Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Troisième partie. Kultur et politique chez Safvet-beg Bašagić (1907-1934)

Kultur et politique chez Safvet-beg Bašagić (1907-1934)

Texte intégral

  • 1 Voir les traductions diverses de prosvjeta dans Rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika, t. 12 : Pri (...)

1La réflexion orientalisante de Bašagić a ceci de particulier qu’elle s’enracine dans un ethos musulman et s’enrichit du passé médiéval et européen de sa province. En s’essayant à définir rationnellement une nationalité bosno-musulmane, notre bey dégage ainsi les composantes d’une civilisation singulière, une Kultur – une prosvjeta, pour employer un terme dont il use autant que du germanisme kultura. Contrairement à celle de ce dernier terme, l’étymologie de prosvjeta ne fait pas référence au travail agricole mais à la lumière : la prosvjeta, c’est littéralement l’Aufklärung. La connotation du mot en fait ainsi un intermédiaire entre la Kultur germanique, qui parfois va jusqu’à s’opposer à toute connaissance, et la « civilisation » universelle à la française1.

  • 2 Lešić, Pozorišni život Sarajeva, p. 180.

2Précisons d’emblée que Kultur et civilisation ne forment pas un couple contradictoire pour Bašagić ; les deux termes s’opposent en bloc à celui de « décadence » : celle dans laquelle est, d’après lui, tombée la population bosno-musulmane à partir de la moitié du xviie siècle et, plus sensiblement, à partir de 1850. D’autre part, la prosvjeta entretient des relations complexes avec la Kultur en Bosnie-Herzégovine : elle s’y oppose et s’en nourrit tour à tour. Ainsi, une partie de la réflexion de Bašagić a pour but de déconsidérer les Kulturträger austro-hongrois et leur supériorité : on les accuse d’être venus en Bosnie-Herzégovine avec une soi-disant mission civilisatrice – ce qui était effectivement très explicite dans la première génération des fonctionnaires de la Monarchie, durant l’ère Kállay. Mais la célébration de la prosvjeta se fait également dans un contexte directement emprunté à la vie culturelle viennoise et occidentale : par exemple, lors de l’inauguration de la Maison des sociétés le 2 janvier 1899, le poète Silvije Kranjčević offrit un « Prologue » glorifiant cette même prosvjeta, incarnée par l’actrice bien-aimée de Bašagić, Maja de Strozzi2. On était dans un registre typiquement européen.

3Mélange de rejet et de fascination, la prosvjeta doit se diffuser et, cette fois-ci, Bašagić emprunte la voie politique pour exprimer ses vues. Le renouveau national, fondé sur un certain romantisme herderien, se propose de régénérer la nation par le peuple – ce qui est contradictoire avec l’élitisme social du bey. Celui-ci oscille ainsi entre culture populaire et culture élitaire, entre apologie du génie populaire (Volksgeist) et célébration de la modernité. Dans la nouvelle société qui se met en place en Bosnie-Herzégovine à l’époque, cette ambivalence ne laisse pas d’être problématique.

Notes

1 Voir les traductions diverses de prosvjeta dans Rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika, t. 12 : Prikladati – Rajčeta, Zagreb, JAZU, 1936. Sur les concepts de Kultur et civilisation, voir Bénéton, Histoire de mots ; A. Banuls, « Les mots culture et civilisation en français et en allemand », Études germaniques (Paris) 24 (1969), 2 (avril-juin), p. 171-180. La Kultur était à l’origine seulement associée à la Bildung (chez Humboldt) ; mais pour Nietzsche, les deux notions entrent facilement en contradiction.

2 Lešić, Pozorišni život Sarajeva, p. 180.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search