stöhr (1855-1921).

134 Musavat 5 (1910), 37 (07/05), p. 2 ; ABiH GFM Präs 1910/626, sans date ; Dr. Safvetbeg Bašagić, « Odgovor na banjalučku nepovjerenicu », Novi vakat 1 (1913), 42 (28/11), p. 2.

135 Muslimanska sloga, 1 (1910), 26 (3/05), p. 1 ; ABiH GFM Präs 1910/606, sans date.

136 Hk., « Zur Wahlbewegung in Bosnien », Kroatische Korrespondenz 3 (1910), 17 (30/04), p. 1. Voir aussi Mehmed Ali-beg Kapetanović Ljubušak, « Otvoreno pismo Visokolagorodnom gospodinu Dr. Safvetbegu Bašagiću, potpredsjedniku bos.-herc. Sabora u Sarajevu », Hrvatski dnevnik 8 (1913), (02/12), p. 3.

137 [référence perdue].

138 IAS BS – 117, Ibrahim Kajtaz à Bašagić, de Mostar le 7. V. 1910. Les relais de Bašagić à Stolac sont Hasan Šehić, Mahmut Mehmedhasić, Saćir Grebidželi et Mehmed Šarić (1852-1920) (sur ce dernier personnage, voir [Anonyme], « Mehmed efendija Šarić », Narodna uzdanica 6 [1938], p. 212-214. Il fut élu à la diète).

139 ABiH GFM Präs 1910/626, sans date.

140 ABiH LR Präs 1910/4953, le 6. VIII. 1910.

141 Sur ce personnage, voir Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 124.

142 IAS BS – 16 (diplôme de doctorat) ; IAS BS – 173 (télégrammes envoyés à Bašagić à l’occasion de sa promotion, datés du 20 mai 1910) ; IAS BS – 177, mot de Branković, Hasib Pašić et Murat Pašić à Bašagić pour le féliciter de son élection à la diète, de Rogatica le 20 mai 1910.

143 ABiH LR Präs 1910/4953, le 6. VIII. 1910.

144 Imamović, Historija Bošnjaka, p. 444.

145 ABiH LR Präs 1910/3538, le 19. VI. 1910 et ABiH LR Präs 1910/3656, le 20. VI. 1910 (élection au Conseil provincial le 16. V – 9 membres) ; ABiH LR Präs 1910/3667, le 22. VI. 1910 (élection à la commission des finances – 18 membres) ; ABiH LR Präs 1910/4189, le 11. VII. 1910 (élection à la commission de la culture – 8 membres).

146 ABIH LR Präs 1910/3530, [notes de la 3e séance, du 5. VI. 1910]. Le troisième bibliothécaire, un catholique, est bien moins connu que Bašagić et Ćorović : c’est Kosta Đebić-Marušić.

147 Mirza Safvet, « Nove pjesme », Savremenik 5 (1910), 7 (01/07), p. 500-501.

148 « Izjava kluba poslanika “Ujedinjene Muslimanske Organizacije” », Zeman 1 (1911), 15 (07/10), p. 1.

149 Séance du 23/06, Stenografski izvještaji god. 1910. I. zasjedanje, svezak I, p. 216. Voir aussi ABIH LR Präs 1910/4085, le 9. VII. 1910.

150 ABIH LR Präs 1910/4069, le 7. VII. 1910.

151 ABiH LR Präs 1910/4526, le 25. VII. 1910 (élection à la commission agraire – 11 membres).

152 Dr. Safvetbeg Bašagić, « Odgovor na banjalučku nepovjerenicu », Novi vakat 1 (1913), 42 (28/11), p. 2 (voir aussi IAS BS – 23).

153 ABiH GFM Präs 1910/1673, le 23. X. 1910 ; Juzbašić, Nacionalno-politički odnosi, p. 72. Voir aussi ABiH GFM Präs 1910/1662, le 19. X. 1910. Il semble que cette adresse ait également été remise aux Délégations, ce qui expliquerait l’existence de la pièce IAS BS – 39.

154 ABiH LR Präs 1910/3189, sans date, sans signature.

155 Dans un rapport adressé à François-Ferdinand en octobre 1909, on trouve que certains avaient évoqué l’éventualité – pour aussitôt l’écarter – de nommer Kulović au cas où il serait élu à la diète. Dès cette date, alors que l’on pressentait la déconfiture des Progressistes, mais qu’elle n’était pas effective, on savait qu’il faudrait choisir un Autonomiste pour président. Le nom de Firdus n’était pas avancé. Voir Kapidžić, « Ispisi iz Bečkih arhiva », p. 505.

156 ABiH GFM Präs 1910/1660, Isidor b. Benko, le 27. X. 1910 – brouillon de la proposition officielle (voir ci-dessous, n. 158).

157 Cette formule résignée se trouve dans le brouillon de la proposition et non dans sa rédaction finale.

158 ABiH GFM Präs 1910/1712, le 27. X. 1910, Burián à Aehrenthal, Schönaich, Bienerth et Khuen-Héderváry (en hongrois). Cette version officielle ne comporte que la présentation de Bašagić, dont ont été en outre retranchés deux paragraphes (signalés et analysés dans le développement).

159 IAS BS – 118, Munib-beg Kapetanović à Bašagić, d’Istanbul le 5. XI. 1910.

160 ABiH LR Präs 1910/6891, le ministère commun des Finances au gouvernement territorial, de Vienne le 3. XI. 1910 ; IAS BS – 111, Kosta Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 5. XI. 1910.

161 IAS BS – 173 (télégrammes à l’occasion de sa nomination à la présidence) ; IAS BS – 111, Kosta Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 5. XI. 1910 ; IAS BS – 100, Dobošević à Bašagić, sans lieu ni date ; IAS BS 157, Artur Benko à Bašagić, le 6. XI. 1910 ; IAS BS – 21, lettre de félicitations adressée par des personnalités de la ville de Tešanj à Bašagić, de Tešanj le 8. XI. 1910 (7 signatures en caractères arabes et, en alphabet latin : Ibrahim Gjonlagić, Ali-beg Kapetanović et Ali-beg Ajanović) ; IAS BS – 140, Ivo Pilar à Bašagić, de Dolnja Tuzla [fin 1910] ; IAS BS – 112, Adolf Hempt à Bašagić, de Lukavac le 26. VI. 1911.

162 « Der neue bosnische Landtagspräsident », Ostdeutsche Rundschau (Vienne), n° 254 (06/11/1910), p. 9 ; « Der orientalische Dichter als bosnischer Landtagspräsident. Dr. Safvetbeg Basagic », Die Reichspost n° 306 (06/11/1910), p. 6 ; « Der neue Präsident des bosnischen Landtages », Bosnische Korrespondenz n° 47 (09/11/1910), p. 1.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search